Vous êtes sur la page 1sur 76

MIAS

Modèles de l'Ingénieur
Appliqués aux Structures

Polycopié pour les options


MSM & MATEPRO
Objectifs du cours :
Passer des équations de la MMC aux modèles de l'ingénieur. Savoir résoudre ces équations dans les
cas simples. Comprendre et savoir utiliser les modèles numériques (EF) permettant de traiter des
problèmes plus complexes.
Supports du cours :
Tous les éléments de ce polycopié peuvent être consultés sur le site
https://meefi.pedagogie.ec-nantes.fr/MEF/MEF.htm
Vous y trouverez entre autre les corrigés des exercices de cours mais aussi d'autres supports pédagogiques
qui peuvent vous servir pour compléter votre formation.
Table des matières
MODÈLE BARRE ............................................................................................................................................................................. 5
Problème de Saint Venant .............................................................................................................................5
Modèle barre .................................................................................................................................................6
Bilan : hypothèses du modèle barre 1D.........................................................................................................7
Votre parcours pédagogique .........................................................................................................................7
MISE EN ÉQUATIONS DES BARRES........................................................................................................................................... 9
Application du PFD.........................................................................................................................................9
Application du PTV.......................................................................................................................................10
Équivalence des principes............................................................................................................................10
Bilan & exercice............................................................................................................................................11
Votre parcours pédagogique .......................................................................................................................12
CALCULS STATIQUE DES TREILLIS PAR LA RDM ............................................................................................................... 15
Théorèmes énergétiques de la RDM ...........................................................................................................15
Hyperstaticité...............................................................................................................................................16
Calcul pratique d'un treillis ..........................................................................................................................18
Exercices.......................................................................................................................................................23
Votre parcours pédagogique .......................................................................................................................24
MODÈLE ÉLÉMENTS FINIS POUR L'ÉTUDE DES TREILLIS.............................................................................................. 25
L’élément fini barre......................................................................................................................................25
Modèle éléments finis d'un treillis ..............................................................................................................28
Exercices.......................................................................................................................................................33
Votre parcours pédagogique .......................................................................................................................35
MODÈLE POUTRE ........................................................................................................................................................................ 37
Problème de Saint Venant ...........................................................................................................................37
Problème de Saint Venant en flexion ..........................................................................................................38
Bilan : Modèle de Bernoulli des poutres longues en flexion .......................................................................43
Problème de Saint Venant en torsion..........................................................................................................44
Bilan : Modèle des poutres en torsion.........................................................................................................46
Caractéristiques des sections.......................................................................................................................47
MISE EN ÉQUATIONS DES POUTRES EN FLEXION PLANE ............................................................................................... 51
Application du PFD.......................................................................................................................................51
Application du PTV.......................................................................................................................................52
Équivalence des principes............................................................................................................................52
Bilan & exercice............................................................................................................................................53
Votre parcours pédagogique .......................................................................................................................55
CALCUL STATIQUE DES PORTIQUES PAR LA RDM ............................................................................................................. 57
Rappel : théorèmes énergétiques de la RDM..............................................................................................57
Hyperstaticité...............................................................................................................................................57
Calcul du torseur des efforts de cohésion ...................................................................................................58
Statique des portiques isostatiques.............................................................................................................61
Statique des portiques hyperstatiques........................................................................................................63
Votre parcours pédagogique .......................................................................................................................65
MODÈLE ÉLÉMENTS FINIS POUR L'ÉTUDE DES PORTIQUES 2D ................................................................................... 67
L’élément fini de flexion plane ....................................................................................................................67
Application aux portiques............................................................................................................................72
Statique des portiques plans simples ..........................................................................................................73
Votre parcours pédagogique .......................................................................................................................76
Hypothèses du modèle barre 5/76

Modèle barre
L’idée est de rechercher les hypothèses simplificatrices permettant de décrire le comportement
tridimensionnel d’un solide élancé par un modèle monodimensionnel. Cette modélisation simplifiée est
classiquement présentée et utilisée dans les cours de Résistance des Matériaux « RDM ».

Problème de Saint Venant


Pour justifier les hypothèses du modèle barre, nous utilisons les résultats de l’étude du problème de Saint-
Venant qui dans le cadre de l’élasticité tridimensionnelle donne la réponse statique d’un solide cylindrique,
de section constante de longueur grande devant la section, chargé uniquement à ses extrémités (les efforts
de volume et sur la surface latérale sont nuls).
Le cadre général de l’étude est donc :
Solide élancé dont une dimension est grande devant les deux autres on parle de « poutre ».
Matériau homogène isotrope élastique.
Les équations sont écrites sur l’état non déformé
Petites perturbations.
Le problème de Saint Venant en traction est représenté par la figure suivante :
zo
yo SL
F
xo F
S0 S1
Figure 1 : Problème de Saint Venant de l'essai de traction.

1 0 0 
Il est aisé de voir que l’état de contrainte σ = 0 0 0 
F
S
0 0 0 
Cette condition est vérifiée
Vérifie les équations d’équilibre statique : div(σ )=0 en tout point de la surface.

Les conditions aux limites sur SL : σ n=0 Ces deux conditions sont
Les conditions aux limites sur S0: ∫ σ n dS = − F x
S0
vérifiées globalement

Les conditions aux limites sur S1 ∫ σ n dS = F x


S1 Conditions d'intégrabilité du champ
de déformation pour un milieu
homogène isotrope élastique.
L'état de contrainte vérifie les conditions de Beltrami Milieu homogène isotrope élastique.

ν 1 +ν
La loi de Hooke ε = f −1 (σ ) = − Tr (σ ) 1 + σ
E E
1 0 0
F 
Nous donne le tenseur des petites déformations du milieu : ε = 0 −ν 0 
ES 
0 0 −ν 
Soit 6 relations :
F νF
Termes diagonaux : u,x = , v, y = w, z = −
ES ES

5
Hypothèses du modèle barre 6/76

Termes hors diagonale : u, y + v, x = u, z + w, x = v, z + w, y = 0

Relations que nous pouvons intégrer, le champ de déplacement est déterminé à 6 constantes près qui
correspondent aux déplacements d'ensemble de la barre dans l'espace (déplacements rigides).
 x Solution complète: u = ue + ur
F 
On trouve en bloquant les déplacements rigides ue = −ν y  a + qz − ry

ES  ur =  b + rx − pz
 −ν z 
c + py − qx
Cette solution rigoureuse nous sert de référence pour le modèle barre.

Modèle barre
Analysons les résultats présentés dans le problème de Saint Venant.
L'hypothèse 1 : l'état de contrainte est uni axial
Cette hypothèse est justifiée du fait que la surface latérale n'est pas chargée et que les dimensions
de la section sont petites devant la longueur. L'état de contrainte ne peut que s'écarter faiblement
de cette forme uni axial lorsque l'on passe à l'intérieur du domaine entre deux points de la surface
latérale.
zo
SL T =σ n = 0
σ xx 0 0
⇒ σ =  0 0 0 
 0 0 0  Sur SL
σ xx 0 0 yo
σ ≅  0 0 0 
 0 0 0 
Figure 2 : État de contrainte dans la section d'une poutre.

Ce modèle monodimensionnel ne représente pas la réalité, car avec ce modèle


Les sections droites de normale x peuvent glisser entre elles.
Il n'y a pas de cohésion sur les facettes de normale y ou z
Cette hypothèse est cependant justifiée car σ xx ≫ σ ij et toutes les équations d'équilibre sont vérifiées.

Les conditions aux limites sur les extrémités sont vérifiées globalement.
C'est "le Principe de Saint-Venant"
Dans toute partie du solide suffisamment éloignée de la frontière où sont imposées les conditions
aux limites la solution du problème d’équilibre élastique est indépendante de la distribution de
charge "statiquement équivalente" utilisée.
Statiquement équivalente <==> les torseurs des distributions sont identiques
Ce principe empirique est bien vérifié par l’expérience.
Ce principe donne la possibilité de faire des choix dans la formulation des conditions aux limites.
Exemples :
Problèmes équivalents Problème non équivalent
F F F
F
Car les conditions aux limites sont hyperstatiques
p = F /S
Conditions aux limites
Figure 3 : Équivalence des conditions aux limites. équivalentes

6 isostatique
Hypothèses du modèle barre 7/76

Analyse des déformations


Les déformations mesurées dans un essai de traction permettent de déterminer les deux constantes
élastiques ( E ,ν ) dans la zone centrale de l’éprouvette. Les déformations transversales sont
caractéristiques de l’effet Poisson (ε T = −ν ε L ) .
La déformation de la barre conduit à un déplacement axial linéaire en x, et à des déplacements
transversaux indépendants de x.
Pour une section de poutre (a, b ≪ ℓ) , le changement de forme de la section sera négligeable devant le
déplacement axial
 ∆ℓ F
 ℓ = ES
 ⇒ ∆ℓ ≫ ∆a, ∆b
 ∆ a ∆b ν F
= =−
 a b ES

Bilan : hypothèses du modèle barre 1D


Petits déplacements & petites déformation (HPP)
Section invariante S ≡ S0 ⇒ u ( M , t ) = u ( x , t ) xo et ε xx = u, x

État de contrainte uni axial


Milieu isotope homogène élastique σ xx = Eε xx = Eu, x

En intégrant les contraintes sur la section nous obtenons

σ xx = E u, x MC = 0
N = ES u, x
C
x x

Contraintes Torseur résultant


Figure 4 : État de contrainte sur la section d'une barre.

La loi de comportement intégrée des barres : N = ES u, x


N est l'effort normal dans la barre

Votre parcours pédagogique


Si vous avez rencontré des difficultés pour comprendre ce chapitre, c'est que les pré-requis du cours de
MMC vous posent problème. Vous avez quatre documents de cours mis à votre disposition sur le site
consultez les.
Nous proposons deux documents supplémentaires pour compléter vos connaissances, un sur l'essai de
traction, et un sur les critères de plasticité, ils sont à votre disposition.
La suite logique de ce chapitre concerne la mise en équations des barres par le PFD et le PTV

7
Hypothèses du modèle barre 8/76

8
Mise en équations des barres 9/76

Mise en équations des barres


Les quatre champs inconnus de la « MMC » sont :
Champs vectoriels Champs tensoriels
u : Déplacements ε : Déformations
f : Forces
σ : Contraintes
Les relations entre ces champs peuvent être représentées par la figure suivante

σ = D (ε )
Σ (σ ) < Lois de comport em ent > E (ε )
ε = f (u )
Relations Lois de compor tement
géomét riques généralisée
Relat ions
T =σ n géométriques

F ( f ) < Pr incipe de la dynamique > U (u )


Figure 1 : Relatio ns entre les ch amps de la MMC .

Dans le premier document de cours nous avons établi la loi de comportement généralisée du modèle barre.
H1 : déplacement axial u ( M , t ) = u ( x , t ) xo ==> ε xx = u, x
H2 : état de contrainte uni axial σ xx = Eε xx
D'où la définition de l'effort normal N = ES u, x

Pour terminer la mise en équations des barres, nous pouvons écrire une des deux formes du principe de la
mécanique que vous avez vues en MMC :
Le PFD : qui donne un système d'équations aux dérivées partielles (formulation locale).
Le PTV : qui est sa forme intégrale ou forme variationnelle et est une forme énergétique globale des
équations du mouvement.

Application du PFD
Nous allons écrire les équations de Newton f = ma pour une tranche d’épaisseur dx de la barre
Le bilan des efforts extérieurs sur cet élément de matière (figure ci-contre) f
fait apparaitre l'effort normal (torseur des efforts de cohésion)
L'équation de résultante dynamique dans la direction x donne :
N + dN − N + fdx = ρ Sdx uɺɺ
N N + dN
Soit N, x + f = ρ S uɺɺ
dx
Compte tenu de la loi de comportement intégrée, l'équation locale est : x
∀x ∈ ]0, ℓ[ ρ Suɺɺ − ( ESu, x ) = f
,x

Les conditions aux limites aux extrémités de la barre peuvent être,


en déplacement imposé : u = ud (t ) ,
ou en force imposée : ESu, x = N d (t ) .
Ces 2 conditions permettent de fixer les deux constantes d'intégration en x

9
Mise en équations des barres 10/76

Pour déterminer la réponse dynamique en temps, il faudra se donner les deux conditions initiales:
u ( x, 0) = uo ( x) Déformée et vitesse de déformation

uɺ ( x , 0) = ɺ
uo ( x ) initiales de la barre

Application du PTV
Nous allons écrire le principe des travaux virtuels ∀δ u δ W = δ A Fo
f
Fℓ
pour une barre chargée sur sa longueur et à ses extrémités. 0 u ( x, t ) ℓ


Le travail virtuel des quantités d’accélération est : δ A = ∫ ρ Suɺɺ δ u dx
o

Le travail virtuel des efforts se décompose en travail virtuel des efforts de cohésion et celui des efforts
extérieurs soit :
ℓ ℓ
Pour les efforts de cohésion δ Wint = − ∫ σ : δ ε dV = − ∫ ∫ σ xx δε xx dS dx = − ∫ ES ε xx δε xx dx
D 0S 0
ε xx = u, x

Soit δ Wint = − ∫ ESu, x δ u, x dx
o

Pour les efforts extérieurs δ Wext = ∫ f δ u dx + Fo δ uo + Fℓ δ uℓ
o

Le PTV conduit à l’équation intégrale suivante :


ℓ ℓ ℓ
∀δ u ∫ ρ Suɺɺ δ u dx = − ∫ ESu,x δ u,x dx + ∫ f δ u dx + Foδ uo + Fℓδ uℓ
o o o
C’est la forme variationnelle du problème.
Les deux derniers termes correspondent au travail virtuel des efforts appliqués aux extrémités du barreau.
Dans le cas ou la condition aux limites porte sur le déplacement, l’effort à l’extrémité est une inconnue du
problème. Pour déterminer l'équation du mouvement il faudra tenir compte des conditions aux limites en
déplacements. Restreindre le choix des déplacements virtuels à des champs virtuels admissibles, permet
d'éliminer l'effort de liaison inconnu de la forme variationnelle.
Si u = ud (t ) respectée alors δ u = 0 et le F δ u est éliminé de la Formulation

Le travail des efforts de cohésion δ Wint peut s'exprimer à partir de la variation de l'énergie de déformation
de la barre δ Wint = −δ Ed

( )
2
avec 2 Ed = ∫ σ : ε dV = ∫ ES u, x dx
D o

Équivalence des principes


Partons du PFD pour retrouver le PTV. La démarche, présentée de façon générale dans le cours de MMC
est utilisée ici dans le cas particulier du modèle barre, sur des équations mono dimensionnelles.

10
Mise en équations des barres 11/76

L'équation locale ρ Suɺɺ − ESu, xx − f = 0 ∀x ∈ ]0, ℓ[



Est équivalente à ∫ P ( ρ Suɺɺ − ESu, xx − f ) dx = 0 ∀P
0
Remarque : si u est une solution approchée du problème cette forme intégrale
représente le résidu pondéré de l’équation locale sur le domaine.

Effectuons une intégration par partie du terme en u,xx


ℓ ℓ

∫ P ES u, xx dx =  P ESu, x  0 − ∫ P, x ES u,x dx
0 0
Nous obtenons
ℓ ℓ ℓ

∀P ∫ P ρ S uɺɺ dx + ∫ P,x ES u, x dx =  P ESu,x  0 + ∫ P fdx
0 0 0

Introduisons les conditions aux limites en force aux extrémités de la barre


Fo = − N ( o, t ) = − ES u, x ( o, t ) Fo Fℓ

Fℓ = − N (ℓ, t ) = + ES u, x (ℓ, t ) N0 0 ℓ Nℓ

ℓ ℓ ℓ
D'où le PTV : ∀P ∫ P ρ S uɺɺ dx + ∫ P,x ES u, x dx = Pℓ Fℓ + Po Fo + ∫ P fdx
0 0 0

Bilan & exercice


Le PFD donne un système d’équations aux dérivées partielles (EDP), c'est une formulation locale
équation locale : ∀x ∈ ]0, ℓ[ ρ Suɺɺ − ESu, xx = f
PFD 
2 conditions aux limites en x = 0 et en x = ℓ
Il est utilisé pour rechercher la solution analytique d'un problème.
Les conditions initiales ne servent que pour résoudre l'équation différentielle en temps
Réponse dynamique d'une structure.

Le PTV est la forme variationnelle du problème, c'est une formulation globale (notion d'énergie)
ℓ ℓ ℓ
∀δ u ∫ ρ Suɺɺ δ u dx = − ∫ ESu,x δ u,x dx + ∫ f δ u dx + Foδ uo + Fℓδ uℓ
o o o
Sera utilisé pour rechercher les solutions numériques du problème.
Solutions approchées

Vous devez être capable d'écrire ces deux formulations pour un problème donné.

11
Mise en équations des barres 12/76

Tous les exercices de cours sont corrigés sur le site, mais il faut chercher les réponses aux questions avant
de consulter le corrigé.
Exercice 1 : Mise en équations d’un barreau en traction
Objectifs : Savoir écrire les conditions aux limites pour une barre,
Résoudre un problème simple en statique,
Pouvoir écrire le PTV et savoir passer du PTV au PFD.
1- Écriture des conditions aux limites.
Donnez les différentes conditions aux limites homogènes possibles pour une barre.
Donnez les conditions aux limites correspondantes aux trois figures ci-dessous.

F k x=0
xo xo xo
x=ℓ x=0
M
2- Application du PFD.
x
Écrire le système d'EDP de ce problème
g ℓ Intégrer l'équation différentielle en statique
Tracer le diagramme de l'effort normal (analyse type RDM)

3- Application du PTV.
Pour le problème représenté par la figure ci-dessous
k

x=0 xo x=ℓ
Pour un champ de déplacements virtuels cinématiquement admissible.
Donner l’expression du PTV en ne considérant que la barre.
Retrouver cette expression en considérant la barre et le ressort.
4- Équivalence des principes.
Donner l’expression du PFD et passez au PTV (application directe du cours).
Partir du PTV pour retrouver l'équation locale et toutes les CL du problème.
Démarche inverse à celle présentée en cours

Si avec la correction vous n'arrivez pas à comprendre la réponse à une question, c'est que des éléments du
cours ou des pré-requis vous manquent. Revoyez le cours et n'hésitez pas à poser la question à votre
enseignant, il pourra vous aider à résoudre la difficulté.
Pour assimiler le cours il faudra traiter des exercices non corrigés.

Votre parcours pédagogique


Les exercices sur la résolution analytique ou par les méthodes d'approximation nécessitent de faire la mise
en équations. C'est la suite logique de ce chapitre.
La solution analytique, d'un problème simple, sert de référence pour tester différentes méthodes de
résolution approchées. L'utilisation des méthodes d'approximation pour résoudre des problèmes de
l'ingénieur pour lesquels il n'existe pas de solution analytique reste bien l'objectif du cours.

12
Mise en équations des barres 13/76

Le chapitre sur les solutions analytiques en dynamique peut donc être abordé en dehors du parcours
pédagogique, vous pouvez passer directement aux méthodes d'approximation sur le modèle barre, quitte
à revenir plus tard sur la réponse dynamique des barres si vous en avez besoin.
Parcours possibles
Recherche de la solution analytique de la réponse dynamique d'une barre
Recherche d'une solution approchée de la réponse d'une barre
Étude de la réponse statique d'un treillis par la RDM
Étude des treillis par la MEF
Ces différents thèmes sont proposés dans le menu du site. A vous de choisir votre parcours pédagogique

13
Mise en équations des barres 14/76

14
RDM : calculs en statique des treillis 15/76

Calculs statique des treillis


par la RDM
Définition
Un treillis est une structure constituée d'un assemblage de barres articulées entre elles, ces
articulations sont les nœuds de la structure. Les charges extérieures sont supposées appliquées
aux nœuds de la structure. Les éléments du treillis ne travaillent donc qu'en traction compression.
Pour que parler de treillis, il faut que les charges sur les éléments du treillis soient faibles devant les charges
nodales. Dans le cas contraire il faudra prendre en compte la flexion des éléments, nous parlerons de portiques.

L'objectif de ce chapitre est de vous initier au calcul analytique de la réponse statique d'un treillis
bidimensionnel. Ces calculs permettent d'obtenir très rapidement l'état de contrainte (effort normal) dans
les éléments d'une structure simple. La connaissance de l'effort normal dans les éléments du treillis permet
de vérifier que la structure reste dans le domaine élastique, et qu'il n'y a pas d'instabilité (étude du
flambement). Utile pour le pré dimensionnement, savoir effectuer ces calculs analytiques permet
d'assimiler l'utilisation des outils d'analyse qui sont utilisés lors des calculs numériques.
Pour les treillis plus complexes (géométrie, forte hyperstaticité, ou cas de chargement multiples) ou pour
les études dynamiques, la méthode des éléments finis présentée dans le chapitre suivant, permettra
d'effectuer les calculs numériques.

Dans ce chapitre nous ne traitons que des problèmes statiques

Théorèmes énergétiques de la RDM


Nous énonçons les trois principaux théorèmes énergétiques couramment utilisés pour les calculs statiques.
La démonstration de ces théorèmes est basée sur l'existence de l'énergie de déformation élastique. Vous
trouverez ces démonstrations dans tous les ouvrages de résistance des matériaux. Nous nous attacherons
d'avantage à leur utilisation dans le cadre du calcul pratique des structures.
Les trois théorèmes peuvent se déduire de l'écriture du principe des travaux virtuel en statique
δ Wint + δ Wext = 0
Soit en utilisant l'énergie de déformation élastique : δ Wext = δ Ed
L'énergie élastique emmagasinée est égale à l'énergie fournie pour déformer la structure depuis son
état initial jusqu'à son état final, c'est le travail des forces extérieures appliquées à la structure.

Théorème de Maxwell - Betty


Le travail d'un système de force F1 dans le déplacement produit par un système de force F2 est égal
au travail du système de force F2 dans le déplacement produit par le système de force F1 .
Ce que nous pouvons énoncer sous la forme : W (1 → 2) = W (2 → 1)
Où F1 δ 2 = F2 δ1
L'intérêt de ce théorème est historique (1864-1872) on trouve ce théorème de réciprocité dans d'autres
domaines de la physique (électricité, électromagnétisme, fonctions de transfert). Du point de vue
mécanique ce théorème de réciprocité énonce la symétrie de l'opérateur "raideur" liée à l'existence de
l'énergie de déformation élastique. Castigliano (1873) l'a utilisé dans la démonstration de son théorème.

15
RDM : calculs en statique des treillis 16/76

Illustration du théorème de Maxwell-Betty


x=a x=ℓ F Fa
La solution du problème 1 est connue : u1 =
Fa ES
u1 =
ES Appliquons le théorème de Maxwell-Betty
Fa Qa
Q Fu2 = Qu1 = Q ==> u2 =
u2 = ? ES ES
Résultat prévisible

Théorème de Castigliano.
La dérivée partielle de l'énergie de déformation de la structure par rapport à un effort est égale au
déplacement du point d'application selon la ligne d'action de cet effort.
∂Ed
Ce que nous pouvons énoncer sous la forme : = δF
∂F
Ce théorème est très pratique, puisqu'il permet de calculer le déplacement d'un point de la structure sans
avoir à intégrer les équations différentielles locales. Pour calculer le déplacement d'un point qui n'est pas
chargé on introduit une charge fictive X dans la direction souhaitée.
 ∂Ed ( F , X ) 
  = δX
 ∂X  X =0
Ménabréa a eu l'idée d'utiliser le théorème de Castigliano pour déterminer les inconnues hyperstatiques
d'un problème. Cette utilisation particulière porte le nom de théorème de Ménabréa.

Théorème de Ménabréa.
Pour une structure hyperstatique de degré N, les N inconnues hyperstatiques X i minimisent
l'énergie de déformation élastique de la structure.
∂Ed ( F , X i )
Ce que nous pouvons énoncer sous la forme : ∀i ∈ [1, N ] =0
∂X i
L'intérêt est évident puisque ce théorème permet de construire le système matriciel des N équations pour
déterminer les N inconnues hyperstatiques.
Ce théorème peut être vu comme l'utilisation des multiplicateurs de Lagrange, puisqu'il consiste à couper
les liaisons hyperstatiques pour faire apparaitre soit des efforts internes soit des efforts de liaison. On
calcul alors l'énergie de déformation en fonction de ces inconnues. Pour respecter les liaisons coupées il
faut écrire que le travail de l'effort de liaison est nul, c'est le théorème de Ménabréa.

Hyperstaticité
La première question à se poser lorsque l'on aborde le calcul statique d'une structure treillis est celle de
l'hyperstaticité de la structure.
Dans un premier temps il faut considérer l'hyperstaticité "extérieure" c'est à dire l'ensemble des liaisons
cinématiques qui bloquent les mouvements d'ensemble de la structure. Si la structure possède des
mouvements rigides (champ de déplacement non nul n'entrainant pas de déformation de la structure) il
faudra tenir compte de ces mouvements d'ensemble dans le bilan des inconnues du problème.
Pour la grande majorité des structures les liaisons cinématiques sont généralement surabondantes
(structures portantes de type; ponts, pylônes, grues, etc.) et le problème est hyperstatique extérieur.
Cependant pour certains problèmes les conditions aux limites ne font intervenir que des chargements

16
RDM : calculs en statique des treillis 17/76

extérieurs (conditions naturelles), le modèle possède alors un ou plusieurs modes rigides dont il faudra
tenir compte dans le bilan des inconnues du problème.

Exemples : Hyperstaticité extérieure


F une structure uniquement soumise à un ensemble de charges formant un torseur
ℓ nul (condition d'équilibre). N'ayant aucune liaison cinématique, cette structure
aura selon la dimension de l'espace physique : 1 déplacement rigide pour un
ℓ problème monodimensionnel, 3 déplacements rigides pour un problème
bidimensionnel, et 6 déplacements rigides pour un problème tridimensionnel.
La structure ci-contre possède donc 3 mouvements rigides (problème plan)
F

F Ce problème est équivalent au précédent


ℓ il ne comporte plus qu'un mode rigide
Nous avons introduit deux conditions aux limites cinématiques u ( A) = 0 .
ℓ Le mouvement rigide restant est la rotation par rapport au point A.
L'équilibre de la structure permet de vérifier RA = − F , le problème est bien
A
équivalent.
F Ce problème est équivalent aux précédents
ℓ Le mouvement rigide de rotation est bloqué par la condition d'appui en B.
Ce problème est un problème isostatique équivalent au problème initial.
ℓ Les déformations et les contraintes de ces trois problèmes sont identiques. Ce
qui change ce sont les constantes d'intégration qui apparaissent dans le calcul du
champ de déplacement.
A B
Il existe plusieurs problèmes isostatiques équivalents (non unicité de la solution
du problème initial)

Ayant le degré d'hypostaticité extérieure (nombre de mouvements d'ensemble possibles) on peut


déterminer le degré d'hyperstaticité d'une structure treillis par un simple dénombrement des nœuds et
des barres.
Un treillis est une structure discrète constituée de N b barres reliés entre elles aux N n nœuds de la
structure.
Pour calculer la réponse statique du treillis nous disposons des équations d'équilibre de chaque nœud, le
nombre d'équations dépend donc de la dimension de l'espace physique. Soit 2 N n équations pour un
problème bidimensionnel ( 3 N n équations dans le cas tridimensionnel).
Le bilan des inconnues naturelles du problème sont :
L'effort normal dans chaque barre du treillis soit N e inconnues.
Les efforts au niveau des conditions aux limites cinématiques,
A ces inconnues naturelles (efforts) il faut ajouter le nombre de mouvements d'ensemble s'il y en a. Ce qui
est équivalent à ajouter le nombre de liaison pour définir un problème isostatique extérieur.
Le degré d'hyperstaticité de la structure treillis est donné par le nombre d'inconnues moins le nombre
d'équations

17
RDM : calculs en statique des treillis 18/76

Les structures industrielles sont en général fortement hyperstatiques, car cela leur assure de la raideur
supplémentaire et donc une meilleure stabilité (au détriment du poids). Pour les structures hyperstatiques
la distribution des efforts internes et externes dépend de la géométrie et des matériaux. La résolution de
ces problèmes est de ce fait plus complexe et fera appel aux théorèmes énergétiques.
Dans le cas d'une structure isostatique la répartition des efforts ne dépend que de la géométrie, ce type
de problème se résout "assez simplement" en utilisant les équations d'équilibre.
Si la structure est hypostatique (degré d'hyperstaticité négatif) au moins un élément conserve une ou
plusieurs possibilités de mouvement. Du point de vue mécanique le système n'est pas stable on ne peut
pas le traiter en statique. En général cette situation est dû à une erreur de modélisation car un système
hypostatique est un mécanisme, et ne peut pas être modélisée en statique sauf à considérer des
mouvements stationnaires ce qui impose des liaisons cinématiques.

Exemple : Hyperstaticité d'une structure


F Cette structure possède 4 nœuds, le problème est plan, nous disposons donc de 8
ℓ équations d'équilibre. Il y a 3 mouvements rigides, et 5 barres donc 5 efforts
intérieurs inconnus, soit un total de 8 inconnues.

Cette structure est isostatique, les efforts dans les barres ne dépendent que da
la géométrie, ils sont indépendants des caractéristiques mécaniques des barres
(section, matériau)
F
Si on ajoute une barre sur l'autre diagonale la structure sera hyperstatique de
degré 1. Sa rigidité sera plus élevée, et la distribution des efforts interne dépendra
des caractéristiques mécaniques des barres.

Exercice 5 : degré d'hyperstaticité des structures treillis


Objectifs : Dénombrer les inconnues principales d'une structure treillis.
1- Déterminer le degré d'hyperstaticité des six structures représentées ci-dessous

F F F

A B A B A B

C C
F F F

A B A B A B

Calcul pratique d'un treillis


Deux situations sont donc à envisager, le cas des structures isostatiques et le cas des structures
hyperstatiques. La méthodologie à adopter face à ces deux situations est différente. Dans les deux cas les
calculs conduirons à la détermination de l'effort normal dans les barres du treillis. Ayant ces efforts nous
verrons comment utiliser ces résultats pour dimensionner la structure, et calculer sa déformation.

18
RDM : calculs en statique des treillis 19/76

Cas des structures isostatiques


La méthode de Cramona consiste à écrire l'équilibre des nœuds de la structure, elle a l'avantage d'être
systématique est simple.
Pour être efficace il faut partir d'un nœud ou le nombre d'inconnues est égale au nombre d'équations (2 en
bidimensionnel, 3 en 3D). Ce qui permet de résoudre au fur et à mesure les équations du système sans
avoir à construire le système complet des équations du problème avant de le résoudre.
Historiquement cette méthode a longtemps été utilisée pour effectuer le pré dimensionnement graphique
des treillis. Pour appliquer cette méthode il faut juste être attentif à l'orientation des efforts normaux au
niveau des coupes lorsque l'on isole un nœud, l'effort normal est orienté suivant la normale extérieure à
la coupe, il est positif en traction et négatif en compression.
Les deux équations d'équilibre du nœud donnent:
yo − N1 − N 2 cos α = 0  N1 = F tan −1 α
N1 C  soit : 
− F − N 2 sin α = 0  N 2 = − F sin α
−1
xo
α Pour F > 0 et 0 < α < π / 2
F L'effort N1 > 0 la barre "1" est en traction
N2
L'effort N 2 < 0 la barre "2" est en compression
N1 C Il est possible de visualiser graphiquement le calcul N1 + N 2 + F = 0
α sur un dessin à l'échelle de la structure, c'est le pré dimensionnement
N2 F graphique.
N 2 entrant dans la barre c'est une compression
Ce type de calcul analytique est très rapide, il suffit alors de passer au nœud suivant. Sachant que
( N1 , N 2 ) sont maintenant connus en fonction du chargement.
Analyse du calcul
Nous venons de voir que l'état de contrainte dans la structure ne dépend que de la géométrie, la
loi de comportement du matériau n'intervient pas dans le calcul des efforts intérieurs d'une
structure isostatique.
Si l'on écrit toutes les équations d'équilibre on obtiendra aussi les efforts au niveau des appuis, il
sera alors possible de vérifier l'équilibre global de la structure.
En pratique, on peut utiliser les équations d'équilibre global pour déterminer les efforts aux appuis sans passer
par l'équilibre des nœuds. Les équations globales ne sont pas indépendantes des équations nodales.

Analyse
Exemple
2 Barres ==> 2 inconnues internes ( N1 , N 2 )
B
CL ==> 4 inconnues efforts de liaison ( X A , YA ) et ( X B , YB )
h
Soit 6 inconnues pour 6 équations le problème est isostatique
yo
A h C
xo  N = F 2 N1
Équilibre du nœud C ==>  1 C
F
 N 2 = − F N2
On connait les efforts dans les barres, on donc passer au post-traitement. F

X = F  X = −F
L'équilibre du nœud A donne  A et celui du nœud B  B
YA = 0 YB = F
Les 3 équations d'équilibre X A + X B = 0 ; YA + YB − F = 0 ; et −hX B − hF = 0 sont vérifiées.

19
RDM : calculs en statique des treillis 20/76

Cas des structures hyperstatiques


Si la structure est hyperstatique les équations d'équilibre ne permettront pas de résoudre directement le
problème. On peut procéder par coupure pour faire apparaitre autant d'inconnues que le degré
d'hyperstaticité. Il est alors possible de calculer les contraintes dans les barres en fonction du chargement
extérieur et des inconnues X i des coupures.
On calcule alors la déformation de la structure et pour chaque barre coupée on devra écrire
∆ℓ i X i ( F , X j )
l'équation de compatibilité des déplacements en calculant =
ℓi ESi
Nous voyons ici que la solution dépend directement des caractéristiques mécaniques des barres
pour calculer la déformation de la structure et écrire les équations de compatibilités.

En résolvant ce système nous pourrons alors calculer les X i .


Il est beaucoup plus rapide d'effectuer ces calculs en utilisant le théorème de Ménabréa.
Calcul de l'énergie de déformation élastique de la structure
 ℓ 
2
ℓi N
2 Ed = ∑ ∫ dx = ∑ N i2   L'effort normal est uniforme dans chaque barre i du treillis
i
0 ES
i  ES i
Application du théorème de Ménabréa
∂Ed ( F , X i )
Pour un treillis hyperstatique de degré N nous aurons à écrire ∀i ∈ [1, N ] =0
∂X i
∂Ed ∂E  ℓ 
D'après ce qui précède = ∑Nj d   où les N j sont des fonctions de ( F , X i )
∂X i j ∂X i  ES  j

Exemple Analyse
A 3 Barres ==> 3 inconnues internes ( N1 , N 2 , N 3 )
CL ==> 6 inconnues efforts de liaison ( X A , YA X B , YB X C , YC )
h 1
Soit 9 inconnues pour 8 équations le problème est hyperstatique de degré 1
2
B  N1 N3 N1
F  2 − F − 2 = 0 C
h 3 Équilibre du nœud chargé ==>  N2
 N + N1 + N 3 = 0
C
 2 2 2 F
N3
 N = N 3 + F 2
Choisissons N 3 comme inconnue hyperstatique ==>  1
 N 2 = − F − N 3 2
∂Ed h 2 h h 2
= ( N 3 + F 2) + (− F − N 3 2)(− 2) + N3
∂N 3 ES ES ES
∂Ed
Le théorème de Ménabréa = 0 ==> N 3 (2 + 2 2) + F (2 + 2) = 0 soit N 3 = − F / 2
∂N 3
 F
 N1 = F 2 −  N = F / 2
D'où  2 ==>  1 La barre 2 ne sert à rien ! (pour ce chargement)
N = −F + F  N 2 = 0
 2
On connait les efforts dans les barres, on donc passer au post-traitement.

20
RDM : calculs en statique des treillis 21/76

Utilisation des résultats - post-traitement


Vérification à la limite élastique
Pour que la structure reste dans le domaine élastique, il faudra satisfaire un critère de
dimensionnement du type :
Rei limite élastique conventionnelle Nous utilisons ce type de critère
N du matériau de la barre i pour illustrer nos calculs dans les
< Rei exercices, MAIS ...
S i
En pratique, une structure doit satisfaire durant toute sa durée d'exploitation des conditions de
fiabilité et durabilité appropriées. Pour cela des coefficients de sécurité partiels, définis par des
normes (Eurocodes), seront appliqués d'une part sur les caractéristiques des matériaux et d'autre part
sur les sollicitations. De plus il faut considérer différentes combinaisons d'un grand nombre de cas de
chargement (avec leurs coefficients), dont les effets se combinent entre eux. Ce n'est plus aussi
simple!

Si l'on atteint la limite élastique dans une barre celle ci plastifie sur toute sa section et sur toute sa
longueur (l'état de contrainte est uniforme dans les barres), et si l'on considère que l'écoulement
plastique se fait sans écrouissage il y aura ruine plastique de la barre. Si la structure est isostatique,
elle deviendra hypostatique, il y aura ruine plastique du treillis. Si la structure treillis est fortement
hyperstatique nous aurons une réserve de sécurité plastique par rapport au chargement maximal
élastique (il faudra plastifier n barres, n étant le degré d'hyperstaticité). Sachant que l'énergie de
déformation absorbée dans les déformations plastiques est beaucoup plus importante que l'énergie
de déformation élastique, la réserve de sécurité passive d'un treillis hyperstatique peut être très
importante.
Vérification au flambement
Le flambement élastique est une instabilité beaucoup plus sévère car une barre qui flambe
n'absorbe plus d'énergie (instabilité). Le flambement est un phénomène brutal qui se produit sous
de forte charge de compression. Les aspects théoriques sur le flambement sont présentés dans le
chapitre sur les poutres en flexion. Le critère d'instabilité par flambement élastique d'un treillis est
relatif à la charge critique d'Euler Fc définie par
EI I est le moment quadratique de la section droite, c'est
Fc = π 2 une donnée géométrique caractéristique de la section.
ℓ 2c
Pour les structures treillis la longueur de flambement ℓ c est la longueur des barres
entre les nœuds.

Le critère d'instabilité est de la forme. ∀N i < 0 N i < Fci

En pratique on cherchera à avoir N Max ≪ Fc pour avoir une réserve de sécurité plastique.
EI
Soit pour une barre donnée SRe ≪ π 2 2

Regroupons les caractéristiques matériaux et les caractéristiques mécaniques entre elles.
S ℓ2 E S ℓ 2 / I est un coefficient adimensionnel caractéristique
≪π2 de l'élancement de la barre.
I Re
Plus la barre est élancée plus le risque de flambement élastique est important.

I
Introduisons le rapport i = qui est le rayon de giration de la section droite.
S
Plus le rayon de giration est élevé plus la matière est éloignée du centre de la section droite

21
RDM : calculs en statique des treillis 22/76

R
Barre de section circulaire R I = π R 4 / 4 S = π R 2 ==> i = R / 2
R>>e
Tube creux d'épaisseur e << R I ≅ π R 3e S ≅ 2π Re ==> i ≅ R / 2

ℓ S ℓ2
Le rapport λ = = caractérise l'élancement de la barre.
i I
E
Avec ces notations, la condition pour éviter le flambement élastique SRe < Fc conduit à λ < π
Re
Cette relation donne par exemple la longueur maximale de la barre en fonction du matériau
et de la section, pour que le flambement n'ait pas lieu dans le domaine élastique.

Calcul de la déformée
Pour chaque barre du treillis nous pouvons calculer son allongement à partir de l'effort normal en
utilisant la loi de comportement du matériau.
eAB Direction unitaire
 ∆ℓ   N   Nℓ 
Pour une barre AB : ε AB  ==> ( uB − u A ) . eAB = 
=  = de la barre de A vers B

 ℓ  AB  ES  AB  ES  AB
Nous disposons donc de N b relations entre les déplacements nodaux ( 2 N n inconnues), or nous
avons aussi les p conditions aux limites.
Si la structure est isostatique 2 N n = p + N b
si la structure est hyperstatique 2 N n < p + N b
==> Nombre d'équations supérieur ou égale au nombre d'inconnues déplacements, nous
pouvons déterminer la déformée complète du treillis.
La démarche consiste à partir des conditions aux limites, pour de proche en proche utiliser la
compatibilité des déformations et des déplacements aux nœuds de la structure.
Ces calculs peuvent devenir longs si le nombre de barres et de nœuds est important

Fh Fh
Exemple Pour la barre AC : N AC = − F ==> ε AC = − or u A = 0 ==> uC = −
ES ES
B
F 2h 2 Fh
Pour la barre BC : N BC = − F 2 ==> ε BC = =2
h ES ES
yo
 1/ 2 
or ε BC = ( uC − uB ) . eBC avec uB = 0 et eBC = 
A h C
xo 
F −1/ 2 
( u − v ) Fh
==> C C = 2
2 ES
Fh
il faut alors utiliser la compatibilité des déplacements uC = −
ES
pour trouver vC = −
Fh
ES
( 2 2 +1 )
Si l'on fait le bilan des équations utilisées
2 Lois de comportement (une par barre)
4 conditions aux limites pour un total de 6 inconnues (ui , vi )

22
RDM : calculs en statique des treillis 23/76

Utilisation du théorème de Castigliano


Il est beaucoup plus rapide d'utiliser le théorème de Castigliano si l'on cherche le déplacement d'un
point particulier de la structure.
∂Ed  ∂E ( F , X ) 
= δ F ou pour les charge fictive  d  = δX
∂F  ∂X  X =0
Exemple
( − F ) 2 h ( 2 F ) 2 2h ∂Ed Fh
B 2 Ed = + ==> = (1 + 2 2)
ES ES ∂F ES
∂E
( )
h Fh
yo La charge est orientée vers le bas ==> vC = − d = − 1+ 2 2
A h C ∂F ES
xo On a retrouvé très rapidement le résultat précédent
F
Si l'on veut calculer par Castigliano le déplacement horizontal du point C, il faut
B introduire une charge fictive X horizontale.
h
 N = F 2 ∂Ed h
= (X − F)
yo C
A h Il faut reprendre le problème  1 ==>
xo
X
 N 2 = X − F ∂X ES
F
Fh
Pour X = 0 on retrouve uC = −
ES

Exercices
Les exercices de cours sont corrigés sur le site, il faut chercher les réponses avant de consulter le corrigé.
Exercice 6 : étude d'un treillis de deux barres
Objectifs : Approche "RDM" pour les structures isostatiques.
Notions de critères de dimensionnement (limite élastique, flambement)
Calcul du champ de déplacement (géométrique et Castigliano).


1. Montrer que cette structure est isostatique.
A C
2. Calculer l’effort normal dans les barres ainsi que les réactions aux
h = ℓ/ 3 F appuis.
L = 2ℓ / 3
yo
3. En déduire la charge maximale que peut supporter cette structure
π /6
B pour rester dans le domaine élastique.
xo
Barres de section S 4. pour quelle valeur de la portée maximale ℓ Max y a-t-il un risque de
et de module d’Young E flambement élastique ?
5. Calculer la déformation de la structure
6. Vérifier les résultats en utilisant le théorème de Castigliano.

23
RDM : calculs en statique des treillis 24/76

Exercice 7 : étude d'un treillis de six barres


Objectifs : Approche "RDM" pour les structures hyperstatiques.

F
1. Montrer que cette structure est hyperstatique.
h 2. Simplifier le modèle en tenant compte des symétries.
3. Utiliser le TH de Ménabréa pour calculer les efforts dans les barres.
h
4. En déduire l'allongement de la diagonale chargée.
À partir des déformations
Retrouver ce résultat à partir de Castigliano.
F
Les barres sont de section S et de module d’Young E
Pour assimiler le cours il faut traiter des exercices non corrigés.

Votre parcours pédagogique


Ayant appliqué les techniques de calculs analytiques sur des cas simples, vous avez vu comment exploiter
les résultats des calculs. Il est naturel de voir comment aborder ces problèmes numériquement par la
méthode des éléments finis, pour pouvoir s’attaquer a des problèmes plus complexes.
Suite conseillée
Étude des treillis par la MEF

24
MEF : Étude des treillis 25/76

Modèle éléments finis


pour l'étude des treillis
Un treillis est constitué d'éléments barres qui ne travaillent qu'en traction compression. Nous allons utiliser
la méthode des éléments finis pour modéliser ces structures. Nous débutons par la présentation de
l'élément fini barre, en détaillant le calcul des matrices élémentaires permettant d'exprimer le principe des
travaux virtuel sous forme matricielle. Puis nous verrons comment utiliser ces résultats pour modéliser des
treillis bidimensionnels

L’élément fini barre


Approximation : Considérons un élément de longueur ℓ e ui uj
Le repère local de l'élément est orienté du nœud i vers le nœud j. i (e) j x
Les deux variables nodales sont les déplacements notés (ui , u j ) dans la direction x

Le champ de déplacement sur l'élément sera construit sur une approximation polynomiale à deux
paramètres de la forme
 a (t )  Approximation linéaire du champ de déplacement
u ( x, t ) = a1 + a2 x =< 1 , x >  1  Ici les paramètres ai n'ont pas de sens physique
a2 (t ) 

L'approximation nodale sera construite en identifiant les déplacements nodaux à la valeur de


l'approximation soit :
en x = 0 u (0, t ) = ui (t ) = a1 a1 = ui
 u j − ui
en x = ℓ e u (ℓ e , t ) = u j (t ) = a1 + a2ℓ e nous en déduisons 
a 2 =
ℓe
x x  ui (t ) 
D’où l'approximation nodale u ( x , t ) =< 1 − , >  Les paramètres ui , u j ont ici un
ℓ e ℓ e u j (t )  sens physique

Cette approximation sera notée : u = < N > {U e }


Les fonctions d’interpolation de l’approximation nodale sont :
1
 N (i ) = 1
N1
x
N1 ( x) = 1 − vérifie  1
ℓe  N1 ( j ) = 0 0 1
x/le

1
x  N (i ) = 0 N2
N 2 ( x) = vérifie  2
ℓe  N2 ( j ) = 1 0 1
x/le

La notion d'approximation nodale est fondamentale dans la méthode des éléments finis, elle permet
d’utiliser des variables qui ont un sens physique, et sur lesquelles nous pourrons directement imposer les
valeurs données par les conditions aux limites de type cinématique.

Expression matricielle des énergies élémentaires


Nous devons calculer, le travail des quantités d'accélération ainsi que le travail des efforts intérieurs et
celui des efforts extérieurs associé à notre élément, en utilisant l'approximation nodale.

25
MEF : Étude des treillis 26/76

ℓe
Le travail des quantités d'accélération est : δ Ae = ∫ ρ Suɺɺ δ u dx
o
Utilisons l’approximation nodale du champ des déplacements u = < N > {U e }
Le terme uɺɺ δ u = δ u T . uɺɺ = {δ U e } < N >T < N > {Uɺɺe }
T

ℓe
On peut alors sortir les variables nodales de l'intégrale δ Ae = {δ U e } ρ S < N > dx {Uɺɺe }
T
∫<N>
T

o
ℓe
δ Ae = {δ U e } [ M e ]{Uɺɺe } avec [ M e ] =
T
∫<N>
T
ρ S < N > dx
o
Nous venons de définir la matrice masse élémentaire, le calcul de l'intégrale se fait analytiquement,
on trouve : A titre d'exercice retrouver par le calcul
ρ S ℓ e 2 1  les coefficients de cette matrice
[M e ] =  
6 1 2 

ℓe
δ Ed = −δ Wint
Le travail des efforts intérieurs est : δ Wint = − ∫ ESu, x δ u, x dx
o
ℓe

∫ ES ( u,x )
2
Pour ce calcul utilisons l'expression de l'énergie de déformation : 2 Ed = dx
o
ℓe
u,2x = uT, x . u, x
2 Ed = {U e } ES < N, x > dx {U e }
T
∫ < N,x >
T
Utilisons l'approximation nodale
o
 1 − 1
[ Ke ]{U e } avec [Ke ] =
ES
Soit pour chaque élément 2 Ed = {U e }
T
− 1 1 
ℓe  

ℓ f
Le travail des efforts extérieurs est : δ Wext = ∫ f δ u dx + Fie δ ui + F je δ u j Fie F je
(e)
x
o i j

Pour la densité de charge f appliquée sur l'élément nous devons tenir


compte de l'approximation nodale pour exprimer le travail virtuel.
ℓe ℓe
Compte tenu de l’approximation δ We = {δ U e }
T
δ We = ∫ f ( x ) δ u dx ∫ < N ( x) >
T
f ( x ) dx
0 0
Nous pouvons effectuer le calcul de l'intégrale si la répartition de charge sur l'élément est connue.
ℓe 
 
Pour une charge f = Cte . On trouve δ We = {δ U e } {φe } , avec {φe } = f  2 
T

ℓe 
 2 
Ce calcul permet de calculer les charges nodales équivalentes au sens de l’approximation à une charge
volumique réelle appliquée à la structure
f f ℓe f ℓe
PTV 2 2
i j i j
Charge réelle Charge nodale équivalente

26
MEF : Étude des treillis 27/76

Exemple Objectif : Déterminer une approximation des premières fréquences de résonnance de la barre avec
un modèle élément fini.

xo ℓ Tester la méthode avec un modèle à 1 élément


Généraliser à n éléments (maillage régulier)
Modèle à 1 élément fini
1 2
ρ SL  2 1  ES  1 −1
[M ] =   , et [ K ] = sur < u1 u2 >
xo 6 1 2  L  −1 1 
La condition : u1 = 0 Les vibrations de la barre sont modélisées par un système à 1 DDL
ρ SL ES ES ES
uɺɺ2 + u2 = 0 ω1 = 3 ≅ 1, 732
3 L ρ SL2 ρ SL2
π ES ES
À comparer à la solution analytique ωi = ≅ 1,571
2 ρ SL 2
ρ SL2
L’erreur d’approximation 10% sur la première pulsation propre est importante car
on utilise une approximation linéaire pour une fonction sinusoïdale.

Modèle à N éléments finis


ES  1 −1  ρ SL  2 1
Pour tout élément [ K e ] = et [ M e ] =
L / n  −1  6n  1 
1 2 3 n n+1
1 2

Lorsque l'on somme les énergies de chaque élément pour obtenir l'énergie de la structure les matrices
élémentaires s'emboitent les unes avec les autres, en effet
ES 2
Pour l'élément 1 : 2 Ed 1 = (u1 − 2u1u2 + u22 )

ES 2
Pour l'élément 2 : 2 Ed 2 = (u2 − 2u2u3 + u32 )

ES 2
Soit pour les deux éléments 2 Ed 1+ 2 = (u1 − 2u1u2 + 2u22 − 2u2u3 + u32 )

Que l'on peut écrire sous forme matricielle 2 Ed1+ 2 = {U }
T
[ K ]{U }
 1 −1 0 
ES 
Avec [ K1+ 2 ] = −1 1 + 1 −1 sur {U } = < u1 u2
T
 u3 >

 0 −1 1 

c'est l'assemblage.
En généralisant aux n éléments on obtient une matrice (n + 1, n + 1) , mais il faut tenir compte de la
condition d'encastrement du premier nœud, tous les termes u1 sont nuls, la matrice assemblée réduite
est une matrice carrée de dimension n
 2 −1 
 −1 2 −1 
 
 −1 2 −1 
nES  
Matrice raideur assemblée réduite ( u1 = 0 ): [K ] =  −1 \ \ 
L
 \ \ \ 
 
 \ 2 −1
 −1 1 

De même pour l'énergie cinétique

27
MEF : Étude des treillis 28/76

4 1 
1 4 1 
 
 1 4 1 
ρ SL  
Matrice masse [M ] =  1 \ \ 
6n
 \ \ \ 
 
 \ 4 1
 1 2 

Pour le calcul des pulsations propres (voir fichier MAPLE sur le site)
 ES
ω1 ≅ 1, 61
 ρ SL2 ES
Avec n=2  à comparer à ωi = 1, 571 et 4, 712
ω ≅ 5, 63 ES ρ SL2
 2 ρ SL2

 ES
ω1 ≅ 1, 589
 ρ SL2

 ES ES
Pour n=3 ω2 ≅ 5,196 ωanal = 1,571 4, 712 et 7,854
 ρ SL 2
ρ SL2

ω ≅ 9, 426 ES
 3 ρ SL2
La convergence est lente (éléments de degré 1)
Avec la matrice modale calculée dans Maple vous pouvez tracer les modes sur la solution analytique, si le premier mode peut
être assez rapidement approché par des segments, il faudra un maillage très fin pour approcher la déformée modale des
modes supérieurs.

Modèle éléments finis d'un treillis


La démarche générale pour traiter un problème par une modélisation éléments finis est la suivante :
Analyse du problème choix de discrétisation (définition des inconnues)
Boucle sur les éléments Calcul des matrices élémentaires et charges généralisées
Assemblage & C. Limites équation matricielle à résoudre
Résolution déformée de la structure et efforts aux appuis

28
MEF : Étude des treillis 29/76

Post-traitement contraintes dans les barres et efforts aux nœuds.


Pour un treillis bidimensionnels
uj Soit une barre formant un angle α avec l’axe xo du repère global.
vj
j uj Pour effectuer l'assemblage nous devons exprimer le déplacement axial u
(e) x en fonction de ses composantes sur la base globale ( u , v ).
yo α u  u 
i u =< cos α sin α >   =< Cα Sα >  
xo v  v 
Appliquons ce changement de base aux nœuds de l’élément Ce n'est que la première ligne d'un
changement de base classique.
 ui 
  u   Cα Sα  u 
 =  
 ui  Cα
 =
Sα 0 0   vi 
  v   − Sα Cα   v 
u j   0 0 Cα Sα  u j 
 v j 

ES  1 −1
Reportons ce changement de base dans l'expression de l'énergie de déformation. {U e }  {U e }
T

ℓ e  −1 1 
T
 ui   ui 
v  T  
 i  C Sα 0 0  ES  1 −1 Cα Sα 0 0   vi 
2 Ed =    α  
u
 j  0 0 Cα Sα  ℓ e  −1 1   0 0 Cα Sα  u j 
v j  v j 
   
Nous en déduisons l’expression de la matrice raideur élémentaire sur les variables < ui vi uj vj >
 [A] − [A]  Cα2 Cα S α 
[K e ] = ES − [ A] [ A]  avec [A] =  
ℓe   Cα S α S α2 
Dans le cas bidimensionnel il est possible de mener les calculs à la main.

Ce n'est plus le cas pour les structures tridimensionnelles, c'est pourquoi nous les traiterons exclusivement
du point de vue numérique.

Assemblage et résolution
Pour chaque élément de la structure nous avons :
 Fie 
∀e [ M e ]{Uɺɺe } + [ K e ]{U e } = {φe } +   Les Fie sont les efforts du nœud i sur les
 F je  éléments e (effort appliqué à l'élément)
ℓe D'où le signe moins pour avoir les efforts
L'assemblage consiste à sommer les énergies élémentaires ∫ =∑∫ des éléments sur le nœud.
D e 0

Pour les efforts nodaux l'équilibre d'un nœud quelconque donne Fi − ∑ Fie = 0
e

Les Fi représentent les efforts extérieurs appliqués aux nœuds de la structure. Se sont soit des
charges données soit des efforts aux appuis (conditions cinématiques) qui sont des inconnues du
problème.
L'assemblage consiste à se donner un ordre de rangement des variables nodales dans le vecteur des
inconnues globales du système. En pratique (à la main) nous utilisons l'ordre lexicographique pour simplifier
l'écriture. La machine (calculateur) utilisera sa propre numérotation pour optimiser la vitesse de traitement
et la taille mémoire utile en fonction des algorithmes de résolution qu'il utilisera pour traiter les équations,

29
MEF : Étude des treillis 30/76

ces opérations sont transparentes pour l'utilisateur.


En statique nous utiliserons une décomposition du système matriciel en déplacements inconnus (nœuds
ou les charges sont données) et déplacements imposés (les charges sont alors inconnues).
[ K11 ] [ K12 ]   {U i }  {Fd }
  =  
[ K 21 ] [ K 22 ] {U d }  { Fi } 
Le premier bloc d'équations nous donne le vecteur des déplacements nodaux inconnus:
{U i } = [ K11 ] {{Fd } − [ K12 ]{U d }}
−1
C’est le système réduit

En reportant dans le second nous obtenons le vecteur des efforts de liaison inconnus:
{Fi } =  K 22 − K 21K11−1 K12  {U d } +  K 21 K11−1  {Fd }
Dans les exercices très souvent les déplacements sont imposés nuls, ce qui simplifie les écritures et les
{U i } = [ K11 ] {Fd } {Fi } = [ K 21 ]{U i }
−1
calculs puis

Post-traitement
Pour effectuer le dimensionnement d'une structure nous avons besoin de calculer l'état de contrainte dans
la structure, pour un treillis cela revient à calculer l'effort normal dans les éléments.
Nous utilisons la loi de comportement intégrée :
N = ES u, x = ES < N, x > {U e } =
ES
(u j − ui ) = Cte
ℓe
L'état de contrainte est constant dans chaque élément fini

En statique, pour des treillis chargés aux nœuds le modèle éléments finis ne nécessite qu'un élément par
barre du treillis, il donnera la solution analytique exacte. Ce n'est évidemment pas le cas ni pour une
colonne chargée par son poids propre, ni pour les problèmes de dynamique, ou la solution exacte se
décompose sur une base de fonctions sinusoïdale (cf chapitre sur les solutions analytiques pour les barres) .

Dans le cas bidimensionnel, l’état de contrainte sur un élément est donné par :
ES ES u j − ui 
N= (u j − ui ) = < Cα Sα >  
ℓe ℓe  v j − vi 
Exemple
F Analyse
a Nous avons 3 nœuds à 2 variables par nœuds (ui , u j ) les déplacements
a 2 du nœud dans le plan. Modèle à 6 degrés de liberté
yo
{U } = {u1 v1 u2 v3 }
T
xo v2 u3
v3 vecteur des déplacements nodaux
u3
3
Les conditions aux limites :
a
u = 0 X
Appui au nœud 1 :  1 soit deux efforts inconnus :  1
1
a 2 2 u2
 v1 = 0  Y1
Appui glissant au nœud 2 : v2 = 0 soit un effort inconnu : Y2
Le travail virtuel des efforts donnés et inconnus appliqués à la structure
conduit à l’expression du vecteur des forces nodales :
{F } = { X 1 Y1 0 Y2 0}
T
F

30
MEF : Étude des treillis 31/76

pour {U } = {0 v3 }
3 T
F 0 u2 0 u3
Y1 a Y2 Nous avons donc 6 inconnues pour 6 équations

1 X1 a 2 2 Les équations 3,5, et 6 nous permettent de déterminer le champ de


déplacement de la structure (sa déformation).
 0   X1 
 0  Y  Les équations 1, 2 et 4 nous donnerons les efforts aux appuis en fonction de
   1 ces déplacements.
u   0 
[ K ]  02  =  Y  Calculons la matrice raideur [K] de cette structure.
   2 u1 u2
u3   F  Pour l’élément 1 (1,2) 1 2
    a 2
 v3   0 
ES  1 −1
K1 =   sur {u1 u2 }
3 a 2  −1 1 
a 1 1 −1 −1
(2) (3)
 −1 −1
(1) ES  1 1
1 2
Pour l’élément 2 (1,3) K2 =
yo a 2
2 a  −1 −1 1 1
xo  
v3
 −1 −1 1 1

u3
sur {u1 v1 u3 v3 }
3

 1 −1 −1 1 
 
ES  −1 1 1 −1
a
v1
α = 45° Pour l’élément 3 (2,3) K3 =
1 u1 2a  −1 1 1 −1
 
v3
 1 −1 −1 1 
3 u3
sur {u2 v2 u3 v3 }
a v2
α = 135°
2 u2

L’énergie de déformation totale de la structure est la somme des énergies de déformation de chaque
élément, l’assemblage des matrices consiste à ranger chaque terme dans une matrice globale définie sur
le vecteur {U } = {u1 v1 u2 v3 }
T
v2 u3

D’où la matrice globale


1 + 2 1 − 2 0 −1 −1  les termes de
  la matrice K1 sont en bleu
 1 1 0 0 −1 −1  la matrice K2 sont en rouge
ES  1  la matrice K3 sont en vert
[K ] =  − 2 0 1+ 2 −1 −1
2a  0 0 −1 1 1 −1 
 
 −1 −1 −1 1 1 + 1 1 − 1
 −1 −1 1 −1 1 − 1 1 + 1

L’équation matricielle [ K ]{U } = { F } à résoudre est la suivante :


Les 3 équations donnant les
déplacements nodaux sont en
bleu
Celles permettant de calculer
les efforts sont en rouge

31
MEF : Étude des treillis 32/76

1 + 2 1 − 2 0 −1 −1  0   X1 
 
 1 1 0 0 −1 −1  0   Y1 
ES  − 2 0 1+ 2 −1 −1 1  u2   0 
  = 
2a  0 0 −1 1 1 −1  0   Y2 
 
 −1 −1 −1 1 2 0  u3   F 
   
 −1 −1 1 −1 0 2   v3   0 
Pour résoudre nous tenons compte des conditions aux limites cinématique ce qui réduit le système à 3
équations. Ce système réduit est :
 F a
u2 = ES
1 + 2 −1 1  u2   0   2
Allure de la déformée
ES       F 1
 −1 2 0  u3  =  F  u3 = a (1 +
u3
) F
2a  ES 2 2
 1 0 2   v3   0  
 F a 1
u2 2

v3 = −
 ES 2 2

Nous pouvons alors calculer les efforts aux appuis


L’équilibre global de la
 ES
(
 X1 = 2a − 2 u2 − (u3 + v3 ) ) structure est vérifié
F
  X1 = − F
 ES 
( u3 + v3 )
F /2
Y1 = − Y1 = − F / 2 −F
 2a Y = + F / 2 1 2

 ES  2 −F / 2
Y =
 2 2a ( − u 2 + u3 − v3 )

Post-traitement
Calculons l'effort normal dans les éléments L’équilibre de chaque nœud
 ES est vérifié
 N1 = ( u2 ) = F / 2 F
 a 2 N2 N3
 ES N 2 (2) (3) N3 F / 2
N = ES u, x ==>  N 2 = ( u3 + v3 ) = F / 2 −F
N1 (1) N1
 a 2
−F / 2
 ES
 N3 = − ( u3 − u2 − v3 ) = − F / 2
 a 2

Remarques
Tous les calculs sont systématiques et la démarche suivie sera toujours la même en statique.
Facilité de programmation de ce type de solution
Seule l’analyse, du problème et des résultats, reste à la charge de l’ingénieur.
La matrice raideur du système réduit était inversible " det( K ) ≠ 0 " car les conditions aux limites en
déplacement bloquaient tous les modes rigides de la structure.
Problème statique bien posé
Les efforts calculés aux appuis équilibrent parfaitement le chargement.
Les résidus d'équilibre sont nuls, car nous travaillons sur la solution analytique de l'équation
matricielle. Dans le cas d’une résolution numérique ces résidus doivent tendent vers zéro (erreur
numérique).

32
MEF : Étude des treillis 33/76

Les contraintes calculées sur les éléments équilibrent de façon exacte (aux résidus près) les charges
nodales. Ceci est vrai dans ce cas particulier « calcul statique d’un treillis chargé aux nœuds » car
l’approximation utilisée représente le champ exact de la solution analytique « effort normal constant dans
chaque élément de la structure ».
Erreur de discrétisation qui est nulle
En post – traitement il est possible d’isoler un à un chaque élément de la structure pour écrire l’équation
matricielle de l’équilibre de l’élément. Ces calculs permettent de déterminer les efforts internes aux nœuds
de la structure, nous en donnons des exemples dans les exercices de cours.

Exercices
Les exercices de cours sont corrigés sur le site, il faut chercher les réponses avant de consulter le corrigé.
Exercice 8 : Modélisation EF d'une colonne sous son poids propre
Objectifs : Notion d'erreur de discrétisation, et analyse des résultats EF.
Étude de convergence en affinant le maillage.
x 1- Établir l'équation matricielle d'un modèle à un élément fini
Analyser les résultats aux nœuds (déplacement & efforts)
Tracer les résultats sur l'élément (déplacement & efforts)
g ℓ = 6h
2- Construire le modèle utilisant deux éléments finis identiques
Analyser les résultats aux nœuds (déplacement & efforts)
Tracer les résultats sur les éléments (déplacement & efforts)
3- Modèle à 3 éléments, pour affiner le maillage dans la zone la plus contrainte
nous utilisons 3 éléments de longueur h, 2h, et 3h.
Déduire des calculs précédents l'équation matricielle du modèle.
Tracer les résultats sur les éléments (déplacement & efforts)
Pour améliorer la solution éléments finis nous avons augmenté le nombre d'éléments et densifié le
maillage dans la zone la plus chargée. Cette méthode dite « h convergence » demande en général un
nombre élevé d'éléments finis.
La figure suivante présente les résultats d’un modèle éléments finis en contraintes planes. Pour quantifier l’erreur relative à
cette discrétisation, la démarche est identique à celle de cet exercice, elle est basée sur l’analyse de la discontinuité du
champ des contraintes entre deux éléments adjacents.

en MPa

Dans cette section le diagramme des contraintes est le suivant


σ VM solution cherchée

Discontinuité
145
solution éléments finis L’erreur est beaucoup trop importante.
constante par morceau
Ce modèle n’est pas satisfaisant, il faut
83
affiner le maillage
62

33
MEF : Étude des treillis 34/76

Exercice 9 : Utilisation d'éléments finis de degré deux


Objectifs : Amélioration de la convergence en augmentant le degré de l'approximation
x
Pour approximation polynomiale du second degré de la forme.
u ( x, t ) = a0 + a1x + a2 x 2 = < 1 , x, x 2 > {ai }
g ℓ = 6h
u1 u2 u3 x
Nous devons utiliser un élément fini à 3 nœuds, et
3
construire l'approximation nodale sur < u1 u2 u3 >
1 2
l

1- Déterminer les fonctions d'interpolation nodale de cet élément de degré 2.


2- Calculer la matrice raideur élémentaire correspondante.
3- Calculer la force généralisée due au poids propre de cet élément.
4- Déduire des calculs précédents les résultats avec un modèle à 1 élément fini de la colonne.
Pour améliorer la solution éléments finis nous avons augmenté le degré de l’approximation
élémentaire. Cette méthode dite « p convergence » est en général beaucoup plus rapide, elle
nécessite moins d’éléments finis.
Les figures suivantes illustrent les deux choix d’améliorations possibles d’un modèle numérique dont l’erreur liée à un
maillage grossier est trop importante.

En affinant le maillage localement En utilisant des éléments de degré 2


"h" convergence "p" convergence

34
MEF : Étude des treillis 35/76

Exercice 10 : Étude d’un treillis symétrique de trois barres


Objectifs : Techniques de mise en œuvre de la méthode des éléments finis, changement de base,
assemblage, résolution, calcul des efforts, et vérification des équations d'équilibre.
h Considérons le treillis de trois barres ci-contre
Modélisation.
h Préciser la numérotation de vos éléments et de vos nœuds.
Définissez vos vecteurs globaux :
F {U } vecteur des déplacements nodaux (ui , vi )
{FD } vecteur force généralisé associé aux efforts donnés
{FI } vecteur force généralisé associé aux efforts inconnus
Calcul de la matrice raideur
Exprimer la matrice raideur de chaque élément sur ses variables nodales.
En déduire l'expression de la matrice raideur assemblée complète.
Extraire la matrice raideur réduite.
Résolution statique - Efforts aux appuis
Déterminer la déformée statique, et représenter l'allure de la déformée.
Calculer les efforts aux appuis, et vérifier l'équilibre global de la structure.
Post traitement
Calculer les contraintes sur chaque élément, puis vérifier l'équilibre du nœud qui est chargé.
Isoler une des barres à 45° de la structure, et calculer les efforts extérieurs sur cet élément.
Retrouver les résultats précédents.
Utiliser la symétrie
Préciser le nouveau maillage en tenant compte de la symétrie.
Calculer la matrice raideur réduite et retrouver la solution en déplacement.

Exercice 11 : Modélisation EF du treillis de l'exercice 7


Objectifs : Élimination des mouvements d'ensemble, et prise en compte des symétries.
F
ℓ Nous cherchons la réponse statique du treillis de 6 barres, en utilisant
un modèle éléments finis.
1. Pourquoi ce problème est-il mal posé ?

2. Définir un modèle EF de la structure qui soit bien posé.
3. Simplifier le modèle en tenant compte des symétries.
F
4. Déterminer la déformé statique et les efforts dans les barres
Validez vos résultats.

Pour assimiler le cours il faut traiter des exercices non corrigés.

Votre parcours pédagogique


Ce thème de cours sur l'étude des treillis et des barres en élasticité linéaire est terminé.
Vous avez vu :
Les hypothèses du modèle et les équations qui en découlent.

35
MEF : Étude des treillis 36/76

Les méthodes de résolution analytique de problème monodimensionnel statique et dynamique.


Les méthodes de résolution analytique de problème bidimensionnel simples en statique.
L'utilisation de la méthode des éléments finis.
Pour aller plus loin vous pouvez étudier la résolution des problèmes en plasticité, à savoir le calcul élasto-
plastique d'un treillis simple. L'intérêt de ce chapitre sera de vous initier aux méthodes de résolution des
problèmes non linéaire.
Parcours conseillé
Étude des portiques Ce parcours vous permettra de consolider vos connaissances avant de passer
aux problèmes non linéaires

36
Hypothèses du modèle poutre 37/76

Modèle poutre
 σ xx σ xy σ xz 
 
Ce modèle est basé sur l'hypothèse d'un état de contrainte anti-plan σ =  σ xy 0 0 
σ 0 
 xz 0
Comme pour le modèle barre (traction) nous utilisons les résultats de l’étude du problème de Saint-Venant
Pour justifier les hypothèses du modèle poutre. Deux problèmes sont présentés dans ce qui suit :
• Problème de flexion
• Problème de torsion
Les résultats présentés permettront en appliquant le principe de superposition à la flexion, traction, et
torsion de modéliser les portiques tridimensionnels.

Problème de Saint Venant


Solide cylindrique élancé dont une dimension est grande devant les deux autres.
Matériau homogène isotrope élastique.
Chargement statique aux extrémités conduisant à des petites perturbations.
On travaille sur l'état
Le problème de Saint Venant est représenté par la figure suivante :
non déformé de la
e2 structure
R1
L M1
C1
e1
C0
SL S1
S0
R0
e3 M0
Problème de Saint Venant

Dans toute partie du solide suffisamment éloignée des frontières S0 et S1 où sont imposées les
conditions aux limites la solution du problème d’équilibre élastique sera indépendante de la
distribution de charge "statiquement équivalente" utilisée.
 R0 + R1 = 0 Pas de chargement sur SL
Le cylindre est à l'équilibre  Pas de charge volumique
 M 0 + M 1 + Le1ΛR1 = 0
Convention :
Le torseur des efforts agissant sur une section droite d'une poutre est dit torseur des efforts de
cohésion ou torseur des efforts intérieurs, ce torseur est défini par rapport à la normale extérieure
à la facette (convention de la MMC, section située à l'intérieur du milieu)
Ce torseur du point de vu mécanique représente le torseur des actions extérieures exercées sur la
facette considérée.
Notation : " et équivalence des notations" en bleu "RDM" en rouge "Eurocodes"

 N  N Effort normal  M t  M 1 Moment de Torsion


     
R = Ty = V2 = Effort tranchant M =  M fy =  M 2 = Moment de flexion
T V Effort tranchant M  M Moment de flexion
n ,.,.  z  3  n ,.,.  fz  3 
Nous utilisons l'une ou l'autre de ces notations

37
Hypothèses du modèle poutre 38/76

Problème de Saint Venant en flexion


Pour traiter un problème de flexion, nous appliquons sur les frontières définies par les surfaces So et S1
des efforts dont le torseur est équivalent un couple de flexion suivant une direction e3 orthogonale à la
direction e1 de la "poutre", ces conditions sont représentées par la figure suivante :

 R0 = T ( M ) dS = 0  R1 = T ( M ) dS = 0
Pb flexion
e1  ∫
So  ∫
S1
−M  
e3 e3 M  M 0 = ∫ Co M ΛT ( M ) dS = − M e3  M 1 = ∫ C1M ΛT ( M ) dS = + M e3
 So  S1

Principe de St – Venant
Nous adoptons la démarche en contrainte qui consiste à écrire :

Équation locale : div(σ ) = 0 et les conditions aux limites sur So , S1 , S L 6 conditions


Tr (σ ),ij de Beltrami
ν
Équations de compatibilité ∆σ ij + + f l ,lδ ij + f i , j + f j ,i = 0
1 +ν 1 −ν
ν 1 +ν
La loi de comportement ε = f −1 (σ ) = − Tr (σ ) 1 + σ
E E
T
Et intégrer les 6 relations ε = ( H + H ) / 2 avec H = gradu

Résolution
σ xx , x + σ xy , y + σ xz , z = 0
 Eq 2 &3
Les 3 équations d'équilibre σ xy , x = 0 (σ xy , σ xz ) sont indépendantes de x
σ = 0
 xz , x
Dans 1 σ xx , x = f ct ( y, z ) d'où σ xx = f 0 ( y, z ) + f1 ( y, z ) x

Les 6 équations de compatibilité (Beltrami)


Permettent de définir les conditions sur ( f 0 , f1 ) pour pouvoir intégrer les déformations

Pas de charge de volume (1 + ν )∆σ ij + Tr (σ ),ij = 0 soit (1 + ν )∆σ ij + σ xx ,ij = 0

(1 +ν )∆σ xx + σ xx , xx = 0 (1 +ν )∆σ xy + σ xx , xy = 0


 
Pour i = j (1,2,3):  σ xx , yy = 0 et pour i ≠ j (4,5,6):  (1 + ν )∆σ xz + σ xx , xz = 0
 σ xx , zz = 0  σ xx , yz = 0
 
 f = a0 + b0 y + c0 z + d0 yz
Éq 2&3 f 0 , f1 sont des fonctions de degré 1 en y et z soit :  0
 f1 = a1 + b1 y + c1 z + d1 yz
L'équation 1 est alors vérifiée
L'équation 6 d 0 = d1 = 0 soit σ xx = a0 + a1 x + b0 y + c0 z + b1 xy + c1 xz

(1 + ν )∆σ xy + b1 = 0
Il reste à satisfaire :  pour les équations 4 & 5 de Beltrami
(1 + ν )∆σ xz + c1 = 0
Et σ xy , y + σ xz , z + a1 + b1 y + c1 z = 0 pour l'équation d'équilibre

38
Hypothèses du modèle poutre 39/76
Il reste ∫ σ xx dS = 0
 σ xy dS = 0
 S∫1
S1
à vérifier.
Utilisons la condition aux limites sur S1 : ∫ T ( M ) dS = 0 ⇒ 
S1  ∫ σ xz dS = 0
 S1
Les contraintes de cisaillement étant indépendantes de x, les conditions sur So sont identiques
σ xy = 0
Choix : pour imposer le moment de flexion nous n'utiliserons que la contrainte normale 
σ =0
S 1  xz

Principe de St – Venant : ce choix n'altère pas la solution


σ xy = 0
Les contraintes de cisaillement étant indépendantes de x  partout
σ xz = 0
L'Hypothèse "état de contrainte anti-plan" ==> état de contrainte uni axial en flexion
La condition surface S L non chargée est alors vérifiée.

Les équations de Beltrami (4 & 5) b1 = c1 = 0 et l'équation d’équilibre a1 = 0

 σ xx 0 0 
 
Finalement l'état de contrainte : σ =  0 0 0  avec σ xx = a0 + b0 y + c0 z
 0 0 0
 
C’est une des hypothèses de base du modèle de l’ingénieur « modèle poutre en flexion »
Satisfait : Les équations d'équilibre et les conditions de Beltrami
Les conditions aux limites sur S L : σ ( M ) n = 0


S0 / S1
T ( M ) dS = 0 dans les directions tangentielles
Car le problème est
indépendant de x
Il reste à satisfaire les conditions suivantes sur S0 ou S1
Résultante : ∫σ
S1
xx dS = 0
Vous pouvez vérifier que
 zσ xx dS = 0
 S∫1
0 σ xx 0 sur la facette de normal
   − x vous retrouvez la
Moment : ∫S1  y Λ 0 dS = 0 soit 
 z 0 M  ∫ − yσ xx dS = M même relation.
    S1

 a0 ∫ dS + b0 ∫ ydS + c0 ∫ zdS = 0
 S S S

Soit le système d'équations :  a0 ∫ zdS + b0 ∫ yzdS + c0 ∫ z 2 dS = 0
 S S S

− a0 ∫ ydS − b0 ∫ y dS − c0 ∫ yzdS = M
2

 S S S

En notant G le centre de surface, ∫ ydS = Sy


S
G et ∫ zdS = Sz
S
G

La ligne des centres de surface est appelée fibre moyenne


En notant I l'opérateur quadratique de la section droite : I yy = ∫ z 2 dS , I yz = ∫ yz dS et I zz = ∫ y 2 dS
S S S

39
Hypothèses du modèle poutre 40/76

 S SyG SzG  a0   0


   
Le système à résoudre s'écrit :  SyG I zz I yz   b0  = − M
 Sy
 G I yz I yy   c0   0

En pratique nous choisirons l'origine en G ce qui nous conduit à :


S 0 0  a0   0
   
0 I zz I yz   b0  = − M I(G,S) Moments quadratiques de la section droite en G
0
 I yz I yy   c0   0

a0   0
  
D'où la solution :  b0  =  − MI yy / ∆ avec ∆ = I yy I zz − I yz2
 c   MI / ∆
 0  yz

M
Et l'état de contrainte σ xx = (− yI yy + zI yz )
I yy I zz − I yz2

Cette solution est la solution du problème lorsque le moment de flexion n'est pas appliqué suivant
une des directions principales de la section droite. Il y aura alors flexion dans les deux plans
principaux de la section droite on parle de flexion déviée.
Pour étudier la flexion plane la direction e3 doit être une direction principale de la section droite.
La matrice des moments quadratique exprimée sur la base (e2 , e3 ) est donc diagonale.
S 0 0  a0   0
    M
Le système est alors  0 I 33 0   b0  = − M 3 ==> σ xx = − y 3 flexion dans le plan (e1 , e2 )
0 I 33
 0 I 22   c0   0

Ayant traité le problème dans un plan principal de la section droite, il est simple de reprendre ce qui
précède dans le second plan principal avec un moment de flexion M 2 dans la direction e2
M
La contrainte axiale est alors : σ xx = z 2 flexion dans le plan (e1 , e3 )
I 22
La flexion déviée est la superposition de ces deux flexions planes, elle a lieu si le moment de flexion n'est
pas appliquée sur une des directions principales de la section droite. Dans ce cas la contrainte axiale est
donnée par
e2 M2 M
e2 σ xx = z −y 3
M2 I 22 I 33
−M 2
M 3 I 22
L'axe neutre est défini par z = y
e1 M 2 I 33
−M 3
Grandeur non intrinsèque, qui est fonction du chargement
e3 e3 M3

La contrainte σ xx est maximale sur les points de la section les plus éloignée de l'axe neutre.
Pour terminer la résolution du problème d'élasticité, nous revenons au problème de flexion plane dans le
plan (e1 , e2 ) avec e2 direction principale de la section droite.

40
Hypothèses du modèle poutre 41/76

En flexion plane compression M3


σ xx = − y
M I 33
σ xx = − y 3 −M 3
e1
I 33 traction x
e3 e3 M3
e3 Direction principale

Le champ de déplacement associé à cette flexion plane, est obtenu en intégrant l'état de déformation de la
poutre que nous calculons avec la loi de comportement du matériau.
 1 0 0 
1 +ν ν σ xx  
Pour un matériau homogène isotrope élastique : ε = − Tr (σ ) 1 + σ ε= −ν 0 
E E E 
 sym −ν 
M3 ε xx = −α y
Posons α = 
EI 33 ε yy = ε zz = αν y
 u, x = −α y  u, y + v, x = 0
 
Soit pour le champ de déplacement : (1,2,3)  v, y = αν y et (4,5,6) u, z + w, x = 0
 w = αν y v + w = 0
 ,z  ,z ,y

Il faut intégrer ces 6 relations

u = −α yx + u1 ( y, z ) u1, y + v1, x = α x
 
(1,2,3) ⇔ v = αν y 2 / 2 + v1 ( x, z ) dans (4,5,6) ⇒ u1, z + w1, x = 0
 w = αν yz + w ( x, y ) v + w = −να z Avec f i ( y ) = ai + bi y
 1  1, z 1, y
Fonctions de degré 1
u1 = f1 ( y ) z + f 2 ( y )
u1 ( y, z ) et w1 ( x, y ) dans (5) u1, z = − w1, x = f1 ( y ) 
 w1 = − f1 ( y ) x + f 3 ( y )
Reportons dans (4) v1, x = α x − u1, y = α x − b1 z − b2 d'où v1 = α x 2 / 2 − b1 xz − b2 x + f ( z )

Puis dans (6) w1, y = −να z + b1 x − f , z soit : −b1 x + b3 = −να z + b1 x − f , z

Il faut donc que b1 = 0 f , z = −να z − b3


u1 = a1 z + a2 + b2 y

Finalement : f = −να z / 2 − b3 z + co
2
D'où : v1 = −να z 2 / 2 + α x 2 / 2 − b2 x − b3 z + co
 w = −a x + a + b y
 1 1 3 3

u = −α yx + a1 z + a2 + b2 y
 αν

Et la solution complète : v = ( y 2 − z 2 ) + α x 2 / 2 − b2 x − b3 z + co
 2
 w = αν yz − a1 x + a3 + b3 y

Analyse de cette solution


La solution générale fait apparaître les 6 déplacements d'ensemble (modes rigides) de la structure.
 uo   p   x   uo + qz − ry 
       
Ces modes rigides sont définis par  vo  +  q  Λ  y  =  vo + rx − pz 
 w   r   z   w + py − qx 
 o      o 

41
Hypothèses du modèle poutre 42/76

a2   b3   x  a2 + a1 z + b2 y 
       
On identifie les modes rigides  co  +  a1  Λ  y  =  co − b2 x − b3 z 
 a   −b   z   a + b y − a x 
 3  2    3 3 1 

Une solution particulière est alors donnée par


u = −α yx
 αν

v = ( y 2 − z 2 ) + α x2 / 2
 2
 w = αν yz
Cette solution particulière pouvait être obtenue rapidement
Elle correspond aux déplacements en x= 0 bloqués
Recherche direct de la solution particulière : Choix u ( x = 0) = 0 u1 = 0

dans (5) w1, x = 0 Choix w( x = 0) = 0 w1 = 0

v1, x = α x α
dans (4 & 6) ⇒  v1 = ( x 2 −ν z 2 ) + Cte
v1, z = −να z 2
α
choix v ( x , z = 0) = 0 v1 = ( x 2 −ν z 2 )
2
u = −α yx
 αν

Analyse de cette solution particulière : v = ( y 2 − z 2 ) + α x2 / 2
 2
 w = αν yz

La déformée de la fibre moyenne " ( y, z ) = (0, 0) " est donnée par v = α x 2 / 2 M


C’est la flèche de la poutre
C'est la déformée d'une poutre encastrée – libre (choix de la solution particulière)
Il y a bien équivalence avec le problème posé
−M M
M
Les déformées sont identiques

Le déplacement " u = −α yx " correspond à la rotation des sections droites, c'est


M
l'hypothèse de Bernoulli : toute section droite reste droite et orthogonale à la fibre n
G
moyenne. xo
u ( M ) = u (G ) + θ Λ GM et θ = rot (u (G )) Section droite
enG
Pour u (G ) = v ( x ) e2 θ = v, x e3 et u = − y v, x = −α yx
Compression
0
αν e2

Les termes restants  ( y 2 − z 2 ) correspondent à la déformation des sections e3
 2 G
αν yz
Ce sont des termes du second ordre y, z ≪ x Traction

Cette analyse est celle faite par Bernoulli qui à proposé le modèle des poutres longues utilisé en "RDM"

42
Hypothèses du modèle poutre 43/76

Bilan : Modèle de Bernoulli des poutres longues en flexion


Petits déplacements & petites déformation (HPP)
Section invariante S ≡ S0 et toute section droite reste droite et orthogonale à la fibre moyenne
u ( M ) = u (G ) + θ Λ GM et θ = rot (u (G ))

 σ xx 0 0 
 
État de contrainte uni axial : σ =  0 0 0 
 0 0 0
 
Ces deux hypothèses sont inconsistantes car on ne peut pas passer de l'une à l'autre en utilisant les lois de
comportement du matériau.

En face de ces contradictions internes on doit adopter une solution de compromis. Ce compromis permet
de déterminer la réponse statique ou dynamique de structures complexes composées d'un assemblage de
poutres ou de barres. La réponse obtenu avec le modèle simplifié de Bernoulli donne des informations
globales sur la déformée et la répartition des contraintes maximales dans la structure. Cette réponse est
tout à fait acceptable lorsque les éléments structuraux sont élancés. Elle néglige cependant le phénomène
de gauchissement des sections droites associé à l'existence des efforts tranchants (contraintes de
cisaillement).
Il est possible d'appliquer des coefficients de forme qui dépendent de la géométrie des sections pour
améliorer le modèle de Bernoulli en passant au modèle de Thimoshenko qui autorise une rotation non
orthogonale à la ligne moyenne des sections droites.
En tout état de cause ces deux modèles ne permettent pas de remonter sérieusement à l'état de
contrainte réel dans la structure au voisinage des assemblages et de points d'application des chargements.
Seul un modèle tridimensionnel de ces assemblages peut donner une représentation de l'état de
contrainte dans ces zones. Les Normes (Eurocodes) donnent des règles de vérification et de validation des
sections à partir des informations sur les efforts généralisés fournis par un modèle poutre de la structure.

− yv, x

En flexion plane dans le plan (e1 , e2 ) : u (G ) = v ( x ) e2 et θ = v, x e3 u ( M , t ) = v ( x , t )
0

D'où ε xx = − y v, xx en petite déformations
Et pour un milieu isotope homogène élastique : σ xx = Eε xx = − E yv, xx

En intégrant les contraintes sur la section nous obtenons le torseur des efforts de cohésion

Mf = M 3 z
y σ xx = − Ey v, xx y
avec M 3 = − ∫ yσ xx dS = EI 3 v, xx
x G
R=0
S
x
Contraintes Torseur résultant en G

État de contrainte sur la section d'une poutre en flexion plane (e1 , e2 ) . Avec I 3 = ∫ y 2 dS
S
D'où la loi de comportement intégrée dans le plan (e1 , e2 ) : M 3 = EI 3 v, x2 Moment quadratique principal
par rapport à l'axe (G , e3 )
En flexion plane dans le plan (e1 , e3 ) attention aux signes

43
Hypothèses du modèle poutre 44/76

− zw, x

u (G ) = w( x ) e3 et θ = − w, x e2 u ( M , t ) = 0 d'où ε xx = − z w, xx et σ xx = Eε xx
 w( x , t )

Avec I 2 = ∫ z 2 dS
La loi de comportement intégrée dans le plan (e1 , e3 ) : M 2 = − EI 2 w, x 2 S

par rapport à l'axe (G , e2 )I


Flexion Déviée
Une poutre chargée dans une direction qui n'est une direction principale de la section droite se
déformera dans les deux directions principales, on parle de flexion déviée. Pour calculer la réponse
de la structure on procédera par superposition.
M2 M
La contrainte axiale sera donnée par : σ xx = z −y 3
I2 I3
M 3 I 22
Elle est nulle sur la droite d'équation z = y axe neutre
M 2 I 33
La contrainte est maximale sur les lieux les plus éloignés de l'axe neutre

Problème de Saint Venant en torsion


Le phénomène de torsion non encore étudié apparaitra dans les structures tridimensionnelles, et lorsque
la direction du chargement ne passe pas par le centre de rotation de la section droite (centre de torsion) il
y aura alors superposition de flexion et de torsion.
Pour traiter ce problème nous allons adopter une approche en déplacement, nous utilisons le principe de
St-Venant pour traiter le problème équivalent d'une poutre encastrée à l'origine ce qui permet d'éliminer
les constantes associées aux mouvements rigides.

e1 e1
-M M M
Pb équivalent

L'expérience montre que le champ de déplacement comporte deux termes qui peuvent s'exprimer en
fonction du taux de rotation des sections droites " α ".
α = d Ω / dx taux de
u ( P ) = α ϕ ( y , z ) e1 + α x e1ΛCP rotation des sections

Le terme α x e1ΛCP traduit la rotation par rapport au centre de rotation C, elle est linéaire en x
Le terme α ϕ ( y , z ) caractérise le gauchissement des sections que l'on suppose proportionnel à la
rotation des sections.
Nous devons résoudre le système d'équation
σ = λTr (ε ) 1 + 2 µε

Équation locale : div(σ ) = 0 Avec  T
ε = ( H + H ) / 2
Conditions aux limites : La condition sur So : u ( P ) = 0
Sur S L : σ ( M ) n = 0 est vérifiée si α (0) = 0

44
Hypothèses du modèle poutre 45/76

 R = σ ( M ) e dS = 0
 1 S∫1 1

Sur S1 : 
 M 1 = ∫ C1M Λσ ( M ) e1 dS = + M e1
 S1

α ϕ ( y , z ) α x 0 α ϕ ( y , z )
   
Partons de u ( P ) = α ϕ ( y , z ) e1 + α x e1ΛCP = 0 + 0 Λ  y = −α xz
0 0  z α xy
   
 α α 
 0 (ϕ, y − z ) (ϕ, z + y ) 
 0 αϕ, y αϕ, z  2 2
 
  Tr (ε ) = 0
H =  −α z 0 −α x 
ε = 0 0 
 α y αx La transformation
 0   sym 0 
est iso-volume
 
 
Le tenseur des déformations correspond à du glissement pur dans les plans xy et xz
 0 σ xy σ xz 
σ xy = αµ (ϕ, y − z )
Puis σ = λTr (ε ) 1 + 2 µε = 2 µε σ =  0

0  avec : 
 sym 0  σ xz = αµ (ϕ, z + y )
 
L'état de contrainte est un état anti-plan de cisaillement pur
Et il est indépendant de x

Les équations d'équilibre div(σ ) = 0 conduisent à 1 équation σ xy , y + σ xz , z = 0 αµ (ϕ, yy + ϕ, zz ) = 0


Soit ∆ϕ = 0
ϕ est donc une fonction harmonique on retrouve l'équation de Navier ∆u = 0

Pour déterminer cette fonction, il faut exprimer les CL sur S L : σ ( M ) n = 0


e2
0 t

Posons n = ny sur S L : αµ ( (ϕ, y − z )n y + (ϕ, z + y )nz ) = 0 n
n Cx
 z e3
0

En notant que gradϕ = ϕ, y ϕ, y n y + ϕ, z nz = gradϕ .n
ϕ
 ,z
0 0
 
Et que CP =  y et t = − nz − ynz + zn y = CP. t
z n
  y
La condition σ ( M ) n = 0 sur S L conduit à : gradϕ .n = CP. t
∂ϕ
C'est une condition de flux en effet = CP. t
∂n
La fonction ϕ est solution du problème de Neumann sur la section.
∆ϕ = 0 sur S
 Le problème est que l'on ne connaît pas C
 gradϕ .n = CP. t sur ∂S
En pratique on choisit un point de référence, et ϕ est définie à une constante près

45
Hypothèses du modèle poutre 46/76

On peut noter que ∫ ∆ϕ dS = ∫ gradϕ .n d ℓ = 0 Les équations sont cohérentes


S ∂S

 R = σ ( M ) e dS = 0
 1 S∫1 1

Il nous reste à écrire les CL sur S1 : 


 M 1 = ∫ C1M Λσ ( M ) e1 dS = + M e1
 S1

 0  0
   
• Calculons R1 = ∫ σ ( M ) e1 dS = ∫  (ϕ, y − z )  dS = V2  = 0
S1   V 
(ϕ, z + y ) 
S1
 3
La condition V2 = 0 ∫ϕ
S1
,y dS = ∫ zdS
S1
Or ∫ zdS = SCG. e
S1
3 représente la position de G / C

En pratique on connaît la position de G (centre de la surface)


1
On en déduit donc la position de C centre de torsion / G zC / G = − ∫ ϕ, y dS
S S1
1
De même pour V3 = 0 yC / G = ∫ ϕ, z dS
S S1
La démarche consiste donc à déterminer la fonction ϕ solution du Pb de Neumann
Puis à calculer la position du centre de torsion connaissant le centre de surface
0 0 M t
   σ xy = αµ (ϕ, y − z )
• Calculons M 1 = ∫ C1M Λσ ( M ) e1 dS = ∫  y Λ σ xy dS = 0 avec 
S1   0 σ xz = αµ (ϕ, z + y )
 z σ xz
S1

 
Soit M t = αµ  ∫ ( y 2 + z 2 )dS + ∫ ( yϕ, z − zϕ, y ) dS  = αµ J
 S1 S1 
Analyse : α = d Ω / dx c'est le taux de rotation des sections
µ =G est le module de glissement G = µ = E 2(1 + ν )
On pose J = ∫ (y
2
+ z 2 )dS + ∫ ( yϕ, z − zϕ, y ) dS moment quadratique de torsion
S1 S1

La loi de comportement intégrée de torsion : M t = GJ θ, x


Il faut déterminer la fonction de gauchissement ϕ solution du problème de Neumann pour pouvoir
calculer J .

Bilan : Modèle des poutres en torsion


Petits déplacements & petites déformation (HPP) : Section invariante S ≡ S0
u ( M ) = ϕ ( y , z ) θ, x e1 + x θ , x e1ΛCM
 0 σ xy σ xz 
σ xy = θ, x µ (ϕ, y − z )
σ =  0 0 

avec : 
 sym 0  σ xz = θ, x µ (ϕ, z + y )

∆ϕ = 0 sur S
La fonction de gauchissement ϕ est solution du problème de Neumann 
 gradϕ .n = GP. t sur ∂S

46
Hypothèses du modèle poutre 47/76

1 1
Le centre de torsion est alors donné par yC / G =∫ ϕ, z dS et zC / G = − ∫ ϕ, y dS
S S1 S S1
Avec G centre de surface
La loi de comportement intégrée de torsion est notée M t = GJ θ, x
 
Avec J =  ∫ ( y 2 + z 2 )dS + ∫ ( yϕ, z − zϕ, y ) dS  = I o − ∫ ( zϕ, y − yϕ, z ) dS
 S1 S1  S1

avec I o = ∫ ( y 2 + z 2 )dS
Voir annexe1 pour S1

( )
2 la démonstration
J = I o − ∫ gradϕ dS
S1

Ne dépend que des caractéristiques géométriques de la section droite.


J ≤ I o le calcul approché rapide consiste à prendre J ≈ I o

Caractéristiques des sections


 1 z e3
 yG = S ∫∫ y dS
 Σ e2
La surface S = ∫∫ dS et le centre de surface G : OG = 
 z = 1 z dS G α
 G S ∫∫
Σ
zG
Σ
Σ
 H Oz = S yG = y dS
 ∫∫Σ yG y
Les moments statiques par rapport aux axes :  Moments de la surface / axes
 H Oy = S zG = ∫∫ z dS Attention aux indices
 Σ

Permettent de définir la position du centre de surface


En G les moments statiques sont nuls
 I yy I yz 
Opérateur des moments quadratiques I (O , S ) =  
 I yz I zz 
Les moments quadratiques : I yy = ∫∫ z 2 dS I zz = ∫∫ y 2 dS Toujours positifs
Σ Σ

Le produit quadratique : I yz = ∫∫ yz dS
Σ

 zG2 yG zG 
Théorème de Huygens I (O , S ) = I (G ,S ) + S   Un axe de symétrie est une
 yG zG yG2  direction principale de la section

I 0
Repère principal d'inertie (G, e2 , e3 ) tel que I (G , S ) =  2  diagonale
0 I3 

I yy + I zz
I −I 
2

Les valeurs principales sont données par : ±  yy zz  + I yz2


2  2 
2 I yz
La direction principale par : tan(2α ) =
I yy − I zz
σ xx ≤ M 2 / W2 + M 3 / W3
Le moment quadratique polaire I o = I yy + I zz = I 2 + I 3 Max

Les rayons de giration ii = I i / S et les modules élastiques W1 = I1 / d 2 max et W2 = I 2 / d1max

47
Hypothèses du modèle poutre 48/76

Caractéristique de deux sections élémentaires


bh3 hb3 bh 16 b  (b / h) 4 
e3 S = bh I 2 = I3 = et I o = (h 2 + b 2 ) β = − 3,36 1 − 
12 12 12 3 h 12 
Mt
e2 En torsion J = β hb et τ Max = α hb 2 (la figure donne l'allure de la répartition du cisaillement)
3
h G

h/b 1 1.5 2 3 4 6 10 ∞
b
τ Max α 0.208 0.231 0.246 0.264 0.282 0.299 0.313 0.333
β 0.141 0.196 0.229 0.263 0.281 0.299 0.313 0.333

e3 r4 r4
S = π r2 I 2 = I3 = π
et I o = π
4 2
G e2 En torsion ϕ = 0 Il n'y a pas de gauchissement
r M M
J = I o et τ Max = t r = 2 t3 La répartition de cisaillement est ortho-radiale
J πr

Exercice 1 : Caractéristiques des sections droites


Objectifs : Calculer les caractéristiques mécaniques d'une section composée
Pour les sections suivantes calculer la surface, la position du centre de surface, les moments
quadratiques principaux.
r=h b b b b
e e
e
e e
e h h h h

e
Classer les profilés par leur rapport "masse/ raideur" en supposant e ≪ h et b = h

Exercice 2 : Flexion déviée


Objectifs : Déterminer la base principale des moments quadratiques
L'axe neutre et le lieu des contraintes maximales
Soit une poutre console dont la section est un profilé en L
z

Données numériques en mm:


x
h
G h = 39 b = 19 e = 2
y
Oe e
F b

Déterminer la position du centre de surface de la section


On donnera l'expression exacte puis l'expression approchée en supposant e ≪ h, b
Déterminer la matrice des moments quadratiques en G de la section.
Déterminer les moments principaux et les directions principales
Déterminer l'équation de l'axe neutre pour le chargement F appliqué suivant l'axe (G , z )

48
Hypothèses du modèle poutre 49/76

Le site suivant : http://www.mecatools.free.fr/mecatools.html


Permet de calculer les caractéristiques mécaniques des principales sections que l'on rencontre
Ce petit document de 11 pages : http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/doc/sections.pdf
Est un très bon point de départ si vous avez à déterminer les caractéristiques mécaniques des
sections droites des poutres
Sur ce site : https://books.google.fr/ vous trouverez le livre Mécanique des matériaux - Page 139 de Charles
Massonet et Serge Cescotto qui traite la torsion des poutres du point de vue théorique

Enfin les caractéristiques des produits industriels pour les profilés Arcelor Mittal
http://sections.arcelormittal.com/fr/produits-services/gamme-de-produits.html

 
Annexe 1 : Expressions de J =  ∫ ( y 2 + z 2 )dS + ∫ ( yϕ, z − zϕ, y ) dS 
S S 
J = I o − ∫ ( zϕ, y − yϕ, z ) dS soit J = I o − ∫ ( gradϕ Λ CP).e1 dS simple à vérifier
S S

Utilisons les relations vectorielles suivantes :


∫ ( gradϕ Λ CP).e1 dS = ∫ (∇ϕ Λ CP).e1 dS = ∫ (∇Λϕ CP).e1 dS = ∫ ∇.(ϕ CPΛe1 ) dS
S S S S

Appliquons le TH de la divergence
∫ ∇.(ϕ CPΛe1 ) dS = ∫ (ϕ CPΛe1 ).n d ℓ = ∫ ϕ CP.t d ℓ
S ∂S ∂S

Les CL sur ϕ : gradϕ .n = CP. t ∫ ( gradϕ Λ CP).e dS = ∫ ϕ 1 gradϕ .n d ℓ


S ∂S

Th de la divergence ∫ ( gradϕ Λ CP).e dS = ∫ div(ϕ


1 (
gradϕ ) dS = ∫ ∆ϕ + gradϕ .gradϕ ) dS )
S S S

( )
2
Or ∆ϕ = 0 J = I o − ∫ gradϕ dS
S

Cas des sections symétriques pleines


e2 C ∈ éléments de symétrie de la section
πA
n On montre que J ≅ 2π à comparer à I o = ∫ r 3 (θ ) drdθ
e3 C ∫
0
1
R 2 (θ )

S

Cas des sections à une paroi mince L’hypothèse du calcul consiste


à considérer que la répartition
e2 4 A2 de cisaillement est constante
On montre que J ≅ sur l’épaisseur.
∫ 1
e( s)
ds

e3 C C

49
Hypothèses du modèle poutre 50/76

50
Mise en équations des poutres 51/76

Mise en équations des poutres


en flexion plane
Nous avons établi dans le chapitre précédent la loi de comportement généralisée du modèle poutre.

H1 : modèle de Bernoulli u ( M ) = u (G ) + θ Λ GM et θ = rot (u (G ))


− y v, x 
 
Soit en flexion plane θ = v , x zo d'où u ( M , t ) =  v  ==> ε xx = − y v , x 2
 0 
 
H2 : état de contrainte uni axial σ xx = Eε xx
Le calcul du torseur des efforts de cohésion sur une section droite permet de définir le moment de flexion.
M f = EI v , x 2
I est le moment quadratique de la section droite de la poutre.

Application du PFD
Nous allons écrire les équations de Newton f = ma pour une tranche d’épaisseur dx de la poutre
Le bilan des efforts extérieurs sur cet élément de matière (figure ci-contre) f
fait apparaitre le torseur des efforts de cohésion, l'effort tranchant est associé
T Mf + dMf
aux contraintes de cisaillement qui s'opposent au glissement des sections.
Les équations de résultante et de moment dynamique sont : Mf x
T + dT − T + fdx = ρ Svɺɺ dx T + dT
 dx
 dx dx
(T + dT ) 2 + M f + dM f − M f + T 2 ≅ 0
Soit On néglige le moment dynamique
∀x ∈ ]0, ℓ[ ρ Svɺɺ + M f , xx = f de rotation des sections.

T = −M f ,x

Compte tenu de la loi de comportement intégrée, l'équation locale est : ∀x ∈ ]0, ℓ[ ρ Svɺɺ + EIv, x4 = f

Les conditions aux limites aux extrémités de la poutre peuvent être,


en déplacement imposé : v = vd (t ) ou θ = θ d (t )

ou en force imposée : T = Td (t ) ou Mf = Mf d (t )
Ces 4 conditions permettent de fixer les quatre constantes d'intégration en x
Pour déterminer la réponse dynamique en temps, il faudra se donner les deux conditions initiales:
v ( x , 0) = vo ( x )

vɺ( x , 0) = vɺo ( x ) Déformée et vitesse de déformation
initiales de la poutre

51
Mise en équations des poutres 52/76

Application du PTV y Fo f
Fℓ
Nous allons écrire le principe des travaux virtuels ∀δ u δ W = δ A Mo
Mℓ
0 ℓ
pour une poutre chargée sur sa longueur et à ses extrémités.
x

Le travail virtuel des quantités d’accélération est : δ A = ∫ ρ Svɺɺ δ v dx On néglige le moment dynamique
o
de rotation des sections.

Le travail virtuel des efforts se décompose en travail virtuel des efforts de cohésion et celui des efforts
extérieurs soit :

Pour les efforts de cohésion δ Wint = − ∫ σ : δ ε dV = − ∫ ∫ σ xx δε xx dS dx
D 0S

ε xx = − y v, x
δ Wint = − ∫ EIv, xx δ v, xx dx
2
Soit
0 σ xx = Eε xx

Pour les efforts extérieurs δ Wint = ∫ f δ v dx + Foδ vo + Fℓδ vℓ + M oδθo + M ℓδθℓ
o
Le PTV conduit à l’équation intégrale suivante :
ℓ ℓ ℓ
∀δ v ∫ ρ Svɺɺ δ v dx = −∫ EIv, xx δ v,xx dx + ∫ f δ v dx + Foδ vo + Fℓδ vℓ + M oδθo + M ℓδθℓ
o o o
C’est la forme variationnelle du problème.
Les quatre derniers termes correspondent au travail virtuel des efforts appliqués aux extrémités de la
poutre. Dans le cas ou les conditions aux limites portent sur les déplacements, les efforts de liaison sont
des inconnues du problème. Pour déterminer l'équation du mouvement il faudra tenir compte des
conditions aux limites en déplacements.
Restreindre le choix des déplacements virtuels à des champs virtuels admissibles, permet d'éliminer les
efforts de liaison inconnus de la forme variationnelle.
Si v = vd ( t ) respectée alors δ v = 0 et le F δ v est éliminé de la Formulation
Si θ = θ d (t ) respectée alors δθ = 0 et le M δθ est éliminé de la Formulation

Le travail des efforts de cohésion δ Wint peut s'exprimer à partir de la variation de l'énergie de déformation
de la poutre δ Wint = −δ Ed

avec 2 Ed = ∫ σ : ε dV = ∫ EI ( v, xx ) dx
2

D 0

Équivalence des principes


Dans le chapitre sur la mise en équation des barres nous Partions du PFD pour retrouver le PTV. Nous
allons ici faire la démarche inverse. Partons du PTV et transformons l’équation intégrale pour retrouver le
PFD (équation locale) et les conditions aux limites du problème.

52
Mise en équations des poutres 53/76


Effectuons deux intégrations par partie du terme ∫ EIv, xx δ v, xx dx
o Fait apparaître les conditions aux
ℓ ℓ ℓ limites en rotation et moment
∫ EIv, xx δ v, xx dx = δ v,x EI v, x2  0 − ∫ δ v,x EI v, x3 dx Fait apparaître les conditions aux
o 0
limites en flèche et force
ℓ ℓ ℓ ℓ

∫ EIv, xx δ v, xx dx = δ v, x EI v, x2 0 − δ v EI v,x3  0 + ∫ δ v EI v, x4 dx


o 0

ℓ ℓ ℓ
Reportons dans : ∀δ v ∫ ρ Svɺɺ δ v dx = −∫ EIv, xx δ v,xx dx + ∫ f δ v dx + Foδ vo + Fℓδ vℓ + M oδθo + M ℓδθℓ
o o o

(
δ v F − EI v
) + δθ ( M + EI v )
∫ δ v ( ρ Svɺɺ + EIv, x )
ℓ  o , x3 o , x2 o
En regroupant les termes : ∀δ v −f dx =  o

( ) + δθ ( M − EI v )
4
o  δ vℓ F + EI v 3
 ,x ℓ
ℓ , x3 ℓ

Le choix δ v ≠ 0 de sur ]0, ℓ[ nous donne l’équation locale : ρ Svɺɺ + EIv, x 4 − f = 0

Le choix de δ vo ≠ 0 et δ v = 0 sur ]0, ℓ] , nous donne la condition aux limites en force en x=0

(
Fo − EI v
, x3 ) x =0
=0 Fo = −To
Cette condition tient compte de l’orientation de
la normale extérieure au domaine

De la même façon
Pour (δ v, x ) ≠ 0
o (
M o = − EI v )
, x 2 x =0
= −M f o

Pour δ vℓ ≠ 0 (
Fℓ = − EI v )
, x3 x =ℓ
= Tℓ

Pour (δ v, x ) ≠ 0

M ℓ = EI v ( )
, x 2 x =ℓ
= M fℓ

Vous devez être capable de faire la démonstration dans les deux sens PTV ⇔PFD.

Bilan & exercice


Le PFD donne un système d’équations aux dérivées partielles (EDP), c'est une formulation locale
équation locale : ∀x ∈ ]0, ℓ[ ρ Svɺɺ + EIv, x4 = f
PFD : 
4 conditions aux limites : 2 en x = 0 et 2 en x = ℓ
Il est utilisé pour rechercher la solution analytique d'un problème.
Les conditions initiales ne servent que pour résoudre l'équation différentielle en temps
Réponse dynamique d'une structure.
Le PTV est la forme variationnelle du problème, c'est une formulation globale (notion d'énergie)
ℓ ℓ ℓ
∀δ v ∫ ρ Svɺɺ δ v dx = − ∫ EIv, xx δ v, xx dx + ∫ f δ v dx + Foδ vo + Fℓδ vℓ + M oδθ o + M ℓδθ ℓ
o o o
Sera utilisé pour rechercher les solutions numériques du problème.
Solutions approchées
Vous devez être capable d'écrire ces deux formulations pour un problème donné.

53
Mise en équations des poutres 54/76

Les exercices de cours sont corrigés sur le site, il faut chercher les réponses avant de consulter le corrigé.
Exercice 3 : Mise en équations d’une poutre en flexion plane
Objectifs : Savoir écrire les conditions aux limites pour une poutre,
Résoudre un problème simple en statique,
Pouvoir écrire le PTV et savoir passer du PTV au PFD.
Les hypothèses sont celles des poutres longues en petites déformations et petits mouvements. Le
matériau est supposé homogène isotrope élastique
1- Écriture des conditions aux limites
Exprimer les 4 conditions aux limites homogènes suivantes :

extrémité libre encastrée appui simple appui glissant


Exprimer les 3 conditions aux limites non homogènes suivantes :
M, I
F
k

2- Mise en équations par le PFD


Donnez le système d’équations correspondant au problème ci-dessous
Mf
A Pb de flexion B

Déterminer la solution analytique en statique, pour M = 0 .


Calculer la déformée de la poutre
Déterminer le diagramme du moment de flexion
3- Application du PTV.
Pour le problème représenté par la figure ci-dessous, donner l’expression du PTV correspondant
à des champs de déplacements virtuels cinématiquement admissibles.
yo
g
Γt
(ρ , E, I, S)

M
xo
Peut-on transformer le PTV pour retrouver l'équation locale et les conditions aux limites.

Exercice 4 : Mise en équations poutre "encastrée-masse en bout"


Objectifs : Écrire les Conditions aux limites et les EDP du problème, écrire la formulation
variationnelle du problème, savoir passer de l'une à l'autre de ces deux formulations.
Intéressons-nous aux vibrations dans son plan principal de la poutre ℓ
droite de longueur ℓ représentée par la figure ci contre. M
La masse M en bout de poutre est supposée ponctuelle
Mise en équations
Écrivez le système d’équations différentielles régissant ce problème.
Écrivez la forme intégrale associée au PTV, pour un champ virtuel quelconque.
Formulation variationnelle
En partant du système d'EDP du problème retrouver la forme intégrale du PTV.

54
Mise en équations des poutres 55/76

Exercice 5 : Mise en équations d'un arbre en torsion


Objectifs : Écrire les Conditions aux limites et les EDP du problème, écrire la formulation
variationnelle du problème, savoir passer de l'une à l'autre de ces deux formulations.
Intéressons-nous aux vibrations en torsion de l'arbre de longueur ℓ auquel ΓM
est appliqué un couple moteur via un engrenage d'inertie en rotation I. Le

problème est représenté par la figure ci contre.
Mise en équations
Écrivez le système d’équations différentielles régissant ce problème.
Écrivez la forme intégrale associée au PTV, pour un champ virtuel quelconque.
Retrouver les équations locales en partant du PTV.

Votre parcours pédagogique


Les exercices sur la résolution analytique ou par les méthodes d'approximation nécessitent de faire la mise
en équations. C'est la suite logique de ce chapitre.
La solution analytique, d'un problème simple, sert de référence pour tester différentes méthodes de
résolution approchées. L'utilisation des méthodes d'approximation pour résoudre des problèmes de
l'ingénieur pour lesquels il n'existe pas de solution analytique reste bien l'objectif du cours.
Le chapitre sur les solutions analytiques en dynamique peut donc être abordé en dehors du parcours
pédagogique, vous pouvez passer directement aux méthodes d'approximation sur le modèle poutre, quitte
à revenir plus tard sur la réponse dynamique des poutres si vous en avez besoin.

Parcours possibles
Recherche de la solution analytique de la réponse dynamique d'une poutre
Recherche d'une solution approchée de la réponse d'une poutre
Étude de la réponse statique d'un portique par la RDM
Étude des portiques par la MEF
Ces différents thèmes sont proposés dans le menu du site, à vous de choisir votre parcours pédagogique.

55
Mise en équations des poutres 56/76

56
RDM : Étude des portiques par la RDM 57/76

Calcul statique des portiques


par la RDM
Un portique bidimensionnel est constitué d'éléments poutres qui travaillent en traction & flexion.
Un portique tridimensionnel est constitué d'éléments poutres qui travaillent en traction - torsion & dans
les deux plans principaux de flexion.

L'objectif de ce chapitre est de vous initier au calcul analytique de la réponse statique d'un portique
bidimensionnel. Ces calculs permettent, pour des structures simples, d'obtenir analytiquement les
diagrammes des efforts internes qui permettent de vérifier que la structure reste dans le domaine
élastique, et qu'il n'y a pas d'instabilité (étude du flambement). Utiles pour le pré dimensionnement, savoir
effectuer ces calculs analytiques permet d'assimiler l'utilisation des outils numériques.
Pour les portiques plus complexes (géométrie, forte hyperstaticité, ou cas de chargement multiples) ou
pour les études dynamiques, la méthode des éléments finis présentée dans le chapitre suivant, permettra
d'effectuer les calculs numériques.
Dans ce chapitre nous ne traitons que des problèmes statiques

Rappel : théorèmes énergétiques de la RDM


Comme pour l'étude des treillis nous utiliserons les trois théorèmes énergétiques de la statique.
Théorème de Maxwell - Betty W (1 → 2) = W (2 → 1)
Le travail d'un système de force F1 dans le déplacement produit par un système de force F2 est égal
au travail du système de force F2 dans le déplacement produit par le système de force F1 .

 ∂Ed ( F , X ) 
Théorème de Castigliano.   = δX
 ∂X  X =0
La dérivée partielle de l'énergie de déformation de la structure par rapport à un effort est égale au
déplacement du point d'application selon la ligne d'action de cet effort.
∂Ed ( F , X i )
Théorème de Ménabréa. ∀i ∈ [1, N ] =0
∂X i
Pour une structure hyperstatique de degré N, les N inconnues hyperstatiques X i minimisent
l'énergie de déformation élastique de la structure.

Hyperstaticité
La première question à se poser lorsque l'on aborde le calcul statique d'une structure est celle de
l'hyperstaticité de la structure.
Dans un premier temps il faut considérer l'hyperstaticité "extérieure : he " c'est à dire l'ensemble des
liaisons cinématiques qui bloquent les mouvements d'ensemble de la structure. Pour effectuer un calcul
statique ce degré d'hyperstaticité extérieur sera positif ou nul (sinon il faut éliminer les mouvements
d'ensemble).
Le degré d'hyperstaticité d'un portique plan sera obtenu en calculant he + hi -mi
avec hi hyperstaticité intérieure (3 fois le nombre de boucles fermées d'éléments)
mi nombre de mobilité des liaisons intérieures (0 , 1 ou 2)

57
RDM : Étude des portiques par la RDM 58/76

Exemples Objectif : Déterminer le degré d'hyperstatisme de ces portiques.

B Ce portique est hyperstatique extérieur de degré 3


6 inconnues de liaison pour 3 équations d'équilibre

A {TA }0→S = { X A YA M A } et {TB }0→ S = { X B YB M B}

C
B
liaison pivot La liaison pivot en C libère une mobilité, Le moment de flexion pour les deux
éléments du portique sera nul en C.

A Le portique est hyperstatique de degré 2

C
B
La boucle fermée ajoute 3 inconnues hyperstatiques intérieures, ce portique
Boucle fermée est donc hyperstatique de degré 5.

A Ne calculez pas ce type de structure à la main, utilisez la MEF

C B
L'appui simple en B possède deux mobilités donc une seule inconnue de
Appui simple
liaison, ce portique est hyperstatique extérieur de degré 1, comme nous
libérons une mobilité intérieur, ce portique est isostatique.
A
Le calcul, à la main, de cette structure est simple.
A B C Structure isostatique (3 inconnues : 2 en A et 1 en B), pour ce type de structure il
est simple d'obtenir la solution analytique directement par la RDM.
Rotule

Calcul du torseur des efforts de cohésion


Si la structure est isostatique, il est possible d'exprimer le torseur des efforts de cohésion en tout point (sur
tous les éléments de la structure) en fonction de la géométrie et du chargement. Et c'est la première chose
à faire, car connaissant les efforts intérieurs il est possible de dimensionner la structure.
Si la structure est hyperstatique de degré n il faudra utiliser n inconnues hyperstatiques pour exprimer les
efforts intérieurs puis calculer l'énergie de déformation en fonction de ces efforts pour pouvoir appliquer
le Théorème de Ménabréa. Nous présenterons d'autres outils applicables sur les cas simples
hyperstatiques mais ce qu'il faut retenir c'est que
Si une structure est hyperstatique:
• Le torseur des efforts intérieur dépend de n inconnues hyperstatiques
• La répartition des efforts intérieurs est fonction des matériaux (elle dépend des déformations)

Dans le chapitre de modélisation nous avons présentés le modèle de St Venant - Bernoulli, nous rappelons
ici les résultats obtenus avec les conventions de la MMC (normale orientée vers l'extérieur du milieu
considéré)

58
RDM : Étude des portiques par la RDM 59/76

Modèle poutre
G est le centre de surface, ils définissent la ligne moyenne de la poutre
e3 e2 La direction e1 est la normale extérieure de la section considérée.
S
Les directions (e2 , e3 ) sont les directions principales de la section
G
e1
Tous les vecteurs sont exprimés sur la base b = (e1 , e2 , e3 )

N  Mt
 
Le torseur des efforts de cohésions est défini par sa résultante et son moment : R = T2 M (G ) =  M f 2
T M
b 3  f3 b

Les notations des Eurocodes sont { N V1 V2 } et {M 1 M2 M 3}

Les lois de comportement intégrées s'écrivent respectivement :


variables Lois de comportement
Traction u N = ES u, x
Torsion θx M t = GJ θ, x avec G = E 2(1 + ν )
Flexion (e1 , e2 ) v, θ z = v, x M 3 = EI 3 v, xx et T2 = − M 3, x
Flexion (e1 , e3 ) w,θ y = − w, x M 2 = − EI 2 w, xx et T3 = M 2,x

En pratique pour les calculs à la main, nous traiterons quasiment que des problèmes plans pour lesquels
une figure en deux dimensions suffit. De plus pour simplifier nous nous placerons systématiquement dans
le plan (e1 , e2 ) .
T La base b = (e1 , e2 , e3 ) est orthonormée directe
Mf e1
e2
Pour une facette quelconque c'est l'orientation de la
N normale extérieure qui définie l'orientation de cette e3
e1
base e2

Ces conventions étant rappelées, le torseur des efforts sur une facette quelconque peut se calculer de trois
façons équivalentes du point de vue théorique, mais différentes dans la pratique et la "facilité" des calculs.
• on exprime le torseur de toutes les actions extérieures exercées par le reste de la structure sur la
facette considérée (on utilise la formule de transport des torseurs) e3 e2

( )
partie

M (G ) = ∑ M ( P) + RP Λ PG et RG = ∑ RP
S1 G
e1 coupée
S S2

P P

• on exprime l'équilibre de la partie de structure que l'on a conservée, ce qui permet d'exprimer le
torseur des efforts de cohésion en fonction des actions sur cette partie de la structure.

M (G ) + ∑ ( M ( P) + R Λ PG ) = 0 et RG + ∑R =0
e3 S e2
partie
S1 e1
conservée G

P P MG RG

P∈S 1 P∈S 1

• on exprime l'équilibre de la partie de la structure que l'on a coupé, ce qui donne par le théorème de
l'action réaction la valeur algébrique du torseur des actions de cohésion sur notre facette (il faut
changer le signe de la normale).

− M (G ) + ∑ ( M ( P) + R Λ PG ) = 0
P∈S 2
P et − RG + ∑R
P∈S 2
P =0

Selon la géométrie et le chargement du problème une des options peut s'avérer beaucoup plus simple
d'écriture, il faut donc faire un choix réfléchi avant de se lancer dans les calculs.

59
RDM : Étude des portiques par la RDM 60/76

Exemple : la poutre console


C'est l'exemple le plus simple que l'on puisse traiter, il permet de
F comprendre le principe de calcul du torseur des efforts de cohésion sur
ℓ une section droite de la poutre.
Objectifs : Comparer les méthodes mises en oeuvre.
A B
Cette structure est isostatique, 3 inconnues de liaison {TA }0→ S = { X A YA M A } pour 3 équations
d'équilibre par le PFD, nous pouvons donc calculer les efforts en A.
Si l'objectif est d'obtenir les diagrammes des efforts intérieurs il n'est pas nécessaire de passer par ce
calcul en effet :
a- Effectuons une coupe à l'abscisse s le torseur en G des actions
2 3 F
extérieures à l'élément de poutre considéré se réduit à
N (s) = 0 1
 B
Sur [ A, B ] ∀s ∈ [ 0, ℓ ] T ( s ) = F A s
 M ( s ) = F (ℓ − s )
 f
b- Écrivons les équations d'équilibre de la partie coupée
− N ( s ) + 0 = 0 F
 s
∀s ∈ [ 0, ℓ ] −T ( s ) + F = 0 B
 A 1
 − M f ( s ) + F (ℓ − s ) = 0 3 2
Nous retrouvons les mêmes résultats. Mais attention aux signes, la
normale à la facette de la partie considérée est −e1
c- Écrivons maintenant l'équilibre de la partie conservée YA 2 3
MA
 N (s) + X A = 0
 1
∀s ∈ [ 0, ℓ ] T ( s ) + YA = 0 XA A s
B
M (s) + M − Y s = 0
 f A A

Il faut avoir préalablement calculé le torseur des efforts de liaison en utilisant les équations
d'équilibre de la structure complète.
X A = 0 X A = 0  N (s) = 0
  
YA + F = 0 soit YA = − F d'où T ( s ) = F On retrouve les mêmes résultats
M + F ℓ = 0 M = − F ℓ  M ( s ) = F (ℓ − s )
 A  A  f
Cette dernière méthode est ici la plus longue
Dans tous les cas nous avons obtenu le diagramme du moment de Fℓ F
flexion sur la poutre
La contrainte est maximale à l'encastrement :

Fℓ Fℓ
(σ xx )Max = yMax = Le module élastique W est fonction de la géométrie de la section.
I W
Pour calculer la flèche nous devons intégrer l'équation différentielle : M f = EI v, x2 en utilisant les
conditions aux limites qui sont : v (0, t ) = 0 et v, x (0, t ) = 0
Fℓ 2 x F ℓ3
On trouve v ( x ) = x (1 − ) soit vMax = v ( ℓ ) =
2 EI 3ℓ 3EI

60
RDM : Étude des portiques par la RDM 61/76

∂Ed F 2 (ℓ − s ) 2

Nous aurions pu appliquer le théorème de Castigliano vB = avec 2 Ed = ∫ ds
∂F 0
EI
3
Fℓ
On retrouve de façon très rapide vB =
3EI
 X A = − N (0)

Remarques : On vérifie bien T ( s ) = − M f , s , et en A : YA = −T (0)
 M = − M (0)
 A f

le signe "-" vous l'avez compris vient de l'orientation de la normale


L'exemple précédent nous à permis de voir les différentes options de calcul du moment de flexion exercée
sur une section d'une poutre. Dans l'exercice suivant le calcul est un peu plus complexe puisque nous
avons une charge répartie. L'intérêt de l'exercice est aussi de faire le lien avec l'approche mathématique
qui consiste à intégrer l'équation différentielle des mouvements. Approche difficilement applicable à des
structures plus complexes.

Exercice 11 : Étude d'une poutre sous son poids propre


Objectifs : Établir le système "EDP" du problème.
Faire le lien avec l'approche "RDM"
Calcul de la contrainte axiale maximale (dimensionnement).
1. Écrire le système "EDP" de ce problème
A Pb de flexion B
2. Calculer la déformée "flèche" de la poutre
g En déduire la valeur au centre
Raideur EI 3. Tracer le diagramme du moment de flexion
Masse linéique ρ S Retrouver ce résultat par une analyse directe "RDM"

Statique des portiques isostatiques


Pour un portique isostatique la démarche à suivre est celle que nous venons de présenter, il faut juste
adapter son analyse à la géométrie et aux efforts exercés sur la structure, ce sont des calculs de géométrie
sur les torseurs équivalents.
Une méthode consiste à choisir son sens de parcours de la structure, ce qui permet de définir la base locale
(1,2,3) sur chaque élément du portique. Il reste à exprimer sur cette base locale le torseur des efforts
agissant sur la section considérée, ce qui donne les valeurs de { N V1 V2 } et {M 1 M 2 M 3 }

Traitons un exemple simple ou la géométrie de la structure est bidimensionnelle avec des efforts tridi.
Exemple : poignée de porte bloquée
z0
Cette structure est isostatique,

x0
A b 6 inconnues de liaison {TA }0→ S = RA { MA }
B
y0 X A = 0  M Ax − bF = 0
a  
C et 6 équations d'équilibre : YA + Q = 0 et  M Ay + aF = 0
Q Z − F = 0  M + aQ = 0
 A  Az
F
Il n'est pas utile de connaître {R A }
M A pour construire les diagrammes.

61
RDM : Étude des portiques par la RDM 62/76

Nous utiliserons le sens de parcours et les bases locales définies par la figure suivante
Sur [ A, B ] ∀s ∈ [ 0, b] la facette est de normale y0 z 0

Sur [ B, C ] ∀s ∈ [ 0, a ] la facette est de normale x0 e3


A e2
x0
Calculons sur la base b0 le torseur exercé par le chargement en C sur e3 e1 B
y0
une facette courante située à l'abscisse s : M f ( s ) = Gs C Λ F (C ) e1
C e2
 a  0 − F ( b − s ) Q
  
Sur AB : ∀s ∈ [ 0, b] M f ( s ) = b − s Λ  Q =  aF F
 0 − F  aQ
b0   b0 
a − s  0  0
  
Sur BC : ∀s ∈ [ 0, a ] M f (s) =  0 Λ Q = F ( a − s )
 0 − F Q ( a − s )
b0   b0 
Il faut alors faire un changement de base pour passer de l'expression des torseurs sur la base b0 à la
base bs = (e1 , e2 , e3 ) . Ici les changements de base peuvent se faire à vue, il n'est pas utile de passer par les
matrices de passage.
Q  aF
 
Sur AB (e1 , e2 , e3 ) ≡ ( y0 , − x0 , z0 ) d'où ∀s ∈ [ 0, b] R(s) =  0 M f (s) = F (b − s )
− F  aQ
bs  bs 

 0  0
 
Sur BC (e1 , e2 , e3 ) ≡ ( x0 , y0 , z0 ) d'où ∀s ∈ [ 0, a ] R(s) =  Q M f (s) = F ( a − s )
− F Q ( a − s )
bs  bs 

Ces résultats permettent de tracer les diagrammes des efforts intérieurs


Sur AB : N = Q , M t = aF , M 2 = F ( b − s ) ; M 3 = aQ
Sur BC : N = M t = 0 , M 2 = F ( a − s ) ; M 3 = Q ( a − s )
Tous ces résultats étaient prévisibles à partir de la figure.
Q aF Fb aQ
A B
A B A B Fa A B

N Mt M2 M3
C C C C

Effort normal Moment de torsion e2 Flexion /


Flexion / e3
Ces diagrammes permettent de déterminer les contraintes maximales sur chaque élément.
Calculons le déplacement du point C, nous pourrions intégrer les lois de comportement en partant du
point A ou les conditions aux limites sont connues et en écrivant les conditions de continuité au point B.
Ces calculs sont longs et il est beaucoup plus rapide d'utiliser le théorème de Castigliano.
Rappelons qu'en flexion en ne tenant pas compte de l'énergie de déformation associée à l'effort tranchant
(modèle de Bernoulli) l'énergie de déformation d'un portique tridimensionnel comprend 4 termes ; la
traction, la torsion, et les deux flexions planes :
N2 M2 M2 M2 ∂E ∂E
2 Ed = ∫ ds + ∫ t ds + ∫ 2 ds + ∫ 3 ds et : vC = d wc = − d
S
ES S
GJ S
EI 2 S
EI 3 ∂Q ∂F
Il faut préciser les caractéristiques des sections des éléments AB et BC à ce niveau

62
RDM : Étude des portiques par la RDM 63/76

Élément AB : fer rond de rayon R ==> I 2 = I 3 = I = π R 4 / 4 , S = π R 2 , J = π R 4 / 2


2 R
Élément BC : plat de dimensions (2R, e) ==> S , J ne servent pas et I 2 = eR 3 I 3 = e3
3 6
∂Ed a b 2 b a 2 3 3
F F ab b a
=
∂F GJ
F+ ∫
EI 0
(b − s )2 ds + ∫
EI 2 0
(a − s )2 ds ==> wC = − F ( + +
GJ 3EI 3EI 2
)

∂Ed b Q
b
F
a
b a 2b a3
= Q+ ∫ a ds + ∫ (a − s ) 2 ds ==> vC = Q( + +
2
)
∂Q ES EI 0 EI 3 0 ES EI 3EI 3
Analyse de ces résultats :
• La flèche w est due à la (torsion + flexion) de l'élément AB + flexion de BC
• La flèche v est due à la traction de AB, la rotation en B de l'élément AB et de la flexion de BC
• Les deux charges sont découplées
A faire, introduire une charge fictive X en C pour calculer le déplacement uC
ab 2
On trouve uC = − Q
2 EI
Pour les portiques isostatique la méthode sera toujours la même, il faut faire attention à l'orientation de la
facette et de sa base locale.
Si la charge est ponctuelle, le moment de flexion vari linéairement F
M f (s) = F ( ℓ − s ) A B
s

p
Si la charge est uniforme la variation sera quadratique

M f (s) = p (ℓ − s )
(ℓ − s ) = p ℓ − s 2 A
( ) s
B
2 2 ℓ

Si la charge varie linéairement le moment de flexion sera un polynôme cubique.

Exercice 12 : Étude d'un portique isostatique


Objectifs : Calcul analytique "RDM" d'un portique plan isostatique.
Diagramme des efforts intérieurs calcul de la déformée.
Application de Castigliano

1. Calculer les efforts à l'appui
2. Tracer les diagrammes de ( N , T , M f )
F
h
3. Calculer la déformée de la structure.
4. Retrouver le déplacement vertical du point d’application de la force
par Castigliano

Statique des portiques hyperstatiques


Pour un portique hyperstatique il faut dans un premier temps choisir les inconnues hyperstatiques, un bon
choix peut simplifier de façon significative les calculs.
Il est conseillé alors d'utiliser le théorème de Ménabréa. D'autre méthodes existent elles sont basées sur la
connaissance à priori de solutions de référence que l'on trouve dans les ouvrages spécialisés sur le calcul
des portiques, l'utilisation de ces résultats permet d'éviter un certain nombre de calculs. De nos jours ces

63
RDM : Étude des portiques par la RDM 64/76

méthodes sont rendues obsolètes du fait de la méthode des éléments finis qui donne avec un minimum
d'effort la réponse de la structure. Nous nous intéressons donc ici aux structures hyperstatiques simples
qui permettent de comprendre la démarche et de savoir mener les calculs analytiques dans les cas
élémentaires, ce qui n'est pas inutile.

Exemple : structure est hyperstatique de degré 1


F 4 inconnues de liaison X A YA YB YC
A B C D X A = 0
ℓ ℓ ℓ 
pour 3 équations d'équilibre : YA + YB + YC + F = 0
YA YB YC F ℓY + 2ℓY + 3ℓF = 0
A B C
 B C
D
XA ℓ ℓ ℓ X A = 0

Prenons YC comme inconnue hyperstatique : YA = 2 F + YC
Y = −3F − 2Y
 B C

Exprimons le moment de flexion


Sur CD : ∀s ∈ [ 2ℓ,3ℓ ] M f ( s ) = (3ℓ − s ) F
Sur BC : ∀s ∈ [ ℓ, 2ℓ ] M f ( s ) = (3ℓ − s ) F + (2ℓ − s )YC
Sur AB : ∀s ∈ [ 0, ℓ ] M f ( s ) = (3ℓ − s ) F + (2ℓ − s )YC + (ℓ − s )(−3F − 2YC ) = 2 sF + sYC
L
∂Ed 1 ∂M 3
Appliquons le théorème de Ménabréa : =
∂YC EI o∫ M3
∂YC
dx = 0

M3 ∂M 3 / ∂YC
∀s ∈ [ 0, ℓ ] 2 sF + sYC s
∀s ∈ [ ℓ, 2ℓ ] (3ℓ − s ) F + (2ℓ − s )YC (2ℓ − s )
∀s ∈ [ 2ℓ,3ℓ ] (3ℓ − s ) F 0
∂Ed  ℓ
  2ℓ
 ℓ 2ℓ
D'où = 0 ==> F  ∫ 2 s 2 ds + ∫ (3ℓ − s )(2ℓ − s )ds  = −YC  ∫ s 2 ds + ∫ (2ℓ − s ) 2 ds 
∂YC 0 ℓ  0 ℓ 
3/ 2 9
YC = − F =− F
2/3 4
Ayant il suffit de reporter dans les expressions précédentes pour obtenir le diagramme du moment de
flexion et les efforts aux appuis.
Utilisons la méthode de superposition pour retrouver ce résultat et voir le lien entre Ménabréa et
Castigliano
PB ⇔ PB1 + PB 2 avec v1 (C ) + v2 (C ) = 0
F
Les deux problèmes 1 et 2 sont isostatiques
A B C D
Pour pouvoir calculer vC dans le problème 1 nous PB1
introduisons une charge fictive X en C ℓ 2ℓ

L'effort de liaison en B pour chaque problème est + P

==> YB1 = −2 X − 3F A B C D
PB2
Et YB 2 = −2 P ℓ ℓ ℓ

64
RDM : Étude des portiques par la RDM 65/76

Appliquons Castigliano pour calculer les flèches en C


PB1 M3 ∂M 3 / ∂X
∀s ∈ [ 0, ℓ ] 2sF + sX s
∀s ∈ [ ℓ, 2ℓ ] (3ℓ − s ) F + (2ℓ − s ) X (2ℓ − s )
∀s ∈ [ 2ℓ,3ℓ ] (3ℓ − s ) F 0
 ∂E  F   3F ℓ 3
ℓ 2ℓ

EI  ∫0 ∫ℓ
D'où  d  = v1 (C ) ==> v1 (C ) =  2 s 2
ds + (3ℓ − s )(2 ℓ − s ) ds =
 ∂X  X = 0  2 EI
PB2 M3 ∂M 3 / ∂P
∀s ∈ [ 0, ℓ ] sP s
∀s ∈ [ ℓ, 2ℓ ] (2ℓ − s ) P (2ℓ − s )
∂Ed P  2  2 Pℓ 3
ℓ 2ℓ

EI  ∫0 ∫ℓ
D'où = v2 (C ) ==> v2 (C ) =  s ds + (2 ℓ − s ) 2
ds =
∂P  3EI
9
En écrivant v1 (C ) + v2 (C ) = 0 on retrouve P = − F
4
A moins de connaitre les résultats de PB1 ou PB2 la méthode est plus longue
Nous vous proposons de terminer ce chapitre par deux exercices de cours que vous devez pouvoir faire.

Exercice 13 : Étude d'un portique hyperstatique


Objectifs : Calcul d'un portique plan hyperstatique (utilisation du TH de Ménabréa).
ℓ ℓ 1. Montrer que cette structure est hyperstatique de degré 3.
2. Utiliser la symétrie pour simplifier le problème.
F

3. Utiliser le TH de Ménabréa pour calculer les efforts aux appuis
4. Tracer le diagramme du moment de flexion sur la structure
On négligera l'énergie de
déformation à l'effort normal 5. Calculer la flèche au centre.

Exercice 14 : Étude d’une poutre chargée en son centre


Objectifs : Système hyperstatique.
Calculer de la réponse statique d'une poutre encastrée appuyée ℓ
chargée en son centre. yo A C B
La structure est hyperstatique.
Calculer les efforts aux appuis xo
Tracer le diagramme des efforts intérieurs.
Calculer la déformée de la poutre
Montrer que l'on peut retrouver ces résultats en appliquant le
théorème de superposition.

Votre parcours pédagogique


Pour aller plus loin vous pouvez utiliser les supports pédagogiques proposés et traiter numériquement des
structures portiques plus complexes avec au choix Cast3M ou MEFlab

65
RDM : Étude des portiques par la RDM 66/76

66
MEF : Étude des portiques 67/76

Modèle éléments finis


pour l'étude des portiques 2D
Un portique bidimensionnel est constitué d'éléments poutres qui travaillent qu'en traction & flexion. Nous
allons utiliser la méthode des éléments finis pour modéliser ces structures. Nous présentons l'élément fini
poutre de flexion plane, en détaillant le principe de calcul des matrices élémentaires conduisant à la forme
matricielle du principe des travaux virtuel. Nous verrons alors comment utiliser ces résultats pour
modéliser des portiques bidimensionnels

L’élément fini de flexion plane


y
Approximation :
vi vj
L’élément fini « poutre » utilise comme variables nodales la flèche et sa θi θj
dérivée première (rotation de la section droite), il fait partie de la famille
des éléments de type l'Hermite. i ℓ j x

Considérons un élément de longueur ℓ


Le repère local orthonormé lié à l'élément, a pour direction x l'axe de la poutre orienté de i vers j,
et pour direction y un vecteur du plan principal d'inertie de la section droite.
Les quatre variables nodales sont les déplacements notés < vi (t ) θi (t ) v j (t ) θ j (t ) >

Pour identifier nos quatre variables nodales, nous utilisons une approximation polynomiale cubique de la
forme :
 a1 (t ) 
 
3  a2 (t )  Approximation de degré 3
v ( x, t ) =< 1 x x
h 2
x >  à 4 variables
 a3 (t ) 
a4 (t ) 

Par identification des variables nodales avec l’approximation de la flèche et de la rotation aux noeuds, nous
obtenons la relation matricielle suivante :

 vi (t )   v ( o, t )  1
h
0 00   a (t ) 
θ (t )   h  1
 i  θ ( o, t )  0 1 0 0  a (t ) 
 v (t )  =  h
2
  
 j   v ( ℓ , t )  1 ℓ ℓ 2 ℓ3   a3 (t ) 

θ j (t )   h  1 2ℓ 3ℓ 2  a4 (t ) 
  θ (ℓ, t )  0

Inversons cette relation et reportons le résultat dans l'expression de l'approximation, nous obtenons :
 vi (t ) 
θ (t ) 
 i 
v ( x, t ) = < N >e {U e } = < N1 N 2 N3 N 4 > 
h
v (t ) 
 j 
θ j (t ) 
 
Avec les fonctions d'interpolation suivantes :

67
MEF : Étude des portiques 68/76

 N 1 ( s) = 1 − 3s 2 + 2 s 3 x
 où s = 1
N1 ( s ) N3 ( s )

 N 3 ( s) = 3s − 2 s
2 3

x
N1 et N3 représentent la déformée d'une poutre bi - encastrée pour laquelle 0 1
s=

on impose un déplacement unité à une des deux extrémités


 N 2 ( s ) = ℓ( s − 2 s 2 + s 3 )
 N2 (s)
 N 4 ( s ) = ℓ(− s 2 + s 3 ) 1 1 s
0 1
N2 et N4 représentent la déformée d'une poutre encastrée à une extrémité. N4 ( s)
Pour laquelle on impose une rotation unité à l'autre extrémité.

Principe des travaux virtuels On néglige le moment dynamique


de rotation des sections.
 L

 δ A = ∫o ρ Svɺɺ δ v dx

 L
Partons de ∀δ u δ W = δ A avec δ Wint = −δ Ed avec 2 Ed = ∫ EI ( v, xx ) dx
2

 o
 L
δ Wext = ∫ f δ v dx + Foδ vo + FLδ vL + M oδθo + M Lδθ L
 o

La poutre pouvant être modélisée par plusieurs éléments finis nous calculerons les énergies sur
chaque élément puisque l'approximation nodale est une approximation élémentaire.

Matrice raideur élémentaire



L'énergie de déformation associée à notre élément est 2 Ed = ∫ EI ( v, xx ) dx
2

o
Utilisons l’approximation nodale du champ des déplacements v, xx = < N, xx > {U e }

Le terme ( v, xx ) = v, xxT v, xx = {U e } < N, xx >T < N , xx > {U e }


2 T

En reportant dans l'énergie de déformation, pour chaque élément nous obtenons l'expression
matricielle de l'énergie de déformation élémentaire :

2 Ed = {U e } EI [ N, xx ] dx {U e }
T
∫ [ N,xx ]
T

0

La matrice raideur associée est [ K e ] = ∫ [ B ]T EI [ B] dx
0
6 2 6 2
avec [ B ] = < N , xx > = < 2
( −1 + 2 s ) , ( − 2 + 3s ) , 2
(1 − 2s ) , ( − 1 + 3s ) >
ℓ ℓ ℓ ℓ
 12 6ℓ −12 6ℓ
A titre d’exercice calculez le terme
EI  6ℓ 4ℓ 2 −6 ℓ 2 ℓ 
2
Tout calcul fait on trouve : [ K e ] = 3   (1,2) de cette matrice
ℓ  −12 −6ℓ 12 −6ℓ 
 6ℓ 2ℓ 2 −6ℓ 4ℓ  sur <v ,θ ,v ,θ >
2
i i j j

Cette matrice n'est pas adimensionnelle car v et θ n'ont pas la même dimension.
Pour que les coefficients de la matrice soient adimensionnels il faut travailler sur les variables v et ℓθ

68
MEF : Étude des portiques 69/76
Cette expression peut vous
 12 6 −12 6 permettre de simplifier vos
EI  −6 2 
calculs numériques.
[ Ke ] = 3z −612 −46 12

−6 
ℓ 
 6 2 −6 4  sur <v ,ℓθ ,v ,ℓθ >
i i j j

Matrice masse élémentaire On peut calculer ce terme à partir


ℓ de l'énergie cinétique.
Le travail virtuel des quantités d'accélération : δ A = ∫ ρ Svɺɺ δ v dx
o

De la même façon en utilisant l’approximation nodale du champ des déplacements, l'expression



matricielle pour un élément est : δ Ae = {δ U e } ∫< N > ρ S < N > dx {Uɺɺe }
T T

 13 11 9 −13 420 
 35 210 70 
 11 1 13 −1 
D'où la matrice masse élémentaire est [ M e ] = ρ S ℓ  210 105 420 140

 9 70 13
420
13
35 −11
210 
 
 −13 420 −1140 −11 210 1105 
sur <vi ,ℓθi ,v j ,ℓθ j >

Vecteur force généralisée élémentaire y


f
Soit un élément poutre chargé par une densité linéique d'efforts
transversaux f
f s'exprime en N/L
i ℓ j x
Le travail virtuel de ces efforts est
ℓ ℓ
δ W f = ∫ f . δ v dx = {δ U e } ∫[N ]
T T
f dx
0 0
Il faut se donner la fonction f .
 ℓ 
(x)

Pour le champ de pesanteur f = − ρ gS  2 


 2 
ℓe
 ℓ 
 12 
Pour une densité de charge uniforme nous obtenons : { Fd }e = ∫ f < N ( x ) >T dx = f  
0  ℓ 
La prise en compte d'une charge répartie  2 
sur un élément ne consiste pas à appliquer  2
simplement des efforts fl/2 aux noeuds.
− ℓ 
 12 
M 1 = fℓ 2 / 12
f M 2 = − fℓ 2 / 12
ϕ1 = fℓ / 2 ϕ 2 = fℓ / 2
PTV
1 2 1 2
Charge réelle f=Cte Charge nodale équivalente

Vecteur force généralisée nodale


Lorsqu'un chargement est appliqué sur un nœud de la structure le travail virtuel des charges s'exprime
directement sur les variables nodales concernées : δ Wext = Fiδ vi + M iδθi
Les valeurs de Fi et M i se mettent directement dans le vecteur des charges extérieures

69
MEF : Étude des portiques 70/76

Exemple Objectif : Déterminer la réponse statique de la poutre avec un modèle élément fini.
y F Modèle à 1 élément fini
x Ce modèle comporte 4 variables : X T =< v1 , θ 1 , v 2 , θ 2 >

Les conditions aux limites : (v1 , θ1 ) = (0, 0)
Y1
M1
v2 2 déplacements inconnus : X IT =< 0, 0, v2 , θ 2 >
θ2
2 efforts inconnus : FI T =< Y1 , M 1 , 0, 0 >
1 ℓ 2

La charge conduit à : FDT =< 0, 0, − F , 0 >

 12 6ℓ −12 6ℓ   0   Y1 
2    
EI  6ℓ 4ℓ 2 −6 ℓ 2 ℓ   0   M 1 
Le PTV appliqué à l'élément nous donne l'équation matricielle 3   =  
ℓ  −12 −6ℓ 12 −6ℓ  v2
  − F 
 6ℓ 2ℓ 2 −6ℓ 4ℓ  θ   0 
2
 2  

EI  12 −6ℓ   v2  − F   v2  F ℓ3 1/ 3 
Les équations donnant la déformée sont : 3  2  =   ==>  =−  
ℓ  −6ℓ 4ℓ  θ 2   0  ℓθ 2  EI 1/ 2 
C'est la solution exacte de la RDM
Les équations donnant les efforts à l'encastrement sont :
EI  −12 6ℓ   v2   Y1  Y   −12 6ℓ   1/ 3   F 
=
3  −6ℓ 2ℓ 2  θ   M 
==>  1  = − F  2 = 
ℓ    2   1  M1   −6ℓ 2ℓ  1/ 2ℓ   F ℓ 
On vérifie les équations d'équilibre de la structure
Dans cet exemple le modèle élément fini donne la solution exacte car celle-ci est un polynôme d'ordre 3
comme l'approximation utilisée.

Pour calculer l’état de contrainte sur les éléments, le diagramme du moment de flexion et celui de l'effort
tranchant, nous utilisons la loi de comportement intégrée.
 M f = EI v, xx = EI < B, x2 > {U e }
Pour chaque élément nous écrirons : 
T = − EI v, xxx = − EI < B, x3 > {U e }
6 2 6 2
Rappel : < B, x2 > = < 2 ( −1 + 2 s ) , ( −2 + 3s ) , 2 (1 − 2s ) , ( − 1 + 3s ) >
ℓ ℓ ℓ ℓ
Vous notez que le moment de flexion Mf 12 6 12 6
est linéaire et que l’effort tranchant est < B, x3 > = < 3 , 2 , − 3 , 2 >
constant par élément.
ℓ ℓ ℓ ℓ

Exemple Tracer le diagramme des efforts intérieurs


6 2 F ℓ3  −1/ 3 
y F
M f1 = EI < 2 (1 − 2 s ) ( −1 + 3s ) >   = F ℓ( s − 1)
x ℓ ℓ EI −1/ 2ℓ 

−12 6 F ℓ3  −1/ 3 
T1 = − EI < >   = −F
ℓ3 ℓ2 EI −1/ 2ℓ 
On retrouve la solution analytique
On vérifie bien que M f1 ( x = 0) = − M1

70
MEF : Étude des portiques 71/76

Exercice 15 : Étude d’une poutre sous son poids propre


Objectifs : mise en œuvre de la méthode des éléments finis, et illustrer la notion d'erreur liée à
l'approximation.
A Pb de flexion B
Nous cherchons la réponse statique sous son poids propre de la poutre sur
appuis représentée par la figure ci contre. g

Modèle à 1 élément.
Déterminer la matrice raideur, et le vecteur force généralisé associé au poids propre.
Écrivez le système réduit des équations, calculez les déplacements nodaux.
Calculer la flèche au centre de la poutre, comparer à la solution analytique
5 ρ gS ℓ 4
v ( ℓ / 2) = −
384 EI
Calculer les efforts aux appuis, et vérifier l'équilibre global de la structure.
Calculer les efforts sur l'élément, tracer les diagrammes de l'effort tranchant et du moment de
flexion, comparer à la solution analytique.
Modèle à 2 éléments.
Déterminer la matrice raideur assemblée complète.
Déterminer le vecteur force généralisé associé au poids propre de la structure.
Écrivez le système réduit des équations, calculez les déplacements nodaux et comparer à la
solution analytique.
Calculer les efforts aux nœuds, comparer à la solution analytique.
Calculer les efforts sur l'élément et tracer les diagrammes de l'effort tranchant et du moment de
flexion, et comparer à la solution analytique.
Comparer à la solution analytique..
Répondez aux mêmes questions
Prise en compte de la symétrie
Utiliser la symétrie pour simplifier le modèle
Calculer la matrice raideur et retrouver la solution du modèle à 2 éléments.

Exercice 16 : Études statique et dynamique d’une poutre


Objectifs : Illustrer la notion d'erreur liée à l'approximation.
Nous cherchons la réponse statique de la poutre sur appuis y ℓ
o A C B
représentée par la figure ci contre.
Modèle à 1 élément. xo
Déterminer la matrice raideur.
le vecteur force généralisé associé à la charge
Calculer la réponse statique, les efforts aux appuis et tracer le diagramme des efforts sur l’élément.
Comparer à la solution analytique :

71
MEF : Étude des portiques 72/76

7 Fℓ 3 1 Fℓ 2 1 Fℓ 2
v (C ) = − , θ (C ) = − , θ (B) =
768 EI 128 EI 32 EI
M f ( A) = 3F ℓ /16 , M f (C ) = 5 F ℓ / 32

Que pensez-vous de ce modèle, est-il satisfaisant ?


Modèle à 2 éléments.
Calculer la réponse statique, les efforts aux appuis et tracer le diagramme des efforts sur les
éléments. Justifier les résultats de ce modèle.
Réponse dynamique : Calcul des fréquences propres de la structure
Modèle à 1 élément fini
Modèle à deux éléments finis (vous pouvez utiliser Matlab ou Maple)
Comparer à la solution analytique :
EI EI EI
ω 1 = 15,42 , ω2 = 49,96 , ω3 = 104, 3
ρSℓ 4
ρSℓ 4
ρ S ℓ4
Les solutions analytiques des poutres sont données sur le site
Les exercices de cours sont corrigés sur le site, il faut chercher les réponses avant de consulter le corrigé.
Pour assimiler le cours il faut aussi traiter des exercices non corrigés.

Application aux portiques


Pour calculer les portiques nous devons utiliser un élément poutre tridimensionnel. Cet élément est
obtenu par superposition des trois modèles suivants :
• le modèle de traction,
La flexion se décompose en deux problèmes de flexion plane
• le modèle de torsion, dans les deux plans principaux de la section droite de la poutre.
• le modèle de flexion.

variables Caractéristiques mécaniques


Traction u ES , ρ S
Torsion θx GJ , ρ I avec G = E 2(1 + ν )
Flexion ( x , o, y ) v, θ z EI z , ρ S
Flexion ( x , o, z ) w,θ y EI y , ρ S

L'élément fini poutre tridimensionnel est un élément à deux noeuds et v


θx u
6 degrés de liberté par nœud. θy j
xe
ye e w
Les 12 degré de liberté sont définis sur la base locale de l'élément. zo
θz
{δ U e }T = < (u , v, w, θ x , θ y , θ z )i (u , v, w, θ x , θ y , θ z ) j > i
ze
bo yo
La matrice (12*12) du modèle tridimensionnel est obtenue par
superposition des quatre matrices élémentaires elle est donnée à titre xo
indicatif. :

72
MEF : Étude des portiques 73/76

Il est clair que nous ne manipulerons pas ces matrices manuellement, d'autant que pour effectuer
l'assemblage d'une structure portique il faut effectuer un changement de base pour exprimer toutes les
matrices élémentaires sur une base globale.
Il faut passer aux calculs numériques MEFlab, Cast3M ou Abaqus

Statique des portiques plans simples


Manuellement nous ne traiterons que le cas simple de portique plan ayant des éléments d’axe x ou y
pour éviter le changement de base, et souvent pour simplifier le modèle nous négligeons les déformations
dues à l'effort normal dans les éléments.
Matrice raideur élémentaire d'un modèle traction - flexion
α 0 0 −α 0 
0
 0 12 6ℓ 0 −12 
6ℓ
 
ES / ℓ S ℓ2 EI  0 6ℓ 4ℓ 2 −6 ℓ 2 ℓ 2 
On pose : α = 3
=
I
[ Ke ] = 3 −α 0 0 0
α 0 0 
EI / ℓ ℓ
 0 −12 −6ℓ 0 12 −6ℓ 
 
 0 6ℓ 2ℓ 2 0 −6ℓ 4ℓ 2  sur <ui ,vi ,θi ,u j ,v j ,θ j >

ES / ℓ S ℓ2
α= = Élancement de la poutre
EI / ℓ3 I
Pour α → ∞ on tend vers la solution obtenue en négligeant les déformations de traction
Pour un élément horizontal (orienté de i vers j suivant la direction des x) y
La base locale et la base globale correspondent, la matrice raideur est vi vj
θi θj u
celle donnée juste avant sur < ui , vi ,θi , u j , v j ,θ j > ui j

ℓ j x
i

73
MEF : Étude des portiques 74/76

Pour un élément horizontal (orienté de j vers i suivant la direction des y) y


vj
La base locale correspondra à la base globale, on retrouvera la même matrice θj
raideur : j uj
α 0 0 −α 0 0 
 0 12 6ℓ 0 −12 6ℓ 
 2  ℓ
[ Ke ] = 3 −0α 60ℓ 4ℓ0 α0 −06ℓ
EI 2ℓ 2 
ℓ 0  vi
 0 −12 −6ℓ 0 12 −6ℓ 
θi
  ui x
 0 6ℓ 2ℓ 0 −6 ℓ 4ℓ 2  sur i
2
<u j ,v j ,θ j ,ui ,vi ,θi >
Mais attention à l’ordre des variables élémentaires

Exemple Objectif : Déterminer la réponse statique de ce portique.


v2 Modèle à 2 éléments finis
θ2
F 2 u2 3 u3 Ce modèle est suffisant pour obtenir la solution exacte du problème. C’est un
ℓ modèle à 4 variables < u2 , v2 , θ 2 , u3 >
ℓ Il conduit à résoudre un système de 4 équations, pour simplifier ce modèle
nous allons négliger les déformations dues à l'effort normal dans les éléments.
1

v =0
θ2 Cette hypothèse permet d'écrire deux équations de liaison :  2
F u2 u2 u3 = u2
2 3

Le modèle ne comporte plus que 2 variables

Calculons directement les matrices élémentaires sur ces 2 variables.
1
EI 12 6ℓ 
Pour l’élément 1 (2-1) : [ K1 ] =  6ℓ 4ℓ 2 
ℓ3  
EI 0 0 
Pour l’élément 2 (2-3) : [ K 2 ] =
ℓ3 0 4ℓ 2 

 2 F ℓ3
u
 2 =
EI 12 6ℓ  u2   F 
D'où le système réduit des équations : 3  2
=
   ==> {U } = 
15 EI
ℓ 6ℓ 8ℓ  θ 2   0  θ = − 1 F ℓ
2

 2 10 EI
u θ u
C'est la solution exacte de la RDM

Allure de la déformée

Calcul des réactions

74
MEF : Étude des portiques 75/76

Élément 1 : (2-1)  12 6ℓ − 12 6ℓ  u   R21 


2    
EI  6ℓ 4 ℓ − 6ℓ 2 ℓ  θ   M 21 
2
M 21
   =  
2 ℓ 3 − 12 − 6ℓ 12 − 6ℓ 0   R11 
R21  6ℓ 2 ℓ − 6ℓ 4 ℓ  0   M 
2 2
   11 
M11
1 < R21 M 21 R11 M 11 >= F < 1 0,4 ℓ − 1 0,6ℓ >
R11

Élément 2 : (2-3)  12 6ℓ − 12 6ℓ   0   R22 


2    
EI  6ℓ 4 ℓ − 6ℓ 2 ℓ  θ   M 22 
2
R22 R32
  =
   
M 22 M 32 ℓ 3 − 12 − 6ℓ 12 − 6ℓ 0   R32 
 6ℓ 2 ℓ − 6ℓ 4 ℓ  0   M 
2 2

2 3    32 

< R22 M 22 R32 M 32 >= F < − 0,6 − 0,4ℓ 0,6 − 0,2 ℓ >
Ce modèle ne nous donne pas toutes les composantes d’effort car nous avons négligé les allongements
des éléments.
Pour calculer la composante verticale de l’effort au
0,6 F
noeud 1, nous pouvons écrire les équations d'équilibre F - 0,2 Fℓ
de la structure.

Efforts aux appuis


-F
0,6 Fℓ
- 0,6 F

Exercice 17 : Étude d’un portique


Objectifs : mise en œuvre de la méthode des éléments finis, changement de base, assemblage,
résolution, calcul des efforts aux appuis, calcul des contraintes dans les éléments, et calcul des
efforts aux nœuds internes.
Intéressons-nous à la réponse statique du portique plan représenté par la A
figure ci-contre. ℓ
On ne néglige pas l'effet de l'effort normal 3 DDL par nœuds ( u i , v i , θ i ). f

ES / ℓ yo
On posera α = 3
EI / ℓ
Modèle à 2 éléments. xo

Définissez vos vecteurs globaux : {U } { FI } (bilan inconnues – équations)


Déterminer la matrice raideur assemblée réduite.
le vecteur force généralisé associé à la pression linéique.
Pour α = 2
Déterminer la déformée statique (déplacements nodaux).
Calculer les efforts aux appuis, et vérifier les équations d’équilibre global de la structure.
Pour chaque élément calculer les efforts (contraintes) au point A et analysez les discontinuités.

75
MEF : Étude des portiques 76/76

Pensez-vous que votre modèle est satisfaisant ? (justifier votre réponse)


Proposer un modèle plus satisfaisant, pensez-vous pouvoir résoudre ce modèle à la main ?

Votre parcours pédagogique


Pour aller plus loin vous pouvez utiliser les supports pédagogiques proposés pour traiter numériquement
des structures portiques plus complexes avec au choix :
• Cast3M
• MEFlab (Matlab)
• Abaqus ou tout autre code EF industriel
Les aspects théoriques suivants peuvent aussi vous intéresser pour approfondir vos connaissances :
• Le flambement des poutres et des portiques
• La plasticité des poutres et des portiques (rotule plastique)
• Caractéristiques des poutres composites

76