Vous êtes sur la page 1sur 172

Chapitre

1 Second degré et problèmes

1. Page d’ouverture b) 3x2 – 2x = 0 équivaut à x(3x – 2) = 0, c’est–à–dire


x = 0 ou 3x – 2 = 0. Donc  = '0 ; 3 1 .
2
• Énigme ✱
c) (2x + 3)(2x + 4) = 0 équivaut à :
2x + 3 = 0 ou 2x + 4 = 0. Donc  = '–2 ; – 2 1 .
cm

3
x
28

h'
d) x2 + 2x + 1 = 0 s’écrit (x + 1)2 = 0.
a=

Donc  = {– 1}.
e) (x + 2)2 – 4 = 0 équivaut à (x + 2 – 2)(x + 2 + 2) = 0,
soit x(x + 4) = 0, c’est–à–dire x = 0 ou x + 4 = 0.
Donc  = {– 4 ; 0}.
3
h × a a 2 ×a 3 2 3    1. a) 2(x – 1)2 – 8 = 2(x2 – 2x + 1) – 8
aire de la pizza : = = = a
2   2 2   4 = 2x2 – 4x – 6 = P(x).
= 196   3 cm . b) 2(x – 3)(x + 1) = 2(x – 2x – 3)
2

3 = 2x2 – 4x – 6 = P(x).
x ×x
h’ × x 2 3 2 2. a) P(3) = 2(3 – 3)(3 + 1) = 0,
aire de chaque part = = = x cm2
2   2   4 P(1+ 2)= 2(1+ 2 –1)2 – 8
ce qui donne x2 = 392 d’où x ≈ 19,8 cm.
L’âge de mon petit fils est 20 ans. = 2( 2 )2 – 8 = – 4.
b) • P(x) = 0 s’écrit 2(x – 3)(x + 1) = 0 et équivaut à :
• Énigme ✱ ✱ x – 3 = 0 ou x + 1 = 0.
Donc  = {– 1 ; 3}.
On note h la fonction de degré 2 qui donne la position
• P(x) = – 8 s’écrit 2(x – 1)2 – 8 = – 8 et équivaut à :
d’un point de l’arc parabolique en fonction de la distance
2(x – 1)2 = 0.
de la rive.
Donc  = {1}.
La portée et la hauteur de l’arc parabolique permettent
• P(x) = – 6 s’écrit 2x2 – 4x – 6 = – 6, soit
d’obtenir l’écriture de la forme canonique :
2x2 – 4x = 0, c’est-à-dire 2x(x – 2) = 0 et équivaut à
200 2
1
h (x) = a  x – 
2 
+ 80. x = 0 ou x – 2 = 0. Donc  = {0 ; 2}.
Or h (0) = 0 donc a × 100 + 80 = 0
2 c) • P(x) = 2(x – 1)2 – 8 donc le minimum de P sur R est – 8
donc a = – 0,008. et il est atteint pour x = 1.
Ainsi h (x) = – 0,008 (x – 100)2 + 80.
4    a) Pour tout nombre réel x, – 2(x – 3)2 – 1 < 0.
h (40) = 51,2.
La hauteur du pont est 51,2 m. b)
x 3
– –
2 +
– 4x – 6 + 0 –
2. Vérifier les acquis
1    a) (x + 2)2 = x2 + 4x + 4 c)
b) (x – 3)2 = x2 – 6x + 9 x – – 1 3 +
c)  c x - 3 m = x2 - 3 x + 9
5 2 10 25 x–3 – – 0 +
x+1 – 0 + +
d)  c x + 2 m = x2 + 5x + 4
5 2 25
2(x – 3)(x + 1) + 0 – 0 +
e) x2 – 9 = (x + 3)(x – 3)
f) x2 – 5 = (x + 5)(x – 5) d) 2x2 + 4x = 2x(x + 2).
x – – 2 0 +
2    a) 4x2 = 9 équivaut à 4x2 – 9 = 0, c’est–à–dire (2x – 3)
2x – – 0 +
(2x + 3) = 0, soit 2x – 3 = 0 ou 2x + 3 = 0.
x+2 – 0 + +
Donc  = '– 2 ; 2 1 .
3 3
2x(x + 2) + 0 – 0 +

CHAP01.indd 1 21/06/11 11:44


e) 9 – x2 = (3 – x)(3 + x). 3    a)  Pour tout réel x,
b 2 b2 – 4ac
x – – 3 3 + 1
a  x + 
2a
– 4a
3–x + + 0 –
b b2 b2 – 4ac
3+x – 0 + + 1
= a  x  +  x + 2 –
2
a 4a  4a
9 – x2 – 0 + 0 –
b2 b2 – 4ac
= ax2 + bx + –
5    1. La parabole est tournée vers le bas et a pour 4a 4a
= ax2 + bx + c
sommet S (2 ; 5), la réponse est c).
= f (x)
5 5 b b2 – 4ac
2. f(x) = [ 4 –(x –2)2 ] = (2 – x + 2)(2 + x –2) b)  a = – , b = –
4 4 2a 4a
5 2.  a)  On peut conjecturer que les valeurs possibles de d
= 4 x(4 – x)
sont les réels de l’intervalle [5 ; 10]
6    a) On attribue la fenêtre ➊ à g, la fenêtre ➋ à h et b)  • La surface totale des deux parcelles obtenues doit
la fenêtre ➌ à f. être au minimum de 610 m2 donc :
b) • Courbe de f. (d + 16)2 + (d + 8)2 > 610 ce qui donne :
2d2 + 48d + 320  610
soit encore d2 + 24d – 145  0
• La surface totale des deux parcelles obtenues ne doit
pas dépasser 1 000 m2 donc (d + 16)2 + (d + 8)2  1 000
ce qui donne 2d2 + 48d + 320  1 000
soit encore d2 + 24d – 340  0.
• Courbe de g. D’après les informations, les inéquations s’écrivent :
(d – 5) (d + 29) > 0 et (d – 10) (d + 34)  0
d 0 5 10
d–5 – 0 +
d + 29 + +
d2 + 24d – 145 – 0 +
• Courbe de h.
d2 + 24d – 145 > 0 pour d ∈ [5 ; 10]
Pour tout d ∈ [5 ; 10], d – 10  0 et d+ 34  0 donc
d2 + 24d – 340  0.
Conclusion :
Les valeurs possibles de d sont les réels de l’intervalle
[5 ; 10].

3. Activités d’approche
1    1. b)  m = 1, a = – 1, b = – 4 4. Accompagnement personnalisé
c)  Pour tout réel x, 1    a = 2, b = – 20 et c = 0.
(x + 1)2 – 4 = x2 + 2x + 1 – 4 = x2 + 2x – 3 = f (x) La forme canonique de p est p(t) = 2(t – 5)2 – 50.
2    a)  • f (x) = x2 – 6x + 11 a) La profondeur du plongeon est de 50 m.
m = 1 ; a = 3, b = 2 b) Le temps de descente du plongeon est de 5 s.
5 c) La durée totale du plongeon est de 10 s.
• f (x) = x2 + 3x +  
3 4
m = 1 ; a = – , b = – 1. 2    La forme canonique de h est :

( )
2 2
• f (x) = – 2x2 – 4x – 2 3 405
h(t) = –5 t − 2 + 4 .
m = – 2 ; a = – 1, b = 0
a) La hauteur maximale du pigeon d’argile est
b)  On peut émettre les conjectures suivantes :
405
•a=m 4  m soit environ 101,25 m.
• (a ; b) sont les coordonnées de la parabole qui repré- b) Cette hauteur est atteinte à l’instant t = 1,5 s.
sente f. c) On résout –t2 + 3t + 18 = 0,
b
•a=– ∆ = 81, t1 = – 3, t2 = 6.
2a
• b = f (a) La durée du vol est de 6 s.

CHAP01.indd 2 21/06/11 11:44


3    a)  10    a)  f(x) =  x –  1 – 1
2

x – – 3
1
+
1 2 4 
2 1 2 3
f(x) – 0 + 0 – 1
b)  g(x) = – 2  x –  +
2 
2
1
5 2 35
donc  = [– 3 ;  2 ].
b)  Le sommet  a pour coordonnées c– 4 ; 8 m .
5 49 1
c)  h(x) = 3  x –  +
6  12
2
1 9
c)  f (x) = 3 équivaut à – 2x2 – 5x = 0, c’est–à–dire :
1
d)  k(t) = – 2  t –  + . 
x(–2x – 5) = 0. Donc  = '- 2 ; 01 .
5 4 8

d)  Pour tout nombre réel x, 11    1.  • Le sommet de #1 a pour coordonnées (– 2 ; 3)
donc f1 (x) = a (x + 2)2 + 3.
f ( x) = - 2c x + 5 m + 49 donc f ( x) G 49 .
2

4 8 8 Or f1 (1) = 6 donc 9a + 3 = 6
1
4    a) On résout – 2q2 + 110q – 900 = 0. soit a = .
3
∆ = 4 900, q1 = 10 et q2 = 45. 1
Ainsi f1 (x) = (x + 2)2 + 3.
Le bénéfice B(q) est nul pour q = 10 et q = 45 articles 3
• Le sommet de #2 a pour coordonnées (2 ; – 3) donc :
fabriqués.
f2 (x) = a (x – 2)2 – 3.
b) L’inéquation B(q) > 0 a pour solution :
Or f2 (1) = – 1 donc a – 3 = – 1
 = ]10 ; 45[.
soit a = 2.
c) Pour q ∈ [0 ; 80], B(q) = – 2 (q – 27,5)2 + 612,5.
Ainsi f2 (x) = 2 (x – 2)2 – 3
q 0 27,5 80 • Le sommet de #3 a pour coordonnées (3 ; 2) donc :
612,5  f3 (x) = a (x – 3)2 + 2.
B(q)   Or f3 (2) = 1 donc a + 2 = 1
– 900 – 4 900 soit a = – 1.
Ainsi f3 (x) = – (x – 3)2 + 2.
De 0 à 27 articles fabriqués, le bénéfice ­augmente.
• Le sommet de #4 a pour coordonnées (– 3 ; 2) donc :
De 28 à 80 articles fabriqués, le bénéfice diminue.
f4 (x) = a (x + 3)2 + 2.
b) On obtient les solutions 3 et 2.
Or f4 (– 2) = – 1 donc a + 2 = – 1
5    a) Le programme affiche « Pas de solution ». soit a = – 3.
b) Pauline s’est trompée dans le calcul de ∆: Ainsi f4 (x) = – 3 (x + 3)2 + 2.
∆ = (– 3)2 – 4 × 2 × 5 = – 31. 1 1 4 13
2.  f1 (x) = (x + 2)2 + 3 = x2 + x + = h (x)
3 2 3 3 3
6    Clément donne une valeur approchée de la so- f2 (x) = 2 (x – 2) – 3 = 2x – 8x + 5 = k (x)
2

lution x2. f3 (x) = – (x – 3)2 + 2 = – x2 + 6x – 7 = g (x)


1
Les solutions sont x1 = 1 et x2 = - 3 . f4 (x) = – 3 (x + 3)2 + 2 = – 3x2 – 18x – 25 = f (x).
7    ∆ = (– 8)2 – 4 × 3 × 16 = 0 12    f (x) = a (x – 3)2 + 4.
3
donc Fatou a raison. 1
f (– 2) = – 1 donc 25a + 4 = – 1 ce qui donne a = – .
1 5
f (x) = – (x – 3)2 + 4.
5
5. Exercices de base 13    Le sommet a pour coordonnées (0,9 ; 5,4) et a  0
8    donc réponse c).
14    a) L’ordonnée à l’origine de la courbe représente la
Forme développée
Forme canonique hauteur de la fusée à l’instant t = 0 : h (0) = 20.
correspondante
b) Le sommet de la parabole a pour coordonnées (4 ; 80)
– 2 (x + 1)2 + 1 – 2x2 – 4x – 1
donc a = 4 et b = 80.
3 (x – 2)2 + 2 3x2 – 12x + 14
h (t) = a (t – 4)2 + 80
x2 + 1 x2 + 1 Or h (0) = 20 donc 16a + 80 = 20
– 2 (x + 1)2 + 3 – 2x2 – 4x + 1 15
donc a = – .
4
15
9    a) f (x) = (x + 1)2 + 2 h (t) = – (t – 4)2 + 80.
4
( )
3 2 5
b) g (x) = x − 2 − 4
c) h (t) = 0 ⇔ – 3t2 + 24t + 16 = 0
∆ = 768.
c) h (t) = 4(t + 1)2 – 2 – 24 –  768
t1 = ≈ 8,6
d) k(x) = – (x – 3)2 + 13   – 6

CHAP01.indd 3 21/06/11 11:44


– 24 +  768 1 2 2 5
t2 =  0. • f (x) = – x + x + donc a = 1 et b = 2
3 3 3
  – 6
La fusée serait tombée 8,6 secondes après son lance-
ment.
{ } 3
19    a)  = – ; 7
2

15    f (x) = – 0,3 (x – 20)2 + 70. { }


b)  = 0 ; 9
7
Le sommet de P est S (20 ; 70) et f (0) = 70.
Thomas peut ainsi prendre la fenêtre et obtenir la
c)  = {}
1
3
courbe : d)  = ∅.


20    a)  = 1 –  13  ; 1 +  13 
  6   6
b)  = –   35   35
;
  7   7


c)  = 5 –  21  ; 5 +  21 
  2   2
d)  = ∅
21    • #1 ne coupe pas l’axe des abscisses donc pas de
factorisation possible.
16    a) f1est décroissante sur ]– ; 1] et croissante sur 1
f2 (x) = (x – 1) (x – 5)
[1 ; +[. 2
1
b) f2 est décroissante sur ]– ; 3] et croissante sur [3 ; +[. f3 (x) = (x – 1) (x + 1)
2
c) f3 est croissante sur ]– ; – 0,5] et décroissante sur 3
[– 0,5 ; +[. f4 (x) = – (x + 2) (x – 2)
4
d) f4 est croissante sur ]– ; 6] et décroissante sur [6 ; +[. 22    a) ∆ = 5
1
17    a) f1 est décroissante sur ]– ; – ] et croissante –7– 5 7 + 5 –7 + 5 7 − 5
2 x1 = 2  ; x2 = –2
1 = =
sur [–  ; +[. –2 2
2 b)
b) f2 est croissante sur ]– ∞ ; 1] et décroissante sur [1 ; + ∞ [ .
c) f3 est décroissante sur ]– ∞ ; 0] et croissante sur [0 ; + ∞ [ .
c) f4 est croissante sur ]– ∞ ; 1] et décroissante sur [1 ; + ∞ [ .
18    a)
Entrées
Saisie a, b, c (réels)
Traitement x1 ≈ 4,62 et x2 ≈ 2,38
U prend la valeur – b/2a 23    a) Les sommets des deux paraboles ont pour abs-
V prend la valeur – (b2 – 4ac)/4a cisse 0 donc
Sortie x  a (x – 0)2 + b = ax2 + b
Afficher U, V. 16
b) Sur Casio b) • a1 = – et b1 = 16
25
“A” ? → A ↵ 7
a2 = – et b2 = 14
“B” ? → B ↵ 50
“C” ? → C ↵ 16 2 7 2 1
c) – x + 16 = – x + 14 équivaut à x2 = 2, ce qui
– B ÷ (2A) → U ↵ 25 50 2
donne x = – 2 ou x = 2.
– (B2 – 4AC) ÷ (4A) → V ↵ 16 336
– × 22 + 16 = = 13,44.
U 25 25
V Les deux jets d’eau se croisent à 13,44 dm.
Sur TI x2
24    a) f (x) = 0 ⇔ – + x = 0
: Prompt A, B, C 32
x
: – B/2A → U 1
⇔x – +1 =0
32 
: – (B2 – 4AC)/(4A) → V
⇔ x = 0 ou x = 32.
: Disp U
Le ballon tombe à 32 mètres du gardien.
: Disp V 1
c) f (x) = x2 – 4x + 7 donc a = 2 et b = 3 b) f (x) = – (x – 16)2 + 8.
32
• f (x) = 3x2 + 24x + 41 donc a = – 4 et b = – 7 La hauteur maximale atteinte par le ballon est 8 mètres.

CHAP01.indd 4 21/06/11 11:44


25    a)  = [1 ; 2]. 30    a) Firme 1 :
4  ∆ = 100 ; q1 = 3 et q2 = 13
b)  = ]–  ; 0[   5 ; +
 
c)  = {3} q 0 3 13 20
d)  = ℝ – q + 16q – 39
2
– 0 + 0 –
26    a)  = {3} Le profit est positif pour q ∈ [3 ; 13].
13 13
b)  = ]– ∞ ; –
  2
 

  2
 ; + ∞ [ Firme 2 :
∆ = 144, q1 = 6 et q2 = 18
c)  = ∅
d)  = ]– 3 –   3  ; – 3 +   3 [. q 0 6 18 20
27    1) a)  = ]– ∞ ; – 3] ∪ [1 ; + ∞ [ – q + 24q – 108
2
– 0 + 0 –
b)  = ]– ∞ ; – 1,5 [∪] 1 ; + ∞ [
Le profit est positif pour q ∈ [6 ; 18].
c)  = [– 2 ; 1]
b) p1(q) = p2(q) ⇔ 8q = 69 ⇔ q = 8,625.
2) a) ∆ = 16 ; x1 = 1 et x2 = – 3
Pour 8  625 unités produites les deux firmes feront le
x – ∞ – 3 1 +∞ même profit.
69
f (x) + 0 – 0 + p11 
8
≈ 24,609.
 = ]– ∞ ; – 3] ∪ [1 ; + ∞ [ Ce profit sera de l’ordre de 24 609 e.
b) ∆ = 25, x1 = – 1,5 et x2 = 1 c) p2(q)  p1(q) ⇔ q  ⇔ 8,625.
La seconde firme se montre plus rentable que la première
x – ∞ – 1,5 1 +∞ pour un volume de production compris entre 8 625 et
g (x) – 0 + 0 – 18 000 unités produites.
 = ]– ∞ ; – 1,5 [∪] 1 ; + ∞ [
31    a) v(t)  5 ⇔ t2 – 8t + 12  0
c) f (x)  g (x) ⇔ x2 + x – 2  0
∆ = 16, t1 = 2, t2 = 6
∆ = 9 ; x1 = 1 et x2 = – 2
x – ∞ – 2 1 +∞ t 0 2 6 8
x2 + x – 2 + 0 – 0 + t – 8t + 12t
2
+ 0 – 0 +

 = [– 2 ; 1]  = [2 ; 6]
1 La valeur de l’action a dépassé 5 e pendant 4 mois.
28    a) ∆ = 9, x1 = – 2 et x2 = – 50
2 b) v(t)  2 + × 2 ⇔ v(t)  3
100
x 1
– ∞ – 2 ⇔ t2 – 8t + 4  0
– 2 +∞
∆ = 48, t1 = 4 – 2  3  , t2 = 4 + 2  3  
f (x) – 0 + 0 –
b) t 0 t1 t2 8
t – 8t + 4
2
+ 0 – 0 +
 = [t1 ; t2]
t1 ≈ 0,5 t2 ≈ 7,5
Pendant environ 7 mois l’action a gagné plus de 50 %
de sa valeur initiale.

32    a) h(t)  5 ⇔ – 5t2 + 12t – 4  0


29    a) x ∈ [0,8 ; 12]
∆ = 64, t1 = 0,4, t2 = 2
b) Aire de la partie restante :
30 × 12 – 30 × x – (12 – x) x = x2 – 42x + 360. t 0 0,4 2 +∞
Cette aire doit être supérieure à 280 donc – 5t + 12t – 4
2
– 0 + 0 –
x2 – 42x + 360  280
soit x2 – 42x + 80  0.  = [0,4 ; 2]
c) ∆ = 1444, x1 = 40 ; x2 = 2 Le centre de gravité se trouve à plus de 5  mètres de
hauteur entre 0,4 seconde et 2 secondes.
x 0,8 2 12 b) h(t) = – 5 (t – 1,2)2 + 8,2
x – 42x + 80
2
+ 0 – Pour tout t  0, h(t)  8,2 donc le centre de gravité ne
 = [0,8 ; 2]. peut pas se trouver à 9 mètres de hauteur.

CHAP01.indd 5 21/06/11 11:44


6. Travaux pratiques 35    1) b) • m = – 2 =∅
• m = 0  = {1}
33    1) a)
• m = 4  = [– 1 ; 3]
• m = 9  = [– 2 ; 4]
2. a) x2  2x + m – 1 ⇔ x2 – 2x – m + 1  0
⇔ x2 – 2x + 1 – m  0.
b) ∆ = 4 m
• Si m  0 alors ∆  0
b) Lorsque M est au sommet (6 ; 128) de 3 il semblerait Le signe de x2 – 2x + 1 – m est celui de a = 1  0.
que S(a) soit maximale. Donc  = ∅
2. a) S(a) = AB × MH où H est le projeté orthogonal de • Si m = 0 alors ∆ = 0 donc une racine double x0 = 1.
2 L’inéquation s’écrit (x – 1)2  0 donc  = {1}.
M sur l’axe des abscisses.
• Si m  0 alors ∆  0 donc deux racines x1 = 1 – m
AB = 8 et MH = f (a)
et x2 = 1 + m .
S(a) = 4 f (a).
b) f (a) = – 2 (a – 6)2 + 32. x –  x 1 x 2 +
Le maximum de f est 32 obtenu pour a = 6 donc le maxi- x2 – 2x + 1 – m + 0 – 0 +
mum de S est obtenu pour a = 6 et vaut 4 × 32 = 128.
 = [x1 ; x2]
M est donc au sommet de 3.
c) Le résultat obtenu n’est valable que pour m  0.
c) L’aire maximale des triangles est 128 unités d’aire.
34    1) a)

7. Exercices d’entraînement
36    1. a) f (x) = a x + b 2 – b
1 
2

b) Sur les intervalles [0 ; 6,17] et [21,83 ; 24] la courbe est 2a 4a


– b2
b) 1er cas : a  0, f admet donc un minimum égal à .
au-dessous de l’axe des abscisses. La température s’est 4a
donc maintenue au-dessous de 0 °C pendant la nuit. – b2
2e cas : a  0, f admet donc un maximum égal à .
Cela correspond en heures à : 4a
2. R(x) = x D (x) = x (28 – 0,7 x)
6,17 + (24 – 21,83) = 8,34 soit environ 8 h 20 min. R(x) = – 0,7x2 + 28 x.
c) Une valeur approximative de la durée d’écoulement D’après 1), avec a = – 0,7 et b = 28 la recette maximale
de l’eau sucrée est : b2 282
quotidienne est en e, – = – = 280.
2 × 3,2 = 6,4 heures soit 6 h 24 min. 4a 4 (– 0,7)
2. a) b) 
37    a) Posons AM = x avec 0  x  8.
 = x2 + (8 – x)2 = 2x2 – 16x + 64
Aire (ABCD) = 64.
 = 64 ⇔ x2 – 8x = 0 ⇔ x (x – 8) = 0 d’où x = 0 ou x = 8.
Ainsi pour M = 0 ou M = D, l’aire  est égale à l’aire du
carré ABCD.
b)  = 32 ⇔ x2 – 8x + 16 = 0 ⇔ (x – 4)2 = 0
⇔ x = 4.
– 7 5  + 28 7 5   +   28 Ainsi pour M milieu de [AD],  est égale à la moitié de
c) •  ≈ 6,17 et ≈ 21,83
  2 2 l’aire du carré ABCD.
– 7 33  + 84 7 33  + 84 c)  = 16 ⇔ x2 – 8x + 24 = 0
• t ∈

 6
;
  6
 et
∆ = – 32  0
21 35
t ∈]– ∞ ;
2  

2
 ; + ∞[ Il n’existe aucune position de M pour laquelle  soit
égale au quart de l’aire du carré ABCD.
Seules les deux premières conjectures sont vraies.
donc t ∈   – 7
33  + 84 21
6
;
2

35 7 33  + 84
  ;
2   6

38    1. a) x2 + (  6  –  3 ) x – 3  2 = 0
21 – 7 33  + 84
– ≈ 3,2 ⇔ x2 = – (  6  –  3 ) x + 3  2
2   6
⇔ x2 = (  3  –  6 ) x + 3  2 .
7 33  + 84 32
– ≈ 3,2. Les solutions de (E) sont les abscisses des points d’inter-
  6 2
Les résultats sont cohérents. section de  : y = x2 et de  : y = (  3  –  6 ) x + 3  2 .

CHAP01.indd 6 21/06/11 11:44


b) b) Pour tout x ∈[0 ; 8], x + 1  0.
3x2 4 (8 – x)
a1  a2 ⇔ 
x+1 x+1
⇔ 3x2 + 4 x – 32  0.
8
b) ∆ = 400, x1 = – 4 et x2 =
3
x 8
0 8
3
c) On peut conjecturer que les solutions de (E) sont –  6 0
3x + 4x – 32
2
– +
et   3 .
2. a) f (x) = (x +   6) (x –   3 ). a1  a2 donc :
b) (x +   6) (x –   3 ) = x2 –   3 x +   6x –   6 ×   3 8
 = [  ; 8]
= x2 + (  6 –   3 )x – 3  2 3
= f (x). 41    a) Le programme donne la forme développée de
f (x) = 0 ⇔ (x +   6) (x –   3 ) = 0 f (x).
 = {–  6 ;   3 } La chaîne de caractère affichée en ligne 6 est :
3.   2 × 54 + 81 = 9 (6  2 + 9) = 9 (  3 +   6)2 f (x) = (a)x2 + (b)x + (c).
b) Avec a = 1, a = 2 et b = 3 on obtient :
  2  × 54 + 81 = 3 (  3 +   6) f (x) = (1) x2 + (– 4)x + (7).
Ainsi on obtient –  6 et   3 .
42    a) P est associée à g, P’ à h et P’’ à f.
39    a) P(x)  1 b) • f (x) = (x – 1)2 – 4.
2 1
⇔ 0,0005 x2 – 0,045 x + 1,25  0,5 • g (x) = 2 (x + )2.
2
⇔ 0,0005 x2 – 0,045 x + 0,75  0 • h (x) = – 2x 2 + 6x + 3.
⇔ x2 – 90 x + 1 500  0.
43    a) L’ordonnée à l’origine représente pour ces quatre
∆ = 2 100, x1 = 45 – 5  21 ≈ 22
x2 = 45 + 5  21 ≈ 68 relevés la hauteur à laquelle se situent les boulets avant
les lancers.
x 0 x 1 x 2 + b) La portée du boulet n° 1 est 300 donc ce boulet ne
x – 90x + 1 500
2
+ 0 – 0 + convient pas.
 = [0 ; x1] ∪ [x2 ; + ∞[. c) – 0,004x2 + x + 20 = 60
Les personnes présentant un risque élevé sont celles ⇔ – 0,004x2 + x – 40 = 0
âgées de moins de 22 ans et de plus de 68 ans. ∆ = 0,36, x1 = 50 et x2 = 200.
b) P(x)  0,20 ⇔ 0,0005 x2 – 0,045 x + 1,25  0. Il peut placer la cible soit à 50 m ou à 200 m du trébuchet.
⇔ 0,0005 x2 – 0,045 x + 1,05  0 44    a) f (0,6) = 0,6
⇔ x2 – 90 x + 2 100  0 Il y en aura 600 l’année suivante.
∆ = – 300  0 b) Non car si on observe 600 coccinelles, l’année suivante
a = 1  0 donc  = ∅. on estime leur nombre à 600.
Personne ne bénéficiera de ce rabais. 2,5x (1 – x)  0,4 ⇔ – 2,5x2 + 2,5x – 0,4  0
⇔ x2 – x + 0,16  0
40    1) a)
∆ = 0,36, x1 = 0,8 et x2 = 0,2.
x 0 0,2 0,8 1
x – x + 0,16
2
+ 0 – 0 +
x ∈[0,2 ; 0,8].
On doit avoir entre 200 et 800 coccinelles pour en comp-
ter plus de 400 l’année suivante.
c) f (0) = 0 donc le nombre de coccinelles l’année suivante
ne peut diminuer. Le stagiaire a donc écarté ce cas :
2,5 (1 – x)  1
2,5 – 1  2,5 x
b) On peut conjecturer que pour x ∈ [2,67 ; 8] a1  a2. 0,6  x.
3x2
2) a) a1 = xg (x) = 45    AB2 = (4 – 1)2 + (1 – 2)2 = 10
x+1
4 (8 – x) AC2 = (2 – 1)2 + (y – 2)2 = y2 – 4y + 5
a2 = (8 – x) f (x) = BC2 = (2 – 4)  + (y – 1)2 = y2 – 2y + 5
x+1
7

CHAP01.indd 7 21/06/11 11:44


Using Pythagoras’ theorem we have: On a donc : • aa2 + 3 = 2,25
AB2 = AC2 + BC2, so: c’est-à-dire aa2 = – 0,75
10 = y2 – 4y + 5 + y2 – 2y + 5 • a(18 – a)2 + 3 = 0
Simplifying we obtain 2y2 – 6y = 0 donc aa2(18 – a)2 + 3a2 = 0
Factorizing we have 2y(y – 3) = 0 donc – (18 – a)2 + 4a2 = 0
Using the null factor law, we obtain 2 solutions, y = 0 donc a2 + 12a – 108 = 0
or y = 3. D = 576, a1 = 6, a2 = –18
– 0,75 1
46    1. a) a= =–
36 48
1
h(d) = – (d – 6)2 + 3.
48
45
h(9) = = 2,8125  2,83.
16
L’entraîneur a mal fait son évaluation.

51    a) Si P, alors Q.
b) Si la déformation était proportionnelle à la vitesse de b) Si P, alors Q.
la balle, la représentation graphique serait une droite Si P, alors Q.
passant par l’origine, ce qui n’est pas possible d’après Si Q, alors P.
l’allure du nuage. Par contre, le nuage de points et le P équivalent à Q.
point (0 ; 0) correspondant à une déformation nulle c) Si Q, alors P.
pour une vitesse nulle suggère d’utiliser une fonction d) Aucune n’est vraie.
polynôme de degré 2.
2. a) D’après 1. b), la modélisation qui semble appro-
priée est D  = aV2. Pour déterminer la valeur de a, on 8. Mettre en œuvre une recherche
D
peut calculer la moyenne des rapports 2 . À l’aide de
  V
la calculatrice a ≈ 4,12 × 10–4. D = 4,12 × 10–4V2. 52    1. a)
b) V = 700.
D = 4,12 × 10–4 × 7002 ≈ 202
Une balle dont la vitesse est 700  m/s produirait une
déformation de 202 cm3.

47    1 : ∆  0 4 : ∆ = 0
2 : ∆ = 0 5 : ∆  0
b) On peut conjecturer que S(x) :
3 : ∆  0 6 : ∆  0
• est minimale pour x = 3
48    1. a) 1, 2 et 4 • est égale à 19 cm2 pour x = 2 ou x = 4.
• est supérieure à 25 cm2 pour x ∈ [0 ; 1] ∪ {5}.
b) 1 et 2
2. Calcul de l’aire S(x).
2. a) 1 et 2
a) Aire(MNPQ) = aire(ABCD) – 2 × aire(AMQ) – 2 aire(PDQ).
b) 2 et 4
b) Pour tout nombre réel x de [0 ; 5] :
1 000 x(5 – x) x(7 – x)
49    a) y = (t – 0,15)2 S(x) = 7 × 5 – 2 × –2
289 2 2
b) La distance d(t) est maintenant donnée par : S(x) = 35 – (–x2 + 5x) – (–x2 + 7x)
1 000 S(x) = 2x2 – 12x + 35.
d(t) = (t – 0,15 + 0,05)2
289 3. a)
1 000
d(t) = (t – 0,10)2
289
1 000
d(1) = × 0,92 ≈ 2,80
289
Le sprinter parcourt environ 30 cm supplémentaire.

50    Notons h(d) la hauteur (en m) en fonction de d la


distance (en m). h(d) = a (d – a)2 + b • S(x) est minimale pour x = xA = 3.
Ici b = 3. • S(x) est égale à 19 cm2 pour x = xE = 2 et pour x = xF = 4.
h(0) = 2,25 et h(18) = 0 • S(x) est supérieure à 25 cm2 pour x ∈ [0 ; 1] ou x = 5.

CHAP01.indd 8 21/06/11 11:44


b) Avec un logiciel de calcul formel L’affirmation est vraie.
d) L’affirmation est vraie.
e) ∆ < 0, l’affirmation est fausse.
56    a) ∆ < 0 et a > 0. L’affirmation est vraie.
b
b) – = 2 et –3 × 22 + 12 × 2 – 11 = 1.
• À partir de la forme canonique S(x) = 2(x – 3)2 + 17 on 2a
obtient que S(x) est minimale pour x = 3. L’affirmation est vraie.
• S(x) = 19 pour x = 2 et pour x = 4. c) L’affirmation est vraie.
• D’après la ligne 4, x ∈ ]–∞ ; 1] ∪ [5 ; +∞[. d) Pour a ≠ 0, ∆ = a2 – 4a = a (a – 4).
Or 0  x  5 donc S(x)  25 pour x ∈ [0 ; 1] ∪ {5}. ∆ > 0 équivaut à a < 0 ou a > 4. L’affirmation est vraie.
c) Par le calcul e) 2x2 – x + 1  0 n’a pas de solution (∆ < 0 et a > 0).
• 2x2 – 12x + 35 = 2(x2 – 6x) + 35 x = 1 est solution de la 2e inéquation.
= 2(x – 3)2 + 17 L’affirmation est fausse.
Le minimum est obtenu pour x = 3 et il vaut 17 cm2.
• S(x) = 19 ⇔ 2x2 – 12x + 35 = 19 Se préparer au contrôle
⇔ x2 – 6x + 8 = 0 57    a) et b)
∆ = 4, x1 = 4, x2 = 2. • f est donnée sous forme canonique. Sa forme factorisée
 = {2 ; 4}. est f (x) = (x – 1)(x + 5) et sa forme développée est :
• S(x)  25 ⇔ 2x2 –12x + 35  25 f (x) = x2 + 4x – 5.
⇔ x2 – 6x + 5  0 • g est donnée sous forme factorisée. Sa forme dévelop-
∆ = 16, x’1 = 5, x’2 = 1. pée est g (x) = 22x2 + 22x – 132 et sa forme canonique

( )
2
1 275
x 0 1 5 est g (x) = 22 x + 2 − 2
x – 6x + 5
2
+ 0 – 0 • h est donnée sous forme développée. Sa forme facto-
risée est h (x) = (x – 4)(x + 3) et sa forme canonique est :
 = [0 ; 1] ∪ {5}.
( )
2
1 49
h (x) = x − 2 − 4

9. Autoévaluation pour se tester 58    a) f (x) = x2 + 6x – 7 et f (x) = (x + 7)(x – 1).


b) • f (x) = 0 s’écrit (x + 7)(x – 1) = 0, c’est-à-dire :
x + 7 = 0 ou x – 1 = 0. Donc  = {– 7 ; 1}.
QCM • f (x) = – 7 équivaut à x2 + 6x = 0, c’est-à-dire :
53    1. La réponse exacte est c). x (x + 6) = 0, x = 0 ou x = – 6. Donc  = {– 6 ; 0}.
2. ∆ = (–2 010)2 – 4 × (–2 011) > 0. •  f (x) =2 équivaut à (x + 3)2 – 18 = 0, c’est–à–dire
La réponse exacte est c). (x + 3− 3 2)(x + 3+ 3 2) = 0.
3. ∆ = 20, la réponse exacte est b). Donc  = {–3–3 2 ; –3+ 3 2 } .
4. ∆ = 25, 6x2 + x – 1 = 0 a pour solutions :
1 1 59    a) g (x) = –5x2 + 25x + 30
– et .
2 3
La réponse exacte est b).
( )
et g (x) = –5 x –
5 2 245
2
+
4
.
b) • À partir de la forme canonique, les coordonnées du
54    1. La parabole est « tournée vers le bas » donc la
réponse correcte est a).
sommet sont ;( ) 5 245
2 4
.
2. La parabole coupe l’axe des abscisses en deux points • À partir de la forme factorisée, les abscisses des points
donc la réponse correcte est b). d’intersection de g avec l’axe des abscisses sont – 1 et 6.
3. a < 0 et c < 0 (ordonnée du point d’intersection de • À partir de la forme développée, l’ordonnée du point
la parabole avec l’axe des ordonnées) donc la réponse d’intersection de g avec l’axe des ordonnées est 30.
correcte est c). 60    La forme canonique de h est :
h (x) = –(x – 9)2 + 81.
Vrai – Faux La hauteur maximale atteinte par la fusée est 81 m.
55    a) a = –7, a < 0 et le sommet de la parabole 61    Les conditions se traduisent par :
b 3
qui représente f a pour abscisse − = . F(I)  20 000 et F(I)  30 000.
2a 14
L’affirmation est vraie. • F(I)  20 000 équivaut à :
b) f a une seule racine, ∆ = 0. L’affirmation est fausse. 3,2I2 + 5I – 20 000  0.
c) 3x2 – 5x + 7 = 7x – 5 équivaut à (x – 2)2 = 0. ∆ = 256 025, I1 < 0 et I2 ≈ 78,28.

CHAP01.indd 9 21/06/11 11:44


Donc 1 = [I2 ; +[ 64    a) Pour une baisse du prix de x euros, le parc reçoit
• F(I)  30 000 équivaut à : 600 + 60x visiteurs et chaque visiteur paye ainsi 23 – x
3,21I2 + 5I – 30 000  0. euros.
∆ = 384 025 La recette est donc :
I’1 < 0 et I’2 ≈ 96,05. (600 – 60x)(23 – x) = – 60x2 + 780x + 13 800
Donc 2 = [0 ; I’2]. b) – 60x2 + 780x + 13 800  17 000
L’ensemble des solutions est donc  = [I2 ; I’2]. ⇔ –3x2 + 39x –160  0.
L’échantillon doit subir des étirements compris approxi- c) D = –399, a = –3  0 donc pour tout x,
mativement entre 78,28 cm et 96,05 cm. –3x2 + 39x – 160  0.
L’inéquation n’a pas de solution. Le directeur ne peut
62    a)
Entrées donc pas atteindre son objectif.
Saisir a, b, c 65    1. Le nombre total d’exemplaires vendus en fonc-
Traitement tion du prix x est :
b
α prend la valeur − d1(x) + d2(x) = 60 000 – 2 500x.
2a
β prend la valeur aa2 + ba + c 2. a)
Sorties P(x) = (60 000 – 2 500x)x – (50 000 + 2(60 000 – 2 500x))
Afficher a, α, β P(x) = –2 500x2 + 65 000x – 170 000.
b) P(x) = – 2 500(x – 13)2 + 252 500
b) Casio TI
«A=» : ? → A↵ : Prompt A, B, C a = – 2 500  0 donc le profit est maximal pour un prix
«B=» : ? → B↵ : –B/ (2A) → U de vente égal à 13 e.
«C=» : ? → C↵ : AU2 + BU + C → V Le nombre d’exemplaires vendus :
–B  (2A) → U↵ : Disp A • en France est d1(13) = 24 000
AU2 + BU + C → V↵ : Disp U
A U V : Disp V • en Belgique est d2(13) = 3 500.
c) Par exemple : 3. a) n = 60 000 – 2 500 x
f (x) = 3x2 – 6x + 1, a = 3, α = 1, β = – 2 d’où : –n + 60 000 –n
⇔x= = + 24
f (x) = 3(x – 1)2 – 2. 2 500 2 500
–n
P(n) = 1 2 500 
+ 24 n – (50 000 + 2n)
–n2
P(n) = + 22n – 50 000
10. Exercices d’approfondissement 2 500
1
b) P(n) = – (n – 27 500)2 + 252 500
63    Avec un guide (1) 2 500
1
120 1202 a=–  0 donc le profit est maximal pour 27 500
a)  + = 120 2 500
5 5 exemplaires vendus.
La distance de freinage pour une voiture qui roule à –27 500
x= + 24 = 13.
120 km·h–1 est 120 m. 2 500
v v2 Chaque exemplaire est vendu 13 e.
b) d = 72 ⇔ + = 72
5 150
⇔ v2 + 30 v – 10 800 = 0 66    1. a) L’algorithme calcule la longueur de la ligne
∆ = 44 100 = 2102 brisée A0A1A2A3A4A5.
v1 = 90 et v2 = – 120  0 La variable L représente successivement les longueurs
La vitesse au début du freinage était de 90 km·h–1. des lignes brisées A0A1, A0A1A2, …, A0A1A2A3A4A5.
v v2 La valeur affichée en sortie est la longueur de la ligne
c) d  60 ⇔ +  60 brisée A0A1A2A3A4A5.
5 150
⇔ v2 + 30 v – 9 000  0. b) Pour k compris entre 0 et 4 :
D = 36 900 = (30  41 )2 2
 k   +  1 2  k  2 
2
 k   +  1 k 
v1 = –15 – 15  41  0 Ak Ak+1 =   –     +      –     
 5 5  5  2 
v2 = –15 + 15  41 ≈ 81,05.
1 1 1
v  ( 2k   +  1)   =     25  +  ( 2k   +  1)
2 2
0 v2 +∞ Ak Ak+1 =  +  
25 625 25 .
v2 + 30v – 9000 – 0 +
c) Sur Casio
 = [0 ; v2] 0→L↵
On doit rouler à une vitesse inférieure à 81 km.h–1 pour For 0 → K To 4 ↵
s’arrêter sur moins de 60 m. L + √(25 + (2K + 1)2)  25 → L ↵

10

CHAP01.indd 10 21/06/11 11:44


Next ↵ 68    a)
L
Sur TI : Entrées
:0→L Saisir a, α , β (a ≠ 0)
: For (K, 0, 4) Traitement
: L + √(25 + (2K + 1)2)/25 → L q prend la valeur β
a
: End Si q 0 alors
: Disp L Afficher « pas de racines »
Une valeur approchée de la longueur de la ligne brisée FinSi
est 1,48. Si q= 0 alors
Afficher α
2. Il faut augmenter la subdivision de l’intervalle [0 ; 1].
Pour n  5, on subdivise [0 ; 1] en n intervalles de lon- FinSi
1 Si q 0 alors
gueur .
n Afficher α + –q
Pour k compris entre 0 et n – 1, on aura : Afficher α – –q
2
FinSi
 k   +  1 k 
2
 k   +  1 2  k  2  b) Langage X cas
Ak Ak+1 =   –     +      –     
 n n  n  n  Racine ( ) : = {
local a, a, b, q ;
1 1 input (“a”, a, “a”, a, “b”, b) ;
  +   4 ( 2k   +  1)
2
Ak Ak+1 =
n2 n q : = b/a ;
if q  0 then print (“pas de racine”); end_if ;
1
  n2   +  ( 2k   +  1)
2
Ak Ak+1 = if q = 0 then print (a); end_if ;
n2 if q  0 then print (a + sqrt (– q))
print (a – sqrt (– q)); end_if ;
1
67    1. a) A1 (0 ; b), B1 (1 ; – + b), C1 (2 ; – 1 + b) }
2
c) • a = 1, b = – 1, a = 1
  0    0    0 
b)  AA1  , BB1  5  et CC1  On obtient 0 et 2.
 b – 1  b –    b – 1 • a = 2, a = 1, b = 1
2
2
On obtient pas de racine.
 5 • a = – 3, a = – 2, b = 0
S = (b – 1)2 +  b –   + (b – 1)2
 2 On obtient – 2.
33 • a = 0, a = 1, b = 2
S = 3b2 – 9b + .
4 On obtient un message d’erreurs.
3 2 3
c) S = 3 b –  2 
+ .
2 69    1. a) L’équation (E) s’écrit, en posant X = x2,
3 2X2 + 11X – 6 = 0.
La valeur qui minimise S est b = . 1
2 ∆ = 169, X1 = et X2 = – 6.
2
Conclusion : 1 2 2
b) • x = ⇔ x =
2
ou x = –
1 3 2   2   2
D : y = – x+ .
2 2 • x2 = – 6 pas de solution.
3 3 3
  
2. A1 0 ; B1 1, a + et C1 2, 2a +
2 2  2  = –    22 ;   22 
  0    0   0 
AA1  , BB1  et CC1  2. a) 2X2 – 5X + 1 = 0
 1/ 2  a – 1/ 2  2a  +   3 / 2
5  +   17 5 –  17
1 ∆ = 17, X1 = , X2 =
S = + (a – 1/2)2 + (2a + 3/2)2 4 4
4
11 5  +   17 5 –  17
S = 5a2 + 5a + . x2 = ou x2 =
4
2
4 4
1 3
S=5 a+  2 
+ .
2 x=
5  +   17
ou x = –
5  +   17
ou
1 2 2
La valeur qui minimise S est a = – .
2 5 –  17 5 –  17
Conclusion : x= ou x = – .
1 3 2 2
D : y = – x + .
2 2 b) 4X2 + 37X + 9 = 0

11

CHAP01.indd 11 21/06/11 11:44


1 2. a)   
∆ = 1 225, X1 = – , X2 = – 9
4
1
• x2 = – pas de solution
4
• x2 = – 9 pas de solution
 = ∅.
9 2
c) – X + 3X – 1 = 0
4
∆=0
2
X0 =
3
2 2 6 6 b) On peut conjecturer que  est la courbe représenta-
x2 = ⇔x= =  ou x = –
3   3 3   3 tive d'une fonction polynôme du second degré.
x (x + 1)
c) f (x) = .
= –    36 ;   36  2
Pour tout n ∈ ℕ, f (n) =
n (n + 1)
.
d) X2 + X + 1 = 0 2
2 012 × 2 013
∆ = – 3  0 pas de solution f (2 012) = = 2 025 078
2
=∅
71    S = 1 + 22 + 32 + … + n2
3)
C’est la somme des n premiers carrés parfaits.

72    Distance maximale.


On peut résoudre le problème à l’aide d'un logiciel de
calcul formel.

70    1. a) f (1) = 1.


f (2) = 3.
f (3) = 6.
f (4) = 10.
b) Entrée
Saisir n (n non nul) MN est maximale lorsque MN2 est maximale c’est-à-dire
Initialisation lorsque (a + b) m – ab – m2 est maximal.
F prend la valeur 0 a+b
Traitement Ceci est réalisé lorsque m = .
2
Pour kallant de 1 à n C’est-à-dire lorsque M est le milieu du segment [AB].
F prend la valeur F + k
Fin_Pour 73    Calcul d’aire
Sortie f (x) = g (x) ⇔ x2 – 2 ax + 1 = 2b (a – x)
Afficher F
⇔ x2 – 2(a – b)x + 1 – 2ab = 0
c)    D = 4(a – b)2 – 4(1 – 2ab) = 4(a2 + b2 – 1).
Les courbes f et g ne se coupent pas si et seulement
si D  0 c'est-à-dire lorsque a2 + b2 – 1  0.
Or si M(a ; b) et O(0 ; 0) est l'origine du repère alors on
a OM2 = a2 + b2.
Donc a2 + b2 – 1  0 équivaut à OM2  1 soit encore à
OM  1.
 est donc le disque de centre 0 et de rayon 1.
f (2 012) = 2 025 078 L’aire de  est donc p.

12

CHAP01.indd 12 21/06/11 11:44


74    9 4 3
Pour l = ≈ 0, 57 ou l = ≈ 0, 43 la somme
 1– 4 3 +9 4 3 +9
des aires est minimale.

1er cas aire du carré  4  .


2
Sujets d’exposés
2
 1−   3
aire du triangle équilatéral  × Sujet 1 :
 3  4
2 On peut trouver des informations sur le site :
 2  1−   × 3
somme des aires : S =
4
+ 
 3  4
. – du Centre national d’études spatiales (CNES) :  
http://www.cnes.fr/web/CNES-fr/617-a300-zero-g.php
1– 2
2e cas aire du carré 4
.  2
– de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) 
  3 http://www.ledoux.cc/fr/microgravite
aire du triangle équilatéral :   ×
 3 4 – de Novespace : 
2
1 –  2   × 3 http://www.novespace.fr
somme des aires : S =
4  + 
 3 4 – de l’éducation numérique (educnet) 
http://www.educnet.education.fr/orbito/pedago/
À l’aide d’un logiciel de calcul formel
zerog/zerog1.htm

Sujet 2 :
On peut obtenir des informations sur le site :
– de Rogers Centre : 
http://www.rogerscentre.com/about/history.jsp
– a view on cities 
http://www.aviewoncities.com/toronto/skydome.htm

13

CHAP01.indd 13 21/06/11 11:44


CHAP01.indd 14 21/06/11 11:44
Chapitre

2 Étude de fonctions et problèmes

1. Page d’ouverture b) ∆ = 25, les racines sont –3 et 2.


x2 + x – 6 est du signe du coefficient de x2 « à l’extérieur »
• Énigme ✱ des racines donc :
L’identité 2 = 2 + 2 implique : x2 + x – 6  0 pour x ∈ ]–  ; –3]  [2 ; + [.

( )
2
1
2 = 2+ 2+2 = 2+ 2+ 2+2 … . 5    a) x  x+ est décroissante sur
4
1
Donc f (2) = 2 (par itérations successives…). –   ;  – 4
1
et croissante sur –   ;  +  ,
4  
• Énigme** donc f est croissante sur –  ; – 4 1

2 009
2 008
=1+
1
2 008
et
20 009
20 008
=1+
1
20 008
.
1

et décroissante sur – 4  ; +  . 
7
1 b) Le maximum de f est égal à – 8 .
Considérons la fonction f : x  1 + sur ]0 ; + ∞ [.
x 6    a)
f est décroissante sur ]0 ; + ∞ [. 2008  10 000  20 008.
Élever Prendre
Donc f (20 008)  f (10 000)  f (2008). Soustraire 1
au carré l’inverse
Or f (10 000) = 1.0001. Donc la réponse est d).
1
x x – 1 (x – 1)2
b) ^x–1h2

x–1 c x–1 m = ^x–1h2


1 1 2 1
2. Vérifier les acquis x x – 1

1    1.  g est définie sur [– 5 ; + [ Soustraire Prendre Élever


2. a) Faux.   b) Vrai.   c) Faux. 1 l’inverse au carré

2    f est représentée par la courbe 3, g par la courbe


2 et h par la courbe 1. 3. Activités d’approche
3    1. a)  3,242  π2 b)  (– 1,48)2  (– 1,5)2
c)  – 1 – 1   d) 1 1 1    1.  La courbe Γ ressemble à une «  moitié  » de
<
0,2 0,19 5 –1 5 –2 parabole.
1 1 1
2. a) 4  x2  25 ; < < 2. a)  Le centre I du demi-cercle # est le milieu de [AM].
5 x 2 m–1
1
b) 1  x2  4 ; –1< <�–
1 Donc I a pour coordonnées
2
 ; 0 . 1 
x 2 b)  Le rayon de # est égal à :
1
c) x2  9 ; −  x < 0 2 2
3  m –1   m +1 m +1
4    a) IA = IM =  2 +1 + 0 =  2  = 2

car m + 1 > O
Le triangle OKI est rectangle en O.
D’après le théorème de Pythagore, OK2 + OI2 = KI2.
On obtient :
m+1 2 m–1 2
OK2 =
21 –  1
2
=m 
Comme OK et m sont positifs, on obtient OK = m .
1 K a une ordonnée positive, par construction, donc l’or-
donnée de K est égale à m .
–3 O 1 2
c)  Le point B a pour coordonnées (m ; m ).
L’inéquation équivaut à Donc G est la courbe représentative de la fonction racine
x2  6 – x. carrée dans le repère utilisé sur l’intervalle [0 ; 20].
 = ]–  ; –3]  [2 ; + [ d)  f est croissante sur [0 ; 20].

15

CHAP02.indd 15 01/07/11 13:43


2    a)  Coût de production Fonction racine carrée f : x  x
(en milliers d’euros) 
8 x 0 +
2
7 1 f(x)
0
6
f
5 1

4 O 1

3 Fonction valeur absolue f : x  | x |


x – 0 +
2
f(x) 0
1

O 2    a) 6,18  7,01 donc 6,182  7,012 car la fonction


1 2 3 4 5 6 carré est croissante sur [0 ; + [.
Nombre de composants (en centaines)
b) –3,7  –2,9 donc (–3,7)2  (–2,9)2 car la fonction carré
b)  Le coût de production dans l’option (1) est inférieur est décroissante sur ]– ; 0].
au coût de production dans l’option (2) pour un nombre 1 1
c) 0,75  0,77 donc 0,75  0,77 car la fonction inverse
de composants compris entre 0 et 500.
est décroissante sur ]0 ; +[.
Pour 500 composants, les coûts sont égaux. Pour un
nombre de composants compris entre 500 et 600, le coût d) 8,72  9,38 donc 8,72  9,38 car la fonction
de production dans l’option (2) est inférieur au coût de racine carrée est croissante sur [0 ; +[.
production dans l’option (1). 3    a)  f : x  – 3x2 est croissante sur ]–  ; 0] et décrois-
c)  f1 = f – 100 f2 = 0,8 × f. sante sur [0 ; + [.
d)  Les fonctions f1 et f2 sont croissantes sur [0 ; 6] (comme 1
b)  g : x   x - 2 est décroissante sur ]–  ; 0[ et dé-
la fonction f). croissante sur ]0 ; +  [.
c)  h : x   - x + 1 est décroissante sur [0 ; + [.
d)  k : x   2 x + 5 est décroissante sur ]–  ; 0] et crois-
4. Accompagnement personnalisé sante sur [0 ; + [.
1    Fonctions affines f : x  ax + b e)  m est croissante sur ]–  ; 0[ et sur ]0 ; + [.
f)  n est décroissante sur ] 0 ; + [.
a0 a0
g)  p est décroissante sur ] 0 ; + [.
x – + x – + h)  q est décroissante sur ]–  ; 0[ et croissante sur ]0 ; + [.
f(x) f(x) 4    La fonction x  2x – 1 est croissante sur ]+ 1  ; +[.
2
1
Pour tout x  2 , 2x – 1 est strictement ­positif. La fonction
Fonction carré f : x  x2 inverse étant décroissante sur ]0 ; +[, la fonction
1
x – 0 + x   est décroissante sur ] 1  ; +[.
2x - 1 2
f(x) 0 5    a) • Il faut toujours préciser l’intervalle sur lequel
on donne le sens de variation d’une fonction.
•   Il ne faut pas confondre les nombres réels
1 , - 2 et 5 - 2 et les fonctions x   1 ,
1 f x x2 x x
2
x  - x et x   5 - x .
1
O b) La fonction x   x est décroissante sur
1 2
]0 ; +[. Donc la fonction x  - x est croissante sur
1 2
Fonction inverse f : x  ]0 ; +[. La fonction x   5 - x est alors croissante sur
x
]0 ; +[.
x – 0 +
6    La fonction x   1 – 5x est décroissante sur
1
f(x)  et positive sur ]–  ; 5 ]. Alors la fonction g :
x  1 - 5x a le même sens de variation que

16

CHAP02.indd 16 01/07/11 13:43


1
x   1 – 5x sur ]– ; 5 ].
1
2. a)  f 1 259  = 35 b)  f 1 16
81  =
4
9
c)  f(36 × 108) = 6 × 104
g est donc décroissante sur ]– ; 5 ].
7    –2  x  0
d)  f 1 251 × 10  = 15 × 10 .
6 3

0  x2  4 car la fonction carré est ­décroissante sur


12    a)  f(12) = 2 3 b)  f(18) = 3 2 c)  f( 75 ) = 5 3
]– ; 0].
d)  f(45) = 3 5 .
–4  –x2  0 car –4  0 ; le sens des inégalités change.
1  5 – x2  5 car on ajoute 5 à chaque membre de 13    Un nombre positif a un seul antécédent par f. Un
l’inégalité, le sens ne change pas. nombre strictement négatif n’a pas d’antécédent par f.
1 1 a)  1 est l’antécédent de 1 par f.
5  5− x 2  1 car la fonction inverse est
b)  4 est l’antécédent de 16 par f.
décroissante sur ]0 ; +[.
1 c)  – 9 n’a pas d’antécédent par f.
Donc  5  A  1. d)  0 est l’antécédent de 0 par f.
8    3  x  5 e)  104 est l’antécédent de 108 par f.
1 1 1 14 
5  x  3 car la fonction inverse est décroissante
sur ]0 ; +[.
2 2 2
−  −  − car on multiplie par – 2  0
3 x 5
les membres de l’inégalité.
1 2 3
3  1 – x  5 car on ajoute 1 à chaque membre
de l’inégalité.
3 2 15
1−
3  x  5 car la fonction racine
carrée est croissante sur [0 ; +[.
9    0  x  2
0  x2  4 car la fonction carré est croissante sur [0 ; +[.
2  x2 + 2  6 car on ajoute 2 à chaque membre de
l’inégalité.
2  x 2 + 2  6 car la fonction racine carrée est
croissante sur [0 ; +[.
6 1 2
6  x 2 + 2  2 car la fonction inverse
est décroissante sur ]0 ; +[. 15    La fonction racine carrée est croissante sur [0 ; +[.
10    – 4  x  0 a) 5,31  5,32 donc 5,31< 5,32
–1  x + 3  3 car on ajoute 3 à chaque membre de
b) π – 3  0,14 donc π –3  0,14
l’inégalité.
Avec ces inégalités, on ne peut pas utiliser les variations c) 103  104 donc 103 < 104
de la fonction valeur absolue : 29 10 29 10
– 1  x + 3  0 0x+33 d) 9 < 3 donc 9
<
3
0  | x + 3 |  1 0  | x + 3 |  3
16    a)  x ∈ [0 ; 25] x ∈ [0 ; 5]

b)  x ∈ [2 ; 16] x ∈ [ 2  ; 4]
car la fonction valeur car la fonction valeur
1 1
absolue est absolue est
4 
c)  x ∈  ; 3  
x ∈  ;  3  
2 
décroissante croissante
sur ]– ; 0]. sur [0 ; +[. 17    a)
Conclusion : lorsque – 4  x  0, 0  | x + 3 |  3

31
5. Exercices de base 4
9
11    1. a)  f(16) = 4 b)  f(100) = 10 c)  f(0,01) = 0,1 O 16 1
d)  f(106) = 103.
17

CHAP02.indd 17 01/07/11 13:43


b) Deux nombres positifs sont rangés dans le même c)
ordre que leurs carrés. Pour tout nombre réel positif, 1 3
3 9 7
x  équivaut à x 
4 16
donc  =   ; + .
9
16 3 3
  –
7 7
18    a)  S = [0 ; 9]. O 1
3
 3 3
 = – 7 ; 7 
 
1
24    Voir tableau en bas de page.
O 1
b)  S = [1 ; + ∞[. 25    a)  f = x  x2 – 1 .
4
Les fonctions u et u + k ont le même sens de variation.
x  x2 est croissante sur [0  ;  + ∞[ et décroissante sur
1 ]– ∞ ; 0]. D’où le tableau de variation :
1 x – ∞ 0 + ∞
c)  S = [0 ; 100].
10 f (x) 1

4
5
1
b) x  est décroissante sur ]– ∞ ; 0] et sur [0 ; + ∞[.
x
3 1 1
10 100 Les fonctions x  + et x  ont le même sens de
8 x x
variation.
g
19     = 2  ; en prenant g ≈ 9,81, on obtient  ≈ 0,99 m.
π
x – ∞ 0 + ∞
20    a)  f (0) = 0 b) f (– 2) = 2 c) f ( 3) = 3
d) f (– 0,5) = 0,5 e) f (1 – 2) = 2  – 1 g (x)
21   
c) x  x est croissante sur [0 ; + ∞[.
x x et x  – 1 + x ont le même sens de variation.

x 0 + ∞
22    a)  x ∈ [0 ; 5] x  ∈ [0 ; 5[.
b)  x ∈ [– 3 ; – 1] x  ∈ [0 ; 3]. h (x)
c)  x ∈ [– 2 ; 7] x  ∈ [0 ; 7].
23    a) d) x  x  est décroissante sur ]– ∞ ; 0] et croissante
sur [0 ; + ∞[.
1
x  x  +  et x  x  ont le même sens de variation.
3 2
1
x – ∞ 0 + ∞
–3 O 1 3
 = ]– ; –3][3 ; + [ k (x)
b)
1,5
1
–1,5 1,5
O 1
 = [–1,5 ; 1,5]

18

CHAP02.indd 18 01/07/11 13:43


26    g(x) = f(x) – 3 . g et f ont donc le même sens de 400
2 +
variation.
350
0 2 +
x – 5 – 3 + +
300 + + +
1 11
+
– 11 +
g (x) – 7 2 – 2 250 +
2 2

200 +
+
27    150
90 110 130 150 170 180
Coût (en €)
f (90) = 180 f (110) = 250 f (130) = 300 f (150) = 340
Coût réévalué f (170) = 300 f (180) = 280.
On calcule 1,1 f(x) pour x ∈ {90 ; 110 ; 130 ; 150 ; 170 ;
+ 180}, puis on place les points de la courbe représentative
1 + +
Nombre de x  1,1 f(x).
d’articles 30   
O 25 150 350
x – 4 – 2 1 3
28    a)  f(x) = – 1 × x2. La fonction carré est décroissante 2 1 – 1
3 g (x) 2
1
sur ]– ∞ ; 0] et croissante sur [0 ; + ∞[et –  0 ; donc f 0
3
et la fonction carré ont des sens de variation contraires. 0
h (x) – 8 – 2 4
x – ∞ 0 + ∞
0
f (x) 31    a)  f(x) = – 2 x2 + 1.
3 3
2
x  – x2 et x  x2 ont des sens de variation contraires.
1 3
b)  g(x) = 2 × ; 2  0 donc g et la fonction inverse ont 2
x
le même sens de variation.
1– 0
3 
2 2 1
x  – x2 et x  – x2 + ont le même sens de variation.
x – ∞ 0 + ∞ 3 3 3

g (x) x – ∞ 0 + ∞


1
f (x) 3
c)  h(x) = – 2 × x  ; – 2  0 donc h et la fonction racine
carrée ont des sens de variation contraires.
1 1
b)  g(x) = × – 5.
x 0 + ∞ 2 x
1 1 1
x × et x  ont le même sens de variation.
h (x) 0 2 x x
1
12
0 
1 1 1 1
1 1 x  × et x  · – 5 ont le même sens de variation.
d)  k(x) =  × | x | ;  0 donc k et la fonction valeur 2 x 2 x
2 2
absolue ont le même sens de variation. x – ∞ 0 + ∞
x – ∞ 0 + ∞
g (x)
k (x)
0
c)  h(x) = – 2 × x + 1.
29    Si on appelle f la fonction dont la courbe donnée x  – 2 x et x  x ont des sens de variation contraires.
est la représentation graphique, on doit construire la (– 2  0)
courbe de la fonction 1,1 f. x  – 2 x + 1 et x  – 2 x ont le même sens de variation.

19

CHAP02.indd 19 01/07/11 13:43


•  x  x  est croissante sur [0 ; + ∞[ et pour tout x  0,
x 0 + ∞
x   0.
1
h (x) Donc la fonction k est croissante sur [0 ; + ∞[.

x – ∞ 0 + ∞
1 1
d)  k(x) = – × | x | + .
4 4 k (x)
1
x  – × | x | et x  | x | ont des sens de variation contraires. 0
4
1
1– 0 .
4  34    a) La fonction f est décroissante sur ]–   ;  1[ et
1 1 1 sur ]1 ; + [.
x  – |x | + et x  – | x | ont le même sens de va-
4 4 4 b)
riation.

x – ∞ 0 + ∞
1
k (x) 4

35    a) Faux. I = ]–  ; 0]


32    u : x  1 – x est décroissante sur I.
v : x  –1 – x est décroissante sur I.
x – 7 – 5 1 4
uv : x  –1 + x2 est décroissante sur I.
2 1 Ce contre-exemple montre que la propriété est fausse.
f (x) 3 b) u : x  x est croissante sur ]0 ; + [.
0 1
v : x  x est décroissante sur ]0 ; + [.
f et g ont le même sens de variation (g = f ). 1
f = u + v : x  x + x n’est ni croissante (car
33    a)  f est la fonction inverse de la fonction carrée ; f (0,1)  f (0,5)) et ni décroissante (car f (1)  f (2)).
elle est donc décroissante sur [0 ; + ∞[.

x 0 + ∞
6. Travaux pratiques
f (x)
36    1. a) b)  f semble décroissante sur ]2 ; + ∞[.
b)  x  3x + 1 est croissante sur R. b a(x – 2) + b ax – 2a + b
1 c)  a +  = = pour tout réel
Pour tout x ∈]– ∞ ; – [, 3x + 1 < 0. x–2 x–2 x–2
3 x ∈ I.
g est la fonction inverse de la fonction x  3x + 1. Par identification des coefficients des numérateurs dans
1 ax – 2a + b x + 1
Donc g est décroissante sur ]– ∞ ; – [. = , on obtient :
3 x–2 x–2

x – ∞ –
1
3 {a = 1
– 2a + b = 1
soit

{ a=1
b=3
3
Donc pour tout x ∈ ]2 ; + ∞[, f(x) = 1 + .
g (x) x–2
x – 2  0 pour tout réel x ∈ ]– 2 ; + ∞[.
1
c)  x  – x + 2 est décroissante sur R. x  x – 2 et x  ont des sens de variation contraires
x–2
Pour tout x ∈ ]– ∞ ; 2], – x + 2  0. 3 1
sur ]2 ; + ∞[ ; x  et x  ont le même sens
h est la fonction racine carrée de x  – x + 2. x–2 x–2
Donc h est décroissante sur ]– ∞ ; 2]. de variation sur ]2 ; + ∞[.
3
Or x  x – 2 est croissante sur ]2 ; + ∞[ ; donc x 
x – ∞ 2 x–2
est décroissante sur ]– 2 ; + ∞[
3
h (x) x1+ a le même sens de variation sur ]– 2 ; + ∞[
0 x–2
3
que x  ; donc f est décroissante sur ]2 ; + ∞[.
d)  •  x  x  est décroissante sur ]– ∞ ; 0] et pour tout x–2
x < 0, x   0. 2. a) b)  g semble croissante sur [– 1 ; 0] et décroissante
Donc la fonction k, qui est la fonction racine carrée de sur [0 ; 1].
x  x  est décroissante sur ]– ∞ ; 0]. c)  u(x) = 1 – x2 x ∈ [– 1 ; 1] alors g(x) = u( x)

20

CHAP02.indd 20 01/07/11 13:43


x  – x2 est croissante sur [– 1 ; 0] donc x  1 – x2 est 1
décroissante sur [– 1 ; 0]. x est décroissante sur ]– ∞ ; 1[ (car x  x – 1 est
x–1
Donc u est croissante sur [– 1 ; 0]. croissante à valeurs négatives sur ]– ∞ ; 1[).
g : x  u( x) est croissante sur [– 1 ; 0]. 1
x 1+ est donc décroissante sur ]– ∞ ; 1[.
x  – x2 est décroissante sur [0 ; 1] donc x  1 – x2 est x–1
1
décroissante sur [0 ; 1]. De même, x  1 + est décroissante sur ]1 ; + ∞[.
x–1
Donc u est décroissante sur [0 ; 1].
g : x  u( x) est décroissante sur [0 ; 1]. d) 
3. a) b)  h semble décroissante sur ]– ∞ ; 0] et sur [1 ; 2]
et croissante sur [0 ; 1] et [2 ; + ∞[.
x2 – 2x est un trinôme du 2nd degré qui a deux racines
distinctes 0 et 2.
x –∞ 0 2 +∞
signe de 
+ – +
x2 – 2x
x2 – 2x x2 – 2x 2x – x2 x2 – 2x
• sur ]– ∞ ; 0] et [2 ; + ∞[, h(x) = x2 – 2x.
h(x) = (x – 1)2 – 1
donc h est décroissante sur ]– ∞ ; 0] et croissante sur [2 ; + ∞[.
• sur [0 ; 2], h(x) = –(x – 1)2 + 1
donc h est croissante sur [0 ; 1] et décroissante sur [1 ; 2]. 38    1.  En notant f la fonction recherchée,

{
4. a) b)  k semble croissante sur [0 ; + ∞[. f(x) = x2 pour x ∈ ]– ∞ ; 1]  [1 ; + ∞[
c)  a et b sont deux réels positifs tels que a  b. f(x) = x  pour x ∈ [– 1 ; 1].
Alors 2a  2b et a  b 2.  a) 
Par somme nombre à nombre des deux inégalités ci- Entrée
dessus, on obtient : Saisir x
2a + a  2b + b Traitement
soit k(a)  k(b) Si x   1 alors
donc k est croissante sur [0 ; + ∞[. y prend la valeur x 
37    1. a)  D a pour coefficient a ; son équation est de sinon
y prend la valeur x2
la forme y = ax + b.
FinSi
A(1 ; 1) ∈ D donc 1 = a + b soit b = 1 – a.
Sortie
D a donc pour équation : y = ax + (1 – a).
Afficher y.
b)  Voir site compagnon.
c)  Voir site compagnon. b)  Sur TI :
2. a)  • L’abcisse du point M vérifie l’équation : Prompt X
0 = ax + (1 – a) If abs(X)  1
a–1 Then
d’où x =
a abs(X)  Y
• L’ordonnée du point M est égale à Else
ax 0 + (1 – a) = 1 – a. X2 → Y
D’où M
a–1
1
a
;1–a .  End
Dip Y
a –1
b)  a = a –1 = 1– a
a –1 7. Exercices d’entraînement
–1 a –1– a
a
x 39    1.  u et v sont deux nombres positifs tels que u  v.
donc y =
x–1 Les deux nombres positifs u et v sont rangés dans
c)  Pour tout nombre réel x ≠ 1, le même ordre que leurs carrés.
x x–1 1 1 ( u )2 = u et v 2 = v. Or u  v donc u  v , donc
f(x) = = + =1+ .
x–1 x–1 x–1 x–1 la fonction racine carrée est croissante sur [0 ; + ∞[.

21

CHAP02.indd 21 01/07/11 13:43


2.  Applications b)  Le résultat donné par la calculatrice s’explique par
Comparons les nombres x2 + 1 et 2x avec x ∈ [0 ; + ∞[. ses limites ! Elle donne une valeur approchée de B avec
x2 + 1 – 2x = (x – 1)2  0 donc x2 + 1  2x. un nombre limité de chiffres significatifs.
x2 + 1 et 2x sont deux nombres positifs.
42    a) 
La fonction racine carrée étant croissante sur [0 ; + ∞[,
on a : x 2 + 1  2x .
40    1.  x est un nombre réel positif.
a)  x2 – x = x(x – 1) est du signe de x – 1 donc x2 – x  0
pour x  1 b)  Une valeur approchée de l’abcisse du point d’inter-
x – x = x ( x – 1) est du signe de x – 1, section des deux courbes est 2,6.
c)  x ∈ [0 ; + ∞[
donc pour x  1, x  1 et x – x  0.
f(x) = g(x) équivaut à : x =x–1
b)  x2 – x = x(x – 1) est du signe de x – 1 donc x2 – x  0 • Sur [0 ; 1[, x – 1  0.
pour x  1 L’équation x = x – 1 n’a pas de solution.

x– x=x ( x – 1) est du signe de x – 1, • Résolvons l’équation x = x – 1 sur [1 ; + ∞[ : x = x – 1

donc pour x  1, x  1 et x – x  0. équivaut à x = x + 1 – 2x (car


2
x et x – 1 sont positifs).
x + 1 – 2x = x équivaut à x – 3x + 1 = 0.
2 2

2. a)   : y = x2 x2 – 3x + 1 = 0 est une équation du 2nd degré : ∆ = 5.


 D
2 D:y=x Le trinôme x2 – 3x + 1 a deux racines :
:y= x 3+ 5 3− 5
x= et x’ =
 2 2
1 x’ ∉ [1 ; + ∞[
donc l’équation x2 – 3x + 1 = 0 admet une solution dans
3+ 5
[1 ; + ∞[ : .
2
O 1 2
L’abscisse du point d’intersection des deux courbes est
b)  Sur [0 ; 1],  est au-dessus de D et D est au-dessus
3+ 5
de . donc : ( 2,62).
Sur [1 ; + ∞[ ,  est au-dessus de D et D est au-dessus 2
de . 43    a)

41    1. a)  A la calculatrice, B = 1,000 000 2 x 3 6 –5 –2 10 –4


0,000 0004 y 5 2 –3 –9 –1 8
b)  A = 1 +
2 MN 2 4 2 7 11 12
B = 1+ 0, 000 000 4
2. a)  x ∈ [0 ; + ∞[ b)  MN = y – x si y  x
x2 = x – y si x  y.
[f(x)]2 = 1 + +x
4 donc MN = x – y .
[g(x)]2 = 1 + x
x2 44    1.  x 0 30
[f(x)]2 – [g(x)]2 =  0 donc [f(x)]2  [g(x)]2
4
b)  f(x) et g(x) sont deux nombres positifs ; ils sont donc T M C
classés dans le même ordre que leurs carrés. Donc a)  MT = x 
f(x)  g(x). TC = x – 30 
3. a)  A = f(4 · 10–7) B = g(4 · 10–7) b)  f(x) = 2 x  + 3 x – 30 
Si A = B, alors A2 = B2 2.
(4 · 10–7)2 x  x – 30  f(x)
Or A2 – B2 = ≠0
4
Donc A ≠ B. x< 0 –x 30 – x 90 – 5x
D’autre part f(4 · 10–7)  g(4 · 10–7)
0 < x < 30 x 30 – x 90 – x
Donc A  B et A ≠ B
Conclusion A  B. x  30 x x – 30 5x – 90

22

CHAP02.indd 22 01/07/11 13:43


3. a)  • 8 et 9 appartiennent à ]4 ; + ∞[.
8 < 9, h étant croissante sur ]4 ; + ∞[, on a h (8) < h(9).

46    1.  C (x) = 3 000 + 15x, x ∈ [0 ; 10 000].


2.  x ∈ ]0 ; 10 000].
15x + 3 000 3 000
a)  f(x) = = 15 + .
90 x x
b) 

+
f

+
10

0 5 30

+
u

+
4. a)  300 1 000
• f(x) = 70 et x < 0 équivaut à90 – 5x = 70
3.  La recette obtenue par la vente de x unités de ce
Donc x = 4
produit est égale à 25x.
f(x) = 70 n’a aucune solution dans ]– ∞ ; 0]
La production est rentable lorsque :
• f(x) = 70 et x ∈[0 ; 30] équivaut à 90 – x = 70
3 000
Donc x = 20 15 + < 25 et x ∈ ]0 ; 10 000]
x
f(x) = 70 a une solution dans [0 ; 30] : 20 3 000
Cette inéquation équivaut à < 10.
• f(x) = 70 et x  30 équivaut à 5x – 90 = 70 x
Donc x = 32 La fonction inverse étant décroissante sur ]0 ; + ∞[, on
f(x) = 70 a une solution dans [30 ; + ∞[ : 32 obtient alors :
b)  L’emplacement du trésor peut donc être situé entre x 1

le mât et le cocotier à une distance égale à 4 pas du mât 3 000 10
ou du même côté que le cocotier du mât à une distance soit x  300.
égale à 32 pas du mât. La production est rentable lorsque l’on produit plus de
45    a)  300 unités.

47    a)  La fonction f semble décroissante sur ]0 ; + ∞[.


b)  a et b sont deux nombres réels strictement positifs.
0  a  b donc – a  – b (1)
0  a  b donc a2  b2 et – a2  – b2 (2)
En ajoutant nombre à nombre (1) et (2) :
b)  h(–2) < h(1)
si 0  a  b, alors – a – a2  – b – b2
h(8) < h(9).
En ajoutant 2 à chaque nombre de l’inégalité obtenue,
c)  x  4 –  x est décroissante sur R et pour tout
on a :
x ∈ ]– ∞ ; 4[, 4 – x  0.
1 si a  b alors – a2 – a + 2  – b2 – b + 2.
Alors x  est croissante sur ]– ∞ ; 4[. D’autre part, la fonction inverse étant décroissante sur
4–x
1 2 ]0 ; + ∞[, on a :
•x et x  ont le même sens de variation 1 1
4–x 4–x si 0  a  b alors  .
sur ]– ∞ ; 4[. a b
Par somme nombre à nombre des deux inégalités ci-
2 2
•x –4+ et x  ont le même sens de variation dessus, on obtient :
4–x 4–x
sur ]– ∞ ; 4[. Donc h est croissante sur ]– ∞ ; 4[. si a  b alors
1 1
On montre de même que h est croissante sur ]4 ; + ∞[. – a + 2 – a2 +  – b + 2 – b2 +
• – 2 et 1 appartiennent à ]– ∞ ; 4[. a b
– 2 < 1, h étant croissante sur ]– ∞ ; 4[, on a h (– 2) < h(1) Donc f est décroissante sur ]0 ; + ∞[.

23

CHAP02.indd 23 01/07/11 13:43


48    a) b) Pour x ∈ ]– ∞ ; 1], x3  x2
Pour x ∈ [1 ; + ∞], x3  x2.
c) Étudions, pour x ∈ R, le signe de x3 – x2 :
x3 – x2 = x2(x – 1). x2  0 donc x3 – x2 est du signe de (x – 1).
D’où le résultat : x3 – x2  0 pour x  1
x3 – x2  0 pour x  1
1  a = 1 b = 2 m = 1,5 On a alors :
2  a = 1 b = 1,5 m = 1,25 x3  x2 pour x  1
3  a = 1,25 b = 1,5 m = 1,375 x3  x2 pour x  1
4  a = 1,375 b = 1,5 m = 1,4375
5  a = 1,4375 b = 1,5 m = 1,46875 50    a)
b) Cet algorithme donne un encadrement d’amplitude x 0 4 6
au plus 10–2 de la solution de l’équation x2 – 1 = x 5 13
c) Programme sur TI calculatrice : f (x)
1A 3
2B
x = 0 : le triangle MAH est rectangle en H (M = D) ;
While B – A  0,01
d’après le théorème de Pythagore :
(A + B)/2  M
AM2 = MH2 + HA2 soit
If M2 – 1  (M) g2 = 16 + 9 = 25 soit y = 5 (y  0).
Then
x = 6 Par un raisonnement analogue (M = D’) on trouve
MA
Else y = 13 .
MB b) • x ∈ [0 ; 4].
End Dans le triangle rectangle AHM, d’après le théorème de
End Pythagore :
Disp A,B y2 = AM2 = (4 – x)2 + 9 (HM = 4 – x)
On trouve, en notant x0 la solution de l’équation : y  0 ; (4 – x)2 + 9  0
1,484375  x0  1,4921875
Donc y = ( 4 – x )2 + 9
49    1. a)
• x ∈ [4 ; 6].
On démontre de la même façon que :

y= ( x – 4 )2 + 9 (HM = x – 4)
(x – 4) = (4 – x) pour x ∈ R.
2 2

b) f semble être croissante sur R. Donc f est définie sur [0 ; 6] par :


2. a) (a – b)(a2 + ab + b2) = a3 + a2b + ab2 – a2b – ab2 – b3 f (x) = ( x – 4 )2 + 9
= a3 – b3
b) Si a et b sont négatifs, ab  0, a2  0 et b2  0, par b)
somme, a2 + ab + b2  0.
Si a et b sont positifs, ab  0, a2  0 et b2  0, par somme,
a2 + ab + b2  0.
c) a et b sont deux nombres réels tels que a  b.
a3 – b3 = (a – b) (a2 + ab + b2).
Pour comparer a3 et b3, on étudie le signe de a3 – b3. 51    a) f est définie sur ]10 ; + ∞[.
a  b donc a – b  0. b) f est décroissante sur ]10 ; + ∞[.
a2 + ab + b2  0 (d’après le b). c)
Par produit, a3 – b3  0 et donc a3  b3 lorsque a  b.
Conclusion : la fonction cube est croissante sur R.
3. a) x

10

20
y

24

CHAP02.indd 24 01/07/11 13:43


En appliquant le théorème de Thalès dans la configura- 1 2
tion ci-contre, on obtient : uv(x) = x est décroissante sur ]– ∞ ; 0] et croissante
2
20 x – 10 sur [0 ; + ∞[.
= (1)
y x
L’égalité (1) équivaut à 20x = (10 – x)y 53    1. Y1(x) = 5x – 3
20x Y2(x) = (Y1(x))2 = (5x – 3)2 = f(x)
d’où y =
x – 10 (Y1 ← 5x – 3 ; Y2 ← Y12)
d) 2.

52    1. a) uv semble croissante sur ]0 ; + ∞[.


b) a  b
• u(a)  u(b) car u est croissante sur I.
v(a)  0 donc u(a)v(a)  u(b)v(a)
• a  b donc v(a)  v(b) car v est croissante sur I.
u(b)  0 donc u(b)v(a)  u(b)v(b)
Alors : 54    a)
y = x2
u(a)v(a)  u(b)v(a)  u(b)v(b) b)
on a montré : + +
si a  b alors u(a)v(a)  u(b)v(b) donc uv est croissante
sur I.
2. a)
+ +

+1 +
>

>1
+ + +

uv semble décroissante sur ]– ∞ ; 0]. + + + + g = h(x)


b) a et b sont deux réels de I tels que a  b.
a  b donc u(a)  u(b) (car u est croissante sur I).
v(a)  0 donc u(a)v(a)  u(b)v(a)
a  b donc v(a)  v(b) (car v est croissante sur I). + + + +
u(b)  0 donc v(a)u(b)  u(b)v(b)
y = g(x)
Alors u(b)v(b)  v(a)u(b)  u(a)v(a)
On a montré :
si a  b alors  u(b)v(b)  u(a)v(a) c) g(x) = – f(x) = – x2 pour tout x ∈ R.
donc uv est décroissante sur I. h(x) = g(x – 2) = – (x – 2)2 pour tout x ∈ R.
3. a) uv semble décroissante sur ]0 ; + ∞[.
b) a et b sont deux nombres réels de I tels que a  b. a) and b)
a  b donc u(a)  u(b) car u est croissante sur I. C is the graph of y = f(x), C’ the graph of y = g(x) and C”
v(a)  0 donc u(a)v(a)  u(b)v(a) the graph of y = h(x).
a  b donc v(a)  v(b) car v est décroissante sur I. c) g(x) = – f(x) = – x²
u(b)  0 donc u(b)v(a)  u(b)v(b) and h(x) = g(x – 2) = –(x – 2)².
Alors u(b)v(b)  u(b)v(a)  u(a)v(a) 55    a) Dans la cellule A2 : 1
On a montré :
Dans la cellule B2 : 12 + 3 = 4
si a  b alors  u(b)v(b)  u(a)  v(a)
Dans la cellule C2 : 4 = 2
donc uv est décroissante sur I.
4. I = R u(x) = x 1
Dans la cellule D2 : .
1 2
v(x) = x 1
2 b) f(x) = pour tout réel x ∈ R.
3
u et v sont croissantes sur R. x +3

25

CHAP02.indd 25 01/07/11 13:43


56    a) Kasandra pour x = 1, z = 0
pour x = 2, z = 3.
1 1 2x x est un réel non nul b) f(x) = x2 – 1 pour tout réel x.
x        2 équivaut à x         x ,
1 x peut être négatif !
c’est-à-dire 1     2x, x        . ← 59    a) Vrai. La fonction carré est décroissante sur
2 ]– ∞ ; 0].
1
Donc l’ensemble des solutions est [     ; + ∞[. b) Faux. Si x = – 4  3 et x2 = 16  9.
2 1 1
c) Faux. Si x = 1, x  – 2 et
=1– .
Jimmy x 2
d) Vrai. La fonction racine carrée est croissante sur
La fonction inverse est décroissante, sur ? [0 ; + ∞[ et 55
12 = 2 53 .
1 1 il faut distinguer les e) Vrai. La fonction valeur absolue est décroissante sur
donc x        2 équivaut à x        . cas x  0 et x  0
2 ]– ∞ ; 0].
1
Donc l’ensemble des solutions est [     ; + ∞[. f) Faux. Si x = 15, x  – 10 et x  = 15  10.
2
60    1. P et Q ne sont pas équivalentes.
Solène
x désigne un réel non nul Si x = y alors x = y 
1 1 mais si x = y alors x = y ou x = – y.
x        2 équivaut à 2  - x        0,
2x - 1 2. a) P équivaut à Q.
c’est-à-dire        0. b) P équivaut à Q.
x
(x2 = y2 équivaut à x = y ou x = – y
mais x et y sont positifs
donc x2 = y2 équivaut à x = y).
3. a) P équivaut à Q.
1 1 1 x–y
= équivaut à =0
Donc = ]- ∞ ; 0[ [     ; + ∞[. x y xy
2
c’est-à-dire à x = y.
b) x désigne un nombre réel non nul. 1 1
1 b) Si x = y alors 2 = 2
Pour tout nombre réel strictement négatif,  0 x y
1 x
donc  2. 1 1 y2 – x2
x si 2 = 2 alors = 0 soit x2 = y2.
1 x y (xy)2
Pour tout nombre réel positif,  2 équivaut à x  2
x
et x2 = y2 équivaut à x = y ou x = – y.
(car la fonction inverse est décroissante sur ]0 ; + ∞[).
P et Q ne sont pas équivalentes.
L’ensemble des solutions de l’inéquation est donc :
Contre exemple :
]– ∞ ; 0] ∪ [2 ; + ∞[. 1 1
= et – 3 ≠ 3
57    a) (1 + 3 )2  32. (– 3)2 (3)2
b) 3 55= 55 45 2 55
11 = 5544
donc 3 5  2 55
11 8. Mettre en œuvre une recherche
c) 4 = 5516 donc 55 16 = 4
17  55
1 1 61    1. a)
et 
17
55 16
55
1 2
d) 11  10 et 0,01 =
101 
1 1 1 2 1 2
donc  et
11 10 11 1  1 

10
.

58    a) pour x = – 3, z = 8
pour x = – 1, z = 0
1 3
pour x = – , z =
2 4
pour x = 0, z = 1
1 15
pour x = , z =
4 16

26

CHAP02.indd 26 01/07/11 13:43


b) P semble décrire un demi-cercle. b) Faux. x  x2 + 1 est décroissante sur ]– ; 0] ; x  0,
2. a) La construction du point K est possible lorsque x2 + 1 > 0 donc x  x 2 +1 est décroissante sur ]–  ; 0].
2 – x2  0 et x  0. c) Faux. x  x + 1 est croissante sur R.
2 – x2  0 équivaut à – 52  x  52 1
Pour x > –1, x + 1 > 0, donc x  est décroissante
La construction de K est possible pour x ∈– 52 ; 52 . x +1
–3
b) H (2 – x2 ; 2 – x2) sur ]–1 ; + [, donc x  est croissante sur ]–1 ; + [.


x +1
K (2 – x2 ; 2 − x 2 ) pour x ∈– 52 ; 52 . d) Faux. On trace la représentation graphique de
P (x ; 2 − x 2 ) x  | x – 3 |.
3. Par un calcul de distance :
2
a) OP = x 2 + 2 − x 2 = 2 donc P appartient au cercle
de centre O et de rayon 52 . 1
b) L’ordonnée de P est positive.
O
Donc le lieu de points décrit par P est le demi-cercle de 1 3
centre O, de rayon 52 inclus dans le demi-plan y  0. La fonction est décroissante sur ]–  ; 3]
C02_fig10 40 x 25 et croissante
À l’aide d’une fonction. sur [3 ; + [.
a) h(x) = 2 − x 2 par x ∈– 52 ; 52 .
65    a) Faux. On trace la représentation graphique de
b) La représentation graphique de h est le demi-cercle
x  x .
défini par : y = 2 − x 2
 y0 4
 est aussi le lieu du point P.

9. Autoévaluation pour se tester O 1 16

QCM Il n’y a qu’unC02_fig11 45 x la


seul point d’ordonnée 4 sur 30courbe. Son

abscisse est 16.


62    1. a) Voir cours p. 42 et 44. b) Vrai. Ce sont les nombres 50 et –50 ; en effet, sur une
2. c) Voir cours p. 44. droite graduée d’origine O, il y a deux points situés à une
3. a) x  x est croissante sur [0 ; + [. distance égale à 50 de O, les points d’abscisse –50 et 50.
Donc x  2 x + 3 est croissante sur [0 ; + [. c) Vrai. 1 – 2 < 0
4. b) La courbe obtenue sur la calculatrice est symétrique
(1– 2 )2 = ( 2 −1)2 = 2 −1
par rapport à l’axe des abscisses de la courbe de la fonc-
tion valeur absolue. d) Faux. La valeur absolue d’un nombre réel est un
nombre positif donc un nombre négatif n’a pas d’anté-
63    1. c) 4  a  5, la fonction racine carrée est crois- cédent par la fonction valeur absolue.
sante sur [0 ; + [ donc 4 < a < 5 soit 2  a < 5 . e) Faux. Si x = 0,5, | x| = 0,5 et x2 = 0,25 donc x2  | x |.
2. b) à l’aide de la représentation graphique : f) Faux. f (0) = 2.

3
Se préparer au contrôle
1
66    0  x  (1) On multiplie chaque membre
1 2 de l'inégalité par –1 < 0  ; le sens
1 de l'inégalité change.
–2 O 1 3
–  –x  0
2 (2) On ajoute 1 à chaque membre
C02_fig09 28 x 24 de l'inégalité. Le sens est inchangé.
3. c) Voir cours p. 42, propriété §3. 1
1–x1
2 (3) La fonction racine carrée est
Vrai – Faux 1 croissante sur [0 ; + [.
 1– x  1
2 (4) La fonction inverse est décrois-
64    a) Vrai. La fonction x  x2 est croissante sur ]0 ; + [. sante sur ]0 ; + [.
1
1 1  2 (5) On multiplie chaque membre
Pour tout x > 0, x2 > 0 donc x  2 est décroissante sur 1– x de l'inégalité par –1 < 0 ; le sens des
x
]0 ; +[. inégalités change.

27

CHAP02.indd 27 01/07/11 13:43


−1
– 2  –1 71    a)
1– x
(6) On ajoute 1 à chaque membre
1 de l'inégalité ; le sens est inchangé. 3
1– 2 1– 0
1– x

67    a) x est un nombre réel, x ≠ 2.

–(x –2) 1 – x +3 –1 O 1 2 5
+
x –2 x –2 x –2 = f (x)
=
b) Graphiquement,C02_fig13 40et
on peut lire que – 1 x 30
5 sont solutions.
b) c) | x – 2 | = 3 si et seulement si x – 2 = 3 ou x – 2 = –3
– 2 +
c’est-à-dire x = 5 ou x = –1.
xx –2
1
x  x –2
1 10. Exercices d’approfondissement
x  –1 +
x –2
72    a) MA = x ; MB = 8 – x x ∈ ]0 ; 8[
f est donc décroissante sur ]– ; 2[ et sur ]2 ; + [. 1 1 8–x+x 8
a) f(x) = + = =
x 8 – x x (8 – x) x (8 – x)
68    u est décroissante sur [0 ; 1] et croissante sur [1 ; + [.
16 – (x – 4)2 = 16 – (x2 – 8x + 16) = – x2 + 8x
a) f est croissante sur [0 ; 1] et décroissante sur [1 ; + [.
8
b) g est décroissante sur [2 ; + [. Alors pour tout x ∈ ]0 ; 8[, f(x) =
16 – (x –4)2
c) h est croissante sur ]0 ; 1], décroissante sur [1 ; 2[ et b) a, b sont deux nombres réels de ]0 ; 4] tels que a  b.
décroissante sur ]2 ; + [.
Alors 0  a  b  4
69    1. a) f est définie sur l’intervalle [–1 ; 2] (car si x ∈ – 4  a – 4  b – 4  0
[–3 ; –1[, v (x)  0). (a – 4)2  (b – 4)2  16 (la fonction carré est décroissante
sur ]– ; 0[
b)
x –1 0 2 – (a – 4)2  – (b – 4)2  – 16
5 16 – (a – 4)2  16 – (b – 4)2  0
f
3 1 1
0 
16 – (a – 4)2 16 – (a – 4)2
2. a) g est définie sur l’intervalle [–3 ; –1[ et sur l’intervalle (la fonction inverse est décroissante sur ]– ; 0[).
]–1 ; 2] (car v (–1) = 0). 8 8

b) 16 – (a – 4)2 16 – (b – 4)2
x –3 –1 0 2 f (a)  f (b)
–1 1 donc f est décroissante sur ]0 ; 4].
g 1 a, b sont deux nombres réels de [4 ; 8[ tels que a  b.
3
5
Alors 4  a  b  8
0 a–4 b–4 4
70    a) La longueur AM est minimale lorsque dans le
0  (a – 4)2  (b – 4)2  16
triangle ABC, le point M est le pied de la hauteur issue
(car la fonction carré est croissante sur [0 ; + [)
de A.
C
0  – (a – 4)2  – (b – 4)2  – 16
16  16 – (a – 4)2  16 – (b – 4)2  0
1 1

M 16 – (a – 4) 2
16 – (b – 4)2
x (car la fonction inverse est décroissante sur ]0 ; + [)
8 8
A B 
16 – (a – 4)2 16 – (b – 4)2
Par le théorème deC02_fig11 25 x 25
Pythagore : f (a)  f (b)
BC2 = AB2 + AC2 = 25 donc BC = 5. donc f est croissante sur [4 ; 8[.
On en déduit que x ∈ [0 ; 5]. c) Le tableau de variation de f sur ]0 ; 8 [ est :
b)
x 0 x0 5 x 0 4 8
4 3
f 12 f(x) 1
5 2

28

CHAP02.indd 28 01/07/11 13:43


La position du point M pour laquelle f(x) est minimale S(t) 4,5t + 45 45
est telle que x = AM = 4. 2. a) f (t) = = = 4,5 +
t t t
73    1. f est décroissante sur [0 ; 1]. 45 1
b) Les fonctions t  et t  ont le même sens de
2. a) • Dans le triangle rectangle EMN, d’après le théo- t t
variation sur ]0 ; 10] : elles sont décroissantes sur ]0 ; 10].
rème de Pythagore, EM2+ EN2 = MN2
45 45
soit (1 – x)2 + (1 – y)2 = MN2 Les fonctions t  4,5 + et t  ont le même sens
t t
• Les deux cercles étant tangents, M et N les centres de
de variation sur ]0 ; 10].
ces deux cercles, on a MN = (x + y) soit MN2 = (x + y)2.
Donc f est décroissante sur ]0 ; 10].
b) (1 – x)2 + (1 – y)2 = (x + y)2 équivaut successivement à :
1 – 2x + x2 + 1 – 2y + y2 = x2 + y2 + 2xy c)
2 – 2x – 2y = 2xy f (t)
1 – x – y = xy x
1 – x = y (1 + x)
1–x x
y= (x ∈ [0 ; 1] donc 1 + x ≠ 0) 18 > x
1+x
3. a) x ∈ [0 ; 1] x
x

>
2 – (1 + x) + 2 1 – x
–1+ = = = f (x)
1+x 1+x 1+x
5
b) • x  1 + x est croissante sur [0 ; 1] et :
pour tout x ∈ [0 ; 1], 1 + x  0 1 2 3 4 t
1
•x et x  1 + x ont des sens de variation
x+1 d) Il s’agit de résoudre l’inéquation
contraires sur [0 ; 1]. f (t)  18pour t ∈ ]0 ; 10].
1 2 Cette inéquation équivaut successivement à :
•x et ont le même sens de variation sur
x+1 x+1 45
4,5 +  18
[0 ; 1] ; elles sont décroissantes sur [0 ; 1]. t
45 (la fonction inverse est décroissante
2 2  13,5
•x–1+ et x  ont le même sens de varia- t sur ]0 ; + [)
x+1 x+1
t 1
tion sur [0 ; 1]. 
45 13,5
f est donc décroissante sur [0 ; 1].
45
t
13,5
74    1. a) S (t) = 9t + 1 (1 – t) × 9
2 10
t
prime 3
L’ouvrier doit travailler moins de 3 h et 20 min pour au
9
S (t) = t + 45 = 4,5 t + 45 moins doubler son salaire horaire de base.
2
b) 75    1. a) 1 – x2  0 équivaut à 1  x2
S(t)
soit – 1  x  1
b)

45
c) M est un point d’abscisse x de la courbe de f. M a pour
coordonnées (x ; f(x)).
10 En notant  la courbe de f, avec x ∈ [– 1 ; 1], M ∈ 
équivaut à y = 1– x 2
1 10 t
y et 1– x 2 sont deux nombres positifs.
c) Le maximum du salaire total de l’ouvrier est de 90 e ; Donc y = 1– x 2 équivaut à y2 = 1 – x2
l’ouvrier doit travailler 10 heures. soit x2 + y2 = 1.

29

CHAP02.indd 29 01/07/11 13:43


La courbe  est donc définie par : 1
x ∈[– 1 ; 1] • a, b désignent deux nombres réels de ]– ; ] tels


que a  b. 2
y0


x2 + y2 = 1. Alors :

1
ab–
C’est le demi-cercle de centre 0, de rayon 1 inclus dans 2
le demi-plan défini par y  0. 1
2. • Sur [– 1 ; 0], x  x2 et x  – x2 ont des sens de varia- a2  b2  (la fonction carrée est décroissante sur :
2
tion contraires, donc x  – x2 est croissante sur [– 1 ; 0]. ]– ; 0])
x  1 – x2 et x  – x2 ont le même sens de variation
1 1
sur [– 1 ; 0], donc x  1 – x2 est croissante sur [– 1 ; 0] ; a2 –  b2 –  0
2 2
1 – x2  0 2
1 1 2
x  1– x 2 et x  1 – x2 ont le même sens de variation 1a2 –
2  1
 b2 –
2 
sur [– 1 ; 0] ; (la fonction carré est croissante sur [0 ; + [)
donc f est croissante sur [– 1 ; 0]. 1 2 3 1 2 3
• Sur [0 ; 1], x  x2 et x  – x2 ont des sens de variation 1a–
2 
+  b– +
4 21 4 
contraires, donc x  – x2 est décroissante sur [0 ; 1]. soit f (a)  f (b)
x  1 – x2 et x  – x2 sont décroissantes sur [0 ; 1] ; 1
donc f est décroissante sur ]– ; – ].
1 – x2  0 2
x  1– x 2 et x  1 – x2 ont le même sens de variation 1
• a, b désignent deux nombres réels de [– ; 0[ tels
sur [0 ; 1] ; que a  b. 2
donc f est décroissante sur [0 ; + 1]. Alors :
1
76    a) On subdivise le segment [a ; b] avec un pas de –  a  b  0.
b–a 2
. 1
N  a2  b2 (la fonction carré est décroissante sur ]– ; 0])
2
On étudie le signe du produit :
1 1
1F (x + pas) – F (x) × F (b) – F (a), ce qui permet de
1 1 1 1
0  a2 –  b2 –
2 2
s­ avoir si F1(x + p) – F1(x) est du même signe que 1 2
1 2
F1(b) – F1(a). 1a2 –
2  1
 b2 –
2 
Ce programme permet de savoir si F1 est monotone sur (la fonction carré est décroissante sur ]– ; 0])
[a ; b] ou pas. 1 2 3 1 2 3
b) Ce programme est pertinent lorsque
1a2 –
2 
+  b2 – +
4 12 4 
F1(b) – F1(a) ≠ 0. soit f(a)  f (b)
1
donc f est décroissante sur ]– ; 0].
77    1. Il semble y avoir deux points pour lesquels la 2
1
distance AM est minimale.
Les points ont une abscisse opposée :
On montre de même que f est décroissante sur 0 ;  2

1
x  – 0,7 et x  0,7 et croissante sur
2

; +  
2. Dans le repère orthonormé dans lequel est tracée 3,
A a pour coordonnées (0 ; 1) et M a pour coordonnées 1 1
(x ; x2). x –   − 0 + 
2 2
Alors AM2 = (x – 0)2 + (x2 – 1)2
= x2 + x4 – 2x2 + 1 1
= x4 – x2 + 1 f (x) 3 3
3. Le sens de variation de f sur R est déterminé par le 4 4
1
1 
signe de x2 – (car la fonction carré est décroissante
2 1 3 4 2
sur ]– ; 0] et croissante sur [0 ; + [) et par le signe de x.
1 1 1
1
4. a) f (x) = x4 – x2 +
4 4 
+ = x – x + 1 = AM2
• Sur ]– ; – ] et sur [  ; + [, la fonction x  x2 –
2 2 2 Donc AM étant minimale, si et seulement si, AM2 est mini-
est à valeurs positives. 1 1
male, AM est minimale lorsque x = – et x = .
1 1 1 2 2
• Sur –  2
;
2
 x  x2 – est à valeurs négatives.
2 3
b) La distance minimale est alors égale à .
4

30

CHAP02.indd 30 01/07/11 13:43


d’où le tableau de variation de f sur [0 ; 4]
78    a) x × , = 2 d’où , = 2
100 100x x 0 2 4
b) L(x) = AB + BC + CD
2 2 2 2 2
= x + , + x = 2x + f(x)
100x
2
c)
De la même façon,sur [4 ; 8]
x 4 6 8
2 2 2 2
f(x)
d) f semble décroissante sur ]0 ; 0,01] et croissante sur 2
[0,01 ; + [
2 sur [8 ; 12]
e) L(x) est minimal pour x = 0,01 et , = =2
100 × 0,01
soit x = 1 cm , = 2 m x 8 10 12
 : u (x) = – u (x)
79    Arc BC 2 2 2 2

 f(x)
Arc CD : u (x) = – u (– x)
2  2
 : u (x) = u (– x)
Arc DA 3 
sur [12 ; 16]
80    x 12 14 16
D C
2 2 2 2
f(x)
O ∆’ 2

81    x est l’abscisse du point M ; l’ordonnée du point


A ∆ M B M est alors x .
La distance AM est minimale si et seulement si AM2 est
• Par symétrie par rapport à ∆, minimale.
pour x ∈[0 ; 4], f (4 – x) = f (x) AM2 = (x – 2)2 + ( x )2 = x2 – 4x + 4 + x
• Par symétrie par rapport à 0 AM2 = x2 – 3x + 4.
pour x ∈[0 ; 4], f (x) = f (x + 4) 3 2 7
• Par symétrie par rapport à ∆‘,
1
= x–
2 
+ .
4
3
pour x ∈[0 ; 4], f (x) = f (12 – x) AM est donc minimale lorsque x = .
2
… etc.
82   
D C

O ∆’

–1 1 0 1 1
A M H B 2 2

Dans le triangle rectangle OMH, OM  OH et


OM2 = MH2 + OH2 = 4 + MH2.
si M ∈ [AH], OM2 = 4 + (2 – x)2
si M ∈ [HB], OM2 = 4 + (x – 2)2
Pour x  0, f(x) = f(x) et f(x) = f(x)
4 + ( 2 − x ) si x ∈ [0 ; 2]
2
OM = Pour x  0, f(x) = f(–x) et f(x) = f(–x)
4 + ( x − 2 ) si x ∈ [2 ; 4].
2
OM = 83    C’est la courbe 4.

31

CHAP02.indd 31 01/07/11 13:43


Sujets d’exposés Exposé 2 :
http://www.insee.fr/fr/themes/documents.asp?ref
Exposé 1 :
id=ip1123&reg id=0
http://www.mazerolle.fr/Statistique-descriptive/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice de masse corporelle
PDF-DOCX/Stats-Chapitre07.pdf
http://fr.wikipedia.org/wiki/Obésité
http://www.danielmartin.eu/Cours/Gini.htm
http://www.imc.fr/
http://alain.pichereau.pagesperso-orange.fr/gini.html
http://www.sante.gouv.fr/nutrition-programme-
www.ac-nancy-metz.fr/…/Courbe Lorentz et coefficient
national-nutrition-sante-pnns,6198.html
Gini.doc (une activité pour travailler en classe, pour le
professeur qui veut approfondir la notion)
http://www.ac-strasbourg.fr/sections/enseignements/
secondaire/pedagogie/les disciplines/sciences
economiques/mathematiques et ses/la courbe de
lorenz/view (exemples de TD pour le professeur)

32

CHAP02.indd 32 01/07/11 13:43


Chapitre

3 Dérivation et problèmes

1. Page d’ouverture b) d a une équation de la forme y = 1 x + p.


2
1
Or A ∈ d donc 3 = 2 × (–1) + p et p = 7
• Énigme* d’où d : y = 1 x + 7 .
2

Entre les instants 2 2


6    a) x2 = –x + 3 soit x2 + x – 3 = 0.
• t = 0 et t = 0,2
150 – 130 ∆ = 13 donc deux points d’intersection.
  v= = 100 cm.s–1 = 1 m.s–1 b) x2 = x – 5 soit x2 – x + 5 = 0.
0,2
• t = 0,2 et t = 0,4 ∆ = –19 donc pas de point d’intersection.
130 – 70 c) x2 = 2x – 1 soit (x – 1)2 = 0.
  v= = 300 cm.s–1 = 3 m.s–1 Donc un seul point d’intersection.
0,4 – 0,2
• t = 0,4 et t = 0,5
70 – 27 7   
  v= = 430 cm.s–1 = 4,3 m.s–1  A
0,5 – 0,4
• Énigme** T
Soit t le temps de parcours nécessaire pour arriver à midi
30 (t – 1) = 20 (t + 2)
donc 10t = 50 T est la perpendiculaire à (OA) en
C02_fig15 30A.
x 25
t=5h
La distance à parcourir est 30 × 4 = 20 × 6 = 120 km
L’allure à laquelle il doit rouler pour arriver à midi est 3. Activités d’approche
120
v = = 24 km.h–1
5 1    1.  m doit être supérieur à 5 ou inférieur à –5. On
conjecture 2 solutions au problème.
Pour m = 13, le coefficient directeur de la droite (MH) est
2. Vérifier les acquis –2 et les coordonnées de A sont (1 ; 24).
1    a) f (2) = 2 × 22 – 3 = 5 2. a)  M (m ; 0) H (0 ; 26)
b) f (2 + h) = 2(2 + h)2 – 3 26
Le coefficient directeur de la droite (MH) est .
= 2(4 + 4h + h2) – 3 –m
–26
b)  La droite (MH) a pour équation y = x+p
= 2h2 + 8h + 5 m
c) f (–1 + h) = 2(–1 + h)2 – 3 –26
or H ∈ (MH) donc p = 26 (MH) : y = x+p
= 2(1 – 2h + h2) – 3 m
Un point appartient à  et à (MH) si, et seulement si, ses
= 2h2 – 4h – 1
coordonnées sont solutions du système :
yB – yA
m = 2    a) m= = 5+1 = 6 y = –x2 + 25
xB – xA
– 2 +
3–2
2 =0

y=
–26
x + 26
b) m = m
2–3 ce qui revient à :
3    a) m = 2  b) m = – 1   c) m = 0 y = –x2 + 25
d) m = 1
2

–x2 + 25 =
–26
x + 26.
m
4    a) m = – 5  b) m = 3  c) m = 0 On détermine le nombre de solutions de l’équation
26
5    a) –x2 + x – 1 = 0 en calculant son discriminant
4 m
26 2
A
3 D= 1 
m
– 4(–1)(–1)
676 – 4m2
D=
1 m2
–1 O 1 m –∞ – 13 13 +∞
∆ – 0 – 0 –
C02_fig14 30 x 30
33

CHAP03.indd 33 01/07/11 07:13


• Pour m  –13 ou m  13 u
3 et (MH) n’ont pas de points communs. 6    a) f est de la forme .
v
• Pour m = –13 ou m = 13 b) g est de la forme uv.
3 et (MH) ont 1 point commun. c) h est de la forme u2.
1
• Pour –13  m  13 d) k est de la forme .
v 1
3 et (MH) ont 2 points communs. e) ℓ est de la forme λu avec λ = .
c) Les valeurs de m solution du problème sont 13 et – 13. 5
d) Pour m = –13 7    • Colonne de gauche
26 u(x) = 2x + 3 et v(x) = x – 5
Le coefficient directeur de la droite (MH) est =2
La droite (MH) a pour équation y = 2x + 13.
13
L’abscisse du point A d’intersection de 3 et (MH) est
() u ’ u’v –uv’
v
=
v2
solution de l’équation –x2 + 25 = 2x + 26 u’(x) = 2 et v’(x) = 1
2(x –5)–1(2x + 3)
Ce qui revient à x2 + 2x + 1 = 0 f’ (x) =
(x –5)2
ou (x + 1)2 = 0.
A a pour coordonnées (–1 ; 24). –13
f’ (x) =
(x –5)2
2    1.  On conjecture que la tangente à 3 en A a pour • Colonne de droite
équation y = – 4x + 29. λ = 7 et v (x) = 2x – 1
2. a)  A (– 2 ; 21) M (– 2 + h ; –(2 + h)2 + 25)
Le coefficient directeur de la droite (AM) est : ()1’
v
=– 2
v’
v
 2 
– 4 – 4h – h2 + 25 – 21 = – h2 – 4h = – h – 4 v’ (x) = 2 et g’ (x) = 7 − 
h  (2x −1)2 
–2+h+2 −14
b) Lorsque h se rapproche de 0, le coefficient tend vers – 4. g’ (x) = (2x −1)2
c) La tangente T en A à 3 a une équation de la forme :
8    a) f = uv avec u(x) = x2 + 1
y = – 4x + p
or A ∈ T donc 21 = – 4 × (– 2) + p v(x) = 2x2 + x – 7
et p = 29 Or (uv)’ = u’v + uv’
D’où T : y = – 4x + 29. Pour tout nombre réel x
u’(x) = 2x    v’(x) = 4x+ 1
donc f’(x) = 2x(2x2 + x – 7) + (x2 + 1)(4x + 1)
= 4x3 + 2x2 – 14x + 4x3 + x2 + 4x + 1
4. Accompagnement personnalisé = 8x3 + 3x2 – 10x + 1
1    Figure de gauche : on complète avec m. b) g = u avec u(x) = 3x2 + 2x – 5
2

y –y Or (u2)’ = 2u’u
Figure de droite : m = B A .
xB – xA Pour tout nombre réel x : u’(x) = 6x + 2
donc f’(x) = 2(6x + 2)(3x2 + 2x – 5)
2    a) m = 3 - 1 = 1
4-2 = 4(3x + 1)(3x2 + 2x – 5)
3−1 1
b) m = =–
–1–3 2
c) m = 0
d) m = 2 + 1 = – 3
–1 - 3 4
3    Équation de la tangente T à # au point A :
y = f’(a)(x – a) + f (a)

Coefficient Abscisse Ordonnée


5. Exercices de base
directeur de T de A de A 9    Pour tout nombre réel h ≠ 0
4    a) f est une fonction polynôme dérivable sur R et f(2 + h) = 2(2 + h)2 – (2 + h) + 3
pour tout nombre réel x, f’(x) = 2x + 1. = 2(4 + 4h + h2) – 2 – h + 3
f (–1) = (– 1)2 – 1 – 2 = –2 = 2h2 + 7h + 9 et f(2) = 9
f’ (–1) = 2 × (– 1) + 1 = –1 f( 2 + h) – f(2) 2h2 + 7h + 9 – 9
donc =
T a pour équation y = – 1(x + 1) – 2 h h
= 2h + 7
soit y = – x – 3
10    Pour tout nombre réel h,
5    Voir cours p. 68 et 70.
h ≠ 0 et 1 + h ≠ 2
34

CHAP03.indd 34 01/07/11 07:13


5 15   
f(1) = = – 5 et TA
–1 TB
2(1 + h) + 3 5 + 2h B
f(1 + h) = = 
1+h–2 h–1 1
A
5  +   2h 5 ( h – 1) O 1 4
f(1 + h) – f(2)  +  
donc = h  – 1 h  – 1
h h 16    f’(1) est le coefficient directeur de la tangente T.
7h 1 7
= x = 2
h–1 h h–1 f ’(1) = = 1.
1
11    Pour tout nombre réel h ≠ 0 1
17    f’(2) =
f(– 1 + h) = 5(–1 + h)2 – 7(– 1 + h) + 13 2
1
= 5(1 – 2h + h2) + 7 – 7h + 13 T : y = x + 2
2
= 5h2 – 17h + 25
3
et f(– 1) = 5(– 1)2 + 7 + 13 = 25 18    f’(-1) =
2
f(–1 + h) – f(–1) 5h2 – 17h 3 1
donc = T : y = x +
h h 2 2
= 5h – 17 19    f’(1) = 0 T : y = 2
Quand h se rapproche de 0, le taux d’accroissement de
f entre – 1 et – 1 + h tend vers – 17 donc f est dérivable 20    f’(2) = – 1 T : y = –x + 2
en – 1 et f’(– 1) = –17. 21    f’(1) = – 1 f(1) = 2
12    Pour tout nombre réel h, donc T : y = f’(1) (x – 1) + f (1)
h ≠ 0 et 1 + h ≠ – 1 y=–x+3
2 2
f(1 + h) = = et f(1) = 1
1+h+1 2+h
donc
2 2 +  h
f(1 + h) – f(1)   − 
= 2   +   h   2 +  h
h h
–2–2–h 1
= ×
2+h h
22    f’(2) est le coefficient directeur de la tangente à
–1 4–0
=  en A qui est la droite (OA) donc f ’(2) = = – 2.
2+h –2 – 0
Quand h se rapproche de 0, le taux d’accroissement de
1 23    a) f est dérivable sur ]0 ; + ∞[ et pour
f entre 1 et 1 + h tend vers – donc f est dérivable en 1 1
2
1 et f’(1) = – .
1
2
x ≠ 0 f ’(x) = – 2 donc f’
x 1 
2
 = – 4.
b)

24    a) Pour tout x  0


13    Pour tout nombre réel h, h ≠ 0 et – 2 + h ≠ – 3.
1
2h–3 3(h+1) f ’(x) = 2x et g’(x) =
f(–2+h)–f(–2) h+1 + h+1 5 2 x
= = h +1
h h 1 1 1
Lorsque h se rapproche de 0, le taux d’accroissement 1 
f’
8
=
4
g’(4) =
4
de f entre – 2 et –2 + h tend vers 5 donc f est dérivable Les résultats sont les mêmes.
1
sur – 2 et f’ (– 2) = 5. b) La tangente à f au point d’abscisse et la tangente
8
14    TB
à g au point d’abscisse 4 sont parallèles car elles ont le
même coefficient directeur.
1 A

O 1
TA B


35

CHAP03.indd 35 01/07/11 07:13


25    a) Pour tout nombre réel x, f ’(x) = 3x2 31    a) Pour tout nombre réel x
1 1
Pour tout x ≠ 0, g’(x) = – 2 f ’ (x) = –12x2– 4x + 2
x 5
b)  et ’ ont des tangentes parallèles au point d’abs- b) Pour tout x > 0,  g’ (x) = 2 x x .
cisse x0 si, et seulement si, ces deux droites ont le même 14
coefficient directeur, ce qui revient à f’(x0) = g’(x0), soit c) Pour tout x ≠ – 3,  h’ (x) = (x + 3)2 .
1 1
encore 3x02 = – 2 ce qui est impossible. En effet – 2 1
x0 x0 32    a) f = u avec u(x) = x2 + 3x – 1
est un nombre strictement négatif et 3x02 est positif. 5
f est dérivable sur R
26    La fonction f est dérivable sur ]0 ; + ∞[ et pour tout 1 1
1 et f’ (x) = 5 u’ (x) = 5 (2x + 3)
x  0, f’(x) = .
2 x 1
1
b) g = – 7 × v avec v(x) = 2 + x2.
Le coefficient directeur de T est et doit être égal au
6 v est dérivable sur R et v ≠ 0 sur R donc g est dérivable
nombre dérivé de f en a.
1 1 sur R
On cherche s’il existe un nombre a  0 tel que = –v’(x) –2x
2 a 6 et g’ (x) = –7 × = –7×
ce qui revient à a = 3 et a = 9. [v(x)]2 (2+ x 2)2
On vérifie que T passe par le point A (9 ; 3). 14x
1 3 3 3 g’ (x) = (2+ x 2)2
En effet × 9 + = + = 3, donc T est tangente à  en A.
6 2 2 2
33    f = u2 avec u(x) = 2x2 – x + 4
27    Pour tout x  0 u’(x) = 4x – 1
1 1 f est une fonction polynôme dérivable sur R or (u2)’ = 2u’u
f ’(x) = 2x g’(x) = –
h’(x) =
x2 2 x donc f’(x) = 2(4x – 1)(2x2 – x + 4).
–1 1
f ’(4) = 8 g’(4) = h’(4) = 34    Le problème revient à chercher s’il existe un
16 4
Ces nombres dérivés correspondent aux coefficients
nombre réel x ≠ 1 tel que f ’(x) = – 4.
directeurs des tangentes.
f est une fonction rationnelle dérivable sur ]– ∞ ; 1[ et
Donc T1 correspond à h, T2 à f et T3 à g.
sur ]1 ; + ∞[.
28    Les fonctions polynômes sont dérivables sur R. u
f = avec u(x) = x + 2 u’(x) = 1
a) f’(x) = –x2 + x + 5 v
v(x) = x – 1 v’(x) = 1
b) g’(t) = 4t3 + 3t – 1
1 ’
u u’v – uv’
or v =
1 v2
29    Chloé a confondu la dérivée de avec la dérivée donc pour tout x ≠ 1
v
de la fonction inverse. (x – 1) – (x + 2) –3
1 f ’(x) = =
f = avec v(x) = 3x + 1 (x – 1)2 (x – 1)2
v –3
1 = – 3 si, et seulement si, (x – 1)2 = 1 ce qui revient
v ≠ 0 pour x > – (x – 1)2
3 à x – 1 = 1 ou x – 1 = – 1, c’est-à-dire x = 2 ou x = 0.
1 –v’
or 1 v
’= 2
v 1
v’(x) = 3 Il y a deux points de la courbe, d’abscisses respectives
pour tout x > – 0 et 2, où la tangente a pour coefficient directeur – 3.
3
–3
donc f ’(x) =
(3x + 1)2
u
30    f = avec u(x) = 2x + 1 6. Travaux pratiques
v
v(x) = 4x – 1 35    1. a) Ce programme permet de calculer la vitesse
1
1

f est une fonction rationnelle dérivable sur – ∞ ;
4
et  moyenne v entre deux instants t1 et t2, d1 et d2 repré-

sur  ; + ∞
4  sentant les distances parcourues respectivement aux
instants t1 et t2.
1 ’
u u’v –uv’
or v = 2. a) Lorsqu’on calcule la vitesse moyenne entre l’instant
v2
1 t = 1 et un autre instant proche de 1, la vitesse moyenne
Pour tout nombre réel x ≠
4 est proche de 32.
u’(x) = 2 v’(x) = 4
2(4x – 1) – 4(2x + 1) Pour t1 = 1 t2 = 1,1 v = 31,6
donc f ’(x) = t1 = 1 t2 = 1,01 v = 31,96
(4x – 1)2
–6 b) d (1 + h) = – 4(1 + h)2 + 40(1 + h)
f ’(x) =
(4x – 1)2 = – 4(1 + 2h + h2) + 40 + 40h
Il est inutile de développer le dénominateur. = – 4h2 + 3h + 36

36

CHAP03.indd 36 01/07/11 07:13


d(1 + h) – d(1) – 4h2 + 3h + 36 – 36
=
h h
= – uh + 32
e) Quand h se rapproche de 0, la vitesse moyenne se rap-
proche de 32. Cette limite est le nombre dérivé de d en 1.
d’(1) = 32.    
3. a)     On note T la droite d’équation y = 2x – 1 et  la parabole
d’équation y = x2.
200
T est la tangente à  au point A d’abscisse 1.
Au voisinage de A, les deux courbes sont très proches.
Pour un nombre x proche de 1, les points de  et 
d’abscisse x ont pratiquement la même ordonnée donc
100 pour x proche de 1, x2  2x – 1.
c) Soit x = 1 + h avec h proche de 0 quand x est proche
de 1
50 x2 = (1 + h)2 = 1 + 2h + h2
20 2x – 1 = 2(1 + h) – 1 = 2h + 1
L’erreur commise est donc h2.
0 1t1 5 Par exemple :
temps

b) d est une fonction polynôme dérivable sur [0 ; 5] et Pour 1,12 l’erreur commise est de 0,01.
d’(t) = – 8t + 40 Pour 1,012 et 0,992 elle est de 0,0001.
donc d’(0) = 40 qui est le coefficient directeur de la
tangente T à  en 0.
3. a) La vitesse, juste avant le freinage, c’est-à-dire à 7. Exercices d’entraînement
l’instant t = 0, est d’(0) = 40 soit 40 m.s–1. 37    1. Pour tout nombre réel h ≠ 0
Sur le graphique, c’est le coefficient directeur de T. f (a + h) – f (a) (a + h)2 – a2 2ah + h2
b) Si elle n’avait pas freiné pendant 5 secondes, la voiture = = = 2a + h
h h h
aurait parcouru 5 × 40 = 200 m. Quand h se rapproche de 0, 2a + h tend vers 2a, donc f
Sur le graphique, c’est l’ordonnée du point de T d’abscisse 5. est dérivable en a et f’(a) = 2a
c) Le temps nécessaire pour parcourir 50 m après le début 2. Le coefficient directeur de la tangente au point d’abs-
du freinage est solution de l’équation cisse a est f’(a). On cherche donc s’il existe des nombres
– 4t2 + 40t = 50 3
réels a tels que f’(a) = – 3, c’est-à-dire 2a = – 3, soit a = – .
2t2 – 20t + 25 = 0 2
3
D = 400 – 200 = 200 D0 Au point d’abscisse – , la tangente à  a pour coefficient
2
Ce polynôme a 2 racines directeur – 3.
20  –  200 10  –  5 2 u 1
t1 = = , d’où t1  1,5 38    1. = u ×
4 2 v v
1 1
20   +   200 10   +   5 2 u et sont dérivables sur I donc le produit u × est
t2 = = , d’où t2  8,5 v v
4 2 dérivable sur I lorsque v ≠ 0.
Seul t1 est dans l’intervalle [0 ; 5].
La vitesse moyenne à l’instant t1 est d’(t1) = – 8t1 + 40 u 1 1 
soit environ 28 m.s–1. Graphiquement, cette vitesse 1 v  = u ×
v
+u×1
v
correspond au coefficient directeur de la tangente à  1 – v uv – uv
= u × +u× 2 =
au point d’abscisse t1. v v v2
2. a) f est une fonction rationnelle définie et dérivable
36   
sur ]– 1 ; + ∞[
1. a) Valeurs approchées exactes u
f = avec u (x) = 2x – 1 u’(x) = 2
1,12 2 × 1,1 – 1 = 1,2 1,21 v
v (x) = x + 1 v’(x) = 1
1,012 2 × 1,01 –1 = 1,02 1,0201 donc pour tout x  – 1
0,952 2 × 0,95 – 1 = 0,9 0,9025 2(x + 1) – (2x – 1) 3
f(x) = =
0,992 2 × 0,99 – 1 = 0,98 0,9801 (x + 1)2 (x + 1)2
b) a = 2
b) Interviennent dans ce problème la fonction carrée f 2×2–1
et la fonction affine g définie par g(x) = 2x – 1. f (a) = =1
2+1
37

CHAP03.indd 37 01/07/11 07:13


3 1
f(a) = =
(2 + 1)2 3
T a pour équation
y = f(a)(x – a) + f(a)
1
y = (x – 2) + 1
3
1 1
y= x+
3 3

39    a) f (x) = (2x2 – x + 4)(2x2 – x + 4)


= 4x4 – 2x3 + 8x2 – 2x3 + x2 – 4x + 8x2 – 4x + 16
= 4x4 – 4x3 + 17x2 – 8x + 16
f est une fonction polynôme dérivable sur R et
f’(x) = 16x3 – 12x2 + 34x – 8
b) f = u2 avec u (x) = 2x2 – x + 4
(u2)’ = 2u’u u’(x) = 4x – 1
donc f’(x) = 2(4x – 1)(2x2 – x + 4)
c) La seconde méthode est plus rapide.
40    a) On conjecture à l’aide de la calculatrice que les 2. a) f (x) = x2 f(x) = 2x
3 courbes passent par le point A(– 1 ; 2). On vérifie en Ta a pour équation
calculant y = f(a)(x – a) + f (a)
f1(– 1) = –1 – 3 + 6 = 2 y = 2a (x – a) + a2
f2(– 1) = 1 – 7 + 8 = 2 y = 2ax – a2
f3(– 1) = –1 – 1 + 4 = 2 b) Ta passe par A si, et seulement si, les coordonnées
b) Il suffit alors de vérifier que les 3 fonctions ont le même de A vérifient l’équation précédente, ce qui revient à
nombre dérivé en – 1, c’est-à-dire que leurs tangentes – 2 = 2a – a2
respectives en A ont le même coefficient directeur. Ces ou a2 – 2a – 2 = 0
3 fonctions sont des polynômes dérivables sur R et On calcule le discriminant de cette équation du second
f’1(x) = –2x + 3 f’1(– 1) = 2 + 3 = 5 degré
f’2(x) = 2x + 7 f’2(– 1) = – 2 + 7 = 5 ∆ = 4 – 4 × (– 2) = 12 ∆0
f’3(x) = 3x2 – 2x f’3(– 1) = 3 + 2 = 5 Il y a deux racines
2 –  12  
41    On peut conjecturer que ces deux courbes ont la a = = 1 – 53
2
même tangente à l’origine. 2  +   12  
• f est une fonction rationnelle définie et dérivable sur a = = 1 + 53
2
[– 1 ; + ∞[.
u Ce qui démontre la conjecture précédente.
f = avec u(x) = 3x
v 
v(x) = x + 2
u  uv – uv
1
C
or =
v v2
Pour tout x  – 1 u’(x) = 3
v’(x) = 1
3(x + 2) – 3x 6
donc f(x) = =
(x + 2)2 (x + 2)2 1
6 3
f (0) = 0 et f (0) = =
4 2 B 0 1
• g est une fonction polynôme dérivable sur [– 1 ; + ∞[
3 A
et g(x) = x +
2 3
g (0) = 0 et g’(0) = .
2 43    f est une fonction polynôme dérivable sur ℝ et
• Les deux courbes passent par l’origine et ont en ce point
3 f(x) = – 4x3 + 4x + 1.
la même tangente de coefficient directeur .
2 La tangente T au point d’abscisse a = – 1 a pour équation
42    On conjecture qu’il existe deux tangentes à  y = f(a) (x – a) + f (a)
passant par A, celle en B d’abscisse – 0,7 environ et celle f(– 1) = 4 – 4 + 1 = 1
en C d’abscisse 2,7 environ. f (– 1) = – 1 + 2 – 1 = 0

38

CHAP03.indd 38 01/07/11 07:13


T : y = 1 (x + 1) + 0 y=–1x+1
y=x+1 4
Existe-t-il un nombre réel x vérifiant f(x) = 1 ? Si x = 0
Pour cela, on va résoudre l’équation – 4 x3 + 4x + 1 = 1, ce y=1
qui équivaut à 4x (– x2 + 1) = 0 A1 (0 ; 1) point d’intersection de T et (yy)
ou encore 4x (1 – x) (1 + x) = 0. Si y = 0
Cette équation a trois solutions 0 ; 1 et – 1. 1
– x = – 1 et x = 4
Pour x = 0, f (0) = 0,  passe par O mais T ne passe pas 4
A2 (4 ; 0) point d’intersection de T et (xx).
par O.
Pour x = 1, f (1) = 2 = 1 + 1. Le milieu de [A1A2] a pour coordonnées :
0+4 1+0 1
 et T ont donc un second point commun B (1 ; 1) et en
B la tangente à  a pour coefficient directeur f(1) = 1.
1 2
 ;
2 1 = 2 ; 2
c’est donc bien le point A.

La droite T est donc aussi tangente à  en B. 2. a) T : y = f(a) (x – a) + f (a)


1 1
44    • f (0) = 20 donc d = 20 y = – 2 (x – a) +
a a
• f (– 1) = 18 donc – a + b – c + d = 18 2
1
f est une fonction polynôme dérivable sur ℝ et y=– 2x+
a a
f(x) = 3ax2 + 2bx + c 2 2
f(– 1) = 3 donc 3a – 2b + c = 3 a 1 
b) Si x = 0 alors y = . M1 0 ; point d’intersection de
a
T et (yy)
• f(0) = 0 donc c = 0
1 2
Il reste à résoudre le système Si y = 0   – 2 x = – et x = 2a
a a
–a+b=–2
 3a – 2b = 3
ce qui équivaut à M2 (2a ; 0) point d’intersection de T et (xx).

b=a–2 b=a–2 Le milieu de [M1M2] a pour coordonnées :


 
ou 2

1 1
3a – 2a + 4 = 3 a=–1  + 0
0 + 2a a 1
ainsi a = – 1 et b = – 3
2
 ;
2
= a ;
a 
c’est donc bien le point M.
on a donc
f (x) = – x3 – 3x2 + 20. 47    1. a) Pour tout nombre réel h  0
45    a) f est une fonction rationnelle dérivable sur f (h) – f (0) h  –  0 1
=  = 
2 2 h h h
 
3 
– ∞ ; et sur  ; + ∞
3  b) • Pour que
1
 100, il suffit que  
1
 5h , donc il
u h 100
f =  avec u(x) = ax2 + b
v
v(x) = 3x – 2 suffit que h  10–4.
1
2 • Pour que  105, il suffit que 10–5  h5 , donc il
Pour tout nombre réel x ≠ , u(x) = 2ax et v(x) = 3 h
3
donc
2ax (3x –2) – (ax2 + b)3 suffit que h  10–10.
f(x) = f (h) – f (0)
(3x – 2)2 c) Le quotient admet une limite infinie quand
3ax – 4ax – 3b
2 h
= h se rapproche de 0, donc f n’est pas dérivable en 0.
(3x – 2)2
b 2. a)    
b) f (0) = 1 donc = 1 et b = – 2
–2
f(1) = 0 donc 3a – 4a – 3b = 0
–a=–6
a=6
6x2 – 2
on a donc f (x) =
3x – 2
46    1. a)
1
f(x) = – 2
x
La tangente à  au point d’abscisse a a pour équation
y = f(a) (x – a) + f (a)
1 1 b) p devient de plus en plus grand quand M se rapproche
a = 2    f (2) =     f (2) = –
2 4 de 0.
–1 1
T : y = (x – 2) + c) L’axe des ordonnées est tangente à  en 0.
4 2
39

CHAP03.indd 39 01/07/11 07:13


48    a) Le programme permet de calculer le taux d’ac- C’est le coefficient directeur de la droite (MP), M et P
croissement de f entre a et a + h. étant les points de  d’abscisses respectives q et q + 1.
b) En choisissant a = 7 et h proche de 0, par exemple : Quand q est grand devant 1, cette droite est très proche
h = 0, 1 ; h = 0,01 ; h = – 0,001, … on obtient des valeurs de la tangente à  en M ; le coefficient directeur de cette
de plus en plus proches de 150. tangente étant C(q).
On conjecture que f(7) = 150. C(q) est donc une bonne approximation du coût mar-
ginal de rang q.
49    a) f est une fonction polynôme dérivable sur ℝ et b) C(1 000)  0,18
f(x) = 4x – 3. C(2 000)  0,61
T a pour équation C(3 000)  3,2
y = f(a) (x – a) + f (a) Le coût supplémentaire dû à la fabrication du
a=0 1 001e article est de 0,18 e, du 2 001e article de 0,61 e
f (0) = 2     f(0) = – 3 et du 3 001e article de 3,20 e.
donc T : y = – 3 (x – 0) + 2
y = – 3x + 2 52    a) f(x) = x3 + 4x donc f ’(x) = 3x² + 4.
b)   semble au-dessus de T. Donc f ‘(2) = 16
c) Pour préciser la position de  et T, on étudie le signe b) f(x) = x² – 5x + 2 donc f ‘(x) = 2x – 5
de la différence d(x) = f (x) – (– 3x + 2) f ‘(x) = 1 si, et seulement si, 2x = 6, c’est-à-dire pour x = 3
d (x) = 2x2 c)   
or un carré est toujours positif donc pour tout nombre
réel x d (x)  0 et  est au-dessus de T.
50    a) La pierre touche le fond lorsque d (t) = 24,2, ce
qui revient à 5t2 = 24,2, soit t2 = 4,84 et t = 2,2 car t  0.
La pierre touche le fond après 2,2 secondes.
b) La vitesse instantanée à l’instant t0 est :
d(t0) = 10 t0, donc d(2,2) = 22. La courbe de f semble admettre deux tangentes hori-
La vitesse instantanée à cet instant est 22 m·s–1. zontales aux points d’abscisses –1 et 3.
f(x) = x3 – 3x² – 9x + 7 donc f ‘(x) = 3x² – 6x + 9
51    a) Δ = b² – 4ac = 36 – 4 × 3 × (– 9) = 144 donc l’équation
Montant (en euros) f ‘(x) = 0 a deux solutions
D
3 200 −  b − ∆ 6 − 12 −b + ∆ 6 + 12
3 000 x’ = = = − 1 et x ’’= = =3
 2a 6 2a 6
a) y = f(x) with f(x) = x3 + 4x ; f ’(x) = 3x² + 4 so f ’(2) = 16 so
F the gradient of the curve y = x3 + 4x at the point where
2 000
x = 2 is 16.
b) y = g(x) with g(x) = x² – 5x + 2 ; f ’(x) = 6x – 5 so g’(1) = 1
1 200 B so the gradient of the curve
1 000 y = x² – 5x + 2 at the point where x = 1 is 1.
A E
600 c) Voir ci-desssus
Quantité There are apparently two points for which the gradient
G produite q is 0.
0 1 000 2 000 3 000 f(x) = x3 – 3x² – 9x + 7
b) Le coefficient directeur de la droite (AE) : f ’(x) = 3x² – 6x – 9 = 3(x² – 2x – 3)
900 – 600 3 We want f ’(x) = 0 which is equivalent to
=
2 300 – 600 17 x² – 2x – 3 = 0
de la droite (BF) : D = 16
2 300 – 1 200 11 the roots are x1 = – 1 and x2 = 3.
=
3 000 – 1 200 18 f(x1) = 12 and f(x2) = – 20. so the two points for which the
de la droite (DG) : gradient is 0 are A(– 1 ; 12) and
0 – 3 200 16 B(3 ; – 20).
=
2 000 – 3 000 5
3. Le coût marginal au rang q est 53    Si Pierre demande de simplifier cette dérivée, voici
C (q + 1) – C (q) ce qu’affiche le logiciel XCas.
C (q + 1) – C (q) =
(q + 1) – q
40

CHAP03.indd 40 01/07/11 07:13


En effet pour tout nombre réel xf ’(x) = 1 et g’(x) = 3
L’implication a est fausse.
b) Considérons f(x) = x2 et g(x) = x2 + 3
Pour tout nombre réel x, f ’(x) = g’(x) = 2x.
Ce qui est conforme au résultat de Jeanne.
Pourtant les fonctions f et g ne sont pas égales.
54    Sonia s’est trompée car elle a écrit (uv) = uv. L’implication b est fausse.
Elle n’applique pas correctement la formule donnant la c) En dérivant membre à membre l’égalité f(x) – g(x) = 1
dérivée d’un produit car (uv) = uv + uv. on obtient, pour tout nombre réel x, f’(x) – g’(x) = 0.
1 Les fonctions f’ et g’ sont donc égales.
Elle aurait dû écrire f(x) = 1 × 5x + x ×
2 x L’implication c est vraie.
x
= 5x +
2 60    a) Si Q alors P est la seule proposition vraie par dé-
3 x finition de la dérivabilité sur un intervalle. La réciproque
=
2 est fausse : une fonction peut-être dérivable en 0 et pas
Ce qui correspond au résultat obtenu par Myriam. en 2 par exemple, elle n’est alors pas dérivable sur R.
b) Si P alors Q est la seule proposition vraie. La réciproque
55    Paul a construit en différents points les tangentes
est fausse. La fonction x  3x2 est aussi la dérivée de la
à la courbe représentative de la fonction carré. fonction x  x3 + 5.
56    La courbe  doit être «  bien arrondie  » en A et c) Si P alors Q est la seule proposition vraie : si f est déri-
ne pas présenter de rupture en A pour admettre une vable en 2, alors la courbe représentant f admet au point
tangente en ce point. d’abscisse 2, une tangente de coefficient directeur f ’(2).
a) oui b) non c) non d) non e) oui La réciproque est fausse. En effet, si la courbe représen-
3 3 tant f admet une tangente verticale au point d’abscisse 2
+ alors f n’est pas dérivable en 2.
57    Le coefficient directeur de T est 4 4 = 3 ×2 = 3
1 2
1−
2
Pour tout nombre réel x, f(x) = x et f’(x) = 2x
2
8. Mettre en œuvre une recherche
Le problème revient à trouver un réel a tel que f’(a) = 3
ou encore 2a = 3. 61    1. 1. On conjencture que O est le milieu de [HK].
T est la tangente à  au point A d’abscisse 1,5. 2. La tangente T à  au point M d’abscisse a a pour
58    a) f est une fonction rationnelle dérivable sur équation
y = f’(a) (x – a) + f(a)
]– ∞ ; –1[ et sur ]–1 ; + ∞[
u y = 2a (x – a) + a2
f =  avec u(x) = 2x + 1 y = 2ax – a2
v
v(x) = x + 1 T coupe l’axe des ordonnées au point H (0 ; – a2)
u ’ u’v – uv’ M a pour coordonnées (a ; a2). Son projeté orthogonal
1 v
=
v2 K sur l’axe des ordonnées a pour coordonnées (0 ; a2).
Pour tout x ≠ –1 u(x) = 2 v(x) = 1 xH + xK
=0
donc f(x) =
2(x + 1) – (2x + 1)
(x + 1)2
=
1
(x + 1)2
et f(x)  0
2
yH + yK
=0
 donc O est le milieu de [HK]

La proposition a est vraie. 2


1 1 3. Pour tracer la tangente T à  en H, on construit
b) = si, et seulement si, (x + 1)2 = 4, ce qui • le projeté orthogonal K de M sur l’axe des ordonnées
(x + 1)2 4
revient à x + 1 = 2 ou x + 1 = – 2. Ainsi pour x = 1 ou pour • le symétrique H de K par rapport à O.
1 • la droite (MH) qui est la tangente T.
x = – 3, f ’(x) = .
4 2. 1. On conjecture que M est un point de , que la
La proposition b est vraie. tangente à  en M est parallèle à (AB) et que la droite
c) Pour tout x ≠ –1 f’(x) ≠ 0 donc il n’existe pas de point (IJ) est verticale.
de la courbe de f où la tangente est horizontale. 2. La tangente T à  en A a pour équation
La proposition c est fausse. y = 2a(x – a) + a2
d) La proposition d est fausse. y = 2ax – a2.
1
En effet pour x = – f’(x) = 4 f(x)  1. La tangente T’ à  en B a pour équation y = 2bx – x2.
2
a + b a2 + b2
59    a) Considérons f(x) = x + 1 et g(x) = 3x – 1 Le milieu I de [AB] a pour coordonnées 1
2
;
2 
f(1) = g(1) = 2.
L’abscisse du point J d’intersection de T et T’ est solu-
Pourtant f ’(1) ≠ g’(1)
41

CHAP03.indd 41 01/07/11 07:13


tion de l’équation 2ax – a2 = 2bx – b2 ce qui équivaut 1
(a – b)(a + b) a + b Pour tout x > 0, v’(x) =
à 2(a – b)x = a2 – b2 ou encore x = = . 2 x
2(a – b) 2 1
a+b –
Son ordonnée est y = 2a
21 – a2 = ab. J a pour 1
donc f’ (x) = 2 ×
2 x = –1
( x )2 4x x
a+b
coordonnées 1 2 
; ab . Le milieu M de [IJ] a pour
65    1. Pour tout nombre réel x,

1 
a2 + b2 f’ (x) = 3x2 + 6x + 3
+ ab a+b a+b 2
coordonnées a + b ; 2
2 2
= 12
;1 2  a) Vrai. f’ (–1) = 3 – 6 + 3 = 0
b) Vrai. T a pour équation :
yM = xM donc M ∈ .
2
y = f’ (0)(x – 0) + f (0)
Les points I, J, M ont la même abscisse et la droite (IJ) y = 3(x – 0) + 1
est verticale. y = 3x + 1
3. Pour tracer la tangente T à  en M d’abscisse a, on 2. a) Vrai. g est une fonction rationnelle dérivable sur
place sur  deux points A et B d’abscisse a – h et a + h, ]–  ; 2[
avec h réel quelconque. T est la parallèle à (AB) passant
g = u avec u(x) = 2x – 1
par M. v
v(x) = x – 2

9. Autoévaluation pour se tester


Or () u ’ u’v –uv’
v
=
v2
Pour tout x < 2, u’(x) = 2
v’(x) = 1
62    1. b) Quand h se rapproche de 0, f(1+ h)− f(1) tend 2(x –2)–(2x –1) –3
h donc g’ (x) = =
vers – 1. (x –2)2 (x –2)2
2. c) Cette tangente a pour équation : −3 3
y = f’ (2)(x – 2) + f (2) b) Faux. g’ (0) = =−
(0 –2)2 4
y = – 1(x – 2) + 5 c) Vrai. Pour tout x < 2, g’ (x) < 0 et g’ (x) est le coefficient
y=–x+7 directeur de la tangente à la courbe représentative de g
3. c) f (x) = 3x – 2 ; g (x) = x + 2 au point d’abscisse x.
f’ (x) = 3 ; g’ (x) = 1
66    a) Pour tout nombre réel x, f’ (x) = 2x
 f  ’ f ’g –fg’
  = f’ (–1) = –2 et f’ (2) = 4
g g2
Donc pour tout x > –2, b)

 f ’ 3(x + 2)–(3x –2) 8
  (x) = =
g (x + 2)2 (x + 2)2
63    1. b) Au point d’abscisse 1,  admet une tangente 1
–1 B
horizontale.
−5 O 1 2
2. b) Le coefficient directeur de la tangente à  2

variation de l'ordonnée −3
en A est m = = =–3
variation de l'abscisse 1 A
–3

3. b) g = 1 donc g’ = –f2’ –4 (1; – 4)


f f
–f ’(0) −(−3) 3
donc g’ (0) = = =
[f(0)]2 22 4 C03_fig19 30 x 50
67    a) f’ (0) = 0 car la tangente à  au point d’abscisse
64    a) Vrai.
1 0 est horizontale.
Pour tout x ≠ 0, f’ (x) = – 2 + 2 donc f’ (1) = – 1 + 2 = 1
x b) Le coefficient directeur de la tangente à  en A est
b) Faux. f est une fonction polynôme de degré 3, donc
sa dérivée est une fonction polynôme de degré 2. m = variation de l'ordonnée = 1 .
variation de l'abscisse 2
c) Faux. Pour tout nombre réel t, x’(t) = 2. f(2+ h)–1 f(2 + h)–f(2)
Donc x’(1) = 2 . c) lim = lim = f’ (2) = – 1.
h→ 0 h h→ 0 h
1 1 C’est le coefficient directeur de la tangente à  au point
d) Faux. f = 2 × v avec v(x) = x
d’abscisse 2.
v est dérivable sur ]0 ; + [ donc f aussi
1 –v’ 68    a) Pour tout nombre réel x, f’ (x) = 6x2 – 4.
et f’ = 2 × v 2 T a pour équation y = f’ (0)(x – 0) + f (0)

42

CHAP03.indd 42 01/07/11 07:13


Or f (0) = 3 et f’ (0) = – 4 1
alors T a pour équation y = – 4x + 3 Pour tout x > 0, v’ (x) =
2 x
b) 1
3 −
donc ℓ’ (x) = − × 2 x2
2 ( x)
3
= 4x x

c) Pour étudier la position de  et T, on étudie le signe 1


70    1. f = 3 × avec v(x) = x + 2
de la différence : v
f est une fonction rationnelle dérivable sur ]–  ; – 2[ et
d(x) = f (x) – (– 4x + 3) = 2x3. Or x3 a le même signe que x sur ]– 2 ; + [.

()
donc sur ]– ; 0[, d(x) < 0 et  est au-dessous de T et sur 1 ’ –v ’
]0 ; + [, d(x) > 0 et  est au-dessus de T. = 2
v v
69    a) f est une fonction polynôme dérivable sur . Pour tout x ≠ – 2, v’ (x) = 1
Pour tout nombre réel x, −1 –3
donc f’ (x) = 3 × =
f’ (x) = – 3x2 – 10x +
1 (x + 2)2 (x + 2)2
2
T a pour équation y = f’ (a)(x – a) + f (a)
b) g = uv avec u(x) = – 2x + 3
−3 −1
v(x) = x f (1) = 1   f’ (1) = =
9 3
u et v sont deux fonctions dérivables sur ]0 ; + [ donc 1
g est dérivable sur ]0 ; + [ T : y = – (x – 1) + 1
3
(uv)’ = u’v + uv’ 1 4
Pour tout nombre réel x > 0 et u’(x) = – 2 y=– x+
3 3
1
v’(x) = 2. On conjecture qu’il existe un autre point M d’abscisse
2 x
1 – 5 où la tangente est parallèle à T.
donc g’ (x) = – 2 x + (– 2x + 3) 2
x
−4 –2x + 3
= x
2 x
−6x + 3
=
2 x
c) h est une fonction rationnelle dérivable sur ]–  ; 1[
et sur ]1 ; + [ 3. Deux droites (non parallèles à l’axe des ordonnées)
u sont parallèles si, et seulement si, elles ont le même
h = avec u(x) = 2x2 + 5 et v(x) = x – 1
v cœfficient directeur. On cherche donc s’il existe un autre
()
u ’ u’v –uv'
v
=
v2
réel x tel que
1 –3 1
Pour tout x ≠ 1, u’(x) = 4x   v’(x) = 1 f’ (x) = – . Ce qui revient à =–
3 (x + 2)2 3
4x(x –1)–(2x 2 + 5)
donc h’ (x) = ou encore (x + 2)2 = 9.
(x –1)2
Ainsi x + 2 = 3 ou x + 2 = – 3
h’ (x) = 2x – 4x2–5
2
Au point d’abscisse x = – 5, la tangente à  est parallèle
(x –1) à T.
d) k = u2 avec u(x) = – 4x2 – 9x + 17
u est une fonction polynôme dérivable sur , donc k est
dérivable sur . 10. Exercices d’approfondissement
(u2)’ = 2uu’
Pour tout nombre réel x, u’ (x) = – 8x – 9 71    1. f est une fonction polynôme dérivable sur .
donc k’ (x) = 2(– 8x – 9)(– 4x2 – 9x + 1) Pour tout nombre réel x, f '(x) = 3x2 – 3
3 1 T a pour équation
e) ℓ = − 2 × v avec v(x) = x
y = f '(a)(x – a) + f(a)
v est dérivable et non nulle sur ]0 ; + [ donc ℓ est déri-
1
vable sur ]0 ; + [ a=
2
()
1 ’ –v’
v
= 2
v f
1
21  =–
3
8 1 
f'
1
2
=
–9
4
43

CHAP03.indd 43 01/07/11 07:13


9 1 3 1
T:y=–
4
x– 12
– 
8
L'équation
2 a
= l est équivalente à
1
2l
= a5 ou
1
9 3 a =  2 .
y=– x+ 4l
4 4
2. a) Pour tout nombre réel x, 73    1. Le cercle de centre O et de rayon 1 a pour équa-
9 3 tion x2 + y2 = 1.
d(x) = x3 – 3x + 1 + x –
4 4 Le demi-cercle  représenté est l'ensemble des points
3 1 M(x ; y) vérifiant x2 + y2 = 1 .
= x3 – x +
4 4 y0  ce qui équivaut à y = 1− x 2

1  représente donc la fonction f définie sur [–1 ; 1] par


1
or (x + 1) x2 – x +
4  f(x) =  1− x 2 .
1 1 1 1
= x3 – x2 + x + x2 – x + 2. a) Le taux d'accroissement de f entre et h a pour
4 4 2 2
3 1 3
= x3 – x + limite – quand h tend vers 0.
4 4 3
1
donc d(x) = (x + 1) x2 – x + 1  b) Le résultat donné par le logiciel est le nombre dérivé

d(x) = (x + 1) x –
1 2
1
4

1
de f en , c'est-à-dire f '
2
1
2
.  
2 3. a) T a pour équation :
b)
1 y = f'(a)(x – a) + f(a)
x –  – 1 +
 
2 3 1 3
y=– x– +
x+1 – 0 + + 3 2 2
3 2 3
1x – 12 
2
+ + 0 + y=– x+
3 3

 
2 3
d(x) – 0 + 0 + b) T coupe l'axe des ordonnées au point B 0 ; 
3
Sur ]–  ; –1[ d(x)  0 donc  est en-dessous de T. OA2 = 1 car OA rayon de 
Sur [– 1 ; +[ d(x)  0 donc  est au-dessus de T. 4×3 4
OB2 = =
1 9 3
 et T ont deux points communs d'abscisses –1 et .
2
   
1 2 2 3 3 2
AB2 = 0 – + –
2 3 2

= + 
1 3 1 3 2
1
= + =
4 6 4 36 3
OA2 + AB2 = OB2 donc le triangle OAB est rectangle en
72    1. a) f est dérivable sur ]0 ; + [ et pour tout x > 0 A et (T)  (OA).
1 4. La tangente en A au demi-cercle  est en ce point
f’(x) = . perpendiculaire au rayon.
2 x
Deux droites (non parallèles à l'axe des ordonnées) sont 74    1. Il semble que M soit le milieu de [AB].
parallèles si, et seulement si, elles ont le même coefficient 2. a) T a pour équation :
directeur et f’(a) est le coefficient directeur de la tangente y = f'(a)(x – a) + f(a)
à  au point d'abscisse a. On cherche donc s'il existe un 1 1
1 y = – 2 (x – a) +
1 a a
réel a > 0 tel que = 1 ce qui revient à 5a = ou
2 a 2 1 2
1 y = – 2x + .
a =  . a a
4 1
Au point d'abscisse , la tangente à  est parallèle à la
4
b) T coupe l'axe des ordonnées au point A 0 ;  .
2
a  
droite d'équation y = x. 1 2 2 a2
Si y = 0 alors – 2 x = – et x = × = 2a.
1 a a a 1
1
b) L'équation = 100 est équivalente à = 5a ou T coupe l'axe des abscisses au point B(2a ; 0).
2 a 200
1 c) Le milieu de [AB] a pour coordonnées
a =  .
400
2

 
1 1 +0
e) L'équation
a = 2 500.
2 a 100
= est équivalente à 50 = 5a ou 0 + 2a a
2
 ; 
2  a1 . M est donc le milieu de [AB].
= a ; 

2. Soit λ ∈ R, l > 0

44

CHAP03.indd 44 01/07/11 07:13


d)
75    1. Une feuille de cahier a pour format 29,7  1,4.
21
2. a) x est un réel strictement positif. Un rectangle de
dimensions 1 et x a pour format :
x


f(x) = si x > 1
1
1
si 0  x <1 M
x
10 V(20)
b)

      

1000

0 1000 2500 5000


2. a) Pour tout nombre réel x > 0
 
4 500
x'(t) = = 125
c) f ne semble pas dérivable en 1 car la courbe n'est pas 36
bien arrondie au point d'abscisse 1. y'(t) = –9,8t
c a pour coordonnées (125 ; 0)
V(0)
1
3. a) Pour tout nombre réel x de ]0 ; 1]     g'(x) = –  2 c
x V(40) a pour coordonnées (125 ; – 392)
g'(1) = – 1
Pour tout nombre réel x de [1 ; +[ b) y = f(x) et f est une fonction polynôme dérivable sur
h'(x) = 1 [0 ; +[
92 49x
h'(1) = 1 f'(x) = – x=–
156 250 78 125
b) Au point d'abscisse 1, À l’instant t = 20
• pour g T : y = – 1(x – 1) + 1 x = 2 500
y = – x + 2 T a pour équation :
• pour h T': y = 1(x – 1) + 1 y = f'(2 500)(x – 2 500) + f(2 500)
y = x y = –1,568(x – 2 500) + 5 880
4. f n'est pas dérivable en 1 ; son nombre dérivé en 1 à y = –1,568x + 9 800
c
V(20) a pour coordonnées (125 ; – 196)
gauche est – 1 et son nombre dérivé en 1 à droite est c
1. La courbe de f admet deux demi-tangentes au point 10V(20) a pour coordonnées (1 250 ; – 1 960)
d'abscisse 1. Ce vecteur a la même direction que T.
d) La longueur du vecteur V(t)c est 1252 + 96, 04t 2
76    1. a) L'objet touchera le sol lorsque y(t) = 0, ce qui Pour t = 0, la vitesse scalaire de l'objet est 125 m.s–1.
équivaut à – 4,972 + 7 840 = 0 ou encore t2 = 1 600, soit
Pour t = 20, elle est de 1252 + 96, 04 × 202 , soit environ
t = 40. L'objet touchera le sol après 40 secondes.
232 m.s–1.
b) Pour t = 40 x = 5 000 Pour t = 40, elle est de 1252 + 96, 04 × 402 , soit environ
y=0 411 m.s–1.
Le point d'impact a pour coordonnées (5 000 ; 0)
77    La fonction semble dérivable en 0 et on conjecture
 
2
3 600
c) y = – 4,9 × x + 7 840 que f'(0) = 0. f = uv avec u(x) = x
450 000
v(x) = 5x
49 mais la fonction v n'est pas dérivable en 0. On ne peut
y=– x2 + 7 840
156 250 donc pas étudier la dérivabilité de f en 0 avec la formule
(uv)' = …
Pour tout nombre réel h  0

45

CHAP03.indd 45 01/07/11 07:13


f (0 + h) – f (0) h h y=–x+2
= = 5h Pour x proche de 1,
h h
quand h tend vers 0, 1
 – x + 2 ou encore en posant x = 1 + h
f (0 + h) – f (0) x
tend vers 0. 1
h  1 – h pour h proche de 0.
1+h
Donc f est dérivable en 0 et son nombre dérivé en 0 est 0.
(1 + h)2011 – 1
78    Le résultat est faux car la fonction valeur absolue 80    est le taux d’accroissement de la
h
n’est pas dérivable en 0. Au lieu de calculer la limite de fonction f : x  x entre 1 et 1 + h.
2011

f (a + h) – f (a)
lorsque h se rapproche de 0, la calculatrice Sa limite quand h tend vers 0 est f(1).
h f (a + h) – f (a – h) Or f(x) = 2011x2010
effectue le calcul
2h (1 + h)2011 – 1
en prenant h = 10–3. donc lim = 2011.
h→0 h
1
79    Calculer pour h proche de 0, revient à calculer
1+h 81    Il suffit de prouver que pour tout nombre réel
l’inverse d’un nombre proche de 1.
f (x) – g (x) est constant.
La fonction inverse est dérivable en 1 et sa courbe re- 3x2 + 5 – 1 – 5x + 4
présentative admet au point d’abscisse 1 une tangente f (x) – g (x) =
x2 + 1
d’équation  :
3x2 + 3
y = f(1) (x – 1) + f (1) = 2 = 3.
x +1
y = – (x – 1) + 1

CHAP03.indd 46 01/07/11 07:13


Chapitre

4 Applications de la dérivation
et problèmes
1. Page d’ouverture b) Pour tout nombre réel x,
2x –10x
g (x) = –5 ×
• Énigme* 2 2
=
(3+ x ) (3+ x )
2 2

c) Pour tout nombre réel x, x ≠ 1,


On note x le côté, en m, du carré rouge (avec 0  x  4). 2(x –1)–(2x –7) 5
1 h (x) = =
Chaque rectangle blanc a pour dimensions x et 2 – x. ( x –1)2 ( x –1) 2
2
L’aire des zones blanches est donc en m2 : 5    a)
1
(x) = 2x (2 – x) = 4x – x2 x –  – 3 1 +
2
Or pour tout x de l’intervalle ]0 ; 4[, f (x) – 0 + 0 –
(x) = – (x – 2)2 + 4
Pour tout x ∈ ]0 ; 4[, (x)  4 car – (x – 2)2  0 b)
x 1
Donc l’aire des zones blanches est maximale lorsque –  – 3 +
2
le carré rouge a pour côté 2 m, c’est-à-dire lorsque le
f (x) – + 0 –
drapeau a 2 m de haut.

• Énigme** 3. Activités d’approche


L’immeuble possède 14 faces.
1    1. c) On conjecture que f (x)  0 pour x dans
]– ∞ ; – 1[, f (x)  0 pour x dans [– 1 ; 2] et f (x)  0 pour
x dans [2 ; + ∞[.
d) On peut conjecturer que f est croissante sur un inter-
valle I si, et seulement si, pour tout x de I, f (x)  0 et
que f est décroissante sur I si, et seulement si pour tout
x de I, f (x)  0.

2. Vérifier les acquis 2. a) Pour tout nombre réel x,


f (x) = 6x2 – 6x – 12 = 6 (x2 – x – 2).
1    a) f est croissante sur les intervalles [– 1 ; 2] et [1 ; 2]. b) Pour tout nombre réel x,
f n’est pas croissante sur l’intervalle [0 ; 3]. f (x) = 6 (x + 1) (x – 2).
b) f est décroissante sur l’intervalle [– 2 ; – 1] et sur l’in- x –  – 1 2 +
tervalle [2 ; 4].
f '(x) + 0 – 0 +
2    a) Sur l’intervalle [– 2 ; 4], f a pour maximum 2 et
pour minimum – 1. 2    1. a) L’aire du triangle AMP est égale à
b) Sur l’intervalle [– 2 ; – 1], f a pour maximum 1 et pour 1 3 3 2
minimum – 1. x× x = x . Celle du triangle BMQ est égale à
2 2 4
c) Sur l’intervalle [– 1 ; 2], f a pour maximum 2 et pour 1 3 3 2
minimum – 1. 2
(10 – x) × (10 – x)x = x(10 – x)2.
2 4
d) Sur l’intervalle [2 ; 4], f a pour maximum 2 et pour
minimum 1. Donc xS (x3) == 3 x2 2 + 10 – x 2
x( ( ))
2 4
3    a) f est croissante sur [–3 ; 0] donc f (–2)  f (–1). 3= 3 2x
b) f est décroissante sur [0 ; 2] donc f

1
5() ()
f

1
6
.
x
2
=
4
x( 2 2 – 20 x + 100)

c) On ne peut pas comparer f (1) et f (3). =x 3 =(x2 –3 10 x 2 x + 50)


d) Pour tout nombre réel x de [– 3 ; 2], f (x)  3. 2 4
e) Pour tout nombre réel x de [0 ; 6], f (x)  –5. b) S (x) =x 3 =[(x –53 22 + 25
x) ]
2 4
4    a) Pour tout nombre réel x, Le minimum de S est atteint pour x = 5, sa valeur est
1 25 3
f (x) = –15x2 + 2x – . égale à .
2
2
47

CHAP04.indd 47 01/07/11 13:44


2. a) Pour tout nombre réel x de [0 ; 10], d)
S(x) =x 3 =(2x 3– 10
x 2 ) = 53 (x – 5).
2 4
x 0 5 10
S(x) – 0 +
e) g(0) = 3 et g est décroissante sur [0 ; +[ donc pour
b) S est négative sur [0 ; 5], s’annule en 5 et est positive tout nombre réel x positif, g (x)  3.
sur [5 ; 10]. On conjecture que ceci implique que S a un
minimum en 5. 7    a) Pour tout nombre réel x,
h(x) = – 4x3 + 3x2 = x2(– 4x +3).
b) Le signe de h(x) est le même que celui de – 4x + 3.
4. Accompagnement personnalisé c) 3
x – 0 4
+

1    On complète les informations : h(x) + 0 + 0 –
• f (– 2) est un maximum local
539
• f est décroissante sur [– 2 ; 1[ h (x) 2 256
• f est décroissante sur ]1 ; 3]
• f (3) est un minimum local d)
• f est croissante sur [3 ; + [
2    a) L’affirmation est vraie.
b) L’affirmation est vraie.
c) L’affirmation est fausse.
d) L’affirmation est fausse.
e) L’affirmation est vraie.
f) L’affirmation est vraie. 5. Exercices de base
3    8   
x –5 –  4 –1 2 4 x –3 –1 2 4
f (x) – 0 + 0 – 0 + f(x) + 0 – 0 +
f(x) 3 2 0 f (x) – 5 3 1
1 –2 –2

4   
x –3 0 2 5 9   
g (x) + 0 – 0 + x –1 3 5

g(x) –1 1 2 f(x) – 0 +
0 1
1
f (x) 2
5    –1
2
h 10   
1
–1 3
O 2
1 4
1
–4
–2
–2 0 1 5
–3
C04_fig19b 40 x 35
6    a) Pour tout nombre réel x, x ≠ – 1, f
2(x +1)–(2x + 3) –1 –3
g’ (x) = =
( x +1)2 ( x +1)2
b) Pour tout nombre réel x, x ≠ – 1, g’ (x) < 0.
11   
c)
x – –1 + x –8 –4 2 8
g(x) – – f(x) + 0 – 0 +
f (x) – 1 4 6
g (x) 1

48

CHAP04.indd 48 01/07/11 13:44


12    a) f (1)  f (–3) b) f (3)  f (4) b)
3 7 9
c) f 1
2
 f (–1,5) 1 1
d) f 
2
 f 
2
13    f est décroissante sur [– 3  ;  – 2], croissante sur
[– 2 ; 1], décroissante sur [1 ; 3] et croissante sur [3 ; 4].
1 2 17 18    a) Pour tout nombre réel x ≠ 2,
1
14    a) f (x) = –  x –
2
+ 
4 –3+
2
=
– 3(x – 2) + 2 –3x + 8
= = f (x).
1 x–2 x–2 x–2
b) f est croissante sur ]–   ; 
1 2 
et décroissante sur
b) x 
2
 –3 +
2
.
2
 ; + ∞[. x–2 x–2
c) Pour tout nombre réel x, f (x) = – 2x + 1. 2
La fonction x  est décroissante sur ]– ∞ ; 2[ et sur
d) x–2
x 1 ]2 ; + ∞[, la fonction x  – 3 + x est croissante sur R donc
– ∞ +∞
2 f est décroissante sur ]– ∞ ; 2[ et sur ]2 ; + ∞[.
f(x) + 0 – –2
c) Pour tout nombre réel x, x ≠ 2, f (x) = .
(x – 2)2
On retrouve ainsi les variations de f. d)
x – ∞ 2 +∞
15    a) Pour tout nombre réel x, f(x) – –
f (x) = 3x2 – 3 = 3(x – 1)(x + 1). On retrouve ainsi les variations de f.
x –∞ –1 1 +∞ 19    a) Pour tout nombre réel x, x ≠ 3,
f(x) + 0 – 0 + 2(x – 3) – (2x + 1) –7
f(x) = = .
2 (x – 3)2 (x – 3)2
f (x) –2
x –∞ 3 +∞
b)
f(x) – –

f (x)
b)

16    a) Pour tout nombre réel x,


f (x) = 3x2 + 3x – 6 = 3(x2 + x – 2)
= 3(x – 1)(x + 2).
1
20    a) Pour tout nombre réel x, x ≠ – ,
x –∞ –2 1 +∞ 2
–9
f(x) + 0 – 0 + f’ (x) = – 5(2x + 1) – 2(– 5x + 2) = .
10 (2x + 1)2 (2x + 1)2
f (x) 7 1
–  x –∞ – +∞
2 2
b) f(x) – –

f (x)

b)

17    a) Pour tout nombre réel x,


f (x) = (2 – x)2 + x × 2 × (–1)(2 – x)
= (2 – x)(2 – 3x) 21    a) Par lecture graphique :
2
x – ∞ 2 + ∞ x –∞ –1 1 +∞
3
f(x) + 0 – 0 +
f(x) + 0 – 0 +
32 5
f (x) f (x)
27 – 3
0

49

CHAP04.indd 49 01/07/11 13:44


b) Pour tout nombre réel x, 2
f (x) = 6x2 – 6 = 6(x – 1)(x + 1) 1 
b) f –
3
est un maximum local et f (1) est un minimum
c) local.
x –∞ –1 1 +∞
28    a)
f(x) + 0 – 0 +

22    a) Pour tout nombre réel x,


f (x) = –12x3 + 12x2

= 12x2 (1 – x). On conjecture que f (– 2) est un minimum local et f (2)
b) un maximum local.
x –∞ 0 1 +∞ b) Pour tout nombre réel x,
2(x 2 + 4)–2x × 2x –2(x –2)(x + 2)
f(x) + 0 + 0 – f’ (x) = =
( x 2 + 4)2
(x + 4)
2 2
3
f (x) 2 x – –2 2 +
c) f(x) – 0 + 0 –
1
f (x) 1 2

2
f (–2) est un minimum local et f (2) est un maximum local.
2
23    a) u est croissante sur R donc f = – est croissante
u 29    Pour tout nombre réel x, x ≠ 0,
sur ]– ∞ ; 1[ et sur ]1 ; + ∞[. 4
b) Pour tout nombre réel x, x ≠ 1, f (x) = – 2 , f (x) ≠ 0.
x
–1 2 Donc f n’admet pas d'extremums locaux.
f (x) = –2 × = .
(x – 1)2 (x – 1)2
f (x)  0 donc f est croissante sur ]– ∞ ; 1[ et sur ]1 ; + ∞[. 30    a) Pour tout nombre réel x de ]0 ; + ∞[,
1 3 ( x − 1)
24    a) u est croissante sur [2 ; + ∞[ donc f = u5 est f (x) = x + ( x − 3) × = .
2 x 2 x
croissante sur [2 ; + ∞[. b) f  s’annule et change de signe en 1 donc f admet un
b) Pour tout nombre réel x de ]2 ; + ∞[ , extremum local en 1. Cet extremum est un minimum.
1
f (x) = , f (x)  0 donc f est croissante sur ]2 ; + ∞[ c)
2 x –2
25    a) f admet un maximum local en – 3 égal à 2 et
en 4 égal à 4. f admet un minimum local en 1 égal à 0.
b)
4

f 6. Travaux pratiques
2 31    1. b) Lorsque t varie de 1 à 2, l’aire du triangle
OMN diminue. À partir de t = 2, l’aire augmente lorsque
1
t augmente.
–1 1
2. a) La droite (AM) a pour équation y = (x – t) donc
–3 O 1 4 1–t
t
l’ordonnée du point N est égale à .
t–1
1 t t2
b) L’aire du triangle OMN est égale à t × =  .
2 t – 1 2(t – 1)
26    f admet un maximum local en –1 égal à 2 et un c) Pour tout nombre réel t de ]1 ; + ∞[,
minimum local en 1 égal à –1. 2t × 2(t – 1) – t2 × 2 2t2 – 4t 2t(t – 2)
S'(t) = = = .
4(t – 1)2 4(t – 1)2 4(t – 1)2
27    a) Pour tout nombre réel x,
f’ (x) = 6x2 – 2x – 4 = 2(3x2 – x – 2) t 1 2 +
= 2(x – 1)(3x + 2) S(t) – 0 +
2
x – – 1 + S(t)
3
f(x) + 0 – 0 + 2
125 e) Les conjectures émises à la question 1 sont donc ainsi
f (x)
27 0 validées.

50

CHAP04.indd 50 01/07/11 13:44


32    1. a) Pour tout nombre réel x, = 3π (20r – 3 r2)
f (x) = 3x2 – 4x + 4 et = 3πr (20 – 3 r).
3x2 – 4x + 4  0 (car ∆  0). r 0 20/3 10
Ainsi f est croissante sur R.
V (r) 0 + 0 –
b)
V (r) 0 0
20
La fonction V est croissante sur 0 ;
3  
et décroissante
20
c) f (0) = – 1, f (0)  0 et f (1) = 2, f (1)  0
sur  3 
 ; 10 .

donc 0  a  1. d) Les dimensions du cylindre dont le volume est le plus


2. a) Avec epsilon = 0,1, on obtient grand possible sont :
20 20
a = 0,25 et b = 0,3125
b) Le programme affiche un encadrement de a :
r = et h = 3 10 –
3 1
3 
= 10 en centimètres.

a  a  b avec b – a  epsilon. 35    La fonction f est positive sur [– 2 ; – 1] et négative


c) On saisit le programme à l’ordinateur. sur [– 1 ; 3].
d) • 10–3 ; a = 0,284 et b = 0,286 De plus f (– 1) = 0 et f (0) = – 1.
• 10–5 ; a = 0,28476 et b = 0,28478 Il s’agit donc de la courbe 3.
• 10–8 ; a = 0,28477476 et b = 0,28477477.
36    a) Pour tout nombre réel x, f (x) = 3x2 + 2.

x –∞ +∞
7. Exercices d’entraînement
f’ (x) +
33    1. a) • Si h  0, f (x + h)  f (x) donc
f (x)
f (x + h) – f (x)
0
h b) Une équation de T est :
• Si h  0, f (x + h)  f (x) donc y = f (0) x + f (0)
f (x + h) – f (x) y = 2x + 3.
0
h c)
f (x + h) – f (x)
b) f dérivable en x signifie que tend vers
h
un nombre réel lorsque h tend vers 0.
c) Donc, pour tout nombre réel x de I, f (x)  0.
d) Si f est croissante sur I alors pour tout nombre réel x
de I, f (x)  0. d) Pour tout nombre réel x,
2. a) u est croissante et positive sur [– 2 ; + ∞[ f (x) – (2x + 3) = x3.
donc f = 5u est croissante sur [– 2 ; + ∞[. Si x  0 alors f (x)  2x + 3 et si x  0 alors f (x)  2x + 3.
b)  est au-dessous de T sur ]– ∞ ; 0] et au-dessus de T sur
[0 ; + ∞[.

37    a) 

c)  En chacun des points de la courbe  d’abscisse x,


x  – 2, la tangente a pour coefficient directeur f(x), or Il semble que la fonction soit décroissante sur IR.
f(x)  0 car f est croissante sur [– 2 ; + ∞[. b) Pour tout nombre réel x,
34    a) Avec le théorème de Thalès : f (x) = – x2 + 2,02x – 1,02
r 30 – h = – (x – 1) (x – 1,02)
= donc 30 – h = 3r et h = 3(10 – r).
10 30
x – 1 1,02 +
b) Le volume du cylindre est donné par :
f (x) – 0 + 0 –
V = πr 2h = 3 πr 2 (10 – r).
c) Pour 0  r  10, f (x)
V(r) = 3π (2r (10 – r) – r 2)

51

CHAP04.indd 51 01/07/11 13:44


Le sens de variation n’est donc pas celui conjecturé à 2. a) Pour tout nombre réel x, x  0 :
la question a). 2 700 3(x2 – 900)
f (x) = 3 – 2 = .
38    1. M a pour coordonnées (x ; x2 – 1) donc x x2
OM2 = x2 + (x2 – 1)2 = x4 – x2 + 1. b)
x 0 30 +
2. a) Pour tout nombre réel x,
f (x) = 4x3 – 2x = 2x (2x2 – 1). f (x) – 0 +
b) f (x)
2 2 230
x – – 0 +
2 2
c) f admet un minimum en x0 = 30.
f(x) – 0 + 0 – 0 +
d)
1
f (x) 3 3
4 4
2 2
3. a) La distance OM est minimale pour x = –  et x =  .
3 2 2
b) La distance minimale est . 3. a) Lorsque le nombre q d’objets fabriqués par jour
2 augmente, le coût moyen diminue jusqu’à q = 30 puis
39    1. a) et b) Pour tout nombre réel x,
ensuite augmente.
f (x) = – 3x2 – 4x + 4 = – (x + 2)(3x – 2). b) Le coût moyen est minimal pour q = 30.
2
x – –2 + 42    a) Pour x ∈ [0 ; 6], V(x) = x2 (6 – x).
3
f(x) – 0 + 0 – b) V(x) = 2x(6 – x) – x2 = 3x (4 – x).
121
x 0 4 6
f (x) 27
–5 V(x) 0 + 0 –
2. a) On conjecture que – 3 est une solution de l’équa- V (x) 32
tion f (x) = 0. 0 0
On vérifie que f (– 3) = 0. c) La valeur maximale du volume est égale à 32, elle est
b) Pour tout nombre réel x, obtenue pour x = 4.
(x + 3)(ax2 + bx + c) = ax3 + (3a + b)x2 + (3b + c)x + 3c.
On résout le système : 43    1. a) Pour tout nombre réel x,
f (x) = 3x2 + 2x + 5.

*
a = –1 a=–1
3a + b = –2 *b = 1 b) Pour tout nombre réel x, f (x)  0.
3b + c = 4 c=1
x –∞ +∞
3c = 3
Pour tout nombre réel x, f(x) +
f (x) = (x + 3)(– x2 + x + 1).
f (x)
c) f (x) = 0 équivaut à x + 3 = 0 ou –x2 + x + 1 = 0.
Les solutions de l’équation sont : c)
1+ 5 1− 5
–3 ; ;– .
2 2
1
40    a) f est la fonction définie sur ]0 ; + ∞[ par f (x) = x+ .
x
1 x2 – 1
Pour x  0, f (x) = 1– 2 = . Si x ∈ ]0 ; 1], f 
 (x)  0 2. a) Pour x ∈ [1 ; + ∞[, g(x) = f ( x ) .
x x2
donc f est décroissante sur ]0 ; 1]. f est croissante et positive sur [1 ; + ∞[ donc g est crois-
Alors f (0,9999)  f (0,999), c’est-à-dire : B  A. sante sur [1 ; + ∞[.
x2
b) f est la fonction définie sur [0 ; + ∞[ par f (x) = . x 1 +∞
1+x
2x (1 + x) – x2 x (x + 2)
Pour x  0, f (x) = = .
(1 + x)2 (1 + x)2 g (x)
0
Donc f (x)  0 et f est croissante sur [0 ; + ∞[.
Alors f (1,088)  f (1,089), c’est-à-dire : B  A. 1
b) Pour x ≠ 1, h(x) = .
f(x)
41    1. Le coût moyen de fabrication d’un objet est f ne s’annule pas et est croissante sur chacun des inter-
c(q) 2 700 valles ]– ∞ ; 1[ et ]1 ; + ∞[ donc h est décroissante sur
 = 3q + 50 + avec q ∈ N*.
q q ]– ∞ ; 1[ et sur ]1 ; + ∞[.
52

CHAP04.indd 52 01/07/11 13:44


x – ∞ 1 +∞ si x ∈ ]– ∞ ; a], f (x)  0 et
si x ∈ [a ; + ∞[, f (x)  0.
h(x)
3. a) Pour tout nombre réel x, x ≠ – 1,
– (1 + x3) – 3x2 (1 – x)
g (x) =
c) Pour tout nombre réel x, k (x) = (f (x))2 (1 + x3)2
donc k(x) = 2f (x) × f (x). f (x)
=
(1 + x3)2
x – ∞ 1 +∞ b)
k ’(x) – 0 + x – –1 a +
k(x) g (x) – – 0 +
0
g (x)
44    1. Pour tout nombre réel x, g (a)
f (x) = 2x + 1.
1 1 46    a) En centimètres :
 
f est décroissante sur – ∞ ; – et croissante sur –  ; + ∞ .
2 2   5 000
2. a) Pour tout nombre réel x, πx2 h = 5 000 donc h =
π x2
f (x) = 3ax2 + 2x + 1. b)
D = 4 – 12a = 4(1 – 3a) S (x) = πx2 + 2πxh
1 5 000
Lorsque a  , D  0 et pour tout nombre réel x, f (x)  0 = πx2 + 2πx ×
3 π x2
donc f est croissante sur R. 10 000
3. a) Pour tout nombre réel x, = πx2 + .
x
f (x) = – 3x2 + 2x + 1 = – (x – 1)(3x + 1). c) Pour tout nombre réel x ∈]0 ; + ∞[,
1 10 000
x – – 1 + S(x) = 2πx –
3 x2
2πx3 – 10 000
f (x) – 0 + 0 – =
2 x2
f (x) 22 On note a l’unique nombre réel tel que
10 000 10   000
b)
27 a3 =
2π 1
    a = 3

 .

x 0 a +
S(x) – 0 +
S(x)
S(a)
45    1. a) Pour tout réel x,
f (x) = 6x2 – 6x = 6x(x – 1). d) a ≈ 11,7 cm.

x – 0 1 + 47    1. a) Pour tout nombre réel x, x  – 1,


0 3x2 (1 + x) – x3
f (x) + – 0 + f (x) =
–1 (1 + x)2
f (x) 2x + 3x2
3
=
–2 (1 + x)2
b) x2 (2x +3)
=
(1 + x)2
donc f (x)  0. f est croissante sur ]– 1 ; + ∞[.
1
b) f (1) = , f (1)  1 et
2
8
f (2) = , f (2)  1 donc la solution a appartient à l’inter-
2. a) Pour tout réel x ∈ ]– ∞ ; 1], f  (x)  0 donc a appar- 3
tient à l’intervalle [1 ; + ∞[. valle [1 ; 2].
D’autre part f est croissante sur [1  ;  + ∞[, f (1)    0 et 2. a) Ce programme détermine un encadrement de a :
f (2)  0 donc a appartient à l’intervalle [1 ; 2]. a  a  b avec b – a  e.
b) D’après la table de valeurs, f (1,6)  0 et f (1,7)  0 b) Ligne 6 : b = m
donc 1,6  a  1,7. Ligne 7 : a = m.
c) D’après l’étude des variations de f : c) L’encadrement a  a  b obtenu est tel que b – a  e.

53

CHAP04.indd 53 01/07/11 13:44


3. a) On saisit le programme à l’ordinateur. 49    • On note f la fonction dont la courbe est 1.
b) • e = 10–2 ; a = 1,32 ; b = 1,33 f  est positive sur [– 3  ; – 2], négative sur [– 2  ; 0] et
• e = 10–4 ; a = 1,3247 ; b = 1,3248 ­positive sur [0 ; 2].
• e = 10–6 ; a = 1,324717 ; b = 1,324719 La courbe de f  est donc C.
48    1. Pour tout nombre réel x, • On note g la fonction dont la courbe est 2.
1 1 x2 – 1 g est positive sur [–3  ; – 1], négative sur [– 1  ; 1] et
x ≠ 0, f (x) = x + et f(x) = 1 – 2 = 2  .
x x x ­positive sur [1 ; 2].
La courbe de g est donc A.
x – –1 0 1 + • On note h la fonction dont la courbe est 3.
La courbe de h est donc B.
f (x) + 0 – – 0 + 50    a) Pour x  – 2,
–2 3(x + 2) + 1 3x + 7
f (x) f (x) = =  .
2 x+2 x+2
L’affirmation est fausse.
f a un maximum local en – 1 et un minimum local en 1.
500 b) f (0) = 3,5. L’affirmation est vraie.
2. a) hx2 = 500 donc h = 2  . 1
x c) Pour tout x de ]– 2 ; + ∞[ ,  0 donc f (x)  3.
x+2
2 000 L’affirmation est vraie.
b) A = x2 + 4hx = x2 +  .
x d) Pour tout x de ]– 2 ; + ∞[ ,
c) Pour tout nombre réel x, x  0, 1
f (x) = – donc f  (– 1) = – 1.
2 000 2x – 2 000 3 (x + 2)2
A (x) =
 2x – =  . L’affirmation est vraie.
x2 x2
2 (x3 – 1 000) e) Pour tout x de ]– 2 ; + ∞[, f (x)  0 donc f est décrois-
=  . sante sur ]– 2 ; + ∞[.
x2
Alors f (2,43)  f (– 1,57). L’affirmation est fausse.
A (x) = 0 équivaut à x3 = 1 000, c’est-à-dire x = 10.
f) L’affirmation est vraie.
d)
51    a) f est décroissante sur [– 2 ; – 1[ donc
x 0 10 +
f (b)  f (a).
A(x) – 0 + b) f est décroissante sur ]– 1 ; 0] donc
A (x) f (b)  f (a).
c) On ne peut pas comparer f (a) et f (b).
d) f est croissante sur [0 ; + ∞[ donc
La valeur minimale de A est obtenue pour x = 10, elle
f (a)  f (b).
est égale à A(10) = 300 cm2.
dy 1 x2 – 1 (x – 1)(x + 1) 52    f est la fonction définie sur [0 ; + ∞[ par
1. =1– 2 = = .
dx x x2 x2 f (x) = x – 5x .
So the turning points are the points for which x = 1 or
1 2 5x – 1
x = – 1. The derivative is positive for x  – 1, negative Pour x  0, f (x) = 1 – =  .
for – 1  x <1 and positive for x  1. 2 5x 2 5x
So The point A(– 1 ; – 2) is a maximum and the point
x 0 1/4 +
B(1 ; 2) is a minimum.
2. a) Let us call the height h. f (x) – 0 +
500 f (x) 0
We have hx² = 500, so h = 2 .
x
b) The total area is
500 2000 1
x² + 4hx = x2 + 4  2  x = x2 +
x x
. a) f est décroissante sur 0 ;  4 donc
dA 2000 2(x3 – 1 000) f (0,198)  f (0,197), c’est-à-dire B  A.
c) = 2x – 2 = . 1
dx x x2 
b) f est croissante sur ; + ∞ donc
4  
dA f (0,357)  f (0,358), c’est-à-dire A  B.
= 0 if and only if x3 = 1000 so iff x = 10.
dx 53    Les propositions P et Q ne sont pas équivalentes.
dA La fonction f : x  x3 vérifie f (0) = 0 mais n’admet pas
d) is negative for x  10 and then positive, so there
dx d’extremum local en 0.
is a minimum for x = 10 and for x = 10, A = 300.

54

CHAP04.indd 54 01/07/11 13:44


54    a) Pour tout nombre réel x, x ≠ 0, x – –2 0 2 +
2 x2 – 2
f (x) = 1 – 2  = 2  . f’ (x) + 0 – – 0 +
x x
f ( 52 ) = 0, la proposition est vraie. –7
f (x)
b) f (1) = – 1, la proposition est fausse. 1
c) f est décroissante sur ]0 ; 52 ], la proposition est vraie.
La réponse exacte est b).
d) f admet un maximum local en – 25 , la proposition
3. Pour tout nombre réel x, f (x) = u(x) où u(x) = 3x4 + 5.
est vraie.
2 u est décroissante sur ]–  ; 0] et croissante sur [0 ; + [
e) f (97) = 100 + donc f (97)  100. donc la réponse exacte est c).
97
La proposition est fausse.
Vrai – Faux
58    a) L’affirmation est vraie. En effet, pour tout
8. Mettre en œuvre une recherche nombre réel x, f’ (x) = 4x3 – 3x2 = x2(4x – 3).
b) L’affirmation est vraie. En effet, pour tout nombre
55    1. a) On construit la figure et on affiche l’aire du – x(x – 4)
réel x, f ’(x) = .
triangle BEI. x
4

b) On lit BE ≈ 0,62. c) L’affirmation est fausse. En effet, pour tout nombre
2. a) Avec le théorème de Thalès : 4x 3
réel x, f ’(x) = – 4 .
(x +1)
2
BI BE BI x x
= , = . Donc : 59    a) Pour x > 0, f (x) =
AF EA 1 – x 1 + x x
1+
x – x2 1
BI =  . (1+ x)− x
x+1 2 x 1– x
1 x – x2 1 x2 – x3 et f’ (x) = =
b) Donc S(x) = x × =  . ( ) (
2 x+1 2 x+1 1+ x 2
2 1+ x )2 x
3. a) Pour x ∈[0 ; 1],
Pour x ∈ ]0 ; 1], f’ (x)  0 donc f est croissante sur ]0 ; 1].
x (x2 + x – 1)
S(x) = –  . Ainsi : f (0,345)  f (0,346), c’est-à-dire :
(x + 1)2
b) 0,345 0,346
x 0 ( 5 – 1)/2 1 1,345

1,346 .

S(x) 0 + 0 –
L’affirmation est fausse.
S (x) b) f est décroissante sur [– 1 ; 6], alors pour tout nombre
0 0 réel x de [– 1 ; 6], f (6)  f (x)  f (– 1) c’est-à-dire :
5 –1 – 1  f (x)  5.
c) L’aire est maximale pour x =  . Donc l’affirmation est vraie.
2
Avec la calculatrice ou un logiciel de calcul formel c) Pour tout nombre réel x, f’ (x) = 5x4 + 3x2 donc f’ (x)  0.
a) et b) f est croissante sur ℝ et donc n’admet pas d’extremum
L’aire est maximale pour x  0,618034. local en 0.
d) Pour tout nombre réel x de ]–  ; 0[,
2x 2
f’ (x) = – 4 = – 3 donc f’ (x)  0.
x x
9. Auto évaluation pour se tester
Ainsi f est croissante sur ]–  ; 0[.
L’affirmation est vraie.
QCM
56    1. La réponse exacte est c). Se préparer au contrôle
2. La réponse exacte est b).
60    a) Pour x ∈ ℝ*,
3. La réponse exacte est b).
1 4x 2 –1 (2x –1)(2x +1)
57    1. Pour tout nombre réel x, f’ (x) = 4 – = =
x x x
2 2 2
f’ (x) = 3x2 + 12x = 3x(x + 4)
b) et c)
x – –4 0 +
1 1
f’ (x) + 0 – 0 + x – – 0 +
2 2
La réponse exacte est b). f (x) + 0 – – 0 +
2. Pour tout nombre réel x, x ≠ 0, –9
f (x)
4 (x –2)(x + 2) –1
f’ (x) = 1 – 2 =
x x2
55

CHAP04.indd 55 01/07/11 13:44


1
d) b) La cuve aura un volume maximal pour x = .
2

10. Exercices d’approfondissement


61    a) Pour tout nombre réel x, 65    1. a) Pour tout nombre réel x,
f’ (x) = – 3x2+ 6x = – 3x(x – 2). f (x) = 3x2 – 4x.
b) et c) f (2) = 1 et f (2) = 4, une équation de T est :
x – 0 2 +
y = 1 + 4 (x – 2), y = 4x – 7.
f (x) – 0 + 0 –
b)
–1
f (x)
–5
d) f (0) = – 5 est un minimum local de f, f (2) = – 1 est un
maximum local de f.
62    a) Par lecture graphique : On conjecture que la courbe  est au-dessus de T sur R.
• f est croissante sur ]–  ; – 6], décroissante sur [– 6 ; – 3[, 2. a) Pour tout nombre réel x,
décroissante sur ]– 3 ; 0] et croissante sur [0 ; + [ ; g(x) = f (x) – 4 = 3x2 – 4x – 4
• f (– 6) est un maximum local et f (0) est un minimum local. 2
b) Pour tout nombre réel x, x ≠ –3, = 3 (x – 2) x +1 3 
2x(x + 3)– x 2 x 2 + 6x x(x + 6) b) et c)
f’ (x) = = =
(x + 3) (x + 3)2 (x + 3)2
2
x – – 2/3 2 +
x – –6 –3 0 + g (x) + 0 – 0 +
f (x) + 0 – – 0 + 256
– 12 g (x) 27
f (x) 0
0
3. a) g (– 2) = 0.
63    a) MN = x3 – x5. Pour x ∈]– ∞ ; – 2], g (x)  0 et pour
b) Pour x ∈ [0 ; 1], f (x) = x3 – x5 x ∈[– 2 ; + ∞[, g (x)  0.
et f’ (x) = 3x2 – 5x4 = x2(3 – 5x2). b)  est au-dessous de T sur ]– ∞ ; – 2] et au-dessus de T
3 sur [– 2 ; + ∞[.
x 0 1
5 66    1. Pour tout nombre réel x,
f (x) 0 + 0 – 3
f (x) = 4x3 – 3x2 + 2x – .
 3 4
f (x) f  2. a) Pour tout nombre réel x,
0 5 0 g(x) = 12x2 – 6x + 2
 3  16 3 = 2 (6x2 – 3x + 1).
f   = 25 5
5 b)
3
c) La distance MN est maximale pour x0 = . x –∞ +∞
5
64    1. a) x décrit l’intervalle 0 ; 3  . g (x) +
 2 
b) L’aire du rectangle de base est (3 – 2x)2, g (x)
donc V(x) = x(3 – 2x)2.
1
2. a) Pour x ∈ 0 ;  .

3
2 
12 = 0. g étant croissante sur ℝ, on a :
c) g
1
pour x ∈]– ∞ ;  , g(x)  0 et

V(x) = (3 – 2x)2 + x × 2(3 – 2x) × (– 2)
2
= (3 – 2x)[(3 – 2x) – 4x] 1
pour x ∈ ; + ∞ [, g(x)  0.
= 3(3 – 2x)(1 – 2x) 2
1 3 3. a)
x 0 x –∞ 1/2 +∞
2 2
V (x) + 0 – 0 f (x) – 0 +
2 13
V (x) f (x)
0 0 16

56

CHAP04.indd 56 01/07/11 13:44


b) x2 – 2x – m a deux racines x et x :
x = 1 – 1  +   m, x = 1 + 1  +   m.

x – x 1 x +
f m (x) + 0 – – 0 +

fm (x)
67    1. a) MN2 = MC2 + CN2
= (1 – x)2 + (1 – y)2 2. fm admet un maximum et un minimum locaux lorsque
= (x2 + y2 – 2x – 2y + 2. m  – 1.
b) AM = AD + DM2 = AT2 + MT2, or AD = AT
2 2

donc MT = DM = x. 69    1. a) La base du cône a pour périmètre la longueur


De même TN = BN = y. Alors  du secteur coloré en rose : xℝ.
de l’arc AB
MN = MT + TN = x + y.
xℝ
c) D’après a) et b) : Donc 2πr = xℝ, r = .

(x + y)2 = x2 + y2 – 2x – 2y + 2 donc D’autre part :
xy = – x – y + 1 et x2 ℝ2 ℝ2
1–x h2 = ℝ2 – r2 = ℝ2 – = (4π2 – x2).
y= . 4π2 4π2
1+x
1 – x x2 + 1 ℝ
d) MN = x + = . Donc h = 4 π2  –  x 2 .
1+x x+1 2π
2. a) Pour tout nombre réel x de ]0 ; 1[, b) Le volume du cône est :
2x (x + 1) – (x2 + 1) 1 2 1 x2 ℝ2 ℝ
f (x) = V(x) = πr h = π 4 π2  –  x 2 .
(x + 1)2 3 3 4π2 2π
x + 2x – 1
2
= ℝ3 2
(x + 1)2 = x 4 π2  –  x 2 .
24π2
= (x + 52 + 1) (x – 52 + 1) 2. a) Pour tout nombre réel x ∈]0 ; 2π[,
(x + 1)2 ℝ3
V(x) = f (x) donc
x 0 1 24π2
52 – 1
f (x) – 0 + ℝ3 (8π2x – 3x3) 4 π2  –  x 2
V(x) =
24π2 4π2 – x2
f (x) Le signe de V(x) est celui de
8π2x – 3x3 = x (8π2 – 3x2).
b) La longueur MN est minimale pour x = 52 – 1.
2π 52
68    1. a) Pour tout nombre réel x, x ≠ 1, x 0 2π
2x (x – 1) – (x2 + m) 53
f m(x) =
(x – 1)2 V (x) + 0 –
x – 2x – m
2
= V (x)
(x – 1)2
b) x2 – 2x – m a pour discriminant
∆ = 4 + 4 m = 4 (1 + m). 2π 52
b) Le volume du cône est maximal pour x = .
• m  – 1
Ce volume est égal à : 53
x – 1 +
fm (x) + + ℝ3 8π2 8 π2 2πR3
4 π2  –  = .
24π2 3 3 9 53
fm (x)
70    1. a) r2 + h2 = 36 donc r = 36  – h2 .
• m = – 1 b) Pour h ∈[0 ; 6],
Pour tout nombre réel x, x ≠ 1, V(h) = πr2 × 2h
x2 – 1
f–1(x) = =x+1 = 2π (– h3 + 36h).
x–1
Le tableau de variation est identique au précédent. 2. a) Pour h ∈[0 ; 6],
• m  – 1 V(h) = 2π (– 3h2 + 36) = – 6π (h2 – 12).

57

CHAP04.indd 57 01/07/11 13:44


h 0 2 53 6 7 7
x –∞ – +∞
V (h) + 0 – 3 3
g (x) + 0 – 0 +
V (h)
g (x)
Le volume est maximal pour h = 2 53 .
b) La valeur exacte de ce volume est : 7 7
V = 2π (– 24 53 + 72 53 ) = 96π 53 . x –∞ –3 – 1 2 +∞
3 3
c) V ≈ 522 dm3.
f (x)
71    1. a) 0 0 0

74    On pose x = OA, O  x  c où c est le côté du


losange.
OD2 + OA2 = c2 donc OD = c 2 − x 2 .
b) Pour tout nombre réel x de [– 1 ; 1], L’aire du losange est :
f (– x) = − x 1− ( − x ) = – f (x)
2
a(x) = 2x c 2 − x 2 .
Donc O est un centre de symétrie de . Avec un logiciel de calcul formel :
2. Le programme détermine une valeur approchée c du
a’(x) =
(
2 c2 − 2x2 )
réel où f a un maximum local. c2 − x2
Il affiche également une valeur approchée Max de ce
c 2
maximum. x 0 c
2
3. a) On saisit le programme à l’ordinateur.
a (x) + 0 –
b) Pour h = 0,1 :
c = 0,7 et Max ≈ 0,4999 a (x)
Pour h = 0,01 :
c = 0,71 et Max ≈ 0,49998 c 2
L’aire est maximale pour x = , le losange est alors
72    Les dimensions du rectangle peuvent être notées 2
un carré.
2 l5 et h – l où l ∈[0 ; h], son aire est égale à
75    Le temps mis par Tom pour effectuer l’aller-retour
A(l) = 2 (h – l) 5l . d d x + 20
h − 3λ est + =d .
Pour l ∈ ]0 ; h], A’(l) = . 20 x 20x
λ La vitesse moyenne sur le parcours aller-retour est :
h 40x
l 0 h .
3 x + 20
x + 20
A (l) + 0 – La moyenne arithmétique des deux vitesses est .
2
40x x + 20
On pose f(x) = – .
A (l) x + 20 2
Pour tout nombre réel x, x  0,
h 40(x + 20) – 40x 1
L’aire du rectangle est maximale pour l = . f (x) = –
3 (x + 20)2 2
2h h 800 1
Ses dimensions sont alors et 2 . = –
3 3 (x + 20)2 2
73    g est la fonction définie sur ℝ par 1600 – (x + 20)2
=
2(x + 20)2
g(x) = x3 – 7x + 6
= (x – 2)(x – 1)(x + 3) – (x – 20) (x + 60)
=
x ∈ ]– ∞ ; – 3], f(x) = – g(x) 2(x + 20)2
x ∈ [– 3 ; 1], f(x) = g(x) x 0 20 +∞
x ∈ [1 ; 2], f(x) = – g(x) f (x) + 0 –
x ∈ [2 ; + ∞[, f(x) = g(x)
D’autre part g’(x) = 3x2 – 7 f (x)

58

CHAP04.indd 58 01/07/11 13:44


Sujets d’exposés Sujet 2 :
Voici quelques sites où l’on peut trouver des informations
Sujet 1 : sur ce sujet :
On peut trouver des informations sur ce sujet sur les http://www.larousse.fr/encyclopedie/flash/Projectile_
sites suivants : trajectoire_parabolique/1100253
http://www.palais-decouverte.fr/index.php?id=1887 http://www.ndj.edu.lb/old/matieres/1-tp-physq-02.htm
http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=2189 (cliquer sur « Animation I : Mouvement parabolique
http://images.math.cnrs.fr/La-structure-de-Weaire-et- dans un plan vertical » pour obtenir une animation).
Phelan.html

59

CHAP04.indd 59 01/07/11 13:44


CHAP04.indd 60 01/07/11 13:44
Chapitre

5 Suites et problèmes

1. Page d’ouverture 4    Si on saisit n = 6 en entrée, alors on obtient en

• Énigme ✱ sortie f = 720 (réponse c).


3n + 2
Le nénuphar double de surface chaque jour, donc au 5    a) n = 32 = 9
3
bout de 29 jours, il recouvrait la moitié de la surface et b) 2n+1 – 2n = 2n(2–1) = 2n
le quart de la surface au bout de 28 jours. 6n 2n 3n
c) 3n = 3n = 2n
• Énigme ✱ ✱ 3n 3n 3 3n +1
d) = = × 3 n
=
Si on choisit un nombre par ligne et un par colonne, quelle 1 2 2 2
1–
que soit la façon de procéder, on calcule la somme S. 3 3
S = 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + (1 × 5) + (2 × 5) + (3 × 5) + (4 × 5) = 65 e) 10–n – 10–n–1 = 10–n–1(10 – 1)
= 10–n–1 × 9
6    On calcule le nombre d’entiers compris entre 110
2. Vérifier les acquis et 545 qui est égal à 545 – 110 + 1 = 436.
1    a) f (n + 1) = 5(n + 1) + 2 = 5n + 7
et f (n) + 1 = 5n + 2 + 1 = 5n + 3
3. Activités d’approche
Les résultats sont différents.
1    1. a)  u1 = u0 × 1,05 – 100
b) f (n + 1) = (n + 1)2 + 3(n + 1) + 5
= 4 000 × 1,05 – 100
= n2 + 2n + 1 + 3n + 3 + 5 = n2 + 5n + 9
= 4 100.
et f (n) + 1 = n2 + 3n + 5 + 1 = n2 + 3n + 6
u2 représente la population au 1er mars 2010.
Les résultats sont différents.
1 1 u2 = u1 × 1,05 – 100
c) f (n + 1) = n +1+1 = n + 2 = 4 100 × 1,05 – 100
1 n+2 = 4 205.
et f (n) + 1 = n +1 + 1 = n +1 b)  un + 1 = 1,05 × un – 100
Les résultats sont différents. 2. a) 
3 b)
1
d) f (n + 1) = n + 1 – 2 = n –  
2
3 1
et f (n) + 1 = n – 2 + 1 = n –
2
Les résultats sont égaux.

2    Si n est le nombre d’heures de location, le prix payé


est égal à 5 + 2 × n.
La représentation graphique qui convient est donc b).
c)  La population a triplé au bout de 33 mois, donc le
3    1. Au bout d’un an, le capital vaut 5 000 × 1,045. 1er octobre 2011.
La formule qui convient est c. 2    1. a)  v0 = 125 v1 = 1,0035 × 125
2. On place en C1 la valeur du taux. On saisit dans la cellule
= 125,4375
B2 la formule = B1*(1+C$1/100) .
et v2 = 1,0035 × v1
≈ 125,88
b) On trouve v12 = 130,35
et v13 = 130,81. Donc, Morgan ne pourra se l’offrir dans
l’année.
c) Pour tout entier naturel n, vn + 1 = 1,0035 × vn
et vn = 125 × (1,0035)n.
d) Morgan pourra s’acheter le VTT au bout de 23 mois,
car alors v23 = 135,46.

59

CHAP05.indd 59 28/06/11 19:03


2) Si x est le taux d’intérêt obtenu par l’ami de Morgan, c) u est arithmétique de raison 100,
on peut écrire : un = u0 + n × 100 = 1 300 + 100n.
120 × (1 + x)2 = 122. Or un  2 500 équivaut à n  12, les dépenses dépasse-
Donc (1 + x)2 = 122/120 et 1 + x = 1,0083 ront 2 500 e à partir de 2013.
donc x ≈ 0,83 %.
9    a) v0 = 1 , v1 = 2 et v2 = 1 .
Le meilleur taux mensuel a été obtenu par l’ami de Morgan. 2 5 3
1 1
v1 – v0 = – et v2 – v1 = – ,
10 15
4. Accompagnement personnalisé v1 – v0 ≠ v2 – v1 donc la suite n’est pas arithmétique.
1    a) Pour tout entier naturel n, v1 4 v 5
1 7 1 7 1 b) = et 2 =
un+1 – un = – (n + 1) + + n– =– v0 5 v1 6
3 3 3 3 3
v1 v2
1 ≠ donc la suite v n’est pas géométrique.
donc u est arithmétique de raison – . v0 v1
3
b) Pour tout entier naturel n,
un = 5 +
3
× n donc u20 = 5 +
3
× 20 = 20. 10    a) On peut affirmer que la suite u n’est pas arith-
4 4 métique car u4 – u3 = 1 et u3 – u2 = 2.
500 ×(500 +1)
c) 1 + 2 + … + 500 = = 125 250. b) On ne peut pas affirmer que la suite v n’est pas
2
­géométrique.
2    r suite géométrique de raison q.
Pour tout entier naturel n, un+1 = qun  un = u0qn

1 + q + q2 + … + qn =
1− qn +1 5. Exercices de base
1– q

3    Voir rabat III et V. 11    u0 = 3 ; u1 = 1 ; u2 = – 1 ; u3 = – 3 ; u4 = – 5.

12    u0 = 5 ; u1 = 3 ; u2 = 5 ; u3 = 11 ; u4 = 21.
4   
3 y=x
u2
13    u1 = – 2 ; u2 = 2 ; u3 = – 8 ; u4 = 4 ; u5 = – 3 .
3 5
u3
y = – 0,5x + 3
u1 14    u2 = 0 ; u3 = 2 ; u4 = 2 52 ; u5 = 2 53 ; u6 = 4.
O u1 u3 u2 u0 6
15    u4 = 4 ; u5 = 2 ; u20 = 4  ; u100 = 4 .
5    w0 = 0, w1 = 2, w2 = 0, w3 = 2, w4 = 0, w5 = 2. 17 97
16    a) un+1 = 5(n + 1) – 3 = 5n + 2.
2
b) vn + 1 = 2(n + 1)2 – (n + 1) – 1
g
= 2n2 + 3n
1 n+1–1 n
c) wn + 1 = =
n+1+1 n+2

O
W0 = 0
W2 1
W1 = 2
W3
d) tn + 1 =

( )
2 n +1 +1 = 2n + 3
W4 W5
17   
6    Avec la calculatrice, v10 = –7 846. L’affirmation est
exacte.

7    a) u0 = 75 et un+1 = 0,95 un.


b) u1 = 0,95 × 75 = 71,25 ; u2 = ≈ 67,69 et u10 ≈ 44,91.

8    a) On note un le montant des dépenses en


2 000 + n, n entier naturel.
b) u0 = 1 300 et pour tout entier n,
un+1 = un + 100.

60

CHAP05.indd 60 28/06/11 19:03


18    a) f est la fonction définie sur  par f (x) = x2 + 2x – 3.
b) et c)
V4 = 21 f
20
15 V3 = 12
22    a) w2 = 1 ; w3 = 3 ; w4 = 6.
10
V2 = 5 b) Si wn est le nombre de segments que l’on peut tra-
5 cer avec n points, alors en ajoutant un n + 1-ième point
V1 = 0
An + 1, on pourra tracer n segments supplémentaires
O 1 2 3 4
V0 = –3 reliant A1,…, An à An + 1. Donc wn + 1 = wn + n.
c) w5 = w4 + 4 = 10
19    a) Pour tout entier naturel n, w6 = w5 + 5 = 15
un = n × n = n2. w7 = w6 + 6 = 21
b) u0 = 0 w8 = w7 + 7 = 28
u1 = 12 = 1 w9 = w8 + 8 = 36.
u2 = 22 = 4
23    a) u0 = 1 ; u1 = – 1 ; u2 = – 5
u49 = 492 = 2401.
u3 = – 13 ; u4 = – 29.

24    v0 = 2 donc v1 = 1 1
=
1 + v0 1 + 2
1 1 3
v1 = ·v = =
3 2 1 4
1+
3
1 1 4
v3 = = = .
1 + v2 3 7
1+
4
20    a) et b) Le programme calcule et affiche les N + 1
i2 25    u2 = 2u1 – 1 donc
premières valeurs de – 5, i variant de 0 à N.
2 1
Pour tout entier naturel n, un =
n2
– 5.
u1 =
2 u + 1
2

2 1
=
2 4 + 1 = 52
1
un =
2 u + 1 donc de la même manière,
n+1

1
u0 =
2  52 + 1 = 74
u3 = 2u2 – 1 = 7.
1
26    a) f est définie sur  par f (x) = x + 2.
x2 2
c) Pour tout réel x  0, f (x) = – 5.
2
4
21    a) Pour tout entier naturel n ≠ 0, un = 1 . 3 
n2 f

b) 2
1
u0 =1 u1 u2 u3
O 1 2 3 4
b)

61

CHAP05.indd 61 28/06/11 19:03


27    a) u0 = 3, u1 = 4, u2 = 5, u3 = 6, u4 = 7. c)
b) Pour tout entier naturel n,
un+1 – un = ((n + 1) + 3) – (n + 3) = 1.
Donc u est arithmétique de raison 1.
28    a) La production en 2001 vaut 10 000 + 150 = 10 150
et en 2002, 10 150 + 150 = 10 300.
b) en 2013, la production serait 10 000 + 13 × 150 = 11 950 42    On note r la raison.
c) Pn = P0 + n × 150 v1 + v2 = 19 2v1 + r = 19
donc Pn = 10 000 + 150n.  v6 + v7 + v8 = 111 donne  3v + 18 r = 111
1

29    a) Pour tout entier naturel n, un + 1 – un = 1 donc on résoud ce système et on obtient v1 = 7 et r = 5.


5
1 43    a) u0 = 3 ; u1 = 6 ; u2 = 12 ; u3 = 24 ; u4 = 48.
(un) est arithmétique de raison .
5
b) v0 = 1 ; v1 = 2 et v2 = 5. b) Pour tout entier naturel, un+1 = 2 × un.
v1 – v0 ≠ v2 – v1 donc (vn) n’est pas arithmétique. 44    Oui, la suite u peut être géométrique car on passe
30    a) Pour tout entier naturel n, un + 1 – un = –1 donc d’un terme de la suite au suivant en multipliant par 6.
5 72 = 6 × 12 ; 432 = 6 × 72, … ; …
–1
(un) est arithmétique de raison .
5
2 1 45    a) u2 = 2 × u1 et u3 = 3 × u2 donc (u) n’est pas
b) v0 = ; v1 = et v2 = 0. géométrique. 2
3 4
v2 – v1 ≠ v1 – v0 donc (vn) n’est pas arithmétique. 81
b) v3 = × v et v2 = 16 × v1. (v) n’est pas géométrique.
16 2
31    v1 = 5 ; v2 = 2, v10 = – 22 et v100 = – 292.
46    a) Pour tout n ∈,
32    t0 = 9 et t5 = 29. un + 1 = 3 donc (u ) géométrique de raison 3  .
n
un 5 5
33    u6 = 16.
3
b) v1 = 2v0 et v2 = v1 donc (vn) n’est pas géométrique.
34    u8 = – 16. 2

35    u2 = – 8. 47    t1 = 768 × 1 = 384


2
36    u9 = u0 + 9 × r donc r = 2 .
1
t2 = 384 × = 192
9 2
37    u22 = u11 + 11r donc r = 3 et donc u6 = – 6. 1 8
t8 = 768 ×  
2
=3
38    Les points appartiennent à la droite d’équation 1 2 3
y = – 2x + 12. et t10 = 3 ×  
2
=  .
4
39    Ce sont les points rouges qui correspondent 48    a) Le débit du ruisseau le 11 juin vaut
à la suite arithmétique. Si on calcule la différence de 300 × 0,95 = 285 (m3/j)
2 ordonnées successives, on obtient toujours 2. et le 15 juillet 300 × (0,95)35 ≈ 49,83 (m3/j).
40    a) La production quotidienne a été égale b) u60 = 300 × (0,95)60 ≈ 13,82 (m3/j).
u60 représente le débit du ruisseau 60  jours après le
à 2 394 –1 650 = 12 (kWh). 10 juin, donc le 9 septembre.
62
b) Le soir du 15 août, le compteur affichait 49    u6 = 960.
1 650 + 46 × 12 = 2 202 (kWh).
50    u4 = 7 × 1  = 7 × 10
4
–4
.
7 10
41    a) Pour tout entier naturel n, un+1 – un =
2 51    u4 = u0 × q4 donc q4 = 256. q = 4 ou – 4.
7
donc la suite u est arithmétique de raison .
2 52    q3 = u6 = – 8 donc q = – 2
b) u0 + u1 + … + u10 u3

( )(
7 7
) (7
= u0 + u0 + 2 + u0 + 2 × 2 + … + u0 +10× 2 ) et u10 = u6 × (– 2)4 = 192 × 16 = 3 072.

 1 5   1 9 
7 1 793 53    a) 10   1−   
= 11 × u0 + 2 × (1 + 2 + 3 + … + 10) = 8 2   2  

62

CHAP05.indd 62 28/06/11 19:03


b) 57    1.
a) b)

54    a) Si on saisit n = 5 en entrée, alors la valeur X = 32


est affichée en sortie.
c) À l’aide de l’outil « courbe de tendance » du tableur,
i 1 2 3 4 5 on peut conjecturer que, pour tout n ∈, vn = n2 – 4n – 4.
X 1 2 4 8 16 32 2. a) Après avoir déclaré la fonction f : n  an2 + bn + c,
on cherche les valeurs de a, b, c vérifiant le système.
b) Plus généralement, si on saisit en entrée un entier f(0) = – 4 (= u0)
naturel n  1, la valeur affichée en sortie de X est X = 2n.
 f(1) = – 7 (= u1)
f(2) = – 8 (= u2)
b) La ligne 3 conjecture que v est définie sur  par :
6. Travaux pratiques vn = n2 – 4n – 4.
55    1. a) c) La ligne 4 calcule la différence g(n + 1) – (g(n) + 2n – 3)
et la ligne 5 simplifie l’expression affichée précédem-
i 1 2 3 4 5 6
ment et affiche 0.
u 1 2 5 12 27 58 121
b) u est définie sur  par u0 = 1 et un + 1 = 2un + n – 1.
c) Écrire « Afficher u » après le Fin_Pour.

Donc les suites (vn) et (wn = g(n)) sont identiques.


d) u17 = 262 126 et u26 = 1,34 × 108. Autrement dit, pour tout n ∈, vn = n2 – 4n – 4.
2. b) v123 456 = 15 240 890 108.

7. Exercices d’entraînement
58    1. Voir cours.
1 1
2. a) u0 + u1 + … + u100 = u0 + u0 + + … + u0 + 100 ×
56    1. a) Pour tout entier naturel n, un + 1 = un + 120. 4 4
1
(u) est arithmétique de raison 120.
b) Pour tout entier naturel n, vn + 1 = 1,0083 vn. (v) est
= 1001u0 +
4 
1 + 2 + … + 100 
1 100 + 1001
géométrique de raison 1,0083. = 101 × 5 +
4  2 
2. = 1 767,5.
59    1. Voir cours.
1 1
 
60
2. a) v0 + v1 + … + v60 = v0 + v0 × + … + v0 ×
3 3
1 1 60

= v0 1 + + … +
3 3  
61
 1
1−  
 3
=7×
1
1−
3. Il suffit d’afficher les gains cumulés pour valider 3
­l’affirmation du DRH. = 10,5.

63

CHAP05.indd 63 28/06/11 19:03


b) Le volume total prélevé en juillet est égal à c) On exécute le programme et on conjecture que la
1
suite (v) est géométrique de raison .
11––1,05
1,05 
32
v0 + v1 + … + v31 = v0 × 2
d) Pour tout entier naturel n,
 186 131,45 L 1
vn + 1 = un + 1 – 200 = un + 100 – 200
2
60    1. a) Pour tout entier naturel n,
1
an =
n + (n + 1)
 
× 1 (aire trapèze)
= 
2 n
u – 200 
2 1
2n + 1 = vn.
= 2
2 1
Donc (vn) est bien géométrique de raison .
b) Pour tout entier naturel n, an + 1 – an = 1 donc (an) est 2
arithmétique de raison 1.
63    1. a) 2 879  1,075
2. a) S = a0 + a1 + … + an 2 678
= a0 + a0 + 1 + … + a0 + n 3 095 3 327
b)  1,075 et  1,075
2 879 3 095
= (n + 1)a0 + 1 + 2 + … + n
Les taux d’accroissement sont égaux.
n (n + 1)
= (n + 1)a0 + 2. a) On choisit, d’après ce qui précède, q = 1,075.
2
1 n (n + 1) b) Pour tout entier naturel n, un = u0 × qm = 3 327 × 1,075n
= (n + 1) × + 3. a) u6 = u0 × 1,0756  5 135.
2 2
n2 + 2n + 1 b) On dépasse le nombre moyen de 6 000 connexions
=
2 par jour en 2018.
(n + 1)2
=  .
2 64    a)
b) S est aussi l’aire du triangle rectangle OAB où i 1 2 3 4 5 6
O (0 ; 0) ; B (n + 1 ; n + 1) ; A (n + 1 ; 0) x 1 1 2 3 5 8 13
(n + 1) × (n + 1) (n + 1) 2 y 1 2 3 5 8 13 21
donc S = =
2 2 z 2 3 5 8 13 21
On retrouve le résultat de la question précédente.
61    1. a) C6 = C5 + 2 = C4 + 4 = C2 + 8 = 13. L’algorithme affiche y = 21.
b) Pour tout entier naturel n, Cn + 1 = Cn + 2 donc la suite b) L’algorithme permet de définir la suite (un) telle que :
(Cn) est arithmétique de raison 2. u0 = 1 ; u1 = 1 et pour tout n ∈, un + 2 = un + 1 + un.
2. a) C0 + C1 + … + C10 représente le coût total pour c)
creuser un forage de 110 mètres de profondeur.
b) C0 + C1 + … + Cn = C0 + C0 + 2 + … + C0 + 2n
(n + 1)
= (n + 1) + 2
2
= (n + 1)2
c) Il suffit de résoudre C0 + C1 + … + Cn  4,9 × 10
⇔ (n + 1)2  49
(n  0)
⇔n6
d) u40 = 102 334 155.
On peut donc creuser un puit de 70 mètres de profondeur.
62    a) b) 65    1. a) u0 = 200.
b) Pour tout entier naturel n, un + 1= 0,84 × un.
c) (un) est géométrique de raison 0,84.
d)

64

CHAP05.indd 64 28/06/11 19:03


e) Au bout de 4 ans, le taux est égal à 114,58 donc Considering the fact that x has to be a whole number,
­supérieur à 40. the least value for x is 11.
Donc l’affirmation est fausse. 69    Jade peut, à l’aide de la calculatrice, du tableur ou
2. En modifiant la feuille de calcul, on remarque que le 9n – 1
d’un algorithme, calculer les quotients pour des
pourcentage de baisse que la société aurait dû prévoir n2
est environ 33 %. valeurs de n allant de 6 à 12 et observer que les valeurs
3. a) 2000 → 200 de n suivant 4 qui réalisent la propriété sont 8 et 10. Donc
2001 → 185 la suite n’est pas géométrique de raison 2.
2002 → 170 70    u0 = 1 ; u1 = 2,0075 et u2 = 3,02255625
: u1 – u0 ≠ u2 – u1 donc u n’est pas arithmétique.
2010 → 48.
71    a) Faux u0 = – 16
b) La quantité de nitrate estimée :
en 2011 est 200-15 × 11 = 35 mg/L. b) Vrai u11 = 105  100
en 2012, 35-15 = 20 mg/L. c) Faux u4 = 42 – 16 = 0
en 2013, 5 mg/L. d) Faux n2 – 16 = 2 500

Si n = 2 629 ou – 2 629 qui ne sont pas des entiers


66    1.
naturels.
72    a) Vraie b) Fausse c) Non, pas équivalentes.

73    Non P : il existe un entier naturel n tel que


un + 1 – un ≠ 2.
Non Q : pour tout entier naturel n, un ≠ 0.
2. b) On conjecture que la suite (u) est arithmétique de
raison – 1 et de premier terme u1 = – 2.
Pour tout entier naturel n, un = – n – 1 8. Mettre en œuvre une recherche
1 1 74    1.
Donc un = +1=1–
–n–1 n+1
67    On remarque que les différences successives ne sont
pas constantes, donc la suite n ne peut être arithmétique.

68    1. a) Le nombre de téléphones vendus le 36e mois


est 280 + 35 × 5 = 455.
b) Le nombre total de téléphones vendus après 36 mois
est égal à :
S = 280 + 280 + 5 + 280 + 2 × 5 + … + 280 + 35 × 5
2. a) On conjecture que, pour tout entier naturel n, OAn
= 36 × 280 + 5 + 2 × 5 + … + 35 × 5 An + 1 est rectangle isocèle en An + 1.
= 36 × 280 + 5 (1 + 2 + … + 35) b)
35 × 36
= 36 × 280 + 5 ×  2 
= 13 230.
2. On cherche la plus petite valeur de x entière vérifiant
10 080 + x × 630  17 000
donc x  10,98
On prend x = 11.
1. a) The numbers of phones sold make an arithmetic se-
quence with first term u1 = 280 and common difference 5.
So u36 = u0 + 35 × 5 = 455.
u + un 280 + 455
b) S = n 1 = 36 = 13 230.
2 2 3. Pour tout entier naturel n, on pose un = OAn.
2. We want S to be equal to 17,000.
a) Pour tout entier naturel n, OAn + 12 + An + 1 An2 = OAn2
280 + 280 + 35x 6 920
17 000 = 36 ⇔x=  10.98 donc 2 OAn + 12 = OAn2 donc 2 un + 12 = un2
2 630

65

CHAP05.indd 65 28/06/11 19:03


1 2 76    1. b) 800 000 × 0,972 = 752 720.
donc un + 12 = u
2 n 2. b) La suite est géométrique de raison 0,97.
2 3. c) car :
donc un + 1 = u (car un est positif pour tout n). 1 000 ×1 001
2 n 1 + 2 + 3 + … + 1 000 = = 500 500.
2
2
Conclusion : la suite (un) est géométrique de raison
2 Vrai – Faux
2
et de premier terme u1 = . Donc, pour tout n entier
2 77    a) Vraie.  b) Faux.  c) Faux.
n
2 d) Faux.  e) Vraie.
naturel, un =
2
 
.

b) Soit Ln la longueur de la ligne polygonale A0 A1 … A8


Ln = A0A1 + A1A2 + … + A7A8
= OA1 + OA2 + … + OA8
= u1 + u2 + … + u8
2 8
2
=
2
+  22  + … +  22 
()
7 2
2 2 2
=
2
× 1+  2
+…+
2
  78    a) Vraie car u2 =
3
4
= 0,562 5.

()
2

8 3
2 b) Faux, u est géométrique de raison 4 .
1−  
2  2  2 2
8 Pour tout entier naturel n  1,
=
2
×
2
=
2− 2
× 1–   2 3
2

() 9
un+1 = 4 × un = 16 × un.
1−
2
( )
n –1
9
c) Sn est l’aire du polygone A0 A1 … A8. c) Faux, en fait un = 16 .
1 1 d) u1 + u2 + … + u8
Sn = (A0A1 × OA1) × + (A1A2 × OA2) × + … + (A7A8
2 2
( )
7
1 9 9
× OA8) × = u1 + u1 × 16 + … + u1 ×
2 16

( )
1 1 1  9 
7
= u1 × + u22 × + … + u82 ×
2 9
2 2 2 = u1  1+ 16 +…+ 16 
1
 
( )
= u 2 + … + u82 8
2 1 9
( )
1–
16 = 16  1– 9 
2 8 8
1 1 1 1
=
2 2  
+
2
+…+
2   =
1–
9 7  16 
n 2 2 n n 16
2 1 2
En effet, un2 =        
2
=
2
, pour tout n ∈.
2
= donc l’affirmation est vraie.
7
1 1 1 1
Conclusion : S1 = × × 1 + + … +
2 2 2  2   Se préparer au contrôle
8
 1 79    a) f est définie sur [0 ; + [ par :
1−  
1  2 f (x) = 0,25x2 – 3x + 2.
= ×
4 1 b) et c)
1−
2 M0
8 2
1 1
= × 1–
2 2    1
O 1 2 3 4
M1
–1
9. Autoévaluation pour se tester –2
–3 M2
QCM
–4
M3
75    1. b) u est arithmétique de raison 5. –5
1 –6 M4
2. a) car v66 = –2 + 66 × = 20.
3 –7 f
3. a)

66

CHAP05.indd 66 28/06/11 19:03


80    a) v1 = g(v0) = 2 1 + 2 = 4, 10. Exercices d’approfondissement
v2 = g(v1) = 2 4 + 2 = 6.
83    a) En 2010, la consommation :
b) 305 × 1,015 = 309,575 et en 2011  314,22 litres par jour.

8 b) Pour tout entier naturel n, un + 1 = 1,015 × un donc u est
7  géométrique de raison 1,015.
6 c) Pour tout entier naturel n, un = 305 × 1,015n.
5 On cherche n tel que 305 × 1,015n  350. À la calculatrice,
4 on trouve que la première valeur de n est 10. Donc cela
3 correspond à 2019.
2 84    1. a) y1 = 1 000 × 1,0025 + 50 = 1 052,5
v2 = 6
1 et y2 = 1,0025 × y1 +50 = 1 105,1.
v0 v1 = 4 v3
b) Pour tout entier naturel n, yn + 1 = 1,0025 × y1 + 50.
O 1 2 3 4 5 6 7 8 2. a) Pour tout entier naturel n,
c) wn + 1 = yn + 1 + 20 000 = 1,0025yn + 20 050
20 050

= 1,0025 yn + 
1,0025
= 1,0025 (yn + 20 000) = 1,0025wn

Donc w est géométrique de raison 1,0025.


b) wn = w0 × 1,0025n = 21 000 × 1,0025n
donc yn= 21 000 × 1,0025n – 20 000
c) Le capital acquis par Jimmy au bout de 2 ans est
y0 + y1 + … + y24
= 21 000 × 1,00250 – 20 000 + 21 000 × 1,00251 – 20 000
+ 21 000 × 1,00252 – 20 000 + … + 21 000 × 1,002524 – 20 000
= – 25 × 20 000 + 21 000 (1 + 1,0025 + 1,00252 + …
+ 1,002524)
1,002525 – 1
81    1. A a) Pour tout entier n, un+1 = un + 3 500 donc u
= – 25 × 20 000 +21 000 ×  0,0025 = 41 056,07.

est arithmétique de raison 3 500. 85    1.


b) Pour tout entier naturel n,
un = u0 + n × 3 500 = 65 000 + 3 500 n. u 12 6 3 10 5 16 8 4 2 1
B a) Pour tout entier naturel n, vn+1 = vn × 1,045 donc v p 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
est géométrique de raison 1,045.
b) Pour tout entier naturel n, a) p = 10.
vn = v0 × 1,045n = 65 000 × 1,045n. b) Pour u = 14, on affiche p = 18.
2. Pour n entier compris entre 0 et 8, un  vn puis, pour n Pour u = 100, p = 26.
supérieur à 9, un  vn. Donc le premier placement est plus 2. a) et b)
avantageux les 8 premières années, puis c’est le deuxième
placement qui devient plus avantageux que le premier.

82    a) V1 = 1,05 × V0 et V2 = 1,05 × V1 donc les 3 verse-


ments sont en progression géométrique de raison 1,05.
b) V0 + V1 + V2 = V0 + V1 × 1,05 + V0 × 1,05–2
 1,053 −1
= V0(1 + 1,05 + 1,052) = V0  
0,05 
c) V0 est solution de l’équation : c) L’algorithme définit la suite u de la façon suivante :
 1,05 −1
3 u0 = N (saisi en entrée de l’algorithme).
V0   = 690.
0,05  u
Pour tout entier n, un + 1 = n si un pair.
0,05× 690 2
Donc V0 = ≈ 218,87e. = 3un + 1 sinon.
1,053 –1
d) V1 = 1,05 × V0 donc V1 ≈ 229,82 e 86    a) b) On conjecture que la suite est périodique et
et V2 = V0 × 1,052 donc V2 ≈ 241,31 e. on retrouve la série de nombres 0, 1 et 2.

67

CHAP05.indd 67 28/06/11 19:03


c)
36
yA – yB 1 xA 2 –
2 De la même manière, x – x = donc
1 0 1 25 = 1
A
1
A
0
4 6 4
xA +
1 5
1 6 1 1 6 29
donc xA – = donc xA = + = et A1 a pour
1 5 4 1 4 5 20
29 29 2

u0 u1 u2 coordonnées  ;
20 20  
O 1 2 2. a) Le coefficient directeur de la droite (AnBn) est égal à
bn2 – an2
d) u0 = 0 ; u1 = f (0) = 1 ; u2 = f (1) = 2 et u3 = f (2) = 0 donc = bn + an
bn – an
on construit ainsi une suite périodique 0, 1, 2, 0, 1, 2, …
De même, celui de la droite (An + 1 Bn) est égal à
e) On remarque que, pour tout entier naturel k, u3k = 0
an + 12 – bn2
donc u3 001 = 1 car 3 001 = 3 × 1 000 + 1. = an + 1 + bn
an + 1 – bn
87    1. a) C1 a pour aire u12 = 1. b) Donc, pour tout entier naturel n,
1 1
C2 a pour aire u22 = (1 + 2)2 = 9 et C3 a pour aire : an + 1 + bn = et an + bn = –
4 5
u32 = (1 + 2 + 3)2 = 36. 1 1 9
b) Pour tout entier n  1, l’aire de Cn vaut : On obtient : an + 1 – an = + =  . Donc a est arithmétique
4 5 20
un2 = (1 + 2 + … + n)2 9
de raison .
20
n (n2+ 1) = n (n4+ 1)
2 2 2
= 9 9n
c) Pour tout entier naturel n, an = a0 + n × = + 1
20 20
c) L’aire de la bande bleue est égale à la différence entre –1 – 1 9n – 9n 6
et bn = – an = – –1= – .
l’aire de Cn et celle de Cn – 1 donc vaut : 5 5 20 20 5
n2 (n + 1) 2 (n – 1)2 n –9
un2 – un – 12 = – = n3 d) Quel que soit n ∈, bn + 1 – bn = donc la suite b est
4 4 20
arithmétique
–9
de raison .
20

89    a)
n 1 2 3 4
Cn 3 12 48 192
2. a) L’aire du carré de côté un est égale à
un2 = (1 + 2 + … + n)2
b) Pour tout n  1, comme chaque segment de l’étape n
Mais elle est aussi égale à la somme des aires des diffé-
en produit 4 à l’étape suivante, Cn + 1 = 4 Cn. La suite C est
rentes bandes qui composent ce carré.
géométrique de raison 4. Ainsi pour tout n  1,
D’après ce qui précède, cette aire est donc aussi égale
Cn = 3 × 4n – 1.
à 13 + 23 + … + n3
2. a) Pour tout n  1, comme chaque nouveau segment
D’où l’égalité.
de l’étape n + 1 a une longueur égale au tiers d’un seg-
b) On a demandé au logiciel d’afficher le carré de la
1
somme des n premiers entiers, puis la somme des cubes ment de l’étape n, un + 1 = un.
3
des n premiers entiers. 8
u est géométrique de raison et pour tout n  1,
Les deux résultats affichés sont les mêmes. On retrouve 3
1
l’égalité de la question 2. a). un = n– 1 .
3
88    1. A0 a pour coordonnées (1, 1). B0 est le point 4 n–1
d’intersection de la droite (A0B0) avec 3, différent de A0. b) Pour tout n  1, pn = Cn × un = 3 × 1
3
.
–1 2
Le coefficient directeur de la droite (A0B0) vaut et est 1 2  1 3
5 3. a) a1 = × 1 × 1 –   =  
yB – yA xB 2 – 1 2 2 4
égal à x 0 – x 0 = 0 = xB + 1
B
0
A x –1
0 0 B b) Pour tout n  1, comme un triangle équilatéral de
0
–1 –6 53 2
Donc xB = –1= . côté L a une aire de L2a1 = L,
0 5 5 4
– 6 36
B0 a pour coordonnées 5 ;
25. an + 1 – an = Cn ×
53
u 2
4 n+1

68

CHAP05.indd 68 28/06/11 19:03


53 1 53 4 1 1
1 = 1 
n n–1
= × 3 × 4n – 1 × × . Donc, pour tout n, vn = v0 × n = (u0 + 2) × n
4 9 12 9 2 2
1
donc un = (u0 + 2) × n – 2 et u15 = 0 d’où u0 = 216 – 2
c) Pour tout n  2, d’un côté on trouve an – a1 et de l’autre 2
= 65 534.
53 4 4 2 4
1 1  1  
n–2
× 1+ + +…+ 92    On note Pn le périmètre du nième carré.
12 9 9 9 AB 2 AB2
4 n–1  
P1 = 40 ; P2 = 4 × A2B2 ou A2B22 = 2 × 1 1 = 1 1
53 1 –1 3 3
5 4 n–1 52
2 2
=
12
×  9
4
–1
=
20
× 1–
9 1 1  
. donc A2B2 = AB
2 1 1
9
donc P2 = 4 × 52 A1B1 = 2 52 A1B1 = 52 P1
53 3 53 4 n–1 2 2
Donc an =
4
+
20
× 1–
9 1 1  
.
De même, pour tout n entier naturel Pn + 1 = 52 Pn
2
d) Ainsi a50  0,693 (arrondi au millième). (Les an sem-
blent se stabiliser rapidement, aux alentours bien sûr donc la suite P est géométrique de raison 52 .
2
3 53 n–1
52 n – 1
de
53
4
+
20
=
2
5
35   : ici, la différence avec a50 est Pour tout entier n, Pn = P1 ×  
2
2
5 = 40 ×  
2
inférieure à 10–17 donc pour une calculatrice classique, À l’aide du tableur ou de la calculatrice, on trouve que
il y a égalité !). la première valeur de n pour laquelle Pn  0,6 est n = 14.
90    On construit de manière récurrente la suite u définie (P14 = 0,44194 et P15 = 0,625).
par : u0 = 0 et pour tout entier naturel n, 93    L’âge de Sophie = u1. où u1, u2 et u3 sont en
2 L’âge d’Alex = u2. progression arithmé-
un + 1 =   1+ un .
L’âge de Miguel = u3. tique de somme 69.
On peut, à l’aide du tableur, afficher les premiers termes, Or u1 + u3 = 2u2 donc 3u2 = 69 donc u2 = 23.
ou bien les calculer à la main. Donc Alex a 23 ans.
u0 = 0 ; u1 = 1+ 0 = 51 = 1 ; u2 = 52 ; u3 = 1+ 2 = 53 ; Et u1, u3 et u2 sont en progression géométrique, de
­raison q, de somme 69.
( 3) ( 4)
2 2
u4 = 1+ = 54 = 2 ; u5 = 1+ = 5. Donc u3 = u2 × q–1 et u1 = u2 × q– 2
On conjecture que, pour tout entier naturel n, un = 5n . Donc u2 × q– 2 + u2 × q– 1 + u2 = 69
Donc 1 + q– 1 + q– 2 = 3 ⇔ 2q2 – q – 1 = 0 donc q = 1
On peut démontrer la formule à l’aide d’un logiciel de –1
calcul formel. ou impossible.
2
Donc u1 = u2 et u3 = u2.
91    On note un le nombre de petits cubes de fromage Donc Alex, Sophie et Miguel ont le même âge 23 ans.
au soir du nième jour.
On cherche u0 sachant que u15 = 0 et que, pour tout n
1
entier naturel, un + 1 = un – 1.
Sujets d’exposés
2
À l’aide du tableur : Sujet 1 Suite de Fibonacci et nombre d’or
A B Dans la colonne A, on place les entiers http://fr.wikipedia.org/wiki/Suite_de_Fibonacci
u1 0 de 0 à 15. Dans la cellule B16, on place http://www.les-suites.fr/suite-de-fibonacci.htm
u2 1 0 et dans la cellule B15, on tape la http://www.univ-orleans.fr/mapmo/membres/berglund/
– ­commande = (B16 + 1) * 2 que l’on tire fibonacci.pdf
– vers le haut. On obtient dans la cellule http://fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_d’or
– 14 = B1 65534. http://www.nombred’or.be/
u16 15 0 Mathématiques financières
http://www.les-suites.fr/suite-de-fibonacci.htm
Ou bien : on pose vn = un + 2, pour tout n entier naturel. http://fr.wikiversity.org/wiki/Mathématiques_financières/
1
On montre que vn + 1 = vn, pour tout n entier naturel. Somme_d’une_suite_géométrique
2
http://images.maths.cnrs.fr/Faut-il-avoir-peur-des.html

69

CHAP05.indd 69 28/06/11 19:03


CHAP05.indd 70 28/06/11 19:03
Chapitre

6 Comportement d’une suite


et problèmes
1. Page d’ouverture c) La fonction x  x est croissante sur [0 ; + ∞[ donc,
pour tout n entier naturel,   n +1    n + 2 .
• Énigme*
() () () ()
51 50 51 50
1 1 1 1 1
La suite des aires de chaque carré construit est géomé- d) = × donc  .
1   2   2  2   2   2
trique de raison et de premier terme 1. e) 211 – 200 = 2 [210 – 100]  210 – 100.
2
La somme des aires des n premiers carrés est égale à 3n +1 3× 3n 3 3n 3n
f) n + 2 = = × n +1  n +1 .
 1
n
  2 2 × 2 n +1 2 2   2
1−  
1 1 2 1 n–1  2 1 3    a) x2  100 ⇔ x  10 sur [0 ; + ∞[.
1+ +
2 2 1+…+ 1
2
=
1 1
= 2  1 – n
2  1
b) x +1  10–10 ⇔ 1010  x + 1 sur [0 ; + ∞[
1−
2  
⇔ 1010 – 1  x.
1
Or, pour tout entier naturel n  1, n  0 c) x  1050 ⇔ x  10100 sur [0 ; + ∞[.
2
1 1
1 
donc 1 – n  1 et 2  1 – n  2 donc la somme des
2 2
4    a) La valeur affichée de u en sortie est u = 1,998.
b) Ok.
aires des carrés ne peut dépasser 2.

• Énigme**
Le capital obtenu après n années de capitalisation est
égal à 100 × 1,037n. À l’aide du tableur, on remarque que
celui-ci peut atteindre n’importe quelle valeur pourvu 5   
que n soit suffisamment grand. Donc la réponse est oui. n 0 1 2 3 4 5 6 7
un 1 1,4142 1,731 2 2,2361 2,4495 2,6458 2,8284
vn 6 7,2 8,04 8,628 9,0396 9,3277 9,5294 9,6706
2. Vérifier les acquis
1    1. a)
x – ∞ + ∞

f(x)

b)
x –1 + ∞

f(x)

c) 6    a) Vrai. b) Faux. c) Vrai.


x – ∞ 1 + ∞
5
f(x)
3. Activités d’approche
d) 1. a)
x –3 + ∞

f(x)

2    a) La fonction carré est croissante sur [0 ; + ∞[ donc


338  339 ⇒ 3382  3392.
b) La fonction inverse est décroissante sur ]0 ; + ∞[ donc
1 1
338  339 ⇒  . b) Modèle A : le nombre de lion croît chaque année.
338 339
71

CHAP06.indd 71 01/07/11 09:14


Modèle B  : le nombre de lion décroît année tous les (n +1)(n + 3)−(n + 2)(n + 2)
ans et on conjecture qu’il va se stabiliser autour de 255 =
  (n + 2)(n +1)
environ. –1
Modèle C : le nombre de lions augmente une année s’il = 0
  (n + 2)(n +1)
avait diminué l’année précédente, et diminue s’il avait
donc u est décroissante.
augmenté l’année précédente. Le nombre de lions est
alternativement croissant puis décroissant. On conjecture 4    Pour tout entier naturel n, vn+1 – vn = n – 4.
qu’il va se stabiliser autour de 640 650 environ. Pour n  4, vn+1 – vn  0. Donc v est croissante à partir
2. a) de n = 4.
u0 = 1, f0 = 1
5    Pour tout entier naturel n, un  0 et
1 1 3
u1 = 1 × = et f1 = u0 + u1 = un +1 10 × 0,91n +1 = 0,91  1 donc u est décroissante.
2 2 2 =
1 1 3 1 7 un 10 × 0,91n
u2 = × et f2 = f1 + u2 = + =  
2 2 2 4 4
1 1 1 7 1 15 6   
u3 = × = et f3 = f2 + u3 = + =
2 4 8 4 8 8
b)

c) Lorsque n prend des grandes valeurs, un se rapproche


de 0 et fn se rapproche de 2.
d) À partir de n = 24, un  10–8 et à partir de n = 22,
fn  1,999999 a) Mouna et Nicolas n’ont affiché que quelques termes
de la suite, ils ne peuvent donc pas en déduire le sens
de variation de la suite u.
4. Accompagnement personnalisé b) Pour tout entier naturel n, un = f (n) avec f (x) = – x2 + 40x.
f est décroissante sur [20 ; + [ donc u est décroissante
1    à partir de n = 20.
7    Premier raisonnement  : non, on ne peut pas
déduire de u0  u1  …  u6 que u est croissante.
Deuxième raisonnement : oui, car un exemple suffit
pour affirmer que v n’est pas croissante.
8    • u0 = – 10 et u1 = – 109 donc u n’est pas croissante.
• u50 = – 2 510 et u51 = – 2 509 donc u n’est pas décroissante.
On conjecture que la suite est décroissante.
9    a) u3  u2 donc u n’est pas croissante.
On démontre : pour tout entier naturel n, un+1 – un = – 5  0 b) Non, l’écran ne permet pas de conclure.
donc u est décroissante. c) La suite u n’est ni croissante, ni décroissante.
2    a) Thomas conjecture que la suite est croissante, 10    • Pour tout entier naturel n,
or il trouve vn+1 – vn = −2  0, ceci est incohérent. un+1 – un = – 3n – 1  0.
  n(n +1) Donc u est décroissante.
b) En réalité, pour tout entier naturel n, n  0,
• La fonction f est croissante sur [0  ;  + [ donc v est
2
vn+1 – vn =  0 donc v est bien croissante. croissante.
  n(n +1)
• Pour tout entier naturel n, wn  0 et
3    Pour tout entier naturel n, w n +1 42 × 0,77n + 2
= = 0,77  1
n+3 n+2 w 42 × 0,77n +1
un+1 – un = −   n
  + 2 n +1
n Donc w est décroissante.

72

CHAP06.indd 72 01/07/11 09:14


5. Exercices de base b)  Pour tout réel x positif, f (x) = 0,4x + 1  0 donc f est
croissante sur [0 ; + ∞[ donc u est croissante.
11    a)  la suite semble décroissante.
18    a)  v semble croissante.
b)  la suite n’est ni croissante ni décroissante.
x – 2
c)  la suite semble croissante. b)  g est la fonction définie sur [0 ; + ∞[ par g(x) =
x + 3
12    a)  la suite n’est ni croissante ni décroissante. 5
b)  la suite semble décroissante. c)  Pour tout réel x positif, g(x) = 0
(x + 3)2
c)  la suite semble croissante. donc g est croissante sur [0 ; + ∞[.
13    u semble croissante. d)  v est donc croissante.
v n’est ni croissante ni décroissante (v5  v4).
w semble décroissante. 19    a)  b)  Pour tout entier naturel n,
3n+1
un + 1 n+3 3
= 5 n =  1.
un 3 5
n+2
5
c)  la suite u est décroissante.
20    a)  v semble croissante.

14    Pour tout entier naturel n,


a)  un+1 – un = –2  0 donc u est décroissante.
1
b)  un+1 – un =  0 donc u est croissante.
4
c)  un+1 – un = – (n + 1)2 + n2 = –2n – 1  0 donc u est
décroissante.
3 3 –3
d)  un+1 – un = –  =  0 donc u est
n + 5 n + 4 (n + 4) (n + 5)
décroissante.
15    Pour tout entier naturel n,
a)  un+1 – un = –2n – 5  0 donc u est décroissante.
3 b)  Pour tout entier naturel n,
b)  un+1 – un = n2  0 donc u est croissante.
4 2 n+1
16    a)  Pour tout réel x positif, f (x) = 2x + 2  0 donc vn + 1 2(n + 1) n
– 1 = n +n 2 – 1 = –1=  0 donc
f est croissante sur [0 ; + ∞[. vn 2 n + 2 n + 2
b)  la suite u est donc croissante. n +1
17    a)  f est la fonction définie sur [0 ; + ∞[ par
vn + 1
f (x) = 0,2x2 + x – 3.  1.
vn
b) 
c)  la suite v est donc croissante.
4
21    la suite u n’est ni croissante, ni décroissante.
3

1
1 2 3
0
–1

–2

–3

73

CHAP06.indd 73 01/07/11 09:14


22    a)  la suite (an) semble croissante. c)  La limite de w semble être + ∞.
b)  Pour tout entier naturel n, 27    a)  On conjecture que la limite de u est – ∞.
n+1+n 2n + 1 1
an = 1 2  =
2
=n+ .
2
b)  Pour tout entier naturel n, un = f (n) où f est la fonction
définie sur [0 ; + ∞[ par f (x) = – x2 + 5n.
c)  Pour tout entier naturel n, f (x) = – 2x + 5  0 si x  3 donc u est décroissante à
1 1
an+1 – an = n + 1 + – n – = 1  0 donc (an) est croissante. partir du rang n = 3.
2 2
c)  un  – 1 000 à partir de n = 35
23    a)  u1 = 2 ; u2 = 6 ; u3 = 14 ; u4 = 30. un  – 10 000 à partir de n = 103
b)  Pour tout entier naturel n, n  1, un = 2 + 22 + … + 2n un  – 106  à partir de n = 1003.
donc un+1 – un = 2n + 1  0 donc (u) est croissante.
28    a)

24    a)  On peut affirmer que u semble croissante.


b)  f est définie sur [0 ; + ∞[ par f (x) = – 0,02x3 + 0,21x2.
c)  Pour tout réel x ∈ [0 ; + ∞[, b)  Pour tout entier naturel n,
f (x) = – 0,06x2 + 0,42x = x(– 0,06x + 0,42). 1 1 n + 3 – (n + 4)
vn+1 – vn = 2 + –2– =
n + 4 n + 3 (n + 3) (n + 4)
x 0 7 + ∞
– 1
f (x) + – =  0 donc v est décroissante.
(n + 3) (n + 4)
f (x) 1
D’autre part, pour tout entier naturel n,  0 donc
n + 3
1
la suite u est donc croissante de n = 0 à 7 puis, à partir vn = 2 +  2.
n + 3
de n = 7, u est décroissante.
c)  vn ∈ ]1,99 ; 2,01[ à partir du rang n = 97
1 1 1 5 vn ∈ ]1,999 ; 2,001[ à partir du rang n = 997.
25    a)  a1 =  ; a2 = a1 + × =  ;
2 4 2 8
1 1 21
a3 = a2+ × =  .
4 8 32
b)  la suite (an) semble croissante.
1 1
c)  Pour tout entier naturel n, an+1 = an + × 2n–1
4 2
1
donc an+1 – an = 2n+1  0 donc (an) est croissante.
2
26    a)  Pour tout entier naturel n, wn = f (x) où f est la
fonction définie sur [0 ; + ∞[ par f (x) = x3 + 3x2 + 1.
Pour tout réel x positif, f (x) = 3x2 + 6x  0. Donc f est
croissante sur [0 ; + ∞[ donc w est croissante.
b)  wn  10 000 à partir de n = 21
wn  106  à partir de n = 100
wn  108  à partir de n = 464.
d)  On conjecture que la limite de v est 2.

29    a)  b)  À partir du rang n = 17.


c)  On conjecture que la limite de w est 5.

30    a)  Pour tout entier naturel n, on note un le nombre


de bactéries après n heures. u0 = 10.
Pour tout entier naturel n, un+1 = 1,25 × un.

74

CHAP06.indd 74 01/07/11 09:14


b) d)  En faisant varier a, on conjecture que si a  150, la
population décroît et tend vers un nombre inférieur à
500 et si a = 150, la population décroît et tend vers 500.
Si a  150, la population tend vers un nombre d’oiseaux
supérieur à 500.
Donc la valeur minimale est a = 150.
2. a)  Pour tout entier naturel n, qn + 1 = 0,7 qn + 150.
b)  Pour tout entier naturel n,
un + 1 = qn + 1 – 500 = 0,7 qn – 350 = 0,7 (qn – 500) = 0,7 × un.
Donc (un) est géométrique de raison 0,7.
c)  Donc, pour tout entier naturel n,
un = u0 × 0,7n = 1 500 × 0,7n
Et donc qn = un + 500 = 500 + 1 500 × 0,7n.
d)  Pour tout entier naturel n, 1 500 × 0,7n  0 donc qn  500.
e)  On conjecture que la limite de la suite (qn) est 500.
c)  Le nombre de bactéries est supérieur à 1 000 au bout
Pour a = 150 oiseaux introduits chaque année, la population
de 21 heures, supérieur à 10 000 au bout de 31 heures,
d’oiseaux tend vers 500 et le risque d’extinction est évité.
et supérieur à 100 000 au bout de 42 heures.
32    1.  Pour tout entier naturel n,
un+1 – un = 0,01un2 + 1  0 donc (u) est croissante.
6. Travaux pratiques
31    A.  1.  a)  On note Pn le nombre d’oiseaux le 1er jan-
vier de l’année 2010 + n. Donc P0 = 2 000. Pour tout entier
naturel n, Pn+1 = 0,7 × Pn.
b)

2. a)  Si A = 5, on obtient n = 5 et u = 5,32.


b)  L’algorithme détermine la première valeur de n pour
laquelle u  A.
En terme de suite : on a défini la suite (un) de la manière
suivante : u0 = 0,001 et pour tout n ∈ N,
un+1 = 0,01un2 + un +1. L’algorithme détermine la première
valeur de n à partir de laquelle un  A, A ayant été saisi
en entrée.
c)  Si A = 100, l’algorithme affiche n = 17 et u = 117,46.
Si A = 1 000, l’algorithme affiche n = 20 et u = 9 288,75.
Si A = 106, l’algorithme affiche n = 22 et u = 7 606 432 311,56.
d)  On conjecture que la limite de (un) est + ∞.
c)  Le nombre d’oiseaux décroît. 3.  On modifie le programme et l’exécute en saisissant
d)  L’espèce aura disparu dès que Pn  1. On lit sur la pour A les valeurs A = 100, 1 000 puis 106 (en langage
feuille qu’à partir du rang n = 22, Pn  1. (P21 = 1,12 et scilab). On obtient en sortie respectivement :
P22 = 0,78). Donc l’espèce aura disparu en 2032. n = 9 999 et u = 100.
P
2. a)  Pour tout entier naturel n,   n+1 Pn + 1 = 0,7  1 donc n = 999 999 et u = 1 000,00000001.
Pn
(Pn) est géométrique de raison 0,7 et est décroissante. n = 999 999 999 999 et u = 1012.
b)  On conjecture que la limite de la suite (Pn) est 0. On conjecture que la limite de (vn) est + ∞.
1.  b)  Si a = 100, la population décroît et se stabilise à
333 oiseaux environ.
c)  Pour a = 300, la population décroît et tend vers
1 000 oiseaux.
Pour a = 500, la population décroît et tend vers 1 666 oiseaux.
Pour a = 700, la population croît et tend vers 2 333 oi-
seaux.

75

CHAP06.indd 75 01/07/11 09:14


7. Exercices d’entraînement a)  Pour A = 10, on obtient
u 0 1,5 3,5 6 9 12,5
33    1.  f est décroissante sur [0 ; + ∞[ donc, pour tout n 1 2 3 4 5 6
entier naturel n, n  n + 1 ⇒ f (n)  f (n + 1) donc un  un+1 on lit n = 6.
donc (u) est décroissante. b)  La suite (un) est définie par u1 = 0 et pour tout n entier
n
2.  (u) est définie sur N par un = f (n) où f est la fonction naturel, n  0, un+1 = un + + 1.
2
définie sur [0 ; + ∞[ par f (x) = 1 . c)  Le programme détermine le premier rang à partir
2+
x +1 duquel un  A, A ayant été saisi en entrée.
Par composition, on remarque que f est décroissante sur Si A = 100 ; n = 19
[0 ; + ∞[ donc (u) est décroissante. Si A = 10 000 ; n = 199
v Si A = 108 ; n = 19 999.
34    1.  Pour tout entier naturel n, vn  0 et n+1  1
vn 1
donc vn+1  vn donc v est décroissante. 38    1. a)  a1 = 42 = 16 ; a2 = a1 + a1 = 20 ;
6 n 4
2.  Pour tout entier naturel n, vn = 11 × n+5  0 85
17 a3 = 21 ; a4 = .
6 n+1 4
v n+1 11× 17n+ 6 6 b)  Pour tout entier naturel n, n  1,
et = =  1 donc (v) est décroissante. 1 1 64 1 n
vn 6
11× n+5
n
17 an = × 64 + × + … +
4 4 4 1 4
× 64

 
n
17  1
1−  
35    a)  Pour tout entier naturel n, un = f (n) où f est la 64 1 1 n – 1 64  4
fonction définie sur [0 ; + ∞[ par f (x) = x3 + x2 + 9x + 2.
=
4  1+ +…+
4 1 
4
= ×
4 1
1−
Or, pour tout x  0, f (x) = 3x2 + 2x + 9  0 donc f est 64 1 n
croissante sur [0 ; + ∞[ donc u est croissante.
=
3 1 
1–
4
4

b)  Pour tout entier naturel n,


2. a)
vn+1 – vn = –12 – 22 – … – n2 – (n + 1)2 + 12 + 22 + … + n2
= – (n + 1)2  0
donc v est décroissante.
c)  Pour tout entier naturel n, wn = f (n) où f (x) = 2 x + 1  ;
x ∈ [0 ; + ∞[. x +1
Or f est croissante sur [0 ; + ∞[ donc w est croissante.
t
d)  Pour tout entier naturel n, n+1 = n + 1  1 et tn  0
tn
donc t est croissante.
36    1. a)  Le nombre de téléviseurs à tube cathodique
décroît entre les années 2000 et 2025.
64
b)  À partir de n = 23, Cn  20 000 donc on ne pourra plus b) On conjecture que la suite (an) converge vers .
3
acheter ce type de téléviseurs à partir de 2023. 64
c) On lit sur la feuille que – 10– 5  an –  10– 5
2. a)  Pour tout entier n, n  25, Pn+1 = 1,15 × Pn 64 3
23 000 26 450 à partir du rang n = 9 et – 10– 10  an –  10– 10 à partir
11,15 = =
2 000 23 000 donc (Pn) est géométrique de du rang n = 17.
3

raison 1,15 et Pn = P0 × 1,15n = 20 000 × 1,15n. u


39    1. a)  Pour tout entier naturel n, n+1 = 1,1  1
P un
b)  Sur la période 2000-2025, n+1 = 1,15  1 donc (Pn) est donc u est croissante.
Pn Et vn = f (n) où f est la fonction définie sur [0 ; + ∞[ par
croissante, ce qui signifie que les ventes de téléviseurs
f (x) = 100 × 1+ x qui est croissante sur [0 ; + ∞[.
à écran plat augmentent.
Donc la suite v est croissante.
c)  Pour n = 19, P19= 284 635 et P20= 327 331 donc à partir
b) Pour tout entier n compris entre 0 et 8, un  vn.
de 2020, les ventes dépassent 300 000 unités.
37   

76

CHAP06.indd 76 01/07/11 09:14


2. a) L’algorithme détermine la première valeur de n n2 – 2n – 1
pour laquelle un  vn et l’affiche en sortie. b) Le signe de ne dépend que de n2 – 2n – 1.
(n + 1)2
b) À l’exécution du programme, on obtient n = 15. Or n2 – 2n – 1 est négatif pour n entier compris entre 0
c) Au bout de 15 mois, le nombre d’abeilles vivant dans et 2 et est positif pour n entier plus grand que 3.
la ruche R1 est supérieur à celui de la ruche R2. Donc la suite u est croissante à partir de n = 3.
40    1. a) 3. a) À partir du rang n = 15, un  100.
À partir du rang n = 23, un  10 000.
À partir du rang n = 45, un  1010.
b) On conjecture que la limite de la suite u est + ∞.
42 

La ligne 1 permet de déclarer la suite u définie sur N*


m 0,6 × 1,22n+1 par un = 3n2 − 7n + 7 .
b) Pour tout entier naturel n, n+1 = = 1,22  1
mn 0,6 × 1,22n
donc la suite (mn) est croissante. La ligne 2 donne une valeur approchée de la solution
2. a) Au bout de 48 heures, la masse est égale à de l’inéquation un  100.
m48 = 8 383,5 g. On lit qu’à partir du rang n = 59, un  100.
Au bout de 72 heures, la masse est égale à De même, à partir du rang n = 579, un  1 000 et à partir
m72 = 990 967 g. de n = 577 352, un  106.
b) La masse de la culture dépasse les 20 kg au bout de 1
43    1. a) Pour tout entier naturel n, n  1, Cn + 1 = Cn.
53 heures. 2
1
3. Si on garde ce modèle indéfiniment, la masse de la Donc (Cn) est géométrique de raison .
2
culture deviendra infinie, ce qui est impossible. b) Pour tout entier naturel n, n  1,

1 12  1 2
n–1

41    1. Cn = C1 × = et dn = 25 × Cn = .
2 n–1 2 n−1

c) Pour tout entier naturel n, n  1, n = d1 + d2 + … + dn


2 + 2 +… 2 = 1 1 n–1
= 25 +
2 2 2
2 n−1 1
25 1 + + … +
2 2 1 
  1 n 
 1−      n
 2 
= 2 = 2 2  1− 1  
 1    2  
 1− 
 2 
2. a) À l’aide du tableur, on conjecture que (vn) a pour
limite 1.
1 n
2. a) Pour tout entier naturel n, n  1, b) Pour tout entier naturel n  1,
2 1
0
1
1
n+1 n
2 Donc 1 –  1 donc n  2 25 .
2
( n +1)
2
un+1 2n2 2n2 – n2 – 2n – 1 c) On conjecture que la suite (n) a pour limite 2 25.
–1= –1= –1=
un 2n (n + 1)2
(n + 1)2 d) À partir de l’étape u = 36, on a 0  2 25 – n  10– 10.
n2 44    1. Pour tout entier naturel, on note Rn la recette,
n – 2n – 1
2
en millions de dollars, n semaines après la sortie du
=
(n + 1)2 film, R0 = 77 et pour tout entier n, Rn + 1 = 0,85 × Rn.
77

CHAP06.indd 77 01/07/11 09:14


2. a) Initialisations Les recettes 46    a) Solène doit conclure que la suite u peut être
n prend la valeur 0 ­permettent de croissante.
r prend la valeur 77
réaliser un béné- b) Jimmy a raison.
S prend la valeur 77
Traitement fice dès qu’elles 47    Le raisonnement de Paul est correct.
Tant que S 500 dépassent 500.
En revanche, celui de Manon ne l’est pas. En effet, si u
n prend la valeur n+1
r prend la valeur r ¥ 0,85 est géométrique de raison 3, son sens de variation dé-
S prend la valeur S + r pend du signe du premier terme u0. Si u0  0, alors u est
FinTantQue croissante. Si u0  0, alors u est décroissante. (Si u0 = 0,
Sortie alors u est constante).
Afficher n
48    a)
b) c)

d) Les recettes permettent de réaliser un bénéfice à partir


de la 22e semaine.
45    1. For all n ∈ N,
un + 1 (n + 1)n + 1 (n + 1) n
un
=
n n 1=
n  × (n + 1)
1 n
1= 1+ 
n
× (n + 1)  1
 1 1
donc u est croissante.
2. For all n ∈ N, b) La suite u est d’abord croissante, puis décroissante.
1 1 3 + n2 – 3 – (n + 1)2 Le rang à partir duquel u est décroissante dépend de la
vn + 1 – vn = – =
3 + (n + 1) 3 + n
2 2
(3 + (n + 1)2 (3 + n2) valeur de u1 fixée.
– 2n – 1 49    a) L’algorithme définit la suite u sur N par u0 = 1,
= 0
(3 + (n + 1)2 (3 + n2)
et, pour tout n entier naturel, un + 1 = 6 + un 2 .
donc v est croissante.
3. For all n ∈ N, wn + 1– wn = 5n2 + 1  0
donc w est croissante.
a) All the terms of this sequence are positive so we can
use the method of the ratio.
un + 1 (n + 1)n + 1 n+1 n
un
=
n n 1= 
n
× (n + 1)

n+1 n+1 n
n
is greater than 1 so 1 
n
too.
n + 1 is also greater than 1 so the product will be greater
than one, and the sequence is increasing.
1
b) vn = f(n) with f(x) = . To study the monotony of b) L’algorithme détermine et affiche le premier rang n à
3 + n2
this sequence we can study the monotony of f for the partir duquel un  M, M étant une valeur lue en entrée.
positive values of x.
50    a) Fausse. Si u0  0, alors u est décroissante.
2x
f ’(x) = so f is decreasing for x greater than 0, and b) Vraie. Pour tout entier naturel n, un + 1 – un = r  0.
3 + x2
the sequence is also decreasing. c) Fausse. Si q  0, on alterne le signe de un. Exemple :
c) We have wn + 1 – wn = 5n² + 1, and 5n² + 1 is positive for un = (– 1)n.
any whole number n. d) Vraie. Pour tout entier naturel n, un + 1 – un = r.
So this sequence is increasing. Si r  0, (u) est décroissante. Si r  0, (u) est croissante.

78

CHAP06.indd 78 01/07/11 09:14


51    a) u500  100,005  100, donc vraie.
b) Fausse. À partir de n = 5 × 1019, un  1010.
c) Fausse, car la suite u est croissante.
d) Fausse. u0 = 1.
e) Vraie. À partir de n = 500 000, un  103.

52    Non P : il existe un entier naturel n, tel que un  103.


Non Q : pour tout entier naturel n, un  1010.

8. Mettre en œuvre une recherche


53    1. Si Cn est le capital restant dû après le règle-
ment de n-ième mensualité, après un mois, augmenté
des intérêts, le capital restant dû sera égal à Cn × 1,005 9. Autoévaluation pour se tester
et lorsque le règlement de la mensualité m aura été
effectué, le capital restant dû sera alors égal à QCM
Cn + 1 = 1,005Cn – m. 54    1. c) car pour tout entier naturel n, un+1 – un = n – 6.
2. On fait varier le montant de la mensualité m et on
2. c) car u51 = 972 et u52 = 1 017.
conjecture que m doit être égal à 352 pour que les
3. c) car u148 = 9 993 et u149 = 10 135.
15 000 euros soient amortis en 48 mois.
4. c).
Début 55    1. a) car u10 ≈ 490 244.
Lire m 2. c) car pour tout entier naturel n, un   0
C prend la valeur 15 000 un +1
et u = 0,98  1.
Pour i allant de 1 à 48   n
3. c) car u34 ≈ 301 882 et u35 ≈ 295 845.
C prend la valeur 1,005 * C – m
4. a).
Fin pour
Afficher C
Vrai – Faux
Fin Algo
56    a) Vraie car pour tout entier naturel n, vn+1 – vn
= vn2  0.
b) Vraie car v11 ≈ 0,989 et v12 ≈ 1,966. Donc, pour tout
n  12, vn  v12  1.
c) Vraie car v17 ≈ 7 × 1012
d) Faux car v109 ≈ 2,4 × 1051
e) Faux.
4
57    a) Faux car u0 = 3 et u1 =  ; u1 < u0.
5
1 n + 3   1 4n +12 – 4n –1 11
b) Vraie. En effet, = – <= 0,3 équivaut = à
  4 4n +1 4 4(4n +1) 4(4n +1)
3. a) Pour tout entier naturel n compris entre 0 et 48, n + 3 < 0,3 < (4n + 1) (car 4n + 1 > 0) c’est-à-dire
un + 1 = Cn + 1 – 200m = 1,005 × Cn – m – 200m n >13,5 soit n  14.
= 1,005 Cn – 201m c) Vraie car pour tout entier naturel n,
1 n + 3 1 4n +12 – 4n –1 11
= 1,005 (Cn – 200m) = 1,005 × un . un – 4 = 4n +1 – 4 = 4(4n +1) = 4(4n +1)
Donc u est géométrique de raison 1,005.  
1
b) Pour tout entier naturel n, 1  n  48, un = (1,005)n × u0 Donc un > .
  4
= (15 000 – 200m) 1,005n, d) Vraie, à partir du rang n = 138,
donc Cn = un + 200m = (15 000 – 200m) 1,005n + 200m. un ∈ ]0,25 ; 0,255[.
c) La ligne de calcul détermine la valeur de m pour laquelle 1
e) Faux, on peut conjecturer que la limite de u est .
C48 = 0.   4
Le résultat affiché est m  352,28. Donc la mensualité 58    a) Pour tout entier naturel n,
doit être égale à 352,28 e pour que le prêt soit amorti vn + 1 = (n + 1) – (n + 1)2 – (n – n2)
en 48 mensualités. donc vn + 1 – vn= n + 1 – n2 – 2n – 1 – n + n2 = – 2n

79

CHAP06.indd 79 01/07/11 09:14


b) Pour tout entier naturel n, vn + 1 – vn= – 2n  0, donc 63    1.
la suite v est décroissante.

Se préparer au contrôle

59    a) Pour tout entier naturel n,


vn+1 – vn = (n + 1) – (n + 1)2 – n + n2 = –2n.
b) Donc, vn+1 – vn  0 et la suite v est décroissante.

60    a) f est définie sur [0 ; + [ par :


1
f (x) = 3 x3 + 3x2 + 2.

b) Pour tout nombre réel x ∈ [0 ; + [,
f’ (x) = x2 + 6x, f’ (x)  0 donc f est croissante sur [0 ; + [. 2. a) Pour tout entier naturel n,
c) Donc la suite u est croissante. 280 280
un+1 – un= –
2 + 68 × 0,6 n+1
2 + 68 × 0,6n
61    a) Pour tout entier naturel n, n  1,
280 × 68 × 0,6 – 280 x 0,6n + 1 × 68
n
un +1 4 n+2 n 4n . =
= × = (2 + 68 × 0,6n + 1) (2 + 68 × 0,6n)
un n +1 4 n+1 n +1
  280 × 68 × 0,6n (1 – 0,6)
=
(2 + 68 × 0,6n + 1) (2 + 68 × 0,6n)
7 616 × 0,6n
= >0
(2 + 68 × 0,6n + 1) (2 + 68 × 0,6n)
donc u est croissante.
b) Pour tout entier naturel n,
280 280
136 – un = 136 – + 4 = 140 –
2 + 68 × 0,6 n
2 + 68 × 0,6n
68 × 0,6 n
= > 0 donc un  136.
2 + 68 × 0,6n
3. a) On lit : à partir de n = 18
135,5  un  136
et à partir de n = 21
b) Pour tout entier naturel n, n  1, 135,9  un  136.
un +1 4 n+2 n 4n 4n – n –1 3n –1 b) On conjecture que la limite de un est 136.
= × =– 1 = = .
un n +1 4 n+1 n +1  n +1 n +1 4. Le niveau de la mer a augmenté pour se stabiliser avec

Or, pour tout entier naturel n, n  1, 3n – 1  0 une variation de 136 mètres par rapport au niveau à la
3n –1 u
et n + 1 > 0 donc  0 et n +1  1. dernière ère glacière, (– 13 000 ans).
  n +1 u
  n u
c) Pour tout entier n, n  1, un > 0 et n +1  1 donc u 64    1.
u
est croissante.   n
62    a)

b) On conjecture que la suite u n’est ni croissante, ni 2. b) La suite (wn) n’est ni croissante, ni décroissante. En
décroissante. effet, w0 = 1,6666 ; w1 = 1,6 et w2 = 1,625.
c) On conjecture que la limite de u est environ 655. c)  a pour valeur approchée 1,6180339887.

80

CHAP06.indd 80 01/07/11 09:14


vn + 2 vn + 1 + vn b) On conjecture que les 2 suites (u) et (v) que l’une (u) est
3. a) Pour tout entier naturel n, wn + 1 = = croissante et l’autre (v) est décroissante. Elles semblent
vn + 1 vn + 1
vn 1 d’autre part avoir une limite commune.
=1+ =1+ .
vn + 1 wn c) Pour tout n ∈ N, wn + 1 = vn + 1 – un + 1
1 +1 un + 1 – vn un + vn
b)  est donc solution de l’équation  = 1 + = = –
  2 2
⇔ 2 = 1 +  ⇔ 2 –  – 1 = 0 ∆=1+4=5 un – vn
– vn u + v
on a 2 solutions 1 =
1− 5
et 2 =
1+ 5 = 2 – n n
2 2 2 2
On peut remarquer que la suite (wn) est à termes positifs un + 3vn un + vn
comme quotient de termes strictement positifs. = –
4 2
Donc la solution 1 ne semble pas convenir car négative. un + 3vn – 2u – 2vn
1+ 5 =
Donc  = qui est le nombre d’or. 4
1 1
2
65    a) b) La suite u est croissante jusqu’au rang n = 30
=
4 1 
vn – un = wn
4
puis est décroissante. 1
Donc (w) est géométrique de raison .
1 n 4
2. a) L’algorithme détermine la première valeur de n
entier pour laquelle f (n)  f (n + 1).
d) Pour tout n ∈ N, wn = w0 × 1 
4
1 n
b) c) = (v0 – u0) 1 
4
1 n
= 1 
4
>0
donc wn est positif, pour tout n ∈ N
donc vn – un > 0
donc Mn (n ; vn) est au-dessus de Nn (u ; un), pour tout n ∈ N.
67    1. a) Pour tout entier naturel n,
E1 : tn + 1 = 0,95 tn + 50 t0 = 850
E2 : tn + 1 = 0,75 tn + 110 ; E3 : tn + 1 = 0,65 tn + 130
b)
d) L’algorithme affiche en sortie n = 30.
3. a) Pour tout réel x positif,
30 (x2 + 1 000) – 2x (30x + 50)
f’(x) =
(x2 + 1 000)2
100
– 30x2 – 100x + 30 000 1
– 3 (x – 30) x +
3 
= =
(x2 + 1 000)2 (x + 1 000)
2 2

b)
x 0 30 + ∞
f’ (x) + 0 –
2. a) E1 n’atteint pas l’objectif car (tn) est croissante.
f (x) b) E2 n’atteint pas l’objectif car (tn) est décroissante mais
tend vers 440, donc ne descend pas en-dessous de 400.
c) La suite u est donc croissante pour n compris entre 0 E3 atteint l’objectif car (tn) est décroissante et passe sous
et 30 puis décroissante à partir de n = 30. les 400 mg.L– 1 à partir du rang n = 7.
66    a) b) Il faudra que E3 applique 7 fois le traitement.
68    1. a) b) Les points Qn sont au-dessus des points
Pn donc un vn.
2. a) Pour tout entier naturel n, n ≠ 0,
 1 1
vn = n 4 + n2 = n4  1+ 2  = 1+ 2 × n 4 = n2 1+ 1 .
 n  n n
b) u0 = 0 et vo = 0.
1
c) Pour tout entier naturel n, n ≠ 0, 1 + 2 > 1
n
1 1
donc 1+ > 1 et n2  0 donc n2 1+ > n2
n 2 n
81

CHAP06.indd 81 01/07/11 09:14


donc, pour tout entier n, n ≠ 0, vn > un et v0 > u0 d) Pour tout entier naturel n non nul, An  a  Bn. Donc
donc, pour tout entier n, vn > un. A 6  a  B 6 et donc 0,3333328  a  0,3333338.
10 10
3. a) Pour tout entier naturel
n, un + 1 – un = (n + 1)2 – n2 = 2n + 1 > 0 donc u est croissante. 70    À l’étape n,
b) un > 106 à partir du rang n = 103 1 2 1 2 1 2
un > 1010 à partir du rang n = 105.
An = 1 + 2 ×
2 1  1 
+ 3 × 2 + … + n × n–1
2 2 1 
c) La suite u tend vers + ∞. Un logiciel de calcul formel affiche :
16 12n + 16
4. a) Pour tout entier naturel n, vn > un, or à partir de
n = 103, un >106 donc, à partir de n = 103, vn > un > 106.
An =
9
– 1
9 × 22n 
Pour des valeurs de n de plus en plus grandes, on conjec-
De même, à partir de n = 105, vn > 1010. 16
b) On conjecture que la suite v a pour limite + ∞. ture que An a pour limite qui est bien un format d’écran.
9
71    Soit Pn le nombre de têtes le 1er janvier 2010 + n.
P0 = 500 et pour tout n entier naturel, Pn + 1 = 0,85 × Pn + N.
À l’aide du tableur, on conjecture que pour N = 60, (Pn)
a pour limite 400.
72    Avec les mêmes notations, An est la somme des
aires des rectangles sous la courbe et Bn la somme des
aires des rectangles au-dessus de la courbe.

1 
1 1 1 1 1
An = × + +…+ +
n
1 n1  1 n2  1 n n– 1  1 nn 
2 2 2 2
1+ 1+ 1+ 1+

1 
1 1 1 1
Bn = × + +…+
n
1 n0  1 n1  1 n n– 1 
2 2 2
1+ 1+ 1+
69    1. a) A1 = 0,2 × 0,2 + 0,2 × 0,4 + … + 0,2 × 0,8
2 2 2

= 0,2 (0,22 + 0,42 + … + 0,82) On remarque graphiquement que, pour tout n ∈ N,


= 0,24. An  A  Bn. On peut traduire ces 2 calculs à l’aide d’un
b) et A2 = 0,2 × (0,22 + 0,42 + … + 12) algorithme traduit en langage scilab par exemple.
= 0,44. On trouve qu’à partir du rang n = 500, Bn – An  10–3 et
c) Donc A1  a  A2 et 0,24  a  0,44. l’encadrement correspondant de A est :
0,7848  A  0,7858
1 1 2 1 2 2 1 n–1 2
2. a) An =
n
×
n1  + ×
n 1 
n
+…+ ×
n 1 n  73    v n − un = n + 1 − n
1 1 22 (n – 1)2 12 + 22 + … + (n + 1)2
=
n 1 + +…+
n2 n2 n2  =
n3
On écrit en langage scilab l’algorithme suivant :
p=0;
1 1 2
1 2 2
1 n 2
et Bn =
n
×
n 1 
+ ×
n 1 
n
+…+ ×
n 1 
n
n = input (‘n =’) ;
while sqrt (p + 1) – sqrt (p)  10^(– n)
1 12 + 22 + … + n2 12 + 22 + … + n2
=
n 1 n2  =
n3
p=p+1;
end
b) Le logiciel montre que la somme des carrés des n afficher (‘p vaut’ + string(p))
n (n + 1) (2n + 1) Si on saisit en entrée n = 1, l’algo affiche p = 25
premiers entiers est 12 + 22 + … + n2 =
6 n = 2, l’algo affiche p = 2 500
n (n + 1) (2n + 1) (n + 1) (2n + 1)
donc Bn = = n = 3, l’algo affiche p = 250 000
6n3 6n2
On conjecture que l’on peut rendre vn – un aussi proche
1
1
et An = 3 12 + 22 + … + (n – 1)2
n  de 0 que l’on veut pour n suffisamment grand.
1 (n – 1) × n × (2 (n – 1) + 1) (n – 1) (2n – 1)
= 3 × =
n 6 6n2 Sujets d’exposés
Sujet 1 Prix concurrentiel
Sujet 2 Nombres remarquables
http://mathsetcalculs.perso.neuf.fr/Maths/racine.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/racine_carrée
1 http://fr.wikipedia.org/wiki/Pi
c) Pour tout entier naturel n non nul, Bn – An = donc,
n http://irem.univ-lille1.fr/activites/spip.php?article277
à partir du rang n = 106, Bn – An  10–6.
82

CHAP06.indd 82 01/07/11 09:14


Chapitre

7 Géométrie planes et problèmes

1. Page d’ouverture d’où M(3 ; – 1)


c
c) NB = uc si et seulement si
• Énigme ✱
{5− xN = 4
1− yN = −3
{
c’est-à-dire N
x =1
yN = 4
d’où N(1 ; 4)
C1
c
2    a) AB (6 ; 2) c
B et DC (6 ; 2)
B1 c c
b) Les vecteurs AB et DC ont les mêmes coordonnées
donc ils sont égaux donc ABCD est un parallélogramme.
C
Utilisation des hauteurs d’un triangle 3    a) uc + vc (– 1 ; – 6) b) –3uc (– 6 ; 15)
La perpendiculaire en C1 au 1er segment passant par O c) – 5uc + 2v (–
c 16 ; 23)

coupe le 2e en C. La perpendiculaire passant par O au c c c c c


4    DA c c
+ BA = CB + BA = CA   (DA = CB car ABCD
2e segment en B1 coupe le 1er en B. (CC1) et (BB1) sont des parallélogramme).
hauteurs du triangle ABC où A est le point d’intersection
5    a) vc = –3uc donc uc et vc sont colinéaires.
des deux segments. La perpendiculaire à [BC] passant
1
par O est la droite (OA). −
2 −1
b) ≠ donc uc et vc ne sont pas colinéaires.
−1 2
• Énigme ✱ ✱ 2
c) uc = 3 vc donc uc et vc sont colinéaires.
C C’ c
6    a) AB (–2 ; 1)   c c c
AC (8 ; – 4),   AC = – 4AB
c c
donc AC et AB sont colinéaires, donc A, B et C sont
B β alignés.
B’ α c
( ) 1 c
b) DE 1 ; –    AB = – 2DE
c c
2
c

donc AB et DE sont colinéaires donc (AB) // (DE).


A α D β D’ 2
7    a) d1 : y = – x + 2
A’ 3
7 5 b) (AB) : y = mx + p.
tan a =  tan b = donc les points A, B et C ne sont
3 2 y − y –2 –(–3) 1
pas alignés, ainsi que les points A’, B’ et C’. m= B A = =
xB − xA 3–(–4) 7
Ceci implique également que le triangle ACB n’est pas 1
y = x + p.
inclu dans la 1re figure alors que le triangle A’B’C’ est 7 1 17
inclu dans la seconde, autrement dit l’aire de ACD est Or A ∈ (AB) donc – 3 = (– 4) + p d’où p = –
7 7
1 17
supérieure à celle de la 1re figure alors que l’aire de A’C’D’ (AB) : y = x – .
7 7
est inférieure à celle de la 2e figure. c) d2 : y = m’x + p’.
2
d2 // d1 donc m’ = –
3
2 4
2. Vérifier les acquis C ∈ d2 donc 2 = – × (– 1) + p’ d’où p’ =
3 3
2 4
d2 : y = – x + .
1    a)  3 3
N

u
3. Activités d’approche
A
B 1. 1    a)  vc = 2uc donc uc et vc sont colinéaires.
1
j
b)  vc = cu donc uc et vc sont colinéaires.
O i 2
1
M c)  v = – cu donc uc et vc sont colinéaires.
c
c c 4
b) AM = u si et seulement
C07_fig25 si 2 3
d)  ≠ donc uc et vc ne sont pas colinéaires.
35 x 30

{x –(–1) = 4
y –2 = –3
c'est-à-dire {
x =3
y = –1 e) 
2 –1
24 36
2
= donc uc et vc sont colinéaires.
3
89

CHAP07.indd 89 18/07/11 11:08


c
2    a)  Les vecteurs u(2 ; 3) c
et v(x ; y) sont colinéaires si b) Avec une figure.
et seulement si leurs coordonnées sont proportionnelles
x y
c’est-à-dire = soit encore 3x – 2y = 0. u
2 3
Algorithme de Léa
Entrées A
Saisir x et y
Traitement j
x y
Si 2 = 3 alors O i M
Afficher colinéaires
sinon
Afficher non colinéaires E
FinSi c) Par le calcul.
–3 11
3x + 4y – 11= 0 équivaut à y =  x +  . On reconnaît
Algorithme de Darko 4 4
l’équation réduite d'une droite donc E est une droite
Entrées c
Saisir x et y passant par A telle que pour tout point M de E AM et
Traitement uc sont colinéaires.
Si 3x – 2y = 0 alors
Afficher colinéaires
sinon
4. accompagnement personnalisé
Afficher non colinéaires
FinSi 1    Sous la forme y = mx + p
3 3 3
•m= =− • y =− x + p
b) Casio −2 2 2
( 3
)
13
• p = –1 – − 2 × 5 = 2
3
• y =− x +
2
13
2
Avec la condition de colinéarité
c
• AM (x – 5 ; y + 1)
• 3 × (x – 5) – (– 2) × (y + 1) = 0
• 3x + 2y – 13 = 0
TI Sous la forme ax + by + c = 0
• 3x + 2y + c = 0
• c = – 3 × 5 – 2 × (– 1) = –13
• 3x + 2y – 13 = 0
2    1re méthode :
−1
• m = 1 = –2 • y = –2x + p
2
• p = 4 + 2 (–3) = –2 • d : y = –2x – 2
c
Avec v(2 ; 3) on obtient : COLINEAIRES 2e méthode :
c 1 ; 1) on obtient : NON COLINEAIRES c
Avec v(– • AM (x + 3 ; y – 4)
c
c) u(2 ; 3) c
et v(x ; y) sont colinéaires si, et seulement si, il 1 1
• – (x + 3) – (y – 4) = 0 • – x – y – 1 = 0
existe l ∈  tel que vc = luc 2 2
x = 2l 3e méthode :
c’est-à-dire
 y = 3l
, ce qui donne 3x – 2y = 0. 1
•–x– y+c=0
2
1 1
3    Une condition nécessaire et suffisante de colinéa- • c = – 3 + × 4 = –1 • – x – y – 1 = 0.
c c 2 2
rité de deux vecteurs u(x ; y) et v(x’ ; y’) est xy’ – yx’ = 0.
6 –(–2) 8
3    a) m = –3–5 = –8 = –1
c
2. 1    uc et AM sont colinéaires si, et seulement si,
b) (AB) : y = –x + p
leurs coordonnées sont proportionnelles, c'est-à-dire
x–1 y–2 A ∈ (AB) donc –2 = –5 + p d’où p = 3
 =  , ce qui donne 3x + 4y – 11= 0. Finalement (AB) : y = –x + 3.
–4 3
2    a) La feuille de calculs indique si le point de coor-
données (x ; y) appartient à l'ensemble E.
c 1 3
( ) c
4    a) AB − 2 ; − 4 ou encore u (2 ; 3).

90

CHAP07.indd 90 18/07/11 11:08


b) (AB) : 3x – 2y + c = 0 5. Exercices de base
( )
3 13
A ∈ (AB) : 3 − – 2 × 1 + c = 0 d’où c = 2
2
11    a) vc = 3 uc donc uc et vc sont colinéaires et l = 3.
13
(AB) : 3x – 2y + 2 = 0 b) 5 × 4 – (– 10) × 2 ≠ 0 donc uc et vc ne sont pas coli-
néaires.
c
5    a) d admet pour vecteur directeur u (5 ; 4). c) (1 – 5 ) (– 5 ) – 1 × (5 – 5 ) = 0 donc uc et vc sont
b) d et d’ ont les mêmes vecteurs directeurs donc uc est colinéaires et l = – 5 = – 5 .
1
un vecteur directeur de d’. 12    a) – 2 × 3 – 6 × 1 ≠ 0 donc uc et vc ne sont pas coli-
d’ : 4x – 5y + c = 0. néaires.
A ∈ d’ donc 4 × 1 – 5(– 1) + c = 0 d’où c = – 9. 1 –3 – 4 1
d’ : 4x – 5y – 9 = 0. b)  ×
3 71  1 

7
× = 0 donc uc et vc sont colinéaires.
4
6    a) • d passe par les points (– 3 ; 0) et (1 ; 3). 1/4 3
l=  = .
3 9 1/3 4
d:y= 4x+ 4
c) ( 53 + 1) (1 – 53 ) – (– 2) × 1 = 1 – 3 + 2 = 0 donc uc et
• d’ passe par les points (– 4 ; 2) et (2 ; – 2). vc sont colinéaires.
2 2
d’ : y = – x –
3 3 d = 1 – 53 = 53 – 1.
b) • d1 est parallèle à d, elle a donc le même coefficient –2 2
directeur. 13    a) m = – 2 ou m = 2.
3 11 b) m = 5
d1 : y = 4 x – 2
• d2 est parallèle à d’, elle a donc le même coefficient
directeur.
c
( )
4 c c 3 c
14    a) AB 4 ; 3 et AC(6 ; 2) ; AC =   AB
2
c c
2 Donc AB et AC sont colinéaires et A, B, C sont alignés.
d2 : y = – x – 4.
3 c 3
( )c
b) EF – 2 ; – 4 et EG(1 ; 1).
c = 2u,
c d et d’ sont parallèles. c c
7    1. u’ Donc EF et EG ne sont pas colinéaires et E, F et G ne sont
3 14
( )
7
2. xy’ – x’y = 4 × 3 – − (– 1) = 0.
2
pas alignés.
15    Émeline s’est trompée dans ses calculs.
d et d’ sont parallèles.
–3 –5
3. Les coefficients directeurs de d et d’ sont distincts (– 5) ×
21 
– (– 9) ×1 
6
=0
1 1
( 2  ≠ – 2 ). Donc d et d’ sont sécantes. Les points A, B et C sont donc bien alignés.
1 1
4. ab’ – a’b = – 2 × (– 2) – 5 × 5 = 1 – 1 = 0 16    a) Le programme permet de dire si uc (x1, y1) et
c
v (x , y ) sont colinéaires ou non.
d et d’ sont parallèles. 2 2
c c c c b) Sur Casio
5. IJ = IA + AC + CJ
“X” ? → X ↵
c 1c c 3c “Y” ? → Y ↵
IJ = – 4 AB + AC + 4 CA
“T” ? → T ↵
c 1c 1c 1 c c 1c
IJ = – 4 AB + 4 AC = 4 (AC – AB) = 4 BC “U” ? → U ↵
X×U–Y×T→R↵
d = (IJ) et d’ = (BC) sont parallèles.
1 If R = 0 ↵
6. Les coefficients directeurs de d et d’ sont égaux à 3 . Then “ VECTEURS COLINEAIRES” ↵
Donc d et d’ sont parallèles. Else “ VECTEURS NON COLINEAIRES” ↵
IfEnd
8    a) – 1 × 15 – 5(– 3) = 0 donc d // d’.
Sur TI
1
6 ( )( )
6
7
2 2
b) × – − – × ≠ 0 donc d  d’.
3 7
: Input “X =”, X
: Input “Y =”, Y

9    − 5 × ( – 2 ) – 2 ×1 = 0 donc d // d’.
1 5 1 : Input “T =”, T
: Input “U =”, U
:X×U–Y×T→R
10    Florent : 2 × 3 – 2 – 4 = 0 : If R = 0
2 × (– 1) – (– 2) – 4 = – 4 ≠ 0 : Then
Donc (AB) n’a pas pour équation 2x – y – 4 = 0. : Disp “VECTEURS COLINEAIRES”
Paul : (AB) n’a pas pour équation 2x – y – 4 = 0 car – 6 ≠ – 2. : Else

91

CHAP07.indd 91 18/07/11 11:08


: Disp “VECTEURS NON COLINEAIRES” c) u
: End A
c) Avec X = 1, Y = 3 et U = 3, V = 9 on obtient VECTEURS d
COLINEAIRES
Avec X = 2, Y = 1 et U = – 1, V = – 1 on obtient VECTEURS j
NON COLINEAIRES.
O i
c c
17    a) 2MA – 3MB = 0c équivaut à
c c c c c
2MA – 3(MA + AB) = 0c c’est-à-dire AM = 3AB d)
c c
Les vecteurs AM et AB sont colinéaires donc les points u
A, B et M sont alignés donc M appartient à la droite (AB).
b) j A
M
A B O i
d
18    C07_fig26
C
50 x 10
D c
22    a) u (5 ; 2)
c
b) u (0 ; –1)
c
c) u(–3 ; 2)
E c
d) u(–3 ; 0)
A B 2
23    (1) y = x + 2
c 1c c c c 3 2
a) BE = BC donc 3BE = BE +EC (2) 2x – 3y + 6 = 0 ⇔ y = x + 2
3 3
c c
d’où 2BE = EC. 9 2
c c c (3) 3x – y – 9 = 0 ⇔ y = x + 2
AD = 2 AB +AC 2 3
c c c c c 1 1 2
AD = 2(AE + EB) + AE + EC (4) – x + y – 1 = 0 ⇔ y = x + 2.
c c c c 3 2 3
AD
= 3AE + 2EB +EC (1), (2) et (3) représentent la même droite.

oc 24    a) d : 2x + y + 2 = 0
c c
d’ou AD = 3AE. 4 36
c c b) d : x – 2y + =0
b) D’après a), les vecteurs AE et AD sont colinéaires 5 5
donc les points A, D et E sont alignés, ce qui signifie 25    D C
que D ∈ (AE).
1
19    d1 : uc1(4 ; 1), m1 =
4
0
d2 : uc2(1 ; 0), m2 = = 0 F
1
d : uc (0 ; 1), pas de coefficient directeur
3 3
G
2
d4 : uc4(3 ; –2), m4 = – .
3
20    a) d : – x – 2y + 1 = 0 A E B
c
b) d’ : – 5x + 3y – 7 = 0 a) E(1 ; 0), B(2 ; 0), F(0 ; 1), D(0 ; 2), BF(– 2 ; 1)
(BF) : x + 2y – 2 = 0.
21    a) 2 2
d b) + 2 × – 2 = 0 donc G ∈ (BF)
3 3
c 1 2
u
j
c
c) DE(1 ; 2), GE  ;  1
3 3 
A c c c c
DE = 3GE donc les vecteurs DE et GE sont colinéaires
O i donc les points D, E et G sont alignés.
d) Dans le triangle ABD, (BF) et (DE) sont des médianes
passant par G donc G est le centre de gravité du triangle
b) ABD.
d u A
26    Romane a tort car les coefficients directeurs sont
10 9
j distincts : ≠ .
9 8
O i c c
27    a) AB(2 ; 2), CD(– 2 ; – 2)

92

CHAP07.indd 92 18/07/11 11:08


c c c c
AB = – CD donc les vecteurs AB et CD sont colinéaires 36    a)
donc (AB) // (CD). L
3
c c
b) AB(1 ; 2), CD 1 ; 
21  C
3 c c
1 × – 2 × 1 ≠ 0 donc AB et CD ne sont pas colinéaires
2 A
donc les droites (AB) et (CD) sont sécantes. J
I
28    d1 et d3 sont parallèles ; d2 est sécante à d1 et d3.
B
29    • 2 × 1 – 52 × 25 = 0 donc d1 et d2 sont parallèles. c c c 2c c 2 c c c
• 2 × (– 52 ) – 1 × 52 ≠ 0 donc d1 et d4 sont sécantes. b) JL = JC + CL = BC + 2AC = (BA + AC) + 2AC
5 5
• 2 × (– 2) + 58 × 52 = 0 donc d1 et d4 sont parallèles. c 2 c 12 c
JL = – AB + AC
5 5
30    a) 2 × 1 – (– 4) × (– 5) ≠ 0 donc d1 et d2 sont sécantes. c c c c 1c c 2 c c
b) – 4x + y – 6 = 0 équivaut à y = 4x + 6. IJ = IA + AC + CJ = – AB + AC + (CA + AB)
2 5
29 c 1 c 3c
2x – 5(4x + 6) + 1 = 0 donne x = – . IJ = – AB + AC.
18 10 5
29 4
y=4× – 118 
+6=– .
9
c c c c
c) JL = 4IJ donc les vecteurs IJ et JL sont colinéaires donc
Le point d’intersection des droites d1 et d2 a pour coor- les points I, J et L sont alignés.
29 4
données – 1
18 9
; . 
c) 6. Travaux pratiques
37    1.
31    a) b)
Casio TI


2
c) x + 3 = 3x – 4 ⇔ 7x = 21
3
⇔x=3
y=3×3–4=5 b) On remarque, que quelle que soit la position de M0
d’où A(3 ; 5). sur (AB), M0 = M6, M1 = M7, …
32    TA = 0,5t + 30 2. a) (AB) : y = 0 (BC) : x + y – 1 = 0
TB = 0,2t + 60 (AC) : x = 0
TA = TB ⇔ 0,5t + 30 = 0,2t + 60 ⇔ t = 100 b) (BC) : x + y – a = 0
Au bout de 1 minute 30 secondes les deux liquides seront M1(0 ; a)
à la même température. c) M2(1 – a ; a), M3(1 – a ; 0)
d) Une équation de la droite passant par M3 et parallèle
33    a) 3 × 4 – 1 × (– 1) ≠ 0 donc uc et vc ne sont pas
à (BC) : x + y – 1 + a = 0
colinéaires.
c = auc + bv.
c M4(0 ; 1 – a)
b) w
c c (5 ; 7) e) M5(a ; 1 – a), M6(a ; 0).
w (3a + b ; – a + 4b) et w
f) M0 et M6 ont les mêmes coordonnées donc M0 = M6 et
3a + b = 5 a=1
donc

– a + 4b = 7
ce qui donne b = 2 par suite M7 = M1, …
c = uc + 2v.
w c 38    1. a)
A B A et B
c = – 28uc – 1 v.
34    w c
5 5 J0 J0 + 6 J1
c c c c + ABc Le nombre de jours écoulés entre J0 et J1 pour A : 105u.
35    b) EC = ED + DC = – 2AD
c c c c 1c Le nombre de jours écoulés pour B entre J0 + 6 et J1 : 81v.
CF = CB + BF = – AD + 2 AB Le nombre de jours écoulés entre J0 et J0 + 6  :
c c c
c donc les vecteurs EC 105u – 81v = 6.
c) EC = 2CF et CF sont colinéaires
donc les points E, C et F sont alignés. En simplifiant par 3 on obtient : 35u – 27v = 2.

93

CHAP07.indd 93 18/07/11 11:08


b)
c c c c 2c c c
a)  AE = AD + DE = AD + AB (car AB = DC)
3
c 2
1  c c
d’où AE  ; 1 dans (A ; AB, AD)
3
2
(AE) : x –  y = 0
3
c c c c 3c 3
b)  AF = AB + BF = AB + AD donc F 1 ;
2 2 1 
2 3
1 –  × = 0 donc F ∈ (AE)
3 2

40    1. uc (– b ; a) est un vecteur directeur de d.


c b ; a) est un vecteur directeur de d.
u(–
d et d sécantes si, et seulement si, uc et u
c sont non co-
linéaires, ce qui se traduit par
  – ba – (– b) a ≠ 0 c’est-à-dire ab – ba ≠ 0.
2.
c) u = 7, v = 9. C
2. a) Le nombre de jours qui s’écouleront entre J0 et J1 : 9
105u = 105 × 7 = 735.
Une autre façon : 6 + 81 v = 6 + 81 × 9 = 735.
b) 735 = 24 d’
 +  365 + 31 + 29
  G
déc 2010 an 2011 janvier fév. 2012 J
2012 (année bissextile)
B
+ 31
 + 
30 + 31
 + 30
 + 31 + 31  I
mars avril mai juin juillet août 2
A
+ 30  +  31 + 30 + 11 cj
 
sept. oct. nov. déc. 0 ci 4 7
Le jour J7 est le 11 décembre 2013. d
(un mardi car 735 = 7 × 105)
a) • 7 – 9 + 2 = 0 donc C ∈ d
3. Graphiquement, on trouve (34 ; 44).
Le milieu I de [AB] a pour coordonnées (1 ; 3).
Le nombre de jours qui s’écouleront entre J0 et J2 (jour
1 – 3 + 2 = 0 donc I ∈ d.
de la prochaine conjonction) est 34 × 105 = 3 570.
d est la médiane issue de C.
3 570 – 735 = 2 835.
• – 1,5 × (– 2) + 7,5 × 4 – 33 = 0 donc B ∈ d.
L’astronome devra attendre 2 835 jours.
11 11
Le milieu J de [AC] a pour coordonnées
2 2
 ; 1 
11 11
7. Exercices d’entraînement – 1,5 × + 7,5 × – 33 = 0 donc J ∈ d.
2 2
d est la médiane issue de B.
c
39    1. M (x ; y) appartient à d si, et seulement si, AM et b) 1 × 7,5 – (– 1,5) × (– 1) ≠ 0 donc d et d sont sécantes.
uc colinéaires ce qui se traduit par
c) G (3 ; 5).
b (x – x0) – a (y – y0) = 0 soit
bx – ay – bx0 + ay0 = 0. 41  • x = 0 et y = 9
uc (a ; b) est un vecteur directeur de d donc (a ; b) ≠ (0 ; 0). • x = 5 et y = 6
Il suffit de poser a = b, b = – a et c = – bx0 + ay0 et on a • x = 10 et y = 3
d : ax + by + c = 0. • x = 15 et y = 0.
2. 42 
F D C
E
D S
C
I
R
A B A B

94

CHAP07.indd 94 18/07/11 11:08


a) (AC) : x – y = 0 c c
45    a) Dans le repère (B ; BC, BA)
(BD) : x + y – 1 = 0 1 c 3 1
1
(AI) : – x + y = 0
c
1 
AC 1 ; et AB  ;
3 2 2 1 
2 c 3 c c c
1 AB = AC donc AB et AC sont colinéaires donc
(DI) : – x – y + 1 = 0 2
2 A, B, C sont alignés.
2 1 2 2
1
b) R  ; et S  ;
3 3  3 3 1  b) Dans le triangle AAC, les droites (AB) et (AB) sont
des médianes qui se coupent en C donc C est le centre
1 c
c
1 
c)  RS 0 ; AD (0 ; 1)
3 de gravité du triangle AAC.
c 1 c c c
RS = AD donc RS et AD sont colinéaires donc les droites 46    1. a) Voir manuel élève.
3 1
(RS) et (AD) sont parallèles. De plus RS = AD. b) On peut conjecturer que les droites (DF), (GB) et (AC)
3 sont concourantes.
c c 2. a) F (a ; 0) et G (0 ; a)
43    1. AB (5 ; 6) AC (7 ; 7).
c c
5 × 7 – 6 × 7 ≠ 0 donc les vecteurs AB et AC ne sont pas b) (FD) : x + ay – a = 0
colinéaires donc les points A, B et C ne sont pas alignés. (GB) : ax + y – a = 0
c) 1 × 1 – a × a = 1 – a2 ≠ 0 (car 0  a  1)
1
1
2. a) D –  ; 0
6  donc (FD) et (GB) sont sécantes.
Les coordonnées du point d’intersection de ces deux
b) D (0 ; 1)
a a
c) D (– 1 ; – 1) droites sont 1 ;
a+1 a+1
. 
d) (AC) : y = x.
44    a) Une équation cartésienne de d passant par A
L’abscisse et l’ordonnée du point d’intersection de (FD)
(x0 ; y0) et de vecteur directeur uc (a ; b) est :
et (GB) sont égales donc ce point appartient à (AC).
bx – ay – (bx0 – ay0) = 0
Les droites (FD), (GB) et (AC) sont concourantes.
Donc a = b, b = – a et c = ay0 – bx0
2 2
Entrées
Saisir x0, y0
47    a) M – 1;–
5 5 
Saisir α, β 9 4
Traitement
c c
b) ME = BM et E – ; –
5 5 1 
a prend la valeur β 9 4
b prend la valeur – α
c prend la valeur αy0 – βx0
1 
F – ; 1 et G 0 ; –
5 51 
c 7 7 c 2 2
Sorties
Afficher a, b, c. 1
c) MF – ; , MG ; –
5 5  5 5 1 
c 7c c c
b) Sur Casio MF = – MG donc les vecteurs MF et MG sont colinéaires
2
donc les points M, F et G sont alignés.
48    1re méthode  
Notons a = AP = DR (0  a  1 = AB)
c c c c c c c
DQ = DR + RQ = aDA + AP = aDA + aAB
c c c c
DQ = a (DA + AB) = aDB.
c c
DQ et DB sont colinéaires donc les points D, B et Q sont
alignés.
Sur TI 2e méthode  
cc
Dans le repère (A ; AB, AD)
P (a, 0) R (0 ; 1 – a) (0  a  1 = AB)
Q (a ; 1 – a).
c c
DB (1 ; – 1) et DQ (a ; – a).
c c c c
DQ = a DB donc les vecteurs DQ et DB sont colinéaires
donc les points D, B et Q sont alignés.

En prenant x0 = 2 ; y0 = – 1 et a = 1, b = 1 on obtient


a = 1, b = – 1 et c = – 3.
95

CHAP07.indd 95 18/07/11 11:08


49    a) c 3 c c 3 c c
I’M =  AB équivaut à IM =  AB – I’I c’est-à-dire
Variables 2 2
a EST_DU_TYPE NOMBRE c 3 c 1 c c
IM =  AB –  AB = AB.
b EST_DU_TYPE NOMBRE 2 2
d EST_DU_TYPE NOMBRE • BCMN est un parallélogramme si, et seulement si,
e EST_DU_TYPE NOMBRE c c 1
BC = NM, ce qui donne k = – .
DEBUT_ALGORITHME 2
Si ae – db = 0 ALORS c 1 c c c c c
I’M = –  AB donc I’M = II’ c’est-à-dire IM = BA (M symé-
DEBUT_SI 2
AFFICHER ”DROITES PARALLELES” trique de I par rapport à I’).
FIN_SI
51    a) Pour la première modélisation :
SINON
DEBUT_SINON y = – 0,0411x + 109,2882
AFFICHER ”DROITES SECANTES” Pour la deuxième modélisation :
FIN_SINON y = – 0,0411x + 109,289.
FIN_ALGORITHME Julie se trompe car les deux droites n’ont pas la même
ordonnée à l’origine.
b)
Casio b) En 2050, à l’aide de la première modélisation le record
en minutes sera 25,0332 et 25,034 avec la deuxième.
Julie a raison sur son estimation mais elle ne peut re-
tenir ce résultat car aucun être humain n’est capable
d’atteindre un jour ce record.
c 4 c c c
52    a) BC =  OA donc BC et OA colinéaires donc (OA)
3
et (BC) parallèles.
c c c c
b) BC = 4BD donc BC et BD colinéaires donc B, C et D
alignés.
TI 28
c) y =  .
3 c c
d) DOAE est un trapèze si, et seulement si, OD et AE coli-
c c 34
néaires ou DA et DE colinéaires ce qui donne, m =  ou
1 3
m =  .
3
c c
a) OA(6 ; 3) and BC(8 ; 4)
6 × 4 – 3 × 8 = 0 so these vectors are collinear which
means that (OA) and (BC) are parallel.
c) Avec a = 1, b = 1, d = 3 et e = 3 on obtient DROITES c
b) BD(2 ; 1).
PARALLELES c c
8 × 1 – 4 × 2 = 0 so vectors BC and BD are collinear which
Avec a = 2, b = – 1, d = 5 et e = 7 on obtient DROITES means that points B, C and D are collinear.
SECANTES c c
c) M is on (AB) if and only if vectors AM and AB are
50    1. b) • Lorsque M = I on a M = N collinear.
c c c c
• Lorsque IM = BA on a BCMN parallélogramme AM(19 ; y – 3) and AB(– 9 ; – 3).
c c c c 25
• Lorsque IM = AB on a BCNM parallélogramme AM and AB are collinear if and only if
3
2. a) Notons I’ le milieu de [AC]. 19 × (– 3) – (y – 3)(– 9) = 0
c c
Les vecteurs I’M et AB sont colinéaires donc il existe k ∈ ℝ 84 28
1 Which gives y = =
c c
1 
tel que I’M = kAB ce qui donne M k ;  .
2
9 3
d) A trapezium has two parallel sides.
1
1 
b) N  ; k
2
c
(OD) will be parallel to (AE) if and only if vectors OD and
c
1 AE are collinear.
c) • M = N si, et seulement si k =  , c c 25
2 OD(– 1 ; 1) and AE(– ; m – 3).
c 1 c c 3
autrement dit I’M =  AB = I’I, c’est-à-dire I = M. 25 34
2 − + m −3 = 0 ⇔ m =
• BCNM est un parallélogramme si, et seulement si, 3 3
c
c c 3 (OA) will be parallel to(DE) if and only if vectors OA and
MN = BC, ce qui donne k =  . c
2 DE are collinear.

96

CHAP07.indd 96 18/07/11 11:08


c 4
c
OA(6 ; 3) and DE(–  ; m – 1)
3 1
b) I1100
m
 ; 100
6(m – 1) + 4 = 0 m = .
3 34 100
So there are two possible values for m which are  OI =   m2 + 1 .
1 3 m
and  . 100
3 c) IA = 100 53 – .
m
53    • Méthode de Claire. 2. a) On cherche la valeur de m pour laquelle AI = OI. On
(AB) : 2x – y + 7 = 0 trouve 3 5.
(CD) : 3x + y + 4 = 0 b) L’impact a lieu pour m = 53 .
11 13 y
1
K –  ;  .
5 5  c) tan a = I = 53 .
xI
• Méthode d’Angéline. p p
c c Or tan  = 53 donc a =  rad soit 60°.
A, K, B alignés si, et seulement si, AK = l  AB, l ∈ ℝ donc 3 3
K(– 3 + 4l ; 1 + 8l). 56    a) 
C
c c
C, D, K alignés donc CD(3 ; – 9) et  CK(– 2 + 4l ; 2 + 8l) sont F
colinéaires. E
11 13
1
On obtient K –  ;  .
5 5  B
A G
• Méthode de Kamel
Thomas détermine une équation des droites (GC), (BF)
et (AE).
Il cherche ensuite les coordonnées du point I intersection
des droites (BF) et (AE).
Il vérifie enfin que I appartient à (CG).
c c
b) Dans le repère (A ; AB , AC) :
c 3 2 c 3 2
41  c
1 
CG  ; – 1  ; BF – 1 ;   ; AE  ; 
3 5 5 1 
3 3
(CG) : – x – y + = 0
54    a) x représente le nombre de pièces de 2 e utili- 4 4
sées : au minimum il y en a 0 et au maximum il y en a 45. 2 2
(BF) : x + y – = 0
y représente le nombre de billets de 5 e utilisés  : au 3 3
minimum il y en a 0 et au maximum il y en a 18. 2
(AE) : y = x
On balaye toutes les valeurs entières de x et y telles que 3
la somme 2x + 5y fasse 90. 2 1
y + y – = 0 donc y =
Lorsqu’on obtient une égalité, on affiche le nombre de 3 3
3 1 1 1 1
pièces et le nombre de billets utilisés.
Il peut ensuite vérifier les résultats sur son graphique :
x = × = d’ou I  ; 
2 3 2 1
2 3 
une combinaison correspond aux coordonnées entières 1 3 1 3
– – × + = 0 donc I ∈ (CG).
d’un point de la droite d’équation 2x + 5y = 90 2 4 3 4
b) On programme l’algorithme à la calculatrice. Les droites (CG), (BF) et (AE) sont donc concourantes en I.
Casio TI
57    a) B

A C
4

α j
O I i 2,5
• piste 1 : utilisation de la trigonométrie
Après exécution, on trouve les couples : • piste 2 : choix d’un repère
(0 ; 18), (5 ; 16), (10 ; 14), (15 ; 12), (20 ; 10), (25 ; 8), (30 ; 6), b) Piste 1 :
(35 ; 4), (40 ; 2) et (45 ; 0). AI BC AI × AB
sin a = = donc OA =
OA AB BC
55    1. a) Les deux boules ont la même vitesse
AB = 2, 52 + 1, 52 = 8,5 55
(constante) donc les distances parcourues par chacune
d’elles jusqu’à la collision sont les mêmes : AI = OI. OB = OA + AB
Le triangle OAI est donc isocèle en I.

97

CHAP07.indd 97 18/07/11 11:08


c c c c c c c
2. a) AA’ = AQ + QA’ = – 2AC + AR = – 2AC + 4AB.
OB = 2, 5 × 8, 5 + 8,5 55 c c c c c c c c
AB’ = AR + RB’ = 4AB + BP = 4AB + AB – AC = 5AB – AC.
c c
1, 5 c c c c c c c c c
5 8 4 AC’ = AQ + QC’ = – 2AC + CP = – 2AC + 2CB = 2AB – 4AC.
OB = 55 + 8,5
8,5 55 = 55 =
8,5 55 .
34 c c c c c
3 3 3 b) A’B’ = AB’ – AA’ = AB + AC.
c
Piste 2 : Dans le repère (I ; i , j)c c c c c c
A’C’ = AC’ – AA’ = – 2AB – 2AC.
(AB) : 3x – 5y + 12,5 = 0 c c c c
c) A’C’ = – 2A’B’ donc les vecteurs A’C’ et A’B’ sont coli-
12,5 néaires donc les points A’, B’, C’ sont alignés.
O– 1 3
;0  c c
3. Dans le repère (A, AB, AC)
4 A(0 ; 0), B(1 ; 0), C(0 ; 1), D(0  ;  – 2), R(4  ;  0), P(2  ;  – 1),
OB = 55 .
34
3 A’(4 ;  – 2), B’(5 ; – 1), C’(2 ; – 4).
58    a) (X1 ; Y1), (X2 ; Y2), (X3 ; Y3) représentent respecti- c c c c
A’C’ = – 2A’B’ donc les vecteurs A’C’ et A’B’ sont coli-
vement les coordonnées de 3 points A, B et C. néaires donc les points A’, B’, C’ sont alignés.
(U1 ; V1) et (U2 ; V2) représentent respectivement les À l’aide d’un logiciel de calcul formel.
c c
coordonnées des vecteurs AB et AC.
En fonction de la valeur de R (nul ou non nul) on concluera
que les points A, B et C sont alignés ou non.
a)
DEBUT_SI
AFFICHER ”Les points sont alignés”
FIN_SI
SINON
DEBUT_SINON
AFFICHER ”Les points ne sont pas alignés” 9. Autoévaluation pour se tester
FIN_SINON
62    1. b)  2. b)  3. c)
59    a) Vrai. c
63    1. b) AB(7 ; – 2) Une équation de d est de la forme
Pour x = 0, 2y – 6 = 0 soit y = 3. Le point de coordonnées
–2x – 7y + c = 0.
(0 ; 3) appartient à d.
–2l + 6 Or A ∈ d donc – 2(– 2) – 7 × 3 + c = 0 d’où c = 17.
b) Vrai. Pour y = l, 3x + 2l – 6 = 0 donc x = .
3 Finalement d : – 2x – 7y + 17 = 0 ce qui est équivalent à
–2l + 6
Le point 1 3 
; l appartient à d. 2x + 7y – 17 = 0.
c) Vrai. 2. a) 2 × 2 – 1 × (– 5) ≠ 0 donc d et d’ sont sécantes.
6
3u + 2u – 6 = 0 donne u = . Le point de coordonnées 3. c) d // d’ donc d et d’ ont le même coefficient directeur :
5 5 5
6 6
1 
 ;  convient.
5 5
– . L’équation réduite de d’ est de la forme y = – x + b.
4 4
5 3
d) Faux. Or A ∈ d’ donc – 4 = – × 2 + b qui donne b = – .
4 2
Le point de coordonnées (2 ; 0) appartient à d mais son 5 3
d’ : y = – x – ce qui s’écrit encore : 5x + 4y + 6 = 0.
ordonnée n’est pas supérieure à son abscisse. 4 2
60    Si uc = 0c et vc ≠ 0c alors uc et vc sont colinéaires. Mais
on ne peut pas trouver l ∈  tel que vc = l0 = du.
c c
( ) ( )
4. b) 3 –
13
11
–2
8
11
+5=
–39 –16 + 55
11
= 0 ;

+3( ) –1=
13 8 –13+ 24 –11
Les propositions P et Q ne sont pas équivalentes. – =0
11 11 11
64    a) Fausse.  b) Fausse.  c) Vraie.  d) Vraie.
8. Mettre en œuvre une recherche 65    a) Fausse.
D
61    1. a) b) CI

A B
c
C07_fig32c 40 x 10
Dans le repère (B ; BC, BA)
( )
1 c c
I ; 0   A(0 ; 1)  D(2 ; – 2) car BD = 2AB + 2BC
2
c

c ( )1 c
AI 2 ; –1   et AD(2 ; –3)
1 c c
× (–3) – 2 × (–1) ≠ 0 donc les vecteurs AI et AD ne sont
2
pas colinéaires donc les points A, I et D ne sont pas alignés.
98

CHAP07.indd 98 18/07/11 11:08


c
b) Vrai ON(112 ; 56)
C c c
10 × 56 – 112 × 5 = 0 donc les vecteurs OB et ON sont
E colinéaires donc les points O, B et N sont alignés.

c c c C07_fig33
BD = – 2(BD + DA)
A B
30 x 15
D
c c
b) AM = 2AN donc M
d’où M(224 ; 107)
{ yM –5 = 2 × 51 {
x = 2 ×112 c’est-à-dire xM = 224
yM =107
c c
3c CM(214 ; 107) et ON(112 ; 56).
– BD = c DA. c c
214 × 56 – 112 × 107 = 0 donc le vecteur CM et ON sont
2
c c c 3c c colinéaires donc les droites (CM) et (ON) sont parallèles.
DC = DA + AC = – BD + AC.
2 c
c c c 1c 1 c 69    a) AB(– 6 ; – 5)
BE = BA + AE = – BD + AC. (AB) : – 5x + 6y + c = 0
2 3
c c c c
3BE = DC donc les vecteurs DC et BE sont colinéaires Or A ∈ (AB) donc –5 × 5 + 6 × 2 + c = 0 d’où c = 13.
donc les droites (BE) et (CD) sont parallèles. (AB) : – 5x + 6y + 13 = 0
b) d : y = – 3x + p
c) Vrai
Notons I le milieu de [BC]. ( )2
A ∈ d donc 5 = – 3 × − + p d’où p = 3
d : y = –3x + 3
3
D’après la relation de Chasles :
c c c c c c c c 2
3MA + MB + MC = 5MA + AB + AC = 5MA + 2AI c) d : y = x + p
3
Donc si un tel point existe alors nécessairement 2 22
A ∈ d donc 4 = (– 5) + p d’où p =
c + 2AI
5MA c =0 c = 2c
c donc AM 3 3
5 AI. 2
d : y = x +
22
.
3 3
Réciproquement si AM c = 2c c
c c c c 5 AI on obtient : d) AB(5 ; – 2)
3MA + MB + MC = 0 d : – 2x – 5y + c = 0
A
c ∈ d donc – 2 × 4 – 5 × (– 4) + c = 0 d’où c = – 12.
d : – 2x – 5y – 12 = 0 soit encore 2x + 5y + 12 = 0
M
e) d : – 2x + 5y + c = 0
C ∈ d donc – 2(– 3) + 5 × 2 + c = 0 d’où c = – 16.
I d : – 2x + 5y – 16 = 0.
B C
C07_fig34 30 x 25 70    a) 3 × 2 – 1 × (– 2) ≠ 0 donc cu et cv ne sont pas
66    colinéaires.
Équation Coefficient Vecteur Point
c
cartésienne directeur m directeur u A
Point
B
b) {3a –2b =1
a + 2b = 7
d1 3x + 5y – 19 = 0 –
3
(5 ; –3) (–2 ; 5) (3 ; 2) Par addition, on obtient 4a = 8 soit a = 2.
5 5
2b = 7 – 2 = 5 donc b =
d2 3x + 2y +8 = 0 –3 (–2 ; 3) (0 ; –4) (–2 ; –1) 2
2
Ainsi cw = 2uc + 5 v.
c
3 2
d3 3x – 4y + 5 = 0 + (4 ; 3) (–3 ; –1) (5 ; 5)
4

d4 2x + y – 11 = 0 –2 (–1 ; 2) (4 ; 3) (0 ; 11)


10. Exercices d’approfondissement
d5 –x + y – 2 = 0 –1 (1 ; 1) (–2 ; 0) (0 ; 2)
71    Avec un guide (1) Q
d6 x+2=0 (0 ; 1) (–2 ; 0) (–2 ; 1)
1. a)
P
d7 y–1=0 0 (1 ; 0) (0 ; 1) (1 ; 1)
C
c c c 1c 1 c M
67    a) RP = RA + AP = AC + AB.
3 4
c c c c 1c c 3c N
RQ = RA + AB + BQ = 3 AC + AB + BC
7 R
c 1c c 3 c c
RQ = AC + AB + 7 (BA + AC) A B
3
c 16 c 4 c c c
RQ = AC + AB Dans le repère (A ; AB, AC)
21 7 c c
c 16 c c c RQ(1 ; a), BC(– 1 ; 1)
b) RQ = RP donc les vecteurs RQ et RP sont colinéaires c
7 1 × 1 – a × (– 1) = 1 + a ≠ 0 (car a ≠ – 1). Les vecteurs RQ
donc les points P, Q et R sont alignés. c
et BC ne sont pas colinéaires donc les droites (BC) et
c c c c
68    a) OB = OA + OC donc OB(10 ; 5). (RQ) sont sécantes.

99

CHAP07.indd 99 18/07/11 11:08


b) (BC) : x + y – 1 = 0 c)
(RQ) : ax – y + a = 0.
Les coordonnées de P vérifient le système
x+y–1=0
 ax – y + a = 0
équivalent à
y = ax + a
 x + ax + a – 1 = 0
c’est-à-dire à
1–a
 x = 
 y = 
1+a
2a
1+a
1 – a 2a
P 1
1+a 1+a
;  .
1–a a–1 74    1. H existe si, et seulement si, d et d sont parallèles
1
2. a) M (1 ; a – 1), N ;
1+a 1+a  .
autrement dit m ≠ .
3
c 2 a–1 4
c
b) RM (2 ; a – 1) RN 1 ;
1+a 1+a  a) H 1 16
;
16m
 .
a–1 2 4m – 3 4m – 3
2× – (a – 1) × = 0 donc
16 2 16m 2
c c
1+a 1 + a
RM et RN sont colinéaires donc les points R, M et N sont
b) OH2 14m – 3  1 +
4m – 3 .
4
alignés. 2. a) m = – .
3
72    Avec un guide (2). 256 16
b) OH2 =   d’où OH = .
1. a) MA2 = x2 + (y – 1)2 = x2 + y2 – 2y + 1 25 5
MB2 = (x – 5)2 + (y + 2)2 = x2 + y2 – 10x + 4y + 29 75    L’univers est l’ensemble des triplets (a, b, c) où a,
b) M ∈d ⇔ MA = MB ⇔ MA2 = MB2 b et c sont les entiers de 1 à 6.
⇔ 5x –3y – 14 = 0 Il y a 63 = 216 résultats possibles.
2. d: x + y – 4 = 0 Il y a équiprobabilité.
3. Notons I le centre du cercle circonscrit au triangle ABC. 11
I est le point d’intersection des droites d et d. a) p(A) = .
12
13 3
I 1  ;
4 4  b) p(B) = p(Ā) = .
1
12
1 49
Son rayon est AI = 170 . c) p(C) = .
4 54
73    1. a) 5
d) p(D) = .
108
e) p(E) = 0.
76    a) Équation de la tangente à la trajectoire au point
1
(2 ; 3) : y = – x + 4.
2
Intersection de la tangente avec l’axe des abscisses au
point (8 ; 0). L’avion touchera la cible n° 8.
b) L’abscisse de l’avion permettant d’atteindre la cible
n° 2 est – 1 + 53 .
77    Cet algorithme permet de donner s’il existe les coor-
b) On peut conjecturer que les points M, F et E sont ali- données du point d’intersection de d avec l’axe des abscisses.
gnés lorsqu’on déplace O à l’intérieur du triangle A, B, C.
c = a AB
2. a) AO c + b AC.
c 78    a) 
O intérieur au triangle ABC donc a  0 et b  0. Si zA = 0 et 0 zB = 0 alors
De plus a  1 et b est strictement inférieur à l’ordonnée Afficher ”d et (AB) sont confondues”
du point de (BC) ayant pour abscisse a. Sinon
Or (BC) : x + y – 1 = 0 donc b  1 – a. Si zA = zB alors
Conclusion : 0  a  1 et 0  b  1 – a. Afficher ”d et (AB) sont parallèles”
a b b a Sinon
b) D 1 ;
a+b a+b  1
, E 0 ;
1–a 1
,F
1–b
;0 . Afficher ”d et (AB) sont sécantes”
FinSi
FinSi

100

CHAP07.indd 100 18/07/11 11:08


Notons f(x,y) = 2x – 3y + 5. 80    Les droites (AM) et (CN) sont parallèles si, et seu-
Si f(xA ; yA) = 0 = f(xB ; yB) avec A ∈ d et B ∈ d d’où (AB) = d. lement si, les points M, B et N sont alignés.
Si f(xA ; yA) = k = f(xB ; yB) avec k ≠ 0 alors A et B appar- cc
Dans le repère (J ; JI, JK) : J(0 ; 0), I(1 ; 0), K(0 ; 1), A(1 ; – 1),
tiennent à la droite d’équation 2x – 3y + 5 – k = 0 qui est B(1 ; 1), C(– 1, 1), M (a ; 0) et N(0 ; b) où a et b réels.
parallèle à d d’où (AB) // d. c – 1 ; 1), CN(1
AM(a c ; b – 1), BM c (a – 1 ; –  1), BN(–
c 1 ; b – 1).
Dans tous les autres cas d et (AB) sont sécantes. (AM) // (CN) ⇔ (a – 1)(b – 1) – 1 = 0
b) ⇔ (a – 1)(b – 1) – (– 1)(– 1) = 0
Casio TI
⇔ B, M, N alignés.
81   


Xcas


À l’aide d’un logiciel de géométrie dynamique on peut
c) Avec : conjecturer que la position des droites (MN’), (NM’) et
(AC) dépend de la somme xM + yN :
• xA = 1 ; yA = – 1 ; xB = – 4 ; yB = – 1 on obtient d = (AB)
Si xM + yN = 1 alors ces droites sont parallèles.
• xA = 1 ; yA = 1 et xB = – 2 ; yB = – 1 on obtient d // (AB) c , AD)
c si x + y ≠ 1 alors ces droites
Dans le repère (A ; AB
• xA = 1 ; yA = – 1 et xB = 1 ; yB = 1 on obtient d et (AB) sécantes. M N
sont concourantes
79    Un parallélogramme déformable. c
M(m ; 0)., N(0 ; n), M’(m ; 1), N’(1 ; n), C(1 ; 1), MN’(1 – m ; n),
1. c c
NM’(m ; 1 – n), AC(1 ; 1).
(MN’) // (N’M) ⇔ (1 – m)(1 – n) – m × n = 0
⇔m+n=1
Si cette condition est vérifiée alors
1 × (1 – m) – n × 1 = 1 – m – n = 0 donc les vecteurs MN’ c
c
et AC sont colinéaires et donc les droites (MN’) et (AC)
sont parallèles, finalement les droites (MN’), (N’M) et
(AC) sont parallèles.
Si cette condition n’est pas remplie, vérifions que (MN’),
a) p ∈[20 ; 30] (N’M) et (AC) sont concourrantes.
b) non (AC) : y = x ⇔ – x + y = 0
c) oui pour x = 6 (M’N) : (1 – n)x – my + mn = 0
2. a) p = 2(AF + AE) = 2(x + y) = 2x + 2y. (MN’) : nx + (m – 1)y – mn = 0
–(– m) – (1 – n) × 1 = m + n – 1 ≠ 0
Les triangles FDB et ACB sont en situation de Thalès
Donc les droites (AC) et (M’N) sont sécantes
donc : mn mn
FD FB
= ce qui équivaut à
x
=
15 – y
ce qui donne
en P 1m+n–1 m+n–1
 ;  
AC AB 10 15 mn mn
3x + 2y = 30. n× + (m – 1) × – mn
m+n–1 m+n–1
3
b) x = 30 – p et y = p – 30. mn
2 = [n + m – 1 – (m + n – 1)] = 0 donc P ∈(M’N)
c) L’unicité de la solution du système donne l’existence m+n–1
d’une seule position de D pour une valeur de p. Les droites sont concourantes.
3 82    Notons x le côté du petit carré et y celui du grand
30 – p = p – 30 donne p = 24.
2 carré.
x = 30 – 24 = 6 = y.
On a : 4x + 4y = 144 soit x + y = 36

101

CHAP07.indd 101 18/07/11 11:08


On a aussi : y2 – x2 = 144 c’est-à-dire (y + x)(y – x) = 144 Sujets d’exposés
soit encore y – x = 4
On trouve x = 16 et y = 20. Sujet 1 On peut trouver des informations
sur le site :
83    On peut utiliser un algorithme.
Casio TI du CRDP de Reims :
http://www.crdp-reims.fr/ressources/brochures/
mathslyc_t2/droite_simson20.htm
de la bibliothèque des mathématiques (Bibm@th) :
http://www.bibmath.net/dico/index.php3?action=
affiche&quoi=./s/simson.html
de Villemin Gérard :
http://villemin.gerard.free.fr/GeomLAV/Triangle/
Xcas Propriet/DrSimson.htm

Sujet 2 On peut trouver des informations


sur le site :
wikipedia
On obtient x = 54 281 et y = 10 052 http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Géométrie_(Descartes)
maths histoire
http://mathshistoire.blogspot.com/2008/03/
lhistoire-de-la-gomtrie-analytique.html

102

CHAP07.indd 102 18/07/11 11:08


Chapitre

8 Trigonométrie et problèmes

1. Page d’ouverture 5    a) sin π = 2 b) sin c - 4 m = - 2 .


π 2
4 2
• Énigme ✱ 13π π 1
c) sin 6 = sin 6 = 2
π 2π
a=4× =
6 3 6    a) J A π b) J
9  3 
1 π π
b= × = α 1
3 6 18 β 4 O 2 O
L’angle formé par les deux aiguilles 8 I I
3
2π π 13π
est + = , soit 130°. π 2
π
3 18 18 B – 4π
B A–
S 3
• Énigme ✱ ✱ 3 3
c) π
J A
tan a = 0,126 α  2
a  0,125 rad 1m
O
I
B
12,6 cm S’
π
B –
α 400 400 2
sin = ,
2 R A B
400
R= α  6 387 km.
sin
2 R 3. Activités d’approche
1    a)  L’amer C est relevé à 50° et l’amer P à 320°.
 a pour mesure 40 + 50 = 90°.
b) L’angle PBC
O
2  N N
2. Vérifier les acquis P 32° 31° C

1   
J π
A N
 3

O 60°
I B
135°


3π a) La longueur du cercle  est égale à 2π.
B
4  π π
b) AOB intercepte un arc de × 90 = ;
180 2
2    a) 6 - c - 6 m = 2π donc π et - 11π ont le
π 11π 
AOC intercepte un arc de π π
× 30 = ;
6 6 180 6
même point image sur .  intercepte un arc de π × 120 = 2π .
π 13π 3π π 13π AOD
b) 8 - 8 = - 2 donc 8 et 8 n’ont pas le même 180 3
point image sur .
π 11π π 11π c) On a le tableau de proportionnalité :
c) - 4 - 4 = - 3π donc - 4 et 4 n’ont pas le même
point image .  180 ° a
Mesure en degrés de AOM
3    a) - 3π + k 2π où k ∈. Longueur de l’arc π 
4 π
b) Il s’agit du nombre réel - 3 .
4    a) cos π = 1

3 2
π 1
( )
π 3
b) cos − 6 = 2 Donc :  = π et  = π × a.
a 180 180
c) cos 3 = cos 3 = 2
103

CHAP08.indd 103 18/07/11 11:58


( π2 + x ) = –sin x = – 35
d)
e) cos

sin ( + x ) = cos x =
Mesure en degrés de AOM 30 ° 45 ° 60° 90°
π 4
 π π π π 2 5
Mesure en radians de AOM
6 4 3 2 7    Léa donne une valeur approchée de l’une des

solutions.
1
Dans ]–π ; π], l’équation sin x = – a deux ­solutions :
4. Accompagnement personnalisé 5π π 2
– et – .
1    6 6
J π
 π 3 8    Gaspard a oublié de mettre sa calculatrice en mode
2 3
4 2 
2
radians.
1 π 2
6 Dans ]–π ; π], l’équation sin x = – a deux­
2 2
π 3π
solutions : – 4 et – 4 .
O I I
2 O 1 3
2 2 2
2    a) sin
π
= 1 b) cos π = –1 c) cos 0 = 1 5. Exercices de base
2
3π π
d) sin = –1 e) cos = 0 9    2π
2 2 J 5
c c π c c π  π
3    (DA ; DC) =  ; (AE ; AD) = – . 4
2 3 5π
c c c c π 6
(BD ; CD) = (BD ; BA) = .
4
c c c c c c π I
(DB ; DE) = (DB ; DA) + (DA ; DE) O
( )( )
π π
= − 4 + − 3 = – 12

– 3π
c c
4    a) (OE ; OD) = –
2π c c
b) (OA ; OC) =

. 4 –π
5 5 3
c c c c 3π 13π π 5π π 7π
c) (BO ; AB) = (BO ; BA) + π = +π= . 10    a) – + 2π = et – – 2π = – .
10 10 3 3 3 3
c c c c c c 2π
d) (DE ; AB) = (DE ; EA) + (EA ; AB) b) + k 2π avec k ∈ .
2π 2π 4π 3
= 5 + 5 = 5 π 13π
11    a) –
π 13π
= – 2π, et ont le même point
6 6 6 6
5    1. sin – ( )
π
6
π
= –sin 6 = –
1
2
image sur .
π 11π π 11π
cos π( )

π π
6 = –cos 6 = – 2
3 b) – –
4 4
point image sur .
= – 3π, – et –
4 4
n’ont pas le même

( ) π
sin π – 6 = sin 6 =
π 1
2
π
c) – – –
3 1
13π
3 
π
= 4π, – et –
3
13π
3
ont le même point
2. a) cos (π + x) = –cos x ; sin (π + x) = –sin x image sur .
( )π
( )
π
b) cos 2 − x = sin x ; sin 2 − x = cos x π
12    a) rad b) 165°

( ) ( )
9
π π π π π 3π
c) cos + x = –sin x ; sin + x = cos x 13    a) b) c) d)
2 2 6 4 3 4
270 °
4 14    a) 90 ° b) 180 ° c) 150 ° d)
6    a) cos (–x) = cos x = π
5
3  = 180 × t = 30 × t en degrés.
15    a) AOP
sin (–x) = –sin x = – 5
4 6
b) cos (π – x) = –cos x = – 5  = π × t en radians.
AOP
3 6
sin (π – x) = sin x = 5  180 × (12 – t)
4 b) AOP = = 30 (12 – t) en degrés.
c) cos (π + x) = –cos x = – 5 6
3  = π (12 – t) en radians.
AOP
sin (π + x) = –sin x = – 5 6
( )π
d) cos 2 − x = sin x = 5
3 π 3π
16    A est l’image de , B l’image de , C l’image
4 4
( )
π
sin 2 − x = cos x = 5
4 5π
de et D l’image de .
4

4
104

CHAP08.indd 104 18/07/11 11:58


17    1. B 24    a) (vc ; u) c = π.
c = – (uc ; v)
C 6
c c c c π
b) (– u ; – v) = (u ; v) = – .
6
c = (uc ; v)
c) (uc ; – v) c + π = 5π .
A 6
O c c c c c c
25    (AC ; AD) = (AC ; AB) + (AB ; AD)
D π 5π
 = +
12 12
π
c c π c c π = .
2. a) (OA ; OB) = b) (OD ; OA) = 2
3 6 Donc le triangle ACD est rectangle en A.
c c 3π π 5π
c) (OB ; OC) = – = . c c c c c c c c
4 3 12 26    (AB ; DE) = (AB ; BC) + (BC ; CD) + (CD ; DE)
c c π
18    a) (IA ; ID) = – c c c c π c c 6π
2 Or (AB ; DE) = 0, (AB ; BC) = , (BC ; CD) = ,
c c 3 5
b) (IB ; ID) = π c c π 6π 23π 7π
donc (CD ; DE) = – – =– ou .
c c c c π 3 5 15 15
c) (IB ; CI) = (IB ; IA) = – c c 7π 8π
2 Alors (DE ; DC) = π – = .
c c π c c 2π 15 15
19    a) (OD ; OE) = b) (OF ; OD) = – 5π 1 5π
3 3 27    a) cos = , sin =– 3.
c c c c 2π 3 2 3 2
c) (BO ; OA) = (OE ; OA) =
3 5π 5π 1

c c c c 2π
d) (BC ; DE) = (FE ; DE) =
b) cos – 1 6 =–
2
3
1
, sin – 
6
=– .
2
3 3π 2 3π 2
20    a) • OA = 2 et (OIc c
; OA) =
π c) cos – 1 4 =–
2 1
, sin –
4 =–
2
.
2
c c 3π 13π 13π 1
• OB = 3 et (OI ; OB) = d) cos = 3 , sin = .
4 6 2 6 2
c c 5π 9π 2 9π 2
• OC = 5 et (OI ; OC) = 28    a) cos = , sin = .
4 4 2 4 2
c c 3π
• OD = 3 et (OI ; OD) = 11π 11π 1
2 b) cos = 3 , sin =– .
c c 7π 6 2 6 2
• OE = 4 et (OI ; OE) =
4 71π 1 71π 3
b) c) cos = , sin =– .
3 2 3 2
5π 2 5π 2
d) cos – 1 4 =–
2
, sin –1 4 =
2
.
π 9π 2π 3π
J 29    1. a) π – = b) π – =
10 10 5 5
O I 2π 8π 4π 6π
4 c) 2π – = d) 2π – = .
5 5 5 5
2.
π 2π 2π π
a) A = cos
10
+ cos
5 1
+ cos π –
5 1
+ cos π –
10 
π 2π 2π π
F = cos + cos – cos – cos
10 5 5 10
21    Il s’agit de l’écriture b) car = 0.
2π 4π 6π 8π
47π π π b) B = sin + sin + sin + sin
= 2 × 2π – et – π  –  π. 5 5 5 5
12 12 12 2π 4π 4π 2π
5π 3π 3π = sin + sin – sin – sin
22    a) =– + 2π et – π  –  π. 5 5 5 5
4 4 4 = 0.
4π 2π 2π
b) – = – 2π et – π   π. π π
3 3 3 30    1. sin2
= 1 – cos2
10π 2π 2π 5 5
c) – = – 4π et – π   π. 5 +1 2
3 3 3
23    a) 135π = π + 67 × 2π et – π  π  π.
=1–
4 1 
5– 5
185π 5π 5π =
b) = + 15 × 2π et – π   π. 8
6 6 6 π π π π 5− 5
17π 9π 9π Or 0   donc sin  0 et sin = .
c) =– + 2π et – π  –  π. 5 2 5 5 2 2
13 13 13

105

CHAP08.indd 105 18/07/11 11:58


4π π π π
2. a) = π – donc b) L’équation s’écrit sin x = sin . Les solutions sont
5 5 5π 6 6
4π π 4π π et .
cos 1 
5
= – cos et sin
5 5 1 
= sin
5
6
4π 4π 4π 4π
1 
b) cos –
5
= cos
5
et sin –1 5 
= – sin
5 35    1. a) Les solutions sont –
π
6

et – .
6
6π π 5π 5π
c) = π + donc b) Les solutions sont et – .
5 5 6 6
6π π 6π π π π
cos = – cos et sin = – sin c) Les solutions sont – et .
5 5 5 5 2 2
3π π π 2. On vérifie à l’aide de la calculatrice.
d) = – donc
10 2 5
3π π 3π π
cos = sin et sin = cos
10 5 10 5
31    a) J
6. Travaux pratiques

36    1.
π–x x
C
I
O – 5π
π+x 2π – x 6 –π
E 3
D
b) A = sin x + sin (π – x) + sin (π + x) + sin (2π – x) –π π
3 2
= sin x + sin x – sin x – sin x
F A B
=0

32    1. J c c c c c c c c
2. a) (AB ; DE) = (AB ; AC) + (AC ; DC) + (DC ; DE)
 π 5π 5π
= + +
2 3 6
= 3π.
3/4 c c
I AB, DE sont colinéaires donc les droites (AB) et (DE) sont
O
parallèles.
c c c c c c c c
b) (AB ; DF) = (AB ; AC) + (AC ; DC) + (DC ; DF).
M c c c c
Or (DC ; DF) = π + (CD ; DF)
π
=π+
7 4π 3
2. a) sin2 x = 1 – cos2 x = . = .
16 3
π 7
 2 
x ∈ – ; 0 donc sin x  0 et sin x = –
4
. c c π 5π 4π
Alors (AB ; DF) = + +
2 3 3
3
b) cos (– x) = cos x = . π
4 = + 3π.
2
7 Donc les droites (AB) et (DF) sont perpendiculaires.
c) sin (π – x) = sin x = – .
4
3
d) cos (π + x) = – cos x = – . 37    1. On conjecture que b = a.
4 c c c c c c c c
π 3 2. (AB ; CD) = (AB ; OA) + (OA ; OC) + (OC ; CD).
2  
e) sin – x = cos x = .
4 c c
Or (AB ; OA) = –
2π c c 2π
et (OC ; CD) =
π 7 c c 3c c 3
 
f) cos + x = – sin x =
2 4
. donc (AB ; CD) = (OA ; OC).

33    1. a) M est le point image des nombres réels 38    1. a)


π
+ k 2π avec k ∈ .
4 x 1,6 3,5 12,4 – 2,3 – 3,9 – 15,6
π
b) N est le point image des nombres réels – + k 2π
4 Valeur
avec k ∈ . 1,6 – 2,8 – 0,17 – 2,3 2,4 –3
 
affichée
π π
2.  = – + k 2π, + k 2π k ∈  .
4 4

(valeurs arrondies au dixième)
π 5π
34    a) M est le point image de π – = et N est le
π 6 6 b) L’algorithme affiche la mesure principale d’un angle
point image de . de mesure x.
6
106

CHAP08.indd 106 18/07/11 11:58


2. Voici le programme écrit avec AlgoBox. 3π 3π
2. a) Les solutions sont – et .
VARIABLES 4 4
3π 5π
x EST_DU_TYPE NOMBRE b) Les solutions sont et .
4 4
DEBUT_ALGORITHME
c) Les solutions sont les nombres réels :
LIRE x
3π 3π
SI (x>=0)ALORS – + k 2π et + k 2π avec k ∈ .
DEBUT_SI
4 4
TANT_QUE (x>Math.PI) FAIRE 41    1. a) On réalise la figure avec un logiciel de géo-
DEBUT_TANT_QUE métrie.
x PREND_LA_VALEUR x-2*Math.PI
b) On conjecture que le triangle CMP est rectangle
FIN_TANT_QUE
FIN_SI isocèle en P.
SINON 2. a) et b) M et N sont symétriques par rapport à la droite
DEBUT_SINON (CA) donc :
c c c c
TANT_QUE (x<=-Math.PI) FAIRE CM = CN et (CM ; CA) = (CA ; CN).
DEBUT_TANT_QUE N et P sont symétriques par rapport à la droite (CB) donc :
x PREND_LA_VALEUR x+2*Math.PI c c c c
CN = CP et (CN ; CB) = (CB ; CP).
FIN_TANT_QUE c c c c c c c c
FIN_SINON
c) (CM ; CP) = (CM ; CA) + (CA ; CB) + (CB ; CP)
c c c c c c
= (CA ; CN) + (CA ; CB) + (CN ; CB)
AFFICHER x c c
= 2 × (CA ; CB)
FIN_ALGORITHME c c π c c π
Or (CA ; CB) = donc (CM ; CP) = .
4 2
c c π
d) D’après 2. a) CM = CP et d’après 2. c) (CM ; CP) =
2
donc le triangle CMP est rectangle isocèle en P.
7. Exercices d’entraînement
42    a) (2 sin x + 53 ) (cos x – 1) = 0 équivaut à
39    1. a) et b) 3 π
J
sin x = –
2 1 
ou cos x = 1, c’est-à-dire : sin x = sin –
3
 ou cos x = cos 0.
M2 M b) Les solutions de l’équation (E) sont les nombres réels :
π 4π
– + k 2π, + k 2π et k 2π avec k ∈ .
I 3 3
O π
M1 43    1. a) L’équation (E) s’écrit cos 3x = cos .
M3 2
x est solution de (E) si, et seulement si, il existe k ∈  tel
π π
c) cos (– x) = cos x, sin (– x) = – sin x, que 3x = + k 2π ou 3x = – + k 2π.
2 2
cos (π – x) = – cos x, sin (π – x) = sin x, b) Les solutions de (E) sont les nombres réels :
cos (π + x) = – cos x, sin (π + x) = – sin x. π 2π π 2π
+k et – + k avec k ∈ .
π 1 π 3
1 
2. • cos – = , sin – = –
3 2 3 1  2
6
2. a)
3 6 3
J
2π π 2π 1 2π 3 M1
• = π – donc cos = – et sin = M0
3 3 3 2 3 2
I
4π π 4π 1 4π 3 O
• = π + donc cos = – et sin =–
3 2 3 2 3 2 

M2
40    1. a)
J π 2π
3π b) Non, car tout nombre réel x = +k avec k entier
 6 3
4 relatif a pour point image l’un des points M0, M1 ou M2.
3. N 2
I J
–2 O 
2
O
–3π I
4
3π N1 N0
b) a = .
4

107

CHAP08.indd 107 18/07/11 11:58


4. a) Les solutions de (E) dans [0 ; 2π[ sont : b) The area of the disc is 4π also, and the area of a sector
π π 5π 7π 3π 11π is proportional to its angle so the area is 4.6 cm².
, , , , , .
6 2 6 6 2 6 c c π
b) Les solutions de (E) dans ]– π ; π] sont : 48    a) (BD ; BA) = .
5π π π π π 5π 3
– ,– ,– , , , . b) Le triangle OAB est équilatéral.
6 2 6 6 2 6 c c π
c) (AC ; AD) = .
6
44    a) Il s’agit de la relation de Chasles. c c π
d) (CA ; CD) = – .
c c π c c π 3
b) (AC ; AB) = – et (AB ; AD) = – . c c 2π
4 2 e) (OD ; OA) = .
c c c c 3
c) AD  =  BE et   FG =   EH d’après les hypothèses donc c c c c π
c c c c f) (BO ; OC) = (OD ; OC) = – .
(AD ; FG) = (BE ; EH). 3
c c c c c c
(BE ; EH) = (BE ; EB) + (EB ; EH) 49    a) La proposition est vraie d’après la définition
π
=π– du cosinus.
3
2π b) La proposition est fausse car pour tout nombre réel
= .
3 x, – 1  sin x  1.
c c 2π
Donc (AD ; FG) = . c) La proposition est fausse. L’équation cos x = 0,24
3
c c π π 2π π admet une infinité de solutions.
d) Finalement (AC ; FG) = – – + =– .
4 2 3 12 d) La proposition est vraie d’après la définition du cours.
45    a) Dans le triangle rectangle PAH : e) La proposition est vraie, il s’agit d’une formule du
x AH cours.
sin 40° = et cos 40° = donc
AP AP f) La proposition est fausse, il existe des nombres x réels
cos 40° AH cos 40°
= et AH = x. tels que cos x = – 1 et cos x = 1.
sin 40° x sin 40°
De même dans le triangle rectangle PBH :
cos 60°
BH =
sin 60°
x. 8. Mettre en œuvre une recherche
b) AH + BH = 5 donc 50    1. On énonce la conjecture : les points D, E et F
cos 40° cos 60°
x  +
sin 40° sin 60°  = 5. sont alignés.
2. Avec les angles orientés, on peut obtenir :
5 c c c c
x= (ED ; EF) = π ou (DE ; DF) = 0.
cos 40° + cos 60°
sin 40° sin 60° Avec les vecteurs, on démontre par exemple que les
c c
vecteurs DE et DF sont colinéaires.
x ≈ 2,826 km
Avec les coordonnées, on détermine une équation de
46    Dans les deux raisonnements, l’intervalle dans
la droite (DF) puis on démontre que E appartient à cette
lequel l’équation est résolue n’est pas précisé. droite.
1 1
47    1. sin2 x = 0,25 équivaut à sin x = ou sin x = – . 3. a) • AED est un triangle isocèle en A, BEF est un triangle
2 2
rectangle isocèle en B.
Les solutions de l’équation dans [0 ; 2π] sont :
π 5π 7π 11π c c 5π c c π
• (ED ; EA) = et (EB ; EF) = .
, , et . 12 4
6 6 6 6 c c c c c c c c
b) (ED ; EF) = (ED ; EA) + (EA ; EB) + (EB ; EF)
2π × 4,6
2. a) θ = = 2,3 rad. 5π π π
4π = + +
b) La surface du secteur est : 12 3 4
4π × 2,3 = π.
S= = 4,6 cm2. Donc les points D, E et F sont alignés.

( )2
1. sin x = 0, 25 ⇔ sin x = 0.5 or sin x = − 0.5. c c
4. Dans le repère (D ; DA, DC), F a pour coordonnées
π 5π 1 3
sin x = 0.5 iff x = or x = .
6
11π
6

2 ; 1 + 2 . Une équation de la droite (DF) est :
sin x = – 0.5 iff x = or x = .
6 6 y = (2 + 53 )x.
 π 5π 7 π 11π  3 1
So the four values are  ; ; ;
6 6 6 6 
. Le point E a pour coordonnées 1 –  2 2 
; , E est un
2. a) The perimeter of the circle is 4π, corresponding to point de (DF) car :
1 3
an angle of 2π.
The length of the arc is proportional to the angle, 2 
= (2 + 53 ) 1 –
2  .

θ 2π Ainsi D, E et F sont alignés.


so = and θ = 2.3 radians.
4.6 4 π
108

CHAP08.indd 108 18/07/11 11:58


9. Autoévaluation pour se tester Se préparer au contrôle
QCM 55    a) Un angle de 144° mesure en radians :
π ×144 4π
= .
51    1. ADC est rectangle isocèle en D, d’après l’orien- 180 5
c c π c c π π
tation : (AC ; AD) = 4 donc (AB ; AC) = 4 . b) Un angle de 9 rad mesure en degrés :
ACB est isocèle en A, d’après l’orientation : 180°

( )
1 π 3π
= 20°.
c c 9
(CA ; CB) = 2 π – 4 = 8 c c
56    a) (AC ; AB) = –α.
La réponse exacte est c). c c c c
31π π π b) (CA ; BA) = (AC ; AB) = – α.
2. = 4 × 2π – 4 et –π  – 4  π. c c c c
4 c) (AC ; BA) = (AC ; AB) + π = π – α.
La réponse exacte est c). 57    a) D’après la relation de Chasles, cette somme est
3. cos − ( )

6
= cos ( )

6 ( )
= cos π −
π
6
égale à 0.
π π c c π 3π
π 3 b) Donc 2 + 3 + (CD ; DE) + 6 + 4 = 0,
= –cos = – 2 c c 7π π c c 3π
6
( )
sin −

6
= –sin ( )
π

6
1
( )
= –sin π −
π
6
(CD ; DE) = 2π – 4 = , d’où (DE ; DC) = 4 .

58    a)
47π
4
π π
= 6 × 2π – 4 et –π  – 4  π, la
= –sin = – 2 4
6 π
c c est – .
mesure principale de (u ; v)
La réponse exacte est b). 4
b) – 431π = –216 × 2π + π et –π  π  π, la mesure prin-
52    1. La mesure en radians d’un angle de 108° c c est π.
π 3π cipale de (u ; v)
est : 180 × 108 = 5 .
La réponse exacte est a).
( ) ( )
59    a) cos −
π π
12 = cos 12 =
6+ 2
4
1
( )
π
2. L’équation sin x = – 2 s’écrit sin x = sin – 6 .
11π
( ) π
b) cos 12 = cos π – 12 = –cos 12 = –
π 6+ 2
4
La réponse exacte est c).
2 π
13π
( ) π
c) cos 12 = cos π + 12 = –cos 12 = –
π 6+ 2
4

( )
3. L’équation cos x = 2 s’écrit cos x = cos 4 . 7π π π π 6+ 2
La réponse exacte est b). d) sin 12 = sin 2 + 12 = cos 12 = 4
5π 5π
60    1. a) Les solutions sont –
6 et 6 .
Vrai – Faux
b) Les solutions sont les nombres réels :
c c π 5π 5π
53    a) (BC ; BA) =
6 est vraie. – 6 + k2π et 6 + k2π avec k ∈ .
c c π c c π π 5π
b) (AB ; AH) = 3 et (CA ; CH) = 3 donc l’affirmation est vraie.
c c π 2. a) Les solutions sont – 6 et – 6 .
c) (AB ; CA) = – 2 , l’affirmation est fausse.
c c π 2π b) Les solutions sont les nombres réels :
d) (AH ; BA) = π – 3 = 3 , l’affirmation est fausse. π 5π
c c π 3π – 6 + k2π et – 6 + k2π avec k ∈ .
e) (AH ; CB) = – 2 ou , l’affirmation est vraie.
2
54    a) La mesure en degrés d’un angle de
π 180°
12   rad est  : 12 = 15°. L’affirmation est vraie. 10. Exercices d’approfondissement
35π 11π 11π
b) – 12 = –2π – 12 et –π  – 12  π.
π π 2π
11π 61    a) = – ,
La mesure principale est – 12 . L’affirmation est fausse. 10 2 5
π π 2π 2π –1
c) sin (5π – x) = sin (4π + π – x) = sin (π – x) = sin x. sin1 
10
= sin1 –
2 5  = cos 1 
5
= 5
4
.
L’affirmation est vraie. π
1 
( ) ( )
π b) L’équation s’écrit : sin x = sin – , dans [0 ; 2π], elle
π 11π 19π 10
d) cos x – 2 = cos 2 – x = sin  x. L’affirmation est a pour solutions et .
fausse. 10 10
π π
e) L’affirmation est vraie, la seule solution est π.
π
1 4
62    a) cos 2x = cos x + équivaut à 2x = x + + k 2π
4
f) L’affirmation est fausse, les solutions sont ou 2x = – x – + k 2π avec k ∈ .
π 3π 4
– 4 et – . Les solutions sont donc les nombres réels :
4 π π 2π
x = + k 2π et x = – + k avec k ∈ .
g) L’équation n’a pas de solution dans R car pour tout 4 12 3
nombre réel x, –1  sin x. L’affirmation est fausse.
109

CHAP08.indd 109 18/07/11 11:58


b) c c c
7π b) Les coordonnées du vecteur OA  + OB + OC sont
12 J π nulles donc
2π 4π
1  1 
 4 cos x + cos x + + cos x + = 0 et
3 3
2π 4π
O
I
π
1
sin x + sin x +
3 
+ sin x +1 3
= 0. 
– π
12 3. On applique les égalités précédentes avec x = .
5π 9
4
66    1. J M1
63    1. sin 3x = sin (x + π) équivaut à 3x = x + π + k 2π
M2
ou 3x = π – (x + π) + k 2π avec k ∈ .
Les solutions de l’équation sont donc les nombres réels O
M0
π π I
x = + kπ et x = k avec k ∈ , c’est-à-dire les nombres
2 π 2
réels : x = k avec k ∈ .
2 π π M3

π
1
2. a) sin 4x = sin x –
2 
équivaut à 4x = x – + k 2π ou
2 M4
1
4x = π – x –
2 + k 2π avec k ∈ .
2. a) Mk + 5 est le point image du nombre réel
Les solutions sont donc les nombres réels :
π 2π 3π 2π 2π 2π
x=– +k et x = +k (k ∈ ). (k + 5) =k + 2π donc Mk + 5 et Mk sont confondus.
6 3 10 5 5 5
b) π b) Tout entier relatif k peut s’écrire k = 5q + r où q ∈ 
7π 2 3π
10 10 et r prend l’une des valeurs 0, 1, 2, 3 ou 4.
Mk est alors confondu avec Mr.
3. On a :
11π 19π OM0 = OM1 = OM2 = OM3 = OM4 et
10 10 c c c c c c c c
7π – π6 (OM0 ; OM1) = (OM1 ; OM2) = (OM2 ; OM3) = (OM3 ; OM4)
6 c c 2π
3π = (OM4 ; OM0) = ,
2 5
donc M0M1 = M1M2 = M2M3 = M3M4 = M4M0.
c c
64    1. a) (MA ; MB) = 0. 8π 2π
4. M4 est le point image du nombre réel 2π – =–
M 5 5
donc M1, M4 sont symétriques par rapport à l’axe des
A B
c c abscisses.
b) (MA ; MB) = π.
M3 est le point image du nombre réel
M 6π 4π
2π – = donc M2 et M3 sont symétriques par rapport
A B 5 5
c c π c c π à l’axe des abscisses.
2. a) (NA ; NB) = . b) (NA ; NB) = – .
2 2
67    1. H étant le pied de la hauteur issue de M dans le
N
triangle IOM, l’aire de ce triangle est :
π
1 1
2
B
OI × MH = sin x.
A B A 2 2
–π c c π
2 2. a) (OM ; ON) = – 2x.
2
b) L’aire du triangle OMN est égale à
N
1 π 1
 = 1 BOC  = π,
2
sin1 2 
– 2x = cos 2x.
2
65    1. BAC 3. a) L’aire du polygone OIMNJ est donc égale à
2 3
1
CBA = 1 COA = π et ACB = 1 AOB
    π
=
sin x + cos 2x.
2 π
2 3 2 3 π 1 π 3
b) Pour x = , elle est égale à : sin + cos = .
donc le triangle ACB est équilatéral. 6 6 2 3 4
c c c
2. a) (OB + OC) = 2 OI où I est le milieu de [BC]. O est aussi π
c 1 c c c
68    1. CDE est isocèle et (DE ;
le centre de gravité du triangle ABC donc OI = – OA. DC) = ,
c c c c 2 6
Finalement OA + OB + OC = O. c c 5π c c π
donc (CD ; CE) = . Ainsi (CE ; CB) = .
12 12
110

CHAP08.indd 110 18/07/11 11:58


1
2. ECB est isocèle donc CH = . 70    1. a)
2
3 2− 3
EH = 1 – = et CE = EH2 + C2
2
2 2 a 0 0 0,78
7− 4 3 1 b 3,14 1,57 1,57
donc CE2 = + = 2 – 53 , CE = 2− 3.
4 4
b–a 3,14 1,57 0,79
3. Dans le triangle rectangle CEH :
m 1,57 0,78 1,17
2+ 3
π CH 1
a) cos = = = ; cos m 0 0,71 0,39
12 CE 2
2 2− 3
b) Le programme affiche un encadrement a  a  b
π EH 2 – 53 2− 3 de la solution a de l’équation cos a = u qui se trouve
b) sin = = = ;
12 CE 2 dans [0 ; π].
2 2− 3
(u est un nombre réel compris entre – 1 et 1).

1 
2
2+ 3 c) L’encadrement affiché est tel que b – a  0,1. Cette
2 + 53
4. = et condition peut être modifiée, on peut ainsi obtenir des
2 4
valeurs approchées de a à une précision voulue.
( ) ( )
2
 3 +1 2  4+2 3 ×2 2+ 3
  = . 2. b) Par exemple :
=
 4  16 4 • u = 0,5 ; a = 1,0469419 ; b = 1,0477089
  La calculatrice donne 1,0471976
Les deux nombres ont le même carré et sont positifs, ils • u = 0,1 ; a = 1,4703206 ; b = 1,4710876
sont donc égaux.
On démontre de même que
2− 3
=
3 −1 2
.
( ) La calculatrice donne 1,4706289.
71    AMC est un triangle isocèle en M, en effet le plan
2 4
5π π médiateur de [AC] est (BDH) et M est un point de ce plan
5. =π– donc
12 12 donc MA = MC. M
5π π 2+ 3 a AI
cos = – cos =– et sin = , or
12 12 2 2 AM α
1 2 2
2− 3 AI = AC = donc
5π π 2 2
sin = sin = .
12 12 2 a 2
sin = .
2 2AM A I C
1 π 5π a π
69    1. a) L’équation cos x = a pour solutions et a est un angle géométrique donc 0   ,
2 3 3 a 2 2
dans [0 ; 2π[. a est maximal si, et seulement si, est maximal, c’est-
b) et c) a 2
J π à-dire sin est maximal.
a 2
3 sin est maximal lorsque la distance AM est minimale,
2
c’est-à-dire lorsque M est le projeté orthogonal K de A
O I
cos x sur (HB).
H
1 a 2
 5π Alors sin = ,
2 2 2AK
3 θ
AK 1
sin θ = = donc
d) Dans [0 ; 2 π], l’ensemble des solutions de l’inéquation 52 53
1 π 5π
cos x  est
2 
3 3
; .  AK =
2
. Enfin K
2.
J 3 A B
a 3 2π
π sin = et a = .
5π 2 2 3
6 6
I 72    On résout l’équation :
O
2 sin2 x + sin x – 1 = 0.
On pose X = sin x, on résout :
2 X2 + X – 1 = 0.
Dans [0 ; 2π], l’ensemble des solutions de l’inéquation 1
1 π 5π
sin x  est
2 
6 6
; .  On obtient X’ = et X’’ = – 1.
2

111

CHAP08.indd 111 18/07/11 11:58


1 Les triangles rectangles ADR et DCP qui ont un côté de
L’équation sin x = a pour solutions les nombres réels :
π 5π 2 même longueur compris entre deux angles respective-
 + k 2π et  + k 2π avec k ∈ . ment de même mesure sont isométriques. Donc DR = DP.
6 6
L’équation sin x = – 1 a pour solutions les nombres réels :  π
De RDP = et DR = DP, on déduit que DRP est un triangle
π 3
– + k 2π avec k ∈ . équilatéral.
2
Finalement, les solutions dans R de l’équation sont les 74    La fonction sinus est notée sinD en mode degré et
nombres réels : sin en mode radian.
π π 5π π
– + k 2π ; + k 2π ;  + k 2π avec k ∈ .
2 6 6 Ainsi par exemple sin 16
= sinD(30).
Le logiciel affiche les solutions : 180π
3π π 5π π
En mode degré la machine calcule sinD
180π
1 180 + π . Or un
; ; de l’intervalle [0 ; 2π] ; la solution – est angle de mesure degrés a une mesure en radians
2 6 6 2 180 + π
également affichée. 180π π π2
égale à × = .
73    180 + π 180 180 + π
180π π2
ABCD est le carré initial.  est le
cercle de centre O et de rayon
Donc sinD 1 
180 + π
= sin1 180 + π .
B’ Par ailleurs
OB, ’ est le cercle de centre A R B 180π 180π π2
B et de rayon OB. Ces deux
sin1 180 + π  1
= sin π –
180 + π 1
= sin
180 + π.
cercles se coupent en B’ et B’’. On obtient donc le même résultat lorsqu’on calcule
O ’ 180π
Puisque OB = OB’ = BB’ le
triangle OBB’ est équilatéral.
P B’’ 1
sin 
180 + π  avec la calculatrice en mode radian ou
C

D en mode degré.
De même OB’’B est équilatéral.
La droite (DB’) coupe [AB] en R et la droite (DB’’) coupe
[BC] en P. Démontrons alors que DRP est un triangle
équilatéral (c’est le triangle solution).
Sujets d’exposés
 et l’angle au centre BOB’ 
L’angle inscrit BDB’ interceptent Sujet 1
  1  π
le même arc BB’ donc BDB’ = BOB’ = . De nombreux sites traitent de ce sujet. Par exemple :
2 6
’ = π donc B’DB’’  = π = RDP  www.college-serignan34.net, qui explique de façon
De même BDB’ . élémentaire la méthode employée par Eratosthène.
6 3
De plus
c c c c c c π π π