Vous êtes sur la page 1sur 11

Exposé sur :

Les transformations interdites


thermodynamiquement

Module : Thermodynamique.
Section :
Groupe :
Présenté par :

2018/2019
I. Introduction :
La thermodynamique utilise les notions de chaleur, d'entropie et de travail, cette science
permet d'établir un bilan énergétique d'une transformation.

Les molécules de tous les corps vibrent, s'agitent dans tous les sens. Ces mouvements créent
une énergie sous forme de chaleur.
Dans nos métiers nous utilisons cette énergie sous forme de travail, mais pour que cela
fonctionne il faut donner un sens à ces mouvements, en obligeant les molécules à se déplacer
vers une direction à l’aide d’une machine.
La thermodynamique en une seule phrase : "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se
transforme."
II. Deux principes essentiels régissent les propriétés de la
thermodynamique :
● Le premier principe :
La première loi de la thermodynamique, aussi
appelée par extension, la loi de conservation de
l'énergie, est une hypothèse fondamentale de la
théorie de la thermodynamique.

La première loi de la thermodynamique est une


formulation du principe de la conservation de l'énergie et stipule que : "L'énergie interne d'un
système thermodynamique isolé est constante."
Un univers thermodynamique, constitué du système et de son environnement, est un système
isolé. L'énergie n'est pas créée ou détruite, mais elle est transformée d'une forme à l’autre :
l'énergie peut être transférée par l'échange de chaleur (énergie thermique) et de travail.
Dans le plus général et simple, peut être décrit par la première loi de la thermodynamique en
disant qu'il y a une fonction des coordonnées thermodynamiques d'un système, appelé
Variations U. énergie interne de cette énergie génèrent des échanges d'énergie avec le système
environnement qui l'entoure. Ce processus caractérise les transformations thermodynamiques
entre deux états d'équilibre du système, selon lesquels l'énergie interne est une fonction de
l'état. Lors d'une transformation, l'énergie est fournie au système par le travail mécanique et
l'échange de chaleur. Cette énergie reste stockée sous forme d'énergie interne et peut ensuite
être réutilisée.

● Exemple :
A la pression atmosphérique l'eau boue à 100°C
Rien n'interdit dans le premier principe de la thermodynamique que l'eau puisse bouillir à 80
degrés, si la pression atmosphérique est plus basse.
C'est en fait le deuxième principe qui précise ce sens, d'après les travaux de Sadi Carnot.
● Le deuxième principe
La deuxième loi de la thermodynamique est un
principe de la thermodynamique classique qui
établit l'irréversibilité de nombreux événements
thermodynamiques, tels que le passage de la
chaleur d'un corps chaud à un corps froid.
Contrairement à d'autres lois de la physique
telles que la loi de la gravitation universelle ou
les équations de Maxwell, le second principe est
fondamentalement lié à la flèche du temps.
La seconde loi de la thermodynamique a diverses formulations équivalentes, dont l'un est basé
sur l'introduction d'une fonction d'état, l’entropie : dans ce cas, le second principe est que l’ «
entropie d'un système isolé loin de l'équilibre thermique tend a augmenter au fil du temps
jusqu'à ce que l'équilibre soit atteint. En mécanique statistique, classique et quantique,
l'entropie est définie à partir du volume dans l'espace de phase occupé par le système pour
satisfaire automatiquement (par construction) le second principe.
Il existe de nombreuses formulations équivalentes de ce principe. Ceux qui ont historiquement
prouvé être les plus importants sont :
« Il est impossible d'effectuer une transformation dont le seul résultat est de transférer la
chaleur d'un corps plus froid à un corps plus chaud sans la contribution du travail extérieur »
(formulation de Clausius).
« Il est impossible de faire une transformation cyclique dont le résultat est seulement la
transformation au travail toute la chaleur absorbée par une source homogène » (formulation
Kelvin - Planck).
« Il est impossible de fabriquer une machine thermique dont l'efficacité est de 100% ».

III. Définition d'un système thermodynamique :


La thermodynamique a pour objet principal l'étude des phénomènes mécaniques (travail,
pression,...) couplés aux phénomènes thermiques (chaleur, température,...), tous deux
considérés du point de vue macroscopique. Elle est née au XIXème siècle de la nécessité de
comprendre le fonctionnement des machines thermiques produites au début de l'ère
industrielle. En raison du caractère universel des principes produits par la thermodynamique,
celle-ci a par la suite dépassé le cadre strict de l'étude des machines, pour toucher tous les
domaines de la physique dans lesquels la chaleur joue un rôle (électromagnétisme, optique,..),
ainsi que d'autres disciplines scientifiques (chimie, biologie,...).
La thermodynamique s'attache à décrire le comportement de systèmes thermodynamiques.
Un système thermodynamique est constitué d'un très grand nombre de particules (atomes,
molécules, ions,...), généralement de l'ordre du nombre d'Avogadro (Na=6,02.1 023 ). Un tel
système peut alors être décrit à l'échelle macroscopique par des grandeurs statistiques
(volume, pression, température, concentrations,...), qui sont des valeurs moyennes rendant
compte du comportement des diverses particules constituant le système. Ces grandeurs
statistiques sont appelées variables d’état.

● Un système peut être ouvert, fermé ou isolé.


❖ Système ouvert : échange de la matière et de l'énergie avec le milieu extérieur.

Plus l’entropie est élevée, moins ses éléments sont ordonnés ce qui signifie aussi une
dispersion d'énergie.
Cette dispersion d'énergie est irréversible.
Exemple :
Du lait froid mélangé avec du lait chaud donne du lait tiède : c'est un phénomène irréversible.
❖ Système fermé : échange de l'énergie sous forme de travail mécanique, de chaleur
Lorsque le cycle est fermé, la variation d’entropie* est constante. Pour revenir à l’état initial
(réversibilité), il faut diminuer l’Entropie du système.
C’est le rôle de la source froide dans une pompe à chaleur par exemple.
Système isolé : n'échange rien avec l'extérieur : ni matière, ni énergie.

IV. C’est quoi une transformation ?


On dit qu'un système thermodynamique subit une transformation lorsqu’il passe d'un état
d'équilibre initial à un état d'équilibre final.

La transformation thermodynamique est un processus par lequel un système


thermodynamique passe d'un état d'équilibre thermodynamique à un autre.

Un système thermodynamique est en principe dans un état d'équilibre thermodynamique


lorsque les principales variables du système (pression, volume et température) ne subissent
aucune variation supplémentaire dans le temps.

Dans le cas où deux ou toutes les variables ci-dessus changent (la variation d'une seule d'entre
elles est impossible car elles sont toutes interconnectées par un rapport de proportion inverse
ou directe), nous sommes en présence d'une transformation thermodynamique qui conduit le
système vers un autre point d'équilibre.

L'état initial et final d'une transformation sont identifiés par deux valeurs des trois quantités
qui définissent l'état d'un corps : pression, volume ou température.

V. Classification des transformations thermodynamiques :

V.1. Types de transformations :

Un système isolé qui n’évolue pas dans un état d’équilibre. Un système non isolé qui
n’évolue pas peut se trouver dans deux situations :

● il peut être en équilibre avec l’extérieur (les flux avec l’extérieur sont nuls) ou
● il peut être dans un état stationnaire ou régime permanent (les flux sortants sont égaux
aux flux entrants).

La transformation d’un système qui passe de l’état initial A vers un état final B en passant par
une suite infiniment proche d’état d’équilibre est dite réversible. Les transformations
constituées par une succession continue d’états d’équilibre sont aussi
appelées transformations quasistatiques. Dans le cas contraire, la transformation est
dite irréversible.

● Transformation infinitésimale : Une transformation est infinitésimale lorsque les états


d'équilibre initial et final sont infiniment proches.
● Transformation quasistatique : Une transformation est quasistatique ou infiniment
lente si elle amène le système de l'état initial à l'état final par une succession
d'équilibres très proches.
● Transformation réversible : Une transformation réversible est une
transformation quasistatique renversable, c'est-à-dire que l’on passe par les mêmes
états d'équilibre pour aller de l'état initial à l'état final et vice-versa. Dans un
processus quasi-statique renversable, il n'y a pas de création d'entropie S. Il n’est pas
possible de réaliser un processus quasi-statique ou un processus réversible, on peut
seulement approcher ces modèles afin de minimiser la création d'entropie. Dans la réalité,
toutes les transformations sont irréversibles.

V.2. Relations du système avec l'extérieur :

● Transformation adiabatique : Une transformation est dite adiabatique lorsqu'au cours


de la transformation, le système n'échange pas de chaleur Q avec le milieu extérieur.
● Transformation diathermane : Une transformation est dite diathermane lorsqu'au cours
de la transformation, le système échange de la chaleur Q avec le milieu extérieur.
● Transformation monotherme : Le système est en relation avec un seul réservoir de
température.

V.3. Transformations où un paramètre reste constant :

Les transformations entre deux états se font souvent en laissant un ou plusieurs paramètres
constants. On donne alors des noms différents suivant le paramètre qui reste constant :

● Transformation isotherme : Une transformation est dite isotherme lorsqu'elle se déroule


à température constante (T = cte).
Une transformation isotherme entre A et B pour un gaz parfait

● Transformation isobare : Une transformation est dite isobare lorsqu'elle se déroule


à pression constante (P = cte).

Une transformation isobare (P=cte)

● Transformation isochore : Une transformation est dite isochore lorsqu'elle se déroule


à volume constant (V = cte).
Une transformation isochore (V=cte)

V.5. Transformations dithermes cycliques :

Ces transformations se font sur un cycle dans un système isolé qui comprend deux sources
de chaleur à températures constantes et un réservoir de travail. Ces transformations
dithermes cycliques sont utilisées dans les machines thermodynamique (moteur,
réfrigérateur, pompe à chaleur).

V.6 Transformations chimiques :

Le système peut voir sa composition évoluer soit :

● parce qu’il y a des réactions chimiques entre les espèces dans le système ;
● parce que c’est un système ouvert qui peut échanger des molécules aux parois avec
l’extérieur ;
● dans le cas d'un réacteur, on aura les deux phénomènes qui interviennent en même temps.

VI. Transformations interdites thermodynamiquement :

Le deuxième principe de la thermodynamique nous indique quelles transformations sont


statistiquement peu probables qu’elles soient effectivement interdites.sa formulation originale,
due à Clausius, stipule que : « Lorsque deux corps initialement à températures différentes sont
mis en contact thermique, le transfert thermique spontané se fait toujours du corps chaud
(celui de plus haute température) vers le corps froid (celui de plus basse température), et
jamais l'inverse (on n'a jamais vu la température du corps chaud augmenter et celle du corps
froid diminuer) ».

La deuxième loi de la thermodynamique concerne la direction prise par les transformations


spontanées. De nombreuses transformations se produisent spontanément dans une seule
direction, c'est-à-dire qu'ils sont irréversibles dans un ensemble de conditions donné. Bien que
l'irréversibilité soit visible dans la vie quotidienne, un verre cassé ne reprend pas son état
d’origine, par exemple, l’irréversibilité complète est une déclaration statistique qui ne peut
pas être vue pendant le cycle de vie de l'univers. Plus précisément, une transformation
irréversible est celui que dépend du chemin. Si la transformation ne peut aller que dans un
sens, alors le chemin inverse diffère fondamentalement et la transformation ne peut pas être
réversible.

VII. Quelques exemples de transformations interdites :


● La chaleur implique le transfert d'énergie du corps de plus haute température vers le
corps de plus basse température. un objet froid en contact avec un objet chaud ne
devient jamais froid, transférant la chaleur à l'objet chaud et le rendant plus chaud.
● De plus, l'énergie mécanique, telle que l'énergie cinétique, peut être complètement
convertie en énergie thermique par friction, mais l'inverse est impossible. Un objet
stationnaire chaud ne se refroidit jamais spontanément et commence à bouger.
● Un autre exemple est l’expansion d’une bouffée de gaz introduite dans un coin d’une
chambre à vide. Le gaz se dilate pour remplir la chambre, mais il ne se regroupe
jamais dans un coin. Le mouvement aléatoire des molécules de gaz pourrait toutes les
ramener au coin, mais cela ne se produit jamais.
● un morceau de charbon est brûler, l'énergie est conservée et convertie en énergie en
dioxyde de carbone, du dioxyde de soufre et d'autres résidus de combustion, et sous
forme de chaleur. Bien que le processus n'ait pas perdu d'énergie, nous ne pouvons pas
inverser le processus de combustion et recréer le morceau de charbon originel à partir
de ses déchets.
(a).Le transfert de chaleur se produit spontanément du chaud au froid et non du froid au
chaud.

(b).Les freins de cette voiture convertissent son énergie cinétique en transfert de chaleur
vers l'environnement. Le processus inverse est impossible.

(c).L’éclat de gaz laissé dans cette chambre à vide se dilate rapidement pour remplir uniformément
chaque partie de la chambre. Les mouvements aléatoires de la molécule de gaz ne les renverront jamais
dans le coin.
→ (a), (b), (c) sont des exemples de processus à sens unique dans la nature.

VIII. Conclusion
Le fait que certaines transformations ne se produisent jamais suggère qu'il existe une loi les
interdisant. La loi interdisant ces transformations s'appelle la deuxième loi de la
thermodynamique. Nous verrons que la seconde loi peut être énoncée de nombreuses
manières qui peuvent sembler différentes, mais ces nombreuses manières sont, en fait,
équivalentes. Comme toutes les lois naturelles, la deuxième loi de la thermodynamique donne
un aperçu de la nature et ses nombreuses affirmations impliquent qu'elle est largement
applicable, affectant fondamentalement de nombreux processus apparemment disparates. La
direction déjà familière du transfert de chaleur du chaud au froid est à la base de notre
première version de la deuxième loi de la thermodynamique.