Vous êtes sur la page 1sur 7

Didactique de la civilisation

Hugo Enrique Rosas Galán

Thématique: Le racisme au Québec

Problématique : Comment lutte contre le racisme le Québec?

Justification : Malheureusement, le racisme devient un problème pour une société dans tout le
monde. Cette violence envers un groupe humain est partie d’une idéologie de supériorité sur
l’autre. J’ai décidé d’aborder le thème parce que je considère que racisme est partie d’une
contreculture qui s’oppose à la liberté d’une personne pour interagir avec les autres.

Les objectifs :

Sensibiliser aux apprenants vers une compétence interculturelle

Promouvoir la diversité culturelle

Supprimer les stéréotypes

Niveau : B2

Age : Jeunes-Adultes

Besoins : Se communiquer, comprendre la culture francophone.

Schéma de Zarate

VOIX D’AUTORITÉ
20 juillet 2017 Mis à jour à 6h52
Partager

Consultation sur le racisme:


Québec précise ses intentions
JEAN-MARC SALVET
Le Soleil

La ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion,


Kathleen Weil, dévoilera ce jeudi les détails de la consultation à
venir ayant trait à la lutte contre «la discrimination systémique et
le racisme» au Québec.
Dans l'air depuis plusieurs mois, ce projet du gouvernement Couillard a
suscité une vive polémique politique l'hiver dernier. Le péquiste Jean-
François Lisée avait accusé le premier ministre de vouloir organiser le
procès des Québécois en «mettant du sel sur la plaie avec une
commission qui va dire à la majorité "vous êtes des racistes
systémiques" et qui va dire à la minorité "vous êtes des victimes
systémiques"».
«Quand on n'agit pas sur le terrain, quand on n'écoute pas les craintes
légitimes des Québécois sur la laïcité et qu'ensuite on fait un exercice
de culpabilisation, on augmente le niveau de frustration et on fait le lit de
l'extrême droite», avait soutenu M. Lisée.
C'est un exercice sain et utile qui sera mené, avait expliqué Philippe
Couillard. «Je ne connais pas un seul État démocratique qui refuse de
faire ce débat. Et je ne connais surtout pas un seul parti politique, qui se
prétend progressiste, qui refuse même d'en entendre parler.» «Le
Québec n'est pas une société pire que les autres; c'est une belle
société, mais les mêmes démons y résident. Et de prétendre les nier
comme M. Lisée le fait, c'est du négationnisme», avait attaqué le chef
du gouvernement québécois.
La ministre Weil fera connaître les modalités de la consultation à venir
en prenant appui sur les recommandations d'un comité ad hoc qu'elle a
mis sur pied plus tôt cette année.
Justification : L’article parle d’une voix d’autorité « La Ministre Weil » et
parle de la manière comment le gouvernement est lié au thème du
racisme.
SOURCE :
https://www.lesoleil.com/actualite/politique/consultation-sur-le-racisme-
quebec-precise-ses-intentions-f0a84a3fff6e8d8a12ec39b443473799

VOIX DES USAGERS

LES BLOGUES
07/03/2015 08:44 EST | Actualisé 07/05/2015 05:12 EDT

20% de racistes









 Houssein Ben Ameur Consultant en TI et blogueur
Un samedi, quelques semaines après les événements tragiques du 11 septembre 2001, dans mon
petit appartement dans Petite-Patrie, j'ai reçu un appel téléphonique, une voix jeune me demanda
sans introduction si j'étais musulman. Comme ça. Je n'ai pas répondu lui demandant plutôt de
s'identifier, tout en signifiant poliment et fermement que mes croyances personnelles ne le
regardaient absolument pas. Alors, aussi brusquement, il m'insulta, usant en la matière du riche
vocabulaire québécois, de sale arabe à maudit musulman en passant par le classique rentre chez
toi. Sa diatribe finissant par des menaces à peine voilées : nous savons où tu habites, on t'a à l'œil.
Je n'ai pas pris tout ça au sérieux. Je n'ai pas appelé la police ni pris des précautions outre mesure.
J'étais jeune, peut-être naïf, et convaincu qu'il s'agissait de petits cons probablement ivres,
cherchant dans le bottin un nom arabe, un « Ben » quelque chose, tombant sur le Ben-Ameur, mon
nom étant dans la première page des « Ben » quelque chose. Je les imaginais préparer l'odieuse
farce, choisir une ligne au hasard, appeler, puis jubiler de leur exploit, exultant la fierté du devoir
accompli.
Ça ne faisait qu'un peu plus de deux ans que j'avais débarqué ici au Québec, et c'était là ma
première épreuve face au racisme, celui aléatoire, gratuit, cruel, et combien dégradant et humiliant.
On ne peut pas concevoir combien le racisme, le sexisme, la xénophobie, l'homophobie,
l'antisémitisme, ou l'islamophobie, et leurs corollaires de haine, discrimination, rejet, et mépris
peuvent faire autant mal, si on n'en a pas été la victime au moins une fois dans sa vie. Être
stigmatisé et condamné de par son être et son identité, que ce soit sa langue, sa culture, sa couleur,
sa croyance, son âge, son physique, son sexe, ou sa sexualité, est un mal qui ronge l'humanité
depuis que l'humain est humain. L'ignorance et la peur de l'autre, de l'inconnu et du différent de nous
sont les fondements de la haine et de la discrimination. Nos gènes ont appris à rejeter la différence
et l'individualité lui préférant l'homogénéité sociale plus apte à garantir de la survie du groupe. Nous
sommes programmés pour juger, préjuger, condamner, et exclure la différence et le singulier. Il a
fallu voir naitre la modernité et son humanisme pour que nous commencions à remettre en cause
notre nature fondamentalement discriminatoire. Théoriquement du moins. Il n'en reste pas moins
que l'humain est humain et que la nature reprend souvent le dessus.
Ainsi, dans un récent sondage, 20% des Québécois se déclarent plutôt racistes. On est bien en
2015. Mesurent-ils le sérieux de leurs déclarations? Ainsi, je suis Québécois, arabe de ma race, et
juste pour ça, 20% des Québécois me haïssent et me méprisent semble-t-il. Ils n'aiment pas non
plus ma femme, mes enfants et mes amis parait-il. Comme ça, sans me connaitre, ils ne connaissent
pas mes idées et mes pensées, ni mes croyances et mes convictions. Ils n'ont aucune espèce d'idée
qui je suis. Ils savent juste que je suis un « Ben » quelque chose, et pour ça, juste pour ça, ils ont
décidé de me maudire.
Oui, la très grande majorité des Québécois est fortement animée par les valeurs humanistes. Les
jeunes surtout. Je suis convaincu que le racisme, comme toutes formes de discrimination, n'est
qu'une affaire de vieux cons. On n'a toutefois pas fini de lutter, d'éduquer et d'informer, surtout en
ces temps fort troubles, d'intégrisme et de terreurs islamistes, ou l'autre, l'arabe ou le musulman est
plus suspect que jamais. Essayons juste d'être humains.
VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST
Justification : C’est un témoignage qui met en évidence les conséquences du racisme

SOURCE : https://quebec.huffingtonpost.ca/houssein-ben-ameur/quebec-racistes-20-
pour-cent_b_6810928.html?utm_hp_ref=qc-racisme-au-quebec

CANADA

Québec : manifestation contre le


racisme et le gouvernement de la
CAQ
Par Euronews avec AFP-AP-REUTERS• Dernière MAJ: 08/10/2018

Près de 3 000 personnes sont descendues dans les rues de Montréal,


dimanche, pour manifester contre le racisme et le nouveau gouvernement
fraîchement élu de François Legault. Les manifestants ont dénoncé les
mesures envisagées par la Coalition Avenir Québec (CAQ), l’interdiction du port
de signes religieux pour les enseignants notamment.
"Tout le monde devrait être libre de porter ce qu'il veut dans ce pays", dit
un manifestant.

Plus largement, c'est toute une politique qui est pointée du doigt.

"Nous considérons que ces mesures politiques sont racistes. Même si les
dirigeants ne se considèrent pas racistes, leur politique, elle, l'est. Nous
descendrons dans la rue tous les jours sil le faut. Nous ne laisserons pas
un gouvernement rendre des populations vulnérables à cause d'un
programme populiste", insiste Marlihan Lopez de la Fédération des femmes
du Québec.

Au total, une soixantaine d'organismes communautaires, d'associations et de


syndicats ont participé à cette manifestation.

Justification : Cet article aborde la manière des usagers de lutter contre le


racisme.

SOURCE : https://fr.euronews.com/2018/10/08/quebec-manifestation-contre-le-
racisme-et-le-gouvernement-de-la-caq

VOIX EXTERIEURES

L'état des droits des Afro-Canadiens


sous la loupe de l'ONU
Publié le lundi 25 septembre 2017
Réunion du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme à Genève
Photo : Reuters/Denis Balibouse
PARTAGER

 PARTAGER VIA FACEBOOK (OUVRE UNE FENÊTRE MODALE NON-


GÉRÉE PAR RADIO-CANADA)

Facebook

 PARTAGER VIA TWITTER (OUVRE UNE FENÊTRE MODALE NON-


GÉRÉE PAR RADIO-CANADA)

Twitter

Plus

ALLER DIRECTEMENT AUX COMMENTAIRES

22

 Imprimer

Le Canada comparaîtra mardi devant un comité des Nations unies pour


défendre son bilan sur la lutte contre la discrimination raciale. L'ONU
soutient que le racisme contre les personnes noires se trouve au coeur de
nombreuses institutions canadiennes, ce qui contribue aux inégalités
socioéconomiques.
RADIO-CANADA AVEC LA PRESSE CANADIENNE ET CBC

Des consultations sur l'état des droits des Afro-Canadiens avaient été menées
par un groupe de travail de l’ONU lors d'une mission à Ottawa, Toronto, Halifax
et Montréal en octobre 2016. Leurs conclusions seront officiellement déposées
mardi devant le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme
(HCDH).

Selon le comité, encore trop de Canadiens de descendance africaine vivent


« dans la pauvreté, ont une mauvaise santé, ont un faible niveau de scolarité et
sont surreprésentées dans le système de justice ».

Une délégation d’Héritage Canada doit répondre aux questions d’experts


indépendants concernant l’adhésion du Canada à la Convention internationale
sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. La question des
droits des Afro-Canadiens et des Autochtones sera à l'ordre du jour.

Malgré la réputation du Canada en matière de multiculturalisme et de diversité


et des mesures prises pour lutter contre la discrimination raciale, le Groupe de
travail est profondément préoccupé par la situation des droits de l'homme des
Canadiens africains.
Rapport du Groupe de travail d’experts sur les personnes d’ascendance africaine sur sa
mission au Canada
Parmi les différentes formes de discrimination mentionnées, le rapport note
que :

 les Afro-Canadiens sont surreprésentés dans les prisons et dans le système judiciaire;

 les corps policiers canadiens pratiquent le profilage racial;

 plus de 40 % des crimes haineux au Canada sont perpétrés contre les Afro-
Canadiens;

 les programmes scolaires omettent une grande partie de l’histoire et de la culture


d'origine noire et africaine-canadienne.

Le racisme et les stéréotypes sont si profondément ancrés dans les institutions,


les politiques et les pratiques que ses formes institutionnelles et systémiques
sont normalisées ou rendues invisibles.
Rapport du Groupe de travail d’experts sur les personnes d’ascendance africaine sur sa
mission au Canada
« Dans notre conversation avec les Canadiens d'origine africaine, nous avons
constaté que l'histoire d’esclavage, de ségrégation raciale et de marginalisation
a eu un impact néfaste sur les personnes d'ascendance africaine qui doivent
être traitées en partenariat avec les communautés africaines canadiennes », a
souligné dans un communiqué de presse Ricardo Sunga, l’un des experts du
comité.

Situation « déplorable » en Nouvelle-Écosse


Le groupe de travail onusien soutient aussi que le gouvernement provincial ne
va pas assez loin dans sa démarche d'accorder des titres de propriété aux
loyalistes noirs s'étant réfugiés en Nouvelle-Écosse. La Nouvelle-Écosse avait
promis en 1963 de régulariser la situation, mais trop peu de cas ont été réglés
et plusieurs requêtes ont été rejetées.

L’ONU estime que le processus est inéquitable, discriminatoire et trop


complexe. De plus, les coûts exorbitants ont eu une incidence sur le nombre
d'Afro-Canadiens qui ont déposé une requête.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a annoncé lundi qu'il tiendrait une


conférence de presse à ce sujet mercredi matin.

Que peut faire Ottawa pour combattre la discrimination raciale?


Le rapport souligne diverses actions déjà entreprises par le Canada, mais
suggère une quarantaine d’initiatives afin de corriger les disparités. Ces
mesures sont semblables à celles proposées pour les Autochtones.

Le Canada a soumis un rapport détaillé de 37 pages décrivant les mesures


adoptées pour « améliorer la mise en oeuvre » de la convention internationale
sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale depuis son
dernier examen, en 2012.
On recommande toutefois au Canada de :

 présenter des excuses pour la période d'esclavage qui a existé au Canada à partir du
17e siècle;

 reconnaître les Afro-Canadiens comme un groupe distinct;

 créer un ministère des Affaires afro-canadiennes;

 éliminer toute forme de discrimination au sein des corps policiers;

 enseigner et souligner davantage l’histoire des Afro-Canadiens et leur contribution à


la société canadienne;

 élaborer une stratégie contre le racisme envers les Noirs dans le système de justice
criminelle.

Justification : Cet article manifeste la voix de l’ONU et du Canada pour lutter contre le
racisme.

SOURCE : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1057911/etat-droits-afro-canadiens-
onu-comite-canada-bilan-lutte-discrimination-raciale

VOIX DES ÉTUDIANTS

Activité de sensibilisation : Demander aux étudiants de former des équipes ensuite


leurs proposer de répondre aux questions :

1) Quelles sont les manifestations du racisme ?


2) Quelles sont les conséquences du racisme ?
3) Quelles stratégies vous proposez pour lutter contre le racisme ?

Justification : Avec cette activité, on vise à sensibiliser aux étudiants sur les
conséquences du racisme ainsi que supprimer les stéréotypes.