Vous êtes sur la page 1sur 4

Exercices de Mathématiques

Développements et factorisations de polynômes


Énoncés

Énoncés des exercices

Exercice 1 [ Indication ] [ Correction ]


1 1 1
Factoriser le polynôme Pn = 1 + X + X(X + 1) + · · · + [X(X + 1) · · · (X + n − 1)].
1! 2! n!

Exercice 2 [ Indication ] [ Correction ]


n
Développer le polynôme Pn = (1 + X)(1 + X 2 ) · · · (1 + X 2 ).

Exercice 3 [ Indication ] [ Correction ]


On note 1, ω1 , . . . , ωn−1 les racines n-ièmes de l’unité.
Développer le polynôme P = (1 − X)(1 − ω1 X)(1 − ω2 X) · · · (1 − ωn−1 X).

Exercice 4 [ Indication ] [ Correction ]


Factoriser sur IR les polynômes A = X 4 + X 2 + 1 et B = X 8 + X 4 + 1.

Exercice 5 [ Indication ] [ Correction ]


Factoriser P = X 6 − 2X 3 cos 3θ + 1 dans C[X]
l et dans IR[X].

Exercice 6 [ Indication ] [ Correction ]


Factoriser le polynôme P = (X + i)n − (X − i)n sur C[X].
l

Page 1 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Développements et factorisations de polynômes
Indications, résultats

Indications ou résultats

Indication pour l’exercice 1 [ Retour à l’énoncé ]


1 Q n
Par récurrence, vérifier que Pn = (X + k).
n! k=1

Indication pour l’exercice 2 [ Retour à l’énoncé ]


2n+1
P−1
Pour tout entier n, on obtient Pn = X m.
m=0

Indication pour l’exercice 3 [ Retour à l’énoncé ]


n
Utiliser X n − 1 = (X − ωk ), pour obtenir P = 1 − X n .
Q
k=0

Indication pour l’exercice 4 [ Retour à l’énoncé ]


Considérer que les termes de degrés extrêmes proviennent du développement d’un carré.

Indication pour l’exercice 5 [ Retour à l’énoncé ]


Utiliser a3 − b3 = (a − b)(a − jb)(a − jb), pour tous a, b de C.
l
En déduire la factorisation de P dans C[X]
l :
2π 2π 2π 2π
P = (X − eiθ )(X − ei(θ+ 3 ) )(X − ei(θ− 3 ) )(X − e−iθ )(X − e−i(θ− 3 ) )(X − e−i(θ+ 3 ) )

Pour obtenir la factorisation dans IR[X], regrouper deux à deux les termes conjugués. On
trouve :

P = (X 2 − 2X cos θ + 1)(X 2 − 2X cos(θ + 2π 2 2π


3 ) + 1)(X − 2X cos(θ − 3 ) + 1)

Indication pour l’exercice 6 [ Retour à l’énoncé ]


Constater que P = 2niX n−1 + · · ·.
Résoudre (z + i)n = (z − i)n dans Cl pour trouver les racines de P .
On obtient les zk = cotan kπ n , avec 1 ≤ k ≤ n − 1.
Vérifier que les zk sont distincts deux à deux.
n−1
Q 
En déduire P = 2ni X − cotan kπ n .
k=1

Page 2 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Développements et factorisations de polynômes
Corrigés

Corrigés des exercices

Corrigé de l’exercice 1 [ Retour à l’énoncé ]


1 1
On constate que P1 = 1 + X, P2 = 1 + X + X(X + 1) = (X + 1)(X + 2).
2! 2!
1 1 Q n
Montrons par récurrence que Pn = (X + 1)(X + 2) · · · (X + n) = (X + k).
n! n! k=1
Comme on vient de le voir la propriété est vraie si n = 1 et si n = 2.
Supposons qu’elle le soit pour n ≥ 1 fixé. Dans ces conditions :
1 Qn 1 Q n 1 Qn
Pn+1 = Pn + (X + k) = (X + k) + (X + k)
(n + 1)! k=0 n! k=1 (n + 1)! k=0
1 Q n   1 n+1
Q
= (X + k) n + 1 + X = (X + k)
(n + 1)! k=1 (n + 1)! k=1
Ce qui établit la propriété au rang n + 1 et établit la récurrence.

Corrigé de l’exercice 2 [ Retour à l’énoncé ]


n
n n k k
On peut écrire Pn = (X 0 + X 1 )(X 0·2 + X 1·2 ) · · · (X 0·2 + X 1·2 ) = (X 0·2 + X 1·2 ).
Q
k=0
n
2k 2n
X αk X α0 +α1 2+···+αn
Q P P
Ainsi Pn = =
k=0 αk ∈{0,1}
Cette dernière somme est étendue à tous les (α0 , α1 , . . . , αn ) de E = {0, 1}n .
Mais quand (α0 , . . . , αn ) décrit E, l’entier m = α0 + α1 2 + · · · + αn 2n décrit {0, 1, . . . , 2n+1 − 1}
(en effet on obtient toutes les représentations en binaire sur n + 1 chiffres.)
2n+1
P−1 m
Conclusion : pour tout entier n, Pn = X .
m=0
n
Remarque : on retouve ce résultat par récurrence en utilisant Pn (X) = Pn−1 (X)(1 + X 2 ).

Corrigé de l’exercice 3 [ Retour à l’énoncé ]


n
On connait la factorisation X n − 1 =
Q
(X − ωk ).
k=0
n
Q
Par identification des coefficients constants, cette factorisation donne (−ωk ) = −1.
k=0
On sait que pour complexe z de module 1 on a z z = 1.
En particulier ω ω k = 1. Le polynôme P de l’énoncé s’écrit donc :
Qn Qn n
Q Qn n
Q
P = (1 − ωk X) = ((−ωk )(X − ω k )) = (−ωk ) (X − ω k ) = − (X − ω k )
k=0 k=0 k=0 k=0 k=0

Mais quand ω décrit l’ensemble des racines n-ièmes de l’unité, ω en fait autant.
n n
Ainsi P = − (X − ω k ) = − (X − ωk ) = 1 − X n .
Q Q
k=0 k=0

Page 3 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.
Exercices de Mathématiques
Développements et factorisations de polynômes
Corrigés

Corrigé de l’exercice 4 [ Retour à l’énoncé ]


On écrit A = (X 2 + 1)2 − X 2 = (X 2 + X + 1)(X 2 − X + 1). De même :

B = A(X 2 ) = (X 4 + X 2 + 1)(X 4 − X 2 + 1)
= (X 2 + X + 1)(X 2 − X + 1)((X 2 + 1)2 − 3X 2 )
√ √
= (X 2 + X + 1)(X 2 − X + 1)(X 2 + 3X + 1)(X 2 − 3X + 1)

Corrigé de l’exercice 5 [ Retour à l’énoncé ]


Pour tous nombres complexes a et b, on a a3 − b3 = (a − b)(a − jb)(a − jb).
On en déduit la factorisation de P dans C[X]
l :
P = (X 3 − e3iθ )(X 3 − e−3iθ ) = (X 3 − ( eiθ )3 )(X 3 − ( e−iθ )3 )
= (X − eiθ )(X − j eiθ )(X − j eiθ )(X − e−iθ )(X − j e−iθ )(X − j e−iθ )
2π 2π 2π 2π
= (X − eiθ )(X − ei(θ+ 3 ) )(X − ei(θ− 3 ) )(X − e−iθ )(X − e−i(θ− 3 ) )(X − e−i(θ+ 3 ) )
Pour obtenir la factorisation dans IR[X], on regroupe deux à deux les termes conjugués et on
utilise le développement (X − eiα )(X − e−iα ) = X 2 − 2X cos α + 1. On en déduit :
2π 2π 2π 2π
P = (X − eiθ )(X − e−iθ )(X − ei(θ+ 3 ) )(X − e−i(θ+ 3 ) )(X − ei(θ− 3 ) )(X − e−i(θ− 3 ) )
= (X 2 − 2X cos θ + 1)(X 2 − 2X cos(θ + 2π 2 2π
3 ) + 1)(X − 2X cos(θ − 3 ) + 1)

Corrigé de l’exercice 6 [ Retour à l’énoncé ]


On constate que P = (X n + niX n−1 + · · ·) − (X n − niX n−1 + · · ·) = 2niX n−1 + · · ·.
On résout (z + i)n = (z − i)n dans Cl pour trouver les racines de P .
 z + i n
On observe que z = i n’est pas solution. Donc (z + i)n = (z − i)n ⇔ = 1.
z−i
Notons ωk = exp 2ikπn les racines n-ièmes de 1 (0 ≤ k ≤ n − 1.)
 z + i n z+i
On a l’équivalence = 1 ⇔ ∃k ∈ {1, . . . , n−1}, = ωk (car k = 0 est exclu.)
z−i z−i
z+i ωk + 1 exp 2ikπ
n +1 exp ikπ
n + exp −ikπ
n .
Or = ωk ⇔ z = i =i 2ikπ
=i ikπ −ikπ
z−i ωk − 1 exp −1 exp − exp
n n n
2 cos kπ
n kπ
On obtient donc z = i = cotan , avec 1 ≤ k ≤ n − 1.
2i sin kπ
n
n
Les θk = kπ
n forment une suite strictement croissante de ]0, π[.
D’autre part l’application x 7→ cotan x est strictement décroissante (donc injective) sur ]0, π[.
Les solutions obtenues sont distinctes deux à deux.
Comme deg P = n−1, on a obtenu toutes les racines de P (ce sont des racines simples.) Compte
n−1
Q 
tenu du coefficient dominant, on en déduit : P = 2ni X − cotan kπ n .
k=1

Page 4 Jean-Michel Ferrard www.klubprepa.net EduKlub


c S.A.
Tous droits de l’auteur des œuvres réservés. Sauf autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation
individuelle et privée sont interdites.