Vous êtes sur la page 1sur 26

Sommaire

PRESENTATION DU PROJET ………………………………………………………………………………………………………..3

INTRODUCTION…………………………………………………………………………………………………………………………..4

PARTIE I-PLAN INSTALATION DE CHANTIER...................................................................................5

PARTIE II- SECURITE ET PROTECTION SUR CHANTIER………………………………………………………………...6

PARTIE III- ETUDE BETON ARME ……………………………………………………………………………………………………7

PARTIE IV- ASSAINISSEMENT ………………………………………………………………………………………………………..7

PARTIE V- METRE………………………………………………………………………………………………………………………….8

CONCLUSION…………………………………………………………………………………………………………………………………………

ANNEXE…………………………………………………………………………………………………………………………………………………

1-PLAN D’ARCHITECTURES
Introduction

Le projet de fin d’études effectuée vise l’étude technique d’une ista sur un terrain d’une surface
13900m² environ, située à Bâb lamrisa sale.

Le projet comprendra l’installation du chantier, ainsi une conception des plans de coffrage, tandis
que le calcul béton armé des poteaux, semelles et les poutres, et aussi le métré.

Il s’agit d’une ista située à Bâb lamrisa sale constituée d’un réez de chaussée, un 1ere et 2eme
étages pour bloc classe , et réez de chaussée et 1ere étage pour maison directeur, et des réez de
chaussées pour buvette, sanitaire, vestiaire, administration, et mosquée.


- INSTALATION DE CHANTIER

• ° ²

• ° ô

• ° è

• ° 

• ° é

• ° 

• ° 

• ° é’ééé

• ° é

• °

• °


1-Matériels nécessaires pour la sécurité du chantier :

Dans le chantier les mesures de protection soit individuelles soit collectives sont présentes, il est à
noter :

 Le casque qui a pour rôle de protéger la tête contre les chocs ou la chute des matériaux.
 Les gants pour protéger les mains.
 Les bottes ou les chaussures de travail qui protègent les pieds.
 Les gilets qui à pour rôle de différencier chaque groupe et de faire apparaitre les personnes
étrangères.
 Les hamais de sécurité, et c’est un dispositif individuel utilisé dans des travaux se trouvant
sur une grande hauteur.




2-Hygiène et sécurité sur chantier :

De nombreux accidents se produisent au cours d’activités banales telles que marcher, monter les
escaliers ou porter des charges. Le risque d’accident durant ces activités est volontiers sous estimé
car il prévaut l’idée qu’il ne m’est encor bien arrivé, et on peut définir l’accident de travail
comme un événement soudain ou violent provenant d’une cause extérieure qui provoque chez la
personne accidentée des lésions corporelles, des troubles fonctionnels ou même la mort.

Pourtant, selon les statistiques, un assuré sur dix est victime chaque année d’un accident du travail
provoqué par des causes humaines et matérielles tel que la négligence, la fatigue, la distraction,
l’erreur de raisonnement, les mauvaises conditions de travail ou l’encombrement du matériel et
outillage. Ces accidents pourraient être évités en respectant les règles de sécurité et en faisant
attention à la santé.

 Règles de base concernant la sécurité et l’hygiène au travail pour l’ouvrier :

Les accidents ne se produisent pas par hasard. Les principaux conseils :

- Vérifier, avant de commencer à travailler, si les outils, les matériaux, les voies empruntés et les
lieux de stockage sont surs.
- Ne prendre aucun risque et éliminer tout danger sans délai. Si cela n’est pas possible, en informer
son supérieur hiérarchique pour qu’il s’en charge.
- Ne pas hésiter à s’informer et à poser des questions en cas d’incertitude.
- N’utiliser que des outils et des machines dont le fonctionnement est bien connu afin de travailler
en toute sécurité.
- Contrôler les points dangereux : les vides (Bordures de plancher, trémies, les cages D’escalier et
ascenseurs) les échelles, les Plates formes de travail (échafaudage).
- Assurer la propreté du chantier par nettoyage Et évacuation à la décharge publique.
- Respecter les règles d’accrochages À un engin de levage (grue, monte charge).
- Organiser les opérations de chargement de stockage, De levage (banches métalliques, les pré-
dalles)
- Nettoyer et déclouer les bois de coffrage sitôt décoffrés Pour éviter les piqures. Il faut mettre
aussi l’ouvrier à contribution pour la Démarche sécurité, l’avertir du danger, lui imposer de porter
Les gants, le casque, le botte, les chaussures de sécurité, Gilet …
PROTECTION COLLECTIVE
SIGNALISATION DE CHANTIER


 Plan de coffrage
C’est la première étape quand doit faire avant de commencer le dimensionnement des
éléments de la structure en béton armé.

Il faut réalisé le plan de coffrage des différents niveau et le plan des fondation ainsi le plan de
détails.

a) Les planchers
Ce sont les surfaces des espaces des niveaux projetées selon les plans archi généralement planes, ils
limitent les niveaux des étages et supportent les revêtements des sols , il font l’objet des
caractéristiques suivantes à :

 résistance mécanique : il supporte son poids propre et les surcharges.


 isolation acoustique et thermique : généralement par l’installation de
plancher à corps creux, ou par un revêtement du sol.

On distingue deux types de planchers :

-les planchers à hourdis :

C’est le plancher le plus utilisé, reposant sur un système de poutrelle et poutre principales avec un
espacement entre les poutrelles de 60cm.

-les planchers dalles pleine :

C’est le plancher qui ne comporte aucune poutre, son constitué d’une dalle d’épaisseur constante et
généralement importante qui ne repose sur un pilier dont la tête est élargie.

b) les poutres :
Les poutres sont des éléments horizontaux du plancher, ils se situent entre les poteaux, leur rôle est
de porter la charge de la dalle et de la transmettre aux poteaux.

Deux types de poutres peuvent être distingués à cet effet :

-les poutres principales :

Elles ont des dimensions plus importantes que les poutres secondaires.

-les poutres secondaires :

Ce sont des poutres noyées ou non porteuses de dimensions moins importantes que celles
des poutres principales, elles chainent les poutres principales aux poteaux.

Les poutres secondaires peuvent être enrobées ou non enrobées dans la dalle.
-les poutrelles :

Sont des éléments préfabriquées ou coulé sur place en béton de granulats courants
généralement en forme de T renversé, elles transmettent la charge de la dalle aux poutres
principales.

-les linteaux :

C’est un élément horizontal se trouvant au dessus des baies servant de support au mur se
trouvant à son niveau supérieur il est coulé sur place ou préfabriqué en béton armé, de
longueur dépasse la largeur de la baie en quelques centimètres.

c) les poteaux :
On appelle les poteaux, les éléments verticaux travaillant en compression simple. Ils
transmettent toutes les charges cumulées aux fondations.

d) les fondations :

La partie du bâtiment en contact direct avec le sol, auquel elle transmet la charge de la
structure. Elle constitue la partie essentielle de l’ouvrage.

Il ya différents types de fondations :

-Les fondations profondes :

Ce sont des fondations utilisées dans le cas ou le bon sol se trouve à une grande profondeur
strictement supérieure à 3m.

-Les fondations superficielles :

Elles sont utilisées dans le cas ou le bon sol se trouve à une faible profondeur comprise entre
2 à 3m.

 Les fondations fonctionnelles : Elles sont constituées par des semelles isolées sous
poteaux ou sous murs ;
 Les fondations surfaciques : elles sont constituées par des semelles sous murs ;
 Les fondations linéaires : elles sont constituées par des semelles continues sous
poteaux ou sous murs ;
-les radiers généraux :

Dans le cas où le sol est très mauvais, on adopte ce genre de fondation ; dont les semelles
deviennent très larges et tendent à occuper tout l’entraxe des poteaux, on a alors un radier
général occupant toute la surface au sol du bâtiment.

e) Les longrines :
Sont des éléments de fondations qui relient les poteaux entre eux.

Elles tiennent en deux directions perpendiculaires les poteaux, elles sont placées sous le
dallage et les cloisons lourdes.

f) Les semelles excentrées :


Elles sont utilisées quand il y a une excentricité, dans le cas des bâtiments mitoyens ou
empiètement sur la voie publique.

g) Le dallage :
C’est une dalle en béton armé reposant sur le sol et comportant une étanchéité pour éviter
les remontées capillaires d’eaux.

h) Semelles filantes :

Elles sont adoptées quand le mur a un poids très important, et sous les voiles.

i) Semelles isolées :

Elles sont adoptées quand la charge du bâtiment est transmise au sol par les poteaux isolés
sans une cloison lourde.

2- PROJECTION
La projection se fait en respectant les définitions et les normes des différents éléments de la
structure.

La conception de la structure : (voir pages suivantes).


Insérer plan d’archi et de coffrage
 Calcul de la structure
Descentes des charges :

 Descente de charge de poteau p**


 Les charges permanentes G :

-Revêtement : G0 = 1KN/m²×5, 69²=32, 376 KN

-béton Léger : G1 = 8KN/m²×0, 08×5,69²= 20,720KN

-plancher: G2= 2850N/m² ×5,315×5, 44 =82,403KN

-plafond decorative: G3= 0,09KN/m²/cm ×2 ×28, 91m²= 5,204KN

-enduit sur fond ET retombé : G4= 25kn/m²×((0, 25×0,7×7,5/2)+(0,25×0,5×2,9)=25,468KN

-poids propre de poutre : G5= 0,25²×3,6×25KN/m²= 5,625KN

171 ,796KN

 Charge d’exploitation ∅:

∅=1000×5,69²=32,376KN

Calcul à l’ELU

Nu= 1 ,35G+1,5∅=1, 35×171,796+1,5×32,376

= 280,488KN = 0 ,280MN

Calcul à ELS

Nser= G+∅= 171,796+32,376

= 204,172KN=0 ,204MN

Calcul des armatures de poteau :


Lf= 0,707L0= 0,707×3, 3= 2,333

𝑳𝒇
𝝀 = 𝟐√𝟑
𝒂
𝟐.𝟑𝟑𝟑
𝝀 = 𝟐√ 𝟑 = 𝟑𝟐, 𝟐𝟖<50
𝟎.𝟐𝟓
donc il n’ya pas de risque de flambage.

𝟎. 𝟖𝟓
∝=
𝝀
𝟏 + 𝟎. 𝟐( )²
𝟑𝟓
𝟎. 𝟖𝟓
∝= = 𝟎, 𝟕𝟐𝟔
𝟑𝟐, 𝟐𝟖
𝟏 + 𝟎. 𝟐( )²
𝟑𝟓
Br.= (0,25-0,02)²= 0,053m²

𝑵𝒖 𝑩𝒓. 𝑭𝒄𝟐𝟖 𝜸𝒔
𝐀𝐭𝐡 ≥ ⌊ − ⌋𝒙
𝜶 𝟎. 𝟗𝜸𝒃 𝑭𝒆

𝟎, 𝟐𝟖𝟎 𝟎. 𝟎𝟕𝟖𝒙𝟑𝟓 𝟏. 𝟏𝟓
𝐀𝐭𝐡 ≥ ⌊ − ⌋𝒙
𝟎. 𝟔𝟕 𝟎. 𝟗𝒙𝟏. 𝟓 𝟓𝟎𝟎

𝐀𝐭𝐡 ≥ −𝟑, 𝟔𝟖𝑿𝟏𝟎−𝟑 <0

Le ferraillage réel correspond alors à Amin

𝐀𝐦𝐢𝐧 ≥ 𝒎𝒂𝒙(𝟒𝒄𝒎𝟐 /𝒎(𝟒𝒄𝒎𝟐 ∗ 𝟎, 𝟐5m) , 0,2/100* 0,25²)


Amin= 4cm² on prend 4HA14
𝑸𝒍𝒎𝒊𝒏 𝟏𝟒
∅t≥ = = 𝟒, 𝟔𝟔
𝟑 𝟑

ESP≤ 𝒊𝒏𝒇(𝟏𝟓 × 𝑸𝑳𝒎𝒊𝒏 ; 𝟒𝟎𝒄𝒎 ; 𝒂 + 𝟏𝟎𝒄𝒎)

ESP≤ 𝒊𝒏𝒇(𝟏𝟓 × 𝟏𝟒 ; 𝟒𝟎𝒄𝒎 ; 𝟐𝟓 + 𝟏𝟎𝒄𝒎)

ESP≤ 𝒊𝒏𝒇(𝟐𝟏 ; 𝟒𝟎𝒄𝒎 ; 𝟑𝟓)

ESP≤ 𝟐𝟏
ESP= 𝟐𝟎

La longueur de recouvrement 50Q=50*14=70cm

 Semelle :

Pour le dimensionnement des semelles on applique la condition suivante :


Pour faciliter le calcul, nous avons choisi la semelle supportant le poteau p.

Données : Nu=0.280MN / a=b=25cm /

𝑺 ≥ 𝑵𝒔𝒆𝒓/𝝈𝒔𝒐𝒍 𝑺 ≥ 𝟎, 𝟐𝟎𝟒𝑴𝑵 ÷ 𝟎, 𝟐𝑴𝑷𝑨 = 𝟏, 𝟎𝟐𝒎²

A=B= √𝑺 = 𝟏, 𝟎𝟎𝟗

A=B=1,10m
𝟏, 𝟏𝟎 − 𝟎, 𝟐𝟓
𝑯≥ + 𝟎, 𝟎𝟓 = 𝟎, 𝟐𝟔𝟐
𝟒
On prend H=0,35m

Verification
𝑵𝒔𝒆𝒓 +𝒑.𝒔𝒆𝒎𝒆𝒍𝒍𝒆
𝝈ser=
𝒔𝒖𝒓𝒇𝒂𝒄𝒆 𝒔𝒆𝒎𝒆𝒍𝒍𝒆
𝟎, 𝟐𝟎𝟒 + (𝟎, 𝟎𝟐𝟓𝒙𝟏, 𝟏𝟐 𝒙𝟎, 𝟑𝟓)
𝝈𝒔𝒆𝒓 =
𝟏, 𝟏²

𝝈𝒔𝒆𝒓 = 𝟎. 𝟏𝟕 < 𝟎, 𝟐𝑴𝑷𝑨

DONC les dimensions sont correctes


 Ferraillage
𝑵𝒖 (𝑩−𝒃) 𝑵𝒖(𝟏,𝟏−𝟎,𝟐𝟓)
𝑨𝒔⋰⋰𝑨 = 𝑨𝒔⋰⋰𝑩 ≥ = = 𝟐, 𝟐𝟖 × 𝟏𝟎−𝟒 m²
𝟖.𝒅.𝝈𝒔𝒕 𝟖.(𝟎,𝟑𝟓−𝟎,𝟎𝟓)∗(𝟓𝟎𝟎÷𝟏,𝟏𝟓)

On dispose 6HA8
Ancrage
𝝓
Ls= × ((𝒇𝒆)/(𝟎, 𝟔𝝍𝒔𝟐 𝒇𝒕𝟐𝟖))
𝟒

𝟖
𝒍𝒔 = × ((𝟓𝟎𝟎)/(𝟎, 𝟔 × 𝟏, 𝟓𝟐 × (𝟎, 𝟔 + 𝟎, 𝟎𝟔 × 𝟑𝟓)=27,43cm=0,274m
𝟒

𝑩
= 𝟏, 𝟏 ÷ 𝟒 = 𝟎, 𝟐𝟕𝟓 et B /8= 0,137
𝟒

𝑩 𝑩
≤ 𝑳𝑺 ≤
𝟒 𝟖
 DONC les crochets ne sont pas obligatoires

-il faut respecter un espacement entre barre entre 15 et 25cm 15 ≤esp≤25


-la hauteur de rive et justifier par :
e≥ 𝒎𝒂𝒙(𝟏𝟓𝒄𝒎, 𝟔𝝓 + 𝟏𝟎)
e≥ 𝒎𝒂𝒙(𝟏𝟓𝒄𝒎, 𝟔𝒙𝟖 + 𝟏𝟎)
e≥ 𝒎𝒂𝒙(𝟏𝟓𝒄𝒎, 𝟏𝟒, 𝟖𝒄𝒎)
e≥ 𝟏𝟓𝒄𝒎 donc e=20cm

 Poutre :

Descente de charge de poutre :


 Les charges permanentes G :
 Charge répartie :
-Revêtement (carrelage y compris le mortier de pose 2cm avec marbre d’épaisseur 12mm, la
charge est 1kN /m² :
g0 = 1KN/m²x10,88X(2,54+0,25) /10,88 =2,79KN/m

-béton Léger pour isolation d’épaisseur 8cm, charge 8Kn/m3 :

g1 = 8KN/m²×10,88X0,08x(2,54+0,25) /10,88= 0,223KN/m

-plancher poutrelle + entrevous (16+4) : la charge c’est 2850N/m²

g2= 2850N/m² ×(2,54X10,88)/10,88 =7,24KN/m

-plafond décorative en plâtre d’épaisseur 2m , la charge 0,09KN/m²/cm

g3= 0,09KN/m²/cm ×2 ×10,88x2,54/10,88= 0,229KN/m

-enduit au mortier de liant hydraulique sur retombées et fonds des poutres avec épaisseur de 2cm :
180N/m²/cm

g4=180N/m²/cm x2cm x10, 88x ((0, 25+ (2x0, 5))/10, 88=0,45KN/m

Poids propre de poutre :

g5= 25000N/m3 x 0,7x25x10,88/10,88=4,375KN/m

g=15,307KN/m

 Charge d’exploitation ∅:

Terrasse non accecible 1000N/m²

∅=1000× 10,88x2, 79/10,88 = 2,79KN/m

 Charge concentrée
G0 = 1KN/m²x2,9x(2,66+0 ,25+2,66)=16,153KN

G1= 8Kn/m3x2, 9x5, 57x0,08=10,338KN

G2= 2,85X5,32x2,9=43,97

G3= 0,09KN/m²/cmX2cmX5,32X2,9=2,77KN

G4=25KN/m3X2,9x0,25X0,5= 9,06KN

G5=180N/m²/cmx2cmX((0,3x2)+(0,25X2,9))=0,88KN

G=83,171KN/m

 Charge d’exploitation ∅:
1KN/mx2 ,9x5, 57=16,15KN

Calcul des moments fléchissant maximums à ELU et ELS et l’effort tranchant


maximum :
Calcul à ELU :

Mu= (1,35g+1,5q)L²/8 + (1,35G+1,5Q)L/4

Mu= (1,35X15,307+1,5X2,79) 10,88²/8 + (1,35X83,171+1,5X16,15) 10,88/4

Mu= 739KN.m

Calcul à ELS :

Mser= (g+q)L²/8 + (G+Q)L/4

Mser= (15,307+2,79)10,88²/8 + (83,171+16,15)10,88/4

Mser= 537 ,92KN .m

Vu= (1,35g+1,5q)L/2 + (1,35G+1,5Q)/2

Vu= (1,35X15,307+1,5X2,79)L/2 + (1,35X83,171+1,5X16,15)/2

Vu= 203,43KN

JUSTIFICATION DU FERRAILLAGE LONGITUDINAL DE POUTRE :

𝝁𝒖 = 𝟎, 𝟕𝟑𝟗/(𝟎, 𝟐𝟓 × (𝟎, 𝟗 × 𝟎, 𝟕)𝟐 × (𝟎, 𝟖𝟓 × 𝟑𝟓 ÷ 𝟏, 𝟓)= 0,375

𝜶𝒍 = 𝟑, 𝟓 ÷ (𝟑, 𝟓 + 𝟏𝟎𝟎𝟎 × 𝟐, 𝟕 × 𝟏𝟎−𝟑 ) = 𝟎, 𝟔𝟏𝟕

𝝁𝒍 = 𝟎, 𝟖 𝜶𝒍(𝟏 − 𝟎, 𝟒𝜶𝒍) = 𝟎, 𝟑𝟔𝟖

𝝁𝒖 > 𝝁𝒍

Donc on doit calculer les armatures de comprises

((𝟎, 𝟔𝟏𝟕 × 𝟎, 𝟗 × 𝟎, 𝟕) − (𝟎, 𝟏 × 𝟎, 𝟕))


𝜺𝒔𝒄 = = 𝟐, 𝟖𝟕 × 𝟏𝟎−𝟑
𝟎, 𝟔𝟏𝟕 × 𝟎, 𝟗 × 𝟎, 𝟕

𝜺𝒍 = 𝟐, 𝟏𝟕 × 𝟏𝟎−𝟑
𝜺𝒔𝒄 > 𝜺𝒍
𝒇𝒆 𝟓𝟎𝟎
𝝈𝒔𝒄 = = =434,78MPA
𝜸𝒔 𝟏,𝟏𝟓

𝟑𝟓
𝑴𝒓𝒃 = 𝟎, 𝟑𝟔𝟖 × 𝟎, 𝟐𝟓 × 𝟎, 𝟔𝟑² × (𝟎, 𝟖𝟓 × = 𝟎, 𝟕𝟐𝟒𝑴𝑵. 𝒎
𝟏, 𝟓
𝝉 = 𝟎, 𝟔𝟑(𝟏 − 𝟎, 𝟒 × 𝟎, 𝟔𝟏𝟕)

𝝉 = 𝟎, 𝟒𝟕𝟒
(𝟎, 𝟕𝟑𝟗 − 𝟎, 𝟕𝟐𝟒)
𝑨𝒖𝒄 = = 𝟔, 𝟏𝟔 × 𝟏𝟎−𝟓 𝒎𝟐 = 𝟎, 𝟔𝟏𝒄𝒎𝟐
(𝟎, 𝟔𝟑 − 𝟎, 𝟎𝟕) × 𝟒𝟑𝟒, 𝟕𝟖
𝟎, 𝟕𝟑𝟗 𝟎, 𝟕𝟑𝟗 − 𝟎, 𝟕𝟐𝟒 𝟏, 𝟏𝟓
𝑨𝒖𝒕 ≥ ( + )× = 𝟑, 𝟓𝟕 × 𝟏𝟎−𝟑
𝟎, 𝟒𝟕𝟒 𝟎, 𝟔𝟑 − 𝟎, 𝟎𝟕 𝟓𝟎𝟎
𝑨𝒖𝒕 ≥ 35,74cm²

 Calcul du moment à l’état service limite :


Lorsqu’on justifier la section à l’ELU (dimensionnement et calcul) il convient de vérifier si
l’ELS et garantie si ce n’est pas le cas il faut recalculer à l’état limite service .

𝑀𝑠𝑒𝑟𝑙𝑖𝑚 = 𝑏𝑑 2 𝑓𝑐28𝜇𝑠𝑒𝑟𝑙𝑖𝑚

NB : Vérification de poutre à l’ELS à partie de tableau (HA500 fissuration préjudiciable),


pour : 𝜇𝑢 = 0,375 𝑒𝑡 𝑓𝑐28 = 35𝑀𝑃𝐴

0,131 + 0,134
𝜇𝑠𝑒𝑟𝑙𝑖𝑚 = = 0,1325
2

𝑀𝑠𝑒𝑟𝑙𝑖𝑚 = 0,25(0,9 × 0,7)2 × 35 × 0,1325

𝑀𝑠𝑒𝑟𝑙𝑖𝑚 = 0,460MN et 𝑀𝑠𝑒𝑟 = 0,537𝑀𝑁 d’où 𝑀𝑠𝑒𝑟 > 𝑀𝑠𝑒𝑟𝑙𝑖𝑚

Donc il s’agit de calculer les armatures nécessaires dans la section pour résister au moment
Mser, et de s’assurer que les contraintes réellement développé ( dans le béton comprimé et
l’acier tendu ) ne dépasse pas les contraintes admissible définir par le règlement .( l’objet
étant de limité la fissuration , la compression du béton et de garantie la durabilité de
l’ouvrage.

- Calcul à l’ELS :
𝛼𝑠 𝛼𝑠
𝑀𝑟𝑏 = 2𝑍 ( 1 − ) 𝑏𝑑 2 𝜎𝑏
3
𝜎𝑏 = 0,6 × 35 = 21
2
𝜎𝑠𝑡 = inf (3 × 500 ; 110√1,6 × 2,7) → 𝜎𝑠𝑡 = inf(333,33 ; 228,63) → 𝜎𝑠𝑡 = 228,63

(𝑛 𝜎𝑏) 15 × 21
𝛼𝑠 = = = 0,579
𝑛𝜎𝑏 + 𝜎𝑠𝑡 15 × 21 + 228,63

0,579 0,579
𝑀𝑟𝑏 = (1− ) 0,25(0,9 × 0,7)2 × 21
2 3

𝑀𝑟𝑏 = 0,487𝑀𝑁

𝑀𝑠𝑒𝑟 > 𝑀𝑟𝑏

Donc il faut calculer les armatures comprimé

𝑀𝑟𝑏 𝑀𝑠𝑒𝑟 − 𝑀𝑟𝑏


𝐴𝑠𝑡 = 𝛼𝑠 + ′
𝑑 (1 − 3 ) 𝜎𝑠𝑡 (𝑑 − 𝑑 )𝜎𝑠𝑡

0,487 0,538 − 0,487


𝐴𝑠𝑡 = +
0,579 (0,63 − 0,07′ )228,63
0,63 (1 − 3 ) 228,63

𝐴𝑠𝑡 = 45,88cm²

𝑀𝑠𝑒𝑟 − 𝑀𝑟𝑏 ′
𝛼𝑠 × 𝑑 − 𝑑 ′
𝐴𝑠𝑐 = 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝜎 𝑠 = ( ) × 𝑛 × 𝜎𝑏
(𝑑 − 𝑑′ )𝜎 ′ 𝑠 𝛼𝑠 × 𝑑

0,538 − 0,487
𝐴𝑠𝑐 =
(0,63 − 0,07′ )254,55

𝐴𝑠𝑐 = 3,57𝑐𝑚2

- Calcul des armatures transversales :

ℎ 𝑏
∅𝑡 ≤ min ( ; ∅𝑙𝑚𝑖𝑛 ; ) 𝑒𝑡 ∅𝑡 ≤ 12𝑚𝑚
35 10

70 25
∅𝑡 ≤ min (35 ; 14 ; 10) 𝑒𝑡 ∅𝑡 ≤ 12𝑚𝑚 alors ∅𝑡 = 12𝑚𝑚
- Armature de peau :

il faut rajouté des barres longitudinal dans la fibre moyenne pour les poutres de grande
hauteur.

𝑓𝑒
𝐻 ≥ 2 (80 − ( ))
10

𝐻 ≥ 60

3𝑐𝑚2
𝐴𝑝𝑒𝑎𝑢 ≥ × 2 × (0,7 + 0,25) = 5,7𝑐𝑚2
𝑚

Remarque :la poutre* supporte une charge concentrée ( due à la poutre ** il convient de
disposer des armatures de suspende .

 Justification des suspendes

𝑃𝑢
𝐴𝑠𝑢𝑝 ≥ 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑃𝑢 = 1,35𝐺 + 1,5𝑄) = 136,505𝐾𝑁
𝑓𝑒
2 × 𝛾𝑠 × 𝑠𝑖𝑛45

0,136
𝐴𝑠𝑢𝑝 ≥ = 2,21𝑐𝑚²
500
2× × 𝑠𝑖𝑛45
1,15

𝐴𝑠𝑢𝑝 ≥ 2,21𝑐𝑚²

 Espacement maximal des cours d’armatures transversales

𝐴𝑡 × 𝑓𝑒𝑡
𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 ≤ min(0,9𝑋𝑑 ; 40𝑐𝑚 ; )
0,4 × 𝑏

4,52 × 10−4 × 500


𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 ≤ min(56,7𝑐𝑚 ; 40𝑐𝑚 ; )
0,4 × 25
𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 ≤ 40𝑐𝑚 on prend Stmax= 35cm

(0,9𝐴𝑡 𝑓𝑒𝑡)
𝑆𝑡 ≤
𝛾𝑠𝑏(𝜏𝑢 − 0,3𝑓𝑡28 ∗ 𝑘)

(0,9 × 4,52 × 10−4 500)


𝑆𝑡 ≤
1,15 × 0,25(0,203)/(0,25 × 0,9 × 0,7 − 0)

𝑆𝑡 ≤ 0,54𝑚

On prend St=50cm donc 𝑆𝑡 > 𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥

Vous aimerez peut-être aussi