Vous êtes sur la page 1sur 138

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT REPUBLIQUE TOGOLAISE

TECHNIQUE ET DE LA FORMATION Travail-Liberté-Patrie


PROFESSIONNELLE N° d’ordre : 2013/FL/GE-24/09

UNIVERSITE DE LOME
(UL)

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’INGENIEURS


(ENSI)

DEPARTEMENT DE GENIE ELECTRIQUE

ETUDE DE L’EFFICACITE ENERGETIQUE DU BATIMENT


PRINCIPAL DE L’ECOLE NATIONALE SUPERIEURE
D’INGENIEURS (ENSI)

PROJET DE FIN D’ETUDES POUR L’OBTENTION DU DIPLOME


D’INGENIEUR DE CONCEPTION EN GENIE ELECTRIQUE

Présenté et soutenu par : HOEGAN Kossi Mawulom

Jury :

Président : Prof. BEDJA Koffi-Sa, Enseignant à l’ENSI

Directeur : Dr. SALAMI Akim A, Maître assistant, Enseignant à l’ENSI

Membre : Prof. AJAVON Ayité Sénah, Maître de conférences, Enseignant à l’ENSI

Membre : M. BOKOVI Yao, Ingénieur Génie Electrique, Enseignant à l’ENSI

Juillet 2013
Dédicaces

DEDICACES

Cette œuvre est dédiée :

 à l’Eternel Dieu tout puissant origine de toute grâce source de mon


intelligence et de ma sagesse ;

 à mon père HOEGAN Komlanvi, Grâce à toi j’ai pu faire des études. Veuille
trouver dans ce travail le fruit de tes efforts ;

 à ma mère EVLUI Akouwa, merci pour ton amour et tes efforts pour nous
offrir une vie meilleure ;

 à mes frères et sœurs pour vos soutiens. Ensemble nous connaitrons le succès;

 à celle qui sera d’une aide semblable à moi, que l’Eternel me donnera selon sa
volonté ;

HOEGAN Kossi Mawulom

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) i HOEGAN Kossi Mawulom


Remerciements

REMERCIEMENTS

Je te remercie infiniment ô mon Dieu pour m’avoir assisté et guidé tout au long de ce
travail. Que ton nom soit glorifié à jamais.

J’exprime mes sincères remerciements :

 au Prof. Koffi-Sa BEDJA, Professeur titulaire, ex-Directeur de l’ENSI ;


dévoué pour la bonne cause de notre chère école. Merci de m’avoir recruté et
formé ;

 au Prof. Ayité Sénah AJAVON, Maître de Conférences, Chef de


Département Génie Electrique de l’ENSI pour sa disponibilité sans faille ;

 au Dr Komlan KASSEGNE, Maître de Conférences, Ingénieur Génie


Mécanique, Directeur de l’ENSI ;

 au Dr Sibiri BAYOR, Maître Assistant, Directeur Adjoint de l’ENSI pour


ses conseils durant ma formation ;

 au Dr KODJO Koffi Mawugno ; pour sa disponibilité et sa rigueur pour un


travail bien fait ;

 au Dr Akim A. SALAMI, pour nous avoir confié ce projet et l’avoir dirigé


malgré ses occupations ;

 à M. APALOO BARA K. Kpomonè pour les moyens matériels mis à notre


disposition pour la réalisation de ce projet ;

 a tout le corps administratif, professoral et technique de l’ENSI.

Nous remercions toute la direction de l’ART&P pour la confiance qu’elle a placée en


nous et le soutien qu’elle nous a apporté lors de notre formation, particulièrement :

 le Directeur Général M. Abayeh BOYODI ;


 le Directeur des affaires financières M. Kossi KASSEGNE ;

Mes remerciements vont également à tous mes camarades de la 13ème promotion de


technicien supérieur et de la 24ème promotion des ingénieurs de l’ENSI, pour l’ambiance
créée autour de moi qui m’a permis d’apprendre et de prendre goût aux études.

Merci ! Que Dieu vous bénisse et vous rende au centuple chacun de vos bienfaits !!!

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) ii HOEGAN Kossi Mawulom


Table des matières

TABLE DES MATIERES

Pages
DEDICACES .................................................................................................................................................................. i
REMERCIEMENTS ...................................................................................................................................................... ii
TABLE DES MATIERES ........................................................................................................................................... iii
LISTE DES FIGURES................................................................................................................................................ vii
LISTE DES TABLEAUX .......................................................................................................................................... viii
GLOSSAIRE................................................................................................................................................................. x
INTRODUCTION GENERALE .................................................................................................................................. 1

Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité


énergétique ..................................................................................................................................... 4
1.1. Introduction ...................................................................................................................................................... 5
1.2. Production d’énergie électrique au TOGO ...................................................................................................... 5
1.2.1. Les sources d’énergies électriques au TOGO ............................................................................................. 5
1.2.1.1. La production thermique ............................................................................................................................. 5
1.2.1.2. Production hydroélectrique ......................................................................................................................... 6
1.2.1.3. Les énergies renouvelables .......................................................................................................................... 7
1.2.2. Production de l’énergie à la CEB ................................................................................................................ 8
1.2.2.1. Centrales thermiques de la CEB .................................................................................................................. 8
1.2.2.2. Centrales hydroélectriques de la CEB ......................................................................................................... 8
1.2.2.3. Importation d’énergie par la CEB................................................................................................................ 9
1.2.3. Production d’énergie à la CEET ................................................................................................................ 10
1.2.3.1. Centrales thermiques de la CEET .............................................................................................................. 10
1.2.3.2. Centrale hydroélectrique de la CEET ........................................................................................................ 11
1.2.3.3. Importation d’énergie par la CEB.............................................................................................................. 11
1.2.4. Production d’énergie à Contour Global ..................................................................................................... 11
1.3. Interconnexion des réseaux électriques au TOGO ......................................................................................... 12
1.4. Emission de gaz à effet de serre au Togo ...................................................................................................... 12
1.5. Politique énergétique du Togo ...................................................................................................................... 14
1.6. Protocoles d’étude de l’efficacité énergétique : démarche d’audit énergétique ............................................. 15
1.6.1. Etude de la situation existante ................................................................................................................... 15
1.6.1.1. Visites et enquêtes ..................................................................................................................................... 16
1.6.1.2. Mesures sur site ......................................................................................................................................... 17
1.6.1.2.1. Mesure de la température et l’humidité relative .................................................................................... 17
1.6.1.2.2. Mesure de la consommation d’énergie électrique ................................................................................. 18
1.6.1.2.3. Mesure de la luminosité ........................................................................................................................ 18
1.6.1.2.4. Distances et épaisseurs de verre ............................................................................................................ 18
1.6.2. Analyse des données collectées et mesurées ............................................................................................. 19

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) iii HOEGAN Kossi Mawulom


Table des matières

1.6.2.1. Scénario d’occupation ............................................................................................................................... 19


1.6.2.1.1. L’évolution quotidienne ........................................................................................................................ 19
1.6.2.1.2. L’évolution hebdomadaire .................................................................................................................... 19
1.6.2.1.3. L’évolution annuelle ............................................................................................................................. 19
1.6.3. Examen du système de climatisation ......................................................................................................... 20
1.6.3.1. Normes du confort thermique .................................................................................................................... 20
1.6.3.2. Bilan thermique ......................................................................................................................................... 21
1.6.3.2.1. Calcul des charges extérieures .............................................................................................................. 21
1.6.3.2.2. Calcul des charges internes ................................................................................................................... 24
1.6.3.2.3. Calcul des charges thermiques totales ................................................................................................... 25
1.6.4. Examen du système d’éclairage................................................................................................................. 26
1.6.4.1. Analyse du bâti .......................................................................................................................................... 27
1.6.4.2. Analyse de l’installation ............................................................................................................................ 27
1.6.4.2.1. Caractéristique des lampes .................................................................................................................... 27
1.6.4.2.2. Les types de lampes............................................................................................................................... 29
1.6.4.3. Dimensionnement des équipements d’éclairage ........................................................................................ 30
1.7. Proposition de solution .................................................................................................................................. 30
1.8. Conclusion ..................................................................................................................................................... 30

Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant .................... 31


2.1. Introduction .................................................................................................................................................... 32
2.2. Objectifs du projet d’audit énergétique du bâtiment de l’ENSI ..................................................................... 32
2.3. Difficultés du projet ....................................................................................................................................... 33
2.4. Etude de l’existant.......................................................................................................................................... 33
2.4.1. Description du bâtiment principal de l’ENSI ............................................................................................ 34
2.4.1.1. Présentation générale ................................................................................................................................. 34
2.4.1.2. Description du bâti .................................................................................................................................... 34
2.4.2. Scénario d’occupation du bâtiment ........................................................................................................... 35
2.4.3. Description de l’installation électrique BT du bâtiment ............................................................................ 35
2.4.4. Zonage et fonctions spécifiques des locaux ............................................................................................... 37
2.4.5. Inventaire des équipements à usage spécifique d’énergie ......................................................................... 38
2.4.5.1. Inventaire des équipements d’éclairage ..................................................................................................... 38
2.4.5.2. Inventaire des équipements de climatisation ............................................................................................. 39
2.4.5.3. Inventaire des équipements informatiques ................................................................................................ 39
2.4.5.4. Inventaire des équipements divers ............................................................................................................. 40
2.4.5.5. Répartition de la puissance installée par secteur de consommation .......................................................... 41
2.4.6. Bilan énergétique : calcul de la consommation théorique ......................................................................... 42
2.4.6.1. Principe de calcul ...................................................................................................................................... 42
2.4.6.2. Application numérique .............................................................................................................................. 43
2.4.6.2.1. Hypothèses d’heures d’utilisation ......................................................................................................... 44

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) iv HOEGAN Kossi Mawulom


Table des matières

2.4.6.2.2. Consommation théorique de l’éclairage ................................................................................................ 44


2.4.6.2.3. Consommation théorique de la climatisation ........................................................................................ 45
2.4.6.2.4. Consommation théorique des équipements informatiques .................................................................... 46
2.4.6.2.5. Consommation théorique des équipements divers ................................................................................ 48
2.4.7. Bilan de la consommation d’énergie réactive et calcul de pénalité ........................................................... 48
2.4.7.1. Composantes active et réactive du courant ............................................................................................... 49
2.4.7.2. Facteur de puissance .................................................................................................................................. 50
2.4.7.3. Pénalité due à la consommation d’énergie réactive dans le bâtiment ........................................................ 50
2.4.8. Répartition de la consommation énergétique ............................................................................................. 51
2.4.9. Le dépassement de la puissance souscrite ................................................................................................. 52
2.4.10. Consommation de référence ...................................................................................................................... 53
2.4.11. Unités de l’énergie .................................................................................................................................... 53
2.4.12. Diagnostic de performance énergétique .................................................................................................... 55
2.4.11.1. Comparaison aux prescriptions de la RT 2012 ...................................................................................... 56
2.5. Conclusion ..................................................................................................................................................... 56

Chapitre 3: Analyses des données et propositions de solutions d’amélioration .................... 58


3.1. Introduction .................................................................................................................................................... 59
3.2. Analyse du système d’éclairage ..................................................................................................................... 59
3.2.1. Caractéristiques des lampes utilisées ......................................................................................................... 60
3.2.1.1. Température de couleur ............................................................................................................................. 61
3.2.1.2. Type de lampes : sources de lumière ......................................................................................................... 61
3.2.2. Types de ballast utilisé .............................................................................................................................. 62
3.2.3. Disposition des luminaires ......................................................................................................................... 63
3.2.4. Dimensionnement : calcul de l’éclairement et de la puissance installée ................................................... 64
3.2.4.1. Caractéristiques du local ............................................................................................................................ 64
3.2.4.2. Le calcul du flux total ................................................................................................................................ 65
3.2.4.3. Le nombre de luminaire ............................................................................................................................. 65
3.2.4.4. Normes d’éclairage .................................................................................................................................... 66
3.2.4.5. Application numérique .............................................................................................................................. 67
3.2.4.6. Comparaisons et commentaires des résultats ............................................................................................. 70
3.2.5. Solutions de rénovation du système d’éclairage ........................................................................................ 71
3.2.5.1. Remplacement des ballasts électromagnétiques ........................................................................................ 71
3.2.5.1.1. Description de la solution ...................................................................................................................... 72
3.2.5.1.2. Evaluation du gisement d’économie d’énergie et enjeux environnementaux ....................................... 73
3.2.5.1.3. Etude économique ................................................................................................................................. 73
3.2.5.2. Utilisation des lampes efficaces................................................................................................................. 74
3.2.5.2.1. Description de la solution ...................................................................................................................... 74
3.2.5.2.2. Dimensionnement de la nouvelle installation ........................................................................................ 76
3.2.5.2.3. Evaluation du gisement d’économie d’énergie et enjeux environnementaux ....................................... 80

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) v HOEGAN Kossi Mawulom


Table des matières

3.2.5.2.4. Etude économique ................................................................................................................................. 82


3.2.5.3. Réduire la charge d’éclairage dans les laboratoires pendant les heures hors TP ....................................... 82
3.2.5.3.1. Description de la préconisation ............................................................................................................. 82
3.2.5.3.2. Evaluation du gisement d’économie d’énergie ..................................................................................... 83
3.2.5.3.3. Etude économique de la préconisation .................................................................................................. 85
3.2.5.4. Rénover la technologie de gestion de l’éclairage extérieur ....................................................................... 85
3.3. Analyse du système de climatisation ............................................................................................................. 86
3.3.1. Bilan de charges thermiques ...................................................................................................................... 87
3.3.1.1. Conditions atmosphériques ........................................................................................................................ 87
3.3.1.2. Les hypothèses de calcul ........................................................................................................................... 87
3.3.1.3. Application numérique .............................................................................................................................. 87
3.3.2. Evaluation de la performance de climatisation .......................................................................................... 90
3.3.3. Solution : utilisation des systèmes de climatisation performants............................................................... 91
3.3.3.1. Description de la solution .......................................................................................................................... 92
3.3.3.2. Evaluation du gisement d’économie d’énergie et enjeux environnemental ............................................... 93
3.3.3.3. Etude économique ..................................................................................................................................... 94
3.4. Analyse des installations d’équipements informatiques ................................................................................ 94
3.4.1. Utilisation d’équipements performants : ordinateurs portables ................................................................. 95
3.4.2. Utilisation d’équipements à haut rendement ............................................................................................. 96
3.4.3. Activation du gestionnaire de veille .......................................................................................................... 97
3.4.4. Suppression de la consommation à l’arrêt ................................................................................................. 97
3.5. Analyse de la consommation en dehors des heures ouvrées .......................................................................... 97
3.5.1. Campagne de mesure ................................................................................................................................. 97
3.5.2. Histogramme des charges aux heures d’inoccupation et gisement d’économie d’énergie ........................ 98
3.5.3. Solution : sensibilisation des utilisateurs ................................................................................................... 99
3.6. Analyse du bâti et solution de rénovation ...................................................................................................... 99
3.7. Cumul des gains d’énergie ........................................................................................................................... 100
3.8. Diagnostic de performance énergétique de la future installation ................................................................. 100
3.9. Coût du projet d’audit énergétique ............................................................................................................... 102
3.10. Conclusion ................................................................................................................................................... 102
CONCLUSION GENERALE ................................................................................................................................... 103
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .................................................................................................................. 105
ANNEXES ................................................................................................................................................................ 107

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) vi HOEGAN Kossi Mawulom


Liste des figures

LISTE DES FIGURES

Pages
Chapitre 1 :
Figure 1.1 : Répartition des émissions de GES directs à l’année en 2000 par type de gaz. ........................................ 13

Chapitre 2 :
Figure 2.1 : Répartition de puissance .......................................................................................................................... 41
Figure 2.2 : Composition vectorielle des courants ...................................................................................................... 49
Figure 2.3 : Diagramme de puissance ......................................................................................................................... 49
Figure 2.4 : répartition de la consommation énergétique du bâtiment ........................................................................ 52
Figure 2.5 : Etiquettes énergétique (a) et d’émission de GES (b) du bâtiment principal de l’ENSI ........................... 56

Chapitre 3 :
Figure 3.1 : Consommation due à l’éclairage des différents locaux ........................................................................... 59
Figure 3.2 : Classification générale des sources de lumière ........................................................................................ 62
Figure 3.3 : Limite supérieure du rapport entre l’espacement et la hauteur ................................................................ 63
Figure 3.4: Ballast électromagnétique (a) et ballast électronique (b) .......................................................................... 72
Figure 3.5: Répartition de la consommation d’éclairage dans les locaux ................................................................... 86
Figure 3.6 : Comparaison des niveaux de consommation en climatisation de l’existante et la nouvelle installation . 93
Figure 3.7 : répartition de la consommation des équipements informatiques dans les locaux .................................... 95
Figure 3.8 : Logo du label ENERGY STAR ............................................................................................................... 96
Figure 3.9 : Profil type de consommation aux heures d’inoccupation ........................................................................ 98
Figure 3.10 : Etiquettes énergétique (a) et d’émission de GES (b) du bâtiment principal de l’ENSI ....................... 101

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) vii HOEGAN Kossi Mawulom


Liste des tableaux

LISTE DES TABLEAUX

Pages
Chapitre 1 :
Tableau 1.1 : Puissance potentielle des sites (MW) ..................................................................................................... 6
Tableau 1.2 : Normes du confort thermique................................................................................................................ 21
Tableau 1.3 : Classement des teintes des lampes par température de couleur ............................................................ 28

Chapitre 2 :
Tableau 2.1: caractéristiques des transformateurs du poste N° 327 ............................................................................ 36
Tableau 2.2 : Inventaires des équipements d’éclairage ............................................................................................... 38
Tableau 2.3 : Inventaire des équipements de climatisation ......................................................................................... 39
Tableau 2.4 : Inventaire des équipements informatique .............................................................................................. 40
Tableau 2.5 : Inventaire des équipements divers ........................................................................................................ 41
Tableau 2.6 : Hypothèses des durées d’utilisation des équipements ........................................................................... 44
Tableau 2.7 : Consommation théorique annuelle due à l’éclairage ............................................................................. 45
Tableau 2.8 : Consommation théorique annuelle due à la climatisation ..................................................................... 46
Tableau 2.9 : Consommation théorique annuelle des équipements informatiques ..................................................... 47
Tableau 2.10: Consommation théorique annuelle due aux équipements divers .......................................................... 48
Tableau 2.11 : Calcul de pénalité ................................................................................................................................ 51
Tableau 2.12 : Table de conversion ............................................................................................................................ 54
Tableau 2.13 : Diagnostic de performance de l’éclairage ........................................................................................... 55

Chapitre 3 :
Tableau 3.1 : Caractéristiques des lampes existantes .................................................................................................. 60
Tableau 3.2 : Classement des lampes en fonction de la température de leur couleur ................................................. 61
Tableau 3.3 : Normes pour l’éclairage des lieux de travail ........................................................................................ 67
Tableau 3.4 : Evaluation de l’éclairement et de la puissance d’éclairage ................................................................... 68
Tableau 3.5 : Evaluation de l’éclairement et de la puissance d’éclairage (suite et fin) ............................................... 69
Tableau 3.6 : comparaison de l’existant aux normes .................................................................................................. 70
Tableau 3.7 : Evaluation du gisement d’économie d’énergie et de réduction de GES ................................................ 73
Tableau 3.8 : Calcul du temps de retour d’investissement pour la préconisation ....................................................... 74
Tableau 3.9 : Dimensionnement de l’éclairage ........................................................................................................... 77
Tableau 3.10 : Dimensionnement de l’éclairage (suite et fin) ..................................................................................... 78
Tableau 3.11 : comparaison de l’existant et de la future installation .......................................................................... 79
Tableau 3.12 : Evaluation du gisement d’économie d’énergie et de réduction d’émission de GES ........................... 81
Tableau 3.13 : Etude économique de la préconisation ................................................................................................ 82
Tableau 3.14 : Evaluation du gisement d’économie d’énergie et de réduction d’émission de GES ........................... 84

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) viii HOEGAN Kossi Mawulom


Liste des tableaux

Tableau 3.15 : Etude économique de la préconisation ................................................................................................ 85


Tableau 3.16 : Calcul des apports thermiques dans les locaux ................................................................................... 88
Tableau 3.17 : Calcul des apports thermiques dans les locaux (suite et fin) ............................................................... 89
Tableau 3.18 : Coefficient de performance frigorifique et état du dimensionnement ................................................. 91
Tableau 3.19 : Propositions de solutions de rénovation .............................................................................................. 92
Tableau 3.20 : Evaluation du gisement d’économie d’énergie et de réduction de GES .............................................. 93
Tableau 3.21 : Etude économique de la solution ......................................................................................................... 94
Tableau 3.22 : Exemple de puissance d’ordinateur économique et standard .............................................................. 96
Tableau 3.23 : Cumul des gains d’énergie ................................................................................................................ 100
Tableau 3.24 : Diagnostic de performance de la future installation .......................................................................... 101
Tableau 3.25 : Estimation du coût du projet d’audit énergétique .............................................................................. 102

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) ix HOEGAN Kossi Mawulom


Glossaire

GLOSSAIRE

CEB : Communauté Electrique du Bénin ;

CEET : Compagnie d’Energie Electrique du TOGO ;

CIE : Compagnie Ivoirienne d’Electricité ;

COVNM : Composés Organiques Volatiles Non Méthaniques ;

CTL : Centrale Thermique de Lomé ;

ENSI : Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs ;

GBF : Générateur Basse Fréquence ;

GES : Gaz à Effet de Serre ;

LES : Laboratoire sur l’Énergie Solaire ;

LFC : Lampe Fluorescente Compacte ;

RDC : Rez-de-chaussée ;

TCN : Transmission Company of Nigeria ;

TEP : Tonne Pétrole Equivalent ;

VRA : Volta River Authority ;

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) x HOEGAN Kossi Mawulom


Introduction générale

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 1 HOEGAN Kossi Mawulom


Introduction générale

Le secteur de développement le plus inquiétant est celui de l’énergie, en raison des


multiples dégâts environnementaux que cause sa production. En effet, l’extraction et
l’utilisation des combustibles fossiles pour la production de l’énergie électrique sont
sources des émissions polluantes. Pour répondre aux défis énergétiques et
environnementaux du moment, une maitrise de la consommation d’énergie et donc
l’efficacité énergétique s’avèrent indispensables. Ces mesures sont importantes non
seulement pour le secteur de l’industrie mais aussi pour le secteur du bâtiment.

Au niveau mondial, le secteur du bâtiment représente à lui seul plus de 32 % de la


consommation d’énergie finale et contribue à hauteur d’un tiers environ à des émissions
de CO2. Le potentiel d’économies d’énergie dans le secteur du bâtiment, au niveau
mondial, est estimé autour de 40% [9]. Cela va sans dire qu’un accroissement du
rendement énergétique dans ce secteur contribuera à l’amélioration de notre
environnement.

Dans le bâtiment principal de l’Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs (ENSI) de


l’Université de Lomé (UL) au TOGO, classé dans la catégorie de bâtiments administratifs
et ERP (Etablissement Recevant du Public), la consommation d’énergie électrique n’est
pas négligeable. Ne serait-il pas possible d’utiliser moins d’énergie dans ce bâtiment pour
fournir les mêmes services ? C'est dans ce contexte qu'apparaît l'idée d’évaluer le
gisement d’économie d’énergie disponible au niveau de ce bâtiment principal d’où notre
thème de mémoire de fin d’étude :

«ETUDE DE L’EFFICACITE ENERGETIQUE DU BATIMENT PRINCIPAL DE


L’ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’INGENIEURS (ENSI)».

Ce projet contribuera à l’effort visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre
dans l’environnement. Il permettra d’apprécier les niveaux réels de consommation
énergétique du bâtiment, quantifier le gisement d’économie d’énergie électrique et de
mettre en œuvre des actions de maitrise des consommations rentables économiquement.

Pour ce faire, nous avons organisé notre travail en trois chapitres. Le premier est un
aperçu global de la situation énergétique au TOGO. Il présente aussi la méthodologie

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 2 HOEGAN Kossi Mawulom


Introduction générale

adoptée pour un projet d’étude de l’efficacité énergétique. L’étude de l’existant exposé en


début du deuxième chapitre permettra par la suite d’établir une consommation moyenne
théorique en se basant sur les scénarios d’occupation du bâtiment et d’utilisation des
équipements. Cette consommation rapportée à l’unité de surface situera le bâtiment
principal dans les classes énergétiques et dans les classes d’émissions de GES. En vue de
faire des propositions de solutions pour une amélioration de l’efficacité énergétique, nous
analyserons, dans le troisième chapitre, tous les secteurs de consommations du bâtiment
et déduire le gisement d’économie d’énergie disponible. Chaque préconisation sera
étudiée du point de vue économique afin de permettre au maître d’ouvrage d’adopter
celles qui sont rentables économiquement.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 3 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de


l’efficacité énergétique

Chapitre 1 :

SITUATION ENERGETIQUE AU TOGO ET PROTOCOLES


D’ETUDE DE L’EFFICACITE ENERGETIQUE

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 4 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

1.1. Introduction

La demande en énergie des pays est sans cesse croissante. La production en énergie du
Togo est de 183 GWh en 2005 et devra passer à 1059,3 GWh en l’an 2030 pour satisfaire
la demande [4]. Mise à part la production d’énergie hydroélectrique, l’électricité produite
au TOGO est principalement de sources non renouvelables ce qui a un impact négatif sur
l’environnement et nous exposera à une pénurie de ressources fossiles dans les années à
venir. Une démarche écologique est d’accroitre le rendement énergétique des secteurs de
consommation afin de préserver ces ressources et assurer un développement durable.
Consommer moins pour le même ou de meilleur confort tel est l'objectif de tout concept
d'efficacité énergétique.

Ce premier chapitre présente la situation énergétique du Togo et sa part dans les


émissions de gaz à effet de serre (GES). La fin du chapitre sera consacrée aux protocoles
d’étude de l’efficacité énergétique dans un bâtiment.

1.2. Production d’énergie électrique au TOGO

Dans cette partie il sera question du bilan de la production de l’énergie électrique au


Togo. Ensuite, il sera nécessaire de souligner la production de l’énergie dans les diverses
compagnies d’énergie du pays.

1.2.1. Les sources d’énergies électriques au TOGO [9]

Au TOGO, l’électricité est produite essentiellement dans les centrales thermiques.


L’hydroélectrique contribue pour une petite proportion dans cette production d’énergie
électrique. Les énergies renouvelables nouvelles, quoique peu développées représentent
aussi un potentiel non négligeable dans la gamme des sources d’électricité du Togo.

1.2.1.1. La production thermique

Elle est la principale source de production de la CEET avec ses diverses centrales dans
tout le pays. La société Contour Global avec sa centrale thermique de 100 MW renforce
le réseau électrique du TOGO. Notons que ce domaine thermique a connu son expansion

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 5 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

surtout avec l’incapacité de la CEET à satisfaire sa clientèle du secteur industriel. Ces


industrielles font tourner dans leurs enceintes des groupes électrogènes de moyenne voire
de grande puissance, en fonction bien entendu de leur besoin. On peut aussi compter des
chaudières servant de petites centrales thermiques, tournant à partir des combustibles
comme la coke du coton et autres, toujours dans ces unités industrielles.

1.2.1.2. Production hydroélectrique [9]

Plusieurs sites hydroélectriques potentiels ont fait l’objet d’études. La dernière, réalisée
par le cabinet d’étude TRACTIONNEL, avait identifié 39 sites dont 23 présentant un
potentiel supérieur à 2 MW. L’essentiel de ce potentiel se trouve sur les fleuves Mono et
Ôti. Le productible qui peut être attendu de ces sites était évalué à 850 GWh pour une
puissance installée de 224 MW. Les sites qui ont fait l’objet de l’étude sont repris dans le
tableau 1.1.

Tableau 1.1 : Puissance potentielle des sites (MW) [9]

Puissance potentielle (MW)


Nom du site Fleuve Etude 1981 Etude 1984
USAID TRACTIONNEL
Tétéou Mono 60 34
Nangbéto Mono 20 26
Tomégbé Domi 8
Tomégbé Sin-Sin 1,6 0,7
Ezimé Koulassou 2,5 7
Tomégbé Ghanhou 11,3 2
Landa-Pozanda Kara 0,2 17
Bougoulou Kéran 1,25
Wonougba Sio 0,16
Titira Kéran 12 13
Adjarala Mono 80

Eu égard aux données de l’étude réalisée par TRACTIONNEL, il y a lieu de reconnaître


qu’il existe une quantité non négligeable de sites pour lesquels une utilisation serait
possible dans le plan directeur de l’électrification du pays. Pour ce faire, d’une part, une
actualisation des études menées en vue de disposer des données et informations fiables et
d’autre part, une vérification de la localisation des sites et leur production annuelle

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 6 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

pourraient permettre de savoir dans quelles mesures, l’électrification sera techniquement


et économiquement faisable en vue de les exploiter.

1.2.1.3. Les énergies renouvelables

Dans le contexte de la très faible demande prévue pour certaines localités et dans la
perspective de la lutte contre la pauvreté en zones rurales, le recours aux énergies
renouvelables est considéré comme une alternative pouvant être retenue pour une option
de pré-électrification. Malheureusement, ces énergies ne sont pas prises en compte dans
le bilan énergétique national en raison de leur état embryonnaire. Pourtant, chacune de
ces énergies représente un potentiel énergétique plus ou moins intéressant.

Le potentiel solaire est fort intéressant. Les mesures effectuées par le Laboratoire sur
l’Énergie Solaire (LES) de l’Université de Lomé et la Direction de la Météorologie
Nationale à différentes latitudes du pays permettent d’estimer l’énergie solaire globale
moyenne rayonnée sur un plan horizontal à 4,4 kWh/m2/j pour Atakpamé et à
4,5 kWh/m2/j pour Mango et environ 5 kWh/m2/j pour Lomé [9]. Les puissances pouvant
dépasser 700 Watts/m2 surtout en saison sèche quand le ciel est clair et le taux d’humidité
de l’air est bas.

L’énergie éolienne est en train de se tailler une importante place dans le mix énergétique
mondial mais malheureusement au Togo, le gisement éolien reste très insuffisant pour la
production d’électricité par les aérogénérateurs dans des conditions économiques
garantissant le retour sur investissements. Le Togo peut être classé parmi les zones plutôt
calmes bien que des pointes instantanées de vent puissent atteindre des valeurs très
élevées jusqu’à 4 m/s dans certaines régions.

Le domaine du biogaz au Togo peut être constitué par 400 à 500 ktep de déchets
végétaux d’agriculture, auxquels s’ajoutent les matières fécales animales du cheptel
togolais évalué à près de dix millions (10 000 000) de têtes en 1998 et les déchets
ménagers urbains [5]. Le Laboratoire sur l’Énergie Solaire (LES) de l’Université de
Lomé avait expérimenté des digesteurs de type continu et discontinu en utilisant du lisier
de vaches, de moutons et de volailles. De même, la coopération sino-togolaise avait

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 7 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

réalisé un projet pilote de biogaz à Avétonou et à Namiélé. L’expérience togolaise dans


ce domaine n’a pas été concluante.

1.2.2. Production de l’énergie à la CEB

La CEB possède en plus des centrales thermiques, des hydroélectriques et se charge des
transactions d’énergie dans les pays membres.

1.2.2.1. Centrales thermiques de la CEB

La centrale thermique principale de la CEB est composée de deux turbines à Gaz qui se
situent dans la zone portuaire. Elles ont chacune une puissance de 25 MW. Elles viennent
généralement en appoint à la production de la CEET en cas de déficit. Elles sont tournées
à partir du Jet A (carburant d’avion).

1.2.2.2. Centrales hydroélectriques de la CEB

Elles sont au nombre de deux, une en exploitation et l’autre en étude.

1.2.2.2.1. La centrale hydroélectrique de NANGBETO

La principale centrale hydroélectrique est celle de NANGBETO située à une quarantaine


kilomètres de la ville d’Atakpamé et construite depuis 1983. Elle avait pour vocation, en
plus de la production de l’électricité, l’approvisionnement en eau, la promotion de la
pêche, voire l’aquaculture et l’irrigation agricole. Elle est dotée d’un réservoir qui occupe
une superficie de 180 km2. La centrale, située à un niveau de 122 m, dispose de deux
alternateurs (Kaplan) qui produisent une énergie de 32,4 MW chacun. La capacité totale
de production est estimée à 65 MW et le barrage peut produire 150 GWh/an. Cette
énergie est équitablement répartie entre le Bénin et le Togo, mais consommée pour la
partie du Togo à 90 % par le centre et le sud du pays.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 8 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

1.2.2.2.2. Les projets en cours dans le domaine hydroélectrique

Le projet hydroélectrique d’Adjarala, du nom du village le plus proche, est situé sur le
fleuve Mono, à la frontière entre le Togo et le Bénin. Il s’agit, pour la Communauté
Électrique du Bénin (CEB), promoteur du projet, de poursuivre la mise en valeur du
potentiel hydroélectrique du fleuve Mono, d’augmenter la disponibilité en énergie, de
réduire son coût, de limiter l’importation d’hydrocarbures coûteux et d’accroître
l’indépendance énergétique de ses pays membres. Deux fois moins important en surface
que Nangbéto, il produira presque deux fois plus d’électricité grâce à la réserve
constituée par Nangbéto. Le projet d’aménagement hydroélectrique d’Adjarala a été
étudié à la fin des années 1980. Le débit sera de 210 à 315 m3/s et la puissance installée
de 98 à 147 MW répartie sur trois groupes identiques chacun. Jusqu’à une date récente,
l’argument solide avancé en faveur de la construction du barrage d’Adjarala était la
situation déficitaire de la fourniture d’énergie électrique par la CEB au Togo et au Bénin
face à une demande fortement croissante qui s’établit autour de 213,48 MW pour le Togo
et le Bénin dont 114,09 MW pour le Togo seul avec des moyens de production et de
transport dans un état de saturation.

1.2.2.3. Importation d’énergie par la CEB

Pour venir à bout de la demande sans cesse croissante de l’énergie électrique des pays
membres, la CEB s’approvisionne auprès des compagnies d’énergie des pays proches. On
peut évoquer l’achat auprès de la VRA (Volta River Authority) au Ghana, de la CIE
(Compagnie Ivoirienne d’Electricité) en Côte d’ivoire et de la TCN (Transmission
Company of Nigeria) du Nigeria.

Elle se charge du transport jusqu'à restitution en haute tension dans de diverses régions
des deux pays alliés. C’est l’exemple des 14 points de vente à la CEET au TOGO dont
certains sont les suivants : LOME PORT (185288811 kWh en 2009), LOME AFLAO
(390593000 kWh en 2009), DAPAONG (70930245,95 kWh en 2009), KARA
(51991038,31 kWh en 2009).

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 9 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

1.2.3. Production d’énergie à la CEET

Principale distributeur d’énergie électrique au TOGO, la CEET est une société


parapublique chargée de la couverture électrique du pays. Elle alimente également en
électricité certains sites isolés afin de palier à d’éventuels manquements.

1.2.3.1. Centrales thermiques de la CEET

La CEET dispose des centrales thermiques Diesel installées dans certaines localités du
pays. Au total, il existe 45 unités de production. La puissance totale installée est de
42 MW avec une production de 50 à 70 GWh à l’exclusion de la CTL de 90 MW
composée de 4 groupes de 10 MW chacun et 2 turbines à gaz de 25 MW chacune qui
sont tous dans un état obsolète. La puissance disponible est de 26 MW et celle garantie
n’est que de 21 MW. Les indisponibilités constatées sont liées à des nombreuses
perturbations de production provoquées par les avaries des groupes.

Le coût de production reste élevé à cause du coût de combustible, du faible rendement


des groupes et de l’importance de la demande qui à son tour est liée à la densité de la
population ou l’importance de sa population [9].

Il existe quatorze petites localités à être alimentées par de petits groupes électrogènes
isolés dont les puissances installées varient entre 40 et 300 kVA. Ces petites centrales
tournent avec un mode de fonctionnement aménagé de 12 heures par jour. Elles servent à
alimenter des régions non couvertes par le réseau électrique. On peut citer par exemples
les centrales isolées de KOUGNOHOU (17,5 kW a produit 112090 kWh en 2009),
KAMBOLI (37,8 kW qui a produit 286176 kWh en 2009), GANDO (20,5 kW qui a
produit 137746 kWh en 2009).

Pour ce qui concerne la ville de Lomé, elle est desservie par les centrales de Lomé Siège
d’une puissance de 16 MW, de Lomé B d’une puissance de 14 MW, CTL d’une
puissance de 40 MW, toutes utilisant du DDO comme combustible.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 10 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

1.2.3.2. Centrale hydroélectrique de la CEET

C’est à l’aube de l’indépendance que les autorités togolaises, voulant une certaine
autonomie en matière d’énergie électrique, ont décidé de disposer d’une source d’énergie
nationale. Grâce à un partenariat entre les États Togolais et Yougoslave, la construction
du barrage de Kpimé va commencer en 1960 et s’achèvera en 1963. Il a une puissance
installée de 1,6 MW avec une puissance garantie en saison sèche de 600 kW en moyenne.
La production annuelle est de 2,46 à 4,14 GWh avec un débit de 500 litres/s. La
production de cette centrale desserre les villages et villes situées non loin du site,
Kpalimé, Agou et autres [5].

1.2.3.3. Importation d’énergie par la CEB

La CEET achète à hauteur de 90% environ l’énergie totale qu’elle exploite. Son principal
fournisseur est la CEB. L’acquisition de l’énergie se fait en haute tension au niveau des
postes de transformation HT/MT qui se situent à de diverses localités à travers tout le
pays, il revient à la charge donc de la CEET de l’abaisser et de la distribuer. Il existe au
total 15 points de fourniture dans le pays dont deux à Lomé à savoir LOME-AFLAO et
LOME PORT. Ces deux points de livraisons tirent leurs sources des réseaux électriques
(161 kV) de la VRA du Ghana et de la CIE en Côte d’Ivoire, qui viennent tous du
Ghana. Ces points de livraisons sont de véritables courroies de transmission entre les
deux compagnies. Notons qu’ils comprennent chacun deux compteurs appartenant à
chaque compagnie (CEET ou CEB). L’évaluation de l’énergie totale achetée se fait sur
ces compteurs. On a par exemple en 2009, 390593000 kWh livrée à LOME-AFLAO et
185288811 kWh pour Lomé Port.

Les autres points de livraisons n’ont pas une énergie aussi élevée que ceux de Lomé. On
peut citer par exemple KARA, DAPAONG, ATAKPAME etc.

1.2.4. Production d’énergie à Contour Global

La compagnie américaine Contour Global vient en renfort pour l’autosuffisance


énergétique au Togo. Elle a son site situé dans la zone portuaire à Lomé et produit
annuellement jusqu'à 876 GWh avec une puissance installée de 100 MW. Contour Global

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 11 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

devra être alimenté en gaz naturel par le Nigeria grâce au projet gazoduc mais pour
l’heure, afin de pallier au besoin urgent du pays elle utilise le fuel lourd. L’énergie
produite est vendu à la CEET et à la CEB.

1.3. Interconnexion des réseaux électriques au TOGO

Etant conscientes du déficit énergétique dont souffre le pays et vu qu’il ne dispose pas
d’une centrale principale capable d’assouvir le besoin national, les autorités togolaises,
loin d’avoir un choix, n’ont fait que se plier à l’idée de se connecter aux réseaux des pays
voisins. Ainsi, elles ne pourront que se contenter des avantages de ces interconnexions et
subir les inconvénients. Ces interconnexions permettront au pays de s’approvisionner en
énergie à partir de l’extérieur. C’est l’exemple de la ligne Haute Tension de 161 kV qui
relie la VRA au Ghana au réseau électrique du TOGO, les lignes Hautes-Tension de la
CIE en Côte d’Ivoire, de la TCN au Nigeria par le biais du Benin bien sûr et les lignes du
barrage de NANGBETO qui partent pour le Benin.

L’interconnexion des réseaux électriques est une méthode qui est souhaitée par les
institutions d’énergies dans les sous régions de nos jours; l’énergie étant difficile de
stockage, le surplus de production irait donc à une autre région ou pays en besoins. Par
conséquent, les sources d’énergie se mêlent et s’entremêlent ; les sources thermiques,
hydroélectriques, éoliennes et tant d’autres se mélangent. Un utilisateur ne peut
déterminer exactement l’origine de production de l’électricité qui lui est fournie. Si nous
considérons le réseau de la ville de Lomé par exemple, il est constitué des sources venant
des centrales thermiques de la CEET (Lomé siège, Lomé B, TAG CEB et de Contour
Global), de la source d’approvisionnement de la CEB (LOME-AFLAO, Lomé Port) qui
proviendrait du barrage hydroélectrique d’AKOSSOMBO (VRA) au Ghana.

1.4. Emission de gaz à effet de serre au Togo [3]

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les
Changements Climatiques, le Togo a procédé à l’inventaire en 2000 de ses émissions de
gaz à effet de serre (GES). Selon ces études, en 2000, les émissions nettes des GES
directs (émissions moins absorptions) du Togo sont estimées à environ 13249,76 Gg. Le

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 12 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

dioxyde de carbone (CO2) constitue la plus grosse part avec 9010 Gg suivi du méthane
(CH4) 72,02 Gg et de protoxyde d’azote (N2O) 8,79 Gg pour les gaz directs. Les gaz
indirects sont dominés par le monoxyde de carbone (CO) 1067,4 Gg, les composés
organiques volatiles non méthaniques (COVNM) 51,17 Gg, les oxydes d’azote (NOx)
42,79 Gg et le dioxyde de soufre (SO2) 8,36 Gg.

Les émissions agrégées du Togo à la même année sont estimées à 13249,76 Gg CO2-e de
GES directs rejetés dans l’atmosphère. Sur l’ensemble de ces GES, le dioxyde de carbone
(CO2) constitue le principal GES émis avec 9010 Gg CO2-e (secteur UTCATF inclus)
soit environ 68 % des émissions totales ; suivent les émissions de protoxyde d’azote N2O,
2724,13 Gg CO2-e soit 21 % et enfin, celles de méthane CH4 1512,42 Gg CO2-e soit
11%.

CH4 N2O
11% 21%

CO2
68%

Figure 1.1 : Répartition des émissions de GES directs à l’année en 2000 par type de gaz.

Les émissions de CO2 dues à la combustion de la biomasse sont estimées à 153,91 Gg.
Selon l’analyse des émissions de gaz à effet de serre par secteur, le secteur Utilisation des
Terres, Changement d’Affectation des Terres et Foresterie (UTCATF) est la principale
source d’émission du dioxyde de carbone (CO2) avec 84% des émissions nationales
(7548,09 Gg) suivi du secteur Energie avec 13 % (1149,34 Gg) et du secteur des
Procédés Industriels avec 3 % (312,57 Gg).

La prédominance du secteur UTCATF en matière d’émissions de CO2 trouve son


explication dans le fait que l’économie du pays se repose essentiellement sur l’agriculture

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 13 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

dont le mode d’exploitation est l’agriculture extensive sur brûlis. En outre, la forme
d’énergie la plus utilisée est la biomasse énergie, affectant ainsi les écosystèmes
forestiers. Comme c’est le cas dans la plupart des pays en développement, les émissions
de gaz à effet de serre du secteur de l’énergie croissent très vite au Togo. En effet, de
1995 à 2000, les émissions de GES directs en équivalent CO2 se sont accrues de 16 %
(passant de 1487,5 Gg en 1995 à 1721,9 Gg en 2000), puis d’environ 20 % entre 1995 et
2003. Avec cette tendance, on s’attend à plus qu’un doublement des émissions de GES
dans le secteur énergie à l’horizon 2050, selon l’hypothèse tendancielle "Business as
usual" (DCN, 2010).

1.5. Politique énergétique du Togo [1]

A l’issue de la consultation des acteurs, il est apparu que la politique énergétique du Togo
pouvait se décliner selon les 6 axes suivants :

 sécuriser l’approvisionnement énergétique et maîtriser les coûts ;


 accroitre le taux d’accès à l’électricité ;
 améliorer l’offre d’électricité pour les consommateurs industriels ;
 favoriser l’efficacité énergétique sur l’offre et la demande ;
 développer les sources d’énergies renouvelables nationales ;
 permettre à la direction générale de l’énergie de jouer son rôle central dans le
secteur.

Le Togo, dans sa politique énergétique fait mention de l’efficacité énergétique comme


axes de développement. Cette politique stipule une amélioration de l’efficacité
énergétique sur l’offre et la demande d’énergie électrique. Les objectifs fixés sont :

 concevoir un programme d’économie d’énergie permettant une réduction de 30%


de la facture d’électricité dans les bâtiments administratifs ;
 concevoir un programme d’amélioration de l’efficience énergétique dans
l’industrie ;
 définir un programme d’amélioration de l’efficience énergétique et de substitution
de combustibles ;

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 14 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

 réaliser une étude de faisabilité et rédiger une proposition visant à réglementer


l’importation de véhicules trop anciens ;
 réaliser une étude de faisabilité de développement du transport en commun.

La politique énergétique du Togo, fait apparaitre l’engagement des autorités togolaises à


contribuer à une efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment. L’étude de l’efficacité
énergétique s’inscrit dans une démarche d’audit énergétique et nécessite l’adoption d’une
méthodologie spécifique, d’où la notion de protocoles d’étude de l’efficacité énergétique.

1.6. Protocoles d’étude de l’efficacité énergétique : démarche d’audit


énergétique

L’efficacité énergétique est d'autant meilleure que le système énergétique utilise le moins
d'énergie possible, de l’éclairage, de la climatisation, et de toute sorte de besoin
énergétique. L’étude de l’efficacité énergétique s’inscrit dans une démarche d’audit
énergétique. En effet, l’audit énergétique n’est qu’une étape d’un processus global dont la
finalité est la réduction des factures énergétiques. La réalisation de l’audit permet de
prendre connaissance de la situation énergétique du bâtiment et d’avoir des outils pour
l’améliorer.

L’audit peut être chronologiquement décomposé en trois grandes phases :

 étude de la situation existante ;


 analyses des données ;
 propositions de solutions.

1.6.1. Etude de la situation existante

L’étude de l’existant se base sur la collecte des informations. Il faut recueillir des
informations afin de comprendre comment l'énergie est utilisée. Ceci est la première
étape vers un audit énergétique efficace. Plus la quantité d’informations est importante,
plus l'analyse sera précise et réaliste. Basé sur cet ensemble de données, nous pouvons
identifier les différentes sources d'énergie, la répartition des consommations et des pertes
d'énergie probables. L’objectif de cette étape consiste à :

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 15 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

 acquérir une connaissance approfondie du site ;


 faire le bilan des informations manquantes et nécessaires.

Les documents nécessaires pour la réalisation de l’audit énergétique sont :

 plan masse, plan de niveau, vue en coupe, description des matériaux (isolation
entre autres) ;

 schémas hydrauliques et électriques ;


 caractéristiques des générateurs d’énergie secondaires;
 description de toutes les mesures mises en place afin de réduire les
consommations d’énergie ;
 factures énergétiques sur les trois dernières années ;
 contrôle des équipements consommant de l’énergie (manuel, automatique, time) ;
 inventaire et description des consommateurs d’énergie (bureautique, éclairage,
climatisation, équipements mécaniques, équipements bureautiques, etc.) ;
 scénario d’occupation des locaux avec une estimation du nombre d’occupants
hors-site ;
 description des horaires de travail des employés ;
 précédents audits énergétiques.

1.6.1.1. Visites et enquêtes

Lors de ces visites, l'ensemble des bâtiments et tous leurs équipements sont revus.
L’auditeur constate le fonctionnement de la maintenance, des systèmes de contrôle, de
l'état général des bâtiments et des équipements. C’est grâce à cette visite que l’auditeur
détecte les éventuelles anomalies dans l’enveloppe, l'utilisation générale du bâtiment
ainsi que des équipements. C’est l’étape qui permet d’identifier les plus grandes sources
d’économie d'énergie. C’est pour cette raison qu’elle est très importante. La visite du site
permet à l’auditeur de rencontrer les employés qui utilisent les bâtiments tous les jours, et
les questionner sur leurs besoins et idées d'amélioration. Il faut aussi constater, quand
cela est possible, la nature des parois principales ainsi que la présence ou non d’isolant
thermique. Les objectifs de cette étape sont :

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 16 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

 collecte d'informations visuelles telles que la structure du site et de l'état des


équipements présents tout en s'appuyant sur les connaissances des utilisateurs et
inventaire des consommateurs ;

 relever les informations manquantes ;

 évaluer le confort des utilisateurs, afin de l'améliorer ;

 sensibilisation pour une meilleure utilisation ;

 détection de défauts relatifs à l’enveloppe et aux équipements.

1.6.1.2. Mesures sur site

Ces données fournissent des informations quantitatives et qualitatives. Les mesures sont
prises dans des endroits différents qui sont représentatifs des variations à l'intérieur d’un
même bâtiment. Elles peuvent être réalisées dans certaines zones problématiques comme
dans les locaux que le personnel a trouvés particulièrement inconfortable. Ces mesures
concernent généralement :

 la température et l’humidité ;

 la consommation en énergie électrique ;

 la luminosité dans le bâtiment.

1.6.1.2.1. Mesure de la température et l’humidité relative

Ces données sont mesurées respectivement par des thermomètres et hygromètres. Munis
d’une unité de mémoire qui enregistre les mesures à intervalles de temps réguliers, ils
sont disposés à diverses positions stratégiques du site. Ainsi, au bout d’une certaine
période, on peut observer l’évolution des deux grandeurs dans le temps.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 17 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

1.6.1.2.2. Mesure de la consommation d’énergie électrique

Une analyse détaillée des pertes d’énergie sur le site ne serait pas complète sans une
étude approfondie du profil de la consommation d'énergie électrique. À cette fin, les
compteurs individuels sont installés sur l'équipement ciblé pour permettre la lecture
instantanée de mesure de puissance. Cela permet d’identifier les sources de
consommation les plus importantes et les pics de consommation. Ces mesures permettent
de relier les modes de consommation pour les opérations quotidiennes à l’intérieur des
bâtiments. On peut ainsi établir un profil type de consommation et constater où se
trouvent les pics, trouver leur origine et chercher des solutions afin de les réduire.

1.6.1.2.3. Mesure de la luminosité

A cette étape, l’auditeur est amené à mesurer la luminosité de l'éclairage naturel et


artificiel sur le site. Ainsi, il peut approfondir la compréhension de la situation et
formuler des recommandations qui prennent aussi en compte le confort des occupants.
Avec un luxmètre, on peut mesurer le niveau de luminosité dans différentes parties du
bâtiment et établir ainsi un éclairement moyen. Ce résultat est comparé avec les niveaux
optimaux de confort de travail afin d’apprécier la luminosité et en déduire le gisement
d’économie d’énergie relatif à l’éclairage.

1.6.1.2.4. Distances et épaisseurs de verre

L’utilisation du télémètre est utile pour obtenir des informations quant aux longueurs
caractéristiques du bâtiment et plus particulièrement dans le cas où l’on possède très peu
d’informations architecturales le concernant. Cet outil permet de connaître les différentes
hauteurs sous plafond, les hauteurs sous plancher ainsi que les dimensions d’huisserie.
L’utilisation d’un mesure vitre permet de déterminer les différentes épaisseurs de vitrage
ainsi que les lames d’air dans le cas de double ou de triple vitrage. Ces valeurs peuvent
être utiles pour connaître avec précision la nature des vitrages dont les baies sont
constituées.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 18 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

1.6.2. Analyse des données collectées et mesurées

A cette étape du projet, toutes les données primaires concernant le bâtiment et les relevés
effectués lors des visites sont traités. Il faut au préalable réaliser un scénario complet
d’occupation du bâtiment permettant d’évaluer la consommation théorique en se servant
du bilan de puissance. Ensuite, adopter des méthodologies de dimensionnement pour
évaluer le juste besoin en matière de consommation énergétique au niveau de chaque
poste de consommation afin de déduire le gisement d’économie d’énergie.

1.6.2.1. Scénario d’occupation

Cette étape de l’audit permet de répertorier l’évolution de l’occupation de différentes


zones sur plusieurs périodes.

1.6.2.1.1. L’évolution quotidienne

En fonction du type d’activité du bâtiment ou de l’ensemble des bâtiments audités,


l’évolution est très variable selon ces différentes bases. Par exemple s’il s’agit de
bâtiments résidentiels, l’évolution quotidienne montrera une présence humaine du soir
jusqu’au matin. Ce sera l’inverse si l’on traite du tertiaire. Cette évolution permet
d’illustrer les horaires de fonctionnement de l’activité ainsi que l’occupation de pointe
dans le cas d’accueil de public.

1.6.2.1.2. L’évolution hebdomadaire

Cette période temporelle permet d’avoir un aperçu des jours ouvrables de la semaine dans
le cas d’une activité secondaire ou tertiaire.

1.6.2.1.3. L’évolution annuelle

L’évolution annuelle illustre les congés annuels ou les vacances scolaires s’il s’agit de
bâtiments d’enseignement. Les scénarios ainsi obtenus vont permettre de comptabiliser le
nombre d’heures et de jours annuels d’occupation des différents locaux. Ce sont ces

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 19 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

valeurs qui vont servir de base afin de déterminer le temps d’utilisation des différents
récepteurs électriques et donc leur consommation annuelle.

1.6.3. Examen du système de climatisation

L’examen du système de climatisation est une étape très importante dans l’évaluation des
besoins en climatisation. Il s’inscrit dans la démarche d’audit énergétique et constitue une
base fondamentale pour le calcul de la puissance des équipements de climatisation d’un
local pour un confort thermique optimal des occupants. Cette analyse nécessite une
connaissance des normes du confort thermique dans les bâtiments.

1.6.3.1. Normes du confort thermique

Le confort thermique des usagers d’un bâtiment passe par le respect des consignes de
température et d’hygrométrie. Le code du travail reste vague en matière de température
convenable des locaux de travail. Toutefois, il est recommandé l’utilisation de la norme
AFNOR, NF X 35-121 (ISO 7730). Cette norme est fondée sur les recherches et la
méthode de calcul de Fanger. Elle part du principe qu’il est question de confort lorsqu’il
existe un équilibre entre la production de froid et la chaleur dégagée par le corps humain.
Cet équilibre est influencé par un certain nombre de facteurs :

 la température de l’air ;
 la température de rayonnement ;
 l’humidité relative ;
 les vêtements ;
 le niveau d’activité physique.

Le tableau (1.2) présente des intervalles de températures acceptables en fonction de


l’activité des personnes.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 20 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

Tableau 1.2 : Normes du confort thermique [source : NF X 35-121]

Type d’activité Température du local (°C)


Activité légère, position assise 20 – 22
Activité debout 17 – 19
Activité physique soutenue 14 – 16

1.6.3.2. Bilan thermique

Le calcul du bilan thermique de climatisation ou de conditionnement d’air nous permet


de comparer les puissances des équipements de climatisation installés et les charges
thermiques à vaincre dans chaque local d’un bâtiment. Ce calcul s’effectuera à partir des
gains réels, c'est-à-dire au moment où les apports calorifiques atteignent leur maximum
dans le local. Les charges sont des facteurs physiques intérieurs et extérieurs qui
perturbent la température et l’hygrométrie d’un bâtiment. Elles jouent donc un rôle très
important dans le dimensionnement d’une installation de climatisation. Les équipements
devront en effet être suffisamment puissants pour pallier aux plus fortes perturbations
prévisibles.

Les charges peuvent être classées en 2 catégories :

 les charges intérieures ;


 les charges extérieures.

1.6.3.2.1. Calcul des charges extérieures

Les charges extérieures sont dues aux sources de dégagement de chaleur situées à
l’extérieur du local à climatiser. Il s’agit essentiellement de la chaleur apportée par le
réchauffement solaire, et le renouvellement d’air.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 21 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

a- Apport de chaleur par transmission à travers les parois extérieures


(murs, toit, plafond et plancher) et les vitrages ;

Il est donné par la relation (1.1) :

𝑸𝒔𝒕𝒓 = 𝒌 × 𝑺 × 𝜟𝜽 (1.1)

où :

k est le coefficient de transmission thermique de la paroi ou du vitrage considéré en


W/m² °C [Tableau A-2.1 de l’annexe 2] ;
S est la surface de la paroi ou de la fenêtre considérée en m² ;
𝛥𝜃 est la différence de température entre les deux faces de la paroi considérée (°C)
[Tableau A-2.2 de l’annexe 2].

b- Apport de chaleur par rayonnement solaire à travers les parois

La quantité de chaleur traversant le mur (𝑄𝑆𝑅𝑚 𝑒𝑛 𝑊) est donnée par la relation (1.2) :

𝑸𝑺𝑹𝒎 = 𝜶 × 𝑭 × 𝑺 × 𝑹𝒎 (1.2)

où :
α est le coefficient d’absorption de la paroi recevant le rayonnement ;
S est la surface des parois en m² ;
F est le facteur de rayonnement solaire ;
𝑅𝑚 est le rayonnement solaire absorbé sur la surface du mur en W/m.

Le coefficient d’absorption « 𝛼 » dépend de la couleur et de la nature du mur [Tableau A-


2.3 de l’annexe 2]. Le facteur de rayonnement « F » indique la part de chaleur absorbée
par la surface et transmise à travers le mur du local [Tableau A-2.4 de l’annexe 2]. La
valeur du rayonnement solaire « 𝑅𝑚 » sur un mur [Tableau A-2.7 de l’annexe 2] dépend
de la latitude sous laquelle le local se trouve, de l’orientation du mur et de l’heure pour
laquelle le calcul sera effectué.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 22 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

c- Apport de chaleur par rayonnement solaire sur les vitrages

La quantité de chaleur traversant le vitrage (𝑄𝑠𝑟𝑣 en W) :

𝑸𝒔𝒓𝒗 = 𝜶 × 𝒈 × 𝑺 × 𝑹𝒗 (1.3)

où :
𝛼 est le coefficient d’absorption du vitrage [Tableau A-2.3 de l’annexe 2] ;
𝑔 est le facteur de réduction est fonction du mode de protection de la fenêtre contre le
rayonnement solaire [Tableau A-2.5 de l’annexe 2] ;
S est la surface vitrée (m²) ;
𝑅𝑣 est l’intensité du rayonnement solaire sur les vitrages W/m² ; elle est définie de la
même manière que 𝑅𝑚 et est donnée par le Tableau A-2.7 de l’annexe2 dans la colonne
«v».

d- Apport de chaleur par renouvellement d’air et infiltration

Le renouvellement d’air dans un local climatisé est nécessaire pour des problèmes
hygiéniques. Il se fait en règle générale par la ventilation (naturelle ou mécanique) des
locaux ainsi que par infiltration, introduisant de l’air extérieur dans le local climatisé. Il
est source d’apport de chaleur sensible et latent dans le local à conditionner.

Les gains sensibles par renouvellement d’air et les gains latents par renouvellement d’air
sont donnés respectivement par les formules (1.4) et (1.5).

𝑸𝑺𝒓 = 𝟎, 𝟑𝟒 × 𝒒𝒗 × (𝜽𝒆 − 𝜽𝒊 ) (1.4)

𝑸𝑳𝒓 = 𝟎, 𝟖𝟒 × 𝒒𝒗 × (𝒘𝒆 − 𝒘𝒊 ) (1.5)

où :

𝑞𝑣 est le débit d’air extérieur de renouvellement (m3/h) ;

𝜃𝑒 est la température extérieure de base ;

𝜃𝑖 est la température intérieure de base ;

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 23 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

𝑤𝑒 𝑒𝑠𝑡 la teneur en eau de l’air extérieur g/kg air sec ;

𝑤𝑖 est la teneur en eau de l’air intérieur g/kg air sec.

Si la ventilation est naturelle, on peut considérer que le renouvellement d’air est égal à un
volume de la pièce par heure (1vol/h), si la ventilation est mécanique, on relèvera les
valeurs dans le tableau (A-2.8) de l’annexe 2.

1.6.3.2.2. Calcul des charges internes

Les charges internes sont principalement dues aux occupants, à l’éclairage, aux machines
et équipements informatiques.

e- Apport de chaleur par les occupants

Il est donné en fonction de la température intérieure et du degré d’activités. On distingue


deux sortes de gains générés par les occupants : gains sensibles des occupants (𝑄𝑠𝑜𝑐 en
W) et gains latents des occupants ( 𝑄𝐿𝑜𝑐 en W). Ils sont donnés respectives par les
formules (1.6) et (1.7).

𝑸𝒔𝒐𝒄 = 𝒏 × 𝑪𝒔𝒐𝒄 (1.6)

𝑸𝑳𝒐𝒄 = 𝒏 × 𝑪𝑳𝒐𝒄 (1.7)

où :
𝑛 est le nombre d’occupants ;
𝐶𝑠𝑜𝑐 est la chaleur sensible des occupants (W) ; [Tableau A-2.9 de l’annexe 2] ;
𝐶𝐿𝑜𝑐 est la chaleur latente des occupants (W) ; [Tableau A-2.9 de l’annexe 2].

Les valeurs du tableau A-2.9 sont valables pour un homme adulte. On devra minorer les
valeurs de ce tableau par les coefficients suivants :

 pour les femmes : -20% ;


 pour les enfants : -20 à -40% ;
 pour un public mixte : -10%.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 24 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

f- Apport de chaleur par l’éclairage

Il constitue une source de chaleur sensible et dépend du type de lampe [Tableau A-2.10].

Pour les lampes fluorescentes on utilise la relation (1.8).

𝑸𝑺𝒆𝒍𝒆𝒄 = 𝟏, 𝟐𝟓 × 𝑷 (1.8)

Pour les lampes à incandescence on utilise la relation (1.9).

𝑸𝑺𝒆𝒍𝒆𝒄 = 𝑷 (1.9)

où 𝑄𝑆𝑒𝑙𝑒𝑐 est l’apport en chaleur (en W) et P, la puissance (en W) de la lampe.

Dans le cas de la lampe fluorescente, les 25% supplémentaires représentent la chaleur


dégagée par le ballast électromagnétique.

g- Apport de chaleur par les machines et appareillages

La plupart des appareils constituent à la fois une source de chaleur sensible et latente. Le
tableau (A-2.11) [annexe 2] donne les apports de chaleur par les machines et
appareillages ( 𝑄𝑆é𝑞𝑢𝑖𝑝. ). Les valeurs de ces tables ont été déterminées d’après les
indications de divers fabricants. On doit minorer les apports de ces machines et
appareillages (par un coefficient de pondération) en fonction de leurs durées de
fonctionnement. On considère par exemple qu’un appareil ne fonctionnant qu’une demi-
heure par heure dégage la moitié de sa puissance électrique nominale en apport de
chaleur.

1.6.3.2.3. Calcul des charges thermiques totales

Le bilan thermique total (𝑄𝑇 ) est la somme de toutes les charges externes et internes. Il
est plus pratique de faire la somme des charges sensibles (𝑄𝑆 ) et latentes (𝑄𝐿 ). D’où la
relation (1.10).

𝑸𝑻 = 𝑸𝑺 + 𝑸𝑳 (1.10)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 25 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

a- Charges sensibles totales

Ce sont les apports de chaleur sensible dans le local, dus à la différence de température
entre l’intérieur et l’extérieur ; donné par la relation (1.11).

𝑸𝑺 = 𝑸𝑺𝒕𝒓 + 𝑸𝒔𝒓𝒎 + 𝑸𝒔𝒓𝒗 + 𝑸𝒔𝒓 + 𝑸𝒔𝒐𝒄 + 𝑸𝑺é𝒒𝒖𝒊𝒑. (1.11)

b- Charges latentes totales

Ce sont les apports de chaleur latente dus à la différence de quantité de vapeur d’eau
contenue dans l’air extérieur et intérieur, et donné par la relation (1.12) :

𝑸𝑳 = 𝒒𝑳𝒓 + 𝑸𝑳𝒐𝒄 + 𝑸𝑳é𝒒𝒖𝒊𝒑 (1.12)

1.6.4. Examen du système d’éclairage

Lors de la visite des locaux, le simple relevé des installations et du comportement des
usagers permet d'entrevoir immédiatement les postes où des gains sensibles sont à
envisager sur l'éclairage. Nous pouvons citer plusieurs exemples significatifs, comme :

 un bureau paysager entièrement éclairé pour un seul occupant ;


 des locaux inoccupés mais pourtant éclairés ;
 des pièces où l'éclairage est en marche alors que la lumière naturelle suffit
largement pour couvrir les besoins.

Sur ce dernier point, en fonction des caractéristiques architecturales du bâtiment


(exposition, conception extérieure et intérieure), l'impact sur les consommations
électriques liées à l'éclairage est loin d'être négligeable. L'éclairage est une source
d'apport calorifique interne. Dans les bâtiments climatisés, l’éclairage conduit à des
charges supplémentaires, sources d’inconfort pour les usagers. Elle augmente alors la
consommation électrique relative à la climatisation.

L’examen du système d’éclairage est effectué en partant d’une comparaison des relevés
effectués sur le site par rapport aux données des normes et règlements en matière

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 26 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

d’éclairage dans les lieux de travail. De cette comparaison seront déduits, les gains
sensibles dans le secteur d’éclairage.

Pour l'éclairage, le diagnostic est organisé autour de trois paramètres :

 le bâti ;
 l'installation ;
 les usages.

1.6.4.1. Analyse du bâti

Lors de l’analyse du bâti, il faut établir le relevé des surfaces vitrées par façade
accompagné de l'orientation géographique correspondante. Ce relevé permet de
déterminer les locaux où des gains énergétiques sont envisageables par l'usage de
l'éclairage naturel. En effet, une meilleure organisation des plans de travail peut
engendrer des économies sensibles. Par ailleurs, il est nécessaire de relever certaines
côtes non connues, comme par exemple dans les bureaux, la hauteur utile (hauteur entre
les luminaires et les plans de travail), ainsi que l'espacement entre les luminaires afin de
vérifier le facteur d'uniformité des éclairements.

1.6.4.2. Analyse de l’installation

L’analyse de l’installation intervient à deux niveaux : une intervention portant sur les
caractéristiques et types de lampes utilisées et une autre intervention mettant en jeu la
conception de l’installation.

1.6.4.2.1. Caractéristique des lampes

La sélection des lampes les mieux adaptées se fait en fonction des applications et s'opère
suivant les quatre critères principaux suivants : l’ambiance lumineuse, la qualité de la
lumière, l’efficacité lumineuse et la durée de fonctionnement. Ce sont des données
nécessaires pour vérifier la convenance du choix des lampes d’un local en tenant compte
de l’activité qui y est exercée et du rendement économique ;

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 27 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

a- L'ambiance lumineuse

L'ambiance lumineuse varie en fonction de deux paramètres : la teinte et le niveau


d'éclairement. La teinte est définie par la température de couleur (Tcp) exprimée en degrés
Kelvin (°K). Cette notion de température de couleur permet de caractériser l'aspect de la
lumière émise. Les teintes dites chaudes sont à dominante rouge et les teintes dites
froides sont plutôt d'aspect blanc bleuté. Le tableau (1.3) présente le classement des
lampes en trois groupes.

Tableau 1.3 : Classement des teintes des lampes par température de couleur

Température de couleur Tcp (°K) Teintes


Tcp< 3300 Chaudes
3300 <Tcp< 5300 Intermédiaire
5300 >Tcp Froides

b- La qualité de la lumière

La qualité de la lumière est définie par l'indice de rendu des couleurs (IRC). Cet indice
détermine la faculté d'une source à respecter l'aspect des couleurs. Les prescriptions pour
les installations d’éclairage des lieux de travail intérieurs (NFEN 12464- 1 et ISO
8995/CIE 8008) et des lieux de travail extérieurs (projets de normes EN 12464-2 et CIE
DS 015.2) répondent aux besoins de performance et de confort visuel.

Lorsque la restitution exacte des couleurs est l'un des critères fondamentaux dans le choix
de l'éclairage (cas des musées par exemple), les lampes à mettre en place doivent avoir un
indice de rendu des couleurs supérieur à 95.

c- L'efficacité lumineuse

L'efficacité lumineuse ou rendement lumineux est une notion utilisée par les
constructeurs de lampes pour désigner le rapport entre le flux lumineux émis par un

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 28 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

appareil et sa puissance consommée. Elle s’exprime en lumen par watt (lm/W). Une
lampe est d’autant plus économe que son efficacité lumineuse est grande.

L'efficacité des lampes a un impact direct sur les coûts d'installation. Le choix de lampes
de meilleure efficacité peut permettre de réduire le nombre de luminaires. Pour mesurer
efficacement cet impact sur un bilan financier global, il convient de prendre également en
compte d'autres paramètres comme la périodicité d'entretien (nettoyage, remplacement
des lampes) et le coût d'achat à l'unité des lampes choisies. L’efficacité des lampes est
principalement fonction de la source de lumière.

d- La durée moyenne de fonctionnement

La durée moyenne correspond au temps au bout duquel, sur un échantillonnage donné,


50% des lampes testées sont hors d'usage. Ce paramètre est fondamental pour des
analyses économiques d’un projet d’éclairage.

1.6.4.2.2. Les types de lampes

Les sources lumineuses artificielles se répartissent en deux grandes familles


technologiques :

 les lampes à incandescence ;


 les lampes fluorescentes.

Notons qu’il existe une troisième famille de lampes : les lampes à décharge. Leur
domaine d’application étant l'éclairage des grands volumes (halls de gare ou d'aérogare,
bâtiments industriels,...) ou encore celui de la voirie et des espaces extérieurs des villes.

L’efficacité lumineuse qui est un indice d’efficacité énergétique au niveau de l’éclairage


dépend de la technologie de construction de la lampe.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 29 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 1 : Situation énergétique au TOGO et protocoles d’étude de l’efficacité énergétique

1.6.4.3. Dimensionnement des équipements d’éclairage

Partant d’un local dont on connaît les dimensions, la couleur des murs et la nature des
tâches qui y seront accomplies, le dimensionnement consistera à trouver le type, le
nombre et la disposition des luminaires nécessaires pour réaliser un éclairage convenable.

1.7. Proposition de solution

L’audit énergétique permet l’établissement d’un programme cohérent d’améliorations des


conditions d’utilisation et d’exploitation du bâtiment, de travaux envisageables
concernant le bâti, l’installation de climatisation et les autres équipements à usage
spécifique d’énergie.

Adaptées aux caractéristiques propres du bâtiment étudié, ces propositions permettent


d’apprécier l’intérêt technique et économique des améliorations préconisées et d’orienter
le choix des travaux dans les meilleures conditions de coût, de rentabilité et de délai.

1.8. Conclusion

Ce premier chapitre présente, la situation énergétique au TOGO dans sa globalité et les


objectifs des autorités togolaises en rapport avec l’efficacité énergétique. Il a été
également question d’exposer la méthodologie d’audit énergétique qui part d’une étude
de l’existant et aboutit à une analyse et aux propositions de solutions. La suite du
document sera consacrée à l’étude proprement dit du projet d’audit énergétique.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 30 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Chapitre 2 :

PRESENTATION DU PROJET D’AUDIT ENERGETIQUE ET


ETUDE DE L’EXISTANT

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 31 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

2.1. Introduction

L'audit énergétique est un préalable à la mise en place d'une comptabilité énergétique, il


aide à décider du programme des interventions que nécessite un bâtiment en vue de
maîtriser la consommation énergétique. Loin d'être une analyse sommaire d'améliorations
évidentes, ou un devis de travaux, l'audit est une méthode d'étude qui doit être déroulé
dans sa totalité et qui se décompose en trois phases indissociables comme présenté dans
le chapitre précédent. Ce chapitre deuxième fera l’objet d’une étude de l’existant en
matière d’occupation du bâtiment, de puissance électrique installée dans les divers
secteurs de consommation. En partant d’une estimation de la consommation énergétique
annuelle nous ferons un diagnostic de performances du bâtiment principal de l’ENSI. Il
est nécessaire de présenter au préalable les objectifs visés par notre projet d’audit
énergétique et les difficultés rencontrées.

2.2. Objectifs du projet d’audit énergétique du bâtiment de l’ENSI

L’efficacité énergétique est une option à favoriser pour la réduction des émissions de gaz
à effet de serre, qui permet de confronter les défis d’adaptation au dérèglement
climatique aux installations et aux conditions de vie des populations.

Un projet d’audit énergétique vise principalement à contribuer à la réalisation


d’économies d’énergie. L’audit énergétique est la démarche globale d’analyse et de
propositions de solutions. L’analyse du cas du bâtiment principal de l’ENSI permettra de
diagnostiquer la consommation énergétique qu’engendrent les activités qu’héberge le
bâtiment. Elle permettra d’apprécier les niveaux réels de consommation énergétique et de
quantifier le gisement d’économie d’énergie électrique afin de proposer des interventions
d’améliorations pour la maîtrise de la consommation d’énergie rentable
économiquement.

Cet audit énergétique est donc une étude nécessaire pour mettre en évidence les points
forts et faibles du bâtiment en termes de confort et de consommations énergétiques. Il
passe par une analyse fine des données techniques et comportementales du site. Il en
ressort une série de réponses aux problèmes soulevés, chacune s’étayant d’une

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 32 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

proposition de travaux, évaluée en investissement, en gains de confort et d’énergie. Les


enjeux du projet sont tant économiques qu’écologiques. En effet, un bâtiment qui
consomme moins d’énergie est aussi un bâtiment qui émet moins de CO2. Ainsi
l’amélioration des performances énergétiques du bâtiment principal de l’ENSI fait partie
intégrante d’une démarche environnementale et de développement durable.

2.3. Difficultés du projet

Ce projet d’audit énergétique pour le bâtiment principal de l’ENSI ne s’est pas déroulé
sans difficultés. En effet, le bâtiment principal de l’ENSI date de 1972 et de nos jours,
aucune documentation à savoir : plans de construction (plan masse, plan de niveau, vue
en coupe), description technique des matériaux (isolation, baies et enveloppes), plan
d’installation électrique basse tension n’est disponible.

Nos visites des lieux révèlent que le bâtiment principal est alimenté par un départ du
poste source privée N° 327 de l’Université de Lomé. Aucun dispositif de comptage n’est
installé sur le Tableau Général de Distribution Basse Tension, par conséquent aucune
facture d’électricité propre à la consommation d’énergie dans le bâtiment ne peut être
fournie.

Les mesures à effectuer dans le cadre de notre projet d’audit énergétique rencontre elles
aussi des difficultés du point de vue matériel. En effet, il est nécessaire de relever
l’éclairement moyen dans chaque local du bâtiment afin de le comparer aux
recommandations des normes et règlements en vigueur. L’appareil de mesure (luxmètre)
à utiliser pour effectuer ces mesures n’est pas disponible.

2.4. Etude de l’existant

La première phase de notre projet d’audit énergétique consiste en l’examen de l’existant.


Il s’agit d’un examen minutieux du bâtiment et de ses paramètres de fonctionnement.
Plusieurs visites du bâtiment à différents horaires ont été nécessaires pour prendre les
mesures, faire des révisions techniques, étudier l’ensemble des points de consommation
énergétique du bâtiment principal de l’ENSI et sa qualité thermique afin de réaliser un

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 33 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

bilan complet de la situation énergétique. La description du bâtiment et des installations


électriques, l’inventaire des équipements de tous les points de consommation d’énergie
électrique, le calcul des consommations électriques et le bilan énergétique seront
présentés dans cette partie du document.

2.4.1. Description du bâtiment principal de l’ENSI

Avant de passer à sa description du point de vue technique, nous présentons l’aspect


général du bâtiment principal de l’ENSI.

2.4.1.1. Présentation générale

Situé sur le campus universitaire de Lomé au TOGO, l’Ecole Nationale Supérieure


d’Ingénieurs (ENSI) est une école qui forme des ingénieurs en cinq ans et des techniciens
supérieurs en trois (3) ans dans trois options : Génie électrique, Génie civil et Génie
mécanique. Son bâtiment principal est situé entre la faculté de Droit FDD (côté sud), la
faculté des sciences FDS (coté EST), l’Ecole Supérieure d’Agronomie ESA (côté nord) et
le Centre Catholique Universitaire CCU (côté OUEST). Construit en 1972, c’est un
bâtiment à un étage et est classé comme étant un bâtiment administratif et ERP
(Etablissement Recevant du Public). Il accueil au total 12 bureaux, 10 salles de classes,
trois (3) amphis, quatre (4) laboratoires (les laboratoires d’électronique, de câblage,
d’électrotechnique et de physique générale) et une salle informatique. Il a une forme
rectangulaire allongé de part et d’autre (Coté Est et Ouest) de deux ailes qui constituent
les Amphi B et C du côté Est et de l’Amphi A et les Foyer 1 et 2 du côté Ouest.

2.4.1.2. Description du bâti

Le bâtiment principal est à ossature en béton armé. Les parois opaques verticales
extérieures sont en bois traité comportant une lame d’air tandis que les parois opaques
verticales internes sont en agglos creux de 15 cm et qui reçoivent de part et d’autre un
revêtement en enduit de ciment d’épaisseur 2 cm. Les baies sont constituées de vitre de 4
mm et les portes sont en bois massif. Le plancher du RDC et du R+1 sont en dalle pleine

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 34 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

de 20 cm. Ce plancher reçoit dans les couloirs un faux plafond en plâtre. La hauteur sous
plafond est de 3,40 m. Le plan en coupe du bâtiment principal est présenté en annexe 1.

Dans ce bâtiment les parois opaques verticales (murs et portes) sont soit en contact avec
l’extérieur ou soit avec un passage ouvert ou encore en contact avec un autre local. Les
parois du plancher du RDC sont horizontales et en contact avec un autre local (R+1)
quant au plancher bas du R+1, les parois sont également horizontales mais en contact
avec l’extérieur.

2.4.2. Scénario d’occupation du bâtiment

L’enseignement supérieur étant l’activité qu’héberge le bâtiment de l’ENSI, il n’a pas un


usage 24h/24 et 7j/7 mais tout de même intensif pendant les heures d’ouverture. Les
cours sont programmés tous les jours ouvrables (lundi à vendredi) de 07h00 à 17h30 avec
une pause de midi allant de 11h45 à 13h00. Pendant ces heures, le local administratif, les
salles de cours et la plupart des bureaux sont occupés. Les laboratoires sont occupés par
les étudiants aux heures de travaux pratiques. Ce scénario d’occupation établit en
moyenne sur 10 heures conditionne quotidiennement des exigences de confort thermique
et visuel. A partir de 17h, le bâtiment est à moitié vide. A 18h30, le bâtiment est
généralement inoccupé. Le samedi, quelques cours de rattrapage sont organisés dans les
salles du bâtiment principal, ce qui occupe le bâtiment très faiblement. Le dimanche,
aucune présence n’est observée. Les périodes d’inoccupation pendant les jours ouvrables
vont donc de 18h30 à 6h. Environ 200 personnes au total occupent le bâtiment.

2.4.3. Description de l’installation électrique BT du bâtiment

Le bâtiment principal de l’ENSI est desservi par le poste privé N° 327 de l’université de
Lomé. Ce poste comporte deux transformateurs de 20 kV/400 V de puissance S=400
kVA. Les caractéristiques de ces transformateurs sont représentées dans le tableau (2.1).

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 35 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Tableau 2.1: caractéristiques des transformateurs du poste N° 327

Marques UNELEC
Référence de conformité Conforme à 18270 EDF
Puissance nominale 400 kVA
Tension nominale 20 kV(MT)/400 V(BT)
Tension de court-circuit 4%
Intensité nominale 11,55 A(MT)/577 A(BT)
Nature des enroulements Aluminium
Mode de refroidissement ONAN
Masse totale 1420 kg

O : huile minérale (agent de refroidissement intérieur) ;


N : naturelle (nature de la circulation de l'agent de refroidissement intérieur) ;
A : air (agent de refroidissement extérieur) ;
N : naturelle (nature de la circulation de l'agent de refroidissement extérieur).

Chacun des transformateurs dispose de 4 départs. Deux de ces quatre départs alimentent
le bâtiment principal et l’atelier génie mécanique de l’ENSI. Le Tableau Général Basse
Tension (TGBT) se trouve sous l’escalier au côté Est du bâtiment. Le disjoncteur
principal est de type MASTERPACT. Trois autres disjoncteurs sont placés en aval du
disjoncteur principal et qui constitue un début de répartition de circuit. Aucune
documentation n’étant disponible, il n’est pas possible de décrire cette répartition de
circuit.

Cependant, notons que les installations BT des bureaux, des salles de cours sont
monophasées. Seuls les laboratoires d’appareillages et d’électrotechnique sont alimentés
par un réseau triphasé. Il existe un coffret électrique dans chaque laboratoire où sont
placés les dispositifs assurant la protection des machines électriques de travaux pratiques.
Un coffret est également disponible à l’étage et comporte les éléments de protection des
différents circuits de l’étage. Chaque climatiseur installé dans le bâtiment est équipé d’un
disjoncteur divisionnaire 1Ph+N de calibre 20 A du constructeur MERLIN GERIN. Les
prises triphasées des laboratoires de travaux pratiques sont équipées des boutons à arrêt
d’urgence. Bref, l’ensemble du circuit du bâtiment principal est bien protégé.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 36 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Le bâtiment principal de l’ENSI dispose d’une installation électrique efficace du point de


vue équilibre du réseau. Les tensions mesurées dans les prises (par un voltmètre) des
locaux révèlent que le réseau ne présente aucun problème de chute de tension.

2.4.4. Zonage et fonctions spécifiques des locaux

Le zonage du bâtiment nous a permis de subdiviser l’ensemble du bâtiment en tenant


compte des spécifications suivantes : puissance installée, activités exercées et les
dimensions du local. Nous avons distingué cinq zones :

 zone 1
Elle comporte tous les bureaux des enseignants au RDC et à l’étage. Ce sont des bureaux
de dimension 2,5*5,5 m.

 zone 2
Elle regroupe les bureaux N°12, 13, N°14 (secrétariat et direction) et le bureau N°24
(bureau de reprographie).

 zone 3
Cette zone regroupe tous les foyers 1 et 2, les amphis, les salles de cours au RDC et à
l’étage.

 zone 4
La zone 4 regroupe les laboratoires d’appareillage, d’électronique, de physique général,
de câblage et la salle informatique.

 zone 5
Cette zone regroupe les couloirs, les escaliers, les halls, l’extérieur du bâtiment et les
locaux sanitaires.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 37 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

2.4.5. Inventaire des équipements à usage spécifique d’énergie

L’amélioration de l’efficacité énergétique d’un bâtiment nécessite la connaissance des


différents postes de consommation d’énergie et leur mode d’utilisation. Un recensement
de tous les équipements à usage spécifique de l’énergie électrique a été effectué dans les
locaux du bâtiment principal de l’ENSI. Les principaux secteurs de consommation
d’énergie électrique sont : l’éclairage, la climatisation, informatique.

2.4.5.1. Inventaire des équipements d’éclairage

L’éclairage est l’un des secteurs principaux de consommation d’énergie électrique. Il


permet d’assurer un confort visuel des usagers. Pour évaluer sa consommation, nous
avons relevés le nombre et la puissance des lampes dans chaque local dans le bâtiment
ainsi qu’à l’extérieur. Le tableau (2.2) présente l’inventaire des équipements d’éclairage
réparti par zone et par type de lampe. Les tubes fluorescents sont utilisés dans les
bureaux, salles de cours et laboratoires. Les lampes à incandescence sont retrouvées dans
les locaux sanitaires.

Tableau 2.2 : Inventaires des équipements d’éclairage

Types de Lampes à
Lampes à fluorescence Puissance
lampes incandescence
totale/local (W)
Puissances (W) 18 36 60
Zone 1 0 42 0 1 512
zone 2 0 21 0 756
Zone 3 0 108 0 3 888
Zone 4 0 64 0 2 304
Zone 5 10 30 16 2 220
Puissance totale (W) 10 680

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 38 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

2.4.5.2. Inventaire des équipements de climatisation

La climatisation est en général le plus grand secteur de consommation dans les bâtiments
tertiaires. Dans le bâtiment principal de l’ENSI, les climatiseurs utilisés pour assurer le
confort thermique des occupants sont de type split réversible simple ou double de
puissance 1 185 W, 1 275 W, 1 920 W ou de type monobloc de puissance 1 500 W, 2 100
W, 2 500 W. Les unités extérieures des climatiseurs de type split sont fixées au sol ou sur
le plancher haut du R+1. Elles sont toutes correctement ventilées, bien que fortement
exposées à l’ensoleillement. Les unités intérieures sont situées en applique murale à une
hauteur de 2 m à 2,50 m. L’inventaire de ces équipements de conditionnement d’air est
présenté dans le tableau (2.3).

Tableau 2.3 : Inventaire des équipements de climatisation

Types de climatiseurs Split Monobloc


Puissances
totales/zone
Puissances (W) 1275 1920 1500 2100 2250 (W)

Zone 1 11 0 0 0 0 14 025
Zone 2 5 0 0 0 0 6 375
Zone 3 1 1 5 1 1 15 045
Zone 4 1 2 7 0 0 15 615
Zone 5 0 0 0 0 0 0
Puissance totale (W) 51 060

2.4.5.3. Inventaire des équipements informatiques

Le secteur informatique est en pleine évolution. L’expansion de l’informatique a pris une


telle ampleur que sa consommation devient un véritable enjeu énergétique dans le secteur
tertiaire. De plus la puissance de climatisation installée tend à s’accroître à cause du
matériel informatique. Une première étape dans la réduction de la consommation des
appareils de bureautique consiste à évaluer l’existant en nombre et en type d’équipement.
Les équipements informatiques courant que l’on retrouve dans le bâtiment principal de
l’ENSI sont :

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 39 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

 les ordinateurs ;
 les fax ;
 les photocopieurs ;
 les imprimantes.

Le tableau (2.4) présente l’inventaire de ces appareils par zone.

Tableau 2.4 : Inventaire des équipements informatique

Matériels Ordinateurs Imprimantes Photocopieurs


Puissances
Puissance (W) 175 550 1840 totales (W)

Zone 1 13 10 0 7 775
Zone 2 5 4 3 8 595
Zone 3 0 0 0 0
Zone 4 16 2 0 3 900
Zone 5 0 0 0 0
Puissance totale (W) 20 270

2.4.5.4. Inventaire des équipements divers

On trouve dans le bâtiment principal quelques autres équipements également


consommateurs d’énergie. Il s’agit des radios, d’une télévision, des réfrigérateurs, des
Switch et un point d’accès wifi. La consommation de ces équipements est loin d’être
négligeable dans le cadre de ce projet. Le tableau (2.5) présente le bilan de puissance de
ces équipements.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 40 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Tableau 2.5 : Inventaire des équipements divers

Micro- Poste
Equipements Radio Réfrigérateurs Switch Wifi Fax
ondes téléviseur
Puissances
Puissance totales (W)
45 340 680 100 20 65 65
(W)
Zone 1 2 0 0 0 0 0 0 90
Zone 2 0 2 1 4 0 1 1 1 890
Zone 3 0 0 0 0 0 0 0 0
Zone 4 0 0 0 1 1 0 0 140
Zone 5 0 0 0 0 0 0 0 0
Puissance totale (W) 2 120

2.4.5.5. Répartition de la puissance installée par secteur de consommation

L’inventaire des équipements à usage spécifique d’électricité mené lors de nos visites des
lieux révèle que le poste de conditionnement d’air (climatisation) compte pour 61% de la
puissance totale installée, les équipements informatiques des bureaux représentent 24% et
que le confort visuel de tout le bâtiment est assuré par des équipements d’éclairage dont
la puissance couvre 13% de la puissance totale installée. Les équipements divers ne
correspondent qu’à une partie mineure du bilan effectué : soit 2%. La figure (2.1)
présente la répartition des puissances pour différents secteurs de consommation du
bâtiment principal.

2%

13% Eclairage

24%
Climatisation

Equipements informatiques

61%
Divers

Figure 2.1 : Répartition de puissance

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 41 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Notre étude ne tiendra pas compte des équipements et appareillages de laboratoires


(alimentations courant continu, les GBF, les oscilloscopes, les moteurs, les
transformateurs de TP, les bancs d’essais, les contacteurs etc.). En effet, ces équipements
existent en grand nombre et sont de puissances diversifiés. Certains sont sollicités lors
des travaux pratiques en atelier, ceci en fonction du travail pratique à réaliser. La
fréquence d’utilisation est fonction des besoins. Il n’est donc pas évident de dresser un
bilan de puissance installée et donc d’évaluer la consommation théorique de ces
équipements. Par ailleurs, aucune source d’économie d’énergie n’est envisageable dans
ce secteur de consommation.

2.4.6. Bilan énergétique : calcul de la consommation théorique

Après l’inventaire des équipements de consommation d’énergie électriques de l’ENSI,


nous allons évaluer théoriquement la consommation moyenne annuelle d’énergie
électrique.

La consommation théorique attendue est obtenue par calcul, sur la base des horaires
d’utilisation et des caractéristiques techniques des équipements telles qu’elles ont pu être
relevés lors de nos visites des lieux. La méthode de calcul utilisée est présentée dans la
partie suivante.

2.4.6.1. Principe de calcul [10]

Le calcul du coût de la consommation d’énergie électrique dépend du prix du kWh fixé


par le distributeur d’énergie électrique, CEET. D’après les factures (d’aout à Décembre
2011 des compteurs des cinq postes privé de l’Université de Lomé), consultées au
DGDU, le prix du kWh fixé par le contrat entre la CEET et l’Université de Lomé est de
90 FCFA.

L’énergie active (𝐸𝐴é𝑞 en kWh) et l’énergie réactive ( 𝐸𝑅é𝑞 en kVARh) consommées


pendant une année par un équipement de puissance P (kW) seront respectivement
déterminées par les formules (2.1) et (2.2) :

𝑬𝑨é𝒒 = 𝑷 × 𝑵𝑱 (𝑵𝒉 ) (2.1)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 42 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

𝑬𝑹é𝒒 = 𝑬𝑨é𝒒 × 𝒕𝒂𝒏(𝒄𝒐𝒔−𝟏 𝛒) (2.2)

où :

𝑁𝐽 est le nombre de jours de fonctionnement dans l’année ;

𝑁ℎ est le nombre d’heures de fonctionnement par jour ;

𝑐𝑜𝑠 𝜌 est le facteur de puissance de l’équipement.

Le coût annuel ( 𝐶𝐴𝑒𝑞 en FCFA) dû à la consommation d’énergie active par cet


équipement sera calculé à l’aide de la formule (2.3) :

𝑪𝑨𝒆𝒒 = 𝑷 × 𝑵𝑱 × (𝑵𝒉 . 𝒑𝒖𝒌𝑾𝒉 ) (2.3)

où 𝑝𝑢𝑘𝑊ℎ est le prix unitaire du kWh ;

Le coût annuel des pénalités dues à la consommation d’énergie réactive (𝐶𝐴𝑃𝑐𝑜𝑠𝜌 ) de


tous les équipements est donné par les formules (2.4) et (2.5) :

𝑲 = 𝑬𝑹 − 𝟎, 𝟒𝟑(𝑬𝑨 ) (2.4)

où 𝑬𝑨 = ∑𝒏𝟏 𝑬𝑨.é𝒒𝒏 et 𝑬𝑹 = ∑𝒏𝟏 𝑬𝑹.é𝒒𝒏

𝑺𝒊 𝑲 > 0, 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑪𝑨𝑷𝒄𝒐𝒔𝝆 = 𝟓𝟓 × 𝑲


{ (2.5)
𝑺𝒊 𝑲 < 0, 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑪𝑨𝑷𝒄𝒐𝒔𝝆 = 𝟎

2.4.6.2. Application numérique

Le calcul de la consommation théorique du bâtiment principal de l’ENSI, est effectué par


secteur de consommation en se basant sur les hypothèses d’heure d’utilisation des
équipements consommateurs d’énergie.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 43 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

2.4.6.2.1. Hypothèses d’heures d’utilisation

Les conditions d’utilisation des équipements de consommation d’énergie varient d’un


local à un autre en fonction des occupants et des besoins. Notre étude devra donc trouver
un juste milieu entre ces conditions variées d’utilisation afin de déterminer une moyenne
d’heure d’utilisation de tous les équipements électriques du bâtiment. Pour ce faire, il a
été nécessaire de poser des hypothèses sur les durées d’utilisation. Ces hypothèses tirent
leurs fondements dans la répartition de l’année universitaire, le programme des cours et
des horaires de travail du personnel. Le tableau (2.6) présente le résumé de ces
hypothèses.

Tableau 2.6 : Hypothèses des durées d’utilisation des équipements

Nombre de semaine
Nombre d’heure
Zone ou local Equipements d’utilisation par année
d’utilisation/semaine
universitaire
Eclairage et climatisation 23 30
Zone 1
Informatique 22 30
Eclairage, climatisation et
Zone 2 50 34
informatique
Zone 3 Eclairage et climatisation 50 28
Eclairage et climatisation 25 28
Zone 4
Informatique 25 28
Couloirs Eclairage 38 28
Extérieur et hall Eclairage 84 52
Locaux
Eclairage 1 30
sanitaires

Partant de ces hypothèses, nous évaluons dans la partie suivante, les consommations
théoriques des différents postes de consommation.

2.4.6.2.2. Consommation théorique de l’éclairage

La durée de fonctionnement des lampes dépend du local dans lequel elles sont installées.
Les hypothèses précédentes nous permettent de faire une estimation de la durée moyenne
d’utilisation des équipements. Ainsi, nous avons fait une sommation de la puissance des

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 44 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

lampes en fonction des locaux où elles sont installées. Dans les calculs de consommation,
la puissance des lampes fluorescentes est majorée de 25% de la puissance nominale de la
lampe à cause de la consommation des accessoires (ballast électromagnétique, stater…).
Les détails du calcul du coût de la consommation théorique annuelle due à l’éclairage
dans le bâtiment sont consignés dans le tableau (2.7).

Tableau 2.7 : Consommation théorique annuelle due à l’éclairage

Puissance Nombre
Nombre de Coût de la
totale d’heure de Consommation
Local semaine consommation
d’éclairage fonctionnement (kWh/an)
par an par an (FCFA)
installée (W) par semaine
Bureaux 1512 23 30 1 304,1 117 369
Laboratoires 2736 25 28 2 394 215 460
Locaux
324 50 34 688,5 619 65
administratifs
Couloirs 180 38 28 239,4 215 46
Extérieur et
1080 84 52 5 896,8 530 712
Escalier
Locaux
960 1 30 28,8 2 592
sanitaires
Salles de cours 1600 50 28 2 800 252 000
TOTAL 13 351 1 201 644

2.4.6.2.3. Consommation théorique de la climatisation

La consommation théorique annuelle due à la climatisation dans le bâtiment principal de


l’ENSI est présentée dans le tableau (2.8). Les horaires d’utilisation correspondent aux
heures d’occupation des locaux.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 45 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Tableau 2.8 : Consommation théorique annuelle due à la climatisation

Puissance Nombre d’heure


Nombre de Coût de la
totale de Consommation
Local semaine par consommation
installée fonctionnement (kWh/an)
an par an (FCFA)
(W) par semaine
Bureaux 14 025 23 30 9 677,25 870 952,5
Laboratoires 15 615 25 28 10 930,5 983 745
Locaux
6 375 50 34 10 837,5 975 375
administratif
Salles de cours 15 045 50 28 21 063 1 895 670
TOTAL 52 508 4 725 742

2.4.6.2.4. Consommation théorique des équipements informatiques

Les sondages effectués révèlent que les équipements informatiques (ordinateurs et


imprimantes et photocopieuses) du secrétariat sont allumés toute la durée de travail (soit
50h/semaine) à raison de 10h/jour. Pendant cette durée, les imprimantes ne sont
sollicitées que 2% des heures de marche (soit 1h/semaine) et les photocopieuses 5%.
Dans les bureaux, les ordinateurs font l’objet d’un usage pendant une durée qui peut être
estimée à 95% des heures d’occupation du bureau soit 22h/semaine. Les imprimantes
dans ces locaux sont très peu sollicitées, seulement en cas de besoins, à raison de 0,5%
des horaires d’utilisation de l’ordinateur soit en moyenne 7 min/semaine. La salle
informatique est occupée lors des séances de travaux pratiques d’informatique (ces
séances sont évaluées à 24 h/semaine). En partant des horaires d’utilisations prédéfinies,
les détails du calcul de la consommation annuelle due aux équipements informatiques
sont consignés dans le tableau (2.9).

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 46 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Tableau 2.9 : Consommation théorique annuelle des équipements informatiques

Puissance totale installée (W) Nombre d’heure de fonctionnement /semaine Coût de la


Nombre de Consommation
Local Imprimantes Photocopieuse consommation/an
Ordinateurs Imprimantes Photocopieuse Ordinateurs semaine/an (kWh/an)
Marche Attente Marche Attente (FCFA)
Bureaux 2 975 0 0 22 0,11 0 0 0 30 1 987,095 123 199,89
Locaux
875 2 200 5 520 50 1 49 2,5 47,5 34 2 309,62 143 196,44
administratif
Salle
2 100 0 0 24 0 0 0 0 28 1 411,2 87 494,4
informatique
TOTAL 5 707,9 353 890,7

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 47 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

2.4.6.2.5. Consommation théorique des équipements divers

Les équipements tels que les Switch, point d’accès wifi et fax fonctionnent 24h/24
pendant toute l’année. Le micro-onde est utilisé occasionnellement et le réfrigérateur est
branché 24h/24. Le tableau (2.10) présente la consommation annuelle due aux
équipements divers.

Tableau 2.10: Consommation théorique annuelle due aux équipements divers

Puissance Nombre
Coût de la
totale d’heure de Nombre de Consommation
Local consommation/an
installée fonctionnement semaine/an (kWh/an)
(FCFA)
(W) /semaine
Réfrigérateurs 5 000 24 34 4080 367 200
Switch 500 24 52 624 56 160
Micro-onde 1 200 0,16 34 6,528 587,52
Téléviseur 65 1,67 30 3,2565 3,2565
Radio 90 10 30 27 27
Fax 65 24 52 81,12 81,12
Point d’accès
30 24 52 37,44 37,44
wifi
TOTAL 4 859,3 424 096,3

2.4.7. Bilan de la consommation d’énergie réactive et calcul de pénalité

Dans une installation électrique en courant alternatif, les récepteurs (transformateurs,


moteur, électronique de puissance, etc..) dont l'intensité est déphasée par rapport à la
tension, absorbent une énergie totale que l'on appelle énergie apparente. Cette énergie,
qui s'exprime généralement en kilovolt ampèreheure (kVAh), correspond à la puissance
apparente (en kVA) et se décompose en deux forme d’énergie : l’énergie active et
l’énergie réactive.

L’énergie réactive sert en particulier à créer dans les bobinages des moteurs,
transformateurs, le champ magnétique sans lequel le fonctionnement serait impossible. A
cette énergie correspond la puissance réactive. Contrairement à l’énergie active, cette
énergie est improductive pour l'utilisateur. Du fait d’un courant appelé plus important, la

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 48 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

circulation de cette énergie réactive sur le réseau de distribution entraîne des surcharges
au niveau des transformateurs, l’échauffement des câbles d’alimentation, des pertes
supplémentaires, des chutes de tension importantes. Facteur aggravant, elle est de plus
facturée par les fournisseurs d’énergie sous la forme de pénalités au delà d’un certain
seuil. Le déphasage du courant par rapport à la tension fait apparaitre deux composantes:
active et réactive.

2.4.7.1. Composantes active et réactive du courant [11]

Le courant actif (𝐼𝑎 ) est en phase avec la tension de la source. Le courant réactif (𝐼𝑟 ) est
déphasé de 90° par rapport au courant actif, soit en retard (récepteur inductif), soit en
avance (récepteur capacitif). Le courant apparent (𝐼𝑡 ) est le courant résultant qui parcourt
la ligne depuis la source jusqu’aux récepteurs. Si les courants sont parfaitement
sinusoïdaux, on peut utiliser la représentation de Fresnel. Ces courants se composent
alors vectoriellement comme représenté à la figure (2.2).

Figure 2.2 : Composition vectorielle des courants

De ce diagramme on établit le diagramme de puissances représenté à la figure (2.3).

Figure 2.3 : Diagramme de puissances

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 49 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

On remarque un déphasage entre la puissance apparente consommée et la puissance


active : d’où la notion de facteur de puissance.

2.4.7.2. Facteur de puissance

Par définition, le facteur de puissance (cos 𝜑) d’un appareil électrique est égal au rapport
de sa puissance active P par sa puissance apparente S. Cette définition est traduite par la
relation (2.7) :

𝑷
𝐜𝐨𝐬 𝝋 = (2.7)
𝑺

Pour une installation électrique, ce facteur mesure le taux de puissance réactive


consommée par les équipements installés. Il est important de relever son facteur de
puissance pour éviter les pénalités dues à la consommation d’énergie réactive. Dans notre
projet, nous avions évalué la consommation d’énergie réactive annuelle afin d’en déduire
les pénalités.

2.4.7.3. Pénalité due à la consommation d’énergie réactive dans le bâtiment

Le système d’éclairage se compose principalement des lampes fluorescentes à ballast


électromagnétique dont le facteur de puissance est cos 𝜑 = 0,95. Les équipements de
conditionnement d’air rencontrés dans le bâtiment sont dans l’ensemble moins
consommateur d’énergie réactive ( cos 𝜑 = 0,9 ) [2]. Les équipements informatiques
(ordinateurs, imprimantes, photocopieuses) et les équipements divers ont un cos 𝜑 = 1.
L’énergie réactive 𝐸𝑟 consommée dans chaque secteur est donnée par la relation (2.8) :

𝑬𝒓 = 𝑬𝒂 × 𝐭𝐚𝐧(𝐜𝐨𝐬 −𝟏 𝝋) (2.8)

En utilisant les relations (2.4) et (2.5), nous calculons la pénalité due à la consommation
globale d’énergie réactive. Les résultats de ces calculs sont consignés dans le
tableau (2.1).

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 50 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Tableau 2.11 : Calcul de pénalité

Energie active Energie réactive


Secteur de Pénalités
consommée Cos φ consommée
consommation (FCFA)
(kWh/an) (kVAR/an)
Eclairage 13 351,6 0,95 4 388,45 0
Climatisation 52 508,25 0,9 25 430,90 0
Equipements
5 707,91 1 0 0
informatiques
Equipement divers 4 859,345 1 0 0
TOTAL 76 427,11 29 819,36 0

Il ressort de ce tableau que les consommations en énergie réactive des équipements


d’éclairage, de climatisation, d’informatique et des équipements divers du bâtiment
principal de l’ENSI n’engendrent pas de pénalité. Par conséquent, il n’est pas nécessaire
de réaliser des travaux de compensation d’énergie réactive.

2.4.8. Répartition de la consommation énergétique

Chaque année, les activités qu’héberge le bâtiment principal de l’ENSI engendrent une
consommation moyenne globale de 76 427 kWh. La climatisation est le plus grand
secteur de consommation du bâtiment principal de l’ENSI. Sa consommation annuelle est
de l’ordre de 52 508,25 kWh soit 69% de la consommation globale. Le confort visuel
engendre une consommation de l’ordre de 13 351,6 kWh/an soit 18%. L’utilisation des
équipements informatiques représente 7% de la consommation globale (5 707,9
kWh/an). La consommation des équipements divers est loin d’être négligeable, elle
intervient à 6% (soit 4 778 kWh/an).

La représentation de la figure (2.4) montre le pourcentage des consommations des


différents secteurs du bâtiment.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 51 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

7%
6%
18%
Eclairage
Climatisation
Informatique
Divers
69%

Figure 2.4 : répartition de la consommation énergétique du bâtiment

2.4.9. Le dépassement de la puissance souscrite

Lors de la souscription, le consommateur propose une puissance moyenne qu'il estime ne


pas pouvoir dépasser pendant le fonctionnement normal de ses installations électriques.
Plus cette puissance est élevée, plus la prime fixe d'abonnement est forte. La tendance
naturelle des usagers est de souscrire pour une puissance la plus faible possible. Il s'ensuit
un dépassement fréquent de la puissance pour des installations électriques non
dimensionnées en conséquence. Les sociétés d'électricité sanctionnent les consommateurs
en fonction de la fréquence de dépassement de la puissance de souscription enregistrée.
L’un des objectifs d’un projet d’audit énergétique est de réduire le coût de consommation
d’énergie électrique, il convient donc de trouver un compromis entre la fréquence de
dépassement de puissance et les frais de prime fixe.

La puissance de souscription initiale est choisie en faisant une moyenne des puissances
installées en tenant compte d'un facteur approximatif de simultanéité. On détermine
ensuite la puissance optimale. Cet aspect de l’audit énergétique ne sera pas abordé dans
notre document compte tenu du fait que le bâtiment principal de l’ENSI comme tous les
autres bâtiments des écoles et facultés de l’Université de Lomé, n’a pas sa propre
souscription d’électricité.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 52 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

2.4.10. Consommation de référence

Il n'est pas souhaitable de baser un diagnostic sur la consommation théorique ni sur la


consommation réelle. La consommation théorique étant celle qui résulte des calculs, et la
réelle des relevés ou factures. La consommation théorique implique, pour son calcul, trop
d'hypothèses sur la réalité pour qu'elle soit totalement sûre. La consommation réelle n'est
pas non plus sans défaut tout simplement parce que les factures d’énergie électrique
peuvent être source d’erreur. De ce fait, la méthode conseillée consiste à confronter, dans
toute la mesure du possible, les consommations calculées à priori (après relevé) et les
consommations indiquées par l'usager ou le gestionnaire. Cependant, en raison de
l’indisponibilité des factures d’énergie, nous adopterons la consommation théorique
comme consommation de référence pour le diagnostic de performance. Avant d’établir ce
diagnostic pour le bâtiment principal de l’ENSI, nous présentons les bases de conversion
d’énergie finale en énergie primaire.

2.4.11. Unités de l’énergie [13]

Dans le Système International (SI), l’unité retenue pour l’énergie est le JOULE (J). On
l’exprime aussi en quantité de chaleur, avec l’unité de la calorie (cal) ou de ses multiples.
Comme unité d’énergie on utilise aussi la thermie (th). L’équivalence est donnée par la
relation (2.9).

𝟏𝒕𝒉 = 𝟏𝟎𝟔 𝒄𝒂𝒍 (2.9)

Les unités de travail et de chaleur sont liées par la relation (2.10).

𝟏 𝒄𝒂𝒍 = 𝟒, 𝟏𝟖𝟔 𝑱 (2.10)

L’énergie électrique est exprimée en kilowattheure (kWh) par la relation (2.11).

𝟏 𝒌𝑾𝒉 = 𝟑𝟔𝟎𝟎 𝒌𝑱 = 𝟖𝟔𝟎 𝒌𝒄𝒂𝒍 (2.11)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 53 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

Les quantités d’énergie peuvent s’exprimer en référence à un combustible standard d’un


pouvoir calorifique donné. L’unité de compte la plus courante est la Tonne Equivalent
Pétrole (TEP) qui est définie par les relations (2.12) et (2.13) :

1 tep = 107 kcal = 41, 8 GJ (2.12)

1 GWh = 86 tep (2.13)

On peut également exprimer l’énergie en énergie primaire (kWhep). L’énergie finale


(exprimée en kWh) est celle qui est disponible pour usage (gaz, électricité, fioul
domestique, bois, etc.). Pour disposer de ces énergies, il aura fallu les extraire, les
distribuer, les stocker, les produire, et donc dépenser plus d’énergie que celle utilisée.
L’énergie primaire est le total de toutes ces énergies consommées. Pour la conversion
d’énergie finale en énergie primaire, on a :

 pour l’électricité : 1 kWh = 2,58 kWhep ;


 pour le gaz : 1 kWh = 1 kWhep.

En récapitulatif, Les unités de l’énergie les plus courantes sont donc le Joule, la calorie,
le kWh, la TEP. La TEP et le kWh sont les plus utilisés en raison de l’universalité de
l’utilisation du pétrole et de l’électricité qui impose de fait leurs unités à tous. Pour les
conversions, nous utilisons le tableau (2.12) :

Tableau 2.12 : Table de conversion [13]

Unités de base en kWh en kWhep en tep


Kilocalorie (kcal) 0,001163 0,00045 0,258. 10-6
Thermie (th) 1,163 0,451244 0,258. 10-3
Kilowattheure 1 2,58 0,22. 10-3

A partir du tableau (1.12), nous établissons les consommations annuelles en énergie


primaire rapportées à l’unité de surface et les niveaux d’émission de GES par secteur de

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 54 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

consommation. Les émissions de gaz à effet de serre considérées se réduisent à celles de


dioxyde de carbone (CO2) relatives aux consommations d’énergie.

Pour l’évaluation des émissions en CO2, si le kWh est d’origine thermique, son contenu
en CO2 est pris égal à 1,009 kgCO2/kWh [d’après RETScreen]. Si le kWh est d’origine
hydraulique ou nucléaire, ce contenu sera nul.

2.4.12. Diagnostic de performance énergétique

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) renseigne sur la quantité annuelle


d'énergie rapportée à l’unité de surface (kWhep/m2.an), consommée par un bâtiment et
évalue sa performance énergétique, ainsi que l'impact de sa consommation en termes
d'émissions de gaz à effet de serre (kgCO2/m2.an). Les secteurs de consommations ciblés
par le diagnostic sont : l’éclairage et la climatisation.

Le DPE du bâtiment principal de l’ENSI est présenté dans le tableau (2.13). La surface
utile représente la surface intérieure occupée du bâtiment.

Tableau 2.13 : Diagnostic de performance de l’existant

Surface utile Energie consommée Emission de GES


Energie (kWh/an)
(m²) (kWhep/m².an) (kgCO2/m2.an)

65859,85 801 213 83

Il ressort de ce tableau que le bâtiment principal de l’ENSI se trouve dans la classe


énergétique D et dans la classe E des émissions de GES comme présenté à la figure (2.5).

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 55 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

213
kWhep/m2.an 83
kgCO2/m2.an

(a) (b)

Figure 2.5 : Etiquettes énergétique (a) et d’émission de GES (b) du bâtiment principal de
l’ENSI

2.4.11.1. Comparaison aux prescriptions de la RT 2012

La réglementation thermique RT 2012 (La Loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010, Grenelle


2), impose aujourd’hui un label BBC (Bâtiment Basse Consommation) pour tous les
bâtiments en construction à partir de novembre 2011. Ce label fixe le seuil de
consommation à 50 kWhep/m²/an pour les nouveaux bâtiments.

Cette même réglementation rend obligatoire, pour tous les bâtiments existants à usage
tertiaire ou dans lesquels s’exerce une activité de service public, la réalisation des travaux
d’amélioration de performance énergétique au plus tard le 31 décembre 2019. Le seuil de
consommation fixé pour les bâtiments existants est de 150 kWhep/m²/an. Par
comparaison aux spécifications de la RT 2012, le bâtiment principal de l’ENSI qui
consomme 213 kWhep/m²/an est classé parmi les bâtiments énergivores.

2.5. Conclusion

Après la série de visite nous avons effectué des calculs. Ceux-ci consistent à déterminer
la consommation énergétique actuelle de tous les appareils, en se basant sur les données
recueillies lors de nos enquêtes faites auprès des utilisateurs. La consommation annuelle
théorique du bâtiment ainsi établie nous a permis d’effectuer le diagnostic de
performance énergétique à l’issue de laquelle le bâtiment principal de l’ENSI avec une

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 56 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 2 : Présentation du projet d’audit énergétique et étude de l’existant

consommation de 213 kWhep/m²/an, a été classé dans la classe énergétique D et dans la


classe E des émissions de GES. L’étude de l’existant a donc montré la nécessité
d’amélioration de performance énergétique. Ces améliorations feront l’objet du chapitre
suivant.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 57 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Chapitre 3: Analyses des données et propositions de solutions d’amélioration

Chapitre 3 :

ANALYSES DES DONNEES ET PROPOSITIONS DE


SOLUTIONS D’AMELIORATION

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 58 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.1. Introduction

A partir de l’étude de l’existant établi précédemment, nous consacrons cette partie à une
analyse critique approfondie portant sur l’efficacité énergétique des installations
d’éclairage, de climatisation et des équipements informatiques ; les conditions
d’utilisation et l’état du bâtiment. L’analyse se basera sur des normes, des
recommandations et de quelques indices de performance énergétique. A la suite de
chaque analyse se fera une série de proposition de solution suivie d’une évaluation de
gain d’énergie réalisable, de réductions de GES et d’une étude économique.

3.2. Analyse du système d’éclairage

La consommation moyenne annuelle totale d’éclairage dans le bâtiment est égale à 13351
kWh/an pour une puissance totale installée de 10,68 kW. Les niveaux de consommation
des différents locaux sont présentés sur l’histogramme de la figure (3.1).

7000

6000
Bureaux
Concommation annuelle en Kwh/an

5000 Laboratoires

4000 Locaux administratifs

3000 Couloirs

Extérieur et Escalier
2000

Locaux sanitaires
1000
Salles de cours
0

Figure 3.1 : Consommation due à l’éclairage des différents locaux

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 59 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

L’essentiel de la consommation est à attribuer à l’éclairage de l’extérieur du bâtiment et


des escaliers. Pour seulement une puissance installée de 1080 W, on note une
consommation moyenne annuelle de l’ordre de 5 896,8 kWh soit 44% de la
consommation globale. Une raison valable de ce chiffre est l’utilisation intensive de
l’éclairage extérieur et des escaliers (de 18h à 6h pendant 365j de l’année). L’éclairage
des salles de cours occupe la deuxième position en termes de consommation d’énergie
(pour une puissance totale installée de 1 600 W, la consommation annuelle s’élève à 2
800 kWh soit 21%), devant l’éclairage des laboratoires (consommation moyenne de 2
394 kWh/an soit 18%), l’éclairage des bureaux (consommation moyenne de 1 304,1
kWh/an soit 10%), l’éclairage des locaux administratifs (consommation moyenne de
688,5 kWh/an soit 5%) ou l’éclairage des couloirs (consommation moyenne de 239,4
kWh/an soit 2%). La consommation annuelle des locaux sanitaires est relativement
négligeable (28,8 kWh/an).

L’analyse du système d’éclairage du bâtiment principal de l’ENSI qui nous permettra


d’identifier les gisements d’économie d’énergie portera sur divers aspects :
caractéristiques des lampes et ballasts utilisés, installation des luminaires et la puissance
installée dans chaque local.

3.2.1. Caractéristiques des lampes utilisées

Les principales caractéristiques des lampes utilisées dans le bâtiment principal de l’ENSI
sont présentées dans le tableau (3.1).

Tableau 3.1 : Caractéristiques des lampes existantes

Tube fluorescente Tube fluorescente Incandescence


Type
T8-36W T8-18W standard

Puissance (W) 36 18 60
Température de couleur (K) 6500 6500 2500
IRC 85 85 60
Flux lumineux (lm) 1850 820 710
Efficacité lumineuse (lux) 51 45 42
Longueur (m) 1,2 0,6 -
Diamètre (mm) 26 26 -

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 60 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.2.1.1. Température de couleur

La lumière émise par une lampe est chaude ou froide en fonction de la température de
couleur exprimée en Kelvin. Plus les degrés Kelvin sont faibles, plus la lumière diffusée
est chaude (rougeâtre) et plus les degrés Kelvin sont élevés, plus la lumière est froide
(bleuâtre). Le choix du type de lampe à utiliser repose sur une question esthétique et
psychologique. Le niveau d'éclairage, les couleurs de l'espace, le climat et l'application
ont un effet sur le résultat final. Généralement, les blancs « plus froids » sont plus
appréciés et sont utilisés dans les espaces industriels ou au sein de climats plus chauds,
alors que les blancs « plus chauds » sont habituellement utilisés dans les bureaux et dans
les magasins ou au sein de climats plus froids. Le tableau (3.2) présente le classement des
lampes rencontrées dans le bâtiment principal de l’ENSI en fonction des températures de
leur couleur.

Tableau 3.2 : Classement des lampes du bâtiment en fonction de la température de leur


couleur

Types de lampes dans le


Température (°K) Teintes
bâtiment
Lampes fluorescentes 6500 Froides
Lampes à incandescence 2500 Chaudes

3.2.1.2. Type de lampes : sources de lumière

L’efficacité lumineuse, un paramètre déterminant de l’efficacité énergétique des


installations d’éclairage, est fonction de la source de lumière. La figure (3.2) présente la
classification générale des sources de lumière.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 61 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Source de lumière

Composants électroniques
Lampes

Incandescente A décharge Diodes électroluminescente LED

Standard Halogène Fluorescente Mercure Sodium Iodures métalliques

Tube Compacte Haute pression Basse pression

Figure 3.2 : Classification générale des sources de lumière

Les lampes à incandescence standard, sont retrouvées dans les locaux sanitaires du
bâtiment. Ce sont généralement des lampes de faible efficacité énergétique (11 à 19
lm/W) [Annexe 7]. L’éclairage fluorescent fait partie intégrante de l’installation
d’éclairage du bâtiment. Les tubes fluorescents sont retrouvés dans tous les locaux hors
locaux sanitaires. Le principe de l’éclairage fluorescent est celui de la décharge dans une
vapeur de mercure traversée par un courant électrique, décharge produisant un
rayonnement peu visible principalement situé dans l’ultraviolet. Une poudre
luminescente située sur l’enveloppe transforme ce rayonnement UV en lumière visible.
Leur efficacité lumineuse est très supérieure à celles des lampes à incandescence et une
durée de vie de l’ordre de 10 000 heures de fonctionnement. Pour fonctionner, les tubes
fluorescents nécessitent un appareillage complémentaire (starter, ballast) contenu dans le
luminaire.

3.2.2. Types de ballast utilisé

Les ballasts sont des dispositifs indispensables au fonctionnement d'une lampe à


fluorescence ou d'une lampe à décharge. La fonction du ballast est d’initier la décharge

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 62 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

dans un tube fluorescent puis de la stabiliser en limitant le courant qui traverse la lampe.
Ils existent en deux types :

 ballast électronique (la lampe fonctionne entre 20 et 50 kHz) ;


 ballast électromagnétique (la lampe fonctionne entre 50 et 60 Hz).

Les ballasts en service dans le système d’éclairage du bâtiment principal de l’ENSI sont
de type électromagnétique. Ces ballasts sont à l’origine d’une surconsommation de
l’ordre de 25% de la consommation nominale de la lampe. Il apparait donc la nécessité de
les remplacer par des ballasts électroniques qui consomment moins d’énergie.

3.2.3. Disposition des luminaires

Dans la pratique, pour que des luminaires plafonniers émettent dans le demi-espace
inférieur d'un local, le rapport entre l’espacement de deux luminaires et la hauteur utile
doit être compris entre 1 et 2 (figure 3.3).

Figure 3.3 : Limite supérieure du rapport entre l’espacement et la hauteur

Les visites des lieux révèlent que les dispositions des luminaires dans les locaux du
bâtiment principal de l’ENSI sont en général bien réalisées.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 63 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.2.4. Dimensionnement : calcul de l’éclairement et de la puissance installée

Partant d’un local à éclairer dont on connait les caractéristiques (dimensions, la couleur
des murs) et la nature des tâches qui y seront accomplies (par conséquent le niveau
d’éclairement à maintenir), le dimensionnement consistera à trouver le nombre et les
caractéristiques des luminaires pour réaliser un éclairage satisfaisant et réglementaire. En
d’autres termes, ce dimensionnement consiste à trouver la puissance d’éclairage à
installer dans chaque local. Pour le cas du bâtiment principal où l’installation existe déjà,
cette démarche vise à estimer l’éclairement artificiel et la puissance installée dans chaque
local en partant des dimensions du local, du nombre et des caractéristique des luminaires
installés.

3.2.4.1. Caractéristiques du local

La conception d’un système d’éclairage fait intervenir certaines notions capitales qu’il
faut définir au préalable :

 la zone du travail, c’est-à-dire la partie du lieu de travail dans laquelle la tâche


visuelle est exécutée ;
 le plan utile a été défini comme étant la surface du local de laquelle on soustrait
une bande de 50 cm le long des murs sans porte et une bande de 70 cm le long des
murs avec porte. Il est estimé à 80 cm du sol ;
 le plan de travail est la partie du plan utile se limitant au poste de travail
(généralement, le plan horizontal limité par les extrémités du mobilier) ;
 le plan de travail effectif est la surface du poste de travail où la tâche visuelle
principale est exécutée. Il inclut le clavier de l’ordinateur. Il est souvent identifié
comme identique à la zone de travail. C’est sur cette surface que l’éclairement est
imposé.

Dans le dimensionnement, nous ne considérons pas les dimensions réelles des locaux
mais celles de leur plan utile de longueur « a » et de largeur « b ». On ne considérera
donc pas la hauteur totale du local mais : la hauteur des luminaires au-dessus du plan
utile (h) et la hauteur de suspension des luminaires sous le plafond (h’).

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 64 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Pour caractériser les dimensions (ou plus exactement les rapports de dimensions) des
locaux, on utilise l’indice du local (K) et le rapport de suspension (J). Ils seront calculés
par les formules (3.1) et (3.2) :

𝒂×𝒃
𝑲= (3.1)
𝒉(𝒂+𝒃)

𝒉′
𝑱= (3.2)
(𝒉+𝒉′ )

3.2.4.2. Le calcul du flux total

Le flux total ∅ (lm) nécessaire pour éclairer la totalité du plan utile (de dimension 𝑎 × 𝑏)
d’une pièce pour maintenir un niveau d’éclairement E (lm/m2), sera calculé par la
relation (3.3) :

𝑬×𝒂×𝒃×𝜹
∅= (3.3)
𝑼×𝜼

où :

𝜂 est le rendement du luminaire. Il sera pris égale à 0,7 (valeur minimum recommandée
dans les bureaux) ;

𝛿, est le facteur de dépréciation des lampes et luminaire. Il sera pris égal) 1,25 dans nos
calculs (empoussièrement faible) ;

𝑈, est l’utilance : sa valeur est déterminée dans le tableau d’utilance à partir des valeurs
de l’indice du local K, du rapport de suspension J et du coefficient de réflexion des
parois [Annexe 5].

3.2.4.3. Le nombre de luminaire

Connaissant le flux total ∅ (lm), le nombre de lampe qu’on veut installer par luminaire
(𝒏) et le flux lumineux d’une lampe (𝑓 en Lumen : lm), le nombre total de luminaire est
donné par la formule (3.4) :

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 65 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration


𝑵= (3.4)
(𝒏×𝒇)

Dans notre cas, il s’agit d’un bâtiment existant. En dépit des moyens matériels pour
mesurer l’éclairement dans les différents locaux, nous allons baser notre étude sur calcul
en prenant en compte les descriptions techniques des lampes installées présentées plus
haut.

Notre démarche serait d’évaluer l’efficacité du système d’éclairage par calcul de la


puissance d’éclairage spécifique et le niveau d’éclairement maintenu en partant des
dimensions du local, du nombre et de l’efficacité lumineuse des lampes. La puissance
d’éclairage est le rapport de la puissance totale installée dans un local par la surface utile
du local (exprimé en W/m2). Les résultats issus de ces calculs seront confrontés aux
règles et normes en vigueur.

3.2.4.4. Normes d’éclairage

Les prescriptions pour les installations d’éclairage des lieux de travail intérieurs (NFEN
12464- 1 et ISO 8995/CIE 8008) et des lieux de travail extérieurs (projets de normes EN
12464-2 et CIE DS 015.2) répondent aux besoins de performance et de confort visuel.
Ces normes spécifient la qualité d’éclairage nécessaire pour que les tâches visuelles
soient assurées avec précision sur les lieux de travail. Le tableau (3.3) présente les
valeurs de l’éclairement moyen, de l’Indice de Rendu de Couleur (IRC) et de contrôle de
l’éblouissement (UGR) à maintenir dans les lieux de travail, fixées par la norme EN
12 464-1. Il présente également la Réglementation Thermique (RT) de 2005 sur la
puissance d’éclairage spécifique à adopter dans les lieux de travail pour atteindre une
bonne efficacité énergétique.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 66 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.3 : Normes pour l’éclairage des lieux de travail [1]

Normes EN 12 464-1 RT 2005


Activités ou zones Eclairage moyen Puissance d’éclairage
IRC UGR
à maintenir (lux) de référence (Peclref)
Poste de travail 500 80 19
Laboratoire ou salle de dessin
750 80 16
industriel
Réception, hall entrée 300 80 22
Locaux archives 200 80 25 12 W/m2
Salle de réunion 500 80 19
Locaux d’enseignement 500 80 19
Escalier 150 40 25
Circulation 100 40 28
Stockage (occup. temporaire) 100 60 22
10 W/m2
Stockage (occup. permanente) 200 60 22
Commerce : zone de vente 300 80 22 3 W/m2/100lux
Commerce : zone de caisse 500 80 19 12 W/m2

La norme recommande de ne pas utiliser les lampes dont l’IRC (l’indice de rendu des
couleurs) est inférieur à 80 dans les lieux de travail.

L’éblouissement d’inconfort est la sensation produite par des surfaces brillantes dans le
champ visuel. Son évaluation utilise le facteur d’éblouissement unifié UGR (Unified
Glaring Rate). Celui-ci donne une idée de l’éblouissement d’inconfort lié à la luminance
des luminaires dans le champ visuel de l’observateur par rapport à la luminance de fond,
l’éblouissement provoqué par l’association de plusieurs luminaires dans un
environnement considéré. Dans les bureaux, l’UGR varie de 16 à 25 selon les zones.

3.2.4.5. Application numérique

Les détails des calculs de l’éclairement ainsi que la puissance d’éclairage spécifique
installée dans les différents locaux sont consignés dans les tableaux (3.4). Les salles de
cours étant de dimension variée, nous les avons regroupés en 4 types :

 type B1, salle de cours de dimension 5,5*5 m (salles 5 et 6) ;


 type B2, salle de cours de dimension 7,5*5,5 m (salles 2 et 20) ;
 type B3, salle de cours de dimension 7*3,75 m (salles 11 et 9) ;
 type B4, salle de cours de dimension 7,5*7 m (salle 7).

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 67 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.4 : Evaluation de l’éclairement et de la puissance d’éclairage

Local Salle de cours


Bureaux Foyers
type B1 type B2 type B3 type B4 Amphis
Paramètres 1 et 2
Longueur du local (m) 5,5 5,5 7,5 7,5 7,5 16,5 10
Largueur du local (m) 2,5 5 5,5 3,75 7 10 5,4
Hauteur du local (m) 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8
Longueur du plan utile
4,3 4,3 6,5 6,3 6,3 15,5 8,7
(m)
Largeur du plan utile (m) 1,5 4 4,3 2,75 6 8,8 4,4
Hauteur du plan utile (m) 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8
Hauteur des luminaires
2 2 2 2 2 2 2
au dessus du plan utile
Nombre de luminaire
2 4 3 4 4 10 3
installé
Le nombre n de lampe
1 1 2 1 2 2 2
par luminaire
Flux unitaire de la lampe
1850 1850 1850 1850 1850 1850 1850
installée (lm)
Puissance unitaire des
36 36 36 36 36 36 36
lampes installées (W)
Efficacité lumineuse
51 51 51 51 51 51 51
(lm/W)
Rendement du luminaire
0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7
installé
Flux total installé (lux) 3700 7400 11100 7400 14800 37000 11100
Facteur de dépréciation δ 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25
Facteur de Plafond 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7
réflexion Mur 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5
Indice du local (K) 0,6 1 1,5 1 1,5 3 1,5
Rapport de suspension
0 0 0 0 0 0 0
(J)
Utilance (U) 0,49 0,64 0,73 0,64 0,73 0,84 0,73
Eclairement moyen
157 154 162 153 160 127 118
maintenu E (en lux)
Puissance totale installée 72 144 216 144 288 720 216
Puissance d’éclairage
12 9 8 9 8 6 6
(en W/m2)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 68 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.5 : Evaluation de l’éclairement et de la puissance d’éclairage (suite et fin)

Local Locaux administratifs Laboratoires


Locaux
Salle Salle Salle Electronique et appareillage+ Physique Couloirs
sanitaires
Paramètres 12 13 24 électrotechnique salle info générale
Longueur du local
5,5 5,5 5,5 7,5 7,5 16,25 6,5 20,5
(m)
Largueur du local
2,5 5 2,5 5,5 7 7 1,8 1,8
(m)
Hauteur du local
2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8
(m)
Longueur du plan
4,5 4,3 4,3 6,5 6,3 15,25 5,3 19,1
utile (m)
Largeur du plan 1,3 3,8 1,5 4,3 6 5,8 0,8 0,8
utile (m)
Hauteur du plan
0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8
utile (m)
Hauteur des
luminaires au 2 2 2 2 2 2 2 2
dessus du plan utile
Nombre de
2 2 1 8 6 10 2 5
luminaire installé
Le nombre n de
lampe par 1 2 1 2 2 2 1 1
luminaire
Flux unitaire de la
lampe installée 1850 1850 1850 1850 1850 1850 710 820
(lm)
Puissance unitaire
des lampes 36 36 36 36 36 36 60 18
installées (W)
Efficacité 51 51 51 51 51 51 11 45
lumineuse (lm/W)
Flux total installé
3700 7400 1850 29600 22200 37000 1420 4100
(lux)
Rendement du
0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7
luminaire installé
Facteur de
1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25
dépréciation δ
Plafo
Facteur de 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7
nd
réflexion
Mur 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5
Indice du local (K) 0,6 1 0,6 1,5 1,5 2 0,6 0,6
Rapport de
0 0 0 0 0 0 0 0
suspension (J)
Utilance (U) 0,49 0,64 0,49 0,73 0,73 0,78 0,49 0,49
Eclairement
moyen maintenu 173 162 78 432 240 182 91 73
(lux)
Puissance totale
72 144 36 576 432 720 120 90
installée (W)
Puissance
d’éclairage (en 13 9 6 21 12 9 29 6
W/m2)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 69 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.2.4.6. Comparaisons et commentaires des résultats

Les résultats du calcul de l’éclairement et de la puissance d’éclairage spécifique des


locaux du bâtiment seront comparés aux normes pour identifier le gisement d’économie
d’énergie que l’on peut atteindre en redimensionnant de façon efficace et réglementaire
l’éclairage. La comparaison est présentée dans le tableau (3.6).

Tableau 3.6 : comparaison de l’existant aux normes

Exigences de la RT 2005
Eclairement Eclairement Puissance à Puissance
Puissance
Locaux recommandé installé installer installée
recommandé
(lux) (lux) 2 recommandée (W/m2)
(W/m )
(W/m2)
Bureaux 157 4 12
B1 154 3 9
B2 162 4 8
Salles de B3 153 4 9
500
cours B4 160 4 8
Amphis 127 3 6
Foyers 118 3 6
Locaux sanitaires 91 2 29
Couloirs 100 73 9 6
Labo 12
électronique et 432 7 21
électrotechnique
Labo Appareillage et 750
240 4 12
Info
Physique
182 3 9
générale
Salle 12 173 4 13
Local
salle 13 500 162 4 9
administratif
Salle 24 78 2 6

Il ressort du tableau de comparaison que l’éclairement dans les divers locaux du bâtiment
est largement en dessous de la valeur recommandée (par exemple dans les bureaux
l’éclairement est de 157 lux au lieu de 500 lux recommandé par les normes). Une raison
valable est l’utilisation optimisée de la lumière du jour comme source d’appoint à la
lumière artificielle dans les locaux. En effet, les parties vitrées représentent une surface
importante des parois verticales (sur les façades Nord et Est) ce qui permet un accès
permanent à la lumière naturelle. Les utilisateurs affirment être satisfaits de l’éclairement
des locaux qu’ils occupent. Le niveau d’éclairement artificiel est donc justifié mais la

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 70 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

puissance installée pour cet éclairement est surdimensionnée (par exemple pour un
éclairement de 157 lux, il est recommandé une puissance de 4 W/m2 alors que dans les
bureaux nous calculons une puissance installée de 12W/m2). Le constat étant le même
dans tous les locaux sauf dans les couloirs, le gisement d’économie d’énergie qu’il est
possible d’atteindre suite à un dimensionnement efficace du système d’éclairage est donc
énorme.

3.2.5. Solutions de rénovation du système d’éclairage

Pour rendre le système d’éclairage du bâtiment plus efficace et répondant aux exigences
des normes et règlements en vigueur, nous proposons les solutions suivantes :

 remplacer des ballasts électromagnétiques par des ballasts électroniques ;


 utiliser des lampes efficaces : remplacer des lampes à incandescence des locaux
sanitaires et les tubes fluorescentes T8 de 18 W des couloirs par des lampes fluo-
compactes de 12 W; remplacer les lampes fluorescentes T8 de 36 W des bureaux,
laboratoires et salles de cours par des lampes fluorescentes de type T5 de haute
efficacité ;
 installer une source de lumière ponctuelle dans les laboratoires ;
 rénover la technologie de gestion de l’éclairage extérieur par emploi d’un
interrupteur crépusculaire.

3.2.5.1. Remplacement des ballasts électromagnétiques

Le remplacement des ballasts électromagnétiques par des ballasts électroniques est connu
comme étant une solution simple pour réduire les consommations inutiles. Après une
description de cette préconisation, nous évaluons le gisement d’économie d’énergie
qu’elle peut engendrer et enfin nous établirons une analyse financière qui va aboutir sur
le calcul de temps de retour sur investissement.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 71 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.2.5.1.1. Description de la solution

Pour réduire les consommations d’énergie dues aux ballasts, nous proposons l’utilisation
des ballasts de type électronique au profit des ballasts électromagnétiques. Les ballasts
électroniques fonctionnent à très haute fréquence et de ce fait suppriment certains
désagréments observés avec les ballasts électromagnétiques (délai d’allumage,
bourdonnement, papillotements). Ils produisent moins de chaleur grâce à leur grande
efficacité. Le réchauffement du milieu est alors moins important, ce qui permet
d'économiser l’énergie pour la climatisation. Le principal intérêt réside dans la
diminution de la consommation spécifique du ballast. Un ballast électronique a une
consommation propre de 4 à 5 W, contre 10 W pour un ballast électromagnétique, il peut
donc induire une diminution de la consommation de la lampe de l’ordre de 20%. Par
ailleurs, la durée de vie des lampes est améliorée (environ 50 %), de même que la tenue
du flux lumineux dans le temps.

L’utilisation des ballasts électroniques (à haute fréquence) en remplacement des ballasts


électromagnétiques permettra d’améliorer les performances globales de l’éclairage et est
une solution d’économie d’énergie importante pour le bâtiment principal de l’ENSI. La
figure (3.4) présente un ballast électronique et un ballast électromagnétique.

(a) (b)

Figure 3.4: Ballast électromagnétique (a) et ballast électronique (b)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 72 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.2.5.1.2. Evaluation du gisement d’économie d’énergie et enjeux


environnementaux

Le calcul du gain d’énergie réalisable par cette préconisation est présenté dans le tableau
(3.7).

Tableau 3.7 : Evaluation du gisement d’économie d’énergie et de réduction de GES

Existant Future installation Economie annuelle Réduction


d'émission
Local Caractéristique Consommation Caractéristique Consommation
% kWh FCFA de C02
des luminaires (kWh/an) des luminaires (kWh/an)
(kgCO2/an)
Bureaux 1304,1 1043,28 20 260,8 23473 263
Laboratoires Luminaires 2394 1915,2 20 478,8 43092 483
Luminaires
Locaux 2*36 W,
688,5 2*36 W, 550,8 20 137,7 12393 139
administratif Lampes T12,
Lampes T12
Couloirs Ballast 239,4 191,52 20 47,88 4309 48
Ballast
Extérieur et Electromagné-
5896,8 Electronique 4717,44 20 1179 106142 1190
Escalier tiques
Salles de cours 2800 2240 20 560 50400 565
Lampes à Lampes à
Toilettes 28,8 28,8 0 0 0 0
incandescence incandescence
TOTAL - 13351,6 - 10687,04 20 2665 239810 2689

Il ressort de ce tableau que le remplacement des ballasts électromagnétiques par des


ballasts électroniques entraîne un gain d’énergie annuel de 2665 kWh soit une économie
de 20% sur la consommation relative à l’éclairage du bâtiment. Ce gain en énergie est
traduit par une économie financière de 239810 FCFA/an et une réduction d’émission de
2689 kgCO2/an. Adaptées aux caractéristiques techniques de l’ouvrage, cette
amélioration préconisée doit faire l’objet d’une étude économique afin de permettre
d'orienter le choix de travaux dans les meilleures conditions de coût, de rentabilité et de
délai.

3.2.5.1.3. Etude économique

Le tableau (3.8) présente les détails de l’étude économique des travaux susceptibles
d’être engendrer par la mise en application de cette proposition. La durée du retour sur
investissement est calculée uniquement sur la base des économies d’énergie et ne tient

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 73 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

pas compte des variations du prix du kilowattheure dans le temps (ce qui peut entrainer
des variations de l’économie réalisable). Elle représente le temps pour lequel
l’investissement nécessité par ces travaux est absorbé par les économies réalisées et est
calculé à partir de la formule (3.5) :

𝐈𝐧𝐯𝐞𝐬𝐭𝐢𝐬𝐬𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 (𝐅𝐂𝐅𝐀)
𝐓𝐫 (𝐚𝐧) = (3.5)
𝐄𝐜𝐨𝐧𝐨𝐦𝐢𝐞 𝐫é𝐚𝐥𝐢𝐬é𝐞 𝐩𝐚𝐫 𝐚𝐧 (𝐅𝐂𝐅𝐀/𝐚𝐧)

Tableau 3.8 : Calcul du temps de retour d’investissement pour la préconisation

Prix unitaire
Matériel Nombre Prix Total (FCFA)
(FCFA)
Ballast électronique HF-
Performer 118 TL-D
146 4000 584000
220/240V 50/60Hz Type
lampe T12 : 1*18/36W
MAIN D’OEUVRE 175200

INVESTISSEMENT GLOBAL (FCFA) 759200


ECONOMIE ANNUELLE (FCFA/an) 239810
TEMPS DE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (an) 3,16

Le retour sur investissement pour cette préconisation est obtenu après 3 ans 2 mois.

3.2.5.2. Utilisation des lampes efficaces

La deuxième préconisation dans le cadre de ce projet, consiste à utiliser un éclairage


efficace.

3.2.5.2.1. Description de la solution

Le niveau bas de l’éclairement artificiel et la puissance élevée de l’éclairage constatés


dans les locaux du bâtiment sont imputables à l’efficacité lumineuse des lampes utilisées.
On trouve dans tous les locaux (hors locaux sanitaires) du bâtiment principal de l’ENSI,
des tubes fluorescents de type T8 équipés de ballasts électromagnétiques. Cette

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 74 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

configuration consomme des quantités importantes d’énergie pour un éclairage médiocre.


Bien qu’elles soient de source fluorescente, les lampes de type T8 installées dans le
bâtiment ne permettent pas d’atteindre une meilleure efficacité énergétique.

Le tableau de l’annexe 7 présente des lampes fluorescentes de type T5 dont les


caractéristiques sont meilleures que celles des lampes actuellement en service dans le
bâtiment principal de l’ENSI. Ils fournissent généralement un flux lumineux important
pour de moindre consommation d’électricité. Pour des exigences d’efficacité, nous
proposons l’utilisation des lampes T5 FHE Luxline Plus (annexe 8), lampe basse
consommation (LBC) en remplacement des tubes T8 des bureaux, laboratoires et salles
de cours. Ces types de lampes nécessitent l’utilisation des ballasts électroniques (donc
cette solution intègre la première) et sont de dimensions différentes que celles de type T8
ce qui implique le changement des luminaires.

Les locaux sanitaires sont éclairés par des lampes à incandescence. Il existe une autre
lampe issue de la technologie d’éclairage fluorescent : la lampe fluo-compacte. La Lampe
Fluorescente Compacte (LFC) ou lampe basse consommation fonctionne selon le même
principe que les tubes fluorescents rectilignes. Elle bénéficie de ce fait des
caractéristiques propres à l’éclairage fluorescent : efficacité lumineuse et longue durée de
vie, avec deux avantages considérables sur les tubes fluorescents :

 la compacité ;
 l’intégration des starters et ballasts dans le culot de la lampe.

Ces deux dernières caractéristiques nous amène à proposer le remplacement des lampes à
incandescence des locaux sanitaires par des LFC sans modification du luminaire ou de
l’alimentation électrique, et ainsi améliorer sensiblement l’efficacité lumineuse. Aussi,
les tubes fluorescents de 18 W des couloirs seront remplacés par des LFC. Nous
choisissons la lampe MINI-LYNX COMPACT-START T2 SPIRAL 12W/B22 de
SYLVANIA (Annexe 8). Le constructeur SYLVANIA propose dans son catalogue une
table d’équivalence entre ses produits et ceux des autres constructeurs que l’on peut
consulter pour des raisons de préférence ou de disponibilité de produit.

Une fois le choix effectué, il convient donc de redimensionner le système d’éclairage.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 75 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.2.5.2.2. Dimensionnement de la nouvelle installation

Cette approche de solution vise à réduire la puissance installée et donc améliorer la


qualité de service de l’éclairage du bâtiment. Le dimensionnement consiste à déterminer
le nombre de luminaires qu’il est nécessaire d’installer dans les locaux pour assurer
l’éclairement que les utilisateurs jugent suffisant. Les tableaux (3.9) et (3.10) présentent
les résultats du dimensionnement de l’éclairage.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 76 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.9 : Dimensionnement de l’éclairage

Local Salle de cours


Bureaux Foyers 1 et
type B1 type B2 type B3 type B4 Amphis
Paramètres 2
Longueur du local (m) 5,5 5,5 7,5 7,5 7,5 16,5 10
Largueur du local (m) 2,5 5 5,5 3,75 7 10 5,4
Hauteur du local (m) 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8
Longueur du plan utile (m) 4,3 4,3 6,5 6,3 6,3 15,5 8,7
Largeur du plan utile (m) 1,5 4 4,3 2,75 6 8,8 4,4
Hauteur du plan utile (m) 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8
Hauteur des luminaires au
2 2 2 2 2 2 2
dessus du plan utile
Flux unitaire de la lampe
1250 1250 1250 1250 1250 1250 1250
installée (lm)
Puissance unitaire des
14 14 14 14 14 14 14
lampes installées (W)
Efficacité lumineuse
89 89 89 89 89 89 89
(lm/W)
Rendement du luminaire
0,9 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9
installé

Facteur de dépréciation δ 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25

Plafond 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7


Facteur de
réflexion Mur 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5

Indice du local (K) 0,6 1 1,5 1 1,5 3 1,5


Rapport de suspension (J) 0 0 0 0 0 0 0
Utilance (U) 0,49 0,64 0,73 0,64 0,73 0,84 0,73
Eclairement à maintenir
157 154 162 153 160 127 118
(lux)
Flux total à installer (lux) 2870 5748 8614 5752 11506 28642 8594
Le nombre n de lampe par
1 1 1 1 2 2 1
luminaire
Nombre de luminaire à
3 5 7 5 5 12 7
installer
Puissance totale installée
42 70 98 70 140 336 98
(W)
Flux total installé (lux) 3750 6250 8750 6250 12500 30000 8750
Eclairement moyen
205 167 164 166 173 133 120
maintenu E (en lux)
Puissance d’éclairage
7 5 4 5 4 3 3
(en W/m2)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 77 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.10 : Dimensionnement de l’éclairage (suite et fin)

Local secrétariat+salle de
Laboratoires
reprographie Locaux
Couloirs
Salle Salle Salle Electronique et appareillage Physique sanitaires
Paramètres 12 13 24 électrotechnique + salle info générale
Longueur du local
(m)
5,5 5,5 5,5 7,5 7,5 16,25 6,5 20,5
Largueur du local
(m)
2,5 5 2,5 5,5 7 7 1,8 1,8
Hauteur du local (m) 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8
Longueur du plan
utile (m)
4,5 4,3 4,3 6,5 6,3 15,25 5,3 19,1
Largeur du plan utile
(m)
1,3 3,8 1,5 4,3 6 5,8 0,8 0,8
Hauteur du plan utile
(m)
0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8
Hauteur des
luminaires au dessus 2 2 2 2 2 2 2 2
du plan utile
Flux unitaire de la
lampe installée (lm)
1250 1250 1250 1250 1250 1250 630 630
Puissance unitaire
des lampes installées 14 14 14 14 14 14 12 12
(W)
Efficacité lumineuse
(lm/W)
89 89 89 89 89 89 52 52
Rendement du
luminaire installé
0,9 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9 0,9
Facteur de
dépréciation δ
1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25 1,25
Facteur Plafond 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7
de
réflexion Mur 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5
Indice du local (K) 0,6 1 0,6 1,5 1,5 2 0,6 0,6
Rapport de
suspension (J)
0 0 0 0 0 0 0 0
Utilance (U) 0,49 0,64 0,49 0,73 0,73 0,78 0,49 0,49
Eclairement à
maintenir (lux)
173 162 78 432 240 182 91 73
Flux total à
2868 5744 1426 22972 17260 28664 1093 3161
installer (lux)
le nombre n de
lampe par luminaire
1 1 1 2 2 2 1 1
Nombre de
luminaire à installer
3 5 2 10 7 12 2 6
Puissance totale
installée
42 70 28 280 196 336 24 72
Flux total installé
(lux)
3750 6250 2500 25000 17500 30000 1260 3780
Eclairement moyen
maintenu E (en lux)
226 176 136 470 243 190 104 87
Puissance
d’éclairage 8 5 5 11 6 4 6 5
(en W/m2)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 78 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Pour situer la nouvelle installation dans les normes admises en matière d’efficacité
énergétique, nous comparons les divers éclairements et puissance installée des différents
locaux obtenus après rénovation à ceux de l’installation existante. La comparaison est
présentée par le tableau (3.11) :

Tableau 3.11 : comparaison de l’existant et de la future installation

Installation existante Future installation


Locaux Puissance Puissance
Eclairement Eclairement
installée installée
(lux) (lux)
(W/m2) (W/m2)
Bureaux 157 12 205 7
B1 154 9 167 5
B2 162 8 164 4
salles de B3 153 9 166 5
cours B4 160 8 173 4
Amphis 127 6 133 3
Foyers 118 6 120 3
Locaux sanitaires 91 29 104 6
couloirs 73 6 87 5
Labo électronique et
432 21 470 11
électrotechnique
Labo appareil et
Laboratoires 240 12 243 6
salle info
Labo physique
182 9 190 4
générale
salle 12 173 13 226 8
Locaux
salle 13 162 9 176 5
administratifs
salle 24 78 6 136 5

Ce tableau montre clairement que le service rendu (éclairement) est amélioré dans tous
les locaux du bâtiment et ceci pour une puissance installée réduite. Le gisement
d’économie d’énergie est donc important.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 79 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.2.5.2.3. Evaluation du gisement d’économie d’énergie et enjeux


environnementaux

Après rénovation, l’économie d’énergie réalisable est présentée dans le tableau (3.12). Le
pourcentage de réduction de la consommation des lampes est calculé suivant la relation
(3.6) :

𝑷𝒏
𝒌(%) = (𝟏 − ) × 𝟏𝟎𝟎 (3.6)
𝑷𝒂

où :
𝑃𝑛 est la nouvelle puissance d’éclairage installée ;
𝑃𝑎 est la puissance d’éclairage de l’installation existante ;
𝑘 est le pourcentage de réduction de la consommation des lampes.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 80 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.12 : Evaluation du gisement d’économie d’énergie et de réduction d’émission de GES

Existant Future installation Economie annuelle


Réduction
Taux Taux d’émission de
Local Consommation Consommation Consommation Consommation Gain
d’économie d’économie Gain total GES
des ballasts des lampes des ballasts des lampes total
pour les pour les (FCFA) (kgCO2/an)
(kWh/an) (kWh/an) (kWh/an) (kWh/an) (kWh/an)
ballasts (%) lampes (%)
Bureaux 326 978 65,2 570,5 20 42 668,4 60 151,6 675
Laboratoires 598 1795 119,7 897,7 20 50 1 376,5 123 889,5 1 389
Locaux administratif 172 516 34,4 331,9 20 36 322,2 28 990,7 325
Couloirs 60 179 11,9 149,6 20 17 77,8 7 002,45 78
Extérieur et Escalier 1 474 4 423 294,9 1769 20 60 3 832,9 344 962,8 3 868
Salles de cours 700 2 100 140 1 095,6 20 48 1 564,3 140 791,3 1 579
Locaux sanitaires 0 28,8 0 5,9 0 80 22,8 2 055,7 23
TOTAL 7 864,9 707 844 7 936

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 81 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Pour cette préconisation, une économie de l’ordre de 7 864,9 kWh peut être réalisée
chaque année soit une réduction de 59% sur la consommation due à l’éclairage, ce qui
correspond à une économie financière de 70 7844 FCFA/an et à une réduction d’émission
de 7 936 kgCO2/an.

3.2.5.2.4. Etude économique

Pour mettre en œuvre cette préconisation de l’audit énergétique, quel sera


l’investissement initial ? Quel est le temps de retour sur cet investissement ? Le tableau
(3.13) présente ces données.

Tableau 3.13 : Etude économique de la préconisation

Prix unitaire Prix Total


Matériels Nombre
(FCFA) (FCFA)
Réglette avec ballast électronique et
186 20000 3720000
tube fluo T5 FHE Luxline Plus 15W
Douille B22 46mm 8 1000 8000
Lampe fluo compact 12W/650lm/B22 8 4000 32000
MAIN D’ŒUVRE 1128000

INVESTISSEMENT GLOBAL (FCFA) 4848000


ECONOMIE REALISABLE PAR AN (FCFA/an) 707844
TEMPS DE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (an) 6,85

3.2.5.3. Réduire la charge d’éclairage dans les laboratoires pendant les


heures hors TP

Une autre solution d’économie d’énergie consiste à réduire la charge d’éclairage dans les
laboratoires pendant les heures hors TP.

3.2.5.3.1. Description de la préconisation

En dehors des heures de travaux pratiques, les responsables de laboratoires font usage de
l’éclairage pour leur confort visuel. Comme l’indique le tableau (3.10), en raison de leurs
dimensions, les laboratoires sont des locaux où sont installés plus de luminaires. Un
éclairement moyen satisfaisant est alors maintenu dans toute la salle pendant les heures

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 82 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

de travail (hors les heures de TP) alors que seul le poste de travail est occupé. Afin de
réduire la charge à ces heures, tout en maintenant un bon niveau de confort au poste de
travail, nous optons pour une solution d’éclairage qui vise à installer, en outre l’éclairage
standard, un éclairage ponctuel (lampe de bureau muni d’ampoule fluo compacte de 12
W/630 lm) qui permettra d’atteindre 400 à 500 lux sur le poste de travail. Pour le reste
des espaces du local on se limitera au niveau d’éclairement naturel.

3.2.5.3.2. Evaluation du gisement d’économie d’énergie

Si ces travaux devaient être réalisés en complément à la solution portant sur l’utilisation
des lampes efficaces, les gisements d’économie qu’on peut atteindre sont présentés dans
le tableau (3.14). Les heures de travaux pratiques occupent environ 20% des heures
d’ouverture des laboratoires.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 83 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.14 : Evaluation du gisement d’économie d’énergie et de réduction d’émission de GES

Avant travaux Après travaux Economie d’énergie


Réduction
Consommation Consommation
Local Consommation de GES
Consommation de l’éclairage de l’éclairage
totale % kWh/an FCFA (kgCO2/an)
(kWh/an) ponctuel standard
(kWh/an)
(kWh/an) (kWh/an)
Laboratoire d’électronique 196 8,4 39,2 47,6 75 148,4 13 356 150
Laboratoire
196 8,4 39,2 47,6 75 148,4 13 356 150
d’électrotechnique
Laboratoire d’appareillage
137,2 8,4 27,44 35,84 73 101,36 9 122,4 92,7
et câblage
Laboratoire de physique
235,2 8,4 47,04 55,44 76 179,76 16 178,4 181,4
générale
TOTAL 764,4 33,6 152,88 186,48 75 577,92 52 012,8 583,2

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 84 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

On réalise une économie d’énergie de 577,92 kWh qui se traduit par une économie
financière de 52 013 FCFA chaque année.

3.2.5.3.3. Etude économique de la préconisation

Le tableau (3.15) présente les détails de l’étude économique de ces travaux.

Tableau 3.15 : Etude économique de la préconisation

Matériels Nombre Prix unitaire Total


Lampe fluo compact
4 4000 16000
12W/650lm/B22
Douille B22 46mm 4 1000 4000
Consommables (câble, Vis) 30000 30000
MAIN D’ŒUVRE 14100

INVESTISSEMENT GLOBAL (FCFA) 64 100


ECONOMIE REALISABLE PAR AN (FCFA/an) 52 012,8
TEMPS DE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (an) 1,3

La réalisation de ces travaux nécessite un investissement de 64 100 FCFA. Le temps de


retour sur cet investissement est égal à 1 an 7 mois.

3.2.5.4. Rénover la technologie de gestion de l’éclairage extérieur

La technologie de gestion de l’éclairage est une piste pour réaliser des économies
d’énergie dans le bâtiment principal de l’ENSI. Avec les systèmes d’extinction standard
(interrupteur), l’éclairage est très souvent laissé allumer même lorsque cela n’est pas
nécessaire. C’est le cas de l’éclairage extérieur du bâtiment principal de l’ENSI. En effet
les lampes sont allumées très tôt la soirée (à 17h30) et sont éteintes tardivement (à 7h00)
dans la matinée. Dans le cadre de notre projet d’audit énergétique, nous proposons que
l’éclairage extérieur du bâtiment soit piloté par un interrupteur crépusculaire. Les
interrupteurs crépusculaires ont pour rôle de commander l'extinction des luminaires
lorsque l'éclairage naturel est supérieur à un certain seuil. Un interrupteur peut être prévu
pour des commandes manuelles. Les gains apportés sont d'autant plus importants que la
puissance installée est élevée.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 85 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.3. Analyse du système de climatisation

La climatisation est le secteur le plus important de la consommation énergétique du


bâtiment. Cette consommation dépend de plusieurs facteurs liés aux équipements
installés et au confort désiré par chaque utilisateur. La figure (3.5) présente le niveau de
consommation en climatisation des catégories de locaux dans le bâtiment principal de
l’ENSI.

25000
Consommation annuelle (kWh/an)

20000

Bureaux

15000
Laboratoires

10000 Locaux administratif

Salles de cours
5000

Figure 3.5: Répartition de la consommation d’éclairage dans les locaux

La consommation de la climatisation de l’ensemble des salles de cours est de 21063


kWh/an. Celle des bureaux est de l’ordre de 9677,25 kWh/an. Les laboratoires quand
bien même étant au nombre de quatre (4), leur consommation énergétique en
climatisation est très élevée (soit 10930,5 kWh/an). Ceci s’explique par une forte
climatisation que nécessite ces locaux. En effet, les appareils électriques de laboratoire et
les équipements informatiques sont sources de chaleur qu’il convient de compenser par
un dispositif de conditionnement d’air. Etant un secteur de grosse consommation, une
démarche d’audit énergétique en climatisation, sera sanctionnée par des économies
d’énergie importante. L’analyse du système de climatisation effectuée dans le cadre de

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 86 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

notre projet a porté sur l’efficacité énergétique des équipements installés et de la


performance de la climatisation dans chaque local. L’évaluation de la performance de
climatisation passe par un bilan de charges thermiques.

3.3.1. Bilan de charges thermiques

Afin d’évaluer le coefficient de performance dans chaque local, nous calculons au


préalable les charges thermiques totales à vaincre dans les locaux en appliquant les
formules (1.1) à (1.12) présentées au chapitre 1.

3.3.1.1. Conditions atmosphériques

Les conditions atmosphériques telles que l’insolation, la température et l’humidité de


l’air varient tout au long d’une journée. Pour la précision dans nos calculs ces valeurs
(température et humidité de l’air) ont été prises sur la base des données du service
météorologique du Togo. La température moyenne maximale sur les données de dix ans
est égale à 33°C pour le mois de Mars. L’humidité d’air correspond à 76%.

3.3.1.2. Les hypothèses de calcul

Les hypothèses de calculs sont :

 la température et l’hygrométrie à l’intérieur seront respectivement 25°C et 50% ;


 les échanges thermiques entre les parois internes et les apports thermiques par les
toits seront négligés.

3.3.1.3. Application numérique

Les détails des calculs sont présentés dans les tableaux (3.16) et (3.17).

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 87 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.16 : Calcul des apports thermiques dans les locaux

Local Locaux
Bureaux Salles de cours
administratif
Salles Salles
Salle Salle Salle Salle Salle Salle
1,3,12,14,15, 8,10,24,
2 et 20 4,5 9 et 11 7 13 23
Types d’apport et paramètres 16,17,19 25,26
Orientation
du mur N S N N S S N N
exposé*
Kv (W/m2
5 5 5 5 5 5 5 5
°C)
Km
1,69 1,69 1,69 1,69 1,69 1,69 1,69 1,69
Apport de (W/m2°C)
chaleur par Long (m) 5,5 5,5 7,5 5,5 7 7,5 5,5 7,5
transmission Largeur (m) 2,5 2,5 5,5 5 5 7 5 5
(QStr) h (m) 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8
Volume (m3)
CHARGES EXTERNES

38,5 38,5 116 77 98 147 77 105


Sm (m2) 2 2 6 4 4 6 4 4
Sv (m2) 5 5 15 10 10 15 10 10
Qstrv (W) 200 200 600 400 400 600 400 400
Qstrm (W) 27,04 27,04 81,1 54,1 54,1 81,1 54,1 54,1
Qstr (W) 227 227,04 681 454 454 681 454 454
αm 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7
F 0,085 0,0845 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08 0,08
Apport de Rm 284 362 284 284 362 362 284 284
chaleur par QSRm (W) 33,6 42,825 101 67,2 85,6 128 67,2 67,2
rayonnement αv 1 1 1 1 1 1 1 1
(QSR) g 0,45 1 1 1 1 1 0,45 1
Rv 227 290 227 227 290 290 227 227
QSRv 510,8 1450 3405 2270 2900 4350 1022 2270
qv 18 18 18 18 18 18 18 18
Apport de
ΔӨ 8 8 8 8 8 8 8
chaleur par
ΔW (W) 26 26 26 26 26 26 26
infiltration
QSr (W) 47,52 47,52 47,5 47,5 47,5 5,94 47,5 47,5
d’air
QLr (W) 393,1 393,12 393 393 393 15,1 393 393
Apport de QSoc (W) 67 67 1040 1040 1040 1040 260 130
CHARGES INTERNES

chaleur par
les QLoc (W) 49 49 592 592 592 592 148 74
occupants
Apport de
chaleur par QSecl (W) 20 20 40 80 80 80 20 40
l’éclairage
Apport de
chaleur par
QSap (W) 250 250 250 250 250 250 530 250
les
appareilles
Charges Thermiques totales
1598 2546,5 6550 5194 5842 7143 2941 3726
(W)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 88 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.17 : Calcul des apports thermiques dans les locaux (suite et fin)

Local
Laboratoires
Labo Labo Labo Labo
Salle info
Types d’apport et paramètres câblage Electronique Electrotechnique physique
Orientation
du mur S N N S S
exposé *
Kv (W/m2
5 5 5 5 5
°C)
Km
1,69 1,69 1,69 1,69 1,69
(W/m2°C)
Apport de Long (m) 7,5 7,5 7,5 10 7,5
chaleur par Largeur
7 5,5 5,5 7,5 7
transmission (m)
(QStr) h (m) 2,8 2,8 2,8 2,8 2,8
Volume
CHARGES EXTERNES

147 115,5 115,5 210 147


(m3)
Sm (m2) 6 6 6 8 6
Sv (m2) 15 15 15 20 15
Qstrv (W) 600 600 600 800 600
Qstrm (W) 81,12 81,12 81,12 108,16 81,12
Qstr (W) 681,12 681,12 681,12 908,16 681,12
αm 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7
F 0,0845 0,0845 0,0845 0,0845 0,0845
Rm 362 284 284 362 362
Apport de
QSRm
chaleur par 128,47 100,79 100,79 171,29 128,47
(W)
rayonnement
αv 1 1 1 1 1
(QSR)
g 1 1 1 1 1
Rv 290 227 227 290 290
QSRv 4350 3405 3405 5800 4350
qv 18 18 18 18 18
Apport de
ΔӨ 8 8 8 8 8
chaleur par
ΔW (W) 26 26 26 26 26
infiltration
QSr (W) 47,52 47,52 47,52 47,52 47,52
d’air
QLr (W) 393,12 393,12 393,12 393,12 393,12
Apport de
QSoc (W) 1170 1170 1170 1170 1170
chaleur par
CHARGES INTERNES

les
occupants QLoc (W) 666 592 592 592 592
Apport de
chaleur par QSecl (W) 80 80 80 80 80
l’éclairage
Apport de
chaleur par
QSap (W) 500 500 500 500 3000
les
appareilles

Charges Thermiques totales (W) 8016,2 6969,6 6969,5 9662,1 10442,23

* l’orientation des murs détermine l’intensité du rayonnement solaire et est données par la figure A-2.1
de l’annexe 2.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 89 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.3.2. Evaluation de la performance de climatisation

Pour évaluer la performance de la climatisation dans un local, nous allons définir un


coefficient d’efficacité frigorifique ou de performance frigorifique (COPfroid) qui sera
déterminé par la relation (3.7) :

𝑷𝒖𝒊𝒔𝒔𝒂𝒏𝒄𝒆 𝒇𝒓𝒊𝒈𝒐𝒓𝒊𝒇𝒊𝒒𝒖𝒆 (𝑾)


𝑪𝑶𝑷𝒇𝒓𝒐𝒊𝒅 = (3.7)
𝑷𝒖𝒊𝒔𝒔𝒂𝒏𝒄𝒆 é𝒍𝒆𝒄𝒕𝒓𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒄𝒐𝒏𝒔𝒐𝒎𝒎é𝒆 (𝑾)

Ce coefficient sert d’indicateur d’utilisation rationnelle de l’énergie pour des besoins de


climatisation. Plus l’installation est performante, plus le coefficient COP est élevé. On dit
que l’installation est moins énergivore. Une installation de climatisation de type split
simple dont la puissance est inférieure à 2 kWh aura un COP minimum de 2,5 [annexe 3].

L’installation est dite surdimensionnée lorsque la puissance frigorifique installée est


largement supérieure à la charge thermique totale qu’il faut compenser dans le local. La
puissance du climatiseur doit être légèrement inférieure ou supérieure à celle du bilan
thermique pour des raisons d’échelonnement de puissance [2] dans une gamme de
matériel standard.

La performance de la climatisation dans le bâtiment est présentée dans le tableau (3.18) :

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 90 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.18 : Coefficient de performance frigorifique et état du dimensionnement

Puissance Puissance
Charge
frigorifique électrique Etat du Etat de
Locaux thermique COP
totale consommée COP dimensionnement
(W)
installée (W) (W)
Salles
1,3,12,14,15,16,17, 1 598,1 3 500 1 275 2,7 Bon Surdimensionné
19
Salles
2 546,5 3 500 1 275 2,7 Bon Surdimensionné
8,10,24,25,26
Salle 2 6 549,5 5 100 2 250 2,2 Mauvais Sous dimensionné

Salle 20 6 549,5 8 600 3 195 2,6 Bon Surdimensionné

Salle 4 et 5 5 193,9 5 275 2 100 2,5 Bon Bon

Salle 9 et 11 5 842,3 3 500 1 500 2,3 Mauvais Sous dimensionné

Salle 7 7 142,6 7 000 3 000 2,3 Mauvais Bon

Salle 13 2 941,4 3 500 1 275 2,7 Bon Bon


Labo
6 969,5 7 000 2 775 2,5 Bon Bon
électrotechnique
Salle 23 3 725,9 3 500 1 275 2,7 Bon Bon

Labo câblage 8 016,2 7 000 3 000 2,3 Mauvais Sous dimensionné

Labo électronique 6 969,5 7 000 3 000 2,3 Mauvais Bon

Labo physique 9 662,1 7 000 3 000 2,3 Mauvais Sous dimensionné

Salle Info 10 442,2 10 200 3 840 2,6 Bon Bon

Il ressort de ce tableau que le coefficient de performance du système de climatisation de


la plupart des locaux est mauvais et la puissance frigorifique installée est
surdimensionnée ou sous dimensionnée. Par exemple, dans les bureaux, pour une charge
thermique de 1 598 W, l’on a installé un climatiseur de puissance frigorifique de 3 500 W
(soit 12 000 BTU/h) alors que le choix optimum dans la même gamme de climatiseur
devait porté sur un climatiseur de puissance de refroidissement de 2 500 W (9000
BTU/h) qui consomme 355 W de moins en terme de puissance électrique [annexe 9] .
Une rénovation dans le secteur de la climatisation du bâtiment peut donc engendrer des
économies d’énergie énorme.

3.3.3. Solution : utilisation des systèmes de climatisation performants

La description de cette préconisation est consacrée dans la partie suivante.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 91 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.3.3.1. Description de la solution

Cette solution de rénovation vise à installer un système de climatisation bien


dimensionné et efficace du point de vue énergétique. Pour les cas de puissance mal
dimensionnée, nous proposons un climatiseur de puissance proche de la puissance
thermique calculée. Pour les cas dont le COP est mauvais, nous optons pour des
climatiseurs dont le ratio de consommation satisfait les normes (COP>2,5). Les
propositions d’installation sont résumées dans le tableau (3.19) :

Tableau 3.19 : Propositions de solutions de rénovation

Puissance Puissance
Charge
Locaux Modèle climatiseur * frigorifique électrique COP
thermique (W)
installée (W) consommée (W)
Salles ROYAL AIR KF-
1 598,0272 2 500 920 2,7
1,3,12,14,15,16,17,19 25GW
ROYAL AIR KF-
Salles 8,10,24,25,26 2 546,5046 2 500 920 2,7
25GW
ROYAL AIR KF-
Salle 2 6 549,5516 6 600 2 190 3
66GW
ROYAL AIR KF-
Salle 20 6 549,5516 6 600 2 190 3
66GW
2 climatiseurs ROYAL
Salle 7 7 142,6538 7 000 2 550 2,8
AIR KF-35GW
ROYAL AIR KF-
Salle 9 et 11 5 842,3692 6 600 2 190 3
66GW
1 climatiseur ROYAL
AIR KF-51GW +1
Labo câblage 8 016,2338 8 600 3 075 2,8
climatiseur ROYAL
AIR KF-35GW
2 climatiseurs ROYAL
Labo Electronique 6 969,5516 7 000 2 550 2,8
AIR KF-35GW
1 climatiseur ROYAL
AIR KF-66GW +1
Labo physique 9 662,0984 9 100 3 150 2,5
climatiseur ROYAL
AIR KF-25GW

* Les caractéristiques des modèles de climatiseurs proposés sont en annexe 9

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 92 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.3.3.2. Evaluation du gisement d’économie d’énergie et enjeux


environnemental

Le gisement d’économie d’énergie et les enjeux environnementaux de cette préconisation


sont résumés dans le tableau (3.20) :

Tableau 3.20 : Evaluation du gisement d’économie d’énergie et de réduction de GES

Existante Future installation Economie d’énergie


Réduction de
Local Puissance Consommation Puissance Consommation GES
% kWh FCFA (kgCO2/an)
installée annuelle installée annuelle

Bureaux 14025 9677,25 10120 6982,8 27 2694,45 242500,5 2465,4

Laboratoires 15615 10930,5 15390 10773 1 157,5 14175 144,1

Locaux
5100 10837,5 3115 6619,375 38 4218,12 379631,3 3859,5
administratifs

Salles de
15045 21063 13320 18648 11 2415 2415 2209,7
cours
TOTAL 49785 52508,25 41945 43023,17 18 9485,07 638722 8678,8

Le niveau de consommation des différents locaux de l’installation future comparé à celui


de l’ancienne installation est présenté par la figure (3.6) :

Installation existante Future installation

25000
Consommation annuelle (kWh/an)

20000

15000

10000

5000

0
Bureaux Laboratoires Locaux Salles de cours
administratifs

Figure 3.6 : Comparaison des niveaux de consommation en climatisation de l’existante et


la nouvelle installation

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 93 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

La mise en œuvre d’une installation de climatisation efficace permet d’atteindre une


économie énergétique de 16106 kWh/an soit une réduction de 18%.

3.3.3.3. Etude économique

L’exécution de ces travaux nécessite l’achat de 13 climatiseurs de 1CV et 4 climatiseurs


de 2,5 CV. L’étude économique de cette préconisation dans le secteur de la climatisation
est présentée dans le tableau (3.21).

Tableau 3.21 : Etude économique de la solution

Model de climatiseur Nombre Prix unitaire Total

ROYAL AIR KF-25GW 13 180000 2340000

ROYAL AIR KF-66GW 4 320000 1280000

MAIN D’ŒUVRE 1086000

INVESTISSEMENT GLOBAL (FCFA) 4706000


ECONOMIE REALISABLE PAR AN (FCFA/an) 638722
TEMPS DE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (an) 7,36

Pour un investissement de 4 706 000 FCFA, et une économie annuelle de 638 722
FCFA, le temps de retour sur investissement est égale à 7,36 ans (soit 7 ans 5 mois).

3.4. Analyse des installations d’équipements informatiques

Les équipements informatiques sont à l’origine d’une consommation annuelle de 5 708


kWh/an. La répartition de la consommation dans les différentes catégories de local est
présentée sur la figure (3.7) :

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 94 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

2500

Consommation annuelle (kWh/an)


2000

1500

1000

500

0
Bureaux Locaux Labo et Salle
administratif informatique

Figure 3.7 : répartition de la consommation des équipements informatiques dans les


locaux

Ces équipements sont de caractéristiques variées et adaptées aux besoins. Dans le souci
d’une efficacité énergétique plus accrue, nous avions identifié quelques sources
d’économie d’énergie.

3.4.1. Utilisation d’équipements performants : ordinateurs portables

L’utilisation d’un ordinateur portable en remplacement d’une unité centrale et d’un écran
est sans conteste la solution qui autorise l’économie maximum. En effet, un ordinateur
portable consomme en moyenne 85% de moins qu’un ordinateur de bureau. Cependant,
l’utilisation pour de longues durées d’un ordinateur portable pose des problèmes de
confort. En effet, l’écran n’est pas à hauteur des yeux et le clavier des ordinateurs
portables est plus petit ce qui n’est pas très pratique. Cette préconisation peut nécessiter
un investissement initial très énorme.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 95 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.4.2. Utilisation d’équipements à haut rendement

Des constructeurs proposent des matériels répondant à un label d’efficacité énergétique


désigné « ENERGY STAR » (figure 3.8).

Figure 3.8 : Logo du label ENERGY STAR

Le symbole ENERGY STAR, est une façon simple et rapide pour les consommateurs de
trouver et d’acheter les appareils électroménagers et les équipements les moins
consommateurs d’énergie dans leur catégorie vendus sur le marché. Un des critères
requis par ce label est une gestion automatique de la consommation d’énergie permettant
de réduire la consommation en cas de faible sollicitation, ou encore de mettre en veille ou
d’arrêter l’équipement. Le tableau (3.22) présente une comparaison entre les puissances
standards et les puissances des ordinateurs proposés par ENERGY STAR.

Tableau 3.22 : Exemple de puissance d’ordinateur économique et standard (en W)

STANDARD ECONOMIQUE (Energy star)


Actif Attente Arrêt Actif Attente Arrêt
250 20 10 100 10 5
25 5 5 25 1,2 1,2
22 11 3 12 4 3

Le choix de ce type d'équipement en micro-informatique est conseillé lors de l'achat de


nouveaux matériels. Des gains d’économie sensibles peuvent, en particulier être apportés

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 96 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

dans le cas d'une utilisation ponctuelle du matériel (environ 50 % d'économie d'énergie


pour 4 h d'utilisation discontinue dans la journée) [13].

3.4.3. Activation du gestionnaire de veille

Le gestionnaire d’énergie est un dispositif permettant, après un délai de non utilisation


fixé par l’usager, de placer automatiquement un équipement en mode veille. L’activation
du gestionnaire de veille d’un ordinateur est une source d’importante économie
d’énergie. Ce gain en énergie dépend de la durée de fonctionnement en mode veille des
équipements. On peut l’augmenter en associant cette mesure à la suppression de la
consommation à l’arrêt (barrette multiprises).

3.4.4. Suppression de la consommation à l’arrêt

Grâce à une barrette multiprise avec interrupteur, on peut facilement supprimer la


consommation à l’arrêt des équipements électriques dans le bâtiment principal de l’ENSI.
Quand l’usager éteint son ordinateur, il suffit qu’il actionne en même temps l’interrupteur
de la barrette pour supprimer toute consommation à l’arrêt. En moyenne pour les
ordinateurs ne possédant pas de gestion d’énergie (écrans présentant une consommation à
l’arrêt ou non), la suppression de la consommation à l’arrêt permet d’économiser environ
5% de leur consommation totale [13].

3.5. Analyse de la consommation en dehors des heures ouvrées

Pour effectuer cette analyse, nous avions effectué des mesures de courant appelés à
certaines heures d’inoccupation.

3.5.1. Campagne de mesure

Les mesures de la consommation électrique effectuées dans le cadre de notre projet


d’audit énergétique se sont étalées sur une durée d’une semaine, du 20/05/13 au 26/05/13.
L’objectif est d’établir l’histogramme présentant l’évolution des charges pendant les
heures d’inoccupation afin d’analyser les consommations de fond (consommation

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 97 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

pendant des heures d’inoccupation) et de déduire le gisement d’économie d’énergie


accessible grâce à une utilisation responsable des équipements.

Les mesures de consommation se traduisent par les prises des valeurs des courants sur les
trois phases alimentant le bâtiment. Ces mesures ont été effectuées avec des pinces
ampèremétriques et ne présentent que les courants dus à la consommation d’énergie
apparente. La consommation d’énergie active a été déduite en se servant du facteur de
puissance Cos φ=0,9 pour la seule raison que seuls les équipements d’éclairage sont
sensés fonctionner pendant les heures de relevés. Nous avions fait nos relevés pendant la
nuit à des heures précises (06h, 19h et 20h). Les relevés des courants sont consignés dans
le tableau (A-4.1) de l’annexe 4. A partir de ce tableau, nous traçons l’histogramme des
charges.

3.5.2. Histogramme des charges aux heures d’inoccupation et gisement


d’économie d’énergie

La figure (3.9) représente l’histogramme des charges pendant les heures d’inoccupation
du bâtiment principal de l’ENSI.

3,5

3
Puissance(kW)

2,5

2
Charge suplémentaire
1,5 Charge normale

0,5

0
6h 19h20h 6h 19h20h 6h 19h20h 6h 19h20h 6h 19h20h 6h 19h20h 6h 19h20h
Lun 20-05 Mar 21-05 Mer 22-05 Jeu 23-05 Ven 24-05 Sam 25-05 Dim 26-05

Figure 3.9 : Profil type de consommation aux heures d’inoccupation

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 98 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Théoriquement, pendant les heures d’inoccupation (de 18h30 à 6h30), la charge totale en
fonctionnement dans le bâtiment se limite aux équipements d’éclairage de l’extérieur, du
hall, des escaliers et de certains équipements tels que le point d’accès wifi et les Switch.
D’après le bilan de puissance, cette charge s’élève à 1,5 kW. La charge moyenne
hebdomadaire calculée à partir de la figure (3.9) est de 2,5 kW soit un surplus de 1 kW.
Ceci s’explique par des oublis d’arrêt de certains équipements électriques dans les locaux
du bâtiment. Pour une semaine d’exploitation, nous enregistrons une consommation
inutile de 84 kWh soit 2 688 kWh/an. Le gisement d’économie annuelle est très énorme.

3.5.3. Solution : sensibilisation des utilisateurs

Pour annuler les consommations aux heures d’inoccupation et réduire les factures
énergétiques, le meilleur moyen est de sensibiliser les utilisateurs sur l’importance
d’éteindre et de débrancher tous les équipements électriques à la fin de la journée.

3.6. Analyse du bâti et solution de rénovation

Les photos présentées en annexe 10 de ce document montrent que le bâtiment principal


de l’ENSI nécessite des travaux d’amélioration du bâti pour pouvoir maintenir un certain
niveau de confort et d’efficacité énergétique. En effet, il apparait sur ces photos que :

 les portes et fenêtres ouvrant vers l’extérieur de certains locaux climatisés ne se


ferme pas correctement et sont parfois ouvertes;
 les parois extérieures du bâtiment sont détériorées.

Cet état du bâtiment fait que le système de climatisation fonctionne en plein temps sans
satisfaire les conditions thermiques imposées dans les locaux. Dans le cadre de notre
projet, en vue de renforcer les performances énergétiques du bâti, nous proposons qu’un
changement des menuiseries (portes et fenêtres extérieures) soit effectué.

Pour diminuer les apports de charges extérieures à travers le vitrage, les baies vitrées
peuvent être aussi sensiblement améliorées par des mesures appropriées telles que le
double vitrage, la double fenêtre.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 99 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.7. Cumul des gains d’énergie

En cumulant les solutions préconisées dans le cadre de ce projet, nous obtenons le


gisement total d’économie d’énergie réalisable. Le tableau (3.23) présente les détails du
cumul.

Tableau 3.23 : Cumul des gains d’énergie

Economie Economie Réduction de


Solution d’énergie financière GES
(kWh/an) (FCFA/an) (kgCO2/an)
Rénovation du système d’éclairage 7 864,9 707 844,1588 7 935,8

Eclairage ponctuel dans les


577,9 52 012,8 583,12
laboratoires

Rénovation dans le système de


9 485,1 853 656,75 9 570,44
climatisation

Mesures pour éviter les


consommations des heures 2 688 241920 2 712,2
d’inoccupation
TOTAL 20 615,93 1 855 433,7 20 801,5

L’ensemble des travaux réalisés, devrait engendrer une économie annuelle d’énergie de
20 615,93 kWh soit une économie financière annuelle de 1 855 434 FCFA et une
réduction de 20 801,5 kgCO2/an.

3.8. Diagnostic de performance énergétique de la future installation

Pour une économie d’énergie annuelle de 20 615,93 kWh et une réduction de 20 801,5
kgCO2/an, la quantité annuelle d’énergie primaire que va consommer désormais le
bâtiment, exprimée en kWh par m2 et par an et les niveaux d’émissions futurs de GES
sont présentés par le tableau (3.24).

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 100 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

Tableau 3.24 : Diagnostic de performance de la future installation

Energie en Surface Energie en Emission de GES


kWh/an utile (m²) kWhep/ m².an (kgCO2/m2.an)

45243,92 801 145 56

L’étiquette énergétique et de GES sont représenté à la figure (3.10).

145
kWh/m2.an 56
kgCO2/m2.an

(a) (b)

Figure 3.10 : Etiquettes énergétique (a) et d’émission de GES (b) du bâtiment principal
de l’ENSI

Après la réalisation des travaux préconisés par ce projet d’audit énergétique, le bâtiment
principal aura une consommation de 145 kWhep/m2.an et sera responsable d’une
émission de 56 kgCO2/m2.an. On le situe donc dans la classe énergétique C et dans la
classe D des émissions de GES. Il sera désormais conforme à la réglementation
thermique RT 2012 qui fixe le seuil de consommation à 150 kWhep/m2.an.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 101 HOEGAN Kossi Mawulom


Chapitre 3 : Analyse des données et propositions de solution d’amélioration

3.9. Coût du projet d’audit énergétique

Pour réaliser ce projet d’audit énergétique, nous avions investi dans le matériel et dans la
recherche. Le tableau (3.25) présente les détails de l’estimation du coût de notre étude.

Tableau 3.25 : Estimation du coût du projet d’audit énergétique

Prix unitaire
Désignation Quantité Total (FCFA)
(FCFA)
Matériels
Ordinateurs portables
1 410 000 410 000
Core i3, 4 Go DDR3
Appareil de mesure : pince
1 17 000 17 000
ampèremètrique
Connexion internet
Temps de connexion 20 heures 300 6 000
Main d’œuvre
Temps de travail 480 heures 5 000 2 400 000

TOTAL 2 833 000

Pour s’offrir les résultats de nos travaux, le maître d’ouvrage doit débourser une somme
totale de 2 833 000 FCFA qui représente le coût du projet d’audit énergétique.

3.10. Conclusion

Après une analyse critique de l’existant portant sur divers aspects, nous sommes amenés
à faire une série de propositions qui ont été évaluées en termes de coût et de rentabilités.
L’application de ces préconisations à conduit finalement au classement du bâtiment dans
la classe énergétique C et dans la classe D des émissions de GES.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 102 HOEGAN Kossi Mawulom


Conclusion générale

CONCLUSION GENERALE

CONCLUSION GENERALE

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 103 HOEGAN Kossi Mawulom


Conclusion générale

L’étude de l’efficacité énergétique du bâtiment principal de l’Ecole Nationale Supérieure


d’Ingénieurs (ENSI) qui a fait l’objet de ce présent document révèle que le bâtiment
principal est classé dans les bâtiments énergivores selon la réglementation thermique RT
2012. En effet, les installations d’éclairage et de climatisation engendrent une
consommation de 213 kWhep/m²/an contre 150 kWhep/m²/an exigé par la RT 2012. Ceci
s’explique par la forte puissance d’éclairage installée et l’état surdimensionné du système
de climatisation dans certains locaux du bâtiment. Pour atteindre une efficacité
énergétique, il est indispensable que le système d’éclairage soit conforme aux exigences
de la RT 2005 (une réglementation thermique précédente à celle de 2012 mais qui reste
applicables pour des besoins d’éclairage) et que l’ensemble des climatiseurs installés soit
performant et bien dimensionné.

Les différentes sources d’économie d’énergie que nous avions pu identifier lors de
l’analyse des différents secteurs de consommation nous ont permis d’évaluer le gisement
d’économie d’énergie réalisable. Des propositions de solutions ont été effectuées pour
une efficacité énergétique accrue. On devrait ainsi pouvoir faire passer la consommation
moyenne annuelle de 76427 kWh à 55811 kWh soit une réduction de 27%. Ainsi, sur
l’étiquette énergétique, le bâtiment passe de la classe D à la classe C et sur l’étiquette des
émissions de GES, il passe de la classe E à la classe D. Ces améliorations sont souvent
techniquement simples, mais nécessitent parfois des équipements qui, sans être pour
autant complexes, ne sont pas présents sur le marché, faute d’une demande suffisante.

Ce projet d’audit énergétique vient contribuer d’une part, à réduire les dépenses de
consommation d’énergie électrique et d’autre part, à réduire les émissions de GES. Les
enjeux sont donc tant économiques qu’écologiques.

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 104 HOEGAN Kossi Mawulom


Références bibliographiques

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1 ASSOCIATION FRANÇAISE DE L’ECLAIRAGE (AFE) : «Recommandations


relatives à l’éclairage intérieur des lieux de travail : Normes NF EN 12464-1»,
Octobre 1993 ;

2 Centre d’Etude et de formation Génie Climatique COSTIC : «Guide technique


de la climatisation individuelle», Nouvelle édition, SEDIT Editeur, France, 1995 ;

3 Centre Régional pour les Energies Renouvelables et l’Efficacité Energétique


de la CEDEAO (CEREEC) : « Politique sur l’efficacité énergétique de la
CEDEAO », Septembre 2012 ;

4 DEGUE Kwassi Holali : «Etude de la demande d’énergie au TOGO à l’horizon


2030, options d’atténuation de gaz à effet de serre(GES)», Projet de fin d’études
d’ingénieurs, Université de Lomé, ENSI, Juillet 2011 ;

5 DAKPUI Kossi Kaleti : « Comment favoriser l’électrification du milieu rural en


vue d’améliorer les conditions de vie des populations pauvres ? Le cas du Togo.»,
Mémoire de Master Economie et Développement International, Département
maitrise d’ouvrages publiques et privés, Université d’Auverge, Marseille 2009 ;

6 GHURBURRUN Reena, SETTA Faïza et TOULZE Benjamin : «L’éclairage


des locaux de travail», Projet de fin d’études pour l’obtention du master
prévention des risques et nuisances technologiques, Université de Marseille, 2004-
2005 ;

7 HOUESSE et KALEGORA Léè-homa : «Audit énergétique du bâtiment


abritant le siège de la banque ouest africaine de développement», Mémoire
d’ingénieur, ENSI-UL, Novembre 2009 ;

8 Institut de l’énergie et de l’environnement de la Francophonie : «Efficacité


énergétique de la climatisation en région tropicale Tome 1 et 2».

9 Ministère des mines et de l’énergie du Togo, Direction générale de l’énergie :


« Système d’Information énergétique du Togo », Rapport 2007 ;

10 Organisation internationale de la francophonie (OIF) et HELIO


international : « Traitement de l’Information pour les Politiques Energétiques
favorisant l’Ecodéveloppement (TIPEE)», Rapport-TOGO2011 ;

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 105 HOEGAN Kossi Mawulom


Références bibliographiques

11 Roger Cadlergues : «Les calculs d’éclairage», Guide RefCad nR27.a, Mars
2009 ;

12 Schneider Electric : «Guide de la compensation d’énergie réactive et du filtrage


des harmoniques», Guide experts basse tension N°6 ;

13 Yézouma Coulibaly : «Economie d’énergie dans le bâtiment et dans l’industrie»,


Cours pour master génie énergétique et énergies renouvelables de 2iE, Décembre
2010 ;

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 106 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXES

ANNEXES

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 107 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 1 : Plans du bâtiment principal de l’ENSI

PLAN COTE RDC

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 108 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

PLAN COTE ETAGE

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 109 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 2 : Les Tableaux des coefficients utilisés dans le calcul des apports
thermiques

Tableau A-2.1: Coefficients globaux de transmission thermique k des parois (murs-


planchers toitures-vitrage-terrasses-portes) en W/m2 °C

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 110 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

Tableau A-2.2 : Différence de température entre les différentes faces des parois

Tableau A-2.3 : Coefficient α pour les murs, toits et fenêtres

Tableau A-2.4 : Facteur de rayonnement solaire

NB : Interpoler pour les coefficients intermédiaires

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 111 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

Tableau A-2.5: Facteur de réduction g pour les fenêtres protégées

Figure A-2.1: Types d’orientation des locaux à climatiser

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 112 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

Tableau A-2.6: Orientations des locaux pour déterminer l’heure de réfrigération


maximale

Tableau A-2.7: Intensité de rayonnement solaire sur les murs (m) et vitrage (v) en W/m2,
Latitude 8°N (Mars)

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 113 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

Tableau A-2.8 : Débit de renouvellement d’air nécessaire dans les locaux climatisés et
nombre de personne au m2 par type de locaux

Tableau A-2.9: Chaleur dégagée par les personnes [W]

Tableau A-2.10 : Chaleur dégagée par l’éclairage

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 114 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

Tableau A-2.11 : Appareillages électrique et à gaz

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 115 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 3 : COP minimum recommandé

Tableau A-3.1 : COP minimum recommandé

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 116 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 4 : Relevés des courants

Tableau A-4.1: relevés des mesures de courant sur les phases

Puissance
Date horaires I1 I2 I3
active (kW)
06 : 00 4,76 6,06 6,58 3,4
20-mai 19 : 00 4,12 6,15 6,35 3,29
20 : 00 3,98 6,05 6 3,17
06 : 00 4,12 6,05 6,35 3,27
21-mai 19 : 00 2,98 4,35 5,23 2,48
20 : 00 3 4,5 5,15 2,50
06 : 00 3,15 4,25 5 2,45
22-mai 19 : 00 2,12 3 3,4 1,68
20 : 00 2,5 2,98 3,98 1,87
06 : 00 2,12 3,2 3,95 1,83
23-mai 19 : 00 4,2 5 4,8 2,77
20 : 00 4,12 4,95 4,12 2,61
06 : 00 4,3 4,9 4,5 2,71
24-mai 19 : 00 2 3,52 5 2,08
20 : 00 2 3,25 5,15 2,05
06 : 00 4 3,2 5,1 2,43
25-mai 19 : 00 2 3,25 4,15 1,86
20 : 00 2,58 3,2 4,1 1,95
06 : 00 2,41 3 4 1,86
26-mai 19 : 00 4,89 5,12 4,15 2,80
20 : 00 4,8 5,15 4 2,76

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 117 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 5: Tableau d’utilance U (pour J=0)

𝜌𝑝 est la réflectance du plafond et 𝜌𝑚 est la réflectance des parois verticaux (murs)

Pour le choix des réflectance consulté l’annexe suivant

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 118 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 6 : Les facteurs de réflexion des parois

Facteur de
Matériau Facteur de réflexion Matériau
réflexion
Enduit de plâtre blanc
0,7 – 0,80 Tentures rouges 0,1 – 0,20
(neuf)
Enduit de plâtre blanc
0,3 – 0,6 Teintures bleues 0,1 – 0,20
(vieux)
Plafond blanc 0,65 – 0,70 Teintures grises 0,15 – 0,25
Béton gris 0,05 – 0,15 Papier peint noir 0,03
Bois clair 0,40 – 0,65 Aluminium poli 0,65 – 0,75
Chêne sombre, acajou 0,15 – 0,40 Brique (neuve) 0,10 – 0,30
Teintures jaunes 0,30 – 0,45 Brique (vieille) 0,05 – 0,15

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 119 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 7 : Les sources de lumière

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 120 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 8 : CATALOGUE D’ECLAIRAGE [sylvania.com]

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 121 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 122 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 123 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 124 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 9 : Fiche technique des climatiseurs ROYAL AIR

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 125 HOEGAN Kossi Mawulom


Annexes

ANNEXE 10 : Photos du bâtiment principal de l’ENSI

Photo A-10.1 Photo A-10.2

Photo A-10.3 Photo A-10.4

Photo A-10.5 Photo A-10.6

Mémoire d’Ingénieur (ENSI-UL) 126 HOEGAN Kossi Mawulom


UNIVERSITE DE LOME
(U.L.)

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’INGENIEURS


(E.N.S.I.)

ETUDE DE L’EFFICACITE ENERGETIQUE DU BATIMENT PRINCIPAL DE L’ECOLE


NATIOANALE SUPERIEURE D’INGENIEURS (ENSI)

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE POUR L’OBTENTION DU DIPLOME


D’INGENIEUR DE CONCEPTION

DEPARTEMENT DE GENIE ELECTRIQUE

Présenté et soutenu par : HOEGAN Kossi Mawulom

Résumé

La cause principale du réchauffement climatique est les émissions provenant de la


production d’énergie à partir de combustibles fossiles. L’extraction et l’utilisation de ces
combustibles sont également responsables de la pollution. Le meilleur moyen de réduire
les dégâts que subit notre planète est de mettre en œuvre des mesures pour améliorer les
rendements énergétiques. Ces mesures sont importantes non seulement pour le secteur
industriel mais aussi pour le secteur du bâtiment. Au niveau mondial, le secteur du
bâtiment représente à lui seul plus de 32 % de la consommation d’énergie finale et
contribue à hauteur d’un tiers environ à des émissions de CO2. Il constitue donc un fort
potentiel d’amélioration aussi bien sur le plan énergétique que sur le plan
environnemental. Le projet d’audit énergétique du bâtiment principal de l’ENSI vise la
réalisation d’économies d’énergie et de ce fait, une réduction des niveaux d’émission de
gaz à effet de serre dans le bâtiment. Partant d’une appréciation des niveaux réels de
consommation énergétique, nous avions pu quantifier le gisement d’économie d’énergie
électrique afin de proposer des interventions d’améliorations pour la maîtrise de la
consommation d’énergie rentable économiquement. L’enjeu du projet est tant
économique et qu’écologique.

Juillet 2013