Vous êtes sur la page 1sur 19
Météo Ligue 1 (5 e journée) Santé Diplomatie 18° à Alger 32° à In Salah
Météo
Ligue 1 (5 e journée)
Santé
Diplomatie
18° à Alger
32° à In Salah
Grippe (saisonnière)
JSK-ASO
PÉTROLE
Principaux
Le Brent
à 82,25 dol
lars
faits
Choc
au sommet
le baril
MONNAIE
L'euro
à 1,395 dol
lar
La 5 ème journée de la Ligue1 aura lieu demain avec des plats assez
équilibrés. C'est ainsi que l'ASO, qui a fait sensation en ce début de
saison avec trois victoires consécutives dont un 5 à 0 infligé au MCEE,
se déplacera à Tizi-Ouzou pour y affronter la JSK.
PP. 17-18
P. 24
17 Doul Qîda 1431 - Lundi 25 Octobre 2010 - N° 14033 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
Le Président
Bouteflika
reçoit
les lettres
de créance
de 4 nouveaux
ambassadeurs
P.
5
65 e anniversaire de l’ONU
L
a journée
des Nations unies
célébrée hier à Alger
LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE
Poursuite de l’examen de la Déclaration
de politique générale du gouvernement
M. Medelci :
“Une occasion
de réaffirmer les
valeurs universelles
de tolérance,
de respect mutuel
et de dignité
humaine”
Débats
ministre
des
regrette
les AE
non-stop
Le "graves
entraves"
processus
de au décolonisation occidental du
Sahara
P.
6
PP. 3-4
Utilisation des TIC
à des fins illicites
Sûreté nationale
Modernisation
et professionnalisme
Le directeur général de la sûreté nationale, le général major, Abdelghani
Hamel, a présidé hier à l’Ecole supérieure de police, Châteauneuf, une réunion
de travail avec l’ensemble des chefs de sûreté de wilaya, suite à leur mouvement
décidé par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. L’ordre du
jour concerne le rôle que doit jouer le chef de sûreté de wilaya dans le cadre des
missions qui lui sont dévolues, les objectifs à atteindre en matière de protection
des personnes et des biens, de prévention et de lutte contre toutes les formes de
criminalité.
L'UIT adopte
un projet
de résolution
présenté
par l'Algérie
P.
6
PP. 8-9
Ph. : T. Rouabah
APN
Football
Ph. : Nacéra I.
PP. 8-9 Ph. : T. Rouabah APN Football Ph. : Nacéra I. Quotidien national d’information —

2

2 EL MOUDJAHID Ce matin à 8 h 00 à Alger au Palais des nations Météo

EL MOUDJAHID

Ce matin à 8 h 00 à Alger au Palais des nations Météo 18° à
Ce matin à 8 h 00 à Alger
au Palais des nations
Météo
18° à Alger,
32° à In Salah
Ce matin, à 10 h
Baisse sensible des températures
Conférence du DG
de l’Agence algérienne
de promotion
du commerce extérieur
Ouverture des travaux
du forum sur
la pensée arabe
Sur le nord du pays, le temps sera, passagèrement, nua-
geux avec, localement, de la pluie. Les vents seront, généra-
lement, faibles à modérés et la mer sera peu agitée.
Au Sud, le ciel sera, partiellement, nuageux avec, locale-
ment, des averses orageuses sur le nord Sahara (Ghardaïa,
Ouargla, El Oued, etc.). Les vents seront, en général, faibles
à modérés, localement, assez forts (rafales sous orages) sur
le Sahara central.
Pour les prochains jours, Météo Algérie annonce un
temps nuageux, et, relativement, froid avec des pluies loca-
lement assez intenses (orageuses), notamment sur les
régions du littoral est et centre. L’on s’attend à une amélio-
ration du temps par l'Ouest pendant la journée de demain
s'étendant aux régions du Centre et de l'Est à partir
d’après-demain. Les températures varieront de 14°c à 18°c
Le centre de presse d’El Moudjahid reçoit dans le cadre d’une confé-
rence-débat, ce matin à 10 h, M. Mohamed Benini, directeur général de
l’Agence algérienne de promotion du commerce extérieur qui exposera la
stratégie nationale de l’export, enrichie par les perspectives quinquennales.
L'Algérie abritera à partir d’aujourd’hui les réunions du
forum sur la pensée arabe sous le thème "l'éducation et la
citoyenneté" à l'initiative du Président de la République, M.
Abdelaziz Bouteflika, a indiqué hier un communiqué du
ministère des Affaires étrangères. Le forum sur la pensée
arabe dont les travaux dureront quatre jours est une instance
arabe non gouvernementale fondée en 1981 à l'initiative
d'éminentes personnalités arabes, à leur tête le Prince, Hassan
Bin Talal, président du forum depuis plus d'un quart de siècle.
Demain à 10 h
Journée nationale
du Don du sang
Ce matin, à 8 h 30,
à l’hôtel El-Aurassi
sur les régions du littoral et de 06°c à 12°c sur les régions de
l'intérieur avec, cependant, une tendance à la hausse à par-
tir de mercredi. Les vents seront modérés localement à assez
forts (rafales), notamment sur les littoral est et centre.
Au Sud, le temps sera partiellement voilé avec de la pluie
sur le nord Sahara et la région des Oasis.
Les températures maximales varieront de 15°c à 25°c
sur nord Sahara. Les vents seront en général modérés à
assez forts.
Aujourd’hui, le mercure affichera 18° à Alger, à Bejaia
et à Constantine, 21° à Annaba , à Tlemcen, et à Oran, 16°
Une rencontre-débat regroupera le directeur de
l’Agence nationale du sang, le professeur Kezzal
Kamel, et les représentants de la Fédération des donneurs de sang, demain
à 10 h au centre de presse d’El Moudjahid. Cette rencontre entre dans le
cadre de la commémoration de la journée nationale de Don de sang.
Séminaire sur
les réformes de
la sécurité sociale
Mercredi 27 octobre à 10 h
à Batna et à Chlef, 14° à Bordj Bou-Arréridj, 12° à Sétif,
25° à Ghardaïa, 31° à Adrar et 32° à In Salah.
Conférence-débat
de M. Tessa, DG du FSIE
Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité socia-
le, M. Tayeb Louh, présidera ce matin à 8 h 30 à l’hôtel El-
Aurassi l’ouverture des travaux d’un séminaire portant sur les
réformes de la sécurité sociale. Cette rencontre est organisée
par les caisses nationales de sécurité sociale (Cnas- Casnos-
Cnr- Cnac- Cacobatph) en collaboration avec l’Association
internationale de la sécurité sociale (AISS).
Le 31 octobre à 9 h au Centre des
archives nationales (Birkhadem)
Le 28 octobre,
à Ouargla
Conférence du parti
du FLN sur la contribution
étrangère à notre lutte
de Libération nationale
Une conférence-débat aura lieu, le mercredi 27
octobre à 10 h, au centre de presse d’El Moudjahid, elle
verra l’intervention du directeur général du fonds de sou-
tien à l’investissement pour l’emploi, M. Mohamed Tessa.
Cette intervention portera sur “le rôle du Fonds d’investissement pour
l’emploi dans la transformation de l’épargne en investissements productifs
dans les PME”.
Conférence-débat
animée par
M. Ali Boukrami
Ce soir, à 20 h 45,
sur Canal Algérie
Dans le cadre de la célébration du 1 er Novembre 1954, le secré-
tariat aux relations extérieures et à l’émigration du parti du FLN,
organise une conférence sur le thème de la contribution étrangère
à notre lutte de Libération nationale : “ les Pays-Bas en tant
qu’exemple.” La conférence aura lieu le 31 octobre à partir de 9 h
au Centre des archives nationales, Birkhadem.
Mourad Medelci,
invité de l’émission
« Questions d’actu »
Contribution des savants arabes
au progrès des mathématiques
M. Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères, sera l’invité de
l’émission intitulée « Questions d’actu » qui sera diffusé par la télévision
algérienne « Canal Algérie », ce soir à partir de 20 h 45.
M. Ali Boukrami, secrétaire d’Etat chargé de la
Statistique, dans le cadre de sa visite à la direction régionale
sud de l’Office national des statistiques, animera, en présence
du wali de Ouargla, et, du directeur général de l’Office natio-
nal des statistiques, une conférence-débat sur le thème « Pour
un système statistique au service d’une politique économique
efficace » qui se tiendra dans la wilaya de Ouargla, le jeudi 28
octobre à 9 h 30. Cette visite a pour objet la mise en œuvre de
l’implantation régionale de l’ONS et la sensibilisation de l’en-
semble des acteurs concernés directement ou indirectement
par le recensement économique.
Le Pr Roshdi Rashed (CNRS,
France), anime deux
conférences sur ce thème
Le 27 octobre, à 10 h 30, au centre cultu-
rel Aïssa Messaoudi de la Radio nationale
Cet après-midi, à 14 h, au palais
de la culture Moufdi-Zakaria
Dans le cadre de ses activités culturelles et scientifiques,
l’Académie algérienne de la langue arabe organisera, en collabo-
ration avec le ministère de la Culture et l’USTHB de Bab-Ezzouar,
deux conférences sur le thème : « La contribution des savants
arabes au progrès des sciences mathématiques », animées par le Pr
Roshdi Rashed, directeur de recherche au CNRS et ancien direc-
teur du centre d’histoire des sciences de Paris. Réservée aux
enseignants, chercheurs et étudiants, la première conférence est
prévue mercredi à 10 h, à la faculté des sciences mathématiques de
l’USTHB, tandis que la deuxième qui est destinée au public, aura
lieu le lendemain, à la même heure, au palais de la culture Moufdi
Zakaria de Kouba.
Forum de la mémoire
consacré à « l’information
et la Révolution »,
Hommage à M’hamed Yazid
Hommage à Abderrahmane
Ben Hmida
Ce soir, à 19 h, au TNA Mahieddine-Bachtarzi
Dans le cadre de la commémoration du 56 e anniversai-
re du déclenchement de la glorieuse Révolution de
Novembre, et le 48 e anniversaire du recouvrement de la
souveraineté de la Radio et de la Télévision, l’association
Machaâl Chahid organisera en collaboration avec la Radio
nationale le deuxième numéro du forum de la mémoire sur
le thème « l’information et la Révolution. Hommage au
regretté M’hamed Yazid, ministre de l’Information au
GPRA ». La rencontre aura lieu le 27 octobre à 10 h 30 au
centre culturel Aïssa Messaoudi de la Radio nationale.
Le Conseil supérieur islamique, la
direction générale des Archives natio-
nales, la fondation Moufdi Zakaria et
l’association historique et culturelle 11
Décembre 1960 organiseront cet après-
midi à 14 h au palais de la culture
Moufdi-Zakaria une cérémonie d’évoca-
tion du parcours et de l’action militante
du regretté Abderrahmane Ben Hmida,
ancien condamné à mort par la justice
coloniale, ministre de l’Education natio-
nale du premier gouvernement de l’Algérie indépendante et
président par intérim de la fondation Moufdi Zakaria.
Festival international
du Théâtre
La clôture de la 2 e édition du festival international de Théâtre
aura lieu ce soir à 19 h au théâtre national algérien, Mahieddine
Bachtarzi.
Cet après-midi, à 13 h, à l’hôtel Safir
Ahlem Mostaghanemi
va ester l'Université
américaine du Caire
en justice
Rencontre sur « le système
colonial en Algérie »
Mobilis
accompagne
nos pèlerins
aux
Lieux saints
de l’Islam
La romancière algérienne
Ahlem Mostaghanemi a affir-
mé qu'elle va ester, devant la
Le Front national algérien, FNA, organisera cet après-midi à
13 h à l’hôtel Safir une rencontre scientifique sur le thème « le sys-
tème colonial en Algérie, les dimension, l’impact, les revendica-
tions ».
justice
ment
libanaise, le départe-
des publications de
l'Université américaine au
A l’occasion de la saison Hadj 2010, ATM Mobilis,
premier opérateur de téléphonie mobile en Algérie, lance
une opération de communication de proximité spéciale
Hadj.
Ainsi, Mobilis offre la possibilité de nos pèlerins de
joindre ou de rester joignables par leurs familles et proches
en Algérie avec des tarifs défiant toute concurrence.
Les tarifs applicables pour nos offres prépayées en TTC
sont comme suit :
Caire pour se faire restituer ses
droits d'auteur sur les œuvres
Le 28 octobre, à Blida
"Fawda
el-hawas" (le chaos
des sens) et "Dhakirat el djas-
Journée d’étude sur les
procédures de jugement
et d’exécution
sad" (la
mémoire de la chair).
Emission :
C’est sous le haut patronage du ministre de la Justice, garde
des Sceaux, que se tiendra le 28 octobre à partir de 8 h 45 à l’hô-
tel militaire de Blida une journée d’étude sur les procédures de
jugement et d’exécution, conformément à la loi des procédures
civiles et administratives.
Appel : 90 DA / mn
SMS : 30 DA
"Il faut mettre un terme à la
politique de mépris", a déclaré
la romancière au journal égyp-
tien "Akhbar el-adab" (infos
littéraires) dans son édition de
dimanche.
Ahlem Mostaghanemi et
l'Université américaine du
Caire sont liées depuis 1998 par un accord après que cette dernière eu
Réception :
décerné
à la romancière le prix Najib Mahfoud. En vertu de cet accord,
Appel : 50 DA / mn
SMS : Gratuit
Pour la meilleure prise en charge de nos pèlerins, des
points de présence ont été installés aux niveaux des aéro-
gares de départ des aéroports d’Alger, Oran, Constantine et
Ouargla.
Mobilis précise que les SIM prépayées et les cartes de
recharge sont disponibles également sur place.
Les comptes des lignes prépayées restent rechargeables
à partir de l’Algérie via le rechargement électronique
“Arsselli”.
l'Université amricaine a obtenu les droits de publication de la
version
anglaise
des deux œuvres en question.
Demain, à 14 h 30, au centre culturel Aïssa Messaoudi
Le
magazine
"Forbes"
avait
classé
les
oeuvres
d'Ahem
Mostaghanemi parmi les plus vendues avec plus de 3 millions
d'exem-
Rencontre avec le
moudjahed Ahmed Menaï
Le centre culturel Aïssa Messaoudi sis à Hussein-Dey abritera
demain à 14 h 30 une rencontre avec le moudjahed Ahmed Menaï
qui présentera un témoignage sur ce qu’il a vécu durant la glo-
rieuse Révolution de Novembre 1954.
plaires.
"J'insiste depuis des années pour obtenir, à l'amiable, mes droits
auprès de l'Univeristé américaine. Je ne cese également de protester contre
la médiocrité de l'impression et de la publication", a-t-elle déploré.
Elle accuse cette université d'avoir fait "main basse" sur ses
oeuvres
soulignant avoir rejeté une offre de l'université de Yale pour la traduction
de son ouvrage "Aber sarir" (le passager, après cette fâcheuse expérien-
ce.
Lundi 25 Octobre 2010
APN
APN

Nation

3

EL MOUDJAHID

Poursuite de l’examen de la Déclaration de politique générale du gouvernement

Débats NON-STOP

L’Assemblée populaire natio- nale (APN) a poursuivi hier matin ses travaux lors d’une séance plé- nière présidée par Abdelaziz Ziari, président, consacrée à l’examen et débat général du rap- port de la déclaration de politique générale du gouvernement, por- tant sur le bilan d’exécution du plan d’action et la projection du prochain quinquennal, en présen- ce du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et des membres du gou- vernement. Au deuxième jour du débat général et de l’examen du bilan du gouvernement des 18 mois écoulés et de la projection des grandes orientations du program- me quinquennal 2010-2014, à la cinquantaine des interventions enregistrées jeudi lors des deux séances plénières dont celle de la soirée, s’ajoute la liste des inter- venants d’hier qui avoisine la centaine. En termes de temps par- lés, il faut multiplier 193 inter- ventions par 7 minutes chacune, ce qui donne environ 23 heures au total du débat général sans comp- ter bien entendu les 2 heures d’in- terventions (7x15 minutes) des présidents des 7 groupes parle- mentaires. Aussi, les fonctionnaires délé- gués à raisons de deux par dépar- tement ministériel, que nous avons interrogés dans les cou- lisses ne chôment pas en les voyant prendre note des débats, chacun en fonction des questions posées à son secteur. Hier aux environs de 17 Heures, alors qu’on entame la 124 e intervention, les cadres des ministères de la santé et des tra- vaux publics parlent de 13 préoc- cupations enregistrées, ceux de l’intérieur et des collectivités locales d’une quinzaine de ques- tions chacun alors que ceux du premier ministre avancent d’autres chiffres plus élevés. « Est-ce que les ministres vont répondre directement» ? « Non », nous précise un des cadres des services du 1 er ministre. « Chaque ministère apportera les réponses de son secteur et des équipes tra- vaillent déjà en coordination pour les réponses finales qu’apportera plus tard, M Ouyahia ». A 9h 30 sonnantes, l’Assemblée a repris ses travaux et c’est un député du FLN qui plaide en faveur de l’éducation nationale, l’enseignement supé- rieur et la recherche scientifique et l’agriculture dans son volet de développement rural ouvrant ainsi le débat de ce dimanche. Un autre intervenant du FNA s’inter- roge sur les maux qui rongent la société et le nivellement de l’échelle des valeurs appelant à l’encouragement des compé- tences et la promotion des élites nationales, avançant le système de sanction et du mérite pour rétablir la morale et la culture du respect de l’intérêt public. Un autre député du RND suggère plus d’efforts aux gestionnaires de l’administration en vue d’aller davantage dans le sens de la dynamique que vit le pays dans de multiples domaines. Et pour ce faire, il appelle le gouvernement à pousser le rythme des réformes pour être au diapason des ambi- tions nationales. La lutte contre les fléaux sociaux, la corruption, les détour- nements de deniers publics, des pratiques devenues courantes, un chapitre introduit par pratique-

ment l’ensemble des intervenants devra permettre au gouvernement d’aller en avant dans l’application de la directive du président de la République à travers une stratégie et des solutions efficaces à même de faire face à ce genre de crimes et de délits qui prennent de l’am- pleur et menacent la société et la sécurité des citoyens, maintenant que les cadres juridiques et légis- latifs sont disponibles et effectifs. Ils ont également attiré l'atten- tion du gouvernement sur la nécessité d’enseigner la morale et les valeurs d’intégrité morale à

Ph. T. Rouabah
Ph. T. Rouabah
et les valeurs d’intégrité morale à Ph. T. Rouabah l’école pour inculquer le sens moral dès
et les valeurs d’intégrité morale à Ph. T. Rouabah l’école pour inculquer le sens moral dès

l’école pour inculquer le sens moral dès le jeune âge. La lutte contre le terrorisme est une position que partagent beaucoup de députés soutenant la nécessité d’éradiquer le phéno- mène étranger à notre société qui est un fait transnational qui inter- pelle la planète dans son ensemble. Un autre député du RND de Djelfa, salue les efforts consentis par l’Etat à la faveur de l’amélio- ration des conditions de vie et du cadre de travail du peuple algé- rien, en faisant le parallèle entre hier et aujourd’hui, parlant de la décennie passée, tout en soute- nant que les résultats des pro- grammes de certains secteurs n’arrivent pas à certaines localités régionales, citant le niveau du cadre public, des PCD et autres plans de développement destinés aux communes éloignées.

Accompagner les mutations économiques et consolider les équilibres macro économiques et financiers

Au plan économique, des députés de diverses formations politiques apprécient les engage- ments en affirmant leur satisfac- tion devant la volonté affichée mais, soucieux des impacts de la crise économique et financière internationale, s’interrogent sur la projection dans le devenir du pays, considérant la fragilité et la dépendance de notre développe- ment aux revenus des hydrocar- bures et donc des dépenses publiques engagées, considérant

par ailleurs qu’il est préjudiciable au pays de continuer à financer le développement économique de façon durable et continue à partir de la fiscalité pétrolière à raison de 97% et seulement 3% des revenus hors hydrocarbures. C’est dans ce sens que la député FLN, Farida Ilimi, a plaidé en faveur de plus d’efforts pour accompagner les mutations éco- nomiques pour consolider les équilibres macroéconomiques et financiers afin de contrebalancer les impacts de la crise mondiale. Les préoccupations soulevant les efforts engagés dans les infra- structures de base, route de wilayas, rails, et autres projets autoroutiers, ont permis à des députés d’interpeller le gouverne- ment sur la nécessité d’œuvrer de façon à ne pas encombrer la cir- culation en créant l’étouffement et gênant la circulation, citant les travaux des tramways, des auto- routes et autres bretelles du métro. La modernisation des ports, des aéroports, l’extension des infrastructures de base qui sont autant de projets en récep- tion, en cours ou en étude, mon- trent que l’Algérie est un grand chantier en construction de son avenir serein, comme l’a estimé un député de Skikda avant de plaider en faveur des préoccupa- tions de sa wilaya. L’éducation nationale, la recherche scientifique, la solida- rité nationale, la santé, la justice, les droits politiques et autres améliorations du cadre de travail sont un chapitre où des députés femmes ont intervenu pour demander plus d’actions et d’ef- forts afin de mieux les prendre en charge, se basant sur leur impor- tance dans la modernisation et l’ancrage dans les mentalités des fondements de l’Etat de droit, de la promotion du rôle politique des

de l’Etat de droit, de la promotion du rôle politique des femmes dans la prise de
de l’Etat de droit, de la promotion du rôle politique des femmes dans la prise de

femmes dans la prise de décisions et du respect des lois de la République comme indiqué dans les derniers amendements relatifs à la femme apportés à la constitu- tion. Idem pour la justice et la for- mation des magistrats et l’établis- sement des statuts des auxiliaires de la justice. L’enseignement de l’histoire, le ressourcement dans les valeurs et principes de la Révolution, le respect des symboles de l’Etat ou encore le rôle des médias, leurs professionnalisme et objectivité devant l’information sont des élé- ments que le député Abdelhamid Boualik a évoqués en tant que facteurs de contribution à la construction et à l’édification de la société en harmonie avec les principes de notre temps mainte- nant que le pays a retrouvé la sta- bilité et son économie sort pro- gressivement des turbulences grâce à la sagesse de la stratégie adoptée depuis plus d’une décen- nie. Le député RND de Bejaia, Omar Alilet, soutient de son côté que les mutations économiques ont nécessité des améliorations pour éviter les déséquilibres macro financiers en vue de rédui- re et de mettre l’économie natio- nale à l’abri des turbulences financières internationales. Il considère importantes les déci- sions prises pour le renforcement de la croissance économique, ce qui soutiendra-t-il encore partici- pe au même principe de soutenir un développement durable et stable au long terme de notre pays à l’économie émergente. L’Algérie qui a besoin d’organi- ser sa transition vers une écono- mie de marché forte et efficiente, est appelée à agir avec prudence et rationalité dans ses ressources,

notamment financières avec un meilleur contrôle et un encadre- ment des flux d’importations. Elle devra également promouvoir la création de postes de travail par des investissements productifs, le développement agricole, le ren- forcement de l’outil de produc- tion industrielle, l’élargissement du tissu des PME au profit de répondre aux prestations et besoins de ses populations. Quant à la réussite du troisième quin- quennat, le député de Bejaia sou- tient que le prix de la relance éco- nomique se cristallise dans le développement humain et spatial de nos territoires qui nous per- mettent d’avoir une opération de production générant des res- sources pour préserver l’avenir des générations et réduire la dépendance extérieure. Sur le plan local, le député s’élève contre le comportement négatif de certains cercles qui agissent en eaux troubles au sein de la socié- té en entretenant le désespoir au moment où ils ont perdu tout cré- dit pour se repositionner alors que les citoyens réapproprient le pro- grès et le bien être. La wilaya de Bejaia s’invite au débat à travers les préoccupations que rencon- trent les citoyens d’Akbou avec le complexe Alcovel et sa moderni- sation dans le cadre du redéploie- ment des investissements indus- triels publics, l’indemnisation des expropriés des communes de Tamokra et Bouhamza pour les besoins du barrage de Tichihaf. Les travaux se sont poursuivis lors d’une troisième séance plé- nière tenue en soirée pour se poursuivre ce matin. Houria Akram

4

Nation

EL MOUDJAHID

Poursuite d e l ’exa men d e l a d écl a i rat
Poursuite d
Poursuite d
Poursuite d

Poursuite d

e l

e l

’exa

men d

e l

a

d

écl

a

i rat

i

rat

on d

e pol

e pol

i it

i

it

que généra

l

e d

u gouvernement

Poursuite d e l ’exa men d e l a d écl a i rat on

Un projet de société porteur de grandes ambitions

U n débat des plus intenses s´est instauré à

l´Assemblée Nationale autour de la Déclaration

de politique générale, présentée il y a quatre jours

par le Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia. Près de 200 députés se sont inscrits pour intervenir dans ce débat qui se poursuivra jusqu´à jeudi, jour où le Premier ministre devra répondre aux questions, aux observations et aux cri- tiques éventuelles des représentants du peuple d´un pro- gramme qui s´est étalé sur une dizaine d´années. La pre- mière impression qui ressort à la suite des premières inter- ventions c´est la satisfaction pour ce qui a été réalisé depuis le lancement de ce programme par le Président Abdelaziz Bouteflika, dans les conditions qui sont celles de 1999. Un pari des plus difficiles, des plus risqués, inter- venu lorsque les caisses du pays étaient vides, la situation sociale dégradée, l´économie en panne et la menace sécu- ritaire généralisée. ll fallait beaucoup de foi en l´Algérie, de convictions et de sens patriotique pour relever le défis, c´est pourquoi les députés ont tenu à saluer dès leurs premières interven- tions cet esprit de sacrifice et de volonté politique qui a animé le Président Bouteflika et la bonne mise en œuvre de sa politique. Les députés ont salué, particulièrement, et à juste raison le lancement avec succès du programme présidentiel comme l´a souligné Ahmed Ouyahia dans sa déclaration de politique générale et peu auparavant dans un document de 70 pages qui relate le bilan de son action de janvier 2009 à juin 2010, et qui énonce également la substance et les objectifs du programme quinquennal d'investissements publics pour la période 2010 à 2014. De la nette amélioration de la situation sécuritaire, dès le

début des années 2000, à la bonne situation financière du

pays qui a épongé sa dette externe à la fin de la décennie, de la bonne tenue de la croissance économique à l´équilibre social réalisé progressivement tout au long de cette période, est le constat global de tous les parlemen- taires. « Je m'attacherai ici à mettre en évidence l'importan- ce des acquis nationaux déjà concrétisés pour la réalisa- tion des objectifs nouveaux consignés dans le programme présidentiel et à expliciter les voies et les moyens par les- quels le gouvernement travaillera au renforcement d'une économie diversifiée, conformément aux directives du Président de la République », avait annoncé Ahmed Ouyahia aux députés. Or, faire le point de tout ce qui a été réalisé durant la décennie qui s´achève ne serait pas chose aisée, tant les réalisations dans tous les secteurs sont nom- breuses, remarquables au point d´avoir changé la physio- nomie du pays. Ce succès global peut être perçu avec net- teté à travers le taux record de succès au baccalauréat, en 2009. Plus de 61% des candidats au bac accèderont à une place à l´université ou dans une école supérieure, cela veut dire que l´Algérie aura plus de cadres à l´avenir et moins d´échecs en fin de parcours scolaire. Percée du succès, recul de l´échec, voilà le résultat d´un effort global soute- nu par l´Etat, sous la conduite du Président Bouteflika, pour encourager la qualité, non pas seulement dans le sec- teur de l´enseignement, à l´image de ce qui se fait depuis des années dans le reste des secteurs où les bilans sont des plus positifs d´année en année. Partant de ce constat évident, les députés ne se sont pas livrés aux critiques implacables qu´il avait portées, déjà en 1999, sur les mauvais choix politiques et les faibles rendements de la force de travail en Algérie, sur le

fonctionnement anachronique de la justice et le dysfonc- tionnement des autres institutions nationales qui deman- daient à être réformées. Le Président l´avait fait pour ce qui concerne l´école, la qualité de l´enseignant et de l´enseignement dispensé aux élèves. Il l´avait fait pour redynamiser l´économie du pays. A partir de 2010 l´Algérie s´est engagée dans un nou- vel effort de développement, sans précédent. Du bâtiment à l´outil informatique, à la garantie de l´emploi pour tous. Le plan de développement 2010-2014, plus que le précé- dent plan de soutien à la croissance, déjà très ambitieux, prévoit la création de 3 millions de postes d´emploi, toutes formations confondues, moyenne ou supérieure, tous sec- teurs confondus. Certains parlementaires ont déploré, à juste raison, que les entreprises étrangères qui ont arraché de grands projets d´infrastructures, n´aient pu trouver sur le marché algérien une main-d´œuvre qualifiée pour aller la recruter à l´étranger. De cette lacune, et de bien d´autres que les parlemen- taires ont relevées, le gouvernement Ouyahia en est par- faitement conscient L´année 2010 est celle qui verra la mise en fonction des projets et mégaprojets, dans le secteur des transports, ferroviaire ou de l´hydraulique. Les années qui viennent et ce jusqu´à l´horizon 2014, une impulsion encore plus grande sera donnée au développement des infrastructures de base et, par conséquent, à l´activité économique, socia- le et culturelle du pays où le chômage sera éradiqué ce qui apportera encore plus d´équilibre à la société algé- rienne.

B. H.

Une assise solide du développement économique

moderne. Conformément aux orientations du Président de la République, la politique nationale de l'habitat sera encore pour- suivie avec la même intensité grâce à la programmation de 2 mil-

lions de nouveaux logements dont 1,2 million seront livrés à la fin de l'année 2014, alors que 800.000 autres seront déjà en chantier à cette échéance. Les pouvoirs publics consacrent dans ce sillage près de 400.000 à la résorption de l'habitat précaire de sorte à résoudre ce problème sans pour autant entraver les droits des demandeurs de logements sociaux pour lesquels 500.000 uni- tés seront programmées durant les cinq prochaines années, comme l’aura indiqué le Premier ministre dans la Déclaration de politique générale. Ensuite, la santé en dépit des dysfonctionnements nombreux qui persistent, le bond en avant à l’actif du sec- teur, est indéniable eu égard aux réalisations qui font que durant la décennie « le nombre de lits d'hôpitaux par milliers d'habitants a presque doublé, que le nombre d'habitant par médecin spécialiste a été réduit de moitié, que le taux de mortalité infantile a reculé d'un tiers, et que l'espérance de vie a atteint aujourd'hui celle de cer- tains pays développés. Mais nul ne prétend nier aussi que la qualité des prestations a

encore des progrès à faire dans les infrastructures de santé publique, que l'effectif des médecins spécialistes demeure insuffisant et mal réparti sur le territoire, et que la dis- ponibilité du médicament est parfois aléatoire, avec de surcroît, une facture très lour- de au niveau des importations. » Le secteur fort de tous ses atouts met le cap sur la qualité dans le cadre du. 2010-2014. Enfin, la tendance se conforte par les résultas probants des réformes engagées dans le système de formation, d’enseignement et de recherche boosté davantage, lequel sera davantage boosté par les orientations du Président de la République et des mesures d’accompagnement décidées au profit de l’école, la formation profession- nelle, de l’université ainsi que de la recherche scientifique. S. Lamari

L’ étape franchie par l’Algérie dans la mise en œuvre de sa stratégie de reconstruction est révélatrice. Le développement a assurément atteint une situation de non retour. L’action tous azimuts, menée par l’Etat, est venue

à bout de tous les effets légués par la crise. L’application du programme du Président de la République aura permis de résorber grandement les déficits pour prendre en charge les projets participant à l’amélioration des conditions de vie de la population, à travers tout le territoire national. La relance du développement national s’opère à l’ombre d’une dynamique sans cesse impulsée par le Chef de l’Etat. Même les détracteurs du pays ne peu- vent nier les avancées réalisées dans tous les domaines. Le Premier ministre a ainsi évalué cette étape : « Les déficits ayant été forte- ment résorbés, l'œuvre de développement humain s'attellera désormais à promou- voir davantage la qualité du produit, la rationalité de la démarche et la rentabilité du résultat pour le développement économique du pays. » C’est donc sur beaucoup d’acquis que repose la poursuite du processus d’édifi- cation. Le bilan de la décennie est significatif de la réussite dans l’atteinte des objectifs prioritaires. D’abord, une manche importante de la bataille du logement a été remportée avec la réalisation de plus d'un million d'unités livrées durant les cinq dernières années et près de deux millions d'habitations réalisées au total durant la décennie, selon les données de M. Ahmed Ouyahia. L’environnement a, aussi, fondamentalement, changé quand on sait le nombre considérable de ménages et de familles qui ont accès aux commodités de la vie

A la lumière des interro- gations formulées et des questions soulevées par la majorité des
A la lumière des interro-
gations formulées et des
questions soulevées par la
majorité des élus de la nation
au gré de ce débat engagé
autour des thèmes de la poli-
tique générale du gouverne-
ment exposée par le Premier
ministre la semaine dernière,
un certain consensus se dégage
déjà pour relever une évidence,
celle d’un effort fourni, recon-
nu et sanctionné par des réali-
sations souvent imposantes en
dépit des faiblesses et insuffi-
sance constatées parfois dans
l’exécution de ce vaste program-
me d’investissement.
Effectivement, les interventions
des députés, aussi sévères soient-
elles, ne pouvaient occulter un
processus d’équipement du pays
et de modernisation d’un système de
fonctionnement lancé à la faveur
d’une option de l’investissement mas-
sif émanant d’une conviction d’un
artisan ayant fait de la devise “ une
Algérie forte et sereine ”, une motiva-
tion.
Et le commun des observateurs
perçoit cette mutation nationale pro-
voquée par l’œuvre de la reconstruc-
tion nationale où la préoccupation
consiste en l’instauration d’une infra-
structure de base moderne et l’amé-
lioration du cadre de vie du citoyen.
Aussi bien pour le premier volet que le
second, beaucoup a été fait et réalisé,
même s’il reste à parfaire et à valori-
ser surtout cet investissement par une
réelle implication des gestionnaires et
élus, notamment en prévision d’un
nouveau plan fraîchement mis en
œuvre et à la consistance assez singu-
lière. Un troisième acte sera accompli
pour le parachèvement de l’œuvre du
renouveau national en veillant au res-
pect des paramètres de la qualité, de
l’efficacité et de la rigueur. Des ins-
tructions dans ce sens ont été données
aux responsables locaux, particulière-
ment les nouveaux walis afin d’ac-
compagner cette dynamique et de
réussir au mieux la mission ou tout
simplement relever le défi. Des ins-
tructions qui s’assimilent au départ à
une forme de réponse aux questions
des élus de la nation se rapportant aux
retards, par exemple, enregistrés dans
la réalisation de projets et aux
carences signalées dans la construc-
tion des ouvrages.
Toujours est-il que les deux pou-
voirs exécutif et législatif partagent
l’approche de développement qui
repose sur l’équipement du pays à
l’effet de susciter l’investissement
productif, créateur d’emplois et géné-
rateur de richesses pour défendre son
esprit, dénoncer les obstacles de sa
mise en forme et militer pour la
concrétisation de ses perspectives aux
incidences diverses et multiples sur le
pays et les populations. Le débat
ouvert se conforme à une tradition et
enrichir également un concept démo-
cratique, de nature à éclairer davan-
tage une opinion publique, à évaluer
un parcours et à réitérer un engage-
ment quant à la matérialisation d’une
vision se voulant une Algérie puissan-
te par ses installations et florissante
par les performances de son écono-
mie. En clair, toute une convergence
autour d’un choix pour la paix, la sta-
bilité, la solidarité et la reconstruction
du pays.
A. Bellaha
Le consensus

Ph. Nesrine T.

Coopération

5

EL MOUDJAHID

Diplomatie
Diplomatie

Le Président Bouteflika reçoit les nouveaux ambassadeurs

du Yémen

Bouteflika reçoit les nouveaux ambassadeurs ● du Yémen L e Président de la République, M. Abdelaziz

L e

Président de la République, M.

Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier à

Alger le nouvel ambassadeur de la

République du Yémen, M. Djamel Awadh Nasr qui lui a remis ses lettres de créance l'accréditant en qualité d'ambassadeur plé- nipotentiaire de la République du Yémen auprès de la République algérienne. Dans une déclaration à la presse à l'is- sue de l'audience, l'ambassadeur yéménite

a indiqué avoir transmis au Président

Bouteflika les salutations du Président du Yémen Ali Abdallah Salah et sa vision sur

le développement des relations entre les

deux pays frères. Il a ajouté également avoir remis au Président de la République un message du

Président Ali Abdallah Salah dans lequel il lui a réitéré une invitation pour une visite

au Yémen.

…et de Norvège

invitation pour une visite au Yémen. ● …et de Norvège L Président de la République, M.

L Président de la République, M.

Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier

e

à

Alger le nouvel ambassadeur du

Royaume de Norvège, M. Arild Redvedt Oyen, qui lui a remis ses lettres de créan- ce, l'accréditant en qualité d'ambassadeur du Royaume de Norvège auprès de la République algérienne. Saluant les "bonnes" relations qu'entretiennent la Norvège et

l'Algérie, M. Arild Redvedt Oyen a indiqué, dans une déclaration à la pres-

se à l'issue de l'audience que lui a accordée le Président Bouteflika, avoir discuté avec le Chef de l'Etat des moyens de développer les relations bilatérales, notamment dans le domai- ne de l'économie et du renforcement de la coopération dans le domaine de l'énergie.

Le Président Bouteflika reçoit 4 ambassadeurs au terme de leur mission en Algérie

l’ambassadeur du Qatar…

L Président de la République, M.

Abdelaziz

e

du Qatar… L Président de la République, M. Abdelaziz e différents domaines". La rencontre a permis,

différents domaines". La rencontre a permis, ajoute l'ambassadeur qata- ri, de prendre connaissance de la vision du Président Bouteflika en faveur de l'élargissement des rela- tions de coopération au

mieux des intérêts com- muns". Il a par ailleurs, affirmé avoir été chargé par le Président Bouteflika de transmettre ses saluta- tions à l'Emir du Qatar, Cheikh Hamad Ben Khalifa Al-thani.

Bouteflika, a reçu hier l'ambassadeur de l'Etat du Qatar à Alger, M. Ali Moubarak Mohamed Noaimi qui lui a rendu une visite d'adieu au terme de sa mission en Algérie. Dans une déclaration

à l'issue de l'audience, M.

Ali Moubarak Mohamed Noaimi a indiqué avoir exprimé sa considération au Président Bouteflika pour l'intérêt qu'il accorde au raffermissement des relations fraternelles entre les deux pays, saluant "les avancées réalisées dans le renforcement de la coopé- ration bilatérale dans les

… l’ambassadeur

de la Confédération suisse…

L

e Président de

la République,

M. Abdelaziz

suisse… L e Président de la République, M. Abdelaziz pement des relations bila- térales et qui

pement des relations bila- térales et qui se poursuivra et s'intensifiera dans les

différents domaines", a -t-

il déclaré à la presse à l'is- sue de l'audience que lui a accordée le Président de la République.

Bouteflika, a reçu aussi l'ambassadeur de la Confédération suis- se M. Jean-Claude

Richard, qui lui a rendu une visite d'adieu au terme de sa mission en Algérie. "Les relations entre la Suisse et l'Algérie sont très bonnes et le

Président Bouteflika est un grand ami de la Suisse, nous le félicitons de ce qui

a été fait dans le dévelop-

… l’ambassadeur du Royaume-Uni…

L

e Président de

la République

M. Abdelaziz

Royaume-Uni… L e Président de la République M. Abdelaziz entr e le Royaume-Uni et l'Algérie et

entre le Royaume-Uni et l'Algérie et ont connu des progrès ces dernières années". Il a souligné que ces relations "ont enregistré des progrès" dans diffé- rents domaines, notam-

ment celui de la sécurité "où nous avons évoqué la question du non-payement des rançons (aux terro- ristes), ainsi que la coopé- ration dans le domaine de la défense, de l'énergie et du commerce".

Bouteflika, a reçu également l'ambassa- deur du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, M. Andrew David Forbes Henderson, qui lui a rendu une visite d'adieu au terme de sa mission en Algérie. Dans une déclara- tion à la presse, à l'issue de l'audience que lui a accor- dée le Président Bouteflika, M. Henderson a déclaré avoir discuté avec le Chef de l'Etat "des rela- tions bilatérales qui sont devenues plus étroites

… et l’ambassadeur du Pakistan

L e Président de l République, Abdelaziz

M.

Bouteflika, a reçu

hier à Alger l'ambas-

sadeur

République isla- mique du Pakistan M. Mohammad Hafeez, qui lui a rendu une visite

d'adieu au terme

sa mission en

Algérie.

de

la

a

de

d'adieu au terme sa mission en Algérie. de la a de "J'ai l'honneur, au terme de

"J'ai l'honneur, au terme de ma mission en

Algérie,

de

faire mes

adieux

au Président

Bouteflika, avec qui j'ai discuté des questions bila- térales entre les deux

pays", a déclaré M. Hafeez à la presse, à 'l’issue de l'audience.

65e de anniverssaire l’ONU
65e de
anniverssaire
l’ONU

Coopération

6

EL MOUDJAHID

A Genève, où il représente le Président Bouteflika au sommet de l’OIF

M. Bensalah reçu par la Présidente du Conseil de la Confédération helvétique

Le président du Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensalah, a été reçu hier par la présidente du Conseil de la Confédération helvétique, M me Doris Leuthard, a indiqué un communiqué du Conseil. M. Bensalah prend part au 13 e Sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) à Montreux (Suisse) en qualité de représentant du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. M. Bensalah, précise la même source, a transmis à la présidente du Conseil de la Confédération helvétique les remerciements du Président de la République pour son invi- tation à participer à ce sommet en qualité d'in- vité de marque tout en soulignant "l'attache- ment de l'Algérie au développement des liens d'amitié et de coopération avec la Suisse".

Union parlementaire de l’OCI

L'APN prend part aux travaux du comité exécutif

L'Assemblée Populaire Nationale (APN) prendra part aux travaux de la 24 e réunion du comité exécutif de l'Union parlementaire de l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI) qui s'ouvriront hier à Abou Dhabi (Emirats Arabes Unis). L'ordre du jour de cette réunion portera notamment sur "l'examen des suggestions des pays membres relatives au développement des mécanismes techniques de travail du secrétariat général de l'Union parlementaire de l'OCI", indique l'APN dans un communiqué. La réunion vise, en outre, à élaborer le projet de l'ordre du jour de la 14 e session des Conseil de l'union et à fixer la date de la tenue de la 7 e session de l'OCI prévue en Indonésie. Les travaux de cette réunion seront sanctionnés par l'élaboration et l'adoption de la déclaration d'Abu Dhabi et le rapport de la 24 e réunion du comité exécutif. Lors de cette réunion, l'APN sera représentée par M. Layachi Daadouaa, président du groupe parlementaire du Front de libération nationale (FLN) et membre du comité exécutif de l'union.

La journée des Nations unies célébrée hier à Alger

M. Medelci : “Une occasion DE réaffirmer les valeurs universelles de tolérance, de respect mutuel et de dignité humaine”

La Journée des Nations unies a été célébrée, hier à Alger, lors d’une cérémonie solennelle à laquelle ont pris part le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, et le coordonnateur résident du système des Nations unies et représentant du président du PNUD en Algérie, M. Mamadou Mbaye. Dans une allocution pro- noncée à cette occasion qui coïncide avec le 65 e anniversai- re de l’Organisation, M. Medelci a souligné "l'attache- ment de l'Algérie aux principes fondamentaux de l'ONU et aux vertus du multilatéralisme", réaffirmant le caractère "privi- légié" des relations entre l'Algérie et l’ensemble du sys- tème des Nations unies. De son côté, M. Mbaye a exprimé sa "gratitude" et "reconnaissance" à la diploma- tie algérienne et aux plus hautes autorités du pays, citant notamment "l'exceptionnel dis- cours" prononcé par M. Medelci au nom du Président de la République, à la dernière session de l’Assemblée généra- le des Nations unies. Il a également cité d’impor- tants événements ayant jalonné l'année 2009 qui a été "une bonne année pour les Nations unies en Algérie", annonçant entre autres la décision de l'Organisation mondiale de la santé d'ouvrir très prochaine- ment sa représentation en Algérie. "Voilà autant d’ac- quis certes bien modestes qui constituent assurément les fon- dations sur lesquelles nous pouvons continuer de bâtir ensemble une base de coopéra- tion programmatique apte à accompagner les efforts des

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.

autorités et de la société algé- riennes sur la voie du dévelop- pement économique et social", et aussi, a ajouté M. Mbaye, pour "conduire avec le gouver- nement algérien un autre chan- tier, celui de la construction de la Maison des Nations unies en Algérie pour en faire une réfé- rence". Par ailleurs, le vice-prési- dent de l’UNRC (Comité des droits de l'enfant-ONU), M. Kamel Fillali, a animé, à cette occasion, une conférence sur les droits de l’enfant et de la jeunesse dans le cadre des ins- truments internationaux rela- tifs aux droits de l’homme, sou- lignant que la convention de l'ONU relative aux droits de l’enfant s’inscrit dans la lignée des efforts des Nations unies en faveur des droits de l'hom- me. Il a estimé que cette conven- tion demeure un "guide incon- tournable" dans la mesure où elle conçoit l’enfant comme une "entité active de la société qui est en interaction avec son entourage".

société qui est en interaction avec son entourage". M. Fillali a aussi relevé q ue cette

M. Fillali a aussi relevé que cette convention a "fortement" influencé les politiques et pro- grammes des gouvernements, des Nations unies et des organi- sations non-gouvernemen-

tales", ajoutant que "désormais, le développement durable, le renforcement de la démocratie

et de la paix, tiennent plus sys-

tématiquement compte des normes internationales en

matière des droits de l’homme,

y compris des droits de l’en-

fant". Par ailleurs, dans un message du secrétaire général

de l’ONU, lu par Mme Dalila Bouras du centre d’information des Nations unies à Alger, l'or- ganisation a réitéré sa détermi- nation et sa volonté à "établir la paix et la prospérité et défendre les droits de l'homme à travers le monde", appelant ainsi à redoubler d'efforts pour

atteindre ce but. Il est souligné que cette journée est "une occasion pour réaffirmer les valeurs univer-

selles de tolérance, de respect mutuel et de dignité humaine".

Le ministre des AE regrette les "graves entraves" au processus de décolonisation du Sahara occidental

Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, a regretté, les "graves entraves" que connaît le processus de déco- lonisation du Sahara occidental.

Nations unies qui consacrent le droit à l'au- todétermination du peuple sahraoui", a-t-il encore relevé. "Alors que nous célébrons cette année le 50 e anniversaire de la

agences onusiennes en matière de préserva- tion de la paix et de la promotion du déve- loppement socio-économique. "Pour ce qui est de notre région, je ne manquerai pas de

"Nous regrettons le fait qu'il subsiste, à ce jour, un certain nombre de situations où ce principe fondamental (l'autodétermina- tion) se heurte à des obstacles et se trouve contrarié", a souligné M. Medelci dans une allocution prononcée à l'occasion de la célébration de la Journée des Nations unies,

Déclaration de l'Assemblée générale du 14 décembre 1960 sur “l'octroi de l'indépen- dance aux pays et aux peuples coloniaux”, il importe de rappeler, a-t-il dit, "l'impératif d'universalité du droit à l'autodétermination qui a permis à l'écrasante majorité des Etats membres de l'ONU d'acquérir leur indépen-

saluer les efforts inlassables des agences de l'ONU, en particulier le Haut commissaire aux réfugiés et le Programme alimentaire mondial dans l'accompagnement du peuple sahraoui en vue de le soulager des contraintes que lui impose sa condition de réfugié". Sur un autre registre , M. Medelci

coïncidant avec le 65e anniversaire de l'en-

dance". Relevant que l'ONU est "sans nul

a

affirmé que la coopération entre l'Algérie

trée en vigueur de la Charte de cette organi-

doute le creuset où se traduisent et s'affinent

et

les agences du système des Nations unies

sation. "Ceci est singulièrement le cas du

les droits et les exigences de tous les

a

atteint un "haut niveau de maturité",

Sahara occidental dont le processus de décolonisation connaît de graves entraves en dépit des résolutions pertinentes des

peuples", il a salué les efforts considérables consentis au quotidien par les fonction- naires des Nations unies et toutes les

exprimant, à ce propos, sa "satisfaction" devant les résultats enregistrés et se disant confiant pour l'avenir.

Le président de l’Association algérienne des anciens condamnés à morts

“Un pont entre les sociétés civiles d’Algérie et de France pour élaborer une charte d’amitié”

rester loin du jonglage politicien et proche de la réalité, c’est nous les victimes et qu’on ne vienne pas nous dire d’accorder le par- don, alors que l’autre côté on n’a pas fait repentance", a-t-il dit relevant que c’est la société civile "qui imposera plus tard à ses dirigeants de faire acte de repentance, autre- ment nous continuerons à vivre dans la haine", a-t-il soutenu. Devant un auditoire composé de membres du mouvement asso- ciatif des deux pays, d’intellectuels et de journalistes, l’auteur du livre "Rescapé de la guillotine", qu’il a présenté au public, a rap- pelé qu’il a été témoin des actes de courage de citoyens français qui "ont sympathisé avec la cause nationale, soutenu cette cause et perdu la vie pour elle". "Je ne peux oublier, a-t-il dit avec émotion, le courage et le sacrifice consentis par Fernand Yveton, Maurice Audin, le lieutenant Maillot et bien d’autres encore pour la cause nationale. Il faut faire en sorte que le sang qui a coulé de part et d’autre ne soit pas vain". "C'est en victime et porteur de mémoire que j'appelle à une union des volontés du

Le président de l’Association algérienne des anciens condamnés à mort, M. Mustapha Boudina, a plaidé samedi soir à Paris en faveur d’un pont d’amitié entre les sociétés civiles algériennes et française, seules dit-il, en mesure de sortir les rela- tions algéro-françaiseS de l’impasse dans laquelle elles se sont engouffrées. Invité de l’Espace Le Sribeûl’Harmattan, lieu de ren- contres d’intellectuels et d’artistes, cet ancien condamné à mort de Fort Montluc (Lyon), a indiqué qu’il a entamé depuis le début du mois en cours une tournée en France, d’abord à Lyon puis à Paris, pour porter un message et dire que "c’est avec la société civile qu’il faut renforcer le dia- logue sur la vérité de l’occupation coloniale afin de permettre aux peuples français et algériens de se prémunir des discours élec- toralistes des tenants de l’Algérie françai- se", a-t-il dit. De son point de vue, seules les sociétés civiles des deux pays peuvent mili- ter pour construire un pont d’amitié entre les deux peuples, estimant que c’est "ce capital là qu’il faudra consolider". "Nous voulons

mouvement associatif dans les deux pays pour multiplier les rencontres et œuvrer pour le devoir de vérité", a-t-il ajouté. "Ni le réseau des Porteurs de valises, ni les insoumis qui ont refusé de se rendre en Algérie, ni encore les hommes de culture et les syndicalistes qui ont participé avec nous

à la libération de notre pays de l'occupation

ne seront oubliés et c'est au nom de cette solidarité exprimée que j'estime que nous pouvons construire l'avenir entre nos deux peuples pour peu que nos relations avec le tissu associatif puissent se consolider", a estimé M. Boudina. A la fin de la rencontre, s'est tenue une vente dédicace de son livre "Rescapé de la mort", publié par l'ANEP et préfacé par Ali Haroun et où il retrace les moments douloureux des compagnons d'armes et de cellule exécutés par les bour- reaux Meissonnier père et fils. Entre 1956 et 1962, ils étaient quelque 2000 condamnés à morts dans les couloirs de la mort en Algérie et en France. 207 ont été guillotinés. APS

Utilisation des TIC à des fins illicites

L'UIT adopte un projet de résolution présenté par l'Algérie

La conférence de plénipotentiaires de l'Union interna- tionale des télécommunications (UIT) a adopté, lors de sa session plénière à Guadalajara (Mexique), un projet de résolution présenté par l'Algérie au nom des Etats arabes, a indiqué hier un communiqué du ministère des Affaires Etrangères. "Un projet de résolution, présenté par l'Algérie au nom des Etats arabes sur le rôle de l'UIT concernant les questions de politiques publiques internationales ayant trait aux risques d'utilisation des TIC à des fins illicites, a été adopté par l'UIT", a précisé la même source. Cette résolution ouvre une nouvelle ère dans les rela- tions multilatérales entre les Etats membres de l'UIT et le monde de l'industrie des télécommunications et des TIC, a ajouté le communiqué. En effet, ce texte prévoit en parti- culier la tenue, sous les auspices de l'UIT, des réunions multilatérales mondiales pour la première fois entre les Etats membres et l'industrie des télécommunications et des TIC. "Ce qui permettra d'abord de manière interactive d'avoir les moyens de parvenir à des solutions pour faire face et prévenir les usages illicites des TIC, a-t-on souligné de même source. "Le concept -- d'usage illicite des TIC -- couvre l'utilisation de ces technologies à des fins crimi- nelles, terroristes ou non pacifiques", a expliqué le com- muniqué du ministère des Affaires étrangères.

2e colloque afro-européen

Une délégation algérienne à Yaoundé

Une délégation de huissiers de justice algériens prend part au 2 e colloque afro-européen qui se tien- dra du 27 au 29 octobre à Yaoundé (Cameroun). La présence de l'Algérie à cette rencontre qui verra la participation d'une quarantaine de pays sera "particulière" car elle doit représenter "l'Afrique et les arabes", indique un communiqué de la chambre nationale des huissiers de justice. La création de l'Union africaine des huissiers de justice est prévue lors de ce colloque et des concer- tations sont en cours pour l'installation de son siège en Algérie, ajoute la même source.

Economie

7

EL MOUDJAHID

Pour les années 2010 et 2011

Le FMI prévoit une évolution positive des indicateurs économiques de l'Algérie

Le FMI prévoit une évolution favorable de la majorité des indicateurs économiques de l'Algérie pour 2010 et 2011 à l'exception du solde budgétaire qui demeurera négatif. Sur les 12 pays exportateurs de pétrole de la région, l'Algérie vient en quatrième position en terme de PIB nominal.

Le PIB nominal du pays devra augmenter à 159 milliards de dol- lars en 2010 (contre 139,8 milliards de dollars en 2009) pour s'accroître encore à 171,6 milliards de dollars en 2011, souligne le FMI dans son rapport publié dimanche sur les perspectives économiques de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA). Sur les 12 pays exportateurs de pétrole de la région, l'Algérie vient en quatrième posi- tion en termeq de PIB nominal, devancée par l'Arabie saoudite (434,4 milliards de dollars), l'Iran (337,9 milliards de dollars) et les Emirats arabes unis (239,6 mil- liards de dollars). Quant au taux de croissance du pays, il devrait s'éta- blir à 3,8 pc en 2010 et à 4 pc en 2011 contre 2,4 pc en 2009. Concernant la dette extérieure brute, les statistiques du FMI mon- trent que l'Algérie est, de loin, la moins endettée de la région avec une dette extérieure représentant seulement 2,9 pc du PIB en 2010 avant de décroître encore à 2,2 pc du PIB en 2011 contre 34,1 pc sur la période 2000-2005. Les autres pays de la région les moins endettés sont l'Iran (5,6 pc du PIB) et la Libye

(7,2 pc) alors que les Etats les plus

le

lourdement endettés sont

Bahreïn (139,6 pc du PIB) et le Qatar (80,6 pc). Par ailleurs, le FMI

indique que l'inflation de l'Algérie suit une tendance baissière pour s'établir à 5,5 pc en 2010 et à 5,2 pc en 2011 contre 5,7 pc en 2009. Le solde des transactions extérieures courantes du pays demeurera positif puisqu'il devra se chiffrer à +3,4 pc du PIB en 2010 pour un montant de

5,4 milliards de dollars, et à +3,6 pc en 2011 pour 6,2 milliards de dol- lars (contre +0,3 pc en 2009 avec 0,4 milliard de dollars). Abordant le commerce extérieur, le FMI table sur des exportations algériennes de 61,8 milliards de dollars sur l'année

2010 et des importations de 54 mil-

liards de dollars, soit un excèdent commercial de 7,8 milliards de dol- lars pour l'exercice en cours. Pour

2011, l'institution de Bretton Woods prévoit pour l'Algérie des exporta- tions encore en hausse avec 67,1 milliards de dollars et des importa- tions de 57,6 milliards de dollars, donnant un excèdent commercial de 9,5 milliards de dollars. Cependant, le FMI note que le solde budgétaire du pays devrait être négatif avec -9,9 pc du PIB en

2010 avant de diminuer légèrement

à -8,4 pc en 2011 (contre -6,7 pc en 2009). Dans son analyse globale de la région MENA, le FMI relève ''une amélioration manifeste dans les pays exportateurs de pétrole de la région (Algérie, Arabie Saoudite,

Bahreïn, Emirats arabes unis, Iran, Irak, Libye, Koweït, Oman, Qatar, Soudan et Yémen) où l'activité éco- nomique augmente considérable- ment. Du fait du rebond de la demande mondiale, la production de pétrole brut des pays de MENA devrait passer à 25 millions de barils par jour en 2010 et à 26 mil- lions de barils par jour en 2011, pro- nostique-t-il. En conséquence, la croissance du PIB pétrolier s'établira à 3,5 pc en 2010 et à 4,3 % en 2011. La montée des cours du pétrole en 2010 et celle prévue en 2011 entraîne aussi un redressement mar- qué des soldes extérieurs. L’excédent courant combiné de ces pays devrait augmenter d’environ 80 milliards de dollars sur la base des prévisions actuelles des cours du pétrole. Cependant, le rapport prévoit une activité hors pétrole moins robuste, qui ne progressera que de 1 pc entre 2009 et 2011. Dans la plupart des pays exporta- teurs de pétrole de MENA, ''la croissance hors pétrole continue de dépendre de politiques budgétaires de soutien, car le financement privé et le crédit restent déprimés'', note-

t-il. Le FMI constate que contraire- ment à ce qui se passe dans d’autres régions (Asie et Amérique latine),

les entrées de capitaux ne se sont redressées que faiblement jusqu’à présent dans ces pays exportateurs de pétrole. Pour ce qui est de l’ave- nir, le rapport souligne qu'étant donné le redressement de la région, les gouvernements devraient concentrer davantage leurs efforts sur l’objectif à moyen terme qui consiste à faciliter la diversification de l'économie et à réduire la dépen- dance du budget et de l’économie à l’égard des hydrocarbures. Etant donné le raffermissement de la croissance, les gouvernements des pays de la région s'emploient de nouveau à consolider leurs finances publiques, note le rapport, ajoutant que ''les pays de la région qui dispo- sent d'une marge de manœuvre budgétaire devraient maintenir une politique budgétaire expansionniste jusqu'à la fin de 2011'' D'autres pays, tels que l'Iran, le Soudan et le Yémen, qui ont peu de marge de manœuvre budgétaire, commencent à retirer à juste titre l'impulsion budgétaire et à réduire leur déficit, observe le FMI. Pour les pays exportateurs de pétrole de la région MENA, préco- nise-t-il, ''il sera essentiel de rehausser la compétitivité afin d'ac- célérer la croissance, de créer plus d'emplois et de profiter pleinement de la mondialisation''.

Le Dr. Benaïssa à l’occasion de l’évaluation trimestrielle des contrats de performance du renouveau rural et agricole

“Le système d'évaluation des contrats de performances élargi aux communes et exploitants

Des médailles de mérite ont été remises aux lauréats des concours organisés par la Chambre nationale de l’agriculture (campagne 2009/2010) dans les filières des céréales, tomate industrielle, lait et pomme de terre.

Cette réunion présidée par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural et qui a regroupé, hier, au siège du départe- ment concerné l’ensemble des cadres du secteur aura permis de relever une nette amélioration dans les résultats réalisés au titre des contrats de performance liés au renouveau agricole et rural à la lumière des objectifs fixés par année et par wilaya mais aussi, en matière d’impacts sur la production des filières agricoles stratégiques et sur les populations et les espaces ruraux au titre du troisième tri- mestre de l’année en cours. Des résultats encourageants obtenus grâce « au travail et à la mobilisation des agriculteurs autour des objectifs du secteur» a déclaré le Dr. Benaïssa. « L’évaluation est devenue structurelle avec une meilleure maî- trise du processus ». Aussi, l’effort consenti depuis deux ans et demi a conduit à un recentrage des objec- tifs et des mécanismes en matière d’amélioration de la productivité de même qu’il y’a une meilleure orien- tation de l’effort grâce aux recom- mandations du Chef de l’Etat et à la mobilisation des intervenants dans l’activité agricole pour la concréti- sation des objectifs de la politique du renouveau rural » dira le ministre. Même si les données indiquent « une marge de progrès importan- te » pour reprendre ses propos, le ministre s’est montré exigeant et intransigeant sur la question de la performance qu’il faudra ériger « en culture » recommandera t-il. Et pour cause, la réunion est une occa- sion « de clarifier les rôles et les missions » d’autant plus qu’il s’agi- ra d’œuvrer à la « conciliation entre les intérêts des agriculteurs et l’in- térêt général ». Un objectif qui ne

peut être concrétisé en dehors des espaces de concertation qui sont les conseils interprofessionnel a affir- mé l’intervenant. A ce titre, le ministre insistera sur la nécessité d’instaurer un débat permanent au sein des différentes filières dans un souci de complé- mentarité et beaucoup plus, une meilleure visibilité quant aux pers- pectives du secteur, notera le ministre. « On a besoin de professionnels qui soient mobilisés autour des objectifs du secteur » ajoutera le ministre tout en révélant « qu’il y a des gens qui ne sont pas capables d’accompagner cette dynamique qui, en fait est une poli- tique qui est censée mettre en place la capacité d’intégration, à la base de toute politique publique». Evoquant les perspectives de son secteur basées essentiellement et prioritairement sur la préserva- tion des terres agricoles, le Dr. Bénaïssa a tenu à mettre ses cadres devant leurs responsabilités sachant que les objectifs sont tracés et les moyens mobilisés. Il citera le secteur de l’eau pour avertir contre tout argument non valable sachant que l’objectif consiste à passer de 9 millions d’hectares irrigués actuellement à 1,6 million d’hectares en 2014. La même mise en garde concer- ne les repreneurs des infrastructures agricoles dont une vaste opération de recensement est en cours a affir- mé le ministre qui menace d’appli- quer la loi en cas de non utilisation de ces biens acquis qui seront, par conséquent récupérés et de non res- pect des cahiers des charges. Par contre des incitations seront consenties au profit des exploitants qui encouragent la promotion des produits du terroir.

37 wilayas ont dépassé les objec- tifs tracés au titre des contrats de performance Les données présentées lors de la réunion d’évaluation trimestrielle ressortent que 37 wilayas ont dépassé les objectifs tracés toutes filières confondues au titre des contrats de performance. Concernant les céréales, 46 mil- lions de quintaux ont été produits soit une hausse de 13% par rapport aux objectifs fixés dans les contrats de performance pour l’année 2010. Vingt-cinq wilayas ont obtenu des résultats supérieurs aux seuils définis. Par ailleurs, le secteur de la pomme de terre a enregistré une production de 32,9 quintaux soit une augmentation de 7,9 millions de quintaux. Sur les 48 wilayas, productrices de cette fécule, 35 ont enregistré des résultats supérieurs aux objectifs tracés pour l’année en cours. Aussi, cinq wilayas émergent du lot alors que 13 autres n’ont pas atteint leurs objectifs. En ce qui concerne le lait, les chiffrent ressortent une production de 2,6 milliards de litres soit une hausse de 17% par rapport aux objectifs initiaux. Le volume de la collecte est par ailleurs évalué à 390,2 millions de litres soit une croissance de 77%. Dix-huit wilayas ont assuré 80% de la quantité globale de lait collec-

tée. D’autre part, 3,7 millions de quintaux de viandes rouges ont été produits soit une évolution de 8% alors que la production de viandes blanches a atteint 2,8 millions de quintaux (une croissance de 2%). Sur un autre registre, 6,4 millions de quintaux de dattes ont été pro- duits soit une croissance de 21% sachant que Biskra et El Oued ont réalisé 60% de la production globa-

Ph. Louiza
Ph. Louiza

le. Les chiffres indiquent égale- ment une production de 7,6 millions de quintaux de tomate industrielle soit une augmentation de 48% par rapport aux objectifs tracés pour 2010. Concernant le développement rural et en matière de mise en œuvre des projets de proximité de déve- loppement rural, il a été révélé que sur un objectif de 2072 PPDRI, 1 992 ont été approuvés et 1 655 lancés soit 85% répartis sur les régions des hauts plateau, le Nord et le Sud. En matière d’impacts, les programmes ont touché 324 000 ménages et contribué à la création de 30 140 emplois permanents. Il y a lieu de souligner que le ministre a remis des médailles de mérite aux lauréats des concours organisés par la Chambre nationale de l’agricultu- re (campagne 2009/2010) dans les filières des céréales, tomate indus- trielle, lait et pomme de terre. Cette distinction a également concerné des céréaliculteurs ayant obtenu un rendement supérieur à 50 quintaux/ hectare au cours de la campagne 2009/2010. D. Akila

2 e Salon algéro- allemand sur l’environnement

De nouvelles solutions pour faire face à la pollution

La 2 e édition du Salon algé- ro-allemand sur l’environne- ment, l’eau, l’efficience éner- gétique et les énergies renouvelables, organisée, sous le haut patronage du ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, se tiendra au palais de la culture «Moufdi Zakaria», du 22 au 24 novembre 2010, à l’initiati- ve de la Chambre algéro-alle- mande de commerce et d’Industrie et la coopération technique allemande. Ce Salon se veut pour les organisateurs un espace, dédié exclusivement aux technologies, les plus récentes, utilisées pour la préservation de l’environne- ment et l’amélioration du cadre de vie. Cette manifes- tation, qui réunira une trentai- ne d’exposants allemands et une quarantaine d’entreprises algériennes et près de 1.500 visiteurs professionnels qui viendront découvrir, à travers les différents stands, les pro- cédés de gestion des déchets, de l’eau ainsi que le rôle des technologies propres dans la réduction de la pollution, débattra égale- ment de plusieurs thèmes relatifs au traitement de l’eau, au recyclage des déchets et l’impact des changements cli- matiques sur les différents secteurs, constituant ainsi une opportunité pour mieux connaître les potentialités du marché algérien mais aussi proposer le savoir-faire, des entreprises allemandes en matière de protection de l’en- vironnement, notamment dans le cadre du projet relatif au développement propre. Il s’agit de faire profiter les différents acteurs dans le domaine de l’environnement, l’eau et les énergies renouve- lables de l’expérience alle- mande, considérée désor- mais, par excellence, comme une référence dans le monde. L’Algérie, pour rappel, a consenti des efforts considé- rables dans le domaine de l’environnement, confirmés par la multiplication des sta- tions d’épuration et les centres d’enfouissement techniques ainsi que des textes de loi portant sur la préservation des ressources naturelles et la biodiversité qui sont aujourd’hui, révéla- teurs du progrès réalisé dans la gestion des problèmes de l’environnement. Dans le domaine de la forma- tion, ce sont près de 1.800 délégués à l’environnement qui ont bénéficié des cycles de formation, initiés, en par- tenariat avec la GTZ. Le développement écono- mique, caractérisé par l’émergence d’une industrie et un boom démographique augmente les risques de pol- lution et la menace sur les écosystèmes, à la biodiversi- té mais aussi à la couche d’ozone. La recherche de nouvelles solutions pour pré- server les ressources natu- relles s’avère incontournable et constitue le défi du siècle. Samia D.

Nation

8

EL MOUDJAHID

Sûreté nationale

Sécurité du citoyen et sauvegarde de la paix civile

L a sécurité du citoyen et la sau- vegarde de l’intérêt national constituent les fondements de

l’action policière, soulignait dans une

récente intervention, le général major et directeur général de la DGSN, Hamel, qui ajoutait que la garantie de l’ordre public et la sauvegarde de la paix, permettent la prise en charge sécuritaire au quotidien et d’asseoir une véritable police de proximité. Pour le premier responsable de la DGSN, le citoyen demeure l’allié dans

la lutte contre les incivilités, les trans- gressions à la loi et la délinquance. Cette responsabilisation du citoyen, demeure au centre des préoccupa- tions. On a toujours dit, en effet que la police, quels que soient les moyens dont elle dispose, aura toujours besoin, en tant que précieux concours, de la contribution citoyen- ne. Aujourd’hui la tendance moderne est à la promotion de la police de proximité. C’est autour de cette insti- tution que devrait donc s’organiser la lutte contre la petite et moyenne cri- minalité, dont on connaît l’effet désta- bilisateur sur la paix civile. C’est un volet important qui est assigné par le général major Hamel, à la police nationale. Le gouvernement

a fait en effet de la sécurité du citoyen

et de la protection des biens des per- sonnes, un axiome fondamental dans le cadre de sa politique. La lutte contre le terrorisme, relève de cette tendance. L’effort sera poursuivi en la matière, assure le directeur général de la DGSN, en coordination avec les autres institutions en charge, elles

aussi, de la sécurité, l’ANP notam- ment. La lutte contre le terrorisme relève d’un objectif permanent et prioritaire note le DGSN. C’est tout dire sur la volonté qui est mise au ser- vice de la paix. La police algérienne doit aussi évoluer avec son temps, s’adapter aux réalités du monde moderne, comme à celles prévalant sur le terrain. Modernisation et pro- fessionnalisation s’inscrivent en tant que principes directeurs de l’action qui est entreprise. La police fait face en effet à un certain nombre de phé- nomènes majeurs, (grande criminali- té, corruption etc.), comme ceux reliés

à la petite criminalité qui sape la quié-

tude des citoyens. Cela nécessite des effectifs de police aguerris, ou mobili-

té et flexibilité doivent prévaloir. L’accès aux technologies nouvelles rime autant avec professionnalisation qu’avec modernisation. Dans ce domaine la police algérienne a fait de grandes avancées. Partage de l’infor- mation celui du renseignement, parte- nariat, sont autant de pistes sur les- quelles la police algérienne est aujourd’hui en phase. Elles lui per- mettent de s’assurer d’un véritable travail de coordination avec l’exté- rieur et d’être partie prenante dans les actions entreprises pour lutter contre les fléaux sociaux comme la grande criminalité, le blanchiment d’argent, la corruption, tous liés au banditisme et au terrorisme. La poli- ce algérienne a un credo dans le cadre de la professionnalisation et de la modernisation de son corps, qui revient à la promotion des ressources humaines, et à l’amélioration des conditions socio-professionnelles de ses membres. Cela va aussi à la valo- risation des plus méritants comme les récentes promotions de cadres visent

à le démontrer. T. M. A.

Conférence de presse animée par le DGSN en marge d'une réunion de travail tenue avec l'ensemble des chefs de sûreté de wilaya

Modernisation et professionnalisme, souligne M. Abdelghani Hamel

et professionnalisme, souligne M. Abdelghani Hamel a-t-il ajouté. Il a éga- lement pour objectif

a-t-il ajouté. Il a éga- lement pour objectif d'assurer l'alternance dans les postes de responsabilité pour garantir une plus grande capacité opé- rationnelle des ser- vices de police par l'intégration d'une ressource humaine sans cesse renouve- lée "au diapason des défis sécuritaires actuels et futurs", a- t-il poursuivi. Le général-major

Abdelghani Hamel a encore indiqué que ce mouve- ment s'explique par le souci de "permettre aux différents éche- lons hiérarchiques de disposer de commandements jeunes, possédant l'expérience néces- saire du terrain et les niveaux de formation requis, préalables à l'appréhension des probléma- tiques sécuritaires, à l'amélio- ration de l'encadrement des hommes et des performances individuelles et collectives. Il tend aussi à garantir une pres- tation policière de qualité". S'agissant de l'ordre du jour de la réunion de travail tenue avec les chefs de sûreté de wilaya, il a précisé qu'il était consacré au rôle du chef de

Ph : Nacera
Ph : Nacera

sûreté de wilaya dans le cadre de l'exercice des missions de sécurité dévolues à la sûreté nationale. "Des directives ont été don- nées pour une lutte sans merci et sans discontinuité contre le crime organisé et ses formes les plus dévastatrices comme le trafic des stupéfiants, la corrup- tion et les atteintes graves aux personnes et aux biens", a-t-il affirmé.

Il a est également question, a-t-il dit, d'intensifier les efforts

à même de garantir, d'une part,

l'ordre et la paix publics, et d'asseoir, d'autre part, "une véritable police de proximité où le citoyen demeure un allié incontournable contre les inci-

vilités, les transgressions à la loi et la délinquance". Le DGSN a rappelé, d'autre part, que l'éradication du terro- risme a été déclinée "comme un objectif permanent et priori- taire des services de police, qui continuent, de concert avec les autres services de sécurité et de l'Etat, à enregistrer des résul- tats positifs contre ce phéno- mène criminel". Il a soutenu, enfin, que l'axe d'effort de tous les respon- sables de police doit porter sur

la "valorisation de la ressource humaine" par l'amélioration de ses conditions socioprofession- nelles et par le développement de ses compétences et de ses qualifications.

L e Directeur général de la

sûreté nationale

(DGSN), le général-

major Abdelghani Hamel, a souligné, hier à Alger, que le mouvement dans le corps des chefs de sûreté de wilaya, déci- dé par le Président de la République, s'inscrit dans le cadre de la "professionnalisa- tion" et la "modernisation" de la police algérienne. "Ce mou- vement préconisé par nos soins, validé par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales et décidé par le Président de la République ne constitue pas une fin en soi, il s'inscrit dans le cadre d'une démarche globale de profes- sionnalisation et de modernisa- tion de la police algérienne", a affirmé le général-major Hamel, lors d'une conférence de presse animée en marge d'une réunion de travail tenue avec l'ensemble des chefs de sûreté de wilaya. Il a expliqué, dans ce cadre, que ce mouve- ment s'appuie, outre sur la mobilité de la ressource humai- ne, sur la réorganisation des services, la révision du statut des fonctionnaires et l'élévation de leur niveau de formation et de qualification, ainsi que sur le renforcement et le dévelop- pement des moyens et techno- logies nécessaires à l'accom- plissement de leurs missions. Il a souligné , par ailleurs, que les cadres appelés à d'autres fonctions constitue- ront un "vivier" pour le déve- loppement de l'institution grâce, a-t-il dit, à leur expé- rience et leur savoir-faire, et ce, dans le cadre du "redéploie- ment organisationnel que connaîtra dans un proche ave- nir la sûreté nationale". Ce mouvement vise à

"consacrer dans le faits le prin- cipe de mobilité, statutaire- ment institué dans les fonctions publiques et les postes supé- rieurs de l'Etat, un principe, fondamental qui régit la carriè- re des personnels de police et le fonctionnement des services,

A retenir

les commissaires principaux et les commissaires divisionnaires de police, les candidats potentiels pouvant assumer cette fonction. Plusieurs séances ont été consacrées, durant un mois, à l'examen de 168 dossiers de candidature, dont 24 dossiers de commissaires divisionnaires de police et 144 dossiers de commissaires principaux, a encore souligné le DGSN. Il a relevé, à ce sujet, que quatre critères ont été arrêtés dans la sélection, à savoir le niveau universitaire exigé, la condition d'âge, soit 50 ans pour les commissaires principaux et 52 ans pour les commissaires divisionnaires, avoir exercé au niveau des services opérationnels, ainsi que le critère de discipline exigeant que le candidat n'a pas encouru de sanctions disciplinaires

incompatibles avec l'exercice de la fonction concernée. Il a ajouté que les candidats sélectionnés par la commission ont également fait l'objet d'évaluation de leurs états de service, de leur valeur professionnelle, de leur manière habituelle de servir ainsi que de leur aptitude au commandement. "Leurs chefs hiérarchiques ont été, dans ce cadre, invités à se prononcer sur leurs potentialités et leurs compétences", a souligné le général- major Hamel. Répondant à une question relative à l'absence de l'élément féminin dans ce mouvement, il a expliqué qu'il n'existe pas de femmes commissaires ayant exercé au niveau des services opérationnels, un critère, a-t-il dit, essentiel dans le choix des nouveaux chefs de sûreté de wilaya.

Vingt-trois cadres de la sûreté nationale ont été, pour la première fois, promus au rang de chef de sûreté de wilaya, a indiqué, hier à Alger, le Directeur général de la sûreté nationale (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel. Le DGSN a également affirmé, que huit chefs de sûreté de wilaya ont été désignés en la même qualité au niveau d'autres wilayas, à la faveur du nouveau mouvement dans le corps des chefs de Sûreté de wilaya. Dix-sept chefs de sûreté de wilaya ont été maintenus leurs postes, a-t-il ajouté. Il a précisé, dans le même cadre, qu'une commission composée de cadres supérieurs de police a été installée afin, a-t-il expliqué, de sélectionner parmi

Lundi 25 Octobre 2010

Nation

9

EL MOUDJAHID

Conférence de presse du directeur général de la sûreté nationale

“Raffermir le critère d’alternance et d’opérationnalité”

L e directeur général de la sûreté nationa- le, le général major, Abdelghani Hamel, a présidé hier à l’école supé-

rieure de police Châteauneuf, une réunion de travail avec l’ensemble des chefs de sûreté de wilaya, suite à leur mouvement décidé par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. L’ordre du jour concerne le rôle que doit jouer le chef de sûreté de wilaya dans le cadre des missions qui lui sont dévolues, les objec- tifs à atteindre en matière de protection des personnes et des biens, de prévention et de lutte contre toutes les formes de criminalité. Devant les représentants de la presse nationale, M. Abdelghani Hamel a souligné que des directives ont été données à l’effet de combattre en permanence et avec acharne- ment le crime organisé et ses manifestations les plus perverses, tels le trafic illégal des stu- péfiants, la corruption, les atteintes aux citoyens et à leurs biens. Il a indiqué qu’une intensification des efforts est déployée pour assurer l’ordre et la sécurité publics par le tru- chement d’une activité sécuritaire quotidien-

ne. L’objectif est d’asseoir également une police de proximité efficace avec le concours du citoyen appelé à être partie prenante en termes de riposte contre les incivilités, les transgressions à la loi. Le DGSN n’a pas manqué de déclarer que l’éradication du terrorisme demeure un but prioritaire pour les services de police qui œuvrent conjointement avec les autres ser- vices de sécurité et de l’Etat à ce phénomène à éradiquer. Pour ce qui touche au mouvement des chefs de sûreté de wilaya, M. Abdelghani Hamel a indiqué que 23 cadres ont été pour la première fois promus au rang de chefs de sûreté de wilaya, huit autres ont été désignés au niveau d’autres wilayas, tandis que 17 ont été maintenus à leur poste. Selon le premier responsable de la sûreté nationale, le mouvement prend en ligne de compte le principe de mobilité, institué statu- tairement dans les fonctions publiques et les postes supérieurs de l’Etat, la garantie d’une alternance dans les postes de responsabilité avec en parallèle le souci de donner une opé- rationnalité maximale aux services de police basée sur un potentiel humain renouvelé. Le mouvement vise aussi à promouvoir

des commandements jeunes et expérimentés, ayant une maîtrise du terrain. M. Abdelghani Hamel souligne que
des commandements jeunes et expérimentés,
ayant une maîtrise du terrain.
M. Abdelghani Hamel souligne que ce
mouvement préconisé par ses soins, validé
par le ministre de l’Intérieur et des
Collectivités locales et décidé par le Chef de
l’Etat, s’inscrit dans une démarche globale de
modernisation et de professionnalisation de
l’institution de police.
La démarche s’adosse sur la mobilité de la
ressource humaine, la réorganisation des ser-
vices, la révision du statut des fonctionnaires
de police, l’élévation du niveau de formation
et de qualification,
Communication
tous azimuts
le avérée. Dans la
conférence de
presse organisée
en marge de sa
réunion de travail,
M. Abdelghani
Hamel a abordé
plusieurs sujets et
interrogations avec
les représentants
des médias.
S’agissant du
statut du fonction-
qu’elle n’est pas une innovation. Les unités,
les dispositifs et les mécanismes existent. Il y
a nécessité d’impliquer le citoyen, en faire un

le développement des moyens et des techno- logies nécessaires à l’accomplissement des missions confiées aux services de police. Le directeur général de la sûreté nationale a précisé les critères et les modalités qui ont été appliqués au sujet du choix des nouveaux promus, rappelant qu’une commission de cadres supérieurs de police a été installée et a examiné 168 dossiers de candidature (24 dos- siers de CDP et 144 dossiers de CPP). Quatre critères de sélection ont prévalu. Il s’agit du niveau d’instruction universitaire, la condition d’âge (pas plus de 50 ans pour les CPP et pas plus de 52 ans pour les CDP). Il est exigé également un exercice au niveau des services opérationnels, une conduite discipli- naire exempte de sanctions, une évaluation des états de service, une valeur professionnel-

naire de police, objet de moult écrits et discussions, M. Abdelghani Hamel a tenu à clarifier la ques- tion en disant que c’est un dossier qui est trai- té avec sérieux par la DGSN et tous les parte- naires. Il n’y a pas de délai fixé par le Premier ministre ou par le ministre des Finances, mais ce statut donnera entière satisfaction aux fonctionnaires de police. Le communication au sein des structures de police est renforcée par un dispositif inté- grant des cellules de communication au niveau de toutes les sûretés de wilaya. L’information est mise à la disposition de tout le monde, car la sûreté nationale a le devoir d’informer. S’agissant de la police de proximité, le DGSN a répondu à la question en disant

élément actif au niveau de cette police de proximité à l’intérieur de la cité. Le DGSN a déclaré qu’il n’a pas décelé de points négatifs et qu’il a trouvé un personnel formé, engagé et déterminé mais qui était quelque peu en quête d’orientation. Répondant à une question sur le marché informel, le DGSN a précisé qu’il faut inscri- re la problématique dans le cadre de la vision du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, visant à absorber le marché informel plutôt que de l’éradiquer. Les conventions de partenariat entre la DGSN et la compagnie nationale Air Algérie ainsi que l’ENTMV portant sur la réduction des billets de voyage au profit des fonctionnaires de police ne sont

pas une affaire de loisirs, mais une initiative destinée à revaloriser le pouvoir d’achat des fonctionnaires de police et alléger leurs dépenses. M. Abdelghani Hamel a tenu à dire

à propos du syndicat qu’il n’est pas à l’ordre

du jour. S’agissant de la prise en charge des poli- ciers souffrant de stress, le DGSN a indiqué qu’ils sont pris en charge par des psycho- logues et que le commandement est à l’écou- te de ses personnels. Mohamed Bouraïb

Le statut particulier des fonctionnaires de police "sérieusement" pris en charge

L e statut des fonctionnaires de police est "sérieusement" pris en charge par la direction générale (DGSN) et sera prêt avant les délais fixés, a indiqué M. Hamel.

"Le statut particulier des fonctionnaires de police est un dossier qui est sérieusement pris en charge par la DGSN et la commission qui travaille dessus sera largement dans les délais fixés par le gouvernement pour finaliser ce projet", a souligné le général-major Hamel. Il a expliqué, dans ce cadre, que cette commission est com- posée de cadres de la DGSN, de la fonction publique, et du secrétariat général du gouvernement ainsi que du ministère des Finances. "Jusque-là, la commission avance convenable- ment dans son travail", a-t-il souligné. "Je peux vous confirmer, d'ores et déjà, que ce qui sera avancé dans ce statut et le régime indemnitaire, donnera

entière satisfaction aux fonctionnaires de police", a-t-il dit à l'adresse des journalistes. A une question relative à la possi- bilité de création d'un syndicat de police, le DGSN a indiqué que cette question "n'est pas à l'ordre du jour", ajoutant qu'il "n'y pense même pas". D'autre part, le général-major Hamel a affirmé que le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales a demandé à la DGSN de mener une réflexion sur la question des parkings sauvages au niveau de la capitale. Il a indiqué, dans ce cadre, qu'il existe un groupe qui tra- vaille actuellement sur cette question, relevant que ce groupe n'a pas encore rendu ses conclusions qui seront, ensuite, vali- dées et mises en œuvre pour régler ce problème. S'agissant de la question des marchés informels, il a rap- pelé que l'approche arrêtée par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales vise à résorber ces marchés et non

pas à les éradiquer. A propos des problèmes psychologiques dont souffrent certains fonctionnaires de la police, il a expli- qué que cette situation engendrée par la décennie de la tragé- die nationale où les fonctionnaires de la sûreté nationale "étaient aux premières lignes de la lutte antiterroriste, a eu des répercussions psychologiques". Il a affirmé, dans ce cadre, que la DGSN dispose de psy- chologues qui prennent en charge ces cas, soulignant que sa direction "reste à l'écoute de ces fonctionnaires, en les affec- tant dans des postes aménagés qui répondent à leurs profils". Le général-major Hamel, qui a soutenu que la DGSN assu- re, actuellement, 70% de la couverture sécuritaire, a indiqué que les caméras de surveillance dans la capitale "n'ont pas encore été déployées".

“Ouled El Houma”sur le terrain

l’Association Ouled El Houma, que préside M. Bergui et les cadres de la jeunesse, M

Dans le cadre de la lutte contre la violence dans les enceintes sportives et dans les cités et quar- tiers, l’Association Ouled El Houma chargée des activités sportives et culturelles au profit des jeunes non structurés des cités et quartiers, et des activités en milieu carcéral, très soucieuse de la montée du phénomène de la violence qui gangrène notre société et plus particulièrement la jeu- nesse, prévoit la mise en place d’un programme de rencontres-débats de sensibilisation contre

tous les fléaux et ce, en étroite collaboration avec les directions de la jeunesse et des sports et sous le patronage du ministère de la Jeunesse et des Sports et bien sûr de la direction générale de la sûreté nationale. Ce programme consiste à être à l’écoute des préoccupations et aspirations des jeunes dans leur propre environnement pour mieux cerner tous les problèmes que rencontrent les jeunes, afin d’élaborer un programme d’action qui réponde à la réalité du terrain. Lors de la réunion qui s’est tenue au siège du ministère de la Jeunesse et des Sports, avec les membres de

me Kharfi,

directrice générale de la jeunesse, a assuré le président de l’Association, M. Abderrahmane Bergui, de l’aide et du soutien du ministère pour la mise en œuvre du programme en direction des jeunes en difficulté, tout en lui assurant de mettre à la disposition de l’Association les infrastruc- tures relevant de son département. Dans les prochains jours sur invitation de la DGSN, une réunion est prévue avec l’Association Ouled El Houma avec tout son expérience du terrain, pour apporter sa contribution pour le programme de proximité mis en place par la direction générale de la sûreté nationale qui accorde un intérêt très particulier à la politique de proximité.

Première rencontre nationale aujourd’hui des directeurs des systèmes d'information

directeurs des systèmes d'information

(DSI) d'Algérie sera organisée aujourd’hui au siège de la direction générale d'Algérie

Télécom à Alger, a indiqué hier le ministère de la Poste et des Technologies de l'infor- mation et de communication dans un communiqué. Eu égard à l'importance de leur rôle, le ministère a initié un processus de création d'un espace de concertation des DSI

Cet

espace aura pour mission majeure de contribuer au développement des TIC en Algérie et permettra, notamment, de partager l'expertise et mettre en commun les expériences des DSI et développer les normes et standards dans le domaine des systèmes d'information. L'espace a également pour but de mutualiser les ressources et les développements, struc- turer la demande, acquérir une influence suffisante face aux fournisseurs informatiques locaux ou internationaux et participer au développement du marché local de l'informa- tique. Le DSI peut trouver à travers cette rencontre un espace pour l'échange d'expé- riences et la confrontation de ses choix ou ses questionnements à une expertise plus étendue, a ajouté le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de communication.

Une première rencontre nationale regroupant les

des entreprises et administration algériennes, a-t-on souligné de même source.

Région

11

EL MOUDJAHID

Khenchela

Réception de 16 retenues collinaires

S eize nouvelles retenues

d’être réceptionnées dans

la wilaya de Khenchela, permet- tant l’amélioration des capaci- tés d’irrigation des terres agri- coles, a-t-on appris hier auprès de la Direction de l’hydraulique (DHW). La réalisation de ces ouvrages avait été inscrite au titre du programme spécial de développement des hauts pla- teaux pour 400 millions de dinars, a ajouté la même sour- ce, annonçant d’autres opéra- tions similaires pour 2011 dans le cadre du programme quin- quennal 2010-2014. Réalisées par des entreprises locales, ces retenues sont implantées dans les localités rurales des com- munes d’El-Mehmel, Ain Touila, Tamza, Ouled Archache, Babar, Khirane et Lemsara. Leurs capacités de stockage varient entre 60.000 et 150.000 m 3 . Selon la DHW, la réalisation de ces ouvrages permettra d’élargir la superficie des terres agricoles irriguées qui reste limitée par rapport à la surface agricole utile (SAU) de la wilaya. Ces retenues permet- tront également de réduire l’im- pact des variations pluviomé- triques notamment dans les régions steppiques, et peuvent être exploitées pour l’abreuve- ment du cheptel ou comme plans d’eau pour les flux d’oi- seaux migrateurs, tout en adou- cissant le climat des localités concernées, a-t-on noté. La DHW a appelé les communes concernées à assurer une exploi- tation rationnelle de ces rete-

collinaires viennent

nues en s’attelant, notamment, à organiser les agriculteurs en associations. Entre 2006 et 2008, dix retenues collinaires totalisant une capacité de stoc- kage de 800.000 m3 avaient été réalisées dans la wilaya pour irriguer quelque 130 hectares des régions de Chelia, Baghaï, Yabous, Khirane, Chechar, Djellal, Lemsara et Taouzianet. Selon la même source, le nombre de retenues réalisées dans la wilaya, durant cette décennie, atteindra les 30 unités après l’achèvement des quatre ouvrages actuellement en chan- tier. Le volume des eaux super- ficielles mobilisé à Khenchela progressera encore plus avec la réception du barrage de Taghrisset (7,5 millions de m 3 ) en voie de construction dans la commune de Yabous par l’entre- prise nationale Cosider. Ce volume augmentera de manière "très notable" après la réalisation du futur grand barra- ge de Ouldja qui aura une capa- cité de stockage de 50 millions de m 3 , avait indiqué le DHW au cours des travaux de la dernière session de l’assemblée populai- re de wilaya, rappelle-t-on.

Médéa

Réhabilitation prochaine de plusieurs stations de pompage et de traitement d’eau

P lusieurs stations de pompage et de traitement d’eau potable, alimentant de nom-

ment les communes situées en amont des barrages de Ghrib et de la Chiffa, a ajouté la même direc- tion. Ces travaux vont permettre de régler "définitivement" un épineux problème technique, à l’origine des perturbations signalées dans l’ali- mentation de ces localités, a-t-on assuré. Les équipements de pompage utilisés notamment sur la conduite Ghrib-Médéa et Ghrib-Berrouaghia sont sujets à de fréquentes pannes, principalement lors des intempé- ries, et nécessitent donc leur rempla- cement par des équipements fiables et robustes à la fois, a-t-on noté. En outre, cette opération de réha- bilitation a l’avantage d’assurer des apports en eau potable supplémen-

Boumerdès

7.000 logements pour la résorption de l’habitat précaire

taires et non négligeables au profit des ces communes, selon la même source. A ce titre, les travaux de réhabi- litation des équipements de la sta- tion de pompage Ghrib-Médéa vont permettre de réaliser un gain de

8000 m

3

/jour, qui sera ajouté au

ratio d’eau potable réservé aux foyers du chef lieu de wilaya et ses environs, alors qu’un gain de 2000 M 3 est attendu de la rénovation de la station de pompage Ghrib- Berrouaghia. Un apport supplémentaire équi- valent à cette dernière est escompté des travaux de réhabilitation qui seront engagés au niveau de la sta- tion de pompage et de traitement d’eau de la Chiffa, a-t-on précisé de même source.

breuses localités du centre de la wilaya de Médéa à partir du barra- ge de dérivation de la Chiffa, nord de Médéa, et du barrage de Ghrib, dans la wilaya d’Ain-Defla, feront l’objet prochainement de travaux de réhabilitation en vue d’une meilleu- re optimisation de ces installations, a-t-on appris auprès de la direction locale de l’hydraulique.

Les travaux de réhabilitation seront financés dans le cadre d’une opération centralisée, consistant en la rénovation des équipements de pompage et de traitement d’eau des stations destinées à l’alimentation des agglomérations urbaines de Médéa et Berrouaghia, mais égale-

L a wilaya de Boumerdès a bénéficié d’un programme sectoriel global de près de

7.000 logements publics locatifs, durant ces trois dernières années, au titre de la résorption progressive de l’habitat précaire (RPHP), a-t-on appris auprès de la Direction de l’ur- banisme et de la construction (Duc). Un premier quota de 1.000 uni- tés, dégagé en 2007, a été réparti sur

de 1.000 uni- tés, dégagé en 2007, a été réparti sur Il a, en outre, signalé

Il a, en outre, signalé que ses ser- vices allaient s’appuyer sur d’autres programmes de logements inscrits au titre de divers programmes secto- riels de la wilaya, afin de les faire contribuer aux efforts de lutte contre cette plaie du paysage urbain. Selon les services de la wilaya, la région comptait, fin 2008, quelque 7.300 habitations précaires, occu- pées par 8.000 familles et implan- tées à travers 261 sites de 27 com-

Oran

munes, sur les 32 que compte Boumerdes. Une grande partie de ces sites d’habitations précaires se traouve dans les communes côtières de la wilaya, à l’instar de Boudouaou El Bahri, qui compte à elle seule près de 8.00 constructions précaires, sui- vie de Cap Djinet, ou il est recensé 600 unités, puis Zemmouri (400) et Boumerdes avec plus de 300 unités, selon la même source.

Entre autres actions envisa- gées, le wali a signalé à l'adresse de l'assistance composée des membres de l'APW, des chefs de daïras, des présidents d'APC et des directeurs de l'exécutif, la mise à niveau de la ville. Il a appelé tous les intervenants à concrétiser le "futur Oran par la modernisation de la ville", rele- vant que "cette vision futuriste du développement local est fondée sur une approche participative".

quatre communes de la région :

Boumerdès, Bordj Menail, Khemiss El Khechna, et Boudouaou El Bahri. Une seconde tranche de 1500 unités a été affectée à la wilaya en 2008, alors que la troisième tranche, constituée de 2100 logements sociaux, lui a été destinée en 2009, a-t-on précisé de même source. Lors de son intervention à la derniè- re session de l’APW consacrée a ce problème, le DUC avait fait cas d’une demande introduite auprès de sa tutelle pour un programme com- plémentaire de logements en vue du parachèvement de l’action d’éradi- cation de l’habitat précaire à travers toute la wilaya.

Priorité à l'achèvement des projets en souffrance

Chahmi et de l'hôpital de Gdyel. Il a insisté, dans ce contexte, sur l'impératif de relancer d'autres projets en souffrance comme ceux de la grande mosquée "Ibn Badis" d'Oran, de réhabilitation de 400 immeubles (vieux bâti), de par- kings à étages et du palais de la culture dont les travaux n'ont pas encore démarré. Dans ce contexte, il a demandé dans ce contexte au directeur de la planification et de l'aménagement du territoire (DPAT) à assainir la situation.

L a priorité sera accordée à l'achèvement des projets en souffrance, a affirmé le

wali d'Oran lors de la troisième session ordinaire de l'APW, tenue

hier. Parmi ces projets, le wali a cité celui du pôle universitaire de Belgaïd, à l'est d'Oran, qui connaît un retard dans la livraison des structures pédagogiques, de réalisation de l'institut du cancer non encore lancé, ainsi que ceux de l'établissement de santé publique de proximité de Sidi

Education

Plaidoyer pour la dynamisation des bibliothèques scolaires

L a nécessité de ''dynamiser davantage les biblio- thèques scolaires en

Algérie'' pour en faire un centre de rayonnement culturel et de trans- mission des connaissances et du savoir, a été mise en relief hier à l’ouverture des travaux d’un sémi- naire national consacré au sujet. Une ''vision bibliothécaire'' s’im- pose aujourd’hui plus que jamais pour rendre les bibliothèques sco- laires performantes, a souligné le

docteur Kamel Battouche, de

l’université de Constantine, saluant toutefois les efforts entre- pris jusqu'à présent par le ministè- re de l’Education nationale dans le perspective d’encourager et de promouvoir la lecture chez les élèves. La politique de recrutement des bibliothécaires dans les éta- blissements éducatifs représente un ''début de prise en charge des bibliothèques scolaires'', a-t-il noté, plaidant, par ailleurs, pour un travail de sensibilisation en milieu

scolaire pour inciter à la lecture et pour un ''bon choix'' lors de l’ac- quisition d’ouvrages. Une dizaine de communica- tions traitant des méthodes et des techniques modernes de gestion des espaces de lecture a été pro- grammée lors de cette rencontre de deux jours organisée par la direction de la culture qui entend,

à travers cette initiative, contri-

buer à la promotion de la lecture et

à la valorisation du rôle des bibliothèques scolaires.

''La prise en compte du phéno- mène de résistance au changement dans les bibliothèques'', ''les bibliothèques scolaires et l’émer- gence d’un carrefour d’apprentis- sage'' et ''apport des technologies de l’information et de communica- tion (TIC) dans le développement de la coopération entre les biblio- thèques scolaires”, figurent au

programme de ce séminaire natio- nal, quatrième du genre.

Tizi-Ouzou Un nouveau P/APC à la tête de la commune U n nouveau président de
Tizi-Ouzou
Un nouveau
P/APC à la tête
de la commune
U n nouveau président de
l’assemblée populaire
de la commune du chef-
lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, en
l’occurrence M. Naguim Kolli, a
été installé hier par le premier
magistrat de la wilaya, M
Abdelkader Bouazghi, en rem-
placement de l’ancien maire qui
a démissionné de son poste pen-
dant qu’il était en congé de mala-
die. La cérémonie d’installation
de ce nouvel édile municipal qui
s’est déroulée dans la sérénité et
la convivialité a vu la participa-
tion de l’écrasante majorité des
élus représentant des partis
RND, RCD et FLN, le directeur
de la réglementation et des
affaires générales (DRAG), le
chef de daira du chef-lieu de
wilaya ainsi que des militants
d’où est issu le nouveau maire, à
savoir le FLN, conduits par le
premier responsable local du
parti, le député et Mouhafadh,
Said Lakhdari, qui s’est dit très
satisfait du climat de sérénité qui
a prévalu durant cette cérémonie,
tout en se déclarant confiant du
travail qu’effectuera la nouvelle
équipe que choisira ce nouvel
édile, un fidèle militant du FLN.
M Naguim Kolli qui connaît
assez bien la commune qu’il diri-
ge, désormais, pour avoir été élu
depuis plusieurs années, s’est
déjà mis au travail en traçant un
riche programme de développe-
ment et de réforme des services
de la commune, plus particuliè-
rement le service d’état civil et la
voirie qui nécessitent une réfor-
me profonde. Il s’est également
engagé à travailler en étroite col-
laboration avec tous les élus de
l’assemblée, qu’elle que soit leur
appartenance politique, la priori-
té étant autant à la relance du
développement de la commune
en lançant tous les projets ins-
crits à son indicatif. B. A.
El Bayadh
Une nouvelle
pépinière
de PME
réceptionnée
L e secteur des petites et
moyennes entreprises et de
la promotion de l'investisse-
ment vient d'être renforcé par la
réception, dans la wilaya d'El-
Bayadh, d'une pépinière de PME, a
indiqué hier un responsable du sec-
teur. La création de cette nouvelle
structure, première du genre au
niveau de la wilaya, vise notam-
ment l'accompagnement des jeunes
promoteurs de PME, de la concep-
tion à l'exécution du projet, a préci-
sé M. Mentit Djamel Eddine. Cette
pépinière, opérationnelle très pro-
chainement, devra constituer un
appui au développement des PME,
à travers l'accompagnement,
l'orientation et le suivi des promo-
teurs de projets de micro-entre-
prises retenus au titre des différents
dispositifs d'emploi. Inscrit au titre
du programme de développement
des hauts plateaux pour une enve-
loppe financière de 30 millions de
dinars, ce projet, qui couvre une
surface de 1.000 m 2 à l'entrée Est
de la ville d'El-Bayadh, devra
contribuer à la formation de jeunes
investisseurs pour une meilleure
performance des PME dans la
région.

Société

12

EL MOUDJAHID

Coup de filet de la gendarmerie nationale

Saisie d’une tonne de kif traité à Bachar

U ne tonne de kif traité a été sai-

sie et trois trafiquants ont été

arrêtés, à 70 km au sud de la

région de Beni-Abbès, a-t-on appris hier auprès du commandant du grou- pement de wilaya de la gendarmerie nationale (GN) de Béchar. L’opération qui s'est déroulée ven- dredi , a permis aussi la récupération d’un fusil d’assaut, des munitions ainsi qu’un véhicule tout-terrain, en plus d’un téléphone satellitaire, a pré- cisé le lieutenant-colonel Djilali Tahri. Les trois personnes impliquées

dans cette affaire, dont la nationalité n’a pas encore été déterminée et qui venaient du Maroc, ont violemment riposté aux sommations des forces de la gendarmerie nationale, a-t-il ajou-

té. Les éléments de la GN ont procé- dé à une contre-attaque pour arrêter ces trois personnes à proximité des Erg-Erraoui et Chech, situés sur le territoire de la daira de Beni-Abbès, à 241 km au sud de Béchar, a souligné l’officier supérieur de la GN. Une quantité globale de 10 tonnes de kif traité a été saisie et 10

Koléa

Arrestation de plusieurs dealers

Agissant sur renseignements, les gendarmes de la section de recherches de Tipasa ont procédé avant-hier à l’interpellation de deux dealers, au centre ville de Koléa, en possession d’un kilogramme de kif traité.

A Ain-Defla, les gendarmes de la brigade d’Oued Chorfa ont

procédé à l’interpellation d’une personne, en possession de 73,70 grammes de kif traité. Par ailleurs, les gardes-frontières de la gendarmerie nationale de Remblais (Tlemcen), effectuant une patrouille à travers leur

secteur de compétence, ont procédé le 22 octobre à l’interpella- tion d’un citoyen en possession de 30 grammes de kif traité. Le même jour à 20 heures, dans le cadre de la lutte contre le banditisme, les gendarmes de la brigade de Ghazaouet ont pro- cédé à l'interpellation d’un dealer en possession de 20 grammes de kif traité.

A Constantine, les gendarmes de la section de sécurité et

d’intervention du groupement, effectuant une patrouille à la

commune d’El-Khroub, ont procédé à l’interpellation de six personnes, en possession de 10,9 grammes de kif traité.

El Oued

Saisie de 1.500 sachets de tabac à chiquer et 100 cartouches de cigarettes

Les gendarmes de la brigade de Beni Guecha (El Oued), dressant un barrage permanent sur la Route Nationale N°16, reliant la ville de Tébessa à celle d’El Oued, à hauteur du villa- ge El Douilet, commune de Beni Guecha, ont procédé avant- hier à l’interpellation de deux personnes dont un repris de jus- tice, transportant à bord d’un véhicule de marque Peugeot 206, quelque 1500 sachets de tabac à chiquer et 100 cartouches de cigarettes de marque Rym, sans facture. En outre et agissant sur renseignements, les gendarmes et les gardes-frontières de Taleb Larbi (El Oued) ont procédé à la découverte et la saisie de soixante-dix-huit jerricans renfermant 1560 litres de mazout, dissimulés par des contrebandiers dans un buisson à la zone Mezara, sise près de la bande frontalière.

Tlemcen

Saisie de 5.000 litres de carburant

Les gardes-frontières de la gendarmerie nationale d’El Djorf, Abdallah, Sidi Boudjenane et Boukanoune (Tlemcen), effec- tuant des patrouilles à travers leurs secteurs de compétence res- pectifs, ont procédé hier et avant-hier à la découverte et la sai- sie de 5000 litres de carburant, abandonnés par des contreban- diers sur la bande frontalière.

personnes impliquées dans 7 affaires de trafic de drogue, ont été arrêtées depuis le début de 2010 à travers le sud-ouest du pays, a indiqué par ailleurs le colonel Abdelmadjid Ben- Bouzid, chef du 3 ème commandement régional de la gendarmerie nationale à Béchar. 7 véhicules tout-terrain, 5 armes d’assauts, dont un fusil-mitrailleur automatique lourd de type “FMK”, ainsi qu’une importante quantité de munitions, ont été également récupé- rés dans le cadre de ces affaires, selon le même responsable.

Saisie par les douanes de 180 kg de kif traité à Sidi Bel-Abbès

L es services des douanes ont réussi, derniè- rement à Sidi Bel-Abbes, à faire échec à une tentative de trafic de 180 kg de drogue, a-t-

on appris hier dans un communiqué de l’inspec- tion des divisions des douanes de la wilaya. Cette quantité de kif traité a été saisie par des agents de la brigade mobile des douanes lors d’un barrage de contrôle dressé au niveau de l'au- toroute Est-Ouest traversant le territoire de la commune de Sidi Ali Boussidi, après avoir inter- cepté un camion se dirigeant vers Oran en prove- nance de Maghnia (Tlemcen), a indiqué la même source. 1.895 plaquettes de kif traité dissimulées dans une cache ont été decouvertes apres une fouille minutieuse du camion. Les services des douanes ont saisi le véhicule qui transportait cette marchandise prohibée dont la valeur vénale est estimée à environ 76 millions de dinars, a indiqué le communiqué dont une copie a été remise à l’APS. Les mêmes services ont récemment traité plu- sieurs affaires de trafic et de contrebande, notamment la mise en échec de trois tentatives de contrebande de dizaines de milliers de car- touches de cigarettes à bord de trois camions, et la saisie de 2.950 cartouches de fusils de chasse à bord d’une voiture. Les brigades des douanes de Sidi Bel-Abbès ont saisi dernièrement plus de 41 kg de kif traité et ont fait échec à une tentative de trafic de 80 quintaux de résidus de cuivre et de 871 grammes d'or dans une tentative de contrebande à bord d’un véhicule.

Médéa Sensibilisation et prévention sur les risques d’asphyxie au monoxyde de carbone U ne semaine
Médéa
Sensibilisation
et prévention sur
les risques d’asphyxie
au monoxyde
de carbone
U ne semaine de sensibilisation et de pré-
vention sur les risques d’asphyxie au
monoxyde de carbone a été lancée, hier,
à travers les différentes unités d’intervention de
la protection civile de la wilaya de Médéa.
Cette semaine de prévention s’inscrit, selon
le lieutenant Tarek Belhachemi, dans le cadre
du programme d’information et de sensibilisa-
tion des populations contre les accidents domes-
tiques initié par la Direction générale de la pro-
tection civile (DGPC), à l’approche de la saison
hivernale où ce type d’accidents est très fré-
quent.
Arrêté en flagrant délit
2 ans de prison ferme à
l’encontre d’un syndicaliste
pour corruption
La même source ajoute que des journées
portes ouvertes seront organisées à l’effet d’in-
former les citoyens sur ce phénomène et leur
inculquer de nouveaux comportements suscep-
tibles d’éviter ce genre d’accident.
Des séances d’initiation sur les secours d’ur-
gence, les méthodes de prévention ainsi que sur
le mode d’utilisation des équipements de chauf-
fage et autres seront assurés, durant cette semai-
ne, par le personnel du service de prévention de
la protection civile, indique-t-on de même sour-
L e tribunal criminel
près la cour de Tizi-
Ouzou a prononcé
ce. L’objectif de cette opération est d’arriver à
réduire le nombre d’accidents dus essentielle-
ment à une mauvaise installation des conduites
de gaz ou à cause d’appareils de chauffage
hier une peine de deux ans de
prison ferme à l’encontre du
syndicaliste, T.M, reconnu
coupable de corruption. Le
prévenu a été arrêté par les
éléments de la brigade de
recherche et d’investigation
de la police judiciaire de
Tizi-Ouzou au courant de ce
mois en flagrant délit de per-
ception d’une somme de
100.000 dinars de la part
d’un entrepreneur en contre-
partie d’un service rendu à ce
dernier, à savoir l’annulation
d’une décision de résiliation
d’un marché contracté par
cet entrepreneur auprès de la
direction des œuvres univer-
sitaires Hasnaoua où tra-
vaillait ce syndicaliste.
Les éléments de la BRI
ont agi suite à des renseigne-
ments fournis par cet entre-
preneur sur le lieu choisi
pour remettre la somme indi-
quée au syndicaliste. B. A.
défectueux, et préserver ainsi des vies humaines,
a souligné l’officier Tarek Belhachemi.
Il
est
à
rappeler que 253 per-
sonnes ont péri, en 2010, à
travers le territoire natio-
nal, dans ce type
d’accidents, selon
Accidents de la circulation
9 morts en une journée
les statistiques de
la DGPC, alors
que 965 autres
personnes ont été
sauvées in extremis
d’une mort certaine.
Durant la journée du 23 octobre 2010, vingt-trois accidents de la circulation rou-
tière dont (6) mortels et (17) corporels ont été constatés par les unités de la gendarme-
rie nationale à travers l’ensemble du territoire national. Le bilan fait état de (9) morts
et (38) blessés ainsi que des dégâts matériels causés à (32) moyens de locomotion.
Le plus grand nombre de victimes a été enregistré à Alger (4), El Oued
(2) et Ouargla, Tébessa et Guelma avec un décès chacun.

La faille d'Haïti encore capable de provoquer un violent séisme

L e séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010 a certes été dévasta- teur mais n'a pas relâché toutes les

tensions accumulées au fil des ans le long

d'une faille sismique bien connue, qui présente toujours un danger important

pour la capitale, Port-au-Prince, selon une étude américaine. Ce puissant tremble- ment de terre, d'une magnitude de 7 et

dont l'épicentre

ment 25 km de la capitale, a fait plus de 250.000 morts. Son origine a été attribuée à la faille de l'Enriquillo-Plantain Garden (EPGF), bien identifiée mais dont le fonc- tionnement est encore mal compris, qui avait déjà provoqué deux séismes de

a été localisé à seule-

magnitude similaire en 1751 et 1770.

Cette faille complexe, longue de 270 km, court le long de l'étroite péninsule occidentale de l'île d'Hispaniola, deuxiè- me plus grande île des Antilles, qu'Haïti partage avec la République dominicaine. Mais selon une équipe de géologues dirigée par Carole Prentice, de l'US Geological Survey de Menlo Park, en Californie, le rôle de l'EPGF dans ce séisme est plus compliqué qu'il y paraît. Relevés terrestres, photos aériennes, observations satellites: les chercheurs ont examiné en détail la surface de l'île au-dessus de cette faille, à la recherche de traces laissées par le séisme. Mais s'ils ont trouvé de multiples preuves laissées par les secousses du 18e siècle (failles,

soulèvement de terrain, cours d'eau

détournés

au séisme du 12 janvier 2010. Ce cas de figure n'est pas unique dans l'histoire de la sismologie, mais il est d'autant plus rare et surprenant que le tremblement de terre était puissant et proche de la surface. Le séisme a pu être causé par une autre faille proche, non identifiée, ou alors par l'EPGF mais à une grande profondeur. Quelle que soit l'explication, les observa- tions et les modélisations informatiques réalisées par les géologues pour tenter d'expliquer ce phénomène laissent penser que le séisme de janvier n'a pas suffi à

aucune n'a pu être attribuée

),

évacuer toutes les tensions telluriques qui

se sont accumulées à la surface de cette faille depuis les précédentes secousses, il y a 250 ans. La faille l'Enriquillo-Plantain Garden "reste un grave danger sismique pour Haïti, en particulier pour la région de Port-au-Prince", met en garde l'étude, publiée par le journal Nature Geoscience. L'inquiétude est particulièrement vive concernant une bande de 110 km qui passe juste au sud de la capitale, entre le lac Miragoane, à l'ouest, et Dumay à l'est. Ces sections de la faille sont capables de générer un séisme qui pourrait créer dans cette zone urbanisée des secousses encore plus violentes en surface que lors du 12 janvier, avertissent les auteurs.

Monde

13

EL MOUDJAHID

En dépit du blocus militaire marocain

Exode de citoyens sahraouis vers le camp "El-Istiqlal"

L'exode des citoyens sahraouis continue vers le camp "El-Istiqlal", à l'est de la ville d'El-Ayoun, (capi- tale occupée du Sahara occidental), en dépit du blocus imposé par l'ar- mée marocaine, a indiqué hier l'Agence de presse sahraouie (SPS). Plus de 260 véhicules ont quitté vendredi matin la ville occupée d'El-Ayoun, en vue de lever le blo- cus et d'approvisionner la popula- tion sahraouie en denrées alimen- taires, en eau potable et en médica- ments, mais ont du faire face à "des pressions et des provocations" de la part des services des sécurité maro- cains, avant d'arriver au camp de réfugiés après d'"âpres" négocia- tions, a précisé l'agence. L'armée marocaine "impose un blocus sur les approvisionnements

en denrées alimentaires, en eau potable et en médicaments et encercle avec un mur le camp de réfugiés qui compte entre 15.000 et 20.000 sahraouis qui s'y sont instal- lés depuis le 10 octobre, dans plus de 5000 tentes", a rappelé la même source. Cet exode est l'expression de la protestation populaire paci- fique contre les conditions déplo- rables que vivent les sahraouis depuis 35 ans d'occupation maro- caine et du rejet de cette occupation et la réaffirmation de l'attachement au droit légitime du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépen- dance, consacré par la charte et les résolutions onusiennes. Par ailleurs, les autorités maro- caines ont agressé vendredi des membres de la commission chargée

ont agressé vendredi des membres de la commission chargée de la prise en charge des camps

de la prise en charge des camps des réfugiés à El-Ayoun occupée, bles- sant trois d'entre eux et arrestant deux autres, au moment où l'armée

marocaine continue à resserrer l'étau sur les réfugiés sahraouis, en fermant les accès de et vers le camp.

Le Front Polisario appelle l'UE à annuler tous les accords de pêche avec le Maroc

Le Front Polisario a appelé l'Union européen- ne (UE) à "annuler" tous les accords de pêche conclus avec le Maroc et à procéder au "gel immédiat" du statut avancé accordé au Maroc. Le Front Polisario "appelle l'UE à annuler tous les accords de pêche conclus avec le Maroc, qui incluent les eaux territoriales du Sahara occi- dental", a indiqué hier l'agence de presse sah- raouie (SPS), citant un communiqué rendu public samedi au terme d'une réunion extraordi- naire du secrétariat national du Front Polisario

présidée par le président, M. Mohamed Abdelaziz. Le secrétariat national a rappelé que l'arrivée dans des camps démunis à l'est d'El Ayoun occu- pée, de dizaines de milliers de déplacés sahra- rouis pour protester contre leurs mauvaises conditions économiques et sociales prouvent indéniablement que ces derniers ne jouissent pas de leurs richesses naturelles que les autorités d'occupation marocaines continuent de piller". Il a également appelé l'UE à "contribuer à une

UA-Soudan

Le comité ministériel de l’UA pour la reconstruction post-conflit et le développement à Khartoum

solution démocratique juste au conflit du Sahara occidental et à ne pas créer de nouvelles compli- cations et des difficultés devant cette solution". Le secrétariat national a, dans ce cadre, appe- lé l'UE à procéder au "gel immédiat" du statut avancé accordé au Maroc, "tant que ce pays per- siste dans ses violations des droits de l'homme au Sahara occidental, selon les rapports des ins- tances et organisations internationales, dont le Haut commissariat des droits de l'homme de l'ONU et le Parlement européen".

Le comité ministériel de l’Union africaine pour la reconstruction post-conflit et le développement au Soudan a entamé hier sa visite au Soudan par une série d’entretiens à Khartoum avec les autorités cen- trales soudanaises. M. Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires africaines et maghrébines, représente l’Algérie au sein de ce comité, présidé par la ministre sud- africaine des Affaires étrangères, Mme Maite Nkoana Mashabane. Le Nigeria est représenté, pour sa part, par son ministre des Affaires étran- gères M. Odein Ajumogobia. Les membres du comité ont été reçus par le ministre des Affaires étrangères soudanais, M. Ali Ahmed Karti, en présence du secré- taire d’Etat à la Coopération inter- nationale, M. Yahia Hussein Babikir, et des hauts responsables

du ministère des Affaires étran- gères du Soudan. Ils se sont également réunis avec le président de la Commission nationale chargée du référendum au Sud Soudan, Mohamed Osman Alnujomi, et le président du Panel de haut niveau de l’Union africaine sur le Darfour, M. Thabo Mbeki. Durant ses entretiens avec les différents responsables soudanais, le comité a réaffirmé le principe de l’appropriation par l’Afrique des processus et mécanismes de résolu- tion des conflits et salué les progrès réalisés par le gouvernement sou- danais dans le processus de paix au Soudan en dépit des difficultés et défis auxquels il fait face. M. Messahel a réitéré, à cette occasion, le souhait de l’Algérie de voir les efforts en cours, soutenus par l’Union africaine, emporter l’adhésion de toutes les parties sou-

danaises qui doivent faire preuve d’esprit de concorde et de fraterni- té pour assurer l’avenir du Soudan. Le comité ministériel, dont la visite durera jusqu’à demain, procé- dera à un échange de vues avec les parties soudanaises sur les voies et moyens de revitaliser les efforts déployés en vue de la reconstruc- tion et du développement post- conflit au Soudan. Cette visi-

te permettra, souligne-t-on, de réaf- firmer l’engagement de l’Union africaine à soutenir le processus de mise en œuvre de l’Accord de paix global, notamment dans la perspec- tive des référendums qui auront lieu

à Abyei et au Sud Soudan le 9 jan-

vier 2011. A l’issue de ses entre- tiens avec les autorités centrales

soudanaises, le comité se déplacera

à Juba (Sud Soudan) pour rencon-

trer les responsables de la région. Le comité ministériel de l’Union

africaine, composé de l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Egypte, l’Ethiopie, le Gabon, le Nigeria, le Kenya, le Sénégal et le Soudan, a été créé lors du sommet de l’Union africaine tenu à Maputo (Mozambique), en juillet 2003 en application des dis- positions du protocole relatif à la création du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, rappelle-t-on. Il a été investi de la mission d’éva- luation, en consultation avec le gouvernement soudanais et le Mouvement populaire de libération du Soudan, des besoins et des défis de reconstruction post-conflit au Sud Soudan, de la mobilisation de

l’aide des pays africains autour des efforts de reconstruction post- conflit et, enfin, de la sensibilisa- tion de la communauté internationa-

le sur l’importance des défis de reconstruction post-conflit au Sud Soudan.

L’Argentine réaffirme son soutien à une solution "juste et durable" dans le cadre de l'Onu

L'Argentine a réaffirmé son soutien à une solution "juste et durable" au Sahara occidental dans le cadre des résolutions "perti- nentes" des Nations unies. "S'agissant de la situation au Sahara occidental, l'Argentine a réitéré sa position traditionnelle en faveur d'une solution juste et durable dans le cadre des négocia- tions et des résolutions pertinentes de l'Onu", a précisé un communi- qué de presse publié sur le site offi- ciel du ministère des Relations extérieures, du Commerce interna- tional et du Culte. Le communiqué a été publié à l'issue de la visite au Maroc du vice-ministre argentin des Relations extérieures, M. Alberto Pedro D'Alloto, et de la 3e réunion maroco-argentine de consultations politiques. Le Sahara occidental est la der- nière colonie en Afrique. Il est considéré comme territoire non- autonome par l'Onu depuis 1966. Le Conseil de sécurité avait deman- dé, dans sa dernière résolution (1871), au Maroc et au Front Polisario de poursuivre les négocia- tions sous les auspices du secrétai- re général de l'Onu, "sans condi- tions préalables et de bonne foi", en vue de parvenir à une "solution politique juste, durable et mutuelle- ment acceptable" qui pourvoie à l'autodétermination du peuple du Sahara occidental. Le Maroc et le Front Polisario ont engagé en juin 2007 des négo- ciations directes, sous l'égide de l'Onu, dont quatre rounds ont eu lieu depuis à Manhasset, près de New York, et deux réunions infor- melles à Vienne et à NewYork, sans aboutir à une avancée réelle. La dernière réunion informelle sur le Sahara occidental a eu lieu à New York, en février dernier, date à laquelle les parties ont réaffirmé leur engagement à poursuivre leurs négociations dès que possible. L'Envoyé personnel du secrétai- re général des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, a affirmé lundi dernier que le statu quo caractérisant la question du Sahara occidental est "inte- nable". "Il n'y a pas de doute que le statu quo (dans la question du Sahara occidental) est intenable à long terme étant donné les coûts et les dangers qu'il entraîne", a décla- ré M. Ross à la presse à l'issue de l'audience que lui a accordée le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.

Palestine

Les Palestiniens saluent l'appel du Vatican à mettre fin à la colonisation israélienne

Les milieux politiques et religieux palesti- niens ont salué hier l'appel du Vatican réclamant la fin de la colonisation israélienne dans les ter- ritoires palestiniens occupés et l'application des résolutions des Nations unies et du Conseil de sécurité. A l'issue d'une réunion tenue samedi au Vatican, présidée par le Pape Benoît XVI, le synode des évêques pour le Moyen-Orient a demandé à la communauté internationale, en particulier à l'ONU, de mettre fin à l'occupation israélienne et d'appliquer les résolutions onu- siennes. L'appel du Vatican souligne son attache- ment à la paix et à la sécurité dans le monde et le respect des peuples, a déclaré le porte-parole du mouvement palestinien Fath, Oussama El- Qoassmi. La demande du Vatican intervient alors que les négociations directes palestino-israé- liennes piétinent en raison de la poursuite par Israël de sa politique colonisatrice et son refus de respecter le droit international, a ajouté M. El- Qoassmi. De son côté, le Mufti d'El Qods et de Palestine, Mohamed Hussein a accueilli favora- blement l'appel du Vatican, lequel intervient selon lui alors que "la communauté internationa-

le est consciente de la nécessité de mettre fin à la colonisation israélienne et de l'établissement d'un Etat palestinien indépendant". Dans sa déclara- tion finale, le synode des évêques pour le Moyen- Orient a interpellé "la communauté internationa- le, en particulier l'ONU, pour qu'elle travaille sincèrement à une solution de paix juste et défi- nitive dans la région" qui passe par la "fin de l'occupation des différents territoires arabes" par Israël. Les évêques ont souligné, en outre, leur opposition à toute utilisation par Israël de textes religieux pour justifier l'occupation par les juifs des terres palestiniennes. Avec la fin de l'occu- pation, "le peuple palestinien pourra avoir une patrie indépendante et souveraine et y vivre dans la dignité et la stabilité", ont-ils estimé dans le texte. L'obstination d'Israël a poursuivre la construction des colonies, jugées illégales par les Nations unies, a poussé les Palestiniens à sus- pendre les négociations directes avec les Israéliens entamées début septembre sous l'égide des Etats-Unis.

Le Hamas et le Fatah en réunion de réconciliation la semaine prochaine

Une réunion de réconciliation regroupera le Fatah, dirigé par le président de l'Autorité nationale palestinienne (ANP) Mahmoud Abbas, et le Hamas, la semaine prochaine, a assuré samedi un haut responsable de ce mouvement cité par des médias. Le mouvement Hamas a convenu de participer la semaine prochaine à une réunion visant à discuter des dossiers sécuritaires afin de conclure un accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas, a assuré dans un communiqué de presse, Salah al-Bardaweel, un haut responsable du Hamas basé à Ghaza. Toutefois, il a indiqué que les deux par- ties n'ont pas encore fixé le lieu de la réunion, ajoutant que Damas serait une des options. La première réunion entre le Fatah et le Hamas a été organisée fin septembre à Damas, où les deux mouvements se sont mis d'accord sur les dossiers portant sur les élections et la réforme de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), sans parve- nir à un accord sur le dossier sur la sécurité.

Israël limite la construction d’écoles à Ghaza (ONU)

Israël a imposé des restrictions sur la construction de nouvelles écoles dans la bande de Ghaza, a affirmé hier l'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA) . "L'UNRWA prévoit de construire huit écoles dans la Bande de Ghaza, mais les autorités israéliennes ont refusé de permettre l'entrée à cette enclave palestinienne du matériel de construction pour quatre écoles", a indiqué Adnan Abu Hassna, porte-paro- le de l'UNRWA. Le processus de construction des quatre écoles autorisées "est compli- qué et lent", a-t-il souligné. Il a ajouté que les écoles seront localisées dans des quar- tiers surpeuplés, où la construction de nouvelles écoles fait cruellement défaut. La Bande de Ghaza est sous blocus israélien depuis près de quatre ans, ce qui engendre de graves conséquences à sa population.

Agences

Culture

15

EL MOUDJAHID

Ouverture du Festival culturel international du malouf à Constantine

Hommage posthume au regretté Abdelkader Toumi

de jeunes

Une quarantaine

a

la

tière de conservation

comme la chimie et

tance technique de

Les conditions de

taux d'humidité, à la

et

liste.

Patrimoine

Une quarantaine

formés

à la restauration des biens culturels à Oran

L e rideau s'est levé, sa- medi soir au théâtre ré- gional de Constantine (TRC),
L e rideau s'est levé, sa-
medi soir au théâtre ré-
gional de Constantine
(TRC), sur la 4 e édition du Fes-
tival culturel international du
Malouf, en présence des autori-
tés locales, d'un représentant du
ministère de la culture et d’un
public très nombreux.
La cérémonie d'ouverture a
été marquée par des allocutions
du wali, M. Noureddine Be-
doui, qui a assuré que les acti-
vités culturelles, moyen de
sauvegarde de notre patrimoine,
constitueront "l'une des priori-
tés de la wilaya", et de M. Ab-
delkader Bendaâmache,
représentant du ministère, qui a
souligné la place qui échoit
désormais à la culture dans
notre pays.
Cent-vingt festivals sont ins-
titués en Algérie, dont 7 pour la
seule ville de Constantine, a no-
tamment indiqué ce journaliste,
musicien et homme de radio.
Formation
au profit des
jeunes au
festival national
de théâtre
comique
à Médéa
Une formation accélérée dans les
domaines de
l’interprétation, la
réalisation et l’écriture théâtrale
est lancée au profit des jeunes ar-
tistes et comédiens a-t-on appris
samedi auprès de cette structure.
Cette formation théâtrale, d’une
durée de cinq jours, qui s'adresse
aux jeunes désireux d’acquérir les
techniques et les connaissances
nécessaires dans leur carrière ar-
tistique, figure parmi les activités
d’animation que compte organiser
le commissariat du festival, en
marge de la compétition officielle
du festival pour la "grappe d’or",
prévue du 26 octobre au 1er no-
vembre prochain, a-t-on précisé.
Cette initiative devrait permettre
aux participants à cette manifesta-
tion, mais également aux jeunes
amateurs de théâtre de tirer profit
des connaissances et du savoir
faire des spécialistes invités pour
cette 5 e édition du festival natio-
nal de théâtre comique, a-t-on sou-
ligné.
Les cours d’initiation prévus, à
cet effet, seront animés par les
professeurs Ahmed Belalem et
Khaled Guerbi, qui vont assurer la
formation des jeunes stagiaires
dans le domaine de l’interprétariat
et l’actorat, alors que les domaines
de la réalisation et l’écriture théâ-
trale sont confiés respectivement
au dramaturge jordanien, Nader
Omrane, et au critique marocain,
Abdelkrim Berrached.
Les organisateurs de cette mani-
festation culturelle ont pro-
grammé, en outre, une rencontre
La soirée a ensuite donné
lieu à un hommage posthume
au regretté Abdelkader
Toumi, grande figure du Ma-
louf constantinois, récemment
rappelé à Dieu et auquel est
dédiée l'édition 2010 de la ma-
nifestation. Un hommage a
également été rendu à d'autres
icones de cette musique, à
l'image de Hadj Mohamed-
Tahar Fergani, Abdelkader
Darsouni, Ahmed Serri,
Hamdi Bennani et Dib Laya-
chi. La partie musicale de la
soirée aura permis au public,
malgré l'heure tardive, de
goûter avec enchantement au
style andalou typiquement
constantinois grâce à Salim
Fergani qui a exécuté de façon
magistrale une nouba, Ram el
maya, avant de "bifurquer"
vers un "zdjoul" rythmé par les
battements de mains d'une as-
sistance ravie.
L'orchestre féminin tunisien
"Azifat", dirigée par la talen-
tueuse violoniste Amina Se-
rarfi, clôturera en apothéose la
première "sahra" du festival en
interprétant des morceaux
connus de tous les pays du Ma-
ghreb, rendus célèbres par Ali
Riahi, Saliha, Salim Lehlali et
autre Hedi Jouini.
La formation féminine aura
réussi à donner un vrai bain de
jouvence à tous les morceaux
interprétés, donnant par-là
même le "la" à un festival qui
promet beaucoup avec le pas-
sage attendu sur scène, en plus
des artistes constantinois, des
troupes de Hacène Laribi de
Libye, de Abdelfattah Bennis
du Maroc, la formation sy-
rienne "El Andalous", et celle
de la cantatrice espagnole de
Séville Begona Olivida.
Festival international de théâtre d’Alger
La pièce "Fatma" de Benguettaf
présentée en italien
évoque aussi les mo-
ments de tendresse
qu'elle a connus.
qui a été à l'origine de
l'initiative de la tra-
duction de la pièce
de l'arabe vers l'ita-
lien.
"Le travail a été
concentré sur la pré-
paration de la comé-
l'occurrence Virginia
Viviano, qui a joué le
rôle de Fatma, afin
qu'elle arrive à entrer
dans la peau du per-
sur la comédie au début du théâtre
algérien, avec en toile de fond le
personnage et l’œuvre de l’un des
fondateurs de ce genre théâtral, en
l’occurrence Rachid Ksentini, au-
quel est dédié cette édition.
La pièce "Fatma"
du dramaturge et
homme de théâtre
M'Hamed Benguet-
taf, a été présentée sa-
medi soir en version
italienne au Théâtre
national Mahieddine
Bachtarzi, dans le
cadre du 2 e Festival
international du théâ-
tre d'Alger.
"Le texte en italien
est très fidèle à l'ori-
ginal, à part quelques
retouches consistant
en la suppression de
quelques passages
pour pouvoir réaliser
le spectacle en un
acte au lieu de deux",
a indiqué le metteur
en scène italien
Marco Di Costanzo,
dienne,
en
sonnage", a ajouté
Marco Di Costanzo à
propos de cette pièce
dont les décors et la
musique ont été ré-
duits au strict mini-
mum pour, a-t-il
expliqué "créer une
rencontre vivante
entre la comédienne
et le public". "Le
texte de Fatma, une
pièce que j'ai eu le
plaisir de voir à Alger
en 2007, a été une
grande découverte
pour moi", a confié le
metteur en scène ita-
lien, précisant que la
version italienne a été
présentée deux fois
en Italie (à Florence
et en Sardaigne).
La pièce raconte le
quotidien d'une
femme qui, une fois
par semaine, lave son
linge sur la terrasse de
l'immeuble où elle
habite.
Pendant cette
journée de labeur, elle
parle de sa vie avec
un certain humour et

de jeunes ont bé-

néficié d'une formation à la restaura-

tion des biens culturels depuis 2007 à Oran dans le cadre d'un programme de coopération algéro-espagnole, a-t- on appris samedi de la coordinatrice de l'Association Restaurateurs sans frontières (A-RSF). Une nouvelle promotion de dix étu- diants de l'Ecole régionale des beaux- arts d'Oran est en cours de formation,

indiqué M me Cristina Bartolome à l'APS en marge de l'inauguration d'une Quinzaine scientifique dédiée à

biodiversité. "Ce cursus a pour objectif de spé-

cialiser les futurs intervenants en ma-

et restauration de

biens culturels conformément au stan- dard international défini par l'UNESCO", a souligné l'experte espa- gnole. Il s'agit, a-t-elle expliqué, d'une formation pluridisciplinaire, compre- nant plusieurs matières scientifiques

la biologie étant

donné l'effet de certaines particules naturelles sur l'état du patrimoine ma- tériel. Ce programme a déjà permis aux trois premières promotions d'ap- pliquer leur apprentissage sur le ter- rain en procédant à la restauration d'œuvres d'art et de pièces archéolo- giques conservées au musée national Ahmed Zabana d'Oran. Les jeunes spécialistes ont procédé à la mise en va- leur d'inscriptions qui remontent à la

civilisation libyque (du 10e au 3 e siècle av. J.-C.), et d'une plaque commémo- rative de l'inauguration de la Mosquée du Pacha (Oran, 1796), a rappelé M me Bartolome. La coopération algéro-es- pagnole comprend également l'assis-

l'A-RSF pour le

réaménagement de la salle des Anti- quités du musée d'Oran, et ce, selon le

standard international qui définit plu- sieurs critères de conservation.

préservation op-

timales sont notamment liées à l'éclai-

rage, à la température ambiante, au

compatibilité des

matériaux en contact avec les œuvres

à la signalétique, a précisé la spécia-

La manifestation aura lieu du 31 octobre au 4 novembre

Festival national de la poésie populaire et la chanson bédouine à Tissemsilt

sant à promouvoir et à valoriser le patrimoine culturel national imma- tériel et à encourager les jeunes ta- lents dans le genre Melhoun, comporte également une série de conférences sur le patrimoine cul- turel en général et sur la chanson bédouine et la poésie populaire. La ville de Tissemsilt et les communes de Theniet El had, Lardjem, Khemisti, Bordj Bou- naama, Lazharia, Bordj Emir Ab- delkader et Ammari seront représentées, au premier jour de ce festival national, par des troupes folkloriques qui se produiront dans les places publiques, ainsi que des troupes de fantasia. La sixième édition du festival national de la poésie populaire et de la chanson bédouine de Tis- semsilt, organisé l'an dernier, a vu la participation de 13 troupes ar- tistiques et de plus de 60 poètes de différentes régions du pays.

L a 7 e édition du festival na- tional de la poésie popu- laire et la chanson bédouine

de Tissemsilt, sera organisée du 31 octobre au 4 novembre prochain, a-t-on appris samedi du commis- saire du festival. Cette manifestation culturelle verra la participation de quelque 20 troupes dans la chanson bé- douine, qui aimeront des soirées artistiques, et de plus de 60 poètes représentant 35 wilayas du pays aux soirées poétiques qui seront programmées à la maison de la culture "Mouloud Kacem Nait Belkacem" du chef-lieu de wilaya, aindiqué M. Abdelhamid Morsli. Un jury composé de spécia- listes de la littérature populaire évaluera les chansons et les réci- tals poétiques qui y seront présen- tés. Le programme tracé à l'occa- sion de ce rendez-vous culturel, vi-

Lundi 25 Octobre 2010

Santé

16

EL MOUDJAHID

Dépistage précoce du cancer du sein

M me Djaafar appelle la société civile à coopérer avec le secteur de la santé

du cancer du sein, M me Djaafar a estimé que "le dépistage précoce" du cancer du

sein est un pas important vers la guérison. 9000 cas ont été enregistrés en 2010 et 10 décès surviennent chaque jour, a rappelé la ministre qui qualifie ce constat de "tragédie".

L a ministre a mis en exergue les efforts de développement déployés par l'Etat pour assurer le bien être du citoyen.

Ainsi, un "budget colossal" de 21 000 milliards de dinars a été consacré au secteur de la santé au titre du plan quinquennal 2010- 2014, a-t-elle souligné, rappelant que la loi sur la santé (1985), amendée en 1998 et en 2006 est "l'une des meilleures au monde". Lors de cette journée organisée par le ministère en collaboration avec l'association "Al Amel" pour la lutte contre le cancer, M me Djaafar a indiqué que la plupart des citoyens ne sont pas informés de cette loi qui leur assure la protection, des soins gratuits et les moyens de prévention de cette maladie. La première responsable du secteur a appelé les citoyens a une prise de conscience afin d'éviter d'éventuelles maladies, souli- gnant l'importance pour la femme de consul- ter un spécialiste en cas de détection d'ano- malies par autopalpation. A ce propos, M me Djaafar a évoqué les réa- lisations accomplies dernièrement pour la prévention et la prise en charge des maladies, en général. 11 Hôpitaux spécialisés, 43 poly- cliniques, 79 centres sanitaires et 8 centres de maternité ont été réceptionnés, a-t-elle rappe-

lé. Le réseau de santé publique sera renforcé dans les cinq années à venir de 1500 nou- velles structures, a ajouté M me Djaafar. La ministre a appelé la société civile à col- laborer avec les institutions de l'Etat en vue d'alléger les charges qui pèsent sur les infra-

●● Lord d'une journée d'information sur les droits des femmes atteintes

La ministre déléguée chargée de la famille et de la condition féminine, M me Nouara
La ministre déléguée chargée de la famille et de la condition féminine, M me Nouara
Saadia Djaafar, a appelé samedi à Alger la société civile à coopérer avec le secteur de
la santé en matière de dépistage précoce du cancer du sein.
structures et les citoyens, notamment les per-
sonnes atteintes de cancer qui doivent se
déplacer à Alger pour recevoir les soins. Elle
a mis en exergue le rôle important de la
famille en matière de soutien moral du mala-
de. Un réseau de femmes solidaires contre le
cancer, créé par l'association Al-Amel pour la
lutte contre le cancer, a dans ce contexte éla-
boré une charte visant la prise en charge des
femmes atteintes de cette maladie.
A cet effet, le ministère délégué chargé de
la Famille et de la condition féminine et l'as-
sociation Al-Amel ont élaboré une brochure

pour la lutte contre le cancer du sein et du col de l'utérus pour être distribuée au niveau de 5 wilayas pilotes, notamment dans les régions lointaines en vue de sensibiliser les femmes au dépistage précoce de cette maladie dés son apparition. Après avoir évoqué l'état psychique de la femme atteinte du cancer du sein, les partici- pants à cette journée d'information ont insisté sur la difficulté de l'accès aux soins, notam- ment pour les femmes habitant à l'intérieur du pays. Les spécialistes ont souligné la nécessité de promulguer des lois à même de protéger les femmes atteinte du cancer du sein, dont certaines auront à souffrir de problèmes sociaux avec leurs maris (répudiation). Intervenant sur les droits de la femme atteinte du cancer, la juriste, M me Fatma Benbrahem a suggéré de réfléchir à une loi obligeant le mari de ne pas répudier sa femme s'il envisageait de se remarier une seconde fois quitte à ce que la sécurité socia- le lui assure une allocation spéciale. Lors de son intervention sur le thème "le divorce : conséquence du cancer du sein", la représentante du ministère des Affaires reli- gieuses, M me Mounia Salim a affirmé que l'époux est censé être la première personne à "se solidariser avec sa femme" et lui apporter le soutien moral dont elle a grandement besoin affirmant que la répudiation de la femme malade est "un acte odieux et contrai- re aux préceptes" de l'Islam engendrant "la décomposition de toute la cellule familiale".

Célébration de la Journée mondiale du diabète le 14 novembre

●● Près de 3,2 millions de décès enregistrés chaque année, à travers le monde, sont attribuables au diabète. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, au moins 171 millions de personnes souffrent de diabète, et ce chiffre pourrait plus que doubler d’ici 2030. Cependant, cette maladie reste mal connue car de nombreux diabétiques ne savent pas qu’ils ont cette pathologie.

Le diabète est une maladie bien connue mais qui passe souvent inaperçue au départ. Elle commence à être suspectée lorsque des complications qui peuvent être gravissimes apparaissent. Dans le monde, 3,2 millions de décès sont attribuables au diabète chaque année. Maladie chronique silencieuse, le diabète qui évolue sans faire de bruit sur des dizaines d'année peut provenir soit d’une production insuffisante d’insuline, soit du fait que l’insu- line fabriquée par le corps n’est pas assez active. Il existe plusieurs formes de diabète :

Le diabète de type 1, ou diabète insulino- dépendant, concerne les personnes produisant très peu voire pas du tout d’insuline (il touche les personnes jeunes et est rapidement mortel en l’absence d'injection d'insuline de synthè- se ou humaine au patient). Le diabète de type 2, ou diabète non insu- linodépendant, affecte les personnes inca- pables d’utiliser l’insuline qu’elles produisent

de manière efficace. Ce type de diabète concerne 90% des diabétiques dans le monde,

et est largement le résultat d’une prise de poids excessive et d’une inactivité physique.

Il survient le plus souvent chez l'adulte, mais

on l'observe de plus en plus chez les adoles- cents. Il existe un troisième type de diabète :

Le diabète gestationnel. Il se développe lors de certains cas de grossesse mais dispa- raît habituellement après l’accouchement. Les symptômes les plus fréquents associés au diabète de type 1 sont une soif et une mic- tion excessive, une faim permanente, une perte de poids sans raison apparente, une accélération du rythme cardiaque, des

troubles de la vision, un essoufflement et une sensation de nausée. Ces symptômes peuvent arriver de maniè-

re très soudaine pendant l’enfance ou à l’âge adulte. Les personnes souffrant de diabète de type 2 ont des symptômes similaires mais souvent

moins aigus, voire quasiment imperceptibles. Beaucoup n’ont même aucun symptôme et ne sont donc diagnostiqués que plusieurs années après le début de leur maladie. En conséquence, près de la moitié des personnes ayant du diabète de type 2 ne sont pas au courant qu’elles souffrent de cette maladie qui peut pourtant menacer leur vie. Le diabète est effectivement une maladie invalidante à risque, qui peut même s’avérer mortelle. Ainsi en 2000, 3,2 millions de per- sonnes sont mortes de complications asso- ciées au diabète. Plus généralement, un décès sur vingt est attribuable au diabète, ce qui représente 8700 décès par jour et six décès par minute. Parmi les adultes de 35 à 64 ans, au moins un décès sur dix est attribuable au diabète. Le diabète est devenu l’une des causes principales de mort prématurée dans un grand nombre de pays du monde, principalement à cause des maladies ou des problèmes de santé qu’il peut entraîner.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, « le diabète est une menace majeure pour la santé publique mondiale, qui s’aggra- ve rapidement, et qui représente plus particu- lièrement une menace pour les adultes en âge de travailler dans les pays en développe- ment». Célébrée le 14 novembre de chaque année, la Journée mondiale du diabète a pour but de mieux faire connaître cette maladie, son ampleur mais aussi les moyens dont on dis- pose pour la prévenir. Le thème de la Journée Mondiale du Diabète pour 2009-2013 est la Prévention du Diabète et l’Education. Ce vaste thème permettra à tous les acteurs intervenant dans la prise en charge de cette pathologie d’organiser des campagnes de sensibilisation à long terme pour cibler une plus grande partie de la population à travers le monde

K.H.

20 e congrès mondial de la psychiatrie sociale à Marrakech

"L'intégration de la santé et de la santé mentale"

de la santé et de la santé mentale" L e 20 e Congrès mondial de la

L e 20 e Congrès mondial de la psychiatrie sociale organisé par l'Association mondiale de la

psychiatrie sociale (WASP) se tient depuis, samedi soir à Marrakech sous le thème "Promouvoir l'intégration de la santé et de la santé mentale". Le programme de ce rendez-vous

scientifique de cinq jours est axé essentiellement sur la recherche, la formation, les traitements et services, ainsi que sur les règles et la défense des intérêts du domaine, tout au long du cycle de la vie et à la lumière des variations entre universalité et spécifi- cités culturelles. Le programme englobe également des conférences et des séances plé- nières, des présentations libres, des symposiums, des workshops ainsi que des séances spécifiques pour les jeunes psychiatres. Dans une déclaration à la presse, M. Driss Moussaoui, président-élu du WASP et président du comité d'organi- sation, a souligné l'importance capitale de la psychiatrie sociale, notant à cet égard que les changements opérés aux niveaux social, familial et culturel ont

un impact sur la psychiatrie sociale et plus particulièrement sur les malades

Pour sa

part, le président du comité scienti-

Sorel

(Etats-Unis), a indiqué que le choix de la thématique de cette rencontre a été dicté par la volonté de lutter contre les préjugés vis-à-vis des malades mentaux avant d’ajouter que les confé-

renciers auront à débattre de multiples axes tant biologiques, psychologiques, sociaux que politiques. Près de 1.300 psychiatres, généra- listes, psychologues, scientifiques et chercheurs représentant 76 pays parti- cipent à ce congrès. Le 19 e congrès mondial de psy- chiatrie sociale s’est tenu en octobre 2007 à Prague (République Tchèque).

fique du congrès, M. Eliot

mentaux et leurs familles.

Annaba accueillera prochainement son 1 er Salon international du médicament

L e 1 er salon professionnel international du médica- ment et de l'équipement médical de la ville d'Annaba se tiendra du 28 au 30 octobre, ont

annoncé hier les organisateurs. Ce salon constitue une occasion pour les partici- pants de "découvrir un nouveau marché et nouer des contacts" et se fixe pour objectif de "répondre aux besoins" des opérateurs du médicament et de l'équipe- ment médical, a-t-on précise de même source. L'organisation de cet manifestation a également pour objectif de promouvoir la région d'Est du pays dans le domaine du médicament et de l'équipement médical et de mobiliser les acteurs économiques, a-t-on ajouté. Parmi les activités programmées pour ce salon, figu- rent deux conférences sur les thèmes du "diabètes type 2", et du "cancer du sein".

Santé

17

EL MOUDJAHID

L’automne L’anémie Des trucs santé pour vous préparer à l'automne Le jus d'ananas peut entrer
L’automne
L’anémie
Des trucs santé
pour vous préparer
à l'automne
Le jus d'ananas
peut entrer en
interaction avec
vos médicaments
qui réduit le
volume des
règles limite
la perte de
fer,
les
femmes qui
Le passage aux activités automnales après les vacances
demande beaucoup d’énergie, ce qui occasionne de la fatigue
voir du stress. Les jours raccourcissent et la fraîcheur revient.
Quelques précautions sont à prendre
Ce n'est pas le jus d'ananas
qui peut avoir un effet sur
certains médicaments mais le
jus de pamplemousse.
Cette interaction entre le jus
de pamplemousse et certains
ont un stéri-
let ou qui
utilisent le
préservatif
comme
unique
moyen de
contracep-
Si les conséquences
d'une réelle anémie sont
connues, celles d'une
carence modérée en fer
restent encore à établir.
Car depuis déjà long-
temps une légère défi-
cience est suspectée d'en-
traîner une réduction de
la capacité physique, une
diminution des perfor-
mances intellectuelles et
une moindre résistance
tion sont
plus à risque
de dévelop-
per une défi-
cience en
fer. Le fer le plus absor-
bable vient de la viande
rouge (foie notamment),
mais il est également pré-
sent dans les légumes
(secs et frais) et les
céréales. Pour optimiser
son assimilation, il faut
l'associer à de la vitamine
C. Mais gare aux excès :
aux infections
Mais des
Couchez-vous plus tôt. Remettez
votre horloge biologique à l’heure. Les
jours raccourcissent; sans faire comme
les poules tenez en compte pour garan-
tir votre capital sommeil. Le manque
de sommeil, surtout quand on est jeune
ne fait pas peur. Pourtant l'organisme
se porte bien mieux lorsqu'il s'est suffi-
samment reposé.
Comment éviter si possible le
rhume et la grippe ?
Lavez-vous les mains. Aussi
simple que cela puisse paraître, c’est
vraiment l’un des meilleurs moyens de
prévenir le rhume et la grippe. Écartez
vous des gens qui crachent dans la rue,
ce n'est pas du racisme mais de l'hygiè-
ne sous nos climats.
Accordez-vous un peu de répit. Il
est bien connu que le stress affaiblit le
système immunitaire. Afin de rester en
bonne santé, il faut vous relaxer de
temps à autre. Consacrez 15 à 30
minutes à la marche, à la méditation, à
la lecture du journal ou à écouter de la
musique. Découvrez une activité qui
vous permet facilement de vous
détendre et de refaire le plein d’éner-
gie, et encouragez vos enfants à faire
de même.
L'alimentation aide le corps à
combattre le rhume et la grippe
Pour rester en bonne santé il faut
renforcer votre système immunitaire, il
faut vous nourrir bien et consommer
les aliments suggérés ci-dessous.
L’ail : L’ail possède des qualités
chimiques qui renforcent le système
immunitaire. Si vous craignez son goût
faite le cuire. Il existe des sachets d’ail
et de persil congelés. C’est très pra-
tique. On trouve aussi des comprimés
ou gélules d’ail concentré comme com-
plément alimentaire.
Les aliments riches en vitamine
C : Les spécialistes n’ont pu conclure
sur l’efficacité de la vitamine C mais
plusieurs d’entre eux s’entendent sur le
fait qu’une dose quotidienne de 200
mg contribue à renforcer le système
immunitaire.
Le zinc « champion de la chasse au
rhume ». Ce nutriment se trouve dans
les huîtres, les graines de courges,
céréales complètes, légumes, légumi-
neuses, crustacés et mollusques, jaune
d'œuf, viande de cheval, de veau, foie
d'animaux, pomme de terre, dans le
poulet. Le zinc augmente le nombre
des globules blancs, lesquelles combat-
tent les virus du rhume et de la grippe.
Boire abondamment, (ce conseil
est tellement répandu toute l’année que
nous serions tenté de dire modéré-
ment.) Bref buvez suffisamment.
Buvez de l’eau, du thé, des jus de fruits
sans sucre ou aux édulcorants.
Les légumes : carottes, épinards,
lentilles source de fer tous les choux et
le chou frisé riches en vitamine C.
Les fruits comme toujours et pas
forcément à la fin du repas.
Les yaourts qui contiennent une
culture bactérienne active qui joue un
rôle préventif dans la lutte contre le
seules des études pour-
ront confirmer ou infir-
mer ces hypothèses. Les
femmes en âge de pro-
créer manquent de
réserves en fer. Pour les
femmes réglées, les
apports nutritionnels
recommandés sont de 16
mg par jour. Si la pilule
médicaments
est connue depuis longtemps,
même si le mécanisme n'a pas
complètement été élucidé.
On sait que le jus de
pamplemousse inhibe
l'activité d'une enzyme
nécessaire à l'absorption
intestinale de certaines
molécules, le cytochrome
le surdosage en fer est
également délétère. En
quantités trop impor-
tantes, le fer tend à deve-
nir pro-oxydant : il aug-
menterait le risque de
maladies cardio-vascu-
laires et de cancer. Alors
pas question de se gaver
de fer avant un examen
ou une réunion importan-
te ! Le secret de l'intelli-
gence, c'est de manger
équilibré !
LES RONFLEMENTS
Conseils
au quotidien
P450.
En empêchant cette enzyme
d'agir, le jus de pamplemousse
favorise l'absorption de ces
médicaments par l'organisme
et potentialise ainsi leurs
effets.
Boire du jus de pamplemousse
avant de prendre certains
médicaments peut donc
conduire à des effets
secondaires sérieux en raison
d'un sur-dosage.
Dormir sur
le côté et non
sur le dos.
- Avoir une
activité
sportive afin
d'entretenir
le tonus
musculaire.
- Avoir un
rythme de sommeil
régulier (le manque de
-Eviter
consommation
de
tabac,
d'anxiolytiques,
d'hypnotiques
et
de
- entraine (une sommeil
les ronflements).
relaxants
musculaires
le
Ne pas
être
en
surpoids
soir.
Ces
une la petits
conseils
surcharge
pondérale
sont
également
valables
entraine
une
respiration
pour
bonne
hygiène
difficile).
rhume.
de
vie.
La vaccination est
le moyen le plus efficace
Grippe (saisonnière)
de prévenir l’infection.
La grippe saisonnière
est une infection virale
Principaux faits
aiguë provoquée par un
virus grippal.
Il existe trois types de
grippe saisonnière – A,
Les clémentines
pour affronter
les frimas
L’OMS recommande la vaccination
annuelle pour (par ordre de priorité) :
La grippe est une
infection virale aiguë
qui se propage facile-
ment d’une personne à
l’autre.
La grippe circule dans
le monde entier et peut
toucher n’importe qui
dans n’importe quel
groupe d’âge.
La grippe provoque des
épidémies annuelles qui
atteignent leur pic pen-
dant l’hiver dans les
régions tempérées.
La grippe est un problè-
me de santé publique
sérieux qui provoque
des maladies graves et
des décès dans les popu-
lations à plus haut
risque.
Une épidémie peut éga-
lement avoir des réper-
cussions économiques
par perte de productivi-
té et solliciter énormé-
ment les ser-
vices de
santé.
B et C. Les virus grip-
Ses apports riches en vitamine C et
pauvres en calories
lui permettent de se
vanter d'être un
produit incontour-
nable lors
des sai-
sons
paux de type A se subdi-
visent en sous-types en
fonction des différentes
sortes et associations de
protéines de surface du
virus. Parmi les nom-
breux sous-types des
autom-
nale et
hivernale.
Bonnes pour la
santé
Avec 40 calories pour 100g, les clé-
mentines sont idéales pour s'inté-
grer dans une alimentation saine et
équilibrée. Elles sont également
riches en vitamine C, en nombreux
minéraux et oligo-éléments. Même
les personnes les plus fragiles peu-
vent en consommer car leur chair
peu acide convient à tous les orga-
nismes. Aussi, elles renforcent les
résistances des vaisseaux sanguins.
virus grippaux A, les
sous-types A(H1N1) et
A(H3N2) circulent
actuellement chez
l’homme. Des virus
grippaux circulent dans
toutes les régions du
monde. Les cas de grip-
pe de type C survien-
nent beaucoup moins
fréquemment que ceux
des types A et B. C’est
pourquoi seuls les virus
grippaux A et B figurent
dans la
Les personnes vivant en établissements de long séjour (per-
sonnes âgées ou handicapées); les personnes âgées; les personnes
souffrant d’affections chroniques; d’autres groupes tels que
les femmes enceintes, les agents de santé, les personnes
ayant des fonctions essentielles dans la société, ainsi
que les enfants de six mois à deux ans.
composi-
tion des
vaccins
contre la
grippe sai-
sonnière.

Iform@tique

18

EL MOUDJAHID

I form@tique 18 EL MOUDJAHID Lancement de Google TV Les défis de la connectivité Par Kamel

Lancement de Google TV

Les défis de la connectivité

Par Kamel TITOUH

En offrant une navigation complète sur le web, sans réduire l’angle de vision des programmes en diffusion ni l’accès aux autres services disponibles sur les écrans de télévision, le nouveau service de Google tend à mettre tous les contenus à portée de la télécommande et inaugure une nouvelle façon de pratiquer l’écran de télévision au coin de son salon. Encore une avancée en matière de convergences, en attendant que soient vérifiées les hypothèses sur le modèle économique à faire valoir.

La bataille de la connectivité amorce un grand virage avec l’expérience lancée tout récemment par le moteur de recherche Google. Le groupe internet Google a lancé une offensive médiatique ces dernières semaines , avec des pages de publicité, un nouveau site et l'ouverture d'un blog, pour présenter son système "Google TV" qui per- mettra de regarder sur un même écran les chaînes de télévision et les programmes de l'internet. Sur un blog qui lui est dédié, un responsable de ce nouveau produit, Ambarish Kenghe, a expliqué que "des appareils fonctionnant avec Google TV vont faire leurs débuts ce mois- ci", avec des téléviseurs et lecteurs de DVD Blu-Ray de marque Sony et des décodeurs Logitech. Côté programme, Google a expliqué que plusieurs poids lourds de la télévision améri- caine, Turner Broadcasting (groupe Time Warner), NBC Universal et HBO (groupe Time Warner), ainsi que l'organisateur du championnat de basket la NBA, travaillaient à des applications pour optimiser la réception de leurs chaînes sur le nouveau système. Parmi les grands noms du web, Amazon et Netflix fourniront des films à la demande, tandis que les journaux New York Times et USA Today, les diffuseurs de musique comme Pandora, Vevo et Napster, ou encore le site de microblogs Twitter travaillent à l'expérience. "Les gens 'tweetent' sur les émissions de télévision au moment où ils les regardent. De leur côté les médias trouvent de plus en plus de nouveaux moyens d'incorporer les 'tweets' dans leur programme", ont fait valoir des res- ponsables de Twitter sur leur blog officiel pour annoncer "Twitter pour Google TV":

"cela amène Twitter sur une plate-forme qui marie l'internet et la télévision dans une seule expérience". En mai, Google avait indiqué que le fabri- cant de microprocesseur Intel, l'éditeur de logiciels Adobe, le distributeur Best Buy et le bouquet satellite Dish Network étaient égale- ment partenaires de Google TV. Les nouveaux appareils offrant cette fonc- tionnalité arriveront sur un marché où existent déjà plusieurs téléviseurs connectables à internet.

[Le grand virage technologique]

Après les émissions en haute définition et les images en 3D, les téléviseurs entament cette année leur troisième mutation avec la télévision connectée. Le concept n'est pas nouveau: une quantité de postes sont vendus depuis un certain temps avec une prise réseau qui permet d'accéder à des services sur le Web ou de diffuser des films stockés sur les ordi- nateurs de la maison. Ce qui est nouveau, c'est l'émergence de standards qui vont harmoniser les services interactifs sur le téléviseur. Jusqu'à présent, chaque constructeur propo- sait son propre portail, réservé exclusivement à ses clients, avec des contenus issus de par- tenariats divers. Samsung a développé ainsi un service baptisé Internet@TV, Panasonic la plate-forme Viera Cast, Sony la fonction Internet TV, LG un bouquet de services four- ni par Orange, et Philips, Sharp et Loewe ont créé ensemble un portail baptisé Net +. L'arrivée de la norme européenne HbbTV (Hybrid Broadcast Broadband TV), qui sera intégrée aux téléviseurs dans les mois à venir, permettra au téléspectateur de profiter d'une offre de services homogène et d'interagir avec certains contenus. En actionnant un bouton de

avec certains contenus. En actionnant un bouton de la télécommande, on pourra ainsi participer aux sondages

la télécommande, on pourra ainsi participer aux sondages des journaux télévisés, voter pour un candidat d'une émission de télé-réali- té, mais aussi afficher des informations com- plémentaires sur un reportage, des statistiques pendant un match de foot ou la fiche tech- nique d'un film. La connexion à Internet offre de nouvelles perspectives au téléspectateur, qui ne se contentera plus de consommer pas- sivement les images. Passionné par une émis- sion, il pourra consulter le site Web qui lui est consacré sur sa télé, sans avoir à allumer son ordinateur, ou encore commander directement un produit pendant la diffusion de sa publici- té. Le constructeur LG a présenté dernièrement un téléviseur répondant à cette norme. En démonstration, une émission culinaire. Pour suivre pas à pas la recette, on peut mettre en pause le sujet vidéo, puis le reprendre plus tard. Une icône permet d'afficher la liste des ingrédients, une autre d'envoyer la recette à son adresse e-mail ou encore de partager le programme avec des amis sur Facebook ou sur Twitter. Le principe est assez simple. Maintenant que les téléviseurs sont devenus des ordina- teurs (avec un processeur, de la mémoire, une carte graphique, des décodeurs numériques et un système d'exploitation), il suffit de leur ajouter un programme qui va interpréter les instructions HTML et Java (comme sur le Web) incorporées dans les signaux de la TNT. La présentation des informations est alors simplifiée et optimisée pour l'affichage sur le téléviseur. Mais toutes les fonctions des sites Web sont disponibles. Si toutes les grandes chaînes de télévision soutiennent cette norme, une partie des fabri- cants de téléviseurs a décidé de l'intégrer rapi- dement à leurs produits. Outre LG, Loewe, Philips, Toshiba et Sharp devraient lancer les premiers postes compatibles au début de l'an- née prochaine. C’est dans ce contexte que le constructeur japonais Sony a expérimenté cette autre conception de la télévision interactive. Il a en effet passé un accord avec Google pour être le premier à lancer un téléviseur intégrant la technologie Google TV, le Sony Internet TV, déjà vendu aux États-Unis et disponible l'an prochain en France. Au menu : toutes les applications Google (moteur de recherche, messagerie, cartographie, etc.) spécialement adaptées pour un écran de télévision, ainsi que des services de vidéo à la demande. On peut même surfer sur le Web tout en conser- vant l'image de l'émission en cours dans une petite fenêtre. Derrière l'électronique, c'est le système Android de Google qui mène la barque. D'où la possibilité d'alimenter le télé- viseur en nouvelles applications, pour suivre les cours de la Bourse, consulter la météo, retrouver un programme TV par mot-clé ou… jouer.

[Ruée sur les options de connectivité]

Le souci de la connectivité donne du fil à retordre à tous les constructeurs de télévi- seurs, qui se sont lancés dans une course "aux options" au point où l’on se retrouve avec quatre grandes catégories de services acces- sibles sur les fameux téléviseurs connectés à qui tout le monde prédit un avenir radieux .

La HbbTV ou Hybrid Broadcast Broadband TV. Il s'agit d'un télétexte nouvelle généra- tion permettant aux chaînes de proposer, autour des programmes diffusés, différents types de contenus ou services interactifs, dynamiques et participatifs. Totalement indé- pendante des partenariats noués entre les fabricants et les fournisseurs de contenus, la HbbTV permet donc d'habiller les pro- grammes TV et de les rendre plus ludiques. Ainsi, pendant la diffusion d'une émission culinaire, il sera possible d'accéder en surim- pression du programme à une interface pro- posant un résumé de la recette en cours, la liste des ingrédients et d'autres vidéos. Pour les films ou les séries, il s'agira d'ac- céder à des biographies ou des filmographies, ou aux bandes-annonces de certains films. Sur les JT, il sera aussi possible de voter en temps réel et d'accéder en différé aux sujets diffusés. Avec également la possibilité pour les chaînes de jongler avec des publicités interactives, de proposer des jeux, de vrais guides des pro- grammes, un service de VoD ( vidéo à la demande) et de permettre aux téléspectateurs de partager certains contenus sur Facebook ou Twitter. Plusieurs fabricants ont déjà manifes- té leur intérêt pour ce dispositif dont LG, Loewe, Toshiba, Philips et Vestel. Et certaines chaînes françaises dont France Télévision et Arte sont aussi intéressées. Le lancement des premières téléviseurs compatibles et l'inaugu- ration du service est prévu en mars 2011. La Google TV est un peu différente. Cette fois-ci, il ne s'agit pas d'embellir ni d'enrichir les programmes, mais d'offrir un accès com- plet à Internet via une plate-forme logicielle propriétaire intégrée aux téléviseurs ou à cer- taines box. Celle-ci inclura tous les outils et technologies Google via une interface adaptée aux téléviseurs. Il y aura donc accès à Google Chrome pour les recherches en ligne, à une boutique d'applications comme sur les smart- phones Android, avec, en prime, la possibilité d'utiliser son téléphone mobile comme télé- commande, de créer une page d'accueil per- sonnalisée sur son téléviseur, de jongler entre les contenus Web et la télévision via une fonc- tion PIP ou encore d'enregistrer des pro- grammes (pour des abonnés américains seule- ment, pour le moment). Les widgets et les plate-formes de services en ligne constituent une troisième approche. Plus fermée cette fois-ci, car les services pro- posés sont fonction des accords de partenariat noués par le fabricant. Aujourd'hui, chaque fabricant propose donc sa petite plate-forme d'applications en ligne sous différents noms (AquosNet, NetCast, VieraCast, Internet Bravia Video, etc.), mais on retrouve grosso modo, la même chose chez tout le monde. YouTube, Picasa, Eurosport, des actualités (via Yahoo! ou autres), des prévisions météo (via Accuweather ou autres), de la catch-up TV (télévision de rattrapage ou replay tv) et de la VoD (Canalplay, VideoFutur, Qriocity, Acetrax, etc.). A chacun sa petite spécificité pour des services globalement identiques. Enfin, il est à noter que comme avec Google TV, certains téléviseurs auront également la possibilité d'accéder librement à Internet, sans passer par des plate-formes ou des services particuliers, et ce, grâce à l'intégration d'un navigateur Web adapté. Loewe et Toshiba ont,

par exemple, déjà annoncé que certains de leurs prochains téléviseurs intégreraient le navigateur Opera et pourront donc surfer sur le Web à partir de la télécommande. Dans quelles conditions exactement ? Difficile à dire pour l'instant. Les experts espèrent sim- plement que l'expérience sera plus agréable que sur la PS3 par exemple qui, du côté de la navigation en ligne et de son ergonomie, n'est vraiment pas au point. Reste que selon certains analystes, cette « connectivité » nouvelle génération n'est qu'un argument supplémentaire pour valoriser des téléviseurs dont la qualité audio/vidéo est en train de baisser au profit de l'équipement. Alors d'accord, ces services en ligne seront d'ici quelques années intégrés de série sur la plupart des téléviseurs, mais que personne ne sait s'ils seront vraiment utilisés. Car, conve- nons-en, une télécommande pour naviguer sur Internet et faire des recherches, c'est loin d'être la panacée

[Les sceptiques font la moue]