Vous êtes sur la page 1sur 10

Encyclopédie Médico-Chirurgicale 11-940-A-95

11-940-A-95

Cathétérisme cardiaque,
angiographies du petit enfant et de l’enfant
F Rouault

Résumé. – Le développement du cathétérisme interventionnel et des techniques non invasives a transformé


ces vingt dernières années le paysage de la cardiologie pédiatrique.
Longtemps considérés comme des examens sans lesquels la prise en charge d’une cardiopathie de l’enfant ne
pouvait durablement se faire, le cathétérisme cardiaque et les angiographies ont peu à peu été supplantés par
des explorations moins agressives. L’anatomie et la physiopathologie des cardiopathies de l’enfant pouvant
de plus en plus souvent être précisées avec fiabilité par une simple approche clinique complétée d’une
échocardiographie transthoracique, nombreux sont maintenant les patients dont le traitement et la
surveillance peuvent se faire sans un recours préalable au cathétérisme diagnostique.
Moins nombreux, plus complexes (ce qui pose le problème de la formation des jeunes), souvent premier temps
d’un acte interventionnel, le cathétérisme et les angiographies ont bénéficié de l’amélioration de
l’environnement (anesthésie, réanimation), des techniques radiologiques (scopie pulsée, numérisation,
soustraction), des produits de contraste (non ioniques à osmolarité basse), si bien que la mortalité et la
morbidité sont réduites au minimum y compris dans des situations à risque.
Malgré une tendance à la spécialisation, le « cathétériseur » d’enfants doit avoir une formation
cardiopédiatrique de base afin d’être en mesure, en collaboration avec les autres intervenants, de définir au
mieux une stratégie d’exploration voire d’intervention, d’éviter de gaspiller du temps, de l’énergie et du
produit de contraste, à préciser des points qui ont pu l’être avec la même fiabilité par une technique moins
agressive.
Les grandes lignes, de l’indication à la réalisation du cathétérisme et des angiographies, en passant par
l’information des familles, la préparation, l’installation, les suites, sont ici abordées, en se référant aux
techniques le plus souvent utilisées chez l’enfant.
© 2003 Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Mots-clés : cathétérisme diagnostique, cathétérisme interventionnel, angiographie.

Introduction l’échocardiographie transœsophagienne, l’angioscanner, la ciné-


IRM, les explorations isotopiques, on comprend aisément que le
La plupart des services de cardiologie infantile disposaient autrefois développement des techniques non ou peu invasives ait bouleversé
d’une salle réservée aux explorations pédiatriques. Considérées la hiérarchie des explorations.
comme seules pouvant fournir les données indispensables à la prise Tandis que le nombre de cathétérismes à visée diagnostique est de
en charge des cardiopathies congénitales, y compris les plus simples, plus en plus limité (peu de publications lui ont été consacrées ces 25
les explorations hémodynamiques et angiographiques y pouvaient dernières années [1, 5, 14]), les actes interventionnels sont au contraire
atteindre plusieurs centaines voire plus d’un millier par an. de plus en plus nombreux, et font sans cesse l’objet de publications,
L’utilisation des ultrasons à des fins diagnostiques a rapidement pour démarche diagnostique et/ou interventionnelle pratiquées
bouleversé l’approche des cardiopathies de l’enfant. Dès le milieu dans la même séance, représenter dans certains services plus de 50 %
des années 1970, l’échocardiographie TM permettait de réduire le des actes invasifs cardiologiques de l’enfant.
nombre d’explorations invasives, quelques années plus tard, grâce à
la qualité de l’imagerie bidimensionnelle, certains patients pouvaient
être confiés directement aux chirurgiens [20]. Depuis la fin des années
1980, doppler pulsé, continu et couleur, plus récemment imagerie
Indications, contre-indications
en deuxième harmonique voire tridimensionnelle, suffisent à fournir
les données nécessaires à la prise en charge de bon nombre de La plupart des shunts gauche-droite, des cardiopathies obstructives,
cardiopathies ; cette approche est d’autant bénéfique que le patient voire certaines cardiopathies complexes, peuvent être traités
est plus gravement atteint, plus petit et par conséquent plus fragile. (chirurgie ou cathétérisme interventionnel) sur des données non
Si à l’échocardiographie transthoracique on ajoute invasives. Ainsi, la confection des anastomoses systémopulmonaires,
la correction des communications atrioventriculaires,
interventriculaires, du tronc artériel commun, des sténoses et
coarctations aortiques, sont le plus souvent réalisées sans autre
Francis Rouault : Cardiologue pédiatre, ancien interne des Hôpitaux, médecin des Hôpitaux, chef de
clinique de réanimation pédiatrique. Cardiologie pédiatrique et fœtale, cardiopathies congénitales de
recours qu’une approche clinique et une échocardiographie
l’adulte, Espace Viton, bâtiment B, 24 avenue Viton, 13009 Marseille, France. transthoracique. Dès lors :

Toute référence à cet article doit porter la mention : Rouault F. Cathétérisme cardiaque, angiographies du petit enfant et de l’enfant. Encycl Méd Chir (Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris, tous droits réservés),
Cardiologie, 11-940-A-95, 2003, 9 p.
11-940-A-95 Cathétérisme cardiaque, angiographies du petit enfant et de l’enfant Cardiologie

– cathétérisme cardiaque et angiographies ne sont indiqués chez


l’enfant que pour préciser des données qui n’ont pu l’être avec
suffisamment de fiabilité par des explorations plus simples ;
– il est inutile de gaspiller du temps et de l’énergie à recueillir des
informations ayant pu l’être avec la même fiabilité par une technique
moins agressive. Ainsi, l’anatomie coronaire, l’intégrité du septum
interventriculaire musculaire, le degré de collatéralité
systémopulmonaire, sont les seuls éléments dont on a besoin avant
de décider de la correction d’une tétralogie de Fallot dont la voie
pulmonaire a pu être correctement visualisée en échocardiographie ;
– une maladie infectieuse en cours d’évolution, un encombrement
respiratoire, un mauvais état cutané de la zone de la voie d’abord,
un trouble de l’hémostase ou de la coagulation, sont autant de
contre-indications à l’exploration, ou d’indications à la différer. Un
état respiratoire et/ou hémodynamique précaire, une insuffisance
rénale, doivent être pris en considération et si possible compensés
avant l’exploration à moins que celle-ci, par le geste interventionnel
qui l’accompagne, soit en mesure de l’améliorer ;
– plus qu’aux manipulations de sondes, le risque d’explorer une
hypertension pulmonaire avec augmentation des résistances est lié
à la dépression ventilatoire et myocardique, aux crises pulmonaires 1 Angiographie numérisée à la racine de l’aorte chez un nourrisson de quelques mois
hypertensives induites par la sédation, voire l’injection de produit souffrant d’une insuffisance mitrale ischémique (tronc coronaire gauche naissant de
de contraste. Les tests pharmacologiques pouvant contribuer aux l’artère pulmonaire). La coronaire droite (CoD) assure la vascularisation du réseau
choix thérapeutiques, l’exploration peut se discuter, à condition de gauche par des anastomoses septales droite → gauche aux travers desquelles l’interven-
s’entourer d’un maximum de précautions, d’en peser avantages et triculaire antérieure (IVA), le tronc coronaire gauche (TCG) puis l’artère pulmonaire
sont opacifiés à contre-courant.
inconvénients.
– La soustraction (fig 1) qui équipe bon nombre de salles permet de
réduire l’irradiation et d’utiliser des produits de contraste dilués à
Matériel et environnement moindre osmolarité, par conséquent mieux tolérés. Elle peut être
utilisée pour des explorations ne nécessitant pas des cadences
SALLE rapides, en sachant qu’il faudra, si l’on ne peut obtenir une apnée
Elle est de plus en plus souvent commune aux explorations de de durée suffisante, recueillir au moins un cycle respiratoire avant
l’adulte ; elle doit en outre disposer : l’injection et faire preuve de patience lors du traitement des images
pour choisir le ou les masques adéquats.
– d’un matériel permettant de compenser les déperditions
thermiques particulièrement abondantes pendant les phases
INTRODUCTEURS, SONDES, GUIDES
d’installation, de désinfection cutanée et de réveil. Ceci est d’une
particulière importance chez le nouveau-né, le petit nourrisson, Disposer du matériel le moins traumatique possible est l’impératif à
l’enfant en état hémodynamique précaire, pour lesquels l’agression respecter.
thermique est un facteur de stimulation catécholergique source L’utilisation d’aiguilles de ponction adaptées au petit enfant (18 voire
d’acidose et de décompensation ; 20 G courtes), d’introducteurs pédiatriques effilés avec une
– d’un matériel de réanimation adapté à l’enfant (palettes de coaptation parfaite entre ses différents composants (guide,
défibrillateur, sondes de stimulation endocavitaire, cloche de Hood, perforateur, introducteur) doit être privilégiée.
etc) immédiatement disponible en salle. Disposer d’un chariot où le La sonde idéale doit être suffisamment radio-opaque, de petit calibre,
matériel enfant est entreposé et régulièrement contrôlé est une à haut débit, de courbure adaptée, facile à manipuler (contrôle du
solution pratique. torque), afin de transmettre les mouvements à son extrémité qui doit
rester souple et atraumatique lorsqu’elle s’appuie sur les parois
vasculaires ou cardiaques. Il existe sur le marché tout un panel de
MATÉRIEL RADIOLOGIQUE sondes (droites, courbes ou queue de cochon, de structure et de
– Un système biplan a longtemps été, et est encore utilisé pour calibre différents, avec ou sans ballonnet, trou terminal, trous
l’exploration des congénitaux. Il a comme avantages : latéraux, etc), utilisables chez l’enfant y compris pour les coronaires.
Les sondes types NIH, Berman angiographie, 5 et 6 F pour le cœur
– de faciliter la manipulation des sondes en permettant de visualiser
droit, queue de cochon 4 F pour le cœur gauche sont les plus
leur position dans des plans orthogonaux sans avoir à faire tourner
utilisées. Plutôt que d’utiliser une sonde queue de cochon à
le tube ;
extrémité coupée et un raccord en Y pour l’injection, une sonde type
– de limiter le nombre des angiographies, et par conséquent la Multitrak permettant de prendre des pressions et de faire des
quantité de produit de contraste. Les exigences diagnostiques n’étant angiographies en gardant le guide en place peut être utilisée ; elle
plus les mêmes, la tolérance des nouveaux produits de contraste nécessite la mise en place d’un introducteur 2 F supérieur à la taille
autorisant le dépassement des doses auxquelles nous devions nominale de la sonde, et n’est pas toujours de manipulation facile
autrefois nous limiter, font que la plupart des salles équipées d’un (l’extrémité proximale du guide sur lequel on souhaite la faire
arceau monoplan peuvent être et sont le plus souvent utilisées pour coulisser peut être utilisée pour la rigidifier).
l’exploration des enfants. Les différents types de guides, standards ou d’échange, hydrophiles
– La technologie d’aujourd’hui permet d’acquérir des images et de ou non, souples, semi-rigides (type Rosen), ou rigides (type corde
les numériser à des cadences rapides (25 voire 50 images par de piano), droits ou courbes, de calibre allant de 0,014 à 0,038, sont
seconde), avec suffisamment de pixels (matrices 512 voire 1 024) utilisés chez l’enfant. Rechercher une parfaite coaptation entre
pour donner une excellente définition ; elle a supplanté la l’orifice distal de la sonde et la taille du guide, entre sa souplesse et
cinéangiographie sur film de 35 mm. Les documents, stockés sur celle du guide sur lequel on veut la faire coulisser, facilite les
différents types de supports informatiques, peuvent être transférés manipulations, évite qu’une sonde rigide montée sur un guide trop
sur CD-Rom, bande vidéo ou autre. souple le fasse « gicler ».

2
Cardiologie Cathétérisme cardiaque, angiographies du petit enfant et de l’enfant 11-940-A-95

PRODUITS DE CONTRASTE doit tenir compte de la voie d’abord, des incidences radiologiques à
Seuls les produits non ioniques à osmolarité basse (iohexol, pratiquer, afin de ne pas avoir à les déplacer en cours d’examen. À
iopromide, iopamidol) doivent être utilisés ; une concentration cette occasion, il est bon de rappeler que le maintien prolongé des
d’iode de 300 mg/L est en règle suffisante pour obtenir un contraste bras en arrière fait courir un risque d’atteinte du plexus brachial.
adéquat. Depuis leur utilisation, les réactions adverses sont – L’asepsie doit être aussi rigoureuse qu’au bloc opératoire, la
devenues rares [7] ; afin d’en réduire l’incidence, le nombre désinfection cutanée doit intéresser la zone de la voie d’abord et, en
d’angiographies doit être restreint au strict nécessaire. Chauffer le particulier chez le petit enfant, les voies alternatives qui pourraient
produit à 37 °C dans un bain-marie puis la seringue électrique afin être utilisées en cas de difficultés. La mise à disposition dans le
d’en réduire la viscosité, aide à maintenir un débit élevé au travers commerce de champs autocollants adaptés au nouveau-né et au petit
de sondes de petit calibre. enfant facilite l’installation.
– En cas d’anesthésie locale, celle-ci sera faite dès que le patient est
recouvert par les champs afin que, pendant la préparation du
Préparation à l’exploration matériel, le produit ait le temps de diffuser et de faire son effet.
L’information sur le cathétérisme cardiaque et les angiographies – Les solutions de rinçage sont légèrement héparinées (1 250 à 2 500
bénéficie des recommandations édictées par la filiale pédiatrique de unités d’héparine non fractionnée pour 250 mL), le sérum glucosé
la Société française de cardiologie [22]. Elle est relativement bien isotonique préféré, chez le nouveau-né et le petit enfant, au sérum
acceptée par une population qui dans d’autres circonstances est physiologique.
confrontée à ce type de pratique, d’autant mieux que le formulaire – Afin d’éviter la perte de temps induite par la recherche du
est remis et commenté à l’occasion de l’entretien où est prise la matériel alors que l’opérateur est en pleine exploration, celui-ci doit
décision du cathétérisme. Une consultation préanesthésique, faite prévoir le matériel dont il est susceptible d’avoir besoin, différencier
plusieurs jours avant l’exploration, permet de faire le point avec ce qui doit être sur table et ce qui doit être immédiatement
l’enfant et sa famille sur le mode de sédation et/ou d’anesthésie ; à disponible en salle.
cette occasion, un bilan biologique orienté (hémogramme,
hémostase, calcémie, fonctions rénales) est éventuellement prescrit.
VOIES D’ABORD
La présence parentale, facteur fondamental de stabilité
psychologique de l’enfant, doit être privilégiée, l’hospitalisation Y compris chez le nouveau-né, les voies d’abord percutanées,
mère/enfant de règle quelles que soient les qualités de « l’hôtellerie dérivées de la technique Seldinger, ont depuis les années 1970,
hospitalière ». supplanté les dénudations chirurgicales auxquelles il est
Les visites du cardiopédiatre et de l’anesthésiste la veille de exceptionnel d’avoir recours [8, 23, 24].
l’examen permettent de s’assurer de l’absence d’une contre-
indication de dernière heure, de préciser certains points qui ¶ Voie d’abord fémorale
n’avaient pas été abordés ou bien compris par les parents, elles sont La voie fémorale percutanée est la plus utilisée : l’enfant est installé
autant de facteurs sécurisants. en décubitus dorsal, cuisses en rotation externe et en abduction de
Le dernier biberon est donné 4 à 5 heures avant l’exploration, les 30 à 40° par rapport à la ligne médiane, genoux et chevilles
enfants plus grands sont laissés à jeun à partir de minuit lorsque immobilisés avec un compressif élastique. La ponction veineuse se
l’exploration est programmée tôt le matin. Un lavage soigneux et fait en dedans des battements artériels, légèrement en dessous du
élargi avec une solution moussante antiseptique des zones de voies pli inguinal, au travers d’une moucheture cutanée faite avec une
d’abord est de règle la veille et le matin de l’examen. Pour les pointe de bistouri ; une aiguille téflonnée 18 ou 20 G courte est
adolescents, le rasage doit intéresser toute les parties sur lesquelles avancée, avec un angle de 30 à 45° environ par rapport au plan
sera appliqué le pansement compressif, il doit être fait avec douceur cutané, puis légèrement redressée et dirigée dans l’axe condyle
la veille de l’examen en ménageant sa pudeur. Une pommade interne-ombilic. Le point de rencontre entre la tête fémorale et
analgésique (Emlat) est placée 30 minutes avant l’appel de l’enfant, l’extrémité interne du cotyle est un repère osseux vers lequel on peut
elle permet dans la plupart des cas de se passer d’une anesthésie se diriger lorsque l’absence de pouls fémoral rend l’appréciation des
locale qui, modifiant les rapports anatomiques, peut rendre la repères aléatoire. La veine est souvent prise au retour, tandis que
ponction vasculaire plus difficile. l’on applique une aspiration douce à la seringue. Plutôt que de
s’engager dans la veine cave inférieure, le guide peut se bloquer
dans une veine lombaire ascendante ; après s’en être assuré en
Exploration injectant un peu de produit de contraste, remplacer le guide droit
par un guide J ou faire un « Seldinger court » permet la plupart du
temps de se sortir de cette difficulté. La ponction artérielle doit, dans
INSTALLATION. ANESTHÉSIE. MISE EN PLACE DES la mesure du possible, éviter d’être transfixiante, le reflux du sang
PARAMÈTRES DE SURVEILLANCE. PRÉPARATION dans l’aiguille permet de s’en assurer. Qu’il s’agisse d’un abord
DU MATÉRIEL
veineux ou artériel, en aucun cas le guide ne doit être forcé lorsqu’il
– Laisser les parents accompagner l’enfant, voire participer au y a résistance.
premier temps d’une éventuelle anesthésie générale avant de s’en
éloigner, est un bon moyen de réduire le stress familial. Les choix ¶ Thrombose cave inférieure
entre anesthésie générale et sédation, les différentes drogues à En cas de thrombose cave inférieure, de difficultés à manipuler les
utiliser, leur mode d’administration, dépendent de l’âge, des sondes au travers d’une continuation azygos de la veine cave
capacités de coopération, du type de cardiopathie, et de la inférieure, d’indication à explorer la petite circulation après
disponibilité des équipes [4, 18]. La technique idéale assurant à la fois anastomose cavopulmonaire, le territoire cave supérieur peut être
immobilité, sédation, analgésie sans effet dépresseur respiratoire, abordé par voie percutanée. Des voies axillaire, sous-clavière et
myocardique, vasoplégiant ou arythmogène, n’existe pas ; elle doit jugulaire interne, c’est cette dernière, dont nos confrères
être personnalisée : un nourrisson souffrant d’une tétralogie de anesthésistes ont une grande expérience y compris chez les enfants
Fallot prompt à faire des spasmes anoxiques ne sera pas traité de la de petit poids, qui est le plus souvent utilisée. Sans entrer dans des
même manière qu’un enfant atteint d’une cardiopathie responsable détails techniques, la ponction doit se faire vide à la main, afin
d’une hypertension pulmonaire sévère. d’éviter, lors d’une inspiration profonde, une embolie gazeuse ;
– La mise en place des capteurs (électrocardiogramme [ECG], après ablation de l’introducteur, la position demi-assise est à
oxymétrie pulsée, monitoring non invasif de la pression artérielle) conseiller afin de faciliter l’hémostase.

3
11-940-A-95 Cathétérisme cardiaque, angiographies du petit enfant et de l’enfant Cardiologie

¶ Voies d’abord ombilicales Afin de s’assurer du comportement non obstructif de la région sous-
aortique, des épreuves pharmacologiques (Isuprelt, dobutamine)
Les voies veineuse et artérielle ombilicales peuvent être utilisées
sont de rigueur dans l’évaluation préopératoire des cardiopathies
chez le nouveau-né. Le trajet en baïonnette peut rendre les
complexes proposées pour un montage type Fontan, Fontan modifié
manipulations de sonde un peu difficiles, surtout si, à partir de la
ou exclusion totale du cœur droit.
veine ombilicale via le canal veineux d’Arantius, on veut entrer dans
le ventricule droit et le vaisseau qui en part. Cette voie peut être
¶ Calculs des shunts, débits, résistances
utilisée pour la réalisation d’une atrioseptostomie de Rashkind.
Les calculs de shunts, résistances et débits obéissent à des règles
¶ Voie d’abord transhépatique strictes : les échantillons doivent être prélevés en séries, sur
Réservée à des situations exceptionnelles et à des mains très seringues héparinées soigneusement purgées, volume et temps
expérimentées, la voie transhépatique nécessite une technique écoulé entre chaque prélèvement réduits au strict minimum, sur un
rigoureuse ; elle peut s’aider d’un repérage échographique, et patient stable avant toute angiographie. Ils doivent être traités
nécessite, lors de l’ablation du matériel, la mise en place de coils immédiatement, l’idéal étant de disposer d’un spectrophotomètre en
pour assurer l’hémostase. salle de cathétérisme. Il est de règle de prendre successivement des
échantillons en veine cave supérieure, en oreillette droite moyenne
(sonde dirigée vers la paroi latérale afin d’éviter l’abouchement du
CONDUITE DE L’EXAMEN sinus coronaire où le sang est très peu saturé), dans le ventricule
Trajets de sonde, mesures de pressions, calculs de shunts, de droit, l’artère pulmonaire et ses branches proximales (un
résistances, de débit, angiographies, fournissent les informations prélèvement trop distal au travers d’une sonde à trou terminal peut
diagnostiques dont le cathétériseur a besoin avant de faire la être faussé par du sang capillaire). Lors des retraits du cœur droit,
synthèse. une deuxième série limitée à un prélèvement dans l’artère
pulmonaire puis la veine cave supérieure, permet de valider les
¶ Manipulations des sondes premières mesures. Enfin, des prélèvements sont faits dans les
Elles doivent être faites avec douceur, afin d’éviter le traumatisme veines pulmonaires, le ventricule gauche ou l’aorte, selon les
des parois vasculaires et cardiaques. La multiplication des raccords possibilités offertes par la voie d’abord.
et robinets, où peuvent se déposer bulles et débris cruoriques, est à
proscrire. Les sondes à ballonnet doivent être gonflées avec du CO2 Quantification des shunts gauche-droite
afin d’éviter en cas de rupture une embolie gazeuse, les sondes Ainsi, la quantification des shunts gauche-droite [11] se fait par
queue de cochon montées et manipulées sur guide afin d’éviter leur l’évaluation du rapport débit pulmonaire sur débit systémique
plicature, l’utilisation de guides que le praticien a précourbés facilite (Qp/Qs). Indépendant de la consommation d’oxygène, ce rapport
l’abord de certaines zones pas toujours aisées à explorer. Une se calcule à partir des saturations selon la formule :
communication interauriculaire ou un foramen ovale perméable Qp/Qs = Ao - VCS / Ao - AP
permettent d’explorer les cavités gauches sans avoir recours à une
voie artérielle rétrograde, l’aorte et le ventricule gauche sont où : AO est la saturation systémique, VCS est la saturation cave
facilement abordés à partir du ventricule droit au travers d’une supérieure, AP est la saturation artérielle pulmonaire.
communication interventriculaire, à condition que celle-ci soit en Plusieurs commentaires doivent tempérer cette apparente facilité à
position haute et suffisamment large. calculer le Qp/Qs :
– il est préférable de mesurer les saturations par spectrophotométrie
¶ Pressions et gradients
plutôt qu’à partir des pO 2 et de la courbe de dissociation de
Ils doivent être pris avant les angiographies, dans les conditions les l’hémoglobine (son affinité pour l’oxygène varie en fonction de la
plus proches des conditions physiologiques ; l’acidose, l’hypoxie, la quantité relative d’hémoglobine fœtale, de l’équilibre acidobasique,
vasoplégie, une forte réactivité vasculaire pulmonaire pouvant en de la pCO2, de la température et des adaptations chroniques à
faire varier le niveau. Les résultats doivent être interprétés en tenant l’hypoxie). La bilirubine, dont l’absorption se fait sur la même
compte du débit cardiaque et du niveau des pressions systémiques, longueur d’onde que l’oxyhémoglobine, peut, lorsqu’elle est très
souvent modifiées par l’effet dépresseur ou vasoplégiant des augmentée, fausser en excès les chiffres ;
drogues anesthésiques utilisées.
– si l’enfant inspire de fortes concentrations d’oxygène, les calculs
Le zéro fait sur la ligne axillaire moyenne et régulièrement contrôlé, doivent se faire à partir du contenu sanguin en oxygène (fonction
les lignes doivent être souvent purgées afin d’éviter l’amortissement de la saturation, du taux d’hémoglobine [1 g d’hémoglobine fixant
induit par la présence de bulles, de sang, voire de produit de 1,36 mL d’oxygène], et de la quantité d’oxygène dissous à raison de
contraste. La plupart des systèmes ne tenant pas compte des 0,003 mL d’oxygène pour 100 mL/mmHg de pO2) ;
phénomènes de dépassement qui ont tendance à surévaluer les
pressions ventriculaires, les valeurs données par l’interprétation – le sang de la veine cave supérieure n’est pas un reflet parfait du
automatique des courbes doivent être validées à la main. Une sang veineux mêlé : des variations de plus de 5 % peuvent être
dépression inspiratoire marquée des pressions peut témoigner d’une notées entre la veine cave supérieure et l’artère pulmonaire en
obstruction des voies respiratoires qu’il est bon de contrôler. Il faut l’absence de shunt gauche-droite [3]. En cas de communication
enfin savoir que la pression systolique artérielle fémorale n’est pas interauriculaire, le prélèvement cave supérieur peut être pollué par
un reflet exact de la pression aortique sus-sigmoïdienne, qu’elle peut un reflux de sang oxygéné en provenance de l’oreillette droite,
excéder de 10 voire 15 mmHg ; il faut en tenir compte dans parfois majoré par une insuffisance tricuspide. Inutilisable en cas de
l’interprétation des pressions et des gradients. retour veineux pulmonaire anormal dans le territoire cave supérieur,
le prélèvement dans le tronc veineux innominé doit lui être
Les pressions capillaires pulmonaires sont prises au travers d’une
substitué. En aucun cas, le prélèvement cave inférieur ne peut servir
sonde à trou terminal, ou mieux d’un cathéter type Swan-Ganz
de référence (le sang veineux rénal est très riche en oxygène, au
ballonnet gonflé, après s’être assuré que le sang prélevé à son
contraire du sang veineux hépatique qui en est relativement
extrémité est du sang totalement saturé. Dans ces conditions, les
appauvri) ;
pressions reflètent celles des veines pulmonaires. Une méthodologie
identique peut être appliquée à la mesure des pressions veineuses – le seuil de détection des shunt gauche-droite dépend du débit
pulmonaires bloquées [12] dont le niveau, inférieur ou égal à cardiaque. Si le débit systémique est élevé (dans ces circonstances,
15 mmHg, témoigne habituellement de pressions artérielles la saturation cave supérieure dépasse souvent 80 %), seuls les shunts
pulmonaires moyennes inférieures ou tout au plus égales à relativement importants sont détectés ; si le débit cardiaque est plus
20 mmHg. bas (la saturation cave supérieure est volontiers inférieure à 65 %),

4
Cardiologie Cathétérisme cardiaque, angiographies du petit enfant et de l’enfant 11-940-A-95

des shunts beaucoup moins importants peuvent l’être. Autant


souligner l’intérêt de la mesure de la saturation cave supérieure en Tableau I. – Consommation d’oxygène théorique chez l’enfant
(mL/min/m_) [17].
début d’examen qui, en l’absence de désaturation systémique,
permet de se faire une idée du débit cardiaque de la réserve Âge
Sexe FC75 FC100 FC125 CC150
myocardique. (années)
4 M 150 160 169 179
Quantification des shunts droite-gauche 4 F 143 152 162 171
La quantification des shunts droite-gauche obéit aux mêmes règles 8 M 143 152 162 171
8 F 131 140 150 159
(le Qp/Qs est ici inférieur à l’unité). En l’absence de pathologie
12 M 138 147 157 166
respiratoire, une saturation systémique inférieure à 95 % et un saut 12 F 124 134 143 152
oxymétrique supérieur à -2 % entre les veines pulmonaires et l’aorte 16 M 135 144 154 163
sont hautement suspects. 16 F 119 129 138 148

Quantification des shunts bidirectionnels FC : fréquence cardiaque.

La quantification des shunts bidirectionnels ne peut se faire qu’en


introduisant la notion de débit pulmonaire réel et de débit Tableau II. – Consommation d’oxygène théorique chez le nourrisson
pulmonaire effectif. Le débit pulmonaire réel (Qpr) correspond au (mL/min/kg). (D’après Kappagoda CT, Greenwood P, Macartney FJ
débit traversant les poumons, qu’il soit ou non fonctionnel pour les and Linden, RJ. Oxygen consumption in children with congenital
échanges gazeux. Il se calcule en tenant compte de la différence du heart disease of the heart. Clin Sci Mol Med 1973 ; 45 : 107-14.
contenu en oxygène (ou en saturation selon les circonstances) entre
les sangs veineux et artériel pulmonaires. Le débit pulmonaire Poids Consommation d’O2
effectif (Qpe) correspond au débit pulmonaire fonctionnel, il ne tient 2-5 kg 10-14
pas compte du sang déjà oxygéné traversant les poumons en pure 5-8 kg 7-11
perte ; il correspond à la quantité de sang veineux mêlé qui,
traversant les poumons pour s’y oxygéner, va se retrouver dans la
circulation systémique. Il se calcule à partir de la différence du pulmonaire et éviter le contact avec la paroi dont le réchauffement
contenu en oxygène (ou en saturation selon les circonstances) entre risque de fausser les mesures, un shunt gauche-droite entre le lieu
les sangs veineux pulmonaire et cave supérieur (reflet théorique du de l’injection de l’embole froid et la thermistance majore le débit,
sang veineux mêlé). Lorsqu’il y a un shunt bidirectionnel, le rapport tandis qu’un shunt droite-gauche le minore.
débit pulmonaire réel sur débit pulmonaire effectif (Qpr/Qpe)
permet de quantifier le shunt gauche-droite, tandis que le rapport ¶ Que faut-il retenir ?
débit systémique sur débit pulmonaire effectif (Qs/Qpe) permet de
quantifier le shunt droite-gauche. Ainsi, dans une physiopathologie – Les mesures doivent être faites sur un patient stable, avant les
type transposition des gros vaisseaux, le débit pulmonaire réel peut angiographies, simultanément ou tout au moins suffisamment
excéder le débit systémique malgré un shunt droite-gauche (ce shunt rapprochées les unes des autres pour éviter les moindres variations.
droite-gauche apparaît comme le débit de sang non oxygéné, – L’évaluation des shunts et des résistances se fait surtout à partir
séquestré dans la grande circulation, tandis que le shunt gauche- des rapports Qp/Qs, Qpr/Qpe, Qs/Qpe et des pressions moyennes,
droite apparaît comme le débit de sang oxygéné séquestré dans la indépendants de la consommation d’oxygène.
circulation pulmonaire).
– Les quantifications en valeur absolue des shunts, débits et
Ces notions sont d’une particulière importance lorsqu’il s’agit résistances relèvent d’une méthodologie extrêmement rigoureuse et
d’évaluer le rapport entre les résistances précapillaires pulmonaires d’une organisation type laboratoire de physiologie.
et systémiques. Ce rapport, indépendant de la consommation
d’oxygène, se calcule en divisant la différence entre les pressions – La mesure du débit cardiaque se fait essentiellement par
artérielle pulmonaire et auriculaire gauche moyennes (en l’absence thermodilution, et n’a d’intérêt que dans les cardiopathies sans
de sténose des veines pulmonaires) par la différence entre les shunt.
pressions moyennes aortique et auriculaire droite, quotient lui-
même divisé par le rapport débit pulmonaire réel sur débit
ANGIOGRAPHIES
systémique selon la formule :
Rp/Rs = P moyennes (AP- OG)/(Ao - OD)/ Qpr/Qs ¶ Irradiation
La mesure des débits et des résistances en valeur absolue ne peut se
faire qu’en utilisant le principe de Fick, ou en l’absence de shunt par Limiter l’irradiation doit rester un souci constant [13]. Cet objectif est
la thermodilution. facilement rempli à condition d’utiliser un réglage en scopie
« faible » dont la plupart des salles sont maintenant équipées. Il faut
Le principe de Fick nécessite une mesure de la consommation
en outre : éviter de « garder le pied sur la pédale », utiliser le gel de
d’oxygène contemporaine des prélèvements oxymétriques, qui
l’image pour se repérer, les caches et diaphragmes pour focaliser les
réclame une coopération rarement obtenue chez l’enfant et n’est pas
rayons sur la zone étudiée, adapter les cadences d’acquisitions à la
de pratique courante. Basée sur la mesure du débit expiratoire en
fréquence cardiaque de l’enfant. La plupart des salles offrent un
oxygène en recueillant l’air expiré en flux continu, elle nécessite un
choix automatisé de constantes angiographiques type pédiatrique
appareil de Tissot et un analyseur de haute précision pour mesurer
qu’il faut bien sûr privilégier pour les enfants. L’amplificateur doit
la différence de pourcentage d’oxygène entre l’air inspiré et l’air
être placé au plus près du patient et la source de rayons X au plus
expiré. La plupart des praticiens se réfèrent à des équations de
loin. Bien focaliser les rayons sur le site à étudier permet à la cellule
régression et/ou à tables de consommation d’oxygène tenant compte
de fournir les informations nécessaires pour adapter en temps réel
de l’âge, du sexe, de la fréquence cardiaque et du type de
les réglages sur l’endroit que l’on veut étudier. Il est bon enfin
sédation [17] (tableaux I, II).
d’uniformiser la densité des tissus à traverser en utilisant
La thermodilution, très utile pour mesurer le débit en réanimation diaphragmes, caches, voire sacs de farine.
après chirurgie cardiaque, n’est utilisée en salle d’hémodynamique
que pour mesurer le débit systémique. Un certain nombre de pièges ¶ Injection du produit de contraste
peuvent en fausser les résultats : l’injection de l’embole froid doit se
faire d’une manière très rapide dans l’oreillette droite ou une veine Le produit de contraste préchauffé, voies et raccords soigneusement
cave, l’extrémité de la sonde doit être située dans le tronc de l’artère purgés, une aspiration douce est faite jusqu’à ce que quelques

5
11-940-A-95 Cathétérisme cardiaque, angiographies du petit enfant et de l’enfant Cardiologie

millilitres de sang refluent en amont du raccord pour s’assurer de


l’absence de bulles. Le système est ensuite délicatement purgé, ce
qui permet d’apprécier la bonne position de la sonde et d’éviter une
pariétographie. Volume et débit doivent tenir compte de la
fréquence cardiaque, de la pathologie et du lieu d’injection. D’une
manière générale, l’injection doit couvrir deux à trois révolutions
cardiaques, ce qui nécessite des débits de 10 à 20 mL par seconde,
l’injecteur devant être réglé afin de ne pas dépasser la pression
nominale de la sonde (de 600 à 1 200 psi selon le modèle). Une
montée progressive en pression peut être utilisée afin d’éviter sa
mobilisation intempestive au moment de l’injection. Selon la
pathologie et le lieu d’injection, de 0,75 à 2 mL/kg sont utilisés à
chaque angiographie. En règle générale, des volumes inférieurs à
1 mL/kg, des pressions d’injection faibles, sont utilisés dans des
petits vaisseaux ou des cavités à forte pression, des volumes plus
importants à débit plus élevé sont préférés dans des vaisseaux ou
des cavités de grande dimension, où le débit sanguin est augmenté.
Ainsi, 0,5 mL/kg sont injectés souvent à la main dans un petit
ventricule droit d’atrésie ou de sténose pulmonaire critique à septum
intact, alors que 2 mL/kg sont utilisés pour une injection
ventriculaire gauche chez un patient souffrant d’une communication
interventriculaire à gros débit. Chez le nouveau-né, les enfants, dont 2 Ventriculographie droite en profil strict. Excellente visualisation de l’infundibu-
les fonctions rénales sont limites et/ou l’hémodynamique instable, lum, des valves et du tronc de l’artère pulmonaire. L’anneau pulmonaire est modéré-
il est bon de s’assurer entre les injections que les reins et la vessie se ment hypoplasique, les sigmoïdes sont épaissies et dysplasiques (flèche), le tronc de l’ar-
sont opacifiés. La dose totale injectée ne doit pas dépasser 3 à tère pulmonaire peu dilaté. La valvuloplastie faite dans la même séance donnera un
6 mL/kg. résultat incomplet.

¶ Angiographie d’occlusion
Une angiographie d’occlusion, avec une sonde dont le ballonnet est
maintenu gonflé en aval de la structure vers laquelle on désire que
le produit se distribue, peut être utilisée, en particulier chez le petit
enfant pour visualiser les coronaires, l’isthme aortique au travers
d’un canal, voire la collatéralité aortique des atrésies pulmonaires [16].

¶ Angiographie veine pulmonaire bloquée


Une angiographie veine pulmonaire bloquée peut s’avérer nécessaire
à l’identification des artères pulmonaires natives, lorsqu’elles n’ont
pu l’être par une autre voie. L’injection se fait au travers d’une sonde
à trou terminal, bloquée dans une veine pulmonaire, ou mieux au
travers d’une sonde à un ou plusieurs trous distaux situés en aval
d’un ballonnet gonflé pour assurer l’occlusion proximale (il est bon
de s’en assurer par un test). Le contraste, injecté à la main, est
immédiatement poussé avec du sérum physiologique. Il arrive que
le produit stagne dans le parenchyme pulmonaire, voire qu’une
opacification des parois bronchiques se produise. Ce type de
procédure déclenche souvent des accès de toux et une certaine
agitation ; il n’est pas sans risque.

¶ Choix des incidences


3 Ventriculographie droite de profil. Sténose valvulaire pulmonaire modérément ser-
Le choix des incidences obéit aux règles de l’angiographie axiale [2, 9, rée, l’infundibulum est bien ouvert en diastole, l’anneau pulmonaire est de bonne taille,
10]
, rayons perpendiculaires à la structure que l’on souhaite les sigmoïdes sont fines non dysplasiques, le tronc de l’artère pulmonaire est dilaté. La
visualiser, ainsi : valvuloplastie faite dans la même séance donnera un excellent résultat.
– le profil strict est sûrement la meilleure incidence pour visualiser
l’anneau, les valves et le tronc de l’artère pulmonaire (fig 2, 3) ; – l’oblique antérieure droite de 30° associée à une angulation
crâniale de 30° voire plus, donne une excellente visualisation des
– le profil strict et l’oblique antérieure gauche (OAG) à 95 voire 100° différentes composantes de la voie de sortie du ventricule droit et
permettent de visualiser au mieux le canal artériel (fig 4) ; de l’origine de la branche droite (fig 8, 9) ;
– l’incidence hépatoclaviculaire, associant une angulation crâniale – l’OAD de 45°, les incidences face ou obliques couplées à une forte
de 20 à 30° à une OAG de 45, assure une excellente visualisation des angulation caudale [19], permettent de visualiser au mieux les ostia
valves auriculoventriculaires et du septum d’admission (fig 5) ; coronaires dans la D-transposition des gros vaisseaux. Une légère
– l’incidence long axe, associant une angulation crâniale de 20 à 30° OAG de 15 à 30° avec une angulation crâniale marquée de 30 à 45°
à une OAG de 60 à 70°, donne une bonne visualisation du septum permet de dégager la bifurcation pulmonaire et l’origine des
interventriculaire sous-aortique, de la voie de sortie du ventricule branches, l’angiographie de face avec angulation crâniale et, selon
gauche et de l’origine de la branche gauche de l’artère pulmonaire l’anatomie, une discrète oblique antérieure sont à utiliser dans les
(fig 6, 7) ; cardiopathies complexes avec dextro-, lévocardie ou discordance.
– les obliques antérieure droite (OAD) de 30° et antérieure gauche En pratique il faut « personnaliser » les incidences, faire en sorte que
(OAG) de 45 à 60° selon la projection du cœur sur le rachis, restent les rayons soient perpendiculaires aux structures ou aux flux que
les incidences de choix lorsque l’on veut étudier les ventricules, leur l’on cherche à visualiser, en tenant compte de leur position par
contractilité globale et segmentaire ; rapport aux plans orthogonaux (frontal, sagittal, horizontal).

6
Cardiologie Cathétérisme cardiaque, angiographies du petit enfant et de l’enfant 11-940-A-95

4 Aortographie en profil
oblique antérieur gauche
(OAG) de 95°. Canal arté-
riel. L’isthme aortique est de
taille normale, le canal est
petit et court, il sera fermé
dans la même séance par un
coil. AoD : aorte descen-
dante ; TAP : tronc artériel
pulmonaire.

6 Ventriculographie gauche (début des années 1980) en incidence grand axe (obli-
que antérieure gauche [OAG] 60°, angulation crâniale 30°). Cette incidence dégage la
voie de sortie du ventricule gauche et la partie sous-aortique du septum. À noter un pe-
tit diaphragme sous-aortique (flèche) et un anévrisme de septum membraneux (ASM).
Ao : aorte ; VG : ventricule gauche. Cette région est maintenant parfaitement visuali-
sée en échocardiographie !

5 Ventriculographie gauche sur cardiopathie complexe (malposition des gros vais-


seaux, sténose pulmonaire, canal atrioventriculaire [CAV] sur double discordance).
L’incidence hépatoclaviculaire permet de bien dégager le septum interventriculaire
d’admission (flèche). AP : artère pulmonaire ; Ao : aorte ; VG : ventricule gauche ; 7 Angiographie dans le tronc de l’artère pulmonaire en OAG 60° avec forte angula-
VD : ventricule droit. tion crâniale. L’artère pulmonaire gauche proximale (APG) qui n’était pas bien visua-
lisée lors d’une première angiographie est ici parfaitement dégagée et le siège d’une sté-
nose très serrée (malade souffrant d’un syndrome de Williams et Beuren avec sténose
Après l’exploration supravalvulaire pulmonaire).

– Les angiographies faites, il est de règle de vérifier l’élimination


apparaître à l’occasion de l’agitation accompagnant le réveil voire
du produit de contraste par les voies urinaires ; c’est ainsi que peut
de la levée d’un spasme artériel), sont les principaux éléments de
être découverte une uropathie, parfois plus sévère que la
surveillance. La présence d’un parent au chevet d’un enfant
cardiopathie ayant justifié l’exploration.
désorienté à son réveil a souvent un effet bénéfique.
– L’ablation des introducteurs se fait sous contrôle de la vue. La – Le passage en salle d’hospitalisation où la surveillance est
compression manuelle doit assurer l’hémostase, tout en maintenant poursuivie est une décision médicale. L’alimentation est reprise
la perfusion distale du membre concerné par la voie d’abord d’abord sous forme liquide dès que l’enfant réveillé dispose de ses
(l’oxymètre de pouls peut être utilisé pour s’assurer du caractère réflexes. À moins que le patient ait reçu de l’héparine, le compressif
pulsatile de la vascularisation). Un pansement compressif n’est mis est retiré dans l’heure qui suit l’ablation de l’introducteur s’il s’agit
en place qu’une fois l’hémostase assurée. d’un abord veineux exclusif, dans les 3 heures s’il s’agit d’un abord
– En cas d’anesthésie générale, le réveil doit se faire sur table en artériel. La voie veineuse périphérique n’est retirée qu’après s’être
présence du médecin, le passage en salle de réveil doit être décidé assuré de la stabilité de l’enfant, de l’absence d’intolérance digestive,
après s’être assuré de sa qualité, de l’absence de saignement sous de la bonne vascularisation du membre.
compressif. – La sortie se fait le lendemain de l’exploration, après examen de
– Outre les courbes vitales, les contrôles du rythme cardiaque, de la l’enfant et contrôle des différents paramètres de surveillance. La
saturation transcutanée en temps réel, de la vascularisation du sortie le soir ne peut se faire que conformément aux règles qui
membre, la recherche d’un saignement sous compressif (il peut régissent l’hospitalisation de jour.

7
11-940-A-95 Cathétérisme cardiaque, angiographies du petit enfant et de l’enfant Cardiologie

PARIÉTOGRAPHIES
S’assurer que la sonde n’est pas bloquée dans des trabéculations
pariétales ou derrière un pilier, utiliser préférentiellement les sondes
queue de cochon ou à ballonnet pour les injections ventriculaires,
ont réduit l’incidence des pariétographies. Simple tatouage
transitoire de la paroi, elles sont habituellement bien tolérées ; elles
peuvent toutefois s’accompagner d’une effraction de produit de
contraste dans le péricarde, qui doit alors être contrôlé en
échocardiographie avant la sortie.

PERFORATIONS PARIÉTALES
Les perforations pariétales avec tamponnade péricardique, sont
exceptionnelles. Dans une telle éventualité, il paraît logique après
évacuation du péricarde de laisser la sonde en place et de recourir
au chirurgien, surtout s’il s’agit d’une perforation de l’oreillette dont
les parois minces sont moins à même d’assurer par elles-mêmes
l’hémostase.

EXTRASYSTOLES
Les extrasystoles accompagnent fréquemment les manipulations de
8 Tétralogie de Fallot, ventriculographie droite en oblique antérieure droite (OAD) sonde. Les crises de tachycardie soutenues sont plus rares, et
30°, angulation crâniale 30°. La voie de sortie du ventricule droit est parfaitement vi-
sualisée avec une sténose sous-valvulaire très serrée (flèche) entre le septum infundi-
réagissent la plupart du temps à la mobilisation de la sonde qui
bulaire (SI) et les trabéculations septoarginales (TS). L’anneau pulmonaire est petit, stimulait la paroi, voire (en faisant boucler la sonde) à la stimulation
l’aorte opacifiée au travers de la CIV située entre l’anneau tricuspide (Tric) et le sep- mécanique du massif auriculaire ; il est exceptionnel qu’il faille
tum infundibulaire. AP : artère pulmonaire ; Ao : aorte ; VD : ventricule droit. recourir à une stimulation endocavitaire ou à un choc électrique.

ACCIDENTS THROMBOEMBOLIQUES
L’héparinisation des solutions de rinçage voire du patient, les
précautions prises par l’opérateur (réduire au minimum le nombre
de robinets, de raccords, purger régulièrement sondes, lignes et
introducteurs) ont considérablement réduit les accidents
thromboemboliques par cathétérisme.

ACCIDENTS VEINEUX ET ARTÉRIELS


La miniaturisation du matériel, l’utilisation systématique d’un
introducteur pour tous les abords vasculaires, ont fait des
thromboses veineuses et des accidents ischémiques artériels une
rareté. Une jambe bleue par garrot veineux est assez fréquemment
constatée dès l’ablation de la sonde, chez les petits enfants où le
rapport taille de la sonde/taille de la veine fémorale reste élevé. Ce
phénomène, habituellement transitoire, justifie de réduire au
minimum la compression tout en assurant l’hémostase et en
maintenant le membre surélevé. Les obstructions artérielles se
traduisent par la perte du pouls distal et une discrète froideur du
membre en aval de la voie d’abord. Les accidents ischémiques aigus
sont exceptionnels. La plupart du temps, le pouls et la chaleur du
9 Angiographie sélective dans la branche pulmonaire droite en oblique antérieure membre réapparaissent au bout de quelques minutes ou quelques
droite (OAD) 30° avec forte angulation crâniale. Noter la sténose proximale modéré- heures. La force de compression doit être réduite au minimum, tout
ment serrée, l’absence de visualisation de l’artère médiastinale du lobe supérieur (ce pa- en s’assurant de l’absence de saignement qui peut se produire à la
tient avait eu une anastomose de Blalock à la naissance pour atrésie pulmonaire).
levée d’un spasme artériel. Si le pouls ne réapparaît pas au bout de
3 à 4 heures, une héparinothérapie efficace et contrôlée doit être
– Un compte rendu détaillé où figurent les principaux éléments de entreprise (en règle 300 unités d’héparine non fractionnée par
l’exploration (type de sédation ou d’anesthésie, voies d’abord, kilogramme de poids de corps sur 24 heures après un bolus de 50
matériel utilisé, trajets de sondes, pressions, calculs de débits, shunts U/kg). Une thrombolyse peut être proposée si malgré ces mesures
et résistances, angiographies, complications éventuelles) doit être la vascularisation du membre ne s’est pas rétablie [26].
rédigé et transmis au médecin traitant, accompagné d’une lettre
faisant la synthèse. Un double peut être remis aux parents, afin qu’il
soit commenté par le cardiopédiatre à l’occasion de sa consultation. RÉACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE
Les réactions aux produits de contraste sont devenues rares depuis
l’utilisation des produits non ioniques à osmolarité basse.
Incidents. Complications L’apparition dans les minutes suivant l’injection de rougeurs
cutanées, d’un œdème du visage, d’une gêne respiratoire avec
Ils sont directement corrélés à l’âge et à la gravité de l’état du patient modification de voix, doit faire craindre une réaction anaphylactique
avant cathétérisme [25]. Les complications graves pouvant conduire avec œdème laryngé. Elle implique l’administration immédiate d’un
au décès sont devenues exceptionnelles y compris dans les situations corticoïde à action rapide, la mise à disposition d’adrénaline, de
à haut risque. noradrénaline, et une surveillance renforcée. Elle doit être notée sur

8
Cardiologie Cathétérisme cardiaque, angiographies du petit enfant et de l’enfant 11-940-A-95

le compte rendu et le carnet de santé, de telle sorte que des mesures et du cathétérisme interventionnel, le praticien qui en a la charge doit
préventives soient prises en cas de nouvelle exploration utilisant un avoir une formation première de cardiopédiatre, rester en liaison
produit de contraste iodé. constante avec ses confrères cliniciens, ceux qui ont pratiqué les
explorations non invasives, tenir compte de ce qu’ont pu apporter les
COMPLICATIONS INFECTIEUSES
investigations préalables pour, en discutant les indications, définir sa
stratégie d’exploration voire d’intervention.
Le cathétérisme cardiaque ne justifie pas une antibioprophylaxie vis- Face au marché énorme que constituent l’exploration et le traitement
à-vis de l’endocardite bactérienne. Les complications infectieuses ont endoluminal des coronaropathies, « terrain » sur lequel l’industrie
pratiquement disparu depuis l’utilisation de matériel à usage biomédicale fait des efforts considérables pour conquérir et maintenir
unique, de la voie percutanée et l’application d’une asepsie
ses parts de marchés, la cardiologie pédiatrique apparaît comme un
chirurgicale. Toutefois, les parents et le médecin traitant doivent être
parent pauvre. Mobiliser les firmes, ne pas décourager celles qui
informés qu’une fièvre inexpliquée survenant au décours de
produisent du matériel spécifique à l’enfant afin de disposer dans
l’exploration justifie un contrôle et non pas une antibiothérapie à
l’avenir d’un matériel de plus en plus performant, sont des objectifs à
l’aveugle.
ne pas négliger.
Bon nombre de cardiopathies congénitales bénéficiant d’un traitement
Conclusions. Perspectives d’avenir endoluminal, les chirurgiens cardiaques pédiatriques disposent de
moins en moins de patients simples pour faire faire leurs premiers pas à
Parmi les explorations à notre disposition pour évaluer l’anatomie et le leurs cadets. De même, nous risquons de ne plus avoir le nombre
retentissement hémodynamique des cardiopathies de l’enfant, le suffisant d’explorations simples pour assurer, sans faire courir le
cathétérisme cardiaque et les angiographies, souvent premier temps moindre risque à nos patients, la formation des plus jeunes.
d’un acte interventionnel, gardent une place de choix. Telles sont les préoccupations qui doivent être les nôtres, si l’on veut
Quand bien même son mode d’exercice le conduirait à faire pour l’avenir continuer à assurer et à améliorer la prise en charge de
préférentiellement des explorations hémodynamiques, angiographiques nos petits malades.

Références
[1] Aubert J, Huguet JF, Unal D, Dupuy C, Rouault F. Explora- [9] Elliott LP, Bargeron LM Jr, Bream PR, Soto B, Curry GC. Axial [18] Laussen PC, Hansen DD. Anesthesia in the catheterization
tion hémodynamique et angiographique : technique. In : cineangiography in congenital heart disease. Circulation laboratory. In : Lock JE, Keane JF, Perry SB eds. Diagnostic
Matériel et technique en radiologie pédiatrique. Paris : 1977 ; 56 : 1084-1093 and interventional catheterization in congenital heart
Expansion Scientifique Française, 1976 : 208-216 disease. Amsterdam : Kluwer academic publishers, 2000 :
[10] Fellows KE, Keane JF, Freed MD. Angle views in congenital 289-306
[2] Bargeron LM Jr, Elliott LP, Soto B, Bream PR, Curry GC. Axial heart disease. Circulation 1977 ; 56 : 485-490
cineangiography in congenital heart disease. Section I: [19] Mandell VS, Lock JE, Mayer JE, Parness IA, Kulik TJ. The
technical and anatomic considerations. Circulation 1977 ; [11] Freed MD, Miettinen O, Nadas AS. Oxymetric detection of ″ laid-back ″ aortogram: an improved angiographic view
56 : 1075-1083 intracardiac left to right shunts. Br Heart J 1979 ; 42 : for demonstration of coronary arteries in transposition of
690-694 the great arteries. Am J Cardiol 1990 ; 65 : 1379-1383
[3] Barratt-Boyes BG, Wood EH. The oxygen saturation of [20] Pernot C, Worms AM, Cloez JL. Faut il encore cathétériser
blood in the venae cavae, right heart chambers and pulmo- [12] Hawker RE, Celemajer JM. Comparison of pulmonary artery les nouveau-nés ? Arch Mal Cœur Vaiss 1985 ; 78 : 685-688
nary vessels of healthy subjects. J Lab Clin Med 1957 ; 50 : and pulmonary venous wedge pressure in congenital heart
[21] Perry SB. Manual techniques of cardiac catheterization:
93-106 disease. Br Heart J 1973 ; 35 : 386-391
vessel entry and catheter manipulation. In : Lock JE, Keane
[4] Bazin JE, Giannelloni C, Dauphin C, Curt I, Montétagaud [13] Hernandez RJ, Goodsitt MM. Reduction of radiation dose JF, Perry SB eds. Diagnostic and interventional catheteriza-
M, Motreff P et al. Évaluation du sévoflurane nouvel agent in pediatric patients using pulsed fluoroscopy. AJR Am J tion in congenital heart disease. Amsterdam : Kluwer aca-
anesthésique au cours du cathétérisme cardiaque pédiatri- Roentgenol 1996 ; 167 : 1247-1253 demic publishers, 2000 : 12-35
que. Arch Mal Cœur Vaiss 1997 ; 90 : 657-660 [22] Rey C. Information et consentement des parents avant un
[14] Jocteur-Monrozier D, Joffre B, Bozio A, André M, Normand cathétérisme. Arch Mal Cœur Vaiss 2001 ; 94 : 535-536
[5] Bourlon F. Cathétérisme cardiaque. In : Cardiologie pédia- J. Le cathétérisme cardiaque de l’enfant. À propos de 1778
[23] Rouault F, Huguet JF, Aubert J, Unal D. Cardiac catheteriza-
trique. Paris : Médecine-Sciences Flammarion, 1999 : explorations. Pédiatrie 1980 ; 35 : 133-141
tion by percutaneous femoral venous approach in infants
65-77 weighting less than 5 kg. Pediatr Radiol 1978 ; 7 : 193-196
[15] Keane JF, Lock JE. Hemodynamic evaluation of congenital
[6] Chung T, Burrows PE. Angiography of congenital heart heart disease. In : Lock JE, Keane JF, Perry SB eds. Diagnostic [24] Seldinger SI. Catheter replacement of the needle in percu-
disease. In : Lock JE, Keane JF, Perry SB eds. Diagnostic and and interventional catheterization in congenital heart taneous arteriography. A new technique. Acta Radiol 1953 ;
interventional catheterization in congenital heart disease. disease. Amsterdam : Kluwer academic publishers, 2000 : 39 : 368-376
Amsterdam : Kluwer academic publishers, 2000 : 73-117 37-72 [25] Stanger P, Heymann MA, Tarnoff H, Hoffman JI, Rudolph
AM. Complications of cardiac catheterization of neonates,
[7] Cohen MD. A review of the toxicity of nonionic contrast [16] Keane JF, McFaul R, Fellows KE, Lock JE. Balloon occlusion
infants and children. Circulation 1974 ; 50 : 595-608
agents in children. Invest Radiol 1993 ; 28 (suppl 5) : angiography in infancy: methods, uses and limitations. Am
S87-S93 J Cardiol 1985 ; 56 : 495-497 [26] Wessel DL, Keane JF, Fellows KE, Robichaud H, Lock JE.
Fibrinolytic therapy for femoral arterial thrombosis after
[8] Desilet DT, Hoffman RD. New method of percutaneous [17] Lafarge CG, Miettinen OS. The estimation of oxygen con- cardiac catheterization in infants and children. Am J Cardiol
catheterization. Radiology 1965 ; 85 : 147 sumption. Cardiovasc Res 1970 ; 4 : 23-30 1986 ; 58 : 347-351