Vous êtes sur la page 1sur 2

Principes de fonctionnement des idiophones

La
résonance
:

On
 classe
les
instruments
 selon
 la
manière
 dont
 on
 les
 fait
 résonner.
 Ci-dessous


les
huit
modes
de
résonance
qui
établissent
la
classification
:
pilonnant
(a),
pilonné


(b),
secoué
(c),
frappé
(d),
entrechoqué
(e),
frotté
(f),
raclé
(g),
et
pincé
(h).

Instruments
à
percussion
pilonnants
:

On
les
fait
résonner
en
les
tapant
sur
le
sol
ou
une
autre
sur-

face
dure.
Ils
comprennent
les
bâtons,
les
tubes
et
les
chaussures


à
claquettes.

Instruments
à
percussion
pilonnés
:

Le
son
 provient
 de
la
surface
de
l’objet
pilonné.
La
terre
bat-

tue
et
les
planches
sont
de
bons
exemples.

Instruments
à
percussion
secoués
:

Les
 hochets
 et
 les
 grelots
 comptent
 parmi
 les
 exemples
 courants.
 Ils


sont
fabriqués
dans
de
nombreux
matériaux
et
dans
une
grande
variété


de
styles.
Instruments
à
percussion
frappés
:

On
les
fait
 résonner
en
les
frappant
 avec
 un
 bâton
 ou
un
bat-

teur.
Les
gongs
et
les
xylophones
sont
caractéristiques.

Instruments
à
percussion
entrechoqués

:

Deux
 ou
 plusieurs
objets
semblables
 sont
 entrechoqués
et
 produi-

sent
un
son.
Les
cymbales
et
les
castagnettes
en
sont
des
exemples.

Instruments
à
percussion
frottés

:

On
 les
 fait
 résonner
 en
 les
 frottant.
 Dans
 la
 scie
 musicale


deux
 objets
 sont
 frottés
 l’un
 contre
l’autre.
 Pour
 les
verres
à


musique,
on
en
frotte
le
bord
avec
un
doigt
mouillé.

Instruments
à
percussion
raclés

:

Ils
produisent
une
suite
de
battements
rapides
lorsqu’on
fait


passer
un
bâton
à
travers
leur
surface
porteuse
d’encoches.


Les
racles
en
os
et
la
planche
à
laver
en
sont
des
exemples.

Instruments
à
percussion
pincés

:

Appelés
également
 linguaphones,
ils
ont
une
ou
 plusieurs
la-

mes
 flexibles
 attachées
à
 un
 cadre.
 On
 les
 fait
 résonner
en


pinçant
 les
lames.
 Les
 sanzas
 et
 les
guimbardes
 en
 sont
 des


exemples.