Vous êtes sur la page 1sur 38

RÉGLEMENTATION

CERTIFICATION

LES
THÉMATIQUES

SIGNALISATION
TEMPORAIRE

NOMENCLATURES
RÉGLEMENTAIRES

Le mémento
Équipements de la route

Édition 2017
DES INNOVATIONS
AU SERVICE DE LA
SÉCURITÉ ROUTIÈRE

 ertifié
C
Équipements
de la route
Le panneau
LE PLUS ERGONOMIQUE
du marché
INSTALLATION
PAR UNE SEULE PERSONNE
en mode «mains libres»

POSE 10 FOIS PLUS RAPIDE
qu’une pose traditionnelle
avec CHRONOFIX

DÉCOUVREZ EMPREINTE FUSION !


Une option de personnalisation inédite

notre
Visualisez uit !
dé m o prod

www.groupe-signature.com
SOMMAIRE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION 3-38


• Signalisation verticale 4-17
• Signalisation horizontale 18-27
• Dispositifs de retenue 28-37

THÉMATIQUES 39-83
• Les thématiques urbaines 40-61
• Les thématiques routières 62-73
• Les thématiques autoroutières 74-83

SIGNALISATION TEMPORAIRE 85-102


• La réglementation
-Signalisation verticale 86-87
-Dispositifs de retenue 88-89
-Signalisation horizontale 90
• Les schémas de chantiers 91-99
• Nos solutions 100-102

NOMENCLATURES RÉGLEMENTAIRES 103-147


• Symboles de signalisation verticale fixe et dynamique 104-125
• Accessibilité de la voirie 126-129
• Marques sur chaussées 130-145
• Profils types des dispositifs de retenue 146-147

CONTACTS 148

1
SIGNATURE
ET LES ÉQUIPEMENTS
DE LA ROUTE
Filiale d’Eurovia (VINCI), Signature est
l’un des acteurs majeurs dans le domaine
des équipements de la route. Ainsi, nous
contribuons depuis près d’un siècle à renforcer
la sécurité routière, améliorer la fluidité
du trafic, mais aussi proposer aux maîtres
d’ouvrage des solutions d’aménagements
urbains et routiers durables, le tout dans le
strict respect des réglementations en vigueur.

NOS OFFRES sont relayées sur le terrain par une organisation dédiée et
experte, répartie sur nos 40 implantations locales en
France, qui réalisent la mise en œuvre, l’expertise
réglementaire, et l’entretien de l’ensemble des
solutions proposées dans nos différentes activités.
Ces prestations sont adossées à des expertises
industrielles, avec 8 sites de fabrication en France,
dans lesquels nous fabriquons la grande majorité
des produits proposés.

NOS ACTIVITÉS

Signalisation Signalisation Dispositifs Aménagements


verticale horizontale de retenue urbains et routiers

Balisage Gestion Solutions en Revêtements haute


des chantiers du territoire béton extrudé : adhérence
GBA, chaussées
béton, bordures etc

2
RÉGLEMENTATION
CERTIFICATION

Certification et règles
d‘installation des équipements
de la route sont deux domaines
étroitement liés pour aménager
et entretenir les réseaux routiers
et urbains. Dans cette rubrique,
vous trouverez une synthèse des
principales performances CE /
NF et des règles à respecter.

3
SIGNALISATION VERTICALE
 LES PRINCIPALES RÉFÉRENCES
NORMATIVES ET RÉGLEMENTAIRES

c DES NORMES « PRODUITS » :

- Normes françaises : séries NF P 98-501 à 98-552, pour


les panneaux de police et directionnels permanents et
temporaires, ainsi que les supports associés.

- Normes européennes :
- pour les panneaux permanents et supports associés :
norme EN 12899-1 et annexes
- pour les PMV (Panneaux à Messages Variables) :
norme EN 12966
- pour les supports à sécurité passive : norme EN 12767

c DES RÈGLES D’IMPLANTATION :

Elles sont établies par l’IISR (Instruction


Interministérielle sur la Signalisation Routière),
sur la base de l’arrêté de 1967 et ses arrêtés
modificatifs :

- pour les panneaux permanents fixes :


partie 1 à 5 de l’IISR
- p our les panneaux temporaires :
partie 8 de l’IISR
- p o u r l e s s i g n a u x d y n a m i q u e s :
partie 9 de l’IISR

c L’ARRÊTÉ RNER (Réglementation Nationale des Équipements de la Route),


et ses arrêtés modificatifs.

En date du 30 septembre 2011, il définit les niveaux de performance


minimum requis sur les réseaux routiers français, mis en place dans
le cadre du nouveau double marquage CE + NF (voir en pages 14-15).

c AUTRES TEXTES RÉGLEMENTAIRES :

Guides, circulaires, notes d’information ou recommandations techniques


éditées par les services techniques de l’État, regroupés depuis le
1er janvier 2014 au sein du CEREMA.
d’infos sur www.cerema.fr.

4
SIGNALISATION VERTICALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 ÉTAT DES CERTIFICATIONS CE/NF
PAR FAMILLE DE PRODUITS (sept 2016)
SIGNALISATION SUPPORTS
PERMANENTE SIGNALISATION À
PPHM PMV
POLICE ET TEMPORAIRE * SÉCURITÉ
DIRECTIONNELLE* PASSIVE

3 3 3

3 3 3 NF NF
NF complémentaire en projet en projet

* hors panneaux à volets, modulables ou équipés de flasherie.

 DIMENSIONS DES PANNEAUX


DE SIGNALISATION PERMANENTS FIXES
Pour les panneaux de type A, AB, B, C, CE, il existe 7 gammes de dimensions définies
CE1 CE2a CE2b CE3a CE4a CE4b CE4c

dans le tableau ci-dessous : (Art. 5.3-1re partie IISR).


AB1 AB2 AB1 AB25 AB2 AB3a
AB25 AB3a
AB3b = AB5 =AB3b = AB5 =
AB3a + M9c AB3aAB3a
+ M1 + M9cAB3a +AB3a
M5 + M1 AB3a + M5
CE5a CE5b
C1a CE6a
C1b CE6b
C1c C4aCE7
ex. C4bCE8
ex. CE9
C5 d4 C6 e 5 f6 d4 e5 f6

Les lettres de a à h représententLes


unelettres de a à h représentent une

DOMAINES D’EMPLOI
route cprioritaire. route prioritaire.

GAMME
c3 g7 3 g7
Les chiffres de 1 à 8 représententLes
une
chiffres de 1 à 8 représentent une

PRINCIPAUX
route non prioritaire. route non prioritaire.
b2 a1 h8 Dans l'exemple
b2 a :1ac5 h8 Dans l'exemple : ac5
CE10 CE12
C8 CE14
AB1C9 CE15a
AB2
C12AB4 CE15c
AB25
B0 C13a CE15e AB7
AB4C13b
AB6 B1 AB3a CE15f
B2aAB6
C13c B2b C13d
AB7M7 B2c AireB3M7
de services B3a
B4 B5a B5b B5c

(mm) (mm) (mm) (mm)


AB3b = AB5 =
AB3a + M9c AB3a + M1 AB3a + M5
d4 e5 f6

Les lettres de a à h représentent une

Exceptionnellement
route prioritaire.
CE16 CE17
C18 CE18
C20a CE19
C20c CE20a CE20b c3
C24aCE21
g7

B7bC23 ex. B8C24a ex. 1 B9a ex. 2 B9bC24a ex.


Les chiffres de 1 3à 8 représentent une
route non prioritaire.
B9c B9d B9e B9f B9g B9h B9i

et exclusivement
b2 a1 h8 Dans l'exemple : ac5
AB4 AB6 AB7 M7

CE22 ex CE23
C24a ex. 4
CE24
C24a ex. 5
CE25
C24b ex. 1
B11 ex
CE26
C24b ex. 2
B12 ex
CE27
C24c ex. 1
CE28
C24c ex. 2
B13 ex
C26a
B13a ex B14 ex B15
en agglomération B16 B17 ex B18a B18b B18c

et en tunnel, pour
Miniature
CE29 CE30a
C26b
500 CE30b
C27
400
CE50 ex
C28 ex. 1
CE51
C28 ex. 2
450 CE3b ex
C28 ex. 3 C29a ex.
350C29b ex. Aire de repos considérations
esthétiques ou B31 B33 ex B34 B34a B35

lorsque la gamme
petite ne peut pas
C29c ex. C30 ex. C50 ex C51a C51b C62 C64a

être implantée
C64b C64c1 C64c2 C64d C107 C108

Lorsque la gamme
Petite
B21-1 B21-2 B21a1 B21a2 B21b B21c1

C111
700C112
600
C113 C114
650 500 normale est difficile
à implanter
B21c2 B21d1 B21d2 B21e B22a B22b

Normale C115
1000 C116
800
C207 C208
850 700 En règle générale
Sur certaines RN
B22c B25 ex B26 (XB1) B27a B27b B29 ex

C3 (XC1) (XC2) C25a C25b ex. C117_b21b désignées par


C117_b21c1 C117_b21c2

Grande 1250 1000


C14 ex.
B40
1050B41 B42
900
B43
décision du Ministère,
Dp1a ex. Dp1b ex. Dp2a ex. Dp2b ex.
et les routes Occultable tout

à plus de 2 voies
Cadenas inclus
B44 (XB2) B45 B49 ex C117_b21d1 C117_b21d2 C117_b21e

Sur autoroutes,
C117 + M4z
E39 MF d

Très grande 1500 sauf impossibilités


1200 1250 1050
techniques
d’implantation
Gammes réservées
Supérieure 1200 aux panneaux
type C et CE
uniquement pour la
présignalisation des
Exceptionnelle 1500 aires annexes sur
routes et autoroutes
Le panneau CE3b n’a pas de dimension prédéfinie.
Les panneaux B30, B51, C3, C14, C25, C117, Dp1 et Dp2 ont des dimensions
spécifiques : voir notre catalogue produits.

5
SIGNALISATION VERTICALE
 PRINCIPE DE DIMENSIONNEMENT
DES SUPPORTS

Les ensembles directionnels doivent être dimensionnés selon des règles


précises définies dans la note d’information 66 du SETRA (juillet 1989).
Ces règles permettent de dimensionner les massifs et les supports.
Le moment de flexion (ou fléchissant) permet de dimensionner le
support. Ce moment est dû à l’effort du vent sur les panneaux. Il est
calculé au niveau du sol car il est maximum à ce point.
A titre indicatif, L
ci-contre un schéma h
G S
et un exemple de surface panneau
calcul simplifié pour VEN T
un support.
HG HSP = Hauteur Sous Panneau
La norme prévoit
Moment fléchissant Maxi M
en standard une exprimé en daN. m
pression du vent de sol fini
1300N/ m2. massif
Mise en terre
( préconisée)
200 mm Moment fléchissant Maxi S= Lx h
exprimé en daN.m
surface panneau en m2

Si 2 supports,
on divise M par 2, etc. M = p x S x HG

P = Pression du vent, en DaN/m HG = HSP + h + 200 mm


2

Représente la force du vent sur un panneau 2


ramenée à une surface de 1 m 2 . Hauteur du centre de gravité en m

CLASSES DE MOMENTS NORMALISÉS ET MASSIFS DE FONDATION

Source : Note N° 66 du SETRA - Juillet 1989.


MASSIFS DE FONDATION (dimensions en m)

Moment Catégorie A Catégorie B


de flexion maximal (sols médiocres) massif type (sols corrects) massif type
admissible en daN.m «Remblai rase campagne» «Déblai ville»

MA : 100 0,4 x 0,4 x 0,4 = 0,064 m3 0,4 x 0,4 x 0,4 = 0,064 m3


MB : 250 0,5 x 0,5 x 0,5 = 0,125 m3 0,4 x 0,4 x 0,4 = 0,064 m3
MC : 500 0,6 x 0,6 x 0,65 = 0,234 m3 0,4 x 0,4 x 0,5 = 0,08 m3
MD : 1000 0,8 x 0,8 x 0,8 = 0,512 m3 0,5 x 0,5 x 0,65 = 0,162 m3
ME : 1500 0,9 x 0,9 x 0,9 = 0,729 m3 0,65 x 0,65 x 0,7 = 0,295 m3
MF : 2500 1,0 x 1,0 x 1,0 = 1 m3 0,75 x 0,75 x 0,8 = 0,45 m3
MG : 3500 1,1 x 1,1 x 1,2 = 1,452 m3 0,8 x 0,8 x 0,9 = 0,579 m3
MH : 5000 1,25 x 1,25 x 1,3 = 2,03 m 3
1,0 x 1,0 x 1,0 = 1 m3
MI : 7000 1,4 x 1,4 x 1,5 = 2,94 m3 1,1 x 1,1 x 1,2 = 1,452 m3

6
SIGNALISATION VERTICALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 PRINCIPALES RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT
CODES COULEURS
Le bleu Le jaune
• Sur autoroutes, pour • Indications
toutes les mentions de directions temporaires ou
desservies par d’exploitation (y compris itinéraires
l’autoroute. Bis ou Substitution).
• Sur routes, pour tous les panneaux
de rabattement vers l’autoroute, Le blanc
jusqu’au carrefour de raccordement. • Dans tous les autres cas.

Le vert Les camaïeux de marron


• Pour signaler les • Sur routes et
agglomérations importantes sur autoroutes, pour
les itinéraires définis pour les relier panneaux d’animation
entre elles, ou les pôles générateurs e t d ’ i n fo r m a t i o n
de trafic. touristique.

TYPOLOGIE ET HAUTEUR DE CARACTÈRES


Pour être lisibles les mentions des panneaux directionnels sont
dimensionnées en fonction de la vitesse d’approche et du type de voie
circulée, suivant le tableau ci-dessous.

VITESSE AUTORISÉE ( en km/h) ≤ 50 70 90 110 130

Voiries à caractéristiques
Hb autoroutières ou assimilées 160 200 250 320
en
mm Autres voiries 100 100 125
Pour les panneaux implantés sur portiques, potences ou hauts mâts, la hauteur de base (Hb) mini-
mum de caractères est de 250 mm. Pour les panneaux fixés au plafond d’un tunnel de gabarit
réduit, une hauteur de base (Hb) plus réduite peut être utilisée pour les caractères des panneaux,
sans pouvoir être inférieure à 160 mm.

A chaque vitesse correspond une gamme de dimensionnement Hb


(Hauteur de base) qui permet de déterminer, selon la couleur de fond
du panneau, la hauteur Hc (Hauteur de composition) des caractères.

1 Pour les panneaux à fond 2


L4
clair (blanc, jaune) : Hc = Hb
2 Pour les panneaux à fond 2
L2
foncé (noir, bleu, vert, rouge et 1
L1
marron), la hauteur Hc est d’une
gamme supérieure : Hc= Hb + 1. 1
L4

1
L4

LES ALPHABETS

L1, L2, L3 L4 et L5.

7
SIGNALISATION VERTICALE
 PRINCIPALES RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT
UNICITÉ DES FORMES DE PANNEAUX

Un même ensemble ne
doit comporter que des
registres de même forme
(flèche ou rectangle).
NON OUI

NOMBRE DE MENTIONS PAR ENSEMBLE


En règle générale, un
même ensemble ne doit
pas comporter plus de 6
mentions, quel que soit
le nombre de directions
signalées.
NON OUI

NOMBRE DE MENTIONS
PAR ENSEMBLE D’UNE MÊME COULEUR
En règle générale, un même
ensemble ne doit pas
comporter plus de 4 mentions
d’une même couleur par
direction signalée.
NON OUI

ALIGNEMENT VERTICAL DES PANNEAUX

Dans un ensemble de type D20 (flèches), toutes les flèches d’une


même direction doivent être de même longueur, les talons et les
pointes de flèches étant
alignés, par direction.
Dans un ensemble de type
D43 (rectangles), on aligne
les rectangles.

NON OUI

ALIGNEMENT PAR LE BAS

Si 2 ensembles sont installés côte à côte pour indiquer 2 directions


différentes, les panneaux sont systématiquement alignés par le bas.

NON OUI

8
SIGNALISATION VERTICALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 PRINCIPALES RÈGLES DE DIMENSIONNEMENT
ORDRE DES PANNEAUX

Sur un ensemble, l’ordre des panneaux s’effectue :


• d’abord suivant la couleur de fond des panneaux, le
bleu étant la couleur prioritaire, puis le vert, le blanc
et enfin le jaune .
• ensuite suivant la direction, en maintenant dans l’ordre : NON
- tout droit (s’il s’agit de rectangle type D43)
- à droite
- à gauche
et en maintenant également la règle de quinconce des
flèches s’il s’agit de panneaux D43.
OUI
Dans le cas d’un ensemble indiquant 2 directions différentes, les règles
précédentes demeurent inchangées, mais tous les registres d’une même
direction seront regroupés suivant la couleur prioritaire.
• Si 2 registres bleus de • Si un seul registre
directions opposées sont bleu est présent sur
sur un même ensemble : l’ensemble: la priorité va
la priorité va à l’ensemble à l’ensemble des registres
des registres dont la où le panneau bleu est
direction indique la droite. présent.

POSITIONNEMENT DES SYMBOLES

Un symbole est toujours associé


à un panneau. Il est toujours
placé au talon du panneau. NON OUI

POSITIONNEMENT DES IDÉOGRAMMES


Un idéogramme est toujours associé
à une mention ; Il est toujours placé à
gauche de la mention. NON OUI

ORDRE DES MENTIONS AVEC DISTANCES


Pour chaque couleur, les mentions sont inscrites de
haut en bas par ordre de distances décroissantes.
Les blocs ainsi constitués sont répartis de haut en
bas, dans l’ordre suivant : bleu, vert, blanc, jaune.

MENTIONS EN CARACTÈRES MINUSCULES (L4-L5)


Pour les mentions écrites en minuscules, seul le début
d’un nom propre, et celui des autres noms propres
qui peuvent le composer, est écrit en majuscules.

HAUTEUR DES SYMBOLES


1,5Hc pour les symboles sans chiffres sur les
panneaux à 1 ligne (par anticipation à la norme
NF P 98 532-7).

9
SIGNALISATION VERTICALE
 LES PRINCIPALES RÈGLES D’IMPLANTATION
DES PANNEAUX

ORIENTATION

En règle générale, les panneaux de signalisation sont orientés


avec un angle de 5° vers l’extérieur de la voie pour éviter un effet
d‘éblouissement dû à la rétroréflexion des films des faces avant.
Des adaptations doivent être apportées pour des configurations
particulières (voir exemple en page ci-contre).

IMPLANTATION

EN AGGLOMÉRATION

Vitesse usuelle
réglementaire
Sauf prescriptions particulières

Distance 1,40 m mini


d’implantation 0,70 m mini pour PMR
H = 2,30 m
maxi Cheminement
accessible aux PMR
Chaussée Trottoir Bâti

SUR ROUTES BIDIRECTIONNELLES (hors agglomération)

Vitesse usuelle par temps de pluie 80


réglementaire
Sauf prescriptions particulières

Distance 0,70 m mini


d’implantation Zone de H=1m
Chaussée récupération mini
Zone d’implantation

SUR AUTOROUTES ET ROUTES À CHAUSSÉES SÉPARÉES (hors agglomération)

Vitesse usuelle
réglementaire par temps de pluie

Distance 2 m conseillé
Zone de 0,70 m mini
d’implantation
récupération H=1m
Chaussée ou BAU mini
Zone d’implantation

10
SIGNALISATION VERTICALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
LES PRINCIPALES RÈGLES D’IMPLANTATION
DES PANNEAUX

95°

100° à 120°

EN AGGLOMÉRATION

• SD2 • Signalisation d’Information


Locale (SIL)
L ≤ 3,50 m L ≤ 3,50 m

H = 2,30 m H = 2,30 m
maxi maxi

SUR ROUTES BIDIRECTIONNELLES (hors agglomération)


• SD1 • SD2 • SD3
L ≤ 2,50 m L ≤ 2,50 m L ≤ 3,50 m L > 2,50 m

H=1m H = 2,30 m H=1m


mini maxi mini

SUR AUTOROUTES ET ROUTES À CHAUSSÉES SÉPARÉES (hors agglomération)


• SD1 • SD3 • PPHM
L ≤ 2,50 m L ≤ 2,50 m L > 2,50 m

H = 5,50 m
H=1m H=1m
mini mini

11
SIGNALISATION VERTICALE
 LES FILMS RÉTRORÉFLÉCHISSANTS
Le référentiel normatif français prévoit
trois classes de film rétroréfléchissant, cor-
respondant à trois classes de performance.

Classe 1 Classe 2 Classe 3


50 Cd/Lux/m2 180 Cd/Lux/m2 300 Cd/Lux/m2

CLASSE DE FILM

DURABILITÉ 7 ANS 10 ANS 12 ANS

REMPLACEMENT
8 ANS 12 ANS 14 ANS
RECOMMANDÉ

Cette classe de revêtement correspond au niveau de service


Classe minimal sur les réseaux en rase campagne et en agglomération
1 où la classe 2 n’est pas obligatoire.
(interdit sur autoroutes et routes à grande circulation)
Hors
agglomération Obligatoire pour :
- tous les panneaux et panonceaux implantés à
Classe
plus de 2 m de hauteur,
2 - tous les panneaux et panonceaux implantés sur
autoroutes et sur routes à grande circulation,
quelle que soit leur hauteur,
- les balises type J…
Agglomération
Obligatoire pour :
- tous les panneaux de type AB et les panonceaux
qui les complètent.
- tous les panneaux sur voies où la vitesse est
relevée à 70 km/h.
- t ous les panneaux implantés sur PPHM.

Aucune obligation. La classe 3 est utilisable pour :


Classe
- t ous les panneaux implantés à plus de 2m.
3
- dans les sections où la vitesse est relevée à 70 km/h ou plus.

• Par souci de cohérence et d’efficacité, […] il ne faut pas mélanger un


panneau avec un revêtement rétroréfléchissant de classe 1, dans le même
champ de vision, avec un panneau ayant un revêtement rétroréfléchissant
de classe 2 ou un panneau éclairé.

« Les panneaux et panonceaux de signalisation doivent être visibles et


garder le même aspect de nuit comme de jour. Comme pour les panneaux,
les revêtements rétroréfléchissants doivent être certifiés NF ou faire l’objet
d’une autorisation d’emploi à titre expérimental.
La rétroréflectorisation porte sur toute la surface des panneaux à ion
l’exception des parties noires. » (Art. 13-1re partie IISR). m e ntat
gle Ré

12
SIGNALISATION VERTICALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES ÉTIQUETTES DE CERTIFICATION
Attention à bien vérifier la conformité des panneaux installés sur votre
réseau grâce à l’étiquette de certification obligatoirement apposée au
dos des panneaux, récemment modifiée depuis la mise en place du
nouveau marquage CE + NF complémentaire, depuis le 01 janvier 2013.

PANNEAUX FIXES PERMANENTS

1
8

4 5 6 7 9

1 Nom de l’entreprise titulaire 6 


Numéro de certification CE
2 Nom du produit du produit
3 Année de fabrication 7 R éférence de la norme
européenne
4 N° organisme certificateur
pour le marquage CE 8 Numéro de certification NF
complémentaire du produit.
5 A nnée d’obtention de la
certification CE 9 Numéro de DoP (Declaration
of Performance)

PANNEAUX TEMPORAIRES

1 Nom de l’entreprise titulaire


1 2 3
2 Numéro de certification NF
du produit (composé de la
typologie et du N° d’attribution
Tél : 04 72 90 34 00
du produit)
3 Année de fabrication

PPHM (PORTIQUES, POTENCES ET HAUT-MÂTS)

1 1 Nom de l’entreprise titulaire


2 Numéro de certification NF
du produit
3 Année de fabrication
Les autres mentions figurant sur
cette étiquette sont un choix
fait par Signature pour assurer la
traçabilité du produit, mais ne sont
2 3 pas obligatoires.

13
SIGNALISATION VERTICALE
 LES CRITÈRES DE PERFORMANCES MESURÉS
ET LES MINIMA DE LA RNER

EXPRESSION DES
CRITÈRE CLASSES DE MINI RNER
PERFORMANCES
WL0 à WL9
WL
WL3 ± 159 km/h
Tenue à la pression WL3
WL6 = 195 km/h
du vent
WL9 = 225 km/h
PL PL0 à PL5
Tenue aux charges PL1 = 25 kg environ Police : PL1
ponctuelles PL2 = 50 kg environ Autres : PL2
(vandalisme) PL3 = 85 kg environ
DSL
DSL0
Tenue à la pression DSL0 à DSL4
(pas d’exigence)
du déneigement
Classe 1 Classe 1
Photométrie
Classe 2 Classe 2
Durabilité
VN 3 ans VN 3 ans
(VA-Vieillissement
VA 2000h UV VA 2000h UV
Artificiel et VN-Naturel)
Sécurité passive
(résistance sous choc 0à3 Classe 0
de véhicule)

WL LA PRESSION DU VENT
La simulation de pression du vent doit être appliquée
selon une charge distribuée uniformément sur la zone de
la structure du panneau et agir au centre de pression du
panneau, afin de calculer les moments fléchissants au niveau
des supports et de la plaque du panneau.
NB : la vitesse du vent dans les régions montagneuses, côtières et dans les estuaires
WL peut parfois dépasser de 40 % celle des autres régions. Il convient que les acheteurs
envisagent de spécifier une classe supérieure de charge du vent ou de vitesse de
référence du vent pour ces lieux. (extrait de la norme EN 12899-1 Art.5.3.1)

PL LA PRESSION DES CHARGES PONCTUELLES


La charge ponctuelle est mesurée sur des points d’accroche
sensibles des panneaux, en charge verticale et horizontale.
Elle permet de simuler la résistance du panneau aux actes de
vandalisme par exemple. Cette charge n’est pas simultanée
à la charge du vent ni à la charge due au déneigement .
PL

14
SIGNALISATION VERTICALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES CRITÈRES DE PERFORMANCES MESURÉS
ET LES MINIMA DE LA RNER

EXPRESSION DES CLASSES


CRITÈRE MINI RNER
DE PERFORMANCES

P1 : percement possible à
intervalles d’au moins 150 cm
dans toutes les directions,
sauf si nécessaire pour fixation
P
subjectile / structure support P3
Perçages
P2 : aucun percement, sauf
si nécessaire pour fixation
subjectile / structure support
P3 : aucun percement
E1 : bord non protecteur
E2 : bord protecteur par bord
E tombé, formé, embouti
Protection des ou rapporté E2
bords E3 : bord protecteur,
protection assurée par la
structure du montage
Voir
Planéité -
NF P98-531
Décors
Voir
(dimensions
- NF P 98-531
des symboles
532 / 544
et lettrages)
Couleur du dos
des panneaux Voir
-
(coordonnées NF P 98-531
chromatiques)
Résistance
mécanique SD3 Voir
pour PPHM (calcul - NF P 98-550-1
des charges sur
5 zones de vents)

DSL LA PRESSION DYNAMIQUE ISSUE DU DÉNEIGEMENT

À la différence de la pression du vent, la pression dynamique


provenant du déneigement doit être appliquée sur des zones
précises, non uniformes, d’une hauteur de 2 m, et jusqu’à
une hauteur de 2,50 m au-dessus du sol. Cette charge n’est
DSL
pas simultanée à la charge du vent ni à la charge ponctuelle.

15
SIGNALISATION VERTICALE
 LES CARACTÉRISTIQUES ET PERFORMANCES
DES SUPPORTS À SÉCURITÉ PASSIVE (SSP)
Le traitement des obstacles latéraux constitue un enjeu majeur pour
améliorer la sécurité routière notamment par l’utilisation des SSP qui
sont des équipements définis selon les caractéristiques suivantes :

CARACTÉRISTIQUES VALEURS SOURCE

Classe de vitesse 50, 70, 100 NF EN 12767

Classe d’absorption
HE, LE, NE NF EN 12767
d’énergie

Niveau de sécurité
1, 2, 3, 4 NF EN 12767
des occupants

CEREMA Guide
Mode de ruine FR, RS, NS
technique SSP

CEREMA Guide
Classe de directivité SD, BD, MD
technique SSP

LES CLASSES DE VITESSE


Les SSP sont testés à plusieurs vitesses d’impact et classés selon la
norme NF EN 12767 en trois classes : 50, 70 et 100 km/h.

LES CLASSES D’ABSORPTION D’ENERGIE


En fonction de la perte de vitesse du véhicule au cours de l’impact,
les SSP sont classés selon la norme NF EN 12767 en trois classes
d’absorption d’énergie :
- HE (High Energy absorption) : à forte absorption d’énergie,
- LE (Low Energy absorption): à faible absorption d’énergie,
- NE (No Energy absorption) : sans absorption d’énergie.

16
SIGNALISATION VERTICALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES CARACTÉRISTIQUES ET PERFORMANCES
DES SUPPORTS À SÉCURITÉ PASSIVE (SSP)
LE NIVEAU DE SÉCURITÉ DES OCCUPANTS
La norme NF EN 12767 définit quatre niveaux par valeur croissante de
sécurité pour les occupants : 1, 2, 3 et 4. Le niveau de sécurité d’un SSP
est déterminé lors des essais de choc à partir de l’indice de sévérité de
l’accélération (ASI) et de la vitesse d’impact de la tête théorique (THIV).
LE MODE DE RUINE
C’est le comportement du SSP lors de l’impact d’un véhicule. Les SSP
sont classés selon trois modes de ruine :
- FR (FRangible) : rupture du support dans une zone indéterminée,
- R S (Rigid Shearing => cisaillable): le support se sépare
transversalement de sa fondation en un point ou selon un
mécanisme de glissement prédéterminé,
- NS (No Separation => déformable) : déformation du support
sans que celui-ci ne se détache du sol.

Mode FR Mode RS Mode NS

LA CLASSE DE DIRECTIVITÉ
La performance de sécurité passive des produits est différente selon
l’angle d’impact. A partir des résultats d’essai d’impact ou de la
construction des produits, les SSP sont caractérisés en trois classes
de directivité :
- SD (unidirectionnel) : le SSP fonctionne selon un angle de 20°;
- BD (bidirectionnel): le SSP fonctionne selon deux angles : un
angle de 20° et son opposé selon un axe perpendiculaire à la
route;
- MD (multidirectionnel) : le SSP fonctionne comme un SSP BD
mais possède au moins un autre plan de symétrie, ce qui lui
confère des sens de percussion supplémentaires.
Axe de la route Axe de la route Axe de la route
sens de
percussion
sens de percussion du véhicule
du véhicule
20° 20°
20°
20° 20°
sens de percussion sens de
du véhicule percussion
sens de percussion
du véhicule du véhicule

Classe SD Classe BD Classe MD

17
SIGNALISATION HORIZONTALE
 LES PRINCIPALES RÉFÉRENCES
NORMATIVES ET RÉGLEMENTAIRES
c DES NORMES « PRODUITS » :
EN 1423 (produits de saupoudrage, billes et granulats), EN 1463 (plots
rétroréfléchissants), EN 1790 (marquages préfabriqués), et EN 1871
(peintures et enduits).
c UNE NORME DE TEST ROUTIER :
EN1824, mesuré par l’ASCQUER pour la certification NF.
c 11 NORMES DE MÉTHODES DE MESURE :
EN 12802 (méthode de laboratoire), EN 13197 (simulateur d’usure),
EN 13212 (contrôle de production en usine), EN 13459 (échantillonnage
sur stocks et essais), etc.
c UNE NORME DE PERFORMANCES SUR ROUTES : NF EN 1436
c UNE NORME DE PRESTATION DE SERVICE (application) : NF P
98-691
c L’ARRÊTÉ RNER (Réglementation Nationale des Équipements de la
Route) du 10 mai 2000
c DES RÈGLES DE GÉOMÉTRIE ET D’IMPLANTATION : Instruction
Interministérielle sur la Signalisation Routière (IISR) – 7ème partie /
Marques sur chaussées.
c AUTRES TEXTES RÉGLEMENTAIRES :
Une multitude de décrets, circulaires (exemple : marquages couleur, ...).

 ÉTAT DES CERTIFICATIONS CE/NF


PAR FAMILLE DE PRODUITS (sept 2016)
PEINTURES ET
ENDUITS DE MARQUAGES
MARQUAGES VNTP BLANCS PLOTS DE MATÉRIAUX
BLANCS ET ET JAUNES MARQUAGES CHAUSSÉE DE SAUPOU- PRESTA-
JAUNES PERMANENTS PRÉFABRIQUÉS RÉTRORÉFLE- DRAGE (BILLES TIONS
PERMANENTS ET CHISSANTS DE VERRE)
ET TEMPORAIRES
TEMPORAIRES

3 3

3 3 3 3
NF2 NF2 NF2 NF
SERVICE

NB : les produits de marquage couleur (hors blanc et jaune permanent et


temporaire) ne sont pas certifiés ; ils sont soumis aux règles de la circulaire du
15 mai 1996 relative à l’utilisation de la couleur sur chaussées.

18
SIGNALISATION HORIZONTALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES PRINCIPALES RÈGLES DE GÉOMÉTRIE
DES MARQUAGES PERMANENTS

MODULATIONS DES MARQUAGES PERMANENTS

c CAS DES MARQUAGES EN AXE LONGITUDINAL ET EN RIVE


Les modulations [vide + plein] sont T1 T’1 T3 T2 T’3 T4
toujours des multiples ou sous-
multiples de 13 mètres.

3
c CAS DES LIGNES TRANSVERSALES
0,5 m 0,5 m T’2

13 m
0,5 m

Les lignes transversales sont


utilisées pour les marquages de
travaux spéciaux en agglomération,
ou les points singuliers (carrefours en
milieu interurbain). Elles doivent être
compatibles avec les mesures de police.
LARGEUR DES LIGNES

La largeur des lignes est définie par


rapport à une largeur unité appelée
« u » qui diffère selon le type de route
6m
et son emplacement sur la chaussée :
39 m
- U = 3 cm, sur pistes cyclables.
- U = 5 cm, sur chemins départementaux
et voies communales.
- U = 6 cm, sur routes importantes et
routes à grande circulation.
- U = 7,5 cm, sur autoroutes, les routes
20 m
à chaussées séparées, routes à 4 voies
en rase campagne. 10 m
La valeur de «  u  » doit être
homogène sur tout un itinéraire. 3,5 m
5m
Pour le détail des largeurs à appliquer 1,33 m

selon le type de marquage concerné, voir 3m 3m 3m


1,5 m
en pages 20 et 21.

19
SIGNALISATION HORIZONTALE
 LES LIGNES DE MARQUAGES
PERMANENTS
DÉSIGNATION DES MARQUES MODULATION LARGEUR
A • LIGNES LONGITUDINALES AXIALES
1 - Lignes continues (cas général)
Ligne axiale ou de délimitation des voies continue 2 u*
Ligne axiale sur chaussée à 4 voies continue 5u
2 - Lignes discontinues de type T1
Ligne axiale ou de délimitation en rase T1 2u
campagne
Ligne axiale ou de délimitation de voie en T1, T’1 ou T3 2u
agglomération ou de piste cyclable
3 - Lignes discontinues de type T3
Ligne d’annonce d’une ligne continue T3 2 u**
Ligne de dissuasion en remplacement T3 2u
d’une ligne continue
4 - Lignes mixtes
La ligne mixte est constituée par une 2u
ligne continue doublée par une ligne T1 ou T3 chacune
discontinue de type T1 ou T3
(*) : à porter à 3 u à l’approche d’un îlot.
(**) : à porter à 3 u dans le cas de l’annonce d’une continue sur les routes à
3 voies hors agglomération avec 2 voies affectées à un sens de circulation.

B • LIGNES LONGITUDINALES DE RIVES OU


DE DÉLIMITATION DE CERTAINES VOIES
1 - Lignes discontinues de type T2
Ligne de rive de chaussée T2 3u
Ligne de délimitation des voies
de décélération, d’insertion ou T2 5u
d’entrecroissement
Ligne d’entrée et de sortie de voies pour T2 5u
véhicules lents
2 - Lignes discontinues de type T3
Ligne de délimitation des voies pour
véhicules lents sur lesquelles il n’y a pas T3 5u
d’interdiction de dépasser
Ligne de délimitation dans certains cas T3 5u
d’un couloir réservé aux autobus
Ligne de délimitation dans certains cas T3 5u
de bandes cyclables
Ligne délimitant une bande d’arrêt T4 3u
d’urgence, ligne de rive sur autoroute
Ligne de rive aux approches de certains T’3 3u
carrefours

20
SIGNALISATION HORIZONTALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES LIGNES DE MARQUAGES
PERMANENTS
DÉSIGNATION DES MARQUES MODULATION LARGEUR
C • LIGNES TRANSVERSALES
Ligne «STOP» continue 50 cm
Ligne «CÉDEZ LE PASSAGE» T’2 50 cm
Ligne d’effet des feux de circulation T’2 15 cm
Ligne de guidage en intersection
Tourne à gauche à l’indonésienne T’2 10 cm
Carrefour en baïonnette
Ligne de début et de fin de voie cyclable T’2 25 cm

D • LIGNES CONTINUES DÉLIMITANT LE TERRE-PLEIN CENTRAL,


LES ÎLOTS OU CERTAINS COULOIRS RÉSERVÉS
Ligne de délimitation de terre-plein continue 3u
central
Ligne de délimitation du contour continue 3u
des îlots
Ligne de délimitation de certains continue 5 u ou 3 u
couloirs réservés

E • MARQUES RELATIVES AU STATIONNEMENT


Ligne délimitant des espaces de T’2 ou 2u
stationnement (blanche ou bleue) continue
Ligne confirmant ou indiquant T’2 2u
l’interdiction de stationner (jaune)
Ligne confirmant ou indiquant continue 2u
l’interdiction de s’arrêter (jaune)
Ligne marquant l’emplacement d’un continue 2u
arrêt d’autobus (jaune) zigzag

Retrouvez tous les marquages réglementaires à partir de la page 130.

s
fo
In

21
SIGNALISATION HORIZONTALE
LES COULEURS DES MARQUAGES
Le blanc est la couleur principalement utilisée pour les marquages sur
chaussée.
Le jaune, pour :
- les marques interdisant l’arrêt ou le stationnement
- les lignes zigzag indiquant les arrêts d’autobus
- le marquage temporaire
Le bleu, éventuellement pour les limites de stationnement en zone bleue.
Le vert, est réservé à l’usage des cycles.
Le rouge, pour les damiers rouge et blanc matérialisant le début des
voies de détresse.
L’emploi des autres couleurs sur la chaussée peut entraîner des confusions
et incompréhensions pour l’usager. La circulaire du 15 mai 1996 donne des
directives et des recommandations visant à ne pas abuser de l’utilisation
de la couleur sur la chaussée.

LES TECHNIQUES D’APPLICATION


Les moyens humains, matériels et techniques doivent être adaptés
selon les travaux à réaliser, en fonction, notamment, de la typologie
du marquage, de la chimie du produit employé, de la configuration de
l’itinéraire à traiter.

APPLICATION À GRAND RENDEMENT APPLICATION À PETIT RENDEMENT


SUR ROUTES ET AUTOROUTES ET TRAVAUX SPÉCIAUX

Peintures solvantées ou aqueuses Peintures solvantées ou aqueuses


Peintures bi-composant Peintures bi-composant
Enduits à chaud Enduits à chaud
Enduits à froid Enduits à froid
- Produits préfabriqués

22
SIGNALISATION HORIZONTALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES ÉTIQUETTES DE CERTIFICATION
Art. 2 de l’arrêté du 10 mai 2000 : « Tout produit de marquage de chaussées
ne peut être utilisé sur lesdites voies que s’il fait l’objet d’une attestation
de conformité à des exigences techniques de sécurité et d’aptitude à
l’usage selon l’un des deux modes désignés à l’article 4 (…) » : présence
sur les produits ou emballages de la marque nationale NF ASCQUER,
ou attestation de conformité pour produits originaires d’états membres
de l’Union européenne.
Tout produit de marquage blanc et jaune appliqué sur la chaussée doit
donc être certifié ; l’existence d’une étiquette de certification sur son
emballage est la preuve de sa conformité aux exigences normatives.
En France, les produits sont évalués au plus juste par un test de durabilité
aux conditions réelles sur le site de la RN2 (+ d’infos en page 26).

MARQUAGE PERMANENT

1 - Application machine autoportée


1
2 - Application manuelle ou machine
poussée
1 2 3 4 5
3 - Application machine en plusieurs passes

1 R H 123 S1 R - Produit rétroréfléchissant


2 Absence de R : produit non rétroréflé-
chissant, destiné à un usage urbain
2 H 123 S2
3
H - Application sur chaussée hydrocarbonée
C- Application sur chaussée ciment
3 R C 123 S3
4 123 - N° d’ordre attribué par l’ASCQUER

5 S - Valeur de l’adhérence du produit pendant


sa durée de vie fonctionnelle

c PRODUITS VNTP (Visibilité de Nuit par Temps de Pluie)

1 2 3 6 4 7
6 P - Certifié pour des performances sous pluie

a - Produit non structuré (grosses billes)


2 R H P 123 b 7
b - Produit structuré
(3 mm < structure < 15 mm)

MARQUAGE TEMPORAIRE
T-P
 roduit temporaire, obligatoirement
1 2 3 4
1
rétroréfléchissant
E - Produit enlevable
T E 123 H 2 Absence de E : produit non enlevable
à recouvrir en fin de chantier
3 123 - N
 ° d’ordre attribué par l’ASCQUER
4 H - Application sur chaussée hydrocarbonée

23
SIGNALISATION HORIZONTALE
 LES CRITÈRES DE PERFORMANCES
MESURÉS

LA RÉTRORÉFLEXION (VISIBILITÉ DE NUIT)

Le marquage est visible de nuit grâce aux billes de verre saupoudrées


sur le produit de marquage lors de son application. Tous les marquages
permanents hors agglomération ou temporaires sont obligatoirement
rétroréfléchissants.
Seul le couple peinture/bille de la certification doit être appliqué. Le
changement de bille par celle d’un autre fabricant avec les mêmes
caractéristiques annulera la certification du marquage.

c RÉTRORÉFLEXION DE NUIT PAR TEMPS SEC

120 cm
65 cm
2,29°
1,24°
30 m

c RÉTRORÉFLEXION (VISIBILITÉ) DE NUIT PAR TEMPS DE PLUIE


(VNTP)
Il existe plusieurs technologies :
- Marquage VNTP type «a»: produit sans relief, par incorporation de
grosses billes de verre (3 à 5 fois le Ø standard) dans le marquage,
renvoyant la lumière en émergeant du film d’eau.
- Marquage VNTP type «b» : produits dits «structurés », avec reliefs
de hauteur maximale 16 mm par rapport à la chaussée et drainant
rapidement l’eau pour lui éviter de stagner sur les billes.
- Utilisation d’éléments optiques spécifiques remplaçant les billes
de verres traditionnelles.

Exemple VNTP type «a»

Eau
Liant
marquage

Bille classique Bille VNTP Chaussée

24
SIGNALISATION HORIZONTALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES CRITÈRES DE PERFORMANCES
MESURÉS

L’ANTI-GLISSANCE

L’anti-glissance est mesurée par le coefficient SRT (Skid Resistance


Tester), qui définit la valeur de l’adhérence d’un pneumatique sur le
marquage.
Elle se mesure avec un pendule de
mesure de la friction SRT qui mesure la
perte d’énergie d’un pendule oscillant
muni d’un patin en caoutchouc à son
extrémité libre. La perte d’énergie est
provoquée par le frottement du patin sur
une longueur déterminée de la surface
mouillée du marquage à évaluer.
La valeur mesurée avec le pendule correspondra aux conditions d’un
véhicule avec des pneus à dessins (profilés) freinant à roues bloquées
sur une route mouillée à une vitesse de 50 km/h

Performance d’anti-glissance recommandée pour les passages


ion
piétons : S3 (SRT de 0,55), pour améliorer le niveau d’adhérence.
me ntat
R égle

LA LUMINANCE (BLANCHEUR)

La luminance (ou blancheur) du marquage est mesurée par sa


perception, par un automobiliste, à une distance de 30 mètres, dans
des conditions moyennes d’éclairage de jour ou sous éclairage public

30 m
1,20 m

25
SIGNALISATION HORIZONTALE
 LES CRITÈRES DE PERFORMANCES
MESURÉS
LA DURABILITÉ AUX PASSAGES DE ROUES

Pour être certifié NF, un produit de marquage doit avoir subi le test de
durabilité sur le site routier RN2 pendant un cycle d’un an minimum
ou 2 ans pour une certification P6 ; il va alors subir en situation réelle
les conditions climatiques changeantes (pluie, neige, gél, dégel...), ainsi
que la circulation (VL, PL, ...). Le marquage appliqué sur ce site est un
couple produit/billes.
C’est ce couple dont on mesure les performances qui sera certifié
par l’ASCQUER en lui délivrant un droit d’usage de la marque NF avec
une validité limitée dans le temps. Le produit devra obligatoirement
être appliqué conformément à son droit d’usage pendant les travaux.
La classification des produits par passages de roue, dosages,
performances permet une comparaison dans les mêmes conditions.

c SITE DE CERTIFICATION «RN2» (2x2 voies à chaussées séparées)

Nombre d
e pa ss
5 sur 1 an s a
es P sur 2 a n
ge

. rou
sd

6
0 pass roues P 2
e ro

00 s .
1 00 0
000 p
as u sP
e
s. ro
ues

2 000 000 pas P3


100 ues
pa ss. ro oues P4
000 .r P1
200 pass ues
000 ss. ro
500 00 p a
60 0

* Le nombre de passages de roues certifié n’est pas une garantie à l’usage :


Un produit certifié pourra avoir une résistance variable selon qu’il est appliqué en
axe, rives, selon le trafic, selon la sinuosité, selon le type de support, etc...
Le système de certification est l’assurance :
- de mise sur le marché de produits ayant les qualités nécessaires à une utilisation
routière.
- de contrôles permanents de la qualité et conformité des produits fabriqués et livrés.

Depuis 2015, la certification P6 permet de certifier des produits de marquage sur


la base de 2 cycles climatiques, soit 2 millions de passages de roues.

26
SIGNALISATION HORIZONTALE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES CRITÈRES DE PERFORMANCES MESURÉS
ET LES MINIMA DE LA RNER

EXPRESSION DES
CRITÈRE CLASSES DE MINI RNER
PERFORMANCES
R0 à R5 (en mcd.m-2.lx-1) Marquage blanc
R R0 = pas d’exigence R3
Rétroréflexion R1 ≥ 80
(visibilité de nuit R2 ≥ 100
R3 ≥ 150 Marquage jaune
du marquage) temporaire
par temps sec R4 ≥ 200
R5 ≥ 300 R4

RR RR0 à RR4 (en mcd.m-2.lx-1)


Rétroréflexion RR0 = pas d’exigence
RR1 ≥ 25 Marquage VNTP
(visibilité de nuit RR2 ≥ 35 RR2
du marquage) RR3 ≥ 50
par temps de pluie RR4 ≥ 75
RW RW0 à RW4 (en mcd.m-2.lx-1)
Rétroréflexion RW0 = pas d’exigence
RW1 ≥ 25 Marquage VNTP
(visibilité de nuit RW2 ≥ 35 RW2
du marquage) RW3 ≥ 50
par temps humide RW4 ≥ 75
Marquages blancs :
Qd Q0 à Q5 (en mcd.m-2.lx-1) Non rétro sur chaussée bitume : Q3
Luminance Q0 = pas d’exigence Rétro et VNTP sur chaussée
(blancheur Q1 ≥ 80 bitume : Q2
du marquage de Q2 ≥ 100 Chaussée béton : Q3
jour ou sous Q3 ≥ 130
éclairage public) Q4 ≥ 160 Marquages jaunes :
Tous types / toutes chaussées : Q1
S0 à S5 (coefficient SRT)
S S0 = pas d’exigence Minimum S1
Anti-glissance S1 ≥ 0,45
S2 ≥ 0,50
(adhérence S3 ≥ 0,55 S3 recommandé pour
du marquage) S4 ≥ 0,60 les passages piétons
S5 ≥ 0,65

•Marquage permanent
P1 à P6 (nb de passages)
P* P1 : 50 000 +/- 20%
Passages de P2 : 100 000 +/- 20%
roues P3 : 200 000 +/- 20%
P4 : 500 000 +/- 20% Minimum P1
(résistance P5 : 1 000 000 +/- 20%
au trafic de P6 : 2 000 000 +/- 20%
véhicules) •Marquage temporaire
T1 : 50 000 +/- 20%
T2 : 100 000 +/- 20%

(*) voir page ci-contre

27
DISPOSITIFS DE RETENUE
 LES PRINCIPALES RÉFÉRENCES
NORMATIVES ET RÉGLEMENTAIRES

c DES NORMES FRANÇAISES

Séries NF P 98 410 à 413: Dispositifs métalliques profils A et B


Séries NF P 98 420 à 424 : Dispositifs sur ouvrages d’art
Séries NF P 98 430 à 433 et 443 : Dispositifs béton coulés en place

c UNE NORME EUROPÉENNE EN 8 PARTIES


Cette norme européenne définit les performances et les
méthodes d’évaluation des dispositifs de retenue routiers.
NF EN 1317 - Dispositifs de retenue routiers - en 8 parties :
1/ méthodes d’essai
2/ barrières de sécurité (y compris barrières de bord
d’ouvrage d’art)
3/ atténuateurs de choc
4/ raccordements et sections de barrières amovibles*
5/ exigences relatives aux produits et évaluation de la
conformité des produits
6/ garde-corps (piétons)*
7/ extrémités de barrières de sécurité*
8/ dispositifs pour motos*
* parties non encore éditées.

c DES INSTRUCTIONS ET RÈGLES D’IMPLANTATION


- Circulaire de mai 1988 relative aux conditions d’emploi des dispositifs
de retenue des véhicules contre les sorties accidentelles de chaussée,
- ICTAAL (SETRA déc. 2000),
- ICTAVRU (CERTU, janv. 1990).

c L’ARRÊTÉ RNER (Réglementation Nationale des Équipements de la Route)


du 2 mars 2009, et ses arrêtés modificatifs.

c AUTRES TEXTES RÉGLEMENTAIRES :


Guides, circulaires, ou recommandations techniques.

28
DISPOSITIFS DE RETENUE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 ÉTAT DES CERTIFICATIONS CE/NF PAR FAMILLE
DE PRODUITS (sept 2016)

DISPOSITIFS
DISPOSITIFS
PERMA-
GBA, DBA, TEMPO-
NENTS EN EXTRÉMITÉS
RACCORDE- ÉCRANS LBA ET RAIRES
SECTION PERFOR-
MENTS MOTO MURET (SMV,
COURANTE MANTES
VL ATTÉNUA-
MÉTAL-
TEURS)
LIQUES
En
En attente En attente attente
3 de parution de parution paru-de
tion
3 3 NF Service
NF 058 (ouvrage) (en attente)

 MODIFICATIONS RÉGLEMENTAIRES
ET NORMATIVES RÉCENTES

c ARRÊTÉS DU 22 AOÛT 2014 ET DU 3 DÉCEMBRE 2014, QUI PRÉCISENT :

- les types de vérifications ou d’essais à produire et ce à titre provisoire


afin de traiter les raccordements et les extrémités de file de glissières
marquées CE,
- les conditions de réparation des dispositifs de retenue, en distinguant
2 cas :
* longueur de la section endommagée ≤ 200 m : remplacement à l’identique
(NF ou CE)
* longueur de la section endommagée > 200 m : application des conditions
du marquage CE,
- l’intégration des dispositifs de retenue coulés en place qui n’étaient pas
concernés par l’arrêté du 02 mars 2009,
- le traitement des extrémités performantes.

En décembre 2016, un certain nombre de modifications réglementaires


et normatives sont encore en cours de validation, et n’ont pas fait l’objet
d’une parution officielle. Elles pourraient avoir des incidences fortes sur les
règles de mise en œuvre des dispositifs de retenue, notamment :

c RÉVISION DE LA NOTE D’INFORMATION 121 DU SETRA DE JUILLET


2001 relative aux recommandations d’utilisation et de choix des SMV
(Séparateurs Modulaires de Voies) pour les applications de chantiers.
Elle sera remplacée par le GUIDE TECHNIQUE DES SÉPARATEURS
MODULAIRES DE VOIE À USAGE TEMPORAIRE qui devrait être
prochainement édité par le CEREMA (non encore publié).

c L’ÉVOLUTION DES NORMES NF DE SÉRIE NF P 98-420 À 424,


concernant les caractéristiques des dispositifs de retenue en béton
coulés en place.

29
DISPOSITIFS DE RETENUE
 LES NIVEAUX DE RETENUE (EN1317-2)

Le niveau de retenue d’une glissière de sécurité est déterminé grâce à la


combinaison de 3 paramètres : poids du véhicule / vitesse / angle de choc.

TYPE DE NIVEAU DE MASSE DU VITESSE D’IM- ANGLE


RETENUE RETENUE VÉHICULE Kg PACT Km/h D’IMPACT

T1 1 300 80 8°
Retenue T2 1 300 80 15°
pour SMV
temporaires 10 000 70 8°
T3
1 300 80 8°
N1 1 500 80 20°
Retenue
1 500 110 20°
normale N2
900 100 20°
10 000 70 15°
H1
900 100 20°

Retenue 13 000 70 20°


plus élevée H2
900 100 20°
16 000 80 20°
H3
900 100 20°
30 000 65 20°
H4a
Retenue 900 100 20°
très élevée 38 000 65 20°
H4b
900 100 20°

30
DISPOSITIFS DE RETENUE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES PRINCIPALES RÈGLES D’IMPLANTATION
DES DISPOSITIFS DE RETENUE

Les recommandations françaises définissent une zone de sécurité sur


les routes principales hors agglomération, où des exigences particulières
sont formulées en ce qui concerne l’accotement, les fossés, les talus, les
obstacles ponctuels.
Obstacle
Obstacle supprimé non isolé
Obstacle isolé par car situé dans (ni supprimé)
dispostif de retenue la zone car situé
car situé dans la zone de récupération. au-delà de la
de sécurité (mais zone de sécurité.
hors de la zone de
récupération).

Chaussée
Zone de gravité Zone de Zone de gravité
limitée récupération limitée
Zone de Zone de
sécurité sécurité

Il ne doit pas y avoir le moindre obstacle dans la zone de récupération

c L ARGEUR RECOMMANDÉE DE LA ZONE DE SÉCURITÉ EN


SECTION COURANTE (HORS POINTS SINGULIERS COMME OUVRAGES
D’ART NON COURANTS).
LARGEUR LARGEUR DE ZONE
RÉFÉRENTIEL DE SÉCURITÉ
VITESSE MAX. RECOMMANDÉE DE LA
DE GUIDE DE
AUTORISÉE ZONE DE RÉCUPÉRATION
CONCEPTION ROUTE ROUTE
(HORS POINT SINGULIER) NEUVE EXISTANTE

130 km/h BAU* de 2,5 m ou 3 m(1) 10 m


BDD** de 2 m revêtue
ICTAAL 110 km/h sur 1 m si trafic modéré 8,50 m
(Autoroute)
90 km/h 2 à 3 m selon le trafic 7m
(en relief difficile)
1 m sur bretelle 4 m sur bretelle
BDD** revêtue de 2,5 4 m si
110 km/h à 2 m pour les routes 8,50 m obstacle
ARP existant
(Route express,
express BDD** stabilisé de 1,75 7 m si
ou multi- 90 km/h à 2 m pour les routes 7m nouvel
fonctionnelle) multidirectionnelles obstacle
90 km/h 0,75 à 1,5 m
(en relief difficile)

Guide 2x1 110 km/h BAU* de 2,5 m 8,50 m


voies 90 km/h ou BDD** de 1 m 7m
(1) : fonction du trafic poids lourd (*) BAU = Bande d’Arrêt d’Urgence
(**) : BDD = Bande Dérasée Droite
31
DISPOSITIFS DE RETENUE
 RÈGLES D’IMPLANTATION LATÉRALE
D’UN DISPOSITIF DE RETENUE SUR ACCOTEMENT
CAS D’UN DR ANCRÉ EN ACCOTEMENT STANDARD (SOL PLAT)
c DISTANCE À L’OBSTACLE : la distance à l’obstacle doit être supérieure
à la largeur de fonctionnement normalisée Wn du DR (Dispositif de
Retenue), pour un dispositif marqué CE, ou de la distance d1, pour
un produit NF. Obstacle

Wn

DR

Distance ≥ Wn ou d1

DISPOSITIF DISTANCE À NATURE DE


DE RETENUE DÉNOMINATION L’OBSTACLE L’OBSTACLE OBSERVATION
Produit D ≥ Wn (largeur de
marqué Marque fonctionnement nor-
fabricant malisée du DR)
Tous La glissière ne
Produit GS4 d1 ≥ 1,60 m obstacles s‘appuie pas
générique saillants sur l’obstacle
GS2 1,60 ≥ d1 ≥ 1,20 m
GRC 1,20 ≥ d1 ≥ 0,90 m
GCU 0,90 ≥ d1 ≥ 0,60 m

CAS D’UN DR ANCRÉ EN BORD DE TALUS/ REMBLAI


c DISTANCE À LA BERME : la distance à la berme doit être supérieure
à la déflexion dynamique du DR, pour un dispositif marqué CE, ou
de la distance d2, pour un produit NF.
Dn

DR

Berme
Talus

Distance à la berme
≥ Dn ou d2

DISPOSITIF DISTANCE À
DÉNOMINATION
DE RETENUE L’OBSTACLE
Produit Marque D ≥ Dn (déflexion dynamique du DR)
marqué fabricant
GS4 d2 ≥ 1,25 m
Produit
générique GS2 1,25 > d2 ≥ 0,75 m
GRC 0,75 > d2 ≥ 0,45 m

32
DISPOSITIFS DE RETENUE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 RÈGLE D’IMPLANTATION LONGITUDINALE
D’UNE GLISSIÈRE MARQUÉE CE

La longueur minimale de file d’un dispositif de retenue marqué CE doit


respecter les minimums suivants :

c ZONE OBSTACLES (ZO) : zone délimitée par la présence du ou des


obstacles à isoler.

c MARGE DE SÉCURITÉ (MS) : située en amont de la zone obstacles,


la marge de sécurité permet d’augmenter la longueur sur laquelle
le dispositif de retenue est efficace et ainsi éviter que le dispositif
de retenue ne soit efficace qu’au droit de la zone obstacles. Dans la
pratique, on retient MS = 8 m.

c ZONE À ISOLER (ZI) : zone comprenant la zone obstacles, la marge


de sécurité et éventuellement la longueur de sortie de trajectoire
et sur laquelle le niveau de retenue recherché est atteint (zone sur
laquelle le dispositif est efficace).

c LONGUEUR AVANT LA ZONE À ISOLER : longueur de file située


en amont de la zone à isoler. Elle est égale à la longueur nécessaire
pour atteindre le niveau de performance du dispositif au droit de la
zone à isoler et est égale à 1/3 de la longueur du dispositif testé (LT).

c LONGUEUR AU-DELÀ DE LA ZONE À ISOLER : longueur de file située


en aval de la zone à isoler. Elle est égale à la longueur permettant
d’assurer le fonctionnement de la poche de déformation de la barrière
et est égale généralement à 2/3 de la longueur du dispositif testé (LT).

Sens de circulation

MS ZO
ZI
Longueur avant Longueur au-delà
la zone à isoler de la zone à isoler

NB :
- Ces longueurs ne comprennent pas les extrémités qui sont à rajouter.
- pour les produits NF se référer à la circulaire 88-49.

33
DISPOSITIFS DE RETENUE
 LES CRITÈRES DE PERFORMANCES
MESURÉS

La largeur de fonctionnement W, la déflexion dynamique D et l’intrusion


du véhicule Vi permettent de définir les conditions d’implantation
des dispositifs de retenue, ainsi que les distances à respecter devant
les obstacles et éventuelles dénivellations, afin de permettre le bon
fonctionnement du dispositif.

LA LARGEUR DE FONCTIONNEMENT (Wn)

Distance latérale maximale entre la partie avant de la barrière avant le


choc et la position dynamique maximale (arrière du dispositif) d’une
partie quelconque de la barrière (mesurée après le choc).

Wn

L’INTRUSION DU VÉHICULE (Vi)

Ce critère s’applique pour les dispositifs de niveau de retenue classé


«H» dédiés aux véhicules lourds uniquement (camions et bus).
Il s’agit de la position latérale dynamique maximale pendant le choc
par rapport au côté de la barrière exposée à la circulation avant le choc
(voir illustration en page ci-contre).

LA SÉVÉRITÉ DU CHOC (ASI)

Violence du choc pour les NIVEAU DE


occupants du véhicule léger. ASI
SÉVÉRITÉ
Plus l’indice ASI est élevé (de A Valeur d’indice
DES CHOCS
à C), plus le risque
est élevé pour les A ASI ≤ 1,0
occupants. B ASI ≤ 1,4
C ASI ≤ 1,9

34
DISPOSITIFS DE RETENUE

RÉGLEMENTATION CERTIFICATION
 LES CRITÈRES DE PERFORMANCES
MESURÉS

LA DÉFLEXION DYNAMIQUE (Dn)

Il s’agit du déplacement latéral dynamique maximal d’un point


quelconque de la face avant du dispositif de retenue mesuré.
4m

Dn
Wn
Vin

LES IDENTIFICATIONS DE CERTIFICATION

c PRODUITS NF

1 2 3
1 Type de produit
GLM - XX - YY
2 Nom de l’entreprise titulaire

BN4 - XX - YY 3 N° d’agrément du produit

c PRODUITS CE

1 2 3 1
N° organisme certificateur pour
le marquage CE
1826-CPR- 12-02-02-DR12 Année d’obtention de la
2
certification CE
3 N° de certification CE du produit

35
DISPOSITIFS DE RETENUE
 LES CRITÈRES DE PERFORMANCES
MESURÉS

EXPRESSION DES CLASSES


CRITÈRE
DE PERFORMANCES

T1 à T3
DR Temporaires - pas de CE
T, N H N1 à N2
Niveau de retenue retenue normale (Normal)
H1 à H4
retenue élevée (High)
W1 à W8
(valeurs en m)
Wn
Largeur W1 W2 W3 W4 W5 W6 W7 W8
de fonctionnement

0 0,6 0,8 1 1,3 1,7 2,1 2,5 3,5
D1 à D8
(valeurs en m)
Dn
Déflexion dynamique D1 D2 D3 D4 D5 D6 D7 D8

0 0,6 0,8 1 1,3 1,7 2,1 2,5 3,5

Vi1 à Vi9
(valeurs en m)
Vin
Intrusion Vi1 Vi2 Vi3 Vi4 Vi5 Vi6 Vi7 Vi8
du véhicule

0 0,6 0,8 1 1,3 1,7 2,1 2,5 3,5

A, B ou C
ASI A B C
Indice de
0 1 1,4 1,9
sévérité du choc
Violent Violent

Wn
Dn
4m

Dn
Wn
Vin

36