Vous êtes sur la page 1sur 4

Stock

Les participants : Ammaoui Mohamed, Chandili Mohamed et Kharbouch Achraf

La Définition Du Stock
Un stock est une accumulation de bien en attente dans l’entreprise cela peut être des stocks
de matière première, des en cours de production ou des produit finis même si stock et flux
Sont souvent opposes, ces deux éléments sont complémentaire tant sur le plan de la logique
des mouvements physiques que sur le plant de la logique économique des coûts.
En effet est en fonction des flux d entrée et de sortie que se constitue et évolue un stock.

Fonction d un stock
La première fonction d un stock est une fonction technique :
La régulation .la constitution d un stock permet de déconnecter deux
Étapes successives d un cycle d exploitations. Le stock offre à l entrepris une protection
contre les aléas de consommation mais aussi de production Le stock permet donc de
concilier des objectifs technique contradictoire de temps, de délais ; de quantité, de rythme
Cette fonction technique primordiale de régulation se combine avec d autres fonctions
répondant a des objectifs varies :
Fonction économique : une grande quantité achetée au fournisseur peut permettre d obtenir
Une réduction de coûts. Mais a l inverse un gros stock trop financé par l entreprise grève
Sa trésorerie. Il faut donc trouver un compromis entre recherche d un faible coût d achat et
son incidence en termes de coût dépossession du stock ;
-fonction commercial : un service de meilleur qualité peut être propose au client avec des
détails rapides de livraison grâce a un stock de produits finis qui assure une fonction de
disponibilités (livraison immédiate) et une fonction d’assortiment (choix) ;
Fonction spéculative ou anticipatrice : l entreprise peut essayer de se prémunir contre une
spéculation ou d en bénéficier en stockant des denrées coûteuse ou dont les cours
beaucoup (comme certains métiers première, minerais).

Les coûts liés à la gestion de stock


Gérer l’équilibre d’un magasin passe d’abord par une maîtrise de ces différentes charges. Car une
optimisation ratée provoque incontestablement un déséquilibre, qui d’une manière ou d’une autre
génère soit des coûts supplémentaires liés aux ruptures des stocks, soit une croissance des
immobilisations financières due au sur stockage.
A- Les coûts de commande

o Coût des locaux (loyers, équipement informatiques, logiciels, exploitation du quai de


déchargement)
o Coût du Personnel (charges salariales des agents assurant la gestion et le suivi des
commandes. Sont inclus les acheteurs, les réceptionnaires et autres agents administratifs)
o Coût des fournitures administratives (bon de commande, imprimés, etc. …)
o Coût de préparation de la commande (déplacements des acheteurs, inspections, contrôle, …)
o Coût d’acquisition (évalué par unité de commande, il s’agit du prix réellement payé pour
acquérir les produits)
B- Les coûts de stockage ou d’entreposage
o Coût des magasins (amortissements ou location, taxe, électricité, assurances, …)
o Coût du Personnel (charges salariales des magasiniers, manutentionnaires, caristes
agent de sécurité, agent de propreté …)
o Coût des équipements (appareils de levage et de manutention, rayonnages, …)
o Coût de gestion ou coût administratif(Ordinateur, fournitures de bureau, …)
o Coût de possession (immobilisation financière)
Les coûts de stockage varient en fonction des quantités de stocks. On les évalue en % du
stock moyen.
C- les coûts de pénurie

o Le coût de pénurie externe englobe les pertes de commandes, le recours à la sous-traitance


afin de satisfaire dans un délai raisonnable un maximum de clients, l’augmentation des
charges de production (heures supplémentaires, maintenance des équipements…). En plus,
une situation de pénurie externe a forcément un impact sur le client (insatisfaction,
changement de fournisseur, appel à des concurrents…)

o Le coût de pénurie interne (absence de matière pour la fabrication des produits finis, ruptures
de stocks) est surtout liés à la désorganisation de l’unité de production et aux pertes
engendrées par cette pénurie. Ces dernières se justifient essentiellement par la main d’œuvre
inoccupée mais payée, l’arrêts des machines, la production basse, la formation des goulets
d’étranglement …

Les enjeux d’une gestion des stocks et quels impacts


sur la performance de l’entreprise

LA NOTION DE SUR-STOCKAGE
 Un risque de rupture de stock important : il ne faut pas minimiser les conséquences
d’une rupture de stock. Vous pouvez perdre des commandes et même des clients qui
se retrouvent chez le concurrent d’en face.
 un système de production entier mal organisé. Un stock trop faible a des répercussions
sur toute la chaîne de production.

UN STOCK TROP FAIBLE


 Un risque de rupture de stock important : il ne faut pas minimiser les conséquences
d’une rupture de stock. Vous pouvez perdre des commandes et même des clients qui
se retrouvent chez le concurrent d’en face.
 un système de production entier mal organisé. Un stock trop faible a des répercussions
sur toute la chaîne de production.
Réserve spéciale de stock : le stock de sécurité
Le stock de sécurité d’un produit est la réserve d’une certaine quantité dudit produit spécialement faite
pour absorber les ruptures de stock. Au lieu de subir les désagréments dus à un manque de
disponibilité dans le magasin (stock disponible = zéro), on consomme cette réserve. En cas de non
rupture, le stock de sécurité prend la forme d’un stock « dormant », générateurs de coûts
supplémentaires. Il convient donc d’estimer correctement sa taille.

o Le coût de revient de l’article stocké. Il ne faut pas perdre de vue que ce stock constitue une
immobilisation financière ;
o Le coût de stockage. La tenue du stock de sécurité est source de coûts appelés coûts de
possession ;
o Les contraintes de conservation. Durée de vie du produit, désuétude, perte de qualité sont à
prendre en compte, notamment pour les produits périssables à court terme ;
o Le coût du risque couvert ou coût d’opportunité. Lorsque les conséquences de la rupture de stock
d’un produit sont fortement dommageables pour l’entreprise (par ex. provoquer l’arrêt total de la
production ou des grosses pertes de ventes), la tenue du stock de sécurité est justifiée.

- Autres formes de réserve de stocks


Dans les industries, les lenteurs de traitement des approvisionnements et la hausse brutale de la
consommation ne sont pas les seules raisons pouvant entraîner une rupture de stock. On recense en
effet ici différentes causes possibles qui justifie la tenue d’autres formes de réserves de stocks. Parmi
ces dernières, nous distinguons le « stock de découplage », le « shop stock » et le « pool stock ».

1- Stock de découplage
2- Le shop stock
3- Le pool stock

LA GESTION DES STOCKS


Les stocks sont indispensables à l’entreprise dans la mesure ou ils lui évitent les ruptures qui
engendrent l’arrêt de la production et parfois la perte de certains clients. Mais les stocks
coûtent cher, il faut donc les gérer de façons rationnelle en :
--- évitant les ruptures
--- minimisant les coûts
La gestion des stocks consistera donc à organiser au mieux un sous ensemble de
l’entreprise composé de trois
élément : les flux d’entrées, les articles en attentes, et les flux de sorties
Techniques et méthodes de réapprovisionnement
Les stocks regroupent l'ensemble des marchandises, des matières ou des fournitures, des
produits semi-ouvrés ou en-cours, des produits finis et des emballages commerciaux qui sont
rangés dans un magasin pour une utilisation ultérieure.
Par principe, un besoin constant avec des sources et délais d’approvisionnements surs ne
devrait pas donner lieu à la constitution d’un stock. L’influence des fluctuations de la demande,
les risques pouvant engendrer des retards de livraison, les petites lacunes de production …
exigent pour plus de sécurité de mettre en place des stocks.
La planification des approvisionnements est un processus d’optimisation qui consiste à identifier
les besoins réels sur une période (en général annuelle) et à programmer le
réapprovisionnement des magasins (en quantité et suivant un calendrier) de manière à générer
le moins de charges possibles pour l’entreprise.
Définir une politique d’approvisionnement consiste donc à identifier les matières à
réapprovisionner dans le stock, établir un calendrier de passation des commandes et enfin les
quantités à commander. Ces deux derniers éléments (dates et quantité) sont ceux sur lesquels
repose le choix de la politique d’approvisionnement.
Suivant les combinaisons des dates et quantités de commande, il est en théorie possible de
définir quatre politiques de base pour réapprovisionnement du stock :
o Le réapprovisionnement à Date et Quantité fixes
o Le réapprovisionnement à Date et Quantité variables
o Le réapprovisionnement à Date fixe et Quantité variable
o Le réapprovisionnement à Date variable et Quantité fixe

REMARQUE
La gestion de stock permet donc, grâce à une maîtrise des stocks, d’assurer le lissage de la
production. C’est un véritable avantage notamment pour les activités saisonnières. Il sera
aussi possible de réduire les coûts liés aux matières premières dont les prix varient durant
l’année.
Un stock optimal permet de limiter les goulots d’étranglement puisque vous pourrez
constituer des stocks tampon. Dans tous les cas, il est important de trouver la méthode de
gestion de stock qui répond le mieux à votre besoin de l’appliquer.