Vous êtes sur la page 1sur 69

UNIVERSITÉ KASDI MERBAH OUARGLA

Faculté des Lettres et des Langues


Département de Lettres et Langue Française

Mémoire
Master Académique
Domaine : Lettres et langues étrangères
Filière : Langue française
Spécialité : Sciences du langage et sémiologie de communication
Présenté par
Mlle GUICI Soumia
Titre

La communication orale en classe de FLE entre objectifs


visés et résultats obtenus : cas de la 3 émeAS.

Soutenu publiquement
Le : 9/06/2015
M HAMLAOUI Abd Rahim (MAA) Président UKM Ouargla
me
M YOUSFI Saїda (MAA) Encadreur/rapporteur UKM Ouargla
Mlle BENKRIMA Fatiha (MAA) Examinateur UKM Ouargla

Année universitaire : 2014/2015


Dédicaces

Je dédie ce modeste travail :

A ceux qui m’ont mis au monde, mes chers parents pour leur amour, leurs soutiens et
leurs sacrifices.

Je ne saurais terminer sans citer Saidi Mabrouk et mon futur époux khaled.

Et ma belle famille : mes sœurs mes frères mes neveux et nièces.

A Mes chères amies : kalthoum, Nadjah, Nadjah, samra, Makhloofa, Asma,


Iman.Ibtisam.

Soumia
Remerciement

Je teins à remercier :

Dieu le tout puissant de nous avoir donné le courage pour réaliser ce travail.

Mon adorable et aimable encadreur, Mme YOUSFI Saїda pour ses encouragements
ses précieuses et judicieuses orientations, son aide et sa patience.

Je teins à remercier à l’occasion tous les enseignants du département de français.

Je remercie enfin tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont contribué à la
réussite de ce travail.
Table des matières

Introduction générale……………………………………………….01 01

Chapitre 1: la communication

1-1Les fonctions du langage…………………………………… 06

1- 2 Définition de la communication ………………………………. 07

1 -3 Les composantes de la communication………………………… 09

1 -4 Les types de la communication………………………………… 09

a -Communication verbale………………………………………….

La communication orale…………………………………….

La communication écrite…………………………………..

b-Communication non verbale………………………………

1-5 Les facteurs de réussite ou d’échec de la communication …. 12

1-6 Les interactions verbales………………………………. …… 14

Chapitre 02 : La communication orale en classe de langue

2-1 Les méthodologies d’enseignement de la langue étrangère….. 16

2-1-1 La méthode grammaire-traduction…………………………..

2-1-2 La méthode directive……………………………………….

2-1-3 La méthode audio-orale…………………………………….


2-1-4 L’approche communicative ………………………………..

3- Les participants de la communication didactique……………… 19

Le rôle de l’enseignant……………………………………….

Le rôle de l’apprenant……………………………………….
4-La compréhension orale……………………………………. 25
5-Les objectifs de la communication orale…………………….. 21

-Compétence communicative………………………………

-Compétences linguistiques ………………………………


-Lexical………………………………………………

- Phonétique………………………………………….
-Syntaxique……………………………………………

Chapitre 03 :L’étude de la communication dans la séance de

compréhension
3-1-L’objectif du travail……………………………………. 24

3-2- Présentation de corpus………………………………… 25

3-2-1- L’enregistrements…………………………………….

3-2-2-Présentation de données………………………………

3-2-3- Le cadre spatiaux-temporel …………………………

3-3- L’analyse de l’interaction…………………………………… 26

Conclusion générale…………………………………. .. …… 34
Bibliographie…………………………………………………… 37

Annexe ………………………………………………………… 41
Introduction générale
Introduction générale

Le langage est un système de signe qui permet aux individus de faire des échanges au
niveau des idées, des points de vue, des informations… afin de transmettre des
messages.

Whitney voit que […]: « l’homme parle donc avant tout non pas pour penser mais pour faire part
de ses besoins sociaux non instinct social le forent à s’exprimer »1

L’homme a besoin de communiquer car la nécessité de la vie sociale lui impose à faire
des échanges avec autrui. Alors le fait de communiquer devient un acte primordial par
lequel il exerce la vie en communauté et c’est ainsi que se réalise la vie sociale.

La communication est la première fonction du langage. C’est ainsi que les linguistes la
voient entre autre Roman Jakobson qui considère que toute situation de communication
comporte six éléments: le destinateur, le destinataire, le message, le canal, le code et le
référent (contexte). Jakobson accorde chaque élément à une fonction du langage : la
fonction expressive (destinateur), la fonction conative (destinataire), la fonction
phatique (contact), la fonction métalinguistique (code) et la fonction poétique
(message).

Le dictionnaire didactique de la langue française, définit la communication comme :

« Une situation de communication implique un acte qui consiste à transmettre


une information (message) dans une situation spécifique (contexte) à l’aide d’un
système d’unités (signaux, signe, symbole).l’information est émise à partir d’une
source (émetteur), Elle est destiné à une cible (destinataire) .le message produit
passe par un canal (le téléphone, la radio, le journal.etc »2

Cela veut dire que toute situation de communication est considérée comme un acte qui
consiste à transmettre des informations envoies par un émetteur à travers un canal en
utilisant un code soit verbal ou non à un récepteur qui reçoit ce message dans un
contexte bien déterminé.

1
WHITNEY cité par William LABOV, Sociolinguistique, Minuit, Paris, 1976, P 04.
2
Miche POUGEOISE, Dictionnaire didactique de la langue française, Armand Colin, P106.

1
Introduction générale

Il est important de signaler que la communication n’est pas un acte simple surtout
lorsqu’on communique en langue étrangère. Une difficulté se manifeste au niveau de la
compréhension, ce qui cause un blocage de toute la situation de communication. Les
lacunes qui apparaissent chez les apprenants les empêchent de décoder le message émis,
donc les difficultés se manifestent, évidement, au niveau de la production et aussi au
niveau de la compréhension. Cette situation se manifeste avec plus de clarté dans les
milieux scolaires où on parle d’une communication dite didactique.

La communication didactique a certaines particularités qui lui donnent les


caractéristiques de complexité et de difficulté pour l’enseignant ainsi que pour
l’apprenant. Dans le premier cas, l’enseignant se trouve face à des multiples obstacles,
car de plus à la maitrise de la langue, il doit maitriser les différentes méthodes
pédagogiques pour faciliter la tâche, de la compréhension et par la suite de la production
en langue étrangère, à l’apprenant. Dans le deuxième cas, ce dernier qui se trouve dans
cette situation de difficulté doit de sa part fournir des efforts pour arriver à réussir la
communication orale en classe de langue.

Par le bais de ce modeste travail on s’intéresse à identifier les objectifs visés de la


communication orale pour ce faire nous avons soulevé les questions suivantes :

Quels sont les objectifs de la communication orale en classe de FLE ?, à travers cette
question centrale on pose les deux questions suivantes :

Q1 -L’enseignant arrive-t-il à réaliser ses objectifs tracés au début de la séance ?

Q2-Les apprenants arrivent-ils à tenir des situations de communication d’une manière


correcte et efficace ?

Pour répondre à cette problématique, nous postulons les hypothèses suivantes :

 Le principal objectif de la communication orale en classe de FLE est de favoriser


l’apprentissage de la langue.
 Développer la compétence communicative chez l’apprenant c’est l’objectif
essentiel de chaque enseignant, et cela renvoi : d’abord les compétences des

2
Introduction générale

apprenants et les efforts faites par l’enseignant pour qu’il soit capable de
communiquer oralement en FLE.
 La communication orale, donne l’occasion à l’apprenant de maitriser des
compétences qui sont efficaces et utiles pour l’apprentissage de langue et cela lui
permet de communiquer correctement.

Notre recherche qui concrétise l’interdisciplinarité entre la linguistique et la didactique


des langues étrangère, elle s’intéresse particulièrement : d’abord de constater les
objectifs de la communication orale en classe de FLE et les résultats obtenus. Afin de
voir si nos apprenants réussirent à communiquer en langue étrangère ou non. Ensuite
de faire une description des interactions verbales entre l’enseignant et les apprenants.

Parmi les raisons que nous avons provoquées à choisir ce sujet: d’abord la
communication en classe est considérée comme l’une des stratégies essentielles qui
favorisent l’apprentissage des langues, c’est la raison qui a été à l’origine du choix de ce
sujet. A cette dernière nous ajoutons la faiblesse des niveaux chez les apprenants surtout
lorsqu’ils communiquent en langue étrangère et enfin pour constater est ce que nos
apprenants ont la capacité de faire des échanges verbaux dans des situations différentes
et participer en débat en langue étrangère ou non.

La communication orale se manifeste dans la séance de compréhension de l’orale


raison pour laquelle on choisit cette dernière comme un corpus d’étude, la réalisation de
ce travail se fait par l’enregistrement audio-orale des séances effectuées.

Pour notre échantillon, nous avons choisi une classe de langue, dans les établissements
de Ali Milah et Mostapha Hafiane à Ouargla, la première classe contient 29 élèves 21
fille et 8 garçon, et l’autre classe contient 20 élèves 16 filles et 04 garçon.

Le choix de ce corpus se justifie par certains raisons : d’un coté, la spécificité de cette
activité, qui permet aux apprenants d’écouter leur enseignant et de répondre aux
questions posées sous forme d’énoncés, cela va crier un échange (question/ réponse).
Donc on va aboutir à la situation dite « communication orale» notion sur laquelle
s’articule notre modeste recherche. Ainsi la séance de compréhension orale s’appuis

3
Introduction générale

sur deux activités à la fois la compréhension et la production, dont l’objectif principale


est un objectif a long terme qui est préparer les étudiants à la vie universitaire où les
apprenants doivent s’appuis sur la compréhension pour atteindre leurs objectifs
principales (apprendre une langue étrangère) et de communiquer à travers cette langue
donc on peut dire que cette année est considérée comme une année charnière De
l’autre coté, cette activité permet aux apprenants d’acquérir la compétence d’écouté et
d’être autonome et capable d’agir et de produire ses propres énoncés.

Pour atteindre ces fins, nous menons une enquête de terrain en choisissant la méthode
empirico-inductive qui s’appuis sur la technique d’observation afin d’observer les
interactions entre (enseignant/apprenant), après nous effectuons l’analyse, en adoptant
une approche qualitative.

Notre recherche s’articule autour de trois chapitres dont le premier chapitre nous allons
le consacrer pour traiter la notion de communication et tous ce qui en relation avec cette
dernière d’abord nous commençons notre travail par la définition de la communication
puis nous allons traiter la notion de l’interaction verbale puis nous passerons à traiter les
composantes de cette dernière, ainsi nous allons évoquer les types de la communication,
par la suite nous allons citer les six fonctions du langage proposés par Jakobson puis
nous terminerons ce chapitre par les facteurs de réussite ou d’échec de la
communication.

Dans le deuxième chapitre, nous allons mettre l’accent sur la communication dans le
contexte de didactique de langue où nous allons commencer ce chapitre par les
différentes méthodologies d’enseignement de langue étrangère .Par la suite, nous allons
évoquer le terme de l’approche communicative, ainsi nous allons citer les participants
de la communication orale (le rôle de l’enseignant, le rôle de l’apprennent) et enfin
nous allons aborder les objectifs de la communication orale.

Le dernier chapitre est la mise en pratique de notre recherche où nous présentons


notre corpus, ainsi nous parlons de notre enregistrement, et après nous allons faire
l’analyse des interactions et les effectuées entre l’enseignant et les apprenants.

4
Chapitre1: La communication
Chapitre 1 : la communication

Dance ce chapitre qui s’intitule « la communication », nous allons présenter quelques


notions relatives à la communication commençant par la définition de cet acte, ensuite
nous allons évoquer les composantes de cette dernière, par la suite nous allons citer les
types de cet acte entre verbale et non verbale, ainsi nous allons traiter les six fonctions
du langage proposé par Roman Jakobson et dernièrement, nous tentons de parler des
facteurs de réussite et d’échec de cet acte.

1. La communication

Depuis longtemps, la communication a une place privilège et primordial dans la vie


social de l’homme, selon ce dernier le fait de communiquer avec des autre est conçu
comme un moyens efficace afin de matérialiser ses pensées et ses idées qui ont un
caractère abstrait pour les transférées sous forme des énoncés concrets, ainsi les
préoccupations quotidiennes de la vie social de l’homme lui impose de faire des
échanges prenant comme un exemple les échanges qui se manifestent dans le domaine
commerciale où cet acte est une nécessité.

En effet cet acte nous permet d’établir des relations avec les autres car la nature
humaine consiste à vivre ensemble.

1-1 Les fonctions du langage

Selon Jakobson, la première fonction du langage est la communication mais cela


n’empêche pas de dire qu’ils ya d’autres objectifs au langage diversifiés selon les
composantes de la situation de communication :

La fonction expressive (émotive) : elle correspond à l’émetteur qui envoi le message


où il montre ses impressions, ses sentiments, son point du vue, cela se fait à travers la
langue ainsi le ton de la voix, le regard, et les gestes… afin d’exprimer certains
sensations comme la joie, la souffrance la tristesse…

La fonction conative : cette fonction consiste à modifier des comportements, des


idées… de destinataire par le bais de la langue, les gestes ou d’autre signe pour l’inciter
d’agir ou de se comporter autrement.

6
Chapitre 1 : la communication

La fonction métalinguistique : qui est spécifique au code, c’est le fait d’expliquer un


mot ou un phénomène de la langue par la langue lui même, cette fonction permet
d’éclairer, d’expliquer, de donner des définitions par exemple dans le dictionnaire on
explique du mot par la langue.

La fonction poétique : qui correspond au message, on s’intéresse beaucoup plus sur la


forme et le coté esthétique et la manière par laquelle le message est écrit, c’est bien la
forme et non pas le contenu, elle est aussi la façon de dire les choses afin d’attirer
l’attention de récepteur.

La fonction référentielle (dénotative) : cette fonction nous informe sur quoi on parle
que ce soit on parle d’un objet, d’une idée, d’un phénomène à travers laquelle la
communication est établit.

La fonction phatique : cette fonction s’intéresse à vérifier et d’assurer le contact entre


l’émetteur et le récepteur tel que dans les conversations téléphoniques : Allo, je
t’écoute, tu me suis …

1-2 Définition de la communication

Dans un point de vue étymologique la notion de communication vient du mot


« communicare » d’origine latin qui désigne mise en commun, échange de propos,
action de faire part3

Il existe des multiples définitions de la communication, dans ce cas nous essayons de


montrer les plus usuelles, nous commençons tout d’abord par la définition de Jakobson
qui est le premier qui a théorisé la notion de communication, selon lui cette acte est
conçu comme un transfert d’information4

Ainsi ARCAND et BOURBEAU définissent la communication comme étant :

3
www.mei-info.com/wp.../ilovepdf.com_split_5.pdf consulté le 20/02/2015
4
Pierre Cuq JEAN Dictionnaire de didactique du français, langue étrangère et seconde, Paris, 2003, P47.

7
Chapitre 1 : la communication

« Un processus dynamique par lequel un individu établit une relation avec


quelqu’un pour transmettre ou échanger des idées, des connaissances, des
émotions, aussi bien par la langue oral ou écrite que par un autre système de
signe : gestes, musique, dessins, etc. »5

Dans ce sens la communication est envisagée comme une action ou un processus qui
s’effectue entre un ou plusieurs individus, ce processus se réalise pour atteindre certains
objectifs pour faire des échanges aux niveaux des idées, des points de vue… Ainsi cet
échange s’établit par le biais d’un signe soit verbale ou non verbale par exemple : la
langue, les gestes, les postures, le regard…

Le petit Larousse (1974) définit la communication comme étant : « l’action de


communiquer quelque chose : avis, message, renseignement »6.7

A travers cette définition on peut dire que la communication est considérée comme un
acte qui permet à l’individu de faire des échanges et de transmettre des idées, des
informations, des points de vue avec des autres.

Selon les linguistes : dictionnaire Piéron, Guirand voit la communication comme le


« transfert d’information au moyen du message, s’effectuant entre un émetteur et un récepteur par
7
l’intermédiaire d’au moins un canal de transmission »

Les mêmes linguistes ont ajouté quelques modifications par rapport à la définition
précédente selon eux : la communication est considérée comme l’action de faire passer
une information, cette action s’établit par la présence de deux facteurs essentielles un
émetteur qui envoie le message et un récepteur qui le reçoit qui va de sa part décodé ce
message, cette action se réalise à travers un canal : une radio, le téléphone…

5
Richard ARCAND Nicole BOURREAU. La communication efficace, le centre éducatif et culturel,
Canada, 1995, P13
6
Le petit Larousse illustré, dictionnaire, cité par Janine BEAUDICHO, la communication, Processus,
formes et applications, coll. : Cursus, Armand Colin, Paris, 1999.P24.
7
Janine BEAUDICHO, la communication, Processus, formes et applications, coll. : Cursus, Armand
Colin, Paris, 1999, P29.

8
Chapitre 1 : la communication

1.3 Les composantes de la communication

Selon Jakobson, toute situation de communication ces éléments doivent se manifester.


Peu importe les conditions qui contribue à la réalisation de cette action. Ces éléments
sont : un émetteur, un récepteur, un message, un canal, un code et un référent.

L’émetteur : est la personne que ce soit un individu ou un groupe de personne (une


entreprise) qui envoi le message, ARCCAND et BOURBEAU voient que « l’émetteur est
celui ou celle dont l’intention de communication est à l’origine du message »8 cela veut dire que

l’émetteur doit avoir l’intention de communication.

Le récepteur : est celui qui reçoit et décode le message. Dans un débat ou une
conversation le récepteur et l’émetteur peuvent s’échangent le rôle.

Le code : est des signes utilisés par le récepteur pour transmettre son message, ces
signes se manifestent sous forme orale ou écrite. Il existe deux types du code : il peut
être verbale comme la langue ou non verbale comme les gestes, les mimiques, le regard.

Le message : est l’information qui est circulé entre l’émetteur et le récepteur cette
information contient un assemblage des signes qui ont des sens.

Le canal ou le contacte : est le moyen ou le support à travers lequel le message est


transmis par exemple : le téléphone portable, la radio…

Le référent : est quelque chose soit un objet ou une personne sur lequel le message
renvoie. On distingue deux types de référent : le référent concret qu’on peut le touché
ou bien le voir et le référent abstrait qui n’existe que dans l’esprit a titre
d’exemple : pardonnez mon retard

Voici le schéma proposé par Jakobson qui résume les composantes de la


communication.

Richard ARCAND Nicole BOURREAU. La communication efficace Op. Cite P13.


8

9
Chapitre 1 : la communication

Référent : à propos de quoi ?

Message : Dit quoi ?

Emetteur : qui ? Récepteur : A qui ?

Canal : Par quelle moye

Code : Dans quel langage ?9

1-4 Les types de communication

La communication est envisagée comme un processus qui s’appui sur l’échange pour
plusieurs fins parmi les quelles d’exprimer, informer, transfert d’information… A
travers un code ou un signe qui doit être décodé par le récepteur du message, alors ce
signe sa peut être verbale ou non verbale, à travers cela on distingue deux types de
communication : la communication verbale et la communication non verbale.

A- La communication verbale : est un mode de communication où l’émetteur n’utilise


que les mots d’un langage pour transmettre son message. Ce premier type est définit
comme : « est une façon structurée et codifiée d’exprimer une idée, un besoin un désir, etc. C’est une
manière directe et spontanée de s’adresser à l’autre »10, Elle se devise en deux : la

communication orale et la communication écrite.

On constate que la communication verbale est très claire qui ne possède qu’une seule
interprétation, elle est loin de toute sorte d’ambigüité ainsi pour aboutir une
communication efficace il faut que le message soit simple et précis car la complexité
rend le message incompréhensible au niveau du récepteur ainsi le choix du vocabulaire
9
Roman JAkOBSON cité par Jean-Marie ESSONO, Précis de linguistique générale, éd : L’harmattan, p30.
10
www.csmoesac.qc.ca/sites/.../doc_5.2b_communications_cemeq.pdf consulté 08/03/2015

10
Chapitre 1 : la communication

utilisé doit être pertinent et connu c'est-à-dire commun entre l’émetteur et le récepteur.
Pour mener à bien la communication verbale, certaines techniques entrent en jeu parmi
lesquelles la reformulation qui consiste à redire l’idée d’émetteur autrement par
l’utilisation d’autres mots simples. Ainsi la synthèse qui consiste à faire un résumé
générale et une récapitulation sur le contenu de la discussion ainsi elle aide à vérifier si
le récepteur à saisi le sens voulu ou non.

La communication orale : comme on déjà signaler auparavant que la communication


verbale se divise en deux types : la communication orale et la communication écrite. La
communication orale exige la présence de deux interlocuteurs l’émetteur et le récepteur
au moment de transmission du message. La communication orale est souvent peu
élaboré on utilise des phrases juxtaposées. Ainsi le langage utilisé peut être familier.

La communication écrite : par opposition à la communication orale , la


communication écrite s’intéresse à la compréhension du message émit parce que le
destinataire est éloigné ,donc pour ne pas tombé dans le risque que le message n’arrive
pas au destinataire dans le sens voulu on donne beaucoup d’importance à l’utilisation
des phrases correctes qui respecte les normes et les règles d’écriture avec l’utilisation
ponctuation.

B- La communication non verbale : est un type de communication basé sur


l’utilisation des signes non verbaux par exemple le geste, la mimique, le regard, le ton
de la voix, les expressions du visage, la couleur, le langage de sourd- muet… Cette
communication est définie comme : « un mode de communication qui n’a pas recourt aux mots.
C’est l’ensemble des moyens de communication existant entre les individus n’ayant pas recours à du
langage parlé. »11

Les singes non verbaux jouent un rôle important à la transmission du message des fois
ils ont plus forts que les mots mais on ne peut pas les utiliser tout seule, ils doivent être
accompagné d’un code verbale si non plusieurs interprétations fausses va crier.

11
Ibid.

11
Chapitre 1 : la communication

1-5 Les facteurs de réussite ou d’échec de la communication

Dans toute situation de communication la réussite de ce processus n’est pas garantie, il


peut échouer, il existe des multiples éléments qui contribuent à la réussite ou l’échec de
cet acte.

Les facteurs liés à l’émetteur: chacun de nous possède un cadre de référence qui
englobe l’ensemble des idées, des croyances, des connaissances … ce cadre permet de
donner une perception de chacun qui se diffère de l’autre et qui donne un sens
particulier. Alors cette différence influence la compréhension du message ainsi le coté
psychologique de la part de récepteur surtout lorsque la personne possède la confiance
en soi influence l’autrui et croit l’idée reçu en plus pour que notre communication
réussite parfaitement, il faut au départ déterminer l’intention sur lequel la
communication , si on précise le but le récepteur va être convaincu facilement, Enfin on
peut ajouter que si un émetteur et le récepteur partagent de même finalité celle
d’informer, apprendre la communication réussira en plus.

Les facteurs liés au récepteur : comme nous l’avons déjà mentionné que le récepteur
est celui qui reçoit le message. Alors, pour que ce dernier comprenne, il faut qu’il
possède des connaissances larges et une culture qui l’aide à déchiffrer le message, ainsi
le récepteur doit être motivé et prêt à reçoit l’information. Prenant l’exemple d’un élève
qui veut apprendre une langue étrangère ainsi la reformulation des idées et les questions
posées peuvent diminuer et facilitent l’action de communiquer.

Les facteurs liés au code : pour que la communication soit efficace et le récepteur
comprenne le message, il faut que les deux interlocuteurs partagent le même code. Il
arrive que la langue ne transmette pas le message dans le sens adéquat. Alors l’émetteur
fait recours à d’autre code iconique ainsi le mimique, le regard, les gestes… de même,
la maitrise de code au niveau d’émetteur facilite la compréhension du message et la
transmission du sens voulu et éviter le risque des sous -entendus.

12
Chapitre 1 : la communication

Les facteurs liés au message : la simplicité du message facilite la compréhension au


niveau du récepteur ; par contre si on transmit un message complexe qui s’appuis sur la
polysémique (le fait qu’un message possède plusieurs sens), la tache de le décoder
convenablement sera ardue, ainsi l’utilisation de certains procédés explicatifs comme :
la reformulation, la répétition, emploi du synonyme de la part d’émetteur facilite au
récepteur l’interprétation et la compréhension du message.

Les facteurs liés au canal : le contact a une place importante dans la création du
message. On constate que le choix et la variation du canal dépend de la compréhension
du message au niveau du récepteur. Si ce dernier n’arrive pas à assimiler le contenu du
message, l’émetteur doit changer un autre canal par exemple si un individu n’est pas
réussi à transmettre son message oralement, il va utiliser un autre canal comme
l’écriture, l’illustration. Le bruit parmi les éléments qui perturbe le passage du message
et qui rend sa transmission moins efficace et très difficile.

Les facteurs liés au référent : le référent constitue l’essentiel du message, alors pour
aboutir à une communication réussite, le récepteur doit identifier le référent, cela veut
dire qu’il doit connaître sur quoi on parle que ce soit une idée, un être ou un objet, si
nous communiquons avec quelqu’un qui ignore notre culture par exemple ça sera
difficile pour lui de comprendre le message.

Nous terminons ce chapitre pour dire que la communication envisagée comme un acte,
dont la première objectif est la transmission de l’information, on ajoute aussi les
échanges des idées, des émotions … cet acte se réalise à travers les différentes formes
des signes : verbales et non verbale. Il comporte six éléments essentiels le récepteur,
l’émetteur, le canal, le référent, le code, le message, ces composantes ont un impacte sur
la réussite ou l’échec de la communication.

13
Chapitre 1 : la communication

1.6 Les interactions verbales

Des nombreuses linguistes ont traité le sujet d’interaction entre autre : Edmondson
GOFFMAN qui la définit comme : « Par une interaction, on entend l’ensemble de l’interaction
qui se produit en une occasion quelconque quand les membres d’un ensemble donné se trouvent en
présence continue les uns des autres »12

En ce sens on désigne par le mot interaction les énoncés produits qui résulte d’un
rencontre entre les individus qui se trouvent dans le même cadre spatiale où ce réunion
constitue un échange orale. Ainsi le mot verbal signifie l’usage d’un code langagier
articulé13

12
Catherine Karbrat-Oreccioni, cité par Goffman Edmondson, Armand Colin, Coll: U ”letters”, 214.
13
Dictionnaire Le Petit Larousse2010, Edition Anniversaire de la Semeuse, 2009.

14
Chapitre 2:
La communication orale en classe de langue.
Chapitre2: La communication orale en classe de langue

Nous avons consacré ce chapitre pour, parler des différentes méthodologies


d’enseignement de langue étrangère. Ainsi nous avons met l’accent sur l’approche
communicative. En suite nous avons abordé les participants de la communication
didactique en commençant par le rôle de l’enseignant après le rôle de l’apprenant. Par la
suite nous avons parlé de notre corpus d’étude « la compréhension de l’orale ».Nous
terminons ce chapitre par les objectifs de la communication orale.

1. Méthodologies d’enseignement de langue étrangère

Pour bien identifier les différentes méthodes nous commençons tout d’abord par la
définition du mot « méthode », Jean-Marie ESSONO la définir comme étant :

« Une méthode est un ensemble de matériaux pédagogiques et de procédés


didactiques associés (la méthodologie) mis en œuvre pour conduire un
apprentissage .Il existe de nombreuses méthodes de L2, plus ou moins
performantes selon les contextes. Pour être efficace, une méthode doit être
répandre aux objectifs, aux attitudes et aux motivations des apprenants. »14

L’ensemble des méthodes d’enseignement de langue étrangère constituent les matériaux


pédagogiques et des techniques qui contribuent dans l’apprentissage de cette langue, ces
méthodes doivent répandre aux besoins des apprenants et des objectifs d’apprentissage.

1.1La méthode grammaire-traduction

Cette méthode basé sur l’apprentissage et la transmission des règles de la langue cela
veut dire qu’elle s’intéresse beaucoup plus sur le bon usage de la langue.

« La méthodologie traditionnelle dite de « grammaire-traduction, dans laquelle


on considérait au contraire que parler une langue étrangère était traduire
inconsciemment et instantanément en langue étrangère une pensée forcement
conçue en langue maternelle »15

14
Jean Marie ESSONO, Précis de linguistique générale, L’harmattan, P54.
15
Jean Pierre CUQ, Dictionnaire de didactique du français la langue étrangère et seconde, Paris, Asile
CLE interactionnelle, 2003, P167.

16
Chapitre2: La communication orale en classe de langue

Cela veut dire que cette méthode voit que le fait de parler à langue étrangère est un
processus qui nous apprend spontanément, il suffit de maitriser les règles de cette
langue. De plus cette méthode considérée la langue comme étant : « Ensemble de règle et
d’exceptions observables dans des phrases ou des textes, susceptibles d’être rapprochées des règles de la
langue de départ. La forme et le sens occupent la place prépondérante dans l’enseignement »16

On conclure que cette méthode basé essentiellement sur deux branches: la morphologie
et la syntaxe pour enrichir le vocabulaire des apprenants à travers la traduction d’une
langue à l’autre. Au même temps l’acquisition des règles de la langue .Alors on peut
dire cette méthode vise à enseigné la langue écrite beaucoup plus que la langue parlée.

1.2 La méthode directive

Elle s’oppose à la méthode précédente dite « Grammaire-Traduction », cette méthode


s’appui essentiellement sur la compréhension et l’expression de la langue de la langue
origine par opposition à la méthode grammaire -traduction qui se base sur la traduction
d’une cette méthode est appliqué en classe par la désignation des objets, la définition,
les images…

Les trois spécialistes français, Laudenbach, Passy et Delobel définissent comme étant :

« Les langues modernes ne s’apprennent rapidement et conformément à leur génie


que par la langue même qu’’il s’agit d’enseigner .le meilleur moyen pour pénétrer
le génie d’une langue, c’est de ne pas chercher à passer un mot français au mot
étranger .mais d’appendre d’abord à penser dans cette langue »17

A travers cette définition nous conclurons que ce qui importe dans cette méthode
directive et ne pas la traduction des mots d’une langue à l’autre mais le fait de penser
via cette langue au même temps de parler et d’exprimer d’une façon correcte.

16
www.romanice.ase.ro/.../04_Stoean-La%20metode.pdf.
17
Jean Pierre CUQ, Dictionnaire de didactique du français la langue étrangère et seconde, Op.cit.P73.

17
Chapitre2: La communication orale en classe de langue

1.3 La méthode audio-orale

Cette méthode est fondé sur le principe d’analogie cela veut qu’à partir d’ensembles des
exercices structuraux on peut les appliquer dans d’autre situations semblables, ces
exerces comportent des dialogues réelles. Alors cette méthode s’appui essentiellement
sur la répétition, elle donne une importance à la phonétique et la syntaxe c’est pour cette
raison qu’elle est destiné aux débutants.

1.4 L’approche communicative

L’approche communicative a été apparue en 1970 à paris, sous la critique des méthodes
antérieurs : audiovisuelle et audio orale. Elle consiste principalement à développer chez
l’apprenant la compétence communicative afin de répandre aux besoins langagiers.
Pierre Martinez déclare que « l’approche communicative peut être envisagée comme un système
voué à intégrer des dispositifs diversifiés et ceux-ci ont pour finalité d‘impliquer l’apprenant dans une
communication orientée »18

Cela veut dire que cette approche vise à utiliser la langue dans des situations différentes
pour crée chez l’apprenant l’habitude de fixé les objectifs avant toute acte de
communication par exemple en lisant pour répandre au besoin de s’informer, on parle
avec l’autrui pour convaincre, pour expliquer… Cela impose une bonne maitrise de
certains phénomènes spécifique à la langue à titre d’exemple la composante discursive,
linguistique, référentielle… L’approche communicative donne une grande importance à
l’apprenant où il sera autonome dans son apprentissage mais cela n’élimine pas le rôle
important de l’enseignant qui est considéré comme une référence linguistique qui
oriente et corrige les erreurs des apprenants. Parmi les supports utilisés dans cette
approche certaines activités comme la simulation, le joue de rôle… Ainsi l’approche
communicative permet à l’apprenant de confronter les natifs à travers les situations
différentes de communication et participe à constituer son savoir- faire et savoir- être.

18
Evelyne BERARD, L’approche communicative.CLE international, Paris, 1991.

18
Chapitre2: La communication orale en classe de langue

2. Les participants de la communication didactique

Toute situation de communication impose la présence de deux acteurs émetteur qui


envoi le message et le récepteur qui le reçoit, c’est le même cas dans la communication
dite didactique où la classe est considéré comme un lieu convenable d’une
communication réussite et efficace, alors l’enseignant et les apprenants constituent les
participants de cet acte où chacun possède un rôle à accomplir.

2.1 Le rôle de l’enseignant

Auparavant l’enseignant est censé à apporter et à transmettre le savoir, mais avec


l’apparition de l’approche communicative qui donne l’autonomie à l’apprenant sans
qu’elle élimine, bien entendu, le rôle primordial assigné à l’enseignant, car il est au
premier lieu un éducateur avant d’être un transmetteur de savoir. Ainsi, l’enseignant est
l’animateur en classe qui crée la motivation afin d’encourager et d’inciter les apprenants
à participer dans l’acte communicative.

Philippe Perrenoud était parmi les nombreux didacticiens qui ont abordé ce sujet car il
voie que le rôle de l’enseignant est primordial et c’est le facteur qui diffère la
communication didactique des autres. Philippe résume son avis en disant:

« Alors que la conversation est fondamentale dans la vie humaine, en classe elle
devient du bavardage dès lors qu’elle échappe au contrôle de l’enseignant. Il se
sent le chef d’orchestre, l’initiateur, le garant des échanges, de leur contenu, de
leur niveau, de leur correction, de leur durée, de leur progression vers un but»19.

Alors on peut affirmer que l’enseignant est l’élément essentiel de toute situation de
communication en classe car c’est lui qui évalue la progression de cet acte au même
temps il corrige les erreurs faites par les apprenants, ainsi c’est lui qui détermine les
finalités visées par cet acte. On peut juger que l’enseignant est le responsable pour que
l’approche communicative réussit s’il possède des compétences linguistique et des

19
Souhail ZIADA, L’intersubjectivité dans les interactions verbales: Analyse de la relation
interpersonnelle entre les enseignants et les apprenants en classe de FLE au collège, université de
Constantine, P28.

19
Chapitre2: La communication orale en classe de langue

connaissances de la langue étrangère, il doit avoir aussi, des connaissances sur des outils
pédagogique comme : méthodes, documents…20

2.2. Le rôle de l’apprenant

Selon, Joe Sheils :

« dans une approche communicative, l’apprenant doit prendre sa part de


responsabilité dans l’apprentissage, négocier et coopérer avec les autres
apprenants et l’enseignant dans le choix des objectifs et des moyens de les
atteindre, tout en cherchant comment il peut le mieux utiliser et développer ses
savoir- faire et ses connaissances »21

Comme nous allons déjà signaler auparavant que l’approche communicative mit
l’accent essentiellement sur l’apprenant prenant en considération ses besoins, mais cela
n’empêche pas de dire que l’apprenant est dans l’obligation d’avoir certains rôles et
assurer quelques tâches. D’abord l’apprenant doit être motivé pour qu’il puisse
participer dans toute situation de communication en classe pour apprendre. Cela ce fait
en partageant ses idées, ses expériences ses sentiments avec son enseignant et ses
camarades. Ainsi il doit avoir un esprit critique et qu’il accepte d’être évaluer et critiqué
par les autres. L’apprenant doit également respecter ses camarades. Enfin un bon
apprenant doit avoir la volonté de participer aux choix des activités et des documents
qui entre dans la réalisation de chaque projet du programme.

3. La compréhension orale

L’objectif principale de cette activité est de développer chez l’apprenant la compétence


de comprendre un discours oral et cela ce fait à travers l’écoute de situation de
communication.

La séance de compréhension orale (CO), contient des étapes, dont 1érenommé la pré-
écoute est une phase préparatoire qui s’effectue avant la présentation de document

20
Ibid. Souhail ZIADA, L’intersubjectivité dans les interactions verbales: Analyse de la relation
interpersonnelle entre les enseignants et les apprenants en classe de FLE au collège.
21
Joe SHEILS, La communication dans la classe de langue. conseil de l’Europe, conseil de la coopération
culturelle européen, 1993, P 04.

20
Chapitre2: La communication orale en classe de langue

sonore ou le texte lu par l’enseignant, cette phase préparatoire permet d’introduire le


vocabulaire nouveau, un outil indispensable à la compréhension. Elle a comme objectif
d’identifier le thème et d’aider l’apprenant à construire progressivement le réseau du
sens. La 2émedite l’écoute qui comporte de sa part deux parties : la 1ére écoute qui
s’intéresse à la compréhension de la situation ainsi pour que l’apprenant détermine la
situation de communication. Dans cette phase l’apprenant doit répandre à certains
questions par exemple : qui ?, à qui ?, quoi ?et comment ? … La 2éme écoute : cette
phase aide l’apprenant à vérifier les données relevées et pouvoir compléter les réponses.
La 3éme étape est appelée: après l’écoute c’est la phase pendant laquelle les apprenants
doivent répandre aux questions posés par l’enseignant à titre d’exemple : Qui sont les
personnages ?, où se déroule la scène ?, qui s’adresse-t-il ? Et en enfin de la séance les
apprenants doivent faire un résumé orale, une sorte de récapitulation sur ce qu’ils
comprennent de ce document.22

4. Les objectifs de la communication orale

A travers la communication établit en classe que ce soit par l’écoute des documents
présentés en classe ou à travers les interactions entre l’enseignant et les
apprenants(verticale)ou entre les apprenants entre eux (horizontale), l’apprenant doit
acquérir son objectif principal qu’est la maitrise de la langue orale ainsi d’acquérir
d’autres compétences spécifique à la langue.

4.1 La compétence communicative

L’approche communicative vise à apprendre la langue à travers la communication orale.


Donc il s’intéresse particulièrement de développer chez l’apprenant la compétence
communicative, Sofie Moirand résume la compétence communicative en quatre
composantes :

-Une composante linguistique, une connaissance approfondie sur les phénomènes


déférents de la une langue.

22
Ibid. Joe SHEILS, La communication dans la classe de langue, les éditions du conseil de l’Europe,
conseil de la coopération culturelle européen P31.

21
Chapitre2: La communication orale en classe de langue

- Une composante discursive, savoir distinguer les différentes types de discours.

- Une composante référentielle.

- Une composante socioculturelle, une connaissance sur les règles de la société


et les normes des interactions entre les individus. 23

La compétence communicative permet à l’apprenant d’acquérir la compétence


communicative et produire des énoncés correctement lors de la discussion en classe,
ainsi l’apprenant doit avoir un esprit critique et capable d’argumenter et convaincre
l’autre par ses idées, ses pensées… Un bon apprenant doit maitriser la compétence
d’écoute et d’être capable de faire une synthèse après l’écoute.

4.2 Les compétences linguistiques

L’apprenant, lors de la communication peut acquérir des compétences linguistiques


spécifique de la langue (lexicale, phonétique, syntaxique) :

4.2.1 Lexicale

L’apprenant sera capable de connaitre les différents sens des mots, des expressions, des
termes, dans des disciplines différentes ainsi de trouver des synonymes et des contraires
des termes et des mots. Ils seront aussi capables de distinguer les registres de la langue
(courant, familier, soutenue) et savoir quand on les utilise.

4.2.2 Phonétique

Les documents sonores présentés en classe lors de la séance de compréhension orale


permettent à l’apprenant de prononcer les sons correctement ainsi d’être capable
d’articuler comme les natifs.

23
Sophie MOIRAND, Enseigner à communiquer en LE, Hachette. Coll. F, 1982, P20.

22
Chapitre2: La communication orale en classe de langue

4.2.3 Syntaxique

L’un des objectifs principales acquises par la compétence communicative est former un
apprenant qui peut produire des énoncés incluant des phrases correctes avec des verbes
ainsi l’utilisation des phrases complexes et des extensions

Nous conclurons à dire que l’approche communicative se base essentiellement sur l’acte
communicative, ce dernier est privilège dans la séance de compréhension de l’orale où
le rôle assigné à l’enseignant est très important, il est au premier lieu porteur de
l’information, le guide et au même temps qui évalue les travaux faites en classe. Sans
oubliant le rôle de l’apprenant qui partages des idées et participes dans l’acte
communicative. Dernièrement nous avons parlé des objectifs de la communication orale
la compétence communicative, la compétence linguistique avec ses branches.

23
Chapitre3 :
L’étude de la communication orale dans la
séance de compréhension orale en classe de FLE
Chapitre3 : L’étude de la communication orale dans la séance
de compréhension orale en classe de FLE

Dans ce dernier chapitre qui est consacré à la pratique, nous allons présenter notre
corpus, où nous parlons de notre enregistrement qu’on déjà réaliser, ensuite nous
passons à l’analyse des interactions qui sont transcrire selon le système de Traverso.

1. L’objectif du travail

Notre travail a comme objectif principale de faire une description sur l’interaction en
classe afin de constater les objectifs de la communication orale en classe.

2. Présentation du corpus

Notre corpus d’étude est la séance de compréhension de l’orale, par laquelle commence
le projet didactique qui scinde en séquences. La séance de compréhension de l’oral est
suivie par la compréhension de l’écrit. Nous avons choisi comme une technique
l’observation directe car cette dernière est la plus convenable à notre thème de
recherche.

2.1 L’enregistrement

2.1.1La présentation des données

Notre recherche est basée sur la description des interactions en classe afin de déterminer
les finalités de la communication orale en classe. Nous avons effectué notre pratique,
l’enregistrement de la première séance au mois de février de l’année 2015 et la
deuxième séance est enregistrée au mois d’avril. Nous avons fait la transcription des
interactions pendant les deux séances selon la conception de Traverso.

2.1.2 Le cadre spatio-temporel

A-Le temps

Notre corpus a été enregistré à l’aide d’un téléphone portable lors de la séance de la
compréhension de l’orale en classe. La première séance a eu lieu 25/02/2015 et elle a
durée 27mn. La deuxième a été enregistrée le 27/04/2015 et elle a durée 36mn. Le
décalage temporel entre les deux séances se justifier par la nature des textes traités, car

25
Chapitre3 : L’étude de la communication orale dans la séance
de compréhension orale en classe de FLE

dans la séance du mois de février était consacré a l’appel, alors que celle du mois
d’Avril se basait sur la nouvelle.

B -Le lieu

Notre pratique se réalise dans les lycées de Ali Mellah et Mostapha Hafiane à Ouargla
dans des classes de 3année secondaire langue étrangère, le choix ces deux classes ce
justifient par la grève ouverte des enseignants de l’enseignement secondaire alors nous
n’avons pu assister qu’à deux séances.

2.1.3 Les participants

Nous avons effectue notre enregistrement dans des classes de langue qui contient 26
apprenants voir 21filles et 07garçons(Le lysée de Ali Milah) et l’autre classe contient 20
élèves 16filles et 04 garçons.

3. Analyse des interactions

D’après l’observation que nous avons faite lors de l’enregistrement des deux séances
aux quelles nous avons assisté et que nous avons présenté sous forme écrite. Pour mieux
analyser.
Les deux enseignants ont utilisés des supports différents, dont l’enseignante à réaliser
cette activité à l’aide d’un texte support, l’autre enseignant s’est basé sur un document
sonore. Les deux textes doivent répondre aux objectifs de cette activité, cela veut dire
que le contenu des textes doit être en relation avec l’objectif de la séance. Dans ce cas
nous pouvons dire que les deux enseignants ont réussi au choix des supports.

L’enseignante a présenté son texte à travers une lecture faite par elle-même. Cette
lecture est répétée trois fois successives, selon la compréhension et l’assimilation du
texte par les apprenants. Par contre dans la deuxième séance, l’enseignant a utilisé un
document sonore qui présente une nouvelle et ça ce fait à l’aide d’un téléphone portable.

L’enseignant a répète cette nouvelle deux fois au début, après il l’a répartit en
paragraphes et à chaque fois il présente une parti et la répète s’il est nécessaire.

26
Chapitre3 : L’étude de la communication orale dans la séance
de compréhension orale en classe de FLE

L’enseignante a préparé un Q. C. M (questionnaire aux choix multiples) et des questions


dont la réponse est vraie ou faux, au fur et à mesure elle explique les termes ou les mots
qu’empêche la compréhension chez les apprenants. La même méthode est suivie par
l’enseignant, lui aussi a préparé un ensemble des questions mais ce qui diffère il a fait
recours au langage gestuel (les gestes) pour expliquer certaines mots.
Exemple :
Séance n : 02
En : voilà à la jambe, il ya un lieu exacte, sur la …à la cuisse c’est cette partie qui
s’appel la cuisse (il a désigné par la main à la cuisse), attention je vais entendre une
deuxième foi la suite de l’histoire
La communication orale va crie à travers les échanges faites par l’enseignant et les
apprenants et les énonces produits, qui résulte par les questions posées par l’enseignant
et les réponses des apprenants ou l’inverse.

Si nous faisons une comparaison entre les deux séances nous remarquons que les
apprenants ont pu assimiler le sens globale du texte lu par l’enseignante par rapport à la
deuxième séance qui faite à l’aide d’un téléphone portable où la lecture de la nouvelle
est faite d’une façon rapide.

La communication orale a donné l’occasion aux apprenants pour enrichir leur


vocabulaire, à travers l’apprentissage des nouveaux mots.
Exemple 01:
Séance01:
En : troisième question pour l’auteur un rhume c’est quoi ?
-C’est une coutume tentez de santé banale et partager
- une maladie sérieuse et évolutive
- une maladie inévitable dans l’univers
Ap6 : la première.∕
Ap4 : est une maladie sérieuse
En: et c’est quoi la premi :::ère ?est ce que le rhume est une maladie ?
Donc un rhume est synonyme de denté banale et que ne fais que passer et partager
Exemple02 :

27
Chapitre3 : L’étude de la communication orale dans la séance
de compréhension orale en classe de FLE

Séance02 :
En : comment était il ?
Ap1 : pauvre
En : oui c’est un pauvre, que montre, quelle est la chose qui montre que cet homme était
pauvre ?
Ap7 : les vêtements
En : comment était il les vêtements ?comment s’appel les vêtements déchiré qu’est ce
qu’on a écrit au tableau l’autre fois(ha) ce sont des chiffons, il ya un autre nom, les
haillons, les haillons→ ce sont des vêtements déchirés débridés comme comme des
chiffons alors on a dit est un pauvre est ce que c’était un vrai pauvre ?

Les apprenants à travers la séance de la compréhension de l’orale ont identifié les


différentes composantes de cet acte qui sont essentiel pour la réalisation de toute
situation de communication
Exemple :
Séance n:01
En : des jeunes du monde entier donc l’énonciateur par vous désigne le récepteur, le
destinataire du message le destinataire est : les jeunes du monde entier donc vous
désigne le destinataire à savoir « les jeunes du monde entier » (elle écrit cette phrase
au tableau) d’accord, il ne s’agit pas de tout le monde mais seulement des jeunes donc
dans tout appel vous avez celui qui parle et celui à qui le message est destiné.

Ainsi par le bais de cet acte les apprenants arrivent à faire la différence entre les trois
phases d’une nouvelle, la situation initiale, la situation de perturbation, la situation
finale, ils distinguent entre les indicateurs temporelles de chaque situation à titre
d’exemple la situation initiale introduite par l’indicateur un jour, la situation de
perturbation commence par l’adverbe soudainement et la situation finale, est introduit
par enfin.

28
Chapitre3 : L’étude de la communication orale dans la séance
de compréhension orale en classe de FLE

Exemple :
Séance n : 02
En : la situation initiale qu’est ce qu’il ya, Fortunato étendu devant le soleil, la
deuxième situation situation de perturbation, il ya quelque chose (inaudible) et après la
situation
Ap1 : finale
En : l’enfant regardant devant le soleil
En : par quel indicateur on a commencé la situation initial par quel indicateur ?
Ap3 : un jour
En : très bien, un jour, la situation de Perturbation par quoi on a commencé ?
Ap3 : soudain
En : et la situation finale par quoi par on commencé ? par l’indice
Ap4 : enfin
En : Oui, donc ça c’est la nouvelle et les trois situations la situation initiale, la situation
de perturbation et la situation finale.

En outre nous avons remarqué que les deux enseignants ont fait des efforts afin
d’atteindre les objectifs tracés au début de la séance et cela se fait à travers l’explication
des mots qui leurs semblent difficiles. Pour définir certains termes ambigus, les
enseignants ont utilisé : les gestes, les illustrations avec des exemples…
Exemple
Séance n : 02
En : il est partit, cherché de la poudre en ville vous savez que veut dire la poudre ?
Ap1 : non
En : la poudre →c’est pour les armes à feu alors sa poudre s’est pour les armes à feu
mais le bandit vient à la maison de Fortunato s’appuyant sur son (inaudible) pourquoi ?,
[pourquoi il vient en s’appuyant sur (inaudible).

Nous avons constaté que la communication orale en classe a réussi car nos apprenants
ont pu répandre aux questions posés par les deux enseignants se forme des énoncés
oraux, mais cela ne s’applique pas à tous les apprenants parce que certains trouvent des
difficultés à répandre et ceci se voit à travers le silence.

29
Chapitre3 : L’étude de la communication orale dans la séance
de compréhension orale en classe de FLE

Exemple n:01
Séance n: 01
En : avoir faim↑ par l’expression avoir faim que veut dire l’auteur, je vous demande pas
ce que vous dire alors « avoir faim »veut dire pour l’auteur :
-Avoir un sincron à l’estomac.
-manquer de nourriture.
-jeter dans l’enterrement.
En : et que veut dire avoir sincron à l’estomac ?
Ap2: malade.∕
En : mais quand je dis avoir faim c'est-à-dire ?
Ap : (Silence)
Exemple n:02
En : toujou :::rs par vrai ou par faut, alors ils leur demandent c’est quoi un rhume ? De
prier Dieu de les guérir c’est vrai ou c’est faut ? Rahmani
Rahmani :c’est vrai
Ap4 : vous pouvez (Silence)
En : qu’est ce que je peux faire ?
Exemple n : 03
Séance n : 02
En : quand on parle de bandit dans le Maquis certainement il a tue des gens, il a volé, il
a fait pleine de chose mais le bandit vient chez Fortunato pour se cacher pourquoi il n’a
pas allé se cacher ailleurs plus loin ?
Ap1 : parce qu’il est blessé
En : très bien parce qu’il est blessé, il est blessé par quoi ?
Ap6 : Par, par (silence)
En : un coup de feu

De plus l’apprenant est capable de défendre de son point de vue en formulant des
arguments avec des phrases correctes au niveau grammatical et sémantique. .Mais cela
ne l’empêche pas de respecter le point de vue des autres.

30
Chapitre3 : L’étude de la communication orale dans la séance
de compréhension orale en classe de FLE

A la fin de la séance les deux enseignants ont demandé aux apprenants de faire une
synthèse qui résume ce qu’ils comprennent de cette activité, ce résumé présente
oralement.

Exemple n : 01
Séance n : 01
En : expression orale donnez moi le compte rendu objectif de tous ce qu’on vient de
dire c’est bien la synthèse
Ap3 :[ la première idée c’est que : l’auteur désigne par le pronom vous
En : [non, ça ce n’est pas un compte rendu ça c’est une synthèse de l’orale
Qui ?
Ap4 : l’auteur
En : quoi ?
Ap5 : la misère, la misère↑
En : il parle de quoi ?l’auteur lance un appel à qui ?
Ap5 : l’auteure lance un appel aux jeunes de monde entier
En: dans quelle but ?
Ap2: pour l’aider madame↑
En : non c’est pas pour l’aider, c’est pour changer le comportement, (elle a écrit la
réponse au tableau) donc il lance un appel pourquoi ?pourquoi lance t-il cette appel
Ap3 : pour qu’il change le comportent
En : ça c’est le bu ::: t
Ap2 : pour aider les gens qui vivent dans la misère
En: est ce que pour aider, le but de cette appel ? Je lance un appel pour inciter quelqu’un
à faire quelque chose
Ap4 :[ changé le comportement Madame↑
En :ça c’est le but ais pourquoi se changement
Ap3: pour penser aux autres
Ap1 : pour vivre la belle vie
En : Meshri selon toi pourquoi ?
Meshri : pour changer le comportement
En : mais ça c’est le but, il ya une déférence entre but et cause.

31
Chapitre3 : L’étude de la communication orale dans la séance
de compréhension orale en classe de FLE

Pourquoi il changer le comportement parce que à travers le monde il ya combien de


jeunes ?
Ap2 : quatre cent million
En : il ya huit cent million des jeunes qui vivent (silence)
Ap2: pour l’égalité
En : ce n’est pas pour légalité
Ap6 : par solidarité
En : par solidarité voilà changer le comportement par solidarité avec huit cent million
des jeunes .cette appel ?l’auteur lance un appel aux jeunes de monde entier pour qu’ils
changent le comportement par solidarité avec huit cent million des jeunes vivants dans
la misère voilà le compte rendu du texte.
Exemple n : 02
Séance n : 02
En : et maintenant on va revendiquer revendiquer, l’histoire, la première des choses
Ap4 : un garçon
En : la situation initiale qu’est ce qu’il ya, Fortunato étendu devant le soleil, la
deuxième situation situation de perturbation, il ya quelque chose (inaudible) et après
la situation
Ap1 : finale
En : l’enfant regardant devant le soleil
En : par quel indicateur on a commencé la situation initial par quel indicateur ?
Ap3 : un jour
En : très bien, un jour, la situation de Perturbation par quoi on a commencé ?
Ap3 : soudain
En : et la situation finale par quoi par on commencé par l’indice ?
Ap4 : enfin
En : Oui, donc ça c’est la nouvelle et les trois situations la situation initiale, la situation
de perturbation, la situation finale.

A travers cette acte (la communication orale) nous avons remarqué que, ce dernier a
contribue dans la favorisation de l’apprentissage de la langue par l’acquisition
d’ensembles des phénomènes langagiers.

32
Conclusion générale
Conclusion générale

A travers notre modeste travail, nous avons essayé de démontrer les objectifs de la
communication orale et les résultats obtenus en classe de FLE.
D’après la recherche que nous avons consacrée à l’étude des objectifs de la
communication orale, nous avons constaté les résultats suivants :
Toute situation de communication a comme objectif la transmission de l’information.
Tandis que le premier objectif de la communication didactique (d’enseignement
/apprentissage) est de développer chez l’apprenant les compétences de comprendre de
parler, d’écrire, et de lire en fait c’est apprendre à communiquer, prenant en
considération les différentes dimensions culturelles et discursive propre à cette langue
étrangère.
Par rapport à notre étude sur les objectifs de la communication orale en classe de FLE
nous avons remarqué que la communication orale à sa part dans la favorisation de
l’Enseignement/Apprentissage. Donc c’est ça l’objectif essentiel de la communication
orale en classe.
La communication orale permet à l’apprenant d’acquérir des compétences spécifiques à
la langue lors de l’échange verbale en classe.
De plus, la communication orale crie chez l’apprenant l’habitude de partager ses idées,
avec son enseignant ou avec les autres apprenants. Ainsi cet acte lui permet d’avoir un
esprit ouvert qui accepte les critiques des autres.
Ainsi, comme nous avons remarqué qu’à travers cet acte l’apprenant acquis la
compétence communicative qui lui permet d’identifier les différentes composantes de la
situation de communication.
Cet objectif (communiquer oralement) constitue chez l’apprenant un obstacle qui exige
une bonne maitrise des compétences de la langue, (lexicale, syntaxique, phonétique…).
D’autres difficultés apparaissent chez les enseignants car une grande responsabilité
assignée à ce dernier car c’est lui qui détermine les objectifs visées à travers cet acte.
Ainsi l’enseignant reste le transmetteur des savoirs malgré le changement des
méthodes. Il est censé comme une référence linguistique et l’évaluateur de la production
orale faite par les apprenants en classe.
Il est essentiel de signaler que la communication orale est plus difficile par rapport à la
communication écrite parce que pour réaliser cette dernière l’apprenant aura le temps

34
Conclusion générale

de réfléchir et de corriger ses fautes. Cependant communication orale exige la rapidité


dans la réponse et la réflexion (fluidités mentale et verbale).
L’enseignant arrive a réaliser ses objectifs tracés préalablement lorsque il est face a des
apprenants qui possèdent des compétences dans cette langue, la tâche sera facile pour
lui ,ce qui reste ici c’est d’évaluer la production et la progressions des apprenants, par
contre s’il a des apprenants faible la réalisation des objectifs sera difficile qui demande
la patience et le temps ,ainsi et sans négliger le rôle de l’enseignant car lui a sa part ,à
travers les efforts faites en classe comme l’explication, la définition, les illustrations ...
Comme nous avons déjà signalé que l’objectif principal de la communication orale en
classe est un objectif a long terme qu’est la préparation des étudiants à la vie
universitaire, alors les compétences acquises lors de la communication orale en classe
permet à l’apprenant de communiquer correctement et de manière efficaces
D’après, l’étude que nous avons fait et les résultats obtenus, nous constatons que les
hypothèses que nous avons suggérer pour répondre à notre problématique sont valides.

35
Bibliographie
Ouvrages

1-ARCAND Richard, BOURREAU Nicole, la communication efficace, le centre


éducatif et cultural. Paris, 1995.

2- BEAUDICHON Janine, la communication : processus, formes et application,

Armand Colin : Paris, 1991.

3-BERARD Evelyne, L’approche communicative, CLE international, Paris, 1991.

4-CURRAU cité in : Claire, Kramsch, interaction et discours en classe de langue,


Hatier.

5- GOFFMAN cité in : Robert vion, la communication verbale, Hachette, 1992, Paris.

6- JAKOBSON Roman, cité in : Marie ESSONO JEAN, Précis de linguistique


générale,: L’harmattan.

7-KARBRAT Orecchionn Catherine, Les interactions verbales, Armand Colin,


linguistique.1992.

8-MADLEINE Jean Marc, Pour une pédagogie interactive.

09-MOIRAND Sophie, Enseigner à communiquer en LE, Hachette. Coll.1982.

10- MUCChIELLE Alex, Etude des communications : approche par la modalisation


des relations, Armand colin.

11-POUGEOISE Michel, Dictionnaire didactique de la langue française. Armand Colin.

12-RONDAL Adolphi Jean cite in : Jean pierre RAYNAVD, Développement normal du


langage et ses troubles ,2008.

13-TARDIEU Claire, La didactique de langue en 4 mots clés : communication, Culture,


méthodologie, évaluation. Ellipse ,2008.

37
14-TRAVERSO Véronique, l’analyse des conversations, Colin ARMAND 2005.

15-VION Robert .La communication verbal, Hachette supérieur 1992, 2000.

16-WHITNEY cite in: William LABOV. Sociolinguistique, Minuit, Paris, 1976.

Dictionnaires

17- CUQ Jean Pierre, Dictionnaire de didactique du français la langue étrangère et


seconde, Paris, Asile CLE interactionnelle,2003.

18-POUGEOISE Michel, Dictionnaire didactique de la langue française, Armand


Colin.

Sitographie

19-www.mei-info.com/WP.../ilovepdf.com_split_5.pdf Genève 1994

20-www.csmoesac.qc.ca/sites/.../doc_5.2b_communications_cemeq.pdf

Mémoires fin d’étude

21-CHARAUDEAU Patrick, le contrat de communication dans la Situation classe


université de Metz, 1993.

22-EDDAM Meriem, ZEBILA Aicha, La communication au secondaire cas du


mémoire de licence, université Kadi Merbah Ouargla, 2003/2004.

23-ELKORSO Kamel, Communication oral et écrite.

24-PERRNOUD Philippe, Sous direction de Violeine BIGOT, La communication en


classe : onze dilemmes, Université de Genève, 1994.

25- SHEIL Joe, La communication dans la classe de langue, Editions du conseil de


l’Europe, conseil de la coopération culturelle Européen, 1993.

38
26-ZIAD Souhail, sous direction Violeine BIGOT, L’intersubjectivité dans les
interactions verbales: Analyse de la relation interpersonnelle entre les enseignants et
les apprenants en classe de FLE au collège, université d e Constantine.

39
ANNEXE

40
Annexe

Canevas (proposition) d’une fiche de SEANCE :


L’établissement : le niveau ou la classe:
Le projet :
L’intention communicative :
L’objet d’étude :
La séquence :
Le titre et le références du support (Ecrit ou Orale) :
La compétence (une seule compétence par séance) :
L’objectif de la séance : LIRE POUR : (résumer-synthétiser-faire un commentaire,
etc.)
(1-Compréhension de l’orale-2-Compréhension de l’écrit).
Activités et taches
Objectifs à proposer : Organisatio Rôle de Durée par
Capacité : d’apprentissage individuelles/par n de la l’enseignant r activité
: groupes ou par classe :
rangées).
Prendre en Cibler3à4 Privilégier -le groupe 1-Laisser les 15mn par
charge objectifs l’activité sur des classe élèves activité.
toutes les pertinents qui situations- (rarement, travailler.
capacités convient au problèmes. sauf pour -les laisser
indiquées Type d’Ecrit. Proposer deux ou l’imprégnat comparer,
pour la Important : trois activités ion ou débattre, se
compétence. pour chaque par séance l’observati positionner
objectif, il faut (Repérage des on du au sein du
prévoir une Indices de la paratexte). groupe.
activité. situation de -Par 2-passer
communication ;la rangées dans les
progression mais sur la groupes.
thématique ; les même Ne pas
réseaux lexicaux ; activité monopoliser
identification des Par la parole

41
Annexe

unités de sens, etc) groupes de .Animer –


quatre. orienté.
En Dépanner.
Binômes Remédier.
ou Porter au
tandems. tableau
Chaque quelques
groupe doit indices.
rendre en 3-Privilégier
fin de la pédagogie
séance différenciée
(élève s’intéresser
rapporteur) aux élèves
. en
Se référer à difficulté.
la
pédagogie
coopérative
.

Prévoir une (Activités de


mise en langue
commun et une (grammaire, de
Evaluation pour texte) ;
chaque activité. articulation ;
Réécriture ;
Synthése.
Ne pas poser les
séries de
questions-
Réponses qui

42
Annexe

relèvent de
l’Evaluation des
savoirs et non de la
formation .Ces
séries ne profitent
généralement
qu’aux bons
élèves alors que
l’activité de
groupe peut
permettre à tout les
élèves de
participer.

le texte (ou le Document sonore ) support doit répondre à (ou aux)objectif(s).ce sont
les objectifs qui doivent déterminer le choix du texte et non l’inverse .le texte étant un
prétexte ou un besoin pour réaliser un objectif.

43
Annexe

Grille d’observation pour évaluer le processus de communication orale en classe


de FLE :
Lysée : Ali Milah et Mostapha Hafiane Ouargla.
Classe de : 3 AS
Séance n : 01
Séquence1 : comprendre l’enjeu de l’appel et le structurer
Séance n : 02
Séquence2 : organiser le récit chronologiquement.
La séance de compréhension de l’oral.
La date d’observation : 24/02/2015à 16 :00 et 27/04/2015 à 11 :00.
La durée d’observation: 27mn/36mn.
Evaluation de processus
de communication orale
en classe de 3AS
Le processus de communication orale
Classe n : 01 Classe : 02
Oui non oui non
1-pendant le cours l’enseignant fait des efforts pour transmettre
son message aux apprenants à travers l’explication, la
reformulation, les définitions des termes nouveaux par rapports
aux apprenants.
2-lors de la discussion en classe les apprenants enrichissent leur
vocabulaire par l’acquisition des nouveaux mots.

3-la majorité des apprenants comprennent le sens global de cours.


4-l’apprenant peut défendre de son point de vue en formulant des
arguments avec des phrases correctes.
5-l’apprenant en répandant à des questions posés par l’enseignant,
formule des réponses avec des phrases correctes.
6-l’apprenant est capable de dégager le sens globale du message.
7-l’enseignant atteint son objectif principale tracé au début de
la séance.

44
Annexe

Les systèmes de transformation selon Traverso :


Il existe des multiples systèmes de transcription (Jeffroson, Bielefeld, Traverso), nous
choisissant comme modèle celui de Traverso, voici certaines conventions :
Ligne dans la transformation renvoi au changement du partenaire. 25
Tours de paroles :
Le crochet correspond à l’interruption et au chevauchement le crochet
[
apparait sur chacune des deux lignes
Ex : MD-donc vous n’l’avez [pas vu sur le moment
Pi- [jamais
Il renvoi à l’enchainement immédiat entre deux tours.
=
Ex : M-(ASP) c’est vous aurez souhaité ↑ =
S=oui
Silence et pause :
pause (dans le tour d’un locuteur ) inférieure à 1seconde dans une
(.)
interaction.
Ex :M-vous l’auriez souhaité
S-oui(.)Énormément(.) disons qu’à l’époque […]
(3 ‘’) pauses chronométrées (supérieures à la seconde)

Ex : MD- c’est quoi la réponse ↑


Pi-ça doit ét’ça (3’’) peut –être (.) je-je-je j’aurais voulu le voir(SP) vivant
(Silence)
Les pauses entre les prises de paroles de deux locuteurs successifs sont, par
commodité, notées « silence ».Elle sont toujours indiquées et suivies ou non de leur
durée :
S- Elle fleurit ta misère là
C-ben la misère ça ça tient toujours l’coup
(silence3’’)
S-au début on avait un yucca et puis il est mort tu t’rappelles

45
Annexe

Les rythmes

‘ Chute et manque d’un son : t’l’a pas r’çu

: il constitue un allongement du son : c’est sû : r.

un allongement très important est marqué par plusieurs fois deux points :
c’est sû :::r

- renvoie à la troncation ‘mot interrompu brutalement parle locuteur :


c’était té –c’était terrible

La majuscule indiquent. l’insistance/ l’emphase. Ex :C’EST SUR .

Actions et gestes :
exemple: (ils se lèvent) renvoi aux gestes et aux actions que les
(en italique)
participants fond lors d’une interaction.

Voix et intonations :
Intonation légèrement montante

Intonation fortement montante

Intonation la voix légèrement descendante

Intonation fortement descendante

Ex : C-enfin bon :j’avais rien à vous donner ::: (.) j’avais rien à :(.) non
P-non
M-ben si y’a du courrier on t’le laiss’ra (.)y’en avait pas pour elle24
Action et gestes :
Les gestes et les actions sont notés entre parenthèses en Italique ex : (il se tourne)
Graphie des unités non lexicales :

25
Véronique TRAVERSO. L’analyse des conversations ,éd : Armand colin ,France,1999 ,P24/25/26.

46
Annexe

(ASP) Note une aspiration


(Sp) Note un soupir
(Rire) Note un rire
Les émissions vocales de type « hm »sont notées selon leur transcription courante
Indication (META)
[…] Indique une coupure due au transcripteur

(inaudible) Signal au passage inaudible

→ Indique le passage commenté dans l’analyse.

47
Annexe

Déroulement de l’interaction :
Séance n : 01
Projet3 : Lancer un appel pour mobiliser autour d’une cause humanitaire.
Séquense1 : Comprendre l’enjeu de l’appel et le structurer.
Activité : Compréhension de l’oral.
La phase d’ouverture :
L’enseignante avant d’entamer le cours, elle a introduire la séance par une salutation
adressée aux apprenants pour les inviter à l’écoute du texte et d’être au courant durant
la séance.
En: bonjours à tous.
Ap : bonj :::r,
En :allez installez vous s’il vous plait, vous êtes prêts ?(elle écrit au tableau et parle
au même temps)
Le corps d’interaction :
En :(s’adresse à un apprenant) tu n’a pas besoin de ton livre au travail à l’oral, je lis
un texte vous écoutez et vous prenez des notes, je vous lis le texte/
Ap1 : oui madame ↑
En : vous êtes pré :::ts?
« Si vous avez le désire de manger, ne dite pas j’ai faim, mais pensez au 400 million
des jeunes filles et de jeunes gens qui ne mangeront pas aujourd’hui, car la moitie de
la jeunesse du monde a faim. Si vous avez un rhume, ne dite pas mon dieu que je suis
malade, mais pensez à tous ceux qui souffrent, au 800 million d’êtres humains qui
n’ont jamais vu un médecin. Il ne s’agit pas d’essayer vaguement une larme, c’est trop
facile, c’est trop vite fait, ni même d’avoir un instant de pitié. C’est trop facile. »
En : je relis une deuxième fois (elle relit le texte)
Ap2 : Oui c’est bon c’est bon.∕
En : c’est bon vous avez compris
Ap2 : oui ::: madame.∕
En : qui veux une troisième lecteu :::re ?
Ap3 : oui madame

48
Annexe

En : (elle relit le texte), c’est bon d’accord je vous pose des Q. C. M qui cible que
l’essentiel du texte. Alo :::rs si vous avez pris de notes vous devez être capables de
répondre à ces questions, alo :rs donnez moi la bonne réponse, dans cette phrase
« si vous avez le désir à manger »le pronom personnel vous, est ce qu’il désigne :le
monde entier, les jeunes du monde entier ou le quatre cent million des jeunes qui ont
faim ?
Ap1 : la première mada ::: me
Ap3 : le monde entier
Ap4 : le 400 million
Ap5 : la première
En : donc c’est quoi la première ?
Ap1 : le monde entier
En: est c ::: e que « si vous avez le désir de manger » désigne le monde entier ?
Ap5 : non↑
En : des jeunes du monde entier donc l’énonciateur par vous désigne par vous désigne
le récepteur .le destinataire du message le destinataire sont les jeunes du monde entier
donc vous désigne le destinataire à savoir « les jeunes du monde entier » (elle écrit
cette phrase au tableau) d’accord, il ne s’agit pas de tout le monde mais seulement des
jeunes donc dans tout appel vous avez celui qui parle et celui à qui le message est
destiné.
En : avoir faim↑ par l’expression avoir faim que veut dire l’auteur, je vous demande
pas ce que vous dire alors « avoir faim »veut dire pour l’auteur :
-Avoir un sincron à l’estomac.
-manquer de nourriture.
-jeter dans l’enterrement.
En : et que veut dire avoir sincron à l’estomac ?
Ap2: malade.∕
En : mais quand je dis avoir faim c'est-à-dire
Ap :(Silence)
, donc avoir faim signifie ici manquer de nourriture d’accord (elle a écrit la réponse au
tableau)
En : troisième question pour l’auteur un rhume c’est quoi ?

49
Annexe

-C’est une coutume tentez de santé banale et partager


- une maladie sérieuse et évolutive
- une maladie inévitable dans l’univers
Ap6 : la première.∕
Ap4 : est une maladie sérieuse
En: et c’est quoi la premi :::ère ?est ce que le rhume est une maladie ?
Donc un rhume est synonyme de denté banale et que ne fais que passer et partager
alors (à la désigné la personne qui va répandre)
En : tu réponds par vrai ou faux
En : selon vous est ce que c’est vrai ou faux ? L’auteur pense au destinataire du
message crie (inaudible) chez faim
Ap1 : c’est faut madame
En : pourquoi ?
Ap3: parce que, il ya 400 million qui ne mangent pas
Ap2 : car il ya l’expression « ne dite pas j’ai faim »
En : voila, deuxi ::: ème proposition sera « pensez à ceux qui ne mangerons pas ce
jour là » est ce que c’est vrai ou faux (elle répète la question et désigne la personne
qui va répondre Yousef)
En : est ce qu’il demande au destinataire de son appelé de faire penser à ceux qui ne
mangeront pas
Yousef : non madame c’est faux∕
En : d’accord donc la seule proposition, il demande au destinataire dons son appel de
censé à ceux qui ne ménageront pas (elle écrit la réponse au tableau) voila ce qui
demande aux destinataires.
En : toujou :::rs par vrai ou par faut, alors ils leur demandent c’est quoi un rhume ? De
prier Dieu de les guérir c’est vrai ou c’est faut ? Rahmani
Rahmani :c’est vrai
Ap4 : vous pouvez (Silence)
En : qu’est ce que je peux faire ?
Ap4 : la question madame
En: alors, dit moi c’est vrai ou faux est ce que l’auteur demande aux destinataires
c’est quoi un rime -de prier Dieu de les guérir ?

50
Annexe

Ap4: normalement
En : vrai ou faux ?
Ap3 : c’est faux
En : c’est faux, est ce qu’il leur demande d’aller chez le médecin et cesser de se
plaindre
Ap2 : non
En : [Est-ce qu’il leur demande de penser à ceux
Ap5 : [oui oui ↑
En : qui ne jamais vu un médecin, pour la première, il leur demande de pensez à ceux
qui n’ont jamais vu un médecin (elle a écrit la réponse au tableau)
En : on continue ,↑alors .A partir de ces deux réponses, vous devez le relevez, je vous
fais deux propositions vous me dite quelle est la proposition qu’est juste : ces deux
propositions montrent que l’auteur rassemble une histoire de l’humanité aux jeunes ,
qui pose le problème des jeunes dans le monde , ou qui pose le problème des jeunes
qui vivent dans le misère, quelle est le problème posé à partir de c’est deux (inaudible)
voilà , le problème posé est celui des jeunes qui vivent dans la misère , donc voilà le
problème qui est posé dans ce texte ( elle a écrit la réponse au tableau),alo :::rs à
travers ce texte est ce que l’auteur exprime sa colère envers les jeunes qui n’arrête pas
de sa(inaudible)est ce que l’auteur est en colère ?
Ap1 : oui madame
En : oui !ou est ce que demande aux jeunes de se comporter autrement ?
Ap2 : il demande de se comporter autrement
En : ou bien il demande de censé à ceux qui sont dont est besoin des urgences vous
avez trois proposition.
Ap3 : le deuxième↑
En : alors c’est bon vous suivez on continue, répand :::ez par vrai ou faux ,[ l’auteur
demande aux jeunes de pleurez sur le sort de ceux qui sont à la misère
Ap6 : [non
En : est ce qu’il leur demande d’avoir quitté des jeunes qui n’ont pas les moyens ?
Ap5 : oui, il a dit (inaudible)
En : qu’est se qu’il a dit ? il a dit d’avoir pitié de … non il n’a pas dit, il a dit « il ne
s’agit pas d’essuyiez vaguement une larme c’est trop vite fait, ni même d’avoir un

51
Annexe

instant de pitié c’est trop facile. »Est ce qu’il demande aux jeunes d’adapter un autre
linge de conduite donc tout le temps, est se qu’il demande aux jeunes de continuer à ce
comportement ?
Ap1 : non
En : est ce que leur demande de changer le comportement ?
Ap1 : oui (l’enseignante écrit la réponse aux tableaux)
En : expression orale donnez moi le compte rendu objectif de tous ce qu’on vient de
dire c’est bien la synthèse
Ap3 :[ la première idée c’est que : l’auteur désigne par le pronom vous
En : [non, ça ce n’est pas un compte rendu ça c’est une synthèse de l’orale
Qui ?
Ap4 : l’auteur
En : quoi ?
Ap5 : la misère, la misère↑
En : il parle de quoi ?l’auteur lance un appel à qui ?
Ap5 : l’auteure lance un appel aux jeunes de monde entier
En: dans quelle but ?
Ap2: pour l’aider madame↑
En : non c’est pas pour l’aider, c’est pour changer le comportement, (elle a écrit la
réponse au tableau) donc il lance un appel pourquoi ?pourquoi lance t-il cette appel
Ap3 : pour qu’il change le comportent
En : ça c’est le bu ::: t
Ap2 : pour aider les gens qui vivent dans la misère
En: est ce que pour aider, le but de cette appel ? Je lance un appel pour inciter
quelqu’un à faire quelque chose
Ap4 :[ changé le comportement Madame↑
En :ça c’est le but ais pourquoi se changement
Ap3: pour penser aux autres
Ap1 : pour vivre la belle vie
En : Meshri selon toi pourquoi ?
Meshri : pour changer le comportement
En : mais ça c’est le but, il ya une déférence entre but et cause.

52
Annexe

Pourquoi il changer le comportement parce que à travers le monde il ya combien de


jeunes ?
Ap2 : quatre cent million
En : il ya huit cent million des jeunes qui vivent (silence)
Ap2: pour l’égalité
En : ce n’est pas pour légalité
Ap6 : par solidarité
En : par solidarité voilà, changer le comportement par solidarité avec huit cent million
des jeunes .cette appel ?l’auteur lance un appel aux jeunes de monde entier pour qu’ils
changent le comportement par solidarité avec huit cent million des jeunes vivants dans
la misère voilà le compte rendu du texte.
La phase de clôture :
En : merci à vous.
Déroulement de l’interaction :
Séance n : 02
Projet4 : Introduire le fantastique dans un cadre réaliste.
Séquence2 : Exprimer son imaginaire dans une nouvelle fantastique.
Activité : compréhension de l’oral.
La phase d’ouverture :
Bonjour à tout le monde
Le corps d’interaction :
En: voilà je vais faire entendre le texte.
Le texte :

Fortunato et le bandit

Un jour d’automne du début du XIX ème siècle, Mateo Falcone, homme riche et
réputé pour son passé un peu trouble (il était un ancien bandit), partit avec sa femme
Giuseppa dans le Maquis de Porto -Vecchio(Corse) pour visiter un de ses troupeaux,
laissant à maison (qui était à demi-lieue de ce maquis son unique fils, Fortunato, âgé
de dix ans …

53
Annexe

Le père était absent depuis quelques heures et le petit Fortunato était tranquillement
étendu au soleil, regardant les montagnes bleues, quand il fut soudainement
interrompu dans ses méditations par l’explosion d’une arme à feu .il se leva et se
tourna du coté de la plaine d’où partait ce bruit.
D’autres coups de fusil se succéda, tirés à intervalles inégaux, et toujours de plus en
plus rapprochées ; enfin, dans le sentier qui menait de la plaine à la maison de Mateo
parut un homme coiffé d’un bonnet pointu comme en portant les montagnards, barbu,
couvert de haillons, et se trainant avec peine en s’appuyant sur son fusil .il venait de
recevoir un coup de feu dans la cuisse.
En :je vois entendre pour une deuxième foi le texte et essayant encore de bien entendre
(Il a répété le texte)
En : voilà =
Ap1 : c’était la (inaudible)
En : oui c’est blizzard non
Ap2 : oui
En : maintenant vous bien entendu le texte alors de quoi s’agit dans ce texte
Ap1 : une histoire
En : est une histoire mais on parle de qui ?
Ap3 : un enfant de dix ans
En : oui un enfant de dix ans, qui est cet enfant ?
Ap1 : son père était absent
En : son père était absent mais qu’était cet enfant, c’est Fortunato
Ap3 : oui
En : donc Fortunato est le prénom de ce garçon, Fortunato est le fils de Mateo
Falcou ::ni, Mateo Falcone , [d’après la voix ,d’après la prononciation des sons
Ap4: [Italien
En : très bien, c’est nom Italien, alors Mateo Falcone c’est un Italien, quand on parle
tout à l’heure de Porto-Vecchio où se trouve Porto-Vecchio ? en (3’’) corse et où se
trouve la corse ?la corse, la corse est une ville françaises de latin on parle un accent
Italien, dans ce texte on parle de (4’’)
Ap5 : Fortunato le petit garçon de 10ans
En : on parle aussi d’un deuxième personne, une deuxième personne ce qui ?

54
Annexe

Ap3 : son père


En : on pale pas de son père on parle d’un autre personne ce qui ?le titre, le titre
Fortunato et le bandit ?alors on parle dans ce texte de Fortunato et le bandit qui est ce
bandit ? « ha » dans le troisième paragraphe, c’est un homme « ha » où ‘est qu’il est
parti cherche quoi, il partit chercher quelque chose ce bandit C’est quoi ?, il est partit,
il est partit, il est partit, cherché de la poudre en ville vous savez que veut dire la
poudre ?
Ap1 : non
En : la poudre →c’est pour les armes à feu alors sa poudre s’est pour les armes à feu
mais le bandit vient à la maison de Fortunato s’appuyant sur son (inaudible)
pourquoi ?, [pourquoi il vient en s’appuyant sur (inaudible).
Ap2 : [un accèdent
En : il vient d’avoir un accident un accident !est ‘ce est un accident,
Ap3 : frappé
En : frappé autrement il vient d’être, d’être, le verbe le verbe blesser, il vient d’être
blessé il était blesser par quoi ?
Ap4 : par arme, clache
En : par un coup de feu, il a été blessé par un coup de feu mais qui a tiré sur homme,
sur ce bandit ?↑
Ap5 : l’enfant
En : l’enfant attention (ha), qui a tiré sur cet homme on a dit l’enfant était (inaudible)
le soleil à la maison
Ap5 : la police
En : la police ou bien le soldat, la police ou les soldats ce sont les anti : terroristes,
antiterroriste qui sont tiré sur cet homme on parle d’un autre personne c’est qui ? En :
bien sur le bandit et c’est pourquoi il marche en s’appuyant sur son(inaudible) où‘est
qu’il est était touché par la bal, le bal vous connaissez le bal
Ap1 : à la jambe
En : voilà à la jambe
En : voilà à la jambe, il ya un lieu exacte, sur la …à la cuisse c’est cette partie qui
s’appel la cuisse (il a désigné par la main à la cuisse), attention je vais entendre une
deuxième foi la suite de l’histoire

55
Annexe

En : voilà, vous avez bien entendu sur la deuxième foi c’est bon, alors attention (Il a
répété et continuer la suite de l’histoire)
En : où ce passe l’histoire
Ap1 : en Italie
Ap3 : en corse
Ap5 : à la forêt
En : doucement, doucement pas toute ensemble (ha), est ce que l’histoire passe en
Italie qui corrige ?
Ap6 : en corru
En : en corse ce n’est pas en corru mais quand se passe cette histoire ?mais quand est
‘ce que, [est ce que en 2000
Ap6 :no ::n↑
Ap5 : [au 19éme siècle,
En : une phrase l’histoire s’est passé en automne au début de 19 émesiécle, alors de qui
s’agit-il dans cette histoire ?
Ap4 : le bandit et l’enfant de 10ans
En : qui est cet enfant ?
Ap4 : le frère de Mateo
En : attention ce n’est pas le frère, c’est le fils de
Ap4 : Mateo
En : c’est le fils de Mateo Falcone, comment s’appel t- ::: il, le titre
Ap1 : Fortunato
En : il s’appel Fortunato↑, le fils de Mateo Falcone s’appel Fortunato, Fortunato était
étendu :: tranquillement regardant les montagnes bleus d’accord, alors il regarde les
montagnes bleus soudainement sa tranquillité est bouleversé pourquoi ?par quoi était-
il bouleversé ?
Ap3 : il a entendu quelque chose
En : il a entendu quoi exactement ?on a dit on a dit
Ap2 : un bruit
En : [un bruit, une
Ap1 : [explosion↑
En : il a été réveillé par explosion, une explosion de quoi ?

56
Annexe

Ap2 : larme
En : d’une arme, ce n’est pas larme une arme à feu, alors Fortunato se réveilla et
regarde la où il ya le bruit mais est ce que le bruit de tire s’arrête ou cesse ?
Ap4 : non
En : non il s’arrête pas, il, il
Ap6 : continuer
En : ce continua ↑mais à intervalle intervalle→espace a intervalle rapproché soudain
Mateo observe quelqu’un ou quelque chose qu’observe –t-il qu’est ce qu’il observe ?
Ap4 : le bandit
En : d’abord, il ne sait pas est un bandit, Fortunato qu’est ce qu’il observe
Ap3 : un homme
En : comment↑ était-il cet homme ?
Ap7 : blessé
En : avant de parler de la blessure, comment↑ était-il , est qu’il est beau(ha) ,est ce
qu’il porte une crevette comment était il ?
Ap3 : non↑
En : comment était il ?
Ap1 : pauvre
En : oui c’est un pauvre, que montre, quelle est la chose qui montre que cet homme
était pauvre ?
Ap7 : les vêtements
En : comment était il les vêtements ?comment s’appel les vêtements déchiré qu’est ce
qu’on a écrit au tableau l’autre fois(ha) ce sont des chiffons, il ya un autre nom, les
haillons, les haillons→ ce sont des vêtements déchirés débridés comme comme des
chiffons alors on a dit est un pauvre est ce que c’était un vrai pauvre ?
Ap6 : non
En : non ce n’était pas un vrai pauvre qui était, il alors ?
Ap4 : un bandit
En : l’homme était un bandit, ce bandit qu’est ce qu’il vient de faire chez Fortunato ?
Ap4 : pour chercher à la poudre
En : attend est ce qu’il vient chez Fortunato pour chercher de la poudre ?
Ap1 : non il cherche le médicament

57
Annexe

En : très bien, il vient se cacher de quoi ?


Ap3 : de police
Ap3 : soldat
En : de police et des soldats.
En : pourquoi les soldats le cherché ?
Ap1 : c’est un homme dangereux̸
En : est un homme dangereux pourquoi ?
Ap3 : pour(.) l’amener au présent ?
Ap2 : pour pour (silence) pour tenir
En : pour le tenir mais pourquoi le tenir ?on teint quelqu’un qui a fait quelque chose
alors lui qu’est ce qu’il a fait ?
Ap5 : il vende des armes
En : peut être il vend des armes c’est possible
Ap1 :a fait des bêtises
En : quand on parle de bandit dans le Maquis certainement il a tue des gens, il a volé,
il a fait pleine de chose mais le bandit vient chez Fortunato pour se cacher pourquoi il
n’a pas allé se cacher ailleurs plus loin ?
Ap1 : parce qu’il est blessé
En : très bien parce qu’il est blessé, il est blessé par quoi ?
Ap6 : Par, par (silence)
En : un coup de feu
En : il est blessé par un coup de feu où ?
Ap5 : à la jambe
En : voilà il est blessé à la jambe, il ya un lieu exacte, sur la …à la cuisse →c’est cette
partie qui s’appel la cuisse (il a désigné par la main à la cuisse) maintenant on a vue
les quatre premier paragraphes, maintenant on va avoir la suite :
Le texte : Il s’approcha de Fortunato et lui dit :
« Tu es le fils de Mateo Falcone ?
-Oui
-Moi, je suis Giannetti Sanpiero, je suis poursuivi par les collets jaunes .Cache –moi,
car je ne puis aller plus loin
-Et que dira mon père si je te cache sans sa permission ?

58
Annexe

-Il dira que tu as bien fait.


Attends que mon père soit revenu.
-Que j’attends que mon père soit revenu.
-Que j’attende ? Malédiction !ils seront ici dans minutes .Allons, caches-moi, ou je te
tue. »
Fortunato lui répondit avec le plus grand sang-froid : « Ton fusil est déchargé, et il n’y
a plus de cartouches dans ta cachera.
« Tu n’es pas le fils de Mateo Falcone ! Me laisseras-tu donc arrêter devant ta
maison ? »
L’enfant parut touché.
« Que me donneras- tu si je te cache ? » dit –il en se rapprochant.
Le bandit fouilla dans une poche de cuir qui pendait à sa ceinture, et il en tira une
pièce de cinq francs qu’il avait réservée sans doute pour acheter de la poudre
.Fortunato sourit à la vue de la pièce d’argent ; il s’en saisit, et dit à Gianetto : « Ne
crains rein. »
Aussitôt il fit un grand trou dans un tas de foin placé auprès de la maison .Gianetto s’y
blottit, et l’enfant le recouvrit de manière à lui laisser un peu d’aire pour respirer, sans
qu’il fût possible cependant de soupçonner que son fion cachât un homme .Ensuite
,remarquant des traces de sang sur le sentier prés de la maison ,il les couvrit de
poussière avec soin ,et ,cela fait ,il se recoucha au soleil avec la plus grande
tranquillité.
En :(il se répète le texte pour la dernière fois), on a fini maintenant l’histoire, c’est
bien, si vous rappelez comment s’appel le bandit, dans le deuxième parti on a dit le
non, comment s’appel t-il ?il a parlé avec Fortunato il a dit je suis, je suis Gianetto
Sanpiero, [il a était suivait par les
Ap5 :[les soldats
En : comment s’appel t-il ? Les soldats antiterroristes, ils ont un nom il a dit j’étais
suivait par les collets jaunes, toute à l’heure on a dit qui est demander quelque chose à
Fortunato qu’est ce qu’il a demandé à Fortunato ?
Ap2 : il dit est ce que tu peux me cacher
En : (ha) il a demandé de le cacher parce qu’il a était suivait par les collets jaunes est
ce que Fortunato à accepter ?

59
Annexe

Ap6 : no ::: n
En : il a refusé de cacher cet homme et comment était l’homme Janitto ? il était
Ap1 : énervé
En : alors il a été énervé que est qu’il a dit à Fortunato, Fortunato à refuser de cacher
cet homme étranger, il a dit si tu ne me cache pas tu n’as pas le fils de Mateo parce
que Mateo était auparavant un bandit aussi il a fait beaucoup, beaucoup d’argent il a
devenu un homme riche lorsque les gens vont entendre que le fils de Mateo a refusé
de cacher un bandit ils vont dire que Mateo Falcone n’est pas bien alors ↑Fortunato
était. Touché alors que lui dit-il, Fortunato qu’est ce qu’il a dit à l’homme ?
Ap2 : il a demandé l’argent ↑
En : il n’est pas demandé l’argent, il a dit : qu’est ce que vous pouvez me donnez si je
te cache d’accord, mais qu’est ce qu’il demande le Monsieur
Ap2 : l’argent
En : l’argent combien cet argent ?
Ap2 : une pièce de
En : une pièce de de cinq franc au début de 19 émesiécle c’est de l’argent (ha) comment
il a fait Fortunato pour cacher cet homme ? Comment il a fait ?il a fait quoi (3) il a fait
un (silence) trou ou est’ ce qu’il a fait ce trou où où, dans la terre, dans le mur, dans
dans le
Ap3 : dans la maison
Ap3 : dans la forêt
En :dans le foin ,le foin que mange les bêtes alors il a creuser un trou dedans ,il a met
l’homme dedans ,et il a cacher avec des foin en laissant un petit trou pour respirer
mais attention, attention attention, attention il a cacher mais à l’extérieure qu’est ce
qu’il a ya ,il ya le son qu’est ce qu’ il a fait à ce son il a… le verbe couvrir , il a
couvert le son avec des sables et de la peaucière et à la fin qu’est ce qu’il a renvoi à
Fortunato est ce qu’il est énervé ,il est peur qu’est ce qu’il a fait alors Fortunato se
remet à sa place au soleil regardant les montagnes quand les soldats revenir il vont dit
qu’il est tranquille alors Fortunato s’est cacher devant le soleil regardant les
montagnes bleu ,un petit garçon mais il est intelligent, et maintenant on va revendiquer
revendiquer, l’histoire ,la première des choses
Ap4 : un garçon

60
Annexe

En : la situation initiale qu’est ce qu’il ya, Fortunato étendu devant le soleil, la


deuxième situation situation de perturbation, il ya quelque chose (inaudible) et
après la situation
Ap1 : finale
En : l’enfant regardant devant le soleil
En : par quel indicateur on a commencé la situation initial par quel indicateur
Ap3 : un jour
En : très bien, un jour, la situation de Perturbation par quoi on a commencé
Ap3 : soudain
En : et la situation finale par quoi par on commencé par l’indice
Ap4 : enfin
En : Oui, donc ça c’est la nouvelle et les trois situations la situation initiale, la situation
de perturbation, la situation finale.
La phase de clôture :
Merci pour votre attention.

61
Résumé

La communication orale est un échange verbale entre l’enseignant et les apprenants dont l’objectif est la transmission
des informations, donc notre modeste travail s’intéresse à constater les objectifs de la communication orale et les résultats
obtenus en classe de FLE , Notre étude centré sur la description des séances de compréhension de l’orale qui est considéré
comme un corpus d’étude. Pour la méthode, nous avons suivie la méthode empirico –inductive qui s’appuis sur
l’observation directe où nous avons enregistré des séances aux lysées Ali Milah et Mostapha Hafiane à Ouargla. Après nous
avons les transcrire selon le système de Traverso.

Les mots clés : communication orale, la compréhension orale, l’approche communicative.

Abstract

The oral communication is vocal exchange between the teacher and students. It aim to transfer the informations .In the
present study, our constater is the oral communication objectives, and the final resultat which make it in FFL clases.our
study centred on description of siences of oral comprehension, we make the third year secondary school students as case
study to collect data .It focus on oral comprehension session .Concerning the methodology, we follow inductive-application
method which depend on the direct observation .We register sessions at Ali Milah and Mostapha Hafiane secoendary school
Ouargla in order to transfer it to written form after, that it converted according to the system of Traverso.

Key words: oral communication, oral comprehension, approche communicative.

:‫امللخص‬

.‫إ ذ أن موضوعنا يهتم باالتصال الشفوي و النتائج املتحصل عليها‬. ‫هو التبادل اللفظي بني األستاذ و التالميذ أين يكمن اهلدف يف نقل املعلومات‬:‫االتصال الشفوي‬
Key words: oral communication, oral comprehension, competence
‫ اتبعنا‬،‫ وفيما خيص املنهجية‬، ‫جبيث تتمركز دراستنا يف وصف حصص الفهم اللغوي لدى تالميذ السنة الثالثة طور ثانوي بثانوييت علي مالح و مصطفى حفيان ورقلة‬

‫ فيما بعد مت حتويلها وفقا لنضام‬،‫ إذ قمنا بتسجيل هذه احلصص من أجل حتويلها على شكل كتايب‬،‫منهجية تطبيقية – استقرائية اليت تعتمد على املالحظة املباشرة‬

TRAVERSO

.‫ التواصل‬. ‫ الفهم اللغوي‬، ‫االتصال الشفوي‬: ‫الكلمات املفتاحية‬

UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA BP .511, 30000, Ouargla. Algérie

62