Vous êtes sur la page 1sur 2

Fracture du cotyle

Les fractures du bassin se rencontrent, le plus souvent, après des traumatismes Violent , notamment les
accidents de la voie publique. Ces fractures peuvent être classées en plusieurs variétés

Fractures articulaires
1. Fractures du cotyle
 Fractures simples
 Fractures de la paroi postérieure
 Fractures de la colonne postérieure
 Fractures de la paroi antérieure
 Fractures de la colonne antérieure
 Fractures transversales pures
 Fractures mixtes
 Fractures en T
 Fractures transversales et
 postérieures
 Fractures des deux colonnes

Les fractures du cotyle sont les plus fréquentes des fractures du bassin, et posent de délicats problèmes de
traitement, avec pour complication majeure le risque de coxarthrose secondaire précoce.
Ces fractures peuvent être associées à d’autres lésions, susceptibles de mettre en jeu le pronostic fonctionnel de
la hanche, voire le pronostic vital du sujet.

Les fractures du cotyle les plus fréquentes concernent celles de la paroi postérieure , accompagnées, presque
toujours, d’une luxation postérieure de la tête fémorale.

P :36

Principales complications des fractures du cotyle :


Complications immédiates :
 Choc hémorragique
 Hématome rétropéritonéal
 Fractures associées, du bassin (cadre obturateur,fémur, etc.)
 Luxation de la tête fémorale dans les variétés postérieures
 Lésions nerveuses : atteinte du sciatique, le plus souvent incomplète
Complications secondaires :
 Thromboemboliques
 Sepsis de hanche
 Sepsis du genou, après traction, à l’endroit des
 broches ± raideur et douleurs persistantes
Complications tardives :
 Coxarthroses posttraumatiques +++
 Ossifications périarticulaires
 Lésions neurologiques iatrogènes
 Fractures-luxations invétérées par méconnaissance du diagnostic

Les radiographies standards ne suffisent pas, et doivent être toujours complétées par un scanner.
Avant tout acte thérapeutique, il est absolument indispensable de
rechercher, devant toute fracture du cotyle, une lésion du nerf sciatique
ou de ses branches, liée à l’accident ou à ses complications associées
(problème également médico-légal).
L’intervention, si elle est décidée, doit être réalisée dans les
3 semaines après le traumatisme. Ce délai est un des facteurs principaux
influençant les résultats de l’acte opératoire.

Clinique
Le diagnostic de fracture du cotyle est presque toujours fait dans un
contexte d’urgence traumatique, où le traitement de lésions viscérales
pouvant mettre en jeu le pronostic vital est prioritaire.
Examens complémentaires
Devant toute fracture du cotyle, il est nécessaire de demander non seulement
des radiographies (bassin de face, cliché centré sur la hanche, deux
{3/4} alaire et obturateur), mais aussi un scanner
P :45

Principes de traitement
Deux types de traitements peuvent être proposés : traitement orthopédique
ou traitement chirurgical

Traitement orthopédique :
Indications :
Fractures isolées :
– avec congruence articulaire,
– sans déplacement,
– fractures basses de la colonne antérieure.
*Contre-indications locales ou générales au traitement chirurgical
Techniques ;
Si fracture non déplacée et excellente congruence :
– pas de traction,
– lever entre 2e et 5e semaines,
– appui entre 6 et 12 semaines.
Si fracture déplacée et excellentecongruence, après réduction sous AG :
– traction par broche transcondylienne,
– hanche en abduction pendant 6 semaines,
– appui à 12 semaines.

Traitement chirurgical :
Indications :
Toutes les contreindications au traitement
orthopédique et en particulier toutes les fractures
déplacées, incongruentes, non réductibles par simple
manoeuvre sous AG.
Fractures vues tardivement.
Techniques ;
À réaliser en centre chirurgical spécialisé.
En règle générale, intervention entre le 3e et le 7e jour suivant le traumatisme.
Voie d’abord dépendant du type de la fracture.
Absence de traction postopératoire.
Rééducation immédiate. Appui total entre 10 et 12 semaines.