Vous êtes sur la page 1sur 33

AUTOMATISME

CLASSE DE PREMIERE

AUTOMATISME CLASSE DE PREMIERE Monsieur Oumar SALL Professeur de fabrication mécanique Lycée technique d’industrie

Monsieur Oumar SALL

Professeur de fabrication mécanique

Lycée technique d’industrie Maurice Delafosse DAKAR

Novembre 2017

SALL Professeur de fabrication mécanique Lycée technique d’industrie Maurice Delafosse DAKAR Novembre 2017

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

INTRODUCTION GENERALE A L’AUTOMATISME

Le monde industriel est caractérisé par une compétitivité toujours croissante. Cette

compétitivité passe par la qualité, la maîtrise des coûts et l'innovation. Pour atteindre ces

objectifs de production, de plus en plus les systèmes industriels sont automatisés. Les produits

sont fabriqués sur des lignes de production entièrement ou partiellement automatisée rendant

l’intervention de l’homme minime.

I. DEFINITION :

Un système industriel automatisé est un ensemble de constituants destinée à remplacer le geste

de l’Homme dans des activités en générales simples et répétitives, réclamant précision et

rigueur.

L’évolution des systèmes de production industriels s’est fait en passant d'un système dit manuel,

à un système mécanisé, puis au système automatisé.

Le système mécanisé :

puis au système automatisé.  Le système mécanisé : Figure : 1 Dans ce système, l’homme

Figure : 1

Dans ce système, l’homme utilise des moyens

mécaniques. L’énergie nécessaire au processus

n’est pas fournie par l’homme.

Des appareils permettent d’aider l’homme pour

répondre au besoin (figure 1).

Le système automatisé :

Le fonctionnement précédent

nécessite la présence humaine en

permanence. Cette contrainte peut être

levée par l’utilisation d’un dispositif

capable de générer des ordres de

commande à partir d’une consigne de

début d’action délivrée à un instant

donnée par l’opérateur (figure 2). Distributeurs principaux

par l’opérateur ( figure 2 ). Distributeurs principaux Eléments de puissance Figure : 2 Monsieur SALL

Eléments de puissance

Figure : 2

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

II. OBJECTIFS DE L’AUTOMATISATION

Les objectifs (ou buts) de l’automatisation peuvent se résumer à :

Éliminer les tâches répétitives,

Simplifier le travail de l'humain,

Augmenter la sécurité,

Accroître la productivité.

C'est également :

Économiser les matières premières et l'énergie,

S’adapter à des contextes particuliers : flexibilité,

Améliorer la qualité.

Le système automatisé permet d'obtenir de façon reproductible la valeur ajoutée.

1. Les avantages de l’automatisation :

Ils sont nombreux, citons principalement :

La capacité de produire rapidement dans tous les domaines industriels en gardant un

produit de qualité ;

La suppression de certaines taches fatigantes, répétitives ou nocives pour l’homme ;

Les SA s’adaptent rapidement à tous les milieux de production (industries de

l’automobiles, de l’aéronautique… ;

La création de métiers nouveaux ;

la souplesse d’utilisation qu’ils présent pour répondre aux problèmes simples comme

extrêmement complexes.

2.

Les inconvénients de l’automatisation :

o

Le cout assez élevé du matériel, principalement dans les systèmes hydrauliques ;

o

La maintenance doit être parfaitement structurée et assurée par un personnel spécialisé

(électroniciens, automaticiens) ;

o

Il faut cependant noter que les systèmes automatisés peuvent être la cause de

suppressions d’emplois (chômage).

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

III. Fonction globale d'un système automatisé

III. Fonction globale d'un système automatisé Consignes opérateur Données de fonctionnement Énergie
III. Fonction globale d'un système automatisé Consignes opérateur Données de fonctionnement Énergie
Consignes opérateur Données de fonctionnement
Consignes opérateur
Données de fonctionnement
Énergie
Énergie

AGIR sur la matière d'œuvre

Valeur Ajoutée (V.A)

Matière d'œuvre (M.O)

M.O + V.A = Produit fini

Message
Message

SORTIES

ENTREES
ENTREES
(M.O) M.O + V.A = Produit fini Message SORTIES ENTREES PROCESSEUR : Système, mécanisme permettant
(M.O) M.O + V.A = Produit fini Message SORTIES ENTREES PROCESSEUR : Système, mécanisme permettant

PROCESSEUR : Système, mécanisme permettant l'activité

Figure : 3

La fonction globale du système automatisé est d’attribuer une valeur ajoutée à une matière d’œuvre dans un contexte donné (figure 3).

La matière d'œuvre peut se présenter sous différentes formes :

produit : objet technique, produit chimique, électronique,

énergie : électrique, thermique, hydraulique,…

information : écrite, sonore, audiovisuelle,…

La valeur ajoutée à ces matières d'œuvre peut résulter :

d'une modification physique :

traitement mécanique (usinage)

traitement thermique (cuisson)

d'un arrangement particulier :

montage, emballage, assemblage

d'un transfert :

manutention, transport, stockage

IV. CONCLUSION

Les système industriel automatisé ont beaucoup d’avantages mais certes possèdent des inconvénients telle la suppression d’emplois. Les conséquences sont l’avènement de métiers nouveaux comme :

Les automaticiens;

Les emplois de maintenance, de plus en plus spécialisés nécessitant savoirs et compétences.

Aujourd’hui, il faut percevoir les systèmes automatisés comme étant un progrès dans l’allégement ou la suppression pour l’homme, de taches pénibles et dangereuses.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

V. EXEMPLES DE SYSTEMES AUTOMATISES

Exemple 1 : Station de lavage de véhicule

AUTOMATISES Exemple 1 : Station de lavage de véhicule Exemple 2 : unité de remplissage et

Exemple 2 : unité de remplissage et de bouchonnage

Exemple 2 : unité de remplissage et de bouchonnage Exemple 2 : Encaisseuse automatisée Monsieur SALL

Exemple 2 : Encaisseuse automatisée

2 : unité de remplissage et de bouchonnage Exemple 2 : Encaisseuse automatisée Monsieur SALL Oumar

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

STRUCTURE GENERALE D’UN SYSTEME AUTOMATISE

I. DEFINITION :

Le système automatisé est un ensemble d’éléments techniques ayant une finalité pour

l’élaboration des biens destinés à la consommation et à l’équipement des clients.

Il reçoit des instructions fournis par un opérateur, décide et agit à la place de celui-ci. Ce qui

lui attribue principalement trois parties.

Il est souvent composé d’une partie relation ou dialogue (pupitre), d’une partie opérative et

d’une partie commande.

II. STRUCTURE D’UN SYSTEME AUTOMATISE :

Pupitre

CONSIGNES

STRUCTURE D’UN SYSTE ME AUTOMATISE : Pupitre CONSIGNES Commande Partie ORDRES Partie Opérative SIGNALISATION

Commande

Partie

ORDRES

ME AUTOMATISE : Pupitre CONSIGNES Commande Partie ORDRES Partie Opérative SIGNALISATION INFORMATIONS 1. LA PARTIE
Partie Opérative

Partie

Opérative

Partie Opérative

SIGNALISATION

Commande Partie ORDRES Partie Opérative SIGNALISATION INFORMATIONS 1. LA PARTIE OPERATIVE : C’est elle qui agit

INFORMATIONS

Partie ORDRES Partie Opérative SIGNALISATION INFORMATIONS 1. LA PARTIE OPERATIVE : C’est elle qui agit sur

1. LA PARTIE OPERATIVE :

C’est elle qui agit sur la matière d’œuvre pour obtenir le produit souhaité. Elle effectue des

opérations sur les ordres de la partie commande.

Elle est composée par :

des prés actionneurs qui sont des éléments de la chaine d’action qui à partir de l’ordre

de la partie commande permettent de de distribuer l’énergie aux actionneurs.

des actionneurs qui permettent à partir de l’énergie disponible dans le système

automatisé de fournir une autre énergie utilisable pour apporter la valeur ajoutée à la

matière d’œuvre.

des capteurs qui prélèvent des informations sur le comportement de la partie opérative

et les transmettent à la partie commande. Dans un Système Automatisé, ils représentent

l’unité de surveillance et de renseignement du système. Ils contrôlent, mesurent,

surveillent et informent la P.C sur l’évolution du système.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

2. LA PARTIE COMMANDE :

Dans les systèmes automatisés, il existe obligatoirement une partie commande. Son travail

consiste à collecter les informations en provenance des capteurs, de traiter ces informations et

de délivrer ensuite des ordres à la partie opérative, en vue d’effectuer une tâche programmée.

3. LA PARTIE DIALOGUE (PUPITRE) :

Elle permet d’établir le dialogue entre l’opérateur et la partie commande. Elle donne à

l’opérateur des informations sur l’état du système par le biais de signaux.

également à l’opérateur d’intervenir sur le système pour donner des consignes à la partie

commande.

Elle permet

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

LE CONDITIONNEMENT DE L’AIR COMPRIME

Certaines unités de production automatisées possèdent un réseau de distribution d’air comprimé. Cette énergie mise à disposition sera convertie, la plupart du temps, en énergie mécanique (produisant des actions).

I. STRUCTURE D’UN CIRCUIT DE PUISSANCE PNEUMATIQUE :

Tous les circuits de puissance ont la même organisation.

Mise à Adaptation Distribution Conversion disposition Energie Energie Energie Energie de base adaptée
Mise à
Adaptation
Distribution
Conversion
disposition
Energie
Energie
Energie
Energie
de base
adaptée
distribuée
convertie

1.1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT :

Le moteur électrique 01 entraîne en rotation le compresseur 03. L’air ambiant est aspiré et filtré

par la buse d’aspiration 02, comprimé par le compresseur 03, puis envoyé dans le réservoir 09.

L’air comprimé y est stocké jusqu’à ce qu’il soit utilisé par le réseau de distribution. La pression

de distribution est abaissée par les ensembles de conditionnement d’air comprimé 10, 12, 13,

14 pour un usage dans un circuit de puissance, 10, 12, 13 pour les circuits de commande. L’air

comprimé peut être séché en passant dans un déshydrateur.

de commande. L’air comprimé peut être séché en passant dans un déshydrateur. Monsieur SALL Oumar Novembre

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

1.2. SYMBOLISATION :

Repère

Symbole

Désignation

Fonction

01

M
M

Moteur électrique

Entraîne en rotation le compresseur.

02

02 Buse d’aspiration Permet de filtrer les plus grosses poussières avant qu’elles pénètrent dans le compresseur.

Buse d’aspiration

Permet de filtrer les plus grosses poussières avant qu’elles pénètrent dans le compresseur.

03

03 Compresseur à cylindrée fixe à un sens de flux Permet de compresser l’air ambiant.

Compresseur à cylindrée fixe à un sens de flux

Permet de compresser l’air ambiant.

04

04 Refroidisseur Permet de refroidir le circuit. (La compression fait chauffer l’air comprimé).

Refroidisseur

Permet de refroidir le circuit. (La compression fait chauffer l’air comprimé).

05

05 Purgeur à commande manuelle Recueil les condensas.

Purgeur à commande manuelle

Recueil les condensas.

06

06 Vanne Robinet Permet d’ouvrir ou de fermer le passage de l’air comprimé dans les circuit.

Vanne Robinet

Permet d’ouvrir ou de fermer le passage de l’air comprimé dans les circuit. Elle permet de libérer les condensas.

   

Limiteur de pression

Limite la pression de l’air comprimé. Lorsque la pression est atteinte, le limiteur de pression ou soupape de sûreté libère l’excédant à l’atmosphère. C’est un élément de sécurité.

07

07 (Soupape de sûreté)

(Soupape de sûreté)

   

Clapet anti-retour

Empêche le retour de l’air comprimé. Dans le cas présent, empêche le retour de l’air comprimé dans le compresseur.

08

08 (clapet de non-retour)

(clapet de non-retour)

   

Réservoir sous pression

 

09

09 Accumulateur Permet de stocker l’air comprimé.

Accumulateur

Permet de stocker l’air comprimé.

10

10 Manomètre Indique la pression de l’air comprimé dans la cuve et dans les circuits.

Manomètre

Indique la pression de l’air comprimé dans la cuve et dans les circuits.

11

11 Pressostat Coupe l’alimentation du moteur électrique du compresseur, lorsque le réservoir atteint la pression

Pressostat

Coupe l’alimentation du moteur électrique du compresseur, lorsque le réservoir atteint la pression demandée. Il la remet en service lorsque la pression a baissée.

12

12 Filtre Permet de filtrer l’air comprimé dans le s circuits pneumatiques en éliminant les particules

Filtre

Permet de filtrer l’air comprimé dans les circuits pneumatiques en éliminant les particules lourdes.

13

13 Régulateur de pression Permet d’abaisser et de réguler la pression dans les circuits pneumatiques.

Régulateur de pression

Permet d’abaisser et de réguler la pression dans les circuits pneumatiques.

14

14 Lubrificateur Permet de lubrifier l’air comprimé des circuits de puissance. La portée du lubrifiacteur ne

Lubrificateur

Permet de lubrifier l’air comprimé des circuits de puissance. La portée du lubrifiacteur ne doit pas excéder 6 à 8 mètres.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

Symbole Désignation Fonction 15 Déshydrateur Permet de sécher l’air comprimé afin de réduire l’eau issue
Symbole
Désignation
Fonction
15 Déshydrateur
Permet de sécher l’air comprimé afin de réduire l’eau issue de la condensation.
Accouplé
Raccord rapide
Permet le raccordement d’une canalisation flexible. Le clapet anti-retour permet de
16 avec clapet de
non-retour
Désaccouplé
débrancher et rebrancher une canalisation flexible lorsque le circuit est sous
pression.
Indique le sens d’écoulement de l’air dans les circuit.
Évacuation d’air
avec connexion
Indique également la présence d’un échappement connectable.
Unité de
Symbole Détaillé
Simplifié
conditionnement
d’air comprimé
Composé d’un Filtre, d’un Régulateur de pression, d’un
manomètre et d’un Lubrificateur, il permet d’assurer une
pression d’air propre, lubrifiée et constante pour les circuits
de puissance.
F.R.L
Unité de
Symbole Détaillé
Simplifié
conditionnement
d’air comprimé
Composé d’un Filtre, d’un Régulateur de pression, et d’un
manomètre, il permet d’assurer une pression d’air propre et
constante pour les circuits de commande.
F.R
Repère

II. RESEAU DE PRODUCTION ET DISRIBUTION D’AIR (exemple) :

F.R Repère II. RESEAU DE PRODUCTION ET DISRIBUTION D’AIR (exemple) : Monsieur SALL Oumar Novembre 2017

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

III. MISE EN ŒUVRE D’UN RESEAU

Lorsque la consommation d’air est importante (usine fortement automatisée) le compresseur,

avec ses installations annexes, sera assez conséquent. De ce fait, un local souvent insonorisé

et propre, sera réservé à ces effets. L’air comprimé produit doit donc être amené sur les lieux

d’utilisation. Pour cela, un réseau de canalisations va parcourir les différents ateliers et sites

d’utilisation.

Précautions d’installation :

Il faut prévoir pour le réseau principal une canalisation capable d’assurer d’éventuelles

extensions. Cette canalisation doit être correctement dimensionnée.

Les dimensions des tuyaux doivent être calculées assez largement pour que la perte de

charge entre le réservoir et le point d’utilisation n’excède pas 10% de la pression initiale.

Il est impératif de prévoir, sur les canalisations, une légère pente et de placer à chaque

point bas un réservoir avec purgeur afin de recueillir toute la condensation se trouvant

dans les tuyaux.

La pente doit toujours être descendante, en s’éloignant du compresseur, pour éviter que

l’eau de condensation ne retourne dans le réservoir.

Faire des circuits fermés par type d’atelier ou par niveau de pression.

Eviter d’encastrer ou d’enterrer les canalisations.

Utiliser une robinetterie et des composants parfaitement étanches.

Respecter le grade des filtres.

Placer le compresseur dans un local propre.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

LA PARTIE OPERATIVE

La Partie opérative (P.O) réalise les opérations nécessaires à la transformation de la matière

d’œuvre en produit fini. Elle est composée d’actionneur, d’actionneurs et de capteurs.

1. LES ACTIONNEURS :

Ce sont des constituants convertissant une énergie d’ entrée (pneumatique, hydraulique,

électrique) en une énergie de sortie (mécanique, calorifique) utilisable pour obtenir une action

définie en vue de la transformation de la matière d’œuvre (M.O).

Parmi les principaux actionneurs utilisés dans les systèmes automatisés on peut citer : les vérins,

les moteurs, les résistances …

1. LES VERINS :

Un vérin est un actionneur dans lequel l’énergie d’un fluide sous pression est transformée en

énergie mécanique. Ils permettent de reproduire les actions manuelles d’un opérateur telles que : pousser, tirer, soulever, poinçonner, …etc.

La nature du fluide (pneumatique ou hydraulique) et le mode d’action de la tige (simple effet ou double effet) permettent de les classifier.

effet ou double effet) permettent de les classifier. 1.1. Vérins en fonction du fluide : 1.1.1.

1.1. Vérins en fonction du fluide :

1.1.1. Vérins pneumatiques :

Les vérins pneumatiques utilisent l’air comprimé (2 à 10 bars) et sont très utilisés dans les systèmes automatisés industriels (figure 1).

dans les systèmes automatisés industriels (figure 1) . 1.1.2. Vérins hydrauliques : Ils utilisent l’huile sous

1.1.2. Vérins hydrauliques :

Ils utilisent l’huile sous pression, jusqu’à 350 bars en usage courant.

Ils sont plus couteux que les vérins pneumatiques, développent des efforts plus importants, des vitesses de tiges plus précises et permettent des applications plus sophistiquées avec régulation et asservissement (figure 2).

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

1.2. Vérins en fonction du mode d’action:

1.2.1. Vérins simple effet (VSE) :

Les VSE ne travaillent que dans un sens sous l’action du fluide sous pression. Ils comportent un seul orifice d’alimentation. Le retour de l’ensemble tige-piston s’effectue sous l’action d’un ressort de rappel. Ils sont généralement utilisés dans des travaux simples (serrage, éjection, levage, emmanchement, …etc.)

simples (serrage, éjection, levage, emmanchement, …etc.)  Principaux VSE :  Avantages : Les VSE sont

Principaux VSE :

Avantages :

Les VSE sont économiques et leurs consommations de fluide sont réduites.

Inconvénients :

- A courses égales, les VSE sont plus longs que les vérins double effet (VDE).

- En pneumatique la vitesse de la tige est difficile à régler.

- Course maxi de la tige limitée à 100mm.

1.2.2. Vérins double effet (VDE) :

tige limitée à 100mm. 1.2.2. Vérins double effet (VDE) : Les VDE travaillent dans les deux

Les VDE travaillent dans les deux sens. Ils comportent deux orifices d’alimentation et la pression est appliquée alternativement de chaque côté du piston. Ils sont industriellement plus utilisés.

Avantages :

- Réglage de la vitesse plus facile ;

- Amortissement de la fin de course possible ;

- Plus grande souplesse d’utilisation.

Inconvénients :

- Plus couteux que les VSE.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

Amortissement de fin de course :

Il est indispensable aux vitesses ou cadences élevées et sous fortes charge.

Dès que le tampon entre dans son alésage, le fluide à l’échappement est obligé de passer par l’orifice B plus petit, au lieu de A. La réduction du débit provoque une surpression créant l’amortissement.

débit provoque une surpression créant l’amortissement. 1.2.3. Vérins spéciaux : Pour des applications

1.2.3. Vérins spéciaux :

Pour des applications spécifiques, on rencontre :

VERINS SANS TIGE :

Ce sont des vérins linéaires, différents des vérins classiques, ne comportent pas de tige.

Ils permettent d’obtenir des courses de plusieurs mètres, en éliminant le flambage des

tiges.

Les vérins sans tige se différencient entre eux par la technologie mise en œuvre pour

transmettre les mouvements au piston (vérin à câble, vérin fendu, vérin magnétique).

Symbole graphique d’un vérin à câble

vérin fendu, vérin magnétique). Symbole graphique d’un vérin à câble Monsieur SALL Oumar Novembre 2017 13

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

VERINS A FAIBLE COURSE Grâce à leur construction compacte et robuste, à leur temps de réponse rapide, les vérins

à faible course sont particulièrement bien adaptés aux fonctions de serrage, bridage,

blocage, éjection, indexage, verrouillage de pièces pour les industries manufacturières.

Ces vérins sont réalisés en version simple effet ou double effet….

sont réalisés en version simple effet ou double effet…. VERINS ROTATIFS Les vérins rotatifs à palette

VERINS ROTATIFS

Les vérins rotatifs à palette

Ce sont des vérins double effet dont la tige a la forme d’une palette se déplaçant dans un espace annulaire, avec un mouvement de rotation alternatif.

L’étanchéité est délicate et l’amplitude de rotation toujours inférieure à

360°.

Vérin à crémaillère

La partie centrale du piston porte une crémaillère

engrenant avec une roue dentée d’axe orthogonal à celui

du vérin. La transformation de mouvement translation

rotation est intégrée au vérin qui pourra donc servir à la

commande de mouvements de rotation à vitesse et

amplitude limitées dans les deux sens.

à vitesse et amplitude limitées dans les deux sens. DES VERINS DE TRANSLATION SANS ROTATION DE
à vitesse et amplitude limitées dans les deux sens. DES VERINS DE TRANSLATION SANS ROTATION DE

DES VERINS DE TRANSLATION SANS ROTATION DE TIGE Le piston cylindrique est remplacé par un piston de profil

prismatique ou ovale se déplaçant dans un cylindre de même

forme.

ou ovale se déplaçant dans un cylindre de même forme. VERIN DOUBLE TIGE La tige de

VERIN DOUBLE TIGE La tige de ce vérin est prolongée des deux côtés du piston et traverse les deux fonds. La structure obtenue est symétrique. Ce montage permet de commander deux charges ayant le même mouvement ; il donne également un meilleur guidage de la tige. Les sections des deux chambres sont identiques ce qui donne les mêmes efforts dans les deux sens de fonctionnement et une capacité totale du vérin constante.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

VERIN MULTIPLICATEUR D’EFFORT Ces vérins permettent d’obtenir des efforts très importants avec des courses réduites sous un faible encombrement.

Exemple d’application :

Dispositifs d’ablocage de pièces dans les montages d’usinage ou sur tables de machines.

dans les montages d’usinage ou sur tables de machines. VERINS MULTIPLES Il existe une grande variété

VERINS MULTIPLES Il existe une grande variété de montages multiples. Ces montages sont utilisés pour

obtenir plus de deux positions sur un mobile ou pour obtenir des efforts différents. De

tels ensembles sont réalisés par assemblage de vérins standards ou sont des exécutions

spéciales adaptées à un problème précis.

L’utilisation de tels montages est réservée à des cas très particuliers en raison du prix et

de la complexité des commandes.

en raison du pr ix et de la complexité des commandes. 2. LES MOTEURS : 2.1.
en raison du pr ix et de la complexité des commandes. 2. LES MOTEURS : 2.1.

2. LES MOTEURS :

2.1. Les moteurs électriques :

Ils transforment une énergie électrique en une énergie mécanique sous forme de mouvement de rotation. On distingue :

Moteurs à courant alternatif : utilisés dans les machines-outils ;

Moteurs à courant continu : utilisés dans les ventilateurs de refroidissement des ordinateurs ;

Moteurs pas à pas : utilisés dans les imprimantes jet d’encre pour déplacer les têtes d’impression ou entraîner le papier.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

2.2. Les moteurs pneumatiques:

Ils transforment une énergie pneumatique en une énergie mécanique. Les vitesses de rotation peuvent aller jusqu’à 30 000 tours/min.

de rotation peuvent aller jusqu’ à 30 000 tours/min. Exemple : Moteur pneumatique d’une meuleuse d’angle

Exemple : Moteur pneumatique d’une meuleuse d’angle

2.3. Les moteurs hydrauliques :

Ils transforment l’énergie hydraulique fournie par un fluide sous pression en énergie mécanique (mouvement de rotation de l’arbre de sortie).

mécanique (mouvement de rotation de l’arbre de sortie). Exemple de moteur hydraulique : pompe à engrenage

Exemple de moteur hydraulique : pompe à engrenage

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

3. LES VENTOUSES :

Ce sont des actionneurs pneumatiques utilisés dans la préhension (saisie) des pièces.

Ils sont plus souvent utilisés dans les industries de l’agro-alimentaire, du verre, du bois, dans

l’imprimerie, dans le collage d’étiquettes sur les bouteilles ou flacons, ….

3.1. Principe de fonctionnement :

L’effet venturi permet, à partir d’une source d’air

comprimé de 4 à 6 bars, d’obtenir un vide de –950mbars.

Un étranglement pratiqué à l’intérieur de l’éjecteur

provoque une accélération du flux d’air P vers l’orifice de

sortie E, qui entraîne l’air ambiant de l’orifice V en

provoquant une dépression.

ambiant de l’orifice V en provoquant une dépression. 3.2. Le générateur de vide : Basé sur

3.2. Le générateur de vide :

Basé sur le principe de l’effet Venturi, ces appareils permettent

d’obtenir un vide de –800 à –950mbars, à partir d’une source d’air

de 6 bars.

La ventouse se raccorde au générateur de vide par filetage au pas

du gaz.

3.2.1. Branchement du générateur de vide

de vide par filetage au pas du gaz. 3.2.1. Branchement du générateur de vide Monsieur SALL
de vide par filetage au pas du gaz. 3.2.1. Branchement du générateur de vide Monsieur SALL
de vide par filetage au pas du gaz. 3.2.1. Branchement du générateur de vide Monsieur SALL

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

3.3. Différents types de ventouses

3.3.1. Ventouse plates

Ces ventouses répondent aux besoins de préhension par le vide de la plupart des applications courantes de déplacement de pièces.

des applications courantes de déplacement de pièces. 3.3.2. Ventouses cylindriques à soufflets Ces ventouses

3.3.2. Ventouses cylindriques à soufflets

Ces ventouses sont adaptées à la préhension d’objets ou de pièces présentant des particularités comme :

- une surface inclinée ;

- un défaut de planéité ;

- des pièces de niveaux différents ;

- des pièces fragiles et délicates à manipuler.

; - des pièces fragiles et délicates à manipuler. 3.3.3. Ventouses oblongues Ce type de ventouse

3.3.3. Ventouses oblongues

Ce type de ventouse est adapté à la préhension d’objets étroits ou ayant des dimensions disproportionnées

à la préhension d’objets étroits ou ayant des dimensions disproportionnées Monsieur SALL Oumar Novembre 2017 18

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

2. LES PREACTIONNEURS :

Ils sont considérés comme des distributeurs d’énergie (pneumatique, hydraulique, électrique). Leur rôle est de réagir aux ordres en provenance de la P.C et de les transmettre à la P.O qui les exécute. Les préactionneurs des vérins et moteurs pneumatiques ou hydrauliques sont appelés « distributeurs ». Les préactionneurs des moteurs électriques sont appelés « contacteurs ».

2.1. Les distributeurs :

Ils sont utilisés pour commuter et contrôler la circulation des fluides sous pression comme des sortes d’aiguillage. Ils permettent :

- De contrôler le mouvement de la tige d’un vérin ou la rotation d’un moteur pneumatique ou hydraulique (distributeur de puissance) ;

- De choisir le sens de circulation d’un fluide (aiguiller, dériver, etc.) ;

- D’exécuter à partir d’un fluide des fonctions logiques (ET, OU, etc.) ;

- De démarrer ou d’arrêter la circulation d’un fluide (bloqueurs, etc.) ;

- D’être des capteurs de position (course d’un vérin).

2.1.1. Symbolisation :

de position (course d’un vérin). 2.1.1. Symbolisation : Principe :  Le nombre de cases représente

Principe :

Le nombre de cases représente le nombre de positions de commutation possible, une

case par position. S’il existe une position intermédiaire la case est délimitée par des

pointillés.

Les flèches à l’intérieur des cases indiquent le sens de circulation ou les voies de passage

du fluide entre les orifices. Quant à la pression elle est indiquée en fonction de la nature

du fluide, par :

- Un triangle noirci en hydraulique

- Un triangle clair en pneumatique

L’échappement est symbolisé par un triangle noirci en hydraulique et un triangle clair

en pneumatique.

Un triangle accolé à la case signifie que l’air est évacué dans l’ambiance.

Un triangle décalé au bout d’un trait précise une évacuation possible à partir d’une

canalisation connectable.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

Position initiale :

Les lignes de raccordement entre réseau et

distributeur aboutissent toujours à la case

symbolisant la position initiale ou repos ;

cette case est placée à droite pour les

distributeurs à deux positions, au milieu

pour ceux à trois positions.

Les orifices sont repérés par des lettres en

hydraulique et par des chiffres en

pneumatique.

lettres en hydraulique et par des chiffres en pneumatique. 2.1.2. Désignation des distributeurs : Elle tient

2.1.2. Désignation des distributeurs :

Elle tient compte du nombre d’orifices, du nombre de positions, et de la stabilité des positions

(monostable ou bistable).

2.1.2.1. Distributeur monostable :

C’est un distributeur qui a une seule position stable. Dans ce type de construction, un ressort de

rappel ramène systématiquement le dispositif dans sa position initiale (ou repos) dès que le

signal de commande ou

d’activation disparait.

dès que le signal de commande ou d’activation disparait. Exemple de réalisation simplifiée d'un distributeur

Exemple de réalisation simplifiée d'un distributeur 5/2 monostable

2.1.2.2. Distributeur bistable

C’est un distributeur qui a deux positions stables ou d’équilibre. Pour passer d’une position à

une autre, une impulsion de commande ou de pilotage suffit pour provoquer le changement. Le

maintien en position est assuré par adhérence ou par aimantation.

en position est assuré par adhérence ou par aimantation. Exemple simplifié d'un distributeur 5/2 bistable

Exemple simplifié d'un distributeur 5/2 bistable commandé par électrovanne.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

En plus, les distributeurs sont :

- Soit normalement fermés (N.F) lorsqu’il n’y a pas de circulation du fluide à travers le

distributeur en position repos (ou initiale).

- Doit normalement ouvert (N.O) lorsqu’il y a circulation du fluide à travers le

distributeur en position repos (c’est l’inverse du N.F).

Pour les distributeurs à trois positions, deux cas peuvent se présenter :

Le centre fermé :

deux cas peuvent se présenter : Le centre fermé : Le centre ouvert : En position

Le centre ouvert :

En position neutre ou repos, à centre fermé, le fluide ne peut pas circuler entre les chambres et les échappements, ce qui bloque la tige ou l’arbre du moteur. Il est intéressant pour un redémarrage sous charge (exemple : charges suspendues)

En position neutre, à centre

ouvert, le fluide peut circuler

librement. La purge des

chambres et la libre translation

de la tige (libre rotation de

l’arbre moteur) sont possibles. Ces cas sont intéressants pour supprimer les efforts développés

et faire des réglages.

sont intéressants pour supprimer les efforts développés et faire des réglages. Monsieur SALL Oumar Novembre 2017

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

2.1.3. Principaux distributeurs et principaux dispositifs de pilotage :

distributeurs et principaux dispositifs de pilotage : Remarque : Un pilotage ou système de commande est

Remarque :

Un pilotage ou système de commande est un dispositif qui réalise la commande du distributeur.

Il doit être indiqué pour chaque position du distributeur et apparaitre dans la symbolisation.

2.1.4. Choix d’un type de distributeur :

Avec un VSE pneumatique on peut utiliser un 3/2 et un 4/3 avec un orifice fermé pour un VSE

hydraulique.

Avec un VDE pneumatique, on peut utiliser un 4/2, un 5/2 ou un 5/3.

Avec un VDE hydraulique, les 4/3 sont les plus utilisés.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

2.2. Le contacteur :

2.2.1. Fonction :

Le contacteur est un appareil mécanique de connexion qui n’est pas commandé manuellement.

Il permet d’ouvrir ou de fermer un circuit électrique de puissance à distance et cela même en

charge.

2.2.2. Constitution :

Le contacteur est constitué de différents types de contacts:

- les contacts principaux (circuit de puissance)

- les contacts auxiliaires (circuit de commande)

On peut ouvrir ou fermer les contacts grâce à un électroaimant et un ressort de rappel (Voir figure ci-dessous).

grâce à un électroaimant et un ressort de rappel (Voir figure ci-dessous). Monsieur SALL Oumar Novembre

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

2.2.3. Fonctionnement :

La bobine du contacteur (bornes A1-A2), peut-être alimentée en courant alternatif ou en courant

continu (24V, 48V, 110V, 230V, 400 V).

Lorsque la bobine est alimentée, un champ magnétique se forme, la partie mobile de l'armature

est attirée contre la partie fixe et les contacts se ferment (ou s'ouvrent suivant le modèle).

Lorsque la bobine n'est pas alimentée, le ressort de rappel sépare les deux parties de l'armature

et maintient les contacts de puissance ouverts(ou fermés).

2.2.4. Symbolisation :

de puissance ouverts(ou fermés). 2.2.4. Symbolisation : 2.2.5. Exemple de circuit de puissance et commande

2.2.5. Exemple de circuit de puissance et commande électrique

Symbolisation : 2.2.5. Exemple de circuit de puissance et commande électrique Monsieur SALL Oumar Novembre 2017

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

3. REGLAGE DE LA VITESSE DES VERINS :

Deux types de régleurs sont utilisés : les réducteurs d’échappement et les réducteurs de débit

unidirectionnels. Ils permettent :

- De contrôler la vitesse maximale de la tige et de la charge ;

- De fournir une vitesse constante sur l’essentiel de la course ;

- De ralentir la descente d’une lourde charge.

Le réglage de la vitesse est beaucoup plus précis en hydraulique qu’en pneumatique.

3.1. REDUCTEURS D’ECHAPPEMENT (R.E) :

Ils sont généralement implantés sur les orifices d’échappement du distributeur.

sur les orifices d’échappement du distributeur. 1 : Principe réducteur de débit réglable 2 : Exemple

1 : Principe réducteur de débit réglable

du distributeur. 1 : Principe réducteur de débit réglable 2 : Exemple d'implantation Dans le cas

2 : Exemple d'implantation

Dans le cas d'un vérin pneumatique double effet, l'utilisation d'un distributeur 5/2 est nécessaire si l'on souhaite des réglages différents pour la sortie (A + ) ou l'entrée (A - ) de la tige.

Avantages : simple ; compact ; facile à implanter.

Inconvénients : en pneumatique, le réglage de la vitesse est imprécis si le distributeur est loin du vérin, l'association des distributeurs est impossible.

3.2. REDUCTEURS DE DEBIT UNIDIRECTIONNEL (R.D.U) :

Ils sont très utilisés et sont placés entre le vérin et le distributeur. Ils permettent de contrôler le

débit dans un seul sens de circulation du fluide et reste neutre dans l’autre sens.

Pour obtenir des vitesses de tige

plus précises en pneumatique, il est

préférable de les implanter sur les

vérins.

il est préférable de les implanter sur les vérins. Principe du réducteur de débit unidirectionnel réglable

Principe du réducteur de débit unidirectionnel réglable

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

3.2.1. Régulation à l’échappement :

Cette méthode est la plus utilisée. La régulation de vitesse est obtenue par un régleur placé sur le circuit d’échappement. Cette solution engendre une contre pression de régulation dans la chambre à l’échappement.

de régulation dans la chambre à l’échappement. Régulation de la sortie A+ Régulation des deux 3.2.2.

Régulation de la sortie A+

Régulation des deux

3.2.2. Régulation à l'admission :

Régulation de la descente

La régulation est réalisée en contrôlant le débit de fluide entrant dans la chambre motrice.

Rarement utilisée avec les VDE, elle peut être une solution dans le cas des VSE et des

moteurs hydrauliques.

solution dans le cas des VSE et des moteurs hydrauliques. Régulation de la vitesse d'un moteur

Régulation de la vitesse d'un moteur hydraulique

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

4. LES CAPTEURS :

La partie opérative (PO) doit rendre compte de son état à la partie commande (PC). Les

composants qui assurent cette fonction sont les capteurs (appelés aussi détecteurs).

Ils sont utilisés pour détecter:

La position précise d'un objet, la présence d'un objet, le niveau d'un fluide, l'épaisseur d'une

pièce, la température, la vitesse, le débit…

Ces capteurs sont de deux familles possibles :

Logique : Tout Ou Rien(TOR) : le signal ne peut prendre que deux états 0 et 1

Et les autres qui peuvent être analogiques ou numériques.

On peut classer les capteurs en deux catégories, les capteurs à contact qui nécessitent un contact

direct avec l'objet à détecter et les capteurs de proximité.

4.1. LES CAPTEURS A CONTACT MECANIQUE :

Les capteurs à contact mécaniques sont les seuls

encore largement utilisés.

Ils détectent par contact direct la présence d’une

partie mobile.

Exemple : tige de vérin, déplacement d’une

table de machine-outil

de vérin, déplacement d’une table de machine-outil … 4.1.1. Interrupteurs de position mécanique : Ils se

4.1.1. Interrupteurs de position mécanique :

Ils se comportent comme des distributeurs 3/2 monostables.

Ils peuvent peut être à « fermeture » (NF) ou à « ouverture » (NO).

Suivant l’utilisation et l’implantation, le capteur de position peut être

commandé par poussoir simple, galet, levier, levier escamotable, tige

souple…

Câblage du capteur avec un distributeur :

levier escamotable, tige souple… Câblage du capteur avec un distributeur : Monsieur SALL Oumar Novembre 2017
levier escamotable, tige souple… Câblage du capteur avec un distributeur : Monsieur SALL Oumar Novembre 2017

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

4.1.2. Capteur à fuite :

Pour pouvoir fonctionner correctement, ces capteurs doivent être couplés avec un relais pour capteur à fuite. Le capteur est alimenté en pression par le relais. Lorsque :

capteur est alimenté en pression par le relais. Lorsque : l’objet détecté obture une fuite d’air

l’objet détecté obture une fuite d’air à faible débit ;

-

ou lorsque la bille ou la tige souple est déplacée dans son logement, L’orifice d'évacuation d'air est obturé, la pression augmente dans le tube et le relais pour capteur à fuite émet un signal de sortie.

-

Représentation d’un capteur à fuite avec son relais :

Représentation d’un capteur à fuite avec son relais : 4.2. LES CAPTEURS SANS CONTACTS OU CAPTEURS

4.2. LES CAPTEURS SANS CONTACTS OU CAPTEURS DE PROXIMITE :

4.2.1. Capteurs à seuil de pression:

Le capteur à seuil de pression ou à chute de pression est piloté par la contre pression d’échappement et alimenté par la pression P du réseau. Lorsque le vérin arrive en fin de course, cette contre pression chute. Lorsqu'elle est inférieure à 1/12ème de la pression du réseau le capteur émet un signal de sortie S.

Si le vérin est bloqué à mi-course, le relais émet tout de même un signal de sortie. Ce branchement ne procure donc pas d’un véritable fin de course, mais il est très indiqué pour des vérins ayant des fins de course variables : vérins-étaux, vérin de bridage ou de serrage…

: vérins-étaux, vérin de bridage ou de serrage… Exemple de Branchement avec vérin standard Exemple de

Exemple de Branchement avec vérin standard

ou de serrage… Exemple de Branchement avec vérin standard Exemple de Branchement avec vérin à orifice

Exemple de Branchement avec vérin à orifice de piquage

NB :

Utilise avec un vérin à orifice de piquage, le capteur à chute de pression offre toute sécurité parce quelle transmettra un signal de sortie quune fois le piston arrivé en fin de course et que la contrepression déchappement chute en dessous du seuil de pilotage du relais.

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

4.2.2. Les capteurs magnétiques :

Un capteur magnétique est composé d'un interrupteur à lame souple (ILS) sensible à la présence

d'un champ magnétique mobile. Lorsque le champ se trouve sous la lame, il ferme le contact

du circuit provoquant la commutation du capteur. Ce capteur se monte directement sur le vérin

et permet de détecter des positions autres que les positions extrêmes.

Pour utiliser ce type de capteur, il est nécessaire d'utiliser un vérin comportant un aimant

permanent monté sur le piston.

vérin comportant un aimant permanent monté sur le piston. Représentation d ’un interrupteur à lame souple
vérin comportant un aimant permanent monté sur le piston. Représentation d ’un interrupteur à lame souple

Représentation d’un interrupteur à lame souple :

monté sur le piston. Représentation d ’un interrupteur à lame souple : Monsieur SALL Oumar Novembre

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

4.2.3. Les capteurs photoélectriques :

Dans les systèmes automatisés, on peut détecter une présence, sans contact avec un objet ou

une personne, voir même en être très éloigné. On utilise entre autre des détecteurs de proximité

photo électrique. Ce sont les plus fréquents, on les trouve à l’entrée des grands magasins, des

parkings, comme sécurité de seuil dans les ascenseursetc. La seule restriction à leur

utilisation étant que les objets doivent être opaques

Ils se composent d'un émetteur de lumière associé à un récepteur. La détection d'un objet se fait

par coupure ou variation d'un faisceau lumineux. Le signal est amplifié pour être exploité par

la partie commande.

Trois systèmes sont couramment utilisés :

partie commande. Trois systèmes sont couramment utilisés : Système barrage Système réflex Système proximité

Système barrage

Système réflex

Système proximité

Représentation dun capteur photoélectrique (3 cas):

Représentation d ’ un capteur photoélectrique (3 cas): Système barrage Avantages Système réflex Système

Système barrage

Avantages

capteur photoélectrique (3 cas): Système barrage Avantages Système réflex Système proximité  détection

Système réflex

(3 cas): Système barrage Avantages Système réflex Système proximité  détection d'objets de toutes

Système proximité

détection d'objets de toutes formes et de matériaux de toutes natures

détection à très grande distance (système barrage)

généralement en lumière infrarouge invisible, indépendante des conditions d'environnement

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

4.2.4. Les capteurs capacitifs :

Un capteur capacitif permet de détecter la présence de tout objet métallique ou non (métal, bois,

papier, plastique, verre et ceux sous forme liquide, solide ou granuleuse) mais sa distance de

détection est faible (jusqu’à 50mm pour les plus courants).

La présence de l’objet

modifie le champ

magnétique ou électrique

engendré par le capteur.

Cette modification

entraine un signal de sortie.

le capteur. Cette modification entraine un signal de sortie. Représentation d ’ un capteur capacitif :

Représentation dun capteur capacitif :

Utilisations

Représentation d ’ un capteur capacitif : Utilisations  Contrôle de remplissage de liquides dans des

Contrôle de remplissage de liquides dans des flacons ou des cuves

Détection de la présence de matériaux pulvérulents dans des trémies

4.2.5. Les capteurs inductifs :

Les capteurs inductifs produisent à l'extrémité de leur

tête de détection un champ magnétique oscillant. Ce

champ est généré par une self et une capacité montée

en parallèle. Lorsqu'un objet métallique pénètre dans

ce champ, il y a perturbation de ce champ puis

atténuation du champ oscillant.

de ce champ puis atténuation du champ oscillant. Cette variation est exploitée par un amplificateur qui
de ce champ puis atténuation du champ oscillant. Cette variation est exploitée par un amplificateur qui

Cette variation est exploitée par un

amplificateur qui délivre un signal de sortie,

le capteur commute.

Ces types de capteur sont utilisés pour

détecter les objets métalliques.

Représentation dun capteur inductif

pour détecter les objets métalliques. Représentation d ’ un capteur inductif Monsieur SALL Oumar Novembre 2017

Automatisme La Partie Opérative

L.T.I.D classe de première

4.2.6. Codeurs rotatifs

Les codeurs rotatifs sont des capteurs de position angulaire. Le disque du codeur est solidaire

de l'arbre tournant du système à contrôler.

Un codeur optique rotatif est composé :

d’un émetteur de lumière (LED) ;

d’un récepteur photosensible ;

d’un disque lié mécaniquement par son axe à l’organe du système à contrôler.

Le disque est composé d’une succession de zones opaques et transparentes.

d’une succession de zones opaques et transparentes. Lorsque l’objet à contrôler se déplace, le disque

Lorsque l’objet à contrôler se déplace, le disque gradué est mis en rotation et permet de générer

des impulsions.

Il existe deux types de codeurs rotatifs, les codeurs incrémentaux et les codeurs absolus.

les codeurs incrémentaux et les codeurs absolus . Codeur incrémental codeur absolu Le code numérique

Codeur incrémental

incrémentaux et les codeurs absolus . Codeur incrémental codeur absolu Le code numérique délivré par un

codeur absolu

Le code numérique délivré par un codeur rotatif absolu est généralement soit du binaire naturel

(binaire pur), soit du binaire réfléchi, encore appelé code Gray.