Vous êtes sur la page 1sur 7

Université de Khenchela, Faculté : SET, Dépt : Génie mécanique, Master I, C M : MMC (Janvier/2019) Dr : O.

Chahaoui

TD03. Tenseur de déformation


Ex 01 :
Sous l’action des charges extérieurs, les déplacements en un point P (x 1, x2, x3) sont définis par :
U1  2.103 x1  103 x2
 3 3
U 2  3.10 x1  2.10 x2
U  0
 3
Définir l’état de déplacement, de déformation, puis de la rotation du milieu en petite déformation.

Ex 02 :
Dans un milieu continu si une particule P pour coordonnées (X1, X2, X3) avant la déformation. Alors après la déformation ses
coordonnées deviennent :

 x1  X 1  0.1X 2

 x2  X 2
 x  X  0.1X
 3 1 3

1- Quelle sera l’image après déformation d’un triangle ayant pour sommet les points A (0, 0, 0),
B (1, 0, 0), C (0, 0, 1) avant la déformation ?
2- Déterminer le tenseur de Green –Lagrange (Lij)
3- Déterminer le tenseur de déformation dans l’hypothèse de petites déformations, Comparer avec le tenseur de Green –
Lagrange (Lij)

Ex 03 :
A un instant donné de son évolution, la configuration d’un milieu continu est décrite par les équations suivantes :

 x1  X 1

 x2  X 2  AX 3
 x  X  AX
 3 3 2

Ou A est une constante adimensionnelle, Xi et xi les coordonnées d’une particule appartenant au milieu dans son état initial et
déformé respectivement. Ces coordonnées se rapportent à un même système d’axes orthonormés.

Calculer :
1- Le tenseur gradient de la transformation F.
2- Le tenseur des dilatations de Cauchy-Green C
3-Les composantes du vecteur déplacement en termes des coordonnées lagrangiennes et eulériennes.
4- le tenseur des déformations de Green-Lagrange L.
5- Le tenseur petite déformation L.
6- le tenseur des déformations de d’Euler-Almansi E.
7- le tenseur petites déformations Euler E.
8- Comparer entre les 02 tenseurs dans le cas de HPP.
9- S’agit-il d’une déformation pure ?

1
Solution1 :

1- Définir l’état de déplacement, de déformation, puis de la rotation du milieu en petite déformation xi  Xi .

 
H ij  grad (U )   ij  ij Avec :  ij 
1
2
H  HT  et wij 
1
2
H  HT 
 U1 U1 U1 
 
 x1 x2 x3  2.10 3  10 3 0
U U 2 U 2   
xi  X i  H ij   2  3.10 3  210 3
0
 x x2 x3 
 1   0
 U 3 U 3 U 3   0 0
 x1 x2 x3 

 U1 1  U1 U 2  1  U1 U 3  


      
 x1 2  x2 x1  2  x3 x1  
2.10 3 10 3 0
1  U1 U 2  U 2 
1 U 2 U 3    
 ij            10
3
 2.10 3 0
2  x2 x1  x2 2  x3 x2  
 0 0 0
1  U1 U 3  1  U 2 U 3  U 3  
       
 2  x3 x1  2  x3 x2  x3 

 1  U1 U 2  1  U1 U 3  
 0      
 2 
 2x x1  2 
 3 x1    0
x
 2.10 3 0
 1  U U  1  U 2 U 3    3 
wij    2  1  0      2.10 0 0
 2  x1 x2  2  x3 x2  
 0 0 0
 1  U 3 U1  1  U 3 U 2   
       0 
 2  x1 x3  2  x2 x3  

Solution2 :

1- Dans la base des coordonnées initiales (X1, X2, X3) :

0 1  0
     
A 0 B 0 C 0
0 0 1 
     

Et dans la base des coordonnés finales :

0 1  0 
     
a 0 , b 0 c 0 
0 1   0 .1 
     

2- Déterminer le tenseur de Green –Lagrange (Lij)

2
Les composantes de vecteur de déplacement correspondent à cet état sont :

U1  0.1X 2

U 2  0
U  X  0.9 X
 3 1 3

 0.5 0.05 0.05 


1  U i U j   U1 U1 U 2 U 2 U 3 U 3  
Lij         Lij  0.05 0.005 0 
   
2  X j X i   X i X j X i X j X i X j 
0.05 0  0.495

3- Déterminer le tenseur de déformation dans l’hypothèse de petites déformations, Comparer avec le tenseur de Green –
Lagrange (Lij)

 0 0.05 0.5 
1  U U j  
 ij   i    0.05 0 0 
2  X j X i  
  0.5  0.9
 0
Comparaison :
L11   11
 1 , l’erreur calculée sur 11 est de 100%.
L11

L13  13 0.5  0.05


  90%
L13 0 .5

Donc l’hypothèse de petite déformation n’est pas valable dans ce cas, les déformations sont trop exagérées.

Solution 3 :

1- Le tenseur gradient de transformation :

 x1 x1 x1 


 
 X 1 X 2 X 3 
 x 1 0 0 
 x x2 x2  xi
F  grad x  I   2  F  0 1 A
X J  X 1 X 2 X 3  X j
0 A 1 
 x3 x3 x3 
 X X 2 X 3 
 1

2- le tenseur des dilatations de Cauchy-Green C.

1 0 0  1 0 0  1 0 0 
C  F F  0 1 A.0 1 A  0 1  A2 2 A 
T

0 A 1  0 A 1  0 2 A 1  A2 



3- Les composantes du U en termes des coordonnées lagrangiennes et eulériennes.
  
Nous savons que le vecteur de déplacement donner par : U  x  X  U i  xi  X i

 
En coordonnées Lagrangiennes (configuration initiale U  f ( X ) ) :

3
U1  x1  X 1  0
  
U 2  x2  X 2  AX 3  U  f (X )
U  x  X  AX
 3 3 3 2

 
En coordonnées Eulériennes (configuration finale U  f (x ) ) :

Faisant un changement de variables sur les coordonnées.


 X 1  x1
 x1  X 1  U1  0
  
 x2  X 2  AX 3  X 2 
1
x2  Ax3  et U 2  AX 3
 x  X  AX  1  A 2
U  AX
 3   3
 X 3  1  A2 x3  Ax2 
3 2 2
1


U1  0
 
 
 U 2 
A
x3  Ax2   U  f (x )
 1  A2

U3 
A
x2  Ax3 
 1  A2

4- le tenseur des déformations de Green-Lagrange Lij

Méthode 1 :

 1 0 0  1 0 0  0 0 0
Lij  Cij  I    0 1  A
1   1
  
2 A   0 1 0   0 A 2 A
1
avec C  F F
2 2 T

2 2 2
 0 2 A 1  A2  0 0 1  0 2 A A2 
Méthode 2:

U1  0
1  U U j   U1 U1 U 2 U 2 U 3 U 3  
Lij   i      avec U 2  AX 3
2  X j X i   X i X j X i X j X i X j  U  AX
 3 2
Le développement donne :

U1 1  U1   U 2   U 3  
2 2 2

   0  0  0  0  0
1
L11         
X 1 2  X 1   X 1   X 1   2
 

U 2 1  U1   U 2   U 3  
2 2 2

L22         
1
   0  0  0  A2 
X 2 2  X 2   X 2   X 2   2 2

A2

 

U 3 1  U1   U 2   U 3  
2 2 2

L33        
X 3 2  X 3   X 3   X 3 
1

  0  0  A2  0  
A2
  2 2

1  U1 U 2 U1 U1 U 2 U 2 U 3 U 3  1


L12  L21         0  0  0  0  0  0
2  X 2 X 1 X 1 X 2 X 1 X 2 X 1 X 2  2

4
1  U U U U U U 2 U 3 U 3  1
L13  L31   1  3  1 1  2    0  0  0  0  0  0
2  X 3 X 1 X 1 X 3 X 1 X 3 X 1 X 3  2

1  U U U U U U U U  1
L23  L32   2  3  1 1  2 2  3 3   A  A  0  0  0  A
2  X 3 X 2 X 2 X 3 X 2 X 3 X 2 X 3  2

5- le tenseur petites déformations Lagrangienne :

0 0 0 
1  U i U j  1 
Lij   ij    0 0 A
2  X j X i  2 
0 A 0 
6- le tenseur des déformations de d’Euler-Almansi Eij

Méthode 1:

    
    
 1 0 0 1 0 0  0 0 0 

2
  1
2

Eij  I  G   0 1 0  0
1 1  A2
( A 2  1) 2
 2 A  1 
 0
( A 2  1) 2   2 
A 2 ( A 2  3)
( A 2  1) 2
2A
( A  1)
2 2 

 0 0 1    
 0  2A 1  A2  0 2A A 2 ( A 2  3) 
  ( A 2  1) 2 ( A 2  1) 2    ( A  1) 2
2
( A 2  1) 2 

T 1
Avec : G  F F

Méthode 2:


U1  0
1  U i U j   U1 U1 U 2 U 2 U 3 U 3  

Eij        avec  U 2 
A
x3  Ax2 
2  x j xi   xi x j xi x j xi x j   1  A2

U3 
A
x2  Ax3 
 1  A2
Le développement donne :

U1 1  U1   U 2   U 3  
2 2 2

E11         0
x1 2  x1   x1   x1  
 

U 2 1  U1   U 2   U 3   A2 ( A2  3)
2 2 2

E22         
x2 2  x2   x2   x2   ( A2  1) 2
 

U 3 1  U1   U 2   U 3   A2 ( A2  3)
2 2 2

E33         
x3 2  x3   x3   x3   ( A2  1) 2

1  U U  U U U U 2 U 3 U 3 
E12  E21   1  2   1 1  2    0
2  x2 x1  x1 x2 x1 x2 x1 x2 

1  U U  U U U U U U 
E13  E31   1  3   1 1  2 2  3 3   0
2  x3 x1  x1 x3 x1 x3 x1 x3 
5
1  U U  U U U U U U  2A
E23  E32   2  3   1 1  2 2  3 3   2 2
2  x3 x2  x2 x3 x2 x3 x2 x3  ( A  1)
7- le tenseur petites déformations Euler :

 
0 0 0 

1  U i U  1   A2 2A 
Eij   ij  
j
  0 
2  x j xi  2  1  A2 1  A2 
 2A  A2 
0 1  A2 1  A2 

8- Comparaison entre les 02 tenseurs dans le cas de HPP.


 A2
 0
E22  L22 E33  L33 1  A2
L’erreur commise sur les termes (22 et 33) :    1  100%
E22 E33  A2

1  A2
E23  L23 2A
L’erreur commise sur le terme (23) :   A  A  100A%
E23 1  A2
L’hypothèse de petite perturbation (HPP) n’est plus justifiée dans ce cas. Les déformations sont trop grandes que prévues.

9- S’agit-il d’une déformation pure ?


Pour que le tenseur de déformation soit une déformation pure il faut que le tenseur de rotation soit nul. Soit H ij le gradient du

champ de déplacement :

 U 1 U 1 U 1 
 
 X 1 X 2 X 3    12  13   0 12 13 
U U 2 U 2  
11

H ij   ij  wij   2   21  22  23    21 0  23 
 X X 2 X 3  
U 3   31  32  33  31 32 0 
 U 1 
 3 U 3
 X 1 X 2 X 3 
a- Lagrange-Green :

 1  U1 U 2  1  U1 U 3  
 0      
 2 
 2x x1  2  3 x1   0 0 0
x
 1  U U  1  U 2 U 3    
wij    2  1  0      0 0 0 
 2  x1 x2  2  x3 x2  
0 0 0
 1  U U  1  U U   
  3
 1
 
3
 2
 0 
 2  x1 x3  2  x2 x3  

a- Euler -Almansi :

6
 1  U1 U 2  1  U1 U 3  
 0      
 2  x2 x1  2  x3 x1  
0 0 0 
 1  U 2 U1  1  U 2 U 3    
wij      0      0 0 0 
 2  x1 x2  2  x3 x2  
0 0 0
 1  U U  1  U U   
  3
 1
 
3
 2
 0 
 2  x1 x3  2  x2 x3  

Car le tenseur de rotation est nul, la déformation est pure.