Vous êtes sur la page 1sur 143

ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE

LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Sommaire
Introduction ...................................................................................................................... 8

1 CHAPITRE I Objectif et méthodologie de l’étude ............................................ 10

1.1 Objectif de l’étude ............................................................................................. 11

1.2 Méthodologie de l’étude adoptée ....................................................................... 11

2 CHAPITRE II Contextes du projet ...................................................................... 13

2.1 Localisation géographique ................................................................................ 14

2.2 Contextes régionaux .......................................................................................... 15

2.2.1 Contexte géologique ..................................................................................... 15

2.2.2 Contexte stratigraphique ............................................................................... 16

2.2.3 Contexte Structural ....................................................................................... 19

2.2.4 Contexte hydrogéologique ............................................................................ 20

2.2.5 Contexte climatologique ............................................................................... 22

2.3 Contextes locaux ................................................................................................ 23

2.3.1 Contexte géologique ..................................................................................... 23

2.3.2 Contexte géomorphologique......................................................................... 24

2.3.3 Contexte hydrogéologique ............................................................................ 32

2.3.4 Etude topographique ..................................................................................... 33

3 CHAPITRE III Etude géotechnique ..................................................................... 13

3.1 Introduction ........................................................................................................ 36

3.2 Théorie des reconnaissances géotechniques in situ .......................................... 102

3.2.1 Essai de sondage destructif et enregistrement de paramètres ..................... 102

3.2.2 Essai de pénétration au carottier ................................................................. 103

3.2.3 Essai pressiométrique MENARD ............................................................... 104

1
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

3.2.4 Essai d’eau Lugeon ..................................................................................... 105

3.3 Théorie des essais de laboratoire ..................................................................... 106

3.3.1 Préparation des échantillons ...................................................................... 106

3.3.2 La teneur en eau d’un sol ............................................................................ 106

3.3.3 Le poids spécifique des grains .................................................................... 107

3.3.4 Limite d’ATTERBERG .............................................................................. 108

3.3.5 Essai FRANKLIN....................................................................................... 109

3.3.6 Essai de compression simple ( uniaxiale ) .................................................. 110

3.4 Résultats des reconnaissances géotechniques .................................................... 38

3.4.1 Description lithologique ............................................................................... 24

3.4.2 Caractéristiques mécaniques des formations traversées ............................... 38

3.4.3 Essais de laboratoire ..................................................................................... 47

3.4.4 Essais de perméabilité Lugeon ..................................................................... 49

3.5 Conclusion .......................................................................................................... 49

4 CHAPITRE IV Problématique des cavités .......................................................... 51

4.1 Introduction ........................................................................................................ 52

4.2 Cavités souterraines ............................................................................................ 54

4.2.1 Cavités d'origine naturelle : .......................................................................... 54

4.2.2 Cavités artificielles (dûes à l'action de l'homme) ........................................ 55

4.3 Méthode de reconnaissance et détection de cavités ........................................... 55

4.3.1 Etudes préliminaires ..................................................................................... 56

4.3.2 Reconnaissance géophysique et géotechnique ............................................. 58

4.3.3 Synthèse des résultats ................................................................................... 58

4.4 Choix de la méthode géophysique...................................................................... 62

4.5 La tomographie électrique 2D ......................................................................... 125

4.5.1 Généralités .................................................................................................. 125

4.5.2 Procédures d'acquisition 2D ....................................................................... 126

2
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.5.3 Choix du dispositif pour la tomographie électrique 2D ............................. 127

4.5.4 Mise en œuvre de la tomographie électrique sur le terrain......................... 128

4.5.5 Réalisation du model d’inversion d’un profil électrique 2D ...................... 130

4.6 Détection des cavités dans la zone du projet ...................................................... 59

4.6.1 Etude préliminaire ........................................................................................ 59

4.6.2 Reconnaissance Géophysique et géotechnique ............................................ 62

4.6.3 Synthèse des résultats ................................................................................... 69

4.7 Conclusion .......................................................................................................... 73

5 CHAPITRE V Fondations des ouvrages .............................................................. 74

5.1 Généralités et choix des fondations .................................................................... 75

5.2 Théorie du calcul .............................................................................................. 132

5.2.1 Généralités sur les fondations superficielles .............................................. 132

5.2.2 Définitions et comportements:.................................................................... 133

5.2.3 Principe de justification .............................................................................. 135

5.2.4 Méthodes de calcul de la capacité portante et du tassement....................... 136

5.3 Calcul de la capacité portante ............................................................................. 76

5.3.1 Présentation du logiciel de calcul ................................................................. 76

5.3.2 Résultats des calculs ..................................................................................... 78

5.3.3 Courbe Contrainte admissible – Dimension de la fondation ....................... 81

5.3.4 Analyse des résultats : .................................................................................. 82

5.3.5 Conclusion .................................................................................................... 82

5.4 Calcul de tassement ............................................................................................ 83

5.4.1 Présentation du logiciel de calcul ................................................................. 83

5.4.2 Résultats des calculs ..................................................................................... 84

5.4.3 Conclusion .................................................................................................... 86

Conclusion ....................................................................................................................... 87

Annexe ............................................................................................................................. 89

3
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Annexe I : Etude géotechnique ..................................................................................... 90

A. Essai de sondage destructif et enregistrement de paramètres............................. 90

B. Essai d’eau Lugeon ............................................................................................ 91

C. Essai de plaque ................................................................................................... 92

D. Essai de pénétration au carottier ......................................................................... 93

E. Essai pressiométrique MENARD ....................................................................... 94

F. Préparation des échantillons ............................................................................. 100

G. Classification géomécanique du roc ( Bieniawski 1998) ................................. 101

Annexe II : Problématique des cavités ....................................................................... 102

A. Risques liés à la présence de cavités ................................................................ 111

B. Principe de la méthode électrique .................................................................... 113

C. Grandeurs de la résistivité ................................................................................ 114

D. Les dispositifs géo-électrique ........................................................................... 115

E. Description de l’appareillage d’acquisition de la tomographie électrique ....... 118

F. Notion du "Garbage In - Garbage Out" ............................................................ 120

G. Présentation de Res2dinv ................................................................................. 122

Liste des figures :

4
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 2-1 Localisation géographique du site .................................................................. 14


Figure 2-2 Carte Géologique (Ministère de l'énergie et des mines) ................................ 15
Figure 2-3 Position des forages pétroliers DOT1 et MAC1............................................. 16
Figure 2-4 Corrélation stratigraphique entre DOT1 et MAC1 ......................................... 17
Figure 2-5 Caisse à carottes ............................................................................................. 23
Figure 2-6 Carte topographique ....................................................................................... 34
Figure 3-1 Localisation des huit sondages sélectionnés................................................... 37
Figure 3-2 Courbe de variation débit-pression en régime laminaire .............................. 105
Figure 3-3 Cloche à vide et pycnomètre (LPEE) .......................................................... 107
Figure 3-4 limites d'atterberg ......................................................................................... 108
Figure 3-5 Machine d'essai de compression uniaxial (LPEE) ....................................... 110
Figure 3-6 Résultats des sondages carottés : BH07, BH15, BH24, BH16 ....................... 25
Figure 3-7 Résultats des sondages carottés : BH13 , BH06, BH14, BD04 ...................... 26
Figure 3-8 Modélisation 3D des résultats obtenus à partir des sondages carottés ........... 27
Figure 3-9 Modélisation 3D des couches lithologiques ................................................... 28
Figure 3-10 Coupe lithologique SW-NE de profondeur 30m par corrélation.................. 29
Figure 3-11Coupe lithologique SW-NE de profondeur 50m par corrélation................... 30
Figure 3-12 Coupe lithologique NW-SE de profondeur 30m par corrélation.................. 31
Figure 3-13 Indice de la qualité de la roche (RQD) des sondages carottés ..................... 39
Figure 3-14 Indice de la qualité de la roche (RQD) des sondages carottés ..................... 39
Figure 3-15 Nombres de coups total (N=N1+N2) résultats SPT ..................................... 41
Figure 3-16 Variation de la pression limite à partir des sondages pressiométriques ....... 43
Figure 3-17 Variation de la pression limite) partir des sondages pressiométriques......... 44
Figure 3-18 Variation du module pressiométrique des sondages BH06-BH14-BD04 .... 45
Figure 3-19 Variation du module pressiométrique des sondages BH07-BH15-BH24 .... 46
Figure 4-1 Localisation des quatre profils tomographiques A3, A4, A5, B4 ................. 53
Figure 4-2 Représentation de la méthode tomographique ............................................... 62
Figure 4-3 Schéma des points de niveau des mesures ................................................... 127
Figure 4-4 Tétramètre SAS4000 sur le terrain et branchement de bobine (LPEE)........ 128
Figure 4-5 Préparation du dispositif avant mesure......................................................... 129
Figure 4-6 Méthode d'inversion ..................................................................................... 131
Figure 4-7 Photo satellite du site de construction de la central thermique ...................... 59
Figure 4-8 Carte contrasté de la topographique du site.................................................... 60

5
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 4-9 Représentation 3d du relief et de la localisation des profils tomographiques 61


Figure 4-10 Localisation des profils tomographiques avec indication des distances ...... 63
Figure 4-11 Profil tomographique A3 .............................................................................. 65
Figure 4-12 Profil tomographique A4 .............................................................................. 66
Figure 4-13 Profil tomographique A5 .............................................................................. 67
Figure 4-14 Profil tomographique B4 .............................................................................. 68
Figure 4-15 Indication des différentes plages de résistivité sur le profil B4.................... 69
Figure 4-16 Indication de l'interface de contact entre les grès et la formation calcaire ... 69
Figure 4-17 Carte de résistivités réalisé à partir des profils tomographiques à 7.75m .... 70
Figure 4-18 Profil représentant le niveau de la nappe ..................................................... 71
Figure 4-19 Carte de résistivités réalisé à partir des profils tomographiques à 34.5m .... 72
Figure 5-1 Illustration d'une semelle isolée et de ses dimensions .................................. 132
Figure 5-2 Comportement du sol vis-à-vis d'une charge Q............................................ 134
Figure 5-3 Illustration des zones de ruptures ................................................................. 134
Figure 5-4 Tassements pour une semelle de largeur B .................................................. 139
Figure 5-5 Répartition des plages de modules pressiométrique (d’épaisseurs B/2) ...... 141
Figure 5-6 Tableau d'affichage des résultats de calcul des capacités portantes ............... 77
Figure 5-7 Interface de calcul des capacités portantes du logiciel ................................... 78
Figure 5-8 Courbes Contrainte admissible – Dimension de la fondation ........................ 81
Figure 5-9 Tableau d'affichage des résultats de calcul des tassements sur le logiciel .... 83
Figure 5-10 Interface de calcul des tassements du logiciel .............................................. 84

Liste des tableaux :

Tableau 1 Exemple de mesures relevés pendant un essai SPT ...................................... 103


Tableau 2 Ordres de grandeur de Is en fonction du type de roche ................................. 109
Tableau 3 Informations concernants les sondages sélectionnés....................................... 24
Tableau 4 Résultats de l'essai de compression simple uniaxiale ...................................... 48
Tableau 5 Dispositifs de la tomographie électrique ....................................................... 127
Tableau 6 Valeurs du coefficient de portance Kp (fascicule 62-V) ............................... 138
Tableau 7 Définition des catégories conventionnelles des sols (fascicule 62-V) .......... 138

6
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Tableau 8 Valeurs des coefficients de forme λd et λc ................................................... 140


Tableau 9 ordre de grandeur des tassements admissibles .............................................. 142
Tableau 10 Description des valeurs Pl* pour les six sondages ........................................ 79
Tableau 11 Résultats de calcul de la capacité portante limite sans facteur de sécurité.... 79
Tableau 12 Résultats de calcul de la capacité portante limite avec facteur de sécurité ... 80
Tableau 13 Masse volumique sèche et contrainte de terre à une profondeur de 1m........ 85
Tableau 14 Masse volumique sèche et contrainte de terre à une profondeur de 3m........ 85
Tableau 15 Masse volumique sèche et contrainte de terre à une profondeur de 5m........ 85
Tableau 16 Résultats de calcul des tassements ................................................................ 86

7
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Introduction
Dans le cadre de la politique marocaine du développent énergétique et de la régionalisation
avancée, sa majesté le roi Mohammed VI a inauguré le jeudi 18 avril 2013 plusieurs projets
sociaux, industriels et d’infrastructure à Safi parmi lesquels le projet de réalisation du nouveau
site industriel intégré qui comprend la future centrale thermique de l’ONEE d'une puissance totale
de 1320 MW.

Cette centrale entrera en service à fin 2014 et produira en régime de croisière 10 milliards
de KWh par an, représentant 27% de la demande globale du pays à l'horizon 2015. La centrale
utilisera les technologies du "Charbon Propre", une technologie qui permet de mettre en valeur le
contenu énergétique du charbon tout en réduisant son impact sur l'environnement.

La centrale thermique sera réalisée dans le cadre de la production privé d'électricité par
une Société de Projet. La Société de Projet sera chargée du financement, de la conception, de la
construction, de la mise en service, de l'exploitation et la maintenance de la centrale ainsi que la
vente de l'électricité produite à l'Office. La problématique qui nous a été proposé dans le cadre de
notre projet de fin d’étude par le laboratoire publique d’essais et d’études (LPEE) au centre
d’essais sur sol (CES) consiste à réaliser l’étude du site de construction celle-ci.

En effet, l’étude des terrains, longtemps considérée comme secondaire, est maintenant
reconnue comme nécessaire dans l’élaboration de tout projet. L’utilisation judicieuse des
différents moyens de reconnaissances permet de mieux connaitre les terrains et le sous-sol ainsi
que de déterminer le système de fondation le plus approprié tout en optimisant le coût, de plus
cette étude permet :

• D’assurer la stabilité générale de l’ouvrage ;


• D’empêcher les tassements différentiels ;
Pour cela, il faut déterminer la nature des couches sur une profondeur suffisante et les
caractéristiques des terrains ainsi que leurs paramètres mécaniques qui entrent dans les calculs
des fondations de l’ouvrage

8
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Ainsi, dans le but de réaliser l’étude de fondations de la future centrale thermique, deux
problématiques s’imposent :

• Le site de construction est situé au niveau de terrains carbonatés susceptibles de


contenir des cavités résultants du phénomène de dissolution naturelle vue la
proximité de la mer.

• La construction de l’ouvrage nécessite une étude géologique et géotechnique


approfondie pour la caractérisation des formations et la détermination des
paramètres géo-mécaniques.

C’est pour cette raison qu’une investigation géophysique a été réalisée afin de détecter
d’éventuelles présences de cavités souterraines. Elle a été combinée avec une étude géotechnique
dont le but est de compléter les résultats de la géophysique et d’obtenir des paramètres permettant
la caractérisation mécanique du terrain pour l’étude des fondations d’ouvrages.

Pendant notre période de stage nous avons effectué une mission d’une vingtaine de jours
sur terrains, où nous avons eu l’occasion de manipuler les essais et de faire une part de suivis du
chantier, cet expérience nous été d’un grand apport tant au niveau technique qu’au niveau socio-
professionnel. Nous avons établi pour l’étude de notre site, une méthodologie basé sur l’analyse
et l’interprétation de donnés collecté à partir l’étude géophysique et géotechnique approfondis.
La démarche détaillée de la méthodologie du travail adopté au niveau du présent rapport est
détaillée au niveau du premier chapitre.

9
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

1 CHAPITRE I
Objectif et méthodologie de
l’étude

10
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

1.1 Objectif de l’étude

L’établissement de tout projet de construction nécessite une étude géophysique et


géotechnique approfondie du terrain permettant de définir parfaitement le type de fondation qui
assurera la stabilité générale de l’ouvrage et empêchera les tassements différentiels pouvant créer
la ruine ou l’effondrement de la construction.

Pour cela, il faut déterminer :

• La nature des couches sur une profondeur suffisante au droit de la zone à construire ;
• Les caractéristiques du terrain, soit «in situ» par méthodes géophysique ou essais
géotechniques, soit en laboratoire sur des échantillons intacts prélevés par sondages ;

C’est pour cette raison qu’une investigation géophysique a été réalisée afin de détecter la
présence d’éventuelles cavités souterraines sous le site. Elle a été combinée avec une étude
géotechnique dont le but est de confirmer les résultats de la reconnaissance géophysique et
d’obtenir des paramètres permettant une caractérisation mécanique du terrain pour l’étude des
fondations d’ouvrages.

1.2 Méthodologie de l’étude adoptée

Dans le cadre de ce présent travail une étude scindée en quatre parties a été réalisée :

Première étape : une étude bibliographique concernant le site de construction qui a été
réalisé, s’articule autour de deux grands points : Le premier définit le contexte régional qui a
conduit à définir le sujet et a mieux cerner les différents aspects jouant un rôle important dans la
caractérisation de la région ou se situe notre site. Le second point concerne les contextes locaux.
Cette partie permet de mieux décrire le site et d’avoir un aperçu des caractéristiques principales
propres au site. Cette étape a permis de guider les différentes parties de l’étude qui ont suivis pour
une bonne adaptation au sujet.

Deuxième étape : la reconnaissance géophysique et géotechnique a été réalisée en


considérant les informations obtenues précédemment.

La campagne géophysique a été entamée pour mieux caractériser le sous-sol par la


tomographie électrique se basant sur la variation d’un paramètre physique : la résistivité. Cette
partie a été réalisée pour traiter la problématique des cavités au niveau du site. Les différents
résultats obtenus ont été interprété grâce aux informations et des données issues de l’étude

11
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

bibliographie réalisé au début et confirmés en exploitant les données acquises lors de l’étude
géotechnique effectuée en parallèle.

En considérant les informations obtenues à partir de la première partie, l’étude


géotechnique in situ a été réalisée pour la reconnaissance lithologique du site. Cette étude a aussi
permis de déterminer les paramètres permettant la caractérisation mécanique du terrain pour
l’étude des fondations d’ouvrages ainsi que pour une validation de l’interprétation des mesures
obtenus à partir de la campagne géophysique. Ceci étant dans le cadre de l’adaptation de l’étude
avec le projet de construction en question.

La campagne géophysique traitant la problématique des cavités et l’étude géotechnique


ont été disposé dans le présent travail en deux chapitres distincts .Vu la consistance des donnés et
pour une meilleur présentation du travail, cependant il a été jugé nécessaire de montrer les
données obtenues à partir de l’étude géotechnique en premier, pour avoir une vue globale
concernant les propriétés mécaniques ainsi que la distribution lithologique des formations. Tout
ceci étant dans le but de nous aider à interpréter les résultats de la prospection géophysique, pour
une meilleure caractérisation du site étudié dans le cadre de notre travail.

Troisième étape : l’étude de fondations d’ouvrages a été ensuite entamée à la lumière des
différentes étapes d’acquisition de données et de reconnaissances qui définissent le site en
question. Cette étape se base sur les paramètres issus des essais mécaniques exprimés dans le
chapitre étude géotechnique et les conclusions de l’étude géophysique exprimé dans le chapitre
problématique des cavités.

Dans le cadre de cette étape, nous avons réalisé deux applications de calcul basées sur les
normes du Fascicule 62-V, ces applications règlementent les techniques de conception et de calcul
des fondations des ouvrages de génie civil.

12
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2 CHAPITRE II
Contextes du projet

13
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2.1 Localisation géographique

Le site étudié se situe au sud de la ville de Safi, à 12km. L’accès se fait par la route côtière
du sud de Safi, à une centaine de mètre de piste sortant de la route côtière après la bifurcation de
Chaïbate.

Le site est compris entre les latitudes 32° 8'20.32"N et 32° 9'29.46"N en coordonnés
WGS84 (Google Earth Pro), d’une superficie de 3.5 Km².

La visite des lieux nous a permis de bien localiser le site et de situer l’emplacement exact
de la future centrale thermique par rapport aux anciennes habitations désormais acquises par le
maitre d’ouvrage.

Figure 2-1Localisation géographique du site (ARMY MAP SERVICE, Corps of engineers, U.S Army)

14
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2.2 Contextes régionaux

2.2.1 Contexte géologique


Cette zone appartient à la bordure occidentale du bassin d’Abda, qui forme la jonction
entre le bassin des Doukkala au nord et le bassin d’Essaouira au sud, et qui correspond à une zone
flexurée, dans laquelle le socle paléozoïque forme un relief contre lequel se biseautent les dépôts
triasico-jurassiques du mésozoïque sur de grandes épaisseurs et qui recouvrent en discordance
angulaire les formations plissées et faillées de l’âge Paléozoïque. (2)

Figure 2-2 Carte Géologique (Ministère de l'énergie et des mines)

15
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

La région se caractérise par l’affleurement de formations datant du quaternaire (post-


Mésozoïque) et appartenant au pléistocène inférieur « villafrenchien » à facies dunaire, et de
formations appartenant au pliocène marin proprate et au pléistocène supérieur à facies dunaire un
peu plus au sud. On remarque aussi un affleurement de formations d’âge secondaire (Mésozoïque)
appartenant au jurassico-crétacé, caractérisé par la présence de jurassique supérieur qui peut être
base du crétacé.

2.2.2 Contexte stratigraphique


Le domaine mésétien est caractérisé par un socle paléozoïque déformé par l’orogenèse
hercynienne ou varisque et une couverture méso-cénozoïque restée quasi horizontale. (3)

En ce qui concerne la stratigraphie de la région, une étude réalisée et publiée en 2002 :


Analyse sismo-stratigraphique du bassin d’Abda (Figure1), nous a permis de déduire la
succession indiquée. Cet analyse est fondé sur l’étude d’une trentaine de lignes sismiques
industrielles contraintes par les données de deux puits pétroliers implantés dans ce bassin, MAC1
au sud et DOT1 au nord comme indiqué sur (la carte 3).

Figure 2-3 Position des forages pétroliers DOT1 et MAC1 ( Analyse sismo-stratigraphique du bassin d'abda ,
C.R.Geoscience 334 (2002) 371-377)

16
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 2-4 Corrélation stratigraphique entre DOT1 et MAC1 (Analyse sismo-stratigraphique du


bassin d’Abda, C.R.Geoscience

2.2.2.1 Paléozoïque
Le soubassement de la série paléozoïque est représenté par quelques affleurements de
terrains précambriens .Ce sont des laves acides à intermédiaires (rhyolites, andésites) et des
massifs de granites. Les analogies de faciès et une datation isotopique à 593 Ma (Rehamna)
permettent de rattacher ces formations au Néo protérozoïqueterminal. (3)

Le Paléozoïque du bassin d’Abda est le prolongement vers l’ouest des formations


hercyniennes qui affleurent au niveau du massif des Rehamna et des Jbilet. Ainsi, le puits DOT1
a traversé sur plus de 2334 m des formations paléozoïques composées de calcaires, de grès et
d’argiles dont l’âge s’étend de l’Ordovicien au Permo-Carbonifère. Plus au sud, dans le puits
MAC1, la corrélation sismique a montré que l’intervalle silico-clastique allant de 3000 m à au
moins 3700 m (terme du forage), situé sous la discordance fini-paléozïque, est d’âge
probablement Permo-Carbonifère, par analogie de faciès avec le puits DOT1. (2)

2.2.2.2 Mésozoïque
Dans la Meseta occidentale, la couverture post-Paléozoïque présente des analogies avec
les dépôts du domaine saharien. Le Jurassique et le Crétacé inférieur sont absents. Le domaine de
la Meseta était émergé. On connait seulement pendant cette période des dépôts continentaux de

17
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

grès et de marnes rouges ou roses comparables aux terrains du « Continental Intercalaire » du


domaine saharien. (3)

Trias : Le Trias supérieur est représenté par des grès et argilites rouges parfois salifères, contenant
une intercalation de basaltes doléritiques dont l’âge isotopique est compris entre 200 et 180 Ma. Le trias
est très répandu dans le sous-sol avec une très grande puissance et un développement important des faciès
salifères. Le permo-Trias est caractérisé par la présence d’une grande couche d’argiles et marnes (3).Le
Trias est représenté par une épaisse série (2130 m à MAC1 et 1240 m à DOT1), à dominance évaporitique,
incluant des passées marneuses et silteuses, ainsi qu’un niveau basaltique d’extension régionale. (2)

Jurassique : Les dépôts du Jurassique supérieur sont constitués par des calcaires et
marno-calcaires jaunâtres, à lits argileux, contenant de nombreux bancs de gypse : certains forages
de la région de Safi témoignent en faveur de l'importance des faciès gypseux. La puissance totale
de ces dépôts est de plusieurs centaines de mètres (1) . Le Jurassique est formé de calcaires et de
calcaires dolomitiques, où s’intercalent des niveaux marneux et anhydritiques, avec une puissance
totale de 700 m à DOT1 et de 545 m à MAC1 ; les niveaux datés vont du Toarcien à l’Oxfordien.
(2)

Le crétacé : Le Crétacé est extrêmement important, tandis que certains niveaux calcaires
renferment les nappes les plus intéressantes du Sahel. Le Crétacé supérieur correspond à une
transgression marine avec dépôts de marnes et de calcaires localement discordants sur le Trias (3)
. Le Crétacé, essentiellement marneux à DOT1, est épais d’une cinquantaine de mètres. Vers le
sud, à MAC1, il est surtout formé de dolomies calcaires et marneuses à anhydrite (214 m) et de
marnes calcaires et dolomitiques (73 m), attribuées respectivement au Berriasien et à
l’Hauterivien–Valanginien (rapport fin de sondage MAC1). (2)

2.2.2.3 Cénozoïque ( Plio–Quaternaire )


Le Plio-Villafranchien (123 m), rencontré à MAC1, consiste en des micro-conglomérats,
sables et marnes (2). A la fin du Crétacé supérieur et à l’Eocène inférieur se forment les couches
phosphatées actuellement exploitées à Khouribga et Benguérir (« Plateau des Phosphates »).

Après l’Eocène, la mer se retire de la Meseta, l’érosion conduisant à la pénéplénation de


l’ensemble du domaine ; La mer revient localement au Miocène avec des dépôts littoraux de
calcarénites et de marnes. Au Pliocène des dépôts littoraux de conglomérats, grès et calcaires
coquillers s’alignent le long de la côte atlantique.

18
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Une transgression marine importante est venue déposer ensuite sur la région un calcaire
détritique jaune, formé de débris de coquilles triturées et de grains de sables ; lors de la régression,
cette mer a laissé derrière elle des dunes côtières, constituées par le même matériau. Il est donc
difficile de distinguer les deux types de dépôts (marins ou dunaires), lithologiquement semblables
; ainsi on groupe le Pliocène (ou Moghrébien) avec le Quaternaire, sous le terme de Plio-
Quaternaire. Son importance hydrogéologique est considérable. (3)

2.2.3 Contexte Structural


C'est essentiellement la tectonique tertiaire, conséquence à la fois des mouvements
orogéniques rifains et atlasiques, qui a donné sa structure à la région. On distingue deux directions
principales de plis :

• Une direction N-S, souvent superposée à des éléments tectoniques hercyniens;


• Une direction SW-NE à E-W, qui est celle de l'orogenèse atlasique.

Toute cette tectonique est douce : les plis à grand rayon de courbure et des flexures à
pendage faible ; les failles sont rares et n'intéressent que des secteurs très limités.

L'étude stratigraphique a révélé d'importantes lacunes dûes au retrait de la mer. A chacune


d'elles correspond une érosion ou une abrasion des terrains précédemment déposés lors d'une
transgression de la mer.

Dans le Sahel, des campagnes de géophysique ont mis en évidence une érosion importante
relative aux argiles rouges : les calcaires plio-quaternaires et de Dridrate forment alors un seul et
même ensemble perméable. Dans les Doukkala, l'érosion a donné au Crétacé un modelé complexe
: cette topographie enfouie conditionne en partie l'écoulement souterrain de la nappe. Quant à
l'érosion continentale, son importance est manifestée par le creusement du réseau hydrographique;
la géophysique a notamment mis en évidence des zones d'érosion totale du Plio-Quaternaire dans
les dépressions présahéliennes . (1)

La zone d’étude appartient à la zone d’action de l’Agence du Bassin Hydraulique de


l’Oum Er Rbia (ABHOER) est constituée du bassin de l’Oued Oum Er Rbia et du bassin côtier
atlantique d'El Jadida-Safi. D’une superficie totale de 48 070 km², elle couvre près de 7% de la
superficie du pays.

Le bassin Oum Er Rbia, l’un des plus grands bassins du Royaume, s’étend sur une
superficie de 35 000 km² avec un allongement de 550 km. Il prend son origine au Moyen Atlas à

19
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

1 800 m d'altitude, traverse la chaîne du Moyen Atlas, la plaine du Tadla et la Meseta côtière et
se jette dans l'Océan Atlantique à environ 16 km au Nord de la ville d'El Jadida. Le bassin côtier
atlantique d'El Jadida-Safi est situé au Sud-ouest du bassin de l'Oum Er Rbia et s’étend sur une
superficie de l'ordre de 13 070 km (4).

2.2.4 Contexte hydrogéologique

La plaine des Abda (arrière-pays de Safi) constitue le prolongement vers le Sud-ouest des
Doukkala. D’une superficie de l’ordre de 2 000 km2, elle s’appuie à l’Est sur les collines de
Mouissate, terminaison Sud-Ouest du massif des Rehamna. Cette zone, moins riche en eau que la
précédente, est également nettement moins connue, puisque la plupart des études
hydrogéologiques de synthèse s’arrêtent au Sahel de Safi et ne la couvrent pas. (4)

Les caractéristiques hydrogéologiques des différents niveaux stratigraphiques sont :

Primaire et permo-trias : Ils présentent peu d'intérêt pour les circulations souterraines.
Le Primaire, essentiellement schisteux, est imperméable, sauf dans sa partie superficielle altérée,
où il peut exister de petites nappes d'extension très limitée. Un essai de débit effectué dans les
schistes (245/35) a fourni une perméabilité de 5.10-6 m/s. Le Permo-Trias est peu étendu. On a
rencontré localement une nappe ascendante dans les basaltes (forage 69/35 à proximité de M'Tal),
très fissurés à 228 m de profondeur. Le résidu sec de l'eau était de 1750 mg/l (débit de 1 l/s pour
3 m de rabattement. assez exceptionnel pour ces formations). (1)

Jurassique Supérieur : Ce niveau, formé de puissantes assises de calcaires alternant avec


des lits marneux, présente une perméabilité de fissures : les circulations se font souvent par de
véritables galeries qui résultent de la dissolution du calcaire et du gypse. Comme en zone
karstique, les forages stériles voisinent souvent avec les ouvrages productifs. Une nappe existe
dans les Abda ; elle est très mal connue, son niveau piézométrique étant très profond ; le résidu
sec de l'eau varie entre 2 et 5 g/I avec faciès sulfaté qui contraint souvent à l'abandon des forages
productifs. Dans la région de Safi, plusieurs forages ont montré des transmissivités de 1.10-1 à
1.10 -3 m2/s. (1)

Crétacé inférieur et moyen Dans le Sahel, les argiles de Safi constituent un bon
imperméable. Le calcaire de Dridrate lorsqu'il est franchement calcaire, est un niveau karstique à
fissuration très importante.

20
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Le dépouillement des essais de pompage conduit à estimer la perméabilité moyenne du


calcaire de Dridrate à 5.10-3 m/s. Les horizons argilo-sableux supérieurs se comportent
différemment selon la nature du niveau considéré (plus sableux ou plus argileux). La perméabilité
est certainement faible, mais suffit sans doute à expliquer l'alimentation du calcaire de Dridrate
et l'absence de nappe dans le Plio- Quaternaire d'une grande part du Sahel, lorsque les deux
formations sont au contact l'une de l'autre. Dans les Doukkala, la lithologie est hétérogène et
présente d'importantes variations latérales. Les couches rouges inférieures voient alterner des
conglomérats et grès avec des niveaux argileux ; des forages profonds ont rencontré localement
des nappes. Le calcaire moyen présente une perméabilité de fissures quand il n'est pas marneux,
mais ne peut être comparé en tant qu'aquifère au calcaire de Dridrate.

Le Cénomanien, calcaires et marnes, présente une fissuration irrégulière. Quelques essais


à Sidi-Bou-Zid près d'El-Jadida ont donné de faibles perméabilités 5.10-5 à 5.10-6 m/s. (1)

Plio-quaternaire marin et dunaire : Les faciès marins et dunaires se confondent en un


seul ensemble perméable, mais c'est presque toujours le faciès marin sous-jacent, plus cimenté et
moins argileux qui contient la nappe. Les caractéristiques des circulations aquifères dans ces
calcaires détritiques sont de deux types :

• Perméabilité d'interstice, prépondérante dans les horizons sableux (valeur K 3.10-


5 m/s en moyenne - coefficient d’emmagasinement = 8.103) ;
• Perméabilité de fissure prédominante dans les horizons riches en ciment (valeur K
6.10-4 m/s en moyenne - coefficient d'emmagasinement S = 5.10-2).

Ce sont des essais d'injection et non de pompage, qui ont permis de prouver la coexistence
de ces deux types de perméabilités. (1)

21
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2.2.5 Contexte climatologique


On ne possède pas de données précises concernant la plaine d’Abda (ni carte
piézométrique, ni carte de salinité, ni bilan), ce qui interdit toute évaluation sérieuse de ses
ressources exploitables. Cependant nous nous contenterons de décrire la climatologie régionale
de la zone, à savoir, la région des Abda-Doukkala. (4)

La région des Abda-Doukkala se situe à la latitude moyenne du Maroc (32-33° N), à


proximité immédiate de l'Océan. Son relief est à peu près négligeable en ce qui concerne
l'influence possible sur la climatologie.

La pluviométrie au niveau des plaines d’Abda est en légère décroissance par rapport aux
Sahel-Doukkala. Les températures sont modérées dans les zones proches de l'Océan, plus
contrastées à l'intérieur. Les pluies tombent régulièrement en automne et en hiver ; une longue
saison sèche s'étend au printemps et en été. Les sécheresses catastrophiques sont rares, mais le
total pluviométrique ne correspond pas partout aux besoins minima des cultures (300 mm/an) sur
la côte à 250 mm sur le plateau. Les précipitations occultes (brumes, brouillards) sont d'un secours
sensible à la végétation jusqu'à une grande distance de la côte et atténuent les effets de l'aridité.

La saison sèche s'étend de juin à septembre, tandis que la saison humide couvre en
moyenne la période d'octobre à mars. Les pluies génératrices des grosses crues proviennent de la
succession à intervalles réduits de plusieurs perturbations d'Ouest. (1)

22
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2.3 Contextes locaux

2.3.1 Contexte géologique


Une étude géotechnique préalable montrée grâce à des sondages carottés effectués, pour
une profondeur maximale de 50m, que nous sommes en présence des formations lithologiques
suivantes :

• De la terre végétale avec une côte comprise entre 0m et 0.5m ;


• Présence de tufs calcaires pour des profondeurs allant jusqu’à 3m ;
• Des sables limoneux présents au niveau des sondages réalisés à proximité du chenal u non
loin du site de construction de la centrale thermique, probablement formé par un ancien
oued. avec une côte estimée à 8 m ;
• Des grès grossiers, caractérisés par une épaisseur de couche d’une valeur de 16m, en
moyenne, et allant jusqu’à 24m de profondeur ;
• Des grés peu fracturés surmonté par les grès grossiers ;
• Des calcaires fracturés situés à de grandes profondeurs recouvrèrent par des calcaires de
structure broyée qui se manifestent à partir d’une profondeur d’environ 26m.

Figure 2-5 Caisse à carottes

Les résultats obtenus à partir de l’étude géotechnique concernant l’analyse du contexte


géologique sont détaillé au niveau du chapitre III : Etude géotechnique. Les logs stratigraphiques
ainsi que les corrélations réalisées, seront présentées par suite.

23
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2.3.2 Description lithologique


2.3.2.1 Résultats des sondages carottés
Les résultats obtenus à partir des huit sondages (Chapitre II), sont présentés sur la figure qui suit :

Sondage Coordonnés Elévation Profondeur


X Y
BD04 133838 179775 18.08 50m
BH06 133614.4 179542.6 15.28 30m
BH07 133688.8 179490.2 17.7 30m
BH13 133694,2 179717,5 16,16 30m
BH14 133739.4 179658.4 17.28 30m
BH15 133783.4 179621.8 17.99 30m
BH16 133832,7 179580,6 19,51 30m
BH24 133914.8 179757.7 20.45 30m
Tableau 1 Informations concernant les sondages sélectionnés

Les carottes remontées à partir de ces sondages, ont permis de détecter les formations
suivantes :
• Terre végétales Argilo-limoneuse renferment des sables affleurant au niveau des huit
sondages, avec une côte de 0-0.5m
• Tufs calcaires n’apparaissant pas sur quelques sondages, cette formation apparait à
partir de la profondeur 0.5, avec une épaisseur allant de 1m à 3m.
• Sables limoneux peu grésifié avec intercalation des grés entre 1.30-1.47m.Cette
formation apparait uniquement au niveau du sondage BH24, recouvert par les tufs
calcaires. L’épaisseur est d’environs 8m.
• Grès grossiers peu fracturés. Une couche épaisse présente au niveau des 8 sondages
carottés. L’épaisseur moyenne de cette formation est de 16m environ, ayant aussi une
profondeur pouvant aller jusqu’à 24m.
• Grés avec des coquilles ( calcarénite) induré et peu fracturé. Cette formation est
présente au niveau des six sondages carottés. Surmonté par une couche de grès
grossier plus importante.
• Calcaire broyé et altéré renferment une fraction marneuse. Cette formation apparait
au niveau des six sondages carottés et continu jusqu’à une profondeur de 44 m au
niveau du sondage BD04.
• Calcaire fracturé apparaissant au niveau du sondage carotté BD04 à partir de la
profondeur 47m

NB : D’autres sondages carottés d’une profondeur de 50m à proximité des sondages


BH06 BH07 BH14 BH15 et BH24 ont confirmé la présence de calcaires broyés et de calcaires

24
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

fracturés à partir de la même profondeur. Les sondages BH16 et BH13 ont été utilisés
uniquement pour nous permettre de réaliser des coupes lithologiques de direction NW-SE.
Leurs résultats ne seront pas exploités.

Figure 3-6 Résultats des sondages carottés : BH07, BH15, BH24, BH16

25
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 3-7 Résultats des sondages carottés : BH13 , BH06, BH14, BD04

26
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2.3.2.2 Représentation 3D des sondages carottés


La représentation des sondages carottés illustrés au niveau de la figure 3-8 a été réalisée
en utilisant le logiciel ROCKWORKS 15. Les résultats furent présentés séparément et non sous
forme de bloc 3D, car il est nécessaire dans ce cas d’avoir un plus grand nombre de données pour
construire un modèle lithologique ou stratigraphique plus représentatif en bloc.

Figure 3-8 Modélisation 3D des résultats obtenus à partir des sondages carottés

2.3.2.3 Modélisation 3d des formations lithologiques


En se basant les résultats présentés précédemment, un modèle 3D en bloc a été réalisé
pour avoir une idée du comportement des différentes couches uniquement au niveau de notre zone
d’étude limité par nos huit sondages .La méthode de calcul utilisée pour générer les valeurs de
modélisation est la méthode des distances inverses. Il est toutefois important de noter que ce
modèle ne représente en aucun cas la répartition spatiale des différentes formations lithologiques.
Ce modèle permet essentiellement de caractériser le comportement des couches.

Ainsi, les différentes formations ont été regroupées en quatre formations majeures pour
faciliter la modélisation : Terre végétale, sables, grès, calcaires.

27
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 3-9 Modélisation 3D des couches lithologiques

On remarque grâce à ce modèle, que les couches des formations décrites sur ce modèle
présentent un très faible affaissement dans la direction NE . Ceci coïncide parfaitement avec le
relief de la zone étudiée, indiqué sur la carte topographique (Chapitre II), et qui est due à la
présence du chenal. Néanmoins, on remarque une certaine horizontalité des couches
lithologiques.

NB : Ce modèle a été réalisé uniquement à la base des huit sondages disponible dans le
cadre de notre étude et cela à une profondeur de 30m uniquement.

2.3.2.4 Corrélation des sondages carottés


Deux coupes lithologiques ont été réalisées en se basant sur les résultats des différents
sondages carottés présenté précédemment sur les figures 3-7 et 3-6. Ces coupes ont été
construites en utilisant le logiciel Golden Software STRATER.

28
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 3-10 Coupe lithologique SW-NE de profondeur 30m par corrélation des sondages carottés BH06-BH14-BD04

29
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 3-11Coupe lithologique SW-NE de profondeur 50m par corrélation des sondages carottés BH07-BH15-BH24

30
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 3-12 Coupe lithologique NW-SE de profondeur 30m par corrélation des sondages carottés BH13-BH14-BH15-BH16

31
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2.3.3 Contexte géomorphologique


C'est un pays de dunes consolidées, allongées en longues crêtes d'orientation SW-NE,
parallèles au rivage ; par sa position et sa morphologie, il constitue une barrière naturelle à
l'écoulement vers l'Océan des eaux superficielles. (1)

La géomorphologie de la zone d’étude juxtapose une côte hostile à falaises et un ensemble


d’ondulations dunaires. En ce qui concerne l’élévation, elle ne varie pas en passant de la côte vers
l’intérieur du pays pour une distance moyenne de 0.6 km.

2.3.4 Contexte hydrogéologique


La donnée piézométrique disponible a montré que la nappe d’eau se manifeste à une
profondeur de 18 à 20 m au sein de la formation de grès et grès grossiers qui recouvrent la couche
calcaire gorgé d’eau. On ne dispose pas de valeurs précises sur les levés, les horaires de leur
réalisation, ainsi que leurs localisations.

Toutefois, ceci nous a permis d’avoir une idée concernant le niveau de manifestation de
la nappe d’eau pour les parties à venir.

NB : Une étude hydrogéologique a été réalisée au niveau du site. En revanche, on ne


dispose pas des donnés obtenus.

32
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2.3.5 Etude topographique


Une étude topographique a été réalisée au niveau du site pour pouvoir mieux caractériser
les variations du relief lors des interprétations et différents calculs. On remarque que le site se
caractérise par une faible pente au niveau des zones proches de la mer, et augmente en direction
NW-SE. La côte dunaire a été estimée à environ 50m.

Le terrain peut ainsi être considérer comme étant tabulaire au niveau de la zone étudié.
L’analyse préalable de cette carte nous permet aussi de déceler la présence d’un chenal
probablement formé d’un ancien Oued.

33
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 2-13 Carte topographique

34
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

3 CHAPITRE III
Etude géotechnique

35
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

3.1 Introduction

Conformément aux normes qui régissent ce type de projet de construction, le choix des
différents essais à adopter pour la caractérisation du sous-sol lors d’une étude est basé
généralement sur une étude bibliographique régionale et locale tirés d’études précédentes, et aussi
sur des observations réalisées sur le terrain tout en respectant les besoins du projet ,en matière des
contraintes financières et des mesures de sécurité , moyen et long terme . Ceci dans le but de
remplir les objectifs de l’étude.

Ayant pour objectif de caractériser les paramètres mécaniques du sous-sol pour une
meilleur interprétation géophysique et pour le calcul des fondations d’ouvrages, ceux-ci ont été
déterminés par les essais géotechniques In-situ et au laboratoire :

Sondage destructif : Cet essai permet l’identification rapide des couches que comporte
le sous-sol, et d’avoir une idée sur leur caractéristique mécanique en analysant les cuttings et la
vitesse d’avancement.

Essai pressiométrique de Ménard : étant adapté à tout type de terrain, les résultats de
cet essai permettent l’évaluation de la capacité portante admissible par le sol ainsi que l’évaluation
des tassements différentiel pour des fondations superficielles ou profondes et bien d’autre
utilisations pratiques.

Essai de pénétration au carottier (SPT) : Sachant que cet essai s’adapte aux sols fins et
grenus dont les dimensions moyennes ne dépassent pas les 20 millimètres, il permet également
d’évaluer la capacité portante, ainsi que le tassement différentiel pour des fondations
superficielles.

Essai d’eau : Cet essai permet de déterminer le coefficient de perméabilité locale en un


point. Il s’applique à tous les sols fins ou grenus sous la nappe.

Essai de plaque : Permet d’évaluer la déformabilité et la compacité, sous des charges


concentrées de courte durée. Il s’applique pour des plates-formes destinées à la construction de
dallages supportant des charges statiques (Cet essai ne sera pas présenté vue l’indisponibilité des
résultats).

36
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Essais au laboratoire : Ils comportent des essais d’identifications ( Teneur en eau ,


Granulométrie , limite d’atterberg , poids spécifique …) , ainsi que des essais pour déterminer
les paramètres tel que la résistance à la compression( Compression simple ) , la résistance des
roches ( Essai franklin) et la compacité du sol ( essai Proctor ).

Localisation des sondages :

Durant la campagne d’étude, 46 sondages SPT et pressiométrique ont été répartis au


niveau du site de construction de la future centrale thermique. Dans le cadre du présent rapport,
nous avons obtenu huit sondages SPT et pressiométrique décrivant assez bien le terrain vu
l’uniformité de celui-ci. La carte présentée ci-dessous, montre la localisation des huit sondages.

NB : Les sondages BH13 et BH16 ont été utilisé uniquement pour la réalisation de coupe
lithologique de direction NW-SE.

Figure 3-1 Localisation des huit sondages sélectionnés : BH06, BH14, BD04, BH07,
BH15, BH24, BH13, BH16

37
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

3.2 Résultats des reconnaissances géotechniques

3.2.1 Caractéristiques mécaniques des formations traversées


3.2.1.1 Indice de qualité de la roche (RQD)
La colonne continue remontée lors d’un sondage mécanique carotté permet d’effectuer
des observations d’ordre géologique (pétrographie, stratigraphie, données structurales etc.) et de
réaliser un log stratigraphique des différents faciès rencontrés.

Le principal critère en matière de carottage est le % RQD « Rock Qualification Design »


qui exprime la densité de la fracturation. Il est donné par la formule :

∑ 𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙 𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐>10𝑐𝑐𝑐𝑐


𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅% = (Philiponat et hubert 2003)
𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙 𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 𝑑𝑑𝑑𝑑 𝑙𝑙𝑙𝑙 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑑𝑑𝑑𝑑 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐

Les sondages carottés montrent le % RQD suivant des sections sur toute la longueur de la
carotte, ce pourcentage donne une idée sur la fracturation lorsqu’il présente une valeur minime.
Ici les % RQD correspondent aux niveaux colorié en bleu et qui montrent les zones fracturées par
rapport aux zones moins attaqués par la fracturation

38
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 3-2 Indice de la qualité de la roche (RQD) des sondages carottés BH06-BH14-BD04 reportés sur la coupe SW-NE de profondeur 50m

Figure 3-3 Indice de la qualité de la roche (RQD) des sondages carottés BH07-BH15-BH24 reportés sur la coupe
SW-NE de profondeur 30m

39
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

D’après les résultats présentés, on remarque que l’indice de qualité de la roche varie
suivant la profondeur des différents sondages carottés et selon la formation lithologique en
question :

• Le massif de grés présente un indice faible dans le sondage BH24 mais se caractérise par
un bon RQD dans l’ensemble présentant des chutes sur le sondage BH15 aux profondeurs
8-10 m et 16-19m et sur le sondage BH14 aux profondeurs 12m et 18-20m ; ainsi qu’une
chute au niveau du sondage BH06 à la profondeur de 10m. Ce qui témoigne d’une présence
de quelques fractures.La valeur moyenne obtenu est de 53.88%.
• Les tufs calcaires présentent une moyenne de résistivité de 30%.
• Le sable limoneux se caractérise par un pourcentage de RQD très faible au niveau du
sondage BH24. Ceci est en raison de sa structure friable et non compacte.
• Le calcaire broyé présente un pourcentage de RQD nulle au niveau des six sondages, on en
déduit ainsi que cette formation se caractérise par un taux de fracturation important.
• Le calcaire fracturé présente aussi un pourcentage de RQD nulle au niveau du sondage
BD04 uniquement vu sa profondeur, on en déduit ainsi que cette formation se caractérise
par un taux de fracturation important.

NB : On observe que dans la représentation des pourcentages RQD, certains vides sont
dus à l’essai SPT qui a été réalisé en même temps, et dont les carottes ne sont pas utilisables pour
la détermination de pourcentage.

3.2.1.2 Standard pénétration test (SPT)


Les sondages carottés étaient accompagnés par des essais de pénétration standard (SPT),
les résultats sont présentés ci-dessous.

40
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 3-4 Nombres de coups total (N=N1+N2) résultat de l'essai pénétration au carottier (SPT) en fonction de la
profondeur pour chaque forage

Les sondages carottés BH14 et BH07 sont caractérisés par une valeur de coups supérieurs
ou égaux à 50 tout au long du sondage. Ceci est dû au contact direct avec des formations
rocheuses.

41
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

On remarque qu’au niveau des sondages BH06 BH15 et BD04, que le nombre de coups
(N = N1+N2) n’atteint une valeur supérieur ou égale à 50 qu’après la profondeur de 3m. Ceci est
dû à la présence d’une couche de tufs calcaires jusqu’à cette profondeur.

En ce qui concerne le sondage carotté BH24, la valeur 50 des coups n’est dépassé ou
atteint qu’à partir d’une profondeur de déplacement de la couche de sable limoneux (moins dure
que les formations sous-jacente et qui est de 8m).

En conclusion, les résultats de l’essai de pénétration au carottier affirment que l’assise des
futures fondations a de bonnes caractéristiques mécaniques.

Néanmoins ,ces résultats ne peuvent pas être exploités dans le calcul des fondation des
ouvrages, vu que les essais donnent dans la quasi-totalité des cas , un nombre de coups (N)
identiques au niveau de tous les sondages et supérieurs à 50 dans les grés grossier et dans les
formation sous-jacente (Voir figure représentant les résultats de l’essai de pénétration au carottier
( SPT) ) décrivant un terrain de caractéristique mécanique très homogène.

Ainsi, malgré l'existence de méthode de calculs à partir des résultats SPT, celle-ci ne sera
pas développée dans ce travail.

42
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

3.2.1.3 Pressiométre Ménard


Préssion limite Pl :

Figure 3-5 Variation de la pression limite à partir des sondages pressiométriques BH06-BH14-BD04 reportés sur la
coupe SW-NE de profondeur 50m

Les résultats indiquent globalement que les valeurs de la pression limite augmentent de
0.8 - 2.6 MPa jusqu’à des valeurs de 9.4 - 9.9 MPa une fois la formation gréseuse est atteinte, et
continuent d’accroitre tant que la profondeur augmente pour atteindre des valeurs de 10.3 – 10.8
MPa.

La baisse de valeur du sondage BD04 et BH14 au niveau des grès grossiers (entre 8m et
15m) est probablement due à la présence de formations moins dure. Il est aussi possible que cette
variation soit causée par les erreurs de l’opérateur, mais ceux-là sont beaucoup moins fréquents.

Tandis qu’à la profondeur de 40m - 45m, les résultats de l’essai pressiométrique du


sondage BD04 indiquent une chute de la pression limite, il est probablement dû à la présence
d’une cavité de petite taille dans les calcaires. Cette hypothèse est basée sur l’influence possible
de l’intrusion marine sur le calcaire, sachant que leurs propriétés les rendent susceptibles à donner
naissance à des cavités.
43
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 3-6 Variation de la pression limite) partir des sondages pressiométriques BH07-BH15-BH24 reportés sur la
coupe SW-NE de profondeur 30m

On remarque que les résultats des essais pressiométriques des sondages BH07 et BH15
présentent une grande variabilité de la valeur de la pression limite, et ceci de 3.3MPa jusqu’à une
valeur de 10.2 maximale dans les grès grossiers, mais qui reste tout de même acceptable sellons
les valeurs décrivant la formation rocheuse sur le fascicule 62-V, 1993. La chute de la pression
limite dans la couche de calcaire broyé peut indiquer la présence de cavités comme expliqué
précédemment.

Les résultats du sondage BH24 présentent de très faibles valeurs dans la formation de sable
limoneux, ces valeurs augmentent dans les formations rocheuses au contact des grès grossiers.

44
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Module pressiométrique Em :

Figure 3-7 Variation du module pressiométrique à partir des sondages pressiométriques BH06-BH14-BD04 reportés
sur la coupe SW-NE de profondeur 50m

Rappelons que le module pressiométrique est un module de distorsion du terrain


caractérisant la phase pseudo-élastique de l'essai et s’exprime par :

𝐴𝐴𝑃𝑃 3-21
𝐸𝐸𝑚𝑚 = 𝐾𝐾 ∗ ( )
𝐴𝐴𝑉𝑉

• K : constante géométrique de la sonde pressiométrique


• Ap : caractérise la variation de pression dans la phase pseudo-élastique
• Av : caractérise la variation de volume dans la phase pseudo-élastique

45
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 3-8 Variation du module pressiométrique à partir des sondages pressiométriques BH07-BH15-BH24 reportés
sur la coupe SW-NE de profondeur 30m

On remarque ainsi que la grande variabilité de la valeur du module pressiométrique


représente la déformation volumique du forage cylindrique, cela en fonction de la pression
appliquée au niveau des différentes formations rencontrées sur les six sondages : BH06, BH14,
BD04, BH07, BH15, BH24. Les valeurs sont donc non homogènes, et ceci sera pris en
considération lors des calculs des tassements différentiels.

46
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

3.2.2 Essais de laboratoire


3.2.2.1 Essais du sol
Des prélèvements d’échantillons ont été réalisés au niveau des formations suivantes, afin
de déterminer un certain nombre de paramètres pour pouvoir mieux les caractériser et pour
calculer les données nécessaires pour le calcul des tassements :

• Tufs calcaires ;
• Sables limoneux ;
• Calcaires broyés et altérés ;
• Grès peu fracturés.

Les tufs calcaires se caractérisent par :

• Une teneur en eau moyenne : 6.26 % ;


• Une masse volumique humide moyenne : 1648.5 kg/m3 ;
• Une masse volumique sèche moyenne : 1542.5 kg/m3 ;
• Une masse volumique des particules solides : 2.7 g/cm3.

Les calcaires broyés et altérés se caractérisent par :

• Une teneur en eau moyenne : 7.63% ;


• Une masse volumique humide moyenne : 2006 kg/m3 ;
• Une masse volumique sèche moyenne : 1874 kg/m3 ;
• Une plasticité moyenne : 28.66.

Les grès peu fracturés se caractérisent par :

• Une teneur en eau moyenne : 4.3% ;


• Une masse volumique humide moyenne : 1809 kg/m3 ;
• Une masse volumique sèche moyenne : 1734 kg/m3 ;

Les sables limoneux se caractérisent par :

• Une teneur en eau moyenne : 11.8% ;


• Une masse volumique humide moyenne : 1872 kg/m3 ;
• Une masse volumique sèche moyenne : 1674 kg/m3 ;

47
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

3.2.2.2 Essais sur roches


Les résultats obtenus pour les essais sur roches, ont permis de déterminer la dureté des
formations rocheuses ainsi que leur résistance à la compression simple.

Sondages cote Rc (MPA)


BH-06 4,00-4,50 7,5
BH-07 15,00-15,30 1,5
BH-15 7,50-7,80 4,5
BH-24 10,2-10,60 2,2
BD-04 2,10-2,3 6,8
BD-04 6,6-6,9 1,5
Tableau 2 Résultats de l'essai de compression simple uniaxiale

L’essai franklin nous a ainsi permis d’obtenir pour chaque formation les résultats
suivants en valeurs moyennes :

• Grès grossier peu fracturé : 0.56.


• Grès avec des coquilles ( calcarénite) induré et peu fracturé : 1.77 ;
• Calcaire broyés et altérés : 3.4 ;

Remarque : Généralement la capacité portante du roc est déterminée en utilisant des


tableaux de capacités portantes publiées dans des manuels ou des codes de construction, sont
basés sur des classifications bien déterminés.

La classification géomécanique (Rock mass classification Systems) de Bianiawski (1988)


est parmi les méthodes de classification les plus complètes pour la caractérisation du massif
rocheux à partir des résultats d’essais mécaniques sur Roc. Cette méthode repose sur les six
paramètres suivants :

• la résistance mécanique du roc ;


• l’indice RQD ;
• l’espacement des discontinuités ;
• la condition des discontinuités ;
• l’orientation des discontinuités ;
• la condition de l’eau souterraine.

C’est pour cette raison que l’utilisation des résultats d’essais sur roches au laboratoire sera
uniquement limitée à une présentation pour une meilleur caractérisation des formations vu la
difficulté d’entamer un dimensionnement uniquement à partir de ces données.

48
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

3.2.3 Essais de perméabilité Lugeon


Avec un débit ramené à 1.0 m de forage est de n litres /minute on dit que la perméabilité
de la roche est de n lugeons. Il est admis que d’après la relation entre Lugeon et perméabilité k
du terrain : 1 Lugeon ≈ 10-7 m/s.

Les résultats obtenus sur le sondage FPT1 opéré spécialement pour le calcul de la
perméabilité du terrain, ont permis de trouver une valeur moyenne de 2.24076E-06 m/s au niveau
des sables limoneux de 0 à 3m de profondeur et de 7.14E-07 m/s au niveau des sables grossiers
de 10.6 à 13m de profondeur.

3.3 Conclusion

Les huit sondages de reconnaissance opéré sur la zone d’étude ont permis de décrire le
terrain en montrant la présence d’une couche de tufs calcaire de faible épaisseur surmontant une
formation rocheuse consistante composé de grés et recouvre un massif de calcaire broyé et
fracturé certainement engorgé d’eau.

Les résultats obtenus à partir des essais in-situ dévoilent de bonnes caractéristiques
mécaniques malgré des chutes au niveau de la pression limite et du module pressiométrique qui
gardent tout de même des valeurs rassurantes. L’indice de qualité de la roche (RQD) au niveau
des grès et grès grossier indique une valeur moyenne de 53.88 % et présentes également des
chutes à différents niveaux témoignant quelque fracturation. Cet indice a été d’une grande utilité
pour la caractérisation des couches en le combinant avec les résultats de la campagne
géophysique. D’autres paramètres nécessaires pour les calculs ont été déterminés par les essais
laboratoire

Ces résultats ont permis de réaliser une caractérisation de la propriété mécanique en


utilisant la classification de Bieniawski (Annexe I.G).

Selon Bieniawski une procédure nécessitant un certain nombre de résultats permet de


classer le massif rocheux par des notes assignées pour chacun des paramètres demandée à savoir :

• Indice de résistance Is ;
• La qualité de roc (RQD) ;
• Espacement des joints et leurs conditions ainsi que leurs orientations (Valeurs
moyennes) ;

49
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

• Condition générale de la nappe d’eau.

Ainsi, en se basant sur la moyenne des résultats obtenus pour la formation lithologique au
niveau de notre zone d’étude, on trouve qu’on est en présence de massif rocheux de grès est décrit
comme étant Bon Roc de classe II, ayant une note entre 80-61.

50
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4 CHAPITRE IV
Problématique des cavités

51
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.1 Introduction

Le site de construction de la centrale thermique est situé au niveau de terrains susceptibles


de contenir des cavités résultants du phénomène de dissolution naturelle. Ces cavités sont
constituées de matériaux carbonatées présents en faible profondeurs et cela due probablement à
l’intrusion marine.

Les instabilités liées à la présence de ces cavités souterraines génèrent des désordres qui
peuvent se propager vers la surface. Les conséquences peuvent être très graves : ruine des
constructions et des ouvrages de génie civil (et des victimes en cas de phénomène brutal).

A cet effet, le recensement des cavités s'inscrit dans une politique de prévention des
risques naturels et technologiques. Ayant pour objectif de déterminer les zones sous cavées
susceptibles de provoquer des dégâts en surface. Voir Annexe II.A.

Les contrastes notables des propriétés physiques existant entre les cavités et leur
encaissant offrent un contexte très favorable pour les caractériser par des méthodes géophysiques.
Ainsi, on propose dans cette étude, de mettre en œuvre la méthode électrique pour la détection
des cavités souterraines.

Localisation des profils tomographique :

Pendant la campagne d’étude, 35 profils tomographiques, dont 11 de direction SW-NE et


14 perpendiculaires de direction NW-SE ont été répartis au niveau du site de construction de la
future centrale thermique. Dans le cadre du présent rapport, nous avons obtenu quatre profils
tomographiques pour l’interprétation. La carte ci-dessous montre la localisation des différents
profils tomographiques.

52
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 4-1 Localisation des quatre profils tomographiques A3, A4, A5, B4

53
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.2 Cavités souterraines

Les cavités rencontrées habituellement dans le domaine du Génie Civil sont les carrières
souterraines, les mines peu profondes et les cavités naturelles de dissolution. On notera que les
matériaux les plus fréquemment exploités en carrières (en dehors du sable, de l'argile ou de
l'ardoise) sont des roches solubles susceptibles de donner dans certains cas des cavités naturelles.

Il s'agit des roches carbonatées (calcaire et craie utilisés pour la pierre à bâtir, la chaux ou
le ciment et pour l'amendement des sols siliceux) et des roches évaporitiques (essentiellement
gypse, exploité pour le plâtre). La présence de tels matériaux dans le sous-sol doit donc inciter les
maîtres d'œuvre à la prudence car les deux types de cavités naturelles et anthropiques peuvent y
être rencontrés. Nous devons distinguer différents types de cavités, en les classant selon leurs
origines.

4.2.1 Cavités d'origine naturelle :


De manière générale, une roche carbonatée soluble est une formation dans laquelle sont
susceptibles d'apparaître des cavités souterraines d'origine naturelle. Ces zones sont appelées
zones karstiques. Par extension, toutes les formes de dissolution rencontrées dans les roches
sédimentaires (carbonates et évaporites) sont appelées karsts. Elles résultent de l'action de l'eau
qui dissout les carbonates et les sulfates dans les roches calcaires ou les évaporites.

Cavités naturelles en milieu carbonaté : Dans les carbonates, dont la solubilité est de
l’ordre de 12 mg/l à 20 °C, la circulation de l'eau élargit progressivement les conduites naturelles
tels que les joints de stratification, les failles, les diaclases et crée un réseau souterrain de galeries,
de boyaux, de salles et de puits. Ces processus sont relativement lents et ne sont pas observables
à l'échelle humaine : les désordres résultent de l'évolution de vides anciens. Les galeries se
développent généralement sur d'anciennes fractures horizontales ou sur des interfaces entre
formations géologiques différentes.

Elles forment des conduites de quelques dizaines de centimètres à quelques mètres de


diamètre. Les salles peuvent se créer à l'intersection de plusieurs galeries ou lorsqu'un conduit
vertical croise une galerie. En surface, le relief karstique est fait de vallées sèches, dolines,
gouffres ou reliefs ruiniformes. Elles se manifestent plus particulièrement en pays calcaires tels
que le Jura et les Causses.

54
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Cavités naturelles en milieu sulfaté : Dans le gypse, roche sulfatée la plus commune,
qui présente une solubilité de l’ordre de 2,5 g/l à 20°C, la formation d'un réseau karstique
conséquent peut être rapide, à l'inverse de ce qui se passe dans les carbonates. Par exemple, la
circulation d'eaux souterraines à 500 l/s, dont la concentration passe de 50 mg/l à 600 mg/l en 5
km, peut engendrer un lessivage de 8 500 tonnes de gypse par an, ce qui correspond à un vide de
plus de 400 000m3 en un siècle (Pothérat et al., 1999). Les karsts gypseux donnent lieu à des
effondrements importants par remontée de fontis, qui peuvent avoir de graves conséquences en
surface.

Les conséquences des effondrements de karst gypseux peuvent s'étendre à la lithologie


environnante. Lorsque la formation d'une cavité dans le gypse entraîne un effondrement, l'éboulis
constitué, s'il est soluble, peut subir un nouveau cycle de karstification (Pothérat et al., 1999). Les
dégâts occasionnés par l'effondrement de ce type de cavités peuvent être très dommageables pour
le bâti et les infrastructures en raison de l'ampleur des manifestations de surface.

4.2.2 Cavités artificielles (dûes à l'action de l'homme) :


Ce sont généralement des exploitations minières (carrières souterraines), abris militaires,
caves et souterrains, adducteurs, aménagements en site industriel (fûts et réservoirs souterrains).

4.3 Méthode de reconnaissance et détection de cavités

Lors de la phase initiale d'un projet de Génie Civil, la reconnaissance géologique est placée
très en amont et consiste à obtenir toutes les informations relatives aux caractéristiques du sol et
du sous-sol. Parmi les informations recherchées figurent celles relatives à la présence éventuelle
de cavités. La démarche de localisation de ces dernières s'organise généralement selon le schéma
suivant :

Dans une première étape, ou étape préalable, une expertise géologique de la zone du
projet permet de porter un avis sur la nature du (des) matériau(x) présent(s) en sous-sol et sur la
structure du terrain concerné. Les informations recueillies permettent de trancher sur la présence
possible de cavités, d'origine naturelle ou anthropique. En cas de résultats probants une enquête
est alors enclenchée. Elle consiste à exploiter tous les documents d'archives disponibles dans
lesquels sont consignées des informations relatives à la présence de carrières souterraines ou à
des accidents survenus en liaison avec des cavités. Afin de compléter cette phase de
renseignements, une enquête orale est menée auprès de la population locale.

55
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Une deuxième étape comporte un choix de la méthode géophysique à appliquer, en se


basant sur les résultats obtenus à partir de l’étape précédente.

Une troisième étape consiste à réaliser une étude géophysique et géotechnique pour
déterminer les zones susceptibles à contenir des cavités souterraines d’abord par des méthodes
indirecte (géophysique) et ensuite par des forages et des essais insitu (géotechnique) pour
confirmer les résultats.

Une quatrième étape consiste à synthétiser les différentes données et informations


obtenues par les étapes précédentes pour la description et la caractérisation du site étudié.

Par expérience, on peut considérer que les informations puisées par des enquêtes sont
toujours incomplètes et demandent à être précisées par une phase de recherche d'indices de
surface. Ces indices peuvent être des anomalies topographiques révélatrices de déformations liées
à des instabilités profondes ou signant la présence potentielle de vides de dissolution.

La phase de validation terrain permet de faire le tri entre les différentes anomalies et de
circonscrire les zones à risque. (18)

4.3.1 Etudes préliminaires


Cette phase de reconnaissance est une des plus importantes car elle permet d'une part, de
valider la présence potentielle de cavités dans le sous-sol par une étude géologique adéquate,
d'autre part, par le recours aux archives et aux témoignages.

a) L'étude géologique

Il faut d'abord consulter la carte géologique et topographique et autres documents


existants. Cet examen permet de vérifier, en premier lieu, si d'anciennes carrières ou des indices
de cavités souterraines figurent sur la carte, et en second lieu, si des terrains susceptibles d’être
exploités ou de renfermer des cavités de dissolution en profondeur.

Le log stratigraphique renseigne sur la profondeur des bancs exploitables (ou solubles),
donc sur la profondeur d'éventuelles cavités, de même que sur leur puissance qui contrôle la
hauteur des vides, voire le nombre de niveaux exploités. La position de la nappe phréatique, qui
constituait, autrefois, une limite à la profondeur d'exploitation est une information de premier
ordre qui pourra être tirée de la notice explicative accompagnant la carte géologique.

56
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Sur la carte géologique figurent également les accidents tectoniques, servant de drains aux
nappes phréatiques et sur lesquels sont en général alignées les anomalies topographiques (dolines,
gouffres, aven) en relation avec des cavités de dissolution.

Un contrôle visuel in situ complétera les données de la carte. La recherche d'affleurements


apporte en particulier des indications sur la formation géologique locale (stratification, failles,
etc.).

Ces informations permettent de préciser la carte géologique et, suivant les besoins,
d'établir des corrélations avec les informations hydrologiques, tectoniques et pétrographiques…
Ainsi, dans les formations karstiques, l'identification de ces paramètres permet d'extrapoler le
risque à l'ensemble des zones (présentant les mêmes caractéristiques de terrain) et de déterminer
les secteurs où la probabilité de trouver des cavités naturelles ou anthropiques est fort probable
(Toulemont, 1987).

La recherche géologique est essentielle, car elle permet ensuite de choisir, d'une part, les
méthodes géophysiques les plus adaptées à la détection des cavités, et d'autre part, l'implantation
des profils géophysiques. (18)

b) La recherche d'archives et d'informations et enquête orale

C'est une étape très importante qui s'avère être dans certains cas la méthode la plus efficace
pour localiser des cavités (Manier, 2001). Les informations intéressantes à recueillir concernent
la toponymie, la morphologie, les indices de surface (effondrement, affaissement, puits, etc.), les
indices de photographies aériennes déjà disponibles, la géométrie potentielle du vide recherché
(taille, profondeur, extension, etc.), le type du vide recherché (carrières, souterrains, sapes, karts,
etc.).

Les témoignages des populations sont riches d'enseignements. Il est possible d'interroger
les personnes individuellement, oralement ou par courrier. Il convient cependant de rester prudent
sur la valeur des témoignages humains car, d’une part, ces derniers font appel à la mémoire, et
d’autre part, certains problèmes peuvent être cachés volontairement.

4.3.2 Choix de la méthode géophysique


En se basant sur les résultats obtenus à partir des études bibliographiques ainsi que des
recherches préétablis, on doit définir une méthode adéquate à la situation en adaptant notre choix
aux contraintes et critères qui nous somment présentés.

57
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.3.3 Reconnaissance géophysique et géotechnique


Un premier zonage issu des études préliminaires permet alors d'implanter les méthodes
d'exploration géophysiques de surface. Elles consistent à mesurer l'effet d'un champ physique sur
le terrain. À partir de ces mesures, certaines caractéristiques du sol vont être déduites, l'objectif
étant de révéler toute cavité susceptible de provoquer des effets indésirables en surface. Le choix
de l’une ou de plusieurs de ces méthodes dépend principalement des facteurs suivants :

• la dimension de la zone d'étude et son environnement,


• la nature des terrains encaissants,
• les caractéristiques des cavités recherchées : cavités vides, partiellement ou non
comblées de matériaux conducteurs, profondeur, dimension,
• les moyens disponibles, fonction de la nature du projet.

Ces études aboutissent à un second zonage du terrain, sur lequel sont implantés les forages
de reconnaissance qui permettent d'affiner et de compléter le modèle géologique et le modèle
géophysique. Ces forages peuvent être destructifs ou carottés. Dans ce dernier cas, les échantillons
prélevés peuvent être analysés en laboratoire. L'enregistrement de paramètres physiques peut être
réalisé pendant la foration (diagraphies instantanées) ou après la foration, autour du forage
(diagraphies différées). Des mesures géophysiques en forage, entre forages, ou de forage à
surface, permettent le domaine d’investigation.

À ce stade, tous les moyens disponibles auront été mis en œuvre pour détecter des cavités
souterraines naturelles ou anthropiques. Il appartient alors aux responsables maîtres d'œuvre de
prendre les décisions adéquates quant aux traitements ou aux précautions qu'il convient d'adopter.
Cependant, il convient de garder présent à l’esprit que le risque nul n’existe pas et qu’il sera
toujours possible qu'une cavité trop petite, trop profonde, ou de caractéristiques non imaginées
dans le modèle géologique, ne soit pas détectée. (18)

4.3.4 Synthèse des résultats


Une étape de synthèse doit être réalisée en se basant sur les différents données et
informations obtenues à partir de l’étude préalable et des étapes de la reconnaissance
géotechnique et géophysique. Ainsi, on doit aboutir à une conclusion permettant de dire s’il existe
ou non d’une certaine formation de cavité souterraine au niveau du site étudié.

58
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.4 Détection des cavités dans la zone du projet

4.4.1 Etude préliminaire


Le site de construction de la centrale thermique où la campagne de détection de cavités
souterraines a été réalisée, est situé en bord de mer sur des falaises mortes de faible hauteur par
rapport au niveau de la mer 12 km au sud de la ville de Safi.

Figure 4-2 Photo satellite du site de construction de la central thermique

L’étude préliminaire de la topographie basé sur la carte réalisé et le modèle 3d ainsi que
l’analyse visuelle In situ ont permis de conclure que la morphologie du site ne montre pas de signe
de formation géomorphologique indiquant la présence de cavités de dissolution en profondeur.
Cette conclusion est due au fait que le lieu de construction montre une certaine uniformité de
relief, sans présenter de déformation.

59
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 4-3 Carte contrasté de la topographique du site

NB : Le contraste de couleur sur la carte topographique a été augmenté pour pouvoir


détecter facilement toute présence de variation au niveau de la topographie.

60
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 4-4 Représentation 3d du relief et de la localisation des profils tomographiques

L’étude bibliographique a permis de constater que la région en question se caractérise par


l’affleurement de formations datant du quaternaire (post-Mésozoïque) et appartenant au
pléistocène inférieur « villafrenchien » à facies dunaire, et de formations appartenant au pliocène
marin et au pléistocène supérieur à facies dunaire un peu plus au sud.

Au niveau de la meseta côtière, cette formation géologique se caractérise par la présence


de marnes, grès mollassiques calcaire lacustres, limons et alluvions.

On peut conclure que la présence de cavités souterraines est possible. L’analyse


visuelle In situ de la géomorphologie du site ainsi que l’étude de la carte topographique et le
modèle 3D construit , n’ont pas permis de détecter d’indices indiquant une présence possible de
cavités souterraines , toutefois ,l’étude géologique basé sur l’analyse des cartes valables ainsi que
la localisation du site en bord de mer , ont permis de considérer la possibilité de trouver des cavités
, car la dissolution de ces formations calcaires par l’eau de mer reste tout à fait envisageable .

61
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.4.2 Choix de la méthode géophysique


Il existe un certain nombre de méthodes géophysique permettant de détecter la présence
de cavités d’après les principales caractéristiques de celles-ci.

Les méthodes radar sont utiles si l’encaissant est électriquement résistant. Les méthodes
électromagnétiques basse fréquence en champ lointain et en champ proche sont bien adaptées à
la détection de poches conductrices dans le sol. La méthode électrique en panneau est aussi très
performante.

De même, les méthodes sismiques peuvent révéler des poches où la vitesse des ondes
sismiques décroît par rapport à celle de l'encaissant. Cependant cette information doit être corrélée
avec des indices géologiques ou des résultats d'une autre méthode pour conclure à des zones
conductrices. Enfin, le contraste de masse volumique est généralement insuffisant pour appliquer
la micro gravimétrie.

Dans le cas de notre étude, et d’après les résultats obtenus à partir de l’étude préliminaire,
le projet de construction sera réalisé sur un terrain susceptibles de contenir des cavités
conductrices vu sa présence en bord de mer. C’est pour cette raison que la méthode géophysique
choisie pour la détection de cavités souterraines est la tomographie électrique. (18)

Figure 4-5 Représentation de la méthode tomographique

62
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.4.3 Reconnaissance Géophysique et géotechnique


L’inversion des modèles de sous-sol nous permettent de délimiter des plages de résistivité
électrique qui peuvent correspondre aux différentes formations lithologiques.

Les différents profils tomographiques disponibles ont été callés en utilisant les sondages
carottés placé tout au long de certains profils .La figure 4-10 représente la localisation des
différents éléments de notre analyse. Cette procédure permet d’aboutir à une meilleure
compréhension des résultats affichés sur les profils tomographique. Ce qui nous permet de mieux
détecter une possible présence de cavités.

NB : La variation de l’échelle des couleurs est la raison pour laquelle une interprétation
par profil a été réalisée.

Figure 4-6 Localisation des profils tomographiques avec indication des distances

63
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.4.3.1 Résultats et interprétation

Le profil A3 montre une première plage de résistivités variant entre 100 Ohm.m et 1000
Ohm.m, atteignant une profondeur de 20m tout au long du profil, ce qui correspond aux couleurs
marron clair à violet sur le profil. Cette résistivité élevée est la caractéristique des grès grossier
(Annexe II.C) et aux tufs calcaires en surface. Le forage de calage BH06 (30m) le confirme.

Au-dessous on a des résistivités faibles de l’ordre de 30 à 100 Ohm.m, avec une épaisseur
moyenne d’environ 5m, ce qui correspond aux grés d’après le sondage de calage et qui s’étalent
horizontalement le long du profil. Au niveau de la partie inférieure du profil, les couleurs bleu à
bleu-foncé représentent des formations moins résistantes qu’on peut qualifier comme étant des
calcaires d’après BH06.

On remarque sur ce profil l’homogénéité des valeurs de résistivité en direction SW-NE


tout au long du profil étudié. Ainsi, d’après l’analyse effectuée en se basant sur les sondages de
calage, on identifie clairement l’interface de contact entre la formation de grès et de calcaires.

L’uniformité des valeurs de très faibles résistivités notées pour la formation de grès et les
calcaires fracturés, nous ont permis de supposer que sur ce profil , cette faible résistivité pourrait
correspondre à la présence d’eau salée. La proximité de ce profil de la mer (90m) favorise
l’infiltration de l’eau salée au sein de la couche des grès et des calcaires fracturés, probablement
gorgés d’eau, vu la très faible résistivité (< 10 Ohm.m). Les données piézométriques citées
(Chapitre III) confirment ces hypothèses vues les correspondances des valeurs.

L’uniformité des valeurs de résistivité ne montre pas de contraste permettant d’indiquer


une possible présence de cavité, et le sondage de calage utilisé ne donne pas d’indication
concernant les propriétés de la formation de faible résistivité sur ce profil vue sa faible profondeur.

Les résultats obtenus à partir de l’étude géotechnique, notamment les valeurs SPT , les
coefficient RQD ainsi que les données pressiométriques combinés, montrent que le terrain décris
sur ce profil a de bonnes propriété mécaniques sans indication de présence d’une cavité pour les
petites zones de hautes résistivités en surface présentant un grand contraste de valeurs .

64
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 4-7 Profil tomographique A3

Sur le profil A4, on remarque la présence d’une plage de résistivité ayant des valeurs
allant de 120 Ohm.m jusqu’à 1000 Ohm.m, avec une profondeur de 22m environ tout au long du
profil. Ces valeurs correspondent aux couleurs orange à violet comme indiqué sur l’échelle des
couleurs. Cette résistivité est attribuée aux grès grossiers et aux tufs calcaires selon les résultats
des forages de calage BH14 (30m) et BD04 (50m). La tranche de résistivité en dessous est
caractérisée par une résistivité faible entre 20 et 120 Ohm.m d’une épaisseur moyenne de 6m.
Cette tranche de valeur correspond aux grés. Les couleurs bleu a bleu-foncé dont l’épaisseur est
la plus importante au niveau du profil, représentent les formations moins résistantes de résistivités
inférieur à 20 Ohm.m qu’on peut attribuer aux calcaires broyés et fracturés en profondeur grâce
au sondage de calage BD04.

On remarque au niveau du profil des répartitions moins homogènes des valeurs de


résistivité en direction SW-NE, en comparaison avec le profil A3. Il faut noter que ces répartitions
peuvent représenter des discontinuités. Néanmoins, l’uniformité des valeurs enregistrées sur les
autres profils nous ont permis de déduire que cette discontinuité est probablement due à des
formations de résistivité faible en surface altérant les mesures. Toutefois, l’interface de contact,
entre la formation de grès et de calcaire broyé et fracturé en profondeur, reste tout à fait visible.

En correspondance avec l’interprétation réalisée sur le profil A3, et vue la proximité des
deux profils, on peut dire que les valeurs de faible résistivité au niveau des grès et des calcaires
broyés et fracturés en profondeur sont due à l’intrusion marine (profil A4 à environ 140m de la
mer). L’utilisation des résultats obtenus à partir de l’étude géotechnique effectués au niveau des
sondages BH14 et BD04 nous ont permis d’écarter la possibilité d’existence de cavités. En se
basant sur l’hypothèse de l’homogénéité des formations d’après l’étude géotechnique et de
l’uniformité des valeurs de résistivité, on peut supposer que les faibles résistivités dans les

65
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

calcaires, ainsi que les grandes résistivités au niveau des grès grossier sur ce profil n’indiquent
pas la présence de cavité.

Figure 4-8 Profil tomographique A4

Le profil A5 montre que la tranche ayant une résistivité entre 160 Ohm.m et 1000 Ohm.m
correspond à la couche de grés grossiers et de tufs calcaires allant jusqu’à 20m, en se basant sur
les résultats obtenus à partir des sondages de calage BH07 et BH15. Au-dessous, une plage de
résistivité entre 160 Ohm.m et 20 Ohm.m d’une épaisseur d’environ 5m. D’après les formations
lithologiques présentes au niveau des sondages de calage, on suppose que cette plage correspond
aux grès dont la plage de résistivité s’étale de façon homogène tout au long du profil .Le niveau
inférieur du profil correspond à des valeurs de résistivité inférieurs à 20 Ohm.m et cela à partir
de 25m de profondeur. Les sondages de calage permettent de supposer que cette plage de
résistivité correspond aux calcaires broyés et fracturés.

Sur ce profil, on remarque une certaine homogénéité des valeurs en direction SW-NE tout
au long du profil .L’interface de contact, entre la formation de grès et les calcaires broyés et
fracturés en profondeur, apparait clairement .Toutefois, on remarque au niveau du sondage BH24
une baisse de résistivité accentué au niveau de la formation de grès. Ceci est probablement dû à
la présence des sables limoneux moins résistants que les grès grossiers. Cette baisse importante
de résistivité est probablement la raison de la discontinuité qu’on remarque à l’aplomb de BH24
au niveau des calcaires.

En ce qui concerne les zones de très faibles résistivité en profondeur, et en se basant sur
les mêmes hypothèses établis pour les profils précédents, ces valeurs, probablement,
correspondent à une formation calcaire gorgée d’eau salée. Par contre, la profondeur des sondages

66
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

de calage, ne permet pas de trancher en ce qui concerne la présence de cavité au niveau de la


formation calcaire broyé et fracturé en profondeur.

Grace aux valeurs des sondages de calage obtenues à partir de l’étude géotechnique, on a
pu supposer que les zones de très haute résistivité à faible profondeur sur ce profil ne
correspondent pas à des cavités.

Figure 4-9 Profil tomographique A5

Le profil B4 montre une certaine variation des plages de résistivités qui est par rapport
aux différents profils étudiés précédemment. On remarque ainsi une augmentation des valeurs de
résistivité dans la direction NW-SE.

On a une tranche de résistivité comprise entre 300 Ohm.m et 1000 Ohm.m correspondant
à la couche de grés grossiers et de tufs calcaires allant jusqu’à 20m, en se basant sur les résultats
obtenus à partir du sondage de calage BH07. Au-dessous, une plage de résistivité entre 300
Ohm.m et 80 Ohm.m d’une épaisseur d’environ 5m. D’après les formations lithologiques
présentes au niveau des sondages de calage, on suppose que cette plage correspond aux grès. Le
niveau inférieur du profil correspond à des valeurs de résistivité inférieure à 80 Ohm.m. Les
sondages de calage permettent de supposer que cette plage de résistivité correspond aux calcaires
broyés et fracturés.

Pour ce profil de direction NW-SE , l’interface de contact, entre les grès et la formation
calcaire broyé, apparait clairement au niveau des profils à l’aplomb du sondage de calage utilisé,
mais disparait en direction NW-SE, vu l’augmentation des valeurs de résistivité tout au long du
profil. Il y’a apparition de formation de très hautes résistivités en surface, qui est dû à la présence
de la formation des grès grossiers et de tufs calcaires, d’après les sondages de calage utilisés.

67
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

L’augmentation progressive des valeurs de résistivité dans la même direction (NW-SE)


peut indiquer que l’intrusion marine n’atteint pas cette zone. Le profil permet d’estimer une
distance d’intrusion allant jusqu’à 480 m. La différence de niveau de profondeur et des valeurs
de résistivité (élevé sur les trois profils) est probablement due aux hautes et basses marées. Tandis
que la montée des valeurs à droite du profil est due à une présence d’eau salée moins importante
au sein des formations des grès, grès grossiers, et des calcaires.

On remarque la présence d’une discontinuité pour les faibles résistivités. Néanmoins, la


profondeur d’investigation ne permet pas de trancher sur sa nature. Ce phénomène pourrai être
causé par des formations conductrices de surfaces qui peuvent canaliser le courant dans une
direction et fausser les résultats mesurés.

Figure 4-10 Profil tomographique B4

68
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.4.4 Synthèse des résultats


Ainsi, l’interprétation de ces coupes nous a permis de distinguer trois types de formations :

- Des formations de résistivité élevées ayant des valeurs supérieures à 100 Ω.m, de forme
plus au moins étalé en surface jusqu’à une profondeur de 20m environ. Cette plage de
résistivité correspond à la formation lithologique de grès grossiers.
- Des formations de résistivités moyennes ayant des valeurs comprises entre 20 Ω.m et
40 Ω.m de forme allongée, et cela, tout au long du profil tomographique avec une
épaisseur d’environ 5m. Ces formations correspondent aux grès.
- Des formations de résistivité basse ayant des valeurs inférieures à 20 Ω.m, de forme
étalée au-delà d’une profondeur d’environ 25 m. D’après les sondages de calages utilisés
au niveau des différents profils, on suppose que cette plage de valeurs correspond aux
calcaires broyés et aux calcaires fracturés.

Figure 4-11 Indication des différentes plages de résistivité sur le profil B4

L’interface de contact entre les différentes formations lithologiques apparait clairement


sur les différents profils (figure 4-15).

Figure 4-12 Indication de l'interface de contact entre les grès et la formation calcaire

69
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

L’homogénéité des valeurs de résistivités se corrèle avec la répartition établit à partir des
corrélations réalisées grâce aux résultats de l’étude géotechnique. En interpolant les résistivités
calculées, nous avons pu réaliser une carte représentant la répartition des valeurs de résistivité au
niveau du site étudié entre les trois profils A3 A4 et A5 (figure 4-16) pour une profondeur estimé
à 7.75m. Cette carte permet de bien visualiser la répartition latérale des résistivités
correspondantes aux grès grossiers ; dont la résistivité varie probablement à cause du taux
d’humidité qui varie d’un point à un autre.

Figure 4-13 Carte de résistivités réalisé à partir des profils tomographiques à 7.75m

70
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Certains profils nous ont permis de déceler la présence de petites zones ayant des valeurs
de très grande. D’après l’analyse des résultats obtenus à partir du calcul des coefficient RQD des
différents sondages et des valeurs mesurées par des essai pressiométriques de Menard et SPT ,
nous avons supposé que ces petites zones ne correspondent pas à des cavités , mais plutôt à des
formations lithologiques dure et résistantes vu les valeur SPT et RQD obtenus.

En ce qui concerne les zones de petites résistivités, les valeurs des essais obtenus lors de
l’étude géotechnique nous a permis de supposer que ces plages correspondent à une formation de
calcaire broyé et fracturé gorgée d’eau salée étant donné la proximité des profils de la mer. La
variation de ces valeurs sur le profil en direction NW-SE, est probablement due à l’effet de
l’intrusion marine.

L’estimation du niveau de la nappe réalisé à partir de la donnée piézométrique disponible,


qui est de 18m environ, se présente comme étant en corrélation avec les plages de résistivités
inversées. La baisse de résistivité notée au niveau des grès grossiers ainsi que pour les grès
apparait au niveau d’une profondeur estimé à 19m environ, au niveau des trois profils A3, A4 et
A5 de direction SW-NE.

4-14 Profil représentant le niveau de la nappe estimé à partir de la donnée piézométrique disponible

Toutefois, il est nécessaire de noter que l’analyse de profils de même direction et parallèles
à B4 aurait permis une meilleur caractérisation de la nappe dans toutes les directions, et cela en
combinant les résultats de résistivités mesurés avec les données piézométriques vu l’uniformité
général des formations lithologiques, et des valeurs de résistivités inversés, horizontalement.

71
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

L’interpolation des résultats obtenus à lors de l’inversion des résultats, nous a permis de
réaliser une carte représentant la répartition des valeurs de résistivité au niveau du site étudié entre
les trois profils A3 A4 et A5 (figure 4-18) pour une profondeur estimé à 19.8m. Cette carte permet
de bien visualiser l’augmentation de la résistivité en direction NW-SE, représentant ainsi
l’intrusion marine au sein des formations de grès et grès grossiers, vu la profondeur choisi.

4-15 Carte de résistivités réalisé à partir des profils tomographiques à 34.5m

72
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4.5 Conclusion

Dans le cadre de notre travail, la méthodologie établie pour la détection de cavité, nous a
permis de mieux décrire les caractéristiques du sous-sol en combinant les différentes mesures
obtenues par les résultats de l’étude géotechnique opérées en parallèle avec la campagne
géophysique .

La faible valeur de résistivité notée sur les différents profils tomographique est
probablement liée à la présence d’eau salée qui s’infiltre au sein de la formation calcaire broyé et
fracturé sous la forme d’un biseau salé. Cette infiltration se manifeste à des profondeurs en
correspondance avec la donnée piézométrique disponible, au niveau des formations de grès et
calcaires vu leurs faible résistivités.

Toutefois, l’utilisation des profils étudiés ne permet pas de bien définir le niveau de la
nappe d’eau ainsi que son étendue, car on ne dispose pas d’autres profils de direction NW-SE qui
auraient permis une bonne délimitation de ses limites, et cela en combinant les résultats de
résistivité inversé avec les données d’une étude hydrogéologique , permettant de réaliser un
modèle 3D qui caractérise l’étendue et la variation du niveau de la nappe.

L’interprétation des différents résultats enregistré lors de de l’étude préliminaire ainsi que
l’étape de reconnaissance géophysique et géotechnique ont permis de supposer qu’il n’y a pas
présence de cavités aux endroits où les profils tomographique ainsi que les sondages, effectué lors
de l’étude géotechnique, ont été réalisés.

Ainsi, on peut présumer que le site étudié pour la construction de la centrale thermique,
se caractérise par des formations lithologiques ayant de bonnes propriétés mécaniques, et dont la
présence de cavités n’a pas pu être détectée sur les profils étudiés. Néanmoins, leur existence reste
tout de même possible dans d’autres endroits, vue la zone restreinte étudiée. Ceci est dû à
l’homogénéité des formations calcaires au niveau du site et qui sont susceptibles de contenir des
cavités par dissolution des carbonates.

73
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5 CHAPITRE V
Fondations des ouvrages

74
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.1 Généralités et choix des fondations

Une fondation est une structure qui permet de transférer le poids du bâtiment sur le sol
sans provoquer de désordres tels que des tassements différentiels qui provoquent des dégâts
sérieux.

Les bâtiments bougent toujours un peu, en particulier pendant leur construction, c’est pour
cette raison qu’il est essentiel que la fondation assure des tassements uniformes d’un point à
l’autre de la surface. Le choix des fondations est donc essentiel quand le sol n’est pas stable.

Pour choisir le type de fondation pour un ouvrage, il faut connaître la nature du sol et la
suite des couches de terrains qui se superposent, ainsi que le niveau de l’eau dans le sol pour la
construction il faut connaître sa descente des charges, c’est-à-dire, les poids et les surfaces qui se
poseront sur le sol.

Les renseignements sur la nature du sol sont obtenus par des reconnaissances de terrains
(par des sondages) ou par l’expérience acquise sur des terrains très voisins en faisant attention à
l’hétérogénéité des sols qui peut être très grande sur quelques mètres, le niveau de la nappe est
mesuré au moyen de piézomètres.

En possession de ces données les constructeurs sont amenés à choisir entre différents types
de fondations. Le choix s’opère entre deux grands types de fondations. Les fondations
superficielles ou les fondations profondes. Les fondations superficielles, quand le sol est très
bon ou les charges très légères, consistent en ouvrages en général assez légers : Semelles, radier
ou améliorations de sol superficiel (compactage, terre armée etc.). Sinon il faut faire des
fondations profondes il est possible de les regrouper en trois catégories : les fondations
ponctuelles (pieux de différents types, barrettes, etc.) pour les parois et les améliorations de sols.

Dans notre cas d’étude, les résultats de la reconnaissance géophysique et géotechnique


montrent apparemment que le terrain est un massif rocheux ayant de bonnes caractéristiques
mécaniques à des profondeurs faibles et avec un faible potentiel de présence de cavité ( la zone
réduite étudié dans le cadre du présent travail ), et que le niveau de la nappe d’eau se manifeste à
une profondeur importante , vue la donnée piézométrique disponible .

Donc , ce terrain peut être sujet d’une étude approfondie de mécanique de sol pour
s’assurer qu’il s’agit d’une bonne assise pour les fondations superficielles isolée de l’ouvrage.

75
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.2 Calcul de la capacité portante

L’analyse des résultats obtenus à partir des essais géotechniques présenté auparavant, nous
ont permis de conclure que le calcul ne peut être réalisé dans notre cas qu’à partir de certains
essais .

Le dimensionnement des fondations à partir des résultats d’essais sur roches au laboratoire
sont établis sur des échantillons intact ne décrivant pas forcement l’ensemble du massif rocheux.
Ces résultats nécessitent plusieurs paramètres pour une caractérisation complète englobant des
facteurs de discontinuités (l’espacement, la condition et l’orientation des discontinuités) ainsi
qu’une caractérisation complète de la nappe souterraine (si elle existe).

Dans le cadre de notre projet ne disposant pas de la totalité des informations, nous ne
sommes pas en mesure d’effectuer des calculs de capacité portante ou d’évaluer le tassement sur
la base des essais mécanique de laboratoire.

C’est pour cette raison que, nous procèderons au calcul à partir des essais in-situ, et plus
exactement, à partir des essais pressiométrique de Menard, vu que l’homogénéité rassurante des
résultats de l’essai SPT rend leurs utilisations dans les calculs moins intéressants.

Ainsi, dans ce qui suit, les calculs serons fondés uniquement sur les résultats des essais
pressiométrique de Menard.

5.2.1 Présentation du logiciel de calcul


Il existe un certain nombre de logiciels de calcul permettant de déterminer la capacité
portante pour dimensionner les fondations superficiels comme le logiciel FoXta avec le module
FondSUP (Par Terrasol) ou GeoFOND (Par GEOS), mais ces logiciels sont tous payants et ne
permettent pas de lancer le calcul dans les versions de démonstration. Ceci nous a motivé à mettre
au point un programme en utilisant le langage Visual Basic pour Applications (VBA).

L’utilisation de ce programme est simple et rapide. Il permet d’estimer la capacité


portante, en se basant sur les normes de calculs présentés sur le fascicule 62-titre V qui règlemente
les techniques de conception et de calcul des fondations des ouvrages de génie civil .

Cette application est aussi adaptée à un usage pédagogique pour des étudiants ou des
débutants dans le domaine car elle présente pour chaque paramètre du calcul sa définition
théorique et ses formules.

76
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Pour lancer l’exécution du programme il faut insérer injecter les différents donnés des
résultats obtenus à partir des essais pressiométrique Menard, notamment les pressions limites
nettes et leurs profondeurs correspondantes, sur la page Excel dans les colonnes correspondantes.

Important : il ne faut pas modifier les titre des colonnes, mais seulement entrer les données
résultantes de l’essai.

Figure 5-1 Tableau d'affichage des résultats de calcul des capacités portantes sur le logiciel

Le bouton “calculer la capacité portante” lance le programme de calcul ou l’utilisateur


doit introduire les différents paramètres nécessaires pour le calcul de la capacité portante (Voir
théorie du calcul).

Une fois les données introduites, le bouton “évaluer” permet de déterminer les paramètres
qui interviennent dans le calcul sans connaitre la capacité portante, afin d’effectuer d’éventuelles
vérifications, et ceci dans un but pédagogique.

Pour calculer la capacité portante limite et admissible il suffit de cliquer sur le bouton
“Lancer le calcul”. Les valeurs de contraintes obtenues sont en MPa.

77
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 5-2 Interface de calcul des capacités portantes du logiciel

5.2.2 Résultats des calculs

a) Conditions des calculs

La capacité portante a été calculée dans le cas d’une fondation isolée, carré et centré à
charge verticale de côté B = 4. En considérant le type de sol comme étant de type roche B ayant
une pression limite supérieur à 4.5 MPa dans tous les sondages, à part le BH24, où le sol est de
type sable C ayant une pression limite supérieure à 2.5. Cette classification est d’après le fascicule
62-titre V qui réglemente les techniques de conception et de calcul des fondations des ouvrages
de génie civil (voir partie THEORIE DU CALCUL).

Le calcul a été effectué en considérant le sol comme étant non homogène, et cela pour
prendre en considération la variation des valeurs de la pression limite (variations élevées entre D
et D+1,5B) pour les sondages BH07 BH15 et BH24 et cela au niveau des profondeurs
d’encastrement choisis pour la réalisation du calcul, à savoir D = 1m ,3m ,5m.

78
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

En ce qui concerne les sondages BH06 BH14 et BD04, la situation de calcul a été désigné
comme étant homogène, car les valeurs obtenus pour les essais pressiométrique ont montré une
très faible variabilité de la pression limite au niveau de la formation lithologique unique au niveau
de chaque sondage entre D et D+1,5B avec D = 1m ,3m ,5m.

BD04 BH06 BH07 BH14 BH15 BH24


Type de sol
Roche B Roche B Roche B Roche B Roche B Sable C
(fasc.62-V)
description
Non Non Non
de Pl* (fasc. Homogène Homogène Homogène
homogène homogène homogène
62-V)
B (m) 4 4 4 4 4 4
Tableau 3 Description des valeurs Pl* pour les six sondages

b) Résultats des calculs

La capacité portante limite calculée présenté ci-dessous est établi dans une première étape sans
considérer de facteur de sécurité :

BH06 BD04
profondeur Ple*(MPa) Kp q_u (MPa) profondeur Ple*(MPa) Kp q_u (MPa)
1m 9,95 1,005 10,005 1m 9,64 1,018 9,818
3m 10,01 1,222 12,241 3m 9,69 1,355 13,139
5m 10,07 1,819 18,322 5m 2,71 4,422 11,986

BH14 BH07
Profondeur Ple*(MPa) Kp q_u (MPa) profondeur Ple*(MPa) Kp q_u (MPa)
1m 10,01 1,063 10,650 1m 4,838 1,052 5,090
3m 5,07 1,775 9,001 3m 8,324 1,098 9,144
5m 10,1 1,976 19,966 5m 8,348 1,824 15,231

BH24 BH15
profondeur Ple*(MPa) Kp q_u (MPa) profondeur Ple*(MPa) Kp q_u (MPa)
1m 3,711 1,066 3,957 1m 4,288 1,024 4,392
3m 6,644 1,302 8,653 3m 5,219 1,273 6,648
5m 8,4 2,654 22,294 5m 5,474 1,748 9,570
Tableau 4Résultats de calcul de la capacité portante limite sons considération du facteur de sécurité

La variation de la capacité par rapport à la largeur de la fondation est présentée sur les
graphes ci-dessous pour le sondage BD04 ayant 50 m de profondeur.

79
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

c) Facteur de sécurité

La capacité portante admissible 𝑞𝑞𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 est normalement calculée en tenant

considération le facteur imposé par les normes du fascicule 62-V qui est : 𝐹𝐹𝐹𝐹 = 3 (comme
indiqué dans la partie Théorie du calcul). Ce qui se traduit par :

𝑞𝑞𝑙𝑙
𝑞𝑞𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 =
3

Dans notre cas, il faut considérer l’état de fracturation du massif rocheux qui
devra supporter les semelles. La classification de la roche d’après Bieniawski (1989) exprimée
en conclusion du chapitre III à l’issu de la quelle nous avons caractérisé le massif rocheux
comme étant bon Roc, nous oblige à considérer un facteur de sécurité plus élevé et tiendrait en
compte en plus des résultats les essais pressiométriques, les conditions de fissuration globaux du
𝑞𝑞𝑙𝑙
massif rocheux qui est 𝐹𝐹′𝑠𝑠 = 5. Ce qui se traduit par : 𝑞𝑞′𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 = 5

Les tableaux ci-dessous affichent le calcul final de la capacité portante admissible


𝑞𝑞′𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 tenant en compte la fracturation de la roche pour chaque sondage à 1 m, 3m et 5 m :

BH06 BD04
q_u q_adm q'_adm q_u q_adm q'_adm
profondeur (MPa) (MPa) (fs=3) (MPa) (f’s=5) profondeur (MPa) (MPa) (fs=3) (MPa) (f’s=5)
1 10,005 3,335 2,001 1 9,818 3,273 1,964
3 12,241 4,080 2,448 3 13,139 4,380 2,628
5 18,322 6,107 3,664 5 11,986 3,995 2,397

BH14 BH07
q_u q_adm q'_adm q_u q_adm q'_adm
profondeur (MPa) (MPa) (fs=3) (MPa) (f’s=5) profondeur (MPa) (MPa) (fs=3) (MPa) (f’s=5)
1 10,650 3,550 2,130 1 5,090 1,697 1,018
3 9,001 3,000 1,800 3 9,144 3,048 1,829
5 19,966 6,655 3,993 5 15,231 5,077 3,046

BH24 BH15
q_u q_adm (MPa) q'_adm q_u q_adm q'_adm
profondeur (MPa) (fs=3) (MPa) (f’s=5) profondeur (MPa) (MPa) (fs=3) (MPa) (f’s=5)
1 3,957 1,319 0,791 1 4,392 1,464 0,878
3 8,653 2,884 1,731 3 6,648 2,216 1,330
5 22,294 7,431 4,459 5 9,570 3,190 1,914

Tableau 5 Résultats de calcul de la capacité portante limite avec considération du facteur de sécurité

80
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.2.3 Courbe Contrainte admissible – Dimension de la fondation


Utilisant les contraintes admissibles calculées précédemment en prenant en considération
le facteur de sécurité, et l’état de fissuration des terrains d’après la classification de
beniawski 𝐹𝐹′𝑠𝑠 = 5 , nous avons été amenés à réaliser des courbes permettant de montrer la
variation de la contrainte admissible en fonction des dimensions des fondations à différentes
profondeurs.

Ces courbes permettent de visualiser clairement le comportement du sol (la capacité


portante) pour différentes largeurs de semelles (considérant toujours une semelle carrée) ce qui
facilite le choix de la largeur optimale.

Figure 5-3 Courbes Contrainte admissible – Dimension de la fondation

81
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.2.4 Analyse des résultats


Nous remarquons globalement que les courbes 𝑞𝑞′𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 (B) admettent une valeur minimale
de 0,3 MPa pour une fondation de côté B=1m a 1m de profondeur (BH06) .

Disposant d’une contrainte maximale ramenée par l’ouvrage 𝑞𝑞𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 = 200 𝐾𝐾𝐾𝐾/𝑚𝑚2 c’est-
à-dire 0,2MPa et d’après le principe de justification nous avons effectivement la condition de
rupture largement vérifiée pour l’ensemble de la zone d’étude et pour toute les profondeurs
étudiées, à savoir, 1m, 3m et 5m où la valeur minimale de la capacité portante admissible prenant
en compte l’état de fracturation des terrains qui est de 𝑞𝑞′𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎.𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀𝑀 = 0,3 MPa.

Néanmoins, les tufs calcaires sont des formations qui peuvent présenter des propriétés
mécaniques non satisfaisantes , ce qui les rend potentiellement nuisible à la construction. Ainsi,
la présence de ces formations dans les terrains à de faibles profondeurs doit être prise en
considération.

De plus, l’analyse des courbes nous a permis de constater que la capacité portante
admissible se stabilise à partir de la valeur B=2m dans tous les sondages pour les profondeurs 1
et 3m en notant une faible baisse dans la courbe de BH14 qui reste très supérieur à la valeur de
𝑞𝑞′𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 .

5.2.5 Conclusion
Dans les conditions précitées, il est préconisée d’éviter la profondeur de 1m pour
que les fondations superficielles ne soient pas encastrées dans les tufs calcaires, ainsi les valeurs
les mieux adaptés d’après cet analyse, pour un dimensionnement optimal, est de concevoir une
semelle carrée de largeur B=2m a un niveau d’encastrement de 3m.

Toutefois, dans le cadre d’une optimisation avancée, une étude approfondis des propriétés
des tufs calcaires pourraient conclure à des valeurs qui permettent d’envisager l’encastrement
dans cette formation à 1m de profondeur. Dans le cas où les résultats ne le permettent pas, il serait
conseillé d’effectuer une analyse détaillée du terrain pour délimiter les zones d’affleurement des
tufs calcaires après décapage du sol et ainsi créer deux niveaux de fondations :

• Un encastrement de 3 mètre pour les zones d’affleurement des tufs calcaires ;


• Un encastrement de 1 mètre pour les zones d’affleurement des grés.

Cette procédure permettra d’éviter également au constructeur d’excaver dans le massif de


grés sur de grandes surfaces.

82
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.3 Calcul de tassement

5.3.1 Présentation du logiciel de calcul


Nous avons mis au point un logiciel de calcul permettant de déterminer la valeur de
tassement et cela pour les même motivations cités précédemment. Ce programme a été réalisé en
utilisant le langage Visual basic pour applications (VBA) comme ce qui fut le cas pour le
programme de calcul de la capacité portante. Il permet ainsi d’estimer le tassement en se basant
sur les normes de calculs présentés sur le fascicule 62-titre V qui règlemente les techniques de
conception et de calcul des fondations des ouvrages de génie civil.

L’utilisation du programme commence par insérer sur la page Excel, dans les colonnes
réservées pour cela, les différentes informations des résultats obtenus à partir des essais
pressiométrique Menard, notamment les modules pressiométrique et leurs profondeurs
correspondantes.

Important : il ne faut pas changer ou effacer les noms des colonnes mais uniquement
modifier les données numériques résultantes de l’essai. Les valeurs de tassements obtenus sont
en cm.

Figure 5-4 Tableau d'affichage des résultats de calcul des tassements sur le logiciel

Le bouton “évaluer le tassement ” lance l’exécution du programme. L’utilisateur doit


introduire les différents paramètres nécessaires pour le calcul (Voir la partie THEORIE DU
CALCUL). Une fois les données introduites, il suffit de cliquer sur le bouton “Lancer le calcul”.

83
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 5-5 Interface de calcul des tassements du logiciel

5.3.2 Résultats des calculs


Le tassement a été calculé dans le cas d’une fondation carré centré à charge verticale de
côté B=4.

La situation de calcul a été désigné comme étant non homogène, et cela pour prendre en
considération la variation des valeurs du module pressiométrique au niveau des sondages réalisés.

Le calcul a été réalisé pour des profondeurs d’encastrement D : 1m, 3m, 5m. Le coefficient
rhéologique choisis dans notre cas est 0.5. La contrainte verticale effective calculée dans la
configuration avec les travaux de fondation, a été calculé pour les trois profondeurs en utilisant
les résultats des essais de laboratoire effectués auparavant, tout en considérant les successions de
couches lorsqu’il y en a une. Les formations géologiques où les fondations seront probablement
installés sont des grès grossiers, du sable limoneux et des tufs calcaires, c’est pour cette raison
qu’un calcul de la contrainte doit être réalisé, tout en prenant en considération les différentes
formations avec leurs profondeurs correspondantes au niveau de chaque sondage.

La contrainte effective moyenne appliquée au sol par la fondation sera considérée comme
étant la valeur de la contrainte admissible calculée auparavant pour les différentes profondeurs de
calcul.

Il est important de noter que les valeurs de masse volumiques utilisés pour le calcul seront
tous considérés comme étant sèche, vu le niveau piézométrique n’atteint pas les profondeurs de
construction des fondations choisis.

84
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

a) Calcul de la contrainte verticale effective

Profondeur 1m

Masse volumique Contrainte q0


Sondage Lithologie
sèche (kg/m3) (Mpa) :
BH06 Tufs calcaires 1542,5 0,015
BH14 Grès grossier 1734 0,0173
BD04 Tufs calcaires 1542,5 0,015
BH07 Grès grossier 1734 0,0173
BH15 Tufs calcaires 1542,5 0,0154
BH24 Tufs calcaires 1542,5 0,0154
Tableau 6 Masse volumique sèche et contrainte de terre pour les formations lithologiques à une profondeur de 1m

Profondeur 3m

Masse volumique Contrainte q0


Sondage Lithologie
sèche (kg/m3) (Mpa) :
BH06 Grès grossier 1734 0,048
BH14 Grès grossier 1734 0,052
BD04 Grès grossier 1734 0,049
BH07 Grès grossier 1734 0,052
BH15 Grès grossier 1734 0,049
BH24 Sable limoneux 1674 0,048
Tableau 7 Masse volumique sèche et contrainte de terre pour les formations lithologiques à une profondeur de 3m

Profondeur 5m

Masse volumique
Sondage Lithologie Contrainte q0 (Mpa) :
sèche (kg/m3)
BH06 Grès grossier 1734 0,082
BH14 Grès grossier 1734 0,086
BD04 Grès grossier 1734 0,083
BH07 Grès grossier 1734 0,086
BH15 Grès grossier 1734 0,083
BH24 Sable limoneux 1674 0,082
Tableau 8Masse volumique sèche et contrainte de terre pour les formations lithologiques à une profondeur de 5m

b) Calcul de tassement (10ans)


Les résultats présentés ont été calculés en considérant les grès grossiers comme étant la
formation où les fondations seront encastrées. Les contraintes admissibles 𝑞𝑞𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 utilisées ont été
calculé pour un cas homogène et pour tous les sondages au niveau des profondeurs de calcul.

85
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

BH06 BD04
profondeur Sc (cm) Sd (cm) Sf (cm) profondeur Sc (cm) Sd (cm) Sf (cm)
1m 0,260 0,345 0,606 1m 0,137 0,516 0,654
3m 0,239 0,437 0,677 3m 0,485 0,747 1,233
5m 0,517 0,628 1,146 5m 0,29 0,639 0,930

BH14 BH07
profondeur Sc (cm) Sd (cm) Sf (cm) profondeur Sc (cm) Sd (cm) Sf (cm)
1m 0,191 0,364 0,555 1m 2,306 1,136 3,443
3m 0,13 0,321 0,452 3m 0,276 0,599 0,876
5m 0,422 0,894 1,317 5m 0,451 1,685 2,137

BH24 BH15
profondeur Sc (cm) Sd (cm) Sf (cm) profondeur Sc (cm) Sd (cm) Sf (cm)
1m 1,731 0,765 2,496 1m 1,457 0,9148 2,371
3m 0,288 0,316 0,605 3m 0,504 0,828 1,333
5m 0,453 0,78 1,234 5m 1,232 1,246 2,48
Tableau 9 Résultats de calcul des tassements

On remarque que selon les résultats de calculs, les tassements sont très faibles d’ordre de
quelques centimètres au niveau de tous les sondages avec un tassement moyennement élevé dans
le sondage BH24 dans le sable limoneux, et BH07 dans les grés grossier peu fracturés à la
profondeur de 1m.

Les valeurs relativement faibles des terrassements calculés reflètent ainsi les bonnes
caractéristiques mécaniques des terrains.

5.3.3 Conclusion

Les tassements totaux aux niveaux de la profondeur 3m, préconisé d’après la contrainte
de rupture, sont inférieurs à la valeur 2,5cm et par conséquent les tassements différentiels sont
systématiquement inferieurs à cette valeur (voir théorie du calcul).

Ces tassements demeurent largement satisfaisants et ne présentent pas de risque pour la


construction de l’ouvrage.

86
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Conclusion
En guise de conclusion, la méthodologie établie pour la détection de cavité dans le cadre
de notre travail , nous a permis de mieux décrire et caractériser le sous-sol en combinant les
différentes mesures obtenus avec les résultats de l’étude géotechnique réalisée en parallèle avec
la campagne géophysique .

L’étude géotechnique nous a permis d’avoir des résultats obtenus à partir des essais in-
situ dévoilant de bonnes caractéristiques mécaniques malgré des chutes au niveau de la pression
limite et du module pressiométrique qui gardent tout de même des valeurs rassurantes. L’indice
de qualité de la roche (RQD) a indiqué moyennement des valeurs supérieures à 50 %. Cet indice
a été d’une grande utilité pour la caractérisation des couches en le combinant avec les résultats de
la campagne géophysique. D’autres paramètres nécessaires pour les calculs ont été déterminés
par les essais laboratoire pour réaliser la classification de Bieniawski, sur la base de laquelle, nous
avons décrit le sol comme étant Bon Roc.

La campagne géophysique réalisé pour la détection des cavités nous a permis de mesurer
de faibles valeurs de résistivités à l’aide des différents profils tomographiques. Ceci est liée à la
présence d’eau salée s’infiltrant au sein de la formation calcaire broyé et fracturé sous la forme
d’un biseau salé, vue la proximité de la zone d’étude de la mer. Cette infiltration se manifeste à
des profondeurs en correspondance avec la donnée piézométrique disponible, au niveau des
formations de grès et de calcaires vu leurs faibles résistivités.

Certains profils nous ont permis de déceler la présence de zones ayant des valeurs de très
grande ou très faible résistivités. D’après l’analyse des résultats obtenus à partir de l’étude
géotechnique, nous avons supposé que ces petites zones ne correspondent pas à des cavités, mais
plutôt à des formations lithologiques dures et résistantes vu les valeurs SPT et RQD. Nous avons
pu aussi remarquer la présence claire d’une interface de contact entre les différentes formations
lithologiques sur certain profils, indiqué au niveau des plages de résistivités inversés.
L’homogénéité de la répartition de ces valeurs a été observée sur la plus par des profils étudiés.

Cependant, l’interprétation des profils tomographiques étudiés n’a pas permis de


caractériser exactement le niveau de la nappe d’eau, car on ne dispose pas d’autres profils de
direction NW-SE.

87
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

La reconnaissance géophysique et l’étude géotechnique ont ainsi permis de supposer qu’il


n’y a pas présence de cavités aux endroits où les profils tomographiques ainsi que les sondages
ont été réalisés. Nous avons conclue qu’on est en présence d’une bonne assise pour des fondations
superficielles, ce qui nous a permis d’entamer l’étude de fondations d’ouvrages pour le
dimensionnement.

Le calcul de la capacité portante pour différents encastrements, en variant la largeur de la


semelle a abouti à des valeurs conformes aux conditions de rupture. En ce qui concerne la
condition de déformabilité, elle a été largement satisfaite, en ayant des tassements bien en dessous
des valeurs admissibles.

Recommandations

Ainsi, d’après nos calculs, nous avons préconisé d’éviter la profondeur de 1m pour que
les fondations superficielles ne soient pas encastrées dans les tufs calcaires. Les valeurs les mieux
adaptés d’après notre analyse, pour un dimensionnement optimal, est de concevoir une semelle
carrée de largeur B=2m à un niveau d’encastrement de 3m ou les conditions de rupture et de
déformation du sol sont largement satisfaisante.

Toutefois, dans le cadre d’une optimisation avancée :

• La réalisation d’une combinaison entre les résultats d’une étude hydrogéologique et


d’une étude géophysique pour une bonne caractérisation de la nappe, et cela grâce à
des modèles 3D. Ceci étant pour traiter l’impact de la présence d’eau pour le bon
déroulement de la construction d’ouvrage et de sa longévité.
• Une étude approfondis concernant les propriétés des tufs calcaires pourraient conclure
à des valeurs nous permettant d’envisager l’encastrement dans cette formation, c’est-
à-dire à 1m de profondeur. Dans le cas où les résultats ne le permettent pas, il serai
conseillé d’effectuer une analyse détaillée des terrains pour délimiter les zones
d’affleurement des tufs calcaires après décapage du sol et ainsi créer deux niveaux de
fondations :
o Un encastrement de 3 mètre pour les zones d’affleurement des tufs calcaires ;
o Un encastrement de 1 mètre pour les zones d’affleurement des grés.

Cette procédure permettra d’éviter également au constructeur d’excaver dans le massif de


grés sur de grandes surfaces.

88
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Annexe

89
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Annexe I : Etude géotechnique

A. Essai de sondage destructif et enregistrement de paramètres

1) Appareillage

La sondeuse rotative est équipée d’un marteau hydraulique sur glissière assurant la frappe
en tête. La vitesse de rotation peut être réglée indépendamment de la frappe. L’énergie est
transmise jusqu’au taillant par le train de tiges.

Mat de forage

Commande Mat de forage


hydraulique

Appareillage classique d’une machine de forage

2) Réalisation

Le fluide est exclusivement l’air avec éventuellement une addition de produits moussants.
L’air comprimé à haute pression, actionne un mécanisme de frappe qui se situe juste derrière
l’outil.et permet également d’évacuer les débris de forage par l’espace annulaire. La technique du
marteau fond de trou (MFT) permet de traverser des terrains durs comme le rocher (granites) ou
sédimentaires consolidés (grès, calcaires). (1)

Le produit de désagrégation des sols (cuttings) remonte à la surface à l’aide d’un fluide
qui, dans les forages géotechniques, est injecté à l’intérieur du train de tiges et remonte, chargé
de sédiments, dans l’espace annulaire extérieur. Plusieurs fluides peuvent être utilisés : l’air
comprimé, l’eau claire et la boue de forage.

90
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

B. Essai d’eau Lugeon

1) Appareillage

Outre le matériel de forage, il faut disposer pour réaliser l’essai d’eau :

Un système d’obturation d’une longueur supérieur ou égal à 10 fois le diamètre du forage


avec une longueur minimale de 1 m. Il est dilaté par
injection d’un fluide sous pression.

Un dispositif d’injection d’eau avec une pompe


permettant un débit de 100l/min sous une pression de 1.1
Mpa , un jeu de vannes pour réglage du débit et une réserve
d’eau clair d’au moins 1m^3 .

Un système de mesurage avec un compteur


volumétrique, un capteur de pression de l’eau injectée , une
sonde permettant la mesure de la profondeur du niveau
d’eau , un chronomètre , un capteur de la pression du fluide
injecté dans l’obturateur . (1)

Appareillage de l'essai Lugeon

(ARVOR Geotechnique)
2) Réalisation de l’essai

Niveau statique : Le niveau statique de la nappe est celui qui règne avec le forage d’essai.
Confection de la cavité : En l’absence d’indication sa hauteur est de 3m et son diamètre est d’entre
75 mm et 140 mm. Le fluide de forage utilisé est l’eau claire ou l’air. Le forage est nettoyé par
lavage avant essai afin d’éliminer les particules dues à la perforation. L’isolation de la partie
supérieure du forage est réalisée à l’aide de l’obturateur dilatable.

Déroulement de l’essai : l’eau est injectée dans la cavité sous les pressions de 0.2Mpa –
0.4Mpa – 0.6Mpa – 0.8Mpa et 1Mpa. Ensuite les pressions sont décroissantes : 0.7Mpa – 0.5Mpa
– 0.3Mpa – 0.1Mpa. Durant chaque palier, la pression est maintenue constante pendant 10 minutes
et les volumes injectés sont mesurés toutes les minutes. Au cours de chaque palier croissant ou
décroissant sont contrôlés, la pression (p_g) sur le circuit de l’obturateur et le niveau de l’eau au-
dessus de la cavité.

91
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

C. Essai de plaque

1) Appareillage

Un massif de réaction : Sa masse doit permettre


l’application d’une pression d’au moins 0,1 MPa. Tous
les points de la (ou des) surfaces d’appui du massif de
réaction sur le sol doivent être situés à plus de 0,9 m du
bord de la plaque de chargement. Une plaque rigide de
chargement de diamètre 600 mm, 750 mm ou 762
mm ( à +/- 2 mm).
Schéma représentant le dispositif de
l'essai (ARVOR GEOTECHNIQUE)

2) Réalisation

Un dispositif d’application et de mesure de la charge sur la plaque qui doit permettre :

• D’appliquer et de maintenir sur la plaque une charge normale à la plate-forme en


vue d’obtenir une pression moyenne sous la plaque de 70 kPa. La charge est
appliquée en 15 s à 30 s,
• De mesurer à 2% près la force de 4000 kN appliquée sur la plaque.
• Un dispositif de mesure de l’enfoncement de la plaque : Il doit permettre la mesure
de l’enfoncement de la plaque à 0,02 mm près, sa capacité doit être au moins de
10 mm.

Tous les points d’appui au sol du dispositif de mesure de l’enfoncement de la plaque,


doivent être situés à au moins 1,2 m de bord de la plaque et de tout point des surfaces d’appui du
massif de réaction. La valeur considérée est la moyenne des valeurs réalisées au point considéré
ou la valeur au centre de la plaque. On annule ensuite la charge. (2)

92
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

D. Essai de pénétration au carottier

1) Appareillage

L'appareillage est composé d'un équipement de forage et


de tenue de la paroi, d'un dispositif de battage, d'un train de tiges,
d'un carottier et d'un système de mesures.

L'équipement de forage doit permettre de réaliser un trou


de forage nettoyé avant l'insertion du carottier (Fig. 11) et doit
garantir que l'essai de pénétration sera réalisé dans un sol
relativement peu remanié. Le mouton a une masse de 63,5 kg et
une hauteur de chute de 0,76 m ; il tombe à une cadence de battage
de 15 à 30 coups par minute. Le tube central du carottier est fendu
pour faciliter l'extraction de l'échantillon de sol.

Appareillage utilisé pour l'essai (


Techniques de l’ingénieurs )

2) Réalisation

Cet essai consiste à enfoncer dans le terrain par battage un carottier de conception et de
dimension normalisée. On compte le nombre de coups de mouton nécessaires pour enfoncer le
carottier sur une certaine profondeur. Une fois plein, le carottier est remonté à la surface, vidé de
sa carotte puis redescendu au fond du forage. L’opération est répétée sur toute la hauteur du profil
à tester. Après la pénétration initiale du carottier solidaire de l'ensemble du train de tiges, l'essai
est exécuté en deux phases (après chaque essai, le carottier est remonté à la surface pour récupérer
l'échantillon de sol remanié) :

Enfoncement d'amorçage : On note le nombre de coups de mouton pour enfoncer le


carottier de 15 cm. Enfoncement d'ESSAI : On note le nombre N de coups de mouton pour
enfoncer le carottier de 30 cm supplémentaires. Ce nombre N caractérise la résistance à la
pénétration. (1)

93
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

E. Essai pressiométrique MENARD

1) Appareillage

Il comprend un contrôleur pression-volume appelé CPV, des tubulures et une sonde.

Contrôleur pression volume (CPV) et sonde

• Contrôleur pression-volume CPV : Il est rempli d'eau et connecté à la sonde de


mesure par des tubulures coaxiales en rilsan. Il permet d'envoyer l'eau, jusqu'à une
pression d'au moins 5MPa d'un gaz comprimé et de mesurer le volume injecté par
un tube gradué.
• Sondes : Les plus utilisées sont les sondes AX de 44 mm et BX de 58 mm. Elles
comportent trois cellules fermées par un unique cylindre métallique revêtu dans sa
partie centrale d'une membrane en caoutchouc. Le cylindre étant lui-même
recouvert par une gaine en caoutchouc. La division en trois cellules, deux cellules
de garde entourant la cellule de mesure, permet d'assurer une déformation
cylindrique plane de cette dernière. On distingue les sondes à gaine souple, des
sondes avec tubes fendus. La sonde avec tube fendu est une sonde du type décrit
précédemment, placée à l'abri d'un tube fendu longitudinalement selon six
génératrices.

94
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

L’usage du tube fendu ne doit pas être systématique mais réservé aux cas où les autres
méthodes s’avèrent très difficiles à mettre en œuvre.

Sonde montée dans la tige et en phase de préparation (nettoyage) pour un nouvel essai

• L’enregistreur : L’enregistreur est obligatoire, il est équipé d’une horloge interne,


d’une imprimante et d’un support d’enregistrement qui peut être relu par un
ordinateur.

2) Réalisation de l’essai pressiométrique

L’essai pressiométrique doit comprendre au minimum 8 paliers. Par ailleurs, l’une des conditions
suivantes doit être obligatoirement satisfaite :

• la pression de 50 bars a été atteinte


• le volume injecté dans la cellule centrale est d’au moins 600 cm3 (ou 450
cm3 pour la sonde courte avec sa protection).
• Il comporte les deux opérations suivantes :
• Forage pressiométrique : Un forage destructif, opération la plus délicate, la
fiabilité des résultats dépend de la qualité du forage ;
• Essai pressiométrique : La réalisation de l'essai lui-même ;

95
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

3) Forage pressiométrique

Deux techniques peuvent être employées :


• Le forage préalable avec enregistrement des paramètres de forage
• L’introduction par battage de la sonde placée dans un tube fendu.

La technique doit être adaptée au type de terrain à sonder. La longueur maximale de forage
sera choisie pour que les parois du forage soient les moins altérées possibles. Elles seront d’autant
plus faibles que le sol est lâche ou compressible (tableau 2).

Longueur maximale d’une passe d’un forage avant essai

4) Essai pressiométrique

On fait généralement un essai tous les mètres, mais ce n’est pas évidemment une
obligation. L'essai consiste à appliquer progressivement par palier, une pression uniforme sur la
paroi du forage et à mesurer l'expansion de la sonde 𝑉𝑉 en fonction de la pression appliquée. Il
permet d'obtenir le module pressiométrique 𝐸𝐸𝑚𝑚 , la pression limite 𝑃𝑃𝑙𝑙 , la pression de fluage 𝑃𝑃𝑓𝑓 et
la pression de contact avec le terrain 𝑃𝑃1 .

Schématisation de la réalisation de l’essai pressiométrique (ARVOR GEOTECHNIQUE)

96
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Les valeurs lues sur le CPV (Vr , Pr) doivent être corrigées pour obtenir les valeurs de
pression volume (V,P) réellement appliquées au sol, ces corrections concernent la prise en compte
de :

• Correction de la pression (étalonnage) : en retranchant la résistance propre de la


sonde et de la charge hydraulique qui est obtenue en gonflant la sonde placée à
l’aire libre à côté du forage (figure 16) : essai d’étalonnage.
• Correction du volume (Calibrage) : en retranchant la déformabilité propre de
l’appareillage et des tubulures. La constante de dilatation « a » est déterminée en
gonflant la sonde sous forte pression après l’avoir placé dans un tube en acier
parfaitement indéformable : essai de calibrage

Ainsi pour un volume 𝑉𝑉𝑟𝑟 mesuré :

• La pression réelle appliquée au sol à la profondeur H est : 𝑷𝑷 = 𝑷𝑷𝒓𝒓 − 𝑷𝑷𝒆𝒆 + (𝑯𝑯 +


𝒉𝒉𝟎𝟎 ). 𝜸𝜸𝒘𝒘
• Le volume de la sonde après la correction est : 𝑉𝑉 = 𝑽𝑽𝒓𝒓 − 𝒂𝒂. 𝑷𝑷𝒓𝒓

Avec :

𝑃𝑃 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑉𝑉 : Pression et volume corrigés (contrainte radiale totale appliquée au sol).

𝑃𝑃𝑟𝑟 𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑉𝑉𝑟𝑟 : Pression mesurée au manomètre, et volume mesuré sur le CPV.

𝑃𝑃𝑒𝑒 : Pression correspondant au volume 𝑉𝑉𝑟𝑟 sur la courbe de résistance de la sonde.

H : Profondeur de l’essai et ℎ0 : hauteur du manomètre.

𝑎𝑎 : Constante de dilatation de l’appareillage et des tubulures exprimée en cm3/MPa.

Courbe pressiométrique brute en fin de palier(ARVOR GEOTECHNIQUE)

97
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5) Courbe pressiométrique corrigée

Toute correction faite, la courbe corrigée V=f(P) se présente comme suit

Courbe pressiométrique corrigée en fin de palier (ARVOR GEOTECHNIQUE)

• Domaine I : Phase de mise en contact de la paroi de la sonde avec la paroi du forage


• Domaine II : Phase pseudo-élastique, approximativement linéaire.
• Domaine III : Phase plastique, c’est la phase des grands déplacements

6) Module pressiométrique Ménard 𝑬𝑬𝑴𝑴

Plage pseudo-élastique du calcul du module :

La courbe pressiométrique corrigée est constituée par une succession de segments de pente
𝑚𝑚𝐼𝐼 , 𝑚𝑚𝐸𝐸 est la valeur mi la plus faible. La plage pseudo-élastique est l’ensemble des segments
consécutifs qui ont une pente inférieure ou égale à β fois la pente 𝑚𝑚𝐸𝐸 .

1 𝑃𝑃′𝐸𝐸 + 𝑃𝑃𝐸𝐸 6
𝛽𝛽 = 1 + 𝑥𝑥 + ( V en cm3 )
100 𝑃𝑃′𝐸𝐸 − 𝑃𝑃𝐸𝐸 𝑉𝑉′𝐸𝐸 − 𝑉𝑉𝐸𝐸

98
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Détermination du module pressiométrique 𝑬𝑬𝑴𝑴 :

La plage pseudo-élastique a pour origine (𝑝𝑝1,𝑉𝑉1) et pour extrémités (𝑝𝑝2, 𝑉𝑉2). Le module
pressiométrique 𝐸𝐸𝑚𝑚 est déterminé dans la plage pseudo-élastique. Il est calculé en considérant le
sol en élasticité linéaire, en déformation plane, avec un chargement de révolution.

(𝑉𝑉1 + 𝑉𝑉2 )
2(1 + 𝜈𝜈)[ 𝑉𝑉𝑠𝑠 + ](𝑃𝑃2 − 𝑃𝑃1 )
𝐸𝐸𝑚𝑚 = 2
𝑉𝑉1 − 𝑉𝑉2

Avec

ν : coefficient de Poisson pris égal à 0,33

𝑉𝑉𝑠𝑠 : volume de la cellule centrale (de l'ordre de 535 cm3 pour les cellules standard).

Remarque : Le module pressiométrique est utilisé dans le calcul des tassements.

Détermination de la pression de fluage 𝑷𝑷𝒇𝒇 :

La pression de fluage sépare les phases pseudo-élastique et plastique. Elle est déterminée
par exploitation de la courbe de fluage (les variations de volume mesurées entre 30 et 60s pour
chaque palier de pression) qui prend l’allure indiquée dans la figure 17. Généralement 𝑃𝑃𝑓𝑓 coïncide
avec𝑃𝑃2 .

Détermination de la pression limite 𝑷𝑷𝒍𝒍 :

Dans un domaine plastique, les déformations sont grandes et tendent vers l’infini pour une
valeur asymptotique de 𝑃𝑃 c’est la pression limite 𝑃𝑃𝑙𝑙

Par convention, la pression limite est la pression qui entraîne le doublement de la cellule
centrale de mesure après la pression 𝑃𝑃1 . Elle correspond à un volume injecté

𝑉𝑉𝑙𝑙 = 𝑉𝑉𝑠𝑠 + 2 𝑉𝑉1

99
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

F. Préparation des échantillons

1) Appareillage

Pour la préparation des échantillons, on peut utiliser les appareillages suivants qui peuvent
être d’usage courant ou spécifique :

• Plateau en tôle pouvant entrer sous le plus grand des diviseurs.


• Balance dont la portée limite est compatible avec les masses à peser et permettant
de faire toutes les pesées avec une précision relative de 0,1 %.
• Pelles et truelles.
• Des diviseurs à couloirs, avec bacs et pelles adéquats ou un diviseur à ouvertures
réglables.
2) Réalisation

Préparation de l’échantillon pour essai :

La préparation doit être réalisée avec le matériau légèrement humide pour éviter la perte
d´éléments fins. Si le matériau est sec, il faut l´humidifier légèrement de manière homogène.
Veiller à ce que la totalité de l´échantillon reçu soit récupérée de son emballage d´origine.

La méthode à utiliser dépend de la grosseur des éléments et de la quantité totale de


matériau à fractionner. Au-delà de 50 kg, il est préférable d´utiliser le quartage. Si l´on ne dispose
pas de diviseurs de dimensions suffisantes, on peut soit quarter, soit isoler par tamisage les
éléments trop gros et les quarter séparément dans les mêmes proportions que les éléments plus
fins.

Division du matériau par quartage :

Le matériau doit être suffisamment brassé et humidifié,


pour éviter la perte d’éléments fins. On constitue ainsi un tas
homogène, que l’on étale sur une surface lisse. On sépare ce tas
en quatre parties à peu près égales suivant deux axes
perpendiculaires et l’on prélève les deux parties opposées. Ces Méthode de quartage

deux parties sont étalées afin de recommencer l’opération. (3) Le matériau est versé dans le
diviseur de façon uniforme sur toute la surface des couloirs. On actionne le système de séparation
et le matériau est divisé en deux parties égales dans les bacs.

100
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

G. Classification géomécanique du roc ( Bieniawski 1998)

Tableau représentant la classification général de beniawski

Les résultats obtenus à partir de l’étude géotechnique on permet de réaliser une


caractérisation des propriété mécanique en utilisant la classification de Bieniawski . Cette
procédure nécessite un certain nombre de résultats et permet de classer la formation en question
d’après un certain nombre de notes assignés pour chaque essai effectué.

Ainsi, en se basant sur la moyenne des résultats obtenus pour la formation lithologique ou
les fondations seront installés, on trouve qu’on est en présence de massif décrit comme étant Bon
Roc de classe II ayant une note entre 80-61.

101
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.4 Théorie des reconnaissances géotechniques in situ

Dans cette partie nous étalerons les principes théoriques de chacun des essais qui ont été
réalisés pendant notre travail. Nous présenterons ainsi pour chaque essai, les principes et les
paramètres qui en résultent. L’appareillage et le mode de réalisation figurant dans l’annexe I

5.4.1 Essai de sondage destructif et enregistrement de paramètres


5.4.1.1 Principe de l’essai
Il s’agit du mode de forage le plus rapide qui consiste à désagréger le sol à l’aide d’un
outil adapté et à remonter vers la surface les débris appelés « cuttings » à l’aide d’un fluide (air,
eau, boue). Un outil appelé trilame ou tricône est mis en rotation depuis la surface du sol par
l’intermédiaire d’un train de tiges. L'avancement de l'outil s'effectue par abrasion du terrain, sans
choc, uniquement par rotation et poussée. La boue de forage est injectée à l'intérieur des tiges,
ressort au niveau de l'outil et remonte à la surface par l'espace annulaire entre le train de tiges et
les parois du trou foré.

Cette technique est généralement utilisée pour des objectifs de :

• Reconnaissance géologique rapide ;


• Recherche de cavités ;
• Contrôle d’injection ;
• Appréciation qualitative des caractéristiques mécaniques ;
• Forage préalable pour des essais géotechniques.

5.4.1.2 Expression des résultats


La technique de l'enregistrement des paramètres de forage permet de mesurer et
d’enregistrer, pendant le forage, des grandeurs physiques, dont les variations sont en corrélation
avec les propriétés géo-mécaniques des terrains traversés, et qui sont :

• Profondeur, heure et temps ;


• Vitesse d’avancement instantanée (m/h) ;
• Pression d’injection du fluide de forage (bars) ;
• Pression de poussée appliquée sur l’outil de forage (bars) et pression de rotation
(couple) moteur (bars).

A cela peuvent s’ajouter : couple, vitesse de rotation, percussion réfléchie, inclinaisons.


Tous ces paramètres sont enregistrés et peuvent être édités sur P.C. ou en temps réel dans le cas
d'une instrumentation avec enregistrement graphique. (5)

102
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.4.2 Essai de pénétration au carottier


5.4.2.1 Principe de l’essai
L'essai de pénétration au carottier correspond à l'essai développé aux USA et connu sous
l'appellation « Standard Penetration Test », dont le sigle est S.P.T. Cet essai s'applique aux sols
fins et grenus dont la dimension moyenne des éléments ne dépasse pas 20 mm.

L'essai consiste à déterminer la résistance à la pénétration dynamique d'un carottier


normalisé battu en fond d'un forage préalable.

L’essai permet de tracer un profil de pénétration et de fournir des échantillons de sol


remaniés qui peuvent servir à la reconnaissance des horizons traversés sur lesquels on peut
pratiquer les essais d’identification classiques (granulométrie, limites d’Atterberg et teneur en
eau). (7)

5.4.2.2 Expression des résultats


En fonction de la profondeur, on donne l'enfoncement sous le poids mort et le nombre de
coups de mouton nécessaire pour chaque intervalle successif de 15 cm (15 cm + 15 cm) ou le
refus pour 50 coups de mouton pour l'un ou l'autre des intervalles. On décrit également les sols
qui ont été identifiés. La figure suivante montre un exemple de mesures durant un sondage SPT.

Profondeur Nombre de coups


Tubage Essai
Amorçage Essai N
(m) (m)
N0 N1 N2
3,85 4,0 2 3 4 7
4,85 5,0 3 4 5 9
6,0
5,85 20 23 > 50 > 73
Arrêt 6,27
Tableau 10 Exemple de mesures relevées pendant un essai SPT

• N0 : enfoncement d’amorçage de 0 à 15 cm ;
• N1 : premier enfoncement d’essai de 15 à 30 cm ;
• N2 : deuxième enfoncement d’essai de 30 à 45 cm.

La profondeur de l’essai correspond à la position de la base de la trousse coupante après


l’enfoncement d’amorçage. Lorsqu’un nombre de coups supérieur à 50 ne permet pas d’obtenir
un enfoncement de 15 cm, l’essai est arrêté et l’enfoncement correspondant est noté. (5)

103
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.4.3 Essai pressiométrique MENARD


5.4.3.1 Principe de l’essai
L'essai pressiométrique MENARD peut être réalisé dans tous les types de sols saturés ou
non, y compris dans le rocher (avec plus d’incertitude) et les remblais. (7)

L’essai pressiométrique consiste à descendre, à une profondeur donnée, une sonde


cylindrique gonflable dans un forage soigneusement calibré. Les variations de volume du sol au
contact de la sonde sont mesurées en fonction de la pression radiale appliquée (5). Cet essai vise
à déterminer la relation entre la pression 𝑃𝑃 appliquée sur le sol et le déplacement de la paroi de la
sonde (8).

Dans un même forage, la distance minimale entre deux essais consécutifs ne doit pas être
inférieure à 0,75 m. La distance usuelle entre le milieu des emplacements de deux cellules de
mesure est de 1,0 m. La profondeur minimale d’un essai dans un forage pressiométrique est de
0,75 m. (5)

5.4.3.2 Expression des résultats


La norme NF P94-110 impose de fournir pour chaque essai les paramètres dont la méthode de
détermination est rigoureusement expliquée dans l’annexe I.E

• Module pressiométrique 𝐸𝐸𝑚𝑚


• Pression limite nette 𝑃𝑃𝑙𝑙∗ = 𝑃𝑃𝑙𝑙 − 𝑃𝑃0 3-1
• Pression fluage nette 𝑃𝑃𝑓𝑓∗ = 𝑃𝑃𝑓𝑓 − 𝑃𝑃0 3-2
• Contrainte totale horizontale dans le sol au moment de l’essai 𝑃𝑃0 = 𝐾𝐾0 . (𝑞𝑞0 − 𝑢𝑢) + 𝑢𝑢

Avec : 𝑃𝑃0 ou 𝜎𝜎ℎ𝑠𝑠 : contrainte horizontale totale des terrains au repos


𝑞𝑞0 ou 𝜎𝜎𝑣𝑣𝑣𝑣 : contrainte verticale totale des terrain au repos
𝑢𝑢 𝑜𝑜𝑜𝑜 𝑢𝑢𝑠𝑠 : Pression interstitielle de l’eau au niveau de l’essai considéré
𝑢𝑢 = 𝛾𝛾. (𝑍𝑍𝑤𝑤 − 𝑍𝑍𝑆𝑆 ) 𝑆𝑆𝑆𝑆 𝑍𝑍𝑊𝑊 > 𝑍𝑍𝑆𝑆 𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆𝑆 𝑢𝑢𝑠𝑠 = 0

𝐾𝐾0 est le coefficient des terres au repos, par rapport aux contraintes effectives horizontale et
𝑃𝑃0 −𝑢𝑢
verticale : 𝐾𝐾0 = .
𝑞𝑞0 −𝑢𝑢

Si la masse volumique du terrain n’est pas mesurée, on pourra l’estimer (généralement ≈


1,8 Mg.m-3). Si 𝐾𝐾0 n’est pas mesuré, c’est très généralement le cas, on l’estimera en fonction de
la nature géologique du terrain, pour un sol normalement consolidé on pourra prendre 𝐾𝐾0 ≈ 0,5.

104
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.4.4 Essai d’eau Lugeon


5.4.4.1 Principe de l’essai
L’essai d’eau Lugeon est un essai en place réalisé en sondage. Il s’applique au rocher et
aux sols cohérents de résistance mécanique compatible avec la pression d’eau imposée pendant
l’essai.

Il consiste à injecter de l’eau sous pression dans une cavité constituée d’une portion de
l’eau sous pression dans une cavité constituée d’une portion de forage de dimensions connues ,
et à mesurer le débit d’injection pour différents paliers de pression pendant un temps donné . (5)

5.4.4.2 Expression des résultats

Le tracé de la courbe pression-débit permet d’estimer l’état de fissuration du massif rocheux. Si


l’écoulement est laminaire, la courbe débit-pression passe par l’origine et présente une allure à peu près
linéaire, légèrement concave vers les débits croissants.

Figure 3-1 Courbe de variation débit-pression en régime laminaire

Le résultat de l’essai d’eau se traduit par un paramètre d’absorption d’eau qui s’exprime en unité
Lugeon et qui correspond au débit moyen injecté sous une pression de 1Mpa, exprimé en litres par minutes
et ramené à un mètre de forage.

𝑄𝑄1 3-3
𝑈𝑈𝑙𝑙 = avec L : Longueur de la cavité.
𝐿𝐿

Si le débit ramené à 1.0 m de forage est de n litres /minuteS on dira alors que la perméabilité de la
roche est de n lugeons. Dans le cas où il est observé un point de brisure sur la courbe pression-débit ou si
le palier de 1Mpa ne peut être atteint, l’essai doit faire l’objet d’une interprétation particulière.

La distribution des fissures, leur épaisseur, remplissage et leur orientation (verticale, horizontale,
inclinée) ont donc un rôle très important sur les résultats des mesures. L’uniformité de la fissuration ne
peut être appréciée que par plusieurs essais répartis tant en plan qu’en profondeur. En première approche
il est généralement admis la relation Lugeon – perméabilité K du terrain : 1 Lugeon ≈ 10-7 m/s. (5)

105
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.5 Théorie des essais de laboratoire

5.5.1 Préparation des échantillons


L’échantillonnage consiste à prélever, au hasard, des petites quantités de matières
représentatives du lot à analyser, puis de diviser ce prélèvement suivant des techniques bien
définies pour obtenir une masse de matériau destinée à l’essai. La préparation peut s’effectuer de
deux manières différentes :

• Par quartage ou fractionnement manuel d’une quantité de matériau ; cette méthode


est utilisée pour des quantités de matériau importantes ;
• Au moyen de diviseurs échantillonneurs à couloirs, appareils séparant en deux
parties égales une quantité de matériau déterminée. (9)

NB : Ces méthodes sont expliquées dans l’annexe I.F

Après la préparation, les essais d’identifications réalisés sur les échantillons sont les
premiers essais à effectuer sur un sol. Ils permettent de déterminer les caractéristiques
élémentaires ainsi que les propriétés physiques des différents échantillons dont on cite : La teneur
en eau d’un sol, le poids spécifique des grains, l’analyse granulométrique et les limites d’atterberg.

5.5.2 La teneur en eau d’un sol


La teneur en eau pondérale d’un sol (𝑤𝑤) est le quotient de la masse de l’eau interstitielle (𝑚𝑚𝑤𝑤 )
par la masse des grains solides (𝑚𝑚𝑑𝑑 ).

𝑚𝑚𝑑𝑑 3-5
𝑤𝑤 =
𝑚𝑚𝑤𝑤

La teneur en eau naturelle d’un sol est déterminée lorsque les conditions de prélèvement, de
transport et de conservation de l’échantillon n’ont entraîné aucune modification de sa teneur en
eau. La perte d’eau d’un échantillon de sol est déterminée par étuvage.

On pèse l’échantillon avant et après l’opération d’étuvage et l’on calcule la différence des
masses humide et sèche afin d’obtenir la masse d’eau libérée. L’étuvage est réalisé dans une étuve
à 105°C pendant 4 heures (au minimum) dans le cas d’un sol insensible à la chaleur, ou dans une
étuve à 50°C pendant 8 heures (au minimum) dans le cas d’un sol sensible à la chaleur (sol
gypsifère, sol contenant des matières organiques …). (10)

106
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.5.3 Le poids spécifique des grains


Le poids spécifique (ou poids volumique) du sol humide : Il correspond au poids du
matériau (phases liquide et solide) contenu dans une unité de volume d’échantillon. C’est le poids
spécifique « naturel » ou « en place » du matériau. Ce poids est représenté par le symbole 𝛾𝛾 ou
𝛾𝛾ℎ , lorsque le sol est saturé on écrit 𝛾𝛾𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 afin d’éviter les ambiguïtés :

𝑝𝑝ℎ
𝛾𝛾ℎ = 3-6
𝑣𝑣𝑡𝑡

• 𝑃𝑃ℎ : poids humide de l’échantillon ;


• 𝑉𝑉𝑡𝑡 : volume total de l’échantillon.
Le poids spécifique (ou poids volumique) du sol sec : Le poids spécifique du sol sec
aussi nommé poids volumique du sol sec, noté 𝛾𝛾𝑑𝑑 (d pour « dry » en anglais), est le poids de la
phase solide par unité de volume d’échantillon ; la phase liquide étant supposée éliminée :

𝑝𝑝𝑠𝑠
𝛾𝛾𝑑𝑑 = 3-7
𝑣𝑣𝑡𝑡

• 𝑝𝑝𝑠𝑠 : le poids du sol solide ;


• 𝑣𝑣𝑡𝑡 : le volume total de l’échantillon.
Expression des résultats : Une masse de 25 grammes d’échantillon est versée dans le
ballon (préalablement séché) sans écraser les grains solides. Le ballon bouché et son contenu sont
pesés et leurs masses valent 𝑀𝑀3 . On en déduit la masse des grains 𝑀𝑀𝑔𝑔 :

𝑀𝑀𝑔𝑔 = 𝑀𝑀3 − 𝑀𝑀1 3-8

Figure 3-2 Cloche à vide et pycnomètre (LPEE)

107
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.5.4 Limite d’ATTERBERG


Les limites d’Atterberg sont des paramètres géotechniques permettant d’identifier un sol
et à caractériser son état grâce à son indice de consistance. Ces limites ont donc pour but de définir
les états d’humidité étant exprimé par sa teneur en eau.

• la limite de liquidité 𝑤𝑤𝑙𝑙 qui traduit le passage entre l’état liquide et plastique ;
• la limite de plasticité 𝑤𝑤𝑝𝑝 traduisant le passage entre l’état plastique et solide.

Figure 3-3 limites d'atterberg

Ces limites permettent de calculer :

• l’indice de plasticité noté 𝐼𝐼𝑝𝑝 :

𝐼𝐼𝑝𝑝 = 𝑤𝑤𝑙𝑙 - 𝑤𝑤𝑝𝑝 3-15

• l’indice de consistance noté 𝐼𝐼𝑐𝑐 .

𝐼𝐼𝑐𝑐 = (𝑤𝑤𝑙𝑙 - 𝑤𝑤) / 𝐼𝐼𝑝𝑝 3-16

• l’activité d’une argile 𝐴𝐴𝑐𝑐

𝐴𝐴𝑐𝑐 = 𝐼𝐼𝑝𝑝 / (% des éléments < 2 µ m) 3-17

L’essai s’effectue en deux parties :

• la détermination de la teneur en eau pour laquelle une rainure pratiquée dans un


sol placé dans une coupelle (de caractéristiques imposées) se referme lorsque cette dernière
et son contenu sont soumis à des chocs répétés pour la méthode de Casa grande, ou pour
laquelle un cône s’enfonce dans le sol, pour la méthode du pénétromètre à cône;
• La recherche de la teneur en eau pour laquelle un rouleau de sol de dimension
fixée, confectionné manuellement se fissure. (12)

108
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.5.5 Essai FRANKLIN


Cet essai qui vise à déterminer la résistance des roches, consiste à rompre des fragments
de roches provenant de carottages (ou des fragments de forme irrégulière) entre deux pièces
coniques à terminaison sphérique. L’épaisseur des échantillons entre ces deux pièces d’appui peut
varier de 25 à 100 mm.Le principal intérêt de cet essai réside dans sa simplicité d’exécution et sa
possibilité d’être réalisé immédiatement au cours de la reconnaissance sur matériau brut ne
nécessitant donc pas de préparation spécifique.

L’indice de résistance Is est calculé par la formule :

𝑃𝑃 3.-20
𝐼𝐼𝑆𝑆 =
𝐷𝐷²

• P : charge de rupture en MN (106 𝑁𝑁).

On exprime les résultats par la valeur moyenne Is obtenue sur l’ensemble des essais avec
les valeurs minimales et maximales. Pour les éprouvettes ayant un diamètre supérieur à 50 mm,
un abaque permet de déduire 𝐼𝐼𝑆𝑆 . Dans le cas d’éprouvettes de forme irrégulière, la formule ci-
dessus devient :

𝑃𝑃 3-21
𝐼𝐼𝑆𝑆 =
𝐷𝐷 ∗ 𝐼𝐼

Roches Indice
Calcaire 1à5
Grès 2à3
Quartzites 8 à 10
Gabbros 10 à 15

Tableau 11 Ordres de grandeur de Is en fonction du type de roche

109
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.5.6 Essai de compression simple ( uniaxiale )


L’essai consiste à imposer une vitesse constante de déformation longitudinale à une
éprouvette de matériau rocheux placée entre deux plateaux d’une presse et mesurer la force axiale
appliquée à l’échantillon. Cet essai permet de déterminer la résistance à la rupture de l’éprouvette
soumise écrasée sans contraintes latérales. Il est applicable aux sols naturels ou stabilisés
(compactés), visant ainsi à juger de la consistance du sol. (15)

Exécution de l’essai et expression des résultats :

L’échantillon soumis à l’essai est prélevé de son emballage par carottage, découpage ou
fonçage. On travaille la plupart du temps sur des échantillons issus de sondages carottés. On
mesure les dimensions de l’éprouvette avec un pied à coulisse afin de déterminer la section de
l’échantillon, qui est aussi pesé.

La prise d’essai est placée entre les deux plateaux de la presse entre deux morceaux de
carton afin d’uniformiser la charge. On démarre la compression à une vitesse d’écrasement
constante de 2 mm/s. La rupture totale de l’éprouvette est attendue, on lit la valeur de la résistance
à la compression (Rc) de cette dernière sur le cadran de la presse. Il est nécessaire de corriger la
valeur obtenue car elle dépend de l’élancement de l’éprouvette. On dispose pour cela d’un abaque
fournissant un coefficient diviseur. (15)

Figure 3-4 Machine d'essai de compression uniaxial (LPEE)

110
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Annexe II : Problématique des cavités


A. Risques liés à la présence de cavités

Les affaissements :

Ce sont des déformations qui résultent d'un tassement progressif des terrains de
recouvrement par fermeture des vides sous-jacent. Les affaissements se manifestent par la
formation d'une cuvette en surface. Ils sont essentiellement dommageables pour les habitations et
les infrastructures.

Affaissement d'une formation géologique

Débourrage :

Les débourrages correspondent à l'entraînement gravitaire, le plus souvent provoqué par


des circulations d'eau massive, du matériau de comblement d'une cavité (poche d'argile dans une
cheminée ou une fissure karstique, bouchon remblayé d'un puits de marnière ou de carrière …).
Ce type de phénomène peut conduire à l'apparition brutale d'un vide en surface, généralement
d'assez petite dimension (quelques m²).

C'est le phénomène à risque qui touche le plus les réseaux naturels développés dans les
massifs calcaires. En effet, lors de précipitations importantes, des circulations d'eau en profondeur
peuvent entraîner le matériau meuble qui initialement comblait les fissures les plus larges ou les
cheminées, ce matériau débourrant ensuite jusqu'en surface laissant un vide béant dans la roche.

111
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Fontis :

Le fontis correspond à un effondrement brutal mais localisé se manifestant sous la forme


d'un entonnoir ou d'un cratère. Il est le plus souvent provoqué par la rupture progressive du toit
d'une cavité, une cloche remontant plus ou moins lentement vers la surface jusqu'au
développement brutal d'un cratère. Les fontis présentent souvent une géométrie pseudo-circulaire
dont le diamètre et la profondeur du cône peuvent aller jusqu'à plusieurs mètres.

Ce type de phénomène peut être à l'origine de dégâts importants aux ouvrages et est
associé à un risque élevé de victimes physiques en raison la rapidité et des dimensions du
phénomène.

Représentation d'un fontis

Effondrements :

Ce phénomène se traduit par un abaissement à la fois violent et spontané de la surface sur


parfois plusieurs hectares et plusieurs mètres de profondeur, tout le terrain au-dessus de la cavité
s'effondrant d'un coup. La zone effondrée est limitée par des fractures subverticales.
Généralement associés aux grandes carrières, les effondrements généralisés sont le plus souvent
initiés par une rupture en chaîne des piliers de l'exploitation, le toit (plafond) descendant alors en
masse. Ce type de phénomène peut générer des dégâts considérables aux constructions (y compris
aux plus importantes) et provoquer un risque important de victimes physiques en raison de la
rapidité et de l'importance du phénomène.

Représentation d'un effondrement

112
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Suffosion :

Il s'agit d'un phénomène d'érosion interne qui affecte principalement les sables et limons.
Cela consiste en un entraînement des particules (d'abord assez fines) dans la masse de sol du fait
de circulations rapides d'eau interstitielle. Le terrain est alors localement soustrait d'une partie de
sa matrice fine, de véritables boyaux pouvant se développer (le diamètre de ces boyaux reste
généralement modéré - diamètre décimétrique). Lorsque la taille de ces vides devient trop
importante, des effondrements brutaux de terrain peuvent localement survenir entraînant souvent
des désordres en surface.

La suffosion peut être provoquée par une circulation naturelle d'eau, mais elle est plus
fréquente au droit de canalisations enterrées fuyardesInvalid source specified.

B. Principe de la méthode électrique

schématisation banalisant le principe de la méthode électrique

Le principe de la méthode repose sur la mesure de différences de potentiel électrique


associées à l’injection d’un courant électrique. La loi d’Ohm permet de calculer la résistivité
électrique dite apparente.

𝐾𝐾𝐾𝐾∆𝑉𝑉
𝜌𝜌𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 = 𝑒𝑒𝑒𝑒 Ω𝑚𝑚
𝐼𝐼

Où K : est appelé le facteur géométrique qui dépend de la configuration des électrodes.

2𝜋𝜋
𝐾𝐾 =
1 1 1 1
− − +
𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐴𝐴𝐴𝐴 𝐵𝐵𝐵𝐵 𝐵𝐵𝐵𝐵

Cette valeur résulte de la contribution de toutes les portions du milieu qui sont traversées
par le courant émis en surface. Ainsi, la mesure représente une valeur qui intègre les résistivités
sur un certain volume du sous-sol. Le courant circule dans le sol d’une électrode de courant à
l’autre. La densité de courant est plus forte près de la surface qu’en profondeur.

113
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

C. Grandeurs de la résistivité

Le schéma suivant donne des grandeurs de la résistivité pour différentes formations


géologiques

Quelques valeurs courantes des résistivités des formations géologiques (contraste de résistivité Echelle logarithmique
Unité usuelle ( Ohm.m, mS.cm-1, µS.cm-1) )

114
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

D. Les dispositifs géo-électrique

Sensibilité des dispositifs les plus fréquemment utilisé

Les dispositifs d'acquisition comptent un grand nombre d'électrodes qui sont tour à tour
des électrodes d'injection ou de potentiel, selon les besoins de l'acquisition. La sensibilité du
résistivimètre et le bruit de fond (courants parasites, telluriques). En tomographie électrique, les
principaux dispositifs communément utilisés sont le Wenner, Wenner-Submerger, dipôle-dipôle.
Parmi les caractéristiques qui doivent être considérés, on notera la sensibilité des dispositifs, aux
variations verticales et horizontales, la profondeur d’investigation, et la force du signal.

Le dispositif Wenner : En dispositif Wenner, on voit sur la figure 8 que les contours des
valeurs de la sensibilité sont quasiment horizontaux à l’aplomb du centre du dispositif. Par cette
propriété, une acquisition en Wenner sera bien plus sensible aux changements verticaux
qu’horizontaux de la résistivité. Ceci implique que le dispositif Wenner est recommandé pour

115
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

détecter des structures horizontales (bonne résolution verticale), mais déconseillé pour des
structures verticales (faible résolution horizontale).

La force du signal est inversement proportionnelle au facteur géométrique k, ce facteur est


de loin le plus petit par rapport aux autres dispositifs (k=2 π a), c’est pour cette raison que ce
dernier possède le plus fort signal. Cette propriété peut devenir déterminante dans des terrains
avec des bruits de fond élevés.

Le dispositif Dipôle-dipôle : Ce dispositif est très couramment utilisé en résistivité et


polarisation provoquée car il permet d'obtenir un très faible couplage électromagnétique entre les
circuits de courant et de potentiel (c'est un grand problème en "Spectral Induced Polarisation").

En regardant les contours de la fonction de sensibilité de la figure 8, on constate que ce


dispositif est très sensible à l’aplomb des deux dipôles et que les contours de cette fonction sont
essentiellement verticaux. Ceci implique que ce dispositif est très sensible aux changements
horizontaux de la résistivité et donc idéal pour détecter des structures verticales. La profondeur
d’investigation dépend fortement des paramètres a (l’espacement) et n (le niveau d’investigation).

Malheureusement, ce dispositif possède un inconvénient majeur. Les électrodes de


mesure du potentiel (MN) étant situées en dehors des électrodes de courant, la force du signal est
très faible, spécialement pour des valeurs élevées de n. Pour utiliser ce dispositif. Il faut donc de
bonnes conditions d’acquisition (peu de bruit de fond), un circuit bien isolé du bruit, un
résistivimètre très sensible et un très bon contact avec le sol.

Le dispositif Wenner-Schlumberger : Ce dispositif est un hybride entre le Wenner et le


Schlumberger créé pour la tomographie électrique de surface.

Quand on regarde la forme des contours des valeurs de la sensibilité sous le centre du
dispositif sur la figure 8, on constate qu’ils ne sont ni horizontaux ni verticaux. Comparativement
à un Wenner, la zone entre M et N, est plus sensible alors que la zone entre A et M, ou B et N, est
nettement moins sensible. Cette forme implique que ce dispositif est dans une moindre mesure
sensible aux variations verticales et horizontales. C’est donc un bon compromis entre le dispositif
Wenner (sensible aux structures horizontales) et le Dipôle-dipôle (sensible aux structures
verticales).

116
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Ce dispositif a aussi une profondeur de pénétration d’environ 10% supérieure au Wenner.


La force du signal est inférieure à ce dernier, mais supérieure au Dipôle-dipôle. La couverture
horizontale est quant à elle supérieure au Wenner et très légèrement inférieure au dispositif
Dipôle-dipôle. L’arrangement des électrodes en dispositif Wenner-Schlumberger permet, avec un
nombre égal d'électrodes, d’effectuer un nombre supérieur de mesures.

Le dispositif Pôle-pôle : Ce dispositif, possédant uniquement une électrode d'injection de


courant et une électrode de mesure du potentiel, est beaucoup moins utilisé en tomographie 2D.
Il est par contre fréquemment utilisé en tomographie 3D.

De façon à créer un dispositif Pôle-pôle, les secondes électrodes, de courant et de


potentiel, doivent être placées théoriquement à l'infini. Comme l'effet de l'électrode à l'infini (N
ou B) est approximativement proportionnel au rapport AM/BM, il est nécessaire de placer
l'électrode B ou N à au moins 20 fois la distance AM maximale utilisée de façon à ce que l'erreur
soit inférieure à 5%. Si les distances inter-électrodes utilisées sont grandes, cela peut rapidement
devenir un problème. Il faut de plus se méfier des couches conductrices de surfaces qui peuvent
canaliser le courant dans une direction (mise-à-la masse).

Ce dispositif à la plus grande couverture horizontale et la plus grande profondeur


d'investigation. Il a par contre la plus faible résolution.

Le dispositif Pôle-dipôle : Le dispositif Pôle-dipôle a relativement une bonne couverture


horizontale ainsi qu'une force du signal plus haute que le Dipôle-dipôle. Il est par contre moins
sensible que le Pôle- pôle aux courants telluriques. Le principal problème vient du fait que le
Pôle-dipôle est un dispositif asymétrique (une électrode d'injection de courant à l'infini).

L'effet de l'électrode B à l'infini est ici proportionnel à AM/(BM)². Il suffit donc de mettre
B à une distance égale à 5 fois la distance AM utilisée pour que l'erreur soit inférieure à 5%. On
remarque alors qu'un dispositif Pôle-dipôle est moins affecté par l'électrode à l'infini qu'un
dispositif Pôle-pôle.

La force du signal (qui décroît avec le carré du facteur n) est plus faible comparativement
à un Wenner ou un Wenner- Schlumberger mais plus forte que pour un Dipôle-dipôle.

117
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Dispositifs d'acquisition électrique les plus répandus et les formules des résistivités apparentes.

E. Description de l’appareillage d’acquisition de la tomographie

électrique

Description de l’appareillage d’acquisition pour la tomographie électrique :

Appareillage d’acquisition pour la tomographie électrique

118
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Les composants de ce système d’appareillage sont d’abord le Terrameter LS (4) alimenté


par une batterie 12V (5). Quatre bobines (1) de câbles de 16 nœuds (sorties) branchées entre elles
deux à deux via un connecteur de bobines dit « Switch ». Les sorties des bobines sont disposées
à se connecter à des « Take out » (3) qui les relient aux électrodes (2) galvanisés en contact avec
le sol. Chacune des extrémités des deux bobines non reliées au switch est connectée
respectivement à l’embase : 1-32 et 33-64 du terrameter LS. Dans la suite de cette partie nous
allons décrire en détail cet appareillage.

Schématisation de la Configuration de l’appareillage en place d’une tomographie 2D

Photo du matériel utilisé lors des prises de mesures

Description du Terrameter LS :

Le Terrameter LS est un système d’acquisition de pointe pour les mesures de résistivité


électrique, polarisation spontanée (SP), résistivité et polarisation induite (IP). L’instrument
contient tout le nécessaire pour effectuer du panneau électrique (à l’exception des électrodes et
des câbles), c.-à-d. générateur de courant, récepteur multicanaux, carte de commutation,
ordinateur de contrôle, enregistrement des données, interface visuelle.

119
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Les connections entrées-sorties du Terrameter LS

Liste des connecteurs et leur fonction :

1. Ethernet : Connexion réseau.


2. USB : Connexion de périphériques USB (Clef, Clavier, GPS)
3. Interconnect : Utilisé pour chainer avec d’autres Terrameter LS.
4. AUX : Connexion pour les équipements externes
5. P1, P2 : Fiche banane pour électrode de mesures (Test, électrode à l’infini)
6. C1, C2 : Fiche banane pour électrodes d’injection (Test, électrode à
l’infini)
7. Electrode 1-32 : Connecteur 32 broches pour flutes.
8. Electrode 33-64 : Connecteur 32 broches pour flutes (connecteur bobine
branché)
9. GND : Prise de terre pour protection contre les surtensions.

F. Notion du "Garbage In - Garbage Out"

Pour avoir un modèle fiable, il est nécessaire d'avoir de bonnes données à la base. Il est
donc important d'insister sur ce point. Le traitement effectué pendant l'inversion ne pourra
certainement pas améliorer la qualité de vos données: si les données que vous utilisez sont
mauvaises, le résultat sera lui-même médiocre. C'est le concept bien connu que les informaticiens
nomment "Garbage In - Garbage Out". Il est donc nécessaire de soigner l'acquisition.

120
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Les principaux problèmes d'acquisition sont les suivants:

• Une électrode défectueuse nous prive rapidement d'un nombre élevé de points.
Il est donc nécessaire de s'assurer de la bonne marche du matériel. De même,
l'impédance d'entrée du résistivimètre doit être suffisamment élevée (plusieurs MΩ).
• Il est nécessaire de s'affranchir des conditions climatiques. Il n'est donc pas
conseillé de combiner des données ayant été mesurées à plusieurs mois d'intervalle
(variations des résistivités saisonnières).
• En zone fortement bruité, un courant maximum doit être injecté dans le sous-sol
de façon à améliorer le rapport signal / bruit (surtout pour les dispositifs à faibles
force du signal comme le Dipôle-dipôle). Pour ce faire, on augmentera le voltage à
l'entrée et on mouillera le sol autour des électrodes. Le but est ici de diminuer la
résistance de contacte. Cette dernière est généralement mesurée par le résistivimètre
avant de lancer la séquence de mesures.
• Il est déconseillé d'utiliser comme électrode de mesure du potentiel une électrode
ayant servi à l'injection juste avant. Il se développe en effet dans ce type de situation
un phénomène identique à la polarisation d'électrode en P.P. Il faudra alors prévoir
une séquence d'acquisition qui laisse l'électrode d'injection inutilisée durant un certain
laps de temps (env. 30 secondes) avant d'être employée comme M ou N.

L'utilisateur tâchera de limiter la présence d'hétérogénéités aux alentours immédiats de


l'électrode. Ces dernières peuvent parfois dégrader la qualité des mesures.

121
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

G. Présentation de Res2dinv

Le logiciel présenté ici, Res2Dinv, est actuellement l'outil d'inversion le plus couramment
utilisé dans les milieux universitaires et privés. Le descriptif qui suit permettra à l'utilisateur
débutant d'effectuer un premier contact avec ce type de traitement mais n'a pas l'intention de
couvrir de manière exhaustive toutes les possibilités de ce logiciel. Il faut d'ailleurs bien préciser
que seule une bonne expérience permettra l'utilisation optimale des nombreux paramètres
disponibles dans Res2Dinv.

Procédure d’inversion sous RES2DINV :

1. Ouvrir un fichier .DAT

Ouvrir le fichier (.DAT) contenant des résultats de la campagne tomographique.

Dans la fenêtre input sélectionner le fichier .DAT puis cliquer sur


ouvrir le message suivant devrait apparaitre :

122
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

2. Eliminer les mauvaises données

Les points sont représentés selon les différents niveaux d'acquisition et avec une échelle
restreinte. Cette représentation va faire ressortir les mesures dont la résistivité apparente est très
forte ou très faible par rapport aux points voisins. Un tel changement aussi rapide ne pouvant être
dû à un phénomène géologique, de telles données doivent être éliminées.

Cliquez sur Edit puis sur Exterminate bad data points pour accéder à ce mode de visualisation.

Cliquez sur chacune des mesures que vous désirez supprimer (les marquer en rouge) puis
cliquez sur Exit, acceptez les modifications effectuées, puis cliquez sur Quit edit window.

3. Entamer Inversion

Cliquez sur Least-squares inversion pour lancer l’inversion Au cours de l'inversion, trois profils
seront affichés sur l'écran.

• Profil 1 correspond aux données réelles mesurées sur le terrain.


• Le profil 3 est le modèle de courant inverse, ce qui représente le profil de résistivité
modélisé de la structure du sol.
• Le profil 2 représente les données synthétiques calculées sur la base du modèle de
profil 3. En comparant les profils 1 et 2, on peut avoir une idée de la façon avec
laquelle le modèle traité les données recueillies. Ceci est fait pour l’utilisateur, et
présenté comme l'erreur absolue au-dessus de profil 3.

123
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

4. Afficher et extraire les résultats de l’inversion

Pour afficher les resulats de l’inversion, cliquez sur Display puis sur Show inversion results
menu, la fennetre Display Sections Window sera ouverte.

Cliquez sur Display section puis sur display data and model sections Dans la boîte de dialogue
suivante, vous êtes invité à spécifier le type de valeurs de contour à utiliser. Généralement des
données de résistivité sont obtenues en utilisant les valeurs logarithmiques de contour.

Cliquez sur Print puis sur Save screen as BMP ou PCX pour extraire les resultats de l’inversion.

124
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.6 La tomographie électrique 2D

5.6.1 Généralités
Cette méthode est relativement récente et doit son principal développement aux progrès
effectués dans le domaine informatique et du traitement mathématique. Depuis trois ou quatre
ans, la tomographie électrique tend à devenir l'outil indispensable de toute personne concernée
par des problèmes d'environnement, d'hydrogéologie, de génie civil, de géologie, de recherche de
matière première ou d'archéologie. De plus, des applications se développent actuellement dans le
domaine de la recherche minière et pétrolière. Les principaux atouts de cette méthode sont son
faible coût de mise en œuvre et la rapidité du traitement.

Les sondages électriques verticaux (S.E.V) sont limités par le fait qu'ils ne prennent pas
en compte les variations latérales de la résistivité du sous-sol. La méthode tomographie (ou
imagerie) électrique 2D fut mise au point dans le but d'obtenir un modèle du sous-sol où la
répartition de résistivité varie verticalement et horizontalement le long du profil. Dans ce cas, on
suppose que la résistivité ne change pas dans la direction perpendiculaire au profil.

Cette supposition est raisonnable pour beaucoup de corps géologiques allongés, et dans ce
cas, la méthode pourra être appliquée. Cependant, il faudra alors tenter de placer les profils
perpendiculairement au corps à étudier, et cela ,nous permettra également de déterminer les vraies
dimensions de ce corps.

En théorie, une étude 3D devrait être encore plus précise. Si, pour un sondage, on emploie
quelques dizaines de points, il en faudra entre 100 et 1000 pour un profil 2D et plusieurs milliers
pour une acquisition 3D. Cette évolution, bien qu’elle permette une amélioration considérable de
notre connaissance du sous-sol, pose différents problèmes, à savoir : le temps d’acquisition
important, le coût du matériel toujours plus élevé et l’interprétation des données de plus en plus
nombreuses.

La tomographie 2D semble donc être actuellement un bon compromis entre obtenir des
données fiables tout en maintenant le coût et le temps d'acquisition et de traitement raisonnable.

NB : Pour plus d’informations concernant les généralités de la méthode de prospection


électrique, se référer à l’annexe II.B.

125
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.6.2 Procédures d'acquisition 2D


La technique d’acquisition consiste à réaliser des profils en augmentant régulièrement
l’espace entre les électrodes. Les mesures de terrain permettent ainsi d’obtenir une pseudo-section
de la résistivité électrique apparente du sous-sol. De nombreux dispositifs peuvent être utilisés
pour construire ces Pseudo-sections. Les plus fréquemment mis en œuvre sont les dispositifs :
Wenner, Wenner-Schlumberger, Schlumberger.

Une acquisition 2D utilise en général un grand nombre d'électrodes connectées à un câble


multiconducteurs et placées selon un profil. Un ordinateur portable, dans lequel est programmée
la séquence de mesures (ou un résistivimètre possédant un disque dur), et contenant une boite de
commutation qui sélectionne automatiquement les électrodes utilisées pour l'injection du courant
et la mesure du potentiel.

Chaque électrode possède en effet une adresse numérique unique dans le dispositif, ce qui
lui permet d'être identifiée par l'ordinateur. La séquence de mesure est généralement créée sous
forme de fichier texte dans lequel sont contenues diverses informations tel que le type de dispositif
utilisé. Les formats de ces fichiers dépendent du constructeur.

Les câbles multiconducteurs sont reliés à la boite de commutation. Un contact galvanique


est assuré avec le sol au moyen de piquets métalliques (acier inoxydable) ou encore d'électrodes
spéciales éliminant la polarisation spontanée. Un espacement constant est généralement respecté
d'une électrode à l'autre.

Lorsqu'on lance l'acquisition, le programme sélectionne automatiquement les électrodes


utilisées pour l'injection du courant et la mesure du potentiel. La mesure est ensuite stockée dans
la mémoire de l'ordinateur (ou du résistivimètre). La majeure partie du temps d'acquisition est
donc passée à attendre que le résistivimètre effectue la séquence de mesure.

126
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 4-1 Schéma des points de niveau des mesures

5.6.3 Choix du dispositif pour la tomographie électrique 2D


Sur le terrain, un des principaux problèmes dans la mise en œuvre d’une investigation
électrique est le choix du dispositif selon le type de structure à étudier.En tomographie électrique,
les principaux dispositifs communément utilisés sont le Wenner, Wenner-Submerger, dipôle-
dipôle. Le tableau suivant résume l’analyse comparative de ces differents dispositifs figurant sur
l’Annexe II.D :

Le dispositif Profondeur d’investigation sensibilité Force du signal


Verticale horizontale
Wenner La plus faible Bonne Faible Fort

Dipôle-dipôle Dépend de a et n Faible Bonne Très faible


Wenner- 10% supérieur à Wenner Bonne Bonne Bonne
Schlumberger
Pôle-pôle La plus grande Faible Faible -
Pôle-dipôle - - bonne Faible
Tableau 12 Dispositifs de la tomographie électrique

Ainsi si le terrain à étudier est bruité, face au manque de temps ayant besoin d'une bonne
résolution verticale, il est conseillé d’utiliser un dispositif Wenner. Ce dispositif peut par exemple
être utilisé en recherche hydrogéologique ou environnementale (pour les structures horizontales).

Si on a besoin d’une bonne couverture horizontale ainsi qu'une bonne résolution


horizontale, que le terrain n'est pas trop bruité, que le résistivimètre est sensible et que le contact

127
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

avec le sol est bon, on peut utiliser un dispositif Dipôle-dipôle. Ce dispositif peut par exemple
convenir en archéologie, en géophysique minière ou en génie civil (recherche des structures
verticales)

Si on n’est pas sûrs de la géométrie du milieu et qu’on a du temps à disposition, on


utiliserait un Wenner-Schlumberger. Ce dispositif, généralement recommandé dans la plupart des
cas, peut être utilisé en recherche géologique à grande échelle, hydrogéologique ou
environnementale. De bons résultats peuvent également être obtenus en génie civil et archéologie.
Alors que pour de plus petits terrains d'étude, un dispositif Pôle-pôle ou Pôle-dipôle ("forward"
et "reverse") peut convenir.

5.6.4 Mise en œuvre de la tomographie électrique sur le terrain


Avant que le prospecteur ou ingénieur géophysicien entame installation des câbles et des
électrodes, le long d'un profil implanté à l’aide d’un GPS. Il commence d’abord par faire une
bonne observation du terrain et un temps de réflexion, afin de faire le bon choix de la direction
du profil en fonction de l’objectif de l’investigation (généralement les coordonnées des directions
des profils sont déjà spécifié dans le cahier de charge), et de s’éloigner de tout empêchement qui
pourra interrompre la suite des mesures ; tel que la nécessité de l’adaptation aux passages des
véhicules au-dessus des câbles électriques, la rencontre d’un obstacle...

Après avoir étalé les câbles des bobines le long du profil, celle-ci doivent être connecté à
l'entrée du résistivimètre Terrameter LS, qui enregistre lui-même les résistivités apparentes
mesurées.

Figure 4-2 Tétramètre SAS4000 sur le terrain et branchement de bobine (LPEE)

128
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Le travail sur terrain nécessite la présence d’un agent de terrain expérimenté, c’est un
technicien qui manipule le matériel d’acquisition de données, et un ingénieur qualifié pour faire
le traitement sur logiciel, l’interprétation et le suivi des sondages, ainsi que l’avertir pour refaire
un profil TR dans le cas de défaillance.

En contexte difficile, on peut utiliser de l’eau salée et/ou de la bentonite afin d’améliorer
le contact des électrodes avec le sol et faciliter le passage du courant.

Figure 4-3 Préparation du dispositif avant mesure

Lorsque les terrains sont très durs et que l’implantation classique d’électrodes est délicate,
on peut utiliser des plaques métalliques en rajoutant les produits cites précédemment si nécessaire.
Quelques fois, il suffit d’enfoncer plus profondément les piquets ou encore de doubler les
électrodes. Comme précisé précédemment, cette phase “d’implantation” est très importante car
elle conditionne en grande partie la qualité des mesures réalisées par la suite.

En présence d'un terrain bruité et sans aucune connaissance préalable de la géométrie du


corps à étudier, on utilise de préférence un dispositif Wenner-Schlumberger. Ce dispositif peut à
la fois être utilisé en recherche géologique à grande échelle, en hydrogéologie, en génie-civil, en
archéologie et pour des problèmes d'environnement.

Quand le profil nous oblige à traverser une route ou une piste il est nécessaire de cacher
le câble pour le protéger des passages de voitures ou d’autres véhicules qui pourraient
l’endommager ou mettre des personnes en danger. Dans le cas d’une piste il est possible d’enterrer
dans un tranché traversant la piste, quand ce n’est pas possible dans une route goudronnée par

129
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

exemple, l’utilisateur doit protéger le câble par un cache et mettre des signalisations de réduction
de vitesses, voir figure 4-5)

Pendant l’étalage des câbles de la bobine dans la direction du profil, il est conseillé
d’utiliser une boussole ou de ce repérer par deux repères fixes devant l’utilisateur, où le plus
proche devrait cacher le plus loin pour garder la bonne direction durant l’avancement des travaux.

NB : Pour plus d’informations concernant les descriptions de l’appareillage d’acquisition


pour la tomographie électrique et les consignes d’implantation, se référer à l’annexe II.E et II.F.

5.6.5 Réalisation du model d’inversion d’un profil électrique 2D


5.6.5.1 Méthodologie de l’inversion
Afin d’obtenir une image représentant les distributions spatiales de la résistivité réelle (et
non pas apparente) en fonction de la profondeur, il est nécessaire d’inverser la pseudo-section.
Cette inversion est réalisée suivant un processus itératif qui tente de minimiser l’écart entre la
pseudo-section mesurée et une pseudo-section recalculée à partir d’un modèle de résistivité
électrique.

Ce modèle est modifié à chaque itération jusqu’à ce que les données mesurées et calculées
atteignent une corrélation acceptable ou jusqu'à ce qu’aucune nouvelle amélioration ne soit
possible.

La méthode d'inversion est décrite schématiquement dans la Figure 4.6. Un modèle (C) de
base est tout d'abord élaboré soit à partir des données de résistivités apparentes mesurées (A), soit
à partir d'informations à priori entrées par l'utilisateur. L'algorithme calcule ensuite la réponse de
ce modèle en résolvant le problème direct (c'est à dire le calcul de résistivités apparentes à partir
de résistivités vraies) (étape 1). On obtient alors le profil (B).

L'algorithme détermine alors le degré de différence entre les profils (A) et (B), c’est
l’évaluation de 𝛥𝛥𝑑𝑑 (étape 2). Le modèle (C) est ensuite modifié grâce aux valeurs de 𝛥𝛥𝑚𝑚 dans
le but de minimiser le degré de différence (erreur) entre (A) et (B) (étape 3). On évalue également
l’erreur entre (A) et (B). L'opération est alors répétée de manière itérative jusqu'à ce que le
processus converge (l'erreur ne diminue plus de manière significative).

130
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 4-4 Méthode d'inversion

5.6.5.2 Logiciel d’inversion utilisé


Le logiciel qu’on a utilisé est « Res2Dinv », qui est actuellement l'outil d'inversion le plus
couramment utilisé dans les milieux universitaires et privés. Il utilise la méthode d'inversion des
moindres carrés pour produire un modèle 2D et/ou 3D de la subsurface à partir de la résistivité
apparente. Le fonctionnement est automatique et l'utilisateur n'a pas à fournir de modèle de départ.
L'inversion d’une pseudo section simple ne nécessite que quelques minutes sur un ordinateur. Le
programme Res2DInv supporte en particulier les configurations Wenner, Schlumberger, pole-
pole, pole-dipôle.

NB : Pour plus d’informations concernant le logiciel d’inversion et la méthode


d’utilisation, se référer à l’annexe II.G.

131
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

5.7 Théorie du calcul

5.7.1 Généralités sur les fondations superficielles


5.7.1.1 Définitions
Une fondation superficielle est définie par des caractéristiques géométriques.

• L : longueur de la semelle ou plus grand côté d'une semelle.


• B : largeur de la semelle ou plus petit côté de la semelle.
o semelle circulaire : ........ ……… B = 2 R
o semelle carrée : ............. ……… B = L
o semelle rectangulaire : ……… B < L < 5 B
o semelle continue ou filante :… L > 5 B
• D : hauteur d'encastrement de la semelle. hauteur minimum au-dessus du niveau de la
fondation. Si un dallage ou une chaussée surmonte la fondation, ceux-ci seront prises pris
en considération dans la hauteur d'encastrement.
• h : ancrage de la semelle. Il correspond à la hauteur de pénétration de la semelle dans la
couche porteuse.

Elle est aussi définie par le rapport B/D. Au-delà d'un rapport de 1/6, nous sommes dans
le domaine des fondations profondes.

Figure 5-5 Illustration d'une semelle isolée et de ses dimensions

132
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

La fonction d'une fondation est de transmettre au sol les charges qui résultent des actions
appliquées sur la structure qu'elle supporte.

Cela suppose donc que le concepteur connait :

• la capacité portante de la semelle de fondation. Le sol ne doit pas rompre, ni tasser de


façon inconsidérée sous la semelle.
• les actions amenées par la structure du sol de fondation. la semelle doit résister aux actions
auxquelles elle est soumise. (16)

5.7.1.2 Textes règlementaires


Deux textes réglementaires, dont les champs d’application sont différents, concernent la
justification des fondations superficiellees :

• le D.T.U. 13.12. - nov. 1988 Règles pour le calcul des fondations superficielles qui
s'appliquent aux travaux de bâtiment.
• le fascicule 62 - titre V - déc. 1993 qui s'applique aux travaux de Génie Civil,
ouvrages d'art notamment.

5.7.2 Définitions et comportements


Dans un 1er temps, l’ingénieur géotechnicien cherchera à fonder son ouvrage
superficiellement pour des raisons de coût (Si des conditions particulières liées au projet, au site
ou aux sols ne lui interdisent pas évidemment). Il devra, alors, se préoccuper en tout premier lieu
de la capacité portante de sa fondation ; c’est-à-dire, s’assurer que les couches de sol superficielles
peuvent effectivement supporter la charge transmise. Si le résultat des calculs est concluant,
notamment, s’il n’aboutit pas à une aire de fondation prohibitive, il doit alors s’assurer que, son
tassement sous les charges de fonctionnement prévues, reste dans les limites admissibles.

La capacité portante et le tassement sont ainsi les deux éléments fondamentaux qu’il
faudra considérer lors du calcul des fondations superficielles.

5.7.2.1 Définitions
Soit une fondation de largeur B et de profondeur d’encastrement D, on y applique une
charge monotone croissante, d’une manière quasi-statique et on relève les tassements obtenus en
fonction de la charge appliquée Q.

133
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 5-6 Comportement du sol vis-à-vis d'une charge Q

Au début du chargement, le comportement est sensiblement linéaire (le tassement croit


proportionnellement à la charge appliquée) puis le tassement n’est plus proportionnel (on peut
dire qu’il y a création et propagation de zones de sol plastifiées sous la fondation). A partir d’une
certaine charge 𝑄𝑄𝑙𝑙 , il y a poinçonnement du sol (ou tout du moins un tassement qui n’est plus
contrôlé), le sol n’est plus capable de supporter une charge supplémentaire, on peut dire que l’on
a atteint l’écoulement plastique libre. Cette charge 𝑄𝑄𝑙𝑙 est la capacité portante de la fondation (on
parle aussi souvent de charge limite, de charge de rupture ou encore de charge ultime).

Le dimensionnement correct de la fondation d’un ouvrage consistera, notamment à assurer


que l’on reste au deçà de cette charge limite, avec une certaine marge quantifiée par un coefficient
de sécurité, et que les tassements correspondants sont admissibles (Q, s sur le schéma). (16)

5.7.2.2 Analyse qualitative de la rupture du sol sous une fondation superficielle :


Des études sur des modèles réduits ont permis de définir 3 zones de sol dans lesquelles le
comportement est différent en phase de rupture.

Figure 5-7 Illustration des zones de ruptures

134
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

• Zone I : située directement sous la semelle, cette zone, formée d'un coin délimité
par les points A, B, et C est fortement comprimée. Cette zone se déplace avec la
semelle.
• Zone II : Le sol est refoulé vers la surface ; les déplacements et cisaillements
sont très importants. Il s'y produit une rupture généralisée.
• Zone III : le sol est peu ou pas perturbé par la rupture.

Au fur et à mesure de l'application d’une charge croissante, le sol tasse de façon quasi
linéaire au début, pour augmenter rapidement de façon asymptotique à la valeur 𝑄𝑄𝑢𝑢 . Cette valeur
𝐵𝐵
limite n'est pas très précise ; elle est conventionnellement définie pour : 𝑠𝑠 = .
10

𝑄𝑄𝑢𝑢 (Noté également 𝑄𝑄𝑙𝑙 ) est la charge limite ou capacité portante de la semelle. C'est la
charge maximale que peut supporter celle-ci et qui entraîne la rupture du sol.

𝑞𝑞𝑢𝑢 (Noté également 𝑞𝑞𝑙𝑙 ) est la contrainte limite ultime ou contrainte de rupture.

𝑄𝑄𝑢𝑢
𝑞𝑞𝑢𝑢 = Avec A aire de la semelle. (16)
𝐴𝐴

5.7.3 Principe de justification


Le dimensionnement correct de la fondation d’un ouvrage consistera, notamment, à
s’assurer que l’on reste en deçà de cette charge limite, avec une certaine marge quantifiée par un
coefficient de sécurité, et que les tassements correspondants sont admissibles.

On constate qu’on doit nous assurer que la contrainte effective maximale ramenée par
l’ouvrage 𝑞𝑞′𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 devra verifier :

1. Un critère de rupture
𝑞𝑞𝑢𝑢
𝑞𝑞′𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 ≤ 4-12
𝐹𝐹𝑠𝑠
Avec : 𝐹𝐹𝑠𝑠 = coefficient de sécurité généralement pris égal à 3. La contrainte admissible
devra, en effet, être telle que tout risque de rupture soit évité.

2. Un critère de déformabilité
La condition précédente étant supposée remplie et la semelle chargée de telle sorte que la
contrainte moyenne transmise au sol soit « 𝑞𝑞′𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 », cette semelle va tasser de la valeur « 𝑠𝑠𝑓𝑓 ».

135
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Il conviendra de s’assurer que le tassement 𝑠𝑠𝑓𝑓 est compatible avec le bon comportement
de l’ouvrage. La valeur du tassement admissible dépend donc directement de la déformabilité
plus au moins grande de l’ouvrage supporté par la fondation. Le tassement admissible peut varier
du millimètre (Antennes spatiales) au mètre (réservoirs de pétrole de très grand diamètre).

Méthode générale

Pour toute étude de fondation, et ceci est également vrai pour les fondations profondes,
les deux aspects de la stabilité qui se traitent pratiquement d’une façon indépendante devront être
examinés.

• Sécurité vis-à-vis de la rupture. Le problème consiste à déterminer la contrainte de


rupture «𝑞𝑞𝑢𝑢 » ; il se traite en considérant qu’un équilibre limite de plasticité est atteint.
3. Tassement sous la contrainte de service 𝑞𝑞 < 𝑞𝑞𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 , la contrainte 𝑞𝑞 est telle que, dans la
plupart des cas, on peut considérer qu’en aucun point du massif de sol dans lequel les
fondations sont ancrées, et le seuil de plasticité n’est atteint. Dans ces conditions, il
s’agit uniquement d’un problème de déformation élastique.

5.7.4 Méthodes de calcul de la capacité portante et du tassement à partir


d’essais INSITU (Essai pressiométrique Ménard)
5.7.4.1 Détermination de la capacité portante par les résultats de l’essai pressiométrique
a. Formule générale

La formule fondamentale de L.Ménard donnant la contrainte effective de rupture d’une


semelle sous charge verticale centrée, et s’écrit sous la forme suivante :


𝑞𝑞𝑢𝑢′ = 𝐾𝐾𝑝𝑝 . 𝑃𝑃𝑙𝑙𝑙𝑙 + 𝑞𝑞0 ′ 4-1

• 𝑞𝑞0 ′ : Contrainte verticale effective du sol après construction au niveau de la


fondation (donc compte tenu d’un remblai éventuel) ;

• 𝑃𝑃𝑙𝑙𝑙𝑙 : Pression limite nette équivalente du sol ;
• 𝐾𝐾𝑝𝑝 : Coefficient de proportionnalité appelé coefficient de portance.

La contrainte admissible est donnée par la relation suivante :



𝐾𝐾𝑝𝑝 . 𝑃𝑃𝑙𝑙𝑙𝑙 4-2
𝑞𝑞𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎 = 𝑞𝑞0′ +
𝐹𝐹𝑠𝑠

Avec 𝐹𝐹𝑠𝑠 coefficient de sécurité pris égal à 3.

136
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

b. Pression limite nette équivalente 𝑷𝑷∗𝒍𝒍𝒍𝒍

Terrain homogène : Lorsque le terrain sous


fondation est constitué, jusqu’à une profondeur d’au moins
1.5B, d’un même sol ou de sols de même type et de
caractéristiques comparables ; la pression limite nette
équivalente est égale à :


2 4-3
𝑃𝑃𝑙𝑙𝑙𝑙 = 𝑃𝑃𝑙𝑙∗ ( 𝐷𝐷 + 𝐵𝐵)
3

Terrain non homogène : Lorsque le terrain sous


fondation est constitué jusqu’à une profondeur d’au moins 1.5B,
de sols de natures différentes et de résistances mécaniques
différentes ; La pression limite nette équivalente est égale à la
moyenne géométrique des valeurs de 𝑃𝑃𝑙𝑙∗ mesurées sur la tranche
de sol [D ; D+1.5B] :

𝑛𝑛
𝑃𝑃𝑙𝑙𝑙𝑙∗ = �𝑃𝑃𝑙𝑙1
∗ ∗ ∗
𝑃𝑃𝑙𝑙2 … . 𝑃𝑃𝑙𝑙𝑙𝑙 4-4

c. Hauteur d’encastrement équivalente 𝑫𝑫𝒆𝒆

La hauteur d’encastrement équivalente 𝐷𝐷𝑒𝑒 , est un paramètre conventionnel de calcul qui


tient compte du fait que les caractéristiques mécaniques des sols de couverture sont généralement
plus faibles que celles du sol porteur (𝐷𝐷𝑒𝑒 < 𝐷𝐷) :

𝐷𝐷 4-5
1
𝐷𝐷𝑒𝑒 = ∗ � 𝑃𝑃𝑙𝑙∗ (𝑧𝑧). 𝑑𝑑𝑑𝑑
𝑃𝑃𝑙𝑙𝑙𝑙
𝑑𝑑

• 𝑃𝑃𝑙𝑙𝑙𝑙∗ : Pression limite nette équivalente des sols sous la base de la fondation ;
• d : généralement égal à 0, sauf s’il existe en surface des couches de très mauvaises
caractéristiques dont on ne veut pas tenir compte dans le calcul de l’encastrement ;

137
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

• D : hauteur contenue dans le sol ;


• 𝑃𝑃𝑙𝑙∗ (𝑧𝑧) : obtenu en joignant par des segments de droite sur une échelle linéaire les
différents 𝑃𝑃𝑙𝑙∗ mesurés.
d. Le coefficient de portance 𝑲𝑲𝒑𝒑

Les valeurs du coefficient de portance 𝐾𝐾𝑝𝑝 sont données par :

• La nature de la formation concernée.


𝐷𝐷𝑒𝑒
• La profondeur d’encastrement relative 𝐵𝐵

• Rapport de la largeur B à la longueur L de la fondation

Type de sol Expression de Kp Kp max Semelle carrée Kp max Semelle filante


Argiles et limons A, craies A 0.8 [1+0.25 (0.6+0.4 B/L) De/B] 1.30 1.10
Argiles et limons B 0.8 [1+0.35 (0.6+0.4 B/L) De/B] 1.50 1.22
Argiles C 0.8 [1+0.50 (0.6+0.4 B/L) De/B] 1.80 1.40
Sables A [1+0.35 (0.6+0.4 B/L) De/B] 1.88 1.53
Sables et graves B [1+0.50(0.6+0.4B/L)De/B] 2.25 1.75
Sables et graves C [1+0.80(0.6+0.4B/L)De/B] 3.00 2.20
Craies B et C 1.3[1+0.27(0.6+0.4B/L)De/B] 2.18 1.83

Tableau 13 Valeurs du coefficient de portance Kp (fascicule 62-V)

• La nature de la formation concernée.


𝐷𝐷
• La profondeur d’encastrement relative 𝐵𝐵𝑒𝑒
• Rapport de la largeur B à la longueur L de la fondation
Le choix de la catégorie de sol considéré peut être établi à partir des fourchettes indicatives
de la pression limite selon la proposition du tableau suivant :

Pression limite (MPa)


Classe de sol description
A Argiles et limons mous < 0.7
Argiles Limons B Argiles et limons fermes 1.2-2.0
C Argiles très fermes à dures >2.5
A Lâches <0.5
Sables, Graves B Moyennement compacts 1.0-2.0
C Compacts >2.5
A Molles <0.7
Craies B Altérées 1.0-2.5
C Compacte >3.0
A Tendres 1.5-4.0
Marnes Marno-calcaires
B Compacts >4.5
Tableau 14 Définition des catégories conventionnelles des sols (fascicule 62-V)

138
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

e. Influence de l’inclinaison de la charge et de la proximité d’un talus


La formule générale de la contrainte de rupture est remplacée par la formule suivante :

𝑞𝑞𝑢𝑢′ = 𝑖𝑖𝛿𝛿𝛿𝛿 𝐾𝐾𝑝𝑝 𝑃𝑃𝑙𝑙𝑙𝑙 + 𝑞𝑞0 ′. Avec 𝑖𝑖𝛿𝛿𝛿𝛿 un coefficient de pondération minorateur (dépendant de
l’inclinaison 𝛿𝛿 de la charge sur la verticale et de la pente β du sol de fondation sur l’horizontale).
Le fascicule 62-V propose les coefficients minorateurs dans le cas d’une charge centrée inclinée
sur un sol horizontal et pour une charge verticale centrée en crête d’un talus.

NB : cette partie n’a pas été développée puisque les fondations seront considérées comme
étant sous la charge centrée verticale lors des calculs.

5.7.4.2 Détermination du tassement par les résultats de l’essai pressiométrique


Les tassements se superposent comme suit :

• Un tassement de consolidation 𝑆𝑆𝑐𝑐 dans la zone située directement sous la semelle ou


les contraintes normales sont élevées. Cette zone dénommée par Ménard domaine
sphérique peut être limitée à une demi sphère pour une semelle isolée ou à un demi
cylindre pour une semelle continue ;
• Un tassement 𝑆𝑆𝑑𝑑 dû à des déformations de cisaillement (déformation du sol vers
l’extérieur de la semelle).Les zones essentiellement affectées par ces déformations
sont appelés : domaine déviatorique.

Figure 5-8 Tassements pour une semelle de largeur B

139
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

a. Formule générale

Le tassement de la semelle s’écrit :

𝑆𝑆 = 𝑆𝑆𝑐𝑐 + 𝑆𝑆𝑑𝑑 4-6

𝛼𝛼 ′ 4-7
𝑆𝑆𝑐𝑐 = (𝑞𝑞 ′ − 𝜎𝜎𝑣𝑣0 )𝜆𝜆𝑐𝑐 𝐵𝐵
9𝐸𝐸𝑐𝑐

2 ′
𝐵𝐵 4-8
𝑆𝑆𝑑𝑑 = (𝑞𝑞 ′ − 𝜎𝜎𝑣𝑣0 )𝐵𝐵0 (𝜆𝜆𝑑𝑑 )𝛼𝛼
9𝐸𝐸𝑑𝑑 𝐵𝐵0

𝐸𝐸
• 𝛼𝛼 : Coefficient rhéologique = 𝐸𝐸 𝑚𝑚 ;
𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜𝑜

• 𝑞𝑞′ : Contrainte effective appliquée par la semelle ;



• 𝜎𝜎𝑣𝑣0 : Contrainte verticale effective avant travaux, au niveau de la future fondation ;
• B : Largeur de la semelle avec B ≥ 0.60m ; sinon prend B=0.6 ;
• 𝐵𝐵0 : Largeur de référence = 0.60m ;
• 𝐸𝐸𝑐𝑐 et 𝐸𝐸𝑑𝑑 : Modules pressiométrique moyens pondérés dans les domaines sphérique et
déviatorique ;
𝐿𝐿
• 𝜆𝜆𝑑𝑑 et 𝜆𝜆𝑐𝑐 : coefficients de forme fonction du rapport 𝐵𝐵 de la semelle.

Les valeurs de 𝜆𝜆𝑑𝑑 et 𝜆𝜆𝑐𝑐 sont données dans le tableau suivant :

𝐿𝐿
Cercle Carré 2 3 5 20
𝐵𝐵
𝜆𝜆𝑐𝑐 1 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5
𝜆𝜆𝑑𝑑 1 1.12 1.53 1.78 2.14 2.65
Tableau 15 Valeurs des coefficients de forme λd et λc

b. Valeurs de 𝑬𝑬𝒄𝒄 et 𝑬𝑬𝒅𝒅

Pour un sol homogène : 𝑬𝑬𝒄𝒄 = 𝑬𝑬𝒅𝒅 = 𝑬𝑬𝒎𝒎 Avec 𝐸𝐸𝑚𝑚 est le module pressiométrique du
sol homogène.

Pour un sol modérément hétérogène : Le sol sous la semelle est découpé en tranches
𝐵𝐵
élémentaires fictives d’épaisseur égale à et numérotées de 1 à 16.
2

140
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

Figure 5-9 Répartition des plages de modules pressiométrique (d’épaisseurs B/2)

𝐸𝐸𝑐𝑐 et 𝐸𝐸𝑑𝑑 sont données par les formules : 𝐸𝐸𝑐𝑐 = 𝐸𝐸1

4 1 1 1 1 1
= + + + + 4-9
𝐸𝐸𝑑𝑑 𝐸𝐸1 0.85𝐸𝐸2 𝐸𝐸3.5 2.5𝐸𝐸6.8 2.5𝐸𝐸9.16

Les modules 𝐸𝐸𝑖𝑖,𝑗𝑗 sont eux-mêmes obtenus en considérant la moyenne harmonique des
différents modules pressiométrique mesurés à l’intérieur des tranches élémentaires i à j.

Remarque :

• Si les valeurs de 𝐸𝐸9 à 𝐸𝐸𝑑𝑑16 ne sont pas connues, mais considérées supérieures aux
valeurs sus-jacentes, 𝐸𝐸𝑑𝑑 , et se calcule comme suit :
3.6 1 1 1 1
= + + + 4-10
𝐸𝐸𝑑𝑑 𝐸𝐸1 0.85𝐸𝐸2 𝐸𝐸3.5 2.5𝐸𝐸6.8

• De la même façon, si les modules 𝐸𝐸6 à 𝐸𝐸8 ne sont pas connues, 𝐸𝐸𝑑𝑑 est donnée par :
3.2 1 1 1
= + + 4-11
𝐸𝐸𝑑𝑑 𝐸𝐸1 0.85𝐸𝐸2 𝐸𝐸3.5

141
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

c. Tassements admissibles

Lorsque le nombre d’appuis est limité, comme pour les ouvrages d’art, et qu’une
reconnaissance suffisante a été réalisée, il est possible de calculer les tassements totaux au droit
de chaque appui et donc d’estimer directement les tassements différentiels.

Le plus souvent, notamment pour les structures de type bâtiment, il faut faire une
estimation empirique en considérant que le tassement différentiel peut atteindre 50% à 100% du
tassement total selon l’hétérogénéité du site et des charges.

Tassements admissibles : Les valeurs admissibles des tassements différentiels font appel à la
∆𝑠𝑠
notion de distorsion 𝛿𝛿 donnée par la formule 𝛿𝛿 = .
𝐿𝐿

• ∆𝑠𝑠 : Tassement différentiel entre deux appuis


• 𝐿𝐿 : distance entre ces appuis.
Méthode pressiométrique(1)
Nature de la construction
pour 10m (mm)

Fragiles 3 3/10000
Immeubles : Normaux 5 5/10000
souples 7 7/10000
Remplissage fragile ( blocs de béton
8 8/10000
manufacturés)
Locaux industriels ossature
béton ou métallique avec : Remplissage ordinaire 10 1/1000
Sans remplissage 15 1.5/1000

(1) Les tassements différentiels admissibles par cette méthode sont 3 à 4 fois plus petits que par la méthode classique ;
le calcul des tassements par les deux méthodes conduit à des résultats qui sont souvent dans un rapport similaire.
Tableau 16 ordre de grandeur des tassements admissibles

Dans notre cas, la valeur du tassement différentiel admissible prise en considération est de 2.5.
Ainsi la justification des tassements se fera suivant la condition suivante :

∆𝑠𝑠 = 𝑠𝑠𝑓𝑓1 − 𝑠𝑠𝑓𝑓2 ≤ 2,5 4-12

• 𝑠𝑠𝑓𝑓1 , 𝑠𝑠𝑓𝑓2 : Tassements au niveau de deux appuis.

142
ETUDE GEOPHYSIQUE ET GEOTECHNIQUE DU SITE DE CONSTRUCTION DE
LA CENTRALE THERMIQUE DE SAFI

143