Vous êtes sur la page 1sur 129

Etude d’un projet industriel de

fabrication
de pièces de décolletage pour
l’industrie automobile

en Caoutchouc pour Automobiles


Etude d’un projet industriel de fabrication
de pièces de décolletage pour l’industrie automobile
Table des matières

1. DEFINITION DU PRODUIT 3

2. ANALYSE DU MARCHE 5

3. LE PLAN DE DEVELOPPEMENT 12

3.1. RESSOURCES HUMAINES 16


3.2. MATIERES PREMIERES 27
3.3. PROCEDE DE FABRICATION 28
3.4. SCHEMA DES PRINCIPALES ETAPES DE FABRICATION 29
3.5. EQUIPEMENTS NECESSAIRES ET CARACTERISTIQUES 30

4. IMPLANTATION 42

5. ETUDE DE RENTABILITE 45

5.1. COUT DES INVESTISSEMENTS 45


5.2. LE FINANCEMENT 47
5.3. COMMENTAIRES ET REMARQUES 95

6. LES REGLES DE LA PROFESSION 98

6.1. CONTEXTE GENERAL 98


6.2. LE CAHIER DES CHARGES 98
6.3. NORMES (REFERENTIELS) 99
6.4. REGLEMENTATION 100
6.5. ORGANISMES SOCIAUX 101
6.6. REGIME FISCAL 101

7. LE LAY-OUT 102

8. FICHES TECHNIQUES 105

9. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS 132

2
1. DEFINITION DU PRODUIT

Le décolletage est un procédé d'usinage par enlèvement de matière, permettant de réaliser


des pièces tournées en partant de barres ou de fil métallique en torche. L'usinage de base
est obtenu sur des machines automatiques, semi-automatiques ou à commande numérique.
La matière brute introduite dans la zone d'usinage est façonnée par une série d'outils
coupants qui, selon leur nombre, leur forme et leur disposition, permettront d'obtenir des
pièces plus ou moins complexes, de tailles diverses et de précisions variables.
C’est le symbole de l’activité de sous-traitance par excellence !

Sur chaque continent, le décolletage permet l’usinage des composants destinés à tous les
secteurs économiques, notamment :

 l’automobile 65%
 l'aéronautique 20%
 le médical
 l'horlogerie
 l’énergie
 l'armement
 l'électronique 15%
 la connectique
 les travaux publics
 les loisirs

L’automobile reste, et de loin, le premier marché des décolleteurs.

Dans le secteur de l’automobile, les principaux systèmes où le décolletage est présent sont les
suivants :

- les pompes d’assistance de commande, embrayage, moteur électrique de vitres,


direction…vérins, axes, rotules,
- les pompes à eau, axes, engrenages,
- les démarreurs, axes,
- les alternateurs, axes,
- la direction, axes,
- les systèmes de freinage, ABS, axe de moufle de câblage, répartiteur de freinage,
- moyeu d’axe de roues,
- boite de vitesse, nombreux axes,
- moteur, injecteurs, axes de piston, soupapes, axes divers,
- visserie spéciale,

3
Le savoir faire requis :

La performance d’une entreprise se mesure par la capacité de :


- maîtriser le savoir-faire indispensable du métier pour :
 satisfaire le marché et les clients en termes de coûts, délais, qualité,
 anticiper et pérenniser le progrès continu.

La gestion :

• Les relations “amont” avec les donneurs d’ordres :

• Les choix stratégiques commerciaux et d’investissements :

• L’insuffisance des fonds propres :

En résumé les postes clés dans une entreprise de décolletage sont :

- Acheteur matières premières,


- Agent méthode et industrialisation,
- Agent qualité, sécurité et environnement,
- Opérateur régleur sur machines outils à commande numérique par enlèvement de matière,
- Technicien régleur sur machines à commande numérique de décolletage,
- Agent amélioration permanente.

Une norme indispensable pour travailler avec le secteur automobile : ISO TS 16949.

4
2. ANALYSE DU MARCHE

La taille du marché algérien en 2010 est de 1 374 millions de Dinars pour un volume de 112 816
620 pièces dont la répartition est la suivante :

En Dinars Source : Collecte des données de l’étude

PME Achat local* Achat import Fabrication in situ TOTAL

Taille en DA 380 000 000 51 242 259 655 559 464 338 977 274 1 374 536 738

% 27.6 47.7 24.7 100

Volume 36 954 917 10 527 488 39 821 083 25 296 367 112 816 620

% 33 9 36 22 100

Cette valeur nous apparaît réaliste compte tenu du niveau industriel mécanique de l’Algérie et de
la part que représente le décolletage dans cette industrie.

Le coût moyen des pièces décolletées est de : 11.77 DA HT.

Le coût moyen des pièces importées est de : 16.46 DA HT.

Le marché est ainsi composé :


- PME : 28%
- Import : 47%
- Fabrication in situ : 25%

5
Ce que l’on visualise sur le graphe suivant :
TAILLE
Import
47%
PME
28%

Fabriqué
25%

Import Fabriqué PME

TAILLE DU MARCHE

On peut le segmenter ainsi :


- 1) Secteur véhicules roulants, 46% soit 638 059 140 DA HT,
- 2) Secteur électronique et électrique, 6% soit 87 003 259 DA HT,
- 3) Secteur industriels, divers 48% soit 649 474 339 DA HT.

Ce que l’on visualise sur le graphe suivant :

SEGMENTATION

3 1
48% 46%

2
6%
1 2 3

SEGMENTATION DU MARCHE

On est légèrement différent de la segmentation mondiale, ce qui n’est pas très surprenant puisque
l’Algérie n’a pas de constructeur automobiles. Par contre dans le cadre des projets futurs, si les
entreprises sont au niveau pour satisfaire la demande d’un constructeur, on aurait une situation
inverse où le segment automobile écraserait le marché.
Les prix moyens pratiqués Taille / Volume montre des coûts unitaires moyens de l’ordre de :

- pour la fabrication locale : 1 500 DA HT de l’heure de production,


- pour les achats locaux : 2 600 DA HT de l’heure de production,
- pour les importations : 50 € HT, soit 5 000 DA HT de l’heure de production.

6
Caractéristiques de la demande (principales entreprises utilisatrices du produit et leur
localisation) :

La demande est caractérisée par des donneurs d’ordres potentiels essentiellement publics. Les
entreprises privées sont beaucoup plus modestes et ne représentent que 26%.

Les principaux donneurs d’ordres sont la SNVI, ENMTP, ETRAG, PMA, BTK et la SGP INDELEC.
La part fabriquée représente 25%, pratiquement équivalente du marché privé observé.

Il apparaît que les entreprises ne maîtrisent pas totalement leur marché. En effet, les réponses à
notre questionnaire sur les prévisions à trois ans sont pour la plupart non renseignées. Dès lors il
semble compliqué de travailler correctement en sous-traitance puisque les engagements n’offrent
pas de lisibilité à moyen terme pour investir, embaucher et se développer pour l’offre de sous-
traitance.

Il est à noter que la demande se concentre essentiellement sur deux grands pôles mécaniques,
celui de Rouïba à Alger et celui de Constantine. L’offre est d’ailleurs située à Alger et Jijel pour
l’essentiel.

Les principales entreprises de décolletage en Algérie sont :

- TECHNODEC, filiale de Comodhor, à Alger


- CA : de l’ordre de 120 000 000 DA HT
- PRECI-TOURS, à Alger
- CA : de l’ordre de 10 000 000 DA HT
- DECOFLEX, à Naciria
- CA : de l’ordre de 100 000 000 DA HT
- SOMEMI, à Taher
- CA : de l’ordre de 125 000 000 DA HT
- HYDRAUFLEX
- CA : de l’ordre de 18 000 000 DA HT en décolletage
- KCA Khenteur Composants Automobiles
- CA : de l’ordre de 10 000 000 DA HT en décolletage

Ce sont des PME de petite taille : de 2 à 70 personnes. Elles souhaitent évoluer si les règles du
marché sont claires et stables notamment vis à vis des donneurs d’ordres.

Elles représentent un CA de l’ordre de 380 000 000 DA HT. Ce chiffre d’affaires est réalisé avec
les entreprises algériennes du panel retenu et d’autres.

Les importations par pays d’origine :


Les pays d’origine de l’importation en décolletage sont :

Pays Taille en DA Volume % / Taille


Allemagne 198 284 474 4 921 275 30%
Belgique 100 303 939 15 583 300 15%
Chine 2 497 103 3 354 065 0.0038%
Corée 2 497 104 3 354 065 0.0038%
France 247 603 068 6 818 130 39%
Italie 106 383 776 5 737 900 16%
TOTAL 655 559 464 39 821 083 100%
7
PART PAYS
Italie Allemagne
16% 30%

France
Belgique
39% Corée Chine 15%
0% 0%
Allemagne Belgique Chine Corée France Italie

PART PAYS EXPORTATEUR VERS ALGERIE

Les importations représentent 48% du marché du décolletage en Algérie. Au niveau du volume les
importations représentent 36%.
Le coût moyen de la pièce achetée est de 16.46 DAHT.

Balance commerciale et taux de couverture :

Le schéma montre la répartition des différentes données :


Achat local
PME Autres
4%
24%

Fabriqué in situ
Import
25%
47%

Achat local Im port Fabriqué in situ PME Autres

BALANCE

8
Le marché du décolletage en Algérie sur la partie recensée, essentiellement les entreprises
publiques, est de 1 374 536 738 DAHT.
La part du marché sous-traité (achat local) est de 4% et représente 51 242 259 DA HT.
La part du marché importé est de 48% et représente 655 559 464 DA HT.
La part fabriquée pour leur besoin est de 25% et représente 338 977 274 DA HT.
La balance est donc 52% fabriqué en Algérie pour 48% importé.
Le taux de couverture est de 52% parce que les entreprises publiques fabriquent encore un
taux important de pièces (25% de la valeur).

Le cadre Institutionnel :

Sur la base de l’ordonnance 06-08 du 15 juillet 2006 modifiant et complétant l’ordonnance 01-03
du 20 Août 2001 qui se distingue des codes et lois précédentes par les garanties qu’elle présente
pour l’investisseur algérien et l’investisseur étranger, et de documents issus de l’Agence Nationale
du Développement Industriel)

Pour l’investissement dans le cadre de la moyenne et petite entreprise notamment celle


concernant le décolletage, les relations avec les institutions suivantes en charge des
investissements :

- Le Conseil National de l’Investissement (CNI) : organe créé auprès du ministre chargé de la


promotion des investissements et placé sous l’autorité du premier ministre qui en assure la
présidence, définit les stratégies et approuve les projets, un vrai pouvoir de décision.
- Le Ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion des Investissements, (MIPME
PEIM) : propose des stratégies
- L’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière (ANIRF) : organise les
opérations de cession des assiettes
- L’Agence Nationale du Développement Industriel (ANDI) : établissement public à caractère
administratif doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Elle est placée sous la
tutelle du ministre chargé de la promotion des investissements informe assiste. Il conseille,
formalise les avantages fiscaux et parafiscaux. L’ANDI :Accueille, conseille et accompagne les
investisseurs au niveau de ses structures centrales et régionales; Informe les investisseurs à
travers notamment son site web, ses supports de promotion et ses divers points d’information
à l’occasion d’événements économiques organisés en Algérie et à l’étranger; Formalise sur
une base d’équité et dans des délais courts les avantages prévus par le dispositif
d’encouragement; Veille à l’exécution concertée avec les différentes institutions concernées
(Douanes, impôts etc.), des décisions d’encouragement à l’investissement; Contribue à la mise
en œuvre des politiques et stratégies de développement, en synergie avec les secteurs
économiques concernés; Met à la disposition des investisseurs potentiels sa bourse de
partenariat.

Le guichet unique : institution décentralisée au niveau des wilayas où siègent en son sein les
représentants de l’ANDI, du CRNC, des impôts, des domaines, des douanes, de l’urbanisme, de
l’aménagement du territoire et de l’environnement, du travail.

La taille du marché mondial du décolletage est de l’ordre de 30 milliards d’€ répartit :

Dans un marché mondial, avec les accords qui régissent les règles commerciales, il
convient de raisonner au niveau continental et non par pays.

Continent de production Milliards d’€


Europe 10
Amérique du Nord 8
Amérique latine 2
Asie 12
Source : SNDEC
9
qui sont les principaux producteurs de décolletage mondial. La part automobile représente de 65 à
70% selon les années en fonction des fluctuations des ventes automobiles.

On a un ratio de 30 milliards d’€ de décolletage pour une production de 62 millions de véhicules.


Soit un ratio de 480 € de valeur moyenne de décolletage par véhicule.

Le coût horaire moyen utilisé en Europe est de l’ordre 72 € HT soit 7200 DA HT. Ce qui
représente conformément au pratique de ce métier à un coût minute de : 1.20 € HT soit 120
DA HT.

Les principaux constructeurs de machines à décolleter sont :


- TORNOS en Suisse
Moutier, Téléphone : +41 32 49 44 444
- INDEX en Allemagne
Esslingen, Téléphone : +49 71 13 19 10
- MANURHIN en France
Burnhaupt, Téléphone : +33 38 95 34 484
- BIGLIA en Italie
Incisa Scapaccino, Téléphone : +39 01 41 78 31
- NOMURA au Japon,
Okutama, distribué en Europe par DECIP, Téléphone : +33 45 02 50 145
- MORI SEIKI au Japon,
Nagoya, Téléphone : +81 56 58 71 811
- MIKRON aux USA, en Suisse
Agno, Téléphone: +41 91 61 06 111
- WICKMAN en UK,
Conventry, Téléphone: +44 24 76 54 79 00
- SCHAUBLIN en Suisse,
Bévillard, Téléphone: +41 32 49 16 700.

Les axes d’innovation en Europe pour le décolletage sont les suivants :


- Renforcer les axes de R&D (Recherche et Développement) :
- Accélérer la diffusion des innovations.

Les ratios européens moyens du secteur décolletage :


Données Ratio Commentaires
Taux de valeur ajoutée 38 %
Taux d’exportation 35 %
Productivité apparente 47 800 € VA HT / Effectifs
Taux de marge 17 %
Taux de frais financiers 13.8 %
Taux d’investissements 13.2 % Investissements HT / VA HT
Taux d’autofinancement 81.7 % Capacité autofinancement / Investissements
Productivité brute 126 800 € CA HT / Effectifs
Salaire brut moyen 28 000 €
Source : SNDEC

Le tableau précédent montre que :


- le taux de valeur ajoutée est élevé et que la tendance va s’accentuer, les objectifs sont
orientés vers 50%, en intégrant des fonctions complémentaires,
- le taux d’exportation est significatif, également avec un objectif de 50% en accompagnant
les constructeurs à l’export et en transférant certaines activités vers les BRIC et le Maghreb,
- un taux de marge qui permet de réaliser des investissements,
- des frais financiers élevés, les investissements sont très lourds,
10
- la productivité est très élevée, très fort niveau technologique et d’automatisation.
Forces et faiblesses du marché algérien de décolletage :

Forces Faiblesses

Un niveau technologique de connaissance du Beaucoup trop dépendant des fournisseurs


métier satisfaisant pour le marché actuel. matières premières algériens.
Un marché présent dans de nombreux secteurs
Beaucoup trop dépendant des structures de
et donc peu dépendant d’un secteur prioritaire.
maintenance des machines de décolletage en
Le marché est équilibré entre le véhicule roulant
particulier les constructeurs.
et l’industrie.
Des projets majeurs structurants sont en cours :
- CTIM, Pratiquement pas de réseau de communication
- Automobile, dans le secteur.
- Ebauche de structures fédératives.
Une volonté des grandes entreprises de se
restructurer sur leur métier de base, favorisant Un parc machines outils malgré tout assez
l’externalisation d’activités comme le vétuste (de 40 à 20 ans d’âge).
décolletage.
Une volonté institutionnelle (Ministère de
Pas de filière de formation spécifique au métier
l’Industrie) d’accompagner cette mutation par
du décolletage.
des études et la mise en place d’outils.

11
3. LE PLAN DE DEVELOPPEMENT

Le principe de sous-traitance répond d’abord et avant tout à un besoin celui du marché. En effet
quand sur un marché les producteurs commencent à avoir des difficultés pour le satisfaire, ils
recourent à la sous-traitance qui le plus souvent est une sous-traitance de capacité. Cette notion
s’est développée très largement pour ensuite se compléter par une sous-traitance de spécialité. Le
décolletage s’inscrit pleinement dans cette catégorie de sous-traitance de spécialité. De cette
notion de sous-traitance de spécialité est venue la notion de filière pour répondre à des besoins
précis d’un secteur d’activité. C’est le cas de l’automobile qui d’abord sous-traité selon les deux
principes puis a mis en place des filières structurées de plusieurs niveaux.

On peut représenter la notion de filière de la manière suivante :

Exemple : automobile (idem pour l’aéronautique, l’électroménager…)


SECTEUR AUTOMOBILE

Filière Constructeur
Filière mécanique Filière Intérieur Filière
Carrosserie
équipements
Activité moteur,
Activité CONCEPTION,
boite de vitesses
carrosserie et ASSEMBLAGE,
et pont Activité habillage Activité sécurité
suspension VENTES, SAV

Le rang 1 :
est associé à la
Equipementier Equipementier Equipementier Equipementier conception des
rang 1 rang 1 rang 1 rang 1 véhicules,
définition des
organes majeurs.
Le rang 2 :
est associé aux
définitions des
Equipementier Equipementier Equipementier Equipementier
procédés
rang 2 rang 2 rang 2 rang 2
d’obtention et
d’assemblage des
pièces.
Sous traitant de
spécialité :
Le rang 3 et
Décolletage,
Sous traitant de Sous traitant de Sous traitant de suivant :
E, grenages,
spécialité spécialité spécialité est la réalisation
Usinage culasse
des pièces.
Usinage bloc
moteur,
Source FIEV

Dans ce concept on trouve deux notions :

- la demande que représentent les donneurs d’ordres


- l’offre caractérisée par les sous-traitants

12
Pour réussir il faut donc :

1) un marché suffisamment conséquent :


- pour que les donneurs d’ordres aient intérêt à sous-traiter, coût, délais, qualité,
- pour que les sous-traitants soient rassurés dans le temps pour réaliser les investissements
nécessaires,

2) la demande caractérise son offre :


- niveau technologique,
- qualité exigée, référentiel requis,
- processus d’achat élaboré : cadencement, planification,
- système d’agrémentation des sous-traitants,
-
3) l’offre caractérise son domaine de compétence :
- niveau technologique,
- savoir-faire spécifique, qualité, processus,
- capacité d’investissement,
- assurer la production sous-traitée en qualité, délai et coût requis du marché,

Le marché actuel est de 1 374 536 738 DA HT, la part traitée en Algérie est de l’ordre de
380 000 000 DA HT, il semble raisonnable de viser dans les deux ans 50% du marché. Ce qui
représenterait actualisé un marché de 757 577 942 DA HT. Ceci nous ferait une progression
de 25% en deux ans. Cette part de marché devrait essentiellement se situer sur la partie
importation des entreprises publiques. De ce fait l’objectif de limiter la part importée serait
pratiquement réalisé. La part fabriquée actuellement par les entreprises publiques ferait
l’objet du second développement.

Pour atteindre ce niveau de 50% de part de marché, il faudra envisager la création d’unités de
décolletage et le développement des PME actuelles car elles n’offrent en l’état qu’un potentiel de
422 822 400 DA HT. Il s’agit d’un potentiel car aucune ne dispose de sa totale capacité (machines
en panne, difficulté à travailler en 3x8h du fait du manque de compétences).

Des programmes spécifiques de mise à niveau doivent se mettre en place et surtout


commencer un dialogue avec les acteurs concernés :
- donneurs d’ordres,
- sous-traitants,
- fédérations, UPIAM et bourses de la sous-traitance
- DGPME du Ministère,

Pour dans un premier temps sensibiliser, puis programmer et définir les modalités de cette action.
Il s’agit d’une action où la confiance est le maître mot entre les partenaires, chacun se doit d’être
transparent et sans arrière pensée pour réussir.

Les donneurs d’ordre devront :


- établir un cahier des charges réaliste pour travailler avec eux, coût, qualité et délais,
- s’engager dans un programme pluriannuel révisable, mais réaliste,
- s’engager dans le respect des délais de paiements négociés,
- considérer le sous-traitant comme un partenaire.

Les sous-traitants devront :


- s’engager à respecter le cahier des charges donneurs d’ordres,
- s’engager progressivement à moderniser le parc machines,
- s’engager dans une démarche de mise à niveau, organisationnelle, logistique, ressources
humaines…
- améliorer la productivité pour gagner et faire gagner l’ensemble des protagonistes.

13
Les fédérations devront :
- mettre en place les actions de mise à niveau, action collective et individuelle,
- proposer les regroupements pour par exemple réaliser les achats de matière en commun, ou
encore être en relation avec les écoles pour élaborer des programmes de formation adaptée,
- faciliter la veille technologique en organisant des visites de salons en particulier celui de La
Roche sur Foron en Savoie sur le décolletage le « SIMODEC »,
- être garant des relations entre les parties,
- faire respecter les engagements de chacun, charte de sous-traitance, accord divers…
- recenser les points difficiles et faire des propositions d’amélioration,

La DGPME du MIPMEPI :
- accompagner les différentes actions par des financements ciblés :
- formation de personnels, ouvriers CN, régleur CN, chef d’atelier,
- aide au financement d’achat de machines de décolletage de nouvelle technologie,
- aide au financement pour la mise en place de partenariat technologique avec des structures
étrangères,
- organiser régulièrement avec les partenaires des assises de la sous-traitance,
- mettre en place des actions de promotion des initiatives réalisées et réussies dans le
domaine,
- intégrer dans le CTIM une composante sous-traitance décolletage pour aider techniquement
les sous-traitants,
- mener une action forte auprès des entreprises publiques pour les inciter à sous-traiter, à
respecter leur engagement.

Le chiffre d’affaires possible en sous-traitance est de 80% du marché actuel. Ce qui semble
réalisable après au moins 5 ans de mise en place de la filière. Mettre en place l’ensemble des
actions énumérées prendra du temps, des explications nombreuses et surtout la création d’un
climat de confiance.
Les PME actuelles doivent se développer avec ce programme et plusieurs entreprises pourraient
naître.

Le chiffre d’affaires à se fixer comme objectif est de 757 577 942 DA HT à l’horizon de deux
ans.
A l’horizon de cinq ans, il pourrait être de 1 300 000 000 DA HT.
Ces chiffres considèrent une croissance du marché de 3.3% par an d’ici 2015.

Rentabilité :
Le schéma suivant matérialise les ratios clés de gestion d’une entreprise.

Les ratios clés de gestion d’une entreprise de décolletage en Europe sont de :


Marge brute (en % du CA) 69.5 %
Valeur ajoutée 38%
EBE excédent brut d’exploitation (en % du CA) 8.5 %
Rotation des stocks (en jours de CA) 48 jours
Crédit clients (en jours de CA) 88 jours
Crédit fournisseur (en jours de CA) 105 jours
Besoin en fonds de roulement (en jours de CA) 45 jours
Source SESSI

Les deux ratios majeurs à suivre dans une entreprise de décolletage sont la marge brute et
l’excédent brut d’exploitation.

14
La phase 2 a été la concrétisation sur le projet industriel que l’on retrouve dans la synthèse
suivante :

L’objectif qui est fixé dans la démarche envisagée est de mettre en place une activité de
décolletage aux standards internationaux (fonctions et normes…) pour être en capacité de
répondre aux perspectives actuelles et à venir des projets de développement que se fixe l’Algérie,
en particulier dans le véhicule roulant.

La capacité d’une entreprise est d’abord celle de son savoir-faire donc de ses compétences
humaines, vient ensuite sa capacité financière pour assurer les investissements nécessaires tant
en technologie qu’en innovation pour répondre aux besoins des donneurs d’ordres.

L’objectif essentiel est de faire une activité rentable et donc durable et pérenne.

Dans ce cadre nous avons prévu deux positions concernant les financements :
- Une première : acquisition des machines en crédit bail et location du local industriel,
- Une seconde : acquisition des machines par achat et achat du terrain et construction du
local industriel,

Nous avons également plusieurs niveaux d’activité qui correspondent à une taille de Chiffre
d’affaires :

- Niveau A) :
- Bâtiment : 1500 m²
- Machines : 6 machines, 3 de niveau 0 à 20mm et 3 de 15 à 40mm,
- Niveau B) :
- Bâtiment : 1800m²
- Machines : 10 machines, 5 de niveau 0 à 20mm et 5 de 15 à 40mm,
- Niveau C) :
- Bâtiment : 2500m²
15
- Machines : 12 machines, 6 de niveau 0 à 20mm et 6 de 15 à 40mm,
- Equipement de traitement thermique,
- Equipement de traitement de surface,
- Système de traitement des eaux, réglementation,

Le détail de ces schémas se retrouve dans les paragraphes du financement du projet.

Dans ce schéma nous aurons donc 6 possibilités d’opportunités d’investissement, offrant


différentes solutions aux investisseurs selon leur stratégie, leurs moyens et leurs objectifs.

Une formule plus spécifique sera évoquée celle de « l’Externalisation d’activités » de la part
des donneurs d’ordres. Cette formule est très usitée en Europe pour des raisons stratégiques et
compétitives pour le donneur d’ordre et pour des opportunités de création et développement
d’activité pour les salariés concernés.

3.1. RESSOURCES HUMAINES

Les ressources humaines de l’activité décolletage sont un gage très important de réussite. Le
décolletage est un métier très spécifique, très technique qui demande des compétences plus
importantes que la mécanique traditionnelle.

Fonctions

Les principales difficultés à prévoir pour les créateurs sont :


• Les relations “amont” avec les donneurs d’ordres : Commercial
• Les choix stratégiques commerciaux et d’investissements : Investissements
• L’insuffisance des fonds propres : Financements
Les fonctions essentielles de cette activité de sous-traitance de décolletage se présentent
de la façon suivante :

- Direction générale :
Le chef d’entreprise dont le rôle est d’assurer :

 La gestion :
• Le suivi au quotidien de l’activité,
 Les charges à surveiller,
 La maîtrise du résultat,
• La gestion financière et les besoins en trésorerie,

Le secteur du décolletage est lié à la conjoncture des industries clientes, notamment celles de
l'automobile et des biens d'équipements.

16
En résumé les fonctions clés associées dans une entreprise de décolletage aux standards
internationaux sont résumées dans le tableau suivant :

FONCTIONS CLES DECOLLETAGE


Administratif et
Marketing Etude et Technique Soutien
Financier
- Fonction - Fonction Commercial. - Fonction Technique - Fonction Qualité,
administrative, méthode et sécurité et
- Fonction Financière industrialisation environnement
- Fonction Achats - Fonction Usinage : - Fonction Amélioration
matières premières. réglage des machines permanente
outils à commande - Fonction Logistique.
numérique par
enlèvement de matière.

17
Salaire

Les salaires envisagés dans le cadre de l’étude sont les suivants par poste

Ressources humaines : Salaire annuel Brut Chargé

Dirigeant 960 000,00 1 209 600,00


Secrétaire direction 384 000,00 483 840,00
Directeur QHSE 480 000,00 604 800,00
Directeur technique 500 000,00 630 000,00
Responsable Atelier fabrication 420 000,00 529 200,00
1 personne huile, copeau, stock matière 300 000,00 378 000,00
1 régleur 768 000,00 967 680,00
1 opérateur pour 4 machines* 336 000,00 423 360,00
1 contrôleur 350 000,00 441 000,00
Directeur Logistique 400 000,00 504 000,00
Secrétaire 280 000,00 352 800,00
1 Contrôleur 320 000,00 403 200,00
1 personnel lavage, sous-traitance 300 000,00 378 000,00
1 personnel Expédition, conditionnement 300 000,00 378 000,00
Responsable Bureau Etudes Méthodes 350 000,00 441 000,00
Programmeur 320 000,00 403 200,00
Responsable Vente Marketing 340 000,00 428 400,00
1 personnel commande 300 000,00 378 000,00
Responsable Traitement Offres 320 000,00 403 200,00
1 personnel devis 300 000,00 378 000,00
1 personnel achat 300 000,00 378 000,00
Responsable Administratif 350 000,00 441 000,00
1 Personnel comptabilité finance 320 000,00 403 200,00
Total brut : 8 614 000,00 10 430 280.00
23 personnes pour une entreprise de niveau
international pour assurer les fonctions majeures.
Taux de cotisation patronal : 26% 26,00 2 339 480,00
Taux de cotisation salarial : 9% 9,00 809 820,00

18
Organigramme et Calendrier de recrutement

L’intégration des personnes lors de la création ne peut se réaliser qu’avec un planning qui tient
compte des investissements et des développements de l’activité.

Calendrier de recrutement :

Année N N+1
Niveau A B C
1er semestre 2ème semestre 1er semestre 2ème semestre
Décolletage
Fonctions 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
x
Direction
Secrétaire Direction x
Direction Technique x

Bureau Etude x

Responsable atelier x

Régleur x

Opérateurs x

Contrôleur x

Manutentionnaire x
x
Direction Commerciale
Agent commercial x

Direction Financière x
x
Acheteur
Comptable x
Direction qualité x
x
Contrôleur
Agent Environnement x
Direction Logistique x
x
Sous-traitance
Expéditeur x
Contrôleur x
Niveau C avec TT

Responsable
Traitement Thermique x
Opérateur x
Niveau C avec TS

Responsable x
Traitement Surface
Opérateur x
19
Organigramme fonctionnel d’une entreprise de décolletage aux standards internationaux

Selon la taille de l’entreprise et le CA, le nombre d’emploi doit être réduit, l’intérêt est de mettre les fonctions en place qui peuvent se cumuler si le CA
est faible.
Cela fait 21 personnes plus les opérateurs selon le ratio*

Direction
Chef entreprise

Secrétariat QHSE
1 personne Qualité Hygiène Sécurité
Environnement
1 personne

Vente Traitement Direction Direction Technique ATELIER FABRICATION


Marketing offres Administrative 1 secrétaire Ordonnancement –
1responsable 1responsable 1responsable Lancement- Production
1 responsable
Bureau LOGISTIQUE
Etude Gestion Intégrée – Transport -
Méthodes Soutien Huiles
1responsable 1 responsable et 1 secrétaire TT & TS
Commande Devis Achat cons & 0.25
personne Niveau C1
1 personne 1 personne divers C2
0.5 personne

Contrôle
1 personne
Copeaux
Etude/ Méthodes Lavage 0.25
Achat CFAO 0.5 personne personne
matière Programmation
Comptabilité Tours
première 1 personne
0.5 personne Finances Stock Décolletage
1 personne Sous-traitance matière CNC
Traitement

Expéditions
0.5

0.5 personne
0.5 personne personne

Contrôle MO
Traitement / Tours CNC / MO Reprises
Conditionnement 1 Reprises
1 Régleur *par famille machine 0.5personne personne
1 opérateur* pour 4 machines
26
3.2. MATIERES PREMIERES

Matières premières, disponibilité et prix

Les matières principales utilisées en décolletage sont disponibles sous un mois en Europe
généralement.

En Algérie, il convient de bâtir un programme d’approvisionnement de 6 mois minimum pour ne


pas être en rupture, compte tenu des délais de négociation, de transit et de douane et le transport
par bateaux.

Les prix mentionnés sont départ dépôt, il convient d’y ajouter les frais d’approche soit transport et
emballage et transit pour l’importation.

Compte tenu des objectifs, le marché représente un équivalent de 800 000 barres de 6 m, soit 25
600 tonnes pour un volume de 3350 m³.

1 barre diamètre 30 de longueur 6 m représente un poids de 32Kgs pour de l’acier et un volume de


0.00424 m³.

Coût de fret maritime* par container en FCA :


- 1 700 € HT en container de 20 pieds, soit 170 000 DA HT
- 2 514 € HT en container de 40 pieds, soit 251 400 DA HT, départ Marseille, arrivée Alger,
- Entreposage à Marseille, franchise 1 mois,
- mise en container, un container est limité à 25 Tonnes,
- formalités douane,
- transport par mer Marseille Alger,
- Mise à quai à Alger
* Prix société FAUVEDER Marseille, offre en annexe,

Aciers doux : 138 000 DA HT la tonne, 16 Kg la barre de 3 m de diamètre 30 mm.


Aciers Inox : 562 000 DA HT la tonne, 16 Kg la barre de 3 m de diamètre 30 mm.
Aciers trempant : 245 000 DA HT la tonne, 16 Kg la barre de 3 m de diamètre 30 mm.
Aluminium, Dural : 468 000 DA HT la tonne, 6 Kg la barre de 3 m de diamètre 30 mm.
Bronze : 965 000 DA HT la tonne, 18.5 Kg la barre de 3 m de diamètre 30 mm.
Cuivre : 1 100 000 DA HT la tonne, 18.3 Kg la barre de 3 m de diamètre 30 mm.
Laiton : 860 000 DA HT la tonne, 16 Kg la barre de 3 m de diamètre 30 mm.
Maillechort : 950 000 DA HT la tonne, 18 Kg la barre de 3 m de diamètre 30 mm.

Fournisseurs, distributeurs
Les fournisseurs sur le marché algérien sont essentiellement des importateurs et distributeurs. Les
principaux distributeurs algériens sont :
- TECNO ACIER à Rouïba,
- PRO DISTRIBUTEUR à Boufarik,
- PIMA à Alger,

La caractéristique des fournisseurs algériens est qu’ils ne disposent que des matières relativement
basiques tant en capacité (diamètre, forme, quantité…) qu’en disponibilité. Ces importateurs
minimisent les risques en important que du basique pour la mécanique, ce qui est très pénalisant
pour les décolleteurs, qui utilisent des matières premières spécifiques pour l’usinabilité.

Les fournisseurs européens disposent de façon régulière des matières utilisées en décolletage.
Ces matières disposent d’un ajout de plomb pour améliorer l’usinabilité. Les prix sont très volatiles
car ils sont fixés de façon mondiale et subissent ainsi des fluctuations parfois très importantes et
parfois très rapidement.

27
Il existe environ une cinquantaine de fournisseurs de matières premières en Europe avec des
succursales importantes dans les grandes régions et villes industrielles.
Il convient dans le cadre de mise en place d’une filière de sous-traitance de décolletage de mettre
en place une procédure d’achat collective qui peut être piloté par l’UPIAM ou la Bourse de sous-
traitance et qui pourrait importer directement les matières premières ou négocier avec les
distributeurs algériens.

3.3. PROCEDE DE FABRICATION

En technique, le décolletage désigne un domaine de fabrication où des pièces de révolution (vis,


boulon, axe, etc.) sont usinés par enlèvement de matière à partir de barres de métal, à l'aide d'un
outil coupant (en général un outil couteau).

Les pièces sont usinées en petites, moyennes ou grandes séries sur des tours automatiques
conventionnels (à came) ou à commande numérique. Elles sont usinées les unes à la suite des
autres dans la barre, le but étant d'atteindre une productivité et une précision élevées. On
cherche aussi, en général, à produire le moins de copeaux possible.

Parfois, les pièces ainsi usinées subissent des opérations ultérieures (mécaniques, thermiques ou
chimiques) qui sont sous-traitées avant d'être utilisées dans la réalisation de sous-ensembles.

Le décolletage s'effectue sur des machines appelées « décolleteuses » ou « tours automatiques »,


dont les mouvements sont générés par des systèmes maintenant à commande numérique (CNC).

Les pièces produites par cette technique sont généralement de petites dimensions (diamètre 0,1
mm à 40 mm) et de précision élevée (du millième au centième de millimètre). Outre les opérations
courantes de tournage, de taraudage et de filetage, certaines décolleteuses effectuent des
opérations supplémentaires telles que le perçage et le fraisage, ou même encore l'usinage
complet de la pièce grâce à une deuxième broche, évitant les coûteuses opérations de « reprise ».

Les « décolleteuses » ou « tours automatiques » sont des machines-outils assimilables à des


tours, mais se distinguant de ces derniers par deux particularités : leur mode de fonctionnement
entièrement automatique (y compris l'approvisionnement en matière hors de la barre ou de la
torche) et le fait qu'ils produisent essentiellement des pièces mécaniques précises de faibles
dimensions, réalisées en grandes et très grandes séries.

Les tours automatiques à cames sont dotés d'un arbre à cames qui effectue un tour entier par
cycle complet d'usinage d'une pièce. Des systèmes de cames et leviers servent à déplacer les
organes de machine (chariots porte-outils, combiné à contre-opérations, poupée mobile ou chariot
longitudinal, etc.) pendant le cycle d'usinage. La vitesse de rotation de l'arbre à cames est
synchronisée avec celle de la broche, ce qui permet notamment d'effectuer du filetage. Ces
machines sont en train de disparaître, celles qui subsistent sont reconditionnées avec des CNC.

Dans les tours automatiques à commande numérique, ou plutôt à commande CNC (Computer
Numerical Control), les cames ont disparu. Les différentes fonctions de la machine sont réalisées
par des axes mus par des moteurs à asservissement numérique, obéissant à un programme
pièce, élaboré sur un micro-ordinateur de bureau puis introduit dans l'ordinateur de la machine.
Cette solution raccourcit le temps de mise en train de façon considérable, car toute la
programmation peut se faire en temps masqué, de même que la préparation des outils (pré-
réglage). Le tour automatique à commande CNC rend donc possible la fabrication rentable de
moyennes et petites séries, avec des temps d'arrêt réduits à leur plus simple expression.

28
3.4. SCHEMA DES PRINCIPALES ETAPES DE FABRICATION

Les étapes que l’on rencontre en décolletage sont les suivantes : généralement on appelle ces
étapes des phases d’usinage dans le langage de la mécanique,

Phases de décolletage :
- Dressage
- Chariotage
- Filetage
- Taraudage
- Fraisage
- Moletage
- Perçage
- Rainurage
- Tronçonnage
- Polissage
- Ebavurage
- Lavage
- Assemblage

L’activité de traitement thermique ou de traitement de surface qui est spécifié sur des
pièces à décolleter sont des activités propres qui ne concernent pas le décolletage. Un
atelier de décolletage comporte rarement un atelier de traitement, il sous-traite l’activité
traitement car c’est un métier à part entière. Aujourd’hui pour être performant, l’entreprise
se concentre sur son cœur de métier. La compétition actuelle oblige à se focaliser sur son
activité propre.

En outre, pour réaliser ces activités de traitement, la législation oblige à investir dans une
station de traitement de l’eau, station coûteuse car les effluents sont très chargés en
métaux lourds que l’on doit éliminer. C’est une contrainte lourde qui explique pourquoi les
donneurs d’ordres sous-traitent les activités de traitement et pourquoi également les
décolleteurs et d’autres activités du champ de la sous-traitance sous-traitent les activités
de traitement. Le traitement thermique et traitement de surface sont des activités en elle
même typique de sous-traitance dans le monde industriel.

Par rapport également à la politique industrielle que souhaite mettre en place le MIPMEPI, à
priori il est légitime de croire qu’une activité comme le traitement de surface et le traitement
thermique seront également des filières de sous-traitance, cela semble indispensable. Il
nous semble donc contradictoire d’intégrer dans un atelier de décolletage ces fonctions.

En Europe : Les opérations de traitements de surfaces sont effectuées de nos jours par une
multitude d’entreprises sous-traitantes pour le compte de grands groupes industriels dans les
domaines de l'automobile, des « produits blancs », de l'aérospatiale…

Néanmoins, la SNVI semblerait vouloir se désengager de son activité de décolletage, et donc pour
faciliter ce passage nous intégrerons dans la phase C les activités de traitement thermiques et
traitement de surface.

Brevets, partenariat

Il n’existe pas de brevets spécifiques dans le métier. Des brevets peuvent être envisagés par
chaque entreprise au fil de ses innovations, mais ce n’est pas un métier propice au dépôt de
brevet. C’est un métier propice aux innovations pour avoir une meilleure productivité et des
recherches permanentes de compétitivité comme tous les secteurs qui travaillent dans un secteur
à forte compétitivité comme l’automobile par exemple.

29
Les partenariats nous paraissent importants et peut être même indispensable pour réussir cette
filière.
Ils sont à deux niveaux :
- à l’international : Les européens qui sont les plus innovants et les plus performants dans ce
métier sont capables d’apporter des partenariats techniques et technologiques grâce aux
structures en place en l’Europe :
- Centre technique,
- Syndicat des professionnels,
- Fédération des professionnels,

- au national : Les structures comme :


- Centre technique,
- Bourse sous-traitance,
- UPIAM,

Il y a surtout des partenariats à mener pour travailler sur les relations entre :
- donneurs d’ordres et sous-traitants,
- fournisseurs de matières, achats groupés…
- maintenance des machines…
- outillage et outils coupants de dernières générations…

3.5. EQUIPEMENTS NECESSAIRES ET CARACTERISTIQUES

Equipement

Ce paragraphe correspond au cahier des charges des équipements d’une certaine manière. Les
équipements nécessaires pour assurer l’activité en sous-traitance de décolletage sont
essentiellement :

Machines de décolletage :

Nous avons envisagé dans notre cas d’utiliser des machines à commande numérique car les
anciens tours à came ne sont plus fabriqués et on ne les trouve que d’occasion, parfois révisé et
quelques fois non.

Nous avons fait le choix de nous appuyer sur des machines TORNOS qui correspondent le mieux
au besoin en assurant une grande technicité et fiabilité dans des coûts respectables. Par ailleurs le
parc actuel installé en Algérie ne comporte que du TORNOS, il est donc préférable de conserver
cette marque pour assurer une meilleure maintenance et également pour les opérateurs qui
n’auront pas à redécouvrir un environnement machine.

Nous avons sélectionné deux types de machines standards constructeurs :


- une première assurant les diamètres de 0 à 16 mm,
- une seconde assurant des diamètres 0 à 40mm mais en réalité assurant les diamètres 12 à
40mm.

DELTA 16 :
Tornos propose une version 16 mm dans sa ligne de produit destinée à la production de pièces
simples, optimale pour l’usinage de grands diamètres.

Delta 20 existe en deux versions et est dotée de 4 ou 5 axes linéaires et de un axe C dans sa
version de base. Elle peut recevoir jusqu’à 16 outils dont 3 outils tournants, et 3 en contre broche
au maximum. Le tour est équipé en série d’une pompe à grand débit et d’une pompe 20 bars.

30
Le système broche-canon à moteur intégré permet une plus grande rigidité de l’ensemble et réduit
significativement la longueur de chute. D’une puissance de 11kW en pointe la broche permet des
enlèvements de copeaux importants.

Principaux atouts :
- Usinage avec ou sans canon de guidage,
- Outils motorisés,
- Large zone d’usinage,
- Moto broches (broche et contre-broche),
- Unité de refroidissement indépendante des broches,
- Bâti rigide en fonte,
- Bac à copeaux et réservoir de liquide de coupe de grande capacité,
- Encombrement au sol réduit,
- Programmation ISO,
- Tableau de commande convivial
- Mise en train rapide.

DELTA 38 :
Tornos propose une version 38 mm de sa ligne de produit destinée à la production de pièces
simples, optimale pour l’usinage de grands diamètres.

Delta 38 existe en deux versions, avec et sans motorisation sur le bloc de contre-opération et est
dotée de 5 axes linéaires et de deux axes C en version de base. Elle peut recevoir jusqu’à 31
outils dont 9 outils tournants, au maximum (Delta 38 / 5 A). Le tour est équipé en série d’une
pompe grand débit et d’une pompe 20 bars dotée de 4 sorties pilotables (peigne avant, peigne
arrière, contre-opération, lavage contre-broche).

Le système broche-canon à moteur intégré permet une plus grande rigidité de l’ensemble et réduit
significativement la longueur de chute. D’une puissance de 11kW en pointe la broche permet des
enlèvements de copeaux importants.

Principaux atouts :
- Productivité,
- Puissance,
- Précision,
- Rapide et simple à régler,
- Large zone d’usinage permettant une bonne évacuation des copeaux,
- Travail au soluble possible,
- Autonomie importante,
- Prix très attractif.

31
Il convient d’associer les outils coupants, qui sont les éléments essentiels en usinage et en
particulier en décolletage ou ils sont assez spécifiques.

Outils coupants : pour le décolletage et la mécanique de précision :


- porte-outils de tronçonnage,
- porte-outils de tournage,
- Plaquettes carbure,
- porte-outils de filetage,
- porte-outils de taraudage,
- porte-outils de rainurage,
- porte-outils de perçage,
- Fraises HSS et carbure, fraises à plaquettes,
- Tarauds,
- Filières,
- Alésoirs,
- Outils carbure brasé,
- fraises et forets à plaquettes,
- barres d’alésage,
- Moletage,
- Forets carbure monobloc et à plaquettes,
- Forets HSS.

Equipement de : Qualité, contrôle :


Il convient de disposer d’un local à température régulée de 20°C et isolée pour étalonner les
appareils qui circulent dans l’atelier et dans lequel les gros équipements résident.
Familles d’équipements concernées :

> Dimensionnel :
Instruments à côtes fixes : cales étalon, tampons et bagues lisses et filetées, calibres à limites et
calibres spécifiques…
Instruments à côtes variables : pieds à coulisse, comparateurs, micromètres…
Bancs de mesures.

> Essais mécaniques :


Mesureurs et références spécifiques : forme, rugosité, planéité, circularité...
Machine de dureté,
Mesures 2D/3D de pièces,
Sertissages.

32
Moyens techniques à disposer :
Bancs de mesure dimensionnelle jusqu’à 500 mm et «éventuellement bancs spécifiques,
Interféromètres laser, si nécessaire,
Projecteur de profil,
Marbres, colonnes de mesure,
Etalons de référence : cales, tampons, bagues, étalons de dureté…
Machines 3D,
Niveaux électroniques.

Le coût globalement d’équipement en matériel pour vérifier et contrôler la qualité et répondre aux
exigences normatives et clientèles d’un atelier est de l’ordre de 5 000 000 de dinars.

Equipement de CFAO (Conception Fabrication Assistée par Ordinateur) :


Les logiciels possibles sur l’application décolletage sont :
- TOP SOLID,
- SOLIDWORKS avec CAM Works,

Logiciel CFAO: TOP SOLID

Logiciel CAO : SOLIDWORKS

Les deux solutions sont très proches, TOPSOLID présente l’avantage d’être intégré mais il n’a pas
de représentant en Algérie. SOLIDWORKS avec CAM Works associé dispose d’un représentant
en Algérie, ce qui représente à nos yeux un avantage concurrentiel indéniable du fait des mises au
point nécessaire, du développement des post processeur de commande numérique et de la
maintenance du système.

TopSolid’Design et SOLIDWORKS, chacun est un logiciel intégré et associatif qui permet à chacun
de créer et concevoir ses produits plus efficacement. La cinématique, le calcul de structures, la
modélisation volumique et surfacique, la tôlerie, la tuyauterie, les composants mécaniques, font
partie intégrante du logiciel et permettent d’énormes gains dans le processus de conception.

Fonctions principales :

Esquisses 2D et 3D :
 Gestion des tangences, courbures et tensions de la courbe
 Courbes à angles vifs, nurbs
 Courbe parallèle sur une surface ou forme
 Nettoyage et reconstruction des esquisses importées

Modélisation :
 Pièce dérivée tolérante
 Comparer et remplacer sur une forme
 Nouveaux types de surfaces (normales, étendues, ….)

Assemblage et composants :
 Lignes de tuyauterie et composants associés
 Assemblage gauche et droit (symétrie)
 Opérations sur assemblage : limitation simple ou réciproque, perçage
 Récupération de composants (Internet, TopSolid v6) en famille explicite

Pdm :
 Référencement automatique des pièces
 Workflow : gestion des étapes et des validations

33
Mécanisme :
 Liaison courroie
 Tâche « prendre et lâcher »
 Pilotage en vitesse
 Gestion des frottements

Mise en plan :
 Coupe d’une vue de détail, redressement d’une coupe
 Cotes et annotations projetées
 Scission de nomenclatures et tableaux
 Zones hachurées en 2D

Logiciel FAO : CAM Works, TOPSOLID Cam


TopSolid’Cam et CAM Works, chacun est reconnu performant dans la CFAO grâce à sa capacité à
pouvoir programmer toutes les situations de tournage multi-axes, synchronisations interactives et
simulation complexe.

ines multifonctions ou « Mill / Turn »,


-faire usinage,

s post-processeurs personnalisés, performants et mis au point avec les constructeurs


MOCNs,

Exemples de dessin réalisé en CAO, création et cotation

Equipement Gestion Intégrée (ERP) :

Le descriptif qui suit est particulièrement important et correspond à un réel cahier des charges
d’ERP pour le secteur du décolletage. C’est un élément très important pour l’entreprise de
disposer à tout instant des informations pertinentes pour répondre aux clients, aux fournisseurs,
aux banquiers, à l’administration… et surtout de connaître sa situation en temps réel.

34
Logiciel Gestion Intégrée : TOP SOLID ERP et SYLOB 5,
TopSolid’Erp et SYLOB 5, chacun s’adresse aux fabricants de produits propres et sous-traitants
pour lesquels la GPAO (gestion de production) est un élément essentiel. Il est préconfiguré pour
les entreprises industrielles des métiers de la mécanique, de la tôlerie-chaudronnerie et du
composite.

La solution métier personnalisable :


La personnalisation, avec le paramétrage, permet d’ajouter des champs supplémentaires dans
l’ensemble des modules pour adapter les consultations, les indicateurs et les workflows en
adéquation avec votre organisation et vos spécificités.

Les modèles de gestion intégrée :

Il apporte souplesse et réactivité pour le traitement de vos affaires. Les processus sont adaptés
aux typologies de ventes suivantes :
> Fabrication à la commande
> Gestion à l’affaire
> Ventes en négoce
> Fabrications et approvisionnements par anticipation sur PIC (Plan Industriel et Commercial) pour
les fabricants
> Fabrications et approvisionnements par anticipation sur Commandes Programmes (plans
d’approvisionnement avec appels de livraisons, commandes ouvertes,…)

Intégration CAD/CAM/Gestion Intégrée :

Un référentiel centralisé pour les structures multi-sociétés, multi-sites ou multi-centres de profits. Il


permet de configurer une base de données unique pour une organisation en «entreprise étendue»,
multi-sociétés, multi-sites ou multi-centres de profits. L’accès, la dissociation ou le partage des
informations sont paramétrés en cohérence avec l’organisation mise en place.

Une telle configuration permet d’optimiser le coût d’exploitation du système d’information aussi
bien pour la consolidation des données que pour sa maintenance en conditions opérationnelles.

L’ouverture et la communication :
La structure de données est logique et rigoureuse. Son ouverture facilite pleinement l’extraction et
l’exploitation des données avec des outils de bureautique ou avec toute autre application.

35
L’ergonomie étudiée à tous les niveaux :
> Personnalisation des menus
> Ecrans de consultations paramétrables
> Menus contextuels
> Multifenêtrage
> Saisies en mode tableur
> Création de pièces en flux tirés ou en flux poussés

Equipement de traitement thermique :

Le traitement thermique d'un matériau (par le chaud ou le froid) vise à en modifier certaines
propriétés de (résistance en général).

Le traitement thermique d'une pièce de métal consiste à lui faire subir des transformations de
structure grâce à des cycles prédéterminés de chauffage et de refroidissement afin d'en améliorer
les caractéristiques mécaniques : dureté, ductilité, limite d'élasticité, …

Ce procédé est souvent couplé avec l'emploi d'une atmosphère contrôlée lors de la mise en
température de la pièce, soit pour éviter son oxydation, soit pour effectuer un apport ou
changement moléculaire de surface

La trempe s'effectue après une mise en solution de certains composés : Il s'agit de maintenir le
matériau à tremper à une température suffisante et suffisamment longtemps. On plonge ensuite la
pièce dans un liquide (bain d'huile, eau, plomb fondu, etc.) ou on le refroidit avec un gaz (azote,
air, etc.).

Le revenu se pratique après une trempe, pour réduire les contraintes internes créées durant celle-
ci. Le revenu permet d'améliorer la résistance mécanique des pièces traitées, de rétablir les
valeurs de résilience et de rendre l'acier moins fragile, plus ductile. La dureté diminue également
quelque peu (Dissolution de certains composés fragiles tels que les carbures favorisés).

 Le recuit se fait après un traitement mécanique, une opération de soudage, etc. afin de rendre
plus homogène le matériau et lui rendre une partie de ses propriétés antérieures.

On le fait aussi pour diminuer les dislocations, et donc relaxer l'énergie élastique stockée pendant
la déformation : en augmentant la température, on augmente aussi la diffusion et donc les
dislocations vont disparaître. On fait un adoucissement du métal ; ce phénomène porte le nom de
restauration. Si le taux de déformation est important et la température suffisamment élevée, on
peut même avoir une recristallisation

Les mises en température sont effectuées dans des fours le plus souvent à atmosphère contrôlée
ou à bain de sel.

Les fours à bain de sels permettent une autre technique d'apport de molécules actives en surface
du matériau, par contact avec un liquide. Par exemple, les bains de cyanure permettent d'apporter
des atomes d'azote pour effectuer une nitruration. Les fours à basse pression remplacent
avantageusement les bains de sels de ce type en permettant un apport d'azote sous forme
gazeuse et en faible quantité, ce qui est beaucoup moins dangereux que l'emploi des composés
azotés liquides à base de cyanure.

La cémentation désigne deux procédés métallurgiques :


 historiquement, c'est une procédé de fabrication de l'acier par réaction de fer, obtenu en bas
fourneau, avec du monoxyde de carbone ;
 acception moderne : procédé de métallurgie servant à durcir les aciers par ajout superficiel de
carbone, avant une trempe superficielle.

36
Le mécanisme est le même dans les deux cas, mais dans le procédé historique, on attend
« suffisamment longtemps » pour que le carbone pénètre à cœur.

Les moyens employés sont des fours régulés en température et des bains de différentes natures,
eau, huile, sel…

Il existe également des installations très automatisées pour des entreprises très spécialisées, par
exemple une ligne automatisée de trempe à huile.

On rencontre des installations de chauffe par induction pour des opérations spécifiques.

Exemple dans le schéma suivant d’une installation de trempe à huile automatisée et de grande
productivité.

Equipement de traitement de surface :

Un traitement de surface est une opération mécanique, chimique, électrochimique ou physique


qui a pour conséquence de modifier l'aspect ou la fonction de la surface des matériaux afin de
l'adapter à des conditions d'utilisation données. Les traitements de surface jouent un rôle éminent
dans le domaine de l’usure et de la protection avec également un rôle dans le design.

Avant tout traitement, le nettoyage des surfaces est une phase essentielle qui a pour objet
d'enlever les souillures existant à la surface des pièces et qui comprend deux opérations distinctes
 Le dégraissage qui élimine les corps gras : par des actions mécaniques, chimiques,
électrolytiques.
 Le décapage qui enlève toute trace de corrosion et d’oxyde qui adhèrent à la surface des
pièces et qui peuvent être éliminés par une action mécanique (sablage ou grenaillage), chimique
ou électrolytique.

Ces opérations sont toujours suivies d'un rinçage.

37
Dépôt par voie humide :
 Dépôt électrolytique ou électrodéposition :
o Galvanoplastie: argenture, dorure, nickelage, cuivrage,
o Chromage, cadmiage, rhodiage...)
 Dépôt chimique statique (argenture, nickelage, cuivrage...)
 Dépôt chimique dynamique (procédé JetMetal)

Dépôt voie sèche :


 Rechargement métallique par Projection thermique
 Phase vapeur : dépôt physique PVD et dépôt chimique CVD
 Faisceaux énergétiques
 Application de feuilles métalliques: Dorure, argenture, cuivrage à la feuille.

Dépôt par voie thermique :


 Étamage
 Dorure et argenture au mercure
 Par immersion en métal fondu : Galvanisation par le zinc, étamage et plombage.

Dépôt par projection thermique :


 Hexa-plasma,
 Flame-plating,

Les équipements se composent généralement de tunnels, de fours et de bains le plus souvent. Il


existe également des lignes très spécialisées et très productives pour des applications spécifiques.

Equipement de traitement des eaux usées :

Toute activité industrielle engendre des rejets polluants qui renferment tous les sous-produits et
les pertes de matières premières qui n'ont pu être récupérées ni recyclées.

Les effluents industriels sont les rejets liquides issus des procédés d'extraction ou de
transformation des matières premières dans le processus de fabrication des produits. Ces
effluents sont extrêmement hétérogènes. Leur quantité et leur qualité varient en fonction du
procédé mis en œuvre.

Les eaux usées contiennent généralement une grande diversité de polluants chimiques à l'état
solide ou dissous (matières organiques et minérales, métaux, hydrocarbures, solvants, polymères,
huiles, graisses, sels, ...). Chaque type d'effluent requiert donc une approche spécifique.

Chaque site industriel est un cas particulier, auquel il convient d'adapter les équipements et les
procédés adéquats, dans le respect des normes Environnementales en vigueur pour le
traitement des effluents. L'eau est impliquée dans la plupart des fabrications industrielles et doit
répondre à des normes de potabilité bactériologique et physico-chimique.

Les unités de traitement des eaux industrielles garantissent la plus grande efficacité et qualité
dans tous les secteurs industriels.

L’intérêt est d’avoir un niveau de rejet de zéro polluant, dont les métaux lourds.

Equipement d’aménagement :

Les investissements d’aménagements à réaliser sont les suivants et équivalent quelque soit la
taille de la structure.

38
Aménagement :
- rack stockage matières
- rack stockage outils coupants et plaquettes
- servante d’atelier
- poste d’atelier
- chariot élévateur
- chariot manuel (transpalette)
- pont roulant
- petit camion de livraison
- camionnette.

Nombre
Nous avons prévu plusieurs niveaux d’activité qui correspondent à une taille de Chiffre d’affaires,
pour répondre à différentes possibilités d’investissement et de stratégie :

Niveau A) :
- Bâtiment : 1500 m²
- Machines : 6 machines CN, 3 de niveau 0 à 16 mm et 3 de 15 à 40mm,
- Equipement CFAO : 1 poste CFAO
- Equipement Gestion Intégrée : 1 licence avec 6 stations de travail,

Niveau B) :
- Bâtiment : 1800m²
- Machines : 10 machines CN, 5 de niveau 0 à 16 mm et 5 de 15 à 40mm,
- Equipement CFAO : 1 poste CFAO
- Equipement Gestion Intégrée : 1 licence avec 8 stations de travail,

Niveau C) :
- Bâtiment : 2500m²
- Machines : 12 machines CN, 6 de niveau 0 à 16 mm et 6 de 15 à 40mm,
- Equipement CFAO : 1 poste CFAO
- Equipement Gestion Intégrée : 1 licence avec 10 stations de travail,
- Atelier de traitement thermique, capacité de 1000 T par jour,
- Atelier de traitement de surface, voie humide, capacité de 1000 m² par jour,
- Station de traitement des effluents industriels avec rejet zéro, capacité 100 m² par jour.

Comme nous l’avons mentionné, une formule différente existe et peut représenter un intérêt
économique et social important, c’est l’Externalisation des activités par le donneur d’ordre.

Généralement la formule est la suivante et fait l’objet d’un accord juridique entre les parties :

En Europe, le plus souvent :

- Donneur d’ordre :
- l’activité (marché et équipement mobilier) est cédée pour une somme modique et le plus
souvent symbolique par le donneur d’ordre,
- s’engage pendant une durée négociée à assurer l’activité et progressivement se désengage,
pour faciliter le démarrage de l’activité et rassurer les partenaires du sous-traitant en particulier
le banquier,
- un temps est donné pour transférer l’activité dans le local du sous-traitant,
- parfois des facilités de paiement sont accordées pour assurer la trésorerie de départ,
- Sous-traitant :
- en contre partie, les salariés rachètent l’activité, en créant leur entreprise,
- assure la fabrication selon le contrat signé et s’engage à prospecter et à améliorer son
indépendance commerciale pour devenir autonome,

39
- s’installe progressivement dans son local et effectue les transferts, machines et
équipements,
Dans l’externalisation d’activité, le donneur d’ordre est le maillon décideur, déclencheur et donc
moteur essentiel de la réussite de l’opération.

Il existe d’autres formules du type, actionnariat du donneur d’ordre, cession simple des
machines…

Le grand intérêt de la formule est qu’elle préserve une vie sociale et qu’elle permet à une catégorie
de personnes compétentes mais parfois avec des moyens limités de réussir dans la vie
économique et de permettre le sauvetage de savoir-faire.

Nous sommes convaincu que c’est une formule à envisager dans le cas de mise en place de
filière, car elle permet d’aller rapidement à l’essentiel sans souvent le long parcours de la création
d’entreprise.

Prix
Les prix des différents équipements sont les suivants :

Les prix s’entendent rendus Algérie.

Nous avons retenu les coûts des machines TORNOS pour deux raisons majeures. Ce sont les
machines qui ne représentent pas la haute technologie coûteuse dont on se sert peu, mais qui
sont très bien conçues et fabriquées avec des concepts innovants et qui correspondent totalement
au besoin du décolleteur. Il y a des machines moins chères sur le marché mais elles n’offrent pas
la qualité et la fiabilité de TORNOS. L’autre raison est qu’en Algérie les derniers investissements
en décolletage montrent des machines TORNOS et pour des soucis de maintenance, il est
préférable d’avoir un constructeur suffisamment implanté car alors il se doit d’assister ses clients.

Prix des machines de décolletage CN : source TORNOS France

DELTA 16 : 70 000 € HT, diamètre 0 à 16 mm soit 7 000 000 DA HT,


DELTA 20 : 80 000 € HT, diamètre 0 à 20 mm soit 8 000 000 DA HT,
DELTA 30 : 100 000 € HT, diamètre 0 à 30 mm soit 10 000 000 DA HT,
DELTA 38 /5A : 135 000 € HAT, diamètre 0 à 38 mm soit 13 500 000 DA HT,
DELTA 38 /5B : 145 000 € HT, diamètre 0 à 38 mm soit 14 500 000 DA HT.

Logiciel de programmation: à partir de logiciel de CFAO ou en ISO au pied de la machine en


masqué.

Unité de perçage ou fraisage : 1 500 à 2 000 € HT soit 150 000 à 200 000 DA HT.

Coûts Outils coupants : source GEISS, spécialiste décolletage,

Coût 12 à 15% du coût machine HT selon le niveau technologique envisagé.

Outils coupants pour le décolletage et la mécanique de précision :


 porte-outils de tronçonnage
 porte-outils de tournage
 Plaquettes carbure
 porte-outils de filetage
 porte-outils de taraudage
 porte-outils de rainurage
 porte-outils de perçage
 Fraises HSS et carbure, fraises à plaquettes
 Tarauds

40
 Filières
 Alésoirs
 Outils carbure brasé…
Coûts Outillages qualité : source MITUTOYO
- 1 machine tridimensionnelle : 15 000 € HT
- 1 projecteur de profil : 5 000 € HT
- 1 lot : palmer, pied à coulisses, jauges, cales, 25 000 € HT
- Divers outillages qualité : 5 000 € HT,

Coût CFAO : source SOLIDWORKS Algérie et MISSLER France


- 1 poste CFAO logiciel : 15 000 € HT
- 1 station de travail : 2 500 € HT
- 1 imprimante et tireuse de plan : 2 500 € HT
- Formation : 10 jours à 500 € HT par jour soit 5 000 HT,

Coût Gestion Intégrée : source MISSLER


- 10 postes Gestion Intégrée logiciel : 45 000 € HT
- 10 stations de travail : 7 500 € HT
- 5 imprimantes : 2 500 € HT
- Formation : 25 jours à 500 € HT par jour soit 12 500 € HT,

Atelier traitement thermique : source MESSER


- Fours de trempe
- Fours de revenu,
- Fours de recuit
- Bains d’huile
- Bains de sel
- Induction
Soit un investissement de 12 200 000 DA HT pour traiter de l’ordre de 1000 t par jour.

Atelier traitement de surface : source Industrie Systèmes


- Bains de traitement,
- Tonneaux de traitement,
- Sablage grenaillage,
- 6 bains,
Soit un investissement de 10 500 000 DA HT pour traiter de l’ordre de 1000 m² par jour.

Station traitement des effluents : source CALLISTO


- Bassins de récupération des effluents industriels,
- Bassins de décantation,
- Traitement des boues industrielles,
- Système de filtration,
- Filtre presse,
Soit un investissement de 18 000 000 DA HT pour traiter de l’ordre de 100 litres d’eau par jour.

Techniques nouvelles

Les dernières générations de machine de décolletage à commande numérique assurent des


niveaux de précision de l’ordre du micron en usinage.

Avec des concepts innovants, les constructeurs de machines à décolleter apportent la flexibilité au
monde multibroche. La réalisation de petites et moyennes séries de pièces est devenue possible
de manière rentable sur multibroche.

41
- Des temps de mises en train raccourcis, grâce à la programmation en temps masqué et
l’utilisation d’outillage standard font de ces solutions de parfaits auxiliaires aux exigences du
domaine automobile.
- Grâce à un concept tout numérique, les machines allient la flexibilité et la précision à la haute
productivité des multibroches à cames du passé.
- Pour des pièces jusqu’à 24 mm en 6 et 8 broches, et jusqu’à 34 mm en 6 broches la plus part
des constructeurs disposent de solution permettant d’envisager le domaine automobile et
industrielle avec confiance.

Une machine de décolletage aujourd’hui se compose :


- machine, tour mono-broche et multibroches,
- pilotage par commande numérique,
- embarreur hydraulique,
- robot manipulateur,

L’enjeu technologique majeure de demain pour les sous-traitants en décolletage et autres


également, sera d’être capable de faire des propositions d’amélioration de performance tant dans :
- les coûts,
- les délais,
- la qualité,
- les solutions créatives tant organisationnelle que technique et donc progressivement devenir un
partenaire.

Les programmes de Recherche et Développement dans le décolletage portent sur


essentiellement :
- instrumentation des machines, c’est à dire doter les machines d’appareilles de mesure de cotes
en temps réel et d’assister la commande numérique pour avoir une cote identique en permanence,
- instrumenter les machines de détecteurs de bris d’outils, c’est à dire si une plaquette d’usinage
casse, ou si elle s’échappe et ne coupe plus la matière,
- produire en consommant moins d’énergie : électrique, hydraulique et en protégeant
l’environnement,
- intégrer la mécatronique.

4. IMPLANTATION

Sites proposés pour l’implantation

Le rapport de la phase 1 sur l’étude de marché a montré deux sites prépondérants du fait de
l’implantation de donneurs d’ordres :
- la zone industrielle de Rouïba, Alger,
- la zone industrielle de Constantine et de Jijel.

En effet ces deux zones correspondent avant tout aux deux grands pôles de donneurs d’ordres de
l’activité de décolletage. La zone de Rouïba est plus orienté véhicules roulants et celle du grand
Constantine, mécanique et industrie.

Ces deux zones sont bien situées, près d’un port et près des donneurs d’ordres potentiels
majeurs.
Il existe une autre zone qui pourrait s’avérer intéressante c’est celle de Tiaret avec des
développements au niveau véhicules et avec BTK.

42
Avantages et inconvénients de chaque site

Zone de Rouïba :

AVANTAGES INCONVENIENTS

Zone portuaire proche,


Zone aéroportuaire proche,
Zone très chère
Donneurs d’ordres proches,
Zone assez chargée,
Facilités de service (transport, douane…) proche,
Le coût main d’œuvre plus chère
Compétences en principe plus accessible du fait
de la présence d’autres activités nombreuses,
Accès facile aux formations d’accompagnement,

Zone du grand Constantine :

AVANTAGES INCONVENIENTS

Zone portuaire proche,


Zone aéroportuaire proche,
Zone très chère
Donneurs d’ordres proches,
Zone assez chargée,
Facilités de service (transport, douane…) proche,
Le coût main d’œuvre plus chère
Compétences en principe plus accessible du fait
de la présence d’autres activités nombreuses,
Accès facile aux formations d’accompagnement,

Nous n’avons pas dans les calculs de business plan fait de différence car la moyenne des coûts
pour ces zones sont pratiquement équivalentes en moyenne.

Il existe un programme de développement de zones industrielles mis en place par l’ANIREF à la


demande du Gouvernement dont les lignes principales sont les suivantes :

PROGRAMME DE CREATION DE 36 NOUVELLES ZONES INDUSTRIELLES : ANIREF

Principes d’aménagement :

Il s’agit de réaliser:

Des projets intégrés comprenant une offre foncière adaptée aux besoins des investisseurs ainsi
que des services et des infrastructures de qualité;

Des sites aménagés dans le strict respect de l’environnement: sans risques, ni nuisances, ni
contraintes écologiques.

Des espaces bien aménagés, offrant un paysage industriel cohérent et maîtrisé et garantissant
aux usagers des zones: Un cadre de vie de qualité, Une desserte et une connectivité optimales
(jonction aux réseaux adaptée au trafic et aux flux.
Des lieux de vie sécurisés avec réseaux et services aux entreprises et aux usagers.
Un management moderne et efficient.

43
Les sites retenus :

* En rouge wilayas d’implantation et nombre de sites

44
5. ETUDE DE RENTABILITE

5.1. COUT DES INVESTISSEMENTS

Terrains et bâtiments, aménagements

- Niveau A) :
- Terrain : 2000 m², 20 000 DA HT m², soit 40 000 000 DA HT d’investissement,
- Bâtiment : 1500 m², 45 000 DA HT m², soit 67 500 000 DA HT d’investissement,
- Aménagement : raccordement énergie, eau et VRD, compris dans le coût m² bâtiment.

- Niveau B) :
- Terrain : 2500 m², 20 000 DA HT m², soit 50 000 000 DA HT d’investissement,
- Bâtiment : 1800m², 45 000 DA HT m², soit 81 000 000 DA HT d’investissement,
- Aménagement : raccordement énergie, eau et VRD, compris dans le coût m² bâtiment.

- Niveau C) :
- Terrain : 3000 m², 20 000 DA HT m², soit 60 000 000 DA HT d’investissement,
- Bâtiment : 2500m², 45 000 DA HT m², soit 112 500 000 DA HT d’investissement,
- Aménagement : raccordement énergie, eau et VRD, compris dans le coût m² bâtiment.

Matériels et équipements
6
- Niveau A) :
- CFAO :
- Logiciel : 1 500 000 DA HT
- Station: 500 000 DA HT
- Gestion Intégrée :
- Logiciel : 4 000 000 DA HT
- Stations : 1 000 000 DA HT
- Formation CFAO et ERP : 1 000 000 DA HT

- Machines et outils coupants :


- Tour Delta 16 CN : (3 machines 0 à 16 mm) 7 000 000 l’unité soit 21 000 000 DA
HT
- Outils et outillages : 12% du coût machine : 2 520 000 DA HT
- Tour Delta 38 CN : (3 machines de 15 à 40mm) 12 000 000 l’unité soit 36 000 000
DA HT
- Outils et outillages : 10% du coût machine : 3 600 000 DA HT

- Qualité et contrôle : 5 000 000 DA HT


- Aménagement : 5 000 000 DA HT
- Soit un investissement global de : 81 120 000 DA HT.

- Niveau B) :
- CFAO :
- Logiciel : 1 500 000 DA HT
- Station: 500 000 DA HT
- Gestion Intégrée :
- Logiciel : 4 000 000 DA HT
- Stations : 1 000 000 DA HAT

- Formation CFAO et ERP : 1 000 000 DA HT

45
- Machines et outils coupants :
- Tour Delta 16 CN : (5 machines 0 à 16 mm) 7 000 000 l’unité soit 35 000 000 DA
HT
- Outils et outillages : 12% du coût machine : 4 200 000 DA HT
- Tour Delta 38 CN : (5 machines de 15 à 40mm) 12 000 000 l’unité soit 60 000 000
DA HT
- Outils et outillages : 10% du coût machine : 6 000 000 DA HT

- Qualité et contrôle : 5 000 000 DA HT

- Aménagement : 5 000 000 DA HT

- Soit un investissement global de : 123 200 000 DA HT.

- Niveau C) :
- CFAO :
- Logiciel : 3 000 000 DA HT
- Station: 1 000 000 DA HT

- Gestion Intégrée :
- Logiciel : 4 500 000 DA HT
- Stations : 1 500 000 DA HT
- Formation CFAO et ERP : 1 500 000 DA HT

- Machines et outils coupants :


- Tour Delta 16 CN : (6 machines 0 à 16 mm) 7 000 000 l’unité soit 42 000 000 DA
HT
- Outils et outillages : 12% du coût machine : 5 400 000 DA HT
- Tour Delta 38 CN : (6 machines de 15 à 40mm) 12 000 000 l’unité soit 72 000 000
DA HT
- Outils et outillages : 10% du coût machine : 7 200 000 DA HT

- Qualité et contrôle : 6 000 000 DA HT

- Atelier de traitement thermique : 12 200 000 DA HT

- Atelier traitement de surface : 10 500 000 DA HT

- Station de traitement des eaux : 18 000 000 DA HT

- Aménagement : 7 000 000 DA HT

- Soit un investissement global de : 191 800 000 DA HT

Frais d’approche

Les frais d’approche sont de différentes natures :


- en ce qui concerne les investissements, ils sont directement intégrés, c’est une habitude
des constructeurs de machines et des fournisseurs de services,
- pour la matière première :
- 6 800 à 10 056 DA HT la tonne importée,
- frais de douane : - 5% pour les matières premières,
- 5% pour les machines,
Frais d’établissement

Les frais d’établissement de création de la société sont les suivants:

46
 Pour une SARL ou EURL au capital minimum de 100.000 DZD:
o Le droit d’enregistrement est de 0,5%, à savoir que le minimum de perception est de 1.000
DZD ;
 Frais du BOAL (publication de l’acte au bulletin officiel des annonces légales : variable selon le
nombre de lignes insérées (minimum 1.200 DZD la ligne) ;
 Droit d’enregistrement du contrat de location notarié abritant le siège social de la société : (loyer
x durée x) 2% ;
 Droit d’immatriculation au registre du commerce : (pour un capital de 100.001 DZD, les frais
sont de 9.520 DZD).
 Droit de timbre pour la création d’une société : 4.000 DZD
 Attestation de dénomination de la société : 490 DZD
 S’agissant des frais notariés, leur montant dépend du montant du capital social. Le notaire est,
en principe, tenu d’appliquer les taux fixés par un règlement précisant le barème dégressif des
honoraires en fonction du capital.

Les montants de ces frais restent approximatifs et variables, dès lors qu’ils dépendent du montant
du capital social choisi, du montant et de la durée du loyer.

5.2. LE FINANCEMENT

Le plan développé repose sur 6 possibilités :

a. Achat du terrain et construction d’une unité de production en zone industrielle et achat du


matériel et des équipements,
b. Location d’une unité de production en zone industrielle et acquisition en leasing du matériel.

- Niveau A) :
- Bâtiment : 1500 m²
- Machines : 6 machines CN, 3 de niveau 0 à 16 mm et 3 de 15 à 40mm,
- Equipement CFAO : 1 poste CFAO
- Equipement Gestion Intégrée : 1 licence avec 6 stations de travail,
- Equipement qualité,

- Niveau B) :
- Bâtiment : 1800m²
- Machines : 10 machines CN, 5 de niveau 0 à 16 mm et 5 de 15 à 40mm,
- Equipement CFAO : 1 poste CFAO
- Equipement Gestion Intégrée : 1 licence avec 8 stations de travail,
- Equipement qualité,

- Niveau C) :
- Bâtiment : 2500m²
- Machines : 12 machines CN, 6 de niveau 0 à 16 mm et 6 de 15 à 40mm,
- Equipement CFAO : 2 postes CFAO
- Equipement Gestion Intégrée : 1 licence avec 10 stations de travail,
- Equipement qualité,
- Atelier de traitement thermique, capacité de 1000 T par jour,
- Atelier de traitement de surface, voie humide, capacité de 1000 m² par jour,
- Station de traitement des effluents industriels avec rejet zéro, capacité 100 m² par
jour.

Nous aurons donc les formules suivantes :


- A1 : Niveau A et achat terrain construction local production et achat matériel
47
- A2 : Niveau A et location local production et leasing matériel

Les niveaux A correspondent à une activité de démarrage et au seuil de validité et de durabilité de


l’activité à un standard international.

- B1 : Niveau B et achat terrain construction local production et achat matériel


- B2 : Niveau B et location local production et leasing matériel

Les niveaux B correspondent à une activité mature avec un équipement capable de répondre à
des projets futurs qui pourraient se dessiner dans le secteur du véhicule et de l’automobile en
Algérie.

- C1 : Niveau C et achat terrain construction local production et achat matériel


- C2 : Niveau C et location local production et leasing matériel

Le niveau C correspond à la demande exprimée par le partenaire SNVI s’il sous-traite ou


externalise l’activité décolletage en fait un préalable. Ce niveau intègre l’activité traitement
thermique et traitement de surface et leurs contraintes.

Niveau A1 : Entreprise de petite taille (6 machines) avec option Achat

Le planning de réalisation sera le suivant :

Les besoins de financement seront de 208 727 025 DA et se détaillent ainsi :

Désignations Valeur Dinar


Terrain 40 000 000
Bâtiments 67 500 000
Equipements 81 000 000
BFR 20 227 025
Total 208 727 025

Le montage financier est le suivant :

Nature du financement option A Montant DA


1 - Autofinancement
-- par apports en nature
- par apports en K 76 777 025
- par apports en Compte courant
1- Total Autofinancement 76 777 025

2 - Emprunts sollicités 131 950 000


Total 1 + 2 208 727 025

L’apport en fonds propres sera de 76 777 025 DA.


48
Les conditions de financement pour le terrain et le bâtiment seront les suivantes :
Taux : 6,5%
Durée : 7 ans
Différé : 2 ans

Les conditions de financement pour les équipements seront les suivantes :


Taux : 6,5%
Durée : 5 ans
Différé : 1 an

Sous ces hypothèses, les agrégats significatifs d’appréciation de la rentabilité du projet calculés
sur une période de dix ans seront :

Point mort 652 Pièces / Jour


CA moyen 115 000 000 DA
Taux de Marge Net 12%
Taux de Rendement de I’ investissement 3,7%
Retour sur Fonds propres 10,9%

Ces ratios dénotent une bonne rentabilité du projet à l’exception du TRI qui est relativement faible
à 10 ans en raison de la valeur du bâtiment et du terrain qui représente 57% du montant de
l’investissement.

Niveau A2 : Entreprise de petite taille (6 machines) avec option Leasing

Le planning de réalisation sera le suivant :

Les besoins de financement seront de 103 318 441 DA et se détaillent ainsi :

Désignations Valeur Dinar


Terrain
Bâtiments
Equipements 81 000 000
BFR 22 318 441
Total 103 318 441

49
Le montage financier est le suivant :

Nature du financement option A Montant DA


1 - Autofinancement
-- par apports en nature
- par apports en K 22 318 441
- par apports en Compte courant
1- Total Autofinancement 22 318 441
2 -Leasing 81 000 000
Total 1 + 2 103 318 441

L’apport en fonds propres sera de 22 318 441 DA.


Les conditions de leasing sont celles pratiquées par la Société Nationale de Leasing pour ce type
d’équipement :
Durée du leasing : 5 ans
Premier versement : 10%
Sous ces hypothèses, les agrégats significatifs d’appréciation de la rentabilité du projet calculés
sur une période de dix ans seront :

Point mort 810 Pièces / Jour


CA moyen en KDA 115 000 000 DA
Taux de Marge Net 9%
Taux de Rendement de l’investissement 13,3%
Retour sur Fonds propres 12,27%

Ces ratios dénotent une bonne rentabilité du projet et le TRI s’améliore par rapport à l’option
d’achat puisque le bâtiment est loué ce qui agit à la baisse sur le taux de marge net.

Niveau B1 : Entreprise de taille moyenne (10 machines) avec option Achat

Le planning de réalisation sera le suivant :

Les besoins de financement seront de 274 082 843 DA et se détaillent ainsi :

Désignations Valeur Dinar


Terrain 40 000 000
Bâtiments 81 000 000
Equipements 121 000 000
BFR 32 082 843
Total 274 082 843

50
Le montage financier est le suivant :

Nature du financement Montant DA


1 - Autofinancement
-- par apports en nature
- par apports en K 104 682 843
- par apports en Compte courant
1- Total Autofinancement 104 682 843
2 - Emprunts sollicités 169 400 000
Total 1 + 2 274 082 843

L’apport en fonds propres sera de 104 682 843 DA.

Les conditions de financement pour le terrain et le bâtiment seront les suivantes :


Taux : 6,5%
Durée : 7 ans
Différé : 2 ans

Les conditions de financement pour les équipements seront les suivantes :


Taux : 6,5%
Durée : 5 ans
Différé : 1 an

Sous ces hypothèses, les agrégats significatifs d’appréciation de la rentabilité du projet calculés
sur une période de dix ans seront :

Point mort 481 Pièces / Jour


CA moyen 190 000 000 DA
Taux de Marge Net 17%
Taux de Rendement de I’ investissement 10,3%
Retour sur Fonds propres 13,4%

Ces ratios dénotent une bonne rentabilité du projet.

Niveau B2 : Entreprise de taille moyenne (10 machines) avec option Leasing

Le planning de réalisation sera le suivant :

51
Les besoins de financement seront de 156 654 424 DA et se détaillent ainsi :

Désignations Valeur Dinar


Terrain
Bâtiments
Equipements 121 000 000
BFR 35 654 424

Total 156 654 424

52
Le montage financier est le suivant :

Nature du financement option A Montant DA

1 - Autofinancement
-- par apports en nature
- par apports en K 35 654 424
- par apports en Compte courant

1- Total Autofinancement 35 654 424

2 -Leasing 121 000 000

Total 1 + 2 156 654 424

L’apport en fonds propres sera de 35 654 424 DA.

Les conditions de leasing sont celles pratiquées par la Société Nationale de Leasing pour ce type
d’équipement :
Durée du leasing : 5 ans
Premier versement : 10%

Sous ces hypothèses, les agrégats significatifs d’appréciation de la rentabilité du projet calculés
sur une période de dix ans seront :

Point mort 581 Pièces / Jour


CA moyen en KDA 190 000 000 DA
Taux de Marge Net 15%
Taux de Rendement de I’ investissement 20,7%
Retour sur Fonds propres 18,8%

Ces ratios dénotent une bonne rentabilité du projet et le TRI s’améliore par rapport à l’option
d’achat puisque le bâtiment est loué mais cela agit à la baisse sur le taux de marge net.

Niveau C1 : Entreprise de grande taille (12 machines, deux unités, une station traitement
des eaux) option Achat

Le planning de réalisation sera le suivant :

53
Les besoins de financement seront 394 053 059 DA et se détaillent ainsi :

Désignations Valeur Dinar


Terrain 60 000 000
Bâtiments 112 500 000
Equipements 183 000 000
BFR 38 553 059

Total 394 053 059

Le montage financier est le suivant :

Nature du financement Montant DA


1 - Autofinancement
-- par apports en nature
- par apports en K 145 203 059
- par apports en Compte courant
1- Total Autofinancement 145 203 059
2 - Emprunts sollicités 248 850 000
Total 1 + 2 394 053 059

L’apport en fonds propres sera de 145 203 059 DA.


Les conditions de financement pour le terrain et le bâtiment seront les suivantes :
Taux : 6,5%
Durée : 7 ans
Différé : 2 ans

Les conditions de financement pour les équipements seront les suivantes :


Taux : 6,5%
Durée : 5 ans
Différé : 1 an

Sous ces hypothèses, les agrégats significatifs d’appréciation de la rentabilité du projet calculés
sur une période de dix ans seront :

Point mort 334 Pièces / Jour


CA moyen 340 000 000 DA
Taux de Marge Net 34%
Taux de Rendement de I’ investissement 28,4%
Retour sur Fonds propres 18,9%

Ces ratios dénotent une très bonne rentabilité du projet.

54
Niveau C2 : Entreprise de grande taille (12 machines, deux unités, une station traitement
des eaux) avec option Leasing

Le planning de réalisation sera le suivant :

Les besoins de financement seront de 224 921 260 DA et se détaillent ainsi :

Désignations Valeur Dinar


Terrain
Bâtiments
Equipements 183 000 000
BFR 41 921 260

Total 224 921 260

Le montage financier est le suivant :

Nature du financement option A Montant DA

1 - Autofinancement
-- par apports en nature
- par apports en K 41 921 260
- par apports en Compte courant

1- Total Autofinancement 41 921 260


2 -Leasing 183 000 000
Total 1 + 2 224 921 260

L’apport en fonds propres sera de 41 921 260 DA.


Les conditions de leasing sont celles pratiquées par la Société Nationale de Leasing pour ce type
d’équipement :
Durée du leasing : 5 ans
Premier versement : 10%

55
Sous ces hypothèses, les agrégats significatifs d’appréciation de la rentabilité du projet calculés
sur une période de dix ans seront :

Point mort 396 Pièces / Jour


CA moyen en KDA 340 000 000 DA
Taux de Marge Net 33%
Taux de Rendement de I’investissement 47,7%
Retour sur Fonds propres 21,6%

Ces ratios dénotent une très bonne rentabilité du projet et le TRI s’améliore par rapport à l’option
d’achat puisque le bâtiment est loué mais cela agit à la baisse sur le taux de marge net.

56
Plan prévisionnel de Financement

57
A1 : PLAN DE FINANCEMENT
Flux de trésorerie provenant des
n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9
activités opérationnelles
Encaissements reçus des clients 52 355 490 111 271 171 118 027 112 120 059 010 122 702 434 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329
Sommes versées aux fournisseurs et
45 969 020 102 748 885 85 998 604 86 725 135 87 462 148 87 102 170 87 102 170 87 102 170 87 102 170 87 102 170
personnels
Intérêts et autres frais financiers payés 8 576 750 7 598 500 5 883 150 4 167 800 2 452 450 0 0 0 0 0
Impôts sur les résultats payés 0 0 0 2 605 373 3 294 441 4 254 406 4 558 406 4 026 406 4 026 406 4 026 406
Flux de trésorerie avant éléments
15 000 000 35 000 000 0 -5 000 000 0 -25 000 000 0 -20 000 000 0 0
extraordinaires
Flux de trésorerie net provenant des
12 809 720 35 923 786 26 145 358 21 560 703 29 493 395 6 570 753 31 266 753 11 798 753 31 798 753 31 798 753
activités opérationnelles (A)
Flux de trésorerie provenant des
activités d'investissement
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations corporelles ou 0 0 0 0 0 28 000 000
incorporelles
Encaissement sur cession d'immobilisations
corporelles ou incorporelles
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations financières
Encaissement sur cession d'immobilisations
financières
Dividende et cote part de résulte reçu
Flux de trésorerie net provenant des
0 0 0 0 0 -28 000 000
activités d'investissement (B)
Flux de trésorerie provenant des
activités de financement
Encaissement suite à l'émission d'actions
Dividendes et autres distributions
effectuées
Encaissements provenant d'emprunts 0 0
Remboursement d'emprunt ou d'autres
-15 050 000 -26 390 000 -26 390 000 -26 390 000 -26 390 000 -11 340 000 0 0 0 0
dettes assimilées
Flux de trésorerie net provenant des
-15 050 000 -26 390 000 -26 390 000 -26 390 000 -26 390 000 -11 340 000 0 0 0 0
activités de financement (C)
Incidence des taux de change sur liquidités
et quasi liquidités
Variation de trésorerie de la période
-2 240 280 9 533 786 -244 642 -4 829 297 3 103 395 -4 769 247 3 266 753 11 798 753 31 798 753 31 798 753
(A+B+C)
Trésorerie et équivalent de trésorerie à
2 757 485 517 205 10 050 991 9 806 349 4 977 052 8 080 447 3 311 200 6 577 953 18 376 706 50 175 459
l'ouverture de l'exercice
Trésorerie et équivalent de trésorerie à la
517 205 10 050 991 9 806 349 4 977 052 8 080 447 3 311 200 6 577 953 18 376 706 50 175 459 81 974 212
clôture de l'exercice
Variation de trésorerie de la période -2 240 280 9 533 786 -244 642 -4 829 297 3 103 395 -4 769 247 3 266 753 11 798 753 31 798 753 31 798 753

58
ACTIF
ACTIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

ACTIFS NON COURANTS


Immobilisations incorporelles 0 6 800 000 5 200 000 3 600 000 2 000 000 400 000 0 0 0 0 0
Immobilisations corporelles 0 68 700 000 60 100 000 51 500 000 42 900 000 34 300 000 27 100 000 21 100 000 40 300 000 31 500 000 22 700 000
Terrains 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000
Bâtiments 67 500 000 64 125 000 60 750 000 57 375 000 54 000 000 50 625 000 47 250 000 43 875 000 40 500 000 37 125 000 33 750 000
Autres immobilisations corporelles 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Immobilisations en concession
Immobilisations en cours 81 000 000 0 0 0 0 0 0 28 000 000 0 0 0
Immobilisations financières
Titres mis en équivalence

Autres participations et créances


rattachées

Autres titres immobilisés


Prêts et autres actifs financiers non
courants
Impôts différés actif
TOTAL ACTIF NON COURANT 188 500 000 179 625 000 166 050 000 152 475 000 138 900 000 125 325 000 114 350 000 132 975 000 120 800 000 108 625 000 96 450 000
ACTIF COURANT
Stocks et encours 17 469 540 17 469 540 35 288 471 35 641 356 35 997 769 36 357 747 36 357 747 36 357 747 36 357 747 36 357 747 36 357 747
Créances et emplois assimilés
Clients 5 568 720 11 328 959 11 523 887 11 722 287 11 985 415 11 985 415 11 985 415 11 985 415 11 985 415 11 985 415
Autres débiteurs
Impôts et assimilés
Autres creances et emplois
assimilés
Disponibilités et assimilés

Placements et autres actifs


financiers courants

Trésorerie 2 757 485 517 205 10 050 991 9 806 349 4 977 052 8 080 447 3 311 200 6 577 953 18 376 706 50 175 459 81 974 212
TOTAL ACTIF COURANT 20 227 025 23 555 465 56 668 421 56 971 592 52 697 108 56 423 609 51 654 362 54 921 114 66 719 867 98 518 620 130 317 373
TOTAL GENERAL ACTIF 208 727 025 203 180 465 222 718 421 209 446 592 191 597 108 181 748 609 166 004 362 187 896 114 187 519 867 207 143 620 226 767 373

59
PASSIF
PASSIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

CAPITAUX PROPRES
Capitaux émis 76 777 025 76 777 025 76 777 025 76 777 025 76 777 025 76 777 025 76 777 025 76 777 025 76 777 025 76 777 025 76 777 025
Capital non appelé

Primes et réserves
Ecart de réévaluation
Ecart d'équivalence
Résultat net -6 305 690 10 090 998 13 089 848 13 511 688 16 503 268 20 595 753 21 891 753 19 623 753 19 623 753 19 623 753
Autres capitaux propres- Report à
-6 305 690 3 785 308 16 875 156 30 386 845 46 890 113 67 485 866 89 377 619 109 001 372 128 625 125
nouveau

TOTAL I 76 777 025 70 471 335 80 562 333 93 652 181 107 163 870 123 667 138 144 262 891 166 154 644 185 778 397 205 402 150 225 025 903

PASSIFS NON COURANTS


Emprunt et dettes financières 131 950 000 116 900 000 90 510 000 64 120 000 37 730 000 11 340 000 0 0 0 0 0
Impôts différés et provisionnés

Autres dettes non courantes

Provisions et produits constatés


d'avance

TOTAL II 131 950 000 116 900 000 90 510 000 64 120 000 37 730 000 11 340 000 0 0 0 0 0

PASSIFS COURANTS

Fournisseurs et comptes rattachés

Impôts 809 130 1 646 088 1 674 411 1 703 238 1 741 471 1 741 471 1 741 471 1 741 471 1 741 471 1 741 471
Autres dettes 15 000 000 50 000 000 50 000 000 45 000 000 45 000 000 20 000 000 20 000 000

Tresorerie passive
TOTAL III 0 15 809 130 51 646 088 51 674 411 46 703 238 46 741 471 21 741 471 21 741 471 1 741 471 1 741 471 1 741 471

TOTAL GENERAL PASSIF (I+II+III) 208 727 025 203 180 465 222 718 421 209 446 592 191 597 108 181 748 609 166 004 362 187 896 114 187 519 867 207 143 620 226 767 373

60
- A2: PLAN DE FINANCEMENT
Flux de trésorerie provenant des
n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9
activités opérationnelles
Encaissements reçus des clients 52 355 490 111 271 171 118 027 112 120 059 010 122 702 434 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329
Sommes versées aux fournisseurs et
72 153 616 92 482 839 93 202 133 93 928 699 94 302 170 94 302 170 94 302 170 94 302 170 94 302 170 94 302 170
personnels
Interets et autres frais financiers payés 7 867 347 6 410 306 4 847 680 3 099 644 1 144 202 0 0 0 0 0
Impots sur les resultats payés 0 0 0 2 081 573 2 816 258 3 527 656 3 831 656 3 356 656 3 356 656 3 356 656
Flux de trésorerie avant éléments
extraordinaires
Flux de trésorerie liés à des elements
42 000 000 0 0 -7 000 000 -5 000 000 -25 000 000 0 -5 000 000 0 0
extraordinaires
Flux de trésorerie net provenant des
14 334 527 12 378 026 19 977 300 13 949 095 19 439 804 97 503 24 793 503 20 268 503 25 268 503 25 268 503
activités opérationnelles (A)
Flux de trésorerie provenant des
activités d'investissement
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations corporelles ou 0 0 0 0 0 0 25 000 000 0 0 0
incorporelles
Encaissement sur cession d'immobilisations
corporelles ou incorporelles
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations financières
Encaissement sur cession d'immobilisations
financières
Dividende et quote part de résultat reçu
Flux de trésorerie net provenant des
0 0 0 0 0 0 -25 000 000 0 0 0
activités d'investissement (B)
Flux de trésorerie provenant des
activités de financement
Encaissement suite à l'émission d'actions
Dividendes et autres distributions
effectuées
Encaissements provenant d'emprunts 0 0 0 0
Remboursement d'emprunt ou d'autres
-18 181 144 -13 169 866 -14 732 492 -16 480 528 -18 435 970 0 0 0 0 0
dettes assimilées
Flux de trésorerie net provenant des
-18 181 144 -13 169 866 -14 732 492 -16 480 528 -18 435 970 0 0 0 0 0
activités de financement (C)
Incidence des taux de change sur liquidités
et quasi liquidités
Variation de trésorerie de la période
-3 846 617 -791 840 5 244 807 -2 531 433 1 003 834 97 503 -206 497 20 268 503 25 268 503 25 268 503
(A+B+C)
Tresorerie et équivalent de tresorerie à
4 848 901 1 002 284 210 445 5 455 252 2 923 819 3 927 653 4 025 155 3 818 658 24 087 161 49 355 664
l'ouverture de l'exercice
Trésorerie et équivalent de tresorerie à la
1 002 284 210 445 5 455 252 2 923 819 3 927 653 4 025 155 3 818 658 24 087 161 49 355 664 74 624 167
clôture de l'exercice
Variation de trésorerie de la période -3 846 617 -791 840 5 244 807 -2 531 433 1 003 834 97 503 -206 497 20 268 503 25 268 503 25 268 503

61
ACTIF
ACTIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

ACTIFS NON COURANTS


Immobilisations incorporelles 6 800 000 5 200 000 3 600 000 2 000 000 400 000 0 0 0 0
Immobilisations corporelles 68 700 000 60 100 000 51 500 000 42 900 000 34 300 000 27 100 000 21 100 000 37 600 000 29 100 000 20 600 000
Terrains 0 0 0 0 0
Bâtiments 0 0 0 0 0
Autres immobilisations corporelles 0 0 0 0 0
Immobilisations en concession
Immobilisations en cours 81 000 000 0 0 0 0 0 25 000 000
Immobilisations financières
Titres mis en équivalence
Autres participations et créances
rattachées

Autres titres immobilisés

Prêts et autres actifs financiers non


courants

Impôts différés actif

TOTAL ACTIF NON COURANT 81 000 000 75 500 000 65 300 000 55 100 000 44 900 000 34 700 000 27 100 000 46 100 000 37 600 000 29 100 000 20 600 000
ACTIF COURANT
Stocks et encours 17 469 540 35 288 471 35 641 356 35 997 769 36 357 747 36 357 747 36 357 747 36 357 747 36 357 747 36 357 747 36 357 747
Créances et emplois assimilés
Clients 5 568 720 11 328 959 11 523 887 11 722 287 11 985 415 11 985 415 11 985 415 11 985 415 11 985 415 11 985 415
Autres débiteurs
Impôts et assimilés
Autres créances et emplois
assimilés
Disponibilités et assimilés

Placements et autres actifs


financiers courants

Trésorerie 4 848 901 1 002 284 210 445 5 455 252 2 923 819 3 927 653 4 025 155 3 818 658 24 087 161 49 355 664 74 624 167
TOTAL ACTIF COURANT 22 318 441 41 859 475 47 180 759 52 976 908 51 003 853 52 270 814 52 368 317 52 161 819 72 430 322 97 698 825 122 967 328
TOTAL GENERAL ACTIF 103 318 441 117 359 475 112 480 759 108 076 908 95 903 853 86 970 814 79 468 317 98 261 819 110 030 322 126 798 825 143 567 328

62
PASSIF

PASSIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

CAPITAUX PROPRES

Capitaux émis 22 318 441 22 318 441 22 318 441 22 318 441 22 318 441 22 318 441 22 318 441 22 318 441 22 318 441 22 318 441 22 318 441

Capital non appelé

Primes et réserves

Ecart de réévaluation

Ecart d'équivalence

Résultat net -10 586 952 7 454 192 10 300 319 11 278 644 14 464 699 17 497 503 18 793 503 16 768 503 16 768 503 16 768 503 19 623 753

Autres capitaux propres- Report à


-10 586 952 -3 132 761 7 167 558 18 446 202 32 910 902 50 408 405 69 201 908 85 970 411 102 738 913
nouveau

TOTAL I 22 318 441 11 731 489 19 185 681 29 485 999 40 764 644 55 229 343 72 726 846 91 520 349 108 288 852 125 057 355 141 825 858

PASSIFS NON COURANTS

Emprunt et dettes financières 81 000 000 62 818 856 49 648 990 34 916 498 18 435 970 0

Impôts différés et provisionnés

Autres dettes non courantes

Provisions et produits constatés


d'avance

TOTAL II 81 000 000 62 818 856 49 648 990 34 916 498 18 435 970 0 0 0 0 0 0

PASSIFS COURANTS

Fournisseurs et comptes rattachés

Impôts 809 130 1 646 088 1 674 411 1 703 238 1 741 471 1 741 471 1 741 471 1 741 471 1 741 471 1 741 471

Autres dettes 42 000 000 42 000 000 42 000 000 35 000 000 30 000 000 5 000 000 5 000 000
Tresorerie passive
TOTAL III 0 42 809 130 43 646 088 43 674 411 36 703 238 31 741 471 6 741 471 6 741 471 1 741 471 1 741 471 1 741 471
TOTAL GENERAL PASSIF (I+II+III) 103 318 441 117 359 475 112 480 759 108 076 908 95 903 853 86 970 814 79 468 317 98 261 819 110 030 322 126 798 825 143 567 328

63
- B1: PLAN DE FINANCEMENT
Flux de trésorerie provenant des
n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9
activités opérationnelles
Encaissements reçus des clients 87 259 150 185 451 952 196 711 854 200 098 351 204 504 056 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882
Sommes versées aux fournisseurs et
99 797 791 134 720 864 135 919 689 137 130 631 137 753 084 137 753 084 137 753 084 137 753 084 137 753 084 137 753 084
personnels
Intérêts et autres frais financiers payés 11 011 000 9 909 900 7 707 700 5 505 500 3 303 300 0 0 0 0 0
Impôts sur les résultats payés 0 0 0 6 856 565 7 880 235 9 001 862 9 305 862 8 355 862 8 355 862 8 355 862
Flux de trésorerie avant éléments
extraordinaires
Flux de trésorerie liés à des éléments
38 000 000 -7 000 000 -19 000 000 -12 000 000 0 0 0 0 0 0
extraordinaires
Flux de trésorerie net provenant des
14 450 359 33 821 187 34 084 465 38 605 655 55 567 438 58 123 937 57 819 937 58 769 937 58 769 937 58 769 937
activités opérationnelles (A)
Flux de trésorerie provenant des
activités d'investissement
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations corporelles ou 0 0 0 0 0 0 50 000 000 0 0 0
incorporelles
Encaissement sur cession d'immobilisations
corporelles ou incorporelles
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations financières
Encaissement sur cession d'immobilisations
financières
Dividende et cote part de résultat reçu
Flux de trésorerie net provenant des
0 0 0 0 0 0 -50 000 000 0 0 0
activités d'investissement (B)
Flux de trésorerie provenant des
activités de financement
Encaissement suite à l'émission d'actions
Dividendes et autres distributions
effectuées
Encaissements provenant d'emprunts 0 0 0 0
Remboursement d'emprunt ou d'autres
-16 940 000 -33 880 000 -33 880 000 -33 880 000 -33 880 000 -16 940 000 0 0 0 0
dettes assimilées
Flux de trésorerie net provenant des
-16 940 000 -33 880 000 -33 880 000 -33 880 000 -33 880 000 -16 940 000 0 0 0 0
activités de financement (C)
Incidence des taux de change sur liquidités
et quasi liquidités
Variation de trésorerie de la période
-2 489 641 -58 813 204 465 4 725 655 21 687 438 41 183 937 7 819 937 58 769 937 58 769 937 58 769 937
(A+B+C)
Trésorerie et équivalent de trésorerie à
2 966 825 477 185 418 372 622 837 5 348 492 27 035 930 68 219 867 76 039 804 134 809 740 193 579 677
l'ouverture de l'exercice
Trésorerie et équivalent de trésorerie à la
477 185 418 372 622 837 5 348 492 27 035 930 68 219 867 76 039 804 134 809 740 193 579 677 252 349 614
clôture de l'exercice
Variation de trésorerie de la période -2 489 641 -58 813 204 465 4 725 655 21 687 438 41 183 937 7 819 937 58 769 937 58 769 937 58 769 937

64
ACTIF
ACTIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

ACTIFS NON COURANTS


Immobilisations incorporelles 0 6 800 000 5 200 000 3 600 000 2 000 000 400 000 0 0 0 0
Immobilisations corporelles 0 106 700 000 94 100 000 81 500 000 68 900 000 56 300 000 45 100 000 35 100 000 70 100 000 55 100 000 40 100 000
Terrains 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000
Bâtiments 81 000 000 76 950 000 72 900 000 68 850 000 64 800 000 60 750 000 56 700 000 52 650 000 48 600 000 44 550 000 40 500 000
Autres immobilisations corporelles 0 0 0 0 0 0
Immobilisations en concession
Immobilisations en cours 121 000 000 0 0 0 0 0 50 000 000
Immobilisations financières
Titres mis en équivalence
Autres participations et créances
rattachées

Autres titres immobilisés

Prêts et autres actifs financiers non


courants

Impôts différés actif

TOTAL ACTIF NON COURANT 242 000 000 230 450 000 212 200 000 193 950 000 175 700 000 157 450 000 141 800 000 177 750 000 158 700 000 139 650 000 120 600 000

ACTIF COURANT
Stocks et encours 29 115 900 58 814 118 59 402 259 59 996 282 60 596 245 60 596 245 60 596 245 60 596 245 60 596 245 60 596 245 60 596 245
Créances et emplois assimilés
Clients 9 281 201 18 881 598 19 206 479 19 537 145 19 975 691 19 975 691 19 975 691 19 975 691 19 975 691 19 975 691
Autres débiteurs
Impôts et assimilés
Autres créances et emplois
assimilés

Disponibilités et assimilés

Placements et autres actifs


financiers courants
Trésorerie 2 966 825 477 185 418 372 622 837 5 348 492 27 035 930 68 219 867 76 039 804 134 809 740 193 579 677 252 349 614
TOTAL ACTIF COURANT 32 082 725 68 572 503 78 702 230 79 825 598 85 481 881 107 607 866 148 791 802 156 611 739 215 381 676 274 151 613 332 921 550
TOTAL GENERAL ACTIF 274 082 725 299 022 503 290 902 230 273 775 598 261 181 881 265 057 866 290 591 802 334 361 739 374 081 676 413 801 613 453 521 550

65
PASSIF
PASSIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

CAPITAUX PROPRES
Capitaux émis 104 682 725 104 682 725 104 682 725 104 682 725 104 682 725 104 682 725 104 682 725 104 682 725 104 682 725 104 682 725 104 682 725
Capital non appelé
Primes et réserves

Ecart de réévaluation
Ecart d'équivalence
Résultat net 2 531 227 31 364 797 35 706 164 33 238 238 37 692 264 42 473 937 43 769 937 39 719 937 39 719 937 39 719 937 19 623 753

Autres capitaux propres- Report à


2 531 227 33 896 024 69 602 188 102 840 426 140 532 690 183 006 626 226 776 563 266 496 500 306 216 437
nouveau

TOTAL I 104 682 725 107 213 953 138 578 750 174 284 913 207 523 151 245 215 415 287 689 352 331 459 288 371 179 225 410 899 162 450 619 099

PASSIFS NON COURANTS

Emprunt et dettes financières 169 400 000 152 460 000 118 580 000 84 700 000 50 820 000 16 940 000

Impôts différés et provisionnés

Autres dettes non courantes

Provisions et produits constatés


d'avance

TOTAL II 169 400 000 152 460 000 118 580 000 84 700 000 50 820 000 16 940 000 0 0 0 0 0

PASSIFS COURANTS

Fournisseurs et comptes rattachés

Impôts 1 348 551 2 743 480 2 790 685 2 838 730 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451

Autres dettes 38 000 000 31 000 000 12 000 000

Trésorerie passive

TOTAL III 0 39 348 551 33 743 480 14 790 685 2 838 730 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451

TOTAL GENERAL PASSIF (I+II+III) 274 082 725 299 022 503 290 902 230 273 775 598 261 181 881 265 057 866 290 591 802 334 361 739 374 081 676 413 801 613 453 521 550

66
- B2 : PLAN DE FINANCEMENT
Flux de trésorerie provenant des
n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9
activités opérationnelles
Encaissements reçus des clients 87 259 150 185 451 952 196 711 854 200 098 351 204 504 056 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882
Sommes versées aux fournisseurs et
109 830 127 143 360 864 144 559 689 145 770 631 146 393 084 146 393 084 146 393 084 146 393 084 146 393 084 146 393 084
personnels
Intérêts et autres frais financiers payés 11 752 464 9 575 896 7 241 600 4 630 336 1 709 241 0 0 0 0 0
Impôts sur les résultats payés 6 150 746 7 311 006 8 129 762 8 433 762 7 483 762 7 483 762 7 483 762
Flux de trésorerie avant éléments
extraordinaires
Flux de trésorerie liés à des éléments
55 000 000 -10 000 000 -25 000 000 -19 000 000 -1 000 000
extraordinaires
Flux de trésorerie net provenant des
20 676 559 22 515 191 19 910 565 24 546 637 48 090 726 50 356 037 50 052 037 51 002 037 51 002 037 51 002 037
activités opérationnelles (A)
Flux de trésorerie provenant des
activités d'investissement
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations corporelles ou 50 000 000
incorporelles
Encaissement sur cession d'immobilisations
corporelles ou incorporelles
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations financières
Encaissement sur cession d'immobilisations
financières
Dividende et cote part de résultat reçu
Flux de trésorerie net provenant des
-50 000 000
activités d'investissement (B)
Flux de trésorerie provenant des
activités de financement
Encaissement suite à l'émission d'actions
Dividendes et autres distributions
effectuées
Encaissements provenant d'emprunts
Remboursement d'emprunt ou d'autres
-27 159 484 -19 673 501 -22 007 797 -24 619 061 -27 540 157
dettes assimilées
Flux de trésorerie net provenant des
-27 159 484 -19 673 501 -22 007 797 -24 619 061 -27 540 157
activités de financement (C)
Incidence des taux de change sur liquidités
et quasi liquidités
Variation de trésorerie de la période
-6 482 925 2 841 690 -2 097 232 -72 424 20 550 569 50 356 037 52 037 51 002 037 51 002 037 51 002 037
(A+B+C)
Trésorerie et équivalent de trésorerie à
6 538 524 55 600 2 897 289 800 057 727 633 21 278 202 71 634 239 71 686 276 122 688 313 173 690 349
l'ouverture de l'exercice
Trésorerie et équivalent de trésorerie à la
55 600 2 897 289 800 057 727 633 21 278 202 71 634 239 71 686 276 122 688 313 173 690 349 224 692 386
clôture de l'exercice
Variation de trésorerie de la période -6 482 925 2 841 690 -2 097 232 -72 424 20 550 569 50 356 037 52 037 51 002 037 51 002 037 51 002 037

67
ACTIF
ACTIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

ACTIFS NON COURANTS


Immobilisations incorporelles 0 6 800 000 5 200 000 3 600 000 2 000 000 400 000 0 0 0 0
Immobilisations corporelles 0 106 700 000 94 100 000 81 500 000 68 900 000 56 300 000 45 100 000 35 100 000 70 100 000 55 100 000 40 100 000
Terrains 0 0 0 0 0 0
Bâtiments 0 0 0 0 0 0
Autres immobilisations corporelles 0 0 0 0 0 0
Immobilisations en concession
Immobilisations en cours 121 000 000 0 0 0 0 0 50 000 000
Immobilisations financières
Titres mis en équivalence

Autres participations et créances


rattachées

Autres titres immobilisés


Prêts et autres actifs financiers non
courants

Impôts différés actif

TOTAL ACTIF NON COURANT 121 000 000 113 500 000 99 300 000 85 100 000 70 900 000 56 700 000 45 100 000 85 100 000 70 100 000 55 100 000 40 100 000

ACTIF COURANT

Stocks et encours 29 115 900 58 814 118 59 402 259 59 996 282 60 596 245 60 596 245 60 596 245 60 596 245 60 596 245 60 596 245 60 596 245

Créances et emplois assimilés

Clients 9 281 201 18 881 598 19 206 479 19 537 145 19 975 691 19 975 691 19 975 691 19 975 691 19 975 691 19 975 691
Autres débiteurs
Impôts et assimilés
Autres créances et emplois
assimilés
Disponibilités et assimilés
Placements et autres actifs
financiers courants
Trésorerie 6 538 524 55 600 2 897 290 800 057 727 633 21 278 203 71 634 239 71 686 276 122 688 313 173 690 350 224 692 387
TOTAL ACTIF COURANT 35 654 424 68 150 918 81 181 147 80 002 818 80 861 023 101 850 138 152 206 175 152 258 212 203 260 249 254 262 285 305 264 322
TOTAL GENERAL ACTIF 156 654 425 181 650 918 180 481 147 165 102 818 151 761 023 158 550 138 197 306 175 237 358 212 273 360 249 309 362 285 345 364 322

68
PASSIF
PASSIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

CAPITAUX PROPRES

Capitaux émis 35 654 424 35 654 424 35 654 424 35 654 424 35 654 424 35 654 424 35 654 424 35 654 424 35 654 424 35 654 424 35 654 424

Capital non appelé

Primes et réserves

Ecart de réévaluation

Ecart d'équivalence

Résultat net -4 192 573 27 108 801 31 582 263 30 229 220 35 265 552 38 756 037 40 052 037 36 002 037 36 002 037 36 002 037 19 623 753

Autres capitaux propres- Report à


-4 192 573 22 916 228 54 498 491 84 727 711 119 993 263 158 749 300 198 801 337 234 803 373 270 805 410
nouveau

TOTAL I 35 654 424 31 461 851 58 570 652 90 152 915 120 382 136 155 647 687 194 403 724 234 455 761 270 457 798 306 459 835 342 461 871

PASSIFS NON COURANTS

Emprunt et dettes financières 121 000 000 93 840 517 74 167 015 52 159 218 27 540 157

Impôts différés et provisionnés

Autres dettes non courantes

Provisions et produits constatés


d'avance

TOTAL II 121 000 000 93 840 517 74 167 015 52 159 218 27 540 157 0

PASSIFS COURANTS

Fournisseurs et comptes rattachés

Impôts 1 348 551 2 743 480 2 790 685 2 838 730 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451

Autres dettes 55 000 000 45 000 000 20 000 000 1 000 000

Tresorerie passive

TOTAL III 0 56 348 551 47 743 480 22 790 685 3 838 730 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451 2 902 451

TOTAL GENERAL PASSIF (I+II+III) 156 654 425 181 650 918 180 481 147 165 102 818 151 761 023 158 550 138 197 306 175 237 358 212 273 360 249 309 362 285 345 364 322

69
- C1: PLAN DE FINANCEMENT
n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

Encaissements reçus des clients 104 710 980 330 599 021 355 356 036 360 970 885 369 230 583 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883
Sommes versées aux fournisseurs et
119 990 008 165 043 557 169 014 902 170 475 788 171 238 241 171 238 241 171 238 241 171 238 241 171 238 241 171 238 241
personnels
Intérêts et autres frais financiers payés 14 355 250 14 605 500 11 734 450 8 499 400 5 264 350 2 029 300 364 000 0 0 0
Impôts sur les résultats payés 0 0 0 28 448 750 30 364 378 31 972 604 32 238 604 29 958 604 29 958 604 29 958 604
Flux de trésorerie avant éléments
extraordinaires
Flux de trésorerie liés à des éléments
40 000 000 -40 000 000 0 0 0 0 0 0 0 0
extraordinaires
Flux de trésorerie net provenant des
10 365 722 110 949 963 174 606 684 153 546 946 162 363 614 164 698 737 166 098 037 168 742 037 168 742 037 168 742 037
activités opérationnelles (A)
Flux de trésorerie provenant des
activités d'investissement
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations corporelles ou 0 40 000 000 0 0 0 0 120 000 000 0 0 0
incorporelles
Encaissement sur cession d'immobilisations
corporelles ou incorporelles
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations financières
Encaissement sur cession d'immobilisations
financières
Dividende et cote part de résultat reçu
Flux de trésorerie net provenant des
0 -40 000 000 0 0 0 0 -120 000 000 0 0 0
activités d'investissement (B)
Flux de trésorerie provenant des
activités de financement
Encaissement suite à l'émission d'actions
Dividendes et autres distributions
effectuées
Encaissements provenant d'emprunts 0 28 000 000 0 0 0
Remboursement d'emprunt ou d'autres
-24 150 000 -44 170 000 -49 770 000 -49 770 000 -49 770 000 -25 620 000 -5 600 000 0 0 0
dettes assimilées
Flux de trésorerie net provenant des
-24 150 000 -16 170 000 -49 770 000 -49 770 000 -49 770 000 -25 620 000 -5 600 000 0 0 0
activités de financement (C)
Incidence des taux de change sur liquidités
et quasi liquidités
Variation de trésorerie de la période
-13 784 278 54 779 963 124 836 684 103 776 946 112 593 614 139 078 737 40 498 037 168 742 037 168 742 037 168 742 037
(A+B+C)
Trésorerie et équivalent de trésorerie à
15 613 979 1 829 701 56 609 665 181 446 349 285 223 295 397 816 909 536 895 647 577 393 684 746 135 722 914 877 759
l'ouverture de l'exercice
Trésorerie et équivalent de trésorerie à la
1 829 701 56 609 665 181 446 349 285 223 295 397 816 909 536 895 647 577 393 684 746 135 722 914 877 759 1 083 619 796
clôture de l'exercice
Variation de trésorerie de la période -13 784 278 54 779 963 124 836 684 103 776 946 112 593 614 139 078 737 40 498 037 168 742 037 168 742 037 168 742 037

70
ACTIF
ACTIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

ACTIFS NON COURANTS


Immobilisations incorporelles 0 6 800 000 5 200 000 3 600 000 2 000 000 400 000 0 0 0 0 0
Immobilisations corporelles 0 127 000 000 150 000 000 131 000 000 112 000 000 93 000 000 76 000 000 60 000 000 44 000 000 28 000 000 12 000 000
Terrains 60 000 000 60 000 000 60 000 000 60 000 000 60 000 000 60 000 000 60 000 000 60 000 000 60 000 000 60 000 000 60 000 000
Bâtiments 112 500 000 106 875 000 101 250 000 95 625 000 90 000 000 84 375 000 78 750 000 73 125 000 175 500 000 157 875 000 140 250 000
Autres immobilisations corporelles 0 0 0 0 0 0
Immobilisations en concession
Immobilisations en cours 143 000 000 0 0 0 0 120 000 000
Immobilisations financières
Titres mis en équivalence
Autres participations et créances
rattachées

Autres titres immobilisés

Prêts et autres actifs financiers non


courants

Impôts différés actif

TOTAL ACTIF NON COURANT 315 500 000 300 675 000 316 450 000 290 225 000 264 000 000 237 775 000 214 750 000 313 125 000 279 500 000 245 875 000 212 250 000

ACTIF COURANT
Stocks et encours 34 939 080 70 576 942 71 282 711 71 995 538 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494
Créances et emplois assimilés
Clients 11 137 441 34 151 219 34 692 304 35 240 330 36 069 041 36 069 041 36 069 041 36 069 041 36 069 041 36 069 041
Autres débiteurs
Impôts et assimilés
Autres créances et emplois
assimilés
Disponibilités et assimilés

Placements et autres actifs


financiers courants
Trésorerie 15 613 979 1 829 701 56 609 665 181 446 349 285 223 295 397 816 909 536 895 647 577 393 684 746 135 722 914 877 759 1 083 619 796

TOTAL ACTIF COURANT 50 553 059 83 544 084 162 043 595 288 134 191 393 179 119 506 601 444 645 680 181 686 178 219 854 920 256 1 023 662 294 1 192 404 331

TOTAL GENERAL ACTIF 366 053 059 384 219 084 478 493 595 578 359 191 657 179 119 744 376 444 860 430 181 999 303 219 1 134 420 256 1 269 537 294 1 404 654 331

71
PASSIF
PASSIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

CAPITAUX PROPRES

Capitaux émis 145 203 059 145 203 059 145 203 059 145 203 059 145 203 059 145 203 059 145 203 059 145 203 059 145 203 059 145 203 059 145 203 059

Capital non appelé

Primes et réserves

Ecart de réévaluation

Ecart d'équivalence

Résultat net 697 764 147 100 629 149 556 976 128 510 300 136 846 914 141 673 737 144 473 037 135 117 037 135 117 037 135 117 037 19 623 753

Autres capitaux propres- Report à


697 764 147 798 393 297 355 370 425 865 670 562 712 584 704 386 321 848 859 359 983 976 396 1 119 093 434
nouveau

TOTAL I 145 203 059 145 900 823 293 001 452 442 558 429 571 068 729 707 915 643 849 589 380 994 062 418 1 129 179 455 1 264 296 493 1 399 413 530

PASSIFS NON COURANTS


Emprunt et dettes financières 220 850 000 196 700 000 180 530 000 130 760 000 80 990 000 31 220 000 5 600 000 0 0 0 0

Impôts différés et provisionnés

Autres dettes non courantes

Provisions et produits constatés


d'avance

TOTAL II 220 850 000 196 700 000 180 530 000 130 760 000 80 990 000 31 220 000 5 600 000 0 0 0 0

PASSIFS COURANTS

Fournisseurs et comptes rattachés

Impôts 1 618 261 4 962 143 5 040 762 5 120 390 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801

Autres dettes 40 000 000

Tresorerie passive

TOTAL III 0 41 618 261 4 962 143 5 040 762 5 120 390 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801

TOTAL GENERAL PASSIF (I+II+III) 366 053 059 384 219 084 478 493 595 578 359 191 657 179 119 744 376 444 860 430 181 999 303 219 1 134 420 256 1 269 537 294 1 404 654 331

72
- C2: PLAN DE FINANCEMENT
Flux de trésorerie provenant des activités
n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9
opérationnelles
Encaissements reçus des clients 104 710 980 330 599 020 355 356 036 360 970 885 369 230 583 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883
Sommes versées aux fournisseurs et
133 879 742 177 043 557 181 014 902 182 475 788 183 238 241 183 238 241 183 238 241 183 238 241 183 238 241 171 238 241
personnels
Intérêts et autres frais financiers payés 13 889 276 15 202 080 11 723 841 7 866 133 3 550 702 0 0 0 41 0
Impôts sur les résultats payés 27 357 821 29 478 721 31 027 354 28 937 354 28 937 354 28 937 354 29 958 604
Flux de trésorerie avant éléments
extraordinaires
Flux de trésorerie liés à des elements
69 000 000 -69 000 000 0
extraordinaires
Flux de trésorerie net provenant des
25 941 962 69 353 383 162 617 294 143 271 143 152 962 919 155 673 287 157 763 287 157 763 287 157 763 246 168 742 037
activités opérationnelles (A)
Flux de trésorerie provenant des activités
d'investissement
Décaissement sur acquisition
0 110 000 000 0
d'immobilisations corporelles ou incorporelles
Encaissement sur cession d'immobilisations
corporelles ou incorporelles
Décaissement sur acquisition
d'immobilisations financières
Encaissement sur cession d'immobilisations
financières
Dividende et cote part de résultat reçu
Flux de trésorerie net provenant des
0 -110 000 000 0
activités d'investissement (B)
Flux de trésorerie provenant des activités
de financement
Encaissement suite à l'émission d'actions
Dividendes et autres distributions effectuées
Encaissements provenant d'emprunts
Remboursement d'emprunt ou d'autres dettes
-32 097 572 -32 228 843 -32 512 852 -36 370 559 -40 685 990 0
assimilées
Flux de trésorerie net provenant des
-32 097 572 -32 228 843 -32 512 852 -36 370 559 -40 685 990 0
activités de financement (C)
Incidence des taux de change sur liquidités et
quasi liquidités
Variation de trésorerie de la période
-6 155 610 37 124 539 130 104 442 106 900 584 112 276 928 45 673 287 157 763 287 157 763 287 157 763 246 168 742 037
(A+B+C)
Trésorerie et équivalent de trésorerie à
7 090 930 935 320 38 059 860 168 164 302 275 064 886 533 611 879 579 285 167 737 048 454 894 811 742 914 877 759
l'ouverture de l'exercice
Trésorerie et équivalent de trésorerie à la
935 320 38 059 860 168 164 302 275 064 886 387 341 814 579 285 167 737 048 454 894 811 742 1 052 574 988 1 083 619 796
clôture de l'exercice
Variation de trésorerie de la période -6 155 610 37 124 540 130 104 442 106 900 584 112 276 928 45 673 287 157 763 287 157 763 287 157 763 246 168 742 037

73
ACTIF
ACTIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

ACTIFS NON COURANTS


Immobilisations incorporelles 0 6 800 000 5 200 000 3 600 000 2 000 000 400 000 0 0 0 0 0
Immobilisations corporelles 0 127 000 000 150 000 000 131 000 000 112 000 000 93 000 000 76 000 000 60 000 000 44 000 000 28 000 000 12 000 000
Terrains 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Bâtiments 0 0 0 0 0 0 0 0 99 000 000 88 000 000 77 000 000
Autres immobilisations corporelles 0 0 0 0 0 0
Immobilisations en concession
Immobilisations en cours 143 000 000 0 0 0 0 0 110 000 000
Immobilisations financières
Titres mis en équivalence
Autres participations et créances
rattachées
Autres titres immobilisés

Prêts et autres actifs financiers non


courants

Impôts différés actif

TOTAL ACTIF NON COURANT 143 000 000 133 800 000 155 200 000 134 600 000 114 000 000 93 400 000 76 000 000 170 000 000 143 000 000 116 000 000 89 000 000
ACTIF COURANT
Stocks et encours 34 939 080 70 576 942 71 282 711 71 995 538 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494
Créances et emplois assimilés
Clients 11 137 441 34 151 219 34 692 304 35 240 330 36 069 041 36 069 041 36 069 041 36 069 041 36 069 041 36 069 041
Autres débiteurs
Impôts et assimilés

Autres créances et emplois


assimilés

Disponibilités et assimilés

Placements et autres actifs


financiers courants
Trésorerie 7 090 930 935 320 38 059 860 168 164 302 275 064 886 387 341 814 533 611 879 579 285 167 737 048 454 894 811 742 1 052 574 988
TOTAL ACTIF COURANT 42 030 010 82 649 703 143 493 791 274 852 144 383 020 710 496 126 349 642 396 414 688 069 701 845 832 989 1 003 596 276 1 161 359 522
TOTAL GENERAL ACTIF 185 030 010 216 449 703 298 693 791 409 452 144 497 020 710 589 526 349 718 396 414 858 069 701 988 832 989 1 119 596 276 1 250 359 522

74
PASSIF
PASSIF ouv n n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

CAPITAUX PROPRES

Capitaux émis 42 030 010 42 030 010 42 030 010 42 030 010 42 030 010 42 030 010 42 030 010 42 030 010 42 030 010 42 030 010 42 030 010

Capital non appelé

Primes et réserves

Ecart de réévaluation

Ecart d'équivalence

Résultat net -7 100 997 140 129 049 143 192 586 123 859 497 133 071 219 137 974 249 139 673 287 130 763 287 130 763 287 130 763 246 19 623 753

Autres capitaux propres- Report à nouveau -7 100 997 133 028 052 276 220 638 400 080 135 533 151 354 671 125 603 810 798 890 941 562 178 1 072 325 465

TOTAL I 42 030 010 34 929 014 175 058 062 318 250 649 442 110 145 575 181 364 713 155 613 852 828 901 983 592 188 1 114 355 475 1 245 118 722

PASSIFS NON COURANTS

Emprunt et dettes financières 143 000 000 110 902 428 118 673 585 86 160 734 49 790 174 9 104 184

Impôts différés et provisionnés

Autres dettes non courantes

Provisions et produits constatés d'avance

TOTAL II 143 000 000 110 902 428 118 673 585 86 160 734 49 790 174 9 104 184 0

PASSIFS COURANTS

Fournisseurs et comptes rattachés

Impôts 1 618 261 4 962 143 5 040 762 5 120 390 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801

Autres dettes 69 000 000

Tresorerie passive

TOTAL III 0 70 618 261 4 962 143 5 040 762 5 120 390 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801 5 240 801

TOTAL GENERAL PASSIF (I+II+III) 185 030 010 216 449 703 298 693 791 409 452 144 497 020 710 589 526 349 718 396 414 858 069 701 988 832 989 1 119 596 276 1 250 359 522

75
Comptes de résultat prévisionnel première année
- A1 :
TCR sur 12 mois

TCR 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Ventes et produits annexes 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 9 519 180 9 519 180 9 519 180
Variation stocks produits finis et encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 9 519 180 9 519 180 9 519 180

Achats consommées 3 493 908 3 493 908 3 493 908 3 493 908 3 493 908 3 493 908 4 658 544 4 658 544 4 658 544
Services exterieures et autres
468 135 193 464 193 464 193 464 193 464 193 464 193 464 193 464 193 464 193 464
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 468 135 0 0 3 687 372 3 687 372 3 687 372 3 687 372 3 687 372 3 687 372 4 852 008 4 852 008 4 852 008
III VALEUR AJOUTEE D'EXPLOITATION -468 135 0 0 1 072 218 1 072 218 1 072 218 1 072 218 1 072 218 1 072 218 4 667 172 4 667 172 4 667 172
Charges du personnel 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070
Impôts, taxes et versements assimilés
IV EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION -468 135 0 0 92 148 92 148 92 148 92 148 92 148 92 148 3 687 102 3 687 102 3 687 102
Autres produits opérationnels
Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements, provisions
281 250 281 250 281 250 772 917 772 917 772 917 772 917 772 917 772 917 1 131 250 1 131 250 1 131 250
et pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL -749 385 -281 250 -281 250 -680 769 -680 769 -680 769 -680 769 -680 769 -680 769 2 555 852 2 555 852 2 555 852
Produits financiers
Charges financières 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729
VI RESULTAT FINANCIER -714 729 -714 729 -714 729 -714 729 -714 729 -714 729 -714 729 -714 729 -714 729 -714 729 -714 729 -714 729
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT
-1 464 114 -995 979 -995 979 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 1 841 123 1 841 123 1 841 123
IMPOTS
Impôts exigibles sur résultats ordinaires
Impôts diffères (variation) sur résultats
ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
0 0 0 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 9 519 180 9 519 180 9 519 180
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
1 464 114 995 979 995 979 6 155 088 6 155 088 6 155 088 6 155 088 6 155 088 6 155 088 7 678 057 7 678 057 7 678 057
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
-1 464 114 -995 979 -995 979 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 1 841 123 1 841 123 1 841 123
ORDINAIRES
IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE
X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -1 464 114 -995 979 -995 979 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 -1 395 498 1 841 123 1 841 123 1 841 123

76
- A2:
TCR sur 12 mois
TCR 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Ventes et produits annexes 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 9 519 180 9 519 180 9 519 180
Variation stocks produits finis et encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 9 519 180 9 519 180 9 519 180

Achats consommées 3 493 908 3 493 908 3 493 908 3 493 908 3 493 908 3 493 908 4 658 544 4 658 544 4 658 544
Services extérieures et autres consommations 2 233 800 600 000 600 000 710 531 710 531 710 531 710 531 710 531 710 531 959 331 959 331 959 331
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 2 233 800 600 000 600 000 4 204 439 4 204 439 4 204 439 4 204 439 4 204 439 4 204 439 5 617 875 5 617 875 5 617 875
III VALEUR AJOUTEE D'EXPLOITATION -2 233 800 -600 000 -600 000 555 151 555 151 555 151 555 151 555 151 555 151 3 901 305 3 901 305 3 901 305

Charges du personnel 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070
Impôts, taxes et versements assimilés 0
IV EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION -2 233 800 -600 000 -600 000 -424 919 -424 919 -424 919 -424 919 -424 919 -424 919 2 921 235 2 921 235 2 921 235

Autres produits opérationnels


Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements, provisions et pertes
491 667 491 667 491 667 491 667 491 667 491 667 850 000 850 000 850 000
de valeurs

Reprise sur pertes de valeurs et provisions

V RESULTAT OPERATIONNEL -2 233 800 -600 000 -600 000 -916 585 -916 585 -916 585 -916 585 -916 585 -916 585 2 071 235 2 071 235 2 071 235

Produits financiers
Charges financières 760 385 691 484 682 658 673 749 664 757 655 680 646 518 637 269 627 934 618 512 609 001 599 400
VI RESULTAT FINANCIER -760 385 -691 484 -682 658 -673 749 -664 757 -655 680 -646 518 -637 269 -627 934 -618 512 -609 001 -599 400
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT IMPOTS -2 994 185 -1 291 484 -1 282 658 -1 590 335 -1 581 342 -1 572 265 -1 563 103 -1 553 855 -1 544 520 1 452 724 1 462 235 1 471 835

Impôts exigibles sur résultats ordinaires


Impôts diffères (variation) sur résultats ordinaires

TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES ORDINAIRES 0 0 0 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 4 759 590 9 519 180 9 519 180 9 519 180

TOTAL CHARGES DES ACTIVITES ORDINAIRES 2 994 185 1 291 484 1 282 658 6 349 925 6 340 932 6 331 855 6 322 693 6 313 445 6 304 110 8 066 456 8 056 945 8 047 345

VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES


-2 994 185 -1 291 484 -1 282 658 -1 590 335 -1 581 342 -1 572 265 -1 563 103 -1 553 855 -1 544 520 1 452 724 1 462 235 1 471 835
ORDINAIRES

IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -2 994 185 -1 291 484 -1 282 658 -1 590 335 -1 581 342 -1 572 265 -1 563 103 -1 553 855 -1 544 520 1 452 724 1 462 235 1 471 835

77
- B1:
TCR sur 12 mois
TCR 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Ventes et produits annexes 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 15 865 300 15 865 300 15 865 300
Variation stocks produits finis et encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 15 865 300 15 865 300 15 865 300

Achats consommées 4 852 650 4 852 650 4 852 650 4 852 650 4 852 650 4 852 650 9 705 300 9 705 300 9 705 300
Services extérieures et autres
607 664 0 0 187 551 187 551 187 551 187 551 187 551 187 551 332 218 332 218 332 218
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 607 664 0 0 5 040 201 5 040 201 5 040 201 5 040 201 5 040 201 5 040 201 10 037 518 10 037 518 10 037 518
III VALEUR AJOUTEE D'EXPLOITATION -607 664 0 0 2 892 449 2 892 449 2 892 449 2 892 449 2 892 449 2 892 449 5 827 782 5 827 782 5 827 782

Charges du personnel 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350
Impôts, taxes et versements assimilés 0
IV EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION -607 664 0 0 1 877 099 1 877 099 1 877 099 1 877 099 1 877 099 1 877 099 4 812 432 4 812 432 4 812 432

Autres produits opérationnels


Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements, provisions et
1 108 333 1 108 333 1 108 333 1 108 333 1 108 333 1 108 333 1 633 333 1 633 333 1 633 333
pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL -607 664 0 0 768 766 768 766 768 766 768 766 768 766 768 766 3 179 099 3 179 099 3 179 099

Produits financiers
Charges financières 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583
VI RESULTAT FINANCIER -917 583 -917 583 -917 583 -917 583 -917 583 -917 583 -917 583 -917 583 -917 583 -917 583 -917 583 -917 583

VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT


-1 525 247 -917 583 -917 583 -148 818 -148 818 -148 818 -148 818 -148 818 -148 818 2 261 516 2 261 516 2 261 516
IMPOTS

Impôts exigibles sur résultats ordinaires


Impôts diffères (variation) sur résultats
ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
0 0 0 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 15 865 300 15 865 300 15 865 300
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
1 525 247 917 583 917 583 8 081 468 8 081 468 8 081 468 8 081 468 8 081 468 8 081 468 13 603 784 13 603 784 13 603 784
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
-1 525 247 -917 583 -917 583 -148 818 -148 818 -148 818 -148 818 -148 818 -148 818 2 261 516 2 261 516 2 261 516
ORDINAIRES

IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -1 525 247 -917 583 -917 583 -148 818 -148 818 -148 818 -148 818 -148 818 -148 818 2 261 516 2 261 516 2 261 516

78
- B2:
TCR sur 12 mois
TCR 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Ventes et produits annexes 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 15 865 300 15 865 300 15 865 300
Variation stocks produits finis et encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 15 865 300 15 865 300 15 865 300

Achats consommées 4 852 650 4 852 650 4 852 650 4 852 650 4 852 650 4 852 650 9 705 300 9 705 300 9 705 300
Services extérieures et autres
2 710 522 720 000 720 000 907 551 907 551 907 551 907 551 907 551 907 551 1 052 218 1 052 218 1 052 218
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 2 710 522 720 000 720 000 5 760 201 5 760 201 5 760 201 5 760 201 5 760 201 5 760 201 10 757 518 10 757 518 10 757 518
III VALEUR AJOUTEE D'EXPLOITATION -2 710 522 -720 000 -720 000 2 172 449 2 172 449 2 172 449 2 172 449 2 172 449 2 172 449 5 107 782 5 107 782 5 107 782

Charges du personnel 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350
Impôts, taxes et versements assimilés 0
IV EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION -2 710 522 -720 000 -720 000 1 157 099 1 157 099 1 157 099 1 157 099 1 157 099 1 157 099 4 092 432 4 092 432 4 092 432
Autres produits opérationnels
Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements, provisions et
658 333 658 333 658 333 658 333 658 333 658 333 1 183 333 1 183 333 1 183 333
pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL -2 710 522 -720 000 -720 000 498 766 498 766 498 766 498 766 498 766 498 766 2 909 099 2 909 099 2 909 099

Produits financiers
Charges financières 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372

VI RESULTAT FINANCIER -979 372 -979 372 -979 372 -979 372 -979 372 -979 372 -979 372 -979 372 -979 372 -979 372 -979 372 -979 372
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT
-3 689 894 -1 699 372 -1 699 372 -480 606 -480 606 -480 606 -480 606 -480 606 -480 606 1 929 727 1 929 727 1 929 727
IMPOTS
Impôts exigibles sur résultats ordinaires

Impôts diffères (variation) sur résultats


ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
0 0 0 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 7 932 650 15 865 300 15 865 300 15 865 300
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
3 689 894 1 699 372 1 699 372 8 413 256 8 413 256 8 413 256 8 413 256 8 413 256 8 413 256 13 935 573 13 935 573 13 935 573
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
-3 689 894 -1 699 372 -1 699 372 -480 606 -480 606 -480 606 -480 606 -480 606 -480 606 1 929 727 1 929 727 1 929 727
ORDINAIRES

IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -3 689 894 -1 699 372 -1 699 372 -480 606 -480 606 -480 606 -480 606 -480 606 -480 606 1 929 727 1 929 727 1 929 727

79
- C1:
TCR sur 12 mois
TCR 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Ventes et produits annexes 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 19 038 360 19 038 360 19 038 360
Variation stocks produits finis et encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 19 038 360 19 038 360 19 038 360

Achats consommées 7 764 240 7 764 240 7 764 240 7 764 240 7 764 240 7 764 240 7 764 240 7 764 240 7 764 240
Services extérieures et autres
810 265 0 0 274 811 274 811 274 811 274 811 274 811 274 811 456 161 456 161 456 161
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 810 265 0 0 8 039 051 8 039 051 8 039 051 8 039 051 8 039 051 8 039 051 8 220 401 8 220 401 8 220 401
III VALEUR AJOUTEE D'EXPLOITATION -810 265 0 0 1 480 129 1 480 129 1 480 129 1 480 129 1 480 129 1 480 129 10 817 959 10 817 959 10 817 959

Charges du personnel 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930
Impôts, taxes et versements assimilés 0
IV EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION -810 265 0 0 297 199 297 199 297 199 297 199 297 199 297 199 9 635 029 9 635 029 9 635 029

Autres produits opérationnels


Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements, provisions et
1 416 667 1 416 667 1 416 667 1 416 667 1 416 667 1 416 667 2 108 333 2 108 333 2 108 333
pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL -810 265 0 0 -1 119 468 -1 119 468 -1 119 468 -1 119 468 -1 119 468 -1 119 468 7 526 695 7 526 695 7 526 695

Produits financiers
Charges financières 1 196 271 1 196 271 1 196 271 1 196 271 1 196 271 1 196 271 1 196 271 1 196 271 1 196 271 1 196 271 1 196 271 1 196 271
VI RESULTAT FINANCIER -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271 -1 196 271
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT
-2 006 536 -1 196 271 -1 196 271 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 6 330 425 6 330 425 6 330 425
IMPOTS
Impôts exigibles sur résultats ordinaires
Impôts différés (variation) sur résultats
ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
0 0 0 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 19 038 360 19 038 360 19 038 360
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
2 006 536 1 196 271 1 196 271 11 834 919 11 834 919 11 834 919 11 834 919 11 834 919 11 834 919 12 707 935 12 707 935 12 707 935
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
-2 006 536 -1 196 271 -1 196 271 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 6 330 425 6 330 425 6 330 425
ORDINAIRES
IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -2 006 536 -1 196 271 -1 196 271 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 -2 315 739 6 330 425 6 330 425 6 330 425

80
- C2:
TCR sur 12 mois
TCR 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Ventes et produits annexes 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 19 038 360 19 038 360 19 038 360
Variation stocks produits finis et encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 19 038 360 19 038 360 19 038 360

Achats consommées 5 823 180 5 823 180 5 823 180 5 823 180 5 823 180 5 823 180 11 646 360 11 646 360 11 646 360
Services extérieures et autres
3 700 000 1 000 000 1 000 000 1 274 811 1 274 811 1 274 811 1 274 811 1 274 811 1 274 811 1 456 161 1 456 161 1 456 161
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 3 700 000 1 000 000 1 000 000 7 097 991 7 097 991 7 097 991 7 097 991 7 097 991 7 097 991 13 102 521 13 102 521 13 102 521
III VALEUR AJOUTEE D'EXPLOITATION -3 700 000 -1 000 000 -1 000 000 2 421 189 2 421 189 2 421 189 2 421 189 2 421 189 2 421 189 5 935 839 5 935 839 5 935 839

Charges du personnel 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930
Impôts, taxes et versements assimilés 0
IV EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION -3 700 000 -1 000 000 -1 000 000 1 238 259 1 238 259 1 238 259 1 238 259 1 238 259 1 238 259 4 752 909 4 752 909 4 752 909
Autres produits opérationnels
Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements, provisions et
791 667 791 667 791 667 791 667 791 667 791 667 1 483 333 1 483 333 1 483 333
pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL -3 700 000 -1 000 000 -1 000 000 446 592 446 592 446 592 446 592 446 592 446 592 3 269 575 3 269 575 3 269 575

Produits financiers
Charges financières 1 157 440 1 157 440 1 157 440 1 157 440 1 157 440 1 157 440 1 157 440 1 157 440 1 157 440 1 157 440 1 157 440 1 157 440
VI RESULTAT FINANCIER -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440 -1 157 440
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT
-4 857 440 -2 157 440 -2 157 440 -710 848 -710 848 -710 848 -710 848 -710 848 -710 848 2 112 136 2 112 136 2 112 136
IMPOTS
Impôts exigibles sur résultats ordinaires

Impôts différés (variation) sur résultats


ordinaires

TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES


0 0 0 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 9 519 180 19 038 360 19 038 360 19 038 360
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
4 857 440 2 157 440 2 157 440 10 230 028 10 230 028 10 230 028 10 230 028 10 230 028 10 230 028 16 926 224 16 926 224 16 926 224
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
-4 857 440 -2 157 440 -2 157 440 -710 848 -710 848 -710 848 -710 848 -710 848 -710 848 2 112 136 2 112 136 2 112 136
ORDINAIRES

IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -4 857 440 -2 157 440 -2 157 440 -710 848 -710 848 -710 848 -710 848 -710 848 -710 848 2 112 136 2 112 136 2 112 136

81
Plan trésorerie mensuel de la première année

- A1 : Plan de trésorerie sur 12 mois


Désignation / Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Solde début période 2 757 485 16 574 621 15 859 892 15 145 162 16 163 765 15 202 487 12 044 319 11 004 229 9 924 143 6 686 375 11 175 009 15 663 643

A- Encaissements
D’exploitation :
Ventes mois 4 949 974 4 949 974 4 949 974 4 949 974 4 949 974 4 949 974 10 518 694 10 518 694 10 518 694
Ventes mois antérieurs
Hors Exploitation :
-Augmentation capital
-Apports en C/C associés 15 000 000
Dettes LMT
-Cessions d’immobilisations
Total Encaissements (A) 15 000 000 0 0 4 949 974 4 949 974 4 949 974 4 949 974 4 949 974 4 949 974 10 518 694 10 518 694 10 518 694
B- Décaissements
D’exploitation :
-Achats MP et autres appro 0 0 0 2 091 474 4 071 355 4 110 564 4 150 166 4 190 163 4 190 163 4 190 163 4 190 163 4 190 163
-Fournisseurs
-Charges de personnel 0 0 0 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070
-Sous-traitance
-Services extérieurs 468 135 0 0 145 098 145 098 145 098 145 098 145 098 145 098 145 098 145 098 145 098
-TVA à payer+ taxes 0 2 157 681 2 157 681 4 585 072
-Diverses charges
Hors exploitation :
- Remboursement emprunts 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 714 729 15 764 729
Acomptes IBS 3/4 année N
1/4 N+1
-Agios CMT+ CT
-Investissements

Total Décaissements (B) 1 182 864 714 729 714 729 3 931 371 5 911 252 8 108 142 5 990 063 6 030 060 8 187 741 6 030 060 6 030 060 25 665 132

Solde Mensuel (A-B) 13 817 136 -714 729 -714 729 1 018 603 -961 278 -3 158 168 -1 040 089 -1 080 087 -3 237 767 4 488 634 4 488 634 -15 146 438

Solde cumulé 16 574 621 15 859 892 15 145 162 16 163 765 15 202 487 12 044 319 11 004 229 9 924 143 6 686 375 11 175 009 15 663 643 517 204

82
- A2: Plan de trésorerie sur 12 mois
Désignation / Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Solde début période 4 848 901 36 515 101 34 283 420 32 051 739 27 190 522 22 290 096 17 350 068 12 370 042 7 390 016 2 409 991 1 940 755 1 471 520

A- Encaissements
D’exploitation :
Ventes mois 4 230 747 4 230 747 4 230 747 4 230 747 4 230 747 4 230 747 8 990 337 8 990 337 8 990 337
Ventes mois antérieurs
Hors Exploitation :
-Augmentation capital
-Apports en C/C associés 42 000 000
Dettes LMT
-Cessions d’immobilisations
Total Encaissements (A) 42 000 000 0 0 4 230 747 4 230 747 4 230 747 4 230 747 4 230 747 4 230 747 8 990 337 8 990 337 8 990 337
B- Décaissements
D’exploitation :
-Achats MP et autres appro 0 0 0 5 769 682 5 808 892 5 848 493 5 888 491 5 888 491 5 888 491 5 888 491 5 888 491 5 888 491
-Fournisseurs
-Charges de personnel 0 0 0 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070 980 070
-Sous-traitance
-Services extérieurs 2 233 800 600 000 600 000 710 531 710 531 710 531 710 531 710 531 710 531 959 331 959 331 959 331
-TVA à payer+ taxes 0 0 0
-Diverses charges
Hors exploitation :
- Remboursement emprunts 8 100 000 1 631 681 1 631 681 1 631 681 1 631 681 1 631 681 1 631 681 1 631 681 1 631 681 1 631 681 1 631 681 1 631 681
-Remboursement associés
Acomptes IBS 3/4 année N
1/4 N+1
-Agios CMT+ CT
-Investissements
Total Décaissements (B) 10 333 800 2 231 681 2 231 681 9 091 964 9 131 173 9 170 775 9 210 772 9 210 772 9 210 772 9 459 572 9 459 572 9 459 572
Solde Mensuel (A-B) 31 666 200 -2 231 681 -2 231 681 -4 861 217 -4 900 427 -4 940 028 -4 980 026 -4 980 026 -4 980 026 -469 236 -469 236 -469 236
Solde cumulé 36 515 101 34 283 420 32 051 739 27 190 522 22 290 096 17 350 068 12 370 042 7 390 016 2 409 991 1 940 755 1 471 520 1 002 284

83
- B1: Plan de trésorerie sur 12 mois
Désignation / Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Solde début période 2 966 825 39 441 578 38 523 995 37 606 412 32 921 035 28 170 309 23 353 580 18 470 189 13 586 798 8 703 407 11 608 000 14 512 592

A- Encaissements
D’exploitation :
Ventes mois 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 14 983 894 14 983 894 14 983 894
Ventes mois antérieurs
Hors Exploitation :
-Augmentation capital
-Apports en C/C associés 38 000 000
Dettes LMT
-Cessions d’immobilisations
Total Encaissements (A) 38 000 000 0 0 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 14 983 894 14 983 894 14 983 894
B- Décaissements
D’exploitation :
-Achats MP et autres appro 0 0 0 9 616 137 9 681 486 9 747 489 9 814 151 9 814 151 9 814 151 9 814 151 9 814 151 9 814 151
-Fournisseurs
-Charges de personnel 0 0 0 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350
-Sous-traitance
-Services extérieurs 607 664 0 0 187 551 187 551 187 551 187 551 187 551 187 551 332 218 332 218 332 218
-TVA à payer+ taxes 0 0 0
-Diverses charges
Hors exploitation :
- Remboursement emprunts 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 917 583 17 857 583
Acomptes IBS 3/4 année N
1/4 N+1
-Agios CMT+ CT
-Investissements

Total Décaissements (B) 1 525 247 917 583 917 583 11 736 621 11 801 970 11 867 973 11 934 635 11 934 635 11 934 635 12 079 302 12 079 302 29 019 302

Solde Mensuel (A-B) 36 474 753 -917 583 -917 583 -4 685 377 -4 750 726 -4 816 728 -4 883 391 -4 883 391 -4 883 391 2 904 592 2 904 592 -14 035 408

Solde cumulé 39 441 578 38 523 995 37 606 412 32 921 035 28 170 309 23 353 580 18 470 189 13 586 798 8 703 407 11 608 000 14 512 592 477 185

84
- B2: Plan de trésorerie sur 12 mois
Désignation / Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Solde début période 6 538 524 57 848 630 56 149 258 54 449 886 48 981 668 43 448 100 37 848 530 32 182 297 26 516 064 20 849 831 22 971 582 25 093 333

A- Encaissements
D’exploitation :
Ventes mois 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 14 983 894 14 983 894 14 983 894
Ventes mois antérieurs
Hors Exploitation :
-Augmentation capital
-Apports en C/C associés 55 000 000
Dettes LMT
-Cessions d’immobilisations
Total Encaissements (A) 55 000 000 0 0 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 7 051 244 14 983 894 14 983 894 14 983 894
B- Décaissements
D’exploitation :
-Achats MP et autres appro 0 0 0 9 617 190 9 682 539 9 748 542 9 815 204 9 815 204 9 815 204 9 815 204 9 815 204 9 815 204
-Fournisseurs
-Charges de personnel 0 0 0 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350 1 015 350
-Sous-traitance
-Services extérieurs 2 710 522 720 000 720 000 907 551 907 551 907 551 907 551 907 551 907 551 1 052 218 1 052 218 1 052 218
-TVA à payer+ taxes 0 0 0
-Diverses charges
Hors exploitation :
- Remboursement emprunts 27 159 484
-Remboursement associés
Acomptes IBS 3/4 année N
1/4 N+1
-Agios CMT+ CT 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372 979 372
-Investissements

Total Décaissements (B) 3 689 894 1 699 372 1 699 372 12 519 463 12 584 812 12 650 815 12 717 477 12 717 477 12 717 477 12 862 144 12 862 144 40 021 628

Solde Mensuel (A-B) 51 310 106 -1 699 372 -1 699 372 -5 468 219 -5 533 568 -5 599 570 -5 666 233 -5 666 233 -5 666 233 2 121 751 2 121 751 -25 037 733

Solde cumulé 57 848 630 56 149 258 54 449 886 48 981 668 43 448 100 37 848 530 32 182 297 26 516 064 20 849 831 22 971 582 25 093 333 55 600

85
- C1: Plan de trésorerie sur 12 mois
Désignation / Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Solde début période 15 613 979 51 594 943 48 386 172 45 177 401 37 433 018 29 610 216 21 708 211 13 726 211 5 744 211 -2 237 789 -881 959 473 871

A- Encaissements
D’exploitation :
Ventes mois 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 17 980 673 17 980 673 17 980 673
Ventes mois antérieurs
Hors Exploitation :
-Augmentation capital
-Apports en C/C associés 40 000 000
Dettes LMT
-Cessions d’immobilisations
Total Encaissements (A) 40 000 000 0 0 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 17 980 673 17 980 673 17 980 673
B- Décaissements
D’exploitation :
-Achats MP et autres appro 0 0 0 11 539 364 11 617 783 11 696 986 11 776 981 11 776 981 11 776 981 11 776 981 11 776 981 11 776 981
-Fournisseurs
-Charges de personnel 0 0 0 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930
-Sous-traitance
-Services extérieurs 810 265 0 0 274 811 274 811 274 811 274 811 274 811 274 811 456 161 456 161 456 161
-TVA à payer+ taxes 0 0 0
-Diverses charges
Hors exploitation :
- Remboursement emprunts 3 208 771 3 208 771 3 208 771 3 208 771 3 208 771 3 208 771 3 208 771 3 208 771 3 208 771 3 208 771 3 208 771 3 208 771
-Remboursement associés
Acomptes IBS 3/4 année N
1/4 N+1
-Agios CMT+ CT
-Investissements

Total Décaissements (B) 4 019 036 3 208 771 3 208 771 16 205 876 16 284 295 16 363 498 16 443 493 16 443 493 16 443 493 16 624 843 16 624 843 16 624 843

Solde Mensuel (A-B) 35 980 964 -3 208 771 -3 208 771 -7 744 383 -7 822 802 -7 902 005 -7 982 000 -7 982 000 -7 982 000 1 355 830 1 355 830 1 355 830

Solde cumulé 51 594 943 48 386 172 45 177 401 37 433 018 29 610 216 21 708 211 13 726 211 5 744 211 -2 237 789 -881 959 473 871 1 829 701

86
- C2: Plan de trésorerie sur 12 mois
Désignation / Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Solde début période 7 090 930 68 558 693 63 726 456 58 894 218 49 526 369 40 080 100 30 554 629 20 949 163 11 343 696 1 738 230 1 470 593 1 202 957

A- Encaissements
D’exploitation :
Ventes mois 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 17 980 673 17 980 673 17 980 673
Ventes mois antérieurs
Hors Exploitation :
-Augmentation capital
-Apports en C/C associés 69 000 000
Dettes LMT
-Cessions d’immobilisations
Total Encaissements (A) 69 000 000 0 0 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 8 461 493 17 980 673 17 980 673 17 980 673
B- Décaissements
D’exploitation :
-Achats MP et autres appro 0 0 11 539 364 11 617 783 11 696 986 11 776 981 11 776 981 11 776 981 11 776 981 11 776 981 11 776 981
-Fournisseurs
-Charges de personnel 0 0 0 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930 1 182 930
-Sous-traitance
-Services extérieurs 3 700 000 1 000 000 1 000 000 1 274 811 1 274 811 1 274 811 1 274 811 1 274 811 1 274 811 1 456 161 1 456 161 1 456 161
-TVA à payer+ taxes 0 0 0
-Diverses charges
Hors exploitation :
- Remboursement emprunts 3 832 237 3 832 237 3 832 237 3 832 237 3 832 237 3 832 237 3 832 237 3 832 237 3 832 237 3 832 237 3 832 237 3 832 237
-Remboursement associés
Acomptes IBS 3/4 année N
1/4 N+1
-Agios CMT+ CT
-Investissements 0
Total Décaissements (B) 7 532 237 4 832 237 4 832 237 17 829 343 17 907 762 17 986 965 18 066 960 18 066 960 18 066 960 18 248 310 18 248 310 18 248 310

Solde Mensuel (A-B) 61 467 763 -4 832 237 -4 832 237 -9 367 850 -9 446 268 -9 525 471 -9 605 466 -9 605 466 -9 605 466 -267 636 -267 636 -267 636

Solde cumulé 68 558 693 63 726 456 58 894 218 49 526 369 40 080 100 30 554 629 20 949 163 11 343 696 1 738 230 1 470 593 1 202 957 935 320

87
Comptes de résultat sur 10 ans :
- A1 : TCR
TCR n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

Ventes et produits annexes 57 115 080 116 194 452 118 193 718 120 228 583 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329
Variation stocks produits finis et encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 57 115 080 116 194 452 118 193 718 120 228 583 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329

Achats consommées 34 939 080 70 576 942 71 282 711 71 995 538 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494
Services extérieures et autres
2 209 310 2 592 172 2 602 169 2 612 343 2 625 837 2 625 837 2 625 837 2 625 837 2 625 837 2 625 837
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 37 148 390 73 169 114 73 884 880 74 607 881 75 341 330 75 341 330 75 341 330 75 341 330 75 341 330 75 341 330
III VALEUR AJOUTEE D'EXPLOITATION 19 966 690 43 025 338 44 308 838 45 620 701 47 585 999 47 585 999 47 585 999 47 585 999 47 585 999 47 585 999

Charges du personnel 8 820 630 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840

Impôts, taxes et versements assimilés 2 404 572 2 458 547 2 458 547 2 458 547 2 458 547 2 458 547 2 458 547

IV EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION 11 146 060 31 264 498 32 547 998 31 455 290 33 366 613 33 366 613 33 366 613 33 366 613 33 366 613 33 366 613

Dotations aux amortissements, provisions


8 875 000 13 575 000 13 575 000 13 575 000 13 575 000 10 975 000 9 375 000 12 175 000 12 175 000 12 175 000
et pertes de valeurs

Reprise sur pertes de valeurs et provisions


V RESULTAT OPERATIONNEL 2 271 060 17 689 498 18 972 998 17 880 290 19 791 613 22 391 613 23 991 613 21 191 613 21 191 613 21 191 613

Produits financiers

Charges financières 8 576 750 7 598 500 5 883 150 4 167 800 2 452 450 0 0 0 0 0

VI RESULTAT FINANCIER -8 576 750 -7 598 500 -5 883 150 -4 167 800 -2 452 450 0 0 0 0 0

VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT


-6 305 690 10 090 998 13 089 848 13 712 490 17 339 163 22 391 613 23 991 613 21 191 613 21 191 613 21 191 613
IMPOTS

Impôts exigibles sur résultats ordinaires

Impôts différés (variation) sur résultats


2 605 373 3 294 441 4 254 406 4 558 406 4 026 406 4 026 406 4 026 406
ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
57 115 080 116 194 452 118 193 718 120 228 583 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
63 420 770 106 103 454 105 103 870 106 716 894 106 424 061 102 331 577 101 035 577 103 303 577 103 303 577 103 303 577
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
-6 305 690 10 090 998 13 089 848 13 511 688 16 503 268 20 595 753 21 891 753 19 623 753 19 623 753 19 623 753
ORDINAIRES
IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE
X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -6 305 690 10 090 998 13 089 848 13 511 688 16 503 268 20 595 753 21 891 753 19 623 753 19 623 753 19 623 753

88
- A2: TCR
TCR n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

Ventes et produits annexes 57 115 080 116 194 452 118 193 718 120 228 583 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329
Variation stocks produits finis et encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 57 115 080 116 194 452 118 193 718 120 228 583 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329
Achats consommées 34 939 080 70 576 942 71 282 711 71 995 538 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494 72 715 494
Services extérieures et autres
10 574 975 9 792 172 9 802 169 9 812 343 9 825 837 9 825 837 9 825 837 9 825 837 9 825 837 9 825 837
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 45 514 055 80 369 114 81 084 880 81 807 881 82 541 330 82 541 330 82 541 330 82 541 330 82 541 330 82 541 330
III VALEUR AJOUTEE
11 601 025 35 825 338 37 108 838 38 420 701 40 385 999 40 385 999 40 385 999 40 385 999 40 385 999 40 385 999
D'EXPLOITATION
Charges du personnel 8 820 630 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840 11 760 840

Impôts, taxes et versements assimilés 2 404 572 2 458 547 2 458 547 2 458 547 2 458 547 2 458 547 2 458 547
IV EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION 2 780 395 24 064 498 25 347 998 24 255 290 26 166 613 26 166 613 26 166 613 26 166 613 26 166 613 26 166 613
Autres produits opérationnels

Autres charges opérationnelles


Dotations aux amortissements, provisions
5 500 000 10 200 000 10 200 000 10 200 000 10 200 000 7 600 000 6 000 000 8 500 000 8 500 000 8 500 000
et pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et
provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL -2 719 605 13 864 498 15 147 998 14 055 290 15 966 613 18 566 613 20 166 613 17 666 613 17 666 613 17 666 613

Produits financiers
Charges financières 7 867 347 6 410 306 4 847 680 3 099 644 1 144 202
VI RESULTAT FINANCIER -7 867 347 -6 410 306 -4 847 680 -3 099 644 -1 144 202
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT
-10 586 952 7 454 192 10 300 319 10 955 645 14 822 411 18 566 613 20 166 613 17 666 613 17 666 613 17 666 613
IMPOTS

Impôts exigibles sur résultats ordinaires 2 081 573 2 816 258 3 527 656 3 831 656 3 356 656 3 356 656 3 356 656

Impôts différés (variation) sur résultats


ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
57 115 080 116 194 452 118 193 718 120 228 583 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329 122 927 329
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
67 702 032 108 740 260 107 893 399 108 949 938 108 462 630 105 429 827 104 133 827 106 158 827 106 158 827 106 158 827
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
-10 586 952 7 454 192 10 300 319 11 278 644 14 464 699 17 497 503 18 793 503 16 768 503 16 768 503 16 768 503
ORDINAIRES
IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -10 586 952 7 454 192 10 300 319 11 278 644 14 464 699 17 497 503 18 793 503 16 768 503 16 768 503 16 768 503

89
- B1: TCR
TCR n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

Ventes et produits annexes 95 191 800 193 657 420 196 989 530 200 380 971 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882
Variation stocks produits finis et
encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 95 191 800 193 657 420 196 989 530 200 380 971 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882

Achats consommées 58 231 800 117 628 236 118 804 518 119 992 564 121 192 489 121 192 489 121 192 489 121 192 489 121 192 489 121 192 489
Services extérieures et autres
2 729 623 4 320 287 4 336 948 4 353 905 4 376 394 4 376 394 4 376 394 4 376 394 4 376 394 4 376 394
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 60 961 423 121 948 523 123 141 466 124 346 468 125 568 884 125 568 884 125 568 884 125 568 884 125 568 884 125 568 884
III VALEUR AJOUTEE
34 230 377 71 708 897 73 848 064 76 034 502 79 309 999 79 309 999 79 309 999 79 309 999 79 309 999 79 309 999
D'EXPLOITATION
Charges du personnel 9 138 150 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200
Impôts, taxes et versements assimilés 4 007 619 4 097 578 4 097 578 4 097 578 4 097 578 4 097 578 4 097 578
IV EXCEDENT BRUT
25 092 227 59 524 697 61 663 864 59 842 683 63 028 221 63 028 221 63 028 221 63 028 221 63 028 221 63 028 221
D'EXPLOITATION
Autres produits opérationnels
Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements,
11 550 000 18 250 000 18 250 000 18 250 000 18 250 000 15 650 000 14 050 000 19 050 000 19 050 000 19 050 000
provisions et pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et
provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL 13 542 227 41 274 697 43 413 864 41 592 683 44 778 221 47 378 221 48 978 221 43 978 221 43 978 221 43 978 221

Produits financiers
Charges financières 11 011 000 9 909 900 7 707 700 5 505 500 3 303 300
VI RESULTAT FINANCIER -11 011 000 -9 909 900 -7 707 700 -5 505 500 -3 303 300
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT
2 531 227 31 364 797 35 706 164 36 087 183 41 474 921 47 378 221 48 978 221 43 978 221 43 978 221 43 978 221
IMPOTS
Impôts exigibles sur résultats ordinaires 6 856 565 7 880 235 9 001 862 9 305 862 8 355 862 8 355 862 8 355 862
Impôts différés (variation) sur résultats
ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
95 191 800 193 657 420 196 989 530 200 380 971 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
92 660 573 162 292 623 161 283 366 167 142 733 167 186 619 162 404 946 161 108 946 165 158 946 165 158 946 165 158 946
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
2 531 227 31 364 797 35 706 164 33 238 238 37 692 264 42 473 937 43 769 937 39 719 937 39 719 937 39 719 937
ORDINAIRES

IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X RESULTAT NET DE L'EXERCICE 2 531 227 31 364 797 35 706 164 33 238 238 37 692 264 42 473 937 43 769 937 39 719 937 39 719 937 39 719 937

90
- B2: TCR
TCR n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

Ventes et produits annexes 95 191 800 193 657 420 196 989 530 200 380 971 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882
Variation stocks produits finis et
encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 95 191 800 193 657 420 196 989 530 200 380 971 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882

Achats consommées 58 231 800 117 628 236 118 804 518 119 992 564 121 192 489 121 192 489 121 192 489 121 192 489 121 192 489 121 192 489
Services extérieures et autres
12 761 959 12 960 287 12 976 948 12 993 905 13 016 394 13 016 394 13 016 394 13 016 394 13 016 394 13 016 394
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 70 993 759 130 588 523 131 781 466 132 986 468 134 208 884 134 208 884 134 208 884 134 208 884 134 208 884 134 208 884
III VALEUR AJOUTEE
24 198 041 63 068 897 65 208 064 67 394 502 70 669 999 70 669 999 70 669 999 70 669 999 70 669 999 70 669 999
D'EXPLOITATION
Charges du personnel 9 138 150 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200 12 184 200
Impôts, taxes et versements assimilés 4 007 619 4 097 578 4 097 578 4 097 578 4 097 578 4 097 578 4 097 578
IV EXCEDENT BRUT
15 059 891 50 884 697 53 023 864 51 202 683 54 388 221 54 388 221 54 388 221 54 388 221 54 388 221 54 388 221
D'EXPLOITATION
Autres produits opérationnels
Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements,
7 500 000 14 200 000 14 200 000 14 200 000 14 200 000 11 600 000 10 000 000 15 000 000 15 000 000 15 000 000
provisions et pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et
provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL 7 559 891 36 684 697 38 823 864 37 002 683 40 188 221 42 788 221 44 388 221 39 388 221 39 388 221 39 388 221

Produits financiers
Charges financières 11 752 464 9 575 896 7 241 600 4 630 336 1 709 241
VI RESULTAT FINANCIER -11 752 464 -9 575 896 -7 241 600 -4 630 336 -1 709 241
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT
-4 192 573 27 108 801 31 582 263 32 372 347 38 478 980 42 788 221 44 388 221 39 388 221 39 388 221 39 388 221
IMPOTS
Impôts exigibles sur résultats ordinaires 6 150 746 7 311 006 8 129 762 8 433 762 7 483 762 7 483 762 7 483 762
Impôts différés (variation) sur résultats
ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
95 191 800 193 657 420 196 989 530 200 380 971 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882 204 878 882
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
99 384 373 166 548 619 165 407 266 170 151 751 169 613 331 166 122 846 164 826 846 168 876 846 168 876 846 168 876 846
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
-4 192 573 27 108 801 31 582 263 30 229 220 35 265 552 38 756 037 40 052 037 36 002 037 36 002 037 36 002 037
ORDINAIRES
IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -4 192 573 27 108 801 31 582 263 30 229 220 35 265 552 38 756 037 40 052 037 36 002 037 36 002 037 36 002 037

91
- C1: TCR
TCR n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

Ventes et produits annexes 114 230 160 350 268 917 355 818 501 361 439 283 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883
Variation stocks produits finis et
encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 114 230 160 350 268 917 355 818 501 361 439 283 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883
Achats consommées 69 878 160 141 153 883 142 565 422 143 991 076 145 430 987 145 430 987 145 430 987 145 430 987 145 430 987 145 430 987
Services extérieures et autres
3 827 616 8 988 745 11 541 493 11 569 596 11 612 094 11 612 094 11 612 094 11 612 094 11 612 094 11 612 094
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 73 705 776 150 142 628 154 106 915 155 560 672 157 043 081 157 043 081 157 043 081 157 043 081 157 043 081 157 043 081
III VALEUR AJOUTEE
40 524 384 200 126 289 201 711 586 205 878 611 212 895 802 212 895 802 212 895 802 212 895 802 212 895 802 212 895 802
D'EXPLOITATION
Charges du personnel 10 646 370 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160
Impôts, taxes et versements assimilés 7 228 786 7 398 778 7 398 778 7 398 778 7 398 778 7 398 778 7 398 778
IV EXCEDENT BRUT
29 878 014 185 931 129 187 516 426 184 454 665 191 301 864 191 301 864 191 301 864 191 301 864 191 301 864 191 301 864
D'EXPLOITATION
Autres produits opérationnels
Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements,
14 825 000 24 225 000 26 225 000 26 225 000 26 225 000 23 025 000 21 625 000 33 625 000 33 625 000 33 625 000
provisions et pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et
provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL 15 053 014 161 706 129 161 291 426 158 229 665 165 076 864 168 276 864 169 676 864 157 676 864 157 676 864 157 676 864

Produits financiers
Charges financières 14 355 250 14 605 500 11 734 450 8 499 400 5 264 350 2 029 300 364 000 0 0 0
VI RESULTAT FINANCIER -14 355 250 -14 605 500 -11 734 450 -8 499 400 -5 264 350
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT
697 764 147 100 629 149 556 976 149 730 265 159 812 514 168 276 864 169 676 864 157 676 864 157 676 864 157 676 864
IMPOTS
Impôts exigibles sur résultats ordinaires 28 448 750 30 364 378 31 972 604 32 238 604 29 958 604 29 958 604 29 958 604
Impôts différés (variation) sur résultats
ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
114 230 160 350 268 917 355 818 501 361 439 283 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
113 532 396 203 168 288 206 261 525 232 928 983 233 091 969 228 265 146 225 465 846 234 821 846 234 821 846 234 821 846
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
697 764 147 100 629 149 556 976 128 510 300 136 846 914 141 673 737 144 473 037 135 117 037 135 117 037 135 117 037
ORDINAIRES
IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE
X RESULTAT NET DE L'EXERCICE 697 764 147 100 629 149 556 976 128 510 300 136 846 914 141 673 737 144 473 037 135 117 037 135 117 037 135 117 037

92
- C2: TCR
TCR n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 n+6 n+7 n+8 n+9

Ventes et produits annexes 114 230 160 350 268 917 355 818 501 361 439 283 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883
Variation stocks produits finis et
encours
I PRODUCTION DE L'EXERCICE 114 230 160 350 268 917 355 818 501 361 439 283 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883

Achats consommées 69 878 160 141 153 883 142 565 422 143 991 076 145 430 987 145 430 987 145 430 987 145 430 987 145 430 987 145 430 987
Services extérieures et autres
17 717 351 20 988 745 23 541 493 23 569 596 23 612 094 23 612 094 23 612 094 23 612 094 23 612 094 23 612 094
consommations
II CONSOMMATION DE L'EXERCICE 87 595 511 162 142 628 166 106 915 167 560 673 169 043 081 169 043 081 169 043 081 169 043 081 169 043 081 169 043 081
III VALEUR AJOUTEE
26 634 649 188 126 289 189 711 587 193 878 611 200 895 801 200 895 801 200 895 801 200 895 801 200 895 801 200 895 801
D'EXPLOITATION
Charges du personnel 10 646 370 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160 14 195 160
Impôts, taxes et versements assimilés 7 228 786 7 398 778 7 398 778 7 398 778 7 398 778 7 398 778 7 398 778
IV EXCEDENT BRUT
15 988 279 173 931 129 175 516 427 172 454 665 179 301 864 179 301 864 179 301 864 179 301 864 179 301 864 179 301 864
D'EXPLOITATION
Autres produits opérationnels
Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements,
9 200 000 18 600 000 20 600 000 20 600 000 20 600 000 17 400 000 16 000 000 27 000 000 27 000 000 27 000 000
provisions et pertes de valeurs
Reprise sur pertes de valeurs et
provisions
V RESULTAT OPERATIONNEL 6 788 279 155 331 129 154 916 427 151 854 665 158 701 864 161 901 864 163 301 864 152 301 864 152 301 864 152 301 864

Produits financiers
Charges financières 13 889 276 15 202 080 11 723 841 7 866 133 3 550 702 565 038 0 0 0 41
VI RESULTAT FINANCIER -13 889 276 -15 202 080 -11 723 841 -7 866 133 -3 550 702
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT
-7 100 997 140 129 049 143 192 586 143 988 532 155 151 162 161 901 864 163 301 864 152 301 864 152 301 864 152 301 864
IMPOTS
Impôts exigibles sur résultats ordinaires 27 357 821 29 478 721 30 761 354 31 027 354 28 937 354 28 937 354 28 937 354
Impôts différés (variation) sur résultats
ordinaires
TOTAL PRODUITS DES ACTIVITES
114 230 160 350 268 917 355 818 501 361 439 283 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883 369 938 883
ORDINAIRES
TOTAL CHARGES DES ACTIVITES
121 331 157 210 139 868 212 625 915 237 579 787 236 867 664 231 964 634 230 265 596 239 175 596 239 175 596 239 175 637
ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES
-7 100 997 140 129 049 143 192 586 123 859 497 133 071 219 137 974 249 139 673 287 130 763 287 130 763 287 130 763 246
ORDINAIRES

IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X RESULTAT NET DE L'EXERCICE -7 100 997 140 129 049 143 192 586 123 859 497 133 071 219 137 974 249 139 673 287 130 763 287 130 763 287 130 763 246

93
Calendrier des besoins :

Phase A et B
Année N N+1
1er semestre 2ème semestre 1er semestre 2ème semestre
Besoins 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Bâtiment x
Machines Outils x x x x
Matières premières x
Equipement qualité x x x
Equipements informatiques x
Equipements divers x x

Phase C
Année N N+1
er ème er
1 semestre 2 semestre 1 semestre 2ème semestre
Besoins 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Bâtiment x
Machines Outils x x x
Matières premières x
Equipement qualité x x x
Equipements informatiques x x
Traitement thermiques x
Traitements de surface x
Traitement des eaux x
Equipements divers x x x

Nous considérons dans ce planning que l’usine de production est opérationnelle en début de planning. Les délais d’achat de terrain et de construction de
l’unité de production ne sont pas indiqué car trop aléatoire pour être intégré.

94
5.3. COMMENTAIRES ET REMARQUES

HYPOTHESES A VA/CA Marge nette TRI ROE

Achat 38% 12% 3,70% 10,90%

Leasing 31,16% 9% 13,20% 12,27%

HYPOTHESES B VA/CA Marge nette TRI ROE

Achat 38% 17% 10,30% 13,40%

Leasing 33,20% 15% 20,70% 18,80%

HYPOTHESES C VA/CA Marge nette TRI ROE

Achat 55% 34% 28,40% 18,90%

Leasing 51,00% 33% 47,70% 21,60%

Les TRI sont toujours plus faibles dans une formule « achat » en raison de l’importance de
l’investissement.

Le ROE est plus faible aussi à l’achat en raison des fonds propres plus importants à l’ouverture
(30% du montant de l’investissement).

Les taux de marge et de rendement sont plus faibles dans la formule « leasing » en raison des
frais de location qui augmentent les consommations intermédiaires.

On remarque que la bonne formule en décolletage est la formule B. La taille de l’activité permet
de mieux amortir les frais de structure qui sont lourde pour un standard international.

La formule C est très différente, elle offre une valeur ajoutée supérieure du fait de l’apport des
activités de traitement, ce qui est somme toute très logique.

Avantages et aides spécifiques

Le guichet unique : institution décentralisée au niveau des wilayas où siègent en son sein les
représentants de l’ANDI, du CRNC, des impôts, des domaines, des douanes, de l’urbanisme, de
l’aménagement du territoire et de l’environnement, du travail.

Les aides, avantages et exonérations par projet sont les suivantes :

A1 :
Le montant des exonérations (ANDI) au titre de la TVA et des droits de douanes est de 17
572 500 DA.

Un investissement complémentaire de 28 000 000 de DA sera effectué à l’année n+6 pour


répondre aux conditions d’exonérations ANDI qui précisent que le montant de la totalité des
exonérations (TVA, DD, IBS, TAP) doit être réinvestie dans les quatre années suivant l’arrêt du
bénéfice de ces exonérations.

95
La totalité des exonérations est de :

Nature de l'exonération Montant DA


DD et TVA 9 036 345
TAP et IBS 17 572 500
TOTAL 26 608 845

A2 :
Le montant des exonérations (ANDI) au titre de la TVA et des droits de douanes est de 17
572 500 DA.

Un investissement complémentaire de 25 000 000 de DA sera effectué à l’année n+6 pour


répondre aux conditions d’exonérations ANDI qui précisent que le montant de la totalité des
exonérations (TVA, DD, IBS, TAP) doit être réinvestie dans les quatre années suivant l’arrêt du
bénéfice de ces exonérations.

La totalité des exonérations est de :

Nature de l'exonération Montant DA


TAP et IBS 7 191 901
DD et TVA 17 572 500
TOTAL 24 764 401

B1 :
Le montant des exonérations (ANDI) au titre de la TVA et des droits de douanes est de 26
712 500 DA.

Un investissement complémentaire de 50 000 000 de DA sera effectué à l’année n+6 pour


répondre aux conditions d’exonérations ANDI qui précisent que le montant de la totalité des
exonérations (TVA, DD, IBS, TAP) doit être réinvestie dans les quatre années suivant l’arrêt du
bénéfice de ces exonérations.

La totalité des exonérations est de :

Nature de l'exonération Montant DA


DD et TVA 26 712 500
TAP et IBS 23 039 167
TOTAL 49 751 667

96
B2 :
Le montant des exonérations (ANDI) au titre de la TVA et des droits de douanes est de 26
712 500 DA.

Un investissement complémentaire de 50 000 000 de DA sera effectué à l’année n+6 pour


répondre aux conditions d’exonérations ANDI qui précisent que le montant de la totalité des
exonérations (TVA, DD, IBS, TAP) doit être réinvestie dans les quatre années suivant l’arrêt du
bénéfice de ces exonérations.

La totalité des exonérations est de :

Nature de l'exonération Montant DA


DD et TVA 26 712 500
TAP et IBS 20 071 488
TOTAL 46 783 988

C1 :
Le montant des exonérations (ANDI) au titre de la TVA et des droits de douanes est de 37
240 000 DA.

Un investissement complémentaire de 110 000 000 de DA sera effectué à l’année n+6 pour
répondre aux conditions d’exonérations ANDI qui précisent que le montant de la totalité des
exonérations (TVA, DD, IBS, TAP) doit être réinvestie dans les quatre années suivant l’arrêt du
bénéfice de ces exonérations.

La totalité des exonérations est de :

Nature de l'exonération Montant DA


DD et TVA 37 240 000
TAP et IBS 72 903 872
TOTAL 110 143 872

C2 :
Le montant des exonérations (ANDI) au titre de la TVA et des droits de douanes est de 37
240 000 DA.

Un investissement complémentaire de 110 000 000 de DA sera effectué à l’année n+6 pour
répondre aux conditions d’exonérations ANDI qui précisent que le montant de la totalité des
exonérations (TVA, DD, IBS, TAP) doit être réinvestie dans les quatre années suivant l’arrêt du
bénéfice de ces exonérations.

La totalité des exonérations est de :

Nature de l'exonération Montant DA


DD et TVA 37 240 000
TAP et IBS 68 888 273
TOTAL 106 128 273
97
6. LES REGLES DE LA PROFESSION

6.1. CONTEXTE GENERAL

Le MIPMEPI a identifié le développement de la sous-traitance à l’échelle nationale comme une des


principales priorités du secteur. A cet effet, il a élaboré un plan d’action global et cohérent
impliquant les différentes parties prenantes avec, comme point de départ, une étude du marché de
la sous-traitance afin de faire le point de la situation du secteur. L’étude a mis en évidence
l’importance du potentiel du marché, qui se trouve encore dans sa phase de développement. En
effet, Les principales conclusions de cette étude ont montré que la sous-traitance industrielle reste
marginale, en particulier celle du secteur de la fabrication mécanique de pièces de rechange.

Dans ce contexte, le MIPMEPI met en œuvre son plan d’action visant le développement de la
sous-traitance. A cet effet, il a notamment été convenu de promouvoir le développement de la
sous-traitance auprès des grands donneurs d’ordre nationaux. Dans le cadre des activités de
communication et de sensibilisation du ministère, cette étude sera mise à la disposition de porteurs
de projets afin de faciliter leur concrétisation.

Compte tenu de l’avancement de la réflexion dans ce domaine au niveau du secteur de la


mécanique d’une part et des efforts déjà entrepris dans ce cadre par l’Entreprise Nationale des
Véhicules Industriels SNVI un des plus grands donneurs d’ordres à l’échelle nationale, d’autre part,
il a été convenu de réaliser cette étude en collaboration avec cette dernière en fonction de ses
besoins actuels et futurs compte tenu de la stratégie arrêtée pour son développement et en ciblant
des projets de petite et moyenne taille.

6.2. LE CAHIER DES CHARGES

La réussite du projet de sous-traitance en décolletage (le décolletage est par essence l’activité
filière sous-traitante référence) dépend avant tout des différents acteurs, le cahier des charges
sera donc fait de nombreuses recommandations et quelques obligations.

Les acteurs du projet sont de trois niveaux :


- Institutionnel,
- Association et fédération,
- Industriels, donneurs d’ordre et sous-traitants.

On peut raisonnablement établir des recommandations à chacun de ces groupes d’acteurs.

Institutionnel :
- assurer la promotion de la démarche par des actions spécifiques :
- communication dans les milieux industriels, entreprises publiques, grandes
entreprises privées, banques nationales…
- mettre en place des aides financières spécifiques à la démarche par exemple :
- aide à l’investissement pour le sous-traitant investisseur,
- aide au recours au conseil, qualité…
- incitation fiscale pour les donneurs d’ordres qui permettent d’industrialiser
l’activité,
- inciter le Centre Technique CTIM à mettre en place une spécificité décolletage, pour assurer :
- formations,
- innovations,
- contrôle matières premières,
- contrôle des équipements de métrologie,
- proposer des actions de conseils technologiques, organisationnels, qualité…

98
- mettre en place une commission (comprend les représentants de tous les acteurs) de pilotage
pour animer et suivre le projet.

Association et fédérations :
- aider les sous-traitants dans leurs actions vitales :
- veille technologique, réglementaire,
- gestion des appels d’offres,
- participation à des salons collectivement à l’étranger,
- aider les sous-traitants dans les achats matières premières pour avoir un effet volume et coût,
- recenser les besoins en termes de formation initiale et continue, faire des propositions,
- initier des actions d’innovation technologique,
- assurer les partenariats nécessaires notamment à l’étranger près des fédérations et des
centres techniques,
- établir l’annuaire précis des services,
- aider à la promotion du métier par des campagnes de communication,

Industriels :
- Donneurs d’ordres :
- établir un cahier des charges très précis de sous-traitance :
- technique, usinage, procédé,
- délais, coût, fournitures
- quantité et livraison…
- agréer les sous-traitants qui répondent au cahier des charges,
- avoir une relation de gagnant – gagnant avec les sous-traitants :
- respecter la compétence du sous-traitant, accepter son savoir-faire,
- aider le sous-traitant lorsque cela est nécessaire, technique…
- motiver les remarques ou les rapports de contrôle,

- Sous-traitants :
- s’engager à respecter les cahiers des charges des donneurs d’ordres,
- s’engager à structurer son entreprise pour répondre aux standards présentés :
- normes ISO 9000, ISO TS 16949, ISO 14000,
- compétences intellectuelles,
- fonctions assurées dans l’entreprise : étude méthodes, logistique, qualité…
- s’engager à maintenir son matériel opérationnel pour offrir une capacité suffisante vis
à vis du donneur d’ordre,
- organiser son entreprise :
- flux des produits selon les principes logistiques,
- assurer les 5 S,
- s’engager à adhérer et participer aux actions menées par :
- Centre Technique CTIM,
- Association et fédération,

6.3. NORMES (REFERENTIELS)

Le référentiel ISO 9001 : les caractéristiques essentielles d'ISO 9001


Les normes de la famille ISO 9000 représentent un consensus international sur les bonnes
pratiques du management de la qualité. La famille se compose des normes et lignes directrices
relatives aux systèmes de management de la qualité et des normes de soutien associées.
ISO 9001:2008 est la norme qui fournit un ensemble d'exigences normalisées pour un
système de management de la qualité, indépendamment du domaine d'activité et de la taille de
l'organisme utilisateur, et qu'il soit dans le secteur privé ou dans le secteur public. C'est la seule
norme de la famille en fonction de laquelle les organismes peuvent être certifiés – bien que la
certification ne soit pas une exigence obligatoire de la norme.

99
Le référentiel ISO TS 16949 :2009
L’ISO/TS16949:2009, Systèmes de management de la qualité – Exigences particulières pour
l'application de l'ISO 9001:2008 pour la production de série et de pièces de rechange dans
l'industrie automobile, remplace l'édition de 2002 utilisée par les grands constructeurs pour
agréer plus de 35 000 entreprises et équipementiers dans le monde, qui produisent et fournissent
des pièces pour le secteur.
Le référentiel ISO 14001 :
La famille ISO 14000 traite de divers aspects du management environnemental. Les deux toutes
premières normes, ISO 14001:2004 et ISO 14004:2004, traitent des systèmes de management
environnemental (SME). ISO 14001:2004 définit les exigences relatives à un SME et ISO
14004:2004 donne des lignes directrices générales pour un SME.

6.4. REGLEMENTATION

Tout investisseur devra observer strictement les réglementations en vigueur. Les détails sont
fournis par l’ANDI notamment, qui l’assiste et l’accompagne.
- Formalités administratives et de publicité : acte authentique rédigé par un notaire ; publié dans
un bulletin officiel ; dépôt au greffe du tribunal ; immatriculation au registre de commerce.
- Déclaration d’existence faite dans les 30 jours à l’inspection des impôts.
- Déclaration de l’investissement : les investissements ayant bénéficié d’avantages font l’objet
d’une déclaration d’existence.
- Demande d’avantages fixes : concomitamment à tout ce qui précède, une demande
d’avantages fiscaux doit être formulée auprès de l’ANDI à condition que l’investissement soit
supérieur à 500 000 DA

Une réglementation stricte existe pour la préservation de l’environnement l’écologie et les règles
d’hygiène et de sécurité. Ce sont des exigences législatives et réglementaires. Des décrets
exécutifs nombreux obligent les industriels à observer des mesures sur la médecine du travail,
maladie et accidents du travail, recyclage de produits polluants, nuisances sonore. Il convient donc
de se munir des décrets suivants et de les mettre en application dans l’entreprise.

LOIS ET DECRETS RELATIFS A : LOIS ET DECRETS DU :


Risques majeurs Décret exécutif 85 -232 (25-8-85)
Bruit 93-184 (27-7-93)
Incendie 91- 111 (19-01-91)
05-08 8-1-0501-19 ; 06-138 ; 06-141
Substances chimiques
(12-12-01)
Déchets solides, liquides, gazeux 01-19 (12-12-01)
Hygiène et sécurité en milieu de travail 91-05 ; 88-07 (26-06-88)
Accidents de travail et
Décret présidentiel 06-59 (11-02-06)
Maladies professionnelles
Source Ministère Environnement

Il est fait obligation à toute entreprise, de nommer ou désigner un responsable de l’environnement


et de l’écologie. L’organigramme intègre cette fonction.

100
6.5. ORGANISMES SOCIAUX

L’entreprise cotisera à la CNAS, Caisse Nationale Assurances Sociales, de la wilaya


d’implantation pour les salariés. Pour le chef d‘entreprise il cotisera à la CASNOS, Caisse
Assurances Sociales Non salariés de a wilaya d’implantation.

Les charges pour les employés sont :

Cotisations Charge de l’employeur Charge du salarié Pourcentage


Assurance sociale 12,5 1,5 14
Accident de travail 1,25 - 1 ,25
Retraite 10,5 6,75 17,25
Assurance chômage 1 0,5 1,5
Retraite anticipée 0,25 0,25 0,5
Fonds logement social 0,5 - 0,5
Total 26 9 35
Source ANDI

Pour les chefs d’entreprise les cotisations sont de 15%,


 avec un minima de 21 600.00 DA
 avec un maxima de 172 800.00 DA

6.6. REGIME FISCAL

Le régime général a été retenu:

Au titre de la réalisation :
- exonéré des droits de douane pour les biens importés,
- Franchise de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : 17%
- Exemption du droit de mutation,

Au titre de l’exploitation après 3 ans constatés dès l’entrée en activité :


- Exonération de l’impôt sur le bénéfice de la société (IBS) 19%
- Exonération de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) 2%

101
7. LE LAY-OUT

Plan indicatif de bâtiment à réaliser pour assurer un flux des produits conforme aux normes de la
logistique et parfois exigé des donneurs d’ordres. Le produit ne peut et ne doit qu’avancer !
ZONE TECHNIQUE

TRAITEMENT THERMIQUE TRAITEMENT SURFACE TRAITEMENT DES EAUX


ENERGIE

ZONE
MO REPRISES RECTIFICATION
PREPARATION

STOCK MATIERES
PREMIERES
NON CONFORMITE MACHINES

ATELIER
QUALITE SOUS6TRAITAN MACHINES
ZONE D’EN
COURS ET
RETOUR

MACHINES
CE

COUPANT
OUTILS
LOGISTIQUE MACHINES

S
Lavage Pièces MACHINES
Expédition BUREAU
CHEF
ATELIER MACHINES
REGLEURS
EXPEDITION

RECEPTION
QUAI

QUAI
AIRE DE CHARGEMENT DECHARGEMENT DES CAMIONS

ZONE VESTIAIRE ET
LAVABO DU PERSONNEL ZONE ACCUEIL
LOCAL SOCIAL COMMERCIALE
DIRECTION DIRECTION DIRECTION RECEPTION
TECHNIQUE GENERALE ADMINISTRATIVE
ET FINANCIERE
CFAO GPAO
ACHAT

E/S personnel E/S Client, fournisseur

Pont élévateur :

Circulation des pièces :

102
Sans reprise ou A et B Reprise cas C Sous-traitance : aller et retour cas A et B

Ce plan ne concerne que les flux produits, l’implantation des différents éléments n’est qu’indicatif.

Il conviendra le moment venu, de travailler avec un architecte spécialiste de local industriel pour
définir les implantations définitives des machines, différents ateliers, surfaces et les zones à
aménager pour être en conformité avec les lois et la réglementation en vigueur sur les zones
industrielles.

En ce qui concerne les surfaces, pour l’exemple cité, on peut retenir :

- Parc machines outils (tour décolletage CN) : 300 m²,


- 1 machine représente une surface de 20 m² (10 m x 2 m) donc pour 6 machines
nous avons 80 m²,
- il est nécessaire de disposer d’une surface de 1.5 fois la surface de la machine pour
circuler autour et effectuer les opérations de maintenance et de chargement et
déchargement de pièces, soit 30 m² par machine donc 180 m² pour les 6 machines.
- Atelier de Traitement de surface : 200 m²,
- Atelier de Traitement thermique : 120 m²,
- Station de traitement des effluents industriels : 250 m²,
- Zone de stockage matières premières (rack de barres et brut industriel) : 40 m²,
- Zone outillage, outils coupants et affûtage, réglage outils : 15 m²,
- Zone de préparation du travail : 50 m²,
- Zone Qualité : 60 m²,
- Zone Logistique (lavage, emballage et expédition des pièces) : 80 m²,
- Bureau d’atelier (chef d’atelier et régleurs) : 50 m²,
- Local social (lavabo, toilettes, douches, salle de réunion repos) : 150 m²,
- Zone en cours : 20 m²
- Bureau administratif (DG, Technique, Commercial, Finance) : 150 m²,
- Local technique (Energie…) : 15 m²
- Aire de circulation dans l’atelier : 500 m²

Soit une surface totale de : 2000 m²

 Conception du produit et heures d’essais ;

Le projet étudié concerne la sous-traitance de décolletage, il n’existe donc pas de produit à mettre
au point et à valider par des essais.

Par contre en sous-traitance, une partie importante des enjeux se trouve dans le carnet de
commandes et donc la phase commerciale. Il est courant dans ce secteur et en particulier lorsque
l’on sous-traite pour l’automobile de devoir réaliser des échantillonnages pour que le donneur
apprécie la qualité, la logistique et les coûts que l’on fournit.

Cette approche doit permettre d’envisager ensuite des commandes programme annuelles et
ajustées tous les trimestres. C’est une phase qui peut prendre de 4 à 8 mois pour obtenir les
accords et pouvoir entrer en production.

Le fait de travailler sur la norme ISO TS 16949 facilite cette phase mais se faire certifier demande
au moins deux années de travail pour obtenir le certificat.

103
 La phase de pré-développement ;

La phase de pré-développement devrait être ici une phase de monter en puissance. Il est évident
que les investissements ne se feront pas tous d’un seul fait mais vont être programmés sur l’année
et surtout en fonction de l’arrivée des commandes.
Il faut songer également qu’intégrer une machine de décolletage prendra environ 3 mois :
- livraison,
- installation,
- mise en route,
- test de réception,
- formation des opérateurs.

De la même façon et selon le même processus il faudra intégrer :


- la CFAO,
- Gestion Intégrée,
- les équipements qualité.

L’intégration de la CFAO prendra de l’ordre de 6mois pour être totalement opérationnelle.


L’intégration du Système de Gestion Intégrée prendra de l’ordre 18 mois et les équipements
qualité pour 6 à 8 mois.

104
8. FICHES TECHNIQUES

Les fiches techniques détaillées :

Fiche Projet A1

Marché envisagé
Taille du marché 1 374 millions de Dinars,
- SNVI, Division Industrielle,
- BTK,
- SGP Equipag :
- ENMTP,
- EMO,
- ETRAG,
- FAMOS,
- PMA,
Clients potentiels
- POVAL,
- CMA,
- CYCMA
- SGP INDELEC:
- ENIEM,
- ENIE,
- DOMELEC,
- SONARIC,
- axe,
- moyeu d’axe de roues,
- axes divers,
Pièces fabriquées - visserie spéciale,
- différentes pièces cylindriques,
- pièces de diamètres 0,5 à 40 mm,
Volume du marché 112 816 620 pièces
Pour des précisions sur l’aspect marché, il est souhaitable de
consulter le rapport de mission de la phase 1. L’ensemble du
potentiel de chaque client est présenté.
Recommandations
Dans ce marché il convient de se mettre à la norme ISO 9000 :
2008 et dans un avenir prochain si les projets futurs se réalisent
dans l’automobile ISO TS 16949.
Compétences nécessaires
- Fonction Achat matières premières,
- Fonction Technique méthode et industrialisation,
- Fonction Qualité, sécurité et environnement,
- Fonction Usinage : réglage des machines outils à commande
Fonction numérique par enlèvement de matière,
- Fonction Commercial,
- Fonction Amélioration permanente,
- Fonction Logistique,
- Fonction Administrative,
- 1 Directeur Technique
Cadres
- 1 Directeur Administratif et financier

105
- 1 Responsable Commercial
- 1 Devis
Maîtrise - 1 Bureau étude et méthodes
- 1 Responsable atelier
- 1 Responsable Qualité Hygiène et Sécurité
- 1 Commercial
- 1 Acheteur
- 1 Programmeur
- 1 Lancement Production
Employés
- 1 Contrôleur
- 1 Régleur machines
- 1 Logistique
- 2 secrétaires
- 8 opérateurs machines
Ouvriers spécialisés
- 2 ouvriers manutention
Pour des précisions sur l’aspect compétences, il est souhaitable
Recommandations de consulter le rapport de mission de la phase 2. Des fiches
spécifiques de chaque fonction sont définies.
Equipements
Bâtiment de production 1500 m²
- 3 machines TOUR CN de diamètre 0 à 20mm
Machines
- 3 machines TOUR CN de diamètre 15 à 40mm
- Outils coupants,
- Porte outils,
Equipements
- Equipement qualité,
- Equipement d’atelier,
- 1 station de travail
CFAO
- 1 logiciel (Solidworks ou Topsolid)
- 1 licence TOP SOLID ERP ou SYLOB 5,
GPAO
- 6 stations de travail,
Pour des précisions sur l’aspect équipements, il est souhaitable
de consulter le rapport de mission de la phase 2. Les aspects
Recommandations techniques détaillés sont définis et des recommandations sont
exprimées.

Implantation
Wilaya Alger, Constantine
Zone industrielle Rouïba, grand Constantine
36 zones, projets intégrés comprenant une offre foncière adaptée
aux besoins des investisseurs ainsi que des services et des
infrastructures de qualité;
Des sites aménagés dans le strict respect de l’environnement: sans
risques, ni nuisances, ni contraintes écologiques.
ANIREF Des espaces bien aménagés, offrant un paysage industriel cohérent
et maîtrisé et garantissant aux usagers des zones: Un cadre de vie
de qualité, Une desserte et une connectivité optimales (jonction aux
réseaux adaptée au trafic et aux flux,
Des lieux de vie sécurisés avec réseaux et services aux entreprises
et aux usagers.
106
Pour des précisions sur les zones industrielles, il est souhaitable de
Recommandations consulter le rapport de mission de la phase 2. Une carte précise des
projets ANIREF est présentée.
VOLET FINANCIER DU PROJET A1
Option : Achat

FINANCEMENT DU PROJET

Planning de réalisation

Coût du projet 208 727 025 DA


Apport en fonds propres : 76 777 025 DA
Montage financier
Crédit bancaire moyen terme : 131 950 000 DA
LES PROJECTIONS

Point mort 652 Pièces / Jour

Chiffre d’affaires moyen 115 000 000 DA

Taux de marge net 12%


Taux de rendement de
3,8%
l’investissement
Retour sur fonds propres 10,9%

COMMENTAIRES ET RECOMMANDATIONS
Les conditions de financement pour le terrain et le bâtiment
sont les suivantes :
Taux : 6,5%
Durée : 7 ans
Différé : 2 ans
Les conditions de financement pour les équipements sont
Le financement
les suivantes :
Taux : 6,5%
Durée : 5 ans
Différé : 1 an
Une amélioration de ces conditions est possible suivant
négociations
Ils ont été calculés sur une période de 10 ans (Durée
Les ratios moyens d’amortissement des équipements)
C’est le nombre de pièces minimum à commercialiser pour
Le point mort commencer à être rentable à rapprocher avec les capacités
machines.
Le Taux de rendement de La valeur du bâtiment et du terrain représente 57% du
l’investissement montant de l’investissement.

Institutions et Organismes à consulter


- Le Conseil National de l’Investissement (CNI) : organe créé
auprès du ministre chargé de la promotion des investissements et
Institutions
placé sous l’autorité du premier ministre qui en assure la
présidence, définit les stratégies et approuve les projets, un vrai
107
pouvoir de décision ;
- Le Ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion des
Investissements, (MIPMEPI) : propose des stratégies ;
L’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière
(ANIREF) : organise les opérations de cession des assiettes ;
L’Agence Nationale du Développement Industriel (ANDI) :
établissement public à caractère administratif doté de la
personnalité morale et de l’autonomie financière. Elle est placée
Organismes
sous la tutelle du ministre chargé de la promotion des
investissements, informe assiste les entreprises. Il conseille,
formalise les avantages fiscaux et parafiscaux.
Le Centre Technique de la mécanique CTIM, structure en charge de
conseiller et former techniquement les entreprises.
BASTP: bourse de la sous-traitance algérienne,
Fédérations
UPIAM: fédération industrie automobile et mécanique,
Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités pour
entreprendre la démarche de développement ou création de l’activité
Recommandations décolletage. Il convient également de se procurer les rapports de
mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de toutes les données et
recommandations métiers.
Réglementation
Tout investisseur devra observer strictement les réglementations
en vigueur. Les détails sont fournis par l’ANDI notamment, qui
l’assiste et l’accompagne.
- Formalités administratives et de publicité : acte authentique
rédigé par un notaire ; publié dans un bulletin officiel ; dépôt au
greffe du tribunal ; immatriculation au registre de commerce.
Réglementation
- Déclaration d’existence faite dans les 30 jours à l’inspection
des impôts.
Déclaration
- Déclaration de l’investissement : les investissements ayant
bénéficié d’avantages font l’objet d’une déclaration d’existence.
- Demande d’avantages fixes : concomitamment à tout ce qui
précède, une demande d’avantages fiscaux doit être formulée
auprès de l’ANDI à condition que l’investissement soit supérieur à
500 000 DA
Forme juridique - SARL, Société à Responsabilité Limitée
Le régime général a été retenu:
Au titre de la réalisation :
- Exonéré des droits de douane pour les biens importés,
- Franchise de taxe sur la valeur ajoutée ( TVA) : 17%
Fiscalité - Exemption du droit de mutation,
Au titre de l’exploitation après 3 ans constatés dès l’entrée en
activité :
- Exonération de l’impôt sur le bénéfice de la société (IBS) 19%
- Exonération de la taxe sur l’activité professionnelle(TAP) 2%.
L’entreprise cotisera
o à la CNAS, Caisse Nationale Assurances Sociales, de la wilaya
Déclaration sociale d’implantation pour les salariés,
o à la CASNOS, Caisse Assurances Sociales Non salariés de la
wilaya d’implantation pour les chefs d’entreprises.
Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités pour
entreprendre la démarche de développement ou création de l’activité
Recommandations décolletage. Il convient également de se procurer les rapports de
mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de toutes les données et
recommandations du domaine réglementaire.
108
Fiche Projet A2

Marché envisagé
Taille du marché 1 374 millions de Dinars,
- SNVI, Division Industrielle,
- BTK,
- SGP Equipag :
- ENMTP,
- EMO,
- ETRAG,
- FAMOS,
- PMA,
Clients potentiels
- POVAL,
- CMA,
- CYCMA
- SGP INDELEC:
- ENIEM,
- ENIE,
- DOMELEC,
- SONARIC,
- axes,
- moyeu d’axe de roues,
- axes divers,
Pièces fabriquées - visserie spéciale,
- différentes pièces cylindriques,
- pièces de diamètres 0,5 à 40 mm,
Volume du marché 112 816 620 pièces
Pour des précisions sur l’aspect marché, il est souhaitable de
consulter le rapport de mission de la phase 1. L’ensemble du
potentiel de chaque client est présenté.
Recommandations
Dans ce marché il convient de se mettre à la norme ISO
9000 : 2008 et dans un avenir prochain si les projets futurs
se réalisent dans l’automobile ISO TS 16949.

Compétences nécessaires
- Fonction Achat matières premières,
- Fonction Technique méthode et industrialisation,
- Fonction Qualité, sécurité et environnement,
- Fonction Usinage :réglage des machines outils à
Fonction commande numérique par enlèvement de matière,
- Fonction Commercial,
- Fonction Amélioration permanente,
- Fonction Logistique,
- Fonction Administrative,

- 1 Directeur Technique
Cadres
- 1 Directeur Administratif et financier

109
- 1 Responsable Commercial
- 1 Devis
Maîtrise - 1 Bureau étude et méthodes
- 1 Responsable atelier
- 1 Responsable Qualité Hygiène et Sécurité
- 1 Commercial
- 1 Acheteur
- 1 Programmeur
- 1 Lancement Production
Employés
- 1 Contrôleur
- 1 Régleur machines
- 1 Logistique
- 2 secrétaires
- 8 opérateurs machines
Ouvriers spécialisés
- 2 ouvriers manutention
Pour des précisions sur l’aspect compétences, il est
Recommandations souhaitable de consulter le rapport de mission de la phase 2.
Des fiches spécifiques de chaque fonction sont définies.

Equipements

Bâtiment de production 1500 m²


- 3 machines TOUR CN de diamètre 0 à 20mm
Machines
- 3 machines TOUR CN de diamètre 15 à 40mm
- Outils coupants,
- Porte outils,
Equipements
- Equipement qualité,
- Equipement d’atelier,
- 1 station de travail
CFAO
- 1 logiciel (Solidworks ou Topsolid)
- 1 licence TOP SOLID ERP ou SYLOB 5,
GPAO
- 6 stations de travail,
Pour des précisions sur l’aspect équipements, il est
souhaitable de consulter le rapport de mission de la phase 2.
Recommandations Les aspects techniques détaillés sont définis et des
recommandations sont exprimées.

Implantation
Wilaya Alger, Constantine
Zone industrielle Rouïba, grand Constantine
36 zones, projets intégrés comprenant une offre foncière
adaptée aux besoins des investisseurs ainsi que des services et
des infrastructures de qualité;
Des sites aménagés dans le strict respect de l’environnement:
sans risques, ni nuisances, ni contraintes écologiques.
ANIREF Des espaces bien aménagés, offrant un paysage industriel
cohérent et maîtrisé et garantissant aux usagers des zones: Un
cadre de vie de qualité, Une desserte et une connectivité
optimales (jonction aux réseaux adaptée au trafic et aux flux,
Des lieux de vie sécurisés avec réseaux et services aux
entreprises et aux usagers
110
Pour des précisions sur les zones industrielles, il est
Recommandations souhaitable de consulter le rapport de mission de la phase 2.
Une carte précise des projets ANIREF est présentée.

VOLET FINANCIER DU PROJET A2


Option : Leasing
CONSISTENCE ET FINANCEMENT DU PROJET

Planning de réalisation

Coût du projet 103 318 441 DA


Apport en fonds propres : 22 318 441 DA
Montage financier
Leasing (équipements) : 81 000 000 DA
LES PROJECTIONS
Point mort 810 Pièces / Jour

Chiffre d’affaires moyen 115 000 000 DA

Taux de marge net 9%


Taux de rendement de
13,3%
l’investissement
Retour sur fonds propres 12,27%

COMMENTAIRES ET RECOMMANDATIONS
Les conditions de leasing sont celles pratiquées par
la Société Nationale de Leasing pour ce type
d’équipement :
Durée du leasing : 5 ans
Le financement
Premier versement : 10%
Une amélioration de ces conditions (durée, montant
du premier versement, taux) est possible en
prospectant d’autres organismes de leasing
Ils ont été calculés sur une période de 10 ans (Durée
Les ratios moyens
d’amortissement des équipements)
C’est le nombre de pièces minimum à commercialiser
Le point mort pour commencer à être rentable à rapprocher avec
les capacités machines.
Institutions et Organismes à consulter

- Le Conseil National de l’Investissement (CNI) : organe créé


auprès du ministre chargé de la promotion des
investissements et placé sous l’autorité du premier ministre
Institutions qui en assure la présidence, définit les stratégies et approuve
les projets, un vrai pouvoir de décision ;
- Le Ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion des
Investissements, (MIPMEPI) : propose des stratégies ;

111
- L’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation
Foncière (ANIREF) : organise les opérations de cession des
assiettes ;
- L’Agence Nationale du Développement Industriel (ANDI) :
établissement public à caractère administratif doté de la
Organismes personnalité morale et de l’autonomie financière. Elle est
placée sous la tutelle du ministre chargé de la promotion des
investissements, informe assiste les entreprises. Il conseille,
formalise les avantages fiscaux et parafiscaux.
- Le Centre Technique de la mécanique CTIM, structure en
charge de conseiller et former techniquement les entreprises.
- BASTP: bourse de la sous-traitance algérienne,
Fédérations
- UPIAM: fédération industrie automobile et mécanique,
Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités
pour entreprendre la démarche de développement ou création
Recommandations de l’activité décolletage. Il convient également de se procurer
les rapports de mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de
toutes les données et recommandations métiers.
Réglementation
Tout investisseur devra observer strictement les
réglementations en vigueur. Les détails sont fournis par l’ANDI
notamment, qui l’assiste et l’accompagne.
- Formalités administratives et de publicité : acte authentique
rédigé par un notaire ; publié dans un bulletin officiel ; dépôt au
greffe du tribunal ; immatriculation au registre de commerce.
Réglementation
- Déclaration d’existence faite dans les 30 jours à l’inspection
des impôts.
Déclaration
- Déclaration de l’investissement : les investissements ayant
bénéficié d’avantages font l’objet d’une déclaration d’existence.
- Demande d’avantages fixes : concomitamment à tout ce qui -
précède, une demande d’avantages fiscaux doit être formulée
auprès de l’ANDI à condition que l’investissement soit supérieur
à 500 000 DA.

Forme juridique - SARL, Société à Responsabilité Limitée

Le régime général a été retenu:


Au titre de la réalisation :
- Exonéré des droits de douane pour les biens importés,
- Franchise de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : 17%
Fiscalité - Exemption du droit de mutation,
Au titre de l’exploitation après 3 ans constatés dès l’entrée en
activité :
- Exonération de l’impôt sur le bénéfice de la société (IBS) 19%
- Exonération de la taxe sur l’activité professionnelle(TAP) 2%.
L’entreprise cotisera :
o à la CNAS, Caisse Nationale Assurances Sociales, de la
Déclaration sociale wilaya d’implantation pour les salariés,
o à la CASNOS, Caisse Assurances Sociales Non salariés de
la wilaya d’implantation pour les chefs d’entreprises.
Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités
Recommandations pour entreprendre la démarche de développement ou création
de l’activité décolletage. Il convient également de se procurer
112
les rapports de mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de
toutes les données et recommandations du domaine
réglementaire.

Fiche Projet B1

Marché envisagé
Taille du marché 1 374 millions de Dinars,
- SNVI, Division Industrielle,
- BTK,
- SGP Equipag :
- ENMTP,
- EMO,
- ETRAG,
- FAMOS,
- PMA,
Clients potentiels
- POVAL,
- CMA,
- CYCMA
- SGP INDELEC:
- ENIEM,
- ENIE,
- DOMELEC,
- SONARIC,
- axes,
- moyeu d’axe de roues,
- axes divers,
Pièces fabriquées - visserie spéciale,
- différentes pièces cylindriques,
- pièces de diamètres 0,5 à 40 mm,
Volume du marché 112 816 620 pièces
Pour des précisions sur l’aspect marché, il est souhaitable de
consulter le rapport de mission de la phase 1. L’ensemble du
potentiel de chaque client est présenté.
Recommandations
Dans ce marché il convient de se mettre à la norme ISO 9000 :
2008 et dans un avenir prochain si les projets futurs se réalisent
dans l’automobile ISO TS 16949.
Compétences nécessaires
- Fonction Achat matières premières,
- Fonction Technique méthode et industrialisation,
- Fonction Qualité, sécurité et environnement,
- Fonction Usinage : réglage des machines outils à commande
Fonction numérique par enlèvement de matière,
- Fonction Commercial,
- Fonction Amélioration permanente,
- Fonction Logistique,
- Fonction Administrative,
- 1 Directeur Technique
Cadres
- 1 Directeur Administratif et financier
- 1 Responsable Commercial
- 1 Devis
Maîtrise - 1 Bureau étude et méthodes
- 1 Responsable atelier
- 1 Responsable Qualité Hygiène et Sécurité
113
- 1 Commercial
- 1 Acheteur
- 1 Programmeur
- 1 Lancement Production
Employés
- 1 Contrôleur
- 2 Régleur machines
- 1 Logistique
- 2 secrétaires
- 12 opérateurs machines
Ouvriers spécialisés
- 2 ouvriers manutention
Pour des précisions sur l’aspect compétences, il est souhaitable de
Recommandations consulter le rapport de mission de la phase 2. Des fiches
spécifiques de chaque fonction sont définies.
Equipements
Bâtiment de production 1800 m²
- 5 machines TOUR CN de diamètre 0 à 20mm
Machines
- 5 machines TOUR CN de diamètre 15 à 40mm
- Outils coupants,
- Porte outils,
Equipements
- Equipement qualité,
- Equipement d’atelier,
- 1 station de travail
CFAO
- 1 logiciel (Solidworks ou Topsolid)
- 1 licence TOP SOLID ERP ou SYLOB 5,
GPAO
- 8 stations de travail,
Pour des précisions sur l’aspect équipements, il est souhaitable de
consulter le rapport de mission de la phase 2. Les aspects
Recommandations
techniques détaillés sont définis et des recommandations sont
exprimées.
Implantation
Wilaya Alger, Constantine
Zone industrielle Rouïba, grand Constantine
36 zones, projets intégrés comprenant une offre foncière
adaptée aux besoins des investisseurs ainsi que des services
et des infrastructures de qualité;
Des sites aménagés dans le strict respect de l’environnement:
sans risques, ni nuisances, ni contraintes écologiques.
ANIREF Des espaces bien aménagés, offrant un paysage industriel
cohérent et maîtrisé et garantissant aux usagers des zones:
Un cadre de vie de qualité, Une desserte et une connectivité
optimales (jonction aux réseaux adaptée au trafic et aux flux,
Des lieux de vie sécurisés avec réseaux et services aux
entreprises et aux usagers

Recommandations
Pour des précisions sur les zones industrielles, il est
souhaitable de consulter le rapport de mission de la phase 2.
Une carte précise des projets ANIREF est présentée.

114
VOLET FINANCIER DU PROJET B1
Option : Achat
CONSISTENCE ET FINANCEMENT DU PROJET

Planning de réalisation

Coût du projet 274 082 843 DA


Apport en fonds propres : 104 682 843 DA
Montage financier
Crédit bancaire moyen terme : 169 400 000 DA
LES PROJECTIONS
Point mort 481 Pièces / Jour

Chiffre d’affaires moyen 190 000 000 DA

Taux de marge net 17%


Taux de rendement de 10,3%
l’investissement
Retour sur fonds propres 13,4%
COMMENTAIRES ET RECOMMANDATIONS
Les conditions de financement pour le terrain et le bâtiment
sont les suivantes :
Taux : 6,5%
Durée : 7 ans
Différé : 2 ans
Les conditions de financement pour les équipements sont les
Le financement suivantes :
Taux : 6,5%
Durée : 5 ans
Différé : 1 an
Une amélioration de ces conditions est possible suivant
négociations
Ils ont été calculés sur une période de 10 ans (Durée
Les ratios moyens d’amortissement des équipements)

C’est le nombre de pièces minimum à commercialiser pour


Le point mort commencer à être rentable

Le Taux de rendement de La valeur du bâtiment et du terrain représente 33% du


l’investissement montant de l’investissement

Institutions et Organismes à consulter


- Le Conseil National de l’Investissement (CNI) : organe créé
auprès du ministre chargé de la promotion des
investissements et placé sous l’autorité du premier ministre
Institutions qui en assure la présidence, définit les stratégies et approuve
les projets, un vrai pouvoir de décision ;
- Le Ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion
des Investissements, (MIPMEPI) : propose des stratégies
115
- L’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation
Foncière (ANIREF) : organise les opérations de cession des
assiettes ;
- L’Agence Nationale du Développement Industriel (ANDI) :
établissement public à caractère administratif doté de la
Organismes personnalité morale et de l’autonomie financière. Elle est
placée sous la tutelle du ministre chargé de la promotion des
investissements, informe assiste les entreprises. Il conseille,
formalise les avantages fiscaux et parafiscaux.
- Le Centre Technique de la mécanique CTIM, structure en
charge de conseiller et former techniquement les entreprises.
- BASTP: bourse de la sous-traitance algérienne,
Fédérations
- UPIAM: fédération industrie automobile et mécanique,
Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités
pour entreprendre la démarche de développement ou création
Recommandations de l’activité décolletage. Il convient également de se procurer
les rapports de mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de
toutes les données et recommandations métiers.
Réglementation
Tout investisseur devra observer strictement les
réglementations en vigueur. Les détails sont fournis par l’ANDI
notamment, qui l’assiste et l’accompagne.
- Formalités administratives et de publicité : acte
authentique rédigé par un notaire ;publié dans un
bulletin officiel ; dépôt au greffe du
tribunal ;immatriculation au registre de commerce.
Réglementation
- Déclaration d’existence faite dans les 30 jours à
l’inspection des impôts.
Déclaration
- Déclaration de l’investissement : les investissements
ayant bénéficié d’avantages font l’objet d’une
déclaration d’existence.
- Demande d’avantages fixes : concomitamment à tout ce
qui précède, une demande d’avantages fiscaux doit
être formulée auprès de l’ANDI à condition que
l’investissement soit supérieur à 500 000 DA

Forme juridique - SARL, Société à Responsabilité Limitée

Le régime général a été retenu:

Au titre de la réalisation :
- Exonéré des droits de douane pour les biens importés,
- Franchise de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : 17%
- Exemption du droit de mutation,
Fiscalité
Au titre de l’exploitation après 3 ans constatés dès l’entrée
en activité :
- Exonération de l’impôt sur le bénéfice de la société (IBS)
19%
- Exonération de la taxe sur l’activité professionnelle(TAP)
2%.

116
L’entreprise cotisera
o à la CNAS, Caisse Nationale Assurances Sociales, de la
Déclaration sociale wilaya d’implantation pour les salariés,
o à la CASNOS, Caisse Assurances Sociales Non salariés de
la wilaya d’implantation pour les chefs d’entreprises.
Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités
pour entreprendre la démarche de développement ou création
de l’activité décolletage. Il convient également de se procurer
Recommandations
les rapports de mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de
toutes les données et recommandations du domaine
réglementaire.

Fiche Projet B2

Marché envisagé
Taille du marché 1 374 millions de Dinars,
- SNVI, Division Industrielle,
- BTK,
- SGP Equipag :
- ENMTP,
- EMO,
- ETRAG,
- FAMOS,
- PMA,
Clients potentiels
- POVAL,
- CMA,
- CYCMA
- SGP INDELEC:
- ENIEM,
- ENIE,
- DOMELEC,
- SONARIC,
- axes,
- moyeu d’axe de roues,
- axes divers,
Pièces fabriquées - visserie spéciale,
- différentes pièces cylindriques,
- pièces de diamètres 0,5 à 40 mm,
Volume du marché 112 816 620 pièces
Pour des précisions sur l’aspect marché, il est souhaitable de
consulter le rapport de mission de la phase 1. L’ensemble du
potentiel de chaque client est présenté.
Recommandations
Dans ce marché il convient de se mettre à la norme ISO 9000 : 2008
et dans un avenir prochain si les projets futurs se réalisent dans
l’automobile ISO TS 16949.

117
Compétences nécessaires
- Fonction Achat matières premières,
- Fonction Technique méthode et industrialisation,
- Fonction Qualité, sécurité et environnement,
- Fonction Usinage : réglage des machines outils à commande
numérique par enlèvement de matière,
Fonction
- Fonction Commercial,
- Fonction Amélioration permanente,
- Fonction Logistique,
- Fonction Administrative,

- 1 Directeur Technique
Cadres
- 1 Directeur Administratif et financier
- 1 Responsable Commercial
- 1 Devis
Maîtrise - 1 Bureau étude et méthodes
- 1 Responsable atelier
- 1 Responsable Qualité Hygiène et Sécurité
- 1 Commercial
- 1 Acheteur
- 1 Programmeur
- 1 Lancement Production
Employés
- 1 Contrôleur
- 2 Régleur machines
- 1 Logistique
- 2 secrétaires
- 12 opérateurs machines
Ouvriers spécialisés
- 2 ouvriers manutention
Pour des précisions sur l’aspect compétences, il est souhaitable de
Recommandations consulter le rapport de mission de la phase 2. Des fiches spécifiques
de chaque fonction sont définies.
Equipements

Bâtiment de production 1800 m²

- 5 machines TOUR CN de diamètre 0 à 20mm


Machines
- 5 machines TOUR CN de diamètre 15 à 40mm

- Outils coupants,
- Porte outils,
Equipements
- Equipement qualité,
- Equipement d’atelier,
- 1 station de travail
CFAO
- 1 logiciel (Solidworks ou Topsolid)
- 1 licence TOP SOLID ERP ou SYLOB 5,
GPAO
- 8 stations de travail,
Pour des précisions sur l’aspect équipements, il est souhaitable de
consulter le rapport de mission de la phase 2. Les aspects
Recommandations techniques détaillés sont définis et des recommandations sont
exprimées.

118
Implantation

Wilaya Alger, Constantine

Zone industrielle Rouïba, grand Constantine

36 zones, projets intégrés comprenant une offre foncière adaptée aux


besoins des investisseurs ainsi que des services et des infrastructures
de qualité;
Des sites aménagés dans le strict respect de l’environnement: sans
risques, ni nuisances, ni contraintes écologiques.
ANIREF Des espaces bien aménagés, offrant un paysage industriel cohérent et
maîtrisé et garantissant aux usagers des zones: Un cadre de vie de
qualité, Une desserte et une connectivité optimales (jonction aux
réseaux adaptée au trafic et aux flux,
Des lieux de vie sécurisés avec réseaux et services aux entreprises et
aux usagers.

Pour des précisions sur les zones industrielles, il est souhaitable de


Recommandations consulter le rapport de mission de la phase 2. Une carte précise des
projets ANIREF est présentée.

VOLET FINANCIER DU PROJET B2


Option : Leasing
CONSISTENCE ET FINANCEMENT DU PROJET

Planning de réalisation

Coût du projet 274 082 843 DA


Apport en fonds propres : 104 682 843 DA
Montage financier
Leasing (équipements) : 169 400 000 DA
LES PROJECTIONS

Point mort 581 Pièces / Jour

Chiffre d’affaires moyen 190 000 000 DA

Taux de marge net 15%


Taux de rendement de 20,7%
l’investissement
Retour sur fonds propres 18,8%

COMMENTAIRES ET RECOMMANDATIONS

119
Les conditions de leasing sont celles pratiquées par la Société
Nationale de Leasing pour ce type d’équipement :
Durée du leasing : 5 ans
Le financement Premier versement : 10%
Une amélioration de ces conditions (durée, montant du premier
versement, taux) est possible en prospectant d’autres
organismes de leasing

Ils ont été calculés sur une période de 10 ans (Durée


Les ratios moyens d’amortissement des équipements)
C’est le nombre de pièces minimum à commercialiser pour
Le point mort commencer à être rentable à rapprocher avec les capacités
machines.

Institutions et Organismes à consulter


- Le Conseil National de l’Investissement (CNI) : organe créé auprès
du ministre chargé de la promotion des investissements et placé
sous l’autorité du premier ministre qui en assure la présidence, définit
Institutions
les stratégies et approuve les projets, un vrai pouvoir de décision ;
- Le Ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion des
Investissements, (MIPMEPI) : propose des stratégies ;
- L’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière
(ANIREF) : organise les opérations de cession des assiettes ;
- L’Agence Nationale du Développement Industriel (ANDI) :
établissement public à caractère administratif doté de la personnalité
morale et de l’autonomie financière. Elle est placée sous la tutelle du
Organismes
ministre chargé de la promotion des investissements, informe assiste
les entreprises. Il conseille, formalise les avantages fiscaux et
parafiscaux.
- Le Centre Technique de la mécanique CTIM, structure en charge
de conseiller et former techniquement les entreprises.
- BASTP: bourse de la sous-traitance algérienne,
Fédérations
- UPIAM: fédération industrie automobile et mécanique,

Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités pour


entreprendre la démarche de développement ou création de l’activité
Recommandations décolletage. Il convient également de se procurer les rapports de
mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de toutes les données et
recommandations métiers.

Réglementation
Tout investisseur devra observer strictement les réglementations en
vigueur. Les détails sont fournis par l’ANDI notamment, qui l’assiste et
l’accompagne.
- Formalités administratives et de publicité : acte authentique rédigé
par un notaire ; publié dans un bulletin officiel ; dépôt au greffe du
Réglementation tribunal ; immatriculation au registre de commerce.
- Déclaration d’existence faite dans les 30 jours à l’inspection des
Déclaration impôts.
- Déclaration de l’investissement : les investissements ayant bénéficié
d’avantages font l’objet d’une déclaration d’existence.
- Demande d’avantages fixes : concomitamment à tout ce qui précède,
une demande d’avantages fiscaux doit être formulée auprès de l’ANDI
à condition que l’investissement soit supérieur à 500 000 DA

120
Forme juridique - SARL, Société à Responsabilité Limitée

Le régime général a été retenu:


Au titre de la réalisation :
- Exonéré des droits de douane pour les biens importés,
- Franchise de taxe sur la valeur ajoutée ( TVA) : 17%
Fiscalité
- Exemption du droit de mutation,
Au titre de l’exploitation après 3 ans constatés dès l’entrée en activité :
- Exonération de l’impôt sur le bénéfice de la société (IBS) 19%
- Exonération de la taxe sur l’activité professionnelle(TAP) 2%.
L’entreprise cotisera :
o à la CNAS, Caisse Nationale d’Assurances Sociales, de la wilaya
Déclaration sociale d’implantation pour les salariés,
o à la CASNOS, Caisse Assurances Sociales Non salariés de la
wilaya d’implantation pour les chefs d’entreprises.
Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités pour
entreprendre la démarche de développement ou création de l’activité
Recommandations décolletage. Il convient également de se procurer les rapports de
mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de toutes les données et
recommandations du domaine réglementaire.

121
Fiche Projet C1

Marché envisagé
Taille du marché 1 374 millions de Dinars,
- SNVI, Division Industrielle,
- BTK,
- SGP Equipag :
- ENMTP,
- EMO,
- ETRAG,
- FAMOS,
- PMA,
Clients potentiels
- POVAL,
- CMA,
- CYCMA
- SGP INDELEC:
- ENIEM,
- ENIE,
- DOMELEC,
- SONARIC,
- axes,
- moyeu d’axe de roues,
- axes divers,
Pièces fabriquées - visserie spéciale,
- différentes pièces cylindriques,
- pièces de diamètres 0,5 à 40 mm,

Volume du marché 112 816 620 pièces

Pour des précisions sur l’aspect marché, il est souhaitable de


consulter le rapport de mission de la phase 1. L’ensemble du
potentiel de chaque client est présenté.
Recommandations
Dans ce marché il convient de se mettre à la norme ISO 9000 : 2008
et dans un avenir prochain si les projets futurs se réalisent dans
l’automobile ISO TS 16949.

Compétences nécessaires
- Fonction Achat matières premières,
- Fonction Technique méthode et industrialisation,
- Fonction Qualité, sécurité et environnement,
- Fonction Usinage : réglage des machines outils à commande
numérique par enlèvement de matière,
- Fonction traitement thermique,
Fonction - Fonction traitement surface,
- Fonction Commercial,
- Fonction Amélioration permanente,
- Fonction Logistique,
- Fonction Administrative,

- 1 Directeur Technique
Cadres - 1 Directeur Administratif et financier
- 1 Directeur Marketing

122
- 1 Responsable Commercial
- 1 Devis
- 1 Bureau étude et méthodes
Maîtrise - 1 Responsable atelier
- 1 Responsable traitement de surface,
- 1 Responsable traitement thermique,
- 1 Responsable Qualité Hygiène et Sécurité

- 1 Commercial
- 1 Acheteur
- 1 Programmeur
- 1 Lancement Production
- 1 Contrôleur
Employés
- 1 Régleur machines
- 1 Technicien traitement de surface
- 1 Technicien traitement thermique
- 1 Logistique
- 2 secrétaires

- 12 opérateurs machines
- 2 ouvriers manutention
Ouvriers spécialisés
- 2 opérateurs traitement de surface
- 2 opérateurs traitement thermique
Pour des précisions sur l’aspect compétences, il est souhaitable de
Recommandations consulter le rapport de mission de la phase 2. Des fiches spécifiques
de chaque fonction sont définies.

Equipements

Bâtiment de production 2500 m²


- 6 machines TOUR CN de diamètre 0 à 20mm
Machines
- 6 machines TOUR CN de diamètre 15 à 40mm

- Outils coupants,
- Porte outils,
Equipements
- Equipement qualité,
- Equipement d’atelier,

- 1 Chaîne traitement surface, 1000 m²/ jour


Traitement - 1 Chaîne traitement thermique, 1000T/ jour
- 1 Station de traitement des effluents industriels, 100m²/jour

- 1 station de travail
CFAO
- 1 logiciel (Solidworks ou Topsolid)

- 1 licence TOP SOLID ERP ou SYLOB 5,


GPAO
- 10 stations de travail,
Pour des précisions sur l’aspect équipements, il est souhaitable de
consulter le rapport de mission de la phase 2. Les aspects
Recommandations
techniques détaillés sont définis et des recommandations sont
exprimées.
Implantation
Wilaya Alger, Constantine
Zone industrielle Rouïba, grand Constantine

123
36 zones, projets intégrés comprenant une offre foncière adaptée aux
besoins des investisseurs ainsi que des services et des infrastructures
de qualité;
Des sites aménagés dans le strict respect de l’environnement: sans
risques, ni nuisances, ni contraintes écologiques.
ANIREF Des espaces bien aménagés, offrant un paysage industriel cohérent et
maîtrisé et garantissant aux usagers des zones: Un cadre de vie de
qualité, Une desserte et une connectivité optimales (jonction aux
réseaux adaptée au trafic et aux flux,
Des lieux de vie sécurisés avec réseaux et services aux entreprises et
aux usagers
Pour des précisions sur les zones industrielles, il est souhaitable de
Recommandations consulter le rapport de mission de la phase 2. Une carte précise des
projets ANIREF est présentée.
VOLET FINANCIER DU PROJET C1
Option : Achat
CONSISTENCE ET FINANCEMENT DU PROJET

Planning de réalisation

Coût du projet 394 053 059 DA


Apport en fonds propres : 145 203 059 DA
Montage financier
Crédit bancaire moyen terme : 248 850 000 DA
LES PROJECTIONS

Point mort 334 Pièces / Jour

Chiffre d’affaires moyen 340 000 000 DA

Taux de marge net 34%


Taux de rendement de 28,4%
l’investissement
Retour sur fonds propres 18,9%

COMMENTAIRES ET RECOMMANDATIONS
Les conditions de financement pour le terrain et le bâtiment
sont les suivantes :
Taux : 6,5%
Durée : 7 ans
Différé : 2 ans
Le financement Les conditions de financement pour les équipements sont les
suivantes :
Taux : 6,5%
Durée : 5 ans
Différé : 1 an
Une amélioration de ces conditions est possible suivant
124
négociations
Ils ont été calculés sur une période de 10 ans (Durée
Les ratios moyens d’amortissement des équipements)

C’est le nombre de pièces minimum à commercialiser pour


Le point mort commencer à être rentable à rapprocher avec les capacités
machines.

Le Taux de rendement de La valeur du bâtiment et du terrain représente 48% du


l’investissement montant de l’investissement

Institutions et Organismes à consulter

- Le Conseil National de l’Investissement (CNI) : organe créé auprès


du ministre chargé de la promotion des investissements et placé sous
l’autorité du premier ministre qui en assure la présidence, définit les
Institutions
stratégies et approuve les projets, un vrai pouvoir de décision ;
- Le Ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion des
Investissements, (MIPMEPI) : propose des stratégies ;
- L’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière
(ANIREF) : organise les opérations de cession des assiettes ;
- L’Agence Nationale du Développement Industriel (ANDI) :
établissement public à caractère administratif doté de la personnalité
morale et de l’autonomie financière. Elle est placée sous la tutelle du
Organismes
ministre chargé de la promotion des investissements, informe assiste
les entreprises. Il conseille, formalise les avantages fiscaux et
parafiscaux.
- Le Centre Technique de la mécanique CTIM, structure en charge de
conseiller et former techniquement les entreprises.

- BASTP: bourse de la sous-traitance algérienne,


Fédérations
- UPIAM: fédération industrie automobile et mécanique,

Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités pour


entreprendre la démarche de développement ou création de l’activité
Recommandations décolletage. Il convient également de se procurer les rapports de
mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de toutes les données et
recommandations métiers.

Réglementation
Tout investisseur devra observer strictement les réglementations en
vigueur. Les détails sont fournis par l’ANDI notamment, qui l’assiste et
l’accompagne.
- Formalités administratives et de publicité : acte authentique rédigé
par un notaire ; publié dans un bulletin officiel ; dépôt au greffe du
Réglementation tribunal ; immatriculation au registre de commerce.
- Déclaration d’existence faite dans les 30 jours à l’inspection des
Déclaration impôts.
- Déclaration de l’investissement : les investissements ayant bénéficié
d’avantages font l’objet d’une déclaration d’existence.
- Demande d’avantages fixes : concomitamment à tout ce qui précède,
une demande d’avantages fiscaux doit être formulée auprès de l’ANDI
à condition que l’investissement soit supérieur à 500 000 DA

Forme juridique - SARL, Société à Responsabilité Limitée

125
Le régime général a été retenu:
Au titre de la réalisation :
- Exonéré des droits de douane pour les biens importés,
- Franchise de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : 17%
Fiscalité
- Exemption du droit de mutation,
Au titre de l’exploitation après 3 ans constatés dès l’entrée en activité :
- Exonération de l’impôt sur le bénéfice de la société (IBS) 19%
- Exonération de la taxe sur l’activité professionnelle(TAP) 2%.

L’entreprise cotisera
o à la CNAS, Caisse Nationale Assurances Sociales, de la wilaya
Déclaration sociale d’implantation pour les salariés,
o à la CASNOS, Caisse Assurances Sociales Non salariés de la
wilaya d’implantation pour les chefs d’entreprises.

Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités pour


entreprendre la démarche de développement ou création de l’activité
Recommandations décolletage. Il convient également de se procurer les rapports de
mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de toutes les données et
recommandations du domaine réglementaire.

126
Fiche Projet C2

Marché envisagé

Taille du marché 1 374 millions de Dinars,

- SNVI, Division Industrielle,


- BTK,
- SGP Equipag :
- ENMTP,
- EMO,
- ETRAG,
- FAMOS,
- PMA,
Clients potentiels
- POVAL,
- CMA,
- CYCMA
- SGP INDELEC:
- ENIEM,
- ENIE,
- DOMELEC,
- SONARIC,

- axes,
- moyeu d’axe de roues,
- axes divers,
Pièces fabriquées
- visserie spéciale,
- différentes pièces cylindriques,
- pièces de diamètres 0,5 à 40 mm,

Volume du marché 112 816 620 pièces

Pour des précisions sur l’aspect marché, il est souhaitable de


consulter le rapport de mission de la phase 1. L’ensemble du
potentiel de chaque client est présenté.
Recommandations
Dans ce marché il convient de se mettre à la norme ISO 9000 :
2008 et dans un avenir prochain si les projets futurs se réalisent
dans l’automobile ISO TS 16949.
Compétences nécessaires
- Fonction Achat matières premières,
- Fonction Technique méthode et industrialisation,
- Fonction Qualité, sécurité et environnement,
- Fonction Usinage : réglage des machines outils à commande
numérique par enlèvement de matière,
Fonction - Fonction traitement thermique,
- Fonction traitement surface,
- Fonction Commercial,
- Fonction Amélioration permanente,
- Fonction Logistique,
- Fonction Administrative,

- 1 Directeur Technique
Cadres - 1 Directeur Administratif et financier
- 1 Directeur Marketing
127
- 1 Responsable Commercial
- 1 Devis
- 1 Bureau étude et méthodes
Maîtrise - 1 Responsable atelier
- 1 Responsable traitement de surface,
- 1 Responsable traitement thermique,
- 1 Responsable Qualité Hygiène et Sécurité

- 1 Commercial
- 1 Acheteur
- 1 Programmeur
- 1 Lancement Production
- 1 Contrôleur
Employés
- 1 Régleur machines
- 1 Technicien traitement de surface
- 1 Technicien traitement thermique
- 1 Logistique
- 2 secrétaires
- 12 opérateurs machines
- 2 ouvriers manutention
Ouvriers spécialisés
- 2 opérateurs traitement de surface
- 2 opérateurs traitement thermique
Pour des précisions sur l’aspect compétences, il est souhaitable de
consulter le rapport de mission de la phase 2. Des fiches
Recommandations
spécifiques de chaque fonction sont définies.

Equipements
Bâtiment de production 2500 m²
- 6 machines TOUR CN de diamètre 0 à 20mm
Machines
- 6 machines TOUR CN de diamètre 15 à 40mm
- Outils coupants,
- Porte outils,
Equipements
- Equipement qualité,
- Equipement d’atelier,
- 1 Chaîne traitement surface, 1000 m²/ jour
Traitement - 1 Chaîne traitement thermique, 1000T/ jour
- 1 Station de traitement des effluents industriels, 100m²/jour

- 1 station de travail
CFAO
- 1 logiciel (Solidworks ou Topsolid)

- 1 licence TOP SOLID ERP ou SYLOB 5,


GPAO
- 10 stations de travail,
Pour des précisions sur l’aspect équipements, il est souhaitable de
consulter le rapport de mission de la phase 2. Les aspects
Recommandations techniques détaillés sont définis et des recommandations sont
exprimées.

Implantation
Wilaya Alger, Constantine
Zone industrielle Rouïba, grand Constantine

128
36 zones, projets intégrés comprenant une offre foncière adaptée aux
besoins des investisseurs ainsi que des services et des infrastructures
de qualité;
Des sites aménagés dans le strict respect de l’environnement: sans
risques, ni nuisances, ni contraintes écologiques.
ANIREF Des espaces bien aménagés, offrant un paysage industriel cohérent et
maîtrisé et garantissant aux usagers des zones: Un cadre de vie de
qualité, Une desserte et une connectivité optimales (jonction aux
réseaux adaptée au trafic et aux flux,
Des lieux de vie sécurisés avec réseaux et services aux entreprises et
aux usagers

Pour des précisions sur les zones industrielles, il est souhaitable de


Recommandations consulter le rapport de mission de la phase 2. Une carte précise des
projets ANIREF est présentée.

VOLET FINANCIER DU PROJET C2


Option : Leasing
CONSISTENCE ET FINANCEMENT DU PROJET

Planning de réalisation

Coût du projet 224 921 260 DA


Apport en fonds propres : 41 921 260 DA
Montage financier
Leasing (équipements) : 183 000 000 DA
LES PROJECTIONS

Point mort 396 Pièces / Jour

Chiffre d’affaires moyen 340 000 000 DA

Taux de marge net 33%


Taux de rendement de 47,7%
l’investissement
Retour sur fonds propres 21,6%

COMMENTAIRES ET RECOMMANDATIONS
Les conditions de leasing sont celles pratiquées par la Société
Nationale de Leasing pour ce type d’équipement :
Durée du leasing : 5 ans
Premier versement : 10%
Le financement
Une amélioration de ces conditions (durée, montant du
premier versement, taux) est possible en prospectant d’autres
organismes de leasing

129
Ils ont été calculés sur une période de 10 ans (Durée
Les ratios moyens
d’amortissement des équipements)
C’est le nombre de pièces minimum à commercialiser pour
Le point mort commencer à être rentable à rapprocher avec les capacités
machines.
Institutions et Organismes à consulter
- Le Conseil National de l’Investissement (CNI) : organe créé auprès
du ministre chargé de la promotion des investissements et placé sous
l’autorité du premier ministre qui en assure la présidence, définit les
Institutions
stratégies et approuve les projets, un vrai pouvoir de décision ;
- Le Ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion des
Investissements, (MIPMEPI) : propose des stratégies ;
- L’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière
(ANIREF) : organise les opérations de cession des assiettes ;
- L’Agence Nationale du Développement Industriel (ANDI) :
établissement public à caractère administratif doté de la personnalité
morale et de l’autonomie financière. Elle est placée sous la tutelle du
Organismes
ministre chargé de la promotion des investissements, informe assiste
les entreprises. Il conseille, formalise les avantages fiscaux et
parafiscaux.
- Le Centre Technique de la mécanique CTIM, structure en charge de
conseiller et former techniquement les entreprises.
- BASTP: bourse de la sous-traitance algérienne,
Fédérations
- UPIAM: fédération industrie automobile et mécanique,

Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités pour


entreprendre la démarche de développement ou création de l’activité
Recommandations décolletage. Il convient également de se procurer les rapports de
mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de toutes les données et
recommandations métiers.
Réglementation
Tout investisseur devra observer strictement les réglementations en
vigueur. Les détails sont fournis par l’ANDI notamment, qui l’assiste et
l’accompagne.
- Formalités administratives et de publicité : acte authentique rédigé
par un notaire ; publié dans un bulletin officiel ; dépôt au greffe du
tribunal ; immatriculation au registre de commerce.
Réglementation
- Déclaration d’existence faite dans les 30 jours à l’inspection des
impôts.
Déclaration
- Déclaration de l’investissement : les investissements ayant
bénéficié d’avantages font l’objet d’une déclaration d’existence.
- Demande d’avantages fixes : concomitamment à tout ce qui
précède, une demande d’avantages fiscaux doit être formulée
auprès de l’ANDI à condition que l’investissement soit supérieur à
500 000 DA
Forme juridique - SARL, Société à Responsabilité Limitée
Le régime général a été retenu:
Au titre de la réalisation :
- Exonéré des droits de douane pour les biens importés,
Fiscalité - Franchise de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : 17%
- Exemption du droit de mutation,
Au titre de l’exploitation après 3 ans constatés dès l’entrée en activité :
- Exonération de l’impôt sur le bénéfice de la société (IBS) 19%

130
- Exonération de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) 2%.

L’entreprise cotisera
o à la CNAS, Caisse Nationale Assurances Sociales, de la wilaya
Déclaration sociale d’implantation pour les salariés,
o à la CASNOS, Caisse Assurances Sociales Non salariés de la
wilaya d’implantation pour les chefs d’entreprises.
Il convient de rencontrer les institutions et organismes cités pour
entreprendre la démarche de développement ou création de l’activité
Recommandations décolletage. Il convient également de se procurer les rapports de
mission des phases 1 et 2 pour bénéficier de toutes les données et
recommandations du domaine réglementaire.

131
9. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

Nous avons constaté qu’il existe un marché de la sous-traitance en décolletage et qu’il peut se
développer avec les projets en cours de discussion en particulier sur le marché automobile.

Il convient donc d’inciter les parties prenantes à réaliser cette démarche et nous faisons les
recommandations suivantes pour que puisse réussir ce projet.

Recommandations générales pour les partenaires


Institutionnel :
- assurer la promotion de la démarche par des actions spécifiques :
- communication dans les milieux industriels, entreprises
publiques, grandes entreprises privées, banques nationales…
- mettre en place des aides financières spécifiques à la démarche
par exemple :
- aide à l’investissement pour le sous-traitant investisseur,
- aide au recours au conseil, qualité…
- incitation fiscale pour les donneurs d’ordres qui permettent
d’industrialiser l’activité,
Institution
- inciter le Centre Technique CTIM a mettre en place une spécificité
décolletage, pour assurer :
- formations,
- innovations,
- contrôle matières premières,
- contrôle des équipements de métrologie,
- proposer des actions de conseils technologiques,
organisationnels, qualité…
- mettre en place une commission (comprend les représentants de
tous les acteurs) de pilotage pour animer et suivre le projet.
Associations et fédérations :
- aider les sous-traitants dans leurs actions vitales :
- veille technologique, réglementaire,
- gestion des appels d’offres,
- participation à des salons collectivement à l’étranger,
- aider les sous-traitants dans les achats matières premières pour
avoir un effet volume et coût,
Associations et
- recenser les besoins en termes de formation initiale et continue, faire
fédérations
des propositions,
- initier des actions d’innovation technologique,
- assurer les partenariats nécessaires notamment à l’étranger près des
fédérations et des centres techniques,
- établir l’annuaire précis des services,
- aider à la promotion du métier par des campagnes de
communication,
Donneurs d’ordres :
- établir un cahier des charges très précis de sous-traitance :
- technique, usinage, procédé,
- délais, coût, fournitures
Donneur d’ordre - quantité et livraison…
- agréer les sous-traitants qui répondent au cahier des charges,
- avoir une relation de gagnant – gagnant avec les sous-traitants :
- respecter la compétence du sous-traitant, accepter son savoir-faire,
- aider le sous-traitant lorsque cela est nécessaire, technique…
132
- motiver les remarques ou les rapports de contrôle,
Sous-traitants :
- s’engager à respecter les cahiers des charges des donneurs
d’ordres,
- s’engager à structurer son entreprise pour répondre aux standards
présentés :
- normes ISO 9000, ISO TS 16949, ISO 14000,
- compétences intellectuelles,
- fonctions assurées dans l’entreprise : étude méthodes, logistique,
Sous-traitants qualité…
- s’engager à maintenir son matériel opérationnel pour offrir une
capacité suffisante vis à vis du donneur d’ordre,
- organiser son entreprise :
- flux des produits selon les principes logistiques,
- assurer les 5 S,
- s’engager à adhérer et participer aux actions menées par :
- Centre Technique CTIM,
- Association et fédération,

133
LEGENDE

ANDI Agence Nationale de Développement de l’Investissement

ANIREF Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière

BASTP Bourse Algérienne de la Sous-Traitance et de Partenariat

BFR Besoin en Fonds de Roulement

CA Chiffre d’Affaires

CFAO Conception Fabrication Assistée par Ordinateur

CN Commande Numérique

CNI Conseil National de l’Investissement

ERP Enterprise Resource Planning, Progiciel de Gestion Intégrée

E/S Entrée / Sortie

FIEV Fédération Industries Equipement Véhicules

GPAO Gestion Production Assistée par Ordinateur

ISO International Standard Organization

K Capital
Ministère de l’Industrie de la Petite et Moyenne Entreprise et de la
MIPMEPI
Promotion de l’Investissement
MO Machines Outils

ROE Retour On Equity, Retour sur Capitaux Propres

SNDEC Syndicat National du Décolletage

TCR Tableau Comptes de Résultat

TRI Taux Rentabilité Interne

UPIAM Union Professionnelle de l’Industrie Automobile et Mécanique

134