Vous êtes sur la page 1sur 24

Aérograf

Les Ateliers du Marketing

APERe

Etude sur
l’acceptation sociale des éoliennes

Phase 1: enquête téléphonique

Février 2005
Table des matières provisoire (07/02/2005)

I - Présentation globale : objectifs de l’enquête – structure de l’échantillon

I.1 Objectifs de l’enquête


I.2 Construction de l ‘échantillon
I.3 Contenu du Questionnaire
I.4 Pour une lecture rapide : les grands résultats bruts

II – Les points acquis : principaux enseignements de l’enquête téléphonique

II.1 Notoriété et perception des éoliennes


II.2 Acceptation sociale et qualité de l’information
II.3 Impact sur la vie quotidienne
II.4 Mesurer l’acceptabilité réelle

III – Parcs d’éoliennes et tourisme

IV – Pistes à développer

IV.1 Impact sur l’immobilier


IV.2 Points acquis à préciser

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


1

I - Présentation globale:
objectifs de l’enquête, le questionnaire, la structure de l'échantillon

I-1 : Objectifs de l’étude

L'objectif global de cette étude est d'évaluer l'acceptabilité sociale des parcs d'éoliennes en Wallonie.
Dans cet esprit, la première phase d'enquête a été conçue pour répondre à trois groupes de
questions:

1- Comment l'énergie éolienne est-elle perçue en Wallonie ?


- niveau de connaissance (notoriété)
- associations d'idées et attributs (perception)

2- Comment le développement des parcs d'éoliennes est-il intégré par les populations
concernées ?
- sur un plan théorique, en tant que concept
- concrètement, dans la vie quotidienne

3- Existe-t-il des facteurs objectifs influençant l'acceptation ou le rejet des projets ?

La réponse à ces questions impliquait de bien différencier plusieurs types de situation selon le degré
d' implication des personnes interrogées, mesuré essentiellement par la plus ou moins grande
proximité géographique des implantations.

I-2 : Construction de l’échantillon


Nous avons ainsi été amenés à distinguer plusieurs sous-échantillons:

- les riverains directs de parcs en activité (habitants de la commune d'implantation)


- les habitants des communes périphériques à la commune d'implantation
- les riverains directs de parcs en projet (habitants de la commune de future implantation)
- les habitants des communes périphériques à la commune de future implantation
- les populations non concernées actuellement par des projets ou des réalisations de parcs éoliens

Dans les quatre premiers groupes, nous avons, en outre, réservé des questions spécifiques à deux
catégories: les professionnels du tourisme et les experts immobiliers.

Structure de l'échantillon

interviews %

populations non concernées: "hors zone" 30 12,0 %

parc en projet:
commune concernée: "projet - 1 km" 35 13,9 %
communes périphériques: "projet 5 km" 47 18,7 %

parc en activité:
commune concernée: "activité - 1 km" 35 13,9 %
communes périphériques: "activité 5 km" 34 13,6 %

parc en extension:
commune concernée: "extension - 1 km" 34 13,6 %
communes périphériques: "extension 5 km" 36 14,3 %

Total 251 100,0%

Dans l'ensemble de cet échantillon figurent:


181 particuliers, 62 professionnels du tourisme et 8 experts immobiliers

Les interviews ont été menées par téléphone entre le 1er septembre et le 30 octobre 2004 sur un
échantillon constitué à partir des sources suivantes : sites communaux, pages d’Or, Infobel pages blanches
et Infobel pages jaunes.

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


2

I-3 : Contenu du questionnaire

Enquête sur l’acceptabilité sociale des éoliennes – interviews téléphoniques

A-Notoriété (*)

A-1 : « Energies renouvelables » : cette expression vous fait dire :


- Qu’est-ce que c’est ?
- J’en ai entendu parler
- Je connais bien

A-2 : Pouvez-vous citer une forme d’énergie renouvelable ?

A-3 : « Eolienne » : ce mot vous fait dire :


- Qu’est-ce que c’est ?
- J’en ai entendu parler
- Je connais bien

A-4 : Les éoliennes sont des machines composées d’une tour supportant des pales, qui transforment
l’énergie du vent en énergie électrique.
En avez-vous déjà vu en vrai ? oui non
Où ?

B-Perception spontanée (*)

B-1 : Selon vous, quels sont les principaux avantages et inconvénients de cette source d’énergie ?

Avantages :

Inconvénients :

B-2 : Voici une série d’affirmations.


Pour chacune d’elle, dites si vous êtes d’accord, pas d’accord ou sans opinion :

Les éoliennes … D’accord Pas d’accord Ne sait pas


… ne sont pas dangereuses pour l’homme
… tuent les oiseaux migateurs
… nuisent au développement du commerce local
… ne polluent pas
… sont faciles à démonter
… sont esthétiques
… ne produisent pas de déchets
… contribuent à notre indépendance énergétique
… sont bruyantes
… participent à l’attrait touristique local
… détériorent le paysage
… freinent la venue des touristes
… n’aggravent pas les changements climatiques
… produisent une énergie moins chère

B-3 : Selon vous, dans les années qui viennent, la part de l’énergie d’origine éolienne va …

… rester marginale
… devenir prépondérante
… nsp

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


3

B-4 : Selon vous, est-il souhaitable de développer l’énergie éolienne en Belgique ?

Oui bien sûr plutôt oui plutôt non non bien sûr nsp

Pourquoi ?

C- Les sites les moins gênants (*)

C-1 : Selon-vous, quels sont les sites les mieux adaptés à l’implantation de parcs d’éoliennes ?
Où faudrait-il les installer ?

C-2 : Accepteriez-vous l’implantation d’un parc d’éoliennes …

… à moins de 1000 mètres de chez vous ? oui non


… à 5 km de chez vous ? oui non
… le plus loin possible ? oui non

C-3 : Dans lequel de ces sites un parc d’éoliennes vous dérangerait-il le moins ?

En bordure d’une autoroute ?


Dans un zoning industriel ?
En rase campagne ?
Dans une zone verte ?
Sur la côte ?
En mer du Nord ?
Dans une zone portuaire ?

D- Participation des riverains

D-1 : Selon-vous quels sont les acteurs qui devraient participer à la réflexion préalable à
l’implantation ?
(Plusieurs réponses possibles)

- les habitants des communes concernées


- les associations de consommateurs
- les associations de riverains
- le conseil communal
- le bourgmestre
- la région wallonne
- nsp

Sous quelle forme ?

D-2 : Selon-vous, de qui devrait dépendre l’autorisation finale ?


(Une seule réponse possible)

- des habitants des communes concernées


- des associations de consommateurs
- des associations de riverains
- du conseil communal
- du bourgmestre
- de la région wallonne
- nsp
Pourquoi ?

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


4

D-3 : Actuellement, la population des communes concernées vous paraît-elle bien informée
avant une implantation ?

Oui plutôt oui plutôt non non nsp

D-4 : Sous quelle forme cette information est-elle principalement diffusée ? (une seule réponse)

Bulletin communal
Presse, radio, télé
Réunions d’information
Associations de riverains
Bouche à oreille

D-5 : Cette forme d’information vous paraît elle suffisante ?

oui non

Pourquoi ?

D-6 : La consultation systématique des riverains avant décision finale vous paraît …

inutile intéressante indispensable

Pourquoi ?

E- Impact global

E-1 : Selon-vous, vivre à proximité d’un parc d’éoliennes en activité a sur la vie quotidienne des
riverains un impact …

… tout à fait positif


… plutôt positif
… plutôt négatif
… tout à fait négatif
… neutre : il n’y a pas d’impact

Pourquoi ?

F- Impact sur le tourisme

F-1 : Selon-vous, la proximité d’un parc éolien a pour effet de …

… développer le tourisme

Sous quelle forme ? (**)

… freiner le tourisme

Pourquoi ? (**)

… n’a aucun effet sur le tourisme


Pour quelle raison ? (**)

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


5

G- Impact sur l’immobilier

G-1 : Selon-vous, l’annonce d’une implantation future de parc éolien a-t-elle un effet sur le marché
immobilier ?

oui non nsp

G-2 : quel serait cet effet ? (plusieurs réponses possibles)

Faire monter les prix Faire baisser les prix

Développer les transactions Geler les transactions

Faire monter les loyers Faire baisser les loyers

G-3 : Comment expliquez-vous ces phénomènes ? (***)

G-4 : Selon-vous, la présence d’un parc éolien en activité a-t-elle un effet sur le marché immobilier ?

oui non nsp

G-5 : quel serait cet effet ? (plusieurs réponses possibles)

Faire monter les prix Faire baisser les prix

Développer les transactions Geler les transactions

Faire monter les loyers Faire baisser les loyers

VII-6 : Comment expliquez-vous ces phénomènes ? (***)

Notes à l'enquêteur :

(*) questions posées à tous, y compris à l’échantillon « non riverains »

(**) questions posées uniquement aux acteurs et professionnels du tourisme

(***) questions posées uniquement aux experts immobiliers

Nom de la personne enquêtée:

Tél :

Qualité :

Localisation :

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


6

I-4 : Pour une lecture rapide: les grands résultats bruts


I-4.1 : Deux remarques préliminaires

- Nous avons travaillé sur une réalité en constante évolution et les frontières entre les différents sous-
échantillons se sont révélées perméables : par exemple, en cours d’enquête, des zones identifiées a priori
comme « non concernées » ont vu naître des projets. Aujourd’hui, en Wallonie, tous les publics sont
objectivement concernés par le sujet.

- Les enquêteurs ont été frappés par la très faible proportion de refus de participer, tout à fait inhabituelle
dans une enquête principalement orientée grand public. Cette remarque vient conforter la précédente : le
sujet intéresse vivement le public et cet enthousiasme à répondre constitue une première indication, toute
intuitive.

I-4.2 : Premiers résultats globaux

Notoriété …

… des énergies renouvelables : 59 % en ont entendu parler - 23 % ne connaissent pas


… de l’énergie d’origine éolienne : 98% savent de quoi il s’agit - 97 % en ont vu « en vrai »

Développement prévu/souhaité :

52 % pensent que cette source d’énergie va « devenir prépondérante » mais 27 % « ne savent pas »
87 % souhaitent le développement de l’énergie éolienne en Belgique
64 % acceptent une implantation à moins de 1000 mètres de chez eux
44 % les voient plutôt en bordure d’autoroute ou dans un zoning industriel (possibilité de réponses multiples)
39 % les préfèreraient en Flandre (côte, mer du Nord, port) (possibilité de réponses multiples)

Les acteurs :

Devraient être associés à la réflexion préalable … (possibilité de réponses multiples)


- les habitants concernés (riverains et/ou associations) pour 36 %
- les élus communaux pour 22 %
- la région wallonne pour 15 %

Le pouvoir de décision devrait appartenir à …


- la région wallonne : 32 %
- la commune : 30 %

L’information préalable :

La qualité de l’information :
52 % pensent que la population est bien informée avant une implantation
27 % pensent que la population est mal informée avant une implantation
18 % n’ont pas d’opinion

Les grandes sources d’information :


Le bulletin communal : 29 %
Des réunions publiques : 16 %
Les médias : 16 %

Ces sources sont jugées insuffisantes : 52 %

La consultation préalable des habitants est « indispensable » pour 62 % mais « inutile » pour 9 %

L’impact d’une implantation :

Sur la vie quotidienne : aucun impact (ni positif ni négatif) pour 54 % - sans opinion : 18 %
Sur le tourisme : aucun impact (ni positif ni négatif) pour 59 %
Sur le marché immobilier, à court terme : oui, effet de baisse des prix pour 57 %
Sur le marché immobilier, à plus long terme : aucun effet pour 45 % - sans opinion : 22 %

***

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


7

II – Principaux enseignements de l’enquête:


Notoriété, perception, impact

II-1 : Notoriété et perception.

Les chiffres :

Notoriété des énergies renouvelables : 77% en ont au moins entendu parler :

- ne connaît pas : 59 soit 24 %


- entendu parler : 148 soit 59 %
- connaît bien : 44 soit 18 %

Parmi ceux qui en ont au moins entendu parler, 67 % sont en mesure de citer sans erreur des formes
d’énergie renouvelable.

Notoriété des éoliennes : 98 % en ont au moins entendu parler

- ne connaît pas : 4 soit 2 %


- entendu parler : 112 soit 45 %
- connaît bien : 131 soit 53 %
-
Dans notre échantillon, 97 % des répondants en ont déjà vues « en vrai ». Ce chiffre est à rapprocher des 70 % de
personnes ayant fait la même réponse en France (Enquête Ademe-Synovate Janvier 2003)

Le constat :

Parmi les personnes ayant répondu à l’enquête, 98 % ont, au moins, entendu parler des éoliennes !
Le rapprochement avec l’enquête de l’Ademe citée ci-dessus est très éclairant : en France, seul 87 % des personnes
interrogées a entendu parler de l énergie éolienne et 30 % d’entre eux n’ont pas vu d’éoliennes. Mais dans les zones
directement concernées, ( sur-échantillon Aude et Finistère) le taux de « connaissance » monte à 98 et 99 %., résultats
tout à fait comparable à ceux de l’ensemble de la Wallonie dans notre enquête.

C’est donc toute la Wallonie qui réagit comme une zone en prise directe avec le phénomène. A cela deux explications
en forme d’hypothèses :

- la plus forte densité de population en Wallonie : difficile de ne pas s’y trouver en contact avec
les manifestations concrètes du développement de l’énergie éolienne !

- une démarche de sensibilisation au phénomène plus importante qu’en France.

Par contre, dans l’esprit des personnes enquêtées, il n’y a pas de lien évident entre « énergies renouvelables » et
« éoliennes » :

53 % des répondants affirment qu’ils connaissent bien les éoliennes …

alors que 18 % seulement disent « bien connaître » les énergies renouvelables .

Et enfin un tri croisé nous apprend que 44 % de ceux à qui l’expression « énergie renouvelable » ne dit rien …
connaissent bien les éoliennes !

Nbre de réponses croisées Connaît pas les E.R. Entendu parler E.R. Connaît bien les E.R.

Connaît pas les éoliennes 1 réponse 3 réponses O réponse

Entendu parler des éoliennes 31 réponses 73 Réponses 8 réponses

Connaît bien les éoliennes 26 réponses 70 réponses 35 réponses

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


8
Le commentaire :

Les éoliennes ne sont pas perçues en priorité comme appartenant à la catégorie des énergies renouvelables. La
première qualité spontanément évoquée pour les définir est « non polluantes » ou « propres » et la notion
d’énergie renouvelable n’intervient que beaucoup plus rarement.

Perception spontanée: "propre et pas cher ! "

La question ouverte sur les avantages et inconvénients de l'énergie éolienne montrent bien que ce n'est pas le
caractère renouvelable de cette source d'énergie qui retient d'abord l'attention:

… non polluantes, propres : 84 citations


… naturelles, écologiques, respectueuses de l’écosystème : 56 citations
… économique : 48 citations
… esthétiques : 17 citations
… une réponse aux problèmes posés par les centrales nucléaires : 15 citations
… une réponse au prix du pétrole : 6 citations
… une énergie renouvelable : 15 citations
… une énergie permanente : 7 citations (« il y aura toujours du vent !»)

A noter comme une autre manifestation du même phénomène que 33 % des personnes affirmant avoir « entendu
parler » des énergies renouvelables ou même « bien les connaître » sont dans l’incapacité dans citer un
exemple.

Parmi les réponses surprenantes : le plastique, les bouteilles en plastique, le papier, l’électricité (5 fois !), le tri
des bouteilles et des ordures, la chaleur, l’électronique, le gaz naturel (2 fois), les centrales électriques.

Cela ne serait qu’anecdotique si ces réponses ne révélaient une forte confusion entre des concepts certes liés et
complémentaires, mais aux contours mal définis pour le public : énergie renouvelable, économie d’énergie, lutte
contre le gaspillage des ressources, respect de l’environnement, etc… Cette confusion engendre de la part du
public une forte demande d’information claire et objective de la part du public pour arriver à s’orienter dans ces
concepts encore nouveaux. Nous verrons plus loin que la diffusion de cette information de qualité est un facteur
très important dans l’acceptabilité sociale des parcs éoliens.

Perception assistée: positive mais encore imprécise...


Les réponses assistées (choix dans une liste) confirment et précisent les indications fournies par les réponses
spontanées. On y distingue deux sous-ensembles:

Les éoliennes ... d'accord pas d'accord ne sait pas


... ne polluent pas 95 % 3% 2%
... ne sont pas dangereuses pour l'homme 88 % 2% 10 %
... contribuent à l'indépendance énergétique 85 % 6% 9%
... ne nuisent pas au commerce local 82 % 6% 12 %
... produisent peu de déchets 82 % 5% 13 %
... n'aggravent pas les changements climatiques 80 % 8% 12 %
... ne freinent pas le tourisme 78 % 11 % 11 %
... sont esthétiques 64 % 27 % 9%
... ne détériorent pas le paysage 62 % 31 % 7%
... ne sont pas bruyantes 56 % 15 % 29 %
... produisent une énergie moins chère 51 % 13 % 36 %
... ne tuent pas les oiseaux migrateurs 45 % 19 % 36 %
... contribuent à l'attrait touristique local 44 % 45 % 11%
... sont faciles à démonter 30 % 11 % 59 %

- Une convergence d'accords et peu d'indécis sur les points d'information générale qui relèvent plus du bon sens,
voire de l'intuition. Cette série s'exprime surtout par des négations: les éoliennes ne sont pas ceci, ne font pas
cela,...

- Une dominante d'incertitude ou de prudence (ne se prononcent pas) sur les questions plus techniques qui
supposent une réelle information.

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


9

Une première impression :

Les éoliennes sont largement acceptées, comme une innovation incontournable et finalement pas vraiment
gênante. Mais ce n'est pas une adhésion pro-active.

Non, bien sûr, les éoliennes ne polluent pas, ne gênent pas le tourisme, etc ... En somme, elles ne sont pas
dangereuses pour l'homme (Seul avis contraire: un adepte de l'ULM !) Et puis, au Moyen-Age, il y avait bien les
moulins (argument plusieurs fois évoqué)

Mais on ne pense pas vraiment, malgré l'affirmation spontanée qu'elles sont économiques, qu'elles produisent
concrètement une énergie moins chère. Ni qu'elles pourraient contribuer positivement au développement du
tourisme.

Indispensables ? Certes ! ... mais il manque le mode opératoire pour les intégrer dans le développement au
quotidien.

II-2 : Acceptation sociale des éoliennes et qualité de l’information.

Les chiffres :

Souhaite Impact global Impact global


connaît bien bien informé développement (+) positif négatif
Hors zone 47 % / 53 % / /
En projet à - 1 km 56 % 20 % 41 % 6% 23 %
En projet à 5 km 51 % 13 % 72 % 20 % 13 %
En activité à - 1 km 79 % 57 % 48 % 27 % 0%
En activité à 5 km 48 % 13 % 53 % 3% 17 %
En extension à –1 km 45 % 38 % 52 % 15 % 15 %
En extension à 5 km 44 % 21 % 50 % 18 % 12 %
Ensemble des réponses 53 % 27 % 54 % 15 % 13 %

Le commentaire :
Le tableau ci-dessus est un des plus riches d’information de ce dépouillement. Trois caractéristiques sont bien
marquées :

- Il existe un lien tout à fait net entre le sentiment de « connaissance » de l’énergie éolienne, la qualité de
l’information reçue et le jugement sur l’impact global sur la vie quotidienne.

C’est à Sainte Ode (parc en activité – de 1 km) que les enquêtés ont le plus fort sentiment de « bien connaître » les
éoliennes (79 %). C’est là aussi que l’information préalable a été jugée la plus satisfaisante (par 57 % des répondants).
C’est là, enfin, que l’impact global est jugé le plus favorablement : positif pour 27 % des enquêtés … et négatif par
aucun d’entre eux. A noter toutefois que le sentiment très positif qui se dégage de ces réponses n’implique pas une
adhésion totale à d’éventuelles extensions des parcs existants. « Un impact sur la vie quotidienne ? Non ! Mais ce serait
différent s’il y en avait trop … »

A Sombreffe, où existe pourtant un parc de 4 éoliennes en activité et en cours d’extension à 6, le niveau de


« connaissance » est très faible (45 %). Cela va de pair avec un jugement sur la qualité de l’information, certes meilleur
que la moyenne avec 38 % de satisfaits, mais loin quand même d’égaler les résultats de Sainte Ode. Très logiquement
les jugements positifs et négatifs sur l’impact global s’équilibrent ou plutôt s’annulent (15 % de part et d’autre)

- La qualité de l’information est systématiquement jugée moins bonne dans les communes périphériques que dans la
commune d’implantation : toutes les zones « 5 km » ont des taux de satisfaction inférieurs à la moyenne en ce qui
concerne l’information. Ce constat devrait inciter à penser aux « riverains » au sens large. Tout ce passe comme si les
habitants des communes périphériques se sentaient tenus à l’écart.

- L’acceptation actuelle des éoliennes ( définie par la séquence positive « information » > « connaissance » > « impact
global ») ne préjuge pas de la bonne acceptation d’implantations futures: il ne semble pas y avoir de liaison entre cette
séquence et la réponse à la question « souhaitez vous le développement des énergies éoliennes en Belgique ? » Les taux
les plus élevés de réponse positive se situent soit dans les zones non concernées soit dans les communes périphériques
des communes « à projets »

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


10

NB : dans les communes directement concernées par de futures implantations (Enghien et Assesse/Yvoir), le niveau de
bonne information est jugé particulièrement bas (20 %) et la prévision d’impacts négatifs (23 %) l’emporte nettement
sur les visions optimistes (6 %). Ces réponses sont significatives d’une inquiétude sur le futur. Elles nous semblent
porteuses de difficultés d’intégrations si un effort n’est pas fait vers une « bonne information » préalable.

L’enquête nous renseigne-t-elle sur ce que le public entend par « bonne information » ? Les commentaires libres nous
donnent de bons indices.

Qu’est-ce que la « bonne information » ?

Du point de vue du public, la bonne information peut se définir, a contrario, par les libres commentaires sur ce qui est
considéré comme de la mauvaise information :

- Elle arrive après coup :


« on a été mis devant le fait accompli »
« Je n’étais pas au courant, et trois jours après, c’était la journée porte ouverte »
« Je les ai vues une fois montées »
« J’ai su quand j’ai vu la première en construction »

- Elle est à sens unique : « on a fait miroiter le positif »

La bonne information varie les sources :


« on a reçu beaucoup d’infos »
« Il y a eu des formes différentes d’information »
« des visites et des brochures »
« la presse prend le relais »

Elle provoque des réactions : « suscite des débats et des discussions entre les gens »

Elle est objective :


« des brochures explicatives, avec des perspectives d’évolution »
« de bonnes explications avec les avantages et les inconvénients »

Bien sûr, la bonne information ne suffit pas toujours :


« il y a assez d’infos, mais les gens ne participent pas »
« veulent-ils lire les informations ? »

II-3 : Impact sur la vie quotidienne : une cohabitation fort acceptable !


Les chiffres :

Selon vous, vivre à côté d’un parc d’éoliennes a sur la vie quotidienne un impact …
positif ++ positif négatif négatif -- sans impact nsp total

Réponses 7 25 24 4 113 38 211


% 3% 12 % 11% 2% 54 % 18 % 100 %

Commentaire :

Une large majorité des répondants (72 %) n’a pas perçu d’impact du tout ! En effet, 54 % d’entre eux affirment
l’absence d’impact et 18 % ignorent s’il y en a eu un, ce qui tend à prouver au moins que l’implantation d’un parc
d’éoliennes ne constitue pas un bouleversement de la vie quotidienne … Par ailleurs, jugements positifs et négatifs, très
minoritaires, s’équilibrent parfaitement.

Le parc éolien est perçu plus comme un élément extérieur avec lequel il s’avère, expérience faite, que la cohabitation
est tout à fait possible, que comme une nouvelle donne pour la vie quotidienne : on vit avec les éoliennes, « on
s’habitue ».

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


11

Quelques citations pour illustrer cet état d’esprit :

« Il y a du pour et du contre »
« s’il y en avait beaucoup, ça serait différent »
« Avec le temps, ça ne dérange pas »
« Impact ? Au début toujours un peu … »
« Pas d’impact : on s’habitue »
« On s’habitue facilement »
« A partir du moment où elles sont bien intégrées … »
« Je ne vois aucun effet négatif pour la santé »
« Ca n’a rien changé positivement ( cf la note d’électricité) »
« pas d’impact parce que l’implantation a été intelligemment choisie »

A Sainte Ode, zone d’implantation où l’impact est jugé le plus positif, on relèvera ces deux remarques :

« Impact positif : les avions militaires volent moins bas … »


« positif : suscite débats et discussions entre les gens »
« développe les sujets de conversation »

Si la première citation n’est sans doute qu’un trait d’humour, les deux suivantes font bien sentir l’effet positif qu’a pu
avoir, non pas tant l’implantation elle même que la façon dont l’information a été conduite et tout l’effet bénéfique du
débat citoyen dans la vie quotidienne.

II-4 : Mesurer l’acceptabilité réelle

On distinguera ici deux niveaux d’acceptabilité en fonction de l’implication personnelle du répondant :

- une acceptabilité « théorique », qui relève d’un réflexe « écologiquement correct »


- une acceptabilité « réelle », qui se traduit en actes quotidiens et en prises de position concrètes.

L’acceptabilité théorique

Selon vous, est-il souhaitable de développer l’énergie éolienne en Belgique ?


oui plutôt oui non plutôt non ne sait pas total
réponses 132 82 12 7 13 246
% 54 % 33 % 5% 3% 5% 100 %

Une écrasante majorité (87 % ) se dit favorable au développement de cette source d’énergie, et la proportion n’est pas
sensiblement différente d’une zone à l’autre. Seules les zones où des projets sont en préparation sont un peu moins
affirmatives sur ce point, sans toutefois que la tendance s’y renverse (82 % de « oui » et 18% de « non »).

On peut donc dire qu’il y a quasi-unanimité sur cette question. Mais la réponse ne comporte ni contrainte ni implication
personnelle : il s’agit de « ne pas retourner au Moyen-Age », de « lutter contre le prix du pétrole », de « défendre
l’indépendance énergétique de la Belgique ».

Un premier pas vers l’acceptabilité réelle

Accepteriez-vous l’implantation d’un parc éolien à …


- 1000 m 5 km Plus loin Nulle part total
réponses 146 51 33 2 232
% 64 % 22 % 14 % … 100 %

Une très large majorité (64 %) accepte la présence d’un parc d’éoliennes à moins de 1000 mètres dude son lieu
d’habitat (un ou deux précisent même : « dans mon jardin ! ») Cette attitude représente un signe très net
d’acceptabilité réelle et non plus théorique.

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


12

Cette idée est encore renforcée par le fait que c’est à Sombreffe et dans les communes périphériques (parc en activité
avec projet d’extension) que l’on rencontre le plus fort pourcentage de réponses « à – 1000 M » (73 à 75 %)

Un première faille toutefois, dans l’unanimité théorique : les zones « en projet » (Enghien et Assesse/Yvoir) expriment
des réserves, donnant la préférence à des implantations à 5 km ou plus loin (55 % des réponses) On ne reviendra pas sur
l’importance de l’information préalable …

NB : une question reste en suspend : pourquoi Sainte Ode est-elle un peu plus réservée que Sombreffe, malgré un taux
de satisfaction élevé ? Phénomène de seuil de saturation ? A creuser.

Où l’implantation dérangerait-elle le moins ? (réponses multiples : plusieurs choix par personne interrogée)
autoroute zoning campagne Zone verte Flandres
réponses 129 130 80 24 235
% 22 % 22 % 13% 4% 40 % %

Sans préjudice des contraintes techniques, 84 % des réponses peuvent se résumer par « ailleurs que chez moi » :

40 % en Flandres (port, côte, mer du Nord)


22 % en bordure d’autoroute
22 % dans un zoning industriel

Ces réponses viennent en quelque sorte illustrer les réponses spontanées à la question « où faudrait-il les installer ? »
Et qui peuvent se résumer : « à l’écart des villes et des villages ».

Il est significatif que 4 % seulement des réponses situent l’emplacement le moins dérangeant « en zone verte ». Malgré
l’affirmation largement approuvée que les éoliennes sont esthétiques et qu’elle ne détériorent pas le paysage, on
décèle le souci de préserver l’existant : ne pas toucher aux espaces préservés et concentrer les parcs d’éoliennes dans
des zones perçues comme déjà condamnées : ports, zonings, autoroutes, … ou lointaines : en Flandres = hors Wallonie.

On constate, enfin, que dans les zones ou des parcs sont en activité ou en extension (Sombreffe, Sainte Ode), la
proportion de réponses « à la campagne » monte à 23/24 % contre 13 % en moyenne. On peut y voir un effet
d’apprentissage et d’appropriation des solutions expérimentées sur le terrain. Ce phénomène est en cohérence avec
l’affirmation que, dans la vie quotidienne, « avec le temps, ça ne dérange pas »

NB : Il semble que le public fait bien la différence entre « une éolienne » et « un parc d’éoliennes ». On revient sur la
question non résolue du seuil de saturation. A partir de quel moment l’éolienne n’est –elle plus perçue comme une
élément positif, esthétique et … sympathique ?

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


13

III – Parcs d’éoliennes et tourisme

Les chiffres

Les parcs d’éoliennes nuisent–ils au commerce local ?

particuliers professionnels du tourisme experts immobiliers


D’accord 5,06 % 4,92 % 25,00 %
Pas d’accord 79,21 % 90.16 % 75,00 %
Ne sait pas 15,73 % 4,92 % -
Total 100,00 % 100,00 % 100,00 %
Nbre de réponses 178 61 8

Les professionnels du tourisme rejettent le plus massivement l’idée que les parcs d’éoliennes pourraient nuire au
commerce local d’une façon générale. Ils sont aussi plus catégoriques que les particuliers : moins de 5 % d’entre eux
« ne sait pas » A noter, l’attitude plus réservée des experts immobiliers, mais la petite taille de l’échantillon ne permet
pas de conclure de façon décisive sur ce point.

Les parcs d’éoliennes détériorent-ils le paysage ?

particuliers professionnels du tourisme experts immobiliers


D’accord 32,37 % 26,67 % 25,00 %
Pas d’accord 60,12 % 70,00 % 62,50 %
Ne sait pas 15,73 % 3,33 % 12,50 ù
Total 100,00 % 100,00 % 100,00 %
Nbre de réponses 173 59 8

Les professionnels du tourisme sont 70 % à penser que les parcs d’éoliennes ne détériorent pas le paysage. Ils sont plus
catégoriques sur ce point que les particuliers puisque 16 % des particuliers « ne savent pas » contre 3 % des
professionnels du tourisme.

Les parcs d’éoliennes freinent-ils le tourisme ?

particuliers professionnels du tourisme experts immobiliers


D’accord 13,13 % 10,17 % 12,50 %
Pas d’accord 73,74 % 81,36 % 87,50 %
Ne sait pas 13,13 % 8,47 % -
Total 100,00 % 100,00 % 100,00 %
Nbre de réponses 160 59 8

Les professionnels du tourisme sont 81 % à penser que la présence d’un parc d’éoliennes ne constitue pas un frein au
tourisme. Ici aussi, ils sont plus catégoriques que les particuliers, mais l’écart entre les deux attitudes diminue : 13 %
de « ne sait pas » chez les particuliers, contre 8 % chez les professionnels.

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


14

Les parcs contribuent-ils à l’attrait du tourisme local ?

particuliers professionnels du tourisme experts immobiliers


D’accord 43,20 % 42,86 % 37,50 %
Pas d’accord 45,56 % 44,44 % 62,50 %
Ne sait pas 11,24 % 12,70 % -
Total 100,00 % 100,00 % 100,00 %
Nbre de réponses 169 59 8

Ici, les avis sont partagés entre « d’accord » et « pas d’accord » et cette incertitude se retrouve aussi bien chez les
particuliers que chez les professionnels du tourisme. Le pourcentage d’indécis est le même chez les particuliers et chez
les professionnels. Il oscille autour de 12 % d’indécis.

Commentaire

Dans le domaine du tourisme, la présence ou l’installation de parcs d’éoliennes est d’abord perçu comme un événement
de nature neutre : cela ne devrait pas nuire au commerce local d’une façon générale, ni plus particulièrement être un
frein au tourisme.

Par contre, les participants à l’enquête, y compris les professionnels du tourisme, ne voient pas bien comment la
présence d’éoliennes pourrait développer le tourisme. On retrouve, sur ce point précis, l’attitude générale déjà
constatée en mesurant l’impact ressenti sur la vie quotidienne des riverains. Ceux-ci dans leur grande majorité, ne
relevaient ni impact négatif, ni impact positif. C’est ce que confirme la réponse à la question ci-dessous :

Quels est, selon vous, l’impact d’un parc d’éoliennes sur le tourisme ?

particuliers professionnels du tourisme experts immobiliers


Développer 25,00 % 15,25 % 37,50 %
Freiner 11,81 % 13,56 % 12,50 %
Pas d’impact 57,64 % 67,80 % 37,50 %
Nbre de réponses 144 59 8

Les professionnels du tourisme sont largement portés à penser que les parcs d’éoliennes n’ont aucun impact (ni positif
ni négatif) sur le développement de leur activité. Par rapport aux autres catégories de répondants, ils sont les plus
nombreux à l’affirmer. C’est une minorité d’entre eux (entre 13 et 15 %) qui imagine une contribution ou un frein des
éoliennes au tourisme local.

Analyse des réponses qualitatives

La question ci-dessus était accompagnée de la question ouverte : « pourquoi ? » L’analyse des commentaires libres
suscités parmi les professionnels du tourisme est très éclairante :

La première idée est que les éoliennes vont se banaliser et faire bientôt partie du paysage. La curiosité qu’elles
suscitent ne peut être dès lors qu’un mouvement transitoire :

« Les gens s’habituent »


« Quand on en a vue une, on les a toutes vues »
« Curiosité au départ, puis banalisation »
« Les touristes ne reviendront pas 36000 fois regarder les éoliennes »

Un variante à cette position consiste à décrire les éoliennes comme un élément de tourisme de proximité : « un but de
promenade à pied », de « balade à vélo ». Il ne s’agit donc pas d’un facteur pouvant favoriser un tourisme plus
lointain : « 80 % des hollandais en ont l’habitude » ou encore « Il y en a déjà dans tous les pays »

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


15

En dehors de cette curiosité momentanée, le parc d’éoliennes n’est pas perçu comme une curiosité touristique en soi,
mais au mieux comme un élément d’accompagnement : « Il n’y a pas d’impact parce que les éoliennes ne sont pas
forcément placées dans un site classé touristique »

Pouer avoir un impact touristique important, il faudrait regrouper un grand nombre d’éoliennes. Assez pour créer une
attraction ou frapper l’imagination:

« Comme aux USA, quand il y en a beaucoup »


« Attraction, oui, mais il en faudrait beaucoup plus qu’une »

Surtout, il faudrait, pour obtenir un impact positif, penser l’organisation d’un tourisme spécifique, autour du thème des
éoliennes :

« pas d’impact s’il n’y a pas d’animation au pied des éoliennes »


« pas d’impact parce que pas de visite organisée »
« un impact ? Non, car il n’y a aucune info autour des éoliennes : guide, explicatif, etc … »
« un impact ? Oui, grâce à l’ouverture d’un centre d’étude des énergies alternatives »

En résumé : « les gens aiment bien savoir comment ça marche ! »

Ainsi se fait jour l’idée que l’impact sur le développement du tourisme ne sera perçu comme
durable qu’à condition d’organiser, de créer de l’événement autour du parc éolien. A cette
condition, il semble possible aux professionnels d’envisager autre chose qu’un tourisme de
proximité où de promenade, là où des initiatives locales créeront une animation touristique
spécifique. Le parc éolien deviendrait alors une occasion d’apprendre quelque chose, d’inciter
à la réflexion sur les énergies alternatives sous forme de parcours d’initiation, d’organisation
d’événements, de rencontres, etc …

Bien entendu, un tel modèle n’est pas reproductible partout : la même recette ne peut
s’appliquer à tous les parcs existants ou en projet !

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


16

IV – Pistes à développer
L’enquête téléphonique n’a pas répondu à toutes les questions. Voici les pistes qui nous semblent mériter un
complément d’information.

IV.1 Impact sur l’immobilier


Les premières pistes à développer concernent l’impact des éoliennes sur le marché immobilier. Tout simplement parce
que l’échantillon d’experts immobiliers ayant accepté de répondre est trop petit pour être représentatif.

L’effet d’annonce

L’annonce de l’implantation d’un parc éolien a-t-il un effet sur le marché immobilier ?

tous répondants experts immobiliers


oui 56,28 % 75, 00 %
non 23,26 % 25, 00 %
Ne sait pas 20, 47 % -

Nombre de réponses 215 8

Quel est cet effet ? (possibilité de réponses multiples)

tous répondants experts immobiliers


Baisse des prix 41,03 % 42,85 %
Gel des transactions 17,50 % 28,57 %
Baisse des loyers 35,85 % 28,57 %

Nombre de réponses 251 8

Une majorité se déclare persuadée que l’annonce d’implantation d’un parc éolien a un effet dépresseur sur
le marché immobilier. Cette affirmation tranche nettement sur la tendance « pas d’impact » concernant la
vie quotidienne ou le tourisme. Les experts immobiliers semblent plus affirmatifs que les particuliers, mais
il est impossible de trancher avec un échantillon de 8 réponses.

L’effet à plus long terme

Un parc éolien a-t-il un effet sur le marché immobilier ?

tous répondants experts immobiliers


oui 39,44 % 85, 71 %
non 28,17 % 14, 29 %
Ne sait pas 32,39 % -

Nombre de réponses 213 7

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


17

Quel est cet effet ? (possibilité de réponses multiples)

tous répondants experts immobiliers


Baisse des prix 42,51 % 42,85 %
Gel des transactions 15,56 % 28,57 %
Baisse des loyers 35,33 % 28,57 %

Nombre de réponses 167 14

A la différence des particuliers, les experts immobiliers paraissent convaincus que les effets dépresseurs
devraient se maintenir à plus long terme. Mais la taille de l’échantillon ne permet pas de conclure et nous
restons en attente d’explications de ce phénomène. Interroger qualitativement des professionnels de
l’immobilier sur le sujet devrait permettre de comprendre les raisons de cette conviction.

IV.2 Points acquis à approfondir

Trois points semblent acquis :

Tout d’abord, l’acceptation des parcs d’éoliennes dépend largement de la qualité de l’information préalable.
Ensuite, l’implantation bien acceptée d’un premier parc d’éoliennes ne préjuge pas de l’acceptation des extensions à
venir au même endroit. Enfin, les éoliennes n’ont aucun impact négatif ou positif sur le tourisme. Mais un impact positif
ne peut être obtenu sans l’organisation d’une animation spécifique autour des éoliennes.

Dès lors, trois groupes de questions nous paraissent mériter d’être approfondies :

- Existe –t-il des canaux d’information privilégiés ? Quel serait le contenu de la bonne information ?
peut-on en quelque sorte définir un code de « bonne conduite » dans ce domaine ?

- Existe-t-il un seuil d’acceptation/rejet ? Peut-on le quantifier ?


Les deux aspects à creuser : quel est le nombre d’éoliennes à partir duquel se dessine un phénomène de rejet,
à partir duquel les éoliennes cessent d’être perçues comme sympathiques et sans impact négatif sur la vie
quotidienne ? Existe-t-il une fréquence ou un rythme d’extension des parcs existants à partir duquel se
déclencherait un phénomène de ras-le-bol ?

- Quelles animations peut–on imaginer autour du développement des parcs éoliens pour coupler ce
développement avec des retombées positives dans le domaine du tourisme ? Ces modèles constituent –il des cas
isolés ou sont-ils reproductibles ?

***
**
*

Aérograf sprl - tva 455 156 464 - RC Nivelles 96050


Nous soussignés Bureau d'expertise Devadder dont le siège est établi à 1160 Bruxelles, rue
Maurice Charlent, 43, ici représenté par son Administrateur délégué Francis Steinkuhler,
géomètre-expert immobilier (UGEB-ABEX), légalement admis et assermenté près le tribunal de
première instance de Bruxelles

Agissant à la requête de l’APERe a.s.b.l., dont le siège est établi rue de la Révolution 7 à 1000
Bruxelles

Avec mission de procéder à une étude de l’impact de l’implantation de parcs éoliens sur
l’immobilier local

**********

METHODOLOGIE

Pour mener à bien la mission qui lui a été confiée, le Bureau d’expertise soussigné a cherché à
récolter auprès des instances officielles (Enregistrements) des localités concernées, des résultats
donnant les prix de ventes des biens immobiliers au cours d’une période s’étendant de janvier
2000 à janvier 2005, soit avant que les éoliennes ne soient construites jusqu’à il y a quelques
mois. Ce qui, nous l’espérons, permettra d’obtenir certaines ventes qui ont été réalisées avant les
éoliennes et ensuite après, afin de pouvoir déterminer si le prix correspondait au marché normal
ou avait été influencé par l’implantation de l’éolienne.

DEFINITION DE LA GEOGRAPHIE D’ETUDE

Afin de cerner au mieux l’étude qui nous est demandée, un périmètre a été déterminé en prenant
comme centre l’éolienne et en tenant compte d’un rayon de 5 km. Ce rayon étant étendu jusqu’au
maximum 15 km lorsqu’il y avait des zones de visibilité des éoliennes qui étaient situées dans
cette couronne entre 5 et 15 km.

Pour se faire, nous nous sommes basés sur l’étude réalisée en octobre 2003 par « Aries
Consultant » et avons repris les localités situées dans les périmètres définis par cette étude.

D’autre part sur ces cartes, il y a des zones d’ombre, c’est à dire des zones où à raison de la
topographie environnante il ne leurs sera pas possible de percevoir les éoliennes du projet. Dès
lors, dans ces zones l’immobilier ne devrait subir aucune influence à la hausse ou à la baisse.

DEVADDER 1 2004/0161/FS
Les zones de visibilité des éoliennes et des limites de la perception visuelle définissent une aire
géographique plus restreinte que les zones définies par les cercles ayant pour centre l’éolienne.

Toutefois, cette zone globale est bien celle qui servira à l’analyse de la situation existante et à
l’évaluation des incidences du projet sur l’immobilier.

On espère en fonction des résultats que nous pourrons récolter que l’on pourra distinguer une aire
géographique locale qui caractérise de la région proche des installations à l’aire géographique
globale qui est l’ensemble de la zone prise en considération.

IDENTIFICATION DE LA ZONE D’ETUDE GEOGRAPHIQUE REPRESENTATIVE

Pour faire cette étude il a été tenu compte des parcs éoliens existants, à savoir :

Campagne
Spêches Gembloux 5030 5030 Gembloux - place de l'Hôtel de Ville 11
Perwez Perwez 1360 1360 Perwez - avenue Jacobs 1
Flamièrge Saint-Ode 6680 6600 Bastogne - rue des Récollets 6
Bütgenbach Bütgenbach 4750 4780 Saint-Vith - Klosterstrabe 32
Saint-Vith Saint-Vith 4780 4780 Saint-Vith - Klosterstrabe 32
Mesnil-Eglise Mesnil-Eglise 5560 5575 Gedinne - Zoning de la Gare 1

Dans ces diverses localités il a donc été tenu compte d’un rayon de 5 km pour l’étude locale et
d’un rayon de 15 km pour l’étude globale.

Dès lors, il a été fait appel au Receveur de l’Enregistrement concerné afin qu’il nous procure les
résultats et mutations qui ont lieux dans la zone globale et forcément dans la zone locale au cours
des cinq années s’étendant de janvier 2000 à janvier 2005.

Après avoir collationner les divers résultats, les avoir classés par dates et par localités, nous
avons malheureusement dû constater qu’il n’y avait aucune vente qui avait eu lieu avant les
éoliennes et après que celles-ci aient été implantées. Dès lors, la seule possibilité de réaliser une
étude est de voir si le prix de l’immobilier situé dans la zone locale et dans la zone globale a suivi
la même courbe que l’immobilier régional ou si il s’en est écarté à la hausse ou à la baisse.

DEVADDER 2 2004/0161/FS
ETUDE DU MARCHE IMMOBILIER DANS LES ZONES CONCERNEES

Depuis une dizaine d’années, les prix des logements grimpent de façon linéaire au rythme de 2 à
3 % par an.

Il faut toutefois noter que depuis 2 ans la progression s’est accélérée pour une série de raison,
taux d’intérêt bas, incertitude boursière et ruée sur la brique perçue comme une valeur refuge.
Ceci a multiplié les transactions, ce qui a induit une pression significative sur la demande et donc
sur les prix.

Il suffit pour s’en convaincre de prendre les études réalisées par la société « Stadim » et publiées
dans le « Trance Tendance » en juin 2004 et qui montre que dans l’arrondissement de Nivelles
les maisons d’habitation sont passées d’un coefficient 305 en 2000 à un coefficient 364 en 2003.
Dans un même temps, les appartements passaient d’un coefficient 217 en 2000 à 273 en 2003.

Dans la province de Namur l’évolution était relativement similaire. En effet, pour les logements,
une maison d’habitation, le coefficient était en 2002 de 163 et était passé à 325 en 2003. En ce
qui concerne les appartements, il était de 166 en 2000 et était passé à 194.

Dans la province de Luxembourg pour les maisons d’habitation, le coefficient était de 321 en
2000 et est passé à 416 en 2003. Les appartements n’ayant pas un marché suffisant, il n’y a
aucune étude réalisée.

Dans la région de Bütgenbach entre l’année 2002 et l’année 2003 il y a eu une progression de
13 %.

Pour l’arrondissement de Verviers en 2000, le coefficient pour les habitations était de 246 et en
2003 de 289. Pour les appartements il était de 163 en 2000 et de 193 en 2003.

En examinant l’évolution du marché immobilier sur base statistique et en regardant les prix
pratiqué dans les quelques points de comparaison que nous avons pu récolter, on se rend compte
qu’il n’y a eu aucune influence du parc éolien sur la santé de l’immobilier local, que se soit dans
la zone globale ou dans la zone locale.

En effet, on se rend compte que les quelques ventes qui ont eu lieu dans des zones où les
éoliennes sont visibles, n’ont pas affectées le cours du marché du immobilier puisque la
progression des résultats de vente est sensiblement identique à celle qui a lieu dans les autres
zones sur base des études statistiques.

DEVADDER 3 2004/0161/FS
CONCLUSIONS

Nous pensons donc qu’il ressort de l’étude qui a été faite par notre bureau que les éoliennes,
si elles ont été implantées avec un accord de la population, ne pèsent pas sur le secteur
immobilier.

En effet, l’analyse comparative réalisée montre que les éoliennes n’ont pratiquement pas
d’impact sur les valeurs immobilières.

Ce résultat vient confirmer les tendances remarquées dans d’autres pays tels que les Etats-
Unis où une étude statistiquement représentative, réalisée pour le compte du gouvernement
(the effect of wind developpmeent on local property values – REPP 2003) corrobore cette
tendance et prouve statistiquement que l’implantation de parcs éoliens n’a aucun impact
significatif sur le marché immobilier.

Clôturé la présente étude pour valoir et servir à tel fin que de droit.

Pour les experts,

F. STEINKUHLER

DEVADDER 4 2004/0161/FS