Vous êtes sur la page 1sur 32

Chapitre VIII : Thermo combustion.

Chapitre VIII. Thermocombustion

VIII.1 : Réactions chimiques


Réactifs ↔ Produits

La quantité de chaleur échangée au cours de la réaction ne dépend que de l’état initial et de


l’état final (fonction d’état).
• Réactions exothermiques = dégagement de chaleur.
• Réactions endothermique = absorption de chaleur.

VIII.1.1 : Réaction à volume constant

1er principe système fermé → Wp + Qv = ∆U


Transformation isochore → Wp = -∫p.dv = 0 (car v = cte).

Qv = ∆U = Uf - Ui

Dans cette réaction à volume constant, la quantité de chaleur mise en jeu, est égale à la
variation de l’énergie interne ∆U.

VIII.1.2 : Réaction à pression constante

1er principe système ouvert → WT + QP = ∆H


Transformation isobare → WT = ∫V.dp = 0 (car p = cte).

Qp = ∆H = Hf - Hi

La quantité de chaleur mise en jeu au cours de cette réaction à pression constante, pour un
processus réversible est égale à la variation d’enthalpie ∆H.

∆H >0 Endothermique.
∆H <0 Exothermique.

VIII.1.3 : Relation entre QP et QV d’une réaction chimique gazeuse

Qv = ∆U =Uf - Ui
Qp = ∆H = Hf – Hi = (Uf – P.Vf) - (Ui + P.Vi) = (Uf – Ui) + P(Vf – Vi)

QP = QV + P (Vf – Vi)
Pour un gaz parfait on a :

P.V = n.R.T → P (Vf –Vi) = (nf – ni) R.T = ∆n.R.T


Avec :
ni :Nombre de moles du gaz avant réaction
nf : Nombre de moles du gaz après réaction
n = 0 : Pour liquide.

Soit : QP = QV + ∆n.RT

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 77


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Remarque :

Réaction chimique en milieu hétérogène Vsol ou Vliq est négligeable devant le volume des
gaz. Alors la relation précédente est applicable qu’en phase gazeuse.

Exemple :
1
H 2 ( g ) + O2 ( g ) → H 2 O(l ) ; QP = -285,941kj (P =cte, T =25°C)
2
Qv = ?

QV = QP - ∆n.RT n H2O (L) = 0


QV = -285,941 – (0 – 1 – ½).8,31.298 ⇒ QV = -2822,56 j

Q P − QV 285941 − 282286
= = 1,3%
QP 285941

Dans tous ce qui suit nous allons considérer QV = QP et à la place de la chaleur de réaction,
on parlera de l’enthalpie de réaction.

VIII.1.4 : Chaleur standard de réaction


Etat standard.

Un corps est à l’état standard lorsqu’il est pris à l’état pur sous la pression de 1 atm et la
température de 298,16°k (25°C).

Une réaction chimique s’effectue dans les conditions standards, lorsqu’elle est conduite de
façon telle que les réactifs et les produits soient pris à l’état standard (T = 298°K, P = 1 atm).

Exemple :
1
CO ( g ) + O2 → Co 2 (P = Cte, T = 25°C)
2
∆ H = −283 kj
° Chaleur standard de réaction.
298

VIII.1.5 : Chaleur ou enthalpie de formation – loi de HESS


a : Enthalpie de formation

L’enthalpie de formation d’un corps composé est l’enthalpie de sa réaction de synthèse, à


partir des éléments constituants à l’état de corps simples sous la pression atmosphérique (état
standard).
On peut également définir l’enthalpie de formation d’un corps dans un état physique donné.
La variation d’enthalpie correspondante à la réaction de formation dans les conditions standards
d’une mole de ce corps pur à partir des corps simples pris également dans les conditions
standards. Elle est symbolisée par ∆H 0f .

Les corps de base ( corps simples ) ayant une enthalpie de formation nulle. Les corps
choisis sont les corps formés d’une sorte d’atomes sous la forme où ils existent à l’équilibre dans
l’état de référence O2, H2, Cl2, N2, Cgraphite.

La variation de l’enthalpie standard de formation du C02 à l’état gazeux est égale à la


variation d’enthalpie de la réaction.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 78


Chapitre VIII : Thermo combustion.

(∆ H ) o
f C0 (g)
2
= ∆H 298
0

C graphite + O2 ( g ) → C 0 2 ( g ) ∆H 298
0
= −94,05 Kcal
∆H 298
0
= ∆H f( o
)
CO2 ( g )
(
− ∆H f
o
)
C graphite ( g )
− ∆H f
O2
( o
)
144244 3 1424 3
=0 =0

(∆ H ) o
f C0 (g)
2
= ∆ H 298 = −94,05 Kcal / Mole
o

b : Loi de HESS.

La chaleur de réaction ∆H 298


0
est égale à la différence entre les sommes des chaleurs de
formation des produits de la réaction et celles des chaleurs de formation des corps qui entrent en
réaction.

∆H 298
0

Réactifs Produits

Exemple :
Considérons la réaction suivante :

C 2 H 4( g ) + 3O2( g ) → 2CO2 ( g ) + 2 H 2 O(l ) (25°C , 1 atm)


0
647 48
∆H 0
298 (
= 2 ∆H Co 0
f )
+ 2 ∆H H O − ∆H C H ( − 3 ∆H f O
00
f ) ( 0
f ) ( )
2 (g ) 2 (l ) 2 4 (g) 2 (g)
∆H 298
0
= 2(− 393,65) + 2(− 285,95) − (52,34 ) = −1411,51

Généralisation :

Soit la réaction :
ν1X1+…+νiXi+…+νnXn →ν’1X’1+…+ν’iX’i+…+ν’nX’n

 o  o
n n
∆H 298
0
= ∑ν i′ ∆ H  X i′ − ∑ν i  ∆ H X i Loi de HESS.
i =1  f  i =1  f 

VIII.1.6 : Variation de ∆H° d’une réaction avec la température (P =1 atm)

1er principe → δWT + δQ = dH ⇒ δQ = dH - δWT = dH – Vdp


δQ  δH 
A pression constante ⇒ =  = Cp chaleur massique à pression constante.
dT  δT  P

Dans une réaction chimique A → B ; A (réactifs) ; B (produits) ; ∆H = HB – HA


HA et HB sont respectivement les enthalpies sensibles des réactifs et des produits. (T0 298°k →
T°k)

 δH   δH   δH 
  =  B  −  A  = (C p )B − (C p )A = ∆C p
 δT  P  δT   δT 

Soit la réaction suivante : ν1X1+…+νiXi+…+νnXn → ν’1X’1+…+ν’iX’i+…+ν’nX’n


(Réactifs) (Produits)
Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 79
Chapitre VIII : Thermo combustion.


 ∆H  n ′
 = ∑ν i (C p ) − ∑ν i (C p )X i
n
d Ici Cp : chaleur molaire, et ν : Nombre de moles.
 dT  i=1 X i′ i =1

Expression de Kirchoff
o Produits T n T
∆H T0 = 298 H = ∑ν i′. ∫ Cpi .dT
298 P
i =1 To
Réaction àT0
Enthalpie sensible produite
Etat initial C1 Chauffage produit Etat finale
Réactifs Produit
T0 = 298 o T°k
Chauffage réactif ∆H
C2 T Réaction à T°k
n T

H R
= ∑ν i . ∫ Cpi .dT
i =1 To Réactifs
T°k

C1 = C2 →

o o
∆H+ HP = H R +∆H
S S
298 T

o o o n T n T
⇒ ∆ H = ∆ H + H P − H R = ∆ H + ∑ν i′ ∫ Cp. X ′ i dT − ∑ν i ∫ Cp. X i dT
S S
T 298 298
i =1 T0 i =1 T0

∑ ν ′ ∫ (C ) dT − ∑ ν i ∫ (C p )Xi dT
o o n T n T
∆H =∆H+ i p X ′i
T 298
i =1 T0 i =1 To

Chaleur de réaction à température T ≠ 298 °k

Remarques
• S’il y a changement d’état physique d’ un ou plusieurs corps (réactifs ou produits) dans
l’intervalle de température utilisée, il faut utiliser le principe de l’état initial et de l’état
final.
• On peut également calculer la chaleur de réaction en utilisant l’enthalpie globale.

T
 o
=  ∆ H  + ∫ Cp.dT
T
H  f  T =0 T =0
n
∆HT = ∑H − ∑ H (R)
o T T
Ce qui donne : (P )
i =1

• Si ∆T = T – T0 <variation très faible> on peut considérer que Cp≅ cte⇒


T

∫C p dT = Cp (T − T0 )
T0

⇒ ∆ H T = ∆ H 298 + (∑ν i′Cp x′i − ∑ν i Cp xi )(T − T0 )


o o

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 80


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Exemples :

Ex1 : Calcul de l’enthalpie de réaction pour T = 298°K et T = 1000°K.


H2 (g) + ½ O2 (g) → H2O (g)

a). Pour T = 298°K.

a)-1. On peut tirer ∆ H o298 directement des tables (table 4).

∆ H o298 = −57,777 Kcal / Mole

a)-2. Loi de Hess.

∆ H o298 = ∑ (∆ H of )P − ∑ (∆ H of )R
o
(
∆ H 298 = ∆H 0f ) H 2O( g )
(
− ∆H 0f ) H 2( g )

1
2
(∆Hf
o
)
O2 ( g )
= −57,797Kcal / Mole.

a)-3. En utilisant les enthalpies globales HT = ∆ H of ( ) T =0


T
+ ∫ CpdT
0

 298 = −54,737 Kcal / mole


 H H 2O ( g )
1  298
∆ H 298 = H H O ( g ) − H H ( g ) − H O ( g ) avec  H H ( g ) = 2,024 Kcal / mole
o 298 298 298
Table(1)
2 2
2 2
 298
2

 H O2 ( g ) = 2,015 Kcal / mole

⇒ ∆H°298 = -54,737 – 2,024 – ½ 2,075 = –57,799

∆H°298 = –57,799 Kcal/mole

b). Pour T = 1000 °K

En utilisant les enthalpies globales (table 1) :

(∆H °)T =1000 = H 1000


H o( g ) − H H ( g ) −
1000
1 1000
H O (g)
2 2
2 2

 H 1000
H o ( g ) = −48,524 Kcal / mole ⇒ ∆H 1000 = −59,248 Kcal / mole
 2
H 2 ( g ) = 6,967 Kcal / mole
Avec  H 1000
 1000
 H O2 ( g ) = 7,501 Kcal / mole

Ex2 : Calcul de la chaleur de réaction du Benzène C6H6 dans l’air.

C6H6 + 7,5(O2 + 3,76 N2) → 6 CO2 + 3 H2O +28,2 N2

a). A la température T = 298°K

• Pour C6H6gaz
• Pour C6H6 liquide

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 81


Chapitre VIII : Thermo combustion.

b). A la température T = 400°K.

On donne la chaleur latente de vaporisation du Benzène (∆ H ov )C H 6 6


= 8,10 Kcal / mole
Réponse :
• C6H6 gaz

∆ H = ∑ν i′  ∆ H  − ∑ν i  ∆ H  = 6 (∆ H of )CO ( g ) + 3 (∆ H of )H O ( g ) - (∆ H of )C H ( g ) (pour T = 298 °K)


0 n  o n  o
298 i =1  f  i =1  f  6 6 2 2
P R

Les enthalpies de formation de O2 et N2 sont nulles.

(∆ H ) o
f C H (g) = +19,8200 Kcal/mole
(∆ H )
6 6
o = -94,0510 Kcal/mole (Table 4)
f Co ( g )

(∆ H )
2
o = -57,7979 Kcal/mole
f H o( g )
2

⇒ ∆H298 = -757,525 Kcal/mole


• C6H6 liquide.

∆H’ = (∆H)298 + (∆H°v)C6H6 = - 757,525 + 8,10 = -749,42

∆H’ = -749,42 Kcal/mole

c). Chaleur de réaction à T = 400°K

n n
(∆H )400°k = (∆H )298°k + ∑ν i′(∆H P )400
298
− ∑ν i (∆H R )298
400

i =1 i =1
n 400 n 400
(∆H )400°k = (∆H )298°k + ∑ν i′ ∫ Cp( X ′ i )dT − ∑ν i ∫ Cp( Xi )dT
i =1 298 i =1 298

(∆H )400°k = (∆H )298°k + 6(∆H 400


CO 2 298 ) (
+ 3 ∆H H 2O ) 400
298
(
+ 28.2 ∆H H 2 )
400
298
(
− ∆H C6 H 6 )
400
298

(
7.5 ∆H O2 )400
298
− 28.2 ∆H N 2( )
400
298

(∆H )400°k = (∆H )298°k + 6(∆H CO 2 )400 + 3(∆H H O )298 − (∆H C H ) (


− 7.5 ∆H O2 )
400 400 400
298 2 6 6 298 298

Avec :
400 298
(∆H CO 2 )400
298
= H Co − H Co = ∫ Cp(Co )dT − ∫ Cp(Co )dT = 3,179 − 2,238 = 0,941 Kcal / mole
400 298
2 2 2 2
0 0
400 298
(∆H = H H O − H H O = ∫ Cp( H 2O )dT − ∫ Cp( H 2O )dT = 3,191 − 2,368 = 0,823 Kcal / mole
400 400 298
)
H 2 0 298 2 2
0 0
400 298

298 = H O − H O = ∫ Cp (O2 ) dT − ∫ Cp(O2 ) dT = 2,798 − 2,075 = 0,723 Kcal / mole


(∆H O2 ) 400
400 298
2 2
0 0
400 298
(∆H C6 H 6 ) = H C H − H C H = ∫ Cp(C6 H 6 )dT − ∫ Cp(C6 H 6 )dT = 2,872 − 0,51 = 2,361 Kcal / mole
400 400 298
298 6 6 6 6
0 0

Enthalpies sensibles tirées des tables (2).

⇒ (∆H)400 = -757,525 + 6(0,941) + 3(0,829) – 2,361 – 7,5(0,722) ∆H = –757,186 Kcal/mole

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 82


Chapitre VIII : Thermo combustion.

VIII.2 : Le combustible et ses catégories


VIII.2.1 : Définition.

On appelle combustible, les combinaisons de carbone qui en brûlant, dégagent une forte
quantité de chaleur.
D’après son état physique, le combustible se présente sous forme solide, liquide ou gazeuse
et d’après le mode d’obtention, on distingue, les combustibles naturels et artificiels.

Solide Liquide Gazeux


Combustibles naturels Anthracite, houille, Pétrole Gaz naturel
bois etc.
Combustibles Charbon de bois, coke Mazout, fuel-oil, Gaz d’éclairage, gaz
artificiels de houille, résidu de essence, gazoline, de four à coke, gaz
l’industrie de bois alcool etc. de gazogène,
mélange propane,
butane etc.

VIII.2.2 : Composition élémentaire du combustible


a : (Solide – liquide)

D’après sa composition, le combustible est une matière chimique complexe formé par toute
une série d’éléments combustibles et non combustible. Parmis les éléments combustibles on
notera:
 Le carbone (C).
 L’hydrogène (H).
 Une partie du Soufre (S).

Parmis les éléments non combustibles, on notera :


 L’azote (N).
 L’oxygène (O2).
 L’humidité (W)
 Les cendres (A).

Eléments combustibles : C, H, S
Combustibles
Eléments non combustibles N, O, W, A.

Le soufre S est un des éléments nocifs du combustible, car les produits des sa combustion
provoquent la détérioration des parties métalliques de la chaudière et rendent l’atmosphère
ambiante toxique.

On distingue :

− Le combustible brute (indice b)


Cb + Hb +Ob + Nb + Sbr + Ab +Wb = 100% rapporté à 1 kg de masse.
− Combustible sec (élimination des traces d’humidité)
CS + HS +ON + NN + SSr + AS = 100%
− Matières combustibles (élimination d’humidité et des cendres)
Cc + Hc + Oc + Nc + Scr = 100%
− Matières organiques du combustible (élimination de l’humidité W, des cendres (A) et du
Soufre (S)).
Co + Ho + Oo + No = 100%

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 83


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Index Composition du combustible


C H O N Sr A W
O Matière organique
C Matière combustible
S Matière sèche
b Matière brute

b : Combustible gazeux.

Exemple de quelques combustibles gazeux en composition volumique

− Gaz de houille. 50% H2, 8% Co, 23% CH4, 2% C2H4, 15% N2


− Gaz d’eau. 11% H2, 23 Co %, 1% CH4 , 63N2 %,
− Gaz naturel.

CH4 C6H6 C4 H10 N2 C3H8 ρ (Kg/m3N)


G.N(Arzew) 89,3 6,2 0,1 3,8 0,6 0,79
G.N(Skikda) 87 9,4 0,6 0,4 2,6 0,82

VIII.2.3 : Formule fictive de combustible (matière organique).

Un combustible est formée de carbone, d’hydrogène, d’oxygène et d’azote. On


caractérise les combustibles par leur % en masse donc on a :

α% de carbone, β% d’hydrogène , γ% d’oxygène et δ% d’azote.

On suppose que ce combustible se ramène à une formule fictive de CxHyOzNu avec une
masse molaire de 100Kg ce qui donne :
X=α/12, y=β/1, z=γ/16, u=δ/14

Avec (12, 1, 16 et 14) masses molaires respectivement du carbone, hydrogène, oxygène et azote.

Exemple : Gasoil ou gazole. α = 86%, β = 11%, γ =1%, δ = 2%.


Donc la formule fictive est :

x= (86/12) = 5,15%, y= (11/1) = 11%, z = (1/16) = 0,062%, u = (2/14) = 0,143%

VIII.2.4 : Formule fictive de l’air (comburant).

La composition massique de l’air est : 76,7% N2, 23,3% O2 ce qui donne :

O(23,3/16) + N(76,7/14) → O1,45 N5,4 Soit : Mo2 = 32, MN2 = 28

Sachant que pour 23,3 kg d’O2 contenue dans 100 kg d’air on à : 76,7 kg N2 ce qui donne :
32 kg d’O2 dans l’air, nous donne ((76,7 x 32)/23,3) = 105,34 kg de N2. Ou en nombre de mole
105,34/28 =3,76 kmole

Donc : (O2 + 3,76N2) ce qui correspond à une masse molaire de 105,34 + 32 =137,4 kg d’air.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 84


Chapitre VIII : Thermo combustion.

VIII.3 : Combustion.
VIII.3.1 : Définition.

La combustion est une réaction chimique, éxothermique entre l’oxygène appelé comburant
et un combustible (carburant).

VIII.3.2 : Equation stœchiométrique de combustion.

Le mélange stœchiométrique, exprime le faite que dans le milieu réactionnel, la quantité de


comburant utilisée est telle que s’y trouve présente la quantité d’oxygène strictement nécessaire
pour mener théoriquement une combustion stoechiométrique traduisant une oxydation du
combustible.

L’équation stoechiométrique est donnée comme suit :

CxHyOzNu + (x + y/4 – z/2) (O2 + 3,76 N2) → xC02 + y/2 H20 + [u/2 + 3,76(x+ y/4 – z/2)] N2

C-à-d que :100 kg de combustible + (x + y/4 + z/2) 137,4 kg d’air → 44 x kgC02 + 18/2 kg yH20
+ [u/2 + 3,76(x+ y/4 – z/2)] 28 kg N2

Conservation de la masse est caractéristiques des fumées.

Exemple : Gasoil CxHyOzNu, x = 7,15 y = 11 z = 0,062 u = 0,143

Si on veut brûler 100 kg de gasoil on a :

(x + y/4 + z/2) 137,4 = (7,15 + 11/4 – 0,062/2)137,4 = 1363 kg d’air

En conditions normales (t = 0°c, p = 760 mm hg), ρair = 1,29 kg/Nm3 ce qui donne en volume :
1363/1,293 = 1054 Nm3 d’air nécessaire pour brûler 100 kg de combustible.

Donc pour 100 kg de combustible, il faut 1363 kg d’air ou 1054 Nm3 d’air.

Masse et volume des fumées

Masse : x*44 = 7,15*44 = 314,6 kg


Co2
Volume: x*22,4 = 7,15*22,4 = 160 Nm3

Masse : (y/2)*18 = 11/2 *18 = 99 kg


H2o
Volume : (y/2) *22,4 = 11/2 *22,4 = 123 Nm3

Masse : [u/2 +3,76(x+ y/4 – z/2)]*28 = [0,143/2 + 3,76(7,15 +11/4 – 0,062/2)]*28 = 647 kg
N2
Volume : [u/2 + 3,76(x+ y/4 – z/2)]*22,4 = 837,95 Nm3

Masse totale des fumées : 315 + 99 +647 = 1061,6 kg

Volume total dans les conditions normales :


160 + 123 + 837,95 = 1121 Nm3 → ρ = 1461/1161 = 1,30 kg/Nm3

Conservation de la masse ⇒

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 85


Chapitre VIII : Thermo combustion.

100 kg combustible + 1363 kg d’air = 1463 kg. La conservation n’est pas assurée, cela revient
à l’incertitude dans la composition massique (x, y, z, u).

VIII.3.3 : Pouvoir calorifique


a : Définition.

On appelle pouvoir calorifique d’un combustible la quantité de chaleur fournie ou dégagée par
la combustion complète de 1 kg de combustible solide ou liquide ou de 1 Nm3 de combustible
gazeux.
Le Nm3 est donnée dans les conditions normales de pression et de température (0° C, 760
mm Hg = 1013 mBar).

Le pouvoir calorifique Pc est fonction de l’état physique du produit de combustion.


On distingue le pouvoir calorifique supérieur (Pcs) et inférieur (Pci).

− Le pouvoir calorifique est dit supérieur Pcs (mesuré au calorimètre) si l’on suppose
ramèner à 25°c tous les produits de la combustion, la vapeur d’eau étant alors
condensée (l’eau est à l’état liquide).

− Le pouvoir calorifique est dit inférieur Pci (à utiliser dans les applications
industrielles) si l’on suppose refroidir à 100°c les produits de combustion sans
condensation de la vapeur d’eau (l’eau est à l’état vapeur).

Le pouvoir calorifique dépend des conditions opératoires.

− Le pouvoir calorifique à pression constante (Pc)P = QP/mC


− Le pouvoir calorifique à volume constant (Pc)V =QV/mC

Pour les exprimer, on les ramène en kj/kg pour combustible solide ou liquide et kj/Nm3
pour combustible gazeux à (0°C et 760 mm Hg)
Nm3 : mètre cube normale.

b : Relation entre pouvoir calorifique à volume constant (Pc)V et pouvoir


calorifique à pression constante (Pc)P.

Cherchons tous d’abord la relation entre (QP) chaleur de réaction à pression constante et
(QV) chaleur de réaction à volume constant.

QV = U2 – U1
QP = H2 – H1 = (U2 + P2 V2) – (U1 + P1V1) = (U2 – U1) + (P2V2 – P1V1)

P1 = P2 = P0 = cte Qp = Qv + P0(V2 – V1).

Si la relation contient n1 moles avant réaction et n2 moles après réaction : QP = QV + R(n2 – n1)T

Exemple :
H2 + ½ O2 → H2O QP = -285941 j (p=cte, 25°c) Qv = ?
Remarque :
Quand on a un liquide, on prend le nombre de moles égal à 0 (c-a-d dans notre cas n2H2O liq = 0)

QV = QP – R(n2 – n1)T = -285941 -8,314(0-1- ½) 298 QV = -28225 J

Carburant liquide CnHm. Trouvez la relation entre (Pc)P et (Pc)V.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 86


Chapitre VIII : Thermo combustion.

CnHm (l) + (n+m/4)O2 → nC02(g) +m/2 H2O(g)

n2 –n1 = (n + m/2) – (n + m/4) = m/4 (Pc)p = Qp/m avec Qp = - ( ∆HR )


QP = QV + R T.m/4 (Pc)P = (Pc)V + (RT.m/4)/(12n + m) ou

(Pc)P = (Pc)V + (RTm)/4(12n+m)

c ; Détermination du pouvoir calorifique.

D’après DULONG, le pouvoir calorifique peut être calculé approximativement par la


formule suivante :

Pouvoir calorifique supérieur (Pcs)

Pcs = 8080.C + 34450(H – O/8) + 2250.S en Kcal/kg


Pcs = 33823.C + 144206(H – O/8) + 9419.S en Kj/kg

Que représente le terme (H – O/8) ?


Soit : H + ½ O2 → ½ H2O
1 kg d’hydrogène + 8 kg d’oxygène → 9 kg d’eau

Si le combustible contient de l’oxygène, on à O kg d’oxygène qui se combine avec O/8 kg


d’hydrogène pour donner de l’eau, ce qui revient à brûler (H – O/8) kg d’hydrogène.

Pouvoir calorifique inférieur (Pci).

La différence entre le pouvoir calorifique supérieur (Pcs) et le pouvoir calorifique inférieur (Pci)
provient de la chaleur de condensation de l’eau formée.
- La chaleur latente de vaporisation de l ‘eau à 100°c est Lv = 2256 Kj/kg = 539 Kcal/kg
- La chaleur libérée en ramenant l’eau de 100°C à 25°C est :
Q = C∆T = 1(100 – 25) = 75 Kcal/kg ou 314 Kj/kg.

Ainsi la chaleur libérée par 1 kg de vapeur d’eau à la pression atmosphérique par condensation
et refroidissement est : Q = 2256 +314 = 2570 kJ/kg.

Dans le combustible on a y kg d’hydrogène dans 100 kg de combustible, ce qui donne :


y/2 H2O =Y/2*18 = 9 y kg d’eau.

Si on brûle 1kg d’hydrogène, on aura 9 kg H2O, ce qui donne :

2570*9(H – O/8) = 23130(H – O/8)


(H – O/8) : Hydrogène qui brûle.
9(H – O/8) : Quantité d’eau formée.

Alors le pouvoir calorifique inferieur sera : Pci = Pcs – 23130(H – O/8)

Puisque, Pcs = 33823.C + 144206 (H – O/8) +9419.S


Pci = 33823.C + ( 144203 – 23130 ) ( H – O/8 ) + 9479 S

Pci = 33823.C + 121076(H – O/8) + 9419.S en kJ/kg


Pci = 8080.C + 28924(H – O/8) + 2250.S en kcal/kg

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 87


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Exemple: L’analyse élémentaire de 1 kg de combustible a donné la composition suivante :


C kg, H kg, O kg, S kg, le reste étant N2, W et A.

Pour un tel combustible, Pcs = 33823.C + 144206(H –O/8) +9419.S

Calculer les pouvoirs calorifiques supérieur Pcs et inférieur Pci des combustibles suivants :

• Houille
Composition massique :

C = 80%, H2 = 5%, O2 = 4,5%, S = 1%N2 = 1,5%, Cendres (A) = 8%

Pcs = 33823.0,8 + 144206.(0,05 – (0,045/8) + (9419.0,01) = 33551 Pcs = 33551 KJ/kg

Pci = 33823.C + 121076(H – O/8) + 9419.S.

Egalement.

Pci = Pcs – 23130(H – O/8) = 33551 – 23130(0,05 – 0,045/8). Pci = 32525 kJ/kg

• Gasoil liquide (C16H34) cétane Pcs, Pci, Pci (v) ?

La masse molaire du cétane C16H34.


MC16H34 = 16*12 +34*1 = 226 kg/k moles.

% en carbone : 16*12/226*100 = 84,95%


% en Hydrogène : 34*1/226*100 = 15,05%

Par conséquent :

Pcs = 33823*0,8495 + 144206*0,1505 = 50435 kJ/kg


Pci = 50435 – 23130*0,1505 = 46954 kJ/kg

Pouvoir calorifique inférieur (Pci) à volume constant


Equation de combustion.

C16H34 + 24,5(O2 + 3,76N2) → 16 CO2 + 17H2O + 24,5*3,76 N2

∆n = n2 – n1 = (16 + 17 + 24,5*3,76) – (24,5 + 24,5*3,76) = 8,5


∆n.R.T = 8,5*8,314*298 = 21049 kJ/Mole

Soit : 21049/226 = 93,19 kJ/kg

Pouvoir calorifique inférieur (Pci) à volume constant est donc :

Pci(V) = Pci (P) – ∆n.R.T = 46954- 93,13 = 46860,87 kJ/kg, donc Pci(P) ≈Pci(V)

* Gaz naturel de composition chimique : CH4 = 94,4%, C2H6 = 2,8%, O2 = 0,5%, N2 = 2,3%

Les pouvoirs calorifiques supérieur et inférieur doivent être calculés pour ce gaz en kJ/m3 à
15°C et 1 atm.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 88


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Solution :

Tous d’abord on détermine les pourcentages en masse

xi % xi Mi xi.Mi µi µi %
Μi CH4 94,4 0,944 16 15,104 0,90181 90,161
µ i = xi C2H6 2,8 0,028 30 00,840 0,05016 5,016
M gaz
O2 0,5 0,005 32 00,160 0,00956 0,956
N2 2,3 0,023 28 00,644 0,03847 9,847
MGAZ 16,748 1 100%
Pcs = 338223.C + 144206.H

Il est à noter que l’oxygène n’est pas combiné avec l’hydrogène. Le fuel étant un mélange gazeux.

% de carbone dans CH4 : µ c = 12/16


% D’hydrogène dans CH4 : µ H = 4/16

Pcs (CH4) = 33823*12/16 + 144206*4/16 = 61418,75 kJ/kg

Pcs (C2H6) = 33823.C + 144206.H

% en carbone dans C2H6 : µ C = 24/30 %


% d’hydrogène dans C2H6 : µ H = 6/30 %

Pcs (C2H6) = 33823*24/30 + 144206*6/30 = 55899,6 kJ/kg.

Pcs GAZ = µ (CH4).Pcs (CH4) + µ (C2H6)*Pcs (C2H6)


= 0,90181*61418,75 + 0,05016*55899,6 = 58192 kJ/kg

Pcs GAZ = 58192 kJ/kg

Or le tableau ci avant, montre que 1k Mole de gaz pèse 16,748 kg.

Le pouvoir calorifique supérieur par kilomole de gaz est : 58192*16,748 = 974600 kJ/kMole
Le volume d’une kilo mole de gaz à 15°c étant égale à : 22,4*(273+15)/273 =23,63 m3/k mole.
Le pouvoir calorifique supérieur exprimé en kJ/m3 aura la valeur :

Pcs GAZ = 974600/23,63 = 41244 kJ/m3

On obtient de la même manière le pouvoir calorifique inférieur :

Pci = 0,90181(12/16*33823 + 4/16*121076) + 0,05016(24/30*33823 + 6/30*121076)


Pci = 52745 kJ/kg, d’où en kJ/m3
Pci = (52745*16,748)/23,63 =37,383 kJ/m3

VIII.3.4 : Pouvoir comburivore ou rapport stoechiométrique de combustion.

On appelle pouvoir comburivore d’un combustible, la quantité d’air (exprimée en masse


ou en volume) strictement nécessaire pour assurer la combustion de 1 kg de combustible.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 89


Chapitre VIII : Thermo combustion.

A0 = kg d’air / kg de combustible

Or pour 100 kg de combustible, il faut (x + y/4 – z/2) * 137,4 kg d’air

Donc : A0 = (x + y/4 – z/2) * 137,4 / 100 kg d’air/kg combustible.

Exemple : Gaz oil : x = 7,17 y = 11 z = 0,062

A0 = ((7,17 + 11/4 – 0,062/2)*137,4)/100 ≅ 13,6 kg d’air/kg gaz oil

Nb : Tous les combustibles ont un pouvoir comburivore de l’ordre de 14.

Pour que la combustion puisse avoir lieu, il est indispensable de fournir au combustible une
quantité d’air déterminée.

Suivant la quantité d’air fournie, la combustion peut être complète ou incomplète.

− La combustion complète du combustible est un phénomène de combinaisons


chimiques des éléments combustible du produit (combustible) avec l’oxygène de
l’air ayant lieu à une température déterminée et accompagnée d’un dégagement
maximal de chaleur.

− La combustion sera dite incomplète dans le cas ou certaines particules du


combustible n’ont pas le temps d’être brûlées et sont entraînées à l’extérieur du
foyer avec les cendres et les scories.

VIII.3.5 : Combustion oxydante complète avec Excès d’air


a : Excès d’air.

Dans la réalité, la quantité d’air théoriquement indispensable à la combustion (A0) s’avere


insuffisante (une partie rentrante dans le foyer ne se mélange pas intimement au combustible) et
une partie de celui-ci (combustible) s’échappe sans prendre part à la réaction. Donc, il faudrait
fournir plus d’air qu’il est théoriquement indispensable (A).

La combustion réelle se caractérise par le rapport entre le volume d’air effectivement


fournie (V) et le volume d’air nécessaire à la combustion (V0).

V − V0
.100 ou e = 100(λ − 1)
V A e
λ= = = 1+ ⇒e=
V0 A0 100 V0
Avec :
λ : Coefficient d’excès d’air.
e : Excès d’air. (e : peut être >0 ou <0, = 0).

Calcul de l’excès d’air à partir de la teneur en oxygène des fumées sèches.

On se place dans le cas d’une combustion complète avec excès d’air.

soient :
V0 : volume d’air strictement nécessaire pour 1 kg de combustible.
V : volume d’air réel pour brûler 1 kg de combustible.
V’s : volume des fumées produites avec excès d’air.
Vs : volume des fumées produites dans les conditions stoechiométriques.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 90


Chapitre VIII : Thermo combustion.

V’s = volume théorique Vs + volume d’air amené en excès (V-V0).

On a : λ = V/V0 où V = λ.V0 ou encore V - V0 = (λ-1)V0 d’où


V’s = Vs + (λ-1)V0 = Vs + (e/100)V0 Nm3/Nm3 ou Nm3/kg.

On appelle O’ : teneur en oxygène des fumées séches (sans H2O). Or l’air contient en volume
21% d’oxygène.
 21 → 100 
La teneur en air des fumées sèches (a’) est  
 O′ → a′ 
a’ = (100/21).O’ = 4, 76 O’

Vs’ – Vs = (λ-1)V0 = (e/100)V0 …..(01)

 Vs ′ − Vs 
a ′ = 100 
 Vs ′  ⇒ Vs ′ − Vs = a ′ .Vs ′ = O ′ .Vs ′L (02 )

100  100 21
a′ = O′ 
21

Vs ′ − Vs O ′ O′
.Vs K (03)
Vs Vs 21 21
= ou bien − +1 = ⇒ = ⇒ Vs ′ =
Vs ′ 21 Vs ′ 21 Vs ′ 21 − O ′ 21 − O ′

Vs’ – Vs = (λ-1)V0 = (e/100)V0 …..(01)


a′ O′ a′ O′
.Vs ′ = .Vs ′ L (02 ) Vs ′ = Vs ′K (05)
e
Vs ′ − Vs = ⇒ V0 =
100 21 100 100 21

Remplaçons (03) dans (05)

e O′ 21
V0 = . .Vs on tire
100 21 21 − O′
 Vs  O′  e
e = 100   de.la on peut tirer λ = 1+
 V0  21 − O′  100

b : Equation de combustion complète avec excès d’air.

Rappelons l’équation de combustion stoechiométrique (théorique).

CxHyOzNu + (x + y/4 – z/2) (O2 + 3,76N2) → xCo2 + y/2 H2O + [u/2 + 3,76(x + y/4 – z/2)]N2

L’équation de combustion complète avec excès d’air est donnée par :

CxHyOzNu + λ(x + y/4 – z/2) (O2 + 3,76N2) → xCO2 + y/2 H2O + (λ


λ – 1)(x + y/4 – z/2)O2 +
+ [u/2 + 3,76(x + y/4 – z/2)]N2
Soit :

100 kg combustible + λ(x + y/4 – z/2)137,4 kg d’air → x 44 kg CO2 + y/2 18 kg H2O +


λ (x + y/4 – z/2)] 28 kg N2
( λ – 1)(x + y/4 – z/2)32 kg O2 + [u/2 + 3,76λ

Pour un hydrocarbure CnHm on a :


Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 91
Chapitre VIII : Thermo combustion.

• L’équation de combustion Stœchiométrie.

 m  m
C n H m +  n + (O2 + 3,76 N 2 ) → nCO2 + H 2 O + 3,76 n +  N 2
m
 4 2  4

• Equation de combustion avec excès d’air

 m  m  m
C n H m + λ  n + (O2 + 3,76 N 2 ) → nCO2 + H 2 O + (λ − 1) n + O2 + 3,76λ  n +  N 2
m
 4 2  4  4

Sachons que λ = 1 +e/100 = 1 + α avec α = e/100


λ : Coefficient d’excès d’air
e : Excès d’air en %
α : Excès d’air exprimé numériquement
On a :

 m  m  m
C n H m + (1 + α ) n + (O2 + 3,76 N 2 ) → nCO2 + H 2 O + α  n + O2 + 3,76(1 + α ) n +  N 2
m
 4 2  4  4

VIII.3.6 : Combustion réductrice (Ménagée) – Richesse


a : Combustion ménagée ou avec défaut d’air

C’est une combustion dans laquelle la quantité de carburant mise en jeu est supérieure à la
quantité dans les conditions stoechiométriques. Dans ce cas, on parle de richesse ou de défaut
d’air.
D’une manière générale, c’est une combustion complexe à analyser par rapport aux
précédentes, mais importante sur le plan valorisation chimique.

b : Richesse

L’équation de combustion Stœchiométrie sera :


 m  m
C n H m +  n + (O2 + 3,76 N 2 ) → nCO2 + H 2 O + 3,76 n +  N 2
m
 4 2  4

Le rapport Stœchiométrie (dosage Stœchiométrique) = masse combustible /masse comburant =


(C/A)s
C 12n + m 12n + m  A 4n + m
  = = 0,02911 où   = 34,328
 A  s  4n + m   4n + m  C s 12n + m
 O + 3,76N 
  2 1232 
 4 
 137, 28 

Exemple : Kérosène (n = 10,3, m = 20,6)

− Combustion dans l’oxygène


 m m
C n H m +  n + O2 → nCo 2 + H 2 o
 4 2

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 92


Chapitre VIII : Thermo combustion.

 32n + 8m  44n gm
1 g d ' hydrocarbure +   g d ' oxygène → gCo 2 + gH 2 o
 12n + m  12n + m 12n + m

1 g de Kérosène + 3,422 gO2 → 3,14 g Co2 + 1,284 gH2o


O2 /combustible = 3,422

− Combustion dans l’air.

 A 4n + m 4 × 10,3 + 20,6
  = 34,328 = 34,328 = 14,7
 C s 12n + m 12 × 10,3 + 20,6

Définition de la richesse φ.

On défini la richesse φ comme le rapport entre le dosage réel et le dosage stœchiométrique.

C 
 
φ=  
A
C
 
 A s
Combustion stœchiométrie φ = 1
Mélange pauvre φ < 1
Mélange riche φ > 1

φ=
(Masse du carburant/Masse d' air ) =
C  A
. 
(Masse du carburant/Masse d' air )St A  C s
 Masse du carburant  A
φ=  .r avec r =  
 Masse d' air réel  C s

Relation entre richesse φ et coefficient d’excès d’air λ.

λ=A /As Coefficient d’excès d’air

C  A As 1 e
φ =  .  = ⇒ λ = = 1+ avec e/100 = (1 - φ) /φ = α
 A   C s A φ 100

φ > 0)
c : Equation de combustion en mélange riche (défaut d’air,φ

1 m 1  m
Cn H m +  n + (O2 + 3,76 N 2 ) → aCo 2 + bCo + cH 2 o + dH 2 + 3,76 n +  N 2
φ 4 φ  4

Avec a, b, c, d représentent respectivement les nombres de moles du C02, C0, H20, H2 des
produits de combustion.

Détermination de a, b, c et d :

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 93


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Bilan des atomes :

− Carbone : a + b = n …....(01)
− Oxygène : a + b/2 + c/2 = 1/φ (n + m/4)..... … (02)
− Hydrogène : c + d = m/2 ….... (03)

On a 4 inconnus pour 3 équations.


La 4eme équation est obtenue en utilisant la constante d’équilibre Kp.

L’équation d’équilibre prédominante est celle du gaz à l’eau. C02 + H2 ↔ C0+ H20
La constante d’équilibre sera alors :

PCO .PH 2O
Kp = avec PCO , PH 2O , PCo2 et PH 2 sont les pressions partielles
PCO2 .PH 2
b c
.P. .P
∑ nP ∑ nP bc
Kp = =
d a ad
.P. .P
∑ nP ∑ nP

Les 04 équations sont donc :


a + b = n K (01)

a + b + c = 1  n + m  K (02 )
 2 2 φ 4

 L (2)
c + d = K (03)
m
 2
 b.c
 a.d = Kp K (04 )

A partir de ces 4 équations et pour un Kp et une richesse φ donnés, on tire a, b, c et d.


Les fractions volumiques des différents constituants dans les gaz de combustion sont :

C02 = a /∑nP, C0 = b /∑nP, H20 = c /∑nP, H2 = d /∑nP, N2 = (1/φ)*3,76(n+m/4) /∑nP

Avec : ∑nP somme des nombres de moles des produits de combustion.


∑nP = a + b + c +d + 1/φ *3,76(n+m/4).

VIII.3.7 : Application
But :
Composition en masse d’une essence, en connaissant la composition en volume des gaz
d’échappement d’un moteur à essence :

Composition en volume des gaz d’échappement :

CO2 = 9,8%, CO = 7,6%, O2 = 0,2%, N2 = 82,4%

Le combustible ne contient que du carbone et d’hydrogène.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 94


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Rappel :

L’air contient en masse 23% oxygène et 77% N2


On va essayer de traduire la composition volumique des gaz en composition massique.

mi ni M i M M
On sait que : µi = = = xi i = ν i i Avec : νi : Fraction volumique du gaz
m n.M M M
µ i : Fraction massique.
xi : Fraction molaire.

Produits de νi en Mi νi νi.Mi νi*Mi/M


µi=ν µi en % 100 kg de gaz
combustion d’échappement
%
Co2 09,8 44 0,098 04,312 0,1458 14,58 14,58
Co 07,6 28 0,076 02,128 0,0720 07,20 07,20
O2 00,2 32 0,002 00,064 0,0022 00,22 00,22
N2 82,4 28 0,824 23,072 0,7800 78,00 78,00
100% ∑=M=29

a- On cherche la quantité de carbone (C) et d’oxygène (O2) dans 100 kg de gaz


d’échappement

(12/44 * 14,58) + (12/28 * 7,2) = 7,05 kg de carbone (C).


C dans Co2 dans Co

(32/44 *14,58) + (16/28 * 7,2) + 0,22 = 14,93 kg d’oxygène (O2)


O2 dans Co2 O2 dans Co

b- Quantité d’air fournie pour 100 kg de gaz d’échappement

Dans 100 kg d’air → 77% N2


x kg → 78% N2 ⇒ x = 78*100/77 ⇒ x = 101,3 kg d’air

Donc, dans les 100 kg gaz d’échappement on a 101,3 kg d’air qui contiennent :
100 kg → 23 kg O2
101,3 kg →x ⇒x = 101,3*23/100 ⇒ x = 23,3 kg O2

23,3 kg O2 dans 101,3 kg d’air


14,93 kg O2 dans 100 kg de gaz d’échappement.
Il reste 23,3 – 14,93 = 8,37 kg d’O2 qui réagiront avec l’hydrogène pour former H20

H2 + ½ O2 → H20
1 kg H2 + 8 kg O2 → 9 kg H20
x kg H2 + 8,3 kg O2 ⇒ x = 8,37*1/8 = 1,05 kg d’hydrogène.

La quantité d’hydrogène associé au carbone est 1,05 kg


Donc, dans le combustible on a :

7,05 kg de carbone + 1,05 kg d’hydrogène = 8,10 kg d’hydrocarbure

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 95


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Composition massique du combustible :

7,05/8,10 = 87% de carbone. Combustible Composition massique


1,05/8,10 = 13% d’hydrogène Carbone (C) : 87%
Hydrogène (H2) : 13%

VIII.3.8 : Calcul des températures de combustion (carburant et comburant de


même température TA = Tr =298°K)

Convention des thermotechniciens

T0 : température de référence T0 = 298 °K

Combustible + comburant → Produits de combustion + ∆HR ( Chaleur engendrée par la combustion )

Les thermotechniciens comptent positivement la chaleur de combustion.

Réaction à volume constant ∆HR = - Qv


Réaction à pression constant ∆HR = - QP ∆HR >0

Convention des thermodynamiciens

Contrairement à la convention des thermotechniciens qui comptent positivement la


chaleur de combustion, la convention des thermodynamiciens compte négativement la chaleur
de combustion (∆HR <0).

Hypothèse :
La chaleur produite sert uniquement à chauffer les gaz brûlés (combustion adiabatique).

A : Mélange Carburant – Comburant (Réactants)


B : L’ensemble des produits de combustion (Réactés)

1 : Combustion à volume constant

1er principe : WAB + QAB = ∆U = UB – UA … (1)

Avec : UA = ∑ nAi.UAi
nAi : nombre de moles du ieme constituant
UAi : Energie interne molaire du ieme constituant
Idem pour ∑ nBi.UBi

Combustion isochore (v = cte) ⇒ WAB = - ∫p.dv = 0


Combustion adiabatique ⇒ QAB = 0 (QAB chaleur échangée avec le milieu extérieur)
⇒ UB – UA = 0
Ou : UA = UB … (2)

L’énergie interne n’est fonction que de la température (loi de joule) pour le cas d’un gaz parfait.
Soient :
TA : Température avant combustion
TB : Température après combustion ou fin de combustion.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 96


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Alors :
UA (TA) = UB (TB)… (3)

L’énergie interne n’est définie que par rapport à un état de référence T0 °k (∆U) T0.

[∆U A ] TA

T0
= U A (T A ) − U A (T0 )K (4 )

[∆U B ] TB

T0
= U B (TB ) − U B (T0 )K (5)

Or U A (T A ) = U B (TB ) ⇒ [∆U B ] TB

T0
= U A (T A ) − U B (T0 )K (6 )

Ajoutant et retranchant à l’équation (6), UA (T0)

[∆U B ] TB

T0
= U A (T A ) − U A (T0 ) + U A (T0 ) − U B (T0 )
1442443 1442443
6→
[∆U B ] = [∆UA]
TB

T0
TA

T0
− [U B (T0 ) − U A (T0 )]K (7 )

Or d’après le 1er principe :


 B
U B (T0 ) − U A (T0 ) =  ∆ U  = (Q AB )T 0
 A T 0
Chaleur reçue de l’extérieur à la température de référence c-â-d changée de signe de la chaleur
dégagée par la combustion à volume constant (QAB)T0 = – Qv

D’où (7) → [∆U B ]TT0B = [∆U A ]TT0A + Qv K (8)

L’état initial TA connue [∆U A ]TT0A = U A (T A ) − U A (T0 ) connue.


Connaissant la composition de mélange, on peut calculer Qv. De là, on déduit :
[∆U B ]TT0B = [∆U A ]TT0A + Qv et à partir des tables on tire TB (température de combustion).

2 : Combustion à pression constante.

1er principe de la thermodynamique (système ouvert)


B
WTAB + QAB = ∆HB A avec WT = ∫ vdp = 0 car p = cte
A
Combustion adiabatique ⇒ QAB = 0 (pas d’échange calorifique avec le milieu extérieur)

HB = HA… (10)

Soit : TA : Température avant combustion HA(TA)= HB(TB)… (11)


TB : Température en fin de combustion. ⇒
TB
H B = ( ∆H ) B + ( ∆H B ) T 0 K (12 )
+ ∫ CpdT = ( ∆H 0f ) 298
0 298 TB
f B
1424 3 T0
Enthalpie de 1
424 3
formation à 298 ° k Enthalpie
sensible

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 97


Chapitre VIII : Thermo combustion.

TA
H A = (∆H 0f ) 298 A + ( ∆H A ) T 0 KK(13)
+ ∫ CpdT = (∆H 0f ) 298 TA
A
1424 3 T0
Enthalpie de 1
424 3
formation à 298 ° k Enthalpie
sensible

HA et HB sont des enthalpies standards. (13) – (12) donnent :

H B − H A = (∆H f )298 (∆H f )298 + ∫ (CpdT ) − ∫ (CpdT ) K (14 )


TB TA
B − A B A
T0 T0
Où HA = HB
T 0 − [∆H A ]T 0 = 0 K (15)
(∆H R )298 + [∆H B ]TB TA

(∆H R )298 = H B (T0 ) − H A (T0 ) = −Q P K (16 )

(15) → [∆H B ]TTB = QP


{ [ T
]
+ ∆H A A K.....(17 )
T
0
14243 Chaleur de réaction à 298° k
142430
Enthalpie sensible (B) Enthalpie sensible (A)

QP : Chaleur dégagée à T0 °K à pression constante


Soient :
Enthalpie des Produits : HP
Enthalpie des Réactants HR
D’après l’équation (17) : ∆H [ B ]
TB

T0
= QP + [∆ H A ] TA

T0

[∆H P ]TT12 = (QP )298 + [1


∆H A ]T1 K(19)
424 3
T1
Ici température initiale T1 = T0 = 298 °k
=0
T2 T2 T1
⇒ QP = (∆H P )T 2 − (∆H P )T 1 = ∫ ∑νCp pc dT = ∫ ∑νCp pc dT − ∫ ∑ ν .Cp Pc dT
T1 0 T0
Avec :
T

∫ ∑νCp
0
pc dT Enthalpie sensible ou enthalpie d’échauffement.

T2
QP = ∫ ∑νCp pc dT Energie nécessaire pour chauffer les produits de combustion de T1 à T2.
T1
(19) → (1
∆Η Ρ )T 2
424 3
= (1
∆Η Ρ )T 1
424 3
+ (1
Q P )298
23
K (20 )
Enthalpie. .Sensible des produits Enthalpie sensible des Enthalpie de réaction
de combustion . à T2 produits de combustion à 298 ° k = - ( ∆Η )C 298
T1 = 298K

(∆HP)T2 étant calculée, on en déduit par interpolation la température T2 de combustion.

Exemples de calcul de température de combustion

EX01 : (Combustion de C0 avec l’oxygène)


C0 + ½ O2 → C02 + QP Avec :(QP)298 = - (∆HC)298 enthalpie de réaction à 298 °k.

- Soit tirée à partir des tables (QP)298 = 67,642 Kcal/Mole


- Soit calculée à partir des enthalpies de formation à 298 °k

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 98


Chapitre VIII : Thermo combustion.

∆HR = ∑ν (∆Η ) − ∑ν (∆Η )


0
f P
0
f R

(
∆HR = ∆Η 0f Co
2
) − (∆Η )
298
0
f Co 298 −
1
2
(
∆Η 0f O
2
)
298

∆HR = − 94,0518 − (− 26,4107 ) = −67,64 Kcal / Mole ⇒ QP = - ∆HR = 67, 64 kcal/mole.

(∆HP)T2 = (∆HP)T1+ QP
(∆HP)T1 = ∫ (CpdT )Co2 = 2,238 kcal/mole (tables 2)
298

0
(∆HP)T2 = (∆HP)T1 + QP = 2,238 + 67,642 = 69,880 kcal/mole

(∆HP)T2 = 69,880 kcal/mole

Ex02 : (combustion du C0 avec l’air en mélange pauvre)

Stœchiométrique → C0 + ½ (O2 + 3,76N2) → C02 + 3,76N2 + QP


(Excès d’air λ =2 ) → C0 + (O2 +3,76N2) → C02 + ½ O2 +3,76N2 + QP

On a vu en exemple (1) que (QP)298 = 67,642 kcal/mole


(∆HP)T2 = (∆HP)T1 + (QP)298

Avec (∆HP)T1 = somme des enthalpies sensibles des produits de combustible à 298 °k.

(∆HP)T1 = (∆HP)T1 C02 +½ (∆HP)T1 O2 + (∆HP)T1 N2

(∆H P )T 1 = ∫ (CpdT )CO 2 + 1 ∫ (CpdT )O 2 + 3,76 ∫ (CpdT )


T1 T1 T1

0 2 0 0 N2

(∆HP)T1 = 2,238 + ½ *2,075 + 3,76*2,072 = 11,076 kcal/mole


(∆HP)T2 = 11,076 + 67,642 = 78,718 kcal/mole

(∆HP)T2 = 78,718 kcal/mole

75,17 < 78,718 < 80,437


T2=1700°K T2 T2 = 1800°K

La température peut être déterminée par une méthode d’approximation successive.

T2 °k ∆HCo2 ½ ∆HO2 3,76 ∆HN2 ∑(∆HP)T2


1700 19,801 ½*13,54 = 6,77 3,76*12*0,30 = 48,60 75,170
1800 21,223 52 7,214 80,437

1700°K → 75,17 kcal/mole


1800°K → 80,437 kcal/mole ⇒ T2 = 1770 °K, obtenue par interpolation.
T2 → 78,718 kcal/mole

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 99


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Ex03 : (combustion du méthane dans l’air)

Air

Produits

Méthane

Nous supposerons la combustion s’effectue sous la pression atmosphérique, la masse d’air


fournie étant la double de celle nécessaire dans les conditions stœchiométriques (Coefficient
d’excès d’air λ = 2), température initiale 25°C.

Calculer :
• Pouvoir calorifique supérieur [H2O] liquide.
• Pouvoir calorifique inférieur [H2O] gaz.
• Température de combustion.

CnHm + λ(n + m/4)(O2 + 3,76N2) → nCO2 + m/2 H2O + (λ-1)(n + m/4)O2 + 3,76λ(n + m/4)N2

Pour le méthane CH4 et pour λ = 2

CH4 + 4(O2 + 3,76N2) →C02 + 2H20 +2O2 +15,04N2 + QP Avec : QP = - ∆HC

• PCS (H2O liquide) ?

Calculons ∆HC = -QP

Loi de Kirchoff :

∆HC =∆H°R = ∑(∆H°f)p – ∑(∆H°f)R et ∆H°f (1 atm et 298 °k)


∆HC = (∆H°f) CO2 + 2(∆H°f) H2O liq – (∆H°f)CH4 (∆H°f)O2 = (∆H°f)N2 = 0
∆HC = –94,052 – 2*68,317 – (–17,90) = – 212,788 ⇒

QP = 212,788 kcal/mole

Pour avoir PCS en kcal/kg on divise QP par la masse molaire.

PCS = 212,786/16.10-3 ⇒ PCS =13299 kcal/kg

• PCI (H2O gaz) ?

∆HC = (∆H°f) CO2 + 2(∆H°f) H2O liq – (∆H°f)CH4


∆HC = – 94,052 – 2*57,80 – (– 17,90) = – 191,752 ⇒ PCI =QP = 191,752 kcal/mole
PCI = 212,786/16.10-3 ⇒ PCI = 1198,45 kcal/kg

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 100


Chapitre VIII : Thermo combustion.

2ème méthode : Formule de REGNAULT Lv = 605 – 0,69 t en kcal/kg

Lv = 605 – 0,695*100 = 535,5 kcal/kg


+ condensation : 1 ( 100 – 25 ) = 75 kcal/kg

2 moles H20 pèsent 2*18 = 36g ∆Lv = ( 535,5 + 75 ) *36.10-3 = 21,98 kcal/mole

PCS = PCI + ∆Lv ⇒ PCI = PCS – ∆Lv = 212,786 – 21,97 = 190,818 kcal/mole ⇒
Pci = 190,818/16 10-3

Pci = 11925 kcal/kg

• Température de combustion ?

(∆HP)T2 = (∆HP)T1 + QP
(∆HP)T1 = ∆HCO2 + 2∆HH2OGaz +2∆HO2 + 15,04 ∆HN2

(∆HP)T1 = ∫ (CpdT )Co2 + 2 ∫ (CpdT ) H 2oGaz + 2 ∫ (CpdT )O2 + 15,04 ∫ (CpdT ) N 2


298 298 298 298

0 0 0 0

∆HP)T1 = 42,287 kcal/mole


(∆HP)T1 = 2,238 +2*2,366 + 2*2,075 + 15,04*2,072 = 42,28 ⇒ (∆

∆HP)T2 = 234,079 kcal/mole


D’où : (∆HP)T2 = 42,287 + 191,752 = 234,079 ⇒ (∆

(∆HP)T2 = 1400°K < (∆HP)T2 < (∆HP)T2 = 1500°K

La température peut être déterminée par une méthode d’approximation successive.

T2 = 1400 °k T2 = 1500 °k
∆HP)T2
(∆ ν ∆HP)T2
ν.(∆ ∆HP)T2
(∆ ν ν.(∆HP)T2
Co2 15,598 01,00 015,598 16,987 01,00 016,987
H2oGAZ 12,750 02,00 025,500 13,862 02,00 027,724
O2 10,900 02,00 021,800 11,780 02,00 023,560
N2 10,400 16,04 156,416 11,250 15,04 169,200
∑(∆HP)1400 209,314kcal ∑(∆HP)1500 237,47kcal
= =

Par interpolation on aura la température de combustion :

 234,079 − 209,314 
T2 =1400 +  (1500 − 1400 ) T2 = 1488°k
 237,47 − 209,314 

VIII.3.9 : Température de combustion avec carburant et comburant de températures


différentes.

− Bilan enthalpique
− Tenir compte de l’état initial du carburant et du comburant → températures différentes
− La chaleur de réaction est totalement utilisée pour échauffer les gaz brûlés (combustion
adiabatique, pas de pertes de chaleur avec le milieu extérieur ).
− L’enthalpie standard du fluide en déplacement se conserve.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 101


Chapitre VIII : Thermo combustion.

A : Mélange avant combustion.


B : Etat des gaz brûlés HA(Ti) = HB(Tb)
Tk
L’Enthalpie standard s’écrit : ( H )Tk = (∆Hf ° )Tk
k + ∫ Cp ( k ) dT
123 Tr
Enthalpie de formation 1424
3
Enthalpie sensible

Combustible → indice (1)


Comburant → indice (2)

H1A, H2A, HA : représente respectivement les enthalpies massiques du carburant, comburant et


mélange carburé (carburant + comburant).

( )
 m  m
m + m H = m H 1A + m H 2A → H A 1 + 1  = H 2A + 1 H 1A ⇒
1 2 A 1 2  m  m
 2 2
m H 1A + H 2A m C
HA= ..........avec m = 1 = : dosage
1+ m m A
2

C
H
HA HB
A B
(∆H )Tr
gaz
brul

T
0°K R(Tr) TA(Ti) TB(Tb)
Tb
∆H Tb
Tr = ∑ ni ∫ Cp i dT
Tr

− Température de référence Tr = 298 °K (les enthalpies de formation des éléments sont


nulles point (R) axe T
− Chacun des corps actifs est décomposé en éléments simples figurant dans la composition
de référence point (C).
− La chaleur de décomposition à fournir est égale à la chaleur de formation changée de
signe.

(m(∆H ) Tr (1)
+ (∆H f ) )
Tr ( 2 )

( ∆H ) decomp = − (∆H f )réac tan ts


Tr Tr m1 C
=− avec m = =
f

m +1 m2 A

− A partir de ces éléments, on suppose que l’on forme à la température de référence Tr, un
mélange dont la composition est identique à celle des gaz brûlés point (D), qui correspond
à une diminution d’enthalpie. Les chaleurs de formation des gaz étant généralement
négatives.

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 102


Chapitre VIII : Thermo combustion.

(∆ H f ) Tr

gaz .. brulés
= (
∑ ni ∆ H f )
Tr

i
avec ni : nombre de moles de chaque constituant dans le mélange.

− On chauffe le mélange jusqu'à Tb, Température de fin de combustion, par l’apport de


chaleur
Tb

( ∆H )r = ∑ ni ∫ (Cp )i dT
Tr

Tr
Combustion adiabatique à pression constante : HA(Ti) = HB(Tb)

Enthalpie standard des produits frais ≡ celle des gaz brûlés à partir des éléments pris à la
température Tr.

Variation d’enthalpie de (C) à (B) par deux 02 chemins différents C-R-A-B et C-R-D-B, il
suffit d’écrire :
+ (H A − H R ) = ( ∆H ) ( )Tr Tb
−( ∆H ) ( )
Tr Tb
η
Tr
+ ∆H = ∑ i ∆H f + ∫ CpdT
1444 decomp
424444 3 1444
Gazbrul
24443 Tr i Tr
Gaz brûlés
1444424444Réactifs
3 1 44 4 2 4 4 43
Enthalpie ..s tan dard ..réacants Enthalpie ..s tan dard .. produits

Application :

Combustion de méthane liquide injecté à – 162 °C dans l’air à 323 °K


Richesse φ = 0,3 (Excès d’air λ = 1/φ = 3,33), température initiale Ti.

• Equation de combustion stœchiométrique.


 m  m
C n H m +  n + (O2 + 3,76 N 2 ) → nCO2 + H 2 O + 3,76 n +  N 2
m
 4 2  4
Pour CH4
CH4 + 2(O2 + 3,76N2) → CH4 + 2H2O +7,52N2

• Equation de combustion avec excès d’air (λ = 1/φ = 3,33)

CnHm + λ(n + m/4)(O2 + 3,76N2) → nCO2 + m/2 H2O + (λ-1)(n + m/4)O2 + 3,76λ(n + m/4)N2

⇒ CH4 + 6,67(O2 + 3,76N2) → CO2 + 2H2O + 4,68O2 + 25,05N2

Température de référence Tr = 298 °K.


Déterminer la température de combustion (Tb)

a) Enthalpie standard du méthane liquide (H(1)A)

( H )(A1) = (∆Hf ° )CH


298
4 Gaz + (∆Hf ° )TrCH 4
T

Avec (∆Hf ° )CH 4 Gaz = −17,889 kcal / mole (tirée des tables ) .
298

T
(∆H ) T
Tr CH4 = H sensible = ∫ (Cp)CH4Gaz dT − (∆Ηv ) (Température d’injection T = 273 – 162 = 111 °K
Tr T

(Cp)CH4Gaz ≠ 0,47 kcal/kg°k ⇒

111

∫ (Cp )
16,042
CH 4 Gaz ≠ −0,47 * 187 ≠ −87,89 kcal / kg ≠ −87,89 * = −1,4099 kcal / mole
298
1000

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 103


Chapitre VIII : Thermo combustion.

111

298
∫ (Cp ) CH 4 Gaz dT = - 1,4099 kcal/mole (∆H V )CH 4 Liq à − 162°c = 1,955 kcal / mole

(∆H CH 4 ) = ∫ (CpCH 4 )Gaz dT −(∆Η v )T = −1,4099 − 1,955 = −3,365


111

298
111

298

(∆ΗCH 4 ) = −3,365 kcal / mole ⇒


111

298

(H A ) = ( ∆H ° f )CH 4Gaz + (∆ΗCH 4 ) = −17,889 − 3,365 = −21,254 kcal / mole


(1) 111

298

H A = −21,254 Kcal / mole


1
Enthalpie standard du combustible.

b) Enthalpie standard de l’air à 323 °K

( 2)
1444444
0
(
24444443
0
) 44444
(
42444444
)
,68(∆H O 2 )298 + 25,05(∆H N 2 )298
H A = 6,68 ∆H f O 2 + 25,05 ∆H f N 2 + 61 3
323 323

∆H 298
323
∆H 0f = 0 enthalpie sensible

323 323

H
(2)
A = 6.68 ∫ (Cp )O 2 dT + 25.05 ∫ (Cp )N 2 dT
298 298
323 323 298

∫ (Cp )O 2 dT = ∫ (Cp )O 2 dT − ∫ (Cp )O 2 dT = 0,177 Kcal / mole


298 0 0
323 323 298

∫ (Cp )N 2 dT = ∫ (Cp )N 2 dT − ∫ (Cp )N 2 dT = 0,174 Kcal / mole


298 0 0
= 6,67 × 0,177 + 25,05 × 0,174 = 5,541 Kcal / mole H A = 5,541 Kcal / mole
( 2) (2)
H A

c) Enthalpie HA du mélange carburé :

HA = HA(1) + HA(2) = -21,254 +5,541 = - 15,713 Kcal/mole

d) Enthalpie standard des produits de combustion (Tb).

H
{B
( 123
)
= ∆H 0f gaz brulés + (∆H )Tr
Tb

Enthalpies standard
144244 3 Enthalpie sensible
des produits Enthalpie de formation

(∆H ) 0
f Gaz brulés (
= ∆H 0f )
Co2
(
+ 2. ∆H 0f )
H 2o
(
+ 4,67. ∆H 0f )
O2
(
+ 25,05. ∆H 0f )
N2

(∆H )Gaz brulés = −94,0518 + 2(− 57,979) = −209,6476 Kcal


Tb
(∆H ) Tb
Tr = ∑ ni ∫ (Cp ) .dT
Tr i
Egalité des enthalpies HA = HB :

H A = H B = ∆Η 0f ( )
Gaz Brulés
+ (∆H )Tr ⇒ (∆H )Tr = H A − ∆Η 0f
TB Tb
( )Gaz Brulés

⇔ (∆H ) = −15,713 + 209,748 = 193,935 kcal / mole


Tb
Tr

( ∆Η)Tr =193,935kcal/ mole


Tb

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 104


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Par interpolation successive on détermine la température de combustion Tb : Tb = 1075 °K

Vérification :
1075 1075 298
(∆Η )Co 2
= ∫ (Cp )CO 2
dT = ∫ (Cp )CO 2
dT − ∫ (Cp ) CO2 dT = 8,978 kcal / mole
298 0 0
1075 1075 298
(∆Η )H o = ∫ (Cp ) H O dT = ∫ (Cp )H O dT − ∫ (Cp )H O dT
2 2 2 2
= 6,975 kcal / mole
298 0 0
1075 1075 298
(∆Η )O 2
= ∫ (Cp )O 2
dT = ∫ (Cp )O 2
dT − ∫ (Cp) dT = 6,060 kcal / mole
298 0 0 O2
1075 1075 298
(∆Η ) N 2
= ∫ (Cp ) N2 dT = ∫ (Cp ) N2 dT − ∫ (Cp ) N2 dT = 5,726 kcal / mole
298 0 0

(∆H )1075
298 = 8,978 + 2 × 6,975 + 4,67 + 6,060 + 25,05 × 5,726 = 194,725 kcal

( ∆H )298
1075
= 194,725 kcal / mole

VIII.3.10 : Enthalpie de formation à 0 °K


H
2
1 → 2 : Décomposition (∆Hf)298
2 → 3 : Refroidissement des éléments formés.
3 3 → 4 : Formation à 0 °k. (∆Hf)0 °k
4 → 1 : Echauffement de 0 à Tr °k.

T
1

4
a : Chaleur de formation du méthane CH4 à 0 °K

Cgraphite + 2H2 → CH4

1 → 2 : Décomposition du CH4gaz en ses éléments à Tr = 298,16 °k par fourniture de – (∆H)CH4


Tr Tr
2 → 3 : Refroidissement de Tr à 0 °k des éléments formés : − ∫ (Cp )C solide dT − 2 ∫ (Cp )H 2
dT
0 0
3 → 4 : Formation de CH4 à 0 °k : (∆Hf0)CH4 à 0°k.
Tr
4 → 1 : Echauffement de CH4 de 0 °k à Tr : ∫ (Cp )CH 4 dT
0
Tr Tr

(
∆Η 1−3 = − ∆H 0f CH 4 −
14243
) Tr
∫ (Cp )
dT − 2 ∫ (Cp ) H 2 dT
C
0 0
Décomposit ion du 1444424 4443
CH4 à Tr = 298 ° k Refroidiss ement de Tr = 298 à 0 ° k
des éléments formés

∆Η 3−1 ( )
= ∆H 0
142
4 43
0° k

4
+ (Cp )CH 4 dT
f CH 4 ∫
0
Tr
∆H3-1 = – ∆H1-3 ça donne :
1 42
4 43 4
Formation du Echauffeement du CH4
de 0 ° k à Tr = 298 à 0 ° k
CH4 à Tr = 0 ° k

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 105


Chapitre VIII : Thermo combustion.

Tr = 298
(∆H ) ( )
Tr Tr

∫ (Cp ) + ∫ (Cp )C dT + 2 ∫ (Cp )H 2 dT


0 0K 0 Tr
f CH 4 + CH 4 dT = ∆H f CH 4
0 0 0

(∆H ) ( )
298 ,16 298 ,16 298 ,16

∫ (Cp )CH 4 dT − ∫ (Cp )C dT − 2 ∫ (Cp )H 2 dT


0 298.16 0° K
f CH 4 − ∆H 0f CH 4
=
0 0 0

Les tables thermodynamiques (tables 2) donnent les enthalpies sensibles.

∫ (C )dT (Kcal / mole)


298 ,16
∆Η s = p
0

∫ (C ) ∫ (C ) ∫ (C )
298 ,16 298 ,16 298 ,16

p CH 4 dT − p C dT − 2 p H2 dT = 2,397 − 0,2516 − 2(2,0238) = −1,9022 Kcal / mole


0 0 0

(∆H ) 0 298.16
f CH 4 = −17,889 Kcal / mole ⇒ ∆H 0f ( )0° K
CH 4
(
= ∆H 0f )298.16
CH 4
− ∆Η 0s

= – 17,889 + 1,902 = – 15,987 ⇒ ∆H 0f ( ) 0° k


CH 4
= −15,987 Kcal / mole

Généralisation

= 298°k
(∆H )i = (∆H )Tr − ∆Η °s = ( ∆H ) − ∫ (Cp )i dT + ∑ n ∫ (Cp )r dT
0° k Tr Tr Tr
0 0 0
f f f
i i r 0 0

(∆H )i = (∆H )i − Hi + ∑ nr H r
0
f
0° k 0
f
Tr

Avec nr : Nombre de moles d’espèce r de la composition de référence nécessaire pour former la


mole i.
Hi, Hr : Enthalpies d’échauffement de 0° à Tr de la mole i et de ses éléments constitutifs.

Application :

b - Chaleur de formation de C02 à 0 °K . Cs + O2 → C02

(∆H ) ( )
298 ,16 298 ,16 298 ,16

∫ (Cp )CO 2 dT + ∫ (Cp )C dT + ∫ (Cp )O 2 dT


0 0° K 298.16
f CO 2 = ∆H 0f CO 2 −
14243
− 94 , 05160 104
4244
3 10 4243 1042
4 43
4
2 , 23811 0 , 25160 2 , 06978

(∆Η ) 0
f
0° k
CO 2
= −93,96853 Kcal / mole

c : Chaleur de formation de H20 à 0 °K. H2 + ½ O2 → H2o (gaz)

298 ,16 298 ,16 298 ,16

( ∆Η 0f ) 0° k
H 2O
(
= ∆Η 0f H 2O −
142
4 43 4
) 298 ,16° k
∫ (Cp )H 2O dT + ∫ (Cp )H 2 dT + 1 2 ∫ (Cp )O 2 dT
− 57 , 7879 1044244
3 104
4244
3 0
144 2443
2 , 3651 2 , 02381 1 ( 2 , 06978 )
2

(∆Η ) 0
f
0° k
H 2O
= −57,094 Kcal / mole

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 106


Chapitre VIII : Thermo combustion.

d : Enthalpie de combustion du méthane à 0 °K. CH4 + O2 → CO2 + 2H2O

(∆HR°) à 0 °K.

∆Η R ° = ∑ ∆Ηf ° produits − ∑ ∆Ηf ° réactifs

( )
∆Η R ° = ∆Hf °
0° k

CO 2
( )
+ 2 ∆Hf °
0° k

H 2 O ( gaz )
( )
− ∆Hf °
0° k

CH 4

∆Η R ° = −93,96853 − 2(57,094 ) + 15,987 = −192,190

°
∆Η R = −192,190 Kcal / mole

IX.3.11. Grandeurs thermodynamiques rapportées à 0 °K

On amène le mélange carburé à 0 °K, Il faut calculer donc (∆H°décomposition) à 0°k ainsi que
(∆H°f)gaz brulés.

A B

HA HA
C TA(Tr) TB(Tb) T

∆HR decomp
Tb
°k
R 0 °k ∆H = ∑ni∫Cpi dT
0
∆HfGaz brulés (∆HR)°k
D

a : L’enthalpie globale du CH4liquid à partir de 0 °K (HA(1)).

H
(1)
A
( )
= ∆H 0
f
0° k

CH 4 gaz
+ Hs Avec ( )
∆H 0
f
0° k

CH 4
= −15,987 Kcal / mole (vue précédemment)

111 298 111


Hs = ∫ (Cp )CH 4 gaz dT − (∆H V )T
0
= ∫ (Cp )CH 4 gaz dT + ∫ (Cp )CH 4 gaz dT − (1∆Hr
0 298
23
)T
1 442443 1442443 1, 955
2 , 397 # −1, 410

Hs = 2,397 – 1,410 – 1,955 = -0,968 ⇒ Hs = – 0,968 kcal/mole

⇒ HA(1) = (-15,987 – 0,968) = –16,955 kcal/mole ⇔ HA(1) = –16,955 kcal/mole

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 107


Chapitre VIII : Thermo combustion.

b : Enthalpie globale de l’air à 323 °K

64704 8 64704 8
(
0 0° k
) 0 0° k 323° k
( ) 323° k
H A = 6,68 ∆H f O + 25,05 ∆H f N + 6,68( ∆H ) 0° K O2 + 25,05( ∆H ) 0° K N 2
( 2)
2
144444 24444432 2
Enthalpie de formation

des éléments = 0° K

O = ∫ (Cp)O dT = ∫ (Cp)O dT + ∫ (Cp)O dT


323° k 323 298 323
( ∆H )0K 2 0 2 10
42
4 43 2 4 298
14424 243
0,177 2,075

N = ∫ (Cp ) N dT = ∫ (Cp )N dT + ∫ (Cp ) N dT


323° k 323 298 323
( ∆H )0° K 2 0 2 10
4424 243 298
14 424 24
3
0,174 2,072
H A = 6,68(0,177 + 2,075) + 25,05(0,174 + 2,072 ) = 71,30566
( 2)

= 71,30566 Kcal / mole.comb


(2)
H A

c : Enthalpie du mélange carburé.

HA = HA(1) + HA(2) = 71,30566 – 16,955 = 54,35066 kcal/mole ⇒ HA = 54,35066 kcal/mole

d : Enthalpie globale des gaz brûlés.

H
B
= ∑νi ∆Hf °  +  ∆H o  = ∆Hf °
 i 
 Tb 
°k  ( )Gbrulés
0°k
+ ( ∆H )Gbrulés
Tb
O° K

(∆Hf ° )
0°k
Gbrulés
= ∆Hf ° ( 0°k
CO 2 )
+ 2 ∆Hf ° ( )0H°k2O = −93,96853 − 2(− 57,1043)
(∆Hf ° )
0°k
Gbrulés
= −208,17713 Kcal / mole

Or H A = H B ⇒ H A = ∆Hf ° ( ) 0° k

Gbrulés
+ ( ∆H )0° k ⇒
Tb

( ∆H )0°k = −
Tb
( )
∆Hf °
0° k

Gbrulés
+ H A = 208,17713 + 54,350066 = 262,52779

( ∆H )
Tb
. = 262,52779 kcal / mole.comb
0° k gaz .brulés

Cours de thermodynamique (par Dr HENNI MANSOUR Z) Page 108

Vous aimerez peut-être aussi