Vous êtes sur la page 1sur 15

2015-2016

Application des éléments finis 1D-P2

Réalisé par :

TRADY Jamal

MOUTATAHIR Younes

Génie Mécanique

Encadré par Mr Anas Rashid Implémentation de la méthode


des éléments finis
Table de matière

Représentation du problème ………………….……………………. Page 3

Aspect physique …………………………………………….. Page 3

Aspect mathématique ………………………………….……. Page 3

Formulation faible …………………………………………….…….. Page 4

Formulation variationnelle faible ……………………….…... Page 4

Le problème est il bien posé ?………………….……….…... Page 4

Application des éléments finis ……………………………………… Page 6

Maillage …………………….……………………………….. Page 6

Espace d’approximation…………………………………….. Page 7

Calcul des éléments finis ……………….…………………………… Page 7

Calcul élémentaire ……………………………………........... Page 7

Formulation variationnelle discrète …………………………. Page 9

Eléments de référence ……………………………………..... Page 10

Calcul du second membre …...……………………………… Page 12

Assemblage…………………………………………………. Page 12

Prise en charge des conditions aux limites ………………….. Page 13

Visualisation des résultats - Matlab ………………………………… Page 15

2
Présentation du problème:
Aspect physique :

Le problème qu’on va traiter modélise l’équilibre thermique d’une barre constituée d’un
matériau homogène chauffée et plongée dans une pièce maintenue à une température donnée.
On veut connaitre la répartition de la température pendant une période de temps, et tracer la
courbe qui décrit son évolution.

Aspect mathématique :

On cherche à modéliser le phénomènemathématiquement. Soit u la fonction qui décrit la


répartition de la température au long de la barre, on s’en intéressera d’une étude
unidirectionnelle (au sens classique)

L’équationmodélisant le problème est la suivante :

−∝ 𝑢′′ − 𝛽𝑢′ + 𝛾𝑢 = 𝑓 𝑠𝑢𝑟 𝛺


{ (1)
𝑢=0 𝑠𝑢𝑟 𝜕𝛺
∝désignant alors le coefficient de diffusion thermique de la barre et γ est un coefficient de
perte de chaleur due a la convection de l’air et βla chaleur specifique massique du matériau.
La fonction f décrit une éventuelle production volumique de chaleur.

On montrera par la suite que ce problème admet une solutionunique à l’aide du théorème de
Lax Milgram.

3
Formulation faible :
Formulation variationnelle faible :
−∝ 𝑢′′ − 𝛽𝑢′ + 𝛾𝑢 = 𝑓 𝑠𝑢𝑟 𝛺
Soit le problème :{ (1)
𝑢=0 𝑠𝑢𝑟 𝜕𝛺
Soit v une fonction test telle que : v ∈ H01 (Ω)

Effectuons une formulation variationnelle du problème (1) :

−𝑣 ∗∝ 𝑢′′ − 𝑣 ∗ 𝛽𝑢′ + 𝑣 ∗ 𝛾𝑢 = 𝑣 ∗ 𝑓

∫ −𝑣 ∗∝ 𝑢′′ − 𝑣 ∗ 𝛽𝑢′ + 𝑣 ∗ 𝛾𝑢 𝑑𝜇 = ∫ 𝑣 ∗ 𝑓 𝑑𝜇
𝛺 𝛺

Passant par les formules de Green :

∝ ∫ ∇𝑢. ∇𝑣 𝑑𝜇 + 𝛽 ∫ 𝑢. ∇𝑣 𝑑𝜇 + 𝛾 ∫ 𝑢 ∗ 𝑣 𝑑𝜇 = ∫ 𝑣 ∗ 𝑓 𝑑𝜇

𝒂(𝒖, 𝒗) = 𝑳(𝒗)

𝑎(𝑢, 𝑣) = ∝ ∫ ∇𝑢. ∇𝑣 𝑑𝜇 + 𝛽 ∫ 𝑢. ∇𝑣 𝑑𝜇 + 𝛾 ∫ 𝑢 ∗ 𝑣𝑑𝜇


Tel que{
𝐿(𝑣) = ∫ 𝑣 ∗ 𝑓𝑑𝜇

Remarque :
On pourrait conserver le terme de la dérivée première de u sans en appliquer la
formule de Green et on aurait les mêmes résultats !!

Le problèmeest il bien posé ?

Appliquons le théorème de Lax-Milgram qu’on a vu dans le cours :

4
Montrons que la forme bilinéaire à est continue :

|𝑎(𝑢, 𝑣)| ≤ |𝛼|‖𝑢‖𝐻01 (𝛺) ‖𝑣‖𝐻01 (𝛺) + |𝛽|‖𝑢‖𝐿∞ (𝛺) ‖𝑣‖𝐻01 (𝛺) ‖𝑢‖𝐿2 (𝛺) + |𝛾|‖𝑢‖𝐻01 (𝛺) ‖𝑣‖𝐻01 (𝛺)

Par application du théorème de Poincaré :

|𝑎(𝑢, 𝑣)| ≤ |𝛼|‖𝑢‖𝐻01 (𝛺) ‖𝑣‖𝐻01 (𝛺) + 𝐶 ∗ |𝛽|‖𝑢‖𝐿∞ (𝛺) ‖𝑣‖𝐻01 (𝛺) ‖𝑢‖𝐻01 (𝛺) + |𝛾|‖𝑢‖𝐻01 (𝛺) ‖𝑣‖𝐻01 (𝛺)

|𝑎(𝑢, 𝑣)| ≤ (|𝛼| + 𝐶 ∗ |𝛽|‖𝑢‖𝐿∞ (𝛺) + |𝛾|) ∗ ‖𝑢‖𝐻01 (𝛺) ‖𝑣‖𝐻01 (𝛺)

Soit 𝑘 =(|𝛼| + 𝐶 ∗ |𝛽|‖𝑢‖𝐿∞ (𝛺) + |𝛾|)

Donc enfin : ∃k > 0 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 ∶

|𝑎(𝑢, 𝑣)| ≤ 𝐾 ∗ ‖𝑢‖𝐻01 (𝛺) ‖𝑣‖𝐻01 (𝛺)

Par la suite : a est continue

Montrons que L est linéaire et continue :

 Linéarité :

Soient v1 et v2 de H01 (Ω) et α ∈ Ω , on a ∶

𝐿(𝛼𝑣1 + 𝑣2 ) = ∫(𝛼𝑣1 + 𝑣2 )(𝑥) ∗ 𝑓 (𝑥)𝑑𝑥

𝐿(𝛼𝑣1 + 𝑣2 ) = 𝛼 ∫ 𝑣1 (𝑥) ∗ 𝑓 (𝑥)𝑑𝑥 + ∫ 𝑣2 (𝑥) ∗ 𝑓 (𝑥)𝑑𝑥

5
𝐿(𝛼𝑣1 + 𝑣2 ) = 𝛼 ∫ 𝑣1 (𝑥) ∗ 𝑓 (𝑥)𝑑𝑥 + ∫ 𝑣2 (𝑥) ∗ 𝑓 (𝑥)𝑑𝑥

𝐿(𝛼𝑣1 + 𝑣2 ) = 𝛼𝐿(𝑣1 ) + 𝐿(𝑣2 )

Conclusion : L est linéaire.

 Continuité :

|𝐿(𝑣)| ≤ ‖𝑓‖𝐿2 (𝛺) ‖𝑣‖𝐿2 (𝛺)

Passant par Poincaré :|𝐿(𝑣)| ≤ 𝐾 ∗ ‖𝑓‖𝐿2(𝛺) ‖∇𝑣‖𝐿2(𝛺)

|𝐿(𝑣)| ≤ 𝐾 ∗ ‖𝑓‖𝐿2 (𝛺) ‖𝑣‖𝐻01 (𝛺)

Soit : M = K ∗ ‖f‖L2 (Ω)

Donc il ∃M tel que |L(v)| ≤ M ∗ ‖v‖H10 (Ω)

Conclusion : L est continue.

C’est un problème bien posé

Application des éléments finis :


Maillage :

SoitN ∈ N, et soit les xi de [0, L] tels que :

x1 = 0 < x2 < ⋯ … < x2N+1 = L

Les éléments Ti n’ont fortement pas la même longueur, soit h = max[xi+2 − xi ]. Hindique
comment le maillage (Ti )i est fini.

Soit V0h l’espace des fonctions continues sur [0, L]. Polynôme de degré 2 par morceaux
(polynôme de degré 2 sur chaque élément Ti ), et nulles aux bords x = 0etx = L.

On considère une discrétisation de [0, L] en N-1 sous intervalles comportant eux-mêmes 3


points.

6
Espace d’approximation :

𝑉𝒐𝒉 = {𝑉 ∈ 𝐶[0, 𝐿]; ∀𝑖 ∈ [[1,2𝑁 + 1]], 𝑉𝑥𝑖 est un polynome de degré 2, 𝑉(0) = 𝑉(𝐿) = 0}

Calcul des éléments finis :


Calcul élémentaire :

Soit les fonctions de forme ∅𝑖 ∈ 𝑉0ℎ tel que i∈ ⟦1,2𝑁 + 1⟧ , qui engendrent l’espace des
éléments finis 𝑉0ℎ :

1 𝑠𝑖 𝑖 = 𝑗
∅𝑖 = 𝛿𝑖𝑗 = {
0 𝑠𝑖𝑛𝑜𝑛
𝑎𝑖 𝑥𝑖 2 + 𝑏𝑖 𝑥𝑖 + 𝑐𝑖 = 1
∅𝑖 = 𝛿𝑖𝑗 ⟺ {𝑎𝑖 𝑥𝑖+1 2 + 𝑏𝑖 𝑥𝑖+1 + 𝑐𝑖 = 0
𝑎𝑖 𝑥𝑖+2 2 + 𝑏𝑖 𝑥𝑖+2 + 𝑐𝑖 = 0

Du mêmepour ∅i+1 et∅i+2 , et donc on obtient le système suivant :

𝑥𝑖 2 𝑥𝑖 1 𝑎𝑖 𝑎𝑖+1 𝑎𝑖+2 1 0 0
[𝑥𝑖+1 2 𝑥𝑖+1 1] . [𝑏𝑖 𝑏𝑖+1 𝑏𝑖+2 ] = [0 1 0]
𝑥𝑖+2 2 𝑥𝑖+2 1 𝑐𝑖 𝑐𝑖+1 𝑐𝑖+2 0 0 1

A l’aide de l’outil Maple, on a pu obtenir les résultats :

7
Après qu’on remplace les 𝑎𝑖 𝑒𝑡𝑙𝑒𝑠𝑏𝑖 𝑒𝑡𝑙𝑒𝑠𝑐𝑖 dans les expressions des ∅𝑖 𝑜𝑛𝑜𝑏𝑡𝑖𝑒𝑛𝑡plus
généralement :

(𝑥 − 𝑥𝑖−2 )(𝑥 − 𝑥𝑖−1 )


𝑠𝑖 𝑥 ∈ [𝑥𝑖−2 , 𝑥𝑖 ]
(𝑥𝑖 − 𝑥𝑖−2 )(𝑥𝑖 − 𝑥𝑖−1 )
∅𝑖 (𝑥) = (𝑥 − 𝑥𝑖+2 )(𝑥 − 𝑥𝑖+1 )
𝑠𝑖 𝑥 ∈ [𝑥𝑖 , 𝑥𝑖+2 ]
(𝑥𝑖 − 𝑥𝑖+2 )(𝑥𝑖 − 𝑥𝑖+1 )
{0 𝑠𝑖 𝑥 ∉ [𝑥𝑖−2 , 𝑥𝑖+2 ]

La forme ci-dessus correspond à un point xi extrémité d’un élément, par contre lorsque
∅i correspond à un point milieu d’un élément, on a :

(𝑥 − 𝑥𝑖−1 )(𝑥 − 𝑥𝑖+1 )


∅𝑖 (𝑥) = {(𝑥𝑖 − 𝑥𝑖−1 )(𝑥𝑖 − 𝑥𝑖+1 ) 𝑠𝑖 𝑥 ∈ [𝑥𝑖−1 , 𝑥𝑖+1 ]
0 𝑠𝑖𝑛𝑜𝑛
xi+2− xi
On effectue un changement de variable à l’aide de : Fi (t) = xi+1 + t de telle sorte
2
qu’on passe de k ϵ{−1,0,1} à xϵ[xi , xi+2 ] :

∅2𝑖+𝑘 𝑜𝐹𝑖 = ∅2+𝑘

Par la suite :

̂1 (𝑡) = ∅
∅ ̂ 2+(−1) (𝑡) = ∅2𝑖−1 (𝑥) = ∅2𝑖−1 𝑜𝐹𝑖 (𝑡)

̂ 2 (𝑡) = ∅
∅ ̂ 2+0 (𝑡) = ∅2𝑖 (𝑥) = ∅2𝑖 𝑜𝐹𝑖 (𝑡)

̂ 3 (𝑡) = ∅
∅ ̂ 2+1 (𝑡) = ∅2𝑖+1 (𝑥) = ∅2𝑖+1 𝑜𝐹𝑖 (𝑡)

8
𝒙𝒊− 𝒙𝒊−𝟐
Pourk= 1 : 𝒙𝝐[𝒙𝒊−𝟐 , 𝒙𝒊 ] 𝑭𝒊 (𝒕) = 𝒙𝒊−𝟏 + 𝒕
𝟐

(𝑥 − 𝑥𝑖−2 )(𝑥 − 𝑥𝑖−1 )


∅2𝑖+1 𝑜𝐹𝑖 (𝑡) =
ℎ ∗ ℎ/2

d∅2i+1 (Fi (t)) 1 + 2t


=
dx h
t(t + 1) 1
̂ 3 (t) =
∅ ⟹ ∅̂′ 3 (t) = t +
2 2
𝐱𝐢+𝟏 −𝐱𝐢−𝟏
Pour k=0 : 𝐱𝛜[𝐱 𝐢−𝟏 , 𝐱 𝐢+𝟏 ] 𝐅𝐢 (𝐭) = 𝐱 𝐢 + 𝐭
𝟐

h h
(xi + 2 ∗ t − xi−1 )(xi + 2 ∗ t − xi+1 )
̂ 2 (t) =

h ∗ h/2

̂ 2 (t) −2t ∗ 2
d∅
=
dt h
̂ 2 (t) = −(t + 1)(t − 1) = 1 − t 2 ⟹ ∅̂′ 2 (t) = −2t

𝐱𝐢+𝟐 −𝐱𝐢
Pour k= -1 : 𝐱𝛜[𝐱 𝐢 , 𝐱 𝐢+𝟐 ] 𝐅𝐢 (𝐭) = 𝐱 𝐢+𝟏 + 𝐭
𝟐

h h
(xi+1 + 2 ∗ t − xi+1 )(xi+1 + 2 ∗ t − xi+2 )
̂1 (t) =

−h ∗ −h/2

t(t − 1) 1
̂1 (t) =
∅ ̂ ′1 (t) = t −
⟹∅
2 2

La formulation variationnellediscrète :

∀𝑣ℎ ∈ 𝑉0ℎ Elle admet une unique représentation sous la forme suivante :
2𝑁+1

𝑣ℎ (𝑥) = ∑ 𝑣𝑖 ∅𝑖 (𝑥) ∀𝑥 ∈ [0, 𝐿]


𝑖=1

Où 𝑣𝑖 = 𝑣(𝑥𝑖 )

Chaque fonction 𝑣ℎ ∈ 𝑉0ℎ est déterminée de manière unique par la donnée de ses valeurs aux
points𝑥𝑖 𝑖 ∈ ⟦1,2𝑁 + 1⟧.

On a déjà :
𝐿 𝐿 𝐿 𝐿
𝛼 ∫ 𝑢′ (𝑥)𝑣 ′ (𝑥)𝑑𝑥 + 𝛽 ∫ 𝑢(𝑥)𝑣 ′ (𝑥)𝑑𝑥 + 𝛾 ∫ 𝑢(𝑥)𝑣(𝑥)𝑑𝑥 = ∫ 𝑓(𝑥)𝑣(𝑥)𝑑𝑥
0 0 0 0

∀𝑣 ∈ 𝐻(0, 𝐿)

9
Et donc on obtient :

2𝑁 𝐿 𝐿 𝐿 𝐿
∑ [𝛼 ∫ ∅′𝑗 (𝑥)∅′𝑖 (𝑥) 𝑑𝑥 +𝛽∫ ∅𝑗 (𝑥)∅′𝑖 (𝑥) 𝑑𝑥 + 𝛾 ∫ ∅𝑗 (𝑥)∅𝑖 (𝑥) 𝑑𝑥] ∗ 𝑢𝑗 = ∫ 𝑓(𝑥)∅𝑖 (𝑥) 𝑑𝑥
𝑗=2 0 0 0 0

∀𝑖𝜖⟦2,2𝑁⟧

2𝑁 2𝑁−2 𝑥𝑘+2 2𝑁−2 𝑥𝑘+2 2𝑁−2 𝑥𝑘+2


∑ [𝛼 ∑ ∫ ∅′𝑗 (𝑥)∅′𝑖 (𝑥) 𝑑𝑥 +𝛽 ∑ ∫ ∅𝑗 (𝑥)∅′𝑖 (𝑥) 𝑑𝑥 +𝛾 ∑ ∫ ∅𝑗 (𝑥)∅𝑖 (𝑥) 𝑑𝑥] ∗ 𝑢𝑗
𝑗=2 𝑘=2 𝑥𝑘 𝑘=2 𝑥𝑘 𝑘=2 𝑥𝑘
2𝑁−2 𝑥𝑘+2
= ∑ ∫ 𝑓(𝑥) ∅𝑖 (𝑥)𝑑𝑥
𝑘=2 𝑥𝑘

∀𝑖𝜖⟦2,2𝑁⟧

x ′
Mij = ∫x k+2 ∅′j (x)∅ (x) dx elements de matrice de masse
k i
Soient : Cij = ∫xk+2 ∅j (x)∅′ (x) dx elements de matrice d′ amortissement
x k i
x
{ Kij = ∫x k+2 ∅j (x)∅i (x) dx elements de matrice de raideur
k

Elément de référence :

 Calcul deKélémentaire :
1 1 1
̂12 (𝑡)𝑑𝑡
∫ ∅ ̂1 (𝑡) ∅
∫ ∅ ̂ 2 (𝑡)𝑑𝑡 ̂1 (𝑡) ∅
∫ ∅ ̂ 3 (𝑡)𝑑𝑡
−1 −1 −1
ℎ 1 1 1
𝐾= ∫ ∅̂ (𝑡) ∅
̂ 2 (𝑡)𝑑𝑡 ̂ 22 (𝑡)𝑑𝑡
∫ ∅ ̂ 2 (𝑡) ∅
∫ ∅ ̂ 3 (𝑡)𝑑𝑡
2 −1 1 −1 −1
1 1 1
̂1 (𝑡) ∅
∫ ∅ ̂ 3 (𝑡)𝑑𝑡 ̂ 2 (𝑡) ∅
∫ ∅ ̂ 3 (𝑡)𝑑𝑡 ̂ 23 (𝑡)𝑑𝑡
∫ ∅
( −1 −1 −1 )

4 2 1

15 15 15
ℎ 2 16 2 ℎ
𝐾= = ∗𝐵
2 15 15 15 2
1 2 5

( 15 15 15 )

10
 Calcul deM élémentaire :
1 1 1
̂ ′2 (𝑡)𝑑𝑡
∫ ∅ ̂ (𝑡)𝑑𝑡 ∫ ∅′
̂ ′ (𝑡) ∅′
∫ ∅ ̂ (𝑡) ∅
̂ ′ (𝑡)𝑑𝑡
1 1 2 1 3
−1 −1 −1
2 1 1 1
𝑀= ̂ ′ (𝑡) ∅
∫ ∅ ̂ ′ (𝑡)𝑑𝑡 ̂2 (𝑡)𝑑𝑡
∫ ∅′ ̂ ′ (𝑡) ∅
∫ ∅ ̂ ′ (𝑡)𝑑𝑡
ℎ −1 1 2
−1
2
−1
2 3
1 1 1
̂ ′ (𝑡) ∅
∫ ∅ ̂ ′ (𝑡)𝑑𝑡 ∫ ∅
̂ ′ (𝑡) ∅
̂ ′ (𝑡)𝑑𝑡 ̂ ′2 (𝑡)𝑑𝑡
∫ ∅
1 3 2 3 3
( −1 −1 −1 )

7 −4 1
6 3 6
2 −4 8 −4 2
𝑀= = ∗𝐴
ℎ 3 3 3 ℎ
1 −4 7
(6 3 6)
 Calcul deC élémentaire :
1 1 1
̂ (𝑡) ∅
∫ ∅′ ̂ (𝑡)𝑑𝑡 ∫ ∅
̂ ′ (𝑡) ∅ ̂ (𝑡) ∅
̂ (𝑡)𝑑𝑡 ∫ ∅′ ̂ (𝑡)𝑑𝑡
1 1 1 2 1 3
−1 −1 −1
1 1 1
̂ (𝑡) ∅
𝐶 = 1 ∫ ∅′ ̂ (𝑡)𝑑𝑡 ∫ ∅
̂ ′ (𝑡) ∅ ̂ (𝑡) ∅
̂ (𝑡)𝑑𝑡 ∫ ∅′ ̂ (𝑡)𝑑𝑡
2 1 2 2 2 3
−1 −1 −1
1 1 1
∫ ∅′̂ (𝑡) ∅
̂ (𝑡)𝑑𝑡 ∫ ∅′̂ (𝑡) ∅
̂ (𝑡)𝑑𝑡 ∫ ∅′̂ (𝑡) ∅
̂ (𝑡)𝑑𝑡
3 1 3 2 3 3
( −1 −1 −1 )

1 2 1
− −
2 3 6
2 2
𝐶= 0 −
3 3
1 2 1

( 6 3 2 )

Remarque :
Le calcul effectué pour les 3 matrices au dessus (sans le terme à coté) est fait via l’outil
Maple sans tenir compte la méthode de Gauss (calcul avec les poids et les nœuds), par
contre lorsqu’on a fait le calcul en appliquant Gauss on a trouvé les mêmes résultats !!

11
Calcul du second membre :

On effectue un changement de variable de Gauss sur l’élément[𝑥𝑘 , 𝑥𝑘+2 ] , donc on tient en


compte les 3 fonctions de forme :
2𝑁−2 𝑥𝑘+2
𝐹𝑖 = ∑ ∫ 𝑓(𝑥) ∅𝑖 (𝑥)𝑑𝑥
𝑘=2 𝑥𝑘

𝑥𝑘+2
𝑥𝑘+2 −𝑥𝑘 1 ℎ ℎ
∫ 𝑓(𝑥)∅𝑖 (𝑥)𝑑𝑥 = ∫ 𝑓( ∗ 𝑡 + 𝑥𝑘+1 )∅𝑖 ( ∗ 𝑡 + 𝑥𝑘+1 )𝑑𝑡
𝑥𝑘 2 −1 2 2

ℎ 1 ℎ
̂ 𝑖 ( 𝑡)𝑑𝑡
𝐹𝑖 = ∫ 𝑓( ∗ 𝑡 + 𝑥𝑘+1 )∅ ∀𝑖𝜖{1,2,3}
2 −1 2

Assemblage :

L’assemblage est une technique qui va nous permettre d’assembler les 3 matrices
élémentaires de masse, de raideur et d’amortissement, ces matrices correspondent à chaque
élément fini, L'algorithme d'assemblage est très simple dès lors que l'on dispose d'un tableau
associant les points d'un élément et les nœuds du maillage global.

L'assemblage élément par élément des contributions élémentaires conduit ainsi à la matrice
globale [K] suivante :

12
Prise en charge des conditions aux limites :

En mathématiques, une condition aux limites de Dirichlet (nommée d’après Johan Dirichlet)
est imposée à une équation différentielle ou à une équation aux dérivées partielles lorsque l'on
spécifie les valeurs que la solution doit vérifier sur les frontières/limites du domaine.

Dans notre cas la barre n’est pas chauffée dans ses extrémités(u(0)=u(L)=0).

13
Remarque :
Apres avoir effectué une application, on a obtenu les valeurs propres de la
matrice d’assemblage qui sont bien positives ce qui confirme que la matrice est
définie positive, et donc le problème est bien posé

14
Visualisation des résultats - Matlab avec l’interface:

Vous trouverez une annexe accompagnée des programmes (fichier Matlab)


qui contient 3 exemples d’application.

15

Vous aimerez peut-être aussi