Vous êtes sur la page 1sur 2

Page 1

Amy Carmichael («Amma») MissionnaireMissionnaire enen IndeInde

(1867-1951)(1867-1951)

«Donne-moi«Donne-moi l'amourl'amour quiqui montremontre lele chemin,chemin, LaLa foifoi queque rienrien nene peutpeut consterner,consterner, L'espoir,L'espoir, paspas déceptionsdéceptions fatiguent,fatiguent, LaLa passionpassion quiqui brûlerabrûlera commecomme lele feu,feu, NeNe meme laisselaisse paspas coulercouler pourpour êtreêtre uneune motte,motte, FaisFais moimoi tonton carburant,carburant, flammeflamme dede Dieu.Dieu.

«Et«Et jeje tete prieraiprierai dede changerchanger tata volonté,volonté, monmon Père,Père, jusqu'àjusqu'à cece qu'ellequ'elle soitsoit conformeconforme àà lala mienne?mienne? MaisMais non,non, Seigneur,Seigneur, non,non, celacela nene sese produiraproduira jamais,jamais, jeje tete prieprie plutôtplutôt dede plierplier mama volontévolonté humainehumaine avecavec lala tienne.tienne.

"On"On peutpeut donnerdonner sanssans aimer,aimer, maismais onon nene peutpeut paspas aimeraimer sanssans donner."donner."

Page 2

Amy Carmichael, protectrice des enfants

Amy Carmichael a vécu une vie de sacrifice, de service et de dévotion à Dieu. Elle est une des meilleures missionnaires connus et bien-aimés du 20 e siècle. Amy est née le 16 décembre 1867 et était élevé dans un foyer chrétien dévot dans le village de Millisle sur la côte nord de l'Irlande . Ses parents, David et Catherine étaient les propriétaires de la prospère Carmichael Flour Mills. Amy était l'aînée de 7 enfants . Elle et ses frères et soeurs ont vécu une vie sans soins pendant leur enfance et Amy a consacré sa vie à Jésus comme une jeune fille . Elle a assumé un grand rôle de responsabilité pour sa famille à l’âge de 18 ans lorsque son père sont décédés, les laissant endettés et incertains quant à leur avenir. Elle et sa famille ont déménagé à Belfast , Irlande, où Amy a effectué des missions dans la ville. En 1886, lors d’une conférence sur la vie spirituelle en Angleterre, Amy vit une profonde rencontre avec Dieu qui a changé sa vie. Le mouvement de Keswick était une conférence biblique qui insistait sur le une relation plus profonde avec Dieu et une vie chrétienne victorieuse par le pouvoir du Saint-Esprit. Ses goûts chers en matière de nourriture et de vêtements ont disparu et elle a clairement compris l'importance de la vie une vie de service et de dévotion à Dieu. À l’adolescence, Amy a aidé à prendre soin de Robert Wilson, le président des célèbres conventions de Keswick. La femme et la fille de Wilson étaient décédées, il aimait donc Amy comme sa propre fille. Amy le chérissait en l'appelant le DOM (Dear Old Man). Quand Amy était appelé au service missionnaire, le cœur de Wilson était déchiré, mais il savait qu'il devait libérer Amy pour accomplir le devoir de Dieu. faire appel à sa vie. Son appel au service missionnaire est venu clairement le 13 janvier 1892. Deux paroles du Seigneur, «Va y…» étaient profondément ancrés dans son cœur. Elle a immédiatement planifié de servir le Seigneur en tant que missionnaire. Appuyée par la convention de Keswick, Amy se rend au Japon mais rencontre de nombreuses difficultés . La langue était difficile, il était difficile de s'entendre avec d'autres missionnaires et elle souffrait de anxiété, qui s'appelait "tête japonaise" . Le repos était recommandé, alors Amy a navigué pour la Chine après seulement 15 mois au Japon. Sous la conduite du Seigneur, elle se rendit à Ceylan (Sri Lanka) mais retourna bientôt en Angleterre après avoir reçu une demande urgente de rentrer chez lui pour prendre soin de M. Wilson, gravement malade. Après moins d'un an, Amy était de retour sur le terrain de la mission, cette fois à Bangalore, en Inde. Amy a été missionnaire en Inde pendant plus de 50 ans sans congé (vacances). Amy a voyagé de village en village avec d'autres dames chrétiennes indiennes partageant la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Elle s'est installée dans le village de Dohnavur, dans l'état du Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde. En 1901, Amy a rencontré un douce jeune fille de 7 ans nommée Preena («Pearl Eyes»), qui s’était échappée de l’esclavage dans un hindou temple et supplié Amy de l'aider. Elle a dit à Amy que souvent les enfants étaient emmenés au temple hindou et «marié aux dieux» lors de cérémonies religieuses. Ils ont été forcés de vivre dans le temple et ont été abusé par les prêtres hindous et les hommes hindous. Les filles étaient particulièrement maltraitées . Amy était tellement peinée par cettequ'elle a commencé la bourse Dohnavur en 1901 dans le but de sauver les enfants de l'esclavage et abus dans les temples hindous. Pendant des années, Amy a tenté de sauver ces enfants et de crier contre ce mal social, que les Indiens savaient être un «péché secret» de l'hindouisme. Beaucoup de ses camarades missionnaires ne croyaient pas que cette pratique horrible existait même, et ils ont rejeté Amy et elle ministère. Certains hindous ont détesté Amy et l'ont accusée d'enlèvement . Amy a persisté et en 1913 le La communauté Dohnavur a hébergé et éduqué 130 enfants dont la vie aurait été une catastrophe sans Amy. Au cours de sa vie, plus de 1 000 garçons et filles ont été sauvés des temples hindous, logés, nourris et éduqués à Dohnavur. Amy a eu une jambe cassée et un dos tordu par un chute accidentelle et a vécu invalide pendant les 20 dernières années de sa vie . Elle était confinée principalement à elle chambre, appelée la salle de la paix à Dohnavur, où elle a continué à écrire. Amy Carmichael a écrit 35 livres et poèmes qui continuent à inspirer de nombreux chrétiens aujourd'hui à réaliser l'appel de Dieu à leur égard. vies . Elle est décédée à l'âge de 83 ans en 1951 et, après un simple service, a été enterrée sous un tamarin. arbre dans le «jardin de Dieu» sur le terrain de Dohnavur. Une simple table en pierre portant l'inscription «Amma» (Le nom indien d’Amy, qui signifie «mère») marque sa tombe. Aujourd'hui, la bourse Dohnavur est un ministère florissant plus de 50 ans après la mort d'Amy. le composé se trouve sur 400 acres et comprend un hôpital, 16 pépinières et une école. Amy était un inspiration pour beaucoup, y compris la missionnaire Elisabeth Elliot, qui a écrit une biographie de la vie d’Amy.