Vous êtes sur la page 1sur 7
UMP, Faculté des sciences, Département de physique Filière SMP S6, Année 2015–2016 Série 1 :

UMP, Faculté des sciences, Département de physique Filière SMP S6, Année 2015–2016 Série 1 : Détection et mesure des rayonnements

Série 1 : Détection et mesure des rayonnements Exercise 1 : Interaction rayonnement matière Quels sont

Exercise 1 : Interaction rayonnement matière

Quels sont les processus d’interaction des particules chargées (β et α) avec la matière ?

Y’a t-il ressemblance entre l’interaction des électrons av ec la matière et celle des protons ?

Quels sont les processus d’interactions des particules neu tres (γ et neutron) avec la matière ?

Dans le cas des photons, quel est le processus dominant (effet photoélectrique, diffusion Compton ou création de paire) dans les situations suivantes :

a. Rayonnement γ d’énergie 1 MeV dans l’aluminium ( 13 27 Al)

b. Rayonnement γ d’énergie 100 MeV dans l’hydrogène ( 1 1 H)

c. Rayonnement γ d’énergie 100 keV dans le fer ( 26 56 Fe)

d. Rayonnement γ d’énergie 10 MeV dans le carbone ( 12 6 C)

e. Rayonnement γ d’énergie 10 MeV dans le plomb ( 207 Pb)

82

γ d’énergie 10 MeV dans le plomb ( 2 0 7 Pb) 82 Figure 1 –

Figure 1 – Prédominance

Exercise 2 : Loi d’atténuation d’un faisceau de photons

Un faisceau parallèle de rayons X, d’intensité I 0 , traverse le milieu ci-dessous :

parallèle de rayons X, d’intensité I 0 , traverse le milieu ci-dessous : Figure 2 –

Figure 2 – Matériau traversé

On donne les coefficients d’atténuation :

 

µ air (cm 1 )

µ eau (cm 1 ) µ os (cm 1 )

Photons

de

20 keV

0.7

5

Photons

de

80 keV

1.2 × 10 3 0.21 × 10 3

0.18

0.37

I 2

Calculer les rapports I 1 et I 0 , pour les photons de 20 keV et de 80 keV

I 0

Exercise 3 : Parcours des rayonnements

On connait la relation entre le parcours et l’énergie des protons dans le carbone :

T( MeV) 100 80 60 40 20 10 R(cm) 3,67 2,56 1,74 0,73 0,208 0,094
T( MeV)
100
80
60
40
20
10
R(cm)
3,67
2,56
1,74
0,73 0,208
0,094

Calculer le parcours des particules α et du deuton (noyau du deutérium contenant un proton et un neutron) de 80 MeV dans le carbone.

Exercise 4 : temps mort

On considère une chaîne de détection de temps mort caractéri stique τ , nonparalysable. Soient,

N

C e = t le taux d’interaction enregistré avec N e le nombre de comptage enregistré pendant l’in-

e

N

tervalle de temps t . Soient C v = t le taux d’interaction vrai et N v le nombre d’interaction vrai pendant l’intervalle de temps t .

v

1. Quel est le temps mort total cumulé par les N e impulsions par seconde.

2. Déduire le nombre d’événements perdus sur les N v particules traversant le compteur.

3. Écrire C e en fonction de C v et de τ .

4. Calculer C v pour C e = 5000 et τ = 1µ s .

Exercise 5 : Chambre d’ionisation

Une particule alpha d’énergie 5, 485 MeV émise par l’Américi um ( 241 Am ) arrive dans une chambre d’ionisation remplie d’air. Sachant qu’en moyenne l’énergie perdue par une particule alpha pour produire une paire d’ions dans l’air est de 35 eV.

a) Calculer la charge électrique totale de chaque signal col lecté sur les armatures de la chambre d’ionisation.

b) Calculer la hauteur de l’impulsion (en mV) arrivant au circuit électronique sachant que la capacité de la chambre est de 9.5 pF.

c) Calculer le courant moyen en ampères sachant que l’activi té de la source de l’Américium est de 3.5 MBq.

d) Calculer le courant de fuite entre les électrodes de la cha mbre pour une résistance inter- électrodes R = 10 5 ˙ et pour une tension de polarisation de 100 V.

On ne considérera que la collection des électrons.

Answer of exercise 1

— Les particules chargées interagissent avec les électrons des atomes en engendrant des excita- tions ou des ionisations. L’électron peut également interagir au voisinage d’un noya u en émettant un rayonnement X appelé rayonnement de freinage. Ce phénomène ne concerne que les électrons rapides. Les particules α ont une masse 7240 fois plus importante que celle des électrons. En consé- quence, étant beaucoup plus lourdes, elles ne sont pas sujet tes au rayonnement de freinage

— photon : Principalement par effet photoélectrique, Compton et création de paire. Neutron : diffusion élastique et inélastique, fission, fusion et capture électronique.

D’après la figure 1 et en utilisant l’énergie des rayonnement s γ et le nombre atomique Z du milieu, on peut facilement déduire que :

82 Pb 26 Fe 13 Al 6 C 1 H
82 Pb
26 Fe
13 Al
6 C
1 H

1. Effet Compton : a, b, and d.

2. Effet photoélectrique : c

3. Création de paire : e

Answer of exercise 2

La loi d’atténuation reliant l’énergie incidente (I 0 ) du faisceau et son énergie I x après avoir traversé une épaisseur x :

Pour le faisceau de 20 keV :

I x = I 0 e µx

1) Pour I 1 , I 0 est atténué par : les os sur 1
1) Pour I 1 , I 0 est atténué par : les os sur 1 cm, puis par l’air, sur 20 cm :
I os = I 0 e −µ os x os
I 1
= e −(µ os x os +µ air x air ) = 6.6x 10 −3
I 1 = I 0 e −µ os x os e −µ air x air
= I 1 = I 0 e −µ air
x air
I air
I 0

A. RRHIOUA, Département de physique, Fso, Détection et mesure des rayonnements, SMP S6

Donc seulement 0.66% de l’énergie incidente est transmise a près avoir traversé le milieu (os +

air).

2) Pour I 2 , I 0 est atténué par : les os sur 1
2) Pour I 2 , I 0 est atténué par : les os sur 1 cm, par l’air sur 17 cm et finalemen t par l’eau sur 3 cm :
I os = I 0 e −µ os x os
I air = I os e −µ air x air
⇛ I 2 = I 0 e −µ os x os
e −µ air x air e −µ eau x eau
I eau = I air e −µ eau x eau
I 2
⇛ = e −(µ os x os +µ air x air +µ eau x eau ) = 8.1x 10 −4
I 0

Donc seulement 0.08% de l’énergie incidente est transmise a près avoir traversé le milieu (os + air + eau).

Pour le faisceau de 80 keV :

1) Pour I 1 , I 0 est atténué par : les os sur 1
1) Pour I 1 , I 0 est atténué par : les os sur 1 cm, puis par l’air, sur 20 cm :
I os = I 0 e −µ os x os
I 1 = I 0 e −µ os x os e −µ air x air
x air
I air = I 1 = I 0 e −µ air
I 1
= e −(µ os x os +µ air x air ) = 0.69
I 0

Donc 69% de l’énergie incidente est transmise après avoir tr aversé le milieu (os + air).

2) Pour I 2 , I 0 est atténué par : les os sur 1 cm, par l’air sur 17 cm et finalemen t par l’eau sur 3 cm :

  I os = I 0 e −µ os x os I air =
I os = I 0 e −µ os x os
I air = I os e −µ air x air
. ⇛
I 2 = I 0 e −µ os x os e −µ air x air e −µ eau x eau
I eau = I air e −µ eau x eau
I 2
= e −(µ os x os +µ air x air +µ eau x eau ) = 0.401
I 0

Donc 40.1% de l’énergie incidente est transmise après avoir traversé le milieu (os + air + eau).

Answer of exercise 3

On peut facilement montrer que le parcours ne dépend que de la vitesse initiale de la particule, de sa charge et de sa masse.

( − dT R = R dx = 0 dx T 0 dT dT =
( − dT
R =
R
dx =
0
dx
T 0
dT dT =
) −1 dT
dx
0
T 0
0

Pour une particule de masse M , de charge z et d’énergie cinétique T on a :

T = (γ − 1)Mc 2 ⇒ dT = M γ 3 v dv γ
T = (γ − 1)Mc 2 ⇒ dT = M γ 3 v dv
γ 3 v 3
= (4πǫ 0 ) 2 m e
M
v
R
0
dv
4πe 4 NZ
z 2
0
ln
2m e c 2 β 2
I(1−β 2 )
R particule = Cte .f (v 0 ). M particule
2
z
particule

Il suffit de remarquer que pour deux particules de même vitesse initiale on a :

2 R X z Y = M X . 2 R Y z X M
2
R X
z Y
= M X .
2
R Y
z X
M Y

Calculons maintenant l’énergie cinétique du proton pour qu’il puisse avoir la même vitesse que les particules α et le deuton d’énergie cinétique 80 MeV. Remarque : Un traitement classique est nécessaire car : T particule < M particule .c 2

10

T p v 2 = 2T M ⇛ = T α = T D M
T p
v 2 = 2T M ⇛
= T α = T D
M p
M α
M D

Or M α = 4xM p et M D = 2xM p , donc :

T p M p = 4xM T α p = 2xM T D p
T p
M p
= 4xM T α p
= 2xM T D p

Finalement :

— le proton doit avoir T p = 20 MeV pour avoir la même vitesse que la particule α de T α =

80 MeV R (p ) = 0.208 cm.

— le proton doit avoir T p = 40 MeV pour avoir la même vitesse que le deuton de T D = 80 MeV

R (p ) = 0.73 cm.

A. RRHIOUA, Département de physique, Fso, Détection et mesure des rayonnements, SMP S6

Or :

2 R α z p = M α x ⇛ R α = R p
2
R α
z p
=
M α x
⇛ R α = R p = 0.208 cm
2
R p
z
M p
α
2
R D
z p
=
M D x
⇛ R D = 2xR p = 0.73x 2 = 1.46 cm
2
R p
z D
M p

Answer of exercise 4 Un rayonnement incident sur un détecteur produit une impulsion élec-

trique. Cette impulsion doit être mise en forme codée et enregistrée par l’échelle de comptage ou par l’analyseur. Pendant tout ce temps, le détecteur reste b loqué et toute impulsion qui arrive sur le dispositif de détection n’est pas prise en compte. Ainsi on a une perte d’impulsion. Ce temps est appelé temps mort. Il est dit non-paralysable car le détecteur ne détecte aucun événement pendant cette période caractéristique. Le détecteur redevient act if juste après ce temps τ .

1. Chaque événement mesuré engendre un temps mort τ , le temps cumulé pendant lequel l’élé- ment est inactif est donc N e × τ .

2. Durant ce temps, le nombre d’interactions qui n’ont pas ét é détectées est C v × N e × τ .

3. Le taux d’événements réel est donc : N v = C v .t = N e + C v N e τ .

C v = N e ∆t − τ N e = C e 1 −
C v =
N e
∆t − τ N e
=
C e
1 − τ C e

4. si C e = 5000 et τ = 1µ s C v = 5050.

Answer of exercise 5

a. La valeur absolue de la charge totale collectée par l’anode due aux électrons est :

Q e = E .e = 5.485x 10 6 x 1.6x 10 −19 = 2.507x10
Q e = E .e = 5.485x 10 6
x 1.6x 10 −19 = 2.507x10 −14 C
W
35

b. La hauteur de l’impulsion est :

−14 V = Q e = 2.507x 9.5x 10 10 −12 = 2.638 mV C
−14
V = Q e
=
2.507x 9.5x 10 10 −12 = 2.638 mV
C

c. Le courant en ampère est :

10 10 −12 = 2.638 mV C c. Le courant en ampère est : Remarque 1.

Remarque 1. Le courant est trop faible, ainsi il est généralement amplifi er par un électronique adapté.

d. Le courant de fuite est

Remarque 2. Les murs et l’électrode de ras- semblement sont séparés avec un isolateur de qualité pour réduire le courant de fuite quand une tension de pola- risation est appliquée à la chambre.

I f = 100 15 = 10 −13 A 10
I f = 100
15 = 10 −13 A
10
quand une tension de pola- risation est appliquée à la chambre. I f = 100 15

Figure 3 – Isolateur