Vous êtes sur la page 1sur 1

Réponse de Philippe Meilhac, avocat de la veuve du

président Habyarimana, à la cellule investigation de


Radio France
"De nombreux documents provenant non seulement de la DGSE mais aussi du ministère de la
Défense (plus spécifiquement de la direction du Renseignement militaire, DRM) ont été
déclassifiés à la demande des juges d'instruction chargés du dossier de l'attentat du 6 avril 1994
et d'autres dossiers liés au génocide de 1994. Ces documents ─ dont certains avaient déjà été
rendus publics, et même annexés au rapport de la mission parlementaire française de 1998 ─
abordent les différentes pistes avancées dans les semaines, mois et années ayant suivi l'attentat.
Il serait dans ces conditions bien imprudent d'isoler l'un de ces documents (la note que vous
évoquez tout particulièrement) d'autant que la DGSE, elle-même, a indiqué dans un autre
document postérieur à celui que vous citez, "qu'en l'absence de source de première main,
l'établissement des responsabilités dans l'assassinat du président Habyarimana reste,
aujourd'hui, pour le moins risqué".
Si la piste du Front patriotique rwandais a finalement été la seule retenue par le rapport de la
mission parlementaire puis les juges d'instruction français, c'est avant toute chose parce que des
enquêteurs du TPIR [Tribunal pénal international pour le Rwanda, NDLR]
ont pu ─ secrètement ─ recueillir des éléments de preuve tangibles auprès de telles "sources",
lesquelles ont pu ensuite être auditionnées comme témoins par les juges d'instruction français.
L'importance de ces sources a été confirmée récemment par la divulgation d'un rapport établi
par ces enquêteurs à l'attention du procureur du TPIR le 1er octobre 2003, soit au moment où
ces témoins ont commencé à être auditionnés par la police antiterroriste (SDAT) et les juges
d'instruction français (ce rapport a été publié notamment par le magazine Marianne en
septembre 2018). Comme vous le savez certainement, ce sont ces auditions qui ont conduit à la
délivrance de mandat d'arrêt et des mises en examen. Il n'est en définitive pas surprenant que
les documents (et notamment celui que vous citez) ─ qui sont parvenus tardivement à la
connaissance des magistrats instructeurs et du parquet, et qui n'ont pas apporté d'éléments qu'ils
ne connaissaient pas déjà ─ ne soient même pas cités dans l'ordonnance de non-lieu ni les
réquisitions définitives du ministère public.
Quant à la mise en cause de ma cliente Agathe HABYARIMANA, je vous rappelle qu'à ce jour
elle est partie civile dans le dossier de l'attentat, ce qui est bien légitime et n'a jamais été contesté
ni par le ministère public ni par les juges d'instruction successifs. Enfin, s'agissant de la plainte
déposée contre elle voilà près de 12 ans dans le contexte de sa demande d'asile politique, elle a
obtenu le statut de témoin assisté, les magistrats instructeurs qui ont sollicité et obtenu la
déclassification de nombreux documents du type de celui que vous évoquez n'ayant pas estimé
opportun de mettre en examen ma cliente. Je vous rappelle que son frère Protais Zigiranyirazo
a été définitivement acquitté par la chambre d'appel du TPIR. Cette situation démontre que le
contenu de la note que vous évoquez est devenu totalement anachronique."