Vous êtes sur la page 1sur 3

chapitre 1 : Techniques de couverture interne de risques de change

Il s’agit de techniques que l’entreprise peut mettre en place elle-même


pour réduire son risque de change.
Ces techniques sont nombreuses. On va se limiter à citer les plus
importantes qui peuvent être résumées comme suit :

Section 1 : Action sur les délais :

Il s’agit principalement d’agir sur les délais de paiement pour les étaler ou
les réduire dans le but de minimiser l’effet du risque de change. Ceci peut
être effectué par :

- le choix de la banque: sachant que les paiements se font par le biais


des banques, il faut choisir celle qui a le plus de réseau de correspondants
à l’étranger. Ceci permettra de raccourcir le circuit et d’agir sur les délais
de réception des fonds dans le cas d’une exportation.

- le choix des instruments de paiement : Les moyens généralement


utilisés sont les paiements par chèque, par traite, au moyen du crédit
documentaire ou au moyen d’un virement bancaire. Du choix de
l’instrument de paiement dépend le degré d’exposition au risque de
change. On doit donc choisir parmi ces instruments celui qui permet de
s’exposer le moins au risque de change.

- L’escompte pour paiement anticipé : Il s’agit de demander à


l’importateur de régler par anticipation le produit de l’exportation
moyennant une réduction au niveau du prix. En accordant un tel
escompte, l’exportateur réduit son exposition au risque de change. Le
montant de l’escompte (réduction) constitue le coût de couverture pour
l’exportateur.

- Le termaillage ( leads ou lags) : Il s’agit d’une procédure qui consiste


à avancer ou à retarder la date de paiement afin de bénéficier des
anticipations sur l’évolution des cours de change.
Le leading ( devancer) est envisagé en cas de paiement dans une
devise forte ou en cas de réception de fonds dans une devise faible.
1
Le lagging ( retarder) est envisagé en cas de réception de fonds
dans une devise forte ou en cas de paiement dans une devise faible.

- la réduction au niveau du délai de paiement accordé aux clients : la


révision à la baisse de la durée de paiement accordée aux clients étrangers
peut avoir comme conséquence la réduction de l’exposition au risque de
change.

Section 2 : Actions sur la devise :

- La facturation en monnaie nationale : Il s’agit de facturer ses


exportations en monnaie nationale et d’être payé en conséquence en cette
monnaie. L’exportateur ne court ainsi aucun risque de change

- Le choix de la devise : de la devise de paiement dépend le degré


d’exposition au risque de change. Dans le cas de paiement en monnaie
nationale, l’exportateur ne court aucun risque de change. Dans le cas où il
choisit une autre monnaie, le risque peut être plus ou moins grand selon
qu’il s’agisse d’une monnaie de règlement volatile ou non. il faut que
celle-ci soit peu volatile pour qu’il subisse le moindre risque possible.

- Utilisation de devises dont on dispose dans des comptes en devises :


Les exportateurs utilisent une partie des devises qu’ils disposent pour
régler des importations libellées en cette devise.

- Le netting (la compensation): Il s’agit de la compensation entre des


créances et des dettes en une même devise entre un client et son
fournisseur quand ces derniers sont chacun à la fois importateur et
exportateur de l’autre. Seul le solde ici fait l’objet de règlement dans un
sens ou dans un autre (au profit du client ou au profit du fournisseur)

Section 3 : Autres Actions

- Action au niveau du contrat : Il s’agit de porter au niveau du contrat


commercial certaines clauses relatives à la variation du cours de change
de façon à limiter ou à partager le risque entre acheteur et vendeur. Cette
possibilité est souvent utilisée lorsque l’exportateur craint une baisse très
importante de la monnaie du contrat.

2
Thank you for using www.freepdfconvert.com service!

Only two pages are converted. Please Sign Up to convert all pages.

https://www.freepdfconvert.com/membership