Vous êtes sur la page 1sur 8

INTRODUCTION :

Les limites d’Atterberg sont des mesures conventionnelles exprimant des


différences de comportement mécanique des sols différences essentiellement
liées aux variation de la teneur en eau elle sot donc susceptibles de fournir des
facilité plus on moins grande de travail du sol.

Elles correspondant en principe aux seuils de passage de l’état solide à l’état


plastique (limite de plasticité Wp) et de l’état plastique à l’état liquide (limite de
liquidité WL).

L’intervalle entre ces deux limites définit l’étendu du domaine de la plasticité


(indice de plasticité Ip).

Les limites d’Atterberg sont utilisées depuis longtemps mais beaucoup plus
systématiquement dans les laboratoires de travaux publics que pour les études de
caractère agronomique. Elles ont cependant fait l’objet d’étude destinée à
permettre l’interprétation pratique des résultats obtenus.

But du TP :

Le but de ce travail pratique est de déterminer les limites d’Atterberg (WL, WP)
qui sot utilisés pour le classement des sols et surtout dans les travaux des routes.

Les limites d’Atterberg sont mesurées sur le mortier c'est-à-dire la fraction du


sol qui passe au tamis de 0.40mm.

Matériels utilisés :
On est obligé dans chaque expérience d’utilisé des appareilles et des instruments
pour faciliter la tache tel que les suivantes :

Une balance : doit être précise au centigramme

Une étuve : pièce close à température élevée où l'on se tient pour


transpirer (une étuve sèche).

Appareil de Cassa grande manuel


Outil à rainure : Entaille longue et étroite que l'on creuse (dans un matériau).
Une spatule : Instrument composé d'un manche et d'une lame large et aplatie.
Un pinceau : Instrument composé de poils ou de fibres fixés à l'extrémité d'un
manche et servant à couvrir une surface (avec une substance)
Un godet : Récipient de chargement mobile par basculement, destiné à
transborder des produits.

Remarque :
Il existe deux types de coupelles : Coupelle lisse et coupelle rugueuse. La
coupelle lisse est utilisée pour les sols cohérents tel que l’argile. La coupelle
rugueuse est pour les sols fais tel que le sable.

Dans notre TP on va travailler avec la coupelle lisse.

Mortier (100g).

Eau.

1er essai :

La limite de liquidité :

Définition :

Les limites d'ATTERBERG : En fonction de la teneur en eau, un sol remanié se


présente suivant des consistances variables pour lesquelles on peut distinguer
quatre états : liquide, plastique, solide avec retrait et solide sans retrait.
En réalité, le sol passe graduellement d'un état à l'autre et les frontières
respectives ne sont définies que conventionnellement par la limite
d'ATTERBERG.
Les essais sont effectués sur la fraction du matériau passant au tamis 0.42mm.
Limite de liquidité WL, entre l'état liquide et l'état plastique
Limite de plasticité Wp, entre l'état plastique et l'état solide avec retrait
Limite de retrait Ws, teneur en eau juste suffisante pour remplir les vides du sol
au moment où il atteint par séchage son volume minimal
Indice de plasticité Ip différence entre la limite de liquidité et la limite de
plasticité:

IP Degré de plasticité


0 à 5 non plastique
5 à 15 peu plastique
15 à 40 plastique
>40 très plastique
Les limites d'ATTERBERG permettent de classer les sols suivant un diagramme
de plasticité.
Indice de consistance Ic = (WL - W)/ Ip, permet d'apprécier la consistance des
sols plastiques
Si :
< 0 Liquide
0 à 0.25 Pâteuse ou très molle
0.5 à 0.75 Ferme
0.75 à 1 Très ferme
> 1 Dure.

La limite de liquidité Wl est la teneur en eau exprimé en %, qui correspond à


une fermeture 25 chocs.
Préparation de l’échantillon :

On prend 100g de l’échantillon après avoir le sécher dans une étuve pendant 24
heures.

On fait mouillé 100g de l’échantillon avec de l’eau et on malaxant très vite et


très fort avec la spatule jusqu’on obtiendra une pâte presque fluide.

Après on conserve l’échantillon préparé dans un récipient fermé pour que l’air
ne travail pas à le faire sécher.

Mode opératoire :

On prend la coupelle lisse et on étend une couche de 50 à 70g de l’échantillon


préparé d’une façon répartie avec la spatule, on fixe la coupelle à son axe de
rotation puis on partage le sol à l’aide d’outil à rainure suivant le plan axial de
l’appareil.

On imprime à la coupelle des chocs semblables en comptant le nombre des


chocs nécessaire pour fermer la rainure sur 1cm, après on prend deux
échantillons de se sol et on met dans des tares o pèse ce dernier avant et après
l’étuvage et finalement on déduit la teneur en eau W% de la pâte.

On recommence l’essai pour des différents teneurs en eau et on trace la courbe


qui est une droite en semi-logarithmique (échelle arithmétique pour les teneurs
en eau et logarithmique pour le nombre des chocs).

Présentation des résultats : (voir la feuille)

Poids totale humide : poids tare + poids du sol avant l’étuvage.

Poids totale sec : poids tare + poids du sol après l’étuvage.


Poids de l’eau : poids total humide – poids total sec.

Teneur en eau W% = (poids de l’eau / poids du sol sec) x 100.

2eme essai :

La limite plastique :

Définition :

La limite de plasticité Wp est la teneur en eau exprimé en % du fuseau qui se


brise de petits tronçons de 1 à 2cm de long au moment ou son diamètre atteint
3mm.

Mode opératoire :

On dessèche le matériau o le malaxe et on le roule sur une plaque de marbre.

On roule l’échantillon en forme de fuseau qu’on amenait progressivement ; il


faut qu’on réalise des rouleaux de 3mm de diamètre .

La limite de plasticité sera atteindre quand le fuseau formé se brise en petits


tronçons.

On place ces petits tronçons dans des tares et on les pèse avant et après
l’étuvage. La limite de plasticité est moyenne des teneurs en eau ; en général, on
exécute deux à trois essais pour déterminer cette limite.

Présentation des résultats :

poid d' eau poid total humide  poid total sec


W%    100
poid de sol poid du sol sec
ll  45.12
lp  22.59

Ip = WL – Wp (l’indice de plasticité).

Ip = 22.53

Classification du sol :

WL = 45.12 % , WP = 22.59 % , IP = 22.53 %

Classification simplifier (degré de plasticité) :

IP =

Classification selon Costet et Sanglerat(1969) :

WL = donc : c’est un argile.

Classification selon le diagramme de Cassagrande plus raffiné:

Conclusion :

D’après les classifications situées ci-dessous notre sol s’agit d’une argile
minérale de moyenne plasticité. Nous avons constaté au cours de cet essai que
les limites d’Atterberg font partie des méthodes qui sert à classer les sols fins
donc ces limites susceptibles de fournir toutes les indications nécessaires pour
une meilleure réalisation des travaux du sol.

Centres d'intérêt liés