Vous êtes sur la page 1sur 68

Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02

Client : ENACT

XP CEN/TS 1591-3

OCTOBRE 2007

Ce document est à usage exclusif et non collectif des clients AFNOR.


Toute mise en réseau, reproduction et rediffusion, sous quelque forme que ce soit,
même partielle, sont strictement interdites.

This document is intended for the exclusive and non collective use of AFNOR customers.
All network exploitation, reproduction and re-dissemination,
even partial, whatever the form (hardcopy or other media), is strictly prohibited.

AFNOR

Pour : IANOR

Client : 99590300

le : 29/11/2018 à 15:17
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
FA122552 ISSN 0335-3931

XP CEN/TS 1591-3
Octobre 2007

Indice de classement : E 86-400-3

ICS : 23.040.60

Brides et leurs assemblages


Règles de calcul des assemblages
à brides circulaires avec joint
Partie 3 : Méthode de calcul pour les assemblages à brides
de type contact métal-métal
E : Flanges and their joints — Design rules for gasketed circular flange connections —
Part 3: Calculation method for metal to metal contact type flanged joint
D : Flansche und ihre Verbindungen — Regeln für die Auslegung von Flanschverbindungen
mit rungen Flanschen und Dichtung — Teil 3: Berechrungsmethode
© AFNOR 2007 — Tous droits réservés

für Flanschverbindungen mit Dichtungen im Kraft-Nebenschluss

Norme expérimentale publiée


par AFNOR en octobre 2007.
Les observations relatives à la présente norme expérimentale doivent être adressées
à AFNOR avant le 30 août 2010.

Correspondance Le présent document reproduit intégralement la Spécification technique


CEN/TS 1591-3:2007.

Analyse Le présent document décrit une méthode de calcul dédiée aux assemblages à brides
boulonnés avec contact métal-métal fréquemment utilisés dans des installations industrielles
dans des conditions de service rigoureuses (transitions thermiques, fluctuations de pression).
Cette méthode de calcul, essentiellement basée sur la méthode décrite dans la norme
NF EN 1591-1, dédiée aux assemblages à brides boulonnés de type flottant, permet de
déterminer les efforts internes des assemblages à brides boulonnés dans toutes les situations
et assure l’intégrité structurelle et le contrôle de l’étanchéité des assemblages à brides
boulonnés à contact métal-métal.

Descripteurs Thésaurus International Technique : tuyauterie industrielle, bride de tuyauterie,


assemblage à bride, joint d’étanchéité, boulon à serrage contrôlé, règle de calcul,
modèle, effort.

Modifications

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, rue Francis de Pressensé — 93571 La Plaine Saint-Denis Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.org

© AFNOR 2007 AFNOR 2007 1er tirage 2007-10-P


AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT

Assemblages à brides et leurs composants UNM 70

Membres de la commission de normalisation


Président : M PITROU
Secrétariat : M AMESLON et M LE ROUX — UNM

M BIDU SAINT GOBAIN PAM


M BIREMBAUT CETIM
M BONNEFOY SNCT
M CRETON BNACIER
MLLE CROS AFNOR
M LAGADEC KD VALVES
M LEBRUN PROFLUID
M LEDAUPHIN LATTY INTERNATIONAL
M LEJEUNE CETIM
M LOMBARD GARLOCK France
M LOTH L.J.C.
MME MAQUENNEHAN PROFLUID
M OSINSKI BNPé
M OSWALD EDF
M PERCEBOIS SAINT GOBAIN PAM
M PITROU SNCT
M POTTIER SIEM SUPRANITE
M POZZOLI CETIM
M RENEVIER AFNOR
M SUSSET KSB (AMRI)
M THIBAUD LOIRE INDUSTRIE

Avant-propos national

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
EN 1591-1 : NF EN 1591-1 (indice de classement : E 86-400-1)
EN 1591-2 : NF EN 1591-2 (indice de classement : E 86-400-2) 1)

1) En cours d’étude.
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT

SPÉCIFICATION TECHNIQUE CEN/TS 1591-3


TECHNISCHE SPEZIFIKATION
TECHNICAL SPECIFICATION Juillet 2007

ICS : 23.040.60

Version française

Brides et leurs assemblages — Règles de calcul des assemblages à brides circulaires


avec joint — Partie 3 : Méthode de calcul pour les assemblages à brides
de type contact métal-métal

Flansche und ihre Verbindungen — Flanges and their joints —


Regeln für die Auslegung von Flanschverbindungen Design rules for gasketed circular flange
mit rungen Flanschen und Dichtung — connections — Part 3: Calculation method for metal
Teil 3: Berechrungsmethode für Flanschverbindungen to metal contact type flanged joint
mit Dichtungen im Kraft-Nebenschluss

La présente Spécification Technique (CEN/TS) a été adoptée par le CEN le 16 juin 2007 pour application
provisoire.

La période de validité de cette CEN/TS est limitée initialement à trois ans. Après deux ans, les membres du CEN
seront invités à soumettre leurs commentaires, en particulier sur l'éventualité de la conversion de la CEN/TS en
Norme européenne.

Il est demandé aux membres du CEN d'annoncer l'existence de cette CEN/TS de la même façon que pour une
EN et de rendre cette CEN/TS rapidement disponible. Il est admis de maintenir (en parallèle avec la CEN/TS) des
normes nationales en contradiction avec la CEN/TS en application jusqu'à la décision finale de conversion possible
de la CEN/TS en EN.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne, Autriche,
Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande,
Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque,
Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 2007 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° CEN/TS 1591-3:2007 F
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Sommaire Page

Avant-propos national........................................................................................................................................3
Avant-propos.......................................................................................................................................................3
Introduction .........................................................................................................................................................4
1 Domaine d'application...........................................................................................................................5
2 Références normatives .........................................................................................................................8
3 Notation ..................................................................................................................................................8
4 Paramètres de calcul.......................................................................................................................... 17
5 Efforts internes à l'assemblage......................................................................................................... 32
6 Vérification de l’admissibilité du taux de charge ............................................................................ 42
Annex A (informative) Exemple de courbe de compression de joint........................................................ 48
Annex B (informative) Déformation par compression locale..................................................................... 52
Annex C (informative) Relaxation du joint : modèle solide à trois paramètres ....................................... 54
Annex D (informative) Dispersion attachée aux méthodes de serrage des boulons .............................. 58
Annex E (informative) Séquences de calcul ................................................................................................ 59
Annex F (informative) Détermination des équations de souplesse .......................................................... 63
Bibliographie .................................................................................................................................................... 64

2
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Avant-propos
Le présent document (CEN/TS 1591-3:2007) a été élaboré par le Comité Technique CEN/TC 74
“Assemblages à brides et leurs composants”, dont le secrétariat est tenu par DIN.

L’EN 1591, « Brides et leurs assemblages — Règles de calcul des assemblages à brides circulaires avec
joint » se compose de quatre parties :

 Partie 1 : Méthode de calcul

 Partie 2 : Paramètres de joint

 Partie 3 : Méthode de calcul pour les assemblages à brides de type contact métal-métal (CEN/TS)

 Partie 4 : Qualification des compétences du personnel en charge du montage des assemblages


boulonnés sur des équipements relevant de la Directive Équipements sous pression (CEN/TS)

Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants
sont tenus d’annoncer cette Spécification technique : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre,
Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Lituanie,
Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni,
Slovaquie, Slovénie, Suède et Suisse.

3
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Introduction
Les assemblages à brides boulonnés avec contact métal-métal sont fréquemment utilisés dans des
installations industrielles dans des conditions de service rigoureuses (transitions thermiques, fluctuations de
pression). L’utilisation du contact métal-métal permet d’éviter d’endommager le composant d’étanchéité en
limitant la contrainte de sollicitation du joint et les variations de charge sur le joint.

La présente Spécification Technique décrit une méthode de calcul qui permet de déterminer les efforts
internes des assemblages à brides boulonnés dans toutes les situations. Celle-ci assure l’intégrité structurelle
et le contrôle de l’étanchéité des assemblages à brides boulonnés à contact métal-métal (des types
d’assemblages à brides boulonnés qui sont hors du domaine d’application de l’EN 1591-1).

La méthode de calcul peut être divisée en 3 étapes :

Détermination du serrage des boulons permettant d’établir le contact métal-métal.

Détermination du serrage des boulons pour maintenir le contact métal-métal et satisfaire aux critères
d’étanchéité dans toutes les situations de charge.

Vérification de l’admissibilité du taux de charge.

4
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

1 Domaine d'application
L’objectif de la présente Spécification Technique est de décrire une méthode de calcul dédiée aux
assemblages à brides boulonnés avec contact métal-métal. Il est dédié aux assemblages à brides boulonnés
dans lesquels le contact métal-métal est établi dans une région située entre le diamètre externe du joint et le
diamètre interne de la région de trou de passage de boulon. La présente méthode n’est pas appropriée pour
le contact méta-métal à l’intérieur du joint et le contact métal-métal en dehors de la région du trou de passage
des boulons.

La méthode de calcul proposée dans la présente Spécification Technique est essentiellement basée sur la
méthode décrite dans l’EN 1591-1, dédiée aux assemblages à brides boulonnés de type flottant. Elle prend en
compte le comportement de l’ensemble que forme le système brides-boulons-joint. Les composants des
assemblages à brides boulonnés sont maintenus assemblés par des forces internes. Cela conduit à des
déformations et des équilibres des efforts (voir l’Annexe F) qui déterminent les relations de base entre les
variations de forces dans les assemblages à brides boulonnés.

Le calcul des assemblages à brides boulonnés à contact métal-métal conduit à la prise en compte d’un effort
supplémentaire par rapport à la méthode de calcul de l’EN 1591-1 : l’effort de réaction dans la surface de
contact métal-métal. C’est la raison pour laquelle 2 Équations de souplesse sont requises dans la présente
Spécification Technique (dans la méthode de calcul de l’EN 1591-1, une seule Équation de souplesse est
requise pour déterminer les efforts internes dans toutes les situations).

Contrairement à l’EN 1591-1, dans laquelle les variations des efforts internes sont déterminées avec la
relation de souplesse entre la situation d’assise et la situation en question, dans le cas présent, les variations
des efforts internes sont déterminées en utilisant les relations de souplesse entre deux situations
consécutives.

La présente méthode ne traite pas des assemblages sans joint des tuyauteries.

1.1 Prescription d’emploi de la méthode

La méthode constitue l’une des alternatives possibles (quand cela est permis), pour la justification de la
conception d'un assemblage, au même titre que d’autres, par exemple :

 des essais spécifiques ;

 la référence à une pratique justifiée ;

 l'utilisation de normes de brides dans les conditions permises.

1.2 Géométrie

La méthode de calcul est applicable aux configurations présentant :

 des brides dont la section correspond ou peut être assimilée à l’une de celles présentées sur les
Figures 4 à 12 de l’EN 1591-1:2001 ;

 quatre boulons identiques ou plus, répartis régulièrement ;

 joint conçu pour des applications avec contact métal-métal ;

5
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

 des dimensions de brides qui satisfont aux conditions suivantes :

a) 0,2 ≤ bF / eF ≤ 5,2 ; 0,2 ≤ bL / eL ≤ 5,0 ;

b) {
eF ≥ max e2 ; dB 0 ; ρ B0 ⋅ 3 (0,01 ... 0,10) ⋅ ρB / bF };
c) cos ϕS ≥ 1 / (1 + 0,01 . dS / eS) ;

NOTE 1 Voir l’Article 3 pour la signification des symboles.

NOTE 2 La condition bF / eF ≤ 5,0 n'a pas besoin d'être satisfaite pour le collet d'une bride tournante.

NOTE 3 La condition eF ≥ ρB ⋅ 3 (0,01 ... 0,10) ⋅ ρB / bF a pour objet de limiter l'inégalité de la répartition de la
compression du joint qui peut résulter de l'espacement des boulons. Il convient que les valeurs 0,01 et 0,10 soient
utilisées respectivement pour les joints à faible dureté (non métalliques) et pour les joints durs (métalliques). Un critère
plus précis est donné en Annexe A de l’EN 1591-1:2001.

NOTE 4 Il peut être nécessaire de prêter attention à la manière dont les tolérances et la corrosion peuvent modifier les
dimensions ; en la matière, Il convient de se référer au code ou à la réglementation selon lequel (laquelle) le calcul est
effectué, par exemple, ces valeurs sont spécifiées dans l’EN 13445 et l’EN 13480.

Les configurations suivantes sont hors du domaine d'application de la méthode de calcul :

 brides présentant une géométrie globalement non axisymétrique, par exemple : brides à segments
démontables, brides à goussets raidisseurs.

1.3 Matériaux

La méthode de calcul ne spécifie pas de valeurs des contraintes nominales de calcul. Elles dépendent des
autres codes qui sont appliqués, par exemple, ces valeurs sont spécifiées dans l’EN 13445 et l’EN 13480.

Il convient que les contraintes nominales de calcul des boulons soient déterminées selon les mêmes règles
que pour les brides et les enveloppes d'appareils. Le joint est modélisé par un comportement élastique avec
correction plastique.

Pour les joints en matériau incompressible qui présentent des déformations importantes (par exemple : les
joints plats dont le caoutchouc est le composant majeur), les résultats fournis par la méthode peuvent être
excessivement conservatifs (c’est-à-dire : effort de boulonnage requis trop élevé, pression admissible de
fluide trop faible, épaisseur de bride nécessaire trop importante, etc.), car elle ne prend pas en compte l’effet
de telles propriétés.

1.4 Sollicitations

Cette méthode est applicable aux sollicitations suivantes :

 pression du fluide : interne ou externe ;

 charges extérieures : efforts axiaux et moments de flexion ;

 dilatation axiale des brides, boulons et joint, particulièrement due aux changements de température.

6
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

1.5 Modèle mécanique

La méthode est basée sur le modèle mécanique suivant :

a) la géométrie des deux brides et du joint est axisymétrique. De légers écarts, tels que ceux dus à un
nombre fini de boulons, sont acceptables. L'application aux brides en segments démontables ou aux
brides ovales n'est pas acceptable ;

b) la section transversale de l'anneau de bride (section radiale) est indéformable. Seules les contraintes et
déformations circonférentielles de l'anneau sont considérées ; les contraintes et déformations radiales et
axiales sont négligées. Cette hypothèse requiert le respect de la condition 1.2 a) ;

c) l'anneau de bride est raccordé à une enveloppe cylindrique. Une collerette conique est traitée comme
étant une enveloppe cylindrique équivalente d’une épaisseur de paroi calculée, qui est différente pour le
comportement élastique et plastique, mais est toujours comprise entre les épaisseurs minimale et
maximale réelles. Les enveloppes coniques et sphériques sont traitées comme étant des enveloppes
cylindriques équivalentes de même épaisseur de paroi ; la différence avec une enveloppe cylindrique est
explicitement prise en compte dans la formule de calcul ;

Cette hypothèse requiert le respect de la condition 1.2 c).

À la liaison de l’anneau de bride et de l’enveloppe, la continuité de la déformation radiale et de la rotation


est prise en compte dans le calcul.

d) le joint est en appui sur les faces de brides sur une surface annulaire (calculée). La largeur effective de
joint (radiale) bGe peut être inférieure à la largeur réelle du joint. Le calcul de bGe tient compte de la
rotation élastique des deux brides ainsi que des déformations élastique et plastique (approximativement)
du joint dans la situation d’assise du joint ;

e) le module d'élasticité du joint sans sollicitation peut augmenter avec la contrainte de compression du joint.
La méthode de calcul utilise un modèle linéaire : EG = E0 + K1 ⋅ Q. Ce module d’élasticité est le module
sécant de restitution élasto-plastique mesuré entre 100 % et 33 % de la valeur maximale atteinte par la
contrainte sur le joint ;

f) le fluage du joint sous l’effet de sa compression est pris en compte de manière approximative (voir 4.9 et
Annexe C) ;

g) les déformations axiales thermiques et mécaniques des brides, des boulons et du joint sont prises en
compte ;

h) la sollicitation appliquée à l'assemblage de brides est axisymétrique. Un moment de flexion non


axisymétrique est remplacé par un effort axial équivalent, qui est asymétrique, conformément à
l’Équation (75) ;

i) les variations des sollicitations entre les diverses situations entraînent des variations des efforts internes
exercés sur les boulons, le joint et les efforts de contact métal-métal, qui sont calculés en prenant en
compte les déformations élastiques des différents éléments de l'assemblage.

j) la vérification de l'admissibilité des sollicitations est basée, pour chaque élément, sur la théorie des
charges limites. Cette approche garantit l’absence de déformations excessives. Pour les joints, les
charges limites employées, qui dépendent de Qmax, ne sont que des approximations très grossières.

Les aspects suivants ne sont pas pris en compte dans le modèle de calcul :

k) la résistance et la rigidité en flexion des boulons. Ceci constitue une simplification conservatrice. Par
contre, la rigidité en traction des boulons tient compte approximativement de la déformation de la partie
filetée en contact avec l’écrou ou le trou de passage taraudé (voir l’Équation (37)) ;

7
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

l) le fluage des brides et des boulons ;

m) différentes déformations radiales au niveau du joint (simplification sans effet quand les deux brides sont
identiques) ;

n) la justification de la tenue en fatigue (habituellement non considérée dans les règles de code du type des
présentes règles) ;

o) les moments extérieurs de torsion et efforts extérieurs de cisaillement, par exemple ceux transmis par la
tuyauterie.

2 Références normatives
Les documents de référence suivants sont indispensables pour l'application du présent document. Pour les
références datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les références non datées, la dernière édition du
document de référence s'applique (y compris les éventuels amendements).

EN 1591-1:2001, Brides et leurs assemblages — Règles de calcul des assemblages à brides circulaires avec
joint — Partie 1 : Méthode de calcul.

prEN 1591-2, Brides et leurs assemblages — Règles de calcul des assemblages à brides circulaires avec
joint — Partie 2 : Paramètres de joint.

3 Notation

3.1 Utilisation des figures

La Figure 1 illustre les 2 configurations de contact métal-métal.

La Figure 2 présente les variables utilisées dans le calcul du diamètre intérieur de la surface de contact
métal-métal.

3.2 Indices et symboles spéciaux

3.2.1 Indices

A (FA, MA) additionnel(le)

B Boulon

D Cylindre équivalent (collerette conique + enveloppe raccordée) pour les calculs de taux de charge

E Cylindre équivalent (collerette conique + enveloppe raccordée) pour les calculs de flexibilité

F Bride

G Joint

H Collerette

I Numéro d’identification d'une situation (valeurs prises : 0, 1, 2, …)

L Bride tournante

8
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

M Anneau métallique ou contact métal-métal

P Pression

Q Force axiale résultante due à la pression

R Force axiale résultante due aux efforts extérieurs

S Enveloppe, cisaillement

T Enveloppe, modifiée

X Section affaiblie

W Rondelle

∆ Symbole relatif à une variation ou une différence

av Moyen(ne)

c Calculé(e)

e Effectif (effective)

j Identifiant des points de référence (QGj, eGj) utilisés pour décrire le comportement du joint en
compression

max Maximal(e)

min Minimal(e)

nom Nominal(e)

opt Optimal(e)

req Requis(e)

s Partie lisse des boulons (fût)

t Théorique, couple, filetage

0 Situation d’assise initiale (I = 0, voir indice I)

3.2.2 Symboles spéciaux

~ Accentuation placée au-dessus des symboles de paramètres de brides relatifs à la deuxième bride
de l'assemblage, éventuellement différente de la première.

c Exposant indiquant des termes de déformation due à la relaxation de fluage.

i Exposant indiquant les termes relatifs à la première Équation de souplesse.

ii Exposant indiquant les termes relatifs à la seconde Équation de souplesse.

9
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

3.3 Symboles

Pour les paramètres ayant une dimension, l’unité est donnée entre crochets. Pour les paramètres sans
dimension, cette indication est absente.

AB Section effective totale de l'ensemble des boulons [mm2], Équation (36)

AF, AL Section radiale brute (trous de passage des boulons non déduits) de l'anneau de bride,
de la bride tournante [mm2], Équations (5), (7), (8)

AGe, AGt Aire du joint effective, théorique [mm2], Équations (41), (39)

C Coefficient pour la prise en compte du moment de torsion dans le taux de charge des
boulons, Équation (121)

E0 Module d'élasticité du joint en décompression [MPa] à contrainte de compression nulle


Q = 0 [MPa] (voir prEN 1591-2)

EB, EF, EG, EL

EM, EW Module d'élasticité de l'élément désigné par l'indice, à la température de cet élément
[MPa] (pour EG, voir prEN 1591-2)

FA Force extérieure axiale additionnelle [N] en situation d’assise, > 0 en traction, < 0 en
compression, voir la Figure 1 de l’EN 1591-1:2001

FB Force dans les boulons (somme sur l'ensemble des boulons) [N]

FBMMC Force dans les boulons (ensemble des boulons) requise pour établir le contact
métal-métal [N]

FG Force sur le joint [N]

FGMMC Force sur le joint requise pour établir le contact métal-métal [N]

FM Force de contact métal-métal [N]

FQ Force axiale résultant de la pression du fluide [N], Équation (74)

FR Force résultant de FA et MA [N], Équation (75)

FRMMC Force résultant de FA et MA correspondant à l’effort de serrage FBMMC [N]

G(t) Fonction de la relaxation Équation (C.13)

I Numéro d'une situation ; pour la situation d'assise du joint, I = 0 ; pour les situations
ultérieures, I = 1, 2, 3, …

IB Module de torsion plastique [mm3], du fût des boulons, Équation (121)

K1 Taux de variation du module de compression du joint en fonction de la contrainte de


compression, voir prEN 1591-2

Ks Erreur systématique due à l’imprécision de la méthode de serrage des boulons

10
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

MA Moment extérieur additionnel [N · mm], Figure 1 de l’EN 1591-1:2001

Mt Couple de serrage des boulons [N · mm], Annexe D de l’EN 1591-1:2001

Mt, B Moment de torsion [N · mm] appliqué aux fûts des boulons résultant de l’application lors
de l’assise du couple de serrage Mt, Équations (121) et (D.8) à (D.11) de
l’EN 1591-1:2001

P Pression du fluide [MPa], pression interne > 0, pression externe < 0 (1 bar = 0,1 MPa)

Q Contrainte effective moyenne de compression du joint [MPa], Q = FG/AGe

QGMMCinf Limite inférieure de la plage de contrainte de compression du joint dans laquelle le


contact métal-métal est établi [MPa]

QGMMCsup Limite supérieure de la plage de contrainte de compression de joint dans laquelle le


contact métal-métal est établi [MPa]

QI Valeur minimale nécessaire de la contrainte effective moyenne de compression du joint


dans la situation I [MPa]

Qmin Valeur minimale nécessaire de la contrainte de compression du joint dans la situation


d’assise (sur la surface effective du joint) [MPa], Équation (93), (voir prEN 1591-2)

Qmax Contrainte de compression maximale admissible du joint (dépend du type, des


matériaux et des dimensions du joint, ainsi que de la rugosité des faces de brides)
[MPa], Équation (120), voir prEN 1591-2 (incluant les marges de sécurité qui sont
identiques pour toutes les situations)

Qmax, Y Limite d’élasticité caractéristique du type et des matériaux du joint [MPa], voir
Tableau 1 et prEN 1591-2

TB, TF, TG, TL,

TM, TW Température (moyenne) de l'élément désigné par l'indice [°C] ou [K], Équations (77),
(78) et (80), (81)

T0 Température de l'assemblage lors du montage [°C] ou [K] (généralement + 20 °C)

U Déplacement axial [mm] ; ∆U conformément aux Équations (76), (77), (78) et aux
Équations (79), (80) et (81).

WF, WL, WX Résistance de l'élément et/ou de la section désignée par l'indice [N · mm],
Équations (123), (135), (137), (139)

XB, XG, XM, XW Module de souplesse axiale des boulons, du joint, de l’anneau limiteur de compression
métallique et de la rondelle [1/mm], Équations (37), (44), (52), (46)

XFB Module de souplesse axiale correspondant à la compression locale de la bride dans la


surface de contact avec l’écrou [1/mm], Équation (73)

XFG Module de souplesse axiale correspondant à la compression locale de la bride dans la


surface de contact avec le joint [1/mm], Équation (55)

11
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

XFL Module de souplesse axiale correspondant à la compression locale du collet dans la


surface de contact avec la bride tournante [1/mm], Équation (63)

XFM Module de souplesse axiale correspondant à la compression locale de la bride dans la


surface de contact métal-métal [1/mm], Équation (59)

XLB Module de souplesse axiale correspondant à la compression locale de la bride


tournante dans la surface de contact avec l’écrou [1/mm], Équation (71)

XLF Module de souplesse axiale correspondant à la compression locale de la bride


tournante dans la surface de contact avec le collet [1/mm], Équation (67)

YG, YM, YQ, YR Souplesse axiale de l'assemblage boulonné vis-à-vis de FG, FM, FQ, FR [mm/N],
Équations (83) à (86) et (89) à (92)

ZF, ZL Module de souplesse en rotation de la bride, de la bride tournante [mm- 3],


Équations (30), (34), (35)

a(TI,T0) Fonction de décalage - Équation (C.17)

b0 Largeur (ou rayon) du chanfrein d’une bride tournante [mm], voir la Figure 10 de
l’EN 1591-1:2001, Équation (17), telle que : d7min = d6 + 2 · b0

bF, bL Largeur effective, de la bride, de la bride tournante [mm], Équations (5) à (8)

bGi, bGe, bGt Largeur (radiale) du joint, intermédiaire, effective, théorique, [mm], Équations (38), (40),
Tableau 1

bMt Largeur de la surface de contact métal-métal [mm], Équation (48) et Figure 1

cF, cM, cS Coefficients de correction, Équations (23), (127), (128)

d0 Diamètre intérieur de l'anneau de bride [mm], et diamètre extérieur de la partie centrale


(d'épaisseur e0) d’une bride pleine, en aucun cas supérieur au diamètre intérieur du
joint [mm], voir les Figures 4 à 12 de l’EN 1591-1:2001

d1 Diamètre moyen de la collerette à son extrémité [mm], Figures 4, 5, 11 et 12 de


l’EN 1591-1:2001

d2 Diamètre moyen de la collerette à sa base [mm], Figures 4, 5, 11 et 12 de


l’EN 1591-1:2001

d3, d3e Diamètre du cercle de boulonnage, réel, effectif [mm], Figures 4 à 12 de


l’EN 1591-1:2001

d4 Diamètre extérieur de la bride [mm], Figures 4 à 12 de l’EN 1591-1:2001

d5, d5t, d5e Diamètre des trous de passage des boulons, débouchant, borgne, effectif [mm],
Figures 4 à 12 de l’EN 1591-1:2001

d6 Diamètre intérieur de la bride tournante [mm], Figures 10, 12 de l’EN 1591-1:2001

d7 Diamètre d'action de la réaction d'appui entre la bride tournante et le collet [mm],


Figure 1 de l’EN 1591-1:2001, Équations (17), (43)

12
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

d8 Diamètre extérieur du collet [mm], Figure 10 de l’EN 1591-1:2001

d9 Diamètre de l'ouverture centrale dans une bride pleine [mm], Figure 9 de


l’EN 1591-1:2001

dB0, dBe, dBs Diamètre des boulons, nominal, effectif, de la partie lisse (fût) [mm], Figure 2 de
l’EN 1591-1:2001, Tableau B.1 de l’EN 1591-1:2001

dB2, dB3 Diamètre sur flancs, diamètre du noyau (= diamètre à fond de filet) [mm], voir la
Figure 2 de l’EN 1591-1:2001

dGe, dGt Diamètre du joint, effectif, théorique [mm], Figure 3 de l’EN 1591-1:2001, Tableau 1

dG1, dG2 Diamètre intérieur, extérieur, de la surface de contact théorique du joint [mm], Figure 3
de l’EN 1591-1:2001

dM1, dM2 Diamètre intérieur, extérieur, de la surface de contact métal-métal théorique [mm]

dM1e Diamètre intérieur effectif de la surface de contact métal-métal [mm], Équations (49),
(50)

dMe, dMt Diamètre de la surface de contact métal-métal, effectif, théorique [mm], Équations (51),
(47)

dE, dF, dL Diamètre moyen de l'élément ou de la section désignée par l'indice [mm], Équations (5)
à (8), (10)

dS, dX à (12), Figures 4 à 12 de l’EN 1591-1:2001

dW1, dW2 Diamètres intérieur, extérieur des rondelles [mm], Équation (46)

e0 Épaisseur de la bride pleine en deçà du diamètre d0 [mm], Figure 9 de


l’EN 1591-1:2001

e1 Plus faible épaisseur de paroi à l'extrémité de la collerette [mm], Figures 4, 5, 11, 12 de


l’EN 1591-1:2001

e2 Épaisseur de paroi à la base de la collerette [mm], Figures 4, 5, 11, 12 de


l’EN 1591-1:2001

eD, eE Épaisseur de paroi du cylindre équivalent pour les calculs de limite de charge, pour les
calculs de flexibilité [mm], Équations (9), (11), (12), (124)

eF, eL Épaisseur axiale équivalente de la bride, de la bride tournante [mm], Équations (5) à (8)

eFb Épaisseur de la bride au diamètre d3 (position des boulons) [mm], Équation (3)

eFt Épaisseur de la bride au diamètre dGe (position de réaction du joint), à prendre en


compte pour la dilatation thermique [mm], Équations (77), (78) et (80), (81)

eFm Épaisseur de l’anneau de bride au diamètre dMe (position de réaction de contact


métal-métal), à prendre en compte pour la dilatation thermique et le diamètre intérieur
de la surface de contact métal-métal [mm], Équations (77), (78) et (80), (81)

13
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

eG Épaisseur du joint [mm], Figure 3 de l’EN 1591-1:2001

eM Épaisseur de l’anneau limiteur de compression métallique [mm]

eP, eQ Partie de l’épaisseur de bride soumise (eP), non soumise (eQ), à une pression radiale
[mm], Figures 4 à 12 de l’EN 1591-1:2001, telle que eP + eQ = eF

eS Épaisseur de l'enveloppe raccordée [mm], Figures 4 à 8, 10 à 12 de l’EN 1591-1:2001

eX Épaisseur de la bride dans une section affaiblie [mm], Figure 9 de l’EN 1591-1:2001

eW Épaisseur de la rondelle [mm]

fB, fE, fF, fL, fS Contrainte nominale de calcul [MPa] de l'élément désigné par l'indice, à la température
de calcul [°C] ou [K], telle que définie et utilisée dans les codes des récipients sous
pression

hG, hH, hL, hM Bras de levier [mm], Équations (15), (16), (18), (19)

hD Différence des bras de levier hG et hM [mm], Figure 1, Équation (14)

hP, hQ, hR,

hS, hT Corrections de bras de levier [mm], Équations (13), (24) à (27), (32), (33)

jM, jS Paramètres de signe pour un moment, un effort de cisaillement (+ 1 ou – 1),


Équation (129)

kQ, kR, kM, kS Coefficients de correction, Équations (28), (29), (130)

l5t Profondeur des trous borgnes des boulons, Figure 5 de l’EN 1591-1:2001, Équation (3)

lB, ls Dimensions axiales des boulons [mm], Figure 2 de l’EN 1591-1:2001, Équation (37)

le le = lB – ls

lH Longueur de la collerette [mm], Figures 4, 5, 11, 12 de l’EN 1591-1:2001, Équation (9),


(124)

nB Nombre de boulons, Équations (1), (4), (36), (37), (46)

pB Pas circonférentiel des boulons [mm], Équation (1)

pt Pas du filetage des boulons [mm], Tableau B.1 de l’EN 1591-1:2001

r0, r1 Rayons [mm], Figures 4, 10 de l’EN 1591-1:2001

r2 Rayon de courbure des faces du joint dans sa section droite [mm], Figure 3 de
l’EN 1591-1:2001

z1B, z1F, z1L Épaisseur concernée par la compression locale au niveau du diamètre intérieur de
l’élément désigné par l’indice [mm], Équation (55) à (73)

14
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

z2B, z2F, z2L Épaisseur concernée par la compression locale au niveau du diamètre extérieur de
l’élément désigné par l’indice [mm], Équation (55) à (73)

∆U Dilatations différentielles axiales [mm], Équations (76) à (81)

Θ F, Θ L Angle de rotation de la bride, de la bride tournante, due au moment exercé [rad],


Équations (97) à (100), (104), (105)

Ψ Taux de charge de l'anneau de bride sous l’effet des forces radiales, Équation (131)

ΨZ Valeur particulière de Ψ, Équation (123), Tableau 2

ΦB, ΦF, ΦG,

ΦL, ΦX Taux de charge de l'élément et/ou de la section droite désigné(e) par l'indice, à calculer
dans toutes les situations, Équations (120), (121), (122), (134), (136), (138)

Φmax Taux de charge maximal admissible réduit, Équation (108)

αB, αF, αG, αL,

αW, αM Coefficient de dilatation de l'élément désigné par l'indice, moyenné entre la


température T0 et les températures TB, TF, TG, TL, TW, TM [K–1], Équations (77), (78) et
(80), (81)

β, γ, δ, θ Variables intermédiaires, Équations (9), (20), (21), (22), (43), (108), (124)

κ, λ, χ

ε0 Déformation (Annexe C).

ε 1+, ε1– Dispersion de la force de serrage initiale pour un boulon seul, au-dessus de la valeur
nominale, au-dessous de la valeur nominale, Annexe D

ε+, ε– Dispersion de la force globale de serrage initiale pour l’ensemble des boulons, au-
dessus de la valeur nominale, au-dessous de la valeur nominale, Équations (109) à
(111)

η Tangente de l’angle de propagation de la compression locale (voir Annexe B)

π Constante numérique (π = 3,141593)

σ Contrainte [MPa] (Annexe C)

τR Temps de relaxation (Annexe C)

φG Angle d'obliquité de la portée de joint [rad. ou deg.], Figure 3 de l’EN 1591-1:2001,


Tableau 2

φS Angle d'inclinaison de la paroi de l'enveloppe raccordée [rad. ou deg.], Figures 6, 7 de


l’EN 1591-1:2001

ξ0, ξ1, ω0, ω1 Paramètres de matériau relatifs à la fonction de relaxation du joint (voir Annexe C).

15
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

3.4 Terminologie

3.4.1 Brides

Bride monobloc : Bride faisant corps avec l'enveloppe soit par assemblage soudé (par exemple :
brides soudées en bout, voir Figures 4 à 7 de l’EN 1591:2001, ou
emmanchées-soudées, voir Figures 8 et 11 de l’EN 1591:2001), soit par moulage
(brides intégrées, type 21).

Bride pleine : Opercule plan, Figure 9 de l’EN 1591-1:2001.

Bride tournante : Bride non solidaire de l'enveloppe, venant prendre appui sur un collet, Figure 10
de l’EN 1591-1:2001.

Collerette : Extension axiale d'un plateau de bride, raccordant généralement l’anneau de


bride à l'enveloppe, Figures 4 et 5 de l’EN 1591-1:2001.

Collet : Épaulement sur lequel vient prendre appui une bride tournante, Figure 10 de
l’EN 1591-1:2001.

3.4.2 Chargements

Efforts extérieurs : Forces et/ou moments appliqués à l'assemblage par les éléments raccordés, par
exemple : le poids, et les efforts dus à la dilatation thermique de la tuyauterie

3.4.3 Situations

Situation : État de charge défini par l'ensemble des sollicitations agissant simultanément ;
identifiée par I.

Situation d’assise du joint : Situation correspondant au serrage initial des boulons ; identifiée par I = 0.

Situations ultérieures : Situations succédant à la situation d'assise du joint, par exemple les situations de
service, la situation d'épreuve, les situations survenant durant le démarrage et
l'arrêt. Identifiées par : I = 1, 2, 3, ...

3.4.4 Souplesses

Souplesse : Inverse de la rigidité (axiale) : symbole Y, [mm/N].

Module de souplesse : inverse du module de rigidité, indépendant des caractéristiques élastiques des
matériaux :

axiale : symbole X, [1/mm] ;

en rotation : symbole Z, [1/mm3].

16
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Figure 1 — 2 types d’assemblages à brides boulonnés avec contact métal-métal : Joint avec anneau
limiteur et joint inséré dans une gorge, avec les dimensions théoriques

4 Paramètres de calcul

4.1 Généralités

Les paramètres définis dans cet article sont des dimensions et aires effectives, ainsi que des paramètres de
rigidité. La plupart des paramètres des 4.2 à 4.4 sont extraits de l’EN 1591-1:2001.

4.2 Paramètres relatifs aux brides

4.2.1 Généralités

Les formules données en 4.2 doivent être appliquées aux deux brides et, le cas échéant, aux deux collets
d'un assemblage.

Selon leur type, les brides sont traitées comme suit :

Bride monobloc calculée comme un anneau équivalent de section rectangulaire de dimensions bF . eF,
raccordé au diamètre dE à une enveloppe équivalente d’épaisseur constante eE ;

Bride pleine calculée comme un anneau équivalent de section rectangulaire, de dimensions bF . eF,
raccordé, au diamètre dE = d0, à une plaque d’épaisseur constante e0. Elle peut présenter
une ouverture centrale de diamètre d9. Si une tubulure est raccordée à l'ouverture, cette
tubulure est ignorée dans les calculs ;

Bride tournante calculée comme un anneau équivalent de section rectangulaire de dimensions bL . eL, non
raccordé à une enveloppe ;

Bride vissée calculée comme une bride tournante de diamètre intérieur égal au diamètre transmettant
les efforts, c'est-à-dire le diamètre moyen du filetage (diamètre sur flancs) ;

Collet traité de la même manière qu’une bride monobloc.

17
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

L'anneau équivalent est indiqué par des zones ombrées sur les Figures 4 à 12 de l’EN 1591-1:2001.

4.2.2 Anneau de bride

4.2.2.1 Trous de passage des boulons

Pas circonférentiel des boulons :

ρB = π . d 3 / n B (1)

Diamètre effectif des trous de passage des boulons :

d 5e = d 5 × d 5 /p B (2)

Le diamètre des trous borgnes est pris égal à :

d5 = d5t . l5t / eFb (3)

Diamètre effectif du cercle de boulonnage :

d3e = d3 . (1 – 2 / nB2) (4)

~
NOTE 1 ρB et ~p B sont égaux ainsi que d3e et d 3e .

NOTE 2 Les Équations (1) à (4) ne concernent pas les collets.

4.2.2.2 Dimensions effectives de l’anneau de bride

L’épaisseur effective eF or eL utilisée ci-dessous et définie ci-après est l’épaisseur moyenne de l'anneau de
bride. Elle s'obtient en divisant l'aire brute AF ou AL de la section droite du plateau (trous de passage des
boulons inclus) par la largeur (radiale) vraie de cette section.

Compte tenu de la grande diversité possible des formes de section droite des brides, les présentes règles ne
donnent pas de formule permettant de calculer AF ou AL pour un type particulier de bride.

Bride monobloc et bride pleine (voir Figures 4 à 9 de l’EN 1591-1:2001) :

bF = (d4 – d0) / 2 - d5e ; dF = (d4 + d0) / 2


(5)
eF = 2 . AF / (d4 – d0)

bL = dL = eL = 0 (6)

Bride tournante sur collet (voir Figure 10 de l’EN 1591-1:2001)

Pour le collet :

bF = (d8 – d0) / 2 ; dF = (d8 + d0) / 2


(7)
eF = 2 . AF / (d8 – d0)

18
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Pour la bride :

bL = (d4 – d6) / 2 - d5e ; dL = (d4 + d6) / 2


(8)
eL = 2 . AL / (d8 – d0)

4.2.3 Enveloppe raccordée

4.2.3.1 Bride à collerette tronconique

Une enveloppe cylindrique (d’épaisseur constante eS, de diamètre moyen dS) monobloc avec une collerette
tronconique, est traitée en enveloppe cylindrique équivalente d’épaisseur effective constante eE et de
diamètre effectif moyen dE :


eE = e1 × 1 +
( β − 1) × lH  e2
β= (9)
 ( β/ 3) × d1 × e1 + lH  e1

dE = {min (d1 - e1 + eE ; d2 + e2 - eE) + max (d1 + e1 - eE ; d2 - e2 + eE)} / 2 (10)

4.2.3.2 Bride sans collerette

Pour une enveloppe (cylindrique, conique ou sphérique, d’épaisseur de paroi constante eS, d'inclinaison φS et
de diamètre dS au raccordement avec la bride) raccordée directement à l’anneau de bride, les dimensions
effectives sont :

eE = eS ; dE = dS (11)

Les relations (11) ne sont pas applicables au cas d'une tubulure équipant l'ouverture centrale d'une bride
pleine. Ce cas est à traiter selon 4.2.3.3 ci-après.

4.2.3.3 Bride pleine

Pour une bride pleine, les dimensions effectives à utiliser sont les suivantes :

eE = 0 ; dE = d0 (12)

Les relations (12) sont applicables quelle que soit la configuration de la bride pleine (bride pleine sans
ouverture, bride pleine avec ouverture sans tubulure, bride pleine avec ouverture équipée d'une tubulure).

4.2.3.4 Collet

Les formules applicables sont celles de 4.2.3.1 ou 4.2.3.2 selon que le collet possède ou non une collerette.

4.2.4 Bras de levier

NOTE Quand le joint est plat, les paramètres hP et hG qui suivent ne peuvent être calculés qu’une fois dGe déterminé,
c’est-à-dire une fois les calculs exposés en 4.4.3 effectués. hM ci-dessous ne peut être calculé qu’une fois que dMe a été
déterminé dans chaque situation.

4.2.4.1 Tout type de bride

[ ]
hP = (d Ge − dE )2 × (2 × d Ge + d E )/ 6 + 2 × ep 2 × dF /d Ge 2 (13)

19
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Pour les brides pleines : ep = 0.

D’un point de vue pratique, la différence de bras de levier suivante est définie :

hD = hM - hG = (dMe - dGe) / 2 (14)

4.2.4.2 Bride monobloc et bride pleine

hG = (d3e – dGe) / 2 ; hH = (d3e + dE) / 2


(15)
hL = 0

hM = (d3e – dMe) / 2 (16)

NOTE Ces Équations ne sont pas applicables aux collets.

4.2.4.3 Bride tournante et collet

d1min ≤ d1 ≤ d1max
(17)
d1min = de + 2 . b0 ; d1max = ds

hG = (d7 – dGe) / 2 ; hH = (d7 - dE) / 2


(18)
hL = 0

hM = (d7 – dMe) / 2 (19)

La valeur de d7 étant inconnue a priori, les hypothèses suivantes peuvent être faites :

 pour les calculs de flexibilité, prendre pour d7 la valeur d70 donnée par l'Équation (43) ;

NOTE Il s’en suit que hG, hH, et hL peuvent varier à chaque itération nécessaire au calcul de bGe et dGe (voir 4.3.2).

 pour le calcul des taux de charge (Article 6), la valeur la plus favorable comprise entre d7min et d7max peut
être utilisée.

4.2.5 Paramètres de rigidité des brides

NOTE Quand le joint est plat, le paramètre hQ qui suit ne peut être calculé qu’une fois dGe déterminé, c’est-à-dire une
fois les calculs exposés en 4.3.2 effectués.

4.2.5.1 Bride monobloc et collet

γ = eE . dF / (bF . dE .cos ϕS) (20)

θ = 0 ,55 cos ϕ S × dE × eE /eF (21)

λ = 1 - ep / eF = eQ / eF (22)

NOTE eP et eQ sont définis sur les Figures 4 à 12 de l’EN 1591-1:2001 (quand eP = eF, eQ = 0).

cF = (1 + γ . θ) / {1 + γ . θ . [4 . (1 – 3λ + 3λ2) + 6 . (1 - 2λ) . θ + 6 . θ2] + 3γ2 . θ4} (23)

20
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

hS = 1,1 eF × eE /d E × (1 − 2 × λ + θ )/ (1 + γ × θ ) (24)

hT = eF (1 - 2λ - γ . θ2) / (1 + γ . θ) (25)

hQ = { hS . hQ + hT . (2dF . ep / dE2 – 0,5 . tanϕS)} . (dE / dGe) 2 (26)

hR = hS . hR - hT . 0,5 tanϕS (27)

+ 0 ,85 / cos ϕ S pour une enveloppe conique ou cylindrique (28)


kQ =  
+ 0 ,35 / cos ϕ S pour une enveloppe sphérique 

− 0 ,15 / cos ϕ S pour une enveloppe conique ou cylindrique (29)


kR =  
− 0 ,65 / cos ϕ S pour une enveloppe sphérique 

(
Z F = 3d F × cF / π × bF × eF 3 

) (30)
ZL = 0 

4.2.5.2 Bride pleine

Rapport des diamètres :

ρ = d9 / dE (31)

NOTE Rappel : pour une bride pleine, dE = d0 (conformément à l’Équation (12))

hQ = (dE / 8) . (1 - ρ2) . (0,7 + 3,3 ρ2) / (0,7 + 1,3 ρ2) . (dE / dGe) 2 (32)

hR = (dE / 4) . (1 - ρ2) . (0,7 + 3,3 ρ2) / [(0,7 + 1,3 ρ2) . (1 + ρ2)] (33)

{ [ ( )(
Z F = 3d F / π × bF × eF 3 + d F × e0 3 × 1 − ρ 2 / 1,4 + 2,6 ρ 2 )]} (34)
ZL = 0 

4.2.5.3 Bride tournante sur collet

Pour le collet, utiliser les Équations (20) à (30) ; pour la bride tournante utiliser l'équation suivante :

ZL = 3 . dL / (π . dL . eL3) (35)

4.3 Paramètres relatifs aux boulons

4.3.1 Généralités

Les dimensions des boulons sont définies sur la Figure 2 de l’EN1591-1:2001. Les diamètres normalisés des
boulons de série métrique sont donnés dans l’Annexe B de l’EN1591-1:2001.

4.3.2 Section effective des boulons

AB = {min (dBe ; dBS)}2 . nB . π / 4 (36)

21
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

4.3.3 Module de souplesse des boulons

XB = (lS / dBe2 + le / dBe2 + 0,8 / dB0) . 4 / (nB . π) (37)

4.4 Paramètres relatifs aux joints

4.4.1 Généralités

Les notations relatives aux dimensions des joints sont définies sur la Figure 3 de l’EN 1591-1:2001.

Des valeurs typiques (dont le respect n'est pas obligatoire) de caractéristiques des matériaux de joints sont
données dans le prEN 1591-2. Lorsque des données spécifiques du joint employé sont disponibles, celles-ci
doivent être utilisées de préférence.

4.4.2 Dimensions théoriques

hGt = (dG2 – dG1) / 2 ; dGt = (dGe + dG1) / 2 (38)

AGt = π . dGt . bGt (39)

NOTE La largeur théorique du joint bGt est la plus grande largeur de contact possible qui puisse résulter de
l'application sur le joint d'une force très élevée.

4.4.3 Dimensions effectives

La largeur effective du joint bGe dépend, pour de nombreux types de joints, de la force FG exercée sur le joint.

NOTE 1 Pour un joint plat, la largeur effective est égale au double de la distance séparant le diamètre extérieur d’appui
du joint du point d'application de la réaction de ce joint (c’est-à-dire de la résultante des contraintes de compression
exercées sur la largeur de contact du joint).

Le premier calcul est effectué avec une valeur de FG comme décrit au 5.5.2.

Une largeur intermédiaire bGi du joint doit être déterminée au moyen des équations données dans le
Tableau 1, en commençant les calculs par la première approximation indiquée dans ce tableau.

Largeur effective du joint :

bGe = min (bGi ; bGt) (40)

Diamètre effectif du joint :

Le diamètre effectif dGe du joint est le diamètre d'action de la résultante exercée par le joint. Il est déterminé,
tel qu'indiqué dans le Tableau 1.

NOTE 2 Pour les joints plats, le diamètre effectif du joint dGe varie avec sa largeur effective bGe. Dans ce cas, la largeur
effective du joint bGe est égale au double de la distance séparant le diamètre extérieur d'appui du joint du diamètre effectif.

Aire effective du joint :

AGe = π . dGe . bGe (41)

22
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Bras de levier :

(d 3e − d Ge )/ 2 pour une bride intégrale ou une bride pleine  (42)


hG0 =  
(d 70 − d Ge )/ 2 pour une bride tournante sur collet 

{ ( )
d 70 = min max d 7 min ; (d Ge + κ × d 3e )/ (1 + κ ) ; d 7 max  } (43)

κ = (Z L × EF0 )/ (Z F × EL0 ) 

NOTE 3 L’Équation (43) ne concerne que les brides tournantes sur collet.

Les Équations (40) à (43) doivent être appliquées de manière itérative jusqu'à ce que la valeur bGe soit
constante, à la précision requise près.

NOTE 4 Une précision de 5 % est suffisante. Pour obtenir des résultats quasiment indépendants du calculateur, une
précision de 0,1 % est cependant recommandée.

4.4.4 Module de souplesse axiale du joint

XG = (eG / XGt) . (bGt + eG / 2) / (bGe + eG / 2) (44)

Tabelle 1 — Géométrie effective des joints

Type Types de joints Formules applicables


Première approximation : bGi = bGt
Calcul plus précis :

2
eG / (π ⋅ d Ge ⋅ EGm )  FG 
Joints plats de faible dureté, bGi = ~ ~ ~ + π×d ⋅Q 
métalloplastiques ou hG × Z F / EF + hG ⋅ Z F / EF  Ge max, y 
1
métalliques, voir Figure 3a de
l’EN 1591 EGm = E0 + 0,5 K1 . FG / AGe
~
Z F , Z F conformément à l’ Équation (30) ou (34)

Dans tous les cas : dGe = dG2 - bGe

Première approximation :

bGi = 6 r2 ⋅ cos ϕ G ⋅ bGt ⋅ Qmax, y / EG


Joints annulaires métalliques Calcul plus précis :
pleins à surface courbe, à
2
simple contact, voir 2
Figures 3b, 3c de l’EN 1591 6r2 ⋅ cos ϕ G ⋅ FG  FG 
bGi = + 
π ⋅ d Ge ⋅ EG  π ⋅ d Ge ⋅ Qmax, y 
Dans tous les cas : dGe = dG0

Dans tous les cas :


Joints annulaires métalliques dGi = longueur dGe conformément à la Figure 3d de l’EN 1591
3 pleins à section octogonale.
Voir Figure 3d de l’EN 1591 (projection axiale de la surface de contact)
dGe = dGt

« à suivre »

23
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Tableau 1 (fin)

Type Types de joints Formules applicables


Première approximation :

bGi = 12r2 ⋅ cos ϕ G ⋅ bGt ⋅ Qmax, y / EG


Joints annulaires métalliques
pleins à section ovale ou Calcul plus précis :
4 circulaire courbe, à double
contact, voir Figures 3e, 3f de 2
12r2 ⋅ cos ϕ G ⋅ FG  FG 
l’EN 1591 bGi = + 
π ⋅ d Ge ⋅ EG  π ⋅ d Ge ⋅ Qmax, y 

Dans tous les cas : dGe = dGt

4.5 Paramètres relatifs aux rondelles

Il est courant d’utiliser des rondelles entre les écrous et les brides dans les assemblages à brides boulonnés.
Dans le cas présent, non seulement la dilatation thermique des rondelles (voir 5.2.2.3 et 5.2.2.4) mais
également la flexibilité axiale de ces composants est prise en compte.

Les rondelles sont soumises à la compression. La déformation axiale des rondelles due à la compression est
prise en compte dans les Équations de compatibilité de déformation (voir l’Annexe F) avec le terme ∆eWM.

X 
∆e W M = − ∆  W ⋅ FB  (45)
 EW 

où XW représente le module de souplesse axiale des rondelles.

Pour des rondelles plates, le module de souplesse axiale est :

4 × eW
XW = (46)
nB × π × (d W 2 2 − d W12 )

Pour les autres types de rondelles, le module de souplesse axiale doit être déterminé conformément aux
indications du fabricant.

4.6 Paramètres de calcul pour la surface de contact métal-métal

4.6.1 Dimensions théoriques du contact métal-métal

Diamètre théorique du contact métal-métal : dMt

dM1 + dM2
dMt = (47)
2

Largeur théorique du contact métal-métal : bMt

d M2 − d M1
bMt = (48)
2

(voir Figure 1)

24
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

4.6.2 Dimensions effectives du contact métal-métal

4.6.2.1 Diamètre intérieur de la surface de contact métal-métal

Le diamètre intérieur de la surface de contact métal-métal dépend des géométries de brides et des angles de
rotation des brides :

Dans le cas d’un contact métal-métal avec un anneau limiteur de compression :

e − ∆eFG − ∆~
eFG − eM
dM1e = d Ge + 2 × G ~ (49)
ΘF + ΘF

Pour un contact métal-métal avec un joint inséré dans une gorge :

dM1e = d Ge + 2 ×
(eG + eFt + ~eFt ) − (∆eFG + ∆~eFG + eFm + ~eFm ) (50)
~
ΘF + ΘF

eG est l’épaisseur du joint sous compression.

Figure 2 — Diamètre intérieur de la surface de contact métal-métal

25
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

4.6.2.2 Diamètre effectif de la surface de contact métal-métal

Le diamètre effectif de contact métal-métal dMe est le diamètre sur lequel la force de contact métal-métal est
exercée.

3dM2 2 + 2dM2 × dM1e + d M1e 2


dMe = (51)
4d M2 + 2dM1e

4.6.3 Module de souplesse axiale de l’anneau limiteur de compression métallique

eM
XM = (52)
π × bMe × d Me

4.7 Comportement du joint en compression

Le comportement en compression du joint est défini ci-dessous :

L’épaisseur du joint en compression en fonction de la contrainte de compression du joint est considérée


comme étant linéaire par morceaux (voir l’Annexe A).

Par exemple, pour QGk-1 ≤ QG ≤ QGj, l’épaisseur du joint en compression pour une contrainte de compression
de joint QG est obtenue par :

(eGj − eGj − 1 )
(
eG (QG ) = eGj − 1 + QG − QGj − 1 ×) (QGj − QGj − 1 )
(53)

4.8 Paramètres de déformation locale

4.8.1 Généralités

Des compressions locales peuvent se produite dans les aires de contact entre les différents composants de
l’assemblage. Si elles sont significatives, ces compressions locales doivent être prises en compte dans les
relations de déformation axiale.

Les équations des compressions locales dans les différentes aires de contact dans l’assemblage sont
présentées ci-dessous.

(Voir également l’Annexe B).

4.8.2 Compression locale de la bride dans la surface de contact avec le joint

M X  (54)
∆eFG = − ∆  FG × FG 
E
 F 

avec : XFG : paramètre de flexibilité de la bride dans la surface de compression locale :

26
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

 η  2 ⋅ eFt  
 ⋅ ln 1 + 
 
 2 ⋅ π ⋅ d Ge  η ⋅ bGe  
 Si z1F ≥ eFt et z 2F ≥ eFt 
 
  2 ⋅ eFt d − bGe − d 4 
 − + Ge 
 η  d − d Ge  η  η2 η d Ge 
 ⋅ ln  4 +
 π ⋅ d ⋅ ln  2 ⋅ e ⋅ 
2 ⋅ π ⋅ d Ge  bGe  − Ft d Ge − bGe + d 4 d Ge − d 4 
 4 +
  η 2 η 
 
 
 Si z1F ≥ eFt et z 2F < eFt 
 
  2 ⋅ eFt d + bGe − d 0  
  + Ge  
X FG =  η d − d0  η  η2 η d Ge  
 ⋅ ln  Ge +
 π ⋅ d ⋅ ln  2 ⋅ e ⋅  
2 ⋅ π ⋅ d Ge  b   Ft d + b + d d Ge − d 0 
 Ge 0 + Ge Ge 0

  η2 η  
 
 
 Si z1F < eFt et z 2F ≥ eFt 
 d   d4 − d0  
 η − d0 η d Ge 4 ⋅ (eFt − z 2F ) 
⋅ ln  Ge + 
 π ⋅ d ⋅ ln  d + d ⋅ d
+

 2 ⋅ π ⋅ d Ge  bGe  0  4 0 Ge − d 0
2
 π ⋅ (d 4 − d 0 )
2 
 
 Si z1F < eFt , z 2F < eFt et z1F ≤ z 2F 
 
 η  d − d Ge  η  d0 − d 4 d Ge  4 ⋅ (eFt − z1F ) 
 ⋅ ln  4 + 
 π ⋅ d ⋅ ln  d + d ⋅ d
+
  (55)
2 ⋅ π ⋅ d Ge  bGe  4  0 4 Ge − d 4
2 2
 π ⋅ (d 4 − d 0 )
 
 Si z1F < eFt , z 2F < eFt et z 2F < z 1F 
 

d Ge − bGe − d 0
z1F = ⋅η (56)
2

d 4 − d Ge − bGe
z 2F = ⋅η (57)
2

4.8.3 Compression locale de la bride dans la surface de contact métal-métal

M X 
∆eFM = − ∆  FM × FM  (58)
 EF 

avec : XFM : paramètre de flexibilité de la bride dans la surface de compression locale :

 η  2 ⋅ eFm  
 ⋅ ln 1 + 
 
 2 ⋅ π ⋅ d Me  η ⋅ bMe  
 Si z1F ≥ eFm et z 2F ≥ eFm 
 
  2 ⋅ eFm d − bMe − d 4 
 − + Me 
 η  d − d Me  η  η2 η d Me 
 ⋅ ln  4 +
 π ⋅ d ⋅ ln  2 ⋅ e ⋅ 
2 ⋅ π ⋅ d Me  bMe  − d − b + d d Me − d 4 
 4 Fm
+ Me Me 4
  η 2 η 
 
 
 Si z1F ≥ eFm et z 2F < eFm 
 
  2 ⋅ eFm d + bMe − d 0  
  + Me  
X FM = η d − d0  η  η2 η d Me  
 ⋅ ln  Me +
 π ⋅ d ⋅ ln  2 ⋅ e ⋅  
2 ⋅ π ⋅ d Me  b   d + b + d d Me − d 0 
 Me 0 Fm
+ Me Me 0

  η2 η  
 
 
 Si z1F < eFm et z 2F ≥ eFm 
 
 η d − d0  η  d4 − d0 d Me  4 ⋅ (eFm − z 2F ) 
⋅ ln  Me + 
 π ⋅ d ⋅ ln  d + d ⋅ d
+

 2 ⋅ π ⋅ d Me  b Me  0  4 0 Me − d 0
2 2
 π ⋅ (d 4 − d 0 ) 
 
 Si z1F < eFm , z 2F < eFm et z1F ≤ z 2F 
 
 η  d − d Me  η  d0 − d 4 d Me  4 ⋅ (eFm − z1F ) 
 ⋅ ln  4 + 
 π ⋅ d ⋅ ln  d + d ⋅ d
+
  (59)
2 ⋅ π ⋅ d Me  bMe  4  0 4 Me − d 4
2 2
 π ⋅ (d 4 − d 0 )
 
 Si z1F < eFm , z 2F < eFm et z 2F < z 1F 
 

27
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

dMe − bMe − d 0
z1F = ⋅η (60)
2

d 4 − dMe − bMe
z 2F = ⋅η (61)
2

28
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02

AFNOR
Client : ENACT

Pour :le 29/11/2018 à 15:17


CEN/TS 1591-3:2007

4.8.4 Compression locale du collet dans la surface de contact avec la bride tournante

M X 
∆eFL = − ∆  FL ⋅ FB  (62)
 EF 
avec : XFL : paramètre de flexibilité de la bride dans la surface de compression locale :

 η  4 ⋅ eF  
 ⋅ ln 1 +  
 π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  η ⋅ (d 7 min − d 7 max )  

 
 Si z1F ≥ eF et z 2F ≥ eF 
 d 7 min − d 8 
  2 ⋅ eF  
− + 
 η  2 ⋅ d 8 − (d 7 min + d 7 max )  η  η 2 η (d 7 min + d 7 max )  
 ⋅ ln  + ⋅ ln  ⋅  
 π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  d − d  π ⋅ d8  2 ⋅ eF d + d (d + d ) − 2 ⋅ d 8  
 7 min 7 max  7 min 8 7 min 7 max
 − 2
+
η  
  η  
 
 Si z1F ≥ eF et z 2F < eF 
  2 ⋅ eF d 7 max − d 0  
  +  
X FL =  η  (d 7 min + d 7 max ) − 2 ⋅ d 0   η 2 η (d 7 min + d 7 max )  
⋅ ln  + η × ln  ⋅ 
 π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  d 7 min − d 7 max  π ⋅ d0 d + d + − 2 ⋅ 
    2 ⋅ e F 7 max 0 (d 7 min d 7 max ) d 0  
 + 
 2 η 
  η  
 Si z1F < eF et z 2F ≥ eF 
 
  (d 7 min + d 7 max ) − 2 ⋅ d 0   d − d0 (d 7 min + d 7 max )  

η
⋅ ln  + η
⋅ ln  8 ⋅  + 4 ⋅ (eF − z 2F ) 
π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  d 7 min − d 7 max  π ⋅ d0  d 8 + d 0 (d 7 min + d 7 max ) − 2 ⋅ d 0  π ⋅ (d 2 − d 2 )
     8 0 
 
 Si z1F < eF , z 2F < eF et z1F ≤ z 2F 
  2 ⋅ d 8 − (d 7 min + d 7 max )   d0 − d8 (d 7 min + d 7 max )  4 ⋅ (e − z )  (63)
η η
 ⋅ ln  + ⋅ ln  × + F 1F 
 π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  d − d  π ⋅ d8  d0 + d8 (d 7 min + d 7 max ) − 2 × d 8  π ⋅ (d 2 − d 2 ) 
  7 min 7 max   8 0 
 Si z1F < eF , z 2F < eF et z 2F < z 1F 

d 7 min − d 0
z1F = ⋅η (64)

XP CEN/TS 1591-3:2007-10+
2
d 8 − d 7 max
z 2F = ⋅η (65)
2

29
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02

AFNOR
Client : ENACT

Pour :le 29/11/2018 à 15:17


CEN/TS 1591-3:2007

4.8.5 Compression locale de la bride tournante dans la surface de contact avec le collet

M X 
∆eLF = − ∆  LF ⋅ FB  (66)
 EL 
avec : XLF : paramètre de flexibilité de la bride dans la surface de compression locale :

 η  4 ⋅ eL  
 ⋅ ln 1 +  
 π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  η ⋅ (d 7 min − d 7 max )  

 
 Si z1L ≥ eL et z 2L ≥ eL 
 d 7 min − d 4 
  2 ⋅ eL  
− + 
 η  2 ⋅ d 4 − (d 7 min + d 7 max )  η  η2 η (d 7 min + d 7 max )  
 ⋅ ln  + ⋅ ln  ⋅  
 π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  d − d  π ⋅ d4  2 ⋅ eL d + d (d + d ) − 2 ⋅ d 4  
 7 min 7 max  7 min 4 7 min 7 max
 − 2
+
η  
  η  
 
 Si z1L ≥ eL et z 2L < eL 
  2 ⋅ eL d 7 max − d 6  
  +  
X LF = η  (d 7 min + d 7 max ) − 2 ⋅ d 6  η  η 2 η (d 7 min + d 7 max )  
 ⋅ ln  + ⋅ ln  ⋅  
π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  d 7 min − d 7 max  π ⋅ d6  2 ⋅ eL d 7 max + d 6 (d 7 min + d 7 max ) − 2 ⋅ d 6 
   + 
  2 η  
  η  
 Si z1L < eL et z 2L ≥ eL 
 
  (d 7 min + d 7 max ) − 2 ⋅ d 6   d4 − d6 (d 7 min + d 7 max )  

η
⋅ ln  + η
⋅ ln  ⋅  + 4 ⋅ (eL − z 2L ) 
π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  d 7 min − d 7 max  π ⋅ d6  d 4 + d 6 (d 7 min + d 7 max ) − 2 ⋅ d 6  π ⋅ (d 2 − d 2 )
     4 6 
 
 Si z1L < e L , z 2 L < e L et z1L ≤ z 2 L 
  2 ⋅ d 4 − (d 7 min + d 7 max )   d6 − d4 (d 7 min + d 7 max )  4 ⋅ (e − z )  (67)
η η
 ⋅ ln  + ⋅ ln  ⋅ + L 1L 
 π ⋅ (d 7 min + d 7 max )  d − d  π ⋅ d4  d 6 + d 4 (d 7 min + d 7 max ) − 2 ⋅ d 4  π ⋅ (d 2 − d 2 ) 
  7 min 7 max    4 6 
 Si z1L < eL , z 2L < eL et z 2L ≤ z 1L 

d 7 min − d 6
z1L = ⋅η (68)
2

XP CEN/TS 1591-3:2007-10+
d 4 − d 7 max
z 2L = ⋅η (69)
2

30
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

4.8.6 Compression locale de la bride tournante dans la surface de contact avec l’écrou

M X 
∆eLB = − ∆  LB ⋅ FB  (70)
E
 L 

avec : XLB : paramètre de flexibilité de la bride dans la surface de compression locale :

  2 ⋅ eL d − d5 
  + FBext 
η η η d FBext + d 5 
 ⋅ ln  2
⋅ z 2L ≥ eL
 nB ⋅ π ⋅ d 5 2 ⋅ eL d + d5 d FBext − d 5 
 + FBext 
  η η  (71)
X LB =  2
   d − d 3 − d FBext  
 4 ⋅  eL −  4  η 
 η  d − d 3 − 2 ⋅ d FBext d FBext + d 5    2  
 ⋅ ln  4 ⋅ + z 2L < e L
n ⋅ π ⋅ d d 4 − d3 + d5 d FBext − d 5  2 2
 B 5  n B ⋅ π ⋅ ((d 4 − d 3 ) − d 5 )

4.8.7 Compression locale de la bride dans la surface de contact avec l’écrou

M X 
∆eFB = − ∆  FB × FB  (72)
 EF 

avec : XFB : paramètre de flexibilité de la bride dans la surface de compression locale :

  2 ⋅ eFb d − d5 
  + FBext 
2 η
 η  η d + d5 
⋅ ln  ⋅ FBext z 2F ≥ eFb
 nB ⋅ π ⋅ d 5

2 × eFb d FBext + d 5 dFBext − d 5 
 +
 η2 η  (73)
X FB =   
 
  d − d 3 − d FBext  
4 ⋅  eFb −  4  η 
 η  d 4 − d 3 − 2 ⋅ d FBext d FBext + d 5    2  
 ⋅ ln  ⋅ +
 z 2F < eFb
 nB ⋅ π ⋅ d 5  d 4 − d 3 + d 5 d FBext − d 5  n B ⋅ π ⋅ ((d 4 − d 3 ) 2
− d 5
2
)

4.9 Phénomène de relaxation du joint

4.9.1 Généralités

Le phénomène de relaxation du joint consiste en la diminution de la compression du joint après une


augmentation de la sollicitation exercée sur le joint (mécanique et (ou) thermique).

Ce phénomène est irréversible, ce qui signifie qu’une diminution de la sollicitation exercée sur le joint
(mécanique et (ou) thermique) ne conduit pas à une augmentation de la compression du joint.

Il est supposé que le phénomène de relaxation se produit après le chargement du joint.

4.9.2 Prise en compte du phénomène de relaxation

La relaxation du joint est prise en compte après chaque situation. Cela signifie qu’après la détermination des
réactions internes correspondant à une situation, un calcul supplémentaire est effectué afin de déterminer les
réactions internes après le phénomène de relaxation (uniquement dans le cas où la sollicitation sur le joint est
augmentée (mécanique ou thermique)).

31
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

4.9.3 Comportement de relaxation du joint

Différents modèles décrits dans [1] peuvent être utilisés pour reproduire le comportement de relaxation du
matériau de joint. Parmi ceux-ci, un modèle pratique dans l’Annexe C décrit une réponse de relaxation de
contrainte pour un joint qui peut être considéré comme un matériau viscoélastique.

D’autres modèles ou données expérimentales peuvent être appropriés pour prendre en compte le
comportement de relaxation du joint exposé à une compression et (ou) à une température élevée.

Cela signifie que la contrainte de compression exercée sur le joint est déterminée pour une compression de
joint donnée après une durée déterminée.

Cela permet la détermination de la contrainte de compression résiduelle exercée sur le joint après relaxation.

Une nouvelle valeur de réaction interne sur le joint après relaxation est obtenue. Une fois qu’elle a été
déterminée, la nouvelle réaction sur le joint est introduite dans les équations de souplesse afin de modifier les
autres forces et déformations dans l’assemblage.

5 Efforts internes à l'assemblage

5.1 Généralités

Les différentes situations sont identifiées par la valeur de l'indice « I ». La situation I = 0 est la situation
d'assise du joint ; les valeurs supérieures (I = 1, 2, ...) désignent les diverses situations d'épreuve, de service,
etc. Le nombre de situations dépend de chaque cas d'espèce. Toutes les situations susceptibles d'être
déterminantes doivent être calculées.

5.2 Sollicitations exercées

5.2.1 Situation d’assise du joint (I = 0)

La pression du fluide (interne ou externe) est égale à zéro : P0 = 0.

Les sollicitations extérieures additionnelles FAI et MAI se combinent pour donner une force résultante FR0
calculée comme décrit dans l'Équation (75) (avec I = 0).

Toutes les températures sont égales à la température initiale uniforme T0.

5.2.2 Situations ultérieures (I = 1,2 …)

5.2.2.1 Pression du fluide

Pression interne PI > 0 



Absence de pression PI = 0

( ) 2
 FQI = π/ 4 × d Ge × PI (74)

Pression externe PI < 0 

NOTE dGe est le diamètre qui correspond à l’endroit où s’exerce la résultante des forces agissant sur le joint, et non
pas à l’endroit où l'étanchéité est assurée. Cette définition est conservatrice, puisqu’elle conduit à surestimer l’effort
exercé par la pression du fluide dans le cas de joints de grande largeur.

32
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

5.2.2.2 Sollicitations extérieures additionnelles

Les sollicitations extérieures additionnelles FAI et MAI se combinent en une force résultante FRI calculée
comme suit :

Force axiale de traction : FAI > 0 (75)


 FRI = FAI ± (4 /d 3e ) ⋅ M AI
Force axiale de compressio n : FAI < 0 

Le signe à retenir dans l'Équation (75) est celui qui conduit au résultat le plus défavorable.

NOTE En présence de moment extérieur, le résultat le plus défavorable peut être difficile à prévoir, car :

 du côté de l'assemblage où le moment induit un effort additionnel de traction (signe + dans l'Équation (75)), c'est la
charge admissible sur les brides ou les boulons qui peut être déterminante, ainsi que l'effort minimal nécessaire de
compression du joint ;

 du côté de l'assemblage où le moment induit un effort additionnel de compression (signe - dans l'Équation (75)), c'est
l'effort maximal admissible sur le joint qui peut être déterminant.

Par conséquent, pour une bonne pratique, il est conseillé de traiter systématiquement deux cas (un par signe
dans l'Équation (75)) chaque fois qu'un moment extérieur est appliqué, chaque cas étant alors affecté d'un
indice I différent.

5.2.2.3 Sollicitations thermiques dans la surface du joint

La dilatation thermique axiale dans la zone du joint entre la situation I et la situation I + 1 à prendre en compte
dans la première Équation de souplesse est décrite par l’équation ci-dessous :

∆U I → I + 1i = ∆U 0 → I + 1i − ∆U 0 → Ii (76)

( ) ( ) ( ) (
∆U 0 → I + 1i = lB ⋅ αB ⋅ TBI + 1 − TB0 − ew ⋅ α w ⋅ TWI + 1 − TW 0 − eLt ⋅ αL ⋅ TLI + 1 − TL0 − eFt ⋅ αF ⋅ TFI + 1 −TF0 )
(
− eG ⋅ αG ⋅ TGI + 1 − TG0 − ~ ) ~
(
~
eFt ⋅ α~F ⋅ TF + 1 − TF0 − ~ ) ~
( ~
eLt ⋅ α~L ⋅ TLI + 1 − TL0) (77)
~
( ~
− e~W ⋅ α~W ⋅ TWI + 1 − TW0 )
et

∆U 0 → Ii = lB ⋅ αB ⋅ (TBI − TB0 ) − ew ⋅ α w ⋅ (TWI − TW0 ) − eLt ⋅ αL ⋅ (TLI − TL0 ) − eFt ⋅ αF ⋅ (TFI −TF0 )

− eG ⋅ αG ⋅ (TGI − TG0 ) − ~
~ ~
(
eFt ⋅ α~F ⋅ TFI − TF0 − ~ ) ~ ~
(
eLt ⋅ α~L ⋅ TLI − TL0 ) (78)
−~ (~
eW ⋅ α~W ⋅ TWI − TW0
~
)

~
eFt + eFt + eLt + ~
eLt + eG + eW + ~
eW = lB

33
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

5.2.2.4 Sollicitations thermiques dans la surface de contact métal-métal

La dilatation thermique axiale dans la zone de contact métal-métal entre la situation I et la situation I + 1 à
prendre en compte dans la deuxième équation de souplesse est décrite par l’équation ci-dessous.

∆U I → I + 1ii = ∆U 0 → I + 1ii − ∆U 0 → Iii (79)

( ) (
∆U 0 → I + 1ii = eG ⋅ αG TGI + 1 − TG0 + eFt ⋅ αF ⋅ TFI + 1 − TF0 + ~ ) ~
( ~
eFt ⋅ α~F ⋅ TFI + 1 − TF0 )
( )
(80)
( ) (
− eM ⋅ αM ⋅ TMI + 1 −TM0 − eFm ⋅ αF ⋅ TFI + 1 − TF0 − ~ ) ~ ~
eFm ⋅ α~F ⋅ TFI + 1 − TF0

et

∆U 0 → Iii = eG ⋅ αG ⋅ (TGI − TG0 ) + eFt ⋅ αF ⋅ (TFI −TF0 ) + ~


~ ~
( )
eFt ⋅ α~F ⋅ TFI − TF0 − eM ⋅ αM ⋅ (TMI − TM0 )

( )
(81)
~ ~
− eFm ⋅ αF ⋅ (TFI − TF0 ) − e~Fm ⋅ α~F ⋅ TFI − TF0

5.3 Souplesse de l’assemblage

5.3.1 Première Équation de souplesse

Le premier ensemble de termes de souplesse correspondant à la première Équation de souplesse (voir


l’Annexe F pour plus de détails) est le suivant : l’Équation de souplesse est déterminée à partir de l’équilibre
des efforts et la première Équation de compatibilité de déformation :

( ) ( ) ( ) (
∆ YGi ⋅ FG + ∆ YMi ⋅ FM + ∆ YQi ⋅ FQ + ∆ YRi ⋅ FR + ∆U i = 0 ) (82)

avec

~ ~ ~
Z F ⋅ hG 2 + X FG X Z ⋅ h 2 + X FG
YGi = W + + G + F G~ (83)
EF EG EF

~ ~ ~
Z F ⋅ hG ⋅ hM Z ⋅ h + hM
YMi = W + + F ~G (84)
EF EF

~ ~ ~ ~ ~ 
Z F ⋅ hG ⋅ (hH + hQ − hP ) Z F ⋅ hG ⋅  hH + hQ − hP 
YQi =W + + ~ (85)
EF EF

~ ~ ~ ~
Z F ⋅ hG ⋅  hH + hR 
Z ⋅ h ⋅ (hH + hR )  
YRi =W + F G + ~ (86)
EF EF

~ ~ ~ ~ ~ ~
XB X X X + Z L × hL 2 + X LF X + Z L × hL 2 + X LF X FL X FL
W = + W + ~ W + LB + LB ~ + + ~
(87)
EB EW EW EL EL EF EF

∆Ui : conformément au 5.2.2.3.

34
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

5.3.2 Deuxième Équation de souplesse

La deuxième équation de souplesse est déterminée à partir de l’équilibre des efforts et la deuxième Équation
de compatibilité de déformation :

( ) ( ) ( ) ( )
∆ YGii × FG + ∆ YMii ⋅ FM + ∆ YQii ⋅ FQ + ∆ YRii ⋅ FR + ∆U ii = 0 (88)

avec

Z ⋅h ⋅h + X ~ ~ ~ ~ 
 XG Z F ⋅ hG ⋅ hD + X FG 
YGii =− F G D FG
+ + ~ (89)
 EF EG EF 
 

X ~ ~ ~ ~
− Z F ⋅ hM ⋅ hD X X − Z F ⋅ hM ⋅ hD 
YMii =  FM + M + FM ~ (90)
 EF EM EF 
 

 ~ ~ ~ ~ ~ 
 Z ⋅ (h + h − h ) ⋅ h Z F ⋅  hH + hQ − hP  ⋅ hD 
YQii =− F H Q P D
+    (91)
EF ~
 EF 
 

 ~ ~ ~ ~ 
 Z ⋅ (h + h ) ⋅ h Z F ⋅  hH + hR  ⋅ hD 
YRii = −  F H R D +    (92)
EF ~
 EF 
 

∆Uii : conformément au paragraphe 5.2.2.4.

5.4 Détermination des efforts minimaux nécessaires pour le joint

5.4.1 Situation d’assise (I = 0)

Effort minimal sur le joint :

FG0 min = Age × Qmin (93)

La valeur de FG0 obtenue au 5.6.3 doit être supérieure à FG0 min. Sinon, le serrage supplémentaire au-dessus
de FBMMC doit être adapté de telle manière que FG0 soit supérieur à FG0 min après le serrage supplémentaire
au-dessus de FBMMC.

5.4.2 Situations ultérieures (I = 1, 2...)

Dans chaque situation I, la condition ci-dessous doit être vérifiée :

Age × Q1 ≤ FG1 (94)

où Q1 est la contrainte de compression exercée sur le joint requise pour assurer le taux de fuite requis dans la
situation I pour la pression intérieure PI et la température TI et pour la contrainte de compression maximale
précédemment exercée sur le joint.

Si la condition n’est pas satisfaite, le serrage additionnel ci-dessus FBMMC doit être adapté de manière à
satisfaire à cette condition.

35
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

5.5 Détermination de l’établissement du contact métal-métal dans la situation d’assise (I = 0)

5.5.1 Généralités

Le principe consiste à déterminer :

Premièrement, la plage [QGj-1 ; QGj] de valeurs de contrainte de compression sur le joint dans laquelle le
contact métal-métal est établi, puis la sollicitation à exercer sur le joint FGMMC pour obtenir le contact
métal-métal par « approches successives ».

L’effort de serrage requis FBMMC pour établir le contact métal-métal est ensuite déduit.

5.5.2 Détermination de la plage de contrainte de compression du joint dans laquelle le contact


métal-métal est établi dans la situation d’assise (I = 0)

Une contrainte de compression de joint QGj de l’un des n couples définis au 4.7 et l’Annexe A est prise en
compte et il est déterminé si le contact métal-métal est établi à cette contrainte de compression de joint ou
non.

Si le contact métal-métal est établi, cela signifie que le contact métal-métal apparaît dans la plage [QGk-1 ;
QGk] où k ≤ j.

Si le contact métal-métal n’est pas établi, le processus de calcul est répété avec une contrainte de
compression de joint plus élevée, jusqu’à ce que la plage d’établissement soit déterminée (voir la Figure 3
ci-après).

Premièrement, l’effort FG à appliquer sur le joint pour obtenir la contrainte de compression de joint QGj est
déterminé.

Une première approximation est effectuée en tenant compte des dimensions théoriques du joint :

FG = QGj × AGt (95)

Les dimensions effectives du joint (bGe, dGe, AGe) sont déterminées à partir de cet effort sur le joint à l’aide
des Équations présentées au 4.4.3 avec FG0 = FG.

Une fois que AGe a été déterminé, une nouvelle valeur de FG est obtenue :

FG = QGj × AGe (96)

Il est procédé par itération jusqu’à ce que la valeur FG soit constante avec la précision requise.

Une fois que FG et hG sont connus, les angles de rotation des brides sont déterminés :

ZF
ΘF = ⋅ (FG ⋅ hG + FR ⋅ (hH + hR )) (97)
EF

~
~ ZF  ~ ~
ΘF = ~ ⋅  FG ⋅ hG + FR ⋅  hH + hR   (98)
EF   

ZL
ΘL = ⋅ (FB ⋅ hL ) (99)
EL

36
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

~
~ Z ~
ΘL = ~L ⋅  FB ⋅ hL  (100)
EL  

Le diamètre intérieur potentiel de contact métal-métal est obtenu avec l’Équation présentée au 4.6.2.1.

A ce stade, dM1e doit être comparé à dM2.

Cela signifie que si dM1e > dM2, l’ensemble des calculs décrits au 5.5.2doivent être répétés avec une valeur de
contrainte de compression de joint plus élevée.

Ensuite, la plage [QGj-1 ; QGj], dans laquelle le contact métal-métal est établi, est déterminée. Cette plage est
définie comme étant [QGMMCinf ; QGMMCsup].

Figure 3 — Détermination de la plage de contrainte de compression dans laquelle le contact métal


métal est établi

37
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

5.5.3 Détermination de l’effort à appliquer sur le joint pour établir le contact métal-métal

Cette opération est effectuée par convergence (telle qu’une dichotomie) afin de déterminer FGMMC, de telle
manière que la contrainte de compression de joint correspondante QG appartienne à [QGMMCinf ; QGMMCsup],
et que dM1e = dM2.

Dans la plage [QGMMCinf ; QGMMCsup], le comportement du joint en compression a été défini comme étant
linéaire (voir 4.7).

Le calcul commence à partir de FGMMC de sorte que :

QGMMC + QGMMC inf


FGMMC = × AGe (101)
2

L’épaisseur du joint correspondant à cette sollicitation est déterminée à l’aide de l’équation du 4.7.

Ensuite, l’angle de rotation des brides est déterminé à l’aide des Équations (97) à (100).

Le diamètre intérieur potentiel de contact métal-métal est obtenu par l’équation présentée au 4.6.2.1 :

dM1e doit être comparé à dM2.

L’effort devant être appliqué sur le joint pour établir le contact métal-métal : FGMMC (dM1e = dM2) est déterminé
par convergence et l’effort de serrage des boulons correspondant est FBMMC.

NOTE Aux 5.5.2 et 5.5.3, la courbe de compression de joint dans la configuration de raccordement correcte est
supposée être connue. Cependant, si ce n’est pas le cas, d’autres données du joint peuvent être utilisées pour déterminer
FGMMC, telles que la contrainte de joint à laquelle le contact métal-métal est établi à l’aide d’une presse de compression.
Dans ce cas, il convient de vérifier que les angles de rotation des brides sont suffisamment faibles.

5.6 Détermination du serrage des boulons requis dans la situation d’assise (I = 0) pour
maintenir le contact métal-métal en service et satisfaire aux critères d’étanchéité aux fuites

5.6.1 Généralités

Différentes valeurs de serrage des boulons initiales, FB0, comprises entre FBMMC et FB0 max, peuvent être
prises en compte, FB0 max est le serrage des boulons admissible maximal dans la situation d’assise.

La première valeur de serrage des boulons FB0 devant être prise en compte est FB0 max. À partir de ce
serrage des boulons initial, les efforts internes sont calculés dans toutes les situations ultérieures. Il convient
de vérifier que le contact métal-métal est maintenu et que les critères d’étanchéité aux fuites sont satisfaits
dans toutes les situations ultérieures.

Si les conditions relatives au contact métal-métal et à l’étanchéité aux fuites sont vérifiées, un serrage des
boulons plus faible peut être choisi dans la plage [FBMMC ; FB0 max] et le calcul est répété. L’effort de boulon
minimal requis calculé pour maintenir le contact métal-métal et assurer le taux de fuite requis dans toutes les
situations, FB0 req, peut être déterminé.

S’il n’y a pas de serrage des boulons approprié, il convient que la conception de l’assemblage à bride
boulonné soit modifiée.

38
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

5.6.2 Détermination du serrage des boulons admissible maximal dans la situation d’assise (I = 0)

Le serrage des boulons admissible maximal dans la situation d’assise est le serrage des boulons pour lequel
le taux de charge maximal est atteint (voir l’Équation (121) au 6.4).

5.6.3 Détermination des efforts de réaction FG0 et FM0 après un serrage additionnel au-dessus de
FBMMC

5.6.3.1 Généralités

GMMC ⋅ FGMMC + YM0 ⋅ (FBMMC − FB0 + FR0 − FRMMC − FGMMC )


1 Y ii ii 
FG0 = ⋅ (102)
YG0 ii − YM0ii  ii ii 
 − YR0 ⋅ FR0 + YRMMC ⋅ FRMMC 

GMMC × FGMMC + YG 0 × (FBMMC − FB0 + FR 0 − FRMMC − FGMMC )


1 Y ii ii 
FM0 = × (103)
YM0 ii − YG 0 ii  − YR 0 ii × FR 0 + YRMMCii × FRMMC 

NOTE Dans la plupart des cas, FR0 = FRMMC.

Plusieurs valeurs de FB0 doivent être envisagées. La première est FB0 = FB0 max (voir ci-dessus).

5.6.3.2 Calcul initial

Un premier calcul est effectué à partir des résultats obtenus au 5.5.

Le diamètre de contact métal-métal effectif dMe est obtenu avec l’Équation (51), dans laquelle la valeur de
dM1e correspond à celle obtenue au 5.5.3.

Le bras de levier correspondant à la réaction de contact métal-métal hM est déterminé à l’aide de


l’Équation (16 ou 19).

dGe est déterminé au paragraphe 5.5.2.

hG et XG sont déduits de la valeur de dGe.

XFG et XFM sont obtenus comme définis aux 4.8.2 et 4.8.3.

Les premières valeurs des termes de souplesse YM0ii, YG0ii, YR0ii sont ensuite déterminées conformément aux
Équations du 5.3.2.

Un premier calcul de FG0 et FM0 est ensuite effectué conformément aux Équations (102) et (103) ci-dessus.

5.6.3.3 Mise à jour des paramètres de calcul

À partir du calcul initial effectué au 5.6.3.2, de nouvelles valeurs des termes de souplesse YM0ii, YG0ii, YR0ii
doivent ensuite être déterminées.

Les nouvelles valeurs de eG, dGe, bGe, AGe, hG, XG sont déduites de la nouvelle valeur de FG obtenue
au 5.6.3.2 (conformément aux 4.4.3 et 4.4.4).

De nouveaux angles de rotation de bride sont déduits à partir des nouvelles valeurs de FG et FM obtenues
au 5.6.3.2.

39
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

ZF
ΘF = ⋅ (FG ⋅ hG + FM ⋅ hM + FR ⋅ (hH + hR )) (104)
EF

~
~ Z ~ ~
ΘF = ~F ⋅  FG ⋅ hG + FM ⋅ hM + FR ⋅  hH + hR   (105)
EF   

En ce qui concerne les angles de rotation d’une bride tournante, voir les Équations (99) et (100).

Les nouvelles dimensions de la surface de contact métal-métal dM1e, dMe et hM sont déduites des nouveaux
angles de rotation de bride.

Ensuite, les valeurs des termes de souplesse sont modifiés : YM0ii, YG0ii, YR0ii.

Les calculs de FG0 et FM0 sont répétés conformément aux Équations (102) et (103).

Il est procédé par itération. Les calculs du 5.6.3.3 sont répétés jusqu’à ce que les valeurs FG0 et FM0 soient
constantes avec la précision requise.

Les valeurs finales de FG0 et FM0 après l’application d’un serrage additionnel au-dessus de FBMMC sont
obtenues, ainsi que les angles de rotation et le diamètre intérieur de la surface de contact métal-métal.

5.6.4 Détermination des efforts FG, FM et FB dans les situations ultérieures

5.6.4.1 Généralités

Principe : il est supposé que les efforts dans la situation I sont connus et les valeurs d’effort sont déterminées
dans la situation I + 1 à partir de l’équilibre des forces et des 2 équations de souplesse du 5.3. Les termes de
souplesse dépendent des modules d’élasticité EB, EF, EG, EL, EM, EW, ainsi que des dimensions effectives du
joint et de la surface de contact métal-métal.

5.6.4.2 Calcul initial

Les valeurs des termes de souplesse sont déterminées conformément au 5.3.

Dans l’état I :

Pour la première équation de souplesse : YMIi, YGIi, YRIi, YQIi

Pour la deuxième équation de souplesse : YMIii, YGIii, YRIii, YQIii

Dans l’état I + 1 :

Dans une première approximation, les termes de souplesse sont calculés en considérant les valeurs des
modules d’élasticité EB, EF, EM dans l’état I + 1 et les dimensions effectives et EG correspondant à l’état I.

Pour la première Équation de souplesse : YMI+1i, YGI+1i, YRI+1i, YQI+1i

Pour la deuxième Équation de souplesse : YMI+1ii, YGI+1ii, YRI+1ii, YQI+1ii

Les valeurs FGI+1 et FMI+1 sont déduites de ces valeurs de souplesse calculées, des valeurs de FGI et FMI et
des Équations de souplesse des 5.3.1 et 5.3.2.

40
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

 
 
   ii 
  YGI ⋅ FGI + YMIii ⋅ FMI + YQIii ⋅ FQI + YRIii ⋅ FRI
 1   
 ii ii ii 
FMI +1 =  ⋅ − YQI +1 ⋅ FQI +1 − YRI +1 ⋅ FRI +1 − ∆U (106)
 YMI +1i × YGI +1ii   
Y
 MI +1
ii
−   ii  i i i i  
YGI +1i  YGI +1 ⋅  YGI ⋅ FGI + YMI ⋅ FMI + YQI ⋅ FQI + YRI ⋅ FRI  
  −  
 YGI +1i  − YQI +1i ÷ FQI +1 − YRI +1i ⋅ FRI +1 − ∆U i
  

1 Y i ⋅ F + Y i ⋅ F + Y i ⋅ F + Y i ⋅ F 
⋅ 
GI GI MI MI QI QI RI RI
FGI +1 = (107)
YGI +1i  i i i i
 − YMI +1 ⋅ FMI+1 − YQI +1 ⋅ FQI +1 − YRI +1 ⋅ FRI +1 − ∆U 

5.6.4.3 Modification des paramètres de calcul

Les paramètres de calcul, tels que les dimensions effectives du joint et de la surface de contact métal-métal,
les angles de rotation des brides, le module d’élasticité du joint, sont mis à jour à partir de la première
approximation de FMI+1 et FGI+1 obtenue au 5.6.4.2.

 Les dimensions effectives du joint : bGe, dGe, AGe (la convergence peut être utilisée suivant le type de
joint) sont déterminées conformément aux Équations présentées au 4.4.3 ;

 EG peut être modifié en fonction de la valeur de FGI+1 ;

 le module de souplesse axiale du joint XG ;

 les bras de levier : hG, hP, hQ ;

 les angles de rotation des brides et les dimensions effectives du contact métal-métal.

Les valeurs des termes de souplesse de l’étape I + 1 sont mises à jour.

À partir de ces nouvelles valeurs des termes de souplesse à l’étape I + 1, de nouvelles valeurs de FGI+1 et
FMI+1 sont calculées.

Il est à nouveau procédé par itération dans ce cas. Les calculs du 5.6.4.3 sont répétés jusqu’à ce que les
valeurs de FGI+1 et FMI+1 soient constantes à la précision requise.

Les valeurs FG+1 et FM+1, ainsi que les angles de rotation et le diamètre intérieur de la surface de contact
métal-métal à l’étape I + 1 sont alors obtenues.

À ce stade des calculs, la comparaison des diamètres intérieur et extérieur de la surface de contact
métal-métal conduit à la détermination du maintien du contact métal-métal à l’étape I + 1.

Si dM1e ≤ dM2, le contact métal-métal est maintenu. Cela signifie que le processus de calcul décrit au 5.6.4 est
répété pour vérifier le maintien du contact métal-métal dans la situation suivante.

Si dM1e > dM2, le contact métal-métal est perdu à l’étape I + 1. Le calcul doit être à nouveau répété à partir du
5.6.3 avec un serrage des boulons initial plus élevé dans la plage [FBMMC ; FB0max].

41
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

6 Vérification de l’admissibilité du taux de charge

6.1 Généralités

À ce stade, nous avons déterminé le serrage des boulons requis pour maintenir le contact métal-métal dans
toutes les situations et satisfaire aux critères d’étanchéité aux fuites dans toutes les situations. Toutes les
valeurs d’effort dans toutes les situations sont également connues.

Dans cet article, les taux de charge sur le joint, les boulons et les brides sont calculés afin de vérifier
l’admissibilité des sollicitations dans toutes les situations.

Les sollicitations sur le système d’assemblage doivent rester dans des limites sures en permanence. Ces
limites sont exprimées sous la forme de taux de charge calculés.

Le taux de charge Φ ... doit être inférieur ou égal à 1, dans toutes les situations (I = 0, 1, 2 ...).

Par simplification, l'indice I relatif à la situation est omis dans ce qui suit.

Pour des brides de grande largeur, une exigence plus stricte est appliquée aux brides monobloc pour
lesquelles χ = d 4 / d 0 > 2,0 et les brides tournantes pour lesquelles χ = d4 / d6 > 2,0 au lieu de Φ ≤ 1,0 et doit
être :

 
Φ ≤ Φmax = Min 1,0 ; 0 ,6 + 1 5 ,25 + ( χ − 1)2  (108)
 

6.2 Prise en compte de la dispersion de charge sur le boulon en assise

Toutes les méthodes de serrage des boulons comportent une certaine imprécision. Les valeurs de dispersion
pour l’ensemble de nB boulons, ε+ et ε-, respectivement au-dessus et au-dessous de la valeur cible, sont
déterminées par les Équations (109) à (111). l’Annexe D donne des valeurs indicatrices ε1+ et ε1- pour des
boulons individuels.

Lorsque la précision du serrage d’un boulon n’est pas influencée par les autres boulons, les valeurs de
dispersion ε+, et ε- pour la sollicitation totale de tous les boulons peut être exprimée raisonnablement par nB,
ε1+, et ε1- comme décrit ci-dessous.

Lorsque l’erreur systématique due à l’imprécision de la méthode de serrage des boulons Ks est connue,
l’équation suivante définit des valeurs ε+, et ε- pour la sollicitation totale de tous les boulons :

ε + = K s + ( ε 1+ − K s )/ nb (109a)

ε _ = K s + ( ε 1− − K s )/ nb (109b)

Si l’erreur systématique due à l’imprécision de la méthode de serrage des boulons Ks n’est pas connue, une
approximation raisonnable de Ks est obtenue à l’aide de l’équation suivante :

Ks = 0,25 × ε1+ (110a)

ou

Ks = 0,25 × ε1- (110b)

42
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Dans ce cas, les équations suivantes sont déduites :

ε + = ε1+ ( 1 + 3 / nb )/ 4 (111a)

ε _ = ε1_ ( 1 + 3 / nb )/ 4 (111b)

L’effort effectif FB0 est limité comme suit :

FB0 min ≤ FB0 ≤ FB0 max (112)

FB0 min = FB0 av ⋅ (1 − ε − ) (113)

FB0 max = FB0 av ⋅ (1 + ε + ) (114)

Après le montage, la force de boulon effective obtenue doit être supérieure ou égale à FB0 req, l’effort de
boulonnage minimal calculé requis pour maintenir le contact métal-métal et garantir l’étanchéité aux fuites
exigée dans toutes les situations.

FB0 min ≥ FB0 req (115)

Par conséquent, la dispersion du serrage des boulons doit être prise en compte de la manière suivante.

a) Force de montage de boulon nominal, utilisée pour définir les paramètres de boulonnage :

 pour les méthodes de serrage des boulons mettant en œuvre le contrôle de la sollicitation des
boulons :

FB0 nom ≥ FB0 req / (1 - ε-) (116)

 pour les méthodes de serrage des boulons ne mettant pas en œuvre le contrôle de la sollicitation
des boulons :

la valeur retenue pour FB0 nom est la sollicitation moyenne des boulons FB0 av qui peut être couramment
utilisée dans la pratique pour la méthode utilisée, indépendamment de FB0 req.

La condition suivante doit être satisfaite :

FB0 nom = FB0 av ≥ FB0 req / (1 - ε-) où ε- est comme défini dans l’Annexe D (117)

Sinon, la méthode de serrage des boulons initialement retenue n’est pas valide et doit être modifiée.

b) efforts maximaux à utiliser pour le calcul de limite de charge :

Ceux-ci doivent être basés sur l’effort de montage de boulon initial défini selon a) ci-dessus :

FB0 max = FB0 nom ⋅ (1 + ε + ) (118)

FB0 max = FB0 max – FR0 (119)

6.3 Taux de charge du joint

Cet article est identique à l’article de l’EN 1591-1:2001 concernant le taux de charge des joints.

43
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Taux de charge d’un joint :

ΦG = FG / (AGt . Qmax) ≤ 1 (120)

6.4 Taux de charge des boulons

Cet article est identique à l’article de l’EN 1591-1:2001 concernant le taux de charge des boulons.

La contrainte de calcul nominale des boulons doit être déterminée selon les mêmes règles que celles
applicables aux brides et aux enveloppes.

Taux de charge des boulons :

2 2
1  FB   M t,B 
ΦB =   + 3  C  ≤ 1 (121)
fB  AB   IB 

 π 
= _ min ( d Be ; d Bs )3 
 12 

C=1 en situation d’assise, pour un matériau de boulon ayant un allongement à la rupture minimal
A ≥ 10 % ;

C = 4/3 en situation d’assise, pour un matériau de boulon ayant un allongement à la rupture minimal
A <10 % ;

C=0 dans toutes les autres situations.

NOTE 1 En situation d’assise, la valeur prise en compte pour le moment de torsion Mt, B exercé sur les fûts de boulons
est la valeur maximale possible, définie par :

M t, B max = M t, B nom ⋅ (1 + ε + )

Mt,B nom peut être déterminé selon l’Annexe D (informative) de l’EN 1591-1:2001, pour les méthodes de boulonnage
mettant en oeuvre l’application d’un couple à l’écrou.

Avec des tendeurs hydrauliques, Mt, B = 0.

NOTE 2 La valeur C = 1 est basée sur un critère de charge limite plastique. En raison de ce critère, certaines
déformations plastiques peuvent se produire à la périphérie des boulons dans la situation d’assise.

L’utilisation de ce critère a été validée par l’expérience industrielle, pour un matériau de boulons ayant une ductilité
suffisante (A ≥ 10 %).

La valeur C = 4/3 est basée sur un critère de charge limite élastique. Même avec un matériau de boulon suffisamment
ductile, cette valeur peut être retenue si un comportement strictement élastique des boulons est souhaité en situation
d'assise.

NOTE 3 Il est recommandé d'observer une valeur minimale ΦB0 min = 0,3 dans la situation d'assise, une valeur plus
faible n’étant pas de bonne pratique.

44
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

6.5 Taux de charge des brides

6.5.1 Brides monobloc et collets

Taux de charge pour une bride ou un collet (pour un collet, Φmax = 1,0) :

ΦF = FG ⋅ hG + FM ⋅ hM + FQ ⋅ (hH − hP ) + FR ⋅ hH /WF ≤ Φmax (122)

{ ( )
WF = (π/ 4 ) ⋅ f F ⋅ 2 ⋅ bF ⋅ eF 2 ⋅ 1 + 2 ⋅ Ψ opt ⋅ Ψ Z − Ψ Z 2 + f E ⋅ dE ⋅ eD 2 ⋅ ⋅cM ⋅ jM ⋅ kM } (123)

 
 ( β - 1) − l H 
eD = e1 _ 1 +  (124)
 4 (β / 3 )4 − ( d 1 _ e1 )2 + 4 
 lH 

fE = min (fF ; fs) (125)

δQ = P ⋅ d E / ( f E ⋅ 2 ⋅ eD ⋅ cos ϕ S ); δR = FR / ( f E ⋅ π ⋅ d E ⋅ eD ⋅ cos ϕ S ) (126)

 1,33 ⋅ [ 1 − 0 ,75 ⋅ ( 0,5 ⋅ δ + δ )2 ] ⋅ [ 1 − ( 0,75 × δ 2 + 1⋅ δ 2 )] pour une enveloppe conique et cylindrique


 Q R Q R  (127)
cM =  
 1,33 ⋅ [ 1 − 0 ,75 ⋅ ( 0,5 ⋅ δQ + δR ) ] ⋅ [ 1 − ( 0,25 ⋅ δQ + 3 ⋅ δR )] pour une enveloppe sphérique
2 2 2 
 

π 2 
 4 ⋅ [ 1− 0 ,75 × ( 0 ,5 ⋅ δQ + δR ) + jS ⋅ ( 0 ,5 ⋅ δR − 0 ,75 ⋅ δQ pour une enveloppe conique et cylindrique (128)
cS =  
 π ⋅ [ 1− 0 ,75 ⋅ ( 0 ,5 ⋅ δ + δ ) 2 + j ⋅ ( 1,5 ⋅ δ − 0 ,25 ⋅ δ pour une enveloppe sphérique 
 4 
Q R S R Q

jM = sign {FG ⋅ hG + FM ⋅ hM + FQ ⋅ (hH − hP ) + FR ⋅ hH }; jS = ± 1 (129)

− 1 ≤ k M ≤ + 1; 0 ≤ kS ≤ 1 (130)

f E ⋅ dE ⋅ eD ⋅ cos ϕ S
Ψ (j s , k M , k S ) =
f F ⋅ 2 ⋅ bF ⋅ eF
  (131)
e ⋅ c ⋅ c ⋅( 1+ jS ⋅ kM
⋅ (0 ,5 ⋅ δQ + δR )⋅ tan ϕ S − δQ ⋅ 2 ⋅ ep /d E + jS ⋅ k S ⋅ D M S 
 d E ⋅ cos 3 ϕ S 

Les valeurs de jS, kM, kS à utiliser sont définies dans la séquence de calcul décrite ci-après dans le Tableau 2.

(
Ψ opt = jM ⋅ (2 ⋅ eP /eF − 1) ; − 1 ≤ Ψ opt ≤ + 1 ) (132)

Ψ max = Ψ (+ 1, + 1, + 1)
Ψ 0 = Ψ (0 , 0 , 0 ) (133)
Ψ min = Ψ (− 1, − 1, + 1)

La valeur de ΨZ dans l’Équation (123) dépend de jM et Ψopt comme indiqué dans le Tableau 2.

45
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Tableau 2 — Détermination de ΨZ

jM Plage de Ψopt kM ΨZ(j


s,kM,ks)

Ψmax ≤ Ψopt kM = + 1 Ψ0 = Ψmax

jM = + 1 Ψ0 ≤ Ψopt ≤ Ψmax kM = + 1 ΨZ = Ψopt

Ψopt ≤ Ψ0 kM < + 1 ΨZ = ΨZ(-1,k


M,+1)

Ψopt ≤ Ψmin kM = - 1 ΨZ = Ψmin

jM = - 1 Ψmin ≤ Ψopt ≤ Ψ0 kM = - 1 ΨZ = Ψopt

Ψ0 ≤ Ψopt kM > - 1 ΨZ = ΨZ(+1,k


M,+1)

Le processus de calcul à suivre est le suivant :

a) calculer eD au moyen de l'Équation (124), β ayant été déterminé au préalable selon l’Équation (9) ;

b) calculer fE, δQ, δR, cM au moyen des Équations (125) à (127) ;

(Si la valeur sous le radical conduisant à cM est négative, la collerette est trop sollicitée) ;

c) calculer cS (j = + 1), cS (js = - 1), jM, Ψopt, Ψ0, Ψmax, Ψmin à l’aide des Équations (128), (129), (131), (132),
(133) ;

(si Ψmax < - 1 ou Ψmin > + 1, l’anneau est trop sollicité) ;

d) déterminer kM et ΨZ conformément au Tableau 2. Quand ce tableau donne kM < + 1 ou kM > - 1 ou kM


sans plus de précision, la valeur de kM doit être déterminée de manière à rendre WF maximal dans
l’Équation (123) à l'étape e) qui suit. La valeur de ΨZ associée à kM est calculée au moyen de
l'Équation (131) ;

e) calculer W F, ΦF au moyen des Équations (123), (122).

6.5.2 Brides tournantes

ΦL = FB ⋅ hL /WL ≤ Φmax (134)

WL = (π/ 2) ⋅ f L ⋅ bL ⋅ eL 2 (135)

6.5.3 Brides pleines

Taux de charge d’une bride pleine :

( Ge )
 (F + F + F )⋅ h + F ⋅ h + F ⋅ 1− ρ 3 ⋅ d / 6 + F ⋅ (1− ρ )⋅ d / 2 ;
 G Q R G M M Q R Ge 
ΦF = max   /WF ≤ 1 (136)
( )
 (FG + FQ + FR )⋅ hG + FM ⋅ hM + FQ ⋅ 1− ρ 3 ⋅ d Ge / 6 ⋅ FR ⋅ (1− ρ )⋅ d Ge / 2 
 

{
WF = (π/ 4 ) ⋅ f F ⋅ 2 ⋅ bF ⋅ eF 2 + d 0 ⋅ (1 − ρ ) ⋅ e0 2 } (137)

46
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

S'il existe une section affaiblie potentiellement critique, où eX < eF (voir Figure 9 de l’EN 1591-1:2001), le taux
de charge suivant doit également être calculé :

Φ X = FB ⋅ (d 3 − d X )/ (2 × WX ) ≤ 1 (138)

{
WX = (π/ 4 ) ⋅ f F ⋅ (d 4 − 2 ⋅ d 5e − d X ) ⋅ eF 2 + d X ⋅ e X 2 } (139)

47
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Annex A
(informative)

Exemple de courbe de compression de joint

Un exemple d’approximation linéaire de la courbe de compression de joint est présenté ci-après.

La Figure A.1 représente les données brutes d’un essai de compression conduit sur un joint métalloplastique
revêtu (revêtement de graphite, enveloppe en acier inoxydable et garniture de graphite) équipé d’un anneau
limiteur extérieur.

Légende
X Écrasement du joint (mm)
Y Contrainte de compression du joint (MPa)

Figure A.1 — Exemple de courbe de compression expérimentale : joint métalloplastique


revêtu avec anneau extérieur

48
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Légende
X Écrasement du joint (mm)
Y Contrainte de compression du joint (MPa)

Figure A.2 — Courbe de compression jusqu’à 300 MPa décomposée en 4 parties

Sur la Figure A.2, la courbe de compression représentée entre 1 MPa et 300 MPa est décomposée
en 4 parties.

La Figure A.3 représente l’approximation par des parties linéaires de la courbe de compression du joint
entre 1 MPa et 300 MPa.

49
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Légende
X Écrasement du joint (mm)
Y Contrainte de compression du joint (MPa)

Figure A.3 — Approximation par des parties linéaires de la courbe de compression

Le comportement du joint en compression est défini par les couples (QGj, eGj) avec 0 ≤ j ≤ n. Par exemple,
une approximation de la courbe de compression sur la Figure A.3 est représentée par 4 parties linéaires avec
5 couples (QGj, eGj).

Dans le cas où QGj – 1 ≤ QG ≤ QGj, l’épaisseur du joint en compression pour une contrainte de compression de
joint QG est donnée par :

(eGj − eGj − 1 )
( )
eG (QG ) = eGj − 1 + QG − QGj − 1 ⋅
(QG j − QGj − 1 )

La définition des couples (QGj, eGj) dépend du type, des dimensions et de la configuration de contact
métal-métal du joint.

La courbe de compression obtenue par l’essai (EN 13555) afin de déterminer Qcrit (avec les configurations de
support appropriées) peut être utilisée pour obtenir les couples (QGi, eGi) requis pour définir le comportement
du joint en compression.

50
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Légende
X Épaisseur du joint (mm)
Y Contrainte de compression du joint (MPa)

Figure A.4 — Exemple d’approximation linéaire du comportement du joint en compression représenté


par des couples (QGi, eGi)

51
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Annex B
(informative)

Déformation par compression locale

B.1 Module de souplesse axiale dans le cas d’une surface de compression locale
Le phénomène de compression locale peut ne pas être négligeable dans certains cas de calculs. Le
phénomène de compression locale peut se produire sur :

La bride (ou le collet) à l’interface avec le joint.

La bride (ou le collet) à l’interface avec la surface de contact métal-métal.

Le collet à l’interface avec la bride tournante.

La bride tournante à l’interface avec le collet.

La bride (ou bride tournante) à l’interface avec l’écrou.

Le phénomène de compression locale est pris en compte dans le calcul avec un modèle de section d’anneau
rectangulaire soumis à la compression sur les faces supérieure et inférieure (voir Figures B.1 à B.3
ci-dessous). Il est supposé que l’effet de la compression se propage dans l’épaisseur de l’anneau selon un
angle de 45° (η = 1).

Figure B.1 — Représentation schématique d’une section transversale soumise à


une compression locale

e e e
F ∆e ⋅ E dz
∆e = ∫ ∆ε(z) dz = ∫ S(z) ⋅ E
dz ⇒ X =
F
= ∫ S(z) (B.1)
0 0 0

52
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Selon la configuration géométrique, il existe cinq expressions différentes de S(z), et donc, cinq expressions du
paramètre de flexibilité X.

Soit η = tan α

1) z1 ≥ e z2 ≥ e

η  2e 
X = ⋅ ln 1 +  (B.2)
2πd  b ⋅ η 

2) z1 ≥ e z2 < e

 − 2e d − b − De 
 + 
2 η
η  De − d  η  η d 
X = ⋅ ln  + ⋅ ln  ⋅ (B.3)
2πd  b  π De − 2e d − b + De d − De 
 + 
 η2 η 
 

3) z1 < e z2 ≥ e

 2e d + b − Di 
 + 
2 η
η  d − Di  η  η d 
X = ⋅ ln   + ⋅ ln  ⋅ (B.4)
2πd  b  πD 2e d + b + Di d − Di 
i  + 
 η2 η 
 

4) z1 < e z2 < e z1 ≤ z2

η  d − Di  η  D − Di d  4 ⋅ (e − z 2 )
X = ⋅ ln  + ⋅ ln  e ⋅ +
 (B.5)
 De + Di d − Di  π (De − Di )
2πd 2 2
 b  πDi

5) z1 < e z2 < e z2 ≤ z1

η D −d η  D − De d  4 ⋅ (e − z1 )
X = ⋅ ln  e + ⋅ ln  i ⋅ +
 (B.6)
 Di + De d − De
2πd b 2 2
  πDe  π (De − Di )

Les expressions de X dans une surface de compression locale différente sont obtenues en adaptant les
variables géométriques à la surface de contact en question.

53
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Annex C
(informative)

Relaxation du joint : modèle solide à trois paramètres

C.1 Équation constitutive pour la réponse unidimensionnelle de matériaux


viscoélastiques
L’analogie mécanique est présentement utilisée pour obtenir l’équation constitutive pour la réponse
unidimensionnelle d’un matériau viscoélastique.

Analogie mécanique :

Figure C.1 — Représentation schématique de l’analogie mécanique

Celle-ci consiste en un modèle de Maxwell (ressort linéaire et amortisseur visqueux linéaire en série) et un
ressort linéaire associés en parallèle.

Dans l’Annexe C, les grandeurs relatives à l’élément de Maxwell sont désignées par un indice M et celles
relatives au ressort par l’indice S.

Analyse d’effort :

F(t) = FM(t) + FS(t) (C.1)

Géométrie :

∆(t) = ∆M(t) = ∆S(t) (C.2)

Relations effort-allongement :

FS (t) = K 1 ⋅ ∆S (t) (C.3)

F& F
∆&M = M + M (C.4)
K V

Cela conduit à :

1 & 1  K  K
⋅F + ⋅ F = 1 + 1  ⋅ ∆& + 1 ⋅ ∆ (C.5)
K V  K  V

54
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

En terme de contrainte et de déformation, on obtient l’Équation constitutive :

ω0 ⋅ σ + ω1 ⋅ σ& = ξ 0 ⋅ ε + ξ1 ⋅ ε& (C.6)

1 1 E1  E 
ω0 = ; ω1 = ; ξ0 = ; ξ1 = 1 + 1  (C.7)
µ E µ  E 

E et E1 en N.mm-2

µ en N · mm-2 . s

L’application de la transformée de Laplace à l’équation constitutive permet de déduire :

(ω0 + ω1 ⋅ a ) ⋅ σ = (ξ 0 + ξ1 ⋅ a ) ⋅ ε (C.8)

Réponse de relaxation de contrainte :

Soit ε (t ) = ε 0 , t ≥ 0 , alors :

1
ε (a ) = ε0 ⋅ (C.9)
a

La transformée de Laplace de l’historique de contrainte est donnée par :

ε0 ξ 0 + ξ1 ⋅ a
σ (a ) = ⋅ (C.10)
a ω0 + ω1 ⋅ a

qui peut également être exprimée par :

 
ξ 1 ξ ξ  1 
σ (a ) = ε0 ⋅  0 ⋅ +  1 − 0  ⋅  (C.11)
 ω0 a  ω1 ω0  ω 
 a+ 0 
 ω1 

Cela conduit à l’expression suivante de l’historique de contrainte correspondant à l’historique de déformation


échelonnée :

 ω  
−  0  ⋅ t
ξ  ξ ξ   ω1  
σ (t ) = ε0  0 +  1 − 0  ⋅ e  (C.12)
ω
 0  1 ω ω 0  
 

qui peut également être exprimée par :

t
σ (t ) −
G (t ) = = G∞ + (G0 − G∞ ) ⋅ e τR
(C.13)
ε0

55
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

avec

ξ0 ξ ω
G∞ = ; G0 = 1 ; τ R = 1 (C.14)
ω0 ω1 ω0

G(t) est appelé fonction de relaxation.

C.2 Effet de la température


Dans ce cas, le modèle théorique appelé « superposition temps-température » est utilisé. Il décrit le
comportement viscoélastique en fonction du temps et de la température.

L’expression de la fonction de relaxation considérée est une fonction de log t :

G (t, T ) = E (log t, T ) (C.15)

E(log t, T0) représente la fonction de relaxation à la température T = T0.

E(log t, TI) représente la fonction de relaxation à la température T = TI.

En supposant que E(log t, T0) est connu, E(log t, TI) est obtenu en décalant la courbe de E(log t, T0) vers la
gauche d’une distance égale à log Φ(TI, T0) (voir la figure ci-dessous).

Légende
X log (temps)
Y fonction de relaxation

Figure C.2 — Courbes de E(log t , T) pour 2 températures différentes T0 et TI

56
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

G (t,TI ) = G (φ (TI ,T0 ) ⋅ t, T0 ) (C.16)

Qui est également couramment exprimée par :

 t 
G (t,TI ) = G  , T0  (C.17)
 a (TI, T0 ) 

a (TI, T0) est appelée « fonction de décalage ».

L’expression de la fonction de relaxation pour la température TI est :

t
σ (t ) −
G (t, TI ) = = G∞ + (G0 − G∞ ) ⋅ e τ R (TI )
(C.18)
ε0

avec

τ R (TI ) = a (TI , T0 ) ⋅ τ R (T0 ) (C.19)

a (TI, T0) est déterminée en utilisant le principe de superposition temps-température. Plusieurs essais de
relaxation de contrainte effectués à différentes températures sont nécessaires pour obtenir la « fonction de
décalage » (voir référence [1]).

57
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Annex D
(informative)

Dispersion attachée aux méthodes de serrage des boulons

Tableau D.1 — Valeurs indicatives des dispersions ε1- et ε1+ (6.2) pour un boulon pris isolément

Paramètres affectant la Valeur de la dispersion a, b, c, d


Méthode de serrage / Méthode de contrôle
dispersion ε1- ε1+

Clé à main/Jugement de l'opérateur ou sans Frottement, raideur des éléments,


0,3 + 0,5 µ 0,3 + 0,5 µ
contrôle qualification de l'opérateur
Frottement, raideur des éléments,
Clé à choc 0,2 + 0,5 µ 0,2 + 0,5 µ
étalonnage
Clé dynamométrique = Clé indiquant la Frottement, étalonnage,
0,1 + 0,5 µ 0,1 + 0,5 µ
valeur du couple (uniquement) lubrification
Tendeurs hydrauliques ; Raideur des éléments, longueur
0,2 0,4
Mesure de la pression hydraulique des boulons, étalonnage

Clé ou tendeurs hydrauliques ; Raideur des éléments, longueur


0,15 0,15
Mesure de l'allongement des boulons des boulons, étalonnage

Clé à main ; Mesure de la rotation


Frottement, raideur des éléments,
d'écrou(serrage au voisinage de la limite 0,10 0,10
étalonnage
d'élasticité des boulons)
Clé à main ; Mesure du couple et de la
rotation d'écrou (serrage au voisinage de la Étalonnage 0,07 0,07
limite d'élasticité des boulons)
a Des opérateurs très expérimentés sont capables de produire des dispersions plus faibles que les valeurs données ; par contre, des
opérateurs inexpérimentés peuvent obtenir des dispersions plus importantes.
b Les valeurs des dispersions tabulées ici concernent un boulon pris isolément ; la dispersion attachée au serrage obtenu pour
l'ensemble des boulons d'un assemblage est plus faible, pour des raisons statistiques, voir 6.2.
c En serrage par tendeur hydraulique, l'inégalité de ε1+ et ε1- provient du fait qu’une sollicitation additionnelle est exercée sur le boulon
lorsque l’assemblage est tourné pour contact avant le transfert de charge à l’écrou.
d µ est le coefficient de frottement que l’on peut escompter entre le boulon et l’écrou.

58
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Annex E
(informative)

Séquences de calcul

Étape 1 : Détermination des bras de levier (sauf ceux dépendant de dGe et dMe) et flexibilité des
brides.

(Voir 4.2)
~ ~ ~ ~
bF, dF, eF (et bL ,dL ,eL ) et bF , dF, ~
eF (et bL , dL, ~
eL )

~
d 3e (d 3e = d 3e )

~
eE, dE et ~
eE, dE

~ ~ ~ ~
hH , hL , hR , hQ et hH , hL , hR , hQ

~ ~
Z F , Z L et Z F , Z L

Étape 2 : Détermination de la flexibilité des boulons

(Voir 4.3)

AB, XB

Étape 3 : Détermination des dimensions théoriques du joint

(Voir 4.4.2)

bGt, dGt, AGt

Étape 4 : Détermination de l’établissement du contact métal-métal dans la situation d’assise

(Voir 5.5)

Étape 4.1 : Détermination de la plage [QGj -1 ; QGj] dans laquelle le contact métal-métal est établi

 détermination de l’effort FGj pour appliquer une contrainte de compression donnée QGj sur le joint
(voir 5.5.2) ;

FG, bGe, dGt, AGe

 détermination de l’épaisseur du joint, de la flexibilité du joint et des bras de levier en fonction de dGe
(voir 5.5.2) ;

~
eG , hG , hG , X G

 détermination de la compression locale (le cas échéant) et des angles de rotation (voir 5.5.2) ;

~ ~
∆eFG , ∆~
eFG , θF , θF , θL , θL

59
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

 détermination de dM1e (4.6.2.1) ;

 confirmation de la condition de contact métal-métal :

dM1e ≤ dM2 : Oui : le contact métal-métal est établi et la plage dans laquelle le contact métal-métal est
établi est [QGj-1 ; QGj] ;

dM1e > dM2 : non : le contact métal-métal n’est pas établi lors de l’application d’une contrainte de
compression sur le joint égale à QGj. L’étape 4.1 doit être répétée avec une contrainte de compression
plus élevée sur le joint.

Étape 4.2 : détermination de l’effort FGMMC pour lequel le contact métal-métal est établi

(Voir 5.5.3)

Étape 5 : détermination des efforts FG0 et FM0 après l’application d’un serrage initial donné supérieur
à FBMMC :

(Voir 5.6.2 et 5.6.3) :

dMe, hM

eW, XW

~ ~
θF , θF , θL , θL

∆eFG , ∆~
eFG

~ ~ ~ ~ ~
X FG , X FM , X FL , X LF , X LB , X FG , X FM , X FL , X LF , X LB

YG0ii, YM0ii, YR0ii

FG0, FM0 première approximation

Calcul :

~
bGe , d Ge , AGe , eG , hG , hG , X G

eW, XW

~ ~
θF , θF , θL , θL

∆eFG , ∆~
eFG

dM1e, dMe, hM

~ ~ ~ ~ ~
X FG , X FM , X FL , X LF , X LB , X FG , X FM , X FL , X LF , X LB

YG0ii, YM0ii, YR0ii

FG0, FM0

60
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

L’itération est répétée jusqu’à ce que la précision requise soit obtenue sur FG0 et FM0.

Étape 6 : Détermination des efforts internes dans la situation I + 1, les efforts internes dans la
situation I étant connus.

YMI + 1i , YGI + 1i , YRI + 1i , YQI + 1i , YMI + 1ii , YGI + 1ii , YRI + 1ii , YQI + 1ii

FGI + 1, FMI + 1 (première approximation)

~
bGe , d Ge , AGe , eG , hG , hG , X G , EG

eW, XW

~ ~
θF , θF , θL , θL

∆eFG , ∆~
eFG

dM1e, dMe, hM

~ ~ ~ ~ ~
X FG , X FM , X FL , X LF , X LB , X FG , X FM , X FL , X LF , X LB

YMI + 1i , YGI + 1i , YRI + 1i , YQI + 1i , YMI + 1ii , YGI + 1ii , YRI + 1ii , YQI + 1ii

FGI + 1, FMI + 1, FBI + 1

L’itération est répétée jusqu’à ce que la précision requise soit obtenue sur FGI + 1, FMI + 1 et FBI + 1.

Cette étape est répétée pour toutes les situations.

Après le calcul de FGI + 1, FMI + 1 et FBI + 1 dans la situation I + 1, dans le cas d’une augmentation de la
sollicitation thermique ou mécanique sur le joint, l’étape 7 doit être effectuée.

Il est vérifié que le contact métal-métal est maintenu après chaque condition de calcul.

Les critères d’étanchéité aux fuites sont contrôlés après chaque condition de calcul.

À la fin de cette étape :

Si le contact métal-métal est maintenu et les critères d’étanchéité aux fuites sont satisfaits dans chaque
condition de calcul, le serrage initial peut être diminué (mais le serrage reste encore dans la plage [FBMMC ;
FG0 max]) et l’étape 5 doit être répétée.

Si le contact métal-métal est perdu dans une des conditions de calcul, le calcul peut être interrompu, le
contact métal-métal ne peut pas être maintenu pour la jonction boulonnée définie et la conception de cette
jonction doit être modifiée.

Si les critères d’étanchéité aux fuites ne sont pas satisfaits dans l’une des conditions de calcul, le calcul peut
être interrompu, les critères d’étanchéité aux fuites ne peuvent pas être satisfaits pour la jonction boulonnée
définie et la conception de cette jonction doit être modifiée.

61
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Étape 7 : Détermination des efforts internes après relaxation du joint

FGI + 1 après relaxation

~
bGe , d Ge , AGe , eG , hG , hG , X G , EG

eW, XW

~ ~
θF , θF , θL , θL

∆eFG , ∆~
eFG

dM1e, dMe, hM

~ ~ ~ ~ ~
X FG , X FM , X FL , X LF , X LB , X FG , X FM , X FL , X LF , X LB

YMI + 1i , YGI + 1i , YΡΙ + 1ι , YQI + 1i , YMI + 1ii , YGI + 1ii , YRI + 1ii , YQI + 1ii

FMI + 1, FBI + 1

L’itération est répétée jusqu’à ce que la précision requise soit obtenue sur FMI + 1.

Étape 8 : Détermination du taux de charge

(Voir Article 6)

FB0 max, FB0 max

À partir de ces valeurs, l’ensemble des calculs depuis l’étape 5 sont répétés afin de déterminer les efforts
internes à prendre en compte dans le calcul du taux de charge dans toutes les situations.

Dans toutes les situations :

~ ~ ~
ΦB , ΦG , ΦF , ΦL , ΦF , ΦL , (Φ X , Φ X )

62
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Annex F
(informative)

Détermination des équations de souplesse

L’analyse du contact métal-métal conduit à la détermination de l’effort de réaction sur la surface de contact
métal-métal FM. Cela signifie qu’une équation de souplesse supplémentaire est requise.

Pour déterminer FB, FG et FM, nous disposons des 3 équations suivantes :

 équilibre des efforts :

FB = FG + FM + FQ + FR (F.1)

Première équation de compatibilité de déformation :

~M ~T ~M ~M ~ ~T
∆lBM + ∆lBT = ∆eM T M M T
W + ∆eW + ∆e W + ∆eW + ∆eLB + ∆eLB − ∆θL ⋅ hL − ∆θL ⋅ hL + ∆eL + ∆eL
~ ~
+ ∆eM + ∆~
LF e M + ∆eM + ∆~
LF FL e M − ∆θ M ⋅ h − ∆θ M ⋅ h + ∆e T + ∆~
FL F G F G Ft e T + ∆eM + ∆~
Ft FG eM
FG (F.2)
M T
+ ∆eG + ∆eG

Deuxième équation de compatibilité de déformation :

~
d Ge ~M d Ge
∆θFM ⋅ + ∆θF ⋅ T
+ ∆eFt + ∆~eFtT + ∆eFG
M
+ ∆~ M
eFG + ∆eGM
+ ∆eGT
=
2 2 (F.3)
d ~ d
∆θFM ⋅ Me + ∆θFM ⋅ Me + ∆eFm T
+ ∆~ T
eFm M
+ ∆eFM + ∆~ M
eFM M
+ ∆eM T
+ ∆eM
2 2

Tous les termes de déformation sont désignés en fonction des efforts correspondants dans les 2 équations de
compatibilité de déformation ci-dessus afin d’obtenir les 2 équations de souplesse présentées ci-dessous.

Première équation de souplesse

La première équation de souplesse est déterminée à partir du bilan des efforts et de la première Équation de
compatibilité de déformation :

( ) ( ) ( ) ( )
∆ YGi ⋅ FG + ∆ YMi ⋅ FM + ∆ YQi ⋅ FQ + ∆ YRi ⋅ FR + ∆U i = 0 (F.4)

Deuxième équation de souplesse

La deuxième équation de souplesse est déterminée à partir du bilan des efforts et de la deuxième Équation
de compatibilité de déformation :

( ) ( ) ( ) ( )
∆ YGii ⋅ FG + ∆ YMii ⋅ FM + ∆ YQii ⋅ FQ + ∆ YRii ⋅ FR + ∆U ii = 0 (F.5)

63
AFNOR le 29/11/2018 à 15:17 XP CEN/TS 1591-3:2007-10
Pour : IANOR +
Date livraison : jeudi 29 novembre 2018 15:40:02
Client : ENACT
CEN/TS 1591-3:2007

Bibliographie

[1] A. S. WINEMAN & K. R. RAJAGOPAL — Mechanical response of polymers — An introduction (2000).

[2] EN 1092-1, Brides et leurs assemblages — Brides circulaires pour tubes, appareils de robinetterie,
raccords et accessoires, désignées PN — Partie 1 : Brides en acier.

[3] EN 1092-2, Brides et leurs assemblages — Brides circulaires pour tuyaux, appareils de robinetterie,
raccords et accessoires, désignées PN — Partie 2 : Brides en fonte.

[4] EN 1092-3, Brides et leurs assemblages — Brides circulaires pour tubes, appareils de robinetterie,
raccords et accessoires désignées PN — Partie 3 : Brides en alliages de cuivre.

[5] EN 1092-4, Brides et leurs assemblages — Brides circulaires pour tubes, appareils de robinetterie,
raccords et accessoires, désignées PN — Partie 4 : Brides en alliages d'aluminium.

[6] EN 13445, Récipients sous pression non soumis à la flamme.

[7] EN 13480, Tuyauteries industrielles métalliques.

[8] EN 13555, Brides et leurs assemblages — Paramètres de joints et modes opératoires d'essai relatifs aux
règles de calcul des assemblages à brides circulaires avec joint.

64