Vous êtes sur la page 1sur 88

Quick appraisal of major project

application:

Critères des marchés publics écologiques


pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Politique juillet 2013


régionale
et urbaine
regio-publication@ec.europa.eu
http://ec.europa.eu/regional_policy/index_fr.cfm
© Union européenne, 2014
ISBN : 978-92-79-40088-9
doi: 10.2776/19114
La reproduction est autorisée, moyennant mention de la source.
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Critères des marchés publics


écologiques pour les infrastructures
de traitement des eaux usées

Politique régionale
et urbaine

Juillet 2013

1
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Courrier électronique: regio-publication@ec.europa.eu


Site internet: http://ec.europa.eu/regional_policy/index_fr.cfm
© Union européenne, 2013
Une fiche bibliographique figure à la fin de l’ouvrage.
Luxembourg: Office des publications de l’Union européenne, 2013
ISBN: 978-92-79-30646-4
doi: 10.2776/31609
© Union européenne, 2013
Reproduction autorisée moyennant mention de la source.
Imprimé en Belgique
IMPRIMÉ SUR PAPIER BLANCHI SANS CHLORE ÉLÉMENTAIRE (ECF)

2
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Critères des marchés publics


écologiques pour les infrastructures
de traitement des eaux usées

3
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

LE PRÉSENT RAPPORT A ÉTÉ

PRÉPARÉ PAR
COWI A/S.

MANDATÉ PAR
la Commission européenne – Direction générale de la politique régionale et urbaine
sous la supervision de Mikel Landabaso – Chef d’unité
assisté par Mathieu Fichter – Chef d’équipe «Croissance durable»

REMERCIEMENTS
Les auteurs du présent rapport tiennent également à remercier les représentants de
la direction générale de l’environnement pour leur soutien, en particulier MM. Robert
Kaukewitsch et Jose Martin Rizo.

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ
La Commission européenne décline toute responsabilité ou tout engagement de
quelque nature que ce soit en ce qui concerne les informations présentées dans le
présent document.

4
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Table des matières

1 Introduction ................................................................................................... 9
1.1 Utilisation des orientations relatives aux MPE ........................................................................10
1.2 Outils d’analyse pour l’évaluation des incidences sur l’environnement ..................................11

2 Infrastructure de traitement des eaux usées ............................................ 12

3 Principales incidences sur l’environnement ............................................ 14

4 Phases des projets et activités liées aux MPE ......................................... 16


4.1 Procédé et méthodologie en matière de critères MPE ...........................................................16
4.1.1 Phase d’appel d’offres pour des services de conseil ..............................................................18
4.1.2 Phase initiale ...........................................................................................................................18
4.1.3 Phase préparatoire ..................................................................................................................20
4.1.4 Phase d’étude détaillée/de dossier d’appel d’offres ...............................................................21
4.1.5 Phase d’appel d’offres pour la construction ............................................................................23
4.1.6 Phase de construction.............................................................................................................24
4.1.7 Phase d’exploitation ................................................................................................................24
4.1.8 Phase de fin de vie ..................................................................................................................25
4.2 Critères MPE essentiels ..........................................................................................................25
4.3 Critères MPE complets ...........................................................................................................25
4.4 Schéma décisionnel ................................................................................................................26
4.5 Modèle d’évaluation ................................................................................................................29

5 Critères MPE ............................................................................................... 33


5.1 Introduction .............................................................................................................................33
5.2 Critères MPE pour les marchés de services de conseil (critères de sélection et d’attribution)34
5.3 Critères MPE pour les marchés de construction (critères de sélection et d’attribution) .........37
5.3.1 Exigences en matière de performance énergétique ...............................................................40
5.3.2 Consommation d’eau ..............................................................................................................46
5.3.3 Efficacité du traitement des eaux usées .................................................................................51
5.3.4 Efficacité du traitement des effluents gazeux .........................................................................59
5.3.5 Clauses de performance du contrat ........................................................................................62
5.4 Vérification des critères MPE ..................................................................................................66

6 Considérations relatives au CCV............................................................... 69


6.1 Concepts relatifs au CCV ........................................................................................................69
6.2 L’avantage de l’utilisation du CCV ..........................................................................................70
6.3 Procédure de CCV ..................................................................................................................71
6.4 Orientations sur les éléments du CCV ....................................................................................74
6.4.1 Évaluation du CCV financier ...................................................................................................74
6.4.2 Estimation et traduction en valeurs monétaires des éléments externes du CCV ...................76
6.5 Modèle de CCV .......................................................................................................................81
5
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

6.6 Orientations supplémentaires sur le CCV ...............................................................................82

7 Législation européenne applicable et sources d’information ................ 84


7.1 Législation sur les marchés publics ........................................................................................84
7.2 Législation environnementale horizontale...............................................................................84
7.3 Législation spécifique sur l’eau ...............................................................................................84
7.4 Dispositions législatives et réglementaires applicables relatives aux économies d’énergie et
aux déchets ............................................................................................................................................85
7.5 Autres sources d’information ..................................................................................................85

6
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Liste des abréviations et des acronymes


µg/l Microgrammes par litre
ACA Analyse coût-avantage
ACV Analyse du cycle de vie
BH Bassin hydrographique
CCV Coûts du cycle de vie
CEN Comité européen de normalisation
CENELEC Comité européen de normalisation électrotechnique
COV Composés organiques volatils
dB Décibel
DBO Demande biochimique en oxygène
DCE Directive-cadre sur l’eau
DCO Demande chimique en oxygène
DDT Dichloro-diphényltrichloréthane
DEHP Di(2-éthylhexyl)phtalate
DTEUR Directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires
EH Équivalent-habitant
EIE Évaluation des incidences sur l’environnement
EMAS Système de management environnemental et d’audit
EN Norme européenne
EPA Agence de la protection de l’environnement
EPD Profil environnemental de produit
FIDIC Fédération internationale des ingénieurs-conseils
GES Gaz à effet de serre
HAP Hydrocarbures aromatiques polycycliques
HCl Acide chlorhydrique
Hg Mercure
IENT Institut européen de normalisation des télécommunications
ISO Organisation internationale de normalisation
KPI Indicateur clé de performance
kWh Kilowattheures
MD Matières dissoutes
MES Matière en suspension
mg Milligramme
MPE Marché public écologique
N Azote
Nm3 Normo-mètre cube
NOx Oxyde d’azote
NQE Normes de qualité environnementale
P Phosphore
PCEC Production combinée électricité-chaleur
PEB Performance énergétique des bâtiments
PFOS Acide perfluorooctanesulfonique

7
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

PGDH Plan de gestion de district hydrographique


PGE Plan de gestion environnementale
PM Programme de mesure
PRIP Prévention et réduction intégrées de la pollution
RPC Règlement sur les produits de construction
SEEU Station d’épuration des eaux usées
SEQE Système d’échange de quotas d’émission
SER Sources d’énergie renouvelables
SO2 Dioxyde de soufre
UE Union européenne
VAN Valeur actualisée nette

8
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

1 Introduction

Le présent document expose les critères des marchés publics écologiques (MPE) de l’Union
européenne recommandés pour la passation de marchés publics concernant des projets
d’infrastructures de traitement des eaux usées. Pour un exposé complet des motifs ayant conduit au
choix de ces critères et pour de plus amples informations, veuillez consulter le rapport de référence
technique ci-joint. L’utilisation des critères MPE devrait être considérée comme une possibilité pour
les autorités chargées de la gestion des eaux usées de construire et d’exploiter des infrastructures de
traitement des eaux usées dans le respect de l’environnement.
Le présent document comprend les sections suivantes:
La section 1 présente l’objet et le principe général de l’utilisation de critères MPE pour les projets
d’infrastructures de traitement des eaux usées.
La section 2 fournit une brève description du type d’infrastructures de traitement des eaux usées
envisagé et inclus dans les critères MPE.
La section 3 expose les principales incidences des projets d’infrastructures de traitement des eaux
usées sur l’environnement.
La section 4 fournit une brève description des différentes phases de développement des projets
d’infrastructures de traitement des eaux usées et détaille les activités liées aux MPE au
cours des différentes phases. Il comprend notamment un «schéma décisionnel» ainsi
que des exemples de modèle d’évaluation qui peuvent être utilisés dans le cadre des
appels d’offres de projets d’infrastructures de traitement des eaux usées.
La section 5 expose les critères MPE recommandés.
La section 6 fournit une description de la manière dont le coût du cycle de vie (CCV) peut être
utilisé dans les MPE
La section 7 présente la législation européenne applicable ainsi que des sources d’information.
En règle générale, les critères MPE de l’Union européenne1 sont regroupés dans deux catégories:
Les critères MPE essentiels couvrent les incidences les plus importantes sur l’environnement et sont
conçus de manière à réduire au minimum les efforts de vérification supplémentaire ou les
augmentations de coûts par rapport à un achat où les critères environnementaux n’interviennent
pas.
Les critères MPE complets sont destinés aux autorités qui souhaitent acheter les meilleurs produits
environnementaux disponibles sur le marché. Ils peuvent nécessiter un effort administratif
supplémentaire ou entraîner une certaine augmentation des coûts par rapport au respect des
critères essentiels.
L’application et l’utilisation des critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées
sont clairement différentes de celles des autres critères MPE pour les raisons suivantes:

1
D’autres critères MPE et rapports de référence technique sont accessibles à la page suivante:
http://ec.europa.eu/environment/gpp/eu_gpp_criteria_en.htm.
9
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

1 les projets d’infrastructures sont des projets de grande envergure qui sont souvent complexes;

2 dans ce domaine, les exigences juridiques relatives aux effluents relèvent de différents niveaux
(européen et national) en fonction de la localisation du projet et de la vulnérabilité
environnementale des eaux réceptrices;

3 ces critères sont liés à des projets qui eux-mêmes ont une incidence positive sur l’environnement
par l’intermédiaire du traitement des eaux usées. Le rejet de résidus de substances constitue la
principale source d’incidence potentielle globale sur l’environnement des stations d’épuration des
eaux usées.

1.1 Utilisation des orientations relatives aux MPE


Le présent document fournit des orientations non contraignantes visant à apporter un appui en
matière de marchés publics écologiques. Il n’a pas pour vocation d’empêcher les autorités publiques
d’utiliser leur propre approche ou une approche nationale vis-à-vis des MPE.
Ce document ne remplace en aucun cas la législation nationale et les normes nationales et
internationales existantes2 et l’utilisation des orientations relatives aux MPE n’est pas contraignante
pour le pouvoir adjudicateur. Cependant, il incombe au pouvoir adjudicateur d’appliquer une
procédure de passation de marchés conforme aux règles applicables à l’échelle nationale et
européenne. Le pouvoir adjudicateur est également tenu de recenser et de sélectionner les critères
environnementaux exposés dans le présent document qui sont les plus appropriés pour leur projet.
Le présent document décrit les critères MPE recommandés pour les appels d’offres de projets
d’infrastructures de traitement des eaux usées et explique comment et quand les appliquer pendant
les différentes phases de développement d’un projet. Les critères MPE peuvent être utilisés dans les
procédures d’appel d’offres pour des marchés de construction et d’exploitation d’infrastructures de
traitement des eaux usées, ainsi que pour des marchés de rénovation et d’entretien dans ce
domaine.
La passation de marchés pour des infrastructures de traitement des eaux usées est un processus
complexe. Dans la plupart des cas, l’organisme adjudicateur aura besoin d’une assistance technique
assortie de connaissances techniques, environnementales et économiques pour mener à bien
l’ensemble de la procédure d’appel d’offres, depuis les études de faisabilité initiales jusqu’à la
sélection finale d’un contractant.
Les projets d’infrastructures de traitement des eaux usées comprennent nécessairement une phase
de conception, une phase de sélection d’un contractant et une phase de construction à proprement
parler. Comme les phases antérieures, la phase d’exploitation consécutive inclut différentes
préoccupations environnementales et les orientations relatives aux MPE couvrent par conséquent
toutes ces phases. Ces orientations couvrent la passation de marchés de conception, de construction
et d’exploitation, qu’ils soient distincts ou combinés, au titre d’un seul appel d’offres, comme dans le
cas d’un partenariat public-privé à part entière. À l’autre extrémité, ces orientations couvrent
également la procédure d’appel d’offres de marchés de rénovation et d’entretien.

2
Normes CEN, CENELEC, ETSI, ISO, etc.
10
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Au moment de définir les critères MPE, il est souvent pertinent de consulter les normes techniques
nationales et internationales, mais il n’a pas été possible de mentionner toutes les normes
applicables dans le présent document. Dans de nombreux cas, il existe des normes nationales qui
sont contraignantes ou qui décrivent les bonnes pratiques. De la même façon, il existe des
documents d’orientation et de bonnes pratiques en matière d’évaluation des coûts, qui ne sont pas
rappelés dans le présent document (voir le rapport de référence technique, 7.3.1).

1.2 Outils d’analyse pour l’évaluation des incidences sur l’environnement


En raison de la complexité des projets d’infrastructures de traitement des eaux usées, il est
recommandé d’utiliser des cadres d’analyse et des modèles ou outils d’évaluation pour déterminer
les incidences attendues des projets concernés sur l’environnement. Il peut s’agir du coût du cycle de
vie (CCV), de l’analyse du cycle de vie (ACV) et de modèles d’analyse reposant sur plusieurs critères
qui combinent des évaluations financières, techniques et environnementales. Quatre types d’outils
différents peuvent être utilisés pour mener à bien cette évaluation:
1 l’estimation monétaire des incidences sur l’environnement, qui s’appuie sur les valeurs
monétaires en tant qu’indicateurs d’importance relative de toutes les incidences sur
l’environnement (outils CCV);

3
2 la normalisation , dans le cadre de laquelle toutes les incidences potentielles sur l’environnement
sont exprimées dans la même unité et sont liées à la contribution d’une personne moyenne
(outils ACV);

3 la pondération, dans le cadre de laquelle les incidences les plus importantes sont classées par
catégorie de gravité (outils ACV);

4 la pondération globale, dans le cadre de laquelle les aspects économiques, techniques et


environnementaux sont évalués les uns par rapport aux autres à l’aide de coefficients de
pondération (outils reposant sur plusieurs critères)

Le point 4.5 fournit un exemple de modèle d’évaluation utilisant des outils reposant sur plusieurs
critères.

3
D’après les descriptions des méthodologies d’analyse du cycle de vie, la normalisation correspond au rapport entre les
incidences potentielles et les références de normalisation correspondantes. Les références de normalisation sont les incidences
potentielles spécifiques qu’impose, par exemple, la contribution d’une personne moyenne sur l’environnement chaque année.
11
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

2 Infrastructure de traitement des eaux usées

Ces critères MPE de l’Union européenne ont trait à la planification, la conception, la construction,
l’exploitation et le démantèlement de réseaux d’assainissement, de stations d’épuration des eaux
usées et de stations de traitement des boues, dont les définitions sont les suivantes:
Les réseaux et les systèmes d’assainissement utilisés pour la collecte et l’acheminement des eaux
résiduaires ménagères, industrielles et commerciales ou institutionnelles, qui peuvent inclure les
réseaux de canalisation, les bassins de rétention et les stations de pompage, sont généralement
classés soit comme réseaux unitaires (conçus pour le traitement des eaux usées et des eaux
pluviales), soit comme réseaux séparatifs (conçus uniquement pour le traitement des eaux usées).
Le traitement des eaux usées désigne le procédé d’élimination des polluants présents dans les eaux
résiduaires ménagères, industrielles et commerciales. Le traitement des eaux usées s’effectue en
général en quatre étapes:
• le traitement primaire comprend généralement des opérations de dégrillage, de dessablage-
dégraissage et de décantation des matières en suspension. Les matières flottantes et décantées
sont éliminées et le liquide restant peut alors être évacué ou faire l’objet d’un traitement
secondaire;

• le traitement secondaire consiste à éliminer les matières biologiques dissoutes et en suspension, y


compris les matières organiques;

• le traitement tertiaire consiste à éliminer l’azote et le phosphore et peut inclure des procédés
biologiques et chimiques. Ce traitement peut nécessiter le recours à un procédé de filtration pour
éliminer les micro-organismes des eaux traitées avant leur rejet ou à un traitement
complémentaire;

• le traitement complémentaire fait suite aux procédés de traitement primaire, secondaire et tertiaire
et est utilisé lorsque ces derniers ne peuvent réaliser toutes les opérations requises. Dans la
plupart des cas, le traitement complémentaire vise à éliminer davantage d’azote et de phosphore
ou, si nécessaire, à éliminer des agents pathogènes et/ou des substances dangereuses
particulières.

La directive de l’Union européenne relative au traitement des eaux urbaines résiduaires4 est la base
juridique au titre de laquelle toutes les stations d’épuration dans l’Union doivent réaliser des
traitements primaire, secondaire et tertiaire (ce dernier traitement est destiné à l’extraction des
nutriments).
Le traitement des boues d’épuration désigne les procédés utilisés pour traiter et éliminer les boues
produites par le traitement des eaux usées. En général, il comprend au moins l’un des procédés
suivants: l’épaississement, la stabilisation, la déshydratation, le séchage et/ou l’incinération des
boues.

4
Réf.: http://ec.europa.eu/environment/water/water-urbanwaste/index_en.html.
12
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Le rapport de référence technique fournit de brèves descriptions des technologies les plus
couramment utilisées dans les infrastructures de traitement des eaux usées.

13
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

3 Principales incidences sur l’environnement

Les critères MPE proposés ont été élaborés pour refléter les principales incidences sur
l’environnement. Le tableau 3-1 fournit une synthèse de l’approche en la matière. L’ordre de
présentation des incidences sur l’environnement ne traduit pas nécessairement leur ordre
d’importance.
Tableau 3-1 Approche pour l’élaboration des critères MPE pour les infrastructures de traitement des
eaux usées
Principales incidences sur l’environnement Approche MPE

• Consommation d’énergie, notamment • Achat d’équipements à haut


au cours de la phase d’exploitation, qui rendement énergétique
contribue aux émissions de gaz à effet
de serre • Augmentation du rendement
énergétique des unités de
production d’électricité et de
5
chaleur

• Promotion de l’utilisation de
sources d’énergie
renouvelables

• Rejet de nutriments dans les eaux • Achat d’équipements de


usées traitées traitement à haute performance

• Rejet d’agents pathogènes et/ou de


substances dangereuses dans les eaux
usées traitées

• Émissions provenant de l’incinération • Achat d’équipements de


des boues traitement à haute performance
des effluents gazeux

• Consommation d’eau • Incitation à la réduction de la


consommation d’eau

• Promotion de la réutilisation de
l’eau et de l’utilisation des eaux
grises/pluviales

La réduction des gaz à effet de serre est une priorité dans de nombreux États membres. Étant donné
que les émissions de gaz à effet de serre sont étroitement liées à la consommation d’énergie, cet
aspect environnemental important est abordé sous la forme d’un critère lié à l’énergie.

En ce qui concerne les substances dangereuses, il convient de souligner que, dans des conditions
normales, leur élimination dans les stations d’épuration des eaux usées n’est pas nécessairement
considérée comme la solution à privilégier puisque les mesures de contrôle à la source pourraient
être plus rentables. Ces mesures pourraient contribuer à limiter les traitements nécessaires en fin de

5
Par exemple les chaudières et les moteurs alimentés au gaz
14
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

canalisation et à en réduire les coûts.6 Cependant, les eaux urbaines résiduaires contiennent souvent
des quantités importantes de substances dangereuses et on peut s’attendre à ce que leur présence
persiste également à l’avenir mais à des concentrations de plus en plus faibles. Même dans le cas des
substances chimiques qui sont progressivement abandonnées, plusieurs années seront nécessaires
afin qu’elles soient totalement éliminées des eaux usées.
L’eutrophisation causée par la présence de résidus de nutriments et la toxicité des substances
dangereuses présentes dans les effluents sont généralement considérées comme les incidences les
plus importantes. Par conséquent, les critères MPE comprennent des exigences liées à la réduction
des nutriments et des substances dangereuses.
Les critères MPE relatifs à la consommation d’eau sont surtout pertinents pour les pays ou les
régions où les ressources en eau sont rares. Cependant, les prix élevés de l’eau dans certains États
membres incitent en eux-mêmes à réduire la consommation d’eau potable et à utiliser des
équipements économes en eau.

6
Voir l’analyse d’impact [SEC(2011) 1547 final], qui accompagne la proposition de directive de la Commission modifiant les
directives 2000/60/CE et 2008/105/CE en ce qui concerne les substances prioritaires pour la politique dans le domaine de l’eau.
15
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

4 Phases des projets et activités liées aux MPE

La présente section fournit une description des différentes phases de développement d’un projet
d’infrastructure de traitement des eaux usées ainsi que des activités liées aux MPE au cours des
différentes phases.
Les principales différences entre les critères essentiels et les critères complets sont exposées et des
recommandations concernant le moment où il y a lieu d’utiliser les différents critères sont également
fournies.
Le schéma décisionnel inclus au point 4.4 illustre des différentes activités et décisions relevant de la
responsabilité de l’autorité publique pour chaque phase de développement du projet, lorsque celles-
ci souhaitent inclure des critères MPE dans le cadre du développement et de la passation de marchés
des projets concernés.
De plus, un exemple de modèle d’évaluation qui peut être utilisé pour la passation de marchés de
projets d’infrastructures de traitement des eaux usées est fourni.

4.1 Procédé et méthodologie en matière de critères MPE


Le graphique 4-1 ci-dessous présente les différentes phases de développement et de mise en œuvre
d’un projet d’infrastructure de traitement des eaux usées ainsi que des exemples d’utilisation des
critères MPE.

PHASES DE DÉVELOPPEMENT DE EXEMPLES D’UTILISATION DES


PROJET CRITÈRES MPE

Critères de qualification pour la société de


APPEL D’OFFRES DE SERVICES DE conseil: expérience relative aux aspects
CONSEIL techniques et économiques et en CCV et
ACV dans le domaine des infrastructures de
traitement des eaux usées.

L’autorité publique sélectionne les critères


PHASE INITIALE MPE.
PLAN DIRECTEUR, ÉTUDE DE FAISABILITÉ Calculs globaux du CCV et de l’ACV au
ÉTUDE D’AVANT-PROJET cours de la phase de présélection pour les
options retenues.
PHASE PRÉPARATOIRE
ÉTUDE D’AVANT-PROJET/PRÉLIMINAIRE Décisions de principes du modèle
d’évaluation et pondération des critères MPE.
(les facteurs de pondération doivent être
définis par les pouvoirs publics).

Critères de qualification du contractant.


PHASE D’ÉTUDE DÉTAILLÉE ET DE Spécification des critères MPE.
DOSSIER D’APPEL D’OFFRES
ÉTUDE DÉTAILLÉE Modèle d’évaluation/de sélection des

16
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

DOSSIER D’APPEL D’OFFRES modalités d’évaluation/de comparaison des


critères MPE (les critères d’attribution et le
mécanisme de notation doivent être
entièrement compréhensibles pour les
soumissionnaires).

Évaluation des critères de sélection


PHASE D’APPEL D’OFFRES POUR LES qualitatifs.
CONTRACTANTS
Évaluation du respect des spécifications
APPEL D’OFFRES DE MARCHÉS DE
techniques.
TRAVAUX
ÉVALUATION DES OFFRES Collecte des données auprès du

ATTRIBUTION DES MARCHÉS soumissionnaire pour l’évaluation des MPE


et les calculs du modèle.

Calculs du modèle d’évaluation des critères


MPE, éventuellement sur la base de simples
calculs du CCV et de l’ACV.

Évaluation globale de l’ensemble des critères


(critères économiques, techniques et
environnementaux et sélection de la
meilleure offre).

PHASE DE CONSTRUCTION Suivi et vérification des critères MPE.


MISE EN OEUVRE DU PROJET

PHASE D’EXPLOITATION Suivi, essai et vérification des critères MPE.


MISE EN OEUVRE DU PROJET

Suivi du type de valorisation, de la qualité et


PHASE DE FIN DE VIE
de la quantité de matériaux.
DÉMANTÈLEMENT

Graphique 4-1 Phases de développement du projet et exemples d’utilisation des critères MPE au
cours des différentes phases

Voir le schéma décisionnel du point 4.4. pour de plus amples informations concernant le calendrier
des activités et des décisions.
Le présent document recommande l’utilisation de critères MPE durant toutes les phases de
développement et de mise en œuvre des projets d’infrastructures de traitement des eaux usées.
Toutefois, pour chaque étape de la procédure de passation de marchés, l’autorité publique est tenue
de déterminer ses besoins réels et les possibilités d’intégration des aspects environnementaux. Dans
la mesure où chaque projet est unique, il peut être nécessaire de renforcer certains critères et d’en
omettre d’autres. De plus, le choix et la formulation des critères MPE dépendront également du
17
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

niveau d’intégration des différentes phases (conception, construction et exploitation) dans la


procédure de passation de marchés(.

4.1.1 Phase d’appel d’offres pour des services de conseil


Les appels d’offres pour des services de conseil (de sociétés d’ingénierie, d’urbanisme et
d’architecture) se fondent généralement sur l’expérience des sociétés de conseil concernant
l’exécution de projets similaires, les qualifications et l’expérience de leur personnel ainsi que sur leur
proposition pour l’exécution des services.
Les sociétés de conseil sont souvent sélectionnées sur la base d’un modèle d’évaluation fondé sur les
exigences mentionnées ci-dessus. Il est parfois tenu compte de l’expérience pertinente de ces
sociétés en matière de conception durable, d’ACV et de calcul des CCV pour les projets
d’infrastructures de traitement des eaux usées.

4.1.2 Phase initiale


La phase initiale comprend une description générale, une étude de faisabilité et, dans une certaine
mesure, une étude d’avant-projet7. Plusieurs solutions possibles au problème concerné font l’objet
de discussions communes durant ces différentes étapes.
Les décisions prises au cours des phases initiales ont une forte incidence sur les performances
économiques et environnementales du projet. Dès lors, il est très important de tenir compte des
considérations ayant trait à la viabilité au tout début de la procédure.
Les aspects suivants doivent être examinés pour les infrastructures de traitement des eaux usées:
• le nombre de stations d’épuration et leur emplacement;

• les normes à respecter concernant les effluents. Il convient d’établir une distinction entre les
exigences de base de la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires (DTEUR),
c’est-à-dire concernant les traitements primaire, secondaire et tertiaire destinés à l’élimination des
nutriments, et les demandes supplémentaires (par exemple, concernant la qualité des eaux de
baignade réceptrices ou le traitement de substances dangereuses spécifiques);

• les exigences en matière de traitement des boues (par exemple, le niveau de traitement et les
méthodes d’élimination des boues)

Les normes applicables aux effluents sont l’aspect le plus important à prendre en considération étant
donné que l’objectif principal de l’infrastructure est d’améliorer le traitement des eaux usées.
Au cours de cette phase initiale, il convient que le pouvoir adjudicateur consulte l’autorité
environnementale concernée pour veiller à ce que les futurs changements potentiels relatifs aux
normes applicables aux effluents soient également pris en considération.
Dans l’Union européenne, les normes relatives aux effluents sont établies par la DTEUR. Cependant,
d’autres textes législatifs de l’Union peuvent imposer des règles de traitement plus strictes pour

7
L’étude d’avant-projet fournit une description générale des principales structures techniques et de leurs fonctions pour les
composantes de l’infrastructure d’eaux usées.
18
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

réduire au minimum les incidences sur les eaux réceptrices (par exemple, la directive relative aux
eaux de baignade et la directive-cadre sur l’eau – DCE).
Alors que les exigences de la DTEUR sont connues, et mises en œuvre selon des schémas communs
dans l’ensemble de l’Union, on sait également que la situation est différente au regard de la DCE
lorsque les eaux réceptrices sont désignées en tant qu’eaux de baignade. Premièrement, ces
exigences dépendront forcément de l’état des eaux réceptrices. Deuxièmement, sur le plan pratique,
il se peut que ces eaux réceptrices ne soient pas encore définies au moment où la décision de
construction d’une station doit être prise.
La DCE impose l’élaboration d’un plan de gestion de district hydrographique (PGDH) qui aurait dû
être approuvé avant la fin de l’année 2009. Le programme de mesure (PM) permettant d’atteindre
les objectifs aurait dû être opérationnel avant la fin 2012 et inclure les considérations relatives aux
traitements complémentaires requis pour chaque source ponctuelle. Une consultation avec les
autorités environnementales chargées du PGDH et celles chargées des exigences en matière de
traitement des stations d’épuration des eaux usées (s’il s’agit d’autorités distinctes) devrait
permettre de prendre des décisions relatives aux exigences spécifiques ayant trait à la demande
biochimique en oxygène (DBO), aux nutriments et aux substances prioritaires.
Les exigences qui ne relèvent pas du champ d’application de la DTEUR dépendent en général de
l’état des eaux réceptrices. S’il existe des problèmes de pollution particuliers ou s’il s’agit d’une zone
désignée (eaux de baignade, site Natura 2000, etc.), il sera probablement nécessaire de tenir compte
d’autres exigences.
Il convient de déterminer, au cours de la phase de planification et d’étude de faisabilité, si les
exigences spécifiques en matière de traitement doivent être incluses dans les spécifications
techniques ou en tant que critères d’attribution. Si le PGDH établit clairement qu’un traitement
complémentaire s’impose pour respecter la DCE, ces exigences doivent être faire partie intégrante
des spécifications techniques.
Cependant, s’il est considéré comme souhaitable d’améliorer la qualité des effluents, mais pas
nécessairement en vertu de la législation et tel qu’indiqué dans l’autorisation de rejet, il pourrait
alors être pertinent de tenir compte de critères MPE relatifs aux nutriments et/ou aux substances
dangereuses au cours de la phase d’attribution. Il est ainsi possible de récompenser les efforts de
traitement plus efficace tout en les comparant aux coûts potentiellement plus élevés.
Au cours de la phase d’étude d’avant-projet, le projet sera approfondi davantage et le type de
traitement des eaux usées, de demandes et le niveau d’efficacité des traitements primaire,
secondaire et tertiaire ainsi que d’autres indications possibles concernant les installations de
traitement renforcé, au type de traitement des boues, etc., seront précisés.
Au cours de cette phase initiale, il est également pertinent de définir d’autres critères
environnementaux comme les besoins énergétiques.
Il convient également d’envisager un modèle permettant d’évaluer les incidences sur
l’environnement proportionnellement aux retombées économiques du projet. Ce modèle pourra être
affiné pendant le développement du projet et utilisé en fin du compte au cours de l’évaluation des
offres effectivement soumises au titre de ce projet. Un exemple de modèle d’évaluation est fourni au
point 4.5.

19
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Les activités liées aux MPE durant la phase initiale des projets d’infrastructures de traitement des
eaux usées sont répertoriées dans le tableau 4-1 ci-dessous.
Tableau 4-1 Activités liées aux MPE – Phase initiale
Détermination des normes applicables aux effluents (SEEU) et/ou des normes
applicables aux émissions (incinération des boues) qui ne relèvent pas du
champ d’application des normes nationales et de l’Union européenne

Détermination d’autres critères environnementaux pertinents pour la sélection


de l’infrastructure de traitement des eaux usées

Sélection des critères MPE pertinents pour le projet

Détermination du modèle d’évaluation et pondération des différents critères


(économiques, techniques et environnementaux)

Calculs relatifs à l’analyse du cycle de vie (ACV) et/ou aux coûts du cycle de vie
(CCV) de différentes options

4.1.3 Phase préparatoire


La phase préparatoire est également appelée la phase d’étude préliminaire.
En général, les décisions ayant trait au site de la station d’épuration des eaux usées, à l’incinérateur
de boues, aux canalisations d’égouts, etc., sont prises au cours des phases initiales antérieures. Au
cours de la phase préparatoire, les solutions techniques plus spécifiques font l’objet d’un examen et
de décisions, en répondant par exemple aux questions suivantes: est-il préférable d’obtenir un
précipité chimique ou l’élimination biologique du phosphore? Quel est le système d’aération le plus
approprié pour les stations d’épuration des eaux usées à boues activées? Est-ce que les boues
doivent être traitées sur place ou dans une station de traitement externe?
Durant la phase préparatoire, les réponses à ces questions peuvent être soutenues par la création
d’un modèle d’évaluation incluant des critères MPE/de performance économique, technique et
environnementale du projet concerné, comme celui présenté au point 4.5. Ce modèle peut ensuite
être affiné au cours de la phase d’étude détaillée et d’appel d’offres et utilisé en tant que modèle
d’attribution du marché.
Il est possible de quantifier les incidences possibles sur l’environnement sur la base de l’ACV, puis
d’évaluer l’ensemble des incidences économiques sur la base du CCV.
Au cours de cette phase, il est par exemple possible d’évaluer la consommation d’énergie de
certaines parties de la station d’épuration des eaux usées, de l’ensemble de la station, de
l’incinérateur de boues ou du système d’assainissement. Cela permet ainsi de quantifier et d’évaluer
les incidences possibles sur l’environnement de la consommation d’énergie, de la consommation
d’eau, etc., pour différentes solutions techniques.
Ces analyses peuvent aider une autorité publique à trouver les meilleures solutions
environnementales aux problèmes techniques.
Le tableau 4-2 ci-dessous recense les activités liées aux MPE durant la phase préparatoire:
20
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Tableau 4-2 Activités liées aux MPE – Phase préparatoire


Modification/ajustement des critères MPE pertinents pour la phase
préparatoire

Ajustement du modèle d’évaluation et pondération des différents critères


(économiques, techniques et environnementaux)

Calculs relatifs à l’ACV et/ou au CCV des différentes solutions techniques

4.1.4 Phase d’étude détaillée/de dossier d’appel d’offres


Au cours de la phase d’étude détaillée/de dossier d’appel d’offres, les documents nécessaires relatifs
aux études, aux spécifications techniques et au dossier d’appel d’offres pour le projet
d’infrastructure de traitement des eaux usées sont préparés sous une version prête à diffuser aux les
soumissionnaires. Le niveau de détail des études et des spécifications techniques dépend du type de
contrat. Le type de contrat le plus couramment utilisé au sein des États membres de l’Union
européenne pour la mise en œuvre de projets d’infrastructures de traitement des eaux usées est le
type élaboré par la Fédération Internationale des Ingénieurs-Conseils (FIDIC) ou d’autres types de
contrats nationaux similaires.

Modèles de contrats
En règle générale, trois ou quatre types de contrats de la FIDIC (http://fidic.org/) sont utilisés pour la
mise en œuvre de projets d’infrastructures de traitement des eaux usées, à savoir le livre rouge, le
livre jaune, le livre argent et le livre or de la FIDIC (voir la section 4 du rapport de référence
technique).
Le livre rouge est un contrat de marché de travaux d’ingénierie ou de construction basé sur l’étude
détaillée du pouvoir adjudicateur. Le dossier d’appel d’offres inclut des spécifications précises
relatives aux différentes composantes du projet et les soumissionnaires disposent de possibilités
limitées pour proposer d’autres solutions. Par conséquent, il convient de limiter l’utilisation de
critères d’attribution MPE au cours de cette phase de mise en œuvre du projet.
Lorsque les travaux de construction peuvent inclure des éléments de travaux de construction et/ou
de travaux d’électricité, de mécanique, de génie civil dont la conception relève de la responsabilité
du contractant, les appels d’offres sont généralement basés sur le modèle de contrat du livre jaune
(conception-construction). Dans le cadre de ce modèle de contrat, le pouvoir adjudicateur prépare
habituellement une étude d’avant-projet qui définit les principales technologies de traitement des
eaux usées et les paramètres de conception établissant un degré de contrôle élevé et la possibilité
d’instaurer des critères MPE clairs. Si le projet fait l’objet d’un appel d’offres fondé sur un contrat de
conception-construction, le soumissionnaire aura une plus grande marge de manœuvre pour
proposer des solutions innovantes et les coefficients de pondération des critères MPE devraient être
plus élevés. Les spécifications techniques qui établissent les conditions minimales requises pour la
conception seront également à prendre en considération.
Le livre argent s’applique pour la mise à place de projets d’ingénierie, d’achat et de construction
(projets clés en main de type «EPC» pour Engineering, Procurement and Construction) dans le cadre
desquels le contractant assume la pleine responsabilité de la conception, y compris le choix des
21
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

technologies et l’exécution du projet jusqu’à la livraison des travaux au pouvoir adjudicateur. Même
si ce dernier a peu d’influence sur la conception de la station, il reste en mesure de définir des
critères MPE clairs à remplir par le contractant. L’exploitation des travaux de construction fait soit
partie intégrante du marché du projet EPC ou soit partie d’un marché distinct lorsque la durée
d’exploitation est par exemple inférieure à cinq ans. Pour les périodes d’exploitation à long terme, il
est possible d’utiliser le contrat type du livre or (conception-construction-exploitation) lorsque la
durée d’exploitation est généralement d’au moins 20 ans.
En fonction du choix du contrat utilisé pour un projet particulier, les obligations ayant trait au calcul
du coût du cycle de vie et à leur exhaustivité seront différentes.
Les dossiers d’appels d’offres doivent inclure des explications claires et transparentes à propos des
critères MPE et des conditions d’évaluation et de notation des offres. Un exemple de modèle
d’évaluation d’un projet de SEEU est fourni au point 4.5.
Tableau 4-3 Activités liées aux MPE – Phase d’étude détaillée/de dossier d’appel d’offres
Modification/ajustement des critères MPE pertinents pour la phase d’étude
détaillée/de dossier d’appel d’offres

Ajustement du modèle d’évaluation et pondération des différents critères


(économiques, techniques et environnementaux)

Calculs de l’ACV et/ou du CCV pour différentes solutions techniques

Clauses contractuelles
Les critères MPE fournissent des orientations relatives aux clauses contractuelles de performance. En
effet, les exigences relatives à la construction et à l’exploitation de l’infrastructure en tant que telle
incluent plusieurs aspects environnementaux qui devront figurer dans le contrat en tant
qu’obligations contractuelles. Les clauses de performance désignent dans le cas présent les exigences
relatives aux modalités de livraison des travaux dans le cadre des activités de construction ou
d’exploitation. Ces clauses, combinées aux spécifications relatives aux éléments livrables obligatoires,
définissent les obligations contractuelles du constructeur ou de l’exploitant.
Les aspects pertinents relatifs à la performance environnementale, tels que la réduction minimale
des odeurs, de la production de déchets, du bruit ou de la circulation locale, sont globalement
similaires, qu’il s’agisse d’un marché de construction ou d’exploitation. Il est par conséquent possible
d’appliquer des types identiques de critères MPE, mais les niveaux de performance concrets devront
normalement être différents étant donné que les exigences diffèrent entre la phase de construction
et la phase d’exploitation. Les bonnes pratiques actuelles concernant l’élaboration des clauses
contractuelles relatives à la performance environnementale ne consistent pas à utiliser des clauses
particulières avec des formulations précises dans le contrat même. Les exigences relatives à la
performance environnementale seront normalement définies dans les annexes au contrat à des fins
de précision. Les bonnes pratiques figurent dans les contrats types de la FIDIC des livres rouge et
argent (pour des explications sur ces contrats, voir la section 4 du rapport de référence technique et
le point ci-dessous intitulé «Considérations relatives au CCV»). Ces deux contrats types incluent une
clause environnementale générale qui a trait aux prescriptions plus concrètes incluses dans les

22
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

exigences de l’employeur (c’est-à-dire la description et les spécifications des exigences de l’autorité


publique dans le cas des livres jaune, argent et or) ou dans les spécifications (dans le cas du livre
rouge).
La clause environnementale générale figurant dans les livres jaune, argent et or comprend
principalement une exigence globale pour le constructeur ou l’exploitant de prendre toutes les
mesures raisonnables pour protéger l’environnement sur lequel se répercutent ses activités, à
l’intérieur comme à l’extérieur du site. Cette clause est suivie par des obligations spécifiques qui
visent à garantir que les émissions, les déversements en surface et les effluents provenant de ces
activités n’excèdent pas les valeurs qui figurent dans les exigences de l’employeur ou dans la
législation en vigueur. Le plan de gestion environnementale (PGE) ainsi que les exigences de
performance pour la construction ou l’exploitation font partie des annexes du contrat et des
prescriptions techniques jointes au contrat.
Les niveaux de performance spécifiques concernant les odeurs, le bruit, etc., reflèteront, dans de
nombreux cas, les exigences législatives et seront dès lors définis au préalable dans le cadre de la
planification du projet. Il est également possible de favoriser la concurrence pour atteindre les
niveaux les plus élevés possibles. Cependant, il y a uniquement lieu d’employer cette approche si
l’importance de ces aspects pour le projet concerné est telle qu’ils devraient alors être des critères
concrets permettant de sélectionner l’offre à retenir
Pour garantir des conditions de concurrence transparente, il est nécessaire de formuler des critères
d’attribution de façon claire et vérifiable. Les critères d’attribution pourraient ainsi inclure le
pourcentage de valorisation des déchets générés au cours de l’exploitation ou les niveaux de
concentration de sulfure d’hydrogène aux fins d’une réduction optimale des odeurs.

4.1.5 Phase d’appel d’offres pour la construction


La phase d’appel d’offres comprend la finalisation du dossier d’appel d’offres et de la procédure
d’appel d’offres même, et se termine par l’évaluation des offres et l’attribution du marché au
soumissionnaire retenu.
Le dossier d’appel d’offres comprendra également les critères MPE de sélection et d’attribution. Le
système de pondération de chaque critère MPE d’attribution et le mécanisme de notation (modèle
d’évaluation) doivent être clairement expliqués pour que les soumissionnaires puissent définir les
exigences et les souhaits du pouvoir adjudicateur et en tenir compte. En outre, les données requises
liées aux calculs du modèle d’évaluation doivent être clairement précisées.
Les critères MPE ne changeront pas en fonction du type de marché soumis à un appel d’offres, mais il
est fort probable que leur application varie, comme expliqué au point 4.1.2 ci-dessus. L’appel d’offres
peut inclure à la fois la conception, la construction et l’exploitation ou se limiter à la conception et à
l’exploitation de façon conjointe ou distincte.
Tableau 4-4 Activités liées aux MPE – Phase d’appel d’offres
Collecte des données liées aux critères MPE retenus pour l’évaluation des aspects
environnementaux dans le cadre de l’évaluation globale

Évaluation et vérification des spécifications techniques et des critères


d’attribution des soumissionnaires/contractants

23
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Calculs du modèle d’évaluation (critères économiques, techniques et


environnementaux), y compris éventuellement des calculs de CCV

Attribution du marché au contractant retenu ayant l’offre la plus avantageuse sur


les plans économique, technique et environnemental

4.1.6 Phase de construction


La Commission européenne met actuellement au point de nouveaux critères MPE pour les
immeubles de bureaux dont la publication est prévue d’ici mi-20138. Ces critères pourront être
utilisés à l’avenir pour les appels d’offres pour des bâtiments administratifs. Actuellement, il n’est pas
possible de fournir des recommandations concernant la passation de marchés de matériaux et de
produits de construction écologiques dans le cadre des critères MPE pour les projets
d’infrastructures de traitement des eaux usées.
Au cours des vérifications à la fin des travaux de construction de l’infrastructure de traitement des
eaux usées, il est essentiel de vérifier que les contractants ont respecté les critères de
performance/MPE dans le dossier d’appel d’offres et cela est démontré par les vérifications de fin de
travaux avant la délivrance du certificat de prise en charge.

4.1.7 Phase d’exploitation


Au cours de la phase d’exploitation, il ne reste que quelques aspects environnementaux à examiner
puisque la plupart d’entre eux ont été traités lors de la phase de conception. Le marché soumis à
l’appel d’offres peut inclure la phase d’exploitation dans le cadre d’un projet distinct ou global
comprenant la conception et la construction sous diverses formes.
Il est impératif de veiller au respect des spécifications garanties par le contractant. Par exemple,
lorsque les contractants garantissent un certain degré d’efficacité de traitement, cela doit être vérifié
durant l’exploitation de la station d’épuration des eaux usées ou de l’incinérateur de boues. Si les
degrés d’efficacité de traitement qui avaient été garantis ne sont pas atteints, les incidences sur les
performances économiques et environnementales globales peuvent être significatives. Lorsque le
marché inclut les phases de conception, de construction et d’exploitation, il est dans l’intérêt direct
du contractant de veiller dès le départ et de manière optimale à ce que les spécifications élaborées
au cours de la phase de conception s’appliquent effectivement au cours de l’exploitation.
Pendant l’exploitation, il est également nécessaire de se concentrer sur la consommation d’énergie,
d’eau et de substances chimiques. Ce suivi est souvent réalisé au moyen de rapports annuels dans
lesquels la consommation est indexée en fonction du volume d’eaux usées traitées en m3 (pour les
stations d’épuration des eaux usées), du volume de boues en tonnes (pour les incinérateurs de
boues) ou du volume d’eaux usées acheminées en m3 (pour les réseaux d’assainissement).
Une autorité publique peut utiliser les critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux
usées afin de vérifier le respect des performances visées et ayant été garanties (voir les informations
concernant la vérification des critères MPE).

8
Ces critères seront publiés à la page suivante: http://ec.europa.eu/environment/gpp/eu_gpp_criteria_en.htm.
24
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Tableau 4-5 Activités liées aux MPE – Phase d’exploitation


Essai et vérification des critères MPE liés à la phase d’exploitation, par exemple:

• Essai et vérification de la consommation d’énergie de l’ensemble de la


station et/ou d’équipements particuliers

• Essai et vérification de la consommation d’énergie dans les bâtiments

• Essai et vérification de l’efficacité du traitement des eaux usées pour les


substances sélectionnées

• Vérification de la consommation de substances chimiques

• Essai et vérification de l’efficacité du traitement des effluents gazeux pour


les substances sélectionnées

• Vérification de la consommation d’eau

4.1.8 Phase de fin de vie


Au cours de la phase d’appel d’offres, lorsque les contractants ont fourni des informations sur les
matériaux de construction, il est également nécessaire fournir des informations sur l’élimination de
ces matériaux après leur utilisation, c’est-à-dire au moment du démantèlement. Les exigences
relatives au choix des matériaux doivent figurer dans l’étude détaillée ou l’étude d’exécution.

4.2 Critères MPE essentiels


Les critères MPE essentiels sont conçus pour couvrir les principales incidences sur l’environnement et
être utilisés moyennant des efforts de vérification supplémentaire limités et des augmentations des
coûts faibles, voire nulles.
Ces critères tiennent compte du degré d’efficacité nécessaire pour garantir les niveaux de qualité des
effluents définis par la DTEUR en conséquence des traitements primaire, secondaire et tertiaire.
Les calculs relatifs au CCV peuvent entraîner des réductions de coûts.

4.3 Critères MPE complets


Les critères MPE complets sont destinés aux autorités publiques qui souhaitent choisir les meilleurs
options/projets en se fondant sur des aspects environnementaux.
Ces critères ne couvrent pas toutes les sources d’émissions issues du traitement des eaux usées et
ayant des incidences potentielles sur l’environnement. Cela s’explique notamment par le fait que la
collecte de données relatives à l’efficacité du traitement des agents pathogènes et des substances
dangereuses peut être prendre du temps et nécessite l’intervention d’experts. Cependant, si ces
aspects représentent une part importante de l’ensemble des incidences potentielles sur
l’environnement de la station d’épuration des eaux usées en question, il convient d’encourager les
autorités publiques à utiliser les critères complets.
Pour respecter les critères complets, les contractants devront fournir des efforts supplémentaires.
L’autorité publique devra également déployer des efforts administratifs et financiers
supplémentaires pour la gestion et le traitement des informations fournies par les contractants. Dans
ce cas également, l’utilisation du CCV peut entraîner des réductions de coûts.
25
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Si le pouvoir adjudicateur décide que les incidences des substances dangereuses sont suffisamment
importantes pour utiliser les niveaux d’efficacité de l’élimination de ces substances comme critères, il
est alors nécessaire de disposer de connaissances précises et étendues à cet égard, qui pourraient
être fournies par des ressources internes ou avec l’aide de consultants externes.
Il doit être souligné qu’il n’est pas nécessaire que les autorités publiques appliquent tous les critères.
Elles doivent évaluer l’ensemble des critères possibles pour déterminer lesquels seront pertinents
pour le projet en question. Un exemple de critère peut être l’exigence complète ayant trait aux
agents pathogènes destinée à être utilisée lorsque les autorités publiques veulent garantir la qualité
des eaux de baignade réceptrices (lac, mer, etc.). L’autorité publique peut également décider
d’inclure des critères essentiels pour un aspect et des critères complets pour d’autres.

4.4 Schéma décisionnel


Les décisions relatives à l’utilisation des critères MPE essentiels ou complets et la réalisation des
analyses du cycle de vie et/ou des évaluations des coûts du cycle de vie sont illustrées dans le
schéma décisionnel ci-dessous.

26
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

Est-ce que l’autorité publique veut compléter les dispositions


juridiques de base par d’autres critères environnementaux? Critères MPE inutiles
Non
Oui
Est-ce que l’autorité publique a suffisamment de connaissances
et d'expérience en matière de gestion environnementale, d'ACV
et de CCV?
Non
Phase d'appel d'offres Oui
Phase d'appel d'offres pour
de services de des sociétés de conseil
conseil

Critères essentiels appliqués Critères complets appliqués


concernant les critères de sélection et concernant les critères de sélection
d'attribution et d'attribution

Sélection du prestataire de
services de conseil

Recensement des domaines dans lesquels il Stratégie générale relative aux Recensement des normes Recensement des dispositions législatives pertinentes (DTEUR, directive
existe des considérations spécifiques ou infrastructures de traitement d'eaux applicables aux effluents et/ou relative aux eaux de baignade, directive sur l’incinération des déchets, DCE,
limitées concernant les rejets usées dans la municipalité/la région/le aux émissions normes nationales, etc.)
pays

Définition du problème et du
modèle de la solution globale
Phase initiale

Décision relative à la localisation exacte de la


nouvelle infrastructure de traitement d'eaux
usées

Consommation d’énergie Consommation d'eau Efficacité du traitement des eaux usées Efficacité de traitement des effluents gazeux
- Priorité élevée => utiliser - Priorité élevée => utiliser - Priorité relative à l'élimination - Priorité relative à l'élimination des émissions de NOx,
les critères complets les critères complets supplémentaire de nutriments de SO2, de HCl et de poussières =>
- Priorité faible => utiliser - Priorité faible => utiliser => utiliser les critères essentiels utiliser les critères essentiels
les critères essentiels les critères essentiels - Priorité relative à l'élimination de nutriments - Priorité relative à l'élimination des émissions de NOx,
- Aucune priorité: critères MPE - Aucune priorité: critères MPE et/ou de SO2, de HCl et de poussières
inutiles inutiles de substances dangereuses et/ou d'agents et/ou d'autres composés =>
pathogènes => utiliser les critères complets
utiliser les critères complets - Aucune priorité: critères MPE inutiles
- Aucune priorité: critères MPE inutiles

Définition des options techniques


Considérations relatives au CCV
Les prix unitaires des externalités ont-ils
été recensés? Calculs globaux relatifs à l’ACV et/ou au CCV pour
Oui => utiliser l'approche les critères MPE sélectionnés (facultatif)
environnementale
Non => utiliser l'approche conventionnelle
Création d'un modèle d'évaluation dans les domaines suivants:
- environnement
- aspects techniques
- économie

Définition de l'option technique, environnementale et


économique optimale

Perfectionnement des solutions techniques de


Phase préparatoire l'option retenue

Évaluation des solutions


ACV et/ou CCV (facultatif)

Révision du modèle d'évaluation Révision du modèle (aspects économiques,


globale Révision de la méthode applicable aux
techniques et environnementaux) points des critères
d'attribution

27
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

Définition de la solution technique,


environnementale et économique optimale

Sélection de la méthode de
passation de marchés

Livre rouge Livres jaune, argent et or

Phase d'étude détaillée


et Préparation de l'étude détaillée et du dossier Préparation du dossier d'appel d'offres y compris
de dossier d'appel d'appel d'offres des exigences de l’autorité publique/ des employeurs
d'offres

Préparation du modèle d'attribution du Révision/mise à jour des modèles de pondération pour la sélection
marché du modèle environnemental, technique et économique

Appel d'offres d'un marché de


construction

Application des critères Application des critères complets


essentiels
Phase d'appel d'offres
pour les contractants
Collecte des données pour
le modèle d'attribution du marché

Évaluation des offres

Évaluation économique Évaluation technique


(CCV facultatif)

Sélection du contractant

Livre rouge Livres jaune, argent et or

Étude détaillée du contractant

Phase de construction Évaluation de l'étude détaillée


et vérification des
données environnementales

Suivi de la consommation d'eau Suivi de la consommation


d'énergie

Test et vérification des aspects suivants:


Phase d'exploitation - efficacité du traitement
- consommation d’énergie
- consommation de substances chimiques
- consommation d’eau
- émissions d'effluents gazeux

Suivi du type/de la qualité/de


Phase de fin de vie/ la quantité de matériaux Suivi du type/de la qualité/ Suivi du type/
mis en décharge de la quantité de matériaux de la qualité/de la quantité
démantèlement
destinés à l'incinération de matériaux destinés à la valorisation

ACV et CCV de la valorisation optimale


valorisation (facultatif)

28
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

4.5 Modèle d’évaluation


Afin d’évaluer des projets complexes, des modèles d’évaluation sont souvent élaborés pour
déterminer quelle est la proposition de projet la plus réalisable à la lumière des critères donnés. La
complexité des modèles d’évaluation peut être différente et ceux-ci sont généralement créés au
cours des phases initiales des projets et affinés jusqu’à la phase d’appel d’offres.
Un exemple de modèle d’évaluation d’offres pour un projet de traitement d’eaux usées est fourni
dans la présente section. Les modèles d’évaluation devraient être considérés comme des outils
permettant de déterminer le «meilleur rapport qualité-prix» en plus des nombreux autres modèles
de sélection nationaux et orientations en la matière disponibles pour les projets d’infrastructures. Le
modèle d’évaluation qui est décrit ici est uniquement fourni à titre d’exemple et les pouvoirs
adjudicateurs peuvent utiliser leur propre modèle d’évaluation.
Ce modèle inclut des critères économiques, techniques et environnementaux assortis de différents
coefficients de pondération, qui peuvent être utilisés par une autorité publique dans le cadre de la
passation de marché d’installations d’infrastructures de traitement des eaux usées.
La sélection finale des critères et la répartition des coefficients entre les différents éléments
dépendent de la situation locale et des priorités du pouvoir adjudicateur.
En outre, la répartition des coefficients entre les différents éléments peut dépendre des modalités de
l’appel d’offres en question. Si le projet soumis à un appel d’offres est basé sur un projet détaillé
préparé par l’autorité publique, les solutions possibles seront généralement limitées et en règle
générale, le coefficient de pondération des prix sera dès lors relativement élevé (de 70 à 80 %) alors
que les coefficients des éléments techniques et environnementaux seront relativement bas (par
exemple, de 10 à 15 % pour les éléments techniques et de 10 à 15 % pour les éléments
environnementaux). Si le projet est soumis à un appel d’offres en tant que marché de «conception-
construction», les solutions proposées seront généralement plus variées et les coefficients des
éléments techniques et environnementaux plus élevés.
Si le projet est soumis à un appel d’offres en tant que projet complet de conception, de construction
et d’exploitation, les coefficients des éléments techniques et environnementaux seront élevés et une
attention plus importante sera accordée à la performance effective au niveau de la consommation
d’énergie, d’eau et de substances chimiques.
L’évaluation financière des offres reçues peut être effectuée par exemple sur la base du coût du cycle
de vie (l’une des différentes options pour évaluer des coûts comme indiqué dans le tableau ci-
dessous). Dans l’exemple ci-dessous, 35 points sont attribués à l’offre la moins coûteuse.
Pour toutes les autres offres valides, les points sont accordés proportionnellement à leurs coûts par
rapport à l’offre la moins coûteuse. La formule applicable peut être la suivante:
Points de l’offre = Nombre max. de points disponibles x (Offre valide la moins coûteuse/Coût de
l’offre)

Par exemple, si les coûts d’une autre offre sont 20 % supérieurs à ceux de l’offre la moins coûteuse,
et si le nombre maximal de points disponibles est de 35, alors l’offre dont les coûts sont 20 %
supérieurs se verra attribuer 29,2 points.
L’exemple de modèle ci-dessous peut donc uniquement être utilisé à titre d’inspiration par le pouvoir
adjudicateur pour établir un modèle d’évaluation.

29
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

D’autres c et orientations relatives à l’utilisation potentielle du CCV pour la passation de marchés


d’infrastructure de traitement des eaux usées sont fournies dans la section6.

30
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Exemple de modèle d’évaluation (projet


de SEEU)
Cellules à remplir par l’autorité publique

Évaluation financière Coefficient Point: Note (= Coeff. de


de pondération x
pondération: Point x 10):
Sélectionner une option de calcul des prix 35 %
1. Coûts de construction [valeur actualisée nette (VAN)] 0,0 – 35,0
2. Coûts de construction, d’exploitation et d’entretien (VAN) 0,0 – 35,0
3. Approche conventionnelle relative au CCV 0,0 – 35,0
4. Approche environnementale relative au CCV 0,0 – 35,0

Les points du prix de l’offre évaluée peuvent être calculés comme suit:
Points de l’offre= nombre max. de points x (L1/Lx)

L1 = Prix le plus bas (CCV ou autres critères)


Lx = Prix (CCV ou autres critères) de l’option x

Évaluation technique Coefficient Point: Note (= Coeff. de


de pondération x
pondération: Point x 10):
Procédé et technologie de traitement des eaux usées 15 % 0 - 15
Technologie éprouvée 6% 0,0 – 10,0 0-6
Fiabilité 4% 0,0 – 10,0 0-4
Flexibilité de traitement des variations de qualité et de quantité
3% 0,0 – 10,0 0-3
au point d’entrée
Degré et qualité des garanties des procédés et de la performance 2% 0,0 – 10,0 0-2

Station et équipement 15 % 0 - 15
Qualité et performance de l’équipement 7% 0,0 – 10,0 0-7
Conception et configuration de la station 3% 0,0 – 10,0 0-3
Facilité d’exploitation et d’entretien 3% 0,0 – 10,0 0-3
Contrôle et automatisation du procédé 2% 0,0 – 10,0 0-2

Autres incidences sur l’environnement 5% 0-5


Plan de gestion environnementale (PGE) 2% 0,0 – 10,0 0-2
Conception architecturale et incidence visuelle 1% 0,0 – 10,0 0-1
Mesures de contrôle des odeurs 1% 0,0 – 10,0 0-1
Mesures de contrôle des bruits 1% 0,0 – 10,0 0-1

Chacun des critères susvisés d’évaluation des offres pour l’évaluation


technique reçoit un nombre de points compris entre 0 et 10 en fonction
du système de pondération applicable:
10 Excellent
9 Très bon - Résultat bien supérieur aux attentes/spécifications
8 Bon - Résultat supérieur aux attentes
7 Satisfaisant - Résultat approprié
6 Presque satisfaisant
5 Non satisfaisant - Résultat inférieur au niveau attendu
3-4 Non satisfaisant - Résultat bien inférieur au niveau attendu
1-2 Non approprié
0-1 Non satisfaisant

Évaluation environnementale Coefficient Point: Note (= Coeff. de


de pondération x
pondération: Point x 10):
Efficacité de traitement des eaux usées 20 %
Efficacité de traitement de la DBO 0,0 – 10,0
Efficacité de traitement de l’azote total 0,0 – 10,0

31
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Efficacité de traitement du phosphore total 0,0 – 10,0


Efficacité de traitement du plomb et de ses composés 0,0 – 10,0
Efficacité de traitement du mercure et de ses composés 0,0 – 10,0
Efficacité de traitement du plomb et de ses composés 0,0 – 10,0
Efficacité de traitement du di(2-éthylhexyl)phthalate (DEHP) 0,0 – 10,0
Efficacité de traitement du naphtalène 0,0 – 10,0
Efficacité de traitement des nonylphénols et octylphénols 0,0 – 10,0
Efficacité de traitement du benzo(a)pyrène [pour représenter les
0,0 – 10,0
hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)]
Efficacité de traitement du tramadol et du primidone 0,0 – 10,0
Efficacité de traitement des agents pathogènes 0,0 – 10,0

Exigences en matière de performance énergétique 6%


Consommation total d’énergie par m3 d’eaux usées 0,0 – 10,0
Consommation d’énergie des systèmes d’aération (volume
d’oxygène en kg transféré dans les eaux usées par kWh 0,0 – 10,0
consommé)
Équipement de déshydratation des boues (kWh par tonne de
0,0 – 10,0
boues déshydratées)

Efficacité du traitement des effluents gazeux 3%


Efficacité de traitement (consommation d’énergie par tonne de
0,0 – 10,0
boues)
Efficacité de traitement du dioxyde d’azote 0,0 – 10,0

Autres 1%
Consommation totale d’eau 0,0 – 10,0
Consommation d’agents chimiques de précipitation 0,0 – 10,0

Les critères d’évaluation des offres relatifs à l’efficacité de traitement reçoivent un nombre de points
compris entre 0 et 10 en fonction du système d’attribution des points:
10 50 % inférieur au niveau prévu par la législation
9 45 % inférieur au niveau prévu par la législation
8 40 % inférieur au niveau prévu par la législation
7 35 % inférieur au niveau prévu par la législation
6 30 % inférieur au niveau prévu par la législation
5 25 % inférieur au niveau prévu par la législation
4 20 % inférieur au niveau prévu par la législation
3 15 % inférieur au niveau prévu par la législation
2 10 % inférieur au niveau prévu par la législation
1 5 % inférieur au niveau prévu par la législation
0 Niveau conforme à la législation

Les critères environnementaux relatifs à la consommation d’eau et d’agents de précipitation reçoivent un nombre de points en fonction
du même système:
10 50 % inférieur à ce niveau
9 40 % inférieur à ce niveau
8 40 % inférieur à ce niveau
7 35 % inférieur à ce niveau
6 30 % inférieur à ce niveau
5 25 % inférieur à ce niveau
4 20 % inférieur à ce niveau
3 15 % inférieur à ce niveau
2 10 % inférieur à ce niveau
1 5 % inférieur à ce niveau
Niveau conforme au niveau moyen d’une infrastructure de
0 traitement des eaux usées similaire dans le pays/la
municipalité/la région, etc.

32
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

5 Critères MPE

5 Critères MPE

5.1 Introduction
Les critères MPE pour les projets d’infrastructures de traitement des eaux usées sont présentés dans
les pages suivantes et couvrent à la fois les systèmes d’assainissement et les stations d’épuration des
eaux usées9. Le rapport de référence fournit une description du cadre juridique, des politiques
environnementales de l’Union européenne et des modalités des marchés publics pour les
infrastructures de traitement des eaux usées ainsi que de la réglementation relative à l’eau
pertinente pour la passation de marchés écologiques d’infrastructures de traitement des eaux usées.
Les critères sont répartis dans deux catégories, les marchés de services de conseil (5.2) et les
marchés de construction couvrant la conception, la construction et l’exploitation10, de façon séparée
ou conjointe, selon le type de marché (5.3), comme cela est indiqué ci-dessous:
• 5.2 Critères MPE pour les services de conseil (marché de services de conseil)
• 5.3 Critères MPE pour la conception, la construction et l’exploitation, de façon séparée ou conjointe
(marché de construction)
› 5.3.1 Exigences en matière de performance énergétique
› 5.3.2 Consommation d’eau
› 5.3.3 Efficacité du traitement des eaux usées
› 5.3.4 Efficacité du traitement des effluents gazeux
› 5.3.5 Clauses de performance des marchés

Il peut être pertinent d’inclure les critères MPE suivants pour d’autres groupes de produits11 dans les
appels d’offres de bâtiments administratifs d’infrastructures de traitement des eaux usées:
• Bâtiments administratifs (adoption d’ici mi-2013)
• Éclairage intérieur
• Systèmes de chauffage (adoption d’ici mi-2013)
• Robinetterie sanitaire (robinets et pommeaux de douche)
• Matériel informatique de bureau
• Toilettes et urinoirs
• Peinture et vernis (adoption d’ici mi-2013)

9
Les systèmes d’assainissement ne sont pas traités dans un paragraphe distinct mais les critères liés à l’assainissement sont
relèvent des critères d’exigences en matière de performance énergétique et des critères de consommation d’eau. On les
retrouve également dans la section6 (Considérations relatives au CCV).
10
Les marchés de conception, de construction et d’exploitation peuvent être exécutés de façon distincte ou conjointe selon le
type de contrat.
11
http://ec.europa.eu/environment/gpp/eu_gpp_criteria_en.htm.

33
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

5.2 Critères MPE pour les marchés de services de conseil (critères de sélection et
d’attribution)
Critères MPE
Introduction
La désignation de la société de conseil/du soumissionnaire retenu pour les projets d’infrastructures de traitement des eaux usées comprend généralement deux étapes.
Premièrement, les critères de sélection des sociétés de conseil (en ingénierie, urbanisme et architecture) couvrent les exigences de présélection afin de déterminer si
les entités peuvent soumettre une proposition de services de conseil. Les critères de présélection sont normalement l’expérience des sociétés de conseil dans la mise en
œuvre de projets d’infrastructures de traitement des eaux usées similaires sur le plan de l’envergure et de la complexité. Deuxièmement, le soumissionnaire retenu se
voit attribuer le marché sur la base de critères d’attribution définis.
Les critères d’attribution comprennent les critères liés aux MPE utilisés dans l’évaluation de l’offre pour attribuer la note MPE de la société de conseil pour les services
de conseil demandés, ainsi que d’autres critères tels que les coûts. Les critères d’attribution liés aux MPE ne constituent qu’une partie de l’ensemble des critères
d’attribution permettant de désigner le soumissionnaire retenu.

Critères de sélection
Capacité du soumissionnaire

• Les sociétés de conseil (ingénierie, urbanisme et architecture) démontrent que les travaux/services seront exécutés par du personnel ayant l’expérience et les
qualifications adéquates. Ces sociétés fournissent une description de la composition et des qualifications de l’équipe qui sera chargée de la mission.

Selon le type de projet spécifique d’infrastructure de traitement des eaux usées, les qualifications et les capacités peuvent inclure l’expérience et les capacités
techniques dans au moins l’un des domaines suivants:
• la planification et la conception de l’infrastructure de traitement des eaux usées (les éléments spécifiques des systèmes d’assainissement, d’épuration des eaux usées
et de traitement des boues doivent être précisés);

34
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

• l’intégration d’équipements de traitement à haut rendement énergétique;


• l’évaluation des incidences sur l’environnement et la gestion de l’environnement, y compris l’intégration de mesures visant à:
• réduire l’ensemble des incidences sur l’environnement liées au rejet des eaux usées dans les eaux réceptrices;
• réaliser une analyse du cycle de vie (ACV) et définir les priorités relatives aux incidences sur l’environnement;
• définir une formule pour le calcul du coût du cycle de vie (CCV) et l’évaluer.

Vérification Le soumissionnaire fournit une liste de projets comparables récemment réalisés (le nombre de projets à mentionner et leur
calendrier est défini par le pouvoir adjudicateur), des certificats d’exécution satisfaisante et des informations relatives aux
qualifications et à l’expérience du personnel. Lorsque cela est pertinent, les soumissionnaires peuvent également fournir un
exemplaire de leur documentation relative à leur système de gestion environnementale, qu’il s’agisse d’un certificat externe
(par exemple EMAS, ISO 14001) ou d’un certificat interne attestant de leur capacité technique.

Critères d’attribution
Les critères liés au MPE pour l’attribution du marché de services de conseil incluent les éléments suivants:
• Approche: la société de conseil décrit la méthode prévue pour mettre en œuvre l’ensemble du projet en vue d’atteindre les objectifs du projet, en particulier la
compréhension des aspects environnementaux du projet, tels que le cadre juridique environnemental, les conditions environnementales locales, l’évaluation des
incidences sur l’environnement, etc.

• Méthodologie: la société de conseil décrit les méthodes spécifiques utilisées en vue de:

› recenser les solutions de substitution;


› estimer le CCV d’ordre financier les solutions de substitution;
› évaluer les incidences sur l’environnement en utilisant une approche fondée sur l’ACV;
› collecter des données sur les coûts unitaires des incidences sur l’environnement qui devront figurer dans le CCV;
› comparer les solutions/options technologiques de substitution.

• Organisation et personnel: la société fournit une description de l’organisation, des qualifications et de l’expérience de l’équipe chargée de la prestation des services.

35
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

L’attribution d’un marché de services de conseil est généralement effectuée sur la base de points techniques donnés pour chacun des critères qualitatifs, la pondération
des points techniques et le prix proposés. Le pouvoir adjudicateur peut également préciser le budget disponible et attribuer le marché au soumissionnaire qui présente
la meilleure proposition.
Les points attribués aux critères qualitatifs peuvent être répartis de la manière suivante:
• Coûts 25 %

• Approche 15 %

• Méthodologie 20 %

• Organisation et personnel 30 %

• Calendrier des travaux 10 %

Vérification Les propositions des soumissionnaires doivent clairement présenter leur compréhension du projet, la méthodologie
proposée, ainsi que l’organisation et la gestion du projet.

Notes explicatives
Les critères de sélection et d’attribution précités sont fournis à titre indicatif et il est possible de les développer ou de les limiter en fonction du contexte du projet.

En général, les termes de référence «types» pour la sélection de la société de conseil incluent des exigences extrêmement détaillées à propos de l’expérience
professionnelle de la société. L’exigence peut être par exemple: «La société de conseil fournit au moins trois références de projets d’une complexité similaire d’un
montant minimal de 5 millions d’EUR chacun. Tous les projets auront été exécutés au cours des cinq années précédentes.»

On entend par «Organisation et personnel» la manière dont la société de conseil planifiera son organisation générale en fonction de l’organisation du client, et les
ressources humaines (équipe de projet) qui seront affectées en détaillant les qualifications professionnelles de l’équipe selon les exigences du dossier d’appel d’offres
(par exemple le nombre minimal d’années d’expérience professionnelle en matière de traitement des eaux usées, l’expérience en matière de gestion environnementale,
les qualifications techniques spécifiques, etc.).

36
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

5.3 Critères MPE pour les marchés de construction (critères de sélection et


d’attribution)
Critères MPE
Introduction
La désignation du soumissionnaire retenu pour les projets d’infrastructures de traitement des eaux usées comprend généralement deux étapes.
Premièrement, les entreprises invitées à soumettre leurs offres pour le projet sont normalement sélectionnées en utilisant une procédure de présélection. Les critères
de sélection MPE pour cette étape sont liés à l’expérience du contractant dans la mise en œuvre de projets d’infrastructures de traitement des eaux usées similaires sur
le plan de l’envergure et de la complexité environnementale. Deuxièmement, le soumissionnaire retenu se voit attribuer le marché sur la base de critères d’attribution
définis.
Les critères d’attribution évaluent la qualité et le coût (pouvant être calculé sur la base du coût du cycle de vie, expliqué dans une autre partie du présent document) de
l’offre du contractant pour la conception/construction/exploitation du projet. Les critères d’attribution liés aux MPE ci-dessous ne constituent qu’une partie de
l’ensemble des critères d’attribution permettant de désigner le soumissionnaire retenu.
Les marchés de construction sont définis de sorte à couvrir:
• la construction et/ou l’exploitation de stations d’épuration des eaux usées, de systèmes d’assainissement et de stations de traitement des boues avec une
consommation réduite d’énergie, d’eau et de substances chimiques et, éventuellement, un niveau de traitement des eaux usées supérieur à celui requis par la
législation; ou

• la rénovation et/ou l’exploitation de stations d’épuration des eaux usées, de systèmes d’assainissement et de stations de traitement des boues avec une
consommation réduite d’énergie, d’eau et de substances chimiques et, éventuellement, un niveau de traitement des eaux usées supérieur à celui requis par la
législation.

37
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

Critères de sélection
Expérience des contractants
Selon le type de projet spécifique d’infrastructure de traitement des eaux usées, les critères de sélection peuvent inclure l’expérience et les capacités techniques dans
au moins l’un des domaines suivants:
• expérience en matière de construction d’infrastructures de traitement des eaux usées axée sur la réduction des incidences sur l’environnement (les éléments
spécifiques des systèmes d’assainissement, d’épuration des eaux usées et de traitement des boues doivent être précisés);

• expérience en matière d’exploitation d’infrastructures de traitement des eaux usées axée sur la réduction des incidences sur l’environnement (les éléments spécifiques
des systèmes d’assainissement, d’épuration des eaux usées et de traitement des boues doivent être précisés);

• expérience en matière de gestion environnementale d’un site de construction.

Vérification L’expérience et la capacité technique mentionnées ci-dessus doivent être documentées à l’aide d’une liste de projets
pertinents de nature et d’envergure similaires menés à bien au cours des cinq années précédentes.

Parmi les autres éléments pouvant prouver l’expérience en matière de gestion environnementale d’un site de construction
figurent les certificats EMAS et ISO 14001 ou des certificats équivalents délivrés par des organismes respectant le droit de
l’Union ou des normes internationales ou européennes pertinentes concernant la certification fondées sur les normes en
matière de gestion environnementale. D’autres éléments fournis par l’entreprise pouvant prouver qu’elle possède la
capacité technique requise seront également admis.

Critères d’attribution

Les critères d’attribution évaluent l’approche et la méthodologie des contractants à l’égard des aspects environnementaux du projet, tel que cela est démontré dans les
méthodes qu’ils auront proposées afin d’aborder les aspects environnementaux au cours de la construction. Il convient de demander aux contractants de fournir un
plan de gestion environnementale (PGE) pour la construction de l’infrastructure de traitement des eaux usées et l’exploitation des installations en mettant l’accent sur
la réduction des incidences sur l’environnement.

38
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

Plan de gestion environnementale – Les soumissionnaires soumettent un projet de plan de gestion environnementale qui expose leur compréhension des aspects
environnementaux susceptibles d’intervenir pendant la construction ainsi que la façon dont ils seront abordés. Ce plan couvre au moins les éléments suivants:
 les matériaux qui seront utilisés et les modes d’approvisionnement, de transport et de stockage de ces matériaux sur le site. Une attention particulière est
portée à la manipulation des matériaux dangereux;

 la consommation d’énergie et d’eau sur le site;

 la réduction des déchets et la récupération/le recyclage des matériaux.

Ces critères d’attribution sont inclus dans un modèle d’évaluation comprenant les critères économiques, techniques et environnementaux assortis de différents
coefficients. La pondération des différents éléments dépend des conditions locales et des priorités du pouvoir adjudicateur. Un exemple de modèle d’évaluation est
fourni au point 4.5.

Vérification: la qualité et l’exhaustivité du plan de gestion environnementale et les documents justificatifs feront l’objet d’une évaluation.

Notes explicatives
Les pouvoirs adjudicateurs doivent posséder l’expérience nécessaire pour apprécier de l’expérience de l’entreprise de construction. Il peut être approprié de faire appel
à des experts externes et de former un jury réunissant des connaissances communes pour évaluer les déclarations relatives à l’expérience des entreprises concurrentes.
Les critères de sélection et d’attribution précités sont fournis à titre indicatif et il est possible de les développer ou de les limiter en fonction du projet en question.

39
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

5.3.1 Exigences en matière de performance énergétique


Critères MPE essentiels
Spécifications techniques
Les infrastructures de traitement des eaux usées doivent satisfaire aux exigences en matière de consommation d’énergie et d’efficacité de la consommation
énergétique globale de l’ensemble de l’infrastructure/la station d’épuration des eaux usées (voir les notes explicatives).

Consommation d’énergie La demande en énergie globale de l’installation de traitement des eaux usées n’excède pas un niveau défini:12
Unité, stations d’épuration des eaux usées: kWh/EH ou kWh/m3 d’eaux usées traitées.
Unité, système d’assainissement: kWh/m3 d’eaux usées acheminées.
Unité, stations de traitement des boues: kWh/tonne de boues ou kWh/m3 de boues.

Formation en matière de rendement Avant la mise en fonctionnement de la station, le personnel participant à l’exploitation de la station, y compris les
énergétique personnes travaillant avec de l’équipement de traitement, doit recevoir une formation du contractant concernant la gestion
de l’énergie de la station ou de l’équipement livrés (en fonction du type de marché). Cette formation doit inclure une
explication de la gestion globale de l’énergie, du suivi de sa consommation et des pratiques d’amélioration du rendement
énergétique pour garantir une consommation minimale continue pour les procédés requis.

Vérification Des considérations générales relatives à la vérification de la consommation d’énergie en fonction de la phase du projet sont
fournies au point 5.5 ci-dessous.
Le soumissionnaire doit fournir des documents et des garanties concernant la consommation d’énergie annuelle dans la
station qui sera vérifiée à l’aide d’un relevé (kW) multiplié par le nombre d’heures prévu d’exploitation moyenne par jour

12
Voir les notes explicatives ci-dessous pour obtenir des valeurs indicatives et des considérations pertinentes pour établir le niveau concerné.

40
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

pour chaque élément d’équipement et les moteurs. Cette vérification doit être basée sur des essais industriels de
l’équipement livré et des essais sur place une fois l’équipement installé.
Si l’exploitation de la station est incluse dans l’appel d’offres, la vérification est effectuée au moyen de compteurs
électriques installés dans toute la station. Les sanctions applicables en cas de non-respect de la performance liée à la
consommation d’énergie garantie sont clairement décrites dans les dossiers d’appels d’offres.
Le soumissionnaire doit exposer dans les grandes lignes le contenu de la formation en matière de gestion de l’énergie.

Critères d’attribution
Les points seront attribués lorsque:
La consommation unitaire d’énergie est inférieure à celle exigée dans les spécifications techniques, sur la base de la demande en énergie globale de l’ensemble de
l’installation de traitement des eaux usées.
Évaluation: l’offre conforme et valide dont la consommation unitaire d’énergie proposée est la plus faible recevra le nombre de points maximal et chacune des autres
offres conformes et valides recevra un nombre de points qui sera calculé en appliquant la formule suivante:
Points de l’offre B = nombre maximal de points disponibles x (consommation unitaire d’énergie de l’offre A/consommation unitaire d’énergie de l’offre B)
L’offre A est l’offre conforme et valide dont la consommation unitaire d’énergie proposée est la plus faible.
Vérification: l’évaluation sera effectuée à partir des informations techniques soumises par le soumissionnaire afin de soutenir la consommation unitaire d’énergie
proposée. La consommation unitaire d’énergie proposée par le soumissionnaire retenu sera intégrée en tant que condition du contrat, avec les paramètres d’essai
convenus.

Critères MPE complets


Spécifications techniques
Les infrastructures de traitement des eaux usées doivent satisfaire aux exigences en matière de consommation d’énergie et d’efficacité de la consommation
énergétique globale de l’ensemble de la station et de certaines installations ou de l’équipement en fonction du type d’appel d’offres. Les exigences supplémentaires en

41
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

matière de rendement énergétique peuvent être liées à un pourcentage de production d’électricité et de chaleur sur le site, à des normes en matière de contrôle et de
suivi des équipements consommant de l’énergie et à l’utilisation de sources d’énergie renouvelables locales.

Consommation d’énergie La demande en énergie globale de l’installation de traitement des eaux usées n’excède pas un niveau défini:
Unité, stations d’épuration des eaux usées: kWh/EH ou kWh/m3 d’eaux usées traitées.
Unité, système d’assainissement: kWh/m3/m de hauteur d’eaux usées acheminées.
Unité, stations de traitement des boues: kWh/tonne de boues ou kWh/m3 de boues.

Équipements de traitement à haut Établir des normes minimales qui doivent être respectées par le contractant pour des équipements de traitement
rendement énergétique spécifiques, tels que les équipements suivants (voir les notes explicatives):
• systèmes d’aération/groupes de surpression [volume d’oxygène en kg transféré dans les eaux usées par kWh
consommé];

• rendement énergétique total de la pompe [%];

• mélangeurs [kWh par m3 de volume de réservoir];

• équipement de déshydratation des boues [kWh par tonne de boues déshydratées];

• équipement de séchage des boues [kWh par tonne de boues séchées];

• équipement à gaz (chaudières et générateurs) [kWh par m3 de gaz];

• incinérateurs de boues [kWh par m3 de boues incinérées].

Source d’énergie Au moins [X] % de la demande en énergie doivent provenir de sources d’énergie renouvelables locales, c’est-à-dire une
source renouvelable générant de l’énergie directement dans la station (par exemple des panneaux solaires, des chaudières
à biomasse, des éoliennes, etc.).

Formation en matière de rendement Avant la mise en fonctionnement de la station, le personnel chargé de s l’exploitation de la station, y compris de
énergétique l’équipement de traitement, doit recevoir une formation du contractant concernant la gestion de l’énergie de la station ou

42
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

de l’équipement livrés (en fonction du type de marché). Cette formation doit inclure une explication de la gestion globale de
l’énergie, du suivi de consommation d’énergie et des pratiques d’amélioration du rendement énergétique pour garantir une
consommation minimale continue pour les procédés requis.

Vérification Des considérations générales relatives à la vérification de la consommation d’énergie en fonction de la phase du projet sont
fournies au point 5.5 ci-dessous.
Le soumissionnaire doit fournir des documents et des garanties concernant la consommation d’énergie annuelle de la
station et la consommation d’énergie de l’équipement spécifique en fonction du type d’offre, qui seront vérifiées à l’aide
d’un relevé (kW) multiplié par le nombre d’heures prévu d’exploitation moyenne par jour pour chaque élément de
l’équipement et les moteurs. Cette vérification doit être basée sur des essais industriels de l’équipement livré et des essais
sur place une fois l’équipement installé.
Si l’exploitation de la station est incluse dans l’appel d’offres, la vérification est effectuée au moyen de compteurs
électriques installés dans toute la station et sur l’équipement sélectionné consommant de grandes quantités d’énergie, tels
que les surpresseurs, les pompes principales, l’équipement de déshydratation des boues, l’équipement de séchage des
boues, etc.
Les sanctions applicables en cas de non-respect de la performance liée à la consommation d’énergie garantie doivent être
clairement décrites dans les dossiers d’appels d’offres.
De plus, le soumissionnaire doit exposer dans les grandes lignes le contenu de la formation en matière de gestion de
l’énergie.

Critères d’attribution
Les points seront attribués lorsque:
La consommation unitaire d’énergie est inférieure à celle exigée dans les spécifications techniques, sur la base de la demande en énergie globale de l’ensemble de
l’installation de traitement des eaux usées et de certains équipements de traitement spécifiques sélectionnés (systèmes d’aération/groupes de surpression,
mélangeurs, équipement de déshydratation des boues, équipement de séchage des boues, équipement à gaz, incinérateurs de boues).
Évaluation: l’offre conforme et valide dont la consommation unitaire d’énergie proposée est la plus faible recevra le nombre de points maximal et chacune des autres

43
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

offres conformes et valides recevra un nombre de points qui sera calculé en appliquant la formule suivante:
Points de l’offre B = nombre maximal de points disponibles x (consommation unitaire d’énergie de l’offre A/consommation unitaire d’énergie de l’offre B)
L’offre A est l’offre conforme et valide dont la consommation unitaire d’énergie proposée est la plus faible.
Vérification: l’évaluation sera effectuée à partir des informations techniques soumises par le soumissionnaire afin de soutenir la consommation unitaire d’énergie
proposée. La consommation unitaire d’énergie proposée par le soumissionnaire retenu sera intégrée en tant que condition du contrat, avec les paramètres d’essai
convenus.

Notes explicatives
Note générale Voir la section 4 concernant la phase la plus appropriée pour inclure chacun des critères environnementaux proposés en
fonction du type de marché choisi.

Pourcentage de sources d’énergie Le pourcentage minimal approprié de sources d’énergie renouvelables locales dépend en grande partie des conditions
renouvelables locales climatiques et de l’expérience en matière d’installation de sources d’énergie. Cette valeur sera généralement comprise
entre 5 et 20 %.

Indicateurs de performance de la Les valeurs courantes de consommation d’énergie pour un traitement efficace des eaux usées sont comprises entre 20 et
consommation d’énergie 40 kWh/EH/an. La valeur dépend, toutefois, de nombreux facteurs, tels que le type de traitement (primaire, secondaire,
tertiaire, complémentaire), les technologies de traitement, notamment si la station utilise du gaz pour produire de l’énergie,
la taille de la station, la composition des eaux usées entrantes, etc.
Un bon rendement énergétique total pour des pompes d’eaux usées se situe généralement entre 60 et 70 %, ce qui
correspond à une consommation d’énergie comprise entre environ 4,5 et 4 W par m3/h par mètre de hauteur de
refoulement.
Pour mélanger de grands volumes d’eau dans des réservoirs de traitement, des digesteurs, etc., une valeur comprise entre 2
et 3 W par m3 représente un rendement énergétique satisfaisant. Pour les réservoirs de taille plus petite, cette valeur est
comprise entre 3 et 6 W par m3.
Une consommation efficace sur le plan énergétique pour la déshydratation des boues est d’environ 40 à 60 kWh/tonne de

44
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

matières dissoutes (centrifugeuses). La consommation d’énergie d’autres équipements de déshydratation des boues peut
être plus faible. Pour le séchage et l’incinération des boues, la consommation d’énergie dépend fortement du type de
procédé et de l’équipement.
Le choix d’une demande en énergie utile, finale ou primaire13 dépend des indicateurs de performance énergétique de la
législation nationale. Lors de l’évaluation des offres, les pouvoirs adjudicateurs doivent vérifier que la méthode de calcul
applicable est correctement utilisée. Ils peuvent avoir besoin d’une expertise interne/externe.

Exemples de normes d’essais industriels La norme ISO 9906:2012 spécifie les essais de performance hydraulique pour l’acceptation par les clients de pompes
rotodynamiques (pompes centrifuges, hélico-centrifuges et hélices) et inclut également des normes de mesures de
puissance électrique.
EN 60034-30:2009. Machines électriques tournantes – Partie 30: Classes de rendement pour les moteurs à induction
triphasés à cage, mono vitesse (Code IE)

13
Énergie utile: énergie disponible qui peut être utilisée par les consommateurs au niveau des appareils et des systèmes.
Énergie finale: consommation d’énergie mesurée au niveau de l’utilisation finale.
Énergie primaire: consommation d’énergie mesurée au niveau de la ressource naturelle/de l’énergie primaire.

45
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

5.3.2 Consommation d’eau


Critères MPE essentiels
Spécifications techniques
La consommation totale d’eau potable des installations de traitement des eaux usées (à l’exclusion de la consommation d’eau dans les bureaux/bâtiments
administratifs)14, comme indiqué dans le dossier d’appel d’offres, ne dépasse pas les valeurs suivantes:
• installations de traitement des eaux usées: x m3 d’eau consommée pour 1 000 m3 d’eaux usées traitées

• systèmes d’assainissement – nettoyage des canalisations installées: x m3 d’eau consommée pour 100 m de canalisations installées15

Des considérations générales sur la vérification de la consommation d’eau en fonction de la phase du projet sont fournies
Vérification
au point 5.5 ci-dessous.
Les soumissionnaires doivent fournir des documents et des garanties concernant la consommation d’eau annuelle dans la
station qui sera vérifiée à l’aide d’un relevé de la consommation d’eau pour toutes les grandes installations consommatrices
d’eau. De plus, la consommation d’eau des petits équipements et pour le nettoyage est estimée sur la base des valeurs
antérieures.

Pour la rénovation et l’installation de canalisations d’égouts, le soumissionnaire doit indiquer le nombre de chasses d’eau et
la consommation d’eau pour 100 mètres de canalisations installées ainsi que l’utilisation prévue, par exemple, des eaux
grises et des eaux pluviales.

14
En ce qui concerne la consommation d’eau potable dans les bureaux/bâtiments administratifs (robinets et pommeaux de douche, toilettes et urinoirs), de nouveaux critères MPE de l’Union
européenne sont en cours d’élaboration (adoption prévue en 2013).
15
Voir les notes explicatives ci-dessous à propos de certaines valeurs types.

46
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

Si l’exploitation de la station est incluse dans l’appel d’offres, la vérification est effectuée au moyen des compteurs d’eau
installés dans toute la station.

Les sanctions applicables en cas de non-respect de la performance liée à la consommation d’eau garantie doivent être
clairement décrites dans les dossiers d’appels d’offres.

Critères d’attribution
Des points seront attribués aux mesures d’économie d’eau allant plus loin que les spécifications susmentionnées dans les dossiers d’appels d’offres pour les critères
essentiels.
Évaluation: l’offre conforme et valide dont la consommation unitaire d’eau potable proposée est la plus faible recevra le nombre de points maximal et chacune des
autres offres conformes et valides recevra un nombre de points qui sera calculé en appliquant la formule suivante:
Points de l’offre B = nombre maximal de points disponibles x (consommation unitaire d’eau potable de l’offre A/consommation unitaire d’eau potable de l’offre B)
L’offre A est l’offre conforme et valide dont la consommation unitaire d’eau potable proposée est la plus faible.
Vérification: les soumissionnaires devraient démontrer les économies d’eau potable qui résulteront des mesures proposées en s’appuyant sur des projets antérieurs
et/ou des évaluations techniques indépendantes. La consommation globale d’eau potable proposée par le soumissionnaire retenu sera intégrée en tant que condition
du contrat, avec les paramètres d’essai convenus.

Critères MPE complets


Spécifications techniques
Le soumissionnaire doit satisfaire aux exigences spécifiques des mesures d’économie d’eau potable qui figurent dans les spécifications techniques (à l’exclusion de la
consommation d’eau des bureaux/bâtiments administratifs). Il peut s’agir de spécifications relatives à la consommation d’eau maximale, par exemple, pour les unités de
traitement suivantes:

47
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

• le nettoyage des grilles, des membranes, etc. de la station d’épuration des eaux usées (m 3 d’eau consommée pour 1 000 m3 d’eaux usées traitées);

• les opérations de récurage liées à l’incinération des boues (m 3 d’eau consommée par Nm3);

• le nettoyage des canalisations installées (m 3 d’eau consommée pour 100 m de canalisations installées);

• en ce qui concerne la consommation d’eau dans les bureaux/bâtiments administratifs (robinets et pommeaux de douche, systèmes de chauffage, toilettes et urinoirs,
peinture et vernis), de nouveaux critères MPE de l’Union européenne sont en cours d’élaboration (adoption prévue en 2013).

Des considérations générales relatives à la vérification de la consommation d’eau en fonction de la phase du projet sont
Vérification
fournies au point 5.5 ci-dessous.
Le soumissionnaire doit fournir des documents et des garanties concernant la consommation d’eau annuelle de la station et
de l’équipement spécifique en fonction du type d’offre qui sera vérifiée à l’aide d’un relevé de la consommation d’eau pour
toutes les grandes installations consommatrices d’eau. De plus, la consommation d’eau des petits équipements et pour le
nettoyage est estimée sur la base de valeurs antérieures.
Le soumissionnaire doit fournir des fiches techniques relatives à la consommation d’eau potable maximale pour 1 000 m3
d’eaux usées traitées qui attestent la conformité aux spécifications et précisent l’utilisation prévue des eaux grises et des
eaux pluviales.
Le soumissionnaire doit également indiquer les installations de la station de traitement des eaux usées dans lesquels l’eau
potable n’est pas utilisée pour le nettoyage.
Pour la rénovation et l’installation de canalisations d’égouts, le soumissionnaire doit indiquer le nombre de chasses d’eau et
la consommation d’eau pour 100 mètres de canalisations installées ainsi que l’utilisation prévue, par exemple, des eaux
grises et des eaux pluviales.
Si l’exploitation de la station est incluse dans l’appel d’offres, la vérification est effectuée au moyen de compteurs d’eau
installés dans toute la station.

Critères d’attribution
Des points seront attribués aux mesures d’économie d’eau allant au-delà des exigences minimales établies pour les critères complets et qui ne sont pas abordées dans

48
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

les autres critères d’attribution ci-dessous.


Vérification: les soumissionnaires quantifient les économies d’eaux potables attendues qui résulteront de toute mesure proposée en s’appuyant sur des projets
antérieurs et/ou des évaluations techniques indépendantes. La consommation globale d’eau potable proposée par le soumissionnaire retenu sera intégrée en tant que
condition du contrat, avec les paramètres d’essai convenus.

1. Utilisation des eaux pluviales et des eaux grises

Le soumissionnaire doit fournir une proposition afin d’optimiser l’utilisation des eaux pluviales et des eaux grises.

Les points seront attribués en fonction des propositions qui seront soumises. Les propositions seront évaluées selon les critères suivants:
• la conception et la qualité des technologies, y compris l’adaptabilité en fonction de la conception des bâtiments;

• l’estimation du pourcentage d’approvisionnement/d’utilisation global en eau provenant de sources d’eaux pluviales et d’eaux grises;

• les coûts liés à l’entretien et la viabilité du produit (coûts d’installation et d’entretien).

Vérification Le soumissionnaire doit fournir les calculs et les documents relatifs à la quantité d’eaux pluviales et grises consommées dans
l’installation de traitement d’eaux usées.

2. Utilisation d’eau pour l’installation et la réhabilitation des canalisations d’égouts

Le soumissionnaire doit fournir une proposition afin de réduire la consommation d’eau douce pour le rinçage des canalisations avant et après l’installation. Les
propositions seront évaluées selon les critères suivants:

• le nombre de rinçages avant et après l’installation;

• l’estimation de la consommation d’eau en pourcentage de [x16] m3 par mètre de canalisation installée.

Vérification Le soumissionnaire doit fournir les calculs et les documents relatifs à la consommation d’eau pour l’installation des

16
L’autorité publique doit indiquer la consommation d’eau moyenne ou la plus faible pour le rinçage des canalisations après l’installation sur la base de l’expérience avec d’autres projets similaires.

49
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

canalisations.

Notes explicatives
Utilisation des eaux pluviales et des eaux Il est également possible de définir des valeurs minimales en pourcentage de l’approvisionnement global en eau issue de
grises – spécifications ou phase sources d’eaux pluviales et grises. Cependant, les écarts peuvent être très importants selon les conditions climatiques.
d’attribution

Indicateurs de performance de la Les critères MPE relatifs à la consommation d’eau sont principalement pertinents pour les pays/régions où les ressources en
consommation d’eau eau sont rares. De plus, le prix élevé de l’eau dans certains États membres constitue en lui-même une incitation à réduire la
consommation d’eau potable et à utiliser de l’équipement économe en eau.
La consommation d’eau de l’équipement de traitement des eaux usées dépend en grande partie des technologies utilisées.
Les valeurs types de certains équipements sont fournies ci-dessous. Des informations plus détaillées sont fournies dans
différents manuels relatifs aux eaux usées.
Filtres. La performance dépend en grande partie des technologies. Certains systèmes, tels que les micro-filtres, utilisent des
procédés de lavage continu à contre-courant. Consommation d’eau comprise entre 0 et 5 % des eaux usées traitées.
Systèmes d’épuration chimique pour maîtriser les odeurs. Consommation d’eau comprise entre 2 et 3 l/s par m3 de débit
d’air.

50
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

5.3.3 Efficacité du traitement des eaux usées


Critères MPE essentiels
Spécifications techniques
La station d’épuration des eaux usées doit satisfaire aux normes applicables aux effluents qui sont spécifiées dans la DTEUR ou aux normes contenues dans les
réglementations nationales, si celles-ci sont plus strictes.

Exigences relatives aux normes Les normes applicables aux effluents de la DTEUR sont énoncées dans le rapport de référence technique (point 2.7.2).
applicables aux effluents
Les normes types applicables aux effluents sont les suivantes:
DCO < 125 mg/l
DBO < 25 mg/l
MES < 35 mg/l
Azote total < 15 mg/l (zones sensibles)
Phosphore total < 2 mg/l (zones sensibles)
Les normes applicables aux effluents varient en fonction des autorités compétentes pour l’eau. De plus, pour certaines
stations d’épuration des eaux usées, les valeurs nationales peuvent être plus strictes que celles mentionnées ci-dessus et/ou
des normes supplémentaires relatives aux effluents peuvent être appliquées, par exemple pour des agents pathogènes, des
métaux lourds, des substances organiques dangereuses, etc.

Vérification Des considérations générales relatives à la vérification de l’efficacité du traitement des eaux usées sont fournies au
point 5.5.
Les soumissionnaires doivent fournir des documents prouvant que les technologies proposées sont conformes aux normes
requises applicables aux effluents et il doit leur être demandé de signer une garantie de performance de procédé

51
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

spécifique.
La conformité aux normes en question est vérifiée au moyen d’un programme d’échantillonnage et d’analyse
conformément aux exigences énoncées dans la DTEUR ou dans les normes nationales.
Les sanctions applicables en cas de non-respect de la performance sont clairement décrites dans le dossier d’appel d’offres
ainsi que la méthodologie de vérification de la performance de la station de traitement des eaux usées.

Exigences relatives à la consommation Agents de précipitation (généralement des sels de fer ou d’aluminium) en g par m3 d’eaux usées traitées ou
maximale de substances chimiques Agents de précipitation en g par kg de phosphore total au point d’entrée.

Vérification Le soumissionnaire doit fournir des calculs vérifiés de la consommation d’agent(s) de précipitation par m3 d’eaux usées
traitées ou par kg de phosphore total au point d’entrée. Les hypothèses et les résultats de ces calculs doivent être
identiques aux informations initiales concernant la conception de la station d’épuration des eaux usées.

Critères d’attribution
Les points seront attribués lorsque:
L’efficacité de traitement des eaux usées est supérieure à celle exigée dans les spécifications techniques.
Vérification: les soumissionnaires quantifient les incidences prévues sur l’efficacité du traitement des mesures supplémentaires proposées en s’appuyant sur des projets
antérieurs et/ou des évaluations techniques indépendantes. L’efficacité globale proposée par le soumissionnaire retenu sera intégrée en tant que condition du contrat,
avec les paramètres d’essai convenus.

1. Efficacité de traitement supérieure pour la DBO, l’azote total et le phosphore total

Unité DBO < xx mg/l


Azote total < xx mg/l
Phosphore total < xx mg/l

Vérification Les soumissionnaires doivent fournir des documents prouvant le niveau garanti de DBO, d’azote total ou de phosphore total

52
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

(en mg/l) des effluents.


Le respect des niveaux d’effluents est vérifié au moyen d’un programme d’échantillonnage et d’analyse. Le volume des
échantillons dépend de la taille de la station et doit être spécifié dans le dossier d’appel d’offres. Ces échantillons sont
prélevés proportionnellement au débit pendant 24 heures et à intervalles réguliers au cours de l’année.
Pour la DBO, le nombre maximal d’échantillons non conformes est précisé.
Pour l’azote total et le phosphore total, la moyenne annuelle des échantillons est conforme à la valeur garantie.
Les points peuvent être attribués proportionnellement à la teneur garantie des effluents en mg/l (par exemple zéro point
pour une teneur conforme aux normes requises applicables aux effluents et 10 points pour 0 mg/l).

2. Consommation réduite d’agent(s) de précipitation par kg de phosphore éliminé

Unité Agents de précipitation (généralement des sels de fer ou d’aluminium) en g par m3 d’eaux usées traitées ou
Agents de précipitation en g par kg de phosphore total au point d’entrée.

Vérification Le soumissionnaire doit fournir des calculs et des documents relatifs à la consommation d’agent(s) de précipitation par kg
de phosphore total au point d’entrée. Ils doivent indiquer le pourcentage des rapports entre les valeurs de consommation
courante d’agent(s) de précipitation et les valeurs de concentration autorisée par la législation nationale de phosphore au
point de sortie de la station d’épuration des eaux usées.

Les points seront attribués lorsque:


La consommation unitaire d’agents de précipitation est inférieure à celle exigée dans les spécifications techniques, sur la
base de l’élimination du phosphore requise dans l’ensemble de l’installation de traitement des eaux usées.
Évaluation: l’offre conforme et valide dont la consommation unitaire d’agents de précipitation proposée est la plus faible
recevra le nombre de points maximal et chacune des autres offres conformes et valides recevra un nombre de points qui
sera calculé en appliquant la formule suivante:
Points de l’offre B = nombre maximal de points disponibles x (consommation unitaire d’agents de précipitation de

53
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

l’offre A/consommation unitaire d’agents de précipitation de l’offre B)


L’offre A est l’offre conforme et valide dont la consommation unitaire d’agents de précipitation proposée est la plus faible.

Critères MPE complets


Spécifications techniques
Identiques à celles des critères essentiels

Critères d’attribution
Les critères complets pour l’efficacité du traitement des eaux usées sont les suivants (en sus des critères essentiels décrits ci-dessus): efficacité de traitement des
métaux lourds, des substances pharmaceutiques, des substances prioritaires et des agents pathogènes (voir les notes explicatives).
Les substances indicatrices pertinentes incluent les métaux lourds suivants:
- Le cadmium et ses composés
- Le plomb et ses composés
- Le mercure et ses composés
- Le nickel et ses composés.
Elles incluent également les substances suivantes parmi les substances organiques prioritaires et les substances pharmaceutiques:
- Di(2-éthylhexyl)phtalate (DEHP)
- Naphtalène
- Nonylphénols et octylphénols
- Benzo(a)pyrène [pour représenter les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)]
- Tramadol et primidone (substances pharmaceutiques)
Les substances indiquées en gras sont les substances dangereuses prioritaires pour lesquelles il existe une obligation de cesser les rejets dans les eaux de surface. Par
conséquent, il peut être utile de porter une attention particulière à ces substances.

54
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

Dans certains cas, des exigences relatives au rejet d’agents pathogènes sont imposées aux motifs de demandes portant sur les eaux de baignade concernant les eaux
réceptrices. Il est pertinent dans ce cas d’utiliser les critères complets pour les agents pathogènes.

1. Efficacité de traitement supérieure pour les métaux lourds

Les points peuvent être attribués de manière inversement proportionnelle à la teneur garantie de métaux lourds des effluents en µg/l (par exemple zéro point pour une
teneur équivalente à la concentration au point d’entrée et dix points pour 0 µg/l).

Vérification Les soumissionnaires doivent fournir des documents prouvant le niveau garanti de métaux lourds (en µg/l) des effluents.
Le respect des niveaux d’effluents est vérifié au moyen d’un programme d’échantillonnage et d’analyse. Le nombre
d’échantillons dépend de la taille de la station et doit être spécifié dans le dossier d’appel d’offres. Ces échantillons sont
prélevés proportionnellement au débit pendant 24 heures et à intervalles réguliers au cours de l’année.
Le nombre maximal d’échantillons non conformes est précisé.

Remarque pour le pouvoir adjudicateur Pour l’évaluation du rejet de métaux lourds, il est proposé de sélectionner les substances indicatrices mentionnées ci-dessus
pour lesquelles il peut être exigé de documenter la performance de la station d’épuration des eaux usées.

2. Efficacité de traitement supérieure pour les substances organiques prioritaires

Les points peuvent être attribués de manière inversement proportionnelle à la teneur garantie de substances organiques prioritaires des effluents en µg/l [di(2-
éthylhexyl)phtalate (DEHP), naphtalène, nonylphénols et octylphénols ou hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)] (par exemple zéro point pour une teneur
équivalente à la concentration au point d’entrée et dix points pour 0 µg/l).

Vérification Les soumissionnaires doivent fournir des documents pour prouver le niveau garanti de substances organiques prioritaires
des effluents [di(2-éthylhexyl)phtalate (DEHP), naphtalène, nonylphénols et octylphénols ou hydrocarbures aromatiques
polycycliques (HAP)] en µg/l.
Le respect des niveaux d’effluents est vérifié au moyen d’un programme d’échantillonnage et d’analyse. Le nombre
d’échantillons dépend de la taille de la station et doit être spécifié dans le dossier d’appel d’offres. Ces échantillons sont
prélevés proportionnellement au débit pendant 24 heures et à intervalles réguliers au cours de l’année.

55
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

Le nombre maximal d’échantillons susceptibles d’être non conformes est précisé.

Remarque pour le pouvoir adjudicateur Pour l’évaluation du rejet de substances organiques prioritaires dangereuses, il est proposé de sélectionner les substances
indicatrices mentionnées ci-dessus pour lesquelles il peut être exigé de documenter la performance de la station
d’épuration des eaux usées.

3. Efficacité de traitement supérieure pour les substances pharmaceutiques (tramadol et primidone)

Les points peuvent être attribués de manière inversement proportionnelle à la teneur garantie de tramadol et de primidone des effluents en µg/l (par exemple zéro
point pour une teneur équivalente à la concentration au point d’entrée et dix points pour 0 µg/l).

Vérification Les soumissionnaires doivent fournir des documents prouvant le niveau garanti de tramadol et de primidone (en µg/l) des
effluents.
Le respect des niveaux d’effluents est vérifié au moyen d’un programme d’échantillonnage et d’analyse. Le nombre
d’échantillons dépend de la taille de la station et doit être spécifié dans le dossier d’appel d’offres. Ces échantillons sont
prélevés proportionnellement au débit pendant 24 heures et à intervalles réguliers au cours de l’année.
Le nombre maximal d’échantillons non conformes est précisé.

Remarque pour les pouvoirs Le tramadol et le primidone sont utilisés comme des indicateurs de rejet de substances pharmaceutiques.
adjudicateurs

4. Efficacité de traitement supérieure pour les agents pathogènes

Les soumissionnaires doivent fournir des documents prouvant le niveau garanti des agents pathogènes E.coli et Entérocoques (nombre de bactéries/100 ml) des
effluents.
Les points peuvent être attribués proportionnellement à la teneur garantie en nombre de bactéries/100 ml des effluents (par exemple zéro point pour une teneur
équivalente aux normes requises applicables aux effluents et 10 points pour 0 bactérie/100 ml).

Vérification Le respect des niveaux d’effluents est vérifié au moyen d’un programme d’échantillonnage et d’analyse. Le nombre
d’échantillons dépend de la taille de la station et doit être spécifié dans le dossier d’appel d’offres. Ces échantillons sont

56
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

prélevés proportionnellement au débit pendant 24 heures et à intervalles réguliers au cours de l’année.


Le nombre maximal d’échantillons non conformes est précisé.

Remarque pour les pouvoirs Les bactéries E.coli et Entérocoques sont utilisés comme des indicateurs d’une contamination d’origine fécale des effluents.
adjudicateurs

Notes explicatives
Substances prioritaires dans la DCE En principe, toutes les substances prioritaires actuelles (33) et nouvelles substances prioritaires proposées (15) de la DCE
peuvent apparaître dans les eaux urbaines résiduaires. Cependant, en réalité, nombre d’entre elles sont rarement
détectables ou du moins seulement présentes à de très faibles niveaux en raison de leur origine et de leurs propriétés. Par
conséquent, il n’est pas pertinent d’instaurer des exigences en matière de performance pour les SEEU concernant la
diminution de leurs concentrations dans les effluents.
Compte tenu du contexte et des objectifs des critères MPE, seuls quelques indicateurs de la liste de substances dangereuses
pertinentes sont inclus ici, pour lesquels une documentation relative à la performance des SEEU pourrait être imposée.
Les substances volatiles ne sont pas incluses puisqu’elles sont en général éliminées de la phase aqueuse au cours des
procédés de traitement ou peu de temps après les rejets. Les substances qui posent des difficultés d’analyse particulières
(par exemple les retardateurs de flamme bromés) ont également été exclues.

Définition de la qualité des eaux usées Il est important d’indiquer qu’une définition précise de la qualité des eaux usées au point d’entrée est cruciale et qu’elle
doit figurer dans les dossiers d’appels d’offres. Ces derniers doivent également indiquer sans aucune ambiguïté les normes
d’analyse de chacun des critères.

Remarque pour le pouvoir adjudicateur Il est recommandé d’encourager la valorisation des ressources rares conformément aux réglementations nationales. Les
possibilités de valorisation seront incluses dans le modèle de sélection/de CCV pour évaluer la solution la plus avantageuse
économiquement.
Par exemple, la valorisation du phosphate peut être coûteuse et, dans certains cas, sa commercialisation peut être difficile à
l’heure actuelle. Par exemple, le phosphate peut être valorisé par sédimentation sous forme de struvite (MgNH4PO4,

57
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

également décomposé en magnésium-ammonium-phosphate) ou sous forme de phosphate de calcium. La plupart des


méthodes de valorisation présentent des inconvénients. Par exemple, la struvite est souvent contaminée, notamment par
des métaux et des médicaments, et la méthode est également relativement onéreuse. De plus, la sédimentation sous forme
de phosphate de calcium peut produire une matière première qui sera utilisée dans les usines de phosphore. Cependant, il
s’agit également d’une méthode relativement onéreuse et seule une partie est valorisée d’après les expériences menées
aux Pays-Bas17. Des expériences similaires ont été menées au Danemark et dans d’autres stations d’épuration en Europe.

17
http://www.phosphaterecovery.com/recovery/recovery-at-sewage-treatment-plants/settlement-as-calcium-phosphate/89.

58
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

5.3.4 Efficacité du traitement des effluents gazeux


Critères MPE essentiels
Spécifications techniques
Les stations d’incinération des boues doivent être conformes à la directive sur l’incinération des déchets (2000/76/CE) et au document de référence sur les meilleures
techniques disponibles (BREF) pour l’incinération des déchets datant d’août 2006.

Normes applicables aux émissions [Les normes applicables aux émissions de la directive sur l’incinération des déchets sont mentionnées dans le rapport de
référence technique (point 9.2.6).]
Les normes couramment applicables aux émissions (moyenne sur 24 heures) sont les suivantes:
SO2: < 40 mg/Nm3
NOX: < 100 mg/Nm3
HCl: < 8 mg/Nm3
Poussières: < 5 mg/Nm3
Pour certaines stations d’incinération, des valeurs nationales plus strictes peuvent être appliquées pour les paramètres
mentionnés ci-dessus et/ou pour des normes concernant d’autres émissions par exemple le mercure, les HPA, le cadmium,
le zinc, etc.

Vérification Des considérations générales relatives à la vérification de l’efficacité du traitement des effluents gazeux sont fournies au
point 5.5.
La vérification du respect des normes garanties applicables aux émissions est réalisée conformément aux exigences de la
directive sur l’incinération des déchets (2000/76/CE) ou aux normes nationales.
Les sanctions applicables en cas de non-respect de la performance ainsi que la méthodologie à utiliser pour contrôler la

59
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

performance du traitement des effluents gazeux doivent être clairement décrites dans le dossier d’appel d’offres.

Critères d’attribution
Les points peuvent être attribués de manière inversement proportionnelle à la teneur garantie en mg/Nm3 de SO2, de NOX, de HCl et de poussières des émissions (par
exemple zéro point pour une teneur équivalente aux normes requises applicables aux émissions et dix points pour 0 mg/Nm3).

Vérification Les soumissionnaires doivent fournir des documents prouvant le respect des normes d’émission garanties du SO2, du NOX,
du HCl et des poussières (mg/Nm3).
Le respect des niveaux d’émission est vérifié au moyen d’un programme d’échantillonnage et d’analyse. Le nombre
d’échantillons dépend de la taille de la station et doit être spécifié dans le dossier d’appel d’offres.
Les limites d’émission moyennes quotidienne et par demi-heure de SO2, de NOX, de HCl et de poussières sont respectées.

Critères MPE complets


Spécifications techniques
Identiques à celles des critères essentiels

Critères d’attribution
Les critères complets pour l’efficacité du traitement des filtres d’effluents gazeux sont les suivants (en sus des critères essentiels décrits ci-dessus): efficacité de
traitement d’autres substances (par exemple le mercure, etc.).
Exemple: la concentration de mercure et de ses composés (en Hg) mesurée de manière discontinue ne doit pas être supérieure à 0,05 mg/Nm3.
Les spécifications relatives à l’efficacité du traitement des filtres d’effluents gazeux doivent intégrer les composés suivants:

• Mercure

60
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

• HPA

• Total de cadmium et de thallium (et leurs composés exprimés en tant que métaux)

• Zinc
Les points peuvent être attribués de manière inversement proportionnelle à la teneur des émissions en mg/Nm3 de mercure, d’HPA, de total de cadmium, de thallium
et de zinc garantie (par exemple zéro point pour une teneur équivalente aux normes requises applicables aux émissions et dix points pour 0 mg/Nm3).

Vérification Les soumissionnaires doivent fournir des documents prouvant le respect des normes d’émission garanties du mercure,
d’HPA, de total de cadmium, de thallium et de zinc (mg/Nm3).
Le respect des niveaux d’émission est vérifié au moyen d’un programme d’échantillonnage et d’analyse. Le volume des
échantillons dépend de la taille de la station et doit être mentionné dans le dossier d’appel d’offres.
Les limites d’émission pour les métaux lourds doivent être respectées pendant une durée d’échantillonnage comprise entre
30 minutes au minimum et 8 heures au maximum.

61
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

5.3.5 Clauses de performance du contrat


Critères MPE essentiels
Comme expliqué au point 4.1.4, la clause environnementale générale est de nature générale et complétée par des exigences détaillées dans le plan de gestion
environnementale (PGE). Les éléments essentiels du PGE sont généralement les suivants:
 les incidences et les objectifs environnementaux recensés, qui peuvent varier en fonction des circonstances mais qui sont définies dans l’EIE ou dans d’autres
documents de planification du projet. Les incidences/objectifs couramment recensées dans la plupart des projets de construction ou d’exploitation sont liées à
l’utilisation d’énergie et d’eau, à l’utilisation de matériaux renouvelables/valorisés, aux matériaux recyclés/récupérés, à la flore et à la faune, à la circulation
locale et aux bruits/émissions d’odeurs;
 les indicateurs clés de performance qui sont définis pour mesurer les incidences. Il existe différentes méthodologies disponibles à cet égard et des exemples
sont fournis dans le tableau ci-dessous;
 les niveaux concrets de performance requis pour réduire ces différentes incidences.

Il convient que le contrat puisse être actualisé régulièrement afin de tenir compte de la nécessité d’accroître les niveaux de performance ou même de nouveaux types
d’incidences sur l’environnement. Pour les marchés d’exploitation, cela peut, en tout état de cause, être une conséquence naturelle des plans de gestion
environnementale requis qui fixent progressivement des objectifs de plus en plus élevés pour l’entrepreneur privé.
Les indicateurs clés de performance et les niveaux de performance concernant, par exemple, l’utilisation d’énergie et d’eau, peuvent être relativement simples à établir.
Cela peut essentiellement consister à définir un certain niveau de consommation exprimé en termes quantitatifs (par exemple en kWh pour l’énergie). Le tableau ci-
après fournit des exemples d’indicateurs de performance pertinents pour les phases de construction et d’exploitation ainsi que des exemples de niveaux d’incidence
moins évidents:

Type d’incidence Indicateurs clés de performance Niveaux de performance

Odeur La station n’émet d’odeurs gênantes à l’intérieur La concentration de sulfure d’hydrogène (H2S)
ou à l’extérieur de l’infrastructure. est inférieure à xx ppM aux limites du site et à xx

62
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

ppM à l’intérieur du site.

Bruit Niveau sonore maximal acceptable Valeur max. de xx dB(A) le jour (de 8 h à 20 h)
Valeur max. de xx dB(A) la nuit (de 20 h à 8 h)

Circulation locale Modification en pourcentage de la circulation Pourcentage maximal de hausse de la


routière à l’entrée et à la sortie du site pendant circulation.
les heures d’affluence pour une période donnée.

D’autres domaines, tels que la gestion des déchets, offrent une plus grande marge de manœuvre pour l’utilisation des différents indicateurs de performance. À cet
égard, les PGE pourraient inclure les indicateurs suivants:
 un indicateur général de x tonnes de déchets générés chaque année pendant l’exploitation ou pour une valeur de construction de 100 000 EUR qui est associé à
un indicateur de réduction de la production de déchets de x % pendant un nombre d’années défini;
 une quantité maximale de x tonnes de déchets destinés à l’enfouissement et une quantité minimale de x tonnes de déchets valorisés ou recyclés;
 une quantité minimale de x % de matériaux utilisés pendant la construction/l’exploitation provenant de matériaux valorisés ou recyclés.

Vérification Il est évident que les clauses de performance des marchés ne peuvent être vérifiées au cours de la phase d’appel d’offres
mais uniquement pendant l’exécution même du marché. Les moyens de vérification consistent en les opérations de suivi/de
notification de routine établies dans le contrat et d’autres mesures contractuelles de contrôle de la performance. Celles-ci
doivent être appliquées pour garantir que les mesures relatives aux KPI sont correctes et que la performance est conforme
aux différents niveaux d’incidence établis dans le PGE.

Critères MPE complets


Les clauses de performance des critères complets doivent être axées sur les mêmes incidences sur l’environnement que celles des critères essentiels mais doivent être
fixées à des niveaux plus élevés. De plus, la possibilité d’ajuster les critères tout au long de la durée du projet peut être incluse, ce qui est pertinent pour les projets de
longue durée. Le pourcentage maximal de déchets destinés à la décharge générés pendant l’exploitation peut ainsi être établi à un niveau élevé dès le début du projet
et/ou faire l’objet d’ajustements réguliers à la hausse en fonction, par exemple, de l’évolution de la réglementation relative aux déchets ou de l’accroissement de la

63
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

disponibilité des installations de gestion des déchets dans la région en question.

Vérification Les opérations de suivi/notification de routine conformément aux procédures de contrôle de la performance générale du
marché sont réalisées afin de garantir que les mesures relatives aux KPI sont correctes et que la performance est conforme
aux différents niveaux d’incidence établis dans le PGE.

Notes explicatives
Il existe de nombreuses options concernant les clauses contractuelles spécifiques en matière de performance environnementale. Dans la pratique, il existe des
exemples de clauses spécifiques sur la durée de vie théorique, l’utilisation d’énergie et d’eau et les émissions d’odeurs. Cependant, afin de garantir une couverture
effective et exhaustive de tous les aspects des incidences sur l’environnement observées, l’utilisation combinée d’une clause générale et d’un plan de gestion
environnementale est de plus en plus répandue. Cette approche facilite les ajustements des exigences en matière de performance au fil du temps.
Afin de soutenir les obligations contractuelles en matière de suivi et de notification, il est essentiel d’instaurer des sanctions contractuelles qui sont applicables même
en cas d’infraction mineure de la part du constructeur/de l’exploitant, y compris en cas d’infractions relatives aux obligations liées à la performance environnementale.
Les sanctions habituelles en matière de compensation et de résiliation du contrat ont peu d’effet sur les marchés à long terme. Concernant la compensation, il est
généralement exigé de fourni la preuve du manquement et cette sanction suppose habituellement d’engager des procédures judiciaires coûteuses. Elle est uniquement
pertinente en cas d’infractions majeures et donne habituellement lieu à l’arrêt de la coopération entre les parties. La résiliation du contrat est également une sanction
uniquement pertinente en cas d’infraction majeure. Aucune de ces sanctions n’est adaptée en cas d’écarts potentiels mineurs par rapport aux niveaux de performance
établis. Un système d’amendes moins importantes, également connues sous le nom de dommages-intérêts, est généralement appliqué dans le cadre des marchés de
SEEU.
Les amendes sont souvent associées à un système de malus au titre duquel des points de malus sont attribués en cas de dépassement d’un nombre déterminé de non-
respect en matière de performance (par exemple pour une consommation énergétique excessive pendant une période donnée). Le dépassement du nombre maximal
de points de malus pendant une période donnée, par exemple chaque année, entraîne l’imposition d’amendes ou d’une réduction des paiements. Ce système peut être
établi à partir de tout indicateur de performance du marché pouvant être «activé» en cas de lacune. L’utilisation d’un système de sanctions progressives constitue un
complément logique des critères de performance vérifiables et des procédures de suivi et de contrôle.
Les clauses contractuelles relatives à la protection de l’environnement comprennent, outre les clauses de performance spécifiques, des clauses de nature plus générale
ayant trait aux préoccupations environnementales. On peut citer le droit d’intervention pour la partie publique, en l’autorisant à décider de manière unilatérale que le
coût des mesures correctives sera supporté la partie privée en cas de danger grave et immédiat pour l’environnement. Une autre disposition générale établit que la

64
Critères MPE pour les infrastructures d’eaux usées

partie contractante privée tenue d’indemniser la partie contractante publique en cas de responsabilité vis-à-vis d’une infraction à la législation environnementale. De
plus, en ce qui concerne les obligations en matière d’investissement, des clauses peuvent être appliquées pour couvrir les besoins de réinvestissement découlant de
nouvelles exigences environnementales en dehors des exigences liées à l’usure. En ce qui concerne la responsabilité environnementale, des dispositions contractuelles
peuvent imposer à la partie contractante privée la souscription d’une assurance obligatoire pour couvrir les responsabilités pour atteinte à l’environnement.

65
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

5.4 Vérification des critères MPE


La méthode de vérification propre à chacun des critères MPE est décrite dans les sections ci-dessus.
La présente section est davantage axée sur la vérification des critères MPE.

Vérification de la consommation d’énergie


Les méthodes de vérification de la consommation d’énergie dépendent de l’étape du projet.
Au cours de la phase initiale, le calcul de consommation d’énergie est généralement basé sur des
valeurs de référence d’autres stations similaires exprimées en consommation annuelle en kWh par
équivalent-habitant (EH) ou par m3 d’eau pompée ou traitée. Concernant les nouvelles technologies
innovantes, lorsqu’il n’existe pas d’installations similaires, il peut être nécessaire d’utiliser les valeurs
d’essais pilotes ou d’autres types d’essais.
Pendant la phase d’étude préliminaire au cours de laquelle le principal équipement de traitement est
défini, les calculs peuvent être basés sur des valeurs de référence et en fonction de l’expérience en
matière de consommation énergétique définies à partir du calcul de l’apport d’air nécessaire pour
l’aération, du volume en m3 d’eaux usées pompées et de la hauteur pratique d’élévation totale des
eaux usées, du volume en tonnes de boues déshydratées, etc. En plus de la consommation d’énergie
du principal équipement de traitement, qui représente généralement entre 80 et 90 % de la
consommation totale d’énergie, il convient d’inclure la consommation d’énergie comprise entre 10
et 20 % d’éléments divers regroupant les petits appareils, l’éclairage, l’équipement informatique, etc.
Le résultat du calcul est habituellement exprimé en kWh/an.
Pendant la phase d’étude détaillée et la phase d’appel d’offres au cours desquelles l’équipement
précis est indiqué et connu, le calcul de la consommation d’énergie peut être vérifié à l’aide d’un
relevé multipliant la consommation (kW) par le nombre d’heures d’exploitation prévu moyenne par
jour pour chaque équipement et moteur.
Afin de comparer les différentes solutions et offres, il est très important que le pouvoir adjudicateur
indique dans le dossier d’appel d’offres les conditions exactes de calcul de la consommation
d’énergie effectué par le soumissionnaire, par exemple en spécifiant les débits, les charges
polluantes, la température, etc. Aucune norme n’a été établie dans ce domaine, mais la méthode la
plus largement utilisée consiste à mesurer la consommation d’énergie annuelle en fonction des
débits théoriques moyens (en m3/jour) et des charges polluantes théoriques moyennes (en kg de
DCO/jour, kg de MES/kg d’azote total/jour, kg de phosphore total, etc.). Cependant, s’il existe
d’importantes variations saisonnières au niveau du débit hydraulique, des charges polluantes ou de
la température, il peut être pertinent de calculer la consommation énergétique sur une base
mensuelle et de produire des comptes rendus synthétiques au cours de l’année.
Pendant la phase d’exploitation, il est possible de mesurer la consommation d’énergie en installant
des compteurs électriques dans toute la station ainsi que sur des équipements sélectionnés
consommant beaucoup d’énergie, tels que les groupes de surpression, les pompes principales,
l’équipement de déshydratation des boues, l’équipement de séchage des boues, etc. En général, la
consommation énergétique est mesurée de manière continue, consignée chaque jour et résumée
pendant une année à des fins de comparaison avec la consommation convenue et garantie. Les
sanctions applicables en cas de non-respect de la performance liées à la consommation d’énergie
garantie doivent être clairement décrites dans les dossiers d’appels d’offres.

66
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Vérification de la consommation d’eau


Les méthodes de vérification de la consommation d’eau dépendent, comme pour la consommation
d’énergie, de l’étape du projet.
Au cours de la phase initiale et de la phase d’étude préliminaire, le calcul de consommation d’eau est
généralement basé sur des valeurs de référence d’autres stations similaires exprimées en
consommation en m3 d’eau consommée pour 1 000 m3 d’eaux usées traitées ou en m3 d’eau
consommée pour 100 m de canalisations installées, etc.
Pendant la phase d’étude détaillée et la phase d’appel d’offres au cours desquelles l’équipement
précis est indiqué et connu, le calcul de consommation d’eau peut être vérifié à l’aide de relevés de
toutes les grandes installations consommatrices d’eau, telles que les filtres, l’équipement de
déshydratation des boues, les appareils de dépoussiérage par voie humide, etc. Il est également
possible d’estimer la consommation des petits équipements et de l’activité de nettoyage à l’aide
d’estimations basées sur l’expérience. Pour comparer les différentes solutions et offres, il est très
important que le pouvoir adjudicateur indique dans le dossier d’appel d’offres les conditions exactes
de calcul de la consommation d’eau effectué par les soumissionnaires. Comme pour la
consommation d’énergie (voir ci-dessus), aucune norme n’a été établie pour déterminer la
consommation d’eau, mais la méthode la plus communément utilisée consiste à mesurer la
consommation d’eau en fonction des débits théoriques moyens (en m3/jour).
Pendant la phase d’exploitation, il est possible de mesurer la consommation en installant des
compteurs d’eau dans toute la station ainsi que sur des équipements sélectionnés consommant
beaucoup d’eau. En général, la consommation d’eau est mesurée de manière continue, consignée
chaque jour et résumée pendant une année à des fins de comparaison avec la consommation
convenue et garantie. Les sanctions applicables en cas de non-respect de la performance liée à la
consommation d’eau garantie doivent être clairement décrites dans les dossiers d’appels d’offres.

Vérification de l’efficacité du traitement des eaux usées


Les soumissionnaires doivent fournir des documents prouvant que les technologies proposées
peuvent satisfaire aux normes requises relatives aux effluents et peuvent être invités à signer une
garantie de performance de procédé spécifique.
Il est très important de définir précisément la qualité et la quantité d’eaux usées entrantes prévues
et de les indiquer clairement définies dans les dossiers d’appels d’offres en tant que base de l’étude.
Les dossiers d’appels d’offres doivent décrire clairement les normes qui serviront de base pour
l’analyse de chaque critère MPE. Il sera nécessaire de tenir compte de la concentration des
substances concernées dans les effluents et/ou du pourcentage de substances éliminées.
Le respect des normes en question sera vérifié au moyen d’un programme d’échantillonnage et
d’analyse en tenant compte des exigences énoncées dans la DTEUR ou dans les normes nationales.
La DTEUR précise le nombre minimal d’échantillons en fonction de la taille de la SEEU. Ces
échantillons seront prélevés proportionnellement au débit pendant 24 heures et à intervalles
réguliers au cours de l’année.
En ce qui concerne la DBO et tous les paramètres mentionnés dans les critères complets, le nombre
maximal d’échantillons non conformes est indiqué. En ce qui concerne l’azote total et le phosphore
total, la moyenne annuelle des échantillons est conforme à la valeur garantie.

67
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Les sanctions applicables en cas de non-respect de la performance ainsi que la méthodologie qui sera
utilisée pour contrôler la performance de la station de traitement des eaux usées sont clairement
décrites dans le dossier d’appel d’offres.
Le soumissionnaire doit fournir des calculs vérifiés de la consommation d’agent(s) de précipitation
par kg de phosphore au point d’entrée. Les hypothèses et les résultats de ces calculs doivent être
identiques aux informations initiales concernant la conception de la station d’épuration des eaux
usées.

Vérification des émissions d’effluents gazeux


Les soumissionnaires doivent fournir des documents démontrant que la technologie proposée peut
satisfaire aux normes requises relatives aux émissions.
La vérification du respect des normes garanties applicables aux émissions est réalisée conformément
aux exigences de la directive sur l’incinération des déchets (2000/76/CE) ou aux normes nationales.
Toutes les valeurs limites d’émission sont calculées à une température de 273,15 K et à une pression
de 101,3 kPa après correction pour la teneur en vapeur d’eau des gaz résiduaires.
En vertu de la directive, les limites moyennes d’émission quotidiennes et par demi-heure doivent
être respectées pour le SO2, le NOX, le HCl et les poussières, tandis que les limites d’émission des
métaux lourds doivent être respectées pendant une durée d’échantillonnage comprise entre
30 minutes au minimum et 8 heures au maximum.
Les sanctions applicables en cas de non-respect de la performance doivent être clairement décrites
dans les dossiers d’appels d’offres.

68
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

6 Considérations relatives au CCV

La présente section fournit une description du concept de CCV ainsi que des orientations sur les
moyens d’appliquer ce concept. Il existe deux moyens principaux d’utiliser le CCV pour les projets
d’infrastructures de traitement des eaux: premièrement, durant la phase de planification et d’étude
de faisabilité et deuxièmement durant la phase d’appel d’offres.
Points importants à prendre en considération:

• l’application du CCV pour la vérification des données à utiliser entraîne des difficultés. Il est
nécessaire d’y réfléchir avant d’appliquer ce concept;

• le CCV est très utile pendant la phase de planification et d’étude de faisabilité pour sélectionner
la meilleure solution et la meilleure technologie dans l’ensemble;

• si le CCV est utilisé pendant la phase d’appel d’offres, il existe un risque de double comptage si
certains éléments peuvent être inclus en tant que critères MPE et dans les calculs du CCV. Cela
peut être évité en veillant à ce que les externalités en valeur monétaire complètent les exigences
minimales définies dans les spécifications techniques et ne soient pas prises en considération
par un autre critère d’attribution.

6.1 Concepts relatifs au CCV


L’analyse du coût du cycle de vie (CCV) a pour objet d’évaluer tous les coûts pertinents au cours du
cycle de vie d’un projet (voir le graphique 6-1). Il existe différentes définitions du CCV et également
d’autres concepts d’évaluation des coûts qui sont étroitement liés au CCV. Par exemple, l’analyse du
coût total de possession (CTP) et l’analyse coût-avantage (ACA) sont des concepts d’évaluation qui
couvrent un grand nombre d’aspects similaires à ceux du CCV.
Nous utiliserons la définition suivante du CCV dans les orientations du présent document:
• les techniques conventionnelles relatives au CCV les plus largement utilisées dans le
secteur privé et/ou le secteur public reposent sur une évaluation purement financière.
Quatre grandes catégories de coûts sont évaluées: les dépenses d’investissement, les
dépenses d’exploitation, les dépenses d’entretien et les dépenses d’élimination en fin de
vie, moins les revenus pertinents;

• la méthodologie relative au CCV dans le domaine de l’environnement tient compte des


quatre grandes catégories mentionnées ci-dessus auxquelles viennent s’ajouter les
coûts environnementaux externes.

69
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Graphique 6-1 Éléments couverts par le coût du cycle de vie (CCV)


Life cycle cost

Construction costs Operation costs Maintenance End of life (decommissioning)

Income from bi-products Income from recycled


(sludge – energy etc) materials

External costs

Life cycle cost Coût du cycle de vie

Construction costs Coût de construction

Operation costs Coût d’exploitation

Maintenance Entretien

End of life (decommissioning) Fin de vie (démantèlement)

Income from bi-products (sludge – energy etc.) Revenus tirés des sous-produits (boues –
énergie, etc.)

Income from recycled materials Revenus tirés des matériaux recyclés

External costs Coûts externes

6.2 L’avantage de l’utilisation du CCV


Le coût du cycle de vie des infrastructures de traitement des eaux usées peut être utile pour réduire
au minimum les incidences sur l’environnement des MPE tout en maîtrisant les coûts. Il ressort des
estimations du CCV que, souvent, les coûts d’exploitation totaux dépassent les coûts
d’investissement initiaux. Il est par conséquent important de comparer des coûts d’investissement
plus élevés avec des coûts d’exploitation plus faibles ou une durée de vie plus importante qu’une
autre avec des coûts d’investissement initiaux plus faibles, mais des coûts d’exploitation plus élevés.
Le graphique ci-dessous illustre l’avantage lié à l’utilisation du CCV pendant différentes phases du
cycle du projet. Le graphique 6-2 montre que, lors de la phase de planification de l’investissement,
durant laquelle il existe un plus grand nombre d’options disponibles, il existe de réelles possibilités
d’améliorer l’avantage. Au cours des phases suivantes, les choix sont moins nombreux et il existe
moins de possibilités d’amélioration.
Graphique 6-2 Possibilités d’améliorer l’avantage découlant de l’utilisation du CCV à différentes
phases du cycle du projet

70
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Source: ISO/DIS
15686-5.2 Partie 5: calculs des coûts du cycle de vie
Potential of value improvement Possibilités d’améliorer l’avantage
Planning Planification
Design Conception
Construction Construction
Operation Exploitation
End if Life Fin de vie

Le fait que l’avantage potentiel est plus important au cours des phases initiales ne signifie pas que
l’utilisation du CCV devrait être limitée à ces phases. Il peut être plus simple d’appliquer le CCV aux
phases ultérieures, de sorte que les coûts liés à l’utilisation du CCV diminuent également entre la
phase de planification et la phase d’exploitation. Pour de plus amples informations, consulter le
rapport de référence technique.

6.3 Procédure de CCV

Considérations générales
Les considérations liées au CCV peuvent être incluses dans tous les types de marchés
d’infrastructures de traitement des eaux usées, d’équipements ou de services de conseil. Comme
indiqué précédemment, en ce qui concerne les projets d’infrastructures de traitement des eaux
usées, il est possible d:
• d’utiliser le CCV durant la phase initiale pour examiner les solutions pertinentes, y compris
des technologies de substitution; et

• d’utiliser le CCV durant la phase d’appel d’offres des travaux.

Lorsque le CCV est utilisé au cours des phases initiales pour évaluer des technologies et des solutions
de substitution, il est généralement calculé par une société de conseil (conseiller financier/technique
interne ou externe) durant l’étude de faisabilité. Cette société de conseil doit posséder l’expertise

71
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

nécessaire pour collecter les données concernées et utiliser le CCV (voir le point 5.3 sur la passation
de marchés de services de conseil).
Lorsque le CCV est utilisé au cours de la phase d’appel d’offres des travaux ou d’équipement, un
modèle de calcul détaillé du CCV doit être élaboré par le pouvoir adjudicateur ou la société de conseil
recrutée pour la phase de préparation de l’appel d’offres. Le modèle de CCV doit être facile à suivre
pour les contractants faisant offre pour les travaux de construction. Si la procédure d’appel d’offres
est basée sur les livres rouge, jaune, argent ou or de la FIDIC, les soumissionnaires doivent préparer
les éléments nécessaires au calcul du CCV sur la base des principes de calcul spécifiques élaborés par
les auteurs des dossiers d’appels d’offres. Le pouvoir adjudicateur sera chargé de l’achèvement
concret du calcul du CCV au cours de la phase d’évaluation des offres en utilisant les éléments fournis
par les soumissionnaires. Cette approche garantit que les offres sont comparables eu égard au CCV
estimé.

Considérations spécifiques
Le présent document fournit des indications sur les moyens de calculer un CCV, soit en incluant
uniquement les coûts financiers du cycle de vie d’un projet (approche conventionnelle) soit en
incluant également les coûts externes (approche environnementale). Cette dernière approche doit
être traduite en valeur monétaire afin d’être incluse le calcul. En ce qui concerne les infrastructures
de traitement des eaux usées, les coûts externes potentiels peuvent être liés au rejet de nutriments
ou de substances dangereuses, aux émissions de GES, aux perturbations de la circulation résultant de
travaux de construction, etc.
Tableau 6-1 Approches CCV conventionnelle et environnementale
Type d’approche Éléments de coûts inclus dans le CCV
Approche CCV conventionnelle (CCV Coûts d’investissement + coûts d’exploitation + coûts
d’ordre financier) d’entretien + coûts de démantèlement
Approche CCV environnementale Coûts d’investissement + coûts d’exploitation + coûts
(incluant les coûts environnementaux d’entretien + coûts de démantèlement + coûts externes
et d’autres coûts externes)

La décision d’utiliser un CCV d’ordre purement financier ou d’inclure les coûts externes doit être
prise au cas par cas en fonction de la nature exacte du projet, de la volonté d’aborder externalités
environnementales et de la disponibilité des données relatives aux coûts externes potentiels (voir le
schéma décisionnel du point 4.4).

72
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Tableau 6-2 Éléments du CCV par type d’infrastructure de traitement des eaux usées
Type Principales Cycle de vie Effets externes Autres considérations
d’infrastructure solutions de
substitution à
prendre en
considération
dans le CCV

Phase de
construction
importante
Utilisation de Énergie grise des
matériaux matériaux
Système de Coûts
différents, de Perturbations de la
collecte des d’exploitation
technologies avec circulation pendant
eaux usées habituellement
ou sans la phase de
excavation faibles – durée de
construction
vie importante du
système de
collecte
Énergie grise des
matériaux
Possibilité de rejet
important de
polluants à prendre
en considération, Possibilité de coûts
Autres tels que les rejets élevés
technologies de Phases de suivants: d’acquisition/d’utilisation
Systèmes de traitement construction et des terres
traitement des d’exploitation - CO2;
eaux usées importantes - nutriments
Niveau de Démantèlement
traitement - substances potentiellement
dangereuses pertinent
- polluants
atmosphériques
- perturbations de
la circulation

Possibilité de coûts
Énergie grise des élevés
matériaux d’acquisition/d’utilisation
Phases de
Autres des terres
Traitement des construction et Consommation/
technologies de d’exploitation production
boues
traitement importantes d’énergie pendant Il convient d’inclure les
la phase revenus tirés du
d’exploitation traitement/de
l’élimination des boues.

73
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Les principaux éléments du CCV dans le cadre de MPE d’infrastructures de traitement des eaux usées
par rapport aux analyses de coûts traditionnelles dans la passation de marchés sont les suivants:

• l’inclusion de la phase d’exploitation durant laquelle la durée de vie de l’infrastructure et de ses


composants est importante;

• l’inclusion des incidences sur l’environnement, lorsque l’élément problématique doit définir les
prix au niveau des incidences spécifiques sur l’environnement;

• même si l’examen des coûts d’exploitation n’est pas propre aux MPE, elle est souvent importante
d’un point de vue environnemental. Des coûts d’exploitation faibles sont souvent liés à une
diminution des incidences sur l’environnement (par exemple une plus faible consommation
d’énergie). Par conséquent, l’utilisation d’un CCV financier et la sélection d’une
technologie/solution dont le CCV est le plus faible constituent souvent également une solution
ayant moins d’incidence sur l’environnement que le choix se limitant à la solution dont les coûts
d’investissement initial sont les plus faibles.

6.4 Orientations sur les éléments du CCV


Les points suivants fournissent des orientations plus pratiques sur les moyens d’évaluer des éléments
du CCV. Le point relatif aux coûts financiers est suivi par des orientations sur l’évaluation des coûts
externes.
La présente section est destinée aux conseillers techniques/sociétés de conseil qui préparent les
documents pour les procédures d’appels d’offres pour des travaux et de l’équipement. Au cours des
phases initiales, toutes les estimations seront fournies par le conseiller technique/la société de
conseil chargés des études de faisabilité, etc. Les orientations sur à la méthode d’évaluation de
chacun des éléments du CCV seront également pertinentes.

6.4.1 Évaluation du CCV financier


Il est suggéré d’inclure les éléments suivants du CCV pour l’évaluation du CCV essentiels.

Phase du cycle de vie Description des coûts financiers

Construction Achat de terres


Matériaux
Équipement
Travaux de génie civil

Exploitation Consommables (par exemple, substances chimiques)


Pièces détachées
Énergie
Coûts d’élimination des boues
Frais de personnel (indices salariaux inclus)

Démantèlement En raison de la nature particulière de l’infrastructure d’une SEEU,


il sera probablement inutile d’inclure les coûts de démantèlement
dans les critères essentiels. En règle générale, il n’est pas facile
de valoriser et de recycler les matériaux de construction des
infrastructures de SEEU, ce qui signifie que la valeur de

74
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Phase du cycle de vie Description des coûts financiers

démantèlement est faible. Selon le cas, il peut néanmoins être


recommandé d’inclure les coûts de démantèlement dans l’analyse
des coûts du cycle de vie.

Total du CCV Total des coûts financiers des éléments de construction,


d’exploitation et de l’équipement en fonction de la durée de vie et
du taux d’actualisation fournis.

L’estimation des coûts de construction est un élément type des passations de marchés.
Les soumissionnaires peuvent fournir des estimations relatives aux éléments d’exploitation et
d’entretien suivants:

• consommables (par ex. les substances chimiques)


• énergie
• pièces détachées
• main-d’œuvre (facultatif)

Le soumissionnaire doit fournir les informations suivantes:

Composants Nom/description Quantité Devis


Consommables par exemple, type de par exemple, kg/an par exemple, devis des
substances fournisseurs de
chimiques consommables
Énergie par exemple, par exemple, kWh/an L’acquéreur devra
électricité indiquer les prix.
Pièces détachées par exemple, pompe par exemple, nombre par exemple, devis des
de rechange de pompes de type fournisseurs
xxx tous les dix ans
Main d’œuvre Contrôle de par exemple, L’acquéreur devra
fonctionnement 1 000 h/an indiquer les prix.

Les coûts d’exploitation ne constituent pas des éléments types et il peut être difficile de fournir une
estimation fiable. Si le projet est une rénovation ou une remise en état d’installations existantes, les
besoins spécifiques en main-d’œuvre ne peuvent être estimés par les soumissionnaires. L’acquéreur
doit déterminer s’il souhaite exclure la main-d’œuvre des exigences ou s’il est possible de définir des
fonctions opérationnelles spécifiques liées aux éléments de construction- et, si tel est le cas, le
soumissionnaire fournira une estimation du nombre d’heures nécessaires pour ces fonctions.
La durée de vie des matériaux et de l’équipement peut être déterminée à partir des suppositions
suivantes d’experts en l’absence de sources de données relatives aux durées de vie. Veuillez noter
que les produits ayant une durabilité différente peuvent avoir des durées de vie relativement
différentes et la présente liste ne fournit dès lors que des estimations approximatives. De plus, si la
durée de vie de types d’équipements spécifiques varie considérablement, la catégorie d’équipement
peut être subdivisée en éléments et en composants distincts.

75
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Catégorie d’équipement Durée de vie approximative en


années
Canalisations 60

Bâtiments, réservoirs 40
Équipements (par ex. pompes, mélangeurs, groupes 15
de surpression, etc.)

Il peut être demandé aux soumissionnaires d’indiquer la durée de vie des différents composants de
l’infrastructure et de fournir les données de base ayant permis de réaliser les estimations de leur
durée de vie. Au cours de l’évaluation des offres, il convient d’effectuer une analyse de la sensibilité
pour évaluer si le classement des autres offres en fonction du CCV dépend des estimations de la
durée de vie fournies par les soumissionnaires. Si ces estimations de la durée de vie ont une
incidence sur le classement, l’acquéreur pourra demander des informations supplémentaires pour
étayer les estimations.
Taux d’actualisation: 5 % (taux recommandé par la Commission européenne pour la période de
programmation 2007-2013 dans le guide d’analyse coût-bénéfice des projets d’investissement).
Cependant, un taux d’actualisation différent peut être applicable selon les conditions
macroéconomiques spécifiques ainsi que le secteur et la nature de l’investisseur (par exemple un
projet de PPP).

6.4.2 Estimation et traduction en valeurs monétaires des éléments externes du CCV


L’approche CCV complète devra inclure les coûts externes suivants tels qu’ils sont décrits dans le
tableau ci-dessous. Ces coûts seront additionnés aux coûts financiers décrits ci-dessus pour les
calculs.
Tableau 6-3 Éléments de coûts externes du CCV
Cycle de vie Élément de Description
coût

Construction Externe Coûts externes liés aux perturbations pendant la construction, par exemple une
perturbation de la circulation (le cas échéant)

CO2 contenu dans les matériaux de construction

Exploitation Externe Rejet de polluants organiques de l’eau (DBO)


Rejet de nutriments (azote et phosphore)
Rejet de substances dangereuses prioritaires
Émission de substances dangereuses dans les effluents gazeux
Émission de CO2

Démantèlement Externe En règle générale, il n’est pas facile de valoriser et de recycler les
matériaux de construction des infrastructures de SEEU, ce qui signifie
que la valeur de démantèlement est faible. Selon le cas, il peut être
recommandé d’inclure les coûts de démantèlement dans l’analyse des
coûts du cycle de vie.

Les estimations des coûts environnementaux externes sont présentées dans le tableau 6-4.

76
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Tableau 6-4 Estimation des effets externes – approche et sources des données
Externalité Approche relative à Sources des données
l’estimation
Émissions de CO2 Coûts des solutions Le règlement sur la performance
alternatives de réduction énergétique des bâtiments comprend des
(solutions fondées sur les valeurs recommandées [règlement (UE)
scénarios de réduction des no 244/2012].
GES de l’Union européenne ou
Il est possible de consulter les évaluations
sur les coûts marginaux
nationales des coûts de réduction
nationaux pour atteindre
marginaux auprès des institutions
l’objectif de réduction
concernées, comme les ministères
national)
nationaux de l’énergie ou de
l’environnement.
DBO et rejet de nutriments Coûts des solutions Plans de gestion de district hydrographique
(N et P)
alternatives de réduction et programme de mesures connexe.
Substances dangereuses Coûts des solutions alternatives de Évaluation spécifique requise des coûts
réduction/d’élimination
locaux.
Polluants atmosphériques Coûts des solutions alternatives de L’ACB de la législation de l’Union
réduction
européenne dans les domaines des
émissions atmosphériques et de la qualité
de l’air inclut les coûts par kg de polluants
pour chaque État membre.
Perturbations de la Coûts des dommages Valeur unitaire de l’évaluation locale
circulation
spécifique du temps de trajet des
institutions nationales de planification des
transports.

Les informations fournies ci-après peuvent être utilisées pour le calcul des coûts externes.

Perturbations de la circulation
Les coûts externes dus à la perturbation de la circulation en raison de travaux d’infrastructures de
traitement des eaux usées devront faire l’objet d’estimations en utilisant la méthodologie fondée sur
la valeur des gains de temps de trajet (VT). La valeur des gains de temps de trajet correspond au coût
d’opportunité du temps de trajet des voyageurs. Les retards dans le temps de trajet liés aux travaux
d’infrastructures de traitement des eaux usées entraînent des coûts externes proportionnels à la VT.
La VT est calculée en euros par heure-personne ou par heure-véhicule et les VT de différents États
membres dépendent de plusieurs facteurs, comme le niveau des salaires. Pour estimer la VT, il est
possible de consulter le ministère national des transports ainsi que le programme HEATCO
(Harmonized European Approaches for Transport Costing and Project Assessment). Pour calculer les
coûts externes dus aux perturbations de la circulation en vue d’estimer la VT, des données d’entrée
sont nécessaires concernant le temps de trajet moyen supplémentaire résultant des travaux de
construction, le nombre de jours de perturbation et le volume de circulation.

77
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Émissions de GES
Les coûts externes des émissions de CO2 et d’autres GES peuvent être calculés en utilisant le
coût/prix unitaire par équivalent CO2. Il est recommandé d’appliquer une approche identique à celle
requise pour la performance énergétique des bâtiments (PEB) conformément au règlement (UE)
no 244/2012. Ici, le coût de l’équivalent CO2 est basé sur des scénarios à long terme du système
d’échange de quotas d’émission (SEQE). Les scénarios de référence incluent les valeurs minimales
suivantes:

Carbon price evolution Évolution du prix du carbone


Reference (frag. action, ref. fossil f. prices) Scénario de référence (mesures fragmentées, prix
de réf. des combustibles fossiles)
Effect. Techn. (globa. action, low fossil f. prices) Scénario d’efficacité technologique (mesures
internes, prix faibles des combustibles fossiles)
Effect. Techn. (frag. action, ref. fossil f. prices) Scénario d’efficacité technologique (mesures
fragmentées, prix de référence des combustibles
fossiles)
Source: Annex 7.10 to http://eur- Source: annexe 7.10, http://eur-
lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=SE lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=SEC:2
C:2011:0288:FIN:EN:PDF 011:0288:FIN:EN:PDF

Le scénario le moins coûteux indique une valeur de 20 EUR/tonne d’équivalent CO2 jusqu’en 2025, de
36 EUR/tonne d’équivalent CO2 jusqu’en 2030 et de 50 EUR/tonne d’équivalent CO2 après 2030. Pour
le calcul de la PEB, il n’est pas possible d’utiliser de valeurs inférieures à celles de ce scénario. Si les
prix convenus à l’échelle nationale des équivalents CO2 sont supérieurs aux valeurs ci-dessus, il
convient d’utiliser les prix nationaux. Il est possible que les estimations des États membres pour les
coûts marginaux de la réalisation l’objectif national de réduction des émissions de GES soient plus
élevées.18

18
Exemple: le ministère de l’énergie et du changement climatique du Royaume-Uni recommande l’adoption d’une approche
fondée sur les coûts nécessaires de réduction des émissions afin d’atteindre les objectifs nationaux. Cette approche permet de
calculer les estimations de coûts nécessaires de réduction des émissions pour atteindre les limites d’émission que chaque pays
a convenu d’atteindre. Sur la base de cette approche, les estimations de coûts du Royaume-Uni sont comprises entre 30 et
75 EUR par tonne d’équivalent CO2 pour 2020.

78
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Les valeurs fondées sur les scénarios de l’Union européenne ou les coûts nationaux de réduction
peuvent être révisées lorsque les nouveaux objectifs de réduction seront décidés ou que des
politiques seront mises à jour. Par conséquent, il est recommandé de consulter l’autorité nationale
chargée de la réalisation des objectifs nationaux en matière de réduction des GES pour connaître les
nouvelles valeurs au moment des calculs du CCV.

Rejets de DBO et de nutriments


Le tableau ci-après peut être utilisé pour calculer les coûts externes des rejets de DBO, de nitrate et
de phosphore. Les valeurs des concentrations aux points de sortie sont fournies par le
soumissionnaire faisant offre et peuvent être utilisées pour calculer la quantité de rejets par an. Le
coût marginal des autres mesures de réduction devra être calculé sur la base de données du PGDH
ou d’un instrument similaire, lorsque des évaluations de la rentabilité de l’élimination de la DBO et
des nutriments ont été réalisées. Les coûts correspondent aux coûts marginaux de réduction au
niveau de l’élimination de la DBO et des nutriments, pour lesquels les objectifs fixés pour les milieux
aquatiques concernés sont atteints.

Rejet estimé Coûts marginaux de Coûts externes (total)


mesures alternatives de
réduction

Kg/an EUR par kg EUR par an

DBO

Total

Dans la mesure où les conditions varient, des valeurs recommandées doivent être appliquées. Il est
important de consulter l’autorité chargée du PGDH pour déterminer s’il est pertinent d’inclure ce
type de rejets ou pour connaître les coûts unitaires appropriés à appliquer.

Rejet de substances dangereuses prioritaires


Les rejets de substances prioritaires peuvent être inclus dans le CCV s’il a été déterminé que cela
constitue un problème environnemental qui doit être traité au niveau d’une source ponctuelle
donnée et s’il existe des coûts unitaires sont disponibles pour les calculs s’y rapportant. Le contrôle
des sources est la manière la plus rentable de réduire les rejets de substances dangereuses. Comme
mentionné à la section 3, dans certaines situations, il peut exister un problème local qui doit être
traité à court terme.
Les dossiers d’appels d’offres devront inclure les concentrations aux points d’entrée et les
soumissionnaires devront indiquer l’efficacité du traitement des substances concernées. Au cours de
la procédure d’évaluation des offres, le CCV sera estimé en fonction des données fournies par les
soumissionnaires concernant l’efficacité des traitements. Les coûts unitaires devront être définis en

79
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

fonction des coûts d’élimination d’autres solutions. Si, par exemple, les rejets ont lieu en amont d’un
point d’approvisionnement en eau, les coûts devront tenir compte des coûts de traitement au niveau
de ce point d’approvisionnement.
Tableau 6-5 CCV des substances dangereuses prioritaires
Exemples de substances Rejet estimé Coûts unitaires par Coût des rejets
substance

Kg/an EUR par kg EUR par an

Cadmium

Plomb

Mercure

Nickel

Di(2-éthylhexyl)phthalate (DEHP)

Nonylphénols

Octylphénols

Benzo(a)pyrène

Total

Émissions atmosphériques
Si le projet comprend des opérations de traitement des boues, les émissions de substances
dangereuses des effluents gazeux d’incinération des boues pourront également être incluses dans le
CCV. En ce qui concerne le système d’évaluation des coûts, les soumissionnaires fourniront des
données sur les émissions des effluents gazeux et les CCV seront estimés au cours de la procédure
d’évaluation des offres.

80
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Tableau 6-6 CCV des substances dangereuses prioritaires


Exemples de substances Estimation des Coûts unitaires par Coût des émissions
émissions substance

Kg/an EUR par kg EUR par an

SO2

NOX

HCl

Poussières

Mercure

HAP

Cadmium et thallium (et leurs


composants)

Zinc

Total

Les coûts des émissions devront correspondre aux coûts marginaux des autres mesures de réduction
des émissions. Pour les émissions atmosphériques, il est possible d’utiliser les valeurs actualisées
utilisées pour l’évaluation de la politique de l’Union européenne sur la qualité de l’air. Voir par
exemple la page http://ec.europa.eu/environment/air/pollutants/cba.htm.

6.5 Modèle de CCV


Si, dans le cadre d’une procédure d’appel d’offres pour des travaux ou de l’équipement, une
approche CCV est retenue, le dossier d’appel d’offres devra inclure un modèle de CCV dans lequel les
soumissionnaires fournissent des données sur les coûts financiers ainsi que des données types en
unités physiques (kWh, nombre de km de routes touchées, kg d’émissions, etc.) pour les effets
externes. Ce modèle peut ressembler au tableau suivant:
Tableau 6-7 Exemple de modèle de CCV
Phases du cycle Élément de coût Unité Prix unitaire CCV
de vie

Construction Coûts de la Monétaire Sans objet


construction

81
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Phases du cycle Élément de coût Unité Prix unitaire CCV


de vie

Incidences Physique (nombre de Unité physique x


externes pendant km de routes coût unitaire
la construction concernées, émissions,
etc.)

Exploitation Coûts Monétaire kWh


d’exploitation Main-
d’œuvre
Substances
chimiques

Coûts d’entretien Monétaire + fréquence Main-


d’œuvre
Équipement

Incidences Physique (émissions) Émissions x coûts


externes pendant unitaires
l’exploitation

Démantèlement Coûts de Monétaire Sans objet


démolition

Coûts Quantité de matériaux Unité physique x


d’élimination des coût unitaire
déchets de
démolition

Revenus des Quantité de matériaux Unité physique x


matériaux prix unitaire
recyclés
Note: en bleu: données fournies par le soumissionnaire. En rose: données fournies par le pouvoir adjudicateur

6.6 Orientations supplémentaires sur le CCV


Le concept de CCV provient de l’expérience en ingénierie et travaux de métré tandis que le concept
d’ACB provient du domaine des sciences économiques. Il sera pertinent de consulter les documents
d’orientation existants concernant les moyens d’évaluer les coûts et de réaliser une analyse coût-
avantage, notamment le guide d’ACB de la DG REGIO.
Éléments couverts par différents types d’orientations:

82
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Tableau 6-8 Références au CCV


Type d’évaluation Source des orientations

Coût d’investissement Manuels et orientations nationaux relatifs au coût des


travaux d’ingénierie/de métré

Coût d’exploitation Manuels et orientations nationaux relatifs au coût des


travaux d’ingénierie/de métré

Coûts externes Orientations de l’ACB et éléments spécifiques inclus


dans les présentes orientations

Taux d’actualisation, niveaux Orientations de l’ACB (par exemple, le guide d’ACB de la


des prix, prix financiers ou DG REGIO)
économiques

83
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

7 Législation européenne applicable et sources d’information19

7.1 Législation sur les marchés publics


Directive 2004/17/CE du Parlement européen et du Conseil du 31 mars 2004 portant coordination
des procédures de passation des marchés dans les secteurs de l’eau, de l’énergie, des transports et
des services postaux, actuellement en cours de réforme
Directive 2004/18/CE du Parlement européen et du Conseil du 31 mars 2004 relative à la
coordination des procédures de passation des marchés publics de travaux, de fournitures et de
services, actuellement en cours de réforme

7.2 Législation environnementale horizontale


Directive 2001/42/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 juin 2001 relative à l’évaluation des
incidences de certains plans et programmes sur l’environnement (EIE)
Directive 2010/75/CE du Parlement européen et du Conseil du 24 novembre 2010 relative aux
émissions industrielles (prévention et réduction intégrées de la pollution)
Règlement (CE) n° 1221/2009 du Parlement Européen et du Conseil du 25 novembre 2009
concernant la participation volontaire des organisations à un système communautaire de
management environnemental et d’audit (EMAS)

7.3 Législation spécifique sur l’eau


Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre
pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau (directive-cadre sur l’eau)
Directive 2008/105/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 établissant des
normes de qualité environnementale dans le domaine de l’eau (directive relative aux NQE)
Directive 2006/118/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 décembre 2006 sur la protection
des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration

19
La liste est axée sur la réglementation de l’Union européenne en matière de passation de marchés
publics et d’environnement présentant un intérêt direct pour les MPE. Toutefois, d’autres politiques
de l’Union européenne entrent également en ligne de compte dans les projets d’infrastructures.
Ainsi, le financement ou la fourniture d’infrastructures peuvent comporter un avantage pour
l’opérateur au sens des règles de l’Union européenne relatives aux aides d’État, donc constituer une
aide d’État. Par conséquent, le financement de ces infrastructures est en principe soumis au contrôle
des aides d’État. À cet égard et à des fins d’orientation, il est possible faire référence aux grilles
d’analyse de la DG COMP concernant les infrastructures, qui ont été présentées aux États membres
le 1.8.2012 [consulter plus particulièrement la grille d’analyse sur les infrastructures no 7 – Services
liés à l’utilisation de l’eau, réf. Ares(2012)934142 - 1.8.2012]. Cette grille fournit des orientations sur
des cas où le financement ou d’autres avantages accordés à l’opérateur ne sont normalement pas
considérés comme une aide de l’État, par exemple en raison de l’absence d’effet concurrentiel
potentiel.

84
Critères MPE pour les infrastructures de traitement des eaux usées

Directive 98/83/CE du Conseil du 3 novembre 1998 relative à la qualité des eaux destinées à la
consommation humaine
Directive 2006/7/CE du Parlement européen et du Conseil du 15 février 2006 concernant la gestion
de la qualité des eaux de baignade
Directive 91/676/CEE du Conseil du 12 décembre 1991 concernant la protection des eaux contre la
pollution par les nitrates à partir de sources agricoles
Directive 91/271/CEE du Conseil du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux urbaines résiduaires
(DTEUR)

7.4 Dispositions législatives et réglementaires applicables relatives aux


économies d’énergie et aux déchets
Directive 86/278/CEE du Conseil du 12 juin 1986 relative à la protection de l’environnement et
notamment des sols, lors de l’utilisation des boues d’épuration en agriculture

7.5 Autres sources d’information


Communication (COM (2008) 400) relative à des marchés publics pour un environnement meilleur
EPA 832-R-10-005. Evaluation of Energy Conservation Measures for Wastewater Treatment Facilities.
Septembre 2010.
Pump Life Cycle Costs: A Guide to LCC Analysis for Pumping Systems is the result of collaboration
between the Hydraulic Institute, Europump, and the US Department of Energy’s Office of Industrial
Technologies (OIT). DOE/GO-102001-1190, janvier 2001
New sustainable concepts and processes for optimisation and upgrading municipal waste water and
sludge treatment:
http://www.eu-neptune.org/Publications%20and%20Presentations/D4-3__NEPTUNE.pdf

Directive sur l’incinération des déchets (2000/76/CE):


http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32000L0076:FR:NOT

Document de référence sur les meilleures techniques disponibles (BREF) sur l’incinération des
déchets (août 2006):
http://eippcb.jrc.es/reference/BREF/wi_bref_0806.pdf.

85
KN-03-13-234-FR-N