Vous êtes sur la page 1sur 4

PRELEVEMENT DE CRACHAT

Prélèvements
microbiologiques
Mai 2004
Objectif
L examen cytobactériologique d'un crachat (ECBC) peut aider à faire un diagnostic micr
obiologique
d'infection respiratoire basse en isolant le (les) micro-organisme(s) responsabl
e(s), en le (les) identifiant, en
déterminant sa (leur) sensibilité aux anti-infectieux.
Ce diagnostic microbiologique est délicat à établir pour de nombreuses raisons :
- contamination systématique du prélèvement par la salive et la flore aérodigestive,
-certaines espèces bactériennes responsables d'infections pulmonaires sont présentes à l
'état
commensales dans l'oropharynx et la salive (Streptococcus pneumoniae, Haemophilu
s influenzae, ),
-certaines espèces bactériennes ne sont pas cultivables sur les milieux de cultures
usuels (Legionella,
Chlamydia, mycoplasmes, mycobactéries ).
Pour toutes ces raisons, on rappelle que le diagnostic microbiologique d'infecti
on respiratoire basse doit être
préférentiellement réalisé par d'autres prélèvements :

-hémocultures (systématiques en cas de fièvre),


-recherche d'antigènes urinaires (Streptococcus pneumoniae, Legionella pneumophila
),
-recueil des sécrétions broncho-pulmonaires lors de prélèvements protégés : brossage bronch
que
protégé (BBP), lavage broncho-alvéolaire (LBA), aspiration endotrachéale (AET),

-
examens sérologiques (Legionella, Chlamydia, Coxiella, Mycoplasma).
Techniques et méthodes
Les principales indications de l'ECBC sont :

-le diagnostic d'une tuberculose pulmonaire (dans ce cas, bien le préciser sur la
fiche de demande),
-le diagnostic d'une pneumopathie à germe atypique (Legionella, Chlamydia, Coxiell
a, Mycoplasma).
Dans ce cas, bien le préciser sur la fiche de demande.
-L'aide au diagnostic d'une pneumopathie à germes classiques, quand il n'est pas p
ossible d'obtenir des
prélèvements protégés.

En dehors de ces indications, cet examen est à proscrire car il est inutile et peu
t être trompeur.

I PRELEVEMENT DU CRACHAT
Ce prélèvement nécessite une technique de recueil irréprochable pour que la contaminatio
n soit limitée et
que le résultat soit interprétable.

Expliquer au patient l'importance des consignes suivantes.


Faire pratiquer un lavage des dents et un rinçage abondant de la bouche (en cas de
besoin, effectuer un
soin de bouche).
Prélever les expectorations obtenues après des efforts de toux. Le prélèvement est de me
illeure qualité
lorsqu'il est réalisé après kinésithérapie.
Recueillir des expectorations dans un poudrier stérile.
Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Prélèvements microbiologiques
Page 1/2 Mai 2004 CCLIN Sud-Est
II ENVOI AU LABORATOIRE

Identifier le prélèvement et le placer dans un sac en plastique.


Remplir la fiche de demande d'examen en précisant l'orientation clinique de la dem
ande et les germes
spécifiques à rechercher (BK, légionelles, etc ).
Adresser le prélèvement au laboratoire le plus rapidement possible pour éviter la pull
ulation des
bactéries commensales aux dépens des bactéries fragiles (moins de 30 minutes).
Ne jamais conserver ce prélèvement au froid.
Responsables
L ECBC est un acte infirmier effectué sur prescription médicale (décret du 11 février 2002
relatif aux actes
professionnels et à l'exercice de la profession d'infirmiers)
Pour en savoir plus
Références
SOCIETE FRANÇAISE DE MICROBIOLOGIE. Le Rémic : Référentiel en microbiologie médicale (Bacté
iologie et
mycologie). Ed. 2M2. http://www.2m2.fr/ouvrage/remic.htm
ASSOCIATION DES PROFESSEURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES ET TROPICALES. E. Pilly,
Maladies Infectieuses
et Tropicales.. Ed. 2M2 18ème édition 2002, 654 pages.
Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Prélèvements microbiologiques
Page 2/2 Mai 2004 CCLIN Sud-Est

Vous aimerez peut-être aussi