Vous êtes sur la page 1sur 8

David VIEL – le 22 02 2019

Qui êtes-vous ?

L’objectif
en étant en vie (là en « vrai »)
= sensible
c’est « réussir » à changer le monde (à l’Avoir, ça)
pour renforcer notre Je
ou « s’en sortir » (il s’agit d’une vue d’esprit).
Afin d’arriver avec le temps (ce temps)
à se définir
pour être « ensemble »
= partout chez « soi » (« libre ») ;
ça (le temps) doit ainsi devenir (= être) une extension de « soi »
= facile et/ou naturel (à « soi »).

La promotion du vice

Vice et Vertu

Aujourd’hui,
il n’y a plus de mal
de limite ou de conséquence
pour « évoluer » au final
dans un environnement,
qui n’aura pas de fond
afin que ça continue à plaire
à la personne qui cherche, réellement le « bonheur » !
= sa « place » à condition que ça, ce qu’elle a projeté lui Revienne sinon elle est « mal » ou plus
« là » demain. Elle cherche ainsi, le « bien » ou le « + »
= le « pouvoir »
et/ou à plier les choses dans son sens après avoir mis ça en perspective (nommé, normé les choses)
afin de pouvoir «évoluer » (dans la matière propre à ce qui est devenu son sujet ; son entropie) et/ou
« monter » (être re-connu dans le milieu qui sera le sien ou qui ceintura l’énergie).
Afin de prendre de la « valeur » (dans le temps ; ce temps)
afin d’être encore « là » (le « pouvoir »)
= Être dans ce que le sentiment aura « vu » pour l’Avoir «  à la fin »
= Ce que deviendra la personne (le sentiment incarné) en fonction du monde captivé pour le
« pouvoir » et/o le plaisir (de la vue ; d’être « bien », au « centre », en « haut » et non « autours », en
« bas » ou sans le « pouvoir » ; RIEN).

Une personne qui niera le « mal » (pensé, dit et fait)


afin de pouvoir être de fait, réellement « bien » (célébré) ;
sans l’être pour autant à féliciter ( = tirer la couverture sur « soi » ; sur son « être » du fait de passer
encore par l’objet ou l’histoire pour le « pouvoir » ou plaisir = se dé-finir).

Une négation du bien,


de la vertu
de la vérité (de ce qui serait juste de reconnaître)
pour avoir le « bien »
le « + »
sans le « - » ( = raison des autres
ou cette influence là ; « vision » = « attente » là).

David VIEL – le 22 02 2019


Avoir ainsi cette em-prise là
= Chercher réellement (de fait) à « évoluer »
à« monter » en pensant, disant et/ou en faisant une chose
pour avoir raison des autres, de l’Autre, de la vie en général
pour le « pouvoir ».
Pour être au « courant » !!!
= au « centre »
ou cher-ie
= à l’abri de ce que le sentiment sera à l’Origine et/ou « responsable » pour le « pouvoir » ou le
plaisir
= que ça, lui Revienne (sinon c’est la « fin »).

Quel que soit l’objet projeté (ça mis en perspective)


ce sera pour être au « cœur »
pour être « célébré »
malgré l’histoire dont le sentiment sera « responsable »
ou à l’Origine pour ! Le « pouvoir » (dans ce sens là ;
cet esprit ou cette attente là)
Pour se rapprocher de ça,
du « centre » (après avoir mis ça en perspective).
Pour « monter » (s’estimer « méritant »
et/ou » chanceux » ; être « béni par les dieux »)
sans en saisir le sens
ou l’esprit (la porté).

Du moment « d’y être arrivé »


d’être « monté »
inconsciemment ça pèsera sur les autres, sur l’Autre
afin de pouvoir les, la, le changer (avoir leur ça, importance et leur soi, essence)
= les, la, le charger
= ça les, la, le travaillera.
Non pour le réaliser ça
mais belle et bien les, l’influencer (les, l’Avoir).

C’est ça,
qui fixe
qui ancre le (« parle » au) sentiment (le futur « être » ; l’« être » … la « peau »)
sur ce qui sera son a-faire
= son lien avec le vivant
avec le « terrestre »
Ce sera son sujet
et par extension son propos (ça sera ainsi, vécu ; SA vie, sa sphère,
sa cellule ou sa bulle).

Ça est la matière
celle qui apparaît,
qui prend « forme »
pour ressortir de cet état de « fin » (de « terre »).
Pour nommer (normer) les choses
afin d’être « dedans » (et/ou avec = « sûr »).
Du moment d’être fixé
ça sera vécu
= permis
et/ou est « possible » 
(à condition que ce qui a été mis en perspective,
« prenne » sinon ça n’est plus « possible » 
= il n’y a pas le temps
et par extension de « soi »).

David VIEL – le 22 02 2019


Les choses se sont figées (« agglomérées »)
dans le temps (ce temps).
Il y aura ainsi le temps (ça à pris « forme » ; ça concentre l’énergie du vivant) passé, présent, futur
( + les différentes formes ;
emploi du temps)
dans le sens,
qui a eu raison du monde (de la « vie »
ou de ce qui est « dedans »).
Pour être « dedans »
= encore au « courant » (essayer de faire ce lien,
d’être sans corps ; juste pour « voir »).
Raison pour laquelle ...
Ceux qui sont au « centre »
qui ont TOUT « compris » (qui « réussissent »)
referont toujours l’histoire
pour être «sûr » que ça (les autres, l’Autre, la vie en général)
leur Revienne (pour rester au « centre »).
Et non que ça risque de leur « coûter »  à la fin (= leur échappe).
Ils le sentent ça ...

Ça (ça peut être, TOUT et RIEN) 


= ça concentre le sentiment sur ce qui sera son sujet (SA vie ; son propos).
Et ça doit rester proche de « soi »
une fois que ça a pris (de « soi » ; pour le « pouvoir »
ou encore faire ce lien
avec ce qu’ils ne réalisent pas
pour alors le permettre,
sans voir le « mal »
mais belle et bien le « jour »
et/ou un intérêt).
Ça doit leur Revenir « à la fin » (...dès qu’ils se mettent ça en tête)
pour continuer à faire ce lien (avec le « bien »
= ce qui est devenu « bien »
ou son « centre » gravité,
d’intérêt avec le temps ; ce temps).
Mais il lui faut encore un objet ! Pour ça = pour le faire ce lien.
Ils mettent ainsi ça en perspective et attendant que ça « prenne » … Pour ensuite le « pouvoir » et/ou
pour le plaisir (un peu comme « à la pêche » = remonter la ligne ou ce qui est au « bout »).
Afin de Renforcer leur Je (sort)
à condition d’avoir raison des autres « à la fin » (que ça « prenne » encore)
pour encore le « pouvoir » (sinon c’est la « fin des haricots »
ou ça ne leur est plus « possible »).
Pour continuer à faire ce lien avec la « terre » (avec la dimension carnée)
et/ou croire en leur histoire.
Pour apparaître
et/ou être encore « visible » (là en « vrai »).

Il faut que ça « prenne »


il faut que ça intéresse ou impression (ait raison du monde) ;
sinon ça leur est impossible
et/ou insupportable.
Et une fois que ça ait « pris »
il ne faut pas que ça leur échappe
sinon ils sont « mal » (du fait d’avoir rien d’autre réalisé) ;
de là à ne plus rien pouvoir « garantir »
= ils ne sont plus « sûr » de RIEN
= plus « là » demain (ou dans les faits).

David VIEL – le 22 02 2019


Vous réalisez,
cette notion de « centre »
et/ou de « fin » ?
= La « terre »,
ou la « gravité » celle qui concentre
et/ou permet d’avoir un sentiment (une peau
= 1 vie ; « d’être », d’émettre et pas que des doutes) ...
Cette notion de « sol »
de fin-alité
= de « brut », de « dure », de « murs »
= le sens au fait même !
D’être sur « terre » (« en vie » ; là en « vrai »
ou pour du « vrai »).

Ça, permet de «boucler la boucle » (en partant d’un Je,


quel qu’il soit)
afin de pouvoir nommer les choses (normaliser
et/ou avancer dans ce qui sera normal
ou un état de fait pour ce qui sera « en vie » ; « vivant »).
Pour « évoluer » dans l’environnement
propre au sujet
= dans l’histoire qui se « passe » ! « prend » !!

Ça, permet de faire cette « bascule » ;


c’est comme une vague pour changer l’ordinaire, le monde
et/ou la forme (le TOUT ou le cadre).
Et par extension le « fond » ou ce qui est « dedans » = « en forme », « en vie » = « vécu » =
= « là » de fait).

Lorsqu’une personne met ça en perspective


ça doit lui Revenir
… En « bien »
ou en « mieux ».
Afin de pouvoir « monter » ( = « s’apprécier » à ce point ; être cher-ie, au « centre » ou « célébré »)
Pour se dé-finir,
pour croire en son histoire (le « pouvoir » ; je rappelle que la source de son « pouvoir » provient de la
main qu’elle aura sur les autres, l’Autre ou la vie général pour encore le « pouvoir »!).
Afin de pouvoir renforcer son sort
son Je
= Faire son trou et non être dans le dure (dans le mur).
Si ce que le sentiment projette ne « prend » pas,
ça va lui « coûter » cher (la personne doit être cher-ie avec le temps
et non être dans le dure = « déçue » ou sans RIEN).

Du moment de mettre ça en perspective


ça doit leur revenir
pour prendre de la « valeur »
= avoir cette influence là
= avoir raison des autres, de l’Autre, de la vie en général
= ça doit « rapporter » = leur « profiter »
sinon ils ne sont plus « là » dans les faits ( + « sûr » de RIEN).

Je rappelle que ça peut être, TOUT et RIEN ;


ça concentre le sentiment sur ce qui sera son alibi
et/ou sujet (vécu).

David VIEL – le 22 02 2019


Pour que ce soit à « soi » le temps d’une vie, dans la limite de ce qui est devenu leur sujet et que ça,
les autres, l’Autre, la vie en général leur Revienne encore sinon plus RIEN « n’irait » (leur
« reviendrait »).

À ce stade
ils sont soit « dedans » (« en vie »
soit « perdu » (« dehors », « mort » ou étranger à ce qui « prend »).

Pourquoi inconsciemment une célébrité veut dire AMI


et
qu’inconsciemment un-e in-connu-e, veut dire des ennuis = ENNEMI ou DANGER (étrang-e-è-r-e
ou extérieur à « soi »)
= il faut que ça prenne de « soi » pour que ça « passe » (prendre le temps, l’im-portance, le ça et
l’énergie, le soi des vivants ; des gens).

Une fois que ça « prend » de vous en soi


vous êtes Conquis, Neutres ou plus « là » dans les faits
= vous donnez raison
= votre vie
temps et énergie
à ce qui prend alors de fait
de la « valeur »
et/ou de la « hauteur » (qui a de l’avenir ou TOUT « compris »).
Non pour le réaliser
mais belle et bien être au « centre »
cher-ie
= à l’Origine d’une histoire pour réellement,
le « pouvoir »
et/ou
le plaisir ( = Avoir le « bien », le « + » ou ce que la personne a « vu » pour l’Avoir « à la fin » =
croire encore en son histoire et/ou le « pouvoir »).
Leur « réflexion » ne va pas plus loin
tout en étant ! Sur « terre », « en vie » et/ou « mortel ».

Il s’agira toujours de ça (du temps)


et de soi (d’énergie) ;
c’est à dire de l’im-portance pris-e
avec le temps 
dans le temps (ce temps)
en passant par l’objet
qui le leur permet (de « durer »
ou de « traverser » le temps).
Celui qui leur Revient
pour se caler dessus
ou se mettre « dedans » (au diapason)
Pour s’en « charger » (entrer en «matière » ; se « connaître »)
Pour parler de ça
afin d’en venir,
afin d’en re-venir à « l’essentiel ».
Et en réalité avoir donné de l’importance
et de l’énergie
à ce qui a pris de « soi » (« forme »)
= de la « valeur » (et/ou raison du monde ;
de TOUT ce qui «est »).

Le « soi »
c’est le nerf de la guerre.

David VIEL – le 22 02 2019


Ça (le temps) sans soi, serait « impossible » (« invivable »)
et
Soi (l’énergie) sans ça, ne serait pas « intéressant »
Ce serait mortel / « mortel ». Sans objet ou mettre ça en perspective impossible d’avoir du peau /
« peau (« d’être » et/ou d’émettre et pas que des doutes!!).
Dès qu’ils « voient » le jour (ou un intérêt)
= qu’ils « savent »
ce sera pour l’Avoir « à la fin » (pour renforcer leur sort)
= ça ne sera pas pour le réaliser ça
et/ou pour la réaliser, cette mécanique
mais être « bien » (« célébré »
et/ou manquer de RIEN)
et cela sans risque de connaître de « fin » (de « chuter » après être « monté » ;
distingué dans ce sens = sans risque de manquer de MATIÊRE afin d’entretenir leur « flamme »!!).
Pour continuer à évoluer dans la matière ...
ou le milieu
qui leur est devenu familier (propre).
Un milieu
qui leur « profite »
à mort
= avoir cette influence là,
sur les autres, l’Autre ou la vie en général
sans même le réaliser
pour encore le « pouvoir »
et/ou le plaisir.

Il s’agit du TEMPS.
Si vous sortez des limites propre à votre sujet,
vous n’avez plus d’avenir ;
vous n’êtes plus « là » de fait !

Votre sentiment d’être « vivant »,


de vous « connaître »
= votre notion d’être « bien » (de « terre »)
est limité à l’objet
celui qui vous ceint
ou qui caractérise (et/ou à ce que vous avez pensé, dit et fait) votre « être » 
= ça doit avoir raison du monde (percer, continuer à percer)
ça doit continuer à avoir raison du monde (des autres, de l’Autre, de la vie en général)
sinon c’est la « fin »
ou la « chute »
= « grave » (ça vous échappera) ;
après que ça ait marché pourtant un temps (ce temps), pour vous (selon vous  = où en est encore votre
sentiment).
Après avoir pourtant « réussi » un temps (… ce temps où que ça, ait « pris »!).

Au sujet de ça,
du temps,
il s’agira par extension, du sens au fait d’être sur « terre » (de ce qui vous aurez reconnu et/ou de ce
qui Vous Aura, eu)
= de la « gravité » terrestre (de cette « charge »).
Et si vous la traversez alors vous serez,
au « courant ».

Je rappelle que malgré la légende (la machine à enfumer)


censée « prendre » (vous « enfumer »)
il n’y a aucune marque,

David VIEL – le 22 02 2019


aucune usine capable de fabriquer du temps
et/ou de la vie.
Pour ça ils ont besoin de gens « ordinaire » afin de pouvoir les « élever »
les « bouffer »
et/ou les posséder.
Non pour le leur reconnaître ça
mais belle et bien « réussir » à les Avoir « à la fin » ;
pour le « pouvoir » et/ou le plaisir.
Il leur faut une histoire pour ça ; Un angle.

Une marque s’approprie ainsi les choses du vivant,


du terrestre (« re-cherche » dans ce sens et/ou cet esprit là)
voire de l’universel
pour « évoluer »
ou ne pas « mourir » (perdre ça).
Pour ne pas « échouer » dans leur re-cherche (« quête ») 
et/ou ce qu’ils se sont mis en tête d’avoir « à la fin » pour ainsi,
réellement le « pouvoir ».
= Pour ne pas perdre la main après l’avoir eu (prise).

Une marque (ou une vedette)


ne crée rien (elle prend dans l’idée de donner ; ce qui n’a rien à voir
et en même temps ...)
= Malgré l’histoire dont elle sera à l’Origine pour être de fait !
« Célébré »,
« cultivé » ,
« adoré » (à la fête et non dans le dure, dans le mure)
et/ou au « centre »
= À l’Origine et/ou « responsable » d’une histoire pour le « pouvoir »,
ou le plaisir
= Que ça (les autres, l’Autre, la vie en général)à travers ce que le sentiment a projeté (« permis » ou
ce que la personne a « vu »)
ne lui échappe pas
mais belle et bien Revienne (« sourit » = « l’accueil » = la « reçoive » = la « reconnaisse» =
« s’ouvre » et/ou qu’elle se donne en « soi » … Pour du « vrai ») avec le temps (ce temps ; et vous
vous serez « dedans »).
Pour continuer à être « bien »
à avoir le temps et l’énergie
des personnes conquises, neutres ou plus « là » dans les faits
= À avoir de l’avenir (raison du monde)
= à être encore « là » demain
et/ou à le « pouvoir » ;
puisque si ça (le monde)
leur échappe (après avoir « évolué » dans ce sens là)
alors ils dis-paraîtront
ou ils ne seront plus « là » dans les faits (ce demain)
= ils ne peuvent plus s’assurer contre ça (raison pour laquelle, ça, ne peut être cristallisé).
Ils peuvent s’assurer contre ça
seulement à travers l’objet
dont ils sont « responsables »
et/ou à l’Origine pour continuer à le « pouvoir »
= à reculer le mot « fin »
car ils passent encore par l’objet
ou l’histoire (ils pensent encore à ça ; ils sont encore intéressé par ça).
Pour encore le « pouvoir »
= « s’expliquer les choses ou avoir encore une « maîtrise », un « contrôle » sur les choses (l’ordinaire
et/ou ainsi, encore le pouvoir ; «assurer »)
= pouvoir s’« assurer » contre ça, le temps ;

David VIEL – le 22 02 2019


et/ou « commander » l’ordinaire (les choses à-venir)
= ce qui lui Revient de fait
… à, vers « soi » en passant encore par l’objet
qui leur ont «permis »  d’émettre et pas que des doutes ;
et/ou de « profiter » de la vie (la « vue » est tellement sympa).
Mais ne pas avoir encore réalisé (traversé) ça (la matière
celle qui permet de se « connaître »
d’être « ensemble »
de « nommer », de normaliser les choses
= d’être « dedans »
et/ou encore « en vie » ; là en « vrai »
et/ou de fait).

Titre + Intro

Qui Êtes Vous ?

Qu'est-ce qui vous "retient" ("parle") ?!


Qu'est-ce que vous aimerez et fuirez, avec le temps (ce temps, cette histoire ...) ?
Qu'est-ce qui aura eu raison de votre sentiment "à la fin" ? (peau ou st d'être encore "là" de fait ; de
vous appartenir, de ressortir de cet état de "fin", "funeste").
Êtes-vous prêt pour ça = pour l'épreuve du "feu" et/ou du temps ? (je rappelle que ça ceint le
sentiment de là, à l'Avoir entièrement et complètement)

Le propre et le fait d'être sur "terre" ("mortel").

David VIEL – le 22 02 2019

Centres d'intérêt liés