Vous êtes sur la page 1sur 12

Les aspects comptables des sociétés

d’assurance : Présentation détaillée des Etats


Financiers des sociétés d’assurance

1 - Finalité, nature et établissement des états de


synthèse

1.1 - Finalité et nature des états de synthèse.

La finalité et la nature des états de synthèse des établissements


d’assurance ont un caractère spécifique. De ce fait, les états financiers se
caractérisent par un ensemble d’éléments qui sont nécessaires à les
rappeler :

1. Les états de synthèse établis, au moins, une fois par exercice, à la fin de
celui-ci, sont l'expression quasi-exclusive de l'information comptable
destinée aux tiers, et constituent le moyen privilégié d'information des
dirigeants, eux-mêmes, sur la situation et la gestion de l'entreprise.

2. Etablis selon les principes, règles et prescriptions du PCA 2005, les états
de synthèse doivent donner une image fidèle du patrimoine, de la
situation financière et des résultats de l'entreprise, même au moyen, dans
des cas exceptionnels à justifier, de dérogations à ces principes et règles
dans l’hypothèse où l’application de ces règles et principes ne permet pas
d'obtenir cette image fidèle.

3. La présentation fidèle du patrimoine, de la situation financière et de la


formation des résultats de l'entreprise est assurée par cinq états formant
un tout indissociable :

• le Bilan (BL) ;
• le Compte de Produits et Charges (CPC) ;
• l'Etat des Soldes de Gestion (E.S.G.) ;
• le Tableau de Financement (TF) ;
• l'Etat des Informations Complémentaires (ETIC).

1.2 - Etablissement des états de synthèse.

L’établissement des états de synthèse repose sur un certains nombre de


principes nécessaires pourtant à la fois sur la forme que sur le fond. Les
éléments les plus importants dans ce cadre sont comme suivant :

1. Les états de synthèse sont établis dans le respect des principes


comptables fondamentaux qui ont précisément pour but d'en assurer la
pertinence, la fiabilité et la comparabilité dans le temps et dans l'espace.
2. Parmi les principes comptables fondamentaux, la continuité
d'exploitation, la permanence des méthodes, la spécialisation des
exercices, la clarté, limportance significative jouent un rôle prépondérant
dans la préparation comme dans la présentation des états de synthèse.

3. Lorsque les circonstances l'exigent, les états de synthèse établis avec


une périodicité
semestrielle, trimestrielle ou mensuelle doivent être élaborés dans le
respect des prescriptions du présent plan comptable et, le cas échéant,
des dispositions particulières édictées en la
matière.

4. Leur présentation doit être faite selon les modèles proposés par le PCA
2005.

5. Le BL, le CPC, l'ESG et le TF sont détaillés en autant de "postes" que


l'exigent les besoins de l'information, dans le cadre des principes de
"clarté" et "d'importance significative".

Ces postes sont regroupés en "rubriques" elles-mêmes regroupées en


"masses".

Même si leur montant est nul, les masses et les rubriques doivent
distinctement apparaître dans les états de synthèse.

6. Le BILAN, le CPC, l'ESG et le TF font systématiquement mention, pour


chaque poste, du montant net correspondant de l’exercice précédent.

2 - Présentation générale des Etats financiers des


sociétés d’assurance.

Le PCA 2005 rompt avec les dispositions de l’ancien plan comptable qui
distinguaient entre les placements et les provisions techniques d’une part
et les autres éléments d’actif et de passif d’autre part. Sur le plan
financier, cette précision permet d’éviter les distorsions de valeurs qui
prévalaient au niveau des éléments d’actif et de passif de même nature
qui étaient évalués différemment selon qu’ils se rattachent au non à
l’activité technique d’assurance.

2.1 - Présentation GénéralE du Bilan

C'est l'état de synthèse traduisant en termes comptables d'emplois (à


l'actif) et de ressources
(au passif) la situation patrimoniale de l'entreprise :

 le passif du bilan décrit les ressources ou origines de financement (en


capitaux propres et capitaux d’emprunt ou dettes, ainsi que les
engagements à l'égard des assurés et bénéficiaires de contrats
d’assurances) à la disposition de l'entreprise à la date considérée ;

 l'actif du bilan décrit les emplois économiques qui sont faits, à la même
date, de ces capitaux (emplois en biens, en titres, en créances et en
placements représentatifs des engagements techniques...).

Le bilan est établi à partir des comptes de situation arrêtés à la fin de


l'exercice, après les écritures d'inventaire telles que calcul des provisions
techniques, corrections de valeurs par amortissements et provisions,
ajustements pour rattachement à l'exercice et régularisations... Il reprend,
au passif, le résultat net de l'exercice, bénéficiaire ou déficitaire,
déterminé dans le compte de produits et charges.

Le PCA 2005 retient la règle "d'intangibilité du bilan" selon laquelle le bilan


d'ouverture d'un exercice est le bilan de clôture de l'exercice précédent ;
les soldes des comptes du bilan de clôture d’un exercice sont
systématiquement repris à l'ouverture de l'exercice suivant, sans
qu'aucune correction ni modification puissent être apportées à ces soldes.

Les masses constitutives du passif et de l’actif du bilan sont les suivantes :

PASSIF
Financement permanent
Passif circulant (hors
trésorerie) Trésorerie -
Passif

ACTIF
Actif immobilisé
Actif circulant (hors trésorerie)
Trésorerie – Actif

La présentation du bilan est faite en "tableau" actif et passif selon le


modèle présenté par le
présent PCA 2005. Il s'agit d'un bilan de fin d'exercice, avant répartition du
résultat net.

2.1.1 - L’actif

L'actif comporte onze rubriques regroupées en trois masses. Les montants


de l’exercice sont inscrits dans trois colonnes :
• celle des montants bruts, avant amortissements et provisions pour
dépréciation ;
• celle des amortissements et provisions pour dépréciation, dans laquelle
s'inscrivent les cumuls desdits amortissements et provisions. Cette
colonne ne peut être servie en ce qui concerne les écarts de conversion.
• celle des montants nets ; les montants nets de l'exercice précédent
apparaissent, pour comparaison, dans la 4ème colonne.
Aucun montant brut ou net d’un poste n’est susceptible d'être négatif.

Dans les créances de l'actif circulant, les postes autres que "comptes de
régularisation-actif" incluent chacun des "comptes rattachés"
correspondant soit à des modes de financement de ces créances (effets à
recevoir...) soit à des "quasi-créances" sur les tiers concernés (produits à
recevoir, primes à émettre...).
Cependant le poste "comptes de régularisation-actif" comprend, outre les
charges constatées d'avance, les intérêts courus et non échus sur
l'ensemble des créances de l'actif, qu'elles soient immobilisées,
circulantes ou sur les comptes de trésorerie.

2.1.2 - Le passif

Le passif comprend onze rubriques regroupées en trois masses.

Les montants de l’exercice sont inscrits dans une seule colonne, les
montants de l'exercice précédent apparaissent, pour comparaison, dans la
deuxième colonne.

Certains postes peuvent comporter des montants négatifs :


- « Actionnaires, capital souscrit non appelé » montant retranché du capital
social ;
- « Report à nouveau » (négatif en cas de déficit) ;
- « Résultats nets en instance d'affectation » (négatif en cas de déficit) ;
- « Résultat net de l’exercice » (négatif en cas de déficit).

Dans les "dettes du passif circulant", les postes autres que "comptes de
régularisation-passif" incluent les "comptes rattachés" correspondant soit
à des modes de financement de ces dettes (effet à payer), soit à des
"quasi-dettes" envers les tiers concernés (charges à payer).

Cependant, le poste "comptes de régularisation-passif" comprend, outre


les produits constatés d'avance, les intérêts courus et non échus du passif
circulant, des comptes de trésorerie ou du financement permanent.

Ci-après le modèle du bilan :

BILAN (BL) Exercice clos le


ACTIF Exercice Exercice
Brut Amort/Prov. Net précédent
ACTIF IMMOBILISE
IMMOBILISATION EN NON-VALEURS
Frais préliminaires
Charges à répartir sur plusieurs exercices
Primes de remboursement des obligations
IMMOBILISATIONS INCORPORELLES
Immobilisation en recherche et développement
Brevets, marques, droits et valeurs similaires
Fonds commercial
Autres immobilisations incorporelles
IMMOBILISATIONS CORPORELLES
Terrains
Constructions
Installations techniques, matériel et outillage
Matériel de transport
Mobilier, matériel de bureau et aménagements divers
Autres immobilisations corporelles
Immobilisations corporelles en cours
IMMOBILISATIONS FINANCIÈRES
Prêts immobilisés
Autres créances financières
Titres de participation
Autres titres immobilisés
PLACEMENTS AFFECTES AUX OPÉRATIONS D'ASSURANCE
Placements immobiliers
Obligations, bons et titres de créances négociables
Actions et parts sociales
Prêts et effets assimilés
Dépôts en comptes indisponibles
Placements affectés aux contrats en unités de compte
Dépôts auprès des cédantes
Autres placements
ECARTS DE CONVERSION – ACTIF
Diminution de créances immobilisées et des placements
Augmentation des dettes de financement et des provisions techniques
ACTIF CIRCULANT (hors trésorerie)
PART DES CESSIONNAIRES DANS LES PROVISIONS TECHNIQUES
Provisions pour primes non acquises
Provisions pour sinistres à payer
provisions des assurances vie
Autres provisions techniques
CREANCES DE L'ACTIF CIRCULANT
Cessionnaires et comptes rattachés débiteurs
Assurés, intermédiaires, cédants, coassureurs et comptes rattachés débiteurs
Personnel débiteur
Etat débiteur
Comptes d'associés débiteurs
Autres débiteurs
Comptes de régularisation-actif
TITRES ET VALEURS DE PLACEMENT (non affectés aux opérations d'assurance)
ECARTS DE CONVERSION -ACTIF (Eléments circulants)
TRESORERIE
TRESORERIE-ACTIF
Chèques et valeurs à encaisser
Banques, TGR, C.C.P.
Caisses, régies d'avances et accréditifs
TOTAL GENERAL

BILAN (BL) Exercice clos le


PA S S I F Exercice Exercice
précédent
FINANCEMENT PERMANENT
CAPITAUX PROPRES
Capital social ou fonds d'établissement
à déduire : Actionnaires, capital souscrit non appelé
Capital appelé, (dont versé............................)
Primes d'émission, de fusion, d'apport
Ecarts de réévaluation
Réserve légale
Autres réserves
Report à nouveau (1)
Fonds social complémentaire
Résultats nets en instance d'affectation (1)
Résultat net de l'exercice (1)
CAPITAUX PROPRES ASSIMILES
Provisions réglementées
DETTES DE FINANCEMENT
Emprunts obligataires
Emprunts pour fonds d'établissement
Autres dettes de financement
PROVISIONS DURABLES POUR RISQUES ET CHARGES
Provisions pour risques
Provisions pour charges
PROVISIONS TECHNIQUES BRUTES
Provisions pour primes non acquises
Provisions pour sinistres à payer
Provisions des assurances vie
Provisions ^our fluctuations de sinistralité
Provisions pour aléas financiers
Provisions techniques des contrats en unités de compte
Provisions pour participations aux bénéfices
Provisions techniques sur placements
Autres provisions techniques
ECARTS DE CONVERSION –PASSIF
Augmentation des créances immobilisées et des placements
Diminution des dettes de financement et des provisions techniques
PASSIF CIRCULANT (hors trésorerie)
DETTES POUR ESPÈCES REMISES PAR LES CESSIONNATRES
Dettes pour espèces remises par les cessionnaires
DETTES DE PASSIF CIRCULANT
Cessionnaires et comptes rattachés créditeurs
Assurés, intermédiaires, cédants, coassureurs et comptes rattachés créditeurs
Personnel créditeur
Organismes sociaux créditeurs
Etat créditeur
Comptes d'associés créditeurs
Autres créanciers
Comptes de régularisation-passif
AUTRES PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES
ECARTS DE CONVERSION -PASSIF (éléments circulants)
TRESORERIE
TRESORERIE-PASSIF
Crédits d'escompte
Crédits de trésorerie
Banques
TOTAL GENERAL

2.2 - Présentation Générale du CPC.

Le compte de produits et charges (CPC) prévu par le PCA présente en trois


tableaux qui se lisent en cascade les produits et les charges de l'exercice,
ventilés au sein de deux comptes techniques : vie et non vie, d'un compte
non technique ainsi qu'une récapitulation. Les opérations relatives aux
cessions ou rétrocessions en réassurance sont présentées dans une
colonne « Cessions ». Une colonne nette présente les données techniques
(primes, sinistres et provisions techniques) nettes des cessions en
réassurance.
Sur le plan financier, le CPC permet la détermination des résultats
intermédiaires à savoir le résultat technique vie, le résultat technique non
vie et le résultat non technique. De même, il facilite le calcul du résultat de
cession aussi bien au niveau de la branche vie que non vie.
Toutefois, le CPC présente pour les besoins de l'analyse financière
certaines limites dont les principales sont les suivantes :
 Le CPC reste très global du fait de la nature et du nombre limité des
résultats intermédiaires qu'il propose. En outre, Le résultat technique
comprend des éléments techniques et des éléments financiers
(produits et charges de placement).
 Les charges figurant dans le CPC sont présentées par nature et non
par destination. Cette présentation des charges par destination
permettra :
 De faciliter le calcul de certaines provisions telles la provision pour
risques en cours, la provision pour participation aux bénéfices, la
provision pour fluctuations de sinistralité et la provision de gestion ;
 De répondre à l'obligation d'information en matière d'établissement
des états réglementaires notamment l'affectation des frais de
gestion aux différentes branches et catégories ministérielles ;
 De faciliter le contrôle budgétaire et d'appréciation de la rentabilité
par branche.

Ci-après le modèle du compte de produits et charges :


COMPTE DE PRODUITS ETCHARGES (CPC) I - COMPTE
TECHNIQUE ASSURANCES VIE
Exercice du Au
Libellé Exercice Ex. Préc.
Brut Cessions Net Net
1 PRIMES
Primes émises
2 PRODUITS TECHNIQUES D'EXPLOITATION
Subventions d'exploitation ...............
Autres produits d'exploitation
Reprises d'exploitation, transferts de charges
3 PRESTATIONS ET FRAIS
Prestations et frais payés
Variation des provisions pour sinistres à payer
Variation des provisions des assurances vie
Variation des provisions pour fluctuations de sinistralité
Variation des provisions pour aléas financiers
Variation des provisions techniques des contrats en unités de compte
Variation des provisions pour participation aux bénéfices
Variation des autres provisions techniques ............... ............
4 CHARGES TECHNIQUES D'EXPLOITATION
Charges d'acquisition des contrats .......... ...........
Achats consommés de matières et fournitures
Autres charges externes
Impôts et taxes
Charges de personnel
Autres charges d'exploitation
Dotations d'exploitation
5 PRODUITS DES PLACEMENTS AFFECTES AUX OPÉRATIONS D'ASSURANCE.
Revenus des placements
Gains de change
Produits des différences sur prix de remboursement à percevoir
Profits sur réalisation de placements
Ajustements de VARCUC (1) (plus-values non réalisées)
Profits provenant de la réévaluation des placements affectés
Intérêts et autres produits de placements
Reprises sur charges de placement ; Transferts de charges
6 CHARGES DES PLACEMENTS AFFECTES AUX OPÉRATIONS D'ASSURANCE
Charges d'intérêts .......... ...........
Frais de gestion des placements
Pertes de change
Amortissement des différences sur prix de remboursement
Pertes sur réalisation de placements
Pertes provenant de la réévaluation des placements affectés
Ajustements de VARCUC(l) (moins-values non réalisées)
Autres charges de placements
Dotations sur placement
RESULTAT TECHNIQUE VIE (1+2 - 3 - 4+5 - 6)

(1) VARCUC : Valeurs des actifs représentatifs des contrats en unités de compte.

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES (CPC)


II - COMPTE TECHNIQUE ASSURANCES NON-VIE
Exercice du_______________.Aa_________________
Libellé Exercice Ex. Pré.
Brut Cessions Net Net
1 PRIMES
Primes émises
2 Variation des provisions pour primes non
acquises PRODUITS TECHNIQUES D'EXPLOITATION
Subventions d'exploitation
Autres produits d'exploitation
Reprises d'exploitation, transferts de charges
3 PRESTATIONS ET FRAIS
Prestations et frais payés
Variation des provisions pour sinistres à payer
Variation des provisions pour fluctuations de sinistralité
Variation des provisions pour aléas financiers
Variation des provisions pour participations aux bénéfices
Variation des autres provisions techniques
4 CHARGES TECHNIQUES D'EXPLOITATION
Charges d'acquisition des contrats
Achats consommés de matières et fournitures
Autres charges externes
Impôts et taxes
Charges de personnel
Autres charges d'exploitation
Dotations d'exploitation
5 PRODUITS DES PLACEMENTS AFFECTES AUX OPÉRATIONS
Revenus des placements
Gains de change
Produits des différences sur prix de remboursement à
percevoir Profits sur réalisation de placements
Profits provenant de la réévaluation des placements affectés
Intérêts et autres produits de placements
6 Reprises sur charges de placements ; Transferts de
charges CHARGES DES PLACEMENTS AFFECTES AUX
Charges
OPÉRATIONS d'intérêts
D'ASSURANCE
Frais de gestion des placements
Pertes de change
Amortissement des différences sur prix de remboursement
Pertes sur réalisation de placements
Pertes provenant de la réévaluation des placements affectés
Autres charges de placements
Dotations sur placements
RESULTAT TECHNIQUE NON-VIE (1 + 2 - 3 - 4 + 5 - 6 )

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES


(CPC) III - COMPTE NON TECHNIQUE

Exercice du ____________Au________________
Opérations Totaux Exercice
Libellé Propres à Concernant Exercic précédent

l'exercice les exercices


1 PRODUITS NON TECHNIQUES courants
Produits d'exploitation non techniques courants
Intérêts et autres produits non techniques courants
Produits des différences sur prix de remboursement à
Autres produits non techniques courants
Reprises non techniques, transferts de charges
2 CHARGES NON TECHNIQUES courantes
Charges d'exploitation non techniques courantes
Charges financières non techniques courantes
Amortissement des différences sur prix de
Autres charges non techniques courantes
Dotations non techniques courantes
Résultat non technique courant (1 - 2)
3 PRODUITS NON TECHNIQUES NON COURANTS
Produits des cessions d'immobilisations
Subventions d'équilibre
Profits provenant de la réévaluation des éléments d'actif
Autres produits non courants
Reprises non courantes, transferts de charges
4 CHARGES NON TECHNIQUES NON COURANTES
Valeurs nettes d'amortissements des immobilisations
Subventions accordées
Pertes provenant de la réévaluation des éléments
d'actif Autres
Dotations noncharges non courantes
courantes
Résultat non technique non courant (3 - 4)
RESULTAT NON TECHNIQUE (1-2 + 3-4)

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES (CPC)


IV RECAPITULATION
Exercice du _______________Au___________________
Exercice Exercice
précédent
I RESULTAT TECHNIQUE VIE
II RESULTAT TECHNIQUE NON-VIE
III RESULTAT NON TECHNIQUE
IV RESULTAT AVANT IMPOTS
V IMPOTS SUR LES RESULTATS
VI RESULTAT NET
TOTAL DES PRODUITS ASSURANCES VIE
TOTAL DES PRODUITS ASSURANCES NON-VIE
TOTAL DES PRODUITS NON TECHNIQUES
TOTAL DES PRODUITS
TOTAL DES CHARGES ASSURANCES VIE
TOTAL DES CHARGES ASSURANCES NON-VIE
TOTAL DES CHARGES NON TECHNIQUES
IMPOTS SUR LES RESULTATS
TOTAL DES CHARGES
RESULTAT NET

3.3- L'état des soldes de gestion :

L'état des soldes de gestion (ESG) a fait l'objet d'une refonte totale par le
nouveau plan comptable remédiant ainsi aux limites inhérentes à l'ancien
état qui présentait des soldes inadaptés au besoin d'information et aux
spécificités techniques des compagnies d'assurance. Ainsi, des soldes
intermédiaires pertinents ont été définis tel le solde de souscription, la
marge d'exploitation et le solde financier.
Malgré les apports remarquables du nouvel ESG certaines limites méritent
d'être soulevées :
 Le solde de souscription ne prend pas en compte les charges
d'acquisition. Constituant, des charges liées à l'activité de
souscription, les frais d'acquisition doivent à notre avis être intégrés
au solde de souscription.
 L'ESG présente des soldes intermédiaires sans distinction entre les
opérations vie et non vie. Or, comme le prévoit le CPC, cette même
distinction mérite d.être maintenue au niveau de l'ESG.
 Le solde financier est calculé après participation aux bénéfices (PAB)
et intérêts crédités. Or, la PAB non vie constitue plutôt une charge
technique que financière. En effet, elle est déterminée en fonction
de la sinistralité. Ce caractère technique de la PAB non vie est
concrétisé par le PCA en inscrivant la PAB parmi les « prestations et
frais payés non vie ». Au niveau de la vie, la PAB est subdivisée en
deux composantes : une PAB technique (calculée par rapport au
résultat technique). et une PAB financière (calculée par rapport au
résultat financier). Le solde financier ne devrait contenir que la PAB
financière.

3.4- Le tableau de financement

Le tableau de financement (TF) est composé de deux tableaux : tableau (I)


« synthèse des masses du bilan » et tableau (II) « tableau des flux de
trésorerie ».
Le tableau (I) fait état des masses du bilan de deux exercices successifs et
permet de déterminer quatre grandeurs : le fonds de roulement
fonctionnel, le besoin de couverture, le besoin de financement et la
trésorerie nette. Le tableau (II) permet de déterminer les flux de trésorerie
de l'exercice à savoir les flux d'exploitation, d'investissement et de
financement.
Le TF a fait l'objet d'une refonte totale par le nouveau plan comptable
essentiellement au niveau du tableau (II). A la logique « ressources et
emplois stables », on a substitué au tableau II la logique de flux de
trésorerie. L'analyse des flux de trésorerie est d'une importance capitale
pour les compagnies d'assurance vu leur caractère significatif. Malgré
cette refonte, le TF présente certaines limites détaillées comme suit :

 Le tableau des flux de trésorerie prévu par le nouveau plan


comptable des assurances s'oriente vers une analyse (exploitation,
investissement, financement) proche de la réalité des entreprises
industrielles et commerciales et loin des spécificités techniques des
compagnies d'assurance.
 Le tableau de financement tel qu'il est prévu par le nouveau plan
comptable des assurances ne permet pas de constituer des liaisons
entre le tableau I et le tableau II encore moins avec l'ESG. Aucun
agrégat déterminé dans l'un ou l'autre tableau n'est repris au niveau
du tableau des flux de trésorerie.
 Si le tableau I permet de déterminer le fonds de roulement
fonctionnel et le besoin en fonds de roulement (BFR) constitué par le
besoin de couverture et le besoin de financement, le tableau II ne
permet pas d'analyser le BFR pour déterminer ses différentes
composantes et expliquer l'origine de son dégradation ou de son
amélioration.

3.5- L'Etat des informations complémentaires

L.ETIC comprend 26 états permettant de détailler et de compléter


l'information contenue dans le bilan, le CPC, le TF, et l'ESG. Ainsi, le détail
des créances (état B6) et des dettes (état B7) permet de faciliter l'analyse
de leur liquidité. Le détail des plus et moins values de cession ainsi que le
détail des immobilisations permet d'analyser les politiques
d'investissement et de désinvestissement de la compagnie.

Toutefois, l'ETIC présente certaines limites :


 Les faits marquants de l'exercice ne sont pas mentionnés : ces faits
marquants peuvent concerner par exemple un sinistre important
ayant un impact majeur sur le résultat de l'exercice, une volatilité
importante des marchés immobilier ou financier ayant un impact
majeur sur le résultat, conclusion d'un traité de réassurance avec un
taux de cession important.
Ces faits marquants sont utiles en matière d'analyse financière dans
la mesure où ils permettent d'orienter l'analyse et d'étayer les
conclusions de l'analyste.
 Les méthodes d'évaluation ne sont pas détaillées : l'état A1 permet
de fournir une indication sans les détailler des méthodes
d'évaluation des postes d'actif et de passif. Les compagnies
d'assurance se contentent d'indications générales telles que :
évaluation au coût historique, évaluation selon les dispositions
réglementaires.
Ces méthodes doivent être clairement précisées notamment en matière :
 Des provisions techniques ;
 D'estimation du nombre de sinistres tardifs ;
 De provisionnement des créances sur les assurés et
intermédiaires ;
 De réévaluation des actifs.

 Les principales grandeurs financières ne sont pas mentionnées : La


marge de solvabilité et la couverture des engagements constituent
les principales grandeurs financières qui ne sont pas mentionnées
au niveau de l'ETIC.