Vous êtes sur la page 1sur 9
Formation Formation Thérapie manuelle Geste pratique
Formation
Formation
Thérapie manuelle
Geste pratique

Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9

Thérapie manuelle et ilio-psoas

FADI DAHDOUH (1), ROBERT NICAULT (2)

et ilio-psoas F ADI D AHDOUH (1), R OBERT N ICAULT (2) Une approche pragmatique en

Une approche pragmatique en thérapie manuelle du muscle ilio-psoas à travers l’utilisation des techniques neuro- musculaires.

MOTS

CLÉS

Iliopsoas

Palpation

Biomécanique

Kinésithérapie

Ostéopathie

Thérapie-manuelle
Thérapie-manuelle

« Étudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux », Sénèque.

À côté des techniques manipulatives avec impul- sion, appelées High Velocity Low Amplitude (HVLA),

ce travail se propose de mettre l’accent sur l’intérêt de l’utilisation des techniques neuro-musculo-squelet- tiques (Soft tissu techniques) des anglo-saxons dans la prise en charge au quotidien du muscle ilio-psoas, res- ponsable de troubles fonctionnels, posturaux et clini- ques dont la fréquence n’est plus à démontrer.

Anatomie palpatoire

Palpation du muscle psoas (figure 1)

Patient en décubitus dorsal, hanches fléchies, buste re- levé. Praticien du côté homolatéral au psoas à palper. La palpation peut s’effectuer :

– à l’origine, au contact de la colonne lombale ;

– sur le corps musculaire ;

– à la terminaison (difficile, présence des adducteurs).

Palpation du muscle iliaque (figure 2)

Patient en décubitus dorsal, hanche droite légèrement fléchie. Praticien du côté homolatéral à l’iliaque à palper. La palpation s’effectue à l’origine, en dessous et en ar- rière de l’épine iliaque antéro-supérieure.

(1) Chargé de cours à l’IFSO (Institut de formation supérieur en ostéopathie), Ostéopathe en cabinet. (2) Directeur de l’IFSO (Institut de formation supérieur en ostéopathie), Ostéopathe en cabinet.

36, rue des terrasses 10000 Troyes E-mail : fadidahdouh@free.fr

Palpation du muscle iliaque (figure 3)

Variante : cas particulier de la femme enceinte. Patiente en décubitus latéral gauche. Praticien derrière elle. Avec la main droite, il maintient le genou droit de la patiente.

la main droite, il maintient le genou droit de la patiente. Figure 1. Palpation du psoas

Figure 1. Palpation du psoas : corps musculaire.

de la patiente. Figure 1. Palpation du psoas : corps musculaire. Figure 2. Palpation à l’origine

Figure 2. Palpation à l’origine de l’iliaque.

de la patiente. Figure 1. Palpation du psoas : corps musculaire. Figure 2. Palpation à l’origine

41

Auteur

FADI DAHDOUH, ROBERT NICAULT

Auteur F ADI D AHDOUH , R OBERT N ICAULT
Auteur F ADI D AHDOUH , R OBERT N ICAULT

Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9

AHDOUH , R OBERT N ICAULT Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9 Figure 3. Palpation de l’iliaque, femme enceinte.

Figure 3. Palpation de l’iliaque, femme enceinte.

La palpation s’effectue à l’origine, avec la main gauche, en dessous et en arrière de l’épine iliaque antéro-supérieure en demandant une légère flexion de la hanche droite.

Palpation du muscle iliaque (figure 4)

Variante : patient en position assise. Praticien du côté homolatéral à l’iliaque palpé à son origine. L’iliaque est un muscle profond et sa palpation peut être accompagnée d’une contraction musculaire pour bien le percevoir et le localiser. Le praticien demande une flexion de la hanche de quel- ques degrés, suivie d’un relâchement (la main caudale du praticien accompagne le mouvement).

Indication des techniques

Pathologie du muscle psoas et de ses annexes

– contracture ;

– rétraction ;

– séquelles de déchirure musculaire ;

– amyotrophie (perte de force) ;

– tendinopathie.

Conséquences : douleur (attitude antalgique), gêne à la marche, etc.

Diagnostic différentiel

– pathologies viscérales (appendicite, douleur rénale, etc.) ;

– colopathie fonctionnelle ;

– infection (Psoîte) ;

– pathologie herniaire ;

– lombalgie ;

– bursite ilio-pectinée ;

– syndromes du défilé du psoas : nerf crural, obtura- teur, génito-crural, abdomino-génital.

42

Recherche de la douleur

– à la contraction excentrique ;

– à la contraction concentrique ;

– à la contraction isométrique ;

– à l’étirement.

Les douleurs référées du psoas

D’après Travell et Simon, les douleurs référées du psoas son présentées figure 5.

Recherche de la spasticité du psoas

Atteinte neurologique (centrale) du psoas : recherche de la spasticité en fonction de la vitesse (lente, moyenne, rapide, etc.), Tardieu.

Évaluation du muscle ilio-psoas

Recherche de la contracture et de la rétraction (figure 6)

Patient en décubitus dorsal.

et de la rétraction (figure 6) Patient en décubitus dorsal. Figure 4. Palpation à l’origine de

Figure 4. Palpation à l’origine de l’iliaque.

et de la rétraction (figure 6) Patient en décubitus dorsal. Figure 4. Palpation à l’origine de

Titre article

Thérapie manuelle et ilio-psoas

Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas
Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas
Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas

Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9

Figure 5. Douleurs référées du psoas, d’après Travell et Simon.

Figure 5. Douleurs référées du psoas, d’après Travell et Simon.

Des mains, il maintient le genou gauche en flexion et le tracte vers lui de façon à fléchir sa hanche au maxi- mum et à fixer le bassin et la colonne lombale. En cas de contracture : présence d’un flexum de han- che réductible au relâchement du muscle.

Recherche de la contracture et de la rétraction.

Variante : patient en décubitus ventral. Praticien debout du côté homolatéral à la normalisation du muscle. La main crâniale contrôle les compensations au niveau du bassin tandis que la main caudale tracte le membre inférieur dans le sens de l’extension de la hanche (figure 7). La persistance du flexum évoque une rétraction mus- culaire ou une hypo-extensibilité.

Figure 6. Recherche de la contracture de l’ilio-psoas.

Figure 6. Recherche de la contracture de l’ilio-psoas.

Figure 6. Recherche de la contracture de l’ilio-psoas. Figure 7 . Recherche de la contracture de
Figure 6. Recherche de la contracture de l’ilio-psoas. Figure 7 . Recherche de la contracture de

Figure 7. Recherche de la contracture de l’ilio-psoas.

Traitement du muscle ilio-psoas

Il existe différentes techniques dont l’objectif est de supprimer l’hyperactivité gamma du muscle qui fixe le spasme musculaire.

Traitement du psoas iliaque : Mitchell (figure 8)

Patient en décubitus dorsal. Membre gauche en triple flexion maintenu entre le thorax et l’épaule du thérapeute. Jambe droite en débord de table. Demander au patient de décoller le genou en direction du plafond contre la résistance de la main droite du pra-

Figure 8. Traitement de l’ilio-psoas : Mitchell.

Figure 8. Traitement de l’ilio-psoas : Mitchell.

43

Auteur

FADI DAHDOUH, ROBERT NICAULT

Auteur F ADI D AHDOUH , R OBERT N ICAULT
Auteur F ADI D AHDOUH , R OBERT N ICAULT

Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9

ticien pendant quelques secondes suivi d’un relâche- ment. Le praticien gagne alors une nouvelle barrière motrice en extension. L’iliopsoas droit se relâche.

Traitement de l’ilio-psoas (figure 9)

Patient en décubitus dorsal, sacrum en bout de table. Membre gauche maintenu par le patient en triple flexion maximale et genou droit en flexion. Le thérapeute maintient avec une main le genou droit et avec l’autre main stabilise le bassin. Le patient résiste contre la main caudale du thérapeute en poussant vers le haut (10 secondes) puis relâche. Le praticien gagne en amplitude dans le sens de l’exten- sion de la hanche. Manœuvre à répéter plusieurs fois. Variante (figure 10) : idem que la technique précédente. Le thérapeute maintient cette fois-ci le membre en tri- ple flexion au niveau du genou. Les directives sont identiques aux précédentes.

Technique de traitement de l’ilio-psoas :

méthode de Grieve (figure 11)

Patient en décubitus dorsal, sacrum en bout de table, il maintient le membre inférieur gauche en triple flexion maximale. Le côté droit du psoas à traiter présente un genou flé- chi légèrement, pied du patient contre la face antéro- interne de la cuisse du thérapeute. Les deux mains du thérapeute maintiennent le genou droit et demande au patient une double poussée :

le genou droit et demande au patient une double poussée : Figure 9. Traitement de l’ilio-psoas.

Figure 9. Traitement de l’ilio-psoas.

44

– dans le sens de la flexion de la hanche en résistant contre les mains du thérapeute vers le haut ; – dans le sens de la rotation latérale de la hanche en appuyant sur la face interne du pied contre la cuisse du thérapeute. Le travail de résistance isométrique permet une syner- gie de plusieurs muscles en particulier du psoas droit. Après la contraction musculaire contre résistance, le pa- tient se relâche et le thérapeute gagne en amplitude

pa- tient se relâche et le thérapeute gagne en amplitude Figure 10. Traitement de l’ilio-psoas :

Figure 10. Traitement de l’ilio-psoas : variante.

Figure 10. Traitement de l’ilio-psoas : variante. Figure 11. Traitement de l’ilio-psoas : méthode de

Figure 11. Traitement de l’ilio-psoas : méthode de Grieve.

Figure 10. Traitement de l’ilio-psoas : variante. Figure 11. Traitement de l’ilio-psoas : méthode de Grieve.

Titre article

Thérapie manuelle et ilio-psoas

Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas
Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas
Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas

Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9

dans le sens de l’extension de la hanche droite. Ma- nœuvre à répéter plusieurs fois. Variante (figure 12) : idem que la technique précédente. Le thérapeute maintient le membre à traiter au niveau du genou en extension, l’autre main stabilise le bassin. Les directives sont identiques.

Technique de traitement de l’ilio-psoas en décubitus ventral (figure 13)

Patient en décubitus ventral. Membre gauche en dé- bord de table, fléchi pour stabiliser le bassin. Praticien debout du côté homolatéral à la normalisation du muscle. Une main contrôle les compensations au ni- veau du bassin tandis que l’autre main tracte le mem- bre inférieur droit, genou fléchi à 90°, dans le sens de l’extension de la hanche (maximum 10° d’extension). Le patient résiste contre la main caudale du thérapeute vers la table de traitement tandis que le thérapeute, pendant la phase de relâchement, essaie de franchir une nouvelle barrière motrice vers l’extension. Le thé- rapeute maintient ensuite l’étirement de 10 à 30 secon- des amenant à un relâchement du psoas droit.

Technique d’inhibition de l’ilio-psoas : type Sherrington

Le principe consiste à obtenir une contraction puissante du muscle antagoniste à l’ilio-psoas à inhiber ce qui en- traine son relâchement. Trois techniques du type Sherrington peuvent être ef- fectuées :

première technique (figure 14) : patient en décubitus dorsal, genoux fléchis. Demandez une contraction isométrique contre résistance du grand fessier homo- latéral au psoas à traiter et de l’ilio-psoas controlaté- ral. Le psoas droit se relâche ; deuxième technique (figure 15) : patient en décubi- tus dorsal, genou gauche fléchi. Demander une contraction isométrique contre résistance du psoas gauche controlatéral. Le psoas droit se relâche ;

psoas gauche controlatéral. Le psoas droit se relâche ; Figure 12. Traitement de l’ilio-psoas : méthode

Figure 12. Traitement de l’ilio-psoas : méthode de Grieve.

12. Traitement de l’ilio-psoas : méthode de Grieve. Figure 13. Traitement de l’ilio-psoas. – troisième
Figure 13. Traitement de l’ilio-psoas.

Figure 13.

Traitement de

l’ilio-psoas.

troisième technique (figure 16) : patient en décubitus dorsal, genou gauche allongé le long de la table. Le thérapeute maintient au niveau du calcanéum le membre à traiter en extension et l’autre main vérifie les compensations au niveau du bassin. Demander une contraction isométrique contre résistance du grand fessier droit dans le sens de l’extension de la hanche. Le psoas droit se relâche.

de l’extension de la hanche. Le psoas droit se relâche. Figure 14. Traitement de l’ilio-psoas :

Figure 14. Traitement de l’ilio-psoas : type Sherrington. Contraction de l’ilio-psoas controlatéral et du grand fessier homolatéral.

45

Auteur

FADI DAHDOUH, ROBERT NICAULT

Auteur F ADI D AHDOUH , R OBERT N ICAULT
Auteur F ADI D AHDOUH , R OBERT N ICAULT

Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9

AHDOUH , R OBERT N ICAULT Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9 Figure 15. Traitement de l’ilio-psoas : type

Figure 15. Traitement de l’ilio-psoas : type Sherrington. Contraction de l’ilio-psoas controlatéral.

Sherrington. Contraction de l’ilio-psoas controlatéral. Figure 16. Traitement de l’ilio-psoas : type Sherrington.

Figure 16. Traitement de l’ilio-psoas : type Sherrington. Contraction du grand fessier homolétéral.

Sherrington. Contraction du grand fessier homolétéral. Figure 17. Traitement de l’ilio-psoas : type Goodheart.

Figure 17. Traitement de l’ilio-psoas : type Goodheart.

46

Technique de traitement du psoas : protocole Goodheart (figure 17)

Patient en décubitus dorsal. Membre inférieur droit en flexion, adduction et rota- tion latérale. Membre gauche allongé. L’autre main du thérapeute appuie sur le point appelé « tender point » qui se situe au niveau antéro-latérale de l’os iliaque. Cet appui est maintenu 30 secondes pen- dant que le patient inspire profondément puis bloque sa respiration. Une fois que le patient sent un relâche- ment du « tender point », il reprend sa respiration et l’ap- pui du thérapeute est relâché.

Techniques de Jones (strain and counterstrain) : technique d’inhibition du psoas par libération du trigger point musculo- tendineux (figure 18)

Patient en décubitus. Membre inférieur droit en triple flexion. Membre controlatéral allongé. Une main du thérapeute fléchit la hanche droite et l’amène en adduction. L’autre main compresse par son bord cubital ou par le bout des doigts le tendon du psoas droit pendant 90 se- condes. Le psoas droit se relâche. Variante en latérocubitus (figures 19a et b).

se relâche. Variante en latérocubitus (figures 19a et b). Figure 18. Traitement de l’ilio-psoas : type

Figure 18. Traitement de l’ilio-psoas : type Jones.

b). Figure 18. Traitement de l’ilio-psoas : type Jones. Figures 19a et 19b. Strain and counterstrain,
b). Figure 18. Traitement de l’ilio-psoas : type Jones. Figures 19a et 19b. Strain and counterstrain,

Figures 19a et 19b. Strain and counterstrain, décubitus latéral.

18. Traitement de l’ilio-psoas : type Jones. Figures 19a et 19b. Strain and counterstrain, décubitus latéral.

Titre article

Thérapie manuelle et ilio-psoas

Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas
Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas
Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas

Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9

Figure 20. Traitement de l’ilio- psoas : type Jones : 2 genoux fléchis avec pression

Figure 20. Traitement de l’ilio- psoas : type Jones : 2 genoux fléchis avec pression digitale directe appliquée au côté du psoas.

pression digitale directe appliquée au côté du psoas. Figure 21. Traitement de l’ilio- psoas, type Jones

Figure 21. Traitement de l’ilio- psoas, type Jones : variante.

21. Traitement de l’ilio- psoas, type Jones : variante. Figure 22. Traitement de l’ilio- psoas, type

Figure 22. Traitement de l’ilio- psoas, type Jones : variante qui peut être utilisée pour tester le psoas gauche.

qui peut être utilisée pour tester le psoas gauche. Figure 23. Traitement de l’ilio- psoas, type

Figure 23. Traitement de l’ilio- psoas, type Jones : variante pour tester les psoas bilatéralement.

Techniques de Jones (strain and counterstrain)

Variantes (figures 20-23).

Technique de « pompage du corps musculaire » (figure 24)

Patient est en décubitus dorsal, genoux fléchis sur le ge- nou droit du thérapeute qui à son tour palpe avec les deux mains le corps musculaire du psoas à la face in- terne de l’aile iliaque droite. Dès perception du psoas iliaque, le thérapeute ponce ce dernier au niveau de son corps musculaire. Cela permet un relâchement du psoas droit.

musculaire. Cela permet un relâchement du psoas droit. Figure 24. Traitement de l’ilio-psoas : pompage du

Figure 24. Traitement de l’ilio-psoas : pompage du corps musculaires.

Traitement de l’ilio-psoas : pompage du corps musculaires. Technique de traitement ilio-psoas : Greenman (figure 25)

Technique de traitement ilio-psoas :

Greenman (figure 25)

Patient en décubitus ventral, membre inférieur gauche en extension le long de la table. Praticien debout du côté gauche. Une main contrôle les compensations au niveau du bassin tandis que l’autre main tracte le membre inférieur, genou fléchi à 90°, dans le sens de l’extension de la hanche (maximum 10° d’extension). Le patient résiste contre la main caudale du thérapeute vers la table de traitement. Le thérapeute, pendant la phase de relâchement, essaie de franchir une nouvelle barrière motrice vers l’extension. Il maintient ensuite l’étirement de 10 à 30 secondes, amenant un relâche- ment du psoas droit.

Auto-étirement de l’ilio-psoas (figure 26)

Patient debout face à la table de traitement (position basse). Le pied gauche se pose sur la table en fléchis- sant sa hanche et son genou gauche, tandis que sa han- che droite se positionne en extension. Le dos bien droit, bassin bien verrouillé. Le patient auto-étire son ilio-psoas en basculant vers l’avant. Manœuvre à répéter plusieurs fois.

Méthode de facilitation proprioceptive neuromusculaire (Kabat) : techniques globales incluant le psoas (figures 27a et

27b)

Chaîne de Kabat D’C’ pour le psoas homolatéral. Chaîne de Kabat AB pour le psoas controlatéral.

Conclusion

La participation du muscle ilio-psoas dans les algies lombo-pelviennes est très fréquente. Les techniques

47

Auteur

FADI DAHDOUH, ROBERT NICAULT

Auteur F ADI D AHDOUH , R OBERT N ICAULT
Auteur F ADI D AHDOUH , R OBERT N ICAULT

Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9

Figure 25. Technique de traitement ilio-psoas : Greenman. Figure 26. Technique d’auto- étirement de l’ilio-psoas.

Figure 25. Technique de traitement ilio-psoas : Greenman.

Figure 25. Technique de traitement ilio-psoas : Greenman. Figure 26. Technique d’auto- étirement de l’ilio-psoas.

Figure 26. Technique d’auto- étirement de l’ilio-psoas.

proposées constituent un panorama non exhaustif des techniques les plus courantes appliquées au psoas ilia- que. Le traitement ne saurait se réduire à la seule prise en charge de ce muscle compte tenu de son environ- nement anatomique. La persistance de douleurs régio- nales après traitement musculaire doit imposer au praticien une recherche étiologique en particulier vis- cérale, sans omettre les causes inflammatoires et infec- tieuses.

sans omettre les causes inflammatoires et infec- tieuses. POUR EN SAVOIR PLUS – Simon B, Gouilly

POUR

EN

SAVOIR

PLUS

– Simon B, Gouilly P, Peverelly G. Le psoas, Synthèse de 12 actions musculaires. Kinésithérapie, la revue 2001,Vol. 1.

– Busquet L. Traité d’ostéopathie myotensive : les chaînes

musculaires du tronc et de la colonne cervicale. Maloine, Paris,

1985.

– Chaitow L. Modern neuromuscular techniques. Elsevier, 2003.

Chaitow L. Modern neuromuscular techniques. Elsevier, 2003. Figures 27a et 27b. Traitement de l’ilio-psoas : Kabat.
Chaitow L. Modern neuromuscular techniques. Elsevier, 2003. Figures 27a et 27b. Traitement de l’ilio-psoas : Kabat.

Figures 27a et 27b. Traitement de l’ilio-psoas : Kabat.

– Chaitow L. Muscle Energy Techniques. Elsevier, 2006.

– Chaitow L. Positional release techniques. Elsevier, 2002.

– Chantepie A, Perot JF, Toussirot JP. Ostéopathie clinique et pratique. Maloine, Paris, 2005.

– Clay JH, Pounds DM. Massothérapie clinique. Maloine, Paris,

2008.

– Dufour M, Le Roy A, Peninou G, Pierron G. Kinésithérapie membre inférieur : bilans, techniques passives et actives. Flammarion, Paris, 1992.

– Dufour M. Anatomie de l’appareil locomoteur. Tome 1. Membre inférieur. Masson, Paris, 2001;186-9.

48

Paris, 1992. – Dufour M. Anatomie de l’appareil locomoteur. Tome 1. Membre inférieur. Masson, Paris, 2001;186-9.

Titre article

Thérapie manuelle et ilio-psoas

Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas
Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas
Titre article Thérapie manuelle et ilio-psoas

Kinesither Rev 2008;(80-81):41-9

– Dufour M, Gedda M. Dictionnaire de kinésithérapie et réadaptation. Maloine, Paris, 2007.

– Gouriet A. Le psoas : une bénédiction pour la colonne lombaire. Kiné Actualité 1993.

– Hérisson C, Vautravers P. Ceinture pelvienne, sacro-iliaques et thérapies manuelles. Sauramps Medical 2007.

– Hoppenfeld S. Examen clinique des membres et du rachis. Masson, Paris, 1984.

– Kapandji IA. Physiologie articulaire : membre inférieur. Maloine, Paris, 1988:258.

– Kapandji IA. Physiologie articulaire : tronc et rachis. Maloine, Paris, 1988.

– Kendall FP, Kendall E. Les muscles : bilans et étude fonctionnelle. Maloine, Paris, 1988.

– Lacote M, Bleton JP, Chevallier AM, Miranda A. Évaluation clinique de la fonction musculaire. Maloine, Paris, 2005.

– Liem T, Dobler TK. Guide d’ostéopathie. Maloine, Paris, 2004.

– Maitland GD, Corrigan B. Médecine orthopédique pratique. Masson, Paris, 1986: 467.

– Netter F. Atlas of human anatomy. Rittenhouse Book Distributors 1997.

– Péninou G, Salzard JC. Possibilité mécanique du psoas et

incidence thérapeutique. Ann Kinésithér 1974.

– Péninou G. Étude et possibilité biomécanique du psoas au niveau du rachis lombaire. Journée de Rééducation 1976.

– Revel J, Samuel J, Andres JC. Physiologie du muscle psoas major : étude électromyographique et déduction pour la kinésithérapie. Ann Kinésithér 1982.

– Ricard F. Traitement ostéopathique des lombalgies et lombosciatiques par hernie discale. Masson, Paris, 2008.

– Rouvière H. Anatomie humaine descriptive et topographique. Tome 3. Masson, Paris, 1970, 10 e édition.

– Sohier R. Aubade à un muscle : le psoas iliaque. Kinésither Scien 1979.

– Travell JG, Simons DG. Myofascial pain and dysfunction : the trigger point manual. Lippincott Williams & Wilkins, 2 e édition,

1999.

– Valerius KP, Franck A. Les muscles. Maloine, Paris, 2004.

– Viel E, Plas F, Blancy V. La marche humaine : kinésiologie, dynamique, biomécanique et pathomécanique. Monographie de Bois-Larris. Masson, Paris, 1989.

– Viel E, Pélissier J. Douleur et médecine physique et de réadaptation. Masson, Paris, 2000.

Masson, Paris, 1989. – Viel E, Pélissier J. Douleur et médecine physique et de réadaptation. Masson,

49