Vous êtes sur la page 1sur 40

IUSPM

INSTITUT UNIVERSITAIRE DES


SCIENCES PETROLIERES ET
DE MANAGEMENT

TRS 631
METHODOLOGIE DE REDACTION DU RAPPORT DE STAGE

DIRIGE PAR :
AMBASSA ARMEL
Géologue pétrolier
LE TRAVAIL DE RECHERCHE OU LE MÉMOIRE LIP3
J’écoute, j’oublie ;
Je vois, je comprends ;
Je fais, j’apprends .

(Confucius 500 avant J.C.)


Questions d’un étudiant de LIP3

C’est quoi un mémoire?

Comment choisir le sujet de mémoire?

Comment rédiger un mémoire


Nos objectifs:

Objectif général:

Apprendre ou rappeler quelles sont les principales


caractéristiques attendues dans un mémoire

Objectifs spécifiques:

• Maîtriser la démarche de production d’un mémoire

• Savoir formuler une problématique

• Savoir choisir un sujet

• Savoir rédiger un mémoire


PLAN

1. Définition

2. Démarche de production d’un mémoire

3. Choix d’un sujet et d’une problématique

4. Parties essentielles d’un mémoire de LIP3


1. Definition : C’est quoi un mémoire?

C’est un travail de recherche qui s'appuie sur l'analyse des


pratiques professionnelles, rencontrées en particulier lors du
stage (mais pas seulement), et doit permettre de vérifier les
capacités de l’étudiant à :
• Identifier un problème ou une question concernant les
pratiques envisagées (les actions);
• Analyser ce problème en se référant aux travaux existant dans
ce domaine.
• Proposer des pistes de réflexion ou d'action.
• Conduire une action professionnelle (les actes) dans le
domaine envisagé
• Analyser les écarts entre la prescription (les attendus des
actions) et l’activité vécus
1. Definition : C’est quoi un mémoire?

• Il consiste ainsi dans notre cas, à rendre compte d’une mission


en entreprise, en termes de problématique, en mobilisant les
connaissances académiques
• Il n’est pas:
un roman, c'est-à-dire l'histoire d'une expérience ou d'un vécu,
sous forme d'un simple récit,
une monographie, sauf exception justifiable, c'est-à-dire l'étude
d'un cas isolé ou d'une situation unique,
un dossier, c'est-à-dire la simple compilation d'une
documentation sur un thème précis, sur une pratique, ou sur une
situation
un témoignage, c'est-à-dire la narration d'une pratique, d 'une
série de cas, la reprise directe d'un cahier d'observations, etc.
2. Démarche de production d’un mémoire
La démarche de production d’un mémoire s’apparente parfois
à un véritable travail de recherche, qui peut être abordé de
deux façons :
Une approche hypothético-déductive, la plus fréquente, qui
consiste à valider des hypothèses par l’observation.
Une approche inductive qui part de l’observation pour émettre
ou préciser des hypothèses (exemples de méthode inductive :
les techniques de sondage).

• La démarche pour LIP3 est moins ambitieuse que celle du


chercheur, mais la progression dans l’argumentation peut
néanmoins s’inspirer de deux approches interdépendantes
appliquées en M2-rech.
Un mémoire LIP3/TDR est un travail scientifique …

o En effet, les aspects théoriques en relation avec un dossier et


qui font l’objet de recherches bibliographiques relèvent de
l’approche hypothético-déductive.

o Ces aspects théoriques peuvent aider à comprendre des


situations problématiques récurrentes d’entreprise.

o Inversement, les pratiques professionnelles observées sur le


terrain relèvent du niveau inductif mais peuvent aussi faire
l’objet d’une modélisation utile à la compréhension des
situations et de leur évolution.
Un mémoire LIP3/TDR n’est pas un rapport de stage …

• Dans un rapport de stage, l’étudiant s’empresse souvent de


rendre compte de son expérience de manière exclusivement
descriptive et chronologique. Mais sauf exigences spécifiques
et en particulier lorsqu’il s’agit d’un mémoire, un correcteur
ou un jury ne saurait se contenter d'une approche simpliste
du type :
Fiche signalétique de l'entreprise.
Ce que j'ai fait dans cette entreprise.
Ce que m'a apporté ce stage.
• Pas de valeur ajoutée réelle pour un rapport de stage,
puisqu’il n’y a pas de problématique!!!
Réussir un mémoire LIP3/TDR…

• La réussite du mémoire implique une méthodologie dont voici


les 3 principaux points :
1°) Organiser le travail :
– Positionner le travail en termes d’objectifs pour les différents
acteurs (l’étudiant, l’entreprise, l’université) et de faisabilité.
– Choisir un sujet à faisabilité raisonnable et à contenu
problématique pertinent.
– Planifier le travail en intégrant les contraintes calendaires.
– Définir un plan de travail (ce n’est bien sûr pas le plan du
mémoire)
2°) Mobiliser les compétences :
– Du savoir au savoir-faire : l’intégration des connaissances.
– Collecte et traitement de l’information.
– Pilotage du projet et relations avec les acteurs.

3°) Produire de la valeur ajoutée conceptuelle et


rédactionnelle :
– Définir une problématique comme cadre de réflexion et fil
conducteur du mémoire.
– S’assurer de la cohérence entre titre, problématique et plan.
– respecter le cahier des charges du diplôme ainsi que les règles
typographiques et les conventions rédactionnelles.
– Respecter la confidentialité.
3.Sujet et problématique
Tout d’abord, vous devrez être convaincu(e) et passionné(e)
par le choix de votre thème et de votre sujet :
• il est difficile en effet, sans un intérêt fort, de s’engager sur
un thème autour duquel vous allez réfléchir pendant
plusieurs mois.

• Il est impossible de choisir a priori un sujet sans avoir


auparavant fait des recherches, lu des ouvrages, recoupé
des informations, établi des liens a priori pertinents qui
pourraient servir d’hypothèses à vérifier.
3.1. Le sujet
• Le sujet à choisir doit être en rapport avec votre spécialisation
et l’orientation de votre cursus, mais aussi de l’orientation que
vous souhaitez donner à votre carrière.
• Le sujet doit être de nature professionnelle. Soyez « malins »
et « prospectifs » (thèmes et sujets à la mode et en gestation)
en précédant la tendance : approfondissement d’une
question relative au monde de l’Entreprise ou bien à son
environnement, à la suite par exemple d’un stage.
• L’avantage de choisir une thématique professionnelle est bien
évidemment de pouvoir ensuite se prévaloir d’une « expertise
» forte dans ce domaine.
3.2. La problématique
qu’est-ce qu’une problématique ?

• Qui prête à discussion ; dont l’existence, la vérité, la


certitude, la réussite est douteuse… (Aléatoire,
douteux ; hypothétique ; équivoque, suspect ;
incertain)…

• Art, science de poser les problèmes


(Questionnement) ; ensemble des problèmes dont
les éléments sont liés…

[Le Grand Robert de la Langue française]


3.2. La problématique

Dégager une problématique!

Vous devrez avant tout dégager une « problématique


» autour du sujet choisi, c’est-à-dire un ensemble de
questions posées par le sujet, auxquelles vous
devrez répondre en ayant au préalable recherché,
récolté, analysé, synthétisé des informations qui
seront pour vous le support d’une réflexion
personnalisée et argumentée.
3.2. La problématique

origine d’une éventuelle problématique ?

• Identifier un problème dans le cadre du monde


professionnel et en approfondir l’analyse, par des
recherches de terrain et documentaires.
• Cependant ce n’est pas parce que vous aurez identifié
une problématique dans votre entreprise (dans le cadre
d’un stage ou emploi) qu’elle pourra constituer la
problématique de votre mémoire. Vous pourrez en
revanche la citer à titre d’illustration mais vous ne
pourrez pas vous arrêter à son seul exemple.
4. Parties essentielles d’un mémoire
En général

• Résumé (abstract)
• Introduction
• Partie principale
• Conclusion
• Liste des sources
Partie Principale

• Curieusement c'est ici qu'il existe le plus de variétés.

• Elle dépend fortement de l'approche méthodologique

• Parfois il faut respecter un certain agencement des


chapitres
Plan de rédaction d’un mémoire LIP3/TDR
Dédicace
Remerciements
Résumé et Abstract
Liste des tableaux
Liste des figures
Index des acronymes/abréviations
Table des matières
Introduction
Revue de la littérature/état de l’art
Matériels, outils et méthodes
Résultats
Discussion
Conclusions/Recommandations et perspectives
Références
Annexes
Description de chaque partie
Table des matières
Est aussi appelée sommaire, elle énumère les
parties du mémoire ou thèse et renvoie à la
page de chaque partie.
La faire lorsque le document final est prêt pour
la reliure.
Elle doit être générée automatiquement
Dédicace
Toujours au singulier, même si on dédie son travail à
plusieurs personnes (De préférence pas plus de
deux) ou choses.

N’est pas une partie scientifique du document.


Remerciements
Commencer par ses encadreurs, par le grade le plus
élevé.
Les organismes qui ont financé.
Les responsables et personnels des structures où on a
réalisé entièrement ou en partie le travail.
Librement, les enseignants
Toutes personnes qu’on estime avoir contribué de
quelque manière que ce soit
Listes des tableaux, figures et photos
Indiquent ou renvoient à la page où se trouve un tableau
une figure ou une photo.
Les faire à la fin de tout, lorsque le document est prêt
pour la reliure.
Doit être générée automatiquement
Résumé et abstract
Doit donner un aperçu très synthétique du mémoire : but,
matériels et méthodes, résultats, Discussion /
Conclusions/Perspectives.

Est long de maximal 750 mots;


Ne contient en principe (!!!) pas de références, ni de
tableaux et figures.
Compte tenu de sa longueur, éviter les adjectifs
qualificatifs et les adverbes.
Introduction
Doit avoir la forme d’une pyramide inversée, c’est-à-dire,
commence par un aperçu général, un état des lieux général sur
la thématique de l’étude en rappelant les étapes/travaux
majeures antérieures sur la question; puis en descendant on
relève les limites ou les aspects non traités de ces études
antérieures pour justifier la raison d’être, l’objet de l’étude ou
de l’investigation qu’on a menée.
Doit clairement dégager la problématique de la thématique
abordée et définir les objectifs de l’étude.
Revue de la littérature/état de l’art
Dresser un état de l'art dans un domaine consiste à rechercher
toutes les informations existantes concernant ce domaine et à
en faire une synthèse.

Cela est fait par un travail bibliographique et une analyse des


publications formelles ou informelles concernant le domaine
étudié.

Dans le domaine scientifique il se fait sur la base d'une revue


de la littérature.
Matériel, Outils et méthodes
Comprend plusieurs sous sections, et présente de manières
exhaustives les moyens mis en œuvre pour aborder la
problématique et arriver aux résultats. Il convient :
De décrire le matériel utilisé, de manière à permettre la
reproduction des résultats obtenus;
D’expliquer les outils et méthodes et de préciser leurs
limites;
Expliquer en quoi ces outils et méthodes sont les mieux
adaptées au problème posé.
Résultats

Il y a quatre manières en général pour exprimer un résultat:


Dans le texte sous forme littérale Ex: La taille, le poids …
étaient respectivement de: 175 ± 15 cm, 64,7 ± 15 kg …
Sous forme de tableaux: convient mieux pour les
statistiques descriptives et études verticales (c’est plus
synthétique).
Sous forme de figures (convient mieux pour exprimer des
variations dans le temps ou l’espace, et des études
longitudinales .
Sous forme de photos
Résultats
Il faut surtout éviter de donner le même résultat sous deux
formes, c’est double emploi !!!!!
Les titres des figures et photos et les commentaires se
mettent en dessous . On utilise les chiffres arabes (Figure
1,2,3;
Efforcez vous de souligner clairement votre contribution à
l’obtention des résultats.
Résultats (fin)
Les titres des tableaux se mettent au dessus et
les commentaires (différences significatives…) en
dessous.
Eviter les tableaux générés automatiquement.
On utilise généralement les chiffres
romains(Tableau I, II,III…).
Discussion
Discuter c’est:
Comparer ses résultats soit aux valeurs normatives standard,
soit aux résultats d’autres études.
Dire si ces résultats sont les mêmes ou s’ils sont
significativement différents des valeurs normatives standard,
ou des résultats d’autres études.
Donner une explication scientifique qui justifient pourquoi vos
résultats sont différents des valeurs normatives standard, ou
des résultats d’autres études.
Tirer une petite conclusion spécifique pour chaque paramètre
discuté
Perspectives
Parce qu’aucun travail scientifique n’est parfait et
exhaustif sur la problématique étudiée, mais a
toujours des limites d’ordre matériel et
méthodologique.
Parce que philosophiquement toute réponse à
une question suscite de nouvelles questions .
Formuler quelques perspectives basées sur les
limites d’ordre matériel et méthodologique de
votre étude.
Conclusion(s)

Rappeler brièvement les enjeux du travail (objectifs).


Rappeler les outils et méthodes utilisés.
Rappeler brièvement les principaux résultats.
Lister les conclusions auxquelles le travail a permit d’aboutir.
Là encore, il est fondamental qu’on distingue clairement ce
que le travail effectué a apporté de plus ou de nouveau.

Eviter de faire de nouvelles discussions ici.


Références (quelques exemples)
• Alka-Seltzer, L., 1815. Untersuchungen über die
tomatostaltische Reflexe beim Walküre. Bayreuth Monatschr.
f. exp. Biol. 184, 34-43.
• Chou, O. & Lai, A., 1927a. Tomatic inhibition in the
decerebrate baritone. Proc. koning. Akad. Wiss., Amst. 279,
33.
• Chou, O. & Lai, A., 1927b. Note on the tomatic inhibition in
the singing gorilla. Acta laryngol. 8, 41-42.
• Einstein, Z., Zweistein, D., Dreistein, V., Vierstein, F. & St.
Pierre, E., 1974. Spatial integration in the temporal cortex.
Res. Proc. neurophysiol Fanatic Soc. 1, 45-52.
Giresse, P., Megope-Foonde, J.P., Ngueutchoua, G., Aloisi, J.C., Kuete, M.,
Monteillet, J. (1996). Carte sédimentologique du plateau continental du
Cameroun. (ORSTOM, Éd.) 111, 11.
Helm, C. (2010). Quantification des flux sédimentaires anciens à l‘échelle d'un
continent: le cas de l'Afrique au Méso-cénozoïque. (U. d. I, Éd.) Thèse de
l'Université de Rennes I , 346.
Benkhelil, J. (1989). The origin and evolution of the cretaceous Benue
trough(Nigeria). Journal of African Earth Sciences , 8, 251-282.
Blin, B. (1999). Synthèse cinématique, tectonique, sédimentaire et pétrolière du
bassin du Rio del Rey (Cameroun), 37.
Blin, B., Gutjahr, G. (2010). Le bassin pétrolifère camerounais et la tectonique des
plaques. Lithothèque d'Afrique centrale , 1-10.
C’est terminé,
et merci de votre attention !!
BIBLIOGRAPHIE :
Michel KALIKA, le mémoire de master, DUNOD
Guy FRECON, Formuler une problématique, DUNOD