Vous êtes sur la page 1sur 63

Rapport de fin de cycle

Page i sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Responsabilité

« Le contenu du présent rapport respecte les clauses de confidentialité et n’engage que la


responsabilité de l’auteur. »

Page ii sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Avant-propos

Notre travail entre dans le cadre du rapport de stage de fin du cycle de Licence en Sciences et
Techniques de l’Université Aube Nouvelle, option Géologie Appliquée et Mines. Il a été rédigé au
terme d’un stage pratique d’une durée de trois mois (17 Octobre 2016 au 16 Janvier 2017) au sein de
Essakane Exploration SARL. Le thème traité dans cette étude résulte des sondages miniers réalisés
pendant la campagne de prospection minière de Essakane Exploration SARL sur les permis de Gossey
2 et d’Alkoma 2.

Page iii sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Dédicace

Je dédie ce travail à ma chère famille, en particulier à mon père Saïdou ZOUBGA et à ma mère Awa
ZOUBGA/OUEDRAOGO pour leur soutien inconditionnel dans mes études.

Je vous souhaite une longue vie prospère. Soyez richement bénis.

Page iv sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Remerciements
Avant tout propos, nous tenons à exprimer nos sentiments de reconnaissance et de gratitude :

 À ma famille qui m’a toujours témoigné leur confiance et accordé leur bénédiction ;
 Au personnel administratif de l’Université Aube Nouvelle notamment au Président Directeur
Fondateur M. Isidore KINI pour leur accompagnement dans notre formation universitaire ;
 Au personnel enseignant de l’Université Aube Nouvelle, en particulier à M. Cyprien YE, pour
son suivi et son encadrement dans la réalisation de ce document ;
 À M. Mario PRATAS, Directeur de Essakane Exploration SARL, qui ne ménage aucun effort
pour accompagner les étudiants dans leur formation professionnelle ;
 A tout le personnel de Essakane Exploration SARL, plus particulièrement :
 À M. Benjamin ALLOU, géologue principal, notre tuteur de stage, pour son
encadrement et sa disponibilité dans la rédaction de ce document
 À M. Issaka KOLGA, chef géologue
 Aux géologues, Edouard KINDA, Marc VALEA, Théophile PARE, Souleymane
SAVADOGO, Hermann TRAORE et Adrien ZAMPARUTTI, pour leur grande
disponibilité et les nombreuses explications dont nous avons bénéficié
 Aux techniciens géologues, Issaka DAMA, Jacob WAONGO, Alidou OUEDRAOGO,
Souleymane HEMA, Issoumaïla SYLLA, Denis SAWADOGO pour leur encadrement
technique
 Aux chefs d’équipe
 À tous ceux qui ont participé d’une manière ou d’une autre à la réalisation de ce document,
sans être cités.

Nous ne saurons terminer nos remerciements sans faire une mention spéciale à nos parents, amis et
camarades de classe pour leurs soutiens multiples et multiformes en notre endroit.

Page v sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Table des matières


Responsabilité .......................................................................................................................................... ii
Avant-propos........................................................................................................................................... iii
Dédicace .................................................................................................................................................. iv
Remerciements ..........................................................................................................................................v
Liste des figures ...................................................................................................................................... ix
Liste des formules .....................................................................................................................................x
Sigles et abréviations .............................................................................................................................. xi
Résumé ................................................................................................................................................... xii
Abstract ................................................................................................................................................. xiii
Généralités sur l’exploration minière........................................................................................................1
Introduction ...............................................................................................................................................2
Chapitre I : Généralités .............................................................................................................................3
I.1. Présentation de l’Université Aube Nouvelle ..............................................................................4
I.1.1. Historique de l’Université Aube Nouvelle..........................................................................4
I.1.2. Organisation de l’Université Aube Nouvelle ......................................................................4
I.1.3. Découverte de la filière Géologie appliquée et mines ........................................................4
I.2. Présentation d’Essakane Exploration SARL ..............................................................................4
I.2.1. Activités et projets d’exploration ........................................................................................4
I.2.2. Organigramme ....................................................................................................................7
I.2.3. Déroulement du stage..........................................................................................................7
I.3. Présentation des permis d’étude .................................................................................................8
I.3.1. Le permis Alkoma 2............................................................................................................8
I.3.2. Le permis Gossey 2 .............................................................................................................8
I.3.3. Activités antérieures menées sur les permis .......................................................................9
I.4. Contexte géologique et minéralisation .......................................................................................9
I.4.1. Contexte géologique du Burkina Faso (Castaing et al., 2003)............................................9
I.4.2. Contexte géologique local des permis de recherche (Allou et Pratas, 2016) ....................10
Chapitre II : Description des sondages Air Core et à circulation inverse ...............................................13
II.1. Généralités sur les sondages .....................................................................................................14
II.1.1. Les domaines d’application ..............................................................................................14
II.1.2. Les principales techniques de forage ................................................................................14
II.2. Description des techniques de sondages ..................................................................................15

Page vi sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
II.2.1. Le sondage Air Core .........................................................................................................15
II.2.2. Le sondage à circulation inversée (RC) ............................................................................15
II.2.3. Description brève des autres techniques de sondage ........................................................17
Chapitre III : Établissement et exécution du programme de forage : cas du programme Air Core de
Gourara et RC de Tin Taradat .................................................................................................................19
III.1. Rôle du géologue ..................................................................................................................20
III.2. Détermination des paramètres de sondage ...........................................................................20
III.2.1. Les coordonnées géographiques ....................................................................................21
III.2.2. L’azimut et l’angle d’inclinaison ..................................................................................22
III.2.3. La profondeur ................................................................................................................22
III.2.4. Profondeur de mesure de la déviation ...........................................................................23
III.3. Exécution du programme de sondage ...................................................................................23
III.3.1. Moyens mis en œuvre ...................................................................................................23
III.3.2. Aménagement de la plateforme de forage.....................................................................23
III.3.3. Le forage .......................................................................................................................24
Chapitre IV : Collecte et interprétation des données de forage AC et RC..............................................27
IV.1. Le log lithologique................................................................................................................28
IV.1.1. Objectif ..........................................................................................................................28
IV.1.2. Procédé ..........................................................................................................................28
IV.1.3. Interprétation des sections géologiques .........................................................................29
IV.2. Mesure de la susceptibilité magnétique ................................................................................30
IV.2.1. Objectif ..........................................................................................................................30
IV.2.2. Procédé ..........................................................................................................................30
IV.2.3. Interprétation de données magnétiques de quelques trous ............................................31
IV.3. Mesure de la densité .............................................................................................................32
IV.3.1. Objectif ..........................................................................................................................32
IV.3.2. Procédé ..........................................................................................................................32
IV.3.3. Interprétation des données de densité de quelques trous...............................................33
IV.4. Analyse géochimique au laboratoire ....................................................................................36
IV.4.1. Objectif ..........................................................................................................................36
IV.4.2. Les sources d’erreur et leur contrôle .............................................................................37
IV.4.3. Préparation des échantillons ..........................................................................................37
IV.4.4. Contrôle de quelques erreurs .........................................................................................38
IV.5. Analyses au XRF ..................................................................................................................39

Page vii sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
IV.5.1. Présentation de la méthode d’analyse XRF ...................................................................39
IV.5.2. Traitement du fichier d’analyse .....................................................................................40
IV.5.3. Utilisation de Geosoft pour la caractérisation litho-géochimique .................................41
IV.5.4. Analyse et interprétation de quelques strip-log .............................................................41
IV.6. Insuffisances et recommandations ........................................................................................43
Conclusion générale ................................................................................................................................44
Références bibliographiques ...................................................................................................................45
Annexes..................................................................................................................................................... I

Page viii sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Liste des figures

Figure 1 : Localisation des Permis de recherche d’Essakane Exploration SARL au Burkina Faso ........5
Figure 2:Carte des permis d’exploration et des prospects d’Essakane Exploration SARL .....................6
Figure 3: Organigramme de l'équipe technique d'Essakane Exploration SARL .....................................7
Figure 4: Carte géologique des permis détenus par IAMGOLD au Nord-Est du Burkina Faso (Allou et
Pratas, 2016) ). Le trait A-B représente la trace de la section de la figure 5 ........................................11
Figure 5: Coupe géologique représentative du périmètre du projet Essakane (Allou et Pratas 2016). A
et B représentent les extrémités de la trace du coupé tel qu’indiqué sur la carte de la figure 4 .............12
Figure 6: Présentation des tiges de forage (à gauche), du trépan (au milieu) et de la trilame (à droite)15
Figure 7: Marteau fond de trou ..............................................................................................................16
Figure 8: Principe du forage RC (source : www.wikiwater.fr) ..............................................................16
Figure 9: Image montrant la foreuse, le cyclone et des échantillons récupérés .....................................17
Figure 10: Carte illustrant les campagnes de sondage sur le prospect Gourara (à gauche) et Tin Taradat
(à droite). Les figurés bleus et verts illustrent les différentes mailles lors des campagnes précédentes.21
Figure 11: Illustration de deux azimuts différents de forage dans un même contexte géologique (à
gauche : meilleur choix d’azimut ; à droite : mauvais choix d’azimut) ..................................................22
Figure 12: Boussole de type Brunton .....................................................................................................24
Figure 13: Alignement de la foreuse en utilisant les piquets .................................................................25
Figure 14: Reflex EZ-SHOT utilisé pour la mesure de déviation ..........................................................26
Figure 15: Table de log du trou TTRC1716 d’une profondeur de 50m .................................................28
Figure 16: Coupe géologique montrant l'interprétation de la section 1585194N (Gourara) .................29
Figure 17: Coupe géologique montrant l'interprétation de la section 1584806N (Gourara) .................30
Figure 18: Appareil de mesure de la susceptibilité magnétique : le SM-30 ..........................................31
Figure 19: Graphique montrant l’évolution de la susceptibilité magnétique du trou GARC0069 ........31
Figure 20: Graphique montrant l’évolution de la susceptibilité magnétique du trou GARC0064 ........32
Figure 21: Graphique montrant l’évolution de la susceptibilité magnétique du trou TTRC1722 .........32
Figure 22: Graphe de densité du trou GARC0020 .................................................................................34
Figure 23: Graphe de densité du trou GARC0042 .................................................................................35
Figure 24: Graphe de densité du trou GARC0060 .................................................................................36
Figure 25: Analyseur XRF X-5000 utilisé à Essakane Exploration ......................................................40
Figure 26: Strip-log du trou GARC0020 ...............................................................................................42
Figure 27: Strip-log du trou GARC0058 ...............................................................................................42

Page ix sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
Liste des tableaux

Tableau 1: Coordonnées du permis Alkoma 2 (Adindan/UTM/Clarke1880) .........................................8


Tableau 2: Coordonnées du permis Gossey 2 (Adindan/UTM/Clarke1880) ..........................................9
Tableau 3: Techniques de forages couramment utilisées et résumé des coûts moyens (1999) .............14
Tableau 4: Valeurs de mesure de densité du trou GARC0020 ..............................................................33
Tableau 5: Valeurs de mesure de densité du trou GARC0042 ..............................................................34
Tableau 6: Valeurs de mesure de densité du trou GARC0060 ..............................................................35
Tableau 7: Fichier d'analyse non traité après conversion au format .XLS ............................................40
Tableau 8: Fichier d'analyse traité .........................................................................................................41

Liste des formules


Formule 1 : calcul de la densité .............................................................................................................33
Formule 2: Détermination du volume ....................................................................................................33

Page x sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Sigles et abréviations

AC : Air Core
ALC : American Langage Center
BUMIGEB : Bureau des Mines et de la Géologie du Burkina
C2i : Certificat Informatique et internet
CAMES : Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur
DD : Diamond Drilling, en français sondage au diamant
DTS : Diplôme de Technicien Supérieur
DUT : Diplôme Universitaire de Technologie
GPS : Global Positioning System
ITRI-GEC : Institut de Technique, de recherche industrielle et de Géni-Civil
QA/QC : Assurance de Qualité et contrôle de qualité
RAB : Rotary Air Blast
RC : Reverse Circulation, en français circulation inverse
U-AUBEN : Université Aube Nouvelle.
UTM : Universal Transverse Mercator (Transverse Universelle de Mercator), projection
cartographique conforme de la surface de la Terre
UFR : Unité de Formation et de Recherche
TOEIC : Test Of English for International Communication (test d’anglais pour la communication
internationale)
WGS 84 : Word Geodetic System 1984 (système géodésique mondial, révision de 1984)
XRF : X-Ray Fluorescence

Page xi sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Résumé
L’augmentation exponentielle de la production d’or au Burkina Faso a permis de le hisser depuis 2009
au rang de premier produit d’exportation. Cette production passe avant tout par la découverte des
gisements miniers. Et cette découverte résulte de la prospection que réalise les géologues
d’exploration. Plusieurs méthodes de prospection sont utilisées parmi lesquelles, les sondages miniers.
Parmi la diversité de techniques de sondages existantes, le géologue se doit de déterminer celle qui est
la plus adaptée à chaque étape de son projet (forage Air Core et RC dans notre cas), d’établir le
programme et d’en tirer les informations géologiques et géochimiques nécessaires à l’évaluation du
gisement potentiel. C’est ainsi que nous avons décidé de travailler sur le thème : « Les sondages Air
Core et RC sur les prospects Gourara et Tin Taradat d’Essakane Exploration SARL : Rôle du
géologue » fut l’objet de notre stage.

Page xii sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Abstract

The exponential increase in gold production permitted to rank it as the first export product since 2009.
Gold mining requires exploration above all. This work is devoted to exploration geologists on whom
relies any prospection. Many prospecting methods are used, among which, mining drillings. Among the
diversity of existing drilling technics, the geologist must determine which one is the most adapted to
each step of his project (Air Core and Reverse Circulation in our case). He must establish the program
and collect geological and geochemical information necessary for the potential deposit’s evaluation.
This is how we decided to work on the theme: <<Air Core and Reverse Circulation drilling on the
Essakane Exploration SARL prospects of Gourara and Tin Taradat: role of the geologist.>>

Page xiii sur xiii


P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Généralités sur l’exploration minière


Le but de l’exploration minière en général est de découvrir et de quantifier des gisements miniers
économiquement viables. A Essakane Exploration, particulièrement, le minéral recherché est l’or. Pour
aboutir à ce métal, certaines étapes et procédures doivent être suivies de manière logique dans le but
d’assurer une approche systématique et rationnelle de la prospection minière. Pour la plupart des
projets de recherche minière, il y a cinq (5) étapes fondamentales dans le processus allant de la
recherche à la définition du gisement. Ces étapes se définissent comme suit :
 La préparation du programme
La préparation du programme d’exploration commence par l’acquisition d’un maximum
d’informations pertinentes sur la matière première à rechercher et sur la région de recherche. Ces
informations concernent entre autres la géologie locale et les données historiques de l’exploration et
des mines. Il peut aussi s’agir de cartes topographiques, géologiques et d’indices miniers. Au Burkina
Faso c’est la base de données du BUMIGEB qui est la plus complète avec des cartes thématiques
(Géologiques, géochimiques, géophysiques, télédétection … etc.) à des échelles variées.
 L’exploration de reconnaissance
A ce niveau, il s’agit de l’assimilation de toutes les données géologiques disponibles. La compilation
des données existantes permet de dresser des cartes de compilation géo scientifiques qui facilitent la
localisation des structures géologiques d'intérêt sur le terrain. La reconnaissance géologique permet de
voir le terrain et d’y observer différents indices de minéralisation.
 L’exploration détaillée
Cette étape est conçue pour concrétiser la découverte d’un gisement. De nos jours, les grands
gisements sont rarement affleurants. La majorité des gisements découverts aujourd’hui sont cachés par
le sol, la latérite, le désert, la glace ou tout autre type de couverture. Dans ce cas une exploration de
surface et une exploration souterraine sont réalisées. Elles permettent de réduire continuellement la
superficie de recherche. Pour la recherche en surface un certain nombre de techniques géologiques,
géochimiques et géophysiques sont employées pour collecter les données. Cela peut inclure un
échantillonnage systématique du sol et des roches, une campagne géophysique, etc. La recherche
souterraine consiste en l’étude des cibles en sous-couche par des puits, des tranchées, des forages.
 L’évaluation de la prospection
Cette étape se concentre sur l’évaluation de la découverte. Elle permet de déterminer la teneur, le
tonnage, le style et la géométrie du gisement, la production envisagée et les coûts de traitement, les
coûts sociaux et environnementaux.

 Faisabilité finale et pré-production


C’est la phase finale du cycle d’exploration minière. La faisabilité finale est effectuée lors de cette
étape et la viabilité technique et économique du gisement est étudiée.

Page 1 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Introduction
Les grands gisements étant de nos jours rarement affleurants, leur mise en évidence nécessite des
recherches dans les parties invisibles du sous-sol. Il existe plusieurs méthodes permettant d’investiguer
en profondeur parmi lesquelles, les sondages miniers.
Le sondage minier est l’aboutissement du processus d’exploration minière permettant de
démontrer si la minéralisation observée ou inférée existe réellement. Il existe une variété de techniques
de forage qui peuvent être utilisées. Chacune a ses avantages et ses inconvénients en termes de
profondeur à laquelle elle peut forer, du type d’échantillon qui est retourné, des coûts impliqués et des
vitesses de pénétration atteintes. D’où l’importance d’une étude dans le choix du type de sondage.
Cette étude générale et les choix qui vont en résulter sont placés sous la responsabilité du géologue.
Le thème de notre stage étant intitulé « Rôle du géologue dans l’exécution d’un programme
de forage: cas des forages Air Core et RC sur les prospects Gourara et Tin Taradat d’Essakane
Exploration SARL », notre travail aura comme objectif principal de faire ressortir les responsabilités
du géologue dans l’exécution d’un projet de sondage minier qui va de l’exécution des forages, à la
collecte des données du terrain ainsi qu’à leur traitement.

Page 2 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Chapitre I : Généralités

Page 3 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

I.1. Présentation de l’Université Aube Nouvelle


I.1.1. Historique de l’Université Aube Nouvelle
Créé en octobre 1992, agréé par l’État par arrêté n°2005-244/MESSRS/CAB du 02 décembre 2005 ;
par arrêté 2010-335/MESSRS/ETFP/CAP du 11 octobre 2010 portant modification des statuts de
l’ISIG-INTERNATIONAL et arrêté 2010-356 /MESSRS/ETFP/CAP du 11 octobre 2010 portant
autorisation d’ouverture de cycles de filières d’études et de délivrance de diplômes à l’ISIG-
INTERNATIONAL devenu Université AUBE NOUVELLE par autorisation n°2012-
0000344/MESS/SG/DGESR/DIEPR du 17 février 2012.
I.1.2. Organisation de l’Université Aube Nouvelle
U-AUBEN est un établissement d'enseignement supérieur privé membre du CAMES. Les diplômes
délivrés sont de grades DTS, License, Master et Doctorat.
U-AUBEN est composé de
 3 INSTITUTS
o Institut Supérieur d'Informatique et de Gestion (ISIG International)
o Institut de Technologie et de Recherche Industrielle et Génie Civil (ITRI-GEC)
o Institut des métiers
 04 UNITES DE FORMATION ET DE RECHERCHE (UFR)
o UFR Sciences et Technique
o UFR Sciences Économique et de Gestion
o UFR Sciences Juridique et Politique
o UFR des Langues, Lettres, Sciences Humaines et Sociales
 1 ECOLE DOCTORALE
 4 CENTRES
o American Language Center (ALC)
o Laboratoire de langue (centre agréé TOEIC)
o Une académie Cisco
o Un centre C2i (Certificat Informatique et Internet)
I.1.3. Découverte de la filière Géologie appliquée et mines
La filière Géologie Appliquée et Mines est abritée par l’UFR Sciences et Techniques. L’obtention du
diplôme de licence se fait en plusieurs phases à savoir : une phase théorique qui se déroule en trois ans
sous formes de cours magistraux, de travaux pratiques de terrain et de laboratoire puis une phase
pratique au cours de laquelle, le bagage acquis est mis en pratique sous forme d’un stage d’au moins 3
mois. Les étudiants diplômés de la licence ont le grade d’Ingénieur de Travaux en Géologie Appliquée
et Mines.

I.2. Présentation d’Essakane Exploration SARL


I.2.1. Activités et projets d’exploration
IAMGOLD Corporation, créée en 1996, est une compagnie minière canadienne, axée principalement
dans l’exploitation de l’or. Son siège social est à Toronto au Canada. Les titres d’IAMGOLD sont
cotés à la bourse de Toronto et à la bourse de New York. La compagnie possède cinq (5) mines d’or en
exploitation à savoir la mine d’or Rosebel au Suriname en Amérique du sud, la mine d’or Westwood
au Canada, les mines d’or Sadiola et Yatéla au Mali et la mine d’or Essakane au Burkina Faso.

Page 4 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
La mine Essakane est située dans la partie Nord-Est du Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest.
IAMGOLD a commencé à gérer le projet Essakane après avoir fait l’acquisition d’Orezone Resources
en février 2009. Essakane est entrée en production commerciale en juillet 2010.
Le projet Essakane d’IAMGOLD comprend huit (08) permis dont un permis d’exploitation et sept (07)
permis de recherche groupés dans le coin Nord-Est du Burkina Faso, dans la province de l’Oudalan
(Figure 1).

Figure 1 : Localisation des Permis de recherche d’Essakane Exploration SARL au Burkina Faso

Afin d’examiner les possibilités d’expansion et de prolongement de la durée de vie de la mine, les
permis de recherche font l’objet de travaux d’Exploration par Essakane Exploration SARL qui est la
filiale d’exploration minière d’IAMGOLD au Burkina Faso, depuis 2009, date de l’acquisition de ses
permis hérités du groupe Orezone Gold Corporation. Ces permis sont repartis de la façon suivante :
Les permis Lao Gountouré 2, Gossey 2 et Dembam 2 au Nord de la mine Essakane, les permis
Korizéna et Gaigou à l’Ouest, le permis Gomo 2 à l’Est et le permis Alkoma 2 au Sud (Figure 2). Les
permis forment un bloc irrégulier couvrant une superficie d’environ 1260 km2.

Page 5 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

A B
. .

. C

E .
. D

A. B
.
. D.
C

. .F
E
L . .K

. .I G
J . .
H

Figure 2:Carte des permis d’exploration et des prospects d’Essakane Exploration SARL

Page 6 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
I.2.2. Organigramme
Essakane Exploration SARL est implantée au niveau de la mine d’Essakane pour une meilleure
proximité avec ses permis. Son siège social est à Ouagadougou. Pour la bonne marche de ses activités,
Essakane Exploration dispose d’un personnel aussi qualifié que chevronné. L’équipe technique se
compose entre autre du Directeur Général, du géologue principal, du chef géologue, de 06 géologues
intermédiaires, de 06 techniciens géologues, de 06 chefs d’équipes et d’ouvriers. Il faut noter
également la présence d’une assistante administrative, d’un administrateur IT chargé de la gestion de
la base de données et des questions informatiques et technologiques, et de 03 chauffeurs.
L’organigramme se présente comme indiqué à la figure 3 ci-dessous :

Figure 3: Organigramme de l'équipe technique d'Essakane Exploration SARL

I.2.3. Déroulement du stage


Nous avons effectué notre stage au sein d’Essakane Exploration SARL du 17 Octobre 2016 au 16
Janvier 2017.
Au cours du stage nous avons participé à la campagne de forage Air Core sur le prospect Gourara et le
forage à circulation inverse sur le prospect Tin Taradat. Nous avons ainsi pu effectuer l’implantation
des points de sondage et faire le suivi du processus d’échantillonnage au niveau de la foreuse jusqu’à
l’envoi des échantillons pour analyse au laboratoire, sans oublier la collecte et le traitement des
données acquises. Nous avons aussi effectué des exercices de cartographie, d’analyse structurale, de
géochimie, de description lithologique sur les carottes de forage.
Pour mener à bien notre travail, nous avions, en plus des outils courants du géologue tels que le GPS,
la boussole, la loupe, utilisé des outils informatiques comme Excel, QGis, Géosoft Target.

Page 7 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

I.3. Présentation des permis d’étude


Le périmètre des permis étudiés est centré sur la mine Essakane, localisée à environ 330 km au Nord-
Est de Ouagadougou au Burkina Faso. La ville la plus proche est Dori, située approximativement à 65
km au Sud-Ouest du permis minier. L’accès aux différents permis se fait par une voie bitumée sur les
premiers 265 km depuis Ouagadougou jusqu’à Dori, puis par une voie non bitumée bien entretenue de
Dori à Essakane sur environ 65 km.
Nous avons, durant notre stage, travaillé sur deux prospects à savoir le prospect Gourara localisé sur le
permis Alkoma 2 et le prospect Tin Taradat sur le permis Gossey 2.

I.3.1. Le permis Alkoma 2


Le permis Alkoma 2 est situé à environ 25 km au Nord-Est de Dori dans la partie Nord-Est du Burkina
Faso. Il couvre une surface de 249 km2 au Sud du permis d’exploitation d’Essakane SA. Il est limité à
l’Est par le permis Gomo 2, à l’Ouest par les permis Korizéna et Gaïgou et au Nord par le permis
d’Exploitation Essakane. L’espace au Sud du permis demeure inoccupé du fait de sa couverture par un
granitoïde Eburnéen considéré dans la région comme non prospectif. Les coordonnées géographiques
des sommets du permis sont présentées dans le tableau 1.

Tableau 1: Coordonnées du permis Alkoma 2 (Adindan/UTM/Clarke1880)

Sommet Zone UTM-E UTM-N


A 31N
177122 1589327
B 31N
181111 1589327
C 31N
181111 1587328
D 31N
191709 1587328
E 31N
191709 1583015
F 31N
194303 1583015
G 31N
194303 1573607
H 31N
185688 1573607
I 31N
185688 1574983
J 31N
183024 1574983
K 31N
183024 1580760
L 31N
177122 1580760
Le permis couvre trois prospects principaux : les prospects Sokadie au Centre-Est du permis, le
prospect Tassiri dans la partie Nord-Ouest et le prospect Gourara dans le prolongement Sud du
gisement d’Essakane au Nord-Est du permis (Figure 2). Les trois prospects font actuellement l’objet
d’activités d’orpaillage par les riverains.

I.3.2. Le permis Gossey 2


Le permis Gossey 2 est situé à environ 35 km au Nord-Est de Gorom Gorom dans la partie Nord-Est
du Burkina Faso. Il couvre une superficie de 215 km2. Les coordonnées géographiques du permis sont
inscrites dans le tableau 2. Il couvre trois indices aurifères constituant les principaux prospects du

Page 8 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
périmètre : le prospect Tin Zoubaratan au Sud, le prospect Tin Taradat au Centre-Est, et l’extension au
Nord du prospect Bom Kodjélé longeant toute la partie Est.

Tableau 2: Coordonnées du permis Gossey 2 (Adindan/UTM/Clarke1880)


Sommet Zone UTM-E UTM-N
A 31N
177124 1616258
B 31N
194835 1616257
C 31N
194714 1607895
D 31N
196008 1603477
E 31N
177124 1603477

I.3.3. Activités antérieures menées sur les permis


Essakane Exploration SARL a mené des activités de recherche minière sur ses différents permis
notamment les permis Alkoma 2 et Gossey 2, qui ont auparavant bénéficié de travaux d’exploration
par d’autres sociétés telles que BHP (Broken Hill Proprietary), Orezone, Rangers Minerals Ltd et
Goldfields. Les travaux ont surtout porté sur :
 La géophysique au sol (polarisation provoquée) et aéroportée (magnétisme et radiométrie)
 L’acquisition et l’interprétation d’images satellitaires et de photographies aériennes
 Des levés géochimiques
 La cartographie géologique et structurale
 Des campagnes de forages RAB, AC, RC et DD et des tranchées
Il faut noter que ces différents travaux d'investigation ont donné des résultats plutôt encourageants et
c'est dans cette perspective qu'un programme d'exploration a été mis sur pied en cette campagne 2016,
campagne à laquelle nous avons pu prendre part durant notre stage. Il s'agissait surtout d'un
programme de sondages miniers qui s'inscrit dans la continuité des recherches antérieures.

I.4. Contexte géologique et minéralisation


I.4.1. Contexte géologique du Burkina Faso (Castaing et al., 2003)
Le Burkina Faso appartient au Domaine Baoulé-Mossi du Craton Ouest-africain. Il comprend trois
types principaux de formations géologiques :
 Le socle paléoprotérozoïque couvrant la majeure partie du territoire :
Il comprend des terrains volcano-sédimentaires et plutoniques birimiens disposés en ceintures
et envahis par de vastes batholites de granitoïdes éburnéens. Les éléments structuraux majeurs
de ce socle sont les deux zones de cisaillement senestres orientées NNE-SSW de Houndé-
Ouahigouya à l’Ouest et de Tiébélé-Dori-Markoye à l’Est.
Les terrains volcano-sédimentaires et plutoniques birimiens sont disposés en ceinture et
sont constitués de : massifs d’ultrabasites, gabbros, diorites, basaltes (prédominant), andésites,
rhyolites, rhyodacites, dacites, tufs acides, dispersés en proportions inégales au sein d’une série
sédimentaire et tufacée généralement schisteuse et verticalisée. Les formations du « Tarkwaïen

Page 9 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
», constituées de grès arkosiques siliceux conglomératiques, reposent en discordance sur cet
ensemble.
Les granitoïdes constituent de vastes batholites qui s’organisent en deux grands
ensembles : un ensemble tonalitique et un ensemble granitique. L'ensemble tonalitique est
intrusif dans les ceintures volcano-sédimentaires et plutoniques birimiennes. Il est composé
d’un cortège de granodiorite, tonalite et diorite quartzifère, parfois rubanées et foliées.
L’ensemble granitique représenté par deux générations de granites est intrusif dans l’ensemble
tonalitique et les ceintures volcano-sédimentaires et plutoniques birimiennes.
 La couverture sédimentaire néoprotérozoïque recouvrant les limites Ouest, Nord et Sud-
Est du pays :
Elle repose en discordance majeure sur le socle birimien dans les zones occidentales,
septentrionale (Bassin de Taoudéni) et sud-orientale (Bassin des Volta). Elle est principalement
constituée de dépôts marins de plate-forme épicontinentale, avec de rares intercalations de grès
fluviatiles et, dans le Bassin des Volta seulement, d’un niveau de tillite continentale associée à
des niveaux de calcaire dolomitique, de silexite et de phosphate de chaux.
 Les terrains cénozoïques du Continental terminal occupant des surfaces réduites aux
confins Nord-Ouest et extrême Est :

Le Continental terminal marque la reprise d’une sédimentation qui ne s’était sans doute plus
manifestée depuis le Cambrien. Cette formation fluvio-lacustre est bien représentée dans le
Nord-Ouest du pays où sur plus de quarante mètres alternent argiles et sables rubéfiés. Dans
l’extrême Est, le Continental terminal forme un épandage gréso-conglomératique.

I.4.2. Contexte géologique local des permis de recherche (Allou et Pratas, 2016)

Localement, quatre grands groupes lithologiques sont décrits dans la zone d’étude : le Birimien
Inférieur, le Birimien Supérieur, le Tarkwaïen et les granitoïdes éburnéens.
Le groupe du Birimien Inférieur comprend des roches volcano-clastiques, des grès massifs et des grès
lithiques de grains moyens à très grossiers à passées de conglomérats polygéniques, alors que celui du
Birimien Supérieur comprends des grès quartzo-feldspathiques de grains fins à moyens finement
laminés ou à stratification entrecroisée, des turbidites et des siltites graphitiques. La séquence du
Birimien Supérieur repose en concordance sur la séquence du Birimien Inférieur.
Le groupe du Tarkwaïen se caractérise quant à lui par la présence de grès lithiques très grossiers, de
grès à galets et de conglomérats polygéniques et semble marquer une discordance sur le Birimien
Supérieur.
Les granitoïdes éburnéens sont principalement des granites et granodiorites rencontrés au Sud
(Granodiorite de Dori) et à l’Ouest (Granite et granodiorite de Tin-Taradat) des permis.
Les roches sédimentaires ci-dessus citées sont intercalées par diverses unités de composition basiques
à intermédiaires sous forme de « sills » et « dykes » comprenant des diorites, des gabbros et des
pyroxénites.
Après la mise en place des formations birimiennes, des dolérites tardives (post-birimiennes) de
direction WNW-ESE viennent les recouper.
Page 10 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
La figure ci-dessous représente une carte géologique représentative de l’ensemble du projet.

Figure 4: Carte géologique des permis détenus par IAMGOLD au Nord-Est du Burkina Faso (Allou et Pratas,
2016). Le trait A-B représente la trace de la section de la figure 5 (Les limites des permis sont celles en vigueur
au 31 décembre 2015)
Page 11 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

A B

Figure 5: Coupe géologique représentative du périmètre du projet Essakane (Allou et Pratas 2016). A et B
représentent les extrémités de la trace du coupé tel qu’indiqué sur la carte de la figure 4

Page 12 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Chapitre II : Description des sondages Air Core et à circulation inverse

Page 13 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

II.1. Généralités sur les sondages


II.1.1. Les domaines d’application
Les principaux domaines d’application des forages sont :
 La recherche et l’estimation des réserves de matières utiles : minerais, charbon, eau, pétrole,
matériaux de carrières, granulats ;
 La reconnaissance des caractéristiques des sols et roches dans le cadre d’études géologiques,
géotechniques, hydrogéologiques ou pédologiques ;
 La préparation de sols en vue de la réalisation d’ouvrages de génie civil : pieux forés,
injections (ex. bâtiments, tunnels, ouvrages d’art)
 L’installation d’ouvrages de récupération d’énergie géothermique pour les activités
industrielles ou les maisons individuelles
Dans le cas du sondage minier, le forage sert à confirmer la présence de minéralisation et peut être une
opération longue et coûteuse, qui dépend du style et de la géométrie de la minéralisation. L’objectif
final est de définir les ressources estimées de la matière première recherchée. La taille et la continuité
de la minéralisation détermineront la densité de forage nécessaire.
II.1.2. Les principales techniques de forage
Il existe une variété de techniques de forage. Chacune a ses avantages et inconvénients en fonction :
 De l’étape du projet,
 De la profondeur à laquelle, l’on doit forer,
 Du type et de la qualité de l’échantillon qui est recherché,
 Du type de terrain,
 Des budgets alloués
 Des vitesses de pénétration
 etc.
En fonction de ses différents paramètres, le géologue déterminera la technique de forage adaptée à
son programme.
Le tableau ci-dessous résume les techniques de forages les plus courantes et certaines de leurs
caractéristiques :
Tableau 3: Techniques de forages couramment utilisées et résumé des coûts moyens (1999)

Sondeuse de type Profondeur Maximale Approximativement (US$)/m

Auger (Moto tarière) ~ 25 mètres 15


Rotary Air Blast (RAB) ~ 150 mètres 15
Air Core (AC) ~ 300 mètres 25
Reverse Circulation (RC) ~ 500 mètres 40
Sondage carotté (DD) ~ 1800 mètres 90

Page 14 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

II.2. Description des techniques de sondages


Les techniques de sondages utilisées par Essakane Exploration SARL au cours de la campagne de
prospection sur les permis Alkoma 2 et Gossey 2 pendant la période de notre stage furent le sondage
Air Core et le sondage RC bien que les autres techniques soient aussi utilisées.
II.2.1. Le sondage Air Core
Le sondage Air Core est une technique de prospection géochimique. De façon générale, le sondage Air
Core utilise des lames durcies en acier ou en tungstène pour creuser un trou dans le sol non consolidé.
Trois lames disposées autour de la tête du trépan, attaquent la roche friable grâce à la poussée exercée
par des tiges. Les tiges sont creuses et contiennent un tube interne qui se trouve à l'intérieur du barreau
externe de la tige creuse. Les débris de sondages ou « cuttings » sont expulsés par injection d'air
comprimé dans le trou de sondage par la zone annulaire entre le tube intérieur et la tige de forage. Les
débris de forages sont ensuite soufflés par le tube intérieur pour revenir à la surface où ils passent à
travers le cyclone pour être récupérés. Le forage se poursuit avec l'ajout de tiges vers le haut de la
colonne de forage.
Les sondages Air Core sont préférés aux sondages RAB car ils fournissent des échantillons plus
représentatifs et de meilleure qualité en ce sens que les débris de forage sont récupérés en passant par
l'intérieur des tiges et sont moins sujets à la contamination.

Figure 6: Présentation des tiges de forage (à gauche), du trépan (au milieu) et de la trilame (à droite)

II.2.2. Le sondage à circulation inversée (RC)


Cette méthode est souvent utilisée pour la reconnaissance lithologique et aussi bien pour l’évaluation
des ressources minières. Concernant la vitesse de pénétration, les sondages RC sont plus rapides que
les sondages carottés. Cette technique de sondage coûte plus cher que le Air Core mais moins cher que
le carottage et est donc préférée pour la plupart des travaux d'exploration minière.
Les sondages RC sont des sondages destructifs et produisent des débris de forages et de la poussière de
roche. Le sondage RC utilise un marteau au bout d’un train de tiges creuses pour l'échantillonnage. Les
sondages RC sont similaires aux sondages Air Core en ce qui concerne la récupération des échantillons
résultant du forage. La principale différence est que le mécanisme de forage RC utilise un piston
pneumatique alternatif appelé marteau actionnant un foret alors que le forage Air Core utilise à la place
du marteau, une trilame à la tête du trépan.

Page 15 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Figure 7: Marteau fond de trou

L'air est donc injecté par les parois des tiges et entretient la percussion du marteau au fond du trou et
en même temps fait remonter les débris de roche par l'espace central des tiges. La circulation de l'air
pour l’entretien de la percussion et pour la remontée du cutting est inverse d'où son nom de Forage à
Circulation Inverse.
Le schéma ci-dessous (figure 8) montre le principe du forage RC.

Figure 8: Principe du forage RC (source : www.wikiwater.fr)

N.B : Pour le sondage RC, la foreuse (figure 9) utilise un marteau à cause de la dureté de la roche.
Quant au sondage Air Core, conventionnellement la foreuse est seulement munie d’une trilame, si bien
que le trou est arrêté dès que la machine rentre dans la roche dure. Dans le cas du présent programme
exceptionnellement l’équipement du RC (marteau à la tête) a été utilisé pour le forage Air Core.

Page 16 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Figure 9: Image montrant la foreuse, le cyclone et des échantillons récupérés

II.2.3. Description brève des autres techniques de sondage

 Le sondage à la moto tarière ou Auger : il est effectué à l’aide d’une vis hélicoïdale qui est
entraînée dans le sol par sa rotation. La terre est ramenée progressivement par la rotation du
fond du trou de forage vers la surface par la lame de la vis en suivant la spirale de la tige
pendant que le train de tige s’enfonce dans le sol. Il est adapté aux terrains tendres seulement.
Le sondage Auger (moto tarière) est utilisé comme outil de géochimie des sols, la géochimie
sols classique étant inopérante pour la détermination d’anomalies géochimiques dans certaines
zones.

 Le sondage RAB (Rotary Air Blast) : cette méthode consiste à broyer le sol et la roche altérée
par l’intermédiaire d’un outil rotatif tandis qu’un flux d’air comprimé ramène les matériaux
broyés à la surface. Ce type de forage est la solution la plus simple et la plus économique pour
effectuer les premiers pas en exploration minière. Le système RAB peut seulement pénétrer
jusqu’au socle frais et permet d’échantillonner la saprolite, le sol et la couverture latéritique. Le
sondage RAB produit des échantillons de moindre qualité parce que les débris de forage
constituant l’échantillon sont soufflés par l'extérieur des tiges et peuvent être contaminés par
contact avec d'autres roches lors de leur mouvement le long de la paroi du trou jusqu'à la
surface. Les sondages RAB ne sont donc pas utilisés pour le calcul des ressources minérales en
exploration. Ils sont plutôt utilisés pour l’identification rapide d’anomalies qui seront évaluées
de façon précise par des sondages RC ou Carottés.

Page 17 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

 Le sondage carotté ou au diamant (DD) : cette technique consiste en la découpe d’un


cylindre de roche par un outil tubulaire imprégné de diamant artificiel. Le cylindre de roche est
mis en place dans le tube interne du carottier d’une longueur en général comprise entre 1,5 m et
3 m. Ce dernier est relié à la surface par une succession de tiges et l’échantillon est en général
retourné à la surface après 3 m de forages. Le forage au diamant permet de forer à grande
profondeur. C’est une méthode relativement lente et coûteuse. Il s'agit de la méthode la plus
utile pour obtenir des informations géologiques et géotechniques. Les sondages au diamant
sont utilisés dans l'industrie minière pour confirmer le contenu de gisements connus et de sites
potentiels. En retirant une carotte de roche du gisement, les géologues peuvent analyser la
carotte par dosage chimique et mener des études pétrographiques, structurales et
minéralogiques de la roche.

Page 18 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Chapitre III : Établissement et exécution du programme de forage : cas


du programme Air Core de Gourara et RC de Tin Taradat

Page 19 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
En général, une campagne d’exploration minière aboutit à la phase de sondage après des campagnes
d’exploration de surface (cartographie géologique, campagnes de géochimie de sédiments de ruisseau
et sols, tranchées, études d’anciens travaux, levés géophysiques), bien que souvent on puisse se passer
de certaines de ces travaux. Ces divers travaux permettent au géologue de définir un nombre de cibles
potentielles. Une fois ces cibles potentielles localisées, la campagne de sondage se déroule en plusieurs
étapes qui aboutissent ou non à la mise en évidence d’un gisement économique.
III.1. Rôle du géologue
Le géologue a d'abord le rôle de définir les cibles et de convaincre son employeur d'implanter les
forages, mais quand la décision est prise, il doit planifier les aspects suivants :
 Obtenir les permis nécessaires :
- Intervention en domaine forestier ou protégé
- Coupe de bois
- Pose de ponceaux
- Campements temporaires
 Préparer les cartes de localisation comprenant :
- sondages
- points d’eau
- chemins d’accès
- campement
- aire d’entreposage
 Concevoir le plan d’exécution de façon à minimiser les impacts sur l’environnement

 Fournir les informations suivantes :


- Coordonnées et profondeur de chaque sondage
- Orientation et angle d’inclinaison de chaque sondage
- Mesure (ou non) de déviation du trou
- Balisage des nouveaux chemins à faire
- Consignes sur le retrait ou non des tubages
- Établissement de l’horaire de travail
- Lieu de livraison des échantillons
- Coordonnées des intervenants (téléphones à la foreuse, au motel, au bureau, au domicile, ...)

III.2. Détermination des paramètres de sondage


Les principaux paramètres d’un sondage à déterminer par le géologue sont ses coordonnées
géographiques, son azimut, son inclinaison, sa profondeur, la mesure ou non de la déviation du
trou.
Page 20 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
III.2.1. Les coordonnées géographiques
Les coordonnées géographiques sont un couple de coordonnées (longitude et latitude) permettant de
repérer un point à la surface du globe, à partir d'un méridien origine et de l'équateur. Les coordonnées
utilisées dans notre cas sont des coordonnées UTM WGS 84 31N (Estan = X et Nordan = Y)
Essakane Exploration a réalisé de 2010 à 2014 une vaste campagne de forage Air Core régional
suivant une maille de 400 m X 100 m. Les résultats s’avérant intéressants dans certaines zones comme
Gourara et Tin Taradat par exemple, un programme de suivi « Infill » a été réalisé en resserrant la
maille à 200 m X 50 m sur les anomalies identifiées. S’en sont suivis alors des programmes AC et RC
tels que ceux de fin 2016 pour mieux définir la minéralisation.
Durant cette campagne de sondage de 2016, pour le programme Air Core de Gourara, au total 50 trous
ont été planifiés et pour le programme RC de Tin Taradat, 25 trous ont été planifiés. La carte ci-
dessous que nous avons réalisée à l’aide du logiciel QGis illustre les sondages des campagnes
précédentes et les nouveaux sondages planifiés sur les deux prospects.

Figure 10: Carte illustrant les campagnes de sondage sur le prospect Gourara (à gauche) et Tin Taradat (à
droite). Les figurés bleus et verts illustrent les différentes mailles lors des campagnes précédentes.

Il existe une variété de systèmes informatiques permettant au géologue de déterminer les coordonnées
des trous à forer. Ce sont entre autres MapInfo, ArcView, Geosoft, QGis… Une fois les coordonnées
définies, elles sont transférées vers un GPS pour permettre la localisation du point à forer sur le terrain.

Page 21 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
III.2.2. L’azimut et l’angle d’inclinaison
L’azimut d’une ligne est la direction du plan vertical qui contient la ligne. Il est caractérisé dans un
plan horizontal par l’angle compris entre 0° et 360° que forme ce plan vertical avec le plan vertical qui
contient la direction du Nord géographique.
L’inclinaison est l’angle d’une droite orientée vers le bas, avec l’horizontale. Il varie de 0° à 90°.
Dans le cas d’un forage incliné, il est impératif de déterminer l’azimut et l’angle d’inclinaison. Leur
détermination se fait en fonction de la configuration géologique du terrain, notamment du pendage des
structures. En effet, le choix de l’azimut et de l’inclinaison se fait de manière à recouper le plus
orthogonalement possible, les structures ciblées afin d’obtenir le maximum d’information. La
figure ci-dessous représente une illustration de deux choix d’azimut et d’angle de forage pour un
même site.

Figure 11: Illustration de deux azimuts différents de forage dans un même contexte géologique (à gauche :
meilleur choix d’azimut ; à droite : mauvais choix d’azimut)

Au niveau de la figure ci-dessus, le terrain est constitué essentiellement d’intrusifs, de roches


sédimentaires litées et de veines de quartz, principalement de direction N-S. On observe à gauche, un
forage orienté de l’Est vers l’Ouest (azimut= 270°) recoupant toutes les structures présentes, et à
droite, un forage orienté de l’Ouest vers l’Est (azimut= 90°), ne recoupant pas toutes les structures et
offrant ainsi très peu d’informations sur la géologie du site.
Le choix de l’azimut et de l’angle de forage s’avère donc capital dans l’établissement du programme
de forage.
Lors de la présente campagne, les structures ciblées étaient le litage et les veines de quartz. Ainsi, Les
points planifiés à Gourara ont tous un azimut de 270° et une inclinaison de -60° et ceux de Tin
Taradat, un azimut de 310° et une inclinaison de -50°.

III.2.3. La profondeur
La profondeur est la distance de la surface au fond du trou. Elle est déterminée de façon à atteindre la
structure ciblée. La profondeur est choisie en tenant compte du recouvrement ou de la couverture
sédimentaire, de l’altération supergène, des coûts impliqués…
Pour le forage AC de Gourara, tous les trous forés ont une profondeur de 25 m et pour le programme
RC de Tin Taradat, les profondeurs varient entre 40 m et 95 m.

Page 22 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
III.2.4. Profondeur de mesure de la déviation
Les trous de forage peuvent dévier de leur position d'entrée en azimut et en inclinaison. Il faut donc
enregistrer les variations de direction et d’inclinaison le long du trou de sondage pour pourvoir
localiser en profondeur la position des zones minéralisées et faire des sections géologiques le plus
précisément possible. Ces mesures se font aussi bien pour les sondages RC que pour les sondages
carottés.
Pour le programme RC, 03 mesures de déviation ont été faites pour chaque trou : la première à 12 m,
la seconde à la moitié de la profondeur et la dernière à la fin du trou.

III.3. Exécution du programme de sondage


III.3.1. Moyens mis en œuvre
Le dispositif de sondage RC et de sondage Air Core sont similaires et est constitué :
 Ressources humaines nécessaires :
o Deux géologues
o Un ou deux aide-géologue (techniciens géologues)
o Un géologue stagiaire en ma personne
o Personnel de la société prestataire de forage (opérateur, chauffeur, mécanicien,
manutentionnaire…)
o Un ou deux chauffeurs
o Quatre ouvriers pour la récupération des échantillons
o Un opérateur de bulldozer pour l’aménagement de la plateforme de forage

 Moyens matériels nécessaires :


o Deux véhicules tout-terrain
o Matériel de forage (foreuse, tiges, cyclone, compresseur, groupe, citerne à essence,
Reflex…)
o Un GPS
o Une boussole munie de clinomètre
o Une carte de sondage
o Du matériel divers (piquets, marteau, ruban, sachets plastiques, journal d’évènement…)
III.3.2. Aménagement de la plateforme de forage
Avant de commencer le forage proprement dit, une plateforme est aménagée en fonction de l’état des
terrains pour chaque sondage. Elle permet l’installation du matériel nécessaire. Cette plateforme
s’inscrit dans un aménagement respectueux de la mise en sécurité des personnes et de
l’environnement. Lorsqu’elles sont vraiment inexistantes, des pistes d’accès sommaires à la plateforme
sont créées. Les accès existants seront privilégiés et les nouveaux accès nécessaires seront créés en
concertation avec les locataires ou propriétaire des lieux. N’étant pas, à priori, des ouvrages destinés à
perdurer, les accès et la plateforme sont réalisés le plus légèrement possible.
La plateforme est matérialisée et délimitée par des barrières ou des rubalises accompagnées d’une
signalisation adaptée pour en interdire l’accès à toute personne étrangère au chantier.

Page 23 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

III.3.3. Le forage
La procédure de forage est la suivante :
 Implantation du point de forage
Il s’agit de localiser à l’aide d’un GPS dans lequel les coordonnées des points à forer ont été
préalablement introduites, la position du point à forer avec une précision d’un mètre au plus.
 Alignement de la foreuse
La procédure d’alignement de la machine est la même pour la foreuse Air Core et RC. Une fois le
point à forer déterminé à l’aide du GPS, on utilise une boussole pour procéder à l’alignement des
piquets.

Figure 12: Boussole de type Brunton

Pour cela, il faut :


1) Stabiliser la boussole au niveau du point à forer, tout en s’assurant que la bulle est bien centrée
2) Tourner la boussole jusqu’à ce que l’aiguille indiquant le nord coïncide avec l’azimut
recherché (tout en n’oubliant pas de corriger la déclinaison magnétique locale qui dans notre
cas est de 3°)
3) Utiliser la visée de la boussole pour planter le piquet du milieu à environ 4 ou 5 m
4) Dans la lignée, planter le troisième piquet 4 ou 5m après le piquet du milieu.
5) Positionner la machine de sorte à ce que les trois piquets soient alignés avec le mât de la
foreuse
6) Incliner le mât de la foreuse jusqu’à l’angle voulu : Pour cela, le foreur dispose d’un rapporteur
qu’il dépose sur le mât et ajuste celui-ci jusqu’à obtenir l’inclinaison voulue. La boussole
Brunton peut également être utilisée pour procéder à l’inclinaison du mât.

Page 24 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Figure 13: Alignement de la foreuse en utilisant les piquets

 Début du forage
L’alignement de la foreuse fait, le forage peut commencer. Les échantillons sont récupérés mètre par
mètre dans des sachets plastiques portant le nom du trou et le métrage correspondant. Les sacs
d’échantillons atteignent souvent la trentaine de kilogrammes, voire plus.
Pour le forage RC, la mesure de déviation est faite à l’aide d’un REFLEX aux différentes profondeurs
planifiées par le géologue. Le Réflex (figure 14) est une tige métallique que le foreur enfonce dans le
trou et qui fournit des informations telles que l’azimut, l’inclinaison, la température et le magnétisme.

Page 25 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Figure 14: Reflex EZ-SHOT utilisé pour la mesure de déviation

 Fin du forage
A la fin du forage, les coordonnées des points forés sont prises au GPS et enregistrées sous le nom du
trou et les échantillons sont ramenés au camp pour une analyse et une interprétation.
La plateforme de sondage doit être réhabilitée. Le trou du sondage en surface est ensuite colmaté par
un bouchon cimenté ou des cailloux. Selon la position et le contexte, le sondage peut être borné avec
des bornes de type cadastral.

Page 26 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Chapitre IV : Collecte et interprétation des données de forage AC et RC

Page 27 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
Le rôle du géologue ne se limite pas uniquement à la planification du programme de forage. Toutes les
informations géologiques des forages sont collectées systématiquement et échantillonnées à intervalles
réguliers. Les profils sont dessinés en section verticale et horizontales. Ceci permet des interprétations
de données sous forme de modèles en deux ou trois dimensions grâce auxquels le géologue peut
comprendre le style, la distribution, les contrôles structuraux et la genèse du dépôt minéral.

IV.1. Le log lithologique


IV.1.1. Objectif
Le log lithologique, consiste en une observation et une description des fragments de roche (chips). La
description est basée surtout sur la lithologie, le « weathering » (altération supergène), les différentes
altérations hydrothermales, les structures (veines de quartz surtout), la minéralisation (présence de
sulfures ou d’or). Il permet ainsi de mieux connaitre et comprendre la géologie du site. Cette
compréhension passe par la réalisation de sections géologiques.
IV.1.2. Procédé
Les échantillons arrivés au camp, une infime partie de chaque sac est tamisée et lavée puis déposée sur
la table de log (figure 15) selon le métrage correspondant. Une autre poignée est conservée dans des
contenants bien identifiés appelés « chips box » servant de témoin. Une table de log représente un trou
foré.

Figure 15: Table de log du trou TTRC1716 d’une profondeur de 50m

La table prête, une photo est d’abord prise et le géologue procède au log lithologique. Dans le but
d’une meilleure harmonisation et d’une meilleure organisation du travail, un code lithologique (voir en
annexe I) a été adopté à Essakane Exploration SARL.

Page 28 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
La description se fait sur des fiches préétablies qui diffèrent selon qu’il s’agisse d’un log
d’échantillons Air Core ou d’un log d’échantillons RC (voir en annexes II et III les feuilles de log AC
et RC).
Pour mieux réaliser le log, le géologue doit avoir en sa possession une loupe, un crayon magnétique,
un flacon d’acide chlorhydrique pour détecter la présence de minéraux carbonatés et des crayons de
couleur.
IV.1.3. Interprétation des sections géologiques
Une section géologique est une représentation graphique sur un plan vertical de l’ensemble des
données des sondages qui se trouvent sur la même ligne de forage. En plus des données de sondage sa
réalisation se base aussi sur les données de cartographie géologique et/ou de géophysique. Les dessins
(figure 16 et 17) ci-dessous que nous avons réalisés représentent des coupes géologiques de deux
profils de sondage à Gourara.

Figure 16: Coupe géologique montrant l'interprétation de la section 1585194N (Gourara)

Page 29 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Figure 17: Coupe géologique montrant l'interprétation de la section 1584806N (Gourara)

Les trous de forages réalisés lors de cette campagne traversent principalement deux familles
lithologiques : des unités sédimentaires et des intrusions magmatiques.
 Les unités sédimentaires rencontrées lors de la description lithologique des débris de forages
Air Core provenant du prospect de Gourara sont composées de grès de natures variées, de
siltites et très rarement d’argilites, tandis que les unités magmatiques, elles sont composées
d’intrusifs basiques et intermédiaires (gabbro, diorite souvent porphyrique et très rarement des
dolérites).

 Les mêmes unités sédimentaires rencontrées à Gourara ont été observées à Tin Taradat lors des
logs RC. Par contre à Tin Taradat les roches intrusives comprennent en plus des gabbros et
diorites, des granodiorites.

IV.2. Mesure de la susceptibilité magnétique


IV.2.1. Objectif
La susceptibilité magnétique est la faculté d'un matériau à s'aimanter sous l'action d'une excitation
magnétique. Les données de susceptibilité magnétique obtenues, sont utilisées pour caractériser les
différentes lithologies et les différencier. Les mesures de la susceptibilité magnétique peuvent donner
une estimation rapide du caractère ferromagnétique de la roche.
IV.2.2. Procédé
La susceptibilité magnétique est mesurée à l’aide d’un magnétomètre. A Essakane Exploration, le
magnétomètre utilisé est le SM-30 (figure 18) qui est un petit appareil de poche simple d’utilisation.
L’appareil affiche les résultats en MiliTesla qu’il faut multiplier par 10-3 pour les avoir en système
international (Tesla). Une fois allumé, et calibré, la mesure est prise en le collant contre le sachet
Page 30 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
d’échantillon. Les mesures obtenues pour chaque échantillon, sont reproduites sur une feuille de
susceptibilité magnétique et ensuite saisies dans la base de données. Les mesures reportées sont ensuite
vérifiées par le géologue en charge du projet qui invalide ou justifie alors les valeurs incohérentes.

Figure 18: Appareil de mesure de la susceptibilité magnétique : le SM-30

IV.2.3. Interprétation de données magnétiques de quelques trous


Les données de susceptibilité magnétique peuvent être interprétées comme étant des changements
lithologiques, d'homogénéité de la roche ou encore comme une indication de la présence de zones
d’altération. Il faut remarquer que les régolithes ont tendance à avoir un magnétisme élevé du fait de
leur forte concentration en fer. De façon générale, le magnétisme est plus élevé dans les intrusifs en
particulier les intrusifs mafiques du fait de la présence des minéraux ferromagnésiens. Ce caractère
peut ainsi être utilisé pour différencier les roches sédimentaires des roches intrusives. Ces propos sont
illustrés par les figures 19 et 20 ci-dessous.

Figure 19: Graphique montrant l’évolution de la susceptibilité magnétique du trou GARC0069

Page 31 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Figure 20: Graphique montrant l’évolution de la susceptibilité magnétique du trou GARC0064

Il est aussi à noter que ces données sont à utiliser avec précaution, du fait de la fiabilité des mesures et
surtout à cause de la présence de certains minéraux magnétiques comme la pyrrhotite, la magnétite qui
peuvent influencer les résultats comme le montre la figure 21 ci-dessous.

Figure 21: Graphique montrant l’évolution de la susceptibilité magnétique du trou TTRC1722 représenté
intégralement par la granodiorite. Le pic au niveau de 62-63 est dû à la pyrrhotite observée pendant le log

IV.3. Mesure de la densité


IV.3.1. Objectif
La densité ou densité relative d’un corps est le rapport de sa masse volumique et la masse volumique
d’un corps pris comme référence. Dans notre cas, il s’agit de l’eau pure. Les données de densité
peuvent aussi bien être utilisées pour une caractérisation lithologique, que pour détecter la présence de
zones minéralisées.
IV.3.2. Procédé
La mesure de densité est effectuée seulement sur chaque dix (10) trous. Le procédé est le suivant :
 Une masse d’environ un kilogramme est prélevée de chaque échantillon (la masse doit être
mesurée le plus précisément possible).
 Ensuite, verser un litre d’eau dans un cylindre de mesure tout en s’assurant que ce dernier est à
niveau sur une table très stable et horizontale.

Page 32 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

 Mettre l’échantillon pesé dans l’eau du cylindre en s’assurant d’aucune perte.


 Lire le niveau de l’eau sur le cylindre.
 Reporter la mesure sur les feuilles de densité.
 Verser le contenu du cylindre, le nettoyer et répéter la procédure.
Les valeurs sont reportées sur une feuille de densité et saisies dans la base de données.
Le calcul de la densité se fait ensuite de façon simple dans un tableur Excel en appliquant la formule
suivante :
𝑀𝑎𝑠𝑠𝑒 (𝑘𝑔)
𝐷𝑒𝑛𝑠𝑖𝑡é ( 𝑔. 𝑐𝑚 − 3) = 𝑉𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 (𝑙)
Formule 1 : calcul de la densité

Le volume s’obtient en appliquant la formule suivante :


𝑉𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 (𝑙) = 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑓𝑖𝑛𝑎𝑙 (𝑙) − 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑖𝑛𝑖𝑡𝑖𝑎𝑙 (𝑙)
Formule 2: Détermination du volume

IV.3.3. Interprétation des données de densité de quelques trous


Au niveau des zones aurifères la densité est plus élevée à cause de la forte densité des minéraux
d’altération (silice, quartz…) formés suite à la concentration des fluides hydrothermaux, et aussi à la
densité de l’or lui-même (19,3) et des sulfures qui l’accompagnent. De façon générale, la saprolite est
moins dense que la transition qui est à son tour moins dense que la roche fraîche, du fait de l’altération
de la roche. Les figures ci-dessous montrent des graphes de densité des trous GARC0020 (figure 22),
GARC0042 (figure 23), GARC0060 (figure 24).
 Trou GARC0020
 Tableau représentant les valeurs de mesure de densité
Tableau 4: Valeurs de mesure de densité du trou GARC0020

Page 33 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

 Graphe de densité

Moyenne
de densité

Figure 22: Graphe de densité du trou GARC0020

 Interprétation
Au niveau de ce trou, la densité moyenne est de 2,65 correspondant au trait continu noir. Cependant,
nous observons des valeurs qui se détachent nettement du lot. La valeur encerclée en rouge est élevée
probablement à cause des pisolithes latéritiques qui ont une densité élevée. Une hypothèse probable
pour les autres points encerclés, peut-être la présence d’or à ces niveaux qui pourra être confirmée
avec les résultats d’analyse.

 Trou GARC0042
 Tableau représentant les valeurs de mesure de densité
Tableau 5: Valeurs de mesure de densité du trou GARC0042
De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité
0 1 0,00 20 21 2,75 40 41 2,74 60 61 3,79 80 81 2,83 100 101 2,69
1 2 0,00 21 22 2,65 41 42 2,70 61 62 2,80 81 82 2,77 101 102 2,70
2 3 2,68 22 23 2,88 42 43 2,68 62 63 2,81 82 83 2,62 102 103 2,65
3 4 2,61 23 24 2,67 43 44 2,84 63 64 2,89 83 84 2,76 103 104 2,85
4 5 2,36 24 25 2,46 44 45 2,86 64 65 2,87 84 85 2,86 104 105 2,75
5 6 2,24 25 26 2,62 45 46 2,62 65 66 2,78 85 86 2,80 105 106 2,80
6 7 2,68 26 27 2,54 46 47 2,71 66 67 2,87 86 87 2,74 106 107 2,83
7 8 2,35 27 28 2,58 47 48 2,79 67 68 2,91 87 88 2,78 107 108 2,81
8 9 2,29 28 29 2,70 48 49 2,86 68 69 3,89 88 89 2,69 108 109 2,83
9 10 2,67 29 30 2,89 49 50 2,80 69 70 2,90 89 90 2,70 109 110 2,78
10 11 2,42 30 31 2,64 50 51 2,83 70 71 3,02 90 91 2,85
11 12 2,50 31 32 2,70 51 52 2,93 71 72 2,88 91 92 2,76
12 13 2,55 32 33 2,76 52 53 2,85 72 73 4,07 92 93 2,72
13 14 2,74 33 34 2,76 53 54 3,21 73 74 2,80 93 94 2,85
14 15 2,30 34 35 2,67 54 55 2,80 74 75 2,83 94 95 2,89
15 16 2,52 35 36 2,63 55 56 2,75 75 76 2,83 95 96 2,91
16 17 2,42 36 37 2,57 56 57 2,92 76 77 2,88 96 97 2,78
17 18 2,35 37 38 2,70 57 58 2,86 77 78 2,76 97 98 2,81
18 19 2,50 38 39 2,72 58 59 2,74 78 79 2,90 98 99 2,79
19 20 2,46 39 40 2,57 59 60 2,79 79 80 2,91 99 100 2,71

NB : les valeurs de densité 0,00 sont dues à des échantillons non récupérés ou en quantité insuffisante
pour effectuer la mesure.

Page 34 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

 Graphe de densité

Moyenne
de densité

Figure 23: Graphe de densité du trou GARC0042

 Interprétation
La densité moyenne ici est de 2,76 correspondant au trait noir continu. Quatre (4) mesures se détachent
du lot au niveau d’une même lithologie. Les observations durant le log ont montré la présence d’une
minéralisation en sulfures (arsénopyrite, pyrite, pyrrhotite). Une autre hypothèse pourrait être la
présence d’or.

 Trou GARC0060
 Tableau représentant les valeurs de mesure de densité
Tableau 6: Valeurs de mesure de densité du trou GARC0060
De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité De (m) A (m) Densité
0 1 2,66 20 21 2,50 40 41 2,35 60 61 2,06 80 81 2,78 100 101 2,58
1 2 2,67 21 22 2,29 41 42 2,36 61 62 2,38 81 82 2,58 101 102 2,65
2 3 2,59 22 23 2,25 42 43 2,16 62 63 2,44 82 83 2,58 102 103 2,59
3 4 2,23 23 24 2,36 43 44 2,19 63 64 2,29 83 84 2,55 103 104 2,68
4 5 2,17 24 25 2,27 44 45 2,00 64 65 2,33 84 85 2,61 104 105 2,61
5 6 2,06 25 26 2,30 45 46 2,26 65 66 2,50 85 86 2,68 105 106 2,70
6 7 1,59 26 27 2,17 46 47 2,41 66 67 2,39 86 87 2,66 106 107 2,68
7 8 2,23 27 28 2,14 47 48 2,35 67 68 2,58 87 88 2,40 107 108 2,65
8 9 1,95 28 29 2,24 48 49 2,26 68 69 2,62 88 89 2,83 108 109 2,80
9 10 2,00 29 30 2,19 49 50 2,29 69 70 2,52 89 90 2,74 109 110 2,70
10 11 2,03 30 31 2,21 50 51 2,26 70 71 2,64 90 91 2,60
11 12 1,69 31 32 2,15 51 52 2,28 71 72 2,48 91 92 2,61
12 13 2,12 32 33 2,06 52 53 2,24 72 73 2,53 92 93 2,62
13 14 2,28 33 34 2,25 53 54 2,45 73 74 2,67 93 94 2,48
14 15 2,22 34 35 2,19 54 55 2,28 74 75 2,70 94 95 2,64
15 16 2,22 35 36 2,28 55 56 2,19 75 76 2,55 95 96 2,76
16 17 2,09 36 37 2,80 56 57 2,29 76 77 2,70 96 97 2,70
17 18 2,46 37 38 2,35 57 58 2,21 77 78 2,74 97 98 2,67
18 19 2,38 38 39 2,43 58 59 2,23 78 79 2,55 98 99 2,63
19 20 2,43 39 40 2,36 59 60 2,28 79 80 2,61 99 100 2,74

Page 35 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

 Graphe de densité

Moyenne
de densité

Figure 24: Graphe de densité du trou GARC0060

 Interprétation
La densité moyenne du trou GARC0060 est de 2,41 correspondant au trait continu noir. Trois (3)
groupes se distinguent par rapport à la densité moyenne (ligne noire). Un premier groupe encerclé en
rouge situé au-dessus de la moyenne représentant le régolithe. Les valeurs peuvent s’expliquer par la
densité élevée des pisolithes latéritiques et la présence de fragments de quartz. Le deuxième groupe
situé en dessous de la moyenne correspond à la partie altérée (saprolite et saprock) de la roche et le
troisième groupe situé au-dessus, à la partie fraiche. L’altération supergène de la roche entraine en
effet, une baisse de sa densité. Le point encerclé en vert peut s’expliquer par une minéralisation
probable en or ou en sulfure.

IV.4. Analyse géochimique au laboratoire


IV.4.1. Objectif
Les activités d’exploration sont en fin de compte sanctionnées par une analyse géochimique pour le
métal précieux ou la substance utile recherchée. Cette analyse géochimique est une détermination de la
valeur véritable de la matière recherchée (l’or dans notre cas) dans la masse rocheuse échantillonnée.
La qualité de cette analyse peut être affectée par plusieurs types d’erreur insérées aux différentes
étapes, depuis l’échantillonnage primaire jusqu’à l’analyse proprement dite.
Le contrôle de cette qualité ne peut être assuré que par l’insertion d’échantillons de contrôle utilisés de
pair avec des méthodes de validation spécifiques : Assurance de Qualité et Contrôle de Qualité
(QA/QC). Elle revêt une importance capitale sinon critique, puisqu’elle permet d’apprécier en bout de
ligne la validité des interprétations, tant qualitatives (modèles géologiques) que quantitatives
(estimation des ressources), dont découlent notamment l’évaluation du risque financier associé à une
exploitation.

Page 36 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
IV.4.2. Les sources d’erreur et leur contrôle
a. Les sources d’erreur
Les erreurs sont principalement des erreurs de justesse, et de précision mais aussi des erreurs
aberrantes peuvent survenir.
 Erreurs de justesse : Cette erreur peut être caractérisée par une mauvaise calibration des
instruments, la contamination susceptible d’intervenir durant l’échantillonnage, la préparation
(concassage et pulvérisation), …
 Erreurs de précision : Ces erreurs peuvent être dues aux effets pépite de l’or, une insuffisance
d’homogénéisation des échantillons, …
 Erreur aberrante : Elles se caractérisent par des valeurs statistiquement inconcevables
produites généralement par des mauvaises manipulations d’origine humaine comme des erreurs
d’insertion de standard, des fautes de saisie lors de l’entrée manuelle des numéros
d’échantillons. Ces erreurs sont donc généralement faciles à identifier.

b. Les échantillons de contrôle


Trois types d’échantillon de contrôle sont généralement utilisés pour la qualité du bon déroulement de
l’échantillonnage jusqu’à l’analyse au laboratoire. Il s’agit des Blancs (BLK), des Standards (STD) et
des Duplicatas (FD).
 Les blancs (BLK) : sont des échantillons stériles. Leur insertion vise essentiellement à
surveiller la contamination pendant la préparation de l’échantillon, qui peut survenir
essentiellement au concasseur ou au pulvérisateur suite à un nettoyage insuffisant des appareils.
Dans ce cas, des échantillons minéralisés contaminent les échantillons suivants. A Essakane
Exploration, le blanc utilisé est du quartz stérile prélevé dans la région dont un certain nombre
d’échantillons ont été analysés préalablement pour s’assurer de l’absence totale d’or.
 Les standards (STD) : Il s’agit d’échantillons commerciaux certifiés avec des teneurs
connues. Cette insertion de standards vise à contrôler l’exactitude, la justesse, et notamment la
bonne calibration des instruments du laboratoire d’analyse. Les standards sont de deux types :
les standards oxydés et les standards sulfurés.
 Les duplicatas (FD) : Ce sont des rejets grossiers permettant d’évaluer la précision de la
méthode utilisée et aussi la reproductibilité des résultats. Ces échantillons sont des doubles des
échantillons réels, en anglais "Field Duplicate" (FD), pris au moment de la première division
pour les échantillons de forage AC et RC.

IV.4.3. Préparation des échantillons


Une fois, les prélèvements faits pour la description lithologique et la conservation de témoins dans les
« chips box », le reste des échantillons doit subir une préparation en vue d’une analyse au laboratoire.
a. Préparation phase I
Le mode de préparation des échantillons diffère selon le type de forage.
 Les échantillons du AC
Pour le forage Air Core, les échantillons sont pesés et divisés par un diviseur à chute (Riffle splitter)
pour obtenir une masse de 5 kg. Après chaque échantillon le diviseur doit être nettoyé à l’air comprimé

Page 37 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
pour éviter la contamination. Les échantillons sont regroupés par lots (batch) et les échantillons de
contrôle sont insérés à ce niveau selon le principe suivant :
- Un blanc (BLK) au début et à la fin de chaque batch, et après chaque 20 échantillons.
- Un duplicata (FD) après chaque 20ème échantillon.
- Un standard commercial (STD) oxydé de 100g après chaque 20ème échantillon.

 Les échantillons du RC
Les échantillons sont amenés au diviseur à chute (Riffle Splitter) pour un prélèvement de 5 kg suivant
le même procédé que le AC. Les échantillons sont conditionnés dans des sacs pour une première phase
de préparation avec des blancs (BLK) et duplicatas (FD) déjà insérés (toujours le même principe
d’insertion qu’au niveau du AC) pour être envoyés au laboratoire d’analyse de la mine d’Essakane. Cet
envoi est accompagné par un protocole d’Essakane Exploration pour le broyage (crushing) et la
pulvérisation des échantillons. Après cette préparation mécanique par le laboratoire d’analyse, les
échantillons sont ramenés au camp d’Exploration afin d’en subir une autre division et homogénéisation
au moyen d’un diviseur rotatif (Rotary Spliter). A cette deuxième division, environ 1,2 kg
d’échantillon sont prélevés avec une insertion cette fois-ci des standards (STD) de 200 g de type
oxydes pour la roche dont les sulfures sont oxydés (régolithe, saprolite, transition) et des standards
(STD) de type sulfures au niveau de la roche saine.
b. Préparation phase II
Après la première phase, les échantillons sont expédiés pour analyse aux laboratoires, soit à Essakane
ou à Ouagadougou. Les échantillons Air Core sont analysés uniquement dans un laboratoire à
Ouagadougou. Les échantillons RC sont analysés à Essakane Lab., le laboratoire d’analyse de la mine
d’Essakane utilisé comme laboratoire primaire et dans un autre laboratoire à Ouagadougou utilisé
comme laboratoire arbitre de contrôle extérieur.
Tous les échantillons sont analysés par cyanuration suivant un protocole d’analyse qui est joint au
bordereau d’envoi (voir en annexe IV le protocole d’analyse AC et en annexe V le protocole d’analyse
RC).
IV.4.4. Contrôle de quelques erreurs
a. Contrôle sur le risque de contamination
Selon les principes de validation d’Essakane Exploration, il faut qu’au moins 90% des blancs insérés
dans les échantillons aient des valeurs inférieures à trois fois la limite de détection qui est de 0,001ppm
pour que le risque de contamination soit considéré comme négligeable.
b. Contrôle sur l’exactitude de la méthode d’analyse du laboratoire
L’insertion des standards (STD) est probablement l’action la plus primordiale du QA/QC qui indique
la bonne calibration des instruments, l’exactitude des résultats fournis par le laboratoire. Une
validation de ces échantillons de contrôle qualité analysés s’avère très capitale pour la fiabilité des
résultats. Les critères de validation en vigueur à Essakane Exploration est que : les standards certifiés
de teneur en or connue (X) doivent donner des résultats en or à l’intérieur de trois fois l’écart-type
(X±3SD) des résultats certifiés des standards dans plus de 95% des cas ou à l’intérieur de deux fois
l’écart-type (X±2SD) dans plus de 90% des cas pour que l’exactitude de la méthode d’analyse soit
considérée comme bonne. Autrement dit, une valeur de standard extérieure à l’intervalle X±3SD est
considérée comme une valeur échouée à l’analyse du laboratoire. Cela nécessite obligatoirement un
Page 38 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
retour au laboratoire pour une ré-analyse de l’intervalle d’échantillons autour du standard en question
jusqu’aux standards voisins réussis.
c. Contrôle de l’erreur de précision et de la reproductibilité des résultats
Le contrôle de la précision et de la reproductibilité des résultats d’analyse à Essakane Exploration est
assuré par l’insertion d’échantillons doubles (duplicata). Pour procurer une estimation fiable de cette
précision et de la reproductibilité des résultats, seuls les échantillons originaux dont les analyses ont
rapporté plus de 0.1 g/t ont été considérés. La reproductibilité de l’analyse est considérée bonne
lorsqu’au moins 90% des échantillons produisent des différences relatives inférieures ou égales à 20%.

IV.5. Analyses au XRF


IV.5.1. Présentation de la méthode d’analyse XRF
Dans les protocoles d’analyse des échantillons, il est demandé aux différents laboratoires de procéder à
une autre division des échantillons pour obtenir 200 g de pulpe (fraction pulvérisée) et les renvoyer à
Essakane Exploration.
Ces échantillons subiront des analyses géochimiques par fluorescence aux rayons X (XRF) au
laboratoire interne d’Essakane Exploration SARL.
La spectrométrie de fluorescence X (SFX, ou en anglais XRF pour X-ray fluorescence) est une
méthode d’analyse chimique utilisant une propriété physique de la matière, la fluorescence des rayons
X. Lorsque l’on bombarde de la matière avec des rayons X, la matière réémet de l’énergie sous la
forme, entre autres de rayons X ; c’est la fluorescence X ou émission secondaire de rayons X. Le
spectre des rayons X émis par la matière est caractéristique de la composition de l’échantillon. En
analysant ce spectre, on peut en déduire la composition élémentaire, c’est à dire les concentrations
massiques en éléments.
Les analyses se font avec un analyseur XRF de type X-5000 (figure 25) qui doit être manipulé avec
précaution du fait de sa fragilité et des rayons X qu’il émet. Il permet d’analyser plusieurs éléments
majeurs (Ca, Fe, K, Mn, Ti), et traces (As, Ba, Ce, Co, Cr, Cu, Mo, Nb, Nd, Ni, Pb, Pr, Rb, Sr, Th, V,
W, Y, Zn et Zr) L’analyseur est plus approprié pour l’analyse des échantillons de sols et du matériel
pulvérisé tel que les roches ou les échantillons du AC, du RC, du DD pulvérisés. Les données fournies
sont plus qualitatives que quantitatives. Il est très utile en géochimie du fait des coûts peu élevés et la
rapidité de la procédure.

Page 39 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Figure 25: Analyseur XRF X-5000 utilisé à Essakane Exploration

Les résultats des analyses multiéléments fournis par les analyses au XRF sont utiles pour la description
lithologique car ils permettent entre autres de faire une caractérisation de la lithologie en fonction des
éléments chimiques. Ces données peuvent être utilisées avec les logiciels Geosoft pour une
caractérisation litho-géochimique.

IV.5.2. Traitement du fichier d’analyse


Une fois les échantillons analysés, les résultats sont extraits de l’analyseur à l’aide d’un support USB.
Les résultats d’analyse sont dans un fichier tableur de format .CSV qu’il faut convertir en un fichier
tableur .XLS ou .XLSX pour faciliter le traitement (voir tableau ci-dessous).
Tableau 7: Fichier d'analyse non traité après conversion au format .XLS

Le traitement du fichier d’analyse consiste à le nettoyer pour rendre les données d’analyses utilisables
pour l’interprétation. Le fichier traité présente les concentrations massiques (en ppb) des différents
éléments et leurs anomalies en fonction de la profondeur de chaque trou. Le tableau ci-dessous montre
le fichier du tableau 4 après traitement : les colonnes surlignées en bleu indiquent de gauche à droite le
nom du trou, début du métrage, fin du métrage, coordonnées X du trou, coordonnées Y du trou,
l’identifiant de l’échantillon analysé, la date d’analyse ; les colonnes surlignées en jaune indiquent la
concentration des éléments et les anomalies correspondantes.

Page 40 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
Tableau 8: Fichier d'analyse traité

IV.5.3. Utilisation de Geosoft pour la caractérisation litho-géochimique


Geosoft Target est un logiciel d'exploration essentiel qui simplifie le traitement et la visualisation des
données de forage, permettant de mieux gérer les projets de forage, de la planification initiale à la
phase d'évaluation. Il offre la possibilité de créer des sections géologiques en quelques minutes, de
traiter des milliers de trous de forage à la fois et des informations géologiques, d’intégrer les
positionnements des trous forés aux autres données comme la géologie, la géochimie ou la
géophysique, à travers des affichages cartographiques de plans, de profils ou de sections.
A cet effet, il permet la réalisation de Strip-logs (figures 26 et 27) des éléments chimiques en
confrontation avec les descriptions géologiques des sondages permettant ainsi de mettre en évidence
les affinités chimiques en fonction de la lithologie.
IV.5.4. Analyse et interprétation de quelques strip-log
Les strip-logs des éléments chimiques réalisés par confrontation avec les descriptions géologiques des
sondages de Gourara, ont permis de mettre en évidence une certaine affinité chimique en fonction de la
lithologie.
Les strip-logs ci-dessous, ont permis de façon générale, de faire une différenciation entre les intrusions
magmatiques et les roches sédimentaires.

Page 41 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
 Trou GARC0020
 Strip-log

Figure 26: Strip-log du trou GARC0020

 Analyse et interprétation
Nous remarquons ici, la présence de quatre (04) lithologies : des alluvions, du grès, de la siltite et un
intrusif mafique. Au niveau de l’intrusif mafique, nous notons une abondance du Cr, du Ni, du Ca et
du Ti, et un déficit en Zr par rapport aux roches sédimentaires. Ainsi, une différenciation a pu être faite
entre les intrusions magmatiques et les roches sédimentaires. Pour le grès et la siltite, il n’y a pas de
distinction géochimique significative permettant de les différencier entre elles.
 Trou GARC0058
 Strip-log

Figure 27: Strip-log du trou GARC0058


Page 42 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

 Analyse et interprétation
Nous avons ici, cinq (05) lithologies : des alluvions, du grès, de la diorite, du gabbro et un intrusif
mafique. Nous notons ici, une abondance en Cr et Ni, et un déficit en Zr au niveau du gabbro. La
diorite montre quant à elle un déficit en Cr et Ni, et une abondance en Ti. Ainsi, les intrusions peuvent
être différenciées entre elles.

IV.6. Insuffisances et recommandations


Dans le cadre d’une amélioration du travail et plus particulièrement pour une meilleure qualité des
données acquises, nous nous permettons de faire quelques suggestions, si minimes soient-elles :
 Nous avons constaté que lors de la phase de division des échantillons, l’air comprimé est
uniquement utilisé pour la décontamination. Nous suggérons d’ajouter à cela un nettoyage du
diviseur avec de l’eau propre au moins après chaque trou échantillonné.
 Nous avons aussi constaté que le quartz utilisé comme échantillon de contrôle (blanc) est
souvent exposé et même concassé au niveau du poste de division des échantillons, le rendant
ainsi sujet à la contamination. Il serait préférable de le stocker dans un endroit où il sera à l’abri
de la contamination et même de le rincer avant l’insertion.
 Également, au niveau de la mesure de la susceptibilité magnétique, nous avons remarqué que
les échantillons sont collés les uns aux autres, et souvent la mesure est prise pendant que les
chaussures de sécurité (contenant du fer) de l’opérateur sont à proximité du magnétomètre.
Ceci à tendance à biaiser les données les rendant quelques fois inutilisables. A cet effet, nous
suggérons un rappel ou une formation des méthodes de prise de mesure aux différents
opérateurs et surtout une plus grande implication de leur part.

Page 43 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Conclusion générale
Ce présent rapport qui est l’objet de notre stage avait pour enjeux de faire ressortir le rôle du géologue
dans le processus de sondage d’un projet d’exploration.
Pour ce qui est de l’établissement du programme de forage, le géologue a tout d’abord la
responsabilité de définir les cibles et de planifier l’exécution du forage, tout en considérant les
contraintes techniques, économiques et environnementales.
L’implication la plus éloquente du géologue dans le programme de forage, se démarque lors de la
phase de collecte des données à partir des échantillons surtout durant le log lithologique, mais aussi et
surtout durant la phase d’analyse et d’interprétation de ces données.
Cela implique donc des qualités de la part du géologue :
 Qualités physiques : santé, endurance ;
 Qualités morales : esprit d’organisation, esprit d’équipe, un certain charisme ; grande humilité
 Qualités intellectuelles : sens aigu de l’observation, imagination, rigueur du raisonnement basé
sur des connaissances aussi vastes que possible, réalisme et honnêteté intellectuelle.
Ce stage s’est avéré très intéressant et très enrichissant pour notre expérience professionnelle. Il nous a
permis d’entrevoir plus clairement, les responsabilités d’un géologue spécialiste de l’exploration et de
nous imprégner de certaines réalités du terrain. Cette expérience nous a véritablement convaincu quant
à notre futur choix professionnel.

Page 44 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle

Références bibliographiques
Benjamin ALLOU et Mario PRATAS, 2015, Synthèse des activités et mise à jour sur le potentiel
aurifère des permis d’exploration du district aurifère d’Essakane, province de l’Oudalan, Nord-Est du
Burkina Faso. Rapport interne, Essakane Exploration SARL, 78 pages.

C. CASTAING, M. BILLA, J.P. MILESI, D. THIEBLEMONT, J. Le METOUR, E. EGAL, M.


DONZEAU (BRGM) (coordonnateurs) et C. GUERROT, A. COCHERIE, P. CHEVREMONT,
M. TEGYEY, Y. ITARD (BRGM), B. ZIDA, I. OUEDRAOGO, S. KOTE, B.E. KABORE, C.
OUEDRAOGO (BUMIGEB), J.C. KI, C. ZUNINO (ANTEA), 2003, Notice explicative de la Carte
géologique et minière du Burkina Faso à 1/1 000 000, 3ème édition, BRGM, 147 pages.

Frank CALCAGNO, Mel HILL, Sandy KUNZER., Jeff FARRAR., 1998, Engineering geology
field manual, volume I, US Department of the interior bureau of reclamation, 432 pages.

Jean BAEYENS et John GOWEN, 2000, Guide de l’exploration minière, Centre pour le
developpement de l’entreprise, ACP-UE, 64 pages.

Pol URIEN, Nicolas CHARLES, Rémi GALIN, Diana GUILLON, 2017, Sondages miniers, Tome
11, Collection La mine en France, 42 pages.

Souleymane SAVADOGO, 2011, Rapport de stage, Essakane Exploration SARL, 28 pages.

Souleymane SAVADOGO, 2016, Caractérisation litho-structurale et minéralisation aurifère du


prospect Bom Kodjélé, district aurifère d’Essakane, Burkina Faso, Rapport de synthèse des activités de
campagne 2014-2015/Gossey 2, 68 pages.

Page 45 sur 45
P. Ahmed Jaber ZOUBGA
Rapport de fin de cycle
Annexes
Annexe I: Code lithologique

Page I sur V
Rapport de fin de cycle

Annexe II: Fiche de log AC

Page II sur V
Rapport de fin de cycle

Annexe III: Fiche de log RC

Page III sur V


Rapport de fin de cycle

Annexe IV: Protocole d'analyse des échantillons AC

Page IV sur V
Rapport de fin de cycle
Annexe V: Protocole d'analyse des échantillons RC

Page V sur V