Vous êtes sur la page 1sur 91

AUDIT, CAC

Séquence 1

M2 CCA
Casablanca, Novembre 2014

EL FARRAI Wadie
Expert Comptable, Manager Audit & Conseil
1
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73

2
1. PRÉAMBULE

Exemple illustratif des conséquences de la manipulation de l’information comptable

Enron fut l'une des plus grandes entreprises américaines par sa


capitalisation boursière. Outre ses activités propres dans le gaz
naturel, cette société texane avait monté un système de courtage par lequel
elle achetait et revendait de l'électricité.
En décembre 2001, elle fit faillite en raison des pertes occasionnées par ses
opérations spéculatives sur le marché de l'électricité, qui avaient été
maquillées en bénéfices via des manipulations comptables. Cette faillite
entraîna dans son sillage celle d'Arthur Andersen, qui auditait ses comptes.

3
1. PRÉAMBULE

Utilité de l’information comptable

La comptabilité a été définie comme « un système d’information, qui


fournit des données chiffrées en bon ordre afin de,
– décrire a posteriori une situation ou une évolution pour éclairer des
prévisions.
– rapprocher les prévisions des réalisations et
– faciliter la prise de décisions de la part des parties intéressées »
(Sylvain, 1982).

La comptabilité devrait donc servir : d’une part comme moyen de reddition


des comptes et, de l’autre, en tant qu’aide à la prise de décisions économiques.

4
1. PRÉAMBULE

Caractéristiques qualitatives de l’information comptable

Pour répondre aux critères qualitatifs, une information comptable doit être :
– intelligible : qu’elle soit compréhensible pour les utilisateurs
(explicite, claire, concise et à la portée des utilisateurs)
– pertinente : l’information comptable est pertinente dans la mesure où
elle favorise la prise de décisions économiques en aidant les utilisateurs
• soit à évaluer les événements passés, présents ou futurs
• soit à confirmer ou corriger leurs évaluations antérieures.
– fiable : Une information est fiable lorsqu’elle est impartiale et digne de
confiance
– comparable : L’information comptable doit permettre des
comparaisons dans le temps et l’espace.

5
1. PRÉAMBULE

Importance des états financiers en tant que source essentielle d’information

Les états financiers représentent la plus importante source d’information


mise à la disposition des utilisateurs pour prendre leurs décisions.
Et en l’absence de diversité de sources, il faudrait assurer à cette source
essentielle la crédibilité nécessaire pour servir de base à la prise de décision
des utilisateurs.

6
1. PRÉAMBULE

Constatation:

Même si la responsabilité de la garantie de la fiabilité de l’information


financière incombe principalement à l’organe de gestion, l’audit est également
considéré comme « garant » de la bonne qualité de l'information financière.

7
1. PRÉAMBULE

L’audit: Définition

« L’audit est défini comme un ensemble de techniques d’informations et


d’évaluation mises en œuvre au sein d’une démarche cohérente par un
professionnel afin de porter un jugement par référence à des normes et
formuler une opinion sur une procédure ou les modalités de réalisation
d’une opération ». J. Raffegeau

8
1. PRÉAMBULE

L’audit: Typologie

Classement selon le statut de l’auditeur

• Audit légal ou commissariat aux comptes

L’audit légal, qui est le commissariat aux comptes, est rendu obligatoire au
Maroc par le dahir du 11 août 1922.
Les missions d’un commissaire aux comptes peuvent se résumer comme
suit :
– Certification proprement dite : les commissaires aux comptes certifient
que les comptes annuels sont réguliers, et donnent une image fidèle du
résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que la situation
financière et du patrimoine de la société à la fin de cet exercice ;
– Contrôle de légalité : les commissaires aux comptes signalent à
l’assemblée générale les irrégularités et inexactitudes relevées par eux au
cours de leur mission ainsi que les infractions dont ils ont eu
connaissance ;

9
1. PRÉAMBULE

L’audit: Typologie

Classement selon le statut de l’auditeur

Audit contractuel
La révision légale des comptes n’est obligatoire que pour certaines
entreprises, or, toute entreprise a la faculté si elle le veut de s’adresser à un agent
externe pour que celui-ci révise ses comptes ou audite sa situation. On parle
donc d’audit contractuel.

Si l’audit légal est un audit comptable, l’audit contractuel peut être de nature
différente selon l’objectif des dirigeants.

10
1. PRÉAMBULE

L’audit: Typologie

Classement selon le domaine d’application

La notion d’« audit » connaît depuis quelques années une ferveur croissante et le
terme s’est progressivement vu appliqué à toute une série de domaines. À titre
d’exemple, nous verrons dans ce qui suit les quatre types d’audit suivant:

• Audit opérationnel
• Audit stratégique
• Audit de la performance
• Audit comptable et financier

11
1. PRÉAMBULE

L’audit: Typologie

L’audit opérationnel

Beaucoup d’auditeurs ont cherché, à étendre les travaux d’évaluation à


l’ensemble des fonctions d’exploitation à l’intérieur de l’entreprise y
compris les ventes, les secteurs de fabrication, de production… etc. D’où
l’apparition de l’audit opérationnel ou audit des opérations.
L’un des objectifs fondamentaux de l’audit opérationnel est d’aider tous
les centres de décisions de l’entreprise et de les soulager de leurs
responsabilités en leur fournissant des analyses objectives, des
appréciations, des recommandations et des commentaires utiles au sujet
des activités examinées. En effet, il s’étend à toutes les fonctions de
l’entreprise.

12
1. PRÉAMBULE

L’audit: Typologie

L’audit stratégique

L’audit stratégique est une pratique qui consiste à identifier les risques
associés aux objectifs et aux grandes orientations stratégiques définies par
l’organisation, dans le but d’évaluer la conformité ou la cohérence
d’ensemble entre ce qui avait été dit et ce qui est fait, on parle alors de
norme de performance dans l’entreprise.
Il consiste à apprécier la pertinence et l’efficacité des choix stratégiques de
l’entreprise.

L’objectif est celui d’apporter des réponses à des questions qui portent sur
l’appréciation de la cohérence entre stratégie, moyens utilisés et résultat
atteint.

13
1. PRÉAMBULE

L’audit: Typologie

L’audit de la performance

L’audit des performances est une notion relativement neuve, née de la


volonté de dépasser les objectifs étroits des audits financiers et
opérationnels.
Pour H. Morse : « l’audit de performances est celui de l’économie, de
l’efficacité et de l’efficience d’une fonction ou d’une organisation. Il propose
de partir de critères de performances existants et définis par l’entreprise elle
même d’en juger la pertinence et si nécessaire des critères plus opératoires ».
L’audit de performance sert à examiner la pertinence des organisations et
des méthodes, l’adéquation des moyens mis en œuvre par rapport aux
objectifs fixés, et la rigueur de la gestion et la qualité du management.

14
1. PRÉAMBULE

L’audit: Typologie

Le point commun à tous ces « audits » est la vérification du respect de normes


ou de critères spécifiques à chaque domaine définis dont une démarche critique
d’évaluation doit s’assurer de la correcte mise en œuvre.

Il s’agit pour chaque type de la même démarche générale avec des spécifications
par rapport aux normes qui régissent chaque domaines.

15
1. PRÉAMBULE

L’audit: Typologie

L’audit financier

L’audit financier est un ensemble de travaux menés, selon une démarche, par
un professionnel compétent et indépendant, conformément aux normes
professionnelles, afin de collecter des éléments probants, conduisant à
l’expression d’une opinion motivée sur la régularité et la sincérité
d’informations financières.

16
1. PRÉAMBULE

Audit Financier

• Démarche :  L’audit n’est pas mené d’une


manière subjective selon le «
vouloir» et la disponibilité du
professionnel, mais selon une
démarche précise conformément
à des normes professionnelles

 La mission d’audit ne peut pas


• Professionnel compétent et être menée par n’importe quelle
personne, mais par un
indépendant : professionnel (l’auditeur) qui doit
être compétent (D.E.C) et
indépendant

17
1. PRÉAMBULE

Audit Financier

• Des éléments probants:  Les éléments probants sont constitués


par l’ensemble des éléments de
preuve collectés et évalués par
l’auditeur

 Le processus d’audit s’achève par


• Opinion motivée : la rédaction d’un rapport dans
lequel l’auditeur exprime une
opinion sur le degré de
concordance de l’information
financière présentée avec le
référentiel

18
1. PRÉAMBULE

Avantages de l’audit pour les entreprises auditées

 Les prêteurs demanderaient moins de garanties et accepteraient des


taux d’intérêt plus bas s’ils prêtaient à une société dont les états
financiers sont audités.
Parce que les états financiers audités présentent un niveau de risque très faible.

 L’audit permet d’inscrire et de maintenir les titres des sociétés


émettrices à la côte permanente du marché financier
Il s’agit d’une obligation pour les sociétés cotées en bourse

19
1. PRÉAMBULE

Avantages de l’audit pour les entreprises auditées

 L’audit permet d’accroître la crédibilité de l’entreprise vis-à-vis des


tiers.
Les fournisseurs accepteraient plus facilement de vendre â crédit â une entreprise
transparente qui présente et publie des étais financiers audités.

 Les entreprises auditées devraient faire l’objet de moins en moins de


contrôle et de redressement fiscal.
Les états financiers non audités devraient être une population cible sujette à plus de
risque poux l’administration fiscale

 L’audit permet d’améliorer l’efficience (le rendement) et l’honnêteté


des employés
Parce qu’ils se sentent contrôlés et donc, ils commettent moins d’erreurs
intentionnelles ou fortuites.

20
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73

21
2. CADRE RÉGLEMENTAIRE

La nomination d’un commissaire aux comptes peut se faire des 3 manières suivantes

Désignation dans les statuts

Nomination du Décision de l’assemblée constitutive ou de


Commissaire aux l’organe compétent
comptes

Décision de justice en cas de carence ou de


récusation

22
2. CADRE RÉGLEMENTAIRE

• À la constitution, le CAC est élu par l’assemblée constitutive, quand la société


fait un appel public à l'épargne, dans les autres cas, le CAC est désigné par les
statuts.
• Pendant la vie sociale, le CAC est nommé par l'AGO (assemblée générale
ordinaire) ou par décision judiciaire, à la demande de tout actionnaire, si
l’assemblée omet d’élire un commissaire.
• Les CAC sont nommés pour une durée de trois exercices (renouvelable
une seule fois pour les SAPE). Le mandat, reconductible, cesse soit à
l’expiration de la durée, soit avant terme, dans deux hypothèses :

Révocation pour juste motif, par l'AGO ou en justice (non-


exécution de la mission, divulgation de secret sur l'entité, immixtion
dans la gestion, empêchement par longue maladie…),

Démission pour juste motif : maladie, litige grave avec


l’entité, après notification à l'entité.

23
2. CADRE RÉGLEMENTAIRE

• Les sociétés anonymes et sociétés en commandite par actions sont soumises


au contrôle légal, quelle que soit leur taille (loi du 1er mars 1984).

• Depuis la loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008 et à compter


du 1er janvier 2009, la nomination d’un CAC n'est plus obligatoire dans les
sociétés en nom collectif, les sociétés en commandite simple et les sociétés à
responsabilité qui ne dépassent pas 2 des 3 seuils fixés par l'article L8230-12-1 du
code de commerce et décret 2009-234 du 29 février 2009 :

Total du bilan : 1 550 000 €


Chiffre d'Affaires Hors Taxes : 3 100 000 €
Nombre de salariés : 50

Pour les sociétés par actions simplifiées les seuils sont les suivants :

Total du bilan : 1 000 000 €


Chiffre d'Affaires Hors Taxes : 2 000 000 €
Nombre de salariés : 20

24
2. CADRE RÉGLEMENTAIRE

Société à responsabilité limitée et la société en nom collectif.

La société à responsabilité limitée (SARL) et la société en nom collectif


(SNC) doivent désigner, au moins, un commissaire aux comptes dans le
cas où leur chiffre d’affaires, à la clôture d’un exercice social, dépasse le
montant de cinquante millions de dirhams (hors taxes).

Même si ce seuil n’est pas atteint, la nomination d’un commissaire aux


comptes peut être demandée au président du tribunal, dans le cas d’une
SARL, par un ou plusieurs associés représentant au moins le quart du
capital, et par un associé dans le cas d’une SNC.

25
2. CADRE RÉGLEMENTAIRE

Société anonyme et société en commandite par actions.

Les sociétés anonymes (SA) et les sociétés en commandite par actions (SCA) sont
obligées, en vertu de la loi, de nommer au moins un commissaire aux comptes
([1]), à cet égard elles sont appelées à respecter un certain nombre de dispositions.

([1]) L’article 159 de la loi n° 17-95 relative à la SA et l’article 34 de la loi 5-96 sur la SCA.

26
2. CADRE RÉGLEMENTAIRE

Les établissements financiers

La loi sur la SA (articles 159) et la loi relative à l'exercice de l'activité des


établissements de crédit et de leur contrôle ([1]) introduit l’obligation de contrôle
et de certification des états de synthèse annuels et semestriels des établissements
de crédit (sociétés de banque, de crédit, d’investissement, de capitalisation et
d'épargne par deux commissaires aux comptes).

([1]) L’article 159 de la loi n° 17-95 relative à la SA et l’article 34 de la loi 5-96 sur la SCA.

27
2. CADRE RÉGLEMENTAIRE

les sociétés d’assurance.

Les sociétés d’assurance sont obligées, en vertu de La loi sur la SA (articles 159)
et le code des assurances, de contrôler et certifier leurs états de synthèse par deux
commissaires aux comptes, qui doivent être désignés, pour la première année, par
l’assemblée générale constitutive ([2]).

([2]) Article 182 et 245 de la loi n° 17-99 portant code des assurances.

28
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29
• Généralité 29
• Code d'éthique 37

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73

29
3. CADRE NORMATIF
> GÉNÉRALITÉ

L’audit est régi par des normes ayant trait aux qualités requises de
l’auditeur à l’exécution de sa mission et à la préparation de ses
rapports. Il peut s’agir de normes nationales ou internationales.

L’auditeur est donc astreint professionnellement à un référentiel d’audit qui


se compose généralement de normes techniques et d’éthiques (de
moralité).

30
3. CADRE NORMATIF
> GÉNÉRALITÉ

Le manuel des normes d’audit légal et contractuel élaboré par l’Ordre des
Experts Comptables Marocains constitue le référentiel en la matière.

Ce document expose clairement un ensemble de règles professionnelles propres à


garantir le bon exercice de la mission. Ces règles permettant de trouver les
critères d’appréciation nécessaires, dans une doctrine émanant de l’organisation
professionnelle seule habilitée, selon la loi réglementant la Profession, à l’édicter.

31
3. CADRE NORMATIF
> GÉNÉRALITÉ

L’organe normalisateur est l’IAASB (the International Auditing and Assurance


Standards Board (IAASB) est le conseil des normes internationales d’audit et
d’assurance (IAASB).

C’est un organisme de normalisation indépendant qui sert l'intérêt général en


établissant des normes internationales de haute qualité, entre autres, en matière
d'audit.

32
3. CADRE NORMATIF
> GÉNÉRALITÉ

Nous présentons dans ce qui suit les principales normes classées par nature. Ainsi
on trouvera :

•Les normes relatives au comportement professionnel ;


•Les normes de travail ;
•Les normes de rapports.

33
3. CADRE NORMATIF
> GÉNÉRALITÉ

Normes relatives au comportement professionnel:

Elles sont au nombre de cinq et portent sur la compétence et l’indépendance de


l’auditeur, sa qualité de travail, le secret professionnel et les conditions
d’acceptation et du maintien des missions.

Norme de compétence
Norme d’indépendance
Norme de qualité du travail
Norme du secret professionnel
Norme d’acceptation et de maintien des missions

34
3. CADRE NORMATIF
> GÉNÉRALITÉ

Normes de travail:

Les normes de travail dans les missions d’audit légal et contractuel sont
principalement de deux types :

• Normes de certification : Elles permettent au CAC de fonder son opinion sur


la régularité, la sincérité et l’image fidèle que donnent les états de synthèse.

• Normes des vérifications spécifiques : Elles portent sur le respect de certaines


dispositions légales et sur des informations diverses énumérées par la loi.

35
3. CADRE NORMATIF
> GÉNÉRALITÉ

Normes de rapport:

Dans le cadre de sa mission générale le commissaire aux comptes est amené, de


par la loi, à établir divers rapports, on citera principalement :

•Rapport général sur les comptes annuels et, le cas échéant, rapport sur les
comptes consolidés ;
•Rapport spécial sur les conventions réglementées ;

36
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29
• Généralité 29
• Code d'éthique 37

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73

37
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

REGLES D’ETHIQUE!!!

38
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Conformément au code de l’IFAC, les auditeurs doivent veiller au respect par leur
personnel des principes fondamentaux d’éthique professionnelle

Comportement
professionnel

Objectivité
Compétences
Confidentialité professionnelles

39
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Indépendance

« Etre et paraître indépendant »

L’indépendance est d’être dans une situation qui n’est affectée par aucun
évènement qui pourrait influencer un collaborateur pour porter un
jugement professionnel et objectif.

Exemples de situations pouvant affecter l’indépendance (code IFAC):

• Intérêts financiers
• Liens familiaux et personnels
• Occupation d’un emploi chez un client d’audit
• Honoraires
• Dons & libéralités
• Réalisation de mission de conseil à des clients d’audit
• Litiges en cours ou probables
• Etc

40
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Indépendance: Quelles mesures à prendre?

Restrictions liées aux intérêts financiers

Personnes non autorisées à avoir un intérêt financier direct ou indirect dans une société
globalement restreinte :

Les associés du cabinet


Le cabinet et ses parties liées
Membres de l’équipe d’audit de la société restreinte ou d’une filiale significative

41
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Indépendance
Le code déontologique prévoit certaines mesure de sauvegarde permettant de
garantir l’indépendance du CAC quand à l’exercice de sa mission de contrôle des
comptes. Dans l’Article10 des interdictions sont énumérés. Différentes
situations pouvant mettre le CAC en situation d’incompatibilité.

Art. 10: « Il est interdit au commissaire aux comptes de fournir à la personne ou


à l'entité dont il certifie les comptes, ou aux personnes ou entités qui la
contrôlent ou qui sont contrôlées par elle…tout conseil ou toute prestation de
services n'entrant pas dans les diligences directement liées à la mission de
commissaire aux comptes… »

42
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions S1: Prestation de nature à le mettre dans la


prévues par l’art position d'avoir à se prononcer dans sa
10 mission de certification sur des
documents, des évaluations ou des prises
de position qu'il aurait contribué à
élaborer

43
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions S2: Réalisation de tout acte de gestion ou


prévues par l’art d'administration, directement ou par
10 substitution aux dirigeants

44
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S3: Recrutement de personnel
10

45
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S4: Rédaction des actes ou à la tenue du
10 secrétariat juridique

46
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S5: Maniement ou séquestre de fonds
10

47
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S6: Tenue de la comptabilité, à la
10 préparation et à l'établissement des
comptes, à l'élaboration d'une information
ou d'une communication financières

48
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S7: mission de commissariat aux apports
10 et à la fusion

49
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S8: Mise en place des mesures de
10 contrôle interne

50
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S9: Evaluations, actuarielles ou
10 non, d'éléments destinés à faire partie des
comptes ou de l'information financière, en
dehors de sa mission légale

51
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S10: Participation, à toute prise de
10 décision, dans le cadre de missions de
conception ou de mise en place de
systèmes d'information financière

52
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S11: Fourniture de toute prestation de
10 service, notamment de conseil en matière
juridique, financière, fiscale ou relative aux
modalités de financement ;

53
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S12: Prise en charge, même
10 partielle, d'une prestation d'externalisation;

54
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S13: Défense des intérêts des dirigeants ou
10 à toute action pour leur compte dans le
cadre de la négociation ou de la recherche
de partenaires pour des opérations sur le
capital ou de recherche de financement ;

55
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
S14: Représentation des personnes
10 mentionnées à l'alinéa premier et de leurs
dirigeants devant toute juridiction, ou à
toute mission d'expertise dans un
contentieux dans lequel ces personnes
seraient impliquées.

56
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Interdictions
prévues par l’art
Autre situation:
10 Liens financiers;
Liens familiaux et personnels;
Importance des honoraires;
Dons et hospitalité.

57
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Objectivité et intégrité

L’auditeur a l’obligation de garder un esprit intègre et objectif dans


la réalisation de ses missions

 Franchise et Honnêteté dans les relations professionnelles


 N’avoir pas occupé de fonctions chez des clients
 N’avoir pas de relations intimes avec des personnes influentes
chez le client
 Remonter toutes les informations en sa possession après s’être
assuré de sa véracité, et sa pertinence
 Ne pas omettre de remonter une information importante
 N’accepter aucun cadeau ou avantage qui mettrait en cause son
indépendance
 Etc

58
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Compétence et diligences professionnelles

 Maintenir les connaissances et les compétences professionnelles au


niveau requis
 Agir de façon diligente en conformité avec les normes techniques et
professionnelles en vigueur

Exemples de mesures prises par les cabinets:


• Formation professionnelle continue dispensée aux collaborateurs
• Encouragement à l’obtention de certificats auprès d’organismes
externes
• Mise en place d’un processus d’évaluation des collaborateurs
• etc

59
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Secret professionnel

Les auditeurs sont sensibilisés quant aux points ci-après :

 Discuter des affaires d’un client avec des tiers ou dans les lieux publics
 Ne pas laisser des dossiers ou des documents d’un client ou un ordinateur personnel
dans une voiture inoccupée
 Ne pas transmettre des données sur un client par n’importe quel moyen de
communication et sans s’assurer de l’identité du destinataire, de ses coordonnées et de
son habilitation à recevoir ces données
 Ne pas transmettre des données d’un client par les moyens de communication d’un
autre client

60
3. CADRE NORMATIF
> CODE D'ÉTHIQUE

Secret professionnel

 Ne pas imprimer des documents sans s’assurer de leur récupération et exploitation


immédiate
 Veiller à la protection du matériel informatique, des logiciels et des données connexes
et de les protéger contre le vol et la corruption des données
 L’interdiction de communiquer des renseignements obtenus courant la réalisation d’une
mission sur les clients, et ce même après la fin de la mission

Attention particulière à
! accorder aux sociétés cotées

61
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73

62
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

Procédures et politiques en matière d’Acceptation/Maintien des missions

Pourquoi?

Les politiques et procédures pour l'acceptation et le maintien des


missions sont destinées à obtenir l'assurance raisonnable que
l’auditeur n’acceptera ou ne poursuivra de mission que si :

il a pris en considération "l'intégrité" de l’entité et qu‘il n'a


pas connaissance d'informations qui le conduiraient à douter
de celle-ci

il possède la compétence requise pour effectuer la


mission, les capacités, les disponibilités en temps et les
ressources nécessaires

il peut se conformer aux règles déontologiques

63
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

Procédures et politiques en matière d’Acceptation/Maintien des missions

A ne pas faire!

La nécessité d’obtenir de nouveaux mandats


est évidente, mais pas à n’importe quel prix!

Consultations informelles auprès de prospects: Aucun conseil ne doit être donné


par courrier électronique ou par téléphone.

Acceptation de délais déraisonnables: Des délais d'intervention déraisonnables ne


nous permettant pas d'accomplir la mission conformément aux textes législatifs et
règlementaires doivent nous conduire à refuser celle-ci.

64
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

Acceptation d’un nouveau client

Point d’attention: Il y a davantage de risque à travailler avec un nouveau client qu’à


poursuivre avec un client avec lequel une relation est déjà établie.

Pourquoi?

Les procédures d’acceptation et de maintien de mission sont conçues pour constituer des
éléments de sauvegarde appropriées pour éviter le risque d’accepter des clients à
réputation douteuse, susceptible de nuire à notre réputation.

Quand?

Les travaux relatifs à l’acceptation d’un nouveau client sont effectués et matérialisés selon
les modalités décrites avant l’émission de la lettre de mission et avant que des
travaux ne soient engagés sur le dossier.

65
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

Procédures et politiques en matière d’Acceptation/Maintien des missions

Quelles sont ces procédures?

S’assurer de son indépendance;

S’assurer de sa compétence pour mener à bien la mission


proposée;

Recueillir des informations de base de source interne et


externe à la Société.

Avoir une première appréciation de l’intégrité morale des


managers

Identification des circonstances spéciales et des risques


inhabituels

Détermination de la capacité à appliquer les diligences


normales

66
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

Acceptation d’un nouveau client, points de vigilance…

Règles d’éthique

– Préalablement à l'acceptation d'une mission de commissariat aux comptes, les éléments


susceptibles d'indiquer que l'acceptation du mandat pourrait porter atteinte à notre
indépendance ou aux principes fondamentaux de comportement doivent être examinés.

– Les éléments sont notamment l'implication du client potentiel dans des activités
illicites (notamment les activités de blanchiment d'argent), le manque d'intégrité ou
des pratiques comptables discutables.

– Le respect de l’indépendance repose également sur l’indépendance financière du


cabinet par rapport à un client. Il est considéré, sauf à apporter des éléments
contraires, que l’indépendance est susceptible d’être mise en cause lorsque les
honoraires reçus d’un client représentent plus de 5% des honoraires globaux du
cabinet.

En cas de menace, nous devrions refuser la mission, à moins que la menace est
manifestement négligeable ou nous pouvons appliquer des garanties appropriées.

67
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

Acceptation d’un nouveau client, points de vigilance…

Collecte d’information sur le client potentiel

 La collecte d'informations sur les antécédents des actionnaires/associés, des membres


clés de la direction et des administrateurs
 Si elle est disponible, l’information financière pour une période écoulée d’au moins deux
ans est obtenue
 Les motifs conduisant le client potentiel à souhaiter changer de commissaire aux
comptes peuvent également constituer un renseignement intéressant
 Collecte d'informations sur la structure de l'entité, son actionnariat, son domaine
d’activité, son mode de direction et sur la politique de ses dirigeants en matière de
contrôle interne et d’information financière.
 Une attention particulière doit être apportée au risque de blanchiment d'argent

68
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

Acceptation d’un nouveau client, points de vigilance…

Identification des facteurs de risques

Les différents facteurs de risque constituent des éléments à prendre en considération lors
de la réalisation des travaux d'acceptation de mission. Ces facteurs ne signifient pas que le
mandat de commissariat aux comptes ne doit pas être accepté. Ils indiquent que des
informations / consultations complémentaires doivent, le cas échéant, être collectées :

 Le client potentiel provient d’un secteur d’activité qui présente un risque élevé
 Les activités du client potentiel sont en phase de démarrage ou les perspectives
commerciales des produits du client sont douteuses
 Le client potentiel change souvent d’experts-comptables/ de commissaires aux comptes/
de conseils ou a tendance à les poursuivre en justice
 La possibilité que le client potentiel accorde une confiance démesurée ou inhabituelle
aux résultats de nos travaux
 La continuité d'exploitation du client est incertaine
…

69
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

Acceptation d’un nouveau client/Lettre de mission

Etablissement de la lettre de mission

l’ISA 210 stipule, que « il est dans l’intérêt du client et de l’auditeur qu’une lettre de mission
soit préparée, de préférence avant le début de la mission, afin d’éviter tout malentendu sur
la mission »

Contenu de la LM

• Objet de la mission;
• Responsabilité de la direction concernant la préparation et la présentation des états
financiers;
• L’étendue des travaux d’audit;
• Le risque de non détection d’anomalie significative;
• La nécessité d’avoir libre accès aux enregistrements et aux documents comptables et
extracomptables;
• Les conditions financières et le cas échéant la prise en charge par l’entité des frais
accessoires de mission;

70
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

71
4. ACCÉPTATION/MAINTIEN DE LA MISSION

1 Lorsque l’équipe d’audit demeure inchangée entre deux exercices, la déclaration


annuelle d’indépendance devient optionnelle

2 Un nouveau client veut vous confier une mission d’audit, quelles sont les
procédures d’acceptation de mission à suivre?

3 Citez des exemples de situations à éviter en respect du code d’éthique

72
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73


• Mission générale: Audit et certification 73
• Mission générale: Rapport général 75
• Mission générale: Vérifications spécifiques 78
• Interventions spécifiques connexes 88
• Ce qu'il faut retenir 90

73
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: AUDIT ET CERTIFICATION

Mission générale: Audit et certification

• Les commissaires aux comptes certifient que les comptes annuels sont réguliers et
sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice écoulé
ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet
exercice.

• A cet effet ils mettent en œuvre un audit, en application des normes d'exercice
professionnelles arrêtées par leur compagnie nationale, en conformité avec les normes
de la profession.

74
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73


• Mission générale: Audit et certification 73
• Mission générale: Rapport général 75
• Mission générale: Vérifications spécifiques 78
• Interventions spécifiques connexes 88
• Ce qu'il faut retenir 90

75
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: RAPPORT GÉNÉRAL

Mission générale: Rapport général

• Les commissaires aux comptes relatent dans leur rapport à l'assemblée générale
ordinaire l'accomplissement de leurs missions.

• Ils expriment par leur certification, qu'ayant effectué leur mission ils ont acquis
l'assurance raisonnable que les comptes annuels ne comportent pas d'anomalies
significatives.

Expression de l’opinion
si refus de certifier ou certification avec
réserve, il doit y avoir une justification

Le rapport général du Présentation des observations


CAC comporte

Justification des appréciations

76
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: RAPPORT GÉNÉRAL

Mission générale: Rapport général

• Ils signalent à l'assemblée générale les irrégularités et inexactitudes dont ils ont eu
connaissance au cours de leur mission.

• Les ordres d’expert comptable ou de commissaires aux comptes, dans la perspective


de l'émission des rapports, met ponctuellement, à la disposition des professionnels, des
exemples de modèles de rapports en complément des dispositions résultant
des normes.

77
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73


• Mission générale: Audit et certification 73
• Mission générale: Rapport général 75
• Mission générale: Vérifications spécifiques 78
• Interventions spécifiques connexes 88
• Ce qu'il faut retenir 90

78
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: VÉRIFICATIONS SPÉCIFIQUES

Mission générale: Vérifications spécifiques

Les commissaires aux comptes vérifient la sincérité et la concordance avec les


comptes annuels :

• Des informations données dans le rapport de gestion ;

• Des documents adressés aux actionnaires sur la situation financière et les comptes
annuels.

• Les commissaires aux comptes s'assurent du respect de l'égalité entre les actionnaires.

79
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: VÉRIFICATIONS SPÉCIFIQUES

Mission générale: Vérifications spécifiques

• Ils contrôlent le respect des dispositions relatives aux actions ou parts sociales
détenues par les administrateurs.

• Ils examinent les conventions intervenues entre la société et l'un de ses


administrateurs ou entre deux sociétés ayant un administrateur commun en vue
de présenter un rapport spécial à l'assemblée générale.

• Les commissaires aux comptes examinent et formulent s'il y a lieu leurs observations
sur les documents d'information financière prévisionnelle et les rapports explicatifs les
accompagnant, que certaines sociétés et personnes morales sont tenues d'établir
semestriellement ou annuellement.

80
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: VÉRIFICATIONS SPÉCIFIQUES

Les conventions règlementées

• Nature
"Toutes les conventions conclues directement ou indirectement entre l'entreprise et ses dirigeants (ou
société à dirigeants communs) ou avec l'un de ses actionnaires disposant d'une fraction de vote
supérieure à 10% autres que celles portant sur des opérations courantes conclues à des conditions
normales"

• Obligations de l'entreprise
– Communiquer au Commissaire aux Comptes une lettre détaillant l'ensemble des conventions
conclues sur des exercices antérieurs dont l'effet s'est poursuivi sur l'exercice et toute nouvelle
convention conclue sur l'exercice
– Toute nouvelle convention doit être autorisée préalablement par le Conseil d'Administration

• Obligations du CAC
– Rapport spécial sur les conventions dont il a été informé ou qu'il a découvertes
– Pas d'obligation de recherche systématique

81
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: VÉRIFICATIONS SPÉCIFIQUES

Dispositif légal des conventions réglementées

• Objectif:
– Contrôle des conventions entre la société et ses dirigeants/ associés

• Sociétés concernées:
– Sociétés par actions (sauf SASU)
– SARL
• EURL: uniquement conventions avec le gérant non associé
– Toute autre société si prévu dans ses statuts
– Certains organismes quelle que soit leur forme (ex: institutions financières)

82
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: VÉRIFICATIONS SPÉCIFIQUES

Les conventions interdites

Nature

Prêts
Découverts
Dirigeants sociaux
Cautions et aval

Conséquences

Civil nullité

Pénal éventuellement abus de bien ou de pouvoir

83
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: VÉRIFICATIONS SPÉCIFIQUES

Conventions réglementées

Personnes concernées
• Dirigeants mandataires sociaux de l’entité
• Actionnaires, associés ou sociétaires de l’entité
• Entreprise / société dont un dirigeant, propriétaire ou associé indéfiniment responsable est l’une
des personnes ci-dessus :
– Dirigeants communs
– Actionnaires >10%
– Sociétés les contrôlant
• Conventions où les personnes ci-dessus agissent par personnes interposées (prête-nom)
• Conventions où les personnes ci-dessus ont un intérêt indirect

Conventions « Libres » versus Conventions réglementées


• Convention « libres» : Opération courante conclue à des conditions normales
• Convention réglementée: convention entre l’entité et la personne concernée qui ni libre, ni
interdite

 Les Conventions réglementées et conventions libres sont communiquées au CAC

84
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: VÉRIFICATIONS SPÉCIFIQUES

Conventions réglementées : les obligations de l’entreprise

Processus d’autorisation :
• Autorisation préalable (à la conclusion) par le conseil d'administration (ou du directoire) des
conventions réglementées
• Avis au commissaire aux comptes de toutes les conventions autorisées :
– dans le mois qui suit la date de clôture pour les conventions antérieures dont l'exécution s'est
poursuivie au cours de l'exercice
– dans le mois qui suit la conclusion des conventions nouvelles.
• Approbation par l'assemblée générale des conventions relatées dans le rapport spécial du
commissaire aux comptes
• Les dispositions ci-dessus s'appliquent aux sociétés anonymes à conseil d'administration :
elles sont également valables pour les sociétés anonymes à directoire et conseil de
surveillance et pour les sociétés à responsabilité limitée ; seule l'autorisation préalable n'est
pas exigée dans les sociétés à responsabilité limitée.

Les conventions non approuvées produisent néanmoins leurs effets, à charge pour la personne
intéressée et éventuellement pour le Président et les autres dirigeants d'en supporter les
conséquences dommageables pour la société.

85
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: VÉRIFICATIONS SPÉCIFIQUES

Conventions réglementées : les obligations du CAC

• Pas de recherche systématique, mais…


– Prise de connaissance et évaluation des procédures mises en place pour recenser les
personnes concernées et détecter les conventions conclues
– Examen des conventions identifiées au cours des travaux d'audit (revue des PV d’AG, section
G : Intercos, notamment)

• Obtention d'une lettre récapitulative des conventions réglementées


– Rapprochement des données avec la comptabilité/ PV CA
– Rapprochement avec le rapport N-1

• Obtention de la liste des convention courantes


– Vérification qu’aucune convention n’est réglementée / interdite

• Lettre d'affirmation

86
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> MISSION GÉNÉRALE: VÉRIFICATIONS SPÉCIFIQUES

Rapport spécial - Généralités

Rapport spécial sur les conventions réglementées


• Même en l’absence de conventions
• Pas sur la liste des conventions courantes

Contenu du rapport :
• Pas d'avis sur l'opportunité
• Conventions nouvelles
- Classification : préalablement autorisée ou non.
- Nom des dirigeants ou actionnaires concernés
- Nature et objet des conventions
- Modalités
- Sommes versées ou perçues au titre des conventions
• Conventions poursuivant leurs effets (obligatoire uniquement pour SA et SARL, voir statuts pour
autres sociétés)
• Conventions non préalablement autorisées
• Date du rapport spécial
• Convention non approuvées par l’AG en N-1

87
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73


• Mission générale: Audit et certification 73
• Mission générale: Rapport général 75
• Mission générale: Vérifications spécifiques 78
• Interventions spécifiques connexes 88
• Ce qu'il faut retenir 90

88
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> INTERVENTIONS SPÉCIFIQUES CONNEXES

Interventions spécifiques connexes

Les commissaires aux comptes sont appelés à intervenir ponctuellement et à établir un


rapport spécial lorsque certains événements ou situations précisées par la loi se
produisent et notamment dans les cas suivants :

– Augmentation du capital en cas de compensation avec des créances sur la société et en cas
de suppression du droit préférentiel de souscription

– Transformation de la société

– Réduction du capital

– Paiement du dividende en actions

– Certification du bilan en vue de la distribution d'acomptes sur les dividendes

– Regroupement volontaire des actions non cotées

– Emission d'obligations convertibles en actions ou échangeables contre des actions

– Ouverture d'options de souscription ou d'achat d'actions au bénéfice des membres du


personnel

89
Sommaire

1. Préambule 2

2. Cadre réglementaire 21

3. Cadre normatif 29

4. Accéptation/maintien de la mission 62

5. Contenu de la mission du CAC 73


• Mission générale: Audit et certification 73
• Mission générale: Rapport général 75
• Mission générale: Vérifications spécifiques 78
• Interventions spécifiques connexes 88
• Ce qu'il faut retenir 90

90
5. CONTENU DE LA MISSION DU CAC
> CE QU'IL FAUT RETENIR

Le commissaire aux comptes aura pour mission permanente de :


- vérifier les documents comptables de la société,
- contrôler la conformité de la comptabilité avec les règles en vigueur,
- vérifier la concordance de la comptabilité avec les comptes annuels,
- s'assurer de la sincérité des informations données dans le rapport de gestion et les documents
adressés aux associés.

De plus, il devra, dans son rapport à l'assemblée générale d'approbation des comptes, certifier que les
comptes annuels (bilan, compte de résultat, annexe) sont « réguliers et sincères » et donnent une image
fidèle des résultats de la société. Le commissaire aux comptes peut refuser de certifier les comptes. Les
associés restent néanmoins libres d'approuver les comptes.

En outre, le commissaire aux comptes devra rédiger des rapports spéciaux concernant des opérations
ponctuelles telles que les augmentations de capital.

Par ailleurs, il devra saisir les dirigeants de la société afin d'obtenir des explications s'il constate, à
l'occasion de ses vérifications, que la poursuite de l'activité est menacée (procédure d'alerte).

Enfin, il aura l'obligation de saisir le procureur s'il découvre des faits délictueux à l'occasion de sa
mission.

En tout état de cause, le commissaire aux comptes ne doit pas s'immiscer dans la gestion de la
société et il est soumis au secret professionnel.

91