Vous êtes sur la page 1sur 12

1.

Les facteurs écologiques

1.1.Notions de facteurs écologiques

Définition :
Facteur du milieu ou facteur écologique tout élément du biotope susceptible d’agie sur les êtres
vivants. Ces facteurs sont de nature diverse ( climatique, édaphique, géologique, hydrique,
biotique,….). Tout être-vivant dans son habitat est soumis à l’action simultanée de plusieurs facteurs
écologiques.

Modes d’action :
Deux modes d’action:
Direct: action du facteur sur l’organisme est directe
Ex. le sel dans le sol agit directement sur la nature d’une plante
Indirect: action du facteur sur l’organisme se fait par l’intermédiaire d’un autre facteur
Ex. l’altitude, l’exposition, la profondeur de l’eau,… agissent indirectement.

Roles :
- Source d’énergie et l’élément nutritif.
- Répartition géographique des espèces : par apport à les conditions de vie favorables et
défavorables.
- Densité des populations.

-Modifications adaptatives : Les facteurs écologiques favorisent l’apparition des modifications


adaptatives.

Classifications : Selon les critères de classification, on peut distinguer 3 types de classification :

1ère classification: Abiotique ;biotique


*Critère « nature des facteurs » :
Facteurs physico-chimiques ou facteurs abiotiques : Ces facteurs du milieu sont représentés par les
éléments du biotope qui influent sur la vie des organismes. On peut distingue : Facteurs climatiques ;
Facteurs édaphiques et Facteurs topographiques.
Facteurs liés à l’activité des êtres-vivants ou facteurs abiotiques : Ces facteurs proviennent de
l’action des êtres-vivants d’une même population ou de populations différentes: Prédation,
compétition, symbiose, coopération, ect…).

2ème classification de MONDSCHASKY


*Critère: degré d’adaptation des êtres-vivants avec leur milieu :
L’importante de l’ adaptation est fonction de l’ancienneté et de la périodicité du facteur.
Mondschasky retient 3 types de facteurs :
Les facteurs périodiques primaires : Facteurs du milieu anciens qui varient périodiquement et de
façon régulière. Cette périodicité peut être journalière, lunaire, saisonnière ou annuelle ;et sont
responsables de la distribution géographique des espèces.
Les facteurs périodiques secondaires : Ces facteurs sont la conséquence des variations des facteurs
périodiques primaires. Ils sont anciens, leur variation est moins périodicité et moins régulière (vagues
de chaleur/froid, tornades, alimentation dans les milieux naturels,…) ;Ces facteurs modifient
l’abondance des espèces à l’intérieur de leur milieu.
Les facteurs apériodiques ou non périodiques :Ce sont des facteurs qui apparaissent brusquement
dans le milieu. Les organismes n’ont pas le temps nécessaire de s’adapter à ces facteurs apériodiques
(tremblements de terres, sècheresse, incendies de forêts naturels, …) ; Ces facteurs influent sur la
dynamique de populations.

3ère classification: « Facteurs dépendants de la densité » : Ce sont des facteurs qui dépendent de la
densité des population. Ils interviennent dans un milieu lorsque la densité de la population dans ce
milieu varie (compétition, parasitisme, prédation,…).
1.2.Les facteurs climatiques :
Définition :
Le climat est l'ensemble des conditions atmosphériques et météorologiques propres à une région du
globe. Le climat d'une région est déterminé à partir de l'étude des paramètres météorologiques
(température, taux d'humidité, précipitations, force et direction du vent, durée d'insolation, etc…)
Température : est l’élément du climat le plus important étant donné que tous les processus
métaboliques en dépendent.
Humidité et pluviosité : En fonction de leurs besoins en eaux, et par conséquent de leur
répartition dans les milieux, on distingue :
Des espèces aquatiques qui vivent dans l’eau en permanence (ex : poissons) ;
Des espèces hygrophiles qui vivent dans des milieux humides (ex : amphibiens) ;
Des espèces mésophiles dont les besoins en eau sont modérés et qui supportent des
alternances de saison sèche et de saison humide ;
Des espèces xérophiles qui vivent dans les milieux secs où le déficit en eau est accentué
(espèces des déserts).
Lumière et ensoleillement : L’éclairement a une action importante non seulement par son
intensité et sa nature (longueur d’onde) mais aussi par la durée de son action (photopériode).
Vent : Le vent résulte du mouvement de l'atmosphère entre les hautes et basses pressions.
L’impact de ce facteur sur les êtres vivants peut se résumer comme suit :
- Il a un pouvoir desséchant car il augmente l’évaporation.
- Il a aussi un pouvoir de refroidissement considérable.
- Le vent est un agent de dispersion des animaux et des végétaux.
- L’activité des insectes est ralentie par le vent.
Neige : C’est un facteur écologique important en montagne. La couverture de neige protège le
sol du refroidissement. Sous un mètre de neige, la température du sol est de -0,6°C, alors qu’elle est
de -33,7°C à la surface.
1.3.Les facteurs édaphiques : Partie vivante meuble située sur le substrat géologique qui se forme
par la décomposition des éléments de la litière et l’altération de la roche mère .

Organisation : Plusieurs couches horizontales appelées horizons:


1 Couche organique= litière
3 horizons pédologiques organo-minérales= sol : (A: horizon de surface ;B: horizon de profondeur
C: horizon de transition).
A: horizon de surface : Plus riche en matière organique que les autres horizons, soumis au lessivage.
B: horizon de profondeur ou horizon d’accumulation : riche en éléments chimiques provenant de A
(oxydes de fer, argiles, aluminium,…)
C: horizon de transition : entre la partie supérieure vivante (A&B) et la partie inerte (roche-mère).

Composition : 2 fractions minérale et organique:


La fraction minérale
Provient de l’altération de la roche mère. Les éléments minéraux sont de trois types: Les sables ;les
limons ; Les argiles.
La différence entre les différents éléments minéraux se fait par leur taille.
On distingue 2 grandes fractions: grossière et Fine
-Son étude par le granulométrie permet de connaitre la texture-
Fraction grossière : Elle est formée de plusieurs fractions appelées fractions grossières subdivisées en
4 classes:
• Classe des cailloux-graviers: taille >2mm
• Classe des sables grossiers: 2mm>taille>0.2mm
• Classe des sables fins: 0.2mm>taille<20 microns
• Classe des limons: 2microns>taille>20 microns
Le tamisage nous donne le % de chaque classe

Fraction fine : C’est la classe des argiles ou éléments minéraux ayant une taille < 2microns.
Rôle actif dans le sol, on l’appelle fraction colloïdale du sol ; Les colloïdes ayant des propriétés
physico-chimiques particulières:
• Chargées en électricité: colloïdes chargé +/-
• Phénomène de floculation: colloïdes charges différentes
• Phénomène de dispersion: colloïdes même charge
• Rétention de l’eau
• Réservoir en éléments nutritifs (Ca++, Mg++, K+, N+…)
Les colloïdes sont des éléments essentiels entre la plante et le sol .

La fraction organique : Décomposition de la litière et des micro-organismes qui vivaient dans le sol.
Au cours de la pédogénèse la fraction organique se transforme lentement et évolue sous l’action de
plusieurs facteurs du milieu (climat, nature des végétaux, micro-organismes; cette transformation
passe par 2 stades:
• Humification : Transformation lente et progressive des éléments de la litière Le
produit qui résulte de cette transformation est appelé Humus.
Dans le sol les colloïdes humiques se transforment en 2 acides:
Acides humiques peu mobiles: composés stables assimilables par les plantes.
Acides fulviques: composés très mobiles, facilement lessivés.

• Minéralisation :
- Processus de transformation de l’humus en « molécules minérales » (nitrates, CO2,…)
principale source de nutrition pour les végétaux.
-Ce processus de passe dans le sol, il s’accompagne d’une baisse du carbone et
augmentation de l’azote.
-Rapport C/N nous renseigne sur la vitesse de minéralisation.

Caractères physico-chimiques :
L’eau dans le sol :
En fonction des particules et de la taille des pores dans le sol, l’eau se présente sous 4 états:
• Eau hygroscopique: fortement collée aux particules fines du sol, eau non utilisée.
• Eau capillaire non absorbable: Occupe les pores <0.2 micron, fortement liée aux éléments
du sol
• Eau capillaire absorbable: Occupe les pores 0.2-8 microns, utilisable par les racines des
plantes, peut s’évaporer (migration ascendante)
• Eau de gravité: Occupe les pores > 8microns, cette eau peut s’écouler (lessivage) le long d’un
sol.
Ph : Il traduit le degré d’acidité qui influent sur les micro-organismes du sol en ralentissant
leur activité.
En fonction de leur adaptation on peut distinguer 3 types de plantes:
Les plantes acidiphles: exigent un pH bas<5.
Les plantes neutrophiles: exigent un pH neutre, 6-7,5.
Les plantes basophiles: exigent un pH>7.

Calcaire : Le calcaire dans le sol est un élément important qui induit une sélection
(adaptation) des plantes, en fonction de cette adaptation on distingue:
Les plantes calcicoles qui poussent sur les sols calcaires.
Les plantes calcifuges qui fuient les sols calcaires.
Les facteurs biotiques :
Facteurs écologiques liés aux relations et aux interaction qui existent entre les êtres-vivants qui
occupent un milieu donné.Ces interactions sont de 2 types:
Celles qui se produisent entre individus de la même espèce= facteurs homotypiques
Celles qui se produisent entre individus d’espèces différentes= facteurs hétérotypiques
Les facteurs homotypiques
* on peut distinguer 3 types de réaction:
L’effet de groupe
Il désigne les effets ou les modifications qui se produisent lorsque les individus de la même esp.
vivent en groupe.
Cet effet induit la notion de population minimale et explique la statut des espèces en voie de
disparition.
Effet de masse
Il désigne les effets qui peuvent se produire lorsque le milieu est surpeuplé.
Les facteurs homotypiques
La compétition intraspécifique
Elle réunit l’ensemble les réactions qui se manifestent entre individus de la même espèce qui se font
compétition. 3 types de réactions se dégagent :
- Changement dans le comportement: Ceci est remarquable chez les oiseaux.
- Changement morphologique: Il se manifeste chez les plantes.
- Mortalité.
-
Les facteurs hétérotypiques
Lorsque 2 espèces différentes vivent ensembles, il se produit entre elles des réactions
hétérotypiques.
La compétition inter spécifique: Elle peut avoir des conséquences variées sur:
- Répartition géographique.
- Répartition dans divers biotopes ou niches écologiques.
- Répartition dans divers biotopes ou niches écologiques.
- Morphologie, vitalité et mortalité.
- Evolution des biocénoses: La compétition pour la lumière peut être un facteur
d’évolution des phytocénoses.
La prédation : Le prédateur est tout organisme libre qui se nourrit aux dépend d’un autre, il tue sa
proie pour la manger. Les prédateurs peuvent être polyphages (s’attaquant à un grand nombre
d’espèces), oligophages (se nourrissant de quelques espèces), ou monophages (ne subsistant qu’au
dépend d’une seule espèce).
Le parasitisme : Le parasite est un organisme qui ne mène pas une vie libre : il est au moins, à un
stade de son développement, lié à la surface (ectoparasite) ou à l’intérieur (endoparasite) de son
hôte.
Le commensalisme
Interaction entre une espèce, dite commensale, qui en tire profit de l’association et une espèce hôte
qui n’en tire ni avantage ni nuisance.
Le mutualisme
C’est une interaction dans laquelle les deux partenaires trouvent un avantage, celui-ci pouvant être
la protection contre les ennemis, la dispersion, la pollinisation, l’apport de nutriments…
L’amensalisme : est une interaction biologique interspécifique (entre deux espèces différentes) dans
laquelle une espèce(inhibitrice) inhibe le développement de l'autre(amensale). Dans les interactions
entre végétaux, l’amensalisme est souvent appelé allélopathie.
Le neutralisme
On parle de neutralisme lorsque les deux espèces sont indépendantes.
Coopération : association de deux êtres vivants où les deux associés retirent des bénéfices d'une
relation non obligatoire.
LES POPULATIONS :
DEFINITION : La population est un groupe d’individus appartenant à la même espèce qui vie sur un
territoire donné à un moment.

DENSITE : C’est le nombre d’individus d’une population par unité de surface ou de volume.
BIOMASSE : C’est le poids de la matière fraiche ou sèche des individus d’une population donnée. On
l’exprime en poids (kg, gr,…) par unité de surface ou de volume.

CROISSANCE :
Le taux de croissance: Dans une pop il y a des individus qui naissent d’autres qui meurent. Le taux de
croissance est la différence entre le taux de natalité et celui de mortalité.
Selon les milieux et les populations on peut distinguer 3 types de courbe de croissance:
• Courbe qui tend vers l’infini=A
• Courbe qui augmente puis s’arrête=B
• Courbe en sigmoïde=C
*La distribution des âges d’une population peut-être représentée par une pyramide appelée
pyramide des âges

AIRES DE REPARTITION : Il existe sur terre plusieurs types d’aires de répartition:


- Les aires cosmopolites: aire qui s'étend sur une majeure partie de la biosphère.
- Les aires circum-terrestres: aires qui s’étendent autour du globe tout en restant localisées
entre certaines limites latitudinales.
- Les aires endémiques: aires strictement localisées à un térritoire bien défini. Leur superficie
est très variable.

ORGANISATION SPATIALE :
Dans un espace donné la distribution des individus peut-être:
-Uniforme: Elle existe lorsque la compétition entre les individus est sévère; il y a un
espacement égal entre les individus.
- Au hasard: Ce mode de distribution est rare, elle ne se rencontre que dans les milieux
homogènes et chez les espèces qui n’ont aucune tendance à l’agrégation.
- En agrégats: appelée aussi distribution contagieuse. C’est le mode le plus fréquent. Les
agrégats peuvent-être distribués différemment (uniforme, au hasard et en agrégats).

ECOPHENES ECOTYPES

A l’intérieur de son aire de distribution, une population peut occuper nu nombre varié d’habitats
(biotopes) qui sont la cause de morphologiques et physiologiques des populations qui les habitent.
Ces différences sont dues à deux causes:
• L’accommodation ‫التكيف‬: qui est la faculté que possède une espèce de se développer en
harmonie avec les conditions du milieu et ceci en « développant » des caractères non
«héréditaires » appelés modifications. Les individus ainsi obtenus sont appelés des
écophènes.
• L’adaptation: c’est la différenciation de races distinctes (variétés) génétiquement adaptées
aux conditions spéciales du milieu, en développant, par mutation, des caractères
héréditaires. Les individus ainsi obtenus sont appelés écotypes.
BIOCENOSES
DEFINITION :
C’est un système biologique formé de plusieurs populations occupant un biotope donné, à un
moment donné.
Une biocénose est donc composée de:
• Phytocénose
• Zoocénose
• Bactériocénose
• Mycocénose
La science qui étudie la biocénose est la biocénotique.
Chaîne trophique : On appelle chaine trophique une suite de populations dans laquelle les uns
mangent ceux qui les précédent dans la chaine avant d’être mangées par ceux qui les suivent.
Toute biocénose est organisée en plusieurs niveaux trophiques:
1. Les producteurs: ce niveau est constitué par les plantes vertes macro ou microscopiques qui
transforment l’énergie solaire en énergie chimique
2. Les consommateurs de 1er ordre: populations qui se nourrissent de matières élaborées par
les plantes, ce sont les herbivores .
3. Les consommateurs de 2sd ordre: populations qui se nourrissent de matières élaborées par
les consommateurs de 1 er ordre ou des herbivores, ce sont les carnivores de 1er ordre ou
consommateurs primaires
4. Les consommateurs de 3ème ordre : populations qui se nourrissent de matières élaborées par
les carnivores de 1er ordre, ce sont les carnivores de 2sd ordre ou consommateurs
secondaires. Il existe ainsi un 4ème et 5ème ordre. Une chaine ne comporte pas plus de 5 à 6
maillons
5. Décompositeurs ou bioréducteurs: terme final de la chaine trophique. Ce sont des
microorganismes (Bactérie, Levures, Champignons, saprophytes,…) qui décomposent les
cadavres et les excréments et assurent un retour de la matière organique au monde minéral.

Structures
La structure horizontale: Les populations d’une biocénose ne sont pas réparties de la même manière,
certaines sont abondantes, d’autres rares et recouvrent le sol de différemment. Afin d’apprécier
cette distribution on peut utiliser une échelle conventionnelle appelée échelle d’abondance-
dominance ou de Braun Blanchet ex : 5: populations couvrant +75% de la surface, qlq soit
l’abondance (nbr sp).
La structure verticale: Dans une biocénose les populations sont constituées en plusieurs niveaux
appelés strates; cette stratification est souvent une conséquence de la compétition intersp pour la
lumière, l’eau et le élément nutritifs; dans une forêts on peut distinguer les strates suivantes:
• Strate cryptogamique (mousses)
• Strate herbacée (entre 50 cm 1m )
• Strate arbustive ( <7m)
• Strate arborée (>7m)

Biomasse et productivité
Biomasse : C’est le poids de la matière fraiche ou sèche des individus d’une population donnée. On
l’exprime en poids (kg, gr,…) par unité de surface ou de volume.
La productivité : c’est le changement de biomasse entre deux temps données:
Productivité= B2-B1/T2-T1
Ces deux notions sont importantes dans l’évaluation du fonctionnement d’un écosystème.
Dynamique
. Les biocénoses évoluent dans le temps et l’espace, d’où la notion de dynamique des biocénoses.
Ex :herbes puis d’arbustes et enfin d’arbres

On peut distinguer 2 types d’évolution:


L’évolution progressive: lorsque la biocénose évolue lentement avec les conditions du milieu jusqu’à
atteindre un état d’équilibre relativement stable ;le stade d’équilibre final est appelé climax.
L’évolution régressive: Une biocénose peut subir des dégradations lentes (surpâturage, cueillette,…)
ou brusques (incendie, coupe,…) pouvant aboutir à un stade ultime de dégradation qui est le sol nu.
Cette évolution peut être irréversible.

Classification :
Cette classification peut se faire selon plusieurs critères:
Physionomique (type biologique)
Ecologique( nature du milieu)
Phytosociologique (composition floristique)
• Physionomique (type biologique)
Phanérophytes (Forêts, matorrals, maquis, garrigue…)
Chamaephytes (steppe,…)
Hémicryptophytes (Pelouse,…)
Géophytes (Erme,…)
Thérophyte (Cultures,…)
• Ecologique( nature du milieu)
Sols secs (communauté xérophyle)
Sols salés (communauté halophyle)
Sols humides (communauté hygrophile)
• Phytosociologique (composition floristique)

Biomes :
C’est une biocénose qui occupe une vaste région dont les limites sont essentiellement climatiques.
Il comporte l’ensemble des végétaux, des animaux et des microorganismes en formant un système
biologique complexe.
ECOSYSTEMES
DEFINITION : Groupe d’espèces vivantes qui forment, avec leur environnement abiotique (non
vivant), un système autorégulateur par lequel l’énergie et la matière sont transférés.

Grandes lignes du fonctionnement


Un écosystème est une unité fonctionnelle considérée comme un circuit fermé (machine biologique);
ses principales fonctions sont:
1. La fabrication de la matière organique (végétale) par les producteurs (végétaux autotrophes).
2. La transformation de la matière organique par les différents consommateurs de la chaine
3. L’accumulation de la matière
4. La circulation de l’énergie et de la matière (cycles de la matière et de l’énergie)

Limites des écosystèmes

Circulation de la matière : La matière et l’énergie circulent dans un écosystèmes en passant de la


chaine trophique aux milieux. Cette circulation permet un recyclage des principaux éléments
chimiques (C, H, O, P,Na,…):
Les êtres-vivants absorbent les substances qui leur sont nécessaires:
• Les producteurs prélèvent ces substances du sol ,de l’air et des milieux aquatiques
• Les consommateurs herbivores consomment les vég.
• Les consommateurs carnivores I consomment les herbivores
• Les consommateurs carnivores II consomment les consommateurs I.

Les cycles biogéochimiques : Ces cycles sont des mouvements circulaires des éléments chimiques qui
suivent diverses phases les menant de l’environnement vers les organismes vivants et vis-versa.

On divise ces cycles en 2 catégories:


Les cycles gazeux: dans lesquels le réservoir qui fournit les éléments est l’atmosphère (C, Na, Eau,…)
Les cycles sédimentaires: dans lesquels le sol (sédiment) est le réservoir qui fournit l’élément stocké
sous forme solide (P, S,…)
Présentation schématique du cycle de l'eau (en m3)