Vous êtes sur la page 1sur 19

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l’Enseignement Supérieur

et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE DES SCIENCE ET TECHNOLOGIE M. BOUDIA

2D’ORAN – USTO
Faculté d’Architecteur et de Génie Civil

Département de Génie Civil

Réparé par :
Groupe : 2/1
BOUYACOUB MOHAMED

BOUKHATEM LAKHDAR

BOUFERMA AÏCHE
I. Mesures des distances :

Alors que de tout temps on a su facilement mesurer des angles avec précision, la mesure de distances a toujours été
un problème pour le topomètre. La précision des méthodes classiques de mesure n’était pas homogène avec la
précision des mesures angulaires

Un premier progrès a été l’apparition des distancemètres (les premières mesures datent de 1948 à la suite de
travaux du physicien Suédois Erik Bergstrand sur la connaissance de la vitesse de la lumière) : la mesure de distance
est basée sur la mesure du déphasage d’une onde lumineuse ayant parcouru l’aller-retour sur la distance à mesurer.
Ce procédé permet de s’affranchir des irrégularités du terrain et de la longueur limitée de la chaîne. Les premiers
distancemètres étaient toutefois très encombrants, peu précis, de faible autonomie et très coûteux.

Le progrès décisif a été le perfectionnement et la miniaturisation de ces appareils qui sont aujourd’hui intégrés à
l’optique même des théodolites modernes (stations totales). Les distancemètres actuels sont d’un encombrement
négligeable, d’une autonomie suffisante pour une journée de travail au minimum

La dernière étape est la démocratisation, depuis 1990, du système de positionnement par satellite (système GPS)
qui permet, grâce à l’emploi de deux récepteurs, de mesurer la longueur d’une base avec une précision de l’ordre de
± (5 mm + 1 mm/km) sur des distances de 10 à 15 km, le temps de mesure variant de 10 à 30 minutes quels que
soient les obstacles situés entre les points et quelles que soient les conditions météorologiques, éventuellement de
jour ou de nuit...

1. Mesurage en RUBAN :
La mesure au ruban est appelée mesure directe du fait due la ligne est parcourue en reportant bout
un certain nombre de fois l’étalon de mesure

MESURES DE DISTANCES À L’AIDE D’UNE CHAÎNE :

La mesure à la chaîne est le moyen le plus classique et utilisé pour déterminer les distances. Ses inconvénients
principaux sont d’être tributaire du terrain (accidenté ou non, en forte pente ou non, etc.) et d’être
limité en portée (les rubans utilisés couramment sont limités à 100 m). La précision de la mesure
est également limitée et dépend fortement des
opérateurs.

Autrefois, la chaîne était une véritable chaîne à maillons étalonnée servant à mesurer les longueurs, appelée
également chaîne d’arpenteur.

Aujourd’hui, on utilise le décamètre, simple, double, triple ou quintuple, bien plus facile à manipuler.

 Mesures en terrain régulier :


En topographie, la donnée essentielle est la distance horizontale entre deux points. Suivant la configuration du
terrain, elle est plus ou moins difficile à obtenir précisément à la chaîne.

- Terrain régulier et horizontal :


Si le terrain est régulier et en pente faible (moins de 2 %), il est possible de se contenter de poser le ruban sur le sol
et de considérer que la distance horizontale est lue
directement
- Terrain en pente régulière
Si le terrain n’est pas parfaitement horizontal, il faut considérer que l’on mesure la distance suivant la pente. Pour
connaître
La distance horizontale avec précision, il faut donc mesurer la dénivelée DH entre A et B ou bien la pente p de AB
𝑠𝑜𝑖𝑡: 𝐷ℎ = √𝐷𝑝2 – 𝐷𝐻 2
1 𝐷𝑝
𝑜𝑢 𝑏𝑖𝑒𝑛: 𝐷ℎ = 𝐷𝑝 × 𝑐𝑜𝑠𝑖 = 𝐷𝑝 × 2
=
1 + 𝑡𝑎𝑛 𝑖 √1 + 𝑝2
Puisque : 𝑝 = 𝑡𝑎𝑛𝑖

 Mesures en terrain irrégulier ou en forte pente


On ne peut pas tendre le ruban sur le sol à cause de ses ondulations. De plus, la pente (ou la distance à chaîner) est
telle qu’on ne peut pas directement mesurer la distance Dh.

- Mesure par ressauts horizontaux


Citons pour mémoire la méthode appelée mesure par ressauts horizontaux ou cultellation. Illustrée par la figure 4,
elle nécessite l’emploi d’un niveau à bulle et de deux fils à plomb en plus de la chaîne et des fiches d’arpentage (ou
jalons). Sa mise en œuvre est longue et le procédé peu précis.

On peut remarquer que : 𝑫𝒉 = 𝑫𝒉𝟏 + 𝑫𝒉𝟐 + 𝑫𝒉𝟑

- Mesure en mode suspendu


L’opérateur doit mesurer la dénivelée DH entre les sommets AC et BC des tripodes de suspension du fil pour pouvoir
calculer la longueur Dh
En fonction de la distance inclinée Di mesurée :
𝐷ℎ = √𝐷𝑖 2 − ∆𝐻 2
2- Musurage Optique :
La mesure optique est une mesure indirecte la longueur cherché déduite de mesures et calculs auxiliares n’étant
pas parcourue par l’opérateur.

La stadimétrie est une méthode moins précise que les précédentes. Elle permet la mesure indirecte d’une distance
horizontale en lisant la longueur interceptée sur une mire par les fils stadimétriques du réticule de visée.

Remarque : en topométrie les mesures stadimétriques, particulièrement intéressantes pour les terrains accidentés
ou encombré (on utilise l’appareil de théodolite ou tachéomètre optico-mécanique) et dans les terrains régulier avec
pente légère on utilise le niveau

Terrains réguliers :(niveau)

C Lc

c
l
A
α/2
b
d

B LB
D

𝑙: Différence de lecture sur la mire


𝑙 = 𝐿𝐶 − 𝐿𝐵
m : distance séparant les deux traits du réticule tel que :
𝑚 1
=
𝑑 100
𝑙 𝑚 1
𝐷
= 𝑑
= 100 ⟹ 𝟏𝟎𝟎 × 𝒍 = 𝑫

Trait stadimétrique supérieur

ln Trait niveleur

Trait stadimétrique inférieur


Terrains accidentés ou encombré (tachéomètre) :

Le point A, centre optique d’un théodolite, est situé à la verticale du point stationné en S ; l’opérateur vise une mire
Posée en P et effectue la lecture interceptée par chaque fil sur la mire soit m1 et m2.

La distance horizontale
𝑚2 − 𝑚1 2
𝐷ℎ = ∝ × 𝑠𝑖𝑛 𝑣
2 𝑡𝑎𝑛 2

Si la visée est horizontale, (V = 100 gon) ; on obtient :


𝑚2 − 𝑚1
𝐷ℎ = ∝
2 𝑡𝑎𝑛 2
I. NIVELLEMENT DIRECT D’ORDINAIRE
1- Définition de nivellement directe :
Le nivellement direct, appelé aussi nivellement géométrique, consiste à déterminer la dénivelée ∆𝐻𝐴𝐵
entre deux points A et B à l’aide d’un appareil : le niveau et d’une échelle verticale appelée mire. Le niveau
est constitué d’une optique de visée tournant autour d’un axe vertical (fig. 5.3.) : il définit donc un plan de
visée horizontal Figure 1

La mire est placée successivement sur les deux points. L’opérateur lit la valeur 𝑚𝑎 sur la mire posée en A et
la valeur 𝑚𝑏 sur la mire posée en B. La différence des lectures sur mire est égale à la dénivelée entre A et
B. Cette dénivelée est une valeur algébrique dont le signe indique si B est plus haut ou plus bas que A (si
∆𝐻𝐴𝐵 est négative alors B est plus bas que A).

Figure 1

La dénivelée de A vers B est :


∆𝐻𝐴𝐵 = 𝑚𝑎 – 𝑚𝑏
La dénivelée de B vers A est :
∆𝐻𝐵𝐴 = 𝑚𝑏 – 𝑚𝑎

L’altitude HA d’un point A est la distance comptée suivant la verticale qui le sépare du géoïde (surface de
niveau 0). Si l’altitude du point A est connue, on peut en déduire celle du point B par :

𝐻𝐵 = 𝐻𝐴 + ∆𝐻𝐴𝐵

Le porté :
La portée est la distance du niveau à la mire ; elle varie suivant le
matériel et la précision cherchée, et doit être au maximum de 60 m en
nivellement ordinaire et 35 m en nivellement de précision. Dans la
mesure du possible, l’opérateur
Figure 2
2- Le niveau :
Le niveau est schématiquement constitué d’une optique de visée (lunette d’axe optique (O)) tournant
autour d’un axe vertical (appelé axe principal (P)) qui lui est perpendiculaire figure 3. Le réglage de la
verticalité de l’axe principal est fait au moyen d’une nivelle sphérique. L’axe optique tournant autour de
l’axe principal décrit donc un plan horizontal passant par le centre optique du niveau qui est l’intersection
des axes (P) et (O).

L’axe principal (P) peut être stationné à la verticale


d’un point au moyen d’un fil à plomb, mais Figure 3
généralement le niveau est placé à un endroit
quelconque
Entre les points A et B, si possible sur la médiatrice de
AB
Figure 2. Un niveau n’est donc pas muni d’un plomb
optique comme un théodolite.

Les éléments constitutifs d’un niveau sont les suivants:

NAK2 Viseur d’approche rapide


Mise au point sur l’objet
Nivelle sphérique (invisible ici)
Anneau amovible

Objectif
Oculaire

Rotation lente

Cercle horizontal Contrôle de l’automatisme


(Option sur le NA2) Compensateur à pendule

Vis calantes
Embase

Mise au point de la netteté Viseur d’approche rapide


de l’image
Oculaire N2

Vis de rappel de pivotement Vis de fin basculement de la


nivelle à coïncidence
Vis calantes
Embase
2.1- Mise en station d’un niveau :

Le niveau n’étant pas (ou très rarement) stationné sur un point donné, le trépied est posé sur un point
quelconque. L’opérateur doit reculer après avoir positionné le trépied afin de s’assurer de l’horizontalité
du plateau supérieur. Lorsque le plateau est approximativement horizontal, l’opérateur y fixe le niveau.

Figure 4

Le calage de la nivelle sphérique se fait au moyen des vis calantes, comme indiqué sur la Figure 4 : en
agissant sur les deux vis calantes V1 et V2 (en les tournant en sens inverse l’une de l’autre), l’opérateur fait
pivoter le corps du niveau autour de la droite D3. Il amène ainsi la bulle de la nivelle sur la droite D2
parallèle à D3. En agissant ensuite sur la vis calante V3, il fait pivoter le niveau autour de la droite D1 et
centre ainsi la bulle dans le cercle de centrage de la nivelle sphérique.
Ce calage n’est pas très précis car la nivelle sphérique est d’une sensibilité relativement faible

2.2 - Lectures sur mire :


La mire est une échelle linéaire qui doit être tenue verticalement (elle comporte une nivelle sphérique) sur
le point intervenant dans la dénivelée à mesurer. La précision de sa graduation et de son maintien en
position verticale influent fortement sur la précision de la dénivelée mesurée.

La mire classique est généralement graduée en centimètre. La


chiffraison est souvent en décimètre

Il existe des mires à graduation renversée pour les optiques ne


redressant pas l’image (anciens modèles).

Le réticule d’un niveau est généralement constitué de quatre fils :


 le fil stadimétrique supérieur (s´), qui donne une lecture
m1 sur la mire ;
 le fil stadimétrique inférieur (s), qui donne la lecture 𝒎𝟐 sur la mire ;
 le fil niveleur (n), qui donne la lecture 𝒎 sur la mire ;
 le fil vertical (v), qui permet le pointé de la mire ou d’un objet.

La lecture sur chaque fil est estimée visuellement au millimètre près. Les fils stadimétriques permettent
d’obtenir une valeur approchée de la portée. Pour chaque lecture, il est judicieux de lire les trois fils
horizontaux de manière à éviter les fautes de lecture: on vérifie en effet, directement sur le terrain
2.3- Estimation de la portée par stadimétrie :
La portée, c’est-à-dire la distance horizontale entre le point de station et le point visé, est utile dans les
calculs de cheminement. Disposer d’un ordre de grandeur de
sa valeur est nécessaire, par exemple, pour vérifier l’égalité des
portées. C’est le rôle des fils stadimétriques qui, par lecture de
la valeur L = m1 – m2 interceptée sur la mire, permettent de
calculer la distance horizontale

2.4 - Contrôle et réglage du niveau :

a) Réglage de la nivelle :

La directrice de la nivelle torique ou le cercle de centrage de la nivelle sphérique doivent être inscrits dans
un plan perpendiculaire à l’axe principal. Pour contrôler une nivelle, procédez ainsi :
 calez la nivelle dans une position bien définie de l’appareil (repérez-vous sur le cercle
Horizontal)
 faites pivoter le niveau de 200 grad et vérifiez que la nivelle reste dans ses repères
 si ce n’est pas le cas, ramenez la bulle vers la position centrale de la moitié de son Décalage au
moyen de ses vis de réglage, l’autre moitié étant rattrapée par les vis calantes du niveau.
Recommencez la vérification jusqu’à obtenir un défaut négligeable

b) Réglage du réticule :
Le fil horizontal du réticule doit être situé dans un plan perpendiculaire à l’axe principal.
Le contrôle et le réglage s’effectuent ainsi :
 choisissez un point bien défini coïncidant avec le fil horizontal du réticule
 faites pivoter la lunette avec le mouvement lent et vérifier que le réticule reste en contact avec le
point choisi
 si ce n’est pas le cas, ramenez le réticule sur le point en agissant sur son dispositif de réglage.

c) Réglage de l’axe optique :


L’axe de visée (O) doit être perpendiculaire à l’axe principal (P). L’axe de visée étant défini par le centre
optique de l’appareil et la croisée des fils du réticule, on peut modifier l’inclinaison de l’axe (O) en agissant
sur le réticule. Pour mettre en évidence un besoin de réglage, il faut procéder comme suit (voir fig. 5.11. et
5.12.) :

 implantez deux points A et B distants d’environ 60m en terrain à peu près horizontal et régulier ;
 stationnez le niveau en C, milieu de AB et lire la dénivelée DHAB ;
 stationnez en E, situé à 6 m de A à l’extérieur de AB, et lisez à nouveau DHAB ;
 déterminez par calcul la valeur du défaut éventuel e appelé défaut d’horizontalité de l’axe de visée
(ou encore, de manière impropre, collimation verticale) ;
 si ce défaut est trop important, c’est-à-dire s'il provoque une erreur de plus de 2 mm à 30 m, réglez
l’appareil. Ceci peut se faire en station en E, en ramenant la ligne de visée sur la lecture exacte
calculée précédemment (agir pour cela sur les vis de réglage du réticule ; voir la documentation de
l’appareil).

d) Étalonnage de la mire et réglage de la nivelle sphérique :

Les mires de nivellement ordinaire ne sont pratiquement jamais étalonnées. Une vérification s’impose au
bout d’un certain temps d’utilisation. Le réglage de la nivelle sphérique peut être réalisé simplement en
utilisant un fil à plomb. Il suffit de bloquer la mire en position verticale et de maintenir la partie supérieure
fixe pendant que l’on déplace la partie inférieure sur le sol jusqu’à obtenir une verticalité parfaite au fil à
plomb.
On règle ensuite la nivelle sphérique au moyen de ses vis
de réglage.

3- Précision et tolérance des lectures


Sont énumérées ci-après les différentes fautes et sources d’erreur possibles.
a) Fautes : On distingue les fautes de :

 calage : oubli de caler la bulle, compensateur bloqué ;


 lecture : confusion du trait niveleur avec un trait stadimétrique ; confusion de graduation ou
d’unité ;
 transcription sur carnet : mauvaise retranscription de la valeur lue.

b) Erreurs systématiques : Les erreurs systématiques sont :


 l’erreur d’étalonnage de la mire ;
 le défaut de verticalité de la mire: bulle déréglée ;
 l’erreur d’inclinaison de l’axe optique: axe optique non perpendiculaire à l’axe principal ;
 le défaut de fonctionnement du compensateur.

c) Erreurs accidentelles : Les erreurs accidentelles sont :

 l’erreur de parallaxe qui est une mauvaise mise au point de la lunette ;


 un mauvais calage de la bulle ;
 l’erreur de lecture sur la mire due à l’estimation du millimètre ;
 un mauvais choix d’un point intermédiaire : point non stable ;
 le flamboiement de l’air : il faut éviter les visées en bas de mire près du sol lorsqu’il fait chaud ;
 l’erreur de pointé de l’objet : elle est due à la forme du réticule (un seul fil pour un pointé ordinaire
ou par bissection, deux fils pour un pointé par encadrement.

4- Caractéristiques des niveaux :


On peut classer les niveaux en cinq grandes catégories de précision croissante1, par exemple :

- les niveaux de chantier utilisés pour le nivellement courant : NA20, NA820 ;


- les niveaux d’ingénieur utilisés en nivellement ordinaire : NA24, NA824 ;
- les niveaux de précision : NA28 ou NA2002 (numérique) ;
- les niveaux de haute précision : NA2 et NA3003 avec mire Invar ;
- les niveaux de très haute précision : N3 avec mire Invar.
Le tableau ci-dessous fournit un comparatif des principales caractéristiques des niveaux

II. NIVELLEMENT DIRECT DE PRÉCISION

La précision de calage est obtenue par un compensateur très précis. Par exemple, pour le NA2, la précision
de calage du compensateur est de l’ordre de ± 0,09 mgon sur une plage de débattement de ± 55 cgon.

1) Niveaux de précision :
Appelés fréquemment « niveaux d’ingénieur »
Dans les documentations techniques

2) Mires :
Les mires sont conçues comme les mires de
nivellement ordinaire, mais leur étalonnage est
régulièrement contrôlé au comparateur et elles
sont munies de contrefiches qui maintiennent
la mire stable en position verticale pendant la
mesure
En nivellement de précision, l’emploi d’un parasol est conseillé de manière à éviter les dérives dues aux
fortes variations de
Température.
Les outils utilisés dans le TP :
 Le niveau (NK2)
 La mire
 Trépied

1- Mesure les distances :

- Mise en station de niveau


- On pose la mire dans le point A et on lire sur le fil stadimétrique supérieur et inferieur et le fil
niveleur
- Tournons le niveau à l’autre point B (la même chose de point A)
- Enfin en peut calculer la distance entre A et B
Les mesures trouvées :

AR
AV

C’ C
1.60 1.750
A
l’ 1.52 1.670
l
1.44 1.590

B’ B

D’ D

Distance l :
𝑙 = 𝐿𝐶 − 𝐿𝐵 = 1.750 − 1.590 = 0.16 𝑚
𝑙 𝑚 1
= = ⟹ 𝐷 = 100 × 𝑙 = 100 × 0.16 = 16 𝑚
𝐷 𝑑 100

𝐷 = 16 𝑚

Distance l’ :
𝑙 = 𝐿𝐶′ − 𝐿𝐵′ = 1.60 − 1.44 = 0.16 𝑚
𝑙 𝑚 1
= = ⟹ 𝐷′ = 100 × 𝑙′ = 100 × 0.16 = 16 𝑚
𝐷′ 𝑑 100

𝐷′ = 16 𝑚

2- Le nivellement :
AR AV

1.670 1.52

∆H

∆𝐻 = 𝑙𝑒𝑐𝑡𝑢𝑟𝑒 𝐴𝑅 − 𝑙𝑒𝑐𝑡𝑢𝑟𝑒 𝐴𝑉 = 1.670 − 1.520 = 0.15𝑚 = 15 𝑐𝑚


∆𝐻 = 15𝑐𝑚

Vous aimerez peut-être aussi