Vous êtes sur la page 1sur 16

Rapports des projets

ECRIT PAR : ZAKARIAE MERDHI ET SAMI LFDAL

ENCADRE PAR : MME. BDAIDI FATIMA

2
Introduction
L’objectif général de ces projets dans un premier lieu est de passer du coté théorique au côté
pratique d’une autre manière mettre le stagiaire sur un environnement de la vie active pour le faire
connaitre quelque base qu’il faut avoir sur le terrain de travail, deuxièmement se faire sentir les
stagiaires d’une responsabilité, bien gérer le temps de projet (comment, quand, et ou), avoir une
confiance en soi, prendre à travailler en équipe et finalement de mettre leur connaissance en
écrivant tous qui est pris durant cette réalisation de projet.

3
Méthodologie / Organisation du travail

Nos projetsavaient comme finalités la création de trois cartes comme suite :

1- Carte d’alimentation stabilisée

2- Cartes avec pic 16f876 pour contrôle d’un carrefour, un jeu de lumières et
afficheur 7segments.

3- Une Matrice contrôlé par un pic 16f876 de 64 led 8x8 avec transistor de
commutation.

Mais ceci n’était pas le seul objectif. Les trois projets nous a surtout permis de
nous initier aux travaux

De groupe dans le cadre d’un projet technique, et de sortir de l’aspect scolaire des
projets dont nous nous étions habitués jusqu’ici.

Ceci dit, la répartition des taches a été un élément clef dans la réalisation de ce
projet. Nous avons dans un premier temps étudié les composantes nécessaires
pour la réalisation de notre carte, du fait que nous débutions tous dans
l’électronique.

Une fois que nous avions compris l’aspect théorique et les contraintes à
respecter en électronique, nous nous sommes affairés dans la conception et le
design du circuit de la carte.

Cela incluait le dessin du typon, l’impression de la carte, la soudure des


composants, et enfin des tests pour s’assurer du bon fonctionnement de la carte.

Une fois que la carte était prête, il nous restait à rédiger un dossier consistant qui
reprend ce que l’on a fait lors de notre projet. Chacun de nous s’est donc chargé
de rédiger la partie du projet où il a le plus contribué, que ce soit la partie
théorique ou pratique.

4
Travail réalise et résultats
2.1 Conception théorique

2.1.1 Rappels sur le fonctionnement

Généralités

Projet 1 :

Les alimentations stabilisées sont utilisées pour fournir une tension continue. On en trouve
pratiquement dans tous les appareils électroniques (audio, vidéo, ordinateur, etc...) .

Projet 2 :

A l’aide d’un programme rédiger, le pic 16f876 sert à commander les leds ont
fonctionnement de 2 feu de carrefour plus le comptage de l’afficheur 7 segments
de 0 à 9, aussi avec un interrupteur en peut activer le jeu de lumières avec un
décompteur de 9 à 0, comme le programme présent :
Void main () {inti,t; trisc=0 ; trisb=0 ; trisa=0 ; for( ;;){ for(i=0;i>10;i++){porta=i ; delay_ms(500);}

portc= 0b10000001 ; delay_ms(32000) ; portc= 0b01000001 ; delay_ms(4000); portc= 0b00100001 ; delay_ms(2000);


portc= 0b00100100 ; delay_ms(32000) ; portc= 0b00100010 ; delay_ms(4000) ; portc= 0b00100100 ; delay_ms(2000) ;}
//Feu rouge +compteur

If(portb.b7==1){For(i=9 ;i<=0 ;i--){porta=i ; delay_ms(500) ;}

5
for(t=0;i>=128;t<<1){portb=0b00000001; delay_ms(500);}for(t=128; i<=0;t>>1){portb=0b10000000; delay_ms(500);}}}

6
Projet 3 :

Une matrice à base de 64leds 8x8 fonctionne par un programme intégré dans le
pic 16f876 à l’aide de logiciel Mikroc, ce programme affiche la lettre A.

#define ROWPORT PORTB shorti = 0, j=0;

#define ROWTRIS TRISB ANSELA=0; ANSELB=0; ANSELC=0;


ANSELD=0; ANSELE=0;
#define COLPORT PORTD
ROWTRIS = 0;
#define COLTRIS TRISD
COLTRIS = 0;
voidlightLED(short row, short column);//Prototype
ROWPORT = 0xFF;
const short H[8][8]={
COLPORT = 0;
{0,1,1,1,1,1,1,1},
while(1){
{1,0,0,0,0,0,0,1},
for(i=0;i<8;i++){
{1,0,0,0,0,0,0,1},
for(j=0;j<8;j++){
{1,0,0,0,0,0,0,1},
if(H[i][j]){
{1,1,1,1,1,1,1,1},
lightLED(i, j);
{1,0,0,0,0,0,0,1},
delay_us(500); }}}}}
{1,0,0,0,0,0,0,1},
voidlightLED(short row, short column) {
{1,0,0,0,0,0,0,1},
ROWPORT = ~(1<<row);
};
COLPORT = 1<<column;
void main() {
}

2.2 Applications pratique

2.2.1 La réalisation de la carte

2.2.1.1 Simulation de Projet


sur ISIS

Projet 1 :
La liste des composants Utilisé :

▪ Une plaque de cuivre


▪ condensateurs

7
▪ T-Block
▪ pont de graetz
▪ Régulateur 7805

Projet 2 :
La liste des composants Utilisé :

▪ Une plaque de cuivre


▪ Afficheur 7 segments Anode
commun
▪ 16 Résistance de 220 Ohm
▪ Pic 16f876
▪ Décodeur 7447
▪ Quartz ou Crystal
▪ 2 condensateurs 22pf
▪ 8 Leds de différents couleurs
▪ T-Block

Projet 3 :
La liste des composants Utilisé :

▪ Une plaque de cuivre double-


couche
▪ 8Résistance de 100 Ohm
▪ 8Résistance de 50 Ohm
▪ 64 Leds rouge
▪ Pic 16f876
▪ 8 Transistors 2n2222
▪ Quartz ou Crystal
▪ 2 condensateurs 22pf
▪ T-Block

8
2.2.1.2
Réaliser
le PCB de la carte

électronique sur ARES


Cette image présent un exemple de réalisation du circuit imprimé sur ares.

9
2.2.1.3 l’étape de Fabrication du circuit

10
Apres que les schémas sont prêts sur ares en passe à l’étape de Fabrication du
circuit :

11
2.2.1.4 Implantation des composants et soudure
✓ Perçage du circuit imprimé

Une fois que la gravure est terminée, vous obtenez sur la plaque des pistes de cuivre représentant le tracé du
typon. Il faut maintenant percer la plaque aux points où devront être introduits et soudés les composants. Le
diamètre de perçage dépend de la taille des pattes des composants. Pour résumer, on peut dire qu’il existe 3
dimensions de pattes de composants :

❖ Pour les petits composants (circuits imprimés, fils, etc.) on percera avec une forêt de 0,6 mm à0,8
mm

❖ Pour les composants moyens (résistances, condensateurs, certaines diodes, LED, etc.) onpercera
avec une forêt de 0,8 mm à 1 mm

❖ Pour les gros composants (relais, bornier de raccordement, certaines diodes, etc.) on perceraavec
une forêt de 1 mm à 1,2 mm

✓ Test des pistes du circuit imprimé


Avant de commencer à souder les composants sur le circuit imprimé, il faut tester la continuité des différentes
pistes, à la recherche d’éventuelles micro-coupures. Une micro-coupure est une coupure microscopique dans
la piste de cuivre (due par exemple à une rayure), qui ne se voit pas à l’œil nu, pas qui empêche tout de même
la passage du courant. Pour tester la continuité des pistes, on utilisera un ohmmètre.
En cas de micro-coupure réelle, faites une petite marque au crayon sur l’époxy (et pas sur le cuivre !), à côté de
la micro-coupure : vous réparerez cette micro-coupure au fer à souder, lors de la soudure des composants.

✓ Préparation des composants


Avant de souder un composants « à longues pattes », il faudra lui plier les pattes afin qu’elles rentrent
perpendiculairement et parfaitement dans les deux trous prévus du circuit imprimé. Pour le pliage des pattes
des composants, utilisez une pince plate à bec fin. Les bornes de chaque composant doivent être accessibles
aux pointes de touche d'un contrôleur et la valeur inscrite sur certains d'entre eux devra être lisible,
enrespectant le sens de lecture : de gauche à droite pour les composants horizontaux, et de bas en haut pour
les composants verticaux.

Commencez par la soudure des composants les plus petits, douilles plates, résistances, diodes, et les plus
inaccessibles. Poursuivez par les composants épais, supports de circuits intégrés, régulateurs, gros
condensateurs, en veillant à la polarisation éventuelle et au positionnement de chacun. Soudez enfin les fils de
connexion après les avoir étamés. Il faut donc commencer par trier les composants dans l’ordre de soudure.

❖ Ne pas souder directement les circuits intégrés sur le circuit imprimé mais utiliser les supports au
nombre de pattes correspondant. Ces supports possèdent un ergot de positionnement et devront être
soudés dans le bon sens.

12
➢ Utilisation du fer à souder

Pour réaliser des soudures sur circuit imprimé on utilise un fer à souder d’une puissance comprise entre 25 et
40 watts. La panne, extrémité chauffante, doit être maintenue propre par un nettoyage fréquent sur une
éponge mouillée. La soudure est constituée d'un mélange d'étain et de plomb. On adoptera un mélange à 60%
d'étain.
Pour souder efficacement il faut maintenir la panne du fer contre les parties à souder et les chauffer ensemble
pendant 2 à 3 secondes puis déposer l'étain sur les parties métalliques à unir, laisser fondre la soudure pour
constituer un cône et enfin retirer l'étain puis le fer à souder. L’étain ne doit pas être déposédirectement sur
le fer, mais sur les pattes des composants qui ont été préalablement chauffées.
Pour obtenir de belles soudures en forme de cône bien lisse et brillant, il faut chauffer les parties métalliques
avant d’appliquer l’étain, et appliquer l’étain uniquement sur des parties bien chaudes afin qu’il puisse
facilement et naturellement s’étaler et recouvrir toutes la surface à souder. Attention tout de même, certains
composants en plastique craignent les chaleurs trop élevées (condensateurs, support de circuits intégrés, etc.),
il faut donc parfois être rapide.

❖ Une bonne soudure présente l'aspect d'un cône brillant, lisse et étalé. Une soudure trop rapide laisse
une boule d'étain collée, sans vrai contact avec les composants.

13
4) Résultats final des trois Carte

Projet 1 :

Projet 2 :

Projet 3 :

14
CONCLUSION:

Ces projets se sont révélés très enrichissant dans la mesure où il a consisté en une approche
concrète du métier d’électronicien. En effet, la prise d’initiative, le respect des délais et le travail en
équipe seront des aspects essentiels de notre futur métier.

De plus, il nous a permis d’appliquer nos connaissances en électronique à un domaine pratique, qui
se révèle aujourd’hui d’intérêt général.

Les principaux problèmes, que nous avons rencontrés, concernaient le manque des composants,
souvent indisponibles. Ainsi, nous avons touché du doigt la difficulté d’exporter les programmes dans
le microcontrôleur et de les faire fonctionner.

15
Finalement c’était une expérience très important qu’on a appris est qui donne du bien pour notre
future sur ce métier.

16