Vous êtes sur la page 1sur 14

Comment bien choisir son gaz de protection de soudage

selon le procédé ?
par
Dominique

Publié le 13/04/2012 09h59 Nombre d'affichages: 1343


0 Commentaires
Cet article technique aborde le problème du bon choix du gaz de protection de soudage à la torche
des procédés de soudage MAG, MIG, TIG et PLASMA.

1 - Introduction
Lors de l'utilisation d'un arc électrique entre une électrode infusible ou un fil-électrode et la pièce à
souder (PLASMA, MIG/MAG et TIG), le choix correct du gaz de protection pour le soudage est
souvent considéré comme difficile par les spécialistes et passionnés du soudage.
Ce choix est pourtant de la plus grande importance pour le résultat final de la soudure que ce soit du
point de vue métallurgique ou esthétique.
Le gaz de protection détermine non seulement la qualité mais aussi il a une influence considérable sur
la productivité comme la vitesse de soudage, le parachèvement des soudures...) des opérations de
soudage.

2 - Le rôle du gaz de soudage pour les procédés de soudage TIG, MIG/MAG et


PLASMA
La fonction principale du gaz de soudage est d'assurer la protection du bain de fusion et de permettre
d'obtenir la qualité la plus grande possible pour les opérations de soudage.
Il est sous entendu par qualité les caractéristiques mécaniques et chimiques de la soudure et du
matériau à souder, l'aspect extérieur de la soudure, la présence de projections, la pénétration du
cordon dans la pièce, la protection contre l'air ambiant, l'absence de défauts de soudage.
Le gaz de protection lors du soudage influence non seulement la qualité, mais aussi la productivité
des opérations de soudage ainsi que les conditions de travail des soudeurs et opérateurs.

3 - Le rôle de protection à l'endroit et à l'envers du bain de fusion par le gaz de


soudage
Le rôle principal du gaz de soudage est de protéger le bain de fusion contre les influences nuisibles
de l'air ambiant.
Le bain de fusion est la combinaison du métal d'apport et du métal de base à l'état liquide à haute
température qui s'allie facilement à l'oxygène et à l'azote de l'air.

Comment réaliser la protection gazeuse à l'envers du joint des soudures ?

Sans protection gazeuse, la soudure serait poreuse par la formation d'une multitude de soufflures ou
oxydée et elle aurait de caractéristiques mécaniques ou de tenue à la corrosion très médiocres.
Les gaz de soudage sont aussi appelés dans le jargon professionnel gaz de protection de soudage.

4 - Le rôle de transfert de chaleur par le gaz de soudage


Un des rôles du gaz de protection est de véhiculer la chaleur intense produite dans l'arc électrique
vers la pièce à souder, avec un rendement aussi haut que possible.
Chaque gaz présente un coefficient de conductibilité thermique différent pour conduire la chaleur.
Plus le coefficient est haut, meilleure sera la conductibilité comme par exemple l'hélium. .
Avec un gaz a bas coefficient de conductibilité thermique, beaucoup de chaleur est perdue et dissipée
dans l'air ambiant.
5 - Le rôle de création par ionisation d'une colonne d'arc plasma par le gaz de
soudage
Un des rôles du gaz de protectiont est de créer un milieu aussi idéal que possible pour permettre
l'élaboration de l'arc électrique souhaité.
Une ionisation doit avoir lieu facilement pour pouvoir transférer l'énergie électrique de l'arc de
l'électrode vers la pièce à souder. Sans ionisation, il ne peut notamment pas naître de conduction
électrique.
Le potentiel d'ionisation (la tension de l'arc) d'un gaz de soudage est très important. Plus ce potentiel
est élevé, plus difficile à ioniser sera le gaz et plus l'arc électrique sera instable.

6 - Le rôle du gaz de soudage sur le transfert d'arc électrique pour les


procédés MIG/MAG
Le transfert d'arc ou le passage de gouttes de métal dans l'arc peut être influencé en changeant le gaz
ou le mélange de gaz.
Le passage de gouttes détermine également le type de transfert d'arc: transfert d'arc par court circuit,
transfert d'arc globulaire et transfert d'arc par pulvérisation.

Transfert d'arc par court-circuit


Dans ce type de transfert d'arc, une multitude de courts-circuits sont créés chaque seconde entre le
fil-électrode et la pièce à souder.
La tension de soudage chute à zéro et le courant augmente terriblement et on obtient donc un court-
circuit.
Le transfert par court-circuit est obtenu avec une faible intensité à une intensité moyenne avec une
faible tension d'arc. Les gaz de protection les plus utilisés dans ce régime d'arc sont les CO2 pur et
les Ar + CO2
Cet arc électrique est instable, mais ce transfert d'arc est recommandé pour les matériaux de faible
épaisseur et/ou pour pointer et souder en position.

Transfert d'arc globulaire


Un transfert d'arc globulaire est une combinaison entre un arc en court-circuit et un arc de
pulvérisation. Ce transfert d'arc est à éviter à cause de ses mauvaises propriétés de soudage.

Transfert d'arc par pulvérisation


L'arc de pulvérisation est plus régulier parce que dans ce cas on a beaucoup plus de petites gouttes
qui, en plus, retombent quasi toutes à la verticale. Aucun court-circuit ne se produit. C?est surtout
pour des matériaux plus épais qu'il faut toujours essayer d'obtenir un tel arc.
Le transfert par pulvérisation est obtenu avec une intensité et une tension d'arc élevées. Les gaz de
protection les plus utilisés dans ce régime d'arc sont les Ar à plus de 85% + CO2

7 - Les gaz de soudage pour les procédés TIG et PLASMA


Le soudage TIG (Tungsten Inert Gas) est une technique de soudage de haute qualité, mais avec une
faible productivité.
L'arc électrique s'établit entre une électrode infusible de tungstène et la pièce, l'électrode ne fond pas
et agit donc exclusivement comme conducteur de courant et support de l'arc.
Pour le travail sur tôles très fines, le soudage TIG est utilisé sans matériau d'apport.
Pour des matériaux plus épais ainsi que pour l'assemblage de matériaux différents, le matériau
d'apport est nécessaire sous la forme d'une baguette de fil dressé tenue à la main ou depuis un
dérouleur.
Le bain de fusion, l'électrode de tungstène brûlante et le bout du matériau d'apport en train de fondre
sont protégés contre l'influence néfaste de l'air ambiant par un flux continu de gaz de protection
inerte.
Il s'agit la plupart du temps d'argon, mais des mélanges d'argon + d'hélium ou d'argon + d'hydrogène
(gaz réducteur) ou d'argon + d'azote peuvent être utilisés.
Quel type de gaz de protection dois je utiliser pour souder en TIG / 141 / GTAW ?

Comment réaliser la protection gazeuse à l'envers du joint des soudures ?

Ajout d'hélium
L'ajout d'hélium augmente la température de l'arc, mais donne surtout une meilleure conductibilité
thermique et une diffusion de la chaleur vers les flancs du cordon de soudure. Ceci permet une
pénétration plus profonde ainsi que des cordons de soudure plus plats et plus propres. En outre,
l'hélium est un gaz inerte, par conséquent utilisable pour tous les matériaux. Cependant, les
inconvénients de l'hélium ou de mélanges hélium/argon sont des coûts plus élevés et un amorçage
plus difficile de l'arc qui en outre est plus instable.

Ajout d'hydrogène
L'ajout d'hydrogène rend le gaz légèrement réducteur (réduction des restes d'oxygène encore
présents), ce qui contribue à un plus bel aspect extérieur avec une oxydation minimale et décoloration
de la surface. Comme l'arc est mieux concentré et stabilisé, des vitesses de soudage plus élevées
sont possibles (meilleure fluidité du matériau). L'hydrogène permet aussi une pénétration plus
profonde au milieu. Avec les aciers inoxydables au carbone ou ferritiques, il y a danger de fissures
dues à l'oxygène et de porosité avec les alliages d'aluminium (donc interdit avec l'aluminium), ceci du
fait que l'hydrogène n'est pas un gaz inerte.

8 - Les gaz de soudage pour le procédé MIG


Le procédé MIG est employé uniquement pour le soudage de métaux dit non ferreux tels l'aluminium,
ses alliages et le cuivre et ses alliages.
Avec ces métaux, il ne faut travailler qu'avec des gaz inertes comme l'argon ou l'hélium (pour éviter
des problèmes de structure cristalline) qui excluent des mélanges avec oxygène, hydrogène et azote.

Quel type de gaz de protection dois je utiliser pour souder en MAG/135/ GMAW ?

A côté de l'argon pur comme gaz de protection, des mélanges argon-hélium sont aussi employés ici.
Grâce à sa haute capacité de conduction thermique et sa grande résistance aux tensions, l'hélium
évacue relativement bien la chaleur sur la pièce. L'hélium permet aussi une meilleure diffusion
thermique et donne un arc plus large, permettant d'atteindre une pénétration plus large et plus
profonde.
Dans des cas exceptionnels, on ajoute aussi un pourcentage minime (0,015%) d'azote N, juste assez
pour contrôler l'arc électrique, ce qui permet d'adjoindre moins d'hélium tout en obtenant le même
effet.
Des compléments de mélange minimes d'azote et de monoxyde d'azote procurent une mise au point
et par conséquent une augmentation de la densité d'énergie.

9 - Les gaz de soudage pour le procédé MAG


Pour le soudage MAG, on utilise un mélange d'argon (l'argon pur a une trop faible pénétration) avec
comme gaz actif du gaz carbonique(CO2) et/ou de l'oxygène. La teneur en gaz carbonique et/ou
oxygène dépend de la base à souder (non allié ou acier inoxydable), du matériau d'apport (massif ou
fourré) et des conditions de soudage.

Quel type de gaz de protection dois je utiliser pour souder en MAG/135/ GMAW ?

Une teneur plus faible en dioxyde de carbone CO2 donne moins de projections métalliques et de
fumée, alors qu'un pourcentage de CO2 plus élevé diminue le risque de porosité.
Une teneur plus haute en oxygène O2 rend le bain de fusion plus fluide. Il s'ensuit un aspect plus lisse
de la soudure, mais augmente aussi le risque de défauts de jonction.
L'adjonction d'hydrogène H2 au gaz de protection donne un meilleur arc et un rétrécissement,
permettant d'atteindre une vitesse de soudage plus haute et une meilleure pénétration.
Par l'adduction d'hélium, on augmente à nouveau la vitesse de soudage et la certitude d'une bonne
pénétration. Les gaz de protection pour le soudage de matériaux non alliés ou aciers faiblement alliés
ont souvent dans leur mélange une proportion de gaz actifs plus haute que les gaz de protection pour
les alliages hautement alliés tel l'acier inoxydable.
Dans le cas de l'acier inoxydable, la teneur en CO2 et en oxygène doit être limitée pour éviter la
combustion par brûlure des éléments d'alliage qui assurent la propriété anticorrosion, ainsi qu'une
possible décarbonisation et apparition de corrosion intercristalline.
L'expérience montre que la teneur en CO2 devait rester limitée à 3% dans le mélange gazeux.
Lorsque pour éviter la combustion, d'autres composants doivent être ajoutés, on opte principalement
pour l'hélium et/ou l'hydrogène. L'hydrogène se combine par ailleurs avec l'oxygène de
l'environnement, devient vapeur et s'évapore. Ainsi, il y a moins d'oxydation, ce qui est très important
avec l'acier inoxydable.
Avec l'acier inoxydable ferritique et martensitique, l'adjonction d'hydrogène peut provoquer des
fissures, c'est la raison pour laquelle cela est uniquement appliqué pour le soudage des aciers
inoxydables austénitiques.

10 - Quelques liens Internet utiles

Comment choisir le détendeur-débitmètre de gaz de soudage ?

Quels sont les différents types de raccords des bouteilles de gaz industriels ?

Quelles sont les couleurs des ogives des bouteilles de gaz selon NF EN 1089-3 ?

Comment sélectionner un gaz de protection selon le transfert d'arc en MIG 131 / MAG 135 ?

Quel type de gaz de protection dois je utiliser pour souder en MAG/135/ GMAW ?

Comment choisir le gaz de protection selon le procédé de soudage et la matière

Quel type de gaz de protection dois je utiliser pour souder en TIG / 141 / GTAW ?

Comment assurer l'inertage envers de la dernière soudure de raccordement d'un circuit de


tuyauteries ?

Comment réaliser la protection gazeuse à l'envers du joint des soudures ?

11 - Vos commentaires et réactions sur cet article


Vous avez la possibilité de commenter cette page, de réagir ou de compléter les informations en
rédigeant un message dans le cadre ci-dessous intitulé Vos commentaires
Nous vous remercions par avance de votre sollicitude et de votre aide pour l'amélioration des données
techniques du site.
Nous rappelons à nos aimables visiteurs que nos ressources techniques et nos croquis ne peuvent
être ni copiés ni utilisés sans autorisation écrite de notre part.
Tags: court-circuit, gaz, globulaire, mag, mig, plasma, pulvérisation, tig, transfert d'arc

Comment réaliser la protection gazeuse à l'envers du joint des soudures ?


par
Dominique

Publié le 24/02/2012 11h14 Nombre d'affichages: 2382

1 Commentaire
Avec les procédés de soudage TIG, MIG, PLASMA, LASER, vous utiliserez une protection gazeuse inerte à l'envers des joints lors du
soudage de certains matériaux réactifs à l'oxydation à chaud comme les aciers inoxydables, les alliages de nickel, les alliages de cuivre,
le titane et ses alliages ou bien le zirconium.

1 - La protection gazeuse envers


Cette protection gazeuse INERTE remplace l'air ambiant en contact avec l'envers de la soudure et protège le métal en fusion et les
zones thermiquement affectées de l'oxydation (carbone, hydrogène, oxygène et azote dans certains types de matériaux).
Le rochage (oxydation à chaud) est la conséquence d'une absence de protection gazeuse ou d'une mauvaise qualité de la protection
gazeuse.

2 - Les gaz industriels de soudage


Les gaz de protection utilisés sont différents suivant la nuance du matériau à souder. Les gaz les plus utilisés sont l'argon, l'azote et
parfois l'hélium.
Le degré de pureté des gaz utilisés diffère suivant le matériau soudé.
Pour les matériaux très sensibles à l'oxydation à chaud comme le titane, le tantale, le zirconium et leurs alliages respectifs, un gaz inerte
à très haute pureté est recommandé (99,999% ou qualité 5.0).
Pour les matériaux comme l'aluminium, les aciers non alliés et très faiblement alliés, il n'y a pas d'impératif technique à protéger l'envers
du joint, toutefois le mouillage et l'aspect visuel du cordon de pénétration est grandement amélioré avec l'ajout d'une protection inerte
envers (aspect du cordon de la pénétration plus lisse et brillant).
L'utilisation de l'azote comme gaz de protection à l'envers des joints soudés est possible sur les aciers inoxydables austénitiques et
recommandés sur les duplex et super-duplex.
L'utilisation de l'azote comme gaz de protection envers sur les titanes et les aciers inoxydables stabilisés au titane est déconseillé
(risque de formation de nitrure de titane).
Il existe aussi des mélanges binaires Argon + Hydrogène ou Azote + Hydrogène (Atmosphère envers réductrice).

3 - La pureté des gaz industriels de soudage


La pureté des gaz industriels est définie par 2 chiffres séparés par un point.
Le premier chiffre correspond au nombre de « 9 » et le second chiffre correspond « au chiffre » qui suit les « 9 ».

Par exemple :
QUALITÉ 4.5 = pureté de 99.995 %
QUALITÉ 4.8 = pureté de 99.998 %
QUALITÉ 5.0 = pureté de 99.999 %
La désignation U ( équivalente à 4.5 ) n'est pas normalisée.

Gaz inerte
Désignation commerciale Composition Norme EN Ancienne Nouvelle
chimique ISO 14175 couleur d'ogive couleur
d'ogive

1. MONOMIX I 1 100% Argon I1


2. ARCAL 1
3. ARGON HP

1. HELIUM 100% I2
2. HELIUM Hélium
3. HELIUM
Marque : 1. MESSER - 2. AIR LIQUIDE - 3. AIR PRODUCTS

4 - Les débits des gaz de soudage de protection envers


Les débits des gaz de protection envers utilisés sont fonction de la dimension du dispositif de protection employé et du volume de celui-
ci.
La règle d'or est de maintenir le volume de protection inerte sans brassage de l'atmosphère gazeuse, ni création d'effet venturi
(aspiration intempestive de l'air ambiant extérieur). L'utilisation de diffuseur en matière frittée est fortement recommandée.
De plus, le débit appliqué ne doit pas créer de surpression, à l'intérieur de la capacité, susceptible de refouler le bain de fusion.
Pour ce faire, prévoyez un trou de dégazage à l'opposé de l'orifice d'entrée du gaz. Le débit de la protection envers varie de 5 à 20
litres / minute pour les aciers non alliés, les aciers inoxydables, les aciers réfractaires, les bases nickel. Le débit peut être supérieur sur
les dispositifs de protection des machines automatiques spéciales.
Prenez le soin de vérifier votre débit de protection en bout de tuyau d'amenée de gaz avec un rotamètre à bille ou à flotteur (par
expérience, les indications des débitmètres sont souvent optimistes).
L'argon est plus lourd que l'air, il est donc préférable de faire pénétrer ce gaz d'inertage dans la partie la plus basse de la cavité à inerter
et de prévoir un trou de dégazage et d'évacuation de l'air emprisonné dans la partie la plus haute.
A l'inverse, l'azote est plus léger que l'air.

Les règles de l'art de l'inertage


Toujours prévoir un facteur de balayage de gaz de 3 à 8 fois le volume de l'enveloppe à remplir.
Toujours introduire et insuffler un gaz léger (comme l'azote) par le haut de l'installation.
Toujours introduire et insuffler un gaz lourd (comme l'argon) par le bas de l'installation.
Toujours limiter les zones de fuite avec un ruban autocollant ou ruban adhésif (par exemple autour du joint en cours de soudage).
Toujours éviter le brassage des gaz par courant d’air en utilisant des diffuseurs en alliage fritté.

5 - Les coefficients de correction des débitmètres


Le dispositif de mesure du débit de gaz de protection appelé débitmètre doit être étalonné suivant le gaz utilisé (utiliser un débitmètre
argon pour le gaz argon). Si vous êtes amené à utiliser un débitmètre argon avec un gaz de protection azote ou autre, sachez qu'il est
nécessaire de réaliser une correction du débit affiché suite à la différence de densité et masse volumique des gaz (23° Celsius et 1,013
bar).

Anhydride carbonique masse volumique = 1,87 g / l

Argon masse volumique = 1,65 g / l

Air masse volumique = 1,21 g / l

Azote masse volumique = 1,16 g / l

Hélium masse volumique = 0,17 g / l

Hydrogène masse volumique = 0,083 g / l

Si vous utilisez un débitmètre Argon avec un gaz de protection Hélium, vous devez diviser le débit par 3,15 (Air Liquide annonce 3,17)
pour obtenir le débit réel de gaz d'hélium.
Par exemple : 10 litres d'hélium correspond à un débit de 10 x 3,15 = 31,5 litres d'argon sur le débitmètre étalonné à l'argon.

Type de Gaz utilisé


débitmètre
utilisé

Argon Azote Hélium Oxygène Hydrogène


Air 0.85 1.01 2.59 0.95 3.81

Argon 1.00 1.19 3.15 1.12 4.46

Azote 0.84 1.00 2.64 0.93 3.74

Hydrogène 0.22 0.27 0.71 0.25 1.00

Oxygène 0.90 1.97 2.83 1.00 3.99

Voici les coefficients pour les principaux mélanges de gaz avec un débitmètre étalonné en argon (valeurs données par Manu - membre
du site) :

Argon + 20% Hélium coefficient de correction : 1,10


Argon + 50% Hélium coefficient de correction : 1,35
Argon + 70% Hélium coefficient de correction : 1,64

Argon + 8% CO2 ou Argon + 18% CO2 pas de correction significative.

La formule mathématique (formule donnée par Manu - membre du site) pour déterminer le coefficient de correction est :
Racine carrée du rapport densité du gaz d'étalonnage sur densité du gaz mesuré

6 - La formule de calcul de la capacité d'une bouteille de gaz


Il s'agit de multiplier le volume en eau de l'emballage (volume porté sur la bouteille) et de le multiplier par la pression de service.
On applique ensuite un coefficient correcteur K correspondant à chacun des gaz industriels soit :
VxPxK

exemple : pour une bouteille d'argon en bouteille industrielle

50 L x 200 bar x 1,039 = 10 390 litres ou 10,3 m3


100 L x 200 bar x 1,039 = 20 780 litres ou 20,7 m3

FORMAT ET VOLUME DES BOUTEILLES DE GAZ INDUSTRIELS

TYPE DE BOUTEILLE B5 B11 B20 B50

Diamètre (en mm) 150 180 200 230

Hauteur (en mm) 620 750 1250 1680

Poids (en kg) 7 10.4 35 75

Contenance (en 5 11 20 50
litre)

7 - Les matériels et dispositifs pour assurer la protection envers


Des sociétés spécialisées proposent des dispositifs adaptés pour vérifier la teneur d'oxygène et la qualité de l'inertage, assurer une
protection gazeuse envers efficace et pour limiter les volumes à remplir ou à chambrer par obturation.
 Pompe et analyseur sophistiqué de gaz de protection

 Souris constituée de flasque double lèvre en silicone

 Latte envers avec diffuseur de gaz

 Accessoire en métal fritté pour micro-diffuser le gaz de


protection

 Baudruche ou vessie gonflable d'obturation

 Bouchons d'obturation

 Papier ou film soluble type dissolvo ou argweld

 Piège ou barrière cryogénique avec coussins à gaz


carbonique CO2 TP

8 - Quel est le temps nécessaire pour l'inertage de ma capacité ?


Cette question est souvent posée par les visiteurs du site.

Nous allons prendre un exemple concret pour définir la formule de calcul :


Diamètre intérieur de la capacité : 500 mm
Hauteur ou longueur de la capacité : 2 mètres
Volume de la capacité (Pi x r2 x h) = 392,5 litres
Facteur de balayage de l'inertage : 3 x le volume de la capacité soit un total de 1 178 litres
Débit de gaz d'inertage : 2 boyaux d'argon de 20 litres par minute chacun soit 40 l / min
Temps de purge nécessaire : 1 178 litres / 40 litres = environ 30 minutes
Si vous doublez les débits d'argon, vous divisez par deux le temps d'inertage
Attention au brassage du gaz à l'intérieur de la capacité à inerter.

HFT® - Huntingdon Fusion Techniques, spécialiste de l'inertage depuis plus de 30 ans, en collaboration avec Bechtel ont défini que
le volume de gaz inerte nécessaire pour obtenir un environnement inerte à 100ppm était de 8 fois son volume.

9 - Quel est le temps nécessaire pour l'inertage de ma tuyauterie selon le débit et


diamètre?

10 - La sécurité avec les gaz de soudage


Les gaz inertes de soudage (Argon, Azote, Hélium) ne sont pas toxiques.
Toutefois, à concentration élevée, ils remplacent l'oxygène de l'air et ils n'entretiennent pas la vie (risque certain d'asphyxie).
Des précautions particulières et rigoureuses de sécurité doivent être prises avant de réaliser des opérations de soudage dans des
enceintes ou lieux confinés. Le soudeur doit utiliser un détecteur de gaz dans les enceintes confinées pour assurer sa sécurité (risque
d'anoxie si oxygène O2 < 17%).
Le soudeur utilisera une unité d'aspiration et de ventilation pour assurer l'aération du lieu de soudage (principalement si le local est
confiné) Les risques d'asphyxie, d'intoxication, d'incendie et d'explosion sont très importants.

 Attention à l'accumulation de gaz Argon dans les parties basses


 Ne jamais travailler seul dans une enceinte à atmosphère confinée
 Ne jamais graisser les filetages des accessoires de fixation
 Ne jamais utiliser d'oxygène en remplacement d'air comprimé

11 - Quelques liens Internet utiles

Quel type de gaz de protection dois je utiliser pour souder en MAG/135/ GMAW ?

Quel type de gaz de protection dois je utiliser pour souder en TIG / 141 / GTAW ?

Comment choisir le détendeur-débitmètre de gaz de soudage ?

Quels sont les différents types de raccords des bouteilles de gaz industriels ?

Quelles sont les couleurs des ogives des bouteilles de gaz selon NF EN 1089-3 ?

Comment choisir le gaz de protection selon le procédé de soudage et la matière

L’inertage : une bonne solution pour améliorer la qualité des soudures

World Pipelines : Avancées majeures dans la Technologie de l’Inertage

Inertage de soudures pour tubes et tuyauteries- Stainless Steel World, mars 2014.

Les différents dispositifs techniques pour réaliser un chambrage et inertage


envers de soudure

Les gaz industriels de soudage et la norme européenne EN ISO 14175 : 06/2008

12 - Vos commentaires et réactions


Vous avez la possibilité de commenter cette page, de réagir ou de compléter les informations en rédigeant un message dans le cadre
ci-dessous intitulé Ecrire un commentaire
Nous vous remercions par avance de votre sollicitude et de votre aide pour l'amélioration des données techniques du site.
Nous rappelons à nos aimables visiteurs que nos ressources techniques et nos croquis ne peuvent être ni copiés ni utilisés sans
autorisation écrite de notre part.
Comment réaliser la protection gazeuse à l'envers du joint des soudures ?
par
Dominique

Publié le 24/02/2012 11h14 Nombre d'affichages: 2382


1 Commentaire
Avec les procédés de soudage TIG, MIG, PLASMA, LASER, vous utiliserez une protection gazeuse inerte à l'envers des joints lors du
soudage de certains matériaux réactifs à l'oxydation à chaud comme les aciers inoxydables, les alliages de nickel, les alliages de cuivre,
le titane et ses alliages ou bien le zirconium.

1 - La protection gazeuse envers


Cette protection gazeuse INERTE remplace l'air ambiant en contact avec l'envers de la soudure et protège le métal en fusion et les
zones thermiquement affectées de l'oxydation (carbone, hydrogène, oxygène et azote dans certains types de matériaux).
Le rochage (oxydation à chaud) est la conséquence d'une absence de protection gazeuse ou d'une mauvaise qualité de la protection
gazeuse.

2 - Les gaz industriels de soudage


Les gaz de protection utilisés sont différents suivant la nuance du matériau à souder. Les gaz les plus utilisés sont l'argon, l'azote et
parfois l'hélium.
Le degré de pureté des gaz utilisés diffère suivant le matériau soudé.
Pour les matériaux très sensibles à l'oxydation à chaud comme le titane, le tantale, le zirconium et leurs alliages respectifs, un gaz inerte
à très haute pureté est recommandé (99,999% ou qualité 5.0).
Pour les matériaux comme l'aluminium, les aciers non alliés et très faiblement alliés, il n'y a pas d'impératif technique à protéger l'envers
du joint, toutefois le mouillage et l'aspect visuel du cordon de pénétration est grandement amélioré avec l'ajout d'une protection inerte
envers (aspect du cordon de la pénétration plus lisse et brillant).
L'utilisation de l'azote comme gaz de protection à l'envers des joints soudés est possible sur les aciers inoxydables austénitiques et
recommandés sur les duplex et super-duplex.
L'utilisation de l'azote comme gaz de protection envers sur les titanes et les aciers inoxydables stabilisés au titane est déconseillé
(risque de formation de nitrure de titane).
Il existe aussi des mélanges binaires Argon + Hydrogène ou Azote + Hydrogène (Atmosphère envers réductrice).

3 - La pureté des gaz industriels de soudage


La pureté des gaz industriels est définie par 2 chiffres séparés par un point.
Le premier chiffre correspond au nombre de « 9 » et le second chiffre correspond « au chiffre » qui suit les « 9 ».

Par exemple :
QUALITÉ 4.5 = pureté de 99.995 %
QUALITÉ 4.8 = pureté de 99.998 %
QUALITÉ 5.0 = pureté de 99.999 %
La désignation U ( équivalente à 4.5 ) n'est pas normalisée.

Gaz inerte
Désignation commerciale Composition Norme EN Ancienne Nouvelle
chimique ISO 14175 couleur d'ogive couleur
d'ogive

1. MONOMIX I 1 100% Argon I1


2. ARCAL 1
3. ARGON HP

1. HELIUM 100% I2
2. HELIUM
3. HELIUM Hélium

Marque : 1. MESSER - 2. AIR LIQUIDE - 3. AIR PRODUCTS

4 - Les débits des gaz de soudage de protection envers


Les débits des gaz de protection envers utilisés sont fonction de la dimension du dispositif de protection employé et du volume de celui-
ci.
La règle d'or est de maintenir le volume de protection inerte sans brassage de l'atmosphère gazeuse, ni création d'effet venturi
(aspiration intempestive de l'air ambiant extérieur). L'utilisation de diffuseur en matière frittée est fortement recommandée.
De plus, le débit appliqué ne doit pas créer de surpression, à l'intérieur de la capacité, susceptible de refouler le bain de fusion.
Pour ce faire, prévoyez un trou de dégazage à l'opposé de l'orifice d'entrée du gaz. Le débit de la protection envers varie de 5 à 20
litres / minute pour les aciers non alliés, les aciers inoxydables, les aciers réfractaires, les bases nickel. Le débit peut être supérieur sur
les dispositifs de protection des machines automatiques spéciales.
Prenez le soin de vérifier votre débit de protection en bout de tuyau d'amenée de gaz avec un rotamètre à bille ou à flotteur (par
expérience, les indications des débitmètres sont souvent optimistes).
L'argon est plus lourd que l'air, il est donc préférable de faire pénétrer ce gaz d'inertage dans la partie la plus basse de la cavité à inerter
et de prévoir un trou de dégazage et d'évacuation de l'air emprisonné dans la partie la plus haute.
A l'inverse, l'azote est plus léger que l'air.

Les règles de l'art de l'inertage


Toujours prévoir un facteur de balayage de gaz de 3 à 8 fois le volume de l'enveloppe à remplir.
Toujours introduire et insuffler un gaz léger (comme l'azote) par le haut de l'installation.
Toujours introduire et insuffler un gaz lourd (comme l'argon) par le bas de l'installation.
Toujours limiter les zones de fuite avec un ruban autocollant ou ruban adhésif (par exemple autour du joint en cours de soudage).
Toujours éviter le brassage des gaz par courant d’air en utilisant des diffuseurs en alliage fritté.

5 - Les coefficients de correction des débitmètres


Le dispositif de mesure du débit de gaz de protection appelé débitmètre doit être étalonné suivant le gaz utilisé (utiliser un débitmètre
argon pour le gaz argon). Si vous êtes amené à utiliser un débitmètre argon avec un gaz de protection azote ou autre, sachez qu'il est
nécessaire de réaliser une correction du débit affiché suite à la différence de densité et masse volumique des gaz (23° Celsius et 1,013
bar).

Anhydride carbonique masse volumique = 1,87 g / l

Argon masse volumique = 1,65 g / l

Air masse volumique = 1,21 g / l

Azote masse volumique = 1,16 g / l

Hélium masse volumique = 0,17 g / l

Hydrogène masse volumique = 0,083 g / l

Si vous utilisez un débitmètre Argon avec un gaz de protection Hélium, vous devez diviser le débit par 3,15 (Air Liquide annonce 3,17)
pour obtenir le débit réel de gaz d'hélium.
Par exemple : 10 litres d'hélium correspond à un débit de 10 x 3,15 = 31,5 litres d'argon sur le débitmètre étalonné à l'argon.

Type de Gaz utilisé


débitmètre
utilisé
Argon Azote Hélium Oxygène Hydrogène

Air 0.85 1.01 2.59 0.95 3.81

Argon 1.00 1.19 3.15 1.12 4.46

Azote 0.84 1.00 2.64 0.93 3.74

Hydrogène 0.22 0.27 0.71 0.25 1.00

Oxygène 0.90 1.97 2.83 1.00 3.99

Voici les coefficients pour les principaux mélanges de gaz avec un débitmètre étalonné en argon (valeurs données par Manu - membre
du site) :

Argon + 20% Hélium coefficient de correction : 1,10


Argon + 50% Hélium coefficient de correction : 1,35
Argon + 70% Hélium coefficient de correction : 1,64

Argon + 8% CO2 ou Argon + 18% CO2 pas de correction significative.

La formule mathématique (formule donnée par Manu - membre du site) pour déterminer le coefficient de correction est :
Racine carrée du rapport densité du gaz d'étalonnage sur densité du gaz mesuré

6 - La formule de calcul de la capacité d'une bouteille de gaz


Il s'agit de multiplier le volume en eau de l'emballage (volume porté sur la bouteille) et de le multiplier par la pression de service.
On applique ensuite un coefficient correcteur K correspondant à chacun des gaz industriels soit :
VxPxK

exemple : pour une bouteille d'argon en bouteille industrielle

50 L x 200 bar x 1,039 = 10 390 litres ou 10,3 m3


100 L x 200 bar x 1,039 = 20 780 litres ou 20,7 m3

FORMAT ET VOLUME DES BOUTEILLES DE GAZ INDUSTRIELS

TYPE DE BOUTEILLE B5 B11 B20 B50

Diamètre (en mm) 150 180 200 230

Hauteur (en mm) 620 750 1250 1680

Poids (en kg) 7 10.4 35 75

Contenance (en 5 11 20 50
litre)

7 - Les matériels et dispositifs pour assurer la protection envers


Des sociétés spécialisées proposent des dispositifs adaptés pour vérifier la teneur d'oxygène et la qualité de l'inertage, assurer une
protection gazeuse envers efficace et pour limiter les volumes à remplir ou à chambrer par obturation.
 Pompe et analyseur sophistiqué de gaz de protection

 Souris constituée de flasque double lèvre en silicone

 Latte envers avec diffuseur de gaz

 Accessoire en métal fritté pour micro-diffuser le gaz de


protection

 Baudruche ou vessie gonflable d'obturation

 Bouchons d'obturation

 Papier ou film soluble type dissolvo ou argweld

 Piège ou barrière cryogénique avec coussins à gaz


carbonique CO2 TP

8 - Quel est le temps nécessaire pour l'inertage de ma capacité ?


Cette question est souvent posée par les visiteurs du site.

Nous allons prendre un exemple concret pour définir la formule de calcul :


Diamètre intérieur de la capacité : 500 mm
Hauteur ou longueur de la capacité : 2 mètres
Volume de la capacité (Pi x r2 x h) = 392,5 litres
Facteur de balayage de l'inertage : 3 x le volume de la capacité soit un total de 1 178 litres
Débit de gaz d'inertage : 2 boyaux d'argon de 20 litres par minute chacun soit 40 l / min
Temps de purge nécessaire : 1 178 litres / 40 litres = environ 30 minutes
Si vous doublez les débits d'argon, vous divisez par deux le temps d'inertage
Attention au brassage du gaz à l'intérieur de la capacité à inerter.

HFT® - Huntingdon Fusion Techniques, spécialiste de l'inertage depuis plus de 30 ans, en collaboration avec Bechtel ont défini que
le volume de gaz inerte nécessaire pour obtenir un environnement inerte à 100ppm était de 8 fois son volume.

9 - Quel est le temps nécessaire pour l'inertage de ma tuyauterie selon le débit et


diamètre?
10 - La sécurité avec les gaz de soudage
Les gaz inertes de soudage (Argon, Azote, Hélium) ne sont pas toxiques.
Toutefois, à concentration élevée, ils remplacent l'oxygène de l'air et ils n'entretiennent pas la vie (risque certain d'asphyxie).
Des précautions particulières et rigoureuses de sécurité doivent être prises avant de réaliser des opérations de soudage dans des
enceintes ou lieux confinés. Le soudeur doit utiliser un détecteur de gaz dans les enceintes confinées pour assurer sa sécurité (risque
d'anoxie si oxygène O2 < 17%).
Le soudeur utilisera une unité d'aspiration et de ventilation pour assurer l'aération du lieu de soudage (principalement si le local est
confiné) Les risques d'asphyxie, d'intoxication, d'incendie et d'explosion sont très importants.

 Attention à l'accumulation de gaz Argon dans les parties basses


 Ne jamais travailler seul dans une enceinte à atmosphère confinée
 Ne jamais graisser les filetages des accessoires de fixation
 Ne jamais utiliser d'oxygène en remplacement d'air comprimé

11 - Quelques liens Internet utiles

Quel type de gaz de protection dois je utiliser pour souder en MAG/135/ GMAW ?

Quel type de gaz de protection dois je utiliser pour souder en TIG / 141 / GTAW ?

Comment choisir le détendeur-débitmètre de gaz de soudage ?

Quels sont les différents types de raccords des bouteilles de gaz industriels ?

Quelles sont les couleurs des ogives des bouteilles de gaz selon NF EN 1089-3 ?

Comment choisir le gaz de protection selon le procédé de soudage et la matière

L’inertage : une bonne solution pour améliorer la qualité des soudures

World Pipelines : Avancées majeures dans la Technologie de l’Inertage

Inertage de soudures pour tubes et tuyauteries- Stainless Steel World, mars 2014.

Les différents dispositifs techniques pour réaliser un chambrage et inertage


envers de soudure

Les gaz industriels de soudage et la norme européenne EN ISO 14175 : 06/2008

12 - Vos commentaires et réactions


Vous avez la possibilité de commenter cette page, de réagir ou de compléter les informations en rédigeant un message dans le cadre
ci-dessous intitulé Ecrire un commentaire
Nous vous remercions par avance de votre sollicitude et de votre aide pour l'amélioration des données techniques du site.
Nous rappelons à nos aimables visiteurs que nos ressources techniques et nos croquis ne peuvent être ni copiés ni utilisés sans
autorisation écrite de notre part.