Vous êtes sur la page 1sur 240

MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU ET DE

L’ENVIRONNEMENT
Programme d’appui au secteur de l’eau et de l’assainissement – Eau II
ENPI/2010/21829

INTITULE DE L’ACTIVITE 404

Élaboration des DTR pour les projets d’assainissement

pour les projets de


Guide pose et réhabilitation
technique des réseaux
d'assainissement

REGLES ET NORMES

Expert court terme

Amer AFLAK

Novembre 2015
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU ET DE


L’ENVIRONNEMENT

pour les projets de


Guide pose et réhabilitation
technique des réseaux
d'assainissement

REGLES ET NORMES

3
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

TABLE DES MATIERES

PREMIERE PARTIE : REGLES ET NORMES DE POSE DES CANALISATIONS


DESTINEES AUX PROJETS D'ASSAINISSEMENT ............................................... 18
1 DISPOSITIONS GENERALES ...................................................................................................... 20
1.1 OBJET DU GUIDE................................................................................................................ 20
1.2 DOMAINE D’APPLICATION................................................................................................. 20
1.3 REFERENCES NORMATIVES ............................................................................................... 20
1.4 TERMES ET DEFINITIONS ................................................................................................... 20
1.5 CARACTERISTIQUES DES EFFLUENTS ADMISSIBLES EN RESEAU D’ASSAINISSEMENT ....... 21
1.6 DIMENSIONNEMENT HYDRAULIQUE DES CANALISATIONS ............................................... 21
1.6.1 Diamètre minimal des canalisations ................................................................... 21

1.6.2 Pente minimale des collecteurs à écoulement par gravité .................................. 21

1.7 DIMENSIONNEMENT MECANIQUES DES CANALISATIONS .................................................. 22


1.7.1 Principaux paramètres utilisés dans la méthode de calcul ................................. 22

1.7.1.1 Caractéristiques du tuyau ............................................................................ 22

1.7.1.2 Caractéristiques du sol et de la mise en œuvre ........................................... 22

1.7.1.3 Détermination des actions exercées sur les ouvrages ................................. 23

1.7.1.4 Vérification de la sécurité d’emploi et de la durabilité (états limites) ........ 23

1.8 PREVENTION DE L’AGRESSIVITE DE L’HYDROGENE SULFURE SUR LES OUVRAGES


D’ASSAINISSEMENT ........................................................................................................................... 23
1.9 PROTECTION DES OUVRAGES METALLIQUES D’ASSAINISSEMENT CONTRE LA CORROSIVITE
DU SOL .......................................................................................................................................... 24
1.10 MARQUAGE, ETIQUETAGE ET CONDITIONNEMENT DES PRODUITS DESTINES AUX PROJETS
D’ASSAINISSEMENT ........................................................................................................................... 25
1.11 MARQUAGE MINIMUM EXIGE POUR LES TUYAUX ET RACCORDS ...................................... 26
2 CARACTERISTIQUES DES CANALISATIONS EN BETON ................................................. 28
2.1 EXIGENCES GENERALES DES TUYAUX, RACCORDS ET REGARDS ...................................... 28
2.1.1 Conditions d’emploi ........................................................................................... 28

2.1.2 Durabilité ............................................................................................................ 29

2.1.3 Matériaux des éléments en béton ....................................................................... 29

2.1.4 Qualité du béton ................................................................................................. 30

2.1.5 Aspect de surface ............................................................................................... 30

2.2 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES ELEMENTS EN BETON ...................................... 31


2.2.1 Longueur intérieure du fût.................................................................................. 31

2.2.2 Tuyaux à section circulaire ................................................................................ 31

4
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

2.2.2.1 Diamètre intérieure ..................................................................................... 31

2.2.2.2 Epaisseur nominale de paroi ....................................................................... 33

2.2.3 Tuyaux à section non circulaire ......................................................................... 33

2.2.3.1 Dimensions minimales des sections ovoïdes .............................................. 33

2.2.3.2 Tolérances sur les dimensions des sections ovoïdes ................................... 34

2.2.3.3 Dimensions d’autres sections ...................................................................... 34

2.2.4 Assemblages et garnitures d’étanchéité ............................................................. 34

2.3 CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES ELEMENTS EN BETON .......................................... 35


2.3.1 Résistance à l’écrasement................................................................................... 35

2.3.2 Résistance à la flexion longitudinale .................................................................. 35

2.4 EXEMPLES DES INFORMATIONS DIMENSIONNELLES A FOURNIR PAR LE FABRICANT ........ 35


2.5 TUYAUX EN BETON POUR DES POSES SANS TRANCHEE ..................................................... 36
2.6 REGARDS ET BOITES DE BRANCHEMENTS ET D’INSPECTION EN BETON ............................ 37
2.6.1 Caractéristiques géométriques et structurelles ................................................... 37

2.6.2 Garniture d’étanchéité ........................................................................................ 37

2.6.3 Echelons intégrés au regard de visite ................................................................. 38

2.6.4 Marquage minimum exigé pour des produits en béton ...................................... 38

2.7 AVANTAGES DES OUVRAGES EN BETON............................................................................ 39


2.8 PRECAUTIONS D’UTILISATION DES OUVRAGES EN BETON ................................................ 39
3 CARACTERISTIQUES DES CANALISATIONS PLASTIQUES ............................................ 40
3.1 CARACTERISTIQUES GENERALES DES CANALISATIONS EN PVC POUR L’ASSAINISSEMENT
GRAVITAIRE ....................................................................................................................................... 40
3.1.1 Matière ............................................................................................................... 40

3.1.2 Caractéristiques générales des tubes et raccords ................................................ 40

3.1.2.1 Aspect ......................................................................................................... 40

3.1.2.2 Couleur ........................................................................................................ 40

3.1.3 Caractéristiques géométriques des tubes et raccords ......................................... 41

3.1.3.1 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des tubes .................................... 41

3.1.3.2 Ovalisation .................................................................................................. 41

3.1.3.3 Chanfrein ..................................................................................................... 42

3.1.3.4 Longueur des tubes ..................................................................................... 42

5
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

3.1.3.5 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des raccords ............................... 42

3.1.3.6 Dimensions des emboîtures à bague de joint d’étanchéité et bouts mâles.. 43

3.1.3.7 Caractéristiques physiques et mécaniques des tubes et raccords en PVC-U ..


..................................................................................................................... 45

3.2 CARACTERISTIQUES GENERALES DES CANALISATIONS LISSES COMPACTES EN PEHD POUR


L’ASSAINISSEMENT GRAVITAIRE ....................................................................................................... 46
3.2.1 Canalisations lisses compactes en PEHD pour l’assainissement gravitaire ....... 46

3.2.2 Matière ............................................................................................................... 46

3.2.3 Caractéristiques dimensionnelles des tubes en PEHD ....................................... 47

3.2.3.1 Désignation ................................................................................................. 47

3.2.3.2 Longueur des tubes ..................................................................................... 47

3.2.3.3 Dimensions nominales ................................................................................ 47

3.2.4 Caractéristiques générales des tubes et raccords en PEHD ................................ 48

3.2.4.1 Aspect ......................................................................................................... 48

3.2.4.2 Couleur ........................................................................................................ 49

3.2.4.3 Caractéristiques physiques des tubes annelés et raccords en PE type B ..... 49

3.2.4.4 Caractéristiques mécaniques des tubes annelés et raccords en PE type B .. 50

3.3 UTILISATION DES CANALISATIONS PLASTIQUES POUR LES TECHNIQUES


D’ASSAINISSEMENT NON GRAVITAIRES ............................................................................................. 52
3.4 CARACTERISTIQUES GENERALES DES CANALISATIONS PLASTIQUES POUR
L’ASSAINISSEMENT SOUS PRESSION .................................................................................................. 52
3.5 MARQUAGE MINIMUM EXIGE POUR DES PRODUITS PLASTIQUES ...................................... 52
3.5.1 Marquage minimum exigé pour les tubes plastiques ......................................... 52

3.5.2 Marquage minimum exigé pour les raccords plastiques .................................... 54

3.6 AVANTAGES DES CANALISATIONS PLASTIQUES ................................................................ 54


3.7 PRECAUTIONS D’UTILISATION........................................................................................... 54
4 CARACTERISTIQUES DES CANALISATIONS EN PRV ....................................................... 56
4.1 EXIGENCES GENERALES DES TUYAUX, RACCORDS ET REGARDS ...................................... 56
4.1.1 Matériaux ........................................................................................................... 56

4.1.1.1 Renfort ........................................................................................................ 56

4.1.1.2 Résines ........................................................................................................ 56

4.1.1.3 Agrégats et charges ..................................................................................... 57

4.1.1.4 Garnitures de joints ..................................................................................... 57

6
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

4.1.2 Catégories ........................................................................................................... 57

4.1.3 Rigidité nominale, SN ........................................................................................ 57

4.1.4 Pression nominale, PN ....................................................................................... 57

4.1.5 Type d’assemblage ............................................................................................. 58

4.1.6 Aspect général des produits................................................................................ 58

4.1.7 Recommandations d’installation du fabricant .................................................... 58

4.2 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES TUYAUX .......................................................... 58


4.2.1 Diamètre nominal des tubes, DN ....................................................................... 58

4.2.2 Diamètre spécifié des tubes, DN ........................................................................ 59

4.2.3 Epaisseur de la paroi .......................................................................................... 61

4.2.4 Longueur des tubes ............................................................................................. 61

4.2.5 Ovalisation ......................................................................................................... 61

4.3 CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES TUYAUX .............................................................. 61


4.4 CARACTERISTIQUES DES RACCORDS................................................................................. 61
4.4.1 Séries de diamètre .............................................................................................. 62

4.4.2 Pression nominal, PN ......................................................................................... 62

4.4.3 Rigidité nominale, SN ........................................................................................ 62

4.5 CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES RACCORDS .......................................................... 62


4.5.1 Étanchéité des raccords sur site .......................................................................... 62

4.5.2 Dimensions des raccords .................................................................................... 62

4.5.3 Interchangeabilité ............................................................................................... 62

4.6 CARACTERISTIQUES DES COUDES ..................................................................................... 62


4.7 CARACTERISTIQUES DES CULOTTES.................................................................................. 63
4.8 TUBES PRV DE SECTION NON CIRCULAIRE ....................................................................... 64
4.9 TUBES PRV DE TYPE FONÇAGE POUR UNE EXECUTION EN TECHNIQUES SANS TRANCHEE ..
.......................................................................................................................................... 65
4.10 MARQUAGE MINIMUM EXIGE POUR LES TUBES ET RACCORDS EN PRV ............................ 65
4.11 REGARDS ET BOITES DE BRANCHEMENTS ET D’INSPECTION EN PRV ............................... 66
4.11.1 Catégories ........................................................................................................... 66

4.11.2 Rigidité nominale, SN ........................................................................................ 66

4.11.3 Exigences de performance des assemblages ...................................................... 66

4.11.4 Dimensions des ouvertures de regards ............................................................... 67

4.11.5 Caractéristiques mécaniques .............................................................................. 67

7
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

4.11.6 Marquage minimum exigé pour les regards en PRV ......................................... 67

4.11.7 Produits auxiliaires ............................................................................................. 67

4.11.7.1 Parties supérieures de boîte de branchement et d’inspection et de regard .. 67

4.11.7.2 Échelle et échelons de regard ...................................................................... 68

4.11.7.3 Pièces constitutives en béton préfabriqué ................................................... 68

4.12 AVANTAGES DES OUVRAGES EN PRV............................................................................... 68


4.13 PRECAUTIONS D’UTILISATION DES OUVRAGES EN PRV ................................................... 68
5 CARACTERISTIQUES DES CANALISATIONS EN FONTE DUCTILE .............................. 70
5.1 EXIGENCES GENERALES DES TUYAUX, RACCORDS ET REGARDS ...................................... 70
5.1.1 Matériaux ........................................................................................................... 70

5.1.1.1 Fonte ductile ................................................................................................ 70

5.1.1.2 Revêtements extérieurs et intérieurs des tuyaux ......................................... 70

5.1.1.3 Revêtements extérieurs et intérieurs des raccords et accessoires ............... 71

5.1.1.4 Revêtements optionnels et domaine d’emploi selon les caractéristiques des


sols ..................................................................................................................... 71

5.1.1.5 Matériaux des garnitures de joints .............................................................. 73

5.1.2 Dureté ................................................................................................................. 73

5.1.3 Aspect de surface et réparation .......................................................................... 73

5.1.4 Couleur d’identification ..................................................................................... 73

5.1.5 Etanchéité ........................................................................................................... 73

5.1.6 Domaine d’emploi selon les caractéristiques des effluents ................................ 74

5.2 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES TUYAUX .......................................................... 74


5.2.1 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des tuyaux ......................................... 74

5.2.2 Longueur des tuyaux .......................................................................................... 75

5.2.3 Exemple des informations dimensionnelles à fournir par le fabricant ............... 76

5.2.4 Longueur des raccords et de la zone d’étanchéité .............................................. 77

5.2.5 Faces d’extrémités .............................................................................................. 77

5.2.6 Géométrie et angle des raccords et des accessoires ........................................... 77

5.2.7 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des raccords....................................... 77

5.2.8 Boîtes de branchement ....................................................................................... 77

8
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

5.2.9 Interconnexion .................................................................................................... 77

5.3 CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES TUYAUX, RACCORDS ET ACCESSOIRES ............... 77


5.3.1 Propriété en traction ........................................................................................... 78

5.3.2 Rigidité diamétrale et ovalisations admissibles des tuyaux ............................... 78

5.4 CARACTERISTIQUES DES RACCORDS POUR COLLECTEURS D’ASSAINISSEMENT


GRAVITAIRE ....................................................................................................................................... 80
5.4.1 Manchons de liaison ........................................................................................... 80

5.4.2 Manchons de scellement .................................................................................... 80

5.4.3 Coudes à deux emboîtures.................................................................................. 80

5.4.4 Raccords de branchement................................................................................... 81

5.4.5 Piquages ............................................................................................................. 81

5.4.6 Raccords de visite ............................................................................................... 81

5.4.7 Trappes de visite ................................................................................................. 82

5.5 RACCORDS POUR COLLECTEURS D’ASSAINISSEMENT SOUS PRESSION ET COLLECTEURS


D’ASSAINISSEMENT SOUS VIDE .......................................................................................................... 82
5.6 NETTOYAGE SOUS PRESSION ............................................................................................. 82
5.7 PENETRATION DE RACINES................................................................................................ 82
5.8 MARQUAGE MINIMUM EXIGE POUR LES PRODUITS EN FONTE DUCTILE ............................ 82
5.9 AVANTAGES DES CANALISATIONS EN FONTE.................................................................... 83
5.10 PRECAUTIONS D’UTILISATION DES CANALISATIONS EN FONTE ........................................ 84
6 CARACTERISTIQUES DES CANALISATIONS EN ACIER .................................................. 86
6.1 EXIGENCES GENERALES DES TUYAUX .............................................................................. 86
6.1.1 Matériaux ........................................................................................................... 86

6.1.1.1 Acier ............................................................................................................ 86

6.1.1.2 Revêtements extérieurs et intérieurs de paroi des tuyaux ........................... 87

6.1.2 Raccords ............................................................................................................. 89

6.1.3 Extrémité des tubes ............................................................................................ 89

6.1.4 Aspect de surface et réparations ......................................................................... 89

6.1.5 Etanchéité ........................................................................................................... 89

6.2 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES TUYAUX ET RACCORDS ................................... 90


6.2.1 Longueur des tubes ............................................................................................. 90

6.2.2 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des tuyaux ......................................... 91

6.2.3 Ovalisation ......................................................................................................... 92

9
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

6.3 CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES TUYAUX ET RACCORDS ....................................... 92


6.3.1 Propriété en traction ........................................................................................... 93

6.3.2 Exemple des informations dimensionnelles à fournir par le fabricant ............... 93

6.4 TYPES D’ASSEMBLAGE ...................................................................................................... 93


6.5 MODE DE CONTROLE ......................................................................................................... 94
6.6 MARQUAGE MINIMUM EXIGE POUR LES PRODUITS EN ACIER ........................................... 94
6.7 AVANTAGES DES CANALISATIONS EN ACIER .................................................................... 95
6.8 PRECAUTIONS D’UTILISATION DES CANALISATIONS EN ACIER ......................................... 95
7 MISE EN ŒUVRE DES OUVRAGES NEUFS ............................................................................ 96
7.1 STOCKAGE, MANUTENTION ET TRANSPORTS DES CANALISATIONS ET RACCORDS ........... 96
7.2 STOCKAGE SUR CHANTIER ................................................................................................ 97
7.2.1 Ouvrages en béton .............................................................................................. 97

7.2.2 Ouvrages en matière plastique ........................................................................... 98

7.2.3 Ouvrages en PRV ............................................................................................... 99

7.2.4 Ouvrages en fonte ductile ................................................................................... 99

7.2.5 Ouvrages en acier ............................................................................................... 99

7.3 CONTROLE A LA RECEPTION SUR SITE............................................................................. 100


7.4 EXECUTION DES FOUILLES .............................................................................................. 100
7.4.1 Profondeur ........................................................................................................ 100

7.4.2 Protection ......................................................................................................... 101

7.4.3 Largeur ............................................................................................................. 101

7.4.4 Dimension des fouilles pour regards de visite ................................................. 103

7.4.5 Dimension des fouilles pour canalisations en polyéthylène soudé ou acier..... 103

7.4.6 Remblaiement................................................................................................... 103

7.4.7 Utilisation des matériaux autocompactants pour le remblai ............................ 105

7.4.8 Pose des canalisations ...................................................................................... 105

7.4.8.1 Cas d’assemblage par manchon des tuyaux en PRV ................................ 106

7.4.8.2 Cas d’assemblage par brides des tuyaux en PRV ..................................... 106

7.4.8.3 Cas d’assemblage mécanique des tuyaux en fonte ................................... 106

7.4.8.4 Cas de pose de canalisations en acier ....................................................... 107

7.4.8.5 Cas de pose de canalisations en PVC ....................................................... 107

7.4.8.6 Cas de pose des canalisations plastiques annelées .................................... 108

10
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

7.4.9 Déviation angulaire .......................................................................................... 110

7.4.10 Signalisation des canalisations ......................................................................... 110

7.5 LIAISON DES CANALISATIONS AVEC LES REGARDS ......................................................... 110


7.5.1 Liaison des canalisations en PVC avec les regards en béton ........................... 111

7.5.2 Liaison des canalisations PVC avec les regards thermoplastiques .................. 111

7.5.3 Liaison des canalisations plastiques annelées avec les regards en béton ......... 111

7.5.4 Liaison des canalisations plastiques annelées avec les regards thermoplastiques .
.......................................................................................................................... 112

7.6 RACCORDEMENT DU BRANCHEMENT AU COLLECTEUR .................................................. 112


8 RECEPTION DES OUVRAGES NEUFS .................................................................................... 114
8.1 EXAMENS PREALABLES A LA RECEPTION........................................................................ 114
8.2 ORGANISATION DES EPREUVES DE CONTROLE SUR SITE ................................................. 114
8.3 DESCRIPTION DES EPREUVES DE CONTROLE ................................................................... 115
8.3.1 Contrôle de compactage ................................................................................... 115

8.3.1.1 Méthode .................................................................................................... 115

8.3.1.2 Fréquence minimale .................................................................................. 115

8.3.1.3 Positionnement .......................................................................................... 116

8.3.1.4 Profondeur ................................................................................................. 116

8.3.1.5 Interprétation des résultats ........................................................................ 116

8.3.1.6 Critères d’acceptation du contrôle ............................................................ 118

8.3.2 Contrôle visuel ou télévisuel des ouvrages ...................................................... 118

8.3.2.1 Méthode .................................................................................................... 119

8.3.2.2 Préparation du réseau ................................................................................ 119

8.3.2.3 Matériel ..................................................................................................... 119

8.3.2.4 Interprétation des observations ................................................................. 119

8.3.3 Essais d’étanchéité des ouvrages ...................................................................... 120

8.3.3.1 Méthode .................................................................................................... 120

8.3.3.2 Matériel ..................................................................................................... 120

8.3.3.3 Réalisation des essais ................................................................................ 120

8.3.3.4 Interprétation des résultats ........................................................................ 122

11
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

8.3.4 Vérification de la conformité topographique et géométrique des ouvrages ..... 123

9 TECHNIQUES D’ASSAINISSEMENT NON GRAVITAIRES ............................................... 124


9.1 TECHNIQUE D’ASSAINISSEMENT SOUS PRESSION............................................................ 124
9.1.1 Description générale du système ...................................................................... 124

9.1.2 Cas d’application des réseaux d’assainissement sous pression ........................ 125

9.1.3 Avantages ......................................................................................................... 125

9.1.4 Normes appliquées ........................................................................................... 125

9.2 TECHNIQUE D’ASSAINISSEMENT SOUS VIDE ................................................................... 126


9.2.1 Description générale du système ...................................................................... 126

9.2.2 Cas d’application des réseaux d’assainissement sous vide .............................. 127

9.2.3 Avantages ......................................................................................................... 127

9.2.4 Normes appliquées ........................................................................................... 127

DEUXIEME PARTIE : REGLES ET NORMES DE REHABILITATION DES RESEAUX


D'ASSAINISSEMENT ................................................................................................. 128
10 DISPOSITIONS GENERALES ET ETUDES PREALABLES POUR LES PROJETS DE
REHABILITATION ..................................................................................................... 130
10.1 OBJET DU GUIDE.............................................................................................................. 130
10.2 DOMAINE D’APPLICATION............................................................................................... 130
10.3 PRINCIPAUX AVANTAGES D’UNE REHABILITATION SANS TRANCHEE ............................. 132
10.3.1 Avantages socio-économiques ......................................................................... 132

10.3.2 Avantages techniques ....................................................................................... 133

10.4 REFERENCES NORMATIVES ............................................................................................. 133


10.5 TERMES ET DEFINITIONS ................................................................................................. 134
10.6 CARACTERISTIQUES DES EFFLUENTS ADMISSIBLES EN RESEAU REHABILITE
D’ASSAINISSEMENT ......................................................................................................................... 134
10.7 DIAMETRE MINIMAL DES CANALISATIONS D’ASSAINISSEMENT ..................................... 134
10.8 ÉTUDES PREALABLES AUX TRAVAUX DE REHABILITATION ............................................ 135
10.8.1 Étape préliminaire de collecte et d’analyse des informations disponibles ....... 135

10.8.2 Investigations sur site ....................................................................................... 136

10.8.2.1 Investigation structurelle ........................................................................... 136

10.8.2.2 Investigation hydraulique .......................................................................... 140

10.8.2.3 Investigation environnementale ................................................................ 140

10.8.3 Évaluation de l’état des ouvrages à réhabiliter et de leur environnement ........ 141

10.8.3.1 Évaluation des dysfonctionnements .......................................................... 141

10.8.3.2 Conséquence des dysfonctionnements ...................................................... 141

12
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10.8.3.3 Causes des dysfonctionnements ................................................................ 142

10.8.3.4 Rapport d’évaluation ................................................................................. 142

10.9 OBJECTIFS A SATISFAIRE ET ETUDE DES OPTIONS DE REHABILITATION ......................... 143


10.10 CLASSEMENT DES TECHNIQUES DE REHABILITATION SANS TRANCHEE.......................... 146
10.11 ÉVALUATION DE LA FAISABILITE DES OPTIONS DE REHABILITATION ............................. 146
10.12 ESTIMATION FINANCIERE DES SOLUTIONS DE REHABILITATION..................................... 148
10.13 PREPARATION DU CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES DU PROJET DE REHABILITATION 148
10.14 TRAVAUX PREPARATOIRES DE CHANTIER....................................................................... 149
10.15 MESURES D’HYGIENE ET DE SECURITE ........................................................................... 149
11 TECHNIQUES DE RENOVATION .......................................................................................... 152
11.1 INTRODUCTION ............................................................................................................... 152
11.2 TECHNIQUES DE RENOVATION ........................................................................................ 153
11.2.1 Tubage par tuyau continu avec espace annulaire ............................................. 153

11.2.2 Tubage par tuyau continu sans espace annulaire ............................................. 154

11.2.3 Chemisage continu polymérisé en place .......................................................... 157

11.2.4 Tubage par tuyaux courts avec espace annulaire ............................................. 160

11.2.5 Tubage par enroulement hélicoïdal .................................................................. 163

11.2.6 Tubage par coffrage plastique interne ancré de manière rigide ....................... 165

11.2.7 Tubage par éléments préfabriqués .................................................................... 167

11.2.8 Chemisage par matériau projeté, taloché ou coulé en place............................. 169

11.2.9 Récapitulatif ..................................................................................................... 171

12 TECHNIQUES DE REPARATION ........................................................................................... 178


12.1 INTRODUCTION ............................................................................................................... 178
12.2 DEFAUTS PONCTUELS SUSCEPTIBLES D’ETRE REPARES .................................................. 179
12.3 REPARTITION DES DESORDRES PONCTUELS PAR UNE TECHNIQUE DE REPARATION ....... 180
12.4 TECHNIQUES DE REPARATION ......................................................................................... 181
12.4.1 Réparation par injection ................................................................................... 181

12.4.2 Réparation par chemisage partiel ..................................................................... 182

12.4.3 Réparation avec un matériau taloché................................................................ 184

12.4.4 Réparation avec dispositifs mécaniques internes ............................................. 185

12.4.5 Réparation par remplissage au coulis ............................................................... 187

12.4.6 Récapitulatif ..................................................................................................... 189

13 TECHNIQUES DE REMPLACEMENT SANS TRANCHEE ............................................... 192


13.1 INTRODUCTION ............................................................................................................... 192
13.2 TECHNIQUES DE REMPLACEMENT SANS TRANCHEE ....................................................... 193

13
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

13.2.1 Remplacement sans tranchée par la pose avec éclatement............................... 193

13.2.2 Remplacement sans tranchée par la pose avec extraction ................................ 195

13.2.3 Remplacement sans tranchée par microtunnelage avec mange-tube ............... 196

14 REHABILITATION DES OUVRAGES ANNEXES DU RESEAU D’ASSAINISSEMENT


........................................................................................................................................ 200
14.1 INTRODUCTION ............................................................................................................... 200
14.2 PRECONISATIONS ............................................................................................................ 201
14.2.1 Regards de visite .............................................................................................. 201

14.2.2 Regards de branchement .................................................................................. 203

15 CONDITIONS DE RECEPTION DES OUVRAGES REHABILITES ................................. 204


15.1 OPERATIONS PREALABLES A LA RECEPTION ................................................................... 204
15.3 DEFINITION DES EPREUVES DE CONTROLE ...................................................................... 205
15.3.1 Recommandations pour des épreuves obligatoires .......................................... 205

15.3.1.1 Inspection visuelle ou télévisuelle des ouvrages réhabilités ..................... 205

15.3.1.2 Contrôle d’étanchéité des ouvrages réhabilités ......................................... 205

15.3.1.3 Contrôle du bon écoulement des effluents ................................................ 206

15.3.2 Recommandations pour des épreuves spécifiques à des techniques de


réhabilitation................................................................................................................... 206

15.4 FOURNITURE DU DOSSIER DE RECOLEMENT DES OUVRAGES REHABILITES .................... 207

14
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

TABLE DES ANNEXES

ANNEXE 1 CARACTERISTIQUES DES EAUX NON DOMESTIQUES ADMISSIBLES EN


RESEAU D’ASSAINISSEMENT
ANNEXE 2 DEFINITION DES TERMES TECHNIQUES
ANNEXE 3 LISTE DES PRINCIPALES NORMES APPLICABLES AUX PROJETS
ANNEXE 4 LISTE DE DOCUMENTS DE REFERENCE DU DOMAINE TECHNIQUE
ANNEXE 5 AUTEURS ET CONTRIBUTEURS

15
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

PREAMBULE

Le présent guide a été préparé sur la base de l’intégration de 3 Documents Techniques et


Réglementaires (DTR) établis par le Ministère des Ressources en Eau et de l’Environnement
(MREE) - Direction de l’Assainissement et de la Protection de l’Environnement (DAPE) entre
2013 et 2015, à savoir :
- DTR relatif aux règles de pose des canalisations en plastique (PVC et Polyéthylène)
destinées aux projets d’assainissement ;
- DTR relatif aux règles de pose des canalisations en béton, PRV, fonte et acier destinées
aux projets d'assainissement ;
- DTR relatif à la réhabilitation des réseaux d'assainissement.
Ce guide est mis en application en vertu de la publication de ces DTR. Il réunit en un seul
document l’ensemble des règles pratiques et des références réglementaires qui permettent aux
différents acteurs des projets des réseaux d’assainissement de mieux concevoir, réaliser,
réhabiliter et contrôler l’exécution de ces ouvrages. L’objectif de ce guide est de faciliter l’accès
à ces informations afin de favoriser une démarche de qualité pour la mise en service et la
conservation d’un patrimoine d’assainissement durable et performant.
Ce guide est destiné à aider le maître d’ouvrage dans l’établissement du projet et la rédaction
de son cahier des charges techniques, ainsi qu’à aider l’entreprise de travaux dans le choix des
matériaux et procédés, le maître d’œuvre, le bureau d’études et l’organisme de contrôle dans
l’accomplissement de leurs missions.
La première partie du guide est consacrée à la pose d’un réseau neuf. Elle expose dans un
premier chapitre les dispositions générales relatives à un réseau d’assainissement et présente,
par des chapitres successifs, les exigences techniques à respecter en cas d’utilisation des
canalisations en béton, matières plastiques, PRV, fonte ou acier. Deux chapitres sont consacrés
aux conditions de mise en œuvre des chantiers de pose et à la procédure de réception des
ouvrages neufs. La première partie du guide termine avec un chapitre sur les deux techniques
d’assainissement sous pression ou sous vide qui présentent une solution intéressante lorsqu’un
réseau à écoulement gravitaire est trop contraignant et onéreux.
La deuxième partie du guide présente le domaine de la réhabilitation d’un réseau existant. Elle
commence par un chapitre sur les avantages des options de réhabilitation sans tranchée et sur
les études et investigations préalables à réaliser pour aider au choix de la solution de
réhabilitation. Quatre chapitres présentent respectivement les techniques de rénovation,
réparation et remplacement sans tranchée, ainsi que la réhabilitation des ouvrages annexes du
réseau (regards de visite, galerie d’accès, déversoirs d’orage). Un dernier chapitre est consacré
aux conditions de réception des ouvrages réhabilités.
Le guide est complété à titre informatif par des annexes sur :
- les définitions normalisées des termes techniques,
- la liste des principales normes techniques,
- une bibliographie des documents techniques utiles pour les projets d’assainissement.

16
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

PREMIERE PARTIE :
REGLES ET NORMES DE POSE DES CANALISATIONS
DESTINEES AUX PROJETS D'ASSAINISSEMENT

18
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Dispositions générales
1.1 Objet du guide
Cette partie du guide technique comprend les règles et prescriptions normatives pour la mise
en œuvre d’un nouveau réseau d’assainissement collectif situé à l’extérieur des bâtiments.
Un réseau d’assainissement est constitué par l’ensemble des canalisations et ouvrages connexes
qui véhicule les effluents depuis les branchements particuliers et avaloirs vers une station
d’épuration ou tout autre lieu récepteur.

1.2 Domaine d’application


Le guide technique s’applique pour la conception, la construction et la réception du réseau
d’assainissement qui doit assurer deux fonctions consécutives :
- La collecte des effluents d’eaux usées et/ou d’eaux pluviales ;
- Le transport et l’évacuation de ceux-ci sans risque de formation de dépôts et de
débordements.
Les ouvrages constitutifs du réseau doivent être fabriqués en matériaux fiables résistant à la
corrosion du sol et des effluents, ainsi qu’à l’érosion par les effluents. Ils doivent être posés en
respectant les présentes recommandations, les préconisations normatives, les prescriptions des
fabricants et les règles de l’art pour assurer une durée de vie minimale moyenne de conception
supérieure à 50 ans.

1.3 Références normatives


Les composants et matériaux utilisés dans les projets d’assainissement doivent être conformes
aux normes nationales ou à des normes internationales applicables. Certaines normes utiles à
l’application du présent guide sont rappelées en Annexe 3.
La dernière édition de normes nationales et des normes ou documents auxquels font référence
ces matériaux et les méthodes d’exécution utilisées pour la pose des ouvrages des réseaux
d’assainissement s'applique (y compris les éventuels amendements).
En leur absence, les composants et matériaux doivent être conformes aux prescriptions du projet.
Toute instruction complémentaire de la part du fabricant des fournitures approuvées dans le
projet doit être respectée.

1.4 Termes et définitions


Les termes techniques normalisés sont appliqués dans les projets d’assainissement. Une liste
des principaux termes est présentée en Annexe 2.

20
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

1.5 Caractéristiques des effluents admissibles en réseau


d’assainissement
Les rejets en réseau d’assainissement doivent avoir une température inférieure ou égale à 30°C
et un pH entre 5,5 et 8,5.
Les eaux usées autres que domestiques admissibles doivent satisfaire aux limites maximales
définies par le Décret exécutif n° 09-209 du 17 Joumada Ethania 1430 correspondant au 11 juin
2009 fixant les modalités d’octroi de l’autorisation de déversement des eaux usées autres que
domestiques dans un réseau public d’assainissement ou dans une station d’épuration. Ces
valeurs sont rappelées en Annexe 1.

1.6 Dimensionnement hydraulique des canalisations

1.6.1 Diamètre minimal des canalisations


Le diamètre minimum des canalisations doit être comme suit :
- Canalisation de branchement particulier : 150 mm ;
- Collecteur séparatif d’eaux usées : 200 mm ;
- Collecteur séparatif d’eaux pluviales : 300 mm ;
- Collecteur d’effluents unitaires : 300 mm.
Les sections des collecteurs doivent être calculées selon des formules d’écoulement en fonction
des débits d’effluents à évacuer et de la pente des canalisations. Le choix de la section de
canalisation doit tenir compte des diamètres courants de fabrication et aboutir de ce fait au choix
de capacité supplémentaire d’écoulement.
Pour des débits d’effluents calculés impliquant un diamètre supérieur à 600 mm, il peut être
préférable surtout en réseau d’assainissement unitaire d’adopter des sections ovoïdes afin
d’obtenir un écoulement meilleur par temps sec.

1.6.2 Pente minimale des collecteurs à écoulement par gravité


La pente doit être déterminée d’une façon à assurer les conditions d’auto-curage des collecteurs
et doit respecter les valeurs minimales suivantes :
- Tronçon amont d’un réseau d’assainissement de diamètre < 300 mm : de 5 à 6/1000 (de
5 mm – 6 mm/ml du collecteur) ;
- Tronçon amont d’un réseau d’assainissement de diamètre ≥ 300 mm : de 4 à 5/1000 (de
4 mm – 5 mm/ml du collecteur) ;
- Tronçon aval d’un réseau d’assainissement : de 3 à 4/1000 (de 3 mm – 4 mm/ml du
collecteur) ;
- Branchement particulier : 3/100 (30 mm/ml de la canalisation de branchement).
Des pentes inférieures favorisent la formation de dépôts sources de conditions agressives sur
les ouvrages et l’environnement et sont à éviter. Les contre-pentes sont proscrites formellement.

21
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

1.7 Dimensionnement mécaniques des canalisations


La méthode de calcul justificative de la tenue mécanique des canalisations enterrées doit
prendre en compte des actions et sollicitations relatives aux caractéristiques des canalisations
envisagées et de l’environnement du projet de pose de ces ouvrages.
Les ouvrages visés sont ceux :
- qui sont mis en œuvre de façon traditionnelle dans des tranchées, ou sous remblai sur
un lit de pose constituant un appui continu ;
- qui sont enterrés à des hauteurs de couverture supérieures ou égales à 0,80 m lorsqu’il
y a une chaussée ;
- qui entrent dans un réseau à écoulement gravitaire, la pression hydraulique intérieure
ne dépassant pas 4 m de colonne d’eau (0,04 MPa) conformément au domaine
d’application de la norme NA 17952 ;
- qui entrent dans un réseau de refoulement, dont la pression hydraulique intérieure est
définie dans le cadre du projet d’assainissement.
Les canalisations enterrées reçoivent les actions et les réactions par le sol environnant. Celles-
ci dépendent étroitement de la nature et du comportement de la canalisation, des paramètres
géotechniques du sol environnant et des remblais, ainsi que des conditions de mise en œuvre
des remblais.

1.7.1 Principaux paramètres utilisés dans la méthode de calcul

1.7.1.1 Caractéristiques du tuyau


Les paramètres de calcul prennent en compte les valeurs indiquées dans les normes NA 18611
et NA 18618, par les avis techniques et la déclaration des fabricants (en cas d’absence de
données dans la norme ou l’avis technique). Ils concernent essentiellement :
- la nature du (des) matériau(x) constitutif(s),
- le diamètre extérieur,
- l’épaisseur minimale de la paroi,
- les modules d’élasticité instantané et différé et le coefficient de Poisson du (des)
matériau(x) constitutif(s) (sans dimension),
- la déformation avant application des charges qui s’exprime pour certains matériaux en
fonction du diamètre nominal DN.

1.7.1.2 Caractéristiques du sol et de la mise en œuvre


Les données géotechniques nécessaires à la réalisation du calcul structurel sont fournies par le
maître d’ouvrage dans les dossiers de l’appel d’offres ou obtenues sous la responsabilité de
l’entreprise de travaux dans le cadre des sondages préalables à l’établissement des notes de
calcul justificatives du projet.
Suivant les modalités de mise en œuvre des matériaux au niveau de l’enrobage de la canalisation
et le type de sol en place, différentes valeurs de module de sols conventionnels sont à considérer
pour le dimensionnement.

22
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

1.7.1.3 Détermination des actions exercées sur les ouvrages


Les actions à considérer sont :
- La pression verticale des terres due aux remblais ;
- La pression verticale due aux charges d’exploitation roulantes routières, permanentes
ou de chantier ;
- La pression horizontale exercée par les remblais et les charges d’exploitation ou
permanentes ;
- La pression hydrostatique extérieure due à la présence éventuelle d’une nappe
phréatique ;
- Le poids propre du tuyau ;
- Le poids propre de l’eau véhiculée ;
- La pression intérieure due aux effluents ;
- Pour les canalisations de refoulement, les efforts de traction longitudinale, ou aux efforts
de poussée aux discontinuités liés à des changements de direction ou autres
discontinuités et les pressions transitoires dues à des coups de bélier.

1.7.1.4 Vérification de la sécurité d’emploi et de la durabilité (états


limites)
Le principe général de la sécurité est de faire en sorte que les états limites ne soient pas dépassés,
et ce, compte tenu des variations aléatoires affectant :
- les caractéristiques des matériaux définies par leurs valeurs caractéristiques,
- les valeurs caractéristiques des actions et des sollicitations calculées.

1.8 Prévention de l’agressivité de l’hydrogène sulfuré


sur les ouvrages d’assainissement
Les matériaux de béton, fonte et acier (sans protection des parois internes) sont sensibles à
l’action de l’hydrogène sulfuré (H2S), dont les facteurs de formation résultent d’une des causes
suivantes :
- Un temps de séjour des effluents > 4 heures ;
- Une vitesse d’écoulement ≤ 0,3 m/s (réseau gravitaire) ou < 0,5 m/s (canalisation de
refoulement) ;
- Une température > 7°C ;
- Un pH ≤ 7 (effluents acides) ;
- La nature des effluents : rejets industriels, forte concentration de matières organiques
ou de sulfates ;
- Une faible concentration en oxygène dissous : quelques dixièmes de mg/l ;
- Des dépôts excessifs de matières fermentescibles.
La conception hydraulique du réseau (section, diamètre, pente, débits), le choix de matériaux
des collecteurs et de leurs protections, ainsi que la conception générale du réseau (intervalles
entre les regards de visite, avaloirs, trappes de curage et d’inspection, etc.) doivent être établis
d’une façon à prévenir la formation d’H2S et le vieillissement prématuré des ouvrages (bonne

23
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

aération de réseau gravitaire, lutte contre la formation et la stagnation de dépôts en matières


fermentescibles, matériaux cimentaires résistant à la biodétérioration, qualité de revêtement de
la paroi interne, compacité et épaisseur de l’enrobage de béton armé, …).

1.9 Protection des ouvrages métalliques


d’assainissement contre la corrosivité du sol
Les structures métalliques en fonte ou acier non revêtues et posées en terre pourront être
affectées par la force corrosive du sol traversé. Une évaluation de cette force doit être effectuée
au stade d’avant-projet d’assainissement afin d’aider au choix du matériau des tuyaux à utiliser
et de dispositifs de protection supplémentaire à mettre sur ceux-ci (revêtement externe,
protection cathodique, remblaiement par matériau apporté, etc.).
L’évaluation du risque de corrosion doit s’appuyer sur la méthodologie de la norme NA 19872
et doit tenir compte :
- des paramètres relatifs au sol en contact avec la structure (tuyau, regard) ;
- des caractéristiques (matériau, épaisseur) de la structure sans protection ;
- des facteurs environnementaux.
La méthodologie d’évaluation comprend trois étapes, à savoir :
1. Etape 1 : Enquête préliminaire
L’enquête est essentiellement réalisée avec des données rassemblées à partir des documents de
conception : profil, cartes (géologique, hydrologique, etc.), définition de la structure, présence
d’autres structures enterrées aux alentours, environnement électrique, etc.
Les sols de type vase marine, sable marin, argiles et limons présentent un risque important de
corrosion. Le tableau suivant présente brièvement différentes conditions de sol qui sont à
examiner lors de l’enquête préliminaire ou lors de l’étude sur site et qui, en l’absence d’enquête
plus poussée, indiquent la présence d’une force corrosive élevée.
2. Etape 2 : Étude sur site
L’étude sur site est effectuée afin de rassembler des données concernant les caractéristiques
physico-chimiques des sols, les indicateurs de pollution et la présence de gradients du potentiel
dans les sols.
La détermination sur site de la résistivité du sol à l’aide de la méthode des quatre piquets
(méthode de Wenner) est souvent utilisée pour évaluer le risque de corrosion. En général, le
risque de corrosion est faible lorsque la résistivité est ≥ 100 Ω.m (et 6 < pH < 9,
sulfure < 10 mg/kg).
3. Etape 3 : Prélèvement d’échantillons de sol
Des investigations menées sur des échantillons du sol donneront des informations
supplémentaires pour l’évaluation de la force corrosive dans les sols.
Après chaque étape, il peut être décidé de continuer ou d’arrêter. Le manque éventuel
d’informations est contrebalancé par l’acceptation d’une force corrosive plus élevée.
La force corrosive est considérée comme élevée si aucune enquête n’est réalisée, quelle qu’en
soit la raison.

24
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 1-1 : Conditions de sol pouvant suggérer une force corrosive élevée
Caractéristiques Circonstances Exemple de critères

Type de sol Sol naturel Présence de tourbe, de lignite, de charbon, … dans les sols
Zones telles que marais, étangs marécageux, ...
Zone de marées.
Présence d’une nappe phréatique saumâtre ou d’eau de mer.
Sols anaérobies (possibilité de corrosion microbienne induite).

Sol artificiel Sols contenant des cendres, des scories, des sous-produits
industriels, des résidus de déchets domestiques, …
Zones remblayées par des sous-produits industriels (tout type).
Matériaux recyclés non contrôlés.

Perturbations Dispositif utilisant Proximité de chemins de fer à CC, de tramways, de métros, ...
électriques un courant continu Proximité d’une structure à protection cathodique, ou d’anodes, ...
(CC)
Dispositif utilisant Proximité de lignes électriques à CA, de réseaux ferroviaires à CA.
un courant Proximité de prises de terre à CA.
alternatif (CA)
Pollution Sol contaminé Contamination par des sels de dégivrage, du fumier, des fertilisants,
due à des égouts perméables ou à une pollution industrielle.

Autres Topographie Présence, sur le chemin de la canalisation, d’un point bas, d’une
Hydrographie traversée de ruisseau ou de rivière.

Toponymie Indications, données par les noms de village, relatives aux


caractéristiques particulières de nature de sol.

Interface triple Nappe phréatique fluctuante.

La décision d'installer un système de protection cathodique d’une canalisation métallique


dépend de l'importance de celle-ci, du type de son revêtement externe et de l’évaluation du
risque de corrosion externe par le sol ou les autres influences environnantes, ainsi que des
critères techniques et économiques du projet d’assainissement.
Un bon revêtement externe diminue le besoin ou l’importance de l’installation de protection
cathodique. En cas de besoin de cette protection, la définition et la conception de cette
protection doivent être établies par des spécialistes qualifiés.

1.10 Marquage, étiquetage et conditionnement des


produits destinés aux projets d’assainissement
Les normes de produits doivent spécifier les exigences de marquage. Chaque composant ou,
lorsque ce n’est pas possible, chaque emballage de composants, doit être marqué de façon
durable et claire, et le composant doit être identifié sans doute possible.
Le marquage doit comporter au moins les informations suivantes :
- le numéro de la norme de produit ;
- l’identification du fabricant et le lieu de fabrication ;
- l’identification de la date ou période de fabrication ;
- l’identification de l’organisme tiers chargé de la certification, si ceci est applicable ;
- l’identification des classes, si ceci est applicable ;

25
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- l’identification de l’usage, si ceci est applicable.

1.11 Marquage minimum exigé pour les tuyaux et


raccords
Les éléments de marquage doivent être marqués ou gravés directement sur les tuyaux et
raccords de telle sorte qu’après un stockage, un vieillissement, une manutention et une mise en
œuvre, la lisibilité soit maintenue.
Ces éléments permettent au fabricant de démontrer la conformité de son produit aux
prescriptions appropriées des normes de référence et aux valeurs ou classes déclarées pour les
propriétés du produit.
Les tuyaux et raccords doivent être marqués au moins un par élément, pour permettre une
lecture lisible sans grossissement.
Le marquage minimal exigé doit porter les informations exigées selon le matériau du produit
(voir ci-après les chapitres des caractéristiques de chaque matériau de canalisations).

26
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Caractéristiques
des canalisations en béton

2.1 Exigences générales des tuyaux, raccords et regards


Le présent chapitre spécifie les exigences pour les tuyaux et pièces complémentaires
préfabriqués en béton non armé, béton fibré acier et béton armé pour utilisation en canalisations
à assemblages souples (avec garnitures d’étanchéité intégrées à l’élément ou fournies
séparément) et destinés à être utilisés pour les réseaux d’assainissement à écoulement gravitaire
ou, occasionnellement, sous faible pression.
Ces produits doivent être fabriqués dans des usines certifiées ISO ou disposant de procédures
qualités et doivent respecter les normes de fabrication en vigueur (normes NA 5110, NA 5111,
NA 16002, NA 17053, NA 17030 ou à toutes autres normes reconnues équivalentes) et les
exigences des normes de mise en œuvre en projet d’assainissement.
Les caractéristiques ci-après sont établies principalement pour les tuyaux. Les caractéristiques
relatives aux pièces complémentaires en sont déduites par analogies et précisées par le
fabriquant dans sa documentation.
Figure 2-1 : Fabrication par centrifugation de tuyau en béton armé
de gros diamètre (source : usine TRANS CANAL Centre S.P.A.)

2.1.1 Conditions d’emploi


Les éléments en béton doivent résister naturellement aux conditions d’environnement usuelles
dues aux eaux usées domestiques et de surface, ainsi qu’aux effets du sol et des eaux
souterraines définies dans la norme NA 17226.
Ces éléments conviennent pour une utilisation dans des environnements humides légèrement
agressifs (soit les conditions normales d’un réseau d’assainissement d’eaux usées d’origine
domestique ou d’effluents industriels traités, et pour la grande majorité des sols et eaux
souterraines). Une attention particulière doit être portée si des conditions plus sévères sont

28
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

prévues, principalement au ciment et à toute addition pouzzolanique ou hydraulique utilisés


dans le béton selon les contraintes prévisibles du projet.

2.1.2 Durabilité
La durabilité des éléments en place et de leurs assemblages est assurée de manière spécifique
par le respect des prescriptions ci-après :
- une valeur prescrite du rapport eau/ciment plus additions pouzzolaniques ou
hydrauliques, quelles qu’elles soient, ne dépassant pas 0,45 pour le béton parfaitement
compacté
- une valeur prescrite de l’absorption d’eau du béton ne dépassant pas 6% en masse ;
- conformité aux exigences de l’une des quatre méthodes normalisées (NA 5110) de
démonstration de la durabilité des garnitures d’étanchéité ;
- une valeur minimale de l’enrobage dans le cas des éléments en béton armé compatible
avec les conditions d’emploi ;
- des exigences particulières dans le cas des tuyaux de fonçage.

2.1.3 Matériaux des éléments en béton


Pour les éléments en béton non armé, en béton fibré acier et en béton armé dont la dimension
nominale ne dépasse pas DN 3500 ou WN/HN 1200 / 1800 et qui sont préfabriqués
conformément à la norme NA 5110 et son complément la norme NA 5111, les composants
doivent respecter les prescriptions suivantes afin d’assurer les performances fonctionnelles et
les caractéristiques structurelles des ouvrages. Pour les autres éléments de dimensions
supérieures, les prescriptions des normes de référence en vigueur et les prescriptions des
fabricants sont appliquées.
Tableau 2-1 : Prescriptions de matériaux pour les éléments en béton
Matériau Exigences venant en complément des spécifications de référence

Ciment Le type de ciment à utiliser dans le béton doit prendre en considération la nature du
milieu de pose (terrain agressif, nappe saline, risque H2S,…).

Granulats Les granulats ne doivent pas contenir de constituants néfastes en quantités susceptibles
de nuire à la prise, au durcissement, à la résistance, à l’étanchéité ou à la durabilité du
béton ou de provoquer la corrosion de l’acier. La modification, par le fabricant, des
classes granulaires normalisées, pour des raisons de procédé de fabrication, est admise.

Eau de gâchage L’eau de gâchage ne doit pas contenir de constituants néfastes en quantités susceptibles
de nuire à la prise, au durcissement, à la résistance, à l’étanchéité ou à la durabilité du
béton ou de provoquer la corrosion de l’acier.
L’eau potable distribuée par le réseau public convient généralement à la fabrication du
béton.

Adjuvants Les adjuvants, s’ils sont utilisés, ne doivent pas diminuer la durabilité du béton ni
provoquer la corrosion de l’acier.

Additions Les additions, s’elles sont utilisées, ne doivent pas contenir de constituants néfastes en
quantités susceptibles de nuire à la prise, au durcissement, à la résistance, à l’étanchéité
ou à la durabilité du béton ou de provoquer la corrosion de l’acier.

29
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Fibres d’acier Les fibres d’acier doivent :


- être fabriquées à partir de fil d’acier tréfilé écroui de section circulaire et présentant
une résistance caractéristique à la traction, déterminée comme indiqué en EN 10002-
1, supérieure ou égale à 1000 Mpa (N/mm2) ;
- avoir une forme ou une texture superficielle assurant leur ancrage mécanique dans le
béton ;
- être galvanisés.

Armature pour Les armatures doivent être conformes aux prescriptions de matériaux utilisés et aux
béton armé documents de fabrication.
Les armatures des tuyaux doivent correspondre à la charge minimale à l’essai
d’écrasement correspondant à leur dimension nominale et à leur classe de résistance. Le
pourcentage minimal d’armature, rapporté à la section longitudinale du fût doit être de
0,4 % pour les aciers lisses et de 0,25 % pour les aciers à empreintes, profilés ou à
verrous.

Acier pour béton Les aciers utilisés pour les armatures des tuyaux en béton armé doivent être :
armé - conformes aux normes NF A 35 ou normes équivalentes ;
- soudables lorsqu’un soudage doit être réalisé.
Les armatures peuvent être lisses, à empreintes, profilées ou à verrous. Les treillis
soudés doivent être produits à partir de ces mêmes matériaux. En l’absence d’autre
spécification de référence, la norme ISO 10544 doit être utilisée.

Garnitures Les garnitures d’étanchéité doivent être conformes à la norme EN 681-1 et satisfaire les
d’étanchéité prescriptions de durabilité et doivent être fournies par le fabricant des tuyaux, intégrées
dans l’élément ou séparées.

Manchettes des Les manchettes doivent être fabriquées à partir de tôles d’acier de construction
tuyaux de fonçage soudable, d’acier inoxydable ou de plastique armé.
(compris soudage
si en acier)

2.1.4 Qualité du béton


Le béton de chaque élément fabriqué doit être dense, homogène et satisfaire aux prescriptions
de matériaux ci-dessus et aux valeurs de la norme NA 5110 pour le dosage en ciment, la teneur
en eau et la teneur en chlorures.
L’utilisation de chlorure de calcium et des adjuvants contenant des chlorures dans la confection
du béton est autorisée dans les limites fixées dans les prescriptions techniques normalisées
(NA 5111).

2.1.5 Aspect de surface


Les éléments livrés sont bruts de fabrication.
Les portées des assemblages doivent être exemptes d’irrégularités qui empêcheraient la
réalisation d’un assemblage durablement étanche.
Le faïençage de la couche riche en ciment, les microfissures dues au retrait ou à la température,
jusqu’à une ouverture maximale en surface de 0,15 mm et, pour les éléments en béton armé, les
fissures résiduelles dues aux essais, avec une même ouverture maximale en surface, sont admis.
Les éléments présentant des fissures autres que celles décrites ci-dessus ne sont pas admis et ne
doivent pas être utilisés.

30
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Pour le béton fibré en acier, il ne doit pas être observé tant sur l’emboîtement que sur les parois
intérieures et extérieures du produit des «pelotes» de fibres.

2.2 Caractéristiques géométriques des éléments en


béton

2.2.1 Longueur intérieure du fût


La longueur intérieure du fût doit être conforme à la longueur stipulée dans les documents de
fabrication.
À moins de satisfaire aux exigences de résistance à la flexion longitudinale d’un tuyau
circulaire, la longueur intérieure du fût des tuyaux circulaires de diamètre nominal inférieur ou
égal à DN250 ne doit pas dépasser six fois le diamètre extérieur.
La longueur utile doit être égale à la longueur intérieure du fût majorée de la valeur du jeu de
pose théorique. Le jeu de pose théorique doit être indiqué par le fabricant qui précise également
les tolérances correspondantes.
La longueur utile (Lu) des tuyaux garantie par le fabricant doit être indiquée dans ses notices
descriptives. Elle doit être au plus égale à 20 fois le diamètre intérieur et répondre aux
conditions mentionnées dans le tableau suivant :
Tableau 2-2 : Longueur utile des tuyaux béton
Tuyaux en béton armé Tuyaux en béton fibré Tuyaux en béton non armé

Lu ≥ 2000 mm Lu ≥ 2000 mm Lu ≤ 2500 mm

Pour apprécier les tolérances sur la longueur, la longueur utile effective des tuyaux ne doit pas
être inférieure de plus de 1% de la longueur utile de fabrication pour les éléments de longueur
supérieur à 1000 mm et de plus de 10 mm pour les éléments de longueur inférieure ou égale à
1000 mm.

2.2.2 Tuyaux à section circulaire

2.2.2.1 Diamètre intérieure


Le diamètre intérieur (Di) correspond au diamètre nominal (DN). Le tableau suivant présente
les diamètres du système de classification de la norme NA 5111.

31
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 2-3 : Diamètres intérieurs (Di) ou diamètres nominaux (DN) exprimés en mm


et tolérances en % des tuyaux béton assainissement
Diamètres intérieurs en mm Diamètres moyenne des mesures dans
une section droite en %

Tuyaux armés Tuyaux non Tuyaux fibrés ±2,0


armés

/ 150 150 ±2,0

200 200 200 ±2,0

250 250 250 ±2,0

300 300 300 ±2,0

400 400 400 ±2,0

500 500 500 ±2,0

600 600 600 ±2,0

800 800 800 ±1,60

1000 / 1000 ±1,20

1200 / 1200 ±1,00

1400 / 1400 ±0,85

1500 / 1500 ±0,80

1600 / 1600 ±0,75

1800 / / ±0,70

2000 / / ±0,60

2200 / / ±0,55

2500 / / ±0,50

2800 / / ±0,50

3000 / / ±0,45

3200 / / ±0,40

3500 / / ± 0,40

Pour apprécier les tolérances sur le diamètre, la capacité hydraulique est évaluée par la mesure
du diamètre intérieur du tuyau. Dans les conditions de service, le débit n’est pas inférieur de
plus de 5% au débit théorique déterminé à partir des diamètres intérieurs théoriques.
Pour satisfaire à ce seuil admissible de variation maximale du débit, les tolérances sur les
diamètres intérieurs théoriques sont mentionnées dans le tableau des diamètres.

32
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

2.2.2.2 Epaisseur nominale de paroi


L’épaisseur doit être indiquée par le fabricant dans ses notices descriptives.
Pour apprécier les tolérances sur l’épaisseur, l’épaisseur effective de la paroi ne doit pas être
inférieure à l’épaisseur de fabrication annoncée par le fabricant de plus de 3 mm +2% de
l’épaisseur mesurée en millimètre.

2.2.3 Tuyaux à section non circulaire

2.2.3.1 Dimensions minimales des sections ovoïdes


Le tableau suivant présente les dimensions du système de classification de la norme NA 5111
conformément aux dimensions et formes des sections ovoïdes définies par la figure suivant dans
lesquels les cotes b et e sont données à titre d’indication. Elles doivent être considérées comme
résultant de la construction géométrique.
Figure 2-2 : Section ovoïde de tuyau en béton

Tableau 2-4 : Dimensions nominales des tuyaux en béton à section ovoïde en millimètres
axb r0 r1 r2 r3 c d e Périmètre Surface Rayon
en m2 hydraulique
(Type) moyen

625x1000 50 16,0 90 27,75 35,0 22,25 13 264 0,51 19,3

800x1300 62 18,25 117 36,0 36,5 32,0 14 341 0,83 24,3

900x1500 70 18,75 135 41,5 37,5 38,5 15 390 1,09 28,0

1080x1800 70 22,50 162 50,0 45,0 60,0 17,5 468 1,57 33,5

Les sections ovoïdes sont intéressantes pour obtenir une vitesse d’écoulement suffisante pour
que l’auto-curage soit assuré pendant les faibles débits de temps sec. Elles permettent la pose
de collecteurs en tranchées étroites.

33
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

2.2.3.2 Tolérances sur les dimensions des sections ovoïdes


Les tolérances applicables aux tuyaux ovoïdes sont identiques à celles appliquées pour les
tuyaux à section circulaire.

2.2.3.3 Dimensions d’autres sections


D’autres formes sont utilisables dans les projets d’assainissement :
- en éléments préfabriqués assemblés par emboîtement mâle-femelle sans tulipe
comportant un joint élastomère avec zone compressible de type glissant intégré à la
fabrication dans l'about femelle ;
- en structures de collecteurs en béton exécuté sur site.
Ces formes peuvent être carrées, rectangulaires, ellipsoïdale en intérieur et octogonale en
extérieur ou toute autre forme (exemple : section à une ou deux banquettes) adaptée aux
caractéristiques du projet d’assainissement, dont :
- Le volume et la nature des effluents ;
- La pente et la nature du terrain traversé ;
- Les charges mécaniques exercées sur les ouvrages ;
- Les contraintes environnementales.
Plusieurs sections sont possibles selon les fabricants des produits et les conceptions des projets.
Ces sections doivent satisfaire aux exigences générales des normes NA 17953 et NA 17226.
Le dimensionnement mécanique est effectué en vérifiant les actions sur l’ouvrage en conditions
de service, le calcul des sollicitations dans l’ouvrage et la résistance à la charge de fissuration
(caractéristiques mécaniques fournies par le fabricant suivant essais en usine sur éléments
préfabriqués).
Suivant le dimensionnement mécanique du projet, l’utilisation de ces sections permet
d’autoriser une faible couverture de sol ou de faire des tranchées moins profondes.
Ces sections sont utilisables pour le stockage linéaire par temps de pluie.
Figure 2-3 : Utilisation de grande section type dalot en béton armé

2.2.4 Assemblages et garnitures d’étanchéité


Un assemblage doit comprendre un about mâle, un about femelle dans l’épaisseur de la paroi
et une (des) garniture(s) d’étanchéité comme décrit dans les documents de fabrication.
L’assemblage doit être étanche à l’eau et il doit avoir été démontré qu’il satisfait, selon le cas,
aux critères de la norme NA 5110 pour la combinaison la plus défavorable de tolérances
possibles.

34
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Une fois emboîté, un assemblage doit résister aux forces résultant de la compression de la (des)
garniture(s) d’étanchéité ainsi qu’à une pression hydrostatique interne telle qu’indiquée dans la
norme NA 5110.
Les branchements ou les orifices d’entrée doivent comporter des garnitures d’étanchéité
satisfaisant à la spécification relative à l’élément raccordé.

2.3 Caractéristiques mécaniques des éléments en béton

2.3.1 Résistance à l’écrasement


Lors de la réalisation d’un essai, un tuyau doit résister à la charge minimale à l’essai
d’écrasement correspondant à sa dimension nominale et à sa classe de résistance selon la norme
NA 5110 et la norme NA 5111 (pour les tuyaux à section circulaire et à cunette intégrée et les
tuyaux ovoïdes).

2.3.2 Résistance à la flexion longitudinale


La résistance à la flexion longitudinale d’un tuyau ne doit pas être inférieure, lorsqu’elle est
mesurée selon les prescriptions de la norme NA 5110, à celle donnée par la formule suivante :
M = C x DN x l2
Où :
M est le moment fléchissant longitudinal résistant, en kilonewton mètre ;
C est une constante égale à 0,01 3 kilonewton par mètre carré ;
DN est la dimension nominale, en mètre ;
l est la longueur intérieure du fût, en mètre.

2.4 Exemples des informations dimensionnelles à


fournir par le fabricant
Le fabricant des tuyaux en béton doit fournir des informations précises sur les dimensions de
ces ouvrages afin de permettre une prise en compte appropriée dans les calculs hydrauliques et
structurels du projet d’assainissement.
Figure 2-4 : Pose de tuyaux en béton armé
fabriqués en Algérie (source : TRANS CANAL)

Quelques exemples de ces informations sont donnés ci-après à titre indicatif pour des
fabrications en Algérie.

35
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 2-5 : Tuyau en béton armé ordinaire (CAO) de 3,5 m de long, garniture d’étanchéité en
élastomère livrée séparément
DN Lu Epaisseur des parois Type d’emboîtement
mm m mm
600 3,50 72 male-femelle à joint en
800 82 élastomère
1000 92

Figure 2-5 : Exemple de dimensions des tuyaux et emboîtures en millimètres (source : catalogue des
produits TRANS CANAL)

2.5 Tuyaux en béton pour des poses sans tranchée


Des gammes de tuyaux spécifiques sont utilisées dans les techniques de pose sans tranchée
(fonçage, microtunnelier, tunnelier) afin de traverser certains obstacles (voie ferrée, cours
d’eau, ouvrage existant, …), d’éviter des gènes inacceptables (milieu urbain dense, interruption
de trafic, …) ou de réaliser des collecteurs profonds de grands diamètres. Ces tuyaux sont
généralement dimensionnés structurellement pour répondre aux caractéristiques et contraintes
de mise en œuvre propres à chaque projet.
La structure du tuyau, son épaisseur, sa longueur, le type de joint et les éventuels dispositifs
complémentaires (cf. trous d’injection, bague sur joint) peuvent être selon des gammes
standards des fournisseurs ou fabriqués à la demande.
Parmi ces gammes, les tuyaux béton à âme en tôle sont utilisés pour les techniques de fonçage
horizontal, le microtunnelier et les émissaires de rejets en mer.
La structure du collecteur peut être constituée par des voussoirs mis en œuvre par des tunneliers
(collecteur profond de gros diamètre, collecteur de stockage).

36
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 2-6 : Pose sans tranchée de collecteur en béton armé

2.6 Regards et boîtes de branchements et d’inspection


en béton

2.6.1 Caractéristiques géométriques et structurelles


Les matériaux composants et les caractéristiques mécaniques et d’étanchéité doivent être
conformes aux exigences de la norme NA 17053.
Figure 2-7 : Ouvrages types de regards de visite

Légende :
1 Rehausse sous cadre 5 Tête tronconique
2 Dalle réductrice de couronnement 6 Élément droit (bas)
3 Élément droit (haut) 7 Dalle réductrice intermédiaire
4 Élément de fond 8 Élément de couronnement

2.6.2 Garniture d’étanchéité


Les garnitures d'étanchéité utilisées pour les raccordements entre les éléments verticaux et les
canalisations doivent être conformes à la norme NA 14734 et doivent être fournies par le
fabricant des éléments, intégrées dans l'élément ou séparées.
D'autres matériaux d'étanchéité et d'autres méthodes d'étanchement sont admis pour les
assemblages entre éléments verticaux, selon des informations de fabrication.

37
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 2-8 : Assemblages types de regards de visite

a) Garniture d'étanchéité b) Garniture d'étanchéité c) Garniture d'étanchéité


élastomère élastomère ou plastomère ou élastomère ou plastomère ou
autre matériau d'étanchéité autre matériau d'étanchéité

2.6.3 Echelons intégrés au regard de visite


Les échelons intégrés en fabrication à l’usine doivent avoir une projection minimale de 120 mm
par rapport au parement de béton. L'espacement vertical dans l'ouvrage fini doit être en rapport
avec la hauteur intérieure de l'élément et se situer entre 250 mm et 350 mm, comme indiqué
dans les documents de fabrication.
Les échelons peuvent être pour un ou pour deux pieds. Pour le cas des deux pieds, les axes des
échelons pour un pied doivent être décalés dans le plan vertical de 270 mm à 300 mm, avec une
tolérance de ± 10 mm. Les échelons pour deux pieds doivent être alignés selon un même axe
vertical.

2.6.4 Marquage minimum exigé pour des produits en béton


Chaque élément doit être marqué de façon durable et claire, avec au moins les informations
suivantes :
a) le nom du fabricant, la marque commerciale ou la marque distinctive, ainsi que le lieu de
fabrication ;
b) le numéro de la norme de fabrication (ex. NA 17053) ;
c) la date de fabrication ;
d) l'identification du matériau constituant l'élément ;
e) l'identification de tout organisme de certification tiers concerné ;
f) la classe de résistance ou la valeur spécifiée de la charge verticale minimale à l'essai
d'écrasement (ex. conformément à la norme NA 17053) ;
g) l'identification des conditions d'emploi autres que les conditions normales.

38
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 2-9 : Exemple de marquage de tuyau en béton (source : TRANS CANAL)

2.7 Avantages des ouvrages en béton


- Bonne résistance mécanique ;
- Possibilité de fabrication d’une très large gamme de dimensions et sections, ainsi que
de résistances mécaniques (ex. forte profondeur) répondant aux cas d’hypothèses
hydrauliques et mécaniques ;
- Matières premières très peu limitées et écologiques ;
- Produits de bonne durabilité avérée ;
- Possibilité d’adaptation des composants par rapport aux facteurs d’agressivité
environnementale ;
- Possibilité de pose en terre et en aérien ;
- Résiste aux UV en cas de pose en aérien ;
- Disponibilité de produits pour des techniques de pose sans tranchée ;
- Déformation nulle lors du compactage ;
- Influence faible du remblai sur la longévité des ouvrages ;
- Produits recyclables en fin de vie.

2.8 Précautions d’utilisation des ouvrages en béton


La présence des facteurs de risque de corrosion du béton liés aux éléments agressifs du sol
(chlorure, sulfate, …), à une nappe saline ou à la nature d’effluents à caractères industriels
implique d’examiner des solutions adaptées : ciment et granulats (ex. : aluminates de calcium),
surépaisseur de paroi, revêtement des surface en résine époxy, etc.

Pour les tuyaux à section non circulaire (ovoïde, dalot, …), il importe de vérifier l’adaptation
des caractéristiques géométriques et mécaniques par rapport aux charges prévues dans le projet
et aux dimensions des tranchées.

39
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Caractéristiques
des canalisations plastiques

3.1 Caractéristiques générales des canalisations en


PVC pour l’assainissement gravitaire
Le présent chapitre spécifie les exigences pour les tubes fabriqués à partir de polychlorure de
vinyle non plastifié (PVC-U) et destinés à être utilisés pour les réseaux d’assainissement à
écoulement gravitaire.

Ces produits doivent être fabriqués dans des usines certifiées ISO et doivent respecter les
normes de fabrication en vigueur.

3.1.1 Matière
La matière de base doit être du PVC-U, à laquelle sont ajoutés les additifs nécessaires pour
faciliter la production de composants conformes aux exigences de la norme NA 7753.
Lorsqu'elle est calculée sur la base d'une formulation connue ou en cas de litige ou dans le cas
d'une formulation inconnue, la teneur en PVC déterminée conformément à la norme NA 18610
doit être au moins de 80 % en masse pour les tubes et de 85 % en masse pour les raccords
moulés par injection.
Une réduction supplémentaire de la teneur en PVC-U ≥ 75 % en fraction massique n’est permise
qu’à condition que le PVC-U soit remplacé par du CaCO3.
Pour la production de tubes et de raccord, l’utilisation de matière rebroyée interne propre avec
une spécification agrées est autorisée sans limitation.
Par contre, l’utilisation de matière régénérée ou rebroyée externe est interdite.

3.1.2 Caractéristiques générales des tubes et raccords

3.1.2.1 Aspect
Les surfaces internes et externes des tubes et raccords doivent être lisses, propres, et exemptes
de rayures, boursouflures, impuretés et toutes autres imperfections de surface.

3.1.2.2 Couleur
Les tubes et les raccords doivent être colorés sur l’épaisseur de paroi.

40
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Il convient que la couleur soit de préférence l’orange-brun (RAL 8023) ou la grise poussière
(RAL 7037).

3.1.3 Caractéristiques géométriques des tubes et raccords

3.1.3.1 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des tubes


Les épaisseurs nominales des tubes sont égales aux valeurs minimales données dans le
tableau suivant.
L’épaisseur de paroi, e, doit être conforme à ces valeurs. Néanmoins une épaisseur maximale
en un point quelconque de moins de 1,2emin est autorisée dans la mesure ou la valeur de
l’épaisseur de paroi moyenne em est inférieure ou égale à l’épaisseur spécifiée em,max.
Tableau 3-1 : Dimensions des tubes PVC assainissement
Diamètre Tolérance Classe de rigidité 8 Classe de rigidité 4 Classe de rigidité 2
extérieur sur
(CR8) (CR4) (CR2)
nominal diamètre
extérieur SDR 34 SDR 41 SDR 51
DN
moyen
(mm) Épaisseur Module Épaisseur Module Épaisseur Module
(mm)
de de de
Mini Maxi Mini Maxi Mini Maxi
rigidité rigidité rigidité
(mm) (mm) (kN/m2) (mm) (mm) (kN/m2) (mm) (mm) (kN/m2)
110 +0,3 3,2 3,8 8 3,2 3,8 4 - - 2
125 +0,3 3,7 4,3 32 3,8 - -
160 +0,4 4,7 5,4 4,0 4,6 3,2 3,8
200 +0,5 5,9 6,7 4,9 5,6 3,9 4,5
250 +0,5 7,3 8,3 6,2 7,1 4,9 5,6
315 +0,6 9,2 10,4 7,7 8,7 6,2 7,1
(355) +0,7 10,4 11,7 8,7 9,8 7,0 7,9
400 +0,7 11,7 13,1 9,8 11,0 7,9 8,9
(450) +0,8 13,2 14,8 11,0 12,3 8,8 9,9
500 +0,9 14,6 16,3 12,3 13,8 9,8 11,0
630 +1,1 18,4 20,5 15,4 17,2 12,3 13,8
(710) +1,2 - - 17,4 19,4 13,9 15,5
800 +1,3 - - 19,6 21,8 15,7 17,5
(900) +1,5 22,0 24,4 17,6 19,6
1000 +1,6 - - 24,5 27,2 19,6 21,8
Les dimensions non préférentielles sont indiquées entre parenthèses.

3.1.3.2 Ovalisation
L’ovalisation, mesurée directement après production, doit être inférieure ou égale à 0,024 DN,
exprimée en mm.

41
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

3.1.3.3 Chanfrein
Si un chanfrein est réalisé, l’angle doit être compris entre 15° et 45° par rapport à l’axe du tube.
L’épaisseur de paroi restante à l’extrémité du tube doit être au moins 1/3 de l’épaisseur
minimale emin.

3.1.3.4 Longueur des tubes


La longueur totale recommandée des tubes PVC doit être égale à 3 ml ou 6 ml, d’autres
longueurs peuvent être fabriquées à la demande.
Figure 3-1 : Définition de la longueur du tube

3.1.3.5 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des raccords


Le diamètre extérieur moyen, dem, des bouts mâles doit être conforme au tableau suivant.
- L'épaisseur minimale de paroi, emin, du corps ou du bout mâle d'un raccord doit être
conforme au Tableau 2 à l'exception d'une réduction autorisée de 5 % provenant du
déport du noyau. Dans un tel cas, la moyenne de deux épaisseurs de parois opposées
doit être supérieure ou égale aux valeurs données dans le Tableau 2-2.
- Pour un raccord ou un adaptateur destiné à assurer la transition entre deux dimensions
nominales, l'épaisseur de paroi de chaque partie d'assemblage doit être conforme aux
exigences définies pour la dimension nominale concernée. Dans un tel cas, l'épaisseur
de paroi du corps du raccord peut varier graduellement d'une épaisseur à une autre.
- L'épaisseur de paroi de recouvrement d'une selle de branchement doit être supérieure
ou égale à emin de la dimension et de la série de l'entrée (tableau suivant).
Figure 3-2 : Exemple de selle de branchement

- L'épaisseur de paroi des raccords façonnés à l'exception des bouts mâles et des
emboîtures peut varier localement en raison du procédé de fabrication dans la mesure

42
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

où l'épaisseur minimale de paroi du corps est conforme à e3min, indiquée au Tableau 2-


2, selon le SDR concerné.
Tableau 3-2 : Épaisseur de parois des emboîtures en millimètres
Dimension Diamètre extérieur SN 2 SN 4 SN 8
nominale nominal
SDR 51 SDR 41 SDR 34
DN/OD dn
e2,min e3,min e2,min e3,min e2,min e3,min
110 110 - - 2,9 2,4 2,9 2,4
125 125 - - 2,9 2,4 3,4 2,8
160 160 2,9 2,4 3,6 3,0 4,3 3,6
200 200 3,6 3,0 4,4 3,7 5,4 4,5
250 250 4,5 3,7 5,5 4,7 6,6 5,5
315 315 5,6 4,7 6,9 5,8 8,3 6,9
(355) 355 6,3 5,3 7,8 6,6 9,4 7,8
400 400 7,1 6,0 8,8 7,4 10,6 8,8
(450) 450 8,0 6,6 9,9 8,3 11,9 9,9
500 500 8,9 7,4 11,1 9,3 13,2 11,0
630 630 11,1 9,3 13,9 11,6 16,6 13,8
(710) 710 12,6 10,5 15,7 13,1 - -
800 800 14,1 11,8 17,7 14,7 - -
(900) 900 16,0 13,2 19,8 16,5 - -
1000 1000 17,8 14,7 22,0 18,4 - -
Les dimensions non préférentielles sont indiquées entre parenthèses.

Figure 3-3 : Exemple de définition de l’épaisseur de paroi de l’emboîture avec une bague de retenue

3.1.3.6 Dimensions des emboîtures à bague de joint d’étanchéité et


bouts mâles
Les bagues d'étanchéité ne doivent pas nuire aux propriétés des tubes et des raccords et ne
doivent pas amener de défaillances lors des essais d’étanchéité conformément à la norme
NA 18617.
Les diamètres et longueurs des emboîtures à bague d'étanchéité et des bouts mâles doivent être
conformes au tableau suivant.

43
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 3-4 : Exemple d’emboîture de tube en PVC à bague de joint d’étanchéité

Tableau 3-3 : Diamètre et longueur des emboîtures à bague d’étanchéité et des bouts mâles en millimètres
Diamètre Diamètre extérieur Emboîture Bout mâle
nominale nominale
DN/OD a) dn dsm, min Amin Cmax L1,min H b)
110 110 110,4 32 26 60 6
125 125 125,4 35 26 67 6
160 160 160,5 42 32 81 7
200 200 200,6 50 40 99 9
250 250 250,8 55 70 125 9
315 315 316,0 62 70 132 12
(355) 355 356,1 66 70 136 13
400 400 401,2 70 80 150 15
(450) 450 451,4 75 80 155 17
500 500 501,5 80 80 c) 160 18
630 630 631,9 93 95 c) 188 23
(710) 710 712,1 101 109 c) 210 28
800 800 802,4 110 110 c) 220 32
900 900 902,7 120 125 c) 245 36
1000 100 1003,0 130 140 c) 270 41
a) Les dimensions non préférentielles sont indiquées entre parenthèse.
b) Valeurs approximatives lorsqu’un chanfrein de 15° est réalisé.
c) Des valeurs supérieures pour C sont autorisées. Dans ce cas, le fabricant doit indiquer dans sa
documentation la valeur réelle exigée de L1,min calculée selon L1,min= Amin + C.

Figure 3-5 : Dimensions de base des emboîtures et des bouts mâles pour les assemblages à bague
d'étanchéité

44
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

3.1.3.7 Caractéristiques physiques et mécaniques des tubes et raccords


en PVC-U
Lorsqu'ils sont essayés conformément aux méthodes d'essai spécifiées dans le tableau suivant,
en utilisant les paramètres indiqués, les tubes doivent avoir des caractéristiques physiques
conformes aux exigences données dans ce tableau.
Tableau 3-4 : Caractéristiques physiques et mécaniques des tubes PVC
Caractéristiques et méthodes d’essais Tubes Raccords
Norme de référence NA 18618
Masse volumique. 1,39 ≤ Valeur ≥ 1,5 g/cm3
Norme ISO 1183 méthode A.

Température de ramollissement T ≥ 79 °C T ≥ 77 °C
Vicat.
Norme ISO 2507.
Résistance au dichlorométhane à Pas d’attaque à un point
15°C – 30 min. quelconque de la surface de
Norme ISO 9852. l’éprouvette
Retrait longitudinal à chaud à 150°C. T ≤ 5 % Absence de cloque
Norme NA 7724.

Résistance à la pression interne 60°C Pas de rupture pendant la durée Pas de rupture pendant la période
1000 h. d’essai d’essai
Norme ISO 1167.
Résistance aux chocs. TIR ≤ 10%
Norme ISO 3127.

Résistance aux chocs (essai de chute). Pas de dommage


Norme NA 18620.
Rigidité annulaire. CR 8 : ≥ 8 kN/ m2 (SN 8)
Norme NA 7754.
CR 4 : ≥ 4 kN/ m2 (SN 4)
CR 2 : ≥ 2 kN/ m2 (SN 2)
Essai à l’étuve à 150°C (Effets de la (a) et (b)
chaleur).
Norme EN 763 méthode A.
a) 1) dans un rayon égal à 15 fois l'épaisseur de paroi, la profondeur des craquelures, délaminages ou des
boursouflures autour du (des)point(s) d'injection ne doit pas dépasser 50 % de l'épaisseur de paroi en ce
point ;
2) à une distance égale à 10 fois l'épaisseur de paroi, la profondeur des craquelures, délaminages ou des
boursouflures dans la zone de l'anneau ne doit pas dépasser 50 % de l'épaisseur de paroi en ce point ;
3) à une distance égale à 10 fois l'épaisseur de paroi à partir de l'entrée annulaire, la profondeur des
craquelures ne doit pas dépasser 50 % de l'épaisseur de paroi en ce point ;
4) il ne doit pas y avoir d'ouverture supérieure à 50 % de l'épaisseur de paroi à la ligne de soudure ;
5) dans toutes les autres parties de la surface, la profondeur des craquelures ou délamination ne doit pas
dépasser 30 % de l'épaisseur de paroi à ce point, les boursouflures ne doivent pas avoir une longueur plus
de 10 fois de l'épaisseur de paroi ;
b) Après découpe du raccord, les surfaces coupées ne doivent pas laisser apparaître d'impuretés lorsqu'elles
sont examinées sans grossissement.

45
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

3.2 Caractéristiques générales des canalisations lisses


compactes en PEHD pour l’assainissement gravitaire
Le présent chapitre spécifie les exigences pour les tubes et raccords en polyéthylène (PE) avec
une surface interne lisse et une surface externe profilée, désignés de Type B destinés à être
utilisés pour les réseaux d’assainissement à écoulement gravitaire.
Ces produits doivent être fabriqués dans des usines certifiées ISO et doivent respecter les
normes de fabrication en vigueur.

3.2.1 Canalisations lisses compactes en PEHD pour


l’assainissement gravitaire
Construction de parois à nervure ou à annelure désignées de Type B :
Un tube ou un raccord ayant une surface intérieure lisse et une surface extérieure compacte, ou
spiralée creuse ou nervurée/annelée, doit être désigné de Type B.
Des exemples type de construction de Type B sont montrés à la figure suivante.
Figure 3-6 : Exemples type de constructions de parois de Type B

3.2.2 Matière
La matière de base doit être du polyéthylène, à laquelle sont ajoutés les additifs nécessaires
pour faciliter la production de composants conformes aux normes en vigueur. Elle se pressente
sous forme de granulés près à l’emploi.
L'utilisation d'une matière propre rebroyée interne provenant de composants, conforme à la
norme, pour la production de tubes et de raccords doit être autorisée sans limites.
Les matières rebroyées et/ou régénérées externes provenant de produits en PE autres que des
tubes et des raccords ne doivent pas être utilisées pour la fabrication de tubes et de raccords.
Les matières rebroyées et régénérées externes provenant de tubes ou raccords en PE et de
raccords moulés par injection ne doivent pas être utilisées pour une production de tubes et de
raccords.

46
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

3.2.3 Caractéristiques dimensionnelles des tubes en PEHD

3.2.3.1 Désignation
Les dimensions des tubes et raccords sont établis en fonction de leur diamètre intérieur (série
DN/ID).

3.2.3.2 Longueur des tubes


La longueur totale d'un tube l, ne doit pas être inférieure à celle spécifiée par le fabricant,
lorsqu'elle est mesurée comme indiqué au paragraphe 3.1.3.4 ci-dessus. Elle est en général de
6 ml.

3.2.3.3 Dimensions nominales


Les dimensions nominales, les diamètres intérieurs moyens minimaux et épaisseurs minimales
des couches intérieures préférentielles pour les séries DN/ID et DN/OD sont spécifiés dans le
Tableau 3-5 et le Tableau 3-6 respectivement.
Tableau 3-5 : Dimensions nominales, diamètres intérieurs moyen minimaux et épaisseur des couches
intérieures: dimensions nominales des tubes Série DN/ID en millimètres
Diamètre intérieur Diamètre intérieur Épaisseur de paroi minimale Emboîture
nominal* moyen minimal
e4, min e5, min Amin
(DN/ID) dim, min
100 95 1,0 1,0 32
125 120 1,2 1,0 38
150 145 1,3 1,0 43
200 195 1,5 1,1 54
225 220 1,7 1,4 55
250 245 1,8 1,5 59
300 294 2,0 1,7 64
400 392 2,5 2,3 74
500 490 3,0 3,0 85
600 588 3,5 3,5 96
800 785 4,5 4,5 118
1 000 985 5,0 5,0 140
1 200 1 185 5,0 5,0 162
1300 a) 1267 6,5 5,0
1400 a) 1365 7,0 5,0
1500 a) 1462 7,5 5,0
1600 a) 1560 8,0 5,0
1 700 a) 1655 8,5 5,0
1 800 a) 1950 9,0 5,0

47
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

2 000 a) 2145 10,0 5,0


2 200 a) 2242 10,0 5,0
2 300 a) 2240 10,0 5,0
2 400 a) 2340 10,0 5,0
2 500 a) 2437 10,0 5,0
2 600 a) 2535 10,0 5,0
2 700 a) 2632 10,0 5,0
2 800 a) 2730 10,0 5,0
3 000 a) 2925 10,0 5,0
3 400 a) 3315 10,0 5,0
3 500 a) 3413 10,0 5,0
3 600 a) 3510 10,0 5,0
* Seul le diamètre intérieur est une appellation reconnue pour ce type de tube.
a) Pour les diamètres nominaux supérieurs au 1 200 mm, la norme applicable est la
NA 18633.

Tableau 3-6 : Dimensions nominales, diamètres intérieurs moyen minimaux et épaisseur des couches
intérieures: dimensions nominales des tubes Série DN/OD en millimètres
Diamètre intérieur Diamètre intérieur Épaisseur de paroi minimale Emboîture
nominal moyen minimal
(DN/OD) dim, min e4, min e5, min Amin

100 90 1,0 1,0 32


125 105 1,1 1,0 35
160 134 1,2 1,0 42
200 167 1,4 1,1 50
250 209 1,7 1,4 55
315 263 1,9 1,6 62
400 335 2,3 2,0 70
500 418 2,8 2,8 80
630 527 3,3 3,3 93
800 669 4,1 4,1 110
1 000 837 5,0 5,0 130
1 200 1 005 5,0 5,0 150

3.2.4 Caractéristiques générales des tubes et raccords en PEHD

3.2.4.1 Aspect
Lorsque les produits sont examinés sans grossissement, les exigences suivantes s’appliquent :

48
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- les surfaces visibles des tubes et raccords doivent être lisses, propres et exemptes de
rayures, boursouflures, impuretés visibles ou pores et toutes autres imperfections de
surface ;
- les extrémités des tubes et raccords doivent être coupées proprement et
perpendiculairement à leur axe, à l'intérieur de la zone de découpe recommandée par le
fabricant, ou suivant la géométrie du profil spécifiée par le fabricant ;
- les bords des tubes et raccords en forme de spirale qui sont rendus coupants après
découpe doivent être arrondis.

3.2.4.2 Couleur
La couche intérieure et la couche extérieure des tubes et raccords doivent être colorées dans la
masse. Il convient que la couche extérieure des tubes et raccords soit de préférence noire,
orange-brun (approximativement RAL8023) ou grise (approximativement RAL7037). D'autres
couleurs peuvent être utilisées.

3.2.4.3 Caractéristiques physiques des tubes annelés et raccords en PE


type B
Lorsque soumis à l'essai conformément aux méthodes d'essai spécifiées dans le tableau suivant
en utilisant les paramètres indiqués, le tube et le raccord doivent avoir des caractéristiques
physiques conformes aux exigences indiquées dans ce tableau.
Tableau 3-7 : Caractéristiques physiques des tubes et raccords en PE
Caractéristique Exigences Paramètres d'essai Méthode d'essai
Caractéristiques Résistance à la ≤3% Température (110 ± 2) C° ISO 12091
physiques des chaleur
Le tube ne Durée
tubes annelés Essai à l’étuve
doit présenter d'immersion a)
PE
aucun pour :
décollement,
e ≤ 8 mm 30 min
craquelure ou
bulle e > 8 mm 60 min
Caractéristiques Effet de la c) Température (110 ± 2) C° Méthode selon
physiques des chaleur b) la norme
Durée de
raccords PE EN ISO 580, air
chauffage d)
pour :
e ≤ 3 mm 15 min
3 < e ≤ 10 mm 30 min
10 > e ≤ 20 mm 60 min
a) Pour l'épaisseur de paroi, e, l'épaisseur de paroi maximale mesurée du tube doit être prise.
b) Ne s’applique qu’aux raccords moulés par injection et aux composants moulés par injection pour les
raccords façonnés.
c) La profondeur des craquelures, du décollement ou des boursouflures ne doit pas être supérieur à 20% de
l’épaisseur de paroi autour du/des points d’injection. Aucune partie de la ligne de soudure ne doit s’ouvrir
à une profondeur supérieure à 20% de l’épaisseur de paroi.
d) Pour l’épaisseur de paroi, e, l’épaisseur de paroi maximale mesurée du raccord doit être prise, excepté ec
(hauteur de construction).

49
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

3.2.4.4 Caractéristiques mécaniques des tubes annelés et raccords en


PE type B
A- Caractéristiques mécaniques des tubes
Lorsque soumis à l'essai conformément aux méthodes d'essai spécifiées dans le tableau suivant
en utilisant les paramètres indiqués, le tube doit avoir des caractéristiques mécaniques
conformes aux exigences indiquées dans le tableau suivant.
Les tubes doivent être classés dans une des classes de rigidité annulaire nominale (SN)
suivantes :
- DN ≤ 500 : SN 4, SN 8 ou SN 16 ;
- DN > 500 : SN 2, SN 4, SN 8 ou SN 16.
Tableau 3-8 : Caractéristiques mécaniques des tubes annelés PE de type B
Caractéristique Exigences Paramètres d'essai Méthode d'essai
Rigidité ≥ SN Doit être conforme à NA 7754 NA 7754
annulaire approprié
Résistance au TIR ≤ 10 % Température d'essai (0 ±1) °C EN 744
choc à 0 °C a)
Milieu de Eau ou air
(Méthode du conditionnement
cadran)
Type de percuteur d90
Masse du percuteur
pour :
d im,max ≤ 100 0,5 kg
100 < d im,max ≤ 125 0,8 kg
125 < d im,max ≤ 160 1,0 kg
160 < d im,max ≤ 200 1,6 kg
200 < d im,max ≤ 250 2,0 kg
250 < d im,max ≤ 315 2,5 kg
315 < d im,max 3,2 kg
Hauteur de chute du
percuteur pour b) :
d em,min ≤ 110 1 600 mm
d em,min > 110 2 000 mm
Flexibilité Doit être Déflexion 30 % de dem NA 18627
annulaire 30 conforme à
Longueur d’éprouvette Doit comporter au
9.1.2 de la
moins 5 nervures de
NA 18612
renforcement
Ligne de séparation
du moule, le cas
échéant, à 0°, 45° et
90° depuis la plaque
supérieure
Taux de fluage ≤ 4 à une Doit être conforme à NA 18613 NA 18613

50
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

extrapolation à
2 ans
Résistance en Doit être Vitesse de mouvement 15 mm/min NA 18626
traction de la conforme à
ligne de soudure 9.1.3 de la
c) norme
NA 18612
a) l’essai de résistance au choc moins strict est autorisé, l’Annexe G de la norme NA 18612 peut être
appliquée en lieu et place de l’essai de résistance au choc à 0 °C.
b) Se reporter au d em, min spécifié.
c) Seulement applicable aux tubes spiralés.

B- Caractéristiques mécaniques des raccords


Lorsque soumis à l'essai conformément aux méthodes d'essai spécifiées dans le tableau suivant
en utilisant les paramètres indiqués, le raccord doit avoir des caractéristiques conformes aux
exigences données dans le tableau suivant.
Les raccords doivent être classés dans une des classes de rigidité nominale (SN) suivantes :
- DN ≤ 500 : SN 4, SN 8 ou SN 16 ;
- DN > 500 : SN 2, SN 4, SN 8 ou SN 16.
Tableau 3-9 : Caractéristiques mécaniques des raccords PE
Méthode
Caractéristique Exigences Paramètres d'essai
d'essai
Rigidité ≥ SN approprié Doit être conforme à NA 7754 NA 7754
annulaire a)
Essai de Pas de craquelure Température 0 °C NA 18620
Résistance au dans la paroi. d'essai
choc
Les joints Hauteur de chute
détachés doivent pour :
pouvoir être
de ≤ 125 : 1 000 mm
remis
correctement en de > 125 : 500 mm
place Position de Entrée de l’emboîture
manuellement. l'impact
Résistance Aucun signe de soit
mécanique déchirement, NA 18621
Durée d'essai 15 min
craquelure,
ou flexibilité b)
séparation et/ou Moment minimal
fuite pour :
de ≤ 250 0,15 [DN]3 x 10-6 kNm
de > 250 0,01[DN] kNm
Ou
Déplacement 170 mm NA 18621
minimal

51
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

a) Lorsqu'un raccord conforme à la présente norme possède la même construction de paroi que le
tube correspondant, la rigidité du raccord, en raison de sa géométrie, est égale ou supérieure à
celle du tube. Ces raccords peuvent être classés dans la même classe de rigidité que le tube, sans
soumettre cette rigidité à essai.
b) Seulement pour les raccords façonnés fabriqués à partir de plusieurs pièces (un moyen de retenue
des bagues d'étanchéité n'est pas considéré comme une pièce) ou lorsque l'épaisseur minimale de
paroi dans le corps, e4, min, est inférieure à (ou 0,9 × dem/33).

3.3 Utilisation des canalisations plastiques pour les


techniques d’assainissement non gravitaires
Dans certains cas, la configuration du terrain ou la présence d’obstacles enterrés peuvent rendre
la réalisation d’un réseau d’assainissement gravitaire à l’extérieur des bâtiments techniquement
difficile ou d’un coût prohibitif.
Certaines solutions permettent de s’affranchir de ces contraintes. Il s’agit de deux techniques :
- L’assainissement sous pression ;
- L’assainissement sous vide (voir ci-après le chapitre sur ces techniques).
Ces deux techniques sont prévues pour transporter les eaux usées domestiques provenant
d'habitations et de locaux domestiques mais non pour l'évacuation d'eaux pluviales.
Les tubes et raccords en PVC-U ou PEHD sont généralement utilisés pour la mise en œuvre des
réseaux de ces deux techniques d’assainissement.
Ces produits présentent des matériaux résistant à la corrosion, inertes au contact permanent
avec l'eau usée, les gaz émanant d'eaux usées ou le terrain environnant. Les canalisations ont
une paroi intérieure lisse qui limite les pertes de charges et favorise l’écoulement hydraulique.

3.4 Caractéristiques générales des canalisations


plastiques pour l’assainissement sous pression
Les tubes et raccords utilisées pour les réseaux d’évacuation sous pression doivent être
conformes aux exigences de la norme EN ISO 1452 pour les produits en PVC et la norme
NA 7700-1 pour les produits en PE.
Ils doivent satisfaire aux mêmes exigences, dimensionnelles et caractéristiques mécaniques,
que celles prescrites dans le DTR « Règles de pose des canalisations en plastique destinées aux
projets d’alimentation en eau potable ».

3.5 Marquage minimum exigé pour des produits


plastiques

3.5.1 Marquage minimum exigé pour les tubes plastiques


A) Assainissement sous pression :
- Nom ou label du fabricant,
- Référence de la norme,
- Matière,

52
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Domaine d’application,
- Pression nominale PN,
- Dimension nominale,
- Épaisseur minimale ou SDR,
- Informations relatives à la traçabilité (N° du lot du fabricant, date...).

Figure 3-7 : Exemple de marquage des tubes PVC compact

Figure 3-8 : Exemple de marquage des tubes PE lisses

B) Assainissement gravitaire :
- Nom ou label du fabricant,
- Référence de la norme,
- Matière,
- Domaine d’application,
- Classe de rigidité annulaire SN,
- Dimension nominale,
- Épaisseur minimale ou SDR,
- Informations relatives à la traçabilité (N° du lot du fabricant, date...).

Figure 3-9 : Exemple de marquage de tubes PVC compact pour assainissement gravitaire (NA 18618)

53
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 3-10 : Exemple de marquage de tubes PE ondulées,


(possibilité de marquage sur paroi extérieure ou sur annelure de renfort)

3.5.2 Marquage minimum exigé pour les raccords plastiques


Comme pour les tubes, le marquage doit comprendre :
- Nom ou label du fabricant,
- Référence de la norme,
- Matière,
- Angle nominal,
- Pression nominale PN,
- Dimension nominale,
- Épaisseur minimale ou SDR,
- Informations relatives à la traçabilité (N° du lot du fabricant, date, ...).

3.6 Avantages des canalisations plastiques


La légèreté des canalisations en plastique par rapport à d’autres matériaux présente un intérêt
pour le transport et la manutention sur chantier. C’est un matériau facile à manipuler et qui
dispose des propriétés intéressantes pour les réseaux d’assainissement, à savoir :
- Une bonne résistance à la corrosivité du sol encaissant et aux eaux souterraines, ainsi
qu’aux phénomènes de corrosion électrochimique ;
- Une bonne résistance à la corrosion due aux eaux usées véhiculées et aux émanations
d’hydrogène sulfuré (H2S) et de ses dérives acides ;
- Une bonne résistance à l’impact abrasif des particules dures entrainées par les effluents ;
- Des parois intérieures lisses favorisant l’écoulement des effluents et limitant les risques
de formation de dépôts et de moisissures ;
- Des facilités de mise en œuvre liées à l’utilisation de grandes longueurs de tubes et au
pré-manchonnage des tubes à emboîtement ;
- Une résistance aux mouvements de terrain.

3.7 Précautions d’utilisation


Les canalisations plastiques ne sont pas adaptées à la pose dans des sols contaminés par des
hydrocarbures ou des solvants.

54
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Quand la nappe d'eau souterraine est haute, ou la tranchée de pose est passible d’être inondée,
une attention particulière doit être apportée à la stabilité de la canalisation et à la possibilité de
flottation (maintien par lestage ou ancrage approprié).
Étant donné la sensibilité du PVC aux chocs et du polyéthylène au rayonnement ultraviolet
(U.V.), le cahier des charges techniques du projet doit prescrire dans les cas de pose en aérienne
(exemple : traversée en encorbellement, en galerie) ou de pose dans un environnement
particulier (exemple : traversée de ravin) les dispositions de protection complémentaire à mettre
en place (calorifugeage, fourreau, ancrage, supportage, compensateur des variations de
longueur,...) pour protéger les éléments de canalisations et des supports des éventuelles
agressions externes ou de celles résultant des caractéristiques de l’environnement.

55
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Caractéristiques des
canalisations en PRV

4.1 Exigences générales des tuyaux, raccords et regards


Le présent chapitre spécifie les exigences pour les tuyaux, raccords, regards et boîtes de
branchements fabriqués en PRV et destinés à être utilisés pour les réseaux d’assainissement à
écoulement gravitaire ou en refoulement.
Ces produits doivent être fabriqués dans des usines certifiées ISO et doivent respecter les
normes de fabrication en vigueur (normes NA 18654, NA 18655, ASTM D3262, ASTM D-
3517, DIN 16946-2 ou à toutes autres normes reconnues équivalentes) et les exigences des
normes de mise en œuvre en projet d’assainissement.
Figure 4-1 : Fabrication de tube PRV par enroulement filamentaire discontinu
(source : Maghreb Pipe Industrie)

4.1.1 Matériaux
Le tube ou le raccord doivent être fabriqués conformément aux normes en vigueur en utilisant
des filaments de verre, coupés et/ou continus, des mèches ou stratifils, des mats ou des voiles
de tissus synthétiques, de la résine de polyester avec ou sans charges et, le cas échéant, les
additifs nécessaires pour conférer à la résine des propriétés spécifiques. Le tube ou le raccord
peut aussi comprendre des agrégats et, si cela est exigé, un revêtement thermoplastique.

4.1.1.1 Renfort
Le verre utilisé pour la fabrication du renfort doit être conforme à la norme NA 18654 ou norme
équivalente et doit être de la plus haute qualité commerciale des filaments de verre
convenablement traités avec reliure et le dimensionnement compatible avec la résine
d’imprégnation.

4.1.1.2 Résines
La résine utilisée dans la couche structurelle doit être conforme à la norme NA 18654 ou norme
équivalente et doit être d’une qualité pour laquelle le fournisseur peut fournir des certificats de
performances.

56
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

4.1.1.3 Agrégats et charges


La taille des particules dans les agrégats et les charges ne doit pas dépasser 1/5 de l’épaisseur
de paroi totale du tube ou du raccord, ou 2,5 mm, la plus petite valeur étant déterminante.

4.1.1.4 Garnitures de joints


La (les) matière(s) en élastomère des composants assurant l’étanchéité doit (doivent) être
conforme(s) aux exigences applicables de la norme NA 14734 ou norme équivalente et doivent
satisfaire la durée de vie de calcul des systèmes de canalisations utilisées dans le projet
d’assainissement.

4.1.2 Catégories
Les tubes et les raccords doivent être classés en fonction de leur dimension nominale (DN), de
leur pression nominale (PN) et de leur type d’assemblage.
De plus, la classification des tubes doit comprendre leur rigidité nominale (SN) selon leur
classification.

4.1.3 Rigidité nominale, SN


La rigidité annulaire spécifique initiale minimale (SN) doit être conforme à l’une des valeurs
suivantes :
Tableau 4-1 : Rigidité nominale, SN, en N/m2
630
1 250
2 500
5 000
10 000

Les tubes de rigidité nominale inférieure à SN 1 250 ne sont pas destinés à être posés
directement dans le sol.
Lorsque des applications spéciales exigent l’emploi de tubes présentant une rigidité nominale
supérieure à celles données au tableau, le tube doit être marqué SN v, où v est le nombre égal à
la rigidité nominale du tube.

4.1.4 Pression nominale, PN


La pression nominale (PN) doit être conforme à l’une des valeurs suivantes :
Tableau 4-2 : Pression nominale, PN, en bars
1 12,5
2 ,5 16
4 20
6 25
10 32
NOTE : Les composants marqués PN1 sont des
composants sans pression (gravitaire).

57
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Lorsque d’autres valeurs de pression que les valeurs nominales du tableau sont prévues, par
accord entre le fabricant et l’acheteur, le marquage de la pression PN sur le composant doit être
remplacé par PN v, où v est le nombre égal à la pression nominale des composants.

4.1.5 Type d’assemblage


Le type d’assemblage doit être désigné comme flexible ou rigide, en indiquant s’il supporte ou
non l’effet de fond.
a) Exemple d’assemblage flexible permettant un mouvement relatif entre les tubes
assemblés :
- assemblage mâle-femelle avec bagues d’étanchéité en élastomère (y compris modèles à
double emboîture) ;
- assemblage mâle-femelle verrouillé avec bagues d’étanchéité en élastomère (y compris
modèles à double emboîture) ;
- assemblage mécanique serré, par exemple assemblage boulonné comportant des
éléments d’assemblage en matériaux autres que le PRV.
b) Exemple d’assemblage flexible ne permettant aucun mouvement entre les tubes
assemblés :
- assemblage à bride, y compris à brides solidaires et à brides libres ;
- assemblage enrobé ou collé.

4.1.6 Aspect général des produits


Les surfaces internes et externes des produits doivent être exemptes d’irrégularités qui
pourraient nuire à la capacité des composants.

4.1.7 Recommandations d’installation du fabricant


Lorsque la performance du produit peut être influencée par l’usage prévu déclaré et que
l’installation impose certaines considérations spéciales, le fabricant doit fournir ces
recommandations d’installation afin d’assurer la longévité et le fonctionnement correct du
produit.

4.2 Caractéristiques géométriques des tuyaux

4.2.1 Diamètre nominal des tubes, DN


La dimension nominale, DN, des tubes doit être choisie parmi les dimensions données au
tableau suivant :

58
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 4-3 : Dimension nominale DN en millimètres


100 600 1800 3100

110 700 (1900) 3200

125 (750) 2000 3300

150 800 (2100) 3400

200 900 2200 3500

(225) 1000 (2300) 3600

250 (1100) 2400 3800

300 1200 (2500) 3900

350 (1300) 2600 4000

(375) 1400 (2700)

400 (1500) 2800

450 1600 (2900)

5000 (1700) 300

NOTE : Les chiffres entre parenthèses sont des dimensions nominales


non préférentielles.

4.2.2 Diamètre spécifié des tubes, DN


Les tubes en PRV-UP sont désignés par la dimension nominale conformément à l’une des deux
séries suivantes :
- Série A – qui spécifie les diamètres intérieurs en millimètres (mm) ;
- Série B – qui spécifie les diamètres extérieurs en millimètres (mm).
Les tubes doivent être fournis de dimension conforme aux valeurs de la norme NA 18654 ou
norme équivalente.
Par accord entre le fabricant et l’acheteur, il est admis de fournir des tubes présentant d’autres
diamètres. S’il y a un revêtement interne thermoplastique, son diamètre intérieur doit être
déclaré par le fabricant et ne doit pas être inférieur à 96,5% de la dimension nominale du tube
en PRV-UP.

59
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 4-4 : Série A - Diamètres intérieurs spécifiés de tube et tolérances en millimètres


Colonne 1 Colonne 2 Colonne 3 Colonne 4
Diamètre nominal Plage des diamètres intérieurs Écarts admissibles par rapport
déclarés de tube au diamètre intérieur déclaré
DN minimum maximum ± mm

100 97 103 1,5


110 107 113 1,5
125 122 128
150 147 153 1,5
200 196 204 1,5
225 221 229 1,5
250 246 255 1,5
300 296 306 1,8
350 346 357 2,1
400 396 408 2,4
450 446 459 2,7
500 496 510 3,0
600 595 612 3,6
700 695 714 4,2
800 795 816 4,2
900 895 918 4,2
1000 995 1020 5,0
1200 1195 1220 5,0
1400 1395 1420 5,0
1600 1595 1620 5,0
1800 1 795 1820 5,0

2000 1995 2020 5,0

2200 2195 2 220 5,0

2400 2395 2420 6,0

2600 2595 2620 6,0

2800 2795 2820 6,0

3000 2 995 3020 6,0

3200 3195 3220 6,0

3400 3395 3420 6,0

3600 3595 3620 6,0

60
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

3800 3795 3820 7,0

4000 3995 4020 7,0

NOTE 1 : Lorsqu’une dimension non recommandée est choisie dans le Tableau des DN, la
plage de diamètres et les écarts admissibles seront interpolés entre les dimensions
recommandées immédiatement supérieure et inférieure à la dimension non recommandée.
NOTE 2 : Lorsqu’un fabricant fournit des tubes présentant une modification définissable du
diamètre d’une extrémité à l’autre, il peut alors déclarer le diamètre à chaque extrémité et
ces valeurs déclarées seront soumises aux tolérances figurant dans la colonne 4.

4.2.3 Epaisseur de la paroi


L’épaisseur de paroi totale minimale, y compris le revêtement interne, doit être déclarée par le
fabricant et ne doit pas être inférieure à 3 mm.

4.2.4 Longueur des tubes


La longueur nominale doit avoir l’une des valeurs suivantes : 3, 5, 6, 10, 12 ou 18 m.
D’autres longueurs peuvent être fournies selon accord entre le fabricant et l’acheteur.

4.2.5 Ovalisation
Le fléchissement, exprimé en pourcentage du diamètre du tube, est généralement limité à 5%,
sauf prescription d´ovalisation inférieure figurant dans le catalogue du produit ou un avis
technique.

4.3 Caractéristiques mécaniques des tuyaux


Les valeurs des caractéristiques mécaniques (rigidité annulaire spécifique initiale, rigidité
annulaire spécifique à long terme, résistance initiale et à long terme à la rupture en condition
de fléchissement, résistance spécifique initiale en traction longitudinale, résistance à la
corrosion, …) doit être déterminée par le fabricant au moyen de l’une ou l’autre des méthodes
normalisées (normes NA 18654, ISO 7685, ISO 10466, ISO 10471 ou norme équivalente).
La durée écoulée à laquelle cette la rigidité annulaire à long terme doit être déterminée est de
50 ans.
Dans le cadre de son système de qualité, le fabricant doit être en mesure de fournir toutes
données et certificats d’essais sur les caractéristiques de son produit nécessaires à la réalisation
des calculs structurels et hydrauliques et procéder le cas échéant à la réalisation des essais
éventuellement demandés par le maître d’ouvrage pour le besoin de son projet
d’assainissement.

4.4 Caractéristiques des raccords


En plus des exigences particulières indiquées pour un type de raccord précis, tous les raccords
doivent, en outre, satisfaire aux exigences spécifiées suivantes :

61
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

4.4.1 Séries de diamètre


La série de diamètres du raccord doit être la même que celle de la (des) longueur(s) droite(s)
du tube auquel il sera assemblé dans la canalisation.

4.4.2 Pression nominal, PN


La pression nominale (PN) du raccord doit être choisie parmi les valeurs indiquées ci-dessus
pour les tubes et ne doit pas être inférieure à celle des tubes droits auxquels il sera raccordé
dans la canalisation.

4.4.3 Rigidité nominale, SN


La rigidité nominale n’est pas une caractéristique principale des raccords. Un raccord dont
l’épaisseur de paroi et la construction sont identiques à celles d’un tube de même diamètre, la
rigidité sera égale ou supérieure à celle du tube.

4.5 Caractéristiques mécaniques des raccords


Les raccords doivent être dimensionnés et fabriqués conformément aux règles de conception
appropriées afin d’obtenir une performance mécanique égale ou supérieure à celle d’un tube
droit en PRV-U P de même pression et de même rigidité lorsque les deux sont installés dans
une canalisation et, s’il y a lieu, supportés par des blocs d’ancrage ou des scellements.
Dans le cadre de son système de qualité, le fabricant doit mentionner la conception et le procédé
de fabrication du raccord.

4.5.1 Étanchéité des raccords sur site


Lorsqu’un essai spécifique d’étanchéité sur site est exigé par le projet d’assainissement, le
raccord et ses assemblages doivent être capables de supporter cet essai sans présenter de fuite.

4.5.2 Dimensions des raccords


La large conception et la flexibilité de fabrication présentées par les matériaux PRV-UP rendent
difficile la standardisation complète des dimensions des raccords en PRV-UP. Les dimensions
et tolérances données comme minimales sont à prendre seulement comme des indications des
valeurs pratiques courantes et par conséquent il est admis d’utiliser d’autres dimensions.

4.5.3 Interchangeabilité
L’interchangeabilité entre les produits de différents fournisseurs n’est possible que si l’on
respecte bien les dimensions des tubes et des assemblages.

4.6 Caractéristiques des coudes


Les coudes doivent être désignés par rapport aux éléments suivants :
a) dimension nominale (DN) ;

62
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

b) séries de diamètre, c’est-à-dire A, B1, B2, etc. ;


c) pression nominale (PN) ;
d) type d’assemblage c’est-à-dire flexible ou rigide et si résistant ou non aux effets de fond ;
e) angle du raccord en degrés ;
f) type de coude, c’est-à-dire moulé ou façonné ;
g) type de tube, le cas échéant.
Le type de coude doit être désigné comme moulé ou façonné.
Le rayon de courbure des coudes moulés ne doit pas être inférieur à la dimension nominale
(DN) en millimètres du tube auquel il doit être raccordé dans la canalisation.
Les coudes façonnés réalisés par éléments à partir d’un tube droit ne doivent pas présenter une
modification d’angle de plus de 30° pour chaque segment du coude.

Figure 4-2 : Exemple de réalisation de coudes façonnés (source : SAFEGE)

4.7 Caractéristiques des culottes


Les différents modèles de culotte doivent tenir compte des éléments suivants :
a) dimension nominale (DN) ;
b) séries de diamètre, c’est-à-dire A, B1, B2, etc. ;
c) pression nominale (PN) ;
d) type d’assemblage c’est-à-dire flexible ou rigide et si résistant ou non aux effets de fond ;
e) angle du raccord en degrés ;
f) type de culotte, c’est-à-dire moulée ou façonnée ;
g) type de tube, le cas échéant.
La dimension nominale (DN) du raccord doit être celle de la longueur du tube droit auquel il
est prévu de l’assembler dans la canalisation et être l’une des dimensions nominales des tubes
indiquées ci-dessus.
Le type de culotte doit être désigné comme représenté à la figure suivante :

63
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 4-3 : Culottes types en PRV


Légende :
a) : « T » égal.
b) : «T» inégal.
c) : culotte oblique inégale.
B : longueur de pose de la culotte.
BB : longueur en saillie de la culotte.
Bi : profondeur d’emboîtement de la
culotte.
L : longueur de pose du tube principal.
LB : longueur du corps du tube principal.
Li : profondeur d’emboîtement du tube
principal.
Α : angle du raccord.

4.8 Tubes PRV de section non circulaire


L’utilisation des sections de coques non circulaires permet de répondre à des spécifications du
projet, telles que :
 L’optimisation des dimensions de tranchées par rapport à des contraintes
environnementales ;
 L’adaptation aux variations de débit des effluents pour prévenir la sédimentation des
matières en charge et assurer des bonnes conditions d’écoulement ;
 Le tubage d’un ouvrage ancien existant.
Figure 4-4 : Exemple de coques PRV non circulaires (source : catalogue des produits HOBAS)

La fabrication des coques doit être réalisée selon un cahier de charges spécifiques au projet
concerné (diamètre équivalent, couverture de sol, nappe, charges routiers, …) et doit être
conforme à la norme NA 18654. Les dimensions de mandrin de fabrication par un procédé
d’enroulement sont spécifiques à ce projet. Les sections ovoïdes sont souvent utilisées pour les
collecteurs des eaux unitaires et les arches pour les eaux pluviales. Le radier peut être muni
d’une cunette favorable à l’écoulement des faibles débits.
Les coques doivent être posées en tranchée sur radier en béton coulé sur place ou sur des plots
en béton et être sanglées afin d’assurer la stabilité de ces éléments pendant les travaux de
remblaiement.

64
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 4-5 : Pose en tranchée de collecteur ovoïde en PRV (source : SAFEGE)

4.9 Tubes PRV de type fonçage pour une exécution en


techniques sans tranchée
Des tubes PRV de petits et gros diamètres (> 2000 mm) sont utilisés par des techniques de
fonçage et microtunnelage pour la pose de collecteurs franchissant des obstacles ou de
collecteurs profonds. Les dimensions de ces tubes permettent de déterminer les forces de
poussage. Ceux-ci ont des caractéristiques différentes des tubes posés en tranchée et intègrent
des manchettes spéciales (en acier ou PRV) non débordant et des bagues d’étanchéité pré-
montées en usine ou positionnées sur site. Lors la pose, la manchette se trouve sur le tube déjà
en place pour assurer la connexion.
Le fabricant doit fournir les informations sur les caractéristiques de ses tubes afin de vérifier le
bon dimensionnement par rapport aux contraintes générées en phase de poussée axiale et les
contraintes de service du collecteur. En absence de norme spécifique à ce type de tubes, les
documents et données du fournisseur jouent un rôle important.
Les longueurs standards des tubes destinés aux techniques sans tranchée sont de 1, 2, 3 et 6 m.
Ceux-ci doivent comprendre un système d’emboîtement qui tienne compte des paramètres du
projet concerné.

4.10 Marquage minimum exigé pour les tubes et raccords


en PRV
Les détails de marquage suivants doivent figurer à l’extérieur de chaque tube et, dans le cas de
tube de DN600 ou plus grand, ils doivent apparaître soit sur la surface intérieure soit sur la
surface extérieure :
a) le numéro de la norme de fabrication (ex. NA 18654) ;
b) la dimension nominale DN et la série de diamètre, à savoir A, B1, B2, etc. ;
c) pour les coudes, culottes ou selles, l’angle du raccord désigné ;
d) pour les réductions, les dimensions nominales DN1 et DN2 ;

65
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

e) la valeur de rigidité selon la norme du produit ;


f) la valeur de la pression selon la norme du produit ;
g) le nom ou l’identification du fabricant ;
h) la date ou le code de fabrication ;
i) le cas échéant, la lettre «R» pour indiquer si le tube convient pour un usage avec charge
axiale, ou les lettres «RA» pour indiquer si le tube convient pour un usage avec charge
axiale et est évalué conformément à l’Annexe A de la norme NA 18654 ;
j) la lettre «H» pour indiquer l’aptitude à l’emploi en surface, le cas échéant ;
k) la marque de qualité, le cas échéant.

4.11 Regards et boîtes de branchements et d’inspection


en PRV

4.11.1 Catégories
Les éléments droits et de chambre doivent être classés en fonction de leur dimension nominale
(DN) et de leur hauteur intérieure. De plus, les éléments droits et de chambre doivent être
classés en fonction de leur rigidité nominale (SN).

4.11.2 Rigidité nominale, SN


La rigidité annulaire (SN) doit être conforme à l’une des valeurs suivantes :
Tableau 4-5 : Rigidité nominale, SN, des éléments de regards en N/m2
1 250
2 500
5 000
10 000

Les éléments droits et de chambre d’une rigidité nominale inférieure à SN 1250 ne sont pas
destinés à être enterrés directement dans le sol.
Lorsque des applications spéciales exigent l’utilisation d’éléments présentant une rigidité
nominale supérieure à celles données au tableau, l’élément doit être marqué SN N, où N est le
nombre égal à la rigidité nominale de l’élément.

4.11.3 Exigences de performance des assemblages


Lorsqu’ils sont soumis à essai en utilisant les modes opératoires normalisés, les regards et les
boîtes de branchement et d’inspection doivent satisfaire les exigences d’étanchéité
conformément à la norme NA 17952 (étanchéité sous des pressions interne et externe comprises
entre 0 bar et 0,5 bar) et être exempts de signe visible de défaut, pour chacune des
caractéristiques de l’essai.

66
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

4.11.4 Dimensions des ouvertures de regards


Les ouvertures de regards prévues pour offrir un accès au personnel doivent être conformes à
la norme NA 17952.

4.11.5 Caractéristiques mécaniques


Les éléments de rehausse et de chambre doivent présenter des caractéristiques mécaniques
conformes aux exigences de la norme NA 18655 ou norme équivalente.
Figure 4-6 : Exemple de regard préfabriqué en PRV (source : catalogue des produits HOBAS)
Légende :
1 Dispositif d’ancrage anti-
soulèvement (plaque de fond
en PRV)
2 Tube cheminée
3 Piquages (entrée-sortie)
4 Banquette
5 Manchon pré-monté
6 Echelle
7 Dalle de répartition

4.11.6 Marquage minimum exigé pour les regards en PRV


Le marquage suivant doit être apposée sur la face extérieure de chaque partie annulaire du
regard ou de la boîte de branchement et d’inspection sauf pour ceux dont le diamètre est
supérieur ou égal à DN 600, les mentions suivantes du marquage doivent se trouver sur leur
face intérieure ou extérieure :
a) le numéro de la norme ;
b) le diamètre nominal DN et la série de diamètre, c’est-à-dire A ou B ;
c) la rigidité nominale ;
d) le nom ou l’identification du fabricant ;
e) la date ou le code de fabrication ;
f) la marque de qualité, le cas échéant.

4.11.7 Produits auxiliaires

4.11.7.1 Parties supérieures de boîte de branchement et d’inspection et


de regard
Sauf spécification contraire, tout cadre, couvercle ou grille doit être conforme à la conception
appropriée de la norme NA 16320.

67
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

4.11.7.2 Échelle et échelons de regard


Les échelons doivent présenter une projection minimale de 120 mm à compter de la face de
l’élément de rehausse. L’espacement vertical entre échelons dans une structure finie doit
correspondre à la hauteur interne des éléments et doit être compris entre 250 mm à 350 mm.

4.11.7.3 Pièces constitutives en béton préfabriqué


Les composants en béton préfabriqué tels que les dalles réductrices de couronnement, les dalles
de réduction et les cônes doivent être conformes aux exigences de la norme NA 17053 et si
requis, présenter un revêtement en PRV pour les protéger de l’environnement corrosif du
système d’assainissement.

4.12 Avantages des ouvrages en PRV


Les éléments suivants sont à apprécier pour le choix des produits en PRV par rapport aux
caractéristiques du projet d’assainissement :
- Bonne résistance à la corrosion des effluents et des rejets à caractères industriels ;
- Pas de nécessité de revêtement, de protection cathodique ou toute autre forme de
prévention de corrosion ;
- Caractéristiques hydrauliques généralement constantes tout au long de la vie du
produit ;
- Surface interne lisse des parois (faible rugosité) réduisant les pertes de charges et le coût
de pompage pour un réseau sous pression ;
- Poids plus léger que le béton ou la fonte contribuant à réduire les coûts de transport et
manutention ;
- Possibilité de produire des sections circulaires et non circulaires, ainsi que des longueurs
variées et des longueurs importantes de tubes (jusqu’à 12 m) contribuant à réduire le
nombre des raccords et par conséquent la durée de travaux et les coûts de pose ;
- Disponibilité des produits de regards de visite, pièces de raccordement et coudes ;
- Disponibilité de tubes pour un assainissement à écoulement par gravité ou sous
pression ;
- Disponibilité de produits pour une pose en tranchée et pose avec des techniques sans
tranchée par fonçage et microtunnelage.

4.13 Précautions d’utilisation des ouvrages en PRV


La surface lisse de la paroi interne des coques de dimensions visitables présente une
caractéristique favorable à la glissade. En cas de pente importante, l’ajout de bande anti-
dérapent interne sur le radier et/ou de main-courant sur le piédroit doit être examiné afin de
disposer des conditions de sécurité pour les interventions des personnes de d’inspection et
d’exploitation.
Les couches de sol pour le lit de pose et l’enrobage des ouvrages PRV en tranchée doivent être
exemptes de points durs afin de prévenir l’effet de poinçonnement.

68
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Caractéristiques
des canalisations en fonte ductile

5.1 Exigences générales des tuyaux, raccords et regards


Le présent chapitre spécifie les exigences pour les tuyaux et boîtes de branchements
préfabriqués en fonte et destinés à être utilisés pour les réseaux d’assainissement à écoulement
gravitaire, sous vide ou sous pression.
Ces produits doivent être fabriqués dans des usines certifiées ISO et doivent respecter les
normes de fabrication en vigueur (normes NA 19868, EN 14901, ISO 7186 ou à toutes autres
normes reconnues équivalentes) et les exigences des normes de mise en œuvre en projet
d’assainissement.

5.1.1 Matériaux

5.1.1.1 Fonte ductile


Les tuyaux, raccords et accessoires doivent être fabriqués à partir de fonte à graphite sphéroïdal
conforme à la norme NA 19868.

5.1.1.2 Revêtements extérieurs et intérieurs des tuyaux


Tous les tuyaux doivent être fournis avec un revêtement extérieur de zinc recouvert d’une
couche de finition et un revêtement intérieur de mortier de ciment alumineux conformément à
la norme NA 19868.
Le revêtement extérieur doit comporter une couche de zinc métallique, recouverte par une
couche de finition de résine synthétique (époxy, polyuréthane, etc.) compatible avec le zinc.
Les deux couches doivent être appliquées en usine.
Le revêtement de zinc métallique doit recouvrir la surface extérieure du tuyau et former une
couche dense, continue et uniforme. Il doit être exempt de défauts tels que manques et pertes
d’adhérence. L’uniformité du revêtement doit être contrôlée par inspection visuelle avant
utilisation.
Le revêtement intérieur de mortier de ciment doit constituer une couche dense, lisse et uniforme
recouvrant la totalité de la paroi interne du fût des tuyaux. Il doit être appliqué en usine par
centrifugation, au moyen d’une turbine centrifuge ou par une combinaison de ces méthodes. Le
lissage à la truelle est admis.
Avant l’application du revêtement intérieur, la surface du métal doit être exempte de matière
non adhérente et d’huile ou de graisse.

70
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 5-1 : Épaisseur du revêtement de mortier de ciment en millimètres


DN Epaisseur Largeur maximale de
fissure et déplacement
Valeur nominale Écart limite a) radial maximal
80 à 300 4 - 1,5 0,4
350 à 600 5 - 2,0 0,5
700 à 1200 6 - 2,5 0,6
1400 à 2000 9 - 3,0 0,8
a) Seul l’écart limite inférieur est donné.

Le revêtement des zones d’assemblage doit recouvrir uniformément toute la surface de la pièce,
avoir un aspect lisse et régulier et être exempt de défauts susceptibles d’altérer sa fonction.

5.1.1.3 Revêtements extérieurs et intérieurs des raccords et accessoires


Les raccords, accessoires et tuyaux non centrifugés doivent être fournis avec un revêtement
extérieur et intérieur époxy, avec une possibilité d’un revêtement spécial pour des produits qui
répondent à des exigences de conception spécifique.
Il convient que ce revêtement soit de couleur identique à celle des tuyaux et de qualité au moins
équivalente à celle des tuyaux.

5.1.1.4 Revêtements optionnels et domaine d’emploi selon les


caractéristiques des sols
A- Revêtements optionnels des tuyaux
Les revêtements suivants peuvent aussi être fournis pour les tuyaux, selon les conditions
extérieures et intérieures d’utilisation :
1) Revêtements extérieurs :
- revêtement de peinture riche en zinc, avec une masse minimale de 150 g/m2, avec
couche de finition ;
- revêtement renforcé de zinc, avec une masse minimale de 200 g/m2, avec couche de
finition ;
- manche en polyéthylène (en supplément au revêtement de zinc avec couche de finition) ;
- alliage de zinc et d’aluminium avec ou sans autres métaux, avec une masse minimale
de 400 g/m2, avec couche de finition ;
- revêtement en polyéthylène extrudé ;
- revêtement polyuréthane ;
- revêtement de mortier de ciment d’une épaisseur nominale d’au moins 5 mm ;
- bandes adhésives.
2) Revêtements intérieurs :
- revêtement intérieur de mortier de ciment autre que le mortier de ciment alumineux ;
- revêtement intérieur époxy ;
- revêtement intérieur polyuréthane.

71
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

B- Revêtements optionnels des raccords


Les revêtements suivants peuvent aussi être fournis pour les raccords, selon les conditions
extérieures et intérieures d’utilisation :
1) Revêtements extérieurs :
- peinture bitumineuse ;
- revêtement de zinc avec couche de finition ;
- manche polyéthylène (en supplément à la peinture bitumineuse ou au revêtement de
zinc avec couche de finition) ;
- polyuréthane ;
- bandes adhésives.
2) Revêtements intérieurs :
- revêtement intérieur de mortier de ciment alumineux ;
- revêtement intérieur de mortier de ciment de haut-fourneau ;
- polyuréthane.
Il convient que ces revêtements extérieurs et intérieurs pour les tuyaux et raccords soient
conformes aux normes nationales ou internationales pertinentes ou à une spécification
technique agréée.

C- Domaine d’emploi selon les caractéristiques des sols


Les tuyaux, raccords et accessoires en fonte de revêtement usuel peuvent être enterrés en
contact avec un grand nombre de sols pouvant être identifiés par des analyses de sols sur site,
à l’exception :
- des sols ayant une basse résistivité, moins de 1500 Ω.cm lorsqu’ils sont posés au-dessus
du niveau de la nappe phréatique ou moins de 2500 Ω.cm au-dessous ;
- des sols mixtes, c’est-à-dire constitués par deux ou plusieurs types de sols ;
- des sols ayant un pH inférieur à 6 et une grande réserve d’acidité ;
- des sols contenant des déchets, des cendres, des scories ou contaminés par certains
déchets ou effluents industriels.
Dans de tels sols, et aussi dans l’éventualité de courants vagabonds, il est recommandé d’utiliser
une protection supplémentaire (manche polyéthylène) ou d’autres types de revêtements
extérieurs adaptés.
Une augmentation de la masse du revêtement de zinc (par exemple 200 g/m2) combiné à une
couche de finition plus épaisse (par exemple 100 pm de polyuréthane ou d’époxy) peut étendre
le domaine d’emploi aux sols ayant une résistivité de 1500 Ω.cm lorsqu’ils sont posés au-
dessous de la nappe phréatique.
Les tuyaux en fonte ductile revêtus d’un alliage de zinc et d’aluminium avec ou sans autres
métaux, d’une masse minimale de 400 g/m2, avec couche de finition, et les raccords en fonte
ductile peuvent être enterrés en contact avec la majorité des sols, à l’exception :
- des sols tourbeux et acides ;
- des sols contenant des déchets, des cendres, des scories ou contaminés par certains
déchets ou effluents industriels ;
- des sols situés sous le niveau de la nappe phréatique marine ayant une résistivité
inférieure à 500 Ω.cm.
Dans de tels sols, et aussi dans l’éventualité de courants vagabonds, il est recommandé d’utiliser
d’autres types de revêtements extérieurs adaptés aux sols les plus corrosifs.

72
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Les tuyaux et les raccords recouverts des revêtements extérieurs suivants peuvent être enterrés
dans des sols de tous niveaux de corrosivité :
- revêtement en polyéthylène extrudé (tuyaux) ;
- revêtement polyuréthane (tuyaux et raccords) ;
- revêtement époxy conformes à la norme NA 19868 (raccords) ;
- revêtement de mortier de ciment-fibres (tuyaux) ;
- bandes adhésives (tuyaux et raccords).

5.1.1.5 Matériaux des garnitures de joints


Les matériaux des garnitures de joint en caoutchouc doivent être conformes aux prescriptions
de la norme NA 14734 pour le type WC ou WG. Lorsque des matériaux autres que le
caoutchouc sont nécessaires (par exemple, pour les assemblages à brides), ils doivent être
conformes à une norme appropriée.

5.1.2 Dureté
La dureté des différents composants des tuyaux, raccords et accessoires doit être telle qu’ils
puissent être coupés, percés, taraudés et/ou usinés à l’aide d’outils usuels.

5.1.3 Aspect de surface et réparation


Les tuyaux, raccords et accessoires doivent être exempts de défauts et d’imperfections de
surface qui pourraient affecter leurs performances techniques.
Si besoin est, les tuyaux et les raccords peuvent être réparés, par exemple par soudage, afin de
corriger les imperfections de surface et les défauts locaux qui n’affectent pas la totalité de
l’épaisseur de paroi, à condition que :
- les réparations soient effectuées selon le mode opératoire écrit du fabricant ;
- les tuyaux et raccords réparés soient conformes à toutes les prescriptions de la norme
NA 19868.

5.1.4 Couleur d’identification


Les tuyaux destinés aux collecteurs et aux branchements d’assainissement doivent être
identifiés extérieurement par l’une des couleurs suivantes : brun, rouge ou gris. Ceci a pour but
de permettre une identification facile des collecteurs et branchements d’assainissement mis en
œuvre. Les tuyaux destinés spécifiquement aux collecteurs d’eaux pluviales et d’eaux de
surface (systèmes séparatifs) peuvent être identifiés par une couleur différente.

5.1.5 Etanchéité
Les systèmes d’assainissement construits avec des composants en fonte conformes à la norme
NA 19868 ou norme équivalente doivent être étanches aux pressions indiquées dans le tableau
suivant, selon leur mode d’utilisation habituel. Ceci s’applique dans toutes les conditions
normales de service, y compris les charges extérieures et les mouvements aux assemblages
(angulaires, radiaux ou axiaux) prévisibles.

73
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 5-2 : Pression pour évaluer l’étanchéité d’un réseau d’assainissement composé de fonte ductile
Mode d’utilisation Pression interne Pression externe
bar bar
Continu Occasionnel Continu

Gravitaire 0 à 0,5 2 1
Sous pression positive PFA : pression calculée PMA : pression calculée 1
selon l’annexe A de la selon l’annexe A de la
norme NA 19868 norme NA 19868
Sous pression négative - 0,5 - 0,8 1

5.1.6 Domaine d’emploi selon les caractéristiques des effluents


Sauf pour les composants destinés uniquement au transport d’eaux pluviales, les canalisations
en fonte ductile munies des revêtements conformes à la norme NA 19868 peuvent être utilisées
pour véhiculer tous les types d’eau de surface, d’effluents domestiques et certains types
d’effluents industriels, à condition qu’el/es ne soient pas exposées à des pH inférieurs à pH 4
ou supérieurs à pH 12.
Par accord entre le fabricant et le maître d’ouvrage, l’utilisation peut être étendue à des
applications particulières, après examen d’autres paramètres tels que la température, la nature
des principales substances agressives, la fréquence, etc.

5.2 Caractéristiques géométriques des tuyaux


Les diamètres nominaux, les épaisseurs, les longueurs, les revêtements et les propriétés
fonctionnelles des tuyaux et raccords en fonte ductile doivent être comme spécifiés dans les
normes NA 19868 et ISO 7186.

5.2.1 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des tuyaux


Les diamètres nominaux normalisés DN des tuyaux et raccords sont les suivants : 80, 100, 125,
150, 200, 250, 300, 350, 400, 450, 500, 600, 700, 800, 900, 1000, 1100, 1200, 1400, 1500,
1600, 1800, 2000. Ces valeurs sont des DN/ID conformément à la norme NA 17952.
Le tableau suivant donne les valeurs des diamètres et épaisseurs en fonte des tuyaux à emboîture
et à bout uni.

74
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 5-3 : Dimensions des tuyaux en fonte ductile en millimètres (NA 19868)

5.2.2 Longueur des tuyaux


Les tuyaux doivent être fournis aux longueurs normalisées conformément aux normes :
- Tuyaux à emboîture et bout uni : NA 19868,
- Tuyaux à brides : NA 19867.
Le fabricant doit mettre à disposition l’information sur ses longueurs de conception.
Tableau 5-4 : Longueur normalisée des tuyaux en fonte ductile à emboîture et bout uni (NA 19868)
DN Longueur normalisée Lu Ecarts admis
mm m
80 à 600 3 ou 5 ou 5,5 ou 6 ± 100 mm

700 à 800 5,5 ou 6 ou 7 ± 100 mm

900 à 1400 6 ou 7 ou 8,15 Longueur 6 ou 7 m : ± 100 mm


Longueur 8,15 m : ± 150 mm
1500 à 2000 8,15 ±150 mm

75
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 5-1 : Définition de la longueur du tuyau


Légende :
OL : longueur totale,
en mètres.
X : profondeur
maximale
d’emboîtement, en
mètres.
Lu : longueur utile,
en mètres = OL – X.

Tableau 5-5 : Longueur normalisée des tuyaux en fonte ductile à bride (NA 19867)
Type de tuyau DN Longueur normalisée L
mm m
Tuyaux à brides moulées 40 à 2000 0,5 ou 1 ou 2 ou 3
Tuyaux à brides soudées 40 à 600 2 ou 3 ou 4 ou 5
ou vissées
700 à 1000 2 ou 3 ou 4 ou 5 ou 6
1100 à 2000 4 ou 5 ou 6 ou 7

D’autres longueurs sont admissibles selon accord entre le fabricant et le client et peuvent être
fournies dans les contraintes de fabrication liées à chaque type de tuyau et les exigences du
projet d’assainissement.

5.2.3 Exemple des informations dimensionnelles à fournir par


le fabricant
Le fabricant des tuyaux et raccords en fonte doit fournir des informations précises sur les
dimensions de ces ouvrages afin de permettre une prise en compte appropriée dans les calculs
hydrauliques et structurels du projet d’assainissement.
Tableau 5-6 : Exemple d’emboîture et de dimensions de tuyau en fonte ductile (source : catalogue des
produits PAM SAINT GOBAIN)

DN Lu E DE DI P B
mm m mm mm mm mm mm
150 6 4,5 170 173 94 217
200 6 4,7 222 225 100 278
250 6 4,9 274 276,5 105 336
300 6 5,1 326 328,5 110 393
350 6 5,7 378 380,9 110 448
400 6 6,3 429 431,5 110 500
450 6 6,4 480 483 120 540
500 6 6,5 532 535 120 604
600 6 7,5 635 638 120 713
700 6 8,5 738 741 150 824
800 6 9,6 842 845 160 943

76
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

900 6 10,6 945 948 175 1052


1000 6 11,6 1048 1051 185 1158

5.2.4 Longueur des raccords et de la zone d’étanchéité


La longueur des raccords destinés aux collecteurs d’assainissement gravitaire doit être mise à
disposition par le fabricant.
La longueur des raccords destinés aux collecteurs d’assainissement sous pression doit être
conforme à la norme NA 19867.

5.2.5 Faces d’extrémités


Les faces d’extrémités des tuyaux et raccords doivent être exemptes de défauts susceptibles
d’affecter l’aptitude à l’emploi et l’étanchéité, et leurs plans doivent être perpendiculaires aux
axes de symétrie de ces produits.

5.2.6 Géométrie et angle des raccords et des accessoires


La géométrie des raccords et des accessoires en usage actuellement n’est pas normalisée à
présent. Le fabricant doit mettre à disposition l’information sur les dimensions de ses produits
(diamètres de combinaisons, angles des coudes, profondeurs d’emboîture, types d’extrémités,
etc.).

5.2.7 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des raccords


Les épaisseurs de fonte des raccords utilisés en assainissement à écoulement par gravité doivent
être égales ou supérieures à celles des tuyaux de même DN.
Les épaisseurs de fonte des raccords utilisés en assainissement sous pression doivent être
conformes à la norme NA 19867.

5.2.8 Boîtes de branchement


Les boîtes de branchement peuvent être fabriquées soit comme éléments monolithiques, soit
par assemblage sur site d’un élément de fond (raccord de visite) et d’un élément vertical.
Les dimensions d’ouvertures doivent être les suivantes : 250 mm, 300 mm, 400 mm, 600 mm.

5.2.9 Interconnexion
Les produits en fonte ductile d’un même DN conformes à la norme NA 19868 ou équivalente
peuvent être interconnectés entre eux.

5.3 Caractéristiques mécaniques des tuyaux, raccords


et accessoires
Les tuyaux, raccords et accessoires doivent posséder des caractéristiques mécaniques
conformes à la norme NA 19868 ou norme équivalente.

77
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

5.3.1 Propriété en traction


Les tuyaux, raccords et accessoires en fonte ductile doivent avoir les propriétés en traction
indiquées dans le tableau suivant.
Tableau 5-7 : Propriétés en traction des tuyaux, raccords et accessoires en fonte ductile (NA 19868)
Résistance minimale à la traction, Rm Allongement minimal après rupture, A
Mpa %

DN 80 à DN 2000 DN 80 à DN DN 1100 à DN
1000 2000

Tuyaux centrifugés 420 10 7

Tuyaux non centrifugés, 420 5 5


raccords et accessoires

Par accord entre le fabricant et le client, la limite conventionnelle d’élasticité à 0,2 % (Rp 0,2) peut être mesurée.
Elle ne doit pas être inférieure à :
- 270 Mpa lorsque A ≥ 12 % pour DN 80 à DN 1000 ou A ≥ 10 % pour DN > 1000 ;
- 300 Mpa dans les autres cas.

5.3.2 Rigidité diamétrale et ovalisations admissibles des tuyaux


Afin de résister à de grandes hauteurs de couverture et/ou à de fortes charges dues au trafic dans
une large gamme de conditions d’installation, les tuyaux en fonte ductile doivent avoir des
rigidités diamétrales minimales et des ovalisations admissibles lorsque la canalisation est en
service conformes aux valeurs du tableau suivant.

78
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 5-8 : Rigidité diamétrale minimale et ovalisation diamétrale admissible des tuyaux en fonte
ductile (NA 19868)

DN Rigidité diamétrale Charge d'essai, Ovalisation admissible ecalc


minimale, S F du tuyau
kN/m2 kN/m % mm

Tuyau gravitaire

80 400 30,9 1,5

100 227 25,3 1,8 2,9

125 123 21,4 2,3

150 74 17,8 2,7 2,9

200 32 13,4 2,8 (3,6) 2,9

250 32 1 7,1 2,9 (3,7) 3,6

300 32 20,6 3,0 (3,75) 4,3

350 32 24,2 3,1 (3,8) 4,9

Tuyau sous pression

80 1 270 62,4 1,1 4,2

100 710 49,2 1,3 4,2

125 380 40,0 1,6 4,2

150 230 34,0 1,9 4,2

200 105 30,7 2,5 4,3

250 66 26,6 2,8 4,5

300 47 24,2 3,0 4,8

350 38 22,8 3,1 5,2

400 31 22,2 3,2 5,5

450 26 22,2 3,3 5,8

500 22 21,5 3,4 6,1

600 18 22,2 3,6 6,8

700 23 36,4 3,8 8,6

800 20 36,4 4,0 9,4

900 18 36,8 4,0 10,1

1000 16 36,2 4,0 10,9

1100 22 54,7 4,0 13,2

1200 20 54,3 4,0 1 4,1

1400 18 56,9 4,0 15,8

79
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

1500 17 57,5 4,0 16,5

1600 17 61,3 4,0 17,5

1800 16 64,6 4,0 19,2

2000 16 72,0 4,0 20,9

NOTE 1 : Les valeurs pour S ont été calculées en prenant une épaisseur de paroi de tuyau ecalc égale à
l'épaisseur nominale moins la moitié de l'écart limite.
NOTE 2 : Pour les tuyaux gravitaires DN 200 à DN 350, les valeurs de l'ovalisation admissible du tuyau
données entre parenthèses s'appliquent aux tuyaux ayant un revêtement intérieur flexible (époxy ou
polyuréthane).

5.4 Caractéristiques des raccords pour collecteurs


d’assainissement gravitaire

5.4.1 Manchons de liaison


Les DN normalisés des manchons de liaison sont tous les DN de DN80 à DN2000.
Figure 5-2 : Manchons de liaison

5.4.2 Manchons de scellement


Les DN normalisés des manchons de scellement sont tous les DN de DN150 à DN2000.
Figure 5-3 : Manchons de scellement

5.4.3 Coudes à deux emboîtures


Les DN normalisés des coudes à deux emboîtures sont tous les DN de DN80 à DN2000. Le
fabricant doit mettre à disposition l’information sur les angles α de ses coudes.

80
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 5-4 : Coudes à deux emboîtures

5.4.4 Raccords de branchement


Les DN normalisés des raccords de branchement sont tous les DN de DN100 à DN500 pour le
corps et de dn80 à dn250 pour la tubulure. Le fabricant doit mettre à disposition l’information
sur les différentes combinaisons DN x dn, les types d’extrémités (emboîture ou bout uni) et
l’angle α de la tubulure.
Figure 5-5 : Raccords de branchement

5.4.5 Piquages
Les DN normalisés des piquages sont tous les dn de dn100 à dn250 pour raccordement à des
tuyaux de DN200 à DN2000. Le fabricant doit mettre à disposition l’information sur le type
d’extrémité (emboîture ou bout uni) pour raccordement à des tuyaux de différents matériaux
ainsi que sur l’angle du piquage et la forme du trou à effectuer dans le tuyau (circulaire, carré
ou rectangulaire).
Figure 5-6 : Piquages

5.4.6 Raccords de visite


Les DN normalisés des raccords de visite sont tous les DN de DN100 à DN800. Le fabricant
doit mettre à disposition l’information sur le type d’extrémité (emboîture ou bout uni) ainsi que
sur la forme et les dimensions de la tubulure d’accès.

81
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 5-7 : Raccords de visite

5.4.7 Trappes de visite


Les DN normalisés des trappes de visite sont tous les DN de DN150 à DN1400. Le fabricant
doit mettre à disposition l’information sur la forme et les dimensions du trou à effectuer dans
le tuyau ainsi que sur la méthode de connexion au tuyau.
Figure 5-8 : Trappes de visite

5.5 Raccords pour collecteurs d’assainissement sous


pression et collecteurs d’assainissement sous vide
Les types et dimensions de ces raccords doivent être conformes à la norme NA 19867.

5.6 Nettoyage sous pression


Les tuyaux en fonte ductile conformes à la norme NA 19868 peuvent être nettoyés avec un
équipement de nettoyage sous pression courant utilisé dans des conditions normales : contrôle
de la pression et de l’énergie, de la distance efficace et de l’orientation de la buse.

5.7 Pénétration de racines


La pénétration de racines dans les collecteurs d’assainissement à travers les assemblages des
tuyaux peut présenter de sérieux problèmes : obstruction du collecteur, endommagement
mécanique des tuyaux.
Les assemblages pour tuyaux en fonte ductile conformes aux prescriptions de la norme
NA 19868 utilisent des élastomères et des compressions de bagues de joint permettant une forte
résistance à la pénétration de racines et une bonne étanchéité.

5.8 Marquage minimum exigé pour les produits en


fonte ductile
Chaque tuyau, raccord et accessoire, comme les éléments de serrage, les manchons et les
garnitures de joint doivent être marqués de façon lisible et indélébile et doivent porter au moins
les informations suivantes :
a) le nom ou la marque du fabricant ;

82
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

b) l’identification de l’année de fabrication ;


c) l’identification de la fonte ;
d) le diamètre nominal (DN), ou les DN, le cas échéant ;
e) l’angle de conception des raccords ;
f) la pression nominale (PN) des brides pour les composants à brides ;
g) l’identification de l’application (assainissement gravitaire ou sous pression) ;
h) la référence à la norme de produit (ex. NA 19868 ou NA 19867 pour les raccords sous
pression).
En outre, les tuyaux de DN > 300 appropriés pour être coupés doivent être identifiés (sauf si
tous les tuyaux de même DN sont appropriés pour être coupés).
Les cinq premières indications ci-dessus doivent venir de la fonderie ou être estampées à froid ;
les deux autres indications peuvent aussi être données par toute méthode, par exemple, peintes
sur la pièce ou fixées à l’emballage.
Dans le cas de tuyaux, les marquages ci-dessus doivent être appliqués au moins une fois par
mètre linéaire.
Lorsque les raccords sont marqués de fonderie, le marquage doit être situé hors de la zone
d’étanchéité.
Lorsque les dimensions du composant ne permettent pas le marquage en entier, un marquage
abrégé doit être utilisé permettant l’identification appropriée du composant.
Figure 5-9 : Exemple de marquage de tuyau en fonte (source : PAM SAINT GOBAIN)

5.9 Avantages des canalisations en fonte


Les tuyaux et raccords en fonte ductile possèdent les caractéristiques suivantes :
- Résistance mécanique élevée ;
- Utilisation avec faible recouvrement de sol ;
- Utilisation avec optimisation des dimensions de tranchée ;
- Possibilité de verrouillage de la canalisation ;
- Possibilité de pose en terre et en aérien (cf. encorbellement de pont, franchissement de
ravin, …) ;
- Conditions de pose sans difficulté particulière ;
- Utilisation pour assainissement gravitaire, sous pression ou sous vide ;
- Disponibilité de revêtements externes résistant à l’agressivité du sol (cf. polyéthylène
extrudé, polyuréthane) ;
- Disponibilité de revêtement interne résistant à l’agressivité des eaux usées et de très
faible perte de charge (cf. époxy, polyuréthane) ;

83
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Matériaux totalement recyclable.

5.10 Précautions d’utilisation des canalisations en fonte


Le choix de canalisation en fonte pour un réseau d’assainissement enterré doit prendre en
compte l’évaluation de la nature de sol en place et de la corrosivité de celui-ci selon les normes
NA 19871 et NA 19872.
Le choix de canalisation en fonte pour un réseau sous pression doit se baser une conception
hydraulique appropriée permettant de prévenir des conditions d’agressivité d’H2S.

84
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Caractéristiques
des canalisations en acier

6.1 Exigences générales des tuyaux


Le présent chapitre spécifie les exigences pour l’utilisation de tuyaux et raccords en acier pour
les réseaux d’assainissement à écoulement gravitaire ou sous pression.

Ces produits doivent être fabriqués dans des usines certifiées ISO et doivent respecter les
normes de fabrication en vigueur (normes NA 19869, NA 19870, EN 10217-1, EN 10288 et
EN 10220, ou toutes autres normes reconnues équivalentes) et les exigences des normes de
mise en œuvre en projet d’assainissement.
Figure 6-1 : Fabrication de tubes en acier (source : ULTUMET Spa groupe ANABIB)

6.1.1 Matériaux

6.1.1.1 Acier
Tous les tubes et raccords en aciers fabriqués selon la norme NA 19869 sont classés aciers non
alliés conformément à la norme EN 10020.
La désignation symbolique de l'acier comporte :
- la lettre majuscule L pour canalisation ;
- la limite apparente d’élasticité minimale spécifiée de l’acier pour les épaisseurs
inférieures ou égales à 16 mm exprimées en mégapascals.
Le tube doit être fabriqué à partir d'un des aciers spécifiés au tableau suivant et selon un des
procédés suivants :
a) sans soudure (S) ;
b) soudé par rapprochement (BW) ;
c) soudé électriquement (EW) ;

86
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

d) soudé à l'arc immergé sous flux en poudre (SAW).


Les soudures des tubes soudés par rapprochement doivent être longitudinales, les soudures des
tubes soudés électriquement et à l'arc immergé sous flux en poudre doivent être soit
longitudinales soit hélicoïdales.
Les raccords doivent être fabriqués à partir des tubes conformes à la norme NA 19869 ou à
partir de tôle ou de bande dans une des nuances d’acier du tableau suivant.
Tableau 6-1 : Limite de la composition chimique de la coulée utilisée pour la fabrication des tubes en acier
(NA 19869)
Nuance d’acier C% Si % Mn % P% S%
max max max max max
Désignation symbolique Désignation numérique
de l'acier de l'acier

L235 1.0252 0,16 0,35 1,20 0,030 0,025


L275 1.0260 0,20 0,40 1,40 0,030 0,025

L355 a) 1.0419 0,22 0,55 1,60 0,030 0,025

a) Pour l’acier L355, les additions de niobium, titane et vanadium sont admises au choix du producteur.
Dans ce cas, les documents de contrôle doivent reprendre la teneur de ces éléments.

Tableau 6-2 : Dimensions des tubes selon les procédés de fabrication des tubes en acier (NA 19869)
Procédé de fabrication Plage de diamètre extérieur Plage d'épaisseur
mm mm
Sans soudure (S) 26,9 - 711 2,0 - 100
Soudé par rapprochement (BW) 26,9 - 114,3 2,0 – 6,3
Soudé électriquement (EW) 26,9 - 610 1,4 - 16
Soudé à l'arc immergé sous flux en poudre (SAW) 168,3 - 2743 6,3 - 50

6.1.1.2 Revêtements extérieurs et intérieurs de paroi des tuyaux


Le type de revêtement intérieur/extérieur doit être convenu au moment de l'appel d'offres et de
la commande des produits suivant les caractéristiques et contraintes du projet de pose de la
canalisation d’assainissement (caractéristiques des eaux usées, agressivité du sol traversé, etc.).
Les revêtements les plus courants sont :
1. Revêtements externes
a) Bitume de pétrole ;
b) Brai de houille ;
c) Epoxy/époxy modifié ;
d) Polyéthylène ;
e) Polypropylène ;
f) Polyuréthanne/polyuréthanne modifié ;
g) Thermoplastique ;
h) Galvanisation à chaud.
2. Revêtements internes

87
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

a) Mortier de ciment ;
b) Epoxy/époxy modifié ;
c) Thermoplastique ;
d) Galvanisation à chaud.

A- Revêtement externe en polyéthylène


Le revêtement extérieur en polyéthylène permet une protection anticorrosion des canalisations
enterrées, immergées ou posées en surface et transportant de l’eau à une température n'excédant
pas les 60°C.
Ce revêtement existe en double couche à base de polyéthylène extrudé (EN 10288) ou en triple
couche. Les couches doivent être d’une épaisseur uniforme appliquées en usine.
Tableau 6-3 : Epaisseur minimale du revêtement externe en double couche à base de polyéthylène
Diamètre du tube, D Epaisseur a)
mm mm
Classes
1 2 3
D ≤ 114,3 1,5 1,8 2,5
114,3 < D ≤ 273 1,8 2,0 2,7
273 < D ≤ 508 2,0 2,2 2,9
508 < D ≤ 762 2,2 2,5 3,2
762 < D 2,5 3,0 3,7
a) les épaisseurs mentionnées dans ce tableau peuvent être
réduites de 10% pour les tubes soudés à l'arc immergé
sous flux en poudre, au niveau du cordon de soudure.

La longueur non revêtue aux extrémités des tubes doit être de 150 ± 20 mm et le revêtement
externe doit être chanfreiné, à cet endroit avec un angle inférieur ou égale à 30°, sauf
spécification contraire de l’acheteur. La surface du tube ne doit pas subir de détériorations au
moment de l'élimination du revêtement.

B- Revêtement interne en mortier de ciment


Le revêtement interne de mortier doit satisfaire aux exigences de la norme NA 19870. Le
mortier du ciment doit être résistant de type CEM CAC (ciment à haute teneur en aluminium).
Le revêtement doit être uniformément lisse et exempt de cavités et de tout corps étranger visible,
quelques grains de sable isolés dépassant de la surface étant cependant acceptables. Les fissures
isolées et d’une largeur limitée à 0,5 mm de mortier sont acceptables.

88
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 6-4 : Epaisseur du revêtement interne en mortier de ciment des tuyaux en acier (NA 19870)
Tube ou raccord Épaisseur du revêtement interne a)

Diamètre extérieur, D Nominale Minimale


mm mm mm

D ≤ 273 4,5 3

273 < D ≤ 610 6 4

610 < D ≤ 914 8 6

914 < D ≤ 1220 10 8

1220 < D 14 12

a) Pour les eaux acides dissolvant la chaux et les eaux salines,


une épaisseur minimale de 6 mm doit s’appliquer.

6.1.2 Raccords
Toutes les soudures des raccords (coudes, tés) fabriqués à partir de tôle ou de bande et toutes
les soudures de fabrication doivent être des soudures à l'arc et la préparation pour le soudage et
le soudage doivent être réalisés selon des procédures qualifiées par des soudeurs compétents.
Les procédures conformes aux EN 288-1, 2 et 3 ou normes équivalentes appliquées par des
soudeurs qualifiés selon la norme EN 287-1 ou norme équivalente satisfont cette prescription.

6.1.3 Extrémité des tubes


Les tubes doivent être livrés avec des extrémités lisses coupées d'équerre par rapport à l'axe du
tube sauf si l'acheteur spécifie pour le soudage bout à bout, une préparation d’extrémité
spécifique (extrémités chanfreinées pour les tubes et raccords d'épaisseur supérieure ou égale à
3,2 mm).
Les extrémités doivent être exemptes de bavures excessives.

6.1.4 Aspect de surface et réparations


Les tubes et raccords doivent être exempts de défauts de surface extérieurs et intérieurs,
détectables par inspection visuelle réalisée conformément à la norme du produit (cf.
NA 19869).
L’aspect est contrôlé tant au corps qu’aux extrémités.
Les défauts localisés de revêtement externe (porosité, arrachement de surface) pourront faire
l’objet de réparation par un matériau adapté à la protection des canalisations et leurs conditions
d’utilisation et compatible avec le revêtement externe préalablement appliqué.
Les tubes et raccords qui présentent des désordres significatifs ne doivent pas être utilisés.

6.1.5 Etanchéité
Tous les tubes et raccords utilisés pour un collecteur gravitaire ou canalisation sous pression
doivent être étanches. L'étanchéité doit être démontrée par des essais électromagnétiques des

89
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

joints et par une épreuve hydraulique selon la fonction de la canalisation et les caractéristiques
du projet d’assainissement.

6.2 Caractéristiques géométriques des tuyaux et


raccords
Les diamètres nominaux, les épaisseurs, les longueurs, les revêtements et les propriétés
fonctionnelles des tuyaux et raccords en acier doivent être comme spécifiés dans les normes
des produits (cf. NA 19869, NA 19870).

6.2.1 Longueur des tubes


Les tubes peuvent être livrés en longueurs non fixes ou à des longueurs fixées par le projet
d’assainissement. Les longueurs non fixes varient entre 3 m et 18 m. Les longueurs fixes
moyennes sont de 6 m, 8 m, 11 m, 13 m et 14,5 m.

Les longueurs courtes permettent de respecter des contraintes de transport.

L’utilisation des tubes longs dans le projet de pose de la canalisation d’assainissement permet
de réduire le nombre des joints à souder sur site.

Tableau 6-5 : Longueurs non fixes - Intervalles de longueur et longueurs moyennes minimales spécifiés
(NA 19869)
Intervalles de longueur spécifiés Longueur moyenne minimale
pour 100% du poste de commande
m m
3-8 6
4 - 12 8
5,5 - 14 11
6,5 - 16.5 13
7,5 - 18 14,5

Pour les commandes avec longueur approchée, les longueurs livrées ne doivent pas s'écarter de
±500 mm, par rapport à la longueur spécifiée.
Pour les longueurs exactes, les longueurs livrées ne doivent pas s’écarter de plus de la valeur
donnée au tableau suivant, par rapport à la longueur.
Tableau 6-6 : Tolérance pour les longueurs exactes (NA 19869)
Intervalle de longueur L Tolérance sur la longueur
Diamètre extérieur du tube
mm mm
< 406,4 > 406,4
2000 < L < 6000 +10 /- 0 +25 /- 0
6000 < L < 12000 +15 /- 0 +50 /- 0
L > 12000 +Par accord / - 0

90
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

6.2.2 Diamètre et épaisseur nominale de paroi des tuyaux


Les diamètres extérieurs et épaisseurs des tubes appropriés (à l'exception des tubes de diamètre
2642 mm et 2743 mm conformes à la norme EN 10220) doivent être conformes au tableau
suivant.
D'autres diamètres et/ou épaisseurs peuvent être utilisés après accord entre acheteur et fabricant.
Tableau 6-7 : Diamètre extérieur et épaisseur des tubes acier en millimètres (NA 19869)
Série de diamètre Epaisseur
extérieur a)
1 2 3 2 2,3 2,6 2,9 3,2 3,6 4 4,5 5 5,4 5,6 6,3 7,1 8 8,8 10 11 12,5 14,2 16 17,5 20 22,2 25
26,9
30
31,8
32
33,7
35
38
40
42,4
44,5
48,3
51
54
57
60,3
63,5
70
73
76,1
82,5
88,9
101,6
108
114,3
127
133
139,7
141,3
152,4
159
168,3
177,8
193,7
219,1
244,5
273
323,9
355,6
406,4
457
508
559

91
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Série de diamètre Epaisseur


extérieur a)
1 2 3 2 2,3 2,6 2,9 3,2 3,6 4 4,5 5 5,4 5,6 6,3 7,1 8 8,8 10 11 12,5 14,2 16 17,5 20 22,2 25
610
660
711
762
813
864
914
1016
1067
1118
1168
1219
1321
1422
1524
1626
1727
1829
1930
2032
2134
2235
2337
2438
2540
2642
2743
a) Série 1 = Tubes pour lesquels les accessoires nécessaires à la construction d'un réseau de canalisation sont normalisés ;
Série 2 = Tubes pour lesquels tous les accessoires ne sont pas normalisés ;
Série 3 = Tubes pour application spéciale pour lesquels très peu d'accessoires normalisés existent.

6.2.3 Ovalisation
Pour les tubes avec un rapport diamètre extérieur/épaisseur (D/T) inférieur ou égal à 100,
l'ovalisation calculée selon la formule suivante ne doit pas dépasser 2%.
Ovalisation (O) = 100 (Dmax – Dmin)/D
où :
Dmax est le diamètre extérieur maximal (en millimètres) et Dmin est le diamètre extérieur minimal
(en millimètres) mesurés dans un même plan.
Pour les tubes avec D/T supérieur à 100, l'ovalisation maximale doit être convenue entre
l'acheteur et le producteur.

6.3 Caractéristiques mécaniques des tuyaux et raccords


Les tuyaux, raccords et accessoires doivent posséder des caractéristiques mécaniques
conformes à la norme NA 19869 ou norme équivalente.

92
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

6.3.1 Propriété en traction


Les tuyaux et raccords en acier doivent avoir les propriétés en traction indiquées dans le tableau
suivant.
Tableau 6-8 : Propriétés en traction des tuyaux et raccords en acier (NA 19869)
Désignation Résistance Limite apparente Allongement Diamètre Pour l’essai
symbolique à la traction d’élasticité minimale minimal du mandrin d’évasement c)
de l'acier Rm Re a) MPa A% pour l’essai % d’augmentation
MPa de pliage pour un rapport d/Dd)
pour les épaisseurs T, Lo = 5,65 So sur soudure
en mm
T ≤ 16 T > 16 I b) t b) ≤ 0,8 > 0,8

L235 360 à 500 235 225 25 23 3T 10 12


L275 430 à 570 275 265 21 19 4T 8 10
L355 500 à 650 355 345 21 19 4T 6 8
a) Re doit être ReH, ou si la limite d’élasticité n'est pas apparente Rp0,2 ou Rt0,5.
b) l : longitudinal, t : transversal.
c) Applicable seulement aux tubes de diamètre inférieur ou égal à 150 mm et aux épaisseurs inférieures ou
égales à 10 mm.
d) d = D – 2 T.

6.3.2 Exemple des informations dimensionnelles à fournir par


le fabricant
Le fabricant des tuyaux et raccords en acier doit fournir des informations précises sur les
dimensions de ces ouvrages afin de permettre une prise en compte appropriée dans les calculs
hydrauliques et structurels du projet d’assainissement.
Tableau 6-9 : Exemple des dimensions de tubes en acier
(source : catalogue ALTUMET spa groupe ANABIB)

6.4 Types d’assemblage


Les types d’assemblage les plus couramment utilisés comprennent :
- Soudage bout à bout ;

93
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Assemblages à emboîtement à souder (soudage extérieur pour diamètre extérieur


> 711 mm, soudage extérieur et intérieur pour diamètre extérieur égal ou supérieur à
711 mm) ;
- Assemblages par brides ;
- Assemblages par manchon d'accouplement à emboîtement simple ;
- Assemblages à emmanchement et joint.
D’autres assemblages spéciaux selon d’autres types de joints spécifiés par le fabriquant
pourront être utilisés.
Figure 6-2 : Types d’assemblage de tubes et raccords en acier

Assemblage par Assemblage à bride Manchon Assemblage à


manchon droit à souder simple d'accouplement à emmanchement et joint
de l’extérieur emboîtement simple

6.5 Mode de contrôle


Le contrôle des tubes en acier se fait par des essais non destructifs (norme EN ISO 10893 ou
norme équivalente) parmi lesquels :
- Contrôle automatique par courant de Foucault pour la détection des imperfections des
tubes en acier sans soudure et soudés (sauf à l'arc immergé sous flux en poudre) ;
- Contrôle automatique par ultrasons du cordon de soudure pour la détection des
imperfections longitudinales des tubes en acier soudés électriquement ;
- Contrôle automatique par flux de fuite à l'aide de palpeurs magnétiques sur toute la
circonférence des tubes pour la détection des imperfections longitudinales des tubes en
acier ferromagnétiques sans soudure et soudés (sauf à l'arc immergé sous flux en
poudre).

6.6 Marquage minimum exigé pour les produits en


acier
Chaque tube et chaque raccord doivent être marqués de façon lisible au pochoir ou par tout
autre procédé de marquage indélébile, avec les informations suivantes, dans cet ordre :
a) le nom ou la marque d'identification du producteur ;
b) la référence de la norme du produit (ex. NA 19869) ;
c) la désignation symbolique de l'acier ;
d) les informations en cas d’un contrôle spécifique ;
e) lorsque le type de tube, soudé ou sans soudure, est spécifié, la lettre S (sans soudure) ou
la lettre W (soudé) selon le cas ;

94
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Le marquage sur le tube ne doit pas se situer à moins de 300 mm d’une extrémité.
Figure 6-3 : Exemple de marquage de tuyau en acier (source : ANABIB)

6.7 Avantages des canalisations en acier


Les tuyaux et raccords en acier possèdent les caractéristiques suivantes :
- Résistance mécanique élevée ;
- Caractéristiques structurelles intéressantes (élasticité, résistance aux forts impacts, …) ;
- Possibilité de pose en terre et en aérien (cf. encorbellement de pont, franchissement de
digue, galerie, …) ;
- Utilisation avec optimisation des dimensions de tranchée ;
- Disponibilité de différents diamètres, dont des diamètres petits ou grands ;
- Disponibilité de revêtement interne de très faible perte de charge ;
- Possibilité de fabriquer des raccords sur mesure adaptés aux dimensions hydrauliques
et à la configuration du réseau d’assainissement ;
- Disponibilité de revêtements externes résistant à l’agressivité du sol et réduisant du
besoin de la protection cathodique (cf. revêtement à base de polyéthylène) ;
- Disponibilité de revêtement interne résistant à l’agressivité des eaux usées et de très
faible perte de charge (cf. époxy, thermoplastique).

6.8 Précautions d’utilisation des canalisations en acier


Le choix de canalisation en acier pour un réseau d’assainissement enterré doit prendre en
compte l’évaluation de la nature de sol en place et de la corrosivité de celui-ci selon les normes
NA 19871 et NA 19872.
En cas de besoin d’un système protection cathodique de la canalisation, ce système doit faire
l’objet d’une conception appropriée par un spécialiste et sur la base des données relatives au
site traversé par la canalisation (résistivité mesurée du sol, impact d’installation électrique
environnant, …).
Le choix de canalisation en acier pour un réseau sous pression doit se baser une conception
hydraulique appropriée permettant de prévenir les conditions d’agressivité d’H2S.

95
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Mise en œuvre des ouvrages neufs

7.1 Stockage, manutention et transports des


canalisations et raccords
Lors de ces opérations, des précautions particulières doivent être prises afin préserver la qualité
des tuyaux et accessoires et éviter les endommagements qui réduisent la durabilité du réseau
d’assainissement. Des règles générales de précaution sont préconisées ci-dessous :
- Appliquer les consignes de manutention, de stockage et de transport du fabricant.
- Prendre des précautions pendant le stockage et la manutention pour éviter tout dégât aux
tuyaux et à leurs revêtements.
- Empiler les tuyaux sur une surface plane débarrassée de tout objet coupant, pierres ou
protubérance.
- Les surfaces du camion de transport doivent avoir des planchers propres, sans parties
saillantes (clous, objets, etc.).
- Prévoir des soutiens latéraux en bois des piles de tuyaux.
- Alterner les emboîtures dans la pile et les faire déborder pour que les tubes reposent de
façon égale sur toute leur longueur.
- Empiler séparément les tuyaux de différents diamètres et d’épaisseurs différentes.
- Ne pas empiler les tubes plastiques sur une hauteur supérieure à 1,5 m dans les dépôts, et
1 m sur chantiers. La largeur de la couche inférieure ne doit pas dépasser 3 m.
- Stocker les tuyaux à l’abri de contact avec des dangers potentiels comme les carburants,
les peintures et les solvants.
- Manipuler les tuyaux de façon contrôlée.
- Pour la manutention des tuyaux dont la longueur excède 6 m, il faut utiliser un palonnier
dont la longueur est d’environ la moitié de la longueur de la barre soit conditionner les
barres dans un cadre.
- Proscrire l’utilisation d’élingues en acier ou en chanvre ou de tout matériel dont la forme
ou la nature pourrait endommager le revêtement et les extrémités des tubes en fonte ou
en acier revêtus.
- Manutention des éléments en béton (cadre, ovoïde) avec pince de levage ou anneaux de
levage et ancres intégrés en usine à ces éléments.
- Manutention des tubes plastiques avec des élingues non métalliques, des cordages ou
sangles en nylon ou polypropylène. Ne jamais les soulever avec des chaînes et crochets
métalliques.
- Si les tubes plastiques ont été télescopés les uns dans les autres, commencer d’abord par
retirer les tubes intérieurs et les empiler séparément.
- Par temps froid (0°C et moins) prendre davantage de précaution pour les tubes et
raccords plastiques car la résistance au choc est diminuée.

96
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Les tubes et raccords plastiques susceptibles d’être stockés au soleil durant une longue
période, doivent être couverts avec une bâche ou un film polyéthylène opaque et
permettant une aération.
- Préserver les emballages de protections jusqu’à la mise en œuvre des ouvrages.
- Ne jamais jeter les tuyaux, les lâcher ou les tirer.
- Éliminer les tuyaux défectueux ou les tubes polyéthylènes présentant des blessures d’une
profondeur excédant 10% de l’épaisseur de la paroi.
Les tuyaux conditionnés en barres sont stockés à plat. Dans le cas de palettes superposées, il
faut vérifier que seules les parties en bois sont en contact les unes avec les autres.
Dans le cas de tuyaux non conditionnés, il importe de mettre en place un calage pour éviter
qu’ils ne roulent.
Il faut également veiller à respecter sur le site de travaux les règles de sécurité d’application
comme la sécurité des personnes, sécurité du trafic et particulièrement la sécurité des produits
stockés. Ceux-ci doivent faire l’objet d’une protection anti-vandalisme et anti-pollution en
respectant les mêmes normes de stockage sur dépôt.
Figure 7-1 : Transport des tuyaux en béton (source : CERIB)

Figure 7-2 : Manutention des tuyaux en béton (source : TRANS CANAL)

7.2 Stockage sur chantier


Sur les chantiers, il faut respecter les mêmes règles de stockage des canalisations et raccords
que sur dépôt dans des conditions non susceptibles de les détériorer.
Les tuyaux, raccords et accessoires ne doivent pas être stockés au voisinage d’une source de
chaleur et d’impact nuisible. Des précautions sont à prendre en compte pour :
- éviter tout contact avec des hydrocarbures (fuel, gasoil, huiles, etc.) ou des substances
fortement oxydantes (solvants),
- protéger les tuyaux et raccords comportant des revêtements spéciaux.

7.2.1 Ouvrages en béton


- Les tuyaux à collet sont stockés tête-bêche ;
- Les tuyaux à manchette ou à emboîture scellées sont stockés conformément aux
indications du fabricant ;

97
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Les tuyaux du lit inférieur doivent être parfaitement calés pour éviter tout déplacement ;
- Les boîtes de branchements sont stockées à plat sur une aire propre.
Les tuyaux, accessoires et raccords doivent être utilisés dans l’ordre de leur livraison. Les stocks
sont organisés pour garantir la rotation des produits selon la règle : « Premier entrant = premier
sortant ».
Figure 7-3 : Exemple de stockage et déstockage des tuyaux

7.2.2 Ouvrages en matière plastique


Sur les chantiers, il faut respecter les mêmes règles de stockage que sur dépôt dans des
conditions non susceptibles de détériorer les produits plastiques.
Les tubes, accessoires et raccords ne doivent pas être stockés au voisinage d’une source de
chaleur; des précautions sont à prendre pour éviter tout contact avec des hydrocarbures (fuel,
gasoil, huiles, etc.) ou des substances fortement oxydantes (solvants).
Ces éléments plastiques doivent être stockés sous un abri ou recouverts ceux exposés au soleil
(les UV oxydent les surfaces plastiques).
Figure 7-4 : Exemple de stockage des tubes sous un abri

Les tubes, accessoires et raccords doivent être utilisés dans l’ordre de leur livraison. Les stocks
sont organisés pour garantir la rotation des produits selon la règle : « Premier entrant = premier
sortant ».
La durée de stockage et d’utilisation ne doit pas excéder 2 ans à partir de la date de fabrication.
Les tubes conditionnés en barres sont stockés à plat. Dans le cas de palettes superposées, il faut
vérifier que seules les parties en bois sont en contact les unes avec les autres.
Dans le cas de tubes non conditionnés, il importe de mettre en place un calage pour éviter qu’ils
ne roulent.
Il faut également veiller à respecter les règles de sécurité d’application comme la sécurité des
personnes, sécurité du trafic et particulièrement la sécurité des produits stockés. Ceux-ci

98
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

doivent faire l’objet d’une protection anti-vandalisme et anti-pollution en respectant les mêmes
normes de stockage sur dépôt.

7.2.3 Ouvrages en PRV


- Les opérations de manutention et déchargement doivent être effectuées avec précaution
pour éviter de heurter les tubes contre des objets durs ;
- Les tubes ne doivent pas être ripés ou roulés sur un terrain dur et irrégulier ;
- Le stockage des tubes doit être sur une aire plane et exempte de pierres et autres
matériaux anguleux ou sur des madriers en bois d’une largeur d’au moins 20 cm.
Figure 7-5 : Exemple de stockage de tuyaux PRV
(source : Maghreb Pipe Industrie)

7.2.4 Ouvrages en fonte ductile


- Les opérations de manutention et déchargement doivent être effectuées par des engins
de levage de puissance suffisante et avec précaution pour éviter le balancement, les
chocs ou frottements des tuyaux avec le sol et les parois des tranchées ;
- Les tuyaux ne doivent pas être trainés ou laisser tomber sur le sol ;
- Les tuyaux ne doivent pas être déposés sur des pierres ou dans des lieux à risque
d’impact (projection de pierre des terrassements, passage fréquent d’engins de chantier,
…).
- Les tuyaux doivent être bardés en cas de stockage sur terrain en pente ;
- Le stockage des tuyaux doit être sur une aire plane et ne comprenant aucun sol agressif ;
- Le stockage doit être par diamètre de tuyaux et catégories de raccords et accessoires ;
- L’utilisation des intercalaires en bois suffisamment résistants permet d’assurer la
stabilité des stocks.
Figure 7-6 : Exemples de stockage des tuyaux en fonte ductile

7.2.5 Ouvrages en acier


Le stockage doit être fait sur une aire plane et sur des cales propres de manière à ce que le
revêtement ne soit pas endommagé. La pile doit être sous la forme d’une pyramide ou les tubes

99
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

seront posés dans le sens de la longueur ou en travers dans des couches alternatives. Les
raccords et accessoires doivent être stockées sous une couverture et séparés des tubes.
Les piles d'éléments nécessitant un stockage prolongé doivent être protégées contre toute
pollution ou impact externe nuisible.
Durant un stockage prolongé sous des climats secs ou chauds de tubes revêtus en interne par un
mortier de ciment, il est bon de boucher ou recouvrir les extrémités des tuyaux pour empêcher
la formation de fissures dues au retrait et de maintenir la capacité à l’auto-cicatrisation du
mortier.

7.3 Contrôle à la réception sur site


Tous les tuyaux, les composants et les joints doivent être examinés à la livraison sur le site du
chantier de pose afin de s’assurer qu’ils ont été convenablement marqués et qu’ils sont
conformes aux spécifications du projet.
Un contrôle visuel de l’état de surface de ceux-ci à la livraison et juste avant leur mise en œuvre
permettra d’identifier les éventuelles altérations de surface.
Les observations sur des désordres visibles, défauts de marquage ou toutes autres anomalies
dans les documents de livraison doivent être notées et communiquées immédiatement au
fournisseur.
Les produits défaillants ou incertains ne doivent pas être utilisés dans les travaux de pose.

7.4 Exécution des fouilles

7.4.1 Profondeur
En général, il convient de veiller à ce que la profondeur de couverture au-dessus du tuyau, soit
au minimum de 0,8 m pour une canalisation passant sous chaussée et de 0,6 m pour une
canalisation sous trottoirs ou accotements afin d’éviter la détérioration des ouvrages. Des
profondeurs plus importantes pouvant toutefois être utilisées lorsque l’installation est conçue
en conséquence.
En déterminant la profondeur de la tranchée, il convient d’intégrer une tolérance pour un lit de
pose approprié.
Figure 7-7 : Intégration d’une épaisseur minimale
de lit de pose dans la profondeur de tranchée

100
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

S’assurer que la profondeur d’enfouissement est suffisante pour éviter aux liquides transportés
d’être affectés par le gel.
Il convient de prévoir une couverture suffisante pour éviter une flottaison du tuyau accidentelle
dans des zones à nappes phréatiques potentiellement haute. Généralement, il est recommandé
de ne pas creuser une tranchée trop longtemps avant la pose du tuyau.
Le fond de fouille doit être arasé à la pente du projet. Pour les regards il sera horizontal.

7.4.2 Protection
Des dispositions utiles doivent être prévues pour éviter tous éboulements de sol et assurer la
sécurité du personnel travaillant sur les tranchées, conformément aux règlements en vigueur.
Les fouilles des tranchées de plus de 1,30 m de profondeur ne peuvent être exécutées qu’avec
des parois talutées, ou des parois verticales blindées. L’angle de talutage doit tenir compte de
la nature du terrain et des surcharges éventuelles environnantes (charges routières, ouvrages à
proximité, nappe phréatique, …).
Le matériau excavé devrait être déposé à une distance de 0,5 m du bord de la tranchée.
Les terres en excédent ou impropres aux remblaiements sont évacuées dans une filière
appropriée dans les conditions du cahier des charges de projet.

7.4.3 Largeur
La largeur de la tranchée au fil d’eau du tuyau ne doit pas dépasser le maximum spécifié dans
le calcul de résistance mécanique et ne doit pas être plus grande que nécessaire pour avoir la
place d’assembler les tuyaux dans la tranchée et de compacter l’enrobage aux reins.
La largeur de tranchée minimale, au fond de fouille, y compris les blindages est déterminée en
fonction des paramètres suivants :
- la profondeur de la tranchée,
- le type de blindage employé,
- le diamètre nominal du tuyau,
- le diamètre extérieur.
La largeur minimale doit être la plus grande des deux valeurs tirées des 2 tableaux suivants
conformément à la norme NA 17955, sauf dérogations.

101
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 7-1 : Largeur minimale de tranchée de canalisation en fonction du diamètre nominal DN


DN Espace de travail minimal canalisation comprise (OD + x)
m
mm
Tranchée blindée Tranchée non blindée

β > 60° β ≤ 60°

≤ 225 OD + 0,40 OD + 0,40

> 225 à ≤ 350 OD + 0,50 OD + 0,50 OD + 0,40

> 350 à ≤ 700 OD + 0,70 OD + 0,70 OD + 0,40

> 700 à ≤ 1200 OD + 0,85 OD + 0,85 OD + 0,40

> 1200 OD + 1 OD + 1 OD + 0,40

NOTE Dans les valeurs OD + x, x/2 correspond à l'espace de travail minimal entre le tuyau et la paroi de la
tranchée ou le blindage le cas échéant.
où :
OD est le diamètre extérieur, en mètres,
β est l'angle de paroi de tranchée non blindée mesuré par rapport à l'horizontale (voir figure suivante).

Pour les tuyaux dont le DN est ≥ 600 mm posés dans une tranchée blindée ou une tranchée non
blindée présentant un angle β > 60° nécessitant un compactage, il convient que l'espace de
travail x/2 soit au moins de 0,5 m.
Tableau 7-2 : Espace de travail minimal à côté du tuyau (x/2) et angle β de paroi de tranchée non blindée

Tableau 7-3 : Largeur minimale de tranchée de canalisation en fonction de la profondeur de tranchée


Profondeur de tranchée Largeur minimale de tranchée
m m
< 1,00 pas de largeur minimale prescrite

≥ 1,00 à ≤ 1,75 0,80

> 1,75 à ≤ 4,00 0,90

> 4,00 1,00

Les circonstances de déroger aux largeurs minimales de tranchée tirées des 2 tableaux
comprennent :

102
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- lorsque le personnel ne sera jamais obligé de descendre dans la tranchée, par exemple
avec des techniques de pose automatisée ;
- lorsque le personnel ne sera jamais obligé de descendre entre la canalisation et la paroi
de la tranchée ;
- dans des zones encombrées et incontournables.
Si la largeur minimale de tranchée au fond de fouille ne peut pas être respectée et que le cahier
des charges techniques du projet définit un objectif de compactage, une solution consiste à
utiliser un matériau auto-compactant lié, une gravette ou à réaliser un serrage hydraulique. Il en
va de même si un espace de 0,50 m ne peut être respecté de part et d’autre des regards.
Si, pour des raisons d’encombrement, les largeurs minimales ne peuvent être respectées, il
conviendra de procéder à une étude particulière de faisabilité (pose, compactage, calcul, profil
en long, ...).

7.4.4 Dimension des fouilles pour regards de visite


La dimension des fouilles pour regards de visite et d’inspection est égale à la dimension
extérieure de l’ouvrage augmentée de 0,50 m de part et d’autre.

7.4.5 Dimension des fouilles pour canalisations en polyéthylène


soudé ou acier
La largeur des fouilles doit permettre d’assurer des conditions de travail en sécurité pour la
réalisation de soudage des joints des tubes et raccords. Pour optimiser les travaux de
terrassement et remblaiement, la sur largeur des fouilles pourra se limiter à l’emplacement des
joints soudés en tranchée.
Selon la procédure d’exécution des travaux à prévoir par rapport aux contraintes du chantier,
plusieurs tubes peuvent être soudés en surface avant la pose dans la tranchée.

7.4.6 Remblaiement
Le remblaiement doit être réalisé de manière à mettre en place les matériaux de nature
appropriée. Les éléments susceptibles d’endommager les canalisations (tassement,
poinçonnement ou choc) lors de la consolidation doivent être éliminés.
Le remblaiement comporte deux phases relatives à deux zones :
- Zone de remblai proprement dit (dit 1) ;
- Zone de remblai d’enrobage (dit 2).

103
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 7-8 : Zones de remblaiement d’une tranchée

L’exécution de la zone d’enrobage 2 conditionne la bonne tenue des canalisations. Elle


comprend en général :
- Le lit de pose, d’une épaisseur minimale sous la génératrice inférieure de 0,10 m en
conditions de sol normales et de 0,15 m en cas de sol dur ou rocheux. Pour le cas des
sols homogènes, suffisamment meubles et de granularité fine, la canalisation pourra être
posée sur un fond de tranchée égalisé et mis en forme conformément à la norme
NA 17954 ;
- L’assise ;
- Le remblai latéral ;
- Le remblai initial d’une hauteur minimale de 0,10 m au-dessus du collet et de 0,15 m
au-dessus de la génératrice supérieure de l’assemblage (manchon, collerette,...).
L’épaisseur des couches et la cadence de mise en œuvre sont celles prescrites par le cahier des
charges du projet ou celles retenues au cours d’essais préalables réalisés contradictoirement
entre le maître d’ouvrage ou son représentant le maître d’œuvre et l’entrepreneur avec les
matériels dont dispose l’entreprise. Pour la réalisation du remblai initial et du remblai
proprement dit, l’entrepreneur prévoit une hauteur de protection tenant compte de la puissance
des engins de compactage afin de préserver l’intégrité de la canalisation.
Les matériaux utilisés pour le remblai proprement dit doivent être conformes aux spécifications
du projet. Ils sont placés en couches successives. La limite maximale de l’épaisseur d’une
couche compactée est d’environ 0,3 m.
La zone d’enrobage de la canalisation est réalisée avec de matériaux apportés non susceptibles
d’être entraînés hydrauliquement, d’une granulométrie comprise entre 0,1 mm et 5 mm (entre
5 mm et 15 mm en présence d’une nappe phréatique).
En cas de risque d’intrusion du sol existant ou la migration du matériau d’enrobage dans celui-
ci, l’utilisation d’une structure géotextile ou d’un filtre calibré peut être nécessaire pour confiner
l’enrobage du tuyau, en particulier en présence d’une nappe phréatique.
La réutilisation des déblais pour le remblai est soumise à l’approbation du maître d’ouvrage et
du maître d’œuvre en fonction d’une étude géotechnique comprenant des essais de sol adaptés
(au minimum nature de sol et granulométrie, ainsi que composants agressifs pour des sites à
risque).

104
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

D’une manière générale, la dimension maximale Dmax des matériaux utilisables doit être
conforme à la norme NA 5304. Le Dmax doit être tel que :
- dans la zone de remblai proprement dit :
 D < 1/10 de la largeur de tranchée,
 D < 1/5 de l’épaisseur de couche compactée ;
- dans la zone d’enrobage :
 D ≤ 22 mm pour une canalisation de DN ≤ 200 mm,
 D ≤ 40 mm pour une canalisation de DN ≥ 200 mm.

7.4.7 Utilisation des matériaux autocompactants pour le


remblai
Ces matériaux sont utilisables tant en zone d’enrobage, qu’en remblai en prenant en compte les
contraintes inhérentes à chaque chantier. Ils sont constitués à base de liant hydraulique,
faiblement dosés en ciment, et ne nécessitent pas de compactage ni de vibration lors de leur
mise en œuvre. Leur utilisation n’exige pas d’objectif de densification.
Ce produit doit être réexcavable à long terme. La réexcavation indique que le matériau du
remblai doit pouvoir être excavé manuellement sans utiliser de moyen mécanique lourd. On
distingue deux types de produits :
- Les matériaux essorables qui utilisent le principe des remblais hydrauliques : la fluidité
nécessaire à la mise en œuvre est due à leur teneur en eau élevée ;
- Les matériaux non essorables dont la fluidité est obtenue par l’utilisation d’adjuvants –
parfois spécifiques – et la capacité portante par la prise et le durcissement du liant.
La résistance à la compression (Rc) à 28 jours pour un matériau essorable ou non devra être
inférieure à 2 Mpa, afin de rester réexcavable à long terme.
Tableau 7-4 : Estimation de la réexcavabilité d’un matériau de remblai autocompactant
Rc28j < 0,7 Mpa 0,7 à 2 Mpa > 2 Mpa
Réexcavabilité Facile Moyennement facile Difficile
Manuelle Manuelle ou Mécanisation
mécanisation légère

7.4.8 Pose des canalisations


Chaque tuyau doit être posé dans la tranchée de façon qu’il porte uniformément sur le lit de
pose sur toute sa longueur.
Sauf cas particulier, l’installation des tuyaux à emboîtement se fait depuis l’aval vers l’amont
du projet, les emboîtures des tuyaux se trouvent côté amont.

105
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 7-9 : Pose de canalisation en fonte

Pour l’assemblage par bague de joint, les opérations suivantes sont recommandées :
- Bien nettoyer les parties à assembler ;
- Vérifier la mise en place correcte de la bague d’étanchéité, sa propreté ainsi que celle
de son logement ;
- Lubrifier selon les prescriptions du fabricant et souvent sur l’embout male ;
- L’about male est présenté dans l’axe du tuyau déjà en place ;
- L’emboitement s’effectue dans l’axe, par poussée progressive jusqu’à la position
prescrite par le fabricant ;
- Pour les tuyaux de moyens et gros diamètres, par poussée lente à l’aide d’une barre à
mine et une planche intercalée entre le tuyau et la barre ;
- Pour les tuyaux de gros diamètres (≥ 400 mm), l’usage d’une ou plusieurs tires forts ou
d’un engin mécanique approprié peut se révéler nécessaire.

7.4.8.1 Cas d’assemblage par manchon des tuyaux en PRV


Le manchon du tuyau peut être pré-monté en usine sur une extrémité et doit être de la même
pression nominale que celui-ci.
Les garnitures d’étanchéité en élastomère sont situées sur le bout mâle ou dans l’emboîture du
manchon.
Les matières premières pour les bagues d’étanchéité doivent être conformes aux normes
NA 14734 ou NA 14735, selon le cas.

7.4.8.2 Cas d’assemblage par brides des tuyaux en PRV


Les brides en PRV sont généralement utilisées pour le raccordement à une bride métallique
existante sur une pompe, une vanne ou canalisation métallique.
Les brides doivent être munies de joint d’étanchéité.

7.4.8.3 Cas d’assemblage mécanique des tuyaux en fonte


- Pour les tuyaux coupés sur chantier, s’il n’existe pas, reconstituer le chanfrein à
l’extrémité mâle du tuyau ;
- Reporter sur celui-ci, à l’aide d’un crayon gras, la longueur de l’emboîture ;
- Lubrifier l’embout mâle et surtout son chanfrein, selon les prescriptions du fabricant.
Ne lubrifier ni l’intérieur de l’emboîture, ni la bague de joint (sauf indication particulière
du fabricant) ;
- N’utiliser que le lubrifiant préconisé par le fabricant, certains produits risquant
d’attaquer la bague de joint en élastomère.
- Emboîter les 2 éléments à fond, jusqu’au repère préalablement tracé.

106
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

7.4.8.4 Cas de pose de canalisations en acier


Après la pose d’une canalisation à souder en tranchée, l’extrémité ouverte de celle-ci doit être
protégée provisoirement pour conserver sa propreté et prévenir l’intrusion du sol ou tout autre
élément nuisible.
Le revêtement extérieur appliqué en usine et stoppé à au moins 150 mm de l’extrémité de la
canalisation doit être complété sur site par la mise en œuvre d’un revêtement adapté, réalisé
après soudage du joint et contrôle de celui-ci, afin de couvrir la partie de l’acier initialement
nue.
Une procédure de soudage doit être validée avant commencement des travaux et doit être mise
à jour après réalisation des premiers soudages. Les travaux de soudage doivent être exécutés
par des soudeurs qualifiés et testés sur site. Seulement les soudeurs approuvés par le maître
d’ouvrage ou son représentant le maître d’œuvre pourront travailler sur le chantier. Chaque site
de soudage doit être protégé contre l’effet des conditions climatiques (poussière, pluie, …).
Le contrôle de joint soudé comprend la radiographie de celui-ci avec 200 mm de part et d’autre
des deux extrémités de tuyaux et l’ultrason de la soudure.
Une largeur suffisante de la tranchée pour le travail de soudage doit être assurée, avec au moins
600 mm libre sous la canalisation et 900 m en longueur et suivant le diamètre.

7.4.8.5 Cas de pose de canalisations en PVC


Chaque tube doit être posé dans la tranchée de façon qu’il porte uniformément sur le lit de pose
sur toute sa longueur. Des tolérances sont à prévoir pour le mouvement thermique,
particulièrement si la pose a lieu dans des conditions climatiques extrêmes et pour des longueurs
importantes.
Sauf cas particulier, l’installation des tuyaux se fait depuis l’aval vers l’amont du projet, les
emboîtures des tuyaux se trouvent côté amont.
Pour l’assemblage par bague de joint, les opérations suivantes sont recommandées :
- S’il n’existe pas (tube coupé sur chantier), reconstituer le chanfrein à l’extrémité mâle
du tube ;
- Reporter sur celle-ci, à l’aide d’un crayon gras, la longueur de l’emboîture ;
- Bien nettoyer les parties à assembler ;
- Vérifier la mise en place correcte de la bague d’étanchéité, sa propreté ainsi que celle
de son logement ;
- Lubrifier le bout mâle et surtout son chanfrein, selon les prescriptions du fabricant. Ne
lubrifier ni l’intérieur de l’emboîture, ni la bague de joint (sauf indication particulière
du fabricant) ;
- Emboîter les 2 éléments à fond, jusqu’au repère préalablement tracé ;
- Pour les tubes de moyens et gros diamètres, pousser lentement avec une barre à mine,
une planche ayant été intercalée entre le tube et la barre ;
- N’utiliser que le lubrifiant préconisé par le fabricant, certains produits risquant
d’attaquer la bague de joint en élastomère ;
- Pour les tubes de gros diamètres (≥ 400mm), l’usage d’une tire fort ou d’un engin
mécanique approprié peut se révéler nécessaire.

107
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 7-10 : Illustration du joint d’emboîtement des tubes PVC

Bout mâle

Joint souple

Bout femelle

7.4.8.6 Cas de pose des canalisations plastiques annelées


A- Assemblage par bague d’étanchéité
- Cas des tubes pré manchonnées (tubes à bout mal et bout femelle) :
Les assemblages à bague d’étanchéité en élastomère sont conçus avec la bague d’étanchéité
située sur le bout mâle (voir Figure) ou dans l’emboîture (voir Figure).
Les matières premières pour les bagues d’étanchéité doivent être conformes aux normes
NA 14734 ou NA 14735, selon le cas.
Figure 7-11 : Exemples d'assemblage à bague d’étanchéité en élastomère avec la bague d’étanchéité
située sur le bout mâle, de Type B

NOTE : Il convient que la position de la bague d’étanchéité sur le bout mâle soit spécifiée par le
fabricant.
Figure 7-12 : Exemple d'assemblage à bague d’étanchéité en élastomère avec la bague d’étanchéité
située dans l’emboîture, de Type B

- Utilisation d’un manchon coulissant :


Les tubes thermoplastiques annelés s’assemblent entre eux également au moyen d’un manchon
en PEHD et d’un joint d’étanchéité en EPDM. Le joint (conforme à NA 14734) positionné sur
la partie mâle du tube assure l’étanchéité de la connexion à 0,5 bar en pression et -0,3 bar en
dépression (selon NA 18617).
Pour la mise en œuvre, se référer aux instructions du fabricant des tubes.
Figure 7-13 : Exemple de manchon de jointement des tubes annelés

108
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

B- Assemblage mécanique
Les extrémités des canalisations et les raccords sont joints à l'aide d'une bride d'acier et d'un
joint en caoutchouc.
Ce type d’assemblage est utilisé pour raccorder des tubes en polyéthylène entre eux ou des
tubes en polyéthylène à d’autres éléments métalliques ou plastiques du réseau d’une façon
simple et rapide.
Figure 7-14 : Exemple d'assemblage mécanique de tubes annelés

C- Assemblage par soudure


Quand des assemblages soudés, ou obtenus par fusion, sont utilisés, les instructions du fabricant
de composants pour l'assemblage doivent être suivies.
Plusieurs méthodes peuvent être utilisées :
- Électrosoudage :
Cette technique consiste à réaliser des assemblages au moyen de raccords électrosoudables
auxquels une résistance électrique a été intégrée lors de la fabrication.
La fouille au droit de raccordement doit être suffisamment dimensionnée pour installer puis
utiliser au mieux les équipements de soudage. En cas de mauvais temps (pluie, poussière,
neige), les opérations de mise en œuvre du PE doivent toujours être effectuées avec une
protection (tente, bâche). Toute humidité ou poussière dans la zone de soudage entraîne une
mauvaise qualité de soudure et une défaillance de l’étanchéité.
Figure 7-15 : Exemple d’assemblage au moyen de raccords électrosoudables

- Soudure bout-à-bout :
Les tubes et les raccords sont joints à l'aide d'une machine de chauffage pour le soudage
bout-à-bout. Ces éléments doivent être d’épaisseurs identiques et d’indice de fluidité
compatibles entre eux.
Figure 7-16 : Exemple d’assemblage par soudage bout-à-bout

- Fusion manuelle :

109
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Les canalisations et les raccords sont joints à l'aide d'une extrudeuse soudeuse manuelle et en
utilisant un fil de soudure en PEHD.
Figure 7-17 : Exemple d’assemblage par extrusion manuelle

7.4.9 Déviation angulaire


Lors de la pose en tranchée, un tuyau peut être dévié à l’assemblage jusqu’à l’angle maximal autorisé
par le fabricant.
Pour les canalisations plastiques, les emboîtures à joint permettent en général une déviation angulaire
de 2°.

7.4.10 Signalisation des canalisations


Pour les canalisations de profondeur faible (< 2 m), il est recommandé de signaler leur présence
dans le sol par un grillage avertisseur de couleur marron mis en place lors du remblaiement des
tranchées à 0,30 m au-dessus de la génératrice supérieure afin de réduire les risques
d’endommagement.

7.5 Liaison des canalisations avec les regards


D’une manière générale, un joint élastomère doit être utilisé pour assurer à la fois l’étanchéité
et la liaison souple de la canalisation avec les regards.
Figure 7-18 : Exemple de joints souples pour l’étanchéité des raccordements avec des regards en béton

Joint sans collier de serrage Joint avec collier de serrage

Pour les canalisations en fonte, la liaison de la canalisation avec le regard en béton peut être
réalisée avec un joint élastomère ou avec un manchon de scellement en fonte.
Les changements de direction, de pente ou de diamètre pourront être réalisés à l’intérieur même
d’un regard sans avoir recours aux déviations angulaires. L’intégration d’une cunette au fond
du regard est préconisée afin d’assurer des bonnes conditions d’écoulement des effluents.

110
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

7.5.1 Liaison des canalisations en PVC avec les regards en


béton
Les tubes ne doivent pas être simplement arrêtés à leur arrivée dans le béton de la paroi ou la
cunette du regard ou d’un ouvrage en béton.
La liaison des tubes PVC avec le regard en béton doit se faire impérativement par le biais d’un
joint, dit joint d’entrée de regard.
Figure 7-19 : Exemple de raccordement de canalisation en PVC avec un regard en béton

7.5.2 Liaison des canalisations PVC avec les regards


thermoplastiques
La liaison au regard se fait par le biais d’un joint placé dans un logement préalablement percé
sur le regard et dont le diamètre doit correspondre au diamètre du tube.
Le percement du logement du regard se fera avec une scie cloche préconisée par le fabricant,
un ébavurage est conseillé avant la mise en place du joint.
La canalisation sera lubrifiée (savon, graisse silicone) et introduite dans le joint qui devra
présenter une certaine résistance, la canalisation dépassera d’environ 5 cm dans le regard.
Figure 7-20 : Raccordement de canalisation en PVC avec un regard thermoplastique

7.5.3 Liaison des canalisations plastiques annelées avec les


regards en béton
Les tubes PE peuvent être connectés au manchon sablé intégré dans les parois des ouvrages en
béton ou en utilisant un joint spécial sur un bout mâle d’un tube annelé.

111
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 7-21 : Raccordement de tubes plastiques annelés avec un regard en béton

Pour les regards préfabriqués munis de joint spécial, il est possible d’emboîter directement la
partie mâle du tube muni de son joint.

7.5.4 Liaison des canalisations plastiques annelées avec les


regards thermoplastiques
Il existe toute une panoplie de solutions pour le raccordement des tubes annelés aux regards
thermoplastiques. Généralement, ces regards sont réalisés avec des dérivations à la hauteur et
aux angles souhaités, et sont raccordés aux conduites par manchon, double joint.
Pour la mise en œuvre, se référer aux instructions du fabricant des tubes.
Figure 7-22 : Raccordement de canalisations annelées avec un regard thermoplastique

7.6 Raccordement du branchement au collecteur


Tout branchement pénétrant dans la canalisation du collecteur est interdit.
Les raccordements sur collecteur du branchement doivent être réalisés en utilisant des
composants préfabriqués.
Lorsque les raccordements sont faits sur les regards et sur les canalisations, on doit s’assurer
que :
- la résistance mécanique des canalisations raccordées n’est pas diminuée,
- le tuyau à raccorder ne peut en aucun cas faire saillie à l’intérieur du tuyau ou regard
auquel il est raccordé,
- le raccordement est étanche.

112
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Réception des ouvrages neufs

8.1 Examens préalables à la réception


Les ouvrages exécutés doivent faire l’objet d’une procédure de réception prononcée par le
maître d’ouvrage. Cette procédure comprend des opérations préalables à la réception destinées
à réaliser des examens de conformité des ouvrages aux prescriptions contractuelles et des
vérifications nécessaires à l’autorisation de leur exploitation.
Ces examens font chacun l’objet d’un procès-verbal, établi au plus tard à la date des opérations
préalables à la réception et comprennent au minimum, en ordre chronologique d’exécution :
- les épreuves de compactage,
- la vérification des conditions d’écoulement,
- l’inspection visuelle ou télévisuelle,
- la vérification de conformité topographique et géométrique des ouvrages,
- les épreuves d’étanchéité,
- la vérification de remise en état des lieux.
Le cahier des charges techniques du projet pourra prescrire des épreuves spécifiques à l’objet
du marché des travaux.
La mise en œuvre de ces examens s’inscrit au même titre que les travaux dans une démarche
de qualité indispensable pour s’assurer de la pérennité des ouvrages.

8.2 Organisation des épreuves de contrôle sur site


Lorsque ceci est possible, il est recommandé de réaliser les épreuves de contrôle au fur et à
mesure de l’avancement du chantier, en particulier dans le cas des chantiers de grande longueur.
Ces épreuves doivent être effectuées par un ou des organismes de contrôle indépendants
(externes à l’entreprise de travaux) et qualifiés, choisis par le maître d’ouvrage.
En cas de non-conformité détectée au cours des épreuves préalables à la réception, les
dispositions prises pour la remise en état permettent d’assurer la durabilité initiale attendue de
l’ouvrage.

114
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

8.3 Description des épreuves de contrôle

8.3.1 Contrôle de compactage


Les contrôles de compactage consistent à vérifier le respect des exigences de compacité du
remblai qui sont fixées par le maître d’ouvrage dans le cahier des charges techniques du marché
de travaux d’assainissement, en référence aux études géotechniques préalables et au
dimensionnement mécanique des ouvrages.
Les exigences des épreuves de compactage sont données par référence à un pourcentage de
l’Optimum Proctor Normal et reposent sur une identification préalable de tous les matériaux
utilisés.

8.3.1.1 Méthode
Les contrôles de compactage sont effectués selon les protocoles des deux normes suivantes :
- NA 17257 Sols – Reconnaissance et essais – Contrôle de la qualité du compactage-
Méthode au pénétromètre dynamique à énergie constante.
- NA 17258 Sols – Reconnaissance et essais – Contrôle de la qualité du compactage-
Méthode au pénétromètre dynamique à énergie variable.
La vérification de la qualité du compactage d’une tranchée par la méthode pénétrométrique
consiste à comparer le profil pénétrométrique obtenu :
- soit aux courbes pénétrométriques de référence établies sur la même classe de matériau
se trouvant dans le même état hydrique et présentant le taux de compactage fixé avant
les travaux conformément à la fonction B de la norme NA 17257 ou NA 17258 ;
- soit aux courbes pénétrométriques de référence établies lors d’une planche d’essai
conformément à la procédure définie dans la fonction C de la norme NA 17257 ou
NA 17258 pour le taux de compactage fixé.
Figure 8-1 : Exemples de contrôles de compactage des tranchées d’assainissement
par des Pénétromètres dynamiques à énergie constante et variable

8.3.1.2 Fréquence minimale


Pour les réseaux à écoulement gravitaire, le nombre de contrôles à réaliser est égal au nombre
de tronçons de la canalisation principale. Il doit être fait :
- au minimum un essai tous les 50 ml,

115
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- un contrôle sur les remblais des canalisations de branchements pour un (01)


branchement sur cinq (05),
- un contrôle à proximité des regards de visite (entre 0,30 m et 0,50 m de la paroi
extérieure), pour un (01) regard de visite sur trois (03),
- un contrôle à proximité des postes de relèvement ou de refoulement.
Pour les tronçons en écoulement sous pression ou sous vide, il doit y avoir un contrôle minimum
tous les 100 ml.

8.3.1.3 Positionnement
Les points de contrôle seront exécutés à environ 15 cm des plans verticaux tangents à la
canalisation et au minimum à 30 – 50 cm de la paroi des dispositifs de visite ou de contrôle.

8.3.1.4 Profondeur
Le contrôle porte sur la totalité des remblaiements ainsi que sur la zone d’enrobage jusqu’au
niveau inférieur du lit de pose ou de la substitution éventuelle.

8.3.1.5 Interprétation des résultats


Les normes NA 17257 et NA 17258 définissent quatre types d’anomalies par ordre de gravité
croissante :
Résultat avec anomalie de type 1
- Le pénétrogramme ne se trouve jamais en dépassement de DL ;
- Les épaisseurs de couche sont systématiquement supérieures de plus de 20 % aux
valeurs prescrites.

Résultat avec anomalie de type 2


- Le pénétrogramme dépasse DL d’un écart inférieur à la distance b entre DL et DR, et
au total sur une hauteur de moins de 30 % de la profondeur contrôlée h.

116
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Résultat avec anomalie de type 3


- Le pénétrogramme dépasse DL d’un écart supérieur à la distance b entre DL et DR, ou
au total sur une hauteur de plus de 30 % à 50 % de la profondeur contrôlée h, quelle que
soit l’importance du dépassement.

Résultat avec anomalie de type 4


- Le pénétrogramme dépasse DL sur plus de50 % de la profondeur contrôlée h.

Lorsqu’il existe des valeurs de droite limite et de droite de référence spécifiques au matériau employé,
celles-ci sont utilisées pour l’interprétation du pénétrogramme.

117
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

8.3.1.6 Critères d’acceptation du contrôle


1) Zone de remblai proprement dit :
Pour l’interprétation, la hauteur à prendre en compte correspond à la hauteur totale de remblai.
- Anomalie de type 1 : essai acceptable,
- Anomalie de type 2 : essai acceptable,
- Anomalie de type 3 : essai non acceptable,
- Anomalie de type 4 : essai non acceptable.
2) Zone d’enrobage
Pour l’interprétation, la hauteur à prendre en compte correspond à la hauteur uniquement de
l’enrobage.
- Anomalie de type 1 : essai acceptable,
- Anomalie de type 2 : essai non acceptable,
- Anomalie de type 3 : essai non acceptable,
- Anomalie de type 4 : essai non acceptable.

8.3.2 Contrôle visuel ou télévisuel des ouvrages


Le contrôle consiste en une inspection visuelle ou télévisuelle de l’ensemble des ouvrages dans
le but de constater les caractéristiques de l’état intérieur et la géométrie de ceux-ci, détecter les
anomalies et vérifier les conditions du bon écoulement hydraulique dans le réseau.
Cette inspection doit répondre aux objectifs suivants de détection :
Pour les canalisations et les branchements :
- les anomalies d’assemblage (déboîtement, déviations angulaires, épaufrures, joints
visibles, bague de butée mal placée, défaut de soudage),
- les anomalies de géométrie (changement de section, de pente, d’orientation, contre-
pentes, coudes),
- les anomalies d’étanchéité visibles (infiltration, exfiltration),
- les anomalies structurelles (fissures, déformations, effondrement, écrasement,
affaissement de voûte, éclatement, ovalisation, perforation, poinçonnement),
- les obstructions et obstacles (dépôts, éléments extérieurs, masque et pénétration de
branchements),
- les défauts (défauts d’aspect, armatures visibles, détérioration des revêtements),
- les raccordements de branchement (en précisant leurs positions, types et défauts,
branchement pénétrant).
Pour les regards de visite et les boîtes de branchement ou d’inspection :
- les anomalies du tampon (voilé, descellé),
- les anomalies liées au dispositif de descente,
- les anomalies du dispositif de réduction et de la cheminée (assemblage et fissures),
- les anomalies des liaisons canalisation-regard,

118
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- les anomalies de la cunette et des banquettes.


Les mesures des distances, le repérage des branchements sont obligatoires. L’évaluation des
pentes et de l’ovalisation est à réaliser lorsque des anomalies de ce type sont mises en évidence
par le contrôle visuel ou télévisuel.

8.3.2.1 Méthode
Les inspections visuelles ou télévisuelles sont réalisées après remblayage, essais de compacité
du remblai et de l’enrobage et épreuve d’écoulement, avant les essais d’étanchéité et de
préférence avant la réfection définitive de voirie. Les résultats sont communiqués au maître
d’ouvrage.
L’inspection télévisuelle se fait par caméra couleur de regard en regard à vitesse constante (sauf
pour examen des anomalies), avec examen circulaire de chaque emboîtement.

8.3.2.2 Préparation du réseau


Le réseau et ses ouvrages doivent être propres, et entièrement nettoyés par hydro curage
(collecteurs et branchements compris) si déjà utilisés, avant inspection télévisuelle. Ces
prestations sont à la charge de l’entreprise de travaux.
Le contrôle s’effectue après déversement d’eau dans le regard amont. Le contrôle doit
s’effectuer de l’aval vers l’amont, ceci afin de mieux visualiser les départs des branchements.

8.3.2.3 Matériel
Le contrôle télévisuel doit être réalisé avec des moyens d’éclairage appropriés et une caméra
couleur adaptée au diamètre de la canalisation à inspecter équipée d’une tête rotative à 360°,
d’un inclinomètre (pour l’indication de l’allure générale de la pente) et d’un outil permettant
l’estimation (voir la mesure exacte) de l’ovalisation, lorsque les matériaux sont sujets à une
telle ovalisation.

8.3.2.4 Interprétation des observations


Les résultats des contrôles visuels et télévisuels sont à présenter dans un rapport illustré
rassemblant notamment :
- les fiches d’inspection dûment remplies,
- la visualisation des culottes de branchement, des liaisons aux regards de visite et des
piquages par carottage,
- la description et l’illustration photographique des observations et des anomalies
décelées sur les canalisations.
Pour les ouvrages faisant l’objet d’un contrôle visuel direct, les anomalies décelées doivent être
photographiées et repérées en altitude par rapport au radier.
Les anomalies doivent être répertoriées selon la codification prévue par la norme NA 17957
relative à la « Condition des réseaux d’évacuation et d’assainissement à l’extérieur des
bâtiments – Partie 2 : Système de codage de l’inspection visuelle ».
La conformité des travaux s’apprécie au vu des prescriptions et tolérances mentionnées dans le
cahier des charges techniques du marché de travaux et les catalogues des fournisseurs.

119
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

8.3.3 Essais d’étanchéité des ouvrages


Ce contrôle permet de vérifier l’étanchéité de l’ensemble du réseau, l’objectif étant de garantir
le transport de la totalité des eaux usées et/ou pluviales vers leur exutoire et d’empêcher
l’infiltration d’eaux parasites qui peuvent perturber le fonctionnement du réseau et de la station
d’épuration.

8.3.3.1 Méthode
Les épreuves d’étanchéité sont exécutées après remblaiement total des tranchées de préférence
avant la réfection définitive de la chaussée et si possible au fur et à mesure de l’avancement du
chantier.
Elles sont effectuées par tronçons de réseau (canalisation, regard, branchement et boîte de
branchement), sur la totalité (100% du réseau) des tronçons pris séparément.
Par tronçon, on entend :
- la conduite comprise entre deux regards et les branchements qui s’y raccordent hors
boîtes de branchement ou d’inspection,
- un regard seul hors branchements qui s’y écoulent,
- un branchement arrivant dans un regard hors boîte de branchement,
- une boîte de branchement ou d’inspection.
L’essai d’étanchéité est réalisé conformément à la norme NA 17954, soit sous faible pression
d’air soit à l’eau, pour les réseaux gravitaires et à la norme NA 17953 pour les réseaux sous
pression.

8.3.3.2 Matériel
Les obturateurs gonflables utilisés sont les suivants :
- Essai à l’eau (Méthode « W ») : l’obturateur amont est obligatoirement un obturateur à
passage traversant qui comportera l’orifice de remplissage et de mise en pression ainsi
que le by-pass d’évacuation d’air et la soupape de sécurité. Il est toutefois préférable de
disposer de 2 obturateurs à passage traversant l’un à l’aval pour le remplissage et la
mise en pression, l’autre à l’amont pour l’évacuation de l’air ;
- Essai à l’air (Méthode « L ») : la position du seul obturateur à passage traversant
nécessaire est sans importance puisque le by-pass ne sert qu’à la mise en pression de
l’ouvrage testé et au passage de la sonde de pression.

8.3.3.3 Réalisation des essais


A- Réseaux gravitaires
Les essais des éléments constitutifs des réseaux gravitaires sont réalisés selon la norme
NA 17954.
En cas de pose de la canalisation en nappe phréatique seule l’épreuve à l’eau est réalisée.
L’épreuve d’étanchéité à l’air avec une pression initiale de 200 mbar (condition d’essai LD) est
cependant possible lorsque la hauteur maximale de la nappe phréatique est inférieure à 2 m CE
par rapport à la génératrice supérieure de la canalisation.

120
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Un essai d’infiltration sera réalisé si le niveau de la nappe est au-dessus de la génératrice


supérieure du tuyau pendant l’essai.

 Canalisation de diamètre ≤ 1000 mm


Les essais des canalisations sont réalisés par application des méthodes suivantes :
- Pour les essais à l’air : méthode « L » avec les conditions d’essai LB, LC ou LD (50,100
ou 200 mbar) et une pression initiale P0 supérieure d’environ 10% à la pression d’essai,
maintenue pendant environ cinq minutes ;
- Pour les essais à l’eau : méthode « W », sous réserve que la pression d’épreuve soit
maintenue constante à 4 m de colonne d’eau pour les canalisations implantées dont la
génératrice supérieure se situe à une profondeur inférieure à 4 m par rapport à la surface
du sol fini.
En cas de litige seul le résultat de l’essai à l’eau « W » est décisif.

 Canalisation de diamètre > 1000 mm


Les essais des canalisations d’un diamètre supérieur à 1000 mm sont réalisés joint par joint,
pour l’essai d’un assemblage seul, la surface de référence dans la méthode « W » correspond à
celle d’un tuyau de 1 m de long.
La durée normale de l’essai est de 30 minutes. L’essai est déclaré concluant si la pression est
stable pendant au moins 5 minutes, dans le cas contraire l’essai est prolongé jusqu’à son terme.

 Regards et boîtes de branchements dont la profondeur est inférieure à 5 m par


rapport à la génératrice supérieure de la canalisation
L’essai d’étanchéité à réaliser se fait selon la méthode « W » en incluant le dernier assemblage
(joint supérieur du cône de réduction avant la construction de réglage).
Afin de tenir compte des contraintes techniques de mise en œuvre, la mise en charge
hydraulique pourra parfois être légèrement supérieure à celle correspondant au niveau de la
chaussée sans toutefois dépasser de plus de 20 cm la surface de la chaussée.
Toute réalisation incomplète de l’essai doit apparaître au rapport d’épreuve ainsi que sa
justification, notamment si le regard n’est pas éprouvé sur toute sa hauteur en raison de
contraintes techniques (ex : impossibilité d’obturer le dispositif de réglage au-dessus de
l’assemblage supérieur du dispositif de réduction).

 Regards d’une profondeur supérieure à 5 m


L’essai d’étanchéité se fait à pression constante à une valeur maximum correspondante à une
hauteur de 5 m de colonne d’eau par rapport à la génératrice supérieure de la canalisation.

B- Réseaux sous pression


Les essais des canalisations sous pression sont réalisés à l’eau selon la norme NA 17953 et les
prescriptions techniques (cf. liste des documents techniques en Annexe 4 : Fascicule 71) par
application de la méthode à chute de pression pendant une durée de 30 minutes.

121
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

La pression d’essai correspondra à 150 % de la pression de service dans la limite de 10 bars.


Toute chute de pression sera assimilée à une non-conformité.

8.3.3.4 Interprétation des résultats


L’évaluation de l’étanchéité est donnée par la mesure soit d’un débit de fuite d’eau, soit d’un
temps de chute de pression d’air.
Le résultat du contrôle d’étanchéité est réputé positif lorsqu’il répond aux exigences fixées par
la méthode suivie.
Lorsque le résultat du contrôle s’avère négatif, il doit faire l’objet d’une fiche d’anomalie et de
non-conformité.
- Méthode « W »
Le résultat du contrôle de l’étanchéité est positif si la quantité d’eau ajoutée n’est pas supérieure
à:
 0,15 l/m2 de surface mouillée pendant 30 minutes pour les canalisations ;
 0,40 l/m2 de surface mouillée pour les regards et boîtes de branchements.
- Méthode « L »
Les temps d’essai pour les canalisations, à l’exclusion des regards et boîtes de branchement,
sont donnés au tableau ci-après en fonction du diamètre du tuyau et des conditions d’essai (LA,
LB, LC, LD).
Il convient que la condition d’essai soit indiquée par l’auteur du projet. Des tampons étanches
appropriés doivent être utilisés pour éviter les erreurs dues au matériel d’essai. Une attention
particulière est requise dans le cas des grands diamètres, pour des raisons de sécurité durant
l’essai.
L’essai à l’air des regards de visite et des boîtes de branchement présente des difficultés de
réalisation pratique.
NOTE 1 : Dans l’attente d’une expérience suffisante, on peut utiliser des temps d’essai divisés
par deux par rapport à ceux des canalisations de diamètre équivalent.
Une pression initiale supérieure d’environ 10 % à la pression d’essai, Po, doit d’abord être
maintenue pendant environ cinq minutes. La pression doit être alors ramenée à la pression
d’essai indiquée au tableau ci-après suivant la condition LA, LB, LC ou LD. Si la chute de
pression mesurée à la fin du temps d’essai est inférieure à ∆p donné au tableau, la canalisation
est conforme.
NOTE 2 : Les prescriptions pour les essais à l’air en pression négative ne sont pas indiquées
dans la norme NA 17954 car il n’y a pas pour l’instant d’expérience suffisante avec cette
méthode.
L’équipement utilisé pour mesurer la chute de pression doit permettre la mesure avec une
précision de 10% de ∆p. La précision de mesure du temps doit être 5 s.

122
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 8-1 : Pression d’essai, chute de pression et temps d’essai pour les essais à air
Matériau Conditions P0 ∆p Temps d’essai
d’essai mbar (min)
(kPa)
Tuyaux béton LB 50 10 DN DN DN DN DN DN DN
mouillées et tous (5) (1) 100 200 300 400 600 800 1000
les autres LC 100 15 4 4 6 7 11 15 19
matériaux (10) (1,5)
LD 200 15 3 3 4 5 8 11 14
(20) (1,5)
K 0,058 0,058 0,040 0,030 0,020 0,015 0,012

8.3.4 Vérification de la conformité topographique et


géométrique des ouvrages
La conformité des ouvrages aux plans d’exécution est vérifiée contradictoirement par le maître
d’œuvre et l’entreprise de travaux ou par un organisme de contrôle.
Pour le repérage géographique des ouvrages, la tolérance altimétrique dans l’axe du regard (fil
d’eau) est de ± 10% de la plus faible différence altimétrique entre deux regards avec un
minimum de ± 10 mm.

123
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Techniques d’assainissement
non gravitaires

9.1 Technique d’assainissement sous pression

9.1.1 Description générale du système


Le réseau d'assainissement sous pression est un système de transport d'eaux usées domestiques
comportant une canalisation unique sous pression ou un réseau ramifié de canalisations sous
pression. L'équipement générant la pression est toujours situé en extrémité amont de la (des)
canalisation(s) sous pression. Le point de rejet est le point où la totalité du débit du système
sous pression refoule à la pression atmosphérique : regard, collecteur gravitaire ou bâche.
Le dispositif de réception des eaux usées est constitué d’une cuve ou bâche de réception et peut
desservir un ou plusieurs bâtiments en fonction de la capacité de l'équipement générateur de
pression.
Les canalisations sont généralement posées en suivant le profil naturel du terrain traversé, ce
qui autorise une liberté maximale pour l'ensemble de la conception quant aux conditions
topographiques et à la présence d’obstacles souterrains.
Figure 9-1 : Exemple du réseau d'assainissement sous pression montrant
le dispositif de réception, la pompe et le réseau de refoulement
(1 : ligne gravitaire, 2 : pompe, 3 : dispositif de réception, 4 : réseau de canalisation)

124
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

9.1.2 Cas d’application des réseaux d’assainissement sous


pression
Il convient d'envisager le réseau sous pression dans un ou plusieurs des cas suivants :
- Pente insuffisante de terrain ;
- Présence de la nappe phréatique ;
- Faible densité de population ;
- Sous-sol défavorable à la réalisation des tranchées profondes ou larges ;
- Production occasionnelle d'eaux usées (par exemple: camping) ;
- Contraintes d'environnement importantes ;
- Mise en jeu d'importants coûts de réfection de chaussée ;
- Sous-sol encombré de réseaux existants.

9.1.3 Avantages
Les avantages des réseaux d’assainissement sous pression comprennent :
a) La simplicité du montage :
 Installation aisée sans travaux de canalisation onéreux ou stations de pompage
intermédiaires ;
 Canalisations de diamètre réduit pour tous terrains ;
 Tranchées à dimensions réduites.
b) Une planification fiable :
 Étude et détermination du réseau intégré de conduites et des modules d’injection d’air ;
 Livraison et installation de stations de pompage pré-câblées.
c) La sécurité du fonctionnement :
 La bonne configuration et le contrôle correct des modules d’injection d’air réduit la
formation de dépôts dans les conduites, donc la corrosion par développement d’H2S.

9.1.4 Normes appliquées


La mise en œuvre d’un réseau d’assainissement sous pression doit satisfaire aux exigences
normatives suivantes :
- Pour la conception du système : la norme NA 17949 ;
- Pour le réseau : les normes NA 17952 et NA 17953 ;
- Pour la partie amont d’évacuation gravitaire : la norme NA 17226 ;
- Pour les tubes et raccords en polyéthylène (PE) : les normes NA 7700-1 et NA 7700-2 ;
- Pour les tubes et raccords en PVC-U : la norme EN ISO 1452.

125
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

9.2 Technique d’assainissement sous vide

9.2.1 Description générale du système


Les effluents provenant des habitations sont rejetés d’une façon gravitaire dans un regard de
collecte comprenant un puisard de stockage et une valve d’interface. Celle-ci est normalement
fermée. Lorsque le volume d’eaux usées dans ce regard atteint un niveau prédéterminé, la valve
s’ouvre automatiquement. La pression différentielle entre le collecteur sous vide et
l’atmosphère entraine les eaux usées du regard de collecte dans le collecteur. Une fois le puisard
de stockage vidé, la vanne se referme.
Les eaux usées se déplacent dans le collecteur grâce aux forces résultant de la différence de
pression de part et d’autre du bouchon liquide formé dans ce collecteur, dont le profil est
caractérisé par une succession de pentes douces et de remontées brusques comme des « dents
de scie ».
Les collecteurs sous vide se déversent dans la cuve de vide ou la fosse de stockage de la station
de vide. Le vide est maintenu par un groupe à vide (pompe(s)) à un niveau prédéterminé. Les
eaux usées sont en général pompées depuis cette station par des pompes de refoulement vers
un collecteur gravitaire ou une station d’épuration.
La station de vide est semblable à une station de relèvement conventionnelle que l’on trouve
dans les réseaux d’assainissement, complétée par des groupes de vide et une cuve de vide
fermée ou une fosse de stockage.
L'étanchéité du réseau à l’eau et à l'air est requise et doit être constatée par des essais préalables
à la réception du réseau.
Figure 9-2 : Principe de fonctionnement d’un réseau d’assainissement sous vide
(1 : collecteur sous vide, 2 : station sous vide, 3 : station de traitement des eaux usées)

Figure 9-3 : Principe de branchement sur un réseau d’assainissement sous vide


(1 : évacuation gravitaire, 2 : regard de collecte, 3 : canalisation de branchement, 4 : collecteur sous vide)

126
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

9.2.2 Cas d’application des réseaux d’assainissement sous vide


Les réseaux d'assainissement sous vide sont particulièrement adaptés aux zones difficiles ou
sensibles et lorsque la mise en place d’un réseau gravitaire s’avère difficile et coûteux, en
particulier dans les cas suivants :
- Terrain plat ou vallonné ;
- Zones proches de lacs, de rivières, de la mer ;
- Régions inondables ou la nappe est souvent affleurante ;
- En zone de captage d’eau potable ;
- Conditions géotechniques difficiles telles que sous-sols marécageux, rocheux instables ;
- Mise en conformité de sites industriels présentant un sous-sol encombré ;
- Ports de plaisance ;
- Camping, bases de loisirs, résidences de loisirs.

9.2.3 Avantages
L’assainissement sous vide regroupe des avantages économiques et environnementaux, ces
derniers permettent d’associer performance économique et respect de l’environnement en
s’inscrivant dans une démarche de développement durable, à savoir :
- Faibles dimensions des tranchées ;
- Réduction des coûts de terrassement et de blindage liée à l’utilisation des petits
diamètres de collecteurs ;
- Rapidité de pose et faible impact sur le trafic avec la faible profondeur et l’étroitesse de
tranchée ;
- Pas besoins d’opération de nettoyage périodique du réseau ;
- Absence de risque de pollution des nappes par exfiltration, le système renseigne en
permanence sur son étanchéité (fonctionnement prolongé des pompes à vide) ;
- Limitation des impacts environnementaux, les conduites d’eau potable ou de drainage
des eaux pluviales peuvent être posées à côté de la conduite sous vide.

9.2.4 Normes appliquées


La mise en œuvre d’un réseau d’assainissement sous vide doit satisfaire aux exigences
normatives suivantes :
- Pour la conception du système : la norme NA 17955 ;
- Pour le réseau : les normes NA 17952 et NA 17953 ;
- Pour la partie amont d’évacuation gravitaire : la norme NA 17226 ;
- Pour les tubes et raccords en polyéthylène (PE) : la norme NA 7700 parties 1 et 2 ;
- Pour les tubes et raccords en PVC-U : la norme EN ISO 1452.

127
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

DEUXIEME PARTIE :
REGLES ET NORMES DE REHABILITATION DES
RESEAUX D'ASSAINISSEMENT

128
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10

Dispositions générales
et études préalables
pour les projets de réhabilitation

10.1 Objet du guide


Cette partie du guide technique est destinée à aider les maîtres d’ouvrages, maîtres d'œuvre et
entreprises de travaux dans la mise en œuvre d’un projet de réhabilitation, par l’intérieur et sans
ouverture de tranchée, des ouvrages d’un réseau d'évacuation et d'assainissement existant.
On entend par réhabilitation, toutes mesures entreprises pour restaurer ou améliorer les
performances de ce réseau.
En général, tout projet de réhabilitation est issu « d’un programme de réhabilitation » : élément
d’un plan de gestion intégrée du réseau d’assainissement d’une ville, d’une commune, d’un
bassin ou d’un sous-bassin versant, conformément à la norme NA 17226. Cependant, cela n’est
pas toujours possible, notamment si des travaux urgents sont requis (par exemple, en réponse à
une défaillance survenue sur une canalisation d’évacuation ou d’assainissement).
Il est à noter que jusqu’à ce jour, les termes utilisés sur certains projets peuvent être différents
de ceux définis dans ce guide (exemple : restructuration, consolidation, renforcement d’un
collecteur). Afin d’éliminer toute confusion, pour ces mêmes projets, les terminologies
normatives suivantes (NA 17999) et définies ci-après devront être appliquées : réhabilitation,
rénovation, réparation, remplacement. Le responsable du projet de réhabilitation pourra, dans
le cahier des charges techniques, appuyer l’utilisation de cette terminologie par des descriptions
sur la nature et les objectifs des travaux à réaliser.
Le guide présente dans les chapitres suivants :
 Les études préalables nécessaires aux travaux de réhabilitation ;
 Les investigations ou diagnostics complémentaires ;
 Les différents types et techniques de rénovation, de réparation et de remplacement sans
tranchée des ouvrages du réseau ;
 Leurs conditions d’utilisation ;
 Les règles de réception de ces travaux.

10.2 Domaine d’application


Le domaine d’application du guide concerne les ouvrages du réseau existant, séparatif ou
unitaire, situés à l'extérieur des bâtiments, fonctionnant par gravité (à surface libre), sous
pression ou sous vide, à savoir :

130
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

 les canalisations (ouvrages non visitables ou visitables*),


 les branchements,
 les regards de visite.
* NOTA : Un collecteur est considéré comme visitable, s’il permet l’entrée, le déplacement dans le réseau, en
toute sécurité, du personnel qualifié nécessaire à une intervention ou une maintenance. Les réglementations
nationales ou l’autorité compétente peuvent spécifier des exigences sur les circonstances dans lesquelles
l’intervention peut être effectuée dans des conditions sécuritaires.
Il est préconisé de considérer un collecteur comme visitable lorsque l’ouvrage a une hauteur intérieure
supérieure ou égale à 1,6 m suivant un document de référence en France qui est : « l’Instruction technique
relative aux réseaux d’assainissement des agglomérations de 1977 » (en cours de révision au moment de
l’élaboration du présent document en 2015).

Le guide concerne les trois types de travaux de réhabilitation, dont :


1. Les travaux de rénovation qui intègrent l'ensemble ou une partie de la structure
d'origine d'un collecteur ou d'un branchement grâce auxquels les performances
techniques sont améliorées ;
2. Les travaux de réparation qui sont destinés à rectifier des défauts localisés de ces
ouvrages ;
3. Les travaux de remplacement qui sont destinés à construire sans tranchée un collecteur
neuf ou un branchement, sur l'emplacement d'un collecteur ou d'un branchement
existant, la fonction du nouvel élément intégrant celle de l'ancien.
Les travaux de rénovation ou de réparation comprennent des familles de techniques présentant
des caractéristiques communes et regroupées qui permettent de les ranger en classes distinctes.
Celles-ci sont présentées ci-après dans les chapitres 11 et 12.
Les techniques de remplacement sans tranchée sont abordées dans le chapitre 13 du guide.
Le remplacement des ouvrages par la construction en tranchée d’ouvrages neufs se substituant
à l’existant est traité dans la première partie du guide.

131
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 10-1 : Classification normalisée des techniques de réhabilitation des réseaux d’évacuation et
d’assainissement (NA 17999 et NA 17950)
Réhabilitation
Rénovation Réparation Remplacement
(Chapitre 11) (Chapitre 12) (Chapitre 13)
Tubage par tuyau continu avec Réparation par injection Remplacement sans tranchée par
espace annulaire la pose avec éclatement
Tubage par tuyau continu sans Réparation par chemisage partiel Remplacement sans tranchée par
espace annulaire la pose avec extraction
Chemisage continu polymérisé en Réparation avec un matériau Remplacement sans tranchée par
place taloché microtunnellage avec mange-tube
Tubage par tuyaux courts avec Réparation avec dispositifs
espace annulaire mécaniques internes
Tubage par enroulement Réparation par remplissage au
hélicoïdal coulis
Tubage par coffrage plastique
interne ancré de manière rigide
Tubage par éléments préfabriqués
Chemisage par matériau projeté,
taloché ou coulé en place
Autres familles de techniques de Autres familles de techniques de Remplacement avec tranchée**
rénovation* réparation*
* Les autres techniques de rénovation ou de réparation qui ne correspondent à aucune des familles ci-dessus au moment de
l'élaboration du présent guide doivent être examinées selon les préconisations de celui-ci, les normes en vigueur et les
prescriptions des fabricants.
** Les DTR applicables (la première partie du guide) concernent les règles de pose des canalisations en matières plastiques ou les
matériaux de béton, PRV, fonte ou acier dans les réseaux d’assainissement.

La mise en œuvre des ouvrages réhabilités doit utiliser des matériaux fiables et résistants à la
corrosion et l’érosion par les effluents et doit respecter les présentes recommandations, les
préconisations normatives, les prescriptions des fabricants et les règles de l’art pour assurer une
durée de vie maximale de ces ouvrages.

10.3 Principaux avantages d’une réhabilitation sans


tranchée

10.3.1 Avantages socio-économiques


L’intervention sur un ouvrage se situant en centre urbain ou à proximité d’ouvrages sensibles
pose de nombreux problèmes qui ne sont pas liés à l’assainissement. Les travaux de
réhabilitation sans tranchée pourront présenter certains avantages par rapport aux techniques
traditionnelles, telles que :
 des économies financières de 10% à 30% par rapport aux techniques classiques de
reconstruction des collecteurs en tranchée (certaines études ont montré que le coût social
des chantiers en tranchée à ciel ouvert en milieu urbain dense pouvait aller jusqu’à

132
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

doubler le prix réel du chantier, en quantifiant les détours imposés aux automobilistes,
les pertes de chiffres d’affaires des commerçants et des recettes publiques) ;
 des réductions de gênes occasionnées aux activités économiques et routières lors des
chantiers dans des contextes urbains (routes barrées, trafic des camions et engins de
travaux publics, circulation automobile perturbée par les travaux en tranchée ouverte,
etc.) ;
 l’absence de démolition de la chaussée (hors éventuels puits de travaux) ;
 des limitations de nuisances aux riverains (bruit, poussière, impact visuel du chantier) ;
 des limitations de déviation des effluents et d’interruption de service ;
 des réductions des déchets et sous-produits de chantiers ;
 des durées de chantiers de travaux plus courtes.

10.3.2 Avantages techniques


La réhabilitation par l’intérieur se justifie pleinement en présence de contraintes particulières
ou d’obstacles tels que :
 des conditions géotechniques difficiles (instabilité de sol, pente, etc.) ;
 une présence de nappe phréatique ;
 un encombrement du sous-sol par les réseaux d’autres concessionnaires (gaz, eau,
électricité, etc.) et les autres ouvrages souterrains ;
 un contexte résidentiel dense ;
 une zone sensible à activités économiques ;
 le respect d’une chaussée récente ;
 une profondeur importante du réseau.
Plusieurs techniques de rénovation utilisent des matériaux plastiques ou des résines, ce qui
permet d’obtenir des surfaces lisses contribuant à améliorer l’écoulement et l’évacuation des
effluents et des matières en charges, malgré une réduction possible du diamètre intérieur de la
canalisation existante. Une amélioration de la capacité hydraulique de plus de 10% pourra être
obtenue et doit être prise en compte dans les notes de calcul hydraulique et dans la comparaison
entre les différentes options techniques de réhabilitation.

10.4 Références normatives


Les matériaux utilisés dans les projets de réhabilitation du réseau d’assainissement doivent être
conformes aux normes nationales et, en cas d’absence de celles-ci à des normes internationales
applicables. Certaines normes utiles à l’application du présent guide sont rappelées en
Annexe 3.
La dernière édition de normes nationales et des normes ou documents auxquels font référence
les techniques et matériaux utilisés pour la réhabilitation des ouvrages du réseau
d’assainissement s'applique (y compris les éventuels amendements).
En leur absence, les composants et matériaux doivent être conformes aux prescriptions
techniques du projet.
Toute instruction complémentaire de la part du fabricant de matériau doit être respectée.

133
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10.5 Termes et définitions


Pour les besoins du présent guide, les principaux termes et définitions suivantes s’appliquent :
 Réhabilitation : mesures entreprises pour restaurer ou améliorer les performances d'un
réseau d'évacuation et d'assainissement existant.
 Rénovation : travaux intégrant l'ensemble ou une partie de la structure d'origine d'un
branchement ou d'un collecteur grâce auxquels les performances sont améliorées.
 Réparation : rectification des défauts localisés.
 Remplacement : construction d'un branchement ou d'un collecteur neuf, sur ou hors de
l'emplacement d'un branchement ou d'un collecteur existant, la fonction du nouvel
élément intégrant celle de l'ancien.
L’Annexe 2 reprend les termes et définitions des normes de référence les plus utilisés dans le
présent document.

10.6 Caractéristiques des effluents admissibles en réseau


réhabilité d’assainissement
Comme pour un ouvrage neuf, les rejets en réseau d’assainissement doivent avoir une
température inférieure ou égale à 30°C et un pH entre 5,5 et 8,5.
Les eaux usées autres que domestiques admissibles doivent satisfaire aux limites maximales
définies par le Décret exécutif n° 09-209 du 17 Joumada Ethania 1430 correspondant au 11 juin
2009 fixant les modalités d’octroi de l’autorisation de déversement des eaux usées autres que
domestiques dans un réseau public d’assainissement ou dans une station d’épuration. Ces
valeurs sont rappelées en Annexe 1 du guide.

10.7 Diamètre minimal des canalisations


d’assainissement
Comme indiqué dans la première partie du guide, le diamètre minimum des canalisations doit
être comme suit :
- Canalisation de branchement particulier : 150 mm.
- Collecteur séparatif d’eaux usées : 200 mm.
- Collecteur séparatif d’eaux pluviales : 300 mm.
- Collecteur d’effluents unitaires : 300 mm.
Le diamètre des canalisations existantes après réhabilitation doit respecter ces diamètres
minimaux. Lorsque le diamètre des canalisations existantes est minimal, la solution de
réhabilitation doit démontrer la compensation réalisée par l’amélioration de la capacité
d’écoulement.
En cas d’un diamètre initial de l’ouvrage existant inférieur au diamètre minimum, le collecteur
doit faire l’objet d’un remplacement par un nouvel ouvrage respectant les diamètres minimaux.

134
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10.8 Études préalables aux travaux de réhabilitation


Tout projet de réhabilitation doit être précédé par une étude de diagnostic ciblé sur les ouvrages
à réhabiliter. Cette étude obligatoire pourra être menée lors de la mise en œuvre des
préconisations d’une étude de schéma directeur ou pourra être déclenchée suite au constat sur
site de désordres sur le réseau d’assainissement.

L’étude de diagnostic a pour but de caractériser une structure et son environnement direct pour
en connaître l’état réel, déceler les anomalies, les analyser et les interpréter. Elle doit aider à
identifier les facteurs internes et externes intervenant directement ou indirectement dans le
processus de dégradation afin de permettre le choix de la solution et de la technique de
réhabilitation les plus appropriées.

L’étude pourra être organisée selon des étapes adaptées à l’état des connaissances initiales et
aux besoins en informations pour décider du projet de réhabilitation.

10.8.1 Étape préliminaire de collecte et d’analyse des


informations disponibles
Il faut tout d’abord recueillir des informations disponibles concernant les ouvrages à réhabiliter
et leurs environnements. Plus elles sont nombreuses et précises, plus le diagnostic pourra être
fiable et moins couteux. Les principaux documents et informations utiles sont :
 Les détails de la géométrie de l’ouvrage : vue en plan, profil longitudinal, profil
transversal, côte tampons, côte fil d’eau, plans de détails, etc. ;
 L’historique du réseau : date de construction, conditions de cette construction,
rapports d’inspection antérieure, rapports d’incidents (effondrement, obturations
récurrentes, débordement), interventions et réparations réalisées depuis sa mise en
service ;
 Le contexte géologique et hydrogéologique : connaissance de la nature du sol et de la
présence de nappe phréatique selon la disponibilité de cartes géologiques et
hydrologiques ou études géotechniques déjà réalisées sur la zone et à proximité du
réseau ;
 La nature des effluents : eaux pluviales, eaux usées, eaux industrielles ;
 Les débits des effluents : débit moyen d’eaux usées, débit de pointe ;
 Les contraintes du site : encombrement de surface et du sous-sol (concessionnaires,
habitations, zone sensible…), contraintes de circulation, etc.
Dans le cas où les plans du réseau ne sont pas disponibles, le maître d’ouvrage doit effectuer
un levé topographique.
En complément, il peut effectuer selon le contexte du projet de réhabilitation des investigations
sur site :
 Une reconnaissance du tracé par un traceur (test à la fluorescéine, etc.) ;
 Une reconnaissance du tracé et de la configuration du réseau par un test à la fumée ;
 Une radiodétection (introduction d’une sonde émettrice dans la canalisation, avec un
récepteur de surface qui capte le signal de cette sonde) ;
 Autre méthode d’investigation.

135
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10.8.2 Investigations sur site


Les investigations sur site constituent une étape importante de diagnostic du réseau
d'assainissement et doivent être définies et menées selon des objectifs liés au contexte de ce
réseau, aux besoins en informations complémentaires par rapport aux informations disponibles,
ainsi que selon les objectifs du projet de réhabilitation.
Les investigations sont réparties en quatre types, dont le déroulement pourra s’effectuer dans
l’ordre suivant :
 Investigation structurelle ;
 Investigation fonctionnelle ;
 Investigation hydraulique ;
 Investigation environnementale.
Les investigations les plus usuelles sont décrites ci-après, néanmoins le maître d’ouvrage doit
décider, en fonction de ses besoins, de son budget et des techniques existantes sur le marché,
les investigations à entreprendre pour déterminer les performances du réseau existant et les
contraintes des travaux.

10.8.2.1 Investigation structurelle


L'investigation structurelle a pour objet d'établir une description de l'intégrité structurelle des
composants du réseau d'assainissement. Une inspection télévisuelle ou visuelle est
généralement suffisante. Elle peut être complétée, le cas échéant, par d'autres techniques plus
spécifiques présentées à la figure suivante, particulièrement pour les collecteurs visitables.

136
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 10-1 : Typologie des investigations structurelles (NA 17956)

A- Investigations structurelles sur des collecteurs visitables


 L’inspection visuelle des ouvrages doit être effectuée par des agents qualifiés. Une
formation « travaux en espace confiné » et l’utilisation des moyens de protection
individuels et collectifs sont obligatoires. Le déroulement de l’inspection et
l’identification des éventuels désordres doivent être conformes à la norme NA 17957.
Si besoin, un profil transversal de l’ouvrage est établi lors de cette inspection à l’aide
d’un profilomètre ou distomètre laser (tous les 10 ml environ).
Dans le cas de présence d’effluents sur le radier, une première appréciation de l’état
de celui-ci peut se faire en utilisant un jalon.

137
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

 Le prélèvement d’échantillon structurel par carottage permet de connaître


l’épaisseur, les composants et l’état de la structure de la paroi de l’ouvrage, ainsi que
d’apprécier l’adhérence structure-sol. Le carottage est généralement réalisé à proximité
d’un regard de visite afin d’assurer les conditions de sécurité de l’intervention dans
l’ouvrage. Éventuellement, des essais en laboratoire peuvent être effectués pour les
carottes en béton afin de déterminer la résistance résiduelle de la structure, la densité,
les composants et la présence d’éléments agressifs.
Figure 10-2 : Investigation structurelle sur un collecteur visitable par carottage à Oran
(source : SAFEGE)

 L’auscultation au géo radar qui permet de détecter et localiser des défauts invisibles
dans les parois du collecteur, ainsi que de détecter et localiser les anomalies des
interfaces entre celui-ci et le terrain encaissant et les vides environnants. Une
auscultation à partir de la surface sur le chemin du collecteur pourra être également
effectuée pour détecter les cavités naturelles ou celles résultant de la dissolution du sol
par des circulations de l’eau ou des fuites.
Figure 10-3 : Investigation structurelle sur un collecteur visitable par géo radar à Oran
(source : SAFEGE)

 L’essai mécanique par vérinage intérieur. Cet essai non destructif, qui est réalisé
sur site à des intervalles réguliers (5 ml - 10 ml) dans un collecteur visitable, consiste
à appliquer sur cet ouvrage un effort d’ovalisation par un dispositif de vérinage interne
qui exerce deux forces diamétralement opposées et à mesurer la déformation
tridimensionnelle résultante (très faibles déformations de l'ordre d'une centaine de
micromètres). Des capteurs installés à des distances appropriées permettent de mesurer
la raideur en MN/m et le rapport entre la divergence horizontale dans le plan situé à
une distance de l'ordre d’un diamètre du plan de poussée et la divergence horizontale
dans ce même plan. Ces valeurs sont utilisées dans un modèle de calcul pour
déterminer la résistance structurelle résiduelle de l’ouvrage. L’essai aide à localiser les

138
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

zones de forte altération ou variation de la structure et à apprécier la qualité mécanique


du sol encaissant à l'interface.
Figure 10-4 : Investigation structurelle sur un collecteur visitable par essai mécanique de vérinage interne
(source : Eau de Paris)

 D’autres techniques existent et mais elles sont moins utilisées, comme l’Impédance
mécanique qui permet de connaître la présence ou non de zone décomprimée en
extrados d’un collecteur en béton et de qualifier le contact sol/structure ou
l’auscultation du radier qui consiste à appliquer un effort important sur le radier et à
mesurer la déformation résultante en vue de mettre en évidence des défauts structurels
de type : sous épaisseur du radier ou sol d’assise compressible.

B- Investigations structurelles sur des collecteurs non visitables


Les investigations sont réalisées essentiellement par inspection télévisuelle au moyen d’une
caméra couleur montée sur un chariot motorisé, avec un objectif orientable sur 360°. Cette
inspection, à réaliser immédiatement après un nettoyage complet du collecteur, permet de
visualiser l’état structurel de celui-ci et l’état des regards de visite, avec enregistrement vidéo
et prise de photos illustratives. D’autres mesures peuvent être obtenues suivant les équipements
associés à la caméra tels que :
 Un inclinomètre pour la mesure de la pente ;
 Un capteur d’assiette ou d’orientation pour la situation en plan ;
 Un profilomètre laser pour la mesure d’ovalisation ;
 Un système de mesure de l’ouverture de fissure ;
 Un capteur d’orientation transversale pour la mesure d’angle, de déviation ou
désalignement.
Le système d’inspection doit être doté d’un logiciel qui permet l’élaboration d’un rapport
illustré respectant la codification des éventuelles anomalies conformément à la NA 17957.
Dans le cas de la non disponibilité de caméra sur chariot ou d’absence de curage préalable, des
inspections rapides pourront être utilisées au droit des regards de visite par :
 Une caméra périscope ;
 Un miroir accroché à une canne et associé à une bonne luminosité ;
 Une inspection visuelle directe au fond du regard (en respectant les règles d’hygiène et
de sécurité de l’intervention).

139
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10.8.2.2 Investigation hydraulique


L'investigation hydraulique vise à relever les caractéristiques hydrauliques de l'écoulement dans
le réseau d’évacuation et d'assainissement, à déterminer la capacité disponible d’un réseau et à
évaluer les risques de mise en charge et de débordement.
Les techniques d'investigation pourront comprendre :
 La mesure du niveau et de la vitesse d’eau dans le collecteur pour calculer les débits ;
 La mesure de l’intensité des précipitations (en cas d’éloignement de pluviomètre de la
zone de l’étude, il est préférable de placer provisoirement un pluviomètre dans cette
zone) ;
 Le prélèvement d’échantillons de l’eau et la réalisation en laboratoire des analyses
nécessaires à la caractérisation des effluents (demande biologique en oxygène, matières
en suspension totales, ammoniaque, conductivité, etc.) ;
 Des calculs ou modèles de simulation numérique s’il existe des problèmes connus
d’insuffisance capacitaire ou de rejets fréquents des déversoirs d’orage ;
 D’autres techniques, selon le cas et les besoins du programme de réhabilitation, de type
recherche de la conformité des raccordements sur un réseau séparatif par des tests de
traçage ou à la fumée ou par une inspection télévisuelle, une investigation nocturne par
ouverture des regards de visite et mesure de la dilution des effluents, ou des essais
d’étanchéité pour localiser l’emplacement exact des défauts d’étanchéité.

10.8.2.3 Investigation environnementale


L'investigation environnementale peut servir à étudier l'impact de fonctionnement du réseau
d'assainissement sur les milieux récepteurs aquatiques de surface et les eaux souterraines. Elle
peut également prendre en compte d'autres impacts environnementaux, notamment le bruit, les
odeurs et les émissions de gaz toxiques par le réseau afin de déterminer les contraintes de
chantier et guider le choix de la solution de réhabilitation.
Les techniques d'investigation pourront comprendre :
 l'étude de la qualité des entrants, en particulier l'emplacement des sources d’eaux usées
industrielles et d’eaux pluviales contaminées ;
 la mesure de la qualité des eaux usées ;
 la modélisation de l’évolution de la qualité des eaux usées ;
 des études de l'impact sur les milieux récepteurs aquatiques de surface, en particulier
l'impact des eaux usées rejetées directement dans l'environnement (exutoires d'eaux
pluviales ou des déversoirs d'orage) ;
 un essai d'étanchéité pour localiser les fuites des branchements et des collecteurs ;
 des investigations sur la qualité des eaux souterraines pour identifier l'impact potentiel
du réseau d'assainissement sur les nappes aquifères ;
 des mesures d'odeurs pour identifier les sources potentielles des odeurs.
Il convient que l'importance de l'investigation soit proportionnelle au risque d'impact sur
l'environnement et à la sensibilité du contexte des ouvrages à réhabiliter.

140
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10.8.3 Évaluation de l’état des ouvrages à réhabiliter et de leur


environnement
L’analyse des informations recueillies lors de l’étape préliminaire et des résultats des
investigations complémentaires effectuées permet d’évaluer, conformément à la norme
NA 17956, la performance du réseau d’évacuation ou d’assainissement.
L’évaluation des performances doit tenir compte à la fois des fréquences et des conséquences
de chaque type de dysfonctionnement. Elle se réfère aux exigences de performance et couvre
les exigences de fonctionnement citées dans la norme NA 17226.

10.8.3.1 Évaluation des dysfonctionnements


Il est nécessaire de connaître les dysfonctionnements possibles pour évaluer les performances
du réseau d’évacuation et d’assainissement, notamment :
 Dysfonctionnement structurel :
- Effondrement pouvant entraîner une obstruction ou un affaissement,
- Corrosion de la conduite,
- Usure du matériau ;
 Dysfonctionnement opérationnel ou fonctionnel :
- Obstruction complète ou partielle,
- Décalage de buse,
- Branchement pénétrant,
- Problème de sécurité (marches, échelles défectueuses…) ;
 Dysfonctionnement hydraulique :
- Capacité hydraulique insuffisante ;
 Dysfonctionnement de la protection environnementale :
- Joints défectueux ou autres défauts provoquant des infiltrations ou des exfiltrations.

10.8.3.2 Conséquence des dysfonctionnements


Il est nécessaire de comprendre la nature et l’étendue des conséquences de dysfonctionnements,
notamment les conséquences suivantes :
 Affaissement :
Un affaissement dû à un effondrement ou à la pénétration du sol encaissant à travers un
défaut peut endommager la chaussée, les réseaux divers avoisinants, les bâtiments ou
autres structures ;
 Inondation :
Une inondation peut être due à des débits excessifs générés par des raccordements non
prévus initialement ou à une obstruction complète ou partielle du réseau ;
 Pollution de la nappe phréatique et du sol :
La pollution de la nappe phréatique et du sol peut être due à une infiltration causée par
des défauts d’étanchéité comme les fissures, des ruptures, des perforations ou des joints
défectueux ;
 Diminution de l’efficacité du traitement :

141
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Une diminution de l’efficacité du traitement des eaux usées peut être due à des débits
anormalement élevés ou faibles (en raison, par exemple des infiltrations d’eaux
parasites) ;
 Autres conséquences :
Les autres conséquences peuvent être :
- des coûts financiers directs (réhabilitation, énergétiques, …),
- des coûts financiers indirects (dommages à des tiers, …),
- la gêne au public,
- des effets sur la santé et la sécurité publique,
- d’autres dommages environnementaux (odeur, bruit, vermine, etc.).

10.8.3.3 Causes des dysfonctionnements


Il convient d’établir les causes de tous les dysfonctionnements. Lorsqu’il existe plusieurs causes
potentielles, il convient d’étudier chacune d’elles. Par exemple :
 Un affaissement d’un pied droit peut être causé par la vétusté des matériaux constitutifs
de l’ouvrage, un sol instable, une exfiltration ou une infiltration ;
 Une corrosion importante peut être causée par une concentration d’H2S (corrosion en
voûte du collecteur) ou des rejets industriels acides (corrosion du radier).

10.8.3.4 Rapport d’évaluation


Il convient de résumer les informations et les conclusions dans un rapport destiné à établir le
diagnostic des ouvrages à réhabiliter.
Ce document comporte un descriptif de ces ouvrages et doit comprendre :
 Un plan de situation du collecteur à réhabiliter dans le réseau ;
 Les caractéristiques géométriques générales (longueur, nature, forme, dimensions,
profondeurs, altitude, etc.) ;
 Le mode de fonctionnement (unitaire ou séparatif d’eau usée ou d’eau pluviale, nature
des effluents, débit, etc.) ;
 Un bref rappel des études et résultats des investigations ayant conduit à l’évaluation ;
 Le rapport d’inspection visuelle ou télévisuelle ;
 Des conclusions sur l’état pathologique des ouvrages et sur leur fonctionnement
hydraulique ;
 Une définition des désordres et problèmes à traiter par une solution de réhabilitation ;
 Une description des caractéristiques environnementales, avec mise en évidence des
contraintes à respecter par les travaux (déviation des effluents, protection des ouvrages
environnants, limitation des nuisances, continuité de la circulation routière, etc.) ;
 S’il y a lieu, le mode d’insertion dans un programme plus vaste de réhabilitation du
réseau d’évacuation et d’assainissement.

142
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10.9 Objectifs à satisfaire et étude des options de


réhabilitation
Les choix techniques de réhabilitation sont préconisés en fonction des objectifs à satisfaire,
c'est-à-dire en fonction des niveaux minimaux des services et de sécurité à atteindre qui sont
définis par le maître d’ouvrage suivant la norme NA 17226 (sections 5 et 6).
Les objectifs à satisfaire pourront concerner :
 Le dimensionnement hydraulique des collecteurs (débit minimum à assurer) ;
 La tenue mécanique de l’ouvrage réhabilité (caractéristiques mécaniques visées pour la
nouvelle structure, rigidité notamment) ;
 Le niveau d’étanchéité à atteindre ;
 Les sujétions de travaux :
- Contraintes de chantier (durée, déviation des effluents de branchements, etc.),
- Contraintes d’accès riverains,
- Contraintes géotechniques et hydrogéologiques (risque d’éboulement en cas
d’ouverture de tranchée, présence de nappe, de cavités souterraines, etc.),
- Proximité d’ouvrages d’art sensibles,
- Nature et débits des effluents,
- Maintien ou non de la continuité du service pendant les travaux.
Les techniques de réhabilitation sont nombreuses. Leur choix est fonction des caractéristiques
du réseau (type, matériau, section) et de la nature, de l’importance et de la fréquence des
désordres structurels.
Outre ces critères techniques, le choix du procédé devra également tenir compte de critères
économiques, sociaux et environnementaux liés au projet de réhabilitation, comme le préconise
la norme NA 17997. Une liste générale des solutions pour l’aide au choix des options de
réhabilitation d’un réseau d’assainissement est fournie au tableau suivant.
Le projet de réhabilitation ne doit pas nécessairement inclure des descriptions détaillées des
solutions. Il peut contenir uniquement des descriptions générales des approches à entreprendre
par rapport aux objectifs qui y ont été assignés (exemple : renforcement du collecteur,
rétablissement de l’étanchéité, amélioration de l’écoulement, réhabilitation sans tranchée, …).
L’entreprise de travaux devra proposer dans son offre technique et financière une solution de
réhabilitation satisfaisant à ces descriptions et aux objectifs du projet, avec une justification
technique détaillée suffisante pour l’étude de la solution par le maître d’ouvrage.

143
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 10-2 : Liste des types, groupes et classes de solutions pour la réhabilitation des réseaux
d’assainissement (NA 17997)
Type Groupe Classe

Hydraulique Optimisation des capacités Suppression des réductions de section.


d'écoulement disponibles.
Réduction du coefficient de rugosité des
canalisations (y compris les pertes de charge au
niveau des structures, des jonctions, etc.).

Nettoyage

Contrôle de la source et Détournement des eaux pluviales vers des bassins


réduction de l'apport d'infiltration ou des zones perméables.
hydraulique au réseau
d'évacuation ou Utilisation de revêtements poreux.
d'assainissement.
Détournement du débit vers un autre réseau.

Gestion des eaux de surface en surface.

Réduction des infiltrations et du débit d'eaux


parasites.

Atténuation des débits de Utilisation des moyens potentiels de stockage


pointe. inclus dans le réseau (régulateurs de débit placés en
des points stratégiques).

Utilisation des moyens de stockage en surface (y


compris le stockage en limite de zone).

Augmentation de la capacité de stockage


(collecteur réservoir ou bassin de retenue).

Augmentation de la capacité Remplacement par une canalisation plus


hydraulique du réseau importante.
d'assainissement.
Construction de canalisations supplémentaires.

Environnemental Réduction du déversement de Bassins de sédimentation et dessableurs.


polluants dans le réseau.
Utilisation de végétation pour absorber les
polluants provenant des eaux de ruissellement
avant leur entrée dans le réseau.

Contrôle des eaux usées entrantes (par exemple,


eaux usées des commerces et services).

Diminution des déversements Augmentation du débit vers les stations d'épuration


prévus dans les milieux (se référer aux solutions hydrauliques ci-dessus).
récepteurs aquatiques.
Traitement des rejets d'eaux pluviales (par exemple
par des séparateurs, des bassins de retenue, etc.).

Amélioration de la rétention des solides et des


performances hydrauliques des déversoirs d'orage.

144
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Contrôle en temps réel.

Diminution de l'impact par


déplacement des points de
déversement.

Réduction des exfiltrations par Techniques de réparation (par exemple, le


des mesures de réhabilitation colmatage des fuites).

Techniques de rénovation (par exemple, mise en


place d'un revêtement d'étanchéité).

Remplacement de canalisations en utilisant des


techniques à tranchée ouverte ou sans tranchée.

Structurel Protection de la structure du


branchement ou du collecteur
par la mise en place de
chemisages ou de revêtements
internes appropriés.

Réhabilitation de la structure de Réparation (voir NA 17999).


la canalisation.
Rénovation (voir NA 17999).

Remplacement.

Fonctionnel Inspection planifiée et


nettoyage d'un branchement ou
d'un collecteur. Il convient de
gérer et de contrôler les
activités de nettoyage de
collecteur conformément à la
NA 17694.

Augmentation de la fréquence
d'entretien des pompes ou des
stations de pompage.

Cette liste n'est pas exhaustive.

145
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10.10 Classement des techniques de réhabilitation sans


tranchée
Les techniques de réhabilitation sont classées selon divers critères et sont dites :
 Structurantes ou non structurantes ;
 Continues ou ponctuelles ;
 Destructives ou non destructives.
Certaines techniques peuvent satisfaire à plusieurs objectifs ou techniques différentes. Elles
peuvent être associées sur le même chantier de réhabilitation.
 Les techniques structurantes doivent reprendre la totalité des efforts mécaniques qui
s’exercent sur l’ouvrage, dont :
- La pression verticale due au remblai,
- La pression verticale due aux charges d'exploitation roulantes ou permanentes,
- La pression verticale due aux charges d'exploitation du chantier,
- La pression horizontale résultant des remblais et des charges d’exploitation,
- La pression hydrostatique extérieure éventuelle générée par une nappe phréatique,
- La pression interne de service,
- La dépression et le coup de bélier pour le cas d’une canalisation de refoulement,
- Les charges liées à la technique de réhabilitation (pression d’injection de coulis de
remplissage, etc.).
 Les techniques non structurantes ont essentiellement pour but de rétablir l’étanchéité
de l’ouvrage et d’améliorer les conditions d’écoulement hydraulique (élimination des
obstacles).
 Les techniques ponctuelles permettent de réparer l’ouvrage localement, au droit de
chaque dégradation.
 Les techniques continues permettent de réhabiliter l’ensemble du tronçon d’un
collecteur.
 Les techniques destructives impliquent la destruction totale du collecteur dégradé et
son remplacement par l’intérieur.
 Les techniques non destructives concernent les méthodes ne nécessitant pas la
destruction de l’ouvrage en place. L’ouvrage dégradé est conservé en l’état.
NOTA : Les techniques de réhabilitation des réseaux d’évacuation ou d’assainissement décrites
dans ce document sont toujours réalisées sans tranchée, par l’intérieur de collecteur. Elles ne
nécessitent pas l’ouverture d’une fouille. Cependant dans certains cas, un puits de travail au
droit d’un regard de visite ou une fouille ponctuelle peuvent s’avérer nécessaire préalablement
à l’exécution des travaux.

10.11 Évaluation de la faisabilité des options de


réhabilitation
Une étude de faisabilité technique de la (des) option(s) envisagée(s) doit être effectuée afin de
sélectionner le procédé de réhabilitation le plus approprié au cas étudié en tenant compte des
données recueillies dans le cadre de l’étape préalable et des investigations sur site menées sur

146
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

le réseau d’assainissement et des conclusions du diagnostic, ainsi que l’évaluation de la


faisabilité des options techniques possibles.
Cette étude doit établir dans quelle mesure les options envisagées permettront d'atteindre les
objectifs de la réhabilitation et de satisfaire aux prescriptions minimales de performance ou
d'atteindre des performances supérieures à celles-ci ou de fournir une capacité supplémentaire
par rapport à celle actuellement disponible, et doit déterminer s'il sera possible de les mettre en
œuvre.
 Pour les solutions structurelles, il convient que l'étude établisse, par exemple :
- Le groupe ou la classe de solutions nécessaire pour restaurer l'intégrité structurelle
d'un collecteur.
 Pour les solutions fonctionnelles, il convient que l'étude établisse, par exemple :
- La faisabilité de l'augmentation de la capacité d'écoulement par le nettoyage et
l’amélioration de la rugosité du collecteur.
 Pour les solutions hydrauliques, il convient que l'étude établisse leurs effets et leur
faisabilité, par exemple :
- La faisabilité du détournement des écoulements hors du réseau,
- La faisabilité et les effets du recours au stockage dans le réseau ou dans des bassins
de retenue,
- La faisabilité d'une augmentation de la capacité d'écoulement par la rénovation de
canalisations.
 Pour les solutions environnementales, il convient que l'étude établisse, par exemple :
- La faisabilité d'une réduction de l'apport en polluants et le domaine d'application des
travaux nécessaires,
- La faisabilité d'une réduction des surverses par l'augmentation de la capacité
hydraulique,
- La faisabilité de l'amélioration de la performance des déversoirs d'orage ou du
déplacement des points de déversement,
- La classe de solutions nécessaire pour réduire les exfiltrations.
D’autres critères liés au contexte des ouvrages à réhabiliter pourront également pris en compte
dans l’évaluation de la faisabilité, tels que :
 Critère de résistance à l’agressivité des effluents d’origine industrielle ;
 Critère d’insertion des installations du chantier dans les contraintes du site ;
 Critère de protection des ouvrages environnants limitrophes.
Les techniques de réhabilitation sont décrites dans les chapitres suivants selon leurs
performances techniques et leurs domaines d’application sur le terrain.

147
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

10.12 Estimation financière des solutions de


réhabilitation
Le coût des travaux de réhabilitation de chaque option technique doit être estimé à partir des
éléments suivants :
 Le curage préalable des ouvrages (les coûts peuvent être très importants : ouvrages
visitables ou non, volume et état des matières à enlever, évacuation en décharge, moyens
de pompage des effluents à mettre en œuvre, etc.) ;
 L’inspection visuelle ou télévisuelle de l’état de ces ouvrages ;
 Les investigations et auscultations complémentaires ;
 L’étude de diagnostic ;
 L’étude d’exécution ;
 La préparation de l’état d’accueil (fraisage des racines et des branchements pénétrants,
décapage de revêtement interne dégradé, etc.) ;
 L’ouverture de puits de travaux ;
 La fourniture et la mise en œuvre des matériaux et des procédés ;
 L’auto contrôle et les essais préalables à la réception des ouvrages réhabilités.
La comparaison entre le coût des travaux de réhabilitation sans tranchée et le coût de solution
classique de remplacement en tranchée doit prendre en compte une évaluation globale des coûts
indirects évités qui sont liés à la perturbation des activités économiques et de la circulation
routière par un chantier d’excavation et de terrassement à ciel ouvert.

10.13 Préparation du cahier des charges techniques du


projet de réhabilitation
Le cahier des charges du projet de réhabilitation doit contenir toutes les informations
nécessaires pour mettre en œuvre le projet. Il doit contenir :
 Une définition de ses objectifs ;
 Une description et des plans des ouvrages à réhabiliter ;
 Les données sur leur état selon les investigations sur site et l’étude de diagnostic ;
 Des auscultations complémentaires éventuellement nécessaires ;
 Une description des contraintes liées aux ouvrages et leurs environnements ;
 Les spécifications exigées pour les procédés et matériaux à utiliser (sauf dans le cas où
la technique est proposée par l’entreprise de travaux selon des prescriptions du cahier
des charges du projet) ;
 Des principes d'hygiène et de sécurité à respecter ;
 Une description des contrôles à effectuer durant les travaux et avant réception de ceux-
ci.

148
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Le maître d’ouvrage doit déterminer si la solution de réhabilitation sans tranchée doit être
structurante ou non structurante et doit définir les objectifs techniques à atteindre parmi les
objectifs suivants :
 Donner aux ouvrages des caractéristiques mécaniques compatibles avec les
sollicitations auxquelles ils sont soumis ;
 Assurer l'étanchéité de ceux-ci afin d’éliminer les fuites d’eaux usées et les infiltrations
d’eaux souterraines ;
 Améliorer les conditions d’écoulement hydraulique ;
 Protéger les ouvrages contre la corrosion ;
 Protéger l’ouvrage contre l’abrasion.

10.14 Travaux préparatoires de chantier


La préparation des ouvrages à réhabiliter comprend principalement :
 L’obtention des autorisations de voirie ;
 L’installation du chantier ;
 La mise en place des dispositifs de sécurité et de signalisation conformément à la
réglementation en vigueur ;
 Le nettoyage soigné des ouvrages (curage hydrodynamique, décapage par grattage,
fraisage des obstacles, racines et branchements pénétrants, etc.) et l’évacuation des
matières résultantes ;
 La vérification de l’état initial des ouvrages avec établissement d’un rapport comparatif
avec l’état relevé lors des investigations de la phase de diagnostic ;
 L’organisation de la déviation des effluents selon les phases de mise en œuvre du
procédé de réhabilitation.
D’autres tâches peuvent être exigées par les caractéristiques des ouvrages et les procédés à
mettre en œuvre.

10.15 Mesures d’hygiène et de sécurité


Les travaux doivent être effectués conformément aux principes d'hygiène et de sécurité décrits
dans la norme NA 17226.
L’entreprise de travaux doit présenter un plan validé des risques en matière d’hygiène et de
sécurité (PHS) en fonction des contraintes du site et du mode opératoire d’exécution de la
technique de réhabilitation choisie. Ce plan devra comporter au minimum les chapitres
suivants :
- Renseignements généraux ;
- Sécurité pendant l'exécution des travaux ;
- Consignes de premiers secours ;
- Mesures d'hygiène.

149
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Les interventions doivent s’effectuer dans les meilleures conditions de sécurité, chaque risque
doit être évalué et des mesures de prévention doivent être prises. La prévention consiste à :
- prévenir les risques ;
- évaluer les niveaux de risque ;
- prendre des mesures de protection individuelle et collective ;
- mécaniser le maximum de tâches ;
- préférer les solutions les moins dangereuses (plutôt que de penser uniquement en
terme de coût) ;
- en cas de doute ou de manque d’information, demander conseil à des organismes
compétents et à des spécialistes.
Les principaux risques à envisager sont liés :
- au travail dans un espace confiné,
- au travail dans un lieu humide et mal éclairé,
- au travail sur voie et domaine publics (règlement de la sécurité routière),
- à la santé et à la sécurité du travail,
- aux chutes,
- à une atmosphère potentiellement explosive, ou pauvre en oxygène ou toxique,
- à l'incendie,
- à l’inondation,
- au déplacement des engins,
- au bruit et aux vibrations,
- aux installations électriques,
- aux contaminants biologiques et chimiques,
- aux cuves remplies de liquide.
Le personnel de l’entreprise travaillant en contact avec les ouvrages du réseau d’évacuation et
d’assainissement doit être :
- formé aux règles de travail dans un espace clos, à la prévention des risques inhérents
à ce contexte et aux réseaux d’évacuation et d’assainissement ;
- disposé d’une bonne connaissance des mesures de sécurité et du plan de secours
établis pour le chantier des travaux ;
- vacciné contre les maladies et infections susceptibles d’être contractées en raison de
la nature des travaux (Tuberculose, Leptospirose, DT Polio, Hépatite A, etc.) ;
- équipé par des moyens individuels et collectifs de prévention pour la descente et la
circulation en collecteurs et ouvrages visitables (Cf. détecteur de gaz toxique et
explosif, casque, lampe électrique, botte de sécurité non glissante, harnais de
sécurité, masque de sauvetage autonome) ;
- équipé du matériel nécessaire au balisage extérieur de sécurité (entourage de regards
d’accès ouverts, grille de protection, cônes de signalisation, gyrophare, vêtements
réfléchissants, etc.) ;
- équipé pour surveiller et vérifier avant l’entrée dans l’ouvrage la qualité de l’air
ambiant ;
- organisé pour conserver une communication entre les personnes travaillant en
ouvrage enterré et les personnes en surface.

150
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

11

Techniques de rénovation

11.1 Introduction
La rénovation de réseaux d’évacuation ou d’assainissement consiste à remettre en état, par voie
interne, un ouvrage affecté par des dégradations ou des désordres. Les techniques de rénovation
sont appliquées à des longueurs continues de collecteur ou de branchement, entre deux points
d’accès ou plus. Elles sont destinées généralement à renforcer la structurante et sont non
destructives. Elles peuvent être aussi non structurantes et être utilisées uniquement dans
l’objectif de rétablir l’étanchéité et améliorer l’hydraulicité des ouvrages.
Le présent chapitre présente une classification des techniques de rénovation en familles suivant
la norme NA 17999.
Les différentes familles de techniques de rénovation sont définies, et leurs propriétés
respectives, y compris les matériaux, les applications ainsi que les caractéristiques
géométriques, de performances et d'installation, sont décrites.
Les familles de techniques de rénovation généralement disponibles au moment de l'élaboration
du présent document comprennent :
 Le tubage par tuyau continu avec espace annulaire ;
 Le tubage par tuyau continu sans espace annulaire ;
 Le chemisage continu polymérisé en place ;
 Le tubage par tuyaux courts avec espace annulaire ;
 Le tubage par enroulement hélicoïdal ;
 Le tubage par coffrage plastique interne ancré de manière rigide ;
 Le tubage par éléments préfabriqués ;
 Le chemisage par matériau projeté, taloché ou coulé en place.
Les caractéristiques mécaniques, le fonctionnement hydraulique, l’étanchéité et la durée de vie
des ouvrages réhabilités avec ces techniques sont comparables, au moins, à ceux des ouvrages
neufs.

152
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

11.2 Techniques de rénovation

11.2.1 Tubage par tuyau continu avec espace annulaire


Le principe du tubage consiste à introduire et à tracter ou pousser dans une canalisation
existante un tuyau neuf, rendu continu, généralement par fusion bout à bout, avant l'introduction.
Le tubage peut être réalisé selon l’une des deux méthodes (A et B) présentées schématiquement
aux figures suivantes.
La Méthode A consiste à introduire la nouvelle canalisation par poussée et/ou traction. La
Méthode B permet de remettre le tuyau de tubage à la forme circulaire de la canalisation
existante afin de maximiser la section et de réduire l'espace annulaire.
Les principales normes concernées sont les normes NA 18640 et EN 13566-2.

Figure 11-1 : Schémas de principe de la technique de rénovation par tuyau continu avec espace annulaire
a) Schéma du tubage par tuyau continu sans remise en forme circulaire de la Légende
canalisation existante (Méthode A) 1 Tête de traction
2 Tuyau de tubage
3 Assemblages
préalables du tuyau
de tubage
4 Force de traction
5 Tuyau existant.

b) Schéma du tubage par tuyau continu avec remise en forme circulaire de la Légende
canalisation existante (Méthode B) 1 Tête de traction et de
remise en forme
circulaire
(uniquement pour la
Méthode B)
2 Tuyau de tubage
3 Assemblage
préalable du tuyau
de tubage
4 Force de traction
5 Défaut de circularité
corrigé
6 Défauts
7 Tuyau existant.

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations sans pression ou sous pression, de section
circulaire généralement, avec possibilité de section non circulaire pour la méthode A, sur les
dimensions suivantes :
- Diamètre minimal : 150 mm ;
- Diamètre maximal : 1200 mm pour la Méthode A, 600 mm pour la Méthode B ;

153
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Longueur maximale : 300 ml pour la Méthode A, 100 ml pour la Méthode B.


L’évolution des procédés pourra permettre la mise en œuvre des longueurs de plus en
plus importantes.
 Matériaux utilisables
Tuyaux de tubage en matériaux plastiques (PE, PP).
 Mise en œuvre
Le tubage par tuyau continu avec espace annulaire consiste à pousser ou à tirer une nouvelle
canalisation au sein de l’ancienne par un puits d’introduction et un puits de tirage réalisés à
chaque extrémité. Le tube est soudé en bout à bout avant insertion sur une longueur en moyenne
de 12 m. Dans le cas de tuyau flexible, il est possible d’effectuer le tubage sur plusieurs
centaines de mètres depuis la surface.
Dans le cas d’une traction, un élément important est la tête de remorque relié au tuyau par un
connecteur détachable et tiré par un câble à partir d’un treuil installé en surface du regard
d’accès suivant.
Le remplissage de l’espace annulaire par un coulis doit être effectué pour la Méthode A.
 Avantages
- Réhabilitation possible de la structure ;
- Réduction minimale de la capacité volumétrique avec augmentation de débit en raison
du frottement réduit possible pour la Méthode B ;
- Résistance à l'abrasion selon le matériau ;
- Résistance chimique selon le matériau ;
- Technique ne dépendant pas de l’adhérence à la canalisation d’accueil ;
- Certaines techniques de la Méthode A peuvent supporter des coudes ;
- Rétablissement possible des branchements depuis l'intérieur pour la Méthode B.
 Inconvénients
- Importante réduction de la capacité hydraulique pour la Méthode A ;
- Pente uniforme impossible à rétablir pour la Méthode A ;
- Espace de travail significatif en surface pour la Méthode B ;
- Détournement de débit généralement requis pour l'installation ;
- Rétablissement des branchements généralement par fouille pour la Méthode A sauf pour
les collecteurs visitables.

11.2.2 Tubage par tuyau continu sans espace annulaire


Cette technique consiste à introduire dans la canalisation existante un tube en thermoplastique
préalablement déformé ou dilaté par les deux méthodes citées ci-dessous pour faciliter son
ajustement dans cette canalisation sans aucun espace annulaire.
 Méthode A : réduction dans l'usine de fabrication de tuyaux ; le tuyau de faible diamètre
(150 mm - 180 mm) est généralement livré en bobine sur un touret d'où il est introduit
directement ;

154
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

 Méthode B : réduction sur site (généralement appliquée aux canalisations sous


pression) ; le tuyau passe dans le matériel de réduction de diamètre ou de déformation
tout en étant simultanément introduit.
Les principales normes concernées sont les normes NA 18640 et NA 18624.
Figure 11-2 : Schémas de principe de la technique de rénovation par tuyau continu sans espace annulaire
a) Schéma d'installation d'un tuyau de section réduite en usine (Méthode A) Légende
1 Tête de traction
2 Tuyau de tubage
(plié)
3 Remorque de touret
4 Direction de traction.

b) Schéma d'installation d'un tuyau de section réduite sur site (Méthode B) Légende
1 Tête de traction
2a Tuyau de tubage
initial
2b Tuyau de tubage
réduit
3 Dispositif de
réduction de section.

Note : Le tuyau est remis en forme (expansé) après insertion par suppression de la
force de traction et mise en pression.

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations sans pression ou sous pression, de section
circulaire généralement sur les dimensions suivantes :
- Diamètre minimal : 150 mm pour la Méthode A, 200 mm pour la Méthode B ;
- Diamètre maximal : 500 mm pour la Méthode A, 1500 mm pour la Méthode B ;
- Longueur maximale : 500 ml.
 Matériaux utilisables
Tuyaux de tubage en matériaux plastiques (PE, PVC-U).
 Mise en œuvre
Le tube de rénovation est déformé sur site ou en usine par des moyens mécaniques ou
thermomécaniques en « u » avant son installation et coupé à la longueur puis introduit et ajusté

155
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

dans la canalisation existante porteuse par un regard ou une fouille de départ à l’aide d’un treuil.
Le retour de la taille originale peut être complété progressivement en insérant un dispositif de
forme circulaire à l’extrémité en amont du tube qui sera propulsé jusqu'à l’autre extrémité grâce
à la pression de la vapeur. Le tube prend la forme de la canalisation tubée, avec des creux au
niveau des branchements aidant à localiser ceux-ci. La pression interne est maintenue lors du
durcissement, puis les extrémités sont ajustées et les branchements rouverts.
Le tube polyéthylène en paroi fine retrouve sa taille initiale par l’application d’une pression en
interne.
Le tube en PVC thermoplastique est souvent préchauffé avant insertion afin d’accroître sa
flexibilité, et une fois installé, est chauffé de l’intérieur pour générer une température uniforme
tout le long du matériau.
Figure 11-3 : Principe de déformation du tube avant prise en forme dans la canalisation existante
(source : EPA)

 Avantages
- Réhabilitation possible de la structure ;
- Réduction minimale de la capacité volumétrique avec augmentation possible du débit
en raison du frottement réduit ;
- Résistance à l'abrasion selon le matériau ;
- Résistance chimique selon le matériau ;
- Technique ne dépendant pas de l’adhérence à la canalisation d’accueil ;
- Certaines techniques peuvent supporter des coudes ;
- Rétablissement possible des branchements depuis l'intérieur pour les canalisations
gravitaires.
 Inconvénients
- Pente impossible à rétablir ;
- Espace de travail significatif en surface pour la Méthode B et selon procédé (pré
déformation en usine ou sur site) ;
- Technique non adaptée pour les canalisations d’assainissement non homogènes
(variation de section ou diamètre) ;
- Détournement de débit requis pour l'installation ;
- Rétablissement des branchements généralement par fouille.

156
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

11.2.3 Chemisage continu polymérisé en place


Le chemisage continu consiste à introduire dans la canalisation existante une chemise souple,
appelée aussi gaine, imprégnée d’une résine thermodurcissable, qui se plaque à la paroi et
produit un tuyau après polymérisation de cette résine.
L'introduction de la chemise imprégnée peut être réalisée, avant polymérisation :
- soit en le remettant en position uniquement avec la pression du fluide (eau ou air)
(Méthode A) ;
- soit en treuillant le tuyau en place puis en le gonflant (Méthode B) ;
- soit en combinant les méthodes A et B.
Le processus de polymérisation peut être déclenché ou accéléré :
- soit par la chaleur (eau chaude, vapeur ou éléments électriques chauffants) ou le
rayonnement ultraviolet (UV) ;
- soit par la température ambiante.
Les principales normes concernées sont les normes NA 18640et NA 18628.

157
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 11-4 : Schémas de principe de la technique de rénovation par chemisage continu polymérisé en
place
a) Schéma de chemisage continu polymérisé en place installé par inversion Légende
(Méthode A) 1 Pression d'air ou
d'eau appliquée
pour l'inversion
2 Tuyau de tubage
3 Face d'inversion
4 Eau ou air pour
l'inversion.

b) Schéma de chemisage continu polymérisé en place installé par treuillage puis Légende
gonflage (Méthode B) 1 Tuyau de tubage
2 Treuil
3 Garniture
d'extrémité
4 Matériel de
polymérisation
5 Compresseur.

 Domaine d’application
Le chemisage continu est utilisable dans les conditions suivantes :
- Généralement des canalisations non visitables et plus rarement aux collecteurs
visitables ;
- Des sections circulaire ou ovale ;
- Tous types de matériaux de canalisations existantes ;
- Des canalisations à écoulement libre ou sous pression ;
- Diamètre minimal : 150 mm ;
- Diamètre maximal : 2800 mm ;

158
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Des regards de visite ou trappes d’accès pour les canalisations sous pression ;
- Des linéaires maximaux de 600 ml (Méthode A) et 250 ml (Méthode B). L’évolution
des procédés pourra permettre la mise en œuvre des longueurs de plus en plus
importantes.
De nature généralement structurante, le chemisage peut également être employé en non
structurant pour remédier aux problèmes d’étanchéité et de corrosion de la canalisation par la
qualité des effluents transportés.
 Matériaux utilisables
Matériau composite constitué d’un matériau plastique en tissu renforcé ou non et imprégné de
résine thermodurcissable (UP, époxy ou VE), avec possibilité d’inclure des membranes internes
et/ou externes selon les fabricants.
 Mise en œuvre
Les modalités de mise en œuvre du chemisage varient selon les procédés des fabricants. La
polymérisation de la gaine est effectuée par vapeur d’eau ou par train de lampes UV.
a) Mise en place de la gaine par réversion (Méthode A) : la gaine est introduite et mise en
place dans la canalisation par réversion à l’air ou à l’eau. La mise en pression provoque
le retournement de la gaine et son application sur la paroi de la canalisation. La vitesse
de réversion doit être contrôlée et varie suivant le type de gaine et le diamètre.
Figure 11-5 : Introduction par inversion de la gaine dans un collecteur à rénover

b) Mise en place de la gaine par treuillage (Méthode B) : la gaine est introduite à partir
d’un regard de visite et tractée selon une vitesse contrôlée jusqu’à un autre regard à
l’extrémité de la canalisation à rénover. La gaine est ensuite plaquée contre la
canalisation grâce à une mise sous pression progressive à l’air comprimé ou à l’eau.

159
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 11-6 : Système de polymérisation par UV et unité de contrôle de la rénovation (source : AXEO)

La réouverture d’un branchement est effectuée par le fraisage de la gaine par un robot. Le
raccordement entre le branchement (existant ou renouvelé) et la canalisation chemisée doit
assurer une étanchéité complète au moyen d’injection autour du branchement ou d’utilisation
de pièce de raccordement.
 Avantages
- Réhabilitation possible de la structure ;
- Réduction minimale de la capacité volumétrique avec augmentation possible du débit
en raison du frottement réduit ;
- Résistance à l'abrasion selon le matériau ;
- Résistance chimique dépendant essentiellement du type de résine ;
- Les coudes peuvent être supportés ;
- Espace de travail en surface généralement minimal et variable selon le procédé utilisé ;
- Accès par un regard de visite existant ou une petite fouille ;
- Réouverture possible des branchements depuis l'intérieur pour les canalisations
gravitaires.
 Inconvénients
- Restauration du radier impossible ;
- Détournement de débit requis ;
- Rétablissement des branchements généralement par fouille.

11.2.4 Tubage par tuyaux courts avec espace annulaire


La technique consiste en l’assemblage successif de tuyaux courts entre eux, pour constituer un
tube continu pendant l’insertion dans la canalisation à rénover.
Les tuyaux mis en place peuvent être installés par poussée (Méthode A), traction (Méthode B)
ou mise en place de tuyaux individuels (Méthode C).
La principale norme concernée est la norme NA 18640.

160
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 11-7 : Schémas de principe de la technique de rénovation par tuyaux courts avec espace annulaire
a) Schéma d'installation par poussée (Méthode A) Légende
1 Dispositif de
poussée
2 Guide de poussée
3 Tuyau de tubage
assemblé
4 Plaque de
poussée.

Note : Le diamètre des tuyaux courts à introduire est légèrement inférieur à celui du
tuyau existant.

b) Schéma d'installation par traction (Méthode B) Légende


1 Treuil
2 Tête de traction
3 Tuyau de tubage
assemblé
4 Stock de tuyaux
courts
5 Tuyau existant
6 Tête de traction
et de remise en
forme circulaire.

Note : Il est également possible d'utiliser une tête de remise en forme circulaire telle
que la Méthode B du tubage continu avec espace annulaire.

c) Schéma d'installation par traction (Méthode C) Légende


1 Tuyau existant
2 Tuyau court
individuel
installé par
traction ou
poussé en place
3 Regard de visite.

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations sans pression ou sous pression, de section
circulaire ou non circulaire sur les dimensions suivantes :
- Diamètre minimal : 150 mm pour la Méthode A et la Méthode B ;
- Diamètre maximal : 600 mm pour la Méthode A et la Méthode B, 4000 mm pour la
Méthode C ;
- Longueur maximale : 150 ml.

161
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

 Matériaux utilisables
- Les matériaux plastiques (PE, PP, PVC-U) ;
- GRP : résine armé de fibres de verre ;
- Métaux (acier, fonte ductile) ;
- Matériaux à base de béton (béton de résine inclus) ;
- Grès.
 Mise en œuvre
Une fois que les effluents sont dérivés, les tuyaux sont installés à partir d’un regard de visite ou
un puits de travaux (canalisations de dimensions visitables) pour être connectés les uns aux
autres le long de la canalisation porteuse existante, puis l’espace annulaire est rempli par
l’injection d’un coulis, sauf pour la Méthode B lorsqu’une remise en forme circulaire et un
tuyau de tubage de diamètre nominal non normalisé sont utilisés.
 Avantages
- Réhabilitation possible de la structure ;
- Intervention par les regards existants sans excavation ;
- Pas de contraintes particulières pour l’espace de travail en surface ;
- Rapidité de mise en œuvre ;
- Rétablissement possible de la pente uniforme en utilisant la Méthode C dans les
collecteurs visitables ;
- Résistance à l’abrasion selon matériau ;
- Résistance chimique selon matériau ;
- Technique ne dépendant pas de l’adhérence à la canalisation d’accueil ;
- Augmentation possible du débit en raison des frottements réduits ;
- Réduction minimale de la capacité volumétrique de la canalisation existante pour la
Méthode B lorsque la tête de remise en forme circulaire est utilisée ;
- Les coudes de grand rayon peuvent être supportés pour la Méthode C.
 Inconvénients
- Importante réduction de la capacité hydraulique (volumétrique et découlement) pour la
Méthode A ;
- Pour la Méthode C, réduction de la capacité en fonction de l'espace annulaire et du
rapport diamètre/épaisseur ;
- Les coudes ne peuvent généralement pas être supportés pour les Méthodes A et B ;
- Détournement de débit requis ;
- Rétablissement des branchements généralement par fouille sauf pour les ouvrages
visitables ;
- Réouverture possible des branchements depuis l'intérieur pour la Méthode B lorsque la
tête de remise en forme circulaire est utilisée.

162
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

11.2.5 Tubage par enroulement hélicoïdal


Cette technique consiste à fabriquer in situ un tuyau par enroulement hélicoïdal d’une bande
profilée en plastique assemblée et clipsée puis poussée à l'intérieur de canalisation existante,
avec ou sans espace annulaire.
Les principales normes concernées sont les normes NA 18640 et NA 18636.
Figure 11-8 : Schémas de principe de la technique de rénovation par enroulement hélicoïdal
a) Schéma de l'enroulement à diamètre fixe à partir du regard de visite Légende
(Méthode A1) 1 Bande plastique à
enrouler en spirale
2 Machine à bobiner
dans le regard
3 Tête de guidage
(lorsque
applicable)
4 Tuyau de tubage
enroulé en spirale.

b) Schéma de l'enroulement avec expansion à partir du regard de visite Légende


(Méthode A2) 1 Bande plastique à
enrouler en spirale
2 Machine à bobiner
dans le regard
3 Tuyau de tubage
enroulé en spirale
au diamètre réduit
temporairement
bloqué pour
introduction.

c) Schéma de l'enroulement en spirale avec la machine à bobiner installée dans Légende


le tuyau (Méthode B) 1 Bande plastique à
enrouler en spirale
2 Machine à bobiner
dans le tuyau
3 Système de
rénovation enroulé
en spirale.

163
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations sans pression, de section circulaire
généralement ou non circulaire pour certaines dimensions sur les dimensions suivantes :
- Diamètre minimal : 200 mm pour les Méthodes A et A2 et 800 mm pour la Méthode B ;
- Diamètre maximal (sans renfort en acier) : 1200 mm pour la Méthode A1 et 700 mm
pour la Méthode A2, 1800 mm pour la Méthode B ;
- Longueur maximale : 100 ml.
Les procédés évoluent et peuvent être réalisés selon d’autres dimensions.
La technique est également applicable aux regards de visite.
 Matériaux utilisables
La matière constitutive de la bande profilée peut être soit du polychlorure de vinyle non plastifié
(PVC-U) soit du polyéthylène (PE), avec éventuel renfort en acier.
 Mise en œuvre
Les étapes préliminaires pour la mise en œuvre sont identiques aux autres techniques (mise hors
d’eau des canalisations, curage à blanc des ouvrages …). Le tuyau de tubage est formé sur site
en enroulant en spirale une bande qui est assemblée et scellée par un soudage au solvant ou des
moyens mécaniques.
Lorsqu’il existe un espace entre la canalisation existante et le tube, il est rempli par injection de
coulis. L’épaisseur du coulis est ajustée en fonction de la résistance mécanique à obtenir et de
la section finale désirée.
Les Méthodes A1 et A2 font intervenir une machine à enrouler devant l’extrémité ouverte de la
canalisation existante. Le tubage ainsi formé est inséré simultanément dans la canalisation par
les forces d’enroulement, avec une possibilité d’en élargir le diamètre pendant ou après
l’insertion pour certains procédés.
La Méthode B consiste à faire intervenir une machine à enrouler pour former le tubage à mesure
de sa progression à travers la canalisation existante d’un regard de visite au regard suivant.
Pour les canalisations non visitables, un robot multifonction assure le perçage, l’alésage et
étanchement des branchements.
Figure 11-9 : Exemple d’un chantier de rénovation d’un collecteur tubé par enroulement hélicoïdal en
France (source : SAFEGE)

164
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

 Avantages
- Réhabilitation possible de la structure ;
- Aucun stockage de tuyau sur site ;
- Résistance à l’abrasion selon matériau ;
- Résistance chimique selon matériau ;
- Technique ne dépendant pas de l’adhérence à la canalisation d’accueil ;
- Possibilité de produire toute une plage de diamètres avec les machines à bobiner ;
- Les coudes peuvent être supportés.
 Inconvénients
- Détournement de débit requis en phase d’injection du coulis dans l’espace annulaire ;
- Pente uniforme généralement impossible à rétablir ;
- Réduction de la capacité volumétrique de la canalisation existante selon l’espace
annulaire et le rapport diamètre/hauteur totale du profil, avec amélioration possible du
débit en raison des frottements réduits ;
- Injection de l'espace annulaire requise pour le diamètre fixe ;
- Réouverture des branchements généralement par fouille locale pour les canalisations
non visitables, avec possibilité d’un rétablissement depuis l’intérieur par robot.

11.2.6 Tubage par coffrage plastique interne ancré de manière


rigide
Le tubage est obtenu par injection de coulis de ciment structurant dans l'espace annulaire d'un
coffrage plastique intérieur avec des profilés ou goujons définitivement ancrés dans le coulis.
La performance structurelle de cette famille de techniques repose sur la rigidité du coulis injecté
dans l'espace annulaire.
Figure 11-10 : Construction d'une paroi de système de tubage par coffrage plastique interne ancré de
manière rigide dans le coulis structurant
Légende
1 Couche plastique
interne avec
profilés ou goujons
d'ancrage
2 Coulis avec renfort
facultatif
3 Couche externe
éventuelle
4 Tuyau existant
(tuyau d'accueil)
5 Fixations
Xa Détail de
construction de la
paroi.

165
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations sans pression de dimensions suivantes :
- Diamètre minimal : 200 mm mais selon la technique ;
- Diamètre maximal : 2000 mm, et jusqu’à 5000 mm pour certaines techniques
spécialisées et certains matériaux ;
- Longueur maximale : 200 ml.
La technique est également applicable aux regards de visite.
 Matériaux utilisables
Les matériaux comprennent un coulis de ciment structurant avec ou sans renfort et une couche
intérieure en PE, PP ou PVC-U, et éventuellement une couche plastique extérieure.
 Mise en œuvre
Cette technique permet d’injecter un coulis de ciment rigide à l’intérieur de l’espace annulaire
entre la canalisation existante et le tube ou segment de tubes installés (coffrage rigide).
Plusieurs types de couche plastique intérieure introduite par différentes techniques sont utilisés.
En plus des feuilles de plastique à goujons tractées en place et gonflées avant l'injection du
coulis, il s'agit des tubages par tuyaux courts en matières plastiques, des tubages par
enroulement hélicoïdal ou des tubages complets par éléments préfabriqués conformément aux
techniques présentées ci-dessus.
 Avantages
- Réhabilitation possible de la structure en fonction de la résistance du coulis ;
- Résistance à l’abrasion selon matériau de la couche plastique intérieure ;
- Résistance chimique selon matériau de la couche plastique intérieure mécaniquement
ancrée ;
- Espace de travail en surface généralement minimal ;
- Accès généralement possible par regards de visite ;
- Technique ne dépendant pas de l’adhérence à la canalisation d’accueil ;
- Les coudes peuvent être supportés.
 Inconvénients
- Détournement de débit et absence d'infiltration de la nappe phréatique généralement
requis ;
- Pente uniforme généralement impossible à rétablir ;
- Réduction de la capacité volumétrique de la canalisation existante selon l’espace
annulaire et le rapport diamètre/hauteur totale du profil, avec amélioration possible du
débit en raison des frottements réduits de la couche plastique intérieure ;
- Réouverture des branchements généralement depuis l’intérieur si une couche plastique
intérieur est utilisée.

166
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

11.2.7 Tubage par éléments préfabriqués


La technique consiste à mettre en œuvre un tubage avec des éléments préfabriqués liaisonnés
au tuyau existant. Le tubage pourra concerner la section complète de la canalisation existante
ou seulement une partie de cette section (voûte ou radier).
Il n’existe pas actuellement une norme spécifique à cette technique.
Figure 11-11 : Schémas de principe de la technique de rénovation par tubage complet ou partiel avec des
éléments préfabriqués
Légende
1 Éléments de tubage
2 Coulis
3 Joints longitudinaux
4 Tuyau existant
5 Fixations.

a) Tubage complet b) Tubage partiel en c) Tubage partiel en


radier voûte

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les collecteurs visitables uniquement, de section circulaire et
non circulaire sans limitation de dimensions maximales.
 Matériaux utilisables
- PVC-U : Polychlorure de vinyle non plastifié ;
- PE : Polyéthylène ;
- PP : Polypropylène ;
- PRV : Plastique renforcé de verre ;
- CRV : Ciment renforcé de verre ;
- PCC : Béton de résine ;
- Grès ;
- Fonte ductile ;

167
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Béton ;
- Basalte fondu.
 Mise en œuvre
La mise en œuvre se fait généralement de la manière suivante :
- Introduction des éléments à travers un regard de visite ou un puits de travaux et transport
dans le collecteur ;
- Mise en place et assemblage des éléments par verrouillage mécanique ou soudage ;
- Calage des éléments par des cales en bois, béton ou autre matériau adapté ;
- Préparation de trous d’injection du coulis dans l’espace annulaire à travers les parois
des éléments ou de masque en béton à l’extrémité du tronçon ;
- Mise en place d’étaiement interne adapté aux efforts mécaniques générés par la prise du
coulis de remplissage annulaire ;
- Injection de coulis en plusieurs phases en commençant par les génératrices inférieures ;
- Réouverture des branchements, rétablissement et étanchement du raccordement
branchement/tubage par l’utilisation de pièce de raccordement en plastique et de résine
ou mortier de ciment.
Figure 11-12 : Exemple d’un chantier de rénovation d’un collecteur à Oran par tubage complet
(source : SEOR)

 Avantages
- Amélioration hydraulique : établissement de pente uniforme en cas de tubage complet
et tubage partiel sur le radier ;
- Amélioration structurelle : réhabilitation structurante en cas de tubage complet et tubage
partiel sur la voûte ;
- Amélioration de la résistance à l’abrasion et de la résistance chimique selon le matériau
utilisé du tubage ;
- Accès possible par regards de visite ;
- Réouverture des branchements depuis l’intérieur.
 Inconvénients
- Liaison mécanique avec la canalisation d'accueil nécessitant une injection, un collage
et/ou un ancrage ;

168
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Nécessité d’une espace en surface pour stocker les éléments sur le site ;
- Techniques de tubage partiel dépendant de l'adhérence à la canalisation d'accueil ;
- Détournement du débit dépendant des exigences de sécurité pour les ouvrages visitables.

11.2.8 Chemisage par matériau projeté, taloché ou coulé en place


La technique de chemisage consiste à appliquer manuellement ou par des moyens mécaniques
(à l'aide d'un robot, par exemple) un matériau hydraulique ou polymère, avec ou sans mise en
place préalable d'un renfort, directement sur la surface interne du collecteur d'accueil et/ou du
regard de visite.
Il n’existe pas actuellement une norme spécifique à cette technique.
Figure 11-13 : Schémas de principe de la technique de rénovation par chemisage par projection
a) Projection mécanique de mortier dans un regard de visite Légende
1 Sacs de mortier
2 Application du
mortier.

b) Schéma de projection manuelle de béton dans un collecteur visitable Légende


1 Mélangeuse
2 Pompe
3 Compresse.

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations sans ou avec pression sur des sections circulaire
et non circulaire de dimensions suivantes :
- Taille minimale : 200 mm par moyens mécaniques et 800 mm manuellement ;
- Taille maximale : 3500 mm par moyens mécaniques et sans limitation manuellement ;
- Longueur maximale : 100 ml par moyens mécaniques et avec des limites respectant les
aspects de sécurité pour des applications manuelles.

169
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

La technique est appliquée sur les regards de visite en utilisant du mortier.


 Matériaux utilisables
Les matériaux comprennent des mortiers à base de ciment et de polymère; avec renforcement
possible du mortier projeté par des armatures d'acier ou incorporation de fibres de renfort dans
ce mortier.
 Mise en œuvre
La mise en place des matériaux sur la paroi intérieure de l’ouvrage pourra être de tout ou partie
de la section de celui-ci et d’une ou plusieurs couches de béton ou mortier.
La surface de la paroi doit être propre avec décapage total d’éventuel revêtement existant
dégradé. L’utilisation des moyens mécaniques est généralement requise et comprend le
refoulement du matériau de projection et sa propulsion à l’air comprimé jusqu’à une lance de
projection, dont le maniement peut être manuel ou robotisé.
Dans le cas de mise en place d’armatures (treillis soudés), la mise en œuvre de la technique
comprend la projection d’une première couche d’accrochage d’une épaisseur minimale de
15 mm, la mise en place de l’armature selon un taux calculé pour le besoin de la structuration
et la projection d’une deuxième couche et de plusieurs couches selon l’épaisseur calculée, ainsi
que le régalage et la finition de la surface finale de la paroi.
Figure 11-14 : Exemple d’un chantier en France de rénovation d’un collecteur par projection de béton
avec armature (source : SAFEGE)

Figure 11-15 : Exemple de la mise en œuvre d’une armature calculée pour la structuration d’un collecteur
à Oran (source : SEOR)

 Avantages
- Amélioration du débit qui peut dépendre de l'épaisseur du système de rénovation par
rapport au diamètre et à l'état de surface du système ;

170
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Possibilité généralement de rétablir une pente uniforme ;


- Rénovation possible de la structure en utilisant du mortier de ciment projeté ;
- Abrasion et résistance chimique selon le matériau du système de rénovation ;
- Espace de travail en surface minimal ;
- Accès possible par regards de visite.
 Inconvénients
- Dépendance de l'adhérence du collage mécanique ou chimique à la surface de la
canalisation ou du regard de visite existant, qui nécessite une préparation spécifique ;
- Détournement du débit généralement requise ;
- Besoin d’un espace de travail suffisant en cas de projection manuelle pour éviter les
retombées de matériau et d’une hauteur suffisante pour se tenir debout.

11.2.9 Récapitulatif
Plusieurs techniques existent pour rénover un réseau d’assainissement affecté par des désordres
et ne satisfaisant pas les performances techniques attendues.
Le choix de la solution de réhabilitation doit être établi sur la base d’un diagnostic des ouvrages,
d’une définition des objectifs de la réhabilitation et d’une comparaison entre les options
techniques possibles et doit présenter un coût supportable par le maître d’ouvrage.

171
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 11-1 : Synthèse des différentes techniques de rénovation


Technique de rénovation Application Avantages Inconvénients

Tubage par tuyau - Diamètre minimal : 150 mm. - Réhabilitation structurante possible. - Pente uniforme impossible à rétablir.
continu avec espace
- Diamètre maximal : 1200 mm pour la - Résistance chimique et à l'abrasion selon le - Espace de travail significatif en surface
annulaire
Méthode A, 600 mm pour la Méthode B. matériau. selon la technique.
- Longueur maximale : 300 ml pour la - Technique ne dépendant pas de l’adhérence - Détournement de débit requis.
Méthode A, 100 ml pour la Méthode B. à la canalisation d’accueil.
- Rétablissement des branchements par
- Certaines techniques peuvent supporter des fouille pour les canalisations non
coudes. visitables.
- Rétablissement possible des branchements
depuis l'intérieur selon la technique.
Tubage par tuyau - Section circulaire. - Réhabilitation possible de la structure. - Pente impossible à rétablir.
continu sans espace
- Diamètre minimal : 100 mm pour la - Réduction minimale de la capacité - Espace de travail significatif en surface
annulaire
Méthode A, 200 mm pour la Méthode B. volumétrique avec augmentation possible pour la Méthode B.
du débit.
- Diamètre maximal : 500 mm pour la - Technique non adaptée pour les
Méthode A, 1500 mm pour la Méthode B. - Résistance chimique et à l'abrasion selon le canalisations d’assainissement non
matériau. homogènes.
- Longueur maximale : 500 ml.
- Technique ne dépendant pas de l’adhérence - Détournement de débit requis pour
à la canalisation d’accueil. l'installation.
- Certaines techniques peuvent supporter des - Rétablissement des branchements
coudes. généralement par fouille.
- Rétablissement possible des branchements
depuis l'intérieur.
Chemisage continu - Sections circulaire ou ovale. - Réhabilitation possible de la structure. - Restauration du radier impossible.
polymérisé en place
- Tous types de matériaux de canalisations - Réduction minimale de la capacité - Détournement de débit requis.
existantes. volumétrique avec augmentation possible
- Rétablissement des branchements
du débit.
- Des canalisations à écoulement libre ou généralement par fouille.
sous pression. - Résistance chimique et à l'abrasion selon le
matériau.
- Diamètre minimal : 150 mm.

173
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Diamètre maximal : 2800 mm. - Les coudes peuvent être supportés.


- Regards de visite. - Espace de travail en surface généralement
minimal et variable selon le procédé utilisé.
- Longueur maximale : 600 ml (Méthode A)
et 250 ml (Méthode B). - Réouverture possible des branchements
depuis l'intérieur pour les canalisations
gravitaires.
Tubage par tuyaux - Sections circulaire ou non circulaire. - Réhabilitation possible de la structure. - Importante réduction de la capacité
courts avec espace hydraulique (volumétrique et découlement)
- Diamètre minimal : 150 mm pour la - Intervention par les regards existants sans
annulaire pour la Méthode A.
Méthode A et la Méthode B. excavation.
- Pour la Méthode C, réduction de la
- Diamètre maximal : 600 mm pour la - Pas de contraintes particulières pour
capacité en fonction de l'espace annulaire
Méthode A et la Méthode B, 4000 mm l’espace de travail en surface.
et du rapport diamètre/épaisseur.
pour la Méthode C.
- Rapidité de mise en œuvre.
- Les coudes ne peuvent généralement pas
- Longueur maximale : 150 ml.
- Rétablissement possible de la pente être supportés pour les Méthodes A et B.
uniforme en utilisant la Méthode C dans les
- Détournement de débit requis.
collecteurs visitables.
- Rétablissement des branchements
- Résistance chimique et à l'abrasion selon le
généralement par fouille sauf pour les
matériau.
ouvrages visitables.
- Technique ne dépendant pas de l’adhérence
- Réouverture possible des branchements
à la canalisation d’accueil.
depuis l'intérieur pour la Méthode B
- Augmentation possible du débit. lorsque la tête de remise en forme
circulaire est utilisée.
- Les coudes de grand rayon peuvent être
supportés pour la Méthode C.

Tubage par enroulement - Diamètre minimal : 200 mm pour les - Réhabilitation possible de la structure. - Détournement de débit requis en phase
hélicoïdal Méthodes A et A2 et 800 mm pour la d’injection du coulis dans l’espace
- Aucun stockage de tuyau sur site.
Méthode B. annulaire.
- Résistance chimique et à l'abrasion selon le
- Diamètre maximal (sans renfort en acier) : - Pente uniforme généralement impossible à
matériau.
1200 mm pour la Méthode A1 et 700 mm rétablir.
pour la Méthode A2, 1800 mm pour la - Technique ne dépendant pas de l’adhérence
- Réduction de la capacité volumétrique de
Méthode B. à la canalisation d’accueil.
la canalisation existante selon l’espace
- Longueur maximale : 100 ml. annulaire et le rapport diamètre/hauteur

174
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Possibilité de produire toute une plage de totale du profil, avec amélioration possible
diamètres avec les machines à bobiner. du débit en raison des frottements réduits.
- Les coudes peuvent être supportés. - Injection de l'espace annulaire requise.
- Réouverture des branchements
généralement par fouille locale pour les
canalisations non visitables, avec
possibilité d’un rétablissement depuis
l’intérieur par robot.
Tubage par coffrage - Diamètre minimal : 200 mm mais selon la - Réhabilitation possible de la structure en - Détournement de débit et absence
plastique interne ancré technique. fonction de la résistance du coulis. d'infiltration de nappe phréatique
de manière rigide généralement requis.
- Diamètre maximal : 2000 mm, et jusqu’à - Résistance chimique et à l’abrasion selon
5000 mm pour certaines techniques matériau de la couche plastique intérieure. - Pente uniforme généralement impossible à
spécialisées et certains matériaux. rétablir.
- Espace de travail en surface généralement
- Longueur maximale : 200 ml. minimal. - Réduction de la capacité volumétrique de
la canalisation existante selon l’espace
- Applicable sur les regards de visite. - Technique ne dépendant pas de l’adhérence
annulaire et le rapport diamètre/hauteur
à la canalisation d’accueil.
totale du profil, avec amélioration possible
- Les coudes peuvent être supportés. du débit en raison des frottements réduits
de la couche plastique intérieure.
- Réouverture des branchements
généralement depuis l’intérieur si une
couche plastique extérieure est utilisée.
Tubage par éléments - Collecteurs visitables uniquement de - Amélioration hydraulique : établissement - Liaison mécanique avec la canalisation
préfabriqués section circulaire et non circulaire. de pente uniforme en cas de tubage d'accueil nécessitant une injection, un
complet et tubage partiel sur le radier. collage et/ou un ancrage.
- Amélioration structurelle : réhabilitation - Nécessité d’une espace en surface pour
structurante en cas de tubage complet et stocker les éléments sur le site.
tubage partiel sur la voûte.
- Techniques de tubage partiel dépendant de
- Amélioration de la résistance chimique et à l'adhérence à la canalisation d'accueil.
l’abrasion selon le matériau du tubage.
- Détournement du débit dépendant des
- Réouverture des branchements depuis exigences de sécurité attachées aux
l’intérieur. ouvrages visitables.

175
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Chemisage par matériau - Sections circulaire et non circulaire. - Amélioration du débit selon l'état de - Dépendance de l'adhérence du collage
projeté, taloché ou coulé surface. mécanique ou chimique à la surface de la
- Taille minimale : 200 mm par moyens
en place canalisation ou du regard de visite existant,
mécaniques et 800 mm manuellement. - Possibilité de rétablir une pente uniforme.
qui nécessite une préparation spécifique.
- Taille maximale : 3500 mm par moyens - Rénovation possible de la structure en
- Détournement du débit généralement
mécaniques et sans limitation utilisant du mortier de ciment projeté.
requise.
manuellement.
- Résistance chimique et à l’abrasion selon
- Besoin d’un espace de travail suffisant en
- Longueur maximale : 100 ml par moyens le matériau de rénovation.
cas de projection manuelle.
techniques et avec des limites respectant
- Espace de travail en surface minimal.
les aspects de sécurité pour des
applications manuelles.
- Applicable sur les regards de visite en
utilisant du mortier.

176
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

12

Techniques de réparation

12.1 Introduction
Les techniques de réparation sont destinées à rectifier des défauts locaux dans les collecteurs,
branchements et regards de visite du réseau d’évacuation et d’assainissement.
Du fait même de leur faible étendue, les défauts ponctuels pourront ne pas constituer une
menace directe et immédiate pour l’intégrité structurelle et le fonctionnement hydraulique des
ouvrages. Toutefois, l’impact des défauts sur l’environnement de ces ouvrages ou leur caractère
évolutif pourra présenter de fait un réel niveau de risque.
Le présent chapitre présente une classification des techniques de réparation en familles suivant
la norme NA 17999.
Les différentes familles de techniques de réparation sont définies, et leurs propriétés
respectives, y compris les matériaux, les applications ainsi que les caractéristiques
géométriques, de performances et d'installation, sont décrites.
Toutes les techniques de réparation nécessitent au moins un nettoyage local avant l'installation.
L’attention est attirée sur toute préparation de surface complémentaire éventuellement requise.
L'attention est également attirée sur la législation concernant l'impact sur l'environnement.
Les familles de techniques de réparation généralement disponibles au moment de la rédaction
du présent guide comprennent :
 La réparation par injection ;
 La réparation par chemisage partiel ;
 La réparation avec un matériau taloché ;
 La réparation avec dispositifs mécaniques internes ;
 La réparation par remplissage au coulis.
Ces différentes techniques, permettent en effet d’augmenter parfois considérablement la durée
de vie d’un ouvrage et sont utiles pour obtenir un étalement dans le temps des investissements
nécessaires au remplacement des infrastructures.

178
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

12.2 Défauts ponctuels susceptibles d’être réparés


Les défauts ponctuels les plus fréquents concernent les joints entre les tuyaux constitutifs d’un
collecteur et les raccordements des branchements, comme le présente le tableau suivant :

Tableau 12-1 : Description des défauts ponctuels d’un réseau d’assainissement susceptibles d’être réparés
(sources : FNDAE, OIEau, 2004, France)
Défaut Description Caractéristiques Conséquences

Perforation Percement localisé de La perforation, pourra être Défaillance de l’étanchéité.


la canalisation avec accidentelle provoquée par des Risque d’entraînement du sol, de
disparition d’une partie travaux externes ou être la formation de dépôts ou
de la structure. conséquence d’une malfaçon. d’effondrement.

Raccordement Raccordement qui n’a Un branchement défectueux Défaillance de l’étanchéité.


défectueux pas été réalisé selon les facilite les fuites d’eau et Risque de déstabilisation du sol.
règles de l’art l’intrusion de racines. Risque d’intrusion de racines.
(branchement
pénétrant,
raccordement non
étanche).

Intrusion Pénétration dans L’élément extérieur n’a aucun Risque de défaillance de


l’ouvrage d’un élément rapport avec l’ouvrage et l’étanchéité et de perforation, avec
parasite
extérieur : racines, constitue un obstacle à possibilité d’infiltration et
tuyaux, gaines, etc. l’écoulement et affecte exfiltration.
l’intégrité structurelle de Introduction de sol.
l’ouvrage.
Les racines pénètrent
préférentiellement au travers
de défauts d’étanchéité de la
structure.

Poinçonnement Déformation ponctuelle Le poinçonnement s’apparente Décompression du terrain au droit


non traversante de la à une perforation non aboutie, du poinçonnement.
canalisation. c’est-à-dire sans percement, ni Apparition de microfissures à
perte d’étanchéité. Il se l’intrados.
manifeste localement par une Évolution souvent rapide vers une
déformation du matériau perforation avec perte d’étanchéité.
constitutif de l’ouvrage sous
l’effet de la poussée d’un
élément dur extérieur.

Assemblage Un assemblage Un assemblage défectueux Perte ponctuelle d’étanchéité, avec


défectueux défectueux isolé, entre constitue un affaiblissement risque d’infiltration et exfiltration,
deux éléments local du comportement intrusion des racines et de
préfabriqués, au niveau mécanique et des conditions dissolution du sol.
du joint. fonctionnelles de la
canalisation.

179
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

12.3 Répartition des désordres ponctuels par une


technique de réparation
Des possibilités de traiter des désordres localisés selon les techniques de réparation sont
présentées dans le tableau suivant. La faisabilité de la mise en œuvre de la réparation est à
étudier au cas par cas en fonction des caractéristiques des ouvrages et de leurs environnements.

Tableau 12-2 : Liste des techniques de réparation par rapport à la nature des défauts
Défauts Technique de réparation

Famille Anomalies Par Chemisage Matériau Dispositif Remplissage


injection partiel taloché mécanique au coulis
interne

Faïençage X
Dégradations du
Décollement d'enduit X X
tuyau
Usure du revêtement X X

Intrusions X

Concrétion X

Raccordements défectueux X X X
Anomalies
Perforation X X X X
ponctuelles
Poinçonnement X X

Assemblage défectueux X X X

Contre pente ou flache X

Ovalisation (sur ouvrage X


circulaire)
Anomalies de
Assemblages défectueux X X
forme
Divergence de piédroit (sur X
ovoïde sinon ovalisation)

Fissure longitudinale X

Fissure transversale X X

Cassures Fissure oblique X

Fissure circulaire X X X X X

Écaillage X

180
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

12.4 Techniques de réparation

12.4.1 Réparation par injection


La technique permet de réparer un défaut d’étanchéité, de type joint, fissure, raccordement mal
renformi ou cavité par l’injection d’un produit dans les ouvertures de la structure de l’ouvrage
au droit de ce défaut.
Figure 12-1 : Schéma de principe de la technique de réparation par injection de résine au moyen d’un
robot
Légende
1 Manchon
2 Caméra vidéo
3 Tuyau existant
4 Revêtement de manchon
5 Vide injecté
6 Ouverture pour l'injection.

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations fonctionnant par gravité de toutes sections, par
un robot avec manchon et contrôle vidéo dans les canalisations non visitables (diamètre
minimal de 150 mm) et par des outils manuels dans les ouvrages visitables (collecteurs, regards
de visite).
 Matériaux utilisables
Les produits d’étanchement utilisés comprennent :
- Ouvrages non visitables : gels (acryliques, polyuréthanne, silicatés), résines
(polyuréthanne, silicatées) ou mortier de ciment.
- Ouvrages visitables : gels (acryliques, polyuréthanne, silicatés), résines (polyuréthanne,
époxy, silicatées) ou mortier de ciment.
 Mise en œuvre
Un nettoyage soigné de la paroi interne des canalisations est effectué avant la mise en œuvre de
l’injection.
Pour les canalisations non visitables, la zone du défaut est isolée au moyen d’un dispositif
gonflable tracté et placé par un robot pour permettre l’injection généralement par gravité du
produit d’étanchement.
Pour les ouvrages visitables, l’injection est effectuée selon un protocole de pression et volume
d’injection défini au préalable par rapport à la nature et l’importance des défauts.
 Avantages
- Réparation consolidante en cas d’utilisation de résines ou mortier de ciment ;
- Réparation résistante à la pression extérieure de l’eau ;

181
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Aucune réduction de la capacité hydraulique ;


- Aucune adhérence à la canalisation d'accueil requise pour les systèmes à gel
uniquement ;
- Les résines et le coulis de ciment peuvent réparer les joints, fissures et/ou raccordements,
indépendamment de l'humidité à long terme ;
- Tous les matériaux d'injection peuvent remplir des vides dans le sol quelle que soit la
taille.
 Inconvénients
- Résistance limitée à la pression interne de mise en charge en cas d’utilisation de gels ;
- Le gel peut ne remplir les vides qu'au niveau des joints et nécessite un environnement
humide en permanence afin de conserver son effet d'étanchement ;
- Pas d’amélioration de la résistance à l'abrasion ou de la résistance chimique ;
- Détournement du débit généralement requis pour l'installation.
Figure 12-2 : Exemple d’un chantier en France d’injection des vides dans la maçonnerie d’un collecteur
visitable et dans le sol (source : SAFEGE)

12.4.2 Réparation par chemisage partiel


La technique permet de réparer localement une faiblesse de la structure ou une défaillance de
l’étanchéité de types : fissure longitudinale, fissure circulaire, microfissure, perforation, joint
déboité, intrusion de racines, effondrement ponctuel, défaillance de l’étanchéité du
raccordement d’un branchement sur le collecteur principal.

182
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 12-3 : Schéma de principe de la technique de réparation par chemisage partiel


Légende
1 Vidéo
2 Manchon
3 Chemise partielle
4 Conduites d'air et de
chauffage (facultatives).

Figure 12-4 : Schéma de principe de la technique de réparation par selles de branchement polymérisées en
place
Légende
1 Canalisation principale
2 Canalisation de
branchement
x Extension de selle
y Rebord de selle.

a) Chapeau b) Pièce en T

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations fonctionnant par gravité de toutes sections,
pour un diamètre minimal de 150 mm.
La mise en œuvre est effectuée par robot et contrôle vidéo dans les canalisations non visitables
et par outils manuels dans les ouvrages visitables (collecteurs, regards de visite).
 Matériaux utilisables
Les produits utilisés comprennent des matériaux composites constitués d'un matériau plastique
en tissu renforcé ou non, imprégné d'une résine thermodurcissable (polyester insaturé, époxy
ou silicatée, ester vinylique), qui peuvent inclure des membranes interne et/ou externe
facultatives.
 Mise en œuvre
Cette technique inclut les chemises partielles (réparations de tuyaux de courte longueur) et les
selles de branchement de deux types « chapeau» et «pièce en T». Le matériau du rebord des
selles de branchement à chapeau peut être polymérisé en place ou être renforcé par un
thermoplastique fondu avec un système de rénovation thermoplastique de la canalisation
principale compatible.
Le chemisage partiel d’une canalisation consiste à construire un tuyau neuf plaqué à l’intérieur
de l’ouvrage sans ouverture d’une tranchée.
 Avantages
- Réparation résistante à la pression extérieure de l'eau ;
- Très faible réduction localisée de la capacité hydraulique ;

183
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Les coudes légers peuvent être supportés ;


- Rapidité de mise en œuvre ;
- Très faible réduction de la section de la conduite existante.
 Inconvénients
- Réparation généralement non résistante à la pression interne ;
- Préparation requise de la surface du tuyau ;
- Manipulation délicate ;
- Certaines techniques supportent un écoulement pendant la mise en œuvre alors que
d'autres nécessitent une gestion du débit.

12.4.3 Réparation avec un matériau taloché


La technique permet de réparer un défaut structurel localisé sur une partie de section de la
canalisation, en appliquant et talochant manuellement (ouvrage visitable) ou par robot (ouvrage
non visitable) des matériaux adaptés directement sur la paroi défectueuse de l’ouvrage existant.
Figure 12-5 : Schéma de principe de la technique de réparation avec un matériau taloché
Légende
1 Défaut
2 Robot muni d'une
caméra vidéo
3 Tube d'alimentation
en coulis
4 Coulis de remplissage
injecté
5 Taloche
Xa Détail de l'injection
du coulis et du
lissage à la taloche.

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations sans pression, de section circulaire pour les
canalisations non visitables et de toutes sections visitables, de dimensions suivantes :
- Diamètre minimal de canalisation : 150 mm ;
- Diamètre maximal de canalisation non visitable : 700 mm ;
- Taille maximale d’ouvrage visitable : sans limite.
La technique est également applicable aux regards de visite.
 Matériaux utilisables

184
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Les produits de réparation utilisés comprennent :


- Ouvrages non visitables : résine époxy, mortier de ciment ou de polymère.
- Ouvrages visitables : résine époxy, mortier de ciment ou de polymère avec ou sans fibres
de renfort.
 Mise en œuvre
La surface de l’ouvrage à réparer est préalablement nettoyée et humidifiée jusqu'à saturation et
le matériau de réparation est appliqué par couches d’une épaisseur comprise entre 5 mm et
40 mm.
Dans le cas d’intégration de renfort (armature) à la réparation d’un ouvrage visitable, une
première couche de mortier est mise en œuvre d’une épaisseur minimale de 15 mm avant la
pose du renfort, suivie par une seconde couche ou plusieurs couches.
 Avantages
- Réparation résistante à la pression extérieure de l’eau ;
- Amélioration mécanique et/ou hydraulique possible en cas de réparation d’un ouvrage
visitable ;
- Aucune réduction de la capacité hydraulique pour les collecteurs visitables ;
- Coudes peuvent être supportés dans les collecteurs ;
- Espace de travail en surface minimal.
 Inconvénients
- Réparation non résistante à la pression interne de l’eau ;
- Préparation préalable requise de la surface de l’ouvrage ;
- Nécessité généralement d’une prise en compte de la gestion du débit ;
- Distance de travail limitée à 100 ml à partir du point d'accès pour les canalisations non
visitables ;
- Application robotisée pour les canalisations non visitables.

12.4.4 Réparation avec dispositifs mécaniques internes


La technique consiste à introduire et poser une manchette rigide au niveau de la partie fissurée
ou détériorée d’une canalisation circulaire.
La manchette peut être structurante, consolidante ou non structurante selon les objectifs de la
réhabilitation.

185
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 12-6 : Schéma de principe de la technique de réparation avec dispositifs mécaniques internes
a) Anneau de compression expansé par un ballon gonflé (à l'air ou à l'eau)
ou un outil mécanique ou hydraulique pour restaurer la forme circulaire de
la canalisation

b) Clip articulé de remise en forme circulaire, expansé séquentiellement Légende


avec des vérins verticaux et horizontaux 1 Articulations

 Domaine d’application
La technique est applicable sur les canalisations fonctionnant par gravité, de section circulaire
et de dimensions suivantes :
- Diamètre minimal : 150 mm pour les canalisations non visitables et 800 mm pour les
canalisations visitables ;
- Diamètre maximal : 800 mm pour les canalisations non visitables et 3000 mm pour les
canalisations visitables.
 Matériaux utilisables
Les produits de réparation utilisés comprennent :
- Anneaux de compression à recouvrement et clips articulés en acier inoxydable ;
- Joints annulaires élastomères généralement en EPDM ;
- Pour des canalisations non visitables, résine généralement époxy ou polyuréthanne,
avec ou sans matériau de support.
 Mise en œuvre
Après préparation par nettoyage soignée de la paroi de la canalisation, le dispositif de réparation
est plaquée par compression mécanique à l’aide d’un ballon gonflé à l’air ou l’eau ou par une
articulation mécanique, avec ou sans adhérence complémentaire par résine.
L’étanchement de la réparation est obtenu par compression d'anneaux élastomères ou par une
résine.

186
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 12-7 : Schéma d’utilisation de manchette interne pour étancher et renforcer un joint défectueux
(source : EPA)

 Avantages
- Étanchement ;
- Réparation résistante à la pression d'eau externe à l'endroit où le joint est placé ;
- Possibilité d’utilisation sur une canalisation chemisée pour réparer un défaut ;
- Espace de travail en surface minimal ;
- Accès possible par regards de visite.
 Inconvénients
- Préparation requise de la surface de la canalisation à réparer ;
- Certaines techniques supportent un écoulement alors que d'autres nécessitent une
gestion du débit ;
- Distance de travail à partir du point d'accès limitée à 100 ml dans les canalisations non
visitables ;
- Création d’obstacle local en radier de la canalisation ;
- Réduction de la capacité hydraulique généralement due à la nature localisée de la
réparation.

12.4.5 Réparation par remplissage au coulis


La technique permet d'étancher des joints dans la structure de la canalisation et/ou des vides
immédiatement à l'interface avec le sol environnant.

187
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 12-8 : Schéma de principe d’une réparation par remplissage au coulis


Légende
1 Réservoir de solution
2 Obturateur
3 Pénétration de la solution à
travers les défauts dans le sol
environnant
4 Vide rempli
5 Solution
6 Collecteur principal.

 Domaine d’application
La technique s’applique à toute forme de canalisation sans pression de dimensions suivantes :
- Diamètre minimal : 150 mm ;
- Diamètre maximal : 500 mm.
Cette technique permet de réparer :
- les défauts d’étanchéité des canalisations situées en lit de pose poreux ;
- l’étanchement des petits trous et interstices par infiltration du gel dans le sol poreux
environnant.
Cette technique n’est pas adaptée au remplissage des fissures ou vides dans les canalisations,
les regards de visite ou le sol.
 Matériaux utilisables
Les matériaux comprennent les gels acryliques ou silicatés à deux composants (A et B).
 Mise en œuvre
Après identification du réseau à traiter et isolation par obturation de toutes les extrémités; la
réparation est exécutée généralement en quatre étapes :
- Remplissage du réseau nettoyé avec le composant A ;
- Extraction du composant A par pompage et nettoyage du réseau de canalisations ;
- Remplissage du réseau avec le composant B ;
- Extraction du composant B par pompage et nettoyage du réseau de canalisations.
Ce processus est répété jusqu'à étanchement total.
 Avantages
- Utilisable pour des sections de canalisation circulaire et non circulaire ;
- Espace de travail en surface minimal ;
- Accès possible par regards de visite ;
- Aucune réduction de section ;
- Aucune réduction de la capacité hydraulique ;
- Aucun obstacle en radier aux extrémités de la réparation.

188
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

 Inconvénients
- Détournement du débit généralement requis pour l'installation ;
- Réparation non résistante à la pression interne ;
- Pas d’amélioration de la résistance à l'abrasion ;
- Pas d’amélioration de la résistance chimique ;
- Résistance limitée à la pression de mise en charge de réseau gravitaire ;
- Résistance à la pression d'eau externe dépendante de la pénétration du matériau de
réparation dans le sol environnant.

12.4.6 Récapitulatif
La solution retenue de réparation doit répondre aux exigences de traitement efficace des
désordres diagnostiqués et être compatible avec les contraintes diverses des ouvrages du réseau
d’évacuation et d’assainissement.

189
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tableau 12-3 : Synthèse des différentes techniques de réparation


Technique de réparation Application Avantages Inconvénients

Réparation par injection - Canalisations fonctionnant par gravité de - Réparation consolidante en cas - Résistance limitée à la pression interne de
toutes sections. d’utilisation de résines ou mortier de mise en charge en cas d’utilisation de gels.
ciment.
- Le gel peut ne remplir les vides qu'au
- Par robot sur les canalisations non
- Résistance à la pression extérieure de niveau des joints et nécessite un
visitables.
l’eau. environnement humide en permanence
afin de conserver son effet d'étanchement.
- Manuellement dans les ouvrages - Aucune réduction de la capacité
visitables. hydraulique. - Pas d’amélioration de la résistance à
l'abrasion ou de la résistance chimique.
- Aucune adhérence à la canalisation
d'accueil requise pour les systèmes à gel - Détournement du débit généralement
uniquement. requis pour l'installation.
- Réparation indépendamment de l'humidité
à long terme.
Réparation par - Canalisations fonctionnant par gravité de - Résistance à la pression extérieure de - Réparation généralement non résistante à
chemisage partiel toutes sections. l'eau. la pression interne.
- Aucune réduction de la capacité - Préparation requise de la surface du tuyau.
- Diamètre minimal : 150 mm.
hydraulique.
- Manipulation délicate.
- Les coudes légers peuvent être supportés.
- Certaines techniques supportent un
- Rapidité de mise en œuvre. écoulement pendant la mise en œuvre
alors que d'autres nécessitent une gestion
- Très faible réduction de la section de la
du débit.
conduite existante.
Réparation avec un - Canalisations sans pression, de section - Résistance à la pression extérieure de - Réparation non résistante à la pression
matériau taloché circulaire pour les canalisations non l’eau. interne de l’eau.
visitables et de toutes sections visitables.
- Amélioration mécanique et/ou hydraulique - Préparation préalable requise de la surface
possible en cas de réparation d’un ouvrage de l’ouvrage.
- Applicable aux regards de visite.
visitable.
- Gestion du débit.
- Aucune réduction de la capacité
hydraulique pour les collecteurs visitables.

190
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Coudes peuvent être supportés dans les - Distance de travail limitée à 100 ml à
collecteurs visitables. partir du point d'accès pour les
canalisations non visitables.
- Espace de travail en surface minimal.
- Application robotisée pour les
canalisations non visitables.
Réparation avec - Canalisations fonctionnant par gravité, de - Étanchement. - Préparation requise de la surface à réparer.
dispositifs mécaniques section circulaire.
- Résistance à la pression d'eau externe à - Certaines techniques supportent un
internes
- Diamètre minimal : 150 mm pour les l'endroit où le joint est placé. écoulement alors que d'autres nécessitent
canalisations non visitables et 800 mm une gestion du débit.
- Possibilité d’utilisation sur une
pour les canalisations visitables.
canalisation chemisée pour réparer un - Distance de travail à partir du point
- Diamètre maximal : 800 mm pour les défaut. d'accès limitée à 100 ml dans les
canalisations non visitables et 3000 mm canalisations non visitables.
- Espace de travail en surface minimal.
pour les canalisations visitables.
- Création d’obstacle local en radier de la
- Accès possible par regards de visite.
canalisation.
- Réduction de la capacité hydraulique.
Réparation par - Canalisations sans pression. - Espace de travail en surface minimal. - Détournement du débit.
remplissage au coulis
- Canalisations circulaire et non circulaire. - Accès possible par regards de visite. - Non résistance à la pression interne.
- Diamètre minimal : 150 mm. - Aucune réduction de section et de la - Pas d’amélioration de la résistance
capacité hydraulique. chimique et à l'abrasion.
- Diamètre maximal : 500 mm.
- Aucun obstacle en radier aux extrémités - Résistance limitée à la pression de mise en
de la réparation. charge de réseau gravitaire.
- Résistance à la pression d'eau externe
dépendante de la pénétration du matériau
de réparation dans le sol environnant.

191
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

13

Techniques de remplacement
sans tranchée

13.1 Introduction
Le remplacement sans ouverture de tranchée consiste en la pose d’une nouvelle canalisation
destinée à être substituée à une canalisation existante, dont les caractéristiques structurelles sont
dégradées et/ou ne sont plus compatibles avec ses fonctions et les performances requises
(accroître la capacitaire hydraulique, résister à l’évolution des charges exercées sur les
ouvrages).
Cette option de réhabilitation est envisagée lorsque l’état de l’ouvrage existant est tel qu’aucune
autre méthode n’est réalisable dans des conditions techniques et économiques acceptables et
que la pose avec tranchée est rendue difficile ou coûteuse du fait des contraintes
environnementales du site. L’ouverture de puits de travaux aux extrémités des tronçons à
remplacer ou au droit de courbes peut s’avérer indispensable pour installer les équipements de
travaux, l’évacuation des sous-produits du chantier et l’introduction des nouveaux tuyaux.
Les techniques de remplacement sans tranchée sont des techniques destructives des ouvrages
existants et concernent généralement les canalisations non visitables constituées de matériau dit
« cassable » tel que le grès vitrifié, l’amiante ciment, le béton non armé et la fonte grise. Elles
peuvent également concerner la fonte ductile et l’acier.
La mise en œuvre du remplacement exige la dérivation des effluents.
Le présent chapitre présente une classification des techniques de remplacement par « fonçage »,
« microtunnelage » et « pousse-tube » suivant la norme NA 17950. Les matériaux des tuyaux
et joints utilisés pour le remplacement doivent être compatibles avec les prescriptions générales
de la norme NA 17994 et les normes des produits.
Les techniques généralement disponibles au moment de la rédaction du présent guide
comprennent :
 Remplacement sans tranchée par la pose avec éclatement ;
 Remplacement sans tranchée par la pose avec extraction ;
 Remplacement sans tranchée par microtunnelage avec mange-tube.
Les caractéristiques mécaniques, le fonctionnement hydraulique, l’étanchéité et la durée de vie
des ouvrages réhabilités avec ces techniques sont comparables à ceux des ouvrages neufs.

192
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

13.2 Techniques de remplacement sans tranchée

13.2.1 Remplacement sans tranchée par la pose avec éclatement


La canalisation existante est éclatée et repoussée avec le sol environnant par un dispositif
expanseur, qui peut être un marteau pneumatique ou hydraulique, un expanseur hydraulique ou
un cône inerte, tiré ou poussé dans la canalisation d’origine. Ce dispositif est suivi par la
nouvelle canalisation d'un diamètre égal ou supérieur au diamètre de la canalisation existante.
Figure 13-1 : Schéma de principe d’un remplacement par éclatement d’un collecteur ancien
Légende
1 Expanseur
2a Canalisation d’origine
2b Canalisation éclatée et
repoussée
3 Tuyau nouveau
4 Cylindre hydraulique
5 Puits de sortie.

 Domaine d’application
La technique s’applique aux canalisations fonctionnant par gravité ou sous pression, de section
circulaire et presque de tout type de matériaux à l’exclusion du béton armé.
- Diamètre minimal : 150 mm ;
- Diamètre maximal : 1000 mm.
 Matériaux utilisables
La majorité des matériaux de tuyaux neufs est utilisable tel que le PEHD, le béton, le PVC, le
PRV et la fonte. Ceux-ci doivent disposer des caractéristiques structurelles compatibles avec
les procédés techniques de mise en œuvre (forces de poussée ou de traction admissible, rayons
de courbure ou déviations angulaires admissibles, types et performances des assemblages, etc.).
 Mise en œuvre
Un marteau éclateur alimenté par air comprimé est introduit dans la canalisation existante à
remplacer. Celle-ci est détruite à l’avancement par poussage ou tirage de l’éclateur. Les débris
de l’ancienne canalisation sont poussés dans le terrain environnant. Des ailerons articulés en
tête du marteau sont actionnés par un circuit hydraulique et permettent de pulvériser la
canalisation à remplacer.
L’ensemble des tuyaux neufs est mis en place immédiatement dans le sillage de l'éclateur.
L’assemblage de ceux-ci se fait par emboîtement mécanique ou par soudage. Le diamètre de la
nouvelle canalisation pourra être identique ou supérieur à celui de l’ancienne canalisation.

193
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 13-2 : Exemple de dispositifs utilisés pour l’éclatement de canalisation ancienne

Éclateur de tuyaux en fonte ductile Éclateur à câble

Figure 13-3 : Illustration de l’éclatement d’un collecteur (source : ISTT)

La mise en œuvre du tubage par éclatement de la canalisation est précédée par des opérations
comprenant :
- Le repérage précis de la canalisation existante à remplacer et de son environnement ;
- La reconnaissance des réseaux enterrés et ouvrages environnants, avec une analyse de
l’impact des travaux d’éclatement sur leur état ;
- Des investigations sur la nature et les caractéristiques du sol encaissant ;
- Un hydro curage de la canalisation ;
- La signalisation du chantier et les mesures de sécurité ;
- La localisation et la réalisation des puits de travaux de dimensions adaptées aux
équipements et tuyaux utilisés, généralement au droit des regards de visite sur la
canalisation ;
- La mise en place de la dérivation des effluents.
 Avantages
- Maintien du tracé de l'ancienne canalisation ;
- Possibilité d’augmenter sensiblement le diamètre de la nouvelle canalisation en fonction
du type de matériau de la canalisation et de la nature du sol encaissant ;
- Limitation des nuisances environnementales du chantier.
 Inconvénients
- Technique non adaptée à une faible couverture en sol de la canalisation à remplacer ;
- Risques d’impact sur des ouvrages environnants ;

194
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Besoin d’une connaissance approfondie des caractéristiques du sol environnant et de la


prévention des phénomènes de dilatation, compression, cisaillement et fracturation ;
- Besoin d’une dérivation totale des effluents ;
- Conservation des éclats de l’ancienne canalisation dans le sol ;
- Difficulté pour réaliser des déviations angulaires importantes sans recourir à un puits
intermédiaire de travaux ;
- Contraintes de localisation et réouverture des raccordements de branchements.

13.2.2 Remplacement sans tranchée par la pose avec extraction


La canalisation d'origine est éclatée et extraite par traction ou poussage et elle est simultanément
remplacée par la nouvelle canalisation. Lorsque le diamètre de la nouvelle canalisation est
sensiblement plus grand que celui de l'ancienne, un expanseur est utilisé.
Figure 13-4 : Schéma de principe d’un remplacement par éclatement et extraction d’un collecteur ancien
Légende
1 Puits d’entrée
2 Outil hydraulique de traction
du tuyau
3 Tige de traction
4 Tuyau d’origine
5 Tuyau nouveau
6 Agrégat hydraulique
7 Puits intermédiaire
8 Puits de sortie.

 Domaine d’application
La technique s’applique aux canalisations fonctionnant par gravité ou sous pression, de section
circulaire et presque de tout type de matériaux à l’exclusion du béton armé et de l’acier.
- Diamètre minimal : 100 mm ;
- Diamètre maximal : selon les équipements utilisés.
 Matériaux utilisables
La majorité des matériaux de tuyaux neufs est utilisable tel que le PEHD, le béton, le PVC, le
PRV et la fonte. Ceux-ci doivent disposer des caractéristiques structurelles compatibles avec
les procédés techniques de mise en œuvre (forces de poussée ou de traction admissible, rayons
de courbure ou déviations angulaires admissibles, types et performances des assemblages, etc.).
 Mise en œuvre
Une unité hydraulique d'extraction est installée et un câble est passé à l'intérieur de l'ancienne
canalisation jusqu'à une tête de tirage sur laquelle est ancrée la nouvelle canalisation.
Le principe consiste à éclater et extraire la canalisation et à introduire dans le même temps une
nouvelle canalisation en lieu et place.
Une fouille d’introduction et une fouille de réception sont réalisées à chaque extrémité du
tronçon à remplacer. Un train de tiges est mis en place dans la canalisation existante à l’aide
d’un treuil hydraulique à tirage linéaire.

195
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

A l’extrémité du tronçon, une plaque d’appui et un adaptateur ajusté à la section de la


canalisation à extraire sont fixés au train de tiges. Ce dernier peut faire office de cône
d’expansion lorsque le diamètre doit être augmenté. Deux vérins hydrauliques entraînent le
train de tiges ainsi que l’ancienne conduite qui est détruite au fur et à mesure de son extraction.
L’ensemble des équipements et le déroulement de l’opération sont pilotés par un opérateur à
partir d’un poste de contrôle sur site.
Des opérations préalables comparables à celles citées ci-dessus pour la pose avec éclatement
sont effectuées avant la mise en œuvre du tubage par extraction.
 Avantages
- Maintien du tracé de l'ancienne canalisation ;
- Possibilité d’augmenter sensiblement le diamètre de la nouvelle canalisation en fonction
du type de matériau de la canalisation et de la nature du sol encaissant ;
- Technique adaptée aux canalisations très endommagées ;
- Limitation des nuisances environnementales du chantier ;
- Extraction du sol de matériau de l’ancienne canalisation ;
- Possibilité de remplacer une canalisation en fonte ancienne par une nouvelle
canalisation en fonte.
 Inconvénients
- Technique non adaptée à une faible couverture en sol de la canalisation à remplacer ;
- Sols caillouteux ou compacts défavorables ;
- Risques d’impact sur des ouvrages environnants ;
- Risque de soulèvement du sol ;
- Besoin d’une connaissance approfondie des caractéristiques du sol environnant pour la
prévention des phénomènes de dilatation, compression, cisaillement et fracturation ;
- Besoin d’une dérivation totale des effluents ;
- Difficulté pour réaliser des déviations angulaires importantes sans recourir à un puits
intermédiaire de travaux ;
- Longueur d’extraction limitée ;
- Contraintes de localisation et réouverture des raccordements de branchements.

13.2.3 Remplacement sans tranchée par microtunnelage avec


mange-tube
Le microtunnelage est une technique de fonçage, guidable, en une seule phase, généralement
pour des canalisations non visitables de moins d’un mètre de diamètre intérieur et qui est
commandé à distance par un opérateur depuis l'extérieur du tunnel. Des développements
techniques récents permettent de foncer des diamètres plus importants.
La canalisation existante est excavée en même temps que le sol environnant.
La nouvelle canalisation est installée directement après le microtunnellage.

196
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Le microtunnelier comprend des dispositifs de coupe et de concassage. Les déblais peuvent être
marinés par vis ou hydrauliquement.
La canalisation d'origine peut être remplie d’un coulis de ciment pour améliorer les
performances de guidage ou retenir les boues de marinage. D'autre part, certains systèmes
utilisent un dispositif proéminent qui s’emboîte sur la canalisation existante devant la tête de
coupe.
Figure 13-5 : Schéma de principe d’un microtunnelage à marinage hydraulique
Légende
1 Puits d’entrée
2 Tête de coupe
3 Tuyau de fonçage
4 Presse
5 Système de transport par
boue ou eau
6 Réservoir de déposition
7 Puits de sortie
8 Agrégats.

 Domaine d’application
La technique s’applique aux canalisations fonctionnant par gravité ou sous pression, de section
circulaire et presque de tout type de matériaux à l’exclusion du béton armé et de l’acier.
- Diamètre minimal : 300 mm ;
- Diamètre maximal : 1000 mm et plus selon les procédés.
- Tous types de terrain naturel, sables, roches, argiles, voire certains remblais.
 Matériaux utilisables
Les matériaux les plus utilisés comprennent le béton et le PRV. Ceux-ci doivent disposer des
caractéristiques structurelles compatibles avec les procédés techniques de mise en œuvre
(forces de poussée ou de traction admissible, rayons de courbure ou déviations angulaires
admissibles, types et performances des assemblages, etc.).
 Mise en œuvre
Au moins un puits d’entrée et de poussée de tuyaux et un puits de sortie du microtunnelier sont
réalisés avec installation des équipements associés (manutention, marinage, traitement des
délais, poussage des tuyaux, etc.).
Une tête de forage orientable, guidée par laser à partir d’un poste de pilotage, est poussée en
continu vers un puits de sortie afin de broyer le terrain en place et la canalisation existante. Les
tuyaux de la nouvelle canalisation, d’un diamètre éventuellement plus grand que l’ancien, sont
entrainés par poussage derrière l’équipement de tête. Les débris sont évacués à travers la
nouvelle canalisation par un circuit de marinage vers un bac de décantation
La canalisation d'origine peut être remplie d’un coulis de ciment pour améliorer les
performances de guidage ou retenir les boues de marinage. D'autre part, certains systèmes

197
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

utilisent un dispositif proéminent qui s’emboîte sur la canalisation existante devant la tête de
coupe.
Figure 13-6 : Exemple d’un chantier en France de microtunnellage (source : SAFEGE)

Figure 13-7 : Exemple d’un microtunnelier utilisé pour la démolition d’un collecteur existant et le
poussage d’une nouvelle canalisation (source : ISTT)

 Avantages
- Maintien du tracé de l'ancienne canalisation ;
- Possibilité d’augmenter sensiblement le diamètre de la nouvelle canalisation en fonction
du type de matériau de la canalisation et de la nature du sol encaissant ;
- Technique adaptée aux canalisations très endommagées ;
- Limitation des nuisances environnementales du chantier ;
- Faible emprise au sol ;
- Extraction du sol de matériau de l’ancienne canalisation ;
- Solution de réhabilitation compétitive sur le plan économique.
 Inconvénients
- Technique non adaptée à une faible couverture en sol de la canalisation à remplacer ;
- Possible irrégularité des profils dans les terrains hétérogènes ;
- Risques d’impact sur des ouvrages environnants ;
- Besoin d’une connaissance approfondie des caractéristiques du sol environnant pour
choisir l’équipement adapté de forage, prévenir les déperditions et minimiser les
affaissements ou soulèvements ;
- Besoin d’une dérivation totale des effluents ;

198
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Difficulté pour réaliser des déviations angulaires importantes horizontales ou verticales


sans recourir à un puits intermédiaire de travaux ;
- Contraintes de localisation et réouverture des raccordements de branchements.

199
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

14

Réhabilitation
des ouvrages annexes
du réseau d’assainissement

14.1 Introduction
L’opération de réhabilitation d’un réseau d’évacuation et d’assainissement doit être l’occasion
pour traiter les désordres structurels et fonctionnels affectant tous les ouvrages constitutifs de
ce réseau, améliorer leurs performances et les mettre en conformité par rapport aux conditions
d’exploitation en toute sécurité.
Les ouvrages annexes comprennent principalement :
 Les regards de visite sur collecteur principal ;
 Les galeries d’accès aux collecteurs visitables et galeries d’avaloirs ;
 Les chambres ou canalisations de déversoirs d’orage des collecteurs ;
 Les regards de visite à la limite des domaines public-privé (boîtes de branchements).
La réhabilitation de ces ouvrages peut être effectuée par une solution différente de celle mise
en œuvre sur les canalisations du réseau. A titre d’exemple, une canalisation non visitable peut
être chemisée par une gaine et les regards de visite peuvent être chemisés par une projection
d’un enduit d’étanchéité. C’est le cas également des collecteurs visitables où un tubage par des
coques en PRV peut être mis en œuvre, avec une réfection du revêtement en mortier de béton
des regards de visite et de leurs galeries d’accès (regards de visite désaxés).
Les techniques de réhabilitation de ces ouvrages sont généralement choisies parmi les
techniques de rénovation et réparation présentées ci-dessus aux chapitres 11 et 12.
En cas d’insuffisance de sécurité d’intervention (inspection, curage), la création de nouveaux
regards de visite doit s’inscrire comme un élément dans le projet de réhabilitation du réseau
pour assurer des conditions d’exploitation et de sécurité satisfaisantes. Les regards sur le
collecteur doivent être à des intervalles réguliers et correctement dimensionnés. Le
remplacement des boîtes de branchement non conformes et la création de celles-ci en cas
d’absence initiale doivent être systématiques à chaque projet de réhabilitation.
Les performances techniques d’un projet de réhabilitation sont des performances attendues de
l’ensemble des ouvrages constitutifs du réseau d’évacuation et d’assainissement.

200
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

14.2 Préconisations

14.2.1 Regards de visite


La réhabilitation de l’ouvrage du regard de visite peut être continue ou partielle et concerner :
- Un traitement global ou une reprise de surfaces dégradées ;
- Un traitement de l’étanchéité ;
- Une remise en conformité des éléments de sécurité.
Les familles des techniques de rénovation ou réparation d’un regard de visite existant
comprennent :
- L’enduisage des parois intérieures par projection ou manuellement ;
- Le chemisage en béton coulé en place ou projeté ;
- Le tubage en un seul élément ou plusieurs éléments préfabriqués ;
- L’injection d’étanchement de l’ouvrage et/ou de comblement de vides du terrain.
Le choix de la solution de réhabilitation doit permettre le rétablissement des fonctions d’origine
ou des fonctions améliorées des ouvrages en adéquation avec les objectifs de la réhabilitation
du réseau. La solution peut être :
- Structurante : chemisage, tubage, injection de régénération d’une maçonnerie ;
- Non structurante (sans apport mécanique) : enduit, chemisage en béton non armé,
injection d’étanchement ;
- Solution d’étanchement : toutes techniques ;
- Anti corrosion : enduisage, chemisage, tubage selon les matériaux utilisés ;
- Anti abrasion (partie inférieure du regard) : enduit, chemisage, tubage selon les
matériaux utilisés.
Les matériaux utilisables selon les techniques et quel que soit le matériau de l’ouvrage du
regard :
- Enduisage : mortier, résine ;
- Chemisage : béton sans ou avec fibres, résine époxydique, polyester, … ;
- Tubage : PVC, PEHD, PRV, polyuréthane ;
- Injection : gel acrylique ou polyuréthane, coulis à base de ciment.
Les dimensions internes des regards doivent être conformes aux prescriptions de la norme
NA 17952. La largeur minimale d’accès à travers un tampon ou une galerie doit être de 0,80 m.
L’étanchéité d’éventuels raccordements latéraux présents dans les regards doit être assurée par
la mise en œuvre de produits adaptés ou d’une selle (branchement). Le raccordement regard-
collecteur doit être étanche et ne présentant aucune fragilité structurelle ou discontinuité du fil
d’eau.
Les équipements, dont tampon amovible, échelle ou échelons de descente et crosse, doivent
être remis en état et être résistants aux agressivités des effluents et à l’ambiance du réseau
d’évacuation et d’assainissement. L’échelle de descente doit être en acier galvanisé, acier

201
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

inoxydable austénitique ou autres matériaux composites (plastique renforcé de verre) résistant


à la corrosion, avec des barreaux équidistants de dimensions suivantes :
- Largeur minimale : 300 mm
- Distance entre les points supérieurs de deux barreaux successifs : 250 mm au minimum
et 300 mm au maximum ;
- Profondeur maximale du premier échelon : 300 mm ;
- Écartement minimal de sécurité en tout point de l’échelle par rapport à la paroi : 150 mm.
La crosse amovible de descente doit être de même matériau.
Les échelles doivent être fixées au moins en haut et en bas. Lorsque la hauteur de volée d'échelle
fixe est supérieure à 3 m, une protection par crinoline ou partage en paliers est à prévoir selon
les conditions des ouvrages.
Avant la mise en œuvre de la réhabilitation, il importe de procéder à la réalisation des étapes
préalables suivantes :
- Signalisation du chantier et mesures de sécurité ;
- Dérivation ou stockage des effluents ;
- Curage hydrodynamique soigné ;
- Vérification de l'état initial par examen visuel ;
- Découpage ou enlèvement des obstacles (branchements, racines pénétrants,
excroissances de béton, etc.) ;
- Dépose éventuelle du tampon et de la dalle de répartition (le cas échéant) ;
- Dépose provisoire des éléments de sécurité ou enlèvement des équipements dégradés.
Figure 14-1 : Exemple d’outil et de chantier de chemisage des regards de visite
(source : PM LUCAS ALGERIE)

202
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Figure 14-2 : Exemple de réhabilitation des regards de visite dans le cadre de la réhabilitation de
collecteurs à Oran (source : SEOR)

14.2.2 Regards de branchement


Les regards de branchement sont implantés en limite de propriété, sur le domaine public. Dans
le cadre d’un projet de réhabilitation, ces regards doivent être créés s’ils n’existent pas ou être
remplacés en cas de dégradation ou non-conformité constatée à l’inspection. L’ouvrage doit
être à passage direct et préfabriqué en usine ou exécuté sur site selon les caractéristiques
suivantes :
- Matériau : béton, PVC ou PEHD ;
- Dimension minimale interne : 300 mm.
Ces regards sont fermés par un tampon fonte à charnière série de résistance adaptée à
l’emplacement en trottoir ou chaussée avec couronnement en béton.

203
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

15

Conditions de réception
des ouvrages réhabilités

15.1 Opérations préalables à la réception


Les ouvrages réhabilités doivent faire l’objet d’une procédure de réception prononcée par le
maître d’ouvrage. Cette procédure comprend des opérations préalables à la réception destinées
à réaliser des examens de conformité des ouvrages aux prescriptions contractuelles et des
vérifications nécessaires à l’autorisation de leur exploitation.
Ces examens font chacun l’objet d’un procès-verbal, établi au plus tard à la date des opérations
préalables à la réception.
Comme pour la pose de nouveaux collecteurs, les travaux de réhabilitation doivent faire l’objet
d’un contrôle préalable à leur réception par un organisme compétent et indépendant de
l'entreprise de travaux. Compte tenu de la spécificité des travaux de réhabilitation, les
conditions de leur réception ne peuvent être les mêmes que celles des travaux de pose de réseaux
neufs.
Selon le diagnostic du réseau réalisé préalablement, le maître d’ouvrage doit définir les objectifs
à atteindre après réhabilitation des ouvrages (structuration, rétablissement de l’étanchéité,
amélioration de l’écoulement, résistance à l’agressivité des eaux usées) et définir explicitement
dans le cahier des charges techniques ses objectifs, ainsi que la ou les techniques de
réhabilitation à utiliser, ce qui permettra d’identifier les épreuves à réaliser pour vérifier
l’atteinte des objectifs de la réhabilitation.
Ces épreuves ont pour objectif de contrôler la qualité d’exécution des travaux et de s’assurer de
la pérennité des ouvrages réhabilités. Ils fournissent des éléments techniques d’aide à la
décision sur l’acceptation ou le refus de réception en l’état des travaux réalisés. La non-
conformité doit être traitée par des rectifications appropriées (réfection ou ajout d’une solution
corrective) jusqu’à l’obtention d’une qualité satisfaisante.

15.2 Organisation des épreuves de contrôle sur site


Lorsque ceci est possible, il est recommandé de réaliser les épreuves de contrôle au fur et à
mesure de l’avancement des travaux, en particulier dans le cas des chantiers de grande longueur.
Ces épreuves doivent être effectuées par un ou des organismes de contrôle indépendants
(externes à l’entreprise de travaux), qualifiés et choisis par le maître d’ouvrage.
En cas de non-conformité détectée au cours des épreuves préalables à la réception, les
dispositions prises pour la remise en état doivent permettre d’assurer la durabilité initiale
attendue de l’ouvrage.

204
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

15.3 Définition des épreuves de contrôle


La multiplicité des techniques de la réhabilitation conduit à distinguer deux familles d’épreuve,
dont :
 Des épreuves obligatoires qui sont recommandées quelle que soit la technique de
réhabilitation pour mesurer la conformité des travaux de réhabilitation aux objectifs du
projet et aux prescriptions contractuelles. Ces épreuves sont généralement réalisables
dans des conditions techniques et économiques comparables à celles des ouvrages neufs
et comprennent au minimum :
- l’inspection visuelle ou télévisuelle,
- la vérification des conditions d’écoulement,
- la vérification de conformité topographique et géométrique des ouvrages,
- les épreuves d’étanchéité,
- les épreuves de compactage pour les éventuelles zones d’ouvrages qui ont été
exécutées par des tranchées (puits de travaux, branchements, regards de visite),
- la vérification de remise en état des lieux.
 Des épreuves spécifiques qui sont recommandées en fonction de la technique de
réhabilitation mise en œuvre, des caractéristiques des ouvrages et des objectifs de cette
réhabilitation.
La mise en œuvre de ces épreuves s'inscrit au même titre que les travaux dans une démarche de
qualité indispensable pour s’assurer de la pérennité des ouvrages.

15.3.1 Recommandations pour des épreuves obligatoires

15.3.1.1 Inspection visuelle ou télévisuelle des ouvrages réhabilités


L’inspection a pour objectif de constater les caractéristiques des ouvrages réhabilités et déceler
et localiser d’éventuelles anomalies suivant les exigences de la norme NA 17957. Elle est
applicable sur la totalité de ces ouvrages comme suit :
 Canalisation principale : contrôle télévisuel systématique à 100%.
 Regard de visite et boîte de branchement : contrôle visuel systématique à 100%.
 Canalisations de branchement : contrôle télévisuel systématique à 100%.
 Traitement des raccords branchement / canalisation principale, branchement / regard de
visite et branchement / boîte de branchement : 100% des raccords.
L’inspection visuelle est effectuée sur les ouvrages visitables, les regards de visite et leurs
équipements (tampon, échelon).

15.3.1.2 Contrôle d’étanchéité des ouvrages réhabilités


Ce contrôle permet de vérifier l'étanchéité des ouvrages réhabilités, l'objectif étant de garantir
le transport de la totalité des eaux usées et/ou pluviales vers leur exutoire et d'empêcher
l'infiltration d'eaux parasites qui peuvent perturber le fonctionnement du réseau et de la station

205
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

d'épuration, ainsi que les fuites du réseau qui peuvent entraîner une déstabilisation et pollution
du sol encaissant.
Il est souhaitable que l’entreprise de travaux, dans le cadre de l’autocontrôle, réalise au
préalable un essai d’étanchéité globale ou sur un ou plusieurs échantillons.
Le besoin de faire l’essai d’étanchéité doit tenir compte des objectifs de la réhabilitation et de
la technique mise en œuvre.
Pour les canalisations non visitables, l’objectif est de faire l’essai sur le 100% des ouvrages
réhabilités.
Pour les canalisations visitables, néanmoins le maître d’ouvrage fixe dans le cahier des charges
techniques du projet les conditions techniques et taux d’échantillonnage de réalisation de ce
contrôle en fonction des données de ce projet (importance de l’ouvrage, technique de
réhabilitation, diamètre, etc.). D’une manière générale, un pourcentage minimal de 30% des
ouvrages réhabilités est recommandé.
L’essai d’étanchéité doit être réalisé selon un protocole normalisé suivant les prescriptions de
la norme NA 17954.

15.3.1.3 Contrôle du bon écoulement des effluents


Ce contrôle est effectué par inspection visuelle ou télévisuelle et permet de déceler les contre-
pentes, ainsi que les conditions d’écoulement des eaux qui doivent être, pour les collecteurs
gravitaires, normales et libres garantissant une performance hydraulique effective.

15.3.2 Recommandations pour des épreuves spécifiques à des


techniques de réhabilitation
Le maître d’ouvrage ou son représentant choisi les contrôles en fonction des objectifs de la
réhabilitation, des caractéristiques de son projet et de la technique de réhabilitation mise en
œuvre.
Il s’agit de réceptionner le (ou les) objectif(s) explicitement fixé(s) dans le cahier des charges
techniques du projet, mais aussi vérifier que l’étanchéité et l’hydraulicité de l’ouvrage réhabilité
restent satisfaisantes. Parmi les essais possibles suivant la norme NA 17997 :
 L’échantillonnage qui consiste à prélever des échantillons pour essais en laboratoire
(mesurer l'épaisseur du système de rénovation, la qualité de l'adhérence entre le
revêtement et la canalisation d'accueil et du contact entre le sol et la canalisation
d'accueil et/ou pour des essais portant sur les propriétés mécaniques du matériau
installé) ;
 Les essais de résistance sous charge (vérinage mécanique interne) pour mesurer les
caractéristiques mécaniques de la canalisation rénovée ;
 Les essais d'impédance mécanique pour détecter la présence de cavités, de défauts
d'adhérence ou de compactage des matériaux ;
 Le géo radar pour évaluer l'épaisseur de la structure, détecter la présence de cavités et
vérifier l'état d’adhérence entre l’ouvrage visitable et le sol encaissant ;
 L'imagerie ultrasonore pour évaluer l'adhérence des coulis de remplissage de l’espace
annulaire d’un procédé de tubage ;

206
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

 La thermographie infrarouge pour examiner le coulis et évaluer son adhérence ;


 L’endoscopie ou la vidéoscopie pour évaluer l'efficacité du traitement des fissures ou
fractures des canalisations existantes ;
 La surveillance des injections (pression, volume) pour s'assurer que toute cavité à
proximité de la canalisation ou du revêtement a été correctement remplie ;
 Les essais de perméabilité de la canalisation par des essais à l'eau sous pression sur un
échantillon du matériau de la canalisation.

15.4 Fourniture du dossier de récolement des ouvrages


réhabilités
Lorsque toutes les opérations préalables à la réception auront été réalisées et jugées conformes,
l’entrepreneur fera la demande de réception, par écrit, au maître d’ouvrage.
Il devra fournir un dossier de récolement complet comprenant :
 Les plans mis à jour et un profil en long des collecteurs visitables établi en fonction d’un
levé topographique (cotes tampon des regards, fil d’eau, pente) ;
 Les données des techniques et matériaux de réhabilitation mis en œuvre ;
 Les rapports d’autocontrôle et d’essais ;
 L’ensemble des éventuelles rectifications des anomalies ;
 Les attestations de conformité ;
 Les attestations d’assurance décennale des travaux.

La réception sera prononcée uniquement après remise de ces documents. En fonction de la


durée des travaux, une réception partielle d’intervention par secteur pourra avoir lieu, dans les
mêmes conditions que ci-dessus.

207
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

ANNEXE 1

CARACTERISTIQUES DES EAUX NON DOMESTIQUES


ADMISSIBLES EN RESEAU D’ASSAINISSEMENT

Décret exécutif n° 09-209 du 17 Joumada Ethania 1430 correspondant au 11 juin 2009 fixant
les modalités d’octroi de l’autorisation de déversement des eaux usées autres que domestiques
dans un réseau public d’assainissement ou dans une station d’épuration :
Valeurs limites maximales de la teneur en substances nocives des eaux
usées autres que domestiques au moment de leur déversement dans un
réseau public d’assainissement ou dans une station d’épuration

Paramètres Valeurs limites maximales (mg/l)


Azote globale 150
Aluminium 5
Argent 0,1
Arsenic 0,1
Béryllium 0,05
Cadmium 0,1
Chlore 3
Chrome trivalent 2
Chrome hexavalent 0,1
Chromates 2
Cuivre 1
Cobalt 2
Cyanure 0,1
Demande biochimique en oxygène(DBO5) 500
Demande chimique en oxygène (DCO) 1000
Étain 0,1
Fer 1
Fluorures 10
Hydrocarbures totaux 10
Matières en suspension 600
Magnésium 300
Mercure 0,01
Nickel 2
Nitrites 0,1
Ph compris entre 5,5 et 8,5
Phosphore total 50
Phénol 1
Plomb 0,5
Sulfures 1
Sulfates 400
Température inférieure ou égale à 30°C
Zinc et composés 2

208
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

ANNEXE 2

DEFINITION DES TERMES TECHNIQUES

209
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Première partie : pose des réseaux d’assainissement

- Accessoire, en fonte :
Toute pièce moulée, autre qu'un tuyau ou un raccord, qui est utilisée pour une canalisation,
par exemple :
- boîtes de branchement ;
- regards ;
- contrebrides et boulons pour assemblages flexibles mécaniques ;
- contrebrides, boulons et joncs de verrouillage pour assemblages flexibles verrouillés ;
- brides orientables ou brides rapportées par soudage ou vissage.

- Assemblage :
Jonction des extrémités de deux tuyaux et/ou raccords dans laquelle une garniture de joint est
utilisée pour assurer l'étanchéité.

- Assemblage ajustable :
Assemblage qui permet une déviation angulaire significative lors de la mise en œuvre mais pas
par la suite.

- Assemblage flexible :
Assemblage qui permet une déviation angulaire.

- Assemblage rigide :
Assemblage qui ne permet pas une déviation angulaire.

- Assemblage verrouillé :
Assemblage dans lequel un moyen est prévu pour empêcher toute séparation.

- Assemblage par soudage bout à bout à l'aide d'un outil chauffant, en PE :


Assemblage réalisé par chauffage des extrémités planes des tubes ou des raccords à bout mâle
dont les surfaces coïncident, en les maintenant contre une plaque chauffante plane jusqu'à ce
que la matière, PE, atteigne la température de fusion, en retirant rapidement la plaque chauffante
et en appliquant les deux extrémités ramollies l'une contre l'autre.

- Assemblage électrosoudable, en PE :
Assemblage entre un raccord à emboîture électrosoudable ou une selle électrosoudable en PE
et un tube ou un raccord à bout mâle.

210
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Assemblage par soudage d'une selle, en PE :


Assemblage réalisé par chauffage de la surface extérieure d'un tube et de la surface concave
d'une selle en les maintenant contre une plaque chauffante plane jusqu'à ce que la matière PE
atteigne la température de fusion, en retirant rapidement la plaque chauffante et en appliquant
les deux extrémités ramollies l'une contre l'autre.

- Assemblage mécanique, en PE :
Assemblage effectué par assemblage d'un tube en PE à un autre tube en PE ou avec n'importe
quel autre élément du système de canalisations qui comprend généralement une partie de
compression qui assure la tenue à la pression, l'étanchéité et la résistance à l'effet de fond.

- Auto-curage :
Aptitude du débit d'un branchement ou d'un collecteur à transporter les particules solides qui,
sinon, peuvent se déposer dans la conduite.

- Bague d’étanchéité :
Les matières premières pour les bagues d’étanchéité doivent être conformes aux normes
NA 14734 ou NA 14735, selon le cas.

- Boîte d'inspection ou de branchement :


Accessoire d'assainissement ayant un diamètre intérieur minimal inférieur à 800 mm et destiné
à l'introduction de matériel de nettoyage, d'inspection et d'essai.

- Branchement :
Canalisation, en général enterrée, destinée à transporter les eaux usées depuis une boîte de
branchement située à la limite du domaine privé jusqu'au collecteur du réseau d’assainissement.

- Bride :
Extrémité plate circulaire d'un tuyau ou d'un raccord, perpendiculaire à l'axe, avec des trous de
boulons à entraxe fixe disposés sur un cercle.

- Bout uni :
Extrémité mâle d'un tuyau ou d'un raccord.

- Canalisation :
Assemblage de tuyaux, raccords et joints entre des regards ou d'autres structures.

- Canalisation à écoulement libre :

211
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Canalisation où le débit est provoqué par la gravité et où la conduite est conçue pour fonctionner
en général partiellement remplie.

- Canalisation enterrée :
Canalisation qui est soumise à la pression externe transmise par la charge du sol, y compris la
charge de la circulation et les charges superposées et, éventuellement, par la pression d'une
colonne d'eau.

- Canalisation aérienne :
Canalisation qui est soumise uniquement aux forces résultant de ses supports et des conditions
de l'environnement, y compris, le cas échéant, les pressions internes négatives et positives, la
neige et le vent.

- Classe de résistance du béton :


Charge minimale à l'essai d'écrasement, en kilonewtons par mètre, divisée par un millième de
la dimension nominale (DN) ou de la largeur nominale (WN) de l'élément.

- Classe de rigidité annulaire, CR (ou SN en anglais), d’un tuyau plastique :


Désignation numérique de la rigidité annulaire d'un tube ou d'un raccord qui est un nombre rond
indiquant la rigidité annulaire minimale exigée d'un tube ou d'un raccord.

- Collecteur :
Conduite ou tout autre ouvrage habituellement enterré, destiné à transporter l'eau issue de plus
d'une source.

- Collecteur d’assainissement gravitaire :


Collecteur d'assainissement fonctionnant normalement à écoulement libre.

- Collecteur d’assainissement sous pression, refoulement :


Collecteur (ou partie d'un collecteur) d'assainissement fonctionnant sous pression positive.

- Collecteur d’assainissement sous vide :


Collecteur d'assainissement fonctionnant sous pression négative.

- Compatibilité de soudage :
Capacité de deux matières polyéthylène semblables ou différentes à être soudées ensemble pour
former un assemblage qui réponde aux exigences de performance de la présente norme.

- Conditions normales de service, en PRV:

212
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Transport de l'eau de surface ou d'assainissement, à une température comprise entre 2°C et


50°C, avec ou sans pression, pendant 50 ans.

- Conduite de refoulement :
Canalisation à l'aide de laquelle les eaux usées sont pompées.

- Coude :
Pièce complémentaire assurant le changement de direction du tracé de la canalisation.

- Dalle réductrice de couronnement en béton :


Élément constituant la couverture horizontale d'un élément droit et comportant une ouverture
destinée à recevoir une rehausse sous cadre ou un cadre et une fermeture.

- Diamètre extérieur, De d’un tuyau plastique :


Valeur de la mesure du diamètre extérieur dans une section droite en un point quelconque du
tube ou du bout mâle d'un raccord, arrondie au 0,1 mm supérieur le plus proche.

- Diamètre intérieur, ID d’un tuyau plastique :


Diamètre intérieur moyen du fût du tuyau dans une section quelconque.

- Diamètre nominal, DN d’un tuyau plastique :


Diamètre spécifié, en millimètres, attribué à une dimension nominale.
Dimension nominale DN/OD liée au diamètre extérieur.
Dimension nominale DN/ID liée au diamètre intérieur.

- Dimension nominale, DN d’un tuyau en PRV :


Désignation alphanumérique de la dimension d'un composant, qui est un nombre entier
pratique, approximativement égal à la dimension de fabrication en mm. Elle peut s'appliquer
soit au diamètre intérieur (DN-ID) soit au diamètre extérieur (DN-OD).

- Dimension nominale, DN d’un tuyau en béton :


Désignation numérique de la dimension d'un élément par un nombre entier adéquat
approximativement égal à la ou les dimensions de fabrication, en millimètres ; dans le cas d'un
élément de forme circulaire, la dimension nominale est donnée par le diamètre intérieur (ON),
pour les éléments dont la section intérieure est ovoïde, la dimension nominale (WN/HN) est
donnée par la largeur/hauteur intérieure.

- Diamètre extérieur, OD :

213
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Diamètre extérieur moyen du fût du tuyau, dans une section quelconque. Pour les tuyaux à
profilés extérieurs sur le fût, le diamètre extérieur est le diamètre maximal vu en coupe.

- Diamètre intérieur, ID :
Diamètre intérieur moyen du fût du tuyau, dans une section quelconque.

- Diamètre nominal, DN :
Désignation numérique du diamètre du composant, lequel est un nombre entier pratique
approximativement égal à la dimension de fabrication en millimètres. Ceci peut s'appliquer soit
au diamètre intérieur (ON/ID), soit au diamètre extérieur (DN/OD).

- Dimension nominale d’un regard de visite ou de boîte d’inspection en béton :


Désignation numérique de la dimension d'un élément d'un ouvrage par un nombre entier
adéquat approximativement égal à la dimension de fabrication, en millimètres ; le diamètre
intérieur (DN) dans le cas des éléments de section circulaire. Pour les éléments de section
intérieure rectangulaire ou elliptique, ce sont les longueur/largeur (LN/WN) intérieures.

- Durée de vie de conception :


Notion de durée de vie d'un bien utilisée à des fins de conception.

- Eaux pluviales :
Eau de précipitation non infiltrée dans le sol et rejetée depuis le sol ou les surfaces extérieures
des bâtiments dans les réseaux d'évacuation et d'assainissement.

- Eaux usées :
Toutes combinaisons d'eaux en provenance d'activités domestiques, industrielles ou
commerciales et accidentellement d'eaux d'infiltration.

- Eau résiduaire industrielle :


Eau usée provenant de toute activité industrielle ou commerciale.

- Emboîture :
Extrémité évasée d'un tuyau ou d'un raccord permettant la jonction avec le bout uni du
composant adjacent.

- Enrobage, en travaux de remblaiement :


Remblai situé autour du tuyau et comprenant l'appui, le remblai latéral et le remblai initial.

- Enrobage, en ouvrage de béton armé :

214
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Epaisseur réelle de béton protégeant une armature quelconque.

- Épaisseur de couche de compactage :


Épaisseur de chaque nouvelle couche de matériau de remblai avant son compactage.

- État structurel :
État d'un branchement ou d'un collecteur en ce qui concerne l'intégrité de sa structure.

- Épaisseur de paroi, e :
Épaisseur de paroi mesurée en un point quelconque du corps d'un composant.

- Fil d’eau :
Point le plus bas de la surface interne du fût d'un tuyau ou d'un caniveau, dans une section
quelconque.

- Flexibilité annulaire d’un tuyau plastique :


Aptitude d'un tube à résister à la déflexion diamétrale sans perte d'intégrité structurelle.

- Fût du tuyau :
Partie cylindrique du tuyau de section transversale uniforme et sans joint.

- Fonte ductile :
Fonte utilisée pour les tuyaux, raccords et accessoires, dans laquelle le graphite est en grande
partie sphéroïdal.

- Hauteur de recouvrement :
Distance verticale entre la génératrice supérieure du tuyau et la surface du sol.

- Joint :
Raccordement entre les extrémités adjacentes de deux éléments, y compris dans certains cas,
les dispositifs d'étanchéité et l'anneau de transfert de pression (en cours de pose), le cas échéant.

- Largeur minimale de tranchée :


Distance minimale nécessaire pour la sécurité et la mise en œuvre entre les parois de la tranchée
au niveau supérieur du lit de pose ou, le cas échéant, en tout point entre les blindages.

215
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Longueur du tuyau :
Longueur du fût intérieur du tuyau.

- Longueur du tube, en acier :


Longueur réelle à laquelle un tube contribue quand il a été correctement assemblé dans une
canalisation.

- Matière vierge, en plastique :


Matière qui n’a été soumise à aucune autre utilisation ou transformation que celle requise pour
sa fabrication, et à laquelle aucune autre matière rebroyée ou régénérée n’a été ajouter.

- Matière rebroyée interne, en plastique :


Matière provenant de tubes et de raccords neufs rejetées ou de chutes provenant de la production
de tubes et de raccords, qui sera réutilisée dans une usine d’un fabricant après avoir été
préalablement mise en œuvre par le même fabricant, par un procédé comme l’injection ou
l’extrusion, et dont la formule est complètement connue.

- Matière rebroyée externe, en plastique :


Matière se présentant sous l’une des formes suivantes :
Matière provenant de tubes ou de raccords neufs rejetés ou des chutes de ces tubes ou raccords
et qui sera réutilisée après avoir été mise en œuvre par un autre fabricant.
Matière provenant de produits non utilisés, autres que des tubes et de raccords, quel que soit
l’endroit où ils ont été fabriqués.

- Matière régénérée, en plastique :


Matière se présentant sous l’une des formes suivantes :
Matière provenant de tubes ou de raccords usagés qui ont été nettoyés et broyés ou micronisés.
Matière provenant de produits autres que des tubes et de raccords qui ont été nettoyés et broyés
ou micronisés.

- Ovalisation, ovalité :
Différence entre les diamètres extérieurs maximal et minimal mesurés dans la même section
droite d’un composant.
L’ovalité (faux rond de la section circulaire) est égale à :
100 (A1-A2 / A1+A2)
où :
A1 est le grand axe de la section, en millimètres ;
A2 est le petit axe de la section, en millimètres.

216
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Pression de fonctionnement admissible, PFA :


Pression hydrostatique maximale qu'un composant peut supporter de manière permanente en
service.

- Pression maximale de service admissible, PMA :


Pression hydrostatique maximale incluant les surpressions qu'un composant peut supporter de
temps en temps en service.

- Pression nominale, PN :
Désignation alphanumérique utilisée à des fins de classification de la pression, ayant une valeur
numérique égale à la résistance d'un composant d'un système de canalisations à la pression
interne, lorsqu'elle est exprimée en bars.

- Profondeur de tranchée :
Distance verticale du fond de tranchée à la surface du sol.

- Rapport des dimensions nominales, SDR :


Désignation numérique d'une série de tubes, laquelle est un nombre rond pratique,
approximativement égale au rapport des dimensions du diamètre extérieur nominal, dn, et de
l'épaisseur de paroi nominale, en.

- Remblai initial :
Couche de matériau de remblai juste au-dessus de la génératrice supérieure du tuyau.

- Remblai latéral :
Matériau entre l'appui et le remblai initial.

- Remblai proprement dit :


Remblai entre le dessus de l'enrobage et la surface du sol, le sommet du remblai indéfini, ou, le
cas échéant, la base du corps de chaussée ou du ballast de chemin de fer.

- Réseau d'assainissement :
Ensemble de canalisations et d'ouvrages annexes qui transporte les effluents depuis les
branchements vers la station d'épuration ou tout autre site récepteur.

- Réseau gravitaire :
Réseau d'évacuation et d'assainissement où l'écoulement est dû à la force de gravité et où la
canalisation fonctionne en général partiellement remplie.

217
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Réseau séparatif :
Réseau d'assainissement comprenant habituellement deux canalisations, l'une véhiculant les
eaux usées non diluées et l'autre les eaux de surface.

- Réseau unitaire :
Réseau d'assainissement constitué de canalisations où sont admises les eaux usées non diluées
et les eaux de surface.

- Regard visitable pour nettoyage et inspection :


Regard accessible par le personnel pour tous les travaux d’entretien et ayant pour les sections
circulaires un diamètre intérieur minimal de 1000 mm et ou pour les sections ovoïdes une taille
nominale minimale de 900 mm x 1100 mm.

- Regard avec accès pour nettoyage et inspection :


Regard d’un diamètre intérieur supérieur ou égal à 800 mm mais inférieur à 1000 mm destiné
à l’introduction des matériels de nettoyage, d’inspection et d’essai, avec la possibilité
occasionnelle d’accès à une personne équipée d’un harnais.

- Réseau sous vide :


Réseau siphoïde pour l’évacuation des eaux pluviales et réseau sous vide pour l’évacuation des
eaux usées.

- Rigidité annulaire d’un tuyau en matière plastique :


Caractéristique mécanique d'un tube ou d’un raccord, qui est une mesure de la résistance à la
déformation annulaire sous une force extérieure telle que déterminée conformément à la norme
NA 7754.

- Rigidité annulaire d’un tuyau en PRV :


Résistance d'un tuyau à l'ovalisation sous une charge externe appliquée selon un plan diamétral,
donnée par la formule suivante : S = E x I / D3m
Où :
Dm : diamètre de l'axe neutre de la paroi du tuyau, en mètres.
E : module d'élasticité en flexion transversale, en kilonewtons par mètre carré moment d'inertie
de la paroi du tuyau dans le sens longitudinal, par unité de longueur, en mètres à la puissance
quatre par mètre.
S : rigidité annulaire du tuyau, en kilonewtons par mètre carré.

- Rigidité diamétrale d'un tuyau en fonte ductile :

218
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Caractéristique d'un tuyau lui permettant de résister à une ovalisation sous charge, une fois
installé.

- Pression nominale, PN :
Désignation numérique utilisée pour référence, liée aux caractéristiques mécaniques du
composant d'un système de canalisations et déterminée selon la norme NA 7700-1.

- Pression de service admissible, PFA :


Pression hydrostatique maximale à laquelle un composant est capable d'opposer une résistance
continue en service.

- PRV-UP :
Plastiques thermodurcissables renforcés de verre (PRV) à base de résine de polyester non saturé
(UP).

- Rigidité nominale (SN) d’un tuyau en PRV :


Désignation alphanumérique de la rigidité aux fins de classification, qui a la même valeur
numérique que la valeur minimale requise de la rigidité annulaire spécifique initiale, lorsque
exprimée en newtons par mètre carré (N/m2).

- Selle mécanique :
Raccord qui permet de réaliser un raccordement à un réseau d'évacuation ou d'assainissement
enterré d'un diamètre supérieur en perçant un trou dans le tuyau de plus gros diamètre et qui est
maintenu en position par des moyens mécaniques.

- Sol d'origine :
Sol provenant du creusement de la tranchée.

- Système sous pression hydraulique :


Système où l'écoulement est dû à une pression hydraulique et où le tuyau fonctionne
généralement plein.

- Série de tubes, S :
Nombre sans dimension désignant les tubes.

- Tête tronconique d’un regard de visite :


Elément constituant la partie supérieure inclinée d'un élément droit circulaire ou elliptique,
réduisant ainsi celui-ci à la dimension de l'ouverture d'accès.

219
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Tolérance :
Écart admis pour la valeur spécifiée d'une grandeur, exprimée par la différence entre les valeurs
maximale et minimale admises.

- Tube ou raccord sans pression en PRV :


Tube ou raccord soumis à sa partie supérieure à une pression interne ne dépassant pas 1 bar.

- Tube et raccord plastique à paroi compacte :


Tube ou raccord avec des surfaces interne et externe lisses ayant la même
composition / formulation sur l’épaisseur de paroi.

- Tube ou raccord sous pression en PRV :


Tube ou raccord dont la classification de pression nominale est supérieure à 1 bar et qui est
destiné à être utilisé à une pression interne égale ou inférieure à sa pression nominale lorsque
exprimée en bars.

- Tuyau circulaire :
Tuyau dont la section du fût perpendiculairement à l'axe longitudinal est décrite par deux cercles
concentriques.

- Tuyau en béton :
Élément creux préfabriqué en béton, de section intérieure uniforme sur toute la longueur du fût,
excepté à proximité de la zone d'assemblage, fabriqué avec ou sans embase. Les assemblages
sont préformés sous forme d'abouts mâle et femelle et comportent une ou plusieurs garnitures
d'étanchéité.

- Tuyau à cunette intégrée :


Tuyau tel qu'illustré à la figure suivante permettant à des périodes différentes de l'année de
véhiculer des effluents de gros et de faibles débits dans de bonnes conditions hydrauliques.

- Tuyau en béton non armé :

220
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Tuyau ne contenant aucune armature ou fibre d'acier servant au renforcement.

- Tuyau en béton fibré acier :


Tuyau dont la résistance structurelle est accrue par des fibres d'acier.

- Tuyau en béton armé :


Tuyau dont la résistance structurelle est renforcée par des armatures constituées d'une ou
plusieurs cages d'acier, convenablement placées pour résister aux contraintes de traction dans
la paroi du tuyau.

- Tuyau en béton de fonçage :


Tuyau en béton armé ou non, ou en béton fibré acier, comportant un assemblage souple contenu
dans l'épaisseur de la paroi, du type à mi-épaisseur ou en extrémité avec manchette et destiné
au fonçage.

221
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Deuxième partie : réhabilitation des réseaux d’assainissement

- Assemblage mécanique :
Assemblage effectué par assemblage d'un tuyau en PE avec un autre tuyau en PE ou tout autre
élément du système de canalisations, au moyen d'un raccord qui comprend généralement un
élément de compression qui assure la tenue à la pression et l'étanchéité et un élément de pinçage
qui assure la résistance à l'effet de fond.

- Assemblage par soudage bout à bout :


Assemblage réalisé par chauffage des extrémités planes des surfaces qui coïncident, en les
maintenant contre une plaque chauffante plane jusqu'à ce que la matière PE atteigne la
température de fusion, en retirant la plaque chauffante rapidement et en appliquant les deux
extrémités ramollies l'une contre l'autre.

- Chemisage continu polymérisé en place :


Tubage réalisé avec une chemise souple imprégnée d'une résine thermodurcissable produisant
un tuyau après polymérisation de la résine.

- Chemisage par projection ou coulé en place :


Application manuelle ou mécanique (à l'aide d'un robot, par exemple) d'un matériau
hydraulique ou polymère, avec ou sans renfort, directement sur la surface interne du collecteur
d'accueil et/ou d'un regard de visite.

- Détournement du débit :
Réduction temporaire de tous les débits dans le tronçon de canalisation à rénover ou à réparer,
au moyen d'une dérivation ou d'un autre dispositif.

- Eaux parasites :
Débit non souhaité dans un réseau d'évacuation ou d'assainissement.

- Entretien :
Travaux de routine entrepris pour assurer la continuité des performances des réseaux
d'évacuation et d'assainissement.

- Expanseur :
Outil qui élargit un forage par déplacement du sol environnant plutôt que par excavation.

- Famille de techniques de réhabilitation :

222
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Techniques de rénovation ou de réparation présentant des caractéristiques communes et


regroupées à des fins de classification.

- Fonçage :
Technique d'installation directe de tuyaux, derrière une tête de coupe ou un bouclier par
poussage hydraulique depuis un puits de travail, de telle sorte que les tuyaux forment un train
dans le terrain.

- Regard de visite :
Enceinte munie d'un tampon amovible, réalisée sur un branchement ou un collecteur afin de
permettre l'entrée du personnel.

- Réhabilitation :
Toutes mesures entreprises pour restaurer ou améliorer les performances d'un réseau
d'évacuation et d'assainissement existant.

- Remplacement :
Construction d'un branchement ou d'un collecteur neuf, sur ou hors de l'emplacement d'un
branchement ou d'un collecteur existant, la fonction du nouvel élément intégrant celle de
l'ancien.

- Rénovation :
Opération conservant tout ou partie de la structure d’origine du branchement ou de la
canalisation, et grâce à laquelle ses performances sont améliorées.

- Réparation :
Rectification des défauts localisés.

- Réparation consolidante :
Réparation utilisant des matériaux ayant un effet d'étanchement et capables d'améliorer la
stabilité structurelle.

- Réparation non consolidante :


Réparation utilisant des matériaux ayant un effet d'étanchement mais n'améliorant pas la
stabilité structurelle.

- Réparation avec un matériau taloché :

223
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Réparation de défauts structurels locaux sur une partie de la section du branchement ou du


collecteur, en appliquant et talochant manuellement ou mécaniquement des matériaux
directement sur la paroi ou dans le défaut de l'ouvrage existant.

- Réparation avec selle de branchement :


Réparation du raccordement entre la canalisation de branchement et la canalisation principale
en installant une selle de branchement polymérisée en place.

- Réparation avec clip mécanique circulaire :


Restauration de la section circulaire de la canalisation par insertion d'un anneau métallique à
recouvrement ou articulé, expansé hydrauliquement. Il bloque par inversion permanente la
déformation de section locale du tuyau circulaire.

- Réparation par chemisage partiel :


Réparation par chemisage local avec une chemise souple imprégnée d'une résine
thermodurcissable formant un tuyau de courte longueur après polymérisation de la résine.

- Réparation par injection d'étanchement :


Colmatage d'une fuite au niveau d'une fissure, d'un assemblage ou d'un branchement par
injection de résine ou de coulis, avec ou sans l'aide d'un manchon.

- Réparation par remplissage au coulis :


Remplissage des vides dans le collecteur existant et/ou le sol environnant par injection de coulis
sur une partie ou la totalité du périmètre du collecteur, selon l’une des deux méthodes
suivantes :
a) injection directement dans la structure du collecteur en briques ou en maçonnerie ;
b) injection dans le sol autour du collecteur.

- Sans espace annulaire :


Situation de l'extérieur du tubage installé par rapport à l'intérieur de la canalisation existante,
qui peut soit être un contact avec interférence, soit inclure un petit espace annulaire dû
uniquement au retrait et aux tolérances.

- Système de rénovation :
Tuyau de tubage après installation.

- Système de tubage :
Tuyau de tubage et tous les accessoires adaptés introduits dans une canalisation existante, à des
fins de rénovation.

224
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Technique de mise en œuvre sans tranchée :


Toute technique de mise en œuvre de canalisations dans le sol sans ouvrir de tranchée.

- Tête de coupe :
Tout outil ou ensemble d'outils sur un support commun qui excave au front de taille. S'applique
généralement aux méthodes mécaniques d'excavation.

- Tronçon :
Partie d'un branchement ou d'un collecteur située entre deux nœuds adjacents.

- Tubage :
Processus de rénovation consistant à introduire un matériau à l'intérieur d'une canalisation
existante.

- Tuyau de tubage :
Tuyau inséré à des fins de rénovation.

- Tuyau continu sans espace annulaire :


Tuyau de rénovation continu en matière thermoplastique reformé, ou dilaté d'une autre manière
après l'insertion, assurant l'absence d'espace annulaire avec la canalisation existante.

- Tubage par tuyau continu avec espace annulaire :


Tubage obtenu au moyen d'un tuyau rendu continu avant l'insertion et qui n'a pas été déformé
pour lui donner un diamètre inférieur au diamètre final après installation.

- Tubage par tuyau continu sans espace annulaire :


Tubage réalisé avec un tuyau continu dont la section est réduite pour faciliter son installation et
rétablie après installation pour assurer un ajustement serré dans le tuyau existant.

- Tubage par tuyaux courts avec espace annulaire :


Tubage réalisé à l'aide de tuyaux courts qui sont assemblés un à un pour former un tuyau continu
pendant l'insertion.

- Tubage par coffrage plastique interne ancré de manière rigide :


Tubage obtenu par injection de coulis de ciment structurant dans l'espace annulaire d'un
coffrage plastique interne définitivement ancré au coulis.

225
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Tubage par enroulement hélicoïdal :


Tubage avec une bande profilée enroulée en spirale pour former un tuyau continu après
installation.

- Tubage par éléments préfabriqués :


Tubage utilisant des éléments préfabriqués liaisonnés au tuyau existant, qui :
a) ont des raccords longitudinaux et recouvrent la section complète du tuyau ; ou,
b) recouvrent uniquement une partie de la section.

226
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

ANNEXE 3

LISTE DES PRINCIPALES NORMES APPLICABLES AUX PROJETS

228
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Norme Norme Titre


ISO / EN / NF/DIN NA

Normes relatives aux réseaux d’assainissement

1 EN 752 NA 17226 Réseaux d’évacuation et d’assainissement à l’extérieur des


bâtiments.

2 EN 476 NA 17952 Exigences générales pour les composants utilisés pour les
branchements et les collecteurs d'assainissement.

3 ISO 11295 NA 17951 Exigences générales pour les composants utilisés pour les
branchements et les collecteurs d'assainissement.

4 EN 14457 NA 17994 Prescriptions générales pour composants utilisés dans la


construction des réseaux d'évacuation et d'assainissement
sans tranchée.
5 EN 1610 NA 17954 Mise en œuvre et essai des branchements et collecteurs
d’assainissement.

6 EN 12889 NA 17950 Mise en œuvre sans tranchée et essai des branchements et


collecteurs d'assainissement.

7 EN 1295-1 NA 17299 Calcul de résistance mécanique des canalisations enterrées


sous diverses conditions de charge - Partie 1 : Prescriptions
générales.

8 EN 1091 NA 17955 Réseaux d'assainissement sous vide à l'extérieur des


bâtiments.

9 EN 1671 NA 17949 Réseaux d’assainissement sous pression à l’extérieur des


bâtiments.

10 EN 805 NA 17953 Alimentation en eau - Exigences pour les réseaux extérieurs


aux bâtiments et leurs composants.

11 ISO 24510 NA ISO 24510 Activités relatives aux services de l’eau potable et de
l’assainissement - Lignes directrices pour l'évaluation et
l'amélioration du service aux usagers.

12 ISO 24511 NA ISO 24511 Activités relatives aux services de l’eau potable et de
l’assainissement - Lignes directrices pour l'évaluation et
l'amélioration du service aux usagers.

13 ISO 14001 NA ISO 14001 Systèmes de management environnemental - Spécification


exigences et lignes directrices pour son utilisation.

Normes relatives à l’étude de sol et la mise en œuvre des tranchées


14 EN 12501-1 NA 19871 Protection des matériaux métalliques contre la corrosion -
Risque de corrosion dans les sols - Partie 1 : généralités.

15 EN 12501-2 NA 19872 Protection des matériaux métalliques contre la corrosion -


Risque de corrosion dans les sols - Partie 2 : matériaux
ferreux faiblement alliés ou non alliés.

229
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

16 NF P11-300 NA 5270 Exécution des terrassements. Classification des matériaux


utilisables dans la construction des remblais et des couches
de forme d’infrastructures routières.

17 NF P11-301 NA 17256 Exécution des terrassements - Terminologie.

18 NF P98-331 NA 5304 Chaussées et dépendances - Tranchées : ouverture,


remblayage, réfection.

19 NF P 18-101 NA 5114 Granulats pour matériaux traités aux liants hydrauliques et


matériaux non traités utilisés pour les travaux de génie civil
et pour la construction des chaussées.

20 NF P94-063 NA 17257 Sols : reconnaissance et essais - Contrôle de la qualité du


compactage - Méthode au pénétromètre dynamique à
énergie constante - Principe et méthode d’étalonnage des
pénétrodensitographes - Exploitation des résultats -
Interprétation.

21 NF P94-105 NA 17258 Sols : reconnaissance et essais - Contrôle de la qualité du


compactage - Méthode au pénétromètre dynamique à
énergie variable - Principe et méthode d’étalonnage du
pénétromètre - Exploitation des résultats - Interprétation.

22 NF P94-056 NA 5232 Sols : reconnaissance et essais - Analyse granulométrique -


Méthode par tamisage à sec après lavage.

23 NF P94-093 NA 5262 Sols : reconnaissance et essais - Détermination des


références de compactage d’un matériau - Essai Proctor
normal. Essai Proctor modifié.

24 XP P94-202 NA 16226 Sols. Reconnaissance et essais. Prélèvement des sols et


roches. Méthodologie et procédure.

Normes relatives à l’utilisation de canalisations en béton

25 NF EN 1916 NA 5110 Tuyaux et pièces complémentaires en béton non armé, béton


fibré acier et béton armé.

26 NF P16 345-2 NA 5111 Tuyaux et pièces complémentaires en béton non armé, béton
fibré acier et béton armé - Partie 2 : complément à
NF EN 1916.

27 NF P16 346-2 NA 17030 Regards de visite et boites de branchement ou d’inspection


en béton non armé, béton fibré acier et béton armé.

28 NF EN 1917, NA 17053 Regards de visite et boîtes de branchement ou d’inspection


en béton non armé, béton fibré acier et béton armé.
NF 16 346-11

29 NF EN 206-1 NA 16002 Béton : Partie 1 : Spécification, performances, production et


conformité.

Normes relatives à l’utilisation de joints d’étanchéité des canalisations

30 EN 681-1 NA 14734 Garnitures d’étanchéité en caoutchouc - Spécification des


matériaux pour garnitures d’étanchéité pour joints de

230
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

canalisations utilisées dans le domaine de l’eau et de


l’évacuation - Partie 1 : Caoutchouc vulcanisé.

31 EN 681-2 NA 14735 Garnitures d’étanchéité en caoutchouc - Spécification des


matériaux pour garnitures d’étanchéité pour joints de
canalisations utilisées dans le domaine de l’eau et de
l’évacuation - Partie 2 : Élastomères thermoplastiques.

32 EN 681-4 NA 14736 Garniture d’étanchéité en caoutchouc - Spécifications des


matériaux pour garnitures d’étanchéité pour joints de
canalisation utilisés dans le domaine de l’eau et de
l’évacuation - Partie 4 : Polyuréthane moulé.

Normes relatives à l’utilisation de canalisations plastiques

33 ISO 21138-1, NA 18611 Systèmes de canalisations en plastique pour les


branchements et les collecteurs d'assainissement sans
EN 13476-1 pression enterrés - Systèmes de canalisations à parois
structurées en poly(chlorure de vinyle) non plastifié (PVC-
U), polypropylène (PP) et polyéthylène (PE) - Partie 1 :
Exigences générales et caractéristiques de performance.

34 ISO 21138-3, NA 18612 Systèmes de canalisations en plastique pour les


branchements et les collecteurs d'assainissement sans
EN 13476-3 pression enterrés - Systèmes de canalisations à parois
structurées en poly(chlorure de vinyle) non plastifié (PVC-
U), polypropylène (PP) et polyéthylène (PE) - Partie 3 :
Spécifications pour les tubes et raccords avec une surface
interne lisse et une surface externe profilée et le système, de
Type B.

35 EN 1401-1 NA 18618 Système de canalisations en plastique pour les branchements


et les collecteurs d’assainissement enterrés sans pression.

36 ISO 9969 NA 7754 Tubes en matières thermoplastiques - Détermination de la


rigidité annulaire.

37 ISO 3126 NA 1507 Systèmes de canalisations en plastiques - Composants en


plastiques - Détermination des dimensions.

38 EN 1905 NA 18610 Systèmes de canalisations en plastique - Tubes, raccords et


matières en polychlorure de vinyle) non plastifié (PVC-U) -
Méthode d'évaluation de la teneur en PVC sur la base de la
teneur totale en chlore.

39 DIN 16961-1 NA 18633 Tuyaux et éléments de tuyauterie formés en matières


plastiques thermoélastiques avec parois à profil et paroi
intérieure lisse.

40 DIN 16961-2 NA 18634 Tuyaux et éléments de tuyauterie formés en matières


plastiques thermoplastiques avec parois à profil et paroi
intérieure lisse Partie 2 : Conditions techniques de livraison.

41 EN 1277 NA 18617 Systèmes de canalisations en plastique - Systèmes de


canalisations thermoplastiques pour applications enterrées
sans pression - Méthodes d'essai d'étanchéité des
assemblages à bague d'étanchéité en élastomère.

231
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

42 ISO 8773, NA 18619 Systèmes de canalisations en plastique pour les


branchements et les collecteurs d'assainissement enterrés
EN 1852-1 sans pression - Polypropylène (PP).

43 ISO 13262, NA 18622 Systèmes de canalisations en plastique pour les


branchements et les collecteurs d'assainissement enterrés
EN 12666-1 sans pression - Polyéthylène (PE).

44 ISO 13262, NA 18626 Systèmes de canalisations et de gaines en matières


plastiques - Tubes thermoplastiques à paroi structurée
EN 1979 enroulés en hélice - Détermination de la résistance en
traction de la ligne de soudure.

45 ISO 13968, NA 18627 Systèmes de canalisations et de gaines en plastiques - Tubes


thermoplastiques - Détermination d'essai de flexibilité
EN 1446 annulaire.

46 CEN/TS 14541 NA 18630 Tubes et raccords en plastique pour applications sans


pression - Utilisation de matières non vierges en PVC-U, PP
et PE.

47 EN 14741 NA 18631 Systèmes de canalisations et de gaines en thermoplastiques -


Assemblages pour applications enterrées sans pression -
Méthode d'essai pour la performance à long terme des
assemblages avec garnitures d'étanchéité en élastomère par
l'estimation de la pression d’étanchéité.

48 EN 14758-1 NA 18632 Systèmes de canalisations en plastique pour les


branchements et les collecteurs d'assainissement enterrés
sans pression - Polypropylène avec modificateurs minéraux
(PP-MD) - Partie 1 : Spécifications pour les tubes, les
raccords et le système.

49 ISO 4065 NA 7721 Tubes en matières thermoplastiques - Tableau universel des


épaisseurs de paroi.

50 ISO 1167-1 NA 7517 Tubes, raccords et assemblages en matières


thermoplastiques pour le transport des fluides -
Détermination de la résistance à la pression interne - Partie
1 : Méthode générale.

51 ISO 1167-2 NA 7557 Tubes, raccords et assemblages en matières


thermoplastiques pour le transport des fluides -
Détermination de la résistance à la pression interne - Partie
2 : Préparation des éprouvettes tubulaires.

52 ISO 9967 NA 18613 Tubes en matières thermoplastiques - Détermination du taux


de fluage.

53 ISO 11173, NA 18614 Tubes en matières thermoplastiques - Détermination de la


résistance aux chocs extérieurs - Méthode en escalier.
EN 1411

54 ISO 13254, NA 18615 Systèmes de canalisations en plastiques - Systèmes de


canalisations thermoplastiques pour applications sans
EN 1053 pression - Méthode d'essai de l'étanchéité à l'eau.

232
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

55 ISO 13967 NA 18616 Raccords en matières thermoplastiques - Détermination de la


rigidité annulaire.

56 EN 12061 NA 18620 Systèmes de canalisation en plastique - Raccords en


thermoplastique - Méthode d'essai de résistance au choc.

57 ISO 13264, NA 18621 Systèmes de canalisations thermoplastiques pour


branchements et collecteurs d'assainissement enterrés sans
EN 12256 pression - Raccords thermoplastiques - Méthode d'essai de la
résistance mécanique ou de la flexibilité des raccords
façonnés.

58 ISO 13272, NA 18623 Systèmes de canalisations en plastique pour les


branchements et les collecteurs d'assainissement enterrés
EN 13598-2 sans pression - Poly(chlorure de vinyle) non plastifié (PVC-
U), polypropylène (PP), polypropylène avec modificateurs
minéraux (PP-MD) et polyéthylène (PE) - Spécifications
relatives aux regards et aux boîtes d'inspection et de
branchement dans les zones de circulation et dans les
réseaux enterrés.

59 EN 12201-1 NA 7700-1 Systèmes de canalisations en plastique pour l'alimentation en


eau et pour les branchements et les collecteurs
d'assainissement avec pression Polyéthylène (PE) Partie 1 :
Généralités.

60 EN 12201-2 NA 7700-2 Systèmes de canalisations en plastique pour l’alimentation


en eau et pour les branchements et les collecteurs
d’assainissement avec pression Polyéthylène (PE) Partie 2 :
Tubes.

61 EN 12201-5 NA 7700-5 Systèmes de canalisations en plastique pour l’alimentation


en eau et pour les branchements et les collecteurs
d’assainissement avec pression Polyéthylène (PE) Partie 5 :
Aptitude à l'emploi du système.

Normes relatives à l’utilisation de canalisations en PRV

62 EN 14364 NA 18654 Systèmes de canalisations en plastique pour l’évacuation et


l’assainissement avec ou sans pression - Plastiques
thermodurcissables renforcés de verre (PRV) à base de
résine de polyester non saturé (UP) - Spécifications pour
tubes, raccords et assemblages.

63 EN 15383+A1 NA 18655 Systèmes de canalisations en plastique pour les


branchements et collecteurs d’assainissement - Plastiques
thermodurcissables renforcés de verre (PRV) à base de
résine de polyester (UP) Regards et boîtes de branchement et
d’inspection.

Normes relatives à l’utilisation de canalisations en fonte ductile

64 EN 598+A1 NA 19868 Tuyaux, raccords et accessoires en fonte ductile et leurs


assemblages pour l’assainissement. Prescriptions et
méthodes d’essai.

233
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

65 EN 545 NA 19867 Tuyaux, raccords et accessoires en fonte ductile et leurs


assemblages pour canalisations d’eau. Prescriptions et
méthodes d’essai.

Normes relatives à l’utilisation de canalisations en acier

66 EN 10224/A1 NA 19869 Tubes et raccords en acier non allié pour le transport d'eau et
d'autres liquides aqueux - Conditions techniques de
livraison.

67 EN 10298 NA 19870 Tubes en acier et raccords pour canalisations enterrées et


immergées - Revêtement interne au moyen de mortier de
ciment.

Normes relatives aux regards de visite des réseaux d’assainissement

68 EN 124 NA 16320 Dispositifs de couronnement et de fermeture pour les zones


de circulation utilisées par les piétons et les véhicules -
Principes de construction, essais types, marquage, contrôle
de qualité.

69 EN 13101 NA 17995 Échelons pour regards de visite : Exigences, marquage,


essais et évaluation de la conformité.

70 EN 14396 NA 17996 Échelles fixes pour les regards de visite.

Normes relatives à la réhabilitation des réseaux d’assainissement

71 EN 13508-1 NA 17956 Investigation et évaluation des réseaux d’évacuation et


d’assainissement à l’extérieur des bâtiments - Partie 1 :
Exigences générales.

72 EN 13508-2 NA 17957 Investigation et évaluation des réseaux d’évacuation et


d’assainissement à l’extérieur des bâtiments - Partie 2 :
système de codage de l’inspection visuelle.

73 ISO 17020 NA 13001 Évaluation de la conformité - Exigences pour le


fonctionnement de différents types d’organismes procédant
à l’inspection.

74 EN 14654-1 NA 17716 Gestion et contrôle des opérations de nettoyage des


canalisations d’évacuation et d’assainissement. Partie 1 :
Nettoyage des canalisations.

75 EN 14654-2 NA 17997 Gestion et contrôle des opérations d'exploitation des


canalisations d'évacuation et d'assainissement à l'extérieur
des bâtiments - Partie 2 : Réhabilitation.

76 EN 11295 NA 17951 Classification et informations relatives à la conception des


systèmes de canalisations en plastique destinés à la
rénovation.

77 EN 13380 NA 17998 Prescriptions générales pour les composants utilisés pour la


rénovation et la réparation des branchements et des réseaux
d'assainissement à l'extérieur des bâtiments.

234
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

78 EN 15885 NA 17999 Classification et caractéristiques des techniques de


rénovation et de réparation des réseaux d'évacuation et
d'assainissement.

79 ISO 11296-1 NA 18640 Systèmes de canalisations en plastique pour la rénovation


des réseaux de branchements et de collecteurs
d'assainissement enterrés sans pression - Partie 1 :
Généralités.

80 ISO 11296-3 NA 18624 Systèmes de canalisations en plastique pour la rénovation


des réseaux de branchements et de collecteurs
d'assainissement enterrés sans pression - Partie 3 : Tubage
par tuyau continu sans espace annulaire.

81 ISO 11296-4 NA 18628 Systèmes de canalisations en plastique pour la rénovation


des réseaux de branchements et de collecteurs
d'assainissement enterrés sans pression - Partie 4 : Tubage
continu par tubes polymérisés sur place.

Le guide mentionne d’autres normes internationales spécifiques aux caractéristiques


dimensionnelles et essais de produits qui sont applicables selon les projets si des normes
algériennes équivalentes n’existent pas à la date de ceux-ci.

235
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

ANNEXE 4

LISTE DE DOCUMENTS DE REFERENCE DU DOMAINE


TECHNIQUE

- D.T.R.* : Règles de pose des canalisations en plastique (PVC et Polyéthylène) destinées


aux projets d’assainissement.
- D.T.R.* : Règles de pose des canalisations en béton, PRV, fonte et acier destinées aux
projets d’assainissement.
- D.T.R. : Règles de pose des canalisations en plastique destinées aux projets d’alimentation
en eau potable. Ministère des Ressources en Eau. Mars 2008.
- D.T.R.* relatif à la réhabilitation des réseaux d'assainissement.
* Adoption par arrêté ministériel est en cours à la date de préparation de ce guide en 2015.

- Documents Français :
 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GÉNÉRALES
- Fascicule n° 70 : Ouvrages d’assainissement
Titre I : Réseaux
Titre II : Ouvrages de recueil, de restitution et de stockage des eaux pluviales. Novembre
2003.
- Fascicule n° 71 : Fourniture et pose de conduites d’adduction et de distribution d’eau.
Avril 2003.
 Guide technique pour la réception des réseaux d'assainissement neufs. A.S.T.E.E.,
version octobre 2014.
 Recommandations pour la réalisation des contrôles préalables à la réception des travaux
de réhabilitation des réseaux d’assainissement. Groupe de travail « réhabilitation des
réseaux de l’A.S.T.E.E., TSM 2004.
 Dimensionnement de la réhabilitation par chemisage et tubage des réseaux
d'assainissement : Chemisage continu polymérisé en place. Tubages par tuyaux
continus ou courts ou par enroulement hélicoïdal. Recommandations A.S.T.E.E., TSM
n°10, 2014.
 Nouvelles recommandations pour le dimensionnement de la réhabilitation par
chemisage et tubage des réseaux d’assainissement : Chemisage continu polymérisé en
place Tubages par tuyaux continus ou courts ou par enroulement hélicoïdal. Logiciel
A.S.T.E.E. 3R 2014.
 RERAU : Restructuration des collecteurs visitables. Guide technique. Tome 1. Éditions
TEC & DOC Lavoisier, 2002.

236
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

- Document anglais :
 Sewerage Rehabilitation Manual, WRc : vol. III Sewer renovation, 2001.

237
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

ANNEXE 5

AUTEURS ET CONTRIBUTEURS

Animation des groupes de travail d’élaboration des 3 DTR :

Mme H. HAMMOUCHE MREE - DAPE

M W. BENLECHEHEB MREE - DAPE

Mme M. TABET MREE - DAPE

M A. AFLAK Suez Consulting - Unité d’Appui au Projet (UAP) -


Programme Eau II.

A participé à la coordination des groupes des DTR et à la relecture :

M P. VERREZ Unité d’Appui au Projet (UAP) - Programme Eau II.

Ont participé à la rédaction des DTR :

M A. AFLAK Suez Consulting - Rapporteur principal.

 DTR sur les canalisations en matières plastiques

M A. AYOUNI I.T.P.

M A. BENLALA C.T.H.

M A. C. BOUZIANI TUBOPLAST

M K. HOUARI GROUPE CHIALI

M D. TANFOURI S.E.A.A.L.

M I. ZAIBAK E.N.S.H.

 DTR sur les canalisations en béton, PRV, fonte et acier

M D. ATROUS TRANS CANAL Centre S.P.A.

238
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

M A. BOUKHARI S.E.A.A.L.

M J. HANOUTI PAM SAINT-GOBAIN

M A. LATATI TRANS CANAL Centre S.P.A.

M A. MEKLATI PAM SAINT-GOBAIN

Mme S. TAYEB S.E.A.A.L.

M A. ZOUAGHI Maghreb Pipe Industrie

M A.-Y. YAZID ANABIB

 DTR sur la réhabilitation des réseaux

M A. BENCHIOUKH MREE - DAPE

M F. BENGUEBOUR S.E.O.R.

Mme A. BENHALIMA MREE - DAPE

M A. BENLALA C.T.H.

M B. BORDENAVE S.E.A.A.L.

M A. BOUKHARI S.E.A.A.L.

Mme H. BOUNEGAB S.E.A.A.L.

M A.-C. BOUZIANI TUBOPLAST

M A. LAIB PM. LUCAS ALGERIE

Mme S. TAYEB S.E.A.A.L.

M B. TOULMOUT D.R.E. Boumerdès

Ont suivi la transposition des normes internationales par l’I.A.N.O.R. en normes


algériennes (NA) :
Mme S. BACHA I.A.N.O.R.

M O. HASBAIA I.A.N.O.R.

239
Guide technique pour les projets de pose et réhabilitation des réseaux d'assainissement

Ce document est perfectible.

Les suggestions, observations ou critiques éventuelles sont à adresser au :

Ministère des Ressources en Eau et de l’Environnement (MREE) - Direction de


l’Assainissement et de la Protection de l’Environnement (DAPE).

240