Vous êtes sur la page 1sur 27

Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes

Faculté des Lettres


Département de Langue et Littérature Françaises
Section de Langue française et de Linguistique

Morphologie
641030
Semestre de Printemps
Lundi 12.00-15.00
Amphithéatre 204
Enseignante: Rania Voskaki
Lundi 19 Mars 2018
Informations Générales

 https://eclass.uoa.gr/courses/FRL

 Guide de l’étudiant — Cursus universitaire


Langue et Littérature françaises
http://www.frl.uoa.gr/fileadmin/frl.uoa.gr/uploads/
odigoi_spoudon-programmata/Guide_2017-18.pdf

 64761: Introduction à la linguistique théorique


 Ce cours est basé sur les notes de: R. Delveroudi, R.
Moustaki et E. Vlachou.
64761: Introduction à
la linguistique théorique
Rappel des notions de base
 Structure de la langue

 Phonologie

 Syntaxe

 Sémantique

 Morphologie
Niveaux d’analyse linguistique

Phonétique Morphologie
/Phonologie

Sémantique Syntaxe
La linguistique

Étude scientifique de la langue


assurée par la publication en
1916 du Cours de linguistique
générale de F. de Saussure.
La Synchronie /
L’étude synchronique d’une langue

L’étude synchronique de la langue porte sur un état


déterminé (à un moment donné du temps). Cet état peut
être parfois très reculé : on peut faire une description, une
étude synchronique du latin ou du grec ancien, pourvu que
ces études se situent à un moment du passé et ne prennent
pas en considération l’évolution de la langue.
La Diachronie /
L’étude diachronique d’une langue

La diachronie définit le caractère des faits linguistiques


considérés dans leur evolution à travers le temps.

L’étude diachronique de la langue porte sur le


changements qui se produisent et les localise dans le
temps.
Synchronie vs Diachronie

La langue peut être considérée comme un système


fonctionnant à un moment déterminé du temps
(synchronie) ou bien analysé dans son évolution
(diachronie).
Synchronie ou Diachronie ?

On travaille uniquement en synchronie. L’étymologie d’un mot ne nous


intéressera pas lors de cette approche.

Par exemple le mot biscuit, en synchronie, est un seul morphème


[biscuit], tandis qu’en diachronie, il est segmentable en deux
morphèmes [bis-[cuit]. Historiquement un biscuit est ‘cuit deux fois`,
mais cette interprétation n’est plus partagée par les locuteurs natifs.

Bis : δις.
Morphologie

En grammaire traditionnelle, la morphologie


est l’étude des formes des mots (flexion et
dérivation), par opposition à l’étude de la
syntaxe.
Morphologie

Le terme morphologie

Le terme morphologie vient du mot grec μορφολογία,


composé de μορφή/forme et de λόɣos/discours.
La morphologie, étymologiquement est la branche de la
linguistique qui étudie la façon dont les mots sont
formés. La morphologie, en synchronie, étudie les
morphèmes.
Morphème (ou monème)

C’est la plus petite unité de sens.

C’est l’unité minimale porteuse de sens que l’on puisse


obtenir lors de la segmentation d’un énoncé.

C’est l’unité significative élémentaire.


Les outils du morphologue

Pour détecter les morphèmes, on a recours à la technique de la


segmentation (le découpage des mots en unités de sens).

Par exemple : travailleur

travaill-eur
Segmentation

La segmentation est une procedure consistant à


segmenter l’énoncé, c’est- à-dire à le diviser en unites
discrètes dont chacune représentera un morpheme.
Morphologie dérivationnelle et
morphologie flexionnelle
Il y a deux types d’opération morphologique :

 la morphologie dérivationnelle (παραγωγική


μορφολογία) et

 la morphologie flexionnelle (κλιτική μορφολογία).


Morphologie dérivationnelle

La morphologie dérivationnelle est la branche de la morphologie qui


s'intéresse à la formation et à la construction des mots.

Plus précisément, elle sert à créer des nouveaux mots ; on peut former
de mots nouveaux en ajoutant des morphèmes dérivationnels à partir
de mots existants.
Exemple : danser, danseur
Morphologie flexionnelle

La morphologie flexionnelle ne sert pas à créer de


nouveaux mots. On ajoute des morphèmes flexionnels
pour former le pluriel d’un nom, le temps d’un verbe,
etc. Il y a flexion nominale et adjectivale et flexion
verbale.
Morphologie flexionnelle

Par exemple :
dans chant-(ent) (-ent) est un morphème verbal qui marque
la 3ème personne du pluriel
(flexion verbale)

dans étudiant(s) (-s) marque le pluriel (flexion nominale)


Le sens des mots dérivés est-il arbitraire ?

Le sens des mots dérivés n’est pas arbitraire.

Le sens du mot simple pomme est arbitraire mais le sens du


mot pommier n’est pas si arbitraire

(c’est le sens du mot pomme et le sens du suffixe –ier).

Un des sens du suffixe –ier est “l’arbre qui fait des fruits”.
L’arbitraire du signe linguistique

Dans la théorie saussurienne, l’arbitraire caractérise le


rapport qui existe entre le signifiant (l’image
accoustique) el le signifié (le concept).
L’arbitraire du signe linguistique

La langue est arbitraire dans la mesure où elle est une


convention implicite entre les membres de la société
qui l’utilisent ; c’est dans ce sens qu’elle n’est pas
« naturelle ».
Mots composés

Ce sont des mots qui forment une unité de sens :

Porte-manteau, tire-bouchon,

sac à dos, fruits de mer,

aujourd’hui, anthropophage, antibiotique, etc.


Mots composés

Ceux qui ne sont pas soudés posent des problèmes à la définition du


mot.

Par exemple sac à dos est-ce un mot ou trois ? Souvent mais pas
toujours, ils sont orthographiés avec des tirets comme des composants
d’un seul mot. Dans une autre langue que le français, il s’agit de mots
simples (sac à dos : σακίδιο, fruits de mer : θαλασσινά).
Bibliographie

LEHMAN A., F. MARTIN-BERTHET (1998) Introduction à la


lexicologie: Sémantique et morphologie, Paris, Dunod.
RIEGEL M., J.-C. PELLAT, R. RIOUL (1994) Grammaire
méthodique du français, Paris, Presses Universitaires de France,
1996.
DUBOIS, J., GIACOMO, M., GUESPIN, L., MARCELLESI, C.,
MARCELLESI, J-B., MÉVEL, J-P. (1994) Dictionnaire de
linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse.
Bibliographie

APOTHÉLOZ D. (2002) La construction du lexique français, Paris, Ohprys.

DE SAUSSURE F. (1916) Cours de linguistique générale, Paris, Payot,


1988.

GARDES-TAMINE J. (1990) La grammaire, T. 1., Phonologie, morphologie,


lexicologie, Paris, A. Colin. (chap. 2).

GRUAZ C. (1988) La dérivation suffixale en français contemporain.


Publications de l’Université de Rouen.
Bibliographie

MITTERAND H. (1963) Les mots français, Presses


Universitaires de France (Que sais-je?), 1996.

MONNERET P. (1999) Exercices de linguistique, Paris, Presses


Universitaires de France.

MORTUREUX M.-F. (1998) La lexicologie entre langue et


discours, Paris, SEDES.

NIKLAS-SALMINEN A. (1997) La lexicologie, Paris, A. Colin.


Bibliographie

RALLI A. (1995) Éléments de linguistique théorique:


Morphologie du français, Athènes.
WALTER H. (1988) Le français dans tous les sens, Paris,
Robert Laffont.
WALTER H. (1998) Le français d'ici, de là, de là-bas, Paris, JC
Lattès.
WISE H. (1997) The Vocabulary of Modern French: Origins,
Structure and Function, London, Routledge.