Vous êtes sur la page 1sur 10

David VIEL – le 24 02 2019

L’Ancre de nos vies


L’empreinte de no-s-tre pas-sage sur « terre »

le « dure », le « solide », ce qui est « là » de fait


et
ce qui n’est plus « là » dans les faits ( = de fait).

Ça concentre l’énergie sur ce qui sera son à-faire ou lien avec le « terrestre » = Ce qui sera Vécu =
SA vie (axe, milieu ou trou).

Nos projections (… espoir matérialisé et perdu = Sans Retour, sans « prendre » ou que ça se
« passe » = que ça soit « possible »)

Il y a un « mur » (ça à traverser, à saisir … Le temps d’une vie).

La Création (l’Origine à notre « être » ; célérité ).

L’inspiration
le soi
et
le ça
la « terre »

C’est magnétique
)<

David VIEL – le 24 02 2019


Ça épouse le « soi », le temps d’une vie. Non pour le réaliser ça (l’estimer) mais belle et bien le
« pouvoir » et/ou avoir « + » pour ne le perdre, dans l’idée ( = faire le mal celui qui leur sera
nécessaire et/ou qui leur viendra à l’esprit pour réellement le « pouvoir » ; l’Avoir « à la fin »).

La « terre »
concentre l’énergie (ça ac-croche l’être ; c’est « physique »)
sur ce qui sera alors, animé (« en vie » puisque ça prend de « soi » ;
est « là » de fait)

Pour être au courant


ou permettre à ce qui « est »
d’être relié
à ça
à ce qui l’a « touché » (pris de « soi »)
et/ou à ce qui sera sa « terre » (son «centre » de gravité
= son environnement, son milieu
= « trou »).

Le sentiment sera ainsi limité


à l’objet condition à son sujet (tout en considérant qu’il y a une raison d’être à son pas-sage sur
« terre » = une origine. D’ailleurs il posera des questions aux personnes à l’origine de son sujet dans
le temps, ce temps pour se « découvrir ». Il parlera de ça pour en revenir à « l’essentiel » = se définir
ou se fixer)
Et au-delà
et deçà
ça lui sera impossible
ça n’existera pas
= il n’y aura pas de matière ;
ça ne lui sera pas possible (au « revoir ». Je rappelle qu’au sujet de ça, il s’agit du « poids » du
monde ou de la raison au fait d’être « là ». Ça « soulève », ça permet d’être « en vie » autant que ça
« ruine » lorsque ça échappe au sentiment après l’avoir émis, pour ne pas émettre de doute « la fin »
… mais belle et bien renforcer son corps mental = croire en son histoire et/ou « pouvoir ». Il aurait

David VIEL – le 24 02 2019


la connaissance ou la maîtrise de ça ; du temps = de TOUT ce qui « est ». Il est relié à ça ; au centre
du « monde », à la « source » ou à l’O-rigine à toutes choses)

Le sentiment passe ainsi par l’enveloppe


celle qui lui a été prêté à sa naissance
pour le pou-voir
= se déplacer dans l’espace et le temps
et dans la limite de son sujet (de sa dépense d’énergie in-carnée)
= de ce qu’il incarnera (« sera » ;
et avec l’ « être » humain,
c’est différent
puisqu’il peut changer ça,
de raison,
et d’espace
= de « soi »
= il peut agir sur ça,
sur son temps
en passant par l’objet
= ce qu’il a émis
de là à changer d’affectation ; de « trou » (à condition que ça, les autres, l’Autre, la vie en général lui
Revienne sinon ça, lui échappera avec les conséquences que ça impliquera le concernant ; du fait
d’être « en vie »)
pour le « pouvoir »
ou + de plaisir.

Non pour le réaliser ça,


mais belle et bien ne pas « mourir » (sa quête du « bonheur »).
Et pour ne pas « mourir »
il aura besoin de matière
= de faire des histoires.
Pour le « pouvoir »
ou le plaisir.

David VIEL – le 24 02 2019


En perdant son enveloppe charnelle
il ne pourra plus,
être « bien »
= s’assurer contre ça ;
puisqu’il passe encore par l’objet
celui qu’il aura re-connu
et/ou émis
afin de continuer à s’appartenir
ou à se suivre dans sa tête (et son cœur par extension ; pour encore faire ce lien = croire encore en
son histoire, le « pouvoir » ... À condition que ça « prenne » sinon retour « à la case départ »)
… et qui est censé lui Revenir
pour renforcer son Je (sort)
sinon il est « mort » et/ou plus « là » de fait !
= ça lui échappera (il n’aura plus le temps ;
devant lui ; son « soi »
sans l’avoir pour autant réalisé ça).

Pendant tout ce temps,


celui d’être « en vie »,
au lieu, de le réaliser ça (de se découvrir)
il fera tout,
au contraire
pour réellement renforcer son sort (pour croire en son histoire)
sans s’être découvert avant (avoir eu cette démarche)
dans l’idée d’être sans mort
d’être sans mal (sans pareil)
d’être in-temporel
ou im-mortel (de pouvoir s’assurer contre ça)
= d’être « puissant » !
Tout en sachant que la source à sa « puissance »
proviendra du monde captivé
= en son « pouvoir »
c’est à dire qui lui reviendra-it

David VIEL – le 24 02 2019


afin de pouvoir contrôler l’avenir (ça ou le temps des autres, de l’Autre, de la vie en général)
à travers l’objet qu’il a émis
et/ou qui lui a « pris »
afin de pouvoir reculer le mot « fin » ( = « s’en sortir » et/ou « s’en convaincre »).
Mais dans ce sens !
si ça lui échappe (et ça lui échappera puisque ça Revient à Personne)
alors il ne pourra plus le garantir ça.

Le « pouvoir »
c’est la possibilité (« liberté ») pour un être « en vie »
de pouvoir reculer le mot « fin »
à hauteur du monde captiver
pour réellement le « pouvoir » ( le « croire « = avoir cette influence, là =
em-prise)
= être au « centre ».

Il faut une prise pour ça (avoir ça)


sauf qu’eux,
ils l’ont en passant par l’histoire
= l’objet
pour le « pouvoir »
= avoir cette influence là.

Il sera ainsi à l’Origine


et/ou « responsable » d’une HISTOIRE
pour réellement le « pouvoir »
et/ou s’y croire à ce point ;
si ça « passe » (ils ont vu quelque chose
= le « bien » ou le « jour » pour le penser, le dire et le faire = ne pas voir le « mal ». Dans ce sens
pas de « bien » sans « mal » !!).

Ils émettent ainsi ça,


ils font du « bruit »

David VIEL – le 24 02 2019


et/ou res-sorte (émette ça ; leur ça, leur tps est engagé ou mis en perspective = La personne pensera,
dira et fera ainsi du mal ou le mal nécessaire pour réellement le « pouvoir » « à la fin » = l’Avoir)

L’Avoir « à la fin » =renforcer son sort.


Et généralement ils se renseignent avant sur la personne qu’ils « attaquent », qu’ils « abordent » ou
qu’ils veulent donner une « leçon » (une envie de se faire valoir) pour être « sûr » de leur coup « à
la fin » et/ou se rassurer à ce sujet (car si ça retourne contre eux alors ça ne va pas leur « profiter »
mais belle et bien leur « coûter ». Ils se renseignent juste pour ça, dans ce sens là et non pour savoir
s’ils sont dans leur droit = légitimes).
Ça leur permet ainsi « d’avancer » ou d’avoir une estime qu’ils n’auraient pas sinon ; sauf lorsque ça
« passe » pour réellement le « pouvoir » ou le plaisir (= Se faire valoir = Avoir cette influence là sur
autre-s que leur « soi » sans avoir conscience d’eux en soi et ainsi conscience, de ça = De ce qu’ils se
permettent pour réellement le « pouvoir » = prendre le « droit » = ne pas être ce qu’ils prétendent
mais belle et bien se permettre pour être ainsi, dans le « pouvoir »).

Dès qu’ils sont « responsables »


ou à l’Origine de ça pour le « pouvoir »
ou le plaisir
il faut que ça « prenne »
sinon ça ne les renforcera pas dans le temps (ce temps) ;
ou ça ne leur permettra pas d’avoir,
ce qu’il se sont mis en tête d’avoir
pour le « pouvoir » ...
De là à l’affecter !

Dès que ça « touche »


ou que ça « atteint » ça cible
ça renforce leur Je (sort)
ou ils se voient « dedans » (ils se miroitent ça,
à mort. Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne « à la fin »
puisque ça renforce leur sort ;
ça est la condition à leur sentiment de le « valoir »
ou d’être, en « droit »).

David VIEL – le 24 02 2019


Voir le mal
pour le « pouvoir » (« tuer », « a-battre » les autres, l’Autre)
ce n’est pas le réaliser ça
mais belle et bien
le générer ;
afin de pouvoir oublier leur condition
et/ou qui ils sont (où ils sont).
Et si ça « prend »
ça ne sera pas pour le réaliser ça !!
mais belle et bien s’en vanter
ou en tirer une fierté,
bien mal placé.

Le but dans ce sens


ou avec cet esprit
c’est de pouvoir s’étendre
et cela sans risque de connaître de « fin »
= de « chute »
ou de limite à leur sujet ; à ce qu’ils se sont mis en tête d’Avoir
pour le « pouvoir »
et/ou avoir, à ce qui leur a « pris » (et ils en ont un sujet dès qu’ils mettent ça en perspective sinon
ils sont « mort »
ou ils ne « font » plus RIEN
= ils ne « croient « en plus RIEN).
Ils n’émettent pas ça
pour le réaliser
pour être comme je le pense, dit et fait,
= pour le réaliser ça,
mais belle et bien pour être sans mal (cher-ie = partout chez eux = s’étendre à ce point).
Pour être ainsi sans « mal »
en « droit » ou ôté du fait d’être « en vie »
en ayant concrètement cette influence là

David VIEL – le 24 02 2019


dans l’idée de l’Avoir
pour le « pouvoir » ou le plaisir.
Pour être « célébré »
pour être au « centre »
= « responsable »
et/ou à l’Origine de ce qu’ils ne considèrent pas ( … alors).

Ça, représente la quête (le « bien », le « + », le « haut » = le « cadre »)


… de sens (du « courant » ou de ce qui est « dedans »)
au fait d’être sur « terre »
in-carné
in-complet
= « fini » en l’état (en cet état, on sera toujours la moitié d’une chose ; et ça peut être TOUT et
RIEN pour faire ce lien avec la « terre » ou ce qui intéressera, ce qui impressionnera l’être en
devenir. Ce sera sa « terre » et/ou son « centre » de gravité … Sans la réaliser, la gravité terrestre ou
le sens au fait d’être « en vie » ; « là » de fait pour un temps, ce temps).

Il y une chose ainsi,


à saisir le temps d’une vie.
Et en ayant ça,
les autres, l’Autre, la vie en général
vous donner-a-ont raison.

C’est ça
le POUVOIR.
Et non être « responsable »
et/ou à l’Origine d’une histoire
pour le « pouvoir »
= pour être « cultivé »
dans l’idée de l’avoir, ça
= pour être cher-ie
c’est à dire pour avoir concrètement raison, du monde (cette influence là).

David VIEL – le 24 02 2019


En passant par l’objet
= en allant dans ce sens,
et/ou en voyant le « jour »
= après avoir émis ça (leur ça, tps) dans ce sens là,
ce sera pour le « pouvoir »
ou le plaisir,
= ça ne sera pas pour le réaliser ça (« redescendre »)
mais belle et bien renforcer leur sort (Je).

Il y aura toujours un écho en eux,


ou la suggestion d’une « coupe »
= d’avoir raison
=
la « belle » (l’autel ; l’être)
et
le « monde » (le trône ; la « terre », ça ou ce qui concentre le sentiment sur ce qui sera son à-faire =
lien avec la « terre ») pour un sujet alpha
ET
D’avoir la « liberté » (le « droit » = le « pouvoir » = ça = le trône)
et la jeunesse (l’éternité = l’autel) pour un sujet oméga

Le propre et le fait d’être à l’Origine et/ou « responsable » d’une histoire


afin de pouvoir faire de fait ! Réellement la morale
et la loi !!
Sans que RIEN ne puisse s’y opposer
= ça leur Revient
ou le monde est à l’image
de ceux qui ont TOUT « compris »
et/ou qui ont raison du monde ( = verrouiller les choses dans leur sens et non alors, avoir
conscience de ça).

C’est toujours la même « chose » (mécanique)


et/ou histoire (dans TOUT ce qui « est »,

David VIEL – le 24 02 2019


il y a une constante).

Les gens ne le voient pas (réalisent pas) mais il y a un CENTRE qui pilote TOUT = de
CONTRÔLE = Un POUVOIR (moyen) et cela sans passer par le monde ou l'objet puisque le monde
est la surface des choses ( = le miroir de ça ou de TOUT ce qui "est").

C’est ça qui concentre l’énergie sur ce qui sera son sujet dans la limite de ce qui deviendra son sujet
(vivant) ; c’est ça qui concentre l’énergie du vivant, sur « terre » (pour ne pas « partir » ou
« échouer » dans ce qui leur « prend » pour encore le « pouvoir »)

Le Yin ou l'ombre de la lumière (de ce qui "est")

Je n’offre pas le change (ma vie) comme ça. Il faudra une raison pour cela (qui en vaille la peine
dans le sens qui m’anime et non dans l’esprit de ceux qui le permettent ça, pour le « pouvoir » ou le
plaisir). Attirer mon attention pour renforcer son sort (se servir de moi dans ce sens là) au
détriment du sens ou de ce que je ne reconnais pas (ce que je ne suis pas), et ça ne « passera » pas.

David VIEL – le 24 02 2019

Centres d'intérêt liés