Vous êtes sur la page 1sur 30

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax

Compte rendu TP de
Topographie
GC1-Section1

Enseignant : Mr. Ellouze Ali


Groupe 1 :
-Gassara Wael
-Meziou Bilel
-Loulou Bilel
-Sghaier Ghayda

1
2
Sommaire
Introduction ……………………………………………………..p4

Tp1 Nivellement géométrique…………………………………p5

1. Objectif ………………………………………………….p5
2. Matériels utilisés ……………………………………….p5
3. Mise en station d’un niveau …………………………..p6
4. Application ……………………………………………...p9

4.1. Nivellement par cheminement …………......................p9

4.2. Nivellement par rayonnement……………………………p11


4.3. Nivellement combiné……………………….....................p12
5. Conclusion……………………………………………….p13

TP2 : Mesure d’angles et des distances……………………..p14

1. Objectif……………………………………………………p14
2. Matériels utilisés ………………………………………..p14
3. Mise en station d’une station totale …………………..p16

4. Application ……………………………………………….p20
5. Conclusion………………………………………………..p25

TP3 Levés et Implantation ……………………………………..p26


1. Objectif………………………………………..................p26

2. Matériels utilisés ……………………………………………...p26

3. Application …………………………………………………….p26
3.1. Levés………………………………………………………p26
3.2. Implantation……………………………………………….p28
4. Conclusion…………………………………………………p29

Conclusion générale……………………………………………p30

3
Introduction :
Les procédés topographiques permettent de mesurer les détails de la surface de la terre et
d'établir des cartes et des plans afin de les représenter. Il s'agit soit d'objets naturels, tels
que plaines, collines, montagnes, cours d'eau, formations rocheuses ou forêts, soit d'objets
créés par l'homme, tels que chemins, routes, bâtiments, villages ou étangs d'élevage. Une
carte topographique peut également indiquer la pente du terrain. En effet, elle mentionne les
points dont le niveau est élevé et ceux dont le niveau est bas, mais aussi la pente du terrain
entre ces mêmes points.

La profession d'un géomètre consiste à effectuer des mesures topographiques et à les


inscrire sur des cartes, des tableaux et des plans. Cela peut comprendre diverses
opérations:
 l'arpentage se borne à évaluer des surfaces;

 le levé des plans est destiné à représenter des surfaces;

 le nivellement a pour but de déterminer l'élévation des différents points du terrain.

LES APPLICATIONS DE LA TOPOGRAPHIE


Le domaine d'application de la topographie est vaste on retient les activités les plus
courantes :

• La topographie de construction : elle consiste à donner des altitudes qui servent à la


construction des réseaux, des poteaux d'éclairage public,…..

• La topographie routière : elle est liée aux autoroutes aux chemins de fer et aux travaux
s'entendant sur des grandes distances par exemple :
1. Implanter l'axe de la route
2. Piqueter les courbes routières

• La topographie cadastrale : elle consiste à déterminer la délimitation et le morcellement des


propriétés foncières.
1. Subdiviser des lots.
2. Piqueter des lots
3. Rétablir d'anciennes lignes de propriété.

• La topographie souterraine : elles s'intéressent à la détermination de l'orientation et des


dimensions des galeries de calcul des volumes etc. par exemple :
1. Localiser les puits ...
2. Faire la relevée de la galerie.

• La topographie industrielle : cette topographie s'oriente vers les aménagements des


installations industrielles au moyen d'instruments optiques.

Pour toutes ces activités les principes et les opérations de base sont les mêmes. Ce n'est
que l'application qui diffère.

4
Tp1 : Nivellement géométrique

1. Objectif :

La détermination des altitudes d’un point ou d’un ensemble de points à partir d’un repère
d’altitude connue.

2. Matériels utilisés :
2.1. Niveau automatique :

La tendance actuelle de construction des niveaux se développe dans le sens d'une création
de niveaux automatiques. Ces niveaux, après le seul réglage d'une nivelle sphérique,
donnent automatiquement un plan de visée horizontale. Le nombre de ces appareils va
croissant chaque année avec le développement des techniques mécaniques, optiques et
électroniques.

2.2. Trépied :

Trépied est constitué par un ensemble de trois jambes surmontées par un plateau sur lequel
repose tous les instruments topographie. Ce dernier est fixer sur le trépied par un vise de
fixation.

5
2.3. Mire :
Mire de nivellement généralement en bois ou métal (pliante), de 3 ou 4 mètres, munie d'un
talon de mire. On effectue une lecture estimée au millimètre, au moyen du trait niveleur du
niveau.

3. Mise en station d’un niveau :


La mise en station d’un niveau consiste à rendre horizontal l’axe optique de l’instrument pour
y arriver on opère selon l’ordre suivant :

* Installer le trépied (plateau le plus horizontal possible)


*Fixer l’appareil sur trépied
* Centrer la nivelle sphérique
* Régler l’oculaire de l’objectif

3.1. Installer le trépied :

1) Installer le trépied de telle sorte que le plateau soit à peu près horizontal
2) S’assurer que les jambes du trépied sont placées à intervalles égaux
3) S’assurer que les pieds sont solidement fixés au sol.

3.2. Fixer l’appareil sur trépied :

1) Positionnez le niveau en position centrale sur l’embase.


2) Vissez l’appareil sans trop forcer à l’aide de la vis à pompe située sous l’embase.

6
3.3. Centrer la nivelle sphérique

1. Première opération : à l’aide des deux vis calantes, que l’on fera inverse, ramener la
nivelle sphérique en position centrale ou en direction de la troisième vis calante.

2. Deuxième opération : Tournez la troisième vis pour ramener la bulle au milieu du repère
central de la nivelle.

7
3.4. Régler l’oculaire de l’objectif
1) Regarder par l’oculaire sur un fond clair et vierge.

2) Tourner l’oculaire dans le sens des aiguilles d’une montre, puis dans le sens contraire.
Arrêter avant que le réticule sorte du champ de netteté.

8
4. Application :

4.1. Nivellement par cheminement :

∆H mes ∆H comp
pts L ar L av + - comp + - H
RN1 1,281 147,417
1 0,999 1,027 0,254 -0,77874297 -1 0,253 147,67
2 0,991 1,149 -0,15 -0,45988758 0 -0,15 147,52
3 1,458 1,471 -0,48 -1,47164027 -2 -0,482 147,038
4 1,583 1,405 0,053 -0,16249361 0 0,053 147,091
5 1,404 1,892 -0,309 -0,94736842 -1 -0,31 146,781
6 1,52 1,52 -0,116 -0,3556464 0 -0,116 146,665
7 1,258 1,287 0,233 -0,71435871 -1 0,232 146,897
RN2 0,896 0,362 -1,10986203 -1 0,361 147,258
somme 10,494 10,647 0,902 -1,055 -6 0,899 -1,058 0,159
verif -0,153 -0,153 f=6 -0,159

9
Les étapes de calcul
ΔHii+1 = LARi - LAVi+1

Vérification ∑ΔHmesii+1 = ∑ LARi -∑ LAVi+1

fch = ΔHmes(RN1RN2) – ΔHcal(RN1RN2)

= -0,1 53 – (-0,159) = 6 mm

Tfch = 10 mm

|fch| < Tfch : on passe à l’étape suivante

comp cii+1 = - fch * | ΔHmesii+1| / ∑| ΔHmesii+1|

Vérification : ∑| cii+1| = | fch |

Calcul des ΔHcompii+1 = ΔHmesii+1+ cii+1

Vérification : ∑ ΔHcompii+1 = ΔHcal(RN1RN2)

Calcul Hcompi+1 = Hcompi + ΔHcompii+1

Vérification : Hcomp(RN2) = Hdon(RN2)

Interprétation
On a calculé les altitudes de tous les points de passage de cheminement (1,2, 3, 4, 5, 6 et 7) en utilisant la méthode de
calcul de cheminement rattaché aux deux extrémités, les points RN1 et RN2 d’altitudes respectives 141,417 m et 147,258
m.

10
4.2. Nivellement par rayonnement

station pts L Hpv Hi


R=2 1,008 Ni=4 147,52
A 1,171 147,357
staton1 B 1,328 147,2
148,528
C 1,491 147,037
D 0,886 147,642
somme 4,876 594,112 589,236
verif VRAI

Les étapes de calcul


Hpv = HconnuR + LR
Hi = Hpv– Li
Vérification du calcul : 4.HPV = ∑ Hi + ∑ Li

Interprétation
A partir d’un repère R=2 d’altitude connue (H2=147,520 m), on a
déterminé les altitudes des points A,
B, C et D. Ces altitudes peuvent être déterminées à partir d’une seule
station :
L’appareil assure un plan de vision horizontal d’altitude Hpv,
A partir de l’altitude du plan de vision on peut connaître l’altitude d’un
point I
par la formule HI = Hpv - LI

11
4.3. Nivellement combiné

pts Lar Lav ∆Hmes comp ∆H comp Hpv st H


RN1 1,264 - + - 147,417
1 1,022 1,004 0,26 -0,1305220 0 0,26 147,677
2 0,899 1,173 0,151 -0,0758032 0 0,151 147,526
A 1,052 147,373

148,425
B 1,208 147,217
C 1,375 147,05
D 0,768 147,657
3 1,402 1,37 0,471 -0,2364457 1 0,472 147,054
4 1,549 1,413 0,011 -0,0055220 0 0,011 147,043
5 1,418 1,862 0,313 -0,1571285 0 0,313 146,73
6 1,547 1,547 0,129 -0,0647590 0 0,129 146,601
7 1,292 1,311 0,236 -0,1184739 0 0,236 146,837
RN2 0,871 0,421 -0,2113453 0 0,421 147,258
somme 10,393 10,551 0,917 1,075 1 0,917 1,076 593,7 VRAI
verif -0,158 4,403 -0,158 f=1 -0,159 -0,159

Les étapes de calcul


*Cheminement : ΔHii+1 = LARi - LAVi+1

Vérification ∑ΔHmesii+1 = ∑ LARi -∑ LAVi+1

fch = ΔHmes(RN1RN2) – ΔHcal(RN1RN2)

= -0,158 – (-0,159) = 1 mm

Tfch = 10 mm

|fch| < Tfch : on passe à l’étape suivante

12
comp cii+1 = - fch * | ΔHmesii+1| / ∑| ΔHmesii+1|

Vérification : ∑| cii+1| = | fch |

Calcul des ΔHcompii+1 = ΔHmesii+1+ cii+1

Vérification : ∑ ΔHcompii+1 = ΔHcal(RN1RN2)

Calcul Hcompi+1 = Hcompi + ΔHcompii+1

Vérification : Hcomp(RN2) = Hdon(RN2)

*Rayonnement :

Hpv = HconnuR + LR
Hi = Hpv– Li
Vérification du calcul : 4.HPV = ∑ Hi + ∑ Li

5. Conclusion :

Ce de TP nous permet de pratiquer trois méthodes différentes de nivellement : le nivellement rattaché en deux points,
nivellement le nivellement par rayonnement et le nivellement combiné. Aussi il était une occasion pour se familiariser avec le
matériel de topographie.

13
Tp2 : Mesure d'angles et des distances

1. Objectif :
 Initier les étudiants à l’utilisation du théodolite afin de leur apprendre à effectuer des
mesures d’angles horizontaux et verticaux.
 Apprendre à effectuer des mesures d’angles horizontaux et verticaux :

Angle horizontal : pour déterminer l’orientement d’une direction à partir d’une


direction de référence
Angle vertical : pour déterminer la différence de niveau entre deux points

 Apprendre à utiliser la station totale et la station modulaire pour déterminer


les distances horizontales, selon la pente et la dénivelée (Dh, Dp et Dn) entre deux points.

2. Matériels utilisés :
2.1. Théodolite :

Un théodolite est une lunette montée sur les deux axes vertical et horizontal. Chacun des
axes est équipé d’un cercle gradué permettant les lectures des angles. C’est l’un des
instruments de topographie le plus complexe techniquement, mais son principe est
relativement simple, tout comme son utilisation.

2.2. Station totale

Appareil de mesure d’angles (horizontal et vertical) et de distance. Elle est constituée par un
théodolite électronique, un distance-mètre, une calculatrice programmable et une mémoire
interne pour enregistrer les données mesurées.

14
2.3. Trépied

2.4. Accessoires
-Réflecteur :
Il est constitué par des prismes qui renvoient un rayon réfracté parallèlement au rayon
incident envoyé par la station.

15
3. Mise en station d’une station totale
L’objectif de la mise en station est d’assurer l’horizontalité du limbe horizontal et la verticalité
du limbe vertical tout en coïncidence l’axe principal ZZ’ du théodolite avec la verticale
passant par le point de station.

3.1. Installer le trépied :


1) Installer le trépied de telle sorte que le plateau soit à peu près horizontal
2) S’assurer que les jambes du trépied sont placées à intervalles égaux
3) S’assurer que les pieds sont solidement fixés au sol.

3.2. Fixer l’appareil sur trépied :


1) Positionnez l’instrument en position centrale sur l’embase.
2) Vissez l’appareil à l’aide de la vis à pompe située sous l’embase.

16
3.3 .Mise au point sur le point de stationnement et centrage :
Après la mise au point de la réticule de l’oculaire du plomb optique, le centrage du point de
stationnement dans la réticule s’effectue en agissant sur deux jambe du trépied. Tout en
regardant dans le viseur soulever le trépied par deux jambes et rechercher le repère de la
station. Garder le plateau à peu près horizontal pendant le déplacement

3.4. Centrer la nivelle sphérique :


La nivelle sphérique sert à donner la verticale ou l’horizontale d’un élément du théodolite
mais de manière approximative
 Raccourcir la jambe la plus proche de la direction de décentrage de la bulle dans la nivelle
sphérique.
 Allonger la jambe la plus éloignée de la direction de décentrage de la bulle dans la nivelle
sphérique
 Deux jambes du trépied doivent être ajustées pour centrer la bulle.

17
3.5. Centrage de la bulle électronique en suivant les instructions indiquées sur l’écran.

3.6. CONTRÔLE
Vérifier que l’on est toujours sur la station, sinon déplacer le théodolite sur le plateau, puis
recommencer le calage fin.

18
3.7. Mise au point du réticule
Regarder par l’oculaire du télescope sur un fond clair et vierge.
Tourner l’oculaire dans le sens des aiguilles d’une montre, puis dans le sens contraire.
Arrêter avant que le réticule sorte du champ de netteté.

19
4. Application :

4.1. Mesure sur terrain :

pts
station Lh Lv Dp Hr
visés
R 0,000 95,400 *** ***

P1 P2 133,734 100,210 27,024


Ha=154,000
154,000
P3 133,349 100,136 16,500

P3 0,000 99,824 31,353


P2
194,500
Ha=194,500
P1 35,266 99,745 27,016

P1 0,000 99,859 16,496


P3
151,400
Ha=151,400
P2 66,128 100,077 31,350

1- Calculer les coordonnées des points P2 et P3 en faisant la compensation selon les


longueurs et tout en sachant que :
 L'orientement de la direction P1R est : P1R = 0,000 gr
 La tolérance de la fermeture angulaire est sous la forme Tf a  2,7 N  1
Avec : N : nombre de côtés de la polygonale
σα = 3 mgr
 Dh = D0 = Dr
 La tolérance sur le module de la fermeture planimétrique est de 4 cm
 P1 a pour coordonnées dans le système S.T.T (XP1= 1000, YP1= 1000)

20
points αimes βimes θi,i++1mes caj θi,i++1comp Dri,i+1(moy) Δxi,i+1mes Δyi,i+1mes Cxi,i+1 Cyi,i+1 Δxi,i+1comp Δyi,i+1comp Xcomp Ycomp

R *** ***
200,000 * 200,000
***
*** *** * * *** *** *** ***
-
P1 133,734 266,266
266,266 2,25 266,264
27,020
-13,658 -23,314 -1,444 -0,722 -13,659 -23,315
1000,000 1000,000

-
P2 364,734 35,266
101,532 2,25 101,528
31,352
-0,752 31,343 -1,675 -0,837 -0,754 31,342
986,341 976,685

-
P3 333,872 66,128
367,660 2,25 367,653
16,498
14,414 -8,027 -0,881 -0,441 14,413 -8,027
985,587 1008,027

-
P1 167,651 232,349
0,009 2,25 0,000
***
*** *** * * *** ***
1000,000 1000,000

R *** ***
*** * ***
***
*** *** * * *** ***
*** ***

∑ 999,991 600,009 *** * *** 74,870 0,004 0,002 -4 -2 0,000 0,000 0,000 0,000

verif vérifié

Les étapes de calcul


origine de polygonal :P1
extrémité de polygonal :P1
θdépart : P1R = 0,000 gr
θfermeture : P1R = 0,000 gr
Nc =3
fa = θmes P1R- θ donP1R=0.009-0.000=9mgr
Tfa  2,7 N  1 =2.7*3*2=16.2
|fa|< Tfa
Ca=-fa/ Nc+1 =9/4=-2.25
21
θcomp = θmes+∑ 𝐶𝑎

Station i pt visé i+1 Dh i,i+1=Dp i,i+1sinZ i,i+1


Station i+1 pt visé i Dh i+1,i=Dp i+1,isinZi+1,i
cote P1-P2 P2-P3 P3-P1
Dir 27,024 31,353 16,500
Indir 27,016 31,350 16,496

moy 27,020 31,352 16,498

ΔX i,i+1=Dr i,i+1cos θ i,i+1comp


ΔY i,i+1=Dr i,i+1sin θ i,i+1comp

Fx= ΔXmes P1R- ΔXdon P1R=0.004-(1000.000-1000.000)=0.004gr


Fy= ΔYmesP1R- ΔYdoneP1R =0.002-(1000.000-1000.000)=0.002gr

Cx=-(4/74.870)*Dri,i+1
Cy=-(2/74.870)*Dri,i+1

Δx i,i+1comp = Δx i,i+1comp +Cxi,i+1


ΔY i,i+1comp = ΔY i,i+1comp + Cyi,i+1

X i,i+1comp = X i,i+1comp + Δx i,i+1comp


y i,i+1comp = y i,i+1comp + Δy i,i+1comp

22
2- Déterminer les altitudes de tous des pointsP1 etP2 après compensations selon la valeur des dénivelées tout en sachant que : P1 ont pour altitudes :
HP1= 25,000 m et la tolérance de fermeture du cheminement Tf =30mm

ΔHmesi,i+1 Δhi,i+1comp
station pts visée V(D/I) ΔHmesi,i+1 Ci,i+1 Hcomp
+ - + -
P1 P2 D -0,089 25,000
0,099 0 0,099
P1 I -0,108
P2 24,902
P3 D 0,087
0,063 0 0,063
P2 I 0,038
P3 24,964
P1 D 0,037
0,036 0 0,036
P1 P3 I 0,035 25,000

SOM 0,099 0,099 0 0,099 0,099 0,000

Vérif 0 0=0

Les étapes de calcul


ΔH si(dir)=Dp si cos Z si +ha-hr
ΔH si(indir)=-(Dp si cos Z si +ha-hr)

23
f=0.000-0.00=0.000
f<Tf f<30mm
c=0
ΔH i,i+1comp = ΔH i,i+1mes +C
H i,i+1comp = H i,comp + ΔHi,i+1comp

3-Vérification des formules dans un triangle quel quand pour ce triangle

Formule Application
a = P1P2, A’= P2^P3P1, b= P1P3, B’=P1^P2P3, c=P2P3
et C’=P2^P1P3 :

C’=98,606 gr A’=66,128 gr B’=35,266 gr


𝑎
sin(𝐴′ )
= 31,354
Formule de sin : 𝑏
= 31,361
sin⁡(𝐵′ )
𝑎 𝑏 𝑐
= =
sin⁡(𝐴 ) sin⁡(𝐵 ) sin⁡(𝐶 ′ )
′ ′
𝑐
= 31,359
sin⁡(𝐶 ′ )

la formule de sin est vérifiée

⁡⁡𝑎2 = 730,080 ≈ 𝑐² + 𝑏² − 2𝑏𝑐𝑐𝑜𝑠(𝐴′ ) = 730.324


Pythagore Généralisé :
𝑏 2 = 272,184⁡ ≈⁡ 𝑐² + 𝑎² − 2𝑎𝑐𝑐𝑜𝑠(𝐵′ ) =272,143
𝑎² = 𝑐² + 𝑏² − 2𝑏𝑐𝑐𝑜𝑠(𝐴′ )
{𝑏² = 𝑐² + 𝑎² − 2𝑎𝑐𝑐𝑜𝑠(𝐵′ ) } c² = 982,947 ≈ 𝑏² + 𝑎² − 2𝑏𝑎𝑐𝑜𝑠(𝐶 ′ ) = 982,743
𝑐² = 𝑏² + 𝑎² − 2𝑏𝑎𝑐𝑜𝑠(𝐶 ′ )
la formule de Pythagore généralisé est vérifiée

24
V-Conclusion
Grace à ce TP on a appris comment utiliser une station totale (ou tachéomètre) qui est un
appareil très utile en topographie permettant de mesurer les angles et les distances qui nous
aident à déterminer les coordonnées dans l’espace de l’ensemble des points qu’on a besoin de
les représenter dans un plan.

25
Tp3 : Levés et Implantation
1. Objectif :

- Faire le levé topographique d’un terrain en déterminant les coordonnées des points délimitant
le terrain.
- Dessiner le plan du terrain à l’aide d’un logiciel informatique (Autocad).
- Dessiner une forme simple (triangle) sur le plan puis l’implanter sur le terrain.

2. Matériels utilisés :

-Station totale : théodolite électronique, un distance-mètre, une calculatrice programmable et


une mémoire interne pour enregistrer les données mesurées.

-Trépied
-Réflecteur
-Roulette
-Ordinateur et logiciel Autocad.

3. Application :

3.1. Levés :

3.1.1. Mesure sur terrain :

Points y
Station x
visés
R -1000 1032,491
Gassara Wael
-1005,922 1009,258
Anane Walid
-991,552 1005,629
Daoud Jihene
-993,521 997,883
Maroini Meryem
S -995,424 990,386
Mziou Bilel
x  1000 -1000,337 971,110
y  1000 Ben Ali Sabrine
-1014,604 974,633
z  10
Loulou Bilel
-1007,229 984,531
Horma Med Vall
-1001,399 983,087
Trigui Med Amine
-984,838 995,683
Sghaier Ghayda
-986,701 988,197

3.1.2. Plan :

26
27
3.2. Implantation :

3.2.1. Plan :

28
3.2.2. Tableaux d’implantation et de contrôle :

Pts G1 G2 G3
imp X -1005,573 -997,934 -1003,434
Y 997,449 988,751 985,394

Cote en m S-G1 1-G1 S-G2 G1-G2 S-G3 G2-G3


contrôle théorique 6,129 11,814 11,437 11,577 15,005 6,444
sur terrain 6,129 11,81 11,437 11,578 15,000 6,343

3.2.3. Les étapes d’implantation sur terrain :


On a réalisé l’opération d’implantation en se référant à la méthode d’implantation par
rayonnement :

1) Tout d’abord on tape les coordonnées des points à implanter sur notre station installée au
point S.

2) On choisit le point S comme pole, à partir duquel on va implanter les trois points : G1, G2 et
G3 en connaissant les longueurs SG1, SG2,… et leurs directions.

3) A l’aide de la distance SG1 calculé et la direction de la droite (SG1) donnée par la station on
implante le point G1.

4) On fait le contrôle en calculant 1-G1 et en vérifiant cette cote sur le terrain.

5) De même on implante le point G2 à l’aide SG2 et la direction (SG2).

6) On fait le contrôle avec la cote G1G2.

7) Enfin on implante G3 et on vérifie l’implantation avec la cote G2G3.

4. Conclusion :
Ce TP est très intéressant. Il nous permet de pratiquer, dans une situation très
proche de la vie professionnelle, l’opération du levé d’un terrain et d’implantation.
Aussi ce TP nous a permis de travailler avec le logiciel Autocad qui est un outil
important en génie civil.

29
Conclusion
En conclusion l’ensemble de ces TP nous ont appris
énormément de choses et les connaissances essentielles sur
la topographie, qui doit savoir un ingénieur civil. Nous
sommes capables maintenant de communiquer avec un
topographe, comprendre les différents documents établis par
un topographe, surveiller le bon déroulement des opérations
topographiques dans un chantier, manipuler des appareils
topographiques et exécuter des opérations du levé et
d’implantation.

30