Vous êtes sur la page 1sur 39

v7

Propriétés thermiques

11 de la matière.

Le transport de la chaleur.

Le corps noir.

Glace XII
La dilatation
Normalement, avec l'augmentation de T, l'agitation thermique repousse
les molécules qui vont se distancer un peu plus.
Dans un domaine de T où il n'y a pas de changement structurel
important (pas de fusion ou cristallisation ou réaction chimique), on
peut approximer le changement de dimension par une relation linéaire:
T δL = α L δT
L
α est le coefficient de
L+δL T+δT
dilatation linéaire (en K−1)

Pour un corps isotrope, α est


Al ( 20 °C) 2.30 10−5
le même dans toutes les
Al (527 °C) 3.35 10−5
directions.
diamant (20 °C) 1.00 10−6
acier (20 °C) 1.27 10−5

2
Le bimétal
On le trouve dans les thermostats, dans les "starters"
des lampes au néon....

Deux lames de métal avec des α différents sont collées ensemble.


contact électrique
acier

laiton

Si la T augmente, la différence en dilatation fait


courber la structure:

Le circuit est ouvert


La dilatation en surface
Pour un corps isotrope, α est le même dans toutes les
directions: δLi = α Li δT i=1,2,3 2 L1
3
1 S
L2
Pour une surface S = L1L2 on a:
S + δS = (L1 + δL1 )(L 2 + δL 2 ) = L1L 2 + L1δL 2 + L 2δL1 + δL1δL 2 ≈
≈ S + L1δL 2 + L 2δL1
on a négligé les termes d'ordre (δL)2
δS ≈ L1δL 2 + L 2δL1 = L1 (αL 2δT) + L 2 (αL1δT) =
€ = 2L1L 2αδT = 2SαδT
δS = 2α S δT
4

La dilatation en volume
Pour un corps isotrope, α est le même dans toutes les
directions: δLi = α Li δT i=1,2,3
3 2 L1
L3
1 V
L2
Pour un volume V = L1L2L3
si l'on néglige les termes d'ordre (δL)2 et (δL)3 :

δV = 3α V δT = β V δT

On trouve dans les tables le coefficient de dilatation


volumique β.
L'eau
Les molécules polaires de l'H2O ont un comportement
particulier (et important pour la vie aquatique, voir livre).
Le coefficient de dilatation volumique β est < 0 entre
0°C et 3,98°C.
La densité ρ augmente jusqu'à 3,98°C, puis elle diminue.

β (Κ−1) ρ (kg/m3)

103

T
−5 10−5 3,98 °C 998 T
3,98 20 °C
La chaleur spécifique
Si ΔT est l'accroissement de température de n moles
d'une substance à laquelle on a transféré une énergie
ΔQ, la chaleur spécifique molaire est donnée par:

1 ΔQ
C=
n ΔT
L'énergie peut être transférée sous forme de chaleur
et/ou de travail, donc plusieurs conditions expérimentales
de changement
€ de l'énergie interne peuvent se réaliser.
La chaleur spécifique .2
Si l'on fournit de l'énergie à volume V=cte, le travail est
nul, donc δU = δQ:

1 δQ 1 δU est la chaleur spécifique molaire à


Cv = =
n δT V= cte n δT V= cte volume constant

Il est souvent plus commode de travailler à pression P=cte:



1 δQ est la chaleur spécifique molaire à
CP =
n δT P= cte pression constante


La chaleur spécifique .3
Si M est la masse d'une mole, la chaleur spécifique c est liée
à la chaleur spécifique molaire C par

c = C/M

alors, pour une masse m qui reçoit δQ, δQ = m c δT

Al 0.898
Acier 0.447
cp de quelques Diamant 0.518
substances He 5.180
en [kJ kg−1 K−1] Eau 4.169
Glace 2.089
Vapeur 1.963
9
La chaleur spécifique .4

Le calorimètre
Pour mesurer la chaleur spécifique c d'une substance, on injecte
une quantité connue d'énergie δQ dans le calorimètre par une
serpentine. Si la cP du calorimètre vaut c', le changement de
température est donné par:
δQ = mcδT + m'c'δT
T
La valeur de m'c' = s peut
se déterminer à calorimètre
vide (m = 0).

1 # δQ & s
c = % (−
m $ δT ' m

isolation
€ 10
La chaleur spécifique .5

Le gaz parfait
Pour un gaz parfait monoatomique, l'énergie cinétique
moyenne vaut <K>= (3/2)kBT . L'énergie interne totale
pour n moles vaut U = nNA<K> = nNA (3/2)kBT.

A V = cte on a δU = δQ. Donc:


1 δQ 1 δU 1 3 1 3
CV = = = nN A k BδT = NA kB
n δT V= cte n δT n 2 δT 2

3 3 chaleur spécifique molaire à V=cte


C V = N Ak B = R
2 2 pour un gaz parfait monoatomique


La chaleur spécifique .6

Le gaz parfait
Pour un gaz parfait PV = nRT.
Si l'on travaille à P = cte, le travail qui provient du changement
de volume δV vaut: δW = PδV = nRδT.
Premier principe: δU = δQ − δW

δQ = δU + δW = δU + nRδT
1 δQ 1 δU + nRδT 1 δU 5
CP = = = + R = Cv + R = R
n δT P= cte n δT n δT 2

5 5 chaleur spécifique molaire à P=cte


C P = N Ak B = R
2 2 pour un gaz parfait monoatomique

Les changements de phase
Phases (à T croissant):
phase solide
phase liquide
phase gazeuse
plasma (atomique)
plasma de quarks et gluons
Le "plasma" est un gaz d'atomes ionisés et d'électrons.
Le plasma de quarks et gluons est ~ hypothétique.
Changement (transition) de phase: passage d'une phase
à une autre.
Un changement de phase intervient aussi dans d'autres
contextes, p. ex. entre deux états cristallins
(graphite↔diamant, états cristallin de la glace, ...)
Les changements de phase de l'eau

Glace XII

Glace IV
Les changements de phase de l'eau .2
L'état de phase dépend de la combinaison (P,T).
Le diagramme de phases de l'H2O, simplifié:
P (atm)
point critique
218
liquide ion

n
t
isa

fusio
p or
1 va

glace
vapeur
point
0.006
triple
sublimation

0 100 374 T (°C)


273.15 273.16
15
Les changements de phase de l'eau .4
Si l'on suit la trajectoire ABC, on passe à travers les trois
phases. La sublimation a lieu à faible pression (DF).
Au-delà du point critique, il n'y a plus de différence liquide-vapeur.

P (atm)
218 point
critique
n tion
A fusio B isa C
p or
va
liquide
1

glace vapeur
point
D triple F
sublimation

0 100 374 T (°C)


Les changements de phase de l'eau .3

1 atm
Diagramme pour l'He
Diagramme pour le CO2
Energie dans les changements de phase
Dans un changement de phase, une certaine quantité d'énergie
est transférée:
chaleur latente de fusion transition solide → liquide
chaleur latente de vaporisation transition liquide → vapeur
Si l'on fournit de la chaleur à un morceau de glace, à pression
constante (à 1 atm), on observe le comportement suivant
T °C
la vapeur se chauffe
100 ébullition

l'eau se chauffe
0 la glace liquéfie
la glace se chauffe
temps, ou énergie absorbée
20
Energie dans les changements de phase .2
T

E absorbée
m L1 m L2

Sur les deux paliers, la substance absorbe de l'énergie


à T=cte. L'énergie est toute utilisée pour effectuer les
changements structurels, ce qui fait que T est stabilisée.
L = chaleur latente m = masse
Chaleur à fournir lors de la transition ΔQ = m L

Lors de la transition inverse (ex.: eau->glace), la chaleur


est cédée à l'extérieur.
21
Energie dans les changements de phase .3

fusion °C Lfusion ébullition °C Lvap


Azote −210 25.5 −196 201
Eau 0 333 100 2255
Or 1063 64 2660 1580
à P = 1 atm

L = chaleur latente en kJ/kg.

Chaleur à fournir lors de la transition ΔQ = m L.

Ex: pour faire fondre 1 kg de glace, il faut 333 kJ.


Energie dans les changements de phase .4
(exemple 12.7)

Pot de thé 0.6 kg à 50°C.


On refroidit avec 0.4 kg de glace à 0°C. Quelle est la T finale?

ΔQ pour fondre 0.4 kg de glace: ΔQ =mLfusion=333x0.4=133 kJ

Le thé en refroidissant → 0°C peut céder à la glace la chaleur


ΔQthè= m Cp ΔT = (0.6 kg)(4.2 kJ kg−1 K−1)(50-0 K)=126 kJ

Donc il n'y a pas assez de chaleur pour fondre toute la glace


et la T finale sera de 0 °C.

La quantité de glace fondue vaut:


mfondu = ΔQthè/Lfusion =126/333 = 0.378 kg
Le transport de la chaleur

par conduction: à travers une substance qui reste en place

par convection: des parties chaudes de la substance bougent,


c. à. d. on a un mouvement collectif

par radiation: à travers les ondes électromagnétiques (e.m.)


La conduction de la chaleur

T2 T1
Barre de section A et longueur L lie deux réservoirs à
température T2>T1. La chaleur "coule" donc du réservoir
à T2 à celui à T1.
On trouve cette expression pour le flux de chaleur ΔQ/Δt

ΔQ ΔT
H≡ = κA
Δt L
κ est la conductivité thermique [W m−1 K−1]
ΔT/L est le gradient de température [K/m]

La conduction de la chaleur .2
ΔQ ΔT
H≡ = κA
Δt L
Dans des cas réels, la conductivité thermique κ peut aussi
dépendre de la température. La géométrie peut aussi
modifier
€ les résultats.
κ (W m−1 K −1)
Ag 420
4 ordres de grandeur Cu 400
Al 240
Les bons conducteurs d'électricité Glace 1.7
sont normalement des bons Eau 0.59
conducteurs de chaleur. Bois 0.08
Laine 0.04
Air 0.024
La conduction de la chaleur .3
Tuyau en Cu, de L=2 m de long, R= section 0.02 m,
paroi de d=0.004 m.
Il contient de l'eau à 80°C. T ambiante de 15°C.
Calculer la chaleur transférée à l'extérieur.
Supposons la T externe du tube de 15°C.
La surface de contact entre les deux "réservoirs"
de chaleur est la surface du cylindre.
Approximativement A = L 2πR = 0.25 m2
ΔT
H = κA
L
= (400 Wm-1K-1)(0.25 m2)(65 K)/(0.004 m) = 2MW
Cela n'est pas possible: l'air ne peut pas évacuer cette
puissance
€ et la paroi externe est aussi pratiquement à 80°C.
Donc le gradient ΔT/L est proche de zéro.
27
La conduction de la chaleur .4
Transport par convection
Dans les liquides et gaz, le transport de la chaleur se fait
surtout par convection, c. à d. par le mouvement collectif
de parties du fluide.
Ex.: l'air chaud monte près de la source de chaleur;
en s'éloignant, elle se refroidit et elle redescend.
La modélisation est très difficile.
Approximativement:
T1 H = q A ΔT

A est la surface de la région


à température T2 et T1 la température
“ambiante". q est la constante de
convection.
q(air) ~ 1-10 W m−2 K−1
T2
La conduction de la chaleur .5 

Exemple du tuyau...
Tuyau en Cu, de L=2 m de long, R= section 0.20 m,
parois de d=0.004 m.
Il contient de l'eau à 80°C. T ambiante de 15°C.
Calculer la chaleur transférée à l'extérieur.

Le transfert de chaleur est dominé par la convection de l'air


qui forme une couche autour du tuyau.

Dissipation max = q A ΔT = (10 W m−2 K−1)(0.25 m2)(65 K)


= 160 W

N.B.: on verra que la perte par radiation est comparable.


Le rayonnement électromagnétique
Les ondes e.m. connues s'étendent sur un domaine de fréquence
entre 0 et >1023 Hz.

Radio 0 1012 Hz
IR 1012 1014
Visible 1014 1015
UV 1015 1017
X 1015 1017
gamma 1017 -

Dans le vide, la vitesse vaut c = 299 792 458 m/s


L'IR-visible se situe dans une région de longueur d'onde
λ = c/ν = 10-7 à 10-4 m ( vert: ~500 nm)
Le rayonnement du "corps noir"
Un corps chaud émet de l'énergie sous forme de rayonnement
électromagnétique.

Les spectroscopistes du XIX siècle ont étudié en détail l'émission


des corps en fonction de la température.
On observe que plus le corps est chaud, plus le spectre est décalé
vers les fréquences élevées (petites longueur d'onde).

Dans la nuit, un corps à 20 °C émet dans le IR uniquement, il


est invisible à l'oeil (humain).
A 800 °C il est rouge.
A 3000 °C il est "blanc" car il émet sur tout le visible de façon
assez uniforme.
Le rayonnement .2
La loi de Wien donne la position de la longueur d'onde
la plus intense:

λmax = B/T B=2.898 10−3 m K

T =300 K:
λmax = 10-5 m
= 104 nm
T =7000 K:
λmax = 428 nm

La T de la surface
du soleil est
d'environ 6000K
32
Le rayonnement .3

La surface de chaque
courbe est proportionnelle
à l'énergie émise par unité
de surface par la source.
La loi de Stefan donne
la puissance e.m. émise
par une surface A à
la température T:

H = e σ A T4
σ= 5.67 10 −8 W m−2 K −4 est la constante de Stefan
e est l'émissivité du corps e<1. e=1 est le "corps noir"
Le rayonnement .4
La loi de Stefan H = e σ A T4 semble indiquer que le
corps va se refroidir jusqu'à T = 0.
En réalité un corps absorbe aussi du rayonnement et
To
il se met en équilibre avec l'environnement.
T
Considérons un objet à la température T dans
une cavité à température To. P. ex. To< T.
Les parois de la cavité émettent un flux d'énergie H(To).
Cette radiation est interceptée par la surface du corps,
qui en absorbe une certaine fraction, le restant étant réfléchi ou
diffusé. De même, l'objet émet un flux d'énergie H(T),
qui arrive sur les parois. Cela continue jusqu'à ce que la puissance
émise et absorbée par l'objet soit la même. Cela arrive quand
les températures sont identiques.
Le rayonnement .5
Si un corps est irradié uniformément par de la radiation
à température T, la surface A du corps va absorber
la puissance
H(absorbée) = a A σT4
En général a<1.
a est le coefficient d'absorption
Dans le cas d'un corps
réfléchissant,
T a est proche de zéro.

A
Le rayonnement .6

Les corps qui ont une valeur d'émissivité élevée sont aussi des
bons absorbeurs. Le corps noir est celui qui absorbe 100%
de la radiation qui lui tombe dessus, a = e = 1 .
Dans l'obscurité, un "corps noir" à T=20 °C est noir ! car il émet
seulement dans l'infrarouge. Il devient visible si sa T lui permet
d'émettre dans le rouge.

Une approximation de corps noir est une cavité avec un petit


trou. Le petit trou est le corps noir, car le rayonnement qui tombe
dedans est piégé:

La température de la
paroi est la T du corps noir

36
Le rayonnement .7 Exemple
on pose pour la peau e ≈ 1 et une
T1 = 29 °C = 302 K surface A de 1.5 m2
rayonnement: Hémission = AσT24
= 1 × 5.67 10-8 × 1.5 × 3064 = 746 W

De même, l'absorption du
rayonnement émis par la paroi et
capturé par la peau de surface A
peau: T2 = 33°C = 306 K vaut Habsorbtion= AσT14 = 707 W
on a aussi posé a ≈ 1

Donc la puissance rayonnée par la peau est de quelques Watts.


Le rayonnement .8
L'étude de l'émission du corps noir a été un moment très important
dans le développement de la pensée physique, avec des conséquences
culturelles, sociales et économiques sans précédent. L'impact est
comparable à la maîtrise du feu, l'invention de la roue, la révolution
copernicienne ou la découverte des ondes radio et de la pénicilline.

Le problème avait été minimisé comme une "question de détail",


vers la fin de 1800. Deux modèles pour l'émission existaient:
celui de Rayleigh et Jeans était satisfaisant à grandes longueur d'onde,
et celui de Wien, valable à longueur d'onde petite.
Le 14 XII 1900, Max Planck expose sa théorie de la radiation à la
Société de Physique de Berlin. Pris par le "désespoir", il introduit
des oscillateurs d'énergie quantifiée: c'est la naissance de la Théorie
Quantique. 50 ans après, on aura le premier transistor et le laser.
La radiation de fond cosmique
Dans les années 1940, G. Gamow et al. étudièrent les conséquences
observables du modèle du Big Bang. La boule de feu initiale se
refroidit et on s'attendait à observer un spectre thermique
correspondant à une T de l'ordre de quelques degrés K.
En 1964, A.A. Penzias et R.W.Wilson observent une radiation
qui correspond à un corps noir de 2.728 K.
Q.: Montrer que le max d'émissivité se trouve dans les ondes radio avec λ de quelques mm

Le satellite COBE (Cosmic Background Explorer)


et d'autres ont étudié cette
émission qui est très uniforme ( δT/T ≈10−5 ) distribution de δT,
coordonnées galactiques