Vous êtes sur la page 1sur 7

Encyclopédie Médico-Chirurgicale 11-940-A-90

11-940-A-90

Explorations isotopiques
chez le petit enfant et l’enfant
C Hossein-Foucher
F Godart

Résumé. – Les examens scintigraphiques, très utilisés chez l’enfant dans les pathologies ostéoarticulaires,
néphro-urologiques et infectieuses, sont moins connues en cardiologie pédiatrique ; elles permettent
cependant d’apprécier le retentissement fonctionnel de nombreuses cardiopathies congénitales ou acquises.
La scintigraphie myocardique peut mettre en évidence, même chez le tout-petit, des phénomènes d’ischémie
et/ou de nécrose et suivre leur évolution sous traitement. La ventriculographie isotopique reste l’examen de
référence pour la mesure de la fraction d’éjection globale des ventricules et peut apporter des compléments
d’information dans les shunts gauche-droite et les troubles du rythme graves. La scintigraphie pulmonaire
permet la quantification séparée de la perfusion droite et gauche, importante dans les sténoses artérielles
pulmonaires. Enfin, d’autres explorations utilisant des traceurs variés constituent un apport indispensable au
bilan étiologique de nombreuses pathologies.
© 2002 Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Mots-clés : cardiopathies congénitales, scintigraphie cardiaque, scintigraphie pulmonaire, pédiatrie.

Introduction Tableau I. – Dosimétrie (RCP) des examens scintigraphiques usuels


réalisés chez l’enfant âgé de 5 à 10 ans (équivalent de dose efficace en
Si les explorations isotopiques en pathologie cardiovasculaire ont millisievert par mégabecquerel [mSv/MBq]).
fait leurs preuves chez l’adulte [14, 43], en revanche, elles restent bien
souvent mal connues en pédiatrie. Or, la cardiologie nucléaire Équivalent de dose efficace
Type d’examen
(mSv/MBq)
fournit des renseignements fonctionnels essentiels, complémentaires
des données radiographiques et hémodynamiques. Elle se Scintigraphie myocardique au thallium 201 1,5 à 2,0
caractérise par son caractère peu traumatisant (une injection Scintigraphie myocardique au MIBI-99mTc 0,018 à 0,028
intraveineuse simple est bien souvent suffisante) et peu irradiant
Ventriculographie isotopique 0,013 à 0,02
(tableau I), ce qui est fondamental chez l’enfant. On peut
schématiquement classer les explorations isotopiques en trois grands Scintigraphie pulmonaire de perfusion 0,025 à 0,038
groupes selon que l’on s’intéresse : à la recherche d’une ischémie Scanner thoracique (adulte) 3 à 6 mSv
myocardique ; à la fonction contractile du ventricule gauche (et
droit) ; à d’autres paramètres tels que la perfusion pulmonaire, la Scanner cérébral (enfant) [26] 7,6 +/- 3,1 mSv
recherche de shunts, etc.
RCP : résumé des caractéristiques du produit.

Le thallium 201 est un analogue structural du potassium dont la


Description des explorations fixation myocardique dépend de la perméabilité coronaire et de la
isotopiques pénétration cellulaire active par la Na-K adénosine triphosphatase
(ATPase) membranaire. Au cours de l’infarctus, le défaut de fixation
On distingue schématiquement trois grands types d’explorations. apparaît très précocement, dès la sixième heure ; l’hypofixation est
définitive dans les zones de nécrose constituée, mais réversible dans
les zones simplement ischémiques, et la mise en évidence de cette
SCINTIGRAPHIE MYOCARDIQUE DE PERFUSION redistribution à la scintigraphie tardive complétée par une
Réalisée au thallium 201 (201Tl) ou au 99mtechnétium sestamibi réinjection de traceur est un argument en faveur de la viabilité de la
(méthoxy-isobutyl-isonitrile [MIBI]-Tc), sensibilisée par l’effort ou un zone hypofixante. Le 99mTc sestamibi est un isonitrile qui autorise,
test pharmacologique, elle permet de mettre en évidence des zones sans risque pour le patient, l’injection de fortes doses de traceur
d’hypoperfusion à l’effort réversibles au repos (en cas d’ischémie) (améliorant ainsi les images) ; il reste ensuite dans la cellule sans
et/ou des zones hypoperfusées à l’effort et au repos (en cas de phénomène de redistribution, permettant la réalisation des images 1
nécrose). à 4 heures plus tard. Si les deux traceurs ont des performances
équivalentes en termes de valeurs diagnostique et pronostique, le
thallium permet une meilleure appréciation de la viabilité
myocardique ; en revanche, le MIBI-Tc doit être préféré chez l’enfant
Claude Hossein-Foucher : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier, service de médecine en raison de sa bien meilleure dosimétrie (tableau I).
nucléaire, hôpital Salengro.
François Godart : Praticien hospitalier, service des maladies cardiovasculaires infantiles et congénitales.
Le principe de l’épreuve est simple. On réalise, selon les conditions
Centre hospitalier universitaire de Lille, 59037 Lille cedex, France. habituelles, une épreuve d’effort et, au maximum de celui-ci, on

Toute référence à cet article doit porter la mention : Hossein-Foucher C et Godart F. Explorations isotopiques chez le petit enfant et l’enfant. Encycl Méd Chir (Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris, tous droits
réservés), Cardiologie, 11-940-A-90, 2002, 7 p.
11-940-A-90 Explorations isotopiques chez le petit enfant et l’enfant Cardiologie

1 Cardiopathie cyanogène complexe avec ventricule droit double-issue ayant bénéficié d’une réparation complète à la naissance chez une jeune fille de 14 ans. Douleurs thoraci-
ques atypiques, indépendantes de l’effort ; coronarographie montrant une thrombose de l’interventriculaire antérieure avec reprise par la coronaire droite et anévrisme apical. La
scintigraphie d’effort au thallium montre une nécrose antéroapicale, une ischémie antérieure modérée et une hypoperfusion latérale (image de gauche : temps précoce après épreuve
d’effort positive ; image de droite : repos, 3 heures plus tard).

injecte par voie intraveineuse une dose de traceur. Grâce à une Tableau II. – Valeur diagnostique comparée de l’épreuve d’effort
gammacaméra, on enregistre ensuite, sous diverses incidences, la conventionnelle et de la scintigraphie d’effort (au dipyridamole) chez
fixation de l’isotope au niveau du myocarde, au temps précoce (5 l’adulte [29].
minutes après l’effort pour le thallium, 45 minutes à 1 heure pour le
Sensibilité Spécificité
MIBI) et 3 à 4 heures plus tard au repos (temps tardif). Chaque
acquisition dure environ 15 minutes. Elles peuvent être complétées Épreuve d’effort 66 % 88 %
par une synchronisation à l’électrocardiogramme (ECG), fournissant Scintigraphie 93 % 82 %
alors des renseignements supplémentaires sur la cinétique
ventriculaire et la fraction d’éjection du ventricule gauche : on parle
alors de gated SPECT, traduction de tomoscintigraphie d’émission
autres techniques d’évaluation de la fonction ventriculaire, la
monophotonique synchronisée à l’ECG.
méthode isotopique ne nécessite pas de modèle géométrique du
Trois situations peuvent alors être schématisées : ventricule et repose sur l’existence d’un facteur de proportionnalité
– fixation du traceur homogène et identique après l’effort et au entre l’activité contenue dans une cavité et son volume. Elle permet
repos : il s’agit d’une scintigraphie normale ; également l’analyse de la cinétique pariétale segmentaire et l’étude
du ventricule droit.
– existence d’un trou de fixation dans un territoire myocardique
L’examen consiste, après une injection intraveineuse de
apparaissant à l’effort et persistant au repos : il s’agit le plus souvent
pyrophosphate stanneux visant à « sensibiliser » les hématies du
d’une séquelle d’infarctus ;
patient, à injecter par voie veineuse un embole radioactif,
– apparition à l’effort d’une zone d’hypofixation qui se normalise généralement du 99mTc ; on peut étudier alors le « premier passage »
au repos : cet aspect est caractéristique d’une ischémie myocardique de l’embole pendant les 30 premières secondes ; ensuite « à
d’effort. l’équilibre », c’est-à-dire après mélange homogène du sang et du
Dans la pratique, ces aspects peuvent coexister sur un même produit radioactif, on peut mesurer plusieurs paramètres
examen : association d’une nécrose dans un territoire et d’une physiologiques.
ischémie périlésionnelle ou à distance (fig 1). Les fractions d’éjection globales du ventricule gauche et du
Chez le patient incapable de réaliser un effort, on peut remplacer ventricule droit peuvent être ainsi calculées ; les images de phase et
l’épreuve par une injection intraveineuse de dipyridamole ; injecté à d’amplitude permettent la mise en évidence de zones akinétiques,
la dose habituelle de 0,5 mg/kg, le dipyridamole entraîne une dyskinétiques et pour certains des foyers d’excitation anormaux [39].
vasodilatation importante des artères coronaires, responsable chez L’examen ne possède pas de contre-indication, cependant sa valeur
le sujet normal d’une augmentation du débit coronaire global par est limitée en cas de troubles du rythme sévères.
inhibition du captage de l’adénosine ; en cas de sténose coronaire, La ventriculographie isotopique a occupé une place importante dans
cette augmentation n’apparaît pas. Certains utilisent la dobutamine le calcul des shunts gauche-droite, en particulier dans les
selon un protocole comparable à celui utilisé pour l’échographie de communications interauriculaires [ 4 ] , mais les méthodes
stress [54] . Les différents types d’épreuve ont la même valeur échographiques et le doppler ont considérablement diminué les
diagnostique chez l’adulte [29] ; celle-ci apparaît de plus supérieure à indications des méthodes isotopiques. Elles pourraient peut-être
celle de l’épreuve d’effort seule (tableau II). garder un intérêt dans certaines cardiopathies complexes où la
quantification du shunt apparaît très difficile.

VENTRICULOGRAPHIE ISOTOPIQUE
L’angioscintigraphie des cavités cardiaques ou ventriculographie AUTRES EXPLORATIONS ISOTOPIQUES
isotopique constitue la méthode de référence pour quantifier la Elles regroupent des examens divers permettant l’appréciation de
fraction d’éjection du ventricule gauche ; en effet, contrairement aux paramètres très variés.

2
Cardiologie Explorations isotopiques chez le petit enfant et l’enfant 11-940-A-90

¶ Scintigraphie pulmonaire
Tableau III. – Indications schématiques des examens isotopiques en
Elle permet d’étudier la répartition sanguine de microparticules fonction des grands cadres pathologiques.
marquées au technétium et de quantifier cette répartition, en
Pathologies Problématique(s) Examens isotopiques
particulier lors d’asymétrie de perfusion entre les deux poumons.
La scintigraphie de perfusion consiste en l’injection de Anomalies des artères Existe-t-il une ischémie Scintigraphie myocardique
coronaires d’effort et/ou une de perfusion au MIBI-Tc
microparticules (microsphères d’albumine humaine) marquées au nécrose ?
99m
Tc, de 30 µm de diamètre. L’injection est réalisée en décubitus
dorsal de façon à obtenir une répartition homogène sur toute la Cardiomyopathies et Existe-t-il une atteinte Scintifigraphie myocar-
cardiopathies complexes cardiaque ? dique au MIBI-Tc
hauteur pulmonaire. Classiquement, six incidences sont réalisées Une altération de la Ventriculographie
(faces antérieure et postérieure, obliques antérieures droite et fonction ? isotopique
gauche, obliques postérieures droite et gauche). La scintigraphie de
Shunts gauche-droite Diagnostic et retentisse- Échocardiographie
ventilation est réalisée selon les mêmes incidences après inhalation ment fonctionnel
de gaz radioactif (krypton 81m) ou de suspension de microparticules
Pathologies des artères Existe-t-il une asymétrie Scintigraphie pulmonaire
marquées au Tc. pulmonaires de perfusion, des signes de ventilation et perfusion
La scintigraphie de ventilation et de perfusion possède une haute d’EP ?
valeur prédictive négative (un examen normal permet d’éliminer le Hypertension artérielle Diagnostic étiologique ? Scintigraphie rénale et
diagnostic de pathologie pulmonaire). Inversement, des défauts de Retentissement rénal ? scintigraphie MIBG I 123
perfusion peuvent s’observer au cours de nombreuses affections et
MIBI-Tc : méthoxy-isobutyl-isonitrile marqué au 99mTc ; EP : embolie pulmonaire ; MIBG I 123 :
leur interprétation doit être confrontée aux troubles de ventilation méta-iodo-benzyl-guanidine.
associés et aux anomalies de la radiographie thoracique.
Ainsi, des anomalies de la répartition sanguine pulmonaire ont été
rapportées après correction chirurgicale de la transposition des gros Tableau IV. – Étiologies de l’ischémie myocardique en cardiologie
vaisseaux ; de même, des hétérogénéités du rapport pédiatrique.
ventilation/perfusion ont été décrites dans la tétralogie de Fallot. Congénitales
Enfin, la suspicion d’une embolie pulmonaire, même rare chez - Anomalies de naissance de la coronaire gauche à partir de l’artère pulmonaire
l’enfant, doit conduire à la réalisation d’une scintigraphie, - Séquelles d’une réimplantation coronaire avec sténose ou obstruction ostiale (après chi-
notamment dans les endocardites bactériennes du cœur droit. rurgie de transposition des gros vaisseaux et d’anomalie de naissance de la coronaire
gauche)
¶ Examens plus rarement prescrits en cardiologie - Fistules coronarocavitaires ou coronaropulmonaires avec « vol coronaire »
- Anomalies de naissance de la coronaire droite, des deux coronaires, d’une coronaire
unique à partir de l’artère pulmonaire
Scintigraphie rénale - Blessure chirurgicale d’une coronaire de trajet anormal au cours de la chirurgie des
Elle permet d’évaluer la fonction rénale séparée en cas cardiopathies congénitales
- Sténoses ou atrésies ostiales coronaires isolées ou associées à une sténose aortique
d’hypertension artérielle sur sténose artérielle rénale. supravalvulaire
On distingue schématiquement la scintigraphie rénale dynamique
au diéthyl-triamino-penta-acétate (DTPA)-Tc ou au mercaptoglycine Acquises sur terrain hétérodystrophique
(MAG)3-Tc marqués au 99mTc, qui, après injection intraveineuse, sont - Athérosclérose coronaire infantile : hyperlipoprotéinémie type IIa homozygote, progeria,
dyslipidémies rares (Fabry, Tangier)
rapidement excrétés par voie glomérulaire pour le premier, - Artériopathie calcifiante infantile, mucopolysaccharidose, thésaurismoses rares
glomérulotubulaire pour le second. L’étude de leur cinétique diverses
d’excrétion permet d’obtenir des renseignements sur : - Pseudoxanthome élastique, homocystinurie, dysplasies artérielles diffuses, ecta-
siantes ou non
– la vascularisation et la fonction rénales séparées d’une part ; - Mucoviscidose
– l’élimination du traceur d’autre part (cette dernière étant
Acquises
perturbée en cas de pathologie urologique obstructive).
- Maladie de Kawasaki
L’acide dimercaptosuccinique (DMSA)-Tc, quant à lui, se fixe au - Myocardiopathie postanoxique du nouveau-né
niveau de la corticale fonctionnelle rénale et en permet une étude - Infarctus myocardique aigu du nourrisson (déshydratation aiguës, hémoglobinoses,
morphologique fine, particulièrement importante dans les cyanoses graves, infarctus idiopathique)
- Artériopathies inflammatoires diverses (Takayasu, rubéole congénitale...)
pathologies infectieuses (pyélonéphrites). Enfin, l’étude de la
- Embolies coronaires (Osler, myxome, cathétérisme ombilical et exsanguino-
décroissance plasmatique de l’acide éthylène diamine tétracétique transfusion)
(EDTA)-Cr 51 donne une valeur fiable de la clairance glomérulaire
Les étiologies les plus fréquentes sont en italique.
globale.

Méta-iodo-benzylguanidine (MIBG) n’a qu’une faible place en cardiologie pédiatrique ; cependant, elle
permet l’évaluation de la viabilité myocardique chez des enfants
La MIBG marquée à l’iode radioactif est un analogue de la suspects d’infarctus par exemple en postopératoire d’interventions
guanéthidine ayant une affinité particulière pour le tissu chromaffine cardiaques [61], plus rarement en préopératoire de revascularisation
ce qui en fait le traceur spécifique des phéochromocytomes et des coronaire [5].
neuroblastomes ; les spécificité et sensibilité de l’examen à la MIBG,
respectivement de 95 à 99 % et 90 %, sont excellentes dans le
diagnostic et le suivi thérapeutique de ces tumeurs [12]. Grands cadres pathologiques
Mais la scintigraphie à la MIBG possède d’autres indications en On peut distinguer cinq grands groupes de pathologies ayant des
cardiologie : il s’agit d’évaluer la fixation myocardique du traceur, points communs dans leur problématique et donc dans les
qui, proportionnelle au nombre de terminaisons sympathiques bêta- explorations isotopiques susceptibles d’intervenir dans leur prise en
adrénergiques, a une valeur pronostique essentielle dans les formes charge (tableau III).
graves de cardiomyopathies [1] ; l’examen a été proposé par
certains [41] pour poser l’indication de greffe. PATHOLOGIES DES ARTÈRES CORONAIRES ET AUTRES
ÉTIOLOGIES DE L’ISCHÉMIE MYOCARDIQUE (tableau IV)
Tomographie par émission de positons (TEP)
En revanche, la TEP ou PET pour les anglophones, si elle intervient ¶ Transposition des gros vaisseaux
de plus en plus dans la stratégie diagnostique et thérapeutique de Elle est, depuis plus de 15 ans, corrigée par réparation anatomique
certaines pathologies néoplasiques et en particulier des lymphomes, (switch), c’est-à-dire par rétablissement de la continuité entre le

3
11-940-A-90 Explorations isotopiques chez le petit enfant et l’enfant Cardiologie

2 Maladie de Kawasaki chez un petit garçon de 4 ans. Is-


chémie antéroseptale à l’électrocardiogramme et dilatation
anévrismale du tronc coronaire gauche à l’échographie. Pas
de gêne fonctionnelle cardiaque. La scintigraphie au thal-
lium sous dipyridamole montre un aspect d’infarctus apical
avec une ischémie périlésionnelle antérieure.

ventricule gauche et l’aorte, et surtout le transfert des artères


Tableau V. – Principales causes de dysfonctions du ventricule
coronaires sur le néoculot aortique pratiqué dans les 3 premières systémique.
semaines de vie [21]. La mortalité précoce est de 6 % [58]. Néanmoins,
lors du suivi, des lésions coronaires peuvent survenir dans 2 à 18 % Cardiopathies valvulaires (sténose aortique, coarctation aortique sévère, rétrécisse-
des cas [8, 21, 44] ; il s’agit de sténose ou d’occlusion en relation avec ment congénital, insuffisances valvulaires congénitales)
Cardiomyopathies :
des phénomènes de torsion, coudure et étirement secondaires à la
Séquelle de myocardites virales
réimplantation, voire de réactions fibreuses sur les sutures ostiales. Fibroélastose
La scintigraphie myocardique permet alors de dépister une Cardiomyopathie hypertrophique
éventuelle ischémie en appréciant le retentissement d’une sténose Maladies de système (collagénoses)
coronaire sur la perfusion en aval ; parfois, elle met en évidence des Maladies métaboliques, neuromusculaires
Toxiques (anthracyclines), postradiothérapie
anomalies de la microcirculation sans atteinte des gros troncs à la
Idiopathiques (dilatées ?)
coronarographie [22]. À l’inverse, devant une sténose authentifiée par Shunts gauche-droite
la coronarographie, une scintigraphie d’effort maximale et négative Maladie de Kawasaki
est rassurante en termes de pronostic pour l’enfant [21]. De ce fait, la Cardiopathies complexes :
scintigraphie myocardique de perfusion doit faire partie du bilan et Ventricule unique
du suivi de ces enfants opérés, surtout s’il existe une Atrésie tricuspide
Ventricule droit double-issue
symptomatologie évocatrice d’angor ou s’il existe une sténose
Ventricule droit systémique (transposition corrigée, transposition après intervention
significative à la coronarographie. de Mustard ou Senning)
En postopératoire de circulation extracorporelle
¶ Autres anomalies coronaires Après chirurgie de réparation de cardiopathie congénitale

Elles sont plus rares mais peuvent poser des problèmes comparables
(tableau IV) ; il s’agit des anomalies de naissance de la coronaire sont préférées, surtout chez les patients asymptomatiques ; l’épreuve
gauche, des atrésies du tronc coronaire gauche, d’anomalie du trajet d’effort classique, cependant, possède une sensibilité insuffisante
des coronaires [38]. dans le diagnostic de l’ischémie [18, 31] et n’est pas adaptée, en
particulier chez les tout-petits. En revanche, la scintigraphie
¶ Pathologies thrombogènes myocardique au dipyridamole a prouvé son innocuité, sa sensibilité
et sa spécificité dans la mise en évidence de l’ischémie chez ces
On rapproche de ces anomalies les pathologies thrombogènes telles enfants [45, 63] (fig 2) ; elle possède de plus une valeur pronostique
que les hypercholestérolémies familiales où la scintigraphie essentielle en permettant d’identifier les enfants à risque
myocardique permet un diagnostic précoce de l’ischémie éventuelle d’événements cardiaques ultérieurs [45]. Certains [59] ont proposé de
chez ces enfants le plus souvent asymptomatiques [24, 46] ; dans la remplacer le dipyridamole par l’adénosine avec des résultats
drépanocytose, l’atteinte coronaire est plus rare, mais la analogues chez l’enfant.
scintigraphie permet de faire le bilan des lésions [30].

¶ Maladie de Kawasaki ALTÉRATIONS DE LA FONCTION


VENTRICULAIRE SYSTÉMIQUE
C’est une vascularite touchant les artères de moyen calibre. Décrite
Les étiologies en sont très variées (tableau V).
pour la première fois en 1967 sous sa forme cutanéomuqueuse
compliquant une fièvre chez l’enfant [34], son pronostic est surtout lié
¶ Cardiomyopathies
à l’atteinte coronaire ; celle-ci se traduit par des dilatations artérielles
ou ectasies et par la possibilité de développement d’anévrismes [33]. Elles sont souvent secondaires aux myocardites aiguës virales et les
Ces derniers conditionnent le pronostic et leur incidence est examens isotopiques n’ont que peu d’indications dans les formes
diminuée par la prescription de gammaglobulines par voie veineuse graves de défaillance ventriculaire aiguë ; en revanche, dans les
dans les premiers jours de la fièvre [49]. Ces anévrismes peuvent myocardites asymptomatiques, chez des enfants présentant des
évoluer vers la résolution complète (50 % des cas), la persistance troubles de repolarisation lors d’un ECG de dépistage, la
d’irrégularités pariétales, mais surtout le développement de scintigraphie myocardique au thallium a montré l’existence de
sténoses, voire d’obstructions coronaires avec risque d’infarctus [33]. territoires hypoperfusés correspondant à la persistance d’anomalies
Si le diagnostic des anévrismes repose sur l’échographie, en histologiques sur les biopsies endomyocardiques, alors même que
revanche celui des sténoses vasculaires nécessite une la coronarographie était normale [48].
coronarographie, examen invasif, qui ne peut être répété chez La fibroélastose est une autre forme de cardiomyopathie avec une
l’enfant. C’est la raison pour laquelle les méthodes non invasives relation possible de cause à effet de la première vers la seconde [64].

4
Cardiologie Explorations isotopiques chez le petit enfant et l’enfant 11-940-A-90

Des cardiomyopathies peuvent s’observer lors de maladies


métaboliques (déficit en carnitine, mucopolysaccharidose), de Tableau VI. – Principales causes des anomalies de la perfusion
pulmonaire.
maladie neuromusculaire [50], plus rarement lors des collagénoses [19].
Le problème est alors le dépistage précoce de la dysfonction Sténoses de l’artère pulmonaire ou de ses branches
cardiaque afin de la traiter dans les meilleurs délais ; la Isolées
ventriculographie isotopique joue alors un rôle important, en Tétralogie de Fallot ou atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire
particulier chez les patients anéchogènes. Anastomoses cavopulmonaires partielles ou totales
Syndrome de Williams et Beuren, syndrome d’Alagille, rubéole congénitale
Chez les enfants traités par des drogues cardiotoxiques (en
Embolie pulmonaire
particulier anthracyclines), le problème est de diagnostiquer au plus
Shunt droite-gauche
tôt l’atteinte cardiaque éventuelle avant le développement de Fistules artérioveineuses pulmonaires
l’insuffisance cardiaque congestive souvent irréversible ; si Complication des cardiopathies cyanogènes
l’échocardiographie reste l’examen de première intention [11, 40], la Postopératoire de chirurgie d’exérèse pulmonaire
ventriculographie isotopique a également prouvé sa sensibilité dans
cette indication [2]. « SHUNTS » GAUCHE-DROITE
Néanmoins, dans la plupart des cas de cardiomyopathies, leur cause Ils regroupent les malformations cardiaques dont l’élément
reste actuellement inconnue et elles sont dites « idiopathiques » avec physiopathologique fondamental est le passage anormal du sang de
une prévalence de 2,6/100 000 dans une population d’enfants [35]. la grande vers la petite circulation ; leur dénominateur commun est
L’examen complémentaire est l’échocardiographie qui en permet l’élévation du débit pulmonaire et son corollaire, la réduction au
l’évaluation. La mesure de la fraction d’éjection isotopique est moins relative du débit systémique. Leur pronostic dépend
cependant parfois pratiquée, à titre pronostique et le plus souvent essentiellement du volume du shunt ainsi que du siège de la
dans le cadre de protocoles, mais aussi en cas de fenêtre communication. Les communications interauriculaires représentent
échographique de mauvaise qualité. la cause la plus fréquente de ce type de shunts. Les méthodes
isotopiques ont occupé une place importante dans les années 1980,
¶ Cardiopathies complexes permettant le calcul du rapport des débits pulmonaire et systémique
Dans les cardiopathies complexes (ventricule unique, atrésie sur le principe de dilution d’un indicateur radioactif [65] ; dans le
tricuspide, ventricule droit à double-issue...), la scintigraphie même temps d’examen, la quantification du shunt gauche-droite, de
myocardique au MIBI-Tc permet, en un seul examen, l’étude de la façon fiable et bien corrélée aux données du cathétérisme [10, 27],
perfusion myocardique et de la fonction ventriculaire ; en effet, grâce pouvait être déterminée de même que la valeur des fractions
à une acquisition synchronisée à l’ECG, elle fournit des informations d’éjection des deux ventricules. Actuellement, ces techniques ont
sur la fonction globale du ventricule gauche ou droit prédominant, disparu avec le développement des méthodes échodoppler et la
sur la cinétique segmentaire et l’épaississement systolique pariétal [3, mesure possible des débits aortique et pulmonaire et la place
28, 53]
. croissante de l’imagerie par résonance magnétique [6].
Le ventricule droit assure parfois une fonction systémique : c’est le
ANOMALIES DE LA PERFUSION PULMONAIRE
cas après correction chirurgicale auriculaire d’une transposition des
gros vaisseaux (intervention de Senning en 1959 et Mustard en Elles peuvent se rencontrer dans trois situations schématiques
1964) ; il peut alors présenter une défaillance fonctionnelle au cours (tableau VI).
du temps, dans 8 à 16 % des cas. C’est aussi le cas dans la ¶ Sténoses de l’artère pulmonaire et de ses branches
transposition corrigée des gros vaisseaux ou double discordance
Elles sont rarement isolées, mais le plus souvent associées à d’autres
atrioventriculaire et ventriculoartérielle [7, 62]. Lubiszewska [42] a mis
malformations comme dans la tétralogie de Fallot ou l’atrésie
en évidence, chez plus de la moitié des patients, des anomalies de la
pulmonaire avec communication interventriculaire. Elles font alors
perfusion myocardique à la scintigraphie d’effort au MIBI-Tc ; ces
partie de la maladie, sont favorisées par les anastomoses
patients avaient en outre des chiffres plus bas de fraction d’éjection
systémicopulmonaires préalables [6] et les gestes de plasties
ventriculaire droite, un âge plus élevé, une date opératoire plus
chirurgicales, d’autant plus qu’elles utilisent du matériel
tardive et un délai plus long depuis l’intervention. Ces anomalies
prothétique. Par ailleurs, elles récidivent fréquemment, aussi bien
de perfusion du ventricule droit semblent un marqueur précoce de
après chirurgie qu’après angioplastie percutanée.
la dysfonction ventriculaire et permettraient le dépistage des
patients à risque nécessitant alors un traitement précoce avant la En cas de sténose unilatérale, on note une hypoperfusion
défaillance cardiaque. homolatérale à la sténose et une hypertension dans le poumon
controlatéral [13]. Ces sténoses sont actuellement corrigées par la mise
¶ Chirurgie cardiaque sous CEC en place d’endoprothèse ou de stent de façon percutanée [25, 51, 60].
La scintigraphie pulmonaire de perfusion permet une quantification
La chirurgie cardiaque sous circulation extracorporelle (CEC) peut précise de la répartition sanguine relative avant le cathétérisme
par elle-même induire des lésions myocardiques d’origine interventionnel et, après mise en place du stent, la vérification de la
ischémique et inflammatoire. Ainsi, Kao [32] a mis en évidence une normalisation de la perfusion du côté opéré [52]. En raison de sa
fixation myocardique de leucocytes marqués au 99mTc, attestant simplicité et de son innocuité (une injection intraveineuse suffit),
l’existence de phénomènes inflammatoires myocardiques d’autant l’examen peut être réitéré au cours de la surveillance ultérieure
plus importants que la durée de la CEC avait été plus longue chez (fig 3).
ces enfants. Hayes [23] a, quant à lui, retrouvé des anomalies de
Des sténoses artérielles pulmonaires peuvent également s’observer
perfusion à la scintigraphie myocardique au MIBI-Tc après
après des interventions cavopulmonaires partielles (mono-cavo-bi-
différentes chirurgies de cardiopathies congénitales et les a attribuées
pulmonaire) ou totales (bi-cavo-bi-pulmonaire de type Puga) ; les
à des microemboles gazeux ou plaquettaires compliquant une CEC.
sténoses peuvent siéger au niveau des sutures anastomotiques, sont
¶ Dysfonction ventriculaire postopératoire parfois en relation avec la cardiopathie initiale et/ou des
anastomoses de Blalock-Taussig préalables. Là encore, la correction
Divers degrés de dysfonction ventriculaire peuvent s’observer en des sténoses fait appel à la mise en place d’endoprothèses, et la
postopératoire de cardiopathies congénitales ou valvulaires, d’autant scintigraphie pulmonaire de perfusion permet une évaluation
plus que la ventriculotomie aura été large ; actuellement, ces quantitative précise avant et après l’intervention [51].
problèmes se rencontrent chez l’adulte, dont la cardiopathie a été
opérée dans l’enfance, alors que les conditions de cardioplégie ont ¶ Embolie pulmonaire
évolué, de même que les indications et les techniques Bien que rare chez l’enfant, l’embolie pulmonaire peut se rencontrer
chirurgicales [55]. notamment lors d’endocardite sur sonde de pacemaker [56] ou sur

5
11-940-A-90 Explorations isotopiques chez le petit enfant et l’enfant Cardiologie

3 Tétralogie de Fallot avec sténose de l’artère pulmonaire


gauche, ayant bénéficié d’une réparation complète chez une en-
fant de 8 ans ; persistance d’une sténose en postopératoire
ayant bénéficié d’une dilatation : la scintigraphie confirme la
nette asymétrie de perfusion au profit du poumon droit (A).
Mise en place d’une endoprothèse pulmonaire gauche et
contrôle : amélioration de la perfusion pulmonaire gauche qui
reste cependant asymétrique (B).

*
A *
B

cardiopathie cyanogène complexe. La scintigraphie pulmonaire L’hypertension par excès de catécholamines, notamment lors du
couplée de perfusion et de ventilation permet d’en porter le phéochromocytome ou du neuroblastome, nécessite la réalisation
diagnostic et d’en apprécier l’étendue. d’une scintigraphie à la MIBG afin de porter le diagnostic et de
préciser l’extension tumorale éventuelle. Récemment, le dosage
¶ « Shunt » droite-gauche plasmatique d’un peptide, la chromogranine A, a prouvé sa valeur
Le shunt droite-gauche est parfois de découverte fortuite lors du dans le diagnostic et la surveillance postopératoire des
bilan étiologique d’une cyanose avec dyspnée suspecte d’embolie phéochromocytomes de l’adulte [16].
pulmonaire ; il se manifeste par l’existence d’une activité anormale
rénale, voire cérébrale, à la scintigraphie pulmonaire de perfusion, ¶ Myocardites
traduisant le passage anormal des microparticules marquées dans la
circulation systémique. Cette activité extrapulmonaire authentifie Si la scintigraphie au citrate de gallium 67 manque de sensibilité
l’existence d’un shunt droite-gauche et permet sa quantification. Plus dans le diagnostic de myocardite, elle garde cependant une place
rarement, le shunt est recherché lors du bilan d’un accident dans des contextes septicémiques, pour mettre en évidence un foyer
vasculaire cérébral inexpliqué compliquant une cardiopathie infectieux profond éventuel ; elle doit être alors couplée à la
cyanogène ; après mise en évidence scintigraphique du passage scintigraphie osseuse aux diphosphonates marqués au Tc qui
anormal du traceur dans la grande circulation, l’échographie présente une excellente sensibilité dans le diagnostic de l’atteinte
confirme le plus souvent la présence d’un foramen ovale perméable. osseuse et ostéoarticulaire [17, 47].
Plus rarement, il peut s’agir de fistules artérioveineuses pulmonaires La scintigraphie aux leucocytes marqués au Tc a également été
compliquant une maladie de Rendu-Osler [57, 66] ou s’observant dans proposée, chez l’adulte, dans la recherche d’infection de pontage
des cardiopathies complexes avec isomérisme auriculaire. vasculaire [15, 36].

AUTRES PATHOLOGIES POUVANT BÉNÉFICIER


D’EXAMENS SCINTIGRAPHIQUES
Conclusion
¶ Causes rénovasculaires de l’hypertension artérielle
Parmi les étiologies de l’hypertension artérielle de l’enfant, les Les examens isotopiques apportent des renseignements fonctionnels
causes rénovasculaires et rénales nécessitent le bilan de la fonction précieux dans le diagnostic et l’évaluation thérapeutique de nombreuses
rénale [9] ; la scintigraphie rénale au DTPA-Tc ou au MAG3-Tc permet pathologies pédiatriques. Leur caractère non invasif et peu irradiant
d’évaluer la fonction rénale séparée, élément essentiel en cas de permet de les répéter au cours de la surveillance des pathologies
pathologie unilatérale ; la scintigraphie au DMSA-Tc identifie des chroniques.
lésions de pyélonéphrite chronique [37]. La fonction glomérulaire La scintigraphie myocardique de stress apporte de plus des éléments
globale peut être déterminée grâce au calcul de la clairance pronostiques essentiels permettant une prise en charge thérapeutique
plasmatique de l’EDTA-Cr51. adaptée.

6
Cardiologie Explorations isotopiques chez le petit enfant et l’enfant 11-940-A-90

Références
[1] Acar P, Merlet P, Iserin L, Bonnet D, Sidi D, Syrota A et al. [23] Hayes AM, Baker EJ, Kakadeker A, Parsons JM, Martin RP, [45] Miyagawa M, Mochizuki T, Murase K, Tanada S, Ikezoe J,
Impaired cardiac adrenergic innervation assessed by MIBG Radley Smith R et al. Influence of anatomic correction for Sekiya M et al. Prognostic value of dipyridamole thallium
imaging as a predictor of treatment response in childhood transposition of the great arteries on myocardial perfusion: myocardial scintigraphy in patients with Kawasaki disease.
dilated cardiomyopathy. Heart 2001 ; 85 : 692-696 radionuclide imaging with technetium-99m-methoxy Circulation 1998 ; 98 : 990-996
[2] Agarwala S, Kumar R, Bhatnagar V, Bajpai M, Gupta DK, isobutyl isonitrile. J Am Coll Cardiol 1994 ; 24 : 769-777
[46] Mouratidis B, Vaughan Neil EF, Gilday DL, Ash JM, Cullen
Mitra DK. High incidence of adriamycin cardiotoxicity in [24] Hegele RA, Connely PW, Cullen Dean G, Rose V. Elevated Dean G, McIntyre S et al. Detection of silent coronary artery
children even at low cumulative doses: role of radionuclide plasma lipoprotein (a) associated with abnormal stress thal- disease in adolescents and young adults with familial
cardiac angiography. J Pediatr Surg 2000 ; 12 : 1786-1789 lium scans in children with familial hypercholesterolemia. hypercholesterolemia by single-photon emission com-
[3] Alexanderson E, Attie F, Zabal C, Rijlaarsdam M. Surgical Am J Cardiol 1993 ; 72 : 402-406 puted tomography thallium-201 scanning. Am J Cardiol
treatment of anomalous origin of the left coronary artery [25] Hosking MC, Benson LN, Nakanishi T, Burrows PE, Williams 1992 ; 70 : 1109-1112
from the pulmonary artery: late results evaluated with WG, Freedom RM. Intravascular stent prosthesis for right [47] Nadel HR, Stilwell ME. Nuclear medicine topics in pediatric
dobutamine stress gated single-photon emission com- ventricular outflow obstruction. J Am Coll Cardiol 1992 ; 20 : musculoskeletal disease: techniques and applications.
puted tomography sestamibi study. J Nucl Cardiol 1997 ; 4 : 373-380 Radiol Clin North Am 2001 ; 39 : 619-651
342-343 [26] Huda W, Chamberlain CC, Rosenbaum AE, Garrisi W.
[4] Baker EJ, Ellam SV, Lorber A, Jones OD, Tynan MJ, Maisey [48] Nagakawa M, Sato A, Okagawa H, Kondo M, Okuno M,
Radiation doses to infants and adults undergoing head CT Takamatsu T. Detection and evaluation of asymptomatic
MN. Superiority of radionuclide over oximetric measure- examinations. Med Phys 2001 ; 28 : 393-399
ment of left-to-right shunts. Br Heart J 1985 ; 53 : 535-540 myocarditis in schoolchildren. Chest 1999 ; 116 : 340-345
[27] Hurwitz RA, Treves S, Keane JF, Girod DA, Caldwell RL.
[5] Bax JJ, Patton JA, Poldermans D, Elhendy A, Sandler MP. Current value of radionuclide angiocardiography for shunt [49] Newburger JW, Takahashi M, Beiser AS, Burns JC, Bastian J,
18-FDG imaging with PET and SPECT: cardiac applications. quantification and management in patients with secun- Chung KJ et al. A single intravenous infusion of gamma
Semin Nucl Med 2000 ; 30 : 281-298 dum atrial septal defect. Am Heart J 1982 ; 103 : 421-425 globulin as compared with four infusions in the treatment
of acute Kawasaki syndrome. N Engl J Med 1991 ; 324 :
[6] Beerbaum P, Korperich H, Barth P, Esdorn H, Gieseke J, [28] Imbriaco M, Cuocolo A, Pace L, Nicolai E, Nappi A, Celen- 1633-1639
Meyer H. Non-invasive quantification of left-to-right shunt tano L et al. Technetium-99m-methoxy isobutyl isonitrile
in pediatric patients: phase contrast cine magnetic reso- simultaneous evaluation of ventricular function and myo- [50] Oguz D, Olgunturk R, Gucuyener K, Acikgoz GV, Tunaoglu
nance imaging compared with invasive oximetry. Circula- cardial perfusion in patients with congenital heart disease. FS. A comparison between MUGA and echocardiography
tion 2001 ; 103 : 2476-2482 Clin Nucl Med 1994 ; 19 : 28-32 in patients with muscular dystrophy in the early detection
[7] Benson LN, Burns R, Schwaiger M, Schelbert HR, Lewis AB, of cardiac involvement. Pediatr Cardiol 1998 ; 19 : 150-154
[29] Iskandrian A, Heo J, Kong B, Lyons E. Effect of exercise level
Freedom RM et al. Radionuclide angiographic evaluation on the ability of thallium-201 tomographic imaging in [51] O’Laughlin MP, Slak MC, Grifka RG, Perry SB, Lock JE,
of ventricular function in isolated congenitally corrected detecting coronary artery disease: analysis of 461 patients. Mullins CE. Implantation and intermediate-term follow-up
transposition of the great arteries. Am J Cardiol 1986 ; 58 : J Am Coll Cardiol 1989 ; 14 : 1477-1486 of stents in congenital heart disease. Circulation 1993 ; 88 :
319-324 605-614
[30] Jaeggi E, Bolens M, Friedli B. Reversible second degree atrio-
[8] Bonhoeffer P, Bonnet D, Piéchaud JF, Stümper O, Aggoun ventricular block after a severe sickle cell crisis. Pediatr [52] Oyen WJ, van Oort AM, Tanke RB, van Mill GJ, Aentgevaren
Y, Villain E. Coronary artery obstruction after the arterial Cardiol 1998 ; 19 : 171-173 WR, Corstens FH. Pulmonary perfusion after endovascular
switch operation for transposition of the great arteries in stenting of pulmonary artery stenosis. J Nucl Med 1995 ;
newborns. J Am Coll Cardiol 1997 ; 29 : 202-206 [31] Jan SL, Hwang B, Fu YC, Lee PC, Kao CH, Liu RS et al. Com-
parison of 201 Tl SPET and treadmill exercise testing in 36 : 2006-2008
[9] Broekhuizen De Gast HS, Tielvanbuul MM, Van, Beek EJ. patients with Kawasaki disease. Nucl Med Commun 2000 ; [53] Paeng JC, Lee DS, Yeo JS, Noh CI, Kim YK, Chung JK et al.
Severe hypertension in children with renovascular disease. 21 : 431-435 Septal stunning by dipyridamole stress shown on quanti-
Clin Nucl Med 2001 ; 26 : 606-609
[32] Kao CH, Hsieh KS, Wang YL, Wang SJ. The use of tative gated perfusion SPECT in a child with hypertrophic
[10] Brunotte F, Laurens MH, Marçon F, Cloez JL, Robert J, technetium-99m-hexamethylpropylene amine oxime cardiomyopathy. Clin Nucl Med 2002 ; 27 : 96-100
Pernot C. Place actuelle des isotopes en cardiopédiatrie. labelled white blood cells to detect subclinical inflamma-
Arch Mal Cœur 1987 ; 80 : 470-482 [54] Pennell DJ, Underwood SR, Ell PJ. Safety of dobutamine
tion of the heart after cardiopulmonary bypass in children stress for thallium-201 myocardial perfusion tomography
[11] Bu’lock FA, Mott MG, Oakhill A, Martin RP. Left ventricular with congenital heart disease. Eur J Nucl Med 1992 ; 19 : in patients with asthma. Am J Cardiol 1993 ; 71 : 1346-1350
diastolic function after anthracycline chemotherapy in 960-963
childhood: relation with systolic function, symptoms, and [55] Perloff JK, Warnes CA. Challenges posed by adults with
[33] Kato H, Ichinose E, Yoshioka F, Takeshi T, Matsunaga S, repaired congenital heart disease. Circulation 2001 ; 103 :
pathophysiology. Br Heart J 1995 ; 73 : 340-350 Suzuki K et al. Fate of coronary aneurysms in Kawasaki
[12] Charbonnel B, Chatal JF. Comparaison de la scintigraphie à 2637-2643
disease: serial coronary angiography and long-term
la MIBG et de la tomodensitométrie pour localiser les phé- follow-up study. Am J Cardiol 1982 ; 49 : 1758-1766 [56] Picarelli D, Leone R, Duhagon P, Peluffo C, Zuniga C, Gelos
ochromocytomes. Arch Mal Cœur 1986 ; 79 : 980 S et al. Active infective endocarditis in infants and child-
[34] Kawasaki T. Acute febrile mucocutaneous syndrome with
[13] Cohn LH, Sanders JH, Collins JJ. Surgical treatment of con- lymphoid involvement with specific desquamation of the hood: ten-year review of surgical therapy. J Card Surg
genital unilateral pulmonary arterial stenosis with con- fingers and toes in children. Jpn J Allergy 1967 ; 16 : 178-222 1997 ; 12 : 406-411
tralateral pulmonary hypertension. Am J Cardiol 1976 ; 38 : [57] Pick A, Deschamps C, Stanson AW. Pulmonary arterio-
[35] Kay JD, Colan SD, Graham TP. Congestive heart failure in
257-260 venous fistula: presentation, diagnosis, and treatment.
pediatric patients. Am Heart J 2001 ; 142 : 923-928
[14] Comet M, Machecourt J, Fagret D, Vanzetto G. Cardiopa- World J Surg 1999 ; 23 : 1118-1122
thie ischémique et médecine nucléaire. Cachan : Éditions [36] Krznaric E, Nevelsteen A, Van Hoe L, DeRoo M, Schiepers C,
Verbruggen A et al. Diagnostic value of 99m-Tc-HMPAO [58] Planché C, Lacour Gayet F, Serraf A. Arterial switch. Pediatr
Médicales Internationales, 1999 Cardiol 1998 ; 19 : 297-307
labeled leukocyte scintigraphy in the detection of vascular
[15] Delgado M, Prats E, Benito JL, Abos MD, Garcia Lopez F, graft infections. Nucl Med Commun 1994 ; 15 : 953-960
Tomas A et al. Scintigraphy with 99m-Tc-HMPAO labeled [59] Prabhu AS, Singh TP, Morrow WR, Muzik O, Di Carli MF.
leukocytes and computed tomography in the diagnosis of [37] Ladron de Guevara D, Franken P, De Sadeleer C, Ham H, Safety and efficacy of intravenous adenosine for pharma-
vascular graft infection. A comparative study. Rev Esp Med Piepsz A. Interobserver reproducibility in reporting on cologic stress testing in children with aortic valve disease or
Nucl 1999 ; 18 : 77-83 99m-Tc-DMSA scintigraphy for detection of late renal Kawasaki disease. Am J Cardiol 1999 ; 83 : 284-286
sequelae. J Nucl Med 2001 ; 42 : 564-566
[16] D’Herbomez M, Gouze V, Huglo D, Nocaudie M, Pattou F, [60] Rey C, Godart F, Coullet JM, Cajot MA, BelMéallier V, Beregi
Proye C et al. Chromogranin A assay and 131I-MIBG scin- [38] Lambert V, Touchot A, Losay J, Piot JD, Henglein D, Serraf A JP et al. Implantation percutanée d’endoprothèses dans les
tigraphy for diagnosis and follow-up of pheochromocy- et al. Midterm results after surgical repair of the anomalous sténoses des branches pulmonaires. Arch Mal Cœur 1996 ;
toma. J Nucl Med 2001 ; 42 : 993-997 origin of the coronary artery. Circulation 1996 ; 94 (suppl 89 : 517-523
II) : II38-II43
[17] Feldman DS, Hedden DM, Wright JG. The use of bone scan [61] Rickers C, Sasse K, Buchert R, Stern H, Van Den Hoff J,
to investigate back pain in children and adolescents. [39] Le Guludec D, Gauthier H, Porcher R, Frank R, Daou D, Lubeck M et al. Myocardial viability assessed by PET in
J Pediatr Orthop 2000 ; 20 : 790-795 Benelhadj S et al. Prognostic value of radionuclide angio- infants and children after the arterial switch operation and
graphy in patients with right ventricular arrhythmias. Cir- suspected infarction. J Am Coll Cardiol 2000 ; 36 :
[18] Fukuda T, Akagi T, Ishibashi M, Inoue O, Sugimura T, Kato culation 2001 ; 103 : 1972-1976
H. Non-invasive evaluation of myocardial ischemia in 1676-1683
Kawasaki disease: comparison between dipyridamole [40] Lee BH, Goodenday LS, Muswick GJ, Yasnoff WA, Leighton [62] Roest AA, Kunz P, Helbing WA, Lamb HJ, Vliegen HW, van
stress thallium imaging and exercise stress testing. Am RF, Skeel RT. Alterations in left ventricular diastolic function den Aardweg JG et al. Prolonged cardiac recovery from
Heart J 1998 ; 135 : 482-487 with doxorubicin therapy. J Am Coll Cardiol 1987 ; 9 : exercise in asymptomatic adults late after atrial correction
184-188 of transposition of the great arteries: evaluation with mag-
[19] Gazarian M, Feldman BM, Benson LN, Gilday DL, Laxer
RM, Silverman ED. Assessment of myocardial perfusion and [41] Loisance D, Benvenuti C, Merlet P, Deleuze PH, Mazzuco- netic resonance flow mapping. Am J Cardiol 2001 ; 88 :
function in childhood systemic lupus erythematosus. telli JP, Hillion ML et al. Quels critères de priorité pour l’ins- 1011-1017
J Pediatr 1998 ; 132 : 109-116 cription sur la liste d’attente d’un candidat à la transplan-
tation cardiaque ? Arch Mal Cœur 1995 ; 88 : 431-436 [63] Schillari O, Banci M, Scopinaro F, Tavolaro R, Villotti G, De
[20] Godart F, Qureshi SA, Simha A, Deverall PB, Anderson DR, Vincentis G et al. Myocardial scintigraphy with 99mTc-
Baker EJ et al. Effects of modified and classic Blalock-Taussig [42] Lubiszewska B, Gosiewska E, Hoffman P, Teresinska A, sestamibi in children with Kawasaki disease. Angiology
shunts on the pulmonary arterial tree. Ann Thorac Surg Rozanski J, Piotrowski W et al. Myocardial perfusion and 1995 ; 11 : 1009-1014
1998 ; 66 : 512-518 function of the systemic right ventricle in patients after
atrial switch procedure for complete transposition: long- [64] Shryer MJ, Karnauchow PN. Endocardial fibroelastosis;
[21] Guilhot M, Godart F, Foucher C, Francart C, Libersa C, etiologic and pathogenetic considerations in children. Am
Pladÿs A et al. Résultats à long terme de la réparation ana- term follow-up. J Am Coll Cardiol 2000 ; 36: 1365-1370
Heart J 1974 ; 88 : 557-565
tomique d’une transposition des gros vaisseaux. Arch Mal [43] Manrique A, Marie PY. Cardiologie nucléaire et IRM. Arch
Cœur 2000 ; 93 : 511-517 Mal Cœur 2002 ; 95 : 59-66 [65] Sty JR. Atlas of pediatric nuclear cardiology. Clin Nucl Med
1980 ; 5 : 373-438
[22] Hauser M, Bengel FM, Kuhn A, Saver U, Zylla S, Braun SL et [44] Mayer JE, Sanders SP, Jonas RA, Castaneda AR, Wernovsky
al. Myocardial blood flow reserve after coronary reimplan- G. Coronary artery pattern and outcome of arterial switch [66] Swanson KL, Prakash UB, Stanson AW. Pulmonary arterio-
tation in patients after arterial switch and Ross operation. operation for transposition of the great arteries. Circulation venous fistulas: Mayo Clinic experience, 1982-1997. Mayo
Circulation 2001 ; 103 : 1875-1880 1990 ; 82 : 1239-1245 Clin Proc 1999 ; 74 : 671-680

Vous aimerez peut-être aussi