Vous êtes sur la page 1sur 14
Université Hassan II - Casablanca Ecole Nationale Supérieure d ’ Électricité et de Mécanique RDM

Université Hassan II - Casablanca Ecole Nationale Supérieure dÉlectricité et de Mécanique

RDM II

Compte Rendu des TPs

Groupe A2

Encadré par :

Mr. JALAL Salah Eddine Réalisé par :

- CHAKKOUR Fatima Zohra (GSM)

- AMAANANE Chaimae (GSM)

- MOUKRIM Mouad (GSM)

- TEIMI Ilias (GSM)

- KOUZMAN Wassim (CMPI)

Année Universitaire : 2017/2018

TP 1 : Influence de la

géométrie de la section sur la déformation d’une poutre

I- Objectif du TP

Ce TP a pour objectif l’étude de l’influence de la géométrie d’une poutre sur la résistance et le déplacement de celle-ci ainsi que la comparaison des différentes formes de poutres présentes dans le domaine de la construction.

II- Appareillage Interface Vérin électrique Encastrement Appui simple Boitier de commande
II-
Appareillage
Interface
Vérin électrique
Encastrement
Appui simple
Boitier de commande

III- Déroulement du TP

Afin de déterminer l’influence des différentes sections d’une poutre d’un même matériau, nous étudions grâce au banc d’essai ci-dessus, le cas d’une poutre sollicitée par une charge verticale ponctuelle en milieu de travée sur

des poutres de sections différentes. Il s’agira ensuite de comparer les résultats obtenus afin de conclure sur l’influence de la géométrie de la section.

On commence par placer le sectionneur à l’arrière du coffret électrique en position 1, on appuie sur le bouton vert pour allumer la machine, on allume ensuite le PC et on démarre la session LABORATOIRE.

On place les appuis sur le banc d’essai en respectant la distance les séparant qui correspond à 90 cm, puis on installe la poutre sur les deux appuis du banc mécanique.

Pour placer le vérin sur la poutre et le déplacer, on utilise MARCHE+F5, F6 en mode manuel jusqu’à ce que le voyant orange du boitier de commande s’allume. On choisit ensuite le mode AUTO sur le boitier de commande, sur l’ordinateur on clique sur ENREGISTRER puis on choisit la force maximale (200N) et le déplacement maximale (5mm) on clique sur DEPART, on appuie en continue sur le bouton MARCHE pendant tout le test.

A la fin du test on clique sur ANALYSE, l’ordinateur envoie directement les tests sur Excel, on choisit les résultats utiles (déplacement u(mm) et la force F(N)) et on trace les courbes F=f(u).

Nous étudierons le comportement mécanique de plusieurs poutres métalliques, à géométries différentes, sur 2 appuis, soumises à une charge identique.

Nous allons plus particulièrement calculer la flèche de la poutre pour chaque cas présente ci-dessous en respectant la démarche présente précédemment.

1 er cas : Une poutre rectangulaire vide de longueur L=1m posée sur rotule et appui simple.

0.1 0.1 5 3 3 5
0.1
0.1
5
3
3
5

Position moment fort

Position moment faible

0.1 5 3 3 5 Position moment fort Position moment faible - On remarque que la

- On remarque que la pente de la position au moment fort est plus grande que la pente de la position au moment faible.

- On remarque que la courbe n’est pas parfaitement linéaire à cause des perturbations de la machine.

2 eme cas : Une poutre circulaire vide de longueur L=1m et de Diamètre

R=2cm sur rotule et appui simple.

0.1
0.1
D=2 D=2
D=2
D=2

3 eme cas : Une poutre de longueur L=1m en forme U posée sur rotule et appui simple.

0.5 0.5 3.4 1.7 3.4 1.7
0.5
0.5
3.4
1.7
3.4
1.7

en position moment fort

en position moment faible

- IV- On remarque que la pente de la position au moment fort est plus

-

IV-

On remarque que la pente de la position au moment fort est plus grande que la pente de la position au moment faible.

Analyse théorique

1. Les réactions

PFS :

au moment faible. Analyse théorique 1. Les réactions PFS : N1 + N2 – F =

N1 + N2 F = 0

N2*L F*L/2 = 0

N1= F – F/2 = F/2 = 50N N2= F/2 = 100/2 = 50N
N1= F – F/2 = F/2 = 50N
N2= F/2 = 100/2 = 50N

2. Effort tranchant et moment fléchissant

F/2 = 100/2 = 50N 2. Effort tranchant et moment fléchissant 0<x<0.45mm T + N1 =0

0<x<0.45mm

T + N1 =0

M + N1*x =0

= 50N 2. Effort tranchant et moment fléchissant 0<x<0.45mm T + N1 =0 M + N1*x

T = -N1 = -50N

M = -N1*x = -50*x

0.45mm<x<0.9mm

0.45mm<x<0.9mm T + N1 – F = 0 M + N1*x – F*(x-0.45) = 0 T

T + N1 F = 0

M + N1*x F*(x-0.45) = 0

T + N1 – F = 0 M + N1*x – F*(x-0.45) = 0 T =

T = -N1 + F = -50N

M = (-N1 + F)*x + 0.45 * F = -50*x + 45

3. Moments quadratiques des sections rectangulaire et circulaire

Pour une section rectangulaire : I G =

3 −ℎ 3

12

3∗5 3 −2.8∗4.8 3

12

5∗3 3 −4.8∗2.8 3

- En position moment fort I G =

- En position moment faible I G =

= 5.44 cm 4 = 5.44 10 -8 m 4 = 2.46 cm 4 = 2.46 10 -8 m 4

12

Pour une section circulaire :

- Cylindre plein : I G =

4

64

=

∗2 4

64

= 0.78 cm 4 = 0.78 10 -8 m 4

-

Cylindre

creux : I G = ( 4 4 )

64

=

∗(2 4 −1.8 4 )

64

= 0.27cm 4 =0.27 10 -8 m 4

4. Position du point d’inertie du fer à U

- En position moment fort

x G = 1 1 + 2 2 + 3 3

x G = 0.6 cm

y G = 1 1 + 2 2 + 3 3

y G = 1.7cm

=

=

1 1 + 2 2 + 3 3

1 + 2 + 3

1 1 + 2 2 + 3 3

1 + 2 + 3

- En position moment faible

x G = 1 1 + 2 2 + 3 3

x G = 1.7 cm

y G = 1 1 + 2 2 + 3 3

=

=

1 1 + 2 2 + 3 3

1 + 2 + 3

1 1 + 2 2 + 3 3

1 + 2 + 3

0.85∗(1.7∗0.5)+0.25∗(0.5∗2.4)+0.85∗(1.7∗0.5)

=

(1.7∗0.5)+(0.5∗2.4)+(1.7∗0.5)

0.25∗(1.7∗0.5)+1.7∗(0.5∗2.4)+3.15∗(1.7∗0.5)

=

(1.7∗0.5)+(0.5∗2.4)+(1.7∗0.5)

0.25∗(1.7∗0.5)+1.7∗(0.5∗2.4)+3.15∗(1.7∗0.5)

=

 

(1.7∗0.5)+(0.5∗2.4)+(1.7∗0.5)

0.85∗(1.7∗0.5)+0.25∗(0.5∗2.4)+0.85∗(1.7∗0.5)

=

(1.7∗0.5)+(0.5∗2.4)+(1.7∗0.5)

y G = 0.6cm

5. Le moment quadratique de la fer à U

- En position moment fort

= ( 1 + 1 1 2 ) + ( 2 + 2 2 2 ) + ( 3 + 3 3 2 )

=

3

( 1 ∗ℎ 1

12

+

3

1 ∗ (( 1 ) 2 + ( 1 ) 2 )) + ( 2 2

12

+ 2

3

(( 2 ) 2 + ( 2 ) 2 )) + ( 3 3

12

+ 3 ∗ (( 3 ) 2 + ( 3 ) 2 ))

= ( 1.7 ∗ 0.5 3

12

+ (1.7 ∗ 0.5) ∗ ((0.6 − 0.85) 2 + (1.7 − 0.25) 2 ))

+

+

( 0.5 ∗ 2.4 3

12

( 1.7 ∗ 0.5 3

12

+ (0.5 ∗ 2.4) ∗ ((0.6 − 0.25) 2 + (1.7 − 1.7) 2 ))

+ (1.7 ∗ 0.5) ∗ ((0.6 − 0.85) 2 + (1.7 − 3.15) 2 ))

I G = 4.44 cm 4 = 4.44*10 -8 m 4

- En position moment faible

= ( 1 + 1 1 2 ) + ( 2 + 2 2 2 ) + ( 3 +

3 3 2 )

=

3

( 1 ∗ℎ 1

12

+

3

1 ∗ (( 1 ) 2 + ( 1 ) 2 )) + ( 2 2

12

+ 2

3

(( 2 ) 2 + ( 2 ) 2 )) + ( 3 3

12

+ 3 ∗ (( 3 ) 2 + ( 3 ) 2 ))

= ( 0.5 ∗ 1.7 3

12

+ (0.5 ∗ 1.7) ∗ ((1.7 − 0.25) 2 + (0.6 − 0.85) 2 ))

+

( 2.4 ∗ 0.5 3

12

+ (2.4 ∗ 0.5) ∗ ((1.7 − 1.7) 2 + (0.6 − 0.25) 2 ))

+

( 0.5 ∗ 1.7 3

12

+ (0.5 ∗ 1.7) ∗ ((1.7 − 3.15) 2 + (0.6 − 0.85) 2 ))

I G = 4.28 cm 4 = 4.28*10 -8 m 4

6. la flèche maximale

On a

3

= 48 avec F=200N ; L=0.9m ; E= 200*10 9 Pa

- Section rectangulaire en position moment fort :

=

3

48

=

100 ∗ 0.9 3

48 ∗ 200 ∗ 10 9 ∗ 5.44 ∗ 10 8

= 1.39 10 4

- Section rectangulaire en position moment faible :

=

3

48

=

100 ∗ 0.9 3

48 ∗ 200 ∗ 10 9 ∗ 2.46 ∗ 10 8

= 3.1 10 4

- Section cylindrique pleine :

=

3

48

=

100 ∗ 0.9 3

48 ∗ 200 ∗ 10 9 ∗ 0.78 ∗ 10 8

= 9.7 10 4

- Section cylindrique creuse :

=

3

48

=

100 ∗ 0.9 3

48 ∗ 200 ∗ 10 9 ∗ 0.27 ∗ 10 8

= 2.81 10 3

- Section en U en position moment fort :

=

3

48

=

100 ∗ 0.9 3

48 ∗ 200 ∗ 10 9 ∗ 4.44 ∗ 10 8

= 1.71 10 4

- Section en U en position moment faible :

=

3

48

=

100 ∗ 0.9 3

48 ∗ 200 ∗ 10 9 ∗ 4.28 ∗ 10 8

= 1.77 10 4

7. Analyse des résultats

 

Flèche maximale

FORME

FORTE INERTIE

FAIBLE INERTIE

expérimentale

théorique

expérimentale

Théorique

Rectangulaire

f=1.40 10 4 m

f=1.39 10 4 m

f=2.70 10 4 m

f=3.10 10 4 m

Fer à U

f= 0.3 10 4 m

f=1.71 10 4 m

f= 1.21 10 4 m

f=1.77 10 4 m

 

Flèche maximale

FORME

PLEINE

CREUSE

expérimentale

théorique

expérimentale

Théorique

Circulaire

f=1.00 ∗ 10 3 m

f=0.97 10 3 m

f=1.83 10 3 m

f=2.81 10 3 m

On constate que les résultats théoriques trouvés sont peu proche des résultats pratiques juste pour la forme carrée creuse et circulaire, pour la forme U les résultats ont une grande erreur, la différence trouvée peut être justifiée par les défauts des matériaux, les défauts géométriques des poutres, les défauts humains et les imperfections de la machine utilisée comme le jeu du vérin qui a affecté les résultats du fer a U.

8. Conclusion

D’après les résultats obtenus dans ce TP, nous pouvons conclure que la géométrie de la pièce ainsi que le point d’application des efforts sur celle-ci influent sur la résistance et le déplacement de cette pièce, d’après les résultats la forme U est la plus résistante à la déformation surtout dans la position moment fort.

TP 2 : Etude de la flèche d’une

potence en fonction du point d’application de la force appliquée

I- Objectif du TP

L’objectif de de TP est d’étudier le comportement de la potence en fonction de la position et l’intensité de la force appliquée, et de comparer les résultats obtenus avec la capacité de levage d’une grue.

II- Déroulement du TP

Le banc d’essai à utiliser consiste en un système électromécanique piloté informatiquement pour la réalisation d’essais mécaniques non destructifs. Il permet de mettre en œuvre les principes de la résistance des matériaux. Les conditions hypothétiques de l’analyse théorique sont reproduites et les efforts et les déplacements sont facilement mesurables.

Nous étudierons le comportement mécanique d’une potence encastrée, soumis à des charges différentes.

III- Influence du point d’application de la force

Question.1 :

On a

: ⃗⃗⃗ 1 + 1 .⃗⃗⃗⃗ + 1 .⃗⃗⃗⃗ =0

- 1 .⃗⃗⃗⃗

+ 1 .⃗⃗⃗⃗ + 1 .⃗⃗⃗⃗ =0

1 = 1 Et 1 =0

∑ ⃗⃗⃗⃗⃗

= 0

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗

1 + 3

= 0

1 1 . = 0

1 = 1 .

Pour x = L/3 on a : 1 =

1 et 1 = 1 . /3

Question.2 :

2 = 2

et

Question. 3 :

2= 2 . (2. )

3

3 = 3

et 3 = 3 .

Question. 4 :

On remarque que est une fonction linéaire de la distance entre le point B et le point d’application de la force.

Procédure expérimentale

Position

2

4

6

8

10

12

14

16

18

Déplacement

0.09

0.11

0.13

0.17

0.22

0.23

0.31

0.39

0.51

Question. 5 :

Le cas le plus favorable pour la potence est celle le plus proche du point B, parce que le déplacement est plus faible, on remarque aussi que plus le moment d’encastrement au point B plus grand plus le déplacement.

Question. 6 :

L’endroit le plus défavorable pour la grue est le point le plus loin du tour, appelle flèche.

IV- Influence de l’intensité de la force

Question. 7 :

On a : x = L

donc

4 = 4 et 4 = 4 .

Question. 8 :

Si on applique une charge 4 =200 N on va voir un moment d’encastrement 4 =200*L et si on applique une force 4 =400 on aura 4 =400*L.

On trouve que :

4 ‘=2* 4 .

On constate que si on augmente l’intensité de la charge le moment d’encastrement augmente.

Question. 9 :

charge le moment d’encastrement augmen te. Question. 9 : Le déplacement augmente lorsqu ’on augmente la

Le déplacement augmente lorsqu’on augmente la force appliquée ou la distance entre l’axe neutre et le point d’application de la force.

Question. 10.1 :

E.I.Uy’’= (x)=F.x E.I.Uy’= (F.x2)/2+C1

Question. 10.2 :

E.I.Uy=(F.x^3)/6+K.x+C1

Pour les conditions initiales Uy(0)=Uy’(0)=0

On trouve C1=C2=0

D’où l’expression de la flèche devient :

Uy= (F*x^3)/ (6EI)

Question. 10.3:

Pour Uy(L)=L/500=0,36mm

On trouve :

F= (3*EI)/ (250*L^2)

Donc : F=91.7/L^2=2830N

Les résultats pratiques sont très différents des résultats théoriques dû aux défauts humains et les imperfections de la machine utilisée.

CONCLUSION :

On conclut que la distance entre le point d’application de la force et l’axe neutre représente un facteur très important pour éviter la rupture.