Vous êtes sur la page 1sur 4

Métallurgie

Importance du nickel et
du molybdène dans les aciers
Au cours des dernières années, les prix des éléments d’addition tels que le
nickel et le molybdène ont connu une augmentation dramatique, ce qui a de
considérables incidences sur toutes les pièces et tous les composants dont
les matériaux contiennent ces éléments d’addition. La question de savoir s’il
n’est pas possible, pour certaines applications, de renoncer à ces deux fac-
teurs de coûts revient donc sans cesse.

Anja Dwars En cas de changement prévu de matériau, il faut suffisait à améliorer considérablement les pro-
toujours tenir compte de l’influence essentielle de priétés de l’acier en termes de dureté, de résistance
ces deux éléments d’addition sur la qualité d’un à la corrosion et de résistance à la chaleur. Le
matériau et son applicabilité. molybdène pur est utilisé dans les supports de
filaments incandescents. Autre domaine de mise
Molybdène (Illustration 1) en œuvre : les catalyseurs dans l’industrie chimi-
Le mot molybdène vient du grec « molybdos » que. C’est ce qui explique l’énorme demande en
qui signifie « plomb ». Au Moyen-Âge, ce mot provenance de tous les domaines de la technique
était employé pour désigner tous les matériaux et le prix élevé à payer pour cet élément. Le prix
semblables au plomb (anglais : molybdenum). La d’une tonne de molybdène était de 5 900 dollars
part du molybdène dans la croûte terrestre est US en 1999 et de 73 300 dollars US en janvier
estimée à environ 0,00015 pour-cent en poids - un 2005 (Source: Office fédéral des géosciences et
métal certes relativement rare, mais présent dans des matières premières).
le monde entier. Dans la nature, il ne se trouve
qu’à l’état lié. Le molybdène vient des U.S.A., Nickel (Illustration 2)
de la Chine, du Chili, du Canada et de la Russie. Au Moyen-Âge, on appelait « nickel » les minerais
Les minéraux essentiels contenant du molybdène de nickel sans valeur. Certes, les alliages de nickel
sont la molybdénite (ou molybdine), la powellite étaient déjà connus dans la Grèce antique, mais
et la wulfénite qui sont fréquemment des produits on les fabriquait sans connaître le métal lui-même.
secondaires de l’extraction du cuivre. Le molyb- Pour les mineurs de l’Europe moyenâgeuse, c’était
dène est un métal lourd, mou, malléable, à l’éclat un accompagnateur indésirable de l’extraction
argenté, à grille cubique centrée dans l’espace. du minerai de cuivre. Après la présentation par
Protégé par une fine couche d’oxyde, il est résis- l’Anglais Michael Faraday d’un procédé de nic-
Illustration 1 : Molybdène tant à l’air. L’eau et la plupart des acides et des kelage galvanique en 1843, ce métal acquit pour
lessives ne l’attaquent pas non plus. Toutefois, il la première fois une importance économique. La
est décomposé par l’acide sulfurique ou l’acide part du nickel dans la constitution de la croûte
nitrique concentrés. En termes de propriétés chi- terrestre est d’environ 0,009 pour-cent en poids.
miques, il est proche du tungstène. L’oxyde de Ses minéraux sont présents pratiquement par-
molybdène et le sulfure de molybdène sont des tout en petites quantités. Les plus connus sont
composés importants du molybdène. En 2003, la garniérite, la millérite, la magnétopyrite au
la production annuelle mondiale de molybdène nickel, la pyrrhotine et la nickéline. L’extraction
était d’environ 129 000 tonnes. A la fin du XIXe de magnétopyrite et de garniérite présente une
siècle, lors de la mise au point de blindages pour la importance économique. Les gisements exploi-
construction de navires de guerre, on a découvert tables se trouvent au Canada (magnétopyrite),
Illustration 2 : Nickel que l’addition de petites quantités de molybdène dans la C.E.I., en Australie et à Cuba. En 2003,

16 Technique compact 12e édition , janvier 2006 © KSB Aktiengesellschaft


Métallurgie

la production annuelle mondiale était d’environ titue une différence sensible entre les matériaux
128 000 tonnes. Le nickel est un métal malléable, 1.4571 et 1.4541. Ainsi qu’il ressort du Tableau Matériau
Matériau forgé moulé
ductile, blanc argenté présentant une structure 1, le matériau 1.4571 contient un pourcentage équivalent
réticulaire très dense. En surface, le nickel forme de molybdène de 2,00 % à 2,50 %, tandis que
1.4571 1.4408
une fine couche d’oxyde. Il est donc très résistant le matériau 1.4541 n’en contient pas. En ce qui
1.4541 1.4308
à l’air et à l’eau. Le métal entre aisément dans des concerne les autres éléments d’addition, les deux
1.4462 1.4593 ou 1.4517
alliages avec le fer, le cuivre ou le manganèse. Les matériaux ne présentent pas de différences essen-
réserves de nickel exploitables sont d’environ 63 tielles. D’une manière générale, le molybdène aug-
millions de tonnes. Actuellement, la production mente la résistance des aciers exposés aux acides.
annuelle mondiale est comprise entre 500 000 et Si le fluide transporté contient des ions halogènes,
900 000 tonnes. Le nickel est un métal d’alliage par exemple du chlorure (Cl-) et du fluorure (F-),
important, utilisé pour l’affinage de l’acier. Le c’est surtout le molybdène qui augmente la résis-
« nickelage » permet de rendre les surfaces des tance à la corrosion caverneuse et à la corrosion
métaux résistantes à la corrosion. Mais le nickel en fissures.
est également utilisé en grandes quantités par l’in-
dustrie électrique pour la fabrication de batteries L’indice PRE, critère de résistance
et d’accumulateurs. Le prix d’une tonne de nickel du matériau
était de 4 269 dollars US en 1999 et de 16 300 L’indice PRE de résistance à la corrosion par
dollars US en janvier 2005 (Source : Office fédéral piqûre (en anglais : Pitting Resistance Equiva-
Matériau Indice PRE
des géosciences et des matières premières). lent) donne la mesure de la résistance d’un acier
inoxydable exposé à des fluides chlorurés. Cette
1.4571 24,9
Les matériaux sans molybdène résistent mal grandeur est fonction des éléments d’addition que
1.4541 18,0
aux acides et aux fluides chlorurés sont le chrome, le molybdène et l’azote. Plus l’in-
La question de savoir s’il est possible de réaliser dice PRE est élevé, et meilleure est la résistance
des économies en utilisant des matériaux plus du matériau à la corrosion, ce qui lui assure un
faiblement alliés dépend de l’adéquation des domaine d’utilisation encore plus large.
« matériaux de substitution » aux applications
prévues. L’utilisation d’un matériau de pompe ou
de robinetterie moins coûteux n’est judicieuse que PRE = %Cr + 3,3 % Mo + 16 % N
si ce matériau présente la résistance nécessaire à la
corrosion face au fluide à transporter et offre les
propriétés mécaniques et technologiques requises.
La substitution pourrait notamment se faire par L’influence des éléments d’addition sur la ré-
des aciers spéciaux contenant une teneur moindre sistance à la corrosion est présentée sur les illus-
en molybdène, un élément d’addition coûteux. Le trations 3 à 5 à l’exemple des acides sulfurique
matériau forgé 1.4541 sans molybdène en est un et phosphorique. Les matériaux métalliques à
exemple. Ci-dessous, cet alliage sans molybdène base de fer sont considérés comme résistants à
est comparé en termes de résistance à la corrosion un fluide quand le taux de corrosion est inférieur
et de propriétés mécaniques avec le matériau forgé à 0,1 mm/an. Les lignes continues caractérisent les
1.4571 contenant du molybdène et avec l’acier conditions dans lesquelles le taux de corrosion est
duplex 1.4462. de 0,1 mm/an. Les diagrammes montrent que les
Une grande partie des aciers spéciaux transfor- matériaux exempts de molybdène sont nettement
més est mise en œuvre dans des fluides corrosifs. moins résistants aux acides que les matériaux qui
La résistance à la corrosion est donc un critère en contiennent. L’illustration 4 présente l’influence
essentiel de la sélection du matériau. Cette résis- du taux de chlorure contenu dans le fluide sur la
tance dépend en premier lieu de la composition résistance à la corrosion dans l’acide sulfurique.
chimique du matériau. Outre le chrome, le molyb- Dans ce domaine aussi, l’influence positive du
dène est l’élément d’addition le plus important molybdène est mise en évidence. L’addition de
pour les propriétés des aciers inoxydables en ma- 200 ppm de chlorures suffit à empêcher la mise
tière de corrosion. La teneur en molybdène cons- en œuvre du matériau 1.4541 dans ce fluide quelle

Technique compact 12e édition , janvier 2006 © KSB Aktiengesellschaft 17


Métallurgie

que soit la concentration. En cas de comparaison la corrosion, est à la fois sensiblement supérieur
de la résistance des matériaux 1.4571 et 1.4541 au matériau 1.4571 et au matériau 1.4541.
à la corrosion, il convient de souligner les points
suivants : Comparabilité des propriétés
Le matériau 1.4541 est un acier austénitique mécano-technologiques ?
au chrome-nickel dont la résistance à la corrosion En ce qui concerne les propriétés mécano-tech-
dans les acides et les chlorures est sensiblement nologiques, telles que la résistance et la ténacité,
moindre que celle du matériau 1.4571 qui contient les matériaux 1.4571 et 1.4541 (sans molybdène)
du molybdène. Exception : les acides oxydants, sont comparables (Tableau 2). Si l’on considère
tels que l’acide nitrique, pour lequel des versions par contre la résistance à température élevée et la
de matériau exemptes de molybdène conviennent résistance à la traction pour une durée déterminée,
au cas par cas. Dans les fluides alcalins sans chlo- le matériau contenant du molybdène présente de
rures, tels que la soude caustique, la résistance des meilleures propriétés (Illustrations 6 et 7). Il en va
matériaux 1.4571 et 1.4541 peut être considérée autrement du matériau austénoferritique 1.4462.
comme équivalente. Grâce à sa structure diphasique de ferrite et d’aus-
Les aspects mentionnés s’appliquent également ténite, dans une proportion approximative de un
à d’autres matériaux hautement résistants à la cor- pour un, ce matériau se caractérise, par rapport
rosion, par exemple le matériau austénoferritique au matériau austénitique 1.4541 exempt de mo-
1.4462 (Tableau 1) qui, en termes de résistance à lybdène, par une résistance à la traction et une

Indice
Matériau C Si Mn P S Cr Ni Mo N Cu Ti
PRE moyen
1.4541 ≤ 0,08 ≤ 1,00 ≤ 2,00 ≤ 0,045 ≤ 0,015 17,00-19,00 9,00-12,00 ------- ------ ------ 5xC- 0.70 18,0

1.4571 ≤ 0,08 ≤1,00 ≤ 2,00 ≤ 0,045 ≤ 0,015 16,50-18,50 10,50-13,50 2,00-2,50 ------ ------ 5xC- 0.70 24,9

1.4462 ≤ 0,030 ≤ 1,00 ≤ 2,00 ≤ 0,035 ≤ 0,015 21,00-23,00 4,50-6,50 2,50-3,50 0,10-0,22 ------ ------ 34,5

Tableau 1 : Compositions chimiques (MA-%)

Propriétés mécaniques (valeurs de référence à T°ambiante)


Matériau Désignation abrégée Résistance à la Allongement Résilience ISO-V AV
Limite d‘élasticité Rp0,2
traction Rm à la rupture A5 sens sens longitudinal (J)
(N/mm²)
(N/mm²) longitudinal (%) longitudinal transversal
1.4541 X6CrNiTi18-10 500,0 –700,0 ≥ 190,0 ≥ 40,00 ≥ 100,00 ≥ 60,00 (-196 °C)

1.4571 X6CrNiMoTi17-12-2 500,0 –700,0 ≥ 200,0 ≥ 40,00 ≥ 100,00 ≥ 60,00 (-196 °C)

1.4462 X2CrNiMoN22-5-3 650,0 – 880,0 ≥ 450,0 ≥ 25,00 ≥ 100,00 ≥ 40,00 (-40 °C)

Tableau 2 : Propriétés mécaniques (conformément à DIN EN 10272)

Gamme
Fluide Concept de matériau Mul-
KRT / HGM Mul-
CPK ETA KWP HGM titec- UPA SEZ RDLO OMEGA RPH
Amarex - RO titec
RO
Acier – Duplex
Très corrosif X X X X X X X X X X
1.4593 od. 1.4517/1.4462
Acier au Cr-Ni-Mo
Corrosif X X X X X (X) X
1.4408/1.4571
Acier au chrome 13%
Peu corrosiv X X
1.4317 od. 1.4008/1.4313 od. 1.4021
Acier Cr-Ni (sans mobybdène)
Fluide spécial X
1.4308/1.4301 (Applicatio spéciale chimie)
de peu à non Fonte grise JL-1040 ou GP240GH+N etc.
X X X X X X X X X X
corrosif (partiellement roue bronze ou 1.4408)
Tableau 3 : Vue d’ensemble des concepts de matériaux pour des gammes sélectionnées (Source : Livrets techniques actuels KSB)

18 Technique compact 12e édition , janvier 2006 © KSB Aktiengesellschaft


Métallurgie

limite apparente élastique plus élevées, sa ténacité molybdène ne jouent aucun rôle pour l’applica- Désignations des matériaux
étant par ailleurs bonne (Tableau 2). Toutefois, en tion. Dès que l’atmosphère est corrosive, comme à comparer :
raison de sa tendance à la fragilisation, le maté- c’est par exemple le cas sur les installations chi- « 18-10 » correspond à l’acier 1.4541 et
riau 1.4462, conformément à la norme DIN EN miques, les installations de traitement de potasse « 17-12-2,5 » à l’acier 1.4571.
10088-1, ne peut être mis en œuvre à des tempé- ou de sel, de même qu’en présence d’eau de mer,
ratures supérieures à 280°C. En cas d’un éventuel il convient, dans chaque cas particulier, de vérifier
changement de matériau, il convient de vérifier et, si une substitution est possible.
le cas échéant, d’adapter le dimensionnement de Le matériau austénoferritique 1.4462 est su-
la construction en ce qui concerne les propriétés périeur aux matériaux austénitiques 1.4571 et
mécano-technologiques susmentionnées. 1.4541, tant en termes de résistance à la corrosion
qu’en termes de propriétés mécano-technologi-
Résumé ques. Le Tableau 3 présente une vue d’ensemble
Le passage du matériau 1.4571 au matériau des concepts de matériau pour des gammes de
1.4541 exempt de molybdène en cas d’utilisation produits sélectionnées. L’eau potable, l’eau démi-
dans les acides et les fluides chlorurés n’est possi- néralisée, le perméat ou l’eau d’alimentation de
ble que si, parallèlement, les limites d’utilisation chaudière sont des domaines potentiels de mise
admissibles sont abaissées (Illustrations 3 à 5). en œuvre d’aciers inoxydables sans molybdène Illustration 3 : Résistance des aciers spéciaux
Pour les éléments qui ne sont pas en contact avec le fortement alliés. En ce qui concerne la sélection dans l’acide sulfurique (Source : « Corrosion
fluide, il est possible de remplacer le 1.4571 par le du matériau, les spécifications du client devront, Handbook Stainless Steel » (Sandvik Steel))
1.4541, étant donné que la résistance et la ténacité en cas de projet, faire l’objet d’une vérification.
de ces matériaux sont comparables. Cette règle Il est donc nécessaire de vérifier au cas par cas
ne s’applique que si la résistance thermique et la les coûts et les avantages d’une substitution de
résistance à la traction réduites de la variante sans matériau.

N/mm2 1.4571: Limite d‘allongement 0,2 %


240 1.4571: Limite d‘allongement 1,0 %
1.4541: Limite d‘allongement 0,2 %
220
1.4541: Limite d‘allongement 1,0 %
200

180

140
Illustration 4 : Résistance des aciers spéciaux
120
dans l’acide sulfurique chloruré (Source : « Corro-
100
100 150 200 250 300 350 400 450 500 550 sion Handbook Stainless Steel » (Sandvik Steel))
Température en °C

Illustration 6 : Comparaison de la résistance thermique minimum des matériaux 1.4571 et 1.4541 conformément à la norme
EN 10272

N/mm2
300 1.4571: Résistance à la traction à 104 h
1.4571: Résistance à la traction à 105 h
250
1.4541: Résistance à la traction à 104 h
200 1.4541: Résistance à la traction à 105 h

150

100

50

0
550 560 570 580 590 600 610 620 630 640 650 Illustration 5 : Résistance des aciers spéciaux
Température en °C
dans l’acide phosphorique (Source : « Corrosion
Illustration 7 : Comparaison de la résistance moyenne à la traction des matériaux 1.4571 et 1.4541 conformément à la Handbook Stainless Steel » (Sandvik Steel))
norme EN 10272

Technique compact 12e édition , janvier 2006 © KSB Aktiengesellschaft 19

Centres d'intérêt liés