Vous êtes sur la page 1sur 131

Museum

Vol XXII, n° 3/4, 1969

Public attitudes toward


modern art

Attitudes du public à l’égard


de l’art moderne
.-

M . U S E U M

MUSEUM, successor to Mouseion, is published by


the United Nations Educational, Scientific and
Cultural Organization in Paris. MUSEUM serves
as a quarterly survey of activities and a means of
research in the field of museography. Opinions
expressed by individual contributors are not
necessarily those of Unesco.
MUSEUM, qui a succtdé à Mouseion, est publit à
Paris par l’Organisation des Nations Unies pour
l’tducation, la science et la culture. MUSEUM,
revue trimestrielle, est à la fois un’ périodique
d‘information et un instrument de recherche
.&.i
dans le domaine de la musCographie. Les opi-
nions exprimees par les auteurs ne reflktent pas
nkcessairement celles de l’Unesco.

BOARD OF EDITORS 1 COMITÉ DE RÉDACTION PUBLIC ATTITUDES TOWARD MODERN ART


Grace L. McCann Morley
Georges Henri Rivière AYALA ZACKS:hn%vductìon . . . . . . . . . . . . . . .
DUNCAN F. CAMERON: A case history. . . . . . . . . . . .
. Hugues de Varine-Bohan, Director International DAVIDS. ABBEY: . . . . . .
Procedwes and results of the stuc$ . .
Coiincil of Mtíseimzs I Directeur, Conseil interna- THEODORE ALLENHEIWICH:Problem andìnterpreta~ons. . . . . .
tional des mides
WILLIAMJ. WITHROW: . .
Practical ìnzplìcatìons ofthe Toronto stm& . .
Raymonde Frin, Editor, Programme Specialist, Appendixes
Monrmeets and Museiims Section, Unesco / Rédac- I. Questìonnaìre . . . . . . . . . . . . . . . . . .
mot~i~ments ef mfisées, Unesco
. . . . . . . .
tetir en chef, spécialiste drr programme, Section des 2. Iistruciionsfor the applìcatìon of the questionnaire
List and methods of the card grozpìngs and rankings 1 Liste e t modes de groupement
Anne Erdos, Sd-Editor, Monrmzents and Mirse~~ms e t de classemem’ des cartes (T. A. HEINRICH) . . . . . . . . . .
Section, Unesco 1 Secrétaìre de rédaciion, Section des
morimtents e t musées, Utiesco ATTITUDES DU PUBLIC A L’GGARD DE L’ART MODERNE
AYALAZACKS:hztrodztctìon . . . . . . . . . . .. . .
MUSEUM DUNCAN F. CAMERON: Historìque e t étzde . . . . . . .. . .
DAVIDS. ABBEY:Méthodes e t résultats de l’enquête . . . . .. . .
Problèmes e t interprétations . . .. . .
Each number: $3 or 18/- (stg.). Annual
subscription rate (4 issues or corresponding THEODORE ALLENHEINRICH:
double issues): $10 or Go/-(stg.). WILLIAMJ. WITHROW: Incidemes pratiques de Z’étude de Toronto . . :.
EA1 Annexes
Le numtro : I O F.Abonnement annuel (4num6 I. Questionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ros ou numéros doubles Cquivalents) : 35 F. 2. Instrtictions relatives à Z’utìfisation dzd questiomaìre . . . . . . . .
Editorial and Publishing Offices / Rédaction et
edition: Unesco, place de Fontenoy, 75 Paris-7e
(France) ANATOLITARASENKO:
Lenin Museum in the Soviet Union Les muées Lénine
en Union soviétique . . . . . . . . . . . . . . . . .
A r t educatìon room ìn the NatìonaZ Museum of Cuba, Havana 1 L a sale dìdac-
tìque du Musée national de Cuba, L a Havane . . . . . . . . . .
DAN~L E
GIUUDY : The ChìZdren’s Museuíz, MarseìZle Le Mmée des enfants,
Marseìlle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

MUSEUM NOTES [ CHRONIQUE


The one-hundredth anniversary of the NatwaZ History Mz~eíwn, Genoa 1 Le cen-
o UnescoPrìntea’
1970 SHC.69/Iv.Io~/APSR
in Swìtxerland tenaire dzt M z d e d’histoire naturelle de Gênes . . . . . . . . . .
Presses Centrales Lausanne S.A. International exchange of art .€?changes internationaux d’azvres d’art . . .
Public nttitades towayd modem nyt

The idea of this stua) goes back t o 17 6j.A working groitp cofnposed of Canadian experts was
edisted its initiator, the IC0iI.f Continittee for il4useunis of ilfodern Art, t o carry oztt
the project. This working grot@ worked itz close co-operation with the Canadian ICOílf Coni-
inittee while the Canadian National Con.imissìon for Unesco, through a grant made by that
organip5on, helped to finance the first phase ?f the stzta).
During the meeting of the ICOiV Coinmitteefor Musezints of hfodertz A r t held in Brussels
(9-12 Deceniber 17 67), two members of the alorkitg groztp, Dztncan F. Cameron a d Theo-
dore A.Heinrich, reported otz the programitie of Phase II of the s t u 4 . The aim of this new
progranme is az attempt to develop further bpotheses inferred during the $rst phase of the
stds. To this effect:
I . The working groztp will m e the reproductions of 2 oth-centztîy paintings which elicited h%h
levels of reaction, either negative or positiue.
2. TiiIen&$our pailrtings will be med as the basis for dìscztssion ìa a series of tape-recorded,
tivo-hour, gt-oitp interuieivs. E&ht t o twelve people will take part in each group discu.rsioa
and each group will be selected t o shoiv differences between age, education and socio-economic
class. The tape recordings uiill be anabsed from the uieiupoints 03' art histog!, qualitative
semantics and groztp &amics.
This hkhh palitatiue and su~ectìueresearch method has prouen effective in studykg attitudes
itz other areas. The interaction iuithin grottps appears t o briyforth expression of feelings at
greater depth thm can be reached throzgh person-to-person interuiews or the tise of structured
questionnaires.
The analyses of the grotlp interuieivs will be 9nthesiTed in a report to the ICOiZf General
Assembly t o be held hz Paris, in 1771. It is also planned t o prodtrce a ntttlt$de-screen, audio-
uisual presentation itsing selections from the actual recorded discussions and slides of the works
of art being discussed.
The Canadian Sub-Comniittee for the Stu4 of Public Attitudes towards Modern A r t
started the second phase of research in December 17 67. The ICOM Committeejòr ilfuseunis
of Afodern A r t , dnring its meeting in Deceniber last, appoitzted an itzternational working group
whose task will be t o folloiv the secondphase and stinndate other st14diessuch as that of Toronto,
following the sanie methods, in other totvns in the world.

museum
Volume XXII No 314 I969
Introduction

A matter of increasingly urgent concern among those closely associated with mu- by Ayala Zacks
seums as professionals, board members or volunteer workers is the evident gap be-
tween the general public and nearly all forms of contemporary expression in art.
There is gratification in the numbers of people who do patronize museums and
exhibitions of modern art. That immediate gratification is apt to disguise facts of a
more disquieting nature.
The public for new art represents a relatively small fraction of all museum visitors.
The total museum-visiting public represents only a lesser fraction of the total popu-
lation. The potential public for all types of museums grows at a rate suggesting that
it is much larger than was once thought. People stay away from museums for many
reasons, but principally because of ignorance, apathy or indifference, compounded
in some cases by poor experiences that produced boredom or bewilderment. Those
who are regular visitors have a native curiosity that has been stimulated by enriching
experiences.
But the museum specializing in or to some degree involved with modern art
faces some problems not associated with other types of museum. Conspicuous among
these are the absence of the majority of visitors to museums offering a broader diet
and attitudes of open hostility on the part both of some actual visitors and of those
who mention dislike of modern art as the excuse for avoiding contemporary mu-
seums. Less obvious is the role played among actual and apparently enthusiastic
visitors by fashion.
We are disturbed to realize that, in a world absorbed with advances in the sciences
and medicine, for example, a world prepared to accept and reward real or fancied
progress, is probably less charitable toward real or fancied developments of an equally
experimental nature in the arts. That the former are not in fact any easier to under-
stand is beside the point. Where experimenters in the sciences and theorists in such
fields as economics and communications may expect to be accepted with all the cre-
dulity accorded by the mediaeval public to miracles, the creative artist and the museum
which exhibits him may expect a large share of indifference if not rejection by the
public at large.
The ICOM Committee for Museums of Modern Art has long puzzled over this
disparity and the many questions it raises. It decided in 196j that the time had come
to undertake some concerted research into the problem. A mission was therefore
established and entrusted to a Canadian working committee which presented its
preliminary findings at the eighth triennial meetings of ICOM at Cologne and Mu-
nich in 196S.l
The researches of this working committee were supported by public and private
grants raised for this purpose entirely in Canada. Toronto was designated as the
site for this experiment as a large representative community (nearly 2 million people)
with a population of diverse origins and circumstances, possessing an active artistic
life, a major museum, a busy art gallery, two universities, many art dealers and all
the other cultural amenities of any large city. This volunteer working party devoted
two and a half years of strenuous work toward defining our problem, devising re-
search techniques, supervising their application, interpreting the collected informa-
tion and preparing the papers which were delivered at the eighth general meeting
of ICOM and are now in revised form mblished in this issue of A h x e m z .
I. At that Ume, the &'Orking party was
The original working party under my chairmanship consisted of seven members:
vated to the status of a Sub-committee, so that
one museum director, two professors of history of art, one of whom was formerly its u,ork might continue on an basis.
a museum director, a museum consultant, a president of a museums association and 2. cf. page 129.

a social psychologist.2
We engaged for the actual survey a leading firm of market researchers and the
small mountain of assembled information was digested into manageable form by
computers. The selection of respondents, of whom there were over joo, was left
entirely in the hands of the professional market-research consultant in order to ensure
that our answer would indeed represent the opinions of a true and sociologically
acceptable cross-section of our population. The conduct of the questioning was
also fully entrusted to the consultant firm in order that the enthusiasms of our work-
ing committee could not be communicated to, and therefore possibly influence the
reactions of, the respondents.
We should like to emphasize that our primary missions were to formulate a pro-
blem clearly and to devise a workable method for acquiring information. Ours
was a pilot project. We have demonstrated that our method does work. \Ve have
made some preliminary interpretations of our evidence which we believe to be inter-
esting and possibly helpful to the museum profession. We were neither asked to
provide final answers nor do we present our findings as anything but early clues in a
study which must be carried much further and pursued in close international co-
operation.
The publication in this issue of our questionnaire and a description of working
methods and tools now makes available in concrete form to our colleagues the basic
information necessary for replication of our experimental research. Museums in at
least eight countries have indicated their interest in continuing our work. We can
assemble at small cost additional sets of the postcard reproductions used as testing
material. We can supply additional advice to museums undertaking replications of
our pilot study. Only with such a mass of additional evidence can we begin to reach
widely valid and useful answers to the questions deriving from the basic problem:
why is there such a wide gap between what we professionally considered to be the
significant achievements in contemporary art and their acceptance by a wide public ?
We would therefore ask that such further investigation as may be made by mu-
seum groups about the world be undertaken in a serious and fully co-operative
spirit and that we be supplied with a digest of results so that they may be pooled and
interpreted for the benefit of all.3

3 . Groups we have in mind may belong to


museums of all types and of all countries,
whether developed or developing, provided
that these museums are interested in such
surveys.
Inquiries should be directed to the President
of ICOM International Committeefor Museums
of Modern Art, Secretariat of ICOM, I rue
Miollis, 75 Paris-1 j e (France).

I28
A case historv

It seems reasonable in the division of labours between the authors of these papers by Duncan F. Cameron
for me to present to the readers of Almw/t/, as I did in Cologne,l information that
would be most helpful for any who might be contemplating similar studies. I will
try to give you a case history of the Toronto project which will include not only
our objectives and methods, but also our problems, the lessons that we learned, the
facts of financing and, finally, a very brief summary of our findings and recom-
mendations for future work.
Before proceeding, I must explain that the essential working materials are appen-
ded to this report for the reader’s examination and study. At this juncture, these are
three documents: list and methods of grouping and classifying the postcard repro-
ductions of works of art used in this study;2 the questionnaire itself (Appendix I);
the instructions for its application (Appendix 2 ) . Other working materials, such as
the sample design, the tabulation specifications for computer processing, and
the computer output itself are being held at our ofice in Toronto. We regard these
as public property.

The origins of the study


The study, “The Public and Modern Art”, grew out of discussions which had taken
place within the sessions of ICOM’s International Committee for Museums of
Modern Art at the seventh general meeting in New York in the autumn of 196j.
Mrs. Ayala Zacks, a member of that committee, returned to Toronto to report that
there was a need for research into public attitudes towards modern art and that the
committee had authorized her to organize a pilot study. She explained that directors
of museums of modern art required more information about the apathy, and sometimes
hostility, of large segments of the public towards 20th-century art. Mrs. Zacks, whose
energies and enthusiasm cannot be overlooked in any report of this project, organized
a local volunteer committee. The composition of that committee is important in itself.
The members were: Dr. David S. Abbey, Co-ordinator of Research at the Ontario
Institute for Studies in Education-Dr. Abbey, a social psychologist, had previously
studied museum audiences in Canada and the United States and was especially inte-
rested in the evaluation of communication effectiveness in museums ; Mr. Donald
I<. Crowdis, who at that time was the president of the Canadian Museums Associa-
tion and Chairman of the Canadian National Committee for ICOM, and therefore
ideally in a position to serve as liaison between us and our oficial museum organiza-
tions ; Dr. Theodore Allan Heinrich, Professor of Humanities at York University in
Toronto and former director of the %al Ontario Museum-Dr. Heinrich, pro-
fessor, museum director and art historian, had a long-standing interest in applied
social science research in museology, and has been active in ICOM almost since its
inception; Professor Robert Welsh, Professor of Fine Arts at the University of
Toronto, who was then organizing a major art exhibition at the Art Gallery of Onta-
r-
-
rio, in Toronto, and who was acutely aware of the need for research through his
experience with university students; Mr. William J. \Vithrow, director of the Ajt
G a y of O E i G , who was familiar with the problem through his experience as an
art gallery director-he, too, was a proponent of applied social science research in
museology; and, finally, as a museum consultant with some experience in the study -
I. During the ICOM eighth General Assem-
of museum audiences and audience behaviour, I was privileged to join the Toronto bly, Munich, cologne,r968.
committee. 2. See p. 153.

The first meetings- of the committee in December of 196j were devoted to the
exploration of alternative research methods. It was also necessary, at these early
meetings, to define the objectives clearly. I think it would be most accurate to say 129
that the committee, from the very beginning, accepted as its responsibility the devel-
opment of a research method or, if you wish, of a research instrument, which would
be useful internationally in the study of public attitudes towards modern art. The
objective certainly was not to make an exhaustive study of public attitudes in metro-
politan Toronto, nor was it to produce definitive answers to the questions which
were being asked about these public attitudes.
Toronto, then, was to be the site of a pilot study where a research instrument
would be developed and would be given its first test. It is most important to note
these objectives carefully. The study which has been carried out has been largely con-
cerned with methodology and with the testing of the research instrument. It would
be dangerous to assume that the results of this one pilot study, in one city with its
own unique characteristics, provide answers to the mysteries of public attitudes
which can be applied in any general way.

Methodology
After considering a great variety of alternatives, the committee decided that it would
be best to interview a representative sample of metropolitan Toronto residents on
the subject of modern art and that the interviews should be person-to-person, con-
ducted in the respondents’ own homes. It was also felt that no meaningful interview
could be conducted unless the respondent had the opportunity to look at a reason-
able selection of 20th-century paintings and had an opportunity to compare, discuss
and comment upon them.
The first task undertaken was the selection of a representative sample of paintings
from the period 1900-1960. In retrospect, this was the most time-consuming and
demanding of all the tasks required by the research design. M i s . Zacks, Professors
Heinrich and Welsh, and Mr. Withrow spent hundreds of hours in the process of
selection. It must be remembered that it was only practical to use works of art which
were already available in postcard form and, further, that the postcards had to be of
high quality and had to be readily available for purchase in quantity.
This work involved many meetings, reviews of postcard manufacturers’ cata-
logues, examination of postcard stocks at art galleries, and required travel beyond
Toronto to other cities in north-eastern North America. The initial selection of
reproductions numbered more than z,ooo and, from these, more critical selections
were made until finally, after more than a year, the final set of 220 works of art was
agreed upon.
The practical job of assembling the postcards must also be mentioned. The re-
quired cards came from France, England and the United States, and from avariety
of manufacturers, dealers and art galleries. Each arriving shipment of postcards had
to be processed through customs offices. I can assure you that it is not easy to explain
to an import tax clerk that you are buying postcards for purposes of educational
research, especially when the tax clerk feels that some of your imports are unques-
tionably pornography.
The 220 reproductions were organized into twenty-three sets of ten cards each.
(Some reproductions were used in more than one group of ten.) Each of these decks
had, as a common denominator, some formal element or subject such as variations
on the parallel line, the floating form, dissolution of form, female nudes, landscapes,
the tower form and so forth. Also, in each deck there was what might be described
as a stylistic range. In some sets, this range would move from a highly representa-
tional treatment to an abstract treatment of the theme. In others, the range moved
from dull, drab colour to brilliant colour, and so forth.
The interview, and therefore the questionnaire, was designed so that each respon-
dent would have an opportunity to look at four decks of ten cards each. The first
set of ten cards shown would be examined in detail and the subsequent three decks
would be examined briefly.3
3. See “Procedures and Results of the Study”,
Page 134. Chronology
I feel it is of interest, and possibly of value, to report how long this study took in
execution and why. As mentioned earlier, the first meetings were held in December
1965, so it was approximately two and a half years from the initial planning to the
Cologne reporting of preliminary results. -At the beginning, things moved very
quickly and the research plan on which the study was based was completed and pre-
sented to the Canadian National Commission for Unesco in late December 196j as
part of a grant application. The grant, amounting to $J,OOO (Canadian), was awarded
in January 1966, only a month after the application and, by early February 1966, the
selection sub-committee was hard at work in its search for suitablepostcard reproduc-
tions. During the rest of 1966, work on postcard reproduction selection continued
and the questionnaire, sample design and other details of the research design went
forward from draft to draft.
It may seem surprising that fifteen months passed before the selection of postcards
was completed and the assembly of the appropriate cards was under way. There
might havk been other ways of approaching this problem which would have taken
less time, but I am sure I can speak for all members of the committee in saying that
those fifteen months were a sound investment. I n retrospect, we can think of no
other solution to the problem of giving respondents works of art to view which
would be equally effective and, if we had a study of this type to conduct again, I am
sure we would approach it in the same way.
By the late spring of 1967, the sample design and the questionnaire were completed
and 95 per cent of the required postcards had been assembled. It was also in the
spring of 1967 that we realized that an additional $z,~oo would be needed to pay for
the electronic data processing. An application for these additional funds was made
to the Canadian National Commission for Unesco through the Canadian National
Committee for ICOM.
In 1966 and 1967, the summers were times when some of our activities came to a
halt, for the committee was dispersed with some members out of the country for
months at a time. The summer months were also undesirable times for interviewing
since, in the city of Toronto, many residents are away at summer cottages and re-
sorts. Thus, we had the summer of 1967 to complete the decks of postcards, pre-test
the questionnaire and refine the specifications for tabulation. All of this was com-
pleted by early September and the actual interviewing began on zz September and
was completed on 4 November 1967.
The translation of the information on the questionnaire into numerical codes for
electronic data processing proceeded during the winter months.
The supplementary grant was received from Unesco in January 1968 and, in
April, the computer output was delivered to the committee. Preliminary analysis
followed promptly and led to the reports being presented in Cologne and now in
this issue.
My point in giving this rather detailed chronology of the study is to introduce
the question of volunteer committees versus commercial contractors for research
of this type. On the basis of my own experience in commercial research, I can esti-
mate that completion of this entire project would have been promised by a commer-
cial contractor in a period of not more than six months. Also on the basis of my
personal experience, I can say that no commercial contractor could have provided the
imaginative leadership which Mrs. Zacks gave the committee, nor could they have
provided the combination of knowledge and experience which Mrs. Zacks had assem-
bled. As co-ordinator of the project, I am most aware of the expertise contributed to
the selection of reproductions by Mrs. Zacks, Professors Welsh and Heinrich, and
Mr. Withrow. Dr. Abbey’s invaluable contributions as research director left no doubt
of the importance of the qualified and experienced social scientist to research in this
field.
Those who decide to repeat the Toronto study in their own cities will certainly
not need two and a half years, especially if they accept the existing selection of
reproductions and the questionnaire format. I hope, however, that future committees
will not be concerned with speed. It is our experience that, to be productive, the
collaboration of art museum directors, art historians and social scientists took both
time and patience. The nature of this research is such that haste, when social scientist
and art historian do not speak the same professional language, can readily lead to
confusion and misunderstanding of the significance of the results.
Comments on organisation and supervision
Before summarizing the results and concluding this report, there are some observa-
tions on organization and supervision of this study which may prove useful.
First, I have already mentioned the problem of communication between the art
professionals and the social scientists. I can only add that this is a problem which
can be solved, but which must be kept in mind both during the early stages of re-
search design and, more important, during the period of interpretation. What is
meaningful to one may not be meaningful to the other and only through close collab-
oration and repeated reviews of interpretations can it be assured that there is agree-
ment and understanding of the results of the research.
Second, the Toronto project was officially the work of a volunteer sub-committee
of ICOM’s International Committee for Museums of Modern Art. In order to deal
effectively with the Canadian National Commission for Unesco, the project was later
identified as an activity of the Canadian National Committee for ICOILI. Is it more
desirable to have projects of international committees kept apart from the activities
of national committees, or should the national committees adopt such projects?
Are concerns of national committees distinct from those of international commit-
tees? Is it reasonable to expect a national ICOM committee to give highest priority
or first attention to the needs of an international ICOM committee project, even
though it is being carried out locally? These questions remain unanswered atfer our
Canadian experience, but it may be wise to consider them when future studies are
planned elsewhere.
Third, as described earlier, the Toronto committee employed a commercial firm
for field work, for interviewing, and for the tabulation of data. Except where there
is a university department or institute which has trained interviewers and computer
facilities, it will be necessary to employ a commercial research firm for this part of
the work. When doing so, two things should be kept in mind. Commercial research
firms, whose primary work is marketing research, may not be accustomed to the
high standards of accuracy and precision which you will require and, for that reason,
their estimates of costs may be low. Estimates of costs for interviewing and tabula-
tion should only be accepted when the contractor understands clearly the standards
which you will demand. Further, it is necessary to maintain constant supervision of
the work being undertaken by a contractor. In Toronto, during 1967, I would esti-
mate that some thirty to forty meetings were held between the commercial contractor
and committee members in order to iron out difficulties, confusions and misunder-
standings.
And, finally, to add to comments made earlier, a project which is dependent upon
a volunteer committee and which demands the patience and perseverance which 1
have shown was sustained over two and a half years is dependent for its success upon
its chairman. There must be a chairman who knows the secret of taking time, people,
money and ideas, when each is an unknown quantity, and transforming them into
a working team with a plan, a budget, a time schedule and, eventually, the desired
result.

Results
The results of the study have to be discussed in two parts. First, did we ir! fact pro-
duce a research instrument which will provide measures of public attitudes towards
modern art and which can be applied generally, that is, can be used in other cities
and other countries?
We believe that we have produced such a research instrument, although it is prob-
able that replication of the Toronto study will lead to refinements.
The sample design used in Toronto was satisfactory, with the exception that there
was a predominance of female respondents. This is a problem common to surveys in
urban areas where females are more likely to be at home than are males. We do not
suggest that the sample design used in Toronto need be duplicated precisely in
future studies, but only that a high-quality probability sample of the population
under study be drawn in accordance with accepted social-survey methods.
\Ve feel that the use of postcard reproductions of works of art is a satisfactory me-
thod. The respondents in our study appeared to enjoy their interview and the inter-
viewers themselves took more interest in this study than in most other surveys to
which they had been assigned. It was interesting that the interviewers asked if they
could keep the sets of postcards after the study was completed. Interviewers and
respondents found the postcards easy to handle and they were sufficiently durable
to stand up to repeated use during the interviewing period.
The questionnaire posed no problems and we are pleased to report that it was
intelligible to people with a wide range of educational backgrounds, socio-economic
status, and to persons of all ages.
The coding of the questionnaire, that is, the translation of responses into numerical
codes, is in some instances difficult, but satisfactory codes were developed for the
Toronto study and these can be made available. For those not familiar with this
problem in data processing, I should explain that, when respondents gave an explan-
ation for the grouping of ten cards, for example, their explanations were recorded
verbatim on the questionnaire. Subsequently, it was necessary to reduce all of the
explanations given by the 507 respondents to a limited number of categories to
which numbers could be assigned. This is both a difficult and a critical operation
and it is an excellent example of a task which requires the close co-operation of both
art historian and social scientist.
The Toronto study produced a virtual mountain of data in which we suspect
there are rich ore-bodies yet to be discovered and mined. The analysis done thus far
is but preliminary and covers only a few of the more obvious results. On the basis
of what has been done so far, however, we can say that the research design and the
procedures used in Toronto appear to have produced data which do measure public
attitudes towards modern art and which are capable of meaningful analysis.
The second End of results from the study are those which have to do with the
measures of public attitudes themselves. As I mentioned at the beginning of my
remarks, Dr. Abbey’s paper describes some of these results and Dr. Heinrich’s paper
and comments on the card groupings and ranltings discuss others in detail. Although
my responsibility here has been to give you a case history of the project, it would seem
unfair to finish without intimating, however briefly, what clues we now have about
public attitudes as a result of the pilot project.
The first of the results reported by Dr. Abbey is that there is a relationship between
familiarity with a work of art and the public’s stated preference for that work. He
finds that paintings which have been seen by a large proportion of the.sample are
preferred by a large proportion of the sample. Dr. Heinrich feels that this might
better be interpreted by saying that familiarity with types of paintings is related to
preferences for similar types of paintings or subjects. One might go further to spe-
culate that, for some respondents at least, those paintings which seemed familiar
were those paintings with which the respondent felt comfortable. Therefore, whether
he had actually seen the picture before or not, he gave it a high preference score.
The second conclusion drawn by Dr. Abbey is that the public is consistent in pre-
ference rating. He points out that there is a considerable degree of unanimity with
respect to the most preferred picture in a deck, but there is even more unanimity
with respect to the least preferred picture. He says, “It would appear then that there
is more consensus about what is not liked than there is about what is preferred but,
in both cases, the public has fairly clear-cut biases.”
Earlier, I explained that each of the twenty-three decks or sets of cards used in
the study had a common denominator or theme. Dr. Abbey reports that the public
was generally unable to identify these themes, which had been established by the art
experts on the committee.
Dr. Heinrich will report that contemporary claims that the pace of assimilation of
information has greatly increased in our time because of the technological revolu-
tion seems not to have affected the assimilation gap between creative innovation and
general acceptance as far as art is concerned. He will also explain the use of control
cards in the test decks and will describe how these produced evidence of an unde-
niable conservatism in art preference among the public at large. The inability of
respondents to recognize the subject-matter of paintings, even when there was only
nominal departure from traditional forms of expression, should be of special interest. I33
Both Dr. Abbey and Dr. Heinrich comment in their papers on the willingness
of respondents, regardless of their art illiteracy, to state preferences, to make judge-
ments and especially to say what they do not like and why.
With these cryptic half-explanations, I will leave the privilege of revelation to
Dr. Heinrich and conclude with one personal comment and a recommendation.
Throughout the period of this study, I have felt that there has been a tendency on
the part of all of those involved to underestimate the general public in one sense and
unreasonably to over-estimate them in another. Specifically, I feel that we have
understimated the public’s ability to discriminate what they like from what they
dislike, their ability to form opinions and to defend them, their ability to form a
system of aesthetic values with which to make judgements. If we simply felt that the
general public had taste, but bad taste, that would be one thing. But I feel that we
have tended to say that the public has no taste, and that is something quite different
again. I think it is in this way that we underestimate our public.
The over-estimation of the public which I said was unreasonable is an over-
estimation of the public’s ability to be elevated to visual literacy through visual arts
education in which we express our in-group values in our expert jargon. In our dis-
cussions over the past two and a half years and, in some ways, even in the conduct
of this study, I feel that some of us have too often thought of visual literacy as this
ability to use the right word, to verbalize what we see, rather than to see itself. I am
sure my fellow committee members would agree with me if I said that the most
important part of the research which we have begun in a small way in Toronto, and
which I hope will be continued, will be to teach us the colloquial language of the
arts, to teach us the language of popular taste. Only then, with a shared verbal
language, can we undertake the education of vision for our people with respect,
truly sharing the non-verbal language of art, and sharing in the rewards.

Procedures and results of the study

by David S. Abbey Introduction


Directors and curators of art museums and those interested in the role of art in edu-
cation and society generally have long been aware of the gulfwhich exists between the
professionals’ appreciation of modern art and that of the lay public. The gulf may
not be expressed in terms of avoidance of exhibitions of modern art, nor even in its
purchase, for the number of people visiting galleries and acquiring art has been
increasing dramatically for several decades. Rather, the distance between the profes-
sional and the public at large is typically expressed in the types of attitudes which are
expressed about modern art and in the statements which the novice buyer may make
with reference to his acquisitions. It is apparent that for large numbers of people,
throughout the world, modern art is something which is to be looked at but hardly
enjoyed. Or, it is something to be acquired like so many other household com-
modities for its decorative function, but rarely because it is fully understood in the
terms which are meaningful or acceptable to the art connoisseur, the gallery director
or the artist himself.
The present study was designed to examine the ways in which members of the
public perceive art, and how they respond to it in terms of preferences for various
thematic or stylistic qualities.
Other reports will present more details of both procedure and results as well as
interpretations of the data from the various viewpoints of a museum director, an
I34 art historian and a museum consultant. This paper provides a brief description of
the methodology developed for the study and some rather general crconclusionsyy
concerning the data. These conclusions are those of a social scientist whose primary
input to the present study was one of designing a workable sampling and interview
procedure which would not only satisfy the needs of the Canadian ICOM Committee
but which would also be applicable in other urban centres where interested groups
might wish to replicate the study.

Methodology

SELECTION O F REPRODUCTIONS

The selection of works of art to be representative of modern art x7as carried out by
sub-committees of current or past members of the Canadian ICOM Committee.
Initially, over z,ooo reproductions of works completed after 1900 were selected by
T. A. Heinrich from the collections of major importers and distributors of art post-
cards for study by the committee. Cards were chosen on a number of criteria, includ-
ing accuracy of reproduction, variation in theme and technique, and assumed range
of popularity. The artists represent many countries and styles. From this initial
selection, a further screening was made to yield approximately 220 different exhibits
for use in the actual study.
It was agreed that in selecting the exhibits an attempt would be made to provide
several variations on each of a number of themes to be determined by the selection
committee. In the end it was possible to agree upon twenty-three decks of exhibits-
ten reproductions per deck. There was no attempt made to provide mutually exclu-
sive decks or dimensions in order that traditional statistical techniques might be
employed. Our concern was solely that a broad range of representative materials be
obtained for judgement by the public. The bases for grouping of the cards are given
elsewhere in this review in the article by T. A. Heinrich.

INTERVIEW PROCEDURES

Of many interview procedures considered it was agreed that interviewing respon-


dents in their homes by means of a highly structured questionnaire would provide
the most reliable data from the largest sample at the least cost.
The questionnaire was developed in consultation both with the ICOM committee
and professional market-research personnel. The final set of questions and procedures
was pre-tested by the latter and a set of instructions was prepared to guide the inter-
viewer through the data collection.
The interview itself consisted of two types of activity. First, a set of information
questions determined basic socio-economic data about the respondent (age, sex) and
his family (occupation and income of respondent or head of household) plus data
concerning the level of schooling and of art instruction and involvement with art of
the respondent and his parents. Second, each respondent was required to handle and
to make judgements about four decks of reproductions.
In the second set of operations respondents considered one of the twenty-three
decks (a “major” deck) in some detail. They were asked: to rank order the cards in
terms of preference; to indicate which if any of the reproductions in the deck was
familiar to them; to find a common theme or basis for grouping the ten exhibits before
them; to identify any paintings which did not appear to belong with or to be consis-
tent with the theme they had identified; and to indicate which of the works they
might like to own and what they would do with it if they could have the ccfull-sized
picture”. Following this rather intensive examination of one deck, each respondent
was presented with three additional decks (“minory7 decks) of ten cards each. For
each of these three decks he was asked to select the painting which he preferred most
and the one which he preferred least, and finally he was asked to rank order all four
decks of cards according to preference. This last procedure required a judgement
as to the relative desirability of each of the decks of paintings in comparison to each
of the other three.
SAMPLING PROCEDURE

Three problems of sampling were considered at the same time. First, it was necessary
to ensure that each of the twenty-three decks of cards was employed as a “major”
deck as many times as possible and similarly that it was treated as a ccminory’deck as
often as possible. Second, it was necessary to design a sampling procedure such that
the use of decks (either as ccmajory’or ccmin~ry’decks) was spread evenly across all
of the socio-economic and geographic strata to be sampled. Finally, it was necessary
to sample respondents so that all socio-economic groups were represented in the
final study.
It was determined that a minimum sample size of approximately yo0 respondents
would be needed to give the necessary precision to the data, given the above set of
requirements.
All of the data were collected in metropolitan Toronto-Canada’s second largest
urban area-during the six-week period 2 2 September to 4 November 1967. A
sample of 507 individuals, each 15 years of age or over was drawn from the total
metropolitan population of 1.8 million persons. The proportion of individuals in
each of the city’s six boroughs was reflected in the construction of the sample and
a “random starting-point” procedure within each borough by nearly two dozen
interviewers was employed to guarantee that residents of all ages and in all areas of
the city had an equal opportunity.of being represented in the study.
The interviewers were provided by Associated Marketing Services Limited and
interviews were conducted in the respondent’s native language whenever possible, or
through neighbouring interpreters. The interviews and the various tasks normally
required about one hour but an exceptionally high completion rate was maintained
from individuals of all ages and from every economic and social stratum of the city.

ANALYSIS O F DATA

The types of procedures described under “Interview Procedures” above yield two
types of data, one type which is easily quantifiable, such as age, income, preference
rating (I to IO), etc., and a second type which arises from answers to questions such
as, “. . . please tell me if you can think of any reasons why these cards were put
together in a group”. While it is easy to form impressionistic data by reading a num-
ber of answers to the latter type of question, the size of the sample (y07), the number
of cards involved (220) and the complexity of the sampling demand a more objective
way of summarizing the results.
Wherever possible, responses to questions were pre-coded so that numerical
equivalents of replies appeared on the questionnaire. These could then be punched
directly on to cards for computer analysis. In cases such as the one cited above a
post-coding procedure was employed to derive numerical codes for such questions.
To derive a post-code for a given question every tenth completed questionnaire
was selected. The answers to the question were transcribed verbatim and a set of
summary terms or phrases-usually not more than ten per question-was developed.
This set of numbered terms then constituted the code list for recording all of the
responses to the question being analysed.
For example, in examining answers to the above question, provided by respondents
who rated deck A (Female Nudes) nearly all of the replies could be coded into the
following : “nudes” (or ccserni-nudes’y)(I) ; “obscene”, “pornographic”, “cheap
women” (2); “abstraction from the painter’s mind” (3); bright, colourful, cheerful
(4); comfort, relaxation, reclining, placid (y); cCsadnessyy, ccmelancholyyy,“unhap-
piness” (6); “women of many races” (7); “all women” (8); “sameness of colours” (9);
cchorribleyy, “stupid”, cCbad‘y, “don’t like it” (IO).
In contrast to this the post-code for a deck such as S (The Floating Form) read as
follows : cCabstractyy, ccmodernyy or ‘‘pop art” (I); “expression of emotions” (2);
cc
colours very pretty” or “nice” (3); “just colour and shape” (4); ‘‘colours seem messy
or blurred”, ccblobsyy (j); ‘‘artist’s attempt to symbolize something” (6); “all have
something in them but hard to tell what” (7); “these are not art” (8); ccmeaninglessyy
(9); “all terrible”, “exceptionally poor” (IO).
This type of analysis, while subject to a variety of interpretations, does yield the
frequency with which each category of response was given.
All of the questionnaire data were transferred to punch cards for analysis according
to the respondent’s age, sex, socio-economic level, previous experience with art, etc.
In the following section, soine highlights of this type of analysis have been presented.
Other more insightful interpretations from the perspectives of the artist and the stu-
dent of art will be made elsewhere.

SOME PRELIMINARY RESULTS

I s there a relatiomhip betweenf a i d i a r i g with a work of art and the public’s statedprefErewe
for that work? The answer to this question would appear to be clearly, “Yes”. Each
respondent was asked to consider one of the decks of ten cards and to rank these in
terms of most to least preferred. A preference score for a given picture was
then calculated by averaging these rankings over all respondents who considered
that deck. At another point in the interview, these same respondents were asked to
indicate which, if any, of the cards in the deck they thought they had seen before. By
combining the results of these two sets of answers, it was possible to conclude that
preference and familiarity are strongly related.

Are members of the pziblic cotzsìstetzt ìti their prej¿erences i ~ i t hrespect t o modem art? The ans-
wer to this question would also appear to be “Yes”. The interview procedure asked
respondents to indicate for several decks of cards which single card they most pre-
ferred and which they preferred least. As there were ten cards in each deck, a wholly
random selection procedure would have meant that each card would be named an
equal percentage of the time in answer to both of these questions. Conversely, if
everyone selected the same card as most preferred, its preference score as measured
this way would be IOO per cent. In this portion of the study, approximately seventy
different individuals were involved in looking at each deck of cards and in identi-
fying the most and least preferred cards. Further, each of these individuals was con-
fronted with different sets of cards so that these preference scores may be thought of
as fairly reliable indicators of the public’s response to individual works of art, des-
pite wide variations in the contest within which the judgements are being made. Of
the twenty-three decks of cards employed, the smallest percentage of agreement was
20 per cent-and this occurred both with respect to identifying a most- and a least-
preferred card (Hofer’s IVassertr2Aerila and Mondrian’s Compositiorz: 19 13, respectively).
In general, about 3 0 per cent of the group selected the same card as being most pre-
ferred, with the percentage rising as high as j~ per cent for one card (Millet’s The
Atgelus). While this indicates a considerable degree of unanimity with respect to the
most-preferred card, there is even more unanimity with respect to the least-preferred
card in each of the twenty-three decks. The average amount of agreement as to the
least-preferred card is approximately 40 per cent with a high of 78 per cent (Dubuffet,
L a Barbe des Incertaim Refom). It would appear, then, that there is more consensus
about what is not liked than there is about what is preferred; but in both cases, the
public has fairly clear-cut biases.

How well catz the public idetit$ the art experts ’ basesfor grotdping works cf art? The answer
here would appear to be that they do it badly. Each of the twenty-three decks of cards
was created by grouping ten works of art which contained a common element or
theme. These ranged from the obvious group of reclining nudes, which was correctly
identified by 83 per cent of the respondents asked to indicate the common basis for
the grouping, to subtle sets of paintings which were based on of form”
or “floating form” and which no respondent was able to identify correctly. (We must
note that in the context of this study and report “correct” means ccagreementyy with
the view taken by the Canadian ICOM Committee.)
In eleven out of twenty-three cases, less than one quarter of the group was able to
identify, even grossly, the correct basis for the grouping. It is interesting to note that,
whereas the original bases for the groupings ranged over form, thematic content,
colour and use of line, the overwhelming choice on the part of the public was to
select some aspect of form as the common denominator. Following this, came the
selection of colour (either “brightness” or ccdrabnessyy) and finally, the designation
that all of the cards in the set were simply “modern”.
1s there a reZatìonship between uge, sex, occiqation, or edzicatìom atzd a y of the aboue resdts?
While the statistical analyses have not been completed, inspection of the data suggests
that the answer is “No”. Similarly, a cursory scanning of the results indicates that
neither the respondents’ own previous training in art nor the training of his parents
markedly affects his over-all judgements and preferences as determined in this study.

Concluding observations
Others will offer interpretations of the data from the vantage of their speciality. A
brief note concerning some general outcomes may be of interest even though not all
of the data have been analysed as this paper is being prepared. A review of our pro-
cedures and data indicates: that our respondents provided replies which were intern-
ally consistent; that they found the tasks given them to be highly interesting; and
that there is a willingness on the part of the public to attempt to articulate feelings and
preferences with respect to various examples of modern art. Many questions, such
as the use to which people would put various paintings if they owned them, and the
various media and settings which they identify as the source for their first contact with
specific paintings, have been asked and the answers await analysis.
We are confident that the attitudes towards modern art of at least one major urban
population have been adequately sampled and we look forward to completion of our
analysis and the replication of our design in other communities.

Problems and interpretations

by Theodore Allen Heinrich It is my task to present herewith a summary of preliminary findings of a study not
yet fully evaluated. We have the temerity to do so because we think the available
information may already be of some value and, more particularly, because we feel
that the methods employed are valid and that the techniques, if followed elsewhere,
may provide us all with some highly useful information when sufficient results from
other countries can be pooled. Some of these findings may prove applicable not only
to art museums in general but may well be useful for museums of other kinds.
The basic purpose of the study undertaken by the Canadian working committee
was to attempt to discover, if we could, something quite factual and graspable about
the nature of negative attitudes toward contemporary art on the part of the general
public. The ultimate aim is to provide the profession with some guide-lines which
might be used to improve techniques of selection, presentation and especially of inter-
pretation so that the enjoyment and understanding of contemporary experiment and
expression in art can be gainfully expanded. In other words, it might be said that
we are seeking to determine with some precision what are the thresholds of accept-
ance and rejection.
One may well ask, is this not something we already know? One may well object,
are these not questions too subjective for determinable answer? One might question
whether we should not have aimed at positive rather than negative points of attack.
Allow me for a moment to generalize on the inner problems which, as we dis-
covered in tackling our basic assignment, had to be kept constantly in mind as the real
framework of our research.
The art of museum management is an art, not a science. We tend, most of us, to
operate on sets of assumptions. Those assumptions are, of course, based on experi-
ence that is, up to a point, shared, but mostly highly personal in the ways we interpret
it. We think we know a good deal about our fizétier, its responsibilities, its techniques,
its limits. But how many of us ask ourselves, and how often, how much we really do
know about what should be our primary concern as educators using the facilities and
tools of our museums and our profession: what exactly is our audience getting from
the fare we offer? Is the cctake-outyy, the cccarry-overyy,
the permanent benefit of the
visit to an exhibition or an established collection, anything like adequate to the
effort put into making them available? Have we done all that we might to make our
offerings intelligible and whatever effort our visitors are willing to expend fully
rewarding? Are we, above all, reaching anything like all the people who should be
the beneficiaries of our programmes?
We “know” for example that both currently and historically new forms of artistic
expression are likely to meet with strong resistance, and have repeatedly done so.
The creative artist “knowsyyor believes that what he is doing in new ways is right
and has its own justification and that he may, if he is fortunate, remain unconcerned
with public acceptance: he will do what his creative nature requires him to do. It is,
however, the business of those concerned with the maintenance and improvement of
the creative climate to make choices, to favour the serious and reject the unworthy,
to provide the opportunities for favourable comparison, to attempt to anticipate the
judgements of history.
Here is precisely where, as museum workers, we have most of us acted on untested
assumptions rather than upon knowledge. Some among us may have been lucky in
our hunches, and a few have become famous for them, but the cold record over the
past century is not a good one.
Among those museums concerned to any degree at all with contemporary art, how
many can feel truly satisfied with what they have done? How many can be taken
seriously by artists, other museums and the public alike? At one extreme, we have
those concerned only with novelty and sensation, at the other, those, perhaps the
majority, content to follow fashion, to seek easy acceptance. This is why, in our
inquiry, we have thought it important to emphasize the negative aspect of audience
rejection as an indicator to our own failures.
If art is in fact a continuum and not, as some artists and critics would have us be-
lieve, a kind of activity periodically subject to complete breaks with the past, is it not
precisely one of our duties to try to discover the links, however momentarily difficult
to define, that in the longer view do create the continuum? And is it not an important
part of this function to hold the sympathetic interest of a substantial audience? Can
this be done in any other way than by building bridges between what is known,
understood, familiar and acceptable and what is not yet known, not understood,
unfamiliar, the object of hostility and rejection? This is why our study was con-
structed in such a way that the barriers might be isolated for clear scrutiny.
The detailed description of our working method was discussed at length in Cologne
and the full particulars are available for those needing them, in the articles by Mr.
Cameron and Dr. Abbey, together with the appendixes. We thought it useless to
concern ourselves with an audience already converted, for we are interested basically
in that majority of the population not consciously concerned with the arts in any
form, but whose taxes wholly or in part support most of the institutions to which
we, as museum professionals, are committed.
The first problem-and it was a great one-was to devise an applicable technique
which could be expected to procure interpretable information, and which could be
administered in the crucial survey stage by trained interviewers who were in no
sense art specialists. The questions asked of the respondents had to be in a form
suitable for digestion by electronic computers and, at the same time, likely to reveal
the kinds of subtle and discrete prejudice it was our task to locate. It is, or ought to
be, a truism that useful discussion of works of art can only be conducted in their pre-
sence or with reasonably accurate reproductions. Framing a satisfactory questionnaire
proved relatively easy, if time-consuming, but to illustrate it was far more difficult.
It is not possible to take over joo respondents one by one into a major museum, let
alone for the length of time necessary for the interview. Even if it were possible to
carry out the interviews in a museum, it would be necessary for that museum to set
up a very special private exhibition for this purpose alone.
The solution to this technical problem carried with it one serious limitation about
which we wish to be candid. The respondents were interviewed in the quiet of their
own homes. Each had to consider a substantial number of works of contemporary
art, arrange them in orders of preference and attempt to make statements about them.
This is a considerable burden for people most of whom are little exposed to art,
unaccustomed to making aesthetic judgements and barely articulate in explaining
their choices. The testing material consisted, in its final form, of 220 carefully selected
works representative of the major trends of 20th-century painting, many of them
chosen because details or formal elements would, unknown to most respondents,
reveal the reasons for preferences or rejections. This illustrative material had to be
of reasonable fidelity to the originals, easily portable, small enough to be reorganized
within various groupings with virtually the ease of handling playing cards, available
in quantity so that a score of duplicate kits could be prepared for the interviewers, and
available at a cost within our slender budget. The only feasible solution was to use col-
oured postcards but, as we all know, postcards are produced to sell and saleability,
in turn, depends on public acceptance. Out of several thousands examined, we were
able to find the necessary number for our purpose but, of the 220 chosen, the current
decade is almost unrepresented.
We all know what radical changes have taken place in the painting of the 1960s and
for a time we felt, as perhaps many of you on first reading this paper will feel, that
our results through this omission might be improperly weighted and possibly mis-
leading. We are now of the opinion that the inclusion of radically auatzt-garde material
would not significantly have altered the results.
The formal elements unconsciously, but persistently, felt by the lay respondents in
making their choices are present to some degree in all works of art. Those which
please or repel in a work of 1954 or 1934 or 1904 will, we think, equally please or
repel in a work of 1968 and quite probably, in a work of 1988.
However, among a variety of results which some of us suspected might be antici-
pated before a single respondent had been exposed to the batteries of testing material,
at least one not only proved correct but amply justifies the comments and apology
just made. It also substantiates a common assumption in the museum world: despite
all the claims within the professional communications field, eagerly accepted by its
bemused academic and journalistic enthusiasts, that the inventions of the current
generation have vastly increased the pace of assimilation of information and dissemi-
nation of knowledge, and of certain artists and critics that, ergo, any novelty in art
will enjoy equally rapid acceptance, we can now confidently state the contrary. As far
as art is concerned, the long-observed peculiarity that there exists a generally stable
gap of two generations or a minimum of half a century between important creative
innovation and its general acceptance by the ordinary public remains true. For all
the technical innovations in communications and the vast spread of education, we
doubt that the acceptance gap has been shortened by so much as a week. It seems to
me not without significance that three of the most violently rejected pictures-by
Léger, Feininger and Mondrian-were all painted in 1917,though less radical paint-
ings by the first two of these artists scored high rankings.
It would be unrealistic to conclude from this that Toronto must be an artistically
backward community or that we erred in not including numerous works by local
painters. We hoped and now believe.that the choice of testing materials could be
used unchanged in virtually all countries and would, on the whole, produce results
very similar to those obtained in Canada. This we cannot, of course, prove. It is only
by similar testing that it can be discovered whether we were right or wrong. Since
this study was, from the outset, conceived as a pilot project susceptible of inter-
national extension and application, our choice of testing materials was deliberately
non-parochial and it would be most useful if the replicators of the study would use our
kit or, at least, be guided by similar principles in assembling a substitute. Of 109
artists included, only two are Canadian, each represented by only one work. We
would submit that most other countries using our method should be similarly modest
in substituting works of native painters and should choose examples with similar
formal elements to those stressed in ours. Our kit contains reproductions of paintings
from twenty-one countries and three continents.
In the comments to follow, one must try to keep two things in mind. First, that the
testing materials consisted of 220 postcards which had in turn been carefully sub-
divided into 23 “decks” of IO, each of which was internally united by a common sub-
ject with one or more shared elements of design, by a common theme treated in
highly diverse manners, or by underlying formal elements only. Second, although
no respondent saw all the cards, each was exposed to four sets chosen at apparent
random, but in such a way that all decks were examined by groups of similar size.
One deck, which we have called the “majoryydeck, was examined in depth and quite
a lot of questions were answered about its constituents by a minimum of twenty
people. Each respondent examined more cursorily three other ‘“inor” decks; thus,
from each of these, a rougher kind of information was provided. Each respondent,
therefore, looked at reproductions of 40 paintings. The information derived from
the response is so complex, so interlocking, that some important aspects will be
under analysis for at least another year, but we anticipate that a series of additional
papers will emerge from what is after all only a preliminary study.
Of results so far clear enough to announce, allow me first of all to deal at some
length with an ostensibly discouraging but revealing subject which arises out of our
use as “controls” in most of the decks of one or more older paintings which, in their
day, were avatzt-garde and widely unacceptable.
These control cards were provided for 20 of the 23 decks and were chosen mostly
from the second half of the 19th century, though Chardin and even Vermeer were
also used. In a very few cases, a particular work by a contemporary master was used
in more than one deck for similar purposes, but the findings concerning them are
still under study. As for the historical controls, the control cards, with only two
clear and two partial exceptions (decks F, IC, and decks E, M), ended in the most
popular position and the two next highest rankings in each deck were generally
accorded to the paintings closest to the control card in general spirit. The significant
point here is that regardless of the range of style and expression offered in any one
group, whether with or without a control card, the choice went unerringly in favour
of the least radical, the most nearly conservative paintings available. Such otherwise
popular artists as Degas, Renoir and Monet all dropped to middle or low points when
their more experimental, less conventional pictures were included. As a bare fact,
this overriding tendency is of the greatest importance and is not minimized in any
way by our finding Bernard Buffet and Zao Wou-ki each gaining top ranking within
a group.
This marked tendency to express strong preference for the most conservative
choice offered is undoubtedly related to a variety of factors which we have not yet fully
explored. The scientist in our team suspects that there is a close and decisive relation
here with familiarity but, if so, I would suggest that the familiarity is with types
rather than with specific paintings. The percentage of respondents claiming acquaint-
ance with any of the paintings used in the study is discouragingly low, especially
since a good many of those paintings or close equivalents have been exhibited in
Toronto. Such correlations as I can discover on this point in our statistics are too
random to permit any useful conclusions to be drawn. It can hardly surprise us that
a relatively large group acknowledged familiarity with the Vienna Vermeer or that it
was placed first for popularity in its group of paintings with interiors as their overt
theme. It will surprise us no more that that perennial favourite, Millet’s The Aqge/us,
gained second highest rating in its group, in competition with Renoir’s L a Logí?,
both being reasonably well known to our respondents, but in the same group a
painting famous across the Atlantic, Grant Wood‘s Americatz Gothic, although familiar
to more of the respondents than either the Millet or the Renoir, gained a very low
ranking, while the votes for or against both the Millet and the Renoir were split
about two to one.
In fact, among the paintings relatively widely known from previous exposure, no
less than five were given lowest ranking. In two cases, where the statistics appear to
correlate previous acquaintance with highest preference, still-lifes by Courbet and
Renoir, I think it virtually certain that respondents accepted types for actual expe-
rience. In three cases, it is clear to me that respondents, although their preferences
may have been expressed for paintings “thought” to be familiar, have in fact, confu-
sed familiar objects or subjects with the paintings under examination: the Gromaire
Brookbtz Bridge, the Seurat Tow EiffY, the Corinth Walrhensee. In a number of other
cases, as with the Sloan 1FaÆe uf the Fery, the popularity would seem to reflect nostal-
gic local memories, as no respondents claimed to have seen the picture before.
It is curious and disquieting that so few Toronto respondents recognized either
of the two Canadian paintings included: reproductions of one hang on many a school-
room wall, but it ranked only sixth in its group. The handsome Morrice ranked top
in its abstract group, but probably because it had a recognizable subject of strong
nostalgic and evocative power for Canadians: an exceptionally high proportion of
respondents could see no connexion between it and its fellows in the group, despite
closely similar compositional devices and structural elements based on squares and
rectangles. In the course of interpreting our data, we have been constantly struck by
the fact that, despite television, despite picture magazines, despite generally excellent
department store display and other universally available sources of unconscious visual
stimulus and education, there is among our respondents a general lack of ability to
recognize a painting as an articulate organization of visual experience if that organiza-
tion departs very far from traditional forms of visual expression. It is possible, of
course, that the raw, unarticulated images of television are increasing rather than
diminishing this problem of not so much visual illiteracy as the sheer inability of most
people to use their eyes for any but the simplest purposes of survival.
The difficulties of generalization can be understood by the four following sets of
theoretically related facts. The two most preferred pictures in each of the 23 decks
were horizontal in format with only one exception. Does this mean that most
people dislike vertical paintings? Does it mean so even when we know that half of
the vertical examples shown to the respondents were placed in the three lowest
ranks and only four of the others managed to achieve ranks above the median?No, it
does not. While some curators, given a choice between two otherwise equivalent
canvases for a contemporary show, will sometimes consciously choose the vertical
example for reasons of gallery convenience, all other data of this study show that our
respondents are so insensitive to abstract form that even in so gross a question as
canvas shape such matters as horizontal or vertical, square, circle or rectangle appear
to be ignored. The shapes of television and cinema screens may have had an uncon-
scious influence here. We may have more to say on this point when the computers
have digested answers to the question on where and why a favourite out of all these
pictures would be hung in the respondent’s home if offered the chance. Meanwhile,
the evidence indicates that most people in looking at pictures look only at what is
inside the frame and not at its external shape. This is at least one step ahead of those
who can admire an extravagant frame without seeing what it contains.
Another salient fact is also of a general rather than a specific nature. Analysis of
the statistical data does indicate that where a sufficiently wide range of choice is of-
fered, regardless of how little knowledge of art the respondent possesses, he is quite
prepared to demonstrate by a choice, if not by a reasoned explanation, what he likes.
The same data tell us something more important: he is much more vehemently pre-
pared to tell us what he does not like, what he will not accept, what he instinctively
rejects. In percentage terms, 78 per cent of the respondents who saw the example by
Dubuffet consigned it to perdition, most of them with what they considered appro-
priate comments, while the highest favourable percentage ranking, accorded to
Millet’s The A?gelus,was only j I per cent. There was a distinctly higher degree of
unanimity among the rejections than among the approvals. Our lay public clearly
finds it much easier to point to what it will not accept than to agree on what it likes,
or at least likes enough to offer a positive degree of preference above what it will not
accept at all. Our study seems to show that “like” is a charged word susceptible of
wide interpretations, no one of which necessarily includes the idea of enjoyment, but
that “dislike” is a widely shared sensation or emotion and probably contains more
readily identifiable components than does its apparent opposite.
A question which yielded far more information of interest than I can discuss either
with assurance at this stage of the inquiry or within my space-limits was that which
required the respondents to try to discover why one set of ten pictures formed a cohe-
rent group. All 23 decks baffled some people completely on this point and in many
cases, the answers were either wrong or begged the question by stating in a denigrat-
ing way that all the pictures in the group were “modern art”. The vast majority
clearly thought “a common element” meant theme. They had little trouble if there
were, in fact, a common subject, such as the nude or flower pieces. Less than one
respondent in any twenty proved really capable of looking for and recognizing
the formal elements underlying surface appearance. The request seems in one way to
have produced an unexpected shift in customary viewing habits: we might have ex-
pected most laymen to look first for a story, which indeed many of them did much
of the time; but, when given this specific task, a surprising number started looking
for common details. Instead of seeing that all the pictures of deck D were full-face
portraits, however unorthodox some of them may be, close to half the respondents
concentrated on eyes, sad expressions, predominant colours or other fractional
matters. One respondent even thought that all these portraits, ranging in fact, from
Cézanne and Gauguin to Brauner and a latish Picasso, were in the same style by the
same artist, none of them “worth looking at”. I will return in a moment to the
, matter of hostile comments.
Lest I seem to suggest that our respondents are capable of only the grossest value
judgements and can perhaps sense but not clearly distinguish the formal qualities
which all pictures contain-new or old, good or bad-an extremely curious fact
emerges from a comparison between the studied rankings for the major decks and
the more nearly instinctive ones for the minor decks.
In the course of making the more detailed study of the major deck, nearly a third of
the first choices from the corresponding minor decks were reversed to second place,
and these look like rather sophisticated reversals. There was so high a degree of
agreement about the most sympathetic pictures that we were tempted to see here a
remarkable unanimity of feeling, though “unanimity” is perhaps otherwise a mis-
leading word. The rankings were arrived at in the way ministers are chosen for coali-
tion governments in nations with three or more parties and we cannot say that the
choices would have been agreeable in all cases to a clear majority of the re-
spondents.
The correspondences were also strikingly similar for the most disliked and usually
with considerably higher percentage agreements. Here again, in sixteen cases, both
major and minor groups agreed on the most disliked painting for each deck, the
champion hates being Dubuffet, Gottlieb, Léger, John Marin, De Kooning, Miró,
Pollock and, most surprisingly, Dufy. Some forty-one of the most eminent painters
of our century appeared in one of the two bottom positions for either major or minor
decks: Klee no less than nine times, Miró seven, Picasso and Léger six and De Iioo-
ning five. It may be comforting to know that with other pictures and in other combi-
nations, at least Picasso and Léger also achieved first or second ranking in the major
decks, while Klee and Miró rose into the upper half, a distinction not accorded poor
Mondrian, who was consistently and strongly disliked. This was most embarrassing,
as only a short time before the survey Toronto had shared with The Hague a major
Mondrian exhibition. This can only mean that the possibility for an intensive expo-
sure to the work of this artist was ignored by the vast majority of our citizens and
that few of those who took advantage of the opportunity either learned anything or
even enjoyed the experience.
This section of our preliminary findings does however encourage us to think that
the larger part of our fellow men whom we are not reaching through either the con-
temporary or traditional parts of our museums could to some extent have their
interest stimulated, are capable of making rough and ready judgements, could have
their horizons considerably broadened with a little effort on our part.
We think we can tell you a little about how, without that help, they are likely to react
to unexpected, casual exposure to contemporary art. Let us start with the things they
clearly don’t like, the things that upset them and make them hostile to what interests
us. Above all, they resent the unintelligible and, even more, what they take to be deli-
berate efforts on the part of the artists to confuse them. They are accustomed in ver-
bal terms to clear, declarative statements and expect the same in art. It doesn’t appear
that they any longer expect a painting to tell a story or point a moral, but unless it
presents an apprehensible image which they can at least feel, they will reject it. We
found gratifyingly little rejection on grounds of indecency or racial prejudice, but
over and over again encountered the feeling that our respondents were being put-
upon by artists who didn’t care to be crunderstood” by ordinary people. They are
clearly of the opinion that “good” art has meaning and is meant to be fairly readily
grasped by anyone of average intelligence.Visual confusion upsets them and they com-
plain of it under diverse circumstances-it often seems to mean a densely activated
surface but, almost as often, either prolific detail or apparently unrelated but insis-
tent detail, and may mean to them only the absence of firm, plainly stated structure
or organization. References to social problems seem, in their unarticulated concep-
tion of art, to be out of place. Images overtly or otherwise suggestive of catastrophe,
human or social decay or other negative aspects of life as they understand it are
offensive and viewed as deliberately destructive. What is commonplace on television
in the way of violence and other distortions of life is not, in their view, equally accept-
able as subject-matter for painting, but this hardly prepares them to accept non-objec-
tive canvases as an alternative: these repel them almost as strongly and, if they get a
feeling that the latter ccconceals’ythe former, the degree of repulsion reaches the great-
est extent that we encountered. There is evidence of strong distaste for such a wide
range of matters as distortion of familiar objects, very heavy line, presumed weakness
of compositional structure (including certain kinds of Monets and Degases), unortho-
dox treatment of traditional religious subjects (Gauguin’s YeZZow Christ), “provoca-
tive” nudes. Angular, spiky lines, with the notable exception of the mmiera of Bernard
Buffet, are considered repulsive, perhaps because they suggest pain and cruelty.
Geometric forms are only congenial if dominant and simple but are otherwise, as with
Mondrian, rejected. Circles and ovals seem preferable to squares and rectangles, but
must not be ccblurryyy or ccfuazyyy. What more sophisticated viewers might read as
fairly blatant phallic symbols pass over the generality of our respondents, who tend
to see, instead, such reassuring images as church steeples. The male form may be
depicted more or less as it is, but distortions of the female shape are not to be tolerated
with any latitude. As for colour, there is much that is distasteful. ccDrab”,“dull”,
“jarring” (usually meaning bright, close tonalities) were frequent in the unfavourable
comments. Predominant red is apparently highly distasteful, and so is green, unless
in the context of a landscape. Purple and strong violet passed without comment,
perhaps because they are currently fashion favourites. ccUnnatural’ycolours are resent-
ed, for example, not only in Gauguin’s Ydow Chrirt, but also in the same artist’s
arbitrary Three Puppies, yet Franz Marc’s B/ue Horses received a high ranking. The
facts that they are recognizable as horses and that the composition has a vividly life-
affirming force apparently overcomes objections to their “unreal” colour.
The factors militating in favour of paintings, so far as we have interpreted our
data, are less numerous. It will be evident from what has been said that the laity
continues to have a strong bias toward realism. Real or imagined familiarity in the
sense of previous acquaintance is certainly effective but, as previously stated, dubious
in any particular context: dislikes tend to be remembered even more persistently than
past pleasures and are not easily altered. Recognizability of subject and sense of
meaning are clearly so important that the bias toward traditional treatment is under-
standable. Positive attitudes, even if more felt than apparent, arouse enthusiastic
response and one may suspect that the sense of participation plays a stronger role
for the respondents than explicit answers indicate.
It should be remembered here that ccconstructiveyy is a favourite North American
word and its unfavourable antithesis has already been noted. Anything in a painting
capable of inducing pleasurable feeling is appreciated, whether it be so obvious as the
theme of motherhood or suggestions of holidays and travel or simply a sense of
repose. Animals and birds arouse pleasant associations unless dead, but fish, for a
variety of imaginable reasons, do not. The serpents that appearedina few cases either
as themselves or as abstract symbols, were ignored. Landscape is widely popular if
adequately literal and cool. (Canadians endure very hot summers and love their cold
winters.) Warm colours were appreciated, even Kandinsky pinks, but neither hot
not frigid ones. This may reflect current middle- and working-class tastes in interior
decoration and induces the melancholy reflection that those who are buyers for
the “art galleries” of department stores really do h o w what they are doing. There
is much evidence to indicate that our public enjoys the representation or even the
suggestion of deep space and does not share the preoccupation of much recent paint-
ing with the formal problems of two-dimensional space.
This is enough of the conclusions, general as they are, that we are at present pre-
pared to voice, apart from some detailed notes included in the list of card groupings
and rankings. I have saved to the last a discovery which we do find truly encourag-
ing. Virtually, all our respondents were at first astonished and then flattered that
such people as ourselves were interested in their opinions on art. Even those who
claimed a total disinterest in art of any kind, let alone contemporary, of course proved
to have opinions and feelings, however little developed, informed or misguided.
These people, a great many more than we tend to think, are accessible and can be
persuaded to be interested in modern art, an interest to some degree as useful for them
as for us. We now ignore them or discount them but, our working committee has
come to feel, do so at our professional peril.
As for this preliminary report of our pilot project, may I say finally that, while we
recognize that some minor differences in findings elsewhere may well appear because
of preferences and prejudices arising from differing cultural traditions, we believe
an international extension of this study is likely to prove, as in so many other import-
ant respects, that similarities between the visual responses and rejections of the var-
ious peoples of the civilized world are far greater than the differences. We believe
that we are in fact dealing here as museum professionals with a universal problem. It
is our hope that this study will be carried further in the same serious spirit that we
have approached it, and that we may then pool our findings for the illumination and
benefit of all.

Practical implications of the Toronto study

Not all readers of this article will be directors or curators of museums of modern art. by William J. Withrow
However, nearly everyone will be able to imagine himself in this role and to consider
the public relations and educational problems faced by an institution dedicated exclu-
sively to the art of the 20th century. All professionals will therefore be interested to
consider whether any of the preliminary findings of the Toronto study can at this
stage be of use to them in their institutions.
Today, as never before, those responsible for the management of art museums are
asking fundamental questions about the purpose of their institutions. This is espe-
cially true for those involved with museums of modern art. Now that an increasing
percentage of the income for the operation of art museums comes from government
sources, trustees are quite rightly concerned about the role of the gallery in the com-
munity. Directors are concerned because the traditional hierarchy of priorities is
difficult to maintain with rising costs of operation, shortage of trained staff and rapid-
ly changing social and aesthetic values. Curators worry about acquisition and exhibi-
tion policies in the light of the many new and extraordinary art forms which appear
with increasing rapidity. And the public relations department puzzles over the apathy
or hostility of the public to much of the art of this century.
Docents working in museums of modern art are quick to point out that visitors to
galleries are not hostile to the art itself. Children, of course, are always enthusiastic
about experimental work, especially new forms of sculpture, and most adults visiting
the museum appear eager to understand and discover what it is all about. But ob-
viously, when one talks of the reaction of museum visitors, especially those who take
tours, one is not talking of a representative sample of the public. Even with the me-
teoric rise in museum attendance figures, we know that there are masses of people
who have a hostile attitude toward modern art and who consequently view the ac-
tivities of contemporary museums as part of some great conspiracy to dupe the public
or, at the very least, to amuse a peculiar cultural minority. There is a widening gulf
between what today’s artist creates and the general public’s acceptance of it which the
majority of museums have not been able to bridge.
What the true purpose is of a museum of modern art is the philosophical question
of the year, and art critics in recent months, particularly in North America, have
devoted more space discussing this question than to reviewing exhibitions.
On a more practical level, there are some fundamental questions which we profes-
sionals want answered in order to make our institutions more effective. This presup-
poses, whether we are concerned either wholly or in part with modern art, that we
are not prepared to accept the role of our museum as being merely a container for
the art that is fully classified and accepted or even less, that it is to serve primarily as
a club for a coterie committed solely to what is at the moment considered to be the
most advanced in art. In fact, our inquiry is based on the belief that the art museum
(specialized or not) is an educational institution as well as a vital social force in the
community. This does not preclude the museum’s traditional roles of repository,
research centre and bastion of inherited aesthetic standards. It simply recognizes the
desire on the part of today’s social institutions for greater involvement with the
world at large. The word often used is ccdemocratitation”. With that assumption
taken for granted, let us imagine ourselves in the role of director of a museum of
modern art, earnestly seeking answers to some of the following questions :

I. (a) Why do people visit (or not visit) the art museum? (b) If they do, what makes
them repeat the experience and possibly become regular visitors-or even sup-
porting members?
2. (a) What factors are involved in determining that a certain percentage of the popu-
lation never attend, regardless of special attractions, and another percentage
attend occasionally but only for special exhibitions? (b) Is there a way to reach
some of these presently disinterested masses?
j. What is it about most 20th-century art which causes indifference or, in some cases,
hostility even among those who claim to be art lovers?
4. What specifically could we, as museologists, do to bridge the gap between the
work of the artist and the general public’s attitude?
5. By what means not currently used might we make the visitor’s experience more
meaningful?
6. Does a part of the answer lie in greater and more intelligent use of radio, TV and
other mass communication media by the museum itself?
7. Can the public be treated epz m a m without regard to age, social background or ed-
ucation, or should lectures, tours, etc., be graded as they are in formal schooling?
8. Would lectures relating modern art to modern philosophy, literature and other
social arts be beneficial?
9. Are there ways exhibitions can be presented to assist in understanding?

If a study such as the one described in this issue of rlJmewz could give us clear,
reliable answers to even a few of these questions the effort would be well worth the
trouble. In some cases, our current practices might not have to change at all, since
the intuition of experienced professionals is often reliable. But it is reassuring to
know that museum policies are validated by more than just hunches. This is particu-
larly true when faced with the challenge of justifying a budget or capital expenditure
before a group of business men, government officials, politicians or other groupings
of laymen so often responsible for approving such basic requests for the support of
museum operations.
Let us look then at the results of the Toronto study. How many of our nine ques-
tions were definitely answered? And, more important, are the answers of any practical
value in helping the museum director in his daily tasks?
The solid facts gleaned from the questionnaires yield four statements related to
the questions.

Fact I. There is a relationship between familiarity with a work of art and the public’s
preference for that work.
Encouraging the sale of books, postcards, slides and other forms of reproductions
obviously helps to increase public awareness. Exposure means familiarity, and fam-
iliarity in this case breeds the reverse of contempt. In the arts, we tend to love the
things which are most familiar.
In all efforts to educate, begin with the known (i.e. the loved and accepted) and
move to the unknown. This is a simple and well-known pedagogical principle which
naturally operates effectively in all fields, but is particularly essential in art education.
Obvious? Yes, but how many times has the principle been violated or ignored
in a museum tour or lecture with the result that the audience became restless before
the lecturer had a chance to win confidence and move through prejudices to a new
appreciation of the unfamiliar?
In choosing what to reproduce for a poster or other visual material when adver-
tising an exhibition, select the work which is most likely to be known or, as second
best, mistaken for something known. Again, we love automatically the things we
have been conditioned to accept and may learn to love the unfamiliar. Ask those res-
ponsible for the planning of an opera company’s repertoire if this is not their strategy.

Fact 2. The public is consistent in its preferences with respect to modern art.
If a museum wishes to maintain a modicum of communication with its public, it
cannot totally disregard certain well-established biases. These biases are possible to
measure and are especially consistent when they are negative. They appear to deal
with the simple fact that the majority of people dislike works of art to the degree to
which the artist has departed from or violated what is commonly regarded as the
traditional conventions of visual reality. Whether the curator of a museum commit-
ted to 20th-century art wishes to permit this to condition his choice of material for
either exhibition or acquisition is very much another question. But he must, at least,
be aware of the facts when he makes his decision.

Fart 3. The public has great difficulty in identifying the art expert’s basis for group-
ing works of art.
In spite of the thousands of art books sold yearly and in spite of all the art education
activities in schools and art museums, the public, on the whole, does not easily grasp
the formal aspects of art. People find it difficult to see beyond the subject-matter,
and when there is no recognizable subject-matter, they are generally lost. (This pre-
sumably does not mean they always want a ‘cstoryyy-but they want to play the game
of identification, of recognition.)
Much can be done to help the exhibition visitor to understand and enjoy what
he sees. The way in which the exhibition is installed can assist him to appreciate the
artist’s intent. Pictures can be grouped in such a way that common formal elements
can be more readily discerned and these elements can be identified for the un-
initiated by means of accompanying diagrams and labels. Too little thought has, up
till now, been given to the development of tasteful and effective didactic material.
Without compromising in any way the scholarly value of an exhibition catalogue,
much more could be done to assist the layman in his search for meaning than present-
ing the usual morass of technical jargon, bibliographies and records of provenance.
Surely one of the purposes of a catalogue is to interpret clearly the exhibition for the
visitor. How often does the introductory essay, or for that matter, the catalogue
entries, add to the layman’s feelings of alienation and confusion?

Facf 4. There is no relationship between age, sex, occupation or education and any
of the findings of this study.
No one concerned with public art education, at least in the last ten years, would
find this too surprising. Therefore, for the purpose of tours and lectures, it seems un-
necessary to caution against segregation of the public on any such basis. (Obviously,
small children must be excepted.)
In this connexion, art appreciation is truly a democratic pursuit, theoretically avail-
able to all.

It cannot be over-emphasized that this study was initiated in order to establish and
test a method. It therefore cannot be judged in any other terms. That the results to
date are of limited use, no one denies. What we look forward to is the application of
the method in other cities in many countries. During the next few years, it is also
hoped that the method will be refined and improved and that a more precise scientific
interpretation can be made of the collected results. Then the art museum director
will have a formidable body of facts upon which he can base his efforts to reach a
large audience. In the meantime, having been warned by the preliminary findings of
the Toronto study, he might start by taking a hard look at the techniques of presen-
tation and education now used in his own museum.
Appendix I Questionnaire

A S S O C I A T E D MARKETING SERVICES L T D Did you receive any instruction or classes in art as part of the regular classes
at secondary or high school?
Code no. Yes 1 Ask qu. 2(d).
No 2 Skip to go. 2(e).
Maior deck
What kind of instruction or classes did you take? (Probe.)
Minor decks

Respondent’s name

Address

city Telephone no. __


Interviewer’s name Area number -
--
Date Length of interview mins.
For each of the other institutions attended ask qu. 2(e).
Introduction. Good , I am of Associated Marketing Services
Limited. We are conducting a survey about art for Unesco and I would like to inter- When you attended (name of institution), did you have any
view one of the members of this household, if I may. instruction or classes in art as part of your course of study? (I“yes“
f probe for
In doing this survey, we are selecting the person in the household to be inter- description of art instruction.)
viewed by birthday. Could you please tell me the names of all the persons 15 years
of age or older, including yourself, who live in this household (probe for position in Name of institution Whether Description of art instruction
household), and the day and month of each one’s birthday? (Record below.) art studied

Name Position in Date of Name Position in Date of 1. Yes 1


household birth household birth
No 2
I. 6.

2.
-- 7.

3. 8. ..-. - --

4. 9.
_-
5. ..-
1o.
-- -. -

Select the person whose birthdate will follow soonest after the date of the inter-
view. i f that person cannot be interviewed, select the person of the same sex with
the next closest birthdate, etc.
Circle the number opposite person interviewed.
When you have selected your respondent, tell him/her that you have a number of
pictures which you would like him/her to look at and suggest you conduct interview
while seated at a fairly large table. Then introduce the study by handing typed card
no. 1.
2. Yes 1
Section A. Background in art
First of all, I’d like you to tell me a little about yourself and your background. No 2
I. What was the last type of school you attended? Was it elementary school,
secondary or high school or did you go beyond high school in your education?
(Ifwent beyond high school, specify name and type of school(s) attended beyond
high school.)
Elementary school 1
Secondary or high school 2

Technical or trade school (specify)

Post-high school (specify)

How far did your mother go i n school? A n d your father?


In question 2 ask about each level of schooling up to the point at which respondent
discontinued education. Mother Father

2(a) Did you receive any instruction or classes in art in elementary school? Elementary 1 1
Yes 1 Ask qu. 2(b).
No 2 Skip to qu. 2(c). Secondary/high school 2 2

2(b) Could you tell me what kind of art instruction you received? (Probe.) Other (specify)

--
None O O
Don’t know X X
Ask qu. 3(b) and 3(c) about respondent's mother and then repeat for respondent's Card 5(b) 5(c) Where pictures seen
father. no. Pic- Don't Mu- Art Art Book Private Other
tures know/ seum( store book Maga- home (specify)
3(b) Do you know whether your mother/father received any instruction or classes seen Not Art zine
in art at school? before stated gallery (un-
Mother Father spec.)
Yes 1 1 1 1 1 2 3 4 5 6
NO 2 2
2 2 1 2 3 4 5 6
Don't know 3 3
3 3 1 2 3 4 5 6
1f"ye.s" ask qu. 3(c). 4 4 1 2 3 4 5 6
5 5 1 2 3 4 5 6
In which school did your mother/father receive art instruction?
6 6 1 2 3 4 5 6
Mother Father 7 7 1 2 3 4 5 6
8 8 1 2 3 4 5 6
Elementary 1 1
Secondary/high school 2 2 9 9 1 2 3 4 5 6
10 o 1 2 3 4 5 6
Other (specifj)

6. Place the board on the table and hand respondent typed card no. 2. Read the
card out loud while fhe respondent follows using his card. Make sure respondent
understands instructions before proceeding.
~ -- __ Shuffle the cards in the major deck and hand to respondent. Note that respond-
Don't know X X ent must put one card on each square. When respondent has put all cards on
the board, note the code numbers on the back of each card and record below:
Have you, yourself, done any art work on your own or have you done anything
in the way of art that was not connected with regular school classes? This Ranking Card no.
could include drawing, painting, sculpture, pottery making or other 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
kinds of art, or such things as attending evening or summer art programmes.
Yes 1 Askqu. 4(b). 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
No 2 Skip to qu. 4(c). 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2
3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3
Would you tell me what you have done? (Probe.) 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4
5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6
7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7
8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9
10 0 0 0 0 0 0 0 0 0 O

Take cards offboard, shuffle them and place them in a row on the fable. Put board out
of sighf.

Now, looking at these ten pictures again, can you think of any reasons why
they should have been put together as a group? (Probe.)

What about your parents? Has either of them been involved in art, either at
work or as a hobby or recreation?
Mother Father

Yes 1 1
No 2 2
Don't know 3 3

If
<'yes" ask qu. 4(d).

4(d) What kinds of art work has your mother/father done? (Probe.)
Mother Father

I s there any picture in particular, or perhaps more than one, which doesn"
-~ seem to fit in with the others, or which stands out as being different?
Yes 1 Ask go. 7(c).
No 2 Skip to qu. 8.

Which picture or' pictures do you have in mind?


1 2 3 4 5 6 7 8 9 o (IO)

Why do you say this? (Probe.)

End of Card no. 1.

If you could choose one of these pictures for your own use-that is, a full-
Section B. Major exhibit sequence Card no. 2. sized picture, of course-which one would you select? (Respondent may select
only one.)
Record major deck (from front page) : Major deck no. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10)
Now, I'm going to show you a set of ten cards. On each card i s a reproduction of a Why did you choose this one? (If respondent gives general reason, such as
painting. There will likely be a great many of these paintings that you have never "nice" or "I
like i t best", probe to obtain specific reasons.)
seen before. Don't let it bother you. This is not a test. We are interested in your
opinions.
Shuffle cards in major deck and lay them down facing the respondent, making certain
that no cards are upside down or sideways.

First, have you seen any of these pictures before?


Yes 1 Ask qu. 5(b).
No 2 Skip toqu.6.

Which ones? (For each picture mentioned, record number below 5(b) and ask
W. 5fd.1

Where have you seen this picture before? (Record below 5(c) for each one.
Respondent may give more than one answer.)
8(c) And what would you do with it? (Probe.) 13. Now, looking at these ten pictures, please tell me if you can think of any
reasons why these cards were put together in a group. (Probe.)

8(d) Ifrespondent plans f o hang or display picture, find out where (e.g. living room,
den, office, etc.). Note below and ask "Why?"

14(a) Please pick out the picture that you like most. (One picture on/y.)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10)

14(b) And now the picture that you like least. (One picture only.)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10)

Pick up all cards from this deck and stack to one side.
Pick up all cards from major deck and place In stack t o one side.
Take each deck of cards, shuffle them and arrange i n straight line across table so thaf
you have four rows of cards. Be careful to keep cards i n each deck separate from others.

S e c t i o n C. M i n o r e x h i b i t s e q u e n c e s 15(a) Now, which set of pictures do you like best as a group? (Record below,)

Record 1st minor deck from front page : 1st minor deck no. 15(b) W h i c h d o you like second best? (Record below.)

Spread out cards from 1st minor deck on table and ask qu. 9. 15(c) A n d next best? (Record below.)

9. Now, looking at these ten pictures, please tell me if you can think of any 15(d) A n d which do you like least? (Record below.)
reasons why these cards were put together in a group. (Probe.)
W r i t e in deck letter

15(a) Liked best

15(b) Liked second best

15(c) Liked third best .-

15(d) Liked least

S e c t i o n D. B a s i c d a t a

16. Now, just t o finish off, how many persons, including yourself, are in your
family?
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O (10 or more)

lO(a) Please pick out the picture that you like most. (One picture only.) Hand respondenf typed card no. 3.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10)
17. Please tell me which of these age groups you are in.
10(b) A n d now the picture that you like least. (One picture only,) A. 15-19 1
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10) B. 20-24 2
C. 25-34 3
Pick up all cards from this deck and stack t o one side. D. 35-44 4
E. 45-54 5
F. 55 and over 6
Record 2nd minor deck from front page : 2nd minor deck no.
Refused 7
Spread out cards from 2nd minor deck on table and ask qu. I I . 18(a) W h a t is the occupation of the head of the household-that is, what kind of
work does he do?
11. Now, looking at these ten pictures, please tell me if you can think of any
reasons why these cards were put together in a group. (Probe.)

lfrespondent is not head of household ask qu. 18(b).

18(b) A n d what is your occupation? (If"student", ask where.)

Hand respondent typed card no. 4.

19. Into which of the groups on this card does your annual family income fall?
Just tell me the letter which corresponds t o the Income group.
M. Under $3,000 1
N. $3,000-5,999 2
12(a) Please pick out the picture that you like most. (One picture only.) O. $6,000-8,999 3
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10) P. $9,000-11,999 4
Q. $12,000 and over 5
12(b) And now the picture that you like least. (One picture only.) Refused 6
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10) Don't know 7

Pick u p all cards from this deck and stack t o one side. 20. Sex of respondent: Male 1
Female 2
Record 3rd minor deck from front page : 3rd minor deck no. Note. If interviewing i n apartment building, use this order for selecting floors:
26, 13, 24, 9,23, 3, 15, 4, 22, 6, 21, 18, 17, 12, 19, 16, 14, 5, 27, 30, 28, 20, 29,7, 11, 8,
Spread out cards from 3rd minor deck on table and ask qu. 13. 1, IO, 2,25.
IS0
Appendix 2 Instructions for the application
of the questionnaire

T h i s i s important: ask to interview the person of the same sex whose birth- side up. There are twenty-nine cards for which there i s
1 Read instructions f u l l y with y o u r questionnaire day follows next after the date of the interview, etc. no way to judge right-side up by the picture itself.
beside you. Only one person in a household may be interviewed. We have written the number on the back of each card
2 A l w a y s use a pencil-never a ball-point or pen. Note that no callbacks are to be made. i n such a way that you can use the following procedure
3 B e sure t o circle o n l y t h e correct number that i s to ensure that it is right-side up:
beside t h e answer g i v e n t o t h e question asked. Where t o interview Looking at the back of the card, turn the card around
4 Questions asked m u s t have an answer or expla- You will find your starting points listed on your wage until the number on the back i s in the lower left-hand
nation why t h e y are n o t answered. sheet. Each starting point i s a street intersection. You corner. Turn the card over as if it were the page of a
5 Deadline date m u s t b e met. are to start with the corner house at that intersection book. You will now be looking at the card right-side
6 If y o u have contracted t o d o t h i s study it m u s t and follow the path described on the yellow Random UP.
b e completed according t o instructions, or Path sheet in your kit. Go to every second household
payment can b e withheld. on that path. No callbacks are to be made. Do not Shuffling the cards
7 If any problems arise, contact y o u r supervisor attempt interviews i n business buildings, factories, etc. Several times in the interview you are asked to shuffle
immediately. You will be completing ten interviews per starting one of the card decks. Please do so thoroughly whenever
point and twelve at the last starting point. required but as unobtrusively as possible-picking the
Please note that, although you have been assigned cards up in a random order or something of this sort.
Introduction spare starting points to be used as replacements in It i s important to avoid giving the respondent the feeling
Most of the countries in the world have museums and the event that your starting points cannot be used, you that he i s being tested.
art galleries which contain works of art on display for must have a very good reason for using the spares and T h i s study i s n o t a test of t h e respondent's know-
the general public to see. Countless books containing you must get permission from the oflìce to replace a ledge. You must make certain that the respondent
reproductions of works of art are sold and reproductions starting point before doing so. does not do this study with the attitude that he is being
of works of art hang in many houses. A r t is a subject tested or judged. Please explain to him that we are
which is part of the curriculum in many school systems Interviewing in apartment buildings gathering information about opinions in the population
in countries around the world. Apartment buildings are to be treated as if they were and that there are no right or wrong answers.
None the less, very little is known about the attitudes blocks of houses. Once you have selected the floor on
of the average person to art, his familiarity with it, the which interviewing i s to be done, start at one end of the Recording forms
ways in which he judges it or the words he uses to talk hall and go to every second apartment, alternating from You must fill out the recording form to indicate the
about it. side to side of the hall. We have specified the order in result of each contact you attempt. If the respondent is
This study has been commissioned by Unesco's which the floors are to be selected on the last page of foreign-speaking record the language. If he refuses to
International Council on Museums to help increase the the questionnaire. It i s essential that you follow this be interviewed record the reason. Note that "not know-
knowledge about art and the average person. It is hoped order. ing anything about art" is not a reason, since knowledge
that the study will provide a wealth of information for about art i s not a qualification of the study.
those who are concerned with bringing works of art W h e n t o interview
to the attention of the public-people such as art All interviewing is t o be done in the evening on week- Probing open-end questions
gallery directors, museum directors, educators, etc. days and during the daytime on Saturdays in order to Excellent probing for all open-end questions is essential.
The study in Toronto i s the pilot test. If the study allow men and working women to be represented in the If the probing is really good the open-end questions will
proves successful, it will be replicated i n cities all over sample. yield a great wealth of information about attitudes and
the world. This means that we are given both the honour We cannot specify how long you must spend on each opinions of people about art, their preferences, their
of being the first company to do this type of research trip to your interviewing location, but please spend as standards for judging works of art and the words they
and the responsibility of doing an excellent job. long as possible on each trip in order to avoid incurring use i n discussing art. If the probing is poor these ques-
The study has been designed with a great deal of high per-interview travel. We have hopes that you will tions will be useless.
care in order that it may meet the high standards manage to average two interviews per evening and four The words the respondents use in answering the
required by social scientists of a research project and per Saturday trip. If you can do more we will be delight- open-end questions must be recorded verbatim. Do not
i n order that it may be replicated in other cities. Our ed, of course. edit or change their wording. We want to know what
methods will come under the closest scrutiny by experts, terms people use when discussing art.
so it is vital that we adhere strictly to the procedures T h e card decks Because art i s a rather abstract subject, it is quite
outlined in the questionnaire and instructions. Your kit will contain twenty-three decks of cards (iden- possible that respondents may have difficulty in express-
tified by the letters A to W), each deck containing ten ing themselves. If this is the case they may start talking
W h o m t o interview cards (identified on the back by the numbers 1 to IO). in vague generalities-'% is all confused, it is just a
The respondent i s to be a male or a female who i s at Each card contains a reproduction of a painting. Please mess", etc. This type of answer is quite useless unless
least 15 years of age on the date of the interview. We guard these with the utmost care-we do not have it is probed further. You must probe to get the respond-
have set no sex or age quotas. Instead, at each house- replacements for many of the cards. ent to express himself precisely and in detail about the
hold, the selection of the person to be interviewed will In each interview you will use four of these decks-a specific attributes and qualities of the picture. Answers
be done by means of the procedure outlined below. major deck and three minor decks. You will ask ques- such as "nice", etc., must be probed fully to find out
The person who answers the door i s to list the name tions 5 to 8 with the major deck, 9 and 10 with the first what exactly it is that is "nice" and why and in what
and position in the household of every person 15 years minor deck, 11 and 12 with the second minor deck and 13 way.
or more who lives in that household and to state the and 14 with the third minor deck. The respondent may volunteer one answer and not
day and month of each person's birthday (e.g. John, The letters of the decks to be used and the order i n go any further on his own even though he may have
head of household, November 13). A l l positions in the which they are to be used are written at the top of the more to say. You must also probe exhaustively, to make
household are to be in relation to the head of the house- first page of the questionnaire. It is absolutely essential sure the respondent says everything he can in answer
hold-for example, son of the head of the household, that you follow this order in every case. to your question, both for this reason and because your
or mother of the head of the household, etc. The questionnaires have code numbers and it is probes may stimulate further thoughts.
The person to be interviewed i s the person 15 or older necessary to complete the questionnaires in numerical While probing, however, be careful never to prompt
whose birthday comes soonest after the date of the order, so that the lowest number is done first and the the respondent. You must not put words in his mouth
interview. For example, if the interview i s conducted on highest number last-for example, doing number 53 by anything you say. Furthermore, you must be careful
October 18th, select the individual 15 or over whose first, 54 second, 55 third and so on. to be as objective as possible in order not to influence
birthday follows most closely after October 18th. If that When showing the cards to the respondent you must him by your facial expressions, your tone of voice or
person is not available to be interviewed you should be sure that, when he looks at them, he sees them right- your manner.

The question naire


Section A tion to the head of the household) and day and month any kind of art work-drawing, painting, sculpture,
of birth of every person 15 years or over who lives i n the collages, murals, art history, etc. Get full details.
The front page household. Use the birthdays to determine who is to be
The code numbers at the top of the page will indicate interviewed in the manner described above. Question 3(a)
the order in which the questionnaires are to be done Hand the respondent typed card no. 1 to introduce Ask for both father and mother of the respondent.
-the lowest number first and the highest number last. the study. Record name and type of school if beyond high school.
The letter of the major deck is written in, and the letters
of the first, second and third minor decks are recorded Question I Questions 3(b) (c)
in the proper order. Please transfer these letters to the For trade or technical schools and for education beyond Ask for respondent's mother, then repeat for respond-
appropriate places within the questionnaire (pages 6, high school, specify the name and the type of school. ent's father. Again, record name and type of school if
9, 10 and 11) before you start interviewing. beyond high school.
Record the area number in the space provided inside Question 2
the box. For each level of education, determine whether the Questions 4(a) (b)
respondent had any kind of art instruction or classes These questions are concerned with art work of any sort
Selection of respondent as a part of the regular classes and probe for a full done apart from the respondent's formal schooling.
Record the name, position in the household (with rela- description of this instruction. We are interested in Probe for full details.
151
Questions 4(c) (d) to find out exactly what the respondent means. Probe these instructions for question 7(a) apply to questions 9,
The comments above about questions 4(a) (b) apply for clear descriptions oftheformal qualitiesthepictures 11 and 13.
here as well. Probe for as much detail as you can get have in common-qualities like colour, shape, subject
about the mother's and the father's art work. matter, method of painting, etc. Questions lO(a) (b), 12(a) (b), 14(a) (6)
The respondent must select the one picture he likes
§ection B-Major e x h i b i t sequence Question 7(b) (c) (d) most and the one picture he likes least from each minor
Record the letter of the major deck i n the space provided. The respondent may feel that eight of the pictures have deck.
Read the brief introduction to the respondent and make something i n common, but that two of them don't seem
certain that he understands that he is not "taking a to belong with the remaining eight. This is the sort of Question 15
test". Shuffe the cards without being obvious about it thing we want to find out. Note that this must not be a Now, shuffle each of the four card decks in turn, and lay
and lay them down, facing the respondent, being careful leading question-the respondent should not be under each deck Out in front Of the respondent S O that he is
to do so in such a way that he is viewing them right- the impression that we are testing to see if he can looking at four rows. The respondent is now to rank the
side up. "find the pictures that don't belong". We just want to four decks in order of his preference of them as groups
Question 5
..-.--...---....
know if he feslc that cnmn dnn't
~
-the arouD he likes best.. the arouu
- . he likes second
If he feels that some don't fit, probe for full and detail- best, third best and least.
Ifnone Of the pictures is familiar to the respondent, skip ed explanations of why he thinks certain pictures don't Note. Put all four card decks aside before asking the
to question 6. If he remembers having Seen any ofthem,
find out which ones and, for each one, probe for all the
- .
fit in with the orou[). Note that llis reasons must be in
the form of a comparison--"~~lese have this quality in
basic data questions.

places he recalls having seen it before. Circle the appro- but these others do S e c t i o n D-Basic data
priate number and specify in words if he has seen it
somewhere other than the places listed on the question- Question 16
naire. Question
This question refers to the hypothetical possibility of Note that the respondent is t o include himself in the
his being able to select a good full-sized reproduction count'
Question 6
Of any Of the pictures in the deck' Which One would he
After putting the board on the table and handing the Question 17
respondenttyped card no.2, read the card out loud while choose? Note that he can "Iect Only One'
Probe to find out all the reasons i n detail for his selec- Straigh'orward.
the respondent reads his copy, Do not start tile ranking
of the cards until you know the respondent has under- Question
stood the procedure to be followed. Probe to find out what he would do with it; and if he
intends to hang it find outwhere and probe to find out Probe for the occupation of the Person who is the head
The respondent must put every picture on the board of the household: the type of work that he does and the
with only one picture i n each square. If the respondent why he would hang it there'
Note. Put the cards in the major deck in a pile and put type Of 'Ompany for which he does it.
that there are which likes equally well,
ask him to guess or make an arbitrary decision between them aside'
- __..- .. I R l h I
Oiiecfinn
~

them. If the respohxent is the head of the household skip this


When the respondent has finished the ranking record S e c t i o n C-Minor e x h i b i t sequences question. If the respondent i s notthe head of the house-
the rank for each card and remove the cards from the Note. In this Section YOU W i l l ask questions about the hold, however, find out his occupation. Probe for the
board in a shuffling process. Put the board out of sight three minor card decks. h ~ ~the r number
d Of the first
type of work and type of company. If the respondent is
and lay the cards down on the table in front of the minor deck in the space Provided, spread the cards O u t a student find out at what type of school and the name
resuondent. i n front of the respondent and ask questions 9 and 10 nf t h n --''--"
"' I"-
*,.hnnl
about the first minor deck. Then put the deck to one
Question 7(a) side and repeat the procedure for the second minor Questions f9 and 2o
The pictures in a deck have been put together in a deck and, finally, repeat the procedure for the third Straightforward.
group because they do share certain common qualities. minor deck.
You must probe with great care to find out what the re-
spondent thinks are the reasons for them being put Questions 9, I I , 13 T H A N K Y O U VERY M U C H FOR YOUR
together as a group. Probe for full and detailed answers as to why the HELP. W E HOPE Y O U F I N D T H I S
General answers, such as "They're all confused, all respondent thinks the cards in the deck were put STUDY A N INTERESTING
mixed up", "They'reabstract", etc., must be fully probed together in a group. The comments typed above in A N D REWARDING ONE.
List and Liste et modes Notas sobre
methods of the de groupement la agrupación
card groupings et de classement y clasificación
and rankings' des cartes' de las tarjetas'
by T. A. Heinrich par T. A. Heinrich T. A. Heinrich

I. 1. I.
The cards are listed from I O to I Les cartes sont numtrotées de I O Las tarjetas postales llevan una
in order of preference, à I par ordre de prtftrence : le puntuación de I O a I por orden
I O representing the most liked, no I O est attribut: à celle qui decreciente de preferencia.
I the least liked. a recueilli le plus de suffrages et Como no era posible reproducir
As it was impossible le no I, le moins. en color o, ni siquiera,
to reproduce in colour, or even Dans l'impossibilitt. de en un formato suficientemente
in a large format, the 220 works reproduire en couleur, ou mOme grande, las 220 obras elegidas para
of art used for the Toronto dans un format suffisamment la encuesta de Toronto,
study, sixteen of the most grand, les 220 euvies choisies en las páginas 178-180 se
significant, having obtained either pour l'enquite de Toronto, reproducen dieciseis de las más
the highest or the lowest seize de celles-ci, les plus notables entre las que han
rankings, are reproduced on significatives, ayant obtenu obtenido las notas más altas
pages 178-180. It should soit les plus hautes, soit les plus o más bajas. Conviene observar
be noted that these particular basses cotes, sont reproduites que estas obras han sido
works have also been selected p. 178-180. 11 convient seleccionadas igualmente para
for the second phase de noter qu'il s'agit d'euvres la segunda fase de la encuesta.
of the study. ayant t t t tgalement retenues
pour la deuxième phase
de l'enquête.

H Colour H En couleur H En color


0 Black and white 17 En noir et blanc 0En blanco y negro
A Female nudes
Nus féminins
Desnudos
O6HairceHHbIe meHCKIle TeJIa

IO. Gauguin Women with matg0p.r


9. Matisse Figure drcoratiije
8. Bonnard Nii à la baigfioìre
7. Picasso Nitde iuifh fouel, 1908
6. Manet Obmpe, 1865 (control)
5 . Modigliani Le grand mi, c. I 9 I 9
4.Matisse Oddi~q26e
3 . Picasso Vomara with /tower
2. Beckmann The Letier
I . de Kooning IVoman atld bicycle

The solid, quasi-realism of Le quasi-réalisme et la solidité Se prefirió netamente el sólido


Gauguin was strongly preferred, de Gauguin ont été préférks de cuasirrealismo de Gauguin, no
not only to the dissolved beaucoup non seulement aux sólo a las formas “grotescas”
“grotesque” form of de Kooning, formes “grotesques” et evanescentes de De Kooning sino
but also to the distortions désagrégées de De I<ooning, también a las distorsiones
of Modigliani, Matisse, Picasso mais aussi aux distorsions de de Modigliani, Matisse, Picasso
and Beckmann. A more Modigliani, Matisse, Picasso et y Beckmann. Un Matisse más
orthodox Matisse (9) far outranked Beckmann. Un Matisse orthodoxe ortodoxo (9) ocupa un lugar
an elongated figure by the same (9) est bien mieux classé qu’une mucho más alto en la clasificación
artist (4) and a mildly African figure étirée du mCme artiste (4), que una figura alargada del mismo
but structurally forceful et un Picasso quelque peu africain artista (4) ; se prefirió un Picasso
Picasso (7) was preferred to a mais fortement structuré (7) a ét6 con reminiscencias africanas pero
colourful but “dehumanized” préféré i un autre de caractère de vigorosa estructura (7) a otro
surrealist example (3). The five surréaliste, tres coloré mais surrealista, lleno de color pero
in the upper half are all relatively “déshumanisk” (3). Les cinq “deshumanizado” (3). El color
muted in colour with a peintures classées en tPte sont de los cinco cuadros preferidos
predominance of soft blues; the toutes traitées dans des tons es relativamente sordo y
five disliked paintings are relativement assourdis où predominan los azules suaves ;
predominantly red or have sharp prédominent les bleus ; les cinq los otros cinco son
red or orange accents. The five autres sont c ì dominante rouge, predominantemente rojos o tienen
preferred paintings are sexually ou contiennent des accents manchas de rojo o naranja vivo.
muted, the remainder are violents de rouge ou d‘orange. El aspecto sexual de los cinco
provocative and strongly Dans les cinq peintures préférées, cuadros preferidos es muy leve,
emphatic in sexual characteristics. la sexualité reste discrète tandis y en los otros cinco resulta
The Gauguin was said to be que, dans les autres, provocador y está fuertemente
“most familiar”. les caractéristiques sexuelles sont acentuado. Del Gauguin se dijo
provocantes et fortement que era “muy conocido”.
accentuées. L‘œuvre la mieux
connue des personnes interrogkes
était le Gauguin.
B Figures in landscape
Personnages dans un paysage
Figuras en un paisaje
Tena rra OH^ J I ~ H ~ I I I ~ O T ~

IO. Van Gogh The Good Samaritan,


1890
9. Manet D&eiitier s w l’herbe,
1869 (control)
8. Seurat Utie baignade à Asiiìères
7. Park, David Foiir meti, 1958
6. Brauner Pierre philosophale, 1940
5 . Delaunay The Ci0 of Paris
4. Rousseau The dream, 1910
3. Léger Les loisirs, hommage
2 J . L. Dauìd
2. Cadmus Faiitasia on a t h e m
by Dr. S.,1946
I. Picasso Ba&neiues, 1920

The favourable factors applying Les motifs des préférences Los factores favorables que se
to Group A are similar to reasons exprimks ici sont à peu près les aplican al grupo A son de la
given for preferences here. mêmes que dans le cas du groupe misma clase que las razones que
Distortions and real or imagined A. Les distorsions ont été se dan para justificar las
suggestions of perversity were ptremptoirement rejetées ainsi que preferencias en este caso. Se
decisively rejected. Alienation tout ce qui suggère - ou a rechazaron decididamente las
likewise was viewed with semblé suggérer la perversité. distorsiones y las sugestiones
displeasure in the Brauner, De même, dans le Brauner, reales o imaginarias de
Rousseau and Picasso. Some felt le Rousseau et le Picasso, le perversión. Tampoco gustó la
the Léger “too much like a poster” spectacle de l’aliénation a été jugé enajenaci6n del Brauner, del
to be seriously considered as art. déplaisant. Selon certains, le Léger Rousseau y del Picasso. Algunos
The normally favourable responses “ressemblait trop à une affiche” pensaron que el Léger “se parecía
to pleasant experience were pour être vraiment considéré demasiado a un cartel” para
rejected in the Léger and the comme une œuvre d‘art. Les considerarlo seriamente como
Picasso. The latter ranked lowest, réactions positives que suscitent arte. Las respuestas habitualmente
although it m7as the “most d’ordinaire les exptriences favorables a las experiencias
familiar” in this group. agréables n’ont pas joué en faveur placenteras fueron rechazadas
du Léger et du Picasso. Ce dernier en el Léger y en el Picasso. Este
a été classé au dernier rang, bien último obtuvo la clasificación más
qu’étant le tableau le mieux connu baja, a pesar de ser el “más
du groupe. conocido” en este grupo.
c Figures in silent communication
Groupes silencieux
Figuras en comunicación silenciosa
@LWypbI B 6e3nlOJIBHOM 06UJeHIILI

IO. Renoir L a loge


9. Millet The atzgelns (control)
8. Rouault Threejudges, I 9 I 3
7. Manet Le bakon
6. Vuillard The artist’s mofher
and sisfer, c. 1893
7 , Weber The geranizm, I 9 I I
4,Toulouse-Lautrec L a chambre
skparée
3. Wood American gofhic
z. Picasso Woman at a mirror, 1932
I. Miró Snob p a r o at the
Prìnress ‘s

The five most liked have strong Dans les cinq œuvres les plus Los cinco cuadros preferidos
patterns emphasized by blacks, appréciées, une structure tienen una traza vigorosa,
but so do the five unpopular énergiquement marquee est acentuada por el negro, pero
paintings. Strong reds appear renforcke par des noirs, mais il lo mismo ocurre con los otros
in the latter grouping. en est de même pour les cinq cinco menos aceptados. En este
The “realistic” Grant Wood was autres peintures ; cependant ces último grupo hay rojos intensos.
regarded as parody, the Weber, dernitres contiennent aussi des Se consideró que el “realista”
Lautrec and Picasso as perverse, rouges violents. Le tableau Grant Wood era una parodia,
the Picasso as “fussy” and the “réaliste” de Grant Wood a été el Weber, el Toulouse-Lautrec
iMiró as disorganized. Toronto pris pour une parodie ; le Weber, y el Picasso desagradables,
has historically had a puritanical le Lautrec et le Picasso ont éte “rebuscado” el Picasso y
reputation, which may account for jugés pervers, le Picasso desorganizado el Miró. Toronto
the ranking of the Lautrec in “maniérC” et le &firó tiene una reputación histórica de
contrast with the compositionally “désordonnt”. Toronto a eu de puritanism0 y esto podría explicar
similar Renoir. No respondent tout temps une réputation de la posición que ocupa el
could discover any connexion puritanisme qui peut expliquer Toulouse-Lautrec en
between the Miró and the rest la forte différence entre le rang contraposición con el Renoir
of the pictures. The high rank attribué au Toulouse-Lautrec cuya composición es similar.
of the Rouault is surprising. et celui du Renoir, dont la Nadie pudo descrubrir relación
The “most familiar” was the Grant composition est analogue. Aucune alguna entre el Miró y el resto de
Wood, but it was ranked very low. des personnes interrogées n’a pu los cuadros. La buena posición
The hlillet and Renoir Ctablir un rapport entre le Miró del Rouault resulta
were recognized by many et les autres peintures. Le bon sorprendente. El “más conocido”
respondents, but the most popular accueil fait au Rouault est fue el Grant Wood, pero su
Renoir by less than half those surprenant. Le tableau le mieux puntuación fue muy baja. Muchas
who lmew the Wood. connu est le Grant Wood, mais personas reconocieron el Millet
il a &tétrès mal classé. Lc Millet y el Renoir, pero este último, tan
et le Renoir ont été souvent difundido, fue identificado por
reconnus; cependant, le nombre de dos Peces menos de personas
ceux qui ont dlclaré avoir déjà vu que el Wood.
le Renoir - œuvre qui a recueilli
le plus de suffrages -
n’atteignait pas la moitié de celui
des personnes qui connaissaient
le Wood.
D Portrait: full-face
Portraits de face
Retratos
I l O p T p e T : FOJIOBa

IO. Cézanne Peasant ita a bhe blouse


9. Rouault Têfe de femme
8. Gauguin Se(f-porfraifwith
yelloloul Christ (control)
,.Beckmann Self-porfraif, 1937
6. Villon Lajtwne j Z Z e
.
j Modigliani Mme Hébnternc
4. Buffet Head cf a c.loiolm
3 . Picasso Tête de f e m m e , I 949
2. Brauner L e passage, 194j
I . Jawlenslry Princess uith nihite
fzoiiler

Many people missed the Le motif fondamental qui a Muy pocas personas dieron con
fundamental reason for grouping conduit à grouper ces dix œuvres la razón fundamental que había
these ten together. Some thought a Gchappé à de nombreuses movido a agrupar estos diez
the reason might be that all were personnes. Certaines ont déclaré cuadros. Hubo quienes pensaron
sad, that eyes were emphasized que c’était peut-être parce qu’elles que ello podría deberse a que
or that all were “abstract”. The étaient toutes tristes, parce que todos eran tristes, a que se
ranking order is unfathomable. l’attention était attirée sur les yeux acentuaban los ojos o bien a que
There appears to be a dislike for des personnages, ou parce qu’elles todos eran “abstractos”. El orden
eyes that engage the viewer. étaient toutes “abstraites”. Les de la clasificación es impenetrable.
One respondent thought all ten raisons du classement n’apparaissent No gustan claramente los ojos
to be by the same c‘m~dern’’ pas clairement. I1 semble que les que imponen a quien los mira.
painter and that all were bad. yeux qui donnent l’impression de Una persona pensó que los diez
“suivre” le spectateur aient déplu. cuadros eran del mismo pintor
Une personne pensait que les dix “moderno” y declaró que los diez
tableaux avaient tous pour auteur eran malos.
le mOme peintre “moderne”, et
les trouvait tous mauvais.
E Figures in activity
Figures en mouvement
Figuras en movimiento
qBLï?KyIqHeCFI IpIIrypbI

IO. Hofer Wasserfrägerin


9. Renoir B a i à Boigìiul
8. Degas Datiseuses stir ime
Larip e t b e
7. Picasso Acrobute à la bode
6. Wood Woman with plant
j . CGtanne Joireim de cartes
4. Chardin The mother’s advice
(control)
3. Beckmann Drei Täti~erìtitieia
2. Severini Dynamic hierog&hic,
Bal Taburin (I 9 I2)
I, Léger Soldiers piayiq cards
(1917)

The calm monumentality of the La monumentalité calme du Hofer La monumentalidad serena de


Hofer seems to have been in its semble avoir joué en sa faveur. Hofer parece haberle favorecido.
favour. The rejection of the Léger Le rejet du Léger est net (59 04, El rechazo de Leger es neto
was decisive (59 per cent ranked des personnes interrogées l’ont (el 79 “6 de las personas
it lowest). The Severini, like the classé au plus bas). Le Severini, interrogadas lo
Léger, was too abstract for comme le Ltger, ttait trop abstrait clasificaron en lo más bajo).
acceptance. pour etre accepté. Le Beckmann El cuadro de Severini, como
The Beckmann was felt to be a été trouvé pervers. Les couleurs el Leger, era demasiado abstracto
perverse. The colours in this group de ce groupe ont été para que se le aceptara. El de
were generally thought pleasing. généralement trouvées agréables. Beckmann se consideró como
The rather low rank of the Chardin Le classement assez bas du Chardin perverso. En general, los colores
seems due to its semble dû B sa sentimentalité, de este grupo se encontraron
“sentimentality”, a quality bien que, par ailleurs, cette qualité agradables. Parece que la
otherwise frequently present se retrouve B un degré quelconque clasificación bastante baja del
to some degree in many of the dans un grand nombre des cuadro de Chardin se debe a su
preferred paintings. peintures les plus apprécikes. sentimentalismo, aunque, de todos
modos, esta característica se
encuentra, en un grado
o en otro, en un gran número
de cuadros muy apreciados.
F Landscape, general
Paysages, général
Paisajes, general
lIe&3am~

IO. Corinth Der Valcherisee, 1921


9. Derain The bZm oak
8. Monet Les copelicots (control)
7. Van Gogh Landscake iaear
Anijers, I 890
6. Rousseau Ira the foresf
>.Corneille Splendew tropicale,
'958
4. Picasso Circrdsfanzib, 1905
3. ICleeJardk 6 P.H., 1925
2. Mir6 Catalan lafidscape:
the hntiter (1923-1924)
I. Stamos Az@tzon II, 1958

The more abstract paintings were Les peintures les plus abstraites Los cuadros más abstractos
rejected, the Stamos, Miró and ont été rejetées, surtout dans le cas fueron rechazados, sobre todo
Klee heavily. No pattern of du Stamos, du Miró et du Klee. el Stamos, el Miró y el Klee.
conclusions based on colour, On ne peut formuler cette fois No se pueden deducir conclusiones
repose or energy can be drawn. aucune conclusion générale partiendo del color, la calma
The Corinth was probably fondée sur la couleur ou sur le o la energía. Probablemente
favoured because of its similarity caractkre statique ou dynamique el Corinth resultó preferido a
to Canadian landscape: the factor de l'oeuvre. Si le Corinth a été le causa de su similitud con el
of familiarity with subject rather plus apprécié, c'est sans doute paisaje canadiense: en este caso
than with a specific painting was parce que le paysage représenté operó el factor de familiaridad
operative. Some degree of realism ressemble à ceux qu'on voit au con el tema, y no un cuadro
is clearly expected of a landscape Canada: le sujet, plutôt que le determinado. Es evidente que a
and with such a subject, a balance tableau, paraissait ici familier. un paisaje se le pide un cierto
of warm and cool colours seems Les personnes interrogées grado de realismo y se prefiere
preferred. attendent manifestement d'un en él un equilibrio entre los colores
paysage un certain rialisme, et calientes y los colores fríos.
il semble qu'elles souhaitaient
trouver un équilibre entre les tons
chauds et les tons froids.

I 60
G Landscapes with mountain or cliff-like forms
Paysages avec des formes montagneuses ou ressemblant à des falaises
Paisajes con formas montafíosas o escarpadas
ITeliaaxr c 1 1 3 o C i p a ~ c e ~ ~rop
t e ~ I I . ~cHaa

IO. Brown, J. G. Cross& on a log,


c. 1870 (control)
9. Utrillo RiteJeanne d ' A r c in fhe
snon: I934
8. Cézanne L a utonfagtie
Ste. Victoire, I 8 86-1 888
7. Marquet L a foire da Haure,
1906
6. Jackson, A. Y. E a r b sprìhg,
Quebec, e. 1920
5 . Gauguin Tahitian mountains
4.Munch Winter nkht
3 . Jawlensky Fioatìtg cioird, I 9 I o
2. Pollock N o . I , 1948
I. Blume The eternal ci@, I 9 3 7

The abstract and exotic were Les tableaux de caractere abstrait Lo abstracto y exótico fue
usually rejected, the reassurance ou exotique ont en gtntral déplu ; generalmente rechatado, gustó
of the Brown was highly favoured l'aspect rassurant de Brown a été mucho el aspecto aquietante del
and the menace of the Blume tris apprtcié, et la menace qui Brown y el Blume amenazador
decisively rejected, though the s'exprime dans le Blume a été fue decididamente rechazado,
Blume was the only painting catégoriquement rejet&, bien que aunque resultó ser el Único cuadro
recognized. The Jackson, ce tableau ait tté le seul à ttre reconocido. Nadie conocía el
belonging to the Tzi112 Art reconnu. Le Jackson, qui Jackson, que está en la Toronto Art
Gallery and hanging in appartient à la Toronto Art Gallery y cuya reproducción
r s u c t i o n in countless Canadian Gallery et dont des reproductions figura en incontables escuelas y
schools and banks, was unfamiliar se trouvent sur I es murs bancos canadienses. Las
to all respondents. Low points d'innombrables banques et tcoles preferencias parecieron ir hacia
of view seem preferred. canadiennes, n'était familier i los puntos de vista bajos.
aucun des sujets interrogés.
I1 semble qu'on ait pré€&é les vues
prises de points peu tlevés.

161
H Landscapes with bridges
Paysages avec des ponts
Paisajes con puentes
IIeikaamr c h ~ o w a m

IO. Cézanne hIont Sie. Victoire


with bridge
9. Pissarro Bridge ab Brzges, 1903
8. Corot L e pont de rVantes
(control)
7. Monet Les nymphéas, 1909
6. Signac Le châteari des Papes
5 . Van Gogh The draw-bridge
4.Rousseau Nofre Dame, I 909
3 . Kokoschka The Thames (detail)
2. Dufy Le Pont-Neuf
I . Feininger Briicke III, I 9I 7

Stability drew preference, odd La prtférence est allée aux œuvres Las preferencias fueron hacia
view points apparently produced qui donnent une impression la estabilidad, y los puntos de
feelings of discomfort. The de stabilité ; les perspectives vista extraños produjeron una
Rousseau, Kokoschka and Dufy inattendues ont apparemment sensación de malestar. Varias
were thought by some respondents Cr&éun sentiment de malaise. personas pensaron que el
to be poorly or badly drawn. The Certains ont estimé que le Rousseau, el Kokoschka y el Dufy
unpopular Feininger was seldom Rousseau, le Kokoschka et le Dufy estaban mal o pobremente
recognized as a bridge or even étaient mal ou médiocrement pintados. Muy contadas veces
a landscape, being considered dessinés. On a rarement reconnu se reconoció en el impopular
both as drab and as impenetrable un pont ou méme un paysage Feininger un puente y ni siquiera
as the Pollock or the Mirós dans le Feininger, qui a paru aussi un paisaje, y se le consideró tan
(in the other decks). Peacefulness terne et imptnétrable que le desvaido e impenetrable como el
is clearly preferred in landscape Polloclr ou les Miró (des autres Pollock o los Mirós.
subjects, but no preferences are jeux). I1 est clair que les Evidentemente lo que se prefiere
ascertainable for colour. Only paysages de caractère paisible en los paisajes es la calma,
the Cézanne and Feininger were sont préférés mais, pour ce qui pero no hay preferencias definidas
recognized as familiar. est de la couleur, aucune conclusion en lo que concierne al color.
nette ne se dégage. Seuls le Sólo resultaron conocidos el
Cézanne et le Feininger ont été Ckzanne y el Feininger.
déclarés familiers.

162
I Landscapes with boats
Paysages avec des bateaux
Paisajes con barcos
IIeibamn c JroEaarm

IO. Monet The stiidio boaf, c. 1874


(control)
9. Sloan The utake of the ferry
8. Braque Fìshìng boat
7. Pechstein Boat at stinrise
6. Marquet Le remorqziew 6
Hanzboirrg, I 904
T .Kirchner Segelboate, I 9 14
4. Derain Le port de Collìoiire
3, Braque Harbour scene, A?itwerp
i. Feininger Pyramid of sails
I. Marin Ship, sea and sky forms

Vigorously expressed forms On préftre de beaucoup les Se prefirieron decididamente las


emphasized by black are strongly formes vigoureuses et rehaussées formas vigorosamente expresadas
preferred as are vivid contrasts de noir, de même que les couleurs acentuadas con negro, así como
in colour. There seems to be no fortement contrastées. I1 ne parait los contrastes de color muy
prejudice favouring either y avoir de préjugé favorable ni fuertes. No parece haber prejuicios
movement or its absence. Points pour le statisme ni pour le en pro o en contra del
.
of view even mildly suggestive dynamisme. Les vues qui créent movimiento. Los puntos de vista
of vertigo are disfavoured as is une impression de vertige, même que sugieren siquiera sea
dazzle of light. Flattening and ltgtre, et les lumitres levemente el vértigo producen
attenuation of form are unpopular. éblouissantes dtplaisent, de même reacciones desfavorables,
The Monet was known to a few que les formes sans relief et les al igual que la luz deslumbrante.
respondents but not the almost contours vagues. Le Monet &ait El achatamiento y la atenuación
equally popular Sloan, which connu de quelques-uns, mais non de las formas no tienen
benefited by local nostalgia for le Sloan, presque aussi apprécit aceptacih. Pocas personas
vanished ferries. et qui a btnéficié de la nostalgie conocían el Monet pero no
qu'inspirent i la population locale ocurrió lo mismo con el célebre
les bacs d'autrefois. cuadro de Sloan, que se aprovechó
de la nostalgia local de los
transbordadores desaparecidos.
I o. Picasso The old gitifarist, I 904
9. Wyeth A dgy at the fair
8. Van Gogh Corti j e l d nGi%
C ~ O I Z J SI, 890 (control)
7. Tchelitchew Hide aiid seek
6. Hayter Witifer,1978
y . Hopper House (?yfhe railroad,
192s
4. Blume The rock
3. Dali Persisbence of memory, 1931
2. Gauguin The yellow ChriJf,
1889
I. Castellon The dark j g w e , I 93 8

The paintings of this group are Toutes les peintures de ce groupe Todos los cuadros de este grupo
all expressive of anxiety, menace, expriment l'anxiété, la crainte, expresan ansiedad, amenaza,
alienation or doom. The images l'aliénation ou le pressentiment enajenación o presentimientos
of doom were rejected with the d'un funeste destin. Celles qui sombríos. Las imágenes que
exception of the Van Gogh, évoquent le destin ont étt: rejetées, sugieren un destino sombrío
which u7as liked for itsintense à l'exception du Van Gogh, fueron rechazadas, excepto el
colour, despite its clear import. qu'on a aimé pour l'intensitt de Van Gogh que gustó por su
Alienation was seen as. mere ses couleurs en dépit de sa colorido intenso, a pesar de su
loneliness (Picasso, Wyeth) and signification évidente. L'aliénation, significación evidente. Se consideró
accepted for its pathos. The most dans laquelle on n'a vu que simple la enajenación como simple
nearly non-objective painting, the solitude (Picasso et Wyeth), a été soledad (Picasso, Wyeth) y se
Hayter, fell surprisingly in the acceptée en raison de son côté aceptó su patetismo. El cuadro
middle, probably because subject pathétique. Le Hayter, qui est menos objetivo, el Hayter, quedó
is so strong in all the others that l'oeuvre la plus proche de clasificado, sorprendentemente,
more positive reactions were l'abstraction, occupe une position hacia la mitad, probablemente
produced for or against them. moyenne, sans doute parce que, porque el tema de los demás es
The only consistent remark about dans tous les autres cas, le thtme tan fuerte que las reacciones más
colour apart from the Van Gogh a une si grande force que les positivas se produjeron en favor
was of disapproval for the yellow réactions ont éti plus violemment o en contra de ellos. La única
(and angular) Gauguin Christ. favorables ou défavorables. observacibn coherente sobre el
The morbidity of the group struck La seule observation faite color, fuera de la que concierne
nearly all respondents, some of frkquemment à propos de la al Van Gogh, fue la desaprobación
them confessed to nausea at sight couleur, en dehors de ce qui a ttt ante el Cristo de Gauguin amarillo
of them, but a significant minority dit au sujet de Van Gogh, était (y anguloso). La morbidez de
felt the presence of a high degree une critique du Chrisfjame todo el grupo repelió a casi todas
of imagination among the artists. (et anguleux) de Gauguin. Presque las personas, algunas de las cuales
There was no claim of previous tous les sujets ont été frappés par confesaron sentir náuseas al
acquaintance with any of these le caractere morbide des peintures mirarlos, pero una considerable
images. It should be noted that de ce groupe, et quelques-uns minoría admitió una gran riqueza
strong single figures isolated ont avout qu'elles leur inspiraient de imaginación en los artistas.
against a background ranked un certain dégoût ; cependant, Nadie reconoció ninguno de estos
curiously IO, 9, 2, and I , while une minorité appréciable a senti cuadros. Cabe observar que las
the similar house, equally la puissance de l'imagination vigorosas figuras que destacan
suggestive of abandonment or des auteurs. Personne ne déclara sobre un fondo obtuvieron
alienation, ranked fifth, in the avoir dtjà vu l'un de ces tableaux ; curiosamente una puntuación
ambiguous position reserved for il convient de noter que les de IO, 9, 2 y I, mientras que la
the paintings about which the figures isoltes qui se dttachent casa similar, que sugiere también
respondents had the greatest avec vigueur contre le fond ont abandono y enajenación, fue
difficulty in reaching decisions. été bizarrement notées IO, 9, clasificada en 5 . 0 lugar, es decir,
The impersonal, for most of them, z et I , tandis que la maison dont en la posición ambigua reservada
presents great problems of relation. la silhouette se dtcoupe de façon a los cuadros con respecto a los
analogue et qui tvoque tout aussi cuales resultaba mbs difícil
nettement l'abandon ou l'aliénation decidirse. Lo impersonal, suscita,
a reçu la note 5 , réservée aux en la mayoría, grandes problemas
Oeuvres que les sujets ont le plus de relación.
de mal à juger. Chez la plupart
d'entre eux, les relations avec ce
qui est impersonnel posent de
sérieux probltmes.
I< Birds, animals, fish
Oiseaux, mammifires, poissons
Pájaros, animales, peces
K. nTIIUb1, WIIBOTHbIe, PbIÓbI

IO. Kokoschka Deer, 1913


9. Graves Birds oti the beach, 1946
8. Marc Tiersrhicksale, I 9 I 3
7. Bacon The dog, 1952
6. Chagall The cork
5 . Gauguin Thee pzrppies, I 8 8 8
(control)
4. Walch The cock
3. Buffet The lobster, I 9 5 8
2. Klee Twittering machim, I 9 2 2
I. Miró Fmgment d’titi tr@@que,
I939

No clear pattern for preference I1 ne s’est degagé ici aucun critire No pudo establecerse ningún
emerged here except that bottom de préférence defini, si ce n’est sistema de preferencia sdvo que,
ranks were predictably accorded que, comme on pouvait s’y como era previsible, los cuadros
to the least realistic. The Bacon, attendre, les euvies les moins menos realistas ocuparon los
perhaps the fault of the réalistes ont été reléguées en puestos más bajos de la
reproduction, was comparatively queue de liste. E n raison, peut-être, clasificación. El Bacon, quizás
well-likcd, despite its atmosphere de la mauvaise qualité de la a causa de la reproducción, fue
of menace, and was preferred to reproduction, le Bacon a été relativamente bien recibido,
the theoretically more endearing relativement apprtcié en dépit a pesar de su atmósfera de
Gauguin puppies, whose arbitrary de l’atmosphkre de menace qui amenaza, y preferido a los
colour displeased. There were en émane, et on l‘a préféré aux cachorros de Gauguin teóricamente
complaints of confusion, spikiness, chiots de Gauguin, thtoriquement más amables pero cuyo color
unrecognizability. The high plus attachants, mais dont les arbitrario disgustó. No gustó el
popularity of the Kokoschka may couleurs arbitraires ont deplu. carácter confuso, erizado, no
represent a nostalgia for old- On a critiqué le caract6re confus identificable. La gran popularidad
fashioned family security as well et dechiqueté des formes et del Kokoschka representa quizá
as for the summer delights of the l’impossibilité d’identifier certains una cierta nostalgia de la vieja
Canadian north. The Marc was des animaux. La faveur dont seguridad familiar así como de las
claimed as familiar by about a jouit le Kokoschka pourrait être delicias veraniegas del norte
quarter of the respondents, but le reflet de la nostalgie d‘une canadiense. La cuarta parte, más
very few knew the Kokoschka sécurité familiale surannée ainsi o menos, dijo que el Marc les
or the Graves. que des plaisirs de l’étC dans resultaba conocido, pero muy
le Nord canadien. Un quart pocos conocían el Kokoschka
environ des personnes o el Graves.
interrogées ont déclart que le Marc
leur Ctait familier, mais fort
peu connaissaient le Kokoschka
ou le Graves.
L Still-life
Natures mortes
Bodegones
HaTHJpMOpTbI

IO. Courbet App6es and pomegranate,


c.1870 (control)
9. Picasso L a casserole éniai66ée,
I944
8. Cézanne The kitchet1 tab6e
7. Picasso Stil6-61ye with antiqfLe
head
6 . De Staël The bott6es, 1953
5 . Morandi Natitra marta, 1943
4.Braque Gitìtar aBd frz& dish,
= 940
3 . Matisse Goldfish, I 9 I I
2. NicolsonJzih 11 - j,t (Viper),
195.1.
I . Braque The carafe

A substantial number could not Un nombre apprtciable de Hubo un número considerable


see that the De Stael and the personnes n’ont pas compris de personas que no comprendieron
Nicolson belonged to this group. pourquoi le De Staël et le por qué el De Staël y el Nicolson
Well over a quarter not only Nicolson faisaient partie de ce pertenecían a este grupo. Más de
preferred the Courbet but claimed groupe. Bien plus du quart la cuarta parte no sólo prefirió
to have seen it before: as it is in non seulement ont préféré le el Courbet sino que alegó haberlo
London, this seemed unlikely, Courbet, mais aussi ont déclaré visto antes ; como este cuadro
but its subject is familiar and it l‘avoir vu auparavant : comme il se encuentra en Londres, no
is by far the most realistic in the se trouve à Londres, cela paraît parece muy probable, pero el tema
group. The public’s insistence on improbable, mais le sujet de cette es familiar y esta pintura es con
form favoured the Picasso toile est familier et c’est de loin mucho la más realista del grupo
casserole, despite its wilful l’œuvre la plus réaliste du groupe. La insistencia en la forma favoreció
distortions. The Matisse was Le prix attaché à la forme a joué L a cacerola de Picasso a pesar de
thought to be “too busy” despite en faveur de L a casserole de sus voluntarias distorsiones.
its cheerful colour. Fish appear Picasso, en débit de ses distorsions Se consideró que el Matisse estaba
to be unpopular subjects, a fact systématiques. Le Matisse a étt “demasiado lleno” a pesar de sus
that did not emerge from Group jugé “trop chargt” malgré ses colores alegres. El tema de los
I<. What is normally considered couleurs gaies. I1 apparaît que les peces resultó impopular lo cual
drab colour came off well here, représentations de poissons sont no ocurrir3 en el grupo I<. Los
where form, however defined, peu appréciées, fait qui n’avait colores que habitualmente se
was emphatic. Opulence is clearly pas été mis en evidence à propos consideran desvaidos salieron bien
preferred to meagreness. du groupe I<. Les couleurs parados en este grupo, en el que
considérées d’ordinaire comme la forma como quiera que se
ternes ont kté ici bien accueillies defina, está muy acentuada. Se
lorsque les contours, quel que soit prefiere decididamente la
le procédC employé pour produire opulencia a la escualidez.
cet effet, étaient fortement
accentués. I1 est manifeste qu’on
préfère l’opulence au
dtpouillement.

166
M The ton-er form
Formes élevies
Formas ahusadas
BbrC,OKIie 1i:VIn'pameHHFI

IO. Gromaire Brooklytz Bridge


9. Feininger Gelmeroda IX, 1926
8. Chagall Artist and niodtl, I 949
7. Chirico The great nzetnpbyJìcìaa,
1917
6. Seurat L a forsr Eiffel, 1889
=,.Soutine Choir boy
4.Daumier Adudce t o fhe yomg
artis/ (control)
3. Kokoschka Herwarfh Valdetz,
1910
2. Sutherland Th thorn free, 1974
I. Toulouse-Lautrec l'veffe
Gdert

Although many respondents De nombreuses personnes Muchos pensaron que ya habían


thought they had seen the croyaient connaître le Gromaire, visto antes el Gromaire pero ello
Gromaire before, this is most mais c'est tout à fait improbable. es improbable. El puente de
unlikely. The Brooklyn Bridge Le pont de Brooklyn est une vision Brooklyn es un espectáculo tan
itself is as familiar a sight as aussi familiere que le Niagara conocido como el Niágara y es
Niagara and paintings by other pour la population locale et il más probable que esas personas
artists, such as Joseph Stella, are est plus vraisemblable que les hayan visto cuadros de otros
more likely to have been seen by sujets avaient déjà vu des tableaux artistas, el de Joseph Stella,
them. The same comment applies le représentant, dus à d'autres por ejemplo. Lo mismo puede
to the Seurat. The Chagall and artistes comme Joseph Stella, decirse del Seurat. Muchas
the Sutherland seemed out of par exemple. La mkme personas consideraron que el
place in this group to many observation s'applique au Seurat. Chagall y el Sutherland estaban
respondents; that they all feature Pour beaucoup de gens le Chagall fuera de lugar en este grupo ;
aggressively thrusting figures, et le Sutherland n'étaient pas nadie se dio cuenta de que todos
whether animate or inanimate, à leur place dans ce groupe ; estos cuadros representan figuras
standing isolated in space, escaped le fait qu'il s'agissait toujours animadas o inanimadas,
everyone. The caricature of the de montrer des silhouettes agresivamente enhiestas, erguidas
Kokoschka and the Lautrec, isolées - animées ou inanimées aisladamente en el espacio. No se
however friendly and witty, and - jaillissant dans l'espace avec apreciaron las caricaturas del
the spikiness of the Sutherland, un Clan agressif a bchappé à tous. Kokoschka y del Lautrec, por
were unpalatable. The lambent Malgré leur caractere amical et muy ingeniosas y amables que
colour of the Feininger overcame spirituel, les portraits caricaturaux resulten, y tampoco el aspecto
objections to its abstraction-no de Kokoschka et de Lautrec ont erizado del Sutherland. Los colores
other painting of this character déplu, de m&meque les formes radiantes del Feininger
ranked so high. hérissées de l'arbre de Sutherland. neutralizaron las objeciones que
Le chatoiement des couleurs suscitaba su abstracción: ningún
de Feininger a fait oublier otro cuadro de esta indole obtuvo
les objections que suscitent les una puntuación tan alta.
euvres abstraites. Aucune autre
peinture de ce genre n'a été
aussi bien classée.
N Still-life: flowers
Natures mortes : fleurs
Flores
N. HaTIoPMOPT: U.BeTh1

IO. Renoir Bozqc/Et (control)


9, Redon A uase of j4oiuers
8. Buffet Boqiiet
1 7. O’Keeffe The u&ite~70iz~er, 1931
6. Macke I’iew of the garden-
holire, 1917
j . Rouault Floonws
4. Van Gogh Flowers, 1890
3 . Beckmann Still-lifi with
yellow orrhids, I 9 3 I
2. Léger Yellow j?onwrs iri bliie liase,

I950
I. Gottlieb Blast no. I

There is a distinct preference for Le rtalisme le plus litttral fait Se manifiesta una preferencia muy
fulsome realism, a dislike for l’objet d’une prtférence marquée clara por un craso realismo, y no
flattened compositions and tandis que les compositions gustan las composiciones
abstraction. The Renoir was sans relief et l’abstraction achatadas y la abstracción. El
thought to be familiar, but as it déplaisent. On a cru reconnaître Renoir resultó conocido pero,
is in Göteborg, again it is certain le Renoir, mais comme il se como el cuadro original se
that it is the subject, not the trouve à Gijteborg, il est clair encuentra en Göteborg, una vez
painting, that is familiar. An qu’encore une fois c’était le thkme más se puede tener la certeza
unusually high number felt that qui était familier et non l’euvre de que ello se debe al tema y no
the Gottlieb has no connexion elle-mime. Un nombre al cuadro. Un número muy grande
with the group: its theme, of exceptionnellementélevé de sujets de personas estimó que el Gottlieb
course, does not, but that the ont estimé que le Gottlieb no tenía relación alguna con el
formal elements of composition n’avait aucun rapport avec grupo : desde luego no la tiene
are closely related escaped nearly le groupe : c’est vrai, bien pero casi nadie se dio cuenta de
all. The surprisingly low ranking entendu, en ce qui concerne que los elementos formales de
of the Van Gogh can be son thkme, mais le fait que, par la composición están íntimamente
specifically ascribed to its les tléments formels de relacionados. La puntuación
predominant green colour as well sa composition, il s’en rapproche sorprendentemente baja del
as to the flattened treatment. beaucoup a échappé à peu prts Van Gogh se puede atribuir
à tout le monde. Si le Van Gogh específicamente a su color verde
a été classé à un rang étonnamment predominante así como a la
bas, c’est pour des raisons bien composición achatada.
précises : sa tonalité verte
et l’absence de relief.

168
0 Interiors
Intérieurs
Interiores
kïHTP,l)LePLI

IO. Vermeer The artiff itz hi1


sti/dio (control)
9, Gris The vìofiia, 1916
8. Van Gogh The eaetiitg
7. Matisse The bfse uhdou~,19 I I
L. Bonnard The isark table
5 . De Stael The mmìciam,
inspìred ly Bechet, I 95 2
4. Picasso Three miJiciam, 1921
3. Seurat W o m w poii~deritig
herscv, I 8 89-1 890
2 . Klee E-lnirtrtikg ptnpectiivs
I. Vieira da Silva Red infrrìor,
1951

Realism, spatial depth and clear La prbfbrence pour le réalisme, Se prefirieron claramente el
outlines were strongly preferred; les perspectives en profondeur realismo, la profundidad espacial
satire, flatness and abstraction et les contours prbcis est y los contornos bien delineados,
were disliked or rejected. Cool nettement marqute, tandis qu'on no gustaron o fueron rechazados,
tonalities were favoured. The n'aime pas ou qu'on rejette la sátira, las formas aplastadas
rational order so characteristic les Oeuvres satiriques, le manque y abstractas. Las tonalidades frías
o f the familiar Vermeer and of de relief et l'abstraction. Les tons agradaron. No se advirtió que el
the Gris was not felt by the froids sont les plus apprécies. orden racional tan característico
respondents to be present in the Les sujets interrogbs n'ont pas del célebre Vermeer y del Gris
unpopular pictures, because it was ttk sensibles à l'ordre rationnel están presentes en los cuadros
disguised to some degree by the si caractéristique du Vermeer que menos gustaron, ya que están
elements they dislike. The -tableau tres connu - et du Gris, enmascarados hasta cierto punto
predominant red of the da Silva dans les peintures qui leur por los elementos que se
was uncongenial and many déplaisaient, car il y ttait masqut: consideraron desagradables. El
people could not see its relation- dans une certaine mesure par rojo predominante del Vieira da
ship to the other pictures. The des éléments qui les rebutaient. Silva result6 antipático y muchas
Vermeer was, of course, relatively La dominante rouge du da Silva personas no supieron ver su
familiar. No one saw what seems a choquC, et beaucoup de gens relación con los demás cuadros.
to me striking : the structure ont btt incapables de voir ce qui Desde luego, el Vermeer result6
and accents of light in the Vieira rapprochait cette Oeuvre des autres. relativamente conocido.
da Silva make it appear to be Le Vermeer était, bien entendu,
perhaps unconscious but close relativement familier.
analysis in modern terms of the
Vermeer.
Track forms (movement and recession)
p Thtme de la voie (avance et recul)
Rumbos y líneas (flujo y reflujo)
@OpMbI B I(BIiXeHHL1 (nBIiECeHel1 II YllaJIeHlfe)

IO. Buffet The statim, 195s


9. Monet .Sf.Laxure station,
1877 (control)
8. Nicholson Se$fcmber 6 - 13,
-%fer, 19~3
7 , Boccioni The mise of the street,
1915
6. Boccioni The c i 0 rises, 1910
j. I<andinsky Perpetual Zine, 1928
4.Kandinsky Romd atzdpoinnted,
I930
3 . Léger Three musicians, I 944
2. Mondrian Conzpositioti, I 9I 3
I. Davis Conzposit‘ion “1863 ”,
c. 1930

The Buffet and the Ltger were Un tiers des sujets ont estimt Una tercera parte pensó que el
thought by a third of the que le Buffet et le Léger n’avaient Buffet y el Léger no tenían
respondents to be unrelated to the aucun lien avec relacibn alguna con los otros
other pictures, meaning that few les autres peintures du groupe, cuadros, lo cual significa que
were aware of relationships in theme ce qui signifie que les analogies pocas personas se dieron cuenta
or compositional device. There de thème ou de composition de las relaciones entre los temas
is a marked preference for spatial ont ttt rarement perçues. On note o las composiciones. Se observó
recession and clarity of statement une préférence marquée pour una preferencia muy acusada por
except in the case of Léger, les effets de recul ainsi que pour el reflujo espacial y la claridad de
perhaps too poster-like. Many la clarté d‘expression, sauf dans exposición, salvo en el caso de
felt in the group an excitement le cas du Léger, sans doute trop Léger que quizá se parece
and commitment to the semblable à une affiche. demasiado a un cartel. Muchas
contemporary world, but tended Beaucoup se sont rendu compte personas estimaron que en los
to reject diagrammatic approaches que ces ceuvres traduisaient cuadros había una pasión y un
to it. The lumping of Boccioni une sorte d‘excitation et une interts por el mundo
and Kandinsky in the middle adhésion au monde contemporain, contemporineo, pero
represents genuine mais ils tendaient i rejeter propendieron a rechazar los
bewilderment. The Davis looked les expressions schématiques enfoques esquemáticos. El hecho
familiar to some respondents but de ces sentiments. Si les Boccioni de que el Boccioni y Kandinsky
this did not militate in its favour. et les Kandinsky ont étt rangés quedaran agrupados en el centro
About the same proportion en bloc au milieu de la série, refleja una auttntica
thought the Buffet also familiar. c’est parce qu’ils désorientaient estupefacción. El Davis resultó
complètement les personnes conocido para algunas personas
interrogées. Certains croyaient pero esto no les inclinó en su
reconnaître le Davis, mais cela favor. La misma proporción,
n’a pas milité en sa faveur. aproximadamente, consideró que
Un nombre à peu près égal de el Buffet resultaba conocido.
gens pensaient aussi connaître
le Buffet.
Variations on the parallel line
Q Variations sur le theme des lignes paralltles
Variaciones sobre las paralelas
Bapiiaqmr IIapaJIJIeJIbHbIX JIliHNB

IO. Rousseau The slee$itggyjg


y. Shahn The red stairmy
8. Moore Tufowomen bathing
a child
7. Munch hiondscheiti
6. Van Gogh The chaìr atid the
pipe
5 . Soutine Red steps
4. I<andinsky Pi& conzposìfioti
3. Dubuffet Landscape of the
metifal
2. Sugai Oni, 19j8
I. Klee Diuorce of night

This group aroused notable Ce groupe a provoqué des réactions Este grupo suscitó notables
negative reactions. The très négatives. reacciones negativas. La relación
relationship of the Dubuffet On a particulikrement mal perçu entre el Dubuffet y el IUee y los
and the Klee to the others was les rapports du Dubuffet et du Klee demás cuadros resultó
particularly baffling. Parallel avec les autres euvres. Les tableaus particularmente desconcertante.
lines play from minor to major ont kté appréciés en raison Las líneas paralelas son más o
roles as compositional devices inverse de l’importance du r61e menos importantes como recurso
and the pictures are liked in que les paralleles jouent dans leur de composición y agradan en
inverse proportion to their composition. On note proporción inversa a su
prominence. There is a marked une préférence marquée pour importancia en el cuadro. Hay
preference to actual or implicit la présence humaine - effective una preferencia acentuada
human presence, even when that ou implicite - mème lorsque por la presencia humana real o
presence is sad. A predominance cette présence est triste. implícita, inclusive cuando esa
of hot colour was distasteful. La prédominance des tons chauds presencia es triste. El
a déplu. predominio de colores fuertes
resultó desagradable.

=7=
R The fixed form: square and rectangle
Formes fises : carrés et rectangles
La forma fija : el cuadrado y el rectángulo
HeIIOgBIiXHbIe QOPMbI: KBaApaTbI H IIpFIIViOyTOJIbHLIKIi

IO. Morrice W&er street (control)


9, Léger Mother atid chiId
8. Hofmann Pompeii, i g j j
7. Albers Homage to the square:
silerrt hall, I 96 I
6. Soulages Peintive, 1957
5 . I<lee Chessboard
4.Mondrian Broadimy boogic-
woogie, 1942-1943
3 . Rothko Nwizber I O , 1950
2. I<lee Pillars aiid Grofses
T. Mondrian Conlposition in B h e ,
1917

^I

4.

The two easily recognized pictures Les deux toiles dont le sujet était Los dos cuadros que se
were notably preferred to the facilement reconnaissable ont fait identifican fácilmente tuvieron
others (almost half selected the l‘objet d‘une nette préférence una acogida mucho más favorable
Morrice) though the formal (près de la moitié des personnes que los otros (casi la mitad
relationship of either to each other interrogées ont choisi le Morrice), seleccionó el Morrice) si bien no
or to any of the rest was not bien que les rapports de forme se descubrió la relación formal
detected and a large number existant entre ces œuvres ou entre de esos dos cuadros
spoke of this in connexion with elles et l’une quelconque des autres entre sí o de ambos con
the Morrice. Very few saw peintures de cette série n’aient pas el resto. Un gran número de
anything familiar in this group, été perçus, on a souvent signalé personas comentó este hecho a
though the Morrice is in the ce fait à propos du hiorrice. propósito del Morrice. Muy
Toronto Art GdIggy where it is Quoique ce tableau se trouve pocos advirtieron nada que les
thought to be “very well-known”. au Mu&de-Toro-n_f_o, où il zst resultara conocido en este grupo,
The Léger clearly attained high considéré comme “trks connu”, aún quando el Morrice se
ranking only because of peu de gens pensaient l’avoir vu. encuentra en la Toronto Art
recognizable subject and the I1 est clair que, si le Léger a été Gallery, que lo considera “muy
Hofmann because of its gorgeous aussi bien classé, c’est simplement conocido”. Es evidente que el
colour. Large and few squares en raison de son caractkre Léger obtuvo una puntuación
are preferred to numerous small figuratif; quant au Hofmann, muy elevada únicamente porque
ones unless their edges are not son succts est dû à la richesse se podía identificar su tema y el
clearly defined. The bright colours de ses couleurs. Les grands carrés Hofmann a causa de sus vistosos
fall in the middle range of en petit nombre ont été préfkrés colores. Se prefiere que los cuadros
popularity, muted ones at the aux séries de petits carrés, sauf sean pocos y grandes en vea de
extreme ends of the scale. The lorsque leurs aretes n’étaient pas muchos y pequeños, salvo cuando
human presence is clearly greatly distinctes. Les œuvres aux couleurs sus bordes no están bien definidos.
preferred to whatever elegance of éclatantes occupent une place Los colores brillantes se sitúan
formal composition and pattern. moyenne dans l’ordre de en el centro de la escala de la
Strong use of black seems not to préférence, tandis que celles dont popularidad, y los colores sordos
be resented. les tons sont assourdis se situent en uno y otro extremo. Sin duda
aux deux extrtmités. On attache alguna se prefiere decididamente
manifestement beaucoup plus la presencia humana a cualquier
de prix à la présence humaine qu’à elegancia formal de
l’élégance de la composition composición y diseño. La
ou des formes. Des noirs abundancia de negro no parece
énergiques semblent ne pas avoir suscitar reacciones negativas.
déplu.
f

s The floating form: circles and ovals


Formes flottantes : cercles et ovales
Formas flotantes círculos y óvalos
I?:~M~HFIIOIQII~CR
gopnibr: Kpyrir II o n a m

IO. Monet Les t~ynzphéas,1916-1926


(control)
9. Delaunay Disks, 1913
8. Baumeister Line figwe, 1935
7. Klee Blue takht, 1937
6. Estève Composiiìotj “Btdozgatie ”,
19s6
5. Schneider Pcim%re 61B, I 95 4
4.Arp Soiís le soleil noir de joie
3. Sugai Xagoi, 1958
2 . Baziotes Dwar- 1947
I. Arp Profil, 1 9 j j

4 3

- - -

In a notably abstract grouping, Dans un ensemble En una agrupación particularmente


preference is shown for the least particulièrement abstrait, la abstracta, las preferencias van
abstract. Forms approaching most préférence est donnée aux œuvres hacia el cuadro menos
nearly to two circles and warm les moins abstraites. On a abstracto. Las formas que más
tones are clearly favoured. A fairly manifestement apprécié surtout se acercan a dos círculos y los
large number thought the Monet les formes qui se rapprochaient colores calientes resultan
totally unconnected with the other le plus de deux cercles et les tons claramente preferidos. Un,
paintings. chauds. Un assez grand nombre número bastante grande de
de personnes ont estime que personas pensó que el Monet no
le Monet n’avait absolument aucun renia relación alguna con los
rapport avec les autres peintures. demás cuadros.
T Calligraphy
Calligraphie
Caligrafía
Kamzirpa@R

IO. Zao Wou-ki P i q z p , 1951


9. Hartung T 19~8-2,1958
8. Picasso Still-lge wifh chair
caning, Ig I I
7. Picasso L e josirnal withjsh, 1922
6. Klee FeziìlZe de propagande
des comiqiies
5 . Kandinsky ComLbosìtion
4. Soulages Conzposìtion
3. Davis Visa, 1951
2. Klee This star feaches bumili9,
I930
I. Tobey Awakening m&& 1949

The Zao Wou-ki, Hartung and Le Zao Wou-ki, le Hartung et le Un número muy reducido de
Klee (6) were recognized by a Klee (6) ont été reconnus par personas identificó Zao Wou-ki,
very small number of respondents. un trts petit nombre de personnes. el Hartung y el Klee (2).
The strong preference for the La vive préférence exprimée pour La decidida preferencia por los
first two seems to relate principally les deux premiers semble due dos primeros parece deberse
to a strong implication of deep principalement au fait que la principalmente a la sensación
space and to agreeable but not profondeur de l’espace y est de espacio y a sus colores
vivid colour. The more insistent suggérte avec force et que les agradables pero no demasiado
and over-all the calligraphy couleurs sont agréables sans &re vivos. Cuanto más insistente y
becomes, the more it is disliked. crues. La calligraphie est d‘autant total es la caligrafía tanto menos
“Dull” colours were called moins appréciée. qu’elle devient gusta. Los colores “insípidos”
objectionable, except in the case plus insistante et plus desagradaron, excepto en el caso
of the cubist Picasso, where envahissante. Les couleurs del Picasso cubista, en el que
recognizable objects may have “ternes” ont été jugées pueden haber parecido adecuados
made them seem realistically déplaisantes, sauf dans le cas y realistas teniendo en cuenta los
appropriate. The Tobey was du Picasso de l’époque cubiste, materiales fácilmente identificables.
victim to the widespread prejudice où des éléments figuratifs peuvent El Tobey fue víctima del extendido YsHaTb, BTorJIzX p n a T b IIX BbIrJIR-
against “busy” surfaces, the blue avoir donné l’impression qu’elles prejuicio contra las superficies AEIqLIiMlI Gonee IIpIIeMJI€?MbIM~i
Klee to that against étaient conformes à la réalité. “muy llenas” y el Klee azul c pear”rYecHofi TOYKLI a p e ~ m .
‘‘childishness’’. Le Tobey a été victime du préjugé acusado de “infantilismo”. To611 FIBI~JICFI mepmoil m n p o ~ o
défavorable tres répandu contre paCIIpOCTpaHeHHOF0 n p e ~ y 6 e ~ q e -
les tableaux “surchargés”, et HHFI IIPOTHB ‘‘IIepeHaCbIIqeHHOi~”
le Klee bleu du préjugé contre les IIOBepXHOCTEi, TOJIJ‘ÓOP KJIL?M -
œuvres de caracttre “enfantin”. IIpOTZiB ‘‘~~TCKOCTII”.
u Expressive exaggeration, distortion by analysis for order
Exagérations expressives, distorsions de caractère analytique visant à établir un ordre plastique
Exageración expresiva, distorsión en función del análisis de la composición
HcKameHrIe n b ~ p a m ~ e ~ ~npepemqemw
b~oro - ITyTetl a~an113anopnwa
IO. Cézanne Boy with the red vest
(control)
9. Marc Tower qf bhe horses,
1913-1914
8. Rouault The old kitg
7. Picasso Girl with a rnandofìtl,
1910
6. Picasso Les demoiselfes d’At@noti,
I907
j . Miró L’oìsears comète, 1947
4.Picasso Harleqiiìti, I 9I 5
3. Matisse L a biome rozantairze
2. Poliakoff Untitled, 1953
I. Masson Aiztilfe, I 943

~ _ _ _ _ _ _ - _ _ I

In the preferred group, there are Dans les tableaus classés en tête, En el grupo preferido,
forceful outlines, compact les contours sont énergiques, encontramos contornos vigorosos,
composition and at least an la composition dense et l’espace una composición compacta y al
implication of space. There is less au moins suggéré. De plus, menos un efecto de espacio. Están
deviation from realism and an ces peintures s’écartent moins menos apartados del realismo y
evident humanity. The Matisse, que les autres du réalisme et un son más evidentemente humanos.
which shares all these Clément d’humanité s’y manifeste El Matisse, que posee todas estas
characteristics, except for a feeling de façon apparente. Le Matisse, características (salvo la sensación
of space, was compared with a qui posstde toutes ces de espacio), fue comparado a un
comic strip and said to be “not caractéristiques, à ceci près qu’il dibujo de historieta cómica y se
serious enough for art”. It was ne crée pas une sensation d’espace, lo consideró “insuficientemente
also thought by some to be a kté comparé à une bande serio para ser arte”. Asimismo
“too bright”. dessinée et jugé “pas assez algunas personas pensaron que era
sérieux pour étre considéré “demasiado brillante”.
comme une oeuvre d‘art’’. Certains
ont aussi trouvé les couleurs
“trop vives”.
v Dissolution of form
Dissolution de la forme
Disolución de la forma
PaCTBOpeHUe (POpILIbI

IO. Renoir L a balatvoìre, 1876


9. Renoir Lamhcape, c. I 9 I o
8. Pissarro Les f o h rouges, 1877
(control)
7. Macdonald-Wright Oriental
synchrony, I 9 I 8
6. Monet Rouez cathedral, .fidl SIMI
7 . Degas Chex la nlodixte, c. I 885
i. Ensor Still-life, I 896
3 . Delaunay L a Poutzgaise, 1916
2. Kandinsky Iiqrovisntioon jj,
’914
I. de I<ooning Vamail I, I 9 5 o- I 95 2

The most nearly “real” figures or On préfire nettement les figures Las figuras u objetos que más se
objects and deep space are sharply ou les objets les plus proches aproximan a la “realidad” y la
preferred, abstractions and de la réalité et les effets profundidad espacial obtienen
distortions are progressively de perspective ; l‘abstraction las más decididas preferencias,
rejected, most violently the et les distorsions sont rejetées las abstracciones y las
“cruelty” of the de I<ooning. à mesure qu’elles s’accentuent, distorsiones son progresivamente
Blue is predominant in the upper la toile qui a suscité l’hostilité rechazadas, en particular la
group, hot colours in the lower, la plus vive étant le De I<ooning, “crueldad” de Kooning. El azul
which may partly explain the odd à cause de sa “cruauté”. Dans les prevalece en el grupo superior,
ranking of the Degas. The Oeuvres classées en t&te,la couleur los colores calientes en el inferior,
Macdonald-Wright was thought dominante est le bleu, tandis lo cual puede explicar parcialmente
to be unrelated to the group, que les autres ont une tonalité la extraña clasificación del Degas.
but ranked above the median. The plus chaude, ce qui peut expliquer Se consideró que el
lower group is full of detail, not en partie le rang surprenant assigné Macdonald-Wright no tenía
all of it easily legible. The Renoir au Degas. Quoique le relación alguna con el grupo,
Balariçoin was or was claimed to Macdonald-Wright ait été jugé pero fue clasificado por encima
be familiar to over a quarter of sans rapport avec le reste du del promedio. El grupo inferior
the respondents. groupe, il figure dans la première está compuesto por cuadros con
moitié de la liste. Les tableaux abundantes detalles, muchos de
les moins appréciés sont surchargés los cuales no son fácilmente
de détails, dont tous ne sont pas comprensibles. El columpio de
facilement intelligibles. Plus du Renoir resultó conocido (o al
quart des personnes interrogées menos eso se dijo) a más de la
ont reconnu (ou prétendu cuarta parte de los sujetos.
reconnaître) L a halatipire
de Renoir.
w Rhythm
Rythme
Ritmo
PHTM

I o. Renoir The Charpentier childretz


(detail)
9 . Manet Motlet e t sa-fenime
8. Orozco Zapafisfas, 1931
7, Gauguin Riders oti the beach
6 . Picasso Xatertiiti
5. Seurat The circiis
4.Van Gogh Portrait of a mari
d S f . Rertp
3. Gauguin The spirit qf the dpad
watches
2. Picasso Secf-porfraÈt
I. Dubuffet L a barbe des incertains
retours

This thematically miscellaneous Ce groupe, dont les themes sont A pesar de su mescolanza
group has a tenuous hom~geneity extrêmement divers, tire cependant temática, este grupo posee una
through the various expressions une homogénéité subtile du fait leve homogeneidad que se
of rhythm developed by these que chacun des artistes manifiesta en las diversas
artists. The more obvious seem considérés s'exprime ici à sa expresiones del ritmo. El criterio
to have guided otherwise puzzling façon par le rythme. Le classement seguido en esta desconcertante
rank orders. Compact adopté - déconcertant à tous clasificación parece haber sido el
compositions with a feeling of autres égards - semble montrer de elegir lo más obvio. Se
surrounding space were preferred, que les toiles préférées sont celles prefirieron las composiciones
as were strong blacks. Male où ce rythme est le plus évident. compactas con una sensación
portraits and the exotic pathos On a placé en tête les compositions de espacio, así como los negros
of the Gauguin fell in the low où un motif central compact crée muy fuertes. Los retratos de
range of rankings while the la sensation d'un espace hombre y el exotismo de Gauguin
Dubuffet was rejected by environnant, et où les noirs sont obtuvieron una puntuación baja.
78 per cent of the respondents, t r b tnergiques. Les portraits El 78 por ciento rechazó el
the most decisive majority of d'homme et la rhétorique exotique Dubuffet, lo cud constituye
agreement in any single instance. du Gauguin ont tté reléguts la mayoría de acuerdo máxima en
The subject was divined by no en queue de liste ; quant au un caso concreto. Nadie acertó
one, nor was a possible relation- Dubuffet, il a été rejeté par 78 con el tema ni estableció una
ship to the other paintings in the des sujets, ce qui constitue relación con los demás cuadros
group. la majorité la plus tlerée del grupo.
enregistrée tout au long de
l'enquète. Personne n'en a deviné
le sujet, ni vu le moindre rapport
entre cette toile et les autres
peintures de la série.
I 2 3

I. Feininger Gebemda IX 9
2. Moore Two ivoirien bathing a child 8
3. Picasso Girl with a mandofìtz 7
4. Mir6 Snob p a r o a f the Princess’s I
5. Vieira da Silva Red interior I
6. Picasso Woman at a mirror 2
7. Gris The oìofin 9
8. Castellon The dark figure I
9. Léger Soldiers $Lying cards I
IO. de Staël The botfles 6
I I. Kandinsky R o w d andpoititea! 4
I 2. Mondrian Broadway boogie-woogie 4

6
,

7 8

IO

II

I
I2
I3.Léger Mother aizd child 9
14.Marin Sh$, sea, arid &
. y forms I
I5. Matisse Decorahe jgzire 9
I8 0 IG. Pollock N o . I 2
L’idée de cette enquête remonte à 19 61. Son initiateur, le Comité de I’ICOH pour les w s é e s
8 a r t moderne, eti a conjé la réalisation cì un groupe de trauail co,v.posé d’experts canadiem,
lequel opère e;ra étroitc liaisor2 auec le Comité natiotial canadien de l’ICOAf. Etztre-ternjs, la
Coitij?zissiopi nationale canadiemepour I’ LJnesco accorde, grâce à ufzeaide jnancière de I’ C e ,
les m ~ j e t ~nécessaires
s ri I’achèuemext de la première phase du trauail. Les résultats de cette
phase sont présentés dans le prése& nzdro.
Lors de ln réunioiz du Conzité de l ’1CONpour les inusées d ’art ~..oderne,t e m e 2.Bruxelles
dix 9 au 12 décembre 19 69, d e m membres di4 groupe de trauail canadien, Dzmca+iF. Cameroiz
e t Theodore A. Heinrich, ontfait part dzi programvie de la deuxième phase à etztreprendre. Le
nouueaa prograiime a pour o ~ e d’approfòtzdir
t e t de déuelopper les hypothdses qui s’étaient
dkagées de la première phase de l’enqzdte. A cet effet :
I. Le groiipe de travail retietidra celles des reproductions A’atwres du X X Esiècle qui, lors de la
première phase, avaieiit sztscité les plus villes réactions, négatiues ora positiiJes.
2. Vi?gt-qztatre awres seront zitilisées comme base de disctssioii mi cows d ’ m e série d’inter-
sieivs de groot‘pes. Les groz/pes co@rendrorzt ch~zcunhuit à dozqe personnes, sélectiomzées de
~~ianière à représetzter différents âges, zìueazix d ’éduration e t catégories socio-économiqz/es.
D’une durée de deux heures, les interviews seront enregistrées. Elles serowt e t m i t e anabsées
selon des critères d’histoire de l’art, de 3-émantique qztalitafiue e t de +nainique de groupe.
D ’im haut niueau qaalitatg e t subject6 cette m?thode de recherche s’est avérée très qj5cace dans
d’autres domaixes concerpzatzt &alement les attitudes du pztblic. L’interaction à l’intérieur des
groupes semble susciter l’expressioii de sentiments plus profonds que c e m qu’on peut atteindre
pm des ititeruieius indiuid4elles ON des questiomairespréétablis.
L a ynthèse des anabses d’iateriiews degroupes seraprésetitée2l’assemblée générale de I’ICOM
qzli m m lieu d Paris et? 1971. Om se propose d’epz faire la démonstration aadio-zvk~elle,stir
écratz multiple, à l’aide d’ewegistremertts d’un certain nombre des discussions e t de diapositiues
des awres d’art qui en aurontf a i t l’objet.
Le ,<roup de trauail canadien pour l’étude des attitudes du pitblic à l’kard de l’art modertie
n entrepris la deuxième phase de ses recherches en dhcembre 19 69.De son còté, durant sa réitniotz
de décembre, le Comité de Z’lCOrI~pot~r d’art moderne a nommé z ~ groupe
les ~~/zsées z de tracail
ijzternational, chargé de suiure la deuxième phase e t de stimuler la rQétition de l’enquête de
Toronto, selon la niêine méthode, dans d’autres uilles du monde.
Introduction

Le fossé qui sépare manifestement le grand public de la quasi-totalité des formes par Ayala Zacks
d'expression contemporaine dans le domaine de l'art inquiète de plus en plus ceux
qui sont amenés de par leur profession ou en tant qu'administrateurs ou travail-
leurs bénévoles à entretenir des rapports étroits avec le monde des musées.
S'il y a lieu d'être satisfait du nombre de ceux qui s'intéressent aux musées et aux
expositions d'art moderne, il s'agit là d'une satisfaction immédiate, propre à masquer
des faits d'une nature moins rassurante.
Le public du nouvel art représente une fraction relativement faible de la totalité
des visiteurs r e p s dans les musées, et ceux-ci ne représentent qu'une fraction plus
faible encore de la population totale. Le public potentiel des musées de tout genre
s'accroît à une allure qui donne à penser qu'il est bien plus important qu'on ne le
croyait. Les gens restent à l'écart des musées pour bien des raisons, mais surtout par
ignorance, apathie ou indifférence, auxquelles se mêle dans certains cas le souvenir
de l'ennui ou de l'ahurissement éprouvés à l'occasion d'expériences malheureuses.
Ceux qui se rendent régulièrement dans les musées ont une curiosité innée qui
s'est trouvée stimulée par des expériences enrichissantes.
Mais les musées consacrés à l'art moderne ou qui y touchent à des degrés divers
connaissent des problèmes distincts de ceux des autres catégories de musées. De leur
public sont absents la plupart des visiteurs qui fréquentent les musées offrant un
choix plus vaste ;il faut ajouter à cela les attitudes ouvertement hostiles qu'on observe t
aussi bien chez certains visiteurs que chez ceux qui invoquent leur aversion pour
l'art moderne comme une excuse qui les dispense de visiter les musées d'art contem-
porain. Ce sont là les problèmes les plus apparents. I1 est plus difficile de discerner le
rôle joué par la mode parmi ceux qui fréquentent effectivement, et apparemment
avec enthousiasme, les musées.
I1 est troublant de constater que, dans un monde tout entier pénétré de l'idée de
progrès lorsqu'il s'agit des sciences et de la médecine, par exemple, dans un monde
tout prêt à accepter et à récompenser le progrès, réel ou imaginaire, on est probable-
ment moins généreux à l'égard des transformations réelles ou imaginaires, mais de
nature tout aussi expérimentale, qui surviennent dans le domaine de l'art. Les pro-
grès scientifiques ne sont, en fait, nullement plus faciles à comprendre, mais là n'est
pas la question. Alors même que les expérimentateurs scientifiques et les théoriciens
à l'œuvre dans des domaines comme l'économie et les communications peuvent
.+--
( 1
compter bénéficier de toute la crédulité que les foules médiévales accordaient aux
miracles, l'artiste créateur et le musée qui l'expose peuvent s'attendre dans une
large mesure à l'indifférence sinon à l'hostilité du public dans son ensemble.
Le Comité des musées d'art moderne de l'ICOM, après s'être longuement inter-
rogé sur cette disparité et sur les nombreuses questions qu'elle fait naître, décida en
I 965 que l'heure était venue d'entreprendre des recherches concertées pour élucider
ce problème. A la suite de quoi fut définie une mission que l'on confia à un groupe
de travail canadien, lequel a présenté les premiers résultats de ses recherches à la
huitième assemblée triennale de l'ICOM, qui s'est tenue à Cologne et à Munich en

+
1968~.
Les recherches de ce groupe de travail ont été financées par des dons ublics et
privés qui ont été recueillis en totalité au Canada à cet effet. L'emplaceme t désigné
pour l'expérience fut la ville de Toronto, vaste communauté (de . près
- de 2 millions
d'âmes) à laquelle une population aux origines et aux conditions diverses, une vie -
I . Le groupe de travail a été élevé, à cette
artistique intense, un grand musée, une galerie d'art très active, deux universités, de époque,
~ -
- au - de sous-comit~,afin -~
nombreux marchands de tableaux et tous les autres agréments - culturels qu'offrent poursuivre ses travaux à titre officiel.

-
les grandes villes confèrent un caractère représentatif. Ce groupe de travail bénévole
a consacré deux années et demie d'un labeur assidu à définir le problème qui nous
occupe, mettre au point des techniques de recherche et surveiller leur application, 183
interpréter les renseignements recueillis et préparer les documents qui ont été commu-
niqués à la huitième assemblée générale de l'ICOM et dont la version révisée est
publiée aujourd'hui dans ce numéro de hfzmztm.
Le groupe de travail originel, que je présidais, était composé de sept membres:
un directeur de musée, deux professeurs d'histoire de l'art, dont l'un ayant été direc-
teur de musée, un expert en muséologie, un président d'association de musées, un
socio-psychologue2.
Nous avons chargé une grande firme d'études de marchés d'effectuer l'enquête
antité assez impressionnante de renseignements amassés a
Nous avons laissé le choix de l'échantillon de population
ersonnes) entièrement aux soins des spécialistes des études
de marché afin d'être sûrs que les résultats obtenus reflètent bien les opinions d'une
tranche authentique et sociologiquement acceptable de notre population. Nous
leur avons aussi entièrement confié la tâche de recueillir les réponses pour éviter que
les enthousiasmes de notre groupe de travail ne se communiquent aux personnes inter-
rogées, ce qui aurait risqué d'influencer leurs réactions.
Nous tenons à souligner que nos objectifs primordiaux étaient de formuler un
problème en termes clairs et de mettre au point une méthode pratique permettant
d'obtenir des éléments d'information. Notre entreprise était un projet pilote et nous
avons prouvé que notre méthode était efficace. Nous nous sommes livrés à quelques
interprétations préliminaires qui, à notre avis, peuvent intéresser le milieu profes-
sionnel des musées, et, peut-être, lui rendre service. On ne nous a pas demandé de
fournir des réponses définitives et nous ne prétendons pas que les résultats que nous
présentons constituent autre chose que les premiers éléments d'une étude qui doit
être poussée beaucoup plus loin et conduite dans le cadre d'une coopération interna-
tionale étroite.
La publication, dans cette revue, de notre questionnaire et de la description de nos
méthodes et de nos instruments de travail fournit à nos collègues les données de
base nécessaires à la reprise de nos recherches expérimentales. Dans huit pays au
moins, des musées ont exprimé le désir de donner u à nos t r t - x . Nous
pouvons réunir à peu de frais des assortiments supplémentaires de reprcductions
sur cartss posta- ues à ceux que nous avons utilisés comme matériel d'expé-
rience, et nous sommes en mesure de fournir des indications complémentaires aux
musées qui souhaitent entreprendre des expériences analogues à notre étude pilote.
Ce n'est que lorsque nous disposerons ainsi d'une grande quantité de renseignements
nouveaux que nous pourrons commencer à apporter des réponses utiles de portée
générale aux questions découlant du problème fondamental qui est le suivant : pour-
quoi existe-t-il un si grand décalage entre ce que nous considérons, en tant que pro-
fessionnels, comme des réalisations marquantes de l'art contemporain et l'opinion
qu'en a le grand public?
C'est pourquoi nous voudrions demander que toutes les enquêtes de ce genre qui
pourront être effectuées à l'avenir dans le monde entier par des groupes attachés à
des musées soient entreprises dans un esprit de sérieux et d'entière coopération.
Nous souhaiterions aussi recevoir des comptes rendus succincts des résultats auxquels
ces enquêtes auront abouti afin qu'ils puissent être regroupés et analysés dans l'inté-
rêt de tous3.

2. Voir p. 185.
3 . Les groupes auxquels nous pensons peu-
vent appartenir à des muskes de toutes disci-
plines et de tous pays, développts ou en voie de
développement, pourvu que ces groupes et ces
musées s'intkressent à une telle enqu&te.
Pour tous renseignements, s'adresser au pré-
sident du Comitt international de YICOM
pour les musées d'art moderne, Secrttariat de
YICOM, I, rue Miollis, 75 Paris-Iye (France).
Historique et étude

Selon la logique de la répartition des tâches entre les auteurs de ces communica- par Duncan F. Cameron
tions, c'est à moi, semble-t-il, qu'il incombe de présenter aux lecteurs de A4zoezw1,
comme je l'ai fait à Cologne 1, des éléments d'information qui pourraient être utiles
à tous ceux qui envisageraient d'effectuer des études analogues. Je m'attacherai à
décrire le déroulement de l'expérience de Toronto, en précisant nos objectifs et nos
méthodes, de même que les problèmes - y compris celui du financement - que
nous avons eu à résoudre, et les enseignements que nous en avons tirés ; et en
donnant, pour terminer, un bref résumé des conclusions auxquelles nous avons
abouti, ainsi que quelques recommandations pour les études à venir.
Avant d'aller plus loin, je dois préciser que le lecteur pourra consulter et étudier
nos instruments de travail les plus importants, qui sont annexés à ce rapport. I1
s'agit en l'occurrence de trois documents: liste et modes de groupement et de
classement des cartes postales utilisées dans l'enquête2, le questionnaire d'enqu2te
lui-même (annexe I) et les instructions relatives à son utilisation (annexe 2).
Nous conservons à notre bureau de Toronto d'autres éléments ayant servi à nos
travaux, tels que la méthoje d'échantillonnage, le plan-de dépouillement des données
pour le traitement par ordinateur, et les résultats bruts du traitement eux-memes.
___.
Nous considérons ces informations comme appartenant au domaine public.

Les origines de l'ttude


L'étude intitulée "Le public et l'art moderne" a son origine dans les discussions qui
s'étaient déroulées au sein du comité international pour les musées d'art moderne
lors de la septième assemblée générale de l'ICOM, tenue à New York à l'automne de
I 96 5 . De retour à Toronto, un membre de ce comité, Mme Ayala Zacks, rapporta que
le besoin se faisait sentir d'entreprendre des recherches pour sonder les attitudes
du public vis-à-vis de l'art moderne et qu'elle avait été autorisée par le comité à
organiser une étude pilote. Elle exposa que les directeurs des musées d'art moderne
demandaient à en savoir davantage sur l'apathie, voire parfois l'hostilité observées
dans de vastes secteurs du public à l'égard de l'art du x x e siècle. Mme Zacks, dont
on ne saurait assez signaler la diligence et l'enthousiasme, organisa un comité local
bénévole. La composition de ce comité est importante en soi. Voici quels en étaient
les membres : le Dr David S. Abbey, coordonnateur de recherches à l'Ontario Insti-
tute for Studies in Education (le Dr Abbey est un socio-psychologue, qui avait déjà
(Y-
étudié le public des musées au Canada et aux États-Unis et qui s'intéresse particuliè-
rement à l'évaluation de l'efficacité de la communication dans les musées); M. Donald
I<. Crowdis, qui était à l'époque président de l'Association des musées canadiens et
président du Comité national canadien pour l'ICOM et occupait, de ce fait, une posi-
tion idéale pour jouer le rôle d'agent de liaison entre nous et les organisations officielles
de musées ; le Dr Theodore Allen Heinrich, professeur de lettres à l'université York
de Toronto et ancien directeur du Musée royal de l'Ontario (en tant que professeur,
directeur de musée et historien d'art, le Dr Heinrich s'intéressait de longue date à
l'emploi, en muséologie, des techniques de recherche appliquée des sciences sociales
et jouait un rôle actif à l'ICOM presque depuis sa création) ; le professeur Robert
Welsh, qui enseigne les beaux-arts à l'université de Toronto, s'occupait alors d'orga-
niser une très importante exposition d'art moderne à l'Art Gallery of Ontario, à
Toronto, et avait acquis, à l'occasion de ses rapports ave: les étudiants de l'univer-
Tors
de la huititme assemblte &Cntrale de
YICOM, Cologne-Munich, 1968.
sité, la conviction de la nécessité d'entreprendre des recherches ; M. \Villiam J. 2. Voir p. 153.

Withrow, directeur de l'Art Gallery- of -


Ontario, que son expérience de directeur de
musée avait amené à bien'&&aître le problème (lui aussi était un partisan de l'appli-
cation à la muséologie des techniques de recherche des sciences sociales); en ma
qualité de consultant ayant quelque expérience de l'étude du public des musées et
de son comportement, j'ai eu le privilège de pouvoir me joindre au comité de
Toronto.
Les premières réunions de notre comité, qui eurent lieu en décembre 1965, furent
consacrées à l'exploration des diverses méthodes de recherche qui s'offraient à nous.
I1 nous fallait également, à l'occasion de ces première nions, définir clairement
nos objectifs. Je crois qu'il serait tout à fait exact de dir ,dès le premier moment,
le comité se considéra comme chargé d'élaborer une Qde &recherche ou, si
l'on veut, un instrument de recherche, utilisable dans tous les pays du monde pour
l'étude des attitudes du public à l'égard de l'art moderne. Mais l'objectifn'était certes
pas de faire une étude exhaustive des attitudes du public dans l'agglomération de
Toronto ni d'apporter des réponses définitives aux questions qu'on se posait à pro-
pos de ces attitudes.
Ainsi donc, Toronto devait être le lieu d'une étude pilote au cours de laquelle
serait mis au point un instrument de recherche qui serait en même temps expéri-
menté pour la première fois. Il est extrêmement important de bien se pénétrer de ces
objectifs. L'étude qui a été accomplie a consisté en grande partie à élaborer un: mé-
thodologie et à mettre à l'épreuve l'ingtrument de recherche. I1 serait dangereux de
penser que les r m s de cette étude pilote bien particulière, menée dans une ville
qui possède en propre des caractéristiques bien déterminées, fournissent des réponses
pouvant étre appliquées de fason systématique pour expliquer les mystères des atti-
tudes du public.

Méthodologie
Après avoir envisagé les possibilités les plus diverses, le comité décida que le mieux
serait d'interroger, sur la question de l'art moderne, un échantillon représentatif de
la population résidant dans l'agglomération de Toronto, en procédant par entre-
tiens individuels qui se dérouleraient au domicile des personnes interrogées. I1 estima
en outre qu'il ne pourrait y avoir d'entretien significatif si la personne interrogée
n'avait pas le loisir de regarder un choix satisfaisant de peintures du x x e siècle ni la
possibilité d'établir des comparaisons, de discuter et de faire des commentaires à
propos de ces œuvres.
La première tâche fut donc de choisir un assortiment représenta@ de peintures
de la période comprise entre 1900 e t w h e apparaît rétro$Ectivement
comme la plus absorbante et la plus ardue de toutes celles que nous eûmes à accom-
plir. I1 ne faut pas oublier que, pour des raisons d'ordre pratique, ce choix devait
se limiter à des œuvres d'art dont il existait des reproductions sous forme de cartes
postales et qu'en outre les cartes postales devaient être d'une haute qualité et dispo-
nibles dans le commerce en grande quantité.
Ce travail exigea de nombreuses réunions, la consultation des catalogues des fabri-
cants de cartes postales, l'examen des stocks de cartes postales des galeries d'art, et
des voyages dans d'autres villes du nord-est de l'Amérique du Nord. La sélection
---7---
initiale de remoductions comptait plus de z o00 œuvres, à partir desquelles une serle
de choix plus critiques permit, en fin de compte, après plus d'une année, d'en retenir
220.
I1 faut aussi parler du travail pratique de collecte des cartes postales. Ces cartes
-.
venaient de France, d'Angleterre et des États-Ums et étaient vendues par les fabri-
cants, marchands et musées les plus divers. Pour chaque arrivage, il fallait accomplir
les formalités douanières d'usage. Je puis vous assurer qu'il n'est pas facile de con-
vaincre un fonctionnaire chargé de percevoir les droits d'importation que vous
achetez des cartes postales à des fins de recherche éducative, surtout lorsque ce fonc-
tionnaire a l'impression que certains des articles importés ont incontes tablement un
caractère pornographique.
Les 220 reproductions furent réparties en 23 lots de dix cartes chacun (certaines
reproductions figuraient dans plusieurs lots). Chacun de ces lots avait un dénomi-
nateur commun, qui pouvait être quelque Clément formel ou un sujet comme, par
exemple, des variations sur le thème des parallèles, des formes flottantes, des formes
I 86 fondues, du nu féminin, du paysage, de la forme d'une tour, et ainsi de suite. I1 y
avait aussi, dans chaque lot, ce qu'on pourrait appeler une gamme de styles. Dans
certains échantillonnages, cette gamme allait, pour un thème donné, d'un traitement
parfaitement représentatif à un traitement abstrait. Dans d'autres, c'était une échelle
de tonalités, allant des bruns ternes aux couleurs éclatantes, etc.
L'entretien et, par conséquent, le questionnaire étaient c o n p s de telle sorte que
chaque personne interrogée pût avoir s&s les yeux quatre lots de dix cartes chacun.
Elle devait examiner en détail le premier jeu de dix cartes et regarder plus brièvement
les trois assortiments suivants 3.

Chronologie
Je pense qu'il est intéressant, et peut-être utile, de parler du temps assez long qu'a pris
cette étude et d'en expliquer 1 s. Comme je l'ai dit précédemment, les premières
-.
réunions eurent lieu en décem j ;il s'écoula donc environ deux ans et demi entre
le projet initial et le compte r es premiers résultats à Cologne. Au début, tout
alla très vite et le plan de recherches sur lequel était fondée l'étude fut achevé et pré-
senté à la Commission nationale canadienne pour l'Unesco à la fin de décembre
1961 à l'appui d'une demande de subvention. La s u b d o n , d'un montant de 5 o00
dollars canadiens, fut accordée en janvier 1966, un mois seulement après que la
demande en eut été faite, et, dès les premiers jours de février 1966, le sous-comité de
sélection était en plein travail, plongé dans la recherche des reproductions sur cartes
p e p e n d a n t le reste de l'année 1966, on continua à travailler au choix des repro-
ductions, tandis que la préparation du questionnaire, la détermination de l'échantil-
lon de population et la mise au point des autres détails du plan d'enquête s'élabo-
raient progressivement.
I1 peut paraître surprenant qu'une quinzaine de mois de soient écoulés avant qu'on
ait pu arrêter le choix des cartes postales et réunir les cartes choisies. Peut-être aurions-
nous pu gagner du temps en abordant le problème différemment, mais je suis certain
de traduire la pensée de tous les membres du comité en disant que ces quinze mois
ont représenté un investissement judicieux. Lorsque nous y pensons après coup, nous
ne pous~onsconcevoir aucune autre manière de résoudre aussi efficacement le pro-
blème qui consistait à montrer des œuvres d'art aux sujets de l'enquête, et, si nous
devions à nouveau mener une étude de ce genre, je suis persuadé que nous nous y
prendrions de la même manière.
Vers la fin du printemps de 1967, l'échantillon de population était composé, le
questionnaire était prêt et nous avions rassemblé 95 yodes cartes postales dont nous
avioZLësoin. C'est à la même époque que nous nous apercûmes qu'une somme
supplémentaire de z joo dollars serait nécessaire pour payer le coût du tra-
par ordinateur des données recueillies. LTne demande fut déposée auprès de la
Comnlission nationale canacilenne pour l'Unesco par l'entremise du Comité national
canadien pour l'ICOM en vue d'obtenir ces fonds supplémentaires.
Les étés 1966 et 1967 furent des périodes deFr- certaines de nos activités,
car le comité, dont quelques membres avaient été absents du pays plusieurs mois de
suite. s'était trouvé dispersé. Les mois d'été sont aussi des époques qui ne convien-
nent pas aux enquétes, car nombre d'habitants de Toronto vont alors en villégiature.
Aussi profitâmes-nous de l'été de 1967 pour mettre la dernière main aux lots de
cartes postales, faire des essais préliminaires du uestionnaire et perfectionner le
-Qa"6
plan-. de dépouillement. Tout cela était terminé vers le e u r d n mois de septembre ;
l'enquête proprement dite débuta le z z septembre pour prendre fìnle4novembre 1967.
Les mois d'hiver furent occupés par la transcription en code numérique des ren-
seignements fournis par le questionnaire, pour les besoins du traitement électronique.
La subvention supplémentaire fut resue de l'Unesco au mois de janvier 1968 et, en
avril, les résultats du traitement électronique &ent entre les mains du comité.
L'analyse préliminaire aussitôt qntreprise a abouti aux communications qui ont été
présentées à Cologne et qui sont maintenant reproduites ici. 3 . Voir "Méthodes et résultats de l'enquête'',
Mon propos, en donnant cet a p e r p chronologique relativement détaillé de l'étude, p. 191.
était d'aborder la question des avantages comparés des comités bénévoles et des orga-
nisations commerciales sous contrat dans le cas de r e c h e r c h G type. En me fon-
dant sur ma propre expérience de la recherche commerciale, je crois pouvoir dire 187
qu'un sous-traitant commercial se serait engagé à mener l'entreprise à bien dans sa
totalité dans un délai ne dépassant pas six mois. Mais je peux affirmer aussi, en me
fondant toujours sur mon expérience personnelle, qu'aucun sous-traitant n'aurait
pu être animé d'une impulsion créatrice analogue à celle que M m e Zacks a donnée au
comité, et que pas un n'aurait pu comme elle réunir les compétences et les expé-
riences. En tant que coordonnateur de l'entreprise, je mesure toute la valeur de l'inter-
L
c vention experte de Mme Zacks, des professeurs Welsh et Heinrich, et de M. With-
row, dans le choix des reproductions. Quant à l'apport précieux du Dr Abbey dans
son rôle de directeur des recherches, il ne laisse aucun doute sur l'importance de la
fonction du spécialiste qualifié et expérimenté des sciences sociales dans ce genre de
recherche.
Ceux qui décideront de faire dans leur propre ville une étude semblable à celle de
Toronto n'auront certainement pas besoin pour ce faire de deux années et demie,
surtout s'ils se satisfont du choix> reproductions et du questionnaire que nous
avons mis au point. J'espère toutefois que les futurs comités n x r o n t pas le souci
d'aller vite. Notre expérience nous permet d'affirmer que, pour être fructueuse, la
collaboration de directeurs-de musées d'art, d'historiens d'art et de s w
sciences sociales demande à la fois du temps et de la patience. La nature des recherches
e s t k ' l E T i ü m n n é que le spécialiste des sciences sociales et celui de l'histoire
de l'art ne parlent pas le même langage professionnel, la précipitation peut facilement
déboucher sur la confusion et sur la mauvaise interprétation des résultats
I 6- */
1
1 3/// 5Tl/ Commentaires sur l'organisation et la surveillance des recherches
Avant de présenter l'essentiel des résultats et de conclure ce compte rendu, il paraît
utile de formuler quelques observations touchant l'organisation et la direction de
cette étude.
Tout 'd'abord i'ai déià évoclué le Droblème de la communication entre sDécialistes
des sciences sociales et spécialistes de l'art. Je puis seulement ajouter qu'il s'agit là
d'un problème qui peut être résolu mais qu'on ne doit pas perdre de vue, ni pendant
les premières phases de l'élaboration du plan de recherches ni, surtout, à l'heure de
l'interprétation. Ce qui est significatif pour l'un peut ne pas l'être pour l'autre et ce
n'est qu'au prix d'une étroite collaboration et de critiques répétées des interpréta-
tions qu'on peut être assuré d'aboutir à un accord et à la compréhension des résultats
des recherches.
En second lieu, l'entreprise de Toronto était officiellement l'œuvre d'un sous-
copité bénévole du Comité international pour les musées d'art moderne de l'ICOM.
Par-la suite, à seule fin de faciliter les rapports avec la Commission nationale cana-
dienne pour l'Unesco, elle r e p t l'étiqueke d'activité du Comité national canadien
pour l'ICOM. Est-il souhaitable de maintenir une séparation entre les projets des
comités internationaux et les activités des comités nationaux' ou est-il préférable que
les' comités nationaux se lancent dans des entreprise caractère international ?
Les préoccupations des comités nationaux sont-elles distinctes de celles des comités
inteGnationaux ? Est-il raisonnable d'attendre d'un comité national de l'ICOM qu'il
donne la priorité ou consacre la primeur de ses préoccupations aux besoins d'un
projet émanant d'un comité international de YICOM, même si son exécution revêt
un caractère local ? Ces questions sont restées sans réponse à l'issue de notre expé-
rience canadienne, mais il pourrait être sage d'en tenir compteà l'heure où l'on pré-
parera d'autres études en d'autres lieux.
Troisièmement, comme nous l'avons déjà exposé, le comité de Toronto a utilisé
les services d'une firme commerciale pour effectuer le travail sur le terrain, à savoir
l'enquête proprement dite, et pour le dépouillement des données. Sauf dans le cas
où il y aurait un département d'université ou un institut disposant d'enquêteurs
expérimentés et de facilités de traitement par ordinateur, il sera nécessaire d'avoir
recours, pour cette partie des travaux, aux services d'un organisme commercial de
recherche. Deux choses devront alors rester présentes à l'esprit. Les fismes commer-
ciales de recherche, dont le travail essentiel consiste à faire des études de marchés,
G u e n t de n'être p a s accoutumées au degré élevé d'exactitude et de précision que
188 vous leur demanderez et, pour cette raison, de sous-évaluer leurs devis. Les devis
d'enquête et de programmation ne devraient être acceptés que lorsque les normes
que vous exigerez seront clairement comprises par la firme employée. De surcro'lt,
il ne faut pas cesser de surveiller le travail mis en chantier par une firme sous-trai-
tante. J e ne crois pas me tromper en disant qu'à Toronto, dans le courant de l'année
1967, trente à quarante réunions ont été tenues entre la firme contractante et des
membres du comité pour aplanir les difficultés et dissiper les confusions et les
malentendus.
En&, j'ajouterai aux commentaires que j'ai déjà faits sur ce point que la réussite
d'un projet qui est placé entre les mains d'un comité bénévole et qui exige, comme je
l'ai montré, deux ans et demi de patience et de persévérance dépend de la personna- ,í?dq -
lité du président du comité. I1 faut un président qui connaisse le secret d'amalgamer
du temps, des hommes, de l'argent et des idées, en quantités alors inconnues, pour
1
en faire une équipe de travail dotée d'un plan, d'un budget, d'un calendrier, et parve-
nir, au bout du compte, au résultat désiré. .
Résultats de l'ttude
La discussion des résultats de l'étude doit être décomposée en deux parties. En pre-
mier lieu, avons-nous réellement mis au point un instrument de recherche capable de
fournir une mesure des attitudes du public vis-à-vis de l'art moderne et pouvant
d
être appliqué d'une fason générale, c'est-à-dire pouvant être utilisé dans d'autres
villes et d'autres pays ?
Nous le croyons, tout en reconnaissant que des reprises de l'étude de Toronto
conduiront probablement à perfectionner encore cet instrument de recherche.
L'échantillon de population qui a servi à Toronto était satisfaisant, si ce n'est que
les sujets du sexe féminin y étaient en nombre prédominant. I1 y a là un problème
qu'on rencontre dans toutes les études exécutées en milieu urbain, où les femmes sont
plus fréquemment à leur domicile que les hommes. Nous ne préconisons pas, pour
les études qui seront faites à l'avenir, qu'on reprenne exactement l'échantillon utilisé
à Toronto mais simplement qu'on établisse, selon les méthodes reconnues en matière
ciales, un échantillon parfaitement représentatif de la population à 52/33
Nous estimons que l'emploi de reproductions d'œuvres d'arLsur cartes postales est
une méthode satisfaisante. Les personnes Interrogées ont paru prendre plaisir à
l'enquête à laquelle elles étaient soumises et les enquêteurs eux-mêmes se sont davan-
tage intéressés à cette étude qu'a la plupart des autres enquêtes auxquelles ils avaient
pris part. Fait significatif, lorsque l'enquête fut terminée, les enquêteurs demandèrent
s'ils pouvaient conserver les jeux de cartes postales. Enquêteurs et personnes inter-
rogées trouvèrent les cartes postales faciles à manipuler, et ces cartes se révélèrent
suffisamment résistantes pour supporter l'usage répété auquel elles furent soumises
pendant la durée de l'enquête.
Le questionnaire n'a pas posé de problème et nous avons la satisfaction de pouvoir
dire q u ' T m é compris par des personnes de tous âges, représentant un large éven-
tail de niveaux d'instruction et de situations socio-économiques.
Le codage du questionnaire, c'est-à-dire la transcription des réponses en code
numérique, est une opération difficile dans certains cas, mais on a pu, pour l'étude de
Toronto, mettre au point des codes satisfaisants qui pourront être communiqués à
ceux qui le désirent. Je dois expliquer, à l'intention de ceux qui ne sont pas familia-
-
risés avec ce probltme touchant le traitement de I'informatinn, que, lorsque les
sujets interrogés donnaient des e x p l i c a t n a t i v e s , par exemple, aux motifs du
rapprochement de dix cartes, ces explications étaient reproduites telles quelles sur le
questionnaire. I1 était par conséquent nécessaire de ramener toutes les explications
données par les j07 sujets à un nombre limité de catégories auxqueues on pouvait
faire correspondre des chiffres. Cela représente une opération à la fois difficile
et risquée qui constitue un excellent exemple d'une tâche requérant la collaboration
étroite de l'historien d'art et du spécialiste des sciences sociales.
L'enquête de Toronto a donné une véritable montagne de renseignements qui nous
paraît devoir contenir une mine de matériaux restant à découvrir et à exploiter.
L'analyse qui a été faite à ce jour n'a qu'un caractère préliminaire et ne tient compte

que d’un petit nombre de résultats parmi les plus évidents. Nous pouvons dire,
toutefois, sur la base de ce qui a été fait jusqu’à maintenant, que le plan de recherches
et les méthodes employées à Toronto semblent bien avoir abouti à des résultats qui
donnent effectivement une mesure des attitudes du public vis-à-vis de l’art moderne
et qui permettent d‘en faire l’analyse approfondie.
La deuxième catégorie de résultats de l’étude est constituée par ceux qui ont
trait à la mesure proprement dite des attitudes du public. L’article de D. Abbey
contient une description de certains de ces résultats, et T. Heinrich s’attache, dans
son article et dans ses commentaires sur le groupement et le classement des cartes, à
en discuter d‘autres en détail. Bien que la tâche qui m’est assignée ici soit de décrire
l’ordonnance et le déroulement des opérations, il me paraîtrait injuste de terminer
sans donner, ne serait-ce qu’en quelques mots, un apersu des indices dont nous dis-
-- -posons maintenant sur les attitudes du public à l’issue de cette entreprise type.
-
Le premier des résultats dont rend compte D. Abbey est qu’il existe un lien entre
la familihité du p u m v e c une œuvre d’art et la préférence qu’il déclare lui accorder.
I1 constate que les peintures qui ont déjà été vues par une fraction importante de
l’échantillon de population en ont aussi la préférence. Pour T. Heinrich, il vaudrait
peut-être mieux interpréter ce phénomène en disant que la familiarité avec certains
types de peinture est liée aux préférences pour des types analogues de peintures ou
de sujets. On pourrait pousser plus loin la spéculation et avancer que, pour certaines
des personnes interrogées au moins, les peintures qui paraissaient familières étaient
celles-là mêmes avec lesquelles ces personnes se sentaient à l‘aise. Aussi, qu’elles les
eussent effectivement déjà vues ou non, elles les plasaient en tête dans l’ordre de
leurs préférences.
La deuxième conclusion que tire D. Abbey est que le public est conséquent dans
ses appréciations. I1 observe que la peinture préférée dans un lot réunit une propor-
tion considérable des suffrages, mais que l’accord est encore plus grand lorsqu’il
s’agit de désigner celle qu’on aime le moins. “I1 semblerait donc, dit-il, qu’on
s’accorde mieux sur ce qu’on n’aime pas que sur ce qu’on préfère, mais, dans l’un
et l’autre cas, les penchants du public sont assez nettement tranchés.”
J’ai expliqué plus haut que chacun des 23 lots de cartes utilisés dans l’étude avait
un dénominateur ou un thème commun. D. Abbey nous apprend que le public a été
dans l’ensemble incapable d’identifier ces thèmes, qui avaient été choisis par les
experts en art du comité.
T. Heinrich expose, quant à lui, que si, comme on le proclame couramment, le
rythme d‘assimilation de l‘information s’est considérablement accru de nos jours du
fait de la révolution technologique, le phénomène ne semble pas avoir touché l’art,
où le décalage reste grand entre l’innovation créatrice et son acceptation généralisée.
I1 donne aussi des explications sur l’utilisation de cartes témoins introduites dans les
lots expérimentaux et montre comment ces cartes ont mis en évidence un conserva-
tisme indéniable dans les préférences artistiques du public dans son ensemble. L’inca-
pacité des personnes interrogées à reconnaftre le sujet de certaines peintures, même
lorsque celles-ci ne s’écartaient que de faS.on insignifiante de formes d‘expression
traditionnelles, est un phénomène particulièrement intéressant.
D. Abbey et T. Heinrich observent l’un et l‘autre, dans leurs icles, qu’en dépit
de leur ignorance des choses de l’art, les sujets interrogés n’hésitent pas à exprimer
leurs préférences, à porter des jugements et notamment à dire ce qu’ils n’aiment pas
et pourquoi ils ne l’aiment pas.
Sur ces demi-explications absconses, je laisserai à T. Heinrich le privilège des
révélations et conclurai par une observation personnelle et une recommandation.
Pendant toute la durée de cette étude, j’ai cru remarquer chez tous ceux qui s’en
sont occupés une tendance à sous-estimer par certains côtés le grand public et à le
surestimer sans raison par d‘autres. Plus précisément, j ’ai l’impression que nous
avons sous-estimé l’aptitude du public à distinguer entre ce qu’il aime et ce qu’il
n’aime pas, son aptitude, à se former des opinions et à les défendre, son aptitude à
c&stituer un système de valeurs esthétiques lui permettant de porter des jugements.
Nous aurions pu penser simplement que le grand public avait un goût qui n’était
autre que le mauvais goût, mais j’ai le sentiment que nous avons eu tendance à dire
que le public n’avait pas de goût, ce qui est tout autre chose. Je pense que c’est de
cette manière que nous sous-estimons notre public.
La surestimation du public, dont j 'ai dit qu'elle était sans fondement, est une sures-
timation de la capacité du public à acquérir une intelligence visuelle grâce à une for-
mation aux arts visuels analogue à celle qui nous sert à exprimer dans notre jargon
d'experts les valeurs propres ànotre groupe. J'ai le sentiment que, dans nos discussions
de ces deux années et demie et même, par certains côtés, dans la conduite de cette
étude, certains d'entre nous ont trop souvent vu dans l'intelligence visuelle cette
aptitude à employer le mot juste pour exprimer ce que nous voyons, plutôt que I'apti-
tude à voir véritablement. Je suis certain que mes collègues du comité seraient
d'accord avec moi si je disais que le rôle le plus important des recherches que nous
avons commencées à une échelle modeste à Toronto, et qui, je l'espère, seront pour-
suivies, sera de nous enseigner le langage familier des arts, de nous enseigner le lan-
gage du goût populaire. Ce n'est que lorsque sera consommé le partage authentique
du langage non verbal de l'art que nous pourrons, avec respect, entreprendre, à
l'aide d'un langage verbal commun, l'éducation visuelle de nos concitoyens, et nous
en partagerons alors les fruits.

Méthodes et résultats de l'enquête

Introduction par David S.Abbey

Les directeurs et conservateurs de musées d'art et ceux qui s'intéressent au rôle de


l'art dans l'éducation et dans la société en général sont conscients depuis longtemps
du fossé qui sépare le professionnel de l'homme de la rue dans leur manière d'appré-
cier l'art moderne. Ce fossé ne peut être mesuré par le peu de visiteurs des expositions
d'art moderne ni même par le nombre des acquéreurs d'œuvres d'art moderne car
l'un et l'autre ont considérablement augmenté depuis quelques décennies. I1 apparaît cLwd
de fason bien plus caractéristique dans les attitudes manifestées à l'égard de l'art
moderne et dans les commentairesque l'acheteur novice peut faire àpropos de ses acqui-
sitions. I1 semblerait qu'en tous lieux un grand nombre de gens considèrent les
œuvres d'art moderne comme quelque chose à regarder mais non comme une source
de délettation. Ou encore on les achète - comme bien d'autres articles de maison
- pour leurs qualités décoratives mais il est rare que leur acquisition résulte d'une
-L_

entière compréhension de l'ouvrage basée sur des critères significatifs ou acceptables


pour le connaisseur, le directeur de galerie ou l'artiste lui-même.
On s'est proposé dans l'étude décrite ici d'analyser la fason dont le grand public
persoit l'art et y réagit d'après ses préférences en ce qui concerne le style et le thème
des œuvres.
La méthode suivie et les résultats obtenus sont exposés plus en détail dans d'autres
rapports rédigés par un directeur de musée, un historien de l'art et un expert en
muséologie, qui y indiquent aussi leurs diverse:, interprétations des données. Le
2;
présent article comprend une brève description d#f a methodolo le et quelques ''con-
clusions" assez générales. Ces dernières sont crlfes d'un sociologue dont la principale
contribution à l'étude a ét6 de concevoir une technique viable d'échantillonnage et
d'interview qui soit non seulement adaptée aux besoins du Comité national canadien
pour l'ICOM mais aussi applicable dans les autres centres urbains où des groupes
intéressés pourraient vouloir réitérer l'enquête.

=9=
Méthodologie

C H O I X DES REPRODUCTIONS

Ce sont des sous-comités composés de membres et d‘anciens membres du Comité


national canadien pour l’ICOM qui ont sélectionné les œuvres representatives de
l’art moderne. Tout d‘abord, T. A. Heinrich a extrait des collections des principaux
importateurs et distributeurs de cartes postales d’art plus de z o00 reproductions
d’œuvres postérieures à 1900 que l e a i t é a étudiées. Ces cartes ont été choisies
selon certains critères, dont notamment la qualité de la reproduction, la diversité des
thèmes et des techniques et le degré supposé de célébrité. Bien des pays et des styles
sont reprtsentés. En fin de compte, le comité a retenu pour les besoins de l’étude
220 œuvres différentes.
I1 a été convenu qu’on choisirait les reproductions de manière à présenter plusieurs
variations sur un certain nombre de thèmes déterminés par le comité de sélection.
On a finalement réussi à se mettre d‘accord sur 23 groupes de diu reproductions
chacun. On n’a pas essayé de constituer des groupes ou des écheIles de valeur
s’excluant mutuellement, ce qui aurait permis d‘appliquer les techniques statistiques
traditionnelles. Le seul souci du comité a été de soumettre à l’appréciation du public
une large gamine d’œuvres représentatives. Dans un autre article de ce numéro,
T. A. Heinrich indique les critères utilisés pour regrouper les cartes.

M É T H O D ES D IN TE RVI E w

On s’est accordé pour penser que parmi les nombreuses méthodes d’interview pos-
sibles, le moyen le moins coûteux d‘obtenir les données les plus sûres et de toucher
l’échantillon le plus vaste consistait à interroger les gens chez eux à l‘aide d‘un ques-
tionnaire très élaboré.
Celui-ci a été établi en collaboration avec le Comité pour l’ICOI\I et des spécialistes
des études de marché. Ces derniers ont fait un essai préalable de l’ensemble définitif
des questions et de la fason de procéder, et l’on a préparé une série d’instructions à
l’intention des enquêteurs pour les guider dans le rassemblement des données.
L‘entretien lui-même comprenait deux parties. La personne interrogée devait tout
d’abord fournir des informations socio-économiques de base sur elle-même (âge,
sexe) et sur sa famille (pi-ofession et revenb de l’enquêté ou du chef de famille) ainsi
que des renseignements sur son niveau d‘instruction générale et artistique, et sur ses
activités d‘ordre artistique et sur celles de ses parents. I1 lui fallait ensuite passer en
revue quatre jeux de reproductions et formuler des jugements à leur propos.
Dans la seconde partie de l’entretien, chaque personne interrogée devait examiner
l’un des 23 jeux (jeu “principal”) de fason plus détaillée. I1 lui était demande : de
classer les cartes par ordre de préférence ;de désigner les reproductions qui lui étaient
familières ; de trouver un thème commun ou un critère expliquant le regroupement
des dix œuvres considérées ; d‘indiquer quelle œuvre elle aimerait posséder et ce
qu’elle ferait du tableau en vraie grandeur s’il lui appartenait. Après cet examen
assez approfondi d‘une série. elle se voyait présenter trois jeux supplémentaires
(jeux “secondaires’’) de dix cartes chacun. Elle devait indiquer pour chacun d‘entre
eux l’œuvre qu’elle préférait et celle qu’elle aimait le moins ;il lui fallait enfin classer
les quatre jeux par ordre de préférence. Cette dernière opération demandait une appré-
ciation du caractère plus ou moins désirable de chaque groupe d’œuvres par rapport
aux autres/

MBTHODE DE SONDAGE

On a cherché à résoudre simultanément trois problèmes de sondage. Il fallait tout


d’abord veiller à ce que chacune des 23 séries de cartes serve de jeu “principal” d‘une
part et de jeu ccsecondaire’’d’autre part autant de fois que possible. I1 fallait en
deuxième lieu concevoir une méthode de sondage telle qu’un jeu donne soit examiné
(à titre principal ou secondaire) le même nombre de fois par chacune des catégories
socio-économiques et géographiques considérées. Enfin, il était indispensable de
déterminer l’échantillon de telle sorte que tous les groupes socio-économiques soient
représentés.
On a calculé qu’il faudrait interroger au moins joo personnes pour obtenir une I

précision suffisante des résultats, compte tenu de ces trois impératifs. ~

Toutes les données ont été recueillies dans l’agglomération de Toronto - la


seconde zone urbaine du Canada par ordre d’importance - pendant les six semaines
comprises entre le 2 2 septembre et le 4 novembre 1967. On a prélevé un échantillon
de 507 personnes, toutes âgées de quinze ans au moins, parmi les I 800 o00 habitants
de l’agglomération. On a tenu compte de l’importance relative de chacun des six
arron,dissementsde la ville ; on a h é aux quelque 24 enquêteurs plusieurs points de
départ choisis au hasard pour chaque arrondissement, et cela afin que les habitants de
toutes les zones de la ville et de tous âges aient la même chance d’être reprtsentés
dans l’étude.
Les Associated Marketing Services Limited ont fourni les enquêteurs et ceux-ci
ont interrogé les gens dans leur langue maternelle chaque fois que cela était possible
ou, à défaut, en se faisant aider par un voisin servant d’interprète. Bien que l’entre-
tien, avec les différentes opérations qu’il comportait, ait demandé une heure environ,
on a obtenu de gens de tous âges et de toutes les couches économiques et sociales de
la ville un taux de réponses exceptionnellement élevé.

ANALYSE DES DONNÉES

Les méthodes décrites au paragraphe Méthodes d‘interview, ci-dessus, permettent


#obtenir deux types de renseignements dont les uns sont facilement quantifiables
comme l’âge, le revenu, le classement par ordre de préférence (I à IO), etc., et dont les
autres ressortent des réponses faites à des questions telles que : “Pour quels motifs, à
votre avis, ces cartes ont-elles été réunies en un seul groupe?” La simple lecture d’un
certain nombre de réponses à cette deuxième sorte de questions pouvait permettre de
dégager facilement certaines impressions, mais l’importance de l’échantillon (j 07 per-
’ sonnes), le nombre des cartes postales employées (220) et la complexité de l’échantil-
lonnage nécessitaient l’emploi d‘une méthode de récapitulation des résultats plus
objective.
Chaque fois que cela était possible, on a “précodifié” les réponses de manière que
le chiffre correspondant à chacune d’entre elles apparaisse sur le questionnaire, ce
qui devait permettre de procéder directement à la perforation des cartes en vue du
traitement par ordinateur. S’agissant de questions comme celle que nous venons de
citer, il a fallu recourir à la cCpostcodificationyy. A cette fin, on a prélevé les dixième,
vingtième’ trentième, etc., des questionnaires remplis. On a transcrit textuellement
les réponses à la question considérée et l’on a élaboré une série de termes ou de phrases
concis (généralement dix au plus par question) ; cet ensemble d‘expressions numé-
rotées constituait alors le code à utiliser pour toutes les réponses à la question à
analyser.
Ainsi, s’agissant du jeu A (Nus féminins), les réponses à la question précitée ont
pu être presque toutes codifiées à, l’aide des dix rubriques suivantes: “nus” ou
cc
femmes à moitié nues” (I) ; ‘cob&èneyy,rcpornographique’y,“femmes faciles” ( 2 ) ;
“créations issues de l’imagination du peintre” (3) ; “éclatantyyJc‘coloréyy,“gai” (4) ;
ccaiseyy, “détente”, cCcouchéesyy, “placides” ( 5 ) ; ‘ctristesseyy,“mélancolie”, “soucis”
(6) ; “femmes de nombreuses races” (7) ; “ce sont toutes des femmes” (8) ; “simili-
tude des couleurs” ( 9 ) ; ‘rhorribleyy,“stupide”, “mauvais”, “je n’aime pas Sa” (IO).
En revanche, le code pour le jeu S (Formes flottantes) s’est établi ainsi : “abstrait”,
ccmoderneyy, “pop’ art” (I) ; “expression d‘émotions’’ ( 2 ) ; ‘ccouleurstrès jolies” ou
“agréables” (5) ; “rien d’autre que des formes et de la couleur” (4) ; “les couleurs
paraissent barbouillées ou floues”, ( 5 ) ; “une tentative de l’artiste pour
symboliser quelque chose” (6) ; “ces euvres ont toutes quelque chose mais il est
difficile de dire ce que c’est’’ (7) ; “ce n’est pas de l’art” (8) ; “Sa ne veut rien dire”
( 9 ) ; “tout Sa est très mauvais”, “extrêmement médiocre” (IO).
Une analyse de ce genre, si elle peut donner lieu à des prétations variées, rend
bien compte de la fréquence de chaque type de réponse
Toutes les données ont été mises sur cartes perforé vue d’une analyse en
fonction de l’âge, du sexe, de la catégorie socio-économique des personnes interro-
gées, de leur formation en matière d’art, etc. On trouvera, dans la section suivante,
quelques grandes lignes qui se dégagent de cette analyse. D’autres interprétations I93
plus approfondies de ces résultats considérés du point de vue de l’artiste et de l’étu-
diant en beaux-arts seront fournies ultérieurement.

Q U EL Q u E s R É s u L T a T s P R É L Ihi INA I R E s
w

Existe-&ìl ztne relation entre la célébrité d’me auvre d’art e t les pr@rences énoncées par le
grandprtblic ? I1 est clair qu’il faut répondre à cette question par l’affirmative. Chaque
personne interrogée a eu à examiner l’un des jeux de cartes et à en classer les dix repro-
ductions par ordre de préférence. On a ensuite calculé la cote de chaque œuvre en
faisant la moyenne des numéros d‘ordre attribués par tous ceux qui avaient étudié le
jeu en question. A un autre moment de l’entretien, il a été demandé à ces mêmes per-
sonnes si elles pensaient avoir déjà vu une ou plusieurs des œuvres reproduites et,
si oui, lesquelles. La combinaison de ces deux séries de réponses a permis de conclure
qu’il existe une forte relation entre préférence et connaissance.

Le p b l i c témotoigne-f-ìl d’me certaine coiform2é de goit efz mtière d’art moderne ? Là encore,
on peut répondre par l’affirmative. Les personnes interrogées ont eu à indiquer pour
plusieurs jeux de cartes la reproduction qu’elles préféraient et celle qu’elles aimaient
le moins. Chaque jeu comportant dix cartes, si le choix avait été entièrement aléatoire,
chaque reproduction aurait été citée avec la même fréquence en réponse à ces deux
questions. Inversement, si tous les enquêtés avaient mentionné la même carte, sa cote
mesurée de cette manière aurait été de IOO yo.Dans cette partie de l’étude, chaque
jeu de reproductions a été examiné par quelque soixante-dix personnes différentes,
qui ont dû indiquer la carte préférée et la moins aimée. De plus, chacune d’entre elles
a eu à considérer des jeux différents, et cela afin qu’on puisse tenir ces cotes pour
d‘assez bons indicateurs des réactions du public a m =érentes œuvres d’art en dépit
de la grande variété des conditions qui entourent la formulation des appréciations.
Sur la totalité des reproductions utilisées, le pourcentage d‘accord le plus faible a été
de 20 %, qu’il s’agisse de l’œuvre préférée ou de la moins aimée (Laporteuse d’eazt, de
Hofer, et Composition :19 13, de Mondrian, respectivement). D’une manière générale,
environ 3 0 % de gens de chaque groupe ont dit préférer la même carte, ce taus s’éle-
vant jusqu’à j I yo pour une œUme (L’angélzrt, de Millet). Si la conformité d’opinion
en ce qui concerne l’œuvre préférée est considérable, comme l’indiquent ces chiffres,
elle est encore plus forte quant à la reproduction la moins aimée dans chacun
des vingt-trois jeux puisque le taux moyen est, dans ce cas, d‘environ 40 yo,avec un
maximum de 78 yo ( L a barbe des imertains retoztrs, de Dubuffet). I1 semblerait donc
qu’on s’accorde mieux sur ce qu’on n’aime pas que sur ce qu’on préfète, mais, dans
l’un et l’autre cas, les penchants du public sont assez nettement tranchés.

D a m qzdelle ineszire le priblic rézmit-il d identzFer les critères en,?plcyéspar les experts pow
grotqer les aztures d’art ? I1 y parvient assez mal. Chacun des vingt-trois jeux de repro-
ductions comportait dix œuvres ayant un trait commun. Évident en ce qui concerne
les nus couchés et bien identifié par 83 % des personnes interrogées sur cette série,
il était beaucoup moins flagrant dans le cas des jeux fondés sur la “dissolution de la
forme” ou les “formes flottantes” et n’a alors été correctement discerné par personne.
(I1 faut noter que, pout les besoins de cette étude et de ce rapport, ‘Ccorrecty’ signifie
ccconformeyy au point de vue du Comité national -_ canadien pour l’ICOIM.)
Dans I I cas sur 23, moins du quart des per=es interrogées ont su identifier, ne
serait-ce qu’approximativement, le critère ayant servi au regroupement. Alors que ce
critère était la forme, le thème, la couleur ou l’utilisation de la ligne, le public, dans
sa très grande majorité, a choisi un aspect de la forme en guise de dénominateur
commun. Viennent ensuite les mentions relatives à la couleur ((‘lumineuses’’ ou
ccternesyy) et enfin l’affirmation que toutes les reproductions de la série sont simple-
ment “modernes’>y‘’

Y a-t-il m e relatiotz entre Pâge, le sexe, la professioit ou l’instrztction e t l’ztn qztelconqzie des
résdtats en question ? Bien que l’exploitation statistique ne soit pas achevée, l’examen
des renseignements obtenus donne à penser qu’il n’existe rien de tel. De même, une
analyse rapide des résultats montre que n i l’éducation artistique de la personne inter-
rogée ni celle de ses parents n’ont une incidence sensible sur ses préférences et ses
appréciations d‘ensemble telles qu’elles ont été déterminées dans cette étude.
Quelques remarques à titre de conclusion
Nous avons laissé à d'autres le soin d'interpréter les données d'après leur spécialité.
Bien que toutes les informations ne soient pas encore analysées au moment de la
rédaction de cet article, il peut être intéressant de noter brièvement quelques conclu-
sions générales. L'examen des qéthodes et des données révèle que : les personnes
interrogées ont fourni des réponses cohérentes ; elles ont trouvé le travail qui leur
a été demandé fort intéressant ;le public est disposé à tenter d'exprimer ses sentiments
et ses préférences à l'égard des diverses œuvres représentatives de l'art moderne. De
nombreuses questions - pour déterminer, par exemple, l'usage que les gens feraient
de telle ou telle œuvre si elle leur appartenait et par quels moyens et dans quelles
circonstances ils considèrent avoir été amenés à voir une œuvre donnée pour la pre-
mière fois - ont été posées ;les réponses n'ont pas encore été analysées.
Nous avons tout lieu de penser que les attitudes de la population d'un grand centre
urbain à l'égard de l'art moderne ont été bien sondées ;nous comptons que l'achève-
ment de notre analyse nous permettra de dégager d'autres résultats intéressants et
nous espérons que la même étude sera menée dans d'autres communautés.

Problèmes et interprétations

I1 me revient de présenter ici un résumé des premières conclusions d'une étude par Theodore Allen Heinrich
dont on n'a pas encore tiré toute la substance. Si nous avons la témérité de le faire,
c'est parce que nous pensons que les résultats auxquels nous avons abouti ont peut-
étre déjà quelque valeur et, plus particulièrement, parce que nous estimons que les
méthodes employées sont valables et que l'application de nos techniques en d'autres
lieux pourra fournir à tous des indications très utiles lorsque les résultats recueillis
dans d'autres pays auront pu être rassemblés en quantité suffisante. I1 se peut que
certaines de ces conclusions se révèlent non seulement applicables aux musées d'art
en général mais aussi utiles aux autres catégories de musées.
L'oLjet fondamental de l'étude entreprise par le groupe de travail canadien était de
tenter de découvrir, si possible, des indications concrètes et tangibles sur la nature
des attitudes négatives observées dans le grand public à l'égard de l'art contemporain.
En dernier ressort, l'objectif est de fournir à la profession des indications qui pour-
raient servir à améliorer les techniques de sélection, de présentation et surtout d'inter-
prétation, afin qu'un public de plus en plus nombreux puisse comprendre et apprécier ,3s
les expériences et les formes d'expression contemporaines de l'art. En d'autres termes, _/

on pourrait dire que nous cherchons à situer avec une certaine précision les seuils
d'acceptation et de rejet. N'est-ce pas là - pourrait-on demander - quelque chose
que nous connaissons déjà ? Peut-être nous opposera-t-on que ces questions sont
trop subjectives pour qu'il soit possible d'en déterminer les réponses. Et l'on se
demandera peut-étre aussi si nous n'aurions pas dû attaquer le problème sous un angle
positif plutôt que de nous attacher à des traits négatifs.
Qu'il me soit permis de m'étendre quelque peu sur les problèmes d'ordre interne
qui, comme nous nous en sommes a p e r p en nous attaquant à notre tâche, consti-
tuaient la véritable structure de nos recherches et devaient, de ce fait, nous rester
toujours présents à l'esprit.
La gestion d'un musée est un art, non une science. Nous avons tendance, pour la
plupart, à agir à partir d'un ensemble de présomptions. Ces présomptions reposent,
bien entendu, sur une expérience qui procède jusqu'à un certain point d'un fonds
commun, mais que nos interprétations particulières rendent le plus souvent éminem-
ment personnelle. Nous croyons en savoir beaucoup sur notre métier, ses responsa-
bilités, ses techniqu limites. Mais combien d’entre nous peuvent-ils répondre
avec certitude à ces ons qui devraient être le premier souci des gucateurs que
nous sommes, nantis des moyens et des outils dont nous disposons : Qu’est-ce que
no-retire exactement de ce que nous lui offrons ? Le “dividende”, la “valeur
ajoutée”, le profit durable qui est tiré de la visite d‘une exposition ou d’une collec-
tion réputée sont-ils tant soit peu en rapport avec les efforts qui ont dû être déployés
pour que cette visite soit rendue possible ? Avons-nous fait tout ce qui était en notre
pouvoir pour rendre intelligible ce que nous offrons et pour faire en sorte que les
efforts que nos visiteurs sont disposés à faire soient pleinement récoinpensés ? Et,
par-dessus tout, atteignons-nous tous ceux qui devraient être les bénéficiaires de nos
programmes ?
Nous “savons” par exemple, c‘dr l’histoire et notre expérience présente le montrent,
que les formes nouvelles d‘expression artistique ont toutes chances de se heurter à de
fortes résistances, et il en a été régulièrement ainsi. L’artiste créateur “sait” ou croit
que ce qu’il accomplit dans des voies nouvelles est bien et contient en soi sa propre
justification, et qu’il a le droit, s’il peut se le permettre, de ne pas se préoccuper d‘être
accepté par le public: il fait ce que sa nature créatrice lui impose de faire. C‘est
toutefois l’affaire de ceux qui s’occupent d‘entretenir et d‘améliorer le climat créateur
que de faire des choix, de favoriser ce qui est sérieux et rejeter ce qui n’a pas devaleur,
de créer les occasions de comparaisons fructueuses et de s’efforcer d‘anticiper sur le
jugement de l’histoire.
C‘est précisément là que nous, qui nous occupons de musées, agissons pour la
plupart en nous fondant sur des hypothèses non vérifiées plutôt que sur une connais-
sance. I1 se peut que certains parmi nous aient eu la main heureuse et que quelques-uns
y aient gagné 1a.célébrité mais, dans sa nudité, le spectacle des résultats obtenus au
cours des cent dernières années n’est guère brillant.
Combien de musées, parmi ceux qui, de près ou de loin, s’occupent de l’art contem-
porain, peuvent se sentir franchement satisfaits de ce qu’ils ont fait ? Combien d’entre
eux peuvent être pris au sérieux aussi bien par les artistes que par les autres musées
et par le public ? A l’un des extrêmes, nous trouvons ceux qui ne s’intéressent qu’à la
nouveauté et à la sensation ; à l’autre, ce sont ceux, peut-être les plus nombreux, qui
se contentent de suivre la mode et de rechercher une acceptation facile. Voilà pour-
quoi, dans notre enquête, nous avons pensé qu’il était important d’insister sur l’aspect
négatif du rejet du public, considéré comme un indicateur de nos propres échecs.
Si l’art est, en fait, un processus continu et non, comme certains artistes et certains
critiques voudraient nous le faire croire, une catégorie d’activité périodiquement
sujette à des ruptures totales avec le passé, n’est-ce pas précisément l’un de nos devoirs
que de tenter de découvrir les liens, si difficiles soient-ils à définir sur le moment, qui,
à longue échéance, créent la continuité ? Et une part importante de cette fonction
n’est-elle pas de maintenir en éveil l’intérêt sympathique d‘un public nombreux ?
Cela peut-il se faire de quelque autre manière que celle qui consiste à construire des
ponts entre ce qui est connu, compris, familier et acceptable et ce qui n’est pas encore
connu, pas encore accepté, ce qui n’est pas familier, ce qui est un objet d’hostilité et
de rejet ? Voilà pourquoi notre étude a été construite d’une manière telle qu’on puisse
isoler les barrières pour les analyser avec clarté.
La description détaillée de notre méthode de travail a fait l’objet de longues discus-
sions à Cologne et ceux qui en auront besoin pourront trouver tous les détails dans
les articles de D. Cameron et de D. L4bbey,ainsi que dans les annexes. Nous avons
jugé inutile de prêcher des convertis, car ce qui nous intéresse avant tout, c’est cette
fraction considérable de la population qui n’est consciemment touchée par les arts
sous aucune forme, mais dont les impôts servent partiellement ou en totalité à
f i E e r la plupart des institutions auxquelles nos professions nous attachent.
Le premier problème - et il fut de taille - a été de mettre au point une technique
appropriée qui devait à la fois permettre d’obtenir des informations interprétables,
et être utilisée, au stade capital de l’enquête, par des enquêteurs professionnels,
qui n’étaient en aucune manière des spécialistes de l’art. Les questions devaient
être posées de telle sorte que les réponses se prêtent au traitement par ordinateur
électronique, tout en étant en même temps de nature à révéler les types de préjugés
subtils et peu apparents que nous avions pour tâche d‘identifier. C‘est, ou ce devrait
être, un truisme de dire qu’on ne peut discuter utilement d’oeuvres d‘art qu’en leur
présence ou en s'appuyant sur des reproductions suffisamment exactes. S'il fut rela-
tivement facile d'élaborer un questionnaire satisfaisant, encore que cela ait pris beau-
coup de temps, il fut bien plus difficile de l'illustrer. I1 n'est pas possible d'emmener
500 personnes les unes après les autres dans un grand musée, sans parler du temps
qu'il faut consacrer à l'entretien. Même s'il était possible d'effectuer les interviews
dans un musée, il faudrait que ce musée mette sur pied, pour cette seule circons-
tance, une exposition privée spéciale.
La solution de ce problème technique comportait une limitation sérieuse dont
nous tenons à parler sans détours. Les sujets étaient interrogés dans le calme de le
foyer. Chacun était appelé à examiner un nombre assez important d'œuvres d'a
contemporaines, à les disposer par ordre de préférence et à s'efforcer de faire des
commentaires à leur sujet. C'est là une thche bien lourde pour des gens qni, pour la
plupart, ont peu de contacts avec l'art, n'ont pas l'habitude de porter des jugements
esthétiques et ont beaucoup de mal à justifier clairement leur choix. La matière pre-
mière du test était composée, sous sa forme définitive, de 220 œuvres soigneusement
-
choisies, qui représentaient les principales tendances de la peinture du m e siècle et
dont bon nombre avaient été retenues en raison de détails ou d'éléments formels qui
devaient révéler, à l'insu de la plupart des personnes interrogées, les raisons de leurs
préférences ou de leurs rejets. Les Cléments de cette panoplie illustrative devaient
être assez fidèles aux originaux, facilement transportables, suffisamment petits pour
être manipulés et regroupés de différentes manières sans plus de difficulté que s'il
s'était agi de cartes à jouer ; on devait pouvoir s'en procurer des quantités suffisantes
pour préparer à l'usage des enquêteurs une vingtaine d'assortiments identiques, et
cela à un prix compatible avec notre maigre budget. La seule solution praticable était
d'utiliser des cartes postales en couleur mais, comme nous le savons tous, les cartes
postales sont fabriquées pour être vendues et ne sont vendables que si elles sont accep-
tées par le public. Parmi les milliers de cartes que nous avons examinées, nous avons
pu en trouver un nombre suffisant pour les besoins de notre entreprise mais, dans les
220 qui furent choisies, la décennie actuelle n'était presque pas représentée.
Nous savons tous quels changements radicaux ont affecté la peinture des années
soixante et nous avons un moment pensé, comme ce sera peut-être le cas de beaucoup
d'entre vous à la première lecture de cet article, que les résultats auxquels nous avions
abouti risquaient, à cause de cette omission, de ne pas être convenablement pondérés
et peut-être de nous induire en erreur. Nous en sommes maintenant venus à penser
que nos résultats n'auraient pas été modifiés de fason significative si nous avions
- des exemples d'œuvres d'avant-garde.
inclu dans nos échantillons
Les Cléments formels perçus inconsciemment mais de fason constante par les pro-
fanes lorsqu'ils ont fait leur choix sont présents à des degrés divers dans toute œuvre
d'art. Ceux à qui une euvre de I 9 j4, I 934 ou I 904 a inspiré du plaisir ou de la répul-
sion éprouveront, pensons-nous, tout autant de plaisir ou de répulsion devant une
œuvre de 1968 et, très probablement, devant une œuvre de 1988.
Cependant, parmi les résultats variés auxquels nous avons abouti et dont certains
d'entre nous pensaient pouvoir prévoir la teneur avant même qu'on ait soumis une
seule personne à nos batteries de tests, il en est au moins un qui a non seulement
confirmé les prévisions, mais encore justifié amplement les commentaires et les ex-
cuses que je viens de présenter. Ce résultat vient aussi renforcer une idée répandue
dans le monde des musées : bien q Ú e G s milieux spécialisés de l'information on
ne se lasse pas de répéter, au grand enthousiasme de certains membres de l'enseigne-
ment et de la presse qui s'empressent de le croire, que les inventions de la génération
actuelle ont considérablement accru le rythme d'assimilation de l'information et de
la diffusion des connaissances, assertion reprise par certains artistes et critiques pour
qui, par voie de conséquence, toute nouveauté en art est sûre d'être acceptke tout
aussi rapidement, nous pouvons maintenant affirmer le contraire en toute confiance.
En matière d'art, la particularité observée de longue date selon laquelle il existe un
décalage à peu près constant de deux générations ou, au minimum, d'un demi-siècle
entre les innovations créatrices importantes et leur acceptation généralisée par le
grand public demeure vraie. Malgré toutes les innovations techniques qui ont été
faites dans le domaine de l'information et en dépit de l'immense développement de
l'enseignement, nous doutons fort que le délai d'acceptation ait été réduit, ne serait-ce
que d'une semaine. I1 me semble qu'il n'est p=peu eñificatif que trois des œuvres
qui ont été rejetées le plus violemment - un Léger, un Feininger et un &Ionclrian-
aient été peintes en 1917,alors que des peintures moins radicales des deux premiers de
ces artistes ont r e p d’excellents classements.
I1 ne serait pas réaliste d‘en conclure que Toronto doit &re une communauté arrié-
rée sur le plan artistique et que ce fut une erreur de notre part que de ne pas inclure
dans nos listes de nombreuses œuvres de peintres locaux. Nous espérions - et nous
en sommes maintenant persuadés - que les reproductions choisies pour l’expérience
pourraient être utilisées sans changement dans la quasi-totalité des pays, et qu’elles
donneraient dans l’ensemble des résultats très semblables à ceux que nous avons obte-
nus au Canada. Cela, nous ne pouvons, bien entendu, le prouver. Ce n’est qu’au
moyen d‘expériences analogues qu’il pourra être établi si nous avions tort ou raison.
Cette étude ayant été c o n p e dès l’origine comme un projet type susceptible de
connaître ultérieurement un développement et une application internationale, le
choix de notre matériel d‘enquête a été délibérément placé au-dessus de tout esprit
de clocher et il serait particulièrement utile que ceux qui reprendront cette étude uti-
lisent notre assortiment ou, du moins, s’inspirent de principes analogues pour en
composer un qui le remplace. Sur les 109 artistes sélectionnés, deux seulement sont
canadiens, chacun étant représenté par une seule œuvre. Nous estimons que la plupart
des pays qui emploieront notre méthode devraient, tout comme nous, faire preuve de
modestie dans l’introduction d‘œuvres de peintres autochtones dans leurs assorti-
ments et qu’ils devraient choisir des exemples contenant des éléments formels ana-
logues
- à ceux qui ont été mis en relief dans les nôtres. Notre assortiment contient des
reproductions d‘œuvres de peintres appartenant à vingt et un pays et à trois conti-
nents.
Au fil des commentaires qui vont suivre, il faudra s’efforcer de garder deux choses
présentes à l’esprit. La première est que notre matériel d’enquête était composé d‘un
ensemble de 220 cartes postales, soigneusement divisé en 23 jeux de dix cartes, dont

B
chacun avait une unité interne conférée par un sujet commun u l’on retrouvait un
ou plusieurs motifs constants, par un thème commun traité dans les manières les plus

2
i?
diverses, ou seulement par des éléments formels sous-jacents. En second lieu, bien
qu’aucune des personnes interrogées n’ait vu toutes les cartes, chacune a eu sous les
yeux quatre jeux choisis apparemment au hasard, mais de telle sorte que chacun d‘eux
fût examiné par des groupes d‘importance analogues. L’un des quatre jeux, que
nous avons appelé le jeu “principal” a été examiné en profondeur par un minimum
de vingt personnes, qui ont répondu à un bon nombre de questions à propos de ses
éléments constitutifs. Chaque personne a examiné ensuite, de faGon plus superficielle,
trois autres jeux dits ccsecondairesyy, sur lesquels on a ainsi obtenu des renseignements
de caractère plus approximatif. Chaque personne a donc regardé des reproductions
de quarante peintures. Les indications qui ressortent de l’ensemble des réponses sont
si complexes, si enchevêtrées, que l’analyse de certains aspects importants demandera
au moins une année encore, mais nous prévoyons qu’il sortira une série d‘articles
supplémentaires de ce qui n’est, après tout, qu’une étude préliminaire.
Pour ce qui est des rksultats qui, dès maintenant, sont suffisamment clairs pour être
v__

annoncés, il faut tout d’abord insister quelque peu sur un fait, décourageant en
apparence mais révélateur, qui est mis en évidence par l’utilisation que nous avons
faite de cartes “témoins”, introduites dans la plupart des jeux à raison d’une ou de
plusieurs par jeu et représentant des peintures plus anciennes qui participèrent en
leur temps de l’avant-garde et qui étaient alors rejetées par le grand public.
Ces cartes témoins ont été introduites dans 20 jeux et choisies, pour la plupart,
\ dans la production+de la seconde moitié du X I X ~siècle, encore qu’on ait aussi fait
\
appel à Chardin et à Vermeer. Dans quelques cas très rares, une œuvre particulière
d‘un peintre contemporain a été utilisée dans plus d’un jeu à des fins analogues, mais
les résultats de cette dernière expérience sont encore à l’étude. En dehors de deux
exceptions nettes et deux exceptions partielles (jeux F et IC et jeux E et &I), ce sont les
cartes témoins qui ont été les plus populaires, et celles qui, après elles, occupent les
deux meilleures places dans le classement de chaque jeu sont le plus souvent celles
qui s’en rapprochent le plus par leur esprit général. Ce qui est ici significatif c’est que,
quelle qu’ait été la gamme de styles et de modes d‘expression offerte dans chaque
groupe, le choix s’est porté sans hésitation, qu’il y ait eu ou non une carte témoin, sur
les peintures les moins radicales, les plus proches du conservatisme. Des artistes par
ailleurs aussi populaires que Degas, Renoir et Monet furent relégués au milieu ou
vers la fin du classement chaque fois qu’il s’agissait de leurs œuvres les plus expéri-
mentales, les moins conventionnelles. Cette tendance irrésistible revêt, en tant que
constatation pure et simple, une importance primordiale qui n’est diminuée en rien
par le fait que nous trouvons Bernard Buffet et Zao Wou-ki au premier rang, l’un et
l’autre, de la classification d‘un groupe.
Cette tendance prononcée à exprimer une forte préférence pour les termes les plus
conservateurs du choix offert est liée sans aucun doute à divers facteurs que nous
n’avons pas encore entièrement explorés. Le membre scientifique de notre équipe
croit voir là l’indice d‘un lien étroit et décisif avec le sentiment de familiarité ; mais,
s’il en est ainsi, j’inclinerais à penser qu’il s’agit d‘une familiarité avec des types plutôt
qu’avec des œuvres bien déterminées. Le pourcentage des sujets déclarant connaître
l’une quelconque des peintures qui ont été utilisées dans l’étude est désespérément bas,
surtout quand on songe que bon nombre de ces peintures ou d‘œuvres qui s’en rap-
prochent beaucoup ont été exposées à Toronto. Les corrélations que j ’ai pu découvrir
sur ce point dans nos statistiques sont trop hasardeuses pour qu’il soit permis d‘en
tirer quelque conclusion utile. I1 est à peine surprenant qu’un groupe relativement
important se soit déclaré familier du Vermeer de Vienne ou que cette œuvre ait
recueilli le plus de suffrages dans un groupe dont le thème manifeste était celui des
intérieurs. I1 ne nous surprendra pas davantage qu’un éternel favori comme L’a)&-
Zz4.rJ de h/lillet, ait été classé deuxième de son groupe dans l’ordre des préférences, après
L a loge, de Renoir, avec lequel il était en concurrence ;tous deux étaient relativement
bien connus des personnes que nous avons interrogées, mais Americatzgothic, de Grant
Wood, tableau célèbre de l’autre côté de l’Atlantique et qui figurait dans le même
groupe, a obtenu un très mauvais classement bien qu’étant connu d’un plus grand
nombre de personnes interrogées que le h4ïllet ou le Renoir, tandis que les voix
favorables ou défavorables au Millet comme au Renoir se sont réparties dans la pro-
portion de deux contre une.
En fait, parmi les peintures qui étaient relativement connues pour avoir été déjà
vues auparavant, pas inoins de cinq furent rangées à la dernière place. Dans deux cas,
où les statistiques révèlent, semble-t-il, une corrélation entre la connaissance préa-
lable et la préférence la plus marquée, en l’occurrence des natures mortes de Courbet
et de Renoir, je considère comme à peu près certain que les personnes interrogées ont
cru se souvenir d‘avoir vu les tableaux alors qu’elles reconnaissaient des genres. Dans
trois cas, ceux du Pont de Broo&, de Gromaire, de la Tour Eq$eZ, de Seurat, et du
TVaZchemee, de Corinth, il est clair pour moi que, bien que les préférences qu’elles ont
exprimées se soient attachées à des peintures qu’elles “croyaientyyleur être familières,
les personnes questionnées ont, en fait, confondu des objets ou des sujets familiers
avec les peintures qu’on leur donnait à voir. Dans plusieurs autres cas, tel celui du
SiZZage dt/ bac, de Sloan, la popularité semble traduire des souvenirs nostalgiques de
caractère local, car aucun des répondants n’a déclaré avoir vu ce tableau auparavant.
I1 est curieux et troublant qu’un si petit nombre des personnes interrogées a
/ 14y/~>
Toronto aient reconnu l’une ou l’autre des deux œuvres de peintres canadiens qui
faisaient partie de l’ensemble choisi. En effet, des reproductions de l’une d’elles sont
accrochées aux murs de nombreuses salles de classe, mais cette œuvre n’a été classée
qu’en sixième position dans son groupe. Quant au joli tableau de Morrice, s’il a pris
la première place dans son groupe abstrait, c’est probablement parce que son sujet
est identifiable et qu’il est chargé pour des Canadiens d’un puissant pouvoir évoca-
teur et nostalgique : une proportion exceptionnellement élevée de personnes inter-
rogées n’ont pu établir aucun rapport entre cette peinture et les œuvres qui faisaient
partie du même groupe, malgré de grandes analogies de procédés de composition
et des éléments structurels comparables fondés sur des carrés et des rectangles.
Tout au long de notre travail d’interprétation des données que nous avons recueil-
lies, nous n’avons cessé d‘être frappés par le fait que, malgré la télévision, malgré les
revues illustrées, malgré les étalages généralement remarquables qu’on peut voir
dans les grands magasins et malgré toutes les autres sources universellement dispo-
nibles de stimulation et d’éducation inconsciente de la vision, on constate chez les
sujets de notre enquête une incapacité généralisée à reconnaître dans une peinture
l’organisation intelligible d’une expérience visuelle si d’aventure cette organisation
s’éloigne beaucoup des formes traditionnelles d’expression visuelle. I1 se peut, bien
sûr, que les images brutes et non organisées de la télévision aggravent plutôt
qu’elles n’atténuent ce problème, qui ne tient pas tant à un défaut d’éducation
visuelle qu’a l’incapacité pure et simple de la plupart des gens à employer leurs
yeux à autre chose qu’aux plus élémentaires fonctions de survie.
A la lumière de quatre ensembles de faits théoriquement liés les un-,. aux autres et
exposés ci-après, on comprendra combien il est difficile de se livrer à cles généralisa-
tions. Les deux peintures préférées dans chacun des 23 jeux étaient de format hori-
zontal, à une seule exception près. Cela signifie-t-il que la plupart des gens n’aiment
pas les tableaux de format vertical? N’est-ce pas la conclusion qu’on peut tirer
lorsqu’on sait de surcroît que la moitié des exemples verticaux montrés aux per-
sonnes interrogées ont été classés aux trois derniers rangs et que quatre seulement
parmi les autres parviennent à s’élever au-dessus du milieu du classement? Non, cer-
tainement pas. Si certains conservateurs de musées à qui l’on donne le choix entre
deux toiles, par ailleurs équivalentes, choisissent parfois consciemment la toile verti-
cale pour des raisons de commodité d‘accrochage à leurs cimaises, toutes les indica-
tions qui se dégagent de cette étude montrent que nos enquêtés sont si insensibles à
la forme abstraite que, même lorsqu’il s’agit d’une question aussi élémentaire que le
format d‘une toile, des notions comme celles de vertical, horizontal, carré, cercle ou
rectangle paraissent leur être totalement étrangères. La forme des écrans de télévision
et de cinéma peut avoir eu ici une influence inconsciente. Nous serons peut-être en
mesure d‘en dire davantage sur ce point lorsque les ordinateurs auront traité les
réponses qui ont été faites par nos sujets lorsqu’on leur a demandé d‘indiquer l’em-
placement qu’ils choisiraient dans leur maison pour accrocher, si l’occasion leur en
était donnée, la toile qu’ils préféraient entre toutes celles qu’on leur avait montrées
et de donner leurs raisons. En attendant, il apparaît que la plupart des gens, lorsqu’ils
regardent un tableau, regardent seulement ce qu’ils voient à l’intérieur de son cadre
et non son contour extérieur. C‘est tout au moins un progrès par rapport à l’atti-
tude de ceux qui sont capablesd‘admirer un cadre extravagant sansvoir ce qu’il renferme.
On relève un autre fait saillant d’ordre général plutôt que particulier. L’analyse
des données statistiques indique bien que lorsqu’on offre au sujet un éventail suffi-
samment vaste il est tout prêt, si réduites que soient ses connaissances artistiques, à
afficher ses préférences sinon par une explication raisonnée, du moins par un choix.
Les mêmes données nous apprennent quelque chose de plus important : le sujet est
disposé à dire avec beaucoup plus de véhémence ce qu’il n’aime pas, ce qu’il n’accepte
pas, ce qu’il rejette instinctivement que ce qu’il aime ou accepte. En pourcentage,
78 yo des sujets qui ont vu le Dubuffet l’ont voué a u gémonies en le gratifiant, pour
la plupart, de ce qu’ils jugeaient être les commentaires appropriks, tandis que le
pourcentage le plus élevé de voix favorables qui fut recueilli par L’afgéZm de Millet
n’a été que de 5 I x. On s’est entendu beaucoup plus nettement sur ce qu’on a rejeté
que sur ce qu’on a approuvé. Notre public profane trouve manifestement plus facile
de préciser ce qu’il n’entend pas accepter que de reconnaître ce qu’il aime, ou du
moins qu’il aime assez pour l’affecter d’un coefficient positif de préférence qui le
distingue de ce qu’il n’acceptera pas du tout. Notre étude semble montrer que le mot
“plaire” est un terme ambigu susceptible de bien des interprétations, dont aucune ne
contient nécessairement l’idée de délectation, tandis que “déplaire” exprime une
sensation ou une émotion très largement répandue, qui contient probablement
davantage d‘éléments immédiatement identifiables que son contraire apparent.
L’une des questions que nous avons posées a permis d‘obtenir beaucoup plus de
renseignements intéressants que je ne saurais en discuter en connaissance de cause à
ce stade de l’étude ni même dans l’espace qui m’est imparti; il s’agit de celle qui con-
sistait à demander aux sujets de l’enquête de tenter de découvrir la raison pour la-
quelle le groupe des dix euvres qui leur ttaient présentées formait un ensemble cohé-
rent. Sur ce point, certaines personnes se sont trouvées totalement désarsonnées, et
ce pour les 23 jeux sans exception. Dans bien des cas, les réponses étaient fausses ou
étaient remplacées par des pétitions de principe consistant à déclarer sur le mode du
persiflage que toutes les peintures du groupe étaient de l’“art moderne”. Dans leur
grande majorité, les personnes interrogées ont manifestement pensé que par “élé-
ment commun” il fallait entendre thème. Eues n’ont guère eu de peine à donner une
réponse lorsqu’il y avait effectivement un sujet commun tel que le nu ou les fleurs.
200 Mais moins d’une personne sur vingt s’est montrée vraiment capable de rechercher
P
et d'identifier es Cléments formels cachés sous l'apparence superficielle. Dans un
certain sens, notre question semble avoir provoqué une modification inattendue des
manières de voir habituelles : nous aurions pu nous attendre que la plupart des pro-
fanes cherchent d'abord l'anecdote, ce qu'ils firent en effet le plus souvent; mais,
lorsque c'était précisément cela qu'on leur demandait, un nombre surprenant d'entre
eux se mirent à la recherche de détails communs. Au lieu de voir que toutes les œuvres
qui faisaient partie du jeu D étaient des portraits de face, si peu orthodoxes que fus-
sent certains d'entre eux, près de la moitié des sujets fixèrent leur attention sur les
yeux, la tristesse des expressions, les couleurs dominantes ou d'autres traits particuliers.
L'une des personnes interrogées pensa même que tous ces portraits, qui couvraient
en fait une gamme allant de Cézanne et Gauguin jusqu'à Brauner et un Picasso assez
tardif, étaient des œuvres exécutées dans le mZme style par le même artiste, et qu'au-
cune d'elles "ne valait la peine d'être regardée". Je reviendrai dans un moment sur
la question des commentaires hostiles.
Pour ne pas avoir l'air de laisser entendre que les personnes interrogées n'étaient
capables que de porter les jugements de valeur les plus grossiers et qu'elles pouvaient
peut-être sentir mais non distinguer clairement les qualités de forme que contenaient
toutes les peintures - qu'elles fussent nouvelles ou anciennes, bonnes ou mauvaises
- je tiens à citer un fait extrêmement curieux qui se dégage de la comparaison du
classement mûrement réfléchi des jeux principaux et de celui, davantage dicté par
l'instinct, des jeux secondaires.
Au cours de l'étude approfondie du jeu principal, près du tiers des cartes qui avaient
été placées en tête lorsque le même jeu était considéré comme ccsecondaireyy furent
rétrogradées à la deuxième place, selon un processus qui semble dénoter un certain
effort de rkflexion. L'accord qui s'est fait sur les peintures les plus prisées était tel que
nous avons été tentés d'y voir une unanimité de sentiments remarquable, encore que,
par ailleurs, le mot "unanimitéyysoit un terme qui peut prêter à confusion. La manière
dont se sont faits les classements rappelle celle dont on choisit les ministres des gou-
vernements de coalition dans les pays où il existe plus de trois partis politiques, et
nous ne saurions dire que les choix auraient satisfait dans tous les cas une nette
majorité des sujets de l'enquête.
Les coïncidences ont été également frappantes pour les œuvres le moins aimées et,
dans ce cas, le pourcentage des accords était sensiblement plus élevé. Ici encore,
dans seize cas, il y a accord entre les groupes principaux et les groupes secondaires
pour ce qui est de la peinture suscitant le plus d'aversion dans chaque jeu. Ceux qui
se sont fait détester le plus cordialement ont été Dubuffet, Gottlieb, Léger, John
Marin, de Kooning, Miró, Pollock et, à notre grande surprise, Dufy. On peut comp-
ter quelque 41 peintres parmi les plus éminents de notre siècle à l'une des deux der-
nières places dans des jeux principaux ou secondaires : le cas se produit neuf fois pour
Klee, sept fois pour Miró, six fois pour Picasso et Léger et cinq fois pour de Kooning.
I1 sera peut-être réconfortant d'apprendre qu'avec d'autres aeuvres et dans d'autres
combinaisons, Picasso et Léger ont tout de même aussi atteint la première ou la
deuxième place dans des jeux principaux, tandis que Klee et Miró se hissaient dans
la moitié supérieure du classement, distinction qui ne fut pas accordée au pauvre
Mondrian, lequel a pâti d'une hostilité constamment affirmée. Peu de temps avant
l'enquête, Toronto avait présenté, conjointement avec La Haye, une importante
exposition de Mondrian, mais il n'y a pas lieu pour autant de s'étonner de nos résul-
tats. Ils ne peuvent que signifier que la grande majorit6 de nos concitoyens ont dé-
daigné la possibilité qui leur était offerte de voir un vaste panorama de l'œuvre de
cet artiste et que, parmi ceux qui ont profité de l'occasion, rares sont ceux qui ont
appris quelque chose ou même pris plaisir à l'expérience.
Cette catégorie ;le résultats préliminaires nous encourage bien cependant à penser
que la plus grande partie de nos semblables, que nous ne touchons pas par l'intermé-
diaire des sections soit contemporaines soit traditionnelles de nos musées, pourraient,
dans une certaine mesure, être stimulés dans leur intérêt pour l'art, qu'ils sont capables
de porter des jugements approximatifs, et que nous pourrions, au prix d'un modeste
effort, élargir leur horizon.
Nous pensons pouvoir vous donner quelques précisions sur la fason dont ils
réagiront vraisemblablement si, par hasard, sans le secours d'une telle aide, ils se
trouvent placés un jour, à l'improviste, devant l'art contemporain. Commensons par 201
parler des choses qu’ils n’aiment manifestement pas, des choses qui les indisposent
et les dressent contre ce qui nous intéresse. Par-dessus tout, ils réprouvent ce qui est
inintelligible et, davantage encore, ce qu’il prennent pour des efforts délibérés de la
part des artistes en vue de les confondre. Le langage verbal les a accoutumés à des
propositions déclaratives formulées avec clarté et ils en attendent autant de l’art. I1 ne
semblepas qu’ils attendent encore d‘un tableau une fonction anecdotique ou didactique
mais s’il ne leur propose pas une image saisissable qu’ils peuvent au moins sentir, ils le
rejettent. Nous avons été heureux de constater que peu d‘œuvres ont été rejetées pour
avoir été jugées indécentes ou à cause de préjugés raciaux mais nous avons eu maintes
fois l’impression que nos sujets se sentaient abusés par des artistes qui ne se souciaient
pas d‘être “compris” par les gens du commun. Ils considèrent de toute évidence que
le ‘‘bon7’art a une signification et qu’il est destiné à être saisi par quiconque est doué
d’une intelligence moyenne. Ils se sentent désemparés devant cette confusion visuelle
dont ils se plaignent en diverses occasions - ils paraissent souvent l’associer aux
4
surfaces surchargées ais, presque aussi souvent, aux détails surabondants ou aux
détails apparemment isolés mais qui attirent l’attention, toutes choses qui ne signifient
sans doute pour eux qLi’absence de structure ou d‘organisation solide affirmée sans
détour. Les références aux problèmes sociaux paraissent déplacées dans leur concep-
tion inarticulée de l‘art. Les images qui suggèrent de fason plus ou moins explicite
la catastrophe, la déchéance humaine ou sociale ou d’autres aspects, selon eux, néga-
tifs de la vie sont considérées comme délibérément destructrices. Ce qui, dans l’ordre
de la violence et des autres perversions de la vie, n’est que lieu commun à la télévision
leur paraît ne pas devoir fournir au même titre des sujets acceptables en peinture,
mais ils n’en sont pas prêts pour autant à accepter, à la place, des toiles non hgura-
tives : celles-ci leur répugnent presque autant et, s’ils ont le sentiment qu’elles “dissi-
mulent” ces thèmes qu’ils réprouvent, leur hostilité prend les proportions les plus
considérables que nous ayons rencontrées. On constate une aversion marquée pour
toute une gamme de caratéristiques telles que déformations d‘objets familiers, lignes
très appuyées, faiblesse supposée dans la structure de la composition (y compris cer-
tains Monet et certains Degas), traitement peu orthodoxe de sujets religieux tradi-
tionnels (Christjawze de Gauguin), nus ccprovocantsyy. Les formes angulaires et héris-
sées inspirent de la répulsion, peut-être parce qu’elles évoquent la douleur et la
cruauté (seule la manière de Buffet échappe, curieusement, à cette répulsion.) Les
formes géométriques ne sont admises que si elles sont simples et de caractère dominant;
autrement, elles sont rejetées comme dans le cas de Mondrian. I1 semble qu’on pré-
fère les cercles et les ovales aux carrés et aux rectangles, à condition qu’ils ne soient
ni cce~tompé~7y ni c c f l o ~ ~Ce
y yque
. des spectateurs plus avertis pourraient identifier
comme des symboles phalliques tout à fait flagrants passe inapersu de l’ensemble de
nos sujets, qui n’ont tendance à y voir que des images rassurantes, comme des clochers
d’église. La représentation des formes masculines peut être plus ou moins proche
de la réalité, mais on ne saurait tolérer la moindre licence de déformation.des contours
féminins. Quant à la c&ur, elle est la source de beaucoup de sensations désagréa-
bles : ccterneyy, ccmorneyy, ccdiscordantyy (employé généralement pour dtsigner des
tonalités éclatantes juxtaposées), autant de qualificatifs qui sont fréquemment revenus
dans les commentaires défavorables. La dominante rouge est apparemment des plus
déplaisantes et il en est de même du vert, sauf lorsqu’il est employé dans un paysage.
Les tons pourpres et les violets saturés ont passé sans commentaires, peut-être parce
que ce sont actuellement des couleurs à la mode. On est hostile aux couleurs qui “ne
sont pas naturelles” ;on l’a vu, par exemple, non seulement dans le cas du Christ
j a m de Gauguin mais aussi dans celui des petits chiens aux couleurs arbitraires peints
par le même artiste ; ce qui n’a pas empêché les Cheuattx bleu de Fram Marc d’être
fort bien classés :les objections tenant à leur couleur “irréelle” paraissent surmontées
du fait qu’ils sont reconnaissables en tant que chevaux et qu’il émane de la composi-
tion une éclatante force vitale.
Au point où nous en sommes de l’interprétation des données que nous avons
recueillies, les facteurs qui militent en faveur des œuvres sont encore peu nombreux.
Il ressort à l’évidence de ce qui a été dit que le profane continue d’éprouver un pen-
chant prononcé pour le réalisme. Qu’elle soit réelle ou imaginaire, la familiarité, au
sens de connaissance préalable, joue certainement un rôle mais, comme nous l’avons
202 déjà relevé, un rôle parfois équivoque car le souvenir des sensations dgsagréables a
tendance à etre encore plus durable que celui des sensations plaisantes et il ne s’altère
pas facilement. L’importance attachée au caractère reconnaissable du sujet et à sa
signification est telle qu’il est compréhensible qu’on ait tendance à préférer les traite-
ments traditionnels. Les attitudes positives, même lorsqu’elles sont plus sensibles
qu’apparentes, suscitent des réactions enthousiastes et l’on peut alors soupGonner
que le sens de la participation joue chez le sujet un rôle plus fort que ne l’indique le
contenu des réponses. I1 convient de se rappeler ici que le mot C‘constructif‘’est très
en faveur en Amérique du Nord et nous avons déjà relevé l’emploi péjoratif de son
contraire. Tout ce qui, dans un tableau, est propre à inspirer des impressions agréables
est apprécié, qu’il s’agisse d‘un thème aussi évident que celui de la maternité ou
d’images évoquant des vacances, des voyages ou simplement un sentiment de repos.
Les mammifères et les oiseaux sont propices à ces associations agréables, sauf s’ils
sont morts, mais ce n’est pas le cas des poissons, pour diverses raisons qu’on peut
imaginer. Les serpents qui figuraient dans quelques exemples, comme tels ou en tant
que symboles, ont été ignorés. Le paysage jouit d’une large popularité lorsque sa
représentation est suffisamment littérale et empreinte de frakheur (les Canadiens ont
à supporter des étés caniculaires et ils aiment beaucoup leurs hivers froids). On a
apprécié les tons chauds, même les roses de Kandinsky, mais non les teintes violentes
ou extrêmement froides. Ce trait reflète peut-être les goats actuels des classes moyen-
nes et laborieuses en matière de décoration d‘intérieurs, ce qui donne, hélas, à penser
que ceux qui sont chargés des achats pour le compte des “galeries d’art’’ des grands

+
magasins savent bien ce qu’ils font. Nombre d‘indices montrent que notre public
prend plaisir à la représentation ou m&meà la suggestion de la profondeur de l’es ace
et ne partage pas les préoccupations de bon nombre des peintres actuels touc ant
aux problèmes formels de l’espace à deux dimensions.
T’arrêterai là la liste des conclusions, d’ordre très général, que nous sommes, pour
l’heure, prêts à faire connaître, en dehors de quelques notes détaillées qui sont repro-
duites dans la liste et les modes de groupement et de classement des cartes. J’ai gardé
pour la fin une découverte que nous trouvons réellement encourageante. Presque
fl
tous nos sujets ont été de prime abord étonnés puis flattés qu es gens tels que nous
s’intéressent à leurs opinions sur l’art. Même ceux qui assuraient se désintéresser
totalement de l’art sous toutes ses formes, et à plus forte raison de l’art contemporain,
ont, bien entendu, prouvé qu’ils avaient des avis et des sentiments, si frustes, si
mal informés ou si mal guidés fussent-ils. Ces gens, qui sont bien plus nombreux
que nous n’avons tendance à le penser, sont accessibles et peuvent être persuadés que
leur intérêt pour l’art peut dans une certaine mesure leur etre aussi utile qu’a nous-
mêmes. A l’heure actuelle, nous les ignorons ou en faisons peu de cas mais, et c’est
là ce que notre groupe de travail en est venu à penser, c’est au péril de notre profes-
sion que nous observons pareille attitude.
Pour ce qui est de ce rapport préliminaire sur notre entreprise type, qu’il me soit
permis de dire pour terminer que, tout en reconnaissant que certaines différences
secondaires peuvent fort bien se faire jour dans les résultats qui seront obtenus ail-
leurs, en raison de préférences et de préjugés imputables à des traditions culturelles
dif€érentes, nous sommes persuadés que l’extension internationale de cette étude
prouvera, comme c’est le cas dans bien d‘autres domaines, que les analogies entre
les réactions et les rejets visuels des diverses populations du monde civilis6 sont
bien plus grandes que les différences. Nous croyons que notre profession de muséo-
logue nous met ici en présence d’un problème universel. Nous avons l’espoir que
des prolongements seront donnés à cette étude dans ce même esprit de sérieux
avec lequel nous l’avons abordée et que nous pourrons alors mettre en commun
ce que nous aurons trouvé et en faire jaillir la lumière pour le plus grand profit
de tous.
K

Incidences pratiques de M u d e de Toronto

par William J. Withrow Ceux qui liront cet article ne seront pas tous directeurs ou conservateurs de musée
d'art moderne, mais presque tous pourront se mettre en pensée à la place de ces der-
niers et réfléchir aux problèmes de relations avec le public et aux problèmes d'ordre
éducatif qui se posent à un établissement exclusivement consacré à l'art du X X siècle.
~
I1 sera donc intéressant pour tous les professionnels de déterminer si, parmi les pre-
mières conclusions de l'étude de Toronto, certaines peuvent, au stade actuel, leur
être utiles dans leur établissement.
Aujourd'hui plus que jamais, les responsables de la gestion des musées d'art, sur-
tout d'art moderne, soulèvent des questions fondamentales au sujet c m t i o n
de leurs établissements. Le fonctionnement de ces musées étant financé pour une part
de plus en PILIS importante par le trésor public, c'est tout à fait à juste titre que les
administrateurs se préoccupent du rôle qui doit être dévolu à ces institutions dans la
collectivité. D'autre part, les directeurs s'inquiètent de l'augmentation des dépenses
de fonctionnement, du manque de personnel qualifié, de l'évolution rapide des va-
leurs sociales et esthétiques qui rendent difficile le maintien de l'ordre traditionnel
des priorités. De même, les méthodes d ' a s s i t i o n et d'exposition sont une source
de préoccupation pour les conservateurs, en.raison de la prolifération des formes
nouvelles et extraordinaires sous lesquelles apparaît l'art contemporain. Enfin les
services des relations avec le public cherchent désespérément à comprendre les
raisons de l'apathie ou de l'hostilité du public vis-à-vis de la plupart des manifesta-
tions artistiques de notre siècle.
Les conférenciers attachés aux musées d'art moderne se rendent vite compte que
les visiteurs ne sont pas hostiles à l'art en tant que tel. Les e t s sont toujours
enthousiastes devant des Oeuvres expérimentales, en particulier devant les formes .
nouvelles de sculpture, et la plupart des adultes se montrent très désireux de com-
prendre et de découvrir de quoi il s'agit. Mais il est certain que la réaction des per-
sonnes qui vont au musée, surtout de celles qui se joignent aux vis&.qyidées, n'est
pas celle d'un échantillon représentatif du public. Malgré I'augmen;ation vraiment
considérable des entrées dans les musées, nous savons que des masses de gens restent
hostiles à l'art moderne et considèrent par conséquent que les activités des musées
d'art contemporain entrent dans le cadre d'une vaste conspiration visant à duper
le public ou, pour le moins, à distraire une minorité culturelle bien particulière.
La majorité des musées n'ont pas réussi à combler le fossé grandissant qui
sépare les créations artistiques actuelles et la disposition du grand public à les
accepter.
Quelle est la véritable fonction d'un musée d'art moderne? Telle est la question de
principe à laquelle les critiques d'art ont consacré ces derniers . urtout en Amé-
rique du Nord, plus de colonnes qu'au commentaire d'exposi
pratique, il y a un certain nombre de questions fondamentales
logues, voudrions que des réponses soient apportées pour conférer plus d'efficacité à
nos établissements. Que nous nous occupions exclusivement ou partiellement d'art
moderne, cela sous-entend que nous ne sommes absolument pas disposCs à admettre
que notre musée soit le simple réceptacle d'un art intégralement répertorié et accepté
ni, ce qui serait pire, un club réservé à une coterie uniquement intéressée par l'art
considéré comme le plus avancé du moment. En fait, notre enquête repose sur la
conviction que le musée d'art (spécialisé ou non) est un établissement à vocation
éducative en même temps qu'une force sociale essentielle de la collectivité. Cette
conception n'exclut certes pas les rôles traditionnellement dévolus au musée déposi-
taire, centre de recherche etbastion des normes esthétiques héritées du passé. Elletient
simplement compte du désir des institutions sociales actuelles d'entrer plus largement
en contact avec la grande masse du public. Le terme souvent employé à cet égard est
204 celui de ccdémocratisation'y.Cela étant posé, imaginons que nous sommes chargés
'
de diriger un musée d'art moderne et que nous cherchons sérieusement à répondre à
certaines des questions suivantes:

I. (o) Pourquoi les gens vont-ils (ou ne vont-ils pas) au musée d'art ? (b) S'ils y vont,
pour quels motifs y retournent-ils et en deviennent-ils éventuellement visiteurs
assidus ou même membres donateurs ?
2 . (a) Pour quelles raisons un certain pourcentage de la population ne va-t-elle jamais
au musée, qu'il y ait ou non des manifestations particulières, et qu'une autre
fraction du public n'y va de temps à autre que pour les expositions spéciales?
(b) Y a-t-il un moyen de toucher certaines de ces couches de la population actuel-
lement inMérentes ?
3. Comment se fait-il que la plupart des manifestations artistiques du x x e siècle se
heurtent à une attitude d'indifférence ou parfois d'hostilité, même parmi ceux qui se
prétendent épris d'art ?
4. Quelles mesures particulières pourrions-nous prendre en qualité de muséologue,
pour combler le fossé qui existe entre l'œuvre d'art et l'attitude du grand public ?
.
5 . Quels moyens nouveaux pourrions-nous mettre en œuvre pour rendre la visite du
musée plus enrichissante ?
6. La solution résiderait-elle dans l'emploi plus large et plus avisé, par le musée
même, de la radio, de la télévision ou d'autres moyens d'information ?
7. Peut-on traiter le public "en bloc" sans tenir compte de l'âge, du milieu social ou
du degré d'instruction ou faut-il diversifier le niveau des conférences, visites, etc.,
comme on le fait dans les établissements d'enseignement ? %-

8. Y aurait-il avantage à organiser des c_nférences traitant des rapports de l'art mo-
derne avec la philosophie, la littérature et d'autres activités créatrices de notre
temps ?
9. Y a-t-il des faFons de présenter_-- les expositions qui soient de nature à en favoriser
la compréhension ?
Si une étude comme celle qui est décrite dans le présent numéro de ~Wz~rezim pouvait
nous fournir des réponses claires et dignes de foi, ne serait-ce qu'à un petit nombre
seulement de ces questions, nos efforts seraient bien récompensés. Nous n'aurions
peut-être, dans certains cas, rien à changer à nos méthodes, car on peut souvent se
fier à l'intuition des professionnels expérimentés. Mais il est rassurant de savoir avec
certitude que la politique des musées ne se fonde pas uniquement sur de simples
intuitions, en particulier lorsqu'il s'agit de justifier un budget ou des dépenses d'équi-
pement devant des hommes d'affaires, des fonctionnaires, des hommes politiques ou
d'autres groupes de profanes à la décision de qui est si souvent subordonné le fiiance--
ment des activités muséologiques.
Tuumons-nous donc vers les résultats de l'étude de Toronto. Combien de nos
neuf questions ont-elles r e p une réponse définitive ? Et, ce qui est plus important,
ces réponses ont-elles une valeur pratique quelconque, de nature à faciliter la tâche
quotidienne du directeur de musée ? Les constantes que nous avons pu dégager des
réponses mènent à quatre constatations.

PTewzz'ère comtatatiom. La préférence pour une œuvre d'art est liée au caractère familier
de cette œuvre pour le public.
La zente de- , cartes postales, diapositives et autres formes de reproductions
est un moyen certain d'éveiller plus largement l'intérêt du public. Exposées, les
œuvres d'art deviennent familières et cette familiarité-là fait naître un sentiment qui
est l'opposé du mépris. En effet, dans le domaine artistique, nous sommes enclins
à aimer les choses auxquelles nous sommes le plus accoutumés.
Tout effort d'éducation doit aller du connu (c'est-à-dire aimé et accepté) vers l'in-
connu. Principe pédagogique simple et notoire dont l'application est naturellement
efficace dans tous les domaines, mais se révèle capitale surtout en matière d'éducation
dent ? Certes, mais combien de fois ce principe n'est-il pas violé ou
ignoré au cours de vi ites guidées ou de conférences, ce qui a pour effet d'impatienter
Y
le public avant même que e commentateur ait eu la possibilité de gagner sa confiance
et d'ouvrir dans ses préjugés une brèche vers une appréciation nouvelle de l'inconnu ?
Pour l'aaffiche ou tout autre moyen visuel d e z u b l i c i t w n e exposition, il convient
de choisir l'œuvre la pIus susceptible d'être donnue ou au moins assimilée à une
œuvre connue. Là encore, nous aimons automatiquement les choses clue nous avons
été préparés à accepter et nous pouvons apprendre à aimer ce qui nous est étranger.
Demandez à ceux qui sont chargés de constituer le répertoire d'une 'troupe d'opéra
si telle n'est pas leur méthode.

Dez6xième constatation. Le public est constant dans ses préférences en matière d'art
moderne.
Si un. musée souhaite garder quelque contact avec son public il ne peut mécon-
naître totalement certains préjugés bien établis. Ces préjugés sont mesurables et
particulièrement tenaces lorsqu'ils sont défavorables. Ils semblent découler du sim-
ple fait que la majorité des gens sont hostiles aux œuvres d'art dans la mesure où
l'artiste s'est écarté ou a fait fi de ce qui est habituellement considéré comme les
normes traditionnelles de la réalité visuelle. Que le conservateur d'un musée consacrt
à l'art du X X ~siècle souhaite que cette considération lui dicte son ch&-des œuvres
à exDosel ou à acquérir est une tout autre question. Mais il doit au moins en tenir
compte lorsqu'il prend une décision.

Troisiènte comtatatiotz. Le public éprouve beaucoup de difficulté à découvrir les critères


selon lesquels les experts ont regroupé les œuvres d'art.
Malgré les milliers de livres d'art vendus chaque année et toutes les activités édu-
catives déployées dans le domaine artistique par les écoles et les musées, le public,
dans l'ensemble, ne saisit pas facilement les aspects formels de l'art. II lui est difficile
de porter son regard au-delà du sujet et il est en général perdu lorsque le sujet n'est
pas apparent. (Cela n'implique pas sans doute qu'il réclame toujours une "histoire"
mais il veut pouvoir identifier, reconnaître.) De nombreuses mesures peuvent être
prises pour aider le visiteur d'une exposition à comprendre et à apprécier ce qu'il
voit. Ainsi, le mo&de més,entation de cette exposition peut contribuer à lui faire
saisir l'intention de l'artiste. Les tableaux peuvent être groupés de fason que les élé-
ments formels qui leur sont communs soient plus facilement discernables, et ces élé-
ments peuvent être indiqués aux non-initiés au moyen de schémas et de notes explica-
tives. Jusqu'à présent, on n'a pas accordé assez d'attentionàlamiseaupoint d'unm;ltériel,
didactique efficace et de bon goût. Sans compromettre en rien la valeur scientifique
-% d'exposition, on pourrait faire beaucoup plus pour guider le profane
dans son'effort de compréhension que de lui offrir le fatras habituel de jargon tech-
nique, de bibliographies et d'indications de provenance. L'une des fonctions d'un
' /-,
catalogue n'est-elle pas d'interpréter l'exposition avec clarté à l'intention du visiteur ?
Combien de fois le texte d'introduction ou les notices du catalogue n'aggravent-ils
pas le sentiment d'exclusion et de confusion du profane !

Q z / a t r i è m comtatafion. I1 n'y a aucune corrélation entre I'âge, le sexe, la profession ou


l'instruction et l'une quelconque des conclusions de cette étude.

-
Ce fait ne surprendra guère les personnes qui se sont occupées, au moins au cours
de la dernière décennie, de l'éducation artistique du public. II semble par conséquent
inutile de mettre en garde les W u r s de visites guidées et de -OC
contre une divisi-c reposant sur de tels critères. (Les jeunes enfants doivent
évidemment être considérés comme une catégorie à part.) Dans cette perspective,
la connaissance artistique est véritablement une quête démocratique, en théorie
accessible à tous.

On ne saurait trop insister sur le fait que cette étude a été entreprise clans le dessein
de mettre à l'essai une méthode nouvelle. Elle ne peut donc être jugée que sous cet
angle. Que les résultats obtenus jusqu'à présent soient d'une application limitée, nul
ne le niera. Ce que nous voudrions, c'est que la méthode soit appliquée dans d'autres
villes, dans de nombreux pays. Nous espérons également pouvoir la perfectionner au
, cours des prochaines années et donner une interprétation scientifique plus précise
de ses résultats. Les directeurs de musées d'art disposeront alors d'un volume consi-
dérable de données sur lesquelles ils pourront fonder leurs efforts en vue d'atteindre
un vaste public. En attendant, alertés par les premières conclusions tirées de l'étude
de Toronto, ils pourraient peut-être commencer par faire l'examen critique des tech-
niques de prksentation et d'éducation actuellement en usage dans leurs établissements.
Amexe I Questionnaire

A S S 0;C I A T E D M A R K E T I N G S E R V I C E S L T D 2.c. Dans l’enseignement secondaire, avez-vous suivi des courts d’art prévus au
programme ?
Oui 1 Poser la question 2.d.
No de code Non 2 Passer B la question 2.e.
Jeu principal 2.d. De quelle sorte ? (Approfondir.)

Jeux secondaires

Nom de la personne interrogée

Adresse

Ville No de télénhone

Nom de l’enquêteur Na de zone


Poser la question 2.e pour chacun des autres. établissemenfs frCquentés.
Date Durée de l’entretien minutes 2.e. A (nom de I‘établissement), avez-vous reçu un enseignement en
matière d’art dans le cadre de vos études ? (Si oui, faire préciser en quoi consis-
Introducfion. Bonjour, M , je suis des Associated Marketing tait cet enseignement.)
Services Limited. Nous faisons une enquete sur l’art pour l’Unesco et j’aimerais,
si vous m’y autorisez, interroger l’une des personnes qui habitent ici. Pour faire Nom de I’établissement Études Description de ces études
cette étude, nous choisissons la personne à interroger dans chaque foyer d’après dans le
la date de naissance. Pouvez-vous, s’il vous plaît, m’indiquer le nom de toutes les domaine
personnes âgées d’au moins quinze ans qui vivent ici y compris vous-même (faire artistique
bien préciser la situation dans le foyer), ainsi que la date de l’anniversaire de chacun
(noter ci-dessous). 1. oui 1

Nom Situation Date de Nom Situation Date de Non 2


dans le I’anniver- dans le I’anniver-
foyer saire foyer saire
1. 5.

2. -___ 6.

3. 7.

4. 8.

Choisir la personne dont l’anniversaire suit du plus près la date de l’interview. Si


elle ne peut être interrogée, choisir la personne du même sexe dont l’anniversaire
vient ensuite, etc.
Entourer le numéro correspondant à la personne interrogée.
Une fois la personne à interroger choisie, dites-lui que vous avez un certain nom-
bre d’images que vous voulez lui faire voir et proposez-lui d’aller vous asseoir à une
assez grande table pour le déroulement de l’entretien, puis commencez l’entretien
en remettant la carte imprimée no 1.
2. oui 1

Section A. Formation artistique Non 2

Je voudrais, pour commencer, que vous me parliez un peu de vous-même et de


votre formation.
1. Dans quelle sorte d’école avez-vous terminé vos études ? Est-ce une école
primaire, une école secondaire ou êtes-vous allé au-delà ? (Si la personne
interrogée a poursuivi ses études au-delà du secondaire, préciser l e nom et la
nature des établissements d’enseignement postsecondaire fréquentés.)

École primaire I
École secondaire 2
École technique ou professionnelle (préciser)

Établissement postsecondaire (préciser)

3.a. Jusqu’où votre mère a-t-elle poussé ses études ? Votre père ?

Poser la question .?pour chaque degré del‘enseignement jusqu’au niveau où la personne Mère Père
interrogée a cessé ses études.
2.a. A I’école primaire, avez-vous reçu un enseignement en matière d’art ? Primaire 1 1
Oui 1 Poser la question 2.b.
Non 2 Passer à la question 2.c. Secondaire 2 2

2.b. Pouvez-vous me dire de quelle sorte ? (Approfondir.) Autres (préciser)

Néant O O
Ne sait pas X X
207
Poser les questions 3.b et 3.c pour la mère de la personne interrogée, puis recommencer Numé- T a - Endroits où les tableaux ont été vus (5.c)
pour le père. r o d e bleaux Ne sait Musée, Maga- Livre Livre, Domi- Autres
la carte Das galerie sin d’art Dério- cile (préciser)
3.b. Savez-vous si votre mère (votre père) a reçu un enseignement à I’école en vus d’art d’œu- dique parti-
matière d’art ? (5.b) vres (sans culier
Mère Père d’art préci-
sion)
oui 1 1
Non 2 2
1 1 1 2 3 4 5 6
Ne sait pas 3 3
2 2 1 2 3 4 5 6
Si oui, poser la question 3.c. 3 3 1 2 3 4 5 6
4 4 1 2 3 4 5 6
3.c. Dans quelle école était-ce ?
Mère Père 5 5 1 2 3 4 5 6
6 6 1 2 3 4 5 6
Primaire 1 1. 7 7 1 2 3 4 5 6
Secondaire 2 2 8 8 1 2 3 4 5 6
Autres (préciser) 9 9 1 2 3 4 5 6
10 o 1 2 3 4 5 6

6. Placer le carton sur la fable et remettre à la personne interrogée la carte imprimée


- no 2. Lire celle-cià haute voix pendant que l’interlocuteur suit sur son exemplaire.
Ne sait pas X X S’assurer, avant de poursuivre, qu’il comprend les instructions. Mêler les cartes
d u jeu et les l u i remettre, I I doit placer une carte sur chaque case. Une fois toutes
4.a. Avez-vous exercé u n e activité artistique de votre propre chef, ou vous Btes- les cartes disposées sur le carton, noter ci-dessous les numéros de code inscrits
au dos de chaque carte :
vous intéressé concrètement à l’art en dehors du programme scolaire normal ?
II peut s’agir aussi bien de la pratique du dessin, de la peinture, de la sculpture, Ordre de
de la poterie ou d’autres sortes d’arts que du fait d’assisterà des conférences classe- Numéro de la carte
du soir ou de participer à des stages d’été par exemple.
Oui 1 Poser la question 4.b. menti 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Non 2 Passer à la question 4.c.
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
4.b. Pouvez-vous me dire quelles ont été vos activités ? (Approfondir.) 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2
3 3 3 3 3 3 3 . 3 3 3 3
4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4
5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6
7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7
8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9
10 0 0 0 0 0 0 0 0 0 O
Ramasser les cartes, les mêler et les aligner sur la table. Enlever le carton.
7.a. Maintenant, regardez ces dix reproductions à nouveau; voyez-vous un motif
expliquant leur groupement ? (Approfondir.)
4.c. E t vos parents ? L’un d’eux s’est-il intéressé d e près à l’art, soit dans son
travail, s o i t à titre de violon d’Ingres ou d e passe-temps ?

Mère Père

oui 1 1
Non 2 2
Ne sait pas 3 3

Si oui, poser la question 4.d.

4.d. Quel genre d’activité artistique votre mère a-t-elle (votre père a-t-il) exercée ?
(Approfondir.)

Mère Père

7.b. Y a-t-il une reproduction en particulier -


ou davantage peut-Btre - qui ne
paraît pas aller avec les autres ou qui se distingue d’elles ?
Oui 1 Poser la question 7.c.
Non 2 Passerà la question 8.

7.c. Laquelle ou lesquelles ? I

1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10)

7.d. Pourquoi ? (Approfondir.)

- Fin d e la carte no 1
8.a. Si vous pouviez choisir l’un d e ces tableaux pour votre usage personnel
- il s’agirait bien entendu d’une reproduction en grandeur nature lequel -
Section B. Jeu principal Carte no 2 serait-ce ? (Une seule réponse.)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10)
Noter la lettre correspondant au jeu principal (Cf. première page) :Jeu principal no
~ _ _ _8.b. Pourquoi avez-vous choisi celui-là ? (Si la personne interrogée donne un motif
d’ordre général tel que “II me plait” ou “C’est celui que j e préfère”, approfondir
Je vais maintenant vous montrer une série de 10 cartes dont chacune est la reproduc-
pour obtenir les raisons précises.)
tion d’un tableau. II est probable qu’un grand nombre de ces œuvres vous sont
inconnues. Q u e cela ne vous gBne pas. Nous ne cherchons pas à vous soumettre
à une épreuve mais à connaître vos opinions.

Mêler les cartes d u jeu principal et les étaler devant la personne interrogée, en veillant
qu’aucune ne soif à l’envers ou en biais.

5.a. T o u t d’abord, avez-vous déjà vu un ou plusieurs de ces tableaux ?


Oui 1 Poser la question 5.b.
Non 2 Passer à la question 6.

5.b. Lesquels ? (Pour chaque reproduction citée entourer le numéro correspondanf


dans la colonne 5.b ci-dessous et poser la question 5.c.)

5.c. Où avez-vous déjà vu ce tableau ? (Pour chacun d‘enfre eux, noter les réponses
au tableau 5.c. La personne interrogée peut donner plus d’une réponse.) ~-
208
I 1 a 4
8.c. Et qu’en feriez-vous ? (Approfondir.) 13. Voulez-vous, en regardant ces dix reproductions, me dire pour quel motif
à votre avis elles ont été regroupées. (Approfondir.)

8.d. Si la personne inferrogée envisage d’accrocher ou d‘exposer le tableau, demander


où (salon, fumoir, bureau sur le lieu de travail, efc.), noter l’endroit ci-dessous
et demander ’%orquoi ?”

14.a. Veuillez indiquer la reproduction que vous préférez. (Une carte seulement.)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10)

14.6. Et maintenant celle que vous aimez le moins. (Une carte seulement.)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10)

Ramasser toutes les cartes de ce jeu et les empiler sur le côté.


Ramasser toutes les cartes du jeu principal et les empiler sur le côté.
Prendre les jeux, mêler les cartes de chacun d‘eux et les aligner sur la table pour former
quatre rangées au total. Veiller à ce que les jeux soienf bien séparés les uns des aufres.
S e c t i o n C. J e u x secondaires
15.a. Quelle série de reproductions préférez-vous en tant que telle ? (Noter ci-
dessous.)
Noter la lettre correspondant au premier jeu secondaire (Cf.première page) : No du
premier jeu secondaire
15.b. Et ensuite ? (Noter ci-dessous.)
L‘taler les cartes d u premier jeu secondaire sur la table et poser la question 9. 15.c. Et ensuite ? (Noter ci-dessous.)
9. Voulez-vous, en regardant ces dix reproductions, me dire pour quel motif
15.d. Quelle est enfin celle que vous aimez le moins ? (Nofer ci-dessous.)
1 votre avis elles ont été groupées. (Approfondir.)
Noter la lettre de chaque jeu:

15.a. Série préférée


15.b. Série placée
en seconde position
15.c. Série placée
en trois¡&“ position

15.d. Série la moins aimée -__.

Section D. R e n s e i g n e m e n t s d e base
16. Et maintenant, pour terminer, voulez-vous me dire combien votre famille
comporte de personnes, y compris vous-meme ?
10.a. Veuillez indiquer la reproduction que vous préférez. (Une carte seulement.) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 O ( I O O U plus)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10)
Remettre à la personne interrogée la carte imprimée no 3.
10.6. Et maintenant celle que vous aimez le moins. (Une carte seulement.)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10) 17. Auquel de ces groupes d’âge appartenez-vous ?
A. 15-19 1
Ramasser toutes les cartes de ce jeu et les empiler sur le côté. B. 20-24 2
C. 25-34 3
Noter la lettre correspondant au deuxième jeu secondaire (cf. première page): No du D. 35-44 4
deuxikme jeu secondaire: E. 45-54 5
F. 55 et plus 6
Étaler sur la table les cartes du deuxième jeu secondaire et poser la question I I . Refus 7

11. Voulez-vous, en regardant ces dix reproductions, me dire pour quel motif 18.a. Quelle est la profession du chef de famille, c’est-à-dire quel genre d’activité
à votre avis elles ont été groupées ? (Approfondir.) exerce-t-il ?

Si la personne interrogée n’est pas le chef de famille poser la question 18.b.

18.b. Et quelle est votre profession ? (Sil’enguêté est éfudiant, demande; l e a o m de


I‘établissement fréauenté. J

Remeffre à la personne inferrogée la carte imprimée no 4.

19. Dans laquelle de ces catégories le revenu annuel de votre famille se classe-
t-il ? Veuillez m’indiquer simplement la leitre correspondant à la catégorie en
question.
M. Moins de 3 O00 dollars 1
N. 3 000-5 999 dollars 2
12.a. Veuillez indiquer la reproduction que vous préférez. (Une carte seulement.) O. 6 000-8 999 dollars 3
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10) P. 9 000-11999 dollars 4
Q. 12 O00 dollars et plus 5
12.b. Et maintenant celle que vous aimez le moins. (Une carte seulemenf.) Refus 6
1 2 3 4 5 6 7 8 9 O(10) Ne sait pas 7

Ramasser foutes les cartes de ce jeu et les empiler sur le côté. 20. Sexe de la personne interrogée: Masculin 1
Féminin 2
Noter la lettre Correspondant au troisième jeu secondaire (Cf.première page) : No du
t r o i s i h e jeu secondaire: Note. Dans le cas d’un immeuble, choisir les étages dans l’ordre suivant:
26, 13, 24, 9,23, 3, 15,4, 22, 6, 21, 18, 17, 12, 19,16, 14, 5,27, 30, 28, 20, 29,7, 11, 8, 1,
t‘faler sur la fable les cartes du troisième jeu secondaire et poser la question 13. IO, 2, 25.

209
Annexe 2 Instructions relatives
à l’utilisation du questionnaire

Important : Vous ne devez interroger qu’une seule personne par abord dans quel sens il faut les regarder. Chaque carte
1 Lisez ces instructions entièrement, votre ques- ménage. Notez que vous ne devez pas repasser au même porte au dos un numéro inscrit de telle sorte que vous
tionnaire auprès de vous. endroit. puissiez le mettre dans le bon sens de la manière sui-
2 Employez toujours u n crayon, jamais d e s t y l o vante:
B b i l l e ni d e stylo. L’itinéraire à suivre Le dos de la carte étant face àvous, son numéro doit
3 Veillez a n’entourer q u e l e nombre exact corres- Vous trouverez sur votre feuille de route une liste de se trouver dans le coin inférieur gauche. Retournez
pondant a la réponse fournie a la question posée. points de départ. Chacun d’eux est une intersection alors la carte comme si c’était la page d’un livre et
4 Chaque question posée d o i t s’accompagner de rues. Vous devez commencer par la maison qui fait vous la verrez à l’endroit.
d’une réponse ou d’une explication q u i justifie le coin de l’intersection et suivre le chemin décrit sur
l’absence d e réponse. la feuille jaune contenue dans votre pochette et inti- Le melange des carfes
5 Les délais d o i v e n t être respectés. tulée “itinéraire choisi au hasard”. Sur cet itinéraire, A plusieurs reprises au cours de l’entretien vous devez
6 Si v o u s avez éte engagé pour collaborer B cette vous vous présenterez à une maison sur deux. Vous ne mêler les cartes d’un jeu. Veuillez le faire minutieuse-
étude, v o u s devez exécuter votre travail confor- reviendrez jamais sur vos pas. Evitez les immeubles de ment chaque fois qu’on vous le demande, mais aussi
m é m e n t a u x instructions recues; àdéfaut, votre bureaux, les usines, etc. discrètement que possible -vous pouvez par exemple
rétribution pourra être retenue. Vous ferez dix interviews par point de départ et douze ramasser les cartes de façon désordonnée. II ne faut pas
7 En cas de difficultés, mettez-vous immédiatement à partir du dernier d’entre eux. donnerà la personne interrogée le sentiment qu’elle est
e n rapport avec l e responsable des enquêtes. Nous vous avons indiqué des points de départ sup- soumise à une épreuve.
plémentaires, à utiliser, au besoin, en remplacement Cette étude n e vise pas B mesurer les connais-
des autres; veuillez noter cependant qu’il vous faut avoir sances d e la personne interrogée. Vous devez vous
Introduction un motif valable pour ce faire et qu’avant de substituer assurer que votre interlocuteur n’est pas dans I’état
II existe, dans la plupart des pays du monde, des musées un point à un autre, vous devez obtenir l’autorisation d’esprit de celui qui subit une épreuve ou qui se sent
et des galeries où les oeuvres d’art sont exposées à I’in- préalable du bureau. jugé. Veuillez lui expliquer que nous recueillons des
tention du grand public. D’innombrables livres d’art renseignements sur les opinions de la population et
se vendent chaque jour et l’on trouve des reproductions Immeubles qu’il n’existe ni bonne ni mauvaise réponse.
de tableaux dans bien des foyers. L’art est une discipline Les immeubles s o n t à traiter comme des pdtés de mai-
inscrite au programme de nombreuses écoles du monde sons. Une fois l’étage choisi, commencez â une extré- Feuilles d e contrôle
entier. mité du vestibule et sonnez, dans l’ordre, à un appar- Vous devez inscrire sur la feuille de contróle le résultat
Et pourtant, on ne sait que très peu de choses sur les tement sur deux en traversant chaque fois le vestibule. de chaque tentative faite pour interroger quelqu’un.
attitudes de l’homme de la rue à l’égard de l’art, sur la Nous avons précisé sur la dernière page du question- Si l’enquêté n’est pas anglophone, notez la langue qu’il
connaissance qu’il en a, sur l a manière dont il le juge naire l’ordre à suivre pour le choix des étages. II est parle. S’il refuse d’être interrogé, indiquez-en la raison.
ou sur les mots qu’il emploie pour en parler. essentiel que vous le respectiez. Notez que l’aveu d’une ignorance totale en matière d’art
Le Conseil international des musées (Unesco) ne constitue pas un motif valable, des connaissances
a commandé cette étude en vue de mieux connaître L e m o m e n t d e l’entretien dans ce domaine n‘étant pas requises pour l’étude.
les réactions du grand public ä I’égard de l’art. Cette Les entretiens doivent se dérouler les soirs des jours
enquête devrait fournir de nombreux renseignements à ouvrables et pendant la journée du samedi, afin que L’approfondissement des réponses a u x questions
tous ceux qui s’occupent de présenter les œuvres d’art les hommes et les femmes qui travaillent soient repré- ouvertes
au public - directeurs de galerie ou de musée, éduca- sentés dans I’échantillon. IIest très important d’approfondir au mieux les réponses
teurs, etc. Nous ne pouvons préciser combien de visites vous à toutes les questions ouvertes. Si ce travail est vrai-
L’enquête de Toronto est une étude pilote. Si elle est devez faire chaque fois que vous vous rendez sur le lieu ment bien fait, elles fourniront d’abondants renseigne-
fructueuse, elle sera renouvelée dans des villes de tous de l’enquête, mais nous vous demandons d’en assurer ments sur les attitudes et les opinions des gens en
les pays. Nous avons donc à la fois l’honneur d’être la le maximum ä chaque fois, afin de limiter l’importance matière d’art, sur leurs préférences, sur leurs critères
première société à mener une recherche de cette sorte des déplacements par entretien. Nous espérons que d’appréciation des œuvres d’art et sur le vocabulaire
et le devoir d’accomplir u n excellent travail. pour chaque déplacement vous pourrez faire en qu’ils emploient pour en parler. Sinon, ces questions
L’étude a été conçue avec beaucoup de soin afin moyenne deux interviews le soir et quatre le samedi. resteront sans utilité.
qu’elle réponde aux hautes exigences des spécialistes Bien entendu, si vous pouvez faire mieux, nous en Vous devez noter textuellement les mots utilisés par
de sciences sociales chargés de faire des recherches serons enchantés. les personnes interrogées pour répondre aux questions
et qu’elle puisse être refaite dans d’autres villes. Nos ouvertes. II ne faut pas corriger ni modifier la formula-
méthodes seront minutieusement examinées par des Les jeux d e reproductions tion. Nous voulons connaître les termes dont le public
experts; il importe donc au plus haut point de se con- Vous trouverez dans votre pochette 23 jeux de cartes se sert pour parler de l’art.
former strictement aux indications données dans le (désignés par les lettres A à W), comprenant chacun L’art étant un sujet plutót abstrait, il est tout à fait
questionnaire et dans les instructions. dix cartes (numérotées au dos de 1 àIO). Ce sonttoutes possible que les personnes interrogées éprouvent des
des reproductions de tableaux. Veuillez en prendre le dificultés à s’exprimer. II se peut alors qu’elles com-
Qui interroger plus grand soin: dans bien des cas, nous ne serions mencent par proférer de vagues généralités: “Ça ne
II faut interroger une personne de sexe masculin ou pas en mesure de les remplacer. veut rien dire, ce n’est qu’un fouillis”, etc. Des réponses
féminin âgée de quinze ans au moins le jour de I’entre- Vous utiliserez quatre de ces jeux par entretien - un de ce genre sont tout à fait inutiles si l’enquêteur n’in-
tien. II n’y a pas de quota concernant le sexe ou l’âge. jeu principal et trois jeux secondaires. Les questions siste pas. Vous devez obtenir de votre interlocuteur
En revanche, dans chaque ménage, il faudra choisir la 5 à 8 se rapportent au jeu principal, les questions 9 et 10 qu’il commente de façon précise et détaillée les carac-
personne à interroger selon la méthode ci-dessous. au premier jeu secondaire, les questions 11 et 12 au téristiques et les qualités particulières de l’oeuvre.
p La personne qui ouvre la porte doit indiquer le nom second et les questions 13 et 14 au troisième. Des réponses telles que “C’est joli”, etc., doivent être
de chaque membre du foyer âgé de quinze ans ou davan- Vous trouverez indiquées en haut de la première page approfondies: il s’agit de savoir ce qui plaît exactement,
tage, sa situation au sein de la famille, ainsi que la date du questionnaire les lettres correspondant au jeu à pourquoi et de quelle mani8re.
de son anniversaire (par exemple, John, chef de famille, employer dans un ordre que vous devez impérativement L’enquêté peut donner spontanément une réponse
13 novembre). La situation au sein du foyer doit toujours respecter. puis s’arrêter, même s’il a encore des choses 21 dire.
être définie par rapport au chef de famille (par exemple, Les questionnaires portent un numéro de code et Vous devez lui faire préciser sa pensée jusqu’au bout
fils du chef de famille, mère du chef de famille, etc.). doivent être remplis dans l’ordre numérique, c’est-à- à la fois pour vous assurer qu’il a dit tout ce qu’il pou-
II convient d’interroger la personne âgée d’au moins dire que vous devez commencer par celui qui est affecté vait exprimer et parce que votre insistance peut faire
quinze ans dont l’anniversaire suit de plus pres la date du numéro le plus bas pour terminer par celui qui a le naître de nouvelles réflexions.
de l’interview. Par exemple, si l’entretien a lieu le plus fort numéro (vous remplirez par exemple le ques- Veillez cependantà ne jamais suggérer ses réponses
18 octobre, vous choisirez la personne âgée d’au moins tionnaire numéro 53 en premier, puis le numéro 54, puis àvotre interlocuteur. Vous ne devez rien dire qui puisse
quinze ans qui sera la première àfêter son anniversaire le numéro 55 et ainsi de suite). l’influencer. De plus, vous devez vous efforcer d’être
à compter de ce jour. S’il n’est pas possible de I’inter- En montrant les cartes ä l a personne interrogée, vous aussi impassible que possible afin de ne pas agir sur
roger, vous devez demander à parler à la personne du devez veiller à ce qu’elle les voie bien à l’endroit. II y lui par les expressions de votre visage, le ton de votre
même sexe dont l’anniversaire vient ensuite, etc. a 29 reproductions dont on ne peut savoir de prime voix ou votre attitude.

Le questionnaire
Section A daires sont inscrites dans l’ordre àsuivre. Veuillez reco- sous le même toit. Déterminez la personne à interroger
pier ces lettres aux endroits prévus sur le question- en tenant compte des dates d’anniversaire selon la
La première page naire (p. 6, 9, 10 et 11) avant de commencer l’entretien. méthode décrite ci-dessus.
Les numéros de code figurant en haut de cette page Notez le numéro de la zone à l’endroit voulu dans le Remettez à votre interlocuteur la carte imprimée na 1
indiquent l’ordre dans lequel les questionnaires doivent cadre. pour commencer l’entretien.
être remplis (commencer par le questionnaire affecté
du numéro le plus faible et finir par celui qui porte le Choix de la personne interrogee Question I
numéro le plus élevé). Notez le nom, la situation au sein du foyer (par rapport Pour les écoles professionnelles ou techniques et les
La lettre correspondant au jeu principal y est notée; au chef de famille) et la date de l’anniversaire de toutes établissements d’enseignement postsecondaire, pré-
celles des premier, second et troisième jeux secon- les personnes figées d’au moins quinze ans et vivant cisez le nom et la nature de I’établissement.
210
Question 2 II doit placer chaque reproduction sur le carton à rai- Notez le numéro du premier jeu secondaire à l’endroit
Pour chaque degré de l’enseignement, déterminez si son d’une par case. S’il déclare que certaines lui plaisent prévu, étalez les cartes devant la personne interrogée
la personne interrogée a reçu un enseignement artis- au même degré, demandez-lui de faire un choix arbi- et posez les questions 9 et IO. Puis mettez le jeu de côté
tique dans le cadre du programme normal et appro- traire ou au hasard. et recommencez l’opération pour le deuxième et enfin
fondissez pour en obtenir une description complète. Une fois ce travail terminé, notez le rang de chaque pour le troisième jeu secondaire.
Toutes les activités d’ordre artistique nous intéressent: carte et ramassez-les en les mélangeant. Enlevez le
dessin, peinture, sculpture, collages, peinture murale, carton et alignez les cartes sur la table devant votre Questions 9, 11, 13
histoire de l’art, etc. Obtenez les détails les plus com- interlocuteur. Approfondissez pour obtenir une réponse complète
plets. et détaillée sur les motifs qui expliquent, selon votre
Question 7.a interlocuteur, le groupement des cartes considérées.
Question 3.a Les cartes de chaque jeu ont été réunies parce qu’elles Les remarques faites ci-dessus a propos de la question
Posez cette question à propos de la mère puis du père présentent certains traits communs. Vous devez appro- 7.a s’appliquent aussi aux questions 9, 11 et 13.
de l’enquêté. Notez le nom et la nature de tout établis- fondir avec le plus grand soin pour faire préciser à la
sement fréquenté au-delà du second degré. personne interrogée les motifs qui expliquentà son avis Questions IO.a, b; 12.a, b; 14.a, b
leur groupement. La personne interrogée doit choisir dans chaque jeu
Questions 3.b, c Si elle vous donne des réponses vagues, telles que secondaire la reproduction qu’elle préfère et celle qu’elle
Posez ces deux questions à propos de la mère de la “c’est tout embrouillé, tout mélangé”, ”c’est de l’art aime le moins.
personne interrogée puis à propos du père. Là encore, abstrait”, etc. vous devez insister pour découvrir ce
notez le nom et la nature de tout établissement fré- qu’elle entend exactement par là. Efforcez-vous de faire Question 15
quenté au-delà du second degré. préciser les qualités communes à toutes les œuvres, Après avoir mêlé les cartes de chacun des quatre jeux
telles que la couleur, la forme, le thème, la méthode tour à tour, alignez-les en quatre rangs devant votre
Questions 4.a, b de peinture, etc. interlocuteur. Celui-ci doit maintenant classer par ordre
II s’agit là de toute activité artistique menée en dehors de préférence ces quatre jeux considérés en tant que
de l’enseignement scolai e. Approfondissez pour Questions 7.b, c, d groupes, celui qu’il préfère, celui qu’il met en seconde
obtenir tous les détails. La personne interrogée peut penser que huit des dix position, celui qu’il met en troisième position et celui

, ) ’< At œuvres ont quelque chose en commun mais que deux qu’il aime le moins.
Remarque. Mettez les quatre jeux de cartes de côté

,5v
-d Questions 4 4 d
Les remarques faites ci-dessus à propos des questions
4 4 b s’appliquent aussi à ces deux questions. Insistez
pour obtenir autant de détails que possible sur les acti-
d’entre elles ne semblent pas aller avec les huit autres.
C’est le genre de chose qui nous intéresse. Notez que
vous ne devez pas poser votre question de façon ten-
dancieuse - votre interlocuteur ne doit pas avoir I’im-
avant de poser les questions d’information générale.

Section D. Renseignements de base


vités artistiques de la mère et du père de la personne pression que nous le soumettons à une épreuve en vue Question 16
interrogée. de déterminer s’il peut “trouver les œuvres qui sont Notez que la personne interrogée doit être comprise
différentes des autres”. Nous cherchons simplement dans le décompte.
Section B. Jeu principal à savoir si tel est le cas à son avis.
Question 17
Notez la lettre correspondant au jeu principal àl’endroit S’il le pense, obtenez des explications complètes et
prévu. Lisez la brève introduction à votre interlocuteur Pas de difficultés.
détaillées justifiant son opinion. Notez que ses motifs
et assurez-vous qu’il comprend qu’il n’est pas soumis doivent être exprimés sous la forme d’une comparaison: Question 18.a
à une épreuve. Mêlez les cartes discrètement et étalez- “Celles-ci ont telle qualité, celles-là ne l’ont pas.” Faites-vous bien préciser l a profession du chef de
les devant lui en veillant à ce qu’aucune ne soit à famille: quel genre de travail fait-il et pour quel genre
l’envers. Question 8 d’employeur ?
Nous entrons avec cette question dans le domaine de
Question 5 l’hypothèse: si I’enqugté pouvait choisir une bonne Question 18.b
Si aucune œuvre n’est familière à votre interlocuteur, reproduction en vraie grandeur de l’une des œuvres Si la personne interrogée est le chef de famille, passez
passez à la question 6. Dans le cas contraire, faites-lui de ce jeu, laquelle serait-ce ? Notez qu’il n’a droit qu’à directementà la question suivante. Dans le cas contraire
indiquer celles qu’il connalt et énumérer pour chacune un choix. faites-lui bien préciser sa profession (nature de son
d’elles tous les endroits où il se souvient l’avoir vue. Faites-lui préciser en détail toutes les raisons de ce activité et de la société qui l’emploie). Si vous avez
Entourez le chiffre voulu et précisez expressément les choix. affaire à un Btudiant ou à une étudiante, faites-lui indi-
endroits où elle a été vue en dehors de ceux qui sont Faites-lui indiquer ce qu’il ferait de la reproduction quer la nature et le nom de I’établissement fréquenté.
mentionnés sur le questionnaire. au cas où il envisagerait de l’accrocher au mur, faites-
lui dire où et pourquoi. Questions 19 et 20
Question 6 Remarque. Rassemblez les cartes du jeu principal en Pas de dificultés.
Après avoir remis à la personne interrogée la carte une pile que vous mettrez de côté.
imprimée no 2, lisez celle-ci à haute voix pendant que NOUS VOUS REMERCIONS DE VOTRE
votre interlocuteur suit sur son exemplaire. Ne com- Section C. J e u x secondaires CONCOURS. NOUS ESPERONS QUE
mencez pas à lui faire classer les cartes avant d’être stir Remarque. Dans cette partie de l’entretien, vous poserez VO-US T R O U V E R E Z C E T T E É T U D E
qu’il a bien compris la marche à suivre. des questions sur les trois jeux de cartes secondaires. I N T E R E S S A N T E ET E N R I C H I S S A N T E

211
Lenin Museums in the Soviet Union

The name of Vladimir Lenin, the founder of the Soviet State cannot be alienated by Anatoli Tarasenko
from the social life of Russia, its history and the peoples of many countries of the
world.
Soviet people carefully maintain the almost 400 memorable sites linked with Lenin’s
life in Ulyanovsk, Kazan, Icuibyshev (Siberia), Leningrad and Moscow. Memorial
museums have been established in those dwellings and flats where Lenin lived or
stayed temporarily. In MOSCOW, -
there is the 3 3-year-old 17. I. Lenin Central Museum.l
-
T&UiyoucÆ /msezwz. Vladimir Ulyanov (so called Lenin) was born on 2 2 April
1870 111 the c?; ofsimbirsk (now Ulyanovsk), spread out on rising ground between
the rivers Volga and Sviyaga.
The Ulyanovs lived in Simbirsk from 1869 to 1887. In 1878 the Ulyanovs came to
live in a house in Mosliovskaya Street (now j 8 Lenin Street). In 1923 this house was
turned into the Lenin Historical Revolutionary Museum. As a memorial the dwelling
was restored as indicated by Lenin’s family (fig. I, 2). On 7 November 1929 the
house-museum was~officiallyopened. Since then visitors have been flocking here from
different parts of the Soviet Union and from many countries of the world. On some
days the visiting crowds exceed 3,000.
The visitor first of all enters the so-called portrait room, overhung with pictures of
members of the Ulyanov familgr, relatives and close companions. A semi-dark ante-
room leads to a modestly furnished sitting-room: a couch, arms-chairs, an oval table
and ancient piano.
Visitors then enter the study of Ilya Ulyanov, Lenin’s father, who did so much to
promote public education in the Simbirsk province. The room occupied by Maria
Alexandrovna, Lenin’s mother, can be reached through the portrait room and a small
corridor. Here we see an ordinary iron bedstead, a small table with knitting and
books-Tolstoy’s V a r and Peace, the works of Turgenyetr and Nekrasov, and also
Shakespeare, Schiller, Goethe and Victor Hugo in English, German and French. Next
to the mother’s room is that of the maid.
In the attics lived the children. The elder Anne, Alexander and Vladimir had sep-
arate quarters. The younger Olga, Dmitri and Maria occupied the children’s room
which contains three beds, a table and chairs, with simple toys on the floor. Vladimir
Ulyanov’s room is situated on the eastern side with its sole window overlooking the
vard. Against the window-sill are two twisted chairs and a small table. The iron bed
is spread with a white fabric coverlet. On the wall is a home-made bookshelf with
the works of Pushkin, Griboyedov, Lermontov, Saltykov-Schedrin, Tolstoy,
Homer’s OnJssg~,Paitztihgs of Anciext Greece by W. Wagner and books by Reclus.
On the table lie his school progress card, certificates for meritorious work and
conduct, the book L$e of Eztropeaiz Nations-presented by the school administration
for exemplary studies in the fourth form, a school-leaving certificate with honour
and gold medal and an excellent testimonial received on finishing school.
The exhibits include a small farmstead-a yard and orchard.

The Me//zoridrll.”w-V. I. Leniti’s place o f exìle itz Siberia. Vladimir Lenin was exiled
to Siberia in 1897 after fourteen months of solitary confinement in St. Petersburg
prison (today Leningrad).
Lenin lived almost three years in his place of banishment at Shushenskope, a village
in the I<rasnoyarsk territory.
Today, Shushenskoye is a big construction site, but in the village’s memorial zone I. See rTliiJ.erltn,Vol. XVI, No. I, 1963, p. 30-
everything is being restored as it was at the end of the 19th century. This zone includes 3’.
two small residences where “political exile” Vladimir Ulyanov was qüartered.
The first abode of Vladimir Ilyich was the home of Zyryanov, a peasant. Facing the 213
I. MUZEYY, I. LENINA,Oulianovsk. The
dining-room where the family gathered, not
only for their meals, but to discuss the materials
of the next issue of the family magazine
S1tbbofnbk.
I. La salle à manger où se rkunissait la famille,
non seulement pour les repas, mais aussi pour
des discussions et entretiens au sujet des articles
à paraître dans le journal familial Soubbol’nik.

windows was wasteland with not a single blade of grass. Around the house were
barns, granaries, a well with a sweep. The room which Lenin occupied has been
restored in its former appearance-a wooden bed, four home-made chairs and book-
shelf.
His next residence was in the nearby home of Petrova (fig. j),a peasant woman.
When Lenin lived there with his wife and her mother, the landlady occupied one half
of the house and the Ulyanovs the other three rooms. The kitchen had a huge Russian
stove and a modest variety of rural kitchen ware. In an adjacent room was a cupboard,
a table standing before a boarded divan, and chairs. There Lenin talked with the
peasants who often came to him for advice or for legal assistance.
In a corner of the third room stood a small desk, which was Lenin’s writing-table.
During his years of exile here Lenin had written over thirty works.

Lenitgrad, the m w e m cio. Leningrad is, after MOSCOW, the Soviet LTnion’s leading
industrial, cultural and scientific centre. Lenin’s life and revolutionary activity are
indivisibly linked with this city (fig. 4).
The Leningrad branch of the Lenin Central - Museum, opened in the Marble Palace
on the bank of the Neva in I y 37, exhibits documents, Lenin’s manuscripts and per-
sonal belongings.

I . MUZEYV. I. LENINA,Oulianovsk. A part


of the sitting-room. The open door leads to the
study of Ilya Nikolayevich, Lenin’s father.
I . Un coin du salon. La porte ouverte conduit
au cabinet de travail du pkre de Ltnine, Ilia
Nikolatvitch.
Today there are seven Lenin museums in Leningrad and some z j o memorial sites. 3. DOAI MLIZEY V. I. LENINA, Chouchenskoie.
____

The-house of l’etrova, a peasant woman, where


Altogether eighty-seven Lenin monuments rise in the city’s parks and squares, on Lenin and N. ICrupskaya lived.
the grounds of mills and factories. 3 . Maison de la paysanne Pitrova, où vécurent
In the populated localities of Repino, Vyborg, Razliv and the Ilyichev village, Lenin LCnine et N. Kroupskaïa.
met with Bolsheviks working underground, sought refuge from persecution by the
provisional government of the bozlrgeoisie, and engaged in intensive political and
literary activity. Four more memorial museums have been established in these
places.
Particularly noteworthy are the memorial sites in the area of the station Razliv (30
kilometres north-west of Leningrad). Here stood the house of Emelyanov, a factory
worker, and right opposite a wooden barn in the attic of which Lenin spent several
days. Soon with the help of the host of the house Lenin was taken in a boat across
Lake Razliv to an out-of-the-way hay-mowing zone (fig. 1). On the rented sector a
hut was built of twigs and hay, and in a few days a haystack with space inside was
added to it which provided “living quarters” for the mowers.
This was Lenin’s “green” study. In the thick brushwood Emelyanov cleared a strip
of land, placed two blocks there, one of which served as a table and the other a chair.
In this ‘(study” Lenin penned a number of Party documents and articles.
Now, in this glade rises a granite monument in the form of a hut.

J. DoAr MUZEYV. I. LENINA,LFningrad.


F l a t f i e r e Lenin lived in hiding in 1917.
4 . Appartement où habita Lénine en 1917 dans
la clandestiniti.
Lemk ilr Moscow. The last few years of Lenin’s life and activity were spent in Moscow.
In the capital and its outskirts there are roughly I jo buildings where Lenin had been
at different times.
-
His Kremlin apartment has also been turned into a memorial musexm (fig. 6,7).
It has three living-rooms and a dining-room. They were occupied by Lenin, his
wife-Nadeahda IGxpskaya-his younger sister Maria and a woman who helped
with the chores. Everything has been preserved as during Lenin’s lifetime. Everything
is simple, modest and unassuming.

The V.I. Lem% Mernorial zl.lzsezm a t G&. Thirty-five kilometres outside Moscow
(fig. S), this museum was opened to visitors in 1949. Here Lenin lived for two
J. CENTRALNYI MUZEYV. I. LENINA,M &
Branch inRazl;iv. Theboatwhich took and a half years between 1918 and 1924. He died there on Z I January 1924.
Lenin across Lake Razliv. The rooms are just as they were under Lenin. The exhibits recreate the conditions
J . Annexe du musée à Razliv. Le canot qu’em- in which he lived and worked (fig. 9-11).
prunta Lénine pour traverser le lac de Razliv.
The Lenin museums in the U.S.S.R. are world famous. Annually some 5-6 million
Soviet and foreign tourists visit them.
In all the memorial houses and apartment-museums special measures are taken to
preserve and restore the exhibits. When necessary the memorial sites undergo capital
repairs.
In 1967 the xqoden
P--_-
house in Icaza: which in 1888-1889 gave shelter to Lenin and
his family was fully restored (fig. 12). This 80-year old house was in a poor state.
The restoration experts took the house apart, treated the wood with a special chemical
composition to make it fire-resistant, to ensure it against damage by water, and wind,
and prevent it from rotting. The foundations have also been reinforced. During its
reassembly care was taken not to change the external and internal appearance of the
house. A coach-house attached to its side now contains a lecture hall, maintenance
rooms and a spacious hall for documentary expositions.
What particularly worries the museologists is how to preserve Lenin’s genuine be-
longings that are on display at the museums or in storage. It is now possible to say
confidently that the special show-cases and containers have successfully solved this
problem.
By the joint effort of museologists, research institutions and industrial enterprises,
a technique has been evolved for the manufacture of a special glass that neutralizes
the destructive ultra-violet rays. They have constructed cases filled with inert gas-
nitrogen or argon. Special apparatuses have been developed to regulate humidity and
temperature.
A hermetic chamber on a support of twin glass walls has also been devised. The
6. CABINET I KAVARTIRA V. I. LENIN
LE,Riloscú. N. Krupskaya’s room.
6. Chambre de N. Kroupskaïa.

216
inventors have applied a simple arrangement, permitting the air from the case to be
ejected by means of argon. Via a tube which serves at the same time as a support for
exhibits, the argon is fed under pressure to the upper section of the chamber’s cap and
little by little ejects the air through the lower opening. The machine part has a damping
arrangement-a compensator which enables the show-caseto “breathe” and whichpro-
tects its glass cap from destruction by variations in atmospheric pressure. There is also
a reservoir with a solution of bichromate sodium which secures a constant humidity
within permissible ranges. Similar principles are applied in the manufacture of stain-
less steel cases for the preservation of Lenin’s personal. objects.
The Lenin museums are staffed with highly qualified personnel who review the
exhibits for visitors, describe the material characterizing definite periods in Lenin’s
life and work, and read lectures on the history of the revolutionary movement in
Russia.
Special lectures and talks on the sources and history of the Lenin documents are
arranged for higher school teachers and students, as well as for pupils and school-
masters, for factory workers and collective farmers. Group and individual consulta-
tions are organized on request. The museum staff write scientific and informative
articles for the press, publish in large issues exhibition guides, booklets, albums and
scientific papers. Films are produced about each museum and tape-recordings made
for radio and television. In the museum halls painters and sculptors work on Lenin
themes.
Much is being done outside the museums. Mobile exhibitions in factories, villages
and on construction sites are now a regular feature. The museum staff members give
lectures, arrange seminars and show documentary films about Lenin.
The U.S.S.R. is a vast country with many historical monuments and memorial sites.
The Soviet people revere particularly the places linked with the life and work of
Vladimir Lenin.

Les musées Lénine en Union soviétique

Le nom de Lénine, fondateur de l’atat soviétique, est inséparable de la vie sociale de par Anatoli Tarassenko
la Russie, de son histoire et de celle des peuples de nombreux pays.
Les Soviétiques veillent pieusement sur les quelque 400 hauts lieux qui évoquent
les séjours de Lénine à Oulianovsk, Kazan, Kouïbychev, Leningrad, Moscou et en
Sibérie. Des musées ont été créés dans les habitations où il a vécu, où il est passé. A
MOSCOU, le Musée central Lénine 1 est ouvert depuis trente-trois ans déjà.

Le m d e d’OztLz¿z“5. Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine, est né le 2 2 avril 1870 à


Simbirsk (aujxhuisOulianovsk), ville située sur une hauteur entre la Volga et la
Sviaga. I

La famille Qul&n$a vécu à Simbirsk de 1869 à 1887. Elle s’est instalIée en 1878
dans une maison de\la rue de Moscou (c’est aujourd‘hui le 5 8, rue Lénine), où a été
inauguré en 1923 un musée Lénine d’histoire de la révolution. Cette demeure, consi-
dérée comme un monument commémoratif, a été restaurée par la suite sous la sur-
veillance de la famille de Lénine (fig. I , 2), et, le 7 novembre 1929, la maison-musée
a été officiellement ouverte au public. Depuis lors, on y vient en pèlerinage de toute I;\
l’Union soviétique et de l’étranger. Certains jours, plus de trois mille visites sont
enregistrées. I.
’&r”TP”
Voir MziseiNn, vol. XVI, no I,
A l’entrée de la maison, se trouve la chambre dite des portraits : des photos repré-
sentant des membres de la famille Oulianov, des parents et des proches, sont accro-
chées aux murs.
7. CABINETI KAVARTIR * lr. 1. L m - ” v. Une antichambre sombre conduit à la salle de séjour, modestement meublée d‘un
KREMLE, Moscú. Lenin’s writing-table.
divan, de fauteuils, d’une table ovale et d’un vieux piano. Vient ensuite le bureau du
7. Le bureau de Lénine.
père de Lénine, Ilia Oulianov, qui a tant fait pour l’instruction publique dans la
province de Simbirsk. En repassant par la première pièce, puis en suivant un petit
corridor, on arrive dans la chambre de Maria Alexandrovna, la mère de Lénine. Un
lit de fer, une table avec un ouvrage de tricot et des livres : Gz4ert-e etpaix de Tolstoï ;
les œuvres de Tourgueniev, de Nekrassov, et aussi celles de Shakespeare, Schiller,
Goethe et Hugo dans leur langue originelle. A còté de la chambre de la mère de
Lénine se trouve la pièce de la servante. Les enfants vivaient à l’étage supérieur. Les
aînés, Anna, Alexandre et Vladimir avaient chacun leur chambre ; les plus petits,
Olga, Dmitri et Maria occupaient une chambre commune où l’on voit trois lits, une
table, des chaises et, par terre, des jouets. La chambre de Vladimir Ilitch Oulianov se
trouve à l’est ; son unique fenêtre donne sur la cour. Devant elle, une petite table en
bois et deux chaises cannées ;le lit de fer est recouvert de tissu. Au mur est une étagère
de sa propre fabrication, supportant des livres : les œuvres de Pouchkine, Griboiedov,
Lermontov, Saltykov-Chtchedrine, L. Tolstoï, l’O&ssée d’Homère, les Tableatm de la
Grèce ancienne de Wagner, des livres de Reclus. Sur la table un carnet de notes d’école,
des certificats de bonne conduite et de bon travail, le livre L a vie despezdples d’Ez/rope,
donné comme prix à Lénine en quatrième, son certificat de fin d‘études secondaires
portant la mention “ excellent”, une médaille d‘or et un très élogieux diplòme.
Une cour et un jardin font partie de la maison.

LAfztsée corfznzémoratif
4-,-
“Exil sibérien de Létilae”. Lénine
- --
a été déporté en Sibérie en
1897, apres qÜaiorze möis ?Te détention en cellule dans une prison de Saint-Péters-
bourg (aujourd‘hui Leningrad). I1 est resté presque trois ans en exil à Chouchenskoïé,
dans le territoire de Krasnoïarsk.
Aujourd‘hui, Chouchenskoïé comprend beaucoup de constructions modernes, mais
la zone du village où Lénine a vécu a été restaurée de manière à lui redonner l’aspect
qu’elle avait à la fin du X I X ~siècle. On y voit les deus dans lesquelles
logea le “déporté politique” Vladimir Oulianov.
La première appartenait à un paysan, Zyrianov.
brin d‘herbe. Autour, des remises, des granges,
8. MUZEY V. I. LENINA,Gorki. The house and
occupée par Lénine, on a reconstituéle
I---c
mobilier de l’époque : un lit de bois, quatre garden Lenin lived.
chaises de fabrication artisanale et des étagères
- à livres. 8. Vue de la maison et du DarC oh vicut Lénine.
La deuxième habitation se trouve non loin de là : c’était la maison d’une paysanne,
Pétrova (fig. 3). Lorsque Vladimir Ilitch y vivait avec sa femme et sa mère, la logeuse
occupait une moitié de la maison, les Oulianov la deuxième (trois pièces). Dans la
cuisine, on voit un grand poêle russe et la vaisselle grossière des paysans d‘alors. La
pièce suivante contient un bahut, une table placée devant une banquette et des chaises.
C‘est là que Lénine s’entretenait avec les paysans qui venaient souvent lui demander
des conseils pratiques ou des avis sur des questions juridiques.
Dans un coin de la troisième chambre, le petit pupitre qui servait de bureau à
Lénine : il y a écrit plus de trente œuvres pendant sa déportation.

Le&,qrad, /a vi//t-mde. Après Moscou, Leningrad est le deuxième grand centre


industriel, culturel et scientifique de l’Union soviétique. Chaque pierre y évoque la
vie de Lénine et ses activités révolutionnaires (fig. 4).
En 1937,la filiale de Leningrad du Musée central Lénine a été ouverte dans le
Palais de marbre, sur les bords de la Néva; 09peut y voir des documents, des manus-
/
crits de Lénine et des objets personnels.
I1 y a aujourd’hui sept musées Lénifie à Leningrad et près de z j o lieux évoquant le
souvenir de Lénine. Quatre-vingt-sept monuments à la gloire de Lénine se dressent
sur les places et dans les parcs de la ville, ainsi que dans des usines. Des dizaines
d’entreprises, de clubs, d’établissements d‘enseignement supérieur portent le nom de
Lénine.
Près de Leningrad, dans les agglomérations de Repino, Vyborg, Razliv, et dans le
village Ilitchevo, Lénine rencontra des bolcheviks vivant dans la clandestinité ; à
l’abri des poursuites du gouvernement provisoire, il s’y adonna à d’intenses travaux
politiques et littéraires. Un musée commémoratif a été établi dans chacune de ces
localités.
Près de Ratliv, à 30 kilomètres au nord-ouest de Leningrad, se trouve un lieu parti-
culièrement intéressant. Lénine vécut plusieurs jours dans le grenier d’une remise
en planches faisant face à la maison d’un ouvrier, Emelianov. Ensuite, avec l’aide du
maître de maison, il traversa le lac de Razliv ; dans un pré assez reculé (fig. J ) se 219
trouvait une hutte de branches à laquelle on adjoignit, un peu plus tard, une de ces
meules de foin où l‘on pratique un espace libre pour les faucheurs.
Lénine avait là son ‘‘cabinet de verdure”. Emelianov défricha une partie de l’épais
fourré, y plasa deux billots, l’un servant de siège, l’autre de table. Dans ce cccabinety’
Lénine écrivit plusieurs documents et articles.
Aujourd’hui, un monument de granit en forme de hutte se dresse dans cette
clairière.

Lélaitze 2 Mascoti. C‘est à Moscou que Lénine a vécu et travaillé pendant les dernières
années de sa vie. On compte, dans la capitale et ses environs, quelque I j o lieux où
Lénine est venu à diverses époques.
L’appartement de Lénine au kremlin est devenu un musée (fig. 6,7).I1 comprend
trois pièces et unxalle à manger.
- Lénine y a vécu avec sa femme, Nad.ejda Kroups-
kaïa, sa sœur cadette Maria, et une femme qui aidait au ménage. Rien n’a changé
depuis lors : tout est simple, modeste, sans prétention.
9 . MUZEYV. I. LENINA,G e . The winter
garaen. Le illz,i.decoiwzémorLztifL é x h e d Gorki (fig. 8). Dans cette maison, située à 3 kilomètres
c

9 . Le jardin d‘hiver. de MOSCOU, un musée a été ouvert au public en 1949. Lénine a passé là deux ans et
demi, entre 1918 et 1924. I1 y est mort le 21 janvier 1924.
Les pièces ont été conservées, dans le moindre détail, telles qu’elles étaient du
temps de Lénine. On a reconstitué exactement les conditions dans lesquelles il y a
vécu (fig. 9, IO, II).

Les musées Lénine de l’URSS ont une renommée mondiale : cinq à six millions de
Soviétiques et d‘étrangers les visitent chaque année.
Partout, des mesures rigoureuses sont prises pour conserver les objets, les travaux

IO. MUZEY V. I. LENINA,Gorki. Lenin’s writ-


ing-table in his study.
I o. La table de travail de Ltnine dans son
b U r eau.

220
de restauration nécessaires sont menés à bien. Lorsque c'est nécessaire, on procède à
des réparations importantes.
--
En 1967, on a entièrement restauré la maison de bois de Kazan, qui, en 1888-1889,
accueillit Lénine et sa famille (fig. 12). Cette maison s'était beaucoup détériorée en
quatre-vingts ans. Les restaurateurs l'ont démontée et ont imprégné le bois d'une subs-
tance spéciale résistant au feu, à l'eau, au vent et à la putréfaction. On a renforcé les
fondations, puis remonté la maison rigoureusement comme avant, à l'intérieur comme
à l'extérieur. Dans la remise en bois qui abritait les voitures et qui est adossée à la mai-
son, on a aménagé une salle de conférences, des ateliers, une grande salle d'exposition
documentaire.
La c o n s a o n des objets ayant appartenu à Lénine, qui sont exposés ou placés
II. MUZEYV. I. LENINA, Gorki. The dining-
dans les magasins de réserve, a beaucoup préoccupé les conservateurs de musées. On room.
peut dire avec certltude que ce problème est à présent résolu grâce à des armoires et II. La salle i manger.
des vitrines spéciales.
Des instituts de recherche et des entreprises industrielles, en collaboration avec les
spécialistes des musées, ont m i s au point un verre qui neutr;llisp ~ P Geqwmxd&z
violets destructeurs. Ils ont construit aussi des armoires qu'on remplit d'un gaz inerte
(a2ote ou argonj-es appareils ont été fabriqués pour régulariser l'humidité et la

a
température.
Autre invention utile : une sorte de c ambre hermétique posée sur un support
soutenu par deux cloisons de verre. Un dispositif très simple permet d'évacuer l'air
avec de l'argon. Un tube qui sert en même temps de support à des objets amène
l'argon sous pression dans la partie supérieure de la cloche et fait sortir peu àpeu l'air
par l'orifice inférieur. L'appareil est muni d'un amortisseur qui permet à la cloche
de verre de c'respireryy,et qui protège le verre de la destruction sous l'effet des
écarts de pression atmosphérique. On y a placé également un réservoir contenant
une solution de bichromate de sodium, qui assure le maintien du taux d'humidité
convenable. Le même principe a été appliqué pour fabriquer des a r z i r e s d'acier
inoxydable où sont conservées des affaires personnelles de Lénine.
Dans tous les musées consacrés à Lénine, un personnel sp-écialisé fournit des expli-
cations détaillées sur les objets exposés correspondant aux différentes période de la vie
de Lénine, et fait des conférences sur l'histoire du mouvement révolutionnaire en
Russie.
Des conférences et des causeries sur les sources et l'historiographie des documents
de Lénine ont lieu à l'intention des enseignants et des étudiants, des instituteurs et
des écoliers, des ouvriers et des kolkhoziens. Des consultations en groupe ou à titre
individuel sont organisées sur demande. Le personnel des musées écrit pour la presse
des articles scientifiques et d'information, publie àfort tirage des guides, des dépliants,
des albums et des textes scientifiques: Chaque musée fait l'objet de films et d'enregis-
trements pour la radio et la télévision. Dans les salles, peintres et sculpteurs créent 12. Dohr MUZEYV. I. LENINA,
Kazan. Thehouse,
7

des œuvres consacrées à Lénine. after restoration.


12. La maison restaUrCe.
Un grand travail est également fait en dehors des musées. On organise régulière-
ment des expositions itin-es dans les entreprises, les villages, sur les chantiers de
construction. Le personnel des musées fait des conférences, organise des séminaires,
projette des documentaires sur Lénine.
Parmi les nombreux monuments et hauts lieux qui se trouvent sur l'immense terri-
toire de l'URSS, ceux consacrés à Lénine font l'objet d'une vénération toute par-
ticulière.

221
Art education room in the National Museum of Cuba,
- -
Havana

In March 1968, a room specially prepared for children and for visitors of a poor cul-
tural standard was opened in the National Museum. The museum’s Educational
Department regarded an exhibition of this kind as a further necessary experiment in
order to reach a public untutored in matters of art. Previously, special courses had
been organized for specific groups of workers, but the results were not quite as encou-
raging as had been hoped, since experience showed that lectures are not sufficiently
attractive. In the case of children, confronting them with a series of pictures, without
any preliminary explanation, in most cases completely failed to produce results.
Classes in art practice proved successful in training the children, but not the best way
to encourage them to go on to visit the galleries. Some more direct means was needed
to familiarize so many-sided a public with the plastic and graphic arts and arouse in
it a modicum of interest.
What are styles ? How should a piece of sculpture beappreciated? What is the role of
an industrial designer ? What is a museum ? Such were some of the many questions to
which the room must give an answer; and the fundamental problems to be overcome
were: how the answers could be fitted into a small room which should be attractive,
the selection of the most appropriate exhibits, the texts to accompany them, and
above all the level of the display as a whole.
After some months of preparation the results obtained could not at any time be
regarded as final, but constituted so much experience, likely to lead to something
better, or even to a complete change in the case of failure.
The room (fig. 13) is divided into four sections. The first one, very succinctly,
explains the various types of museums, and in particular the purpose of museums
devoted to the plastic and graphic arts; the difference between an original and a repro-
duction and the various uses to which the latter are put. (fig. 14).The second section
is intended to show the wide range of these arts by exhibiting some examples of archi-
tecture, sculpture (fig. IJ), painting, glassware, mosaics, furniture, ceramics, gold
and silver ware, enamel ware, iron work, posters, photography, industrial design
(fig. 16). In each case emphasis is placed on how to appreciate the works, painting in
particular, since it is the art best represented in the National Museum.
The third section is more directly concerned with formal appreciation, through the
analysis of the different elements of the picture: line, composition, colour, tone, vol-
ume and texture (fig. 17).This is carried still further in the fourth section, in which

13. MUSEONAG[ONAL DE CUBA,Habana. En-


tra nce to the art education room.
14. Entrée de la salle didactique.

222
"-7
I,¿. MUSEONACIONAL DE CUBA,Habana. In
- *
the background, display panels in the first
i section, esplaining the nature of a museum,
1 reproductions and originals; on the right, a
display of architecture as a preliminary to the
I second section: the arts.
14. Au fond, panneaux de la premikre section
expliquant ce qu'est un muste, cc que sont les
reproductions, ce qu'est un original. A droite,
exposition d'architecture, debut de la seconde
section: les arts.

works by Cuban artists are exhibited, so that the public itself can appreciate the use I/. M U S E O NACIONALDE CUBA, Habana.
made of various elements of design in the works (fig. IS). Second section: sculpture display.
r j . DeuxiPme section : exposition de sculpture.
Although- the exhibition can be visited without a guide,
- owing - to the explanatory
texts on each display panel, it is found preferable to have a guide, so as to get closer
to the cultural level of the visitors. The works and photographs on show were also
selected with care, not only so as to illustrate the leading ideas, but also to make it
possible to go further into more complex aspects. For example, in the painting section
four pictures are shown which have a similar theme but belong to different centuries.
The main idea to force home is that what is primarily important is not the theme but
the manner in which it has been formally expressed. If the level of culture is very low,
the guide must not go beyond this basic notion, but if it is high he might even venture
to talk of the styles or the social factors influencing the work, etc. In the same way, the
section showing ceramics, gold and silver ware, enamel ware and furniture is used to
eqlain that though these are now museum pieces, they were once used by men in
their daily lives; but it is also possible to discuss each exhibit in greater detail and
speak of techniques, styles, etc.
The setting is that of a temporary exhibition, given the experimental nature of the
room. This is done by using display panels, set out in hexagons, including an area,
which is the most complex, for analysing the elements of the exhibits and which can
be taken apart. This section consists of a picture and four panes of glass of the same
size as the picture. The way in which the artist has applied the elements of design in
his picture is analysed on each pane of glass; the first reproducing the basic line, the
second the composition, the third the colours and shades as a demonstration of tone,
and finally, the volume, with the various planes coloured, and texture, with the areas
shown in isolation. The picture is set behind the glass panes, and in this way it is pos-
sible to compare what is on the glass by superimposing it on the finished picture.
In nine months 17,000 visitors of all levels of education have visited the room.
The experiment has already proved worth while and steps are being taken to open
new art education rooms in other Cuban museums, while the one in the National
Museum is to be redesigned with some necessary changes. Plans are also being pre-
pared to give the National Museum some small art education rooms as an introduc-
tion to the permanent galleries, and a very simple travelling exhibition for education
in art has been sent to outlying rural areas. z23
La salle didactique du Musée national de Cuba,
La Havane

En mars 1968, le Musée national a inauguré une salle destinée spécialement aux enfants
et au public de niveau culturel peu élevé. La nécessité d'une telle exposition est appa-
rue au département pédagogique du musée, qui y a vu une expérience de plus pour
atteindre le public non initié en matière artistique. Antérieurement, on avait organisé
des cou-éciaux pour des groupes de travailleurs déterminés mais les résultats
n'avaient pas été aussi positifs qu'on l'espérait, l'expérience ayant montré que les
exposés oraux ne sont pas assez attrayants. Quant aux enfants, les mettre devant une

+
collection de tableaux sans avoir au préalable suscité en eux la motivation nécessaire
va le plus souvent à l'encontre de l'objectif visé. Les cours de créati n a m sont
eficaces en ce qui concerne la formation de l'enfant, ais ils ne constituent pas le
meilleur moyen de l'amener à visiter les musées. I1 fallait donc trouver un moyen
plus direct pour stimuler l'intérêt d'un public si complexe envers les arts plastiques.
Qu'est-ce que les styles? Comment apprécier une sculpture? Quel rôle joue le
dessinateur industriel? Qu'est-ce qu'un musée ?. .. Nombreuses étaient les questions
auxquelles la salle didactique devait répondre ; les principaux problèmes à résoudre
concernaient la manière de présenter ces réponses dans un petit local qui soit attrayant,
le choix des objets à exposer, le texte qui devait les accompagner et, surtout, le niveau
de l'exposition dans son ensemble.
Après plusieurs mois de préparation, on est parvenu à un résultat qui est apparu non
pas comme définitif, mais comme une solution expérimentale susceptible d'être amé-
liorée, voire d'être remplacée par une formule entièrement différente au cas où elle
ne donnerait pas satisfaction.
La salle (fig. 13) comprend quatre sections. La première -très petite - est consa-
crée aux questions suivantes : les différents types de musées et, plus particulièrement,
la fonction des musées d'arts plastiques ; la Uérence entre un original et une repro-
duction ;les divers usages des reproductions (fig. 14). La deuxième section est desti-
née à montrer l'ampleur du domaiES¿s arts plastiques, illustré par certaines de ses
manifestations : architecture, sculpture (fig. ZJ), peinture, vitrail, mosaïque, meuble,
céramique, orfèvrerie, émaux, ferronnerie, affiche, photographie, dessin industriel
(fig. 16). Dans chaque cas, on insiste sur la fason d'apprécier les œuvres, notamment les
tableaux, la peinture étant l'art qui est le plus largement représenté au Musée national.
La troisième section est consacrée plus directement à l'appréciation de la forme,
grâce à l'analyse des divers éléments du tableau : ligne, masse, couleur, ton, olume et

**'
composition (fig. 17).Elle est complétée par la dernière section, o sont expo-
sées des œuvres d'artistes cubains dans lesquelles le public doit déter ner lui-même
comment les éléments picturaux ont été utilisés (fig. 18).
Bien que l'exposition puisse être visitée sans guide grâce aux teGes explicatifs
figurant sur chaque panneau, on a jugé préférable d'organiser des v i s i t e s a e e s afin

16. ~ ~ U S ENACIONAL
O DE CUBA, Habana.
Second section: in the background, display of
photography; left, panel devoted to industrial
design.
16. Deuxitme section : au fond, exposition de
photographie ; à gauche, panneau consacré au
dessin industriel.
17 MUSEONACIONAL DE CURA, Habana. Third
section: panels showing the elements of form
and glass panels which permit the analysis
of the work of art from the point of view
of its form.
17.Troisilme section : panneaux montrant les
éléments de la forme, vitraux permettant d'ana-
lyser l'œuvre du point de vue de la forme.

que les commentaires soient mieux adaptés au niveau d'instruction du visiteur. Les 18. MUSEONACIONALDE CUBA, Habana.
Fourth section: exhibition of Cuban paintings
œuvres et les photographies expostes sont également choisies avec soin, en vue non shelving how elements of form are
seulement d'illustrer les idées principales, mais aussi de révéler d'autres aspects plus Quatrilme section : exposition de pein-
complexes. Dans la section de peinture, par exemple, sont exposés quatre tableaux tures cubaines montrant un exemple de l'usage
ayant des sujets analogues mais datant de siècles différents. L'idée principale est de des de la foi".
montrer que l'essentiel est non pas le sujet, mais la fason dont il a été traité du point
de vue formel. Si le niveau d'instruction du visiteur est très bas, le -doit s'en
tenir à cette idte fondamentale, mais s'il a affaire à une personne plus cultivée, il
pourra aller jusqu'ii parler des styles ou des facteurs sociaux dont l'influence se fait
sentir dans l'œuvre, etc. De même, la section consacrée à la céramique, à l'orfèvrerie,
aux émaux et aux meubles tend àmontrer que les articles exposés, qui sont aujourd'hui
des pièces de musée, étaient autrefois utilisés par l'homme dans sa vie quotidienne,
mais elle permet également de présenter des observations plus détaillées sur chaque
catégorie d'ouvrages et de parler des techniques, des styles, etc.
Étant donnt le caractère expérimental de la salle didactique, la p r é s e s i o n est celle
qui convient à une exposition temporaire. A cette fin, on s'est servi de panneaux dis-
posés en hexagones ; même la section consacrée à l'analyse des éléments picturaux,
qui est la plus complexe, est dé ontable. Cette section contient un tableau et quatre
't
panneaux de verre de méme dimension que le tableau. Sur chaque panneau de verre
est analysée la fason dont l'artiste a utilisé les éléments picturaux dans ce tableau :
sur le premier panneau, on a tracé les lignes fondamentales ; sur le deuxième, on a
représenté les masses ;sur le troisième, on a isolé les couleurs et les gammes de couleurs
pour montrer comment le peintre s'est servi des tons ; sur le dernier, on a indiqué le
volume, en colorant les divers plans utilisés, ainsi que la composition, en isolant les
parties du tableau. La superposition des panneaux de verre au tableau permet au
visiteur de mieux comprendre ces différents aspects de l'ceuvre.
En neuf mois, la salle didactique a été visitcepar 17 o00 personnes environ de tous
les niveaux d'instruction. On peut déjà affirmer que Epérience a été positive, et
l'on envisage d'ouvrir de nouvelles salles didactiques dans d'autres musées de Cuba
et de réaménager celle du Musée national en y apportant les modifications qui se sont
723
avérées nécessaires. On projette également de constituer au Musée national de petites
salles didactiques qui serviraient d'introduction à la visite des collections permanentes.
En outre une exposition didac2que itinérante très simple a été montée à l'intention
9 /
des zones rurales éloignées.
The Children’s Museum, Marseille y - by Danièle Giraudy

1
-I 1
The Marseille Children’s Museum was set up in January 1968 in a room of the Musée
4
des Beaux-Arts in the Palais Longchamp. It is visited daily by children aged be-
I
l n l
I tween 4 and 12, from infant-school children to pupils jn the first year of the second-
ary school, Thursdays and Sundays being reserved in general for children brought
by their parents. Circular letters are sent to schools to encourage children to visit the
museum, and posters, newspapers, radio and television are used for this purpose in
the town. At the museum visitors are given a small catalogue free of charge.

The &rsei//e experimeizt.1 The first time we invited a nursery school-during the ßon-
nard exhibition at the Musée Cantini-we saw how much children bareJ j years old
19. MUSÉE DES ENFANTS, Palais de Longchamp,
(the age when they do their best paintings) loved this big picture-booli’&hich is one
Marseille. Plan of the room: I. Painter’s studio: way of regarding a museum), although their enthusiasm disturbed other visitors.
still-life paintings: 2. Sea-scapes and landscapes; Consequently, we decided to set aside a specially equipped room for their use every
3 . A story: Little Red Rid& Hood; Water-
colours, gootmches, prints : 5 . Portraits; 6. Show-
day.
case: painter’s and sculptor’s tools; 7. Sculp- Rather than adopt the practice followed by some American children’s museums
tures, toys, casts; 8. Benches for children; 9. A intended solely for children, which have their own visitors and their own collections-
Calder mobile; IO. Weaving and textiles; also followed by the Saint Quentin children’s museum-we decided to open a room
I I. Initiation to colour.
19. Plan de la salle : I. Atelier du peintre, for children in an existing museum, in this case a somewhat antiquated and forbidding
natures mortes ; 2. Marines et paysages ; 3 . Un art museum. We use the museum’s collections, choosing original works from its
conte : Le petit chaperoa rouge ;4. Aquarelles, reserves. This is not only more convenient and cheaper-it also enables the selection
gouaches, gravures ; 5 . Portraits ; 6. Vitrine :
les outils du peintre, du sculpteur; 7. Sculp- to be constantly improved. Works by contemporary artists have been added-dona-
tures, jouets, moules; 8. Bancs pour les tions or loans of works by César, Dmitrienko, Niki de Saint Phalle, Busse, Bret, Cal-
enfants ; 9. Mobile de Calder ; IO. Tissage et der, Prassinos, Boucher, Hallez and quite recently Vasarely. Our task, therefore, is to
textiles ; I I. L’initiation à la couleur.
introduce the children to the plastic arts; it would be interesting to try out similar
schemes in other specialized museums.
Children long to be grown up, and any attempt to treat them differently from
their elders is likely to hurt their feelings. They walk through the rooms in the Fine
Arts Museum with some awe, till they reach their own room, and on the way back
f h x ö õ k à t the pictures in the “grown-ups’ museum” with curiosity, perhaps
confusing Crucifixions with still-life paintings; adults, on the other hancl, come to the
children’s room; they find the simple explanations provided interesti
are not intended for them, and sometimes their own children show en1 round. This they
constant coming and going between the two categories of visitors is good for both.

Choice ofzvorks (hg. 19). The forty-five works shown were chosen for their artistic
quality and educational value. There are paintings on various supports (wood, can-
vas, parchment, metal, paper), engravings, drawings and sculptures, of various kinds
and using various techniques, from the Middle Ages to the present clay. They are
hung at children’s eye level, and are simply and attractively displayed on brightly
coloured panels or stands. On their arrival the children sit down on small painted
benches. It is important that they should be still, so that their attention can be engaged,
but during the visit we move about the room with them and they can sit on the floor,
so that they feel at home. The sculptor’s, painter’s and engraver’s working tools are
exhibited, as well as their works-a matrix and a plaster cast, original engraved cop-
per and wood plates and the prints on paper, painter’s palette, brushes and easel. Plas-
tic-covered panels (which can be touched without damage, as they are washable)
explain what is meant by various terms-still life, sea-scape, goziache, three-dimen-
sional sculptures, aquatint, sketch, etc.-are provided to guide the children and those
I. cf. Bzdlefiti des Musées e t Collections P M ì - accompanying them when there are no supervisors.
qms de France, No. 102-1968-1.
The works are hung in groups according to theme and type; art should not be seen
as a succession of centuries or proper names, but as a whole, for the same laws govern
226 Picasso’s works as Poussin’s. It is important that the child should realize this as soon
20. MUSÉE DES ENFANTS, Palais de LongchainP>
Marseille. Texts are provided to help the
children; the works are at their eye level.
2 0 . Des textes guident les enfants, les œu1‘res
sont au niveau de leurs yeux.

as possible and understand that the museum’s function is to bring these works to
him.

Grided i~isiatr.The attendants are cheerful, and avoid scolding. “Don’t say ‘Don’t’” is
the rule. Every afternoon, from z to j, eight supervisors are in attendance, most of
whom are students at the Marseille-Luminy School of Fine Arts, who are given
additional educational training at the museum.
They are friendly, and characterized by a love of children and the pleasure they take
in arousing the children’s appreciation, teaching them how to see and letting them
dream. Discovering techniques becomes a game, in which the children eargerly seek
new words for their discoveries, and it must be remembered that their memory ab-
sorbs facts like blotting-paper. It would be interesting to make a systematic study of
what they remember after two or three months, and take the same classes again.
Active teaching methods are used in the guided visits. When the work has been
described, the children are questioned, so that they must attend and try to find the
right answer. The vocabulary used is simple and graphic, and new words are repeated
during the three-quarters of an hour that the visit lasts. It is important that all child-
ren should answer and that there should be no “perfect little visitor” who detracts
attention from the rest of the group. The supervisor must remain impartial, for child-
ren, wishing to attract attention, often try to give an answer that will please the adult,
rather than say what they think.
We have had to overcome two difficulties. Firstly, the older children look down on
the younger ones when they meet in the museum; they do not want to listen to the 227
21. MUS&DES ENFANTS, Palais de Longchamp,
Marseille. The explanation of sculptures
begins with an analysis of polished wood
toys by Bojesen (Copenhagen). The child be-
gins from what is known to him in order to
approach the otherwise too abstract a notion
of volume.
21. L’explication des sculptures commence
par l’analyse de jouets de bois poli de Bojesen
(Copenhague). On part de ce que les enfants
connaissent pour aborder la notion, un peu
trop abstraite autrement, du volume.

22. M U S É E DES ENFANTS, Palais de Longchamp,


Marseille. The Calder mobile is a delight;
before it moves the children say what they
think it is: a tree with an orange, a lemon,
an apple and a plum on it; a man with paddles;
a Christmas tree with presents on it; and then,
as they see it move: a merry-go-round in
motion; satellites around the earth; a fine but
useless machine.
1.2. Le mobile de Calder est une Rte ; avant
qu’il ne bouge, les enfants le définissent : c’est
un arbre avec une orange, un citron, une
pomme, une prune; un monsieur avec des
pagaies ; un arbre de N o d avec des cadeaux ;
et puis on le regarde osciller, et c’est : un ma-
nege qui se balance ; des satellites autour de la
Terre ;une belle machine qui ne sert à rien.
same commentary; this objection is overcome when it is explained that the younger
ones are allowed to visit the museum, but that they, the older ones, are asked the
difficult questions. Secondly, there was the danger that some educationalists would
disagree with us. We enlisted their help for follow-up work; they assist us in prepar-
ing a record of children’s reactions after the visit (their paintings and written descrip-
tions of the visit) (fig. 20-23), in the light of which we select different works or change
the commentary for the guided visit. A selection of the most interesting work pro-
duced by the pupils (psychologically rather than artistically interesting) has been
publicly exhibited to inark the hundredth anniversary of the Palais Longchamp
(fig. 24-27).
We chose four portraits by way of example-a 16th-centurypainting on wood, apas-
tel dating from the First Empire, a Greuze and an uncompromising modern stylized
painting. All the portraits sent in by children showed only the head, as in the examples.
When we added a full-length portrait by Icisling, similar portraits were produced.
The examples chosen should not be only of a single type. If the only wood carving
shown is a bas-relief, the children may conclude that a wood carving is a bas-relief
which has only one side.

.Attetzdatzce. Between January and December 1968 a sixth of the Marseille school popu-
lation, including 176 out of 758 infant-school classes, visited the museum. Seven
times as many schoolchildren attended as in 1967, and the number of visitors (children
and adults) who were admitted without charge increased also-there were 41,oj j visi-
tors in 1968 as against 7,023 in 1967. These figures are encouraging, but unsatisfactory
by comparison with the attendance at the Anthropological Museum of Mexico City-
%

1,500 children a day. Although both admission to the museum and the guided visits
are free, schools are discouraged by the expense of hiring buses and the difficulty of
moving children about in a town. A special museum bus for outer suburbs and coun.
try schools and free transport for children on leaving the museums would be a con-
siderable improvement.

Bi4dget. The expense of establishing the museum and maintaining it, which is borne
by the city of Marseille, is not very high: equipment, 1,000francs, guided visits, 960
francs a month; insurance of works on loan, roo francs a month.

Plam. In the new school year we shall try to extend our experiment.
The schoolfor teachers andparents. Thursday mornings will be set aside for introduc-
tory courses on art for primary-school teachers, in response to their request. The
museum will co-operate more closely with cultural bodies such as the mothers’ guilds
in several large housing complexes.
Iwproimeijt of methadJ. The children are lent toys, and from these they gain tactile
experience which helps them to appreciate sculpture. We shall add a set of samples of
various materials-paper, wood, canvas, for painting and metals. Some will show the
effect of the sun. so that the children understand that a museum’s function is to pre-
serve; from others, they will learn to be careful about touching things. z j . M u s h DES ENFANTS, Palais de Longchamp,
Card itzdex atzd libray. The works in the museum will be numbered and entered on bfarseille. The mobile poses . .
washable reinforced cards, with a photograph and information about the work and z j - Le pose*..
the artist. This card index will encourage the young visitors to try to find information
for themselves.
With the help of publishing houses, we are collecting books on art written specially
for children, which they will be able to consult in a corner of the room set aside for
reading.
We were pleased to hear that our colleagues at the Dijon museum have also opened
a children’s room and the Grenoble museum is organizing children’s visits; museums
at Strasbourg, Besanson, Paris, Brussels and Geneva have similar plans in hand.
We welcome trainees from other towns and we should be glad to act as a clearing-
house for information on children’s museums; for our method is not the only one, and
the experiment is only in its early stages. During the last two years the children have
taught us a great deal, and we are grateful for the museum has learnt from them.

229
Le Musée des enfants, Marseille pslr Danièle Giraudy

24 a, 6. École publique de filles, primaire - 24 a, 6. M U S É E DES ENFANTS, Palais de Long- lots of flowers and colours, the dominant is the
Cltmentaire, Marseille. Cours moyen, 2A. champ, Marseille. Primary-Elementary Girls green of the trees’ foliage. It dominates the
Compte reiidn de la visite ail AIusée des ettfatids. School, Marseille. Class 2A. Description qf azo‘ landscape. Then we come to several portraits
visit t o the Children’s Mmeztm. On Friday, z Feb- of women from the past. At that time there
ruary, we took a bus to the Children’s Mu- were no cameras, and paint, water and a brush
seum. We entered an enormous room where were all the painters had. Every painter has his
we sat down on large blocks around a lady who own taste and his own method of painting.
was in charge. She told us that there were two One can also draw with a small stick of thin or
kinds of colour: the primary colours: red, thick charcoal, or with Indian ink. A still life
yellow and blue. is a picture of various objects together with
From these colours we can obtain secondary animals, flowers and fruit. A table with a bunch
colours: red and yellow make orange; blue and of flowers on it is a still life. An action picture
yellow make green; blue and red make purple. is a picture of a battle-when there is action.
Sitting on the floor, we looked at paintings. A sea-scape is a kind of landscape. Then we
They consist of a canvas-stretcher. This is a learned that the positions of the people in a
frame to which the canvas or picture is attached. picture sometimes form triangles or geomet-
An easel is a stand on which the picture is rical figures. A sketch is the first outline of a
placed. “Here is a sea-scape,’’ she told us. It is drawing, showing only the over-all composi-
a picture of the sea, ships, sailors and fishing. tion and the main divisions of the work. You
Sometimes the painter puts on masses of thick can also paint on copper, cardboard, paper or
paint to show light, the sun reflected on the wood. A bas-relief is an incomplete sculpture
sea or the windows of houses. In a sea-scape of which only one side is carved, while the back
the key-note might be a red flag. The key-note is flat. An example of a casting is a head of a
is what sets the key, what gives it life. Our person, cast in plaster. On another slab you put
gaze is attracted to the flag because it is colour- fresh, soft plaster and then you put one over
ful, bright and distinct. the other for a few seconds. A little later, there
The dominant is the colour most used in the is the person’s head.
230 picture. For example, a forest where there are
Le Musée des enfants de Marseille a été créé en janvier 1968 dans une salle du Musée c _

des beaux-arts, au Palais de Longchamp. I1 accueille tous les jours des enfants de
quatre à douze ans, de l'école maternelle à la classe de sixième, les jeudis et dimanches
étant plutôt réservés aux enfants amenés par leur famille. Ce public est sollicité dans
les écoles par des circulaires, dans la ville par des affiches, par la presse, la radio et la
télévision. Au musée même, un petit catalogue est distribué gratuitement aux
visiteurs.
-

L 'expérieme de Maneille 1. Notre premier accueil d'une école maternelle, à l'occasion


de l'exposition Bonnard au Musée Cantini, a permis de remarquer à quel point des
enfants de cinq ans àpeine (l'âge de leurs plus belles peintures) aimaient ce grand livre
d'images que peut être un musée -bien que leur enthousiasme ait gêné des visiteurs.
Nous avons décidé alors de leur réserver une salle permanente, installée pour eux.
Selon la formule de certains childreti 1/zz4se~msaméricains réservés aux seuls enfants,
avec leur public et leurs collections propres - adoptée aussi par le Musée pour-
enfants, de Saint Quentin -nous avons préféré ouvrir une salle consacrée aux enfants
2 _

dans le cadre d'un musée existant, en l'occurrence un musée d'art centenaire et d'as-
pect rébarbatif. Nous en utilisons les collections: les œuvres originales sont choisies
dans ses réserves, ce qui est non seulement plus commode et moins coûteux mais
permet d'améliorer constamment une sélection à laquelle se sont ajoutées des œuvres
d'artistes contemporains: dons ou dépôts de César, Dmitrienko, Niki de Saint-Phalle,
Busse, Bret, Calder, Prassinos, =FIallez, et tout récemment Vasarely. I1 s'agit
donc d'une initiation aux arts plastiques; à l'intérieur d'autres musées spécialisés, des
initiatives correspondantes seraient intéressantes à tenter.
L'enfant aspire à être adulte, et ce qu'on fait pour le couper de ses aînés risque de
le frustrer. I1 traverse, intimidé, les salles du Musée des beaux-arts jusqu'à celle qui I. Voir BiílZetitJ des nirisées ea' collectiotn $16-
_ _ c _ - _ _ _ _ - -
bliques de France, no 102, 1968, I.
lui est destinée; au retour, il regarde avec curiosité les œuvres du "musée des grands",
confondant parfois les Crucifixions avec les natures mortes, tandis que les adultes
viennent lire avec intérêt dans la salle des enfants les explications très simples qui ne
DES ENFANTS, Palais de Longchamp,
ZJ. ~ I U S É E
Marseille. Drawings of busts and full-length
portraits. -f

ZJ. Dessins de bustes et portraits cn pied. '


I

'

leur étaient pas destinées, voire être guidés par leurs enfants. La liaison dynamique
continue entre les deux publics enrichit chacun d'eux.

Choix des ~ z ~ u(fig.


r e ~1.9).Les quarante-cinq œuvres exposées ont CtéLhQisies en fonction
de leur qualité artistique et de leur valeur éducative : peintures sur différents sup orts
ppb,
(bois, toile, parchemin, métal, papier), gravures, dessins et sculptures aux tecldques
et aux genres variés s'étendant du moyen âge à l'époque contemporaine. Elles sont
présentées au niveau des yeux des enfants de manière simple et attrayante, sur des
panneaux ou des socles de c o w s vives. De petits bancs laqués accueillent les
enfants dès leur arrivée. I1 est important de les immo6iliser pour capter leur attention,
mais au cours de la visite nous nous déplaGons avec eux tout autour de la salle, ils
peuvent s'asseoir par terre et "adopter" ainsi l'espace du lieu. Cette collection est
complétée par les instruments de travail du sculpteur, du peintre, du graveur: moule
à pièces et moulage, plaques originales gravées sur cuivre et sur bois avec leur tirage
sur papier, palette, brosses, chevalet... Des panneaux plastifiés (lavables donc toucha-
bles) expliquent ce que sont une nature morte, une marine, une gouache, une ronde-
bosse, une aquatinte, une esquisse.... et guident, en l'absence des animatrices, les en-
fants et ceux qui les accompagnent.
L'accrocha e re rou e les œuvres par thèmes et par genres; l'art ne doit pas être
d g p
découvert comme une succession de siècles ou de noms propres, mais comme un tout,
les mêmes lois déterminant l'oeuvre de Picasso ou celle de Poussin. I1 est important
que l'enfant en prenne conscience le plus ainsi que de la fonction média-

4
1
26. Mush DES ENFANTS. Palais de Lonechamp.
Marseille. The freedom'of the paintin; on the
trice du musée.
;.%I - . - .... ................

left, compared with the stereotyped drawing


of a 12-year-old.
26. La liberté de la peinture de gauche, par
rapport au dessin figit d'une enfant d'une
douzaine d'années.

232 ........ ~
V i . r r f h .Des gardiens souriants surveillent sans gronder: “il est interdit

---
d‘intèrdire”, et, chaque après-midi de z à j heures, une permanence est assurée
par huit animatrices, pour la plupart élèves de l’École des beaux-arts de Marseille-
-
Luminy, dont la formation pratique est complétée par un stage pédagogique au
musée.
Elles sont aimables et leur plus grande qualité est à la fois leur affection pour les
enfants et leur plaisir à donner envie d’aimer, d’apprendre à voir, de laisser rêver. La
découverte des techniques devient un jeu où les enfants se montrent avides de mots
nouveaux pour capter ces découvertes, et il faut tabler sur leur extraordinaire mémoire
de papier buvard. I1 serait intéressant d’étudier systématiquement ce qu’il en reste
après deux ou trois mois, et de faire revenir les mêmes classes.
Les visites commentées tiennent compte des méthodes de pédagogie active. A
partir de la description de l’œuvre, des questions sollicitent l’attention des entants, les
entraînent à chercher la réponse juste. Le vocabulaire est simple, imagé, les mots nou-

2,7a, 6. ~ I I J S É EDES ENFANTS, Palais de Long-


champ, Marseille. (u) Painting on wood
(Netherlands, 17th century). (b) Its influence on
two 8-pear-olds. One is struck by the fore-
ground >Those theme intrigues him (lower
drawing), the other by thc adventures of a
horizon line.
z?a, 6. (a) Peinture sur bois (Pays-Bas, X V I I ~
sikcle). (b) Son influence sur deux enfants de
8 ans dont l’un est influenct. par le premier plan
et en reprend le theme (dessin du bas), et l‘autre
par l’aventure de la ligne d’horizon.

veaux sont répétés au cours des trois quarts d’heure que dure la visite. I1 est important
que tous les enfants répondent et que ne se forme pas au détriment du groupe le
“parfait petit visiteur”. L’animatrice doit rester neutre, car les enfants, pour se faire
valoir, essaient trop souvent de répondre non selon leur sentiment mais pour faire
plaisir.
Nous avons rencontré deux difficultés. Premièrement, le mépris des enfants plus
âgés pour les petits qu’ils croisent dans le musée ; ils ne veulent pas écouter le mê
commentaire ;ce blocage disparaît lorsque nous leur expliquons que le musée accue
les petits, mais qu’à eux, les grands, nous posons les questions difficiles. Deuxième-
ment, certains é d u s u r s risquaient d’entrer en conflit avec nous. Nous les avons
associés à notre travail afin qu’ils le prolongent; ils nous aident à constituer un
dossier des réactions des enfants apr&sla visite (peintures, comptes rendus) (fig. 20-23)
qui nous permet de rectifier le choix des œuvres ou des mots utilisés dans la visite
commentée. Une sélection des t r a v a g è v e s les plus intéressants (psychologique-
ment et non plastiquement) a été présentée au public à l’occasion du centenaire du
Palais de Longchamp (fig. 24-27),
Nous avions, par exemple, choisi quatre portraits : une peinture sur bois du X V I ~
siècle, un pastel du Premier Empire, un Greuze et une toile récente, brutale, stylisée.
Or tous les portraits envoyés par des enfants étaient des têtes, comme nos exemples.
En ajoutant un grand portrait en pied de Kisling, nous avons vu apparaître une
variété plus conforme à ce genre. Dans la sélection, les exemples ne doivent pas se 233
figer en types immuables. Si l’on montre une seule sculpture sur bois, er qu’il s’agisse
d’un bas-relief, la définition des enfants pourra devenir : “une sculpture en bois est
un bas-relief qui n’a qu’un seul côté”.

Fréqiie?ztatiotz. De janvier à décembre 1968, nous avons resu le sixième de la popu-


lation scolaire de Marseille, dont 176 classes maternelles sur 7 j 8 . Le nombre des
entrées scolaires est sept fois plus élevé qu’en 1967, celui des entrées gratuites (enfants
et adultes) a suivi la même progression : 41 05 5 visiteurs en 1968 contre 7 0 2 3 en
1967. Ce résultat est encourageant mais encore insuffisant quand on pense que le
-
Musée d’anthropologie de Mexico accueille I 500 enfants par jour. Malgré la gra-
-
tÜité de ï‘entrée au musée et de la visite comsntée, les écoles hésitent devant la
location onéreuse des cars et la difficulté de faire circuler les enfants dans une grande
ville. Le muséobus, pour les banlieues éloignées et les écoles de campagne, et le
-.
ramassage gratuit au musée constitueraient des améliorations appréciables.

Budget. Le coût de la création du musée et de son entretien, pris en charge par la ville
de Marseille, est peu élevé: aménagement’ I o00 francs; visites commentées,
960 francs par mois ; assurances des œuvres en dépôt, IOO francs par mois.

Prqets. Dès la rentrée, nous allons tenter d‘élargir notre expérience :


L’éCole des niaitres e t desparents :le jeudi matin sera réservé à l’accueil des groupes
d’instituteurs pour une initiation artistique qu’ils ont sollicitée. Le musée collaborera
plus étroitement avec des organismes culturels, notamment avec les “clubs de mères”
de certains grands ensembles.
Amélioration des ndthodes: les expériences tactiles; grâce à des jouets prêtés aux
enfants, aident àla compréhension des sculptures. Nous y ajouterons un jeu d’échantil-
lons de matières variées : papiers, bois, toiles à peindre, métaux ; certaines, altérées ’
par le soleil, justifieront le rôle “conservateur” du musée ; d‘autres apprendront à
toucher avec respect.
Fichier e t bibliothèque :les œuvres du musée, numérotées, seront mises sur fiches car-
tonnées lavables ; elles comporteront une photo et des renseignements sur l’œuvre et
sur l’artiste. Ce fichier incitera les jeunes visiteurs à des recherches personnelles.
Grâce au concours de maisons d’édition, nous groupons des livres d’art destinés
aux enfants, qu’ils pourront consulter dans un coin de lecture installé pour eux dans
la salle.
Nous nous réjouissons que des collègues aient à leur tour ouvert une salle pour les
enfants dans leur musée (à Dijo9 ou organisent pour eux des visites (A Grenoble) ;
d’autres tentatives sont projetées à Strasbourg, Besaqon, Paris, Bruxelles et Genève.
Nos portes sont ouvertes aux stagiaires de l’extérieur ;par ailleurs nous aimerions
-
devenir un centre d’échange d’informations sur les musées d‘enfants, car la solution
que nous avons adoptée n’est pas la seule, et n’en est qu’à son premier stade. Pendant
ces deux années, les enfants nous ont beaucoup appris et nous sommes reconnaissants
des lesons qu’ils ont données au Musée de Marseille.
Museum notes Lhroniaue J.

The one-hundredth anniversary of the Natural History Museum,


Genoa
,.-----
Genoa’s Natural History Museum (fig. r8), birds and kingfishers. Many of these beautiful
now IOO years old, is among the most important birds have unfortunately become rare. Only
in Italy. On the occasion of its first centenary, a limited selection of the invertebrates is on
in June 1969, the fifteenth Congress of the So- display, but these are enough to arouse much
cieti Italiana di Biogeografia was held in the admiration. This is the case, for example, with
museum. the cowries (Sulliotti collection), tropical
While belonging to the city of Genoa, the shells much appreciated for their beauty, and
museum bears the name of its founder, Gia- the morphe (R.Doria collection), large bril-
como Doria (1840-1913), a keen naturalist who liantly coloured South American butterflies.
travelled widely (Iran, Borneo, Tunisia, etc.), The protozoa are represented by a series o f
collecting and studying. He held important drawings which show mainly the pathogenic
offices, such as President of the Società Geo- species. There are also a few models of the
grafica Italiana, and these gave him many oppor- shells of foraminifera.
tunities to promote the rapid expansion of the The first nucleus of the geomineralogical
28; MUSEO CIVICODI STORIANATURALE GIA-
coafo DORIA,Genoa. View of the building.
museum, which thus became a centre of scien- section of the museum was made up of the
tific activity well known at home and abroad. minerals, rocks and fossils of the Genoese geo- 28. Vue du bhtiment.
The present premises were inaugurated in logist L. Pareto. This grew rapidly with the
191 2. There are twenty-three rooms for theexhi- large collection of Italian minerals presented
bits, other rooms containing study collections, by the engineer G. B. Travers0 (1872) and
the library and laboratories. The same building many Tertiary fossils from Liguria. Particularly
houses the Italian Entomological Society, the important among the latter are the remains of
Genoese Association for Protection of Nature cave bears, shells and various species of plants.
and an amateur astronomers’ society, Urania. In the large Paleontology room there is, among
Originally, research was carried out at the other specimens, an enormous skeleton-
Genoa museum, in various branches of the almost complete-of Elepbas antiqzu~sdiscover-
natural sciences, but the emphasis was on ed near Viterbo (central Italy) in 1941, some
zoology. Conducted by eminent scientists from dinosaur bones and a collection of amber with
many countries, research was based essentially on insects embedded.
the valuable collections brought back by Italian Botanical collections are not lacking, but are
explorers and naturalists, who ranged far afield not shown to the public. Alongside the older
with the support and guidance of the museum.’ herbaria-one of which is due to Doria-are
The material reserved for research workers, the lichens donated more recently by V. Sbar-
and therefore not on show, includes invaluable bar0 and the algae, especially from the Ligu-
series of mammals, birds and fish and a large rian Sea, which have only been collected over
collection of insects, of which the Emery col- the last few years.
lection of ants is one of the most outstanding. The museum’s library is well stocked with
In recent years much attention has been given books and periodicals. Among the numerous
to certain groups of invertebrates, which older works of great value those published in
museums often overlook. Paris after Napoleon’s Egyptian campaign,
In the rooms normally open to the public, the famous Iconografia della Farina Ialìca by
visitors may observe all the most characteristic C. L. Bonaparte, Gould’s ornithologicd atlases,
representatives of the various fauna and indi- Bleeker’s ichthyological ones, etc., should be
vidual zoological groups. Notable arc the apes mentioned. There are, of course, many volumes
(including a large Borneo orang-utan), the on the geographical and naturalist exploration
marsupials (Tasmanian wolf, marsupial mole, of the various continents, on the great oceano-
etc.), the edentata (including two giant arma- graphic expeditions and on local fauna. Some
dillos). Among the carnivora mention should 600 periodicals are received regularly, chiefly
be made of the Madagascan civet (fuima), the in exchange for publications issued by the
snow leopard and an enormous elephant-seal museum.
from Patagonia. Ungulates include the wild The Atmals are attached to the 77th volume.
ass, the Indian tapir, the okapi (one of the very Since I 949 fascicles of Doriatra have been issued
first specimens to reach Europe), the David’s every year. This periodical, which publishes
deer and the Abyssinian ibex. There are many shorter papers, serves as a supplement to the
bats, Doria himself having worked on this Annals.
animal. Naturally only a few characteristic Current research at the Genoa museum is I. A series of important journeys was made at the turn of
specimens are on display (the vampire, the chiefly concerned with the fauna of Liguria, the century. I t is worth recalling, in particular, those of
flying fox). The osteological collection is con- terrestrial and marine. Entomological research, O. Beccari, L. Loria, E. Modigliani, L. M. D’hlhertis
(Malaya, the Moluccas, N e x ~Guinea), L. Fea (Burma and
siderable. Numerous skeletons include those of which has a fine tradition at Genoa, continues. West Africa), V. Bottego, O. Antinoxi, S. Patrizi, E. Zawt-
the okapi, various cetacea and pinnipedia, apes, Of late it has been spurred by work in herpe- tari (East Africa), G. Bove (Patagonia, Congo), L. Balzan
etc., and there are large series of skulls. tology, ichthyology and marine biology with and G. Boggiani (South America).
Some bird-cases contain Italian species, the support of the National Council of Re-
others tropical, mountain or sea birds, etc. Par- search. The last subject also comes within the
ticularly valuable in the ornithological section activities of the International Commission for
of the museum are the cassowaries, paradise the ScientificExploration of the Mediterranean. 23 5
In recent years brief missions have been carried specimens have vanished to give way to a few
out by the scientific staff in various parts of the selected representative species from each
world (Sardinia, United States of America, the group, arranged to form a harmonious
Red Sea, Romania) in connexion with parti- ensemble. The mammal exhibits have also been
cular projects or for the purpose of collecting largely renovated along the same lines (fig. 3 0 ) .
new material. Today public attention is attracted by a huge
This account of scientific work would not display case divided into three sections and
be complete without mention of the many devoted to the sea. The first section gives a
scientists from institutes in Italy or abroad who general idea of marine life in various environ-
come to the museum for periods of varying ments; in the second a few groups of marine
length to study the collections. This is one animals are displayed (fig. 31); the third con-
aspect of a close and continuous collaboration tains fish, shells, coral and sponges of practical
which also takes the form of frequent loans use, thus illustrating the resources offered by
and exchanges of specimens. the sea to man.
But the function of the Genoa museum is not In accordance with current programmes, the
purely scientific. Like all similar institutions it museum rooms are to have a few display cases
is a centre for the popularization of natural of a general character, that is, designed to aid
history. It therefore has a disseminating func- understanding of the fundamental character-
tion. The importance of this was not recogniz- istics-structural and biological--of a few
ed until recent times when it was declared large groups of animals. Other showcases will
that museums were not only there to serve be set aside for temporary exhibitions dealing
research workers but should bring to an ever with particular aspects of natural history. It is
larger and more heterogeneous public many, if very important to hold new exhibitions fre-
not all, aspects of the animal, plant and mineral quently so that visitors are encouraged to
kingdoms. Cases should not display a mono- return to the museum from time to time. For
tonous and unattractive series of specimens but several years now, various types of exhibitions
draw attention to phenomena, aspects and have been organized in the museum: one was
structures by means of carefully selected mat- devoted to marine plants, another to books on
erials. It has rightly been said that the existence science for the general public, etc. For 1969 a
of a museum is not justified by the wealth of small historical exhibition was prepared in
its collections. Above all, a clear distinction connexion with the museum’s centenary. Inter-
must be drawn between collections for research esting documents, photographs, manuscripts
purposes and collections for public display. and rare specimens were made known thereby.
The criteria for their arrangement are quite The impetus given by the museum to cultural
different. All these principles are observed, activity is not due solely to the material it puts
too, in the Genoa museum, which plans radical on display. Free lectures held in its amphitheatre
changes. Reform must take heed of modern once a week are well attended. Slides and
requirements and a start has already been made films illustrating the various aspects of nature
along these lines. are screened. Sometimes the lecturers make use
One hundred years after its foundation, the of the museum specimens to give real lessons.
museum has proved that it is well on the way This then is a good way of helping teachers
to becoming more functional. In accordance in their work. The museum is visited by many
with the present programme, display cases people connected with schools. It lends small
must contain a limited number of specimens, collections to the latter and its. laboratory is
clearly labelled, with explanations, photo- available to students who wish to extend their
graphs, maps showing their distribution and knowledge or prepare for examinations in the
diagrams showing structural details (fig. 29). natural sciences.
Even the display cases, which are now being Notwithstanding inevitable difficulties, Gen-
changed, are lighted inside to permit maximum oa’s museum, has the firm intention of re-
visibility. maining a valuable centre of cultural life, of use
The display of birds has been radically chang- both to research workers and to the general
ed: the now discredited rows of hundreds of public. ENRICO TORTONESE

29. MUSEO
CIVICODI STORIANATURALE GIA-
COMO DORIA,Genoa. Panel showing the evo-
lution of the horse.
29. Panneau montrant I’évolution du cheval.
ja. ~ I U S E O C ~ v r c oDI STORIANATEJRALE
GIA-
COMO DORI4, Genoa. Partial view of the new
showcase explaining mammals.
30. Vue partielle de la nouvelle vitrine servant
d'introduction aux mammifkres.
Le centenaire du Musée d'histoire naturelle de Gênes

En juin 1969, le Muste d'histoire naturelle de gie. Les recherches effectuées par d'éminents
Gênes (fig. zS), l'un des plus importants d'Italie, savants de tous les pays ont porté essentielle-
a ctlébré son premier centenaire et, ii cette ment syr les riches collections constituées par
occasion, la Société italienne de biogéographie différents explorateurs et naturalistes italiens
a tenu son quinzieme congres dans ses locaux. qui se sont rendus dans des régions lointaines
Le musée, qui dépend de la ville de G&nes, avec l'appui ves du musée1.
porte le nom de son fondateur, Giacomo Doria Le matériel, qui est réservé aux chercheurs et
(1840-1913), naturaliste passionné qui a n'est donc pas exposé au public, comprend des C G
recueilli des spécimens et fait des études au séries extrêmement riches de mammifkres,
cours de ses voyages dans divers pays (Iran, d'oiseaux et de poissons et une grande quantité
BornCo, Tunisie, etc.). Titulaire de fonctions d'insectes, parmi lesquels la collection Emery,
importantes, dont celles de président de la consacrée aux fourmis, est une des plus connues
Sociétk italienne de géographie, Giacomo et des plus importantes. Depuis quelques
Doria a pu assurer le développement rapide du années, un effort particulier a été fait pour
musée qui est devenu un centre d'actisité scien- enrichir les collections de certains groupes
tifique bien connu en Italie et à l'étranger. d'inverdbrés que les musées négligent souvent.
m i t i m e n t s actuels ont été inaugurés en Les visiteurs des salles ordinairement
1912. Vingt-trois grandes salles sont ouvertes ouvertes au public peuvent observer les spéci- I . Une sirie de voyages importants ont eu lieu vers la fin
au public. D'autres locaux abritent les collec- mens les plus caractkristiques des différentes du )LIP siecle et le debut du ss?.Mentionnons en particulier
t i o q t t u d e s , une bibliothkque et des labo- faunes et de certains groupes zoologiques. ceux de O. Beccari, L. Lorh, E. Riodigliani, L. M.D'Alber-
tis (Malaisie, Moluques et Nouvelle-Guinee), L. Fea (Birma-
ratoires ainsi que le sikg=e la Société itdieGe Parmi les plus notables, citons les singes (parmi nie et Afrique occidentale), V. Bottego, O. Antinori, 5. I'a-
d'entomologie, de l'Association génoise pour lesquels un grand orang-outan de Bornéo), trizi, E. Zavattari (Afrique orientale), G. Bove Patagonie et
Congo), L. Balzan et C;. Boggiani (Amkiqua du Sud).
la protection de la nature et d'une societC
d'astronomes amateurs (Urania).
des marsupiaux (loups d'Australie, taupe mar-
supiale, etc.), les édentés (dont deux tatous ,/
Dts son origine, le musée de Gênes a étt un géants). Parmi les carnivores, les plus remar-
centre d'etudes pour diverses branches des quables sont le fossa de Madagascar, la panthtre
scienccs naturelles, mais surtout pour la zoolo- des neiges et un enorme éléphant marin de

4
Patagonie. Parmi les ongulés, l'âne sauvage, brillant passé à GSnes - et l'on a entrepris
le tapir de l'Inde, l'okapi (l'un des tout premiers récemment des études d'herpttologie, d'ichtyo-
exemplaires parvenus en Europe), le milou logie et de biologie marine, qui bénéficient du
(cerf de l'abbé David) et le bouquetin d'hbys- soutien du Conseil national de la recherche et
sinie. Les chauves-souris, auxquelles Doria lui- entrent dans le cadre de i'acxivite deTa Com-
même s'est intéressé, sont très nombreuses; mission internationale pour l'expl ation scien-
bien entendu seuls sont exposés quelques tifique de la mer MediterranéeFes dernitres
spécimens caractéristiques (vampire, roussette). années, des membres du pers&nel scientifique
Le matériel ostéologique est considtrable et se sont rendus pour de c o u r C C w o n s dans
comprend de nombreux squelettes - dont différents pays et régions (Sardaigne, États-
ceux de l'okapi, de plusieurs cétacés et pinni- Unis, mer Rouge, Roumanie) pour y faire des
pèdes, de singes anthropomorphes, etc. - et recherches et recueillir du matériel nouveau.
d'importantes séries de crânes. Pour ce qui est de l'activitit scientifique du
Quelques vitrines d'oiseaux contiennent les musée, il convient de citer les séjours plus ou
especes italiennes et d'autres présentent les moins longs de nombreux chercheurs apparte-
31. MUSEOCIVICODI STORIANATURALE GIA- oiseaux tropicaux, les oiseaux de montagne, nant à différents instituts italiens et étrangers,
Cohl0 DORIA,Genoa. Partial view of the new les oiseaux marins, etc. Dans la section d'orni- qui viennent étudier les collections. C'est là un
installation of the room devoted to cetacea. thologie du musée, les casoars, les oiseaux de exemple de la collaboration étroite que le
paradis et les alcédinides sont remarquables. musée entretient en permanence avec l'extérieur
31. Vue partielle du nouvel aménagement de
Nombre de ces magnifiques oiseaux sont et qui se manifeste aussi par de nombreux envois
la salle des cétacés.
malheureusement devenus rares. de spécimens à titre de &s ou d'é-es.
Sur la totalité des invertébrés, on n'expose Cependant, le rôle du muste de Gènes ne se
au public qu'un nombre limité de spécimens, limite pas à la recherche scieniifique. Comme
mais qui fait souvent l'admiration des visiteurs. toutes les institutions de ce genre, c'est aussi
C'est le cas, par exemple, des cauris (collection un centre de diffusion des connaissances sur les
Sulliotti) - coquillages tropicaux dont la sciences naturelles, c'est-à-dire un organisme
beauté est trks appréciée - et des morpho de vulgarisation culturelle.
(collection R. Doria) - grands papillons L'importance de ce rôle n'est bien comprise
d'Amérique du Sud aux couleurs tclatantes. que depuis peu, depuis qu'il est admis que les
Les protozoaires sont accompagnés d'une série musées ne doivent pas servir uniquement aux
de dessins qui montrent surtout les espèces chercheurs, mais doivent faire connaître à un
pathogènes ; on y a ajout6 quelques coquilles public toujours plus nombreux et hétérogène
de foraminifltres. une grande partie - sinon la totalité - du
Les minéraux, les roches et les fossiles du monde animal, végétal et minéral. Les vitrines
géologue génois L. Pareto ont constitué le point ne doivent pas présenter des séries monotones
de départ de la section de gtominéralogie qui et arides de spécimens, mais mettre en lumière
s'est rapidement développée avec l'apport dc un certain nombre de phénomènes, d'aspects
la grande collection de minéraux italiens de et de structures, grâce à des objets convenable-
G. B. Travers0 (1872) et l'acquisition de nom- ment choisis. On a dit avec raison que l'exis-
breux fossiles tertiaires de Ligurie, notamment tence 6 u n m u s é e ne peut se justifier unique-
les restes d'ours des cavernes, les coquillages et ment par la richesse de ses collections. I1 faut
plusieurs espèces de plantes. Dans la grande d'abord séparer nettement les c o l l e c k
salle de paléontologie, on peut voir un énorme d'étude-des collections expos&s aux visiteurs :
squelette - presque complet - d'Elephas anti- en effet, les rtgk-rtsentation sont très
qzm découvert près de Viterbe (Italie centrale) différentes. Tous ces principes ont &té peu &
en 1941,quelques ossements de dinosaures et peu adoptts au musée de Génes, qui a mainte-
une série de morceaux d'ambre contenant des nant un programme de transformations radi-
insectes fossilisés. cales, car il doit se moderniser pour répondre
Bien qu'elles ne soient pas exposées au public. aux nécessités actuelles. Cette modernisation a
les collections botaniques ne sont pas négli- dCjà étb en partie réalisée.
geables. Aux plus vieux herbiers - dont l'un Cent ans après sa fondation, il est clair que
est dû à Doria - sont venus s'ajouter plus le musée est sur la bonne voie et que son
rtcemment des lichens donnés par V. Sbarbaro organisation devient de plus en plus fonction-
et les algues, principalement de la mer ligu- nelle. Selon le programme actuel, les vitrines
rienne, que le musée collectionne depuis quel- devront contenir un nombre limité de spéci-
ques années. mens, accompagnts de panne aux ;-p ex licatifs -
La bi&othèque du musée est trits riche tant clairs, de p h o t s a p h i e s , de p e t i t m r t e s mon-.,
en livres qu'en périodiques. Parmi les nom- trant le mode de répartition de l'espèce, et de
breuses Oeuvres anciennes de grande valeur, il s c h 9 s illustrant des structures particulikres
faut mentionner les ouvrages publiés à Paris (fig. 29). Les&xines - en cours de remplace-
après l'expédition de Napoléon en Égypte, la ment -sont éclairées de l'intérieur et conçues de
célèbre Iconograj5a della f a w a ìtatìca, de C. L. Bo- manière à assurer la meilleure visibilité.
naparte, les atlas d'ornithologie de Gould, les La présentation des oiseaux a été complète-
atlas ichtyologiques de Bleeker, etc. I1 y a, ment transformée : au lieu des vétustes aligne-
bien entendu, de nombreux ouvrages sur la ments de centaines de spécimens, on a choisi,
géographie et l'histoire naturelle des' différents pour chaque groupe, quelques espkces repré-
continents, les grandes croisiltres océanogra- sentatives qu'on s'est efforcé de présenter dans
phiques et les faunes locales. La bibliothkque un ensemble harmonieux. Les vitrines des
reçoit régulièrement près de 600 périodiques, mammifères aussi ont été en grande partie réno-
dont une partie est acquise en échange de publi- s l ?
vees selon les mèmes principes (fig. 30).
cations du musée. Aujourd'hui, l'attention du public est particu-
Soixante-dix-sept volumes d ' m ont likrement attirée par une très grande vitrine
paru. Depuis 1949, lecmusée publie chaque consacrte & la mer et divisée en trois sections :
année un fascicule intitulé Doriana, consacré la première donne une idée générale de la vie
aux travaux de moindre envergure, qui est dans les divers milieux marins, la deuxikme
considéré comme un supplément aux annales. montre quelques groupes d'animaux aqua-
Les recherches faites actuellement au musée tiques (fig. 31) et la troisième contient des pois-
de Gênes portent surtout sur la faune de la sons, des coquillages, des coraux et des éponges
Ligurie, tant terrestre que marine. On poursuit qui ont un intérêt pratique et illustrent les res-
les recherches entomologiques - qui ont un sources que la mer offre & l'homme.
Selon les programmes actuels, les salles du c o k n c e s données dans l’amphithéitre, le
musée devront contenir quelques vitrines “de soir, une fois par semaine ; il peut assister gra-
caractkre gknéray’, c’est-à-dire destinte= tuitement à des p r Q e n s de diapositives et
comprendre les principales caractéristiques - de films illustrant les aspects les plus divers de
structurelles et biologiques - de quelques la nature. Parfois, les conférenciers font de
grands groupes zoologiques. D’autres vitrines véritables leçons à l’aide des objets du musée.
évoqueront des aspects particuliers de l’histoire De m&me,le musée fournit un appoint appré-
naturelle ; on aura soin de renouveler fréquem- ciable au travail des enseignants. I1 reçoit la
ment le matériel exposé p o u r i t e r les visi- visite de nombreux groupes d’élkves, *de
teurs i revenir souvent au musée. Depuis plu- p e t m c t i o n s aux établissements d’ensei-
sieurs années d‘ailleurs, on a organisé des-- gnement et accueille dans un laboratoire spécial
sitions sur différents thkmes : les plantes ma- les étudiants qui veulent approfondir leurs
Y
rines, les livres de vulgarisation scientifique, connaissances et préparer leurs examens de
etc. En 1969,le centenaire du musée a été mar- sciences naturelles.
qué par une petite exposition historique pré- Malgrt. les difficultts inévitables, le musée de
sentant un choix de Locuments, de photo- Gines est fermement décidé à demeurer un
graphies, de manuscrits et de spécimens rares. centre efficace d‘action culturelle, utile aux
La contribùtibn du musée à la vie culturelle chercheurs spécialisés comme au grand public.
ne se borne pas àl’exposition d’objets au public.
Celui-ci vient en effet nombreux assister aux ENRICOTORTONESE

International exchange of art


\
Unesco’s project for fostering the development Museum was in touch with Unesco in its efforts
of a collection of Western Art in the1-N to find a way of creating a basic collection to
Museum, New Delhi, originated in an exchange represent the major traditions of Western art.
Ö‘E
i i n - t r G u n c i l of Europe about I 9 5 5 . Member States of Unesco, their museums and
In discussions on international understanding their officers in the leading Occidental countries,
it was suggested that sympathy and apprecia- were sympathetic, and in some instances were
tion of cultures of varied traditions could be able eventually to offer examples of what they
helpfully advanced by knowledge of their art, would like to see in New Delhi to represent their
especially when the cultures differed greatly, had own contribution to the Western development
arisen at a distance from one another, and from of art or, possibly, examples of Western art
different premises in different settings, express- traditions which they shared with other coun-
ing different national personalities. The specific tries of the West. Means of getting the profferred
instance cited was Orient and Occident of which pieces to New Delhi, even when everyone
the reciprocal art knowledge presents such a agreed on their suitability, proved difficult,
contrast. It was recognized that the arts of Asia, however, because of the complicated terms of
generally speaking, have been well represented ownership which limit action of most museums
in the museums and private collection of the of the world. In a few cases, an outright gift
Western world, and have been the subject of seemed feasible ; in others, long-term loans
scholarly research, publication and almost under varying conditions were possible. In the
popular appreciation for a very long time, while case of some kinds of material, the lenders or
the arts of the Occident are, with a few outstand- even donors, feeling the heavy responsibility of
ing exceptions, almost totally unknown in the custodians of art treasures, hesitated, in spite of
museums of Asia. It was pointed out that such great goodwill, to make final arrangements be-
a limitation fortunately did not apply to litera- cause they were not sure of the circumstances of
ture and other fields of creative endeavour and climate, of care in handling, and of day-to-day
of scholarship, for publications in these subjects preservation responsibility in so distant, exotic
are readily available and widely known by all and unknown a part of the world as India as to
educated people. The original proponents of the many in the West.
suggestion to encourage in the Orient a collec- Meanwhile, Unesco prepared the way for the
tion to represent the cultural traditions of the collection by organizing various meetings of
West in art examples, and Unesco later, when experts, by continuous consultations with offi-
it agreed to take charge of the project about cers of the National Museum, by providing to
1958, believed that art, without language barrier it the materials for an educational programme
and with its direct visual impact, seemed to pro- on Western art. These visual aids consisted of
vide effective, broader and more intimate avenue an excellent, small but significant, collection of
to cultural understanding of alien traditions its approved colour reproductions of Old
than even the best of books. Master paintings and a large collection of colour
Some of Unesco’s Member States were greatly slides covering the development of Western art,
interested in the project and by 1939 it was gen- for use in educational exhibitions and in lectures.
erally understood that India, admirable for the The Council of Europe consistently sent to the
purpose because of its own great art traditions, National Museum, New Delhi, fine colour-slide
its developed museum movement, and its central sets of its great exhibitions on European schools
position in the Asian land mass, was prepared and movements of art, held in various capitals
to give shelter to a collection of Western art in of the continent, as well as their scholarly cata-
its National Museum. This museum in New logues. A few Member States of Unesco con-
Delhi, which had been founded ten years before, tributed to this development of educational
was looking forward to the completion of the resources on Western art by contributing
first unit of its own building at that time. facsimiles, photographs and books.
During the years following its opening in its For its part, the National Museum was able
permanent premises late in 1960, the National to arrange to have one of its younger staff 239
33
members receive intensive training in Western Museum presented the Philadelphia Museum
art abroad and to see most of the important of Art with two major South Indian stone sculp-
collection of Western art in the United States tures of the Chola period (11th century), res-
and Europe. Other members of its staff, going pectively a Jain Tirthankara and Shiva asa Beggar
abroad on study tours of various kinds, were (Bhikshatana Murti) (fig. 37). That museum had
encouraged to visit museums of Western art, no significant examples of large-scale early sculp-
to study their collections, their techniques of ture from this part of India and valued greatly
exhibition, their procedures in conservation these examples, characteristic in period, style
laboratories, and museum educational pro- and subjects, in order to enrich its representation
grammes to the extent possible. In 1962 the of Indian art. From the Indian point of view,
former Head of the National Museum’s Conserv- European sculptures of religious subjects in
ation Laboratory, then Director of thesNational individual saints and in a group composition,
Museum, on a Unesco six-month study travel from a period of cathedral building, seems parti-
g c v i s i t e d European and American con- cularly significant for comparative art study.
servation laboratories and consulted with their It should be noted that as the United States
experts. He also studied everywhere gallery and has no central governmental authority (ministry
storage provisions for care of Western art. At or department) in charge of museums, and the
the same time many scientists and technicians of museums in that country are either private or
the conservation laboratory’s staff were taking administered by a local or regional government,
advanced training for varying periods in West- in all cases under Boards of Trustees, the ex-
ern conservation laboratories, including in their change mas carried out directly by the two
studies the techniques required for understand- museums (in India needless to say, with the
ing hazards and carrying out treatment of oil- approval of the Ministry of Education, from
paintings and other works of Western art. which the National Museum, New Delhi, now
The first major event in this long preparation depends directly).
for a collection of Western art, to be exemplified Unesco was kept informed on this successful
in characteristic original works of art in New exchangeand must receive all credit for promot-
Delhi has finally resulted in the exhibition, ing the principle of exchange which made this
respectively in Philadelphia and in New Delhi, welcome enrichment of the resources of both
of representative original sculptures exchanged museums possible. Other such exchanges, each
by two museums. The National Museum, New according to its individual circumstances, are
Delhi, has arranged in a large glassed enclosure under negotiation ; completion of such efforts
in its temporary exhibition gallery, in the por- can be expected to take some years, however,
tion reserved for major recent accessions, the judging by the time required for this first suc-
four Gothic sculptures, two in wood and two cessful transaction.
in stone, respectively from France, southern In the interest of museum development per-
Germany and Flanders (fig. 32-36), typical exam- haps it is encouraging to report a national by-
ples of style and periods, which it has accepted product of Unesco’s international promotion of
from the Philadhhia Museum of Art. A general the exchange of art principle with the aim of
label in kindi and English provides an explana- enriching and broadening museum collections
tion of Gothic art. In exchange the National in order to make them more valuable for cultural
32-3j. NATIONAL AfUSEUM, New Delhi,
32. Saint Margaret in -4ttitrfde of‘ Prayer (Flan-
ders), polychromed stone, c. 1480. 84 x 20 cm.
32. Sainte Marguerite eti pt$re (Flandre), pierre
polychrome, vers 1480. 84 x 20 cm.
39. Scene of Exerrition in Presence of a BìXop and
Chwch D&tiàtaries (France), polychromed oak,
I j t h century. 4>.j x 47 cm.
33. S&ne d’exéciifìoti en présence d’wi hêque e f
d’aiitrw dknitaiws erclésìasfiqiies (France), chEne
polychrome, X V sitcle.
~ 41,j x 47 cm.
34. Saint holding a book [St. John?] (southern
Germany), polychromed oak, I 5 th century.
81 x 28 cm.
34. Saint tenant lin lilre [saint Jean?] (Allemagne
mtridionale), c h h e polychrome, xve siècle.
81 x 28 cm.
31. L/irgin and Child (Lorraine, France), poly-
chromedsandstone, c. 1330-1350.70 x 31.j cm.
JJ. L a S‘ìerge et I’Ettfant (Lorraine, France),
_II - -~ - grès polychrome, vers 1330-13fio.70 x 3 1,j cm.
34 31
and educational enlightenment of students and ered their cultural “ambassadors” at the capital.
the general public. The idea of exchange quickly As a result the National I~hseum’scollections
found a sympathetic response within India itself, have increased selectively and significantly.For
where exchange of art objects between museums other museums in the country also exchange was
had not been frequent earlier but had occasion- advantageous. Many of the major State museums
ally occurred. In India, likewise, success in ar- have broadened their own collections to include
ranging exchanges proved slow but could be fine and instructive examples of pieces from
somewhat more rapid than the more complex other parts of India, to serve as comparison with
international exchanges. the local production and often meaningful in
The National Museum has, from its founding, terms of style and period in relation to the place’s
had conections representing all parts of India, own arts. The results have been a great improve-
all types of its art materials and all periods. Other ment in museums throughout the country,
museums of the country, with very few excep- especially from the point of view of education in
tions (outstanding esamples: Indian Museum, history, culture and art of India’s long past.
C a w ; Prince of Wales h t u x Bombay; Along with this striving for more representative
Government hluseum, b l a a m a v ë T G n collections has gone the development of a
devoted exclusively to the archaeology and keener requirement for quality in exhibited
arts of their immediate area, often in overflowing material, but also marked progressive improve-
abundance, to the point where exhibition space ment in the manner of its exhibition. Unesco’s
is crowded and storage space is clogged with project for international exchanges must be
what are multiple examples of equally good recognized as a stimulus to museum growth in
pieces, of the same or closely related subjects, of India and is sure to provide a continuing incen-
the same style and the same period-“dupli- tive to museum progress.
cates’’ in some cases, in the precise meaning of
the term archaeologically speaking, or “equiva-
lents’’, which is more usual. As soon as the
National Museum opened in its new building
from early 1961, efforts began to be made, by
consultation, discussion of museum techniques
and cxamination of approved international
practices, to encourage exchanges among Indian
museums for the improvement in nation-wide
representation and diversification of their exhi-
bitions. Thc National hfuseum and the State and
other museums, as well as the Archaeological
Survey of India began to plan exchanges under
a diversity of plans. The aim was to make more

-
complete the all-Indian representation of the
National Museums’ collections, and to have in
New Delhi art pieces of fine quality from differ-
ent parts of the country hich might be consid-
Échanges internationaux d'auvres d'art

Le projet de l'Unesco relatifà la création d'une Certains des États membres de l'Unesco ont
galerie d'art occidental au Musée national de portt un grand inttret au projet et, en 1959, il
New Delhi a pris naissance au cours d'un s'est ttabli un accord à peu prts general pour
échange de vues qui a eu lieu au Conseil de considtrer que l'Inde ttait admirablement bien
l'Europe vers 1955. On y traitait alors des pro- placee, tant en raison de sa longue tradition
blèmes de la compréhension internationale, et artistique et de ses nombreux mustes qu'en
l'idée y avait été avancée que pour mieux com- raison de sa situation centrale dans le continent
prendre et apprecier les cultures de traditions asiatique, pour recevoir une galerie d'art occi-
différentes, il y aurait grand intérèt à commencer dental. L'Inde elle-mème a indiqué qu'elle serait
par comprendre l'art de ces cultures, surtout prête à abriter cettc galerie dans son muste
lorsque celles-ci sont très dissemblables, très éloi- national. Celui-ci situé à New Delhi, avait été
gnées les unes des autres, construites sur des pré- inaugurt dix années auparavant et la construc-
misses diffirentes et dans des environnements tion du premier dément de son nouveau bkti-
différents, exprimant enfin des caractkristiques ment était alors sur le point d'itre achevte.

L MUSEUM, New Delhi. View of


exhibited gifts f r o m a Museum
of Art*to the National M
-su
'sculptures are shown on a background and
pedestals, painted pale yellow and white, in a
large glassed enclosure in the Recent Accession
Gallery.
36. Vue d'ensemble des sculptures offertes par
le Philadelphia Museum of Art au h.Iusée natio-
nal de New Delhi. Elles sont présentées sur un
arrière-plan et des piédestaux jaune pile et
blanc, et l'ensemble se trouve dans un espace
vitré de la galerie des acquisitions récentes du
muste.
nationales hétkrogènes. On a rappelé i titre Après son installation dans ce nouveau bdti-
d'exemple, l'&norme contraste qui existe entre ment, à la fin de 1960, le Musée national s'est
l'Orient et l'occident en ce qui concerne la tenu en contact permanent avec l'Unesco qui
connaissance de l'art de l'autre partie du monde: poursuivait ses efforts en vue de trouver les
en effet, alors que les arts orientaux sont dans moyens de créer une collection de base représen-
l'ensemble bien représentés dans les mustes et tative de! principales traditions de l'art occiden-
les collections privées du monde occidental, où tal. Les Etats membres de l'Unesco, leurs musées
ils font depuis longue date l'objet de savantes et les conservateurs de ceux-ci ont montré une
recherches et de publications.et sont assez bien grande compréhension et, dans certains cas,
connus m-lit,en Asie, tout ont même pu en fin de compte,@xdesauvres
au contraire, les arts occidentaux sont à peu d'art en tant qu'exemples de ce qu'ils auraient
près inconnus et ne sont absolument pas reprk- voulu voir reprtsenter à New Delhi la contri-
sentés dans les musées, à quelques notables bution de leurs pays respectifs à l'évolution de
exceptions prts. On a fait valoir que, heureuse- l'art occidental, ou même les traditions artis-
ment, ce contraste n'existait pas dans le domaine tiques que ces pays partagent avec d'autres
de la litttrature et dans d'autres domaines d'acti- nations occidentales. Toutefois, il s'est révélé
vites créatrices et intellectuelles, car il existe par- difficile de €aire parvenir ces Oeuvres d'art à
tout toutes sortes de publications bien connues Delhi, même lorsque tous les inttressés étaient
sur ces sujets. Ceux qui, les premiers, ont propost d'accord, en raison de la complexité des moda-
d'encourager la création en Orient d'une galerie lités qui régissent la possession et qui limitent
d'art représentant les traditions culturelles de l'action de la plupart des musées du monde.
l'occident, et plus tard l'Unesco elle-même Dans un petit nombre de cas, un don direct
lorsqu'elle a accepte en 1958 de se charger de semblait possible ; dans d'autres, on pouvait
l'exécution de ce projet, sont convaincus que envisager des p e s àlong terme, à des conditions
l'art, pour lequel il n'existe aucune barrière lin- diverses. S'agissant de certaines œuvres, les
guistique et dont l'impact est immédiat, est sans prêteurs ou même les donateurs, conscients de
aucun doute un véhicule plus efficace, plus géné- leur lourde responsabilité en tant que gardiens de
ral et plus personnel que les meilleurs des livres trésors artistiques, hésitaient, malgré toute leur
pour faire comprendre les traditions culturelles bonne volonté, à conclure des arrangements
de l'étranger. définitifs, craignant que le climat, la manuten-
37. PHILADELPHIA MUSEUM OF ART, Philadel-
phia~EññJZTTirfbatzkara, C l ï ï e r i o d , I I th
century. 111.7 x 104.2 cm. Light-grey granite
sculpture from southern India.
37. Tiribatikara Jaiti, époque Chola, XI^ sihcle.
x roq,z cm. La sculpture est en granit
I I I , ~

i
gris dair. Provenance: Inde du Sud.

tion et les mesures de conservation quotidienne tantes collections d'art occidental aux Gtats-Unis
ne soient pas satisfaisants dans un pays aussi et en Europe. D'autres collaborateurs du muste
éloigné, exotique et inconnu qu'est l'Inde aux sont tgalement allés à l'étranger dans le cadre
yeux de bien des Occidentaux. de voyages d'études et ils ont étt encouragés à
L'Unesco,
\
cependant, poursuivait ses efforts visiter les musées d'art occidental, à étudier leurs
en organisant diverses réunions d'experts, en collections, leurs techniques de pré entation,
ayant de continuelles consultations avec le per- les méthodes employées dans leurs l a h r e s
sonnel du Musée national et en lui fournissant et leurs programmps éducatifs. En 1962, l'ancien
directement-du matériel visuel pour son pro- directeur du laboratoire du Musée national,
gramme d'éducation h i e r e d'art occidental. devenu alors directeur du musée tout entier, a
I1 s'agissait de son jeu, réduit mais excellent, de obtenu une boprse de l'Unesco pour un voyage
repro&@icm en cguleurs de peintures des d'citudes de six mois en Euro5e et en Amérique.
"maîtres anciens", et d'une collection importante I1 a pu ainsi se rendre dans de nombreux labora-
de diapEtives en couleurs traitant de l'tvolution toires de musée et a eu de longues consultations
de l'art occidental et destinées à des e x p d n s avec les conservateurs. I1 a étudié partout les
éducatives et à des conférences. Le Conseil de dispositions et les méthodes adoptées pour la
YEurÕpe n'a pas cessé d'envoyer au Musée conservation des Oeuvres d'art occidental, tant
national de New Delhi les jeux de belles diapo- exposées que gardées dans les dépôts. Enfin, bon
sitives en couleurs de ses grandes expositions nombre de techniciens du laboratoire du Musée
des diverses écoles et divers mouvements artis- national ont suivi pendant des périodes variables
tiques européens, orFanisées dans difftrentes des stages de perf&onnemen; dans des services
capitales d'Europe, ainsi que ses catalogues de conservation et de restauration occidentaux,
%
savants. Plusieurs Gtats membres de l'Unesco se familiarisant notamment avec les techniques
ont également enrichi ces ressources éducatives employées pour prtvenir les détériorations et
sur l'art occidental en fournissant des fac-similes, pour traiter les peintures à l'huile et d'autres
des photos et des livres. f- œuvres d'art occidental.
Le premier Cvénement important qui a
marqué cette longue préparation de la galerie
d'art occidental a été la double exposition, à
1 Philadelphie età New Delhi, de sculptures repré-
sentatives originales échangées par les mustes L’Unesco a été tenue au courant et c’est à elle Muste national s’est installé dans son nouvel
de ces deux villes. Le M u s é e m l de New que revient tout le mérite d’avoir favorisé le immeuble, au début de 1961, ses responsables
Dclhi a installé dans un vaste espace vitré de sa principe des échanges qui a rendu possible cet ont commencé, par des consultations, par l’exa-
galerie d’expositions temporaires, dans la partie enrichissement mutuel des deux musées. D’au- men des techniques uséologie et des mé-
réservte aux acquisitions_récentes, les quatre
sculptures aothiques que lui avait envoyées le
tres échanges analogues sont en cours de négo-
ciation, mais demanderont certainement plu-
&
thodes internation es a g r é w encourager des
échanges entre musées indiens afin d’améliorer
Museum of Art de Philadelue ; il s’agissait de sieurs années, à en juger par le temps qu’a la représentativitt de leurs collections en les
deux statu& en bois et de deux en pierre, venant demandé cette première transaction. diversifiant davantage. Le Musée national, les
de France, d’Allemagne méridionale et des I1 est encourageant de signaler, dans l’intérêt divers mustes des Etats et d’autres encore, ainsi
Flandres, exemples typiques du style et de la du développement des musées, une conséquence que le Service archéologique de l’Inde se sont
période gothiques (fig. 32-36). Près de ces indirecte de l’effort entrepris par l’Unesco pour alors mis à dresser divers plans d’échanges. Le
sculptures, un panneau
P ex licatif en hindi et en favoriser le principe des échanges d ‘ a r e s d‘art but poursuivi était, au premier chef, d’améliorer
anglais expose les grandes lignes de l’art afin d’agrandir et enrichir les collections des la complétude des collections d’art indien du
gothique. En échange, le Musée national indien mustes et les rendre ainsi mieux capables d’aide. hlusée national lui-même, et de réunir ainsi à
a envoyé à Philadelphie deux importantes sculp- aux travaux des trudits et à l‘épanouissemd d New Delhi de belles Deuvres d’art de toutes les
tures en pierre du sud de l’Inde, de la période culturel du grand public. L‘idée des échanges a parties du pays, dont ces œuvres peuvent ttre
de Chola ( m e siècle), un Tirthankara Jain et en effet été fort bien accueillie dans l’Inde elle- considérées comme les “ambassadeurs culturels”
Shha en mendiam’, par Bhikshatana Murti (fig. 37). mCme, où quelques rares échanges d’objets d’art dans la capitale. Et, effectivement, il a été ainsi
Le musée de Phlladelphie ne possédait pas de avaient déjà eu lieu dans le passé. Mais là aussi, possible d’accroître et de diversifier les collec-
bons spCcimens de grande taille de la sculpture les résultats sont lents à se concrétiser ; il est tions du Muste national. Mais ces échanges ont
ancienne de cette partie de l‘Inde et il a été extrê- cependant probable que les choses iront tout de également profité aux autres musées du pays,
mement heureux de recevoir ces pièces, caracté- même plus vite qu’à l’tchelon international. dont bon nombre ont ainsi pu agrandir leurs
ristiques au point de vue du style et de la compo- Des sa création, le Musée national avait été propres collections en acquérant des spécimens
sition, venues enrichir sa collection de l’art doté de collections représentatives de toutes les instructifs des arts d’autres rQions du pays, ce
indien. Du point de vue indien, les sculptures parties de l’Inde, de toutes les formes d’art et de qui rend possible d’utiles comparaisons avec
européennes de caractère religieux - représen- toutes les périodes. En revanche, les autres les arts locaux et permet souvent de mieux situer
tations de saints individuels ou en groupe - musées du pays, à quelques rares exceptions près ces derniers, des points de vue du style et de la
datant dc la période de l’édification des cathé- (notamment ?Indian Museum de Calcutta, le ptriode. En fin de compte, le bilan géntral a été
drales présentent un intérét tout spécial pour Prince of Wales Museum de Bombay et le très positif dans tout le pays, surtout du point
des ttudes comparatives. Government hEseum de M a d r d étaient exclu- de vue de la connaissance de l‘histoire, de la
I1 convient de noter que, comme il n’existe CiTement consacres à l’archéologie et aux arts culture et des arts du long passé de l’Inde. En
aux États-Unis aucune autorité gouvernemen- locaux, lesquels y étaient parfois représentés outre, parallelement à cet effort pour obtenir des
tale centrale (ministere ou département) chargée avec une abondance excessive, à tel point que collections plus représentatives, on constate le
des musées, lesquels sont soit privés, soit admi- les locaux de presentation y étaient surchargés et désir d’améliorer la qualité des œuvres exposées
nistrés par les pouvoirs publics locaux, par les magasins de r s s bourrés de nombreuses et aussi un net progres dans les modes de présen-
l’intermédiaire d‘un conseil djadministration, autres pièces tout aussi belles, traitant du même tation. I1 est certain que le projet de l’Unesco
l’échange entre New Delhi et Philadelphie a été sujet ou de sujets très analogues, du même style relatif aux échanges internationaux a été et
fait directement entre les deux musées intéressés et de Ia méme période - des ‘6doubles’’ dans continue d’être un stimulant pour le développe-
(en Inde, bien évidemment, avec l’approbation certains cas, dans le sens précis que l’archéologue ment des musées en Inde.
du Ministère de l’éducation dont le Musée donne à ce mot, ou des ‘ctquivalents’’, pour
national de Ncw Delhi dépend désormais). employer un terme plus courant. Dès que le
REACCIONES D E L PUBLICO escogido para participar en ese estudio; fue que las joo personas profanas en la
ANTE E L ARTE MODERNO la única limitación impuesta era que las materia que participaron en el estudio
personas debían tener quince años como demostraron ante todo, por su orden de pre-
por Duncan F. Cameron mínimo. ferencia, que tendían a escoger las mismas
Las entrevistas se realizaron personal- reproducciones, tanto entre las que aprecia-
E n el Congreso del Consejo Internacional mente y se recurrió para ello a los mejores ban como entre las que no les gustaban.
de Museos celebrado en Wáshington y entrevistadores profesionales disponibles. De esto se podría deducir que las personas
New York en 1961, algunos directores de Las entsevistas se efectuaban a domicilio. que se consideran analfabetas desde un
museos de arte moderno manifestaron su En la primera parte de la entrevista se tra- punto de vista estttico tienen gusto, aunque
inquietud ante las dificultades con que tro- taba de recoger abundante información no sea lo que se llama un gusto educado.
piezan para interesar a vastos sectores del sobre los antecedentes de la persona, su También mostraron que podían dar razones
público. Consideraron que se deberían familia, origen étnico, educación y también para justificar sus preferencias o sus aver-
realizar encuestas para conocer las razones sobre su formación particular en las artes siones y que eran capaces de adoptar una
de la resistencia del público a las exposi- visuales. Asimismo se recogieron datos actitud decidida y de defenderla con
ciones de arte moderno o contemporáneo sobre la instrucción del padre y de la madre. razones.
y los que declararon no haber encontrado La parte esencial de la entrevista consistía El segundo resultado, si así puede Ila-
oposición reconocieron, no obstante, que se en que la persona interrogada debía dar su marse tomando como base ese estudio expe-
debería realizar por lo menos una encuesta opinión sobre obras de arte moderno repro- rimental, fue la demostración de una hipóte-
sobre la dificultad que experimenta una ducidas en tarjetas postales. sis establecida hace mucho tiempo de que
parte del público para comprender el arte Naturalmente la parte más difícil y deli- existe un desfase de unos j o años entre la
del siglo xx y de su propia tpoca. cada de todo el proyecto fue escoger las innovación creadora y la aceptación gene-
I a Sra. Ayala Zacks de Toronto ofreció reproducciones adecuadas. La disponibi- ral. Los montones de tarjetas comprendían
espontáneamente su colaboración para orga- lidad de reproducciones de obras de arte en varios ejemplos de la pintura realista del
nizar un comité encargado de realizar esas tarjetas postales era un factor limitativo, siglo XIX y de las obras de los impresionis-
encuestas. Así, en 1966, se organiz6 un pero aun así, la selección preliminar ofrecía tas. Estas pinturas obtuvieron una puntua-
Comité en Toronto compuesto por un psi- unas 2000 posibilidades. Luego hubo que ción tan alta, en comparación con el escaso
cólogo, el Dr. Davis §. Abbey, un especia- reducir éstas a un número menor y más número de puntos asignados incluso a las
lista en historia del arte y exdirector de práctico. La selección se confió a la Sra. obras más inofensivas de la vanguardia del
museo, el Dr. Theodore Allen Heinrich, Zacks y a los Dres. Welsh y Heinrich. Para siglo xx, que es difícil interpretar este ïesul-
un director de galería de arte, el Sr. William reducir las dos mil tarjetas postales a las 220 tado de otra manera que por ese desfase.
Withrow, un profesor de bellas artes, el que finalmente se utilizaron se procedió con El Dr. Abbey señaló que “la familiaridad
Dr. Robert Welsh, un representante del el máximo cuidado, y se tuvieron en cuenta suscita satisfacción” y demostró la existencia
Comité Nacional Canadiense del Consejo todas las razones que influyen en el juicio de correlaciones positivas entre los cuadros
Internacional de Museos, el §r. Donald de un experto. Las 220 tarjetas se separaron que las personas interrogadas decían haber
Crowdis y un niuseólogo, el Sr. Duncan en 23 montones de diez basándose esta selec- visto antes y los que preferían. Como alguna
F. Cameron. ción en ciertas caracteristicas formales co- de las pinturas que un gran número de las
Se examinaron los diversos tipos de munes a las obras de arte incluidas. Algunas personas entrevistadas manifestó haber visto
encuestas posibles y para algunos de ellos tarjetas figuraban en más de uno de los antes se habían publicado e exhibido muy
se llegaron a sentar las partes preliminares montones. raramente en el Canadá, el Dr. Heinrich
del estudio. Se decidió que sería suniamente A cada una de las personas interrogadas argumentó que quizá el estilo haya resul-
útil concebir una metodología para definir se le pidió en primer lugar que tomase varias tado familiar ya que no la obra de que se
la actitud del público ante el arte moderno decisiones acerca de las tarjetas que consti- trata. Esto lleva a suponer una vez más que
que se pudiera aplicar en cualquier ciudad tuían uno de los montones. Debían orde- la hipótesis del desfase está bien fundada.
independientemente del idioma hablado, de narlas según sus preferencias y, como pudo Naturalmente no eran estos los resultados
las pautas culturales dominantes o de los verse por los resultados, según la aversión que perseguía el grupo de Toronto. Lo que
’ tipos de museo de arte abiertos al público que les inspiraban. Se les pidió que expre- les interesaba sobre todo era saber si la
objeto de la encuesta. §e admitió que el saran verbalmente sus preferencias y antipa- metodología aplicada podía producir resul-
estudio realizado en Toronto no trataría de tias y que buscaran los factores comunes que tados válidos desde el punto de vista estadís-
resolver ninguno de los problemas plantea- justificaban el que las I O tarjetas estuvieran tico. Se llegó a la conclusión de que la
dos por las reacciones del público en esa en u n mismo montón; también tenían que metodología era satisfactoria, es decir que
ciudad. El Comité se propuso n o hacer más decidir si creían que algunas de las tarjetas dada una muestra de alto nivel probabilís-
que establecer una metodología y ensayarla no debía figurar en ese montón y exponer tic0 y de volumen adecuado, y empleando
para ver si permitía obtener resultados sus razones al respecto ;asimismo tenían que las técnicas y los materiales de entrevista del
válidos, siempre que se cumplieran ciertos decir cuál de los cuadros hubieran deseado estudio experimental de Toronto, se pueden
requisitos de la investigación. poseer y lo que habrían hecho con el. obtener resultados cuantitativos válidos
Naturalmente, los resultados del estudio Después de contemplar y manipular larga- desde un punto de vista estadístico acerca
dependían ante todo de la cuidadosa selec- mente las tarjetas de lo que se llamó el de las reacciones del público.
ción del grupo de personas a las que se montón principal, se realizaron estudios más Lo que hay que hacer ahora es repetir el
habría de interrogar. Así se escogió una breves de tres montones menores y también estudio experimental de Toronto en otros
muestra de alto nivel probabilístico, lo que en este caso las personas interrogadas estable-
significa que cada uno de los residentes de cieron concretamente sus preferencias. El
Toronto tenía iguales posibilidades de ser resultado más sorprendente del experimento XIX
centros a fin de poder acumular una serie ciudad del Neva tiene once museos y memo- 3. DOM-MUZEY V. I. LENINA,Chuchenskoie.
de datos comparativos. El resultado más riales, la capital soviética cerca de diez. E n La casa de la campesina Petrova, donde vivieron
importante de la repetición de dicho estudio los edificios administrativos y sociales que Lenín y Krupskaya.
será la posibilidad de establecer compara- estuvo Lenin se han colocado lápidas. 4. MUZEY V. I. LENINA,Leningrado. Aparta-
ciones entre las reacciones del público según Son muy conocidos por los soviéticos y mento donde Lenin vivió en I g 17 en la clandesti-
sus antecedentes culturales. Son igualmente los turistas extranjeros la famosa habitación nidad.
importantes las preguntas formuladas en un de Lenin en el Smolni, la histórica cabaña J. CENTRALNY MUZEYV. I. LENINA,Moscú.
principio por los directores de museos de de Ralaiv, el despacho y el apartamento del La lancha que utilizó Lenin para atraversar el
arte moderno en las reuniones de New York Kremlin, las casas de Gorki, Podolsk, lago Razliv.
y Wáshington. l Qué puede hacerse con los Kuaminki, etc.
resultados ? l Cómo pueden aplicarlos a sus E n los museos se exponen objetos usuales V. I. LENINAV.
CABINETI KAVARTIRA
problemas cotidianos de programación en de la familia de Lenin, sus documentos, KREMLE,
Moscú.
los museos de arte moderno? obras y materiales ilustrados dedicados al 6. La habitación de N. Krupskaya.
E n ningún momento se sugirió que el periodo de vida y actividades de Lenin
estudio de Toronto y otros análogos pu- ligadas con el lugar concreto de la sede 7. El escritorio de Lenín.
dieran proporcionar una fórmula para la memorial.
programación de una galería de arte. Tam- Los museólogos soviéticos realizan mu- MUZEYV. I. LENINA,
Gorki
poco se sugirió que debieran utilizarse los chas medidas prohlácticas para conservar y 8. La casa y el parque donde vivió Lenh.
resultados estadísticos de esos estudios como restaurar esos memorables objetos, y todos 9 . El jardín de invierno.
base para la programación de un museo de los años son arreglados por restauradores
arte, cuyo objetivo sea ofrecer al público lo dirigidos por especialistas. Los edificios de IO. El comedor.
que prefiera, ahora que se conocen sus gus- madera, cuando hay necesidad, los desmon- II. El escritorio de Lenin en su estudio.
tos. Más bien se considera que los resultados tan e impregnan con sustancias químicas 12. DOM-MUZEY V. I. LENINA.
Kazán. La casa,
de u n estudio como el que acaba de descri- especiales que los protegen de la putre- después de su restauración.
birse pueden ser útiles al director de u n facción, del fuego, del agua y del viento.
museo de arte por cuanto le dan una visión E n torno de cada lugar memorial se crean
más clara de los problemas con que el zonas especiales. En Shushenskoe se ha
público se enfrenta cuando trata de esta- organizado una especie de vedado que ha
blecer una relación entre su propia experien- recibido el nombre “Deportación de Lenin en LA SALA DIDACTICA D E L MUSEO
cia de la vida y el arte moderno. Al parecer, Siberia” donde se ha restablecido el aspecto NACIONAL D E CUBA, LA HABANA
esos problemas no sólo están relacionados histórico del lugar y el ambiente que había
con el lenguaje no verbal del arte sino cuando estuvo allí Lenin deportado y a por Marta Arjona Pérez
también con la disparidad verbal y semán- fines del siglo XIX.
tica que existe entre la jerga exclusiva del Preocupa a los museólogos conservar los Se inauguró en marzo de 1968, en el Museo
artista, el crítico y el conservador de museos, objetos de Lenin expuestos en los museos Nacional de Cuba, una sala didáctica, espe-
y el lenguaje del profano que “no entiende o que se guardan en los depósitos. Los espe- cialmente destinada a los niños y al público
nada de arte pero sabe lo que le gusta”. cialistas soviéticos han conseguido construir de nivel cultural poco elevado.
un armario-escaparate y armario-conteiner Esta sala comprende cuatro secciones, la
que garantizan totalmente la conservación de primera, muy reducida, está dedicada a los
las cosas de Lenin para muchos siglos. siguientes temas: los diferentes tipos de
MUSEOS DE L E N I N E N LA URSS Los museos de Lenin en la URSS son museos y, más concretamente, la función de
escuelas de capacitación de museólogos. Van los museos de artes plásticas, la diferencia que
por Anatoli Tarassenko a trabajar a ellos egresados de universidades existe entre un original y una reproducción
e institutos de humanidades. Muchos de y los distintos usos de las reproducciones.
En la Unión Soviética se conservan cerca de ellos preparan estudios científicos durante el La segunda sección está destinada a mostrar
cuatrocientos lugares memorables vincula- trabajo. Además de dedicarse a la labor la amplitud del campo de las artes plásticas :
dos con la vida y las actividades de Lenin científica, divulgan la doctrina leninista : dan arquitectura, escultura, pintura, vidriera,
en Ulianovsk, Kazán, Siberia, Leningrado, conferencias sobre las exposiciones de los mosaico, cerámica, orfebrería, esmalte, hierro
Moscú y otras ciudades. E n los más notables museos y acerca de temas aislados. A deseo forjado, carteles, fotografía, diseño indus-
se han abierto museos de Lenin. de los visitantes dan consultas a grupos y trial, etc. La tercera sección está dedicada
E n Ulianovsk, la ciudad natal de Lenin, personas aisladas. más directamente a la apreciación de la
se ha creado un museo en la casa donde Los museos editan trabajos científicos y forma, gracias al análisis de los diversos
pasó la infancia y la adolescencia (I 878-1887). las personas que trabajan en ellos publican, elementos del cuadro: linea, masa, color,
Se ha restituido y se conserva todo como regularmente, artículos de información en la tono, volumen y textura. En la última
cuando v i d a la familia Ulianov. Así como prensa periódica, consultas y noticias sobre sección se exhiben obras de artistas cubanos
también el jardín de la casa. la vida y la actividad de Lenin y la historia para que el propio público determine cómo
E l zar Nicolás II deportó a Lenin al del movimiento revolucionario en Rusia. se han utilizado los elementos pictóricos.
lejano pueblo siberiano de Shushenskoe por Se ha hecho tradición los viajes de museó- Aunque la exposición pueda visitarse sin
el plazo de tres años (1897-1900). En las dos logos por el país con exposiciones ambu- guía gracias a los textos explicativos que
casitas campesinas donde vivió Lenin se han lantes sobre temas leninianos. Esto permite figuran en cada panel, se han organizado
abierto museos. Para el centenario del naci- dar a conocer los materiales de los museos visitas con guía cuyos comentarios están
miento de Lenin se habrá terminado el a mayor número de personas. adaptados al nivel de instrucción del visi-
conjunto memorial de Shushenskoe y sus tante.
arrabales “Deportación de Lenin a Siberia” Dado el carácter experimental de la sala
que reproducirá la aldea de finales del V. I. LENINA,Ulianovsk
DOM-MUZEY didáctica, se ha escogido un modo de pre-
siglo XIX y comienzos del xx. sentación adecuado a una exposición tem-
I. El comedor donde se reunía la familia no
Centenares de edificios de Moscú y sólo para las comidas, sino también para discutir poral utilizando paneles desmontables que
Leningrado están vinculados con la actividad acerca de los artículos que habían de figurar en la se ajustan a u n módulo hexagonal. E n la
científica, partidista y estatal de Lenin. La revista familiar Snbodnik. tercera sección el análisis de los diversos
2. Un hngulo del salón. Por la puerta abierta elementos de un cuadro se hace superpo-
puede verse el estudio de Ilya Nikolaievich, niendo cuatro cristales de idéntico tamaño
xx padre de Lenín. en el cuadro. E n el primero de ellos se han
trazado las líneas fundamentales, en el La creación y el sostenimiento del museo colecciones de aves del paraíso, de morfos,
segundo las masas, en el tercero los colores están a cargo de la ciudad de Marsella. mariposas de Sudamérica y de cipreas, con-
y las gamas, y en el cuarto el volumen y la El museo tiene como proyectos organizar chas tropicales, etc. La biblioteca es bastante
textura. una iniciación artística para maestros, cola- rica, cuenta cerca de 400 revistas y periódi-
La experiencia de esta sala didáctica dió borar más con los organismos culturales, y cos que reciben en intercambio de los que el
resultados positivos. Se estudia la posibilidad mejorar sus métodos (experimentostactiles), museo publica regularmente desde hace
de modificarla un poco y de crear salas formar un fichero de obras y una biblioteca muchos años (Annazi yDorima) :
análogas en otros museos de Cuba y de de libros de arte que estarán a la disposición La actividad científica consiste hoy, espe-
organizar una exposición didáctica circulante de los niños. Por último quiere llegar a ser cialmente, en investigaciones sobre la fauna
destinada a las zonas rurales alejadas. un centro de información sobre los museos terrestre y marina de la Liguria; se llevan
de niños. a cabo estudios sobre herpetología, histo-
logia, entomología, etc. La colaboración con
MUSEONACIONAL DE CUBA,La Habana otras instituciones es intensa y continua
38. Entrada a la sala didáctica. MUSÉEDES ENFANTS, PALAIS DE LONGCHAMPS, (visitas de investigadores, préstamos e inter-
Marseille cambio de materiales). Se han realizado
39. Al fondo, paneles de la primera sección
donde se muestra qué es un museo, qué son las 44. Planta de la sala : I. El taller del pintor. algunas misiones en diferentes regiones.
reproducciones, qué es un original. A la derecha Naturalezas muertas ; 2. Marinas. Paisajes ; Están en curso los trabajos de moderni-
muestras de arquitectura que inicia la segunda 3. Un cuento : Capertrcida roja ; 4. Acuarela, zación de las salas de exposición y se están
sección : las manifestaciones artísticas. aguada, grabados ; 5 . Retratos ; 6. Vitrina :Los instalando vitrinas más estéticas y de mayor
útiles del pintor, del escultor; 7. Esculturas.
40. Muestras de escultura (2.” sección). Juguetes. Moldes ; 8. Bancos para los niños ;
eficacia didáctica. Todas las semanas se cele-
9. Móvil de Calder IO. Tejedura y tejidos. bran conferencias para el público y se
42. Al fonclo muestras de fotografía y a la
izquierda panel de diseño industrial (2.” sección). I I. Iniciación al color. organizan exposiciones periódicas ; una de
éstas, celebrada en 1969,estaba dedicada a la
42, a. Paneles con elementos de la forma, al 4 j . Los textos guían a los niños. Las obras
historia del museo, con presentación de
fondo ;a la izquierda, cristales donde se analiza están colocadas a la altura de sus ojos. documentos, retratos, modelos, etc. Con
la obra formalmente (3.” sección). 46. La explicación de las esculturas comienza motivo del primer centenario del museo, se
42, b. Otra vista de los cristales. por el análisis de juguetes de madera pulida de reunió en Génova el XV Congreso de la
Bojesen (Copenhague). Para abordar la noción
43. Exposición de pinturas cubanas donde se del volumen - demasiado abstracta de otro Sociedad Italiana de Biogeografía.
ejemplifica el uso de los elementos de la forma modo - se toma como punto de partida lo que
(4.” sección). los niños ya conocen.
MUSEOCIVICODE STORIANATURALE
GIACOMO
47. El móvil de Calder es un deleite; antes de DORIA,Genoa
que se mueva, los niños lo definen : es un árbol
con una naranja, un limón, una manzana, una j 9 . Vista del edificio.
ciruela ;un hombre con unas pagayas ;un árbol 60. Un cuadro que muestra la evolución de los
EL MUSEO DE LOS NIÑOS DE de Navidad lleno de regalos ;y cuando se le ve equinos.
MARSELLA oscilar : es un tiovivo que se balancea ;satélites
61. Parte de la nueva gran vitrina destinada a la
que giran alrededor de la tierra ; una máquina
presentación de los mamíferos.
por Danièle Giraudy bonita que no sirve para nada.
62. Una vista parcial de la nueva disposición
48. El móvil estático.
El Museo de los Niños de Marsella fue de la sala de cetáceos.
49. Informe de la visita de curso medio, z A,
creado en 1968 en una sala del museo de arte, de 1’Ecole publique de filles primaire-élémen-
Museo Cantini, cuyas colecciones utiliza. Se taire, Marseille.
exponen también en él, obras donadas o
prestadas por artistas contemporáneos. Los INTERCAMBIOS INTERNACIONALES
niños de cuatro a doce años van a ese museo DE OBRAS DE ARTE
con los de su clase o con la familia.
La proximidad del museo de adultos por G. McCann Morley
EL CENTENARIO DEL MUSEO DE
establece un enlace dinámico continuo HISTORIA NATURAL DE GaNOVA
entre las dos clases de público, bene- La idea de crear una galería de arte occi-
ficioso para el uno y para el otro. por Enrico Tortonese dental en Oriente se manifestó durante un
Las 45 obras expuestas a la altura de los intercambio de ideas que se celebró en el
ojos de los niños fueron escogidas por su El Museo de Historia Natural de Génova, seno del Consejo de Europa hacia 1951. El
calidad artística y por su valor educativo: que pertenece al Municipio, fue fundado arte, para el que no hay barreras linguisticas
pintura sobre soportes distintos, grabados, hace cien años por Giacomo Doria y desde y cuyo efecto es inmediato, se consideró en
dibujos y esculturas de técnicas y de géneros 1912 está instalado en un edificio donde realidad como un medio más eficaz que los
variados que van desde la edad media hasta también se encuentran la Sociedad Italiana mejores libros para hacer comprender y
la época contemporánea. Esta colección de Entomología, la Asociación “Pro Natura” apreciar las culturas de tradiciones diferentes.
queda completada por los instrumentos de y la Sociedad de Astronomía “Urania”. El En general, el arte oriental está bien
trabajo del escultor, del pintor y del graba- museo contiene muchas colecciones impor- representado en los museos y en las colec-
dor. Las obras expuestas están agrupadas tantes, sobre todo de zoología, pero también ciones particulares del mundo occidental.
por temas y por géneros. Los guardianes las hay de mineralogfa, paleontología y Por el contrario, en Asia el arte occidental
sonrientes vigilan sin regañar. Unas anima- botánica (algunos herbarios). Muchos ejem- es casi desconocido y no está representado
doras, especialmente preparadas para ello, plares fueron recogidos por exploradores y en absoluto en los museos, salvo unas cuantas
comentan las visitas según métodos de naturalistas italianos célebres (O. Beccari, excepciones notables.
pedagogía activa. Para asociar los educadores V. Bottego, L. Fea, etc.) en Africa, en Asia En 1958 la Unesco se encargó de ejecutar
al trabajo del museo, se les pide que cons- Meridional, en Indonesia y en Sudamérica. el proyecto y se decidió, con un acuerdo casi
tituyen una documentación sobre las reac- Posee ricas colleciones de estudio con general, que la galería de arte occidental se
ciones de los niños después de la visita. numerosos y variados ejemplares. Hay instalaría en el Museo Nacional de la India,
La asistencia al museo es numerosa: la veintitrés grandes salas en las que están de Nueva Delhi.
entrada y la visita sont gratuitas, pero el expuestos al público animales, minerales y
el transporte de los niños sigue siendo un fósiles: entre éstos hay un gran esqueleto
problema. de elefante antiguo. Son de mucho valor las XXI
Los Estados Miembros de la Unesco, sus nizada en Filadelfia y en Nueva Delhi, de De izquierda a derecha: Sanfa Margarita en
museos y sus conservadores dieron pruebas esculturas representativas originales inter- oración, piedra policromada, Fkandres (?), hacia
de gran comprensión y llegaron, a pesar de cambiadas por los museos de estas dos 1480; Escetla de ejecitcióti en presemìa de E M
obispo y de otros dagilatarios eclesìásficos, roble
múltiples dificultades, a enviar a Nueva ciudades.
policromado, Francia, siglo xv ; Santo con tin
Delhi, en forma de donaciones o de présta- En la India misma, el proyecto de la libro en la mano (E San Juan ?), roble policro-
mos a largo plazo, obras representativas del Unesco fue y sigue siendo u n estimulante. mado, Alemania meridional, siglo xv; L a
arte de sus paises respectivos. La Unesco La idea de los intercambios ha sido bien Virgctz y el Nìfio, piedra policromada, Lorenne
facilitó directamente al Museo Nacional recibida en los museos de la India. Se ha (Francia), hacia 1330-1350.
reproducciones de pinturas y diapositivas visto el deseo de mejorar la calidad de las
para su programa de educación en materia de obras expuestas y se observó tanibiCn un 7 8 . Sapita .Margarifa en oracióa Piedra policro-
arte occidental. marcado progreso en el modo de presentar mada, 84 x 20 cm. Flandres (?), hacia 1480.
Un funcionario del museo recibió en el las obras de arte. 7 9 . Escena de ejecmìóti en $resencia de EIII
extranjero una formación profesional inten- obìs$o y de otros dknafarios eclesiásticos. Roble
siva en materia de arte occidental y varios policromado, 45,5 X 47 cm. Francia, siglo xv.
otros funcionarios han hecho viajes de NATIONAL
MUSEUM,
New Delhi
estudio para familiarizarse con las colec- 80. Santo con fin libro en la mano (c San Juan ?).
77. Esculturas ofrecidas por el Museo de Arte Roble policromado, S I x 28 cm, Alemania
ciones y los métodos de presentación y de de Filadelfia al Museo Nacional de Nueva meridional, siglo xv.
conservación de los museos occidentales. Delhi. (El fondo y los pedestales son de color
E l primeï acontecimiento importante que amarillo pálido y blanco y el conjunto está en un 81. L a Virgen y el Nifio. Piedra arenisca poli-
marcó esta larga preparación de la galería de local cerrado con vidrieras de la galería de adqui- cromada, 70 x 3 1 , ~cm. Lorznne (Francia),
arte occidental fue la doble exposición, orga- siciones recientes del museo.) hacia I 3 30-13 50.

OTHOIIIEHHE IIYEJII/IICH
IC COBPEMEHHOMY BCITYCCTBY

XXII
MY3EB B. Id. JIEHBHA B CCCP

XXIII
C T a T b m H , KOHCYJIbTaqMRMH H coo6m;e~11-
FIMH O X H 3 H H H AeÆTeJIbHOCTH JIeHHHa,
HCTOpHH peBOJIIOqMOHHOl?O nBIIWeHHR B
POCCHII .
Yze cTanm T p a g n q n e B noesn~zi~ y s e e -
BeAOB II0 C T p a H e C IIepegBtï%HbIMH BbICTaB-
K a M H II0 JIeHziHCKOfi TeMaTIIKe. 3 T O IIOSBO-
JIReT OXBaTIITb IIIYrPOKH& K p y r JIIOnefi H a
M e c T a x II IIOSH~KOMHTL HX c MaTepnanam
My3eeB.

AOM-MY3EP B. H. JIEHIZHA, YJIbRHOBCK

IIORCHeHEIRM H a K a X A O M C T e H n e , TeM H e
Menee o p r a ~ m y mnoceqemm
~c~~ cmxyp-
COBOROM, KOTOP€& pHTbIsaeT DOBeHb
06pa3OBa ~ no mc e T m e n e M.
B CBfI3H C TeM, ¶TO 3 T a B B O n H a R BKCIIO-
3lTqHfI HMeeT 3KCIIepHMeHTaJIbHbIfi X a p a K -
T e p , O H a O#OpMJreHa R a K B p e M e H H a F I BbI-
mama: 3gecb H C I I O J ~ ~ O B ~ pas6op~b1e
H~I
CTeHgbI, PaCIIOJIOWeHHbIe meCTHyI'OJIbHH-
SOM. B TpeTbeni pasnene a ~ a n pasnm-~3
HbIX 3JIeMeHTOB K a p T H H b I 06nersae~cfl
Ha-
JIOWeHHeM ¶ e T b I p e X CTeKJIRHHbIX IIaHHO ,
Ha KOTOPbIX IIOKaSaHbI COOTBeTCTBeHHO
ocHoBHbIe JIHH'CIH, p a s ~ e p b ~Icpacm,
, H

MYBE& B. n. JIEHHHA,FopIili
8. HOMa napa, rne min JIeHnH.
9 . ~ H M H Hcm.
~
10. CTOJIOB~F~..
I l . Pa6oma CTOJI B. H. J I e H m a B ero MUSEONACIONAL D E CUBA, La Habana
Ka6HHeTe. 38. BXOH B BBOAH~IP3an. BHA CO CTOPOHbI
IIaTno.
nOM-MY3EB B. m. JIEHHHA, H a 3 a H b 39. B rny6m~esana cTeHAbI n e p B o r o pasgena,
1 2 . HOMnocne p e c T a s p a q m 1 . Ha KOTOPMX pacc.nlaTpmaeTcfi, YTO T a K o e
niysea, p e n p o n y K q m M o p m a H a n . Cnpasa,
apXnTeKTypHaFI BbICTaBKa, HaYHHaIOQaR BTO-
PO& PaaAeJI, IIOCBRQeHHbIl? BXAaM H806pa3EI-
TeJIbHbIX HCKYCCTB .
BBOAHbIm 3AJI 40. CKyJIblITfla II PLICYHKM H a CTeHe (2-0&
B HAqBOHAJIbHOM MY3EE ICYBbI paanen) .
I'asaHa 41. B r n y 6 ~ ~3ana e @ o T o r p a @ m % VI c n e B a
IlaHHO C IlPOMbILUJIeHHbIMH PllCYHKaMIi (2-0P
=TOP MapTa ApHoHa IIepec paagen) .
4 2 , a. B r n y 6 n ~ e3ana - n a r i H o , H a K O T O ~ M X
B M a p T e 1968 rona B H a q m o H a n b H o M ~ O K ~ S ~a n H e~n Ii e ~ ~@opmI;
b~ c n e B a cneqa-
~ y s e eIcy651 6b1nOTKP~IT san, c n e q H a n b H o aJIbHbIe CTeKJIRHHbIe IIaHHO, IIO3BOJIRIOQHe
n p e n ~ a s ~ a n e ~ gna
~ b ~ ni etT e f i II n o c e T H - aHanIX3HpOBaTb @opMy npolï3BeAeHHR (3-1iii
T e n e f i C HeBbICOKHM KYJlbTYPHbIM D O B H e M . paanen).
TO 3an mnm¶aeT seTbIpe pasnena. 42, b . CTeKJIRHHbIe IIaHHO.
IIepB€&, 09eHb He6OJIbIIIOM, 3HaKOMHT 43. BbICTaBKa IIPOlr3Be~eHZiPKY6EIHCKIïX X y -
C p a 3 J I I l g H b I M H TLiIIaMH M y 3 e e B H , B ¶aCT- AO?KHHICOB, pa8'bRCHRIOQaFI EICIIOJIb30BElHFle
ponb
HOCTH I I O K ~ S E J B ~ ~ T ~ y s e e~ 3~0 6 p a - 3JIeMeHTOB @OpMbI (&Ha pasaen).
3HTeJIbHbIX HCKYCCTB ; p a 3 J I H ¶ H e MeXny
OpLirHHanoM H p e n p o n y K q a e B , pasn~s~b~e
TMIIbI HCIIOJIbSÖBaHHR p e I I p O n y I c q H & . BTO-
poM pasaen HMeeT qenbm I I O K ~ S ~1330-
r -
T ~ AETCICliim MY3En r. MAPCEJIR
6 p a 3 H T e a b H b I e HCKyCCTBa B H X MHOF006-
p a 8 H b I X IIpOFIBJIeHHFIX: KepaMHKa, apXH-
aBTop xlIponH
gaHHemb
TeKTYPa, cKYJIbnTYPa, )JeTcIcafi ~ y s e Br. Mapcem 6b1n c o 3 n a ~
B 1968 r. B O ~ H O M1x3 E I ~ J I O BM y 3 e ~
51306pa-
SHTeJIbHbIX HCKYCCTB - M y s e ~K a H T H H H ,
XXIV KOJIJIeKqMH KOTOPOI'O OH HCIIOjrb3yeT. B

Y
MUSEOCIVICO D I STORIA NATURALE GIACOMO
DORIA,Genoa
I'OPOHCIcOm MY3En
59. Mysea eCTeCTBO3HaHITR reHylT.
ECTECTBOSHAHBH ~ X A K O M O
AOPHA, PEHYA 60. CxeMa, HJIJIIOCTPEPYIOII~JI BBOJIIO~HIO
nomanií.
61. %CTb HOBOB 60~1bmoB BMTPHHbI, C a y -
rlcaI@ BBegeHMeM K OT,U$JIy MJIeKOlIHTaIOqHX.

62. BHA HOBOPa ~ c n o s r ~ q m


B 3ame Kmo-
06pa 3 ~ b I X .

xxv
AUTHORSI AUTEURS

AYALAZACKS THEODORE
ALLENHEINRICH DUNCANF. CAMERON
Trustee, patron, lecturer, noted collector, tire- Professor of Art History at York University in National Director of the Canadian Conference
less worker since moving to Canada in 1947 for Toronto and former Director of the Royal of the Arts, President of Janus Museum Con-
museum and musical causes. Educated at the Ontario Museum. Previously held curatorial sultants Limited, Toronto, Canada, and Co-ordi-
Sorbonne and the London School of Economics. appointments at the Henry E. Huntington nator of the International Sub-committee
Later student of art history at Colombia and the Library and Art Gallery in California and The (ICOM) on the Public and Modern Art.
University of New York. Closely associated Metropolitan Museum in New York. After the The CCA is a national, non-governmental
with the Art Gallery of Ontario, the Isreal Mu- war he was Chief of The Monuments, Fine Arts association of Canada's major organizations in
seum in Jerusalem, and the Archaeological and Archives Branch of United States Military all the arts and was founded in 1945. Janus is a
Museum of Hazor. One-time trainee at the Government in Germany. Born in Washington, firm of cultural resources development consul-
Museum of Modern Art in New York, and educated in the United States .and Germany. tants established in 1962, and active interna-
member of the International Council of the Degrees from the University of California and tionally since 1965.
latter. Active member ICOM Committee on Cambridge, LL.D. from Waterloo. Author of Has published widely and is best known for his
Museums and Modern Art and for the ICOM books and numerous articles and catalogue concern with the social dynamics of the demo-
Foundation. introductions. Museum consultant. Active in cratization of the arts.
ICOM since 1948.
Administrateur de musée, mkctne, conférencier, Directeur national de la Conférence canadienne
collectionneur réputé, travailleur infatigable des arts (CCA), président de Janus Museum
depuis qu'elle est allée s'installer au Canada en Professeur d'histoire de l'art à la York Univer- Consultants Limited, Toron,:o (Canada) et
1947 pour des raisons intéressant les musées et sitY de Toronto et du Royal coordonnateur du Sous-comité international
la musique. A fait ses études à la Sorbonne et à Ontario Museum. A d'abord été conservateur (IcoM) du public et de I,art moderne.
la et galerie d'art Henry E'
la London School of Economics. A ensuite La CCA, fondée en 1945, est m e association
étudié l'histoire de l'art à Colombia et à l'Uni- Huntington, en Californie, et au "etro~olitan nationale non gouvernementale qui groupe les
versité de New York. Entretient des rapports Museum de New Après la guerre, a principales organisations canadiennes dans tous
étroits avec l'Art Gallery de l'Ontario, le Musée occupé les fonctions de chef de la section des les domaines artistiques. Janus est une firme de
israélien de Jérusalem et le MusCe archéologique monuments, des beaux-arts et des archives du consultants spécialisés dans la mise en valeur
de Hazor. Ancienne stagiaire au Museum of gouvernement militaire américain en &le- des ressources culturelles, qui a été créée en 1962
Modern Art de New York, et membre du magne* Né WashingtonJ fit ses études aux et exerce une activité internationale depuis 1965.
Conseil international de ce musée. Membre Etats-Unis et en est dip1ômé de Auteur de nombreuses publications. Connu
actif du Comité de I'ICOM pour les musées et l'Université de Californie et de Cambridge et surtout pour l'intér2t porte la dynamique
collections d'art moderne et de la Fondation de docteur en droit de Waterloo. Auteur de plu- de la démocratisation des arts.
1'ICOM. sieurs livres et de nombreux articles et introduc-
tions de catalogues. Consultant en muséologie.
Joue un rôle actif à l'ICOM depuis 1948.

DAVIDS. ABBEY MARTA ARJONA PEREZ

Received his doctorate in experimental and Born at Havana (Cuba) in 1923. Graduate in
social psychology -from the University of drawing and sculpture of the Escuela Nacional
WILLIAMJ. WITHROWC.D., M.A., M.ED de Bellas Artes; first prize sculpture in the
Toronto in 1962. He is currently the co-ordi-
nator of Research and Development Studies at Studied art and architecture, fine arts and educa- "Concurso de Grado" of 1945. Participated in
the Ontario Institute for Studies in Education tion at the University of Toronto and was collective exhibitions in Cuba and other coun-
and Associate Professor in Education Theory. appointed Director of the Art Gallery of Onta- tries until 1950, when she began to devote
Since 1957 he has consulted with museum and rio in 1961. He is past-president of the Canadian herself to ceramics. In 1951 and 1952 used a
art galleries in Canada and the United States on Art Museum Directors' Organization and is fellowship from the Lyceum Femenino of
problems of audience profiles, exhibit evaluation active in art and museum associationsin Canada, Havana to study in the Paris workshop of
and communications.His research work is focu- the United States and internationally. Member Roger Plin, the ceramist and sculptor, also
sed on communication in education and the of the Canadian National Committee for ICOM. attending classes on the history of ceramics
evaluation of innovations. Has conducted research and is particularly inter- given in the Sèvres factory by Adrien Lesur,
ested in art education for gifted adolescents the expert and restorer, under the auspices of
A obtenu son doctorat de psychologie expéri- and the training of school art teachers. the auspices of the Amis de Skvres. On her
mentale et sociale à l'université de Toronto en return to Cuba held own exhibition at the
1962. I1 est actuellement le coordonnateur des Lyceum, participated in various coUective exhi-
études de recherche et développement à l'Onta- C.D., M.A., M. Ed., a étudié l'art et l'architec- bitions and executed a number of murals. Was
rio Institute for Studies in Education et est pro- ture, les beaux-arts et la pédagogie à l'Univer- Director of the Galería de la Sociedad Cultural
fesseur associe de théorie pédagogique. Depuis sité de Toronto et a été nommé directeur de Nuestro Tiempo, and in 1959 was appointed
1957, se tient en rapport avec des musées et des l'Art Gallery de l'Ontario en 1961. Ancien National Director for Plastic Arts, and later
galeries d'art du Canada et des États-Unis pour président de l'organisation des directeurs de National Director of Museums and Monu-
l'étude des probltmes relatifs aux caractéris- muskes d'art du Canada (Canadian Art h1useum ments, of the National Cultural Council. She
tiques du public, à l'évaluation des objets expo- Directors' Organization), il joue un rôle actif is President of the Cuban Council of ICOM.
sés et à la communication. Ses recherches dans les associafions d'art et de muséologie du
portent sur la communication dans l'enseigne- Canada et des Etats-Unis ainsi que sur le plan Née à La Havane (Cuba) en 1923. Diplômée de
ment et sur l'évaluation des innovations. international. Membre du comité national dessin et de sculpture de l'ÉCole nationale des
canadien pour PICOM. A fait divers travaux de beaux-arts et premier prix de sculpture au
recherche et s'intéresse particulitrement aux concours de 1945. A participé à des expositions
questions d'enseignement de l'art aux adoles- collectives à Cuba et à l'étranger jusqu'en 1950
cents doués et à la formation des professeurs où elle a commencé à se consacrer à la céra-
XXVI d'art. mique. E n 1951 et 1952, avec une bourse du
Lyceum féminin de La Havane, a étudié à Paris in Moscow. He is the’ author of numerous vulgarisation. A toujours soutenu ardemment
à l’atelier du céramiste et sculpteur Roger Plin scientific papers on the history of the Commu- l’idée qu’il faut des musées d‘histoire naturelle
et a suivi les cours d‘histoire de la céramique nist Party in the Soviet Union and on the life efficaces, organisés selon des principes modernes
que les Amis de Stvres organisaient à la Manu- of V.I. Lenin. et parfaitement au courant des problkmes de la
facture de Stvres sous la direction du spécialiste conservation et de la protection de la nature.
et restaurateur Adrien Lesur. A son retour à Né en Union soviétique en 1928. I1 a terminé Estime donc qu’un contrat étroit entre les
Cuba, a organisé une exposition de ses Oeuvres ses h d e s d‘histoire et de droit à l’Université musées est absolument nécessaire.
au Lyceum, a participé à diverses expositions de Moscou. Actuellement, il est principal colla-
collectives et a exécuté différentes œuvres borateur scientifique du Musée central V. I.
murales. A dirigé la Galería de la Sociedad Lénine à Moscou. I1 est auteur de nombreuses GRACEL. M c C m MORLEY
Cultural Nuestro Tiempo, a été nommée direc- études scientifiques sur l’histoire du Parti B.A., M.A. University of California (Berkeley);
trice nationale des arts plastiques en 1959 puis communiste de l’Union soviétique et sur la Docteur, Université de Paris. Doctor, Honoris
directrice nationale des musées et des monu- biographie de V. I. Lénine. Causa, M i s College (California); California
ments du Conseil national de la culture. Est College of Arts and Crafts (Oakland, California);
présidente du Comité cubain de l’ICOM.
Smith College (Massachusetts) ; University of
ENRICO TORTONESE California (Los Angeles). Curator, Cincinnati
Born in Turin in 191I. Studies at Turin Univer- Art Museum, 1910-33; Director, San Francisco
D A N I ~ LGIRAUDY
E Museum of Art, 1934-60; Counsellor, then
sity, where he became assistant in the Zoological
Born in 1940. Studied at the &ole du Louvre, Institute and Museum and, later on, lecturer on Head, Museums Division, Unesco, on leave
at the Institut d’Art (modern Art) and at the zoology. During many years of museum work, from San Francisco, 1946-49 ;Director, National
Ekole des Beaux-Arts, Paris. Since 1966 she has reorganized many important collections. Museum, New Dehli, 1960-66; Adviser on
has been Curator of the Musée des Beaus-Arts Since 195 5 , Director of the Museum of Natural Museums in the Ministry of Education, Govern-
at Marseille, where she is responsible for the History in Genoa. His personal researches deal ment of India, 1966-68; Expert in charge, ICOM
educational service and assists the Head Cura- mainly with systematics and biogeography. Is Regional Agency in Asia, 1967-. Writer and
tor, particularly with the organization of tem- interested in ichthyology, marine biology and lecturer contemporary art, Latin American civi-
porary exhibitions. Lecturer in the History echinoderms. Has published several books and lizations, museum techniques.
of Contemporary Art at the Ecole d‘Art et many articles, both scientific and popular. Has
d’Architecture at Marseille-Luminy. always strongly emphasized the need of efficient B.A., Université de Californie (Berkeley) ; doc-
Museums of Natural History, organized accord- teur de l’Université de Paris. Doctor dot~oriscama
Née en 1940. etudes à l’8cole du Louvre, à ing to modern criteria and strictly connected also du Mills College (Calif.) ; California College of
l’Institut d’art (art moderne) et à l’8cole des with problems of conservation and protection Arts and Crafts (Oakland, Calif.) ;Smith College
beaux-arts, Paris. Depuis I 966, conservateur of nature. Therefore, considersa close connexion (Massachusetts) ; Université de Californie (Los
au Musée des beaux-arts de Marseille où elle between museums an absolute need. Angeles). Conservateur du Musée d‘art de
est responsable du service éducatif et où elle Cincinnati, 1930-193j ; directrice du Musée
seconde le conservateur en chef, notamment N i à Turin en 1911. etudes à l’Université de d‘art de San Francisco, 1934-1960; conseiller,
pour l’organisation des expositions tempo- Turin, où il est devenu assistant à l’Institut et puis chef de la Division des musées et des
raires. Professeur d’histoire de l’art contem- au Musée de zoologie, puis chargC de cours de monuments historiques de l’Unesco (détachte
porain à l’Ecole d’art et d’architecture de zoologie. Durant ses nombreuses années de du Muste de San Francisco), 1946-1949; direc-
Marseille-Luminy . travail muskologique, a réorganisé bon nombre trice du Musée national de New Delhi, 1960-
d’importantes collections. Depuis rgj 5, direc- 1966; conseiller en matière de musées au
teur du Musée d’histoire naturelle de Gênes. Ministhre de l’éducation du gouvernement
TRARASENKO ANATOLIALEKSANDROVITCH Ses recherches personnelles portent principale- indien, 1966-1968 ; expert assurant la direction
Born 1928 in the Soviet Union. He completed ment sur la systématique et la biogéographie. du Bureau rkgional de L’ICOM pour l’Asie, 1967.
his studies in history and law at Moscow Uni- S’intéresse à l’ichtyologie, à la biologie marine, A publié des articles et fait des confkrences sur
versity and is at present principal scientific aux échinodermes. A publié plusieurs livres et de l’art contemporain, les civilisations latino-amé-
collaborator of the V. I. Lenin Central Museum nombreux articles, tant scientifiques que de ricaines et les techniques muséologiques.

PICTURE CREDITS 1 PHOTOGRAPHES

The illustrations to the article ‘‘Public Attitudes


toward Modern Art” were furnished by the
ICOM Committee for Museums of Modern
Art / Les illustrations de l’article “Attitudes du
public à l’égard de l’art moderne” ont été four-
nies par le Comité de l’Icom pour les musées
d’art moderne.

Fig. 2-22, Novosti Press Agency, Moscow;


23-28, Museo Nacional de Cuba, Habana;
20-27, Atelier municipal de reprographie,
Palais du Pharo, Marseille; 28-32, Museo Civic0
di storia naturale Giacomo Doria, Genoa;
32-36, National Museum, New Delhi; 37,
Philadelphia Museum of Art (photograph by
A. J. Wyatt, staff photographer).

Vous aimerez peut-être aussi