Vous êtes sur la page 1sur 38

Entrepreneuriat social et son rôle dans

le développement territorial et local

Pr Amina KCHIRID- Mars 2015


Sommaire

 L’Economie Sociale et Solidaire (ESS)


 Pourquoi l’ESS?
 Les actions des pouvoirs publics en faveur de l’ESS,
au Maroc
 Les différentes approches de l’ES
 L’ES , acteur du changement
 L’ES au carrefour de trois acteurs; privé, public et
social
Sommaire

 Les piliers de l’ES


 La compétitive et la notoriété des territoires
 L’ES: quels rôles dans le développement territorial?
 Le business model
 Les recommandations du CES
 Conclusion et recommandations
L’économie sociale et solidaire
(ESS)

 L’ESS regroupe également des entreprises sociales et


solidaires relevant d’activités telles que l’insertion par
l’activité économique, les finances solidaires ou le
commerce équitable. L’organisation de l’économie
sociale et solidaire revêt ainsi différentes formes.
Pourquoi l’ESS?

 Face aux transitions et aux mutations que connaît le monde


face à la crise économique et à l’augmentation des déficits
publics, le rôle de l’État et celui de l’économie de marché se
posent aux pays .
 Pour relever le défi, les initiatives issues du secteur de
l’économie sociale et solidaire (ESS) apportent des solutions
en plaçant les enjeux humains et environnementaux au
centre du développement économique et en étant vecteur
de cohésion sociale.
Pourquoi l’ESS ?( suite)

 Compte tenu des besoins en matière de création d’emplois


et de voie alternative à destination, notamment, des jeunes
et des femmes l’ESS se révèle être un des axes d’action et de
collaboration pour construire des territoires économiquement
intégrée et durable.
 L’ancrage territorial constitue, avec le fonctionnement
démocratique et la solidarité économique, l’une des
caractéristiques majeures de l’économie sociale et solidaire
(ESS).
Les différentes approches de
L’entrepreneuriat social

• Deux mots clés: « Entrepreneur » et « Social »


• Selon l’approche sociologique, c’est l’ensemble des actions
des vecteurs qui permettent de conduire le changement
dans un pays, ce sont donc les projets, les actions qui
apportent l’innovation.
• L’approche Américaine celle qu'a construit Bill Drayton,
économiste ayant crée le premier réseau d'entrepreneurs
sociaux Ashoka, en 1980, l'entrepreneur social en est une
personne qui possède le potentiel de changer le monde.
Les différentes approches de
L’entrepreneuriat social

• En Europe plusieurs pays ont investi le champ de


l’entrepreneuriat social, les expériences les plus
significatives sont en France, l’Espagne et l’Italie.
• La vision européenne accorde une grande importance
au projet social de l'entreprise, à sa gouvernance
participative et à l'encadrement de sa lucrativité . De
ces apports, des critères ont été définis par le réseau de
chercheurs européens et employés par le Mouvement
des entrepreneurs sociaux (Mouves).
Les différentes approches de
L’entrepreneuriat social

 Muhammad Yunus prix Nobel de la Paix a développé une


autre approche, fondée sur des apporteurs de capital,
pour la création de la Grameen Bank, le « Social
business », qui est une entreprise sociale qui lutte contre la
pauvreté, ne verse aucun dividende, les profits sont
entièrement réinvestis dans l'activité du Social business.
Les différentes approches de
L’entrepreneuriat social

 Le modèle développé par Muhammad Yunus , s’intéresse


au bas de la pyramide, c’est le réservoir du
développement et de la création de la richesse, dans un
pays, c’est là où réside le potentiel de la création de
l’emploi .
Les différentes approches de
L’entrepreneuriat social

 Ce mouvement, qu’on qualifie du tiers secteur qui


participe au renouvellement des modèles économiques
dominants qui ont montré leurs limites, axées sur
l’économie de marché ou la prédominance de l’Etat, en
créant une troisième voie à mi-chemin entre ces deux
pôles, en cherchant à mettre l’efficacité économique au
service de l’intérêt général.
Entrepreneuriat social, acteur du
changement

 Devant la complexité des problématiques et les difficultés à


répondre aux enjeux sociétaux (pauvreté, problèmes de
santé, de mobilité, de logement, d’exclusion sociale et
financière, atteintes à l’environnement, réchauffement
climatique, etc.), chacune des parties prenantes de la
société est difficilement en mesure de répondre seule à ces
besoins .
L’entrepreneuriat social est au carrefour
de trois acteurs : le privé, le public et le
social

 L’économie sociale et solidaire, inclut des formes plus


collectives d’entrepreneuriat, l’entrepreneur social ne se
positionne pas nécessairement dans un champ
libéral contre l’État, mais peut chercher des ressources
économiques.
 Ensemble, les entrepreneurs sociaux, les entreprises et les
pouvoirs publics peuvent relever des défis dans le cadre de
partenariats gagnant-gagnant, qu’aucun de ces acteurs
n’aurait pu résoudre seul.
L’entrepreneuriat social est au carrefour
de trois acteurs : le privé, le public et le
social

 Des entrepreneurs mettent leurs compétences à la


disposition de résolution des problèmes sociaux et
sociétaux .
 L’insertion par l’activité économique, jardins familiaux,
crèches parentales, services d’aides à domicile,
associations de restauration du patrimoine, etc., autant
d’initiatives dont la particularité est de contribuer au
renforcement local de la cohésion sociale et à la création
de la richesse au niveau des territoires.
L’entrepreneuriat social est au carrefour
de trois acteurs : le privé, le public et le
social

 Leurs dirigeants sont avant tout motivés par l’intérêt


général, le profit est pour eux un moyen, non une fin en
soi. Ils cherchent à concilier initiative privée et solidarité,
esprit d’entreprise et volonté de rendre l’économie plus
humaine, rentabilité et partage des richesses.

 Partout, les enseignements des crises sociales et


économiques mondiales imposent l’idée qu’une entreprise
ne peut être durable et pérenne qu’à condition de
combiner profit et impact social positif.
Les piliers de l’entrepreneuriat
social

 Un projet viable économiquement


 Une finalité sociale, environnementale, de santé, lutte
contre la pauvreté
 Un projet innovant, qui apporte du changement
 Un projet à la croisée du social du business et du public
 Une luractivité limitée
 Une gouvernance participative
L’action des pouvoirs publics en
faveur de l’ESS, au Maroc

• Décentralisation, Déconcentration et la régionalisation ,


imposent une approche de proximité et une approche
participative du développement.
• Charte communale de 2009: Rôle des collectivités
territoriales dans la promotion de l’investissement et la
création des activités.

• L’INDH, depuis 2005


• Constitution 2011
L’action des pouvoirs publics en
faveur de l’ESS, au Maroc

 Un nouveau projet de loi pour les coopératives voté en


2012.
 Un projet de loi encadrant le commerce équitable.
 Renforcement des capacités de l’ODCO.
 Plans régionaux pour le développement de l’économie
sociale et solidaire.
L’action des pouvoirs publics en
faveur de l’ESS, au Maroc

 la stratégie nationale de développement de l’économie


sociale et solidaire 2010-2020.
 Mise en place des systèmes d’information géographiques
régionaux de l’économie sociale et solidaire ( SIGES).
 Le projet de loi n° 114.13 relatif au statut de l’auto-
entrepreneur.
L’entrepreneuriat social au Maroc

 Les années 1990: premières initiatives ont démarré avec le


développement des actions et des projets associatifs , qui
connaissaient un essor important , notamment par les
femmes.
 Démarrage du secteur de la Microfinance date des
années 90.
L’entrepreneuriat social au Maroc

 1999, avec le gouvernent de l’alternance: il y a eu les


premières réflexions pour mieux cerner la situation des
PME, TPE et l’ESS.
L’entrepreneuriat social au Maroc

 L’INDH est probablement l’expérience la plus significative


en matière de projets structurants pour l’entrepreneuriat
social, sur laquelle les collectivités territoriales.
 Développement des associations.
 Rapport sur le financement des associations et une
nouvelle loi.
L’entrepreneuriat social au Maroc
(suite)

 Le développement des coopératives


Au 31 juillet 2013, l’Office du développement de la
coopération (ODECO) dénombrait en effet 11 492
coopératives regroupant 432 945 adhérents, le tout réparti
sur 22 secteurs et 117 branches d’activité. 66,4% du total
des coopératives relevaient de l’agriculture, 14% de
l’artisanat et 9,5% de l’habitat.
L’entrepreneuriat social au Maroc
(suite)

 Ensuite, les mutuelles. Il existe une cinquantaine de


mutuelles au Maroc et la moitié d’entre elles opèrent dans
le domaine de la santé. Celles-ci regroupaient 1,5 million
de membres.
L’entrepreneuriat social au Maroc
(suite)

 Les associations figurent également au rang d’ESS. Selon


les statistiques du ministère de l’Intérieur, elles sont de
l’ordre de 89 385 en 2012, selon les statistiques du CESE, 15
millions d’adhérents et ont bénéficié d’un financement de
8,8 milliards de dirhams en 2007 , selon le HCP.
La compétitivité des territoires

 Tout territoire a donc une fonction économique de


proximité qui lui confère une légitimité territoriale et
électorale.
 Un territoire économique compétitif et attractif peut être
une bonne source de compétitivité externe et
d’avantages comparatifs pour l’entreprise locale.
La notoriété d’un territoire

 La qualité et les traits distinctifs du territoire : son image de


marque, ses atouts et potentiels (ressources humaines,
culture dominante, etc.)
 La disponibilité du foncier et des terrains industriels.
 Des interlocuteurs locaux de qualité : élus et personnel
communal.
 La participation des services extérieurs locaux dans la prise
de décision locale.
 La qualité de la planification stratégique locale.
 La part de marché territoriale de la commune.
 Un bon environnement économique, législatif, social et
monétaire.
L’entrepreneuriat social :quels rôles
dans le développement territorial?

 l’entrepreneuriat Social a montré son efficacité dans le


développement territorial et locale de plusieurs pays
ayant une expérience dans le développement de
l’économie sociale et solidaire .

 L’entreprenait social fait partie de l’ESS ; elle est portée


par un champ assez large d’acteurs : Associations,
Mutuelles, Coopératives, Fondations…
Entrepreneuriat social et
développement territorial

 Les collectivités territoriales appuient les associations de


proximité, par l’octroi d’aide, et de subvention, sans
forcement mesurer le retour.
 Comment peut-on conduire ces associations à porter des
projets d’entreprenariat social ave des objectifs précis à
atteindre?
Micro
Les Finance
Entrepreneur collectivités
social territoriales Finance
solidaire
Secteur
public

Le secteur privé

Projets d’entrepreneuriat
social
 L’ étude réalisé par British Council (en 2014) sur
l’entreprenariat social, au Maroc, stipule que ce dernier
aurait besoin d’une approche de sensibilisation la plupart
des personnes ne connaissent pas. L’entrepreneur social
souffre d’un manque d’appui, d’accompagnement et de
financement.
Business Model

 A ce stade, on peut dire que l’entrepreneuriat social, au


Maroc, se situe plus tôt proche du modèle français, des
besoins sociétaux, environnementaux, collectifs, sont
traités par des acteurs publics, privés et associatifs. L’état
agit en tant qu’acteur qui initie, facilite, oriente, appui ,
finance, légifère sur différentes problématiques, qui sont
exécutés , réalisés , portés par des associations,
fondations, réseaux associatifs, coopératives.
Business Model

 Les besoins sociaux et sociétaux sont très importants, au


niveau des territoires, couvrent les emplois de proximité,
les services à domiciles, aux familles, aux enfants, aux
personnes âgées, ils touchent l’éducation, l’appui scolaire,
la garde d’enfant, le jardinage, les travaux d’entretien et
de maintenance, la sécurité, le logement…
Recommandations du CES

 Le CES a formulé la recommandation de la création d’un


cadre législatif qui permettrait « l’identification clarifiée du
secteur de l’ESS et réunirait l’ensemble de ses
composantes dans un référentiel commun ».
Recommandations du CES

Le CES recommande, la nécessité :


 d'un cadre juridique et d'une gouvernance nationale
adaptée
 Une politique de pôles de compétitivité "Clusters"
régionaux et une intégration de l‘ESS dans le système
d'éducation et de formation.
Conclusion et
recommandations

• Professionnaliser les associations, les coopératives et les


mutuelles, pour qu’elles travaillent avec des objectifs, dans
l’esprit de la performance.
• Sensibiliser les acteurs, notamment les collectivités
territoriales, les associations, à travailler aussi avec des
objectifs, dans le cadre des projets sociaux qu’elles vont
initier ou financer .
Conclusion et
recommandations

• Apporter de l’appui technique et financier aux


associations et aux réseaux associatifs pour les doter de
moyens et de compétence en tant qu’ acteurs de
développement territorial et local.
• Renforcer les compétences des services sociaux, des unités
d’appui au développement, au sein des collectivités
territoriales pour qu’ils puissent faire de l’évaluation des
projets initiés par les acteurs locaux de manière à financer.
Bonne journée
a.kchirid@univcasa.ma
Imel.kchirid@gmail.com