Vous êtes sur la page 1sur 135

SANCTI

THOMAE DE AQUINO

OPERA OMNIA
SANCTI THOMAE DE i\QUINC)

OPERA OMNIA
IUSSU LEONIS XIII P. M. EDITA

TOMUS XXV
...

QUAESTIONES
DE QUOLIBET

CURA ET STUDIO
FRATRUM PRAEDICATORUM

VOLUMEN 1

Préface
Quodlibet VII, VIII, IX, X, XI

COMMISSIO LEONINA LES ÉDITIONS DU CERF


Piazza Pietro d'Illiria, 1 29, Bd de Latour-Maubourg
00153 ROMA 7534° PARIS-CEDEX 07
1996
I

La loi du 11 mars n'autorisant,aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article 41,


d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé
du copiste et non destinées à une utilisation collective» et, d'autre part, que !es
analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration « toute
représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement
de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite» (Alinéa lorde
!'article 40)'
Cette représentation ou reproduction par quelque procédé que ce soit, consti-
tuerait donc une contrefaçon sanctionnée par les Articles 425 et suivants du Code
Pénal.

© Commissio Leonina, 1996.

ISBN 2-204-05450-X
PRÉFACE
A VANT-PROPOS

L'édition des Quodlibets de saint Thomas pose un de Quodlibets, ceux du premier enseignement et ceux
problème particulier : dans quel ordre faut-il les édi- du deuxième enseignement. Par contre, nous avons
ter? cru devoir conserver à chaque Quodlibet le numéro
Il ne s'agit pas en effet d'une Iruvre une, dont la sous lequeI il est connu depuis 1471 : un changement
mise en ordre aurait été faite par l'auteur, ou au moins de numéro aurait entraìné des confusions insuppor-
sous sa direction, mais d'lruvres multiples, qui n'ont tables.
pas été réunies en collection par leur auteur ni mème 'l'tJut aussi accidenteIle (nous le montrerons) est
sous sa responsabilité. Plus : elles n'ont pas été réu- l'origine d'une autre erreur que nous avons cru
nies par un éditeur unique et en une seule fois : la devoir réparer : le déplacement du Quodlibet VI : si
collection dite «traditionnelle» est la réunion de plu- l'on voulait ici ètre fidèle à la tradition manuscrite, il
sieurs collections partielles, collections partielles qui faudrait, non seulement garder en pIace le Quodli-
se sont· elles-mèmes formées au hasard des cir- bet VI, mais ne pas le séparer du Quodlibet II de
constances. Et la collection «traditionnelle» n'est Pecham! Si l'on corrige l'une des erreurs, il faut corri-
«traditionnelle» que depuis 1471, date de l'édition ger l'autre, car elles sont liées. Nous avons donc
Ed 2 (suivie par Ed 4 et les éditions suivantes) : avant rendu au Quodlibet VI, le Quodlibet de natali de Tho-
cette date, son ordre, loin d'ètre traditionnel, était mas, sa vraie pIace, entre les QuodIibets III et IV.
exceptionnel. Mais aucun autre ordre n'était plus Les Quodlibets, tels que nous les éditons, se pré-
autorisé : les manuscrits (et les éditions Ed l et Ed 3 ) sentent donc dans leur ordre chronologique, teI qu'il
divergent, et on peut souvent saisir l'origine, tout semble aujourd'hui à peu près assuré (nous relèverons
accidentelle, de l'ordre qu'ils ont adopté. les indices qui résultent de la tradition manuscrite,
L'accident le plus grossier et le plus patent, c'est laissant aux théologiens le soin de reIever ceux qui
l'accident qui a rejeté les cinq Quodlibets du premier résultent de l'étude doctrinale). Dans la table qui suit,
enseignement parisien, disputés entre 1256 et 1259 et je garde les expressions consacrées à l'époque:
qui auraient dù ètre les Quodlibets I-V, après les six « Pàques» et «NoeI» : il est bien entendu que la dis-
premiers Quodlibets du deuxième enseignement pari- pute de quo/ibet n'avait pas lieu le jour de la fète, mais
sien, disputés entre 1269 et 1271, qui auraient dù ètre avant elle.
les Quodlibets VI-XI; seuI a conservé sa pIace et son
vrai numéro d'ordre le Quodlibet XII. La cause PREMIER ENSEIGNEMENT PARISIEN
de ce bouleversement est claire: c'est que saint Quodlibet VII . Pàques (16 avril) 1256
Thomas étant devenu un maìtre célèbre, les six Quodlibet VIII . Pàques ( 8 avril) 12 57
premiers Quodlibets du second enseignement Quodlibet IX . Noel 12q
parisien ont fait l'objet d'une publication presque Quodlibet X . Pàques (24 mars) 12 5 8
immédiate dans l'exemplar en 14 pièces, <1>1, dans (ou Noel)
l'ordre I-II-III-IV-V-VI (+ Pecham); lorsque l'exem- Quodlibet XI . Pàques (13 avril) 12 59
plar en 24 pièces, <1>2, a complété la collection en
recueillant les cinq Quodlibets du premier ensei-
DEUXIÈME ENSEIGNEMENT PARISIEN
gnement parisien, ils sont naturellement devenus les
Quodlibets VII-XI (mais ici dans l'ordre VII-IX-X- Quodlibet I ......... Pàques (24 mars) 126 9
XI-VIII). Le dernier Quodlibet du second enseigne- Quodlibet II •••• o. o. NoeI 126 9
ment parisien, resté en souffrance et publié tardive- Quodlibet III ....... Pàques (13 avril) 12 7 0
ment, devra à cet accident de garder son vrai numéro, Quodlibet VI ....... Noel 12 7 0
Quodlibet XII. Il n'y avait aucune raison de respecter Quodlibet IV o. o. o •• Pàques ( 5 avril) 12 7 1
un ordre qui s'est révélé purement accidentel, il s'im- Quodlibet V o •••• o •• NoeI 12 7 1
posait au contraire de rétablir l'ordre des deux séries Quodlibet XII o ••••• Pàques (24 avril) 12 7 2
x* AVANT-PROPOS

SIGLES
Sans entrer dans les détails (qui changent avec chaque Quodlibet et meme à l'intérieur d'un meme
Quodlibet), nous donnerons les sigles les plus communément employés :

Quodlibets VII-XI
r = famille indépendante (diffusion privée?)
rg : branche germanique de la famille r
rp : branche polonaise de la famille r
d = famille commune (diffusion « officielle » ?)
$2 = le deuxième exemplar parisien en 14 pièces,
témoin corrompu de d

Quodlibets I-VI
'Y = famille indépendante
$ = famille des exemplars parisiens
$1 = le premier exemplar en 14 pièces
$2 = le deuxième exemplar en 24 pièces

$2a : la pièce de $1 intégrée dans $2


$2b : pièce refaite

Familles dérivées des exemplars :


$(1-2)F : la famille française du xv e siècle
$(1-2)B : la famille britannique
$(1-2)Gg : la famille germanique du xv e siède
(G le groupe principal; g le groupe
secondaire)
$(1-2)p la famille « polonaise» du xv e siècle
TABLE

PREMIÈRE P AR TIE La question 6, question de quolibet . .. 58*


Répartition cles témoins 60*
LES TÉMOINS DU TEXTE
La branche r (le ms. V) 60*
La famille ~ .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 61*
L LES MANUSCRITS
Manuscrits principaux 1* La question 7 (a.q-18) : De opere manuali. .. 65*
Fragments et extraits . . . . . . . . . . . . .. 22* Mutilation cle la traclition 65*
II. LES ÉDITIONS 26* Répartition cles témoins 66*
Première partie (a.q et 18, 1-48) . . . . . .. 67*
La famille r .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 67*
DEUXIÈME PARTIE Le manuscrit V A . . . . . . . . . . . . • . . . . 68*
La famille ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 71 *
LES COLLECTIONS
Deuxième partie (a.18, 49-154) 76*
Le manuscrit VP .. l. . . . . . . . . . . . . .. 76*
L LES COLLEcnONS INDÉPENDANTES 39* La famille r (Lh) 76*
Les collections clu premier enseignement La nouvelle famille ~ lb 77*
parisien 39*
La question 7 clu Quocllibet VII et le cha-
Les collections clu seconcl enseignement
pitre 5 clu Contra impugnantes 79*
panslen 40*
II. LES COLLEcnONS DES EXEMPLA~S 40* LE QUODLIBET VIII. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 82*
Les cleux exemplars : <1>1 et <1>2 •. . . . . . . .. 40* Répartition cles témoins 82*
Délimitation cles pièces 41 *
Les manuscrits à pièces . . . . . . . . . . . . . . .. 43* Distinction cles cleux familles r et ~ . .. 83*
Particularités cles collections parisiennes .. 44* La famille r . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 83*
Le manuscrit VA 83*
La famille ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 85*
TROISIÈME P AR TIE

INTRODUCTION LE QUODLIBET IX 88*


AUX QUODLIBETS EN PARTICULIER Répartition cles témoins 88*
Distinction cles cleux familles r et ~ .. . . .. 89*
LE QUODLIBET VII La famille r . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 89*
Les questions [-J (a. l-q) 45* La famille ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 89*
Répartition cles témoins 45*
Les cleux familles r et ~ 46* LE QUODLIBET X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 92*
Structure cle la famille r . . . . . . . . . . . . . 47* Répartition cles témoins 92*
Le manuscrit V (Vat. lat. 781) 48 *
Le manuscrit Lh 51* LE QUODLIBET XI 93*
Structure cle la famille ~ 53 * Première partie (Pièce 21, a.1-6) . . . . . . . . . .. 93*
La question 6 (a.14-16) : De sensibus sacre scrip- Répartition cles témoins 93*
ture 58* Distinction cles familles r et ~ 94*
XII* TABLE

Deuxième partie (Pièce 22, a.7-13) 98* LE QUODLIBET IV


Répartition des témoins 98* Première partie. Les questions 1-11 (a. l-H) . 130*
Distinction des familles r et Ll 98*
Répartition des témoins 130*
L'inachèvement du Quodlibet XI 100* Pièce 7 (a.l à 12, 57) 130*
Pièce 8 (a.12,57 à H) 133*
LE QUODLIBET I 102*
Deuxième partieo La question 12 (a.23-24) .. 136*
Répartition des témoins 102* Le problème historique 136*
La famille indépendante 'Y 103 * La question 12, question de quolibet 136*
La famille des exemplars <I> •....•••....• 105 * Chronologie de la question 12 139*
Pièce 1 (a.l à 12, 18) 105* L'adversaire : un défi relevé 140*
Pièce 2 (a.12,18 à H) o. o ••••••••••••• 107* Répartition des témoins 141*
Pièce 8 (a.23, l-H7) o •••••••••••••• 141*
LE QUODLIBET II 108* Pièce 9 (a.23, H7 à 24, 364) 142*
Répartition des témoins 108* Pièce 10 (a.24, 364-43 6) 144*
Pièce 2 (a. 1 à 3, 61) .. o • o •••••••••••• , 108*
Pièce 3 (a·3, 61 à 13, 65) 109*
LE QUODLIBET V .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 145*
o ••••••• ,

Pièce 4 (a.13,66 à 16) 110*


La datation du Quodlibet II o ••••• , 111 * Répartition des témoins 145*
Pièce 10 (a.l à 13, 35) 145*
LE QUODLIBET III o ••• o •••• o • • • • • 113* Pièce 11 (a.13, 35 à 26,44) 148*
Répartition des témoins 113 * L'artide 25 149*
Pièce 4 (a. 1 à 9, 99) o ••••••••••• 113 * Pièce 12 (a.26,45 à 28) 150*
Pièce 5 (a'9, 99 à q, 230) o ••••••••••• 115* La datation .... o • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• 151*
Pièce 6 (a.q, 231 à 29, H) 117*
Pièce 7 (a.29,H à 31) o ••••••••••••••• 119*
LE QUODLIBET XII 15 2 *
LE QUODLIBET VI ... ;.................. 120*
Le texte conservé : un brouillon de saint
Traits originaux de la tradition du Quodli- Thomas 152*
bet VI ..... o ••••••••••••••••••••••••• 120* Répartition des témoins 15 3*
Répartition des témoins o • o • • • • • • • •• 121* Distinction des familles !X et ~ 154*
Pièce 12 (a. 1 à 15, 16) o • • • • • • • • • •• 121 * La sous-famille corrigée !Xcl (Ba l C]) 154*
Pièce 13 (a. 15,16 à 19) 123* La sous-famille corrigée !Xc2 (PrF) 15 5*
La chronologie du Quodlibet VI et le Quod- La famille ~ 157*
libet II de Pecham .. o • o • • • • • • • • • • • • • • •• 124* La date du Quodlibet XII 15 8*
Première partie

LES TÉMOINS DV TEXTE

I dii Romani Opera omnia, Catalogo dei manoscritti (2}9-


29}), 1/3*, Florence 1987, p. 5-7).
LES MANUSCRITS Angers, Bibliothèque municipale 2t2 (203). Codices,
n·4°·
Quelque t87 manuscrits contiennent en tout ou en Il s'agit en réalité de deux manuscrits, mais dont le
se~ond semble avoir été copié pour compléter le pre-
partie les Quodlibets de saint Thomas, mais 5°
d'entre eux ne méritent d'ètre nommés que pour mler.
mémoire : ils sont trop fragmentaires pour témoigner f. tr-40V : f. tra-39va, saint Thomas, Quodli- An
utilement du texte, dont ils illustrent seulement la dif- bets III, I, II, IV, V, VI (f. 39va : Explicit sextum
fusion. Nous décrirons donc d'abord les témoins quodlibet fratris Thome de aquino ordinis predicatorum) ;
valables, et ferons ensuite mention des fragments et f. 39va-40va, Quaestiones an01'!)'mae. Main française du
extraits (t). début du XIVe siècle.
C'est la copie d'un maìtre qui a en :,.;::.ins un modèle
de la famille indépendante 'P', mais qui le copie libre-
MANUSCRITS PRINCIPAUX ment: il refait systématiquement la division,
complète ou abrège à sa guise; il omet ce qui lui
parait faire double emploi (cf. plus loin, p. 13 7*b).
m Amiens, Bibliothèque municipale 243, f. zra-53ra.
f. 4tr-q 7 : f. 4tra-47va, Quodlibet II de Pecham; An b
Codices, n. 32.
f. 47va-9orb, saint Thomas, Quodlibets VII 1-16, IX,
Après le folio de garde, numéroté 1, 5 cahiers
X, XI, VIII, IV, a.23-24 [omis par An]; suivent Tho-
(1-4 12 , 54). F. zra : Incipit primum quolibet fratris thome.
mas, Q. de uirtutibus et Q. de unione Verbi incarnati.
Main de la fin du xm e ou du début du XIVe siècle.
Main française du xve siècle.
Copie de l'exemplar parisien <1>1, sans indication de Copie dérivée de l'exemplar parisien <1>2, faite pour
pièces. Le contenu est donc le contenu de <1>1 : Quod-
compléter An (d'où la reprise du Quodlibet de
libets I, II, III, IV, V, VI, Quodlibet II de Pecham.
Pecham et des articles 23-24 du Quodlibet IV).
Le rubricateur (suivi par la table ajoutée de seconde
main aux f. 53ra-54rb) a confondu en un seuI Quodli- Arras, Bibliothèque municipale 873 (577), Ar
bet les Quodlibets V et VI de saint Thomas : en f. 13 5ra-184vb. Codices, n. 58.
revanche, il a coupé en deux le Quodlibet de Pecham, Copie dérivée de l'exemplar <1>2, sans indications de
pour en faire deux Quodlibets de saint Thomas, un pièces; contenu de <1>2 : Quodl. I, II, III, IV, V, VI,
Quodlibet VI (a. t-q de Pecham) et un Quodli- Pecham, VII 1-16, IX, X, XI, VIII. Main française du
bet VII (a.16-F de Pecham). début du XIV e siècle.
Suivent (de la seconde main) les Quodlibets I-III Le manuscrit primitif devait compter 6 cahiers de
de Gilles de Rome (cf. Fr. Del Punta e C. Luna, Aegi- 12 folios, soit 72 folios, mais le dernier cahier a été

1. Les manuscrits ont été décrits dans : Codices manuscripti operum Thomae de Aquino (t. I : Autographa et Bibliotecae A-F, rec. H.-F.
Dondaine et H. V. Shooner, Romae 1967; t. II : Bibliothecae Gdansk-Miinster, ed. H. V. Shooner, Roma 1973; t. III : Bibliothecae
Namur-Paris, curo H. V. Shooner, Montréal198j; t. IV, en préparation); nous renvoyons à cet ouvrage par l'abréviation Codices, suivie
du numéro d'ordre affecté à chacun des manuscrits dans ce répertoire, auquel on se reportera pour les données codicologiques que nous ne
répétons pas ici. - On se rappellera que les exemplars des Quodlibets de saint Thomas inséraient, après le Quodlibet VI de saint Thomas,
le Quodlibet II de Jean Pecham, considéré à l'origine comme une partie intégrante des Quodlibets de saint Thomas : c'est donc une erreur
d'isoler, dans la description des manuscrits qui dérivent des exemplars, le Quodlibet de Pecham, comme si c'était un élément surajouté,
alors que sa présence est normale. C'est plutòt sur son omission qu'il faut, le cas échéant, insister.
2* LES Tf:MOINS

perdu avant l'intégration de ce manuscrit dans le gros A vignon, Bibliothèque municipale 260, f. lta-8 Fa. Ai
recueil qu'est le ms. 873 (il contenait le texte des Codices, n. 107.
4 dernières pièces de l'exemplar <1>2, soit la fin du Le manuscrit a été copié au xve siècle, en Avignon,
Quodlibet X et les Quodlibets XI et VIII). Au directement sur le ms. Ts (Tortosa Cab. 3), après cor-
moment de leur insertion dans le recueil, les 5 cahiers rection de celui-ci, mais sous la direction d'un biblio-
restants ont été numérotés de XIV à XVIII, mais (au thécaire averti, qui a fait rétablir l'ordre des Quodli-
XIX e siècle) lO de ces 60 folios ont été arrachés : bets alors le plus courant, celui de <1>2 (Quodlibets I,
cahier XIV, f. 135-146, complet; cahier XV, f. 147- II, III, IV, V, VI, VII, IX, X, XI, VIII). A part cette
158, complet; cahier XVI, 159-167, manquent les mise en ordre, le ms. Av reflète la structure composite
trois premiers folios, soit, à quelques mots près, la de Ts.
pièce 8 (IV 12, u. 54 à IV 23, u. 227); cahier XVII, Le premier cahier, qui était un cahier de lO folios,
f. 168-177, manquent 2 folios, un avant le f. 168 en a perdu 8 : il ne reste que le diplome 4, soit les f.
CV 28, u. 37 à VI 6, u. 33) et un avant le f. 175 (fin du primitifs 4 et 7, aujourd'hui numérotés 1 et 2 : f. 1,
Quodlibet de Pecham et VII 1, jusqu'à u. 172 media- Quodl. I, Q. 5, prol., u. Il : «partibus penitencie »,
tam uisionem); cahier XVIII, f. 178-184, manquent jusqu'à a.12, ad 2 : «potest dilig»; f. 2 : Quodl. I,
5 folios, un avant le f. 178 (VII, a.lO-14), un avant le a.20, U. 30, «ad singula» jusqu'à Quodl. II, Q.l,
f. 181 (IX 4-6), un avant le f. 183 (IX, Il à Xl), Prol. : «ad redemptionem humani ». A partir du
deux après 184 (X 6 à X 15 ? la suite perdue avec le deuxième cahier, f. 3, Quodl. II, a.7, S.C. : «iniuria»,
cahier anciennement manquant). Le texte s'arrète le texte est completo
donc à X 6, u. 141 : «nec semper fore ».
Bamberg, Staatliche Bibl., Patr. 144 (Q.III.6), Bb
As Assisi, Biblioteca Comunale 112, f. 288va-F6va. f. 287ra-386rb (+ table, f. 386va-388vb). Codices,
Codices, n. 62. n. 120.
Quelle que soit la nationalité de son scribe, le Témoin du sous-groupe ger~anique <l>2g, le ms. Bb
manuscrit a été copié à Paris à la fin du xm e siècle, en a le contenu (Quodlibets I, II, III, IV, V, VIII,
directement sur l'exemplar <1>1 et avant la constitution VII 1-16, IX, X, XI, VI, VII 17-18, XII).
de l'exemplar <1>2. Son contenu est celui de l'exemplar Le ms. a été copié par deux mains germaniques de
(Quodlibet I, II, III, IV, V, VI avec Pecham). la fin du xv e siècle : f. 386rb : «Et tantum de quod-
La copie des Quodlibets ne compotte pas d'indica- libetis beati thome de aquino. 1470 ». La seconde
tion de pièces (la copie des Q. de ueritate contenue main copie à partir d'un nouveau cahier, f. 35 9ra,
dans le mème manuscrit en compotte 5, cf. éd. Léon., Quodl. X (IX de ce ms.), a. 1, fin: «de ratione
t. XXIII, Préf., p. 8*), mais, mieux encore que par If. 35 9ral multitudinis », mais elle continue à copier
une indication de pièce, la copie directe sur l'exemplar sur le mème modèle.
est attestée par l'accident du f. 323r-v. Au f. 323rb, à
la ligne 19 (c'est-à-dire au premier tiers de la Basel, Universitiitsbibl. B III 8, f. 287ra-339rb Ba
colonne), le texte s'arrète au milieu de la question lO (+ table, f. 339va-34ovb). Codices, n. 186.
Le manuscrit a été copié à Paris à la fin du xm e ou
du Quodlibet de Pecham (ed. Etzkorn, p. 99, 28-29) :
« instantaneas », et on lit en marge : «Verte folium et au début du XIVe siècle, directement sur l'exemplar
<1>2, mais en omettant le Quodlibet de Pecham (Quod-
continua, quia nichil deest»; de fait au f. 323 vb,
ligne 1, le texte se poursuit : «instantaneas et de hoc libets I, II, III, IV, V, VI, VII 1-16, IX, X, XI, VIII).
non est uerum ». Or, les mss. O (Oxford Merton Sont marquées les pièces 2,4, 8, 9 et 17 (cf. plus loin,
p. 41 *-44*). A la fin de la table, au bas du f. 34ovb, le
1.3.1, f.264va) et P (Paris Maz. 805, f. 182va),
scribe a écrit : «pec. XXIIII. precium XVI ». Dans la
marquent ici la pièce 14. L'accident du ms. d'Assise
s'explique donc par le changement de pièce : le scribe liste de taxation de 13°4, les 24 pièces de l'exemplar
<1>2 sont taxées à 18 deniers. Il est donc possible que le
a d{ì copier la pièce 14 avant la pièce 13, et laisser
ms. de BaIe ait été copié avant 1304, à une époque où
trop de pIace (<< instantaneas» devait ètre en réclame à
l'exemplar n'était encore taxé qu'à 16 deniers. Mais il
la fin de la pièce 13, d'où sa répétition).
n'est pas impossible que le scribe ait entendu bénéfi-
Ab Augsburg, Staats- und Stadtbibl. 2° 340, f. 1t-23V. cier d'une réduction : n'ayant pas copié le Quodlibet
Codices, n. 89. de Pecham, il n'avait pas eu à louer la pièce 14, tout
Main germanique du début du xv e siècle (cf. plus entière occupée par Pecham (avec les deux tiers de la
loin, ms. M2). pièce 13)'
Le manuscrit commence ex abrupto au Quod- Deux accidents successifs semblent dus à la copie
libet IV, a.23, S.c. 3 : «ad religionem in puerilibus sur pièce. Le f. 336va s'arrète, à la dernière ligne de la
annis », mais, comme l'atteste la table, c'était à l'ori- colonne, au Quodl. VIII, a. 3, u. 33 «speciem»: il
gine un manuscrit complet des Quodlibets I-VI, manque la fin de la pièce 22, de VIII 3, 33 : «quam
dérivé tardif de l'exemplar <1>1 (avec omission du Quod- habet» à VIII 4, 46 : «ipsa principia », ce qui doit
libet de Pecham) : plusieurs cahiers ont été perdus. correspondre à deux colonnes de l'exemplar : le scribe
LES MANUSCRITS PRINCIPAUX

a oublié de tourner le dernier folio de la pièce. Au f. 291-298; au 12 e cahier, f. 278-29°, la numérotation


f. 336vb, première ligne, il reprend au début de la des folios passe par erreur de 281 à 283)' Le premier
pièce 23, VIII 4, u. 46: « ad cognitionem ». cahier, f. 146-15 7, contient la fin du De perfectione spi-
Deuxième distraction, plus grave: au fol. 33 7rb, ritualis uite, écrit de la mème main, dont le texte dérive
ligne 27 (vers le milieu de la colonne), il passe en de l'exemplar parisien (cf. éd. Léon., t. XLI, p. B 33,
pleine ligne de VIII 5, u. 104 : «nec deperit (+ ali- où notre ms. est désigné par le signe B 15).
quid eius <1>2) », à VIII 8, u. 54 : «Ad primum ». Cette Le ms. BI n'appartient pas au groupe germanique
fois il a du oublier le diplòme médian de la pièce 23. <l>2Gg : c'est un témoin mixte. Pour les Quodlibets I,
Des lecteurs attentifs ont remarqué ces omissions : au II, III, IV, V, VI (sans Pecham), c'est un témoin
f. 33 7rb2 7, en marge, une petite ligne marque la faute, dérivé de l'exemplar <1>2; pour les Quodlibets VII,
et au f. 336va, en bas de la colonne, on lit : «hic VIII, IX, X et XI, c'est un témoin indépendant
deficit medietas huius quodlibeti », ce qui est exact si (famille rg); enfin il ajoute le Quodlibet XII (famille
l'on additionne les deux omissions. On notera que le ~).
rubricateur qui a numéroté les artic1es n'a, lui, rien
remarqué : il numérote le texte mutilé comme si de
Berlin, Staatsbibliothek Theol. lat. fol. 602, B2
rien n'était. f. 24lta-369va (+ table, f. 370ra-372vb). Codices,
n. 233.
Basel, Universitatsbibl. B V 22, f. lta-107va. Les Quodlibets ont été copiés par une main germa-
Codices, n. 193. nique du xv e sièc1e (la la Ilae qui a été reliée en tète du
Les Quodlibets ont été copiés à Paris à la fin du manuscrit est datée de 1455, mais elle est d'une autre
xm e ou au début du XIVe sièc1e, directement (sauf le main).
Quodlibet XII) sur l'exemplar <1>2, avec omission du Le manuscrit appartient au groupe germanìyue
Quodlibet de Pecham (Quodlibets I, II, III, IV, V, <l>2G; son contenu est celui de ce groupe (Quodli-
VI, VII 1-16, IX, X, XI, VIII). Le Quodlibet XII a bets I, II, III, IV, V, VIII, VII 1-16, IX, X, XI, VI,
été ajouté de la mème main, immédiatement à la suite VII 17-18, XII).
(f. 101rb), sans que soit marquée aucune solution de
continuité. La copie a du ètre faite à la demande et sur Berlin, Staatsbibliothek Lat. fol. 428, f. zra-47ra B
!es indications d'un usager thomiste : l'omission du (+ table, f. 47ra-vb). Codices~ n. 244.
Quodlibet de Pecham est volontaire, et le Quodli- Ces 4 cahiers (1-3 12 , 4 10) ont été copiés par une
bet XII est donné dans une recension thomiste (cf. main italienne du XIVe sièc1e. Le manuscrit a succes-
plus loin, p. 154*-155*). sivement appartenu aux dominicains Pinus de Mes-
Le scribe indique la fin des pièces 7,8,9, lO, 11, 15 sine, Philippe de Nuceria, Nicolas de Nuceria (secré-
(13), 16 (14), 17 (15), 18, 19, 20, 21, et le début des taire en 1397, Arch. Fr. praed., 33, 1963, p. 226; puis
pièces 23 et 24 (cf. plus loin~ p. 41 *-44*). A la fin de la maitre en théologie et provincial entre 1404 et 1432,
pièce 15, son indication se présente sous la forme ibid., 32, 19 62 , p. 299-3° 2 ; 36, 1966, p. 34), Thomas
(f. 67ra): «hic finitur XV a pea que est XIII a de Nuceria; à la mort de ce dernier, il fut déposé dans
secundum nos»; la fin des pièces 16 et 17 est mar- la bibliothèque du couvent Saint-Dominique de
quée, f. 70vb : «hic finitur 14a pea »; f. 74va : «hic Naples, où il était encore en 1791 (Arch. Fr. Praed.,
finitur XV a pe a», entendez: «secundum nos»; le 36 , 19 66 , p. 46).
scribe rejoint ensuite la numérotation de l'exemplar. Le manuscrit dérive de l'exemplar <1>2, dont il a le
Cette anomalie s'explique (1) : le scribe a omis le Quod- contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Quodlibet
libet de Pecham, qui occupait les deux tiers de la de Pecham appelé Quodlibet VII, VII 1-16 appelé
pièce 13 et la pièce 14 en entier, il a donc décompté VIII, IX, X, XI, VIII appelé XII.
2 pièces, en arrondissant, ce qui était son intérèt, s'il
Bologna, Biblioteca Universitaria 165513, Bo
ne voulait pas payer au stationnaire les 18 deniers dus
f. 137ra-185vb (+ 186r). Codices, n. 297.
pour la location des 24 pièces de l'exemplar (cf. plus
4 cahiers de 12 folios (137-148,149-160,161-172,
haut, ms. Ba).
173-184) et les f. 185-187, copiés d'une main italienne
Berlin, Staatsbibliothek Theol. lat. fol. 294, du XIVe sièc1e (on peut négliger la main postérieure
f. 147rb-29zrb (+ tables f. 292va-298vb). Codices, qui a copié au f. 186r l'artic1e 21 du Quodlibet XII).
n. 228. Il faut distinguer dans ce manuscrit deux parties :
Les Quodlibets occupent 13 cahiers, écrits d'une Aux f. 13 7ra-172va, on a une copie d'un manuscrit
seule main germanique du xv e sièc1e (Ies cahiers sont dérivé de <1>2 (avec omission du Quodlibet de
de 12 folios, sauf peut-ètre le dernier, de 8 folios, Pecham), soit les Quodlibets I, II, III, IV, V et VI. La

1. E Axters, Pour l'état des manuscrits des « Questions quodlibétiqueSJ) de S. Thomas d'Aquin, dans Divus Thomas (Piacenza), 41 (1938),
p. 293-301, notamment p. 295, a bien noté l'anomalie, mais n'a pas su l'expliquer : il a supposé l'existence d'un exemplar qui n'aurait pas
comporté le Quodlibet de Pecham, exemplar que copierait Ba 1 ; l'hypothèse était alors possible; elle est aujourd'hui exclue par la collation
du texte : le texte de Ba 1 est le texte de <1>2.
LES TÉMOINS

copie est complète, si ce n'est que les artides 23 et 24 une croix, et en marge inférieure par la note : « In hoc
du Quodlibet IV (f. 161Vb-163rb) sont abrégés : de loco presentis columpne signo crucis signato scriptor
l'artide 23, restent les deux premières objections avec fecit saltum magnum plus quam per sex columpnas.
leurs réponses, le Sed contra 1 et la réponse amputée de Quem defectum reperies in 3o sexterno inmediate
son prologue (u. 247-276); de l'artide 24, les deux sequente hunc sexternum, hoc est inmediate post
premières objections avec leurs réponses, le Sed tabulam, vbi eciam reperies crucem in spacio ». La
contra 1 et la réponse. promesse est largement tenue, car aux f. 68va-70ra le
Aux f. 172Vb-185Vb, on a seulement, de la meme texte est repris de l'artide 17, u. 96 « Set aduerten-
main, un choix d'artides, abrégés et en désordre : dum» à 18, u. 22 « abstinencie ». Le supplément est
Quodlibet VIII, a.2-17, 19-20; VII, a.1-3, 5, 7-10; introduit par la note : « Iste sex columpne signum
IX, a.5 ; X, a.3; VII, a.ll-q; IX, a.2-4, 7-10, 12-16; crucis inmediate sequentes stabunt supra in 3a quotli-
X, a.2, 4, 7, 9-10, 12-16; XI, a.6, 8, 2, 3, 9, 11. Le beto in questione 17\ vbi eciam in margine signum
texte est toujours un texte dérivé de <1>2. crucis inuenies. Scriptor enim per negligenciam suam
ibi saltum fecit magnum ».
Bw Braunschweig, Stadtbibliothek 35, f. 20 tra- 35 4vb
(+ table 354vb-3 57vb). Codices, n. 331. Bruxelles, Bibliothèque royale 10827-35 (1579), B.
Au quatrième cahier (f. 237-247), un folio, entre les f. 6ra-25va. Codices, n. 426.
folios numérotés 242 et 243, a été omis dans la numé- 2 cahiers de 8 f. (f. 6-13 et 14-21) et un cahier de 4
rotation. (f. 22-25); le deuxième cahier, un moment égaré, est
Les Quodlibets sont écrits d'une main germanique aujourd'hui bien en pIace (voir les notes dans Codices).
du xv e siède. Les f. 2otra-339ra donnent un texte Écrits d'une main du XIVe siède, ces trois cahiers
dérivé de <1>2 : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Quod- ne contiennent que les Quodlib<>;s II et III, mais ils
libet de Pecham à lui attribué, VII 1-16, IX appelé 8, sont importants, car pour ces deux Quodlibets ils sont
X appelé 9, XI appelé lO, VIII appelé 11, suivi de la un bon témoin de la famille indépendante, 'Y.
mention, f. 339ra : « Explicit libri XI fratris thome ».
Suivent, de la meme main, le Quodlibet VII, a. 17-1 8 Budapest, Egyetemi Konyvtar 62, f. 10zra-197vb. B,
(omis dans l'exemplar <1>2), avec le titre : « Incipiunt Codices, n. 438.
questiones fratris thome de aquino de opere 8 cahiers de 12 folios; un cahier a été perdu : le
manuali », puis, f. 345 rb, le Quodlibet XII. texte finit ex abrupto au Quodl. XI, a.ll, u. 7 : « In
contrarium est quod nullus [+ en réclame obligat] »; le
Bg Brugge, Stadsbibliotheek 2°7, f. tra- 54rb et cahier perdu devait contenir la fin du Quodlibet XI et
6tra-94ra (+ table, f. 94ra-95va). Codices, n. 374. le Quodlibet XII, qui est contenu dans la famille dont
Nous avons là deux parties distinctes, bien qu'elles Bu est un témoin.
soient écrites de la meme main française du Écrit au xv e siède sans doute en Hongrie (il a
XIVe siède. appartenu à la chartreuse du Val Saint-Antoine à
La première partie (f. 1-60, 5 cahiers de 12 f.) Leichnitz, diocèse d'Esztergom), le manuscrit appar-
contient les QuodIibets I-VI de saint Thomas et un tient au groupe d'Europe centrale <l>2p, dont il a le
Quodlibet anonyme (f. 54va-5 9va; 59vb et 60 sont contenu : I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI,
blancs). Les Quodlibets de saint Thomas dérivent de [XII perdu].
l'exemplar <1>2 : I, II, III, IV, V, VI, Pecham.
La deuxième partie (f. 61-96, 3 cahiers de 12 f.) Budapest, Egyetemi Konyvtar 75, f. 98ra-217vb Bi
contient les Quodlibets VIII, IX, X, VII, XI : c'est (+ table, f. 217vb-22zra). Codices, n. 439.
un texte indépendant qui ne dérive pas de l'exemplar. 10 cahiers de 12 f. (pour le premier cahier, compter
Il est vraisemblable que le scribe de Bg (ou son le f. 97 blanc : rédame au f. 108v) et un cahier de 6
modèle) a d'abord eu en mains la copie indépendante (f. 217-222), écrits d'une main du xv e siède (daté de
des QuodIibets VII-XI et l'a ensuite complétée en 1470, f. 21 7V : « Et sic est finis huius Quodlibeti per
recourant à l'exemplar <1>2 (la table a été faite après me E.L. anno domini 1470).
coup). Le manuscrit appartient à la famille <l>2g dont il a le
contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VIII (appelé
Bx Bruxelles, Bibliothèque royale 976-977 (1592), VI), VII 1-16, IX (VIII), X (IX), XI (X), VI (XI),
f. tra-66vb (+ table, f. 66vb-68vb) et 68vb-70ra. VII 17-18 (Questio de opere manuali), XII.
Codices, n. 401.
5 cahiers de 12 f. (f. 70V-72 blancs), écrits d'une Burga de Osma, Biblioteca del Cabildo 5, B.
main du xv e siède. Copie dérivée de l'exemplar <1>1, f. tra-9ora (+ table, f. 9orb-92va). Codices, n. 447.
dont elle reproduit le contenu : Quodlibets I, II, III, 9 cahiers de lO f. et un bifolio; le neuvième cahier
IV, V, VI, Quodlibet de Pecham sous le titre de est en désordre : les deux diplòmes intérieurs ont été
«Septimum quotlibeth ». intervertis, il faut dane, après le f. 73, lire les folios
Au f. 26va, ligne 23, le scribe passe, dans le Quodli- 75, 74, 77 et 76 .
bet III, de l'artide 17, u. 108 «capitali» à l'artide 18, Écrit d'une main du xv e siède, le ms. Bs offre un
u. 17 « contraxit ». L'accident est signalé en marge par texte composite. Pour les Quodlibets I, II, III, IV, V
LFS MANUSCR1TS PR1NClPAUX

et VI, il dérive de <1>3 et forme avec Mdb un groupe bets IX, X et XI deviennent 8, 9 et 10; numérotation
qui d'abord s'unit au groupe Ts( Av) et ensuite s'en suivie par la table, f. IIIr-v).
sépare. Pour les Quodlibets VIII, IX, X, XI et VII Ces trois cahiers de 12 folios ont été écrits à la fin
(appelés VII, VIII, IX, X et XI), il donne un texte du XIV e siècle pour compléter Cb après la perte de ses
indépendant, de la famille Ts( Av)Bs. derniers cahiers : le texte reprend exactement à l'en-
Aux folios 34ra, 84rb et 86ra, le scribe a intégré droit annoncé par la réclame du dernier folio conservé
dans le texte des appréciations sur la nature des Quod- de Cb, Quodl. V, a.28, u. 17 : « ut scilicet quiecius ».
libets IV, a.23-24, VII, a.16 et VII, a.17-18 (cf. plus Le texte dérive de l'exemplar <1>2, mais il est déjà très
loin, p. 138*, 59*b, 79*b). La position du ms. Bs corrigé.
interdit de voir dans ces appréciations un témoignage (Les manuscrits CbCc semblent avoir un fils, ou un
issu de la tradition du texte : ce sont les conclusions petit-fils, dans le ms. 05, voir à ce ms.).
personnelles d'un maìtre du xv e siècle.
Cambridge, Gonville and Caius College 375' (595), C4
Caen, Bibliothèque municipale In fol. 16 (F), f. 306r-F1V. Codiees, n. 487.
f. Ha-166ra (+ table, f. 166ra-167rb) Codiees, n. 449. Deux cahiers de 8 folios, écrits d'une main anglaise
21 cahiers marqués A 8_ X 8 (les deux derniers folios de la fin du XIVe OU du début du xve siècle. I1s
du cahier Font tous deux été numérotés 47). contiennent les Quodlibets I et II et le début du Quod-
Le texte, écrit d'une main française du xve siècle, libet III; ils s'achèvent ex abrupto, Quodl. III, a. 5,
appartient en général au sous-groupe français dérivé u. 31 : « comestio uera fuit ut dicit augustinus 13 [en
de <1>2, <l>2F; cependant il lui arrive de passer à une réclame de ciuitate dei]»; les cahiers suivants ont été
famille indépendante, notamment aux Quodlibets IV, perdus.
a.12-17, aux Quodlibets VIII et XI, et il est toujours Texte dérivé de hxemplar <1>2.
très corrigé. Le contenu est celui de <1>2 : I, II, III, IV,
V, VI, Pecham, VII 1-16, IX, X, XI, VIII (la table de Cambridge, Pembroke College 128, f. Ha-5 1va Cl
seconde main compte Pecham comme Quodlibet VII ; (+ table, f. 51Vb-pvb). Codiees, n. 507.
le Quodlibet VII devient VIII, et VIII devient XII). Le manuscrit est écrit de deux mains anglaises de la
fin du Xlye OU du début du xve siècle (au f. 5rb, on lit
Cambridge, Gonville and Caius College 93 (175), de la main du premier scribe: « Incipit secundum
f. 16vb-92Vb. Codiees, n. 477. quodlibet sancti thome de aquino »).
Il Y a là en réalité trois manuscrits différents, de Première main: f. Ha-Fvb, soit 4 cahiers de
mains et de dates différentes. 8 folios (plusieurs erreurs viennent de ce que, au f. 1,
non numéroté, on a pris pour un 3 une volute de la
F. 16vb-20vb : Quodlibet IV, a.23-24 (explicit ex
décoration! Puis, pour corriger cette erreur, on a
abrupto, a.24, ad 2 : « Ad ij dicendum quod perfectio
soustrait 2 aux chiffres indiqués : le f 32, bien mar-
[en réclame uite in preceptis]» : le cahier annoncé a été
qué dans le manuscrit, est devenu 30, au mépris de la
perdu).
composition des cahiers). Cette main mène le texte
Ces deux articles constituent la seconde partie d'un
jusqu'au Quodl. VIII, a.1, u. 24 « secundum eum per-
ensemble consacré à la vie religieuse, dont la première
fecta ».
partie est le De perfeetione spiritualis uite, f. Ha-16vb;
Deuxième main : f. Bra-p, soit 2 cahiers de 8 f. et
cet ensemble a été écrit d'une seule main de la fin du
un de 4, poursuit le texte sans discontinuer,
xm e ou du début du XIV e siècle. Le texte du De per-
Quodl. VIII, a.1, u. 24 « non fierent ».
jeetione dérive du second exemplar parisien q:>2 (cf. éd.
Les deux scribes ont dti se relayer pour copier un
Léon., t. XLI, p. 36, ms. C 19); de méme, le texte des
méme modèle, car la position du manuscrit reste la
a.23-24 du Quodlibet IV dérive de l'exemplar <1>1.
méme : c'est un texte dérivé des exemplars parisiens,
F. 2Ha-56vb: Quodlibets I, II, III, IV (sauf les mais contaminé, et qui fait famille avec 0 3 . Le
a.23-24), V (explicit ex abrupto, 18 lignes avant la fin contenu est celui de <1>2, mais aménagé : Pecham est
du Quodlibet V, soit Quodl. V, a.28, u. 22 : « propter omis, et VIII déplacé; on a ainsi : Quodlibets I, II,
lasciuiam [en réclame ut scilicet qui]»: le cahier III, IV, V, VI, VIII, VII 1-16, IX, X, XI (les Quodli-
annoncé a été perdu dès le XIV e siècle). bets VIII et VII sont appelés dans la table VII et
Trois cahiers de 12 folios, écrits d'une main de la VIII).
fin du xm e ou du début du XIV e siècle (après Ca :
Cambridge, Peterhouse 128 (1.3.2), f. H-90V (en C2
l'omission des a.23-24 du Quodlibet IV s'explique
téte, f. I-IIIv, tables). Codiees, n. 522.
parce que le maitre qui a fait copier Cb avait déjà en
7 cahiers de 12 folios et 1 cahier de 6, écrits d'une
mais le ms. Ca). Le ms. Cb est un bon témoin de la
main anglaise de la fin du XIVe siècle. Contenu : Quod-
famille indépendante 'Y.
libets I, II, III, IV, V, VI (avec addition d'un
F. 57ra-92vb: Quodlibets V fin, VI, VIII, VII article 20 : Questio est de processione Spirirus sancti,
1-16, IX, X et XI (les titres courants font un seuI f. 54r-56v), VIII (appelé VII), VII 1-16 (appelé VIII),
Quodlibet 7 des Quodlibets VIII et VII; les Quodli- IX, X, XI. F. 90V : « Explicit undecimum quodlibet
6* LES TÉMOINS

et per consequens ultimum fratris thome de aqumo et q'7 (a.17-18); p. 325a: [Rubr.] questio .6. de
ord. predico parisius ». sensibus sacre scripture. Deinde queritur de sensibus
Texte de l'exemplar $2 déjà très corrigé (indépen- sacre scripture ... ; p. 327a [Rubr.] questio .VII. de
dant au Quodlibet XI ?). operatione manuali. < Q > uestio est de opere manuali.
L'intitulé de ces deux questions ne laisse aucun
Cambridge, University Library Mm. 2. 7 (2302),
doute sur leur nature : ce sont deux questions extraites
f.238ra-371tb (+ table, f.371va-374va). Codices,
du Quodlibet VII, avec leur numéro d'ordre expressé-
n. 556.
ment indiqué. Le texte appartient à une famille bien
Fin du cahier 233 -240, puis 16 cahiers de 8 folios, et
définie, dont l'autre représentant principal est le ms.
presque tout le cahier 369-376. Main anglaise de la fin
Ts. Cette rencontre des deux manuscrits, et ailleurs leur
du Xlye siècle. Contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V,
divergence, s'explique si tous deux ont été copiés dans
VI, VIII (appelé VII), VII 1-16 (appelé VIII), IX, X,
un centre intellectuel qui leur offrait un choix de
XI.
modèles : Avignon, entre 13°9 et 1323.
Le ms. C3 doit dériver de deux modèles, car pour
Pages 357-494 : Quodlibets I-XI (moins VII, 14-18).
les Quodlibets I-VI son texte est celui de $1, tandis
Après le folio de garde (p. 35 5-356), on a là
que pour les Quodlibets VII-XI il appartient à un
6 cahiers de 12 folios (pages 357-378, 379-402, 403-
groupe corrigé de $2.
426, 4 27-45°, 451-474, 475-49 8, la page 498 est
Ce Cesena, Biblioteca Malatestiana Piana 3-146, l'bIanche, sauf notes surajoutées). Cette partie semble
f. 124ra-213Va (+ table, f. 123rb-vb et 214vb). Codices, écrite de deux mains du début du Xlye siècle (entre
n. 573. 1309 et 1323). La première est la meme que celle qui a
Fin d'un cahier (117)-126, puis 9 cahiers de écrit les p. 32 5- 33 1; la seconde commence à la page
lO folios (saufle cinquième, de 8 f., 167-174), écrits en 45 1a, ligne 29, au Quodl. VII, a. 1, ad 1, u. 134 «dis-
1467 par Theodericus Goch, Gelrensem, Almanum tingueretur »; ce changement ne se traduit pas par un
(f. 123ra et 213va) : la Gueldre, province hollandaise changement de texte : le modèle copié reste le meme.
depuis 1814, était alors un état allemand. En revanche, il existe un changement de texte qui nous
Le texte et le contenu sont ceux de l'exemplar $2 : force à distinguer dans ces pages deux parties :
Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, VII 1-16, IX, X, XI, Pages 357-450a5 : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI,
VIII (Pecham est omis). Pecham : c'est un texte dérivé de l'exemplar parisien
$2, sans autorité particulière (ce n'est pas une copie
Cv Charleville, Bibliothèque municipale 195 B, immédiate).
f. 108ra-15 orb. Codices, n. 581-
Pages 450a6-497 : Quodlibets VII (moins les ques-
Trois cahiers de 12 folios (108-119, 120-13 1, 13 2- tions 6-7, a.14-18), VIII, IX, X, XI : c'est un texte
143), plus 7 folios (1 cahier de 8 dont un folio a été indépendant, qui mérite attention.
arraché ?), écrits d'une main française du Xlye siècle.
Le manuscrit contient les Quodlibets I, II, III, IV,
Durham, Chapter Library B.I.8, f. 204ra-228ra
V, VI ; titre : «Quodlibet fratris thome », repris en titre
(+ table, f. 228ra-va). Codices, n. 678.
courant; numérotation continue des artic1es (une
Une première main de la fin du xm e ou du début du
seconde main a ajouté le numéro de chaque quodlibet);
Xlye siècle a écrit (à la suite de la la Pars) le Quod-
f. 15 orb: «Expliciunt questiones de quolibet fratris
libet III, f. 204ra-214ra (214rb et 215 blancs). Une
thome».
deuxième main, contemporaine, a écrit les Quodli-
On s'attendrait à ce que ce manuscrit dérive de
bets II et I, f. 216ra-228ra. Une troisième main plus
l'exemplar $1, qui ne contenait que les quod-
tardive a écrit la table, f. 228ra-va (les f. 229-233 sont
libets I-VI; il n'en est rien, son texte est celui de
blancs, sauf annotations).
l'exemplar $2 (déjà assez altéré), qui était completo
Le texte est de la famille indépendante 'Y.
Pourquoi donc le scribe a-t-il arreté sa copie à la fin du
Quodlibet VI? Peut-etre a-t-il buté contre le Quodli-
Erlangen, Universitiitsbibliothek 269/3 (328),
bet de Pecham (cf. plus loin, ms. E), à moins que
f. 116ra-15 2va. Codices, n. 769,
l'usager qui a commandé la copie n'ait déjà eu en mains
Le manuscrit tout entier a été copié à Paris sur
une copie des quodlibets VII-XI.
exemplars, taut à la fin du xm e sièc1e, ou au début du
Dole, Bibliothèque municipale 81, pages 325 a- 33 l b Xlye : il contient de la meme main les Quodlibets I-VI
et 357a-497a. Codices, n. 645. de Gilles de Rome, dont le dernier est de 1291, et les
Les Quodlibets de saint Thomas sont coupés en Quodlibets I-III de Richard de Mediavilla, dont le troi-
deux parties : l'une forme le début de la troisième par- sième est de 1287.
tie du recueil, qui se poursuit par des Quodlibets ano- Les Quodlibets de saint Thomas ont été copiés
nymes (pages 325-354), l'autre constitue la quatrième directement sur un exemplar: sont marquées les
partie du recueil (pages 355 -49 8). pièces 4,5,6,7,8, lO et 11 (cf. plus loin, p. 41*-44*).
DI* Pages 325a-331b: Quodlibet VII, q.6 (a. 14-16) Le scribe arrete sa copie à la fin du Quodlibet V (avec,
LES MANUSCRITS PRINCIPAUX

bien visible en pleine colonne, le colophon qui indique et c'est ce qui compte, à Paris; la copie des Quodlibets
la datation, cf. plus loin, p. 151*); la table (f. 1vb-3ra) a été achevée le 2 aoùt 1449.
dépasse cette limite: elle donne (f. 2va-3ra) le relevé Le manuscrit fait partie d'un sous-groupe français
des questions du Quodlibet VI et du Quodlibet VII tardif (F3R, CnP1l5/) dérivé de $2 (il a suppléé les
(c'est-à-dire du Quodlibet de Pecham), relevé il est vrai a.17-18 du Quodlibet VII) : Quodlibets I, II, III, IV,
annulé par un « va ... cat» de main postérieure. Il était V, VI, Pecham, VII (y compris 17-18), IX, X, XI,
donc logique de penser (comme on l'a fait) que le ms. VIII.
E était une copie de l'exemplar $1. Or, la collation du
Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana Fiesolano F2
texte prouve le contraire : c'est une copie de l'exemplar
$2. Pourquoi donc le scribe a-t-il arreté sa copie à la fin 106, f. 124va-144vb. Codiees, n. 916.
D'une main italienne de la seconde moitié du
du Quodlibet V? L'explication la plus probable est
xve siècle, c'est une copie du ms. F 1 (ci-dessous),
qu'il travaillait pour un client qui lui avait commandé
avant toutefois qu'une main plus tardive n'ait fait une
les Quodlibets de saint Thomas, et qui a été trompé
ultime correction de ce dernier.
par l'attribution à Pecham de son Quodlibet, attribu-
tion introduite en cours d'usage dans l'exemplar $2, et Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana Conv. F
malencontreusement étendue au Quodlibet VI (erreur Soppr. 623, f. Ilt-301 V (+ table des questions,
favorisée par le colophon du Quodlibet V, qui sem- f. 301 V-306r; en tete, cahier surajouté, table alphabé-
blait marquer la fin des Quodlibets de saint Thomas, et tique des matières, f. lt-9r). Codiees, n. 936.
qui la marquait en effet, le Quodlibet VI étant hors de Après Il cahier surajouté (d'autre main), f. 1-10, le
pIace). manuscrit se compose de 30 cahiers de lO folios (sauf
138 28 12 3°6; au cahier 25 la numérotation passe de 25 5
Erlangen, Universitatsbibliothek 520 (818), à 257), écrits d'une main italienne du xrve siècle.
f. 253ra-384va (+ tables, f. 384va-389va). Codiees, Le manuscrit est un témoin de la famille indépen-
n·774· dante, mais un témoin très personnel : il a dù etre
Trois mains se sont relayées pour écrire les Quodli- copié par un maÌtre qui n'hésite pas à intervenir dans le
bets de saint Thomas. Première main, f. 253 ra- texte. Au Quodlibet XII, le ms. F est un témoin d'une
279rb26, du Quod/. I au Quod/. III, a.17, ad 4 : « Ad 4 m des recensions corrigées, la recension PrF, mais à la
dicendum ». Deuxième main, f. 279rb26- 28 8vb, du correction primitive attestée par Pr il superpose une
Quod/. III, a.17, ad 4 « quod auctoritas », au Quod/. IV, seconde correction plus radicale, avec des ajouts qui lui
a.17, arg.l « incidere non [en réclame incedet] ». Troi- sont propres; cf. plus loin p. 155*-157*, et Appendice.
sième main, f. 289ra-389va, du Quod/. IV, a.17, arg.l
« incedet» jusqu'à la fin (la meme troisième main a
Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana S. Marco F1
ajouté après les tables le Quodlibet II de Pecham, 462, f. 122ra-143vb. Codiees, n. 938.
Ce manuscrit complexe se compose de deux parties,
f. 389va-395vb, explicit ex abrupto, q.17, s.c., u. 12
écrites de la meme main française du début du
« secundum quod non », éd. Etzkorn, p. 110 : le cahier
suivant est perdu). Cependant ces trois mains semblent
xrye siècle. La première partie compte deux cahiers,
numérotés I et II aux f. lt et 13r; elle contient le De
copier le meme modèle.
perfeetione spiritua/is uite. La seconde partie compte onze
Le texte et le contenu sont ceux du groupe germa-
cahiers, numérotés : J12 (f. 18-29), II 12 (f. 3°-41), IIp2
nique $2G : Quodlibets I, II, III, IV, V, VIII, VII
(f. 42-53), IV 12 (f. 54-65), V 12 (f. 66-78, la numérota-
1-16, IX, X, XI, VI, VII 17-18, XII.
tion passe de 70 à 72), VII2 (f. 79-91, la numérotation
passe de 85 à 87 et se trouve en avance de deux
Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana Fiesolano
chiffres), VII12 (f. 92-1°3), VIIII2 (f. 104-115), IX6
103, f. lra-104va (+ tables, f. 104vb-l07ra). Codiees,
(f. 116-121), f. surajouté blanc, non numéroté (la
913· numérotation n'est plus en avance que d'un chiffre),
9 cahiers de 12 folios, soit 108 f. + un folio supplé-
XI2 (f. 122-133), XI lO (f. 134-143), + un folio sura-
mentaire numéroté 107. La numérotation des folios est
jouté blanc. Les cahiers I-IX contiennent des extraits
en effet erronée ; elle omet deux folios dans le troisième
des Q. de ueritate, et la Q. de spiritualibus ereaturis, les
cahier, un folio 26 a et un f. 29 a et se trouve donc
cahiers X-XI des extraits des Quodlibets.
désormais en retard de 2 chiffres. Les réclames, somp-
Le manuscrit a été écrit à Paris : la copie des Q. de
tueuses, marquent bien les cahiers : f. 12V, 24V, 34V
ueritate comporte des indications de pièces. Cependant
(en réalité 36v), 46v, 58v, 70v, 82V, 94v. La fin du
la copie des Quodlibets ne dépend pas des exemplars
cahier 8 est en désordre : lire les f. 92, 94, 93 ; ce n'est
parisiens : le ms. est un bon témoin de la famille indé-
pas une erreur du relieur, car le début du cahier est en
pendante 0/. Il ne contient malheureusement que des
ordre, mais une erreur du scribe, qui au moment
extraits des Quodlibets I-VI, à savoir : I, a.I-6, 13-14,
d'écrire la fin du cahier a interverti les deux derniers
19-20; II, a.I-2, 6-10,16; III, a.II-17, 3°-31; IV, a.4-5,
diplòmes (il signale son erreur).
12-22; V, a.I-9, 19-28; VI, a.12.
Le manuscrit, depuis longtemps en Italie, a été écrit
pour un maitre aragonais par un scribe écossais, mais, Frankfurt am Main, Stadt- und Universitatsbiblio- Ff
8* LES TÉMOINS

thek Carm. 6, f. 12tra-231rb (+ table, f. 2Fva- 's-Heerenberg, Huis Bergh 14 (Inv. 266), Hr
233 vb). Codices, Supplément. f. tr-272r. Codices, n. 1092 A.
Écrit d'une main germanique du xve siède, ce Copie de l'édition Ed l (Romae, c. 1470) par une
manuscrit fait partie du sous-groupe germanique tardif main du début du XVl e siède (qui commence à réta-
<l>2g, dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, blir sporadiquement les diphtongues : duae, aeternali-
VIII, VII 1-16, IX, X, XI, VI, VII 17-18, XII. ter, quae, ce que Ed l ne faisait pas encore).
Cf! Grottaferrata, Bibliothèque du Collège des éditeurs Heverlee (Leuven), Abdij van 't Park Archief lO, He
de S. Thomas 9, Première partie, f. tr-146r (+ table, f. tra-125Vb. Codices, n. 1111 A.
f. 146v-148v). Codices, n. 2802. Deux scribes se sont relayés pour écrire ce manus-
15 cahiers (1-14 10 15 8) d'une écriture italienne du crit : le premier a écrit 3 cahiers de 12 f. (f. 1-36), le
milieu du xv e siède. deuxième le reste (f. 37-125; le dernier cahier est
Le texte dérive des exemplars parisiens, mais s'ins- mutilé, il manque 8 lignes de la fin du Quodlibet de
crit dans un sous-groupe contaminé (Cfl V 2). Pecham qui finit ex abrupto, f. 125Vb, à la q.F, u. 28
Contenu: Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, VIII « notum quod », éd. Etzkorn, p. 129; manquent les
(appelé « septimum» dans la table), VII 1-16 (octa- lignes 28-36; le cahier perdu contenait sans doute
uum), IX, X, XI. aussi les tables).
Le ms. He a un frère, Ut (sans pader d'un parent
Cf Grottaferrata, Bibliothèque du Collège des éditeurs
plus lointain et incomplet, SI). Le texte est un texte
de S. Thomas 13, f. tra-105vb [106 perdu] (+ table
composite, dépendant de plusieurs modèles et réamé-
des questions, numérotée de main récente
nagé; les Quodlibets I-VI et VII, 1-16, viennent de
f. 106r-I09v). Codices, n. 2806.
<1>2 (ainsi que le Quodlibet de Pecham); le Quodli-
13 cahiers de 8 et un bifolio, f. 1°5 -106 (les folios
bet VII, 17-18, qui manque dans <1>2, est suppléé
sont numérotés par le rubricateur); le f. 106 est
d'après la famille indépendante rg, et du coup He
aujourd'hui perdu et le texte s'achève ex abrupto au
reste fidèle à cette fa mille pour les Quodli-
f. 1°5 vb, Quodl. VIII (XII du manuscrit), a.19, u. 73
bets VIII-XI (le Quodlibet XII est suppléé).
« set receptio»; mais le folio n'était pas encore perdu
Le contenu est donc : Quodlibets I, II, III, IV, V,
lorsqu'a été composée la table, qui signale bien
VI, VII 1-16, VII 17-18, VIII, IX, X, XI; Quodli-
l'artide 20 avec renvoi au f. 106 (par contre, la numé-
bet XII; Quodlibet II de Pecham, rejeté à la fin.
rotation des folios de la table a été faite de main
récente après la perte du f. 106). Main italienne du Innsbruck, Universitiitsbibliothek 274, f. IIra-Vvb In
xv e siède. et tra-73 vb. Codices, n. 1122.
Le ms. Cf donne un texte dérivé de l'exemplar <1>2, Après un folio de garde (compté comme f. I), on a
mais il y ajoute le Quodlibet XII, qu'il appelle « Sep- un cahier de 4 folios (II-V), et 7 cahiers (1- 5 12 6 8 7 6 ;
timum quodlibet» et qu'il insère entre le Quodli- f. 74 blanc), tous écrits de la meme main dans la pre-
bet VI et le Quodlibet de Pecham, correctement attri- mière moitié du XIVe siède.
bué à Pecham (le Quodlibet XII est dans la recension Le cahier préliminaire (fautif et refait, mais
corrigée Ba IC.!). Le contenu est donc le suivant: conservé on ne sait pourquoi) contient le Quodli-
Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, XII (appelé VII), bet III, a.17, 79-80 : «que est uinculum perfectionis»
Pecham, VII 1-16 (appelé VIII), IX, X, XI, VIII jusqu'à l'a.18, 37-38 : «impedit matrimonium. con»
(appelé XII). (f. IIra-IIIvb), et passe au Quodlibet IV, a.2, 12-13 :
« nita. ergo in deo non est uirtus », qu'il poursuit jus-
Hb Harburg, Fiirstliche Bibliothek Ink. fol. Augsburg
qu'à l'a.7, 9-10: «in libro de tri [réclame] nitate quod
St. Ulrich u. Afra 2, f. tra-llora (+ tables
sola» (f. IVra-Vvb).
f. 110ra-114rb). Codices, n. 1090.
Le corps du ms. (f. 1-73) contient Ics Quodlibets I,
Ce manuscrit est maintenant à Augsburg, Staats-
II, III, IV, V, VI, Pecham.
und Stadtbibliothek, mais sous la cote ci-dessus. Il est
Bien qu'il s'arrete au Quodlibet de Pecham, le ms.
écrit d'une main germanique du xv e siède. Le scribe
dérive de l'exemplar <1>2 : l'arret s'explique peut-etre
a laissé de nombreux blancs (peut-etre parce que son
parce gue le dient qui a commandé le manuscrit avait
modèle était abimé et qu'il espérait pouvoir combler
déjà en mains une copie des Quodlibets VII-XI.
les lacunes d'après un autre modèle, ce qui n'a pas été
Le ms. In a été copié au xv e siède par le ms. Sg
fait). La lacune la plus voyante est celle du début : au
(voir plus loin la description de ce ms. Jg).
f. tra, on a la deuxième moitié de l'artide 2 du Quod-
libet I (lignes 37-62 : « accidit - obiecta»; le bas de Innsbruck, Universitiitsbibliothek 435, f. 15 7ra- In 1
tra ainsi que trb-4Vb sont blancs ; le texte reprend au 290va (+ table, f. 292f-v). Codices, n. 1126.
f. 5ra à l'artide 14 du Quodlibet 1. 11 cahiers de 12 folios (sauf le cahier 6, de 14 f.,
Le ms. appartient au groupe germanique tardif 218-231 ; à la fin du deuxième cahier, la numérotation
<l>2G, dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III, IV, des folios passe de 180 à 182), écrits d'une main ger-
V, VIII (appelé VI), VII 1-16, IX (appelé VIII), X manique du xv e siède, indépendants des autres par-
(9), XI (IO), VI (11), VII 17-18, XII. ties du manuscrit.
10* LES TÉMOINS

xv e siède, il appartient au sous-groupe germanique (13), copie dérivée de témoins indépendants. La table
tardif <1>2g, dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III, suit la numérotation des Quodlibets de I à XIII. La
IV, V, VIII, VII 1-16, IX, X, XI, VI, VII 17-18, XII. seconde partie du ms. Wr semble dériver de cette
Le texte est corrigé et ahéré. seconde partie de L l (voir plus loin).
La numérotation des folios passe du f. 242 au
Leipzig, Universitiitsbibliothek 481, f. ua-98rb L 2
f. 245, mais rien ne manque. Par contre, au
(+ table d'une autre main, f. 98va-100rb). Codices,
f. 210vb8-9, dans le Quodlibet III, le manuscrit passe
de l'artide lO, Réponse, ligne 20 «si sequatur erro- n. 1409.
9 cahiers (1-8 12 9 4) écrits d'une main germanique
neam», à l'artide 17, ad 2: «ad secundum non
du XIVe siède. Le manuscrit semble dépendre de deux
enim» : le scribe (ou son modèle) a du sauter un
modèles:
cahier.
I. Quodlibet I-II: Le texte est celui du groupe ger-
Lh Leiden, Bibliotheek der Rijksuniversiteit manique <1>2G, ou au moins un texte déjà ahéré et cor-
B.P.L. 191 A, f. 6ua-69va. Codices, n. 1382. rigé.
Écrits d'une main germanique de la fin du II. Quodlibet III, jusqu'à la fin : le texte est très
XIII e siède, ces folios contiennent le Quodlibet VII, proche de l'exemplar <1>2. Sa proximité de l'exemplar
a. 1-1 3 et 17-18, dans une recension révisée par saint est établie par un accident plus décisif encore qu'une
Thomas lui-mème; voir plus loin, p. 51*-52* et indication de pièce: le désordre de la pièce 9. La
76*-77*. pièce 8 s'achève au Quodlibet IV, a.23, ligne 227 :
« annis» (réclame «et in hiis promissis»); la pièce 9
L Leipzig, Universitatsbibliothek 465, f. 185ra-257rb commence donc: « et in hiis promissis perseue-
(+ table, f. 257ra-259rb). Codices, n. 1394. rantes» ; elle se termine à l'artide 24, ad 6, ligne 364 :
Écrit d'une main germanique du XIV e siède, ce «intrantes». Or, le scribe qui a fait la copie immédiate
manuscrit offre un contenu composite : de <1>2 d' où dérive L 2 avait interverti le premier et le
f. 185ra-222va + 2prb-257rb, texte dérivé (mais cor- deuxième diplòme de cette pièce 9 et en outre plié à
rigé) de l'exemplar parisien <1>1 : Quodl. I, II, III, IV, l'envers le premier diplòme, inséré dans le deuxième;
V, VI, Pecham (rejeté en fin de série) ; f. 222va-25 zrb, les folios de la pièce se présentaient donc dans
texte dérivé d'une copie indépendante, Quodli- l'ordre: 2,4,1,3. Au f. 38ra6 du ms. L2, on lit donc
bets VII, VIII, IX, X, XI, et Quodlibet XII. la fin de la pièce 8, complétée par la rédame : «annis
Il semble qu'on puisse prendre ici le scribe en fla- et in hiis promissis»; suivent immédiatement à cette
grant délit de correction arbitraire. Il rejette le Quod- ligne 227 les lignes 425 -6 3° : «uocauit - proponat »,
libet de Pecham en fin de série, après le Quodli- qui occupent les f. 38ra6-39ra15 (c'est le f. 2 de la
bet XII de saint Thomas. Or, dans la table, écrite de pièce 9); puis, f. 39ra15-40ra29, on a le texte de
sa main, les artides du Quodlibet de Pecham figurent l'artide 24, S.c. 1, ligne 156 «monentur in quibus »
à leur piace habituelle, après les artic1es du Quodli- jusqu'à ad 6, ligne 364 «intrantes» (c'est le f. 4 de la
bet VI de saint Thomas (f. 25 8rb-va). La seconde pièce 9); aux f. 40ra29-41 b6, on a le début de la
main, qui a numéroté en marge les Quodlibets dans la pièce 9, avec reprise de la rédame, a.23, ligne 227 «et
table, a correctement numéroté VI et VII les Quodli- in promissis», jusqu'à l'artide 23, ad 1, ligne 425 «ita
bets de saint Thomas, et elle a divisé le Quodlibet de etiam» (f. 1 de la pièce 9); enfin, aux f. 4ub7-4zrb8
Pecham en deux Quodlibets, numérotés XIII et XIV. on lit l'artic1e 23, ad 17, ligne 630 : «et ita etiam sub-
En face du premier artide du Quodlibet VII, une dit», jusqu'à l'artic1e 24, S.c. 1, ligne 156 «consilio»
note marginale invite à passer du dernier artide du (c'est le f. 3 de la pièce 9) ; suit alors la pièce 10, a.24,
Quodlibet VI au premier artide du Quodlibet VII : ad 6, ligne 364 «non statim ». Dans le ms. L 2, des
«transi de questione celi empyrei usque huc», tandis notes marginales invitent à lire: 38ra6 - 40ra29-
qu'une correction plus drastique annule les artic1es de 4 ub6 - 38ra6- 39 ra 15 - 4ub7-4zrb8 - 39ra 15-40ra29, et
Pecham par «va...cat». Le témoignage de la table de là à passer à 4zrb8 : la correction s'imposait, et
montre que le modèle de L avait le Quodlibet de qu'elle n'ait pas été faite par la première main de L 2
Pecham en pIace, et que son rejet en fin de série est un prouve sa proximité de la copie immédiate, et fautive,
phénomène secondaire, sans douté motivé par les de l'exemplar.
doutes qui se faisaient jour sur son authenticité tho- Le contenu est celui de <1>2 : Quodlibets I, II, III,
miste. IV, V, VI, Pecham, VII 1-16, IX, X, XI, VIII. La
table, de deuxième main, a été copiée sur un modèle
Leipzig, Universitiitsbibliothek 480, f. ua-46va
qui n'avait pas le mème contenu (I, II, III, IV, V, VI,
(+ table, f. 46vb-47Vb). Codices, n. 1408.
VIII, IX, X, XI, VII complet, XII).
Écrit d'une main germanique du XIVe sièc1e, ce
manuscrit dérive de plusieurs modèles : f. lra-26ra : Lisboa, Biblioteca Nacional AIe. 262 (CCXXVI), Li
Quodlibets I, II, III, IV 1-22, IV 23-24 (appelé Quod- f. 15 3ra-198va. Codices, n. 1482.
libet 5), V (appelé 6), VI (7), copie dérivée de l'exem- 3 cahiers de 12 folios et un de 10, indépendants du
plar parisien <1>2; f. 26ra-46va Quodlibets VII (8), reste du manuscrit, écrits à la fin du XIII ou au début
VIII (9), IX (10), X (11), XI (12), et Quodlibet XII du XIVe siède d'une main méridionale. Au f. 170ra, le
-
LES MANUSCRITS PRINClPAUX 11 *

début du Quodlibet I est marqué par un changement l'ordre de Md", mais XI a été inséré, et les numéros
de pIume et d'enere très net (la main semble la d'ordre changés, comme ils le sont de seconde main
meme) : on pense à une reprise de travail après une dans Md").
interruption. Les Quodlibets sont numérotés dans
Magdeburg, Domgymnasium 116, f. 4ra-129va M~
l'ordre où ils se lisent dans le manuscrit : VIII (1), IX
(+ tables, f. 129vb-134va). Codices, n. 1593.
(2), X (3), VII (4), puis I (5), II (6), III (7), IV 1-22
Écrit au xv e siède d'une main germanique, le
(8). Le scribe arrete sa copie à la fin de l'artide 22 du
manuscrit appartient au groupe germanique tardif
Quodlibet IV, il laisse en blanc les 3/4 de la
<1>2G, dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III, IV,
colonne 198va et toute la colonne 198vb; rien n'in-
V, VIII, VII 1-16, IX, X, XI, VI, VII 17-18, XII.
dique les raisons de cet arret.
Les Quodlibets VIII-IX-X-VII appartiennent à Mainz, Stadtbibliothek 11.99, f. 25ra-149rb Ma
une famille indépendante, et les Quodlibets I-IV à la (+ table, f. 149va-151vb). Codices, n. 1618.
famille indépendante 'Y. Écrit à la fin du xve siède de main germanique, ce
manuscrit appartient au sous-groupe germanique tar-
Lo London, British Library Burney 288, f. zr-ll5V (+
dif <1>2g, dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III, IV,
table partielle, de seconde main, f. 117v-119r). Codices,
V, VIII, VII 1-16, IX, X, XI, VI, VII 17-18, XII.
n. 1503.
13 cahiers de 8 folios et un de 6 (Il 7r et Miinchen, Staatsbibliothek Clm 3813, f. zra-138vb M
119 blancs), écrits au xv e siède par une maln (+ table, f. 138vb-14zra). Codices, n. 1732. '
anglaise. Écrit d'une main germanique dans la seconde moi-
Le manuscrit appartient à un sous-groupe (Lo V5) tié du xve siède (c. 1467), le manuscrit appartient au
contaminé, dérivé de <1>1. Quodlibets I, II, III, IV, V, groupe germanique tardif <1>2G (il est plus étroitement
VI. apparenté au ms. Ua). Son contenu est le contenu de
son groupe : Quodlibets I, II, III, IV, V, VIII, VII
Lo 1 London, St. Dominic's Priory Library l,
1-16, IX, X, XI, VI, VII 17-18, XII.
f. aa-50ra. Codices, n. 1po.
Écrit par une main anglaise du xv e siède. Quodli- Miinchen, Staatsbibliothek Clm 14119, f. tra- MI
bets I, II, III, IV 1-22, V, VI, VIII (appelé 7), VII 132vb. Codices, n. 1810.
1-16 (appelé 8), IX, X, XI. Achevé d'écrire en 14 59 par une main germanique,
Le manuscrit appartient à un sous-groupe conta- mais qui copie un modèle qui relevait de deux tradi-
miné ([C 3]Lol V6), dérivé des exemplars parisiens. tions différentes : Quodlibets I, II, III, IV 1-22, V,
VI, VII 1-7: tradition indépendante; Quodli-
Madrid, Biblioteca Nacional 5°°, f. 205Vb-269vb
bets VII, 8-16, IX, X, XII, VIII: tradition pari-
(+ table, f. 269vb-271va). Codices, n. 1556.
sienne, texte dérivé de l'exemplar <1>2.
Il s'agit là en réalité de deux manuscrits d'age dif-
Le manuscrit MI est étroitement apparenté au ms.
férent, mais dont le second semble avoir été écrit pour
M3.
compléter le premier.
Miinchen, Staatsbibliothek Clm 14383, f.64ra- M5
Md" F. 205vb-23orb (table de deuxième main, f. 231V) :
72Vb. Codices, n. 1818.
Quodlibets VIII (appelé I), IX (appelé II), X
1 cahier de lO folios dont le dernier a été arraché;
(appelé III), VII (appelé IV; les a.14-18 ont des titres
le deuxième diplòme a été déplacé et est devenu le
propres, voir plus loin, p. 59*b et 72*).
Ecrits d'une main parisienne de la fin du XIIIe siède diplòme médian; il faut donc lire les f. 64-66-67-68-
(à la suite des Q. de ueritate écrites de la meme main), 65-7 2-6 9-7°-71.
Ce cahier, écrit à la fin du XIII e siède, contient le
ces Quodlibets appartiennent à une famille indépen-
Quodlibet III complet; ce n'est pas la copie d'un
dante.
texte indépendant, mais la copie d'un texte extrait de
Mdb F. 232ra-269vb (+ table, f. 269vb-271 va) : Quodli-
l'exemplar <1>1. Le ms. M5, après qu'il eut été corrigé,
bets I, II, III, IV, V, VI, XI, et Quodlibet XII.
a été copié par le ms. Kn.
3 cahiers de 12 folios et un de 4, écrits dans la
première moitié du XIVe siède (le folio 232 d'une Miinchen, Staatsbibliothek Clm 21207, f. tr-57v M2
main différente), sans doute pour un maitre qui avait (+ table, f. 58r-60r). Codices, n. 1860.
en mains le ms. Md" et qui a voulu compléter sa col- Écrit au début du xve siède (avant 1439), ce
lection des Quodlibets : la copie des Quodlibets I-VI manuscrit a été copié directement sur le ms. Ab, après
et XI dépend de l'exemplar <1>2, dont ont été seuls correction de ce dernier (on peut du moins l'affirmer
retenus les Quodlibets de saint Thomas qui manquent pour la partie conservée de Ab; on ne peut que le
dans Md". La série est complétée par une copie indé- conjecturer pour la partie perdue).
pendante du Quodlibet XII (avec sa table propre, On lit dans M2, de première main, les datations :
f. 269vb-270ra). Suit une table des Quodlibets I-XI, f. 9r, mg. ext.: « 2m quodlibet de anno domini
mais réaménagée pour correspondre au contenu de 1270»; f.16v, mg. ext. : « 3m quodlibet dominica
Md"Mdb; on adone l'ordre : I, II, III, IV, V, VI, pasce 1271»; f. 3ov, mg. ext. (en tete du QuodIi-
VIII, IX, X, XI, VII (l'ordre VIII, IX, X, VII est bet IV) : « 5m quodlibet 1272» (les Codices ont lu
12* LES Tb:MOINS

«4ffi », à tort); f. 51 r, mg. inf. : « Istud guodlibet Buenschuch (Buntschuh, Bauernschuch, nom de
determinauit fr. tho. de aguino ord. pred. parisius famille répandu en Bavière), il était originaire d'Augs-
1271 circa festum natalis domini ». Il semble gue le burg, et curé à Stiefenhofen (si on admet gue la lettre
scribe soit parti de la date attribuée par les mss au finale de « Plbiio» est mal formée : o pour 9, on lira
Quodlibet II (1270, au lieu de 1269), et ait sur cette alors « Plebanus»; si on lit « Plebano », on compren-
base «corrigé» la datation du Quodlibet III (1271 au dra gue le scribe écrivait pour le curé de Stiefenhofen,
lieu de 1270) et inventé une datation du Quodlibet IV mais le sens est moins nature1).
(1272); il a respecté la datation finale du Quodlibet V, Malgré sa date tardive et sa présentation négligée,
trop bien attestée. ce manuscrit n'est pas dépourvu d'importance, car,
vf3 pour les parties gu'il contient, c'est un témoin valable
Miinchen, Staatsbibliothek elm 22356, f. zr-140r
de la famille indépendante 'Y.
(+ table, f. 140V-144V). Codiees, n. 1866.
Achevé d'écrire en la fete de saint Kilien (8 juillet) Napoli, Biblioteca Nazionale VIII. B. 21, f. Ha-8rb
1469 par Jean Piihlar à Straubing en Bavière, ce et 18ra-54ra. Codiees, n. 1930.
manuscrit est un frère de MI : il a le meme contenu La structure de ce manuscrit est complexe. Il
composite. semble gu'il s'agisse d'un recueil composé à la fin du
XIII e ou au début du Xlye sièc1e sous la direction d'un
14 Miinchen, Staatsbibliothek elm 2387°, f. Ha-llOra. I
maitre gui tantot écrit les textes de sa propre main, -
Codiees, n. 1871.
nous appellerons ces parties Na, - et tantot les fait
Trois scribes du Xye sièc1e se sont re1ayés pour
copier par plusiers seribes professionne1s, dont un
copier ce manuscrit (f. 1-24, 25-29, 30-110), mais sur
seuI intervient pour la copie des Quodlibets, - nous
le meme modèle. Le manuscrit appartient au sous-
appellerons les parties écrites par ce scribe Nb. - La
groupe germanigue tardif <l>2g, dont il a le contenu :
main du maitre est italienne, celle du scribe pourrait
Quodlibets I, II, III, IV, V, VIII, VII 1-16, IX, X,
etre germanigue (il confond souvent le b et le p :
XI, VI, VII 17-18, XII.
babtismus, bibes pour bipes, prespiteri, puplicatum
[7 Miinchen, Staatsbibliothek Clm 28406, f. Ha-28ra etc.). Autre complication : une partie du recueil a été
(+ table inachevée, f. 29va). Codiees, n. 1885. perdue, et l'ordre de ses cahiers a été bouleversé (par
Écrit d'une main cursive négligée germanigue du exemple, le dernier est devenu le premier ...). Les
Xye sièc1e, le manuscrit ne contient gue le Quodli- Quodlibets se partageaient avec gue1gues opuscules
bet III (incomplet), le Quodlibet V et le Quodli- de saint Thomas la dernière partie du recueil primitif,
bet IV (incomplet). mais se trouvaient coupés en deux blocs.
Dans le Quodlibet III, au f. 13va39, le scribe arrete
sa copie à l'artic1e 27, ligne 79 : « perplexus »; lors- I
gu'il reprend son travail, il néglige la fin de la
ligne 13va39, remplie par des entre1acs, et, d'une écri- Trois cahiers de 12 folios écrits par le seri be profes-
ture plus fine et d'une encre plus noire, il reprend sa sionne1 Nb, f. actuellement numérotés 18ra-53vb:
copie à la ligne 13va40 en sautant 4 artic1es et en Quodlibets VII 1-13, VIII, IX, X, III, I, II, a.l à 16,
commençant ex abrupto, a.3 1, ligne 45 : « gue sunt ligne 37. - Suivent immédiatement deux cahiers de
fidei» ; son modèle avait dù perdre un folio gu'il n'a 12 f. et un bifolio (f. actue1s 54ra-79vb; suivait un
pu retrouver. - La copie du Quodlibet IV s'arrete à cahier de 6 f., perdu), d'abord écrits par le maitre Na
l'artic1e 21, ligne 28: « secundum appetitus etc. (fin du Quodlibet II, De perfeetione spiritualis uite), puis
Expliciunt illi guestiones et non sunt integraliter hic par divers scribes (plusieurs opuscules de saint Tho-
etc. »; le bas de la colonne est laissé en blanc, puis mas), soit pour nous: f. 54ra, Quodlibet II, a.16,
(f. 28rb-29r) le scribe écrit gue1gues petites guestions !ignes 37-116 : « similiter-peccare ».
avant de commencer au f. 29va une table gui s'arrete
à l'artic1e 18 du Quodlibet III. II
Le scribe signe de son nom à maintes reprises :
Un cahier de 12 folios (le dernier cahier du recueil
f. 15 ra 19: « buenschuch »; f. 16rb, dernière ligne:
primitif, devenu le premier du manuscrit actuel),
« buenschuch»; f. 16va, dernière ligne : « bunsch. » ;
presgue entièrement écrit par le maitre Na;
f. 25 ra, dernières lignes: « gui me scribebat .io.
f. Ha-8rb: Quodlibets IV, a.23-24et 1-22; VII, a.17-
nomen habebat et amen dico tibi guod non stat plus
18; V, a.1-21 (suit immédiatement au f. 8va le Contra
ibi»; f. 27rb, dernières lignes : « boenschuch et sic
retrahentes, c. 1-15, écrit par Na jusgu'au f. llva, puis
expliciunt illi tres guestiones et incipiunt alii gues-
par Nb, f. llVb-12Vb).
tiones etc. » ; f. 28 ra, après l'explicit : « J ud. ciu. Aug.
Plbiio jn fistenhoven etc. ». A première vue dispa- Quelle gue soit la main, Na ou Nb, le manuscrit a
rates, ces éléments se laissent réduire à l'unité : le pré- été copié sur le meme modèle, un témoin de la famille
nom du scribe était Jodok (Jodocus ou Judocus, pré- indépendante 'Y; mais la copie du maitre est une
nom alors assez commun), son nom de famille était copie réf1échie (avec peu de bévues, mais des inter-
LES MANUSCRlTS PRINCIPAUX 13*

veotions personnelles) tandis que la copie du scribe Oxford, Magdalen College Library lat. 1°7, 0 5

est une copie machinale (avec davantage de bévues, f. 139ra-211vb (+ table, f.21zra-213Vb). Codices,
mais sans corrections arbitraires). n. 2119.
Le manuscrit a été écrit par deux scribes anglais de
h New Haven, Yale University Library Marston 231
la fin du XIV e sièc1e. Première main, f. 139-200,
(autrefois Zaragoza Cab. 1299), f. rra-l34rb (+ table,
2 folios et 5 cahiers de 12 folios signés n-r (au bas du
f. 134va-137vb). Codices, n. 1961.
f. 140v, on lit : «precium. XXI s' »); deuxième main,
17 cahiers de 8 folios et un de 4, écrits d'une main
f. 201- 216, cahiers s 12 et t 4, dont 3 folios blancs,
espagnole du XIV e siècle. Le manuscrit dérive de
f. 214, 215, 216.
l'exemplar <1>2, dont il a le contenu (moins le Quodli-
Ce manuscrit offre un texte composite (le change-
bet de Pecham, omis) : Quodlibets I, II, III, IV, V,
ment de texte ne coincide pas avec le changement de
VI, VII 1016, IX, X, XI, VIII.
main) : (1) f. 139ra-164va, Quodlibets I à III, a.29,
U. 22 : texte dérivé de l'exemplar <1>1 : (2) f. 164va-
Oxford, Bodleian Libniry Bodi. 214, f. 133ra-175Va
211 vb : texte dérivé (avec sans doute un intermé-
(+ tables, de seconde main, f. 175Va-178vb). Codices,
diaire) du ms. Cb (III 29 à V, 28, U. 22 : texte 'F) et
n. 2019.
C c (V fin à XI, texte <1>2); voir plus haut la descrip-
Écrit à la fin du XIII e ou au début du XIV e sièc1e
tion de CbCc.
(avant 1313), le manuscrit dérive de l'exemplar <1>2,
dont il n'a cependant retenu que les Quodlibets I, II, Oxford, Merton College 1+ 1 (Coxe 96), O
III, IV et V (cf. plus loin, p. 121 *a). f. 218ra-267va (+ table de deuxième main, f. 269r-v).
Codices, n. 2141.
Oxford, Bodleian Library Canon. Pat. Lat. 229, 4 cahiers de 12 folios et 5 folios (f. 266-270; il
f. Ha-50va (+ table, f. 5rr-52v). Codices, n. 2043. semble qu'un folio a été arraché après le f. 267 : au
Le manuscrit est mutilé : restent 6 cahiers (1 lO 2 lO f. 267Vb commence le Quodlibet de Ferrer de Cata-
3 lO 4 8 5 7 6 7 : le cahier 5 semble avoir perdu son der- logne, disputé à Paques 1276; la première question se
nier folio, puis ont disparu un cahier entier et le pre- termine ex abrupto au bas de la colonne, le folio perdu
mier folio du cahier 6; le texte manque de Quodl. IX, devait la mener à son terme; comparer plus loin le
q.4, proI., ligne 8 : «tutina et uespertina» jusqu'à ms. Re). .
Quodl. X, a. 5, ligne 21 «distin », eotre les f. 45 et 46). Les quodlibets de saint Thomas ont été copiés à
Écrit au XIV e sièc1e par un scribe italien, le manus- Paris, avant la fin du XlII e sièc1e, directement sur
crit offre un texte composite : l'exemplar <1>1, dont toutes les pièces sont indiquées
Quodlibets I, II, III, IV, V et VI : texte dérivé de (cf. plus loin, p. 41 *-42*). Le contenu est celui de <1>1 :
l'exemplar parisien <1>2. Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham.
Quodlibets VII, VIII, IX, X et XI : texte dérivé
d'une copie indépendante. Padova, Biblioteca Antoniana 373 (Scaff. XVII), Pd
Jusqu'au Quodl. VIII, a.5, ligne 117, le ms. 0 2 f. rra-19ra. Codices, n. 2201.
forme groupe avec le ms. Ve (voir plus loin à Ve). Écrits d'une main française de la fin du XIII e ou du
début du XIV e sièc1e, ces folios (12 + 5 + 2) ont
Oxford, Corpus Christi College Library 22 5, peut-etre été copiés à Paris directement sur l'exemplar
f. 15 8r-252r (+ table, f. 252r-254v; tables alphabé- <1>2. Ils ne comportent aucune indication de pièce,
tiques d'autres mains, f. 254v-260r). Codices, n. 2105. mais la pièce 18 commence à la première ligne du
Écrit dans la première moitié du XIV e sièc1e par un f. 6vb, ce qui peut etre une simple coincidence; en
copiste anglais, ce manuscrit forme avec le ms. C 1 un revanche, on peut noter au f. 10va20-21 un accident
sous-groupe contaminé dérivé des exemplars pari- plus significatif : la ligne 20 déborde dans la marge :
siens. Le contenu est le meme que celui de Cl: «de anima [en marge secundum quod] », et la ligne 21
Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, VIII (appelé 7), commence bizarrement par un point et une majus-
VII 1-16 (appelé 8), IX (au f. 238v, l'artic1e 13 est cule : «. Est quoddam totum potenciale» : c'est le
omis), X, XI. passage de la pièce 19 à la pièce 20, Quodl. X, a. 5,
ligne 54. Le texte est un bon texte de <1>2.
Oxford, Magdalen College Library lat. 56, Le copiste n'a pourtant retenu de l'exemplar en
f. 140ra-185vb (+ table de seconde main, f. 186ra- 24 pièces que les pièces 15-24; Quodlibets VII 1-16,
vb). Codices, n. 2118. IX, X, XI, VIII.
Écrit d'une main française du XIV e sièc1e, ce
manuscrit dérive de l'exemplar <1>1 ; mais le scribe n'a Padova, Biblioteca Universitaria 145 6, Pdl
copié que les Quodlibets I, II, III, IV et V; à la fin du f. 24zra-305vb (+ table de main postérieure, f. IIvet
Quodlibet V, f. 185Vb, il ajoute : «Expliciunt ques- F H-V). Codices, n. 2229·
tiones de quolibet fratris thome de aquino» (mention Écrit d'une main française de la fin du XlII e OU du
reproduite par la table, f. 186vb). Cf. plus loin, début du XIV e sièc1e, ce manuscrit, bien qu'il ne
p. 121 *a. comporte aucune indication de pièce, est un bon
LES TÉMOINS

témoin de l'exemplar <1>2, dont il a le contenu : Quod- XIV e siècle. Texte dérivé de l'exemplar <1>1; Quodli-
libets I, II, III, IV, V, VI, Pecham (appelé « 7 m quol- bets I, II, III, IV, V, VI, Pecham.
libet» de Thomas), VII 1-16 (appe1é 8), IX, X, XI, F. 47ra-70vb : 2 cahiers de 12 folios, copiés à la fin I
VIII (non distingué de XI, dont il est considéré du xm e ou au début du XIV e siècle, directement sur
comme la suite). l'exemplar <1>2 : sont marquées la fin de la pièce 18 et
Au f. 254vb19, à la pièce 5, dans le Quodlibet III, la fin de la pièce 20 (cf. plus loin, p. 43*a). Le contenu
le scribe passe en pleine ligne de l'article 11, argo 6, est celui des pièces 15-24 de <1>2 : Quodlibets VII 1-16,
ligne 48 : « filii dupliciter primo », à l'article 12, s.c., IX, X, XI et VIII.
ligne 41 : « non [pour uoti] promissionem reddicio» :
il a dti tourner d'un coup deux folios, car il manque le Paris, Bibliothèque Nationale lat. 15787, I
quart de la pièce, qui était de 4 folios. f. 154ra-21 7ra (+ table de deuxième mam,
f. 217ra-218ra). Codices, n. 2391.
p2 Paris, Bibliothèque Nationale lat. 3108, f. aa-66va 5 cahiers de 12 folios et un de 4, éç-its à la fin du
(+ tables d'autres mains, f. Br-Cva et AR). Codices, xm e ou au début du XIV e siècle.
n. 2284. Le manuscrit dérive de l'exemplar <1>2, dont il a le
5 cahiers (1 12 2 12 3 16 4 12 5 16) et un folio, écrits contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham,
d'une main méridionale du XIVe siècle. VII 1-16, IX, X, XI, VIII.
Le manuscrit dépend de l'exemplar <1>1, dont il a le
contenu : Quodlibet I, II, III, IV, V, VI, Pecham. Le Paris, Bibliothèque Nationale lat. 15 8°5, I
cours des Quodlibets est interrompu à la fin du troi- f. Ha-17rb. Codices, n. 2409.
sième cahier : au f. 38va, 8 lignes avant le bas de la Le manuscrit commence ex abrupto au Quodl. III,
colonne, le scribe écrit, à la suite de l'article 22 du a.12, ad 5, ligne 182 « studio suo », vers le milieu de la
Quodlibet IV, l'article 8 de la question 16 des Q. de pièce 5 : plus du tiers du texte a été perdu, donc au
ma/o, qu'il achève au f. 40rb : il laisse alors en blanc moins un cahier. Restent 3 cahiers (1 6 2 8 3 4), mais
les 8 dernières lignes de la colonne 40rb et tout le dont la fin, f. 17rb-19ra, est occupée par le Quodlibet
verso du f. 40 (une main postérieure a écrit au f. 40va de Guillaume de Hothum disputé le lundi 9 décembre
une petite question); le quatrième cahier, au f. 4aa, 1280, écrit de la meme main, à la fin du xm e ou au
reprend à l'article 23 du Quodlibet IV. début du XIV e siècle.
p3 Le manuscrit dérive de l'exemplar <1>1, dont il avait
Paris, Bibliothèque Nationale lat. 3686, f. Ha-143ra
le contenu : Quodlibets [I, II, III 5, ad 5 perdus] III 5,
(+ table de main postérieure, f. Ir- v et 270V-272v). ad 5, IV, V, VI, Pecham.
Codices, n. 2291 A.
13 cahiers de lO folios et un de 12, écrits d'une Paris, Bibliothèque Nationale lat. 16297, F
main du XIVe siècle avancé. Titre au f. Ha : « Incipit f. 25 ra-68ra. Codices, n. 2446.
liber Theologice ueritatis ». Ces folios font partie du célèbre « recueil scolaire»
Le manuscrit dérive de l'exemplar <1>1, dont il a le de Godefroid de Fontaines, dont on admet aujour-
contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham. d'hui qu'il a été constitué dans les années 1280.
pl Paris, Bibliothèque Nationale lat. 14548, f. aa- Les Quodlibets I-V de saint Thomas occupent
94va. Codices, n. 2329. 5 cahiers: 1 8 (f. 25-32),2 4 (f. 33-36),38 (f. 37-44),4 8
8 cahiers (signés a-g 12 h lO), copiés à la fin du xm e (f. 45-52), 58 (f. 53-68); ils ont été écrits de deux
ou au début du XIVe siècle à Paris, directement sur mains, main a (f. 25-48va), Quodlibets I-III; main b
l'exemplar <1>2 : sont indiquées les pièces 3,6, 8, 9, lO, (f. 48va-68ra), Quodlibets IV-V.
13, 16, 18, 19, 21. Le contenu est ce1ui de <1>2 : Quod- Plus importante que la distinction des cahiers et des
libets I, II, III, IV, V, VI, Pecham, VII 1-16, IX, X, mains est la différence des traditions :
XI, VIII. L F. 25ra-36vb, main a : Quodlibets I-II: c'est un
texte de la tradition indépendante 'P', quoique déj~
Paris, Bibliothèque Nationale lat. 15 350, f. aa- légèrement corrigé (de première main : les corrections
3Ha. Codices, n. 2359. de deuxième main, ou de la première main corrigeam
Trois cahiers (1 12 2 12 3 8) écrits à Paris à la fin du après coup en interligne ou en marge sur la tradition
xm e siècle (au plus tòt en 1296-1297). <1>, sont nombreuses).
Le manuscrit dérive de l'exemplar <1>2, dont il ne II. F. 37ra-68ra, mains a et b : Quodlibets III-V:
retient que les pièces 15-24 : Quodlibets VII 1-16, IX, c'est le texte de l'exemplar <1>1, probablement copié
X, XI, VIII. directement sur l'exemplar. Au f. 55Vb33, on a un
Paris, Bibliothèque Nationale lat. 15351. Codices, changement très net au passage de la pièce 8 à la
n. 2360. pièce 9 (Quodl. IV, a.23, ligne 227) : « et in hiis pro-
Il s'agit là en réalité de deux manuscrits de mains missis [plus fin) perseuerantes»; au passage de la
différentes et de traditions différentes : pièce lO à la pièce 11 (Quodl. V, a.q, ligne 35), le
changement est moins net, mais encore discernable,
pSa F. aa-46vb: 4 cahiers (1- 3 12 4 lO), écrits d'une f. 6Fa, ligne 6 du bas : «suspicionem I peccati ». Ces
main parisienne de la fin du xm e ou du début du indices sont confirmés par la qualité du texte, iden-
LES MANUSCRITS PRINCIPAUX 15*

tique au texte de l'exemplar attesté par les manuscrits F. 6 tra-96vb : 3 cahiers de 12 folios, écrits d'une P lOb
à pièces marquées. main germanique du début du XIV e sièc1e, témoins
Pour l'arret au Quodlibet V, voir plus loin, d'une famille indépendante des Quodlibets VII, VIII,
p. 121 *a. IX, X, XI et du Quodlibet XII.
Au moment de la réunion des deux manuscrits en
Paris, Bibliothèque Nationale 17478, f. tra-8ora
un seuI, une main postérieure a profité de l'espace
(+ table, f. 8ova-81 vb). Codices, n. 2462.
blanc laissé à la fin du premier manuscrit pour
7 cahiers (de 12 f., sauf le quatrième, de 10), écrit
compléter la table du premier manuscrit, f. 58va-60rb,
d'une main cursive du xv e sièc1e.
par une table du second, f. 60rb-vb. La meme main
Le manuscrit dérive de l'exemplar <1>2, dont il a le
tardive a couronné l'ensemble par une table alphabé-
contenu (il omet toutefois le Quodlibet de Pecham) :
tique des XII quodlibets.
Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, VII 1-16, IX, X, XI
et VIII. Paris, Bibliothèque de "la Sorbonne 208, P 11

Paris, Bibliothèque Mazarine 805, f. 151ra-204ra. f. 1tra-141ra (+ table, f. 14trb-144rb). Codices,


Codices, n. 2513. n.25 8 3·
Il s'agit en réalité de deux manuscrits, d'écriture et Écrit d'une main française du xve sièc1e, ce manus-
de tradition différentes. crit appartient à un sous-groupe français
(F3RnCnP liSI) dérivé de l'exemplar <1>2, dont il a le
F. 15 tra-184vb : 3 cahiers (112 2 12 2 lO) copiés avant contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham,
la fin du xm e sièc1e à Paris, directement sur l'exem- VII 1-16, IX, X, XI, VIII.
plar <1>1 : toutes les pièces sont marquées (cf. plus loin,
p. 41 *-42*). Contenu de <1>1 : Quodlibets I, II, III, IV, Praha, Knihovna metropolitni kapituly A. CLVII, Pr
V, VI, Pecham. f. tr-131V. Codices, n. 2647.
b F. 185 ra-203Vb (+ table de main postérieure, On ne peut séparer ce manuscrit du manuscrit
f. 204ra) : 2 cahiers (1 12 2 8 ), écrits d'une main de la N. XLIV de la meme bibliothèque (Codices, n. 2669) :
fin du xm e sièc1e, témoins d'une famille indépendante tous deux ont été écrits et légués à l'Église cathédrale
des Quodlibets VIII, IX, X, VII 1-16. de Prague par Wenceslas de Krzizanow, qui les a
copiés alors que, déjà maitre ès arts et bachelier en
9 Paris, Bibliothèque Mazarine 853, f. 80ra-138vb théologie, il se préparait au doctorat en théologie à
(+ table de deuxième main, f. 138vb-139ra). Codices, l'université de Bologne. Le manuscrit A. CLVII a été
n. 2560. écrit le premier : il a été achevé le lundi avant le
5 cahiers de 12 folios, copiés à la fin du xm e ou au Careme, 5 février 1459. L'année n'est pas indiquée
début du XIVe sièc1e à Paris, directement sur l'exem- dans ce manuscrit, mais bien dans le suivant, le ms.
plar <1>2. Les pièces ne sont pas marquées, mais à plu- N. XLIV: le De perfectione spiritualis uite (f. 18r- 39v) a
sieurs reprises on voit en marge à l'endroit des pièces été achevé le 2 avril 1459 (cf. éd. Léon., t. XLI, Préf.,
de petits signes (traits, deux points, croix) : f. 97rb9 p. B 14), le De substantiis separatis (f. 4or-53V) le
(pièce 4); f. 103rb9 (pièce 5); f. lpva29 (pièce lO); 28 avril 1459 (éd. Léon., t. XL, Préf., p. D lO), le De
surtout au f. 13 7vb, 7 du bas, le passage de la pièce 10 sortibus (f. 9tr-96r) le 21 mars (mercredi de la Semaine
à la pièce Il est très net : «in susspicionem [plus fin] sainte) 1459, le De operationibus occultis nature
peccati ». (f. 96va-l00ra) avant la solennité de Paques, 25 mars
Le scribe arrete sa copie au Quodl. V, a.15, 1459 (éd. Léon., t. XLIII, p. 167). Wenceslas écrivait
ligne 74: «affinitatis»; une main postérieure a donc après le milieu du xv e sièc1e, mais à Bologne il a
complété les 3 dernières lignes de l'artic1e: «uel trouvé à copier des manuscrits anciens (il se plaint
eciam - in mortem viri» (<< viri », variante pour souvent de leur mauvais état) : pour le Contra errores
« mulieris »), mais pour écrire ces lignes, elle a dti Graecorum, son modèle a été identifié : c'est le ms.
gratter la première ligne de la table, qui elle-meme Bologna, Univo 16JJ21 (cf. éd. Léon., XL, Préf.,
avait déjà été ajoutée de deuxième main. p. A 33), manuscrit du XIVe sièc1e. Pour les Quodli-
Il est impossible de dire pourquoi le scribe a arreté bets aussi, il semble que Wenceslas a copié un modèle
là sa copie : il a laissé en blanc les deux-tiers de la ancien, qui lui offrait un texte composite, relevant de
colonne 13 8vb et tout le folio 139 (utilisés ensuite trois traditions.
pour écrire une table). Le manuscrit A. CLVII se compose de Il cahiers
de 12 folios (le f. 1P est blanc).
Paris, Bibliothèque Mazarine 3486. Codices, n. 2571.
I. F. tr-7oV : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, texte
Il s'agit en réalité de deux manuscrits, mais réunis
de l'exemplar <1>2 (avec omission de Pecham).
en un seuI dès avant la fin du XIV e sièc1e.
II. F. 70V-12or : Quodlibets VIII, IX, X, XI, VII
10a F. tra-58va (+ table, f. 58va-60rb) : 5 cahiers de 1-16, texte indépendant, très proche de celui du ms.
12 folios, écrits d'une main du début du XIV e sièc1e. de Dole : groupe DIPr.
Ce manuscrit dérive de l'exemplar <1>1, dont il a le III. F. 120V-13 1v: Quodlibet XII, texte d'une
contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham. recension révisée, PrF, dont le ms. Pr donne la forme
16* LES Tf,:MOINS

la plus ancienne, le ms. F une forme altérée. Dans le dérive de l'exemplar <1>2, dont il a le contenu (à l'ex-
ms. Pr, le Quodlibet XII est coupé en deux Quodli- ception du Quodlibet de Pecham, omis): Quodli-
bets, les Quodlibets XII et XIII. On lit donc à la fin, bets I, II, III, IV, V, VI, VII 1-16, IX, X, XI, VIII.
f. 131 v: « Terminatur quodlibet XIII per wences-
laum de +w morauum arcium magistrum et bacca-
Rouen, Bibliothèque municipale A.264 (590), R
laureum theologie formatum in studio Bononiensi f. zra-97vb (+ table, de la main de Jean Asselin,
f. ua et 98ra-va). Codices, n. 2821.
sudorosis certe cum laboribus hora 6 a noctis die lune
6 cahiers de 16 folios (f. 2-97), écrits d'une main
in carnispriuio. O ytalia czo ge w tobie mnoho psoty
française du xv e siècle, et un diplome surajouté, f. 1
czoz paciencia, propter futurum bonum ».
et 98, écrit par Jean Asselin, bénédictin de Jumièges
Pr 1 Praha, Knihovna metropolitni kapituly C. LXI, qui acheta le manuscrit à un dominicain pour 35 sous
f. 54ra-168va (+ tables, f. 168vb-17ub, 175ra-177va tournois, le 17 am\t 1478 (et qui l'a corrigé).
[lire dans l'ordre: 176, 177, 175], et 178ra-180va). Le manuscrit appartient au petit groupe français
Codices, n. 2652. (F3RnCnP lISI), dérivé de l'exemplar <1>2, dont il a le
7 folios (f. 53-60), puis 10 cahiers de 12 folios (le contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham,
dernier pour les tables). Écrit dans la seconde moitié VII 1-16, IX, X, XI, VIII.
du xv e siècle par Henricus Kunstadt (qui signe son
Salamanca, Biblioteca Universitaria 2260, f. U-IU, St
cruvre au f. 168v), ce manuscrit appartient au groupe
germanique tardif <1>2G, dont il a le contenu : Quodli- 75r-79r, 169r-232r. Codices, n. 2857.
Ce recueil écrit d'une main du xv e siède offre un
bets I, II, III, IV, V, VIII, VII 1-16, IX, X, XI, VI,
choix de questions librement transcrites, dont un cer-
VII 17-18, XII.
tain nombre sont extraites des Quodlibets de saint
Pr 2 Praha, Universitni Knihovna IV.A.20, f. 57ra- Thomas, et réparties en divers endroits du recueil.
163rb (+ table, f. 163rb-165vb). Codices, n. 2699. Elles se ratachent à deux traditions différentes :
9 cahiers de 12 folios + le folio 165, écrits d'une I. Quodlibet I (moins l'artide 8), f. u-llr; Quodli-
main du xv e siècle (les f. 1- 56, reliés en tète, sont bet II, a.6-12, 14-16, f. 169r-177r; Quodlibet III,
datés de 1458, mais c'est un manuscrit différent, d'une a·3-4, 6-7, 19, 21, 23, 28-29, f. 177r-182v; Quodli-
main différente). bet IV, a.4-5, 8-11, 13-20, 23-24, f.182V-198r;
Le manuscrit appartient à un petit groupe d'Eu- Quodl. V, a.1-6, 13-26, 28, f. 198r-207V; Quodl. VI,
rope centrale (Pr 2 Wr 4 Wr 3Wr 1) à l'intérieur du a-4-5, 7- 19, f. 207V-215r; Quodlibet de Pecham,
groupe germanique tardif <1>2G, dont il a le contenu : f. 215r-219v et 22U-22zr. - Cette partie dérive de
Quodlibets I, II, III, IV, V, VIII, VII 1-16, IX, X, l'exemplar <1>1, dont elle donne un texte assez fidèle.
XI, VI, VII 17-18, XII. II. Quodlibet VIII, a. 7-17, f. 75 r-79r; Quodli-
bet IX, a.14-15, f.219v-22U; a.16, f.222V-223r;
Re Reims, Bibliothèque municipale 488, f. 276ra-324va Quodlibet X, a.9-16, f. 223r-226; Quodlibet XI, a.6,
(+ table, f. 325ra-326vb). Codices, n. 2755. 8-13, f. 226r-229r; Quodlibet VIII, Q-4, Prol.; a.6 :
Le manuscrit est un recueil complexe où ont été « Ad primum sic proceditur. Videtur quod semper
réunis des éléments diverso Les quodlibets de saint necesse sit eligere meliorem. De ista questione habes
Thomas sont d'une écriture qui ne se trouve pas ail- supra in alio loco. Ad secundum sic proceditur, quia
leurs dans le recueil (cf. Fr. Del Punta et C. Luna, uidetur quod malus prelatus non sit honorandus. De
Aegidii Romani Opera omnia. I. Catalogo dei manoscritti ista questione habes supra in alio loco» [cf. f. 75 r] ;
(239-29J), 1/3*, Florence 1987, p. 125-129). a.8, 11-15; f. 229r-232r. - Cette seconde partie
5 cahiers de 12 folios + 5 folios (f. 324-26, et f. dérive de l'exemplar <1>2 : c'est à elle que s'applique
marqués CD blancs), écrits d'une main française du surtout le jugement du P. V. Beltran de Heredia : « el
XIV e siècle. Le manuscrit dérive de l'exemplar <1>1, codice carece de todo valor critico» (La Ciencia
dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III, IV 1-22, Tomista, 16, 1924, p. 386; repris dans La Ciencia
IV 23-24 (appelés « quolibet tho. quintum), V (appelé Tomista, 18, 1926, p. 205).
six), VI (appelé sept), Pecham (appelé « quolibet tho.
octauum »). Entre le Quodlibet de Pecham et la table Sankt Gallen, Stiftsbibliothek 796, f. ua-41va (de SJ
est intercalée la première question du Quodlibet de l'ancienne foliotation; pagination moderne, p. 175-
Ferrer de Catalogne (cf. ms. O). 266 : la pagination passe de la p. 201 à la p. 222);
tables, f. 44v-45r = p. 288-289. Codices, n. 2897.
R Roma, Biblioteca Casanatense 1387 (B.II.16), 4 cahiers (1- 3 12 4 lO = f. 37-46; f. 41 Vb-42 et 46v,
f. 5ra-86va (+ table, f. ua-2vb). Codices, n. 2778. pièces diverses, f. 4F-44r, 45v, blancs), écrits en
1 cahier préliminaire de 4 folios (pour la table; f. 3 14 62 .
et 4 blancs) et 8 cahiers (1-7 lO 8 12 ). Le scribe donne Le manuscrit a été copié directement sur le ms. In,
son nom et la date de sa copie, f. 86va : « Egidius alors propriété de l'abbaye de Stams, gracieusement
nicole de perusio gratia dei scripsit anno domini MO prèté par l'abbé de Stams au copiste Mathias Biirer,
ccccO LXIIIJo ». qui acheva sa copie le dimanche lO janvier 1462
Le manuscrit (plus spécialement apparenté à V 9) (f. 41 va). Le contenu est donc le mème que celui de
LES MANUSCRITS PRINCIPAUX

In, dérivé de <1>2 : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, duplo plus habeatur quam in uolumine alio quod est
Pecham. de pergamino ».
Schlagl, Pramonstratenserstift 148 (Cpl 173), Szczecin, Biblioteka Publiczna Camo cod. 39, Sz
f. Ha-191vb (+ table, f. 192fa-196ra). Codices, f. Ha-144rb (+ tables, f. 144V-150V). Codices, n. 3°48.
n. 2919. 12 cahiers irréguliers (réclames aux f. 12, 25, 38, 5o,
Écrit d'une main française du Xye siècle, le ms. SI 62,73,84,97,1°9,122,135,146), écrits au Xye siècle
appartient dans l'ensemble au petit groupe français par Michael Blumenthal (qui signe au f. 15 ov).
(F3RnCnPIISI) dérivé de l'exemplar <1>2, dont il a le Le manuscrit appartient à la sous-famille d'Europe
contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham, centrale, p (cf. au ms. Kr 1), dont il a le contenu :
VII 1-16, IX, X, XI, VIII. Cependant à deux reprises, Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X, XI,
sans que rien n'indique une solution de continuité, le XII (le Quodlibet XII s'achève au f. 142vb; au
ms. quitte son groupe pour passer à la famiÌÌ'e indé- f. 143ra-145rb, le scribe a suppléé des éléments omis
pendante 'Y (Quodl. III, a.11-17; Quodl. IV, a.lO- dans le Quodlibet VIII, a.9-11).
17) : l'accident remonte sans doute à son modèle, qui
Tortosa, Biblioteca del Cabildo 1, f. Ha-7orb.
aura suppléé 2 cahiers perdus sur un modèle de l'autre
Codices, n. 31°3.
famille. Presque tous les folios ont leur réclame, ce
qui dénonce par exemple l'interversion des f. 180-181, Ce manuscrit complexe se compose de trois parties,
à lire 181-18o. écrites de deux mains différentes (sans pader des
Au f. IIr, on lit la note: « Rabenstein. E caelo ceci- mains postérieures qui ont écrit les tables) :
dito rvo6~ crW.u"t"oV. MccccLxYII Aur'l. pro 5 (?) scutis
non ligatum ». Au f. IIv, on lit des actes écrits en Première main (début Xlye) Ts
France, le premier daté de 1464. Le manuscrit fait I. f. Ha-38ra (3 cahiers de 12 + f. 37, 38, 39) :
donc partie des manuscrits que l'humaniste Johannes Quodlibets I, II, III, IV, V (complétés de main posté-
Rabenstein, prieur du chapitre de la collégiale de rieure par une table alphabétique qui renvoie aux
Vysehrad (cf. Lexikon jiir Theol. und Kirche, V, 1073) articles numérotés de façon continue de 1 à 121,
rapporta de ses voyages (sans pader de ceux qu'il écri- f. 38rb-39ra; pour 39rb, voir ci-dessous; 39v blanc).
vit de sa main), et qui se trouvent aujourd'hui à Le texte dérive de l'exemplar parisien <1>2, peut-etre
Schlagl (cf. Aristoteles Latinus. Codices, I, Mss 69-74). copié directement sur l'exemplar (mais par un scribe
Semur-en-Auxois, Bibliothèque municipale 3, très personnel): les deux dernières lignes de la
f. 13ra-36cv (+ début de table, de deuxième main, colonne 28rb sont plus serrées et débordent la justifi-
f. 51va). Codices, n. 2934. cation, pour se terminer aux mots « in puerilibus
24 folios d'une écriture française de la fin du annis» ; le f. 29ra commence alors : « et in hiis pro-
XIII e siècle (différente de l'écriture des autres parties
missis» : c'est le passage de la pièce 8 à la pièce 9,
du manuscrit). Quodl. IV, a.23, arg.6, ligne 227. Le texte a été cor-
Quodlibet I; Quodlibet II, à partir de Q. 4, Prolo- rigé de main postérieure.
gus (a.6); Quodlibet III, a.5, 8,10-31. II. f. 44ra-70rb (2 cahiers de 12+ un de 4) : Quo-
Pour les parties qu'il contient, le manuscrit est un dlibets VIII, IX, X, XI, VII (complétés de main pos-
bon témoin de la famille indépendante 'Y. térieure par une table alphabétique qui renvoie aux
articles numérotés de façon continue de 1 à 83, f. 70v;
Siena, Biblioteca Comunale degli Intronati F. V. 16, le f. 71 est blanc). Le texte appartient à une famille
f. 130-212V (+ table de deuxième main, indépendante (il est très corrigé de main postérieure).
f. 128vb-129v). Codices, n. 2957. On lit à la fin du Quodlibet VIII (f. 49rb), la
7 cahiers signés a-g (a Il b-g 12), écrits d'une main rubrique : « Explicit VII quodlibet fratris thome»; à
du Xye siècle. Le manuscrit (proche de HeUt) dérive la fin du Quodlibet IX (f. 54Vb) : « Explicit 8 quodli-
de l'exemplar <1>2, dont il a le contenu (mutilé) sauf le bet fratris tho. »; à la fin du Quodlibet X et au début
Quodlibet de Pecham : Quodlibets I, II, III, IV, V, du Quodlibet XI (f. 59rb) : « Explicit IX quodlibet
VI, VII 1-16, IX 1-4. fratris thome de aquino. Incipit X quodlibet eius-
Le texte s'arrete ex abrupto à la fin du cahier g, dem» ; à la fin du Quodlibet XI et au début du Quo-
f. 212V, au Quodlibet IX, a.4, arg.3, ligne 18 : dlibet VII (f. 62va): « Explicit X quodlibet fratris
« secundum philosophum », dans la pièce 17: plu- thome. Incipit XI quodlibet fratris tho. de aquino
sieurs cahiers ont été perdus, qui devaient contenir la ordinis prediCo » Cette rubrication est ancienne (peut-
fin du Quodlibet IX et les Quodl. X, XI, VIII etre de la main meme du scribe) : elle doit donc venir
(pièces 17-24). La perte est ancienne, car la table s'ar- du modèle copié, dans lequel les Quodlibets I-VI
rete au Quodlibet IX, a.4 et en tete du f. 130r on lit la avaient trouvé piace en tete de série. Il ne semble pas
note, d'une main du Xye siècle : « Quodlibetum beati possible de supposer qu'elle a été faite après l'inser-
thome de akino, set non completum quamuis hic in tion de Tsb.
18* LES TÉMOINS

TSb Deuxième main (Xlye siède) Valencia, Biblioteca del Cabildo 142, f. lOtra-144rb V
(+ table, f. 145Va-146rb). Codices, n. 3240.
III. f. 40ra-43Vb (un cahier de 4 folios, d'un parche-
Il faut distinguer dans ce manuscrit deux parties :
min différent) : Quodlibet VI (complété de main tar-
L F. lotra-121va: Quodlibets VIII, IX, X, VII,
dive par une table alphabétique, écrite au f. 39rb).
écrits d'une main de la fin du xm e ou du début du
C'est un cahier intercalaire, inséré après coup pour
XIV e siède. Le texte est celui d'une famille indépen-
remédier à 1'0mission du Quodlibet VI par la pre-
dante (cf. plus loin, p. 39*a).
mière main (pour cette omission, cf. plus loin,
II. F. 121Vb-144rb: Extraits de l'exemplar <1>1
p. 121 *a). Le texte est celui de l'exemplar <1>2.
(Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham), écrits
Au f. 71 v, on lit la note, dont k début est coupé :
d'une main du Xlye siède. Les extraits sont les sui-
«fo sunt fratris petri seuini de ordine fratrum predica- vants : Quodlibet I, a.l, 7-9, 13,21-22; Quodlibet II,
torum aurl» (la lecture du dernier mot est douteuse :
a.l, 2, 5-8; Quodlibet III, a.I-2, 4,6-8, 13-17, 19-22,
« aut! », avec un l barré, ou «auil»). Le manuscrit
24-25, 28-29; Quodl. IV, a.4-6, 11-12, 14, 17, 19,
semble avoir séjourné longtemps à Avignon, au
21- 24 (au f. 133rb, une note marginale signale une
couvent des dominicains; au début du Xlye siède, le
omission : «Hic deficit una columpna quam inuenies
ms. Di lui est étroitement apparenté pour le Quodli-
in fine libri sub tali signo =0»; de fait le texte omis,
bet VII, a.q-18, et au Xye siède le ms. Av en est une
a.23, S.C.l, ligne 184 «religionem ingredi» jusqu'à la
copie directe (copie de l'état ultime de Ts, complété et
fin du s.c.6, ligne 246 «ad religionem », est suppléé de
corrigé).
main postérieure au f. 144rb-va); Quodlibet V, a.I-5,
Ti Toulouse, Bibliothèque municipale 243, f. 285va- 7-9, Il, 20, 23-24, 26-28; Quodlibet VI, a.2-4, 6-7,
292tb. Codices, n. 3119. 11-14, 18-19; Pecham, a.4- 5, 14, 17, 22, 26, 27·
Le Quodlibet I (seuI) est copié par une main fran-
çaise de la fin du xm e ou du début du Xlye siède. Il Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Vat. lat. v
commence sur un verso et s'achève sur un recto : les 779, f. tra-44va. Codices, n. 3322.
pièces qui précèdent et qui suivent sont de mains dif- 5 cahiers (1 12 2-5 8), écrits d'une main française de
férentes. la fin du xm e ou du début du Xlye siède.
Le texte appartient à la famille indépendante 'Y. Le manuscrit contient les Quodlibets II-V, mais
Ua Urbana, The Library of the University of Illinois dans 1'0rdre : III, IV, V et II. Cependant, le Quodli-
bet II occupe un cahier dont l'indépendance est forte-
xq 230 T 36q 14, f. tra-l77ra (+ table, f. 177ra-
18tra). Codices, n. 3224. ment marquée : le Quodlibet V finit au f. 34rb et la
Écrit au Xye siède d'une main germanique (le ms. fin du quatrième cahier est vide (les 15 dernières
a appartenu à la Chartreuse de Buxheim), spéciale- lignes de 34rb, 34V et 35-36 sont blanches); le Quod-
ment apparenté au ms. M, ce manuscrit est un témoin libet II occupe alors le cinquième cahier, mais ce
du groupe tardif germanique <1>2G, dont il a le cahier s'achève lui aussi sur un blanc, le Quodlibet II
contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VIII, VII 1-16, finit à la ligne 4 du f. 44va et le reste de ce verso est
IX, X, XI, VI, VII q-18, XII. blanc. Il est donc possible que la pIace assignée au
Plusieurs folios ont été perdus : avant le f. 1 (le ms. cahier 5 soit une erreur, erreur ancienne, car les
commence ex abrupto au Quodl. I, a. 5, ligne 36 : cahiers sont numérotés : «primus sexternus... quin-
«mouendo sequatur »); entre les f. 26 et 27 (manque tus» d'une main ancienne.
Quodi. II, a.16, ad 4, lignes 125-126 «cuius absolu- Le texte est un texte indépendant, texte de la
tioni» jusqu'àQuodi. III, a.2, ligne 40 «in subiecto»); famille 'Y, mais déjà très corrigé (sans parler des cor-
entre les f. 41 et 42 (manque Quodi. III, a.q, ad 3, rections de seconde main). Pour les Q. de maio (q.3-7)
ligne 266 «pericula» jusqu'à a.19, ligne 61 «solum»). qui suivent de la meme main, la position critique du
ms. est toute différente; c'est une copie immédiate de
Ut Utrecht, Bibliotheek der Universiteit 296, l'exemplar parisien, état iX (cf. éd. Léon., t. XXIII)
f. tra-l33 vb (+ table des artides, f. 134ra-13 6va ; ms. V8).
table alphabétique des matières, f. 136vb-13 8ra). Au f. 1ra, on lit la note de possession : «Isti sex
Codices, n. 32 31. terni sunt fratris Rostagni fabiani ordinis fratrum pre-
Écrit d'une main du début du Xye siède, le ms. Ut dicatorum» (cf. f. 45 r); mais le nom du fr. Rostang
est frère du ms. He : meme contenu et meme diversité Fabiani (aux deux endroits) est écrit sur grattage, le
de famille (cf. He). frère n'était donc que le second usager du manuscrit
Mais ici le texte du Quodlibet de Pecham est (le premier étant lui aussi un dominicain). Au f. 88r
complet et on lit à la fin de ce Quodlibet (f. 13 3Vb) : (autre manuscrit, mais anciennement réuni au pre-
«Expliciunt quodlibeta sancti thome» (dans la table, mier), Mgr Pelzer proposait de lire une note (presque
f. 136rb-va, les questions du Quodlibet de Pecham effacée) : «conuentus fratrum predi < catorum > mas-
sont relevées sous le titre : «Questiones XIII quodli- sensis» : la lecture du dernier mot est très douteuse,
beti ». mais le nom du fr. Rostang fait penser au couvent de
LES MANUSCRITS PRINCIPAUX

Marseille (Massiliensis) : Rostang est en effet un nom d'une main du xv e sièc1e (voir le catalogue de
typique du Midi de la France (et du Nord de l'Italie, Mgr Pelzer, Corrigenda, p. xx).
mais le manuscrit étant d'origine française, il est natu- Le texte dérive des exemplars parisiens, mais c'est
re! de jalonner sa route vers l'Italie, OÙ il sera très tot, un texte déjà corrigé et contaminé (sous-groupe
comme l'indiquent des mentions de prix en florins). Cf! V2). Contefiu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI,
Cependant, je n'ai pas trouvé le nom du fr. Rostang VIII (appelé VII dans les titres courants), VII 1-16
Fabiani parmi les nombreux frères Rostang nommés (appelé VIII), IX, X, XI.
dans les actes des chapitres provinciaux de la province
Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Vat. lat. V
de Provence à la fin du xm e sièc1e, aux couvents
781, f. 32ra-34vb, 38rb-41vb, 49ra-50vb. Codices,
d'Ades, Tarascon, Avignon, Marseille, Die et Siste-
ron. n. 3324.
C'est le manuscrit dans lequel, entre 1256 et 1259,
Le fr. Rostang Fabiani est probablement l'annota-
plusieurs secrétaires de saint Thomas ont écrit sous sa
teur dont les notes ont depuis longtemps attiré
dictée la plus grande partie des Questiones de ueritate,
l'attention : cet annotateur est en effet un théologien,
mais aussi copié pour lui d'autres textes, de lui-mème
qui connait bien le Décret, saint Augustin et saint
ou de divers auteurs.
Grégoire, et un religieux, qui annote surtout les
On y trouve les Quodlibets VII et VIII de saint
artic1es qui intéressent les religieux. Voici ses annota-
Thomas, écrits de plusieurs mains et répartis en divers
tions les plus personnelles :
endroits.
f. tr, mg. sup. : «disputatio ci' quolibet fratris thome de
aquino in pascate parisius» (en tète du Quodlibet III). ~ Quodlibets VII
f. 4ra, mg., au début de l'artide 11 du Quodlibet III : «ista a.1-16, f. 32ra-34vb
que secuntur disputata fuerunt specialiter contra gerol- Main A, f. 32ra-34rb25 : a.1-6 (jusqu'à la ligne 9
dum»; f. 16ra, Quodi. IV, a.8, lignes 29-30 : la première uidetur quod)
main omet : «Alia uero est heresis Galanitarum ~ damp- Main m, f. 34rb26-34va, 13 du bas : a.6, ligne lO
nata»; l'annotateur supplée en mg. : «alia est euticiarum », inmensitas - a.15, ligne 73 capitulo.
erreur, mais erreur d'un théologien. ~ f. 17va, Quodi. IV,
a.13, arg., ligne 11 ad Thim. codd: ad Cor. mg. ~ Main A, f. 34va, 12 du bas - 34vb : a. 15, ligne 73
f. qvb-18va, Quodi. IV, a.q, lignes 73-79, le texte du Ecc1esiastice, jusqu'à la fin de l'artic1e 16.
Décret cité par saint Thomas est corrigé et complété : a.q-18, f. 49ra-50vb
ligne 73 : «q.I + mg. Moyses (c'est le titre du canon); Main A, f. 49ra-50ra24: a.17-a.18, arg.3, ligne 48
ligne 74 eligitur + mg. Ihesus; ligne 74 significaret Tho- uestitum
mas : mg. sciremus (c'est le texte du Décret); ligne 79 deli- Main p, f. 50ra25-50vb : a.18, ligne 48 sibi, jus-
niti + mg. sup. f. 18va« uel pro quibus maiorum quisquam
qu'à la fin, ligne 454.
rogauerit et ut peiora taceam qui ut derici fierent muneri-
bus inpetrarunt. et per hoc patet responsio ad obiecta ». ~ Quodlibet VIII
f. 2Ova, mg. au début de l'artide 23 du Quodlibet IV : «lsti Main A, f 38ra-41vb.
duo articuli fuerunt disputati a fratre thoma contra gerol-
dum in principio quadragesime ». ~ f. 2Ovb, Quodi. IV, Les Quodlibets VII et VIII, tels qu'ils se présentent
a.23, arg.8, ligne 46, q.III+ mg. «Presens» c'est le titre du dans le ms. V, soulèvent des problèmes difficiles qui
canon). ~ f. 2tra, Quodi. IV, a.23, arg.14, ligne 108 XLVIII ne pouvaient pas ètre résolus, ni mème correctement
+ mg. «sicut neophitus» (titre du canon). ~ f. 2tra, a.23, posés, tant que n'avait pas été étudiée la tradition du
arg.17, ligne 133, q.1I + mg. «quam pio» (titre du canon). texte. Nous montrerons que ces Quodlibets n'ont pas
- f. 21va, a.23, S.C.5, ligne 212 q.I + mg. «firma autem» été dictés par saint Thomas, mais copiés par ses secré-
(titre du canon). ~ f. 21Vb, a.23, Resp., lignes 252-269; la
taires sur des modèles dont l'autorité n'est pas abso-
citation d'Augustin est corrigée et complétée : ligne 253
irrationabiles mg. (avec quelques autres) : instabiles codd; lue. Pour les artic1es q-18 du Quodlibet VII, en par-
ligne 25 5 cernuntur + mg. siue obstinatissima peruicacia ticulier, nous montrerons que le ms. V témoigne avec
qua et ea que cernuntur; lignes 260-261 respondentibus + le ms. Lh d'une recension corrigée, intermédiaire
mg. semper (cf. plus loin, p. 143*a-b). ~ f. 26va,Quodl. V, entre la rédaction de la dispute De quolibet, attestée par
a.3, s.c., ligne 16 q.V + mg. «si paulus» (titre du canon). l'ensemble de la tradition, et la refonte totale du
- f. 3ova,Quodi. V, a.q, arg.l, ligne 16, d.XLVII + mg. Contra impugnantes. Je pade du ms. V A : je montrerai
«sicut hii» (titre du canon). ~ f. 31 va, Quodi. V, a.19, que la main p, qui a complété le texte laissé inachevé
lignes 134-13 5 posteriora : j'ai adopté cette correction de par la main A, n'est pas la main d'un secrétaire de
l'annotateur, pour le «priora» des mss. ~ f. 32vb, saint Thomas, mais la main d'un copiste qui écrivait
Quodi. V, a.22, lignes 45 -54, la citation de Grégoire est cor-
sans doute après la mort de saint Thomas et qui a
rigée : ligne 5° superne : mg. superbe; ligne 53 pertinaciter
+ mg. dedinari debet (voir l'app. des sources). copié un texte déjà détérioré.
Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Borgh. V3
'2 Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Vat. lat. 15, f. tra-86ra. Codices, n. 3415·
780, f tra-104r. Codices, n. 3323. 8 cahiers (1-5 12 6-7 10 8 6 ), écrits d'une main fran-
9 cahiers de lO folios +
4 folios (104V blanc), écrits çaise de la fin du xm e ou du début du XIV e sièc1e (le
20* LES TÉMO[I\:S

premier cahier est en désordre : les diplomes 2 et 4 celui de Lo 1 : Quodlibets I, II, III, IV 1-22, V, VI,
ont été intervertis, on lira donc les f. 1-4-3-2-5-6-7-8- VIII, VII 1-16, IX, X, XI.
11-10-9-12, comme y invitent des notes, f. 1vb « uerte
Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica PaI. lat.
duo folia », etc.).
Le manuscrit dérive de l'exemplar $2, dont il a le
369, E. tra-126vb (+ table alphabétique des matières,
contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham, E. 127ra-vb). Codices, n. 3497.
Les Quodlibets ont été écrits d'une main germa-
VII 1-16, IX, X, XI, VIII.
nique en 1456 : vers la fin du manuscrit, qui contient
Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Ottob. plusieurs autres ceuvres écrites de la meme main, on
lat. 196, f. tra-50va. Codices, n. 3457. lit (f. 298rb) : « ... anno a natiuitate domini etc. Quin-
4 cahiers (1-3 12 4 14), copiés à la fin du xm e ou au quagesimo septimo dominica post Erhardi episcopi
début du Xlye sièc1e, peut-etre par un scribe anglais, etc. »; la fete de S. Erhard était célébrée le 8 janvier à
mais copiant à Paris directement sur l'exemplar $2. Ratisbonne, le E. 298rb a donc été fini le dimanche
Au f. 47va, le scribe arrete sa copie au Quodli- 9 Janvler 1457·
bet VIII, a-4, ligne 58 « ad cognitionem» : c'est la fin Le manuscrit appartient au groupe germanique tar-
de la pièce 22; il laisse en blanc la moitié de la dif $2G, dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III,
colonne 47va, la colonne 47Vb et les E. 48 et 49 : il IV, V, VIII (appelé VI), VII 1-16, IX (8), X (9), XI
n'avait pu se procurer la pièce 23 (4 folios dans (lO), VI (11), VII 17-18, XII.
l'exemplaJ;.. mais lui écrit plus fin), il laisse donc la
pIace pour l'écrire (ce qu'il ne fera pas) et passe sans Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Regin.
plus attendre à la pièce 24; pourtant, au E. 5ora, il ne lat. 1883, f. 366ra-418vb (+ table, f.419ra-420ra).
reprend pas au début de la pièce 24, Quodlibet VIII, Codices, n. 3521.
a.12, ligne 5 « Facere », mais bien à l'artic1e 15, 5 cahiers (1-4 12 5 8; au quatrième cahier, il y a deux
ligne 26 « de facili », il omet donc environ le 1/3 de la folios numérotés 404 et 404 A), écrits d'une main
pièce 24, qui était très courte (c'est la dernière pièce) ; française du Xlye siècle avancé (après 1F 3 : saint
il est possible que le E. 4 de la pièce ait été blanc; si Thomas est toujours appelé « saint» ou « bienheu-
donc le scribe a plié à l'envers le premier diplome, il a reux »).
vu un folio blanc (le f. 4), et il a copié les f.2 et 3 Le manuscrit dérive de l'exemplar $2, mais il a
jusqu'à l'explicit; l'erreur était facilitée par le fait qu'il omis le Quodlibet de Pecham et suppléé (d'après un
n'avait pas copié la pièce 23 et ne pouvait donc témoin indépendant) les artic1es 17-18 du Quodli-
controler la continuité du texte. Une fois l'attention bet VII. Le contenu est donc : Quodlibets I, II, III,
attirée par cet accident majeur, on remarque un léger IV, V, VI, VII 1-16, IX (appelé 8), X (9), XI (lO),
changement d'écriture au f. 17va37, au passage de la VIII (11), « Questio de opere manuali », E. 41 7ra; à la
pièce 7 à la pièce 8 (Quodl. I V, a. 12, lignes 56- 57) : fin on lit de la main du scribe (E. 148vb) : « Expliciunt
« Non est obediendum / plus fin / et ipse peccat ». Par quolibeta beati thome de aquino ordinis predicato-
ailleurs, le texte de V 4 se distingue par sa conformité rum ».
au texte des manuscrits à pièces marquées. Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Urb.
Le contenu est celui de $2 (moins l'omission lat. 140, f. 7ra-l00ra. Codices, n. 3557.
notée) : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI, Pecham, VII Un cahier préliminaire de 6 folios a été ajouté, si
1-16, IX, X, XI, VIII. bien que la numérotation moderne des folios est en
VS Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Otrob. avance de 6 sur la foliotation ancienne (et en avance
lat. 197, f. 75vb-l05Vb (+ table alphabétique des de 8 après le E. 75, car elle passe du f. 75 au E. 78).
matières, E. 106ra-va). Codices, n. 3458. 9 cahiers de lO (+ 2 E. du cahier suivant, f. 99-100,
Écrit au Xlye sièc1e d'une main anglaise, le manus- en réalité E. 91-92), écrits d'une main de la seconde
crit forme avec le manuscrit Lo le petit sous-groupe moitié du Xye siècle. Le manuscrit forme avec le ms.
Lo VS, qui donne un texte corrigé et contaminé R un petit groupe R V9, dérivé de l'exemplar <11 2,
dérivé de l'exemplar $1 (avec omission de Pecham). dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, V (,
Contenu : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI. VII 1-16, IX (appelé 8), X (9), XI (lO), VIII (11). Le
Quodlibet de Pecham est omis.
Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Ottob.
lato 208, f. tra-8trb (+ table, f. 8trb-83rb). Codices, Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana 1983 (Z.L.
n. 3468. 123), f. tra-69vb (+ fragment omis, E. 70ra-rb; table
lO cahiers de 8 folios et un de 6 (E. 8 F, 84, 85, 86 de main postérieure, f. 7orb-71vb). Codices, n. 3587.
blancs), écrits d'une main du Xye sièc1e (indépendants 6 cahiers signés a-g (all, il y a un E. 6 bis ; b-flo gI2),
du reste du manuscrit). écrits d'une main italienne du Xye siècle. Au f. 6vb, 6
Ce manuscrit forme avec le ms. Lo 1 le petit sous- du bas, le scribe passe par homéotéleute du Quodl. I,
groupe Lo 1V6, dérivé des exemplars parisiens, mais a.21, ligne34: «in eodem loco», à l'article22,
corrigé et contaminé. Le contenu est le meme que ligne 41 : « non propter»; le texte sauté est suppléé au
LES MANUSCRITS PRINCIPAUX 21*

f. 70ra-rb (de la foliotation actuelle, f. 72 de l'an- bet XI, a.1-6, 12-13; f. 211rb-215rb, Quodlibet XII,
cienne foliotation, à laquelle le scribe renvoie, f. 6vb). a.23-25; f. 215rb-218vb, Pecham, q.19-30. La table
Le manuscrit offre un texte composite. On peut compte tous ces artic1es, et les attribue tous aux Quod-
distinguer quatre parties : libets de saint Thomas, f. 222va : «Explicit registrum
L Quodlibets I à IV, a.3 : le ms. Ve donne un texte in quodlibet fratris thome de aquino ». Les extraits
de la famille des exemplars, mais libre. puisent à diverses sources : l'exemplar <l>z (indirecte-
II. Quodlibets IV, a-4 à VI : le ms. Ve forme avec ment!) pour Pecham, une famille indépendante pour
OZ un sous-groupe OZVe, dérivé de l'exemplar <l>z, les Quodlibets X et XI, enfin une recension révisée de
mais toujours corrigé. la famille ~ pour le Quodlibet XII.
III. Quodlibets VII à VIII, a. 5, ligne 117: le
groupe OZ Ve passe à la famille indépendante ~z. Wrodaw, Biblioteka Kapitulna 70 n, f. zra-l22vb Wr
IV. Quodlibets VIII, a. 5, ligne 11] « Vnde »
(+ table, f. 122Vb-125Va), Codices, n. 3802.
Il cahiers de 12 folios (f. 126-133 blancs), écrits
(f. 5zrb28) à la fin (Quodl. IX, X et XI) : le ms. Ve
d'une main du xve sièc1e (indépendants du reste du
se sépare de OZ et rejoint la famille indépendante ~lb.
manuscrit).
Wien, Nationalbibliothek 3926, f. 194ra-208rb. Le manuscrit semble avoir été copié sur deux
Codices, n. 3687. modèles:
Ces folios, écrits d'une main germanique du I. Quodlibets I, II, III, IV, V, VI : le modèle est
XIVe sièc1e, contiennent le Quodlibet IV 1-22 (titre, LZ, directement ou par un petit nombre d'intermé-
d'une autre main du XIVe sièc1e, au f. 194ra, mg. diaires.
sup. : «De colibet magistri iohannis de pechan »), et II. Quodlibets-VII, VIII, IX, X, XI et XII : le
les quodlibets I et II. Le texte est celui de la famille modèle est LI, directement ou indirectement.
indépendante 'l'. Le manuscrit a été très corrigé (souvent sur le
groupe polonais <l>ZP) , et, après correction, il a été
Wien, Nationalbibliothek 3948, f. rra-14zrb.
copié par Wr z.
Codices, n. 3688.
Un cahier préliminaire de 12 folios contient, de Wrodaw, Biblioteka Uniwersytecka I. F. 98, Wr 1
deuxième main, une table alphabétique des matières f. 203ra-34zra (+ table, f. 342ra-vb). Codices, n. 38°9.
(f. rra-4vb) et une table des artic1es (f. 5ra-6vb); les 12 cahiers (1-11 IZ 12 8), écrits de deux mains germa-
f. 7-12 sont blancs. Les Quodlibets occupent 13 ° f. niques du xv e sièc1e (le f. 75r porte la date du 19 juin
(f. 13r-14zr), écrits d'une main du xve sièc1e. 1467, mais c'est un autre manuscrit).
Le manuscrit appartient au groupe d'Europe cen- Première main, cahiers 1-4, f. 2°3-25°: Quodli-
trale p, dont il a le contenu composite (cf. au ms. bets I à IV, a.6, ligne 26 «idem uerbum»; le texte
Kr l ). appartient à la famille d'Europe centrale p (cf. à Kr 1).
Deuxième main, cahiers 5-1 2 : Quodlibets IV, a.6,
Wien, Nationalbibliothek 3956, f. rra-146vb
ligne 6 « quo pater dedit [exp.] dicit », jusqu'à la fin :
(+ table, f. 147ra-149vb). Codices, n. 3689. le manuscrit appartient à la famille germanique <l>ZG
Écrit d'une main germanique du xv e sièc1e, le
(sous-groupe Pr ZWr 4 Wr 3 Wr 1), dont il a le contenu :
manuscrit appartient au sous-groupe germanique tar-
Quodlibets IV, V, VIII, VII 1-16, IX, X, XI, VI, VII
dif <l>Zg, dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III, IV,
17-18, XII.
V, VIII (appelé G), VII 1-16, IX (8), X (9), XI (lO),
VI (11), VII 1]-18, XII. Wrodaw, Biblioteka Uniwersytecka I. F. 204, Wr Z
f. 29zra-438ra (+ table, f. 438vb-441 vb). Codices,
b Wolfenbiittel, Herzog-August-Bibliothek 59.1.Aug.
n. 3814.
fol. (2609), f. 6rra-218vb (+ table, f. 219vb-222va). Les Quodlibets sont écrits d'une mam du
Codices, n. 3775. xv e sièc1e (en tète du manuscrit est relié le Supplé-
14 cahiers de 12 folios (sauf le douzième, Il folios;
ment de la IIla Pars, achevé d'écrire par Nicolas de
f. 222V, 223-227 blancs), écrits d'une main germa-
Glogow le 28 décembre 1466, mais c'est un autre
nique du xv e sièc1e.
manuscrit).
Le contenu est composite :
Le manuscrit est une copie de Wr, après correction
I. F. 6rra-139rb : Quodlibets I, II, III, IV, V, VI,
(peut-ètre y a-t-il eu un intermédiaire).
texte dérivé de l'exemplar <l>z.
II. F. 139rb-180rb : Quodlibets VII, VIII, IX, texte Wrodaw, Biblioteka Uniwersytecka I. F. 205, Wr 3
dérivé des familles indépendantes. f. rra-l33ra (+ table, f. 133ra-134vb). Codices,
III. F. 180rb-218vb: Extraits en désordre. n. 3815.
F. 180rb-185rb, Pecham, Quodl. II, q.1-8; Il cahiers de 12 folios + 2 f. Deux scribes du
f. 185 rb-19 3Va, Thomas, extraits de la I a P ars ; xv e sièc1e se sont relayés pour écrire les Quodlibets
f. 193Va-195ra, Quodlibet X, a.1-2; f. 195ra-196vb, de saint Thomas : main a, cahiers 1-4; les deux mains
Quodlibet XI, a.7-9; f. 196vb-197ra, Pecham, se partagent le cahier 4: main b, f. 49ra; main a,
Quodl. II, q.32; f. 197ra-21 rrb, Thomas, Quodli- f. 50ra-5 3ra; main b, f. 53Vb-60; ensuite, main b,
bet XI, a.lO-ll; Quodlibet X, a-4-12, 15-17; Quodli- cahiers 6-11. ~ Suivent les Quodlibets de Gilles de
22* LES Tf:MOINS

Rome, datés du lundi 10 Jurn 1465, mais écrits d'une Brno, Universitni Knihovna Mk 67, f. 78v-79r. 1
autre main. Codices, n. 352.
Le manuscnt appartient au groupe germanique <1>2G Le scribe, de la fin du xv e siècle, n'a retenu que
(sous-groupe Pr 2 Wr 4 Wr 3 Wr l ), dont il a le contenu : deux articles : Quodlibet V, a.28 (explicit : « sequen-
Quodlibets I, II, III, IV, V, VIII, VII 1-16, IX, X, temo Hec doctor sanctus Thomas de Aquino quott-
XI, VI, VII 17-18, XII. libeto V to, q. ultima »); Quodl. VIII, a.ll (s'arrete
à la fin de la réponse : « vice. hec S. doctor in quot-
Wr 4 Wrodaw, Biblioteka Uniwersytecka Akc. 1948/
libetis» [?]).
678, f. 209ra-339va (+ table alphabétique des
matières, f. 340ra-341va). Codices, n. 3869' Bruxelles, Bibliothèque royale 2766-7° (118o),
Le manuscrit est écrit d'une main du xv e siècle. f. 79v-92v. Codices, n. 409.
Meme groupe que le précédent, meme contenu. Le scribe, du xv e siècle, a complété le De perfectione
spiritualis uite en lui ajoutant les articles 23-24 du
Wr 5 Wrodaw, Biblioteka Uniwersytecka Zbior Mili-
Quodlibet IV, dont il a fait les chapitres 31-32 du De
cha II 40 (9556), f. 234ra-307va (+ table des articles, perfectione. Son texte du De perfectione dérive d'un
f. 308ra-309ra; table alphabétique, f. 309va-310vb).
exemplar paÙ,ien, et il en va de meme de son texte
Codices, n. 3878. des articles 23 -24, extrait de l'exemplar <1>1.
Les Quodlibets sont écrits d'une main germanique
du xve siècle (le texte de la la Ilae qui précède a été Bruxelles, Bibliothèque royale 12014-41 (1387),
achevé d'écrire le lundi 20 novembre 1447, f. 229ra; f. 29rra-rb. Codices, n. 427.
la table des articles de la la Ilae se lit au f. 229va-232va, L'article 20 du Quodlibet I a été copié sur le folio
sa table alphabétique au f. 312ta-313 ra). de garde, d'une main du XIV e siècle. Titre en marge
Le manuscrit appartient au groupe germanique sup. : « Ista questio est excepta de questionibus de
<1>2G, dont il a le contenu : Quodlibets I, II, III, IV, quolibet sancti thome de aquino ».
V, VIII, VII 1-16, IX, X, XI, VI, VII 1]-18, XII.
Cambridge, Gonville and Caius College 305 (3]2),
Wr 6 Wrodaw, Biblioteka Uniwersytecka Zbior Milicha f. 164Vb. Codices, n. 484.
II 72 (9033), f. 276ra-382tb (+ table alphabétique, Sur l'espace laissé vide entre la fin de la table de la
f. 382ta-385ra). Codices, n. 3884. la Ilae et le début du texte de la Ila Ilae, une main
Les Quodlibets sont écrits d'une main du anglaise de la fin du XIV e siècle a ajouté l'article 4 du
xv e siècle (le Contra Gentiles qui précède a été achevé Quodlibet V: « th. Queritur utrum hec sit conce-
d'écrire le jeudi 24 mars 1456). denda : deus potest peccare si uult - inpossibili, hec
Le manuscrit appartient au groupe germanique thomas ».
<1>2G : Quodlibets I, II, III, IV, V, VIII, VII 1-16, IX,
Cortona, Biblioteca Comunale dell' Accademia
X, XI, VI, VII 17-18, XII.
Etrusca 140 (221), f. 22t-28v. Codices, n. 615.
Une main italienne du xv e siècle a transcrit les
réponses (sans les objections et leurs réponses) de
FRAGMENTS ET EXTRAITS
quelques articles : Quodlibet I, a. 15, 16, 19, 20; Quod-
libet II, a.9, 15, 16; Quodlibet III, a.5, 8, 29; Quod-
An 2 Angers, Bibliothèque municipale 213 (204), f. 1- libet IV, a.12, 14, 20; Quodlibet V, a.13 et 16;
30V. Codices, n. 41. « Expliciunt questiones de quinque colibetis Sancti
Écrit d'une main du xv e siècle, ce manuscrit Tome de Aquino ordinis predicatorum ».
contient des extraits des Quodlibets de l'exemplar
Eichstiitt, Staatliche Bibliothek 726, f. 222V-227r.
<1>1 : Quodlibet I, a.13, 10-12, 9, 1]-20; Quodlibet II,
Codices, n. 708.
a.15 ; Quodlibet III, a. 28-29; Quodlibet V, a. 5-6, 12,
D'une main du xv e siècle, on a : Quodlibet IV,
14, 18, 23, 28; Quodlibet VI, aA-5, 8-10, 12-14, 17-
a. Il, 14; Quodlibet V, a. 5, 6, 18; Quodlibet l'I,
18; Pecham, q.18, 20, 24-25, 28, 30, 32.
a.21.
Ab 1 Augsburg, Staats- und Stadtbibliothek 2° 302 b,
Escorial (El), Biblioteca del Monasterio de San
f. 205 rb-207rb et 207va-317ra. Codices, n. 83.
Quelques extraits des Quodlibets I, II, III et VIII, Lorenzo R.IIA, f. 148ra-159vb. Codices, n. 799.
1 cahier de 12 folios (le cahier suivant a été perdu),
IX, XI, écrits d'une main cursive du xv e siècle.
écrit d'une main du XIV e siècle.
Berlin, Staatsbibliothek lat. fol. 456, f. 173ra-1]4rb, De nombreux articles sont transcrits, mais en
175 ra-rb, et 27 rra-rb. Codices, Suppl. désordre : f. 148ra-149ra, Quodlibet I, a.l, 10-16, 19;
D'une main du xv e siècle, on lit : Quodlibet I, a.3, f. 149ra-vb, Quodlibet II, a.5, 9, 11-12, 14, 16;
5,6,21-22; Quodl. II, a.l, 3,4; Quodl. III, a.l et 21; f. 149vb-15 rra, Quodlibet III, a'9-1o, 18, 22, 24-25,
puis (f. 175), Quodl. II, a.4; Quodl. III, a.l et 21 28-3°; f. 15 rra-15 2vb, en désordre : IV, aA; II, a.6;
(pour la deuxième fois!); Quodl. V, a.5; enfin IV, a.9, 11-15; V, a.23-24; VI, a.9; IV, a.16-20;
(f. 271), Quodl. II, a.8. Le texte est celui de l'exem- f. 152Vb-15 5rb, Quodlibet V, a.l, 3-10, 13-22,25,28;
plar <1>1. f. 15 5rb-156va, Quodlibet VI, a.1-2; f. 15 jva-vb,
LES MANUSCRITS PRAGMENTAIRES

Quodlibet II, a-4, 3; f. 15 6ra-l 57ra, Quodlibet VIII, Krak6w, Biblioteka Jagiellonska 2398, pages 555- Kr ll
a.1-2, 6, 8, 11-13, 15, 17; f. 157ra-158ra, Quodli- 594. Codices, n. 1349 A.
bet IX, a.13-16; f. 15 8ra-rb, Quodlibet X, a.9, 12-14; En 1476, Mathias Palanczky a utilisé Ed 3 pour une
f. 15 8rb-va, Quodlibet XI, a. 8-9; f. 15 8va-l 59vb, table alphabétique des Quodlibets (p. 555- 56o) et un
Quodlibet VI, a.3-4, 6, 8, 10-14, 18, 19 (explicit ex choix d'artic1es abrégés: p. 560-593, extraits des
abrupto, ligne 6 : «omne corpus »). Quodlibets I-XII; p. 593-594, Quodl. II, a.6-8 et lO.
Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana Fiesolano London, British Library Add. 6162, f. 36r-37r.
105, f. 214rb-215rb. Codices, n. 915. Codices, n. 1491.
D'une main de la seconde moitié du Xye sièc1e, on Quodl. I, a.20, d'une main du Xye sièc1e.
lit, sous le titre : « Sequitur tractatus de triduo mortis
Christi S. Tho.»; Quodl. II, a.l; Quodl. III, a.4; Lucca, Biblioteca Governativa 2542, f. lt-69r. Lw
Quodl. IV, a.8. Cf. mss. F6 et Mi. Codices, n. 15 36.
Écrites d'une main du Xye sièc1e, on a les réponses
Firenze, Biblioteca Nazionale Conv. Soppr. ].1.26, (à l'exc1usion des objections et de leurs réponses) de
f. 210vb. Codices, n. 954. tous les artic1es des Quodlibets I, II, III, IV, V, VI,
Simple note extraite du Quodl. VII, a.l. VIII (appelé VII) et VII (appelé VIII), jusqu'à
Firenze, Biblioteca Nazionale Conv. Soppr. J. VII. l'artic1e 11 du Quodl. VII : le scribe arrete sa copie,
47, f. 70r-v. Codices, n. 970. sans raison apparente, au début de la réponse, u. 38 :
D'une main du début du Xlye sièc1e, on lit, sous le '" «incorruptibilia erunt». Au f. lt-3r, on a une table
titre : «Incipit Tractatus [sancti sur grattage] Thome incomplète, jusqu'à Quodl. IV, a.7.
de triduo mortis Christi» : Quodl. II, a.l ; Quodl. III,
a.4; Quodl. IV, a. 8. Cf. mss. F 4 et Mi. Melk, Stiftsbibliothek 1746 (1804), f. lj2v-15 F. Mk
Codices, n. 1669 A.
Hereford, Cathedral Library O. ix. 3, f. 266rb- Écrits d'une main du Xye sièc1e, on lit les artic1es
267va. Codices, n. 1110. Quodl. I, a.20 (f. 15 2V), X, a.lO (f. 15 F-v), II, a.9
Quodlibet I, a.13-20, d'une main du Xlye sièc1e. (f. 15F).
Klosterneuburg, Stiftsbibliothek 179, f. 274rb- Milano, Biblioteca Ambrosiana A 19 inf., Mi
278rb. Codices, n. 1178. f. 181Va-18ltb. Codices, n. 1680.
D'une main du Xye sièc1e, on a les réponses (sans Écrite d'une main italienne du Xye sièc1e, on a la
les objections et leurs réponses) des artic1es suivants : collection De triduo mortis Christi: Quodl. II, a.l :
Quodlibet I, a. 1, 9, 18- 20; Quodlibet II, a. 5, 8-12, Quodl. III, a-4; Quodl. IV, a.8. Cf. F4 et F6.
16; Quodlibet III, a.13, 12, 18; Quodlibet IV, a.9,
11, 16-17, 22; Quodlibet V, a.12, 27, 3-4, 14-18, 23, Mons, Bibliothèque de la Ville 6/159, f. 2Fra- Ms
28; Quodlibet VI, a.5, lO, 7, 8; Quodlibet V, a.9; 238ra, 291tb-29ltb, 295ra. Codices, n. 1702.
Quodlibet III, a.28-29; Quodlibet IV, a-4-5 ; Quodli- Une main du Xye sièc1e a écrit un choix d'artic1es,
bet III, a.8; Quodlibet IV, a.15, 14; Quodlibet VI, résumés: f. 2Fra-238ra, Quodl. I, a.15-16, 19-20; II,
a.3 et 19. Au f. 277vb, avant les deux derniers artic1es, a.9-11; III, a.13-17, 19,22,27-29; IV, a.12, 21; V,
on lit : «Expliciunt extractiones de quodlibet fratris a.3, 5, 12, 13, 18, 27; f. 291tb-va, Quodl. IV, a.24
thome de aquino ordinis fratrum predicatorum ». (s'arrete à la fin de l'Ad tercium); f. 291Va-29ltb,
QuodI. V, a. 19 ; f. 295 ra, QuodI. II, a. 11 (qui se lisait
9 Krak6w, Biblioteka Jagiellonska 1211, f. 547va- déjà f. 233ra-rb).
549ra. Codices, n. 1265.
Écrits d'une main du Xye siècle, sont transcrits les Miinchen, Bayerische Staatsbibliothek Clm 1729°,
artic1es: Quodlibet I, a.14; Quodlibet IV, a.15; f. 229r-23F. Codices, Suppl.
Quodlibet VII, a.14, et un extrait de l'artic1e 15 Une main de la seconde moitié du Xye sièc1e a écrit
(u. 41-72). un choix d'artic1es, résumés : Quodl. XII, a.15, 4, 9;
I, a.18; III, a.25, 24, 23; I, a.l, 7, 8; X, a.2; XI, a-4;
IO Krak6w, Biblioteka Jagiellonska 2372, f. l05r-
VIII, a.8; I, a.9; V, a.24; VI, a.16-17; IV, a.ll; V,
130V. Codices, n. 1349.
a.3, 12.
Saint Jean de Kenty (Jana Kantego, 1390-1473),
professeur à l'Université de Cracovie, a transcrit (en Miinchen, Bayerische Staatsbibliothek Clm 28496,
les résumant au besoin) quelques artic1es des Quodli- f. 80r-115r. Codices, n. 1887.
bets qui intéressent la morale pratique, à savoir : IX Écrits d'une main du Xye sièc1e, on a : Quodl. I,
16; I, 11-12, 15-16, 20; III 29; VI 4; II 12, lO, 8; XII a.1-3, 7-8, 15-16, 20; II, a.l, 8-9, 11, 13, 16; III,
25,3°,34,39,14; XI 12; X 14; IV 11, 13; VIII 13; a.1l-12, 14, 16, 18,21-24; IV, a.12, 13, 16; V, a.5, 16,
IX 15; VI 18,7; XII 36; XI 13; 113-14; V 22,16,5; 17,13,22; VI, a-4, 7, 9-12,18; VIII, a.6-8, 11-13,
III 13; VI 13; V 19, 24, 26, 13; VIII 11; III 16 16-19; VII, a.l, 5; IX, a.15-16; X, a.l0, 12-14; XI,
(plutot que X 9); X 13; VIII 8. a·9, 12, 13·
LES TÉMOINS

Napoli, Biblioteca Nazionale I. H. 43, f. 325v. commence ex abrupto au Quodlibet I, a.8, u. 61 :


Codices, n. 1906 A. « secundum quod potest amare ». La pette est
Quodl. IV, a.12, d'une main du xv e sièc1e. ancienne : elle est attestée dès 1338 par le catalogue de
la bibliothèque du collège de Sorbonne, à qui le
Napoli, Biblioteca Nazionale V. H. 27, f. 13or.
manuscrit avait été légué par maitre Renier de
Codices, n. 1906 C.
Cologne (cf. L. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la
Quodl. IX, a.16, d'une main du xv e sièc1e.
Bibliothèque Nationale, t. III, Paris 1881, p. 32): « 110.
Napoli, Biblioteca Nazionale VII. D. 17. Codices, Item quodlibet magistri Godefridi de Fontibus. Inci-
n. 1941 A. "- pit in 2° faI. ergo prelatus, in peno duodecimo quo aro IS.
Une main de la seconde moitié du xv e sièc1e a Precium c sol. ». De fait aujourd'hui encore le f. 2
transcrit un choix d'artic1es des Quodlibets, à savoir : commence bien par les mots : « ergo prelatus» (Tho-
I, a.3 (f. 66r), 9 (f. 67V), 13 (f. 74v-75r), 15- 16 mas, Quodl. I, a.14, arg.3, U. 19-20).
(f. 69v-70V); II, a.8 (f. 78r-v), 14 (f. 242V-244r; la Mutilée accidentellement du début, l'cruvre de saint
foliotation passe de 242 à 244), 16 (f. 66v-67r); III, Thomas l'est plus gravement de la fin : le scribe arrete
a.ll-17 (f. 235r-240v), 25 (f. 58v), 28 (f. 55r-v), 29 sa copie à la ligne 40 du f. 4va, sur les mots : « sed
(f. 73r); IV, a.lO (f.55r), Il (f. 67r), 12 (f. 69v); 19-20 contra tempore quo mensurantur », c'est-à-dire au
(f. lO lt), 21 (f. 76v); V, a.6 (f. 59r), 8 (f. 58r), 13 Quodl. II, a.5, U. 16 (tempore Ba 1P 1P 14, pour « tem-
(f. 9v), 14 (f. 66r-v), 16(f. 57V), 19-20 (f. 111 r-v), pus »). Il laisse en blanc le tiers de la colonne 4va
28(f. 73r); VI, a.8 (f. 74V), lO (f. 78v-79r), Il (20 lignes sur 6o) et toute la colonne 4vb. Cet arret est
(f. 241V), 12 (f. 73r-74r); VIII, a.7 (f. 57r-v), 8 surprenant, car le scribe avait dti louer la pièce 3,
(f. 108v), 9 (f. 242V), 11-13 (f. 74r-v); IX, a.16 dont il a copié environ un cinquième, mais nous
(f. 71r); X, a.9-1o (f. 240V-24lt), 12 (f. 57r), 13 avons d'autres exemples du meme phénomène (voir
(f. 96v); XI, a.8 (f. 106v), 12-13 (f. 69r-v). notre ms. P 9). Pourtant, l'arret s'explique peut-etre
mieux si c'est un maitre qui a copié l'cruvre pour san
06 Oxford, Balliol College 52, f. 164rb. Codices, propre compte, et il y a des raisons de penser que c'est
n. 2084. le cas : si le scribe reproduit en général les fautes de
Sous le titre : « Responsio fratris thome .6. de quo- l'exemplar <1>2 (cf. plus loin, p. 105*-107*), il lui arrive
libet q. ultima », une main cursive du XIV e sièc1e a de faire des corrections faciles, et plus d'une fois san
transcrit la réponse de l'artic1e 19 du Quodlibet VI. intervention se trahit. J'en relève quelques exemples :
p13 Quodl. I, a.14, U. 62 docere] doce <1> : docet primo,
Paris, Bibliothèque Nationale lat. 14899, f. 167Vb-
docere secundo pr.m. P 14 - a.14, U. 143 reuocare ab
17orb. Codices, n. 233 7.
amni malo] reuocare aliquid cum nullo <1>2b : reuocare
Une main de la fin du XlII e sièc1e a écrit un choix
aliquid (exp.) amalo pr.m. P 14 - a.14, u. 145 Hec
d'artic1es des Quodlibets: III, a.28, 22, 21, 16
etiam ratio] hec est ratio <1>2b ; hec est ratio primo,
(f. 167vb-168vb); I, a.20 (f. 168vb-169val); VI, a.ll
Vnde hec ratio corro pr.m. p14 - a.16, u. 39 consuli-
(f. 169vb-170ra); V, a.28 (f. 170ra-rb).
tur consciencie] consistitur consciencie <1>1'Y : consis-
p14 Paris, Bibliothèque Nationale lat. 15844, f. lta-4va. titur consciencia <1>2b : conseruatur consciencia P 14,
Codices, Supplément. sec.m. p 1.
Ce manuscrit de 401 folios est pour l'essentiel une
[Paris, Bibliothèque Nationale lat. 15 845, f. 38vb-
collection des Quodlibets de Godefroid de Fontaines
39ra. Codices : volontairement omis.
(complétée par un abrégé et des tables) : cette collec-
Ce résumé du Quodlibet I, a.2, ne mérite pas d'etre
tion occupe les f. 65-400 (cf. J. Hoffmans, dans Le
retenu].
Quodlibet XV de GodeJroid de Fontaines ... , Les Philo-
sophes Belges, t. XIV, Louvain 1937, p. 170-174). Praha, Universitni Knihovna XII. F. 6, f. 190v-
Mais dès l'origine ont été reliés avant cette collection 207v. Codices, n. 2724 A.
une table alphabétique de saint Augustin (f. 5-64), et Une main du xv e a écrit, à longues lignes, un
un extrait des Quodlibets de saint Thomas (f. 1-4). recueil d'artic1es; les artic1es numérotés 148 à 180 sont
Seuls nous intéresse Ici ces quatre premiers folios, extraits des Quodlibets de saint Thomas: 148 =
écrits d'une autre main que les quatre ou cinq mains VIII, a.13 (f. 19ov-191V); 149 = IV Il (f. 191V);
qui ont écrit le reste du manuscrit. 150 - V 14 (f. 191V-192t); 151 - II 16
4 folios (340 X 230, deux colonnes de 60 lignes), (f. 192t-193V); 152 = IV 18 (f. 193V); 153 = V 25
copiés à Paris à la fin du X III e ou au début du (f. 193V-194V); 154 = III 10 (f. 194v); 15 5 = V 24
XIV e sièc1e, directement sur l'exemplar <1>2 : sont indi- (f. 194v-195r); 15 6 = XI 9 (f. 195r-v); 157 = I 19
quées les pièces 2 (f. 1va, en marge extérieure : « pea (f. 195V); 15 8 = VI 17 (f. 195V); 159 = II 9
.2. ») et 3 (f.4ra, 12 lignes avant le bas : « -3- pea»). (f. 196r) (1); 160 = X lO (f. 196r-v); 161 = I 13
Au début, deux folios ont été coupés; le texte (f. 196v-197r); 162 = III 29 (f. 197r-v); 163 = V 28

1. Il s'agit bien de l'a. Il 9 : «Vtrum filius teneatur obedire parentibus quantum ad omnia », et non de l'a. 19, comme l'indique J. Kejr,
«Casus conscientiae» del manoscritto XII F 6 della Biblioteca dell'Università di Praga, dans Studia Gratiana IX, Bononiae, 1966, p. 238.
LES MANUSCRITS FRAGMENTAIRES 25*

(f. 197v-198r); 164 = VI 8 (f. 198r-v); 165 = VIII collection, Quodl. IV, a.9 et 11. Puis vient,
Il (f. 198v-199r); 166 = V 20 (f. 199r-v); 167 = XII f. 187r-223v, une collection dont la table est donnée
29 (f. 199v-20or); 168 = V 17 (f. 200r-v); 169 = aux f. 183r-v (184 est blanc). Cette collection
XII 24 (f. 200V-20lt); 170 = III 18 (f.20lt-202t); comprend : Quodl. I, a. 3, 7, 9-11, 13, 15, 19, 20; II,
17 1 = V 15 (f. 202t-203r); 172 = X 9 (f. 203r-v); a.6, 8-12, 14, 16; III, a.5, lO, 12, 15, 16, 18-19,21-24,
173 = V 3 (f. 203V-204r); 174 = V 5 (f. 204r-v); 175 27-29; IV, a.lo, 12, 14-15, 19-21; V, a.3, 5, 12-13, 16,
= VI 18 (f. 204v-205r); 176 = XII 19 (f. 205r-v); 15, 18, 24-26, 28; VI, a.4, 7-10, 12-14, 16-18; VIII,
177 = XII 20 (f. 20)V-206r); 178 = V 22 (f. 206r-v); a.8, 9,15; IX, a.14; VIII, a.17; X, a.lo, 13; XI, a.8,
179 = IV 14 (f. 206v-207r); 180 = III 5 (f. 207r-v). 9; XII, a.24, 27, 28-31; XI, a.ll; Quodlibet II de
Pecham (considéré comme Quodlibet de S. Thomas),
Saint-Pétersbourg, Publicnaja biblioteka Lat. F. v.
q.12, 15, 26, 30. ".
1. 128, f. 7r-l0r, en marge inf. Codices, n. 1446
En marge du Contra Genti/es, une main italienne Utrecht, Bibliothek der Universiteit 146, f. 389rb- Ut 1
cursive du XIV e siècle a écrit Quodl. I, a. 3, 7 et 20; vb et 39orb-va. Codices, n. 3226.
Quodl. II, a.l et 2. Quodlibet I, a.15 et 16, d'une main du Xye siècle.
Siena, Biblioteca Comunale degli Intronati Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Vat. V lO
G.IX.13, f. 28rb-29ra. Codices, n. 2960. lat. 787, Pars II, f. 494va-503ra. Codices, n. 3329.
Une main italienne du début du xv e siècle (c. 1408) Quodl. IV, q.12, a.1-2 [23-24], écrit d'une main
a copié Quodl. I, a.l 5-16, et Quodl. XI, a. 13. française du XIV e siècle, à la suite des Q. de ma/o.
Stuttgart, Landesbibliothek H.B.III.45, f. 40r, Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Vat. Vll
321va-327vb (de la nouvelle foliotation). Codices, lat. 9336, f. 87r-lllv. Codices, n. 3389'
n. 3028. D'une main italienne du xv e siècle, on a un choix
Compilé en 1461-1463 par maitre Conrad Soltow, d'articles des Quodlibets, résumés (uniquement les
«eximium sacre theologie doctorem» (f. 147Vb), ce réponses, elles-mèmes au besoin abrégées) ; les articles
manuscrit de 328 folios est un recueil de pièces variées sont extraits d'un manuscrit de la famille <J)2Gg,
de théologie morale et spirituelle. Maìtre Conrad a comme suffit à le montrer l'ordre des Quodlibets : I,
transcrit librement quelques articles de la Somme et a.9-12, 15-16, 19; II, a.2, 6, 1, 15; III, a.8, 12, 14-16,
des Quodlibets de saint Thomas (au nombre desquels 18,23-25,28, 30; IV, a-4, 8, 14, 20, 21; V, a.3, 6, Il,
il compte, comme Quodlibet 7, le Quodlibet II de 13,16,18,23,26,28; VIII (appelé 6), a.6, 7, 9,12,16,
Pecham). On adone, pour les Quodlibets : 17, 20; VII, a.l, 8-9, 11-13; IX (8), a.14, 16; X (9),
Quodl. I, a.ll (f. 40ra); Pecham, q.18 (f-40rb); a.2, lO, 13; XI (10), a·7, 9, 13; VI (11), a.4, 11-14;
Quodl. III, a.11-22, 22 (f. 321va-vb); IV, a.3 XII, a.24, 27, 29, 30, 35·
(f. 322ta); V, a.28 (f. 322va); VI, q.l, 4, 5
(f. 322va-323ra3); I, a.2 (f. 323ra-va); Pecham, a.l : Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Archi- V 12

après le titre et les objections, on lit en tète de la vio di S. Pietro D 181, bifolio de garde, à la fin
réponse : «dicendum secundum tho. in quodlibetho (numérotés 111-112, pour 171-172). Codices, n. 3408.
sui 7°» (f. 323Va-324rb); Quodl. VI, a.16, 15, 13, 14 Écrit d'une main italienne du XIVe siècle, ce bifolio
(f. 324rb-325ra); V, a.8, 5 (+ et idem habetur in 3a contient le Quodlibet VII, de la fin de la réponse de
parte summe sue, q·54, a.Ù 3,4, 2 (f. 325ra-326rb); l'article 7 (u. 30 «accidentalis forme ») jusqu'au pre-
IV, a.lO (f. 326rb-vb); III, a.28, 29 (f. 326vb- mier mot de la première objection de l'article Il (u. 8
327va2); I, a.17 (f. 327va3-17); VI, a.7 (f. 327va18- «corpus »). En dépit de sa brièveté, ce fragment est
vb). important, car il s'inscrit dans la petite famille indé-
Nous donnerons un exemple particulièrement pendante N b V 12 F et il en éclaire la structure.
significatif de la liberté dont use maitre Conrad : les Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Borgh. V 13
articles 11-12 du Quodlibet III. On a, après le titre
139, f. 137 v - 139 v . Codices, n. 3427.
(f. 321val-2) : a.ll, ad 2, u. 15°-158 (f. 321va3-14); Au début du XIV e siècle, un copiste a inséré entre
ad 1, u. 135-146 (f. 321va14-29); Resp., u. 122-134 des questions de Pierre de Tarentaise et un Quodlibet
(f. 321va29-47); a.12, ad 2, u. 106-107 (f. 321va48- d'Eustache, un extrait de saint Thomas : Quodl. VIII,
49); u. 99-106 (f. 321va48-vb6); u. 108-114 a.7-18. Le texte semble ètre un texte indépendant,
(f. 321Vb7-15); ad 3, u. 115-138 (f. 321Vb16-46). apparenté à celui du ms. P b.
Subiaco, Biblioteca del Protocenobio di S. Scolas-
Vaticano (Città del), Biblioteca Apostolica Ottob. V 14
tica CCXXIX (232), f. 72t. Codices, n. 3043.
lat. 381, f. 38r-v. Codices, n. 3475.
Quodl. I, a. 7, copié par une main italienne du
Écrit d'une main italienne de la seconde moitié du
Xye siècle.
xv e siècle, on trouve là un examen de la question :
Uppsala, Universitetsbiblioteket C 238, f. 183r- «Vtrum sanguis Christi effusus fuerit in triduo a diui-
223v. Codices, n. 3220 B. nitate separatus»; en sixième lieu est citée l'opinion
Une main du xv e siècle a écrit un choix d'articles de saint Thomas: «Preterea sanctus thomas de
(résumés) des Quodlibets. Au f. 185r-v, on a, hors aquino hoc asserit in suo quolibeto, q. quinta, ubi
26* LES TÉMOINS

ponit huiusmodi questionem» = Quodl. V, a.5 ordine collecte quia communiter sunt de angelis, de
(f. 38r-v); au f. 41, ad sextum, l'auteur critique la anima humana aut de corpore humano, cum primis
position de saint Thomas, accusé de contradiction. tamen tribus premissis de deo ». La collection
comprend le Quodlibet de Pecham, compté comme
W4 Wien, Nationalbibliothek 4904, f. 114V-115V et Quodlibet VII de Thomas. On a donc :
214v-217r. Codices, n. 3717. Quodl. I, a.l-q (f. 86r-88v); Pecham, q.6-8 (f. 88v-
Dans ce recueil écrit entre 1467 et 1470, le carme 9ov); [suivent des extraits de la la Pars, f. 90V-
Mathias Fabri a transcrit, entre autres, quelques 96v; après 96v, plusieurs folios ont été perdus];
articles tirés des cruvres de saint Thomas, notamment Quodl. I, a.21-22 (f. 97r-98v); III, a.1-2 (f. 98v-
des Quodlibets: I, {l.20 (f. 114v-lqr); III, a.29 . 99v); IV, a.1-5 (f. 99v-I03r); V, a.3-4 (f.103r-v);
(f. 115V); I, a.q-16 (f. 214v-215r); IV, a.12 (f. 2qr- Pecham, q.l (f. l03v-I05r); Quodl. XI, a.3 (f. l05r-
v); VI, a.ll (f. 2qv-216r); X, a.lO (f. 216r-v); V, 106r); V, a.2 et 1 (f. 106r-v); VI, a.l (f. l07r-v); IV,
a.28 (f. 216v); XI, a.13 (f. 216v-217r). a.6-7 (f. 107V-l08v); VII, a.lO (f. 108v, 6 dernières
W5 Wien, Dominikanerbibliothek 14/14, f. 93r-119r. lignes); VII, a.6 (f. l09r-v); VII, a.lO, repris
Codices, n. 3730. (f. l09v-ll0r); VIII, a.1-2 (f. 110r-llzr); IX, a.1-4
Dans la marge supérieure du f. 93r, le correcteur (f. 112V-117V); Pecham, q.2-5 (f. 117v-119r);
date sa correction du 27 avri11457, à Klosterneuburg. Quodl. IX, a.5 (f. 119r-120r); X, a.17 (f. 120r-v).
Le rubricateur, suivant l'indication du correcteur, Wiirzburg, Universitatsbibliothek Ebrach Lt.f. 615
intitule l'cruvre / « Incipit liber de Quolibet beati (3 an), f. 17r-23v. Codices, n. 3907 A.
Thome 12 continens Quodlibet». L'cruvre elle-mème D'une main du XVe siècle, on a de très brefs résu-
commence : « Sequuntur tituli articulorum seu ques- més des articles des Quodlibets, d'après un manuscrit
tionum specialium in 12 Quodlibet beati thome de la famille <l>2Gg, comme le montre l'ordre suivi : I,
contentorum, cum questionum et materiarum diuisio- II (f. 17va), III (f. 18ra), IV, y compris 23-24
nibus et subdiuisionibus claris et valde conuenienti-
(f. 19ra), V (f. 19vb), VIII, appelé 6 (f. 20rb), VII
bus ». Titre prometteur, mais trompeur : au rebours 1-16 (f. 20vb), IX appelé 8 (f. 21tb), X appelé 9
des autres abréviateurs, le scribe ne retient que les (f. 21 vb), XI appelé 10 (f. 22rb), VI appelé 11
titres des articles, les objections et le sed contra; il omet (f. 22va), XII (f. 23ra).
l'essentiel, la réponse et les réponses aux objections!
Et s'il compte 12 Quodlibets de saint Thomas, c'est
qu'il utilise un manuscrit dérivé de <1>2 : il compte
donc comme Quodlibet VII le Quodlibet de Pecham,
et suit l'ordre de <1>2. On a ainsi une table des matières
des Quodlibets : I (f. 93r-94v), II (f. 94V-96v); III II
(f. 96v-99v); IV (f. 99v-I02V); V (f. 102V-lo5r); VI
(f. 105r-l07r); Pecham (f. 107r-ll1t); VII a.1-16 LES ÉDITIONS
(f. lllV-112V); IX (f. 112V-114V); X (f. 114v-116r);
XI (f. 116r-117r); VIII, devenu XII (f. 117r-119r).
W6 Wien, Dominikanerbibliothek 44/266, f. Q7v- [Rome, Georg Lauer, vers 1470].
158v. Codices, n. 3734. 218 folios ni numérotés ni signés, caro rom., à
Quodlibet XI, a.13 et 12, écrits entre 1469 et 1471. longues lignes, 33 lignes, 213 X 13 o. F. zr, table
alphabétique : < A > bsolutione sacramentali ... ; f. 7r
W7 Wien, Schottenstift 159 (Hiibl 256), f.76v-82v. < Q > Vesitum est de deo : angelo : et homine / De
Codices, n. 3748. deo quesitum est: et quantum ad diuinam / natu-
Quodl. II, a.4 et 16; VIII, a.q, d'une main du ram ... ; f. 218r, explicit : XXXVII q. Secundo de pena
Xye siècle. eterna utrum anima separata a corpore naturalitt::r
patiatur ab igne corporeo. Respondendum sicut supra
W8 Wien, Schottenstift 161 (Hiibl 258), f. 212V-216d.
in vno quodlibeto uidelicet tercio. q.XXXIII. Et tall-
Codices, n. 3749.
tum de istis. Explicit.
Quodl. III, a.18-19; IV, a.12, d'une main du
Hain-Copinger 1400. Pellechet 1002; Goff T-182;
Xye siècle (c. 1438-1440).
IGI (Indice generale degli incunaboli delle biblioteche
Wb 1 Wolfenbiittel, Herzog-August-Bibliothek 19.7. d'Italia, t. V) 9563; BN (Bibliothèque Nationale,
Aug. 4°, f. 85V-90V et 97r-120v. Codices, n. 3779. Catalogue des incunables; t. II, H-Z et Hebraica,
Ecrite d'une main du Xye siècle, c'est une collec- Paris, 1985) T-138.
tion d'articles des Quodlibets (et de la la Pars) qui Au f. 7r, certains exemplaires comportent avant le
traitent des anges et de l'homme, comme l'indique la texte une rubrique (avec des variantes); par exemple
table, au f. 85 v: « Ex quotlibeto beati thome de Vat. Stampo Barb. AAA 11 : « Quodlibeta duodecim
aquino fratris ordinis predicatorum collecte sunt beati Thome de Aquino ordinis predi/catorum dispu-
questiuncule hic postea signate licet variis locis tata circa annum M. cc. LXX ». - L'édition a été faite
extracte tamen propter conuenienciam materie tali sur un manuscrit de la famille germanique tardive
LES f:DITIONS

<l>2G; elle a donc le contenu de cette famille : Quodli- feliciter H'; f. 136rb12-q, explicit § XXXVIII q.
bets I, II, III, IV, V, VIII, VII 1-16, IX (appelé 8), X Secundo de p~na ~terna. Vtrum anima separata a cor-
(appelé 9), XI (appelé 10), VI (appelé 11), VII q-18, pore naturaliter ab igne corporeo patiatur. § Respon-
XII. Ed l se distingue cependant par quelques parti- dendum sicut supra in vno quodlibeto videlicet .III.
cularités notables : après l'artide 24 du Quodlibet IV, q.XXIII. Colophon, en rouge : Beati Thome Aquinatis
elle ajoute un artide 25, qui est l'artide 32 du Quodli- quodlibeta duodecim expliciunt feliciter per Ioannem
bet II de Pecham; au Quodlibet XII, elle omet I sensenschmid vrbis Nurmberge ciuem, Industrio-
l'artide 6 (Primo utrum esse angeli sit accidens eius). sum impressori~ artis magistrum I et Andream frisner
de Buml"del imprimendorum librorum Correctorem
12 Cologne, Arnold Therhoernen, 1471.
Anno I A natiuitate domini .M.CCCe. LXXIII]. deci-
156 folios ni numérotés ni signés (en réalité 1 cahier
moseptimo Calendas Maij.
de 6 f. pour les Tituli, généralement placé en tete :
HC 14°2; Pellechet 1006; Goff T-184; BN T-140.
Pellechet compte 2 f. blancs en tete de ce cahier, d'où
L'édition Ed 3 a été faite sur un manuscrit de la
le décalage de son décompte; puis 15 cahiers de 10),
famille germanique tardive <l>2G, différent de celui uti-
car. goth., 2 col. de 401ignes, 200 X 134. F. [H] :
lisé par Ed l , mais elle a consulté Ed l et lui a
Incipiunt tituli questionum de .xij. I quodlibet fratris
emprunté des leçons caractéristiques, par exemple
thome de aquino de or-/dine predicatorum secundum
l'addition au Quodl. IV comme artide 25 de
ordinem alpha-/beti assignati. Et primo de angelis H' ;
l'artide p du Quodlibet II de Pecham; cependant
f. [7r] Rubr. Incipiunt questiones de quod-/libet fratris
elle précise: « hanc qu~stionem non nulli non
thome de aquino de or-/dine fratrum predicato-
habent ». En revanche, elle n'omet pas 1'artide 6 du
rum ... ; f. [15 5va], exp/icit: set est sequestrandus in
Quodlibet XII. Le contenu est celui de <l>2G : Quodli-
carcere vel alio modo. C%phon, en rouge : Et in hoc
bet I, II, III, IV, V, VIII (appelé VI), VII 1-16, IX
finitur Quodlibetorum liber I sicut a sancto Thoma de
(appelé VIII), X (appelé IX), XI (appelé X), VI
Aquino or-/dinis fratrum predicatorum positus est.1
(appelé XI), VII 17-18, XII.
Impressum Colonie per Arnoldum I ther hoernen
Anno domini. 1471. pro I cuius consummationis sanc- Ulm, Hans Zainer, 1475. Ed 4
tus sanctorum Ilaudetur in secula benedictus. Amen. 232 folios ni numérotés ni signés, à longues lignes,
- F. 15 6 blanc (I). 341ignes, caro goth., 195 X 110. F. 1 blanc; f. 2 :
HC 14°1; Pellechet 10°5; Goff T-183; BN T-139. Incipiunt tituli questionum de duodecim quodlibet. I
l'ai utilisé un microfilm de l'exemplaire Vat. Stampo Sancti thome de aquino. ordinis predicatorum
Ross. 863. secundum ordinem I alphabeti assignati. Et primo de
Les éditions Ed l et Ed 3 étant restées marginales, angelis . f. 9 : Questiones de quolibet sancti thome
H ;

l'édition Ed 2 est la véritable édition princeps d'où de I aquino. ordinis fratrum predicatorum incipiunt
dérive la tradition imprimée. Son texte est composite. feliciter H'; f. 2pV, exp/icit : sed est sequestrandus in
Pour les Quodlibets I-VI, elle a utilisé un manuscrit carcere vel alio modo. Colophon : Immensa dei de-
de la famille <1>2 (qui avait omis le Quodlibet de mentia finitur Quodlibet liber sancti I Thome de
Pecham), mais un manuscrit moins a1téré que les Aquino ordinis fratrum predicatorum in eiusdemque I
manuscrits de la famille germanique tardive <l>2G d'où gloriam compositus. Impressus Vlm per Iohannem
dérivent Ed l et Ed 3 • Pour les Quodlibets VII czainer I de Rutlingen. Anno domini Millesimo qua-
(complet), VIII, IX, X et XI (dans cet ordre), elle a dringentesimo I septuagesimoquinto. Pro cuius
utilisé un manuscrit indépendant (apparenté notam- consummatione Rex regum laudetur in secula bene-
ment à LP IOb). Elle a ajouté le Quodlibet XII, dictus Amen.
d'après un témoin de la famille ~ (également appa- HC 14°3; Pellechet 1007; Goff T-185; IGI 9564;
renté à LP IOb). BN T-141.
Médiocre copie de Ed 2 .
d3 Nuremberg, Johann Sensenschmidt et Andreas
Frisner, 15 avril 1474. Venise, J ohannes de Colonia et J ohannes Manthen, Ed 5
136 folios ni numérotés ni signés, caro goth., 2 col. 147 6.
de 48 lignes, 264 X 180. F. 1 blanc; f. 2 table alphabé- 152 folios non numérotés, 19 cahiers signés a 6 b-s 8
tique à pleines lignes : Absoluere. v < trum > possit t IO; caro goth., 2 col. de 40 lignes, 15 ° X 1°5. F. IV
in foro penitencie non habens curam animarum. Registrum; f. 2 : Incipiunt tituli questionum de auo-
Quodl. XII. Questio xv. I Absolutione sacramen- I decim quodlibet sancti Thome de Aquino I ordinis
tali H'; f. 5r, Rubr.: Summa de quolibet Thome predicatorum secundum ordinem alpha I beti assi-
Aqui-/natis fratris sacri Ordinis Pr~di/catorum, Viri gnati. Et primo de angelis. f. 7r incipit
H f. 15zrb,
H'

quidem sanctitate et sci-/entia pr~stantissimi incipit explicit (comme Ed 4 ). Colophon : Finitur quodlibet

l. Cf. E. Klose, Kiilner Drucke des Thomas von Aquin im IJ. und 16. Jahrhundert. Eine Bibliographie, thèse dactylographiée, Cologne '964,
n. '7.
28* LES TÉMOINS

liber sancti Thoma / Uenetijs impressus impensi~"," 152 folios non numérotés, 19 cahiers signés a 6 b-s 8
Iohan-/nis de Colonia sociique eius Iohannes / Man- t 10, caro goth., 2 col. de 39lignes, 141 X 105.
then et (sic : lire de) Gherretzen. 1476. F. 1 blanc; f. 2, signé a 2 : Incipiunt tituli questio-
HC 1404; Pellechet 1008; Goff T-186; IGI 9665; num de duodecim quodlibet / sancti Thome de
BN T-142. aquino ordinis predicatorum secundum / ordinem
Ed 5 est une copie de Ed4, mais une copie soigneu- alfabeti assignati. et primo deangelis; f. 7, signé b :
sement corrigée, qui a eu recours à un ou plusieurs Questiones de quodlibet sancti / Thome de Aquino
manuscrits. ordinis fratrum / predicatorum incipiunt feliciter;
Ed 6 [Toulouse, Heinrich Mayer, entre 1484 et 1488]. f. 15 ltb, explicit (comme Ed4); Colophon : Finitur
200 folios non numérotés, 24 cahiers signés a-m 8 quodlibet sancti Thome ve-/netijs impressus impensis
A-N 8 (la signature al au f. 2, mais la signature b est domini Francisci / de madijs per Hannibalem Parmen-
bien au f. 9), caro goth., 2 col. de 39 lignes, 137 X 80. sem et / Marinum saracenum sociusque eius anno /
F. 1t : Questiones de quodlibet sancti / Thome de domini 1486. die vero vItimo mensis madij.
aquino; f. 2, signé al: Questiones de quodlibet sancti HC 1406; Pellechet 1010; GoffT-188; IGI 9566;
/ Thome de aquino ordinis fratrum / predicatorum BN T-145.
incipiunt feliciter; f. 193V, explicit (comme Ed4); Copie de Ed5, mais qui a introduit un petit nombre
Colophon: Finitur quodlibet liber sancti Thome. de leçons qui sont passées dans les éditions sui-
Deo gracias; f. 193, signé N 1 : Incipiunt tituli ques- vantes(l).
tionum de duode/cim quodlibet sancti Thome de Venise, Giovanni et Gregorio de' Gregori, 3 sep- 1
Aqui/no ordinis predicatorum secundum or/dinem tembre 1495.
alphabeti assignati. Et primo de angelis; f. 199v : 1 cahier préliminaire de 4 folios non numérotés
bniunt tituli feliciter; f. 199v: Registrum; f. 200 pour la table, et 64 folios numérotés, soit 11 cahiers
blanc. signés a-k 6 14, caro goth., 2 col. de 65 lignes,
Pellechet 1003 et 10°4; BN T-143 (Avignon, Bibl. 240 X 151. F. Ir : Quodlibet sancti Thome / nouiter
municipale Inc. 595 ; Madrid Nac. 1834; Neufchateau impressum.M./ CCCC.XCV; f. IIr : Incipiunt tituli
ancien 1048; Paris Bibl. Nat. Rés. D. 202°7; Tou- questionum de duodecim quodlibet /sancti Thome de
louse, Bibl. mun. Inc. Toulouse 117). aquino ordinis predicatorum secundum or-/dinem
Copie de Ed5, assez fautive, mais sans descen- alfabeti assignati. et primo de angelis; f. 1, titre cou-
dance : on ne peut donc pas préciser la datation faite rant : Quodlibet sancti Thome; f. tra : Questiones de
d'après les caractères. quodlibet sancti Thome de Aqui/no ordinis fratrum
Ed 7 Cologne, Johann Koelhoff 1'Ancien, 24 novembre predicatorum incipiunt feliciter; f. 64rb, explicit
14 8 5. (comme Ed 4 +Finis); Colophon : Impressum Uene-
154 folios non numérotés, 20 cahiers signés a 6 b-s 8 tijs per Ioannem et Gregorium / de Gregoriijs fratres.
tv 6 , caro goth., 2 col. de 44-45 lignes, 188-132. F. tr : Anno Domini M.CCCC.LXXXXV. / die .iij. septembris.
Quodlibet / sancti Thome; f. 2, signé a ij : Incipiunt / Registrum.
tituli questionum de / duodecim quodlibet sancti H 1408; Pellechet 1011; Goff T-189; IGI 9567;
Thome de / Aquino ordinis predicatorum secundum BN T-146.
or/dinem alphabeti assignati. Et primo / de angelis; Copie de Ed 8 , sans changements notables (2).
f. 7, signé bi: Questiones de quolibet sancti / Thome Venise, imprimée par Boneto Locatello pour le E
de Aquino ordinis fratrum / predicatorum incipiunt compte des héritiers d'Ottaviano Scotto, 6 avril 15 ° 1.
feliciter; f. 153V, explicit (comme Ed 4); Colophon : 60 folios numérotés, soit 8 cahiers signés AA-FF 8
Finitur quodlibet liber sancti Tho/me Colonie impres- GGHH 6, caro goth., 2 col. de 65 lignes, 240 X 162.
sus per me Io-/hannem koelhoeff ciuem colonien-/ F tr: Quodlibetales questio-/nes sancti Thome;
sem. Anno millesimoq uadringente-/simooctuage [1- f. l t : Questiones de quodlibet sancti Thome de
moquinto in profesto / Catherine virginis. F. 154 Aquino or-/dinis fratrum predicatorum incipiunt feli-
blanc. citer; f. 58rb, explicit : sed est sequestrandus in car-
H'

HC 14°5; Pellechet 10°9; Goff T-187; BN T-144. cere vel alio modo § Angelici doctoris Thome de
Copie de Ed 5. Aquino quodlibet a magistro lo. /Anto. brutio
Ed 8 Venise, Annibale Fossi et Marin Sarrazin pour Augustini eremita summo studio castigatum : / bnit
Francesco de' Madi, 31 mai 1486. feliciter; f. 58va : Incipiunt tituli H'; f. 60r : Finiunt

l. Hain ajoute ici : « t 1407. Quaestiones Quodlibeticae. Coloniae 1491 ». On ne connait aucun exemplaire de cetre prétendue éditian.
K. Burger, Supplement zu Hain und Panzer, Beitrdge zur Inkunabel-bibliographie, Leipzig 1908, p. 29, conjecture avec vraisemblance que
l'indication, qui vient de Panzer, t. I, p. 304, n. 198, est une méprise : 1491 serait une erreur pour 1471 = Ed 2 •
2. Hain intercale ici : « 1409. Quaestiones Quodlibeticae. Venetiis impensis Octau. Scati per Bonetum Locatellum. 1498.f.» On ne
connaìt pas d'exemplaire de cetre édition. En 1984, la librairie Paul Jammes, Catalogue 243, Livres anciens variés, offrait, sous le n. 240, un
incunable dans lequeJ se trouvaient reliées ensemble deux cruvres de saint Thomas, les Opuscules dans l'édition de 1498 et les Quodlibets
dans l'édition de 1501 (plus loin, Ed lO ) : il n'est pas impossible qu'un recueil factice de ce type ait été l'occasion de j'erreur de Panzer,
t. III, p. 429, n. 2311, qui est la source de Hain.
LES ÉDITIONS

tituli feliciter. Colophon: Uenetijs per Bonetum Leipzig, Martin Landsberg, I l aout 15 05. Ed 13
Locatellum presbyterum Man/dato et sumptibus here- 102 folios non numérotés, 17 cahiers signés A-R 6,
dum quondam Nobilis viri domini I Octauiani Scoti caro goth., 2 col. de 67 lignes. F. a i : Quodlibet sancti
Modoetiensis. anno domini .M.CCCCCI. I octauo Tho/me de Aquino; f. a ij : Questiones de quodlibet
idus Aprilis. Registrum, marque de l'éditeur. sancti Thomel de Aquino ordinis fratrum predicato-
Exemplaires à Londres, British Library IB.22960 rum Inci-/piunt feliciter; f. R i, vb : explicit : sed est
(2); Morella (cf. Rev. Esp. de Teol., 39-40, 1979-1980, sequestrandus in carcere vel alio modo. I § Sequitur
p.47); Munich, Bayer. Staatsbibl. 2° P. lat. 1512; Registrum (en fait le Registrum manque); suivent les
Naples, Naz. S.Q. xxx. C. 160 (2); Rome, Naz. 69.4. tables, sur 4 folios : Tabulal Incipiunt tituli ... Expli-
G.31; Wien, O.P. W 151. ciunt tituli feliciter. Colophon: Finitur quodlibet
L'édition Ed lO a été faite sur Ed 8 , mais le correc- liber Sancti Thome I Liptzs impressus per me Bacca-
teur Giovanni Antonio Bruti se vante à peine : il a larium Mar-/tinum ciuem Lipsensem Anno Millesi-
introduit nombre de corrections (heureuses ou mal- moquin/gentesimo quinto vndecimo die mensis
heureuses), qui sont passées dans les éditions sui- Augu/sti.
vantes (sauf Ed 11 et Ed 14 ). Exemplaire à Munich, Bayer. Staatsbibl. Res. 2° P.
'11 lat. 143/1.
Cologne, Heinrich Quentell, 15 ° 1.
Copie de Ed 12 •
1 cahier préliminaire de 4 f. non numérotés (I-IV),
signé aa, pour les Tituli, et 74 folios numérotés, soit Cologne, [chez les héritiers d'Heinrich] Quentell, Ed 14
13 cahiers signés A-L 6 MN 4; 2 col. de 54 lignes. F. 15°9·
Ir : Quodlibeta I Uarie questio/nes de quolibet dis- 70 folios, les folios 2-67 numérotés (le f. 67 est
puta/te ac edite a profundissimo pro/batissimoque numéroté par erreur LXVI, après le vrai f. LXVI),
theologo docto/re angelico diuo Thomal Aquinate 68-70 non numérotés; 13 cahiers signés A-C 6 D 4
ordinis pre-/dicatorum. peruigili cu-/ra reuise. et nunc E-G 6 H 4 16 K 4 L 6 M 4 N 6; caro goth., 2 col. de
I demum impressel M.CCCCC.I. - F. IIr : Incipiunt 57 lignes. F. tr : Quodlibeta I Uarie questio-/nes de
tituli ... ; f. tra : Quodlibet sancti Thome. IQuestiones quolibet disputa-/te ac edite a profundissimo probal
de quod/libet sancti Thome de Aquino ordinis fra- tissimoque theologo doctore an/gelico diuo Thoma
trum predica/torum incipiunt feliciter ... ; f. LXXIIII Aqui/nate ordinis predicato-/rum. peruigili cura rei
rb, explicit (comme Ed9); Colophon: Quodlibet uise. et nunc demum I impresse I M.CCCCC.IX;
angelici doctoris s. Thome aqui/natis ordinis predica- f. 1V : Quodlibet I Questiones de quod/libet sancti
torum per doctorem eximium I Theodericum Suste- Thome de Aquino ordinis fratrum predi/catorum
ren vigilanter reuisum fau/ste finit. Impressum denuo incipiunt feliciter; f. [68] N 4 ra : explicit (comme
Colonie per hone/stum virum Henricum Quentell. Ed 11) ; Colophon : § Quodlibet angelici doctoris .s.
Anno incarna/tionis dominice .M.CCCCCI. Thome aqui-/natis ordinis predicatorum per docto-
Nombreux exemplaires en Allemagne (liste dans rem eximium/Theodericum Susteren vigilanter reui-
Klose, n. 19); ajoutez par exemple : Olomouc, Univo sum fau-/ste finit. Impressum denuo Colonie in
Fol. II, 1638; Paris, Institut catholique, Seizième 255 do-Imo Quentell. Anno incarnationis domini-Ice
(2). .M.CCCCCIX. F. 68rb-7orb tituli... § finiunt tituli
Copie de Ed 9 , mais individualisée par d'assez nom- questionum seu articulorum feliciter.
breuses fautes. Nombreux exemplaires en Allemagne (Klose,
(12 n. 20); 2 exemplaires à Grottaferrata, Bibl. du Col-
Venise, imprimée par Simone de Luere, pour
lège des éditeurs de saint Thomas, 10m 23 (relié à la
Andrea Torresano, 4 novembre 1503.
suite de l'édition des Questions disputées, Strasbourg
62 folios numérotés, soit 6 cahiers signés aaaa-
15°°; manque le premier cahier) et I l a 6 (a les f. 2-5
eeee 10 ffffl2, caro goth., 2 col. de 66 lignes. F. tr :
du cahier A, mais très mutilé par la suite).
Quodlibet Sancti Thome I de Aquino; f. 2t : Ques-
Copie de Ed 11 •
tiones de quodlibet sancti Thome de Aquino I ordinis
fratrum predicatorum Incipiunt feliciter; f. 60va, Paris, Claude Chevallon et Pierre Gaudoul, Ed 15
explicit (comme Ed 10 ); Colophon: Uenetijs per décembre 15 13·
Simonem de Luere : prol domino Andrea Torresano 22 cahiers (a-t 8 v 4, 1 folio intercalaire, x-y 8), soit
de IAsula -4- Nouembris ·15 ° 3. - Registrum. 155 folios pour le texte, 1 folio pour l'épitre dédica-
F. 6ovb : Tabulal § Incipiunt tituli ... ; f. 62tb : Expli- toire, et 16 folios non numérotés pour la table; caro
ciunt tituli feliciter. goth., à longues lignes, 49 lignes à la page. Page de
Exemplaires à Grottaferrata, Bibl. du Collège des titre: Quodlibetales questiones saneti Thome
éditeurs de saint Thomas, lO L 8 (manquent les f. 60- [marque typographique de Claude Chevallon] Venun-
62); London, British Library C. 66. h. 5; Munich, dantur a Claudio Chevallon cuius impendio et cura in
Bayer. Staatsbibl. 2° P lat. 1513. lucem profit, sub insigni sancti Christofori, e regione
Copie de Ed 10 . Collegii Cameracensis [marque typographique de
LES TÉMOINS

Pierre Gaudoul au verso] ; f. 2 : Questiones de quoli- Venise, chez les héritiers d'Ottaviano Scotto,
bet sancti Thome j de Aquino ordinis predicatorum 4 février 15 15 .
incipiunt j feliciter; f. 15 5v, explicit : sed est seques- 60 folios numérotés, soit 8 cahiers signés AA-FF 8
trandus in carcere vel alio modo; Colophon : § Uarie GG-HH6, caro goth., 2 col. de 65 lignes. F. 1t : Quod-
questiones de quodlibet dispu-jtate ac edite a profun- libetales questio-/nes Sancti Thome; f. 2t: Ques-
dissimo probatissimoque j theologo doctore angelico tiones de quodlibet sancti Thome de Aquino or-/dinis
diuo Thoma j aquinate ordinis predicatorum peruigili fratrum predicatorum incipiunt feliciter; f. 58rb,
cura j reuise ac summo studio castigate demum j explicit: sed est sequestrandus in carcere vel alio
impensis honesti viri Claudii chevallon li-jbrarii pari- modo. § Angelici doctoris Thome de Aquino Quodli-
siensis. ad signum diui Christofori commo-jrantis bet a ma-/gistro lo. Anto. Brutio Augustini eremita
impresse anno virginei partus .M.CCCCC.jXIII. summo / studio castigatum : finit feliciter; f. 58va :
fauste finiunt. Épìtre dédicatoire: Epistola. R. in Incipiunt tituli ... ; f. 60r: Finiunt tituli feliciter;
Christo patri ac suo specialissimo domino yuoni Colophon : Impressum Uenetijs Mandato et Sumpti-
maieuc sacre pagine professori clarissimo diuina ordi- bus heredum j quondam Nobilis viri domini Octa-
natione ecclesie Redonensis moderatori vigilantis- uiani Scoti Modoetien/sis et sociorum. Anno incarna-
simo. F. O. Sagittarius innumerorum scolarium suo- tionis .1515. Quarto Februarij. Registrum, marque de
rum infimus. S < alutem > et si quid optabilius ... l'éditeur.
Ualeasque felix patrie ac religionis nostre dyadema et Exemplaires : Bruxelles, Bibl. royale VI 42 621;
decus summum Ex florentissimo parisiano predicato- Munich, Bayer. Staatsbibl. 2° P. lat. 1518 m; Rome,
rio conuentu. 1513 .8. Luce mensis Decembris. Table Naz. 14.2.Q.13.2; Casanat., C. III. 53.CC.
alphabétique: Tabula. § Tabula alphabetica totius Copie servile de Ed lO •
doctrine sancti doctoris et huius precipue operis mel-
liflua puncta continens ad articulos in eorum fronte Paris, Claude Chevallon, 19 septembre 1516.
quotatos citans ac remittens. Abraham fuit perfectus 160 folios (f. 1-155 numérotés de 1 à 154 et 5 folios
quamuis diues et coniugatus. aro 93. ad 3 ... (la table non numérotés), soit 20 cahiers signés a-v 8, à longues
renvoie aux articles numérotés de façon continue de 1 lignes, 185 X 120. F. tr : Quodlibetales questio-/nes
à 261). Au verso du dernier f. de la table, lettre expli- sancti Thome [marque de Claude Chevallon] Uenun-
quant le mode d'emploi de l'apparat marginaI des dantur a Claudio Chevallon; f. 2t: Questiones de
lieux parallèles : Eiusdem F.O.S. montisrelaxi ad lec- quodlibet sancti Thome / de Aquino ordinis fratrum
torem epistola .2. modum annotationes seu citationes predicatorum in/cipiunt feliciter; f. v iij (numéroté
palpabiliter intelligendi continens. CLIIII), explicit : sed est sequestrandus in carcere vel
Exemplaires à Paris, Bibliothèque Nationale, Rés. alio modo. Colophon : § Expliciunt questiones quod-
D. 53279; à Nantes, Bibliothèque municipale, 195 6R libetales angelici docto-/ris sancti Thome aquinatis in
(nous remercions Madame le Conservateur des margine adiectis quota-/tionibus per R. magistrum f.
manuscrits, qui a bien voulu nous procurer des pho- Petrum de nouimagio sacre theo/logie bachalarium
tographies de cet exemplaire). formatum parisiensem. ordinis predicato-/rum. Qui-
Le maìtre d'ceuvre de l'édition est le frère O. Sagit- bus facilis est via reperiendi eandam (l) materiam / in
tarius (forme latinisée, peut-etre pour éviter un nom aliis locis eiusdem doctoris necnon in aliis doctoribus
breton un peu dur, quelque chose comme Goarec ?), / secundum exigentiam materie. vna cum tabula arti-
du couvent de Morlaix, mais qui résidait alors au culorum nouiter reuisa ac emendata Parisius impressa
couvent Saint- Jacques de Paris : il dédie son édition à impensis honesti j viri Claudij chevallon ad signum
un autre dominicain du couvent de Morlaix, gIoire de diui Christofori commorantis Anno virginei partus
notre patrie (la Bretagne) et de notre ordre religieux M. ccccC. xvi. die .19. mensis septembris; suit
(l'ordre des Precheurs), Yves Mahieuc, qui devint f. 15 5v-160r : Tabula/ § Incipiunt tituli questionum
professeur à Nantes, confesseur de la reine Anne, de duodecim quolibet sancti Thome de aquino ordinis
éveque de Rennes (1507; cf. Gallia christiana, t. XIV, predicatorum secundum ordinem alfabeti assignati :
Paris 1856, col. 760-761). Le fr. O. Sagittarius n'est et primo de angelis ...
responsable que du texte (copie de Ed lO ou de Ed 12 , Exemplaires: Londres, British Library 1229.a.17
sauf le colophon du f. 15 5V : « Uarie questiones ... », (8°); Rome, Naz. 2°4.11 B 8; Città del Vaticano,
emprunté à Ed ll ou Ed 14 ). Il prévient honnetement Bibl. Apost., R.G. Teol. V 2392 (1).
que c'est un autre qui, par obéissance, a composé les Le responsable de l'édition est Pierre de Nimègue,
deux éléments ajoutés, l'apparat marginaI des lieux élève, comme Sagittarius, de Pierre Crockaert, mais
parallèles de saint Thomas et la table alphabétique : mieux connu : il prenait alors ses grades à l'Université
« iugo obedientie pressus frater petrus bruxellensis» de Paris (lecture approuvée en 1513, maìtre en 15 18 ;
(= Pierre Crockaert). Le fr. O. Sagittarius est donc à cf. Arch. Fr. Praed., 5, 1935, p. 298 et 309)' Cepen-
compter au nombre de ceux qui, sous l'impulsion de dant, Pierre de Nimègue a mal servi son maìtre (mort
Pierre Crockaert, donnèrent alors nombre d'éditions en 1514) : s'il a repris le texte de Ed 15 , il a abandonné
des ceuvres de saint Thomas. l'apparat marginaI et la table doctrinale de Pierre
LES ÉDITIONS

Crockaert. En fait de table, il s'est contenté de Quod1. I, a.2, ligne 38 in] om. Ed l6 Ed 18 , seules l). Le
reprendre les tituli de Ed 2 ,4ss, et s'il a composé un seuI apport de Lambert Campester, ce sont, en marge,
nouve1 apparat marginaI, ce1ui-ci est bien inférieur à des sous-titres « doctrinaux », sans intéret (par ex.
celui du maitre : l'apparat des lieux parallèles est très Quodl. I, a.l : Visio dei non est mortalis corporis).
réduit, et cet appauvrissement n'est pas compensé par
Paris, Claude Chevallon et Jean Petit, 11 septembre Ed 17B
l'indication d'un petit nombre de sources (f. H,
Quodl. I, a.l : Hanc visionem tangit greg. l. 4 o dya- 1523·
168 folios (1 à 164 numérotés, 165-168 non numé-
logorum), ou le renvoi à quelques docteurs posté-
rotés), soi;. 21 cahiers signés A-X 8, à longues lignes,
rieurs (f. 15 ov, Quod1. XII, a.xxv [26 de notre édi-
tion] : Notandus articulus de gandauo quolibet .8. 160 X 100. F. tr : Quodlibetice questio-/nes Thome
q.2a, de viterbio in quolibetis). Aquinatis: pre-/dicatorij instituti professoris: lac
Theologi Doctoris I celeberrimi; marque typogra-
dl8 Lyon, imprimée par Jacques Myt, pour Jacques- phique de Berthold Rembolt; Prostant in via Jacobea
François Giunta et ses associés, 5 septembre 1520. apud Clau-/dium Cheuallon sub Sole Aureo et apud I
160 folios (1-156 numérotés, 157-160 non numéro- Joannem Paruum sub Lilio Aureo; f. H : Questiones
tés), soit 20 cahiers signés a-v 8, caro goth., 2 col. de quodlibetice san-/cti Thome de Aquino ordinis fra-
trum predicatorum incipiunt feliciter; f. 164r, expli-
46lignes, 160 X 105. F. tr: En noir, Vignette avec
cit : sed est sequestrandus in carcere vel alio modo. I §
l'inscription : BENESCRIPSISTI THOMA, et enca-
Finis; f. 164v-168v Tabula; f. 168v, Colophon:
drement; en rouge : Problemata diui Tho/me Aqui-
Finiunt feliciter Quodlibetice questiones diui Thome
natis que quodlibeticas questio-/nes inepte Neoterici
Aquinatis I opera fratris Petri a Nouimagio doctoris
vocant : Nos au-/tem rectius pIacita Theologica nunl
Theologi: con-/cordantijs aliorum doctorum ac
cupamus: in quibus .S. doctor quam I fuerit in
ipsius etiam Thome in I aliis suis libris margini
extemporaneis que-/stionibus copiosus: et in redl
adscriptis illustrare. mul-/toque quam vsquam hacte-
denda omni poscenti ra-/tione disertus : vos I ipsi
nus gentium impresse sint. cor-/rectiores. Parisius in
rerum diuina-/rum Athlete I dignosci-/te. I +. F. 1v,
edibus Claudij Che-/vallon. Anno Domini Millesimol
lettre dédicace : Frater Lambertus Campester theol
logie Candidatis; f. Ha: Questiones de quodlibet quingentesimo vigesimotertio I mensis Septembris
san/cti Thome de Aquino ordinis fratrum predicato- die I vndecimo.
rum incipiunt fe1iciter; f. 15 6rb, explicit: sed est Exemplaires: Paris, Bibl. Nat., D. 53280; Bibl.
sequestrandus in carcere vel aliomodol § Angelici Mazarine 23 154.
C'est une deuxième édition révisée de l'édition
doctoris Thome/de Aquino Quodlibet a ma/gistro Jo.
Ed l ? : Pierre de Nimègue a corrigé le texte (Quodl. I,
Anto. Brutio Augu/stini eremita summo studio casti-
gatum. Finit feliciter.; f. 156v-160v, Tabula; f. 160v, a.2, arg.l, ligne 8 : relationes Ed 17B cum cett edd: om.
Ed l ? ; resp., ligne 92 qua refertur Ed 17b cum cett : inu.
Colophon: § Expliciunt questiones Quodlibetales
Ed 17 ) et il a amélioré son apparat des sources (f. H,
Diui Thome I Aquinatis sacre theologie et inclyti pre-
Quodl. I, a.l : Hanc visionem commemorat Grego. ij
dicatorum ordi-/nis celeberrimi professoris recognite
dialogorum cap. XXXV; f. 154r, Quodl. XII,
ad vnguem et I marginalibus annotamentis insignite
a.XXXVI (39), ligne 6 Apostolus dicit : mg. I Coro v :
per fra-/trem Lambertum campestrem Theologum.
manque dans Ed 17).
Im-/presse Lugduni impensis honorati viri I Jacobi
.q. Francisci de Giunta et so-/ciorum fiorentini: in Lyon, chez les héritiers de Jacques-François Ed l9
edibus J acobi mytl Calchographi Anno edite mun/do Giunta, 1562.
salutis Millesimo quingen/tesimo vigesimo ad I nonas En appendice à la Tertia Parso Titre général : TER-
septem-/brisl +. TIA P ARSI SVMME SACRAE I THEOLOGIAE SANCTI I
Baudrier, Bibliographie !yonnaise, VI 102-104 (l'exem- THOMAE AQVINATIS, Do-/CTORIS ANGELICI, I Reue-
plaire de la bibliothèque municipale de Lyon n'a pas rendiss. Domini THOMAE AVIO CAIETANI, tituli
été retrouvé). 2 exemplaires à Grottaferrata, Bibl. du sancti Xisti, Presbyteril Cardinalis Commentariis
Collège des éditeurs de saint Thomas, 11 m 20 1 (re1ié adaucta, atque illustrata... QVOLIBETORVM etiam
à la suite de l'édition de In I Sent., Lyon 1520), et volumen in omnium Theologiae candidatorum gratiam I ad
I I m 11 (relié à la suite du Contra Gentiles, Lyon calcem adiectum fui! ... LVGDVNI, Apud haeredes
15 21). Iacobi Iuntae. I M. D. LXII. - Les Quodlibets
La préparation de l'édition est revendiquée par occupent les pages 636-750, caro rom., 2 col. de
Lambert « Campester» (Feldmann ?), alors dominicain 80 lignes numérotées. P. 636 I QVODLIBETALESI
(voir M.-H. Laurent, Autour de la controverse luthérienne QUAESTIONES SANCTI I THOMAE DE AQVINO.
en France: Lambert Campester, dans Rev. d'hist. ecclé- P. 750b28-29 : sed est sequestrandus in carcere vel I
siastique, 35, 1939, p. 283-290). En fait, ce peu scrupu- alio modo. Après le mot FINIS, on lit la lettre de
leux personnage s'est trahi en reproduisant au F.O. S < agittarius > de Morlaix, qui explique le
f. 15 6rb l'explicit d'Ed 16, qui restitue l'édition à son mode d'emploi de l'apparat des lieux parallèles de
véritable auteur, Giovanni Antonio Bruti, dont le Pierre Crockaert, Bruxellensis (cf. Ed I5 ).
texte est reproduit servilement avec ses fautes (par ex. Exemplaire à Venise, Naz. 215 C 29.
LES TÉMOINS

Le texte est celui d'Ed 10 , équipé de l'apparat des Accessit etiam QVODLIBETORVM volumen in
lieux parallèles de Pierre Crockaert (Ed 15 ). La pré- omnium I Theologiae candidatorum gratiam ... ,
sentation annonce les éditions « modernes» : la divi- Marque de l'imprimeur, LVGDVNI, I M. D.
sion en questions et artic1es est systématisée, l'ortho- LXXXI./cVM PRIVILEGIO REGIS. - Les Quodlibets
graphe mise au gout du jour (rétablissement des occupent les pages 643-749, 2 col. de 82 lignes numé-
diphtongues). rotées; p. 643 : QVODLIBETALES I QVAESTIONES
SANCTI I THOMAE DE AQVINO; p. 748b74, explicit :
Ed 20 Rome, Giulio Accolti, 1570.
lendus, sed est sequestrandus in carcere vel alio
Seconde partie du t. VIII de l'éc1';:'lon dite
modo; suit FINI S, et à la p. 749 la lettre de F.O.
« Romaine », ou « Piana» (cf. Ed. Leon., t. XLVII 1,
S < agittarius > .
p. 52*; t. XXII 1, p. 40*). Un cahier préliminaire de
Exemplaire à Paris, Bibliothèque du Saulchoir
4 folios non numérotés, signé t, et 78 folios numéro-
tés, soit lO cahiers signés A-I8 K 6, 2 col. de 340 B 15.
Copie de Ed 19 •
66 lignes, 340 X 240. F. tI: DIVI I THOMAE
AQVINATIS I DOCTORIS ANGELICI I QVAES- Turin, chez les héritiers de Niccolò Bevilacqua,
TIONES QUODLIBETALES I DVODECIM. I Quarum 15 82.
materias & articulos, Index sequens ostendit ; Titre général : DIVI I THOMAE AQVINATIS I
f. t 2_ t 4 : Index I quaestionum quodlibetalium I siue DOCTORIS ANGELICI I QVAESTIONES QVODLIBE-
de placitis S. Thomae; f. 1f : DIVI I THOMAE AQVI- TALES I Duodecim.1 Nunc ab infinitis mendis vindi-
NATIS I DOCTORIS ANGELICI, I QVAESTIONES I QVOD- catae, I et suo candori restitutae. I Quarum materias,
LIBETALES; f. 78v, explicit : sed est sequestrandus in & articulos Index in fine earum ostendit. I QVAE
carcere I uel alio modo. FINIS. Series chartarum ... ETIAM IN HOC VOLUMINE CONTINENTUR, & in stu-
ROMAE, I Apud Iulium Accoltum. M. D. LXX. diosorum gratiam sunt reposita, sequens CATALOGVSI indi-
L'édition semble avoir été faite sur Ed 19 , mais utili- cat. Marque de l'imprimeur; AVGUSTAE TAVRI-
sée librement. On a ajouté les titres des artic1es : NORUM I Apud haeredes Nicolai Beuilaquae. 15 82 . I
Quaestio I. Articulus primus. Vtrum beatus Benedictus Permissu, quorum interest. - Comme le précise au
uiderit diuinam essentiam. L'apparat des lieux parallèles verso le catalogue annoncé, le volume contient outre
a été allégé; en revanche, ont été ajoutées des réfé- les Quodlibets de saint Thomas les Opuscules de
rences aux D < ubia > . Cajetan, 2 opuscules de Huens, et se termine par le
Ps.-Thomas, De diuina praescientia et praedestinatione.
Ed 21 Anvers, imprimée par Dierick van der Linden pour .
Des 460 pages du volume, les Quodlibets n'occupent
la veuve et les héritiers de Johannes Steelsius, 1576.
donc que les p. 3-159; p. 3 : DIVI THOMAE AQVINA-
En appendice à la Tertia Parso Titre général : TER-
TIS I DOCTORIS ANGELICI QVAESTIONES I QVODLI-
TIA PARS SVMMAE I SACRAE THEOLOGIAE I
BETALES; p. 153, explicit: sed est sequestandus in
SANCTI THOMAE AQVI-I NATIS DOCTORIS
carcere, vel alio modo. FINIS; p. 154 lettre de F.O.
ANGELICI, I REVERENDISS. DOMINI THOMAE AVIO
S < agittarius > sur le mode d'emploi de l'apparat;
CAJETANI, I tituli sancti Xisti, Praesbyteri Cardinalis
p. 15 5-159, Index quaestionum quodlibetalium
Commentariis adaucta, atque illustrata... QUOLIBE-
(emprunté à Ed 20 ).
TORVM etiam volumen in omnium Theologiae candidatorum
Exemplaires à la Bibliothèque des Fontaines, Chan-
I gratiam ad calcem adiectum fuit ... ANTVERPIAE I tilly, TH 92/21; à Trente, Bibl. provo des Capucins,
Apud Viduam & Haeredes Ioannis Stelsij. I Anno M.
99 h 136/1; à Walberberg, 212 / 12 .1.
D. LXXVI. I CVM PRIVILEGIO REGIO. - Les Quod-
Copie de Ed 19 •
libets occupent les pages 195-288, 2 col. de 80 lignes
numérotées. P. 195 : QVODLIBE TALES I QVAES-
Lyon, Étienne Michel, 1588.
TIONES SANCTI I THOMAE DE AQVINO; p. 288b30,
En appendice à la Tertia Parso Titre général : TER-
explicit : expellendus, sed est sequestrandus in carcere
TIA PARS ISVMMAE SACRAE THEOLOGIAE I
vel alio modo; après le mot FINIS, suit la lettre de
S. THOMAE AQVINATIS, DOCTORIS ANGELICI, I AD
F.O. S < agittarius >, puis : ANTVERPIAE, I Typis
ROMANVUM EXEMPLAR DILIGENTER I recognita, ad
Theodori Lyndani. I M. D. LXXIIII.
margmem adscriptis locis, I quae ab auctore citantur :
Exemplaire à Paris, Bibl. Nationale, D. 2651, t. III.
I Cum Commentariis R. D. D. Thomae de Vio Caietani,
Copie très fidèle de Ed 19 • Cardinalis S. Xysti ... Accessit etiam QVODLIBETORVM
Ed 22 Lyon, Antoine Gryphius (Greiff), 1581. volumen in omnium Theologiae candidatorum gra-
En appendice à la Tertia Parso Titre général : TER- tiam ... ; Marque de l'éditeur; LVGDVNI, I APVD
TIA I P ARS SVMMAE SACRAE I THEOLOGIAE S. STEPHANVM MICHAELEM. I M. D. LXXVIII.
THOMAE AQVI-I NATIS, DOCTORIS ANGELICI, AD I - Les Quodlibets occupent les pages 643-749, 2 col.
ROMANVM exemplar diligenter recognita, I ad margi- de 80 lignes numérotées. P. 643: QVODLIBE-
nem adscriptis locis, quae I ab auctore citantur : CVM T ALES I QV AESTIONES SANCTI I THOMAE DE
COMMENTARIIS R. D. I D. THOMAE DE VIO AQVINO; p. 748b75 , explicit : dus, sed est sequestran-
CAJETANI, tituli sancti Xysti, Presbyteri Cardinalis ... dus in carcere vel alio modo. Suit le mot FINI S, et à
LES ÉDITIONS

la p. 749 la lettre de F.O. S < agittarius > et le Regis- (dont les Quodlibets) qui correspondent au t. V de
trum. Ed 25 • Mais, comme dans Ed 25 , les composantes du
Exemplaire à Paris, Bibl. Nationale, D. 2652, t. III. t. V ont chacune leur pagination propre, ce qui a

:d 25
Copie de Ed 22.
Venise, Giunti, 1588.
, entraìné des regroupements arbitraires. Dans l'exem-
plaire de Paris, Bibl. Nationale D. 11675, les Quodli-
bets sont joints au Supplément pour former un
2 cahiers préliminaires de 6 folios non numérotés volume 5, tandis que les opuscules de Huens avec les
(signés a 4 b 2), et 58 folios numérotés (soit 8 cahiers Sex indices et les Opuscules de Cajetan forment des
signés A-G8 H2), 2 col. de 82 lignes, 250 X 185. F. a volumes 6 et 7. En revanche, la bibliothèque du Saul-
1 : DIVI I THOMAE AQVINATIS I DOCTORIS choir à Paris possède sous la cote 346 D 40 un
ANGELICI, I QVAESTIONES QVODLIBETALES I volume qui pIace les Quodlibets à la suite des Opus-
Duodecim. I NVNC AB INFINITIS MENDIS VINDICA- cules de Cajetan.
TAE, I & suo candori restitutae. Quarum materias, &
articulos Index in principio earum I facillimè ostendit. Venise, Domenico Nicolini et ses associés, 1593. Ed 27
I Vignette, portrait de saint Thomas I VENETIIS, I Deuxième partie du t. VIII des Opera omnia:
Apud Iuntas. 1M D LXXXVIII. F. a 2 : INDEx I 1 cahier préliminaire de 4 folios non numérotés, signé
QVAESTIONVM QVODLIBETALIUM I SIVE DE PLACI- t, pour l'Index, et 78 folios numérotés, soit
TIS S. THOMAE. F. 1 : DIVI THOMAE AQVINATIS I lO cahiers signés A-IS K 6. F. t I : DIVI THOMAE I
DOC. ANGELICI QVAESTIONES I QVODLIBETALES. ; AQVINATIS I DOCTORIS ANGELICI, I QVAES-
f. 58vb, explicit : strandus in carcere, vel alio modo. TIONES I DVODECIM I qvodlibetales·1 Cum Indice
FINIS. Articulorum, & Materiarum in I eis contentarum
Cette édition des Quodlibets fait partie d'un amplissimo I et locupletissimo ... VENETIIS,
Tome V, ajouté à une édition de la Somme de thé%gie MDXCIII. I Apud Dominicum Nicolinum et socios.
en 4 tomes (la, IaIlae, Ila Ilae, IlIa avec le Supp/.). Le Copie servile de Ed 20 (Piana).
t. V se compose de 4 parties indépendantes (Les
Opuscules de Cajetan en «trois tomes» d'un seuI Venise, chez l'héritier de Girolamo Scotto, 1595. Ed 28
tenant, Les Quodlibets, deux opuscules de A. Huens Le t. XII des Opera omnia (factices), daté à la page
[avec sur un cahier indépendant deux questions du de titre de 1595, se compose de deux parties : pre-
Ps.-Thomas], enhn «sex copiosissimi indices» sur mière partie, f. 1-298, la IlIa pars, datée au f. 298 de
S. Thomas). A la Somme de thé%gie sont ajoutées, 15 94; deuxième partie, le Supplément (f. 1-119), suivi
outre le commentaire de Cajetan, les E/ucidationes for- des Quodlibets Cf. 120-176). F. 120r : QVODLIBE-
ma/es du P. Serahno Capponi, O.P. (1536-2 janvier T ALES I QVAESTIONES SANCTI I THOMAE DE
1614; cf. DiZ' biografico degli Italiani, t. 19, p. 97-99), AQVINO; f. 176vb, explicit : lendus, sed est seques-
mais rien n'indique que le P. Capponi ait contribué trandus in carcere, vel alio modo. I FINIS.
autrement à la conception de l'édition: J. Échard Exemplaire : Venise, Naz. 163.C.22.
(Scriptores Ord. Praed., II, 392-393) pense que Capponi Copie de Ed 19 .
ne peut etre responsable de la réédition de 1612 (cf.
infra, Ed 25B ), car plusieurs des pièces qu'elle contient Venise, Francesco de' Franceschi, 15 96. Ed 25B
1 cahier préliminaire de 6 folios non numérotés,
s'écartent de la doctrine thomiste, dont Capponi était
signé a, et 58 folios numérotés, soit 7 cahiers signés
un strict défenseur; mais, contrairement a ce que
A-F 8 G lO.
croyait Échard, ces pièces n'ont pas été ajoutées en
C'est une partie de la réédition de la Somme de thé%-
1612 : elles étaient déjà dans l'édition de 15 88. Quoi
qu'il en soit, Capponi n'a rien apporté à l'édition des gie (avec additions) de 15 88, supra, Ed 2 5, réédition
partagée entre les Giunti et Francesco de' Franceschi.
Quodlibets.
Mais, ici encore (cf. Ed 26 ), on assiste a des regroupe-
Exemplaire complet en 5 tomes à la bibliothèque
ments arbitraires. Dans l'exemplaire de Paris, Bibl. du
Nationale de Paris, D. 3548. La bibliothèque du Col-
lège des éditeurs de saint Thomas à Grottaferrata pos- Saulchoir, 340 A 3-7, les Quodlibets (avec les Opus-
cules de Huens et les Indices, réduits de 6 à 2 : Duo
sède le t. V, cote : 13 n 4.
L'édition des Quodlibets est une copie de Ed23; copiosissimi indices) sont reliés après la la Ilae dans le
l'Index, in fine dans Ed 2 3, a été reporté in principio; les volume coté 340 A 4; en revanche, la bibliothèque de
articles ont été numérotés de façon continue de 1 à l'Institut catholique de Paris possède sous la cote 645
un volume isolé qui réunit les Quodlibets, les Opus-
259 (et non 261 : au Quodl. XII, l'article 1 est numé-
cules de Cajetan, les opuscules de Huens et les Duo
roté 225, l'article 4,226).
copiosissimi indices. On notera que l'important Index
~d26 Bergame, Comino Ventura, 1590. sextus (la Concordantia contradictionum, ou les 1221
142 pages numérotées. dubia), extrait de la Tabu/a aurea de Pierre de Bergame,
Les Quodlibets font partie d'un ensemble qui avait déjà été imprimé au t. IV, avec la IlIa Parso
semble etre une reprise (allégée : sans les E/ucidationes F. al: DIVI I THOMAE DE AQVINO I ANGE-
de Capponi) de Ed 25 : le titre général annonce une LICI, ET S. ECCLESIAE DOCTORIS,I Almi Ordinis
Summa sacrae the%giae en 4 tomes, suivie d'additions Praedicatorum. I QVAESTIONES QVODLIBE-
LES ÉDITIONS

la p. 749 la lettre de F.O. S < agittarius > et le Regis- (dont les Quodlibets) qui correspondent au t. V de
trum. Ed 25 • Mais, comme dans Ed 25 , les composantes du
Exemplaire à Paris, Bibl. Nationale, D. 2652, t. III. t. V ont chacune leur pagination propre, ce qui a
Copie de Ed 22. entrainé des regroupements arbitraires. Dans l'exem-
plaire de Paris, Bibl. Nationale D. 11675, les Quodli-
~d25 Venise, Giunti, 1588.
bets sont joints au Supplément pour former un
2 cahiers préliminaires de 6 folios non numérotés
volume 5, tandis que les opuscules de Huens avec les
(signés a 4 b 2), et 58 fo,ios numérotés (soit 8 cahiers
Sex indices et les Opuscules de Cajetan forment des
signés A-G 8 H 2), 2 col. de 82 lignes, 250 X 185. F. a
volumes 6 et 7. En revanche, la bibliothèque du Saul-
1 : DIVI I THOMAE AQVINATIS I DOCTORIS
choir à Paris possède sous la cote 346 D 40 un
ANGELICI, I QVAESTIONES QVODLIBETALES I
volume qui pIace les Quodlibets à la suite des 0pus-
Duodecim. I NVNC AB INFINITIS MENDIS VINDICA-
cules de Cajetan.
TAE, I & suo candori restitutae. Quarum materias, &
articulos Index in principio earum I facillimè ostendit. Venise, Domenico Nicolini et ses associés, 15 93. Ed 27
I Vignette, portrait de saint Thomas I VENETIIS, I Deuxième partie du t. VIII des Opera omnia:
Apud Iuntas. 1M D LXXXVIII. F. a 2 : INDEX I 1 cahier préliminaire de 4 folios non numérotés, signé
QVAESTIONVM QVODLIBETALIUM I SIVE DE PLACI- t, pour l'Index, et 78 folios numérotés, soit
TIS S. THOMAE. F. 1 : DIVI THOMAE AQVINATIS I lO cahiers signés A-I8 K 6. F. t 1 : DIVI THOMAE I
DOC. ANGELICI QVAESTIONES I QVODLIBETALES. ; AQVINATIS I DOCTORIS ANGELICI, I QVAES-
f. 58vb, explicit : strandus in carcere, vel alio modo. TIONES I DVODECIM I qvodlibetales·1 Cum Indice
FINIS. Articulorum, & Materiarum in I eis contentarum
Cette édition des Quodlibets fait partie d'un amplissimo I et locupletissimo ... VENETIIS,
Tome V, ajouté à une édition de la Somme de théologie MDXCIII. I Apud Dominicum Nicolinum et socios.
en 4 tomes (la, laIlae, Ila Ilae, Illa avec le Suppl.). Le Copie servile de Ed 20 (Piana).
t. V se compose de 4 parties indépendantes (Les
Opuscules de Cajetan en « trois tomes» d'un seuI Venise, chez l'héritier de Girolamo Scotto, 1595. Ed 28
tenant, Les Quodlibets, deux opuscules de A. Huens Le t. XII des Opera omnia (factices), daté à la page
[avec sur un cahier indépendant deux questions du de titre de 1595, se compose de deux parties : pre-
Ps.-Thomas], enfin « sex copiosissimi indices» sur mière partie, f. 1-298, la Illa pars, datée au f. 298 de
S. Thomas). A la Somme de théologie sont ajoutées, 1594; deuxième partie, le Supplément (f. 1-119), suivi
outre le commentaire de Cajetan, les Elucidationes for- des Quodlibets (f. 120-176). F. 120r : QVODLIBE-
males du P. Serafino Capponi, O.P. (1536-2 janvier T ALES I QVAESTIONES SANCTI I THOMAE DE
161 4; cf. DiZ' biografico degli Italiani, t. 19, p. 97-99), AQVINO; f. 176vb, explicit: lendus, sed est seques-
mais rien n'indique que le P. Capponi ait contribué trandus in carcere, vel alio modo. I FINIS.
autrement à la conception de l'édition: J. Échard Exemplaire : Venise, Naz. 163.C.22.
(Scriptores Ord. Praed., II, 392-393) pense que Capponi Copie de Ed 19 •
ne peut etre responsable de la réédition de 1612 (cf.
infra, Ed 25B ), car plusieurs des pièces qu'elle contient Venise, Francesco de' Franceschi, 1596. Ed 25B
s'écartent de la doctrine thomiste, dont Capponi était 1 cahier préliminaire de 6 folios non numérotés,
un strict défenseur; mais, contrairement a ce que signé a, et 58 folios numérotés, soit 7 cahiers signés
A-F8 GI0.
croyait Échard, ces pièces n'ont pas été ajoutées en
1612 : elles étaient déjà dans l'édition de 1588. Quoi C'est une partie de la réédition de la Somme de théolo-
qu'il en soit, Capponi n'a rien apporté à l'édition des gie Cavec additions) de 1588, supra, Ed 2 5, réédition
Quodlibets. partagée entre les Giunti et Francesco de' Franceschi.
Exemplaire complet en 5 tomes à la bibliothèque Mais, ici encore (cf. Ed 26 ), on assiste a des regroupe-
Nationale de Paris, D. 3548. La bibliothèque du Col- ments arbitraires. Dans l'exemplaire de Paris, Bibl. du
lège des éditeurs de saint Thomas à Grottaferrata pos- Saulchoir, 340 A 3-7, les Quodlibets (avec les Opus-
sède le t. V, cote : 13 n 4. cules de Huens et les Indices, réduits de 6 à 2 : Duo
L'édition des Quodlibets est une copie de Ed23; copiosissimi indices) sont reliés après la la Ilae dans le
l'Index, in fine dans Ed 2 3, a été reporté in principio; les volume coté 340 A 4; en revanche, la bibliothèque de
articles ont été numérotés de façon continue de 1 à l'Institut catholique de Paris possède sous la cote 645
259 (et non 261 : au Quodl. XII, l'article 1 est numé- un volume isolé qui réunit les Quodlibets, les Opus-
roté 225, l'article 4, 226). cules de Cajetan, les opuscules de Huens et les Duo
copiosissimi indices. On notera que l'important lndex
Sd 26 Bergame, Comino Ventura, 1590. sextus (la Concordantia contradictionum, ou les 1221
142 pages numérotées. dubia), extrait de la Tabula aurea de Pierre de Bergame,
Les Quodlibets font partie d'un ensemble qui avait déjà été imprimé au t. IV, avec la IlIa Parso
semble etre une reprise (allégée : sans les Elucidationes F. a 1 : DIVI I THOMAE DE AQVINO I ANGE-
de Capponi) de Ed 25 : le titre général annonce une LICI, ET S. ECCLESIAE DOCTORIS,I Almi Ordinis
Summa sacrae theologiae en 4 tomes, suivie d'additions Praedicatorum. I QVAESTIONES QVODLIBE-
LES TÉMOINS

T ALES j Duodecim. j NUNC AB INFINITIS MENDIS Praedicatorum j alumnum, Doctorem Theologum Parisien-
VINDICATAE, j & suo candori restitutae. j Quarum sem, ac in Conuentu et Collegio j Parisiensi Sancti Iacobi
materias, j & articulos Index in principio earum j primarium Theologiae Professorem j ac studij Regentem. j
facillimè ostendit. [Marque de l'imprimeur] VENE- Operum TOMI VNDECIMI, j PARS SECVNDA;
TIIS, M D XCVI jApud Franciscum de Franciscis Marque des éditeurs; PARISnS, j Apud SOCIETA-
Senensem. (Dam/l'exemplaire de l'Institut catholique, TEM BIBLIOPOLARVM,j via Iacobaea. j M. DC.
une erreur typographique défigure la date: M D LX. j CVM PRIVILEGIO REGIS.
XCXI). l'ai utilisé l'exemplaire de la bibliothèque du Col-
Copie de Ed 25 • lège des éditeurs de saint Thomas à Grottaferrata,
cote lO a 1 XI.
Ed 25C Venise, Giunti, 1612.
Ce tome ne fait pas partie des volumes imprimés
1 cahier préliminaire de 6 folios non numérotés,
par Denis Moreau (cf. éd. Léon., t. I* 1, p. 14-15) : il
signé a, et 43 folios numérotés, soit 6 cahiers signés
a été préparé par le P. Nicola! pour l'édition de 1660.
A-E8 F4 (le f. 44 est blanc).
La préface fournit d'utiles renseignements sur son éla-
C'est une partie de la deuxième réédition de la
boration. Le P. Nicola! n'a eu en mains aucun manus-
Somme de théologie de 1588 (Ed 25 ). Les Quodlibets font
crit (vetera manuscripta non subsunt). En revanche, il a
partie du t. 5, qui contient en outre les Opuscules de
eu en mains l'édition gothicis ... characteribus de Cam-
Cajetan, les opuscules de Huens et les Duo copiosissimi
pester (EdI8), mais il garde l'appellation usuelle de
indices (l'Index sextus est au t. IV, f. 421-448). La
Quodlibeta ou Quodlibetales quaestiones, rejetée à Lam-
bibliothèque Nationale de Paris ne possède que ce
berto Campestri nostro, et il s'en tient au texte reçu, gui
t. 5, isolé (D. 3162) et il en va de mème de la Biblio-
est (mème s'il ne le dit pas) le texte de la Piana, Ed 20 ,
teca Nazionale de Naples (n.N.47). La bibliothèque
guitte à le corriger. Il le corrige gue1guefois en faisant
du Collège des éditeurs de saint Thomas à Grottafer-
appe1 au texte « gothique », entendez à Campester; par
rata possède l'exemplaire complet, sous la cote 12 a 4
exemple, QuodI. III, a. 21, ligne 86, Nicola! corrige le
(les t. 4 et 5 sont re1iés ensemble).
« alias» de la Piana en « aliguas », et il note en marge :
F. al: DIVI j THOMAE DE AQVINO,j ANGE-
« Non vt prius alias in impressis, etsi aliquas in
LICI, ET S. ECCL. DOCToRIS,j Almi Ordinis Praedica-
gothico ». D'autres fois, il corrige une citation d'après
torum, j QVAESTIONES QVODLIBETALES j
la source qu'il a identifiée; ainsi au Quodl. III, a.12,
Duodecim. NUNC AB INFINITIS MENDIS VINDICA-
ad 2, il écrit avec saint ]érome (je souligne les mots
TAE, & suo candori restitutae. j Quarum materias, &
corrigés): « Iste venena perfidiae catholicae fidei
articulos Index in principio earum j facillimè ostendit. sociare conatus est », et il note en marge : « Non vt
[Marque de l'imprimeur] VENETIIS. M D C X I L j inepte prius et sine sensu : Ista venena perfidiae catho-
Apud iuntas. licae fidei sociatae conatur»: Ista est une erreur
Copie de l'édition de 1596, Ed 25B (et non de l'édi- commune des éditions, mais sociatae est erreur de la
tion de 1588, Ed 25 ). Piana (avant elle d'Ed 19 : le rétablissement des diph-
Ed 29 Anvers, ] an van Keerberghen, 1612. tongues accuse la petite mélecture sociate,. sociatae se lit
Deuxième parie du t. VIII des Opera omnia (cf. éd. aussi dans Ed 27 -29 , Ed 25 , etc.). Tantot encore, Nicola!
Léon., t. I* 1, p. 14*). 1 cahier préliminaire pour l'in- corrige de son propre cru, avec raison lorsgu'il s'agit
dex et 161 pages numérotées pour le texte. de bévues évidentes (QuodI. II, a. 3, ligne 42, il réta-
Copie de Ed 27 (le P. Cosmas Morelles, professeur à blit « citra Primum» au lieu du « circa primum» de la
Cologne, qui revendique la préparation de cette édi- Piana, et Quod. III, a'9, ligne 83 « speciali» pour
tion des Opera omnia, a peut-ètre revu certaines « spirituali »), mais à tort aussi (par exemple
cruvres de saint Thomas; il n'a pas touché aux Quod- Quodl. III, a.l 5, ligne 31, il écrit, planius quam ante,
libets). croit-il, « de e1eemosynis guae particulariter eis confe-
runtur », alors que le texte « de e1emosinis eis collatis»
Ed 30 Paris, chez les Libraires associés, 1660. est le seuI attesté par les manuscrits; et guelgues
Seconde partie du t. XI des Opera omnia. Un bifolio lignes plus bas, ligne 38, il supprime le « minime» def.
pour la page de titre et la Praefatio, puis 15 cahiers éditions, sans voir que c'est une mélecture de « miseri-
signés A 4 B-O 6 P 4, soit 166 pages numérotées pour cordie »). En somme, l'effort de Nicola! pour amélio-
le texte et 6 pages non numérotées pour l'Index. rer le texte tourne court. Son mérite est ailleurs : dans
Titre: SANCTI j THOMAE j AQVINATIS j EX son apparat des sources. On ne saurait trop déplorer
ORDINE PRAEDICATORVM j QVINTI ECCLESIAE DOC- gue les éditions suivantes l'aient ignoré, car, bon
TORIS ANGELICI j QVODLIBETALES QVAES- connaisseur de la littérature patristigue, et rodé par
TIONES j A PRIORVM EDITIONVM CORRVPTELIS j l'édition du commentaire sur les Sentences gu'il
& mendis expurgatae; in me1iorem formam, quoad venait d'achever, Nicola! avait fait là un travail utile
seriem ac j numerum articulorum restitutae, locorum (et qui m'a été précieux).
indicibus qui j deerant annotatis locupletatae, ac
Scholijs & Notis, vt jlicuit, marginalibus illustratae. j Padoue, Imprimerie du Séminaire, 1698. E
per R. P. Fratrem IOANNEM NICOLAI Ordinis L'éditeur semble avoir eu en mains un exemplaire
LES f:DITIONS 35*

d'Ed 25 (Venise 1588) et un exemplaire d'Ed 25B ou des Opera omnia procurée par Nicolini en 1593, qu'elle
Ed 25C (Venise 1596 ou 161 2) pour réaliser cette édi- considère comme la «prima Veneta ». Cependant, elle
tion de la Somme de théologie (avec additions) en a consulté d'autres éditions: pour les Quodlibets,
5 tomes dont il a quelque peu modifié l'ordonnance; l'édition Ed 25C (<<Veneta 1612 apud Iuntas», nommée
en particulier, les Quodlibets sont passés du t. V au p. 461 et 470) et l'édition Ed 25D (<< editio Patavina
t. II; en revanche, le Supplément est passé au t. V,où 1698 », nommée p. 380, 461, 464 et 470). D'où l'em-
les Indices ne sont plus deux, ni six, mais dix : en réa- bryon d'apparat critique de l'altera Veneta: outre
lité, l'éditeur a rétabli les six indices de l'édition de quelques conjectures qui lui sont propres, elle men-
15 88, et compté comme Index nonus le Catalogus philo- tionne quelquefois, sous le sigle «( AI.» une leçon
sophorum, poetarum ... qui se trouvait dans les éditions qu'elle n'a pas retenue. Ainsi, p. 230, Quodl. I, a.3,
Ed 25 , Ed 25B et Ed 25C , mais non compté; il a ajouté ligne 56 forte: AI. fere (<< fere» est la lecture de
l'index 7 (Index du commentaire de Cajetan), Ed 25C : Ed 25 avait écrit «ferte », Ed 25B a corrigé
1'index 8 (Index des hérésies mentionnées par les Elu- «ferre», Ed 25D a rétabli «forte»); p. 233, Quodl. I,
cidationes de Capponi), et l'intex lO (Index des errata). a.6, ad 3, ligne 128, le texte donne «enim», avec l'en-
Le déplacement des Quodlibets est voulu, et justifié semble des témoins, mais sous le signe «( AI.» est
par une raison de pure commodité matérielle, dans la notée 1'omission de «enim », qui n'est le fait que de
page de titre du t. II: ... SUMMA THEOLO- Ed 20 ,27-29, c'est-à-dire le groupe de la Piana; p. 240,
GICA ... PRIMA SECUNDAE PARTIS. / Accesse- Quodl. I, a.14, ligne 41, le texte donne la leçon cor-
runt etiam Quaestiones D. THOMAE, quae Quodlibetales recte : «dicuntur », mais sous le sigle «( AI. » est notée
vocantur, quas / eo consilio huic Tomo aqjecimus, quòd mole la variante «domini» : c'est la leçon de Ed 25CD (Ed 25
sit reliquis minor. avait écrit : «diir », qui a été lu «diii» et explicité
Les Quodlibets forment un ensemble indépendant : «domini »). A la p. 247, la double leçon est plus
1 cahier de 6 folios non numérotés, signé t, pour complexe: l'édition Ed 19 (Lyon 1562) avait par
leurs Indices, puis 92 pages, 2 col. de 96 lignes, homéotéleute omis toute une phrase, Quodl. I, a.zz,
40 X 25 (soit 7 cahiers de 12 pages, A-G, et un cahier ad 1, lignes 42-45 : «ergo commutatim sicut se habet
de 8 pages, H), numérotées de 1 à 89 (après la p. 85, primum [ad tertium, ut duo ad quatuor, ita se habet]
la numérotation reprend à 84; la page 92 est bIanche). secundum ad quartum»; la piana (et donc Nicolini) a
Titre, p. t 1 : DIVI THOMAE / DE / AQUINO / réparé l' omission, mais en partie : elle a laissé tomber
ANGELICI, & S. ECCL. DOCTORIS, Almi Ordinis les mots entre crochets, remplacés par «et»; c'est le
Prçdicatorum, / QUAESTIONES / QUODLIBE- texte retenu par l'altera Veneta; mais sous le sigle :
TALES / Duodecim / N unc ab infinitis mendis vindica- «( AI. », elle signale le texte dans lequell'omission n'a
tae, & suo candori restitutae, / Quarum materias, & arti- pas du tout été réparée : c'est le texte conservé par
culos Index in prin-/cipio earum facillimè ostendit. Ed 25 . Ces exemples suffisent à donner la clé de l'appa-
[Marque de l'imprimeur] PATAVII, M. DC. XCVIII. rat de Ed 31 •
/ Ex typographia Seminarii. / Superiorum permissu. l'ai utilisé l'exemplaire de la bibliothèque du Col-
(Comparer les titres de Ed 25B et Ed 25C ). lège des éditeurs de saint Thomas à Grottaferrata,
l'ai utilisé l'exemplaire de la bibliothèque des fran- cote : 12 d 1 17.
ciscains du Collegio San Bonaventura à Grottaferrata,
Rome, 1773. Ed 25E
cote: Ph 189.82 C 139. Le titre général annonce une réimpression «ad
Malgré quelques corrections, le texte est celui de amussim exacta» de la Somme de théologie de Padoue
Ed25, Ed 25B et Ed 25C ; 1'apparat marginaI a presque 1698, Ed 25D , mais distribuée en lO tomes au lieu de
disparu : reste seulement l'indication des lieux paral- 5 : les Quodlibets se touvent donc au t. X.
lèles en tète de chaque article. Exemplaires à Paris, Bibliothèque Nationale, cote:
i 31 Venise, Simon Occhi, 175 3. D. 266o; Bibliothèque du Saulchoir, cote: 340 A 69.
Deuxième partie du t. XVII des Opera de saint
Venise, Simon Occhi, 1786. Ed3 1B
Thomas. Titre général : DIVI/ THOMAE / AQUINA-
Deuxième partie du t. XVII des Opera de saint
TIS / DOCTORIS ANGELICI / ORDINIS PRAEDICATO-
Thomas, réimpression de 1'« altera Veneta» de 1753,
RUM / OPERA. / EDITIO ALTERA VENETA / ad plu-
sous le mème titre d'« altera Veneta»; les Quodlibets
rima exempla comparata, & emendata... / TOMUS
occupent les p. 215 -4 55 (et 456-467 pour leur Index).
DECIMUSSEPTIMUS / complectens QUESTIONES
Je n'ai remarqué aucun changement dans le texte
novem postrema DE VERITATE, / & QUAESTIONES
(sauf quelques erreurs typographiques).
QUODLIBETALES. [Marque de 1'imprimeur] VENE-
Exemplaire à Paris, Bibliothèque du couvent de
TIIS, MDCCLIII. / Cudebat SIMON OCCHI/ex pri-
l'Annonciation (Dominicains, 222 rue du Faubourg-
vilegio excellentissimi Senatus. Les Quodlibets
Saint-Honoré), cote: 33 C.
occupent les pages 227-476 (et 477-488 pour leur
Index). Les articles sont numérotés de 1 à 260 (les a.2 Parme, Pietro Fiaccadori, 1859. Ed 32
et 3 dti Quodlibet XII sont fondus en un seui a.zz6). Au t. IX des Opera omnia de saint Thomas, « Sancti
Comme l'indique le titre qu'elle se donne: «altera Thomae Aquinatis Quaestiones disputatae cum Quod-
Veneta», l'édition de 1753 est une reprise de 1'édition libetis, V olumen secundum»; titre de ce t. IX :
LES ÉDITIONS

d'Ed 25 (Venise 15 88) et un exemplaire d'Ed 25B ou des Opera omnia procurée par Nicolini en 1593, qu'elle
Ed 25C (Venise 1596 ou 1612) pour réaliser cette édi- considère comme la «prima Veneta ». Cependant, elle
tion de la Somme de théologie (avec additions) en a consulté d'autres éditions : pour les Quodlibets,
5 tomes dont il a quelque peu modifié l'ordonnance; l'édition Ed 25C (<<Veneta 1612 apud Iuntas», nommée
en particulier, les Quodlibets sont passés du t. V au p. 461 et 470) et l'édition Ed 25D (<< editio Patavina
t. II; en revanche, le Supplément est passé au t. V, où 1698 », nommée p. 380, 461, 464 et 470). D'où l'em-
les Indices ne sont plus deux, ni six, mais dix: en réa- bryon d'apparat critique de l'altera Veneta: outre
lité, l'éditeur a rétabli les six indices de l'édition de quelques conjectures qui lui sont propres, elle men-
1588, et compté comme Index nonus le Catalogus philo- tionne quelquefois, sous le sigle « AI.» une leçon
sophorum, poetarum ... qui se trouvait dans les éditions qu'elle n'a pas retenue. Ainsi, p. 230, Quodl. I, a.3,

'.
Ed 25 Ed 25B et Ed 25C mais non compté' il a aJ' outé
l'index 7 (Index du' commentaire de, Cajetan),
ligne 56 forte: AI. fere (<< fere» est la lecture de
Ed 25C : Ed 25 avait écrit «ferte », Ed 25B a corrigé
«ferre», Ed 25D a rétabli «forte»); p. 233, Quodl. I,
l'index 8 (Index des hérésies mentionnées par les Elu-
ridationes de Capponi), et l'index lO (Index des errata). a.6, ad 3, ligne 128, le texte donne «enim», avec l'en-
Le déplacement des Quodlibets est voulu, et justifié semble des témoins, mais sous le signe « AI.» est
par une raison de pure commodité matériel1e, dans la notée l'omission de «enim », qui n'est le fait que de
page de titre du t. II: ... SUMMA THEOLO- Ed 20,27-29, c'est-à-dire le groupe de la Piana; p. 240,
GICA ... PRIMA SECUNDAE PARTIS. / Accesse- Quodl. I, a.14, ligne 41, le texte donne la leçon cor-
runt etiam Quaestiones D. THOMAE, quae Quodlibetales recte : «dicuntur », mais sous le sigle « AI. » est notée
vocantur, quas / eo consilio huic Tomo atijecimus, quòd mole la variante «domini» : c'est la leçon de Ed 25CD (Ed 25
sit reliquis minor. avait écrit : «dilr », qui a été lu «dili» et explicité
Les Quodlibets forment un ensemble indépendant : «domini »). A la p. 247, la double leçon est plus
1 cahier de 6 folios non numérotés, signé t, pour complexe: l'édition Ed 19 (Lyon 1562) avait par
leurs Indices, puis 92 pages, 2 col. de 96 lignes, homéotéleute omis toute une phrase, Quodl. I, a.22,
40 X 25 (soit 7 cahiers de 12 pages, A-G, et un cahier ad 1, lignes 42-45 : «ergo commutatim sicut se habet
de 8 pages, H), numérotées de 1 à 89 (après la p. 85, primum [ad tertium, ut duo ad quatuor, ita se habet]
la numérotation reprend à 84; la page 92 est bianche). secundum ad quartum»; la piana (et donc Nicolini) a
Titre, p. tI: DIVI THOMAE / DE / AQUINO / réparé l'omission, mais en partie : elle a laissé tomber
ANGELICI, & S. ECCL. DOCTORIS, Almi Ordinis les mots entre crochets, remplacés par «et»; c'est le
Pr~dicatorum, / QUAESTIONES / QUODLIBE- texte retenu par l'altera Veneta; mais sous le sigle :
T ALES / Duodecim / Nunc ab inftnitis mendis vindica- « AI. », elle signale le texte dans lequell'omission n'a
tae, & suo candori restitutae, / Quarum materias, & arti- pas du tout été réparée : c'est le texte conservé par
culos Index in prin-/cipio earum facil1imè ostendit. Ed 25 . Ces exemples suffisent à donner la clé de l'appa-
[Marque de l'imprimeur] P A T AVII, M. DC. XCVIII. rat de Ed 31 •
/ Ex typographia Seminarii. / Superiorum permissu. l'ai utilisé l'exemplaire de la bibliothèque du Col-
(Comparer les titres de Ed 25B et Ed 25C ). lège des éditeurs de saint Thomas à Grottaferrata,
l'ai utilisé l'exemplaire de la bibliothèque des fran- cote : 12 d 1 17.
ciscains du Collegio San Bonaventura à Grottaferrata,
Rome, 1773. Ed 25E
cote: Ph 189.82 C 139. Le titre général annonce une réimpression «ad
Malgré quelques corrections, le texte est celui de amussim exacta» de la Somme de théologie de Padoue
Ed 25 , Ed 25B et Ed 25C ; l'apparat marginai a presque 1698, Ed 25D , mais distribuée en lO tomes au lieu de
disparu : reste seulement l'indication des lieux paral- 5 : les Quodlibets se touvent donc au t. X.
lèles en tete de chaque article. Exemplaires à Paris, Bibliothèque Nationale, cote:
(31 Venise, Simon Occhi, 17 53. D. 266o; Bibliothèque du Saulchoir, cote: 340 A 69.
Deuxième partie du t. XVII des Opera de saint
Venise, Simon Occhi, 1786. Ed 31B
Thomas. Titre général : DIVI/ THOMAE / AQUINA-
Deuxième partie du t. XVII des Opera de saint
TIS / DOCTORIS ANGELICI / ORDINIS PRAEDICATO-
Thomas, réimpression de 1'« altera Veneta» de 1753,
RUM / OPERA. / EDITIO ALTERA VENETA / ad plu-
sous le meme titre d'« altera Veneta»; les Quodlibets
rima exempla comparata, & emendata... / TOMUS
occupent les p. 215 -4 55 (et 456-467 pour leur Index).
DECIMUSSEPTIMUS / complectens QUESTIONES
Je n'ai remarqué aucun changement dans le texte
novem postrema DE VERITATE, / & QUAESTIONES
(sauE quelques erreurs typographiques).
QUODLIBETALES. [Marque de l'imprimeur] VENE-
Exemplaire à Paris, Bibliothèque du couvent de
TIIS, MDCCLIII. / Cudebat SIMON OCCHI/ex pri-
l'Annonciation (Dominicains, 222 rue du Faubourg-
vilegio excellentissimi Senatus. Les Quodlibets
Saint-Honoré), cote: 33 C.
occupent les pages 227-476 (et 477-488 pour leur
Index). Les articles sont numérotés de 1 à 260 (les a.2 Parme, Pietro Fiaccadori, 1859. Ed 32
et 3 du Quodlibet XII sont fondus en un seui a.226). Au t. IX des Opera omnia de saint Thomas, « Sancti
Comme l'indique le titre qu'elle se donne: «altera Thomae Aquinatis Quaestiones disputatae cum Quod-
Veneta», l'édition de 1753 est une reprise de l'édition libetis, Volumen secundum»; titre de ce t. IX :
LES TÉMUINS

«Sancti Thomae Aquinatis doctoris angelici ordinis Paris : B (lat. 15 787 = P 6); C (lat. 153 j1 = P 5) ;
praedicatorum Quaestiones disputatae cum Quodlibe- D (lat. 3108 = P2); F (lat. 14548 = P); G (lat. 16297
tis adjectis brevibus adnotationibus. Volumen = P 7; mais à la p. 482, note (a) au lieu de G on lira
secundum complectens De veritate et quaestiones C). Il faut bien dire: «consulté », et non collationné,
quodlibeticas. Parmae, Typis Petri Fiaccadori, et ajouter que cette consultation n'a été que spora-
MDCCCLIX. Les Quodlibets occupent les p. 459- dique. Le résultat est un texte capricieux, qui tantot
631. rétablit la leçon des manuscrits, tantot garde la leçon
L'édition de Parme est une reprise de la seconde (fautive) de l'édition de Parme. L'apparat est aussi
impression de 1'« altera Veneta» (saufpour les cruvres mélangé : tantot il reproduit l'apparat de l'édition de
philosophiques qui manquent dans 1'« altera Veneta» Parme (et par elle l'apparat de 1'altera Veneta), tantot il
et qui ont été empruntées aux Opera omnia factices de se réfère aux manuscrits. Ici ou là (mais rarement),
Venise, Scotto 15 95)' En ce qui concerne les Ques- l'abbé Fretté a vérifié les sources, et il a meme été
tions disputées et les Quodlibets, Giovanni Battista jusqu'à transcrire, d'après G (P7) une note de Gode-
della Cella, qui présida à l'édition, le reconnait expres- froid de Fontaines (p. 437).
sément (t. VIII, Praef., p. XIX) : «Veneta editio anni l'ai utilisé l'exemplaire de la bibliothèque du col-
MDCCLXXV pro textu fuit»; la date est erronée car lège des éditeurs de saint Thomas à Grotttaferrata.
la seconde impression de l'«altera Veneta» s'éche-
Paris, Louis Vivès, 1889.
lonne de 1765 à 1788, et les volumes des Questions
Simple réimpression de la précédente. Exemplaire à
disputées sont de 1784 et 1786, c'est pourtant sùre-
ment d'elle qu'il s'agito L'éditeur ajoute : «attamen Paris, Bibliothèque du Saulchoir, 339 B 122.
probatissimas quasque, in dubiis praesertim, consu- Paris, P. Lethielleux, 1881.
lere non praetermisi ». Cette assertion ne semble pas Deuxième partie du t. II des Opuseula seleeta (cf. éd.
s'appliquer aux Quodlibets. L'édition de Parme Léon., t. L, p. 19a, n. 23). Les Quodlibets occupent
reprend l'embryon d'apparat critique de l'altera les p. 124-576 (et 577-586 pour la table).
Veneta et, si elle lui ajoute un petit nombre d'éléments Copie de l'édition de Parme, Ed 32 , allégée de son
nouveaux, ce n'est pas qu'elle ait collationné quelque apparat critique (1).
nouveau témoin : ce sont des conjectures, heureuses
ou malheureuses. Citons une conjecture heureuse : à Paris, P. Lethielleux, 1926.
la p. 461 b (Quodl. I, a. 5, arg.2, ligne 13 de notre édi- S. THOMAE AQUINATIS I Doctoris Angelici Ord.
tion), l'édition de Parme écrit en texte : «et iterum Praed. I QUAESTIONES QUODLIBETALES I
creetur» et note en apparat : «AI. et terminetur»; INTRODUCTIO I R. P. MANDONNET, o. P. I TOMUS
«iteruffi» n'apparait que dans les mss F, 05V6, et UNICUS.
dans aucune édition; «creetur» est le texte de la En fait c'est un nouveau tirage de la deuxième par-
famille indépendante 'Y et de très rares autres mss tie de 1'édition précédente, Ed 34, dont les clichés
(Lo, M2), mais d'aucune édition avant l'édition de avaient été conservés (cf. éd. Léon., t. L, p. 19b,
Parme. V oici maintenant un conjecture malheureuse : n. 25). Les pages 1 et 2 ont été aménagées, la pagina-
à la p. 460a (Quodl. I, a.2, ligne 66 de notre édition), tion refaite de 1 à 464, la table, p. 454-464, recompo-
l'édition de Parme donne en texte «praedictam », et sée. Le P. Mandonnet a écrit une brève introduction
note: «Al. pactum»; «pactum» est le bon texte, (p. I-VIII).
attesté par les manuscrits et les éditions avant Parme; Città di Castello, S. Lapi, 1886.
mais, depuis Ed 10 , l'expression «reformat pactum» Deuxième partie du t. II des Opuseula philosophiea et
avait été altérée en «infrigit pactum» : Parme n'a pas theologiea in usum studiosae juventutis seleeta (cf. éd.
corrigé le mot qu'il fallait ! Léon., t. L, p. 19a, n. 24), p. 173-598 (et p. 603-613
L'édition de Parme est très répandue. Il suffit de pour l'Index).
mentionner ici pour mémoire qu'elle a été rééditée Copie de l'édition de Parme, Ed 32 , allégée de son
photographiquement à New Y ork, Musurgia, 1948- apparat critique.
1950, sans aucun changement en ce qui concerne les
Quodlibets. Rome, Desclée et associés, 1913.
Seconde édition de la précédente (cf. éd. Léon.,
Ed 33 Paris, Louis Vivès, 1875. t. L, p. 19b, n. 24 bis).
Deuxième partie du t. XV des Opera omnia, p. 357-
611. Turin, P. Marietti, et Londres, Burns and Oates,
L'abbé Stanislas Édouard Fretté a fait son édition 19 00 .
sur le texte de l'édition de Parme, mais il a consulté S. Thomae Aquinatis doctoris angelici ord. praed.
cinq manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Quaestiones disputatae et quaestiones duodecim guod-

1. Cette édition, et !es éditions suivantes, ne méritent qu'une brève 'mention : leur intérét scientifique est nul.
LES ÉDITIONS 37*

libetales ... Volumen V. Quaestiones quodlibetales. riso Editio VIII revisa. Turin-Rome, Marietti, 1949;
256 p. 215 X 145. (p. 256 Nihil obstat... Taurini, die Editio IX, Marietti, 1956. - Le P. Spiazzi a rendu
14 Februarii 1900 ...). l'reuvre plus accessible aux jeunes étudiants en amé-
Copie de l'édition de Parme, Ed 32 , allégée de son liorant sa présentation et en la munissant d'une anno-
apparat critique. tation élémentaire. Le texte lui-mème n'a pratique-
Rééditions inchangées: Editio 2 a Taurinensis, ment pas été changé (en dehors de 2 ou 3 corrections,
Turin, P. Marietti, 1914; Editio Tertia Taurinensis, pas toutes heureuses, et de nombreuses fautes
Turin, P. Marietti, 1921 (compotte encore, p. 256, le d'impression).
Nihil obstat du 14 février 1900); Editio Quarta Tau- Je signale pour mémoire : Sancti Thomae Aquina-
rinensis, Turin, P. Marietti, 1924; Editio Quinta Tau- tis Opera omnia ut sunt in indice thomistico ...
rinensis, Turin, P. Marietti, 1927; Editio Sexta Tau- curante Roberto Busa, s.j., Stuttgart-Bad Cannstatt
rinensis, Turin, P. Marietti, 1931; Editio VII 1980, t. 3, p. 4r'H01, et t. 6, p. 1-5 (pour le Quodli-
Taurinensis, Turin-Rome, P. Marietti, 1942. bet XII, considéré comme une reportation) : le texte
Rééditions « révisées» : S. Thomae Aquinatis doc- est celui de Ed 36 , Editio IX (mais les fautes d'impres-
toris angelici Quaestiones quodlibetales. Cura et stu- sion ont été corrigées) ; indispensable pour les utilisa-
dio P. Fr. Raymundi Spiazzi, O.P. in Studio Generali teurs de l'Index thomisticus, ce texte est inapte à tout
FF. Praedicatorum Taurinensi S. Theologiae Lecto- autre usage.
LES TÉMOINS

Filiation des éditions des Quodlibets

Mss
~-------------------------------------------
: ~ Ind.
I <1>'" - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
: I I l-VI VII-XII
: Ed' -- __ • Ed' '--1 --'1
: Rome Nuremberg Ed'
: c. 1470 1474 , Cologne 1471
: I
: Ed'
: ~ml~5
I I
l--------------------------------------------. Ed'
Venise 1476
I I I
Ed" Ed' Ed-
Toulouse c. 14R4/RR Venise 14R6 Venise 14R5
I l
Ed'" Ed')
Venise 1')01. 6 avril Venise 1495
I
Ed" Ed"
Venise 150.3 Cologne 1501
I
Ed"
Leipzig 1505

Ed"
Cologne 1509

Ed'" Ed"
Venise 1515 l'aris 1513
I Ed'-
Ed"
l'aris 1516
Lyon 1520
Ed'-''''
Ed'" l'aris 1523
Lyon 1562
I
I
I
I
1

Ed'"
E~I2I E~I22 E~
l''
I
I Piana Anvers 1576 Lyon 15Rl Turin l')R2
I
I Roma 1')70 I I
Ed" E(l"
Lyon 15RR Venis e 15RR
Ed'- I
Ed" Venise 1')93 Ed'" Ed""
Venise 1')94 Bergame 1590 Venise 1596

Q'
(Scot) Ed'"
Ir Venise J()12
Anvers
Ed'" 1612 Ed""
l'aris 1660 ~------ ------------------------------------ l'adoue 169R
Ed" Ed'"
Venise 17')3 Rome 1773
17R6
I
Ed"
l'arme lR59
,I
I
I
I
I

I I
I
I
I
L • Ed"
I
Ed" ,,'
I
Ed" Ed"
Vivès lR75 Turin Marietti Tiferni lRR6 l'. Lethielleux lRRl
lRR9 1900,1914,1921 I I
1924, 1927, 1931 Rome 19l.3 1926
1942, 1949, 1956
...
Deuxième partie

LES COLLECTIONS

I diverses. Le ms. Bg l'ajoute en fin de série (il donne


ainsi les Quodlibets VIII-IX-X-VII-XI). Les mss
LES COLLECTIONS INDÉPENDANTES TsBs l'insèrent après le Quodlibet X, avant le Quodli-
bet VII : on a ainsi l'ordre VIII-IX-X-XI-VII. Le ms.
Ts atteste en outre une numérotation ancienne, mais
Nous appelons indépendantes les collections qui ne
qui suppose déjà la publication des Quodlibets I-VI et
dépendent pas des exemplars parisiens. Mais il faut
le rejet des Quodlibets VII-XI en fin de série : il
avouer qu'il est difficile de se faire de ces collections
appelle le Quodlibet VIII, Quodlibet VII ; IX devient
une idée précise : les manuscrits indépendants sont
8 ; X devient IX; XI devient X et VII devient XI (cf.
souvent des copies privées, dont l'auteur copie, ou
plus haut, p. 17*; voir aussi plus loin, p. 76*b). Il n'y
fait copier, ce qui l'intéresse, sans se soucier de copier
a pas lieu de mentionner ici le ms. Av : il a été copié
tout son modèle ni d'en respecter l'ordre. Sans pader
directement sur Ts, mais au xve sièc1e, et celui qui l'a
ciu manuscrit de saint Thomas, le ms. V, qui n'a
fait copier avait prescrit au scribe de rétablir l'ordre
conservé que les Quodlibets vn et VIII, le ms. Lh
alors usuel, c'est-à-dire l'ordre de l'exemplar <I> 2 :
n'a conservé que le Quodlibet VII (dont il a omis les
VII-IX-X-XI-VIII. En revanche, il faut ajouter ici le
articles 14-16). Le ms. TI ne contient que le Quodlibet
ms. Pr, qui par un phénomène du meme type aban-
I, mais son texte prouve qu'ill'emprunte à une collec-
donne l'ordre de son groupe (celui de DI, fg, voir
tion plus complète. De cette meme collection, les mss
ci-dessous), pour suivre l'ordre VIII-IX-X-XI-VII.
Bx I et P 7 n'ont retenu que deux Quodlibets (Bx I les
Quodlibets II et III, P 7 les Quodlibets I et II), tandis
que Du et Sm en ont retenu trois (Du les Quodlibets La collection en cinq Quodlibets
III, II, I, dans cet ordre, et 5 m les Quodlibets I, II et
III). De cette meme collection, le ms. M7 a retenu les La collection en cinq Quodlibets rangés dans
quodlibets III, V et IV (jusqu'à l'article 21), dans cet l'ordre devenu usuel (parce que c'est l'ordre de la
ordre. C'est dire avec quelle prudence il faut pader véritable édition princeps, Ed 2 , les éditions Ed l et Ed 3
des collections indépendantes. étant marginales et sans descendance) est attestée
d'une certaine manière par le ms. N b (qui omet le
Quodlibet XI, omission sans doute accidentelle), et
LES COLLEcnONS DES QUODLIBETS par le ms. F (qui pIace en tete le Quodlibet I : les
DU PREMIER ENSEIGNEMENT P ARISIEN Quodlibets VII-VIII-IX-X-XI deviennent ainsi 2-3-4-
5-6). Mais surtout elle est attestée par les branches
La collection de quatre Quodlibets dérivées de la famille f: fg (DI, LP lob
In IBIWbLIWrWr 2 , Ed 2 , HeUt, qui passent à fg à
La plus ancienne collection est sans doute la collec- partir du Quodl. VII, 17, et d'une certaine manière
tion de quatre Quodlibets, attestée par les mss MIM3, qui passent à <1>2 au cours du Quodlibet VII)
MdapbVaLi: c'est une collection des Quodlibets du et fp (Kr 6 Kr 4 Kr s, SZWI, BuKr 2 Kr 7 , Kr IKr 3 Kr 8 ).
premier enseignement parisien, sans le Quodlibet XI, Bien que ces branches dérivées soient tardives, elles se
sans doute non encore publié : les Quodlibets sont rattachent à la famille f, dont le texte est le plus
numérotés de 1 à 4, mais rangés dans l'ordre : VIII proche de celui du ms. V: il n'est donc pas interdit
(appelé 1), IX (appelé 2), X (appelé 3) et VII (appelé de penser que l'ordre des Quodlibets VII-VIII n'a pas
4). Cette ancienne collection a été complétée par l'ad- été inventé, mais vient d'une collection ancienne
jonction du Quodlibet XI, mais inséré à des places proche de V.
LES COLLECTIONS

LA COLLECTION DES QUODLIBETS Entre 1273 et 1276, la taxation des exemplars du


DU SECOND ENSEIGNEMENT PARISIEN libraire-éditeur Guillaume de Sens mentionne un
exem~~ire des Quodlibets en 14 pièces :

L'existence d'une collection indépendante des Quod- Hec sunt scripta fratris thome de aquino... Item
libets du second enseignement parisien est assurée par questiones de quolibet .xiiij. pec' .vij. d'
l'unité du texte de la famille 'Y, unité que nous met- (Mss. Vat. Regin. lat. 406, f. 65 r; London British
trons en lumière. Cependant, il n'existe pas de témoin Library Add. 17404, f. 10H; Wien Nat. 721 9, p. 395)
vraiment autorisé de la collection, en tant que telle.
Quelque 30 ans plus tard, le 25 février 1304, les
Nous en avons déjà noté quelques témoins très par- commissaires de l'Université taxent les exemplars
tiels (plus haut, p. 39*a). Les témoins complets sont d'André de Sens (sans doute le fils de Guillaume, qui,
rares : MIM 3, du xve sièc1e, donnent les Quodlibets après sa veuve Marguerite, avait repris la boutique en
I-II-III-IV-V-VI; le ms. An donne (avec des omis- 1296) (1). Or, cette taxation mentionne bien un
sions) les Quodlibets III-I-II-IV-V-VI; le ms. F exemplar des Quodlibets de saint Thomas, mais en 24
donne le Quodlibet I, et (après les Quodlibets VII- pièces :
XI), les Quodlibets II-III-IV-V-VI, qu'il appelle 7, 8,
9, lO et 11. Le ms. N donne les Quodlibets III-I-II-IV Item in toto quolibet fratris thome .xxiiij. pec'
(en désordre) et V : il omet le Quodlibet VI. Le ms. .xviij. d'
Cb (suivi par 0 5 à partir de III 29) donne les Quodli- (Mss. Vat. Regin. lat. 406, f. 67rb; London British
bets I, II, III, IV et V. Le ms. Li a les Quodlibets I, Library Add. 17304, f. l03ra; Wien Nat. 7219,
II, III et IV. Enfin le ms. VI donne les Quodlibets p. 4 01 ).
III, IV, V et II (mais il est possible que II ait été Les premières études sur la tradition manuscrite des
déplacé par accident). Ajoutons qu'aucun des témoins Quodlibets confirmèrent ces indications. Dès 1938, le
de la famille 'Y ne comporte le Quodlibet de Pecham, P. Axters (2) pouvait déterminer, d'après six manus-
dont il y a pourtant tout lieu de croire qu'il se trou- crits, le début de chacune des pièces des exemplars
vait dans la collection indépendante des Quodlibets (sauf la pièce 15), et ébaucher du mème coup la dis-
du second enseignement parisien (cf. plus loin, tinction des manuscrits qui dérivent de l'exemplar en
p. 124*). 14 pièces (ceux qui s'arrètent à la pièce 14) et des
manuscrits qui dérivent de l'exemplar en 24 pièces
(ceux qui poursuivent jusqu'à la pièce 24).
II Si utile qu'il ait été, ce premier débrouillage était
insuffisant : on était amené à considérer comme un
LES COLLECnONS DES EXEMPLARS témoin de l'exemplar en 14 pièces le ms. E, qui s'ar-
rète au début de la pièce 12; la collation de son texte
montrera que c'est une copie de l'exemplar en 24
pièces, qui s'est arrètée en cours de route. Par ailleurs,
Les exemplars panslens nous ont conservé deux
collections des Quodlibets de saint Thomas. Il a en l'exemplar en 24 pièces faisait problème : ses pièces
n'étaient indiquées correctement que par un seuI
effet existé deux exemplars parisiens : le premier nous
témoin, le ms. P 1 ; les mss Ba et Ba 1 omettaient une
a conservé une collection des Quodlibets du second
partie du texte, et Ba 1 présentait une numérotation
enseignement parisien, les Quodlibets I-VI, et le
des pièces originale; nous aurons à expliquer ces acci-
second a ajouté, après cette collection des Quodlibets
dents.
du second enseignement, une collection des Quodli-
Restait surtout en souffrance la question essen-
bets du premier enseignement, devenus ainsi les Quod-
tielle : celle des rapports entre l'exemplar en 14 pièces
libets VII-XI (le Quodlibet XII restant hors collec-
et l'exemplar en 24 pièces. On voyait bien, certes, gue
tion).
l'exemplar en 24 pièces avait ajouté les pièces 15 -24
pour suppléer les Quodlibets VII-XI, omis dans
l'exemplar en 14 pièces. Bien comprise, la formule
LES DEUX EXEMPLARS : <I:> 1 ET <I:> 2
mème dont se sert la liste de taxation de 1304 indique
cette volonté de faire complet: elle prétend bien
Qu'il ait existé deux exemplars des Quodlibets de offrir la coilection complète des Quodlibets de frère Tho-
saint Thomas à l'Université de Paris, les pièces offi- mas, totum quolibet; le mot quo(d)libet a d'abord été un
cielles que sont les listes de taxation suffisent à l'attes- indéc1inable, souvent employé avec un sens collectif.
ter. Mais, pour compléter sa collection, comment le

1. Cf. Richard H. Rouse, Mary A. Rouse, The Book Trade at the University of Paris, ca. I2JO - ca. I JJo : D. A Family of Stationers,
ca. 127o-ca. 1342, dans La production du livre uniz1ersitaire au Moyen Age, Exemplar et Peria, Paris, 1988, p. 56-64.
2. E. Axters, Pour l'état des manuscrits des « Questions quodlibétiques » de Saint Thomas d'Aquin, dans Divus Thomas (Piacenza), Ser. III, annus
xv (1938), p. 293-301, notamment p. 296-297.
LES COLLECTIONS DES EXEMPLARS

libraire a-t-il procédé? On consittait que, pour les 14 Pièce 3


pièces communes, les limites des pièces étaient les
memes : rien n'empechait de supposer que le libraire Quodl. II, a.3, resp., lignes 60-61 : unde, cum
s'était arrangé pour respecter les limites des pièces, omne quod est preter essenciam rei dicatur accidens
meme s'il avait fait exécuter sa copie sur un modèle <I> 1 : La pièce est marquée dans O, f. 225 rb : III a;
différent. La collation montrera qu'entre les deux dans P, f. 155va: III a.
exemplars, il y a unité de texte : au moment de l'addi- <I> 2 : La pièce est marquée dans P 1, f. 8va: .III.
tion des pièces 15-24, l'une ou 1'autre des pièces de pea; dans P 14, f. 4ra : + pea.
l'ancien exemplar, usée, a pu etre refaite, mais elle a
été refaite sur la pièce ancienne; le plus souvent, la Pièce 4
pièce ancienne, quelque peu corrigée, ou abìmée, a été
intégrée dans le nouvel exemplar. Cette continuité est Quod1. II, a.13, resp., lignes 64-65 : cum impeditur
normale : les deux exemplars sont sortis de la meme j ne deorsum perueniat, et sicut dicimus hominem
librairie, celui qui a fait confectionner l'exemplar en pati
24 pièces était le propriétaire de l'exemplar en 14 pièces. <I> 1 : La pièce est marquée dans O, f. 228vb : IIII a;
L'histoire des exemplars explique déjà la pIace très dans P, f. 158ra : iiii a; dans As, f. 296va, l'écriture
différente qu'occupent dans la tradition l'exemplar en semble plus fine à partir de « ne deorsum ».
14 pièces, que nous appellerons <I> 1, et 1'exemplar en <I> 2 : La pièce est marquée dans Ba, f. 29 Fa : .IIII.
24 pièces, que nous appellerons <I> 2. L'exemplar <I> 1 pea; dans E, f. 126ra : IV p t (t = thome : le ms.
contient les Quodlibets I-VI (à ce dernier est joint le contient, à pièces marquées, outre les Quodlibets de
Quodlibet II de Jean Pecham) : ces Quodlibets ont Thomas, les Quodlibets de Gilles de Rome et de
été disputés entre le careme de 1269 et 1'avent de Richard de Mediauilla, il précise dane l'auteur). Dans
1271, et l'exemplar a été confectionné avant 1273- P 9, f. 97rb9, on remarque en marge un trait - .
1276, dont 5 ou 6 ans au plus après la dispute. Les
pièces 1 à 14 de 1'exemplar <I> 2 reprennent (mais
Pièce 5
souvent quelque peu altérées) les pièces 1 à 14 de
l'exemplar <I> 1, mais ses pièces 15 à 24 ajoutent les Quod1. III, a.9, resp., lignes 98-99 : ad officium
Quodlibets VII 1-16, IX, X, XI et VIII, qui avaient pastorale, non potest aliquis per certitudinem scire se
été disputés entre 1256 et 1259. Certes, 1'exemplar <I> 2, habere
taxé à 18 deniers le 25 février 1304, était sans doute en <I> 1 : La pièce est marquée dans O, f. 232va : va;
service avant cette date: le ms. Ba, f. 340v, note: « pe dans P, f. 160vb : Va.
.xxiiij. precium .xvi.»; le copiste, il est vrai, a omis <I> 2 : La pièce est marquée dans E, f. 129vb : v p t.
une pièce et demie (le Quodlibet de Pecham) et il a pu Dans p9, f. 103rb25, on remarque en marge le signe
estimer qu'il avait droit à une réduction; mais peut- . . (deux points).
etre aussi a-t-il copié 1'exemplar <I> 2 avant 1304, à une
date où il n'était eneore taxé qu'à 16 deniers. Quoi
qu'il en soit, les pièces 15-24 donnent un texte déjà Pièce 6
vieux de quelque 30 ou 40 ans, qui avait déjà connu
Quodl. III, a.q, ad 1, lignes 23°-231: tempes-
une longue diffusion.
tuoso, et tamen ad industriam j naute pertinet
<I> 1 : La pièce est marquée dans O, f. 23 6rb : VI a;
dans P, f. 163rb : VI a.
<I> 2 : La pièce est marquée dans E, f. 133 va : VI t;
dans p1, f. 21ta : .VI. pea. Dans le ms. Ts, f. 18rb8,
l'écriture est plus fine à partir de « naute ».
DÉLIMITA TION DES PIÈCES

Exemplars <I> 1 et <I> 2 : pièces 1-14 Pièce 7

Quodl. III, a.29, resp., ligne 22 : Et ideo, sicut in


officiis diuinis j exsoluendis
Pièce 2 <I> 1 : La pièce est marquée dans O, f. 240ra : VII a;
dans P, f. 165Vb : VII a. Dans As, f. 305ra, 1'écriture
Quodl. I, a.12, s.e., lignes q-19 : posset dicere que
est plus fine à partir de « exsoluendis ».
uellet, et ei crederetur; j ergo etiam de hoc sibi debet
<I> 2 : La pièce est marquée dans E, f. 157rb : .7. t.
credi
<I> 1 : La pièce est marquée dans O, f. 221 va : II a;
dans P, f. 15 3rb : II a. Dans As, f. 291ta, l'écriture est Pièce 8
plus fine à partir de « ergo ».
<I> 2 : La pièce est marquée dans Ba, f. 289va : h Quodl. IV, a.12, resp., lignes 56-57 : non est obe-
pea; dans P 14, f. lva: pea .2. diendum, jet ipse peccat precipiendo, quia
LES COLLECTIONS

'"
<I> l : La pièce est marquée dans 0, f. 243Va : VIII a dans P, f. 177rb : XII a. Dans P 7, f. 67va, Il du bas,
(l'écriture est plus fine à partir de « et ipse ») ; dans P, l'écriture est plus fine à partir de «opposuistis ».
f. 168rb : VIII a. <I> 2 : La pièce est marquée dans Ba l, f. 56ra : hic
<I> 2 : La pièce est marquée dans Ba, f. 306va : Il pe a finitur .xi. pe a; l'écriture est plus fine à partir de
(le chiffre est coupé) ; dans Ba l, f. 37rb : hic finitur 7 a « opposuistis» dans Ba, f. 31 5Vb, 8 du bas; Ts,
pea; dans E, f. 140va: 8 a p t; dans pl, f. 28vb: f. 37va, Il du baso
VIlla pa. Dans V4, f. 17va37, l'écriture est plus fine à
partir de « et ipse ».
Pièce 13

Pièce 9 QuodI. VI, a.l 5, argo 1, ligne 16 : anima et unio I


utriusque
QuodI. IV, a.23, s.c.6, Iignes 226-228 : in puerili- <I> l : La pièce est marquée dans 0, f. 260rb : XIII a;
bus annis, I et in hiis promissis Il perseuerantes dans P, f. 18ora: XIII a. Dans As, le .f. 321ta
<I> l : La pièce est marquée dans 0, f. 247ra; dans P, commence à « utriusque» (voir à la pièce suivante).
f. 170va : IX a. Dans p7, f. 55vb33, l'écriture est net- <I> 2 : La pièce est marquée dans P l, f. 48vb : .xii. p.
tement plus fine à partir de « perseuerantes ». (les mots « et unio» en fin de ligne sont serrés et
<I> 2 : La pièce est marquée dans Ba, f. 308vb; Ba l, débordent la justification).
f. 42va: hic finitur viii a pe a; E, f. 143Vb ; P l,
f. 32vb. Dans Ts, le f. 28va commence à : « et in hiis
promissis»; dans L2, un accident (qui remonte au Pièce 14
modèle de L 2) montre que la pièce 8 finissait à « in
QuodI. II de Jean Pecham, q.l0 (éd. Etzkorn,
puerilibus annis », mais comportait en réclame les
p. 99, 27- 28) : mensurat operationes angelorum I ins-
mots : « et in hiis promissis» ; la pièce 9 commençait
tantaneas, Il et hoc non est uerum
par les mots : « et in hiis promissis » (cf. plus haut.
$: : La plece est marquÙ dans U, { 264va : XlIII a;
p. 10*, description du ms. L2).
dans P, f. 182va : XIIII a. Dans As, la colonne 323rb
se termine à la ligne 19 sur le mot « instantaneas » ; les
Pièce lO 2/3 de la colonne sont blancs, ainsi que la colonne
323va; mais à 323rb19, une note marginale, de la
Quodl. IV, a.24, ad 6, lignes 367-369 : quia etiam main du scribe, prévient : « Verte folium et continua,
reEgionem imrames i non statim perfectionem ii adi- quia nichÙ deest)); de fait, le texte reprend au
piscuntur f. 323Vb1 avec le mot: « Instantaneas»: le scribe
<I> l : La pièce est marquée dans 0, f. 25 orb : X a; n'ayant pu se procurer en temps voulu la pièce 13, est
dans P, f. 172Vb: X a. Dans p7, f. 59Vb, 15 du bas, passé directement à la pièce 14, en laissant un espace
l'écriture semble plus fine à partir de « adipiscuntur ». libre pour la pièce 13 : quand il a pu se procurer
<I> 2 : La pièce est marquée dans Ba l, f. 47rb : hic celle-ci, il 1'a copiée en commençant à 321ta 1, mais il
finitur ix a pe a; dans E, f. 146va : .x. p t; dans P l, avait laissé trop de pIace.
f. 36vb : x a pea. Dans p9, on remarque en marge une <I> 2 : Les mss Ba et Ba l ont volontairement omis le
croix +. QuodIibet de Pecham, c'est-à-dire la seconde moitié
de la pièce 13 et la pièce 14, mais le ms. Ba l témoigne
à sa manière de son omission (cf. plus loin, pièces 16,
Pièce Il 17, 18). Les mss P l et V4 ont bien le Quodlibet de
Pecham, mais la pièce 14 n'est pas marquée.
Quodl. V, a.q, resp., Iignes 34-36 : nec etiam ali-
quid est faciendum unde in suspicionem I peccati ali-
quis possit deuenire Exemplar <I> 2 seuI
<I> l : La pièce est marquée dans 0, f. 25 3va : XI a;
dans P, f. 174vb : xi a. Dans P 7, f. 63va, 6 du bas,
Pièce 15
l'écriture semble plus fine à partir de « peccati ».
<I> 2 : La pièce est marquée dans Ba l, f. 5 l vb : hic QuodI. VII, début.
finitur X a pe a; dans E, f. 149rb : .XI. t. Dans P 9, La pièce n'est marquée dans aucun de nos témoins,
f. 137Vb, 7 du bas, l'écriture est nettement plus fine à peut-ètre parce que son début paraissait évident.
partir de « peccati ».

Pièce 16
Pièce 12
QuodI. VII, a.8, resp., lignes 67-68 : totum corpus I
Quodl. V, a.26, resp., lignes 44-45 : Non ascendis- Christi, sicut tota natura substancie
tis ex aduerso, nec lopposuistis uos murum La pièce est marquée dans Ba l, f. 67ra : hic finitur
<I> l : La pièce est marquée dans 0, f. 25 6vb : XII a; XV a pe a que est XIII a secundum nos (le scribe
LES COLLECTIONS DES EXEMPLARS 43*

décompte 2 pièces, parce qu'il a omis le Quodlibet de Pièce 22


Pecham, qui en fait occupait une pièce et demie);
dans P 1, f. 60vb : XVI a pe a. Quodl. XI, a.6-7 : set eadem manent. I de sacra-
L'exemplar <I> 2 omet les a. 17-18 du Quodlibet VII, mentis gracie
et il rejette le Quodlibet VIII en fin de série (pièces La pièce est marquée dans Ba 1, f. 90rb : hic finitur
22-24). Après la fin de l'a.16 du Quodlibet VII, il XXI a pe a. Dans P Sb, f. 64ra, la colonne se termine:
passe donc au Quodlibet IX, dont la pièce 16 contient «set eadem manent de sacramentis», et la colonne
les 13 premières lignes." 64rb reprend : «De sacramentis» (D orné) : le scribe
a d'abord copié le «de sacramentis» qui se lisait en
réclame à la fin de la pièce 21, sans voir qu'il s'agissait
Pièce 17 du commencement d'une question, ce qu'il a vu
quand il a eu en mains la pièce 22.
Quodl. IX, a.l, arg.l, lignes 14-15 : quia elUS
potenciam I non adequat Il opus
La pièce est marquée dans Ba, f. 323 vb : XVII a pe a ; Pièce 23
dans BaI, f. 70vb: hic finitur 14 a pe a (suppléer:
secundum nos; cf. pièce 16). Dans P 1, le f. 65 ra Quodl. VIII, a.4, resp., lignes 57-59 : uel ita quod
commence par les mots : «non adequat»; dans V 4 , principia predicta non sufficiant I ad cognitionem Il
f. 36vb, on a en fin de ligne un point après «ade- acquirendam (texte de <I> 2, pour : «ad cognitionem
quat. » acquirendam non sufficiant »).
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 94va : hic incipit
XXIII a pe a. Le ms. Ba à la fin de la colonne 336va a
Pièce 18 oublié 2 colonnes de l'exemplar; à 336vb, il prend au
début de la pièce 23 : «ad cognitionem» (cf. plus
Quodl. IX, a.6, resp., lignes 74-75 : si angeli essent haut, p. 2*-3*)' Dans le ms. P 1, f. 88rbl0, on a un
ex materia compositi, oporteret quod forme point après «cognitionem.», et l'écriture est nette-
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 74va : hic finitur ment plus fine à partir de «acquirendam». Dans le
XV a pe a (suppléer : secundum nos; cf. pièce 16); dans
ms. V 4, le scribe arrete sa copie au milieu de la
p 1, f. 68vb : XVIII a.
colonne sur les mots : «sufficiant ad cognitionem» ; le
bas de la colonne est blanc, blancs aussi les f. 47vb, 48
Pièce 19 et 49 : le scribe, qui n'avait pu se procurer la pièce 23,
a laissé la piace pour la copier, ce qu'il n'a pas fait
Quodl. IX, a. 14, ad 1, lignes 55-56 : cum tamen (voir à la pièce suivante).
haberet propositum I continendi.
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 78va : hic finitur
XVIII (le scribe revient à la numérotation usuelle);
Pièce 24
dans pl, f. 72va: XIX pe a ; dans PSb, f. 75ra: ... Quodl. VIII, a.12, arg.l, ligne 5 : Facere enim ele-
pecia (on lit nettement « pecia», mais le chiffre est pris
mosinam de superfluo
dans la reliure, très serrée).
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 98vb : hic incipit
XXIIII pe a. Le ms. V 4, après avoir omis la pièce 23,
Pièce 20 omet le premier tiers de la pièce 24, sans doute par
suite d'une erreur de pliage (cf. plus haut, p. 2O*a).
Quodl. X, a.5, resp., ligne 62 : secundum quod est
quoddam totum I potenciale
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 82va : hic finitur
XIX pe a. Dans Ba, f. 33orb, l'écriture est plus fine à
LES MANUSCRITS A PIÈCES
partir de «potenciale».

Témoins de <I> 1.
Pièce 21
As : Aucune pièce n'est marquée, mais on note un
Quodl. X, a.15, resp., lignes 36-37 : unde [dicitur accident majeur à la pièce 14, et des changements
om. <I> 2] in II canonica Iohannis d'écriture aux pièces 2, 4 et 7.
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 86rb : hic finitur O : Toutes les pièces sont marquées.
XX a pe a; dans P 1, f. 80ra: XXI pe a. Dans P Sb, p : Toutes les pièces sont marquées.
f. 61Vb, le texte se poursuit jusqu'à notre ligne 43 p 7 : Il ne peut s'agir que de la copie des Quodlibets
(soit 5 lignes du ms.): «Tercio ne ex familiaritate»; III-V, à savoir de la fin de la pièce 4 au début de la
le f. 6zra commence : «nostra aliis detur», et en face pièce 12. Aucune pièce n'est marquée, mais on note
de ces mots on lit, f. 6zral: < ... > pe a xx (l'inver- un affinement de l'écriture au début des pièces 9, lO,
sion «familiaritate nostra» est la leçon de <I> 2). I l et 12.
LES COLLECTIONS DES EXEMPLARS 43*

décompte 2 pièces, parce qu'il a omis le Quodlibet de Pièce 22


Pecham, qui en fait occupait une pièce et demie) ;
dans p!, f. 60vb : XVI a pe a. Quodl. XI, a.6-7 : set eadem manent. I de sacra-
L'exemplar <I> 2 omet les a. 17-18 du Quodlibet VII, mentis gracie
et il rejette le Quodlibet VIII en fin de série (pièces La pièce est marquée dans Ba l, f. 90rb : hic finitur
22-24). Après la fin de l'a.16 du Quodlibet VII, il XXI a pe a. Dans P Sb, f. 64ra, la colonne se termine:
" passe donc au Quodlibet IX, dont la pièce 16 contient « set eadem manent de sacramentis », et la colonne
les 13 premières lignes. 64rb reprend : « De sacramentis» (D orné) : le scribe
a d'abord copié le « de sacramentis» qui se lisait en
réclame à la fin de la pièce 21, sans voir qu'il s'agissait
Pièce 17 du commencement d'une question, ce qu'il a vu
quand il a eu en mains la pièce 22.
Quodl. IX, a.l, arg.l, lignes 14-15 : qUla ems
potenciam I non adequat Il opus
La pièce est marquée dans Ba, f. 323 vb : XVII a pe a; Pièce 23
dans Ba 1, f. 70vb: hic finitur 14 a pe a (suppléer:
secundum nos; cf. pièce 16). Dans P 1, le f. 65 ra Quodl. VIII, a-4, resp., lignes 57-59 : uel ita quod
commence par les mots : « non adequat»; dans V 4, principia predicta non sufficiant I ad cognitionem Il
f. 36vb, on a en fin de ligne un point après « ade- acquirendam (texte de <I> 2, pour : « ad cognitionem
quat. » acquirendam non sufficiant »).
La pièce est marquée dans Ba l, f. 94va : hic incipit
XXIII a pe a. Le ms. Ba à la fin de la colonne 33 6va a
Pièce 18 oublié 2 colonnes de l'exemplar; à 336vb, il prend au
début de la pièce 23 : « ad cognitionem» (cf. plus
Quodl. IX, a.6, resp., lignes 74-75 : si angeli essent haut, p. 2*-3*). Dans le ms. P l, f. 88rblO, on a un
ex materia compositi, oporteret quod forme point après « cognitionem. », et l'écriture est nette-
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 74va : hic finitur ment plus fine à partir de « acquirendam ». Dans le
XV a pe a (suppléer : secundum nos ; cf. pièce 16); dans
ms. V 4, le scribe arrete sa copie au milieu de la
P!, f. 68vb : XVIII a. colonne sur les mots : « sufficiant ad cognitionem» ; le
bas de la colonne est blanc, blancs aussi les f. 47vb, 48
Pièce 19 et 49 : le scribe, qui n'avait pu se procurer la pièce 23,
a laissé la pIace pour la copier, ce qu'il n'a pas fait
Quodl. IX, a.14, ad 1, lignes 55- 56 : cum tamen (voir à la pièce suivante).
haberet propositum I continendi.
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 78va : hic finitur
XVIII (le scribe revient à la numérotation usuelle);
Pièce 24
dans pl, f. 72va: XIX pea; dans pSb, f. 75ra: ... Quodl. VIII, a. 12, argo 1, ligne 5 : Facere enim ele-
pecia (on lit nettement « pecia », mais le chiffre est pris
mosinam de superfluo
dans la reliure, très serrée).
La pièce est marquée dans Ba l, f. 98vb : hic incipit
XXIIII pe a. Le ms. V 4, après avoir omis la pièce 23,
Pièce 20 omet le premier tiers de la pièce 24, sans doute par
suite d'une erreur de pliage (cf. plus haut, p. 20*a).
Quodl. X, a. 5, resp., ligne 62 : secundum quod est
quoddam totum I potenciale
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 82va : hic finitur
XIX pe a. Dans Ba, f. 330rb, l'écriture est plus fine à
LES MANUSCRITS À PIÈCES
partir de « potenciale ».

Témoins de <I> l.
Pièce 21
As : Aucune pièce n'est marquée, mais on note un
Quodl. X, a.15, resp., lignes 36- 37 : unde [dicitur accident majeur à la pièce 14, et des changements
om. <I> 2] in II canonica Iohannis d'écriture aux pièces 2, 4 et 7.
La pièce est marquée dans Ba 1, f. 86rb : hic finitur O : Toutes les pièces sont marquées.
XX a pe a; dans P l, f. 80ra: XXI pe a. Dans P Sb, p : Toutes les pièces sont marquées.
f. 61 vb, le texte se poursuit jusqu'à notre ligne 43 p 7 : Il ne peut s'agir que de la copie des Quodlibets
(soit 5 lignes du ms.) : « Tercio ne ex familiaritate»; III-V, à savoir de la fin de la pièce 4 au début de la
le f. 6ua commence : « nostra aliis detur », et en face pièce 12. Aucune pièce n'est marquée, mais on note
de ces mots on lit, f. 6ual : < ... > pe a xx (l'inver- un affinement de l'écriture au début des pièces 9, lO,
sion « familiaritate nostra» est la leçon de <I> 2). I l et 12.
44* LES COLLECTIONS

Témoins de <I> 2 lection de Quodlibets de Noel < 1270 >, qui réunit
les Quodlibets disputés à cette date par Thomas
Ba : 50nt marquées les pièces 2,4,8,9 et 17. L'écri- d'Aquin et Jean Pecham. Ce n'est pas une innova-
ture s'affine au début des pièces 12 et 20. On note un tion : la collection indépendante avait dù en faire
accident remarquable au passage de la pièce 22 à la autant, et cette ordonnance doit remonter à un secré-
pièce 23. Et il faut ajouter la note du f. 340V : « pe taire de saint Thomas. Mais ce qu'il faut signaler ici,
.XXIIII. precium XVI ». c'est que la présence indue du Quodlibet de Pecham
Ba 1 : 50nt marquées les pièces 8, 9, lO, Il, 12, 16, dans les exemplars a entrainé un bouleversement de la
17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24. tradition issue des exemplars. On ne peut pas encore
E : 50nt marquées les pièces 4, 5, 6, 7, 8, 9, lO et parler de bouleversement lorsque le Quodlibet de
Il. Le manuscrit arrete sa copie à la fin du Quodlibet Pecham, reconnu comme tel, est simplement omis.
V, c'est-à-dire un peu après le début de la pièce 12. Par contre, il s'agit bien d'un bouleversement lorsque
p l : 50nt marquées les pièces 3, 6, 8, 9, lO, 13, 16, la restitution à Pecham de son Quodlibet entraine la
17, 18, 19,21. chute du Quodlibet VI de saint Thomas (auquel on
P 5b : 50nt marquées les pièces lO et 21 ; ajouter un étend par erreur cette attribution), erreur qui a été
accident de copie au passage de la pièce 21 à la pièce commise meme par un manuscrit copié directement
22. sur l'exemplar <I> 2, le ms. E, et surtout par l'ancetre
p 9 : Aucune pièce n'est marquée, mais on note un de la famille germanique tardive <I> 2Gg (cf. plus loin,
affinement très net de l'écriture au début de la pièce p. 121 *a). Un intermédiaire a rétabli le Quodlibet VI
Il, et divers signes marginaux au début des pièces 4, dans la famille <I> 2Gg, mais hors de pIace, en fin de
5, lO. Le manuscrit s'arrete à l'a. q du Quodlibet V, série, après le Quodlibet XI (devenu X) : le Quodli-
c'est-à-dire dans la pièce 11. bet VI devient ainsi le Quodlibet XI.
p 14 : 50nt marquées les pièces 2 et 3.
V4 : Aucune pièce n'est marquée, mais on a un
changement d'écriture au début de la pièce 8 et un
autre indice à la pièce 17. Mais, ce qui suffit à compter La co//ection des Quod/ibets du premier enseignement
ce manuscrit comme une copie immédiate de l'exem-
La collection des Quodlibets du premier enseigne-
plar, c'est l'omission de la pièce 23.
ment donnée par l'exemplar <I> 2 comprend les Quodli-
Ts: Les Quodlibets I-V de ce ms. pourraient avoir
bets : VII (a. 1-16), IX, X, XI et VIII. Elle est donc
été copié sur l'exemplar : indices aux pièces 6, 9, 12.
caractérisée par deux erreurs : l'omission des articles
17-18 du Quodlibet VII, et le rejet en fin de série du
Quodlibet VIII. La première erreur a été réparée par
P ARTICULARITÉS 29 descendants de l'exemplar, dont les 24 témoins de
DES COLLECTIONS PARISIENNES <I> 2Gg (qui suppléent VII 17-18 après avoir suppléé le
Quodlibet VI; cf. plus loin, p. 66*a). La deuxième
La co//ection des Quod/ibets du second enseignement erreur a été corrigée par les manuscrits du groupe
« britannique» (C 2, C3Lo l V6, C 103, 0 5, Gj1 V2,
Les exemplars parisiens placent en fin de serle, BoLw), mais à leur manière : ils placent le Quodlibet
après les Quodlibets I, II, III, IV, et V, la petite col- VIII en tete de série, avant VII.
Troisième partie

INTRODUCTION AUX QUODLIBETS EN PARTICULIER

LE QUODLIBET VII

La tradition du Quodlibet VII n'est pas uniforme: M8 : a.l et 5.


un petit nombre de témoins manquent à la question 6 V11 : a.l, 8, 9, I l , 12, 13.
(a.14-16), un plus grand nombre à la question 7 (a.17- W5 : table des a.I-16.
18). On a voulu tirer parti de ees divergenees pour Wb l : a.6, et a.lo (deux fois).
nier l'unité du Quodlibet. Il faut done examiner sépa- Wz : résumés des a.1-16.
rément et en détail ehaeune de ses parties.

RÉPARTITION DES TÉMOINS


LES QUESTIONS 1-5 (a. 1-13) La répartition des témoins (102 manuserits et !es
trois éditions Ed l , Ed 2 et Ed 3) est la suivante :
Les questions 1-5 (a.l-13) sont eontenues en 102
manuserits (en eomptant l'important fragment V 12 , Quodlibet VII
mais sans eompter les ms. Hr et Kn 2 , eopies d'édi-
tions) : a. 1-13
f: V
1. An b 20. Ce 41. Lb l 62. Pdl 83. V2 02Ve, DiPr
2. Ar 21. Di 42. Lb 2 63. P I 84. V
(1, 150 22. El 43. Lh 64. p4 85. V3 Groupes eontaminés rattaehés à DiPr
à lO, 50) 23. F3 65. P 5b 86. V4 fg : LPlObIn 1 Ed2, BIWb, MIM3 (1-7,28),
44. L
3. Av 24. F 45. LI 66. p6 87, V6 LIWrWr 2
4. Bb 25· Ff 46. L2 67, p8 88. V7 fp: Kr 6Kr 4Kr 5, SZWI, BuKr 2Kr 7, Kr l
5. Ba 26. Cf! 47. Li 68. pb 89. V8 Kr 3 Kr 8
6. Bai 27· Cf 4 8. Lo 1 69. P lOb 90. V9 Lh
7. BI 28. Hb 49. Md a 70. P 11 91. V12 (Nb(VI2, a.7,36-11,1l) F)
8. B2 29. He 50. Mg 71. Pr (a·7- 11 )
9. B 30. In 1 51. Ma 72 .Pr l 92. Ve
lO. Bu' 31· ] 52. M 73. Pr 2 93. Wl ~ : Mdap b, VaLi
Il. Bg 32. Kr I 53. MI 74. R 94. W2 Bg
12. Bu 33. Kr 2 54. M3 75. Rn 95. Wb <}) 2 : BaBa IP IP 5b V 4
13. Bui 34. Kr 3 55. M4 76. Si 96. Wr Ar (1,172 à lO, 62), PdPdlp4p6V3
14. Bs 35. Kr 4 56. Nb 77. Si 97. Wr l An bBBwCeCjL 2, MIM3 (7,28-13), Nhp8,
15. Cn 36. Kr 5 57. Nh 78. SZ 98. Wr 2 R V9, SiHeUt, V8
16. Cc 37. Kr 6 58. 0 2 79. Ts 99. Wr 3 Groupes dérivés
17. CI 38. Kr 59. 0 3 80. Ua 100. Wr 4 <})2F: F3Rn, CnPIISi
18. C2 39. Kr 7 60.05 81. Ut 101. Wr 5 <})2B: C c 05, C3V6L o l, C2, C I03, CflV2
19. C3 40. Kr 8 61. Pd 82. Va 102. Wr 6
<})2G: B2EIHbLb l , MUa, MgV7Wr 5 Wr 6,
On peut eneore mentionner quelques témoins frag- Ed l , Ed 3
mentaires, dont nous n'avons pas tenu eompte : l 2 4
Pr , KrPr Wr Wr Wr 3 l
Bo : abrégés des a.l, 2, 3, 5,7, lO, Il, 12, 13 Groupe eontaminé, dérivé de <}) 2G
F5 : simple note extraite de l'a. 1. <})2g: BbFfJM4W2, BulMa, Lb 2
Lw : eorps des a. I-I I. (Ts( Av)Bs)
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

LES DEUX FAMILLES : r et Ll Nh: ita se habet MdapbVaLi, Bg, <l>2(-Nh; hom.om. Ar,
pr.m. p 8), TsAvBs, nee non fg, fp
Les témoins semblent se répartir en deux familles, [lO] a.2, Resp., 52 scilicet quando (inu. Lh)VA, 02Ve,
que nous appellerons r et Ll. Cependant, les contours Dlpr, fg (scilicet om. BI), fp (quando om. Kr 3), Lh, nee non
TsAvBs: quando etiam MdapbLi (deest Va), Bg, <1>2 (etiam
des deux familles ne sont pas toujours nets, ce qui
quando Ccos : etiam om. V8CIEd IEJ3 : 52-53 scilicet-
s'explique sans doute parce que, à part le ms. V, intelliguntur hom.om. C3, quod per plura intelliguntur suppl.
aucun témoin n'est vraiment ancien : la contamination Lo l), nee non NbF
a eu le temps de jouer.
[11] a.2, Resp., 57 similiter VA, 02Ve, DIPr, fg (s' LI:
Voici que1ques variantes caractéristiques, re1evées sicut WrWr 2), fp, Lh : om. MdapbVaLi, Bg, <1>2, TsAvBs,
aux a.1-2 et 6-13 : nee non NbF
[1] Pro!., 1 De tribus (Deinde Ve) quesitum est VA, [12] a.2, Resp., 86 in actum reducitur VA, 02Ve, DIPr,
02Ve, DIPr, Lh, NbF : Quesitum est de tribus fg, fp, mg. Lh, NbF, nee non C3V6 : reducitur (-cuntur V8) in actum
sup. Kr: Tria quesita (inquisita LI) sunt pbVaLi, Bg, Bw, MdapbVaLi, Bg, <1>2(_ C3V6), TsAvBs, nee non fg (ad
TsAv : Tria (Tercia Pdl) sunt quesita Bs, Md a, <I> 2 (- Bw). actum WrWr 2), fp
- «De tribus», suivi de trois «quedam pertinancia» [13] a.2, Resp., 95 Et VA, 02Ve, DIPr, fg, fp, Lh,
constitue une anacoluthe (figure familière à saint Thomas, NbF : om. MdapbVaLi, Bg, <1>2 (Pro Et similiter in intel-
mais ici un peu rude); les mss Kr l Kr 3Kr 8 (et mème Lh lectu hab. et intellectu P 11 : similiter et intellectu ceos : in
pour le troisième) ont corrigé «de quibusdam pertinenti- intellectu Kr : In intellectu uero Pr 2Wr4Wr3Wr l ), TsAvBs.
bus»; la correction «Tria quesita sunt» est plus écono- [14] a.2, Resp., 97-98 quando actu intellecte sunt VA :
mique, et il n'est pas impossible qu'elle soit de saint Tho- quando sunt actu intellecte 0 2 Ve, DIPr, fg (actu om.
mas lui-mème. LI WrWr 2), fp : actu intellecte F : quando actu intelligit
[2] a.l, arg.l, 23-24 cognoscere non potest aliquid deter- MdapbVaLi, Bg, <1>2 TsAvBs, nee non Nb (qui primo ser.
minate MdapbVaLi, Bg, <1>2, TsAvBs : cognoscere determi- aliquando sed ali exp.) : deest Lh (96-98 similitudines -
nate aliquid (inu. Lh) non potest VA Lh : non potest sunt 2 hom.om.)
cognoscere determinate (inu. DIPr, fp) aliquid 0 2 Ve, DIPr, [15] a.2, Resp., 115-116 in quantum huiusmodi sunt
fg (determinate om. In IL IWrWr 2), fp: cognoscere deter- VA, 0 2 Ve, DIPr, fg(-L, pr.m plob : sunt huiusmodi
minate non potest aliquid NbF. - Le modèle de f avait L IWrWr 2), fp, Lh, nee non TsAvBs : in quantum sunt
peut-ètre suppléé «non potest» en marge, d' OÙ la disper- huiusmodi sunt <I> 2g : in qantum sunt Mdap bVaLi, Bg,
sion de la famille. RV9, nee non NbF, L,pr.m. plOb: insunt <l>2(-RV9: sunt
[3] a.l, arg.4, 53-54 duplici medio indiget VA, 0 2 Ve, BGfSiHeUt, <I> 2F, <I> 2B [hom.om. C 3], <I> 2G)
DIPr, fg, fp, Lh, NbF : duplici indiget medio [16] a.2, Resp., 120 figure plures VA, DIPr, fg, rp :
MdapbVaLi, Bg <1>2 (indiget duplici [+lumine expo V9] plures fugure Lh : plures figure CcOS : forme plures 02Ve :
medio R V9 : duplici indigeat medio W2 : duplici medio plures forme Mdap bVaLi, Bg, <I> 2(_ CcOS), TsAvBs, nee non
[indiget om.] Ce : deest CI), TsAvBs. NbF
[4] a.l, Resp., 134 ipsa V4, 02Ve, DIPr, fg, Lh. eorr. [17] a.2, ad 5, 164 in quodam VA, 02Ve, DIPr, fg, rp,
N b, F, nee non Li, Bg, BwHeUt, SI, <I> 2B, <I> 2Gg, TsAvBs : in Lh, nee non C3Lo IV6: sicut in quodam MdapbVaLi, Bg,
ipsa MdapbVa, NhRV9Si, nee non primo Nb : in ipso <l>2(-C3Lo IV6, primo V2) TsAvBs, nee non NbF (sicut
<I> 2(_ BwNhR V9HeUtSI, <I> 2B, <I> 2Gg) : leçon double fp (cf. suppl. Ed SSS )
plus loin, p. 51 *a). L'addition de « in» est une faute facile à [18] a.6, arg.3, 28 in diuinis MdapbVaLi, Bg, <1>2 (om. Ce:
corriger. , indiuiduis LP) : in deo TsAvBs : om. Vrn, Lh, NbF : in
[5] a.l, ad l, 152 unde VA, 0 2 Ve, DIPr, Lh, ?pr.m. Nb: diuinis suppl. Q2Ve, MIM3 : in deo suppl. DIPr, fg(-MIM3 :
nam MdapbVaLi, Bg, <1>2 (non pro nam Pr l ), TsAvBs, nee multo pro in deo Wb), fp (+ et : et del. sec.m. Wl)
non see.m. Nb, F, fg, fp. - La confusion de «un» (unde) [19] a.6, Resp., 38 ibi V m, 02Ve, DIPr, fg(-InIWb),
et de « nà» n'est pas rare; cf. a.2, ad I, 13 8 unde] Nam Lh; fp, Lh, neenon TsAvBs, Bw: om. MdapbVaLi, Bg, <l>2(-Bw:
ad 4, 157 unde] nam see.m. Nb, F. hom.om. An b, B,R, pr.m. 03), nee non NbF
[6] a.l, ad 4, 179 quam ipsum lumen VA, 02Ve, DIPr, [20] a.6, ad 2, 51 non] et non Vrn, Lh, NbF, nee non
fg, fp, Lh, nee non <l>2g TsAvBs : om. MdapbVaLi, Bg, An b, KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l
<I> 2(_ <l>2g), nee non N bF.
[21] a.8, Resp., 40 set Vrn, Lh, NbVI2, nee non MUa :
[7] a.l, ad 4, 179 ut VA, 02Ve, DIPr, fg (ut uideatur om. 02Ve, DIPr, fg (hom.om. In l ), fp (et add. see.m. Wl),
om. MIM3), fp, Lh, NbF, nee non V3RV9, <l>2Gg (om. El) F: et MdapbVaLi, Bg, <l>2(-MUa), TsAvBs,
TsAvBs: quod MdapbVaLi, Bg, <1>2(_ V3R V9, <l>2Gg) [22] a.8, Resp., 58 uero MdapbVaLi, Bg, <1>2 (hom.om.
[8] a.2, arg.l, 5 est magis contracta (coartata Lh) quam Cn), TsAvBs : om. Vrn, 02Ve, Lh, NbVI2 : autem suppl.
VA, 02Ve, DIPr, fg, fp, Lh, nee non <l>2g (quam om.) : cli DIPr, fg, fp, F
(tn F) exigit tam càta (creata F) quam NbF : inferior est [23] a'9, arg.4, 30 potest accipi Vrn, Lh, NbVI2F : est
MdapbVaLi, Bg, <l>2(-HeUt, <l>2g), TsAvBs : inferior est accipere 0 2Ve, DIPr, fg, fp, nee non HeUt, <I> 2g : 30- 33 quia
siue magis contracta HeUt : est inferior et magis contracta - factum est hom.om. MdapbVaLi, Bg, <1>2 (suppl. <l>2g,
Ed Sss . - La leçon de d : « inferior est» semble ètre une partim HeUt : 30-35 quia - factum est, est hom.om. B2,
correction intentionnelle, peut-ètre due à saint Thomas lui- KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l ), TsAvBs
mème. [24] a.9, Resp., 80 et] sicut et Vrn, Lh, NbVI2F: sit DI:
[9] a.2, arg.3, 16 ita VA, 02Ve, DIPr, Lh, NbF, nee non et sit Pr
LES QUESTIONS I-j (A.I-q) 47*

[2j] a.9, ad 4,124 esse MdapbVaLi, Bg, <11 2 , TsAvBs, nec comme des fautes 5 leçons de la famille r (n. 18, 22,
non Pr, fg, fp : om. Vm, 02Ve, DI, Lh, NbVI2F 24, 25 et 26), mais 5 leçons aussi de la famille Il (n. 4,
[26] a.lo, Resp., 80 unde] Uli uii Vm: unii uii (= unum lO, 15, 23 et 3O). En trois cas, les deux familles
unde) DIPr, NbVI2 : vii tm (? vnde tantum) Lh : unum donnent des textes notablement différents, dont cha-
terminum et TsAvBs cun a sa valeur propre : ils ne semblent pouvoir s'ex-
[27] a.11 (Q.j, pro!.), 6 punientur Vm, DIPr, pliquer que par l'intervention d'un réviseur, et rien
fg(-LIWrWr 2), 5Z, Lh, NbVI2F : puniantur 0 2Ve, n'exclut que ce réviseur ait pu ètre saint Thomas lui-
LI WrWr 2, fp(- 5Z : premiantur Kr 8) : puniendi sint (sunt) mème. En ce cas, le texte r représenterait le texte
MdapbVaLi, Bg, <11 2 (punienda C3Lo l, <1I 1Gg[-Ed 3]), primitif, conservé par des copies privées (y compris la
TsAvBs copie que saint Thomas a fait faire par ses secrétaires),
[28] a.ll, arg.4, 37 in omnibus dampnatis Vm, DIPr, et le texte Il représenterait le texte revu pour ètre
Lh, N b (deest V12, om. F) : si propter peccatum (om. remis aux libraires.
TsAv) omissionis (- nes TsAv : + solum P b) aliquis damp-
netur (-natur, -naretur) MdapbVaLi, Bg, <11 2, TsAvBs, nec
non 0 2 Ve, fg, fp. - Il ne peut s'agir que d'une correction
intentionnelle, dont l'auteur peut etre saint Thomas lui- STRUCTURE DE LA FAMILLE r
meme.
[29] a.ll, arg.4, 37-38 nec diuina iusticia Vm, DIPr, Lh, Il nous faut maintenant examiner la structure de
Nb: diuina iusticia non MdapbVaLi, Bg, <11 2 , TsAvBs, nec chacune des deux familles, et d'abord la structure de
non 02Ve, fg, fp, F la famille r.
[30] a.lI, arg.4, 39-40 ergo relinquitur (requiritur DIPr) Cette fa mille semble se diviser en trois branches : le
quod sint corruptibilia Vm, 02Ve, DIPr, Lh, NbF : om. groupe V,02 Ve,DIPr, rg, rp, le manuscrit Lh et le
MdapbVaLi, Bg, <11 2 , TsAvBs, nec non fg, fp groupe Nh (VI2) F.
[31] a.q, S.C.2, 20 Item 02Ve, DIPr, Lh, NbF: Vel (?
VI' pro lt') Vm: Preterea MdapbVaLi, Bg, <11 2 , TsAvBs, nec Le groupe V, 02Ve, DIPr, rg, rp
non fg, fp.
[32] a.q, ad 2,49 uermis et fletus Vm, 02Ve, fg, fp, Nous recueillerons d'abord quelques leçons qUI
Lh, NbF, nec non Bs: fletus et uermis MdapbVaLi, Bg, <11 2 semblent établir l'unité de ce groupe :
(uermes C 103 , <1I 2g[- Lb 2]), TsAv, nec non DIPr
[1] a.l, ad 3, 170 glorie lumen] inu. VA, 02Ve, DIPr,
Dans la famille r fait difficulté le groupe fg, fp, nec non Ns, BwRV9CnV6, <1I 2Gg
Nh(VI2)F: s'illit 21 fois avec r, illit 7 fois avec Il [2] a.l, ad 4,179 ad hoc] om. VA, 02Ve, DIPr, fg, fp
(n. 6, lO, 11, 15, 16, 17, 19), et en 4 cas il est hésitant : [3] a.l, ad 3, 180 patet ex dictis (predictis LhN b F 3 Rn)]
au n. 4, le ms. Nh a d'abord ajouté « in », avec Il, ex dictis (predictis VA) patet VA, 02Ve, DIPr, fg, fp, nec
avant de l'exponctuer; au n. 5, le ms. Nh semble non F, pb, RV9
avoir d'abord écrit « un» (= unde), avec r, avant de [4] a.2, arg.3, 18 in habitu 2] om. VA, 0 2 Ve, DIPr :
le corriger en « na» (= nam), avec Il, que donne le suppl. post cognoscit (intelligit In l) fg, fp
ms. F; au n. 29, Nh lit avec r, F avec Il; au n. 14, F [j] a.2, s.C., 39 solum] om. VA, 02Ve, DIPr (suppl. fg,
a retenu en partie la leçon de r : « actu intellecte» (il fp)
omet « quando sunt»; le ms. N b a d'abord écrit : [6] a.2, Resp., 70 actu VA, 02Ve, DIPr, fg(-In l ), fp,
« aliquando actu intelligit », avant d'exponctuer « ali », nec non <1I 2g(-Bu l ) : om. cetI (70-71 actu - plura hom.om.
pour retrouver la leçon de Il : « quando actu intelli- NbF)
git» : son hésitation est peut-ètre la trace d'une cor- [7] a.2, Resp., 72 autem DI, Wb, sec.m. P IOb, fp, cum cetI
rection appelée par le mauvais état du modèle. Hypo- (om. Lh: etiam F: in- Ar: desunt Bs, LI)] enim VA, 02Ve,
thèse confirmée par le n. 8 : N b F retiennent en effet Pr, fg(- Wb : om. pr.m. P !Ob)
ici une transcription inintelligible de la leçon de r : [8] a.2, Resp., 101-102 Augustinus dicit] inu. V A, Ve,
« est magis contracta quam» est devenu « cii exigit DIPr, fg, fp, nec non Bs, B5i (desunt Gf, CCOS)
tam cata quam» (le « cii» lui-mème est une mélecture [9] a.2, Resp., 109-110 perfecte informetur] pIene (exp.)
banale : e = est, lu c = cum); l'attention du correc- informetur perfecte VA: informetur perfecte 0 2 , DIPr, fg,
teur s'est relachée, il n'a pas songé à recourir à Il, qui fp : formatur perfecte Ve. - La correction de l'erreur
offrait une leçon toute différente, mais limpide : attestée par V A peut expliquer l'inversion.
« inferior est ». [IO] a.2, ad 4, 160 patet ex dictis (pred- Lh, Gf!)] ex
Dans la famille Il, c'est le groupe TsAvBs qui dictis patet VA, 0 2 Ve, DIPr, fg(-InIWb), nec non F,
donne des signes de contamination : il lit avec r six TsAvBs : uar. fp (patet om. Kr 6Kr 4 : suppl. post ex dictis
fois, et toujours dans des cas où la leçon de r est la KrsBuKr2Kr7Kr3Kr8, ante ex dictis 5ZWI, tenetur ante ex
bonne leçon, ou peut passer pour telle (n. 4, 6, 7, lO, dictis suppl. Kr l)
15, 19)' [11] a.2, ad j, 164 unde] et ideo VA, 02Ve, DIPr, fg,
Il est difficile d'apprécier la valeur des deux familles : fp, nec non Gf! : ergo <1I 2g (unde non est simile om. He)
dans la plupart des cas, leurs leçons sont de valeur [12] Q.3, pro!., 4 circa hoc] om. VA, 02Ve, DIPr, fg,
égale. Il semble pourtant qu'on doive considérer fp (suppl. Kr 1Kr 3Kr 8)
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

[13] a.8, Resp., 65 et (et sic TsAvBs: et ideo fg, fp : signe /I /I ) 21 intelligibilis] cognoscibilis (exp.)
quia Nh, <l> 2B[_ C2, Gj1 V2 : unde Lo l], <l> 2Gg)] set Vm, intelligibilis Resp., 44 unum intelligibile] inu.
02Ve, DI (om. Pr), nec non Lh, M1M3 54 primo] p is praem. expo 70 intellectum] intellectus
praem. expo 7°-71 intelligere primo VA, sed ordinem mutat
signo /I /I : primo intelligere Md aP b VaLi : intelligere
Le manuscrit V (Vat. lat. 781) primo cet! 71 res] om. (suppl. mg. sec.m.) 76 aqua
et] + aer (exp.) 77 dispositiones ad utrumque quan-
Le P. Antoine Dondaine a mis en évidence l'impor- tum ad] dispositiones quantum ad utrumque quantum ad
tance du ms. Vat. lat. 781, écrit à Paris avant l'au- (le texte semble avoir été corrigé de première main en deux
tomne de 1259 dans le scriptorium de saint Thomas (1). étapes : d'abord l'ordre a été rétabli par le signe l/ /I
Mais, si ce manuscrit contient le Quodlibet VII, c'est, devant quantum 1 et ad 1, mais la correction étant peu claire,
- du moins en ce qui concerne les a.1-16 (nous quantum 1 a été exponctué et récrit en pIace) 90 in
thesauro] in potencia praem. expo 92 potenciam sensi-
reviendrons plus loin, p. 65*-81* sur les a.17-18),-
tiuam] speciem sensitiuam potenciam (<< spem» semble ètre
dans son célèbre « cinquième» cahier, cahier qui assu- une faute de lecture pour «po am »; «potenciam» a été
rément a été entre les mains de saint Thomas et a été rétabli après «sensitiuam », mais «speciem» n'a pas
écrit par ses secrétaires, mais qui n'en est pas moins été annulé) 111 corpus] bis 114 ordinantur ad
distinct de la partie principale du ms. Vat. lat. 7SI : perficiendum in esse] ordinantur ad perficiendum in
tandis que cette partie principale contient les ques- ordin (exp.) esse Ad 1, 122 ergo] igitur (obsc. F, V4)
tions II-XXII De ueritate écrites sous la dictée meme 13 1 ad] a cl (= aliud) praem. expo 140 omnes lineas]
de saint Thomas, et se trouve ainsi etre la source unam lineam praem. expo 142 in] p (exp.) I S.U. pr.m. (la
unique de toute la tradition de cette partie du texte, le confusion de «per» et de «in» peut ètre· une hésitation de
cinquième cahier contient des pièces copiées, dont lecture) Ad 4, 159 contrarie] hnt (exp.) 5rie (la pre-
mière graphie, qui devrait se lire « habent », est surchargée :
plusieurs ne sont pas de saint Thomas. Le P. A. Don-
le scribe a d'abord tenté de la corriger)
daine a montré notamment que le texte de la question
I du De ueritate contenu dans ce cinquième cahier est, a. 3, arg.l, 9 singulare] uniuersale particulare (exp.) sin-
gulare (s.u. et mg. pr.m.) ; le groupe TsAvBs lui aussi a écrit
non pas un texte dicté, mais un texte copié non
«particulare», appelé par le contexte (cf.ligne 7) arg.2,
exempt de fautes, et qui n'est pas la source de la tradi-
tion. Il y atout lieu de penser qu'il n'en va pas autre-
24 contra] + quod cancell. arg'3, 35 cui] +
j (un jam-
bage long, barré) argo 5, 53 oportet] avant «oportet »,
ment pour le texte du Quodlibet VII. on note un p (barré) : le scribe avait peut ètre commen-
Nous allons relever les leçons propres du ms. V. cé à écrire «P3» (= patet), au lieu de «03» (= opor-
Nous distinguerons VA, ç'est-à-dire la partie du texte tet) Resp., 79 similitudo] ali praem. expo (faute de lec-
écrite par le secrétaire A, et Vm, c'est-à-dire la partie ture pour «sill < tudo > », aussitot rectifiée) 84 species
du texte écrite par le secrétaire m : ergo] + potest esse principium cog (barré) 100 indu-
cit] bis (le premier exponctué) 116 ab arte] ar praem.
VA expo (le scribe s'aperçoit qu'il a oublié «ab ») 119 quia]
Pro!., 5-6 Circa substancias spirituales querebatur primo bis (le premier barré) 128 pluralitas] pluraritas
de cognitione earum] Circa primum querebatur primo de 130 essencie] eee (exp.) eene 141 obseruato quod] q
cognitione substanciarum spiritualium Q.l, pro!., lO praem. cancell. (avait oublié «obseruato ») Ad 1, 161 de
Circa primum] +etiam 17 non] om. nouo] d'ino (ino exp.) nouo (le scribe avait d'abord lu
a.l, tit., 21 inmediate uidere] inu. (avec 0 2 Ve, In I, Bg, « diuino»; le scribe de Lh fai t la mème faute un peu plus
Cn) arg.2, 35 ergo] igitur arg'3, 43 set lumen] loin, Ad 2, 195) 165 secundum] primo om. supp!. S.U.
lumen autem 47 predictum] dictum arg.4, 51 ita pr.m. 187 est effectus] eff praem. expo
se habet] se habet ita Resp., 7°-71 in patria inmediate] a.4, arg.2, lO suo subiecto] sue sb'e praem. expo (<< sue
inmediate in patria 71 glorificato] creato (avec sec.m. substancie» ne peut-ètre qu'une faute de lecture : «sb'e»
p IOb, Wb, TsAvBs : conjecture spécieuse) 71 uidetur] pour «sb'o») arg.3, 18 figura] da praem. expo (le scribe
uidebitur 78 medium] om. 91 eius in oculo recep- a d'abord surchargé «da» = differencia, pour en faire
tam] receptam in oculo meo (c'est la seule leçon qui ait une «fi a» = figura, avant d'exponctuer et d'écrire nettement
saveur d'authenticité) 102 suis] om. (avec 02Ve, Wr 2, «fi a ») S.c. 20 accidens] + ergo etc. (barré : le scribe
Cn) 106 diuine] diuina (faute évidente) 123 essen- était d'abord passé à la ligne 21, où il lit avec sa famille
ciam diuinam] inu. (avec V9, Mg) 139-14° simul «ergo etc.» pour «ergo et noticia ») Resp., 27-28 sensi-
et lumen] et lumen simul ad 1, 142 ergo] igitur tiuam prout] sensibilem prout praem. cancell. 58 patet
145 alio modo] secundo (avec SI : correction spécieuse, solutio ad obiecta] patent obiecta omnia
pour la symétrie, après 144 primo) ad 2, 168 fit] fia a.5, arg.l, 7 perfecta fruitio] lacune d'environ 7 let-
(exp.) fit tres avant «fruitio» (je vais revenir sur cette leçon,
a.2, arg.3, 19 ergo] + et (avec 02Ve) arg.4, 20 Pre- p. 49*b-50*a) arg.l, 8 non] n praem. cancell. Resp.,
terea. Ad] ad preterea (l'ordre est rétabli par le 39 alias] ala (exp.) alias (perscr.)

1. Antoine Dondaine, Secrétaires de saint Thomas, Romae Ad Sanctae Sabinae, 1956; S. Thomae de Aquino, Quaestiones disputatae de ueritate,
éd. Léonine, t. XXII 1, Préface, Rome, 1975, p. 44*-61*. Cette datation s'applique évidemment au corps principal du manuscrit : plusieurs
mains sont intervenues après coup, notamment la main g, qui cite la la Pars (Secrétaires, p. 63, § 2 et p. 75), et, nous le verrons, la main p
(cf. plus loin, p. 76*).
LES QUESTIONS 1- 5 (A. 1-13) 49*

Vrn tions, qui ne peuvent guère s'expliquer que par la


a.6, lO inmensitas : à partir de ce mot, le texte est copié lecture : il est facile de confondre les graphies abré-
par le secrétaire m. gées de certains mots dont la prononciation est dif-
a.7, arg.l, 6 compositio] om. (avee pr.m. Nb) 7 subs- férente (a.l, 168; a.2, 9 2,13 1,142,159; a'3, 53,79,
tancie] substancia (avee pb, ?pr.m.MdaVa; à comprendre 161; a-4, lO, 18; a'13, 20, 50).
comme un ablatif?) Resp., 20 potencialitatis] -tes Nous nous arrèterons un instant sur un cas qui
a.8 (Q.4, Prol.) 2 hoc] om. S.C.25-26 corporis] + a montre que, si le ms. V est proche de l'originaI, il
(exp.) 31 contineatur] continetur Resp., 68 illius] n'est pas l'originaI dicté, ni la source de la tradition.
alicuius praem. (non del.) A l'artide 5, arg.l, lignes 6-8, nous avons écrit :
a.9, Resp., 100 neque 2] + sit (exp.) Ad 2, 1°4-1°5 Anima enim Christi perfecte fruebatur; set non esset per-
tempori] tempore 107 tamen non] n (exp.) tamen non fecta fruitio si ad essenciam anime non perueniret ...
(non tamen TsAv : non ... tamen [POSI sequitur] Bs) Ad
3, 110 instans] tempus praem. (non dei.) Mais, à la ligne 7, aux mots «perfecta fruitio », la
a.l0, arg.l, 9 habent] habet s.e., 41-42 quantitate] tradition est très partagée :
qualitate (avec Nb, pr.m. Pb) Resp., 69 quel quia fruitio VA
praem. expo Ad 3, 91 careat] carent Ad 4, 95 perfecta fruitio 02Ve, DIPr, rg, rp, see.m.Nb, F, TsAvBs
quod] + deus (exp.) Ad 4, 96 comparatur] comparata perfruitio Lh, pr.m.Nb, MdapbVaLi
creatur (comparata NbV12F) fruitio Bg, <1> 2(_ Gf, <1> 2B, <1> 2Gg)
a.ll (Q. 5, Prol.), 4 sint] sit arg.2, 21-22 set perpetui- perfecta fruitio <1> 2B (fruitio om. Lo 1V6, 0 3 : hom.om. C 3 )
tas] om. 23 in peccato] inpetrato arg.3, 28 operan- fruitio perfecta Gf, <1> 2Gg (dees! Hb)
tis] 9pantis (= comparantis) s.c.44 corruptio] cor 9 (=
corpus), au lieu de cor o Resp. 49 conseruabit] conside- Débarrassons-nous des leçons secondaires : le
rabit 52-53 esse poterit] erit praem. expo 55 ab «fruitio» de Bg, <1> 2 (branche principale) est une cor-
igne] ambig e passione] om. Ad 1,64-65 etiam per rection maladroite destinée à éliminer le rare « perfrui-
naturam erunt in-] et per numerum erunt in- (semble avoir tio », attesté par les meilleurs témoins de la fa mille ~,
été suppléé de première main, sur un blanc) Mdap b VaLi; «perfecta fruitio» «druitio perfecta »)
a.12, tit., 3 dampnatorum] dampnatur arg.l, 6 uirtu- est la bonne correction imposée par le contexte et
tis perfecte] p praem. expo (anticipation de adoptée par les branches dérivées des deux familles r
«per<fecte> ») s.e., 10-11 per hec] om. Resp., 18 et ~.
resurgent] resurgerent Restent les leçons primaires : la leçon de VA, un
a.13, S.C.2, 20 Item] ve! (vi' pourit'?) Resp., 33 uer- blanc d'environ 7 lettres suivi de «fruitio », et la leçon
mem] rationem Ad 2, 50 posset] possent diuina] « perfruitio ».
d'icia La leçon «perfruitio» est la mieux attestée : c'est la
leçon des meilleurs témoins de la fa mille r (en dehors
On chercherait en vain dans les leçons de V que de V), Lh et la première main de Nb, et des meilleurs
nous venons d'énumérer une de ces corrections d'au- témoins de la famille ~, MdapbVaLi. Le mot «per-
teur que le P. Antoine Dondaine a relevées dans la fruitio» existe, mème s'il est rare: on le lit 3 ou 4 fois
partie dictée du ms. Vat.lat.78I, corrections qui juste- chez saint Augustin (1), cinq fois chez saint Grégoire (2),
ment prouvent qu'il s'agit d'un texte dicté par l'au- trois fois chez saint Thomas. Il est possible qu'il ait
teur lui-mème. A peine peut-on noter à l'artide 1, deux fois chez saint Thomas le sens fort (appelé par le
ligne 91, une variante intéressante, et à l'artide 3, 84, préfixe « per ») de «jouissance parfaite» : dans le
quelques mots qui peuvent ètre les restes d'une pre- commentaire sur le troisième livre des Sentences (d. 10,
mière rédaction (mais on relève des restes de ce geme q.2, a.l, soLI; ms. Vat.lat. 9851, f. 24Vb3) il est en
clans les manuscrits qui dérivent de l'autographe de la effet question de la jouissance gue Dieu a de lui-
Somme contre les Gentils). Dans l'ensemble, les leçons mème (3), et dans la Ila Ilae, q'139, a.l, ad 2, il s'agit de
de V ne dépassent pas le niveau de celles qu'on peut la jouissance de la fin dans la vision béatifique. Mais
attendre d'un scribe moyen. Quelques-unes assuré- dans le commentaire sur le troisième livre des Sen-
ment sont d'une valeur égale à celles du reste de la tences, d.27, q.2, a.l, ad 11 (9851, f. 70vb21), la «per-
tradition (par exemple les inversions, a.l, 21, 51, fruitio» est la simple jouissance mutuelle que deux
7°-7 1, 123, 13 9-14°; 2, 44), mais plus souvent ce sont amis trouvent dans la présence de l'un à l'autre. Quoi
cles fautes (a.l, 106; a.lo, 96; a.11, 21-22, 23,44,49, qu'il en soit, mème si elle était contenue dans le mot
64-65; a.13, 33), et mème des fautes, ou des hésita- de « perfruitio », l'idée de perfection n'y était pas assez

1. S. Augustin, De Trin., VI x (CCSL 50, p. 242, avec l'apparat critique); Ep. /02, 27 (CSEL 34, p. 568); Serm. post Maurinos rep., XIV 7
(P.L., 46, 860 : « ut sitis beati in perfruitione illius aeternitatis »); De doctr. cbrist., I XXII 20 (CCSL 32, p. 16,9-10, avec l'apparat critique).
2. Dans une seule cruvre, S. Gregorii Magni ... In librum primum Regum (CCSL 94, p. 114, ligne 2353 ; p. 179, 2272; p. 209, 220; p. 216,
4 8 5 ; p. 349, 20 7 8).
3. Si on lit le texte dans S. Thomae Aquinatis ... Scriptum super Sententiis ... , t. III, recog. M. F. Moos, Paris, 1933, p. 342, n. 69, on
rétablira « perfruitio », au lieu de la fàcheuse correction « per fruitionem» : l'autographe de saint Thomas est conservé, et ne laisse aucun
doute!
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

évidente pour assurer la clarté, ni mème la cohérence Lh)] uideat 0 2, DIPr, fg, fp Resp., 101-102 essenciam
du raisonnement. En outre, si « perfruitio » avait été la diuinam ... cognoscimus] essenciam diuinam ... cognoscitur
leçon originale, la longueur du blanc laissé par V ne 0 2 : essencia diuina ... cognoscitur DIPr, fg, fp, nec non
s'expliquerait pas : il compte environ 7 lettres, alors Lh Resp., 105 erit] est 0 2Ve, DIPr, fg, fp(-Kr l
que pour écrire « per », il n'en fallait qu'une seule, un Kr 3Kr 8), nec non NbF, C3V6 Resp., 109 rem] +
illam
02VeJ DIPr, fg (illam rem Wr 2), fp Resp., 110 uideri
p barré.
inmediate] inu. 02Ve, DIPr, fg, fp Resp., 125 erit] est
On est ainsi amené à penser que l'originaI portait 0 2Ve, DIPr, fg, fp (erit sec. m. Wl), nec non NbF
bien le mot « perfecta », mais rendu difficile à lire par Resp., 127 nunc] om. 02Ve, DIPr, fg (suppl. loco fp : hab.
quelque accident d'écriture (une pIume qui bave, un post necessarium Bg, $2: non primo, del. Nb, om. F)
parchemin qui accroche ...), d'autant plus que, devant Resp., 128-129 essencia diuina] inu. 02Ve, DIPr, fg(-LI
« fruitio », « fecta» pouvait avoir l'air d'une dittogra- WrWr 2), fp, nec non 0 5 Resp., 132-133 glorie lumen]
phie : « pfda fruito ». Le secrétaire A, qui a copié le inu. 02Ve, DIPr, fg (glorie om. Wb), fp, nec non TsAvBs,
ms. V, a renoncé à lire « perfecta » et a laissé un blanc Cn, Lb 1Pr 1, $2g Resp., 134 diuinam essenciam] inu.
de 7 lettres : peut-ètre se proposait-il de combler la 02Ve, DIPr, nec non TsAvBs, F Resp., 134-13 5 diuina
lacune après avoir consulté frère Thomas, ce qu'il n"""a essencia] inu. 02Ve, DIPr, fg (dinina om. L), fp Ad 1,
146 autem] om. 02Ve, DIPr, nec non NbF Ad 1, 162
pas eu le loisir de faire, preuve que le texte n'était pas
causa est] inu. 02Ve, DIPr, fg, fp, nec non Bw, F 351: est
dicté. Moins scrupuleux, les autres scribes se sont
om. Mg
contentés de « per », qu'ils pouvaient déchiffrer, en le
liant à « fruitio» : l'apparition du mot « perfruitio» est V oici maintenant les leçons propres à la branche
tout accidentelle, et il ne pouvait en ètre autrement; 02Ve, à l'artide 1 :
on n'imagine pas plusieurs scribes introduisant dans
arg.2, 4°-41 mediante sua similitudine] similitudine
le texte, indépendamment les uns des autres, un mot
mediante argo 3, 47 beatitudo creata] beatitudo (creata
aussi rare, et aussi mal adapté à leur propos.
om.), avec Mg, Pr 1 arg.4, 57 uidebit] uidet S.C.2,
61 uidetur requiri] requiritur 64-65 intellectui etiam
Le groupe 02Ve, D/Pr, rg, rp presens est] est etiam presens intellectui Resp., 82 hoc]
Après le groupe de l'exemplar parisien, ce groupe om., avec pr.m. Ts, Av, C3V6 83 alterius] alicuius,
avec Wb 92 uisus] oculus (uisus uel oculus 0 3) 97 uise]
est le plus nombreux, puisqu'il compte près du quart
uisibilis (avec 0 3) 102 suis] om., avec VA, Wr 2, Cn
des manuscrits (23 à 25 sur 102) et toutes les éditions, 104 etiam] om., avec Lh 1°5-106 aliqua species]
sauf deux (Ed 1 et Ed 3 ), mème si le texte des éditions a inu. 106 essencie diuine] inu. (diuine occulte! 0 2), avec
été légèrement révisé, nO,tamment à partir d'Ed 5 . TsAvBs, 5i 109 sue speciei] inu. 113 in aliquo (in
Ce groupe se divise en deux branches : d'une part altero Lh)] om. 119-120 non uideremus essenciam diui-
deux manuscrits italiens (l'un du XIV e , l'autre du xve nam] essenciam diuinam non uideremus (avec F) 127 no-
siècle), 02Ve, d'autre part un ensemble de 21 à 23 bis] om., avec TsAvBs 13°-131 ad perficiendum] ad
manuscrits dont les tètes de file sont les mss D/Pr, le hoc perficiendum 135 est ante lux intelligibilis (avec
premier (? avignonais) du début du XIV e sièc1e et le Bg) 137 in intellectu ante respectu diuine essencie
second italien du xv e sièc1e, auxquels se rattachent un Ad 1, 143-144 aliquid dicitur] inu. (avec Kr l ) 148 in
groupe germanique rg (8 à lO mss allemancls, LP lOh, alio recipitur] recipitur in alio (avec Bg) 15 6 existens
non] inu., avec Wr 2 (non om. LP IOb) 168 diuinam
du XIVe sièc1e, les autres du xve sièc1e : In 1, BI Wb,
essenciam] inu. (avec pl0b, LIWrWr 2, Kr 8) 171 ab 2]
MIM3 pour les artic1es 1-7, L lWrWr 2 , et les éditions om., avec LP lob Ad 4, 176 ad] ab 180 uideatur]
Ed 2 ,4SS) , et un groupe d'Europe centrale, surtout uideam
polonais, rp (11 manuscrits du xv e sièc1e
Kr 6 Kr 4 Kr 5 , SZWl, BuKr 2 Kr?, Kr 1 Kr 3 Kr 8). Relevons ensuite, toujoursà l'artic1e 1, les leçons de
Nous relèverons d'abord, à l'artic1e 1, quelques la branche D/Pr, fg, rp :
leçons qui montrent l'unité du groupe :
arg.l, 28 generalitatis] generalitatis et DIPr, fg, Kr 3 .
Q.l, pro!., 14-15 cognoscere] intelligere 0 2Ve, DIPr, rg, generalis et fp(- Kr 3 : uel generabilitatis et add. mg. sec.m.
rp: cf. intelligere (del.) cognoscere V 4, M 4 a. 1, Wl) arg.2, 37 actu] om. DIPr, fg(-MIM3 : in acte
arg.l, 22 enim] om. 02Ve, DIPr, rg(-In l , MIM3, Ed 2,4ss : suppl. Ed SSS ) 4°-41 nisi mediante sua similitudine]
suppl. mg. sec.m. P IOb) 25 essencia diuina] inu. 0 2Ve, inmediate nisi per similitudinem DIPr, fg(-LI, pr.m. Wr,
DIPr, rg, fp arg.2, 33-34 non autem fit intellectus in sed hab. mg. sec.m. Wr, Wr 2) : nisi per intellectum uel simili-
actu] intellectus autem non fit in actu 02Ve, DIPr, fg (om. tudinem LI, pr.m. Wr: inmediate nisi per similitudinem
L, pr.m. P !Ob), fp (non autem fit intellectus in actu suppl. suam fg arg'3, 47 beatitudo creata] creatura (beati-
mg. sec.m. PIOb) arg'3, 44 lumine (lumen)] per lumen tudo om.) DIPr, fg, fp arg.4, 53 uisus] om. DIPr, rg,
02Ve, DIPr, fg(- BI), fp(-5ZWl), nec non Cf arg.3,45 nec non Ccos (suppl. rp) Resp., 90 dicor] dicitur aliquis
ab 2] + ipsa 02Ve, DIPr, rg, fp, nec non F arg'3,48 DI, PIObBIWbMIM3LIWrWr 2Ed 2,4SS, Kr 6Kr 4 5zWI : dici-
essenciam diuinam] inu. 02Ve, DIPr, fg(-LIWrWr 2), fp, tur (ante 89 enim) aliquis L : aliquis dicitur In I, Kr 8 : ali-
nec non Bg, V8 S.C.2, 65 Deus] om. 0 2Ve, DIPr, quis ... dicitur (post uidere) KrsBuKr2Kr7KrlKr3 : dicitur
fg(-BIWb, Wr 2 : suppl. sec.m. Wr, Ed 5ss ), nec non p6, Pr, avec Nb, W2 : oculus dicitur F : dicimur Lh Resp.,
L2 Resp., 72 intelligeneiam] euidenciam 02Ve, DIPr, 105 ibi medium] in medium DI, pr.m. P IOb, BI, pr.m. Wr:
fg, fp, nec non NbF, p8, V9, 0 3, V7 : euidenciam (del.) medium Wb (cette petite mélecture [1 au lieu de i i] a été
intelligenciam Md', Wr 6 Resp., 91 uideam (uideamus facilement corrigée) Resp., 112 qui] sui DIPr (avec
LES QUESTIONS 1-5 (A.I-13) 51*

?Nb) : sui qui B'Wb, M'M3 (aveepr.m. Ts, Bs) Ad 1, Pro!., 3 saeramentum] sacramenta (avee In', V9,
147 seeundo] + modo DIPr, rg, rp, nec non Lh, TsAvBs, Hb) 3 tereio] +quesitum est 4 quedam pertinen-
Bg, CnP ", <J>2B(- C c05), Bu' eia] de quibusdam pertinentibus (avee Kr 1 Kr 3Kr 8 )
q.l, pro!', 15 quarto] Quartum
On a pu noter quelques divergences entie les mss
DIPr et les groupes rg et surtout rp (par exemple, a.l, tit., 21 uidere] eognoseere uel uidere arg.l, 27
ei-dessus, p. 50*a, Resp., 134 et 146). Ajoutons quelques quia] quia in textu quod mg. ?pr.m. (eorreetion appelée par
leçons qui eonfirment que ees groupes ont été eorrigés, ou la méleeture de la ligne suivante) 28 determinatum]
eorrompus: determinat 29 ipsam] ipsum (avee pb, <1>2) arg.2,
35 eum ergo] inu. 36 per se ipsam] se ipsa arg.4,
arg.3, 46 que est beatitudo inereata] om. rg (suppl. 50 seeundum philosophum] philosophus 50 in] om.
Ed 5ss ), rp arg.4, 51 ita] sie DIPr: sieut C' (avee In', BuKr3, UtSIW2) 55 est neeessarium] inu.
Resp., 71 glorificato] om. rg(- Wb), pr.m. Kr 6Sz: creato (avee P8) 57 eam] eum (avee V2, Bu') S.C.l,
Wb (avec V A, TsAvBs, sec.m. P 'Ob) : angelico Bg, sec.m. 58 quod] hoc quod 58 lo < hannis > ] coro 59 sieuti]
0 2 : beato R Resp., t16-117 totam suam rationem] sieut (avee Nb) s.e.2, 63 per se ipsam] se ipsa per se
totam rationem (suam om.) DIPr: suam totam rationem ipsam 67 esseneiam diuinam post inmediate (avee Kr 8 ,
In', rp (suam rationem totam Kr 4 ), nec non Lh, Bs, p6, <l>2Gg) Resp., 71 intelleetu] om. 76-77 intelleetum
CnP ", C c05, C 3, Bb W 2 (suam totam essenciam 5 f) : totam possibilem] inu. 78 medium est] inu. (avee In ')
rationem suam M3, avee MdapbVaLi, Bg Resp., 140 82 aliquid uidetur] blane de 9/10 lettres 84 in effeetu]
lux sensibilis] lux (sensibilis om.) DIPr (avee Nb : lux cor-
poralis F): lumen (sensibilis om.) KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr 1 :
+ euiuslibet cause 90 dieor] dieimur 91 uideam]
uideamus 94 oeulum] aetum uisionem] cognitio-
lumen sensibile W2 Ad 1, 147 modo] om. DIPr nem uel uisionem 101-102 esseneiam diuinam ...
151 ipsa natura diuina] natura diuina ipsa DIPr : ipsa diuina eognoseimus] esseneia diuina ... eognoseitur Lh (cf. plus
natura rg, rp, nec non TsAvBs, Cn : ipsa esseneia diuina haut, p. 50*1-4) 104 penitus subtrahetur] subtrahetur
natura Bg omnino etiam] om. (avee 0 2 Ve) 112 modum]
Mais c'est surtout le groupe austro-polonais, rp, medium obumbrata] umbubrata (exp.) obubrata (l)
qui se révèle détérioré et retravaillé : 113 in aliquo] in altero 114 in eo] om. (avec <1>2)
115 est] om. 116-117 totam suam] inu. (cf. plus
a.l, S.C.2, 62 eoniungatur] adiungatur rp, avec WrWr 2 haut, p. 51 *al-3) 148 in alio] in aliquo (avee Wb, SzKr 3
Resp., 78 uidetur] + seilieet res ad extra (hanc add. habet 119-120 esseneiam diuinam] inu. 120 set] + per
post 80 determinat SZ) 95 fertur primo] inu. rp (om. in 123 uidendum] uidendam (meme variante 133 -1 34 ; dans les
textu, suppl. mg. Kr 6), nec non Ve (hom. om. 0 2), <l>2F(-Sf), deux eas avec quelques autres) 140 si] om. (avec pr.m.
<f>2Gg 113-114 reeipiatur in eo per modum reeipientis] Ts, Bs, pr.m. pb, F3) 147 seeundo] + modo (cf. plus
per modum reeipientis reeipiatur rp (aeeipientis Kr 4 Kr 5 , haut, p. 51* 1-3) 148 in alio] in aliquo (avee Wb, SzKr 3
BuKr 2 Kr 7 : in eo suppl. mg. sec.m. W') 121 solum pri- Kr 8 , R) 149 eommensuratur] mensuratur 150 eius]
mum] inu. (ordinem resto sec.m. W') 134-135 eo quod eius in textu, expo euius mg. pr.m. 159-160 esseneia
ipsa diuina esseneia totaliter lux intelligibilis est] uel (+ ex diuina] inu. (avee Bu') 161 aliis] om. 173 ex dietis
Kr ') eo quod in ipsa esseneia diuina totaliter lux est intel- patet] dietum est et patet ex predietis 177 autem]
leetualis eo quod ipsa esseneia diuina totaliter vix est intelli- om.179 aliam] om. (avee <l>2B)
gibilis rp(-SZ, Kr 3 : totaliter 2 om. Kr 8 : vix corro in lux
Kr 2 ): 132 ualet + vel aliter. eo quod in ipsa esseneia a.2, tit., 3 ereatus] om.
(cf. plus haut, p. 46*a)
arg.l, 5 eontraeta] coartata
7 simul sentit] inu. 9 potest]
diuina totaliter lux est intelleetualis puis en piace 134-135 eo
quod ipsa esseneie diuina totaliter vix est intelligibilis Sz poterit arg.4, 20 eogmt1onem intelleetus] inu.
(Kr 3 a le texte courant) 139 lux] om. (suppl. mg. sec.m. 23 non] bis arg.5, 29 in quo simul possunt] insimul
W' Kr 2) Ad l, 151-1 52 re alia] inu. rp, nec non In', Resp., 55 sieut eum intelleetus intelligit] Sieut est intelleetus
L 'WrWr 2 , Cn, V7, KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr' (re alia re qui intelligit (la méleeture de c = eum, lu e = est, a été
Pr') 153 limitatum] limitatur rp, avee <l>2F Ad 4, eorrigée par l'insertion de « qui») 58 intelligit post
178-179 requirit aliquam speeiem] requiritur aliqua alia spe- subieetum 61-62 simul post intelleetus intelligat 7°-71
eies +
a.6, s.e., 26 in celo etc.] ergo diuina inmensitas intelleetum... primo]
72 materialibus] naturalibus (avee rp)
intelleetus... potest
74 enim] autem
personarum pluralitatem seeum eompaeietur rp
76-77 etiam simul] om. (simul add. post 77-78 aliquid)
78 sieut si] Sieut sieut 96-98 similitudines intelligibi-
lium ut dispositiones, set quando aetu intelleete sunt, sunt]
homo om. Ad 1, 122 ergo] om. 125-126 ut unum
Le manuscrit Lh sieut] blane de 4/5 lettres 126 differeneia uniuntur]
inu. 132 ut] non (u t lu ii) 138 unde] Nam
Le manuscrit Lh ne contient que le Quodlibet VII Ad 2, 145 eognoseuntur] om. Ad 3, 151-152 que sunt
(sans ses articles 14-16). Écrit à la fin du XIII e siècle in ipso ut dispositiones] om. Ad 4, 157 dietis] predie-
ou au début du XIV e siècle par une main qui semble tis 160 dietis] predietis
germanique, il occupe une pIace à part dans la famille
a. 3, arg.l, 3 cognoseit] eognoseat 8-9 posset] pos-
r. Mais, s'il dérive du modèle de r par une filière qui sunt 14 eonereatam] inereatam 15 aliquod]
lui est propre, il en est pourtant séparé par plusieurs om. eognosei] om. 16 eognouisset] eognoseet
interniédiaires et ne nous livre qu'un texte déjà altéré, 17 adhue] + illud 19 annunciate] annuneietis arg.2,
corrigé et glosé. On en jugera par ses leçons propres 22 speeies ille] iste speeies 23 faeiunt eognitionem]
dans les trois premiers articles : inu. 29 fit] fuit arg.4, 42 sie] om. s.e., 58 est
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

quod] om. 59 qu~d] set hoc 59 homines] + ergo etc. mauvaises, sont de première mam, ou de seconde
Resp., 63-64 quo hoc possibile sit] om. 64-65 aliquod] main) :
om. 70 congregentur] congregarentur 88 eam]
illam 110 ille post rationes ydeales 116 influxas] Pro!., 2 substancias] primo om. suppl. S.U. post SpJr1-
infusas 128 suam] om. (avec 0 2 : suam essenciam sim- tuales Q.l, pro!., 11-13 diuinam essenciam uidere
plicem Ve) 128 ibi] om. 13 5 pauciores] blanc de inmediate; secundo utrum intellectus creatus possit]
4/5 lettres: le mot est suppléé en marge, de première homo om. suppl. mg. (inmediate uidere tr. - utrum + ali-
main 136 Dionisius dicit] inu. 149 ultimus] proprius quis)
ultimus 153 speciei] rei praem. expo 154-155 plura a.l, arg.l, 25 diuina] bis (le deuxième exponctué)
singularia] inu. 155 humano suppl. Lh, rp: om. cett 28 ergo] quia praem. arg.2, 37 ipsum] ipsi arg.3,
Ad 1, 161 aliquam] aliam 165 altius] alterius 166 intel- 44 glorie] om. (suppl. mg.) s.c., 59 uidebimus] uidemus
lectus angeli post eleuatur 178 unius] om. 180 illo] (bi suppl. mg.) 59 sicuti] sicut (avec Lh) S.C.2, 62
om. . 181 causa sua] inu. (avec Bg) 184 cognos- coniungatur] coniungantur Resp., 69 Responsio] Solu-
cuntur] -citur Ad 2, 195 de nouo] diuino 197 est tio praem. 77 et 79 possibilem] passibilem 82 est]
aliquid] inu. Ad 3, 201 cognoscendas applicat] appli- s.u. pr.m. 86 sicut] seic (e exponctué) 92 sicut]
candas (corrigé en applicat) cognoscendas sunt 93 hec media] h' medium media 99 ex quo]
cum quo 129 a] suppl. S.U. 134 ipsa] inpraem. expo
Les lacunes de 1,82; 2,125-126; 3, 135, semblent (cf. plus haut, p.46*a) 141 uisionem] uionem (si
indiquer que Lb a été copié sur un modèle en mauvais suppl. s.u.) . Ad 1, 149 in] hab., sed perperam expo
état, illisible par endroits. A ce modèle, Lb doit les 149-15 ° non est aliquid] bis (le deuxième exponctué)
bonnes leçons de la famille r qu'il a conservées, mais 15 2 unde] un, corrigé en na (cf. plus haut, p. 46*a)
aussi de nombreuses petites fautes. Cependant son 161-162 causando] super rasuram (? pr.m. creando)
162 id] idem, corrigé en id Ad 2, 166-167 creatus om.
texte ne semble pas pouvoir s'expliquer sans l'inter-
167 uidendum post diuinam essenciam
vention d'un correcteur instruit : des leçons doubles
(1, 21 ; 1, 94 la deuxième leçon) semblent indiquer le Nous re1èverons ensuite, aux articles l et 2, les
recours à un second manuscrit; des corrections leçons communes à NhF :
complexes peuvent etre un effort pour amender un
texte détérioré (1, 27; 2, 55); d'autres supposent un a.l, arg.2, 37 debet] dicitur (dr au lieu de d3) Nh F, nec non
souci de cohérence ou de correction grammaticale 0 2 Ve, fg(-In l , MIM3 : corro Ed IOSS ) arg-4, 52 set]
om. Resp., 72 intelligenciam] euidenciam NhF, nec non
(Pro!., 4; 1, 90-91; 123; 2, 70-71; 3, 58-59); une
02Ve, DIPr, rg, rp (cf. plus haut, p. 50*a) 1°5 erit]
petite glose édaire le texte (1, 84) et une addition
est NhF, nec non 0 2 Ve, DIPr, rg, rp (cf. plus haut,
mérite d'etre retenue (3, 15 5)· p. 50*a) 125 erit] est NhF, nec non 0 2 Ve, DIPr, rg, rp
(cf. p. 50*b) 127 nunc] non primo, sed expo Nh : om. F,
02Ve, DIPr, fg (cf. p. 5o*b) 140 sensibilis] om. Nh,
Le famille italienne N h V 12 F
nec non DIPr (cf. p. 51*a17): corporalis supp/. F Ad l,
146 autem] om. NhF, 02Ve, DIPr (cf. p. 50*b) Ad l,
Peu nombreuse, mais d'un intéret critique notable, 159 sic nec] om. NhF (nec tantum om. V3V 8 C 20 3W 2)
164 aliquo NhF, nec non MdaphVaLi, Bg, TsAvBs
cette famille réunit trois manuscrits d'écriture ita-
175 oportet] + quod 178 lux] om. 178 requirit]
lienne : le ms. Nh, c'est-à-dire la main b ciu manuscrit querit
de Naples, qui est la main d'un scribe professionne1, a.2, arg.l, 5 est magis contracta quam] cii (tn F) exigit
le fragment de manuscrit (2 folios) V12, et le ms. F. tam cata (creata F) quam NhF (cf. plus haut p. 46*a)
Si nous ne possédions que les mss N h et F, nous 7-8 du1ce dum eorum] duces corro in du1ces (l S.U. add., sed s
serions amenés à penser que le ms. Nh, quoique le non del.) Nh: du1ce set et F (dum eorum om.) arg.2, 13
plus ancien (fin du xm e ou début du XIV e siède), est intelligibilia 2] intellectiua Nh F: intellectibilia Li: om.
un témoin déjà corrompu de l'archétype de la famille, TsAv Resp., 48 unam] om. NhF (primo om. sed suppl.
S.U. pr.m. Lb l) 50 simul omnia] inu. 55 cum] om.
tandis que F, nettement plus tardif (XIVe siède
avancé), en serait pourtant un témoin plus fidèle. Si NhF (avec Bg) : supp/. S.U. Nh : est... qui Lh 57 cum]
om. Nh : quando suppl. F 60 simul intelligit] inu. (avec
partie1 qu'il soit (il commence à la fin de la réponse de
0 5) 65 omnino] do (?; pour oio) Nh: idio F (à lìre
l'artide 7, ligne 36 « ccidentalis », pour se terminer « indiuisio »? les mots suivants ont été transformés pour
après le premier mot de l'argument 1 de l'artide 11, gloser ce mot obscur : « indiuisio, id est perfectio rei intel-
ligne 11, « Corpus »), le fragment VI2 est d'une lecte») 70 intellectum] intelliget NhF (non praem.
grande importance critique: il comporte presque sec.m. F); correction appelée par l'omission qui suit
toutes les fautes de Nh (mais non pas toutes, ce qui 7°-71 actu intelligere primo, idem est ac si una res simul
montre qu'il n'en est pas une copie) ; c'est par ailleurs esset plura] homo om. 77-78 aliquid (-od)] quid NhF :
une bonne copie d'un scribe professionne1 du quod Bg 84 sensus] sunt 89-90 auic<enna>]
XIVe siède; il y a donc tout lieu de croire que c'est blanc de 4/5 lettres Nh: ph's (= philosophus) F
l'archétype de la famille qui était déjà corrompu et 90 sicut] fient Nh: om. F 94 sensitiuas] + et
94 illis] istis 113 nec] ut Ad l, 131 quia] qui Nh :
que le ms. F en est un témoin corrigé.
quod F 157 unde] un corro in na Nh: nam F
Je noterai d'abord, à l'artide 1, les leçons propres
qui montrent les limites du copiste de N h (il est On aura remarqué que jusqu'à la ligne 146 de l'ar-
souvent difficile de dire si les corrections, bonnes ou tide l, NhF lisent souvent avec le groupe 0 2 Ve,
LES QUESTIONS 1-5 (A.1-13) 53*

DIPr : il n'est pas impossible que le début du modèle le désignent les mss Md a et Li (les mss P b et Va ne
de la famille, abimé, ait été corrigé sur un manuscrit comportent qu'une numérotation de seconde main).
de ce groupe. ~~s manuscrits Bg et TsBs confirment, à leur manière,
l'existence de cette collection primitive: Bg garde
Nous recueillerons enfin les leçons caractéristiques l'ordre VIII-IX-X-VII, mais en ajoutant le Quodli-
de la famille NbV12F (en notant les leçons de Nb bet XI après le Quodlibet VII, tandis que TsBs inter-
absentes de V12, pour bien montrer que V12 n'est pas calent le Quodlibet XI entre les Quodlibets X et VII.
une copie de N b : Le groupe MdapbVaLi est sans doute le témoin le
plus ancien et le plus autorisé de la famille ~ : il a les
a.7, 36 accidentalis] incipit V12 Ad 2,47 boetius] h'
(= hoc, pour b' = boetius) NbV12F 32 leçons que nous avons retenues pour caractériser
cette famille (cf. plus haut, p. 46*-47*), et il ajoute
a.8, arg.l, 21 eodem] + modo NbV12F Resp.,
peu de leçons propres. Nous relèverons, aux articles l
37-38 ex naturali] essenciali NbV12 Ad l, 73 quasi]
quod NbF (quasi V12) 74 simul cum cett V12F : simul et 2 :
uera Nb, Lh, rp, TsAvBs, <l>2Gg a.l, Resp., 69 quod] et MdapbVa (? sec.m. C 2 : om. pr.m.
a'9, arg.l, 11 ergo] g[O] (rature de 2 lettres, o suppléé C2, V2) 96-97 rei uise in speculo (uar. codd)] rei in se
au-dessus de la ligne) Nb : glo. (= glosa, pour gO = ergo) uel in speculo Mdap bVaLi (in se rei primo, sed ordinem resto
V12 arg.2, 16 mensura] in mensura NbV12 Pb): in se uel in speculo (rei om.) Bg (cf. plus loin,
arg.3, 25 autem] tunc NbV12 : cuius F (dans les trois mss, p. 55 *a3) 117 suam rationem] inu. Mdap b VaLi, nec non
le « eius» qui précède est rattaché à « mutatio instanta- Bg, M 3 121 quod ... erit] quod ... esset Md a VaLi, Bg :
nea» arg.4, 31 sit cum cett V12F : est Nb S.C. 42 esse (quod om.) pb Ad l, 164 alio] aliquo Md a
Christi] om. NbV12F Resp., 59 appropinquat] appro- pbVaLi, Bg, nec non TsAvBs, NbF a.2, arg.5, 30 fieri]
pinquatur NbV12 (dans Nb ur est gratté) 66 in] om. simul praem. MdaVaLi (qui simul ante 29 possunt etiam
NbV12 74 sit] om. NbV12 (suppléé de seconde main hab.) Resp., 7°-71 intelligere primo] inu. MdaPbVaLi,
au-dessus de la ligne dans Nb) 77 currunt] erunt nec non sec.m. Vm 102 sicut] si MdapbVaLi (sicut corro
NbV12F 81 ut] om. NbV12F 91 Similiter V12F sec.m. Md a) Ad 2, 148 et ideo] inde MdaPbVa, nec non
cum cett : et praem. Nb, DIPr, rg, rp 96 in quo est Bg, Nb
panis] om. NbV12F Ad 2, 105 unde quamuis] nun-
quam uel (!) Nb Ad 4, 125 set sic est] set sic non est Quelques fautes communes semblent en outre indi-
NbV12 : sic etiam non est F quer que les mss VaLi sont apparentés :
a.lO, tit., 3 possit] posset NbV12F arg.l, 9 alia] om. Pro!., l primo] om. VaLi a.l, Resp., 74 uidet] +
NbV12F arg.3, 21 subiecto 2] fsfbo (correction sur eum VaLi 121 in illa] + prima VaLi 139 rei]
rature) Nb : u'bo (= uerbo) V12 arg.3, 22 qualitatis] enim VaLi (semble ètre une correction voulue : il manque
equalitas NbV12 (e del. sec.m. Nb) : qualitas Bg 26 pos- une particule de liaison, et le scribe a compris « species enim
set] om. NbV12 : potest suppl. S.U. sec.m. Nb, F Resp., intellecte» comme un féminin pluriel) Ad l, l 53
5l fieri primo om. suppl. mg. post non possint Nb : loco hab. diuina] om. VaLi a.2, ad l, 126-127 uniuntur in una
V12F 59 diuino] di[uino sur rature] Nb: distincto differencia] homo om. VaLi 137 centrum] om. VaLi
V12 : dixtincto F 62 forma] om. in fine uersus Nb : hab.
V12F 77 subiecto (sb'o)] albo NbV12 Ad l, 84
ergo] om. NbV12 Ad 3, 93 illum] istum NbVI2F, nec
non 0 2 Ve Ad 4, 96 comparatur] comparata N b V 12 : Le manuscrit Bg
comparata creatur Vm 103 habet] + ibi NbV12F
a.ll, arg.l, 11 Corpus] post hoc uerbum deest V 12 Il ne s'agit ici que de la seconde partie du ms. Bg
(f. 61-96, 3 cahiers de 12 folios) : bien qu'écrite de la
meme main que la première partie, qui dépend, pour
les Quodlibets I-VI, de l'exemplar <1>2, cette seconde
STRUCTURE DE LA FAMILLE ~ partie ne dépend pas de l'exemplar, mais donne un
texte indépendant. Pour le Quodlibet VII (1-16), ce
La famille ~ peut se diviser en quatre branches : le texte est intermédiaire entre le texte du groupe
groupe MdapbVaLi, le manuscrit Bg, la famille de MdapbVaLi et le texte de l'exemplar <1>2. Nous avons
['exemplar parisien <1>2, enfin le groupe contaminé déjà noté quelques-unes de ses rencontres avec
Ts( Av)Bs. MdapbVaLi (ci-dessus, lignes 14-26). Nous allons
relever, à l'article l, ses rencontres avec l'exemplar <1>2
(dans le relevé qui suit, je réserverai l'appellation <1>2
Le groupe MdapbVaLi aux branches principales BaBa 1P1PSbV4, Ar [à partir
de 1,170], PdPdlp4p6V3, An bBBwCeGjL2NhPS
Ces quatre manuscrits sont les témoins d'une R V9SiHeUtVS, et désignerai les groupes dérivés par
ancienne collection des Quodlibets du premier ensei- leurs sigles propres) :
gnement parisien : ils omettent en effet le Quodli- Q.l, pro!., 11 creatus] om. Bg, <l>2(-An b), <l>2F : resto An b,
bet XI, et rangent les quatre premiers Quodlibets <l>2B, <l>2Gg a.l, tit., 19-20 nullus intellectus creatus]
dans l'ordre VIII-IX-X-VII: le Quodlibet VII intellectus creatus Bg (nec non Lb l, Kr l) : intellectus creatus
devient ainsi le Quodlibet IIII, et c'est bien ainsi que non <1>2, <l>2F, C 103, <l>2Gg(_Lb 1) : nullus intellectus creatus
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

resto <1I ZB (_ C I 03) arg.l, 22-23 indifferenter] inmediate La famille de l'exemplar <1>2
Bg, <1I z (indeterminate An b), <1I ZF : inmediate ... et indiffe-
renter (post intelligibilia) <1I ZG g (pro indifferer....er hab. ? La majorité des manuscrits du Quodlibet VII,
uidentur BZWr 6, FfJBuIMa) : indifferenter ... et inmedia- a.l-q (soit 64 à 66 manuscrits sur 102), ainsi que
te Kr 3 Kr 8 (contaminés par <1I ZGg) : indifferenter resto <1I ZB deux éditions (Ed l et Ed 3) dérivent du second exem-
arg.2, 38 sui] om. Bg, <1I z (hom. om. PIP6), <1I ZF (hom. om. plar universitaire parisien (le premier exemplar ne
F3), <1I ZB , <1I ZG g, nec non F S.C.2, 64 intellectui] intellec- contient que les Quodlibets I-VI), l'exemplar en
tus [tus exp.] tui Ts: intellectus cui Av, Bg: intellectus
24 pièces mentionné dans la liste de taxation de 1304,
<1IZ(-AnbBGfNhHeUt), F3, Gf!Vz (-tui resto sec.m. Gf!),
<1I ZG (-Ed I Ed 3), nec non Wr z : intellectui resto
mais qui a peut-ètre été confectionné et mis en service
An bBGfNhHeUt, <1I ZF (_ F 3), <1I ZB (_ Gf! VZ), <1I Zg Resp., dès la fin du xm e siède.
86 se habet ad intellectum] ad intellectum se habet Bg, <1I z Cependant, il apparait vite que la structure de la
(habet se Bw), <1I ZF (ad om. P 11), <1I ZB , <1I ZG (habet se famille de l'exemplar est complexe. Cinq manuscrits
KrPr ZWr 4 Wr 3Wr l : intellectum se habet hoc Pr l ), (BaBa 1P 1P Sb V 4) présentent des indices de pièces et
<1IZg 1°7- 108 speciem suam] inu. Bg, <1I Z, <1I ZF , <1I ZB , <1I ZG g ont donc été copiés directement sur l'exemplar; six
(hom. om. Lb Z) : speciem (suam om.) TsAv 108 species autres (ArPdPdIP4P6V3) offrent un texte très
illa] inu. Bg, <1I Z, <1IZF , <1I ZB (ipsa species C3V6), <1I ZG g (hom. proche du texte des précédents; on peut leur joindre
om. Lb Z), nec non Md', OZVe 127 nunc (cf. plus haut, quelques témoins dispersés, plus éloignés, mais qui ne
p. 50*b9)] post necessarium Bg, <1I Z, <1I ZF , <1I ZB , <1I ZG (ad quod
semblent pas avoir été l'objet d'une révision systéma-
est nobis nunc necessarium lumen om. Ed l ), <1I Zg (nunquid
Lb Z), nec non Md', Av Ad 1, 147 non limitatur nisi]
tique (sauf HeUt), soit encore 14 manuscrits
non limitatur Bg : limitatur <1I z, <1I ZF , <1I ZB , <1I ZG : non limita- (An b BBwCeGJL2, le groupe MIM3 pour les a.8-q,
tur nisi resto <1IZg NhP 8, le groupe R V9, le groupe 5iHeUt, dont les
deux derniers sont frères et ont été contaminés par r,
En deux cas au moins, la faute de Bg semble ètre la enfin V8). A ces branches principales, il faut joindre
faute primitive, que <1>2 a essayé de corriger, mais par des groupes dérivés, qui ont été l'objet de révisions
une nouvelle faute. A l'artide 1, tit., 19-20, Bg omet le plus ou moins approfondies : le groupe français <1>ZF,
« nullus» de « nullus intellectus creatus », ce qui abou- encore assez fidèle (5 manuscrits, F3Rn, CnP115/); le
tit à un contresens : <1>2 rétablit le sens, mais en ajou- groupe britannique <1>2B (lO mss: CeOs, C2,
tant un « non» après « creatus ». A l'Ad primum, 147, C3L o IV6, C I 03, GfIV2); et surtout le groupe ger-
Bg omet le « nisi» de « non limitatur nisi », encore un manique, avec une branche principale, <l>2G
contresens que <1>2 corrige, mais en supprimant, en (16 manuscrits et 2 éditions : B2EIHbLb l , le groupe
plus du « nisi », le « non ». Il se confirme ainsi que Bg MUa, MgV7Wr S Wr 6, Ed l , Ed3, Pr l et le groupe
est un maillon intermédiaire entre le groupe altéré KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l ) et une branche secondaire,
Md' P b VaLi et l'exemplar parisien <1>2. contaminée par r, <1>2g (8 mss : BbFfJM4W2, BulMa,
Mais, s'il semble se situer plus haut que l'exemplar LP, ce dernier très altéré).
dans la généalogie des manuscrits, Bg n'en donne pas Les leçons propres de l'exemplar sont nombreuses.
pour autant un bon texte. On en jugera par le nombre La première et la plus évidente, c'est son contenu
de ses leçons propres à l'artide 1 : mème. L'exemplar <1>2 donnait les Quodlibets VII-XI
Prol., 8 inuenta] om. a.l, arg.l, 25 suum] om. dans un ordre qui lui est propre, et il omettait les
determinetur] terminetur (avec Lb l) 27 in entibus] a. 17-18 du Quodlibet VII ; on avait ainsi les Quodli-
mentibus 28 generalitatis] generalitas arg.2, 30 bets VII 1-16, IX, X, XI et VIII, contenu attesté par
intellectus ante ad hoc quod 32 operantur] om. les branches principales de <1>2 (sauf HeUt, qui réta-
35 intelligibili informatur] in intelligibili formatur blissent l'ordre de r : VII complet, VIII, IX, X, XI)
35 essencia] encia 39 intellectum] om. arg·4, 53 et par <l>2F. Le groupe britannique, <l>2B, fait passer
percipiat] participat (avec Li, TsAv, quelques autres) VIII en tète : VIII, VII 1-16, IX, X, XI. Le groupe
53 duplici] om. 54 quel qui 55 necessarium]
germanique, <1>2Gg, donne le mème ordre, mais ajoute
om. 56 in] om. S.C.2, 62 actu] om. Resp., 71
glorificato] angelico (avec la seconde main de OZ) après le Quodlibet VII le Quodlibet VI omis en
78 oculum] celum 80 se] esse 85 contrariorum] pIace, et les a.q-18 du Quodlibet VII : on a : V 1II,
contrarium (avec Wb) 87 aliquam rem] aliquem VII 1-16, IX, X, XI, VI, VII q-18.
89 enim] autem 93 per hec media fertur in unum uisi- Nous relèverons les leçons caractéristiques de
bile] per hoc medium sicut inuisibile 105 ibi medium] l'exemplar à l'artide l :
inu. (avec CeOS) 1°5-106 aliqua species] qua spe-
cie 116 eam] per eam 135 est ante lux intelligibilis Q.l, Prol., 13 plura (om. L l, pr.m. Va: deest OZ)] multa
(avec OZVe; pour fp, cf. p. p *a) 139 simul] <1I z, <1I ZF , <1IZB , <1I ZG g arg.3, 45 etl] om. <1I Z, <1I ZF , <1IZB ,
sicut Ad 1, 15 1 natura diuina] essencia diuina <1I ZG g, nec non M3, SzKr l Kr 8 Resp., 72 sciendum]
natura 157 albedine] om. 159-161 Patet - dis- notandum <1I Z, <1I ZF , <1I ZB , <1I ZG (uidendum Pr l : om. BZ : homo
tincta] om. 161 in] nec Ad 2, 167 intellectus] om. Pr ZWr 4 Wr 3Wr l ), <1I Zg 75 eum] ipsum <1I z, <1I ZF ,
om. Ad 4, 176 sit] sunt 178-179 aliquam aliam] <1I ZB , <1I ZG g, nec non OZVe 76 lumen intellectus agentis]
suam aliquam intellectus agens <1I z, <1I ZF , <1I ZG : lumen intellectus agentis
LES QUESTIONS 1-5 (A.l-13)

resto <1>2B, <1>2g 82 in] cum <1>2(_ HeUt : homo om. 51), quelques fautes communes qui montrent qu'ils
<1>2F(-Si), <1>2G(_Edl, Ed 3) : in resto <1>2B (om. C2CICj1V2), dérivent de l'exemplar par un intermédiaire unique (et
<1>2g 97 in speculo] om. <1>2, <1>2F, nee non TsAvBs : resto peut-ètre indirectement de P 1) :
<1>2B, <1>2Gg 98 ipsum] om. <1>2, <1>2F, <1>2B (fertur in ipsum
causatum om. C3V6), <1>2Gg 114 in eo] om. <1>2, <1>2F(-Si), a.l, arg.l, 29 creatus] om. (avec pl, CeOs, Lb 2 )
<1>2Gg, nee non Lh, rp (cf. p. 51 *a) : resto <1>2B 134 ipsa Resp., 72 est] om. CnPIl (avec CeOS, Lb 2, Kr 3) 80 ha-
(in ipsa: cf. plus haut, p. 46*a)] in ipso bet se] inu. 83 deuenimus] uenimus 87 uisum cor-
<1>2(- BwNhR V 9SiHeUt), <1>2F(- Si) Ad 1, 15 6 existens] poralem] inu. 107 aliquid] quid F3Rn, SI (avec pl,
subsistens <1>2, <1>2F, <1>2B, <1>2Gg 162 id] <1>2, <1>2F, <1>2B, Cf) 112 qui] ut (avec PI) 126-127 intelligibile] om.
<1>2Gg Ad 4, 174 Ad quartum] Ad exemplum (ex m pro CnP II 13 2 intellectus agentis] agentis F 3 Rn (intellec-
4 rn) BaPIV4, PdPd IP6V3, CeL2Nh: Ad ex is (?) PSb, tus suppl. s.u. see.m. Rn) 137 hoc] om. 140 lumen]
ArP4 180 sicut] ut <1>2, <1>2F, <1>2B, <1>2Gg(_ ?W2), nee non + naturale intellectus agentis mg.Rn: + scilicet naturale
pb, 02Ve intellectus agentis in textu SI Ad 1, 153 et sic] nam sic
(avec p 1 : ce « nam» a sa pIace 6 mots plus haut; dans P l,
il est omis en texte à sa pIace et inséré ici au lieu de « et »,
Le sous-groupe MIM 3 mais il est exponctué et réécrit en marge de première main
avec renvoi en bonne pIace; nos cinq manuscrits l'ont en
En dehors mème des grands groupes dérivés de <1>2 texte aux deux endroits) 153 limitatum] limitatur (avec
rp, cf. plus haut, p. 51 *a) 163 per se non sunt] non
dont nous allons pader, plusieurs des manuscrits qui
sunt per se (avec CeOS)
dépendent indirectement de <1>2 font groupe, ainsi
R V 9 , SiHeUt : il est inutile de s'attarder sur ces sous-
groupe tardifs. SeuI mérite qu'on s'y arrète un instant Le groupe britannique <l>2B: CeOs, C3V6L ol, C2,
le sous-groupe MIM 3, parce que ces deux manuscrits C l 03, ej1V2
étroitement apparentés changent complètement de
famille vers le milieu de l'article 7 : ils passent alors Ce groupe compte dix manuscrits (l). Il semble
de la famille fg à la famille de l'exemplar <1>2. Nous s'ètre répandu en Angleterre à la fin du XIVe et au
relèverons quelques leçons qui situent leur change- début du xv e siècle (le ms. V6 lui-mème semble
ment de famille : d'origine anglaise), avant d'essaimer en Italie au
xve siècle pour donner naissance notamment au sous-
a. 7, 3 accidentis ... subiecti MIM 3 eum eett: inu. <1> 2
groupe ej1 V2.
argo 1,8 dicit Dionisius] inu. MIM3 eum DIPr, rg, rp, Bg :
hom.om. 02Ve Resp., 24-25 compositi ex materia et Le groupe dérive surement de l'exemplar <I> 2 : il a 8
forma] ex materia (essencia MI M3) et forma compositi des 14 leçons propres de <1>2 (plus haut, p. 54*-55*,
MIM3 eum DIPr, rg, rp leçons des lignes 13,45,72,75,98, 156, 162, 180), et
a.7, Resp., 28 patere potest de secundo] de secundo s'il en corrige 6, ce sont précisément celles dont la
patere potest 02Ve, Md a, Bg, <1>2, MIM3 (de secundo autem correction s'imposait (à la ligne 82, le partage des
similiter patere potest tr. TsAvBs) 33 in angelo ponere manuscrits peut ètre un indice de correction; les
oportet Vrn, NbF (oportet om. Lh) : ponere oportet in autres corrections sont aux lignes 76, 97, 114, 134 et
angelo 0 2Ve, DIPr, rg, rp, TsAvBs: in angelo oportet 174). On fait la mème constatation si l'on examine les
ponere MdapbVaLi, Bg, <1>2, MIM3 Ad 1, 38 forme leçons communes à Bg et <I> 2 (plus haut, p. 53*-54*) :
... materie MIM3 eum eet!: inu. DIPr, rg, rp, TsAvBs <l>2B en garde 6 (lignes 38,86, 107-108, 108, 127,147)
41 in angelis] om. Lh, MdapbVaLi, Bg, <1>2, MIM3 46 et en corrige 4 (lignes Il, 19-20, 22-23, 64).
ut dictum est MI M 3 rum eet! : om. Mdap bVaLi, Bg, <1> 2, L'unité du groupe est assurée par un petit nombre
TsAvBs Ad 2, 49 potencialitatis MIM3 eum eet! : om.
de variantes communes, dont la plus voyante est
<1>2 (suppl. etiam <1>2B, <1>2Gg) a.8, Pro!., 7 Deus MIM3
eum eett: om. MdaPbVaLi, Bg, <1>2 9 est] sit <1>2, l'ordre dans lequel le groupe range les Quodlibets
MIM3 arg.l, 18 est] + totum <1>2, MIM3 21 erit] VII-XI: c'est l'ordre de l'exemplar, à cette réserve
est <1>2, MlM3 s.c., 27-28 set corpus Christi non est près que le Quodlibet VIII de dernier devient le pre-
diuisum cum sit inpassibile] cum autem sit inpassibile mier : au lieu de VII 1-16, IX, X, XI, VIII, on lit :
(inpalpabile M3) corpus Christi non est diuisum <1>2, MIM3 VIII, VII 1-16, IX, X, XI.
Nous noterons, à l'article 1, les leçons suivantes :
Resp. 130 tantum] om. (avec <1>2Gg) : supp!. s.u. see.m.
Le groupe fran(ais <I> 2F : F 3 Rn, CnP Il, SI
Cj1 131-133 ad quod - intellectum] hom.om. : suppl.
mg. see.m. Cfl Ad 1, 150 esse eius] inu. CeOs,
Ces cinq manuscrits du xv e siècle sont tous d'ori-
C3V6Lo l, C I 03 151 diuina subsistens] inu. (-C2),
gine française, mème si l'un se trouve aujourd'hui en avec V7, KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l 160 quid] om. (avec
Italie à Florence, et l'autre en Autriche à Schlagl. Ils Pb) Ad 4, 175 lux] lumen 178-179 aliquam aliam]
donnent un texte fidèle de l'exemplar <I> 2, dont ils ont aliquam (aliam om. : uel aliam [aliquam om.] obse. non nulli)
presque toutes les leçons (sauf a.l, S.c. 64, cf. <1> 2B, avec Lh, Ba : suam aliquam Bg : aliam suppl. s.u. see.m.
p. 54*a7, et ad 4,174, cf. p. 55*alo). Pourtant, ils ont Cj1

1. On pourrait lui ajouter les deux manuscris fragmentaires Bo (apparenté à eCQS) et Lw (apparenté à Gj1 V 2 ).
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII
l
La structure du groupe anglais est assez complexe. l'article 1 (cf. plus haut, p. 54*-55*, leçons des
Il faudrait pour la préciser un travail long, et somme lignes 13,45,72,75,76,82,98,114,156,162,180) et
toute inutile, car la valeur critique du groupe est en corrige 3 (lignes 97, 134, 174); la branche <1> 2g en
faible. Nous nous contenterons de noter quelques corrige deux autres (lignes 78 et 82). Si l'on examine
leçons qui illustrent la division de ces différents sous- les leçons communes à Bg et <1>2 (plus haut, p. 53*-
groupes: 54*), on verra que <1> 2G en garde 8 sur lO
ccos arg.l, 29 creatus] om. CcOs, avec Pl, <1>2F, (lignes 19-20, 38, 64, 86, 107-108, 108, 127,147), <1>2g
Lb 2 arg.2, 35 intelligibili] specie praem. CcOs, see.m. six seulement (elle corrige en outre les leçons des
Gj1, avec p11, <1>2Gg, add. Lol : in praem. Gj1V2 lignes 64 et 147). La leçon double des lignes 22-23
arg.3, 43 essenciam diuinam uideat] essenciam uideat diui- (inmediate ... et indifferenter) trahit l'effort de correc-
nam Cco 5 : uideat essenciam diuinam V6 : diuinam essen- tion de <1> 2Gg.
cima uideat TsAvBs arg.4, 53 sensus uisus] sensus La plus voyante des leçons propres de <1> 2Gg, c'est
(uisus om.) CcOs, avec DIPr, rg (cf. p. 51*a) : uisus (sen- l'ordre dans lequel le groupe donne les Quodlibets.
sus om.) C3V6Lo I, C I 03, avec Cn: sensus uisus om. p11 C'est l'ordre de l'exemplar <1> 2, avec la transposition
Resp., 70 in patria] om. CcOs, avec Wr 2 72 est] om. du Quodlibet VIII déjà attestée par <1> 2B (cf. plus
CcOS, avec CnP11, LP, Kr 3 105 ibi medium] inu. haut, p. 55 *b), mais avec deux nouveautés : après le
CcOs, avec Bg 116-117 totam suam] inu. CcOs, C3 (cf.
Quodlibet XI, <1> 2Gg supplée le Quodlibet VI, qu'il a
plus haut, p. P*a13) 121 erit] remaneat CcOs
Ad 1, 163 per se post non sunt C cO S, avec CnP Il omis en pIace, et enfin les articles 17-18 du Quodli-
bet VII, omis par <1> 2. On a donc l'ordre : Quodli-
C3V6 (Lo I) arg.l, 24 per] om. C3V6, avec TsAvBs:
bets VIII, VII 1-16, IX, X, XI, VI, VII q-18.
secundum Lo I Resp., 77 possibilem nos-
trum] inu. C3V6Lo l, avec <1>2g (cf. plus loin, Nous relèverons quelques leçons de <1> 2Gg à
p. 57*a) 80 determinat] terminat C3V6 82 hoc] l'article 1 :
om. C3V6, avec 02Ve, pr.m. Ts, Av 94 tercium Pro!., 2 substancias spirituales] inu. (avec L2) argo 2,
medium] inu. C3V6Lo I, C I 03 98 fertur in ipsum cau- 35 intelligibili] specie praem. (ipe = ipse, pro [pe MUa),
satum] om. C3V6 108 illa] ipsa C3V6 127 in] om. avec p 11, Cco s, see.m. Gfl : specie add. Lo I arg.2, 37
C3V6, avec Li
existit CI
140 existeret] existat C3V6Lo l, 0 3 : oportet] + quod (avec He, Wb) S.C. 2, 65-66 Deus
unicuique rei uicinior est] unicuique rei uiciniar est Deus
C I 03 Voir plus haut, avec CcOs, ligne 53; avec <1> 2Gg: unicuique rei Deus uicinior est P 11 (Deus om.
C 3 V 6 Lo I, lignes 94 et 140; ajouter : tit. 19-20 nullus intel- 02Ve, DIPr, rg; cf. plus haut, p. 5o*a) 67 essenciam
lectus creatus] intellectus creatus non C I 03, avec <1>2: eorr. diuinam inmediate] inmediate essenciam diuinam
<1>2B (eett) a.6, Resp., 35 dictum est] + supra, q.l, ad <1>2Gg(-KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr l : diuinam om. Hb, Ma, avec
1m argumentum Lol : + articulo lO, ad 1m C2, C I 03, In I) : essenciam diuinam (inu. Wr 3Wr I) inmediate rest.
Gj1 V2 (dans Gj1I'addition grattée est rétablie au-dessus de KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr l Resp., 98 in causato] om.
la ligne). 130 tantum] om. (avec <1>2B) Ad 1,162 est per se] per se
Gj1 V2 argo 4, 55 est] om. Gj1 V2 (suppl. S.U. see.m. est <1> 2G : ordinem rest. <1> 2g Ad 3, 170 glorie lumen] inu.
Gj1) 78 hoc est] + in nobis Gj1 V2 Ad 1, 155 si] (avec BwRV9, V6, VA, 02Ve, DIPr, rg, rp)
+ non C2, Gj1 V2 (eras. sec.m. Gj1) 156 non in Pour le sous-groupe altéré Pr l , KrPr 2
subiecto] in non subiecto Gj1 V2
Wr 4Wr 3 Wr l , nous noterons :
S.c. 2, 63 per se ipsam est intelligibilis] est intelligibilis
Le groupe germanique <1> 2Gg
per se ipsam et Pr l , KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr l Resp',72-73
Outre deux éditions, Ed l (avec sa copie le ms. Hr) sciendum (notandum) quod in uisione intellectiua] homo om.
Pr 2Wr 4 Wr 3Wr l 151 diuina subsistens] inu. Pr l ,
et Ed 3 (avec sa copie le ms. Kn 2 ), ce groupe compte KrPr 3Wr 4 Wr 3 Wr l , avec V7, <1>2B 151-152 re alia] re
24 manuscrits, tous du xve siècle (trois sont datés : alia re Pr l : alia re KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr l , avec V7, rp (cf.
Wr S de 1447, V7 de 1457, sans doute le dimanche plus haut, p. 51 *a) Ad 2, 168 diuinam essenciam] inu.
9 janvier à Ratisbonne, BuI de 1470). Il s'est répandu Pr l , KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr l , avec <1>2g, 02Ve, P !Ob,
en Allemagne et en Europe centrale. L I W rW r 2, Kr 8 Ad 3, 172 differens] indiffercns
Le groupe dérive tout entier d'un archétype KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr l 174 uisibilia] alia a dea
unique. On peut pourtant le diviser en deux branches. Pr 2Wr 4 Wr 3Wr l
La branche principale, <1> 2G, comprend 16 manuscrits
et les 2 éditions : B2EIHbLb 1 , les mss frères MUa, Le sous-groupe <1>2g : BbFfJM4W2, BulMa, Lb 2
MgV7Wr SWr 6 , Ed 1 , Ed 3 , le ms. Pr l , qui prépare le
sous-groupe détérioré KrPr 2Wr 4Wr 3 Wr l. La Nous avons noté (p. 54*a) quelques-unes des cor-
branche secondaire, <1> 2g, dérive bien du meme arché- rections apportées par <1> 2g à <1> 2G : l'une au moins est
type, mais par un intermédiaire qui a été corrigé importante, car elle suppose le recours à un manuscrit
notamment sur un manuscrit de la famille r; elle d'une autre famille (a.l, ligne 147, restitution de «non
comprend 8 manuscrits : BbFfJM4W2, Bu 1Ma, LP, limitatur nisi »). Nous avions précédemment relevé
ce dernier très détérioré. quelques corrections de <1> 2g d'où il ressort gue le
Le groupe <1> 2Gg dérive indirectement de l'exemplar manuscrit auguel le modèle du sous-groupe a eu
<1> 2. La branche <1> 2G garde Il des 14 leçons de <1> 2 à recours était un manuscrit de la fa mille r (cf. plus
LES QUESTIONS l-j (A.l-13) 57*

haut, p. 46*a, leçon de l'article 1, 179; p. 46*b, leçon témoins conservés, car la seconde main du ms. P !Oh
de l'article 2, 115 -116; p. 46*b, leçon de l'article 9, semble corriger sur un manuscrit de cette famille :
30, réparation d'une omission de la famille d). Q.l, ligne 4, Titre (Rubrique) Questio 1 de cognitione
Nous ajouterons quelques leçons caractéristiques substancie spiritualis TsAvBs Prol., j querebatur] que-
de ce sous-groupe : rebantur tria TsAvBs, nec non SI, sec.m. P IO h 13 plura
intelligere] inu. TsAvBs a.l, Titre Vtrum aliquis intel-
Arg.3, 45 ab 2] om. (avec Wr 4 ) Resp. 77 possibile lectus creatus possit diuinam essenciam inmediate uidere
nostrum] inu. (avec Cnsl, C3V6Lo l, Bs, Kr 8 : nostrum om. TsAvBs, nec non R (aliquis om. R - uidere inmediate
R, F3Rn) 87-88 in quo oculus aliquam rem uidet] om. tr. R) arg.l, 24 per] om. TsAvBs, nec non C3V6:
65 mediatam] inmediatam (avec BaI, V9) 132-133 glorie secundum Lo 1 : ab ?Li 26-27 intellectum determi-
lumen] inu. (avec LblPr l , Cn, 02Ve, DIPr, fg, fp; cf. nare] inu. TsAvBs arg.2, 3j essencia diuina] inu.
p. jo*b) 138-139 non sunt lux tantum] nunc sunt TsAvBs arg.3, 43 essenciam diuinam] inu. TsAvBs, nec
lux 140 existeret] subsisteret Ad 3, 171 et l <l>2g, non N h, P 11, Bu s.c. 2, 61 nisi quod] quam
avec VA, DIPr, fg(-Lln l ): om. ceti Ad 4, 176-177 TsAvBs 63 per se ipsam est] est per se ipsam TsAv :
non solum sit ibi lumen] non sit ibi lumen solum (ibi non est per se (ipsam om.) Bs, nec non Cf Resp.,71 glorifi-
sit lumen solum W2) cato] creato TsAvBs, sec.m. P IO h, nec non VA, Wb 82 et
hoc] om. in textu, suppl. mg. Ts: et (hoc om.) Av, nec non
02Ve, C3V6 : hoc (et om.) Bs, nec non An h 106 essen-
La famille Ts( Av)Bs cie diuine] inu. TsAvBs, nec non 02Ve, Si 109 comple-
tum] om. TsBs : suppl. mg. Ts, hab. Av 112 qui] sui Nh,
La premlere chose à faire, en abordant l'étude de DIPr: qui qui primo Ts, Bs, nec non BIWbMIM3: qui (sui
cette famille, c'est de souligner la position singulière exp.) corro Ts: qui Av 127 nobis] om. TsAvBs, nec non
du ms Av. Ce ms. du xve siècle a été copié directe- O 2 Ve, primo (suppl. mg.) B 134 diuinam essenciam]
ment sur le ms. Ts, du début du XIVe siècle. Mais, inu. TsAvBs, nec non 02Ve, DIPr, F Ad 4, 177 etiam]
dans l'intervalle, le ms. Ts avait été abondamment om. TsAvBs
corrigé sur un manuscrit d'une autre famille : le ms. Nous relèverons maintenant les co"incidences qui
Av est donc témoin de la famille TsAvBs là où Ts n'a montrent que Av a été copié sur Ts après correction :
pas été corrigé, il ne l'est plus là où Ts a été corrigé. Prol., 7 in] cii (= cum) Av (Ts a bien «in », mais le trait
Le ms. Av se sépare en outre des mss TsBs sur un diacritique sur le i est très appuyé et décalé vers le n,
point important: l'ordre dans lequel il donne les ce qui invite à lire «cii») Q.l, lO Circa] Ad TsAv
Quodlibets VII-XI. Comme MdaphVaLi et Bg, les 12 utrum] om. Ts : hab. Av (facile à suppléer) 22-23 indif-
mss TsBs sont des témoins de la collection primitive ferenter] intellectus praem. expo Ts : non hab. Av 23 ad]
qui groupait les Quodlibets VIII-IX-X-VII, mais ils suppl. S.U. Ts: hab. Av 27 summum] siimu (une liga-
ont complété cette collection en intercalant le Quod- ture invite à lire t le second jambage du premier u) Ts :
libet XI entre les Quodlibets X et VII. Lorsque donc fitum ?Av 33-34 non autem fit intellectus in actu] om.
in textu Ts: non autem fit intelligibile in actu mg. Ts,
cette collection était rangée après les Quodlibets I-VI,
Av 35 informatur] formatur primo Ts : in- suppl. S.U.
on avait une nouvelle numérotation: le Quod- Ts : informatur Av 37 faciat] facit primo, a 2 suppl. S.U.
libet VIII devenait 7, le Quodlibet IX, 8, le Quod- Ts: faciat bis Av arg.3, 43 uideat] om. in textu, suppl.
libet X, 9, le Quodlibet XI, lO, et enfin le Quod- mg. Ts: hab. Av 44 lumine] in praem. TsAt nec non
l,

libet VII, 11. C'est bien la numérotation qu'atteste le W2 44 glorie] non add. expo Ts, non hab. Av 46-47
rubricateur de Ts (après la réunion des trois parties du cum - creata] hom.om. Av (nec non Li, BNh, Rn, W2:
ms., cf. plus haut, p. 17*-18*), au f. 62va : « Explicit simple accident!) 53 percipiat] participat TsAv, nec
.X. Quodlibet fratris thome. Incipit .XI. quodlibet non Li, Bg, R, pl1, CIC3 54 et] suppl. S.u. Ts, hab. Av
fratris thome de aquino ordinis predicatorum », et 54-55 similitudo] dis- praem. expo Ts, non hab. Av 55 ne-
c'est bien aussi la numérotation du ms. Bs, f. 78va, en cessarium] + et TsAv 56- 57 non inmediate eam uide-
bit] inmediate eam uidere [+ mg. non potest] Ts: inme-
bas de colonne, de première main : « Explicit .X.
diate eam uidere non (potest om.) Av s.c. 2,64 intellec-
quodlibet », et en titre courant, en haut des tui] 1tll~tui (le s, qui invitait à lire «intellectus », a été
f. 78v-79r : « V ndecimum Quodlibet ». Or, le ms. Av exponctué, et «tui» rétabli) Ts : intellectus cui Av, nec non
se sépare ici de sa famille : il pIace le Quodlibet VII Bg 66 intimior obscure scr. Ts: uicinior Av (d'autres
après le Quodlibet VI et lui donne sa numérotation mss ont fait cetre faute de lecture facile) 78 medium
habituelle, f. 46rb, en tète de colonne: « 7 m quodlibet cum cett Ts: mebru (= membrum!) Av 81 me-
sancti thome ». Il est vraisemblable que le bibliothé- dium] om. TsAv 82 aliquid] suppl. S.U. Ts, hab. Av
caire qui, au xv e siècle, a fait copier Av, avait donné à 86 habet] suppl. S.U. Ts, hab. Av 90 eum] om. TsAv
son copiste des instructions pour rétablir l'ordre alors 92 non fertur] non add. expo Ts, non hab. Av 98 causa-
tum] c'atum Ts: creatum Av 108 suam] om.
le plus courant, celui de l'exemplar <I> 2 : Av donne en
TsAv 110 set] set uef secundum obsc. Ts: secun-
effet les Quodlibets VII-XI dans l'ordre de l'exem- dum Av 116 essencie recipi] suppl. mg. Ts, hab. Av
plar : (VI)-VII-IX-X-XI-VIII. 118-119 uideretur] uidetur TsAv, nec non Bg, Nh, C3V6Lo l,
Ces remarques faites, nous relèverons, à l'article 1, M3 119 uideremus] uidemus TsAv, nec non pl1,
quelques leçons qui montrent l'unité de la famille LPIOb 123 in] i: hab. Ts: om. Av 127 nunc neces-
Ts( Av)Bs, famille qui a sans doute été plus répandue sarium Ts: inu. Av (hésitation qui se retrouve ailleurs)
que ne donnerait à le penser le petit nombre de ses 133 perficiet] ad add. expo Ts, non hab. Av 13 5 intelligi-
INTRODUCTION AU QUODLlBET VII

bilis cum cett Ts: intellectualis Av (cf. fp, plus haut, pas. Une dispute de quolibet comportait normalement
p. p*a) 136 in] supp!. S.u. Ts, hab. Av 138 intelli- deux séances : dans une première séance, n'importe
gibilium] intellectuum TsAv : intellectibilium Li : intelli- qui posait n'importe quelle question dans n'importe
gencium pr.m. Lo 1 140 si] supp!. S.u. Ts, hab. Av quel ordre; dans une deuxième séance, le maitre
Ad l, 146 diuina] om. TsAv 153 limitatum] primo obs- déterminait les questions, et pour ce faire les regrou-
cure scr., supp!. S.u. Ts, hab. Av 155 recipi] cecipi Ts :
pait dans un ordre logique : c'est ce que fait saint
recipi Av 160 essendo] eçndo (le deuxième e exponc-
tué) Ts : eundo Av 162-163 causa est eorum que per se Thomas au Quodlibet VII, mais dans son prologue il
sunto vnde esse per se subsistens] om. in textu, supp!. mg. Ts, annonce le regroupement de la matière du Quodlibet
hab. Av (sed earum pro eorum mg. Ts, Av) Ad 4, 180 ex] en trois parties, qui comprennent les questions 1-5
om. TsAv (a.I-13), mais ne comprennent pas les questions 6
(a.14-16) et 7 (a·17- 18 ).
Du relevé qui précède, on peut tirer deux condu-
Le fait est sur. Ce qui n'est pas sur, c'est son inter-
srons.
prétation. On n'a généralement songé qu'à une seule
La première, c'est qu'il donne sans doute la raison
explication : la dispute n'avait réellement comporté
d'etre du ms. Av : écrit au début du XIVe siède, sur-
que les questions 1- 5 (a. 1-13), et tout le reste a été
chargé de ratures et d'ajouts, le ms. Ts, au xve siède,
ajouté après coup (par saint Thomas lui-meme, et dès
a du paraitre inutilisable : le bibliothécaire du couvent
la première publication, on le concède). Il y a pour-
dominicain d'Avignon a cru bon de remplacer ce
tant une autre explication : la dispute avait réellement
vieux manuscrit par une copie mise au net, d'une élé-
comporté ses 7 questions et ses 18 artides, mais,
gante écriture d'époque, copie qui a pris piace dans la
après coup, saint Thomas a eu l'intention de l'ampu-
bibliothèque tandis que le modèle tombait dans
ter. Nous verrons plus loin (p. 79*-81 *) comment
l'usage privé pour finir sa course à Tortosa ...
s'explique l'intention de supprimer la question 7.
La deuxième condusion, c'est qu'il est difficile de
Examinons pour l'instant le cas de la question 6,
juger de la valeur de la famille Ts(Av)Bs. Le seuI
a.14- 16.
témoin ancien, Ts, est très fautif. Les deux autres
Que cette question ait bien fait partie de la dispute
témoins, Av et Bs, sont du xve siède; Av est pris en
primitive, plusieurs indices semblent le montrer.
flagrant délit de correction, et Bs peut descendre d'un
intermédiaire corrigé. Nous avons déjà (plus haut, C'est, d'abord, son premier mot : « Deinde ». La
p. 47*a) noté que la famille Ts(Av) Bs donne sans tradition de la question 6 se divise en deux branches,
doute un texte contaminé. Nous noterons encore une r (représentée par le seuI ms. V') et Ll (tous les autres
leçon double qui semble confirmer cette impression : témoins). Le ms. V (Vat. lat. 781) est le manuscrit
copié pour saint Thomas par ses secrétaires (ici le
a.4, Resp., 28-29 differencie V A, O 2 Ve, D!Pr, Lh, secrétaire m), avant l'automne de 1259; or, au f. 34rb,
Nbp: nature MdapbVaLi, Bg, <1>2, Bs, nec non fg, fp : la question 6 fait suite à la question 5 du Quodli-
differeneie uel nature TsAv: [differencie uel mg.] nature bet VII, de la meme main et sans que rien n'indique la
plob
moindre solution de continuité; bien au contraire, la
Le modèle de la famille TsAvBs, s'il avait la leçon présentation reste identique, et la question 6 s'ouvre
facile (mais erronée) de Ll : « nature », avait du noter par les mots : « < > einde queritur» (une pIace est
en marge la leçon (plus difficile, mais bonne) de r : laissée pour un D ornée, comme le secrétaire le fait
« differencie» (note tombée dans Bs). En revanche, les ordinairement). Ce « Deinde », la branche Ll de la tra-
groupes détériorés de r, rg et rp, ont opté pour la dition l'atteste elle aussi unanimement, et il ne laisse
leçon facile de Ll. aucun doute sur la volonté de saint Thomas: il
enchaine.
Après coup, dira-t-on. Mais ce qui enchaine la
question 6 à la question 5, ce n'est pas seulement un
LA QUESTION 6 (a.14-r6) mot, si éloquent qu'il soit : c'est la pensée meme. La
question 5 du Quodlibet VII se termine, à son
DE SENSIBUS SACRE SCRIPTURE artide 3 [13], par une question gui met précisément
en jeu l'interprétation de l'Ecriture: comment
comprendre l'Écriture lorsqu'elle dit que les damnés
LA QUESTION 6, QUESTION DE QUOLIBET en enfer seront rongés par les vers et verseront des
pleurs éternels? « locutio tropica est », dit saint Tho-
Depuis quelque 50 ans, une hypothèse (trop mas (ad 1). N'était-il pas normal qu'un assistant à la
souvent présentée comme une certitude) veut que les première séance saisisse l'occasion de poser la ques-
questions 6 (a. 14-16) et 7 (a.17-r8) du Quodlibet VII tion De sensibus sacre scripture?
soient en réalité des questions disputées indépen- Et ce n'est pas tout. L'objection 5 de l'artide 14
dantes, De sensibus sacre scripture, et De opere manuali, s'appuie sur une pensée d'Aristote : comment l'Écri-
ajoutées après coup au Quodlibet VII. ture pourrait-elle avoir plusieurs sens, puisque l'intel-
Que ces questions posent un problème, c'est cer- lect ne peut penser qu'une chose à la fois? L'évoca-
tain : le prologue du Quodlibet VII ne les mentionne tion est sommaire, sommaire aussi la réponse, trop
\

LA QUESTION 6 (A.14-16) 59*

sommaire, s'il s'agissait d'une question disputée indé- DI*, et qu'ils l'ont réinsérée dans le Quodlibet VII, ce
pendante. Mais, dans la dispute de quolibet, la question qui était facile, puisqu'elle était expressément intitulée
avait déjà été longuement traitée (q.l, a.2, «Questio sexta ». Hypothèse confirmée par le ms. Bs :
165 lignes) : un rappel suffisait (et comme l'a.13, l'a.2 après avoir reproduit la rubrique commune de la
avait pu motiver la question De sensibus sacre scripture). sous-famille : « Questio .via. de sensibus sacre scripture », il
Comme le prologue du Quodlibet VII, sa tradition ajoute : « que licet hic connumeretur inter quodlibeta, tamen
manuscrite offre une anomalie qu'il va falloir expli- tractatus est a sancto doctore distinte editus» : anticipant
quer. Les questions 1-5 (a.l-13) sont conservées dans l'erreur moderne, le maitre du xve siècle a traduit en
101 manuscrits (en ne comptant pas le fragment son langage une note ancienne qui signalait l'extrait.
V12); la question 6 (a.14-16) est conservée dans 98 Nous sommes ainsi amenés à supposer qu'assez tot,
manuscrits : elle est omise par le ms. Lh et par les dès la fin du xm e ou le début du XIV e siècle, la ques-
manuscrits apparentés NbF. A première vue, c'est tion 6 (avec la question 7, nous Y reviendrons) a été
peu de chose. Mais, aux articles 1-13, la tradition se extraite du Quodlibet VII, dont il a circulé des copies
divisait en deux branches, r et ~; or, la branche r mutilées, réduites aux questions 1-5 (a.l-13). On s'ex-
n'avait que trois bons représentants : V, Lh et NbF. plique ainsi que Lh, non seulement omette la ques-
Après la disparition de Lh et N b F, il ne lui reste donc tion, mais écrive à la fin de la q. 5, a.13 : « Explicit
qu'un bon représentant, le ms. V. Et il ne lui reste quolibet de fratre thoma dakin de ordine fratrum predicato-
meme que ce seuI représentant : la collation du texte rum» (f. 65Vb). De meme le ms. Md a (f. 226rb) écrit à
montrera en effet que les 21 témoins secondaires que la fin de la q.5, a.13 : « Explicit quodlibet », et son
comptait encore la branche r à l'article 13 l'aban- rubricateur passe du titre courant : « nn Quodlibet»
donnent dès l'article 14 pour passer à la famille ~. (car il compte le Quodlibet VII comme le Quodli-
Il faut s'arreter un instant sur le cas significatif du bet IV), au titre courant : « De sensibus sacre scripture ».
ms. DI. Ce manusctit donne bien le Quodlibet VII en On aurait tort pourtant de considérer le ms. Md a
entier, mais en deux blocs : les questions 6 et 7 (a.14- comme un témoin de l'existence primitive d'une ques-
18) se lisent aux pages 325a-331b du manuscrit, et les tion De sensibus sacre scripture indépendante, car à la
questions 1-5 (a.1-13) aux pages 450a-458a, dans une différence de Lh, il n'omet pas cette question : il
partie distincte de ce manuscrit complexe, bien l'écrit à la suite, sans aucune solution de continuité.
qu'elles soient écrites de la meme main. Jean Destrez Or, avec l'unanimité de la tradition, il la commence
(Les disputes quodlibétiques ... , p. 87) a suggéré que, si le par les mots : « Deinde queritur », et surtout il en donne
copiste a omis les questions 6-7 dans sa copie du un texte qui s'inscrit dans une famille bien définie,
Quodlibet VII aux p. 450-458, c'est peut-etre parce l'excellente famille MdaPbVaLi, qui atteste le Quod-
qu'illes avait déjà copiées aux p. 325-331. Explication libet VII completo L'« Explicit quodlibet» de Md a n'est
insuffisante : comme nous allons le voir, les questions donc pas une leçon de la famille : c'est une leçon indi-
1-5 et 6-7 du ms. DI n'occupent pas la meme pIace viduelle, intervention d'un scribe isolé, témoin d'un
dans la tradition, elles n'ont donc pas été copiées sur état de fait tardif.
le meme modèle. Nous marquerons cette divergence En fin de compte, ce qui a assuré à la question 6 un
en désignant les pages 325 -331 par le sigle Dl* et en destin à part, ce n'est pas sa soutenance à part, c'est
réservant le sigle DI aux pages 450-458. son intéret à part : les autres questions du Quodli-
Le ms. Dl* nous offre-t-il donc le texte primitif de bet VII traitent de points de détail, si intéressants
la prétendue question disputée indépendante De sensi- soient-ils, elle seule a une portée générale; elle donne
bus sacre scripture? Bien loin de là! Car cette question, la clé de toute la théologie. On comprend que des
il l'intitule expressément, et de première main: maitres aient tenu à en posséder une copie indépen-
« Questio sexta », et le texte qu'il en donne est un dante (sauf Dl*, ces copies se sont perdues, ce qui est
texte déjà très détérioré. Le ms. DI* n'est donc pas le normal, car ce devait etre de simples feuillets), et que
témoin d'un phénomène primitif, l'existence d'une le Quodlibet VII ait ainsi été mutilé. Faut-il faire
Question disputée indépendante non encore ajoutée remonter cette mutilation à saint Thomas lui-meme?
au Quodlibet, il est au contraire le témoin d'un phé- Ce n'est pas impossible : il a surement extrait de son
nomène secondaire, l'extraction du Quodlibet VII Quodlibet la question 7 pour en faire un opuscule à
d'une de ses questions. part (voir plus loin, p. 81 *), il a pu aussi vouloir
Mais, nous allons le montrer, le ms. Dl* n'est pas extraire la question 6 pour en faire l'objet d'une
isolé : il s'inscrit dans une petite sous-famille bien publication à part : elle le méritait. Mais cette publica-
définie, Ts( Av)Bs, Dl*; il est notamment extreme- tion n'est pas attestée.
ment proche de la première main du ms. Ts, et de la Si donc, dans le prologue OÙ il organise pour la
meme époque (début du XIV e siècle), tandis que le publication son Quodlibet VII saint Thomas ne men-
ms. Av a été copié au xve siècle sur le ms. Ts déjà très tionne pas la question 6, il peut s'agir tout simple-
corrigé et que le ms. Bs, du xve siècle, donne lui aussi ment d'un accident, oserons-nous dire: d'une négli-
un texte corrigé. Certes, les mss TsAvBs donnent la gence? En tout état de cause, il faut admettre que
question 6 en pIace. Mais on peut penser qu'ils la saint Thomas a été négligent : si, comme le soutient
doivent à un modèle où elle était isolée comme dans l'hypothèse que nous rejetons, saint Thomas a lui-
60* INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

mème ajouté à son Quodlibet VII une question qui à LA BRANCHE r (le ms. V)
l'origine n'en faisait pas partie, avec l'intention for-
melle de l'intégrer à ce Quodlibet, comme le prouve Après la disparition des autres témoins de la famille
le « Deinde queritur )), il aurait du, à ce moment, r, le ms. V reste isolé. Il continue pourtant à ètre le
compléter son prologue : lui qui a trouvé le pIan des témoin d'un texte différent du texte conservé par le
épìtres de saint Paul, il n'aurait pas été embarrassé reste de la tradition; il représente donc à lui seuI,
pour lui assigner une pIace logique! Pourquoi ne pas sinon une famille, au moins une branche indépen-
admettre que, plutòt que cette négligence là, il a dante de la tradition, que nous pouvons continuer à
commis la négligence de mal organiser son prologue, désigner par le sigle r, le sigle <I> recouvrant désor-
ou plus exactement de mal le réorganiser? Quand il a mais tous les autres témoins.
voulu extraire la question 7, il lui a fallu en effet
refaire le prologue : n'est-ce pas alors que par distrac-
tion il a supprimé avec la mention de la question 7 Bonnes leçons
devenue opuscule, la mention de la question 6 restée
en pIace? L'état dans lequel le prologue nous a été Nous commencerons par relever dans le ms. V
transmis autorise cette hypothèse : la division en trois quelques «bonnes leçons », c'est-à-dire des leçons qui
parties est annoncée dans la famille r par une anaco- ont toutes chances de provenir d'une lecture de l'ori-
luthe, « De tribus)) que la famille ~ a essayé de corri- ginaI indépendante de la lecture qui a donné naissance
ger, « Tria )), et la copie du secrétaire de saint Thomas au texte ~ :
dans le ms. V présente plusieurs leçons propres. Q.6, Prol., 4 sensum litteralem Vrn, 02Ve : sensus litte-
N'est-ce pas l'indice que ces lignes étaient en voie de rales ~(-02Ve) a.14, arg.l, 18 il1uminandum Vrn : om.
remaniement et n'ont pas été soigneusement mises au ~ Resp., 55 dupliciter Vrn : de Mdap b : de aliquod ~
point? (cett) 58-6o auetor autem sacre seripture, seilieet spiri-
tus sanetus non solum est auetor uerborum, set etiam est
auetor rerum. vnde Vrn : auetor autem rerum ~ ao15,
RÉPARTITION DES TÉMOINS arg.l, 7 aliqua Vrn, 02Ve, KrPr 2Wr 4 Wr 2Wr 1 , nec non posI
figurate Pr 1 : om. ~ (cett) s.e. 1,42 que faeta (avee
Augustin) Vrn : que ibi faeta ~ s.e. 2,52 dueimur (avee
V oici la répartition des 98 manuscrits (et des édi- la souree) Vrn : dedueimur ~ Respo, 53 horum Vrn,
tions Ed l , Ed 2 et Ed 3) de la qestion 6 (a'14-16) du p b, Ve, In 1 : istorum ~ (cett) 70 nomine Vrn, ~2 :
Quodlibet VII : modo ~(- ~2) ad 1, 88 seriptura VA, BgO 2 Ve : serip-
turis Ll (cett) 95 umbre VA: umbra ~ ad 5, 131-
Quodlibet VII 133 quando ... potest V A : quando ... il1ud potest <I> 2g :
quandoque .. , quod potest Ll (cett : quod omo Ll) a.16,
tito, 2 etiam V A : om. Ll s.c., 23 testum VA : gestum
a'14- 16
~ Respo, 28-29 ordinare V A : ordinantur .. o quod ~
r V
Certes, plusieurs de ces «bonnes leçons », appelées
par le sens, pouvaient ètre introduites dans le texte
MdapbVaLi par une correction conjecturale, et quelques-unes
Bg,02Ve l'ont été. Mais plusieurs dépassaient les limites de
<I> 2 : BaBa 1P 1P sb V 4 l'imagination d'un scribe. C'est le cas, avant taut, des
ArPdPdlP4P6V3 deux lignes de l'artide 14, 58-60, conservées par le
An bBBwCeGJ, HeUt, L 2MIM3NhP8Pr, seuI ms. V. C'est aussi sans doute le cas du «testum»
R V9, Si, (V8) du sed contra de l'artide 16. Il s'agit d'une citation de
saint Grégoire, par ailleurs littérale, et saint Grégoire
Groupes dérivés
avait bien écrit : « dum narrat textum, prodit mysterium);
<l>2F : F3Rn, CnPll, SI (voir notre apparat des sources); le secrétaire A, qui
<l>2B: C e 05, C3L o IV6, C2, C I 03, Gj1V2 écrit ici le ms. V, a la graphie « testum)) (comme « mis-
<l>2G : B2EIHbLb l , MUa, MgV7Wr 5Wr 6,
terium ))), qui est normale de la part d'un italien (cfr.
Ed l , Ed 3 a.15, 9 rex] res Vrn); il est donc probable que saint
Pr l , Kr, Pr 2Wr 4Wr 3Wr l Thomas avait copié exactement le texte de saint Gré-
goire. Cependant, au lieu de « testum )), la tradition Ll
<l>2g : BbFfJM4W2, BulMa, Lb 2
donne «gestum », et c'est aussi ce « gestum)) qu'on lit
dans le Somme de théologie, la, q.l, aol0, S.Co (éd. Léon.,
~2 (Groupes dérivés d'un mème modèle altéré) t. IV, p. 25) : «dum narrat gestum, prodit myste-
rium ». La correction de « textum-testum )) en « gestum ))
~2a : Ts( Av)Bs, DI*
était tentante, dans un contexte qui oppose au sens
~2g : LP lOb Ed 2, In l, BI Wb, LI WrWr 2 littéral ou historique, qui s'en tient aux « res gestae )), le
~2p : Kr 6Kr 4Kr 5, SZWl, Kr 7(Kr 9)Kr 2Bu, sens spirituel, qui découvre au-delà d'elles le mystère.
Kr l Kr 3Kr 8 Saint Thomas a-t-il succombé à la tentation, et y a-t-il
LA QUESTION 6 (A.14-16) 61*

succombé dès une relecture de son Quodlibet? C'est suivis par les 3 manuscrits du groupe Bg, O 2Ve et les
une hypothèse qu'on ne peut entièrement écarter, 67 manuscrits dérivés de l'exemplar $2. Nous grou-
mais il reste plus probable de voir là l'intervention perons ensuite sous le sigle Ll2 un ensemble de
d'un scribe. 23 manuscrits dérivés d'un modèle unique, mais
répartis en trois sous-groupes : 4 manuscrits pour le
Le(ons fautives (ou indifférentes) sous-groupe Ll2a (TsAvBs, DI*), 8 manuscrits pour le
sous-groupe Ll2g (LP 10bln l B lWbVWrWr 2) et
Cependant, à coté de ses bonnes leçons, le ms. V I l manuscrits (sans compter le fragment Kr 9 ) pour le

comporte bien des leçons qu'on peut considérer sous-groupe Ll2p (Kr6Kr4Kr5SzWIKr7Kr2BuKrl
comme des fautes de lecture. En quelques cas, la Kr 3 Kr 8 ).
leçon de V et la leçon de Ll sont de valeur égale (je
signalerai ces cas par le signe . , sauf les inversions,
de soi indifférentes) : Le groupe MdaPb, VaLi

Q.6, prol., 7 inueniantur] inueniatur Vrn a.14, Nous avons déjà défini ce groupe (plus haut,
arg-4, 31 perspicacitas] per inspicacitas (in exp.) Vrn 46 sen-
p. 53*). n garde ici son unité, sa structure, et surtout
sus proprii] inu. Vrn Resp., 53 tradita Vrn : • ordinata
~ 55 ueritatis] uirtutis Vrn 68 sacre scripture] son autorité.
sacra scrip. Vrn ad 1, 83 dum] dicitur (dr pro du) Voici d'abord quelques leçons qui confirment l'au-
Vrn ad 2, 90 sensibus] speciebus Vrn ad 3, 95 torité du groupe, soutenu par V :
exponatur] proponat ( {l = pro, peut etre une mélecture de a.14, arg.5, 42 set riualis Vrn, MdapbVaLi, nec non
ex) Vrn
• om. Vrn
ad 4, 105 aliquam] aliqua Vrn
ad 5, 120 unde] om. Vrn
109 sacra] TsAv : set + fac. Bg, 02Ve : set figuralis see.m. P 10b : om.
cett ad 2, 84 scripture Vrn, MdapbVaLi : sacre scrip-
a.15, arg.l, 9 rex] res Vrn (cf. res [exp.] rex Pl) 13 fi- ture eett ad 4, 104 ab illa re Vrn, Mdap bVaLi, nee non
gura] figuram 35 ut enim] • quia ut Vrn 36-37 so- see.m. PlOb, see.m. Wr, Wr 2, SZWl : ab ista re ~2P(-SZWl) :
lus litteralis sensus querendus est tr. Vrn arg.2, 18 ab ista (re om.) cett 108 et 1 V m, MdapbVaLi : om.
eius] • Christi Vrn Resp., 54 quatuor sensuum] cett ad 5, 114 per ... disserantur Vrn, Mdap b VaLi: uar.
inu. 60-61 accipi potest Vrn : accipitur • ~ 75 trium- cett (cf. infra, p. 63*a) . 119 intenderent Vrn,
phantis] trihumphantis (graphie du secrétaire A; cf. lignes Mdap bVaLi, nee non ~2p : intenderunt eett (intendebant In l,
85, 123-124) VA 76 noui] + et VA, avec In l <I> 2g).
77 figura] bis (figura fia) VA 85 sic] + et ad 1,87 a.15, arg.5, 36 Genesim V m, MdapbVaLi, BgVe
per quel • quibus 11 sicut] + quod ad 4, 119- (hom.om. 0 2) : + ad litteram cett ad 1, 98 Sicubi VA,
120 sensus allegoricus] inu. 124 glorificans eam] inu. MdapbVaLi, <1>2: Si (set) alicubi Bg, ~2: Si alicui
VA ad 5, 13°-131 prioribus] posterioribus (exp.) O 2Ve ad 3, 116 sensus 2 VA, P bVaLi, nec non <l>2Gg,
prioribus V A; cf. posterioribus Bg 13 7 secundum] ~2p, sec.m. Wr, Wr 2 : om. ~ (eett) ad 5, 131 figurantur
sunt (exp.) secundum VA 142 eorum] earum (exp.) VA, MdapbVaLi, Bg, <1>2: significantur ~ (cett)
eorum VA 143 sunt] suppf. S.u. VA 146 Christo] 143 eo VA, MdapbVaLi, <1>2: ipso Bg, 0 2Ve, ~2
ipso VA 147 gloria nobis] inu. VA 148 ipso] om. 160 anagogice V A, Md aP bVaLi, nec non 03,
VA 153 quando] quandoque (que exp.) VA. Pr2Wr4W3Wr 1 : hom.om. Bg, 02Ve, LWb, pr.m. P lOb, pr.m.
a.16, arg.l, 7 etiam] • om. VA arg.2, 11 rerum] ra 5 Z : afiegorice cett.
(exp.) rerum (a d'abord lu «ra» au lieu de «rr») VA a.16, arg.l, 9 spirituales sensus VA, MdaVaLi,
arg.3, 18 sacra] om. s.c. 23 sermone] more (exp.) ser- <1>2(- <l>2g), ante possunt Bg, 0 2Ve: sensus spirituales P b,
mone VA Resp., 36 uel per] • aut VA 41-42 cuius ~2a : sensus plures ~2gp (cf. plus loin, p. 64*a) : plures sen-
spiritus sanctus] [est spiritus sanctus exp.] cuius spiritus sus <l>2g arg.3, 18 sola Va, MdapbVaLi, Bg: solum
sanctus V A (<< est» est probablement une faute de lecture ; eett Resp., 43 tantum VA, MdapbVaLi, nec. non ~2p :
«e» au lieu de «c 9 », d'où l'annulation et la reprise; je om. eett.
n'oserais proposer de lire, au lieu des mots annulés : «est
spiritualis sensus », ce qui rendrait la phrase plus Une leçon des mss Mdap b mérite sans doute d'etre
claire ...) ad 1, 45 ergo] igitur VA 48 ut alia res notée :
significetur tr. V A ad 3, 58 dicitur] de (exp.) dr a.14, Resp., 56 dupliciter (dup r) VA ; de pr.m. Mdap b :
(<< de », faute de lecture pour «dr» = dicitur) VA.
de aliquo cett.
n estpossible que la leçon « de» soit la faute ori-
ginelle de la copie Ll (d' pour dr) : l'addition de « ali-
LA F AMILLE Ll quo» était la correction facile.
Un petit nombre de fautes communes confirment
La famille Ll comprend tous les témoins sauf V, l'unité du groupe :
soit 97 manuscrits et toutes les éditions. Son unité Prol., U-4 in] om. MdapbVa, nee non Bg a.14, arg.l,
ressort du relevé que nous avons fai t (p. 165 -166) des 12 semel] simul pr.m.Mda, VaLi, nee non Bg, 02Ve (cum
bonnes leçons propres de V, auxquelles corres- paueis dett) ad 2, 77-78 Augustinus dicit V A, Bg, 0 2Ve,
pondent autant de mauvaises leçons communes de Ll. <l>2g, <1>2 : inu. Mdap bVaLi, <1>2(_ <l>2g) a.15, arg.3 22
Sa structure cependant est complexe. Au premier rang instructionem] institutionem MdapbVa (instructionem resto
viennent les 4 manuscrits du groupe Md aP b VaLi, S.U. see.m. Md a) 23 litteralem] moralem MdaVaLi, nec
62* INTRODUCTION AU QUODLlBET VII

non Bg : om. pb Resp., 67 rerum] om. pr.m. Md'Pb, nec Nous relèverons maintenant les leçons qui
non Bg, 02Ve ad 15, 140 ad] secundum Md'VaLi, nec montrent que, meme s'ils s'apparentent à Bg, les
non $2. manuscrits italiens 0 2 Ve restent plus étroitement
encore apparentés entre eux :
Les mss VaLi offrent plusieurs leçons communes :
Prol., 4 sensum litteralem 02Ve, avec Vrn: sensus lit-
a.14, arg.4, 32 auctoritatem] auctorem ad 2, 86 infi- terales cet! a.q, arg.3, 24 scriptura] sacra scriptura
delium] fidelium a.l 5, Resp., 78 ordinatus] ordina- 26 secundum hoc quod ipse] sicut arg-4, 32-33 auctori-
tur ad 5, 125 quatuor isti VA, Md'Pb, L\2(_PI0b) : inu. tatem ad aliquid confirmandum] aliquam auctoritatem ad
VaLi, cum Bg, 0 2 Ve, $2, P IO 134Inter] Sunt (fnt pour confirmandum aliquid 33-35 non est conueniens sen-
Ini') VaLi, Bg a.16, arg.l, 78 set ~ similitudinibus] sus sacre scripture; set nullus sensus preter litteralem habet
hom.om. VaLi, nec non Ve Resp., 26-27 cursum suum robur ad aliquid confirmandum] homo om. Bg : non debet
peragentes] ad cursum suum peragendum. esse in sacra scriptura; set sensus spiritualis preter lit-
teralem non ualet ad aliquid confirmandum suppl. 02Ve
argo 5, 44-45 simul plura intelligere] intelligere nisi
Le sous-groupe Bg, 0 2 Ve unum Resp., 61 aliquid] om. ad 1, 75 ipsa] ea
02Ve, nec non Bs : eo TsAvDI* ad 2, 79 a Deo disposi-
Nous relèverons d'abord les leçons qui unissent les tum] om. 80 hoc] om. ad 4, 109 de leone dicitur]
trois manuscrits Bg, 0 2 Ve : dicitur de leone' ad 5, 115 est etiam] ergo est.
a.14, arg.2, 21 esse] latere argo 3, 26 scripturam] a.l 5, tit., 4 hystoricus 0 2 Ve, cum Vrn: hystorialis
om. arg.4, 31 ingenii] generis (exp.) ingenii 0 2 ; gene- cet! arg.l, 7 aliqua 0 2 Ve, cum Vrn, Pr l KrPr 2
ris Bg, Ve, nec non L2 39 alios sensus] alium (om. Bg) Wr 4 Wr 3 Wr l : om. cet! arg.2, 19-21 an allegorico dis-
sensum argo 5, 41 alicuius] sacre Bg, 0 2 Ve : alicuius tingui] distingui ab allegorico 0 2 Ve, nec non
sacre Md' 42 set riualis VA, Md·pbVaLi, TsAv : set KrPr 2Wr 4 Wr 3 Wr l arg'3, 24 moralis sensus] inu.
+ lac. Bg, 02Ve : om. cet! ad 1,72-73 sensus spiritualis 24-25 non debet distingui a litterali] a litterali non debet
distingui arg.5, 33 sacre scripture] inu. S.C.l, 43
semper] semper sensus spiritualis Bg, 0 2Ve, nec non $2 (cf.
plus loin, p. 63*a) ad 2, 77-78 Augustinus dicit] inu. Bg, autem] om. S.C.2, 52 tractaturi (tractatur)] lac.
02Ve, avec Vrn, $2g 81 ad] in Bg, 02Ve, $2 ad 5, 0 2 Ve Resp., 57 est] fit 0 2 Ve, nec non L IWrWr 2
117 plura intelligeret] inu. Bg, 0 2Ve, nec non $2, Md' 80 uel] siue ad 1, 103 Danielis] ut habetur praem.
117 Ieronimus] Ysidorus 118 Osee] omnes (avec Dl*). ad 3, 116 est pars] subest 0 2 : semper est Ve (cf. est sp pour
est ps Ed 2) ad 5, 126 sacre scripture] inu. 141 illa
a.15, arg.l, 8 sicut] secundum Bg, $2 (cf. plus loin, sunt priora] priora sunt illa 150 actus] ipsos actus
p. 63a) : Vnde secundum illud 02Ve arg.2, 15 una per- 155 ea] illa 158 exponi] + et 160-161 non-litte-
sona] inu. S.C.2, 49 res gestas] gestas res Bg, sec.m. 0 2 : ralem] homo om. Bg, 02Ve (cf. plus haut, p. 62*a) : et ea que
gesta res pr.m. 0 2 , Ve 51-52 per quam de summis] per suppl. 0 2 Ve.
quam (quem Bg) summis Bg, 02Ve : per summis $2 (cf. plus
loin, p. 63a) Resp., 67 rerum] om. Bg., 02Ve, nec non a.16, s.c., 20 dicit Gregorius] inu. (cum paucis)
pr.m. Md'Pb 76 figura fuit] inu. 80 figurat] signifi- Resp., 32 aliquid] om. 33 ita] sic ad 3, 58 per
cat Bg, 0 2Ve, $2 (pour L\2p, cf. plus loin, p. 65*a-b) modum significationis quod dicitur] quod dicitur per
ad 1, 88 scriptura Bg, 0 2 Ve, cum VA : scripturis modum significationis.
cet! 90 ut ille] nec alie 96 per huiusmodi res] Les mss 0 2 Ve semblent donner un texte de la
per c9 res Bg: per res 0 2 : partes Ve 97 preter] fa mille Bg, 0 2 Ve déjà détérioré, mais aussi corrigé :
principaliter 98 Sicubi uero] si uero alicubi Bg,
dans notre relevé des leçons communes à Bg, 0 2 Ve, la
sec.m. Wr, Wr 2 : si uero alicui 02Ve : si alicubi uero
L\2 (cf. plus loin, p. 64*a) ad 2,1°9-110 proprios] proposi- leçon de 0 2 Ve semble plusieurs fois etre une correc-
tiones Bg: personales 02Ve ad 5, 126-127 qualibet tion (a.q, U. 8, 1°9-110, 125-127, 152-153; a.16, 46,
parte eius (eius parte)] qualibet eius partibus Bg : quibusli- 47-48); dans notre relevé des leçons propres à 0 2 Ve,
bet eius partibus Q2Ve 127 sensibus] modis Bg, 02Ve, $2 la leçon de 02Ve semble par deux fois s'expliquer
136 illa] om. Bg, 02Ve, $2 142 eorum] illorum Bg, parce que leur modèle a essayé de corriger une omis-
02Ve, $2, nec non Bu 143 eo] ipso Bg, 0 2 Ve, nec non L\2 sion par homéotéleute attestée par Bg (a.14, 33-3 j ;
152-153 est nobis iter glorie demonstratum] est nobis a.q, 160-161); enfin à l'a.16, 58, la transposition opé-
demonstratum Bg : futura gloria (cf. U. I 46- I47) est nobis rée par 0 2 Ve rend le sens plus clair.
demonstrata 02Ve 160-161 non ~ litteralem] hom.om.
Dans l'ensemble, le texte du groupe Bg, 02Ve
Bg, 0 2 Ve, nec non L, pr.m. P 10b, Wb, pr.m. SZ'
semble moins bon que celui du groupe Md·pbVaLi.
a.16, arg.l, 9 possunt spirituales sensus] spirituales sen- Quelques rencontres avec V semblent n'etre que des
sus possunt Bg, 0 2 Ve arg'3, 16 multa dicit] inu. accidents, ou des corrections faciles (pour Bg, 0 2 Ve,
18 hos] huiusmodi Bg : om. 02Ve Resp., 41 cuius] + a.14, 77-78; a.q, 88; pour 02Ve, Q.6, Pro!., 4; a.q,
ipse Bg, Ve ad 1, 46 ex] + aliis Bg, $2 : + aliquibus
0 2 Ve 47-48 uerbis quibus una res significatur] uerbum tit., 4; arg.l, 7).
quodlibet una res significatur Bg : per uerbum qualibet res
significata 0 2 : per uerbum quelibet res significata Ve La famille de l'exemplar <I> 2
ad 3, 56-57 multe conclusiones] inu. (avec Md')
57 sequntur] consecuntur 59 licet] h3 (= habet, pour Plus des 2/3 des manuscrits (67 sur 98) dérivent de
13 = licet) Bg: habeat 0 2 : habent Ve 60 possit] om. l'exemplar universitaire parisien <I> 2. Cependant, ces
(cf. adn. sup.). manuscrits ne forment pas une famille absolument
LA QUESTION 6 (A.14-16)

homogène : les cinq manuscrits à pleces corro sec.m. Nh: ?corr. Cc, obsc. 0 5 : ? diuiduntur Wr 5)
(BaBa lp lp SbV4), auxque1s on peut joindre 6 autres ad j, 127 sensibus] modis Bg02Ve, $2 om. MIM3)
témoins (ArPdPdlP4P6V3), attestent fidèlement le 13j narrantur] om. $2 (= BaBa 1PIP5bV4,
texte de l'exemplar; les autres s'en éloignent plus ou ArPdPdlP4p6V3, An bBCeHeUtL2NhP85i, F3p I1 5/:
uersantur M3 : sunt suppl. uariis locis BwCjPrR V9RnCn :
moins, soit qu'ils corrigent que1ques fautes, soit qu'ils
narrantur resto V8, $2B, $2Gg) 136 illa] om. Bg02Ve,
en ajoutent de nouvelles. C'est le cas notamment des $2(_ Cn : hom.om. MI) 138 spectant] expectant Bg:
groupes <1> 2B, <1> 2G et surtout <1> 2g. pertinent (exp.) spectant Md a : pertinent $2(_ V8 :
Comme aux articles 1-13, le texte de <1> 2 s'apparente hom.om. MI), Bs : pertinent uel spectant Ll2a(-Bs) 142 eo-
au texte du ms. Bg (nous avons re1evé, p. 62*a, 41 rum] illorum Bg02Ve, $2 (hom.om.CeWr 4), nec non Bu
leçons du ms. Bg: <1>2 en a lO : a.q, 72-73, 81, 117; a.16, arg.2, 13-14 sacra scriptura] inu. $2(-PrV 85I,
a.q, 8,51-52,80, 127, 136, 142; a.16, 46). L'exemplar C c05, 0 3 : sacra om. Lb 2), nec non BI Resp., 29 res in
a cependant de nombreuses leçons propres : eursu suo] om. $2(_MIM3V8: in cursu suo suppl. $2B [in
cursus suos C c05 : res in cursu suo 0 3], $ 2Gg [in cursu suo
a.14, arg.4, 32-33 auctoritatem ad aliquid confirmandum] om. sed res suppl. E l]) ad l, 46 ex] + aliis Bg,
auctoritatem aliquam ad confirmandum $ 2 (auctoritates ali-
quas L2, $2Gg[-Pr 2Wr 4Wr 3Wr l ]). Cf. 0 2 Ve, plus haut
$2(_MIM3): + aliquibus 0 2Ve, MIM3 ad 3, jj
conc1usiones sunt potencia] potencia sunt conc1usiones $ 2
p. 62*b. Resp., 62 et] + ideo $ 2(_ P 6, HeUt, Pr, (hom. om. V8, B2: conc1usiones + multe KrPr 2Wr 4
R V9, V8, $ 2B [ideo s.u. sec.m. Cjl : et secundum hoc om. 3 l
Wr Wr : conc1usiones om. F3 sunt om. MUa)
Lo I]) 68-69 sensus competunt] inu. $2(_V8, j6-57 multe conc1usiones] inu. Bg02Ve, $2, nec non Md a
KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l ) ad 1,72-73 sensus spiritualis sem-
per] semper sensus spiritualis (litteralis Ve) Bg02 Ve, $ 2 Le re1evé précédent a déjà mis en lumière l'unité et
(semper: per Ba l PdlLb2 : super Cl : proprie semper 5i : la structure du sous-groupe germanique tardif <1> 2Gg.
om. R V9 - sensus om. C3Lo 1 V6, KrPr 2Wr4, pr.m. Wr 3 - Nous ajouterons que1ques leçons qui confirment
semper del. et sensus suppl. sec.m. Wr 3 : semper om. et sensus
l'unité du groupe :
hab. Wr l ) ad 2, 85 per hoc] ex hoc $2(_ V8) 88 Ti-
motheum monebat] ad thimotheum monebat $2 (titum a.lj, arg.2, 18 uidetur] dicitur $2Gg (hom.om.
admonebat V8: ad om. $2B, $2Gg[_M4: hab. sed del. Pr 2Wr 4Wr 3Wr l ) arg.3, 21 moralis sensus] inu.
Wr 5Kr] : pro Timotheum hab. titum CjP8, V6, $2g : trahi- $2Gg Resp., j7 que est] om. $2Gg ad l, 99-100
tur C3 : obsc. Wr 3Wr l ) 90 ueritatem fidei] inu. $2 quod Christus significetur per huiusmodi ymaginarias simi-
(fidei uirtutem 5i : fidei expedit ueritatem W2) ad 4, litudines] per huiusmodi ymaginarias similitudines (inu.
1°5 illarum] aliam $2 (aliCi V3: illarum resto V8, Ed l : KrPr 2Wr 4Wr 3 Wr l ) quod Christus significetur uel figure-
litterarum BI: om. Cn) ad j, 114 per expositores ... tur $2Gg ad 2, 1°7 Iosue] Ioelis B2EIHbLb i
disserantur] expositores ... discerant $2 (exponant uel edis- MgWr 5Wr 6, BbFjJM4W2Bu IMaLb2: Danielis MUaV7,
eerant(ur) $2g; cf. Ll2, plus loin, p. 64*a) 117 plura PrlKrPr2Wr4Wr3Wrl (Iosue resto Ed l , Ed 3) a.16,
intelligeret] inu. Md a, Bg02Ve, $2 (plura om. in textu suppl. arg.l, 8 scripturis] scriptura L2, $2Gg (sacra [exp.] scrip-
mg. Nh : plura in uno uerbo intelligeret C c05 : intelligeret tura Wr 4 ) Resp., 37 tantum] om. $ 2Gg
in uno uerbo plura W2: plura intelligere potest
V oici ensuite que1ques leçons qui confirment l'exis-
KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l )
tence du petit sous-groupe Kr Pr 2 Wr 4Wr 3Wr 1 :
a.lj, arg.l, 8 sicut] secundum Va, Bg, (02Ve), $2
(secundum quod P8V8 : secundum quod dicitur MIM3 : a.14, Resp., 63-64 manifestetur ueritas] inu.
et Cn: ut pII: sicut resto 5i, C3Lo IV6, sec.m. Cj!, KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l ad 1,73 litteralem] sensum add. uel
$2Gg) 13-14 in figura (-ram Vrn) ipsius (eius Ll2p) pre- praem. KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l ad 2, 84 ueritatem] sensum
eesserunt] precesserunt in figura ipsius $ 2(_ V8) arg.4, Pr 2Wr 4Wr 3Wr l ad 4, 10j procedi] om.
28 nec 2] om. $2(_ Cj, MIM3, V8 : non ante 30 debet suppl. PrIKrPr 2Wr 4Wr 3Wr 1 106 determinate] +deuenire
sec.m. p4NhRnC2Cj, pr.m.BHeUtP8RV9Cn5IC c 05C3Lo l Pr 2Wr 4Wr 3Wr l (cf. adn. sup.) a.lj, arg.2, 17
V6C I03, $2Gg : nec ... non debet Wb) arg.j, 38 expo- ad] + ecc1esiam seu ad Pr 2Wr 4Wr 3Wr l arg.2, 19-20
sitionis] om. $2, nec non Bu S.C.I, 41 intueri] intelligere ab allegorico distingui] distingui ab allegorico
lI> 2(_ $ 2g: preintelligere C c05: intelligere intueri V 8) KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l , cum 02Ve Resp., 70 nomine Vrn,
s.e.2, j 1- j 2 per quam de summis] per quem de summis Bg, Ll2, KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l : modo ceti 77 ergo] autem
V8, 51: per quam summis 0 2Ve, pll : per summis $2 MUa, Pr l , KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l 78 fundari] ordinari
(= BaBa l PIP5bV4, ArPdPdlP4p6V3, An bCeCjL2Nh, Pr l , KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l
pr.m. V9 : pro summis Pr5i: de summis Bw : per quod
Notons enfin que1ques leçons du sous-groupe $ 2g :
summis F 3 : per quem summis Rn : per quam cum de sum-
mis ... tractatur B: per quam de summis resto a.14, ad 2, 87 Nolite] + inquit (avec Ll2) 89 serua-
HeUtMIM3p8R, sec.m. V9, $2B, $2Gg [in qua BbW2]) ret] conseruaret (avec BI) ad 4, 1°4 potest 1] non
Resp., 66 autem quam] antequam $ 2 (= BaBa 1P 1P 5b V 4, potest ad j, 114 disserantur] exponantur uel disseran-
ArPdPdlP4p6, L2: autem [quam om.] MIM3: autem tur (avec Ll2) a.lj, arg.2, 19-20 moralis ... ab allego-
quam resto sec.m. p5bV4, pr.m. ceti : obsc. non nullt) rico] allegoricus... a morali ad l, 9 j talis significatio]
80 figurat] significat Bg02 Ve, $ 2 (nec non Kr 7 Kr 9 Kr 2 Bu, om. (suppl. mg. sec.m. Fj) ad j, 131-133 quando ...
Kr 2Kr 8 ; cf. plus loin, p.6j*) 84 nouum simul et potest V A : quando: illud potest $ 2g (restitue le sens de
uetus] nouum scilicet et uetus simul $2(-BwV8 : simulom. V A, sans doute par conjecture, comme l'indique le « illud»
5i: scilicet om. V9, $ 2B : testamentum add post nouum pour « quod ») : quandoque ... quod potest ceti (quandoque
R V9, post uetus Pr 2Wr 4Wr 3Wr l , Ed 3) ad l, 88 desi- in: si LI, pr.m.Wr: in sec.m. Wr, Wr 2 - quod
gnantur] distinguuntur $2(-MIM3, Pr 2Wr 4Wr 3Wr l : om. Lz) 14j ex ipso etiam] ut in ipso scilicet (avee Ll2)
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

a.16, arg.l, 9 spirituales sensus] plures sensus (cf. ~ 2, plus arg.3, 27 ad] om. pr.m. Ts, Dl* argA, 30 sacre] huius
loin, p. 64*a) (modi) TsAvBsDl* (il s'agit probablement d'une correction
faite sur le texte d'Augustin; cf. app. font.) 31 perspi-
La sous-famille ~ 2 cacitas] inperspicacitas TsAvDI* (cf. perinspicacitas primo
V m) 32 ille] iste TsAvDI* 33 aliquid] om.
Nous relèverons d'abord quelques variantes qui TsAvDl* arg.5, 4°-41 ex uerbis alicuius] alicuius ex
montrent l'unité des trois groupes de la famille ~ 2 uerbis alicuius pr.m. Ts, Dl* : ex alicuius uerbis see.m. Ts,
(= ~2a, ~2g et ~2P) : Av 45 secundum Philosophum] om. TsAvBsDl*, nee
non ~2p (suppl. Kr 1Kr 3 Kr 8 ) S.C.l, 47 dicitur] om. pr.m.
Pro!., 5 lateant alii sensus spirituales (spirituales sensus Ts, Dl* Resp., 58 autem] om. pr.m. Ts, Dl*
tr. Vrn)] alii sensus lateant 60 rerum] rei TsAvBsDl* 61 aliquid significandum
a.14, ad 1, 71 ex] ab ad 2, 77-78 sicut Augustinus TsAvBs: glorificandum aliquid Dl* 62 etiam] om.
dicit (dicit Augustinus)] secundum quod Augustinus dicit TsAvBsDl* ad 4, 104 ab illa re] om. pr.m. Ts, Dl*
(dicit om. Wb) 87 Nolite] +inquit (avec <I> 2g) ad 106 determinate] determinare pr.m. Ts, Dl* ad 5, 115
3,92-93 Augustinus] + in libro ad 5, 114 disserantur] fuit] om. pr.m. Ts, Dl*
exponantur uel disserantur (discernantur, describantur, a.15 (rubrique, en téte) Vtrum debeant distingui 04-
etc.) ~2 (uel disserantur om. BI), nee non <l>2g sensus sacre scripture, scilicet historialis uel litteralis, alle-
goricus, moralis et anagogicus TsAvBsDl* arg.l, 9
a.15, arg.l, 8 aliis] multis aliis 9 significatur] om. ~2a
rex] uox pr.m. Ts, Bs, Dl* 13 in] om. pr.m. Ts, Dl*
(suppl. see.m. Ts, Av), ~2g (suppl. see.m. Wr, Ed 5 ), pr.m.
arg.2, 17-18 sensus autem] set sensus pr.m. Ts, Dl*
5Z: suppl. ~2P(-pr.m. 5z) 12 allegoricus sensus] inu.
arg.2, 15 persona eum eet! ~ 2a : om. ~ 2g(_ B 1Wb : ecclesia 18-19 uidetur - moralis] bis hab. (sine scilicet) pr.m. Ts,
post est suppl. Ed 2,4,,) : substancia ~ 2p, see.m. Wr, Wr 2 (per- Dl* 19 debet] debuit TsAvBsDl* arg.4, 28 nec 2]
ne (pro n C) TsAv: nature Dl* arg.5, 33-34 quelibet
sona resto see.m. PIDbWI) arg.3, 23-24 in pluribus locis
pars sacre scripture] hom.om. pr.m. Ts, Dl* s.C.l,41-42
secundum litteralem sensum tr. argA, 27 ecclesie] om.
que ... que l] qui ... qui TsAvDl* 42 que futura prenun-
(26-27 ecclesie - caput ecclesie hom.om. Dl*) 29 ali-
quid exponitur] aliqua exponuntur (- WrWr 2) 31 expo-
cientur] om. TsAvDl* 44 secundum] + autem
nitur] aliqua exponuntur (aliquid exponitur 0 2 , <l>2g:
TsAvBsDl* S.C.2, 48 sacre scripture] om.
TsAvBsDl* 49 gestas] gestat. narrat (le deuxième t de
hom.om. Ve) S.C.2, 47-48 dicit in principio (+ super
gestat exponctué?) Ts : gestas narrat Av : gestat m arat Dl*
Bg02Ve, pauct) Gen < esis >] super Gen. in principio dicit
(sans préjudice du «loquitur» qui suit) 50 tropologia]
(dicit om. TsAvDl*) Resp., 60 significatione uerbo-
rum] inu. 62 consistit] accipitur uel consistit (accipitur
turpologia Ts : turpilogia Dl* Resp., 81 quel + est
om. sed uel hab. ~ 2P) 70 nomine Vrn: modo
pr.m. Ts, Dl* ad 1, 94 sicut] simul pr.m. Ts, Dl*
MdapbVaLi, Bg02Ve, <1>2, nomine resto (ex eonieetura ?) 99 quod] quando pr.m. Ts, Dl* ad 2, 107 electos] om.
pro m. Ts, Dl* 108 duodecim] om. TsAvDl* : suppl.
~2, KrPr 2Wr 4 Wr 3 Wr l 75 enim] autem 02Ve : igitur
~2 (ergo Ed 2 ) ad l, 93 significandum (signandum)]
post apostoli Bs ad 5, 127 sit] hie om., post 128 expo-
nenda suppl. TsAv: om. Dl* 127 istis] om.
designandum (avec C 3 Lo 1V6) 98 Sicubi uero] si uero
TsAvBsDl* 128 quandoque l] om. pr.m. Ts, Dl* ,. suppl.
alicubi Bg, see.m. Wr, Wr 2 : si alicubi pr.m. Wr: si uero
alicui 02Ve : si alicubi uero ~ 2 (set ~ 2a : uero om. Bs) post quatuor see.m. Ts, Av 137 secundum] ad
ad 2, 106 ratione 2] om. ~2a(-Bs), ~2g, pr.m. 5Z: resto TsAvDl* 138 spectant (expectant Bg)] pertinent (exp.)
spectant Md a : pertinent <I> 2, Bs: pertinent uel spectant
~2P(-pr.m. 5Z) 1°9-111 Christi - membra] hom.om.
~2a(_Bs), ~2g (Christi suppl. LplObEd2In l BIWb : Christi
TsAvDl* 139 Secunda] Secundo TsAvDl* 146 fu-
tura] figura pr.m. Ts, Dl* 152 iter glorie] glorie iter
- membra suppl. Ed 5ss ) : suppl. ~2p ad 3, 117 Vnde
patet quod ~2a, BIWb, see.m. plDb, rum eet!: Vnde quod TsAvDl*, seeundo Bs : glorie uite primo Bs 163 ipsa] ipsi
pr.m. p IOb, LI, pr.m. Wr: V nde L : ita quod In I, Ed 2 : TsAvDl*
Vnde apparet quod ~2p, see.m. Wr, Wr 2 ad 5, 133-134 a.16 (rubrique, en téte) Vtrum in aliis scripturis predicti
exponi de posterioribus] de posterioribus exponi ~ 2a, ~ 2g sensus distingui debeant TsAvBsDl* arg.l, 7 scienciis]
(hom.om. L) : exponi de posterioribus resto ~2p (posteriori om. TsAvDl* arg.2, lO poetice] poetici pr.m. Ts,
Kr 7 Kr 2Bu, Kr 1Kr 3 Kr 8) 143 eo] ipso (avec Dl* 12 dictis] predictis pr.m. Ts, Dl* arg.3, 15
Bg02Ve) 144 corporis] + Christi Bs (post mistici), Philosophus dicit] inu. TsAvBsDl* S.C., 21 scrip-
~2g(-Inl), ~2p 145-146 ex ipso etiam ... debemus] ut in tura] scia (= sciencia) pr.m. Ts, Bs: aIa (= anima) Dl*
ipso scilicet ... debeamus (scilicet ut in ipso tr. ~ 2P) Resp., 34 adhibet ad] adh3 Ts: adhibet Av: adhrct
Dl* 36 autem] obse. pr.m. Ts: in DI* : enim pr.m.
a.16, arg.l, 9 spirituales sensus inueniri] sensus plures
Bs 43 illud Ps < almiste > ] Ps. (illud om.)
inueniri ~ 2a, ~ 2g, ~ 2p (+ uel spirituales mg. Kr 6, in textu
TsAvBsDI* ad 1,47 res] re' Ts: re Dl* ad 2,49
Kr 4 Kr 5 : sensus uel spirituales inueniri 5Z : plures sensus
fictiones] alias significationes pr.m. Ts: alias significantes
inueniri Kr 2Bu, eum <I> 2g)" arg.3, 17-18 multa designari]
Dl* : significationes see.m. Ts, AvBs ad.3, 53-54 unum
designari plures
quodam modo] quodam modo unum TsAvBsDI* (ordinem
resto signo 1/ eorr. Ts) 54 scilicet] om. TsAvBsDI*
Le groupe ~ 2a (Ts( Av )Bs, DI*)
Les mss Ts (première main) et Dl* sont extréme-
Les leçons communes de ce groupe sont no m- ment proches: ils ont en commun des variantes
breuses. J'ai déjà noté (p. 59*) la rubrique qui précède infimes. Cependant, il ne semble pas qu'ils aient été
la Q. 6. Je passe donc aux articles : copiés l'un sur l'autre.
a.14 (rubrique, en téte) Vtrum preter sensus litterales in Le ms. Dl* ne peut pas avoir été copié sur Ts avant
uerbis sacre scripture alii sensus lateant TsAvBsDl* correction (à moins d'admettre que la correction de
LA QUESTION 7 (A.17-18)

Ts s'est fai te en plusieurs étapes), ear il évite plusieurs 52 tractaturi (tractatur)] tractata Resp., 56 manifes-
des fautes de Ts : tat]+ scilicet 63 rerum] om. 74 ecclesie]+ mili-
tantis 77 spirituales] + simpliciter 79-84 uetus -
a·14, tit., 9 in] om. pr.m. Ts arg.3, 27 sue opinionis] figurationis] hom.om. Kr 6 Kr 4 Kr s, SZW1, Kr l : suppl. mg.
inu. Ts (eum Vm, Kr7Kr9Kr2BuKrlKr3Kr8) ad 1, KrSWl : uetus testamentum significat ecclesiam militantem.
72-73 facit - procedit] hom.om. pr.m.Ts (suppl. mg. sup. et sic est sensus allegoricus (+ 80-84 uel - figurationis
sec.m.) ad 3, 92 Ad secundum pr.m. Ts ad 4, 99 Kr 3Kr 8) Kr 7Kr 9Kr 2 Bu, Kr 3Kr 8 ad 3, 114 instructio
Ad '3.pr.m. Ts 108 unde] om.pr.m. Ts ad 5, 111 morum] inu. (- Kr 2 Bu)
Ad .4. pr.m. Ts a.q, S.C.l, 39 Augustinus] ap9
(= apostolus) pro m. Ts Resp., 68-69 et ad recte ope- a.16, arg.2, 11 aliquibus] quibusdam s.c.,19-2o
randum] om. pr.m. Ts (suppl. mg. see.m') : et ratione operan- Moralium] +super Iob Resp., 37 tantum ante ad
dum Dl* ad 5, 142-143 quia ipsum corpus] bis significandum
pr.m. Ts a.16, argo 1, 7-8 set - similitudinibus] bis pr.m.
Ts

Le ms. Ts ne peut pas davantage avoir été eopié sur LA QUESTION 7 (a.17-18)
DI*, qui a ses fautes propres:
DE OPERE MANVALI
a·14, arg.l, 13 multipliciter] multiplex arg.3, 22-23
potest - scriptura] bis arg.4, 37 theologia] theolo-
gica arg.5, 42 set riualis Ts (cf. plus haut, p. 62*a)] om. La dernière question du Quodlibet VII n'est
Dl* Resp., 56 et] in Dl* : uel TsAvBs 61 signifi-
eonservée que dans 61 manuserits. Il n'y a pas lieu de
candum] glorificandum Dl* ad 3, 94 tradatur] traditur
Dl* 95-96 spiritualis] spiritualiter ad 4, 101 ex] eompter le ms. Hr, copie de Ed!, ni les mss Kn 2 ,
om. 109-110 ad neutrum - processus (+ in sacra copie de Ed3, et Kr ll , extraits de Ed 3 . Eneore moins
scriptura ~2)] hom.om. Dl* ad 5, 118 Osee] oms faut-il retenir le ms. Tarragona, Provo 8, f. 28r-30v,
(= omnes) Dl* (avec Bg02Ve) a.15, arg.2, 16 set] dans lequel un maitre résume librement la question de
et arg-4, 26-27 ecclesie - caput (27 ecclesie om. ~2)] saint Thomas, en lui ajoutant ses remarques person-
hom.om. Dl* Resp., 56 dupliciter] dicitur a.16, nelles.
Resp., 25 spiritualis] -les 28 sic] si TsAv : set Dl*
V oici done la liste des 61 manuserits de la ques-
Reste done que Ts et Dl* sont des copies fidèles (et tion 7 :
sans doute immédiates) d'un meme modèle.
1. Av 22. Kr s 43· Sz
2. Bb 23· Kr 6 44. Ts
Le sous-groupe Ò 2p 3. BI 24· Kr 45. Ua
4. B2 25· Kr 7 46. Ut
Il est inutile de s'attarder sur le groupe Ò 2g : s'il 5. Bw 26. Kr 8 47. Va
change de famille, passant de f à Ò 2 (et devenant 6. Bg Lb l 48. V:
27·
ainsi, au lieu de fg aux a. 1-13, Ò 2g), sa strueture ne 7. Bu 28. Lb 2 VA (17- 18 ,48)
change pas. 8. BUi Lh VP (18, 49-454)
29·
En revanehe, le sous-groupe d'Europe centrale (fp 9. Bs L 49. V7
3°·
aux a.l-q), devenu Ò2p, s'enriehit d'un nouveau lO. Dl* (jq.18, 355) 31. LI 50. V8
témoin partiel, le ms. Kr 9, qui eontient l'article 14 et 11. El p. Li 51. Ve
une partie de l'article 15 (s.e.2 et réponse, soit les 12. F3 33· Md a 52. Wl
lignes 47-85). Nous relèverons done quelques leçons 13· Ff Mg 53. W2
34·
de ce groupe : 14. Hb Ma 54. Wb
35·
a.14, tit., 9 Videtur] om. Kr 6 Kr 4 Kr s arg'3, 24 lit- 15. He 36 . M 55. Wr
teralem] litterales 25 quilibet] tunc quilibet (inu. SZ) 16. In l 37· M4 56. Wr l
arg·4, 39 preter litteralem] preter litteralis Kr 6 Kr 4 Kr s, SZ, 17· ] 38. Na 57. Wr 2
pr.m.Wl : preterquam litteralis Kr 7Kr 9Kr 2Bu, see.m.Wl : 18. Kr l 39· 0 2 58. Wr 3
preter litteralem resto Kr l Kr 3Kr 8 37 simbolica] simbo- 19. Kr 2 plOb 59. Wr 4
4°·
lastica Kr l Kr 3Kr 8 37-38 similitudinibus (simili- 20. Kr 3 41. Pr l 60. Wr s
bus)] sensibilibus Kr l Kr 3Kr 8 39 litteralem] -les (-SZ) 21. Kr 4 Pr 2 61. Wr 6
42 .
arg.5, 45 secundum Philosophum] om. ~2a, ~2p (rest.
Kr l Kr 3Kr 8) Resp., 58 autem] etiam (-SZ) ad 2,
82 surgit (assurgit In 1)] consurgit ad 3, 96 fulcimen-
MUTILATION DE LA TRADITION
tum (obse. L, pr.m. P lob : firmitatem Wb)] fundamentum BI,
V WrWr 2, ~2p (cf. adn. inseq') 96-97 ab aliqua] in
(+ mg al' fulcimentum ab aliqua litterali expositione A première vue, la tradition de la question 7,
Wl) ad 5, 120 non est inpossibile] est possibile a'17-18, est profondément différente de la tradition du
(- Kr 1 Kr 3 Kr 8) reste du Quodlibet VII. A l'examen eependant on
a.l 5, arg.l, 13 ipsius] eius 14 alius] aliquis alius déeouvre qu'il a suffi pour bouleverser la tradition de
S.C.2, 51 ordinandis tractatur] tractandum ordi- l'intervention d'un seuI et unique témoin, l'exemplar
natur (- Kr 1Kr 3Kr 8, see.m. Wl,. cf. tractandis ordinatur Ba) $2.
66* INTRODUCTION AU QUODLlBET VII

Il faut comparer la question 7 à la question 6, racchi avaient signalé que le continuateur de la Summa
qu'elle prolonge à bien cles égarcls (le ms. D!* notam- avait intégré à la fin clu livre IV, dans ses ques-
ment garde la meme pIace, cf. plus haut, p. 59*)' A la tions 3o et 31, de larges extraits, copiés littéralement,
question 6, nous avions 98 manuscrits du Quod- cles artides 1 et 2 de la question 2 De perfectione euange-
libet VII. Deux des manuscrits qui avaient alors dis- lica de saint Bonaventure, qui traitent de la pauvreté
paru réapparaissent ici : le ms. Lh et le ms. N. Cepen- parfaite et cle la mendicité (1). Or, il en a fait autant
dant, si le ms. Lh, qui avait omis la question 6, pour l'a.17 de saint Thomas : il est inséré dans la
a.14-16, donne bien la question 7, a'17-18, il la pré- question 32, dont il forme le membrum I: « utrum
sente comme une question séparée (cf. plus loin, laborare labore manuali pro necessariis uictui sit
p. 80*), et si le ms. N, qui lui aussi avait omis la necessarium siue preceptum pauperibus uolunta-
question 6, offre bien la question 7, c'est hors de riis» (2). Certes, ce membrum a ses parties propres : les
pIace, d'une autre main (celle du maìtre, N a), et il arguments 1- 5, arguments d'autorité qui remplacent
l'emprunte à une source différente de son modèle les arguments 1-3 et 5 de saint Thomas (éd. Ven.
habituel (cf. plus loin, p. 72*). Par contre, un témoin, 1575, f. 447va-vb38), une série cles sed contra supplé-
jusque là présent, disparaìt accidentellement, c'est le mentaires (f. 448ra12-vb39) et la réponse aux argu-
ms. pb (cf. plus loin, p. 72*). Avec deux témoins ments propres (f. 449ra44-rb40). Mais sont bien de
gagnés et un perdu, le nombre des manuscrits clevrait saint Thomas les arguments 4, 6 et 7 et les sed contra
donc s'arreter à 99. Or, il tombe à 61, soit une chute 1-5 (f. 447Vb39-448ra12), la réponse (f. 448va47-
de 38. 449ra41), et les réponses aux arguments, à partir de
Le responsable de cette chute, c'est l'exemplar <1>2 : l'ad 4 jusqu'à la fin (f. 449rb40-449va54). Le compila-
il a omis la question 7. Pourquoi cette omission? A-t- teur de la Summa fratris Alexandri se permet évidem-
elle été le choix délibéré du libraire, qui a jugé, par ment ici ou là de corriger saint Thomas, mais dans
exemple, que la q. 7 faisait double emploi avec le l'ensemble sa copie est suffisamment littérale pour
Contra impugnantes? A-t-elle été le résultat d'un banal qu'il soit possible de lui assigner sa pIace dans la tra-
accident, par exemple un cahier égaré par le copiste? dition.
Rien ne permet de le dire. Quoi qu'il en soit, 1'0mis-
sion de l'exemplar a entraìné la disparition de toute sa
RÉp AR TITION DES TÉMOINS
descendance, qui à la question 6 se chiffrait à
67 manuscrits. V oici donc, pour cette question 7, la répartition des
La chute pourtant n'a pas été de 67, mais de témoins :
38 témoins : c'est que, au xv e siède, 29 manuscrits,
qui à la question 6 dérivaient de l'exemplar, ont sup- Quodlibet VII
pléé la question 7 en l'empruntant à d'autres sources.
Les mss F 3 et HeUt la suppléent en pIace (mais HeUt, Q.7 (a.17- 18 )
qui jusque là dépendaient de l'exemplar, en profitent
pour passer à la tradition indépenclante). Les mss Bw r VA(a'17-18,48)
et V8 la suppléent après le texte de l'exemplar, c'est- Lh
à-dire après le Quodlibet VIII qui dans l'exemplar est
(Alex Summa fratris Alexandri, IV, q.p, mb. 1
le dernier. Les 24 manuscrits du groupegermanique
= a.q)
tardif <l>2Gg (tous dérivés d'un unique modèle) la sup-
pléent après avoir suppléé le Quodlibet VI, qu'ils
avaient omis en pIace. Gràce à ces 29 suppléments la ~ ~la: MdaVaLi, Na
chute s'est réduite cle 67 à 38 témoins. ~lb: Vp (a.18, 49-454), BgF3, 02VeV8
Ces avatars de la tradition expliquent une nouvelle
répartition cles témoins. L'élément le plus specta-
~ 2a : Ts( Av)Bs, DI *, Bw
culaire en est la disparition de l'exemplar <1>2 et de sa
famille. A part cela, les familles distinguées à la ques- ~2g : LPIOb, HeUt, Ed 2, In l , BIWb, LIWrWr 2
tion 6 se maintiennent, en s'accroissant, chacune pour
Groupes dérivés de la sous-famille LI WrWr 2
son compte, cles témoins suppléés.
Nous nous en sommes tenus jusqu'ici à la traclition ~2S : B2EIHbLb l , MUa, MgV?Wr 5 Wr 6 , Edl,
commune de la question 7. Mais, à cette tradition, il Ed 3 ,
l 2 4
Pr , Kr, Pr Wr Wr Wr 3 l
faut ajouter, pour l'artide 1 [17], un témoin inat-
tendu : le livre IV de la Summa fratris Alexandri. Il y a ~2s : BbFfJM4W2, BulMa, Lb 2
plus d'un siède (c'était en 1891), les éditeurs de Qua- ~2p : Kr 6 Kr 4Kr 5, SZWI, Kr?Kr 2Bu, Kr l Kr 3Kr 8

1. S. Bonaventurae ... Opera omnia, t. V, ad Claras aquas (Quaracchi), prope Florentiam, 1891; Prolegomena, C.II, § 4, p. XII-XIV.
2. Je cite l'édition : Alexandri de Ales ... Summae theologiae Pars Quarta ... , Venetiis, apud Franciscum Franciscium, M. D. LXXV. Mais
j'ai consulté également l'édition de Pavie 1489 (Hain 644; GKW 872), dans l'exemplaire de la bibliothèque de la Commission Léonine à
Grottaferrata, et j'ai vérifìé le texte sur le ms. Padova, Ant. Scaff. XII cod. 265, f. 388vb-39ova (la numérotation des folios est douteuse).
LA QUESTION 7 (A. 17-18)

LES DEUX P ARTIES DU MS. V p!eui cum 02VeV8 : precepta supp!. VALh: om. cet!
145 autem] tamen 148 tenetur quilibet] inu. (quilibet
om. BgF3) 15 5 possunt] possent 161 oportet
Dans le ms. V, la question 7 a été écrite de deux occupari diuersos] diuersos oportet occupari 161-162 ut
mams: le secrétaire de saint Thomas, A, a écrit dicitur] Vnde 170 officia (opera ~lb)] artificia VA:
l'article 17 en entier et les 48 premières lignes de om. in textu, artificia supp!. mg. pr.m. Lh (il est possible que
l'article 18; une autre main, p, a écrit presque tout Lh reflète fidèlement le modèle, qui aurait d'abord omis le
l'article 18, de la ligne 49 à la ligne 454. Cette cou- mot et l'aurait suppléé à sa manière) 180 aliquis] etiam
pure entre V A et VP est d'une grande portée cri- VA: aliquis etiam Lh 185 sine] absque 187 la-
tique. Elle nous oblige à examiner séparément les bore manuum] operatione manuali VA: opere manuum
deux parties de la question 7 ainsi délimitées. Lh 191 defectum proprium] inu. 200 furabatur]
+ inquit (avec Na) 203 prohibens] prohibendo
217 ita] similiter 220 per operationem manualem]
operatione manuum 222 corporali] corporis
PREMIERE PARTIE 223-224 possit (-et) uictum acquirere] uictum querere potest
232 est] uidetur
a.q et 18, 1-48
Notre sondage s'arrete ici, mais les rencontres
Notre classification des témoins de la première par- VALh se poursuivent tant qu'est présent le ms. VA,
tie repose sur la collation complète des 61 manuscrits c'est-à-dire jusqu'à la ligne 48 de l'article 18. Don-
et des éditions Ed!, Ed 2 et Ed 3 pour !es objections et nons-en quelques exemp!es :
la réponse de l'article 17, soit 232 lignes de notre a.l 7, 239 fedis] fedis et turpibus V A : turpibus Lh (cor-
texte. rection ajoutée là, substituée ici) 265 peccet] + morta-
liter 274 scilicet] om. 283 unde VALh (avec F3) :
om. ~! : quod supp!. ~ 2 289-29° Hoc exemplo non
La famille r : VA Lh prohibet] Hec (hoc Lh) exempla non prohibent (avec la
Nous avons relevé quelque 40 cas dans lesquels !es
source) 297 quem] quod 309 Ieronimus] +
quod 332 aliqui religiosi determinati] alique religiones
deux manuscrits V A et Lh lisent ensemb!e contre !es determinate 336 hoc] istud 339 unde] aliunde
59 autres manuscrits et les éditions (sauf quelques ren- unde 347 quandoque religiosi] inu.
contres accidentelles) :
A.18, 2 Circa] Ad 13-14 spiritualia sunt] inu. 14 et]
3 circa quod (et praem. LP)] et circa hoc duo om. 15 excusantur aliqui] excusatur aliquis 18-19 scire
queruntur] inu. (avec 0 2 Ve V8, Ed 2) 15 potesta- desidero et cui rei uacent] cui rei uacent scire desidero (avec
tem] + etc. 17 mortali] peccato mortali (avec Bw : la source) 19 inquiunt] + et psalmis (avec la
mortali peccato ~ lb); contre la source. 19 iure] source) 32 est ergo ista] ista est ergo (les mss d'Augus-
iuste 33 unusquisque V ALh, avec la source : 'fJm. tin eux aussi hésitent!) 39-40 questionibus (avec
cett 33 operando] om. VA Lh; contre la source; mème Augustin) : disputantibus (-tabilibus, etc.) ~ 43 acti-
omission dans Na, 0 2 Ve ; manquent par homéotéleute V8, bus] operibus (avec Augustin) 48 LXXXI] LXXXXI
BbLb 2) 35-36 est preceptum, non consilium] non est (c'est la bonne référence)
consilium, set preceptum 36 etc.] labor manuum est in
precepto 44 laborare] + manibus 48 ergo eius Plusieurs de ces leçons VA Lh ne dépassent pas le
oppositum] et ita operari manibus Lh : et ita (ita obscure niveau des petites altérations inhérentes à toute copie
scriptum) ... (post 14 uerba, hoc est post 51 set) operari mani (ce qui explique que VA Lh se rencontrent parfois
(exp.). ~ Il s'agit probablement d'une correction margi- accidentellement avec quelque autre manuscrit). On
nale, bien insérée dans Lh, mais dont le secrétaire A n'a pas notera par exemple des inversions (q, 3 duo querun-
su trouver la pIace. 50-51 preceptum non est (om. 0 2 ) tur, 59), une omission ( 14 operando), une addition
contrarium precepto uel consilio ~ 1 : non est contrarium
(zoo) et meme une correction spécieuse (6z).
precepto uel consilio preceptum domini (dei) uel consilium
6. 2 : preceptum non potest esse contrarium precepto (inu. Cependant, beaucoup des !eçons VALh ne peuvent
V A) neque consilio VA Lh 53 etc.] quid manducetis s'expliquer par la simple maladresse ou par la liberté
neque corpori uestro quid induamini 59 necessaria normale d'un copiste; elles ne peuvent meme pas
sunt] inu. (avec Ve) 62 furaberis] adulterabis (avec s'expliquer par une plus grande fidélité au texte
02VeV8: om. Na, KrPr 2Wr 4 Wr 3 Wr l ) 67 laborem copié : plutat que des bonnes leçons retenues de l'ori-
(-res) manuum] laborandum manibus 77-78 nobilior ginaI, ce sont des corrections qui prétendent l'amélio-
est] inu. 78 opere] labore 95 etc.] in (et Lh) casti- rer. Certes, il y a de ces « bonnes leçons»: par
tate etc. 1°9-110 ieiuniis uigiliis (uigiliis ieiuniis)]+ exemple, à l'article 17, 33 « unusquisque », exigé par le
itineribus V A (cf. II Cor., XI 26) : orationibus Lh (mélec- raisonnement (c'en est !e mot clé l), ou à l'article 18,
ture de «itineribus»?) 115 Secundum autem] Set
39-40 « questionibus » (le « disputantibus» de 6-
secundum 124 ad laborem nascitur] nascitur ad labo-
semb!e appelé par !e « disputare» de la ligne 40)'
rem (avec V8, M4) 129-13° omnibus supra dictis] h
(exp.) omnibus supra dictis V A : omnibus supra dictis hiis Mais, plus souvent, la leçon V ALh suppose l'inter-
Lh (<< hiis» a bien des chances d'ètre une correction margi- vention délibérée d'un réviseur instruit. C'est déjà
nale, destinée à remplacer «omnibus supra dictis»: les vrai lorsque le texte est récrit (par exemple a. 17,
scribes n'ont pas su l'interpréter) 137 preceptum sup- 35 - 36, 36, 5°- 5 l), mais c'est surtout évident lorsque le
68* lNTRODUCTlON AU QUODLIBET VII

texte d'une citation est complété (a. 17, 53, 95 ; a. 18, labor expo : le seerétaire A avait d'abord omis « set aetus
19) ou corrigé (a.q, 124, 289-290; a.18, 18-19,43, uirtutum sunt in preeepto»; il a eorrigé son erreur)
48). Car, plus d'une fois, le « mauvais» texte de Ll 47 ergo] + eum (exp.) 47-48 non operari manibus est
semble bien répondre à l'intention de saint Thomas peeeatum mortale] peeeatum mortale est non operari mani-
ou faire écho à la liberté de parole que· suppose la bus VA (desunt F 3, V8, LI WrWr 2, Ll2Ss) 53 esse] + q
(barré; antieipation de « quid», cf. plus haut, p. 67*a)
dispute quodlibétique.
54 labor manuum] manualis labor 56 preeepto] + ua
Ainsi, à l'artide 18, 19, le texte de saint Thomas preterea heb' .11. ut liberaret eos qui timore mortis per
omet le « et psalmis» de saint Augustin : c'est voulu. totam uitam obnoxii erant seruituti cat (eette eitation de
L'objectant remplace la division quadripartite de saint 1'Épitre aux Hébreux, II 15, devait ètre l'amoree d'un rai-
Augustin (prière, psaumes, lecture, prédication) par sonnement prouvant qu'en nous délivrant de la servitude
une division tripartite, plus simple et plus logique du péehé le Christ nous a délivré de l'obligation au travail
(prière, lecture, prédication, a.18, 14; à la ligne 27, le manuel, qui est la peine du péehé, arg.4, 28; la eitation est
texte de saint Augustin sur la psalmodie est repris, annulée par le signe ua ... cat : saint Thomas a renoneé à
mais il reste entendu qu'il s'agit d'une psalmodie pri- eet argument). 59 unde] om. in textu, supp!. mg.
vée qui rentre dans la prière, cf. ad 2, 300-305). En pr.m. 60 XVIII] XIX (avee Ll2Ss : c'est la bonne réfé-
réintégrant à la ligne 19 de l'artide 18 le « et psalmis »
renee) 68 tenentur] + ergo (exp.) 68 alias qui]
alias illi qui (cf. pIi qui F 3) 68-69 manibus non labo-
d'Augustin, le réviseur a donc trahi l'intention du rant] non laborant manibus (avec Q2VeV8 : manibus om.
texte. Bw) 70 manuum] maniuum (! cf. U. 98) 70 pre-
A l'artide 17, 62, le « Non furaberis» est naturel eepto] + /I preterea si est in preeepto aut est preeeptum
dans la bouche de saint Thomas, qui cite de mémoire iuris naturalis aut preeeptum iuris positiui. set laborare
et n'a pas de peine à passer du décalogue de Matthieu, manibus non uidetur esse preeeptum iuris (ma! écrit en texte,
XIX 18 à eelui de Paul, au chapitre XIII 9 des repris en marge) naturalis quia sie equaliter omnes obligaret.
Romains : il le fera encore dans ses sermons De decem ea enim que sunt de iure naturali sunt eadem apud omnes.
preceptis (voir notre apparat des sources). Mais il était similiter non uidetur esse de iure positiuo quia ius posi-
tentant de rétablir la suite du texte de Matthieu. Au tiuum dispensationem reeipit. hoc autem non uidetur dis-
pensationem reeipere eum sit in sacra seriptura per aposto-
contraire, si saint Thomas avait continué à citer cor-
lum determinatum. ergo operari manibus non est in
rectement l'Évangile de saint Matthieu : « Non adul- preeepto. /I (ce texte est eneadré par les signes /I ; il s'agit
terabis», on ne voit pas pourquoi un scribe aurait été sans doute d'une première rédaetion de saint Thomas,
chercher le texte de saint PauI. annulée paree que la réponse elle-mème montrera longue-
A l'artide q, 124, dans la citation de Job, v 7, le ment de quelle manière le préeepte du travail manuel se
réviseur écrit : « nascitur ad laborem» : c'est le texte rattaehe au droit naturel et au droit positif). 85 esse
de nombreux manuscrits (et de la Vulgate Clémen- inuenitur (esse uidetur Ll2p)] inuenitur esse VA (uidetur
tine). Mais tout donne à penser que saint Thomas esse In 1 : esse om. Lh, Lllb) 89 iuneo (uar. multi)] iun-
avait bien écrit : « ad laborem nascitur» : c'est le texte eto 91 II] !ac. 6/7 fitto 93 ubi dieitur in laboribus]
le mieux attesté, celui de saint Grégoire et celui de in laboribus ubi dieitur (ordre rétabli par le signe /I )
saint Thomas lui-meme dans son exposition du livre 97 qui] + l (un jambage long barré) 98 labor] post
manuum (avec Ll2a[_ Bw]) 98 manuum] maluum (le l ex-
de Job. ponetué et corrigé au-dessus de la ligne en n) 101 de]
Le texte attesté par VA Lh se présente donc comme om. (avee V8, In I) 106 est] erit 111 finem] + per
une recension corrigée, sans doute par un secrétaire se loquendo 117 IV] 4 (barré) .IIII. (cf. U. 199)
de saint Thomas. 120 sunt de lege de naturali] de lege (+ mg. pr.m. sunt)
naturali 124 auis] + et (barré) 134 quod] + pre-
eeptorum que (barré; antieipation de « preeeptorum quod »,
12 lignes plus bas, ligne 146?) 144 natura] + spe-
Le manuscrit V A eiei 146 quod] + quia defeetui suo quilibet tenetur
pro uiribus obuiare (+ quod exp.) 147 tenetur]
En dehors de ses leçons communes avec le ms. Lh, om. 153 unus] uni (barré) unus 166 unquam] +
le ms. V A présente de nombreuses leçons propres. humano generi 172 alieno] + preeeptum (barré; al:ti-
Nous al10ns maintenant les relever (en omettant quel- eipation du « preeeptum» de la ligne 174?) 174 alieno
ques menues hésitations d'écriture, ou quelques parti- auxilio] inu. (avee Ll2s) 18 1-1 82 preeeptum] + et
cularités, tel1e la confusion fréquente, chez A comme (barré) 183 defeetum] + no' (exp.) 184 defeetu]
chez saint Thomas lui-meme, du o et du a, par + non (je vais revenir sur ees deux leçons, p. 69*-70*)
exemple a.l 7, 32 : « non»; on lirait plutòt : « na» = 189-19° aliquo modo] om. in textu, supp!. mg. pr.m.
nam!). 194 uel nisi aliquo illicito] nisi aliquo (exp.) uel n (exp.)
nisi aliquo illieito (il- exp.) 199 IV] 4 (barré) .1I1I. (cf.
A.17, 5 illi] om. (avec Bw, L) 6 operibus] post uaeant U. 117) 199 ubi] primo om. supp!. mg. pr.m.
VA (avee VaLi: operibus om. BgF3Q2VeV8, LWb, 209 Audiuimus] denuntiabamus inquit uobis praem. expo
Ll2s) 11 non] nee (avee M4) 15 Apostolus] + (cf. plus loin, p. 69*b) 212 huiusmodi] eiusmodi
id est 20-21 quod dieitur] om. (avec Kr l) 21 Si] 224-225 eomprehenditur] + Vnde etiam illi qui (cf. plus
quod si 30 manibus laborare] inu. (avec Ll2s; manibus loin, p. 70*a) 230 oeeupationibus] oeeuponibus
om. Ll2S) 32 laboret operando] lab (exp.) operetur (barré) oeeupationibus [+ § Ad primum igitur dieendum
40 set] ergo et labor primo VA (ergo expo : et corrigé en set : quod et seeundum barré : le seerétaire avait d'abord omis la
LA QUESTION 7 (A.q-18)

fin de la réponse, lignes 231-232, et mal copié le début de conformément à la Vulgate, «obedit ». A la ligne 60,
l'Ad primum, cf. adn. inseq.] VA a rectifié la référence au chapitre XIX de Mat-
thieu; mais la correction a été faite aussi par le groupe
Notre test s'arrrète ici. Signalons dans la suite quel-
germanique tardif ~ 2S5. A la ligne 212, dans la cita-
ques leçons notables :
tion de la deuxième épitre aux Thessaloniciens, III 12,
a.q, 233 Ad primum ergo et secundum] Ad pri- VA écrit avec la Vulgate «eiusmodi », alors que les
mum igitur et secundum dicendum (dicendum barre') autres manuscrits donnent la variante «huiusmodi»;
315 quia] + liberum arbitrium (exp.) 317 dictum est] au Contra impugnantes, 5, 541, l'édition Léonine
+ uaSi autem preceptum aliquod sit quod interdum non sit (t. XLI, p. A 91) donne «eiusmodi», mais note la
necessarium ad finem suum obligationem non retinet cal (le
variante «huiusmodi », attestée par des témoins
«cat}) a été écrit avant que le texte ne poursuive «duo-
anciens; à la question 187, a.3, de la Ila Ilae, l'édition
bus}» 322- 32 3 scilicet conseruationem corporalis uite
posI 323 consequi potest a.18, 20 subdit] + 21-23 Si- Léonine (t. X, p. 51ob) donne «huiusmodi». Dans la
temporum (annulé; omission d'une ligne, réparée; cf. plus mème citation, la II a II ae écrit avec notre Quodlibet
loin, p. 70*a) (ligne 214) : «panem suum»; mais deux manuscrits
(frères) du Quodlibet, les mss MUa, ont rétabli
Plusieurs des leçons de VA méritent qu'on s'y l'ordre de la Vulgate : «suum panem ». A la ligne 15,
arrète un instant pour essayer d'en mesurer la portée. où le texte cité n'est plus de la Bible, mais de saint
En cinq ou six cas, les citations, notamment de Augustin, le ms. V A introduit un « id est» qui est
l'Écriture, mais aussi à l'occasion de saint Augustin, bien dans saint Augustin (CSEL 41, p. 457, 16), mais
sont plus exactes dans V A que dans tous les autres il garde le mot précédent « Apostolus », qui n'est pas
manuscrits, y compris Lh. On serait donc tenté de dans Augustin : la sous-famille ~ 25 l'a supprimé. A la
penser que V A a conservé la leçon authentique de ligne 209, l'insertion, annulée, de : «denuntiabamus
saint Thomas, altérée dans le reste de la tradition. Un inquit uobis », est sans doute une trace du travail de
examen plus attentif semble souvent imposer une vérification du secrétaire A : en vérifiant le texte cité,
autre interprétation. il a pris trop haut (au verset lO, au lieu du verset Il,
A la ligne Il de l'artide 17, la citation de saint Paul, de II ad Thess., III), erreur dont il s'est aussitot aperçu.
II ad Thess., III lO, est « exacte» dans VA : « Si quis Secrétaire de saint Thomas, le scribe A semble
non uult operari, nec manducet» (cf. éd. W ords- avoir eu accès en plusieurs endroits à des rédactions
worth-White, t. II, p. 570); tous les autres manuscrits primitives (lignes 56, 65, 146, 317). Est-ce à dire qu'il
lisent : « non manducet ». Mais saint Augustin, dans le écrivait sous la dictée de saint Thomas? Nullement,
De opere monaehorum que saint Thomas a sous les yeux, car les rédactions annulées sont nombreuses dans les
écrit indifféremment «nee» (CSEL 4 1, p. 535, 5, 14; autographes de saint Thomas, et il en reste des traces
53 6 ,5,19) ou «non» (p. 53 1, 9; 533, 10; 534,9)· en bien des ceuvres du saint. De fait, il ne manque pas
Saint Bonaventure n'est pas plus scrupuleux : il écrit d'indices pour confirmer que le secrétaire A n'a pas
deux fois « non» (Q. de perfeetione, II 2, arg.9 et ad 9; écrit ici sous la dictée, mais a copié son texte sur un
t. V, p. 135 a et 144a). Les éditions de saint Thomas modèle écrit, qu'il s'agisse d'un autographe ou d'un
donnent quelquefois « nec» (par exemple II a II ae, texte préalablement dicté (ou d'une copie de l'un ou
q.187, a.3, arg.2 et s.c.; éd. Léon., t. X, p. 509a et de l'autre). Nous avons noté (plus haut, p. 67*a) un
51oa), mais plus souvent « non» (infra argo 7, 47 ; ad 6, accident, qui ne peut ètre qu'un accident de copie :
271; a.18, ad 1, 287; Contra impugnantes, C. 5, U. 26, c'est, à la ligne 48, la mauvaise insertion d'une correc-
155, 24 1, 295, 519, 535; c.G., III 132 et 135, éd. tion, insérée correctement dans le ms. Lh. On peut
Léon., t. XIV, p. 388b30, 407b36 et 408a13; Ila Ilae, relever d'autres accidents du mème type.
q.55, a.6, arg.2; q.187, a.3, éd. Léon., t. X, p. 51Ob; La ligne 49ra4 du ms. VA (lignes 183-184 de notre
In Iohannis eu., c. VI, lect.3). Revenons sur les trois texte) se présente comme suit (la ligne précédente se
citations du contra Genti/es: nous possédons ici l'auto- termine par les mots : « ad tollen-)
graphe de saint Thomas, et c'est lui-mème qui écrit
trais fois «non» (Vat. lat. 9850, f. 84rb29; 86rb35; ! dum defectum 1).9 corporalem non obligat nisi defectu
86va4). Il est donc probable que, dans sa dispute de no existente
quolibet, saint Thomas a dit « non », conservé par la Il est vraisemblable que le modèle copié par A
tradition, tandis que le « nec» de V A est la correction comportait en marge un «no» (= nota) qui a dérouté
d'un secrétaire trap zélé. le copiste: il a d'abord inséré ce «nota» en texte après
Sans ètre aussi nets, les autres cas se prètent à la «defectum»; s'apercevant de son erreur, il a exponc-
mème interprétation. A l'artide 17, 21, dans la cita- tué ce «nota », et l'a corrigé en «non », inséré après
tion de la deuxième épìtre aux Thessaloniciens, III 14, « defectu»; mais cela non plus ne donnait pas un sens
le ms. V A donne seuI la leçon correcte : «Quod si» satisfaisant ; en désespoir de cause, le secrétaire a donc
(éd. W ordsworth-White, t. II, p. 570); les autres mis en marge le signe I, signe aujourd'hui bien
témoins donnent : « Si ». mais V A a gardé la variante connu : il est fréquent dans les autographes de saint
«obedierit », donnée notamment par la Glose ordi- Thomas, dans les parties relues ou recopiées par un
naire (t. IV, p. 403 b : cf. G/osa Lombardi, P.L., 192, secrétaire, et il indique une difficulté que le copiste ne
322 et 326), alors que la famille tardive ~ 25 a corrigé, peut résoudre et qu'il se propose de soumettre à l'au-
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

teur, ce qui suppose évidemment que celui-ci n'est pas par «Item », et je négligerai sa tendance à écrire
présent (l). «tamen» au lieu de« cum », simple mélecture de «cii»
A la ligne 225 de notre texte, on lit dans V A un lu«tn»):
«Vnde etiam illi qui », annulé. Bien sùr, il pourrait
s'agir d'un début de rédaction primitive, abandonnée. A. 17, 25 Preterea] Item 31 Preterea] Item 32 ope-
Mais cet «Vnde etiam illi qui» se lit au f. 49va F du rando] opere (cf. operetur VA) 34 manibus] in mani-
ms. Vat. lat. 781. Or, un peu plus loin, à l'article 18, bus 34 suis] propriis (avec Ll2Ss) 40 sunt] est primo
sunt s.u. pr.m. 58 continebat] - bant 71 Preterea]
198, on lit un «Vnde etiam illi qui », qui cette fois est
Item (obsc. VA) 77 Preterea] Item 78 mechanica-
bien en situation, et qui se trouve dans le ms. Vat. lat. rum] + arcium 127 sue uite pertinent] uite pertinent
781 au f. 50vb46, soit après un intervalle de sue 142 hoc] + preceptum 143 terram] etc. (avec
3 colonnes et 13 lignes d'écriture serrée et assez fine TsAvDI*, VB, SZ) 151-152 participatione enim speciei
(tant A que p): cela ferait facilement 4 colonnes plures homines sunt unus homo] hom.om. in textu : partici-
d'une écriture un peu plus grosse. Il est donc tentant patione speciei omnis homo vnus solus homo mg. pr.m.
de penser que, arrivé avec le mot «comprehenditur» Lh 161-162 ut dicitur] Vnde VA: Vnde apostolus
(lignes 224-225 de notre texte de l'a. 17) au bas de la Lh 163 habemus] om. 176 genere] est (exp.) gene-
deuxième colonne d'un recto, le secrétaire A a tourné rum 206 Tercio] om. (avec L, Wr 1) 207-208ope-
par distraction deux pages de son modèle écrit, pour rationem manuum] operamini manibus 229 in] om.
tomber 4 colonnes plus loin sur les mots : «Vnde
etiam illi qui» de l'a.18, 198, erreur dont il s'est L'article 17 dans la Summa fratris Alexandri
immédiatement aperçu.
Une autre distraction du secrétaire A achève de Cet article doit etre examiné à part, car il n'est pas
montrer que l'on est bien ici en présence de la copie toujours présent, soit qu'il omette une partie du texte,
d'un modèle écrit. A l'artic1e 18, lignes 19-23 de notre soit qu'il ait sa leçon propre. Nous nous contenterons
texte, les deux dernières lignes du f. 49vb et les deux de relever quelques leçons qui le situent suffisamment
premières lignes du f. 5ora du ms. Vat. lat. 781 se dans la tradition :
présentent comme suit : 44laborare] + manibus VALh, Alex 50-51 Precep-
inquiunt et psalmis et lectionibus et uerbo dei et postea tum non est contrarium precepto LlI, Alex 5I uel l ]
[subdit neque VALh, Alex 60 XVIII Thomas, codd (- VA), Alex
si autem ad ista uaEare senws dei certis interyallis (cod) : XIX V A, Alex (edd) 67 laborem manuum Ll :
ftemporym laborem manualem Alex: laborandum mani-
set si ab his aduocandi non sumus nec manducandum est bus VALh 75 quia Ll: qui VALh, Ll2p, Alex
[nec esce preparande 77 artium libralium] inu. Ll2, Alex 78 opere] labore
Si autem ad ista uacare seruos dei certis interuallis VALh, Alex 85 utilis esse inuenitur] utilis esse uidetur
[temporum infir- Ll2P: uidetur esse utilis Alex 87-88 ut te diabolus
inueniat occupatum Thomas, Alex (cod) : ne te dyabolus
Certes, on pourrait supposer que saint Thomas lui- ociosum inueniat Alex (edd) 94-95 in ieiuniis in uigi-
meme a d'abord sauté un passage du texte de saint liis (in uigiliis in ieiuniis)] + in castitate VALh, Alex
Augustin qu'il cite. Mais il s'agit juste d'une ligne 110 uigiliis] + et orationibus Lh, Alex 113-114 ta-
(dans le texte tel que le cite saint Thomas : le texte liter... quod (uar. codd. cf. p. 7 1*b): ut Alex
d'Augustin, De opere monachorum, CSEL 41, p. 564, 115 Secundum autem Ll, Alex: Set secundum VA Lh
122-123 ordinationem] ordinem VALh, Alex (nec non Ll2a,
15-17, est un peu plus long). Il est donc plus probable
Ll2p) 124 ad labores nascitur Ll, Alex: inu. VA Lh
que c'est le secrétaire A qui a d'abord sauté une ligne 13 7 spiritualem ... corporalem Alex (cf. app. crit. ad loc.)
de son modèle écrit (2). 137 preceptum Alex (en piace, cod, ed. 1575 : post uirtutum ed.
1489) : om. codd Thomas (cf. app. crit. ad loc.) 145 autem]
tamen VALh, Alex 150 computandi sunt Ll2,
Le manuscrit Lh Alex 152-153 Vnde sicut VALh, Alex, Ll! : siCl:t
autem Ll2 155 possunt Ll, Alex: possent V A Lb
Le ms. Lh présente quelques leçons propres, moins 15 7 toti corpori VA Lh, LlI, Alex: totum corpus N?,
cependant que le ms. V A : il procède sans doute Ll2 159 exequenda VALh, LlI, Alex: exercenda
d'une copie dont la toilette avait déjà été faite. Ll2 161 ut] Vnde VALh, Alex 170 officia Ll :
V oici les principales (je ne donnerai que deux ou artificia VA Lh : officia uel artificia Alex (Alex témoin de la
trois exemples de sa tendance à remplacer « Preterea » correction du texte Ll par la recension r?) 18 1 et pre-

1. Cf. G. Vuillemin-Diem, La traduction de la Métaphysique d'Aristote par Guillaume de Moerbeke et son exemplaire gru: Vind. Phil. Gr. 100
(J), dans Aristoteles Werk und Wirkung Paul Moraux gewidmet, 2. Bd., Berlin 1987, p. 473-476.
2. Il ne s'agit évidemment pas de remettre en question la conclusion solidement établie par le P. Antoine Dondaine : le secrétaire A a
écrit sous la dictée la plus grande partie des questions De ueritate. Mais ce méme secrétaire a aussi copié sur modèle écrit bien des textes,
dans le ms. Vat. lat. 781 (cf. A. Dondaine, Secrétaires, p. 72) et dans le ms. Vat. lat. 718 (ibid., p. 26-37)' Dans le ms. Napoli Naz. VIII F 16
s'entremélent aussi les parties dictées et les parties copiées (et copiées par Réginald lui-méme) du commentaire de saint Thomas sur la
Métaphysique.
LA QUESTION 7 (A.17-18)

ceptum Thomas, Alex (cod) : et in precepto Alex (edd) branche ~ l, et d'autre part les 5° manuscrits de la
181 sine ~, Alex: absque VALh 187 labore] opere branche ~ 2 et les éditions.
Lh, Alex: operatione VA manuum] manuali V A,
Alex 189 communem aliquo modo: sed communiter A.17, 12 Quasi VALh, MdaLiNa: om. BgF 302Ve:
aliquo modo (essai de correction d'un texte qui a fait diffì- quod cett (desunt Va, V8, L) 32-33 operando manibus
culté; voir notre apparat critique) 192 alias Alex. suis ~2(-Bs): manibus suis operando MdaNa (desunt
(cod+ ed. 1489: aliqua ed. 1575) cum cett : om. ~2 VaLi), BgF 302VeV8, nec non Bs: operetur (opere Lh)
203 prohibens] prohibendo VALh, Alex 218 ita] simi- manibus suis VALh 34 suis] om. ~2a, ~2g : propriis
liter VALh, Alex 220 per operationem manualem] suppl. ~ 2Ss : suis resto ~ 2p 5°- 5 1 preceptum non potest
operatione manuum VALh : in operatione manuum Alex esse precepto contrarium (inu. Lh) neque consilio VA Lh :
222 corporali] corporis V ALh, Alex 223-224 possit preceptum non est contrarium precepto uel consilio
uictum acquirere] uictum querere potest VALh: potest MdaVaLiNa, BgF 302Ve(V8) (preceptum non est contra-
uictum querere Alex 227 liberalium artium] inu. rium om. V8) : non est contrarium precepto uel consilio
VALh, Alex (nec non Na, Wr, ~2s) 265 pec- preceptum domini (dei ~ 2P) uel consilium ~ 2 54 mani-
cet] + mortaliter VALh, Alex 267 seruare ~, primo bus laborant VALh, Md aVaLiN a, BgF 302VeV8 (labo-
Lh, Alex: conseruare V A, secundo Lh 277 suffocantem rarent V8): inu. ~2 58 ea VALh, Md aVaLiN a,
Thomas, Alex (cod., mg. ed. 1575) : impertinentem Alex (ed. BgF 302Ve, nec non Bs, sec.m. plOb, ~2P: om. V8, ~2
1489, in textu ed. 1575) 284 predicatione euangelii] inu. (-Bs, ~2P) 67 laborem manuum MdaVaLiNa,
VALh, Alex 287 quando VALh, Alex (nec non ~2g) : BgF 302VeV8, nec non Bw : labores manuum ~2(-Bw : homo
quia ~ la, ~ 2a : om. ~ lb 289-29° hoc exemplo non pro- om. LPlObHeUt) : laborandum manibus VALh 75 ma-
hibet ~, Alex: hec exempla non prohibent (hoc Lh) nibus VALh, MdaVaLiNA, BgF 302VeV8: om. ~2 (post
VALh 310 precipere] precepisse V ALh, Alex (nec non non laborant supp/. ~ 2P) 77 artium liberalium V ALh,
~ 2g) 310 inpossibile] + hominibus V ALh, Alex Md aVaLiN a, BgF 302VeV8: inu. ~2 (hom.om. MUa)
332 religiosi ~, Alex: religiones V A Lh 334 ad ea qui- 93 glosa VALh, MdaVaLiNa : del' ? BgVe : lac. 6/7 fitt.
bus ~ : ad ea ad que VALh: ad que Alex 336 hoc] F3 : om. 0 2 , nec non Bw : hom.om. V8 : simul pr.m. Ts, DI*,
istud VA: illud Lh, Alex 338 unde] aliunde unde Bs: simul glosa sec.m. Ts, Av: scilicet ~ 2 (cett)
VALh, Alex 346 alia Alex cum cett : ieiunia quedam 102 otium tollatur VALh, MdaVaLiNa, BgF 302VeV8 :
VA 3 5° non tamen est] tamen non est VA Lh, Alex inu. ~2 107 ratio est VALh, MdaVaLiNa, BgF 302Ve
(V8 respectus est), nec non DI*, Bw, Lb 2 : inu. ~2
Nous avons noté quelques leçons (60,87, 181,277) (cett) 113 taliter corpus VALh, Bs: totaliter corpus
qui confirment la fidélité du texte de la Summa jratris sec.m. Ts, Av : corpus taliter MdaVaLiNa, BgF3Ve : cor-
Alexandri, tel qu'il est attesté par le ms. de Padoue, au pus multipliciter 0 2 : corpus tali (donatione pro domare)
texte de saint Thomas, quelques leçons aussi qui V8: corpus (taliter om.) ~2(-Bs, sec.m. Ts, Av)
montrent la bonne qualité de ce texte (152-15 3, 157, 114 quod VALh, MdaVaLiNa, BgF 302VeV8: quo
159, 19 2, 26 7), quelques leçons par contre qui ~2 150 sunt computandi VALh, BgF 302Ve: fuerunt
témoignent de l'intervention du compilateur (113- concipiendi V8 : captandi (exp.) sunt computandi Md a :
computantur Na: computandi sunt VaLi, ~2
114, 18 9, 334)· Mais suttout nous avons relevé 33
152-153 unde sicut VALh, MdaVaLiNa, BgF 302VeV8,
leçons caractéristiques des familles : Alex lit 23 fois nec non sec.m. Ts, Av : sicut autem ~ 2 (cett : autem om. Bw)
avec r (44,51,75,78,94-95,110,122-123,145,161, 154 ordinatis VALh, ~2: ordinatur Md a, pr.m. Va,
187, 203, 218, 220, 222, 223-24, 227, 265, 284, 287, BgF 302VeV8 : que ordinantur Na, sec.m. Va, Li (essai de
310, 336, 33 8 , 350),9 fois avec ~ (5 0 -P, 67, 77, 85, correction; autre essai de correction : qui bus occupatus
124,15°,155,289-290,332), et offre en outre une diuersis offìciis ordinatur Ve V8) 157 toti corpori
leçon double (170)' Il est vraisemblable que le modèle VALh, MdaVaLi, BgF 302VeV8, nec non sec.m. Ts: totum
cl' Alex n'était pas une copie mise au net, mais un corporis Av: toti corpore BI: totum corpus N a, ~ 2
texte en voie de correction. (cett) 159 exequenda VALh, MdaVaLiNa, F3:
equenda Bg: exequendum (?02)VeV8: exercenda (-dum)
~2 174 indigeat VALh, MdaVaLiNa, 02Ve : indige-
bat ~2a (deest DI*) : indiget BgF3V8, ~2(_~2a: -geret
La famille ~
Kr 6 Wl) 17 6 predictorum preceptorum V ALh,
Md aVaLiN a, BgF 302Ve,necnonBs,In l :preceptorum V8,
La famille ~ compte 59 manuscrits sur 61, et toutes
HeUt: predictorum ~ 2a(_ Bs) : preceptorum predictorum
les éditions. On peut la diviser en deux grandes ~2 (cett) 181 et VALh, MdaVaLiNa, BgF3: est
branches. La branche ~ 1, soutenue par r, est la plus 02VeV8: om. ~2 192 alias VALh, Md aVaLiN a,
autorisée, mais elle ne compte que 9 manuscrits; la BgF 30 Ve : escas V8: om. ~ 2
2 198 operatione
branche ~ 2, qui s'écarte davantage de r, est la plus manuum VALh, Md aVaLiN a, V8: operatione
°
détériorée, mais elle compte 5 manuscrits, et toutes BgF 302Ve: manuum operatione ~2 205 precepimus
les éditions. VALh, 02VeV8, ~2(-sec.m. Ts, Av) : precepi MdaLiNa
(hom.om. Va), BgF3 233 negocium VALh,
MdaVaLiNa, BgF 302VeV8 : offìcium ~2
La fa mille ~1
Nous avons retenu 26 leçons distinctives de ~ 1 et
La distinction de ~ 1 et de ~ 2 ressort des nom- de ~ 2. Dans un cas (ligne 67), la famille r n'apporte
breuses leçons qui opposent d'une part les deux son soutien à aucune des deux branches de la famille
manuscrits de la famille r et les 9 manuscrits de la ~. Dans 3 cas (lignes 32-33, pour l'ordre des mots,
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

lignes 154 et 205), la famille r soutient la leçon de deest Na) 231 est] om. (avec Pr l ) 231-232 set non
~ 2. Partout ailleurs, soit dans 22 cas, la famille r omnes obligat] set non obligat. pr.m. hoc omnes non obli-
s'accorde avec l'ensemble de la branche ~ 1, ou tout gat see.m. Va : hoc non omnes obligat Li.
au moins avec une des composantes de cette branche, Le mattre qui de sa propre main a écrit Na s'est
plus souvent avec ~ la (ainsi aux lignes 12, 93 et 198, permis quelques interventions personnelles et n'a pas
où ~ lh est altéré), mais quelquefois aussi avec ~ lh évité quelques erreurs qu'il est seuI à commettre (à
(ainsi à la ligne 150, où ~ la hésite). moins de rencontre accidentelle) :
A·17, 13 in] (cf. U·74) 33 laboret] om. 41labo-
Le groupe MdaVaLi, Na rare manibus] etc. 44 fieri] ante 43 sine peccato mor-
tali 62 Non furaberis] om. (avec
Le groupe Md aVaLi nous est déjà connu (cf. plus KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l ) 64-65 labor manuum non est in
haut, p. 53* et 61*-62*). Il est amputé ici de l'un de precepto] etc. 72-73 laborandum manibus] laborem
ses meilleurs témoins, le ms. P h, qui omet les manuum 74 in] om. (cf. u. 13) 76 non autem alios]
om. 77-78 nobilior] melior (avec In l) 8'7 diabo-
articles 17-18 du Quodlibet VII. Mais cette omission
lus inueniat] inu. 89 Vel] om. 90 subdit] om.
est accidentelle: le modèle du groupe avait les 93 laboribus] labore 13 1 predictorum] om. 133 in]
articles 17-18, camme en témoignent ses autres repré- libro (om. F3, 0 2Ve, ~2Ss, ~2p) 134 est] om.(avec
sentants, et P h lui-mème à sa façon : si le scribe de P h Ve) 137-138 spiritualem... corporalem Na (avec
n'a pas copié les articles 17-18, il a laissé en fin de Ve VB, P lob : intervention heureuse!) : spiritualem ... cor-
cahier 5 colonnes blanches: les 2/3 de la colonne porale Wr 2 : spirituale ... corporale eett 144 saluatur et]
203vb et le folio 204r-v (qu'une main plus tardive a om. 150 sunt computadi] computantur 157 to-
récupérées pour y copier des tables); il semble donc ti corpori] totum corpus (avec ~ 2: leetio facilior I)
que le copiste de P h avait l'intention de copier les 168 ex] om. (avec ~2a: in ~2ss: ex quibus om. 0 2)
articles 17-18, mais qu'il ne l'a pas fait, soit qu'il en ait 189- 19 1 defectum - tollendum] hom.om. (avec 0 2, LPlOb
HeUt, Bs, EIMg) 193 operari] labore Na : laborare
été empèché, soit qu'il ait oublié de le faire.
(- ri Ve) 0 2 Ve VB, In 1 200 furabatur] + inquit (avec
En revanche, le groupe Md aVaLi gagne ici un VALh) 201 magis - suis] etc. 212 autem] om.
nouveau témoin, le ms. Na. Dans le ms. de Naples (avec 0 2) 215-216 est principalior inu. (avec F3, In l :
(Naz. VII B 21), les articles 1-13 du Quodlibet VII est om. Bg) 217 alii] aliis 227-228 possint uiuere de
ont été copiés, aux folios numérotés 18ra-2 trb dans le arte sua] om. 228 possunt] non possunt (avec see.m. Wr,
manuscrit sous sa forme actuelle, par la main b, qui Wr 2 : non possint 0 2) 230 licitis] huiusmodi.
est celle d'un scribe professionnel : nous avons donc
désigné le ms. par le sigle N h; ce ms. N h appartenait Le groupe ~Ib (BgF3, Q2VeV8)
à un petit groupe bien défini, Nh(V12)F. Mais le
modèle de ce groupe s'arrètait à l'article 13 : il omet- Nous relèverons d'abord les leçons communes du
tait les questions 6 et 7 (a.14-18). Le ms. de Naples et groupe
le ms. F omettent donc logiquement la question 6
(a.14-16) et le ms. F omet aussi la question 7 (a.17- 6 operibus] om. BgF3, OZVeVB, nee non LWb, ~2s 15 hanc]
18). Mais cette question 7 le ms. de Naples l'a sup- om. BgF3, 02Ve, nee non Lb 2 17 mortali] + peccato
pléée ; elle se lit aux f. 5ra-6va du manuscrit actuel, BgF3, 0 2Ve VB, nee non Kr l Kr 3Kr B (peccato praem. VALh,
donc dans san premier cahier (mais c'était le dernier Bw) 18-19 cum ergo] ergo cum BgF 3, Ve: ergo
02VB 20 quod VALh, MdaVaLiNa, ~2a: ut BgF3,
cahier du manuscrit primitif), où elle a été écrite non
02VeVB, ~2(_~2a) 22 hunc] hanc BgF3, 02VeVB, nee
par le scribe professionnel b, mais de la propre main
non Li, In 1 26 pro peccato] post subire BgF 3,
du mattre responsable de la confection du recueil, 02VeVB 27 precepti] peccati BgF3, 02VeVB, nee non
main a : nous désignons donc cette partie par le sigle Wr 2 33 operando] om. BgF3, 02Ve (deest VB), nee non
Na. Pour suppléer cette question, le maitre a dù évi- VALh, Na 38 sicut] set BgF3, OZVeVB, nee non Bw,
demment s'adresser à une nouvelle source : le ms. Na BIWb, LIWrWr z 57 lex uetus] inu. BgF3,
occupe donc une pIace nouvelle. 03VeVB 72-74 set - seculares] hom.om. BgF3,
L'unité du groupe MdaVaLiNa a été suffisamment OZVeVB, nee non VaLi, LIWrWr z, ~zs 85 esse] om.
mise en lumière par le relevé précédent (il ne BgF 3, OZ Ve VB, nee non Lh 88 opere] operatione Bg,
comporte guère de fautes communes). OZVe 92 carnis] carnibus Bg, OZVe, nee non V7
Quelques leçons confirment la parenté des manus- 101 exercitiis ad eadem ordinatis] exercitiis ordinatis ad
eadem BgF 3 : que ordinantur ad eadem OZ Ve : ad eadem
crits Va et Li :
VB 104 quacunque licita occupatione] quantacunque
6 operibus uacant] inu. (avec V A : operibus om. ~ Ib, Wb, (qualicunque F 3) licita occupatione BgF 3 : quantacunque
~ 2SS) 8 Videtur] et uidetur (avec sec.m. Md a) (quanta ea quoque ?OZ) occupatione licita OZ Ve: que-
32-33 operando - laboret] hom.om. (avec Bw) 52 VI] cunque occupatio licita ut VB (cf. plus loin, p. 75*b,
XI 72-74 set - seculares] hom.om. (avec ~ Ib, ~ 2SS) 105 desistat] resultat Bg: resiluit F 3 : resiliat
L IWrWr 2, ~2S) 89 texe iunco] iunco texerem (uar. OZVeVB 123 propter quod] et propter hoc BgF3,
multi) 130 dedit sibi] inu. (uar. ~ 2G) 153 unus] om. OZ Ve VB 13 2 conceptiones rationis diuersis] concep-
mg. (hom.om. in textu) Va, om. Li (avec BgF 302Ve) tiones rationis diuersas Bg : diuersas conceptiones rationis
218-219 necessaria] om. 228 arte] om. (avec VALh,. (+ diuersis VB) OZVeVB 140 est] om. Bg, OZVe
LA QUESTION 7 (A. 17-18) 73*

(desunt F3, V8), nee non Bw, Wr 3Wr l 142 hoc] om. 53 anime uestre] om. 62 furaberis] adulterabis (- beris
BgF3, 02VeV8, nee non In l , 152 homines] om. Bg, Ve) 0 2Ve V8 (avec VA Lh; rétablissement arbitraire du
0 2Ve 153 unus] om. BgF3, 0 2Ve, nee non VaLi texte de saint Matthieu, cf. plus haut, p. 68*a)
154 in] om. BgF3, 02VeV8 160 humana societas] 68-69 manibus non laborant] non laborant manibus (avec
humana scietur Bg : humana natura F3 : scilicet (om. V8) VA) 79 manuali] manuum 98 labor] opus
natura humana 0 2Ve V8 166 inueniatur] uideatur 103 otium] tedium 02Ve : odium Ut 116-117 dicitur]
BgF3, 02VeV8, nee non LIWrWr 2, ~2ss 169 homini- om. 120-121 ex suis naturalibus] naturaliter
bus] om. BgF 3, 0 2Ve V 8 170 officia] artificia VA Lh : 122 homo] om. 0 2Ve, supp!. post inclinationem (cf adn.
opera BgF 3, 0 2Ve V 8 (169-17° diuersa officia uel ad inseq.) V8 122-123 ordinationem (ordinem, dispositio-
hom.om. D!*, L 1WrWr 2, ~2Ss) 174 auxilio] consilio nem)] inclinationem 02VeV8, nee non F3, HeUt
Bg,02VeV8 177 quantum] quocunque BgF3, Ve (176- 124 dicitur] post Iob v 125 aliis] in aliis 127 sue]
177 in quantum - subuenitur om. V8) 178 secundum] proprie 128 ipse] homo 02Ve: hoc V8 per]
om. Bg, Ve V8 181 pertinet] om. BgF 3, 0 2Ve V8 propter 13 7 preceptum 0 2Ve V8 (bonne conjecture) :
184 defectu existente] defectum Bg: quando est defectus precepta VALh : om. eett 161-162 ut dicitur] unde dici-
F 3: ex defectu et necessitate 0 2Ve V8( cf adn. inseq.) tur (cf Vnde VA: Vnde Apostolus Lh) 175 quodam
191-192 defectu existente] ex defectu et necessitate BgF3, modo] om. 0 2Ve (avec B2: supp!. post preceptorum
02VeV8 198 manuum] om. BgF3, 02Ve 199 ubi] V8 188 singulariter] om. 192 licite uiuere possit]
nisi Bg: ut 0 2 : om. F3 199 prohibendo furtum] de uiuere possit licite 0 2Ve: potest licite uiuere V8
profundo surgit Bg, 02Ve : de non furando sugerit V8 : 193 operari] laborare (-ri Ve), 02VeV8, nec non In l :
postquam furtum prohibuit F 3 199-200 operationem labore N' 198-199 Primo, Ad Ephesios IV] om.
manuum iniungit VALh, Md'VaLiN', V8, ~2. : iniungit 0 2 Ve 212 prouident] prouidentes 216 alios]
manuum operationem F3, ~2g, ~2Ss, ~2p : ut (om. Bg) omnes alios 02Ve 219-220 in III De anima] ut dicitur
manuum iniungat operationem Bg, 02Ve 205 ut] om. praem. 225 rationabile] conueniens 02V8 : inconue-
BgF3, 02VeV8, nee non pr.m. Md', Bw (ut honeste om. niens Ve.
Av) 210 curiose] ociose BgF3, 02VeV8, nee non Wb:
furiose KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr l 211 cura necessaria sibi
(cura sibi necessaria)] sibi cura necessitate (- tes 0 2 : - tem La famille ~ 2.
Ve) BgF3, 02Ve : sibi omnia necessaria V8 218 quia]
om. BgF3, nee non HeUt: que 02VeV8 223 possit] ante La famille ~ 2 conserve la meme structure qu'à la
licite BgF3, 02VeV8, nee non KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr l question 6 (cf. plus haut, p. 64*-65*): elle se
230 aliis] om. BgF3, 02VeV8, nee non He. compose de trois groupes, ~ 2., ~ 2g, ~ 2P. Elle s'ac-
Le sous-groupe BgF3 est assez homogène ; il n'est croit cependant de nouveaux témoins, manuscrits ou
pas impossible que F 3 descende de Bg, après correc- éditions qui dépendaient à la q.6 de l'exemplar <l> 2 et
tion, non pas directement, mais par un ou plusieurs qui, ce1ui-ci venant à faire défaut, out suppléé la q.7
intermédiaires : en l'empruntant à d'autres sources : le groupe ~ 2.
gagne ainsi un témoin, le ms. Bw, mais surtout le
6 uacant] om. Bg : seruiunt supp!. F 3 55 corporis; groupe ~ 2g se gonfie démesurément: il gagne
ergo labor] ergo corporis labor primo, sed ordinem resto signo
26 manuscrits et 2 éditions.
I I Bg : labor ergo corporis F 3 (correction mal interpré-
tée?) 62-63 set in preceptis ueteris legis] ue. l. (set in
preceptis om.) Bg: ibi etiam F3 (set in ueteri lege Le groupe ~2. : Ts( Av), DI*, Bs, Bw
0 2Ve V8) 74 operibus] operationibus BgF 3, nee
non Lb 2 78 mechanicarum] macharum primo maicha- Les leçons caractéristiques de ce groupe sont nom-
rum see.m. Bg: macha't' ?F3 (monachorum 02V8, LP IOb) breuses :
85 Primo] Primum BgF3 93 ubi] unde primo ubi S.U.
Bg : ut ibi F 3 99-100 uel corpus domandum] uel cor- (En tète de la question, Rubrique) Questio 7 de opere
pus mandum ! Bg : om. F3 125 natura] non Bg, nee non (operatione D!*) manuali BvAvD!*Bs: Incipiunt ques-
primo 0 2 : deus F3 128 non] om. BgF3 148 tene- tiones fratris thome de aquino de opere manuali Bw
tur] dicuntur BgF3 quilibet] om. BgF3 193 tene- (En tète de l'a. 1 [17] Vtrum operari (om. Ts) mani bus
tur] dicuntur Bg : debent F3 195 tenetur] di (exp.) tiir sit in precepto 20 quod (avec VALh, Md'VaLiN') :
Bg : tm F 3 20 1 Secundo] secundum (+ hoc F 3) quod ut eett 38-39 uite sustentationem] hom.om.
dicitur BgF 3 213 sunt] om. BgF 3 215 etiam est] pr.m. Ts,D!*Bs, primo Bw (Bw copie d'abord le texte mutilé;
inu. BgF3 (avec TsAvD!*) 215 est 2] om. Bg: supp!.post arrivé à 41 manibus, il l'annule et reprend le texte
principalior F 3 (post principalior etiam N', In l) 218 plu- complet) : supp!. mg. sec.m. Ts, hab. Av 42-43 pecca-
rima opera] plura (exp.) opera plurima Bg : opera plurima tum mortale] inu. (-Bw) 43 peccato mortali] inu. (-Bw)
F3. 47 non manducet] etc. 52 VI] 5 TsAv : .V. D!*Bw : .VI.
see.m. D!*, Bs 53 autem] om. TsAv 60-61 serua
Le sous-groupe 0 2 Ve V 8 est très détérioré mandata] om. (etc. supp!. Bs) 61 loquitur] loqui
TsAvD!* 71 precepta non] om. pr.m. Ts, D!*Bs
3 duo queruntur] inu. (avec V ALh, He, Ed 2Ass ) 9 pre- 71-72 tenentur] tenendum pr.m. Ts, D!* 87 te diabo-
cepto] + dicitur enim (cf. ~2ss, plus loin, P.75*b) lus] inu. TsAvD!* (avec ~2s) : dyabolus ... te (post inueniat)
11 glosa] ubi glosa 02Ve (hom.om. V8) : ubi dicit glosa ~ 2s Bw 91 Secundo] om. pr.m. Ts, D!* 94-95 et
17 ut iura dicunt] post mortali (peccato) 02VeV8 (avec subiungit - etc.] om. pro m. Ts, D!* BsBw 95-96 uic-
LIWrWr 2, ~2Ss) 19-20 iure possit excommunicari] tum] + necessarium s.u. see.m. Ts, Av 98 consideretur]
possit excommunicari de iure 29 sudore] labore consideremus pr.m. Ts, D!* 98 labor manuum] inu.
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

(-Bw), avee VA 102 in preeepto] preeeptum ciali, guamuis in generali sit in precepto»; la
110 uigiliis] om. pr.m. Ts, DI* 121 inclinatur] meliora- deuxième main répare l'omission, mais d'après une
tur pr.m. Ts, DI* 121 ipsa] sua pr.m. Ts, DI*BsBw autre famille et avec une faute : elle supplée : «in spe-
127 et .. , et] in ... in TsDI*BsBw: et in ... in Av (pro et 1 ciali, guamuis in generali sit in precepto totaliter », et
hab. in Kr SBuKr 2Kr 3Kr 8) 128 ipse est] inu. pr.m. Ts, c'est le texte gue copie le ms. Av. Reste donc gue les
DI*, mg. pr.m. (om. in textu) Bs 129 potest sibi proui-
mss Ts et DI* ont été copiés indépendamment l'un de
dere] sibi prouideret pr.m. Ts, DI*, nee non ~2p, see.m.Wr,
Wr 2 : sibi prouidet mg. (om. in textu) Bs, Bw : sibi potest
l'autre sur un mème modèle.
prouidere see.m. Ts, Av (avee Md aBg02 Ve, LP 10bHeUt,
Ed 2,4ss : desunt WbL 1Wr) 129-13° in omnibus supra
dietis] om.pr.m. Ts, DI*BsBw 133 ut dieitur] om.pr.m. Le groupe ~ 2.
Ts, DI *Bw 134 est quod duplex est] est quod est quod-
dam TsAvBsBw: est /p. 338/ gdam DI* (haplographie Comme le groupe ~ 2., le groupe ~ 2g garde la
favorisée par le passage de la p. 337 à la p. 338) structure gu'il avait à la guestion 6, mais en s'accrois-
13 5 Quoddam] om. 136 personne] nature DI* sant de nouveaux témoins: les manuscrits frères
(seuI) 142 I (primo)] XL (= 40, plutòt que XI = 11) HeUt, proches de LP !Oh, et les 24 manuscrits de l'an-
(eorr. see.m. Bw) 143-144 preeipitur] suseipitur DI* cien groupe <I> 2Gg, devenus ~ 25s, proches de
(seui) 145 interest] om. pr.m. Ts, DI*, nee non F 3, Bb : L1WrWr 2 .
est ~2S(-B2EILbIMgWrS) 147 nature] nee pr.m. Ts,
Nous noterons d'abord un petit nombre de leçons
DI* 148 ad] + hoc 151-152 partieipatione -
communes:
Porphirius] om. pr.m. Ts, DI*Bs 15 3 unus homo
VALh, MdaNa, V8, Bw, In ILIWrWr 2, ~2ss: homo 13-14 operibus] opere LPlObHeUt, Ed 2,4ss, In l , BIWb,
(unus om.) VaLi, ~Ib(_ V8): homo unus ~2a(-Bw), LI WrWr 2, ~ 25s, nee non ~ 2p 20 quod] ut LP 10bHeUt,
~2g(-InILIWrWr2), ~2p 157 portat] importat pr.m. Ed 2,4SS, In l , BIWb, LIWrWr 2, ~25s, nee non ~Ib, ~2p
Ts, DI* 159 unus homo] inu. (avec MdaVaLi, 94 in 2] et LPIObHeUt, Ed 2,4ss, In l , BIWb, LIWrWr2, ~2ss
BgF3) 160 omnia] diuina pr.m. Ts, DI*: diuersa (- W2), nee non ~ Ib, ~ 2p 1°4- 1°5 aliquis] quis In l,
Bs 168 ex] (avee Na : ex quibus om. 0 2 : in pro ex BIWb, Ed 2,4ss, LIWrWr 2, ~2ss, nee non ~Ib (qui 0 2Ve),
~2Ss) 169 sunt] sint (-Bw; avec Wb, Ed l , Ed 3) ~ 2p : quisquis LP 10b : quisque HeUt 194 alias unde
169-170 ad diuersa offieia uel] om. DI* (avee LIWrWr 2, uiuat] unde alias uiuat P 10bHeUt, In I, BI, LI Wr (deest
~2Ss) 17 1-175 aliquis - manuum] hom.om. DI* Wr 2), nee non ~2p (cf. plus loin, p. 76*a) : unde lieite uiuere
(seuI) 180 per hoc] om. (avee V8, In l ) 182 de possit (-et ~25s) alias L, ~2ss 230 similiter] + est
eomedendo] om. DI* (avee B2) 184 defeetu] ex defeetu LP IO, Ed 2, ~2S(_Lbl), nee non ~2P: + etiam LIWrWr 2
pr.m. Ts, DI*BsBw, nee non 02VeV8, Wr 2 195 aequi-
rat] aequiratur TsAvDI* 199-200 operationem Voici maintenant guelgues leçons du groupe
manuum iniungit VALh, ~Ia, V8, ~2a: uar. eet! (cf. plus LP10hHeUt:
haut, p. 73*a20) 202-207 laborem - preeipit] hom.om. 29 uesceris pane tuo] etc. LHeUt 38-40 sicut - spi-
pr.m. Ts, DI*Bs 209 inquit] om. (-Bw) 211 feda rituales] om. LP 10bHeUt, In 1 64 ergo labor manuum]
cura] feda fura DI* : fedatam ?pr.m. Bw Zii necessaria ergo L, see.m. P 10b, HeUt, see.m. Wb (post non est) : om.
sibi VALh, TsAvDI*Bs, KrPr 2Wr 4 : uietum sibi Bw: sibi pr.m. P 10bWb 67-68 set tenentur] hom.om.
necessaria (necessitate, etc. ~ Ib) eet! 215 etiam est] inu. LP 10bHeUt (suppl. sec.m. P 10b) 79 consistit] sistit
TsAvDI*, nee non BgF3: autem Bw, V8: tamen 02Ve LplOb 89 Vel] per LPIObHeUt 124 et] om.
218 opera] om. (avee Kr 3) 231 set] et (avec 02VeV8, LPlObHeUt, nee non BgF3Ve 128 in hiis] om.
MUa) 232 ideo] et ideo pr.m. Ts, DI*Bs (avee V8, Wb, LP 10bHeUt 129 potest sibi] inu. LP 10bHeUt, Ed 2,4SS,
Lb 2) : ideoque KrPr 2Wr 3Wr l nee non Bg02Ve, see.m. Ts, Av, Ed l 130 dedit sibi] ei
La structure de la famille ~ 2. reste donc ce gu'elle + mg. dedit P 10b : ei dedit L : dedit ei HeUt (cf. ~2Ss, plus
loin, p. 75*b) 149 singulariter] sigillatim (sin-)
était à la guestion 6 : ses meilleurs témoins sont les
LP lObHeUt, nee non ?SZ 158 esse] et LP IO: quod
témoins du début du XIV e siècle, Ts (première main)
(W pro & ?) HeUt 189-191 defeetum - tollendum] om.
et DI *, tandis gue les trois témoins du xv e siècle sont LPlObHeUt, nee non Na, 0 2, Bs, El, Mg 228 similiter]
corrigés. Le plus corrigé est le ms. Av, mais dans son om. LP lObHeUt
cas nouS saisissons sur le vif le processus de correc-
tion, puisgue Av a été copié directement sur Ts après Qudgues leçons confirment la parenté des manus-
correction : ses corrections sont celles du correcteur crits HeUt :
(ou des correcteurs) de Ts, mème s'il ne les interprète 6 operibus] preceptis 19 manuali] manuum 28 pec-
pas toujours correctement. L'indépendance des mss cati] om. (avec Lb l ) 33 suis] + etc. 61 et loquitur
Ts et DI* se confirme : Ts n'a pas été copié sur DI*, de mandatis] om. 73 teneri] post quam He, post
gui a trop de fautes propres (lignes 134, 13 6, 169-17°, 74 seeulares Ut 78-79 opere manuali] operibus manua-
libus 81 manuum] om. 92 VI] 8 He: VIII
171-175,182), et pas davantage DI* sur Ts, comme le
Ut 94 subiungit] subiungitur 95 ordinatur] om.
montre notamment la faute de Ts aux lignes 112-113.
120 Ex] om. 133 XIV] 9 139 Deus (Domi-
Le ms. DI* donne ici correctement le texte de la nus)] om. 143 replete terram] om. (avec Bw, BI)
famille ~ 2, avec omission à la ligne 113 du mot «tali- 155 proprium defeetum] inu. 164 contingit] prouenit
ter» (cf. plus haut, p. 71 *b). La première main de Ts (cf. plus loin, p. 75 *b, ~ 2Ss) 176 genere predicto-
fait une omission par homéotéleute, favorisée par rum] om. 187 Sie] om. 218 quia] om. (avec BgF3)
l'omission de «taliter»: dIes omet 112-113 : «in spe- 222 instrumento] om.
LA QUESTION 7 (A.17-18) 75*

Il faut s'arreter un instant sur le groupe LI WrWr 2 , Quodlibet XII, empruntés à un manuscrit de la
auquel se rattache librement le groupe ~ 2Ss (le ms. Wr famille L lWrWr 2 .
a été corrigé de deuxième main sur un ms. du groupe En tete des articles 17-18 du Quodlibet VII (qu'il
~ 2p ; le ms. W r 2 II été copié sur W r après cette correc- appelle des « questions », terme alors plus usité que
tion) : celui d'article), le compilateur justifie son addition
dans une note fidèlement reproduite par tous les
4 operari ... sit] opera ... sit BI: opera '" sint
L!WrWr 2 8 proceditur] procedebatur In l , BI,
témoins du groupe :
LIWrWr2, nee non Kr 6 , Lb 2 17 ut iura dicunt] post Sequuntur autem nunc due questiones de opere manuali
mortali LIWrWr 2, Ll2ss (post mortali peccato que solent poni in quibusdam quodlibetis circa fine m sep-
02VeV8) 29 Genesis III] Gen. 43 BI, LIWr (le 4 timi, post questionem de quadruplici sensu sacre scripture.
semble ètre une mélecture de la dernière syllabe de « Gene- hic autem ponuntur circa finem undecimi quodIibeti.
sis» : « sis », en abrégé ç, lu 4) 33 Glosa] om. L l,
pr.m. Wr, Ll2SS(_Ed l , Ed 3) 38 sicut] set BIWb,
B2EIHbLb l , MUa, MgV7Wr 5 Wr 6 , Pr l , KrPr 2Wr 4
LIWrWr 2 (avec Bg02VeV8, Bw) 46-48 IIThessalo-
Wr 3Wr l , BbFfJM4BuIMaLb 2, Ed l Ed 3 due] om.
nicensium - mortale] om. LIWrWr 2, Ll2Ss, nee non F3 Ll2s in quibusdam quodIibetis] om. Kr septimi]
sexti MUa sensu] om. Lb 2 finem] om. ] unde-
(46-51 II - contrarium om. V8) 72-74 set -
cimi] decimi Hb
seculares] hom.om. LIWrWr 2, Ll2S (suppl. Ll2s), nee non
VaLi, Lllb 82-83 unaquaque] utraque L l, pr.m. Wr: L'unité de l'ensemble de ces groupes est ainsi assu-
qualibet Ll2p, see.m. Wr, Wr 2 87-88 inueniat occupa- rée dès l'abord. De nombreuses leçons communes la
tum] inu. LI WrWr 2, Ll2Ss 94 subiungit] subdit confirment :
LIWrWr 2, Ll2Ss (om. Wr 6 , Ed l ), nee non Kr l 97 iste]
mee LIWrWr 2, Ll2SS(-Ed l , Ed 3), mc non Kr l Kr 3 (mee ille 9 precepto] + nam ut dicitur (ut] enim B2 : secundum
quod BUi: om. MUa - ut dicitur om. Pr 1Pr 2) 14 mo-
Kr 8) : iste mee Lllb(- V8) 101 ad eadem ordinatis] ad
eandem ordinatis In 1 : ad ea ordinata BI: ad ea ordinatis
nachorum] + sic dicit (-PrIKr: sic om. Pr 2Wr 4Wr 3Wr l ) :
Wb : ad ea deordinatis L IWrWr 2 105 desistat] desistit
+ dicit Bw, Kr l Kr 3Kr 8 31 Qui] dicitur praem. (_M4;
avec Ll2p) 34 suis] propriis (avec Lh) 60 xvm]
L IWrWr 2 manuum] om. L IWrWr 2, nee non Kr 8
XIX (avec VA) 62 facies] facias (- UaPr 2Edl; avec In l ,
108 ordinatur] ordinandum LIWrWr 2 110 multis]
multis aliis Ut, BIWb, LIWrWr 2, Ll2Ss, nee non WrWr 2) 89 per illud] per hoc 95 querendum]
acquirendum 104 quacunque... occupatione] que-
!:,.2P(-Kr I Kr 8 ) : om. Md'N', BgF3, Bw: aliis suppl.
cunque ... occupatio ut (avec V8) 105 Iaboris] seu
0 2 Ve V8 113 corpus domare]. Corpus domari potest
Iabor 122-123 ordinationem (ordinem, inclinationem)]
L IWrWr 2, Ll2Ss 118 precepimus (-ci-)] precipitur
dispositionem 130 dedit sibi] ei (deus Wr 5) sibi dedit
LIWrWr 2, Ll2SS(-MUa) 122 patet ... habet] habet (à la
(ei om. KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l , Ll2s) 144 quod] in
piace de patet) LI WrWr 2, Ll2Ss (habet déplacé
quo 152 ut] sicut (- MUa) 153-154 quibus occupa-
EIWr 3Wr l ) 128-130 quia - omnibus] om. Wb, LI,
tur] que occupantur (-pentur Ed l ) 16o societas indi-
pr.m. Wr 130 dedit] om. pr.m. plOb : erit In!, Ed 2,4ss,
get] uita indiget et societas (uita om. E IMg : et societas om.
LI, pr.m. Wr 166 inueniatur] uideatur LIWrWr 2,
Ll2Ss, nee non Lllb 168 in] ex LIWrWr 2, Ll2Ss
Lb 2) 164 contingit] conuenit seu prouenit Ll2S:
prouenit Ll2s (avec HeUt) 168 ex] in (- Ed l )
169-17° ad diuersa officia uei] om. LI WrWr 2 , Ll2Ss, nee non
168 contingit] conuenit et prouenit Ll2S : prouenit Ll2s
DI* 174 preceptum] post 175 de labore LI Wr : om.
194 alias unde uiuat uel] unde licite uiuere posset alias
Wr 2 184-185 esset aliquis] inu. LI WrWr 2, Ll2Ss, nee non
0 2 Ve V8, Bw 190 ordinatur] om. LI WrWr 2 191 defec-
uei (uiuere + non Lb 2 - alias expo uei om. Wr 4 - alias
uel om. Pr 2Wr 3Wr l - uei om. Ll2s desunt MUa)
tum] om. Ed 2,4ss, LIWrWr 2, Ll2Ss(-Pr 2Wr 4Wr 3Wr l ,
200 Qui] dicens praem. (avec Bw, Ll2P) 212 subiun-
Bb) 212 prouident] prohibent uei prouident
git] subdit
LIWr 215-216 principalior] principium LIWrWr 2,
Ll2Ss 21 9 est, dicitur] esse orns (= omnes, pro drns = Il est inutile d'insister sur la distinction des sous-
dicimus) Wb : esse dicimus L l, pr.m. Wr : esse dicitur, dici- groupes de ~ 2Ss : déjà établie, cette distinction se
mus Ll2S : esse dicuntur, dicimus Ll2s : sunt apte esse dici- maintient ici, mais la détérioration du texte dont
mus !:,. 2p : sunt esse dicimus see.m. Wr, Wr 2 221 non elle témoigne est sans intéret critique.
solum quod] quod non solum L! WrWr 2 225 enim
uidetur] inu. LIWrWr 2 231 quia ergo] mu.
LI WrWr 2 232 rationes] om. LI WrWr 2 Le groupe (( polonais », ~ 2p

Ce groupe se maintient sans changement. Notons


Les groupes dérivés tardifs ~ 2Ss
quelques leçons :
Les 24 manuscrits et les deux éditions qui forment 14-15 quibus hoc precepit apostolus] quilibet hoc pre-
ces groupes dérivent d'un modèle unique, qui ceptum apostoli (quibus hoc precepit resto Kr 3 Kr 8)
eomprenait d'abord les XI Quodlibets de l'exemplar 23 uidetur] ex hoc uidetur (uidetur ex hoc 5Z) 51 do-
minus] deus 80-81 Iabor manuum] est labor
<t> 2, mais qui était bien individualisé par un accident manuum in precepto (est post manuum BuKr 2 Kr 7,
marquant : le Quodlibet VI omis en pIace avait été Kr 1 Kr 3Kr 8 ; in precepto om. 5Z) 82-83 unaquaque]
rejeté en fin de série et était done devenu le Quodli- qualibet (suivi par sec. m. Wr, Wr 2) 85 inuenitur]
bet XI. Après ce « Quodlibet XI », le responsable du uidetur (avec In l) 87 operis] om. (suppl. BuKr 2Kr 7,
recueil avait complété la collection des Quodlibets en Kr l ) 118 solum] + est 121-122 sicut ... patet]
ajoutant les articles 17-18 du Quodlibet VII et le Sic ... patet quod 122-12 3 ordinationem (inclinatio-
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

nem, dispositionem)] ordinem (avee VALh, ~2a, Enfin, dans la marge inférieure du f. 49r (sous le
Wb) 129 potest sibi prouidere] sibi prouideret (suivi début de l'artide 17 écrit par la main A), l'avertisse-
par see.m. Wr, Wr 2 ; cf. ~2a, plus haut, p. 74*b) 133 exe- ment:
quatur] adequatur (-SZ) 136 persone] + et hoc (avee
see.m. Wr 5 : et hoc uel est Kr l Kr 3 Kr 8 ) 168-169 in « Iste due questiones de opere manuali sunt de quolibet
diuersis hominibus sunt] diuersis hominibus insunt .XI. ffratris t. Verum debent poni in fine illius. ideo
173 unus] idem 178 pertinet] potest... pertinere reeurratur supra. ubi est talis erux .J;. et ibi debet oriri» (2).
(POS! 179 preeeptorum), suivi par see.m. Wr, Wr 2
Ces annotations sont d'un grand intérèt, car elIes
192 et ideo] unde 194 alias unde uiuat] unde alias uiuat
(alios Kr 4 KrS, Wl, Kr 7 : aliquis SZ; uiuet Kr l Kr 3 Kr 7 : prouvent que, pour compléter la copie de l'artide 18
iuuat Wl); cf. supra, p. 74*b 194 nisi] ut (nee SZ) laissée inachevée par le secrétaire A, la main p a eu
219 est, dieitur] sunt (est Kr 1Kr 3Kr 8) apte, esse dieimus (cf. recours à une collection dans laquelle le Quodli-
plus haut, p. 75*a). bet VII était le onzième : une telle collection n'a pu se
constituer qu'après la publication des Quodli-
bets I-VI, c'est-à-dire après la mort de saint Thomas,
DEUXIÈME PARTIE
à la fin du XIII e , sinon au début de XIVe siècle
(témoins les manuscrits TsBs, Pr 1) (3). C'est donc à
cette date tardive qu'il faut situer la copie de VP.
Cette condusion est confirmée par la critique tex-
tuelle. Le texte copié par le secrétaire A occupe une
Le manuscrit VP pIace à part : le ms. VA offre un bon nombre de
leçons qui l'opposent à l'ensemble de la tradition~, et
Le secrétaire de saint Thomas, A, cesse sa copie au il est alors souvent soutenu par le ms. Lh (cf. plus
f. 50ra24 du ms. Vat. lat. 781, avec le mot « uesti-
haut, p. 67*-68*). Avec l'apparition de VP, la rupture
mentum» (pour « uestitum », a.18, 48). La suite du
est brutale: le ms. Lh continue à présenter nombre de
texte, à partir du mot « sibi» (dernier mot de notre
leçons remarquables, mais, sauf de rares exceptions, il
ligne a. 18, 48) est copiée par une autre main italienne, est désormais seuI. En revanche, le ms. VP s'insère
la main p. Après quelques hésitations, le P. Antoine
dans une famille bien déterminée de la tradition ~, la
Dondaine a reconnu que cette main p ne peut ètre famille ~ 1b, et s'il a naturellement ses leçons propres,
confondue avec aucune autre des mains qui appa-
ce sont des leçons banales.
raissent dans les manuscrits écrits ou dictés par saint
Il nous faut mettre en lumière ce nouvel aspect de
Thomas et ne reparaìt nulle part ailleurs dans ces la tradition (4).
manuscrits (1).
Cette dernière assertion semble cependant devoir
ètre légèrement nuancée : il semble bien en effet qu'il La famille r, réduite au ms. Lh
faille attribuer à la main p non seulement l'achève-
ment de l'artide 2 [18] de la question 7 du Quodlibet Nous relèverons les leçons remarquables du ms. Lh
VII, mais aussi plusieurs annotations relatives à ce (à l'exdusion de menues erreurs sans signification) :
Quodlibet.
53 artifieialia] artificiola (avee la source) 56 etc.]
C'est d'abord, dans la marge supérieure du f. 3H, uaeantes spiritualibus a preeepto predieto non
en tète du début du Quodlibet VII écrit par la main ex < eu > santur 61 et] uel 63-64 distinctione
A, la mention : XXII] + eapitulo ultimo (référenee fausse) 67 Calixti
« .XI. quodlibet fratris t.»
Pape] Calixti pape ueI Urbani (bonne eorreetion!) 84ope-
ribus spiritualibus] aliis spiritualibus operibus 85 ope-
Puis, au f. 34vb, après la fin de l'artide 16 du re] per opera 86 quemadmodum] quomodo (uariante
Quodlibet VII écrit par la main A, « argumentatio- du texte eité, attestée) 94 ita] + uidetur quod 96ope-
nem », le signe ~, repris, après 3 lignes blanches, dans ribus] operationibus 101 maioribus] vtilitate maiorum
la marge inférieure (texte de la souree) IO 3-1 04 hee pretermittere propter
illa (uar. eodd.)] pretermittere opera manualia pro operibus
« ~ quere infra» spiritualibus 110 Dei] + et ministrare mensis

1. A. Dondaine, Sermons de Réginald de Piperno (Un manuscrit de la bibliothèque de Boniface VIII), dans Mélanges Eugène Tisserant, voI. VI
(Studi e Testi 236), Città del Vaticano 1964, p. 366-369. Dans A. Dondaine, Secrétaires ... , p. 59, description du cahier 8, au lieu de «main p
(F), 67ra », on lira évidemment : «main q» (cf. planche XX).
2. La lecture de celte note a donné lieu à quelques hésitations. Au lieu de «Verum », lu par Mgr Pelzer, le P. Antoine Dondaine,
Secrétaires ... , p. 63 et 89, a lu: «Vnde», à tOft semble-t-il: le ms. a «Vm» et non «Vi]». En revanche, le P. Dondaine a raison de lire
«recurratur» (au lieu de « recurrant» lu par Mgr Pelzer). Mais l'un comme l'autre semblent avoir tort de proposer, avec un point
d'interrogation, pour le dernier mot la lecture «esse» (<< debent esse », propose le P. Dondaine, mais le «debet» est net); il ne semble pas
qu'on puisse lire « èe» (= esse), mais bien «ori », à expliciter «oriri» : « Qu'on revienne en arrière, là OÙ est la croix : c'est là que doit
commencer» ce texte (on pourrait expliciter aussi : «ordinari », «ètre mis en piace» ?).
3. C'est ce qu'a bien vu le P. Antoine Dondaine, Secrétaires .'" p. 89, en ce qui concerne les annotations; mais il n'a pas vu que ces
annotations semblent ètre de la main p.
4. Dans les relevés suivants, je n'ai pas toujours vérifié tous les manuscrits.
LA QUESTION 7 (A.17-18) 77*

ergo 112fortius]magis 119qui]illiqui 123 ma- meme où avaient été recueillis les papiers de saint
nuum] manualibus 127 obseruationem] obseruan- Thomas et il y avait libre accès. Ainsi se trouve
ciam 135 quedam] +uero ~2g, ~2Ss, ~2p : + autem confirmée l'unité de la recension attestée à l'article 17
Lh, Vr 144 corporali] temporali 145 in tempora- et à l'article 18, 1-48 et 446-454, par Lh et V, et à
libus] + tantum 174 orandum et legendum] legendum
l'a. 18, 49-445 par Lh seuI.
ad orandum Lh (legendum et orandum AUGUSTINUS)
Le texte de Lh présente toutes les caractéristiques
183 annunciant] nunciant Lh, VP 184 debet hoc] inu.
Lh, Vr 184 referri Lh, VpF3, Bw, Ed 2,4ss, Wb, Ed!, de cette recension, notamment ses interventions
Ed3, KrPr 2Wr 4 Wr 3Wr! : inferri ~2a(_Bw): ferri (fieri) rédactionnelles (lignes 56, 1°3- 1°4, 239, 249, 286,
cett 191 uerbi] + dei (avec la source) 205 diuine] 386, 448) et surtout ses citations corrigées (lignes 53,
dei (avec la source) 206 ideo] propter hoc 67, 86, 101, 110, 174, 191, 205, 213, 254, 26 7, 369,
213 set] + pIene (+ pIane AUGUSTINUS) 221 Glosa] 395,43 1).
+ duplici honore 235 est] uidetur (cf. a. 17, 232 est]
uidetur VALh) 239 sic] in seculo diuites fuerunt et
sine labore manuum fuerunt nutriti 249 possunt labo- La nouvelle famille ~!b : VP, BgF3, 0 2 Ve V8
rem] solent opus 2j2-253 predicto libro] li. de o. mo.
Lh 253 plerumque] et plerique 254 condicione Ayant abandonné le modèle qui avait servi à V A
Lh, F3 (cum AUGUSTINO) : professione 254 et] et ex (sauf aux dernières lignes), le ms. VP copie un modèle
F 3 (cum AUGUSTINO) : ex Lh 267 toto corde] tota qui n'est pas un témoin de la recension r, mais bien
mente (avec la source) 273 etc.] + glosa 286 quo
un témoin de la tradition commune ~. Mais, plus pré-
illud Apostoli] ad hoc quod Apostolus dicit
298 priuata] quasi priuata 303 qui] dum cisément, il se rattache à une branche particulière de
311 quod] quin 328 elemosine] + quedam cette tradition, la famille ~ lb, qui se trouve dès lors
333 habetur] + in ilio decreto 349 acquirant] acci- composée comme suit : VP, BgF3, 02VeV8.
piant 3j2 elemosinis] + faciendis 369 et] + 73 Ille] om. VP, BgF3, 02VeV8, nec non Lh
fide/es (avec la source) 378 prouidet] praem. sufficien- 87 inquieti] inquiete VP, BgF 3, 0 2Ve V8 89 ac] et
ter 386 et aliqua causa] et ipse propter aliquam utilita- VP, BgF3, 02VeV8 (cf. u. 416) 102 opera] om. VP,
tem 387 esset solus] aliquis solus esset 392 simili- BgF3, 02VeV8 (bona post spiritualia suppl. 02VeV8)
ter] et sic 395 Qui] Nunc qui (avec la source) 111 et] om. VP, BgF 3, Q2Ve V8, nec non LP 10b 114-115 et
406 laborilUit] fecit rnanibus laborando 407 ut patet] alia que ad exercitationm corporalem pertinent] om. VP,
+ per eius uerba 415 ponit] assignat 426 si] BgF3, 02VeV8 122 in VP, Bg, 02VeV8, nec non Md a
quando 427-428 Glosa Luce x] dicit Glosa Luce x (in operibus om. F3 : 120-123 om. Na) : om. cett 142 Hoc]
quod 431 dum] cum (avec la source) 434 enim] Quod VP, BgF 3, 02Ve : om. V8 173 ceteras] certas
autem ueritatis 436 occupationibus] + corporali- VP, BgF3, V8, nec non ~2g (deest L), ~2Ss, ~2p
bus 438 Apostoli] + habuerunt 199 possunt] + etiam VP, BgF3, 02VeV8 203 eze
446-447 sollicitudo autem] unde sollicitudo Lh Vr < chielis >] ex. VP : exo. Bg 208 Et de hiis] Ex hiis
448 pertinet] + et etiam ipsum predicationis (actionis Lh) VP : Et hiis BgF3 : De hiis 02VeV8 227 Domini] om.
opus Lh Vr 449 concedo] concedimus Lh VP VP, BgF3, 02VeV8 230-2310peribus spiritualibus]
450 preter] contra LhVp 451 dicit] exponit inu. VP, BgF3, 02Ve (operibus om. Na) 232 illis] hiis
Lh Vr secularia negocia (inu. BgF 3)] ipsa esse secularia VP, BgF3, 02VeV8 233 directe <non cedunt> in]
negoCla Lh VP 453 manuali] corporis Lh Vr directe in Bg, Md a, pr.m. Va : non redundant VP (il semble
453 ut per mercationem] sicut mercationes LhVr que VP ait suppléé « non redundant» à la piace de « directe
453 huiusmodi] + negocia LhVp 454 penitus] modis in », ce qui suppose un modèle où les mots étaient suppléés
omnibus Lh VP en marge; les autres mss de la famille suppléent diverse-
Aux lignes 49-445, soit 397 lignes, nous avons ment notamment « non ordinantur directe in» F 3,
02V;V8) 254 ex 2] om. VP, Bg, 02VeV8, nec non
relevé 61 variantes de Lh: VP en a 4, et il s'agit
Va 259-260 Dei uenerint (Dei ueniunt, Dei ueniant)]
toujours de variantes mineures : la rencontre peut ueniant Vr: deueniunt Bg, V8: deuenerunt 0 2Ve
etre accidentelle (lignes 13 5, 183, 184, l'inversion, et 265 dicit] am. VP, 02VeV8 268 nil iam] inu. VP,
184 referri, correction facile, que beaucoup ont fai te). BgF3, 02VeV8 269 quadam] post glosa VP: om.
En revanche, aux lignes 446-454, soit en 9 lignes, BgF3,02VeV8 280 scripsit] scribit VP, Bg, 02VeV8,
nous avons noté lO variantes de Lh, dont plusieurs nec non MdaLiNa 289 precepti impletionem] inu. VP,
notables : Vp les a toutes. Force est d'admettre que BgF 3, nec non ~ 2a(_ Bw), ~ 2g: precepti om. Lh, Bw
VP a changé de modèle, ce qui peut s'expliquer : si le 290 ipse enim non tenebatur] om. VP, BgF3, 02VeV8
texte qu'il copiait était contenu dans un cahier isolé, le 369 episcopi] om. VP, BgF3, 02VeV8 372 egens]
dernier folio du cahier a pu etre abimé, et les quelques degens VP, BgF3, 02Ve : tegens V8 383 tamen non]
inu. VP, BgF3, 02VeV8, nec non Na 390 Ego (ergo
lignes qu'il contenait sont devenues illisibles; force
TsAv: deest Dl*)] om. VP, BgF3, 02VeV8 393-394 de
était de recourir à un autre témoin. Que cet autre necessariis uictus] de necessario uictu VP: de necessario
témoin ait été, sinon le modèle meme qui avait autre- motus Bg: de necessario uictus F 3 402 Vitis] uitas
fois servi à la copie du secrétaire A, au moins un VP, BgF3, 02Ve (uita V8), nec non ~2g, ~2ss (plerique)
modèle du meme type, ce n'est pas miracle : puisqu'il 426 laboribus] in labore VP: labori O 2Ve V8
écrivait dans le manuscrit meme hérité de saint Tho- 430 sepe dicto (septimo L)] supra dicto Vr, BgF 3, V8 :
mas, le Vatican lat. 781, le scribe p écrivait au lieu predicto 02Ve : om. Lh (sed post libro suppl. de opere mo.)
INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

S'il se rattache nettement à la fa mille ~ rh, le ms. ratione 89 quem(quemquam (cf. u. 416) 91 Gene-
VP semble en ètre le meilleur témoin : en bien des cas sis] super gen. 106-107 Corporalis] om. 109 ut
il a conservé la leçon correcte alors que !es autres mss uacetur predicationi] propter predicationem (cf. u. 112-113 ;
de la famille ont une leçon fautive : correction appelée par la difficulté de lecture du modèle,
attestée par BgF 3? cf. ci-après, le relevé des leçons
55 operibus] absque Bg : om. F 3, 0 2Ve VB 60 semel] de BgF 3) 113-114 est dimittendum opus manuale]
celum BgF3 : om. 02VeV8, Na : simul ~2g, ~2ss, ~2p sunt dimittenda opera manualia 125 apparet] dependet
65 ecclesie Romane] inu. BgF3, 02VeV8 69 communi] 126 supra] simpliciter 130 spiritualia opera] inu.
om. BgF 3, 0 2Ve V8 nee non Na 80 calorem] caritatem 133 est (uidetur)] om. 134 quedam opera] inu.
Bg : caliditatem O 2Ve V8 94 tegmine (tegumine, regi- 139 debet] deberet 145 in temporalibus] om. 155 et
mine)] om. BgF3, 02VeV8 97-98 a labore] laborem ex] ex ex 160 prestatis] potestatis (? avec F3) 169 suis
BgF3, 02VeV8 137 in] om. BgF3, 02VeV8 stipendiis] inu. 185 ad] om. 19opercipere] acci-
141 spiritualia seminauimus (-amus)] inu. BgF3, 0 2Ve pere 194 quod patet] om. 2°5-206 senteneie
146 ex] in Bg, 02VeV8: pro F3 166 se] om. Bg, (sciencie)] ire 214 opus] bonum (? peu lisible; cf. plus
02VeV8 : post excusat suppl. F3 170 testem inuoco] loin, 0 2Ve, p. 79*a) 216 studio] om. 229 totius
inu. BgF 3, 0 2Ve V8 : inuoco testem inuoco (inuoco 2 exp.) orbis] om. 233 in] om. 234 sicut] ut 236 iUi
Lh 174 aut] nec Bg, 0 2Ve V8: et F 3 181 populo] qui] qui qui 237 unde uiuerent] om. 239 ueniunt]
proprio Bg : proximo F 3, Ve V8 : obse. pr.m (see.m. populo) uenerunt 25,1 in] om. 311 studium] om. im-
02 187-188 stipendium non debetur] stipendia non pediretur] impedirentur 314 hominibus] om.
debentur BgF3, 02VeV8, nee non ~2g, ~2ss (dantur et 317-318 erogandus est Lh, F 3, ~ 2g, ~ 2Ss, ~ 2p : sit erogan-
debentur), ~2p 220 in] om. BgF3, 02VeV8 dus VP: supererogandus ~ la, ~ 2a: non erogandus
236 istis] om. BgF3, 02VeV8 241 in libro] om. BgF3, Bg, 0 2Ve (-nem erogandus V8) 355 falsa est] inu.
02VeV8 258 uite] om. Bg, 02VeV8 259 Ne- 378 nee etiam temptant Deum] om. 396 toUat] om.
quel Non BgF3, 02VeV8, nee non ~2g, ~2ss, ~2p (avee Na) nobis datur] inu. (nobis om. pr.m. Ts, suppl.
319-32° sermo est qui priuatim fiebat set predicatio] post datur see.m. Ts, Av) 399-400 causa lieet] inu.
hom.om. BgF3, 02VeV8 324 et elemosine] ecclesie 416 quem] quemquam (cf. u. 89) 416 III] 4
pr.m. Bg, 02Ve: et ecclesie see.m. Bg, F3 (323-324 obla- 417 alii] aliqui 419 nosmet] nos 423-424oeeasio-
tiones - fiunt hom.om. V8) 327 particulatim] parti- nem] om. 430 Augustinus] glosa Augustini
culariter BgF 3, Ve V8 : participatur 0 2 343 eis uten- 439 unde dieit Gregorius] ut Gregorius dicit 444-445 non
di] inu. BgF3, 02VeV8 (utendis 0 2), nee non ~2g, ~2Ss, ~2p inteUigitur ibi (non om. Bg V8)] ibi non intelligitur
344 elemosinis] om. BgF3, 02VeV8 347ostendit] 449 Rationes] + autem 451 Glosa enim] quia glosa
oportet Bg, Ve V8: lae. J fitt. F 3 (hom.om. 0 2, N a, Lh : om. VP
pr.m. Ts) 351 etiam] non BgF3: om. 02VeV8
368-369 scilicet rebus] sic res BgF3, 02VeV8 379-380 in Les leçons propres de BgF 3 sont peu nombreuses :
necessitatibus] intrantibus BgF3, 02VeV8 384 ad tem-
51 eruditus] om. 89 quam] quid Bg: lae. 6/7 litt.
poralia minus] unius ad temporalia BgF 3 : animus ad tem-
F3 100 mortui sepeliant mortuos suos] mortuos suos
poralia minus 0 2 : minus ad temporalia manus Ve : ad tem-
sepeliant mortuos suos Bg: mortuos suos F3 109 ut
poralia manus V8 (cf. u. 429) 387-388 Si autem esset
uacetur predicationi] ut uacetur peregrinationi (exp.) predi-
solus uideretur temptare Deum] hom.om. BgF 3 : Set alias
temptaret Deum suppl. 02VeV8 398-399 per inhos-
cationi Bg : ut uaeetur + lae. 9//0 fitt. F3 (cf. dans le relevé
précédent, VP) 117 negotiis seeularibus] inu. BgF 3,
\ pitales] in perhospitales Bg: inter inhospitales 0 2Ve V8
nee non Md a VaLi 118 animus oceupatur] inu.
399 iter] tunc BgF 3 : circa 0 2 : intus V8, pr.m. L : deest
124-125 huius questionis] inu. 137 autem] om.
Ve 400 quam domi] quamdam BgF3, 02VeV8
160 Ideo et] inu. 162-163 dicit Augustinus] inu. (avee
402 misso] inciso Bg: inmisso F 3: prouiso 0 2Ve V8
~2g) 2°5-206 senteneie] scieneie (avec V8) 228 non
412 scilicet] om. BgF3, 02VeV8 420 item] om. BgF3,
habent in terra nisi solum Deum] habent in terra non solum
02VeV8 421 rapacitatem] capacitatem BgF3, 0 2 :
Deum 266 uita] om. 267 exteriori] om.
inpaci tem V8 423 eorum] iUorum BgF3, 02VeV8
268 inherere] in honore 276 laborent] laborant (avee
429 minus] manus BgF3, 0 2Ve : unus V8 (minus resto see.m.
Va) 280 illum] istum ]Io enim] om. (avee
0 2 ; cf. u. 384) 438 ex] om. BgF3, 02VeV8, nee non ~2g,
LP lObHeUt: enim suppl. post est Wb, Ed 2,4ss, etc.)
~2ss 448 quibus] qui BgF3, VeV8
346 imponit] ponit 347 quoddam] om. 356 est
Il semble donc que la fa mille ~ rh dérive d'un hereticus nisi forte eredat Pape] hom.om. 358 priuile-
modèle lointain relativement peu a1téré, attesté par gium] om. 366 ecclesie] om. 368 capituli] om.
VP, mais qu'elle a été diffusée par u!} subarchétype 381 Luce x] lux 413-414 quibus predieabat] om.
423 ut] nec 431 secularia negocia] inu.
beaucoup plus détérioré.
Reste à relever les leçons propres des composantes La branche 0 2 Ve V8 est un peu plus détériorée :
de ~ rh : VP, BgF3 et 02VeV8. 54 Preterea] Item (avec Lh) 59 uendite post pos-
Voici d'abord !es leçons propres de VP, variantes sessiones uestras 71 a labore] ab (ex 0 2) opere
mineures qui ne dépassent pas le niveau des erreurs 74 mortis] om. 74-77 sicut si - Deum] hom.om.
habituelles des copistes : 93 sub] + actione 106-107 Corporalis exercitatio]
mu. 110 relinquere] derelinquere (correetion sur la
51 quilibet (qui)] om. 56 laborem] labores (avec Vulgate) 111 mortuos] mortui sepeliant mortuos
LUt, ~2p, etc.) 59 uendite] om. 75 in furia] in suos 112 spiritualibus operibus] inu. 127 tantum]
uia 75 -76 deponeret arma] inu. 81 temptans soli 144 utilitati corporali] inu. (utilitati om. ~ 2)
Deum] inu. (Deum om. pr.m. Ts, Dl*) 89 labore] labo- 155 communis utilitas] bonum commune (151-155 ex tali
LA QUESTION 7 (A.17-18) 79*

- promouetur bom.om. V8) 159 potestate ... quel 6 (a. 14-16) et 7 (a. 17-18), Et, comme cela s'est passé
iudici ... qui 160 scilicet iudicibus] inu. 162 prop- pour la question 6, lorsque la question 7 a été réinté-
ter hoc etiam] etiam propter hoc 171 attinet commo- grée à sa pIace, on a cru voir dans cette restitution une
dum] om. 172 certis horis] om. 175 liberas] addition. Comme ill'avait fait pour la question 6 (cf.
om. 184 illos] eos 199 de Eructu euangelii uiuere]
plus haut, p. 59*b), le ms. Bs (f. 86ra) écrit en tete de
de euangelio (-lii Ve) uiuere Eructu 214 opus] bonum
02Ve (? an etiam VP; cf. p. 78*b) 222 ministrent] la question 7 :
ministrant 249- 25 ° uenientes ad religionem possunt Questio .VII>. de opere manuali. Et nota quod etiam ista
laborem manuum intermittere] laborem manuum uenientes questio est tractatus per modum questionis a sancto thoma
ad religionem intermittere possunt 253-254 seruitutis de aquino editus licet hic connumeretur quodlibetis.
Dei ex condicione] om. 02V8 254 rusticana] rusticalis
02Ve: rectitia V8 255 postea] om. 257-258 preter- Assertion ici comme là dépourvue de toute auto-
ite quippe uite] preterite quippe Bg: preterita omni 0 2 : rité.
preterita enim Ve V8 263 quasi continue] inu. Ici cependant il semble que plusieurs témoins
268 nil (nichil)] + aliud (avec Na) 272-273 in glosa] anciens et autorisés attestent l'existence de la question
om. 279 in] de Ve V8 282 hoc] + est (avec ~ 2a; De opere manuali en dehors de Quodlibet VII.
est de/o sec.m. Ts, non bah. Av) 284-285 expositionem]
Le plus ancien et le plus autorisé, c'est assurément
om. 02Ve: expendere V8 297 publica opera] inu.
le manuscrit meme de saint Thomas, le ms. Vat. lat.
298 autem] enim 306 uacant lectioni] inu. (locutionem
0 2) 309 uita] multa 02Ve 309 scripturarum] litte- 781. Le P. Antoine Dondaine (Secrétaires ... , p. 88-90)
rarum 311 per] propter 325 ratio est] inu. a cru son témoignage décisif, et il le serait peut-etre si
329 dicit] om. 33 l ecclesie opes] inu. 346 hiis] l'interprétation qu'en a proposée le P. Dondaine était
illis 356 est hereticus] inu. 361 consistit in hoc] correcte. Selon le P. Dondaine, en effet, le Quodlibet
in hoc consistit 364 ecclesie] romane ecclesie VII, jusqu'à la fin de sa question 6 (a. 14-16) incluse,
364 quod] si 385 Similiter] + etiam 389 securus est contenu dans le «cinquième cahier» du ms. Vat.
esset] inu. 393 infideles] fideles (in- s.u. sec.m. 0 2) lat. 781, aux f. 32fa-34vb, tandis que la question De
393 uel] et inter 395 Glosa] quedampraem. 02Ve, Lb, opere manuali est contenue dans le «sixième cahier »,
add. V8 395 Luce 22 post super illud 396 tollat] +
aux f. 49ra-50vb; elle est séparée du Quodlibet VII
et peram 02Ve: + et speram suam V8 399 uiatici
causa] uiatica 0 2 , nec non ~2a (- pr.m. Ts), ~2g, ~2Ss : man- par un groupe de questions anonymes (restituées à S.
tica Ve, pr.m. Ts: in antica V8 : uiatica uel uiatici causa Albert), et surtout par le Quodlibet VIII et la pre-
~ 2p 402 legitur] ante in uitis patrum 408 eum in hoc] mière des questions De ueritate (copiée et non dictée) ;
in hoc eum 02Ve 4°9-410 aliquando predicator] inu. tout invite donc à voir dans le De opere manuali une
412-413 Apostolus] ipse Apostolus 02Ve (411-413 predicat question disputée indépendante, postérieure au Quo-
- quibus bom.om. V8) 433-434 Iudeis predicabat] inu. dlibet VIII et à la première des questions De ueritate.
L'interprétation du P. Dondaine s'imposait peut-
etre tant qu'on voyait, comme il le faisait, dans les
Quodlibets VII et VIII et dans le De opere manuali des
LA QUESTION 7 DU QUODLIBET VII ET LE eH. 5 DU
ocuvres dictées directement par saint Thomas : l'ordre
CONTRA IMPVGNANTES
du manuscrit devait refléter l'ordre de dictée. Il en va
autrement si, comme nous croyons l'avoir établi, ces
Nous pouvons maintenant, - mais maintenant ocuvres sont des ocuvres copiées : un certain décalage
seulement! - aborder le problème de l'appartenance devient possible.
de la question 7, De opere manuali, au Quodlibet VII. Du coup prend une nouvelle vraisemblance l'hypo-
Comme la question 6, De sensibus sacre scripture (cf. thèse avancée dès 1957 par L. Minio-Paluello sur la
plus haut, p. 58*), la question 7 n'est pas annoncée formation des «cinquième» et «sixième» cahiers du
dans le prologue du Quodlibet, tel que nous l'ont ms. Vat./at. 78I : ce serait des cahiers artificiels, for-
transmis les manuscrits. Comme à la question 6, et més par le mélange de deux cahiers originels, un
beaucoup plus meme qu'à la question 6, la tradition cahier H et un cahier K, composés simultanément et
manuscrite semble à première vue apporter son sou- que les secrétaires se passaient l'un à l'autre: au
tien à la thèse qui fait de la question 7 une question moment de la réunion des cahiers, le «cinquième»
indépendante. cahier aurait été formé par l'insertion, au milieu de
Mais, nous l'avons vu (p. 65 *-66*), il a suffi d'un trois diplomes du cahier K, de l'ensemble du cahier H
seuI et unique témoin, et d'un témoin sans autorité, (avec l'addition d'un folio isolé, l'actuel f. 48) et se
l'exemplar <I> 2, pour bouleverser la tradition : ce bou- serait ainsi vu demesurément gonflé, tandis que le
leversement est donc sans signification. « sixième» cahier se serait réduit en proportion, ne
Reste le fait que nous avons déjà établi (p. 59*b) : il conservant que deux diplomes du cahier K. Nous ne
a circulé assez tot une copie mutilée du Quodlibet VII pouvons entrer dans le détail, mais on nous permettra
réduit à ses questions 1-5 (a. 1-13), sans les questions de reproduire l'essentiel de cette hypothèse (1) :

1. L. Minio-Paluello, Compte rendu de Antoine Dondaine, Secrétaires de saint Thomas ..., dans Bulletin thomiste, t. X, nO l (1957), p. 5-19;
nous citons les p. 17-18.
80* INTRODUCTION AU QUODLIBET VII

«Schématiquement, notre hypothèse serait la sui- f. 66ra commence la question De opere manuali. Nous
vante C« a, b, c, etc. » indiquent les diplomes; «a', a", pouvons négliger le titre qui lui est donné en marge
etc.» le premier et le deuxième feuillet de chaque supérieure : «Vna questio de opere manuali» : il est
diplome; «x» un feuillet additif; «[35], [36], etc.» la de main postérieure ; en revanche, au f. 69va, on lit de
foliation actuelle) : la main du scribe : «Explicit questio fratris th. dakin
deo gracias».
On peut aussi, d'une certaine manière, compter ici
la Summa fratris Alexandri, qui fait de l'artide 1 de la
CAHIERS ORIGINAIRES question De opere manuali Ca. 17 du Quodlibet VII) le
a' [35] membrum 1 de la question 32 de son quatrième livre.
b' [3 6] Questions anonymes XVIII-XXII: main n Que ses trois témoins, le ms. VA, le ms. Lh et la
c' [37] Summa fratris Alexandri témoignent d'une diffusion
d' [3 8] originale de la question De opere manuali, l'étude de
e' [39] leur texte l'a confirmé : ils sont les trois témoins de la
f' Quodlibet VIII,' main A
Cahier H
[4°]
famille r, qui s'oppose à la famille ~, forte de
f" [41] 59 témoins.
e" [enlevé] Un problème reste donc posé, que seule pourra
d" [enlevé] édairer l'étude du contexte historique dans lequel
c" [42] s'inscrit la questiono
b" [43] De veritate, I (première partie) : main B On s'accorde à dire que le but et l'intéret de la
a" [44]
dispute de quolibet, c'est de permettre à taut un chacun
a' [p]
de poser au maitre les questions les plus brùlantes de
b' [33]
c' [34] Quodlibet VII (XI) l'actualité. Or, lorsque saint Thomas, au Careme de
avec : main A 12 56 Cavant Paques, qui tombait le 16 avril) soutint sa
De opere manuali première dispute de quolibet, la question de la pauvreté
religieuse passionnait l'Université de Paris. Dès le
Cahier K
De veritate, II (eommeneement) : main A mois d' octabre 1255, saint Bonaventure et Guillaume
de Saint-Amour s'étaient affrontés : à la question De
De veritate, I (deuxième parrie) : main B paupertate quoad renuntiationem de saint Bonaventure
Guillaume avait répliqué par sa question De quantitate
De immortalitate anime,' main A elemosine; en novembre, Guillaume avait essayé de
reprendre l'initiative par sa question De ualido mendi-
CAHIERS ACTUELS cante, à laquelle Bonaventure avait répliqué en
Cahier V [P-48]: K (a' b' c') H + + K (c" b" a" x) décembre par sa question De paupertate quoad mendici-
Cahier VI [49-52] : K (d'e' e" d"»). tatem (1); avait suivi au début de 1256 un échange de
réfutations entre les deux maitres, puis une troisième
Si cette hypothèse est exacte, le ms. Vat. lato 781 question de saint Bonaventure, De opere manuali.
n'est pas un témoin de l'indépendance de la question Enfin, avant Paques 1256, peut-etre dès le 15 mars,
De opere manuali, il est au contraire un témoin de parut la première rédaction de la grande ceuvre de
l'unité du Quodlibet VII. Guillaume, le De periculis (2). Peut-on imaginer, dans
Reste que, meme si dans le ms. Vat. lat. 781 sous sa cette atmosphère de fièvre, une dispute de quolibet, et
forme originelle, la question De opere manuali faisait la première dispute de quolibet d'un frère mendiant, où
immédiatement suite à la question 6 du Quodli- la question de pauvreté religieuse n'ait pas été posée?
bet VII, elle ne lui était pas explicitement rattachée : Elle l'a été, et saint Thomas a répondu. Sa réponse,
il manque le «Deinde» habituel, ou taut autre parti- rédigée au plus tard à la fin d'avril 1256, nous l'avons
cule de liaison. La question commence ex abrupto: «§ conservée; c'est le texte de la question 7 du Quodli-
Questio est de opere manuali». Rien ne s' opposait bet VII conservé par la tradition commune, ~.
donc à ce qu'elle bénéficie d'une diffusion séparée, et Si on lit attentivement cette réponse Cce qui semble
une telle diffusion est attestée, encore que modeste- avoir été rarement fait), on ne peut pas ne pas etre
mento frappé par deux constatations.
Dans le ms. Lh, la question De opere manuali est La première, c'est l'absence totale, dans cette ques-
bien copiée juste après le Quodlibet VII Créduit à ses tion, de toute polémique : on y chercherait en vain un
questions 1-5, artides 1-13), mais le Quodlibet finit à mot qui donne à penser que saint Thomas répond à
la ligne 13 du f. 6SVb, avec la mention expresse : un adversaire vivant, présent et virulent, à une
«Explicit quodlibet ... » Ccf. plus haut, p. 59*b), et les attaque qui l'atteignait personnellement en ce qu'il
2/3 de la colonne 6SVb sont laissés "en blanc; au avait de plus cher, sa vocation de frère precheur : la

1. Cf. M.-M. Dufeil, GuiJlaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne. I2JO-I2J9, Paris, 1972, p. 174-180.
2. Ibid., p. 214.
LA QUESTION 7 (A·17-18) 81*

sérénité du ton ne se dément jamais, et le lecteur non ture : il l'a entièrement réécrite, et réécrite à sa
averti pourrait croire qu'il s'agit d'une question toute manière. La pensée de saint Bonaventure jaillit en
théorique, qui ne se pose pas autrement qu'elle s'était tous les sens, son exposé est touffu, on s'y perd un
posée lorsque saint Augustin l'avait déjà résolue. peu; saint Thomas l'a canalisé, simplifié; de la luxu-
Une deuxième constatation peut-etre plus surpre- riance de la foret vierge, on passe au jardin à la fran-
nante encore, c'est qu'à la solution de cette question, çaise. Cela pouvait plaire : témoin Guillaume de Méli-
saint Thomas n'apporte à peu près rien de personnel. ton, si c'est lui qui a achevé le livre IV de la Summa
Il suffit de consulter notre apparat des sources pour jratris Alexandri, ou le franciscain qui a pris sa
voir qu'il doit presque tout, non seulement sa docu- relève : à la question de saint Bonaventure il a préféré
mentation, mais surtout ses principes de solution, à la celle de saint Thomas.
question De opere manuali que saint Bonaventure avait On adone du, très tot, demander à saint Thomas
disputée quelques semaines auparavant. Que saint des copies indépendantes de sa question 7 : c'est alors
Thomas ait connu Guillaume de Saint-Amour, on ne qu'il a été amené à l'extraire de son Quodlibet, et c'est
peut endouter. Par contre, rien n'indique qu'il l'ait à cette occasion qu'ill'a fait revoir par ses secrétaires :
alors relu: saint Bonaventure lui a suf6t. Et ceci ainsi est née la recension corrigée, r, attestée par les
explique le ton de la question de saint Thomas : il ne mss VA, Lh et par la Summa jratris Alexandri. Cette
s'agit pas pour lui de réfuter un adversaire, déjà hors recension a du etre faite dès les mois de mai ou juin
de combat, mais de faire sienne la pensée d'un ami. 1256, mais saint Thomas s'en est vite désintéressé : il
Bien sur, cela n'est possible que parce que la ques- ne l'a meme pas fait recopier en entier dans son
tion de saint Thomas était une question de quolibet. Si, manuscrit, le Vat. lat. 78I.
comme on l'a imaginé, la question de saint Thomas C'est que, dès l'été de 1256, est survenue la troi-
avait été une Question disputée ordinaire, et, qui plus sième étape. La diffusion du De periculis a amené saint
est, la Question disputée inaugurale du jeune maitre, Thomas à prendre conscience du danger que repré-
c'est lui qui en aurait choisi le sujet, et il ne l'aurait sentait Guillaume de Saint-Amour, et il a entrepris
choisi que s'il avait Ctu pouvoir apporter du nouveau, cette réfutation d'ensemble de la doctrine de Guil-
- s'il s'agissait d'un autre, on ajouterait : du nou- laume qu'est le Contra impugnantn : la question 7 du
veau qui le pose d'emblée comme un maitre, - Quodlibet VII a été alors entièrement refondue pour
s'agissant de lui, on dira : du nouveau qui soit de former le chapitre 5 du Contra impugnantes, qui, dès ses
nature à contribuer d'une façon décisive à la défense premières lignes, prend à partie, directement et vio-
de son ordre. Il aurait du alors affranter directement lemment, le maìtre parisien.
l'adversaire et le confondre à sa manière. Mais c'est La publication du Contra impugnantes rendait évi-
justement ce qu'il n'a pas fait. Et s'il ne l'a pas fait, demment caduque la question 7 du Quodlibet VII :
c'est parce que c'était, à ses yeux, inutile: la réponse à l'intention de saint Thomas a été de la supprimer, et
Guillaume de Saint-Amour avait été faite, et bien de cette intention témoigne le pralogue, qui ne la
faite. Pour qu'il intervienne, il a fallu qu'on lui pose la mentionne pas, et l'absence de toute formule de liai-
question : alors il a répondu, parce qu'iI y était obligé, son qui lui assigne sa pIace dans le Quodlibet. Le
mais il a répondu en recourant à la question toute scribe qui a confectionné l'apographe de la famille Ò
récente de saint Bonaventure : nul ne pouvait le lui l'a pourtant conservée, telle qu'elle avait réellement
reprocher, c'était la loi du geme. été soutenue: c'est une inconséquence, mais une
Mais, bien entendu, saint Thomas ne s'est pas inconséquence dont nous ne pouvons que nous
contenté de recopier la question de saint Bonaven- réjouir.
LE QUODLIBET VIII

La tradition du Quodlibet VIII est proche de celle 5. Kr lO : A. 13,11,8.


du Quodlibet VII, 1-13. Nous n'insisterons pas sur les 6. Lw : Le corps des articles, sans les arguments
constantes de cette tradition, mais nous nous attache- ni leurs réponses ; se rattache à la famille
rons à mettre en lumière les variantes qui apparaissent <l>ZB.
avec le Quodlibet VIII. 7. M6 : A. 8.
Les témoins manuscrits du Quodlibet VIII sont au 8. M8 : A. 6-8, 11-13, 16-19.
nombre de 99 (sans compter Hr, copie de Ed 1, et 9. N3 : A. 7, 8, 9, 11-13·
Kn z, copie de Ed3, ni 16 manuscrits fragmentaires, lO. Pr 3 :A·13,l1.
qui n'ont pas été inclus dans le classement). Trois des 11. Sa : A. 7-17, [6-7 simples renvois], 8, 11-15
témoins du Quodlibet VII disparaissent : un témoin (repris).
important de la famille r, le ms. Lh, deux témoins de 12. Up : A. 8, 9, 15, 17·
<I> z, Ar et Si; disparait aussi le ms. (fragmentaire) 13. WS : Simple table.
V12, mais apparait en revanche le ms. (fragmentaire) 14. W7 : A. 15.
V13. 15. Wb l : A. 1-2 (? copie de Wb).
La liste des manuscrits du Quodlibet VIII s'établit 16. Wz : Brefs résumés.
donc comme suit :

1. An b 26. Cf 51. MI 76 . Ts
M3 RÉPARTITION DES TÉMOINS
2. Av 27. Hb 52· 77. Ua
3. Bb 28. He 53. M4 78. Ut
4. Ba (iac.) 29· Inl 54. Nb 79. Va Les 99 manuscrits et les trois éditions Ed l , Ed z et
5. Bai 3o .J 55. Nh 80. VZ Ed 3 se répartissent comme suit :
6. BI 31. Kr l 56. OZ 81. VA
7. BZ 32. Kr z 57. 03 82. V3
8. B 33. Kr 3 58. 05 83. V4 (- 4,58 à Quodlibet VIII
9. Bw 34. Kr 4 59. Pd 15,26)
lO. Bg 35. Kr s 60. Pdl 84· V6
r: VA
11. Bu 36. Kr 6 61. PI 85· V7 OZ (Ve, a. 1- 5>116), DiPr
12. Bui 37. Kr 62. p4 86. V8 Groupes contaminés
13. Bs 38. Kr 7 63. P sb 87· V9 rg: LpIOb Ed z,4ss, In l , BIWb, L1WrWr Z
14. Cn 39. Kr 8 64. p6 88. V13 (a.7- 18) rp : Kr 6Kr 4Kr s, 5ZWI, BuKr zKr 7,
15. Cc 40. Lb l 65. p8 89· Ve Kr l Kr 3Kr 8
16. Cl 41. Lb z 66. pb 9°· Wl
17. CZ 42. L 67. P lob 91. WZ
18. C3 43. LI 68. P 11 92. Wb ~ : ~a : MdaBg, VaLi, NbF
19. Ce 44. LZ 69. Pr 93. Wr ~b: Ts(Av) , Ve (a. 5,117 à 20), Bs, HeUt, Cn
20. Di 45. Li 70. Pr l 94. Wr l ~c: pb, V13 (a. 7- 18 )
21. E I 46. Lo I 71. Pr z 95. Wr z <l>z : BaBa Ip lp lSbV4
22. F3 47. Md a 72. R 96. Wr 3 PdPdlp4p6V3
23. F 48. Mg 73. Rn 97. Wr 4 AnbBBwCeCfLZ, MIM3, Nhp8,
24· Ff 49. Ma 74. Si 98. Wr s
RV9, V8
25. Cj1 50. M 75· 5Z 99. Wr 6 <I> ZF : F 3 Rn, P 11 Si
Groupes dérivés (corrigés)
Extraits et fragments
<I> zB : C cO 5, C 3V 6Lo I, C Z, C IO 3,
1. Ab l : Extraits. Cj1VZ
2. Bo : A. 2-27, 19-20; se rattache à la famille <l>ZG BZElHbLb I, MUa, MgV7
<I> ZB. Wr SWr 6, Ed l , Ed 3
l Z
Pr , KrPr Wr 4Wr 3Wr l
3. Br : A. 11, jusqu'à la ligne 65 « uice».
4. Es : A. 1-2,6,8, 11-13, 15, 17: apparenté à Groupe contaminé dérivé de <I> ZG
Bg. <l>Zg : BbFfJM4WZ, BulMa, Lb Z
LA FAMILLE f

DISTINCTION DES DEUX FAMILLES r ET ~ «Tu ne porteras pas de témoignages mensonger


contre ton prochain », ne s'applique pas à celui qui
Les témoins se répartissent en deux familles, que honore un indigne : son témoignage est certes men-
nous appellerons r et ~. Grace à l'apport massif de songer, mais, bien loin d'ètre fait «contre» le pro-
l'exemplar <1>2, auquel se rattachent 61 manuscrits (et chain, il est fai t en sa faveur! A l'article 6, 104, c'est r
les deux éditions Ed 1 et Ed 3 ), la famille ~ rassemble qui ajoute, mais il s'agit d'un texte de l'Écriture, et ici
les trois quarts des manuscrits (75 h6), tandis que la les scribes cèdent à la tentation de compléter aussi
famille r n'en compte que le quart (23/24; mais elle souvent qu'à celle d'abréger. Plusieurs des leçons de
comprend toutes les éditions, sauf Ed 1 et Ed 3). r semblent ètre des corrections de style : l'emploi du
Nous relèverons d'abord, dans les sept premiers pronom pour éviter une répétition (<< eam », Q.2,
articles, un certain nombre de variantes qui mettent prol., 8; a.3, 14; a.4, 14), le remplacement d'une for-
en lumière la distinction des deux familles : mule un peu dure ou d'un mot rare par une formule
plus coulante ou un mot plus commun (Q.3, prol., 3 ;
a. 1, 151 creatis] rebus creatis f( - 0 2 , Wb : hom.om. Wr2) , a. 5, 289), la simplification d'une expression complexe
nec non sec.m. Rn: creaturis 0 2, Wb, nec non Ba! (a.6, 41, 86), parfois au détriment du sens (a.6, 100).
a.2,69 natura] om. f, nec non C I 03 a.2, 84-85 Secundum Il semble donc que le modèle d'où dérive la famille
quod est in contrarium, concedimus] om. f (Stlppi. fp:
r ait été une copie indépendante, copie assurément
Secundum quod in contrarium obicitur, conceditur stlppi.
Ed 5ss ) Q.2, prol., 8 animam] ipsam F : eam f(- DiPr, très proche de l'originaI, mais corrigée, sans doute par
In l ) : om. DiPr a.3, 14 animam] ipsam F : eam f(-In l : un secrétaire de saint Thomas, mème si elle a été
om. Pr) a.3, 16 ad litteram] om. f(- fp), nec non moins corrigée que par exemple la recension r de la
OV6Lo! a.3, 46 sufficiens est de se (de se om. /lb)] de question 7 du Quodlibet VII.
se sufficit f a. 3, 71 operentur] cooperentur
r (co- S.tI. Wr) a.3, 86 exteriores] om. f(- DiPr), nec non
<1>2G a.4, 9 a non habente] om. f (hom.om. Pr : stlppi.
Ed 5ss ) a·4, 14 caritatem] eam f a.4, 87 usque
LA FAMILLE r
perueniamus] + usque f(-InIWb, fp) Q.3, prol., 3
quantum pertinet] de hiis que pertinent f, nec non <l>2F, <l>2G La famille r se compose d'un groupe principal, qui
a.5, 116-117 deperdatur] consumatur (- etur In l ) ab igne comprend les manuscrits VA, 02Ve (Ve jusqu'à
f a. 5, 289 subrogatur (surogatur Prl : surgatur Kr : l'article 5, 116), DlPr, et de deux groupes dérivés et
surgat Pr2Wr4Wr3Wr l )] substituitur f (constituitur contaminés, rg et rp.
LI WrWr2), nec non <l>2g: substituitur subrogatur HeUt
Q.4, prol., 13-14 uel non] om. f a.6, 41 pretermisso
meliore, minus bonum eligat] non eligat meliorem f Le groupe VA, 02Ve, DlPr
a.6, 86 in tali electione erit (est <1>2)] erit ibi f (est uti 0 2
[uerbum insequens acceptio corro in acceptione sec.m. 0 2 ] : in Ce groupe se définit surtout négativement, en ce
tali electione erit ibi Ed 5ss ) a.6, 90 ad quam erat eligen- sens qu'appartenant à la fa mille r, il n'a pas les fautes
dus (eligendus erat HeUtCn)] om.f a.6, 95 gregem des groupes rg et rp. Cependant, il a aussi quelques
(regem pr.m. Md a : dignitatem M4 : populum <l>2G[_ EILb l fautes communes propres, celles que précisément ces
MgWr 5Ed3], Kr IKr 3Kr8)] om. f(- Kr IKr 3Kr8) a.6, 100 in
groupes ont corrigées. Je me contenterai de citer, aux
celo, scilicet] est f(-BI, Kr3Kr8, Ed'''s) a.6, 104 minis-
articles l et 2 :
tros Christi] + et (om. Di) dispensatores f a.7, 26-27
contra id quod dicitur Exodi xx : Non loqueris contra a.l, 60-61 consideratio nature absoluta] om. VA, 02Ve,
proximum tuum falsum testimonium] om. f (suppi. DiPr a.l, 87 nature create] nature VA, DiPr, nec non
Ed 5ss ) a.7, 49 constituti] om. f (suppi. Ed 5ss ) a.7, Li, HeUt (deest Cn), ps, Cf VZ : rei 0 2 Ve a.l, 91 ipsis]
51 et (om. non nuilt) indignus est] est indignus f(- WrWr2, om. VA, 02Ve, DiPr, nec non Cn a.l, 102 esse habet]
Ed 5ss ), nec non R, PII. inu. VA, 0 2Ve, DiPr, nec non pII, Ua, Pr2Wr4Wr3Wr!
a.2, 36-37 siue quantum ad formam siue quantum ad mate-
Les articles 8-20 offriront encore de nombreuses riam] quantum ad formam et materiam VA, 02Ve, DiPr.
variantes distinctives des deux familles, mais celles-ci
suffisent non seulement à démontrer cette distinction, Il est inutile d'insister sur l'apparentement des
mais à en éclairer la nature. manuscrits 0 2 Ve (jusqu'à 5, 116; pour le changement
En aucun cas la famille r ne semble avoir conservé de Ve à cet endroit, cf. plus loin, p. 86*) et DlPr : il a
seule une leçon qu'on puisse considérer avec quelque déjà été demontré (plus haut, p. 5°*-51 *) et se main-
probabilité comme la leçon authentique. Au contraire, tient ici. Mais il faut souligner que les deux couples se
le glissement de la leçon ~ à la leçon r s'explique séparent de VA et s'unissent pour former un sous-
toujours facilement, tandis que l'inverse serait peu groupe dépendant d'un modèle commun, clont les
naturel. C'est le cas des «omissions », petites ou leçons sont souvent des corrections, bonnes ou spé-
grandes, de r : il est plus facile d'omettre que d'ajou- cieuses. Nous relèverons :
ter (a.2, 69, 84-85; a·3, 16,86; a-4, 9; a.6, 90, 95 ; a·7, a.l, 94-95 super omnia scr. inter omnia codd (cett) : om.
49)' La longue omission de l'article 7, 26-27, a bien 0 2 Ve, DiPr a.l, 103 semper post id quod est prius
cles chances d'ètre volontaire: un copiste trop scrupu- 02Ve, DiPr, fg, fp (deest In!) a.l, 110-112 dato quod
leux a pu penser que la citation de l'Exode, xx 16 : Sortes et Plato non essent, adhuc] dico quod Sortes et Plato
INTRODUCTION AU QUODLIBET VIII

non essent rationales, nisi 02Ve, DIPr, rg, rp (la mélec- Pro!., 1-2 Questio nostra circa tria uersabatur. Primo
ture «dico» a entrainé une refonte du texte; EdS a restitué circa ea] De tribus quesitum est. De his primo
le texte courant) a.2, 36 factiue 02Ve, DIPr, rg, rp, 2-3 circa ea que pertinent] de his spectant 3 culpam et]
nec non Wr l , <l>2g : actiue V A, Ll (cett). - «factiue» est une om. 4 circa ea que pertinent] de pertinentibus (le pro-
correction, bonne, mais facile. Q.2, pro!., 9 aut aliquis logue originaI de saint Thomas a été refait par le secrétaire
alius] aut quilibet alius Nh : uel quilibet alius 0 2 Ve, DIPr, A, sur le modèle du prologue du Quodlibet VII, mais sans
rg (uel alia uirtus praem. LI WrWr2), rp : uel alia uirtus aut l'anacoluthe qui authentifie celui-ci). 5 querebatur]
aliquis alter <l>2g a.4, 54 principia] + cognita 0 2 Ve, om. 5-6 de pertinentibus] om.
DIPr, rg, rp, nec non <l>2g. Q.l, pro!., lO secundum] per (mélecture: «p» au lieu de
p; «secundum» est attesté par Augustin, cité à la
ligne 26) a.l, 39 autem numerus] om. (autem om.
.
Les groupes contaminés rg et rp

Les groupes rg et rp lisent la plupart du temps


HeUtCn)
Augustin)
43 senarium numerum] inu. (avec Ba; contre
51 senarius] om. 52 creator), set] om.
(l'omission est un parfait contresens) 55 prout] prouit
avec 0 2 Ve, DIPr, mais ils ont aussi leurs leçons corrigé en prou l (le premier est une mélecture du
propres : second, dont A s'est aperçu) 79 consideratione] om.
a.l, 57 in hoc et in ilIo lapide] in hoc lapide et in ilIo 133-134 idem secundum rem quod diuina essencia] idem
diuine esseneie. 158 accipiatur] accipiii (= ? accipiam,
0 2 Ve : in hoc lapide et in i110 lapide fg, rp a.l, 59
sicut natura lapidis] om. DIPr : sicut natura lapidis conside- au lieu de «accipia 'Z).
ratur rg, rp a.l, 76 sicut] + et rg, rp, nec non a.2, 12-13 id est quod generatur et corrumpitur] om.
BgEs a.l, 1°3-1°4 posterioris ratio] inu. rg (hom.om. 27 exemplares que sunt] om. 27 diuina] dei (pour har-
In l ), fp, nec non Llb, <l>2g a.l, 114 considerate] om. rg moniser avec 28 «artificis creati» : correction d'une négli-
(- BI Wb; resto Ed 555). gence de style typiquement thomiste) 67 animalis]
uniuersalis (<< ul'is» au lieu de «al'is»: mélecture)
73 respicit] om. 75 Ad primum ergo] Ad id quod obici-
Le manuscrit V A tur primo.
Q.2, pro!., lO cognoscatur] cognoscitur (cum paucis)
Il faut s'arreter un instant sur le ms. VA, auquel on a.3, 23 corporibus] corporis (avec 0 2, Bg) 31-33 que
a pu etre tenté d'attribuer une pIace privilégiée (1). sensum - fatetur] om. 55 patiens] om. 79 sibi] om.
C'est en effet le ms. qui a été entre les mains de saint (avec P b) 83 aureos] aures 84 ex hoc quod] quia
Thomas, le ms. Vat.1at. 781, et c'est l'un des princi- (cf. a.6, 118) 87 sensibilium] insensibilium (simple
paux secrétaires de saint Thomas, le secrétaire A, qui faute, ou correction erronée?) 94 fiunt] sunt expo fiunt
suppl. post intelligibilia (in) actu (mélecture corrigée)
a copié au folio 3 8rb-41 vb le Quodlibet VIII (intitulé
105 ergo] igitur (préférence de A pour igitur! je n'en note
en marge, sans doute de la main p, « Septimum quod- pas tous !es exemples).
libet»; cf. plus haut, p. 76*). Mais cette copie,
comme celle du Quodlibet VII, a. 1-16, se trouve a.4, 3 habens] his expo hns (mélecture de «hns », lu
« hiis », que A en bon italien écrit « his », mais corrige aussi-
dans le «cinquième» cahier du manuscrit, cinquième
tòt) 6 essenciam] speciem praem. expo 14 potest]
cahier qui contient des pièces non pas dictées, mais por (exp.) pl (A a d'abord lu «ponitur») 24 reducitur
copiées (cf. plus haut, p. 48* et 79*b). Tel est bien le ad os] ad os reducitur (cum paucis) 25 reducitur ad
cas du Quodlibet VIII. intelligenciam] ad intelligenciam reducitur 27 capietur
Cependant, nous venons de voir qu'en plus d'un post per sui similitudinem 37 caritas percipitur]
cas, la copie du ms. VA a conservé la leçon authen- cognosciturpraem. expo (avec MdaVa) 41-42 prout sci-
tique (attestée par la famille A), contre tout le reste de licet scr. cum Llb (uar. cett)] lac. 6/7 litt 55 adminiculan-
sa famille. Serait-ce donc une copie privilégiée? tibus] annunciantibus 142 ergo] igitur.
Il n'en est rien, car, à coté de ses bonnes leçons, le a.5, 18 manet] malm (exp.) manet (A a d'abord lu
ms. V A présent de nombreuses leçons propres, dont «manifestum») 110-114 ut scilicet - nature] hom.om.
aucune ne s'impose, mais dont beaucoup sont au 114 artifices apponunt] ponitur 115 -116 ut uidelicet -
contraire des fautes indiscutables et meme grossières. argentum] hom.om 116-117 non deperdatur Ll : non
consumatur ab igne r (cett) : ne consumatur ab igne argen-
Je vais relever les principales (Je ne tiens pas compte
tum V A 135 mutatio] multiplicatio corrigé en muta-
des hésitations d'écriture corrigées, à moins qu'elles
tio 150 nature innumerabiliter] in innumerabiliter
n'aient une signification particulière, ni des difficultés (il est difficile de dire si «in» est une mélecture de «ne» =
propres à l'écriture de A : par exemple, à l'article 1, « nature », ou une dittographie de «in-» après omission de
95 on serait tenté de lire «ala» au lieu de «oIa», c'est- «nature» 179 admixtione] commixtione 185 humane]
à-dire «anima» au lieu de «omnia»; mais cela tient om. 193 humane] om. (cum pr.m. Ts) 223 humane]
simplement à un défaut d'écriture de A, qui, comme om. 225-226 et quod ex alimento generatur et quod a
saint Thomas d'ailleurs, distingue mal le «a» et le parentibus trahitur] om. 254 ad primum post dicendum.
«o »). a.6, 28 eligatur] + ergo etc. 65-66 ouina armatus]

1. Le P. Antoine Dondaine, Secrétaires de saint Thomas, Rome 1956, p. 220, note 18, a éerit que dans le ms. V « le texte a été inserit par le
seerétaire A, - probablement sous la dietée de saint Thomas lui-méme». Mais e'était là une extrapolation, faite avant tout examen eritique
de la tradition du Quodlibet VIII, et avant toute eollation du texte de VA.
LA FAMILLE ~

diuina (exp.) armatus ouina (ordre rétabli par le signe 1/ ) A. 17, 34 per hoc patet responsio (solutio) ad obiecta ~,
73 eum] enim (exp.) eum 77 unus alteri] alteri WrWr 2 : sic patet responsio ad obiecta Wb, Kr 8 : sic patet
alter 118 ex hoc quod] quia (cf. a.3, 84). solutio ad obiecta 0 2 , LI: sic patet ad obiecta DI, Kr 1 : sic
Q.5, pro!', 5 oratio] om. a.8, 14 quadam glosa] patet obiecta L: sic patent obiecta VA, Pr, plOb In l BI,
inu. a.8, 30 oratio Petri] inu. a.9, 51 contingit] Ed 2 ,4-II, Kr 6 Kr 4 Kr S SWWI Kr 7 Kr l8 : sic patebunt obiecta
continet praem. expo a.9, 72 enim] autem a.10, 12 BuKr2 : sic patet (+ responsio Ed l8 : + solutio Ed 20 ) ad
Set contra] preterea praem. Q.6, pro!., I l tutam] cer- obiecta Ed l2ss
tam praem. expo a.11, 29 postea] post a.12, 6 XII Il semble qu'ici, et sans doute aussi dans les cas
perperam cett: XI VA (c'est le type de correction qu'on
précédents, le changement de la clausule remonte à
attend d'un secrétaire !) a.12, 18-19 aliquis habeat] quis
(barré) habeat aliquis a.12, 35 per hoc patet responsio l'archétype de la famille r : mal noté, il a mal passé
ad obiecta] sic patet (P3) obiecta a.q, 21 leuare] dans les copies de ce modèle.
seruarepraem. expo a.13, 41 ita] om. a.q, 48 sic si] En fin de compte, les bonnes leçons et les fautes de
si (( sic» omis par haplographie) a. 13, 55 Vnde patet VA s'équilibrent : elles n'en font pas une copie privi-
solutio (responsio DIPr, fg) ad obiecta] et sic patent (P3) légiée, mais une copie ordinaire, ni meilleure ni plus
obiecta a.14, 29 etiam post semper est a.15, lO mauvaise qu'une autre, et, ce qui est plus important,
peccare mortaliter] inu. a.15, 20 intendit] intendat une copie d'un modèle déjà a1téré, qui ne saurait pré-
(avec Va) a.15, 33 sit] non praem. expo a.15, 36 tendre à jouir d'aucune autorité particulière.
intenderet peccare] inu. a.15, 46 patet solutio (respon-
sia) ad obiecta] patent obiecta Q.7, pro!., 7 secundo]
+ autem (cf. Q.9, pro!., 5) a.16, 45 II lac. 6/7 fitt.
a.q, 14 uicia spiritualia] uita (exp.) uicia spiritualia (mélec- LA FAMILLE Ò
ture corrigée; cf. uita spiritualis 0 2) a.17, 28 dampnare
... saluari] inu., sed ordinem resto pr.m. in mg. a.18, 21
La fa mille Ò se compose de trois groupes: le
totius creature] potius (exp.) creature totius a.18, 45
facit] faciet q.9, pro!., 3 circa hoc queruntur duo] que- groupe Ò a, qui compte six manuscrits MdaBg, VaLi,
ritur Q.9, pro!., 5 secundo] + autem (cf. Q·7, Nbp; le groupe Òb, qui compte 6 à 7 manuscrits :
pro!., 7) a.19, 17 misisti Ihesum Christum] + etc. TsAv, Ve à partir de l'article 5, 117, BsHeUt, Cn;
a.19, 24 Set contra] Responsio dicendum praem. expo enfin le groupe òc, qui comprend les ms. P b, V13 aux
articles 7-18, et la famille de l'exemplar <I> 2, soit 61
Le secrétaire A n'a pas ici écrit sous la dictée, il a manuscrits et 2 éditions.
copié un modèle écrit : ses erreurs ou ses hésitations
portent souvent sur des mots qui se prononçaient de
façon bien différente, mais qui s'écrivaient (en abrégé) Le groupe òa : MdaBg, VaLi, NbF.
de façon semblable. Il semble meme que le modèle
Le noyau de ce groupe est déjà connu : au Quod-
qu'il a copié n'était pas l'archétype de la famille r,
libet VII, 1-13 (cf. plus haut, p. 53*), les manuscrits
mais une copie déjà a1térée de cet archétype : cela res-
Mdapb, VaLi, formaient la meilleure branche de la
sort notamment des lignes 110-117 de l'artide 5, où le
famille Ò. Manque ici le ms. P b, qui ne se rattachera à
texte de VA ne peut s'expliquer que comme un essai
ce groupe que plus tard (plus tard, car dans cette col-
de correction d'un modèle lacunaire.
lection les Quodlibets se lisent dans l'ordre VIII-lX-
Peut-etre faut-il dire un mot des dausules a1térées
X-VII). En revanche, le groupe s'accroìt ici du ms.
des artides 12, 35; 13, 55 et 15, 46.
Bg, proche de Md a, et du sous-groupe Nbp, qui au
Dans ces dausules, saint Thomas, comme la plupart
Quodlibet VII, 1-13, quoique contaminé, se rattachait
des maìtres, passe indifféremment de «Et per hoc »,
plutòt à la famille r.
« Et in hoc », à «Et sic» (cf. éd. Léon., t. XLVII 1,
V oici quelques variantes qui montrent la nouvelle
Praef., p. 242*-244*; t I* 1, p. 39*a, uar. I 15, 122;
pIace du ms. Bg (à l'article 1, je noterai la leçon du ms.
ici meme, VIII, a.l 5, 316, où le N b lit « Et sic» au
fragmentaire Es, frère ici de Bg) :
lieu de « Et ex hoc »). De meme, la formule: «Et sic
patent omnia obiecta» ne lui est pas inconnue (cf. In I a.l, 19 omni post perfectio BgEs 44 ut] quod
sent., d.36, q.2, a.3). MdaBgEs 86 omnes] om. MdaBgEs 105 autem]
On comprend ainsi les hésitations de la famille r. A enim BgEs 113 intellectus diuinus] inu. Md'BgEs
l'artide 12, 35, V A est seuI à remplacer « per hoc» par 114 absolute] om. BgEs 119 dupliciter] om.
« sic ». Par contre, à l'artide 15, 46, V A garde «per
MJaBgEs 134 ratione tantum (tamen)] inu.
Md'BgEs 144 attribuilis] attribui BgEs 152 ydea-
hoc », mais les autres témoins de r lisent « sic» : lis] rationalis Md'VaLi : ydealis rationalis BgEs (ydealis in
A. 15,46 per hoc patet solutio (responsio) ad obiecta] mg. Es) : senarii NbF: potencialis pb, <D 2 (cf. plus loin,
per hoc patent obiecta VA: sic patet (om. Kr 6 , pr.m.WI) p. 87*) 155 constructa sunt] inu. BgEs 173 obi-
responsio (solutio 0 2 , DIPr, fg, fp citur] arguitur BgEs 174-175 esse aliquid] inu. BgEs
a·4, 37 caritas percipitur] inu. Md'Bg a·4, 49-50
A l'artide 17, 34, les témoins de r offrent un texte potencialiter cognoscuntur] inu. Md'Bg a.4,
encore plus dispersé (nous ne l'avons pas inclus dans 68 eodem modo] om. MdaBg a.4, 69 quem] quecunque
le relevé précédent, car V A n'y est jamais seuI : Md', pr.m. Bg a.4, 80 in nobis] om. Md'Bg a.5,
86* INTRODUCTION AU QUODLIBET VIII

174 pars] potestas Md', pr.m. Va : possibilitas Bg : lae 4 litt. excellentior HeUt 171 natura humana] inu.
Nb a.5, 184 qui] quod Md'Bg, Nb (?F) : hom.om. HeUtCn 173 in contrarium obicitur] obicitur in contra-
VaLi a.5, 273 fit] fiat MrJaBg (eum paueis) Q.4, rium HeUtCn 175 habens] consequens HeUt
prol., 12 bonum] om. pr.m. Md', Bg a.6, 71 inueniun-
tur] inueniantur Md'Bg Q.5, prol., 5 tantum] om. Nous sommes en mesure de dire exactement à quel
Md'Bg endroit le ms. Ve se sépare de 0 2 (et de la famille f)
pour s'apparenter à Ts (et passer à la famille ~b). En
effet, à l'artide 5,116-117, au milieu de la ligne 28 du
Le groupe ~ b : Ts( Av), Ve (5,117 à 20), Bs, HeUt, Cn f. 5zrb du ms. Ve, on remarque une reprise de travail
très nette : les mots « non consummatur ab igne» (je
Le groupe Ts( Av )Bs (cf. plus haut, p. 57*-58*)
respecte la graphie du ms.) sont écrits de la meme
s'accroÌt de nouveaux témoins : les mss HeUt, étroite-
écriture nette et ferme que les lignes précédentes; au
ment apparentés entre eux, et le ms. Cn, parent des
contraire à partir des mots suivants : « Vnde in resur-
deux précédents, mais corrigé et corrompu; puis, à
rectione », l'écriture, si elle est toujours de la meme
partir de l'artide 5,117, le ms. Ve, très proche alors
main, est plus làche et moins ferme. Or, les mots
de Ts après correction.
« consumatur ab igne» sont une leçon caractéristique
Voici quelques leçons du groupe (sans Ve) à l'ar-
de la famille r, tandis que les premiers mots de la
tide 1 :
ligne 29 de Ve (a. 5, 118) : « nature humane» sont une
Prol., lO numerus] + et pr.m. Ts, Bs Il creature] inversion caractéristique de Ts.
nature create TsAvBsHeUtCn a.l, 21 facta] perfecta Nous allons relever à l'artide 5, quelques lignes
pr.m. Ts, BsHeUtCn 25 esset] non esset pr.m. Ts,
avant et après cette reprise de travail de Ve, plusieurs
Bs 25 autem ille] enim pr.m. Ts, Bs 38 creatum]
creatura TsAvBsHeUtCn 40 esse] om. TsAvHeUt
leçons qui confirment le changement de famille du
45-46 creator] creata TsAv 53-54 secundum Auicen- manuscrit :
nam] sicut Auicenna TsAv : sicut dicit Auicenna HeUtCn a.5, 55 Auicenna dicit] secundum Auicennam 0 2 Ve
(sicut hab. etiam Pd, L : sicut dicit Cf, Li) 69-70 consi- 57 proprie] om. 02Ve 59 uere] proprie VA, 0 2 Ve,
deratio nature] inu. TsAvBsHeUtCn 72 alias]+ duas DIPr 61 forme proprie] inu. 02Ve 69 ho rum
TsAvBsUt (hom.om. He) 74 aliarum] illarum TsAv conseruationem] inu. 02Ve 72-73 fructuum conserua-
HeUtCn, nee non Mg, 0 2 Ve, Bu 77 causa] causans tionem] inu. 0 2 Ve, nee non CCOj 75 consistit] + princi-
TsAvHe : creans Ut 80 enim] om. pr.m. Ts, Bs, nee non paliter 02Ve 78 eius] ipsius 0 2 Ve, DIPr 79 hu-
DI 80 adinuenit] inuenit pr.m. Ts, Bs 90 nature] mane nature] inu. VA, 0 2 Ve, nee non L 79-80 esse
creature TsAvBsHeUt : nature create Cn 100 ipsa] om. dicimus] inu. 0 2 Ve 80-81 perfectionem] uirtutem 0 2 :
pr.m. Ts, BsCn, nee non V2,W2 1°3-1°4 posterioris ueritatem Ve 84 solum modo] solum f (y compris
ratio] inu. TsAvBsHeUtCn, nee non fg, fp, <1> 2g 0 2 Ve) 84 horum ~ : hominis f (y compris 02Ve)
106 aliquid competit] competit alicui TsAvBsHeUt, see.m. 103 est ante iterum aliquid decisum f (02 Ve)
plOb, nee non Wb : competit Cn, pr.m. P IOb 117 mensura 116-117 deperdatur] consumatur ab igne f (y compris
ipsius] inu. TsAvBsHeUtCn: natura ipsius in 2° L, pr.m. 0 2 Ve)
plOb: natura ipsius mensura see.m. P 10b 118 uerba a.5, 118 humane nature] inu. TsAvVe, Cn 120 id]
Augustini intelligi] intelligi uerba Augustini TsAvBsHeUt, om. TsAvVeBsHeUtCn 127 Constat autem] Vnde
nee non V8 : intelligi Cn 125 naturam creatam] creatam constat TsAv VeBsHeUtCn: Vide (?) constat autem
pr.m. Ts: creaturam Bs 127 eius] etiam NbF : etiam VaLi 128 erat substans uere] erat uere substans TsAv
eius TsAvBsHeUtCn 131 autem] etiam TsAvHe VeBsCn : uere erat substans HeUt 130 uniuscuiusque
UtCn 142 sibi] ei TsAvBsHeUtCn, nee non P b, An b, (cuiuslibet)] cuiuscunque TsAv VeCn: cuiusque HeUt
pl1 147 magis communes] communes magis TsAv: 146-147 humane nature] inu. TsAvVeCn 147 semper
communes HeUt 147 et quedam] quedam sunt rarefieret] inu. TsAv VeBsHeUtCn 15 8 primo ... princi-
TsAvBs, Cn : quedam HeUt 148 rerum] om. pr.m. Ts, paliter] inu. TsAvVeBsHeUtCn 161 speciem] species
Bs, nee non SI, 02Ve 155 uidentur ratione] inu. TsAt' TsAvVeBsHeUtCn, nee non Nb 165 solum] + modo
BsHeUtCn, nee non fp 159 erit (est)] esset TsAv TsAv VeBsHeUtCn 175 in generationem prolis] in pro-
BsHeUtCn 175 potest esse in eo] potest in eo esse lem per generationem TsAvVeBsHeUtCn, nee non fg,rp
TsAv : in eo potest esse HeUtCn : hom.om. Bs 176-177 178 de ueritate] om. TsAv VeHeUtCn (desunt multi)
in eo ratio senarii] ratio senarii in eo TsAvBsHeUtCn 179 eius] om. TsAv VeHeUtCn 181 esse totaliter] totali-
ter esse TsAv VeBs, nee non fg, fp : totaliter est HeUt : est
Toujours à l'artide 1, voici quelques leçons du
totaliter Cn 182 ex] de TsAv VeBsHeUtCn, nee non rg,
sous-groupe HeUtCn :
fp 196-197 semper manere] inu. TsAv VeBsHeUt :
Pro!., et graciam] om. HeUt, nee non semper (manere om.) Cn 198 secundum materiam]
KrPr 2Wr 4 Wr 3 Wr 1 14 exemplata] extranea HeUt : res secundum naturam TsAv : seruatur (fuat't pro f narOZam)
Cn a.l 19 enim] om. HeUt 19 omni] dei (di pro oi) Ve 199 quel quod TsAvVeHeUtCn 203 caro] +
HeUtCn 39 autem] om. HeUtCn 45 senarius] et TsAv VeBsHeUtCn, nee non fg, fp 209 aliquid] om.
huiusmodi HeUtCn 76 mouens] mobile HeUt : motus TsAv VeBsHeUt : non Cn 231 enim] autem TsAv Ve
Cn 94 hunc ordinem assignat quod] assignat hunc HeUtCn 235 quia] + sic TsAvVeBsHeUt 235-
ordinem quia HeUtCn 100 participancia] particularia 236 manet tamen] tantum manet TsVe, pr.m. Av: tamen
HeUt, nee non fp, see.m. Wr, Wr 2 128-129 in creaturis manet see.m. Av, HeUtCn 241 uirtute ... figura] inu.
inuente] inuente in creaturis HeUtCn (inuente obse. ser. TsAv VeBsHeUtCn 244 successit] succedit TsAv VeBs
Cn) 148 magis] om. HeUtCn 159-160 eminentior] HeUtCn 246 consumptis] assumptis TsAv Ve, nee non Bg
LA FAMILLE 6

Le groupe ~ c : P b, VB (a. 7- 18), <I> 2 Nous relèverons ensuite les leçons qui montrent,
Ce groupe est assez làche, cependant le ms. P b, et aux artides 7-18, la parenté de pb et de VB, et celle,
le ms. partiel VB, ont d'assez nombreuses fautes en plus lointaine, de <I> 2 (je ne tiens compte ici que des
commun avec l'exemplar universitaire parisien <I> 2, témoins autorisés de <I> 2, à l'exdusion des groupes
mème si ce dernier ajoute beaucoup de fautes propres. dérivés) :
Dans l'exemplar <I> 2, le Quodlibet VIII est le der- a.7, 15 -16 indistincte] indiffinite P bV ' 3, <1> 2 (-nitur
nier (l'ordre est VII-IX-X-XI-VIII) : il occupe la fin Pl) 21 persona] om. <1>2 32 suam] om. pbV13,
de la pièce 22, la pièce 23 en entier et la pièce 24 (qui <1> 2 43 O pastor] o pastorum pb: occupatorum
n'est guère qu'une demi-pièce). La pratique de la V13 Q.5, prol.,5 tantum] domini pb, <1>2: domino
copie sur pièces, qui avait d'incontestables avantages, V13 a.8, 23 amplius ualet] inu. pbV13, <1>2 54 se]
a fai t sentir ici ses inconvénients : deux des manus- se ipso <1>2 a'9, 8 sibi] om.pbV13, <1>2 a.9, 10 pre-
dicta] om. <1> 2 a.9, 13 suffragiorum] suffragium <1> 2
crits copiés directement sur les pièces de l'exemplar
20-21 frustretur] frustraretur P bV 13, <1> 2 23 -24 magis
sont mutilés. Le ms. Ba (voir sa description, plus prosunt eis] eis plus prosunt <1> 2 37 clerico] om.
haut, p. 2*- 3*) omet les deux dernières colonnes de la p bV 13, <1> 2 (pro aliquo clerico om. Il b [dees! Cn])
pièce 22 (a.3, 39 «quam habet», jusqu'à 4, 59 «non 42 specialiter fiunt] inu. <1> 2 52 qua] pro qua P bV 13, <1> 2
sufficiant ») et le dip16me médian de la pièce 23 (a. 5, Q.6, pro!., 10-11 sequitur] + uiam <1>2 11 de plurali-
127 «autem», jusqu'à 8,61 «pro alio»). Le ms. V4 tate] de duplicitate P b : duplicitate V 13 : de duplicatione
(voir plus haut, p. 20*) omet la pièce 23 en entier et <1> 2 (dupplicitatem Bg) a.12, 12-13 ergo - necessitate]
les deux premières colonnes de la pièce 24 (soit le homo om. pbV13, <1>2, nec non Bg 25 si] quod si V13,
texte de l'artide 4, 58 «acquirendam» à l'artide 15, 26 <1>2 a.13, 5-7 in hiis - discrimini] hom.om. pb, <1>2 :
« Cuius questionis de »).
peccat. set iste qui habet plures prebendas committit se dis-
crimini suppl. V13 a.14, 43 legitur] loquitur pbV13,
Nous nous contenterons de relever quelques
<1>2 a.15, 32 potest] possit pbV13, <1>2 37 eo] et
variantes qui illustrent le rapprochement de P b et de pbV13, <1>2 38 uenialiter peccat] inu. V 13, <1>2
l'exemplar à l'artide 1 : 43 simplicem esse peccatum] simpliciter esse peccatum
Q.l, prol., 9 duo querebantur] inu. <1>2 12 ydealibus] pbV13 : esse peccatum simpliciter <1>2 a.16, 27 nunc
ydearum <1> 2(-<1> 2B, <1>2Gg) a.l, 65 trium] om. pb, <1>2, nec affliguntur] nec affligentur <1> 2 a.16, 56 omnino erit
non Cn 96 creaturis] in praem. P b, <1> 2, (- <1> 2B, sanctis] erit sanctis omnino <1>2 a.18, 15-16 interciden-
<I>2Gg) 13 8 numerus] om. pb, <1>2 139 nulla] om. tis] descendentis P b: diiudicantis V 13: decidentis <1> 2
<I> 2(-<1> 2B, <1>2Gg) 152 ydealis (cf. plus hau!, p. 3J*b)) a.18, 39 scilicet] enim pbV13 : om. <1>2, nec non Nb, pr.m.
potencialis P b, <1> 2(-<1> 2g) Md a
LE QUODLIBET IX

Les témoins manuscrits du Quodlibet IX sont au 8. N3 (a.16).


nombre de 99 (en comptant les manuscrits fragmen- 9. Sa (a.q-16).
taires 0 2, Ar et Si, mais sans compter Hr, copie de lO. Up (a. q).
Ed 1, et Kn 2, copie de Ed 3, ni I l fragments et extraits 11. V11 (a.q, 16).
qui n'ont pas été inclus dans le classement). 12. W5 (extraits).

Avec le Quodlibet IX disparait définitivement de la 13. Wb 1 (a.1-4, f. 122V-117V; a·5, f. 119r).


tradition des Quodlibets le ms. V, c'est-à-dire le 14· Wz (brefs résumés).
manuscrit de saint Thomas, le Vatican Latin 78 1.
V oici la liste de ces 99 manuscrits :

1. An b 25· Ff 50. Ma 75. SI RÉPARTITION DES TÉMOINS


2. Ar 26. Cf1 51. M 76. Si (1-4)
(1-4,7- 10) 27· Cf p. MI 77. Sz Les 99 manuscrits et Ies trois éditions Ed l , Ed 2 et
3. Av 28. Hb 53. M3 78. Ts Ed 3 peuvent se répartir comme suit :
4. Bb 29. He 54· M4 79. Ua
5. Ba 30. In 1 55. Nb 80. Ut
6. BaI 31· ] 56. Nh 81. Va Quodlibet IX
7. BI p. Kr 1 57. 0 2 (1-5) 82. V2
8. B2 l': NbF
33. Kr 2 58.03 (-a. 13) 83. V3
9. B 34. Kr 3 59.05 84. V4 0 2 (a.1-5), DiPr
lO. Bw 35. Kr 4 60.Pd 85.V6 Groupes contaminés
11. Bg 36. Kr 5 61. Pdl 86. V7 l'g: LPlObIn l Ed2, BIWb, LlWrWr 2
12. Bu 37. Kr 6 62. P l 87. V8 l'p : Kr 6 Kr 4Kr 5, SZWl, BuKr 2Kr 7,
13. BUI 38. Kr 63. p4 88. V9 Kr l Kr 3Kr 8
14. Bs 39. Kr 7 64. P 5b 89. Ve
15. Cn 40. Kr 8 65. p6 90. Wl
16. Cc 41. Lb 1 66. p8 91. WZ
~: ~a: pb, VaLi, (HeUt, a.1-9)
17. Cl 42. Lb 2 67. pb 92. Wb
18. C2 68. p 93. Wr ~c: Mda
43. L lOb
19. C3 44. LI 69. p 11 94. Wr l Bg
<f> 2 : BaBa l P l P 5b V 4
20. Ce 45. L2 70. Pr 95. Wr 2
21. DI 46. Li 71. Pr 1 96. Wr 3
(Ar)PdPdlP 4p 6 V3 V8
22. El 47. L O I 72. Pr 2 97. Wr 4 An b BBwCeCjL2, MlM3, Nhp8,
23. F3 48. Md a 73. R 98. Wr 5 R V9, Si (1-4) HeUt (10-16)
24· F (-a. 15) 49. Mg <f>2F: F3Rn, CnPllSi
74. Rn 99. Wr 6
Groupes dérivés (corrigés)
<f> 2B : C cO 5, C 3V 6 Lo 1, C 2, Cf1 V 2
Fragments et extraits
<f>2G : B2ElHbLl, MUa, MgV7Wr S
1. Ab 1 (extraits). Wr 6 , Ed l , Ed 3
2. Bo (a.2-4, f. 180ra-18aa; 5, f. 178vb-179ra; Pr l , KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l
7-10, f. 18aa-18zra; 12-16, f. 18zra-18Fa; tous Groupe contaminé dérivé de <f> 2G
incomplets). <f>2g: BbFfJM4W2, BulMa, LP
3. Es (a·13- 16).
4. Kr 10 (a.16).
5. Kr 11 (extraits).
6. M8 (a.15-16). Groupe contaminé
7. N2 (a.16). ~b :Ts(AvVe), Bs
LES F AMILLES

DISTINCTION DES DEUX F AMILLES r et ~ uis quod est potencia In materia sit actu In substanciis
spiritualibus multo nobilius, tamen materia corporalis]
hom.om. NbF, DIPr, rg (suppl. Ed 5), rp, nee nonpr.m. Ts,
La fa mille ~ compte 75 manuscrits, dont 64 se rat- Bs (pro uerbis inseq. non est hab. quia non est DIPr, rg, TsBs,
tachent à l'exemplar <I> 2, ce qui est aussi le cas des quia non est ibi rp a.ll, 34 nisi habeat] ut habeat N b :
éditions Ed l et Ed3; la famille r ne compte que nisi ut habet F : nisi quod habet DIPr, rg(- B I Wb), rp :
24 manuscrits, mais elle peut revendiquer toutes les quod non habeat C 103 a.ll, 83-84 compositorum, que
éditions, sauf Ed l et Ed 3 (à partir de EdS, les éditions fiunt per transmutationem materie] suppositorum, que
ont été corrigées, mais superficiellement). Après la transmutantur (+ et F) fiunt per transmutationem materie
perte de son meilleur témoin, le ms. V, la fa mille r NbF: suppositorum, que transmutantur transmutatione
apparait déeidément comme une famille détériorée. materie DIPr, rg, rp (materie transmutatione tr. rp, prae-
Elle gagne pourtant iei, par rapport au Quodli- ter SZWI, Kr l ) a.ll, 142-144 tamen illis cessantibus
introducitur per creationem anima rationalis, que perfecte
bet VIII, les manuscrits N b F.
continet quod in eis erat imperfecte] hom.om. NbF, DIPr,
rg(-BIWb: suppl. Ed 5 ), rp (suppl. see.m. Wl) a.12,19
inuenitur] uidetur NbF, DIPr, rg, rp Q.7, prol., 4-6
LA FAMILLE r secundo utrum habere plures prebendas sine cura anima-
rum absque dispensatione sit peccatum mortale] om. NbF,
DlPr, rg (suppl. Ed 5 ), rp a.14, 29 Christi] om. NbF,
Nous allons relever quelques variantes qui mettent DIPr, rg, rp a.l 5, 5-6 Quicunque enim facit contra
en lumière cette nouvelle structure de la fa mille r. statutum concilii peccat mortaliter] om. N b (deest F), DIPr,
a.2, 20-22 assumens autem non est assumptum, secun- rg (suppl. Ed 5 ), rp a.15, 89-90 dicentes ita licitum
dum Boetium; ergo in Christo alia est ypostasis hominis] esse habere plures prebendas] hom.om. Nb (deest F), DIPr,
hom.om. NbF, 0 2 , DIPr, rg, rp (tous ces mss, sauf Nb, rg (suppl. Ed 5 : dicentes ita licitum esse suppl. BIWb), rp,
omettent les mots suivants, 22-23: «et alia ypostasis nee non pr.m. Ts, Bs, C3V6, Wr 4 Wr 3, BUI
uerbi », qui restaient en l'air; le ms. Li fait une omission L'unité et la mauvaise qualité de la famille r
par homéotéleute différente, 20-23 : «assumpsit - uerbi »)
semblent évidentes. Mais ce qu'il faut souligner, c'est
a.2, 38-40 cum corpore intelligere ante unionem humane
nature cum diuina] om. NbF, 0 2 , DIPr, rg, rp (preintel- que le ms. Nh (quelquefois soutenu par F) représente
ligi uel intelligi suppl. ante 38 unionem anime omnes praeter l'état primitif de cette famille. A l'artide 11, 34, la
NbF : cum corpore ad unionem humane nature cum diuina leçon de Nh n'offre aucun sens, mais ce n'est qu'une
suppl. Ed 5ss ) a.2, 42 omnis autem forma substancialis] petite mélecture : n i (= nisi) a été lu u! (= ut); les
hom.om. NbF, 0 2 , DIPr, rg (suppl. Ed 5 ), rp, nee non R V9, autres témoins de la famille ont essayé de corriger. A
C2CI (et suppl. F: que suppl. eett praeter Nb, l'artide 2, 61, une dittographie (répétition d'un texte
C2CI) a.2, 48 erum in Christo] in Christo erunt NbF, qui se lisait quelques lignes plus haut) a été déplacée
0 2 , DIPr, rg, rp a.2, 61 uel ypostasi una] praem. sicut pour ètre moins choquante. Mais ce sont surtout les
dicimus quod album est dulce (est om. Nb) NbF (ex u. 52- omissions, nombreuses et souvent longues, qui se
53) : add. sicut (+ si <l>2g) dicimus album esse (est) dulce trouvent en Nh à l'état brut: les autres témoins ont
0 2, DIPr, rg, rp, nee non <l>2g a.2, 180-185 dicit -
essayé de remédier à l'incohérence entrainée par
naturam] hom.om. NbF, 0 2 , DIPr, rg, rp (suppl. Ed 5 )
a·3, 6-7 uita creata] + et uita NbF: + scilicet uita l'omission, soit en omettant quelques mots qu'elle
0 2 , DIPr, rg, rp: + scilicet <l>2g a.5, 77 essencia] laissait sans appui (a.2, 20-22), soit en ajoutant une
substancia NbF, 0 2 , DIPr, rg, rp a.8, 66 cheville (a.2, 38-40,42; a.10, 57-60), soit en imaginant
de proprietate] de alia proprietate NbF, DIPr: de aliqua des suppléments plus ou moins heureux (a. lO, 37-40).
proprietate rg (illa pro aliqua In!) : de aliquo aliqua pro- Dans tous ces cas, le texte de N h, s'il est le texte
prietate rp a.9, 20-22 Preterea. Philosophus, in primitif de la famille r, est aussi, en un sens, le plus
IV Phisicorum, probat quod, si aliquid moueretur in mauvais. Ce n'est pas le cas général : beaucoup plus
uacuo, moueretur in instanti] hom.om. NbF, DIPr, rg souvent les mss NbF ont conservé la bonne leçon
(suppl. Ed 5 : preterea aliquid mouetur in instanti suppl. (attestée par la famille ~), alors que tous les autres
Wb), fp (suppl. mg. see.m. Wl) a.9, 47 continui]
témoins de la famille r donnent un texte altéré.
contigi. alio modo N b F: contigui aliquo modo DIPr:
contigui alio modo L, BI, LIWrWr 2 : continui. Alio
modo PlObIn l Ed 2 ,4Wb (alio modo om. Ed 5 ): continui ali-
quo modo r a.lo, 28-29 quia ad hoc natura sufficit;
ergo angeli nullo modo in inferiora agunt] om. NbF, DIPr, LA FA MILLE ~
fg (suppl. Ed 5 ), rp, nee non pr.m. Ts, Ve a.lO, 37-40
duplex est opinio apud philosophos. Commentator enim Par rapport au Quodlibet VIII, la principale modi-
uult in XI Methaphisice quod substancie spirituales non fication de la famille ~ réside dans le déplacement du
possunt imprimere in hec inferiora corpora] hom.om. NbF
ms. p b, qui semble se joindre aux manuscrits frères
(tenendum est quod non suppl. mg. pr.m. F), DIPr, L, pr.m.
p 1Gb, L l, pr.m. Wr, nee non pr.m. Ts : quidam dixerunt quod VaLi pour représenter l'état primitif de la famille,
non agunt suppl. In I, Ed 2 ,4 : diuersorum diuersa est opinio. tandis que le ms. Md" et surtaut le ms. Bg se rap-
Quidam enim dicunt quod angeli non agunt in hec inferiora prochent de l'exemplar <I> 2 : ils n'en dépendent pas,
corpora suppl. rp, see.m. Wr, Wr 2 (duplex - corpora resto mais au contraire ils semblent témoigner d'un état du
Ed 5ss ) a.lO, 57-60 Repugnat etiam rationi, quia, quam- texte antérieur à l'exemplar, c'est-à-dire d'un texte en
INTRODUCTION AU QUODLIBET IX

voie de détérioration, mais moins abìmé qu'il le sera corporis] inu. Bg, $ 2 2,36 intelligitur] intelligi VaLi,
dans l'exemplar (les mss frères HeUt, toujours très Md a : om. Bg, $2 2,1°9 quoddam indiuiduum] inu. Bg,
corrigés, sont difficiles à classer: aux a.1-9, ils $2, nec non HeUt 2,112 autem] enim MdaBg, <1>2
donnent un texte proche du groupe P b, VaLi, tandis 2,114 repugnaret] repugnat MdaBg, $2 2, 125-126
ipsam naturam humanam] ipsa natura humana Mda,
qu'à partir de l'a. lO ils passent décidément à la famille
$2 2,128 quaslibet] quelibet Bg, $2 2,136-138
de l'exemplar <I> 2).
non - particularia] hom.om. MdaBg, nec non BsHeUt (hab.
Deux leçons de pb méritent de retenir l'attention. $2) 2,147 per] ad MdaBg, $2(_PI) 2,177-178 in
A l'article 5, ad 2, ligne 92, les mss pbVaLi ont termino assumptionis intelligitur] intelligitur (-gatur $2) in
seuls conservé la leçon qui semble s'imposer : « per- termino assumptionis MdaBg, $ 2 2, 185 ponit] dicit
tingit» : l'accident, meme si par miracle il n'est pas Bg, $2 (deest f) 2, 203 meritis precedentibus] inu. Bg,
$ 2, nec. non DIPr 2, 211 subsistit] consistit pr.m. Md a,
reçu dans un sujet autre que lui, ne parvient pas pour-
Bg, $2 a'3, 3 non] om. Bg, $2 3, 15 generatio]
tant à se hisser à la définition de la substance, car il mutatio Bg, $ 2 3, 37- 38 set - diuidentis] om. Bg,
reste de sa nature d'etre reçu en autrui. Au lieu de $2 3, 59 per se] om. Bg, $2 3, 62 proprium] pri-
« pertingit », tous les autres manuscrits (et les édi- mum MdaBg, $2 3, 93-94 consequitur] sequitur Bg,
tions) ont lu « pertinet» : l'accident n'appartient pas à $ 2 a.4, 9 supposito] posito Bg, $ 2 4, 46 tantum]
la définition de la substance, ce qui est, sinon un non- om. MdaBg, $2 4, 56 dicimus] dicitur MdaBg, $2
sens, au moins une platitude. 4, 87 Passionis] alicuius passionis Bg, $2, nec non HeUt
4, 104 dominium] omnium Bg: omnino $2 a·5, 7
A l'ad quartum de l'article 3, le ms. pb donne un Deus enim non] Non enim deus Bg, $ 2 5, 38 sicut]
texte plus complet que la majorité des manuscrits et uelud Bg, $2 (nehad ?PSb) 5,71 essenciam] essenciam
des éditions : (exp.) naturam Li : naturam MdaBg, $ 2 a.6, 92-93
formas] formam MdaBg, $2 6, 134 informem] et for-
« obiectio illa procedit de esse quod in actu anime consis-
mam pb, Bg, $2 a.7, 8-9 alius quo uidet res] om. pb,
tit, secundum quod etiam ea que sunt tantum secundum animam esse
MdaBg, $2 7, 40 potest haberi] inu. MdaBg, $2
dicantur».
7, 59-6o perfecte uniatur] inu. Md aBg, $ 2, nec non Bs
L'addition de pb est attestée, sous une forme légè- a.8, 52 cum - premium] hom.om. Bg, $2 ,nec non
rement différente, par les groupes dérivés de <I> 2, <I> 2B In l a'9, 81 terminus] de terminis VaLi: motus ~b,
et <I> 2Gg, soit 34 manuscrits et deux éditions : MdaBg, $2 9,84-85 et non - instans] hom.om. Bg, $2,
nec non In l , pr.m. Ts, Bs, HeUt 9, 107 ubi dicit] om.
« secundum quod etiam ea que sunt per animam esse MdaBg, $ 2 9, 110 tempus] motus MdaBg, $ 2
dicuntur» a.l0, 19 angeli possunt agere pbVaLi: angeli age re pos-
(secundum 1 : sicut Pr 2 Wr 3 Wr 1 quad] om. KrPr 2 Wr 4 sunt MdaBg, $ 2: possunt angeli pr.m. Ts, Bs: possunt
Wr 3 Wr 1 etiam quad tr. O) angeli agere sec.m. Ts, Av Ve, r lO, 62 autem] enim
MdaNg, $ 2 lO, 9°-91 corpora] om. MdaBg, $ 2
L'omission de « tantum» et, à un moindre titre (car Q.5, prol., 8 imperare sit actus] imperare sit Bg, $2: actus
c'est une hésitation de lecture courante) la variante (exp.) imperare sit actus Md a a.ll, 59 naturali] natura
« per» au lieu de « secundum 2 » semblent suggérer que Bg, $2 11,80 ut] om. Bg, $2 11,86 que non sunt]
les groupes britannique et germanique de <I> 2 ont om. Bg, $2 11,129 per se] om. Bg, $2 Il,13°
emprunté l'addition non à P b lui-meme mais à un anime] om. Bg, $2 a.12, 22 inmediate] om. MdaBg:
manuscrit frère de P b (il n'y a pas lieu d'insister sur ante erit $ 2 13, 4 suam] sui Bg, $ 2 13, 11 ergo]
« dicuntur» : le « dicantur» de P b semble etre une set Bg, $2 a.14, 18 caritas fuit] inu. Bg, $2, nec non BI
14, 4°-42 que - hominem] hom.om. VaLi, Bg, $2
menue erreur, facile à corriger).
14,65 secundum actum] om. Bg, $2 a.15, 72 namque]
Maintenant, s'agit-il là d'une addition de P b (et tamen Md a, $2 : enim (.n. pro tii.) Bg 15,72-73 deter-
<I> 2B, <I> 2Gg), c'est-à-dire d'une glose, par ailleurs per- minata expresse] inu. Bg, $ 2 a.16, 66 etiam in hiis]
tinente, ou au contraire le texte de P b est-il le texte in hiis etiam MdaBg, $ 2.
authentique de saint Thomas, mutilé dans la tradition
commune? Je pencherais pour cette deuxième hypo- L'exemplar <I> 2
thèse : l'hésitation de la tradition peut s'expliquer si
l'addition est une addition de saint Thomas lui-meme, Dans l'exemplar <I> 2, le QuodlibetIX fait immédia-
inscrite en marge de l'originaI écrit ou dicté. tement suite au Quodlibet VII : il devient ainsi le
Quodlibet VIII (le vrai Quodlibét VIII est rejeté en
Le sous-groupe ~c : Md a, Bg, <I> 2 fin de série, après le Quodlibet XI). Le Quodlibet IX
occupe donc quelques lignes à la fin de la pièce 16, les
V oici quelques leçons qui montrent la réalité de ce pièces 17 et 18 en entier, et un tiers de la pièce 19.
sous-groupe (dans le relevé qui suit, je m'en tiens Nous venons de relever un certain nombre de
pour <I> 2 au texte authentique de l'exemplar, attesté fautes que l'exemplar a en commun notamment avec
par les mss à pièces BaBa 1P 1P sb V4) : le ms. Bg. Mais, à ces fautes, l'exemplar ajoute un
a.l, 24 hoc] om. MdaBg, $2 1,71-72 hic accipi potest] grand nombre de fautes propres, dont plusieurs
potest accipi hinc MdaBg, $2 1,86 per se] om. MdaBg, seront corrigées dans les manuscrits tardifs et les
$2 1,97 infinita multitudo] inu. MdaBg, $2, nec non groupes dérivés. Nous allons en donner quelques
02 a.2, lO sint plures] inu. Bg, $2 2,28 anime ... exemples.
LA F AMILLE Ò.

a.3, 7-8 que morte priuatur] om. (rest. <l>2g) a'3, 35-46 om. Bs) ò." Ò. b, Md'Bg, <1I 2B : om. Nb ( deest F) : iste
10-11 ita et operatio] et operatio similiter (_MIM3 : homo est huiusmodi DIPr, rg, rp : talis est qui recipit plures
om. ArPd' NhRn: deest Hb: ita et operatio similiter prebendas <11 2(- <I> 2B: set talis est huiusmodi qui recipit
Pr 2Wr 4Wr 3Wr', <l>2g) a.4, 43-44 ex propria sui gene- plures prebendas M'M3 : set ille qui accipit plures preben-
ris ratione non habet quod ponat aliquid, set ad aliquid] bis das [39-40 committit - prebendas om.] <l>2g).
hah. Nb, C' : om. 0 2 , <1>2 (_<I>2B, <l>2G; l'omission est quel-
que peu réparée par l'insertion d'un «non» dans les mots
précédents : « set in [aliud] ad aliquid non», correction elle- Le groupe contaminé Ò b : Ts (Av Ve) J Bs
méme corrigée dans <I> 2F : «set non in ad aliquid» see.m.
Rn, 51: «nisi in ad aliquid» F 3CnP 11) a. 5, 54 ipse Il ressort déjà de notre relevé des variantes distinc-
enim est creator substancie et accidentis] om. (_<I>2B, <l>2Gg : tives des familles r et Ò qu'à l'article IO le groupe Ò b
est creator KrPr 2Wr 4Wr 3Wr' : creator et <l>2G [eett) : est passe à la famille r. Ce changement radical de famille
creator et <l>2g)) a.6, 36-39 angelus autem est in genere est une exception, mais si dans l'ensemble le groupe
substancie, cum sit substancia habens speciem limitatam;
Ò b reste fidèle à la famille Ò, il n'en a pas moins
ergo angelus est compositus ex materia et forma] hom.om.
(- Cn, <I> 2B, <I> 2G ; angelus 2 0m • <I> 2B <I> 2Gg) a.6, 43-45 toujours sa physionomie propre : à l'origine du texte,
ipsius; set in omni creatura esse est aliud ab eius essencia il faut supposer un maitre qui avait à sa disposition
nec intrat diffinitionem] hom.om. (suppl. <l>2B[-pr.m. 0 5, deux manuscrits, un manuscrit de base de la famille Ò
V 2], <l>2g) a.7, 80 operationum] actionum (-RV9: et un manuscrit accessoire de la fa mille r (proche du
nationum primo]) a.7, 83 uidetur] ostenditur a.8, sous-groupe D1Pr) : à l'aide de ces deux manuscrits,
54 Verbum] bonum (_<I>2g : hom.om. Hb) a.8, 66 non et sans épargner des interventions personnelles, le
erat] + et erat Bs, <l>2(-BwCeRV9, <l>2B, <l>2g: eras. Cf: et maitre a constitué un texte composite.
erat primo et creatur S.U. Rn: et creatur 51) a'9, 47 Nous relèverons quelques-unes de ses leçons
continui (contigi, etc. cf. p. J'9*a)] et termini BaBa IP'P5bV4,
propres à l'article 1 :
ArPdPd IP4V3V8, An bBCeCjL2NhRV9: termini p6:
eterni p8 : continui resto BwMIM3, <l>2F, <I> 2B, <l>2Gg 9, 5 humane] + nature f(- NbF), il b, nec non Bg, HeUt
79 in] nisi in Bg : de <1>2 9, 80 aliquem] om. (-M'M3, 15 dicit] ante Hugo r(- Nb), ò. b, nee non HeUt 22 esse
<1I 2B , <l>2Gg) lO, 59 spiritualibus] om. (_<I>2B, <l>2Gg) infinitum] inu. (avec HeUt) 3Z dicimus] nos dici-
a.10, 61 illius] talis <I> 2, nee non In 1 lO, 66 transmutatio- mus 34 ponitur habere] habet 35 indigere conser-
nem] mutationem (- HeUt, <I> 2B, <I> 2Gg) lO, 70 naturali- uatore] habere conseruatorem 48 esset aliqua creatura]
ter (localiter rg: totaliter rp)] om. (localiter suppl. aliqua creatura esset (avec 0 2 ) 55 et l ] om. f(- NbF),
<1I 2g) Il,85 agencia] accideneia (-B, MIM3, CnP11 51, Ò. b 64 nec] non r(- NbF), ò. b 64 est repugnans]
<1I 2B , <1I 2G g : accidencia primo agencia S.U. Rn) a.11, 86 repugnat f(- N bF), Ò. b 81 lacertis] + uel mem-
forme que non sunt subsistentes] forme subsistentes Bg, bris 94-95 in infinitum excrescat] excrescat in infini-
<1I 2 (_<1I 2g: forme non subsistentes see.m. Rn, 51, C I 03 : tum 105 ordinata infiuencia] inu. 110 unde] +
forme substantiales Ed3: forme que subsistunt Wb) et III esse infinitum] inu. (avec HeUt) 125
a.14, 23 aliquis] quis (_<I>2B, <l>2Gg) a.15, 37-39 set ille omnino] in actu 156 in alio ordine] secundum alium
qui accipit duas prebendas committit se discrimini et peri- modum 0 2 : secundum alium ordinem Ò. b 165 uer-
culo peccati mortalis (duas : plures TsAv Ve : om. Md'Bg : bum] + illud 172 est] esse (avec Bg, pr.mLi, HeUt).
LE QUODLIBET X

La tradition du Quodlibet X ne se distingue pas de lO. Up (a. 10, 13).


celle du Quodlibet IX. Les témoins sont les memes 11. V11 (a.2, lO, 13, résumés).
(sauf le ms. Si, définitivement disparu), soit 12. W4 (a. 10, f. 216r-v).
98 manuscrits (le ms. 0 2, qui par suite de la perte d'un 13. W5 (extraits).
cahier, avait disparu au début de l'article 6 du QuodIi- 14. Wb 1 (a. q, f. 120r-v).
bet IX, réapparait au Set contra de l'article 5 du
Quodlibet X).
Voici donc la liste des manuscrits du Quodlibet X : RÉPARTITION DES TÉMOINS

1. An b 26. Cf! p.Ml 77. Ts Le classement des témoins est le meme qu'au
2. Ar 27· Cf 53. M3 78. Ua Quodlibet IX. Le groupe Ll b (TsAv VeBs) reste per-
(a.1-6) 28. Hb 54. M4 79. Ut sonne! et contaminé : au Quodlibet IX, il passait à la
3. Av 29. He 55. Nb 80. Va branche détériorée de r à l'article 10; il fait de meme
4. Bb 30. In 1 56. Nh 81. V2
au Quodlibet X, entre les articles 9 et 14.
5. Ba 31. ] 57. 0 2 82. V3
Voici donc le classement des 98 manuscrits et des
6. Ba l F. Kr l (a. 5-17) 83. V4 trois éditions Ed l , Ed2 et Ed3 :
7. Bl 33. Kr 2 58. 0 3 84. V6
8. B2 34. Kr 3 59. 0 5 85. V7
Quodlibet X
9. B 35. Kr 4 60. Pd 86. V8
lO. Bw 36 . Kr 5 61. Pdl 87. V9 r: NbF
11. Bg 37. Kr 6 62. pl 88. Ve 0 2 (a.5-17), DIPr
12. Bu 38. Kr 63. p4 89. Wl
Groupes contaminés
13. Bu l 39. Kr 7 64. p5b 90. W2
rg: LPlObIn l Ed2, B1Wb, L1WrWr 2
14. Bs 40. Kr 8 65. p6 91. Wb
15. Cn 41. Lb 1 66. p8 rp : Kr6Kr 4Kr 5, SZW1, BuKr 2Kr 7, Kr l Kr 3
(- a·3,
Kr 8
16. Cc 4 2. Lb 2 67. pb 13- 14)
17. Cl 43. L 68. P lob 92. Wr
18. C2 44. Ll 69. P 11 93. Wr l
19. C3 45. L2 70. Pr 94. Wr 2 Ll: Lla:Pb,VaLi
20. Ce 46. Li 71. Pr l 95. Wr 3 Ll c : Md"
21. DI 47. LOl 7 2. Pr 2 96. Wr 4 Bg
22. El 4 8. Md" 73. R 97. Wr 5 <1>2: BaBa l P1P5bV4
23. F3 49. Mg 74. Rn 98 . Wr 6 ( Ar)PdPdlP4p6V3V8
24. F 50. Ma 75. SI An bBBwCeCjL 2, M1M3, NhP8,
25· Ff p.M 7 6 . Sz RV9, HeUt
<l>2F: F3Rn, CnPl!SI
Fragments et extraits Groupes dérivés (corrigés)
<l>2B: C c 05, C3V6L o l, C2, CflV2
1. Ab 1 (extraits).
<l>2G: B2E1HbLl, MUa, MgV7Wr 5Wr 6,
2. Bo (a.3, 2, 4, 7, 9-10, 12-16, abrégés).
Ed!, Ed 3
3· Es (a·9, 13-14, f. 158ra-rb). l 2 4 3 l
Pr , KrPr Wr Wr Wr
4. Kr 10 (a. 14).
Groupe contaminé dérivé de <I> 2G
5. Kr 11 (extraits).
<l>2g: BbFfJM4W2, BulMa, LP
6. M8 (a.10, 12-14).
7. N3 (a.9-10, f. 240V-24tr; a.12, f. 57r; a.13,
f. 96v).
8. Pr 3 (a.9, f. 203r-v; a.l0, f. 196r-v). Groupe contaminé
9. Sa (a'9-16, f. 223r-226r). Llb: Ts(AvVe), Bs
LE QUODLIBET XI

Le ms. Ar s'est arreté au Quodlibet X, a.6; avec le 5. M6 (a.4).


Quodlibet XI disparaissent quatre autres manuscrits, 6. M8 (a.9, 12, 13).
les manuscrits pbVali et N'h, et meme un cinquième le 7. N3 (a.8, 12-13, f. 106v et 69r-v).
ms. Md a : mais ce dernier est remplacé par le ms. 8. Pr 3 (a.9, sous le n. 156, f. 195)'
Mdb, contenu aujourd'hui sous la meme reliure, mais 9. Sa (a.6, 8 et 13)·
qui n'en est pas moins un autre manuscrit, écrit d'une lO. up (a.8 et 9)'
autre main (changement de main qui, nous allons le 11. Vll (a.7, 9 et 13)'
voir s'accompagne d'un changement de famille). Le 12. W4 (a. 13).
ms. Wb est complet : la dislocation de ses artic1es 13. WS (extraits).
(a.1-6; f. 205rb ult. - 21Orb; a.7-9, f.196ra-196vb; 14. W6 (a.12 et 13).
a.l00-11, f. 197ra-vb; a.12-13, f. z10rb-211rb) n'em- 15. Wb l (a·3, f. l05r).
peche pas l'unité de son texte. 16. Wz (extraits).
Restent donc, pour le Quodlibet XI, 93 manuscrits
(sans pader de 16 fragments) :

1. An b 24· Ff 47. Mg 70. Rn DISTINCTION DE DEUX PARTIES


DANS LA TRADITION DU QUODLIBET XI
2. Av 25· Cf! 48. Ma 71. SI
3. Bb 26. Cf 49. M 7 2. SZ
4. Ba 27. Hb 50. Ml 73. Ts La disparition de quatre manuscrits serait peu de
5. Ba 1 28. He 51. M3 74. Ua chose, s'il ne s'agissait précisément des témoins les
6. BI 29. In 1 5.2. M4 75. Ut plus autorisés: avec les manuscrits P bVaLi, la
7. B2 3°· ] 53. Nh 76. V2 famille ~ perd son meilleur groupe, ~a, et avec le
8. B 31. Kr 1 54. 0 2 77. V3 manuscrit N b disparait le meilleur témoin de la
9. Bw 32. Kr 2 55. 0 3 7 8. V4 fa mille r, dont la forme primitive n'est plus représen-
lO. Bg 33. Kr 3 56. 0 5 79. V6 tée que par le ms. F. Mais il y a plus grave: à la pièce
11. Bu 34. Kr 4 57. Pd 80. V7 21, nous constatons un dédoublement de l'exemplar
12. BuI 35. Kr s 58. Pdl 81. V8 $ 2, déboublement sans importance pour la fin du
13. Bs 36. Kr 6 59. P 1 82. V9 Quodlibet X, a.l 5-1 7, contenue dans cette pièce, car
14. Cn 37. Kr 60. p4 83. Ve le texte des deux pièces ne diverge guère, mais dédou-
15. Cc 38. Kr 7 61. P sb 84. Wl blement important pour les a.1-6 du Quodlibet XI,
16. Cl 39. Kr 8 62. p6 85. W2 qui occupent la fin de cette pièce, car ici les copistes
17. C2 40. Lb 1 63. p8 86. Wb de la pièce de premier jeu, $ 2a, et de la pièce de
18. C3 41. Lb 2 64. P lDb 87, Wr second jeu, $ 2b, ont eu en mains des textes très diffé-
19. Ce 42. L 65. pll 88. Wr 1 rents, dont le premier n'est pas dépourvue d'autorité.
20. DI 43. LI 66. Pr 89. Wr 2 A la pièce 22, qui contient les a.7-13 du Quodli-
21. El 44. L2 67. Pr l 90. WrJ bet XI, 1'exemplar $ 2 retrouve son unité, et sa
22. F3 45. LOI 68. Pr 3 91. Wr4 médiocre pIace dans la tradition. Force est donc de
23. F 46 . Mdb 69' R 9 2. Wr s distinguer dans la tradition du QuodIibet XI deux
93. Wr6 parties.

Fragments et extraits
PREMIÈRE P ARTIE (PIÈCE 2 1)
1. Ab 1 (extraits).
RÉPARTITION DES TÉMOINS
2. Bo (a.6, f. 285ra-rb; a.8, f. 185rb; a'9-ll,
f. l85va-vb).
3. Es (a.8-9, f. l58ra-va). V oici la c1assification des témoins de la première
4. Kr 10 (a.12, 13). partie :
94* INTRODUCTION AU QUODLIBET XI

Quodlibet XI MIM3: opinionem eius sequencium tr. MUa) 5, 64


(a.1-6) que et (etiam)] et ~ (que V9, Cn, p8, see.m. Nh : que eciam
resto Lb l, <I> 2g) 5, 7°-71 sensitiue ... intellectiue] inu.
r: F ~ 5, 77 etiam] om. ~ 5, 103 substancia r, nee non
0 2, DIPr C c 05C3V6CI : sciencia BgC2, ?pr.m. Cfl, V 203 : essencia
~ (eett) a.6, 5 ostendebatur (ostenditur)] uidetur
Groupes détériorés et corrigés ~ 6, Il musicus] niger r (album uel crispum uel musi-
rg: LHeUt}PlObln IEd 2}BIWb, LIWrWr 2 cum Bs : album crispum nigrum HeUt (grammaticalement,
rp : Kr6Kr4KrS,5zWI,BuKr2Kr7, Kr l Kr 3 le sujet devrait etre «corpus», mais saint Thomas pense
Kr 8 «homo», d'où le genre, et l'attribut «musicus»!)

LA F AMILLE Ll
Ll c : Bg
LlcB: C2Cf!V2 (corrigés: CcOS, C3V6,
Lol, C I 03) Laissant de coté pour l'instant la famille r, qui
reste stable (nous y reviendrons à propos des a. 7-13,
plus loin, p. 98*b), nous nous attacherans à mettre en
lumière la nouvelle structure de la famille Ll aux
articles 1-6.
Ll b : Mdb, Ts(AvVeCn), Bs
La branche Bg, C2Cf! V2
<I> 2b : BaBa I P I P sb V 4 Les manuscrits Bg et C2 semblent avoir été eopiés
Pd l P6V3V8 sur le meme modèle, dont dépend aussi, mais par un
An bBwCeCjL2NhP 8 intermédiaire, le groupe formé par les manuscrits
Graupes détériorés et corrigés frères Cfl V2. Malheureusement pour nous, le ms.
<I> 2F : F 3Rn, P lISI Cfl a été corrigé de seconde main, correction atten-
tive et soigneuse, mais trap soigneuse à notre gré : si
<l>2G: B2EIHb, MUa} MgV7Wr SWr 6, Ed l
la eorrection a été faite en interligne ou en marge, elle
Ed 3 [Lb l ]
laisse subsister la leçon primitive, mais si la nouvelle
Pr l , KrPr 2Wr 4Wr 3Wr l
leçon a été écrite en texte à la pIace de la leçon primi-
<l>2g : BbFfJLb 2M4W2, BulMa
tive grattée, le grattage est généralement si bien fait
qu'on ne peut lire la leçon primitive: on en est réduit
à conjeeturer que la première main de Cf! avait ici la
leçon attestée par le ms. frère V2. Les mss C2, Cfl V2
DISTINCTION DES FAMILLES r et Ll sont les témoins du texte primitif du groupe britan-
nique, Ll cB; les mss CcOs, C3V6, Lo l, C I 03
Relevons d'abord quelques leçons qui montrent la complètent ce groupe, mais ils ont été très eorrigés.
distinction des familles r et Ll : Voici quelques variantes caractéristiques de ceUe
branche:
a.l, 30 ad] + suam r 1,32 sua] + per prouidenciam r
(prouidencia sua WrWr 2), nee non <I>2g 1,80-81 Vnde-- a.l, 26-27 in absencia] et absencia Bg: et ab essencia
ubique] om. ~ (suppl. <I>2g) 1, 117 sibi] om. ~ (117-119 pr.m. C2, ?pr.m. Cf!, V2 1, 31-32 in absencia sua]
propinquiora - sibi om. DI) 1, 122 tamen] om. ~ absencia sua Bg (avec <I>2b, les meilleurs témoins) : absua
(suppl. Lb l , <I> 2g) a.2, 53, 54 secundum ordinem ad ?pr.m. C2 : ab essencia sua ?pr.m.Cf!, V2 : absque presen-
bonum, secundum scilicet quod (quod scilicet) r: cia sua C I 03 1, 39 ergo uidetur] ubi dicitur Bg, C2,
secundum quod ~ (52-54 a bono - discordat om. Bg: 54 ?pr.m. Cf!, V2 1, 118 a similitudine] ad similitudinem
secundum quod discordat om. pr.m. Ts) 2, 67-68 tamen Bg, C2, ?pr.m. Cf!, V2 (118-119 que - remotiora om. C3)
- essencie] hom.om. ~ (suppl. sup. raso 0 5, suppl. C 3V 6, 1, 121 mundialis] me'dionalis Bg: medionalis C2 : pr.m.
Lb l , <I>2g), neenonpr.m. Kr 6 a.3, 32 scilicet] om. ~ (nee erasa Cfl : meridionalis persero V2 a.2, 22 in actu] in
non HeUt) 3, 57 est efficax] inu. ~(-Lbl), nee non actum Bg, C2, pr.m.Cfl, V2 2, 23 cognoscet Bg, C2,
Wb 3, 115-116 infundente graciam] infunditur (-dunt pr.m.Cfl, V2, Cc : cognoscit eett 2, 26 cognoscitur]
BgO) de gracia ~(- <I> 2Gg) a.4, 49 dicere] date ~ (dare om. Bg, C2, pr.m. Cf!, V2 (avec 0 2 et quelques autres)
expo dicere Hb: dicere resto CfPll, <I>2G[-B2EIMgWr 5], 2, 32 a bonitate ser. eum F : a bono (ab ipso bono) <I> 2a,
<I> 2g) 4, 104 tempore] om. ~ (suppl. post 103 est 1 0 5, loeo C c05, C3V6L o 1C 103, r: ab ente ~b, <I>2b: abinte ?Bg:
C3V6L o 1C 103, see.m. Rn, Lb l , <I>2g) a.5, 23 eiusdem ab iur' ?C2 : pr.m. erasa Cf! : ab uite ?V2 a.3, 8 ergo]
numeri] eadem numero F: idem (ibidem L) numero r om. Bg, C2 3,12 quicquid] quid' Bg : quidam C2, ?pr.m.
(eett) 5, 36-37 sequacium eius qui dicunt r, nee non Cfl, V2 (om. LOI) 3, 71-72 currere] curreret Bg,
Lb l (eius primo loeo BIWbLIWrWr 2, rp: sequencium C2 3, 101 quia uero] Quo Bg : quod non pr.m. quod
?L IWrWr 2, Kr 3Kr 8 : sequencium eum LHeUt) : sequen- uero see.m. C2 : quod uero pr.m. Cfl, V2 a.4, 20 non]
cium eius opinionem qui dicit ~(- Lb I : positionem om. Bg, C2, pr.m. Cf!, V2 4, 35 inter] etiam Bg, C2,
PREMIÈRE PARTIE : A.1-6

?pr.m. Cf!, V2 4, 45-46 inter quelibet] in cuius libet solum rationem PdP 4 : solum ratione B : secundum (+ S.U.
Bg, C2, ?pr.m. Cfl, V2 4, 75 continui] continuo Bg, solum) rationem V9
C2 : continue ?pr.m. Cf!, V2 (continuo etiam BaI) 4,100 Quodl. XI, prol., 3 ipsius] eius PdP4, B, MIM3 : et
tempus] hoc Bg, C2, ?pr.m. Cf!, V2, CcOs a.5, 20 ratio- RV9 a.l, 23-24 esse ubique pertinet ad substancias
nalis] polis (mélecture du r long de ro lis ) Bg, C2, ?pr.m. spirituales] ad substancias spirituales pertinet esse ubique
Cj1, V2 5, 26 nec] om. Bg, C2, pr.m. Cf!, V2 (nec PdP4, B, RV9, MIM3 1, 30 quod] ut PdP4, B, RV9,
suppl. CcOSC3V6Lo l, non C I03) 5, 53-54 esse simpli- MIM3, nec non <I>2Gg l, 32 non uidetur quod sit Dei
citer rei Bg, C2, Cf! V2, CcOs (avec F) : esse simpliciter (rei proprium] uidetur quod non sit proprium ei (eius MIM3)
om.) C 3V 6 Lo IC 103 : rei esse simpliciter 0 2 : esse rei sim- PdP4, B, R V9, MIM3 1, 36 quanto magis sunt
pliciter ceti 5, 58 prima scilicet] primas (pour «prima remota] om. PdP4, B 1,39 Deus] om. PdP4, B, RV9,
.s. ») Bg, C 2 5, 63 Est enim] sicut enim Bg : sunto Est M3 : post ubique 2 suppl. MI 1, 43 proprium esse
enim C2: sicut enim est ~b, <I>2b (= BaBa IPIPSbV4, ubique] esse ubique proprium PdP4, MI : ubique proprium
Pd IP6V3V8, An bBwCeCjL 2NhP 8, F3RnP1I51: Est enim M3 1,45 est ubique] inu. PdP4, B, R V9, MIM3
ceti) 5, 89 essencia anime] inu. Bg, C2, pr.m. Cfl, V2, 1, 48 uidetur] om. PdP4, R V9: patet suppl. MIM3
C cOSC3V6Lo I03 : anime essencialis CI 5,89 rationa- 1,67 quo] om. PdP4, B, R V9, MIM3 1, 75 solum] om.
lis] totalis C2, ?pr.m. Cf!, V2, C3V6Lo IC I03 : obsc. Cc: PdP4: tantumsuppl. RV9 1,77 est] om. PdP4 : post in
om.O s a.6, 38 est] uel Bg, C2 6,87 per materiam] omnibus B 1,90 suam] scilicet et suam PdP 4, R : scili-
uel per materiam Bg, C2, ?pr.m. Cfl, V2: per formam uel cet suam B 1, 96 determinant] determina (exp.) deci-
per materiam (naturam) <I>2a 6, 93 quia] et Bg, C2, mant Pd: decimant P 4: determinatum B (cf. adn.
pr.m. Cf!, V2 (cf. <I> 2a, plus loin. p. 96*a) 6,96 non] om. inseq') 1, 96 determinatum] decimatum PdP4 : deter-
Bg, C2 minatum concernunt B I , 1° 3 tenet (ualet, etc. : uariant
coda)] sunt ubique PdP4, B, R V9, MIM3, nec non
PrBIWb 1, 105 est] pertinet PdP4, B, RV9,
La pièce de premier jeu de l'exemplar : cD 2a
MIM3 1, 108 nichilominus] om. PdP4, B, R V9,
MIM3 1, 109 iusticia PdP4, B, MIM3 : sciencia V9 :
Qu'à la pièce 21 l'exemplar cD 2 ait été dédoublé,
om. R: materia BgC2, ?pr.m.Cj1, V2 : natura
cela n'apparait pas à première vue : les cinq manus- C cOSC3V6Lo IC I03, <I>2b: prouidencia r, <I>2g (cf. plus
crits qui portent des indications de pièces, loin, p. 96*b) 1, 111-112 ubique est] inu. PdP4, B,
BaBa IP l P sb V 4, donnent un texte homogène : ils ont R V9, MIM3 a.2, Il in cognoscendo discurrere] dis-
surement été copiés sur la meme pièce. Il faut un exa- currere in cognoscendo PdP4, B, R V9, MIM3 : discurrere
men plus attentif pour découvrir que deux témoins cognoscendo 0 2 2, 17 essenciam suam] inu. PdP 4, B,
dans lesquels on ne peut relever aucun indice de copie R V9 2, 18 est l] om. PdP 4 2, 46 ratio est] inu. PdP 4,
sur pièces, mais qui sont parmi les témoins les plus B, R, MIM3 (est om. pr.m. suppl. sec.m. post absoluta V9)
fidèles de l'exemplar au point qu'on peut penser qu'ils 2,47 aliquid] om. PdP4, B, RV9, MIM3 2,57 estpost
en sont des copies immédiates, les mss Pd et P 4, se 58 cognitionis tr. PdP 4, B, R V9 2, 69 set] + cii uel tii
(cum ou tamen) PdP4, B, R V9, MIM3 2, 71 hiis]
séparent à la pièce 21 des manuscrits à pièces, et qu'ils
huiusmodi PdP4, B, RV9, MIM3: aliis TsAvVe: illis
sont suivis plus librement par cinq autres manuscrits, Cn a.3, 35 et naturaliter (naturalis, etc., cf. plus loin,
B, R V9 et MIM3. p. 98*a)] om. PdP4, B, RV9, MIM3, nec non ~b 3,46
Nous allons relever les leçons caractéristiques de loco eminenti] + loco PdP 4 3, 56 necessitatem non]
ces sept manuscrits, PdP4, B, R V9, MIM3, pour inu. PdP4, B, R V9, MIM3 3, 67 effectus] suos add.
toute la pièce 21 (qui commence au Quodl. X, a.l 5, PdP4, B, R V9, MIM3, praem. ~ b 3, 68 istum uel]
ligne 36, pour finir à la fin de l'a.6 du Quodlibet XI). illum et PdP4, B, R V9, MIM3 3, 69 scilicet] om.
Par le sigle cD 2b, je désigne id les manuscrits princi- PdP4, B, RV9, MIM3 3, 76 aliam] alia PdP4: alia
paux (BaBa I PIPSbV4, Pd 1P6V3V8), en négligeant (+ autem V9) habet RV9 3,95 sunt] om. PdP4:
en général les multiples variantes des deteriores. suppl. post due cause B, R (loco V9, MIM3) 3, 1°3-1°4
nullam... imponit] non imponit PdP 4, B, R V9,
Quodl. X, a.15, 46 crederent PdP4, B, RV9, MIM3, cum MIM3 3, 113 uelle ... currere] inu. PdP4, B, RV9,
cett: credunt <I> 2b (cii diit V3: crederent resto <I> 2Gg) MIM3 3, 116 nichilominus] om. PdP4, B, RV9,
15, 72-73 errat. .. defendet] errat ... discet <I> 2b : errant. .. MIM3 a.4, 17-18 nullus ergo motus etiam angeli est]
discent PdP4, B, R 15,73-74 Tit. ult<imo> dicitur ergo etiam motus angeli non est PdP4, B, RV9, (non om.)
PdP4, B, R V9, MIM3, cum ceti: uult dicere <I>2b (ad M IM 3 4, 36 esse hic et esse ibi] hic esse et ibi
Thi. 30 dicitur <I> 2Gg) a.16, Il eiciam] eciam PdP 4 PdP4, B, R, MIM3 (deest V9) 4,44 est accipere] inu.
16,12-13 huius uite status durat PdP4, B, R V9, MIM3, cum PdP 4, B (desunt R V9) 4, 68 alterationis] ad alterationis
cett : durat istius uirtute status durat <I> 2b (corr. <I> 2Gg : uarie (l) PdP4, R 4,91 quod terminat] quod continuat PdP4,
corro non nulli dett) 16,20 tamen] om. PdP 4, B, R V9 B, RV9: quo continuatur M3 (hom.om. MI) 4,96
a.17, Il distent PdP4, B, RV9, MIM3, cum cett: distant mutatio] motus PdP4, B, RV9 MIM3 4, 103 unum
<I>2b 17, Il diuinam] diuiduam PdP4 17,22 nimi- extremum] inu. PdP4, B, RV9, MIM3 4, 104 unum]
rum PdP4, B, RV9, MIM3, cum ceti: minimum <I>2b utrumque PdP4, B, RV9, MIM3 4,106 sicut] sic sicut
17, 33 est Deus PdP4, B, R V9, MIM3, cum ceti: inu. <I>2b PdP4, R a.5, lO intellectiua] anima praem. PdP4, B,
(est om. V4) 17, 35 in PdP 4, B, R V9, MIM3, cum ceti : RV9, MIM3 5, 12 educitur] educebatur PdP4,
scilicet <I>2b 17, 46 est] om. PdP4 17, 62 alio RV9 5, 13 est] om. PdP4, B, RV9 5, 19 in-
modo] aliter modo PdP4 17, 72 secundum rationem] repugnantem] om. PdP4, B, RV9, MIM3 5, 36 una
INTRODUCTION AU QUODLIBET XI

est] est una est p4 : est una Pd: una MIM3 5, 47 delà de ces intermédiaires, il semble avoir conservé ici
substaneialibus] substaneialium PdP4, B, RV9, MIM3 et là une leçon authentique, provenant d'un bon
5, 51 daret] det PdP4, B: dat MIM3: hom.om. R V9 archétype. L'exemple le plus net est à l'artide 6, lignes
5,70 in ultima] ultima PdP4, R V9, MIM3 5,80 exer- 8-9, où la leçon de PdP 4 : « corporum in resurrectione
eeat PdP4, B, RV9, MIM3, cum Q2DIPr, Ed lOss : exereeret non erunt eadem propria », non seulement est attestée
uel exereet cett 5, 89 rationalis] ratiomalis (!) PdP 4
par F, le meilleur témoin de la famille r, mais donne
5,92 existens] + et PdP4, R 5, 102 eommunem eor-
ruptibili] corporalis PdP 4, R: eorruptibilis B, V9 la c1é des altérations du texte: la mélecture de
5, 110 alia in brutis] in brutis alia PdP4, R V9, MIM3 « cor m» (= corporum), lu notamment « cor'»
5, 115 quia in homine] immo in homine qui PdP 4, B, R V9, (= corpora) ou « cor 9» (= corpus) a imposé divers
MIM3 5, 116 et] om. PdP4, B, RV9 a.6, 3 de remaniements du texte. A l'artide 1, ligne 109, la
eorpore quesitum est] quesitum est de eorpore PdP 4, B, leçon de PdP 4 n'est pas appuyée; elle a pourtant
RV9, MIM3, cum Gj1V2C3V6L o ICIC3 6,8 eorpo- toutes chances d'ètre la leçon authentique : il s'agit ici
rum PdP4, B, cum F: corpora RV9, MIM3, cum OSLOI : de comparer la manière dont gouverne un roi ter-
eorpori C I 03 : eorporis Cc : corruptibilis C3 : om. V2: restre et le Roi céleste; un roi terrestre montre sa
erasa pr.m. Gfl : corpus cett 6, 9 erunt PdP4, B, R V9, grandeur s'il continue à gouverner son royaume
MIM3, cum Ll cB (- OSV6), F: erit (habebit, habebunt)
mème absent (comme l'avait fait saint Louis, absent
cett 6, 13-14 non mortale] inmortale PdP4, B, R V9,
MIM3 : homo inmortalis F 6, 18 eadem] + numero du royaume de 1248 à 12 54); Dieu, lui, ne peut ètre
absent de son royaume, mais, à supposer qu'ille soit,
PdP4, B, R V9, MIM3 6, 24 nune (modo)] om. PdP4,
B, R V9, MIM3 6, 37-38 in ipso indiuiduo uariatur] il continuerait à gouverner par sa justice, « sua iusti-
uariatur in ipso indiuiduo PdP4, B, R V9, MIM3 6, 53 eia ». Telle est la leçon de PdP 4 : authentique, cette
idem] om. PdP4 :postnumero suppl. MIM3 6,56-57 et leçon explique les altérations du texte : les meilleurs
unam] eandem PdP4, B, RV9, MIM3 6, 66-67 quia témoins de la famille ~ (en dehors du groupe de
natura humana erit] quod humana natura erat PdP4, B, R : PdP 4) ont lu : « sua materia»: « materia» est une
quod humana non erat V9: quia humana natura erit mélecture de « iusticia »; les autres ont corrigé : « sua
MIM3 6, 75 resurgentis] resurgendi PdP4, B, natura»; la famille r donne : « sua prouidencia », qui
R V9 6, 79 statua] statuta PdP4 6, 85 suam] om.
ne peut rendre compte de l'altération du texte dans la
PdP4, B, R V9, MIM3 6, 87 per materiam] per for-
mam ueI per naturam PdP 4, R : per formam ueI per mate- famille ~ : « prouidencia» ne peut ètre lu « iusticia »,
riam B, V9, MIM3 6, 88 si] om. PdP4, R 6, 91 « materia» ou « natura », et est trop banal pour appeler
prout ponitur] ut proponitur PdP4 : om. V9 6,92 sie] une correction volontaire. Au contraire, « prouiden-
om. PdP4, B, RV9, MIM3 6,93 alia, quia alia] alia et eia» a tout de la correction facile: saint Thomas,
alia, quia alia et alia PdP4, B, RV9, MIM3 6,94 est] comme tout le monde, répète à satiété que Dieu gou-
om. PdP4, B, RV9, MIM3 verne le monde par sa providence, mais ici il se pIace
à un point de vue particulier: Dieu est considéré
Il semble hors de doute que les manuscrits PdP 4,
comme Roi, et (du moins le pensait-on au Moyen
qu'on peut dater tous deux de la fin du xm e sièc1e,
Age) l'ceuvre propre du roi, c'est la justice.
ont été copiés immédiatement sur le mème modèle et
On est donc fondé à penser que les manuscrits
avec la fidélité des copistes professionnels qui
PdP 4 sont les témoins d'une pièce de premier jeu,
copiaient sur pièces : les graphies les plus aberrantes
<I> 2', qui mérite d'ètre mise en bonne pIace dans la
du modèle sont scrupuleusement conservées (par
tradition.
exemple X, a. 17, 11 diuiduam; XI, a.l, 96 decimant;
5, 89 ratiomalis; 6, 79 statuta). Ce modèle, ce ne pou-
vait ètre que l'exemplar <I> 2, modèle habituel de PdP 4, La famille ~c : BgC2, PdP 4
et si PdP 4 se séparent à la pièce 21 de
BaBa l P 1P sb V 4, nos cinq manuscrits à pièces, c'est Nous avons montré l'existence de deux sous-
qu'à la pièce 21 l'exemplar était dédoublé, il y avait groupes, BgC2 (et leur groupe), PdP4 (et leur
une pièce de premier jeu et une pièce de second jeu. groupe). Reste à montrer que ces deux sous-groupes
Que la pièce copiée par PdP 4 mérite d'ètre considérée s'unissent pour former une famille ~ e. Nous allons
comme la pièce de premier jeu, il y a de bonnes rai- donc relever quelques leçons communes de cette
sons de le penser. Sans doute, pour la fin du Quodli- famille.
bet X (a. 15-17), si la distinction du double jeu de a.l, 29 quod etiam Ll, cum r: inu. Ll b, <1> 2b
pièces est déjà nette, rien ne privilègie le texte de (= BaBa l PIPSbV4, Pd l P6V3V8, An bBwCeGjL 2Nhp8,
PdP 4 : les pièces de l'un et l'autre jeu Ont dti ètre F 3RnP 1151 : ordinem rest. <1> 2Gg) 1, 34 de loeo in quo
établies sinon sur le mème modèle, au moins sur des Ll c (in quo est. uirtus om. Pd), cum r : de quo Ll b, <1> 2b (Ioeo
in rest. <1> 2Gg) 1,97 uniuersalia Ll c, cum r : om. Ll b, <1> 2b
modèles dont le texte était homogène. Il en va tout (= BaBa l PIPSbV4, Pd l P6V3V8, An bCeGjL 2NhP 8 :
autrement pour le Quodlibet XI : cette fois, le sta- rest. cett) 2,22 quod intellectus] om. Bg, C2,pr.m. Gj1,
tionnaire qui a fait confectionner l'exemplar a pu V2, <1>2. 2,37-39 ut - rationem] hom.om. Bg, C2,pr.m.
fournir à ses copistes deux modèles qui appartenaient Gj1, V2, CeLo IC I03 (non suppl. ante 36 habebit
à des traditions différentes. Le texte copié par PdP 4 pr.m.Gj1, V2, ante 39-40 absolutam CeLo IC I03) : 37-38 ut
semble avoir été fautif, chargé de leçons isolées - alio om. <1>2'(_MIM3), sed 38-39 quedam uero non
accumulées par de nombreux intermédiaires, mais, au- habent propriam rationem supp!. <1>2. a'3, 39 ei ~ b,
PREMIÈ':RE PARTlE : A.I-6 97*

<1>2b (dei BbJ : rei Lb 2 : om. KrP2Wr 4Wr 3Wr l : in presen- primo] + quidem (- Cn), eum 0 2 1, 61-62 simul et
eia eius Bw) : et Ll c, r 3, 46 uidet (ante certitudinaliter semeI in omnibus operatur] in omnibus operatur simul et
r,post Ll b, <1>2b)] om. spatio uaeuo rei. Bg: om.C2,pr.m. Cj1, semeI tr. (- Cn) 1, 79 esse ubique] rem esse in loco
V2, C c OSC3V6Lo IC I03, <I>2a (uarie suppl. : post certitudi- ubique (eum see.m. P IOb) 1, 84-85 unus numero licet]
naliter suppl. cognoscit <I> 2a : post 48 presencia supl. uidet licet unus numero MdbBs (83-85 sicut - numeratis hom.om.
pr.m.Cj1, V2; uidere potest ante 48 que sunt sibi presencia pr.m. Ts : suppl. mg. see.m.,o Ts, sed unus numerus licet hab.
suppl. C I 03, post OSV6Lo l) 3,47 ordinem Llb, <1>2b, see.m. Ts, AvVe, unus numerus quamuis Cn) 1, 103
C3V6 : ordinem ne (exp.) ne euentum Bg: ordinem ne tenet] ualet ratio (uar. eett) 1, 121-122 continuum] om.
euentum C2Cc : ordinem et euentum Cfl V 2 osL oI : ordi- (eum R V9) a.2, lO Cognoscere unum per aliud] In
nem ueI euentum C 103 : ordinem siue euentum cognoscendo unum per aliud MdbBs : om. pr.m. Ts : cog re
PdP4BR V9 : ordinem superuenientium MIM3 : ordinem unum per aliud mg. see.m. Ts : cognoscere unum per aliud
uenientium r (ordinem siue euentum uenientium BI Wb : AvCn : cogitare unum per aliud Ve 2, 48 propria ratio
hominem uenientem L: hominum multitudinem HeUt, Ll c, <I> 2b, F : ratio propria MdbTsAv VeCn : ratio (propria
etc.). - En réalité « siue euentum» semble ètre une variante om.) Bs, eum r (eett) a.3, 15 Contra (Set contra 0 2)] Set
de «euntium» qui suit (et qui n'est pas précédé de «et », contra est quod 3, 67 effectus] suos praem. 3, 73
addition de 0 2 et Ed IO): cet « euntium» a dérouté les ut arbitrii libertatem] quod (quo VeBs) libertatem arbitrii
seribes (il est lu : « entium », « existencium », « essentium », (73-74 set - perderet om. Cn) 3, 79-80 ex - eis]
«incedentium», etc.) 3,47-48 et non uidentium Llc (et hom.om. Mdb, pr.m. Ts, Bs 3, 94 semper est] inu.
non per uidentium C2, ?pr.m. Cfl, V2: et non per uias (hom.om. Cn) a-4, 24 tamen Llb, <I>Zb: autem F: om.
CcC I 03 : hom.om. LOI), r(-HeUt, Ed 2) : ille autem qui est eet! 4,35 album] esse album Llb, <I>2b (-<I>2F, <I>2Gg),
in plano non uidet Ll b, <I> 2b, nee non HeUt, see.m. Cfl, see.m. eum OZ 4,43 primo est] inu. (primo om. Cn) 4, 61
R: et alius in plano existens videt Ed 2 (non videt et] et etiam (etiam in tempore existentium et continuorum
Ed 20) 3, 56 certitudinem ha beat f, nee non tr. Cn), <I> 2b (- <I> 2G) 4, 62-63 aliquem motum] inu.
C c OSC3V6Lo 1 : certitudinem (habeat om.) Bg, C2, pr.m. 4, 70 mutationum F: mutationis Ll b: mutationes eet!
Cj1, V2, C I 03, <I>2a : habeat certitudinem Ll b, <1>2b (certi- 4, 77 continuum] continuus 4, 78 sit] causetur
tudinem habeat <I> 2Gg) 3, 62-63 quo suos] quos suos 4, 88 instantibus] om. Mdb, pr.m. Ts: 0? (= instantibus)
Bg, Cl, ?pr.m. Gf'- . 'iull~ ~ci"icct pr.m.Pd, P 1 . qull ",,',"',\"Cl J.U. Jec.m. TJ . :-'j ? T/e . a~i '\.. .;;.,;;;.. AU"tt.:1iJ.) /u/ . &m. Cn 4, ~4­
see.m. Pd, B, R V9: quo scilicet ... suos (post effectus) 95 corporales] temporales Mdb,pr.m. Ts., Bs : corpora super
MIM3 3, 101 ut hie r (quod In I) : om. Bg, C2, pr.m. tempora- see.m. Ts: corporales Av: corpora temporales
Cj1, VZ, C3CI : quod suppi. Lol : ut suppl. loeo C C OSV6, Ve : corporum Cn 4, 108 patet] etiam a. 5, 5 +
<1> Za : ut suppi. post 102 secundum libertatem arbitrii 03, Ll b humane uite] inu. (nature humane Cn) 5, 25 sensitiua ...
(= Mdb, pr.m. Ts, Bs: ordinem resto see.m. Ts, AvVeCn), intellectiua] inu. (om. Cn) 5,44 etl] quedam
<1> zb (ordinem resto <1> 2Gg) a. 5, 15-16 In nulla... est 5, 84-85 secundum perfectum] secundum philosophum
eodem tempore motus] Nulla ... est eodem tempore motus (exp.) perfectum Ts Ve: secundum esse perfectum Cn
Bg, C2Cfl V2: Nulla... eodem tempore mouetur 5, 88-89 eius essencia] inu. Ll b (esse eius Cn), <I> 2b a.6, 7
C cOSC3V6Lo IC I03: Nulla ... est eodem tempore est illud] om. Mdb, pr.m. Ts, Bs, Cn 6, 9 eadem propria]
mota PdP 4: Nulla... et eodem tempo re est mota B: idem proprio Ll b (idem in ratione propria Cn), <I> zb (idem in
Nulla ... eodem tempore est mota R : Nulla ... est eodem proprio Pr ZWr 4Wr 3Wr l ) 6, 38 ydemptitatem] +
tempore mota V9 (l'omission de « In» dans l'archétype a numeralem Ll b, <I> 2b 6, 41 sunt essencialia] principia
entrainé diverses corrections) 5,67 habet se (se habet)] essencialia sunt 6, 58 Dato autem] V nde dato autem
habet esse Bg, CZ,pr.m.CJ I, V2, C c OSC3V6Lo I, PdP4, R, Mdb, pr.m. Ts: Vnde dato see.m. Ts, AvVe: Et dato
pr.m. V9, MIM3 6, 62 ibi idem Bg, Ll cB (ibi post pro- Cn 6, 71 nec que facit principium (in) numero Bg, C2
prium V6), <I> 2a(_ B), eum r(- DIPr, HeUt: ibidem L) : (om. Cj1V2C c OSC3V6L o ICIC3), f(-BIWb: que om.
idem (ibi om.) Llb, <I>2b(_<I>2Gg), nee non B, DIPr, HeUt 0 2) : idem (quod RV9) facit principium (+ in BIWb)
numero <I> 2a, BI Wb : facit idem numero Ll b, <I> 2b (om. B 2,
Pr 2Wr 4Wr 3Wr l : 70-71 non - numero homo om. Pdl VB,
Lafamille ~b: Mdb, Ts (AvVeCn), Bs
pr.m. Rn) 6,79 uult] quod (eum OZ, L) + 6, 85
materiam] +
suam 6, 87 uero] autem 6, 93 alia2]
eadem Mdb, pr.m. Ts, Bs.
Au QuodIibet XI, cette famille s'accrolt de deux
manuscrits : Mdb et Cn. L'apport de Cn est négli-
geable : non seulement ce ms. du xve siècle est très La pièce de deuxième jeu de l'exemplar : <I> 2b
détérioré, mais, camme Av et Ve, il semble dépendre
de Ts après carrection. En revanche, l'apport de Mdb Les deux re1evés précédents ont mis en lumière de
est précieux : ce manuscrit du XIV e siècle donne un nombreuses rencontres entre ~ b et <I> 2b. Mais le
bon texte de la famille, très proche de la première re1evé immédiatement précédent a aussi mis en
main de Ts. lumière les nombreuses leçons propres de ~ b. Que1-
Nous avons déjà re1evé que1ques variantes qui ques leçons propres de <I> 2b confirment que nous
opposent ~ b, en meme temps que <I> 2b, à la famille sommes là en présence de deux branches distinctes
Ll c. Nous re1èverons ici les leçons propres de ~ b : d'une meme sous-famille :
a.l, 9 ostendebatur] ostendebatur autem MdbTsAv Ve: a.l, 98-99 spiritualis] substancialis <I> 2b (= BaBa I
ostenditur Cn 1,35 Deo esse] esse (Deo om. Mdb,pr.m. plpSbV4, Pd l P6V3V8, An bL2: eorr. see.m. p1V4B2:
Ts, Bs : esse Deo see.m. Ts, Av : esse de Deo Ve : Deo (esse spiritualis resto eet!): 1, 111 ad commendationem;
om.) Cn 1, 38 Deo et aliqua remota tr. 1, 56 Deus autem] ad commendationem diuinam
INTRODUCTION AU QUODLIBET XI

BaBa IPIP5bV4, Pd l V3V8, An bBwCeCjLZP8 : diuinam sentencia (-cie WrWr Z) ecclesie r (cett) 8, 44 non
om. p 6 : Deus autem resto Nh, <D ZF, <D ZGg) 1, 123 esset] propter hoc] propter hoc non f(- OZ) a'9, 6-7 et magni
sit <D Zb (= BaBa l PIP5bV4, Pd l P6V3V8, hoc dicunt] hoc dicunt et similiter magni ~ (et similiter
An bBwCeCjL ZNhP 8 : esset resto cett) 2, 22 semper magni hoc dicunt tr. Lb I, <D Zg : pro magni hab. (alii) magis-
(sp)] W (= ? quem) Ba IPIP5bV4, Pd IP6V3, CeLzNh: tri non nulli: et similiter magni om. Cn, del. Rn) 9, 24-26
qii3 (= quandoque) Ba : quid An b ; om. BwP 8 : semper fidelium, non tantum hominum, nisi per accidens, quia in
resto V8, cett 3,35 et naturaliter. Cognitio uero diuina] tantum separatur a communione r(- rp : om. ex parte pr.m.
Naturalis uero cognitio diuina <D Zb(- <D Zg : pro naturalis hab. In l ) : om. rp, ~ (suppl. MIM3, <DZG[-Bb: suppl. ex parte
ill' pr.m. illorum sec.m. Nh : Et naturalis cognitio diuina tantum Pr l KrPr ZWr 3Wr l , WZ]) 9, 54 set preter] om.
Lb l ), nec non (ex <D Zb) sec.m. Cf! 3, 52 scilicet illa] set ~ a.l0, 13 potestas r (cett) : om. ~, nec non O z,
illa <Dzb(-CfNh, sec.m. Rn, P 1151, Ed l , Ed3, Lb l , <DZg: illa InlEdzWb, Bu (deest L) IO, 46 ideo] om. ~(-Lbl)
p8: si illa F3, ?pr.m. Rn) a.5, 78-79 determinatum] a.ll, 9 alicui (ante carnaliter DIPr, In l)] om. ~ II, 26
deterioratum <D Zb (= BaBa l PIP5bV4, Pd IP6V3, aliquando (om. DIPr)] aliunde ~ a.12, 49-5 ° utriusque
CeLzNhP8: determinatum resto sec.m. BaPIP6Nh, cett). partis] om. ~(-Lbl) a.13, 6 facere (facit DIPr)] referre
~(- Lb 1 : referre ... seu facere [post euangelii] <D ZGg : quod
est Cn) 13, 21-22 dico quod semper] semper dico
~(- Lb 1 : dico om. ~ b, Lo IO 3) 13, 68 et ideo (+ etiam
DEUXIÈME PARTIE (PIÈCE 22) DIPr) non peccat mortaliter] om. ~ (suppl. <D ZGg).
RÈPARTITION DES TÉMOINS

V oici la c1assification des témoins de la deuxième


partie : LA FAMILLE r
Quodlibet XI La position privilégiée du ms. F se maintient. San
(a·7-13) autorité est établie par ses accords fréquents avec la
famille ~, là où le reste de la famille r s'en écarte :
r F
a. 7, 7 quesitum est F, ~ : queritur r (cett) 7, 9 uel
OZ, DIPr etiam alius F, ~(-SI, Lb l , Wr 3Wr l ): om. r (cett)
Groupes détériorés et corrigés 7, 10-12 non solum episcopus potest ipsum sacramentum
fg : LP lOblnIEd z, B IWb, HeUt, L IWrWr z conferre, set etiam quilibet sacerdos F, ~ (cf. plus loin,
rp : Kr 6Kr 4Kr s,SzWI,Bu(jq. à 11,7),Kr ZKr 7, p. 99*a et b) : quilibet sacerdos possit conferre (inu. DIPr)
r (cett: om. L I WrWr Z) 7,27 huismodi F, ~: hanc r
Kr l Kr 3Kr 8
(cett, praeter talem WrWr Z) 7, 33 consuetudo ecclesie
F, ~ : inu. r (cett) 7, 48 maxime consistit F, ~ : inu. r
(cett: fit maxime OZ) 7, 53-55 non ergo potest alius
~: ~c: Bg sacramentum confirmationis conferre quam episcopus F, ~
~ cB : C Z, Gfl V z, C cO 5, C 3 V 6, Lo I, C IO 3 (sacramentum confirmationis post episcopus KrPr ZWr 4 Wr 3
Wr l ) : Vnde alius non debet conferre confirmationis sacra-
<1> Z : BaBa 1P 1P Sb V 4
mentum nisi episcopus r (cett) 7, 73 sine dispensa-
PdPd l P4P6V3V8 tione uero (tamen Bs) F, ~(- Lb I): sine qua r (cett) ,
An bBBwCeGjLZNhP8, MIM3, RV9 Lb 1 a.8, 11-12 missam ab eo F, ~ (missam sacerdotis
<1> zF : F 3Rn, P 1151 fornicarii <DZg) : om. r (cett) 8, 16-17 ergo quicunque
Groupes détériorés et corrigés audit a tali sacerdote missam peccat mortaliter F, ~ (mis-
<1>ZG: BZEIHb, MUa, MgV7Wr S Wr 6, Ed!,
sam ante a ~ b[_ Cn], SI, om. Cf! VZLo l, MUa : missam talis
sacerdotis Cn) ; ergo etc. r (cett) 8, 26 si F, ~ : et r
Ed 3, [Lb 17-l
l Z 4 Z l (cett) 8, 4°-42 quandocunque aliquis iudicio ecclesie
Pr , KrPr Wr Wr Wr uocatus est publicus fornicator, nullus debet audire missam
<1>Zg: BbFfJLbzM4WZ, BulMa
suam, alias F, ~ : quicunque a tali fornicario publico audit